Page 1

     

Réformer la politique de la ville, c’est certes réfléchir à son périmètre et aux outils utilisés, mais c’est également interroger l’élaboration d’un véritable projet de territoire, le contenu des politiques sectorielles, leur mise en perspective par des problématiques transversales, et les modalités selon lesquelles ces politiques doivent intensifier, adapter ou mieux coordonner leurs interventions pour tenir compte des spécificités des quartiers prioritaires. Or, le manque de transversalité entre les politiques publiques est le principal constat qui a été fait. Les politiques publiques restent aujourd’hui très cloisonnées.

Pour chaque thématique travaillée, il a été convenu de poser le même cadre de questionnement transversal : - L’évolution des services publics et la formation des acteurs - La lutte contre les discriminations - La mixité sociale, urbaine et fonctionnelle - La participation des habitants - Les associations Les grands principes retenus : - Il faut construire un cadre national souple qui permette à la fois l’adaptabilité et l’expérimentation au niveau territorial. - Il faut proposer des modes de gouvernance et d’action qui créent des synergies opérationnelles entre les acteurs, qui favorisent la coordination, les échanges d’informations et de pratiques et la formation réciproque. Cet objectif doit aussi contribuer à « changer les regards » des acteurs entre eux et des acteurs sur les habitants. - Créer les conditions et les instances d’une véritable coordination entre les différents acteurs du projet éducatif local. - Pour lutter contre les discriminations, deux leviers doivent être conjointement envisagés : la sectorisation des établissements, son lien avec les logiques de peuplement (long terme), et la « plus-value » de l’offre éducative dans les établissements des quartiers (moyen terme). - Les méthodes et les espaces de mobilisation et d’écoute des parents doivent être développés pour favoriser les logiques ascendantes d’expression de leurs attentes. « Ouvrir les établissements » aux parents doit contribuer à mieux les impliquer sur les projets et ce dès le début du parcours scolaire des enfants (crèche).

Education


- Pôle emploi travaille sur une offre de service différencié, sur les moyens d’un accompagnement renforcé, sur les implantations des agences, et sur plus de liberté accordée aux managers locaux pour développer des partenariats locaux. - Il faut penser la façon de mieux associer les entreprises et les partenaires sociaux dans les partenariats de projet, et élargir le cercle des acteurs impliqués dans les politiques de l’emploi. - La politique de la ville et ses outils doivent être mieux articulés avec les instances de droit commun de l’emploi et de la formation, comme le Service Public de l’Emploi Local (SPEL).

Emploi

Comment parvenir à engager les régions qui détiennent une grande partie des leviers d’action et de financement des politiques transversales (emploi, formation professionnelle, développement économique, mobilité, …) dans les nouveaux contrats ? Comment réussir à mobiliser au-delà l’ensemble des acteurs de l’emploi : Pôle Emploi, les entreprises, pour développée une approche stratégique et concertée sur ces quartiers ?

Synthèse du groupe "Projet de territoire et priorités dintervention thématique"  

http://www.territoires.gouv.fr/spip.php?rubrique37&var_mode=recalcul

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you