Page 1

PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Dédicace

À Toute ma Famille, en particulier à mes Parents Monsieur et Madame JOUONANG

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page i

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Remerciements Ce travail, n’aurait pas été mené à bien sans l’aide de DIEU. Dans son immense bonté, il nous a permis de rencontrer des personnes qui nous ont fait bénéficier de leur expérience et de nombreux conseils. Nous remercions donc principalement : • Dieu Tout Puissant, sans qui rien n’est possible ; • M. Jean Pierre KAMGNA, Directeur Général de la SOCAVER, pour nous avoir permis d’effectuer notre stage académique au sein de son entreprise ; • Pr. AYINA OHANDJA Louis Max, Directeur de l’IUT, et tout le corps administratif pour l’encadrement et la discipline qu’ils ont su nous imposer et qui nous ont forgés ; • M. NGUIMKENG Arnold, Encadreur professionnel, pour avoir accepté de nous encadrer tout au long de ce stage ; • M. TEMFACK Rodrigue, responsable pyrométrie, pour la patience et la ses conseils ; • M. KOTTO Samuel, pour son accueil, sa présence, et son accompagnement permanent ; • M. Jules NJEUPANG, contremaitre du service ESG, pour son prompt dévouement et l’intérêt porté à notre égard ; • Les électriciens de l’usine Armand et Fabrice pour les instructions reçue lors du stage, les encouragements et l’aide inconditionnelle relativement à ce travail ; • Dr AMBOMO Stefen, Encadreur académique, pour avoir accepté de diriger ce travail avec rigueur ; • Tous les enseignants du Département de Génie Industriel et Maintenance de L’IUT de Douala, pour les encouragements permanents ; • MES PARENTS, Monsieur et Madame JOUONANG, pour tous les efforts et sacrifices consentis pour notre éducation, leur soutien tant moral que financier, les conseils dont ils ont su fait preuve ; Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page ii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE • Mes frères et sœurs, ERICK, JULIO, REX, ELVIS, CHRISTIAN, ALAIN, ROSINE, RAOUL, GAETAN, ERICKA : pour leur soutien permanent pendant ma formation ; • Tous mes camarades de classe du Génie Industriel et Maintenance, sans oublier tous les autres techniciens du service ESG et les autres stagiaires pour leur aide diversifiée.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page iii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Table des matières Liste des Abréviations.........................................................................................................................viii Table des figures.................................................................................................................................viii Liste des tableaux..................................................................................................................................ix I.1.INTRODUCTION.............................................................................................................................2 I.2.HISTORIQUE ET EVOLUTION DE L’ENTREPRISE [1].............................................................2 I.2.1.Historique.......................................................................................................................................2 I.2.2.Évolution........................................................................................................................................2 I.3.ORGANISATION ET RESSOURCES DE L’ENTREPRISE ..........................................................3 I.3.1.L’organisation administrative de la SOCAVER ............................................................................3 I.3.1.1.Le Conseil d’Administration ......................................................................................................3 I.3.1.2.Les Organes de Gestion...............................................................................................................3 I.3.1.3.A la SOCAVER les directions principales sont :Le Conseil de Direction...................................3 a.La Direction Générale :........................................................................................................................3 b.La Direction Générale Adjointe :.........................................................................................................4 c.La Direction Commerciale et Marketing :...........................................................................................5 I.3.2.Etat des Ressources de l’Entreprise................................................................................................6 I.3.2.1.Les Ressources Humaines...........................................................................................................6 I.3.2.2.Les Matières Premières et Compositions.....................................................................................7 I.3.2.3.Les Ressources Matérielles et Technologiques............................................................................7 I.3.2.4.Les Ressources Financières.........................................................................................................7 I.3.2.5.Les Ressources Informatiques.....................................................................................................8 I.3.3.Les Produits et l’environnement externe de l’entreprise.................................................................8 I.3.3.1.Les Produits de la SOCAVER.....................................................................................................8 I.3.3.2.Le marché et les concurrents de la SOCAVER...........................................................................8 I.4.PRINCIPE DE LA FABRICATION DES BOUTEILLES ...............................................................9 I.4.1.Les Matières premières et les fours................................................................................................9 I.4.1.1.Les Matières premières................................................................................................................9 I.4.1.2.Les Fours...................................................................................................................................10 I.4.2.La Formation des paraisons et Le Formage.................................................................................10 I.4.2.1.La Formation des paraisons.......................................................................................................10 I.4.2.2.Le Formage...............................................................................................................................11 I.4.3.Les Traitements de surface et la Recuisson..................................................................................14 I.4.4.Le Contrôle et le conditionnement [18]........................................................................................15 Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page iv

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE I.4.4.1.Le Contrôle................................................................................................................................15 I.4.4.2.Le Conditionnement..................................................................................................................15 II.1.PRESENTATION DU SERVICE D’ENTRETIEN & SERVICE GENERAUX [1]......................16 II.1.1.Mission du service .....................................................................................................................16 II.1.2.Structure et organisation du service............................................................................................16 II.2.LES ACTIVITES DU STAGE ......................................................................................................17 II.2.1.Journal de bord............................................................................................................................18 III.1.GENERALITES SUR LA MAINTENANCE [5].........................................................................14 III.1.1.De l’entretien à la maintenance : origines [6]............................................................................15 III.1.2.Les types et les niveaux de maintenance [4]..............................................................................16 a.La maintenance corrective :...............................................................................................................17 b.La maintenance préventive :..............................................................................................................17 III.1.3.Les niveaux de maintenance [5].................................................................................................18 III.2.L’ELABORATION THEORIQUE D’UN PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE [2]......20 III.2.1.Définition et Objectifs...............................................................................................................20 III.2.2.Conditions d’établissement........................................................................................................20 III.2.3.Démarche générale d’élaboration d’un plan de maintenance préventive...................................21 a.Découper l’installation en sous-ensembles fonctionnels :..................................................................21 b.Classer les opérations préventives et correctives issues de l'AMDEC :.............................................22 c.Rédaction des fiches de visite :..........................................................................................................22 d.Test de la fiche de visite : .................................................................................................................22 e.Qualification de la fiche :...................................................................................................................22 IV.1.LES PRINCIPAUX POINTS DE LA NORME [20] ...................................................................23 IV.1.1.L’environnement normatif.........................................................................................................23 IV.1.2.La Gaine Technique Logement (GTL)

..................................................................................24

IV.1.3.Protection des circuits................................................................................................................26 IV.1.4.L’Appareil Général de Commande et de Protection (ACGP)....................................................26 IV.1.5.Conducteur de protection equipotentiel (Prise de terre).............................................................27 IV.2.DIRECTIVES POUR L’ORGANISATION DES EQUIPEMENTS DANS L’ARMOIRE ELECTRIQUE [21]..............................................................................................................................27 IV.2.1.L’organisation structurelle d’une armoire électrique.................................................................27 IV.2.2.La Compatibilité Électromagnétique dans une armoire (CEM) ................................................29 IV.2.3.Directives pour la mise à la terre et l’installation de la mise à la masse dans une armoire électrique..............................................................................................................................................30 IV.2.3.1.Directives pour la mise à la terre............................................................................................31 IV.2.3.2.Directives pour l’installation de la mise à la masse dans une armoire électrique....................31 IV.2.4.Directives pour le système commun d’alimentation dans l’armoire électrique..........................33 Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page v

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE IV.2.5.Directives d’installation du câblage dans une armoire [22].......................................................34 IV.2.5.1.Directives pour le câblage......................................................................................................34 IV.2.5.2.Directives pour les conduites de câbles dans l’armoire électrique..........................................34 IV.2.5.3.Directives pour l’installation des câbles.................................................................................35 IV.2.6.Directives pour les matériaux et l’éclairage dans l’armoire électrique [21]...............................35 IV.2.6.1.Directives pour les matériaux.................................................................................................35 IV.2.6.2.Directives pour l’éclairage......................................................................................................35 IV.2.7.Directives pour l’utilisation et l’installation de filtres dans une armoire électrique [10]............35 IV.2.7.1.Directives pour l’utilisation de filtres.....................................................................................35 IV.2.7.2.Directives d’installation de filtres dans une armoire électrique..............................................36 IV.3.PRESENTATION ET DESCRIPTION D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE INDUSTRIELLE..38 IV.3.1.Définition et utilisation..............................................................................................................38 IV.3.2.Présentation générale ................................................................................................................38 IV.3.3.Les éléments d’une armoire électrique......................................................................................39 V.1.LES OPERATIONS D’ENTRETIEN D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE ET L'OUTILLAGE D’INTERVENTION ...........................................................................................................................46 V.1.1.Les opérations de maintenance préventive d’une armoire électrique..........................................46 V.1.2.L'outillage d’intervention dans une armoire électrique ..............................................................49 V.2. LES DISPOSITIONS SECURITAIRES POUR INTERVENTION DANS UNE ARMOIRE ELECTRIQUE.....................................................................................................................................51 V.2.1.Mesures générales de sécurité électrique dans les interventions ................................................51 V.2.1.1.Cas d’une intervention dans une armoire électrique [23].........................................................51 V.2.2.Consignes pour assurer la sécurité du personnel [14].................................................................53 V.3.PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE INDUSTRIELLE..................................................................................................................................55 V.3.1.Proposition d’une gamme de maintenance préventive [7]...........................................................56 V.3.2.Le Plan de Maintenance Préventive............................................................................................58 V.4.BILAN DU STAGE, SUGGESTIONS ET PERSPECTIVES.......................................................61 V.4.1.Bilan du stage.............................................................................................................................61 V.4.2.Suggestions et Perspectives........................................................................................................61 Annexe 1 : Structure d’une armoire électrique et ses constituants ......................................................xiv Annexe 2 : Fiche de visite périodique des armoires électriques............................................................xv Annexe 3 : Recensement des armoires et coffrets électriques de l’usine de la SOCAVER classés par machines ou secteurs ...........................................................................................................................xx Annexe 4 : Fiche d’identification de la SOCAVER 2012....................................................................xxi Annexe 5 : Organigramme 2012 de la SOCAVER.............................................................................xxii Annexe 6: Plan de localisation de la SOCAVER...............................................................................xxiv Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page vi

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page vii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Liste des Abréviations •

ACM : Armoire de Commande Auxiliaire (Auxiliary Control Module)

B.G.I : Brasseries et Glacières Internationales ;

CEM : Compatibilité Electromagnétique ;

D.G.A. : Directeur Général Adjoint ou Direction Générale Adjointe ;

EPI : Equipement de Protection Individuelle ;

ESG : Entretien & Services Généraux ;

IUT : Institut Universitaire de Technologie ;

PMP : Plan de Maintenance Préventive

SABC : Société Anonyme des Brasseries du Cameroun ;

SOCAVER : Société Camerounaise de Verrerie ;

TGBT : Tableau Général Basse Tension

Table des figures Figure 1 : Les phases de fabrication des bouteilles [18].........................................................................9 Figure 2 : La mise en place des matières premières................................................................................9 Figure 3 : Le mélange au calcin..............................................................................................................9 Figure 4 : Arrivée au four de la composition..................................................................10 Figure 5 : Photo d'une machine IS [18].................................................................................................12 Figure 6 : Photo d'une machine IS de la SOCAVER ...........................................................................12 Figure 7 : Opérations unitaires en procédé Soufflé-Soufflé [17]..........................................................12 Figure 8 : Opérations unitaires en procédé Pressé-Soufflé [17]............................................................13 Figure 9 : Traitements de surface .........................................................................................................14 Figure 10 : Contrôle dans la fabrication des bouteilles.........................................................................15 Figure 11 : Le stockage en palette........................................................................................................15 Figure 12 : Synoptique des étapes de la fabrication des bouteilles [18]................................................15 Figure 13 : Organigramme du service Entretien & Services Généraux.................................................17 Figure 14 : De l’entretien à la maintenance [6].....................................................................................15 Figure 15 : Les différents types de maintenance [4].............................................................................16 Figure 16 : Exigence de disponibilité pour la Gaine Technique Logement..........................................26 Figure 17 : Exemple de configuration des petites armoires..................................................................28 Figure 18 : Exemple de configuration des armoires électriques de grande taille..................................28 Figure 19 : Système de mise à la masse et à la terre dans une armoire.................................................31 Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page viii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Figure 20 : Le raccordement sur du bornier à vis .................................................................................33 Figure 21 : Les systèmes communs d’alimentation et leur découplage galvanique.............................34 Figure 22 : Solutions d’installation de filtre dans une armoire.............................................................36 Figure 23 : L’installation des câbles de filtres dans une armoire ........................................................37 Figure 24 : installation optimale de filtre dans une armoire..................................................................37 Figure 25 : Photo de l’extérieur d’une armoire électrique ....................................................................45 Figure 26 : Photo de l’extérieur d’une armoire électrique moderne......................................................45 Figure 27 : Photo de l’intérieur d’une armoire électrique de la ............................................................45 Figure 28 : Photo de l’intérieur d’une armoire électrique moderne [24]...............................................45 Figure 29 : Jeu de pince et tournevis....................................................................................................50 Figure 30 : Jeu de pinces .....................................................................................................................50 Figure 31 : Outils plus spécialisés........................................................................................................50 Figure 32 : Jeu de tournevis .................................................................................................................50 Figure 33 : Photo d’un multimètre numérique industriel [3].................................................................50 Figure 34 : Trousse professionnel à outils haut de gamme d'électricien [16]........................................50 Figure 35 : Pictogramme d’avertissement du danger électrique...........................................................51 Figure 36 : Balisage autour d'une armoire électrique ouverte [23].......................................................53 Figure 37 : Exemple d'environnement de travail conforme en termes de sécurité [11].........................55 Figure 38 : Structure d’une armoire électrique et ses constituants [10]................................................xv Figure 39 : Plan de localisation de la SOCAVER..............................................................................xxiv

Liste des tableaux Tableau 1 : Chronologie des activités et tâches effectuées pendant le stage.........................................18 Tableau 2 : Classification des niveaux de maintenance........................................................................19 Tableau 3 : Les obligations de la norme NF C15-100...........................................................................24 Tableau 4 : Les dimensions minimales de la Gaine Technique Logement............................................25 Tableau 5 : Consignes normatives pour la protection de circuits..........................................................26 Tableau 6 : Section des câbles en fonction du courant de réglage du disjoncteur.................................26 Tableau 7 : Les classes de signaux en fonction de leur comportement en matière de CEM [3]............30 Tableau 8 : Une gamme de maintenance préventive d’armoires [7].....................................................56 Tableau 9 : Plan de Maintenance Préventive d’une armoire électrique.................................................58 Tableau 10 : Légende associée au tableau du PMP...............................................................................61 Tableau 11 : Armoires et coffrets électriques de l’usine de la SOCAVER...........................................xx Tableau 12 : Fiche d’identification de la SOCAVER 2012.................................................................xxi Tableau 13 : Légende associé à l’organigramme...............................................................................xxiii Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page ix

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Avant propos

L’institut Universitaire de Technologie (IUT) de Douala a ouvert ses portes pour la première fois en Septembre 1993 à la suite de l’arrêté N° 008/CAB/PR du 19 janvier 1993 portant création des instituts universitaires de technologie au sein des universités. Doté d’un matériel didactique à la pointe de la technologie, elle offre ainsi à l’étudiant un encadrement approprié, qui lui permet de s’adapter facilement au monde de l’emploi, acquérir un savoir-faire et être mieux compétent pour le travail. L’IUT, situé au campus II de l’Université de Douala propose en son sein deux types de formation sur lesquelles vient s’ajouter le cycle de formation en Licence de Technologie. Il s’agit de la formation initiale et de la formation permanente. En formation initiale (I & II) avec admission sur concours les études conduisent à l’obtention d’un DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) deux ans après le Baccalauréat. En formation permanente où l’on est admis par étude de dossier, les études conduisent à l’obtention d’un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) deux ans après le Baccalauréat aussi. Elles regroupent les filières suivantes :  CYCLE DUT (DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE) •

Génie Biomédicale (GBM)

Génie des Mines (GM)

Génie Electrique et Informatique Industrielle (GEII)

Génie Ferroviaire (GF)

Génie Industriel et Maintenance (GIM)

Génie Informatique (GI)

Génie Logistique et Transport (GLT)

Génie Mécanique et Productique (GMP)

Génie Réseau et Télécommunication (GRT)

Génie Thermique et Energie (GTE)

Gestion Appliquée aux Petites et Moyennes Organisations (GAPMO)

Organisation et Gestion Administrative (OGA)

 CYCLE BTS (BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR) •

Action Commerciale (ACO)

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page x

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE •

Comptabilité et Gestion d’Entreprise (CGE)

Construction Mécanique CM

Fabrication Mécanique FM

Electronique (EN)

Electrotechnique (ET)

Informatique de Gestion (IG)

Informatique Industrielle (II)

Secrétariat Bilingue et Bureautique (SBB)

En formation Licence de Technologie initiée depuis l’année académique 2002 /2003, les études qui se déroulent sur une période d’une année sont ouvertes dans les filières suivantes : •

Communication Négociation Vente (CNV)

Génie Electrique et Informatique Industrielle (GEII)

Génie Industriel et Maintenance (GIM)

Génie Logiciel (GI-GL)

Génie Mécanique et Productique (GMP)

Génie Réseau et Télécommunication (GRT)

Génie Thermique et Energie (GTE)

Gestion comptable et Financière (GCF)

Logistique industrielle (GLT-LI)

Organisation et Gestion des Organisations (OGA)

Qualité, Hygiène et Salubrité des Aliments (QHSA)

Valorisation des Energies Renouvelables (VER)

La principale mission de l’IUT étant donc d’assurer la formation de Techniciens Supérieurs au Cameroun - avec le contexte du système LMD - un point d’honneur est mis sur la professionnalisation des enseignants. Ainsi à la fin de leur formation, les étudiants inscrits en DUT sont appelés à effectuer dans une entreprise de leur choix un stage pratique pendant une période de deux (02) mois à l’issue duquel ils devront rédiger un rapport qui constitue l’une des épreuves professionnelles de leur examen. C’est dans cette optique que nous avons effectué un stage académique au sein de la Société Camerounaise de Verrerie du 10 Septembre au 30 Octobre 2012 et avons travaillé pendant la dite période sur le thème : « Plan de Maintenance Préventive d’une Armoire Electrique ». Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xi

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Résumé

La SOCAVER est une entreprise industrielle à très grande production annuelle. Ceci impose un entretien permanent de tout élément de la structure. La conception de la maintenance revêt alors pour cette entreprise toute son importance. Le sujet qui nous été confié pour le compte de notre rapport de stage académique est celui d’élaborer : un « plan de maintenance préventive d’une armoire électrique ». Il s’agit de définir les opérations d’entretien et les tâches de maintenance préventive à exécuter dans une armoire électrique, de donner les outils à utiliser et de déterminer les dispositions sécuritaires à prendre et enfin de situer le contexte d’intervention. Notre travail réservé à une application pratique de la maintenance préventive a consisté dans un premier temps à recenser les armoires électriques de l’usine et ensuite de lister les éléments les constituants, et pour terminer rechercher les opérations d’entretien de ces armoires et les moyens d’accomplissement.

Mots et expressions clés : armoire électrique, maintenance préventive, PMP, norme NF C 15-100, entretien, vérification, inspection, SOCAVER.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

INTRODUCTION GENERALE La maitrise des technologies est l’objet par excellence du développement du monde actuel. Ce défit appelle à contribution tout les professionnels du secteur des technologies et des industries. La SOCAVER, la compris et depuis une quarantaine d’années, elle s’est engagé dans la maitrise et le développement de la technologie de fabrication des bouteilles et des emballages en verres creux. Cette activité demande raisonnablement une bonne qualité d’énergie électrique et en fourniture constante. Ceci implique l’existence d’un circuit de distribution électrique performant qui se compose indubitablement d’armoires électriques. En effet l’importance des armoires électriques dans la distribution n’est plus à démontrer. Dans cette situation problématique où la disponibilité de l’énergie électrique et la sûreté de fonctionnement deviennent incontournables, le maintien en état fonctionnel permanent des armoires électriques est un objectif fondamental. En effet le sujet de notre rapport de stage académique porte sur le thème « Plan de Maintenance d’une Armoire électrique ». L’objectif de ce travail est de définir les opérations de maintenance préventive sur une armoire électrique et de situer le contexte d’exécution de celles – ci. Nous introduirons ce rapport par le chapitre portant présentation générale de la SOCAVER et une vue sur le principe de fabrication des bouteilles. Le chapitre suivant traitera du déroulement de notre stage. Restant professionnel nous verrons au chapitre trois avant d’en venir au thème les généralités sur la maintenance et l’élaboration d’un PMP. Les normes concernant les armoires précisent les directives et exigences de conformité, ce sera l’objet du chapitre quatre intitulé l’organisation des équipements dans les armoires suivant les directives de la norme NF C 15 100. Cette section connective nous conduira à l’ultime chapitre que nous avons désigné par plan de maintenance préventive d’une armoire électrique industrielle. Ce travail tient compte des dernières évolutions des normes et des progrès de la technologie de mise en œuvre selon les règles.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 1

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DE LA SOCAVER ET PRINCIPE DE FABRICATION DES BOUTEILLES I.1. INTRODUCTION La Société Camerounaise de Verrerie est basée à Douala sur la route allant vers NdongBong (voir plan de localisation en annexe 4). Elle est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation des bouteilles et emballages en verres creux. La SOCAVER est un joyau dont peut se venter l’industrie Camerounaise, compte tenu la place de choix qu’occupe cette organisation dans le paysage socio-économique national et de sa prépondérance sur les marchés d’Afrique centrale et Sub-saharienne. Afin de mieux situer le cadre de travail, nous verrons dans ce chapitre une présentation générale de la SOCAVER à travers son historique et son évolution ; son organisation et ses ressources et enfin nous ferons un aperçu sur le principe de fabrication des bouteilles.

I.2. HISTORIQUE ET EVOLUTION DE L’ENTREPRISE [1] I.2.1. Historique Créée le 15 juin 1966 la SOCAVER débute effectivement ses activités le 1er juillet 1970 avec la production de sa première bouteille. Elle est l’une des plus grandes verreries, en Afrique Sub-saharienne. La SOCAVER est une filiale de la SABC (Société Anonyme des Brasseries du Cameroun). C’est une société anonyme dotée d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière. A la base c’est une idée de la BGI (Brasseries et Glacières internationales). Depuis le 1er Juillet 1970, la SOCAVER a connu plusieurs Directeurs Généraux, et actuellement elle est dirigée par M. KAMGNA Jean Pierre, en exercice depuis Mai 2011.

I.2.2. Évolution A ce jour, LA SOCAVER dénombre 72 modèles d’articles de verres creux, de formes différentes, de couleurs et de poids variés dont elle assure la fabrication, ceci avec une capacité de fusion de 40 000 tonnes/an soit environ 115 tonnes/jrs.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 2

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Cependant pour atteindre ce niveau de production elle a connu une très grande évolution aussi bien dans l’ensemble de ses services que dans la fluctuation de son chiffre d’affaire depuis sa création. En 1981, eu égard à sa vocation régionale d’une part, et pour répondre aux exigences du marché d’autre part, le FOUR N°1 a été abandonné et le FOUR N°2 construit avec une capacité de 35 000 tonnes/an, et un capital porté à 1. 910. 000. 000 FCFA. En 1992, compte tenu de la récession économique mondiale qui a frappé particulièrement les pays africains, le FOUR N°2 a été reconstruit avec une capacité réduite de 20 000 tonnes/an. Plus tard, au courant de l’année 1999, le regain économique et la volonté de développement, ont permis de reconstruire le FOUR N°1 abandonné depuis 1981, ce qui porta la capacité de fusion annuelle à 40 000 tonnes.

I.3. ORGANISATION ET RESSOURCES DE L’ENTREPRISE Afin d’être efficiente, toute entreprise se doit d’être structurée, chaque organe assurant une fonction bien déterminée.

I.3.1. L’organisation administrative de la SOCAVER L’organisation administrative est pilotée par deux organes à savoir l’organe délibérant et décisionnel et l’organe opérationnel. I.3.1.1. Le Conseil d’Administration C’est l’organe délibérant et décisionnel qui a pour mission de veiller à la bonne marche de l’entreprise, afin d’améliorer sa rentabilité et d’assurer les redressements possibles. Il se réunit en Assemblée Générale Ordinaire qui se tient une fois par an sur convocation de son Président ou la moitié de ses membres dès que l’intérêt de la société se fait sentir. I.3.1.2. Les Organes de Gestion I.3.1.3. A la SOCAVER les directions principales sont :Le Conseil de Direction Elle se compose de La Direction Générale, la Direction Générale Adjointe et de la Direction Commerciale et Marketing. Ces directions sont divisées en services qui constituent les organes de gestion. a. La Direction Générale : Elle est assurée par un Directeur Général, celui-ci à le plein pouvoir d’instruire toutes les affaires de la société qui sont de la compétence du conseil d’administration. Il s’occupe de la gestion courante de la société et les services ci-après lui sont rattachés : Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 3

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE  Le service Administratif et Comptable : ce service placé sous l’autorité du Chef de Service comptable et en charge de la gestion Administrative et Comptable de l’organisation.  Le service des Ressources Humaines : Il est placé sous l’autorité d’un chef de service. Celui-ci gère les employés non cadres, les ouvriers et les agents de maîtrise. Il a la charge : − De la paie des employés − Des soins médicaux du personnel − Du suivi des relations avec les services chargés des problèmes de travail.  La section Informatique : elle s’occupe de l’entretien et de la maintenance du

système informatique et de la gestion des incidents informatiques.

b. La Direction Générale Adjointe : C’est l’organe de production proprement dit de la société, un Directeur Général Adjoint chargé de remplacer le DG en cas de vacance à son poste est à sa tête. Elle assume le rôle Direction Technique est responsable de tous les problèmes techniques de l’entreprise. De même, celui-ci est immédiatement mis au courant par ses chefs de service, de toutes les perturbations enregistrées au sein de l’usine. Elle comprend cinq (05) services qui sont :  Le service Matières Premières Composition Fusion : il est placé sous l’autorité d’un

chef qui s’occupe de la gestion des matières premières et de substances nécessaires à la production du verre creux. De plus il dispose d’une unité de traitement du sable brute. ;  Le service Fabrication : Il est chargé du suivi des factures de toutes les commandes client, et de leur acheminement à la caisse, où les modalités de règlement sont effectuées.  Le service Fabrication ;  Le service Tri Décoration Logistique : Qui assure le contrôle visuel, la gestion du

parc de bouteille, et procède à la phase de décoration qui consiste à apposer des marques sur les bouteilles. ;  Le service Qualité : Il est en charge de la mise en œuvre de l’Assurance Qualité dans tous les processus de l’entreprise (excepté les processus comptable) et du contrôle de la qualité du produit au niveau du laboratoire afin de mettre sur le marché un produit de bonne qualité.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 4

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE  Le service Entretien et Service Généraux : Il assure la disponibilité en énergie électrique, s’occupe de l’entretien du matériel et des outils de production (chaine directe et chaine indirecte). Parallèlement, ce service s’occupe des demandes locales et internes et des fournitures d’entretien. Ce service est en fait notre service d’accueil où nous avons effectué notre stage académique.  Le service Qualité ;  Le service Entretien et Service Généraux. c. La Direction Commerciale et Marketing : Placée sous l’autorité d’un Directeur Commercial et Marketing, elle s’occupe : − Des transactions entre l’entreprise et les clients ; − Des opérations de transit ; − Des opérations de vente ; − De l’image de l’entreprise et de la prospection auprès de nouveaux clients. Cette direction est aussi chargée de : − La gestion des stocks des produits finis et semi-finis − La recherche des clients à l’intérieur et à l’extérieur du pays − Définir la politique commerciale et programmer les ventes. a. L’organigramme de la SOCAVER présenté par l’annexe 3, nous donne une vue globale schématique de l’organisation administrative mise en place au sein de la société. La Direction Technique :

Le Directeur Général Adjoint est à sa tête, il est responsable de tous les problèmes techniques de l’entreprise. De même, celui-ci est immédiatement mis au courant par ses chefs de service, de toutes les perturbations enregistrées au sein de l’usine. b. La Direction Commerciale :

Elle s’occupe des transactions entre l’entreprise et ses clients. De même elle contrôle les opérations de transit et de vente notamment la prospection de nouveaux clients. C’est la raison pour laquelle SOCAVER se trouve en possession d’une très grande part de marché dans la zone CEMAC ainsi qu’en Afrique de l’Ouest. Cette direction est aussi chargée de :  La gestion des stocks des produits finis et semi-finis Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 5

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE  La recherche des clients à l’intérieur et à l’extérieur du pays  Définir la politique commerciale et programmer les ventes. Actuellement ses produits sont distribués dans plusieurs pays Africains et le volume exporté représente environ 60% de son Chiffre d’Affaire. c. Le Service de Fabrication :

Il contrôle le processus de fabrication et assure l’introduction des matières premières dans le four en vue de l’obtention du verre creux. d. Le Service MPCF :

Abrégé de Matière Premières Composition et Fusion, Le Service Entretien & Services Généraux : Notre service d’accueil Il assure la disponibilité en énergie électrique, s’occupe de l’entretien du matériel et des outils de production (chaine directe et chaine indirecte). Parallèlement, ce service s’occupe des demandes locales et internes et des fournitures d’entretien. e. Le Service Qualité :

Il est en charge de la mise en œuvre de l’Assurance Qualité dans tous les processus de l’entreprise (excepté les processus comptable) et du contrôle de la qualité du produit au niveau du laboratoire afin de mettre sur le marché un produit de bonne qualité. f. Le Service Tri Décor et Logistique :

Qui assure le contrôle visuel, la gestion du parc de bouteille, et procède à la phase de décoration qui consiste à apposer des marques sur les bouteilles. L’organigramme de la SOCAVER présenté par l’annexe 3, nous donne une vue globale schématique de l’organisation administrative mise en place au sein de la

I.3.2. Etat des Ressources de l’Entreprise I.3.2.1. Les Ressources Humaines La SOCAVER a pour objectif de consolider sa position sur ses marchés et développer ses ventes vers des marchés nouveaux afin d’optimiser l’utilisation de son outil de production. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 6

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Pour ce faire, la SOCAVER emploie 234 personnes (1 cadre expatrié, 14 cadres nationaux, 52 agents de maitrise et 168 employés et ouvriers). I.3.2.2. Les Matières Premières et Compositions  Une station de lavage du sable  Deux stations de traitement de calcin  Une chaîne de composition de matières premières ultra moderne assistée par ordinateur pour mélanger les produits avant enfournement I.3.2.3. Les Ressources Matérielles et Technologiques Spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation du verre creux, la SOCAVER dispose d’équipements technologiques ultra-modernes :  Le four N°1 pour la fusion du verre

 Des Caterpillar  Des engins élévateurs

blanc de marque SOLG MELTER  Le four N°2 de même marque, pour la

 Un circuit d’eau de refroidissement

fusion des autres couleurs

 Une station de pompage

 Trois machines de fabrication IS de

 Un pont bascule

marque EMPHART

 Trois

 Trois arches pour la recuisson du verre

groupes

électrogènes

d’une

capacité de 1275, 2000 et 1200 KW

de marque PENNEKAMP

 2 forages

 Une installation pour traitement du

 Des véhicules de transport

sable et du groisil

 Des cuves de stockage de fuel, gaz et

 Une machine semi-automatique pour

gasoil

décorer le verre

 Du matériel et mobilier de bureau. I.3.2.4. Les Ressources Financières La SOCAVER obtient son financement grâce aux apports octroyés par les actionnaires, les emprunts auprès des banques (BICEC, SGBC, SCB-CA) et des avances de la SABC qui est à la fois actionnaire, fournisseur et client.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 7

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE I.3.2.5. Les Ressources Informatiques Depuis Janvier 2009, l’entreprise a opté pour l’utilisation d’un logiciel de gestion dénommé M3 (MAKE, MOVE, MAINTAIN), qui permet aux actionnaires installés dans un pays quelconque d’avoir un contrôle global et le suivi de toutes les activités informatiques ainsi que les états financiers générés au cours de l’activité. En plus des logiciels courants de bureau fournis par le package Microsoft Office, la SOCAVER est dotée d’un parc logiciel diversifié assurant l’informatisation de son système d’information. La SOCAVER est en plus de toutes ces ressources certifiées ISO 9001 version 2008 (Système de Management de la Qualité) depuis le 19 mars 2010. Parallèlement elle a lancé depuis le 03 mai 2011 les processus de certification aux normes ISO 14001 et ISO 22000 relatives respectivement aux Systèmes de Management de l’Environnement et de la Sécurité des Denrées Alimentaires. Tout ceci fait d’elle l’une des plus grosses structure industrielle de part son environnement externe.

I.3.3. Les Produits et l’environnement externe de l’entreprise I.3.3.1. Les Produits de la SOCAVER La SOCAVER dans sa quête d’un marché plus étendue produit près de 100 articles. Ceux-ci sont essentiellement constitués de bouteilles décorables et non décorables destinées au conditionnement des boissons (bières, boissons gazeuses, jus de fruits, vins, spiritueux), des flacons en verre utilisés principalement dans l’industrie pharmaceutique et dans les parfumeries et des pots et des bocaux en verre. I.3.3.2. Le marché et les concurrents de la SOCAVER Unique verrerie en Afrique centrale, la SOCAVER distribue ses produits dans toute l’Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Congo, RDC, RCA, Guinée équatoriale et le Tchad) où elle détient 35% dont 38% du marché camerounais et dans une partie de l’Afrique de l’ouest (Mali, Burkina Faso, Guinée Conakry, Sénégal, Côte d’Ivoire, Benin et Togo) où elle détient 27% du marché. La SOCAVER a pour principaux concurrents les verreries d’Afrique du sud, du Ghana et du Nigeria et même occidentale. A partir de ce qui précède nous avons un aperçu de ce qu’est la SOCAVER en bref, mais devons nous nous en tenir qu’a cela du point de vue technologique ? En effet voyons par quelle technologie cette entreprise s’est donné un nom aujourd’hui. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 8

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE , mais devons nous en tqu’en est il de so nous faire une idée pouvons

I.4. PRINCIPE DE LA FABRICATION DES BOUTEILLES Progressivement, les procédés de fabrication se sont développés et spécialisés en fonction des types de produits à élaborer. Elle commence par l'élaboration d'une charge pulvérulente homogène apportant, dans les proportions voulues, tous les éléments recherchés dans la composition finale du verre que l'on va élaborer. Ces étapes comportent le cueillage d’une goutte de verre, la formation par soufflage d’une préforme, et son gonflage dans un moule à la forme de l’article désiré. Voici en effet une vue globale des différentes phases de fabrication des bouteilles.

Figure 1 : Les phases de fabrication des bouteilles [18]

I.4.1. Les Matières premières et les fours I.4.1.1. Les Matières premières  Eléments fondamentaux : •

Le Sable .............Elément formateur : 68 % à 72 %

La Soude.............Elément fondant : 10 % à 15 %

Le Calcaire..........Elément Stabilisateur : 9 % à 14 %

Figure 2 : La mise en place des matières premières

 Eléments Secondaires : • Feldspath, Phonolite, Laitier, Sulfate.....  Colorants : •

Oxydes métalliques en pourcentage très faible

Fer, Manganèse ou sulfure de fer.

 Groisil encore appelé calcin : Débris de verre, issus des rebuts de fabrication ou du recyclage des déchets, qui sont introduits dans la composition du verre mis en fusion. •

Verre

concassé ou granulé qui est ajouté au mélange

vitrifiable et qui provient soit des verriers, soit de la récupération de calcin ménager. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Figure 3 : Le mélange au calcin

Page 9

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE •

Proportion moyenne verre mi-blanc : 15 %

Proportion moyenne verre feuille morte : 35 %

Il faut, d’ailleurs, faire un aussi grand nombre d’enfournements avec du groisil qu’avec de la composition neuve, car un creuset rempli de groisil ne se trouve guère qu’à moitié, lorsque ce groisil est fondu. I.4.1.2. Les Fours Le mélange de matières premières et de calcin est fondu dans des fours s'élevant jusqu'à des températures proches de 1500°. Entre l'introduction des matières premières et la sortie du verre en fusion, il s'écoule environ 24 heures. Les fours fonctionnent jour et nuit, avec un niveau de verre en fusion constant. Des flammes alimentées par des brûleurs assurent, avec le rayonnement de la voute de briques en silice, une température de 1550°C nécessaire à la fusion du verre. Figure 4 : Arrivée au four de la composition

Trois types principaux de fours à coulée continue sont utilisés pour l'élaboration des bouteilles. Il s’agit de :  Four à bruleurs transversaux : d'une surface généralement supérieure à 70 m², il présente la particularité de travailler par inversion du sens de la flamme toutes les 20 minutes environ. Cela permet de récupérer alternativement la chaleur contenue dans les fumées transférées en grande partie par celle-ci à des empilages de briques réfractaires  Four à boucle : il a une surface de 20 à 150 m². Comme son nom l'indique, la flamme décrit une boucle dans le four. Comme dans les fours à brûleurs transversaux, une inversion du sens de la flamme permet de récupérer l'énergie des fumées, puis de la restituer à l'air de combustion. 

Four électrique : sa surface varie de quelques dm² à 100 m². Il s’agit " simplement "

d'une cuve réfractaire dans laquelle des électrodes fondent les matières premières. C’est ce type de four que l’on retrouve à la SOCAVER.

I.4.2. La Formation des paraisons et Le Formage I.4.2.1. La Formation des paraisons La première étape de la mise en forme d’une bouteille consiste à élaborer une goutte de verre appelée paraison ayant un poids bien précis (celui de l’article final) et une température bien fixée (d'environ 1150°C), à une cadence synchrone de celle de la machine Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 10

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE porteuse des moules. Ce résultat est obtenu grâce un système assez complexe par lequel le verre en fusion est amené jusqu'aux machines de formage par des canaux de distribution connectés au four délivrant un filet de verre homogène chimiquement et thermiquement, qui est régulé au degré près. Ces canaux sont appelés feeders. A l'extrémité du feeder, un poinçon (une sorte de piston) animé d'un mouvement alternatif obstrue à des intervalles réguliers l'orifice, transformant la coulée de verre en fusion en une succession de gouttes, (paraisons) ; coupées par un mécanisme automatique de coupe du filet qui est fait d’un véritable ciseau muni de lames en acier réfractaire. La paraison est alors à une température comprise entre 1100° et 1 300°C. Un système de distribution des gouttes de verre ainsi formées les dirigent vers les moules de formage dans le laps de temps le plus court possible, puisque vers 750°C, le verre ne sera plus plastique. C'est l'étape du formage qui commence. I.4.2.2. Le Formage Le formage permet de transformer la masse compacte des paraisons en un corps creux. La fabrication du verre creux, évoque le travail du souffleur de verre qui, au cours de nombreuses décennies, a effectivement su trouver et optimiser les étapes essentielles du formage d’une pièce. Cette transformation s'opère en deux temps : − Transformation de la paraison en ébauche dans le moule ébaucheur, soit par soufflage soit par pressage. − Après transfert dans le moule finisseur, transformation de l'ébauche en un récipient ayant sa forme définitive. L'ensemble des opérations s'effectue sur des machines modulaires dites IS. On peut produire, sur les machines les plus récentes, jusqu'à 700 articles par minutes.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 11

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Figure 5 : Photo d'une machine IS [18]

Figure 6 : Photo d'une machine IS de la SOCAVER

Nous devons noter qu’il existe différents procédés de fabrication verre creux. En effet on distingue dans cette spécialité industrielle plusieurs segments de marché comme : − Les bouteilles pour l’emballage des boissons alimentaires (comme celles de la SOCAVER en majorité) et les flacons pour la parfumerie, se caractérisant tous les deux par une bague étroite (partie supérieure du "col" adaptée au bouchage), utilisant majoritairement un procédé appelé : Soufflé-Soufflé. Ici la paraison tombe dans le "moule ébaucheur", comportant à sa partie inférieur un moule séparé, le "moule de bague", qui donne à celle-ci le profile souhaité. Un poinçon de perçage glisse à travers ce moule de bague, pénètre la paraison et se retire ; puis de l'air comprimé est envoyé dans la cavité ainsi formée, chassant la paraison dans le fond du moule. L'ébauche est ensuite transférée, par la bague déjà suffisamment solidifiée, dans le "moule finisseur" où a lieu le soufflage final. (cf. figure 6) [17]

Figure 7 : Opérations unitaires en procédé Soufflé-Soufflé [17]

− Les pots pour les produits alimentaires secs et pâteux et ceux de grande capacité pour les jus de fruits, avec une bague plutôt large, autorisant un procédé appelé Pressé-Soufflé.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 12

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Ce procédé se caractérise par la formation de l'ébauche au moyen d'un poinçon métallique dont la forme très bien définie permet d'obtenir une ébauche de répartition et d'épaisseur parfaitement déterminée, ce qui est moins facile lorsque l'ébauche est obtenue par soufflage. Il est systématiquement utilisé pour la fabrication des pots à large ouverture. (cf. figure7) [17]

Figure 8 : Opérations unitaires en procédé Pressé-Soufflé [17]

− Les articles de table, verres, gobelets, assiettes, saladiers… donc sans bague et élaborés par une technologie de pressage dans un moule, ou par une technologie plus récente de centrifugation grâce à la rotation rapide du moule: cette dernière technologie ne peut évidemment s’envisager que pour des articles ayant une symétrie de révolution. − Les verres à pieds et autres (certains gobelets), demandant une surface sans défauts et sans marques de joints de moule, et utilisant une technologie associant pressage pour l’ébauche et rotation de l’ébauche pendant le soufflage dans le moule finisseur: procédé appelé Pressé-Soufflé-Tourné. − Les produits d’ornementation de très haute qualité, souvent en cristal, et utilisant encore des procédés manuels ou semi-automatiques.  Le soufflage final : la transformation de l'ébauche en récipient de forme définitive est assurée par un soufflage d'air comprimé à l'intérieur de l'ébauche de façon à venir plaquer celle-ci vers la paroi interne du moule finisseur. Après cette phase de soufflage, les bouteilles sont extraites du moule finisseur, et transférés sur un tapis convoyeur qui les amène vers le tunnel de traitement de surface et de l'arche de recuisson.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 13

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

I.4.3. Les Traitements de surface et la Recuisson A la sortie de la machine IS, la température du verre est d'environ 650 °C. Les parois extérieures du récipient vont se refroidir brusquement et se contracter, tandis que l'intérieur réagit avec plus de lenteur en raison de la mauvaise conductivité thermique du matériau, d'ou une série de contrainte d'extension qui fragilise et risquent de provoquer une casse ultérieure. Afin de relâcher et d'égaliser ces contraintes, le verre est soumis à un traitement thermique aux environ de 550 °C, température à laquelle les différentes contraintes se relâche et s'annulent. Afin de limiter les conséquences de micro défauts, on pratique des traitements de surface soit à chaud, soit sur la bouteille refroidie.  Traitement "à chaud" : Il intervient entre la sortie du moule finisseur et le passage dans l'arche de recuisson ; il a pour but d'empêcher la propagation des microfissures créées pendant le formage et l'apparition de fissures nouvelles lors du contact à chaud entre les articles et les organes de guidage. Il consiste à projeter sur le récipient, des vapeurs d'halogénures métalliques (étain ou titane) qui réagissent avec la surface du verre pour former des oxydes, en couche invisible de quelques nanomètres d'épaisseur.  Traitement "à froid" : En combinaison avec le traitement à chaud, il a pour objet d'augmenter le coefficient de glissement du verre, ce qui permet de transporter les bouteilles à haute cadence sur les convoyeurs des verreries ou les lignes d'embouteillages. Le traitement à froid permet aussi de limiter les risques de frottement, donc de création de rayures ou marques d'abrasion. Ce traitement s'effectue à la sortie de l'arche de recuisson à la température de 100 à 120 °C. Il consiste à déposer sur la surface des articles un film protecteur de cire de polyéthylène ou de monostéarate de polyoxyéthylène. L'opération est réalisée par pulvérisation pneumatique sur l'extérieur des articles.

Figure 9 : Traitements de surface et passage à l’arche de recuisson Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 14

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

I.4.4. Le Contrôle et le conditionnement [18] I.4.4.1. Le Contrôle Sur les convoyeurs qui véhiculent les bouteilles jusqu’aux palettiseurs, différents contrôles sont effectués. Tous les emballages sont contrôlés par des machines de contrôles électroniques qui vérifient principalement leur dimension, leur résistance et leur aspect. Des mesures sont également effectuées sur des prélèvements statistiques. Figure 10 : Contrôle dans la fabrication des bouteilles

I.4.4.2. Le Conditionnement Une fois leur qualité validée, à l’issue des contrôles des lignes de choix, les bouteilles sont mis sur des palettes et transportées chez les clients c’est l’étape de la Palettisation et des expéditions.

Figure 11 : Le stockage en palette

Figure 12 : Synoptique des étapes de la fabrication des bouteilles [18]

L’entreprise SOCAVER étant connue à travers son histoire, son évolution, son organisation, ses ressources et son environnement macroscopique et microscopique, avec une insistance plus particulière sur ses procédés industriels nous passer au récit de notre séjour dans ses locaux. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 15

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

CHAPITRE II : LE DEROULEMENT DU STAGE Le premier jour du stage fut le jour de contact avec l’entreprise et l’usine dans sa globalité. M. KOTTO Samuel, chef d’atelier électricité fût notre premier interlocuteur et il nous présenta au autres stagiaires déjà présents et aux électriciens avec nous allions travailler en permanence. Dans ce chapitre nous essayons tout d’abord de présenter le service ESG qui nous a accueillis et ensuite les activités effectuées.

II.1. PRESENTATION DU SERVICE D’ENTRETIEN & SERVICE GENERAUX [1] Dès notre arrivée, nous avons été rattachés au service Entretien & Services Généraux, où nous avons passé notre période de stage.

II.1.1. Mission du service Le service Entretien & Services Généraux est le service de maintenance et d’entretien selon la formule définit par la SOCAVER. Il assure la disponibilité en énergie électrique, s’occupe de l’entretien général du matériel et des outils de production (chaine directe et chaine indirecte). Parallèlement, ce service s’occupe des demandes locales et internes, de la maintenance d’amélioration, de certains travaux neufs et des fournitures d’entretien. Il se subdivise en quatre (4) secteurs suivants les travaux et les domaines d’intervention dans l’usine : − Electricité

(électrotechnique

et

− Mécanique auto, − Chaudronnerie et

électronique), − Mécanique générale,

− Usinage.

Le service ESG est incontournable à la SOCAVER, il intègre une pléiade de techniciens qui concourent chaque jour à la continuité de service des machines et installations de l’entreprise. Qu’il s’agisse des machines intervenant directement dans la production ou des appareils tels que les climatiseurs de bureau ; les chariots élévateurs ; des automobiles de services et autres équipements, le service ESG se met en œuvre pour rétablir l’état de bon fonctionnement de l’appareil ou remédie au moins au problème de manière provisoire.

II.1.2. Structure et organisation du service Dans sa mission, le service ESG est sous la conduite d’un chef service. Il est secondé par un adjoint qui est assisté par deux contremaitres. Ceux-ci sont en permanence sur le terrain Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 16

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE pour diriger les techniciens. Les techniciens ont une efficacité hors pair. La figure 13 suivante présente un organigramme du service que nous avons pu constituer : Chef Service

Chef Service adjoint

Responsable Pyrométrie

Responsable Atelier

(Électrotechnique et électronique)

Mécanique et chaudronnerie

Contremaitres Atelier

Contremaitres Atelier

D’électricité

Mécanique et chaudronnerie

Chef d’atelier

Chef d’atelier

Chef d’atelier

Chef d’atelier

Électrique

Électronique

Chaudronnerie

Mécanique

Mécaniciens et

Chaudronniers et

Fabricant

Soudeurs

Électriciens et Electroniciens

Autres ouvriers (Peintres, maçons…) Figure 13 : Organigramme du service Entretien & Services Généraux

II.2. LES ACTIVITES DU STAGE Pendant nos sept (7) semaines de stage au sein de la Société Camerounaise de Verrerie, nous avons eu l’occasion de part notre formation de maintenancier industriel, d’observer, d’assister, de participer, de réaliser une multitude d’activités qui se sont révélées très enrichissantes pour nous. C’est ainsi que nous sommes intervenus à des travaux aussi biens dans le domaine électrique que mécanique et même en chaudronnerie.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 17

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Nous devons aussi préciser que certains travaux associaient les deux aspects mécaniques et électriques. De manière générale nous pouvons proposer le récapitulatif de nos activités durant notre stage dans le journal bord qui suit.

II.2.1. Journal de bord Tout a commencé par une visite guidée de toute l’usine pour quelques uns des s’imprégner de l’environnement, sous le contrôle de M. SOLEFACK Bernard, alors électricien temporaire du service ESG. Par la suite, une série de taches ont été effectuées et je travaillais comme assistant électricien. En outre, j’étais aussi chargé du nettoyage de l’atelier chaque fin de semaine. Toutes les matinées commençaient toujours par la mise en tenue de travail. Ainsi, le tableau qui suit est un résumé de nos diverses activités hebdomadaires, au sein de l’usine durant tout le long de notre stage : Tableau 1 : Chronologie des activités et tâches effectuées pendant le stage

Périodes

Matériels et Outils utilisés

Activités − Visite, de l’entreprise, découverte des locaux, explication sur le

Semaine 38 du 10 au 14 Septembre 2012

circuit de production ; réception d’Equipement de Protection Individuelle (gants et bouchons d’oreille) ; − Fouilles électriques dans le cadre du rétablissement de l’éclairage extérieur (devant le bureau des achats) ;

−/ − Pelles,

pioche,

fourche, marteau, burin, bar-amine − Pinceaux.

− Nettoyage des machines d’usinage.

− Tournevis, Semaine 39 Du 17 au 21 Septembre 2012

− Assistance d’un électricien pour le rétablissement effectif de colliers l’éclairage du lampadaire devant le bureau des achats ;

des

pince, travaux

électriques ;

− Assistance d’un électricien pour le dépannage d’un climatiseur du − Tournevis,

pince,

bureau de la supervision ;

torche

multimètre, électrique ;

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 18

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE − Assistance d’un électricien pour rétablissement de l’éclairage dans plusieurs secteurs de l’usine (hangars, magasin, lieu de − Tournevis, Semaine 39 Du 17 au 21 Septembre 2012

stockage, couloir du bâtiment administratif;

pince,

escabeau,

− Assistance d’un électricien pour câblage d’un conteneur du harnais

échelle, et

rechange

LABO Qualité ;

pièces

de

(lampes,

− Assistance d’un électricien pour l’évaluation de la distance douilles) ; nécessaire au passage des câbles de la mini-centrale (sous- − Stylo et formats A4 traitance).

Semaine 40 Du 24 au 28 Septembre 2012

− Test des enroulements d’un moteur asynchrone triphasé ;

− Multimètre,

clé

molette,

à

poste

− Assistance d’un électricien pour mesure de la puissance du d’essai triphasé ; thermocouple du four 1 ; − Multimètre ; − Rétablissement de l’éclairage du miroir1de la machine IS 11.

− Tournevis, pince.

− Identification des types de câbles, en section et utilisation ; − Assistance d’un électricien pour réception, test et installation du moteur Ventilateur Air – Pression four 1; − Assistance d’un électricien pour remplacement du moteur du Semaine 41 Du 01 au 05 Octobre 2012

climatiseur du bureau de la centrale ; − Changement d’une fiche mâle avec Terre sur la cafetière du bureau Qualité DPQ ; − Assistance d’un électricien pour dépannage d’une scie à meuler des mécaniciens du bout froid ; − Assistance d’un électricien et d’un mécanicien pour diagnostic de

− Visuel ; − Multimètre,

clé

à

molette – plate et à pipe, poste d’essai triphasé ; − Tournevis,

pince,

multimètre; − Tournevis, multimètre, clé plate et à pipe.

panne susceptible sur une pompe à eau de station centrale de Semaine 42

pompage. − Assistance d’un électricien pour dépannage du pupitre de − Tournevis,

Du 08 au 12

commande de la machine IS 11 ;

Octobre 2012

− Reconstitution d’une rallonge à deux fiches (mâles et femelle) − Pince et tournevis ;

multimètre ;

pour poste à souder ;

− Visuel ;

− Inspection de lampes extérieures ;

− Pince, tournevis, poste

− Assistance d’un électricien et d’un soudeur pour installation de à souder ; deux plaques de prises (400 et 230 V) près de machines IS ;

− Clé à mollette, et à

− Assistance d’électriciens et de mécaniciens pour intervention sur pipe, pièce de rechange Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 19

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE le système de génération et de transmission de mouvement de la concasseuse N° 2 ; − Assistance d’électriciens et de mécaniciens pour remplacement

(courroie).

du moteur de la trémie de la concasseuse N° 1 ; − Assistance d’un électricien pour rétablissement de l’éclairage − Pince et pièces de

Semaine 43 Du 15 au 19 Octobre 2012

dans deux pièces de la villa ;

rechange

− Remplacement d’une fiche mâle + terre du bureau DPQ ;

douilles) ;

(lampes,

− Assistance d’un soudeur pour intervention sur la laveuse de sable − Tournevis ; − Meule,

(soudures de quelques points de fissures) ;

poste

à

− Assistance d’un mécanicien et d’un soudeur sur le distributeur et souder ; le convoyeur de la tour de distribution (remplacement des tapis de − Clé plate, à pipe. colmatage) ; − Test et contrôle d’une LED pour armoire électrique ;

Semaine 44 Du 22 au 26 Octobre 2012

− Assistance d’électriciens pour révision générale d’un moteur asynchrone triphasé (test des enroulements, nettoyage) et test avec démarreurs progressifs ; − Assistance de l’électricien pour le remplacement d’un contacteur de verrouillage sur la machine du choc thermique.

− Tournevis, multimètre ; − Arrache-moyeu,

30 (dégraissant à froid), pinceau, − Pince, tournevis, pièce de rechange.

− Montage et mise en service de deux moteurs sur ventilateur de − Multimètre, refroidissement des bouteilles du bout froid 21 ;

DE

pince,

tournevis, clé à molette ;

Semaine 45

− Assistance de l’électricien pour intervention sur les groupes − Multimètre,

Les 29 et 30

électrogènes de la centrale d’énergie (changement de fusible, tournevis, clé plate – à

Octobre 2012

révision d’une résistance chauffante, test et observation) ;

pince,

pipe ;

− Rétablissement de l’éclairage au niveau du point contrôle du − Multimètre, pince et poids des bouteilles de la machine IS 22.

tournevis.

En bref, ceci est le support écrit consignant tous les travaux et activités au quel j’ai pris par seul ou en équipe qui ont été pour nous d’un intérêt conséquent sur le plan de la pratique et nous ont procuré un grand professionnalisme qui rentre dans nos objectifs de formation. Notre stage à la Société Camerounaise de Verrerie était de manière notre premier contact avec le monde professionnel, en tant apprenant dans un métier industriel.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 20

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Nous venons dans ce chapitre de faire le gros plan sur notre séjour au sein de la SOCAVER à travers la présentation du service qui nous a accueillis et par le déroulement de notre stage à travers notre journal. Le bilan pratique que nous pouvons faire et l’expérience que nous avons pu acquérir au bout de ce stage est très révélateur ; une vrai approche des réalités de l’entreprise et du monde professionnel nous procure de bonnes adaptations et compétences pratiques dans le savoir-faire. Les réflexions précédentes nous conduisent vers la mission qui nous a été assignée dans le cadre de notre stage : l’élaboration d’un "Plan de maintenance préventive d’une armoire électrique".

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 21

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


CHAPITRE III : GENERALITES SUR LA MAINTENANCE ET APPROCHE THEORIQUE SUR L’ELABORATION D’UN PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE

Dans ce chapitre, nous allons aborder l’aspect théorique qui servira de base de travail au sujet proposé. Nous allons voir ce qu’exige véritablement l’élaboration en théorie d’un plan de maintenance préventive afin que notre étude y soit conforme. Ce chapitre constituera donc en clair le fil conducteur de notre travail. Mais avant tout prenons les généralités, les types et les niveaux de maintenance.

III.1. GENERALITES SUR LA MAINTENANCE [5] Depuis que l’homme a exercé sa capacité de création pour concevoir et utiliser des outils, puis des dispositifs divers et variés jusqu’aux machines et installations techniques que l’on connaît de nos jours, il a découvert, et subi les phénomènes de dégradation et d’usure qui peu à peu rendait l’objet en question inutilisable. Très vite donc, il a été conduit à envisager des actions pour : 

soit éviter, ou au moins ralentir, ces phénomènes de dégradation et leur évolution ;

soit remettre cet objet dans un état tel qu’il puisse accomplir de nouveau la fonction ou rendre le service pour lequel il avait été conçu lorsque le développement trop important d’une dégradation avait entraîné sa mise hors d’usage.

C’est de la qu’est né la maintenance. La maintenance regroupe les actions de dépannage et de réparation, de réglage, de révision, de contrôle et de vérification des équipements matériels (machines, véhicules, objets manufacturés, etc.) ou même immatériels (logiciels). Un service de maintenance peut également être amené à participer à des études d'amélioration du processus industriel, et doit, comme d'autres services de l'entreprise, prendre en considération de nombreuses contraintes comme la qualité, la sécurité, l'environnement, le coût, etc. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 14

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


La Maintenance se définit donc selon la norme NF EN 13306, comme « l’ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management, durant le cycle de vie d’un bien, destinées à le maintenir dans un état dans lequel il peut accomplir sa fonction requise ».

III.1.1. De l’entretien à la maintenance : origines [6] La notion formalisée de « maintenance » est née dans l'industrie de production de biens vers la fin des années 1970. Puis, dans les années 1990, elle commença à gagner le secteur de production de services. Mais avant d’en arriver à l’usage de ce terme dans les entreprises et ailleurs ; l’on a traversé plusieurs étapes et utilisé d’autres expressions : - avant 1900, on parlait de "Réparation", - puis entre 1900 – 1970, on utilise la notion d’"Entretien". Avec le développement des chemins de fer, de l’automobile, de l’aviation et de l’armement pendant les deux guerres mondiales et à partir de 1970 le développement des secteurs à risque et d’outils modernes aboutissent à la mise en œuvre de la "Maintenance". Aujourd'hui elle est susceptible de concerner tous les secteurs d'activité : services généraux, immobilier, transport, logiciel, etc. Le mot « maintenance » est souvent employé à tort pour désigner les actions d' « entretien ». Ces deux notions sont bien différentes, mais elles sont cependant complémentaires. La maintenance concerne tout ce qui fait appel aux énergies (électricité, pneumatique, mécanique, hydraulique, automatique, électronique, informatique, etc.) tandis que l'entretien concerne tout ce qui n'est pas technologique (nettoyage, peinture, plomberie, serrurerie, menuiserie, vitrerie, etc.).

Figure 14 : De l’entretien à la maintenance [6]

Maintenir, c’est intervenir dans de meilleures conditions ou appliquer les différentes méthodes afin d’optimiser le coût global de possession : maintenir, c’est maîtriser. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 15

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


III.1.2. Les types et les niveaux de maintenance [4] La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent des salariés. L’entreprise a le choix quant à la mise en œuvre de cette maintenance (interne ou externe, planifiée ou non). Ce choix est à la fois technique, organisationnel et économique. Il doit répondre aux besoins des utilisateurs des équipements (de production en général). Le diagramme suivant montre les différents types de maintenance accessibles à une entreprise, différents types peuvent être appliqués à des équipements différents.

Figure 15 : Les différents types de maintenance [4]

Les activités de maintenance, au sens de dépannage d'un équipement, ont toujours existé. Mais ces activités étaient au départ peu ou non formalisées : elles n'étaient pas nécessairement assurées par du personnel spécialisé, ni encadrées par des méthodes spécifiques. De plus, elles consistaient essentiellement à réparer un équipement une fois que celui-ci était défaillant, mais n'intégraient que peu la notion de « préventif », c'est-à-dire des interventions visant à prévenir une panne.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 16

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Aujourd’hui, il existe deux façons complémentaires d'organiser les actions de maintenance : a. La maintenance corrective : C’est la maintenance exécutée après la détection d’une panne et destinée à remettre un bien dans un état dans lequel il peut accomplir la fonction requise. Elle consiste à intervenir sur un équipement une fois que celui-ci est défaillant. Cette maintenance est utilisée lorsque l’indisponibilité du matériel n’a pas de conséquences majeures sur le processus de production ou quand les contraintes de sécurité sont faibles. Elle se subdivise en : − Maintenance palliative : dépannage (donc provisoire) de l'équipement, permettant à celuici d'assurer tout ou partie d'une fonction requise ; elle doit toutefois être suivie d'une action curative dans les plus brefs délais. − Maintenance curative : réparation (donc durable) consistant en une remise en l'état initial. b. La maintenance préventive : C’est la maintenance exécutée à des intervalles prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinées à réduire la probabilité de défaillance ou la dégradation du fonctionnement du bien. Selon la norme AFNOR (X-60-010) : maintenance effectuée dans l’intention de réduire la probabilité de défaillance d’un bien ou la dégradation d’un service rendu. Elle consiste à intervenir sur un équipement avant que celui-ci ne soit défaillant, afin de tenter de prévenir la panne. On interviendra de manière préventive soit pour des raisons de sûreté de fonctionnement (les conséquences d'une défaillance sont inacceptables), soit pour des raisons économiques (cela revient moins cher) ou parfois pratiques (l'équipement n'est disponible pour la maintenance qu'à certains moments précis). Les objectifs de la maintenance préventive sont les suivants : •

augmenter la durée de vie des matériels

diminuer la probabilité des défaillances en service

diminuer le temps d’arrêt en cas de révision ou de panne

éviter les consommations anormales d’énergie, de lubrifiant

améliorer les conditions de travail du personnel de production

diminuer le budget de maintenance

supprimer les causes d’accidents graves

La maintenance préventive se subdivise à son tour en : Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 17

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


− Maintenance systématique : désigne des opérations effectuées systématiquement, soit selon un calendrier (à périodicité temporelle fixe), soit selon une périodicité d'usage (heures de fonctionnement, nombre d'unités produites, nombre de mouvements effectués, etc.) ; − Maintenance conditionnelle : réalisée à la suite de relevés, de mesures, de contrôles révélateurs de l'état de dégradation de l'équipement ; − Maintenance prévisionnelle : réalisée à la suite d'une analyse de l'évolution de l'état de dégradation de l'équipement. Diverses méthodes permettent d'améliorer la planification et l'ordonnancement des actions de maintenance : •

Analyse AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) ;

Diagramme d’Ishikawa ou diagramme de causes à effets (en arête de poisson) ;

Diagramme de Gantt ;

Le diagramme de PARETO ;

Méthode MERIDE ;

Réseau PERT (Program Evaluation and Review Technic " c’est – à – dire Technique d’ordonnancement des taches et contrôles des programmes).

Par ailleurs, il existe des logiciels de Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO), spécialement conçus pour assister les services de maintenance dans leurs activités.

III.1.3. Les niveaux de maintenance [5] Les activités de maintenance peuvent être classées sur une échelle de cinq niveaux définis par la commission AFNOR. Cette répartition, très utilisée depuis plusieurs années dans le cadre des relations contractuelles permet de hiérarchiser les opérations de maintenance et de définir en fonction de certains critères qui fait quoi, quand, comment,… ? Le tableau 4 suivant nous donne un exemple de classification des niveaux de maintenance. Où l’on peut voir à chaque niveau chaque action à mener. Chacune des actions spécifiques est effectuée par des intervenants biens déterminés et outillés pour la circonstance (documentation, moyens logistiques).

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 18

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Tableau 2 : Classification des niveaux de maintenance

Classification des niveaux de maintenance (Doc. CIMI) Niveau Documentation Moyens Actions Intervenants x Associée Logistiques -Réglages, contrôles et inspections simples -Opérations élémentaires de Exploitant - Modes opératoires - Petit outillage 1 maintenance (opérateur, - Procédure Assurance - Consommables préventive régleur…) qualité -Remplacement consommables et accessoires -Maintenance - Equipement de Technicien ou - Procédures détaillées préventive soutient d’utilisation exploitant habilité - Instructions de systématique simple 2 (régleur, chef de maintenance -Réparations par - Pièces de rechanges ligne, - Documents de gestion échanges standards portables conducteur…) simple - Equipement de -Maintenance - Procédures détaillées soutient : outillages, corrective : diagnostic Technicien de - Dossier machine moyens de contrôle 3 dépannage, réparation maintenance - Documents de gestion et d’essais, pièces de -Maintenance qualifié rechange préventive complexe

4

5

-Techniciens -Travaux importants de spécialisés et maintenance professionnels corrective ou d’un atelier préventive central de -Améliorations maintenance importantes -Société spécialisée -Rénovation Constructeur du -Reconstruction matériel ou -Gros travaux société spécialisée d’amélioration

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 19

- Dossier machine - Gros outillage - Documentations - Moyens importants spécifiques de contrôle et/ou - Dossiers de d’essai préparation - Pièces de rechanges - Documents de gestion et sous - ensembles

- Documentation spécifique (constructeur)

- Moyens Logistiques importants et/ou spécifiques

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


III.2. L’ELABORATION THEORIQUE D’UN PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE [2] III.2.1. Définition et Objectifs Selon la norme " NF EN 13306 : avril 2001" : le plan de maintenance préventive est un ensemble structuré des tâches qui comprennent les activités, les procédures, les ressources et la durée nécessaire pour exécuter la maintenance préventive. Selon la norme "X 60-010" : C’est « un document énonçant les modes opératoires, les ressources et la séquence des activités liées à la maintenance d’un bien ». L‘élaboration du plan de maintenance préventive a pour but de définir : -

Sur quel bien effectuer la maintenance ;

-

Quelles sont les interventions à prévoir ;

-

Quand et comment elles doivent être réalisées. (FD X 60-000 : mai 2002)

Ce document est établi dans une phase d’analyse et de conception de la maintenance à effectuer sur un matériel. Il rentre totalement dans une démarche de préparation et constitue souvent le cœur du dossier de préparation. Le plan de maintenance d’un bien doit permettre l’organisation de la maintenance du bien et concourir à sa réalisation. L’élaboration du plan de maintenance permet d’atteindre les objectifs suivants : •

Garantir une continuité de service

Garantir un niveau de disponibilité connu à un coût global maîtrisé

Maintenir une qualité de service contractuelle

Prévenir les risques

Les principales actions intégrées au plan de maintenance sont le nettoyage, les inspections, les contrôles, les visites et les vérifications techniques. Ces actions devront être définies de façon précise.

III.2.2. Conditions d’établissement Afin d’assurer une bonne maîtrise dans le temps de la maintenance d’un bien, le plan de maintenance doit contenir toutes les informations nécessaires. Le contexte dans lequel ce plan a été établi doit être précisé. En effet, tout ou partie des dispositions décrites dans le plan de maintenance sont dépendantes du contexte qui prend en compte : Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 20

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Le taux d’engagement du bien

Les produits fabriqués

Les objectifs assignés de

Le taux de défaillance constaté

Etc.

production

Si le contexte évolue, le plan de maintenance doit être réexaminé. Les modes de fonctionnement du service maintenance doivent donc intégrer cet examen automatique de la validité du plan de maintenance. Pièce maîtresse du plan, l’inventaire des interventions, listant l’ensemble des interventions à réaliser sur le matériel, comportant éventuellement la périodicité préconisée et les commentaires nécessaire, doit mentionner : •

Les modes opératoires associés

L’état du bien requis pour effectuer l’intervention

Les ressources

Etc.

La phase suivante est la préparation du planning des interventions qui permet de représenter de manière globale et synthétique l’activité de maintenance sur le bien.

III.2.3. Démarche générale d’élaboration d’un plan de maintenance préventive a. Découper l’installation en sous-ensembles fonctionnels : •

effectuer l'analyse fonctionnelle de chaque sous-ensemble

construire le bloc diagramme du sous-ensemble retenu

effectuer L'AMDEC

effectuer des observations sur le site afin de s’imprégner de l'installation et de ses conditions d'utilisation.

Intégrer dans la démarche l'emploi des maintenances conditionnelles et prévisionnelles.

Les causes du mode de défaillance et les moyens de détection sont les éléments qui vont permettre d'établir le plan de maintenance. En effet si l'on détecte les causes de pannes, par une vérification périodique des éléments d'une installation, on garantit sa fiabilité en anticipant les actions correctives. Exemples : ∗

le contrôle de l'usure d'une chaîne, évite sa rupture si sur la fiche de visite préventive figurent la cote d'alerte et la cote admissible ainsi que les moyens de la contrôler.

∗ Le graissage systématique avec l'huile préconisée en quantité et suivant le mode d'application assure la fiabilité d'une pièce en mouvements Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 21

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


b. Classer les opérations préventives et correctives issues de l'AMDEC : Le classement doit être effectué selon : •

la fréquence des opérations,

leurs importances,

leurs chronologies,

et leurs natures (spécialités).

c. Rédaction des fiches de visite : •

Avoir une démarche pédagogique

Etre précis dans la chronologie et les grandeurs à vérifier ou à mesurer

Préciser les pièces à changer afin que l'approvisionnement puisse s'effectuer

Indiquer les consignes de sécurité

Mentionner l'outillage spécifique

Préciser les essais à réaliser en cours et fin d'exécution des travaux.

d. Test de la fiche de visite : •

Elle doit être testée par du personnel qualifié avec la participation du technicien ayant élaboré le document. Ce test permet de définir le temps alloué, le ou les intervenants, le temps d'arrêt de l'installation, la vérification des éléments de la fiche et des moyens à mettre en œuvre .Il permet aussi la formation du personnel d'atelier et la prise en compte des remarques des utilisateurs.

Après modification du document à la suite des observations lors du test, on indiquera sur chaque fiche : le temps alloué, la composition de l'équipe, le temps d'arrêt de l'installation, la fréquence.

On vérifiera la « capabilité » de la fiche afin qu'elle puisse être homologuée. e. Qualification de la fiche :

Elle est effectuée par un groupe composé : •

d'un pilote (personne garante de la méthode),

du technicien auteur de la fiche,

du professionnel qui réalisera la visite,

d'invités si cela est nécessaire. En somme, il était question pour nous de faire une revue des règles générales de

l’élaboration d’un plan de maintenance préventive mais avant tout de voir les généralités à retenir sur la maintenance et les alentours de ce concept. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 22

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


CHAPITRE IV : L’ORGANISATION DES EQUIPEMENTS DANS LES ARMOIRES SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA NORME NF C 15 100 La norme française NF C15-100 réglemente les installations électriques en basse tension. Elle porte plus précisément sur la protection de l'installation électrique et des personnes, ainsi que sur le confort de gestion, d'usage et l'évolutivité de l'installation. Elle traite de la conception, de la réalisation, de la vérification et de l'entretien des installations électriques alimentées sous une tension électrique au plus égale à 1000 volts (valeur efficace) en courant alternatif et à 1500 volts en courant continu. Dans ce chapitre nous allons indiquer les instructions principales de cette norme sur l’organisation des équipements dans une armoire électrique.

IV.1. LES PRINCIPAUX POINTS DE LA NORME [20] IV.1.1. L’environnement normatif La norme NF C 15 100 régit l’installation électrique pour le neuf, l’entretien complète et autant que possible pour les rénovations partielles ou les extensions. Son respect est obligatoire dans le cadre de la structuration des armoires de la SOCAVER. Cette norme "NF C15-100" n'est pas à proprement nouvelle : elle est régulièrement remise à jour pour prendre en compte les évolutions technologiques ainsi que les évolutions en termes de sécurité des installations. La dernière version date de 2002. Son domaine d'application est très large : « bâtiments à usage d'habitation ; bâtiments à usage commercial ; Établissements recevant du public ; établissements industriels ; établissements agricoles et horticoles ; bâtiments préfabriqués ; terrains de camping et installations analogues ; chantiers, fêtes foraines, foires, expositions et autres installations temporaires ; marinas ; installations d'éclairage public ou privé. ». Une nouveauté est intervenue en février 2007 concernant le câblage préconisé qui passe du Grade 3" au "Grade 3S". Cette norme prend désormais en compte la connectique réseau, notamment pour une utilisation dans le domaine VDI (Voix-Données-Images).

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 23

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Elle est en grande partie harmonisée avec la norme européenne HD 384 du CENELEC (Ellemême inspirée de la norme internationale 60634 du CEI). Voici en effet à la suite un tableau résumant les obligations imposées par la norme en termes de protection et autres. Tableau 3 : Les obligations de la norme NF C15-100

Protection : la norme impose Un appareil général de coupure et de

Autres obligations Des prises de courants 10/16 A avec

protection (AGCP) - Ex. disjoncteur de

obturateurs d'alvéoles (prévenant tout risque

branchement,

d'intrusion de corps étrangers)

Un dispositif parafoudre dans certains cas,

Un conducteur de protection équipotentielle

des dispositifs de protection différentiels à haute sensibilité pour tous les circuits dans l'habitat Des dispositifs différentiels d'un genre

(masse) dans tous les circuits, Le respect des sections imposées pour les

nouveau ("type A") sur les circuits alimentant

conducteurs en cuivre selon la nature du circuit,

le lave-linge et les plaques de cuisson

Le respect du calibre de protection et de Le sectionnement du "fil-pilote"

l'appareillage (disjoncteur ou interrupteur différentiel, fusible) selon la nature du circuit

La réserve de 20% du tableau électrique

la gaine technique logement (GTL) (elle

dans l'habitat, le repérage et la présentation

intègre également un coffret "courant faible")

d'un schéma (dossier électrique).

IV.1.2. La Gaine Technique Logement (GTL) La Gaine Technique Logement est exigée dans tous les logements neufs individuels et collectifs (il est admis qu'elle ne soit pas prévue pour les foyers logements). Elle est surtout exigée dans le cas d'une réhabilitation totale avec redistribution des cloisons. La GTL regroupe en un seul emplacement toutes les arrivées des réseaux de puissance et de communication. Elle doit permettre des extensions de l'installation électrique aussi aisées que possible et faciliter les interventions en toute sécurité. Elle est exclusivement réservée aux matériels électriques et électroniques de l'installation et à leurs adductions. Elle est située : − soit

à l'intérieur du logement, de préférence à proximité d'une entrée (principale ou de

service) − soit

dans un garage ou local annexe.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 24

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Elle doit contenir : − le

panneau de contrôle, s'il est placé à l'intérieur du logement

− le

tableau de répartition principal

− le

tableau de communication

− deux

socles de prise de courant 16 A 250 V 2P + T, protégés par un circuit dédié, pour

alimenter

des appareils de communication

placés dans la GTL (équipements de

communication numériques etc.) − les

autres applications de communication (TV, satellite, interactivité, etc.).

− un

équipement multiservices à l'habitat (domestique)

− une

protection anti-intrusion.

Elle peut être réalisée avec des matériaux standard autorisés dans l'habitat (bois, PVC, maçonnerie), coffrets, goulottes ou à l'aide d'ensembles préfabriqués. La Gaine Technique Logement est une zone réservée de dimensions minimales suivantes : Tableau 4 : Les dimensions minimales de la Gaine Technique Logement

Taille du logement

Largeur 450 mm 600 mm

≤ 35 m2 > 35 m2

Dimensions Profondeur 150 mm 200 mm

La gaine technique doit être disponible du sol au plafond comme l’indique le schéma cidessous :

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 25

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012 E


Figure 16 : Exigence de disponibilité pour la Gaine Technique Logement

IV.1.3. Protection des circuits Selon la norme il est important de respeccter ce tableau afin de réduire les risques. Tableau 5 : Consignes normatives pour la protection de circuits

Nature du circuit Eclairage Chauffage électrique Prise Chauffe – eau Machine à laver, lave vaisselle Appareil de cuisson monophasé : four, plaque électrique, etc.

Section minimale des âmes en cuivre (en mm2) 1,5 1,5 2,5 2,5 2,5

Fusible (maximum)

Disjoncteur (maximum)

10 A 10 A 20 A 20 A 20 A

16 A 16 A 25 A 25 A 25 A

32 A

32 A

6

IV.1.4. L’Appareil Général de Commande et de Protection (ACGP) En principe le disjoncteur de branchement (différentiel ou non) assure cette fonction. Cet appareil doit être situé en partie privatif dans un emplacement accessible, de préférence à proximité de l’entrée principale du logement. La section des conducteurs assurant la liaison entre le disjoncteur de branchement et le tableau de répartition doit être adapté au courant de réglage de ces appareils. Le tableau ci-dessous présente les valeurs normatives des sections en fonction du courant de réglage du disjoncteur. Tableau 6 : Section des câbles en fonction du courant de réglage du disjoncteur

Courant de réglage du disjoncteur de branchement (A) 10 15 20 25 30 40 45 50 60 75 90 Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Section minimale des âmes en cuivre (en mm2) 2,5 2,5 4 6 ou 5,5 6 ou 5,5 10 10 16 16 25 25

Page 26

Section minimale des âmes en aluminium (en mm2) 4 4 6 10 10 16 16 25 25 35 35

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


IV.1.5. Conducteur de protection equipotentiel (Prise de terre) La norme NF C 15-100, édition Décembre 2002 prévoit que les nouvelles installations électriques devront comporter obligatoirement un conducteur de terre jusqu'aux bouts, même si les équipements installés ne comportent pas toujours une borne de mise à la terre. La sécurité des personnes contre les chocs électriques est assurée par l’association d’une protection différentielle et d’un réseau de terre. Le dispositif différentiel peut-être séparé ou intégré au disjoncteur de branchement. La réglementation fixe la valeur maximale de la résistance de la prise de terre par la formule : U = R.I

(Loi d’Ohm) : avec une tension de 50 Volts (pour certains locaux humides la

valeur de la tension de sécurité est fixée à 25 Volts). ∗

U = tension en volts (V) ;

R = résistance en ohm (Ω)

I = intensité du courant en ampère (A)

Par exemple : Pour un dispositif différentiel d’intensité 650 mA et une tension de sécurité de 50 V, on a une résistance maximale de 50 / 0,650 = 76,92 soit environ 77 Ω. La résistance de la prise de terre d’une habitation est fixée à 100 Ω (50 Volts / 0,5 A = 100 Ω).

IV.2. DIRECTIVES POUR L’ORGANISATION DES EQUIPEMENTS DANS L’ARMOIRE ELECTRIQUE [21] Une armoire électrique est un placard isolé électriquement qui contient différents éléments d'une installation électrique fonctionnant avec des résistances chauffantes et éventuellement, à différentes fréquences dont le rôle essentiel est de protéger les équipements et machines en aval de tout incident dangereux. . Avant de traiter des directives normatives qui régissent

l’organisation des

équipements dans une armoire électrique, nous allons tout d’abord voir quel est la structure d’une armoire et les problèmes de compatibilité électromagnétique relevables.

IV.2.1. L’organisation structurelle d’une armoire électrique L’organisation structurelle d’une armoire électrique suppose, une partie haute tension et une partie basse tension, une séparation via des tôles de séparation est nécessaire pour la partie de l’armoire dans laquelle les inductances sont montées. La tôle de séparation doit être connectée à l’armoire électrique (masse) avec un conducteur correct. Voici ci-dessous quelques exemples de telles inductances : − Transformateurs Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

− Soupapes électriques Page 27

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


− Protections.  Exemple de configuration des petites armoires : Une division via des tôles de séparation reliées à la masse en plusieurs points permet de réduire l’influence des interférences.

Figure 17 : Exemple de configuration des petites armoires

 Exemple de configuration des armoires électriques de grande taille : Une armoire est configurée pour les éléments de commande et les éléments de puissance ; les connexions des câbles sont effectuées dans une canalisation pour câbles métalliques :

Figure 18 : Exemple de configuration des armoires électriques de grande taille

Cette partie nous permet d’en venir aux phénomènes électromagnétiques (production ou consommation) qui accompagnent le fonctionnement des appareils ou systèmes électriques et électroniques cités plus loin qui composent une armoire électrique. C’est le domaine de la compatibilité électromagnétique. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 28

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


IV.2.2. La Compatibilité Électromagnétique dans une armoire (CEM) La Compatibilité électromagnétique est cette discipline ayant pour objet d’étudier les problèmes de cohabitation électromagnétique. [3] Elle est née dans le souci de : − faire fonctionner les ressources technologiques nécessaires aux différentes activités humaines dans les bonnes conditions de sécurité et de confort ; − de faire cohabiter les courants forts et les courants faibles sans dysfonctionnement. La difficulté dans ce domaine est de garantir sécurité et confort des systèmes électriques et électroniques en cohabitions. Par définition donc, la Compatibilité électromagnétique c’est : « l’aptitude d’un appareil pour système électrique ou électronique de fonctionner dans un environnement électromagnétique de façon satisfaisante et sans produire lui-même des perturbations électromagnétiques de nature à créer des troubles graves pour le fonctionnement des appareils ou des systèmes situés dans son environnement. » A l’égard de la CEM, l‘armoire électrique est destinée à être utilisée en milieu industriel. Les activités dans ce domaine intègrent la surveillance et la régulation en matière d’utilisation des appareils électriques et électroniques et aussi l’étude des mécanismes de transfert d’énergie électromagnétique non – intentionnel. C’est en ce sens que pour le cas de armoire électriques, les câbles et les éléments électriques sensibles et générant des interférences doivent être séparés les uns des autres. Cela est possible en les plaçant dans des armoires séparées ou en utilisant des compartiments équipés de tôles de séparation blindées. L’armoire électrique doit être divisée en plages de CEM : − Il faut créer dans l’armoire des zones ayant des niveaux d’interférences différents (Plages de CEM). C’est-à-dire qu’il faut séparer les sources d’interférences et les dispositifs susceptibles. − Les plages de CEM doivent être découplées les unes des autres Les commandes NC, les automates et les translateurs peuvent être installés dans une armoire électrique ou le châssis d’une machine sous les conditions suivantes : − Les câbles du translateur doivent être blindés. −

Les directives de câblage doivent être respectées.

Le tableau suivant reprend les différentes classes de signaux en fonction de leur comportement en matière de CEM : Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 29

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Tableau 7 : Les classes de signaux en fonction de leur comportement en matière de CEM [3]

Classificatio n

Comportement CEM

Exemple de circuits ou d’équipements avec des câbles de cette classe

Classe1 Sensible

Le signal est très sensible.

• Equipements de faible puissance avec sortie analogique, transducteur… ; • Circuits de mesure (sondes, transducteur…).

Le signal est sensible. Il peut perturber un câbles de classe 1.

Classe 2 Peu sensible

Classe 3 Peu sujet aux interférences Classe 4 Affecté per les interférences

• Technique numérique de faible puissance (bus…) ; • Equipements de faible puissance avec sortie numérique, (transducteur…) ; • Circuits de commande avec charge de résistance ;

• Section d’un réseau à courant continu pour faible puissance. • Circuits de commande pour charges inductives (relais protections, bobines, onduleur, etc.) avec la protection Ces signaux, correspondante ; perturbent les câbles de classe 1 et 2. • Section d’un réseau à courants alternatif ; • Alimentation principale des équipements hautes puissances ; • Soudeuses automatiques ; Ces signaux perturbent • Circuits de charge en général ; les signaux des autres • Régulateurs de vitesse électronique, section du réseau de classes. régulation électrique, …

La Compatibilité électromagnétique apprécie donc la propriété d'un système, d'un équipement ou d'un dispositif, de fonctionner à plein rendement en présence d'un rayonnement électromagnétique donné, avec une marge de sécurité donnée, sans qu'il y ait perte de performance imputable au rayonnement reçu, ou perte inacceptable de performance d'un matériel attribuable au rayonnement émis. Pour prévoir et éviter ces effets de rayonnement électromagnétique, la norme NF C15100 a prévu des directives pour l’organisation des équipements dans les armoires : elles sont proprement étudiées dans la suite.

IV.2.3. Directives pour la mise à la terre et l’installation de la mise à la masse dans une armoire électrique Il existe dans les armoires et les machines, de nombreuses structures de masses qui permettent de bénéficier au maximum d’effets protecteurs. Il convient de respecter les directives suivantes pour la mise à la terre et lors de l’installation de la mise à la masse dans une armoire électrique.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 30

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


IV.2.3.1. Directives pour la mise à la terre Il convient de respecter les directives suivantes pour la mise à la terre dans une armoire électrique : − Un plan ou un rail de masse non laqué doit être inséré au pied de l’armoire pour mesurer le potentiel de référence. − Toutes les pièces métalliques de l’armoire doivent être reliées les unes aux autres. − Le châssis métallique de l’armoire doit être intégré dans le réseau de masse supérieur. − Tous les conducteurs de mise à la terre de protection doivent être reliés à la terre. La figure suivante indique comment le système de mise à la masse et à la terre est conçu dans une armoire.

Légende : - EB : Armoire voisine ou support de montage ; - FE : Prise de terre fonctionnelle, par exemple poutre en fer de la structure de la pièce, conduite d’eau ou de chauffage, point neutre de la prise de terre du bâtiment ; - HS : Rails DIN pour la fixation des châssis ou de l’accessoire d’installation ; - M : Système de commun d’alimentation ou rails de commun d’alimentation (larges rails en cuivre ou bloc de jonction ponté) ; - MA : Mise à la masse (plan ou rail de masse) utilisée comme prise de terre fonctionnelle ;

Figure 19 : Système de mise à la masse et à la terre dans une armoire

IV.2.3.2. Directives pour l’installation de la mise à la masse dans une armoire électrique − Il faut installer au pied de l’armoire un plan ou un rail de masse non laqué comme potentiel de référence commun. − La tôle ou le grillage métallique qui sert de plan / rail de masse, sont reliés en plusieurs points au châssis métallique de l’armoire qui à son tour est intégrée au réseau de masse de l’installation. − Tous les composants électriques sont vissés directement sur ce plan / rail de masse. − Tous les câbles sont fixés directement sur ce plan / rail de masse.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 31

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


− Le contact circulaire du blindage de câble est réalisé par des colliers directement vissés sur ce plan / rail de masse. − Tous ces branchements électriques doivent être effectués avec une attention particulière afin d’obtenir une connexion à faible résistance. − Les chemins de câbles plastiques sont autorisés dans les boîtiers s’ils sont systématiquement installés sur le maillage de fond ou sur des rails DIN eux-mêmes raccordés aux masses du boîtier. −

La conception des boîtiers fait que de nombreux éléments, dont les portes, ne sont

assemblés que par points (vis, soudure, charnière, etc.). Il en résulte de nombreux espaces vides. Les points d’entrée et de sortie des câbles doivent être systématiquement placés à proximité de ces points de montage ou doublés par une tresse de masse. Cette disposition permet de masquer les espaces vides et de conserver les effets protecteurs. − Pour effectuer un raccordement de câbles blindés, il est conseillé d’utiliser une prise d’écran fixe en traversée de paroi par un presse-étoupe de compression métallique. Cette solution se révèle plus efficace qu’aucune autre, à condition de gratter la peinture pour assurer un bon contact électrique. Il est également possible d’utiliser un cavalier pour assurer un contact au moins sur 180°. Nous devons noter que le raccordement des câbles blindés détermine directement l’effet protecteur haute fréquence. Si le raccordement est réalisé à l’aide d’une "queue de cochon", à savoir un seul fil, l’effet protecteur haute fréquence n’est plus garantit. L’utilisation de la "queue de cochon" est déconseillée.  Exemples de raccordement : Cas du bornier à vis et du connecteur Lors du raccordement sur bornier à vis avec impossibilité d’utiliser un cavalier pour le blindage des connexions, la longueur de la queue de cochon doit être minimale. Attention : Ce type de raccordement est à éviter ! La figure ci-dessous montre comment réaliser un raccordement sur bornier à vis :

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 32

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Figure 20 : Le raccordement sur du bornier à vis

Lorsqu’un connecteur est utilisé, sa mécanique doit assurer une continuité électrique sur 360° entre le blindage du câble et la masse de la machine.

IV.2.4. Directives pour le système commun d’alimentation dans l’armoire électrique L’armoire comprend différents systèmes commun d’alimentation découplés les uns des autres. − Un plan de masse non laqué doit être prévu au pied de l’armoire comme potentiel de référence commun. − Les systèmes communs d’alimentation pour les zones suivantes doivent être séparés les uns des autres : • Eléments analogiques (avec des systèmes communs d’alimentation disposés en forme d’étoile) ; • Eléments analogiques (avec des systèmes communs d’alimentation disposés en forme d’étoile) ; • Eléments de puissance (principalement avec des systèmes communs d’alimentation disposés en forme d’étoile) − Le couplage galvanique des systèmes communs d’alimentation doit être minimisé. La figure suivante présente un exemple de division des systèmes communs d’alimentation et de leur découplage galvanique.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 33

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Figure 21 : Les systèmes communs d’alimentation et leur découplage galvanique

IV.2.5. Directives d’installation du câblage dans une armoire [22] IV.2.5.1. Directives pour le câblage Il convient de respecter les directives suivantes pour le câblage dans une armoire électrique : − Comme pour les câblages extérieurs, les directives de câblage s’appliquent également à l’intérieur de l’armoire électrique ; − Le couplage galvanique entre la dérivation du courant parasite par des filtres et des blindages de câble avec le système de commun d’alimentation doit être évité ; − Pour les signaux de traitement analogiques, il convient de choisir des câbles entrants et sortants blindés torsadés. IV.2.5.2. Directives pour les conduites de câbles dans l’armoire électrique Il convient de respecter les directives suivantes lors de l’acheminement et la combinaison de câbles dans les conduites : − Les câbles de signaux et d’alimentation 115/230 VCA et les câbles de signaux 24/60VCC doivent être disposés dans des conduites différentes. L’écart entre les deux conduites doit être d’au moins 100 mm. Les croisements inévitables doivent se faire à angles droits. − Les câbles de signaux numériques (24/50 VCC) peuvent être non blindés dans une conduite commune. − Les câbles suivants peuvent être combinés dans une conduite : •

câble de bus blindé,

câble de signaux de traitement analogique blindé,

câbles de signaux 24/60 VCC non blindés.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 34

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


IV.2.5.3. Directives pour l’installation des câbles Il convient de respecter les directives suivantes pour l’installation de câbles dans des armoires électriques : −

Le choix des passages de câbles dans le châssis doit faire l’objet d’un soin particulier, car il s’agit du raccordement au système de mise à la masse.

Les câbles affectés par des interférences doivent être filtrés avant leur entrée dans l’armoire électrique.

IV.2.6. Directives pour les matériaux et l’éclairage dans l’armoire électrique [21] IV.2.6.1. Directives pour les matériaux Afin d’assurer une bonne connexion conductrice durable entre les pièces métalliques devant être en contact de l’armoire électrique, des paires métalliques spécialement conçues doivent être formées. Il faut sélectionner les pièces métalliques à relier à l’aide d’une séquence électrochimique de manière à ce que les différences de potentiel générées soient les plus petites possibles, au maximum 0,5 V. Cela s’applique également à la sélection des éléments de connexion comme les vis, les rondelles plates, les rivets, etc. IV.2.6.2. Directives pour l’éclairage Il ne faut pas utiliser de tubes fluorescents usuels pour l’éclairage des armoires électriques. Les moyens d’éclairage suivants peuvent être utilisés à la place : − lampes incandescentes − lampes permettant des économies d’énergie − tubes fluorescents avec des électrodes d’amorçage électroniques

IV.2.7. Directives pour l’utilisation et l’installation de filtres dans une armoire électrique [10] IV.2.7.1. Directives pour l’utilisation de filtres Il convient de respecter les directives suivantes pour l’utilisation de filtres : − Le filtre doit disposer d’un bon raccordement à la masse conductrice. −

Le câble d’entrée des filtres ne doit pas être combinée avec le câble de sortie des filtres ni avec d’autres câbles d’alimentation ou de signaux.

Lors de l’installation du filtre à proximité d’une entrée de câbles (distance par rapport au sol ou à la paroi < 100 mm), le câble d’alimentation du filtre n’est que torsadé. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 35

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Lors de l’installation du filtre à plus de 100 mm de l’entrée des câbles, le câble traversant l’armoire doit être torsadé et blindé. IV.2.7.2. Directives d’installation de filtres dans une armoire électrique

L’efficacité d’un filtre d’alimentation CA est déterminée en HF par son montage et non par son fonctionnement électrique. Il convient de respecter les directives suivantes lors de l’installation de filtres dans une armoire électrique : − Le filtre doit être installé, si possible, directement à la sortie du câble dans l’armoire. −

Le filtre est vissé directement sur le mur non laqué ou sur le plan de masse au bas de l’armoire.

− Les câbles amont et aval ne peuvent pas être installés en parallèle. − Les câbles amont et aval doivent être raccordés de chaque côté du filtre afin de limiter le couplage mutuel entre l’entrée et la sortie. − Le câble du filtre doit traverser la paroi ou le fond de l’armoire. Attention aux courants de fuite du filtre. Des mesures de sécurités spéciales doivent être prises pour les courants de fuite supérieurs à 3,5 mA en courant alternatif et 10 mA en courant continu. Reportez-vous aux normes applicables dans votre pays. Exemple : Emplacements d’installation optimaux La figure ci-dessous propose deux solutions d’installation de filtre dans une armoire :

Figure 22 : Solutions d’installation de filtre dans une armoire

Exemple : Installation des filtres La figure ci-dessous montre comment installer les câbles de filtres sur la paroi ou le fond de l’armoire :

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 36

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


Figure 23 : L’installation des câbles de filtres dans une armoire

Exemple : Installation optimale La figure ci-contre présente une installation optimale de filtre :

Figure 24 : installation optimale de filtre dans une armoire

Les directives pour l’organisation des équipements dans une armoire que nous venons de présenter permettent à coup sûr une bonne organisation et structuration de toute l’armoire mais il faut déjà les respecter. Elles intègrent également les différentes sécurités nécessaires au bon fonctionnement et permet d’indiquer l’état de l’armoire. Certes toutes les armoires électriques que nous aurons à ouvrir ne respecteront pas toujours ces dispositions. Mais bref tout cela nous amène à s’interroger sur comment et avec quels outillage doit se munir pour intervenir dans une armoire électrique si bien structurée.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 37

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


IV.3. PRESENTATION ET DESCRIPTION D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE INDUSTRIELLE IV.3.1. Définition et utilisation L'armoire électrique est un boîtier qui contient un réseau de distributions électrique, fonctionnant avec des résistances chauffantes et éventuellement, à différentes fréquences. Son rôle essentiel est de protéger ce réseau de tout incident dangereux. Il peut s'agir d'une distribution au sein d'une entreprise ou d'un engin comme un avion, qui doit avoir son autonomie en électricité. Elle assure le rôle d'un gestionnaire d'énergie électrique. On l'appelle aussi « armoire de commande auxiliaire » ou ACM. On rencontre en général des armoires de distribution (TBGT, tableaux divisionnaires, terminales). Seule les personnes ayant des compétences spécifiques peuvent réaliser le montage de l'armoire électrique et son installation. Généralement, les armoires électriques sont conçues pour des usages industriels et non individuels ou domestiques. Ce sont des armoires de distribution électrique. On rencontre également des armoires de commande, de régulation d'automatismes. On peut mesurer l'efficacité d'une armoire électrique à son degré de protection. Il existe actuellement l'indice IP20 pour la protection standard.

IV.3.2. Présentation générale Sur l'armoire figurent divers témoins, les entrées et les sorties de câbles. Dans une vue d'ensemble, l'interrupteur principal se trouve sur la face frontale, ainsi que le commutateur, le ventilateur, les filtres et la serrure. C'est l'interrupteur principal qui permet de mettre en marche ou d'éteindre l'armoire. Sa manipulation doit être sécurisée et réservée aux seules personnes autorisées à effectuer cette tâche. Le commutateur des moteurs sert essentiellement à mettre les moteurs hors tension en gardant l'armoire branchée, ainsi que les résistances de chauffage, dans le cas d'une réparation ou d'une maintenance, par exemple. Le maintien à la normale de la température intérieure de l'appareil est assuré par les ventilateurs qui fonctionnent avec des filtres à air. Le schéma électrique filaire doit être à disposition dans l'armoire pour connaître l'appareillage qu’il soit de protection ou de commande (interrupteurs sectionneurs, disjoncteurs différentiels, télérupteurs, contacteurs…) et les autres appareils électriques ou électroniques. Ainsi les figures 24 à 26 montrent deux (2) présentations internas et externes d’armoires que nous pouvons vous proposer parmi toutes celles qui peuvent être rencontrées. L’une est moderne et l’autre l’est encore moins mais le câblage et la structuration des appareillages sont compréhensibles. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 38

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


IV.3.3. Les éléments d’une armoire électrique Les armoires électriques sont en général constituées d’appareillage électrique de protection, de sectionnement et de commande des circuits. Mais également d’autres équipements à fonction particulière. Tous ces équipements électriques et électroniques sont connectés suivant un schéma électrique propre à chaque armoire et aussi à l’installation commandée l’armoire. Une vue interne complète d’une armoire est présenté à la figure suivante et en annexe 1 laisse voir l’enveloppe, les cloisonnements internes, la distribution, l’appareillage, les câbles de raccordements clients. En effet, dans une armoire électrique, on peut retrouver : 

un disjoncteur général – sectionneur –

des relais thermiques et statiques ;

différentiel – magnétothermique ;

des

contacteurs

des répartiteurs ou portes fusibles ;

un ou des sectionneurs ;

des disjoncteurs moteurs ;

un ou des sectionneurs à fusibles ;

un ou des discontacteurs ;

un interrupteur-sectionneur ;

etc.

un ou des interrupteurs différentiels ;

contacteurs

auxiliaires ;

En clair l’ensemble de l’appareillage est constitué de dispositifs pour la protection, la commande, le sectionnement et la signalisation. Cet appareillage peut, selon les cas, être regroupé en unités fonctionnelles lorsqu’il réalise une fonction spécifique, par exemple la protection d’un départ, la commande d’un moteur. Nous ne devons pas oublier de signaler la que dans les armoires on retrouve aussi des équipements particuliers tels que : des transformateurs de puissances, des démarreurs progressifs, des variateurs de vitesse, des automates programmables, les différents boutons – poussoirs et signalisations et le bouton d’arrêt d’urgence. Ces différents appareillages et ces équipements ne risquent en aucun cas être retrouvés dans une seule armoire électrique à la fois.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 39

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Figure 25 : Photo de l’extérieur d’une armoire électrique

Figure 27 : Photo de l’intérieur d’une armoire électrique de la laveuse de sable de la SOCAVER

Figure 28 : Photo de l’intérieur d’une armoire électrique moderne [24]

Figure 26 : Photo de l’extérieur d’une armoire électrique moderne Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 45

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

CHAPITRE V : PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Le rôle croissant de maintenance dans les différentes branches de l’industrie, du grand et du petit tertiaire conduit le technicien à intervenir sur des équipements de plus en plus diversifiés et demandant des connaissances accrues dans toutes les technologies. Dans ce chapitre, il est question de la mise en œuvre de notre thème c'est-à-dire l’élaboration d’un plan de maintenance préventive pour une armoire électrique. Nous allons donc commencer par indiquer les opérations d’entretien d’une armoire électrique et l’outillage correspondant, suivi de la sécurité à mettre en place pendant les interventions puis de la gamme de maintenance. Nous allons aboutir au plan de maintenance préventive.

V.1. LES OPERATIONS D’ENTRETIEN D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE ET L'OUTILLAGE D’INTERVENTION Une armoire électrique, à part y passer l’aspirateur tous les trois ans, que peut-on donc bien avoir à y entretenir, se demanderait-on ? Et bien il y a du boulot, et du boulot important. En effet, à chaque arrivée ou interruption du courant électrique dans un circuit, un choc mécanique, imperceptible mais bien réel, se produit. C’est l’effet piézoélectrique (déformation ou développement d'une charge électrique sous l'effet d'une contrainte mécanique), quand on passe directement de l’électricité au mouvement.

V.1.1. Les opérations de maintenance préventive d’une armoire électrique L'entretien de l'appareil, réalisé de façon régulière, garantit son bon fonctionnement et sa durabilité. Il ne doit pas être négligé car il représente un gage de sécurité pour l'appareil. Il faut nettoyer quotidiennement l'extérieur de l'armoire et vérifier le bon état de tous les éléments apparents, y compris les cordons de raccordement. Selon la quantité de poussières qui s'incruste dans les filtres à air et sur les grilles, la fréquence de nettoyage pourrait être quotidienne, selon le degré de saleté qui s'apprécie par la couleur des filtres. Des filtres sombres indiquent un degré de saleté élevé, nécessitant impérativement un nettoyage ou, au besoin, un remplacement.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 46

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Le listing non exhaustif des opérations de maintenance suivantes est celle des actions susceptibles d’être réaliser dans les armoires électriques : [9] ; [15] ; [25] − Contrôle de l’état général (fermeture, état des presse-étoupe, fixation des plaques de fermeture,… maintien de l’IP1 initial) ; −

connexions,

traces

éventuelles

d’échauffement) ;

− S’assurer de la présence des schémas, porte de l’armoire ; − Vérifier le choix des dispositifs des en fonction des courants d’emplois et des

− Vérification tableau et resserrage des connexions ;

courant de court-circuit ; − Vérifier que rien ne s’oppose à la

− Vérification signalisation ;

dissipation dégagé

− Nettoyage des tableaux ; − Contrôle

de protection et de neutre ;

plans et notices placer dans les contre

Vérifier l’état général intérieur (état des

− Vérifier l’identification du conducteur

des

relayages

normale

par

les

de

la

chaleur

composants

de

l’armoire ; (bruits

anormaux) ;

− Vérifier la présence et le bon étiquetage à l’endroit adéquat ;

− Vérification des sécurités ;

− Remplacement

des

composants

défectueux ou hors service ;

− Contrôle de l’échauffement ; − Contrôle des dispositifs différentiels ;

− Vérifier l’accessibilité de l’équipement

− Contrôle de l’équilibrage des phases (1,

− Essai des continuités des conducteurs de protection ;

2 et 3) ; − S’assurer que les mesures de protections

− Mesure de la résistance d’isolement des circuits ;

contre les contacts directs sont corrects ; − Vérifier la présence et la bonne

− Vérifier que chaque circuit est bien identifié. Pour le repérage des câbles, il

exécution des coupe-feux ; − Vérifier la compatibilité des mesures de

faut simplement s’assurer que le câble de terre a une coloration vert-jaune ;

protection ; Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 47

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE − Test des lampes ;

− Essai fonctionnel…

Ces opérations rentrent toutes dans le cadre des interventions de maintenances préventive et se regroupent toutes dans la vision d’actions de nettoyage, d’inspections, de contrôles, de visites, et de vérifications techniques

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 48

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

V.1.2. L'outillage d’intervention dans une armoire électrique Dans les entreprises telles que la SOCAVER, les armoires électriques constituent raisonnablement une unité de gestion et de canalisation de l’énergie électrique ; et les manipulations à ce niveau doivent être sécurisées et réservées aux seules personnes autorisées et habilitées à effectuer de telles tâches. Il faut donc en cas d’interventions de n’importe quel ordre, pour des questions de sécurité et de disponibilité et de continuité de service de l’énergie électrique se munir d’un équipement adéquat. Il est fortement conseillé de se munir d’un package d’outils ou d’un jeu d’outils conforme et normalisé. Ainsi nous préconisons : o d’avoir un jeu d'outils spécialement adaptés à chaque opérations ; o d’avoir les outils les plus courants dans des dispositions ordonnées et claires ; o de ne pas avoir d'outils superflus. Certains fabricants internationaux ont développé des produits outils en coordination directe avec l'expérience des utilisateurs finaux. Nous vous indiquons ici quelques outils que nous avons pu recenser pour des travaux de maintenance dans les armoires électriques. Cela constitue le petit outillage impératif (jeux d’outils de base) de l’électricien ou du maintenancier en électricité, des photos non-marquées sont également proposées. Il s’agit en occurrence de : − Grand et petit

tournevis (plat et

américain) ;

− Pince coupante ;

− Clé mâle ;

− Pince amperemetrique ;

− Clé à tube ;

− Clé à pipe ;

− Pince universel ;

− Scie à main ;

− Pince à dénuder ;

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

− Pince à bec ;

− Multimètre numérique.

Page 49

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Figure 29 : Jeu de pince et tournevis

Figure 30 : Jeu de pinces diversifiées

Figure 33 : Photo d’un multimètre numérique industriel [3]

Figure 31 : Outils plus spécialisés Figure 32 : Jeu de tournevis

[19]

Figure 34 : Trousse professionnel à outils haut de gamme d'électricien [16]

Contenu de la trousse : [16], [26] Ceci n’est que la présentation d’un package parmi tant d’autres car il existe aussi des caisses à outils amovibles (qui reste les préférés en industrie), des sacoches d'outils, des mallettes d'outils. Cette trousse à outils d'électricien avec manche de transport, contient 22 pièces. Des outils pratiques et professionnels avec isolation de protection jusqu'à 1 000 V certifiés GS. Isolation testée individuellement selon IEC 60900 : 2004 ; format de trousse environ : 33 x 27 x 5,5 cm ; Poids 2 000 grammes.  Outils isolés : − Pince universelle professionnel électrique, 180 mm (série Z 01 0 06) joint dynamique et prise de choix ; − Pince coupante professionnel électrique, 160 mm (série Z 12 0 06) avec joint dynamique − Pince à dénuder professionnel électrique, 160 mm (série Z 55 0 06) − Tournevis électrique avec manche soft ; Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 50

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE − Tournevis à fente, 3,5x100 / 5,5x125 (série 320N) − Tournevis Phillips, PH1 / PH2 (série 321N) − Détecteur de tension unipolaire avec manche soft 110-250 volts (série 255-11L).  Outils non isolés : − Porte-embout avec magasin 38090101 XSelector 7944-904 (PH / PZ / TORX®) − Mètre pliant 1 m 41010002

− Mètre pliant 2 m 41020002

V.2. LES DISPOSITIONS SECURITAIRES POUR INTERVENTION DANS UNE ARMOIRE ELECTRIQUE V.2.1. Mesures générales de sécurité électrique dans les interventions La sécurité dans les interventions électriques ne concerne pas seulement le ou les intervenants, mais cela reste et demeure une affaire de tous et surtout tous ceux de l’environnement de travail susceptible d’être exposés à des chocs électriques. Différentes mesures de prévention doivent être mises en œuvre afin que l’intervenant puisse travailler en toute sécurité : signaler le local ou l’intervention, consigner l’installation électrique, mettre en place des mesures de protection pour les travaux au voisinage ou sur les installations et les vérifier. Toute intervention sur ou à proximité d’une installation électrique doit être réalisée par du personnel habilité. Pour toute opération exposant à un risque électrique, des mesures de prévention sont à mettre en œuvre visant à supprimer ou réduire les risques électriques. Signaler le local ou l’emplacement de travail présentant un risque ! [23] Pictogramme d’avertissement du danger électrique Les locaux ou emplacements présentant un risque de choc électrique doivent être délimités aux moyens d’obstacles et signalés au moyen d’un panneau d’avertissement réglementaire du danger électrique. L’accès à ces locaux ou emplacements est réservé aux personnes autorisées. Figure 35 : Pictogramme d’avertissement du danger électrique

V.2.1.1. Cas d’une intervention dans une armoire électrique [23] Lors de l’ouverture d’une armoire électrique présentant des pièces actives nues sous tension accessibles, il faut installer un balisage de sécurité (signal ou obstacles qui indiquent un environnement dangereux). Ce balisage ne doit pas pouvoir être franchi par inadvertance. Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 51

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Les seules commandes autorisées pour le personnel de production non habilité sont celles qui sont prévues à l’extérieur des tableaux et armoires électriques. Les travaux effectués hors tension sont les seuls présentant une sécurité totale vis-à-vis du risque électrique, à condition d’être sûr que toute tension est effectivement supprimée et qu’elle le reste. Pour cela, il faut appliquer la procédure de consignation (ensemble des règles à suivre pour effectuer en toute SECURITE des interventions sur et/ou à proximité d'un équipement de travail dont les énergies peuvent provoquer des accidents). Les procédures de consignations et de déconsignation sont données dans l’encadré suivant : 1-Procédure de consignation d’une installation électrique : [13] •

Séparer l’installation de toute source d’énergie électrique

Interdire toute remise sous tension en condamnant les appareils de séparation en position ouverte

Identifier la partie de l’installation concernée

Vérifier l’absence de tension

Mettre à la terre et en court-circuit A la fin des travaux il faut effectuer une déconsignation ; c’est le processus inverse de

la consignation. Comme la remise en service d’une installation, elle qui ne peut être réalisée qu’après réception de l’attestation de fin de travaux (assurance du bon remontage ; de la mise en sécurité des intervenants…). Une procédure similaire à la consignation est à mettre en œuvre. L’analyse des risques doit permettre de déterminer le contenu et l’ordre des opérations de déconsignation. Exemple : La dépose ou l’arrêt du dispositif de dissipation (ou de rétention / confinement) ainsi que la réalimentation en énergie peuvent entraîner des risques spécifiques (mouvement de vérins, démarrage à vide des pompes, mise en pression de fluides…). Il faut ajouter et cela est très important que toute consignation doit être signalée par une pancarte bien visible.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 52

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Figure 36 : Balisage autour d'une armoire électrique ouverte [23]

V.2.2. Consignes pour assurer la sécurité du personnel [14] La sécurité dans les interventions électriques commence par la sécurité du ou des intervenants, mais cela reste et demeure une affaire de tous et surtout tous ceux de l’environnement de travail susceptible d’être exposés à des chocs électriques. Cela sonne comme des obligations pour les intervenants ; pendant des travaux dans une armoire électrique, il est exiger :  Le port des Equipements de Protections Individuelles (E.P.I.) : Principaux équipements de protection individuelle contre le risque électrique : •

Casque isolant

Casque de protection contre les projections de particules en fusion

Protection oculaire et faciale

Gants en matériaux isolants

Chaussures isolantes

Vêtements de protection isolants

  Utiliser des lampes à torche et des chiffons ;  Consigner les départs électriques ;  Vérifier toujours préalablement l’absence de Tension ;  Informer de la collectivité avant toute coupure ;

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 53

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE  Prendre des mesures de protection particulières pour éviter les conséquences d’un contact accidentel avec un élément nue sous tension… Principales mesures de protection pour les travaux à proximité de pièces nues sous tension : •

Interposer des obstacles efficaces entre l’opérateur et les pièces nues sous tension

Isoler les pièces nues sous tension

Considérer ces travaux comme sous tension et en respecter la procédure

Exiger un ordre écrit du chef de l’établissement dans lequel ils sont effectués justifiant la nécessité de travailler sous tension

Confier les travaux à un personnel habilité disposant de l’outillage et de l’équipement de protection individuelle nécessaires

En cas de proximité avec des pièces nues sous haute tension, surveiller en permanence les travaux par une personne habilitée

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 54

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE  Autres consignes d’utilisation – Exemples – : [8] L’armoire électrique ne doit pas être utilisée dans les conditions suivantes : •

Si elle n’est pas en parfait état

Si la porte de l’armoire électrique est ouverte

Après des transformations ou modifications effectuées sans autorisation

En

atmosphère explosible.

Figure 37 : Exemple d'environnement de travail conforme en termes de sécurité [11]

V.3. PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE INDUSTRIELLE Étant donnée que tous les travaux de maintenance sur ou à proximité d’installations électriques doivent toujours commencer par une consignation et s’achever par une déconsignation, nous allons rappeler que les consignes de sécurités évoquer précédemment sont à respectés scrupuleusement pour toutes interventions de maintenance dans l’armoire électrique.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 55

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

V.3.1. Proposition d’une gamme de maintenance préventive [7] Les opérations de maintenance préventive les moins intrusives (contrôles visuels en fonctionnement réalisables par les opérateurs de production) généralement privilégiées étant donné l’utilisation des armoires que nous avons déjà décrite plus haut. Tableau 8 : Une gamme de maintenance préventive d’armoires [7]

Périodicité Observations M T S A X

Tâches à réaliser Contrôle de l’état général Vérification tableau et resserrage des connexions

X

Vérification signalisation

X

Nettoyage des tableaux

X

Contrôle des coffrets de relayages (bruits anormaux)

X

Vérification des sécurités

X

Contrôle de l’échauffement

X

Contrôle des dispositifs différentiels

X

Contrôle de l’équilibrage des Phases (1,2 et 3) S’assurer que les mesures de protections contre les contacts directs sont corrects Vérifier la présence et la bonne exécution des coupe-feux

X

Vérifier la compatibilité des mesures de protection Vérifier qui rien ne s’oppose à la dissipation normale de la chaleur dégagé par les composants de l’armoire Vérifier l’identification du conducteur de protection et de neutre S’assurer de la présence des schémas, plans et notices placer dans les contre porte de l’armoire Vérifier le choix des dispositifs de protection en fonction des courants d’emplois et du courant de court-circuit Vérifier la présence et le bon étiquetage à l’endroit adéquat

X X X X X

X

Remplacement des composants défectueux ou hors service

X

Vérifier l’accessibilité de l’équipement

X

Essai des continuités des conducteurs de protection.

X

Mesure de la résistance d’isolement des circuits Test des lampes

X

Essai fonctionnel

X

M : Intervention Mensuelle Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

X

T : Intervention Trimestrielle Page 56

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE S : Intervention Semestrielle

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

A : Intervention Annuelle.

Page 57

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

V.3.2. Le Plan de Maintenance Préventive Les fréquences données dans ces tableaux ne sont qu’à titre théorique. Selon l’environnement, les conditions de production et les durées de fonctionnement de l’appareil, il se peut que l’entretien doive être effectué à des intervalles différents. Tableau 9 : Plan de Maintenance Préventive d’une armoire électrique

N° version Date de révision Gamme n°

Armoire Electrique

Niveau de Méthodes – Critères compétence

Périodicité

Libellé opération H

M T

S

A

Entretien du général local Nettoyer intégralement l'armoire

O

T

1b

Nettoyage des tableaux

O

T

Procéder au nettoyage de la zone d'intervention Contrôle divers

2a

Contrôler les connections électriques

2b

Contrôler les voyants et les changer si nécessaire

Temps moyen requis (heure)

Chiffons, pinceaux, aspirateur Chiffons, pinceaux

0,5

Après intervention

1

T

Contrôle l’état – connections serrées câbles bien retenus

Pince et multimètre changer un câble présentant toute fissure

0,5

S

Contrôle l’état – signalisation évidente

Visuel

Absence de poussières et ensemble propre

O

O

O

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Observations Outillage spécifique - Pièces détachées

Autres

1° 1a

1c

ARMOIRE ELECTRIQUE

ELECTRICITE

Plan de Maintenance Préventive

Page 58

1

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE 2c 2d 2e 2f 2g

Contrôler l’état des contacts Contrôler l’état des relais Contrôler l’état des temporisations Contrôler l’état de la filerie Contrôler l’état du serrage de la visserie des borniers

O O O O

S S S S

O

S

Démonter les plastrons autour des éléments et vérifier l’état, le serrage et le fonctionnement

Multimètre, pince et grand tournevis (plat et américain) - visuel

0,1 0,1 0,1 0,1 0,1

2h

Contrôler l’état de l’approvisionnement des fusibles

O

S

Vérifier le conditionnement des portes fusibles

Après chaque intervention / Visuel

0,1

2i

Contrôler les liaisons équipotentielles de terre

X

T

Liaisons apparentes

Multimètre

0,2

2j

Contrôler et régler des protections électriques

Protections en places

Multimètre et grand tournevis gainé (plat et américain)

0,5

2k

Contrôler la présence des schémas

O

Schémas toujours à portée et visibles

Visuel

0,1

Vérifications standards Vérification tableau et resserrage des connexions Vérifier la présence et la conformité des affichages réglementaires

O

3a 3b 3c

Vérifier les accessoires de sécurité

3d

Vérifier des cohérences des thermiques

3e

O S

O

TPM

O

TPM

Vérifier l’effectivité de l’isolement électrique

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

O

T

O

T

Page 59

Observer et essayer de déconnecter Observer en fonctionnement Faire un inventaire Contrôler la température : T = 25° K à 70° K par rapport à T° ambiante [9] Vérifier l’état en fonctionnement

Visuel – pince Visuel Visuel / listing des accessoires Thermocouple / La température ambiante de référence privilégiée est 35° C Vérificateur d'absence de tension (VAT)

0,2 0,2 0,5

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Après chaque intervention 3f 4°

Tester les signalisations : bloc d'éclairage de sécurité, appareil portatif, éclairage ambiant Armoires électriques

4a

Réaliser un contrôle visuel de l'état général

4b

Resserrer les bornes de contrôle d'emboitement des relais

4c

Vérifier l'éclairage, la serrure, les consignes de sécurité, la ventilation du local, l'étiquetage.

O

Contrôler le fonctionnement

Effectuer ce test après chaque intervention

0,2

T

Observation générale

Visuel - après chaque intervention ou après un choc mécanique (coupure brusque)

0,2

S

Coup de tournevis bien sec après accès aux vis de serrage

Grand tournevis gainé (plat et américain)

TPM

Ouvrir et observer en fonctionnement

Visuel /

Observation et Contrôle visuel

Les dispositions et prescriptions doivent scrupuleusement être respectées et mises en place

TPM

O

O O

4d

Observations générales (sécurité, accès, environnement) :

O

TPM

4e

Mettre à jour le carnet de maintenance et/ou la gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO)

O

TPM

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 60

Après chaque intervention

0,5

0,5

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Tableau 10 : Légende associée au tableau du PMP

X O T Niveau de compétence TPM S Périodicité :

selon réglementation selon préconisations (technique ou interne) Technicien (électricien) Technicien professionnel de maintenance (généraliste) Spécialiste (expert formé)

V.4. BILAN DU STAGE, SUGGESTIONS ET PERSPECTIVES V.4.1. Bilan du stage La SOCAVER est une très grande structure industrielle qui favorise l’insertion socio – professionnelle des jeunes diplômés ou futur diplômés comme nous autres. Il y’a qu’à voir le nombre de jeune en son sein et surtout chargés de responsabilité. Par l’octroi de stage académique certes non rémunérés, La SOCAVER contribue a nous ouvre à une vrai approche des réalités de l’entreprise et du monde professionnel ce qui nous procure de bonnes adaptations et compétences pratiques dans le savoir-faire. Tout au long de notre stage et au cours des activités que nous avons pu effectuer les problèmes à résoudre était diverses et les obstacles multiples. Ce stage que nous avons effectué à la SOCAVER est venu compléter la formation théorique reçu durant toute cette année académique. Il nous a permis de nous familiariser avec le monde professionnel et associer la théorie à la pratique afin d’avoir une certaine expérience à ce niveau professionnelle. En fin grâce à cette insertion dans le monde professionnel nous avons développé de très grandes aptitudes techniques. En effet le récit du déroulement du stage (§ II.2) révèle très bien cela. Le travail que nous avons eu a réalisé dans ce rapport est l’élaboration d’un plan de maintenance préventive d’une armoire électrique.

V.4.2. Suggestions et Perspectives Nous l’avons dit l’importance des armoires électriques dans la distribution n’est plus à démontrer. Les actions préventives à y exécuter impose un contrôle périodique régulier. A la SOCAVER les armoires sont multiples (cf. annexe 3) et demande une très grande prise en charge de part leur fonction (commande, distribution…). Dans cette situation nous avons proposé une fiche de bonne suivie que nous présentons en annexe 2. Par l’exécution des taches préventives, y mentionnées, l’idée est d’assurer le maintien en état fonctionnel permanent des armoires électriques. Une mise à jour et une extension aux actions correctives pourra servir à établir un historique des interventions qui est utile pour un carnet de maintenance.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 61

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

CONCLUSION GENERALE Le présent rapport, retrace notre séjour au sein de la SOCAVER où nous avions axé notre travail sur l’élaboration du plan de maintenance préventive d’une armoire électrique. Au terme de sa rédaction, il en ressort qu'une armoire électrique est un boîtier qui contient un réseau de distribution électrique, dont le rôle essentiel est de protéger ce réseau de tout incident dangereux. Et son maintien en état fonctionnel est très important car il garantit sa durabilité dans un contexte où la disponibilité de l’énergie électrique et la sûreté de fonctionnement deviennent incontournables. Nous avons donc dans ce rapport tour à tour donné une description de la SOCAVER et un récit déroulement de notre stage. Ensuite nous avons fait une approche théorique sur le thème à travers le chapitre sur les généralités sur la maintenance et approche théorique sur l’élaboration d’un PMP. Puis nous avons vue les directives pour l’organisation des équipements dans les armoires suivant la norme NF C 15 100. Pour terminer nous avons proposé le PMP d’une armoire électrique industrielle. La maintenance des armoires électriques en général (armoires de commande - armoires de régulation - armoires d'automatismes - pupitres de commande) ouvre la voie sur un domaine à la fois passionnant et très vaste. Passionnant parce que tout d’abord, les armoires sont constituées dispositifs électriques particuliers et d’unités fonctionnelles qui réalisent chacune une fonction spécifique. De plus, il faut tenir compte des dernières évolutions des normes dans le domaine électrique et des progrès de la technologie pour une mise en œuvre selon les règles de l’art. Au bout du compte nous avons bien intégré les actions de maintenance préventive à toute armoire. Vue les objectifs et directives préliminaires liés à ce travail, nous pouvons dire que tout élément fonctionnel présente régulièrement cette problématique. Des références normatives existent pour toutes les installations électriques. La conformité non pas seulement des armoires mais de toutes les installations électriques d’une entreprise est une garantie de sécurité au travail et de protection plus performante pour les employés et tout usager.

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page 62

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Références Documents :

bibliographiques

[1] Documents et Archives Entreprise ; [2] Notes de cours de M. Germain NDZIE, EXECUTION DE LA MAINTENANCE (non – publié) année académique 2011/2012 ; [3] Notes de cours de M. Steve PERABI, Introduction à la CEM (non – publié), 2011/2012 ; [4] Notes de cours de M. Sylvain MBEMMO, GESTION DE LA MAINTENANCE (nonpublié), année académique 2011/2012 ; [5] Bernard MECHIN, MAINTENANCE : CONCEPTS ET DÉFINITIONS - Techniques de l'Ingénieur, Éditions T.I. ; [6] JEAN HÉNG, PRATIQUE DE LA MAINTENANCE PREVENTIVE, Mécanique • Pneumatique • Hydraulique • Electricité • Froid - Editions Dunod, Paris 2002 ; [7] Roland AUBER. "Techniques de l'ingénieur : Tableaux et armoires." 1997 ; [8] Armoire électrique VBCM, Manuel P/N 7146259, NORDSON ENGINEERING GMBH − French − Edition Décembre 2006; [9] C. KILINDJIAN, Etude thermique des tableaux électriques BT, Cahier technique n° 145, Juillet 1998 ; [10] Thèse de Doctorat de KAHAN N’GUESSAN, "METHODES ET OUTILS D’AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA MAINTENANCE DES TABLEAUX ELECTRIQUES GENERAUX PAR LE SUIVI DES GRANDEURS PHYSIQUES CARACTERISTIQUES ET DE LEUR FONCTIONNEMENT", décembre 2007, INP de GRENOBLE ; [11] Frédéric ELIE, Sécurité électrique et réglementation, septembre 2004 ; [12] Dominique SERRE, "Installations électriques BT Vérifications et entretien", 10 août 2007; [13] Laurent BELLON, Roland BAUDU, Raphaël AUBERTIN, PLAN DE PREVENTION – CONSIGNATION/DECONSIGNATION, Rapport 2005 ; [14] La sécurité électrique des interventions – CAHIER TECHNIQUE – N°10 - Mars 2001 ;

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE [15] POULAILLON NICOLAS, le contrôle technique des installations électriques, Mémoire, Juin 2008 ; [16] Jeux d'outils WIHA : Le bon outil pour la bonne application, Document Technique 2012; [17] GERARD PAJEAN, UNE PETITE ENCYCLOPEDIE DU VERRE : Fabrication du verre creux, VOL.13 N°6 • DÉCEMBRE 2007.

Sites Internet et liens Hypertextes : [18] "http://www.miseenbouteille.info/la fabrication des bouteilles.html/" (25/09/2012); [19] "http://www.s2p-pro./cat-outillage-electricien-16.html" (28/09/2012) ; [20] "http://www.web-libre.org/guide_NF C 15-100/ " (03/10/2012/) [21] "http://fr.wikipedia.org/wiki/NF_C_15-100" (03/10/2012) ; [22] "http://www.web-libre.org/Armoire et distribution électrique.html" (10/10/2012) ; [23] "http://www.inrs.fr/accueil/risques/phenomene-physique/electricite/travauxinstallations.html" (18/10/2012) ; [24] "http://Conception, câblage, montages d’armoires électriques industrielles à l’unité ou en série/armoires.html" (26/10/2012) ; [25] http://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/genie-industriel-th6/enjeuxtechniques-de-la-maintenance-42136210/installations-electriques-btd5048/Installations électriques BT - Vérifications et entretien.html (07/11/2012) ; [26] "http://www.wiha.com/" (03/11/2012).

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xiii

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Annexes

Annexe 1 : Structure d’une armoire électrique et ses constituants

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xiv

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

Figure 38 : Structure d’une armoire électrique et ses constituants [10]

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xv

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Annexe 2 : Fiche de visite périodique des armoires électriques

Noms

Rédaction LOWE JOUONANG NARCISSE

Fonctions

Assistant Technicien

Vérification Responsable Pyrométrie

Contremaitre Principal

Validation

Approbation

Chef Service Adjoint ESG

Chef Service ESG / Responsable Pyrométrie et Travaux Neufs

Dates Visas

Localisation de l’armoire:................................

Date de la Visite :................................

Heure De Début De La Visite :....................

Heure de fin de la visite :.......................

Matériel à utiliser :

Indice de sécurité :

Remplissage impératif : *.......... Veillez cocher si nécessaire les cases : Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xv

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

TEMPS MIS

DESCRIPTION DES TRAVAUX

DESCRIPTION DE L’INTERVENTION

ACTIONS

...................................... ...................................... ................................... ...................................... ..................................... ...................................... ......................................

..................................................... ..................................................... ..................................................... ..................................................... ..................................................... ..................................................... ....................................................

TRAVAUX PRELIMINAIRES 1. Lire le rapport des travaux de la dernière ............................................................... 2. Lire le rapport de réception de la dernière (chef de section - chef de groupe)........................................................................................................................... 3. Lire les rapports des deux derniers mois.............................

............ ............ ............

SIGNALEMENTS DE POINTS SAILLANTS .........

1- S’assurer que les mesures de protections contre les contacts directs sont corrects

Temps Mis *............

2- Vérifier la présence et la bonne exécution des barrie coup feu

*............

3- Vérifier la compatibilité des mesures de protection

*............

4- Vérifier qui rien ne s’oppose à la dissipation normale de la chaleur dégagé par les composants de l’armoire 5- Vérifier l’identification du conducteur de protection et de neutre

*............

OPÉRATIONS À EXÉCUTER

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xvi

Correct

Non Correct

Changer

Nettoyer

Régler

*............ Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE 6- S’assurer de la présence des schémas, plans et notices placer dans les contre porte de l’armoire 7- Vérifier le choix des dispositifs des en fonction des courants d’emplois et des courant de court-circuit 8- Vérifier les tableaux le serrage des connexions

*............ *............ *............

9- Vérifier la présence et le bon étiquetage à l’endroit adéquat 10- Contrôler et régler des protections électriques

*............

11- Vérifier l’accessibilité de l’équipement

*............

12- Essaie des continuités des conducteurs de protection. 13- Mesure de la résistance d’isolement des circuits

*............ *............

14- Test des lampes

*............

15- Essai fonctionnel

*............

*............

OBSERVATIONS POUR TRAVAUX NON EFFECTUER

RESULTAT DES TRAVAUX TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES O.K

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xvii

Défauts

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE

PIECES ET SERVICES REQUIS POUR LA REPARATION Quantité

Description

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

No. Code de la pièce

Page xviii

Prix Unitaire

Total

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE A l’issue de chaque opération les techniciens devront adresser aux supérieurs et responsables des travaux une fiche de suivie identique au model de l’annexe 1 qui sert de compte rendu détaillé de l’intervention, accompagné le cas échéant d’un devis de travaux concernant soit une remise en état soit une remise aux normes. Il n’est pas exclut qu’avec le vécu, d’autres observations et plus d’expérience, que cette fiche puisse être complétée et mis à jour par référence aux opérations exécutées

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xix

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Annexe 3 : Recensement des armoires et coffrets électriques de l’usine de la SOCAVER classés par machines ou secteurs Tableau 11 : Armoires et coffrets électriques de l’usine de la SOCAVER

ARMOIRES ET COFFRETS ELECTRIQUES DE LA SOCAVER Armoires électriques Coffrets électriques Armoire air de refroidissement feeder 11

Coffret de commande chaine zippe 11

Armoire air de refroidissement feeder 21/22

Coffret de commande chaine zippe 21/22

Armoire arche 11

Coffret de commande de l’éclairage extérieur Coffret de commande de l’éclairage de la clôture Coffret de commande de l‘arrivée de l’atelier et du bureau de l’usine Coffret de commande de l’arrivée des bureaux de l’usine

Armoire arche 21/22 Armoire de la laveuse de sable Armoire des concasseurs Armoire du bout froid 11 Armoire du bout froid 21/22 Armoire centrale énergétique Armoire du four de rétraction Armoire du local pompe Armoire eau alimentée par TGBT 2A 1 Armoire eau alimentée par TGBT 2B Armoire pompe à eau TGBT presse Armoire refroidissement convoyeur IS 11 Armoire refroidissement convoyeur IS 21/22 Armoire refroidissement moules IS 11 Armoire refroidissement moules IS 21/22 Armoire traitement à froid IS 11 Armoire traitement à froid IS 21/22 Armoire ventilateur de refroidissement four 1 Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xx

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Armoire ventilateur de refroidissement four 2 Armoire ventilateur IS 11 Armoire ventilateur IS 21/22 Annexe 4 : Fiche d’identification de la SOCAVER 2012 Tableau 12 : Fiche d’identification de la SOCAVER 2012

Raison Sociale

Fiche d’identification de la SOCAVER 2012 Société Camerounaise de Verrerie

Sigle

SOCAVER

Forme Juridique

Société Anonyme (S.A.)

Siège social

Zone Industrielle de Bassa (Ndong – Bong)

Capital

1. 910. 000. 000 FCFA

Nombre d’actions

191 000

Registre de commerce

DLA/19966/B/03021

N° du contribuable

M 066600000309U

Téléphone

(+00237) 33 40 05 06 / 33 40 13 78 / 33 40 32 11

Fax

33 40 64 63

Boîte postale

1456 DLA

Email Secteur d’activité

socaver@camnet.cm Fabrication, décoration et vente des bouteilles et emballages en verre creux BGI - SABC

Assistance technique Installation

2 Fours SORG MELTER

Effectif actuel Superficie

234 employés 71 014 m2 de surface couverte

Capacité de production Marchés Directeur Général Adjoint Directeur Général

115 tonnes par jour Sous – région Afrique Centrale et de l’Ouest M. Fabrice DELLATRE M. Jean Pierre KAMGNA

Date de création

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

15 Juin 1996

Page xxi

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Annexe 5 : Organigramme 2012 de la SOCAVER

DG

DGA

CSMPCF

INGENIEUR

CSFAB

CSAMPCF

CSQ

DCM

CSTDL

CSAFAB

CSESG

CHEF SERVICE RH

CHEF SAC

CSAESG

VERRIER

Contremaitre

Agent

Secrétaire

Sécurité

Technique

Technique

IC

CBM

INF

CBP

CSADRH

CBCG

EBADRH

CSCI

CBCP

SD

RHS

SST

SP

ACH

CCA

Page xxii

CSAV

CBE

CGQ

AR

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

SC

AUD

CQ

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012

AMR

M


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Tableau 13 : Légende associé à l’organigramme

CSADRH : Chef Section DG : Directeur General

Administrative et

INF : Infirmerie

CQ : Contrôleur Qualité

Développement des RH DGA : Directeur General

CSCI : Chef de Section

Adjoint

Comptabilité Industrielle

DCM : Directeur

CBCG : Chef de bureau

Commercial & Marketing

contrôle de gestion

AUD : Auditeur

CSESG : Chef Service Entretien & Services Généraux

CBM : Chef Bureau

CSAESG: Chef Service Adjoint

Mutuel

ESG

EBADRH : Employé de

CSMPCF : Chef Service

Bureau Administratif et

Matière Premières

Développement des RH

Composition et Fusion

RSH: Responsable Support

SST : Secrétaire

CSFAB : Chef Service

CSAV : Chef Section

Helpdesk

Standardiste

Fabrication

Administrative des Ventes

SAC : Service Administratif

SD : Secrétaire de

CCA : Chauffeur –

CSAFAB : Chef Service

et Comptable

Direction

Coursier – Acheteur

Adjoint fabrication

IC : Infirmier Chef

SP : Secrétaire Polyvalente

CGD : Chef de Groupe

CSQ : Chef Service

AMR : Agent de Matière de

Qualité

Qualité

Remplacement

CBP : Chef Bureau Paie

ACH : Acheteur

AR : Agent de

CSTDL : Chef Service

Récession

Tri – Décor et Logistique

RH : Ressources Humaines

Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Page xxiii

SC : Secrétaire Commerciale

CBE : Chef Bureau Expédition

M : Magasinier

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012


PLAN DE MAINTENANCE PREVENTIVE D’UNE ARMOIRE ELECTRIQUE Annexe 6: Plan de localisation de la SOCAVER

Figure 39 : Plan de localisation de la SOCAVER Rédigé par : LOWE JOUONANG Narcisse Page xxiv E-mail: lowepasteur@yahoo.fr

Etudiant de niveau 2 en Génie Industriel et E Maintenance à l’IUT de Douala – 2011/2012

Profile for LOWE JOUONANG NARCISSE

Rapport de stage dut plan de maintenance preventive d’une armoire electrique  

Rapport de stage dut plan de maintenance preventive d’une armoire electrique  

Advertisement