__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

QUE FAIRE LE WEEK-END ?

oct. 19

n°174

mAGAzine

Grenoble décor de cinémA eNtre rêVe et cauchemar VisiTe URBAiNe

rAzziA sur les mArchés

GRAND FORMAT

les producteurs sur la corde raide

chAnAz

DesTiNATiON

petite VeNise saVoYarde ?

GAGNEZ

vos entrées pour lA Foire de Grenoble

Mensuel gratuit WWW.SPOT-WEB.FR

Édition grenoble


ÉDITO/SOMMAIRE TEXTE : JÉRÉMY TRONC

P.4

oct. 19

P.6

n°174

En couverture : prise victorieuse sur le marché hoche : une botte de carottes. © Heather Gill Unsplash

P.8

P.16

P.18

P.22

P.26

P.28

P.30

RÊVES ET HIATUS La mémoire est parfois courte. À quelques détails de cadrage près, nous allions vous proposer la même photo de couverture que le numéro de Spot d’octobre 2014. Le N° 122 pour ceux qui suivent. L’objet du dossier était presque identique d’ailleurs : sur fond de crise écologique, la valorisation des circuits locaux de consommation. Dès lors, on s’est demandé ce qui a changé depuis et c’est assez intéressant. Ces cinq dernières années ont marqué une rupture dans la prise de conscience écologique. Les discussions au bureau, entre amis, les discours des politiques, les marches pour le climat dans les villes du monde l’attestent. La sensibilité progresse, l’opinion publique évolue mais la révolution tarde à s’engager à d’autres niveaux. Ainsi, la fréquentation des marchés de producteurs locaux est en nette croissance (lire notre dossier) mais les surfaces cultivables de l’agglomération menacées de toute part. La pratique du vélo augmente mais les aménagements cyclables sont toujours controversés. On peut multiplier les exemples, qui susciteront au final la même interrogation : quel palier de bouleversements faut-il franchir pour espérer un revirement salutaire ?

P.4 I EN BREF Vercors, une nouvelle réserve de vie sauvage. Des cours de sabre laser. Le facteur Cheval à l’Unesco ? P.6 I VISITE URBAINE Grenoble décor de cinéma : pour le meilleur et surtout pour le pire. P.8 I GRAND FORMAT Les marchés victimes de leur succès. P.18 I ÉVÉNEMENTS Festival de BD de Chambéry. Festival du film pour enfants. Fête de l’égyptologie.

Fête de la science. Marché de potiers de Grenoble. Le Millésime. La Bodega. Les 7 serpents de la Tour-Sans-Venin. Le Grand repas. Le Grand Bivouac... P.26 I DESTINATION Chanaz (Savoie) P.28 I CARNET D’ADRESSES The Old Bridge. Le Tatone. Daisy bar & coffee. P.30 I CARNET D’ADRESSE ÉTHIQUE La Maison créative de Céline.

Octobre 19 / sPOT 3


EN BREF TEXTE : JÉRÉMY TRONC

© Pxhere.com

le renard est l’emblème de l’aspas

vos dons pour une exposition

bientôt une nouvelle réserve de vie sAuvAGe vercors : NATURE / Marcher et contempler la nature : voici les uniques activités que vous aurez droit de pratiquer

dans la future réserve de vie sauvage, près le Léoncel (Vercors, Drôme). À l’heure où les grands projets inutiles se multiplient et alors que les scientifiques parlent de 6e extinction de masse, l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) est parvenue, à la suite d’un financement participatif et grâce à des dons spontanés, à obtenir une promesse de vente pour 500 hectares de terrain au fond d’un vallon, composés de forêt ancienne, de prairie, d’une rivière et peuplés d’une faune sauvage variée. Aucune intervention humaine ne sera autorisée dans ce sanctuaire de vie sauvage. La seule gestion de l’espace est… la non-gestion et la libre évolution de la nature. Sur le site de financement participatif Helloasso, une collecte est toujours en cours pour parvenir à boucler le budget. > helloasso.com

des cours de sAbre lAser

SPORT / Plus que quelques semaines à attendre la sortie du dernier film Star Wars. L’engouement pour la saga ne faiblit pas et un club aussi réputé que Meylan escrime propose même, c’est nouveau, des cours de sabre laser. Il faut savoir que l’activité a été reconnue par la Fédération française d’escrime comme discipline sportive au même titre que l’épée, le fleuret ou le sabre. Le sabre est constitué d’un manche en acier et d’un tube plastique très résistant s’illuminant en rose ou en vert. Sous la houlette d’Arthur Vincent, les apprentis Jedi apprendront des enchaînements de mouvements, des chorégraphies et pratiqueront des combats seuls ou en équipe. > http://meylanescrime.fr

GAGnez

le FActeur chevAl à l’unesco ?

PATRIMOINE / Le Palais Idéal du facteur Cheval pourrait être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est l’espoir caressé par Pierre Jouvet, président de la Communauté de communes Porte de Drôme-Ardèche, et la mairie de Hauterives, propriétaire du site, qui ont annoncé déposer une candidature pour l’obtention du label. Pour eux, le caractère unique et exceptionnel du monument ne fait aucun doute, deux critères essentiels réclamés par l’Unesco. L’annonce a été proclamée lundi 23 septembre, alors que le palais célébrait les 50 ans de son classement aux Monuments historiques. Il attire chaque année de très nombreux visiteurs et sa notoriété est croissante. En 2019, 200  000 touristes l’ont déjà visité contre 155  000 en 2018. La labellisation devrait prendre du temps, avec des démarches généralement comprises entre 5 et 10 ans. > À Hauterives (Drôme)

Jeu gratuit sans obligation d’achat. Date et détails des conditions de participation sur www.spot-web.fr onglet concours. Spot Grenoble Rejoignez-nous sur

4 sPOT / Octobre 19

© Bnoît Prieur - CC-BY-SA

- 50 invitations pour la Foire de Grenoble à Alpexpo (du 1er au 11 novembre 2019)

EXPOSITION / le Musée dauphinois lance un appel aux dons pour préparer sa future exposition temporaire consacrée aux refuges de montagne. le musée recherche du matériel d’époque pour reconstituer le plus fidèlement possible le premier refuge de l’aigle (1910), élément central de l’exposition. ustensiles de cuisine, petit mobilier et équipement d’alpinisme d’époque sont demandés. intitulée “refuges alpins. de l’abri de fortune au tourisme d’altitude”, l’exposition ouvrira ses portes au public le 20 mars 2020. utilisez l’adresse mail musee-dauphinois@isere.fr pour plus d’informations.

14 TRANSPORT / C’est le nombre de lignes du réseau transisère proposant des bus équipés de portevélos. les véhicules circulent depuis début septembre et permettent de transporter six cycles grâce au porte-vélos installé à l’arrière des bus. Ce dispositif permet de combler les salariés souhaitant se rendre à leur travail en combinant le bus et le vélo, ou les adeptes de sports outdoor (cyclistes, vététistes) soucieux de leur empreinte carbone qui voudraient faire un petit tour en hauteur (et profiter d’une descente plus longue !). tous les massifs sont desservis par au moins une ligne de bus équipé d’un porte-vélos, sauf la Chartreuse. dommage  ! > www.transisere.fr

surFez lA vAGue toute l’Année à échirolles LOISIR / Permettre aux grenoblois.es de surfer sur une vague toute l’année : tel est le rêve que damien, amandine et aurélie ont concrétisé le 19 septembre avec la Vague. C’est le premier concept indoor de la région de ce type utilisant la technologie Wavesurf. elle reproduit les remous de l’océan avec une eau déferlant à 40km/h. elle permet ainsi de pratiquer le bodyboard ou le flowboard tout le long de l’année, au chaud, entre amis ou en famille. on teste et on en parle dans le spot de novembre. > la-vague-grenoble.fr


TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

le garage hélicoïdal, QG de Bruno, terroriste d’extrême gauche dans le film cavale de lucas Belvaux.

Grenoble, décor de cinémA LE 7 ART à GRENOBLE FINIT SOUvENT MAL e

Loin d’être aussi réputée que sa sœur lyonnaise, la cité grenobloise a accueilli quelques cinéastes de talent. Récemment, Le Grand Bain a montré à la France les beaux paysages (et la piscine olympique) de la cuvette. Mais pendant ces trente dernières années, d’autres films au goût amer sont sortis.

L

e train version années 2000 se dirige vers Grenoble. Les nuages bas et la pluie sont conformes à une matinée d’octobre. Les montagnes sont presque englouties par la grisaille, mais Bruno, le héros du film Cavale (2003) s’en moque. Ce terroriste d'extrême gauche vient de s’échapper de prison, et les flics l’attendent à la gare de Grenoble. Ce film, réalisé par Lucas Belvaux, fait partie d’un triptyque (auquel s’ajoute Un couple épatant et Après la vie) que l’auteur dédie à Grenoble. Les personnages se croisent entre les films, et Bruno le héros de gauche tente de poursuivre la lutte armée. Un temps, il se choisit comme QG le garage hélicoïdal, et se trouve une alliée de choix : une droguée que les dealers évitent. Il échafaude son plan, tranquillement, derrière la porte de métal et fabrique une bombe composée d’un pain de plastique. Sa cible  : l’ancien Palais de justice, au centre-ville. Dans Cavale, l’ambiance est lourde et la pression sur le héros toujours plus forte. Contraint de marcher ou courir pour vivre, il finira sa course dans une dernière fuite en montagne, où il trouvera la mort.

souci de jeunesse

Quelques années plus tôt, en 1999, c’est le regard de Jean-Pierre Améris, cinéaste lyonnais, qui se pose sur la ville avec le film

6 sPOT / Octobre 19

Mauvaises fréquentations. Il choisit de filmer des jeunes gens à l’orée de l’adolescence, et logiquement, il s’intéresse aux premiers émois qui étreignent les jeunes filles bercées d’illusions sur l’amour et le sexe. Au départ, les grands yeux innocents de Delphine, l’héroïne, séduisent le spectateur qui pourrait se croire dans un remake de La boom. Mais l’œuvre est glaçante ; l’adolescente, loin d’être insouciante. Elle tombe amoureuse d’un garçon un peu bad boy et se torture en se demandant si l’amour est réciproque (spoiler alert : c’est presque le cas). Pourtant, le sujet est glauque, et la niaiserie disparait rapidement. Delphine est accompagnée d’Olivia (jouée par une Lou Doillon, 19 ans à l’époque censée en avoir 15) et traîne au sommet des Trois tours. Face à un crépuscule apocalyptique, les deux amies se racontent leur galère et leur tristesse. Olivia évoque sa  sœur, qui s’est suicidée il y a quelques années depuis cette même tour. Là, le film vire au glauque. Le mec de Delphine, lassé par Grenoble, souhaite partir en vacances en Jamaïque. N’ayant pas le goût du travail, il finit par faire tapiner l’héroïne. S’ensuivent des scènes surréalistes, au jardin des Dauphins, où de jeunes garçons gênés défilent devant Delphine. Elle enchaîne les passes passivement. Le célèbre site des mauvais films sympathiques Nanarland a même noté 1,5/5 cette « caricature aussi grossière qu’irrésistible » et conclut  :

© Jérémy Tronc

vISITE URBAINE


c’est « un must pour tout Grenoblois : il n'y a aucune cohérence géographique et c'est jouissif ». Certes, ce film n’est pas resté dans les annales, mais il en reste une chanson, bel hommage à la fin de ce deuxième millénaire, ”Where I’m Headed“. Ce film, s’il n’y fait pas référence, résonne avec l’affaire des ”filles de Grenoble“. Dans les années  1970, le réseau de prostitution est immense, et une prostituée, Nadia, ose balancer le système. C’est ce qu’a décidé d’illustrer Joël Le Moign’ en 1981 dans le film du même nom. Il se saisit du sujet avec un jeune André Dussolier en juge prêt à tout pour faire tomber un système opprimant des centaines de jeunes femmes. Là aussi, le sujet du film n’est pas léger, mais le traitement est honnête et témoigne d’un pan de l’histoire de la cuvette. Enfin, cette année, c’est un film de Farid Bentoumi qui a été tourné. Le synopsis — Nour, embauchée comme infirmière du travail dansune usine chimique, découvre de nombreux mensonges sur les rejets polluants et maladies cachées des employés — ne devrait pas mettre en avant une image très positive de Grenoble. Sans trop s’avancer, on imagine que les tuyauteries rouillées de la plateforme chimique du Pont-de-Claix ont dû être idéales comme décor.

© Jérémy Tronc

Ci-dessous : dans le film mauvaises fréquentations, olivia se confie à delphine, l’héroïne, au sommet d’une des trois tours de Grenoble.


GRAND FORMAT TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

il faut arriver de plus en plus tôt sur les marchés afin de pouvoir profiter de l’ensemble de l’offre locale, désormais en flux tendu. © Peter Wendt - Unsplash

8 sPOT / Octobre 19


rAzziA sur les mArchés LES PRODUCTEURS SUR LA CORDE RAIDE

La métropole grenobloise perd peu à peu ses terres agricoles. Alors pour nourrir tous les estomacs avides de produits issus de l’agriculture biologique, ou de légumes, viandes et poissons produits localement, les maraîchers viennent de toute l’Isère et des départements proches. De Fontaine à Échirolles en passant par Grenoble, allons à la rencontre de ces paysans, parfois dépassés par la forte hausse de fréquentation des marchés, peuplés de citadins souhaitant consommer plus intelligemment. Octobre 19 / sPOT 9


© JBA

GRAND FORMAT / RAzzIA SUR LES MARCHÉS

Le noir du ciel nocturne se teinte, peu à peu, de bleu. Il contraste encore avec l’orange des lumières de l’éclairage public qui permet aux maraîchers de l’agglomération de disposer leurs étals sur le marché de l’Estacade. Nous sommes mardi matin, il est un peu moins de 7 h, et le bal des camions noir et blanc est achevé. Tous les producteurs déballent leurs marchandises entassées dans des caisses, en provenance des terres iséroises, et un grillon les accompagne avec son chant lors de leur installation. Il y a Marie-Claude, dont les tomates poussent du côté de Saint-Marcellin. Elle vient - accompagnée de son gros chien pataud nommé Altone - depuis 18 ans et se trouve à la même place toute la se-

10 sPOT / Octobre 19

maine. Ses yeux sont soulignés d’un trait noir comme ses cheveux de jais. « Je suis productrice et je vends ici tous les jours. Mais j’insiste, je suis bien productrice », revendique-t-elle. Son voisin, Alain, se tient sur une canne. Lui, il ne vient qu’une fois par semaine « car le reste du temps, il faut bien travailler la terre ».

les producteurs trAvAilleurs

Ce double travail, c’est ce que recherchent les consommateurs. Cela leur donne l’assurance d’avoir des produits moins ou non traités et à l’empreinte carbone basse. C’est le job rêvé - mais épuisant - que Marie-Claude a embrassé avec son mari. Pour participer

au marché, elle se lève, comme les autres producteurs, autour de 4 h  30. Il faut alors empaqueter les produits récoltés la veille et charger le camion. Puis elle s’occupe de la vente, et des centaines de clients qui défilent devant ses étals. En cette période de fin d’été, le repos n’a pas de place dans son emploi du temps. Quand elle revient de Grenoble autour de 12 h 30, elle s’attèle à la récolte des légumes pour le marché suivant. Le week-end, les rôles s’inversent et son mari se rend au marché tandis qu’elle reste sur l’exploitation. D’autres marchés visités sont sur la même ligne matinale. Ainsi, Sandra a le même rythme. Elle embarque à 4  h de Savoie pour le marché Hoche, place André-Mal-


Ci-contre: des clients de toutes générations se croisent sur les marchés de l’agglomération. celui d’europole est un marché alimentaire de produits bio et locaux.

raux. Elle fabrique des fromages de brebis et vient tôt pour attraper le premier client qui débarque à 6 h  30. En revanche, à Europole, un marché d’après-midi, le rythme n’a rien à voir. Fabienne, qui transforme des plantes en gelées et liqueurs, a pu partir à midi pour être dans les temps à l’ouverture. Elle finira à 20  h, puis déchargera le camion le lendemain. Toutes les trois font partie de cette vague de producteurs que la Métropole de Grenoble et la Ville essayent de mettre en avant sur leur site web ou par des prospectus. Toutes travaillent hors de la métropole, mais viennent enrichir l’offre de marchés, qui est importante sur le territoire métropolitain.

Octobre 19 / sPOT 11


GRAND FORMAT / RAzzIA SUR LES MARCHÉS

© Unsplash

Cette profusion n’est pas suffisante pour Philippe, maraîcher à Hoche. Quand on le rencontre, il constate que plusieurs stands sont vides. « Ça pose un problème, il faudrait qu’il y ait assez de produits locaux pour tout le monde », explique-t-il. Mais visiblement, la production n’est pas suffisante. Il s’intéresse aux chiffres des importations de fruits et légumes et pointe « un problème d’importance car 50 % des fruits et légumes en France sont importés », rebondit-il. « À Grenoble comme ailleurs, on est loin de la sécurité alimentaire, c’est-à-dire des habitants nourris seulement avec des produits locaux. Il y a encore de nombreux camions qui entrent pour fournir la ville tous les jours. » Philippe rêve d’une explosion de la production locale, qui nécessiterait une volonté politique plus importante. En attendant, la métropole compte 59 marchés, dont 25 rassemblent des producteurs locaux et 15 marchés bio. Parmi eux, le marché d’Europole, ouvert de 15  h  30 à 19  h, fête ses dix ans.

tensions et entrAide de mArché

Il est 17 h. Le soleil oblique se reflète dans les baies vitrées des bâtiments qui font face au marché. Sous les hauts arbres, les petits barnums sont disposés, presque comme un village, sur la place. Le poisson, la viande emballée sous vide et les plantes sont présents, et tout est bio. Ainsi, la plupart des producteurs rencontrés viennent d’un peu plus loin que les frontières administratives arbitraires pour écouler leur production. Ces marchés ont tellement de succès que, parfois, une tension entre producteurs et revendeurs (qui ne pratiquent pas les mêmes prix) peut apparaître - les uns se sentant spoliés par les autres. « À chaque fois qu’il s’agit de remplacer un producteur, les discussions sont un peu tendues », euphémise Fabienne, productrice de plantes, dont le stand est Ci-dessus : Fruits de saison et locaux.

© Jérémy Tronc

Ci-contre : produits locaux et bio au marché europole. Fin août, le marché est encore calme.

12 sPOT / Octobre 19


© Daniela Petrel posé du côté de la gare, à Europole. Le combat est partagé à Hoche. « C’est contre le remplacement des producteurs par des revendeurs que nous nous battons ici », assure Pierre Guillet-Revol, le président de l’association du marché. En dehors de cela, l’ambiance de marché est idéale. Les producteurs se connaissent bien et échangent les bonjours et les coups de main. Par exemple, mardi matin, Marie-Claude est embêtée. Il est à peine 7 h et voilà déjà un couple qui prend d’assaut ses tomates, mais elle n’a pas encore déballé tout le matériel. Elle fonce voir Alain pour lui taxer sa balance, peser un kilo de tomate et boucler la première transaction de la journée. Transaction écoresponsable, s’il vous plaît, puisque la femme tend un sac plastique rouge à MarieClaude pour emporter les fruits. Depuis plusieurs mois, les maraîchers accompagnent ce mouvement de fond et ramener son contenant, quel qu’il soit, est devenu une norme un peu partout.

Ci-dessus : le marché des montagnes de l’isère (place aux herbes) valorise la fabrication montagnarde auprès des Grenoblois.

lA réussite mArAîchère

Europole est un bon exemple. Le marché attire une population qui sort du travail. Il y a de tout, depuis les businessmen des immeubles vitrés aux ingénieurs de la presqu’île, tout de fluo vêtu, sur leur vélo équipé de sacoches. Ce sont surtout des habitués, parfois

Octobre 19 / sPOT 13


GRAND FORMAT / RAzzIA SUR LES MARCHÉS jeunes, qui fréquentent les marchés et qui savent ce qu’ils veulent. Comme Ophélie, casque de vélo sur la tête, qui revient du CEA où elle travaille. Elle se sert avec sa bouteille en verre dans la yaourtière. « C’est devenu normal de venir avec ses contenants, ça permet de grosses économies de plastique », assure-t-elle, enfourchant son vélo avant de rentrer chez elle. Sur les autres marchés, le système est identique et les clients sont nombreux, comme Ophélie, à ramener leur matériel  : « les gens viennent même avec leur papier pour prendre des fromages frais », remarque Sandra, à Hoche, qui dispose à côté d’elle de nombreux pots de verre qu’elle utilise pour les fromages comme la fêta. Venir avec son pot et ses Tupperware est devenu une nouvelle caractéristique du consommateur responsable à la recherche de produits bio et locaux. Depuis son stand de plantes, Fabienne observe les va-et-vient de la foule. « C’est amusant, parfois, d’observer les clients. On les voit arriver et ils restent maximum 30 minutes. Et puis ils repartent les sacs pleins.  » À Hoche, c’est la même chose. Sauf que pour Sandra, le marché fonctionne tellement qu’elle est un peu gênée de se retrouver derrière un étal vide. Elle s’est fait dévaliser par ses clients très tôt le matin pour ses nombreux fromages de brebis — tomme ou bleu. Philippe, qui se

trouve de l’autre côté de la place André-Malraux, est aussi face à une montagne de cagettes vides, qu’il remballe dans son camion. Tous les samedis, à Hoche comme ailleurs, la pénurie de produits locaux marque la grande vitalité des marchés bio et locaux. Une trop grande vitalité pour certains, qui craignent justement que la production ne suffise pas. Ainsi le Gaec du Thicaud à Herbeys (ferme de production et de transformation  laitière et charcutière  en agriculture biologique) a pris la décision de retirer ses produits dans les magasins bio de l’agglomération et de concentrer ses ventes sur les marchés où il n’arrivait plus à satisfaire tous ses clients. Il reste que ce mouvement de fond ne va pas se démentir dans les années à venir. MarieClaude le reconnaît. Elle va écouler 250  kg de tomate par semaine. Puis ce sera les poireaux. «  C’est à chaque fois la même chose », assure-t-elle. Elle repart les caisses (en plastique) vides, mais les poches pleines, autour de 13  h  30. L’heure où le marché se termine et où les camions de nettoyage entrent en action. Marie-Claude n’a pas les yeux cernés, elle a l’habitude de ce rythme. Et elle ne veut rien faire d’autre que faire pousser, puis se rendre au marché. Un labeur chaque jour récompensé.

Ci-contre : on trouve beaucoup de produits bio au marché europole

14 sPOT / Octobre 19

© Jérémy Tronc

© Jérémy Tronc

À droite : Faire le marché est de plus en plus une affaire de jeunes, voire de très jeunes et de parents qui veulent sensibiliser leurs enfants.

© Jérémy Tronc

Ci-dessous : les noix de Grenoble en version bio.

inFos prAtiques QUelQUes MARcHés De PRODUcTeURs lOcAUx : > EUROPOLE : le marché bio d’après-midi le jeudi sur la place Firmin-Gautier, de 15 h 30 à 19 h. > HOCHE : le samedi sur la place AndréMalraux, de 7 h à 13 h 30. > ÉCHIROLLES : Pour les producteurs. le samedi à la Halle du Vieux Village, de 8 h à 13 h 30. > SASSENAGE : Marché bio le dimanche à Bourg Village, de 7 h à 13 h 30. > FONTAINE : le mardi, jeudi, samedi et dimanche au Mail Marcel-cachin, de 7 h à 13 h.

Sur le territoire métropolitain, on compte 228 producteurs. La taille des surfaces travaillées de la métropole sont plus réduites que dans le reste de la France. 14 % de l’espace métropolitain est dédié à la production agricole.


la mĂŠtro marchĂŠ local


octobre culturel : notre sélection

ÉvÉNEMENTS CULTURELS TEXTE : JÉRÉMY TRONC

© Aurélie Neyret - Soleil Productions

Spot n’est pas spécialisé dans l’actualité culturelle comme nos voisins de bureau du Petit Bulletin mais on ne s’interdit pas d’en parler pour autant. Surtout quand un mois s’annonce particulièrement riche en temps forts. Voici notre sélection pour tenir au moins 30 jours.

04 oct. 19

> 06

oct. 19

FestivAl internAtionAl de bd de chAmbéry

© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian © Succession Picasso 2019

9e ART / Ce sont près de 60 auteurs venus d’Europe et parfois d’autres continents qui porteront haut les couleurs du 9e art lors du Festival international de la bande dessinée de Chambéry. Triés sur le volet par les organisateurs, les auteurs présents se prêteront au jeu des précieuses dédicaces et des échanges avec les visiteurs. Et si on vous dit  Les Carnets de Cerise, à qui pensez-vous ? Les connaisseurs répondront Aurélie Neyret,  première femme invitée d’honneur au festival de Chambéry. Avec ses dessins fins et touchants aux couleurs pastelles, chaudes et automnales, elle a grandement contribué au succès des Carnets. Outre les traditionnelles expositions, bourses et rencontres, le festival propose un BD-concert, des projections de documentaires et un espace réservé aux enfants. > À chambéry / http://chamberybd.fr

16 sPOT / Octobre 19

05 oct. 19

> 05

jAnv. 20

picAsso Au cœur des ténèbres

EXPOSITION / Après l’exposition à succès consacrée aux dieux d’Égypte (112 000 visiteurs), le Musée de Grenoble présente à partir du 5 octobre une rétrospective à fort potentiel d’attraction  : Picasso au cœur des ténèbres. Réalisée en partenariat avec le Musée national Picasso - Paris, cette manifestation se propose d’étudier l’une des périodes les plus sombres de la vie et de l’œuvre du maître espagnol. Elle s’étend des quelques mois qui précèdent la déclaration de la guerre, le 3 Octobre 1939, à ceux qui suivent la victoire du 8 mai 1945. Chez l’artiste «  la violence du monde se traduit dans son œuvre par un style âpre aux déformations féroces  ». Ainsi l’exposition retracera, mois après mois, l’activité de l’homme et de l’artiste durant ces années douloureuses, hantées par la solitude et la mort. > Musée de Grenoble / www.museedegrenoble.fr


> 30

oct. 19

© Le Géant de Fer - Warner Bros

21 oct. 19

FestivAl du Film pour enFAnts

CIN²MA / Ce festival sera peut-être votre meilleur allié pendant les vacances de la Toussaint. Pour occuper les enfants on entend. Pendant 10 jours, 300 séances sont planifiées sur les deux communes d’accueil : Vizille et Villard-Bonnot. Une vingtaine de films est programmée autour d’un thème (cette année : les 20 films incontournables des organisateurs, pour marquer les 20 ans de l’événement). Mais il y aura aussi des films d’actualités, des avantpremières, une section dédiée tout spécialement aux 3-6 ans, une autre aux plus de 12 ans et enfin une pour les films d’animation exclusivement (enfant à adulte). Les projections s’accompagnent de moments de convivialité et de temps forts, avec les petits dèj’ et les goûters offerts, des ateliers, des ciné-lectures et des rencontres, tout cela au tarif unique de 4 euros  ! Le plus gros festivals de cinéma jeune public en Isère  ! > cinéma le Jeu de Paume / 04 76 72 73 49 ou resa-lca@orange.fr. > espace Aragon / 04 76 71 22 51 / http://festivaldufilmpourenfants.fr

30 oct. 19

> 24

nov. 19

mois de lA photo

CLICH²S / Des murs, de toutes formes et de toutes tailles, qui protègent (ou enferment ?) les peuples  : les photographies de l’Allemand Kai Wiedenhöfer (invité d’honneur du Mois de la photo 2019) dessinent un état du monde noir et triste. Elles seront visibles à l’Ancien Musée de peinture de Grenoble. En parallèle de cette exposition phare, d’autres séries photographiques seront présentées au public grenoblois, issues de photographes émergeants et émérites, illustrant par leur propre sensibilité artistique la thématique retenue cette année “checkpoint  : murs et frontières.” Conférences, rencontres-débats, projections, animations artistiques et pédagogiques agrémenteront cet événement à la notoriété grandissante. Une  carte blanche  est dédiée cette année à l’Ukraine. > Ancien Musée de peinture, 9 place de Verdun à Grenoble / Mercredi à dimanche de 13 h à 19 h / www.maison-image.fr

Octobre 19 / sPOT 17


ÉvÉNEMENTS

© pxhere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

05 oct. 19

mArché de potiers de Grenoble

TRADITION / Céramique, raku, grès, faïence, terra cotta… Toutes les formes, toutes les techniques de poterie seront représentées lors du traditionnel Marché des potiers organisé par l’association C’est fait ici. Et quand on parle de marché traditionnel, ce n’est pas une expression galvaudée puisque l'histoire de la poterie et de la faïencerie à Grenoble remonte du début du XVIIIe au milieu du XXe siècle, période pendant laquelle de nombreux ateliers étaient présents sur l'agglomération. Les 35 céramistes professionnels triés sur le volet perpétueront en quelque sorte cette tradition au cœur du Jardin de Ville, présentant leurs plus belles réalisations, utilitaires ou décoratives, contemporaines ou traditionnelles, toutes de qualité. > Jardin de ville / www.cestfaitici.fr/

05 oct. 19

& 06

oct. 19

Fête de l’éGyptoloGie

HISTOIRE / Le destin égyptologique de Vif se précise. Les travaux du futur musée consacré à Champollion avancent et son ouverture est confirmée pour 2020. En attendant, une fête sur le thème des "rituels et pratiques funéraires de l'ancienne Égypte" y est programmée sous l’impulsion de L'Association dauphinoise d'égyptologie Champollion. De nombreuses animations sont proposées aux petits et aux grands : atelier de calligraphie, jeux, maquettes, expositions, ateliers de hiéroglyphes, exposition commentée du Papyrus d'Ani, maquettes de monuments célèbres, conférences ou encore promenade sur les pas des Champollion. Une révision des cours du collège grandeur nature en somme. > À Vif / www.champollion-adec.net

18 sPOT / Octobre 19

05 oct. 19

> 13

oct. 19

Fête de lA science

D²COUVERTE / Si vous pensez que E=M6 est l’équation exacte formulée par Einstein (et Olinto de Pretto) dans le cadre de la relativité restreinte, alors nous ne pouvons que vous encourager à participer à la 28e Fête de la science, manifestation populaire, riche et intéressante comme Spot les aime. Ce ne sera en effet pas du luxe de réviser les fondamentaux et de vous voir «  raconter la science et imaginer l’avenir », thème autour duquel gravite cette année la manifestation. Pour cela de nombreux lieux d’accueil du public sont ouverts spécialement pour l’occasion où des découvertes par dizaines vous attendent, aussi ludiques qu’instructives. Pour faire une préselection dans cette programmation pléthorique, vous pouvez télécharger le programme sur le site de l’événement. > www.fetedelascience-aura.com/isere


© pxhere.com

05 oct. 19

> 20

oct. 19

le millésime

ŒNOLOGIE / Festival œnologique et musical unique en France, le Millésime déguste cette année les vins de Savoie sur des airs de Franz Schubert, les deux fils rouges retenus pour cette édition 2019. Mélomane occasionnel et œnophile averti, ou l'inverse, l’événement s’adresse à tous. Que vous soyez un professionnel, un grand amateur ou un simple néophyte curieux, vous trouverez votre bonheur dans le programme proposé et ses deux principaux volets d’animations : les concerts d’un côté, les dégustations de l’autre, et parfois les deux ensemble. Expositions, soirées de concerts, ateliers œnologiques, initiations à la dégustation, marché aux vins et rencontres d’auteurs ponctueront les 15 jours du festival, épaulé solidement par de grands interprètes rhône-alpins et les meilleurs œnologues. > Grenoble / www.lemillesime.fr

05 oct. 19

& 06

oct. 19

lA bodeGA

FESTIF / Formation musicale festive par excellence, la Fanfare à la noix, qui fête ses dix ans, organise les 5 et 6 octobre prochains un événement qui lui ressemble : la Bodega, comme ce lieu traditionnel où les participants aux ferias du Sud de la France se rassemblent pour danser, discuter, manger et boire. C’est d’ailleurs le programme, tout simple mais opportun à l’entrée dans l’automne, de cet événement qui se déroulera au parc Paul-Mistral. Attention les écureuils, ça va faire du bruit  ! Quatre formations musicales aux styles différents se donnent rendez-vous le samedi à 15 h en bas de la tour Perret pour animer le parc jusqu’au soir autour d’un chapiteau installé pour l’occasion. La suite des festivités se déroulera à 21 h à la Bobine sur le thème “Bandas Fluoparty”. Au programme : gros son de fanfaron, chorégraphies, jeux de scène, ambiance fluo et lumière noire… Le lendemain, les fanfares encore présentes animeront différentes places de Grenoble à partir de 11 h pour terminer le week-end par un Paquito géant à l’esplanade à 16 h. > infos et réservation sur www.fanfarealanoix.fr


ÉvÉNEMENTS

© pxhere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

05 oct. 19

& 06

oct. 19

Fête des Abeilles et du miel

NATURE / Depuis le documentaire Les Abeilles ont le bourdon, on sait que les populations d’abeilles déclinent sérieusement. C’est donc bien de leur faire une petite fête de temps à autre. Celle de Montbonnot rassemble de nombreux apiculteurs qui vous proposeront à la dégustation et à la vente leur production de miel et produits dérivés. Deux arboriculteurs animeront un marché de fruits de saison bio. Des animations auront lieu tout le week-end autour de l’abeille et de la nature (ruche pédagogique, extraction de miel, pressage de pommes...). Vous pourrez également découvrir les champignons et les pommes exposés. De nombreux ateliers occuperont les petits et les grands : confection de mobiles en bois flotté et éléments naturels (fruits, graines, fleurs séchées...), fabrication DIY (à faire soi-même), cosmétiques et produits d’entretien. > Montbonnot saint-Martin / www.montbonnot.fr / 04 76 90 56 36

06 oct. 19

les 7 serpents de lA tour-sAns-venin

JEU DE PISTE / Les habitants du bois des Vouillants sont victimes d’un sort maléfique jeté par les sept serpents de la Tour-sans-Venin. Comment les délivrer ? Grenoble-Alpes Métropole fait appel à vous pour réussir cette mission, prétexte à découvrir cet espace naturel situé juste au-dessus de Fontaine et de Seyssinet-Pariset. Ce jeu de piste théâtralisé de 2,7 km dans le bois et le désert Jean-Jacques-Rousseau sera ponctué par des interventions de comédiens et la résolution d’énigmes. Le départ se fera du parking Beauregard (sur la route de SaintNizier, à Seyssinet-Pariset), toutes les 15 minutes, de 10 h à 16 h 30. Le jeu de piste est gratuit et ouvert à tous. > inscriptions obligatoires sur lametro.fr/vouillants / De 10 h à 16 h 30 / Navettes gratuites au départ de la place André Balme à seyssinet-Pariset jusqu’au départ du jeu.

20 sPOT / Octobre 19

06 oct. 19

lA vizilloise

COURSE PIED / Dès sa première édition, la Vizilloise s’est positionnée comme une course accessible au plus grand nombre, conviviale et populaire. C’est cet esprit qui est perpétué depuis quatre ans. Départ et arrivée de cette course se font du parc du domaine de Vizille : un passage obligé dans la ville ! Mais la volonté des organisateurs de l’événement est aussi d’emmener les coureurs explorer les richesses de la ville lors d’un tour de 8 km. Cette année, un second parcours voit le jour avec une distance de 14 km et 320 m de dénivelé positif. Deuxième nouveauté  : un partenariat scellé avec l'association Aramis travaillant pour la recherche des maladies du sang. Lors de votre inscription, 50 centimes seront reversés à l'association pour soutenir la recherche. Pour les enfants, quatre courses sont proposées, entre 420 m et 2 km selon l’âge. > Départ à 9 h et 11 h / www.lavizilloise.fr


12 oct. 19

zumbA rose

CARITATIF / Le sport, comme un des leviers de prévention contre le cancer du sein : c’est le message que veut faire passer l’association Step by step, organisatrice de la Zumba rose dans le cadre d’un mois dédié à la prévention contre cette maladie. L’après-midi n’est pas que sportive. À 17 h, le jeu la grande roue de la prévention vous permettra de vous sensibiliser à la cause avec des intervenants qualifiés. À 18 h, l'association Nextape Crew vous invitera à rejoindre l'énergie d'un groupe de jeunes danseurs avec une démonstration de hip-hop suivie d’une initiation. Enfin la zumba vous fera suer pendant une heure avant le buffet offert par les partenaires de l’opération. > salle du Bresson / le Touvet / De 17 h à 20 h / sur facebook : zumba rose 38

12 oct. 19

le jour de lA nuit

© pxhere.com

²COLOGIE / « Alors Docteur, vous allez nous parler aujourd’hui des pollutions nocturnes, c’est bien ça ? » « Oui, elles sont concentrées essentiellement dans les villes et les grosses agglomérations où l’augmentation de l’éclairage artificiel fait disparaître la nuit noire et trouble fortement les écosystèmes. On parle de pollution lumineuse. La manifestation le Jour de la nuit qui a lieu le 12 octobre est une opération de sensibilisation à cette pollution, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé. De très nombreuses animations sont programmées sur l’intégralité du territoire et notamment en Isère avec des balades nocturnes, des observations des étoiles, des sorties nature et des extinctions des lumières. Pour les connaître, il suffit de se rendre sur le site dédié à l’événement où, en quelques clics, vous trouverez forcément une animation près de chez vous. » « Merci Docteur. Demain vous nous parlerez des réflexes photo-sternutatoire. » « Oui, c’est bien ça ». > www.jourdelanuit.fr


ÉvÉNEMENTS TEXTE : JÉRÉMY TRONC

12 oct. 19

MEUH / Des vaches dans les rues de Grenoble ? Non, on ne vous raconte pas de bobards. Cela se passe chaque année à l’occasion de la descente des alpages organisée par des commerçants du quartier Championnet. Cette animation annuelle fait entrer un air de campagne dans cette zone, appréciée des gourmets, où se concentrent de nombreux commerces de bouche de qualité. Les vaches des 4 massifs environnants descendent de leurs alpages pour établir leur camp avant un retour vers les sommets. Cette année, elles s’installeront place de Verdun. Au programme : ateliers culinaires, traite des vaches, animations commerciales, dégustations et restauration. Ne ratez pas la traite et la dégustation du lait à base de pelouse de la place  ! > De 10 h à 18 h / Place de Verdun / Gratuit / 04 76 46 32 62 / www.les-alpages.fr

© pxhere.com

descente des AlpAGes

12 oct. 19

le GrAnd repAs

© pxhere.com

CUISINE / Le quartier cosmopolite Saint-Bruno semble l’endroit tout indiqué pour organiser cette manifestation centrée sur les cuisines du monde. La cheffe étoilée de cette grande cuisine éphémère : l’association Cuisine sans frontière qui met chaque semaine le monde dans votre assiette en permettant à des expatriés de tous les continents de cuisiner leurs spécialités, revendues ensuite au public sous forme de plats à emporter ou à la cantine de l’association. Samedi 12 octobre, tout ce monde sera dans la rue et occupera toute une journée la place Saint-Bruno selon un concept similaire : « créer de la convivialité et de la rencontre autour des marmites, des cuillères, de la musique des batteries de cuisine ». Plusieurs plats seront proposés aux participants autour de grandes tablées, relevés de quelques notes de musique servies par des groupes locaux. > Place saint-Bruno / www.cuisine-sans-frontieres.fr

22 sPOT / Octobre 19


© Tom Morel - Unsplash

13 oct. 19

& 26

27 oct. 19

courir pour des mArrons

COURSES PIED / En octobre, deux événements sportifs populaires sont organisés autour de la châtaigne. Le but n’est pas de courir en ramassant des châtaignes, concept qu’il faudrait peut-être approfondir ceci dit. Le premier événement a lieu à Bresson : le cross des châtaignes (13 octobre), qui fait trotter les amateurs de course à pied dans la Frange Verte d’Échirolles depuis 40 ans  ! Deux parcours : le 9 km, en mode marche ou marche nordique, et le 15 km, en solo ou relais. À Gillonay, la fête des marrons (26 et 27 octobre) vous permettra de déguster des marrons grillés à volonté pendant tout un week-end. Mais pas seulement : de nombreux parcours VTT (20, 30 et 45 km) et de marche (8 et 15 km) sont proposés, pour tous les niveaux, ainsi qu’un cross de 9 km et un trail de 25 km et plusieurs courses pour les enfants. Aussi conviviaux l’un que l’autre. > cross des châtaignes / Bresson / le 13 octobre / http://bresson-animation.fr > Fête des marrons / Gillonay / les 26 et 27 octobre / 04 74 20 25 78 / http://fetedesmarrons.fr

17 oct. 19

> 20

oct. 19

le GrAnd bivouAc

EXPLORATION / Au-delà du divertissement, du rêve et de l’exotisme, le Grand Bivouac, festival du voyage et de découvertes partagées d’Albertville, s’attache à « accompagner le public le plus large possible dans une meilleure compréhension du monde contemporain » dixit Guy Chaumereuil, président du festival. Chaque année, il conforte un peu plus sa place de N°1 des festivals de documentaires de voyage en France (34  000 entrées en 2018), avec plus de 80 documentaristes, écrivains, photographes, chercheurs et scientifiques, journalistes et créateurs, tous grands voyageurs et 45 films documentaires sélectionnés. De nombreux « grands témoins » seront présents pour explorer tous les mouvements du vivant, la thématique de cette édition. Retrouvez aussi au cœur de la ville olympique des expositions, des concerts, des espaces pour les enfants, des contes, des ateliers, des balades thématiques, des exposants, un salon du livre, un salon du voyage et un marché artisanal. > Albertville / www.grandbivouac.com

Grenoble ekiden 20 oct. 19

COURSE PIED / Le Grenoble Ekiden, c’est l’évènement sportif fédérateur et grand public de l’année. Nul besoin d’être un champion de la course à pied ou de s’être entraîné régulièrement pour participer à l’épreuve. Mais au fait, c’est quoi un Ekiden ? Il s’agit d’une épreuve d’origine japonaise, un marathon couru en relais de 6 coureurs avec des distances imposées à enchaîner dans l’ordre. Les moins entraînés n’auront donc, au pire, qu’à parcourir 5 km. Facile ! Les coureurs réalisent une boucle, ce qui permet de concentrer les participants et le public dans un périmètre restreint et d’assurer ainsi l’ambiance et la convivialité de l’évènement. Des courses sont aussi proposées aux enfants nés entre 2003 et 2015, avec des distances adaptées à chaque tranche d’âge. > Presqu’île scientifique / 04 76 40 19 22 / www.grenoble-ekiden.fr

Octobre 19 / sPOT 23


ÉvÉNEMENTS TEXTE : JÉRÉMY TRONC

19 oct. 19

& 20

oct. 19

FestivAl de l’Arbre

© Jvillafruela

NATURE / 630 ans. C’est à peu près l’âge du tilleul qui fait la fierté des habitants de Réaumont, à 20 kilomètres de Grenoble. En 1995, l’arbre a besoin de soins et c’est pour les financer qu’est créé le festival de l’arbre. Cette manifestation unique en France propose une approche plurielle de l'arbre. Sujet vaste. On peut y attacher l’écologie, les contes, les mythes, la littérature, la sieste… et c’est bien dans toutes ces directions que le festival vous emmène avec une programmation proposant des balades, des ventes de végétaux, des conférences et des expos photos. Des professionnels - ornithologues, entomologistes, arboriculteurs… animent des conférences et près d’une cinquantaine d’exposants (producteurs végétaux, rosiéristes, pépiniéristes, horticulteurs, grainetiers de variétés rares…) tiendront un stand pour satisfaire vos envies de jardin. Thème de cette année  : murs et toits végétalisés. > Réaumont / www.lamaisondelarbre.fr

20 oct. 19

03 nov. 19

Fêter hAlloween >

© Unsplash

PEUR, EFFROI ET DAMNATION / Ah ! Halloween et ses porte-à-porte gênants pour glaner quelques bonbons. Et si vous choisissiez une animation plus sérieuse  ? Du genre celle que proposent les cuves de Sassenage avec leur visite “terre-ifiante”. Dans la grotte  : ambiance spectrale, effets de lumières flippants et déco monstrueuse  - automate, squelette, toile d’araignée et portait géant d’Alain Carignon (non on plaisante). Les grottes de la Balme proposent quant à elles un jeu de piste bien inquiétant au scénario entièrement renouvelé. Walibi sort de son côté la grosse artillerie avec plusieurs maisons hantées classées par ordre d’épouvante, un campement de la peur, une zombie city, un jeu de piste, des feux d’artifice et moult autres animations. Enfin le Musée archéologique Saint-Laurent propose le 31 octobre une journée de maquillage effrayant pour petits et grands et un atelier spécial Halloween. > Pour les liens : www.spot-web.fr

24 sPOT / Octobre 19


lA renversAnte

Foire Aux potirons

INSOLITE / Commençons par les invités insolites de cette foire : les potirons bien entendu. Il y en aura plus de 300 variétés, avec des formes et des couleurs étranges et variées, présentées lors de la traditionnelle exposition qui fait la particularité de cet événement. Un concours récompensera le plus gros d’entre eux, dépassant souvent les 100 kilos  ! Dans les rues et places de la cité médiévale, des exposants proposeront une sélection de produits du terroir et des artisans des démonstrations de leur savoirfaire et la vente de leurs créations. Vous trouverez aussi choix et conseils auprès de pépiniéristes et pourrez assister à des démonstrations de vieux métiers. À midi, la traditionnelle soupe au potiron sera proposée aux gourmets. > saint-Antoine-l’Abbaye / Gratuit / 04 76 36 42 17

© Bougez en Bièvre Est

COURSE OBSTACLES / Et si ces six ou onze kilomètres de course à pied étaient les plus longs de votre vie ? En tout cas les organisateurs de la Renversante feront tout pour, le 27 octobre à Colombe (proche de Beaucroissant). Car en plus de courir, il faudra ramper sur des sols improbables, franchir de nombreux obstacles, sauter, grimper, porter et se traîner dans l’inévitable boue, tout cela déguisé si vous souhaitez faire comme la majorité des candidats. Une vraie course à obstacles qui propose des parcours de difficulté variable : 6 km pour la formule loisir, 11 km pour la formule élite (avec classement) ou loisir. Il existe aussi des formats de course de 3 km à tester en duo, avec un adulte et un enfant âgé de 8 à 11 ans. Rires et sueur garantis  ! De nombreuses animations ponctueront la journée. > À colombe (isère) / contact@larenversante.fr / www.la-renversante.fr

27 oct. 19

© Unsplash

27 oct. 19

01 nov. 19

> 11

nov. 19

Foire de Grenoble

COMMERCE / 42 000m2 d’exposition, 500 stands, 8 univers  : pendant 11 jours, la Foire de Grenoble constituera la plus grande vitrine commerciale éphémère de l’Isère. De quoi donner vie à vos projets et combler vos envies. Cette année, la culture japonaise et les dinosaures sont à l’honneur. Vivez ainsi la Japan mania avec un univers dédié au Japon, de la culture aux loisirs en passant par la gastronomie. Suivez aussi les traces des dinosaures avec une exposition inédite à Grenoble et des créatures grandeur nature animées et sonorisées, pour découvrir le monde jurassique à travers un parcours ludique et pédagogique > À Alpexpo / http://foiredegrenoble.com

Octobre 19 / sPOT 25


DESTINATION

les gîtes sur pilotis du camping des Îles

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

© Gil Wirth

chAnAz (73)

AU MILIEU COULE UN CANAL C’est en hors-saison qu’il faut visiter Chanaz. Le village, très fréquenté en été, retrouve sous un soleil moins clinquant sa vie tranquille de bourgade savoyarde. Au lieu d’une visite en mode tourisme de masse, vous aurez droit à un tête-à-tête avec la cité qui vous révèlera en aparté ses plus agréables secrets : artisanat, patrimoine, gourmandises et activités douces. Une destination anxiolytique à prescrire après une rentrée mouvementée.

U

n village tout mignon traversé par un canal : il n’en fallait pas plus pour que Chanaz soit surnommé “la petite Venise savoyarde”. Abus de langage de visiteurs zélotes  ou parole de sages ? Un peu des deux, avec un avantage pour Chanaz  : celui de pouvoir y trouver un peu de calme quand Venise ne se visite plus que dans une atmosphère étouffante et malsaine (paroles d’habitants), les boutiques de souvenirs et de bibelots moches supplantant celles d’artisanat traditionnel.  À l’inverse, les habitants de Chanaz se sont mobilisés pour promouvoir l’artisanat de qualité. En parcourant ses ruelles en pente, on tombera tour à tour sur un torréfacteur, un vrai chocolatier, un brasseur, un artiste peintre, un potier et un céramiste, une miellerie et sur le Jardin des senteurs, une boutique-atelier remplie de savons artisanaux et de bougies aux parfums de Grasse (environ 80 déclinaisons  !). Petite commune rurale, Chanaz a pu se tourner vers le tourisme grâce à deux atouts

26 sPOT / Octobre 19

de taille : son port de plaisance et le canal de Savières. Long de 4 kilomètres, il relie le lac du Bourget, dont il est l’exutoire, au Haut Rhône. «  Ses eaux se déversent dans le Rhône, mais son courant s’inverse lorsque le fleuve est en crue. C’est le seul en France à fonctionner ainsi  » apprend-on de Yann Lefebvre, capitaine du Savoyard 2, le bateau de croisière panoramique qui nous emmène explorer le Haut Rhône. C’est une des attractions immanquables dans le coin, avec deux compagnies fluviales qui proposent leurs services (Bateau canal et Chanaz croisières). Pour parfaire le week-end, complétez-le par un bon restaurant. Notons que Chanaz, malgré son visage touristique, compte plus de bons établissements que d’attrapetouristes qui se fichent de la satisfaction de leurs clients de passage. Vérifiez tout de même où vous mettez les pieds, nos technologies modernes le permettant désormais. Vous avez tout pour réussir un week-end romantique à souhait  !


De la maison de Boigne, au centre de Chanaz, empruntez la rue du Moulin qui grimpe jusqu’au moulin de Chanaz. À proximité, ce sont d’abord des odeurs oubliées qui vous enivrent : celles de noix ou de noisettes que l’on écrase et que l’on chauffe. Oui, ce moulin du XIXe siècle est bel et bien en activité, remis en service après 40 ans de sommeil. Ses rouages sont actionnés comme à l’époque par une roue à augets de 6,3 mètres de diamètre alimentée par une réserve d’eau. À l’intérieur, le moulinier, en brassant les moutures de noix, vous parle de son métier avec en fond sonore le ronronnement de la meule et des engrenages qui transmettent l’énergie hydraulique. Le moulin fait aussi boutique : des bouteilles d’huile (fabriquée sur place) sont vendues à l’entrée du moulin, mais aussi des confitures et des friandises (noix et noisettes caramélisées).

© Émeline Fleuret

les mAins dAns lA terre…

Pendant la première moitié du Ve siècle après J.-C., des potiers se sont installés au bord du canal de Savières. L’atelier a diffusé ses productions de la Suisse à la Méditerranée. Le Musée gallo-romain Les Potiers de Portout, au cœur du village, retrace cette histoire. Il abrite un riche ensemble de céramiques luisantes produites par ces artisans gallo-romains, mais également des outils, des bijoux, des monnaies, des amphores... Autant d’objets témoins de la vie quotidienne, de l’artisanat et des échanges en milieu rural. Il est possible, sur réservation, de participer à des ateliers de poterie permettant de se familiariser avec les techniques de production de l’époque. © Émeline Fleuret

© Moulin de Chanaz

l’odeur de lA noisette écrAsée

le cAnAl en deux-roues

On dit que le canal de Savières est un des plus jolis de France. On peut le découvrir lors d’une croisière en bateau, en SUP, en kayak, en bateau électrique ou à vélo. Une piste cyclable longe en effet le canal sur près de quatre kilomètres. C’est une toute petite partie de la ViaRhôna. Elle vous permettra de rejoindre en 20 minutes le lac du Bourget où tous les plaisirs aquatiques sont permis (attendre le retour du printemps pour cela !). Vous comprendrez pourquoi Lamartine et les romantiques en ont fait un haut lieu de la poésie française. Vous pourrez ensuite continuer de pédaler aussi longtemps que cela vous plaira sur la piste cyclable, direction le lac Léman ou… la Méditerranée.

…et les pieds dAns l’eAu

Au camping des Îles qui borde le canal de Savières, vous pourrez louer dans une élégante marina un très joli gîte sur pilotis, au choix parmi 8 chalets individuels lacustres (pour 4 à 6 personnes et de 38 m2 à 50 m2). Ces logements HQE vous offrent dans un esprit contemporain tout le confort moderne : pièce de vie de 23m2, cuisine, chambres et surtout une terrasse en bois couverte de 13 m2 avec salon de jardin, surplombant le bassin aménagé. La classe  !

prAtique CHANAZ TOURISME www.chanaz.fr > LE MOULIN DE CHANAZ : chemin de la Fontaine 07 867 07 869 / lemoulindechanaz@gmail.com > MUSÉE GALLO-ROMAIN : 04 79 52 11 84 / www.musee-galloromain-chanaz.fr > CAMPING DES ÎLES : 04 79 54 58 51 / www.campingdechanaz.com

Octobre 19 / sPOT 27


CARNET D’ADRESSES

spot A testé pour vous ! *****

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

*****

il y a juste ce qu’il faut de soleil sur la terrasse de e old Bridge. © JBA

the old bridGe

PUB / L’installation de The Old Bridge marque un changement d’époque dans la rue SaintLaurent. Pendant des années, le café la Cymaise a régné sur cette place, l’une des plus courues de la ville tant la terrasse est bien orientée au soleil. Or, durant l’été, le mobilier multicolore du Cymaise a mué. Les chaises et les tables sont devenues plus sombres, marquant l’arrivée du pub. The Old Bridge, en référence à la passerelle Saint-Laurent toute proche, est une émanation du Shakesbeer, qui est installé de l’autre côté de l’Isère, sur la place de Berulle. Comme à l’accoutumée, la proposition en bières pression est large, de la Punk Ipa, en passant par la Barbare ou la Maredsous, tout comme est étendue l’happy hour (de 15 h à 21 h 30). À l’intérieur, les murs rouges et le chandelier en métal créent une ambiance chaleureuse. Le succès de la terrasse, là aussi, ne devrait pas se démentir, notamment si l’été indien se précise. > 16 quai Mounier

« LA PROPOSITION EN BIèRES PRESSION EST LARGE, DE LA PUNk IPA, EN PASSANT PAR LA BARBARE OU LA MAREDSOUS. »

dAisy bAr & coFFee

« ILS SONT FANS DES DEUx-ROUES, JUSqU’à ExPOSER EN vENTE UNE BELLE MOTO ROUGE vINTAGE. »

28 sPOT / Octobre 19

BAR / Alors que la rue Saint-Jacques était dévouée au commerce, plusieurs cafés et bars sont apparus. En juillet, c’est le Daisy bar & coffee qui a ouvert ses portes. À sa tête, trois hommes dont Damien, qui ont l’ambition de faire bouger le quartier avec une ambiance plutôt rock et moto (ils sont fans des deux-roues, jusqu’à exposer en vente une belle moto rouge vintage), et l’intérieur du bar avec le bois et les chaises de métal collent au thème. Passant des paroles aux actes, ils ont aussi organisé début septembre un concert devant 300 personnes — la rue Saint-Jacques était alors remplie. «  Cela fait plaisir de voir autant de monde, cela a permis de faire parler de nous  », confirme Damien, casquette noire et bras tatoués. Au menu de son bar, on trouve de la bière (française, avec la brasserie Furieuse, et américaine avec Budweiser) et une belle sélection de spiritueux. Du whisky (avec le Jack Daniel’s en étendard) en passant par le gin et le rhum. Évidemment quelques cocktails sont venus garnir la carte, dont le « Daisy », composé de gin et de Saint-Germain, accompagné de framboises fraîches, de jus de cranberry et de citron.  > Ouvert du mardi au samedi, de 17h à 2h. / ww.facebook.com/daisygrenoble/


le tAtone

avez-vous remarqué la tête de mort dans le dessert ? oui, c’est normal. © Tatone

BISTROT / C’est la découverte de cet été. Le Tatone a fraîchement ouvert en août et c’est le chef Tony Bousquet qui en a pris les rênes. Il a été recruté par Florian Poyet, chef de Badine (le restaurant gastronomique qui a migré à La Tronche pour poursuivre son aventure) à la fin de l’année dernière. Le chef veut jouer dans le haut du panier de la cuisine grenobloise. Ainsi, il prend la suite de Badine et reste dans la ligne du gastro : du bon, du beau, du soigné. Le dessert-signature du chef inquiète comme il réjouit — il est composé d’une tête de mort en chocolat blanc brûlé et framboise acidulée —, et démontre l’impressionnante maîtrise du jeune chef. D’autres plats sont tout aussi spectaculaires, comme le tartare de Salers maison. Il arrive sous la forme d’un cercle que le serveur va venir remplir de son « coulis comme un gaspacho ». Et on pense enfin au foie gras micuit accompagné de brioche à l’huile de truffe d’été et crème d’oignons confits. Les yeux, comme le ventre, se régalent. > 168 cours Berriat à Grenoble

« IL PREND LA SUITE DE BADINE ET RESTE DANS LA LIGNE DU GASTRO : DU BON, DU BEAU, DU SOIGNÉ. » ambiance rock et moto. © JBA


CARNET D’ADRESSE

spot A testé pour vous ! *****

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

*****

la sélection de produits change régulièrement. © Céline

lA mAison créAtive de céline

DIY / Face aux produits manufacturés de mauvaise qualité, de nombreuses créatrices remettent en avant le « fait main ». C’est le choix de la Maison créative de Céline, qui souhaite valoriser ses pairs, des créatrices qui utilisent leurs petites mains pour réaliser des objets qui ont du sens. Plusieurs d’entre elles sont accueillies dans les murs de l’échoppe et la sélection change régulièrement. Ces derniers mois, l’on pouvait découvrir le travail de créatrices aux univers vraiment divers. À la fois des savons (réalisés par une saponification à froid) et des produits de beauté écoresponsable, mais aussi des textiles — plutôt pour les enfants, avec des accessoires mignons. De même, une créatrice choisit de sublimer le coffret pour bijoux ou la boîte à thé avec des peintures toujours colorées. C’est en tout cas l’endroit idéal pour dénicher des objets uniques, originaux, et réaliser dans des matières « responsables ». En effet, la boutique s’engage au maximum pour vendre des produits locaux (évidemment), mais qui bénéficient aussi de différents labels — l’un d’entre eux, le label Oeko-Tex, garantit des textiles ou produits exempts de substances toxiques pour le corps et pour l’environnement. > 7, rue d'estienne d'Orves à échirolles / Du mardi au vendredi de 9 h 30 à 11 h 15 et de 14 à 18 h.

« C’EST EN TOUT CAS L’ENDROIT IDÉAL POUR DÉNICHER DES OBJETS UNIqUES, ORIGINAUx, ET RÉALISER DANS DES MATIèRES “RESPONSABLES” . »

prochAin numéro.

© Jérémy Tronc

UN PATRIMOINE SURPRENANT

novembre 2019 n°175 - sortie le 06 novembre

Bizarre, étrange, insolite, flippant, moche, rare... Le patrimoine isèrois peut encore vous surprendre.

SPOT est un magazine du groupe UNAGI. 12, rue Ampère - 38000 Grenoble. S.A.R.L. au capital de 97 561,88 euros. RCS Grenoble : 413 508 581. Tél. : 04 76 84 44 60. Fax : 04 76 21 25 11. Mail : contact@spot-web.fr Directeur de la publication : Sébastien Rousset (srousset@groupe-unagi.fr - 04 76 84 44 61) Responsable de rédaction : Jérémy Tronc (jtronc@spot-web.fr - 04 76 84 79 38) Assistante commerciale : Aurore Meyrieux (ameyrieux@groupe-unagi.fr - 04 76 84 79 30) Service commercial - Publicité : Sébastien Roy (sroy@groupe-unagi.fr - 04 76 84 79 36) / Renaud Goubet (rgoubet@groupe-unagi.fr – 04 76 84 44 64) Ont collaboré au numéro : Claire Gottardi. Jean-Baptiste Auduc. Assistante de direction : Magali Pochot Design : www.michelbarthelemy.com Maquettiste : Léa Alvarez Infographiste : Melvin Martin Relectrice : Nathalie Gresset Responsable diffusion : Jean-Maxime Morel Tirage : 30 000 exemplaires en libre service, diffusés par DiffusionActive Impression Rotimpres (Espagne) La rédaction n’est ni responsable des textes publiés qui engagent la seule responsabilité de leur auteur, ni des erreurs ou omissions. Toute reproduction de SPOT est strictement interdite. www.spot-web.fr

30 sPOT / Octobre 19


WALIBI

Profile for Magazine SPOT

Magazine SPOT Grenoble - Octobre19 / Les marchés etr producteurs locaux  

Magazine SPOT Grenoble - Octobre19 / Les marchés etr producteurs locaux  

Profile for lpsgre
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded