Page 1

QUE FAIRE LE WEEK-END ?

avr. 19

n°169

MagaZine

derrière la porte

visite urbaine

gRenoble, Côté CouR

Food trucks

Grand format

Rue des gastRonomes

paysage > paysages

ÉvÉnement du mois

CultuRe dans la natuRe

GAGNEZ

vos invitations pour Musilac Mont-Blanc !

Mensuel gratuit WWW.SPOT-WEB.FR

Édition grenoble


ÉDITO/SOMMAIRE TEXTE : JÉRÉMY TRONC

P.4

avr. 19

P.6

n°169

En couverture : Petit camion mais grande cuisine dans les food trucks. Ici, monts et merveilles. © Léa Alvarez

P.8

P.18

P.22

TRUCK TA VIE Fils d’agriculteurs installés dans le Trièves, le jeune autostoppeur que l’on a embarqué un samedi entre Monestier-de-Clermont et la MC2 de Grenoble souhaitait devenir danseur professionnel. Si nous connaissons tous quelqu’un pour qui le déterminisme familial et social a joué défavorablement dans son développement personnel, en voilà un qui au moins ne restera pas cloué au sol, ses parents l’encourageant dans cette voie. Les gérants de food trucks que l’on a rencontrés (lire notre dossier) ont échappé à ce déterminisme un peu plus tard dans le déroulé de leur existence. Après un poste dans l’immobilier, en tant que consultant en management ou enseignant, ils ont choisi de tout plaquer pour monter leur petite affaire, à bord d’un camion, préférant vivre de leur passion (pour la cuisine) que suivre une route plus sûre mais moins savoureuse. Dans ce monde changeant, ce métier avait pour eux plus de sens. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », disait Héraclite. En d’autres termes, on ne peut traverser ces mutations sans être soi-même transformé.

P.16

P.26

P.4 I EN BREF Grotte Chauvet : l’expo événement. Rochette à l’Ancien Évêché. Des crocodiles à la nurserie. La Coupe Icare célèbre de Vinci... P.6 I VISITE URBAINE Les cours et les entrées de Grenoble.

P.28

P.30

P.18 I ÉVÉNEMENTS Journées des métiers d’art. Festiv’arts. Tohu-Bohu. Hero festival. Festival de clown. Le grand repas. Focales en Vercors... P.26 I DESTINATION Balcons du Dauphiné.

P.8 I GRAND FORMAT Food trucks : la gastronomie mobile.

P.28 I CARNET D’ADRESSES Le Poppa. Le bistrot Marsellus. Zig Zagathe. Cocomiette.

P.16 I ÉVÉNEMENT DU MOIS Paysage > paysages.

P.30 I PORTRAIT DE SPORTIVE Interview d’Ophélie David.

Avril 19 / sPot 3


dès la préhistoire, les hommes ont multiplié les représentations de lions.

grotte chauvet : l’expo ÉvÉneMent

ENVIRONNEMENT / La grotte Chauvet concentre à elle seule la moitié des représentations de félins connus dans l’art pariétal préhistorique, soit 75 figures sur 150. C’est ce qui a inspiré l’exposition événement qui débute le 6 avril sur le site de Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche). Intitulée " Des lions et des hommes, 400 siècles de fascination ", elle invite à un voyage au cœur de l’intérêt universel pour l’animal. Le parcours inédit explore les représentations et mythes félins à travers près de 180 œuvres d’art, de cultes et de rituels, provenant des plus prestigieuses collections internationales (Musées nationaux de Berlin, Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, Musée du Louvre, Musée Cernuschi, Musée Guimet, Muséum national d’Histoire naturelle.…). Un voyage passionnant en Europe, en Asie, en Amérique et en Afrique, assorti pendant 6 mois de nombreux spectacles et conférences. > https://expo.grottechauvet2ardeche.com/

rochette à l’ancien ÉvêchÉ

EXPOSITION / Si l’exposition temporaire consacrée aux estampes japonaises a tourné à merveille au musée de l’Ancien Évêché (plus de 30 000 visiteurs), l’établissement départemental prépare déjà la prochaine exposition, prévue à l’automne 2019. Elle sera consacrée à l’auteur de BD Jean-Marc Rochette, «  au sommet de son art  » selon Isabelle Lazier la Directrice du musée, qui nous a glissé cela en aparté. A priori pas de Transperceneige au programme, mais des ouvrages plus récents comme Ailefroide ou encore Le loup, son dernier album qui sortira en mai chez Casterman. Mettre à l’honneur cet auteur majeur, c’est une excellente nouvelle pour tous les amateurs de BD.

gagneZ

icare prend de vinci sous son aile

LOISIR / Pour les 500 ans de la disparition de Léonard de Vinci, la Coupe Icare a décidé de rendre hommage à celui qui reste l’un des plus grands génies du vol humain. La manifestation fera la part belle à l’inventeur, avec un programme 2019 ponctué d’animations en rapport avec l’illustre personnage de la Renaissance. Parmi elles, des ateliers familiaux et des expositions gratuites. L’Icarnaval, le concours de vols déguisés, décernera un prix spécial de Vinci aux meilleurs déguisements sur la thématique. > L’événement se déroulera du 19 au 22 septembre.

Concours gratuit. Modalités de participation sur www.spot-web.fr/grenoble rubrique concours Spot Grenoble Rejoignez-nous sur

4 sPot / Avril 19

© Ilan Ginzburg

Vos invitations pour le festival Musilac Mont-Blanc ! Rendez-vous très prochainement sur le site de Spot Grenoble.

actis paye sa visite

HISTOIRE / Premier bailleur social de l’agglomération grenobloise, actis propose pour ses 99 ans un cycle de visites guidées et une exposition sur l’histoire du logement social. Chaque mois, des visites permettront d’explorer un pan historique du logement social, de 1920 aux années 2000. elles se dérouleront à chaque fois dans un quartier différent, représentatif de chaque vague de construction. >exposition : du 10 avril au 12 mai à la Platerforme de Grenoble visites : gratuites, sur inscription. Contact : 99ans-actis.fr

10

© VVF

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

© M. Dupont - ATD 07

EN BREF

VTT / C’est le nombre de bougies que le Vélo Vert Festival soufflera cette année à Villard-de-lans. la station l’accueillera pour la 7e année consécutive, du 31 mai au 2 juin. les organisateurs ont tenu à marquer le coup en annonçant déjà quatre nouveautés. la plus notable est la venue de la Coupe du monde de Mtb eliminator. Épreuve éliminatoire ultra spectaculaire, avec des boucles de deux minutes parsemées d’obstacles. autres innovations : une randonnée nocturne ponctuée de surprises (trois parcours), une street race en binôme ouverte à tous, et une randonnée découverte culinaire avec tracé culturel et gourmet.

des crocodiles à la nurserie

ZOO / Crocodiles bien sûr, mais aussi tortues géantes, varans, serpents, iguanes... Ce sont plus de 600 animaux qui peuplent aujourd’hui la Ferme aux crocodiles de Pierrelatte (drôme), valorisés par des parcours de découverte et des animations quotidiennes. sa nurserie vient d'être entièrement rénovée. intégré en plein cœur du parcours de visite, ce nouvel espace ludo-muséal a pour but d'expliquer, d'émerveiller et de sensibiliser petits et grands sur la reproduction des reptiles. il accueille depuis son ouverture, le 28 mars, trois tortues sulcatas, deux pythons, un crocodile nain d'afrique, des bébés tortues aquatiques (emydura), un pogona. trop mignon.


Avril 19 / sPot 5


VISITE URBAINE

Place de l’étoile, la statue se dévoile.

TEXTE : JEAN-BApTISTE AUDUC

© JBA

côtÉ cour

GRENOBLE, DERRIèRE LA pORTE La frontière entre domaine public et privé est toujours ténue, notamment dans le centre de Grenoble. Souvent, les entrées dissimulent des beautés réservées aux habitants des immeubles. Mais pourquoi seraient-ils les seuls à en profiter ? On est allé les chercher pour vous.

U

ne inscription surplombe la statue située en fond de cour : 1857. Il aura fallu tout ce temps pour que l’auteur de ces lignes puisse profiter de la beauté de la femme représentée. On est au n° 2 de la place de l’Étoile. Il suffit de pousser la porte en journée (nul besoin d’actionner un bouton, la porte est ouverte aux quatre vents) pour découvrir ce petit coin de calme. Une grande colonnade blanche accueille le visiteur, donnant sur la vaste cour. Les oliviers couverts de fruits se permettent de cacher les abris à vélo en bois. Au fin fond de la cour, la surprenante statue trône, encadrée par des murs de brique, avec à ses pieds un petit bassin. On se retourne alors pour découvrir le haut bâtiment formant un U, dont les murs sont baignés de lumière de ce mois de mars. En sortant par la haute porte, le bruit de circulation fatigue déjà et l’on regrette la cour calme. Pour atteindre la deuxième étape, il faut ensuite remonter en direction des rues commerçantes, jusqu’au 12 bis, rue des

6 sPot / Avril 19

Clercs. La porte en impose, avec ce visage figurant un Bacchus encadré de feuillage ou un visage de guerrier japonais. La lourde porte laisse entrevoir, à droite, un mur de métal délimitant la frontière du Carré des Clercs adjacent. Puis au plafond, des voiles de verre inhabituelles et couvertes de poussière permettent à la lumière de baigner le hall. Enfin, à gauche, les escaliers en pierre massive apparaissent. Une vilaine grille empêche de gravir les belles marches beiges, alors on se contente de voir les garde-corps travaillés, et de s’imaginer grimé en roitelet du XVIIe, descendre les escaliers avec quelque princesse au bras.

le jardin de notre-daMe, la Fraicheur de saint-laurent

Cette entrée, toute en minéralité, contraste évidemment avec celle du 16, place NotreDame. À côté du bar À l’ouest, les grandes portes vertes (ouvertes en général le matin) cachent un jardin verdoyant, où les plantes

en pot règnent. Certes, les plantes grimpantes qui couvrent un ancien mur d’enceinte ne sont pas encore parées de leurs plus belles feuilles, mais les oiseaux s’y amusent déjà. Une œuvre d’art contemporain alterne avec un arbre taillé à ras, un petit sapin et des plantes grasses, et détourne l’attention des larges vitrines au rez-de-chaussée, où sont installés des associations et des particuliers. Enfin, un petit banc de pierre incite les amants discrets à s’asseoir un instant, pour profiter de la fraîcheur et du cadre revigorant. La fraîcheur, la rue Saint-Laurent en sait quelque chose, elle qui n’est éclairée que quelques dizaines de minutes par jour. Ici, toutes les entrées d’immeubles sont belles — le meilleur moyen de les découvrir est d’attendre la biennale du dessin de SaintLaurent, en 2020… Pour patienter, nous vous conseillons deux entrées. L’une (au 97, rue Saint-Laurent), est totalement historique et accueillait l’Hôtel des monnaies. Construit au début du XVIe siècle, il abritait un atelier


© JBA où étaient produites les pièces d’or signées des armes delphinales. Dès le couloir, l’hôtel donne le change avec ses voûtes nervurées et finement ciselées. Et puis, il y a cette tour, et son fronton couvert de mousse. La lumière ne passe pas, certes, mais les murs chargés d’histoire irradient suffisamment l’espace. Enfin, pour les plus jeunes de nos lecteurs, il sera aussi possible de visiter le 52. Les paliers de chaque étage sont en bois et tout à fait caractéristiques de l’architecture de la rue. Surtout, on se trouve à côté du Vieux Manoir, et les habitants, gênés par quelques fêtards indélicats y ont laissé une pancarte évocatrice, devant laquelle on s’attarde : " Défense d’uriner sous peine de confiscation du matériel. " Pas sûr que les fêtards, eux, suivent le conseil.

En-haut : mais qui est ce visage inconnu ? (rue des Clercs) En-bas : dans le jardin de notre-dame, les plantes se réveillent.

© JBA

© JBA

« IL SUFFIT DE pOUSSER LA pORTE EN JOURNÉE pOUR DÉCOUVRIR CE pETIT COIN DE CALME. UNE GRANDE COLONNADE BLANChE ACCUEILLE LE VISITEUR. »

Avril 19 / sPot 7


GRAND FORMAT TEXTE : JEAN-BApTISTE AUDUC

8 sPot / Avril 19


sur la route de la BouFFe

LES SAVEURS DU MONDE SONT à pORTÉE DE CAMION

Parcourir le monde dans son camion, c’est un peu le retour du héros de « On the Road », de Kerouac, avec moins de whisky frelaté. La nourriture y est, là aussi, bien meilleure. En France, cette mode a déjà une dizaine d’années et voilà cinq ans que Grenoble suit une tendance qui ne semble pas s’essouffler. Petit tour d’horizon des food trucks du coin, entre burger saignant et plat équilibré et végé. Food truck monts et merveilles, nouvel arrivé dans l’agglo. © Léa Alvarez Avril 19 / sPot 9


© Jérémy Tronc

GRAND FORMAT / SUR LA ROUTE DE LA BOUFFE

T

uut tuut. C’est le son du camion du boulanger, arrivant dans la cour de la ferme, qui s’annonce. Cette tradition des campagnes françaises s’est américanisée (qu’est-ce qui ne l’a pas été ?) et a anglicisé son nom. Aujourd’hui, on ne parle plus de camion, mais de food truck. Son histoire, aussi courte que la création des USA, vient de ces caravanes de pionniers souhaitant découvrir les dangers du Grand Ouest sauvage. On pense aussi au camion du glacier, dont la musique (tantôt flippante, tantôt réjouissante) parcourt la filmographie outre-Atlantique. En France, la mode est née à Paris, où une cuisinière au nez fin monte son food truck de burgers en 2011. La sauce prend et va infuser dans les régions. Ainsi, à Grenoble, le premier né de cette dynastie, c’est le Black Rhino. Montée par Emeric, qui a été rejoint par Jeff et la cuistot Chloé, l’affaire marche bien et l’image du food truck se diffuse. Presque victime de son succès, il écoule jusqu’à 120 burgers par jour. Quand on rencontre l’équipe dans sa petite caravane noir et orange, elle est posée sur la place de la Résitance, au beau milieu de la presqu’île scientifique. Au carrefour des grands orga-

10 sPot / Avril 19

« SI LES RESTAURANTS EN CAMION ONT DÉBUTÉ SOUS L’ÉGIDE DU TRèS AMÉRICAIN BURGER, LA FRANCE A SU RÉINVENTER LE CONCEpT, SURTOUT AU NIVEAU DES SAVEURS. » nismes de recherches (CNRS, CEA) et d’industriels (Schneider ou STMicroelectronics), Emeric se régale. Passé par l’IEP de Grenoble et ancien consultant en management pour différentes entreprises, il a gardé un certain feeling du business et a choisi soigneusement les coins où se poser en fonction. Et la file d’attente ne dément pas le succès du Black Rhino. Comme on passe un peu tard, les frites sont épuisées. Mais goûter leur viande (fournie par un boucher savoyard) accompagnée de cheddar affiné et d’une sauce au Jack Daniel’s ravit le palais. « Mieux vaut réserver son burger », avertit Emeric, qui assure que peu importe la pluie ou la neige : « cela n’entre pas en ligne de

compte puisqu’on a beaucoup de groupes qui vont ramener à manger pour leurs collègues de bureau. En plus de ce travail hebdomadaire, le food truck joue sur l’image d’une nourriture facile à manger. D’où la présence de trucks dans les différents festivals de l’agglomération, comme au Cabaret frappé ou devant la Belle électrique. Mais si le food truck est cool, il ne faut pas croire que la vie de food truckiste est facile. L’équipe de trois personnes se serre dans la caravane et doit nettoyer chaque jour, de fond en comble, l’habitacle. Puis c’est le retour au laboratoire, pour décharger le matériel, puis lancer les préparations du lendemain. Une importante


© Jérémy Tronc

Ci-contre et ci-dessous : black Rhino cuisine en moyenne 100 hamburgers par service.

Avril 19 / sPot 11


GRAND FORMAT / SUR LA ROUTE DE LA BOUFFE logistique qui va permettre d’assurer la fraîcheur des produits. Restent les tâches administratives à régler, et c’est reparti pour un tour !

autres caMions, autres saveurs

© JBA

Si les restaurants en camion ont débuté sous l’égide du très américain burger, heureusement, la France a su réinventer le concept, surtout au niveau des saveurs. Ainsi, de nouveaux camions sillonnent les rues de l’agglomération. Parmi eux, le Whoo Hoo. Dans sa mini-caravane jaune et violet, Isabelle veut du local, du local, du local. Son symbole (la carte du monde) affiche pourtant l’ambition du restaurant : en faire voir de toutes les couleurs aux clients. Cette ancienne professeure est partie justement aux USA, pendant dix ans puis a souhaité lancer son food truck à Los Angeles. «  Je devais me lancer là-bas, tout était prêt, j’avais même trouvé un investisseur. Malheureusement, je n’ai pas obtenu de visa et j’ai dû revenir en Europe  », réagitelle. Pas déprimée pour un sou, elle finit par se lancer en France. Et les inspirations de cette cuisinière par passion sont multiples. Ainsi, les menus sont extrêmement variés et prennent la forme d’une entrée/plat/dessert consistant. La cuisinière manie aussi très bien la cuisine asiatique, lui permettant de faire des salades bo bun agréables et un curry thaï vert maison avec riz et salade. « En général, je me fie à ce que je trouve sur le marché ou chez mes fournisseurs  », rappelle-t-elle, en évoquant son porc à la sauce aigre-douce accompagné d’une salade kimchi maison (composée de chou). Pour les desserts, chocolats ou parfaits à la framboise ou passion régalent les yeux, et le

12 sPot / Avril 19


© Jérémy Tronc ventre. Enfin, en ces temps de réchauffement climatique, la cuisine assure l’utilisation d’emballages faits à partir de matériaux recyclés et recyclables. Nouvelle dans le circuit, elle a dû faire ses preuves. Mais déjà, une certaine reconnaissance lui permet de trouver des lieux où poser sa caravane, notamment près de l’hôpital Michallon. Depuis quelques mois, le CHU souhaite proposer d’autres goûts aux malades, aux médecins et aux visiteurs.

une Malgache et son rougail

Au pied du CHU, c’est une autre femme que l’on rencontre. Dans son camion rouge siglé Art' Îles' A, la souriante Olivia (née à 9 000 km de la France, dans la capitale malgache) propose des plats de La Réunion et de Madagascar. Les achards disputent la place aux autres plats cuisinés. La spécialité ? Un rougail de la mer, avec crevettes, cabillaud et saint-jacques  : «  C’est une de mes créations qui marche vraiment très bien  », assure la cuisinière, qui fait

Ci-dessus : Woo Hoo, spécialisé dans la cuisine du monde, au gré du marché du jour. Ci-contre : art’Îles’a propose des plats de la Réunion et de madagascar

Avril 19 / sPot 13


une connexion au japon

On quitte alors l’océan Indien pour se diriger vers l’Asie, et surtout le pays du Soleil-Levant, représenté par Marlène. Avec son camion Maki & Co, les sushis aussi ont leur pré carré sur la place iséroise. Vivant en Belledonne, la jeune femme se consacre aux villes de l’Ouest grenoblois. Souhaitant populariser le " vrai sushi ", elle n’a rien d’une amatrice. En effet, après avoir travaillé dans l’immobilier, elle s’intéresse à la cuisine japonaise et va faire de nombreux stages sur place, chaque année, pour se perfectionner. Pour sa matière première, elle se fournit tous les jours à la poissonnerie Lachenal. On ne rigole pas avec la fraîcheur du poisson. Et c’est donc équipée de son Deba (couteau à poisson traditionnel) qu’elle réalise les makis, sushis, sashimis et autres plats moins connus (et d’autant plus intéressants à goûter). Mais alors que les autres camions préfèrent les clientèles de professionnels, Marlène pose son camion le soir pour séduire une clientèle qui s’apprête à rentrer à la maison. Elle y propose des plateaux, pour un repas tout seul ou à plusieurs, et des plats pour les enfants à petits prix. Alors certes, le food truck a commencé avec des burgers, mais désormais, c’est tout le spectre de l’excellence culinaire mondiale qui parcourt nos rues. Reste à choisir le bon !

© Léa Alvarez

pousser ses propres légumes et plantes aromatiques. Pour les épices, elle a gardé des contacts dans les îles de l’océan Indien et un arrivage régulier lui permet la création de ses plats singuliers. Elle tient en tout cas à compartimenter ses inspirations : «  J’utilise les épices de La Réunion pour les plats de La Réunion. Pareil pour Madagascar. Je ne mélange pas !  », poursuit-elle en évoquant le plat malgache par excellence, le romazava composé de viande de bœuf, de brèdes, de tomates et d’oignons, qu’Olivia cuisine au feu de bois. Or, à Madagascar, le piment est maître, présent sous des formes extrêmement variées. Mais Olivia le sait, nos estomacs sont douillets et elle tient à « avertir les clients s’il y a du piment. Et si vous voulez en rajouter, c’est possible ! », s’exclame la cuisinière qui, lorsqu’on trébuche sur l’origine des samoussas, elle nous reprend  : «  Attention, les samoussas viennent des Comorres.  »

© Jérémy Tronc

GRAND FORMAT / SUR LA ROUTE DE LA BOUFFE

Milieu : monts et merveilles, le nouveau (et très bon) food truck de l’agglo. En-bas : Chez marinette, plats sains et wraps avec des légumes du jardin.

14 sPot / Avril 19

© Chez Marinette

En-haut : marlène de maki & Co prépare les plats en direct.


le calendrier des Food trucks Par définition, un food truck ne reste jamais au même emplacement d’un jour à l’autre. Nous vous proposons un calendrier pour les retrouver un jour de la semaine à un endroit précis, mais vous pouvez consulter leur site pour connaître leur emplacement les autres jours. Lundi : Chez Marinette à CroLLes, Le Midi Dans son J5 (un camion Peugeot des 90’s, repeint d’un rose pétant), elle propose des plats sains comme un taboulé de quinoa au fenouil et des wraps maison, préparés, quand c’est possible, avec des légumes du jardin. Tél.  : 06  62  29  63  26 www.facebook.com/pg/chezmarinette38 Mardi  : Maki & Co à Muriannette, Le soir Les sushis, sashimis  et autres nigiris n’ont pas de secrets pour la cuisinière qui préfère vendre ses produits le soir, dans l’ouest de Grenoble. Tél.  : 07  82  83  79  82 www.makiandco-truck.fr MerCredi  : Whoo hoo au Chu MiChaLLon (entrée haLL de BeLLedonne), Le Midi Les inspirations asiatiques de cette globetrotteuse née à Grenoble surprennent. Mais le délice de sa cuisine vaut le détour. Tél.  : 06  99  29  71  31 https://www.woohoo.fr/ Jeudi  : Monts & MerveiLLes à MeyLan (29, CheMin du vieux Chêne), Le Midi Ce traiteur de haut niveau dispose d’une caravane chromée et propose de vrais plats, dans de vraies assiettes. Il faut dire que la première activité du bonhomme, traiteur, lui a donné certaines compétences. Tél.  : 06  26  55  75  00 www.oztraiteur.fr vendredi  : Le BLaCk rhino à MontBonnot, Le Midi Inutile de présenter les hamburgers de la caravane orange et noir. Mais il est utile de réserver auprès d’Emeric car l’affluence est souvent très importante. Tél.  : 06  83  32  46  64 www.black-rhino.fr saMedi  : art' ÎLes' a au MarChé de La Frange verte à éChiroLLes, Le Midi Les saveurs de l’océan Indien se retrouvent dans des plats cuisinés ou des beignets et autres achards. Pensez à prendre une serviette  : les plats sont gras mais délicieux. Tél.  : 06  19  30  07  82 contact@art-iles-a.com

Avril 19 / sPot 15


paysage > paysages

ÉVÉNEMENT DU MOIS jusQu’au 22 juin 19

© Marti Albesa

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

QUAND LA CULTURE INTERROGE LA NATURE

Ne vous fiez pas au titre, Paysage > Paysages est bien une manifestation culturelle, où des artistes vous invitent à renouveler votre regard sur la nature et les paysages de l’Isère. Près de 200 événements sont programmés pendant trois mois sur tout le territoire. Des expériences et des moments festifs qui ont séduit 171 000 personnes lors de la version hivernale (2017-2018) de l’événement. La printanière sera-t-elle à la hauteur ?

16 sPot / Avril 19

qui civilise, qui rend meilleur, qui connecte avec une identité et un territoire. C’est avec ces convictions que Jean-Pierre Barbier a adhéré au projet. Il a été initialement pensé autour de la nature et de problématiques écologiques par le Laboratoire, qui s’en est

« OBJECTIF : METTRE EN VALEUR LES pAYSAGES DE L’ISèRE EN Y FAISANT INTERVENIR DES FORMES D’ExpRESSION EMpRUNTÉES AU MONDE DES ARTS. » ensuite progressivement retiré. Le Département a donc repris la main et s’appuie sur les acteurs culturels et associatifs locaux pour « faire découvrir nos diversités culturelles, les richesses de notre territoire, de nos paysages et toute la palette culturelle du département », expliquait le président lors de la présentation de la saison 3. Paysage > Paysages vous réserve ainsi, aux quatre coins du département, des moments originaux de fête, de partage et de découverte, dans des lieux méconnus ou surprenants. Un programme riche, ponctué par des temps forts, à découvrir jusqu’au 22 juin.

© Jérémy Tronc

P

aysage > Paysages va mobiliser au printemps 2019 plus de 150 acteurs issus du monde de la culture et du patrimoine mais aussi de l'aménagement du territoire, de la protection des espaces naturels, de l'enseignement, du sport et du tourisme, dans 70 communes participantes. Cela s’appelle sortir l’artillerie lourde en langage guerrier. L’état-major n’est autre que le Département, qui porte l’événement depuis 2016, en partenariat avec le collectif artistique Laboratoire. À leur actif, déjà deux opérations spéciales rondement menées : une automnale (en 2016) et une hivernale (en 2017-2018). Chacune dure trois mois (une saison quoi) et leur objectif est on ne peut plus pacifique  : mettre en valeur les paysages de l’Isère en y faisant intervenir des formes d’expression empruntées au monde des arts, mais pas seulement. Performances, installations, arts plastiques, danses, jeux, rencontres, expositions, lectures, balades, explore games… Le Département multiplie les moyens dans l’idée de toucher le public le plus large possible, dont le «  non-public  », celui qui avoue porter un intérêt très faible à la culture. Pour Jean-Pierre Barbier, président du Département, il s’agit de « faire en sorte que la culture soit partout et aussi pour tous, que les Isérois deviennent les véritables acteurs de cette culture. Elle n’est pas qu’un supplément d’âme. (…). Je suis convaincu qu’un euro dépensé aujourd’hui dans la culture, c’est un euro d’économisé demain.  » La culture qui intègre, qui ouvre,

Ci-dessus : Installation «les sentinelles» de Victoria Klotz. domaine départemental de Vizille. En-haut : maibaum, de Jordi galí - Cie arrangement Provisoire.


deux temps forts proches de grenoble > EN GRÉSIVAUDAN - LES 6 ET 7 AVRIL CROLLES - Samedi 6 avril LA MACHINE À CHUCHOTER Découvrez un univers sonore, un chœur d’animaux qui chante, bruite et met en place une étrange poésie. À 14h, 15h, 16h et 17h, sur l'Espace naturel sensible du marais de Montfort LE CUBE VOUS MET EN BOÎTE EXPÉRIENCE - Faites l’expérience d’un voyage immobile au cœur du marais de Montfort dans le « cube », le dispositif immersif du photographe Alain Doucé. Sur l'Espace naturel sensible du marais de Montfort BARRAUX - Dimanche 7 avril BRUNCH MUSICAL DES DÉTOURS DE BABEL Au programme, plus de 12 propositions artistiques pour tous les publics dans les différents espaces du fort - concerts, spectacles, fanfares, performances, installations sonores, siestes musicales, etc. Des visites du fort sont également organisées par l’association de sauvegarde et de valorisation de Fort-Barraux. De 10h30 à 19h, à Fort-Barraux

> AU DOMAINE DE VIZILLE - DU 3 AU 8 MAI ÇA REMUE ! Rencontres interdisciplinaires et de performances (d)étonnantes associant artistes, chercheurs et public pour explorer les relations homme/animal/paysage. Six expériences seront proposées dont : > «  Dialogue avec un troupeau  »  : une occasion inédite de vivre une expérience au plus près des animaux d’alpage. Du vendredi 3 au lundi 6 mai de 10h à 12h > «  Sylvophonie  »  : Le duo  Angeli Primitivi,  José Le Piez/Patricia Chatelain, artistes virtuoses du son des arbres, vous invite à pratiquer un « bain de forêt » et à découvrir  les Arbrassons, sculptures sonores qui interrogent la matière à la recherche d’une mémoire enfouie entre les fibres du bois. Samedi 4 mai et dimanche 5 mai à 10h et à 15h > «  Maibaum  »  : De  Jordi Galí - Cie Arrangement Provisoire.  La perforamance est constituée de 8000m de cordage minutieusement tissés par cinq interprètes, dont la forme nous apparaît à la fin d’une performance de deux heures et demi durant laquelle le spectateur est libre d’aller et venir. Sam. 4 mai à 14h et dim. 5 mai à 11h. Samedi 4 mai à 14h et dimanche 5 mai à 11h

DPT ISERE DIRECTION DES MOBILITÉS


ÉVÉNEMENTS

oufs d’astro s’intéresse cette année à l’univers des extrêmes.

© pxhere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC. ALICE FORGES

jusQu’au 07 avr. 19

journÉes des MÉtiers d’art

M²TIERS / Calquées sur le modèle des Journées du patrimoine, les Journées européennes des métiers d’art permettent de découvrir ces professions en immersion chez les professionnels ou les centres de formation. Le temps d’une démonstration, d’une visite ou même d’ateliers, les artisans d’art partagent avec vous leur passion, leurs créations et leur  histoire  de vie. Ainsi, de l’archetier au vitrailliste, du marionnettiste au batteur d’or, du joaillier à l’ébéniste, ces femmes et ces hommes vous ouvriront leur bel univers. En Isère, pas moins de 24 événements sont d’ores et déjà recensés. À Grenoble ou La Tronche, un restaurateur de films cinématographiques, un restaurateur d’œuvres d’art, un luthier, un doreur sur cuir ou encore un verrier fondeur vous montreront leur précieux savoir-faire et leur esprit créatif. Programme intégral sur le site de l’événement. > www.journeesdesmetiersdart.fr

jusQu’au 08 avr. 19

Foire de lyon

PEACE / Pour sa 101e édition, la Foire de Lyon met le cap à l'ouest. Et plus précisément du côté de l'Ouest américain, à San Francisco. 1 600 m2 d'exposition seront consacrés à l’histoire et la culture californienne. Tout y passe  : boutiques, symboles, reconstitutions historiques avec des focus sur le fameux Golden Gate Bridge (que l'on a tous déjà  vu dans les séries et films), la prison d’Alcatraz ou encore les peuples amérindiens de Californie. Trois espaces spécifiques seront disposés juste devant l’exposition : l’un dédié au voyage, le deuxième à la Silicon Valley et le dernier à la mode vintage (flower power oblige).  Du côté de la Foire, 900 exposants seront réunis dans deux grands univers : maison et shopping. Par ailleurs, les amateurs de technologies pourront découvrir une trentaine de start-up de la région qui présenteront leurs produits (dont certains en exclusivité) sur Innova'Lyon,  le village dédié à l'innovation. > a eurexpo (15 min. de Lyon) / de 10 h à 20 h + 1 nocturne le 29 mars, le 2 et le 5 avril / de 5 à 8 € / www.foiredelyon.com

18 sPot / Avril 19

jusQu’au 28 avr. 19

ouFs d’astro

ESPACE / « Présenter la recherche " en train de se faire " et la rendre accessible à tous, de façon ludique et décalée. » Tel est le leitmotiv de la biennale du ciel et de l'espace Oufs d'Astro, organisée par le planétarium de Vaulx-en-Velin. Pour cette 6e édition, sera analysé l'Univers des extrêmes, « théâtre de phénomènes violents et étranges, de lieux insolites ou inimaginables, dans lesquels " matière " et " énergie " peuvent prendre des formes d’exception, acquérir des propriétés incroyables ou encore dépasser les limites du possible. » Intrigant ! Les organisateurs proposent un programme composé de grandes conférences, d’escape games scientifiques, de labos de l’extrême, une séance de planétarium spéciale " Monstres stellaires ", de rencontres avec des chercheurs et des youtubeurs, d’une exposition et d’ateliers. > vaulx-en-velin / www.planetariumvv.com


© Morgane Feyssac

04 avr. 19

> 14

avr. 19

Festiv’arts

ARTS DE RUE / Festiv’arts arrive cette année sur ses 18 ans, à peu près le même âge que les organisateurs : des étudiants et les bénévoles de l’association. L’événement est consacré aux arts de la rue. Des spectacles et des concerts gratuits et en plein air sont proposés dans les artères et sur les places emblématiques de Grenoble durant six jours. Comme de coutume, le coup d’envoi (le 4 avril) sera donné sur le campus de Saint-Martin-d'Hères. Il fera ensuite un passage au parc des Moaïs à Saint-Martin-le-Vinoux (journée des enfants le 10 avril), puis posera ses valises en centre-ville de Grenoble avec du cirque, de la danse, du théâtre, de la magie, du clown, des marionnettes, des contes, de la poésie et bien sûr, des concerts à foison. L’édition se clôturera par les traditionnels bals folks et le marché des créateurs du dimanche au Jardin de Ville. > Places et rues de Grenoble / Programme sur www.festiv-arts.com

06 avr. 19

tohu-Bohu

FESTIF / Organisé par l’association Horizons Meylan, Tohu-Bohu vous invite à passer une journée ludique et festive dans un cadre idyllique : le Clos des Capucins. Dans cet ancien monastère entouré d’un vaste parc, seront disséminés des jeux et des animations pour tous. Au programme  : jeux en bois, maquillage, tyrolienne, cirque, espace pour les tout-petits, animation musicale, espace jeu vidéo, espace lecture… Le thème retenu cette année est celui des superhéros et des monstres. Des animations spécifiques seront proposées autour de ces deux univers avec de nombreuses épreuves. Serezvous à la hauteur ? > au Clos des Capucins (meylan) / de 13h30 à 19h www.horizons-meylan.com

Avril 19 / sPot 19


ÉVÉNEMENTS

superbe cosplay au Hero festival.

TEXTE : JÉRÉMY TRONC. ALICE FORGES

06 avr. 19

& 07

avr. 19

POP CULTURE / Les parents disent y aller pour leurs enfants mais c’est autant pour leur pomme qu’ils franchissent les portes de ce grand fourre-tout de pop culture : le Hero festival. Il convoque tout un week-end les mangas, les comics, les séries, le cinéma, les bandes dessinées, les jeux vidéos ou encore le cosplay. Les 20  000 festivaliers découvriront sur 12  000 m2 d’exposition quatre univers distincts. Krypton avec les héros des Comics et dessins animés, les mythes du cinéma et des séries. Brocéliande avec les héros de bandes dessinées, de l’Héroïc fantasy, un village steampunk et un village médiéval. Konoha avec les héros de mangas et les personnages traditionnels de la culture asiatique. Ludopolis qui réunit eSport, jeux vidéos New Gen et retrogaming, réalité virtuelle et héros du web. Ajoutez à cela de nombreux guests, beaucoup de cosplay, un espace Star Wars, un espace super-héros pour les 3-8 ans, un autre consacré aux jeux de rôle et cartes à collectionner et vous aurez bien de quoi vous occuper toute la journée, avec les yeux brillants des grands enfants. > alpexpo / entrée payante

07 avr. 19

© Nicohe

hero Festival

07 avr. 19

> 28

avr. 19

MarchÉ Fleurs 3 trails de dÉBut de saison et dentelles

COURSE , PIED / Amateurs de trails, voici une sélection de trois épreuves pour évaluer sa forme et attaquer la saison sans trop se faire de mal.

JARDINAGE / Le Marché aux fleurs et dentelles de Sassenage remporte chaque année un gros succès. Le cadre peut expliquer une partie de cette réussite : la cour d’honneur du château de Sassenage. Mais c’est surtout la présence d’une trentaine de pépiniéristes, d’horticulteurs et de fleuristes, au moment où les envies de jardiner germent, qui attire les habitants de la ville et des alentours. Cette année, un vannier fera des démonstrations de confection de panier. Il y aura aussi un stand démoustication et un lieu de démonstration de compostage. Et comme chaque année, des démonstrations de dentellières expertes, des visites du parc, des jeux pour les enfants et de quoi casser la croûte. Manifestation annulée en cas de pluie. > Château de sassenage / 07 87 68 85 69 / lesamisduchâteau@orange.fr

20 sPot / Avril 19

> TRAIL DE NOYAREY Les deux parcours de 12 et 28 km sur sentiers et chemins balisés (90%) vont vous demander une bonne dose de motivation et de gestion de l’effort. Le 7 avril. www.noyarey-aventure.fr > TRAIL DU LAC DE PALADRU des terrains vallonnés et des points de vue sur le lac de Paladru. Quatre parcours pour les coureurs : 14 km, 16 km (semi-nocturne, nouveauté), 29 km et 50 km, deux randonnées de 10 et 18 km et un joli programme d’activités pour les familles : pédalo, tyrolienne, slackline, voilier… Les 20 et 21 avril. www. traildulacdepaladru.fr > TRAIL DES 3 PUCELLES il est réapparu l’année dernière sous l’impulsion du club Courir à seyssins-seyssinet. deux parcours sont proposés : le 13 km jusqu’à la tour sans venin et le 23 km jusqu’à saint-nizier avec un moment fort, le passage par les marches du tremplin ! Les cuisses vont chauffer. départ et arrivée au parc françois-mitterand (seyssins). Le 28 avril. www.letraildes3pucelles.com


© Salon habitat & Jardin

12 avr. 19

> 15

avr. 19

salon haBitat & jardin

ET C’EST BON / Depuis trente-trois ans, il est le rendez-vous des exposants experts de l'aménagement  intérieur et extérieur, spécialisés en décoration, ameublement ou  encore construction : le Salon Habitat et Jardin se tiendra du 12 au 15 avril au Parc des expositions de Chambéry. Sur 27 000 m2, avec plus de 300 exposants réunis en un seul et même lieu, vous aurez accès à une offre large et variée pour percevoir les évolutions et les innovations de l’habitat actuel, composer un intérieur conforme à vos envies et peaufiner vos projets maison et jardin. L’édition 2019 se veut riche en événements en organisant des rencontres, des expositions pour tous les passionnés d’art, de design mais aussi pour les amoureux de la nature, sans oublier la nocturne festive et animée le vendredi soir. > salon habitat et jardin, du 12 au 15 avril à savoie expo (40 mn de Grenoble) / www.habitat-jardin.com

13 avr. 19

> 05

Mai 19

Foire des raMeaux

MAN¹GE / Si on arrive à faire abstraction des hurlements stridents des filles qui se font peur dans le Gravity, des concours de décibels entre les manèges et des hommes en devenir qui roulent les mécaniques au punching ball, l’ancestrale Foire des rameaux de Grenoble est un endroit divertissant pour peu que l’on apprécie les manèges. Et là, en la matière, vous aurez le choix, de l’attraction la plus enfantine, limite soporifique, au manège qu’il faut mieux pratiquer le plus éloigné possible d’un repas, au risque de le rendre au début du premier tour. Comme d’habitude, feu d’artifice d’ouverture et de clôture et parades constitueront les moments forts de ce rendez-vous incontournable. > esplanade de Grenoble / www.foiredesrameaux.com

ITINISERE GRAPHIC STYLE


ÉVÉNEMENTS

17 avr. 19

TEXTE : JÉRÉMY TRONC. ALICE FORGES

13 avr. 19

& 14

avr. 19

nordic days

avr. 19

Festival du nuMÉro de clown

POILADE / Organisé par la compagnie Le bateau de papier, le Festival du numéro de clown propose quatre soirées sous le chapiteau du cirque Piedon installé parc Paul Mistral. Venus de toute la France et par-delà les frontières, les clowns invités proposent des numéros courts et donnent à voir toutes les facettes de cet art : traditionnel, contemporain, voire expérimental, issu du théâtre ou du cirque, en solo, à deux ou plus ! Professionnel ou amateur passionné, chacun d’entre eux proposera un univers différent, mais toujours avec un brin de maladresse et de crédulité. Un beau rassemblement de personnages zinzins, présentant la diversité des clowns et de leur univers. > du 17 au 20/04 au parc Paul-mistral (sous chapiteau) / www.lebateaudepapier.org

© Christian Ducatel

MONTAGNE / Les 13 et 14 avril à Oz-en-Oisans, c’est marche nordique, raquettes et ski de randonnée pour tous. Créé il y a 3 ans, les Nordic Days proposent une approche douce de la montagne au travers de trois activités. Le samedi, des ateliers encadrés sont organisés pour s'initier ou progresser. Si vous êtes un parfait débutant, pas de souci, les organisateurs vous prêtent le matériel et des professionnels de la montagne vous aideront à faire les premiers pas, dans la neige donc. Des ateliers de sécurité seront aussi proposés aux participants qui, s’ils le souhaitent, pourront aussi bénéficier de conseils sur le matériel auprès des exposants présents. Des concerts et des challenges ponctueront ce week-end en montagne qui fait du bien à l’âme et au corps. > oz-en-oisans / 04 76 80 78 01 / www.oz-en-oisans.com

> 20

Vous avez plus de 18 ans ?

Nous vous proposons de participer à une étude de Phase II appelée «Etude RLS» pour évaluer un nouveau médicament dans le traitement du Syndrome des Jambes sans Repos. Cette étude est en cours actuellement au CHU de Grenoble Alpes. En quoi consiste l’étude ?

Venir à l’Hôpital Michallon de Grenoble pour réaliser 2 à 3 visites de suivi (environ 2 heures) et 2 visites incluant 2 nuits, sur une période de 6 semaines

Compléter un agenda du sommeil à domicile pendant votre suivi

Vous devrez arrêter tous vos traitements pris actuellement pour votre Syndrome des Jambes sans Repos

Vous êtes intéressé(e) ?

CONTACTEZ-NOUS !

Tel: 04 76 76 82 50 Clinique Physiologie Sommeil et Exercice, Pôle Thorax & Vaisseaux, CHU Grenoble Alpes, CS 10217 38043 Grenoble Cedex 9

22 sPot / Avril 19

© pxhere.com

Vous souffrez du Syndrome des Jambes sans Repos ?

25 avr. 19

ZoMBie walk

MORTEL / Alors que Les Intergalactiques auront cette année l’apocalypse pour thème, quoi de plus logique pour ses organisateurs que d’ouvrir le festival par une Zombie Walk ? Dès l’heure de la sortie des bureaux, vous pourrez donc croiser sur les pentes de la Croix-Rousse des hordes dépenaillées, couvertes de faux sang, hagardes et en état de décomposition avancée. À 20h, tout ce hideux monde fera ensuite escale aux Halles de la Martinière pour un DJ-set d’Edward Morton (la version qui a pris cher de l’acteur de Fight Club), suivi par un concert du groupe post-punk lyonnais The Hi-Lites. Enfin, de 22h à 4h, les survivants pourront trouver refuge à La Maison Mère, le temps d’une soirée “électro-rétro-futur” avec les musiciens et DJs Anoraak (ancien batteur du groupe Pony Pony Run Run) et Wayatt. > départ depuis l’esplanade de la Grande Côte (Lyon 1er) / Gratuit (5 € pour les concerts à La maison mère) / www.intergalactiques.net/zombie-walk-after-work


27 avr. 19

& 28

avr. 19

Foire de Beaucroissant

FOIRE / Envie d’acheter une moissonneuse-batteuse John Deere T660 avec séparateur tangentiel ? Ou une vache de salon  ? Alors direction la Foire de Beaucroissant les 27 et 28 avril. Celle-ci est la « petite » sœur de la foire d’automne, mais elle rassemble tout de même chaque année entre 250 et 300  000 visiteurs. Elle regroupe près de 1 000 exposants sur une superficie de 15 hectares. Même si vous n’avez pas de vaches ou de cochons à acheter (rappel : la foire aux bestiaux ne se tient que le samedi), vous pouvez tout de même arpenter les kilomètres d’allées pour savourer l’incomparable ambiance qu’on y trouve, composée d’odeurs, de discussions, d’accents, de saveurs, de scènes cocasses, de gueules et d’une belle humanité. Vous y trouverez aussi des stands consacrés à l’habitat, aux loisirs, aux meubles, aux voitures ou encore à l’outillage. > À beaucroissant (30 min. de Grenoble) www.foirebeaucroissant.fr

27 avr. 19

& 28

avr. 19

salon des collectionneurs

© pixabay

HISTOIRE / « Collectionner, c’est une manière de préserver le patrimoine et de valoriser l’histoire. Les collections sont des témoignages historiques  » estime Isabel Parente, l’organisatrice du Salon des collectionneurs du Pont-de-Claix. Cent exposants venus de toute la France présenteront leur collection dans le boulodrome du Pont-de-Claix (attention pas de vente). L’intérêt de ce rendez-vous annuel est qu’il privilégie les collections insolites. On y verra ainsi des collections de patins à glace et à roulettes, de casques des années 1900, de jouets anciens, d’objets de la période 40-45, de moulins à café, de verres d’eau minérale de cure, de bergers allemands, de voitures au 1/18e ou encore de pilons à pomme de terre. Effectivement de quoi remonter le temps et réveiller bien des souvenirs. > boulodrome du Pont-de-Claix / samedi de 14h à 18h et dimanche de 9h à 18h / entrée gratuite.

COMUE UNIVERSITÉ CAMPUS DES ARTS


TEXTE : JÉRÉMY TRONC. ALICE FORGES

tout le monde peut cuisiner au grand Repas, pour une cuisine populaire et planétaire.

27 avr. 19

le grand repas

SOLIDARIT² / L’association Cuisine sans frontières met chaque semaine le monde dans votre assiette en permettant à des expatriés de tous les continents de cuisiner leurs spécialités, revendues ensuite au public sous forme de plats à emporter ou à la cantine de l’association. L’enjeu est de favoriser la rencontre et de soutenir l’apprentissage du français pour un public fragilisé et déraciné. Depuis 5 ans, l’association organise aussi un grand repas gratuit, ouvert à tous, sur la place Saint-Bruno. L’idée est de faire cuisiner les personnes qui passent sur la place, en pariant sur la grande diversité de la population du quartier. Ainsi plusieurs plats seront proposés aux participants autour de grandes tablées, relevés de quelques notes de musique. > Place saint-bruno / de 8h à 14h30 contact@cuisine-sansfrontieres.fr /  www.cuisine-sans-frontieres.fr

27 avr. 19

la vie secrète des aniMaux

JEU DE PISTE / Des grands arbres qui habitent le parc jusqu’au château d’Uriage-les-Bains, ce jeu de piste vous permettra d’aborder autrement ce lieu emblématique de la ville thermale. Le pitch : «  Partez à la découverte de la vie secrète des animaux à travers un jeu de piste ludique  ». Oiseaux, renards, sangliers, blaireaux sont invisibles aux yeux du plus grand nombre, mais le parcours vous permettra de découvrir des traces de vie. Seul ou en équipe, observez, écoutez et résolvez des énigmes  pour atteindre votre quête. Vous découvrirez au passage l’architecture remarquable d’Uriage-les-Bains. Cet événement tout public est proposé dans le cadre de Paysage>Paysages, un évènement culturel organisé par le Département de l’Isère. > inscription sur place. Gratuit. / renseignements Caue de l’isère : 04 76 00 02 21 ou contact@caue-isere.org

24 sPot / Avril 19

© pxhere.com

ÉVÉNEMENTS

27 avr. 19

28 avr. 19

la renversante scB &

COURSE , OBSTACLES / On connaissait la Renversante, redoutable course à obstacles du Nord- Isère, voici la Renversante SCB, à notre connaissance la seule course à obstacles à se passer dans une carrière. Elle se déroulera à Bévenais (près de Rives) les 27 et 28 avril. Avec trois parcours, de 500 m à 5 km, elle s’adresse à la fois aux enfants et aux adultes. Mur, tunnel… et surtout boue, feront le bonheur des petits et des grands dans un cadre surprenant. Les participants vont découvrir l’intérieur d’une carrière au travers d’un parcours agrémenté d’obstacles. Ils devront, courir mais aussi ramper, grimper, seuls ou à plusieurs en s’entraidant, sans avoir peur de mettre les mains dans la boue. > bévenais / www.la-renversante.fr


27 avr. 19

& 28

avr. 19

lyon Bière Festival

TENDANCE / Nouvelle égérie des Français dans le vent, la bière bouscule les codes et rayonne désormais dans des festivals qui lui sont consacrés, comme le Lyon Bière Festival. On le dit un des plus importants de France (10 000 visiteurs attendus cette année à la Sucrière), c’est au moins le plus intéressant si on se réfère au programme. Pour le volet dégustation et découverte, on annonce 120 brasseries, sélectionnées et artisanales il va de soi. Parmi elles, 65 françaises et 55 internationales. Au-delà de ce passage capiteux et incontournable, les organisateurs ont prévu un programme d’animations qui vous permettra d’affiner votre culture de la bière : conférences, débats, initiations au brassage, ateliers de dégustation et masterclasses en présence d’auteurs, de chroniqueurs, de passionnés et de brasseurs. Le festival s’ouvre aussi cette année sur une autre boisson fermentée qui fait de plus en plus parler d’elle : le cidre. > À la sucrière / 49-50 quai rambaud, Lyon 2e / www.lyonbierefestival.fr

01 Mai 19

> 05

Mai 19

Focales en vercors

© Michel Johner

PHOTOGRAPHIE / Faire connaître de nouveaux photographes, favoriser les rencontres, les échanges et le partage entre le public et les auteurs : tels sont les objectifs de l’événement Focales en Vercors. Une manifestation entièrement gratuite et des expositions à ciel ouvert aident à démocratiser ce rendez-vous unique dans le Vercors. Les photographes en herbe ont plusieurs mois pour préparer leur exposition autour d’une thématique fixée par les organisateurs. Cette année, c’est le monde du spectacle. En parallèle, des photographes reconnus sont invités pour asseoir la notoriété des Focales. Michel Johner est le parrain de cette 6e édition. Pour apprendre la photo, les Focales proposent aussi des conférences, des stages et des ateliers de prise de vue et de traitement de l’image. > villard-de-Lans / www.focales-en-vercors.org

michel Johner, photographe, entre autres, des stars à Cannes, est l’invité d’honneur des Focales.

Avril 19 / sPot 25


TEXTE : JÉRÉMY TRONC.

site archéologique de larina.

Balcons du dauphinÉ

L’ISèRE, CôTÉ NORD

C’est notre destination outsider de l’année. À l’est de Lyon, prise en étau entre le Rhône au nord et l’A43 Lyon-Chambéry au sud, Les Balcons du Dauphiné ne brille pas dans le classement des destinations touristiques. Et pourtant, en véritable outsider, elle crée la surprise et on parie qu’elle saura vous séduire, avec ses cités historiques et ses paysages surprenants que 770 kilomètres de sentiers permettent d’explorer en tous sens. Chiche on y va ?

S

Si les habitants du Nord-Isère connaissent assez bien le Sud du département, attirés par les loisirs en montagne et ses paysages, la réciproque n’est pas forcément vraie pour les Isérois du Sud. Ils ne soupçonnent pas que là-haut, au-delà des Terres froides, à l’est de Lyon, il existe de vraies bonnes raisons de passer un week-end, autres que de s’amuser dans les montagnes russes du parc Walibi. Le kangourou n’est pas le seul à y avoir laissé son empreinte. Partout, l’Histoire a aussi posé ses jalons, avec une étonnante concentration de petites communes riches de nombreux témoignages : Crémieu la médiévale, Morestel la cité des peintres, Saint-Chef et sa cité abbatiale, le site archéologique de Larina à Hières-sur-Hamby pour ne citer que les principaux sites. Mais en dehors des vieilles pierres, qu’y-a-t-il à découvrir aux Balcons du Dauphiné  ? Une nature bien différente de celle que l’on trouve 50

26 sPot / Avril 19

kilomètres plus au sud. Un contraste qui surprend d’ailleurs. La montagne a disparu au profit de paysages collinaires, de plaines, de bois et d’étangs abritant une faune et une flore remarquables. 770 kilomètres de sentiers sont recensés pour partir à leur découverte à pied, à cheval ou à VTT. Le territoire est aussi parcouru par une soixantaine de kilomètres de ViaRhôna, la fameuse voie cyclable qui rallie le lac Léman à la Méditérannée (815 km d’itinéraires). De faible dénivelé, elle longe en toute sécurité les berges du Rhône. En plus, Les Balcons du Dauphiné a procédé à l’aménagement d’un tronçon d’une Ligne Verte, sur l’ancien chemin de fer de l’Est Lyonnais, afin de le rendre praticable à l’usage du vélo ou de la randonnée pédestre. Cette Voie Verte est reliée à la ViaRhôna. C’est un atout de plus pour découvrir ce territoire en toute sérénité. Prenez place aux Balcons.

© Didier Jungers

DESTINATION


larina, l’archÉologie perchÉe

Les grottes de la Balme sont présentées comme l’une des sept merveilles du Dauphiné. La légende veut que Mandrin, le contrebandier, s’y soit caché. Il n’empêche, elles sont parfaitement fréquentables. Il serait même dommage, à la seule crainte d’y croiser un brigand, de s’abstenir d’une visite puisqu’elles constituent une belle synthèse des grottes en France, avec labyrinthe, lac souterrain, concrétions, rivière, etc. Et si certains phénomènes sont classiques des milieux calcaires, d’autres en revanche sont exceptionnels, comme l’amphithéâtre des petits bassins, étonnants par leur nombre et leur profondeur. L’un des plus beaux ensembles de gours français.

© Didier Jungers

© Didier Jungers

Situé sur un spectaculaire éperon rocheux à l’extrémité ouest de l’Isle-Crémieu, le site archéologique de Larina abrite de nombreux vestiges, témoins d’une présence humaine depuis l’Âge du Bronze jusqu’au début du Moyen Âge. Demeurent visibles les vestiges restaurés d'un vaste domaine rural de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : bâtiments d'habitation et d'exploitation, chapelle et nécropole. Il subsiste de l’époque romaine l’autel d’un temple dédié à Mercure. Un parcours d’interprétation vous guide parmi ces témoignages. Ce remarquable site, classé Monument Historique et Espace naturel sensible, se visite librement.

grottes des Merveilles

Morestel et crÉMieu, l’histoire en aBondance

Crémieu, charmante ville médiévale, concentre un patrimoine impressionnant, pas forcément dans le sens spectaculaire, mais véritablement riche et passionnant dont les premières traces remontent au XIIe siècle : château, remparts, maisons à échoppes, portes fortifiées, halle du XVe, ensemble conventuel, maison du XIIIe… À tel point qu’on ne sait pas par où commencer sa visite. Conscient de ce problème, l’Office de tourisme a prévu pour vous un parcours numéroté, qui vous permettra de découvrir l'ensemble des monuments majeurs. Une vraie plongée dans l’Histoire. Morestel n’est pas en reste. Elle est aussi appelée la cité des peintres  car ils ont été nombreux à être séduits par sa lumière si particulière et la couleur de ses bâtiments en pierre calcaire. Si vous passez par Morestel, il y a des immanquables  : la vieille ville et son parcours patrimonial, l’église avec son clocher carré datant du XVe siècle, la tour médiévale et sa table d’orientation qui offre un panorama exceptionnel sur la ville, la maison Ravier, maison Dauphinoise par excellence. C’est là que le peintre Auguste Ravier s’est installé en 1867. Les peintres ont d’ailleurs une grande histoire avec Morestel. La ville la cultive en proposant différentes expositions tout au long de l’année.

au prÉ d'cheZ vous

Il nous a été compliqué de sélectionner un restaurant pas trop cher qui nous convainque complètement dans le secteur. Sans doute sommes-nous passés à côté de la bonne adresse. C’est pourquoi nous préférons vous orienter vers la valeur sûre de Crémieu : Au Pré D’Chez vous. Un gastronomique dont le premier menu débute à 28 €. Avec dans votre assiette  : des produits frais et de saison sélectionnés chez des producteurs locaux. Le chef François-Xavier Bouvet est passé par de belles tables avant de revenir sur ses terres où il propose ses spécialités : foie gras de canard mi-cuit, queue de boeuf, figues rôties. Omble chevalier cuit en cocotte sur lit d’aromates, quenelles de brochet, légumes de saison, fumet crémé... Les desserts sont à tomber. Sinon la crêperie Kremolane est aussi une valeur sûre, avec des galettes très généreuses et des recettes originales. Mais bon, c’est moins typique.

inFos pratiQues

> PORTAIL TOURISTIQUE DU TERRITOIRE : www.tousauxbalcons.com > AU PRÉ D'CHEZ VOUS : 21, rue porcherie à Crémieu / 09 83 99 23 28 > CRÊPERIE KREMOLAN : 41, rue porcherie à Crémieu (côté des halles) / 04 37 06 38 41 > GROTTES DE LA BALME : www.grotteslabalme.com > SITE DE LARINA : Hières-sur-amby

Avril 19 / sPot 27


CARNET D’ADRESSES

spot a testÉ pour vous ! *****

TEXTE : CLAIRE GOTTARDI. JÉRÉMY TRONC.

*****

le poppa

déco feutrée et soignée. © Camille Beck

RESTAURANT / Nouveau repère dans le coeur de la vieille de ville de Grenoble, le Poppa saura vous régaler tout au long de la journée : le matin avec un bon café, le déjeuner avec une carte évoluant toutes les semaines et au fil des saisons et enfin, le soir, avec un concept culinaire oscillant entre le partage des mets et la dégustation de cocktails. Le Poppa abrite une décoration aussi bien moderne que décalée mais ce qui vous fera revenir dans ce lieu, c’est bien, d’une part, la fraîcheur des plats élaborés par le chef Brice, et d’autre part, les cocktails surprenants du barman Max. Brut, frais et authentique, tout au Poppa est imaginé et réalisé avec des produits locaux et des idées culinaires mûries durant leurs voyages, expériences et découvertes passés. > 3, place aux Herbes à Grenoble / 04 76 15 20 20 / www.lepoppa.com /fb : @lepopparestaurant / insta : lepoppa / ouvert du mardi au dimanche de 7h à minuit

cocoMiette

BI¹RE / Tiens, il nous reste un peu de pain rassis, et si on fabriquait une bière avec ? L’idée peut paraître saugrenue et c’est pourtant bel et bien ce qu’ont réalisé Charlotte et Amandine en créant la marque de bière Cocomiette. En tout cas l’idée est proche. Les deux jeunes femmes récupèrent le pain invendu auprès d’une boulangerie grenobloise (Pani) sous forme de chapelure. Elle est ensuite transportée à la brasserie du Val d’Ainan où elle rentre dans la composition de la bière en remplacement des céréales maltées (à hauteur de 30 %). Un circuit vertueux basé sur l’économie circulaire et la volonté de remédier au gaspillage alimentaire. Le pain n’est pas qu’un substitut aux céréales, il participe vraiment au goût, donnant naissance à deux bières (blonde et rousse) gourmandes et équilibrées alliant les saveurs typiques de la bière aux arômes toastés du pain. On les trouve dans les commerces grenoblois, livrées à vélo (quand c’est possible) par Cocomiette. Bière qui roule… > Liste des points de vente sur www.cocomiette.com

28 sPot / Avril 19

« TOUT AU pOppA EST IMAGINÉ ET RÉALISÉ AVEC DES pRODUITS LOCAUx ET DES IDÉES CULINAIRES MûRIES DURANT LEURS VOYAGES. »

« LA ChApELURE RENTRE EN pARTIE DANS LA COMpOSITION DE LA BIèRE EN REMpLACEMENT DES CÉRÉALES MALTÉES. » alie, les bières sont mises au point par nath brasseuse professionnelle. © Semaweb


Zig Zagathe

le Bistrot Marsellus

serait-ce le cappucci no parfait ? © Bistrot Marsellus

BISTRONOMIE / Cela faisait bien longtemps que le local situé place de la Gare était vacant mais il a enfin trouvé un nouveau propriétaire : le Bistrot Marsellus ! C’est dans une ambiance rétro soulignée de touches de modernité que l’équipe du Bistrot Marsellus accueille sa clientèle. Du matin au soir, les idées de dégustation ne manquent pas : café, plats du jour mais également cocktails. La carte imaginée par les gérants, Nicolas et Aurélien, allient la tradition, comme les pièces de boucher, et les tendances exotiques avec la mangue au coeur de leur tartare de saumon. Entre les cocktails, les plats et l’équipe, on aimerait presque rater le train pour savourer encore un peu de cette atmosphère parisienne et bienveillante. > 6 place de la gare / 09 73 60 5370 / fb : @bistrotmarsellus / insta : bistrot_marsellus / ouverture du mardi au dimanche jusqu’à 1h du matin

« CAFÉ, pLATS DU JOUR MAIS ÉGALEMENT COCkTAILS »

prochain nuMÉro.

MODE / Toute jeune marque d’accessoires de mode, Zig Zagathe appartient à ce vivier innovant mêlant audace, fraîcheur et surtout créations sur-mesure. Autodidacte, Agathe, la créatrice, a comme leitmotiv de donner une seconde vie à tout. Après un passage dans le monde de l’hôtellerie, elle s’est tournée naturellement vers la couture, qu’elle a connue depuis son enfance avec sa mère. Elle l’applique donc aux matières choisies, et en particulier aux tissus provenant de fins de collections sur les marchés. Des chutes de tissu ? Pas de souci pour elle, Agathe en fait des bracelets, porte-clés ou encore des lingettes démaquillantes. Zig Zagathe séduit autant par son côté créatif unique que par sa dévotion pour l’économie locale. > www.zigzagathe.com / fb : @zigzagathe / insta : zig_zagathe

« AGAThE, LA CRÉATRICE, A COMME LEITMOTIV DE DONNER UNE SECONDE VIE à TOUT »

de Pochette réalisée à partir n. matériaux de récupératio © Agathe Vasseur

SPÉCIAL RANDO Mai 2019 n°170 - sortie le 2 mai

© pxhere.com

La marche est tout, sauf funèbre. Pas à pas, renouez avec la nature.

SPOT est un magazine du groupe UNAGI. 12, rue Ampère - 38000 Grenoble. S.A.R.L. au capital de 97 561,88 euros. RCS Grenoble : 413 508 581. Tél. : 04 76 84 44 60. Fax : 04 76 21 25 11. Mail : contact@spot-web.fr Directeur de la publication : Sébastien Rousset (srousset@groupe-unagi.fr - 04 76 84 44 61) Responsable de rédaction : Jérémy Tronc (jtronc@spot-web.fr - 04 76 84 79 38) Service commercial - Publicité : Sébastien Roy (sroy@groupe-unagi.fr - 04 76 84 79 36) / Mélodie Houet (mhouet@groupe-unagi.fr – 04 76 84 79 30) / Renaud Goubet (rgoubet@groupe-unagi.fr – 04 76 84 44 64) Ont collaboré au numéro : Jean-Baptiste Auduc. Alice Forges. Jérémy Chauche. Claire Gottardi. Nathalie Gresset. Assistante de direction : Magali Pochot (contact@spot-web.fr) Design : www.michelbarthelemy.com Maquettiste : Léa Alvarez Infographiste : Melvin Martin Responsable diffusion : Jean-Maxime Morel Tirage : 30 000 exemplaires en libre service, diffusés par DiffusionActive Impression Rotimpres (Espagne) La rédaction n’est ni responsable des textes publiés qui engagent la seule responsabilité de leur auteur, ni des erreurs ou omissions. Toute reproduction de SPOT est strictement interdite. www.spot-web.fr

Avril 19 / sPot 29


ophÉlie david

pLACE AU SpORT FÉMININ

© Laurent Salino - Alpe d'huez Tourisme

PuBli-rEPorTagE réalisé Par MarTin lEgEr (2/3)

« les Bleues sont une véritable équipe » Dans le cadre de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 (du 7 juin au 7 juillet), Grenoble accueille cinq matches au Stade des Alpes. À cette occasion, nous sommes allés à la rencontre de sportives de haut niveau de la région. Ce mois-ci, c’est Ophélie David, l’ancienne patronne incontestée du skicross mondial, qui a répondu à nos questions avec son enthousiasme habituel.

Votre coin de Grenoble préféré ? Les quais, au pied de la Bastille. J’y habite depuis trois ans. On est vite dans la nature, derrière il y a le mont Jalla. Avec les façades colorées, l’Isère juste devant, les berges qui ont été réaménagées, c’est joli. C'est comme un petit village dans la ville. Quel restaurant pour une sortie entre ami.e.s  ? J’ai hâte d’aller découvrir la Maison Aribert à Uriage. Je connais bien Christophe Aribert, un passionné de montagne et de ski et quelqu’un de généreux. Il utilise toujours les produits locaux, en relation avec les producteurs bio. Son foie gras poêlé avec des fraises lyophilisées croustillantes, accompagné d’un réduit à l’antésite, est un must. Un lieu secret pour vous ressourcer  ? La Chartreuse. Je trouve ce massif hyper séduisant, on a l’impression d’être au Canada  ! On est entouré de montagnes découpées, mais moins minérales que celles de l’Oisans. Avec les champs de mousse au pied des sapins, on a l’impression d’avoir une fée qui va sortir  ! J’aime aussi l’ambiance apaisante des petits ruisseaux cristallins. Des hobbies  ? J’aime les sports outdoor en général  : le vélo, la planche à voile, la voile, courir en pleine nature (mais pas au point de faire du trail). J’adore aussi regarder le rugby et le hockey. J’aime la bonne bouffe, les moments de calme et la lecture, notamment les romans et les histoires sur une personne ordinaire qui devient un héros. Est-ce difficile de s’imposer en tant que femme dans le monde du sport  ? Non, pas plus que dans la société, parfois même moins, parce que les règles sont parfaitement établies. En skicross, on a le même tracé que les hommes, les mêmes primes de course. En revanche, les contrats avec les entreprises sont moins avantageux pour les femmes. J’aurais certainement gagné beaucoup plus d’argent – grâce au sponsoring – si j’avais été un homme. Quels conseils donner aux jeunes filles qui veulent faire carrière dans le sport  ? Il ne faut pas se mentir, vraiment faire les choses pour elles, et non pas pour satisfaire les attentes de leur entourage. Mais si c’est leur rêve, elles doivent le suivre coûte que coûte. Le sport est un cheminement, un levier parfait pour se découvrir en tant que personne. Il ne faut surtout pas oublier la dimension ludique, le côté « cap ou pas cap ? ». Si tu finis un match, une course, un combat, etc., sans plaisir, il faut vraiment faire autre chose.

Quelles préconisations pour démocratiser davantage le sport féminin ? Quelque chose de très pragmatique : aménager des garderies au sein des salles de sport, pour que les femmes puissent avoir l’esprit tranquille ! Elles ont autant envie de faire du sport, jouer ou se lancer des challenges que les hommes. Suivez-vous le foot féminin  ? Oui, un peu. Mais que ce soit pour les hommes ou les femmes, c’est surtout pour la Coupe du monde. Il y a quelques années, dans le cadre des Étoiles du Sport, j’avais eu la chance de rencontrer les Bleues à Fontainebleau. Ce sont vraiment de super filles. Elles ont une super capitaine avec Wendy Renard. Mais on ne peut pas dire qu’il y ait UNE star, on sent que c’est une véritable équipe. À partir de là, je les ai davantage regardées. Avez-vous déjà assisté à un match de l’équipe de France de foot féminin  ? Oui, France-Cameroun, le 9 octobre dernier au Stade des Alpes. C’était une vraie régalade (sic). Il y a de la générosité dans cette équipe, les filles ne lâchent rien. On voit peut-être moins de grosses frappes que chez les hommes, mais il y a beaucoup de fluidité, de finesse, c’est aussi plus tactique. Vous croisera-t-on aux matches  ? Oui. J’y serai en tant que vraie supportrice, pour encourager Stéphanie Labbé, la gardienne du Canada (qui est la petite amie d’une ancienne de mes adversaires en skicross), et peut-être les Bleues, si jamais elles devaient venir jouer à Grenoble en 1/8e de finale. Je vais aussi encourager tous les bénévoles. La Coupe du monde va créer un tissu plus en profondeur, elle peut être un bras de levier sociétal. C’est très positif.

palMarès

* COUPE DU MONDE * 2004 à 2010 - Skicross : 7 fois vainqueur du classement général 2006, 2008 et 2009 - Ski freestyle : 3 fois vainqueur du classement général 26 victoires en coupe du monde.

* SKICROSS * 2007 : Championne du monde 2015 : Médaillée d’argent 2005, 2013 et 2017 : Médaillée de bronze

* X GAMES * 2007 à 2010 : 4 fois médaillée d’or 2011 : Médaillée d’argent 2006 : Médaillée de bronze

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 / Info billetterie : FIFA.COM 30 sPot / Avril 19

Territoire hôte de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019.


walibi

Profile for Magazine SPOT

QUE FAIRE LE WEEK-END A GRENOBLE ? Magazine SPOT Avril 2019 / TOP 6 des Food Trucks  

QUE FAIRE LE WEEK-END A GRENOBLE ? Magazine SPOT Avril 2019 / TOP 6 des Food Trucks  

Profile for lpsgre
Advertisement