Page 14

le canal royal de languedoc

Les droits de navigation dépendent de la valeur des marchandises et des quantités transportées. Il est donc nécessaire d’installer, là où les bateaux entrent sur le canal, à l’embouchure de Garonne, une pesée commode à l’abri des intempéries.

Les États du Languedoc qui ont échoué dans leur tentative de rachat du canal aux descendants de Riquet réalisèrent entre 1770 et 1776 le canal Saint-Pierre (Brienne). La conception de l’ouvrage d’art des Ponts-jumeaux en 1768 par J.M. de Saget, directeur des travaux de la province à la sénéchaussée de Toulouse, est plus que l’expression d’une parité formelle des deux canaux, une véritable mainmise urbanistique offrant le cadre d’une mise en scène monumentale de l’autorité symbolique des États du Languedoc sur les canaux. Le bas-relief de F. Lucas confirme le geste monumental des États du Languedoc aux Ponts-jumeaux. Admiratifs devant l’œuvre du sculpteur, les parlementaires envisagèrent d’exhausser son installation, afin de la rendre plus visible et de la surmonter d’une « pyramide ». On désigne ainsi l’obélisque, ornement alors très en vogue.

24

Le canal royal du Languedoc  

Nouvelle édition du livre paru en 1992 et introuvable depuis le milieu des années 1990. Cette nouvelle édition reprend l’essentiel du conten...

Le canal royal du Languedoc  

Nouvelle édition du livre paru en 1992 et introuvable depuis le milieu des années 1990. Cette nouvelle édition reprend l’essentiel du conten...

Advertisement