__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

QUE FAIRE LE WEEK-END ?

NOV. 17

N°155

MAGAZINE

D’UN œIl D’écUREUIl

visite urbaine

tour du monde des arbres à grenoble

FAIS-tOI PEUR

Grand format

Visites flippantes en isère

RENcONtRES cINé-MONtAGNE

ÉvÉnement du mois

Vertige des films

Mensuel gratuit WWW.SPOT-WEB.FR

Édition grenoble


2 sPot / Novembre 17


ÉDITO/SOMMAIRE TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

P.4

NOV. 17

P.6

N°155

En couverture : une ferme abandonnée au fin fond du département. un couloir effrayant de vide mais rempli de souvenirs et d'histoires…. © GWENO www.flickr.com/photos/gweno-

P.8

P.18

P.22

ESPRIT TRANQUILLE Imaginez : vous venez de décéder, et votre esprit, pas vraiment ravi à l’idée de monter direct au paradis, se décide à traîner dans nos contrées montagneuses. Bien au chaud dans un couvent (les Ursulines, à Viriville par exemple), vous planez toute la journée et échangez avec les résidents surnaturels des lieux. Et là, alors que vous êtes en pleine partie de backgammon parapsychique avec une nonne, ou en promenade avec votre chien translucide, des petits rigolos tentent de vous convoquer avec des phrases types du genre « esprit, es-tu là ? » Qu’est que vous feriez ? Eh bien, vous les effraieriez, ces manants, en jetant les tables contre les murs, ou en poussant d’effroyables cris. Eh oui, s’il y a bien une chose qu’on a apprise, en écrivant le dossier, c’est qu’être un fantôme n’a rien de reposant. Alors, tant que vous êtes encore en vie, ayez au moins la gentillesse de ne pas faire trop de bruit lors de la visite de ces lieux effrayants. Parce que les fantômes aussi ont droit à leur intimité.

P.16

P.26

P.4 I EN BREF La Coupe Icare s'exporte. Spéléologie artificielle. Flirt entre Hautes-Alpes et Isère… P.6 I VISITE URBAINE Un arbre peut en cacher un autre P.8 I GRAND FORMAT Un patrimoine effrayant P.16 I ÉVÉNEMENT DU MOIS Les Rencontres Ciné-Montagne

P.28

P.30

P.18 I ÉVÉNEMENTS Foire de Grenoble, Salon du livre Alpin, Foire de la St Martin, Internationaux de patinage, Festival du cirque, Les défis de l'aventure, Festitrail, Festival du film d'Autrans… P.26 I DESTINATION Redécouvrir le Vieux Lyon P.28 I CARNET D’ADRESSES Gazzebio, Café du Nord, Au fût et à Mesure P.30 I CARNET D’ADRESSE ÉTHIQUE Nous le savons

Novembre 17 / sPot 3


EN BREF

FlIRt ENtRE hAUtES-AlPES Et ISèRE

lA cOUPE IcARE S’ExPORtE

© Bruno Lavit

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

CHINE / Grâce à ses performances et chaque année améliorée, la Coupe Icare intéresse désormais le monde entier. Et plus particulièrement la Chine. En effet, le président fondateur Daniel Raibon-Pernoud vient de signer un contrat de 50 000 € par an avec M.  Wang. Cet homme d’affaires, propriétaire de plusieurs écoles de parapente, s’engage à organiser la Coupe Icare chinoise dans sa belle cité balnéaire de Tsingtao (où la fameuse bière est brassée). L’accord avec l’entrepreneur chinois lui impose de conserver les valeurs fondatrices de la Coupe Icare  : respect des droits de l’homme, de l’environnement, de la sécurité des pilotes. Cet accord, qui court sur une durée de 10 ans maximum, va permettre à la Coupe Icare de rayonner au-delà de nos montagnes. Rendez-vous en 2018.

ARBRES / Le parc du château de Sassenage est historique. Créé il y a plusieurs siècles, il accueille des espèces atypiques, comme les micocouliers, les cèdres du Liban et quelques noyers d’Amérique. Or, depuis la fin des années 1990, la végétation du parc du château est livrée à elle-même. Un plan de restructuration du parc est donc mis en place par Fondation de France, le ministère de la Culture et le Département de l’Isère. Comprendre : des têtes vont tomber. Ainsi, certains arbres ont trop grandi, d’autres commencent à mourir. L’idée est alors d’abattre une centaine d’entre eux pour ensuite replanter quatre-vingts espèces différentes. Le projet démarre en octobre 2017 et se poursuivra sur deux ans. Il prévoit aussi de remplir les douves entourant le château et de parsemer le parc de panneaux explicatifs. > allée du Château, 38360 sassenage

4 sPot / Novembre 17

SPéléOlOGIE à MéAUDRE : UNE NOUVEllE StRUctURE ARtIFIcIEllE

GROTTE / À Méaudre, on fait de la spéléo, mais à ciel ouvert ! En effet, la mairie s’est équipée d’une structure artificielle. Installée sur le site du « Cochet », cette grotte pour la spéléo de 12 m va permettre de nombreuses activités  : la Fédération française de spéléologie se servira également de ce lieu pour préparer ses stages. Sinon, des formations et des initiations y seront organisées. De plus, les pompiers et gendarmes pourront aussi venir s’entraîner et effectuer des exercices de secours. Un atout de plus pour la ville située en plein Vercors, un espace naturel qui dispose d’un nombre inépuisable de sites de spéléo. > Parc de l’ancien centre de vacances du Cochet

©Marion Cottaz

SASSENAGE : UN SEcOND SOUFFlE POUR lE PARc DU châtEAU

LOISIR / on en avait parlé en début d’année. Voici que l’idée d’un rapprochement entre les deux départements est de nouveau sorti des cartons. le 27 septembre dernier. lors d’une conférence de presse anodine dans les Hautes-alpes, on retrouve Christian rival, vice-président en charge de l’équipement des territoires en isère. Mais face à une fusion très compliquée pour des raisons juridiques, Christian rival « imagine plutôt une mutualisation sur sujets sociaux, sur le tourisme. Et plus si affinité ». l’entente entre les deux présidents lr des départements ne fait aucun doute.

600 000

RECORD / C'est le nombre de visiteurs enregistrés en 2017 Parc d'attraction et Parc animalier le Pal, un des 3 plus gros spots de loisir de la région aura. installé à saint-Pourçainsur-besbre, dans l’allier, il a en effet atteint en 2017 des sommets avec un chiffre d’affaires de 17 millions d’euros, un bond de +6 %. Ce record (depuis sa création, il y a quarante-cinq ans) est une conséquence de ses nombreux investissements. Chaque année sont ajoutées des attractions spectaculaires. en 2017, la nouveauté était « l’alligator Park », un espace de 3 000  m2 accueillant 22 crocos. la direction du Pal annonce pour l’année qui arrive le Yukon Quad, la plus grosse attraction jamais construite dans le parc. Ce gigantesque grand huit d'un kilomètre pousse les sensations au maximum puisque les wagons atteignent une vitesse de pointe de 90 km/h. > saint-Pourçain-sur-besbre (03)

lA GRANDE ORANGERIE SERA-t-EllE SAUVéE ? GRENOBLE / C’est l’objectif de l’appel à projets, « gren’ de projet », organisé par la Ville de grenoble d’octobre 2017 et fin janvier 2018. Cet appel concerne tout le monde : entreprises, associations, artistes, investisseurs. l’idée est de faire éclore des projets variés et surtout rapidement réalisables pour gérer différents espaces. l’orangerie est proposée, comme 5 autres projets. une première sélection de 3 d’entre eux sera effectuée pour qu’ensuite, un seul finaliste soit élu. > www.grendeprojets.fr


METRO PRIME AIR BOIS


TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

même si le cyprès chauve est un conifère, il perd ses feuilles gracieuses une fois l’automne venu.

UN ARbRE PEUt EN cAchER UN AUtRE

TOUR DU MONDE DE LA vÉGÉTATION GRENOBLOISE En plus du platane, arbre urbain par excellence, des espèces du monde entier ont été introduites à Grenoble. Ces merveilles de la nature, pouvant vivre des siècles, ont été déposées là pour notre bon plaisir. Alors, autant en profiter.

Q

uoi de plus beau que les feuilles d’un frêne se drapant de couleurs chatoyantes une fois l’automne venu ? La sempiternelle transformation conserve son charme, quand le visiteur flâne sous les hautes branches des platanes alignés au cordeau, le long des lignes de tram, sur le parc Paul-Mistral. Cette partie du PPM (à l’ouest de la mairie) abrite une végétation touffue, mais l’on distingue une essence qui sort du lot : le hêtre. Si cet arbre est très

6 sPot / Novembre 17

présent en France, ce spécimen au tronc large et boursouflé par les années étend ses branches au ras du sol. Pluri-centenaire, il conserve en mémoire des traces d’amours éphémères (« J + N = Cœur ») et de petites colonies d’écureuils se régalant de ses fruits. De l’autre côté du boulevard Jean Pain, le jardin du Muséum expose pour sa part des espèces plus exotiques comme le cyprès chauve. Pour le moins énigmatique, cet arbre s’épanouit sur son îlot artificiel, à côté

du premier pont Vicat. Habituellement présent dans les marais de Louisiane, le cyprès chauve a développé des racines bien particulières pour vivre dans ce milieu : les pneumatophores. Ces racines sortent de terre tout autour de l’arbre, et lui servent à respirer. On les voit apparaître un peu partout autour de cet îlot, comme des champignons aux allures de phallus.

© JBA

vISITE URBAINE


hIROShIMA Et lA bOMbE

© JBA

© JBA

arbre japonais par excellence, le ginkgo est voisin du cèdre du liban, un spécimen bi-centenaire (en bas).

Si ce cyprès représente les États-Unis, le ginkgo biloba est, lui, un symbole japonais. Un formidable spécimen se trouve au parc Michallon, tout proche de la route. Ce Highlander arboricole résiste à tout : pollution, radiation, bombe atomique. Sa réputation s’est réellement confirmée en 1945. Quand, à Hiroshima, le paysage n’est que ruine après l’explosion de la bombe américaine, le ginkgo survit. Alors qu’il est situé à moins d’un kilomètre de l’épicentre, l’arbre est le premier à repousser après le désastre. Autre spécificité du ginkgo : il pue. En effet, la femelle porte au printemps des ovules sur ses feuilles qui contiennent de l'acide butanoïque, à l’origine de cette odeur de beurre rance. Heureusement, celles-ci en forme de palmes sont aussi très utilisées pour ses vertus thérapeutiques. Dans le parc Michallon, le voisin du Gingko n’est autre qu’un cèdre du Liban. À son pied, l’on peut croiser au petit matin Amédé. Le fringant sexagénaire s’y repose, accroupi et dos contre l’arbre. Les yeux fermés et le visage apaisé, il explique se « recharger de l’énergie de cet arbre presque tous les jours ». Et il vrai que le représentant du Cedrus libani a de la force à revendre : il a été planté là en 1847, ce qui en fait l’un des plus vieux (et des plus imposants) de la ville. Enfin, plus discret, mais non moins intéressant, le Davidia involucrata est installé à l’arboretum Robert Ruffier-Lanche. Le parc, caché dans un coin du campus tout au bout de la rue de la Chimie, héberge pas moins de 200 espèces rares ou curieuses. On compte le Lonicera x zabelii Rehd, un arbuste aux fleurs roses et effilées, et le Sorbus aucuparia Xanthocarpa , qui expose ses grappes de fruits jaunes aux oiseaux affamés. Le Davidia involucrata, pour sa part, est chinois. On l’appelle aussi arbre à mouchoir puisqu’il dispose de fleurs très particulières, longues et blanches, donnant l’impression qu’un enrhumé y a vidé son stock de Kleenex. Un tour du monde surprenant, sans quitter l’agglomération.

Novembre 17 / sPot 7


GRAND FORMAT TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

8 sPot / Novembre 17


FAIS-tOI PEUR

LES LIEUx FLIPPANTS EN ISèRE

Les montagnes, à la manière du Seigneur des Anneaux, recèlent les secrets les plus terrifiants de France. Fantômes, diablotins et autres esprits hantent les châteaux en ruines et les cols escarpés de l’Isère. Alors, juste après Halloween, faisons un tour des phénomènes curieux, insolites ou carrément flippants. Viens, ça va être marrant.

fermé en 1937, le couvent des ursulines est remplacé par un centre de vacances, lui-même condamné dans les années 1970. © Caroline vincelet

Novembre 17 / sPot 9


GRAND FORMAT / FAIS-TOI PEUR

l’INcENDIE DE SAINt-SIxtE

Une tour vide, un pan de mur recouvert de lierre, et des rumeurs. C’est à peu près ce qui reste du château de Saint-Sixte, brûlé par la Wehrmacht en 1944. La gigantesque villa, installée à Merlas, a été incendiée en guise de représailles à l’encontre de la Résistance. Pendant 3 jours, la demeure du richissime industriel André Descours, sur les hauteurs du village, se consume. Depuis, les légendes urbaines les plus folles fleurissent sur les internets. Du genre : les nazis auraient brûlé, en même temps que le château, tous les habitants du village. Ce qui génère un paquet

« UNE SENSATION DE MAL-êTRE M’A ENvAhI, PLUSIEURS MINUTES APRèS M’êTRE POSÉ DANS UN COIN DE LA CAvE »

10 sPot / Novembre 17

de fantômes, normal. « Personnellement une sensation de mal-être m’a envahi, plusieurs minutes après m’être posé dans un coin de la cave après minuit. Des nausées et un mal de crâne […] mais je n’étais pas le seul à avoir cette sensation à ce moment là… », liton sous la plume du groupe Investigation GST, qui publie sur Les portails du mystère (un site qui référence les activités paranormales). Dans leur post, les enquêteurs accumulent les photos floues, les traces de flashs insolites, et les zooms sur des « zones contenant des anomalies ». Plus loin, un commentateur, amoureux des canidés, renchérit : « nous allions nous promener avec nos chiens à ces ruines mais le truc bizarre c'est que les chiens ne voulaient jamais entrer à l'interieur  (sic) ». Étrange, n’est-ce pas ? Les voisins, épuisés par ces rumeurs, démentent formellement. Mais aurez-vous le courage de vérifier ? Attention, comme le château est en ruine, prévoyez le casque de chantier. On ne sait jamais.


À droite : et voici la fée mélusine.

SASSENAGE : UN SERPENt DANS lES cUVES

© www.sabine-bay.com

DR Ci-dessus : avant l’incendie, la résidence d'été de l'industriel andré descours avait fière allure.

Il était une fois une belle légende, mignonne comme une enfant de 6 ans. C’est l’histoire de la fée Mélusine, une figure folklorique par excellence. On la retrouve un peu partout en France et en Europe. Ainsi qu’à Sassenage, où il se murmure que l’être magique s’est enfermé dans les cuves depuis des centaines d’années. Mais la fée ne serait pas de toute beauté. En réalité, si Mélusine se cache, c’est parce qu’elle est condamnée à vivre sous les apparences d’une sirène, d’un poisson ou d’un serpent. Si les sources divergent, une chose est sûre : elle a été maudite. Au départ (c’est-à-dire il y a très, très, très longtemps), cette malédiction ne se réalisait que les samedis. Pas si terrible. Elle réussit même à se marier avec un prince du Poitou, un certain Raymondin. Le seul hic, c’est que Mélusine doit cacher sa malédiction à son époux. Et si jamais il découvre le pot au rose, catastrophe. Alors pendant de nombreuses années, le couple file un amour parfait. Mais au bout d’un moment, le mariage fructueux

(Mélusine a accouché de 10 enfants et a aidé son Raymondin à bâtir son royaume grâce à ses pouvoirs) va tourner au vinaigre, et arrive ce qui devait arriver : le mari la surprend en pleine transformation. Complètement flippé, Raymondin n’hésite pas une seconde et la rejette fissa. Il faut dire que la pauvre Mélusine n’a pas grand-chose à voir avec le visage mignon d’Ariel. On part plutôt sur une femme à moitié truite ou brochet. Moins sexy, hein ? Elle occuperait, depuis sa rupture, sa gênante immortalité à pleurer les « larmes de Mélusine », de petites pierres que l’on retrouve dans les cuves. Mais pourquoi la fée serait-elle venue loger à Sassenage, puisque son histoire se déroule dans le Poitou ? Les spécialistes expliquent que la légende serait apparue dans la cuvette autour de 1660, époque à laquelle les Seigneurs de Sassenage font bâtir leur nouveau château. Elle aurait pu servir à renforcer l’assise du pouvoir en place. Comme quoi, les « fake news » avaient un autre nom jadis : les légendes.

Novembre 17 / sPot 11


© Tristan villard

GRAND FORMAT / FAIS-TOI PEUR

ARS, l’hIStOIRE qUI FAIt PlOUF

Les archéologues raffolent du lac de Paladru qui a conservé les vestiges de cités médiévales primitives, notamment sur le site archéologique de Colletière. Les chevaliers paysans, comme ils ont été désignés, disposaient de plusieurs villages, dont un était dénommé Ars. Il ne subsiste aucune trace, si ce n’est dans quelques écrits. Ainsi, l’Abbé Millon explique en 1177 qu’il est interdit de reconstruire la chapelle incendiée. On ne sait ni où se trouvait le village ni quand il a été brûlé. Les folkloristes (qui gens qui aiment à recenser les légendes) ont un avis plus tranché sur la question. Revenons mille ans en arrière. Différentes cités s’épanouissent autour du lac bleu. Leur technologie est très avancée pour l’époque puisque les habitants façonnent armes et outils en métal. Durant les foins, un soir d’été, un vieillard entre dans le village d’Ars. Quémandant auprès de ces riches artisans quelques piécettes, il s’entend répondre : « Passe ton chemin. » Par un manque élémentaire de charité, les orgueilleux villageois sont punis dans la minute  : la cloche se met à pleurer, et la terre à trembler. La ville est engloutie en quelques secondes, dans un voyage direct aux enfers. Cette légende a depuis été décortiquée par des recherches un peu plus sérieuses. Ce serait Frédéric Barberousse, roi des Romains en 1152, qui aurait maté les villageois se rebellant face au pape. Un massacre plus humain, en somme.

12 sPot / Novembre 17

En haut : le lac de paladru garde jalousement les secrets d’ars depuis un millénaire. À droite : le couvent en ruines n’en garde pas moins son charme grâce aux murs peints et aux vitraux (presque) intacts.

lE cOUVENt hANté DES URSUlINES

« Est-ce que vous souhaitez nous parler ? », demande le Capt Bouda, selon le phrasé proverbial des chasseurs de fantôme. Accompagné de son fidèle camarade guigui22du84, le Capt apparaît dans une vidéo YouTube où il part à la découverte du couvent du Ursulines, à Viriville. Tous deux sont ghostbusters par intérim. Malgré leur « expertise », ils n’en mènent pas large face à ce bâtiment qui a longtemps accueilli une école pour filles et un hôpital pour les malades et les nécessiteux. Les lieux sont fermés en 1920 pour de mystérieuses raisons, mais les bâtiments sont encore debout. Évidemment, la nuit, il paraît qu’on y entend des « voix ». Pour prouver leur existence, nos enquêteurs paranormaux tendent leurs micros et braquent leur caméra et toute lumière dehors, Capt Bouda et guigui22du84 tentent de capter des esprits. Bien équipés (ils filment haute définition, ce qui n’est pas toujours le cas), ils disposent surtout du gadget ultime du chasseur de fantôme  : la spirit box. L’objet à 105  euros « balaye les fréquences radio FM comprises entre 76 et 108  MHz avec 6 vitesses », ce qui est, techniquement, les fréquences employées par les esprits pour communiquer. Et cela marche ! Les jeunes gens enregistrent des voix  : « le son que nous avons capté au 2e étage ressemble bel et bien au mot ‘’démon’' », assure Capt Bouda. Bon, en vrai, le « son » se rapproche plus d'un grésillement qu’à une parole. Heureusement, une autre équipe d’enquêteurs de l’extrême s’est penchée sur le phénomène. « On est ici avec bienveillance, on veut vous apporter de l’amour », prévient l’une des participantes, devant une croix de bois posée au sous-sol. Là aussi, un enregistrement de spirit box prouve la rencontre surnaturelle. Les ghostbusters arrivent même à distinguer des noms comme « Audrey » ou « Romain ». Brrr. Si vous n’avez pas les moyens (ou l’envie) d’acheter un gadget pour capter des voix, vous pouvez simplement faire une virée en urbex. Il y a de la place, de la cave au grenier. Tout est accessible, et pour se faire des frayeurs, les lieux mis à sac, et les gros tags menaçants feront le taf.


Š Caroline vincelet


GRAND FORMAT / FAIS-TOI PEUR

Ci-dessus : pavillon Keller © GWENO - www.flickr.com/photos/gweno-

PAVIllON KEllER à lIVEt-GAVEt

Sur le chemin des stations de ski de l’Oisans, entre deux falaises montagneuses, se trouve Livet-et-Gavet. Dans cette ville déprimante de 1 000 habitants, on trouve un château de pierre et de béton bâti là pour un industriel tendance partenaliste, Charles Albert Keller. Ses grosses chevilles le poussent à bâtir dès 1920, et en deux temps, un château pour héberger sa famille et son équipe dirigeante. Une quinzaine de famille habitent les lieux, sur près de 1 200 m2. Aujourd’hui, le « château  » est abandonné et dans le genre effrayant, il est pas mal. Déjà, le cadre de Livet-et-Gavet réunit de beaux atouts. L’ancienne cité industrielle est logée dans Belledonne qui offre à cet endroit des pentes de plus de 45° sur 1 000 mètres de dénivelé. Autant vous le dire tout de suite, la ville ne voit pas trop le soleil. C’est donc là, au pied de la Romanche, que Keller décide de bâtir son petit immeuble de 4 étages. En 1930, il le prolonge par un bureau de béton, remarquable par ses pilotis dominant le torrent. Le boss de la fonte synthétique, Keller, dispose ainsi de 300 m2 juste pour lui, «  où s'harmonisent les différents matériaux

14 sPot / Novembre 17

« MêME PIERRE NIÉMANS (JEAN RENO EN vRAI), LE COMMISSAIRE, TREMBLE LORSqU’IL ENTRE DANS LE BâTIMENT »

nobles de l'époque, pierres de taille, mosaïque, vitraux, moulures, bois, etc. », glisse Logic-immo, un site qui propose le manoir à l’achat. Le prix ? 900 000 euros. Bonne chance aux agents immobiliers. D'autant que la demeure Keller a servi de décor pour les Rivières Pourpres. Et même Pierre Niémans (Jean Reno en vrai), le commissaire, tremble lorsqu’il entre dans le bâtiment. C’est dire…

PRAtIqUE il est tout à fait possible de visiter, en mode urbex, le couvent des ursulines (346 chemin du bocage, à viriville) ou encore le château d’andré descours, qui est beaucoup plus difficile à trouver. Le pavillon Keller, quant à lui, est situé sur la route de l’oisans. Pour le visiter, mieux vaut s’adresser à l’agence immobilière !


ÉvÉNEMENT DU MOIS TEXTE : ChARLINE CORUBOLO

RENcONtRES cINé-MONtAGNE 07 NOV. 17

> 11

NOV. 17

MILLE ET UNE MONTAGNES

S

i l’année précédente était placée sous le signe de l’alpinisme, cette nouvelle édition prend les sentiers de la diversité par crête et sommet, par rivière et air, pour des Rencontres Ciné-Montagne qui part en quête de pluralité. Car cette nature représente un formidable terrain de jeu que nombreux d’amateurs et de professionnels s’amusent à arpenter avec au bout des crampons la récompense du sublime et de l’adrénaline, dévoilée à tous. Ainsi, du 7 au 11 novembre, la manifestation convie les mirettes des jeunes et moins jeunes à voyager par monts et vallées avec une série de films sélectionnée par un comité de six spécialistes de la montagne. Une découverte glacée ou tropicale au gré de projections dans l’enceinte du Palais des Sports du mardi au samedi, en commençant par un ciné-concert de Xavier Machault, accompagné par le pianiste Roberto Negro, sur des images rares des Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 en vue du 50e anniversaire. Puis c’est une déferlante de courts et de longs qui invite tous les rêveurs à ressentir le grand frisson montagnard par la découverte d’une multitude de formats et de sujets : du portrait de la snowbordeuse iséroise Marion Haerty aux escalades du Mont-Blanc par la team féminine Martina Cufar-Potard, Liv Sansoz et Marion Poitevin,

16 sPot / Novembre 17

« ChAqUE SÉANCE SERA SUIvIE PAR DES “AFTERS“ POUR DES MOMENTS D’ÉChANGE » des ascensions de granit à celles de glace en Laponie, du nouveau record de highline par Pablo Signoret, Nathan Paulin et Lucas Milliard au déjanté surf tyrolienne par les Flying Frenchies, de la wingsuit à Bora Bora au parapente dans l’Himalaya, sans oublier la pongée spéléo et le kayak au Groenland. Mais le point culminant de cette sélection sera sans doute la présentation des Piolets d’or 2017 mercredi pour un moment grandiose d’alpinisme. Un panorama de la montagne par mille et un versants, avec comme leitmotiv le partage et la proximité. Ainsi, chaque séance sera suivie par des « afters » pour des moments d’échange entre les athlètes, les réalisateurs et le public, avec un objectif simple : se rencontrer et discuter. De quoi comprendre et ressentir la montagne au plus près de ceux qui l’apprivoisent et la défient.

© Surf the line

Sonnant le glas de l’été indien, les Rencontres Ciné-Montagne gravissent les sommets de la diversité du 7 au 11 novembre au Palais des Sports de Grenoble. Pour sa 19e édition, l’aventure de Mission Montagne assure sensations fortes et partage collectif pour une nouvelle exploration au cœur des mille rochers d’ici et d’ailleurs.

Ci-dessus : le surf tyrolienne, ou comment surfer dans le ciel, par les flyins frenchies. film : surf e line.

Et si jamais votre soif de grande aventure n’est pas rassasiée, cette 19e édition promet une avalanche d’animations au cœur du village des Rencontres en amont des projections, avec en parallèle le salon du livre alpin et des dédicaces à la clé, des expositions et une bourse au ski de randonnée. Il ne vous reste plus qu’à chausser vos meilleurs chaussons pour tenir la distance, durant ces 5 jours concoctés par Mission Montagne.


© J. Schmoll

descente d'une rivière arctique en kite-surf, ski, bivouacs et kayak dans l'ouest du groenland. film : into twin galaxies.

RENcONtRES MONtAGNES Et ScIENcES Depuis trois ans, les Rencontres Montagnes et Sciences invite le public à découvrir des films d’aventures scientifiques pour un savoureux mélange entre Einstein et Indiana Jones durant les Rencontres Ciné-Montagne au Palais des Sports. Pour cette 4e édition, l’événement ne déroge pas à la règle et suit les traces de ces savants fous passionnés de nature aux tréfonds des volcans en Alaska et sur les cimes du massif isolé de Lengguru, avec froideur sur la banquise groenlandaise et légèreté sur les ailes des aigles. Au-delà du spectaculaire, les films qui seront dévoilés gratuitement vendredi 10 et samedi 11 novembre en amont de la programmation payante du soir proposent d’analyser l’environnement dans son ensemble, de la faune à la flore, et le rapport que l’homme entretient avec afin d’apporter des réponses concrètes pour une vie plus responsable sur cette planète si riche naturellement. Fabrication d’un bulletin prévision du risque avalanche, création d’un véhicule propulsé par le vent, découverte de plantes de haute montagne, les secrets et les idées de ces spécialistes offrent un autre regard sur notre patrimoine terrestre pour un versant recherche de la montagne, en complément à celui loisir proposé par les Rencontres CinéMontagne. Le rendez-vous est donc pris avec la fine équipe scientifique de Montagnes et Sciences pour un week-end évasion aux cordées ludiques, ou dans les mois suivants avec leur tournée en Isère. > séances gratuites et ouvertes à tous. vendredi 10 et samedi 11 novembre dès 14h au Palais des sports. www.montagnes-sciences.fr


ÉvÉNEMENTS

boucliers s'inspirant des motifs médiévaux et qui explorent le pouvoir de la couleur.

© ville de Grenoble / Musée de Grenoble - J.-L.Lacroix (c) Adagp, Paris 2017

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC / ChARLINE CORUBOLO

JUSqU’AU 28 JAN. 18

DANIEl DEZEUZE, UNE RétROSPEctIVE MOIS DE lA PhOtO

EXPOSITION / Daniel Dezeuze a sa propre poésie artistique, mais son lyrisme plastique demeure ouvert permettant à tous les curieux de s’approprier cette évanescente proposition. Artiste majeur de la scène de l’art contemporain, il fait ses armes au sein du groupe Supports/Surfaces dans les années 1970 enclenchant une quête de déconstruction du tableau. Son œuvre, nourrie d’écrits théoriques, paraît complexe par endroit mais c’est davantage de mystère qu’il est question. De dessins de papillons en portes trouées, en passant par des armes bricolées, les pièces de Dezeuze évoluent sur le fil de l’insaisissable depuis 50 ans. Un dessein dense que le Musée de Grenoble propose de découvrir jusqu’à la fin janvier, pour une plongée artistique au cœur du sensible. > musée de Grenoble / 04 76 63 44 44 / www.museedegrenoble.fr

03 NOV. 17

> 13

NOV. 17

FOIRE DE GRENOblE

FAMILLE / Durant 11 jours, la Foire de Grenoble va rassembler des projets hétéroclites. Il y aura bien sûr les exposants les plus variés, de l’art ménager à la cuisine en passant par un pavillon de création internationale de Madagascar ou d’Inde. Ensuite, c’est un programme d’animations charpenté qui attend le visiteur. Tout d’abord, les joyeux lurons de la télé Nelson Monfort et Philippe Candeloro seront présents le samedi 4 novembre, afin de répondre aux questions des curieux, et de signer des autographes. À noter, enfin, que trois soirées festives ont été réservées à Alpexpo : les 3, 10 et 11 novembre, au cours desquelles la salle raisonnera de musique des années 1960 (comme dans la série Happy Day) ou de rock, rythm’n blues et soul, en compagnie de trois DJ. > alpexpo, avenue d’innsbruck, Grenoble / 04 76 39 66 00 / www.foiredegrenoble.com

18 sPot / Novembre 17

> 26

NOV. 17

EXPOSITION / Faire le tour du monde depuis Grenoble, cela paraît incongru. Pourtant, la Maison de l’image, œuvrant pour l’éducation du regard, embarque le public grenoblois pour une expédition visuelle à travers les continents avec sa 5e édition du Mois de la photo placé sous le signe des Quartiers du monde. Un objectif, plus que salvateur en ces temps moroses, d’« ouverture sur le monde  » sublimement représenté par l’invité d’honneur, l’Allemand Peter Bauza. Aux côtés de sa série Copacabana Palace dans l’Ancien Musée de Peinture, 5 lauréats de l’appel à photo présentent leur vision de ce qui fait un quartier avec en prime une carte blanche consacrée à l’Arménie. De clichés en années, le Mois de la photo ne cesse de mettre en avant les plus belles images contemporaines, pour un ravissement rétinien toujours renouvelé. > À l’ancien musée de Peinture 04 76 40 48 35 / www.maison-image.fr

© Peter Bauza

03 NOV. 17


10 NOV. 17

& 11

NOV. 17

FOIRE DE lA St-MARtIN

COMMERCE / Créée vers 1360 pour ouvrir Voiron aux échanges économiques, la foire de la Saint-Martin a pris au fil du temps une ampleur énorme. Aujourd'hui, ce sont en moyenne 200 000 visiteurs qui arpentent les milliers de mètres linéaires d'étals des quelque 450 exposants de produits en tout genre. Si le bétail disparait de la Saint-Martin vers l'an 2000, de jeunes agriculteurs le remettre au goût du jour en 2006. Vaches, cochons, moutons et cie se retrouvent ainsi place Saint-Bruno. Anecdote amusante : vers 1800, les représentants de la ville de Voiron avaient décidé de consacrer une rue ou une place à la vente d'un produit ou d'une famille de produits, d'où ces noms évocateurs. On trouvait ainsi des grains place Grenette (comme à Grenoble), le commerce du gros bétail rue Bouverie. Légumes, volailles, beurre et œufs sur les étals de la rue Blancherie… > voiron / www.voiron.fr

10 NOV. 17

> 12

NOV. 17

SAlON lIVRE AlPIN

ALPES / En préparation de la célébration des JO de 1968 organisés à Grenoble, le Salon du livre Alpin réunira libraires, auteurs et associations culturelles autour de ce thème. Au cours de deux superbes expositions, les plus anciens pourront se replonger dans leurs souvenirs grâce à des objets, des documents issus de l’événement et des livres sur les JO de Grenoble. Un moyen de rencontrer Schuss, la mascotte skieur unijambiste des JO de 1968. De plus, plusieurs conférences avec Geo Perli, président du Conservatoire, observatoire, laboratoire des JO de Grenoble (Coljog) ou encore Olivier Cogne, conservateur du musée Dauphinois. > Palais des sports, 14 boulevard Clémenceau à Grenoble www.salon-du-livre-de-grenoble.fr / 04 76 51 57 98 / de 10 h à 20 h entrée libre


ÉvÉNEMENTS TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC / ChARLINE CORUBOLO

11 NOV. 17

& 12

le dernier album adriatica de lele Vianello se déroule à Venise dans l'après-guerre.

NOV. 17

FEStIVAl bD DE GRENOblE

16 NOV. 17

> 19

NOV. 17

FEStIVAl INtERNAtIONAl DU cIRqUE

SPECTACLE / Créé en 2002, le Festival international du cirque s’est, depuis, placé au premier plan des compétitions organisées sur le territoire national, mais également au niveau européen. Il réunit chaque année plus de 80 artistes venus du monde entier, avec des numéros empruntant aux expressions circassiennes traditionnelles et contemporaines. Il est toujours présidé par Gérard Louvin avec Jean-Pierre Foucault en indétrônable Monsieur Loyal. Les spectateurs pourront assister aux meilleurs numéros de cirque du monde qui alterneront sur les deux pistes pour un show non stop, avec un orchestre vivant et plus de 3500 places assises. Le festival récompensera à sa clôture les meilleurs numéros de cirque du moment. > voiron / 06 20 88 22 31 / www.gcproductions.fr

20 sPot / Novembre 17

© Lele vianello

BANDE DESSIN²E / Il a collaboré avec de grands maîtres de la bande-dessinée : Lele Vianello est l'invité d'honneur du prochain festival BD de Grenoble qui se déroulera les 11 et 12 novembre à la Résidence Le Home de Grenoble. Le dessinateur et aquarelliste vient vous présenter ses créations avec notamment son dernier album Adriatica qui se déroule à Venise dans l’après-guerre. Organisé par l’association Dauphylactère, le festival rassemblera une vingtaine d’auteurs réputés : Bérik, Juan, Lefeuvre, Mazeil, Scotto Munoz et bien d'autres seront de la partie. Un des points forts du festival est la présence de bouquinistes. Les amateurs de séries et les collectionneurs pourront ainsi remplir les rayons de leur bibliothèque. En plus des traditionnelles séances de dédicaces, une bourse aux BD permettra de compléter à moindres frais sa collection. > résidence Le Home / 2 avenue Général Champon au centre ville de Grenoble www.editionsmosquito.com

17 NOV. 17

> 19

NOV. 17

INtERNAtIONAUx DE PAtINAGE

GLACE / Pôlesud va devenir un studio télé géant. En effet, les internationaux de patinage vont se dérouler sur la glace grenobloise. Du 17 au 19 novembre, les meilleurs patineurs de la planète vont s’affronter dans ce qui est l’une des 6 étapes du concours mondial (un peu comme la F1). Ainsi, du côté tricolore, Laurine Lecavelier, 21 ans et championne de France en patinage artistique, a de grandes chances de conserver sa place. En revanche, pour les pépites grenobloises, en patinage homme, Kevin Aymoz et Chafik Besseghier, le défi sera plus compliqué puisqu’ils concourront face à Choma Uno, japonais de 19 ans qui vise l’or. La compétition s’achèvera par un gala où se produiront les 3 meilleurs athlètes. Un spectacle assuré. > Pôlesud, 1 avenue d’innsbruck à Grenoble / www.ffsg.org 01 43 46 10 20


18 NOV. 17

& 19

NOV. 17

SANG D’ENcRE à VIENNE

Saison 2017 - 2018 / extraits HUMOUR VISUEL

Jovany L’univers est grand, le sien est compliqué

LIVRE / Pour sa 23ème édition, le festival Sang d’Encre, consacré au polar, va mettre l’accent sur la BD. Les 18 et 19 novembre, une flopée d’invités sera présente pour des dédicaces et des conférences. Emmanuel Moynot, auteur de BD connu notamment pour la reprise en bande dessinée de Nestor Burma (sur une demande de Jacques Tardi, tout de même), y abordera sa vision de l’adoption des polars en œuvre dessinée. Les librairies de la ville seront aussi mises en avant, avec la conférence donnée par Hervé Claude, ancien présentateur du journal d'Antenne 2 (à la librairie des Luciolles). Il expliquera sa relation avec le style littéraire dans son événement nommée « Du journalisme au polar ». > Place miremont, à vienne / 04 74 53 21 96 www.sangdencre.org / samedi 18 novembre : 14 h 30 - 19 h 30 dimanche 19 novembre : 10 h 30 - 17 h 30

23 NOV. 17

26 NOV. 17

lIVRES à VOUS >

VENDREDI 10 NOV À 20H30

« Un spectacle hilarant, pour toute la famille, un show énergique et clownesque. Jovany redonne ses lettres de noblesse à l’humour visuel : danseur hors pair au faciès élastique, mime et acrobate, un véritable Performer ! Finaliste de l’émission « La France a un incroyable talent ». http://www.jovany.fr

MAGIE

Zack et Stan

© ffsg

LITT²RATURE / En huit éditions, la formule de Livres à vous n’a pas changé : chaque année, deux invités d’honneur, l’un de littérature jeunesse l’autre de littérature adulte, s’entourent d’auteurs et d’artistes proches de leur univers littéraire. Cette année, côté mômes, on retrouvera le prolifique Régis Lejonc (auteur illustrateur d’albums jeunesse), et pour les grands enfants, l’écrivaine Cécile Coulon. Leur univers sera étudié et travaillé en amont du festival à l’occasion de lectures, d’ateliers d’écriture ou de lecture à voix haute, d’expositions, en direction de tous les publics. Ainsi, plus qu’un événement littéraire, Livres à vous est un festival qui conjugue et explore tous les domaines artistiques (photographie, musique, danse, cinéma, arts plastiques, spectacle vivant…) au service des auteurs invités et de leurs livres. > voiron et Pays voironnais / www.livresavous.fr

Méchamment magique

SAMEDI 2 DÉC À 20H30 Champions de France de magie 2016 « De la magie moderne, originale, un peu de mentalisme, deux personnages qui se complètent parfaitement, de l'humour non-stop et une belle interaction avec le public : voici ce qui vous attend en assistant à ce show hors norme ! Laissez-vous embarquer dans l'univers impitoyable, gentiment sadique et méchamment drôle de ces deux frères que tout oppose » Le spectacle familial parfait avec quelques frissons en plus !" Osez, c'est méchamment drôle ! http://www.zacketstan.com Théâtre en Rond 4 Rue François Gerin - 38360 SASSENAGE / 04 76 27 85 30

Vente en ligne sur www.theatre-en-rond.fr


ÉvÉNEMENTS

© Marc Dozier

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC / ChARLINE CORUBOLO / CINDY DAvID-BERThOD

24 NOV. 17

> 26

NOV. 17

lES DéFIS DE l'AVENtURE

CIN²MA / Le Festival du film d'aventure vécue revient avec une trentaine de projections, 15 films en compétition et un salon dédié. Le festival peut compter sur la diversité des films sélectionnés, comme un atout incontournable, assure son président, Michel Barbier. Sur l'océan, à la montagne ou en vélo, les films des aventuriers sélectionnés ont tous une belle aventure à raconter. Autour de la compétition, les visiteurs découvrent les films des "Défis au Féminin" et de "Ma région a du talent". Cette année, un salon de l'aventure ouvre ses portes avec stands artisanaux, agences de voyages et bien sûr des produits du terroir, car le voyage est aussi gustatif. L'espace restaurant est dédié au Brésil avec une soirée spéciale. La cérémonie d'ouverture est gratuite et ouverte à tous en présence de l'animateur Frédéric Lopez, spécialiste des terres inconnues. > au fontanil / tarifs : séances de 5,50 à 7 € - salon de l'aventure : 2 € / http://defisaventure.com

25 NOV. 17

& 26

NOV. 17

lIVRES EN MARchE AUx MARchES

BIO / Le Salon du livre, organisé dans la vallée du Grésivaudan, a de gros atouts puisqu’il accueille la superstar de la décroissance Pierre Rabhi, auteur de best-seller et paysan promoteur de l'agriculture biodynamique. Il sera accompagné de Cyril Dion, réalisateur du film Demain. Au côté des deux têtes d’affiche, plus de 50 auteurs, illustrateurs et artistes seront présents pour dédicacer leurs livres, ou pour simplement échanger. Les organisateurs n’ont pas oublié les enfants, qui pourront participer à une pléthore d’ateliers, ou ouvrir grand leurs oreilles lors des séances de lectures de contes. Enfin, une bourse aux livres sera organisée sur les deux jours durant laquelle une participation de 2 euros sera demandée. > salle montgrabelle, Zae de Plan Cumin à Les marches en savoie / le samedi 25 novembre de 12h à 18h30 et le dimanche 26 de 9h30 à 18h. / www.livresenmarches.com

22 sPot / Novembre 17

25 NOV. 17

& 26

NOV. 17

SAlON MIEl ARtS Et SAVEURS

SAVEUR / Pendant deux jours, l’espace Robert Fiat à Saint-Egrève va bruisser du doux son des abeilles. En effet, le Salon Miel, arts et saveurs va s’étendre les 25 et 26 novembre. Au programme, les inévitables dégustations des meilleurs nectars de la région, mais aussi, des démonstrations et des animations autour du miel. Ce sera encore une fois l’occasion d’exposer les savoirfaire artisanaux de l’agglomération puisque les miels proviendront de Chartreuse, du Vercors et de la vallée grenobloise. Enfin, un espace de vente permettra aux curieux de repartir avec des pots plein de saveurs, et surtout produits localement. > espace robert fiat, 6 impasse du Châtelet à saint-Égrève / samedi 25 novembre de 14 h à 18 h / dimanche 26 novembre 2017 de 10 h à 18  04 76 56 53 00


25 NOV. 17

& 26

NOV. 17

FêtE DE lA NOIx à VINAy

DEGUSTATION / Après la récolte 2017, réalisée à partir du 23 septembre (et qui a rassemblé près de 14 000 tonnes de fruits), les nuciculteurs fêtent le produit le plus représentatif de la région : la noix. Des stands variés, de professionnels et de producteurs, seront installés à Vinay afin de promouvoir l’AOC Noix de Grenoble. De plus, des chefs cuisiniers locaux présenteront la noix sous toutes ses formes, du salé au sucré, pour le plaisir des papilles des visiteurs. Enfin, dimanche, un jury se prononcera dans un concours de pâtisseries et de vins. La noix sur le gâteau sera la présence des meilleurs pâtissiers professionnels du concours M6. > de 9h à 17h / au gymnase et au Grand séchoir, 705 route de Grenoble à vinay / www.legrandsechoir.fr / 04 76 36 36 10

28 NOV. 17

> 12

Déc. 17

FEStIVAl DU FIlM NAtURE Et ENVIRONNEMENt

© eo Dellarota

²COLOGIE / Si ces dernières années les prises de conscience et les alternatives écologiques ont fleuri, et grand Dieu du green soit loué si force mystique il doit y avoir dans le domaine, certains organismes s’attellent à la tache depuis déjà longtemps. À l’image de la Frapna, association iséroise de protection de la nature qui milite depuis 45 ans et revient fin novembre avec son festival de film nature et environnement pour une 31e édition qui s’annonce riche. Durant deux semaines, une quinzaine de courts et de longs seront projetés entre films contemplatifs et documentaires, avec toujours cette volonté de sensibiliser le public et de proposer des solutions en vue d’une paix des ménages entre l’homme et la nature, pour un regard enfin vert sur la situation. > Projections à l’odyssé d’eybens, au muséum et aux cinémas Le Club, mon Ciné, La vence scène à saint-egrève. Programme sur www.frapna-38.org

Novembre 17 / sPot 23


ÉvÉNEMENTS

les murmures de la glace.

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC / ChARLINE CORUBOLO

29 NOV. 17

> 03

Déc. 17

SAlON NAtURISSIMA

29 NOV. 17

> 03

Déc. 17

SAlON ARtISA

ARTISANAT / Sur la même période que Naturissima, Alpexpo accueille le salon Artisa, qui souffle sa quarantième bougie. Pour son anniversaire, Artisa va accueillir pas moins de 200 exposants qui vont brouiller la frontière entre art et artisanat. Ainsi, dans une première partie du salon, des street-artists soutenu par l’art center Spacejunk (installé rue Génissieu) seront présents quand l’atelier Berthier - Bessac exposera les œuvres plus particulières d’Arcabas. La deuxième partie présente des stands chargés de bijoux, de mobilier, de luminaires ou encore de textiles travaillés et de créations de poterie. Ici, le savoir-faire artisanal français est (enfin) mis en valeur. > alpexpo, avenue d’innsbruck, Grenoble www.artisagrenoble.com / 04 76 39 66 00

24 sPot / Novembre 17

© Les gens bien productions

²COLO / Le salon, spécialiste du bienêtre, du bio et de la nature, rempile pour une année supplémentaire, presque la trentième ! Le concept reste simple : face à l’industrialisation du XXe siècle, de très nombreuses entreprises autour du bio sont nées. Ainsi, le salon exposera des produits naturels et authentiques, à travers 190 stands. Cette grande messe du bio réunit des producteurs, mais aussi une quantité de commerçants qui vendent « autrement » et mettent en avant des produits  respectueux de l’environnement. Tous les aspects du secteur seront présents, avec des produits pointus et des ateliers concernant la biodynamie, le jardinage bio ou la pratique du yoga. Un moyen de s’ouvrir à des horizons moins industriels. > alpexpo, avenue d’innsbruck, Grenoble www.naturissima.com / 04 76 39 66 00

06 Déc. 17

> 10

Déc. 17

FEStIVAl INtERNAtIONAl DU FIlM DE MONtAGNE D’AUtRANS

CIN²MA / La montagne n’en finit pas de faire rêver et de questionner l’être humain au cœur même de sa chair. Pour sa 34e édition, le Festival International du film de montagne d’Autrans engage ainsi une réflexion intéressante sur la solitude. Avec ce thème « Enfin seul(s) ? », l’équipe de la manifestation entend explorer cette expérience, qu’elle soit voulue ou subie, à travers une sélection d’une trentaine de documentaires, mais aussi des courts de fiction et d’animation. Un programme éclectique pour un itinéraire varié à l’image des propositions retenues. Ces cinq jours de projections annoncent de nombreuses expéditions où l’émerveillement et l’endurance seront de mises, avec toujours quantité d’animations entre débats, temps sportifs, concerts, workshops, rencontres littéraire... Sans oublier quelques séances spéciales, dont celle du lancement de la célébration du 50e anniversaire des Jeux Olympiques de 1968, sans nul doute l’événement givré de cet hiver dans le Vercors. > autrans / www.festival-autrans.com / service de navette entre Grenoble et autrans vendredi et samedi : 3€ le voyage


© vincent Paulus

09 Déc. 17

VERtI'VOUISE

COURSE / À bien des égards, cette manifestation qui prend son départ de Voiron est motivante. Ainsi, la course 400 mètres de dénivelé s’attaque à la Vouise, le sommet qui domine Voiron. Cette course, qui se déroule en nocturne et s’étend sur 2,6km, sera balisée par des spots lumineux. Le sportif (ou le randonneur) appréciera la vue qui embrasse toute la vallée du Voironnais et admirera la statue de Notre-Dame-de-Vouise, haute de 7 mètres, juchée sur le sommet de la colline. Enfin, l’événement est aussi caritatif puisque tous les bénéfices de l’épreuve sont reversés au Téléthon. > départ sur la place de la république à voiron / www.circuit-de-la-sure.fr

09 Déc. 17

FEStItRAIl à AUtRANS

COURSE / Ami joggeur, si vous souhaitez tester vos capacités, la Ville d’Autrans vous propose une évaluation. En effet, lors du Festitrail, deux parcours seront organisés. Le premier, de 24 km, cumulera environ 800 mètres de dénivelé dans la ville. Le deuxième tracé sera plus doux et s’étendra sur 15  km pour 500 mètres de dénivelé et un seul ravitaillement en cours de route. Enfin, Autrans a pensé aux jeunes, avec un parcours adapté aux scolaires, sur 1,5 km. Cet événement accompagnera le festival de montagne d’Autrans, qui se déroulera du 6 au 10 décembre. Les inscriptions sont encore ouvertes, alors dépêchez-vous. > départ et arrivée au Centre des congrès à l’escandille à autrans / info@festitrail-autrans.com

Novembre 17 / sPot 25


TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

le Vieux lyon s’étend de saint-paul au nord, jusqu’à saint-georges au sud (à droite sur la photo).

VIEUx lyON, l’hIStOIRE D’UN qUARtIER (RhôNE)

LE MONDE ENTIER S’Y REND, POURqUOI PAS vOUS ? Le quartier le plus touristique de Lyon offre au regard curieux le loisir d’inspecter ces quelque 2 000 ans d’histoire. Un paradis architectural qui a bien failli être rasé par Louis Pradel aka « Zizi-Béton », maire de Lyon dans les années 1960. Sauvé in extremis par les riverains, le quartier est devenu l’emblème d’une ville où les pouvoirs religieux, économique et judiciaire se côtoient.

P

our un Grenoblois, le Vieux Lyon concentre une richesse historique et architecturale inconnue de nos contrées alpines. Tenez, à Grenoble, comptez environ 30 bâtiments protégés au titre des monuments historiques. Dans le 5e arrondissement de Lyon, qui englobe le Vieux Lyon, on dénombre plus d’une centaine de maisons classées. De quoi donner le tournis. Il faut dire que depuis la Renaissance, de richissimes marchands s’y sont installés et ont développé le commerce

26 sPot / Novembre 17

de la soie. En mal de reconnaissance, et afin d’étaler leur opulence, ces derniers ont construit de véritables palaces. La maison Thomassin sur la place du Change est l’un de ces exemples. Sa façade du XVe siècle, de style gothique avec ses fenêtres finement ciselées, témoigne de l’essor lyonnais. Or, le piège du Vieux Lyon est de le considérer comme un attrape touriste. Certes, durant vos pérégrinations, vous croiserez des Russes en quête d’un beaujolais trop jeune, et des groupes de Japonais shootant à tout

va. Mais le Vieux Lyon est bien plus vaste que la rue Saint-Jean, l’artère ultra-fréquentée et mythique. En réalité, le Vieux Lyon s’articule autour de trois quartiers distincts, avec chacun leurs trésors. Au sud se trouvent Saint-Georges et l’immeuble Blanchon, datant de 1845 où chaque étage a son propre style de fenêtres, quand au Nord s’étale le quartier Saint-Paul et le Palais Bondy, monument historique construit au tout début du XXe. Comme quoi, il n’y a pas que la cathédrale de Saint-Jean !

© Michael Muraz

DESTINATION


la fameuse coursive du 8, rue Juiverie est un chef-d’oeuvre de philibert de l’orme.

lA RUE JUIVERIE

Cachée tout près de Saint-Paul, cette rue discrète conserve le souvenir des grands de ce monde. Le fameux Nostradamus, apothicaire devenu célèbre pour ses Prédictions, y a même vécu. On découvre aussi des superbes réalisations architecturales, comme au 8 de la rue. Philibert de L’Orme, à 26 ans, y conçoit avec des contraintes techniques alambiquées, une galerie pour relier deux corps de bâtiments. Encore visible, elle est considérée comme un des chefs-d’œuvre lyonnais. À noter, Joëlle Sevilla, mère de Alexandre Astier (le roi Arthur de Kaamelot), a installé son école dramatique au 10.

© Bibliothèque de Lyon

lA NUIt à SAINt JEAN

Si la journée, les touristes envahissent les rues, la nuit est propice aux rencontres plus intimes. Le quartier abrite de nombreux pubs et bars. Mais l’adresse à ne pas manquer se trouve rue de la Fronde : la Coulée douce, installée depuis 3 ans, propose des vins locaux (et pas que du beaujolais), dans un écrin de pierres apparentes. Pour les plus aventureux, on déniche le bar à cocktail Le Florian, où les mélanges sont toujours de bon goût. Et pour achever une nuit arrosée, un seul lieu pour finir la soirée  : le Look bar, qui propose son nuage noir  : un délice dangereux, mais un classique lyonnais.

SEcREt DE cOURS

Le Vieux Lyon regorge de secrets. Les traboules en sont l’exemple le plus vivant. Pour les trouver, rien de plus simple : il suffit de repérer les petits médaillons qui signalent les portes ouvertes en journée. On en compte 14, entre la rue Saint-Jean et la rue du Bœuf, qu’on parcourt sans jamais se lasser des curiosités architecturales et de cette minéralité si vivante. À noter, au 18 rue Saint-Jean, on peut visiter la traboule la plus connue. Quant au 10, rue Lainerie (côté Saint-Paul), se trouve un fameux escalier, en colimaçon, mais sans noyau. Mais les vestiges architecturaux ne sont pas seuls à conserver leurs secrets. Les commerçants ont aussi leurs mystères. Emmanuel Estève, potier  au 26 rue Saint-Jean, entrepose dans son arrière-cour des secrets sur les émaux. Enfin, rue du Palais de Justice, un magasin donnera quelques conseils sur la lithothérapie, le soin par les pierres. La magie du Vieux Lyon.

lES EScAlIERS DU VIEUx lyON

Amis traileurs : le vieux Lyon a ce qu’il faut pour exercer vos guiboles. Depuis le quartier, des escaliers partent en pagaille. La montée des Chazeaux est l’un des plus costauds (on l’appelait montée du Tire Cul pour sa raideur). Une fois les marches gravies, on se retourne, et on admire la vue sur la cathédrale. Côté Saint Georges se trouve un escalier beaucoup plus moderne, en acier, qui part de la Place du Bâtonnier Valensio, qui traverse un petit coin de verdure au cœur d’un quartier très minéral.

« POUR AChEvER UNE NUIT ARROSÉE, UN SEUL LIEU POUR FINIR LA SOIRÉE : LE LOOk BAR, qUI PROPOSE SON NUAGE NOIR »

PRAtIqUE > SITE GÉNÉRALISTE : www.lyon-france.com > BAR LA COULÉE DOUCE : 4 rue de la fronde, Lyon 5e / 04 78 95 39 98 > BAR LE FLORIAN : 4 place de la baleine / 04 78 42 24 37 > LE LOOK BAR : 2 rue du Palais / 06 70 12 38 46

Novembre 17 / sPot 27


CARNET D’ADRESSES TEXTE :JEAN-BAPTISTE AUDUC

SPOt A tESté POUR VOUS ! *****

*****

le gazzebio se fait fort de régaler ses clients avec des produits sans gluten et sans lactose. © Gazzebio

GAZZEbIO : bIStROt Et REStAURANt

GRENOBLE / Un nouveau petit bistrot a ouvert ses portes le 26 octobre : le Gazzebio Bistrot. Ce dernier ambitionne de réaliser une cuisine savoureuse aux inspirations méditerranéennes et asiatiques, mais sans gluten ni lactose. Les pâtisseries comme le classique gâteau à la noix a été revisité pour satisfaire les intolérants à ces produits. De plus, le restaurant proposera exclusivement des fruits et légumes bio dans cet espace historique de la ville. Ainsi, le bistrot expose ses murs aux pierres nues et ses colonnes médiévales, tout en apportant des touches de modernité avec ses carreaux blancs et bleus et des parties métalliques, comme l’escalier qui mène à la cave voûtée en sous-sol. Cette salle au charme ineffable autorisera les grandes tablées et les cours de cuisine proposés par le couple de propriétaires, Rachel Villard et Fabrice Gros. > 3, place aux Herbes, Grenoble - du mardi au dimanche, de 12 h à 14 h et de 18 h à 22 h.

« MES PREMIèRES BIèRES à 17 ANS, C’ÉTAIT ICI AU CAFÉ DU NORD. C’ÉTAIT LE CAFÉ ROCk UNDERGROUND DE GRENOBLE »

28 sPot / Novembre 17

« LE BISTROT ExPOSE SES PIERRES NUES ET SES COLONNES MÉDIÉvALES, TOUT EN APPORTANT DES TOUChES DE MODERNITÉ »

cAFé DU NORD : lA RENAISSANcE

GRENOBLE / Le Canard Enchaîné bien en évidence sur le zinc (on est venu mercredi, forcément), le café du Nord est un nouveau point où s’abreuver sainement. Et c’est un rêve de gamin que Damien Gilquin (co-patron de l’Ouest avec Alex Turpin) a réalisé. « Mes premières bières à 17 ans, c’était ici au Café du Nord. C’était le café rock underground, l’endroit où il fallait être », se remémore avec émotion Damien. Après une parenthèse de 10 ans (le bar est devenu le Styx, un bar lounge-cocktail), le Café du Nord revient à ses racines aussi rock que la cabine d’acier qui fait office de toilettes. Surtout, la bonne musique pourra (de nouveau) résonner dans la cave voûtée, faite de pierres apparentes mêlées à quelques briques rouges. En attendant que l’installation soit peaufinée, l’on profitera de la sélection bière, allant de la traditionnelle trappiste, « fait dans des abbayes, à but non lucratif » à l’immanquable brasserie Pleine Lune. > Place Claveyson à Grenoble


dans un style industriel et boisé, le bar accueille depuis le 22 septembre. © JBA

AU Fût Et à MESURE : bAR à bIèRE

GRENOBLE / Lorsqu’on entre au 12, rue des Clercs, les enceintes crachotent un morceau des Red Hot Chili Peppers. Au fût et à mesure, la déco est raccord avec la musique : industriel, et un peu creux, comme les grosses canalisations au plafond. Cette franchise, la 25e du réseau en France, met en avant son système de puce RFID. En créditant une carte magnétique, on peut se servir seul, avec des références brassicoles, comme la Kwak, ou de plus locales comme ceux de la brasserie Matheysine. « Il y a une sorte de convivialité entre les clients, qui viennent tirer leur bière pression aux différentes tables », annoncent les serveurs. Le système RFID permet aussi d’afficher les dépenses sur l’iPad présent sur chaque tablée. Depuis ce terminal parfois capricieux, la commande se fait en un clic. Et pour les personnes ne disposant pas de smartphone, on peut même aller faire un tour sur le web. > 12 bis, rue des Clercs, Grenoble - toute la semaine, de 17 h à 1 h.

« EN CRÉDITANT UNE CARTE MAGNÉTIqUE, ON PEUT SE SERvIR SEUL, AvEC DES RÉFÉRENCES BRASSICOLES, COMME LA kWAk » damien gilquin rayonne de bonheur dans la cave voûtée

du Café du nord.

lége JBA ©nde © Copyright

Novembre 17 / sPot 29


CARNET D’ADRESSE

SPOt A tESté POUR VOUS ! *****

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

*****

le miel (local) / agrumes, une des créations originales de Valentin michel. © J.T.

NOUS lE SAVONS

COSM²TIQUE / Valentin Michel s'est lancé dans la fabrication de savons en 2015. À 20 ans, il cherchait une idée de cadeau originale à offrir à ses proches. « Ça m'a tellement plu que je n'ai pas arrêté d'en faire. » Il crée alors la société Nous le savons afin de pouvoir les commercialiser. Valentin propose actuellement 10 savons différents. Des recettes originales qu'il a longuement mises au point, avec une exigence écologique et de qualité très forte, et aussi l'envie de se démarquer. On trouve ainsi dans certains de l'ortie, des haricots secs, du marc de café, du maïs, des zestes d'orange ou de citron, des graines de pavot. Chaque ingrédient a ses vertus. Beaucoup sont issus de son jardin cultivé en permaculture à SainteAgnès. « Au moins je sais exactement comment ça a poussé. » Les huiles proviennent d'une exploitation familiale en conversion bio, le miel d'un apiculteur de Meylan, le marc de café de Mens. La saponification se fait bien entendu à froid (dans sa chambre d'enfant reconverti en atelier par ses soins). Cette méthode apporte douceur et propriété hydratante au savon. Valentin vise à termes l'agrément Nature et Progrès, le plus intransigeant sur la qualité, comme Nous le savons. > sur facebook : nous le savons / 06 89 23 16 77

« BEAUCOUP D'INGRÉDIENTS SONT ISSUS DE SON JARDIN CULTIvÉ EN PERMACULTURE à SAINTE-AGNèS »

PROchAIN NUMéRO.

© FlickR - royal_broil

STATIONS : CHOISISSEZ VOTRE ACTIVITÉ HORS-SKI DécEMbRE 2017 N°156 - Sortie mercredi 6 décembre Neige ou pas neige, les stations ont la côte en développant des activités hors-ski.

SPOT. Société SPOT Médias, 12, rue Ampère - 38000 Grenoble. S.A.R.L. de presse au capital de 52136,40 euros. RCS Grenoble : 420 090 573. Tél. : 04 76 84 44 60. Fax : 04 76 21 25 11. Mail : contact@spot-web.fr Directeur de la publication : Sébastien Rousset (srousset@spot-web.fr - 04 76 84 44 61) Responsable de rédaction : Jérémy Tronc (jtronc@spot-web.fr - 04 76 84 79 38) Ont collaboré au numéro : Jean-baptiste Auduc, Charline Corubolo, Cindy David-Berthod Assistante de direction : Magali Gensburger (contact@spot-web.fr) Design :www.michelbarthelemy.com Maquettiste : Géraldine Crosio Infographiste : Michel Barthélémy Responsable diffusion : Jean-Maxime Morel Tirage : 30 000 exemplaires en libre service, diffusés par DiffusionActive Impression Rotimpres (Espagne) La rédaction n’est ni responsable des textes publiés qui engagent la seule responsabilité de leur auteur, ni des erreurs ou omissions. Toute reproduction de SPOT est strictement interdite. www.spot-web.fr

30 sPot / Novembre 17


Profile for Magazine SPOT

QUE FAIRE LE WEEK-END? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

MAGAZINE SPOT Novembre 2017- Édition Grenoble / Le patrimoine flippant de l'Isère

QUE FAIRE LE WEEK-END? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

MAGAZINE SPOT Novembre 2017- Édition Grenoble / Le patrimoine flippant de l'Isère

Profile for lpsgre
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded