__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

QUE FAIRE LE WEEK-END ?

jan. / FéV.

18

n°157

MagaZine

Mensuel gratuit WWW.SPOT-WEB.FR

Édition grenoble

l’héritage des j.o.

visite urbaine

PaS toujourS jojo

les jeux de 68

Grand format

SouvenirS, SouvenirS !

place aux jeux

ÉvÉnement du mois

encore deS jeux, maiS de Société

20 pass pour le trophée andros GAGNEZ

à lans en Vercors


NÉAIRE E,

© Création : madrian / Photo : Marble background - shutterstock.com

I

IN

UR

AP

IS

EL

ME

BAL

LE SALON D SC

8 > 11 FEVRIER 2018 AVEC LA FÉDÉRATION DES PROFESSIONNELS DE LA PISCINE ET DU SPA

DU

N AU T I S M E E T

TO U D

EUREXPO

• PISCINE & SPAS

LYON

• NAUTISME & SPORTS D’EAU • TOURISME BALNÉAIRE & BIEN-ÊTRE

AVEC LE SOUTIEN DE

ISUZU

UN ÉVÈNEMENT

+

www.loisirs-deau.com


ÉDITO/SOMMAIRE TEXTE : JÉRÉMY TRONC

jan. / FéV.

n°157

P.4

18

En couverture : La patineuse néerlandaise carry Geijssen, médaillée d'or lors de l'épreuve de patinage de vitesse 1000 mètres dames, parc Paul-mistral, Grenoble, 11 février 1968. © Musée dauphinois, photographie anonyme

P.8

La tenue des athlètes, leur attitude, le comportement et l’encadrement du public, les installations, la sécurité : il émane des images des Jeux Olympiques de Grenoble une atmosphère charmante, désinvolte, légère, candide. « Tiens, après être passé chercher une 4 fromages chez Serge Pizzas, boulevard Clémenceau, pourquoi n’irait-on pas voir 5 minutes l’épreuve dame de patinage de vitesse, parc PaulMistral ? » Voilà comment la photo de couverture nous a fait divaguer. L’amateurisme pur voulu par Pierre de Coubertin n’avait pas encore totalement laissé place à l’excès de contrôle et de professionnalisme actuel. Mais ce Pierre de Coubertin avait aussi des idées de merde. En bon conservateur et colonialiste, il n'imaginait pas des Jeux olympiques valorisant le corps de l'athlète noir ou celui de la femme. Certains devaient trouver cela tout à fait normal à l’époque, et ces faits nous amènent à penser que les combats légitimes contre les inégalités et les injustices sont toujours compliqués soit par l’indifférence, soit par des forces réactionnaires que le temps se chargera comme toujours de marginaliser voire de ridiculiser. Il n’est pas trop tard pour changer !

P.14

P.16

P.21

DOUBLE JEUX

P.6

P.26

P.4 I EN BREF 2 aventures, 2 films. Acheter son shuss ! Flambants n’oeufs... P.6 I VISITE URBAINE Les éléphants blancs du Vercors. P.8 I GRAND FORMAT Les JO de 68 : souvenirs ! P.14 I ÉVÉNEMENT DU MOIS Place aux jeux ! P.18 I ÉVÉNEMENTS Festival Transfo. Aux rires etc. La passe-montagne.

P.28

P.30

Experimenta. Fête des Coulmes. Festival Voir ensemble. Les nuits de la roulotte. Trans’Vercors Nordic... P.26 I DESTINATION Sancy et Monts Jura pour un week-end nordique. P.28 I CARNET D’ADRESSES Day by day. Kilo shop. Virtual place. P.30 I CARNET D’ADRESSE ÉTHIQUE Rêv’olution.

Janvier / Février 18 / sPot 3


Le tour de l’isère exactement, aventure sportive, humaine et écologique. © https://letourdelisere.com

TEXTE : JÉRÉMY TRONC / BARBARA SATRE

acheter son shuss !

deux aVentures, deux FilMs

DOCUMENTAIRES / Nous avions relaté dans nos pages les projets d’aventure en montagne de deux jeunes Isèrois. Théophile Bellintani voulait faire le tour de l'Isère en suivant au plus près les frontières naturelles du département, sans moyen de transport motorisé, soit 611 km de parcours en kayak, VTT, alpinisme, randonnée pédestre, cheval ou parapente. Mathieu Chambaud quant à lui a parcouru 2500 kilomètres à pied sur la Via Alpina qui traverse l’intégralité des Alpes. Son but : valoriser les vertus de la marche à travers son expérience et ses rencontres, et questionner notre relation au temps, aux autres, aux choses matérielles et notre place dans l'environnement.  Suite à leur aventure, deux films ont été réalisés. Celui de Théophile remporte un beau succès sur internet, et celui de Mathieu a été sélectionné dans des festivals de films documentaires, de montagne ou de voyage. Film ou bande-annonce à voir sur notre site www.spot-web.fr

nouVel élan pour le treMplin

R²NOVATION / À une destruction coûteuse chiffrée à plusieurs millions d’euros, Saint-Nizier a préféré soutenir un projet de réhabilitation de son tremplin, vestige des Jeux olympiques de 68 en pleine déliquescence. L’idée vient d’un entrepreneur local, Théo Micheletti (Dose de sport), qui compte y organiser un événement sportif, les 21 et 22 avril : le Vercors Multisports Festival. Une aubaine soutenue du coup par SaintNizier. Le réaménagement des lieux a débuté afin d’accueillir les disciplines programmées  : VTT (enduro et rando), escalade (3 pucelles), sprint vertical le long du tremplin, trail et randonnée. Ce rendez-vous s’inscrit naturellement au programme des festivités commémoratives. Pas vraiment une rénovation totale des lieux donc, mais une valorisation et une redynamisation intelligente.

gagneZ

FlaMbants n’œuFs !

²QUIPEMENT / À Vaujany, la nouvelle remontée de l’Enversin est en fonctionnement. Elle relie en deux minutes le village de l’Enversin et le bas des pistes au départ des téléphériques. Auparavant, il fallait parfois une demi-heure pour effectuer ce trajet : l’ancienne remontée qui datait de la création de la station en 1989 ne permettait plus d’absorber efficacement le flux de skieurs. Aujourd’hui, ces rutilantes cabines huit places noires et blanches débitent jusqu’à 2000 personnes à l’heure et désenclavent cette partie du domaine. La mythique piste noire de la Fare qui débouche là a ainsi retrouvé ses lettres de noblesse: «  Avec ces nouvelles télécabines, il y a des personnes qui ne font que cette piste toute la journée  !  » remarque-t-on à la direction des remontées.

4 sPot / Janvier / Février 18

© OT Vaujany.

Concours gratuit. Modalités de participation sur www.spot-web.fr/grenoble rubrique concours Spot Grenoble Rejoignez-nous sur

FIGURINE / shuss, la mascotte officielle des Jeux olympiques de 1968, refait son apparition à l’occasion des festivités commémoratives. désormais propriété du Conservatoire observatoire laboratoire des Jeux olympiques de grenoble ( ColJog), la figurine, créée par aline lafargue (co-auteure du Manège enchanté), a été rééditée en différents supports : porte-clés, magnets, mugs et autres autocollants. ils sont disponibles  au ColJog,  à  la Maison départementale des sports à eybens >06 73 55 17 83 / coljog.fr

170

PATRIMOINE / C’est, à la fin du XiXe siècle, le nombre d’entreprises de ganterie en activité à grenoble. l’industrie du gant, autrefois très florissante dans la ville, a contribué à son rayonnement mondial. aujourd’hui, celles qui subsistent se comptent sur les doigts d’une main. il reste cependant un riche patrimoine que l’association de sauvegarde et de promotion du gant de grenoble (asP2g) compte valoriser. À ce dessein, elle a édité une brochure consacrée au patrimoine urbain de la ganterie grenobloise. le guide intègre une carte avec des circuits de découverte créés par la styliste Valeria ostapenko, ancienne présidente de l’association.

biathlon : un stade en projet

- 20 pass pour assister au TrophÓe Andros À Lans en Vercors les vendredi 26 et samedi 27 janvier 2018

© COlJOg

EN BREF

SPORT / le stade de biathlon raphaël Poirée existe déjà, entre les communes de Vassieux et saint-agnan en Vercors, mais les deux villes nourrissent un projet bien plus ambitieux, approuvé le 19 décembre lors d’un conseil communautaire. l’idée : transformer ce stade déjà attractif en un espace sportif multi activités de pleine nature, complémentaire au stade de biathlon de Corrençon. un dossier à suivre.


VISITE uRBAINE

© Coljog

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AuDuC

c’est de ce tremplin aujourd’hui en ruines que fut franchie, pour la première fois, la barre des 100 mètres.

encoMbrants éléphants blancs

EN VERCORS, lES RuINES DES JEuX OlYMPIQuES

Les JO de Grenoble ont révolutionné l’univers urbain grenoblois. Le massif du Vercors a lui gardé des traces indélébiles de l’événement. Des équipements gigantesques y ont été bâtis qui s’avèrent plus coûteux que bénéfiques. Ce sont les éléphants blancs.

A

rmés de balais, les riders nettoient les feuilles mortes entassées sur la piste de luge olympique de Villardde-Lans. À l’époque longue de 1 100 m et illuminée par 132 poteaux, elle se trouve désormais ceinte d’une végétation luxuriante et résiliente. Aujourd’hui, ce couloir de béton est utilisé une fois l’an, en été, par l’association Union rurale à roulette. Durant deux jours, les descendeurs s’offrent l’équipement olympique, casques vissés sur la tête, et de cuir vêtu. Lorsqu’ils repartent, la piste grise se recouvre petit à petit de neige et tombe dans l’oublie, invisible aux regards.

le saut de béton

Le bâtiment des JO qu’on oublie moins se situe à 35 min plus au nord. Le tremplin du Dauphiné à Saint-Nizier-de-Moucherotte domine. Cette rampe de lancement de 90 m, évidemment construite en béton sur une pente importante, a nécessité de terrasser la montagne et de déblayer plus de 280 000

6 sPot / Janvier / Février 18

m3 de rocs. Bâtie en seulement 40 jours, la piste d’élan est composée d’imposantes dalles : la plus lourde atteint les 3,8 tonnes. Décrit comme l’un des « plus beaux tremplins du monde » par le rapport officiel des JO de 68 — on a dit la même chose de la maison de la culture à Grenoble — il est aujourd’hui en ruine. La raison ? Les travaux débutant en plein hiver 67, il a fallu chauffer le béton grâce à des résistances électriques, ce qui altéra sa solidité. Les signes de fatigue sont nombreux. Pour ces raisons, il est difficile d’envisager une seconde vie à cet équipement si spécifique et si mal au point. Le journaliste de FR3 Daniel Despin, n’hésitait pas, lui, à parler d’une image « désastreuse d’abandon, de laideur et d’obsolescence » en 1998. À cette époque, le maire de Saint-Nizier espérait l’installation d’un espace de loisir, avec départ de randonnées et musée. Aucun n’a abouti.

En 2017, l’économie a évolué, et c’est désormais une start-up qui est sur les rangs pour reprendre le tremplin. La réhabilitation de la structure attendra puisque le jeune entrepreneur Théo Micheletti compte nettoyer les tags et veut « travailler avec le milieu du street art pour habiller le tremplin ». Des courses de VTT et de trail seront aussi organisées autour du site en avril. Un projet qui confine à la réutilisation de l’image des JO. Pour la réhabilitation, on repassera.

la route FantôMe

Si l’on veut vraiment sauter dans le Vercors, il reste le tremplin, plus modeste, d’Autrans. C’est d’ailleurs depuis cette ville que débouchait la D 218. Cette départementale, créée pour les Jeux afin d’acheminer les visiteurs venant de la vallée du Rhône, permettait de raccourcir le voyage. Cette route bricolée rapidement fut « malencontreusement » tracée le long d’un versant instable. Certes, pendant les Jeux, la


© Maison du patrimoine - Villard de lans © Vinvin20

Ci-contre : La piste de luge de villard-de-Lans pendant les jeux et actuellement, au même endroit !

voie est fonctionnelle. Cependant, au bout de quelques années, des tonnes de rocs chutent et coupent la voie. Après les éboulements à répétition, la D 218 est définitivement abandonnée le 20 avril 1992. Près de 20 000 m3 emporte la route de montagne, et le Département, chargé de son entretien, jette l’éponge. Elle reste pourtant accessible à pied et l’on peut même atteindre le tunnel du Mortier, dont l’entrée est marquée par une vague de béton. Les rochers ont totalement recouvert la route, mais les plus persévérants rejoindront le petit patelin de Montaud, en contrebas, au bout de 3h de marche. Une heure est désormais nécessaire pour relier les deux villes en voiture. Si les lieux de souvenirs des JO sont nombreux dans le Vercors, ils renvoient une image des trente glorieuses où les dépenses pharaoniques étaient encore possibles. Ainsi, les deux équipements sportifs ont coûté pas moins de 9 090 000 en francs (soit environ 10,8 millions d’euros) pour une utilisation (presque) nulle aujourd’hui. Dans notre époque austéritaire, un tel choix à de quoi agiter les esprits, 50 ans plus tard.

pratiQue

> PISTE DE LUGE EN BÉTON : rue des Jeux olympiques 1968 à villard-deLans > SAUT À SKI : chemin de la roche à saint-nizier-de-moucherotte > LA D2018 est coupée depuis le refuge de la Grande Poya (côté autrans) jusqu'au hameau du Coing à montaud.

Janvier / Février 18 / sPot 7


gRAND FORMAT TEXTE : JEAN-BAPTISTE AuDuC

68, l’eFFet jo

lA MODERNITÉ SAISIT gRENOBlE EN DEuX ANS

La commémoration des JO nous ramène à un temps où l’État français, en démiurge, embarque la ville dans le XXe siècle. En remodelant totalement l’urbanisme grenoblois, en recréant des voies d’accès, la France gaullienne transforme la cité alors en déshérence. Une vraie carte postale, ou presque…

8 sPot / Janvier / Février 18


© musée dauphinois

construction de l'estacade pour le chemin de fer, un des effets jo !

Janvier / Février 18 / sPot 9


© Musée dauphinois

gRAND FORMAT / 68, l’EFFET JO

« lE JEuNE MAIRE SE RETROuVE AlORS à lA TêTE D’uNE VIllE QuI VA ACCuEIllIR DANS 3 ANS lES JO ET lES TRAVAuX NE SONT PAS ENCORE lANCÉS. »

L

e 28 janvier 1964, Albert Michallon jubile. Le maire de Grenoble de l’époque vient de gagner les Jeux olympiques d’hiver de 1968. Cette annonce arrive comme une bénédiction pour sa réélection. En effet, l’année suivante, l’édile gaulliste doit participer aux élections municipales. Mais lors du retour du maire par le train, un journaliste constate sur place : « Il n’y avait pas cent personnes pour les accueillir (…). Nous eûmes, ce jour-là, le cœur serré. » Voilà comment débute l’aventure olympique grenobloise. Discrètement et sans fracas. La présentation élogieuse de la ville avait pourtant atteint son apogée avec le film de Jack Lesage. Le cinéaste grenoblois tourne en 1964, le film « Grenoble Capitale Alpine », où il vend la ville au comité olympique en brossant un portrait élogieux. Les images d’enfants rieurs à la montagne succèdent à celles

10 sPot / Janvier / Février 18

tournées depuis la tour Perret. L’on y distingue le vieillissant Palais de la houille blanche (détruit juste avant les JO) long de 100 mètres, jouxtant la halle Clemenceau qui se dresse et accueille une patinoire flambant neuve. Le film décrit aussi avec ferveur les pics enchanteurs du massif de Belledonne : « Une à une, happée par l’enfer ardent, les cimes vont disparaître. »

l’enVers de la carte

Un mois après l’annonce de la désignation de Grenoble, le monde politique grenoblois va pourtant connaître un profond changement. Un ingénieur du CEA apparaît sur la scène politique : Hubert Dubedout. Et à entendre le jeune loup, Grenoble n’a rien de la carte postale vendue par Albert Michallon. En effet, la plupart des bâtiments d’habitations des 160 000 grenoblois ne disposent pas d’eau courante. Ce sera le cheval


À gauche : construction du Stade de Glace.

de bataille d’Hubert Dubedout. Dans une campagne municipale éclair, bâtie sur sa lutte et sur un rassemblement de gauche, il est élu en mars 1965, à la surprise de la droite grenobloise. Le jeune maire se retrouve alors à la tête d’une ville qui va accueillir dans 3 ans les JO et les travaux ne sont pas encore lancés. En plus de l’eau courante qui manque, Grenoble n’a pas les équipements suffisants pour les JO. Tout est à construire dans une ville industrielle qui ne bénéficie plus de l’essor de l’exposition de la houille blanche de 1925. Ainsi, il apparaît de manière voyante le bluff du dossier de candidature qui vantait : « Grenoble possède tous les édifices nécessaires aux cérémonies d’apparat ».

le « nouVeau » grenoble

Cependant, seule, la ville ne peut pas tout. C’est ainsi que l’État va donc prendre le relais avec une participation à hauteur de 74 % (pour une enveloppe totale de 1,1 milliard d’anciens francs, soit 1,4 milliard d’euros de 2016). Mais les financements tardent à arriver. Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des Finances, rechigne à engager les dépenses. Le préfet Maurice Doublet met sous pression le gouvernement grâce à une conférence de presse alarmiste. Il y souligne le mauvais état des bâtiments publics : un bâtiment de La Poste vieillissant, la gare sous-dimensionnée, et les voies d’accès en mauvais état. Giscard d’Estaing ira jusqu’à menacer de démissionner le préfet, mais ce dernier sera sauvé par le Premier ministre Georges Pompidou qui va finalement débloquer la somme symbolique d’un milliard d’anciens francs. Cette somme, colossale, va d’ailleurs retarder les autres projets en France. Grenoble en profite donc, et durant deux ans, les inaugurations vont se succéder. Mise en service de l’autopont des boulevards en novembre 1967. Inauguration de l’Hôtel de ville le 18 décembre 1967 et de la la Maison de la culture, ouverte par Malraux 13  février  1968.

enFin les jo

Finalement, les constructions sont achevées dans les temps. Le stade olympique, d’une capacité de 60 000 places, s’est installé sur l’emplacement de l’aéroport de Grenoble-Mermoz. Sa  structure de type tubulaire — aujourd’hui, on dirait échafaudage — semblait innovante. Situé dans l’axe de l’avenue Marcellin-Berthelot, l’on pouvait distinguer le gigantesque stade depuis Chavant.


© Musée dauphinois, photographie lucien Sage

gRAND FORMAT / 68, l’EFFET JO

une seconde descente et l’emporte. Mais le jury réexamine sa première tentative et annule sa performance. Il a lui aussi raté des portes du slalom. La vidéo montre ici un tournant crucial dans l’analyse des résultats sportifs. C’est finalement Killy qui est proclamé vainqueur et obtiendra sa médaille au palais des Sports.

la guerre Froide à grenoble

Si la France peut se consoler avec Killy, elle a souffert de son échec complet au hockey. Dernière du tournoi, la France s’est néanmoins ouverte à ce sport d’équipe alors méconnu. La compétition de hockey a surtout vu l’affrontement majeur entre la Russie — archi favorite — et l’équipe tchèque qui vit son Printemps de Prague. Un match tout aussi sportif que géopolitique. Les Tchèques prennent rapidement l’avantage à 3-1, et ne seront jamais rejoints. Le champion russe Firsov, habitué à enchaîner les points, reste impuissant. Si les favoris de la compétition sont déstabilisés par cette défaite, cela ne les empêche pas d’obtenir l’or. De là à voir un signe annonciateur de la répression du Printemps de Prague en août 68, il n’y a qu’un pas.

En-haut à gauche : L'athlète norvégien ola Waerhavg durant les épreuves de biathlon à autrans, février 1968. Au milieu à gauche: épreuve de saut à ski, tremplin de Saint-nizierdu-moucherotte. 1968 À droite : cérémonie d'ouverture des jeux olympiques de 1968 : alain calmat prêt à allumer la vasque olympique.

Les spectateurs affluent dans l’enceinte et les délégations des 37 nations prennent place. Léon Zitrone, présentateur à l’ORTF, annonce alors le général de Gaulle, qui prononce l’ouverture des jeux à 15 h  39. Les drapeaux se lèvent et trois hélicoptères survolent les tribunes en larguant près de 3 000 roses de tissus parfumées. Après la course contre la montre de la construction, l’objectif est atteint. Place aux épreuves. Et à leurs rebondissements. Ainsi,

12 sPot / Janvier / Février 18

© Musée dauphinois, photographie Photopress

l’héritage de la coMpétition

personne ne peut oublier les succès de Jean-Claude Killy, surnommé King Killy. Sa troisième médaille d’or doit beaucoup au brouillard de Chamrousse. En effet, ce samedi 17 février, c’est d’abord le Norvégien Haakon Mjoen qui réalise le meilleur temps sur le slalom spécial. Il est cependant disqualifié pour avoir manqué deux portes, le brouillard l’empêchant de les distinguer. Sous cette épaisse brume, Karl Schranz qui assure avoir été gêné par un officiel, refait

Sportivement parlant, la France obtiendra la 3e place au classement. À un niveau plus trivial, le CIO n’a compté qu’environ 500 000 billets vendus, bien loin des prévisions du million de visiteurs symbolique. Durant la compétition, un article du Monde se demande même « Où sont les visiteurs ?», le 15 février 1968. Les retombées économiques en sont amoindries. Après la fête, la vie reprend son cours. La ville se questionne  : que faire d’équipement comme l’anneau de vitesse, qui lui reste sur les bras ? La patinoire de l’anneau de vitesse et toute l’installation de refroidissement sont vite abandonnées. D’autres (voir visite Vercors) comme le Palais des sports, a continué d’être utilisé avec parcimonie. L’événement va surtout peser sur les finances de la ville. Malgré un emprunt avantageux, les Grenoblois voit augmenter fortement les impôts locaux. Cette même hausse de la fiscalité va permettre à la municipalité Dubedout de mettre en œuvre le projet urbanistique le plus ambitieux. La Villeneuve, qui s’installerait à l’emplacement exact du stade olympique. Grande utopie, qui, elle aussi, pose question.


© Musée dauphinois

1968 - 2018 : le jubilé en 6 événements > DU 2 AU 25 FÉVRIER 2018 exposition à saint-martin-d’uriage, dans le centre culturel belvédère : « 1968 — saint-martin-d’uriage et les Jo d’hiver ». À cette époque, Chamrousse était encore rattaché à cette dernière et permettra d’accueillir les souvenirs des habitants de la montagne. > DU 5 FÉVRIER 2018 AU 7 JANVIER 2019 au musée dauphinois, l’exposition « Grenoble 1968. Les Jeux olympiques qui ont changé l’isère », va prendre place. C’est à cette époque que le musée s’installe au couvent sainte-marie-d’en-haut pour y rester 50 ans. il rend ainsi hommage, dans une exposition réunissant des souvenirs venant d’acteurs privés ou publics en isère. > LE 6 FÉVRIER 2018 organisées par la ville et la métro, la réception officielle et la cérémonie protocolaire se dérouleront le jour de l’ouverture des Jo. après l’accueil de la délégation officielle, les festivités populaires avec sons et lumières débuteront à 18h. de plus, un parcours lumineux s’étendra du vo au parc Paul mistral sur 4 km. > DU 6 AU 8 FÉVRIER 2018 Les grandes constructions des Jo de Grenoble. une exposition pour découvrir les constructions des Jo ont métamorphosé Grenoble. dans le parc Paul mistral. > 9 FÉVRIER 2018 Le vercors va aussi commémorer les Jo en rallumant la flamme olympique à villard-de-Lans et en se rendant sur la nouvelle piste de luge, installée sur le tracé de l’ancien circuit. > DU 5 MARS AU 5 AVRIL 2018 enfin, la maison de l’internationale, à Grenoble, exposera les photos représentants les travailleurs immigrés venus pour édifier les bâtiments nécessaire aux Jo.


ÉVÉNEMENT Du MOIS TEXTE : BARBARA SATRE

place aux jeux ! 29 jan. 18

> 04

FéV. 18

lE JEu A lA COTE

« DE CONFIDENTIEl, lE JEu EST DEVENu uN PhÉNOMèNE CulTuREl, CE N’EST PAS uN EFFET DE MODE, Il Y A uNE CulTuRE Du JEu. » d’ouverture ont encore été élargies, on ouvre dès le matin pour clôturer le dimanche à 18h. » En effet, est apparu ces dernières années une population de gros joueurs, souvent des connaisseurs. «Il n’est pas rare de trouver 300 personnes en train de jouer à 2h du matin, de même quand on se passe le relais le dimanche à 8h, il peut y avoir

14 sPot / Janvier / Février 18

encore une centaine de personnes », témoigne-t-on à la Maison des jeux. Surprenant mais pas tant que cela pour les organisateurs qui ont vu la popularité du jeu exploser depuis les années 2000. « De confidentiel, le jeu est devenu un phénomène culturel, ce n’est pas un effet de mode, il y a une culture du jeu. C’est d’ailleurs un vecteur de socialisation, le jeu pose un cadre et facilite les interactions entre individus», analyse Julos Bruneau, administrateur à la Maison des jeux. On est donc bien loin du Monopoly des dimanches pluvieux ou du bridge pratiqué en club très fermé…

coMMent est né ce phénoMène ?

« Auparavant, l’offre de jeu étaient d’une part très limitée, jeu de dames, de carte, scrabble… D’autre part, les règles pouvaient être compliquées, les parties interminables, enfin le but était souvent de battre l’autre  : cela était moins ludique », explique Claude Carrara, cofondateur de la Maison des jeux en 1991. « Quand il y avait une nouveauté, elle venait souvent d’Allemagne, tels que les Colons de Catane. En France on avait 20 ans de retard  ! » renchérit Julos Bruneau. Arrivent le Pictionnary et autre Tabou dans les années 1990. Ces premiers jeux d’ambiance, c’est-à-dire jeu de groupe où le moment passé prime sur le résultat, rencontre un franc succès, mais le véritable tournant s’opère dans les années 2000. L’offre de jeu s’étoffe et trouve enfin un large

© Claude Carrara

B

ientôt 10 ans que ce festival fait jouer les grenoblois. Après ses premiers balbutiements au Jardin de Ville puis dans la cours de la Maison des jeux, Place aux jeux a trouvé son terrain à la halle Clémenceau. Sa fréquentation ne cesse d’augmenter : 5500 l’année dernière, presque 6000 personnes attendues cette année dont la majorité sur le week-end. «  Pour éviter la saturation, les horaires

© Claude Carrara

D’adresse, de plateau, d’ambiance, de rôle, de figurines… Les jeux sont dans la place à Grenoble entre le 29 janvier et 4 février. Ce festival est le moment rêvé pour découvrir les multiples facettes du jeu de société. En une quinzaine d’année, cet univers a en effet subit une profonde mutation. Retour sur cette épopée.

Ci-dessus : Place aux jeux propose des jeux pour tous les goûts et tous les âges.


© Claude Carrara public. « Des nouveaux mécanismes de jeux apparaissent, les joueurs ne sont plus des adversaires mais des concurrents, les designs sont travaillés, les règles simplifiées, les parties plus courtes  », note Claude Carrara. Les créateurs de jeu sortent de l’ombre. Certains deviennent des stars comme Antoine Bauza, l’auteur de Seven Wonders. Son jeu vendu à 100  000 exemplaires a été réédité quatre fois depuis 2010. «  Le secteur du jeu fonctionne maintenant comme celui du livre  : il y a les créateurs de jeu et les éditeurs, d’où une grande variété de jeux pour tous les goûts, avec des best-sellers et même des prix  !» remarque Julos Bruneau. Aujourd’hui, ce sont les jeux de rôle et les jeux grandeur nature qui explosent : «  Ces jeux très sophistiqués mettent les participants en immersion avec des déguisements, des décors. Il s’agit par exemple de résoudre des énigmes pour sortir d’une pièce lors d’un escape game ou d’échapper à des revenants dans un jeu de rôle  ». Aucune facette du jeu n’a échappé aux organisateurs, elles seront toutes à découvrir durant cette semaine. Place aux jeux donc.

Ci-dessus : contrairement à d’autres festivals, celui-ci laisse vraiment le temps aux participants de jouer et de tester des jeux.

agenda

Temps fort les 3 et 4 février à la Halle Clémenceau. PAF : 3 € Programme complet : http://placeauxjeux.wixsite.com/place-aux-jeux

Janvier / Février 18 / sPot 15


ÉVÉNEMENTS

on regarde quoi, le paysage, ou le smartphone ? Festival transfo, de French tech in the alps.

© Nadine Shaabana

TEXTE : JÉRÉMY TRONC / BARBARA SATRE / JÉRÉMY ChAuChE

18 jan. 18

> 24

jan. 18

FestiVal transFo

TECHNO / Dans la vaine de la marotte présidentielle — la transformation — le festival Transfo s’est monté l’an dernier par le biais de « French tech in the alps », une structure du gouvernement promouvant les nouvelles technologies et favorisant l'émergence de startups. La programmation s’étale ainsi sur une semaine du jeudi 18 au mercredi 24 janvier, avec des événements sur le week-end, notamment au cœur des stations alpines. Le festival va explorer plusieurs pistes avec un programme qui applique à la lettre le concept de « transformation ». Si Transfo est composé majoritairement de rendez-vous s’adressant aux entreprises — comme des rencontres dans des laboratoires d’université ou à GEM — le festival tentera aussi d’intéresser les profils les plus divers. Ainsi, l’on remarquera une campagne d’affichage massive à Grenoble menée par l’agence de marketing Market Inn : « Nous souhaitons vulgariser la transformation numérique par l’exemple en créant plusieurs affiches afin d'interpeller les uns et les autres. Une sorte de passerelle vers le festival… », explique la société. Autre événement : des jeux de pistes en mode « serious game ». Ainsi, les équipes formées en amont au Hub de Chavant auront 3h30 pour trouver les données nécessaires à un projet. Une fois la quête accomplie, les équipes atteindront la dernière étape : le pitch de leur projet. De plus, le festival prendra pied là où la population de la métropole est la plus brassée : au centre commercial de Grand'Place. Là, le Village du Numérique Pour Tous s’organisera sous forme de stands appelés « quartiers » afin de faire découvrir au public les technologies numériques d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Impression 3D, réalité virtuelle, et autres IoT (internet of things) seront présents. Enfin, pour séduire les derniers récalcitrants, des robots mignons seront visibles au « Hub » du Totem French Tech in the Alps, à Chavant. Rob’Air, robot de médiation, pourrait participer à aider les personnes isolées comme les enfants hospitalisés, qui pourraient partager la cour de récréation via le robot. > www.festival-transfo.fr / totem : 16 boulevard maréchal Lyautey à Grenoble Grand'Place : 55 Grand Place à Grenoble

16 sPot / Janvier / Février 18

19 jan. 18

> 22

jan. 18

les reines de la Meije

HORS-PISTE / C’est bon d’être une fille pour... les forfaits de ski gratuits à la Grave. Remarquant que la fréquentation des vallons de la Meije était surtout masculine, la station renverse la vapeur chaque troisième weekend du mois de janvier. Le vendredi et lundi, le forfait est gratuit pour les filles et à 15 euros au lieu de 49 euros le samedi et dimanche. S’il est nécessaire d’avoir un niveau correct pour dévaler sereinement ces 2150m de hors-piste et profiter pleinement des paysages à couper le souffle, les moins aguerris pourront toujours être accompagnés d’un guide. Le soir, l’ambiance haute montagne cède la place à celle déjantée des concerts et défilés dans le village. > La Grave / www.lagrave-lameije.com 04 76 79 90 05


20 jan. 18

les 2 alpes snow trail

COURSE * PIED / Que ce trail se déroule dans la neige n’est pas sa seule particularité. L’originalité du 2 Alpes snow trail réside aussi dans ses parcours au profil descendant et dans son départ à la nuit tombante, au sommet des Œufs blancs, à 2189 mètres d’altitude ! Trois parcours sont proposés  : 10 km et 760 mètres de dénivelé négatif, 15 km et 900 D-, et 20 km et 1200 D-. Ils empruntent les pistes de ski sur 4km avant de partir sur les chemins de la station. Quel que soit votre choix, la lampe frontale vous sera indispensable. L'arrivée de tous les participants se fait sur la Place des 2 Alpes au cœur de la station à 1650m. > Les 2 alpes / www.les2alpes.com

21 jan. 18

> 27

jan. 18

aux rires etc

Pierre-émmanuel Barré est au programme du festival.

© Eric Canto

HUMOUR / Lancé l’année dernière, Aux rires etc est le premier festival dédié au rire et à l’humour dans l’agglomération grenobloise. Le fil rouge de la programmation ? Il n’y en a pas vraiment. Si, la diversité, pour répondre aux différents types de public. Ainsi, chez les humoristes pros, on passe de l’humour caustique et trash de Pierre-Emmanuel Barré à l’humour visuel tout public d’Élastic et Francesca. Cinq têtes d’affiche sont programmées, mais le festival laisse aussi sa chance aux artistes émergeants dans une salle à la jauge plus réduite. Les quatre sélectionnés enchaîneront leur spectacle à la Basse-cour le 24 janvier, avant de se produire le lendemain sur la scène du théâtre en rond à Sassenage. > http://auxrires.fr

Janvier / Février 18 / sPot 17


ÉVÉNEMENTS

La passe-montagne, un rendez-vous sportif et festif autour de la raquette à neige.

© Jérémy Tronc

TEXTE : JÉRÉMY TRONC / BARBARA SATRE / JÉRÉMY ChAuChE

27 jan. 18

& 28

jan. 18

salon interVins

ŒNOLOGIE / Plus de 60 exposants sont présents chaque année à l’occasion du salon Intervins de Vienne. Tous sont passés au crible du comité de sélection qui organise l’événement : la compagnie des amateurs de vin et des échansons (C.A.V.E), confrèrie vinique et bachique. Vous êtes ainsi sûr d’avoir affaire à d’excellents viticulteurs, tous propriétaires récoltants proposant d’excellents rapports qualité/prix. Le salon est ouvert à la grande majorité des appellations viticoles françaises. Vous pourrez les déguster tout en questionnant les viticulteurs exposants. Sont présents aussi des exposants de produits gastronomiques venus de tout l’Hexagone (fromages, chocolat, pains d’épices, charcuterie,produits de la mer…). > À vienne / salle des fêtes / www.vienne-tourisme.com

27 jan. 18

& 03

FéV. 18

la saison des derbys est ouVerte

FREERIDE / La saison de ski a commencé et avec elle, celle des Derbys. Le principe de ces courses de ski est simple : dévaler à toute berzingue une piste non préparée ou un hors-piste en ski, surf, télémark (etc…) dans la tenue de votre préférence. Seul le casque est exigé et dans certain cas, une protection dorsale. Ces courses sont rassemblées en un challenge, le Trophée des Derbys. Pour y participer, il suffit d’avoir couru au moins trois derbys. Ça tombe bien, il y en a déjà quatre autour de Grenoble! Les deux prochaines sont la Fare Free Race le 27 janvier à Oz-en-Oisans et le Derby du Berger le 3 février à Saint-Pierre de Chartreuse. Ce dernier avec son BBQ et sa série de concerts avait même été élue le «  plus cool  » des Derbys. > www.oz-en-oisans.com et www.ski-alpin-chartreuse.com.

18 sPot / Janvier / Février 18

28 jan. 18

la passeMontagne

RAQUETTES / À l’origine une course de raquettes pour promouvoir l’activité, mais depuis une dizaine années, le chrono a été levé et la Passe-montagne est devenue un rendez-vous sportif et festif autour de la randonnée. La rencontre s’est en effet étoffée : pièces de théâtre et intermèdes musicaux jalonnent les parcours pour créer la surprise. Nul besoin de casse-croute puisque le petit-déjeuner, repas et goûter sont prévus. Au-delà d’une immersion en Chartreuse, le but est de découvrir les talents culinaires et culturels d’Entremonts. Deux parcours s’offrent aux randonneurs  : l’un de 14 km et l’autre de 9 km. Les préinscriptions se font sur le site ou en contactant l’Aadec aux Entremonts-enChartreuse. > entremonts-en-Chartreuse www.aadec.fr / 04 79 65 84 03


01 FéV. 18

> 04

FéV. 18

salon créatiVa

ARTS CR²ATIFS / Faites-le vous-même. Ce pourrait être le leitmotiv de ce salon consacré aux loisirs créatifs. Plus de 100 exposants présenteront les dernières tendances de l’année pour engranger des d’idées et faire travailler vos doigts de fée (ou de bûcheron). Il y aura de grandes marques nationales mais également des enseignes locales, des fabricants, détaillants, artisans, créateurs, associations et éditeurs de revues. Toutes les disciplines sont représentées : art du fil, activités manuelles, scrapbooking, beaux-arts, mode, enfants, cuisine, etc. De nombreux ateliers d’initiation et de perfectionnement sont aussi proposés sur place. > alpexpo / www.creativa-grenoble.com

01 FéV. 18

> 10

BONNE ANNÉE

2018

FéV. 18

experiMenta

ARTS ET SCIENCES / Alors que les sciences et les nouvelles technologies soulèvent de nombreuses questions, d’ordre morale, éthique ou environnementale, Experimenta propose par le biais des arts de « comprendre ce que l’espèce humaine est en train de faire, de se faire  » dixit Antoine Conjard, directeur de l’Hexagone qui chapote l’événement. Et c’est tout le contraire d’un entre-soi scientifique austère qui est proposé. Le grand public est ciblé et de belles surprises l’attendent. On pense au salon proposant des œuvres interactives, des dispositifs immersifs, des performances artistiques, des prototypes… On pense aussi aux spectacles, une douzaine, empruntant à la danse, au théâtre, à la musique, à la vidéo, le tout saupoudrés bien entendu de nouvelles technologies. Bref penchez– vous sur la programmation, les tentations sont nombreuses. > www.experimenta.fr / www.theatre-hexagone.eu

© Yelena Remetin

Forecasting propose un nouveau mode narratif entre documentaire et fiction.

TOUTE L' É Q U I P E DE SPOT VOUS SOUHAITE UNE TRÈS BELLE ANNÉE 2018 !


ÉVÉNEMENTS TEXTE : JÉRÉMY TRONC / BARBARA SATRE / JÉRÉMY ChAuChE

02 FéV. 18

& 03

Fête de la neige à Saint-Bernard du touvet. de le neige, et de la culture.

FéV. 18

éric barone alpine tour

03 FéV. 18

Fête de la neige

FAMILLE / Lors d’un samedi que les organisateurs espèrent ensoleillé, la fête de la neige sera l’occasion de se retrouver en famille dans cette station à échelle humaine. L’on pourra ainsi s’évertuer à réaliser un bonhomme de neige, ou même expérimenter différentes disciplines comme le biathlon. Devenu une institution loufoque, la fête de la neige accueille un concours OGNI qui ne manquera pas de faire rire petits et grands. L’idée est de construire l’Objet Glissant Non Identifié le plus original et le plus rapide pour dominer le concours. Les organisateurs ne manquent pas de rappeler la nécessité de se munir d’un système de freinage. Au risque de… s’envoler et devenir un véritable OVNI. > saint-bernard-du-touvet / de 10 h à 20 h http://st-b-enfete.blogspot.fr/

20 sPot / Janvier / Février 18

© St Be en fête

VITESSE / Éric Barone a bâti sa renommée grâce à ses records de vitesse à VTT. C’est tout simplement le vététiste le plus rapide du monde (227,75 km/h sur la piste de kilomètre lancé de Vars). Ce cascadeur vous propose une démonstration de VTT descente sur la piste mythique de Casserousse, celle ou JC Killy a tout gagné en 1968. Eric Barone sera accompagné d’une quinzaine de bikers expérimentés lors de cette expérience démonstrative. Elle sera suivie d’une compétition de VTT chronométrée sur le Luge Park, d’un village tests de VTT à assistance électrique et d’une conférence en soirée.  Pour le cascadeur, c’est un nouveau challenge en développant une nouvelle discipline inspirée du ski alpin descente, du super G, de Cross mais aussi de la randonnée à VTT. > Chamrousse / inscription possible à la démonstration et à la compétition - sous réserve de places / www.alpinebiketour.com www.chamrousse.com

03 FéV. 18

> 07

FéV. 18

la Foulée blanche

SKI DE FOND / La Foulée Blanche est heureuse, c’est sûr. Cette année, elle fête ses 40 ans et surtout, il semble y avoir assez de neige pour que toutes les épreuves se déroulent dans les meilleures conditions. Et elle est aussi le support officiel des festivités du cinquantenaire des Jeux Olympiques. Une édition exceptionnelle donc, festive et commémorative. Les grandes épreuves qui ont fait sa renommée seront bien là : le samedi, la foulée classique avec 700 participants attendus sur 5, 10 ou 30 km pour les puristes du nordique, sur les traces des pistes olympiques de 1968. Épreuve suivie de la célébration des JO. Le lendemain, 2500 coureurs sont attendus pour le style libre, sur 5, 10, 20 ou 50 km. Les jours suivants, les foulées jeunes et enfants poursuivront l’histoire de cette épreuve légendaire. > autrans / www.lafouleeblanche.com


04 FéV. 18

Fête des coulMes

NORDIQUE / Sympa : la petite station des Coulmes vous invite le 4 février pour sa traditionnelle fête nordique. Au coeur d’un Vercors boisé et préservé, juste piqué de quelques pylônes de remontées mécaniques, vous pourrez participer à une aprèsmidi de découvertes et d’initiations gratuites aux pratiques nordiques sur le site de ski de fond du Belvédère, à Rencurel. Il y aura des promenades en raquettes avec les accompagnateurs en moyenne montagne des Balcons de l‘Isère, des initiations au biathlon avec carabine laser, et peutêtre bien une présentation de chiens de traîneaux et du métier de musher. Musique et boissons chaudes sont offertes jusqu’en soirée. Généreux  ! > Les Coulmes / rencurel / renseignements : 04 76 38 96 61 www.rencurel-vercors.fr

05 FéV. 18

> 09

FéV. 18

FestiVal des glisses giVrées

© Images et Rêves

INSOLITE / Snowbike, snowscoot, airboard, evosnow, dual, trikke, snowskate, paret, zipfy… Le bon vieux ski à papa se fait déborder par sa droite et par sa gauche par les nouveaux engins de glisse sortis de l’imagination d’ingénieux concepteurs. À Oz, on vous sert la glisse givrée pendant 5 jours dans le cadre de ce festival dédié aux nouveaux engins de glisse. Sur le front de neige de la station, les participants peuvent tester gratuitement les engins. Le matériel est mis gracieusement à disposition. Vous pourrez aussi participer aux challenges proposés, visiter le village d’exposants, profiter des jeux et admirer le show nocturne. > oz-en-oisans / www.oz-en-oisans.com

Janvier / Février 18 / sPot 21


ÉVÉNEMENTS

cro man de nick park sera en compétition lors du festival voir ensemble.

© Nick Park

TEXTE : JÉRÉMY TRONC / BARBARA SATRE / JÉRÉMY ChAuChE

14 FéV. 18

> 25

FéV. 18

FestiVal Voir enseMble

CINEMA JEUNE PUBLIC / Faites confiance au cinéma le Méliès pour faire de vos enfants des cinéphiles avertis, toute l’année, mais surtout pendant ce temps fort annuel fort recommandable : le festival Voir Ensemble. Plus d’une trentaine de films sont programmés pendant 12 jours, en provenance du monde entier, et particulièrement du Japon cette année. On note plusieurs avant-premières, une sélection des beaux films sortis récemment, deux sélections de films en compétition (jury enfant et jury jeune), et comme chaque année de nombreuses occasions de rencontrer des auteurs et des créateurs, de participer à des ateliers ou à des séances spéciales (ciné-concert, rencontres, ciné-goûter). Voir ensemble, pour vibrer, réfléchir,  s’étonner, s’émerveiller et explorer en famille. > Cinéma Le méliès / www.cinemalemelies.org

18 FéV. 18

> 25

FéV. 18

tous en salle

CIN²MA / Votre marmaille ne jure plus que par Star Wars : Les Derniers Jedi ? C’est bien, mais peut-être est-il temps pour elle de découvrir d’autres facettes du septième art. C’est ce que propose justement le GRAC (association de salles de cinéma de proximité classées Art et Essai) pendant les vacances de février. Films d’animation pour les tout-petits (Rita et Crocodile, dès 2 ans, Paddy la petite souris, dès 3 ans), pour les plus grands (Cro Man, par le génie des studios Aardman Nick Park) ou pour les ados (Coby, documentaire sensible sur un jeune homme trans), sans oublier des classiques comme Mon oncle de Tati, The Kid de Chaplin ou La Nuit du chasseur de Charles Laughton : il y en aura pour tous les goûts de cinéphiles en herbe. > Liste des films et des salles participantes sur www.tousensalle.fr

22 sPot / Janvier / Février 18

22 FéV. 18

> 15 Mars 18

bowling huMain à chaMrousse

ORIGINAL / Les idées d’activités ludiques à faire sur neige ne semblent jamais se tarir. Le pôle animation de Chamrousse a mis au point pour les vacances de février ce nouveau jeu inspiré du bowling : dans une boule géante ou sur une luge-soucoupe, propulsé par des équipiers ou seul (les modalités du jeu sont encore à préciser), le participant doit dégommer le plus de quilles possible en glissant sur la neige. Ce jeu par équipes de trois se déroule en trois manches. Les équipiers de chaque équipe s’élancent à tour de rôle pour renverser ces éléments gonflables de deux mètres de haut  ! Cette activité gratuite se déroule tous les jeudis du 22 février au 15 mars de 17h à 18h sur le front de neige de Chamrousse 1650. > inscription au préalable sur www.chamrousse.com ou au tél : 09 70 72 09 39


23 FéV. 18

soirées Vtt giVré

SENSATION / Vous avez rangé votre VTT au garage  ? Mince, trop tôt, car les moniteurs cyclistes de Chartreuse vous propose d’exercer vos talents de pilote sur une piste enneigée de Saint-Pierre de Chartreuse. Damée et éclairée, elle est exclusivement réservée aux cyclistes pour l'occasion ! N’importe quel VTT fera l’affaire, mais pour plus de maîtrise et de sensations, vous pouvez choisir de louer un Fatbike, plus stable et gérable quand la neige est molle. Vous rejoignez le sommet des pistes en téléski, puis vous redescendez… comme vous pouvez ! Mais les chutes sont plus confortables et moins dangereuses sur la neige. Pour se remettre de ses émotions, un ravitaillement est proposé : diots à la chaudière, vin chaud et musique. > saint-Pierre de Chartreuse / infos, inscriptions : bureau des guides Cartusiana

23 FéV. 18

> 25

FéV. 18

lyon priMeVère

© Claire Angot

SALON / La caractéristique principale de ce salon de « l’alterécologie » qui fête sa trente-deuxième édition, c’est le foisonnement. On y aborde en effet une multitude de problématiques autour d’un même thème : le respect, de soi et des autres. Cet impératif, le Salon Primevère le décline dans différents domaines : l’écologie bien sûr, mais aussi l’économie, l’éducation, la non-violence… Chacun peut ainsi trouver ce qui l’intéresse auprès de l’un des 500 exposants réunis sur un hectare et demi ou dans une des huit salles qui accueillent des conférences. L’an dernier, 33 000 visiteurs étaient ainsi venus déguster un bon vin, acheter des produits bio-équitables ou trouver un vélo d’occasion. Un espace enfants propose également une trentaine d’animations pour les plus petits. > À eurexpo (Chassieu) / de 6 € à 15 € / www.salonprimevere.org

Janvier / Février 18 / sPot 23


ÉVÉNEMENTS

un mojito ? avec mahana, préparez vos vacances.

TEXTE : JÉRÉMY TRONC / BARBARA SATRE / JÉRÉMY ChAuChE

02 Mars 18

> 04 Mars 18

Mahana

02 Mars 18

> 10 Mars 18

les nuits de la roulotte

GENRE / Durant 9 jours, les Nuits de la Roulotte présentent un festival des cultures tsiganes à Chambéry, afin de découvrir un corpus bien moins caricatural que prévu. Prenant place au Carré Curial, coeur battant de la culture chambérienne, les roulottes s’installeront sur la vaste place. Surtout, pour accéder aux festivités, les petits prix (livres ou carrément gratuit), permettent à tout le monde de passer une tête. Ainsi, pas moins de 24 groupes ou compagnies se produiront dans la cité des Alpes. Un art tsigane multiple, déclinant toutes ses facettes, de la musique au cinéma, en passant par le cirque ou, plus méconnus encore, la littérature et le théâtre. > Carré Curial, Place Président f. mitterrand à Chambéry https://lesnuitsdelaroulotte.com/lasso / tél : 04 56 29 51 54

24 sPot / Janvier / Février 18

© Flickr. Cosmo girl.

TOURISME / Ah mars et ses giboulées... Le cocktail déprimant idéal pour penser à s'évader loin de ces cieux peu cléments et de rêver aux prochaines vacances. Cela tombe bien, Mahana est là pour ça. City-break, courts ou longs séjours, en France ou à l’autre bout du monde, en amoureux ou en famille, voire seul (pourquoi pas), la nouvelle édition du salon Mahana devrait vous aider à faire le plein d’idées pour vos prochaines vacances. Entre ateliers thématiques, rencontres avec les tour opérateurs et animations, la Halle Tony Garnier sera votre théâtre des rêves pour préparer au mieux votre prochaine escapade grâce aux quelque 250 destinations présentées lors de cette nouvelle édition. > À la Halle tony Garnier (Lyon 7e) / tarif : 8 € (gratuit pour les moins de 12 ans) www.salons-du-tourisme.com

03 Mars 18

& 04

Mars 18

lyon Vintage

RETRO / Si, pour vous, le téléphone en bakélite flashy et le fauteuil Emmanuelle sont des must de la décoration, ce salon est fait pour vous. Pendant deux jours, Lyon Vintage réunit plus de 80 exposants de toute la France venus présenter le meilleur de la décoration vintage. Une 7e édition qui fera la part belle au mobilier, aux créations d'inspiratrion vintage, à la mode et au made in France. Sur plus de 2200 m2, vous pourrez physiquement voyager dans le temps entre les mythiques années 20 et les très débridées années 80. Autre le mobilier et les vêtements, vous pourrez aussi dénicher quelques perles rares comme des affiches de cinéma ou des vinyls. Reste plus qu'à économiser ! > au double mixte (villeurbanne) / tarif : 5 € / À partir de 10h / www.lyonvintage.fr


03 Mars 18

& 04

Mars 18

© Eric Charron

trans’Vercors nordic

COURSE / Avis aux flemmards, cette course n’est pas faite pour vous. En effet, la Trans’Vercors Nordic est devenue une course mythique de ski de fond, créée afin de populariser ce sport en 1968. Cette course, de 53 kilomètres, traverse la Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du massif du Vercors. Une navette décolle de Grenoble à 6 h 15 pour un départ à 8 h 30 (d’où l’avertissement précédent). Surtout, elle relie deux département : la Drôme et l’Isère où se trouve l’arrivée. Heureusement, les courses en équipes de deux sont possibles pour alléger la balade qui peut sembler longue. Surtout, un deuxième tracé a été créé pour cette édition sur 35 km. Cette nouveauté devrait permettre de démocratiser (encore plus) ce sport. > Pour la course de 53 km, départ à 8h30 du col du rousset http://transvercors-nordic.com

Janvier / Février 18 / sPot 25


nordiQue break

DESTINATION TEXTE : JÉRÉMY TRONC

2 DESTINATIONS POuR uN W.E SkI Ou RAQuETTES

© OT Massif du Sancy

Un massif lointain, un point de chute, des idées de visite, et deux suggestions de randonnée : voilà ce que Spot vous propose pour organiser vos week-ends sous le signe de la raquette ou du ski de randonnée nordique. Nous avons décliné la formule en Auvergne et dans les Monts Jura. Vous retrouverez les tracés précis des randonnées sur notre site internet. Bonne balade, partez bien équipé, et faites gaffe aux avalanches !

courbanges - sancy (puy de dôMe) Le massif du sancy est l'endroit idéal pour des vacances ou un séjour actif en famille ou entre amis dans un cadre naturel préservé. ici on ne s’attaque pas à des sommets ou à des pics mais à des Puy. Les montagnes sont juste un peu plus rondes, courbées par le poids des années supplémentaires. À la station de ski super besse, on préférera, à quelques lieux au sud, la sauvage vallée de Chaudefour, réserve naturelle et de randonnées foisonnante.

un point de chute

À Courbanges, le gîte d’étape et de séjour Volcaflores est situé dans une ferme rénovée datant de 1890. La surprise est de taille quand on pénètre dans l’immense salle principale avec sa cheminée, ses plafonds culminant à plus de 5 mètres, ses espaces de détente et de jeu et ses grandes tables conviviales. D'une capacité de 39 places, avec une superficie de 400 m2, le gîte peut accueillir aussi bien des groupes et des familles nombreuses en dortoir que des couples dans des chambres chaleureuses rénovées avec goût. Le gîte ne dispose pas de cuisine en gestion libre. Mais vous pouvez faire confiance aux gérants qui vous serviront une bonne cuisine de terroir : charcuterie, fromages locaux, fondue…. Tout pour se sentir bien. > www.volcaflore.com

à Voir

Le coin ne manque pas de visites intéressantes. On pense à SaintNectaire (oui, là où l’on produit le fromage), à 16 km de Courbanges. Les incontournables : la remarquable église romane construite en trachyte à partir des années 1080. Mais aussi les fontaines pétrifiantes ou les sources chaudes qui jaillissent du centre de la terre donnent naissance à un artisanat unique au monde : l’art de la pétrification. S’il vous en faut plus, faites un crochet par Murol (6 km de Courbanges) pour admirer son château du XIIe bâti sur un promontoire basaltique.

26 sPot / Janvier / Février 18

les deux randos

Si vous n’êtes pas pour les circuits raquettes balisés et sécurisés (et payants, il y en a pas mal dans le coin), voici deux idées d’itinéraires pour vous dégourdir les jambes, hormis l’exploration, à plat, de la vallée de Chaudefour.

PUY DES CREBASSES De Courbanges, rejoindre le 2e parking du village de Monneaux (6 km à l’ouest de Courbanges). Empruntez le chemin qui grimpe direction sud-ouest dans le bois de Sarrevielle. Vers le point 1429, on sort de la forêt puis l’on grimpe jusqu’au Puy des Crebasses via une épaule débonnaire permettant d’apprécier le paysage à 360°. À skis, mieux vaut redescendre par l’itinéraire de montée. En raquettes, on peut envisager de faire une boucle en redescendant (délicat) par les Rochers de l’Audiouze jusqu’au pont de Saint-Anne pour un retour (plus long) sur Monneaux. > Aller retour : 7,4 km / D+ 600 m / 3h / Départ : village des Monneaux / Carte IGN 2432 ET massif du Sancy

PUY DE CHAMPGOURDEIX / PUY DES PERDRIX Garez-vous sur le parking de la maison de la réserve naturelle de la vallée de Chaudefour si la route est dégagée. Empruntez la piste forestière qui part sud-ouest, passe par la cascade de Pérouse, le pont Saint-Anne. Après le pont on continue direction sud-ouest, puis 500 mètres après, empruntez le chemin qui oblique vers le sud puis le nord-est, grimpe à Rondaire puis se poursuit plein sud vers le Puy de Chamgourdeix. Ensuite il oblique vers l’ouest pour rejoindre le Puy de la Perdrix et pourquoi pas le Puy Ferrand. > Aller retour : 10,7 km / D+ 650 m / 3h30 / Départ : parking de la maison de la réserve naturelle / Carte IGN 2432 ET massif du Sancy


les deux randos

À gauche : La belle et sauvage vallée de chaudefour.

LES HAUTS DE LAJOUX

lajoux - Monts jura (ain et jura)

Le Jura, c’est loin ? non, là où l’on vous emmène, vous êtes à 2h30 de Grenoble. un petit trajet pour un grand dépaysement aux confins de la franche-Comté et de rhône-alpes. territoire de moyenne montagne, le Haut-Jura est une terre de contraste. on y passe rapidement des ambiances canadiennes aux douceurs thermales de divonnes-les-bains. bienvenue à Grand-nord les thermes pour vos sorties raquettes et ski !

un point de chute

On s’arrêtera à Lajoux à la maison des Inuits, vaste gîte de 560 m2 au cœur du parc naturel régional du haut-Jura. Ici, la vue c’est prairie, forêt, et basta. Reposant à souhait, le gîte propose en plus des 21 chambres un coin détente, un bar, un sauna, une bibliothèque, une salle d’activité et de jeux et deux chalets particuliers. La construction de conception « énergies douces  » a été lauréat du prix éco-trophée. Le gîte est au départ des balades nordiques et propose des formules en pension et demi-pension. > https://www.gite-jura-inuits.com/fr / 03 84 41 26 93

à Voir

À Lamoura, ne manquez pas de visiter la maison du lapidaire. Ce musée présente l’art de la taille de pierres fines et précieuses, savoir-faire très fortement ancré dans la montagne jurassienne. L'exposition revient sur les différentes catégories de pierres taillées et leurs usages, sur les savoir-faire lapidaires, sur l'organisation socio-économique de l'activité et son histoire. Une démonstration vivante de la taille permet de retracer les étapes du procédé.

© J.érémy Tronc

Ci-dessus : dans la forêt de tresberruy, monts jura.

Belle randonnée assez facile sur les "Hauts de Lajoux" qui vous permettra de découvrir le paysage tout en rondeur des Hautes Combes et à l'horizon un beau panorama sur la chaîne des Monts Jura. Départ : de la maison du parc. On emprunte le GR9B balisé sur la route, direction sud-est vers La Grande Cula. Ce n’est qu’après 500 mètres que le chemin commence vraiment, en s’élevant tranquillement dans les bois jusqu’au chalet de Très Combe. Au chalet, on bifurque nors-est jusqu’à la pièce du Châtelain, puis la Sermangindre, la Balise d’Aval, Chez Gauton, le Fournet pour un retour à Lajoux. On pourra observer 2 grenier-forts durant ce circuit, au début et à la fin. > 8,56 km / D+ 180 m / 2h30 / Départ : Lajoux / Carte IGN 3237ET Morez/Les Rousses

FORÊT DE TRESBERRUY Au gré de votre parcours, observez les nombreuses pâtures éparpillées au coeur de la forêt de Tresberruy abritant les fermes isolées. Dos à l’Office de tourisme de Lamoura (Lamoura OT), suivez à gauche sur 300 m la RD25 qui traverse le village (balisage jaune/rouge). Au Bruchet, prenez la petite route qui monte à droite. L’itinéraire emprunte ensuite un chemin en pierre et traverse la Combe Arbey jusqu’au Village de vacances de Lamoura ou vous bifurquerez nord (direction Malacrête, Chalet double) dans la belle forêt de résineux et de feuillus. À Château-double, rejoindre la D304, la suivre direction Nord sur 250 mètres puis emprunter le chemin qui part direction sud ouest vers la Chaux Berthod où l’on se dirigera vers le sud pour rejoindre le centre de vacances avant de retraverser la D304 pour récupérer le chemin (point 1169) qui s’enfonce à nouveau dans l’apaisante et jolie forêt de Tresberruy. Au point 1212 on rejoint le GRP avant d’atteindre Lamoura. > 10 km / D+ 200 mètres / 3h / Départ : OT de Lamoura / Carte IGN 3237ET Morez/Les Rousses

Janvier / Février 18 / sPot 27


CARNET D’ADRESSES TEXTE : JEAN-BAPTISTE AuDuC

spot a testé pour Vous ! *****

*****

Le salon d’alep ne contient ni parfum, ni conservateur, ni paraben. © JBA

day by day

²PICERIE / Entre deux rues passantes du quartier Championnet, au pied d’un immeuble imposant, se trouve Day by day. La petite épicerie a pour principe de réduire les contenants à portion congrue. Cette première franchise en vrac de France a ouvert à Grenoble le 28 novembre. L’échoppe est éclairée d’une lumière franche, avec un étiquetage clair (provenance, bio ou non, etc...). La franchise met à disposition des produits du quotidien, sans emballages (pâtes, riz) et des produits plus exotiques comme les baies de Goji et un rayon de produits ménagers important. Le salon d’Alep aux formes imparfaites est là, en évidence, et est certainement l’un des savons les plus « propres » : il ne contient ni parfum, ni conservateur, ni paraben. Plus curieux, dans une épicerie en vrac, des bonbons (comme chez le boulanger) affichent avec évidence la provenance française. Day by day, qui s’est donné comme objectif de convertir une grande partie de la population au « sans emballages », compte bien attirer les enfants fans de sucrerie. > 5 Place Condorcet à Grenoble / 04 56 24 34 47 / http://daybyday-shop.com/magasin/grenoble du mardi au samedi de 09h30 à 13h00 et de 15h00 à 19h30

« lA PETITE ÉPICERIE A POuR PRINCIPE DE RÉDuIRE lES CONTENANTS à PORTION CONgRuE. »

kilo shop Fleure bon la Fripe

« lES ClASSIQuES SONT BIEN là, AVEC VESTES MIlITAIRES ET AuTRES PIèCES SuRANNÉES. »

28 sPot / Janvier / Février 18

FRINGUES / Gilles, un ancien colosse de la Légion étrangère, a débarqué mi-septembre à Grenoble avec Kilo Shop Kawaii (adjectif japonais signifiant principalement « mignon »). Dans un environnement sonore planant avec On The Run, des Pink Floyd, on navigue dans les effluves de fringues vintage à l’état pur. Les classiques sont bien là, avec vestes militaires et autres pièces surannées, comme une veste en tweed pied-de-poule bleu et rouge. Les demoiselles pourront aussi en prendre plein les mirettes entre des hauts pleins de paillette et de strass et les lourdes vestes de fourrure. Pour peser ses envies vestimentaires, des balances sont dispersées dans tous les coins pour ne pas s’emporter dans ses achats. « L’apparition de magasins comme le nôtre doit s’expliquer par la conjoncture. Les gens n’ont pas forcément 100 € à mettre dans un Levi’s 501 », assure Gilles qui reçoit ses habits du Japon et des USA, avec un réassort tous les vendredis. Avant de partir, il est nécessaire de se pencher sur les t-shirts drôlement délavés comme celui représentant Schumi. Avant son accident, évidemment. > 1, rue vicat à Grenoble / de 10h à 19h tous les jours sauf le dimanche / 04 76 51 35 70 kilo-shop.com/


il est où ton gun ? © JBA

Virtual place, le réseau Vr

GAME / Les 5 amis se mettent en place dans la pièce ouverte et haute de plafond. Ils poussent la barrière et prennent place dans leur enclos de métal. Une fois le masque hygiénique enfilé, les joueurs peuvent équiper le casque de réalité virtuelle. Les voilà dans le monde de « Bow Island ». « Ce jeu a été développé juste pour nous », dévoile Lionel Astreoud, qui accueille les participants dans son antre. Il explique : « En travers d’un bras de mer, deux cités se font face. Chacune d’elle envoie des navires afin de détruire l’autre. Le joueur est un archer et marque des points en détruisant les bateaux, et en tirant sur les ennemis ». De l’extérieur, on voit les joueurs piocher des flèches imaginaires dans un carquois invisible. Dans le jeu, ils descendent les bateaux qui explosent dans un nuage de flamme. « L’expérience est unique en France, puisque le jeu en réalité virtuelle et en réseau » pérore Lionel Astreoud. > 39, avenue de vizille à Grenoble / 06 19 03 43 02 / www.virtualplace.fr de 17h à 22h tous les jours sauf lundi / Le mercredi et le samedi de 14h à 22h

« DE l’EXTÉRIEuR, ON VOIT lES JOuEuRS PIOChER DES FlèChES IMAgINAIRES DANS uN CARQuOIS INVISIBlE. » ici, on pèse ses envies vestimentaires. © JBA Légende © Copyright


CARNET D’ADRESSE

spot a testé pour Vous ! *****

TEXTE : JEAN-BAPTISTE AuDuC

*****

Le trophée en haut à gauche est justement issu du travail d’emy Wood. © JBA

rêV’olution : l’artisan reVient

FAITS MAINS / « On avait envie de faire un atelier et un espace d’exposition pour nos produits », explique Sévérine Henry, l’une des premières artisans à intégrer les lieux. L’ancienne commerciale en informatique s’est reconvertie dans l’abeille : « J’ai 75 ruches environ, entre Poncharra, Beaucroissant et Meylan », poursuit-elle en expliquant sa volonté de ramener ses cadres, et extraire le miel devant les yeux ébahis des passants. Bien d’autres artisans sont présents, comme Sabine Mercier, de « Sauve ton cuir ». Dans son atelier contigu, elle récupère des vestes passées de mode pour en ressortir des sacs à main. L’incubateur des rêves est encore loin d’être rempli, et accueille de façon intermittente d’autres artistes telle Emy Wood, graphiste qui s’est lancé récemment dans la sculpture sur bois. L’œil est d’ailleurs très vite attiré par ses œuvres issues d’une vulgaire souche, et sculpté avec une patte affirmée. > 1, rue abbé de la salle à Grenoble / du mercredi, jeudi vendredi de 16 h à 19 h et samedi, de 10 h à 19 h

« SÉVÉRINE hENRY EXPlIQuE SA VOlONTÉ DE RAMENER SES CADRES, ET D’EXTRAIRE lE MIEl DEVANT lES YEuX ÉBAhIS DES PASSANTS. »

prochain nuMéro.

© Jérémy Tronc

GRENOBLE EST LUDIQUE

Mars 2018 n°158 - sortie le 7 mars

E-sport, escape game, jeux de société... Libérez le joueur qui est en vous !

SPOT médias, 12, rue Ampère - 38000 Grenoble. S.A.R.L. de presse au capital de 52136,40 euros. RCS Grenoble : 420 090 573. Tél. : 04 76 84 44 60. Fax : 04 76 21 25 11. Mail : contact@spot-web.fr Directeur de la publication : Sébastien Rousset (srousset@spot-web.fr - 04 76 84 44 61) Responsable de rédaction : Jérémy Tronc (jtronc@spot-web.fr - 04 76 84 79 38) Ont collaboré au numéro : Barbara Satre. Jérémy Chauche. Assistante de direction : Magali Gensburger (contact@spot-web.fr) Design : www.michelbarthelemy.com Maquettiste : Géraldine Crosio Infographiste : Michel Barthélémy Responsable diffusion : Jean-Maxime Morel Tirage : 30 000 exemplaires en libre service, diffusés par DiffusionActive Impression Rotimpres (Espagne) La rédaction n’est ni responsable des textes publiés qui engagent la seule responsabilité de leur auteur, ni des erreurs ou omissions. Toute reproduction de SPOT est strictement interdite. www.spot-web.fr

30 sPot / Janvier / Février 18


Profile for Magazine SPOT

QUE FAIRE LE WEEK-END? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

MAGAZINE SPOT Janvier/février 2018- Édition Grenoble / Les JO de de Grenoble de 68

QUE FAIRE LE WEEK-END? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

MAGAZINE SPOT Janvier/février 2018- Édition Grenoble / Les JO de de Grenoble de 68

Profile for lpsgre
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded