Page 126

universitaire, séparée du continent par un canal. Prédominait, dans la philosophie de la planification de l'université, l'idée centrale du campus : un espace en extension principalement horizontale, doté d'un certain isolement, caractéristique idéale pour ces finalités élevées que sont la culture et l'entraînement de l'esprit. La solution rencontrée interférait le minimum dans la géographie difficile de la ville, occupée de façon chaotique, sans réserve pour des grandes planifications. Le travail d’ingénierie s'est avéré difficile, notamment au regard des différents types de digues et des travaux à effectuer sur la colline du Fundão, sur les terres de l'aéroport du Galeão, comme du dragage et de la répression des aires aux alentours. La forme de l'ile universitaire résulta de différentes conditions techniques. C'est l'Institut National des Technologies qui s'est chargé de l'étude du sous-sol, dont Mario Brando Pereira était le responsable. La première solution étudiée eut pour résultat une superficie globale de 5 957 460 m 2, réduite peu après à 5 596 000 m2, avec un périmètre de 15 560 m, dans lequel s'inclut la baie pour les sports nautiques. L'étendue de l'ensemble insulaire fut excavé, notamment par la colline du Fundão, où aujourd'hui se situe l’hôpital des Cliniques. Cela étant dit, certaines petites élévations furent conservées, comme l'île du Catalão, voisine de l'actuelle école d'ingénieurs (Sapucaia). Les niveaux des sous-sol et des terrains furent définis en fonction des marées. Dans la situation actuelle, l'île universitaire est plus petite avec l'exclusion de l'île du Pinheiro, récemment reliée au continent dans une nouvelle planification. La liaison de l'île universitaire avec le continent s'est faite harmonieusement. À la définition de la solution insulaire, le ministère de l'Aéronautique construisait l'aéroport de Galeao, et Horta Barbosa réussit à temps la duplication de 10 par 20 m la largeur future du pont.(...) L'autre pont, à l'actuelle Oswaldo Cruz, surgirent des études jointes à la préfecture et fut plus tard exécutées par l'ETUB. DÉCLANCHEMENT DU PROCESSUS CONSTRUCTIF La construction de la cité universitaire, qui ne cessait d'être retardée depuis 1935, se déclencha véritablement en 1949. Le dernier obstacle vaincu, à savoir l'opposition de Souza Campos, la construction de la cité universitaire, sous la direction de Horta Barbosa, entra même dans un rythme accéléré, le tout supervisé par le bureau technique de l'Université du Brésil –ETUB– qui est devenu le meilleur bureau de planification du Brésil durant la décennie de 1950. Pour la conception urbanistique et architectonique de la cité universitaire, ont cohabité deux solutions légales : le concours public prévu dans la loi n° 125 du 3 décembre 1935 et l'exécution directe, conforme aux attributions du décret-loi n° 7.217 créant l'ETUB. Consulté officiellement, le ministre de l'Éducation, Clémente Mariani, choisit la seconde solution. Pour la conception initiale de la cité universitaire, Horta Barbosa, qui acceptera beaucoup d'idées de l'ancienne Commission du Plan de l'Université, choisit pour être l'architecte en chef, Jorge Machado Moreira. Rappelons que ce dernier fit aussi partie de « l'équipe des six » du projet pour le ministère de l'Éducation et de la santé. Cet architecte adoptera les nouveaux principes du maître Le Corbusier et les appliqua avec maîtrise dans la planification des premiers édifices et une équipe homogène et responsable réussit à se former. Em 1951, en plein

Portfolio - Thèse de master  

L'île du Fundão : du modèle à la réalité

Portfolio - Thèse de master  

L'île du Fundão : du modèle à la réalité

Advertisement