Page 51

de faire évoluer le corps de l’homme vers un autre état. Les masques, dans sa définition la plus large c’est à dire l’ensemble du costume, de cer tain es civi lisa tion s en Afrique et en Océanie permettent à celui qui le revêt d’en dos ser un rôle qui ne relève pas de son humanité. Les traits sont modifiés et, en général, amplifiés et mélangent éléments humains, animaux et formels. Le masque permet la présence des entités mag ique s. Cet te idée de substitution n’est pas limitée à ces pratiques et connaît un grand nombre de variations. Les masques du théâtre Nô visent à faire primer le personnage légendaire à la personne qui endosse le rôle et le maquillage dans le théâtre kabuki tient de cette fonction. Le maquillage est comme une prothèse fonctionnant par illusion, le fameux contouring connus de nos youtubeuses beauté modifie en apparence le volume d’un visage, le rouge à lèvr es, com me tout ce qui souligne le regard, peut amplifier ou minorer un élém ent afin de cha nge r l’équilibre visuel d’un visage. Ces arti fice s son t moi ns volumineux mais influent tout autant sur la perception par l’autre de notre propre corps. Ils fonctionnent comme une arm ure ou un élém ent de séduction visant autant à attirer qu’à dissimuler. La prothèse vestimentaire est un allié dans la maitrise de son corps, elle est la marque d’une prise de contrôle au même titre que le

piercing et le tatouage. Son amplitude va du chapeau au talon de la chaussure et le vêtement lui-même en dissimulant et en imposant des frontières et des dist inct ions se trou ve à mod ifier la perc epti on du corps par ses porteurs, ses regardeurs et ses créateurs.

Profile for Louvr'Boîte

LB n°39-40-41 : Apparaître  

Louvr'Boîte, journal des élèves de l'École du Louvre (Paris, France), numéro triple en 3D daté du premier trimestre 2017.

LB n°39-40-41 : Apparaître  

Louvr'Boîte, journal des élèves de l'École du Louvre (Paris, France), numéro triple en 3D daté du premier trimestre 2017.

Advertisement