Page 13

RAGEOUS GRATOONS

Pierre Wetzel

oN Y TieNT

c

e fut long ! Cinq ans depuis leur précédent album studio. Mais les Rageous Gratoons sont devenus “plus exigeants qu’avant sur le but à atteindre.” Pour Marc Mouchès, saxophoniste du groupe : “Maintenant on maîtrise mieux notre sujet, tout ce qui concerne la musique balkanique.” De toute façon, les méthodes de travail du groupe ne permettent pas une productivité effrénée : “Tout se fait au fur et à mesure. Quelqu’un apporte une idée et les autres brodent autour. Il y a des directions que l’on prend et que l’on finit par abandonner.” Et puis surtout, pour les précédents opus, “on avait déjà les morceaux, on les tournait sur scène.” Là, il a fallu tout créer ex-nihilo. Pour la première fois, les Rageous ont poussé plus à l’Est sous l’influence d’un seul : “Olivier (NDR : accordéoniste-chanteur) est parti en Inde et a ramené deux morceaux tout fait.” Une exception dans les méthodes habituelles qui donne une coloration plus orientale à Everywhere’s garbage même si “la musique orientale était sous-jacente avant.” Explorant depuis quinze ans les musiques traditionnelles, y compris celles de Gironde où vit le groupe, les Rageous Gratoons restent très influençables : “Toute musique qui nous plait est bonne à prendre.” Et sans ligne directrice stricte si ce n’est celle de l’envie. Les anciens Gratons Rageurs, nom sous lequel ils jouaient du rock pour enfants à leurs débuts de carrière, continuent de saisir les occasions sans se poser de questions. Que ce soient leurs tournées en République Tchèque où ils commencent à avoir leurs habitude, ou d’improbables dates comme une Nuit de la Francophonie à Belgrade, ils poursuivent leur désir de “voir ailleurs ce qu’il se passe.” Ce mouvement perpétuel, cette bougeotte sans autre prétention que celle de “défricher” un ailleurs multiple, on la retrouve sur le DVD qui accompagne leur dernier disque. Là encore, une seule envie : “Montrer le quotidien d’un groupe en tournée.” Avec le fil rouge d’un concert enregistré en banlieue bordelaise, ils ont confié aux vidéastes amis du Ratelier (collectif de plasticiens, musiciens, infographistes, videastes) des heures de film de potes, à charge pour eux d’essayer d’en tirer 1 h 30 d’impressions de voyage. Et comme toujours chez les Rageous, c’est “à la manière de, mais avec notre couleur.” Jean Luc Eluard “Everywhere’s garbage” - CrockNote / L’Autre Distribution - www.rageous-gratoons.com 13

Longueur d'Ondes n°52 (Hiver 2009-2010)  

Sommaire : Rencontre Imbert Imbert / Carmen Maria Vega, Tue-Loup, Eiffel, X-Makeena, Stereo Total, Thierry Romanens, Randy Mandys, Rageous G...