Page 26

Rubriques

musée insolite

Pimp my

Jacques Texte : Margaux Ruaud - Illustration : Marine Botton

« Ce n’est pas le titre qui honore l’homme, mais l’homme qui honore le titre » disait Machiavel. Ce philosophe italien de la Renaissance a consacré une grande partie de son cerveau à répondre à cette simple question  : Qu’est-ce qu’un bon dirigeant  ? D’aucuns parleront de puissance militaire, de verve, de connaissances des textes antiques, de «  balls  », et plus encore. La réponse réside peut-être en ces faits, mais pas seulement. Après tout, Alexandre est Grand car il a conquis une bonne partie du monde, mais tant sa personne que sa chevelure sont connues aujourd’hui par son autocongratulation sculpturale. Eh oui, laisser une bonne grosse trace artistique aide à la postérité. Et cela, Jacky l’a bien compris. Sarran, Corrèze, diagonale du vide. 300 habitants, point culturel  : l’église. Bien entendu, le besoin d’y faire un tour pour les vacances est inébranlable, sans même ouïr que la commune abrite 22 000 œuvres, divisées en 5000 objets et 17  000 livres. Sarran est de fait le trou perdu qu’a choisi Jacques Chirac pour y installer son musée éponyme, destiné à accueillir dans une architecture lourde comme un arrière-train stéatopyge ses cadeaux présidentiels. Grand seigneur, il a même fait don de sa collection au Conseil Général de la Corrèze. 22  000 cadeaux ça fait beaucoup en 12 ans de mandat, mais la Corrèze n’ayant pas les moyens du Louvre (35 000 œuvres exposées), le musée se contente de 150 cadeaux en vitrine. Sacré tri tout de même. La collection de Jacques est constituée d’une part des présents protocolaires, lorsqu’un ambassadeur souhaite offrir «  un petit quelque chose  » d’une valeur de 200  000€ minimum pour sceller l’amitié entre les deux peuples  ; d’autre part, des cadeaux de particuliers, quand le premier quidam tient à prouver son affection pour Jacky par «  trois fois rien  », à l’occasion d’un événement spécial  ou non d’ailleurs. Le musée est présenté par zones géographiques, système ingénieux permettant une organisation moderne et cohérente. En plus d’un simple cartel, il est indiqué à quelle occasion a été offert le cadeau et la relation qu’entretient la France avec le pays concerné. Bien sûr, impossible d’échapper à la partie où la présidence et son importance 26

sont chaleureusement acclamées dans un texte introductif. Le musée a tout de même une partie exposition temporaire, témoin d’un certain dynamisme. Mis à part pour sa collection, intéressante en soi car exposant des objets qui resteraient inconnus du grand public autrement, pourquoi présenter ce musée ? Parce que c’est un pur coup de génie pardi  ! Chichi a été bien éclairé à plusieurs égards. Tout d’abord par le don qu’il a effectué au Conseil Général  : «  Pour toi, mon beau département, je me dépossède de mes lettres de noblesse  ». Ensuite, par le choix de Sarran  : «  Je n’ai que faire que le parisien bobo de base ne profite pas de mon trésor, tant que toi, Corrèze de mon cœur, tu peux l’observer tous les jours, si tant est que tu passes par là  ». Ajoutons à cela qu’il ne l’évoque pas à chaque occasion qui se présente et que son portrait n’orne pas la devanture avec une affiche de cinq mètres par cinq  : «  Je le sais, vous le savez, et c’est d’autant plus efficace  ». Machiavel approuverait certainement l’initiative, car l’homme honore ici le titre, et pas le contraire. Par ce musée, Jacques s’offre le luxe de rappeler à tout un chacun qu’il a été président, mais surtout qu’il a été président éclairé, amateur d’art, collectionneur désintéressé, souhaitant élever la culture de ses concitoyens, même ceux de la diagonale du vide. Certes, François  Ier de la Ve République a aussi démontré son goût pour le mécénat en offrant une pyramide au Louvre (rien que ça), sans parler de Georges, détenteur d’un musée éponyme dans la capitale. Ceci  dit, quand le premier déballe ses cadeaux d’anniver…  diplomatiques aux yeux du grand public, c'est à Chateau-Chinon et pas dans un coin paumé du Limousin. Pas de pimp du petit peuple. Exposer tous ces présents permet d’affirmer l’estime que lui montraient ses pairs internationaux ainsi que ses qualités diplomatiques. Au passage, il rappelle que ses successeurs n’ont ni son aura universelle, ni son altruisme. Où se situe le fief de François II (Hollande) déjà  ? Ah oui, EN CORRÈZE  ! Visiblement, le Salon de l’Agriculture n’est pas le seul terrain où Jacques a une longueur d’avance.

Profile for Louvr'Boîte

LB n°28 : L'humour  

Louvr'Boîte, journal des élèves de l'École du Louvre (Paris, France), numéro 28 daté de mars 2015. Lauréat du concours Kaléïdo'scoop en caté...

LB n°28 : L'humour  

Louvr'Boîte, journal des élèves de l'École du Louvre (Paris, France), numéro 28 daté de mars 2015. Lauréat du concours Kaléïdo'scoop en caté...

Advertisement