__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

QUE FAIRE LE WEEK-END ?

mars 18

n°158

magazine

Églises bizarroïdes

Visite urbaine

game in grenoble

2 spécimens des 60's Grand format

Le jeu dans tous ses états

dÉtours de babel

ÉVÉnement du mois

Les aventuriers de La musique

Mensuel gratuit WWW.SPOT-WEB.FR

Édition grenoble


ÉDITO/SOMMAIRE TEXTE : JÉRÉMY TRONC

P.4

mars 18

P.6

n°158

En couverture : jeux de société, e-sport et escape game : les 3 tendances ludiques à Grenoble. © pxhere / Pixabay / Daniela Petrel www.danielapetrel.com

P.8

P.18

P.22

JEUX D’ADULTES Depuis une dizaine d’années, le jeu a franchi le seuil de la porte de la chambre des enfants pour s’inviter massivement dans le monde des adultes. Explosion du jeu vidéo et des jeux de société, ouverture massive d’escape game et de bars d’e-sport : il n’est plus honteux de jouer passé 15 ans. Pourtant souvenez-vous,  en 1899, dans La classe des loisirs, Thorstein Veblen dénonçait les divertissements «  improductifs  » pour la société. Une pensée directement héritée du modèle social de l’ère industrielle et sa sacro-sainte notion de travail. Le malheureux doit se retourner dans sa tombe. Cette civilisation des loisirs, prophétisée dans les années 60 par Joffre Dumazedier, n’est pourtant ni improductive, ni anecdotique. Pour le sociologue français, le loisir apparaît même «  comme élément central de la culture  ». Aussi on sait le jeu capital pour le développement des enfants, mais pour les adultes  ? En permettant de s’oublier soimême, de s’évader d’une société pesante, de se dépasser, le jeu permettrait d’être plus créatif, plus heureux, plus performant et productif. Jouer n’est pas régresser, qu’on se le dise  !

P.16

P.26

P.4 I EN BREF Les 4 saisons du col de Porte. Autrans : 500 chinoises aux fourneaux. Le lynx en Chartreuse... P.6 I VISITE URBAINE L’église des années 60. 2 specimens. P.8 I GRAND FORMAT À Grenoble, le jeu dans tous ses états. P.16 I ÉVÉNEMENT DU MOIS Détours de Babel.

P.28

P.30

P.18 I ÉVÉNEMENTS L’académie de la marche. Nuit de l’eau. Asparun. Le Printemps du livre. Fête de la coquille St-Jacques. TohuBohu. Grand Repair café... P.26 I DESTINATION Cluny (71). P.28 I CARNET D’ADRESSES Le Kiltin’ brew pub. Le Synesthète 2.0. Jump park. P.30 I CARNET D’ADRESSE ÉTHIQUE Goukitok.

Mars 18 / sPot 3


Le col de porte a fortement modernisé ses infrastructures depuis 3 ans.

© Ecole de porte

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

les 4 saisons du col de Porte

AM²NAGEMENT / Parce que le 100% ski n’est plus possible en moyenne montagne sur la période hivernale, la station du col de Porte a engagé une stratégie de développement 4 saisons. Après le regroupement cet hiver de 3 structures de plein air, dont deux anciennes écoles de ski, la nouvelle entité baptisée École de Porte a travaillé à la diversification des activités et des services : ski nocturne, trottinette tout terrain, VTT, randonnée estivale, balade à dos d’âne, trail, biathlon, raquettes, etc. En outre, l’École de Porte propose la création de packages tout compris pour le tourisme d'affaires et les groupes et un programme original d'apprentissage du ski et de découverte de la montagne à destination des enfants. La petite station chartrousine a décidément bien changé  !

autrans : 500 chinoises aux fourneaux

GASTRONOMIE / Thierry Gamot, maire délégué d’Autrans-Méaudre, l’a confirmé lors de la conférence de presse sur le jubilé des Jeux de 68 : les travaux du futur CIAC seront bien commencés avant l’été 2018. Le CIAC, ou centre international des arts culinaires, doit être installé sur le site de l’ancien village olympique. En 2020, date estimée de fin des travaux, il devrait être en mesure d’accueillir 500 étudiantes chinoises. Par programme de 6 mois à 3 ans, le CIAC les formera aux métiers de bouche  : boulangerie, pâtisserie, cuisine générale et sommellerie. Ce campus de 25  000 m2 à 70 millions d’euros d’investissements prévoit aussi un laboratoire de recherche, une piscine, des espaces de découvertes et d’activités, des serres et des jardins potagers bio.

naissance de la bibliothèque nationale du Vtt

PATRIMOINE / « En presque 30 ans, tout aura été imaginé, construit, établi et même osé, pour créer le VTT d’aujourd’hui » peut-on lire sur le site web de Génération mountain bike. Cette association isèroise s’est fixée pour but de raconter toute l’histoire du VTT. Un de ses projets est en passe d’aboutir au printemps 2018  : une bibliothèque nationale du VTT. «  Après 2 années de gestation à rassembler des milliers de magazines, catalogues et autres archives,  la BNVTT entre dans sa phase finale  » estiment les membres qui lancent tout de même un appel aux dons  : magazines, catalogues ou tout autre document en rapport avec l'histoire du VTT sont les bienvenus. > contact@generationmountainbike.com

MUSIQUE / La première édition du Passage Music Festival aura lieu les 20 et 21 juillet 2018, dans le parc de l’historique Château du Passage, en Isère. Ce nouveau rendez-vous musical rassemblant tous les styles musicaux a été imaginé par le propriétaire du château et un professionnel du spectacle. Deux scènes seront montées proposant en alternance, sans interruption, des artistes émergents et des grands noms d’aujourd’hui et d’hier. Premiers artistes annoncés : Christophe, Marina Kaye, BB Brunes, Christophe Willem, Axel Bauer, Manau, Roch Voisine… > https://lepassagemusicfestival.com

4 sPot / Mars 18

© Génération Mountain Bike

le Passage lance son festiVal

une saison dans les Étoiles

SCIENCE / le centre de culture scientifique de la Casemate et la Métro planchent de concert sur un nouvel événement qualifié «   d’envergure  »,  qui aura lieu entre septembre 2018 et août 2019. nommé Une saison dans les étoiles, il portera, la première année, sur les sciences de l’univers. astronomie, astrophysique, exploration spatiale, programmes de recherche, imaginaire autour de l’espace, histoire des sciences spatiales et des technologies seront au programme avec un objectif  : offrir aux publics une meilleure visibilité de la culture scientifique sur leur territoire.

2 000 000 000

TOURISME / C’est, en euros, le montant estimé du chiffre d’affaires généré par le tourisme en isère. soit 5,5 % du Pib du département, générant 22 000 emplois. Chaque année, l’isère accueille 5 millions de touristes : plus de 20 millions de nuitées touristiques sont enregistrées, réparties entre 80 % de clientèle française et 20 % de clientèle étrangère. la montagne à elle seule concentre 60 % du chiffre d’affaires dans les secteurs de l’hébergement et des activités de loisirs.

le lynx en chartreuse

ENVIRONNEMENT / grâce au photographe thomas Capelli, on en est désormais sûr : le lynx boréal, plus grand félin d’europe, est présent en Chartreuse. l’animal a été photographié mi-janvier à son insu grâce à un piège photo. une belle récompense après un an de traque photographique. l’animal est en effet extrêmement discret et difficile à observer. Cliché visible sur la page Facebook du photographe  : thomas Capelli Photos Chartreuse.

© Flickr

EN BREF


vISITE uRBAINE

oui, cette église est surmontée d’un immeuble !

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AuDuC

© JBA

l’Église des annÉes 60

LE FuTuR D’AvANT

Dans les années 60, les architectes accompagnent la rénovation de la religion catholique par une architecture hallucinée. Deux églises marquent cette époque à Grenoble : l’une prône l’humilité, l’autre l’égalité.

S

ur les grands boulevards, alors en plein bouleversement dans les années 60, les bâtiments s’alignent. Les architectes ne débordent pas d’imagination dans le dessin de ces immondes barres. Mais en 1963, l’un d’eux a l’illumination. Maurice Blanc (à qui l’on doit le Théâtre en rond à Sassenage) tient son projet fou : celui de l’église Saint-Jean. « Il voulait un nouveau concept, c’est pourquoi il a imaginé un lieu circulaire, et non plus en forme de croix » se souvient Jean Marine, ingénieur et habitué de l’église Saint-Jean. Ainsi, bien loin de l’étoile que l’on connaît aujourd’hui, le lieu de culte est totalement irréel lors de son inauguration en 1965. Les couleurs joyeuses jaillissent de l’édifice qui arbore une toiture autoportante en hyperboloïde soutenue par

6 sPot / Mars 18

une armature de bois, qui forme deux familles d’hélices entrecroisées. Au zénith de cette structure inédite, une capsule de plastique laisse entrer la lumière. De l’extérieur, les Grenoblois peuvent admirer la coiffe dentelée en bronze, brillant au loin.

la longue agonie

Mais finalement ce joyau de l’architecture des sixties va pourrir vite. Trop vite. En effet, les paroissiens remarquent des infiltrations. « Le concept était génial, mais la structure de béton s’est vrillée et s’est affaiblie et l’eau coulait dans l’église », assure Claude Touzain, ingénieur de béton armé, qui a suivi le feuilleton judiciaire. « L’évêché a pris des avocats. Face aux problèmes de structure, ils ont obtenu de poser des échafaudages pour

que l’église tienne debout », poursuit le paroissien. Ce n’est qu’en 1977 que le tribunal condamne l’architecte, le maître d’œuvre et le charpentier. Entre temps, l’armature en bois a complètement pourri, et le toit est entièrement détruit. Finalement, en 1978, il est démonté et remonté en 79, dans sa forme actuelle.

l’humilitÉ de l’Église

L’histoire de l’église Saint-Luc, sur l’île Verte, est tout aussi conflictuelle, comme en témoigne l’édifice sorti de terre en 1967. Sur la place du Doctor Girard, un immeuble perché sur pilotis écrase le lieu de culte. Seul le fronton triangulaire émerge de la façade, pour avertir — discrètement — les fidèles de sa présence. Sans le savoir, l’édifice illustre


« FINANCER L’ÉGLISE PAR LA CONSTRuCTION D’uN IMMEuBLE DE LOGEMENTS. »

Tout commence avec le legs d’une vieille dame, souhaitant que son terrain abrite une nouvelle église. Le quartier de l’île Verte bénéficie de l’essor des JO de 1968 (l’immeuble en S et les trois tours sont sortis de terre), et la construction d’un nouveau lieu de culte est nécessaire. Cependant, l’évêché refuse l’idée et ne finance pas le projet. Les habitants, à court d’idées, contactent André Béhotéguy, un architecte, qui évoque « le financement de l’église par la construction, sur la même parcelle, d’un immeuble de logements. » Obtu, l’évêché rejette encore le montage et impose « que les deux constructions soient quasiment indépendantes l’une de l’autre », témoigne André Béhotéguy qui réalise ce « rêve ». Et nous offre une humble église en trapèze. Et auto-financée, s’il vous plaît.

Ci-contre : L’intérieur de l’église saint-jean avant sa réfection.

© Paroisse St Jean

la perte de vitesse d’une Église subissant les coups de boutoir d’une société sécularisée.

Mars 18 / sPot 7


GRAND FORMAT TEXTE : JEAN-BAPTISTE AuDuC

Le jeu de société a la cote. plus de 1000 références sortent chaque année. ici le festival place aux jeux. © Claude Carrara

8 sPot / Mars 18


la Ville ludique

GRENOBLE, CAPITALE Du JEu

Les joueurs grenoblois peuvent se régaler : les salles de jeux - jeu vidéo, escape game, etc - se multiplient. En parallèle, des studios de création planchent sur des concepts en tout genre pour amuser la ville, et au-delà. Tour d’horizon d’un Grenoble qui aime jouer. Et faire jouer.

Mars 18 / sPot 9


© Gourgangeek.com

GRAND FORMAT / LA vILLE LuDIquE

« LOIN DE CES ORGANISATIONS TENTACuLAIRES, LES PETITS STuDIOS DE GRENOBLE ONT uN TOuT AuTRE BuSINESS MODEL.»

D

ans la salle sombre, les écrans diffusent les matchs en cours. Au Meltdown, ce mardi soir, l’équipe grenobloise de Heroes of the Storm, ou Hots (un jeu d’arène multijoueur proche de League of Legends) affronte une « team  » de Rennes dans un combat sanglant. Léo Grasset, le patron du bar, est vissé à un fauteuil, type voiture de sport. Il mène l’équipe, un casque lumineux sur les oreilles, et déploie ses talents de gameur avec son personnage issu du monde de World of Warcraft. Le cliché du geek isolé dans sa chambre d’ado a fait son temps, même si le Meltdown ressemble fort à un vaste salon d’étudiant avec coin canapé, écrans plats, bières. Pendant

10 sPot / Mars 18

que Léo Grasset se fait descendre dans le jeu, son barman envoie un quizz sur la mafia au micro et deux amis s’éclatent sur Super Smash Bros : Melee. Le jeu est partout. Le patron du Meltdown baigne donc dans l’e-sport. Mais si le match qu’il mène n’a pas de réel enjeu, les compétitions mondiales se multiplient. Et là, les enjeux sont élevés. En 2016, Lee «  sake  » Jung Hyeog (un joueur professionnel Coréen) décrochait 24 500  € lors d’une finale sur Hots. « L’e-sport est devenu un truc marketing avec un mercato international entre les équipes », précise Léo Grasset. Et ce business à grande échelle a ses règles : « Quand on veut faire un événe-

ment autour du jeu, on a besoin de contacter l’éditeur pour avoir son autorisation. Sans cela, il peut taper fort », prévient-il, obligé de se soumettre à leur volonté.

grenoble PrÉfère le jeu indÉPendant

Loin de ces organisations tentaculaires, les petits studios de Grenoble ont un tout autre business model. Le Studio Chahut, par exemple, a achevé cet hiver le jeu « Post Human W.A.R ». Et le budget était franchement léger. L’équipe a pourtant travaillé dur pendant 5 ans, avec (presque) rien en poche. « Nous avons fait un crowdfunding pour réunir 5000 € en 2013. Et puis on a gagné de petits concours de création d’entreprise, et


obtenu quelques milliers d’euros supplémentaires », détaille Gabriel Wink, l’un des initiateurs du studio, parti vivre en Suède. Son déménagement ne signifie en rien l’arrêt du projet. En effet, l’équipe grenobloise n’a pas cessé de communiquer à distance, pour Post Human W.A.R. « On est habitué à envoyer de nombreux mails et à s’appeler par Skype », poursuit Gabriel Wink, le chef de projet qui vit des allocations chômage puis du RSA : « J’avais besoin d’être à plein temps sur le jeu. Et on ne pouvait pas me payer », assuret-il. Le reste de l’équipe vit de projets personnels : les graphistes dans leur domaine, et le game designer travaille pour Ubisoft. « Certes, c’est une vraie passion que

© Laureline Denis-venuat

Ci-contre: au meltdown, un des bars e-sport de Grenoble. on peut jouer aux jeux du moment en réseau et boire un verre.


GRAND FORMAT / LA vILLE LuDIquE de faire des jeux. Mais l’idée est d’en faire une véritable entreprise. Bon, globalement, c’est mal parti avec nos 1500 ventes depuis la sortie du jeu. Mais on ne perd pas espoir », conclut Gabriel Wink, qui annonce de nouveaux projets au printemps.

le jeu de sociÉtÉ, bien ViVant

Ci-contre : Flamme rouge, un jeu qui a beaucoup fait parler de lui. Au milieu : Les créateurs de Game flow (auteurs du jeu chimère), présentent leur livre jeu. © JBA

Disposer d’un portefeuille de plusieurs jeux est le meilleur moyen, pour les sociétés indépendantes, de vivre de leur travail. Le studio grenoblois Game Flow, composé de Roméo Hennion et Clément Leclercq, a le même objectif que Studio Chahut. Après avoir réalisé Chimère, un jeu de plateau sorti en juin 2016, les deux compères sont descendus au festival international des  jeux  de Cannes avec des projets tout juste finis. « C’est un rendez-vous important, car tout le monde est là-bas : créateurs, distributeurs, vendeurs, joueurs et journalistes qui nous offrent une bonne occasion d'évaluer notre jeu et de l'améliorer. Pour le moment, nous disposons d’un prototype plutôt abouti d’Affinity », détaille Clément Leclercq. Ce jeu, créé avec d’autres auteurs, repose sur une idée simple : les joueurs fabriquent des phrases grâce à des cartes. En équipe, ils doivent deviner quelles émotions dégage chaque phrase, afin de marquer des points. « Nous avons imaginé ce jeu lors d’une rencontre entre auteurs de jeu, chez Yoda, un café de Saint-Jean-en-Royans. Nous avons griffonné quelques idées et joué toute la soirée », sourit Roméo Hennion. Entre indépendants, les créateurs se conseillent, tentent, et font émerger des concepts. Game Flow a ensuite fait appel à une illustratrice pour dessiner le plateau, les monstres. Et le prototype est prêt pour une démonstration.

12 sPot / Mars 18

© Studio Chahut

Puisqu’on a rencontré Game Flow dans l’un des seuls bars à jeu de Grenoble (le K’fée des jeux), on a cherché d’autres associations qui amènent du jeu dans la ville. Au Midi-minuit (ex-Petit 38) rue Saint-Laurent, des rencontres sont désormais organisées un lundi sur deux, nommées : la Soirée Jeux à la Taverne Bleue. « On a décidé de lancer cet événement avec Léo Coulomne pour faire en sorte d’accueillir les joueurs du lundi soir. Parfois, on a des jeux dans la ludothèque qu’on ne peut pas toujours sortir. Là, on a le lieu », assure Quentin Guidotti. Dans le cadre tout particulier de Midi-minuit à la décoration éclectique (franges en plastiques dorées, cuisine cosy et salle de répétition blanchie à la chaux), les joueurs s’amassent autour des tables pour découvrir les jeux préférés des participants. « Je vous ai ramené Small World, qui fonctionne sur le principe du Risk. Le but est de se massacrer entre nains, elfes, géants, zombies, etc. », décrit Louna, une des joueuses, d’une voix assurée.

© JBA

« le but est de se massacrer »

En-bas : post Human War, jeu crée par studio chahut, un éditeur Grenoblois.


© Laureline Denis-venuat

Ci-dessous : Laureline denis-venuat, créatrice de jeux vidéo

les jeux ne sont Pas qu’une histoire de mecs Vous l’avez remarqué, la parité ne règne pas dans cet article. En effet, lorsque l’on recherche des joueurs ou des créateurs de jeu, on trouve très peu de femmes. Laureline Denis-Venuat est une d’entre elles. Depuis 2015, et après un master en communication, elle se lance avec des amis dans Shattered, un jeu vidéo ambitieux avec beaucoup de 3D. Elle visait une sortie pour fin 2018. La gameuse s’occupe du scénario, des dialogues et… de la communication. Très vite, l’équipe trouve un soutien avec Square Enix Collective (une structure dépendante de l’éditeur japonais de Final Fantasy) et lève, facilement, 110 000  € sur Kickstarter. « On a pu payer notre équipe de 15 personnes pendant deux mois », se réjouit alors Laureline Denis-Venuat, pensant pouvoir solliciter des prêts aux banques avec cet argument de poids. Cependant, elles ne suivent pas, et tout devient compliqué. Aujourd’hui, l’auteure travaille à côté  : « Cela fait un an que je passe la semaine dans un escape game, et le soir sur notre jeu. C’est assez épuisant », souffle-t-elle.  Pour Shattered, Laureline Denis-Venuat est entouré d’hommes (si ce n’est l’attachée de presse), et reste optimiste sur la mixité dans le milieu. « Certes, à Epitech (une école d’informatique) on compte maximum trois femmes sur 500 élèves. Mais de plus en plus de filles s’intéressent à ce domaine, notamment dans la modélisation  3D », assure-t-elle. Elle n’a pas non plus remarqué de sexisme démesuré mais elle se souvient  tout de même : « Une fois en interview, un journaliste m’a dit que j’étais “l’auteure de jeu la plus jolie” qu’il ait vue. En même temps, si tu rencontres que des mecs, c’est sûr. C’est des petites remarques comme ça, qui ne sont pas méchantes, mais… »


GRAND FORMAT / LA vILLE LuDIquE

Ci-dessous : en 2014, challenge the room ouvre le premier escape game grenoblois. Par la suite, elle va s’évertuer à réaliser sa prophétie. D’autres tables se forment, autour d’un verre de vin et de parts de pizzas. À droite, un joueur à lunettes dévoile la « Flamme rouge », un curieux jeu de société où l’on mène une équipe de cyclistes à la victoire. « Ce n’est ni un jeu de l’oie ni un jeu de vélo. Je déteste le vélo », se défend-il face aux joueurs interloqués. À gauche, Quentin Guidotti dévoile la démo de son propre jeu (accrochez-vous) : Mechanical Trapped Island of Death Battle. Il vient de recevoir le prix du public lors du festival de Grenoble Place aux Jeux.

Pratique > MELTDOWN : 2 rue auguste Gaché à Grenoble www.meltdown.bar/grenoble > STUDIO CHAHUT : www.onlygame.posthumanwar.com > JEU SHATTERED : développé par redlock studio / www.redlock-studio.com/fr/ > GAME FLOW : Éditeur de jeux et de livres www.game-flow.fr > K FÉE DES JEUX : 1 quai stéphane Jay à Grenoble / 04 76 42 43 68 > LE MIDI/MINUIT : 38 rue saint-Laurent 04 76 54 12 30 > MECHANICAL TRAPPED ISLAND OF DEATH BATTLE : développé par fancy tree studio www.fancytreestudio.com/fr > CHALLENGE DES ESCAPE GAME GRENOBLOIS : www.escapegame-grenoblois.fr > MAISON DES JEUX : 48 quai de france à Grenoble / 04 76 43 28 36

14 sPot / Mars 18

escaPe game : un grand tournoi grenoblois À Grenoble, il est désormais difficile d’aborder le thème du jeu sans citer les 10 escape game installés en ville ces dernières années (soit 31 salles, le plus fort taux de salles de jeu par habitant sur toute la France). En effet, le phénomène s’est étendu de manière exponentielle depuis l’ouverture, en décembre 2014, de Challenge the Room. Pour se démarquer, la salle (qui est devenue une franchise) propose justement depuis deux ans de

© Daniela Petrel

Le nom compliqué cache (comme souvent) un principe facile à comprendre : au sein d’une arène, les joueurs s’affrontent à coup d’armes blanches et de flèches tout en évitant les pièges qui parsèment la carte. « On va aussi le présenter à Cannes, au off », assure le game designer qui prépare aussi un jeu vidéo, sans moyen, mais avec toute son énergie. Autour de lui, les joueurs s’amusent et s’exclament en s’affrontant sur une malle ou un bout de table. Les joueurs font connaissance, passent du bon temps et oublient la vie quotidienne. Le jeu, dans sa quintessence. En toute simplicité.

vivre l’aventure grandeur nature. Depuis le Jardin de ville, l’escape game a préparé six parcours gratuits. Les participants traversent la ville à la recherche d’indices, à partir de jeux de mots et d’énigmes. Malgré le choix pléthorique, les salles d’escape gamme de l’agglomération ont décidé de s’allier, durant 4 mois. Du 1er mars au 24 juin 2018, un véritable tournoi va se dérouler. Le but : obtenir le meilleur score en jouant dans au moins 4 salles sur les 10 proposées, et à la clé, de très nombreux prix  sont à gagner. Du jamais vu en France ou presque : seule Toulouse l'a déjà fait ! Infos sur : escapegame-grenoblois.fr


TEXTE : JÉRÉMY TRONC

Les machines sonores de Frédéric Le junter

dÉtours de babel 16 mars 18

> 07

© DR

ÉvÉNEMENT Du MOIS

aVr. 18

LES AvENTuRIERS DE LA MuSIquE

Ce festival musical qui préfère les têtes chercheuses aux têtes d’affiche remporte malgré tout un succès populaire croissant. Grâce à des formats et des lieux de diffusion originaux notamment. On fait un point rapide sur l’identité du festival avec Benoît Thiebergen, le Directeur, suivi d’une sélection de rendez-vous originaux à vivre en famille. Dans le paysage foisonnant des festivals de musique, qu’est-ce qui fait la spÓcificitÓ et l’identitÓ des DÓtours de Babel ? Ce festival ne défend pas une esthétique ou un genre musical comme d’autres. Les Détours promeut la création et montre qu’elle n’est pas séparée en silo, à travers des styles, mais est de plus en plus transversale, collaborative. On veut montrer ce qui s’invente aujourd’hui, à l’intersection des genres et des esthétiques, et ce qui est en train de se renouveler. Nous sommes aujourd’hui dans une société multiculturelle,

16 sPot / Mars 18

le monde lointain est en bas de chez nous, la reconfiguration est totale. Les Détours présente comment cette multi culturalité s’exprime actuellement dans le domaine musical et invente de nouvelles musiques. Les artistes qu’on invite sont des aventuriers, des contrebandiers de la musique. Le thÒme « retour aux sources » choisi cette annÓe correspond-t-il Ë une rÓalitÓ dans la crÓation musicale actuelle ? Les thématiques émergent de façon assez étonnante, en fonction de ce que je perçois

dans les préoccupations des artistes. Et oui, actuellement chez les artistes se posent de nombreuses interrogations par rapport aux formes traditionnelles de musique. On va ainsi explorer la façon dont nos racines nourrissent la création contemporaine, cette tendance à la relier avec l’histoire et les origines de la musique. On met souvent en opposition le présent et le futur, ou la tradition et la modernité, alors qu’il y a une filiation, une continuité. Il n’y a pas de rupture entre le monde d’aujourd’hui et le monde d’hier, l’un n’existe pas sans l’autre, tout est lié, même en musique.


© Emre Orhun / Duo Myssil

Ci-contre : La tête à l’envers du duo myssil

sÉlection grand Public LA TÊTE À L'ENVERS Le Duo Myssil, composé de Noémi Boutin au violoncelle et de Sylvaine Hélary à la flûte, invente une nouvelle forme de théâtre musical dans un savant mélange d’humour, de musique et de mots. À partir de 10 ans. > Mardi 27 mars 19h30 (tout public) / Espace 600 Grenoble / 7 à 13 €

MACHINES SONORES. INSTALLATION DE FRÉDÉRIC LE JUNTER Découvrez l'orchestre singulier constitué d'une centaine de sculptures sonores construites à l'aide de matériaux de récupération dans la grande bibliothèque de l'ancien musée de peinture. > Du samedi 17 mars au vendredi 6 avril / Du mardi au vendredi de 13h à 19h samedi et dimanche de 10h à 14h / Ancien Musée de Peinture Grenoble. Tarif libre

LE GRAND ORCHESTRE DE LA NATURE Vous avez déjà entendu le chant des baleines, le son des troncs dans la forêt, le bruit de la glace ? Plongez dans l’univers animal et végétal avec cette conception signée Bernard Fort qui émerveillera petits et grands. > Samedi 24 et dimanche 25 mars / 14h30 16h30 / Ancien Musée de Peinture Grenoble - 7 à 10 €

EN MOI MES ANCÊTRES Plus de 80 enfants de Varces partagent la scène avec le grand clarinettiste Yom pour un rituel collectif qui va puiser en nos racines et nos origines. > Mercredi 28 mars 18h30 / Église Saint-Pierre de Varces Varces-Allières-et-Risset. Tarif libre

LES SALONS DE MUSIQUE Des découvertes musicales chaque vendredi du festival dans le cadre intimiste de la Maison de l'International à Grenoble. > Les 16, 23, 30 mars et le 6 avril / À 18h30 tout public. Tarif libre

LE DIMANCHE, ON BRUNCHE EN MUSIQUE ! Le festival organise des brunchs musicaux où le public est invité à cheminer selon ses envies dans les parcours proposés. De nombreux spectacles ont lieu dans le quartier Très-Cloîtres (le 18 mars) et au Musée Dauphinois (le 25 mars), pour un beau dimanche en famille ! > Tarif libre & restauration prévue sur place

NOCTURNE AU MUSÉE DAUPHINOIS Venez découvrir des formes musicales d’ici et d’ailleurs dans une ambiance nocturne à la lueur des projecteurs et la chaleur des braseros. Restauration prévue sur place. > Dimanche 1er avril de 18h à minuit


ÉvÉNEMENTS

©httpspxhere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC / ÉMILIE DECOuRCELLE

jusqu’au 30 mars 18

l’acadÉmie de la marche

L’académie de la marche aborde différents aspects de la pratique : marche sensible, poétique, migratoire, nue, sportive, revendicative...

ART / Un centre d’art contemporain qui se pique d’intérêt pour la marche ? Cela peut paraître surprenant si l’on ignore que de nombreux artistes l’ont incluse dans leurs créations. Le Magasin des Horizons (CNAC) organise jusqu’à fin mars des randonnées ouvertes à tous permettant d’aborder les différents aspects de cette pratique  : marche sensible, poétique, migratoire, nue, sportive, revendicative, afghane, etc. Ce projet artistique transdisciplinaire, baptisé l’Académie de la marche, promet des moments insolites, constitués de projections de films artistiques ou documentaires et de rencontres avec des scientifiques, des philosophes, des médecins, des historiens, des marcheurs ou encore des professeurs de yoga, le tout en des lieux propres à chaque rencontre et à chaque découverte. Pour nous, ça marche. > Pour toute information et réservation : reservation@magasin-cnac.org  04 76 21 95 84 / www.magasin-cnac.org

13 mars 18

the tower run incity

COURSE / Le deuxième dimanche de mars, de 9h30 à 14h, aura lieu la 2e édition de la couse verticale de la Tour Incity. En individuel ou par équipe, venez gravir les 35 étages et 765 marches de la Tour Incity au profit de Handicap International. Pour chaque inscription, 2 € sont versés à cette association humanitaire. Les inscriptions en ligne sont ouvertes jusqu’au vendredi 9 mars. Après cette date, elles sont possibles sur place le jour même. Les départs se font par vague de 15 personnes toutes les 4 minutes. Une fois arrivé en haut : vue imprenable sur Lyon et un défi relevé pour la bonne cause. Plus de mille coureurs sont attendus cette année pour se chauffer les cuisses, pourquoi pas vous ? > La tour incity - 116 cours Lafayette (Lyon 3°) / tarifs: de 15 à 20 € / www.thetowerrun.org

18 sPot / Mars 18

14 mars 18

> 17 mars 18

Pierra menta

SKI-ALPINISME / La plus longue, la plus connue, la plus vieille des courses de ski alpinisme : la Pierra Menta cumule les superlatifs. Ses 10  000 mètres de dénivelé positif à avaler en 4 jours la réservent aux sportifs les plus entraînés et au mental d’acier. Chaque année, des foules importantes de supporters viennent acclamer les champions. Temps fort le samedi au sommet de Grand Mont, une montagne assez simple à rejoindre en ski de rando on en raquettes. Des milliers de spectateurs y grimpent dès l'aube pour encourager avec leurs sonnailles, accordéons, trompettes et cloches, les sportifs de haut-niveau tout le long du parcours, jusqu'à la corniche sommitale. Notez qu’un salon du matériel de ski de randonnée se tiendra pendant toute la durée de l’épreuve. > À arêches-beaufort (1h30 de Grenoble) / www.pierramenta.com


16 mars 18

> 18 mars 18

salon des Vignerons indÉPendants

TERROIR / Comme à son habitude, le salon des vins des vignerons indépendants prend ses quartiers à Eurexpo (avant de revenir à la Halle Tony Garnier en automne) lors d'un weekend entièrement dédié à ces productions hors des grands circuits. Si les habitués et les passionnés s'y retrouveront avec plaisir, les néophytes pourront eux s'initier à l'œnologie directement auprès des centaines de vignerons présents. Evidemment, chaque entrée permet d'obtenir un verre de dégustation, clé de voûte de votre passage sur place afin de découvrir les productions de vignerons amoureux de leur métier. Pas de fashion week au programme, pour autant, les belles robes sont bien évidemment de sortie. > À eurexpo (15 min. de Lyon) / de 3 à 6 € www.vigneron-independant.com

16 mars 18

> 18 mars 18

alPine classique

©vianney Tisseau Photography

RETRO / Chaussures en cuir à lacets, fixations à câbles et lanières, skis en bois profilés : les années 30-40 (et plus) s’invitent à Chamrousse à l’occasion de l’Alpine classique. Ce «  rendez-vous des gentlemen skieurs  »  rassemblent depuis 3 ans des passionnés de culture et de mode vintage, de voitures et de motos de collection (des années 30 à 60) et de sports d’hiver. Un programme culturel, sportif et festif attend les participants  : initiations et concours d'élégance en télémark, broc' de skis et matériel de montagne vintage, course de luge, stands de dégustation de produits régionaux, cruising oldies auto-moto… Même les concerts et soirées dansantes ne dénotent pas. Cette année, le couple de danseurs parisiens Miss Dee et Marty assurera le show et les initiations au jive, et le groupe The moonlight gang offrira un concert très jazz et swing. Ah, nostalgie. > Chamrousse / www.alpine-classique.com

Mars 18 / sPot 19


ÉvÉNEMENTS

nuit de l’eau : nager pour la bonne cause

© httpspxhere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

17 mars 18

nuit de l’eau

SOLIDARIT² / C'est pour lutter en faveur d'un meilleur accès à l’eau pour les enfants du monde que la fédération française de natation et l'UNICEF France ont créé la Nuit de l'Eau. Pas bête quand on sait que 11% de la population mondiale n'a pas accès à l'eau potable. L’événement, de portée nationale, cherche aussi à sensibiliser le grand public à l'importance de l'eau, ressource clé pour les populations du monde entier, et à collecter des fonds afin de financer les programmes de l'UNICEF d'accès à l'eau potable dans le monde. Localement, plusieurs piscines participent à l'opération : celle du campus de Saint-Martin d’Hères, la piscine des Buclos à Meylan, et celle de Montbonnot. Elles proposent des animations festives, ludiques et solidaires mises en place par les clubs de natation. > www.lanuitdeleau.com

17 mars 18

derby de la molière

SKI DE FOND / Parmi l’ensemble des derby, celui de la Molière est sans doute l’un des plus originaux. Si ces courses de freeride possèdent toutes un grain de folie, celle d’Autrans se démarque car c’est l’une des seules à se faire en ski de fond, déguisements compris bien entendu. Depuis 2 ans, la course est également ouverte à un engin très en vogue : le fatbike, VTT à pneus très larges. Le départ est donné au sommet du télésiège de la Sure. Arrivée 750 mètres plus bas après 13 km de glissage chaotique et de freinage et de virages aléatoires, skis de fond obligent. Un derby «  kids  » est également proposé aux enfants de 5 à 14 ans, avec une longueur de 5 km. Navette pour le télésiège et repas sont compris dans l’inscription.  > À autrans / www.autrans-meaudre.com

20 sPot / Mars 18

17 mars 18

le dÉfi Vertical

SKI DE RANDO / Le défi vertical est une course au format original lancée l’année dernière par les 2 Alpes. Les participants partent du centre de la station, à 1600 mètres et doivent monter le plus haut possible. Cependant l’idée n’est pas forcément d’atteindre le sommet mais de réaliser son propre challenge en fonction de son niveau et de son envie. Selon la dénivelée effectuée, des médailles d’or, de vermeil, d’argent ou de bronze sont remises aux participants. L’événement, ouvert à tous publics, se déroule sur et en dehors des pistes balisées. Il y a un temps à ne pas dépasser à chaque palier sous peine d’être hors course, par exemple 3h pour atteindre les 2600 mètres. C’est à la portée du plus grand nombre, mais il ne faut pas traîner. > Les 2 alpes / tarif : 20 € (repas inclus) majoration de 5 € sur place www.les2alpes.com


18 mars 18

asParun

COURSE SOLIDAIRE / Et si vous faisiez un petit effort pour les enfants handicapés ? Un petit effort de 5 ou 10 km par exemple  ? Événement sportif organisé par l'ASPA Meylan Athlétisme, l’Asparun est chaque année dédié à une cause humanitaire spécifique, tous ses bénéfices étant reversés à une association. Cette année, c’est la structure d’accueil Loisirs Pluriel Porte des Alpes installée sur la commune de Fontaine qui en sera bénéficiaire. Côté sportif, l’Asparun propose des courses et des marches, chronométrées ou non. Ainsi elle permet au plus grand nombre de participer à la bonne cause. Les courses sont même adaptées aux enfants, avec des longueurs de 1 à 3 km, et aux personnes en situation de handicap. > départ du lycée du Grésivaudan à meylan / www.asparun.com

18 mars 18

aquathlon de grenoble

©httpspxhere.com

SPORT / Le principe de l’aquathlon : enchaîner une épreuve de natation et une épreuve de course à pied sans interruption du chronomètre. Cela semble être réservé aux spécialistes, mais l’organisateur, le Guc Triathlon, a aussi pensé aux néophytes et même aux enfants et aux parfaits débutants. Il y a des courses pour les jeunes (dès 6 ans) adaptées à l'âge, et différents formats de course également pour les adultes (le plus facile  : 300 mètres de natation et 2 km de course à pied). Tout le monde devrait y trouver son compte au milieu des athlètes bien entraînés venus se mesurer entre eux. La course se passe dans et à proximité de la piscine sur le campus de Saint-Martin d’Hères, avec une boucle dans le parc de l’Île d’amour pour les plus longues distances. > Piscine universitaire / saint-martin d’Hères www.aquathlondegrenoble.blogspot.fr

Mars 18 / sPot 21


ÉvÉNEMENTS

La rando : plus de 5,5 millions de pratiquants ! ©httpspxhere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

21 mars 18

25 mars 18

PrintemPs du liVre de grenoble >

LITT²RATURE / Les feuilles reviennent, il est temps de tourner les pages. Le printemps du livre de Grenoble s’inscrit à une date charnière où l’on a envie de délaisser la neige et la doudoune au profit d’une tenue moins calorifuge et d’une bonne place en terrasse, un livre en main tant qu’à faire. Envies qui trouveront échos au musée de Grenoble du 23 au 25 mars et, plus tôt, dans les bibliothèques de la ville. 46 auteurs ont été invités pour créer des interactions avec leur public au cours d’échanges, de lectures, de débats, de conférences : plus de 175 propositions autour de la littérature pour tous les âges sont programmées dans de nombreux lieux de la métropole de Grenoble. Au sein du musée, auteurs et illustrateurs vous attendent pour des lectures, parcours littéraires, débats, performances artistiques, dédicaces et signatures. Pour rentrer dans un des plus beaux bâtiments de la ville, l’entrée est gratuite. Enfants welcome ! > bibliothèques et musée de Grenoble www.printempsdulivre.bm-grenoble.fr

22 sPot / Mars 18

23 mars 18

> 25 mars 18

salon du randonneur

SALON / Avec plus de 5,5 millions de pratiquants réguliers, la randonnée se place comme l'un des loisirs préférés des Français. Chaque année, les marcheurs du dimanche et les trekkeurs aguerris se donnent rendez-vous à Lyon pour découvrir les classiques et les nouveautés de leur pratique. Lors de cette édition, le salon présentera plus de 340 exposants pour récolter des idées de destinations en France ou à l'étranger (Grèce, Pérou...) mais aussi pour découvrir de nouvelles formes de randonnées. Le salon est aussi l'occasion d'échanger avec des marcheurs émérites ou des auteurs lors de conférences, de dédicaces ou d'ateliers. Enfin, comme chaque année, en marge du salon, les organisateurs proposent une balade guidée dans Lyon. Pour cette 12e édition, elle sera consacrée à la découverte des richesses jacquaires, historiques et naturelles de la ville. > À la Cité internationale (Lyon 6e) / 5 € / www.randonnee.org

24 mars 18

> 15

aVr. 18

foire des rameaux

MAN¹GE / En approchant de l’esplanade où se tient la foire des rameaux, la famille Martin, standard, 2 enfants, commence à encaisser les kick et les bassline du concours de décibels inter manèges. Sur place, ce n’est pas Les démons de minuit qui fait le plus de bruit mais les cris des jeunes filles dans les attractions. D’ailleurs, les Martin s’en remettent aux hurlements pour choisir le manège le plus effrayant. Ce sera le M65 à 8 euros la place plein tarif. Les quatre enchaînent par un tour d’Infinity à 5 euros où ça gueulait pas mal aussi tout à l’heure. Après 52 euros et 8 minutes de frayeurs, la suite requiert plus de douceur, dépenses comprises. Pêche aux canards ? Non, trop âgés. Barbe à papa  ? Pomme d’amour  ? Barbe à papa, c’est bien. Tout en faisant grimper leur taux de glycémie, les Martin observent les joies et les peurs des toutpetits à bord de leur premier manège. Ça leur rappelle des souvenirs. Certaines attractions sont immuables, tout comme la musique parfois, bloquée aux années 90. Ce n’est pas grave. C’est cela, l’ambiance «  foire des rameaux  ». > esplanade de Grenoble / www.foiredesrameaux.com


24 mars 18

& 25

mars 18

fête de la coquille saint-jacques

GASTRONOMIE / Cornemuse, binious, coquilles SaintJacques, chants de marins, groupe de musique celtique… Villard-de-Lans se met aux couleurs et à l’heure bretonnes les 24 et 25 mars prochains à l’occasion de la fête de la coquille Saint-Jacques. Et oui, il est toujours surprenant d’apprendre qu’une station de ski a eu l’étrange idée de célébrer un mollusque maritime. N’empêche, elle séduit un nombre croissant de gourmets : 35 tonnes de coquilles seront ainsi importées de Bretagne, et avec elles, sa culture  et sa gastronomie. Même le kouign amann et la galette sont de la partie. Côté cuisine justement, 30 grands chefs sont invités pour dispenser leurs secrets et leur savoir-faire lors d’animations gratuites ou payantes  : dégustation, démonstration, concours de cuisine, conférences, expositions… > Villard-de-Lans / La Coupole / www.villarddelans.com

24 mars 18

tohu-bohu

©Horizon Meylan

KERMESSE / Mesdames et messieurs, bienvenus dans l’univers festif et onirique des forains. C’est la thématique choisie par l’association Horizon Meylan pour Tohu-bohu, sa grande fête annuelle du jeu. Et du tohu-bohu, il y en aura plus que jamais au Clos des Capucins de Meylan, vaste espace de verdure investi par les animations du jour : jeux en bois, jeux de construction, maquillage, tyrolienne, cirque, espace pour les tout-petits, animation musicale, etc. Chaque année c’est un succès populaire d’envergure. Les animations vous replongeront dans l’univers forain d’hier et d’aujourd’hui avec de nombreux personnages fantasques ou mystérieux. La fête est gratuite et ouverte à tous. > Clos des Capucins à meylan / accès : en navette (départ du gymnase du lycée du Grésivaudan), ou à pied / À partir de 13h30 / 04 76 90 32 85 / www.horizons-meylan.com


ÉvÉNEMENTS TEXTE : JÉRÉMY TRONC / LuCIEN vERMÈS

24 mars 18

grand rePair cafÉ

²COLOGIE / Pourquoi recycler quand on peut réparer ? Les Repair café sont nés en Europe autour de cette devise, et se sont multipliés comme des petits pains. On en dénombre 160 en France et 9 autour de Grenoble. Le principe  : venez avec votre appareil défectueux, des bénévoles se chargeront de le réparer gratuitement ou moyennant quelque euros. Outre le temps convivial d’échange, la démarche est écologique et elle intéresse pour cela Grenoble qui accueille le 24 mars à l’Hôtel de ville un grand rassemblement des Repair café de l’agglomération. De 10h à 18h30, une cinquantaine de bénévoles vous accueilleront pour tenter de donner une seconde vie à vos appareils, à l’instar des 3000 objets déjà sauvés par eux de la déchetterie. > contact@reparerensemble.fr / 06 52 62 53 54 www.grandrepaircafe.wordpress.com

montÉe sèche du funiculaire

TRAIL / Pour la 4e fois, près de 200 courageux coureurs vont s’affronter dans cette course rude pour le souffle et les mollets, avec 700 mètres de dénivelée en seulement 2,7 kilomètres de parcours. L’itinéraire suit de près le trajet du funiculaire habituellement emprunté par les parapentistes et les touristes. La course commence d’ailleurs de la gare de départ de Lumbin, puis emprunte le chemin du Pal de fer et se termine à la gare haute. Récompense pour les coureurs : une superbe vue sur la vallée du Grésivaudan depuis le plateau des Petites Roches et, bien sûr, un ravitaillement. La descente en funiculaire est évidemment offerte aux participants. > Participation de 8 €, inscription sur myoutdoorbox.com / Par e-mail : trail.petitesroches@yahoo.fr

24 sPot / Mars 18

©Morgane Freyssac

25 mars 18

31 mars 18

> 08

aVr. 18

festiV’arts

ARTS DE RUE / Festiv’arts est aux rues de Grenoble ce que le street-art est à ses murs : un jet de couleurs, un message d’espoir, une curiosité saine et bénéfique. C’est en ce sens que les organisateurs sèment chaque année leurs joyeuses troupes d’artistes dans les rues ou sur les places de la ville. Baguette sous le bras, on se retrouve nez à nez de clown avec une bande de jongleurs, de musiciens, de comédiens. En sortant de chez le coiffeur, brushing tout frais, madame Vidal aperçoit deux saltimbanques se monter dessus en jouant de la clarinette. Festiv’arts c’est cela, l’imprévu sur le bitume, la rencontre directe entre des badauds et des artistes, du rêve entre les façades, de l’art devant un pas de porte, des notes de musiques dans l’air pollué de l’agglomération. Au moins il y a de l’espoir dans ce monde trouble. > Places et rues de Grenoble / Programme sur festiv-arts.com


© Lionel Montico

01 aVr. 18

semi-marathon grenoble-Vizille

COURSE 7 PIED / À un peu plus de 20 km au sud de Grenoble se trouve Vizille. Entre les deux, une route qui grimpe sur le plateau de Brié avant de redescendre sur la cité révolutionnaire. C’est cet itinéraire, emprunté par Napoléon lors de son retour de l’île d’Elbe (les fameux 100 jours) que les organisateurs du semi-marathon vous proposent de parcourir. Alors certes son profil particulier ne permet pas de faire tomber des records, mais ce que vous perdez en secondes sur votre record personnel, vous le gagnez en intérêt paysager, historique et surtout en ambiance et en convivialité. Cette course traîne cette heureuse réputation qui explique son succès. En plus du parcours solo, les organisateurs proposent de partager la distance avec le mode duo, ou bien de marcher 15 km avec la rando. À Vizille, les apprentis coureurs (4 à 14 ans) pourront s’aligner sur des courses adaptées à leurs guiboles. Et de nombreuses animations musicales et culturelles émailleront le parcours et les lieux de départ et d’arrivée. > www.grenoble-vizille.fr / www.facebook.com/Grenoblevizille 04 76 40 19 22

01 aVr. 18

lyon urban trail

COURSE / Pionnier en matière de trails urbains, le Lyon Urban Trail (LUT pour les initiés) revient pour une onzième édition. La recette ne change pas et les amateurs de défis sportifs devraient trouver leur bonheur dans cette nouvelle cuvée. Ils étaient plus de 9000 l'an dernier à venir se fracasser les pattes dans les montées et descentes lyonnaises et leurs quelque 6000 marches. Cette année, quatre formules chronométrées de 8, 14, 23 et 35 kilomètres enverront les courageux arpenter les rues de Lyon et Sainte-Foy-lès-Lyon. Pour les amateurs de beaux paysages qui ne cherchent pas à battre le chrono, la randonnée de 10 km est le parcours idéal pour se faire les mollets en se flattant la rétine. > À Lyon / de 10 à 43 € / www.lyonurbantrail.com


DESTINATION

weeK-end à cluny (71)

vESTIGES DE GRANDEuR

Cluny est une véritable ville-musée tant, aujourd’hui comme hier, elle vit entièrement autour de son abbaye. Une visite en forme de voyage sur les traces d’une grandeur passée, mais pas oubliée.

I

l fut un temps, lorsque la robe de bure et la tonsure étaient particulièrement prisées, où Cluny rayonnait sur l’Europe. Entre les Xe et XIIe siècles, une nouvelle règle visant à organiser la vie monastique, la règle de Saint-Benoît, s’impose progressivement. Fer de lance de ce renouvellement, l’abbaye de Cluny devient le plus important centre monastique de l’Église catholique, ralliant un nombre considérable de prieurés et d’abbayes aux principes de ce qui deviendra l’Ordre de Cluny. Si l’idéologie clunisienne a fait long feu, on peut toujours apprécier l’architecture de l’abbaye, longtemps la plus vaste de toute la chrétienté (on parle d’ailleurs de citéabbaye), et ayant servi de modèle à de nombreux édifices religieux en Europe. Largement victime de la Révolution et du

26 sPot / Mars 18

passage des biens de l’Église à la Nation, il ne subsiste aujourd’hui qu’environ 10% des bâtiments existants à l’apogée de l’ordre clunisien. Rassurez-vous, la découverte de l’église abbatiale n’en est pas moins impressionnante, et un film en 3D vous permet de visiter virtuellement celle-ci du temps de sa splendeur ! Du cœur de l’abbaye demeure aujourd’hui principalement le cloitre, aussi majestueux qu’austère, et deux transepts, qui vous donneront une idée de l’immensité du bâtiment avant son démantèlement. Une traversée des somptueux jardins vous conduira aux vestiges de l’enceinte fortifiée et de ses tours de garde, notamment la Tour des Fromages, du haut de laquelle vous jouirez d’un superbe point de vue sur la cité

(après avoir gravi ses 120 marches, bien entendu). Un peu plus à l’écart de la « Maior Ecclesia », le palais Jean de Bourbon, aux monumentales cheminées, accueille le musée d’art et d’archéologie qui rassemble depuis plus de deux siècles, les objets découverts sur le site de l’abbaye, en particulier des décors sculptés qui ornaient l’abbatiale (le musée, fondé en 1866, accueillait déjà des collections particulières avant son inauguration officielle). Pour amorcer votre retour dans le présent, allez rencontrer les chevaux du haras national situé au cœur de la cité et assister à leur spectacle : un émerveillement d’un autre genre, après la beauté centenaire de l’abbaye !

© OT Cluny

L’abbaye de cluny.

TEXTE : BENJAMIN LEROY


Le haras a été installé en 1807 par napoléon.

haras national de cluny

© Marie Mouret Lafage

Suite à la Révolution, l’abbaye de Cluny avait perdu son statut d’institution intouchable, aussi notre cher Napoléon ne se priva pas de réquisitionner les écuries attenantes pour y installer un haras national dès 1807. Si le souci était à l’époque la reproduction afin de conserver suffisamment de montures pour la guerre, c’est aujourd’hui l’éducation et la formation qui sont mises en avant. Toujours installé au cœur de la cité-abbaye, le haras propose, outre la visite des installations, pas moins de six activités pédagogiques pour les enfants entre 3 et 15 ans. Des spectacles réguliers sont également proposés en été, mais ouvrez l’œil : un week-end spécial d’animations est prévu les 16 et 17 avril.

rondes de nuit à cluny

« L’ABBAYE DE CLuNY FuT LE PLuS IMPORTANT CENTRE MONASTIquE DE L’EGLISE CATHOLIquE »

le bistrot

© OT Cluny

Pour une halte restauration sans chichis au milieu de votre circuit découverte de l’abbaye de Cluny, Le Bistrot est l’adresse idéale, d’autant qu’il vous permettra de poursuivre votre voyage dans le temps. Pas jusqu’au Xe siècle ceci dit ! On se contentera ici de remonter aux années 50, grâce à une sympathique décoration où rien ne manque : les publicités d’époque, les tables en formica, le frigidaire américain... L’accueil est décontracté et sympathique, la cuisine, elle aussi sans prétention mais délicieuse, propose des classiques de grand-mère (andouillette moutarde, filet mignon, rôti de veau...), et le rapport qualité / prix est imbattable (menu à moins de 15 euros). On nous souffle à l’oreille que c’est aussi une excellente adresse pour l’apéritif.

Vous l’avez compris, visiter Cluny, c’est se plonger dans le riche passé de la cité abbatiale. Et lorsque ce n’est pas vous qui allez à lui, c’est lui qui se matérialise soudainement devant vous. Plus précisément sous la forme d’un guide-comédien, en costume d’époque, qui vous guidera au fil des rues de la ville. Vous accompagnerez ce témoin de jadis, de nuit, flambeau à la main, lors de sa ronde de milicien, qui sera l’occasion pour lui de vous conter la grande et les petites histoires de Cluny. Ces visites originales ont lieu ponctuellement, consultez vite le programme sur le site de l’office du tourisme de Cluny. L’ouverture de la saison se fait le 1er avril, avec un parcours sur le thème de « démêler le vrai du faux » !

© OT Cluny

Pratique > HARAS NATIONAL DE CLUNY : 2 rue Porte des Prés, Cluny 03 85 59 85 19 www.equivallee-haras-cluny.fr > LE BISTROT : 1 Place du Commerce, Cluny 03 85 59 08 07 > RONDES DE NUIT À CLUNY : www.cluny-tourisme.com

Mars 18 / sPot 27


CARNET D’ADRESSES TEXTE : JÉRÉMY TRONC

sPot a testÉ Pour Vous ! *****

*****

La culture écossaise exposée aux murs. © J.T.

le Kiltin’ brewPub

BAR / Pour ceux qui se pointent en kilt au Kiltin’, c’est happy hour permanent. Des kilt, il y en a d’ailleurs partout dans ce nouveau pub familial inauguré mi-février. Le gérant Philipp a du sang britannique dans les veines et surtout une passion pour l’Écosse, ses traditions et sa culture qui s’affiche ici de partout : cornemuse, mobilier réellement british, tableau, blason, drapeau etc. Mais c’est au comptoir qu’on goûtera au plus authentique : la bière. Elle est brassée sur place par un maître brasseur dans la plus pure tradition britannique. « On doit être un des seuls pubs en France à proposer la real cask ale » annonce Philipp en kilt. Les bières sont servies à la pompe, fraîches mais pas froides pour ne pas anesthésier leurs saveurs. À l’occasion le kiltin’ retransmet des matchs de foot ou de rugby. Prenez garde à l’équipe que vous supportez ! > 13 rue de la Poste / Grenoble / 04 56 24 64 47

« uN vRAI LIEu DE vIE quI PEuT ACCuEILLIR DES PETITES PIÈCES DE THÉâTRE, DES ARTISTES EN RÉSIDENCE, DES CONFÉRENCES, DES ATELIERS ARTISTIquES. » 28 sPot / Mars 18

le synesthète 2.0

« POuR CEux quI SE POINTENT EN kILT Au kILTIN’, C’EST HAPPY HOuR PERMANENT. »

BAR / Le Synesthète s’est offert un léger lifting récemment, ou plutôt une extension en dépoussiérant l’étage, désormais ouvert au public. Nouvel espace pour de nouvelles envies : faire plus de place à la culture, à l’art, aux rencontres, au partage. Bref un vrai lieu de vie qui peut accueillir des petites pièces de théâtre, des artistes en résidence, des conférences, des ateliers artistiques. Ce qui fait que l‘on aime ce lieu ne bouge pas en revanche : son concept de bar à vins et à bières sans carte ! Pas d’indication, d’étiquette, de noms, de longue liste intimidante pour les novices. On s’en remet aux connaissances d’Agathe et de Jesse en la matière pour se laisser surprendre et sortir de ses habitudes. « On ne peut pas tenir un bar où l’on se contente de prendre des commandes. Ce qu’on aime, c’est discuter, échanger avec les clients et leur proposer des vins ou des bières qui les séduiront ». À vous de choisir du bon, de l’excellent, ou de l’inoubliable ! > 4 rue auguste Gaché / 09 50 89 53 63 / www.le-synesthete.fr


jumP ParK

Le paradis des aspirants sauterelles et kangourous © J.T.

LOISIR / « Eh bien : sautez maintenant ! » Bienvenue dans le paradis des aspirants sauterelles et kangourous : le jump park d'Échirolles. Ouvert le 22 décembre, il offre 650 m2 de déclinaisons sautillantes sur trampolines. Un concept mis au point par Damien Piccione après 15 ans passés dans l'univers du laser game. « On s'adresse à tous les publics : enfants, adultes, sportifs. Mais il y a une chose essentielle ici : la sécurité ». Seul mais surtout à plusieurs, le trampoline présente des risques. C'est pourquoi avant de sauter, Jump park projette une vidéo avec les consignes et les conseils de sécurité puis enchaîne avec une séance d'échauffement. Ensuite à vous les 6 zones d'activité. La free jump avec 16 trampolines raccordés, la dunk zone et ses paniers de basket, la stunt zone pour se jeter d'une plateforme de 2 mètres dans des cubes en mousse, la zone bac à mousse avec 4 trampolines différents pour expérimenter toutes les manières de voltiger, la dodge zone pour revisiter le jeu du ballon prisonnier, et enfin la tumbling zone et son trampoline de 13 mètres de long. Ce n'est qu'un début pour cet espace appelé à s'enrichir et à se développer sous l'imagination débordante de son créateur. > 1 rue du maréchal Leclerc à Échirolles / Chaussettes antidérapantes obligatoires à 2 € / www.jumpark.fr

« IL OFFRE 650 M2 DE DÉCLINAISONS SAuTILLANTES SuR TRAMPOLINES. »

Légende les avecight © Copyr agathe et jesse adorent tchatcher clients. vous êtes prévenu ! © J.T.

Mars 18 / sPot 29


CARNET D’ADRESSE

sPot a testÉ Pour Vous ! *****

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

*****

Livraison écologique en triporteur ou en vélo avec remorque réfrigérée. © Goukitok

gouKitoK

SERVICE / Faire la tournée des commerces de bouche Grenoblois pour remplir son cellier, cela peut être long, comme si on ne court déjà pas assez après le temps ! Sinon Goukitok peut se charger de faire les courses pour vous et vous les livrer à domicile pour trois fois rien. Passez votre commande sur le site internet regroupant 15 boutiques locales, et le jour même ou celui de votre choix, recevez-là à domicile. Derrière cette idée géniale, Fabienne et Yvan ont mis entre parenthèses leur métier pour donner naissance à cette société écologiquement engagée : les livraisons dans l'agglo se font à vélo (triporteur ou remorque réfrigérée), et les produits sont issus du commerce local et frais. Leur petit truc en plus : la possibilité de passer commande par recette. Le site en propose au minimum une vingtaine. Les cookies à la courgette vous font envie ? Annoncez le nombre de convives et les produits pour réaliser la recette arriveront à votre porte. Toc toc toc. > Produits au même prix qu'en magasin / Livraison : 2,90 € à 5,9 € selon montant du panier Livraison le jour-même pour toute commande passée avant 14h / www.goukitok.com

« GOukITOk PEuT SE CHARGER DE FAIRE LES COuRSES POuR vOuS ET vOuS LES LIvRER à DOMICILE POuR TROIS FOIS RIEN »

Prochain numÉro.

CITY BREAK ©httpspxhere.com

L’exotisme à 2 heures de Grenoble. Checkez le calendrier : il y a plein de ponts !

aVril 2018 n°159 - sortie le 4 avril

SPOT médias.12, rue Ampère - 38000 Grenoble. S.A.R.L. de presse au capital de 52136,40 euros. RCS Grenoble : 420 090 573. Tél. : 04 76 84 44 60. Fax : 04 76 21 25 11. Mail : contact@spot-web.fr Directeur de la publication : Sébastien Rousset (srousset@spot-web.fr - 04 76 84 44 61) Responsable de rédaction : Jérémy Tronc (jtronc@spot-web.fr - 04 76 84 79 38) Chef de publicité : Astrid Sarazin (asarazin@spot-web.fr - 04 76 84 44 62) Ont collaboré au numéro : Jean-Baptiste Auduc. Émilie Decourcelle. Lucien Vermès. Benjamin Leroy Assistante de direction : Magali Gensburger (contact@spot-web.fr) Design : www.michelbarthelemy.com Maquettiste : Léa Alvarez Infographiste : Michel Barthélémy Responsable diffusion : Jean-Maxime Morel Tirage : 30 000 exemplaires en libre service, diffusés par DiffusionActive Impression Rotimpres (Espagne) La rédaction n’est ni responsable des textes publiés qui engagent la seule responsabilité de leur auteur, ni des erreurs ou omissions. Toute reproduction de SPOT est strictement interdite. www.spot-web.fr

30 sPot / Mars 18


3 JOURS CONCERTS+ DÉCOUVERTES AUX S U B S I S TA N C E S LY O N

RAIN DOG PRODUCTIONS & L E S S U B S I S TA N C E S P R É S E N T E N T

L

B E F U P E L E S L T T E I I T T V I A N L 2 7 av r i l

CASCADEUR SAGE NAKHANE

2 8 av r i l

ALELA DIANE

LIOR SHOOV

2 9 av r i l

ORCHESTRA BAOBAB ISAAC GRACIE

W W W. P E T I T- B U L L E T I N . F R / F E S T I VA L BILLETTERIE : FNAC - FRANCE BILLET - DIGITICK L E S S U B S I S TA N C E S & P O I N T S H A B I T U E L S


21. 22 avril ‘18 à la sucrière

lyon bière #3 festival * le meilleur de la brasserie artisanale dégustations/ventes conférences/débats/ rencontres bières & gastronomie street food espace kids

la sucrière 49-50 quai rambaud - lyon 2 samedi 13h-minuit dimanche 12h-19h 6€ en prévente - 8€ sur place www.lyonbierefestival.fr

Profile for Magazine SPOT

QUE FAIRE LE WEEK-END? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

MAGAZINE SPOT Mars 2018- Édition Grenoble / Game In Grenoble

QUE FAIRE LE WEEK-END? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

MAGAZINE SPOT Mars 2018- Édition Grenoble / Game In Grenoble

Profile for lpsgre
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded