Page 1

NUMÉRO 16 HÉRAULT Bulletin de liaison destiné aux membres de la Ligue

pour la Protection des Oiseaux de l’Hérault

EDITORIAL Sommaire : Page 1 L’Edito du Président L’Oiseau Mystère Page 2 A votre Objectif... L’oiseau de notre région… Page 3

Page 4 Clin d’oeil botanique «Le saviez vous ?» Page 5

Brèves... Page 6 Les études en images... Page 7 Les études en images... La LPO34 près de chez vous …

LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 -

Ce nouveau bulletin d’information de la LPO Hérault est le prétexte, pour nous, de réfléchir au temps qui passe et aux actions que nous pourrions mettre en place pour arrêter (ou au moins freiner) l’érosion de notre biodiversité en cette année internationale qui y est dédiée. C’est aussi l’occasion de faire le point sur certains dossiers gérés par notre Association. Parmi les bonnes nouvelles, nous devons relever l’accroissement important du nombre d’adhérents puisque, du 1er janvier au 31 juillet 2010, 103 nouveaux membres sont venus nous rejoindre, renforçant ainsi nos possibilités d’action en faveur des oiseaux et des écosystèmes. La LPO Hérault, reconnue par les Pouvoirs publics, est chaque jour davantage, sollicitée, ses avis recherchés, ses conseils écoutés et souvent suivis. Des concertations sont mises en place pour éviter les élagages de printemps, pour encadrer les écobuages dirigés afin qu’ils ne portent pas atteinte à la flore et à la faune si particulières de notre région. Il y a, malheureusement, des nouvelles moins réjouissantes : ainsi, malgré tous les efforts déployés la population de Pie-grièche à poitrine rose continue à baisser, inexorablement. Ce (triste) constat doit nous renforcer cependant dans notre détermination de tout tenter pour sauver cette espèce (le passereau le plus rare de France alors qu’il était très répandu il y a un siècle !). 17 couples, c’est dramatiquement peu mais si nous nous mobilisons, nous pouvons encore inverser la tendance. Pour cela, toutes les initiatives, toutes les solutions doivent être envisagées afin que l’inéluctable ne soit pas. C’est à cela que nous serons jugés par les générations futures. Le Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage en détresse de Villeveyrac devient enfin réalité. Le permis de construire a été accordé. Les volontaires se sont rencontrés sur le terrain pour procéder à une indispensable action de débroussaillage liée à la prévention contre les incendies. Les travaux de construction vont commencer. Nous l’avons voulu ainsi, même si le budget n’est pas complètement bouclé, car cette réalisation répond à un besoin pour notre région. Elle est le symbole de notre détermination à aider l’oiseau libre. Le Président Pierre Maigre

L’OISEAU MYSTERE Une de nos adhérentes, Mme Renée FERRIER, nous a adressé la photo d’un oiseau que vous aurez à cœur de déterminer (la réponse est à la dernière page du Bulletin)

Page 8 Programme des Sorties et animations...

Oiseau Mystère Photo Renée Ferrier

Le groupe local LPO Grand Montpellier vous propose des rencontres le 1er dimanche de chaque mois à 19h00 à la Maison Pour Tous Frédéric Chopin à Montpellier. Cela sera l'occasion de partager nos observations, enrichir nos connaissances (ateliers, sorties, conférences...) et ainsi (re)découvrir les oiseaux de la cité et des alentours proches !


LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 2

A votre objectif ! Cette rubrique est la vôtre. Vous êtes nombreux à p hot og rap hi er l es oiseaux et certains documents sont originaux, attendrissants ou tout simplement beaux. Nous les publierons donc dans le Bulletin LPO Info Hérault, permettant ainsi au plus grand nombre de partager votre émotion. Aujourd’hui, nous vous proposons une photo de Christian Rambal, adhérent à la LPO Hérault, qui nous communique ce magnifique cliché d’un Rollier nourrissant son poussin.

UN OISEAU DE NOTRE REGION, LE ROUGEQUEUE A FRONT BLANC C’est un petit passereau pas plus gros qu’un moineau mais il ne passe pas inaperçu ! Dès le mois d’avril, revenu de son lointain périple africain, le mâle marque son nouveau territoire. Du haut de ses perchoirs il gonfle sa poitrine rousse et le bandeau blanc qui barre son front éclate au soleil faisant ressortir le noir intense des côtés de la tête, du menton et de la gorge. On ne peut qu’admirer l’élégance du plumage nuptial coloré du peu commun « Rossignol de muraille ». Impossible de le confondre avec son cousin le Rougequeue noir au dessous gris et au front noir en tout plumage ! Les femelles sont plus difficiles à différencier : toutes les deux ont un plumage discret, brun gris dessus, blanc beigeâtre dessous pour celle du Rougequeue à front blanc, dessous gris pour celle du Rougequeue noir. Mais, et c’est le caractère distinctif de nos deux Rougequeues, mâles et femelles ont le croupion et la queue rousse, celle-ci souvent animée de tremblements. Vif, à l’aise aussi bien dans les feuillages qu’à terre, il sait voleter sur place pour repérer les insectes, chenilles, araignées, vers etc. mais aussi fondre d’un affût sur ses proies à terre ou voltiger, rapide, pour happer l’insecte en vol. Il ne dédaigne pas non plus les baies et fruits de saison des lierre, chèvrefeuille, pistachier térébinthe, cornouiller sanguin, sureau noir, merisier, ronce, sorbier des oiseleurs etc. Fréquentant aussi bien les jardins des villages et des villes que les campagnes pourvu qu’ils soient plantés de feuillus, son chant y retentit avec ardeur bien avant l’aube et tard le soir, phrase mélodieuse à laquelle se mêle de nombreuses imitations. A la femelle, arrivée quelques jours plus tard sur son domaine, il présente une cavité, trou dans un arbre, un mur, un tas de pierres, recoin tranquille d’une cabane, nichoir. La femelle y couvera 6 à 7 œufs d’un joli bleu vert durant 14 ou 15 jours pendant que le mâle montera la garde et chassera les intrus, toujours en chantant. Il ne s’arrêtera qu’à l’éclosion pour aider la mère au nourrissage. A leur sortie du nid 14-15 jours plus tard, remuant déjà leur queue comme les adultes, ils seront nourris encore quelque temps par les parents avant de quitter leur territoire natal ! A moins qu’ils aient entrepris une seconde nidification, en juillet-août on ne voit plus guère les adultes, discrets pendant la mue. Ils réapparaissent Photo F. Nougaret avant d’entamer leur long et dangereux voyage de retour vers leurs lieux d’hivernage, actifs à se nourrir et stocker dans leurs muscles le maximum de réserves, graisses mais aussi eau et protéines. Ils voyageront de nuit, par petits groupes, feront escale le jour pour se ravitailler, traverseront le Sahara, certains d’une seule traite en deux jours et une nuit, avant de retrouver, en octobre, les légions d’insectes peuplant les savanes du Sahel. Malheureusement, disparition des lieux propices à la nidification, épandage d’insecticides tant en Europe qu’en Afrique, sècheresse au Sahel, dangers des voyages migratoires sont autant de facteurs limitant la population du plus beau de nos passereaux. Micheline Blavier


LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 3

Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage en détresse LES BENEVOLES EN ACTION : Les travaux de construction du Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage en détresse de Villeveyrac ont débuté. Au mois d’août, des bénévoles de la LPO Hérault ont débroussaillé les environs du terrain dans un rayon de 100 m autour du futur bâtiment. Ces deux journées de travail (très ensoleillées) se sont déroulées dans la bonne humeur et se sont achevées sur un « pot de l’amitié » désaltérant. Cette opération s’inscrivant dans le cadre de la prévention des incendies, a été imposée préalablement à la délivrance du permis de construire, le terrain d’accueil du futur centre étant situé dans un secteur particulièrement bien pourvu en Chêne vert et Chêne kermès. La Communauté de Communes du Nord du Bassin de Thau (CCNBT) a gracieusement mis à disposition de notre Association des bennes où les déchets verts ont été entreposés avant de rejoindre l’unité de compostage située au centre Oïkos de Villeveyrac.

Photo Paulette Raulet

RAPPEL : Le centre de Frontignan, géré par Yves Corroy, a connu une forte activité en 2009 et 327 oiseaux (de l’Hirondelle au Vautour fauve) y ont été accueillis. Avec l’augmentation des apports, la construction du centre de Villeveyrac se révèle plus que jamais indispensable. En 2010, 4 jeunes Faucons crécerellettes tombés du nid à Saint-Pons-de-Mauchiens et Saint-Pargoire ont pu être réhabilités avant d’être relâchés sur leur site d’origine. Ainsi, depuis 2 ans, le centre contribue de manière active au Plan National d’Action (PNA) concernant cette espèce.

ET MAINTENANT : Le déroulement des opérations prévoit la réalisation du terrassement en octobre 2010 et le démarrage du gros œuvre en novembre. Le chantier devrait durer jusqu’en avril 2011, date à laquelle le centre sera opérationnel et pourra enfin ouvrir ses portes.

APPEL A VOLONTAIRES : Nombreux sont ceux qui ont répondu à nos précédents appels et se sont inscrits auprès du secrétariat de notre Association pour : 1) participer aux travaux d’aménagement : - débroussaillage et nettoyage du terrain, - aménagement du jardin d’oiseaux /refuge (novembre-décembre) - construction des volières (janvier à mars) 2) assurer le transport des oiseaux en détresse vers le Centre de Sauvegarde. Une formation « aux bons gestes » sera dispensée à l’intention des bénévoles pour que l’acheminement se fasse dans des conditions optimales. 3) aider au fonctionnement du centre en assistant le personnel agréé lors du nettoyage des volières, du nourrissage ou lors des soins dispensés aux oiseaux. Pour ceux qui ne sont pas encore inscrits, il n’est pas trop tard. Contact : herault@lpo.fr ou 06.29.81.66.31

DES DONS POUR CONSTRUIRE : Notre association a sollicité, depuis plusieurs mois déjà, les Pouvoirs Publics pour obtenir des subventions permettant de financer les travaux. Certaines institutions nous ont répondu favorablement, pour d’autres les dossiers sont toujours en cours d’instruction… Plusieurs fondations ont également été saisies et nous avons bon espoir que nos demandes trouvent une issue favorable. Mais l’importance des investissements (491 000 euros), la baisse généralisée du montant des subventions accordées, la multiplicité des demandes faites auprès des fondations ne permettent pas de boucler définitivement le budget. Certains membres de la LPO Hérault ont adressé leur contribution pour un total de 2000 euros mais ceci est encore trop peu. Si chaque membre faisait un don de 15 euros (dont 66% seraient déduits des impôts), près de 9000 euros seraient récoltés, confirmant ainsi la volonté de concrétiser un centre dont la réalisation avait été jugée prioritaire par l’Assemblée Générale.

N’hésitez plus, des milliers d’oiseaux attendent votre geste !


LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 4

PETIT CLIN D’ŒIL BOTANIQUE : L’OPHRYS BECASSE ET LA NEOTTIE NID D’OISEAU L’Ophrys bécasse (Ophrys scolopax, scolopax= bécasse en latin) habite les pelouses et g a r r i g u e s ensoleillées des r é g i o n s méridionales, la Néottie nid d’oiseau (Neottia nidus avis n i d u s = n i d , avis=oiseau en latin) ne supporte que l’ombre des hêtraies, chênaies et pinèdes. Colorée et élégante l’Ophrys bécasse attire le regard du p r o m e n e u r . Couleur miel, d’une Ophrys bécasse discrétion extrême, Photo Micheline BLAVIER la Néottie nid d’oiseau passe inaperçue. L’une est jolie, l’autre se fait oublier. Et pourtant elles appartiennent à la même famille ! Une famille qui nous fait rêver de forêt tropicale, de végétation exubérante, de pays lointains et paradisiaques : la famille des Orchidées. Il n’est pas besoin de parcourir des milliers de km pour admirer des représentants de cette grande famille. En France, vivent environ 170 espèces (et sous-espèces confondues), non pas dans les arbres comme sous les tropiques mais sur le sol. Et plus on descend vers le sud plus les espèces sont nombreuses. En Hérault, pas moins de 75 espèces (et sous-espèces confondues) sont recensées. Mais pourquoi notre Ophrys - qui signifie « sourcil » en grec et qui, selon Pline l’Ancien, désignait une fleur dont on se servait pour teindre les cheveux et les sourcils -

est-elle « bécasse » ? Simple et compliqué à la fois : une partie de la fleur, exactement le gynostème c’est-à-dire la partie centrale regroupant une partie des structures mâles et femelles, fait penser à la tête et au bec de la bécasse ! La Néottie nid d’oiseau, n’est pas en reste : elle doit son nom à l’enchevêtrement complexe de ses racines en forme de nid d’oiseau. Surprenante, elle est dépourvue de chlorophylle et c’est elle, la modeste, qui a permis, au botaniste Noël Bernard en 1899, de découvrir le rôle déterminant du champignon à l’intérieur des racines Néottie nid d’oiseau de l’orchidée lors de la Photo Micheline BLAVIER germination des graines. En effet, pour germer et se développer les Orchidées doivent nécessairement s’associer avec des formes particulières de champignons (Mycorrhyses) qui s’installent dans les racines et autour d’elles et qui sont capables de fournir des matières nutritives à partir des substances en décomposition dans le sol. Ne cueillez pas les orchidées, de nombreuses espèces sont d’ailleurs protégées. N’essayez pas de les transplanter, ce serait en pure perte ! Admirez-les ! Les cas de raréfaction, de régression sont multiples et touchent plus de vingt espèces en France. Pour en savoir plus : Les orchidées de France, Belgique et Luxembourg-ouvrage collectif SFO 2005 2ème édition Parthénope collection. Les Orchidées sauvages de France ; grandeur nature-R. Souche 2004 Editions Pélican Pp 340, Paris. Micheline Blavier

LE SAVIEZ-VOUS ? Souvent confondu avec l’Hirondelle, le Martinet est une formidable machine à voler. Tellement parfaite qu’il passe le plus clair de son temps dans les airs et sa vitesse peut atteindre jusqu’à 150 km / heure. Toute sa morphologie est étudiée pour la vie en vol : un corps profilé avec de longues ailes en forme de lame de faux offrent un excellent aérodynamisme, un petit bec avec un large gosier qui sert à capturer les insectes volants. En résumé, le Martinet fait tout en vol hormis l’élevage des jeunes : il s’alimente, boit, s’accouple et même dort dans les airs. Le Martinet est grégaire et vole souvent à toute vitesse en groupes durant la nidification. Les soirs d’été, il s’élève dans le ciel pour passer la nuit à somnoler en planant dans le vent pour descendre à l’aube. Les immatures quant à eux peuvent passer trois ans en vol avant de se reproduire. Cette Photo Micheline BLAVIER vie dans les airs s’explique par le fait que le Martinet a des pattes très courtes avec les quatre orteils dirigés vers l’avant, suffisants pour agripper une paroi rugueuse mais incapables de serrer un fil ou une branchette. Ils entrent dans les cavités de nidification pratiquement sans faire de halte. Peu de Martinets nichent encore dans des trous de falaise ou d’arbre et dépendent aujourd’hui des bâtiments. Mais les structures modernes ne sont pas propices et ils se concentrent sur les vieux immeubles et les monuments. Le plus couramment observé est le Martinet noir. Il est le dernier migrateur à arriver dans ses aires nordiques de reproduction et le premier à les quitter en repartant vers l’Afrique dès le mois d’août. Si vous continuez d’observer des Martinets au mois de septembre et voire octobre, il y a toutes les chances qu’il s’agisse alors d’un Martinet pâle. Virginie Lopes


LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 5 Au-delà du programme « Mon Refuge LPO© » pour les particuliers décrit dans le précédent « LPO Info Hérault » qui a permis de mettre à jour la liste des « jardins d’oiseaux » (75 Refuges LPO ont ainsi été dénombrés sur n o t r e département), la nouvelle formule des « Refuges LPO©» permet désormais de proposer une offre spécifique pour les personnes morales, qu’il s’agisse d’établissements, de collectivités ou d’entreprises. Les « Refuges LPO établissements ©» s’adressent ainsi aux établissements scolaires (maternelles, primaires, collèges ou lycées), aux centres de loisirs, aux maisons de retraite, ou encore aux associations ayant une vocation d’éducation à l’environnement. Ils reçoivent, une fois inscrits dans le réseau, un kit pédagogique et des animations adaptées leurs sont proposées. Ce premier semestre 2010, 6 structures ont déjà signé une convention avec la LPO Hérault dont 4 associations : « Environnement montarnéen » valorisant un ancien parcours sportif à Montarnaud « Au jardin du Bousquet d’Orb » créant des jardins partagés au Bousquet d’Orb « Terre franche » valorisant l’agriculture biologique et de proximité autour d’une AMAP bio à St André de Sangonis

« Au centre du renouveau » à Pardailhan faisant découvrir des méthodes de jardinage en biosynergie le CREPS de Montpellier souhaitant accueillir la biodiversité sur ses espaces verts et sensibiliser son personnel et stagiaires l’Ecolothèque de Montpellier Agglomération dans une démarche d’éducation à l’environnement Les « Refuges LPO collectivités ©» s’adressent aux collectivités territoriales ou locales, comme les communes souhaitant mettre en place une démarche exemplaire à travers des méthodes de gestion des espaces verts respectueuses des équilibres écologiques. La LPO accompagne ainsi la municipalité grâce à ses conseils et son expertise afin de créer un espace d’accueil de la biodiversité de proximité. La ville de St André de Sangonis a ainsi contacté la LPO afin de créer un Refuge sur le site de Cambous. Ce dernier sera prochainement inauguré ! Les « Refuges LPO entreprises ©» offrent la possibilité de concrétiser les engagements et les orientations d’une entreprise (campings, domaines viticoles, gîtes,…) en terme de politique de développement durable et d’entrer dans une démarche active de protection de la biodiversité. Parlez-en autour de vous, contactez vos chefs d’établissements, élus, chefs d’entreprises et faites grandir le réseau des « Refuges LPO© », des refuges pour la nature ! Pour plus de renseignements et obtenir de la documentation, RDV sur le site "http://www.lpo.fr/ refugeslpo" ou contacter votre correspondant local par téléphone : 04.67.68.88.74 / 06.81.37.81.63 ou par mail : valerian.tabard@lpo.fr Valérian Tabard

BREVES...

BREVES...

BREVES...

Un Faucon crécerellette tombé du nid, recueilli au centre de soins de Frontignan animé par Y. Corroy et relâché sur son site de naissance en juillet 2009 après baguage, a été contacté en Crau au printemps 2010. Ainsi, après un hivernage en Afrique, il aura retrouvé le chemin du sud de la France. Le premier poussin de Cigogne blanche né à Villeveyrac en 2007, après installation par la LPO d’une plateforme de nidification, niche dans le Gard (sur un poteau électrique) depuis l’année 2009. Un poussin de Circaète Jean-le-Blanc, né à Villeveyrac en 2009 est revenu sur le site en 2010 après son hivernage en Afrique. Cette observation prouve de manière indiscutable que certains Circaètes peuvent revenir dès l’âge de 1 an sur le lieu de leur naissance (ils ne se reproduisent que vers 5 ans !). Par signification en date du 26 juillet 2010, le tribunal correctionnel de Montpellier nous a informés de la condamnation de M.X pour capture, transport et détention de Chardonnerets. Outre le paiement d’une amende de 450 euros, le prévenu versera à la LPO Hérault la somme de 281 euros en réparation du préjudice matériel subi. Les oiseaux ont été libérés. Une magicienne dans la garrigue de Villeveyrac ! Lors du débroussaillage des abords du futur Centre de Sauvegarde de la Faune sauvage, les bénévoles présents ont eu la chance et le privilège de découvrir, cachée dans les chênes kermès, la Magicienne dentelée, Saga pedo, insecte rare et curieux car on n’a jamais trouvé d’individu mâle en Europe occidentale. Plus grande sauterelle française -elle atteint 17cm de la pointe du sabre (=oviscape=organe de ponte) au bout des antennes, la femelle pond des œufs fertiles sans reproduction sexuée (par parthénogénèse). Redoutable prédatrice, elle se nourrit d’orthoptères. Affectionnant les milieux chauds et ensoleillés du sud de la France, difficile à observer le jour, c’est une espèce protégée.

Photo Micheline Blavier


Les études en images

LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 6

--------Etudes Goéland leucophée 2010 Devant les nombreuses plaintes des habitants, la Communauté de Communes du Pays de l'OR a missionné la LPO Hérault afin de réaliser un inventaire suivi d'une estimation du nombre de couples de Goélands leucophée nicheurs sur les toits de Carnon, Palavas-les-Flots et La Grande-Motte. Nous avons donc estimé leur population à 139 couples sur Palavas-les-Flots, 26 sur Carnon et environ 150 sur la ville de La Grande-Motte. Sur Sète où notre Association réalise un recensement depuis 2 ans, 314 couples de Goélands ont été dénombrés (ce qui permet d’évaluer la population nicheuse à environ 500 couples) et les services municipaux ont procédé à la stérilisation de 513 œufs qui concernaient 227 nids. Ces différentes opérations nécessitent une autorisation du Ministère de l’Environnement. Contact : denis.rey@lpo.fr

Goéland leucophée Photo F. Nougaret

La Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis ) dans l’Hérault Depuis quelques années, cette espèce nous intriguait par sa discrétion et le peu de connaissances que nous en avions. Très peu étudiée, sédentaire, elle se trouve uniquement dans le sud de la France et la péninsule ibérique. Connaissant quelques couples sur le causse d’Aumelas, les plaines de Villeveyrac et Florensac, nous avons cherché à mieux connaître sa situation réelle, sa biologie, son écologie,… Un programme de baguage et marquage coloré sur les poussins et les adultes a donc été lancé. Vingt-deux poussins ont ainsi été bagués et marqués sur la douzaine de nids trouvés, des adultes devraient être capturés et bagués dans les mois à venir. Des premières constatations, il ressort que la reproduction de cette espèce est marquée par un taux de prédation élevé sur les pontes (de l’ordre de 50%). En 2011, nous accentuerons les suivis et marquages pour une meilleure connaissance des couples locaux. Ce travail préalable n’aurait pu être aussi riche sans l’implication de bénévoles motivés. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour les prospections et suivis. N’hésitez pas à nous transmettre vos données. Contact : pierre.gitenet@lpo.fr

Mésange charbonnière Photo Paulette Raulet

La Mésange charbonnière

A Poussan, depuis 2005, un suivi de la reproduction d’un couple de Mésange charbonnière (Parus major) occupant un nichoir a été réalisé. Les parents et les poussins y sont systématiquement bagués (bague métal « Muséum » et bague plastique couleur permettant un suivi à distance). L’historique des adultes a pu être reconstitué durant 6 années consécutives, fournissant ainsi d’intéressantes données sur la longévité des oiseaux. En 2005, disparition de la femelle (mâle né en 2004) durant la phase d’élevage des poussins (ce qui n’empêcha pas son compagnon de mener à bien l’élevage de ces derniers). En 2006, une nouvelle femelle est notée (née en 2005) et élèvera 2 nichées. En 2007, 2008 et 2009, ce couple élèvera une nichée par an. En 2010, le couple élève une 1ère nichée puis le mâle disparaît avant d’être remplacé par un nouveau compagnon (né en 2009) et qui élèvera une 2ème nichée. Outre les données concernant la longévité des oiseaux (respectivement 6 et 5 ans), cela laisse supposer qu’il existerait un volant d’oiseaux non reproducteurs susceptibles de prendre la relève en cas de problème… Jacques Bougard et Pierre Maigre

Poussin de Pie-grièche méridionale Photo Pierre Gitenet


La Chevêche d’Athéna dans l’Hérault

LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 7

Cette année 2010 a été l'occasion de faire le point et d'étudier les données historiques que nous avions de la Chevêche afin de définir un plan de nos actions futures en faveur de cette espèce. L'absence d'observations sur certaines zones possédant des habitats favorables nous faisait craindre des difficultés de connexions entre plusieurs noyaux de populations historiques. C'est pourquoi nous avons entrepris d'inventorier une zone où nous manquions de données, mais dont les habitats apparaissaient comme favorables. Ainsi, une zone de 58 km² comprise entre Cournonterral, Fabrègues, Gigean et Montbazin a fait l'objet de deux inventaires nocturnes par la méthode de la repasse aux mois de mars et d'avril (production du chant par un magnétophone et attente de la réponse du mâle de Chevêche). Ces sorties ont permis de mettre en évidence la présence de 22 à 26 mâles chanteurs et donc une densité de 0,45 couple au km², ce qui désigne ce milieu où règne une forte pression anthropique comme étant assez favorable à la reproduction de la Chouette chevêche. Les prochaines années permettront de continuer ces inventaires afin d'estimer la variation des effectifs dans le temps, ainsi que d'étudier les habitats de la Chevêche dans l'Hérault. Contact : denis.rey@lpo.fr

Accouplement de Chouette chevêche Photo Christian Rambal

Saison de nidification de la Pie-grièche à poitrine rose ( Lanius minor ) La LPO Hérault a, cette année encore, engagé toutes ses forces dans la prospection des sites potentiels et le suivi des couples nicheurs pour une meilleure connaissance donc une meilleure protection à court et moyen terme de ce migrateur rare et menacé de disparition de notre pays. Passereau qui, rappelons-le, n’est présent que dans les départements de l’Aude et de l’Hérault. Arrivés de leurs lointaines contrées d’hivernage au cours du mois de mai, 17 couples sont venus nicher sur leurs lieux historiques de nidification : 12 couples dans le sud-ouest montpelliérain (SOM), 5 couples dans la basse plaine de l’Aude (BPA). Pour 6 de ces couples la nidification s’est soldée par un échec imputé de façon certaine ou suspectée soit à une prédation soit aux conditions météorologiques (coup de vent). Les 12 couples restants ont donné 35 jeunes à l’envol : 23 pour le sudouest montpelliérain (dont 1 issu d’une ponte de remplacement) et 12 pour Pie-grièche à poitrine rose Photo Jules Fouarge la basse plaine de l’Aude ce qui donne un taux de jeunes à l’envol par couple (taux de productivité) de 1,95 jeunes par couple dans le SOM et de 2,4 dans la BPA. Rappelons qu’en 2009 18 couples avaient donné 57 jeunes à l’envol, le taux de productivité calculé étant de 2,7 jeunes par couple dans le SOM et de 3,8 jeunes dans la BPA. Contact : adeline.pichard@lpo.fr

La LPO34 près de chez vous ! Pour cette année internationale de la biodiversité, ce 1er semestre 2010 a été un véritable marathon ! La « bannière aux Macareux » a flotté dans de nombreux villages du département : des plages de Palavas, à l’Esplanade de Montpellier en passant par diverses fêtes de village, les oiseaux ont fait parler d’eux ! Nous avons ainsi été présents sur 14 stands   à l’occasion de divers évènements   et avons ainsi largement dépassé le millier de personnes sensibilisées grâce à l’effort de bénévoles qui ont pris sur leur temps pour informer avec conviction le public. Nous étions donc présents   à Montpellier   : au Salon des Métiers et Professionnels de l’Ecologie à la Faculté de Sciences, à Primavera 2010 au Jardin des plantes, à l’«   éco-quartier   » de la Maison Pour Tous Frédéric Chopin, à la grande «   Fête de la biodiversité   ». Mais également   : à l’exposition photo «   Frontignan comme vous ne l’avez jamais vu   », à la « Bourse aux plantes » de l’association « au jardin du Bousquet d’Orb », à la « Fête de l’Olivette occitane » au cœur de Clermont l’Hérault, « Au bonheur des jardins » à Aniane, à l’exposition « Terra secca » à Jacou, à la Fête de la Nature et au « Défi pour la Biodiversité » organisé par des étudiants à la Maison de la Nature de Lattes, aux Journées des Arts et de la Mer sur la plage de Palavas-les-flots, à la médiathèque « la gare » de Pignan pour une exposition « oiseaux des villes, oiseaux des champs », et enfin pour un « LPO Thau night » à l’occasion du Festival de Thau à Mèze avec le CPIE du Bassin de Thau. Nous avons également pu présenter 5 expositions   : «   L’Outarde Canepetière, fleuron des plaines de France», «   Un jardin nature », « la LPO présente 2010 année de la biodiversité », « Les centres de soins », « Pourquoi un Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage en détresse ? », cette dernière exposition présentant une mise en scène de clichés de nos adhérents JM.Delaunay, FM.Nougaret et C. Rambal. Contact : valerian.tabard@lpo.fr


LPO INFO HERAULT - Octobre 2010 - Page 8

Prochaines « sorties » et animations…

Héron cendré Photo Alain Cottalorda

Dimanche Dimanche 9 janvier Dimanche 27 mars A l a d é c o u v e r t e d e s o i s e a u x Découverte de l’avifaune de la Lozère 24 octobre

O i s e a u x sédentaires et d e r n i e r s migrateurs des Avants-Monts.Rendezvous à 9h, Place de la Mairie à Neffiès. Contact : Micheline Blavier au 04.67.77.82.37 ou Marc Ettore au 06.80.17.23.47

hivernants en Camargue. Sortie à la journée. Repas tiré du sac. RDV à 8h au parking de la sortie n° 32 « St Jean de Védas » de l’autoroute A9. Possibilité de covoiturage. Inscription : Micheline Blavier au 04.67.77.82.37

Samedi 29 janvier

en compagnie de l’Association Lozérienne pour l’Etude et la Protection de l’Environnement (ALEPE). Covoiturage possible au croisement de l’A 75 et A 750 (sortie n° 57 de l’A 750 - St-André centre, St-Félix-de-Lodez, Montpeyroux). Rendez-vous à 7h45 devant la cave coopérative de St-Félix-de-Lodez. Ou rendez-vous à 9h30 au Hameau « la Parade » à l’intersection de la D63 et de la D986 : par la D986, à 12 km de Meyrueis en direction de Ste-Enimie ou par la D63, à 19 km de « le Rozier» (direction Meyrueis par la D996, puis à 8 km de « le Rozier » bifurcation vers « la Parade » par la D63). Contact : Pôle Animation au 06.81.37.81.63 ou 04.67.68.88.74

Dans le cadre des Journées Mondiales des Zones Humides 2011, nous vous Dimanche 7 novembre proposons une animation sur le A l’occasion du lancement de la thème : « A la recherche de l’oiseau campagne « Rendez vous sur les bleu ». Découvrez une espèce chemins », nous vous proposons une étonnante et rare du littoral sortie sur le thème « Sur le sentier du languedocien : la Talève sultane, à Caroux ». Rut du Mouflon, survol de l’occasion d’une sortie et de la l'Aigle, tourbière, lichens et projection d’un film réalisé par la LPO botanique... de belles observations 34. 14h-17h à la Maison de la Nature naturalistes en perspective ! de Lattes. Sortie à la journée, repas tiré du sac. Dimanche 10 avril Inscription : Pôle Animation RDV à 10h30, au parking à l’entrée Sortie en mer avec l’Association 06.81.37.81.63 du hameau de Douch. Regard du Vivant. 9h00-13h30, Dimanche 06 février Inscription : Pôle Animation au départ au port de la Grande Motte. Dans le cadre des Journées Mondiales 06.81.37.81.63 Tarif : 13 €/enfants, 15 €/étudiants, Dimanche 21 novembre des Zones Humides 2011, nous vous 20 €/adultes (tarif à 15 € si >30 Découverte de l’avifaune du confluent proposons une animation sur le adhérents LPO) de l'Hérault et de la Lergue. Rendez thème « Découverte des Gorges de la Report au 17/04/2010 si mauvais vous à 9h, à l'entrée du Hameau de Cesse ». temps. Cambous (D4 qui relie St André de Sortie sur la matinée, RDV à 9h30 au Contact : Pôle Animation au parking situé avant le pont, à Sangonis à Brignac). 06.81.37.81.63 C o n t a c t : M a r c E t t o r e a u Minerve. Dimanche 24 avril Contact : A-J. LOISEAU au 06.80.17.23.47 Sortie dans les Gorges d’Héric, 06.61.87.62.04 Dimanche 5 décembre recherche du Cincle plongeur et des Dimanche 13 février « Rencontres d’Hiver des Refuges traces... de Loutre ! RDV à 9h Place LPO » organisées par le groupe local Sortie sur l’Hortus : recherche des de l’église de Mons-la-Trivalle (entre Accenteurs alpins et observation des LPO Grand Montpellier. Lamalou et Olargues). Le thème de ce trimestre : « Le rapaces en parade. Sortie le matin, RDV à 9h sur le C o n t a c t : M a r c E t t o r e a u temps des nichoirs », dès 19h à la p a r k i n g d e l a C o m m u n a u t é d e 06.80.17.23.47 Maison Pour Tous Frédéric Chopin. Communes, à St-Mathieu-deC o n t a c t : D o m i n i q u e a u Tréviers. L’OISEAU MYSTERE 06.38.89.67.33 Contact : Virginie Lopes au Réponse Oiseau Mystère: Dimanche 19 décembre 06.81.71.41.77

Il s’agit d’un Merle noir (Turdus L'Etang de Vendres et ses oiseaux. Samedi 19 mars merula) atteint de leucisme RDV à 9h30, au parking de la Cave Nuit de la Chouette (le programme (déficience de la pigmentation coopérative de Lespignan. sera prochainement consultable sur des plumes). C o n t a c t : A - J . L o i s e a u a u notre site Internet). 06.61.87.62.04 N’hésitez pas à consulter le site http://herault.lpo.fr pour prendre connaissance des sorties qui viendront s’ajouter à celles ci-dessus.

LPO HERAULT

– 3 impasse Saint-Exupéry- 34110 FRONTIGNAN Tél. : 06 29 81 66 31 Mail : herault@lpo.fr Site : http://herault.lpo.fr

LPO INFO HERAULT

Bulletin édité par la LPO Hérault Ont participé à divers titres à ce numéro : Micheline BLAVIER, Jacques BOUGARD, Alain COTTALORDA, Renée FERRIER, Jules FOUARGE, Pierre GITENET, Virginie LOPES, Pierre MAIGRE, François NOUGARET, Christian RAMBAL, Paulette RAULET, Denis REY, Valérian TABARD.

Document1

La SOCIÉTÉ GÉNÉRALE est partenaire de la Ligue de Protection des Oiseaux de lʼHERAULT

3/08/04

18:07

Page 1

Bulletin LPO Hérault Info n°16 Octobre 2010  
Bulletin LPO Hérault Info n°16 Octobre 2010  

Bulletin LPO Hérault Info n° 16 d'Octobre 2010

Advertisement