Issuu on Google+

ma

3

Architecture

Louis FALCON DE LONGEVIALLE 01 / 2013


SOMMAIRE:

01. Présentation de l’agence composition/fonctionnement domaines d’interventions partenaires

02. Missions confiées conception de mobilier maquette présentation de concours visites et réunions

03. Conclusion bilan ce que j’ai appris remerciements

04. Annexes photos maquettes


01. PRÉSENTATION DE L’AGENCE


l’Agence ma3 a été créée il y a 5 ans en 2008 par Marie-Amélie AUSTRUY, une jeune architecte diplomée de Malaquais qui a pu faire ses preuves chez Wilmotte & Associés pendant quelques années. l’Agence est composée de 5 membres exclusivement féminins, une équipe qui fonctionne de façon très complémentaire. Depuis sa création, l’agence ma3 travaille avec des partenaires. Elle travaille principalement dans le domaine de la santé (hopitaux, centres de désyntoxication,...) et de l’éducation (écoles, crèches,...). Son principal partenaire est la société «crèches de France», cette société confie la plupart de ses projets à l’agence ma3, ce qui lui permet d’avoir toujours un projet, et de rester active tout au long de l’année. l’Agence travaille aussi sur des concours toujours dans les domaines qu’elle traite. Elle se tourne aussi vers quelques particuliers pour des projets comme un chai dans le bordelais ou encore des appartements en région parisienne. Les locaux se situe à côté des Invalides, sur l’avenue de la tour maubourg dans un hotel particulier. l’Agence est spatieuse, ce qui leur permet d’acceuillir tous les acteurs de leurs projets.


Avant de commencer mon stage début janvier, Marie-Amélie m’avait donné rendez-vous pour que l’on puisse parler de ce que j’allais faire au cours de mon passage dans son agence. Elle me proposa de travailler une échelle différente de celle de l’architecture classique en me demandant de conceptualiser du mobilier pour certains de ses projets. Voulant depuis longtemps toucher à cette expérience je lui répondis que cela m’intérressais beaucoup. En plus du fait que j’allais toucher une échelle différente, certains des meubles que j’allais imaginer étaient destinés à des enfants en bas âge pour un projet de crèche. Marie-Amélie me demanda alors de me documenter, de m’inspirer avant de commencer mon stage, pour me mettre dans le bains, elle me donna deux adresses de crèche dans le 6ieme arrondissements de Paris dont elle était l’architecte. Début janvier, j’ai donc pu aller visiter ces deux crèches pendant que les enfants étaient là, elle me demanda de regarder leurs mouvements, leurs façons de s’approprier l’espace, ... C’était une façon pour moi de me mettre à l’échelle de l’enfant quand j’allais devoir imaginer leurs mobiliers. Ce fût une expérience enrichissante car dans une crèche tout est sécurisé, aseptisé, une ambiance étrange règne et l’on sent que notre place d’adulte n’est pas prise en compte. Deux jours plus tard je faisais ma rentrée dans l’agence.


02. MISSIONS CONFIテ右S


1. mobiliers pour la crèche du Thillay ( Val d’Oise ) Il faut savoir que dans tout établissement recevant du public il doit y avoir un accueil. Dans les crèches, l’accueil est un critère important car c’est à cet endroit que les parents confient leurs enfants aux éducatrices, éducateurs. l’Accueil sert donc de frontière entre l’espace extérieur et l’espace intérieur de la crèche, de plus c’est l’endroit où les enfants vont se défaire de leurs affaires, chaussures, manteaux, sac, etc... Dans la configuration du projet de la crèche du Thillay, Marie-Amélie me demanda alors d’imaginer un meuble réunissant ces caractéristiques, il devra être à l’échelle d’un enfant, être composé de tout les rangements nécessaires et servir de frontières entre l’entrée et l’intérieur de la crèche. Dans un espace imposé, je devais créer un meuble contenant 28 casiers, 28 rangements pour les chaussures, 28 porte-manteaux, 1 porte sécurisée et 1 banc. J’avais alors un cahier des charges précis dans un espace imposé, je devais alors trouver une forme pouvant accueillir toutes les caractéristiques demandées, en respectant biensûr les normes de sécurité, qui sont pour le mobiliers de crèche: - tous les angles doivent être arrondis. - incorporer des anti-pince doigts à chaques charnières.


Le meuble que je devais imaginer était un meuble fixe, faisant partie intégrante de l’architecture intérieure de la crèche. Dans ce cas là la conception d’un meuble adopte le même schéma que la conception d’un projet d’architecture à grande échelle: - étude du site -inspiration/réfléxion - faisabilité/conception - confection J’ai alors commencé à dessiner à la main des possibilités d’implantations dans l’espace qui m’était donné. Après plusieurs entrevues avec Marie-Amélie, nous avons décidé une forme qui serait la plus appropriée esthétiquement et fonctionnellement parlant. C’est la deuxième étape qui se révèla être la plus complexe. Devoir incorporer le cahier des charges à l’intérieur de cette forme choisie. Chaque rangement ayant des dimensions imposées par le commanditaire, nous avons dû avec ma maître de stage établir quelques compromis sur la forme de notre meuble. À l’échelle du mobilier chaque centimètre compte, voir chaque millimètre. Cette étape fût alors longue, j’ai mis près de deux semaines à obtenir un résultat final satisfaisant que je pouvais présenter à un menuisier pour en étudier la faisabilité et choisir les assemblages du meuble. Après une entrevue avec le menuisier, je devais me confronter à l’équipe de Crèches de France (les commanditaires) en leur présentant le meuble en plans, en coupes et en maquette. Accompagné de Marie-Amélie, l’équipe fut séduite et décida d’adopter mon meuble.


Contente de moi, Marie-Amélie me confia un deuxième meuble à concevoir. Celui-ci était beaucoup plus classique et ne nécessitait pas énormément de réfléxion. Il s’agissait d’un change-bébé, un meuble à l’échelle de l’adulte sur lequel les parents viennent préparer leurs bébés avant de les confier. Cette mission fut moins instructive et moins prenante mais elle venait compléter la première. Au cours de cette première étape de mon stage, j’ai pu apprécier de travailler à l’échelle du mobilier et surtout à l’échelle de l’enfant. Tout devient plus petit et il faut essayer de concevoir avec un regard enfantin tout en ayant une réfléxion d’adulte. Je pensais que cette mission allait me prendre que quelques jours de travail, mais je fût étonné d’avoir mis près de deux semaines à finaliser le tout. Je me suis rendu compte que le mobilier malgré sa petite échelle relevait de la même complexité qu’un projet d’architecture à grande échelle.


1 er meuble (accueil)


planche 2 eme meuble (change-bĂŠbĂŠ)


2. dessins d’ambiances intérieures pour un appartement dans le 5eme arrondissement. l’Agence ma3 traite parfois des chantiers pour des particuliers, le plus souvent ceux sont des rénovations d’appartement parisiens. Marie-Amélie me confia avec Claire, une architecte de l’agence, la rénovation d’un appartement dans le 5eme arrondissement pour un couple. La première étape fût de faire connaissance avec ce couple et de prendre en compte leurs désirs pour ensuite venir intervenir dans l’éxistant. Avec Claire nous les avons donc rencontré à l’agence. Après cette entrevue et une visite de l’appartement nous avons pu commencer à réfléchir à deux , en confrontant nos idées, sur les possibilités de rénovation. Après quelques heures de réfléxion, nous avons présenté le remaniement du plan éxistant à Marie-Amélie qui le valida. Claire s’occupa de mettre en forme le plan tandis que je m’occupais à dessiner des ambiances à la main pour que les clients se rendent compte de l’espace. Cette mission fut assez basique, nous avons enlevé les espaces que nous trouvions inutiles dans l’éxistant pour en créer d’autres plus ouverts et plus spacieux afin de faire entrer de la lumière naturelle à l’intérieur de l’appartement. N’ayant jamais travailler en équipe sur un projet d’architecture dans mes études, j’ai pu apprendre à faire des conssessions lorsque nos idées se confrontées. J’ai pu aussi avoir un contact direct avec des clients, ce que j’ai vraiment apprécié car mon investissement dans le projet n’était alors pas secondaire.


La mission se révèla être très intéressante lorsque nous avons dû présenter avec Claire notre proposition de réamménagement au couple. Nous sommes donc allés chez eux pour leur expliquer nos intentions. J’étais alors investi entièrement dans le projet car j’étais en contact direct avec les commanditaires, ce qui me plu énormément car je pouvais voir quelque chose de concret dans le travail accompli et avoir une expérience relationnelle dans le métier d’architecte en essayant de transmettre et de faire comprendre des intentions spatiales et architecturales à des personnes qui ne sont dans le domaine de l’architecture. Le couple fut satisfait de notre proposition et nous donna le feu vert pour pouvoir lancer le projet. Mon investissement dans cette mission prenait fin, Claire était chargée du reste car étant en stage pendant une courte période Marie-Amélie voulait me faire faire d’autres projets. Dans ce travail j’ai pu apprécier le travail en équipe, même si nous étions que deux, le fait de confronter des idées sur un même sujet enrichi énormément la production.


dessin ambiance salle de bain


dessin ambiance de l’entrÊe


3. banque d’accueil du centre de désintoxication des épinettes, Paris 17 ème. Le centre des épinettes est un projet sur lequel Marie-Amélie travaille depuis un an et demi avec un autre architecte. Après avoir assisté à une réunion de chantier sur le terrain, Marie-Amélie me proposa, pour continuer mon expérimentation de l’échelle du mobilier, de dessiner la banque d’accueil du centre. Le projet est composé de grandes ouvertures, d’espaces aérés qui donnent accès à des jardins. L’intérieur est imaginé avec des matériaux bruts. Ma première inspiration fût de dessiner un meuble très organique se confrontant aux contraintes de l’espace dans lequel il allait prendre place. Je pris comme référence la boulangerie «BAKER D.CHIRICO» de March studio dont l’intérieur est composé de strates en bois. Je présenta quelques croquis à Marie-Amélie pour savoir si mes inspirations seraient en accord avec le projet, elle me donna le feu vert pour commencer la confection du meuble. Mon idée était de créer une succession de strates horizontales en donnant à la banque d’accueil une apparence fluide et organique. En raisons de problèmes d’ergonomie en rapport avec l’espace, la structure de mon meuble allait se faire en deux parties. Une partie fondatrice et l’autre secondaire. Une cloison centrale en béton allait soutenir à l’aide de tiges en métal les éléments en bois. Les tiges en métal fixées à la paroi en béton allaient accueillir les différentes strates composant la banque d’accueil. Le projet des épinettes devait respecter les réglementations concernant les PMR, je devais alors créer une variation du niveau de la banque


pour accueillir les personnes à mobilité réduites. Au cours de la conception de la banque d’accueil j’ai dû faire face aux réglementations des ERP et des PMR, ce qui a un impact direct sur les proportions et la forme de la banque me trouvant dans un espace assez restreint. J’ai pu comprendre au cours de ce travail que le fait de créer un meuble fixe dans un espace imposé modifie l’architecture de l’espace en lui-même, le mobilier fait donc partie entièrement de l’architecture du lieu. Le mobilier impose des contraintes, un chemin de circulation selon sa morphologie. Il guide, et est un signal visuel dans le bâtiment, il permet parfois de comprendre la fonction de l’espace, dans ce cas présent le mobilier donne la fonction de l’espace.


plan et élévation de la banque d’accueil


coupes de la banque d’accueil


4. réunion de chantier et visite. Au cours de mon stage, j’ai pu assister à une réunion de chantier du projet des épinettes, un centre de désyntoxication dans le 17eme arrondissement de Paris. Pendant la réunion et la visite du chantier, j’ai pu observer et comprendre les divers difficultés de déroulement d’un chantier de grande ampleur dans un milieu urbain dense. Les difficultés d’acheminement des matériaux au sein du chantier, les problèmes de voisinage, problème de stabilité du terrain, divers réglementations plus ou moins claires et viables viennent impacter l’avancement du chantier et ainsi reculer sa date de livraison. Après la visite, nous nous sommes tous réunis avec tous les corps de chantier pour vérifier les délais de livraison de chacun, j’ai pu être impréssionné par Marie-Amélie qui dans un milieu majoritairement masculin arrive à imposer son autorité d’une façon très nette. Cette visite m’a permis de comprendre combien il était important de savoir communiquer avec les différents acteurs du projet. Si la communication n’est pas présente, le chantier ne suit pas son avancement dans les délais et les moindres problèmatiques deviennent insurmontables. La communication est alors une clé indispensable dans le suivi d’un chantier.


5. divers missions. Durant mon stage, j’ai pu aussi avoir des missions de plus petites ampleur pour aider chacun dans son travail, ce qui m’a permis de travailler avec chaque personne de l’agence. Ces missions consistaient à faire de la mise en page de planches de concours, nettoyer des plans, faire des schémas et diagrammes de circulation pour des projets, retoucher des images, ou encore appeler divers services pour avoir des informations sur des parcelles pour de futurs projets. Le fait d’avoir accompli ces divers tâches m’a permis d’être vraiment projetter dans la dynamique de l’agence en touchant un peu à toutes les activités et m’a permis de tisser des liens particuliers avec chaque membres. Au sein du groupe de travail, chaque personne est différente et chacun a une mission précise, l’équipe est alors très complémentaire et chaque maillon est important. C’est ce que j’ai pu tirer comme constat quand j’ai accompli ces travaux.


03. CONCLUSION


Mon passage dans l’agence fût bref mais Marie-Amélie m’a fait expérimenter divers tâches au sein de son équipe. Mon objectif était de travailler différentes échelles, celle du mobilier et celle du bâtiment. Cette expérience m’a permis de comprendre l’impact révélateur du mobilier sur l’architecture au sein d’un espace. Il peut donner à l’espace, en s’adaptant au lieu, l’entièreté de ses qualités architecturales. En conceptualisant ces meubles, j’ai pu expérimenter une micro- architecture au niveau de la structure du mobilier, les principes sont les mêmes, seul les critères sont différents. Ces projets vont être réalisés, ce qui donne à mon travail une certaine valeur ajoutée, le fait d’avoir travailler sur des choses concretes m’a fait comprendre vraiment le sens de la rigeur qu’il faut avoir en étant architecte. Marie-Amélie m’a donné la chance d’avoir pu avoir un contact direct avec les clients et les corps de métiers se raliant à son agence. J’ai pu expérimenter le sens de la communication dans mon travail et utiliser les différentes techniques de représentation, déjà acquises au sein de mon école, pour communiquer mes idées et mes intentions à des personnes qui ne sont pas forcément des architectes. Le travail en équipe a pu me permettre de faire partie intégrante dans le système de fonctionnement de l’agence. Chacun a une mission précise avec un même impact. Cela m’a fait remarquer que chaque étape à son importance et que chacune est indispensable. Il faut une complémentarité des


acteurs de l’agence pour pouvoir faire des projets riches et consciencieux. J’ai beaucoup apprécié mon stage, j’ai pu avoir une autre vision d’une agence, un système de travail encore différent de mes précédents stages. Je tiens particulièrement à remercier Marie-Amélie AUSTRUY pour son investissement auprès de moi, ainsi que toute l’équipe de travail pour m’avoir encadré et conseillé dans mes missions au sein de l’agence.


04. ANNEXES


PHOTOS DE MAQUETTE DE LA BANQUE D’ACCUEIL



Rapport de stage s5 MA3