Page 1

N° 30 — Été 2017 CHF 8.50

MUST-HAVE ACCESSOIRES EN VUE ET À AVOIR

STELLA MAXWELL MODÈLE DE L’ANNÉE

AU CŒUR DE L’ÉTÉ LOOKS SUBLIMES, DESTINATIONS DE RÊVE

Stella Maxwell en Lanvin. www.lofficiel.ch


*LES GRANDS MAITRES DE LA PEINTURE Une collaboration avec Jeff Koons


Boutiques OMEGA: Genève • Zürich • Luzern • Interlaken • Bern • Crans-Montana • Zermatt


RICHARD MILLE BOUTIQUES SWITZERLAND Rue du Rhône 78 1204 Geneva - Tel.: +41 22 810 85 73 • Quai du Mont Blanc 19 1201 Geneva - Tel.: +41 22 732 20 22 www.richardmillle.com


CALIBER RM 07-01


Numéro

0 4/2017

A rt Director

LI S A ME T TIER

R édactrice en chef

LIVIA Z A FIRIOU

French Senior Editor

STÉPHANE BONVIN

M a naging Editor

M ANOU S TEIGER

m a nou. steiger@loffic iel .ch

Prepress

Michael Weber

German Senior Editor

Katharina Blansjaar Content editor & Production Coordinator

Len a S tä heli

FINA L GER M A N EDITor

Stagiaire

TIFFAN Y- JOY K EHR LI

traduction

CARMEN BERGER, FRANZISKA DENGLER, CAMBRIDGE EDITING, EVA HÜBSCHER, FRANCE OSSOLA

FINA L FR ENCH Editor

Beaut y Editor

Ur sul a Bor er

MARTIN bERAN KONRAD KORIGIERT

Publicié

FLORANCE DUARTE

E VA FAVR E

A FFINIT Y PRIMEMEDIA LTD. e . fav r e@a ffinity- pr imemedi a .ch +41 21 7 81 0 8 5 0

ont participé à ce numéro

Textes SIMONE AÏDA BAUR, YAMINA BENAÏ, FÉLIX BESSON, ANNA BOREL, LAURA DANIEL-SAINTEFF, LUC DUROY, VALÉRIE FROMONT, patrick heven, AURÉLIA HERMANGE-HODIN, CHRISTIAN-LUC PARISON, ADRIENNE RIBES-TIPHAINE, DAN ROZNOV, STÉPHANIE MARTEAU, Juliette Michaud, Mélanie mendelewitsch, LÉA TRICHTER-PARIENTE, JEANNE PROPECK, NICOLE TRINKLER jander, POPPI DE VAREY Réalisation EMILY MINCHELlA, DEBORAH REYNER SEBAG Photographie PIERRE-ANGE CARLOTTI, VALENTIN FOUGERAY, JAMES MEAKIN, KARINE & OLIVER, ROWAN PAPIER, OLIVER REUTHER, PATRICK SCHWALB, FIONA TORRE, TAYLOR TUPY Stylisme Sayuri Bloom, DANYL GENECIRAN, CHRISTOPHER MAUL, LORNA MCGEE, Martina Nelles Maquillage / Coiffure CÉLINE CHEVAL, QUENTON BARNETTE, PABLO KÜMIN, MICHAEL LONG, LOTTIE, TATYANA MAKAROVA, JOSEPHIN MARTENS, CAROLINE TORBAHN, JANINA ZAIS Service Abonnements ABO@LOFFICIEL.CH TEL. 041 329 23 40 – FAX 041 329 22 04 ABONNEMENT ANNUEL (9 NUMMÉROS) AU PRIX DE CHF 75 WWW.LOFFICIEL.CH/subscriptions


ADVER TISING DIREC TRIC E COMMERC IALE A NNE-M A R IE DISEGNI am.disegni@jaloumediagroup.com

DIREC TRIC E DE L A PUBLIC ATION E T DE L A RÉDAC TION M A R IE-JOSÉ SUSSK IND -JA LOU

RÉDAC TRIC E EN C HEF MODE VA NESSA BELLUGEON

DIREC TRIC ES DE PUBLIC ITÉ CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

EMM A NUELLE HER M A NT e.hermant@jaloumediagroup.com

C HEF DE PUBLIC ITÉ

SA R A SCHMIT T s.schmitt@jaloumediagroup.com

TRAFFIC MANAGER

K A R IM BELK ACEM BENZEM A kb.ben zema@jaloumediagroup.com TEL . +33 (0) 1 53 01 88 30

EDITORIAL DIREC TION

PRÉSIDENT S

M A R IE-JOSÉ JA LOU & M A X IME JA LOU

ITALY INTERNATIONAL DIREC TOR OF SALES

BENJA MIN EY MÈR E b.ey mere@editionsjalou.com

DEPU T Y C EO/COO

M A R I A CECILI A A NDR ET TA mc.andretta@jaloumediagroup.com

A S SISTANT DIREC TOR

PASCA LE SAVA RY p.savar y@jaloumediagroup.com

DIREC TOR OF PRODUC TION

DIREC TOR FINANC E & ADMINISTRATION

W W W. LOFFI C IEL MODE .C OM W W W. JA LOU S E . FR W W W. LOFFI C IEL HOMME S . FR W W W. L AR E V UEDE S MON T R E S .C OM W W W. EDI T ION S JA LOU.C OM

INTERNATIONAL EDITORIAL & ARC HIVE MANAGER

C EO

finance and administr ation

JA LOU S E , L’ OP T IMUM , L A R E V UE DE S MON T R E S , L’ OFFI C IEL VOYAGE , L’ OFFI C IEL 1 0 0 0 MODÈL E S , L’ OFFI C IEL HOMME S , L’ OFFI C IEL AR T, L’ OFFI C IEL S HOPPIN G , L’ OFFI C IEL C HIRUR GIE E S T HÉ T IQUE , L’ OFFI C IEL A L L EM AGNE , L’ OFFI C IEL HOMME S A L L EM AGNE , L’ OFFI C IEL AU S T RA L IE , L’ OFFI C IEL BR É S IL , L’ OFFI C IEL HOMME S BR É S IL , L’ OFFI C IEL C HINE , L’ OFFI C IEL HOMME S C HINE , L’ OFFI C IEL HOMME S C OR ÉE , L A R E V UE DE S MON T R E S C OR ÉE , L’ OFFI C IEL E S PAGNE , L’ OFFI C IEL HOMME S E S PAGNE , L’ OFFI C IEL VOYAGE E S PAGNE , L’ OFFI C IEL AR T E S PAGNE , L’ OFFI C IEL INDE , L’ OFFI C IEL IND ONÉ S IE , L’ OFFI C IEL I TA L IE , L’ OFFI C IEL HOMME S I TA L IE , L’ OFFI C IEL JA P ON , L’ OFFI C IEL VOYAGE JA P ON , L’ OFFI C IEL K A Z A K H S TAN , L’ OFFI C IEL HOMME S K A Z A K H S TAN , L’ OFFI C IEL L E T TONIE , L’ OFFI C IEL L IB AN , L’ OFFI C IEL HOMME S L IB AN , L’ OFFI C IEL , L I T UANIE , L’ OFFI C IEL M A L AI S IE , L’ OFFI C IEL M ARO C , L’ OFFI C IEL HOMME S M ARO C , L’ OFFI C IEL ME X IQUE , L’ OFFI C IEL MOY EN - ORIEN T, L’ OFFI C IEL HOMME S MOY EN - ORIEN T, L’ OFFI C IEL AR T MOY EN - ORIEN T, L’ OFFI C IEL M Y KONO S , L’ OFFI C IE PAYS - B A S , L’ OFFI C IEL HOMME S PAYS - B A S , L’ OFFI C IEL PHIL IPPINE S , L’ OFFI C IEL P OLO GNE , L’ OFFI C IEL RU S S IE , L’ OFFI C IEL VOYAGE RU S S IE , L’ OFFI C IEL S IN G A P OUR , L’ OFFI C IEL HOMME S S IN G AP OUR , L’ OFFI C IEL S T B AR T H , L’ OFFI C IEL S UI S S E , L’ OFFI C IEL HOMME S S UI S S E , L’ OFFI C IEL T H A ÏL ANDE , L’ OP T IMUM T H A ÏL ANDE , L’ OFFI C IEL T URQUIE , L’ OFFI C IEL HOMME S T URQUIE , L’ OFFI C IEL UK RAINE , L’ OFFI C IEL HOMME S UK RAINE , L’ OFFI C IEL VIE T NA M

FL AV I A BENDA f.benda@jaloumediagroup.com EM A NUELLE HER M A NT e.hermant@jaloumediagroup.com

NATH A LIE IFR A H n.ifrah@jaloumediagroup.com

EMM A NUEL RUBIN e.r ubin@jaloumediagroup.com

international editions

INTERNATIONAL ADVER TISING MANAGERS

RÉDAC TRIC E EN C HEF

M AGA ZINE A DR IENNE R IBES-TIPH A INE

EDITORIAL DIREC TOR

JOUSHUA GL ASGOW j.glasgow@jaloumediagroup.com

INTERNATIONAL AND MARKE TING

THIER RY LEROY t.leroy@jaloumediagroup.com

C HIEF ADMINISTRATIVE OFFIC ER FR ÉDÉR IC LESIOUR D f.lesiourd@jaloumediagroup.com

HUMAN RESOURC E MANAGER ÉMILI A ÉTIENNE e.etienne@jaloumediagroup.com

MANAGER AC COUNTING & PRODUC TION

ÉR IC BESSENI A N e.bessenian@jaloumediagroup.com

DISTRIBU TION MANAGER L A HCENE MEZOUA R l.mezouar@jaloumediagroup.com

AC COUNT MANAGER

NA DI A H AOUAS n.haouas@jaloumediagroup.com

BILLING

A NGEL A M ASIERO a.masiero@jaloumediagroup.com

SENIOR INTERNATIONAL ADVER TISING MANAGER CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com

INTERNATIONAL ADVER TISING MANAGER CA R LOT TA TOM ASONI c.tomasoni@jaloumediagroup.com

ADVER TISING MANAGER MONICA TR A INA m.traina@jaloumediagroup.com

DISTRIBU TION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

production PRINTING PRODUC TION TRAC KING AND PAPER SUPPLY BY GROUP VA LPACO 3 r ue du Pont-des-Halles 9 4150 Rungis

PHOTOLITHOGRAPHY CY M AGINA

LEGAL DEPOSIT

N° de C ommission paritaire 0318 K 80 43 4 – ISSN 0030.0 403 Printed in EU/ Imprimé en UE

FOUNDERS

GEORGES L AUR EN T A ND ULLY JA LOU (†)

BA R BA R A TA NGU Y b.tang uy@jaloumediagroup.com

PUBLISHED BY JALOU MEDIA GROUP

communic ation and press

SA R L au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 CCP N° 1 824 62 J Paris

THOMA S MARKO & A S SOC IATES EMM A NUEL BACHELLER IE emmanuel.b@tmarkoagency.com CÉLINE BR AUN celine.b@tmarkoagency.com Tel. +33 (0) 1 4 4 90 82 60

ADVER TISING MANAGER SWIT ZERL AND

EVA FAV R E A ffinit y-Primemedia Ltd. e.fav re@affinit y-primemedia.ch +41 21 781 08 50

HE AD OFFIC E

5 Rue Bachaumon t 75002 Paris Tel . +33 (0) 1 5301 10 30 Fax +33 (0) 1 5301 10 40


Allegra

PARIS BOUTIQUE - 358 BIS RUE S T HONORE - TEL. +33 (0)1 44 55 04 40 GALERIES L AFAYE T TE - 40 BD HAUSSMANN - ESPACE JOAILLERIE - 1 ER É TAGE - TEL. +33 (0)1 42 82 34 56 COURCHE VEL BGENEVA OUTIQUE - ESPACE- DIAMANT, COURCHEVEL 1850 - TEL. (0)4 79 07 52 23 BOUTIQUE RUE DU RHÔNE 27 - TEL. +41 (0)22 317+33 10 82 C ANNES

CAPRI

LONDON

• DUBAI • GENEVA COURCHEVEL www.degrisogono.com

NEW YORK

PARIS

PORTO CERVO

ww w.degrisogono.com

GSTA AD

ROME

KUWAIT

S T MORITZ


Rendez-Vous

10 16 18 21 174

IMPRESSUM ÉDITO CONTRIBUTEURS NUANCIER – FLASH FLUO ADRESSES

News

22 DE LA MODE ET DES BIJOUX 58 NEWS BEAUTÉ 118 DESIGN NEWS 141 TRAVEL NEWS

STYLE

26 CHRONIQUE – THE BIG ESCAPE 30 LE CHOIX DE… MICHELLE HELMER 32 OBRIST – FAST AND CURIOUS 33 BIJOUX TENDANCE COMPAGNIE CREOLES 34 TECHNICOLOUR 38 SOUS LE SOLEIL DE CANNES 40 LE GANG DE QUEEN B 42 ANATOMIE D’UN SAC – À L’ENCRE BLEUE 44 HORS DES CLICHÉS BATTUS 46 JEFF KOONS POUR LOUIS VUITTON – ART-À-PORTER 50 ACCESSOIRES D'ÉTÉ 56 ANATOMIE D’UNE MONTRE – LE «YACHT-MASTER 40» DE ROLEX

Beauté

60 DYSON - SOUFFLE D’HAIR 62 LES NOUVEAUX GESTE DE LA BEAUTÉ

MODE 68 EN COUVERTURE – Stella maxwell, ÉTOILE FILANTE 80 GREEN TEARS 90 LE VENT DES ROUTES 98 SECRETS DU CRÉPUSCULE 108 WE LOVE LINDSAY PHOTOS DR

68

N°30 – JUIN/JUILLET/AOÛT 2017

Sommaire

120


LA VIE 117 HOME – POOL PARTY 120 CHANEL - UNE CHAMBRE AU RITZ 124 DELIA FISCHER – REINE DE LA DÉCORATION 128 FRÉDÉRIC FEKKAI - RETOUR AUX SOURCES 132 LES NOUVEAUX PARADIS ARTIFICIELS 134 CHAMPAGNE – LA NOUVELLE VAGUE 136 YONA FRIEDMAN, FUTUR ANTÉRIEUR

Travel

142 NEWS OF
THE WORLD – LE MEILLEUR DE LA SAISON 146 SAGA LE GRAND TOUR 154 ANATOMIE D’UNE VOITURE – LE NOUVEAU COUPÉ MERCEDES CLASSE E 156 LEURS VACANCES LES PLUS BELLES 162 UN VOYAGE A TRAVERS LES EPOQUES 166 CABOTAGE DE LUXE

LA NUIT

172 MONTBLANC X UNICEF

INSIDER

176 NOS MEILLEURS LIVRES D’ÉTÉ

146

STELLA MAXWELL en Lanvin. Photographiée par ROWAN PAPIER. Stylisme CHRISTOPHER MAUL Coiffure QUENTON BARNETTE Maquillage TATYANA MAKAROVA

PHOTOS DR

124


fern Nous garantissons du bien-être.

HAWORTH SUISSE – MOBILIER DE BUREAU FABRIQUÉ EN SUISSE DEPUIS 1898 Haworth Schweiz AG, Badstrasse 5, 5737 Menziken, Tél. 062 765 51 51 Découvrez-nous sur notre adresse haworth.ch


C’est le moment de prendre de la hauteur, d’apaiser le rythme de notre quotidien, de nous accorder une pause de rêve – on parie que notre cover-girl Stella Maxwell en fera de même pour profiter des longues journées dorées. Pour la plupart d’entre nous, la belle saison est aussi celle des voyages. Ils seront donc au centre de nos préoccupations et au cœur de cette nouvelle édition. Tout, en été, en vacances, nous paraît délicieux – une seule ombre au tableau: la route vers l’échappée belle. Pas forcément à son image. Car voyager en avion, cela augure, fatalement, de contrôles de sécurité pour le moins pénibles – par des agents que nous ne connaissons ni d’Eve ni d’Adam et qui sont amenés à nous examiner de très (très!) près. Et puis, il y aura les interminables files d’attente, avant de pouvoir enfin nous laisser choir sur un étroit fauteuil hors de prix dans une cabine bondée et bruyante. On prend son mal en patience en faisant la queue, malgré la chaleur et la moiteur ambiantes. Il y a foule, et donc tout avance plus lentement. D’autant qu’une fois installé à bord, on n’est pas nécessairement au bout de ses peines. La foule, en effet, cela peut être une joyeuse bande de fêtards. Dans la cabine aussi, nous sommes cernés. En deux ans, j’ai eu à trois reprises la délicieuse occasion de me retrouver ainsi installée au beau milieu d’une exubérante rangée de «teufeurs» arborant tous le même t-shirt. Jaune fluo. Peut-être voyezvous très exactement ce que je veux dire… Alors que je venais de décliner l’ixième tournée de Jägermeister, je constatai soudain que sous leur vêtement flashy, ils ne portaient déjà plus que leur nouveau maillot. Prêts pour le grand bain. En de telles circonstances, je ne peux m’empêcher de m’interroger

PHOTOS DR; Archive Photos/Getty Images; Bettmann Archive/Getty Images; Dorothea Lange/Bettmann Archive/ Getty Images; Eric Bard/Corbis Via Getty Images; J . Baylor Roberts/National Geographic/Getty Images.

ÉDITORIAL 18        

CHÈRE LECTRICES,


146

sur l’esprit du voyage aujourd’hui – voyager avec classe et avec style, cela serait-il encore possible? Les choses se passeraient-elles différemment si nous nous imposions un dress-code différent? Le costume et la cravate nous donneraient-il plus de tenue? Telles furent également mes pensées en découvrant le nouvel ouvrage de Stefan Bitterle sobrement intitulé «Zeitreisen». Un hommage sensible autant que nostalgique au voyage à travers le temps, et dont vous pourrez retrouver certains clichés puissamment évocateurs page 146 et suivantes. Entre hier et aujourd’hui, la différence la plus frappante est probablement le fait que le voyage commençait autrefois dès que l’on se mettait en chemin, bien avant d’arriver à destination. On parlait vraiment de voyage et non pas seulement de séjour. Si de nos jours, stoïquement, on se résigne, ces quelques heures durant, le vol vers les grandes vacances et les horizons nouveaux étaient encore, dans les années soixante, une aventure en soi. Un pur luxe. Mais du moment que les portes de l’avion sont déverrouillées, qu’enfin on échappe à la torpeur lourde et à cette atmosphère chargée, c’est à chaque fois la même magie qui opère. Comme si c’était la toute première fois. Balayée notre mauvaise humeur, oubliées les déplaisantes péripéties: place au premier jour des vacances et à leur liberté! La rançon de notre patience. Elle nous donne des ailes, cette estivale liberté, et l’envie de croire que, dans l’avion, nous n’aurons plus jamais à remonter. Que c’est le grand départ. Qu’il n’y aura point de retour. Vite, enfuyons-nous...

         19


S i mo n e Aïd a B a u r

A 18 ans, le britannique Rowan Papier se rend à New York. Il y travaille dès lors auprès des meilleurs photographes de mode, apprenant le métier aux côtés de Bruce Weber, Steven Meisel ou encore David LaChapelle. Après ses études, l’idée de se lancer en indépendant s’impose comme une évidence. Aujourd’hui encore, il vit et travaille à New York, et réalise des reportages de mode très contrastés. Pour L’OFFICIEL Suisse, il met en scène le top modèle Stella Maxwell. Rendez-vous en page 68 pour découvrir cette histoire en images.

La carrière réussie de Simone Aïda dans l’hôtellerie de luxe lui a donné l’opportunité de vivre et de travailler dans 7 pays sur 3 continents. Capable de s’exprimer en 6 langues, elle revient s’installer en Suisse avec dans ses bagages multitude d’impressions et d’expériences. Son faible pour les beaux hôtels l’incite à créer un blog qui lui permet de redécouvrir le plaisir de l’écriture. Pour L’OFFICIEL Suisse, elle conte les récits de ses voyages, comme sa visite aux «Trois Rois», à lire en page 162.

K arine & Oliver

D a n Roz n o v

Pendant plus de 10 ans, Karine Welter et Oliver Rust ont travaillé en indépendant dans le monde de la mode, de la photographie et de la beauté, entre Paris et Londres. Au printemps 2012, ils décident de former un duo de photographes et se mettent alors à composer leurs portfolios. Très vite, ils prennent des clichés pour des magazines de haut rang et produisent des clips vidéo. Plongez dans leur impressionnante histoire en page 80.

Dan est directeur artistique indépendant et propose ses conseils aux startups et aux marques appartenant au monde de la mode. Mais sa fascination s’exprime pour cette boisson si savoureuse qu’est le champagne. Depuis 3 ans, Dan Roznov rédige des articles à ce propos dans son blog. Il dirige en outre des ateliers d’études à Zurich et à Londres, aide les meilleurs restaurants à élaborer leur carte de champagnes, et lance actuellement son propre petit festival de champagne à Zurich. Pour en apprendre davantage sur le sujet, reportez-vous en page 134.

PHOTOS DR

CONTRIBUTEURS 20        

R owa n Pa p i e r


01

S t y le


NUANCIER

2.

1.

12.

13. 3.

H FL S A

U

Par Poppi de Varey

O

FL

11.

En touches placées éclatantes ou en accessoires hyper-colorés, ces flashs modernistes excitent les nouveaux classiques d'été.

10.

PHOTOS DR; Certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse; Solid and Striped, Freda Banana sont disponibles sur Net-A-Porter.com

4. 5.

8. 9.

7.

6.

1. Solid and Striped, CHF 160. 2. Freda Banana, CHF 220. 3. Alexander Wang, CHF 490. 4. Dolce & Gabbana, prix sur demande. 5. Charlotte Olympia, CHF 1 120. 6. Burak Uyan, CHF 780.  7. Dolce & Gabbana, prix sur demande. 8. Aquazurra, CHF 460. 9. Balenciaga, CHF 140. 10. Défilé, Jason Wu, Printemps-Été 2017.  11. Sies Marjan, CHF 670. 12. Comme des Garçons, CHF 90. 13. Max Mara, CHF 290.

         23


News

enSoie x 24.02 Swimwear

Les deux marques suisses enSoie et 24.02 ont lancé ensemble une petite collection de maillots de bain raffinée, qui s’inspire des femmes du monde entier. Elles ont toutes une origine et un âge différents, et sont à des étapes de leur vie tout aussi contrastées. Mais ces femmes ont une chose en commun: elles sont belles et indépendantes! La collection comprend des maillots de bain et des bikinis aux formes et aux couleurs contrastées. Les modèles sont disponibles à partir de CHF 260. Il est possible de faire broder ses initiales contre un petit supplément. www.ensoie.ch

Revival: bord de mer 4

1

2

1. Maillot de bains, Melissa Odabash, CHF 330. 2. Clutch, Sara Battaglia, CHF 975. 3. Lunettes de soleil, Paul & Joe Eyewear, CHF 170. 4. Silhouette, Moncler, Été 2017.

24        

PHOTOS DR; MOD

3


VITALITÉ Van Cleef & Arpels ressuscite sa merveilleuse collection «Frivole» avec neuf nouvelles créations. On adore tout particulièrement les pièces en or jaune pavé qui brillent d’un éclat solaire tout en évoquant le style des années 1950. Bague «Entre les doigts frivole» en or jaune et diamants ronds, CHF 21 300. www.vancleefarpels.com

JaegerLeCoultre x Charlie Chaplin Longchamp puissance 5

En plus de soutenir des films, Jaeger-LeCoultre est partenaire le «la Mostra de Venise». Mais en Suisse aussi il y a des artistes formidables. L’une d’entre eux est la réalisatrice suisse Eileen Hofer, dont le nouveau court-métrage est visible au musée Charlie Chaplin de Vevey. www.jaeger-lecoultre.com www.charliechaplinsworld.com

Caran D’Ache Par Peter Marino Caran d’Ache et le célèbre architecte et designer Peter Marino ont développé ensemble deux nouveautés destinées aux passionnés de l’écriture. Avec un regard neuf, Peter Marino a collaboré de manière déterminante au design, créant ainsi des pièces innovantes pour un confort d’écriture optimal. Éditions limitées à partir de CHF 800. w ww.store.carandache.com

Après Zurich, Genève, Lausanne et Berne, Bâle accueille désormais sa première boutique Longchamp. Directement accessible sur l’élégante Freien Strasse, elle propose des articles en cuir luxueux et raffinés, ainsi que les toute nouvelles pièces de prêt-à-porter de chez Longchamp, le tout sur 95 m². Détour conseillé. w ww.longchamp.ch


News Londres sur Limmat

St. Moritz Jazz Festival Le Festival «da Jazz de St. Moritz» fête déjà ses dix bougies dans l’une des plus belles vallées de Suisse. Cette année, la star britannique Jamie Cullum, qui peut se targuer d’une brillante carrière avec plus de 10 millions d’albums vendus, donnera un concert gratuit afin de célébrer l’anniversaire. Quand la musique prend de la hauteur. www.festivaldajazz.ch

LE GRAND BLEU

La marque britannique Whistles a inauguré son magasin pilote à Zurich. Un emplacement idéal, deux étages. Une collection femme et des accessoires. Avec en prime, la vue sur la Limmat. Boutique Whistles Limmatquai 26, Zurich www.whistles.com

À bientôt 80 ans, David Hockney est avec Jasper Johns l’un des derniers grands papes du pop art encore vivants, un trésor national d’Angleterre, le prophète du bleu piscine et un inlassable expérimentateur de techniques. Arrivant tout droit de la Tate Britain et avant de partir pour le Met de New York, la rétrospective «David Hockney» rassemble plus de 160 œuvres de l’artiste, dont les séries «Swimming Pools et Grand Canyon», ainsi que des photos, des vidéos, des dessins sur iPhone et iPad, jusqu’à une série de portraits réalisée en 2015. «David Hockney», du 21 juin au 23 octobre au Centre Georges-Pompidou, à Paris. www.centrepompidou.fr

26        

PHOTOS DR; MAD; David Hockney

Garden (2015-2016), de David Hockney.


NEWS

Lenteur gourmande

A lexa Chung

Rendez-vous le dimanche 25 juin, pour un festival gastronomique à grande échelle, organisé pour la troisième fois, et ce au beau milieu de la Suisse. Produits régionaux à boire et à manger ainsi qu’un marché proposant des fruits et autres gourmandises. Voilà qui vaut bien une excursion dominicale! Dimanche 25 juin, de 10 h à 17 h, Mürgstrasse 18, Stans w ww.slowfood.ch

A dormir debout A la rédaction, nos yeux se sont écarquillés à la vue de la nouvelle collection d’été de F.R.S. Une collection de pyjamas pour nous aider à surmonter la chaleur sans problème, même au bureau. Des motifs floraux et la fluidité de la soie. On peut désormais se procurer ces pièces chic en ligne, sur le site de la marque. w ww.forrestlesssleepers.com

La renversante Britannique d’origine chinoise est une icône de la mode. Et, comme beaucoup de ses consoeurs dotées d’une belle visibilité sur les réseaux sociaux, elle lance sa propre marque. Une ligne cool destinée aux jeunes femmes cool, et qui nous donnera, à nous aussi, un air aussi cool que celui d’Alexa. Cool. www.alexachung.com

         27


STYLE

THE BIG ESCAPE Bientôt, les bureaux se videront et les citadins prendront leurs quartiers d’été sous un parasol. C’est le temps du repos et de l’évasion. Mais à quel moment est-on vraiment en vacances? Et d’ailleurs, c’est quoi, les vacances? Au fil de quelques précieux souvenirs de voyage, Valérie Fromont guette ce moment où les vacances rendent possible la découverte d’un merveilleux territoire: soi-même.

Sur la côte basque, un concours de chant auquel je m’étais présentée en robe blanche. J’avais chanté Francis Cabrel et allez savoir pourquoi, il y a son sosie sur la photo.

28        

PHOTOS DR

Par VALÉRIE FROMONT


STYLE

V

ous voici arrivé – selon toute probabilité, moulu et vermoulu – aux portes de l’été, prêts à faire des réserves de vitamine D pour les cinq ans à venir. Avec un peu de chance, vous avez une fabuleuse échappée belle devant vous et, en perspective, un voyage dont vous vous réjouissez follement. C’est peut-être un séjour dans la maison de famille, là où vous avez des repères, des souvenirs, des gens que vous aimez. Ou une halte dans une masseria des Pouilles, à vous remettre du stress de l’année à grands renforts de généreux plats de lasagnes cuisinés par la nonna. Un spa à Bali, un treck en Patagonie, une méditation au pied du Mont Fuji, une maison blanche éclaboussée de bougainvilliers en Grèce, une cabane en Engadine. Peut-être avez-vous planifié ce voyage pas à pas il y a six mois, à moins que vous ne conserviez précieusement l’ivresse et le luxe de décider au dernier moment de la destination. Sur le papier, les vacances, ça a l’air simple et beau comme un catalogue Kuoni feuilleté au fin fond de l’hiver morose. Dans la vraie vie, c’est à la fois bien pire et beaucoup mieux que cela: c’est un plongeon en eaux troubles, au cœur du plus vaste et du plus fascinant continent à explorer, soi-même. Je me souviens des premiers départs en vacances de ma vie. Une deux-chevaux, trois enfants, un chien et autant de valises prêtes à exploser sur le toit de la voiture. Je vous parle d’un temps que nos plus jeunes lectrices ne peuvent pas connaître: celui d’avant les compagnies d’aviation lowcost et des Airbnb, le temps d’avant Internet, même. Si, si, ça existe. On filait à toute allure vers le Sud, Françoise Sagan en tête, Georges Brassens et Phil Collins dans les oreilles. Les années 80 battaient leur plein. Et ce qui me fascinait vraiment n’était pas tant le nouveau pays, la nouvelle langue, la mer, mais cette atmosphère si particulière du jour du départ: se lever à 3 h du matin, boire un chocolat chaud alors que l’on était encore censés dormir, sentir la maison qui s’agite en lieu et place de son habituelle tranquillité morose et angoissante. Il fallait faire vite pour rouler un maximum avant les heures les plus chaudes du jour (car évidemment, la climatisation n’existait pas non plus dans les voitures). Cette excitation joyeuse, cette trouée dans le grand manteau nocturne – comme le furent plus tard la découverte des fêtes, des clubs et de la vie noctambule – étaient un merveilleux pressentiment, et sans doute un immense soulagement: la sensation qu’il suffit parfois d’un rien pour envoyer valser la chape d’habitudes qui semblent donner corps à nos jours, nos nuits, et engloutit par là même toute notre manière de vivre et de penser. Pour tout mettre à l’envers, il suffit parfois d’une bulle dans la nuit et enfin, avoir la vie devant soi. On filait ensuite vers le Sud en chantant à tue-tête et avec l’espoir secret que tout y serait différent. Je donnerais beaucoup pour revivre indéfiniment ce sentiment-là. Je me souviens d’un autre moment précis dans ma vie où cette émotion fut encore plus vivace que jamais: je venais d’atterrir à Tokyo, j’avais 17 ans. J’étais mannequin et mon agence m’avait emmenée dans mon appartement à mon arrivée un vendredi soir. On m’a dit: «On vient te chercher lundi matin à 9 h». A l’époque (salut les jeunes!), on ne pouvait

La plage made in Switzerland

Là je ne le sais pas encore mais dans deux jours, je serai à Tokyo avec un guide Michelin dans la main pour essayer de trouver mon chemin.

         29


STYLE

J’ai autant appris des bonnes expériences que des mauvaises. Il n’y a rien à faire, rien qui ne puisse être évité, rien qui ne ressemble à un catalogue Kuoni ou à l’idée compassée que l’on se fait souvent des vacances: elles comportent toujours leur lot de déconvenues (je ne peux m’empêcher de rire en me rappelant de cette amie qui avait eu la chance de partir dans un des endroits les plus chic, les plus luxueux au monde me raconter qu’elle était terrifiée le matin par les sangliers rôdant autour de sa maison…). Les vacances sont une sorte de tube d’incubation: elles n’inventent rien mais amplifient tout, agissent comme un révélateur et parfois, un détonateur. Tout à coup, il y a urgence. Urgence de se reposer d’abord, et le corps met souvent plusieurs jours à baisser à la garde, après quoi il n’est pas rare de tomber malade histoire d’être sûrs d’être cloués au lit quelques jours. Urgence de quitter un homme, un job, un mode de vie qui ne nous convient plus. Le moment où on lâche prise en vacances ressemble beaucoup à un moment d’ivresse, où tout ce que nous savons déjà intimement se révèle à nous avec la clarté du premier amour.

30        

PHOTOS DR

En Mauritanie, auprès de gens lumineux mais affronter le désert m’a valu les plus grandes crises d’angoisse de ma vie.

pas compter sur les téléphones portables, et encore moins sur Google Maps. Mais on pouvait néanmoins s’appuyer sur l’enseignement immémorial des contes: tel un Petit Poucet lost in translation, je suis sortie de chez moi en notant sur un papier à l’aide de flèches le chemin que je parcourais, jusqu’au premier supermarché et à la première cabine téléphonique que j’ai trouvés sur ma route. Seule dans la rue à l’autre bout du monde, hors de portée de ma famille, de ma bande, de mes repères (non mais qu’est-ce qui se mange parmi toutes ces choses fluo et gélatineuses du supermarché?), je crois, je sais, que je ne me suis jamais sentie aussi forte. Jamais je n’ai pu à ce point éprouver la pléthore de mes ressources, le puits de confiance en moi et surtout, mon courage. Et ma débrouillardise. Seule au monde, sans rien ni personne autour de moi, j’étais parfaitement équipée pour survivre. J’ai appris à me faire comprendre par les gens dans la rue à l’aide de mes mains, à lire «Frosties» en japonais, à trouver le chemin des temples bouddhistes et du marché au poisson, à comprendre le code de conduite dans le métro, à me faire des amis, à être sur mes gardes. A grandir. Mais attendez… J’ai beau jeu de vous raconter mes glorieuses villégiatures. Des bons souvenirs de vacances, tout le monde en a. Et des mauvais, avouons-le, encore davantage. Parce que des moments pourris de vacances, j’en ai une collection si vaste qu’elle pourrait facilement remplir un magasin de souvenirs sur le bord d’une plage de la Costa Brava. Je m’en souviens. Très bien même. Des larmes dans l’avion. D’autres parce que je n’avais pas compris que les vacances avec des petits enfants ne seraient plus jamais vraiment des vacances. Il y eut des maisons bien trop vilaines pour y être vraiment heureux, des hommes dont on se rend compte qu’on ne les aime plus, des cabines de voilier claustrophobiques, des drames familiaux, des engueulades monumentales entre amis, des crises d’angoisse dans le Sahara, des séjours ponctués par des visites à l’hôpital. Ou des moments, plus simplement, où on se réjouit de rentrer aux affaires, où l’on pense à la pile de courrier qui nous attend, aux sons, aux couleurs, aux objets qui nous entourent chez nous, eux qui sont les porteurs silencieux et bienveillants de cette toile invisible et voluptueuse sur laquelle reposent nos habitudes.


STYLE La grande chance des vacances, c’est un rapport renouvelé au temps, à l’espace et aux autres qui nous permet, avant tout, d’ouvrir une brèche au plus profond de nous-même. Et ces mots de Leonard Cohen résonnent à jamais en moi: «Ring the bells that still can ring Forget your perfect offering There is a crack in everything That’s how the light gets in.» (Sonnez les cloches qui peuvent encore sonner Oubliez vos offrandes parfaites Il y a une fissure en toute chose C’est ainsi qu’entre la lumière) Qu’elles soient un succès ou un fiasco, le moment le plus intéressant des vacances, c’est ce moment de rupture. Comme un déclic, qui nous permet d’entrevoir de nouvelles perspectives dans le champ intime, social, esthétique, politique, qu’importe. Ce moment où l’on comprend qu’on pourrait très bien boire un chocolat chaud à 3 h du matin si le cœur nous en dit, ou devenir chercheur d’or, infirmière, écrivain, entreprendre des études d’allemand médiéval ou commencer un herbier de fleurs sauvages. Un regard neuf, et si possible durable, qui vivra en nous bien au-delà de la parenthèse éphémère – et si possible enchantée – de ce temps suspendu. Pas besoin même de partir pour cela: il m’est arrivé de passer des vacances à domicile où chaque jour, je me suis imposée de faire au moins une nouvelle chose dans ma ville. Sensation vivifiante assurée. Avant de reprendre la route, laissez-moi vous raconter mon dernier moment de solitude vacancière: c’était au printemps, sur l’autoroute qui me menait, à nouveau, vers le Sud. Pause lunch obligatoire pour les enfants sur une aire d’autoroute qui ressemble à toutes les aires d’autoroute du monde, et qui est peut-être l’une des choses les plus déprimantes au monde. J’étais déjà en mode Audrey Hepburn à Capri et me voici assise au milieu d’une salle où sur un carrelage triste à mourir gisaient des frites trop grasses abandonnées, les tables étaient pleines de ketchup collant et tout autour de moi, des hordes de gens semblaient se rendre à l’abattoir. J’ai tenté de garder ma dignité (et le moral) au milieu de cette scène de l’hypermodernité à la chair triste quand soudain, j’ai eu envie de transfigurer le réel. Ce n’était plus une vulgaire aire d’autoroute mais une fabuleuse photo de Martin Parr au milieu de laquelle je prenais mes quartiers, incisive mais tendre. Les vraies vacances, ça commence peut-être sur une aire d’autoroute: il suffit parfois d’un autre regard pour que la tendresse s’engouffre dans nos vies, et que le monde devienne ainsi plus aimable. Bon vent et bonne route!

Déjà une passion immodérée pour les lunettes de soleil.

Je souris car je ne savais par encore que j’allais faire tant de voyages à l’arrière de la deux-chevaux coincée au milieu de mes deux immenses frères!

         31


La Vie UN PRODUIT DE BEAUTÉ AUQUEL TU NE POURRAIS PAS RENONCER LORS D’UNE CHAUDE JOURNÉE?

Mon favori ultime pour l’été est cette huile de la marque Nuxe, «Huile Prodigieuse Or»(CHF 35). Elle est conçue pour les cheveux, la peau et le visage. Elle nourrit facilement la peau et assure un teint glowy estival.

LES ASPECTS LES PLUS IMPORTANTS DANS LA CONFECTION D’UN SAC? Veiller à ce qu’il soit aussi pratique qu’esthétique, attrayant. Et que son design reste intemporel. Helmer s’adresse aux femmes qui se déplacent beaucoup, et qui accordent une valeur importante au confort dans leurs besoins quotidiens.

Le choix de… MICHELLE HELMER Après une visite à Bali effectuée avec sa sœur et sa mère, Michelle Helmer s’est sentie inspirée par les couleurs et la culture de l’île. L’idée lui est venue de retransmettre ces influences via une collection de sacs fabriqués à la main à Bali. Pour la jeune Londonienne, sa marque est devenue une affaire de cœur, qu’elle partage avec sa mère et sa sœur. www.hel-mer.com Par Manou Steiger

UNE CHANSON POUR UNE SOIRÉE CHALEUREUSE?

«Sodade» de Cesaria Evora.

Clairement Mykonos. La nuit comme la journée: des plages pour se détendre, des fêtes, de la nourriture incroyable, des cocktails raffinés et des couchers de soleil à apprécier. Mykonos propose tout cela. Cette île a vraiment une énergie particulière, je m’y rends tous les étés depuis 12 ans et cette année ne fera certainement pas exception!

32        

PHOTOS DR, flickr

LE MEILLEUR RENDEZ-VOUS DES VACANCES D’ÉTÉ?


La Vie LES INDISPENSABLES DE TA GARDEROBE D’ÉTÉ 2017? Mes nouvelles lunettes de soleil Gentle Monster. Mon maillot Les Canebiers, que j’ai découvert récemment. Mes sandales Valentino que j’aimerai toujours (je les ai en 4 couleurs différentes). Ma robe de plage de Marysia et mon «Maxi Jojo Bag» de Helmer (idéal en voyage car tout rentre dedans facilement).

Sac «Jojo», Helmer, CHF 640.

Sandales «Rockstud», Valentino, CHF 850.

QU’EST-CE QU’UN BON DESIGN SIGNIFIE POUR TOI? Un bon design, cela veut dire que tout tourne autour d’une bonne coupe, d’une attention portée aux détails, d’une finition parfaite et d’une certaine intemporalité.

LA PERSONNE QUE TU AIMERAIS VOIR AVEC UN ACCESSOIRE HELMER? Nous avons la chance de voir plusieurs célébrités porter nos sacs. Et nous étions sincèrement étonnés de voir Halle Berry, qui est véritablement l’une de nos actrices préférées, porter régulièrement notre «Jojo Bag». Citer une femme en particulier est difficile car pour moi, Beyoncé est une icône, et puis je pense à Olivia Palermo, qui a un sens du style infaillible…

UN RÊVE QUE TU AIMERAIS RÉALISER? Avec les revenus de nos ventes, fonder une institution caritative en Indonésie, au nom de Helmer.

LE MEILLEUR SOUVENIR ESTIVAL?

J’ai passé un de mes meilleurs étés lorsque nous avons loué un caïque traditionnel avec 10 amis pour naviguer le long de la côte turque. C’était tellement bien de vivre de beaux moments avec des amis proches, sans distractions extérieures, en mangeant et buvant bien, le tout devant un paysage magnifique.

TA BOISSON PRÉFÉRÉE ET TON LIEU DE PRÉDILECTION POUR LA COMMANDER? Une Sangria Royale (à savoir une sangria avec du cava) à l’Experimental Beach du Cap des Falcó sur l’île d’Ibizaa. Les boissons y sont fantastiques, et c’est aussi là-bas qu’on peut voir le plus beau coucher de soleil de l’île.

         33


STYLE

Fast and curious Débit de torrent, regard affûté, pensée en archipels, le Suisse Hans Ulrich Obrist, commissaire et directeur des Serpentine Galleries de Londres, s’intéresse au présent de l’art et anticipe son futur. Par Yamina Benaï

34        

aussi mise sur orbite de jeunes créateurs devenus grands, Olafur Eliasson notamment. Adepte de l’abolition des limites temporelles, spatiales, intellectuelles, il s’intéresse au renouvellement des règles du jeu, comme dans «Do It», principe d’exposition mis au point avec Christian Boltanski et Bertrand Lavier en 1993, et qu’il ne cesse de réinventer. Celui qui jugeait l’école «trop lente» a très tôt réalisé son Grand Tour. À 17 ans, le fils unique né en 1968 d’un paisible couple des environs de Saint-Gall décide de découvrir le vaste monde de l’art: les musées et les artistes. Direction les trains de nuit, qui lui autorisent un voyage économe en temps de veille et lui épargnent les frais d’une nuit d’hôtel. Il se confronte alors aux plus grands acteurs de l’art contemporain. En préface à ... dontstopdontstopdontstop (éd. Presses du Réel, 2007 ), ouvrage rassemblant ses écrits de 1990 à 2006, sur des expositions clefs d’Obrist, Rem Koolhaas remarquait qu’a contrario des personnalités avides

du verbe, enclines à vouloir capter et garder la lumière, Obrist aime à faire circuler la parole. Avec le même Koolhaas, il avait organisé, en 2006, le premier Serpentine Marathon, soit une session de vingt-quatre heures d’entretiens. Depuis, il a récidivé, rassemblant autour de lui des personnalités de toutes disciplines: à la manière d’un Diaghilev, il met en correspondance des individualités qui, par leurs échanges, apportent leur écot au savoir collectif. Connecting people est l’un des nombreux, et généreux, talents de Hans Ulrich Obrist. À quoi attribuer cette pacifique voracité? «Peut-être, à la manière de Pessoa, suis-je en état permanent d’intranquillité», indique-t-il calmement.

Exposition «Mondialités», commissariat de Hans Ulrich Obrist et Asad Raza, jusqu’au 27 août à la Fondation Boghossian, Bruxelles. www.villaempain.com

PHOTOS DR; Fe Pinheiro

Il faut avoir expérimenté la réponse d’Hans Ulrich Obrist à une invitation d’interview – qu’il suggère de tenir à 6 heures du matin, 8 heures dans le meilleur des cas – pour comprendre combien cet être, tout de chair et de sang, est aussi probablement fait de l’étoffe des robots. Version intelligence dernière, voire future génération. Il fonctionne, pour son entourage, comme un élixir de jouissance du vivace et du beau d'aujourd’hui, et du moment d’après. Tant il porte de projets, tant il travaille à réunir et à réfléchir avec ses disciplines autour de son unique passion, l’art. Depuis sa prime jeunesse, pour mener à bien son grand œuvre – alimenter chaque instant de son existence de savoirs et de questionnements –, il suit son propre algorithme. Il a mis au point un rituel de vie auquel il ne déroge guère. Lever 6 heures, coucher minuit: entre-temps il aura force lu, vu, parlé, écrit... mais également communiqué avec ses trois assistants. Deux diurnes, localisés dans les Serpentine Galleries, un nocturne (sis à son domicile londonien): un certain Shackleton, descendant direct de l’explorateur de l’Antarctique, de bonne endurance donc. Charge pour lui – entre autres missions – de transcrire les interviews d’Obrist. Stakhanoviste de l’exercice, il a accumulé des milliers d’heures de captation de rencontres d’artistes, philosophes, architectes... Dans le lexique obristien: urgent, archipel (qu’il prononce «arkipel»), connexion, démocratie. Il se concentre sur ce et ceux qui l’intéressent profondément, et dont il pressent l’apport aux grands débats du monde. En ce sens, il s’inscrit dans une pensée positive. À son actif, exhumation de l’oubli d’artistes importants, tels qu’Huguette Caland et Etel Adnan, mais


BIJOUX

Boucles d’oreilles en or blanc serti de diamants, collection «Precious Chopard», Chopard.

Boucles d’oreilles «B.Zero1» en or rose, Bulgari.

Boucles d’oreilles «Perlée» en or jaune, Van Cleef & Arpels.

COMPAGNIE CREOLES

PHOTOS DR

Créoles en or rose «Paloma’s Melody», Paloma Picasso pour Tiffany & Co.

Créoles «Idylle Blossom» en ors jaune, rose, gris et diamants, Louis Vuitton.

Ne quittez jamais ces boucles d’oreilles circulaires: leur beauté est infinie. Réalisation Emily Minchell a

Boucles d’oreilles en or jaune gravé et diamants, collection «Leaves», Ole Lynggaard Copenhagen.

Boucles d’oreilles «Juste un clou» en or rose et diamants, Cartier.

Boucles d’oreilles en or rose, avec perles Cumingii et diamants taille brillant, Bucherer.

         35


STYLE

tech n i Des mules à nous donner envie de danser, des it-bags aux saveurs pop et des solaires pour voir le printemps en technicolor... La vita è bella!

PHOTOS; Certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse

Photographie Valentin Fouger ay  Stylisme DEBORAH REYNER sebag

36        


STYLE

colou r Page de gauche: Ceinture en PVC, Isabel Marant, CHF 270. Sac en PVC, Delvaux, CHF 1 200. Sandales en cuir et tissu, Maje, CHF 200. Sacs en cuir de veau, Akris, CHF 320 le petit modèle, CHF 610 le grand modèle.

Sac en cuir verni, Mansur Gavriel, CHF 1 450. Mules en cuir de veau et d’agneau, Céline, CHF 710. Mules en gomme, Prada, CHF 430. Lunettes de soleil en acétate, Gucci, CHF 340.

         37


Maquillage: CELINE CHEVAL Assistant Stylisme: DAMÈSE SAVIDAN

38        

PHOTOS; Certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse

Mules en cuir et satin, Marco de Vincenzo, CHF 640. Sac en cuir, J.W. Anderson, CHF  1 570. Sac en caoutchouc jaune, Furla, CHF 180. Mules en raphia, Robert Clergerie, CHF 350.


Sandales en gomme à plateforme, Prada, CHF 600. Sac en cuir texturé, Loewe, CHF 1 750. Sac de jour souple en cuir effet croco, Saint Laurent par Anthony Vaccarello, CHF 2 770. Mocassins en daim et cristaux, Sergio Rossi, CHF 650.

         39


STYLE Kristen Stewart foule le célèbre tapis rouge du Palais des festivals à Cannes.

SOUS LE SOLEIL DE CANNES Le plus grand festival du monde a célébré ce printemps sa 70e édition, il a maintenant rangé ses palmes, enroulé son tapis rouge, balayé ses flonflons. Souvenirs, souvenirs? Nous avons demandé à des stars hollywoodiennes de nous livrer leurs plus beaux moments sur la Croisette. Par Juliette Michaud

40        

Elle Fanning

«J’ai vécu Cannes, pour The Neon Demon, l’année dernière, comme un vertigineux bal de débutante. Le champagne qui coule à flots et qu’on peut boire à volonté sans choquer, le mélange de glamour et de vulgarité avec ses écueils à éviter, et tous ces films audacieux qui donnent envie de se surpasser.»


STYLE Shirley MacLaine

Laura Dern

«En 1967, j’étais membre du jury et ce qui me revient à l’esprit est ma discipline mentale pour me lever tôt et apprécier une nouvelle œuvre chaque jour alors que je digérais à peine la précédente. J’ai adoré la sophistication du Festival de Cannes, et marcher dans les rues de cette ville solaire. Mes moments favoris étaient entre les projections, lorsque je pouvais voir tous les amis que je n’avais pas croisés depuis longtemps. Nous avons donné le Grand Prix international du festival, la Palme d’or de l’époque, à Blow-Up de Michelangelo Antonioni.»

«Je n’oublierai jamais la présentation de Wild at Heart, en 1990, avec David Lynch. Je me souviens de cette nuit magique où nous avons gagné la Palme d’or et joué à la roulette au Carlton en mangeant des fraises des bois. Au moment de la Palme, il y a eu des gens qui nous jetaient des roses et d’autres qui huaient. J’ai alors pensé avoir beaucoup de chance, à 23 ans, d’être au centre de la polémique et de l’art.»

Julianne Moore «Cannes est mon tapis rouge préféré au monde, personne ne vous demande de décrypter votre look en bas des marches ou de tourner sur vous-même. Vous marchez simplement dans votre tenue d’apparat et, à la fin, l’équipe du film reste seule, chacun se tient par la taille et on monte ensemble. Arrivés en haut, on salue une dernière fois et on entre dans la salle. Il y a dans ce rite une authentique révérence pour le cinéma. Les Français font un beau travail pour préserver ce caractère sacré et magique des marches.»

PHOTOS DR; Chanel, Louis Fauquemberque/FDC

Nicole Kidman «La présentation, en 2001, de ‹Moulin Rouge›, avec toute l’équipe, Baz Luhrmann, Ewan McGregor, moi, qui dansions sur les marches, reste mon souvenir cannois le plus mémorable. C’était fou! Je me souviens que pour Prête à tout de Gus Van Sant, en 1995, je ne voulais pas retourner à Cannes parce qu’ ‹Horizons lointains› y avait été si mal reçu, cinq ans avant, que j’en avais perdu confiance en moi. Or les gens ont adoré Prête à tout et ce fut ma résurrection. Et puis, Dogville de Lars von Trier, en 2003, c’était une autre histoire! (Rires) Cannes demeure une célébration unique des films, surtout des petits films qu’on ne verrait jamais autrement: sans sa Palme d’or l’an dernier, je n’aurais pas eu la curiosité de regarder Moi, Daniel Blake, qui m’a bouleversée.»

Kristen Stewart

«L’an dernier, j’étais invitée pour deux films en compétition, Café Society de Woody Allen et Personal Shopper d’Olivier Assayas, Chanel m’habillait pour tous les galas... Je me souviens, devant la foule et les flashes des photographes, m’être soudain sentie légère et avoir eu envie de remercier ma bonne étoile.»

Clint Eastwood «La première fois que j’ai mis les pieds à Cannes, c’était avec Pale Rider. Je me rappelle une expérience certainement intéressante et très agréable, mais je ne suis jamais allé à Cannes avec l’espoir de gagner quoi que ce soit. On y va, on présente le film, et le reste ne dépend plus de vous. Avec chaque film, c’est comme ça.»

Sharon Stone

«Mes meilleurs souvenirs de Cannes sont liés à toutes celles et tous ceux qui ont fait du gala de l’Amfar la pièce centrale du Festival. À eux!» www.festival-cannes.com

         41


le gang de queen b

Pour sa nouvelle collection de sportswear urbain Ivy Park, Beyoncé a rassemblé une équipe de six jeunes talents de la musique, du cinéma et de la mode, qui n’envisagent pas leur vie sans le sport. Présentations. Par Mél anie Mendelewitsch

42        

PHOTOS DR; Zoë Ghertner

STYLE


STYLE

Sophie Koella Vous l’avez sans doute aperçue sur Instagram, où elle maîtrise à la perfection l’art du selfie sportif. Née à La Nouvelle-Orléans, cette brune au regard magnétique a vécu plusieurs années en Alsace, terre d’origine de son père. Bercée par les Jeux olympiques auxquels elle vouait une véritable passion quand elle était enfant, elle définit le sport comme une échappatoire qui l’a aidée et stabilisée dans ses années d’incertitude adolescente: «Durant mes années de puberté, l’étape la plus vulnérable de ma vie, la danse représentait l’activité la plus constante et stable de mon existence.»

Chloe et Halle Bailey Protégées de Beyoncé, qui les a repérées lors d’une session photo il y a plus de dix ans et les a signées sur son label Parkwood Entertainment, ces deux sœurs de 17 et 19 ans ont sorti en mars dernier une «mixtape», «The Two of Us», remarquée par la critique, et multiplient les reprises éclectiques sur leur chaîne Youtube. Basées à Los Angeles, elles affectionnent le running matinal et les marches musclées sur les hauteurs de Hollywood avec leur chien, un moyen de se défouler et de recharger leurs batteries: «C’est si incroyable de fusionner ainsi avec la nature et ses insectes, ses animaux», déclare Halle. «J’aime l’odeur que l’on sent au petit matin et l’atmosphère paisible, c’est un moyen réel de clarifier son esprit. Cela nous rend heureuses et positives, et nous permet de nous concentrer davantage sur nos projets.»

SZA Chanteuse et compositrice née en 1990 à Saint-Louis dans le Missouri, elle est l’une des chefs de file du R&B alternatif et cite des influences aussi diverses que Billie Holiday, Björk, Jamiroquai et le Wu-Tang Clan. Elle se nourrit également des œuvres de Spike Lee et d’artistes contemporains. Passionnée de gym, elle privilégie les activités qui fusionnent avec les éléments naturels – randonnée, escalade ou natation – et envisage l’activité physique comme un moyen d’évasion et de développement de son identité: «J’aime me dépasser, faire abstraction de la douleur, des obstacles et de la fatigue. Dans ces moments-là, tout est possible.»

Yara Shahidi Cette comédienne précoce multiplie à 16 ans les projets avec succès: remarquée dans la série «Black-ish», qui raconte le quotidien d’une famille afro-américaine, elle a été nommée aux Teen Choice Awards, a interprété dans «Scandal» l’héroïne Olivia Pope jeune, et a même donné, à 10 ans, la réplique à Angelina Jolie dans le thriller «Salt». Basketteuse émérite, elle s’est surtout construite à travers sa pratique du karaté. Ceinture noire, elle définit cette activité comme un pilier dans sa carrière comme dans sa vie privée: «Le karaté m’a aidée de nombreuses façons dans ma vie, il m’a permis de me connaître sur le plan physique, émotionnel et mental, et de gagner confiance en moi.» w w w.ivypark.com

Selah Marley À seulement 17 ans, la petite-fille de Bob Marley, fruit des amours tumultueuses de son fils Rohan et de Lauryn Hill, se fait déjà un nom dans la mode. Cette beauté athlétique, qu’on a pu apercevoir dans la dernière campagne Calvin Klein, partage son temps entre l’univers de la mode et la New York University où elle étudie des disciplines aussi diverses que la psychologie, l’astronomie et l’histoire afro-américaine. Hyperactive, cette touche-à-tout confie avoir pratiqué une multitude de sports depuis son enfance: l’équitation, la gymnastique, les danses jazz et africaine, le karaté et le basket, sans oublier de longues nages relaxantes dans l’océan.


STYLE

À L’ENCRE BLEUE Sac “Double T Tattoo Inspired” en cuir, Tod’s, 1 750 €.

Par Félix Besson

44        

PHOTOS DR

On le connaissait sur le dos d’Angelina Jolie ou à la cheville de Catherine Deneuve. Le tatouage change de peau et orne désormais l’édition limitée «Tod’s Tattoo» de la marque italienne.


STYLE

S

igne distinctif dans certaines civilisations, le tatouage a fait, il y a une vingtaine d’années, son entrée dans la société occidentale en tant que vecteur d’identité, de rang, de position sociale. On le revendique comme un atout dans les tribus aborigènes, où il est également élevé au rang de forme d’expression, parfois plus politique qu’artistique. En Occident, porter un tatouage relevait plus de l’excentricité secrète, un motif peint à même la peau, que l’on cachait sous des mètres de tissus. Mais comme tout attribut dit déviant, le tatouage s’est peu à peu fait une place dans les mœurs et donc dans la tendance. Assumé aujourd’hui comme une des marques de beauté ultime, il devient, au même titre que le make-up, purement esthétique. Un geste à la mode, enclin à faire un tabac aussi bien sur les filles et les garçons que sur… leurs accessoires. La maison Tod’s, label incontesté de la maroquinerie et des souliers «made in Italy», a eu l’ingénieuse idée de s’offrir les services de la tattoo-artist d’origine indienne Saira Hunjan. De quoi «pimper»

ses pièces signature à coups d’arabesques bollywoodisantes. Ainsi, le sac «Double T», le mocassin «Gommino», les slip-on et sneakers se parent d’une forme d’iconographie orientale, entre le tigre et le dragon céleste tian long, imaginée par l’artiste britannique en étroite collaboration avec les studios de création internes. «Travailler sur des accessoires, c’est aussi travailler avec une marque, avec ce qu’elle représente. Il faut trouver une harmonie entre les deux, explique la tatoueuse. Le défi résidait aussi dans le fait de rendre chacun de ces sacs différents avec la même imagerie.» Non contente de sublimer les créations Tod’s, Saira Hunjan s’est également attiré les louanges des beautiful people britanniques grâce à son utilisation unique du dermographe. Kate Moss ou Sienna Miller font régulièrement appel à l’artiste installée à Londres, lui conférant un statut d’ovni mode auquel il serait bon de s’intéresser de près. Tatouer un it-bag deviendrait-il aussi révélateur d’une réussite imminente que tatouer une it-girl? Il faut croire que oui.

Sac «Double T Tattoo Inspired» en cuir, Tod’s, prix sur demande. www.tods.com

         45


BeautÉ

HORS DES CLICHÉS BATTUS Oubliés les visages photoshopés et sans aucune aspérité, trop parfaits pour concerner: l’égérie beauté 2017 a du chien, revendique sa singularité, assume la fluidité de genre avec fierté. Et ne manque pas de contradictions… Par Aurélia Hermange-Hodin

46        

des gens du réel, des imparfaits du quotidien: #naturalhair, #nomakeup, #loveyourlines, #effyourbeautystandards (soit on ne peut plus clairement: «J’emmerde vos critères de beauté.»). Pour Vincent Grégoire, du bureau de tendances Nelly Rodi, «la beauté telle que les marques de luxe ont pu la concevoir n’est plus d’actualité. On assiste à la réémergence de l’esprit des années 1990, avec ses castings sauvages réalisés dans la rue, à la recherche de vraies gueules, de physiques singuliers, de bouches trop grandes, de nez cassés ou de cicatrices. Pourquoi passer par une agence quand on a Pinterest? De manière générale, les millennials rejettent la chirurgie esthétique, les visages trafiqués et la culture du fake. Ils détestent la demi-mesure, l’aseptisé et le politiquement correct. Pour eux, mieux vaut une réalité crue, parfois même amplifiée, qu’une consensualité tiède».

Instagram vs. Photoshop

Mais attention, selon le chasseur de tendances, l’idéalisme n’a pas grand-chose à voir avec cet avènement de l’atypique. Au royaume de Photoshop, on doit désormais transgresser les codes de la beauté pour se démarquer, se faire remarquer et, finalement, s’imposer dans les esprits. Quitte à suggérer que tout le monde peut aujourd’hui devenir une égérie. Flatter la génération Z en faisant mine de rejeter les conventions bourgeoises, adopter l’ironie et maîtriser le douzième degré: les nouvelles postures marketing du luxe et de la beauté? Possible, selon Margaux Brousse, chef de produit chez Dove France, qui constate chaque année, lors de tables rondes organisées dans les collèges autour de l’estime

PHOTOS DR; Marcio Madeira

T

atouée de la tête aux pieds – comme Kat Von D, l’artiste américaine qui vient de lancer une ligne de maquillage qu’elle a choisi d’incarner. Atteinte de dépigmentation – comme Thando Hopa, que Vichy avait nommée ambassadrice de sa gamme de produits solaires, ou comme Winnie Harlow, modèle aperçu aux côtés de Beyoncé. Androgyne – comme Jelena Abbou, championne serbe de body-building qui pose pour M.A.C. Transgenre – à l’image d’Andreja Pejić, égérie de Make Up For Ever, ou de Hari Nef, nouveau visage de L’Oréal Paris aux Etats-Unis… La muse nouvelle s’affranchit des diktats et invente sa propre définition de la beauté, comme la jeune mannequin Molly Blair. Pour la première fois dans l’histoire des égéries, la marque américaine de produits capillaires Beauty & Pin-Ups a même gravi un échelon en choisissant Katie Meade, ex-athlète paralympique de 32 ans atteinte de trisomie 21, pour représenter sa ligne «Fearless Hair Rescue Treatment». Comme si la globalisation du monde et sa vision standardisée de la beauté avaient vécu, laissant place à une quête de singularité qui s’exprime par le rejet en bloc d’une perfection inaccessible. Les campagnes contre l’excès de Photoshop se multiplient, Barbie se décline désormais en trois tailles et sept couleurs de peau et de plus en plus de mannequins âgés commencent à promouvoir soins et maquillage (Baddie Winkle, la mamie badass aux 2,9 millions d’abonnés Instagram, vient de devenir, à 88 ans, la nouvelle égérie de Urban Decay, rides et cheveux blancs compris). Sur les réseaux sociaux, la voix de la diversité se fait entendre à travers des hashtags célébrant le retour à une beauté naturelle, sans filtre ni artifices, celle


BeautÉ

Molly Blair, lors du défilé Chanel Printemps/Été 2017

Winnie Harlow, lors du défilé H&M Studio Printemps/Été 2017

de soi, l’importance croissante de sa propre mise en scène et du personal branding sur les réseaux sociaux. «Dove milite depuis des décennies pour la célébration de la pluralité, nous voulons aider les jeunes générations à s’affranchir des modèles imposés car les canons sont faussés dès le départ. Mais le besoin d’identification reste prépondérant, même pour la génération Z, qui sait pertinemment que tous les mannequins sont retouchés, et qui est la première à utiliser des filtres sur les réseaux.» Car, sur Instagram et Snapchat, difficile d’assumer sa propre réalité. Applaudir et plébisciter des physiques clivant, vomir le culte de l’apparence et militer pour l’authenticité, oui, mais à condition de toujours montrer son meilleur profil dans l’espoir d’être repéré, distingué et, qui sait, choisi pour incarner l’une de ces marques que l’on voudrait pourtant tellement dédaigner. Un phénomène d’attirance-répulsion encore confus, mais qui n’empêche pas un bouleversement réel et profond de la vision et de l’expression de la beauté.

made in USA. Un choix inattendu et audacieux, qui casse les codes et donne à la marque une image moderne, cool et branchée. Dans la foulée de cette première initiative visant à «dégenrer» l’univers de la beauté, le youtubeur Manny Gutierrez, 25 ans et plus de 2,6 millions d’abonnés (3,4 millions de followers sur son compte Instagram) est devenu en début d’année la première égérie masculine de Maybelline. Chargé de représenter le nouveau mascara de la marque, le beauty boy a rapidement été rejoint par son collègue Lewys Ball, youtubeur beauté britannique âgé de 17 ans, propulsé nouvel ambassadeur Rimmel London. Au Royaume-Uni toujours, L’Oréal vient juste de signer le célèbre youtubeur barbu Jake-Jamie Ward pour la campagne publicitaire de son nouveau fond de teint «Infaillible». Il y apparaît aux côtés de cinq mannequins féminins, incarnant une génération de jeunes hommes adeptes du maquillage, qui ne s’embarrassent plus des codes du masculin/féminin et se maquillent comme ils l’entendent. D’ailleurs, selon un récent rapport de l’Allied Research Market, le marché mondial des soins pour homme n’a jamais été aussi riche et engrangera 166 milliards de dollars d’ici à 2022. BB cream, huile de rasage, exfoliant, soin antispots, mais aussi coloration cheveux, blush et rouge à lèvres, le secteur de la beauté au masculin se réinvente, bousculé par l’évolution de la notion de genre. Sans tabou, sans âge et sans limite dans l’expression de sa singularité, l’égérie beauté du futur semble en tout cas bien placée pour véhiculer des messages sociétaux dépassant largement le cadre d’un énième tuto contouring. À suivre...

Tu seras muse mon fils

Preuve que les lignes ont bougé: aujourd’hui, la notion de genre n’est plus prédominante pour représenter une marque de maquillage. En témoigne la montée en puissance des influenceurs beauté de tout poil. L’année dernière, CoverGirl, connue pour son offre pléthorique, ses prix hyper-accessibles et son casting d’égéries au plus-que-parfait (Rihanna, Taylor Swift, Janelle Monáe...) a choisi son premier CoverBoy: James Charles, jeune Américain passionné de maquillage, pro des pinceaux et à la technique irréprochable, qui a succédé à Katy Perry dans le rôle d’égérie de l’institution cosmétique

         47


STYLE

Art-à-porter Louis Vuitton bouscule les codes et invite le maître de la pop culture Jeff Koons à réinterpréter l’intouchable Monogram sur une collection de sacs baptisée «Masters». Une première qui agite les mondes de l’art et de la mode. Shocking?

Oser, c’est à cela que l’on reconnaît un artiste. Marcel Duchamp, Andy Warhol, Salvador Dalí, Ai Weiwei, pour ne citer qu’eux, chacun à sa manière a modifié notre regard sur le monde. Aujourd’hui, Jeff Koons. L’artiste américain, aussi désapprouvé qu’exalté, après s’être approprié en 2013 une quarantaine d’œuvres d’art parmi les plus célèbres, qu’il avait éclairées de la lumière bleue de ses gazing balls – ornements populaires des jardins américains – s’attaque au sacrosaint Monogram de Louis Vuitton. Comment? En transposant sur les modèles «Keepall», «Speedy», «Montaigne» ou «Neverfull» – les sacs iconiques du malletier –, cinq tableaux de maîtres déjà repris dans sa série «Gazing Ball», présentée à la galerie Gagosian de New York, en novembre 2015. Ainsi, «La Joconde» de Léonard de Vinci (vers 15031519, dont l’original est exposé au musée du Louvre), «La Chasse au tigre» de Rubens ( 1615-1617, au musée des Beaux-Arts de Rennes), «La Gimblette» de Fragonard ( 1770, à l’Alte Pinakothek de Munich), «Champ de blé avec cyprès» de Van Gogh ( 1889, à la National Gallery de Londres) et «Mars, Vénus et Cupidon» du Titien (vers 1546, au Kunsthistorisches Museum de Vienne) se substituent à la constellation d’initiales LV. Au passage, l’artiste roi ne s’oublie pas et pose son propre logo sur cette nouvelle création commune. À l’intérieur de chaque sac, marqué au fer chaud sur le cuir, il y a de la lecture: la biographie et le portrait des deux artistes, celui de Koons représenté par son fameux lapin gonflable, des explications sur le tableau... On trouve aussi la mention du musée où l’œuvre est exposée. Les cinq institutions impliquées sont partie prenante du projet car elles ont donné leur autorisation de reproduction qui, outre des royalties, leur apporte une appréciable mise en lumière.

48        

Blazer en laine, T-shirt blanc «Majestic», leggings en jean, collection Pre-fall, sacs «Keepall» et «Chaîne» issus de la collaboration «Masters» avec Jeff Koons, Louis Vuitton.

PHOTOS; DR, Louis Vuitton

Par Adrienne Ribes-Tiphaine


STYLE

Chiara Ferragni Il y a quelques temps, la bloggeuse la plus célèbre au monde a fait les gros titres en raison de son engagement. Pourtant, nous connaissons davantage la belle italienne pour son blog à succès «The Blonde Salad». Pour la campagne promotionnelle Louis Vuitton x Koons, Chiara pose devant le célèbre tableau de Vinci «La Joconde» avec le sac Montaigne MM de la nouvelle collection.

         49


STYLE Parka en matière technique, collection Pre-fall, sac à dos issu de la collaboration «Masters» avec Jeff Koons, Louis Vuitton.

Ce n’est pas la première fois que Louis Vuitton fait appel à des artistes contemporains. En 2001, Stephen Sprouse est le premier à collaborer avec la marque. Suivront Takashi Murakami, Richard Prince, Yayoi Kusama, Cindy Sherman, James Turrell, Olafur Eliasson et Daniel Buren. Un engagement qui confirme le rôle de mécène et de commissaire de la maison française, et qui culmine en 2014 lorsqu’est inaugurée la Fondation Louis Vuitton à Paris. Cette fois, le choix se porte sur le plus provocateur des artistes, au risque de choquer les dévots des musées et les militants de l’esthétiquement correct. Certes. Mais dans une époque où la concurrence joue à fond, l’audace seule paye. Mettre l’art dans le sac, c’est un peu donner à chacun l’occasion de rencontrer une culture. Et Jeff Koons va plus loin en affirmant dans la vidéo réalisée par l’équipe Louis Vuitton: «Je

50        

pense que ces sacs sont de l’art. (...) Pour moi, l’art est ce qui nous permet d’être plus conscients de notre vie, de notre potentiel et de ce que nous pouvons devenir. L’art n’est jamais l’objectif, c’est la capacité qu’à l’objet de nous communiquer ce que nous pouvons réaliser pour élargir notre vie.» Les premières pièces ont été présentées à deux cents beautiful people rassemblés le 11 avril dernier lors d’un grand dîner donné au musée du Louvre, évidemment. Cette collaboration n’est pas le coup d’un jour: «Ce lancement représente la première étape de la collaboration entre Louis Vuitton et Jeff Koons. D’autres chapitres suivront au sein d’un large projet célébrant les possibilités de connexion à travers l’histoire de l’art», peut-on lire dans le communiqué de presse. Préparez-vous donc à découvrir de nouveaux venus à l’automne. On sait déjà que le Van Gogh

et «La Joconde» seront reconduits alors que d’autres disparaîtront pour laisser la place à de nouvelles œuvres. Pour l’heure, les versions avec le Fragonard et le Titien ne seront pas vendues dans les boutiques implantées dans certains pays musulmans. Objet d’art ou coup marketing? Jeff Koons souhaite avec ce projet inviter le spectateur à reconsidérer ces œuvres, ouvrir les musées au monde, pour lui permettre d’appréhender d’une manière différente les grands maîtres. Réconcilier le peuple et l’élite: et si c’était cela, aussi, le rôle de l’artiste? www.louisvuitton.com

PHOTOS; DR, Louis Vuitton, Photographie: fiona Torre, Stylisme: Deborah Reyner saebag, Modèle: MARGARITA @ Marilyn, Coiffure & Maquillage: CELINE CHEVAL, Assistant Stylisme: DAMESE SAVIDAN

«L’art est ce qui nous permet d’être plus conscients de notre vie, de notre potentiel et de ce que nous pouvons devenir» ­— Jeff Koons


STYLE Aimee Song La jolie bloggeuse, connue pour son blog «Song of Style», se présente devant le célèbre tableau «Girl with a dog» de Fragonard avec le nouveau sac Speedy, issu de la collection Louis Vuitton x Koons. Page de gauche, en haut et à droite: Camila Coelho La star des réseaux sociaux s’affiche devant l’incroyable tableau « T iger Hunt» de Rubens, lequel est actuellement exposé au Musée des Beaux-Arts de Rennes. Camila est conquise par ce projet unique et fascinée par la nouvelle collection qu’elle porte pour l’occasion.

         51


STYLE

des pieds et des mains Mules raffinées et cabas graphiques. Pour déambuler cet été. En tout décontraction. Photographie fiona torre Réalisation Debor ah Reyner Sebag

Chemise en coton, Ellery, CHF 860. Pantalon en coton mélangé, The Row, CHF 1 5 80. Cabas en lin et cuir, Céline, CHF 1 4 10. Mocassins en cuir, Givenchy, CHF 650. Blouse en popeline enduite, Joseph, CHF 550. Jupe en coton, Cos, CHF 130. Cabas en toile de coton, Balenciaga, CHF 870. Cabas en cuir et toile, Miu Miu, CHF 1 4 10. Mocassins en cuir, AGL , CHF 260.

52        


STYLE

Maritime

10.

1.

Lunettes de soleil, serviette de plage, espadrilles... Que ce soit à la mer ou à la piscine, vous voilà parfaitement équipée pour prendre le soleil et vous décontracter.

9.

Réalisation LENA STÄHELI

2.

7.

8.

3. 4. 6.

5.

1. Céline, CHF 300. 2. Miu Miu, prix sur demande. 3. Loewe, CHF 1  7 50. 4. Swatch, CHF 75. 5. Castaner, CHF 80.  6. Loewe, CHF 320. 7. Prada, CHF 395. 8. Carita, CHF 60. 9. Dolce & Gabbana, CHF 425. 10. Cos, CHF 40. 

         53


STYLE

10.

Envie de voyage

1.

L’été arrive à grands pas. Profitez-en avec ces indispensables.

3. 9.

2.

4.

5. 7.

6. 1. Elisabeth and James, CHF 160. 2. Chanel, CHF 50. 3. Gianni, CHF 100. 4. Parmigiani, CHF 15 200. 5. Valentino, CHF 590.  6. Alberta Ferretti, CHF 700. 7. Dodo, bracelet CHF 810. 8. Max Mara, CHF 355.  9. Bulgari, prix sur demande. 10. Tiffany & Co., CHF 300. 

54        

PHOTOS DR; certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse. Ganni, Elisabeth and James disponible sur Net-A-Porter.com. Valentino disponible sur Mytheresa.com

8.


STYLE Robe en coton, Lemaire, prix sur demande. Valise à roulette en polycarbonate, Longchamp, CHF 500. Ballerines en tissu technique, Dior, prix sur demande. Chemise en coton, Ellery, CHF 930. Short en gabardine de coton, Gucci, CHF 780. Valise en titanium, Rimowa, CHF 990. Ballerines en cuir et raphia, Blumarine, CHF 440.

         55


Chemise longue en coton, Lemaire, prix sur demande. Sac en osier, Prada, CHF 1 3 00. Sac à main en cuir tressé, Michael Kors Collection,CHF 1 180. Sandales brodées, Lanvin, prix sur demande.Robe en coton, Teija, CHF 610. Sac «Hammock»en cuir et osier, Loewe, CHF 2 0 70. Sac en osier, Fendi, prix sur demande. Sandales en lin, Tabitha Simmons, CHF 440. Modèles:  AL ANA MIA et MARGARITA  @ Marilyn  Maquillage et coiffure:  CÉLINE CHEVAL  Assistant stylisme: DAMESE SAVIDAN

56        

PHOTOS DR; Page de droite: certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse. F.R.S disponible sur Net-A-Porter. com. Aurélie Bidermann disponible sur matchesfashion.com

STYLE


STYLE

9.

Marché hippie Baladez vous à travers les marchés hippies dans un style pyjama décontracté et partez à la recherche de pièces particulièrement uniques.

1.

2.

8. 7. 3. 4. 6. 5.

1. Hermès, prix sur demande. 2. Kiini, CHF 315. 3. F.R.S For Restless Sleepers, CHF 935. 4. Phy to, CHF 20. 5. Stella Luna, CHF 450.  6. Charlotte Olympia, prix sur demande. 7. Melissa Odabash, CHF 280. 8. Aurélie Bidermann, CHF 220 9. Jimmy Choo, CHF 510. 

         57


Bijoux

La «YachtMaster 40» de Rolex

Rolex et le monde de la voile vont de pair. Le dernier must-have présenté au salon mondial de l’horlogerie Baselworld 2017 est une montre d’été à la fois étanche et chic: la «Yacht-Master 40», fidèle enchantement pour notre poignet. Par LENA STÄHELI

«Oyster Perpetual YachtMaster 40» de Rolex. CHF 62 500.

58        

qui garantit un maintien plus sûr. Le cadran est protégé par un verre saphir anti-rayures. La montre dispose d’un mouvement mécanique à remontée automatique d’une réserve de marche de 48 heures. Comme toutes les montres fabriquées par Rolex, la «Oyster Perpetual Yacht-Master 40» a reçu la certification «Chronomètre Superlatif» confirmant la précision et les performances extraordinaires de cette nouveauté. Avec la «Oyster Perpetual Yacht-Master 40» Rolex a créé une fois de plus une véritable œuvre dans la famille des Oyster Perpetual – innovante, unique et tout à la fois immédiatement reconnaissable. www.rolex.ch

PHOTOS DR

L

a «Oyster Perpetual Yacht-Master 40» convainc comme toutes les montres Rolex par sa précision et sa fiabilité: une pièce maîtresse, féminine qui correspond à différents types de femmes, et qui sait les séduire. Destinée aux sportives comme aux amatrices de bijoux, la «Oyster Perpetual Yacht-Master 40» est à la fois une pièce de joaillerie et une montre de précision. Au centre, le cœur de la montre se compose d’or Everose 18 carats et d’un cadran noir brillant. La lunette pivotante, dans les deux directions, est ornée de 32 saphirs, 8 tsavorites ainsi que d’un diamant triangulaire sur la position 12 h. Le bracelet flexible «Oyster», développé et fabriqué par la marque, vient se mouler autour du poignet de celle qui le porte. Il est équipé d’une boucle de sécurité «Oysterlock»


02

B eauté


News Beauté

Déesse du soleil Que ce soit en bikini ou en short serré à fleurs, la collection limitée «Soleil de la mer» fait des miracles sur votre peau, et cela en un clin d’œil. «The Glowing Body Oil», présenté ici, offre un éclat lumineux grâce à son mélange d’huiles et de vitamine E. Son parfum exotique réveille un air de vacances qui lui est associé même en dehors de la plage. A inclure dans toute valise de jet-setteuse. «The Glowing Body Oil», La Mer, CHF 120. www.cremedelamer.com

L’ÉTÉ DE LA LIBERTÉ

«Longwear Cream Shadow Stick», Bobbi Brown, CHF 40. www.bobbibrown.ch «Les Sahariennes Bronzing Stones Collector Palette», Yves Saint Laurent, CHF 80. www.yslbeauty.com «Rouge Coco Gloss», Chanel, CHF 40. www.chanel.com

60        

Le «New York Times» a placé Jen Atkin au rang de «coiffeuse la plus influente au monde». En plus de ses 1,5 millions de followers sur les réseaux sociaux, elle compte, parmi ses clientes des connaisseuses, Katy Perry et Jessica Alba, en passant par les Kardashian, Jennifer Lopez ou les sœurs Hadid. En 2016, elle lance la gamme capillaire «Ouai». Le shampoing sec moussant fait partie des best-sellers et le prix du meilleur shampoing sec lui a été décerné. Disponible chez Jelmoli à Zurich. «Dry Shampoo Foam», Ouai, CHF 25. www.theouai.com

PHOTOS DR

Du «Bronzing-glow» sublimé par Yves Saint Laurent aux «Hangover-Eyes» de Prabal Gurung, en passant par les rouges à lèvres effrontés de Chanel, côté maquillage, dès les beaux jours, tous les goûts sont à cultiver.

LA COIFFEUSE LA PLUS INFLUENTE


BeautÉ

Crème pour sirènes

Qu’elles se reposent sur une chaise longue, fassent quelques brasses dans la piscine, domptent les vagues à jet-ski ou se détendent lors d’une partie de volley, elles peuvent toutes compter sur la crème solaire teintée et résistante à l’eau de Shiseido. Disponible en trois nuances. «Sports BB SPF 50+ Wet Force», Shiseido, CHF 35. w ww.shiseido.com

It-Girl Que ce soit en une des magazines dans son rôle de nouvelle égérie de la collection actuelle «Diorshow», Bella Hadid est l’un des visages du moment, elle incarne parfaitement la génération Y. Pour la première fois, le tournage de la campagne s’est déroulé dans les coulisses, là ou Peter Philips créé les looks des maquillages pour les défilés Dior. Cool, courageux, et avec des volumes XXL. Mascara «Diorshow Pump’N’Volume», Dior, CHF 50. Fard à paupières «5 Couleurs», Dior, CHF 90. Crayon khôl «Diorshow», Dior, CHF 30. w ww.dior.com

Glowy pour l’été NUITS CÂLINES L’été, ce n’est pas seulement des températures qui grimpent et des peaux à nu. La preuve avec cette collection de maquillage nude métallisé du roi français de la chaussure Christian Louboutin, qui veille à un look de soirée parfait. Sur les lèvres comme sur les ongles, les tons naturels de «Goldissima», «Preciosa», «Irisa» et «Bronzissima» apportent leur glamour moderne aux nuits tropicales, et ce grâce à leurs textures ultrabrillantes.

Bienheureuse Chrissy Teigen! En plus d’être un mannequin à succès et une mère vivant un mariage heureux avec le chanteur John Legend, elle se distingue sur chaque tapis rouge grâce à son teint glowy impeccable et digne de Hollywood. Partageuse et amicale, elle livre volontiers son secret: les produits Becca. Pour la marque américaine de maquillage, quoi de plus naturel que de lancer une collection et de la lui dédier? Disponible dans les magasins Sephora de Manor de Genève, Bâle et, depuis peu, à Zurich. «Glow Face Palette», Becca, CHF 50. www.beccacosmetics.com

Lipgloss «Loubilaque», Christian Louboutin, CHF 90. Vernis à ongles, Christian Louboutin, CHF 55. w ww.christianlouboutin.com

         61


BeautÉ

SOUFFLE D’HAIR Il est le Steve Jobs de l’électroménager. Depuis peu, James Dyson, le génial inventeur, s’invite dans les salles de bain: son nouveau modèle de sèche-cheveux promet de révolutionner l’art de la coiffure.

D

epuis l’Egypte ancienne, nous sommes tous d’accord: une chevelure abondante et saine est un emblème incontournable de jeunesse, de puissance et de charisme. Et par conséquent l’un des plus beaux atours, les deux sexes confondus. Dans la mesure où, par contraste, elle fait paraître le visage plus petit, une belle masse capillaire est désirable par essence, la nature nous ayant programmés pour que les proportions miniatures retiennent d’emblée notre attention. Une réaction universelle que l’on observe systématiquement face aux nouveau-nés, par exemple. Rien d’étonnant donc à ce

62        

que la perte de masse capillaire, avec les années, amenuise notre sex-appeal. Et si les coiffures évoluent et varient au fil du temps, la brillance et le volume, par contre, ne seront jamais passés de mode. Et furent toujours notre beau souci. Justement. La dernière ambition de Sir James Dyson est de faire souffler un vent nouveau sur l’art du brushing. A 70 ans, le milliardaire britannique – designer, inventeur, entrepreneur et surtout self-made-man – n’a pas fini de vouloir transformer notre quotidien en réinventant certains des objets qui nous entourent. Son immense fortune, qui lui vaut de figurer au classement «Forbes» des 1  000

PHOTOS DR

Par Ursul a borer


BeautÉ

personnalités les plus riches au monde, il la doit, comme on le sait, à son modèle d’aspirateur repensé – sans sac et équipé d’une technologie cyclonique. De l’idée au produit définitif dont la licence fut rachetée par un investisseur japonais, il fallut des années de développement et pas moins de 5 000 prototypes. Les profits qu’il tira de son invention lui permirent de créer sa propre entreprise et de proposer, en 1993, le fameux DC01. Depuis, ses aspirateurs, de forme et d’usage divers, sans sac, éventuellement sans câble d’alimentation ou même automatisés se sont imposés dans nos intérieurs. La marque est actuellement numéro 1 en Suisse. Et la famille Dyson continue de s’agrandir: sèche-mains, ventilateurs, radiateurs soufflants, humidificateurs et assainisseurs d’air – succès garantit à chaque produit. Alors, pourquoi se hasarder dans le secteur de la beauté? Le fondateur de la marque: «Concernant le sèche-cheveux, cela fait plus de soixante ans qu’il n’avait plus connu d’innovation décisive. Des millions de personnes se sèchent les cheveux chaque jour et, à chaque fois, perdent un temps précieux ou abîment leur chevelure en raison de la chaleur excessive. Les appareils sont lourds, peu efficaces, bruyants. Après avoir fait ce constat, nous nous sommes dit que nous pourrions changer les choses. Quatre ans, 100 brevets et quelque 600 prototypes plus tard, nous croyons être désormais en mesure de proposer une solution nouvelle avec un produit inédit». Près de 70 millions de francs suisses ont été investis dans le développement du nouveau sèche-cheveux Supersonic. Sa technologie a bénéficié des compétences de plus d’une centaine d’ingénieurs, le produit ayant bien sûr été testé sur différents types de cheveux – 1 625 kilomètres de cheveux naturels, pour être plus précis. A l’occasion d’une visite au siège même de l’entreprise Dyson à Malmesbury, jolie ville des Wiltshire Cotswolds, nous avons pu vérifier à quel point la recherche technologique est au cœur de chaque projet

Dyson: spectacle digne d’un campus universitaire américain, plus de 3 000 ingénieurs se croisent ici quotidiennement, œuvrant de concert à l’élaboration de produits aussi innovants que le Supersonic. Rien qu’au premier coup d’œil déjà, le nouveau sèche-cheveux Dyson n’a plus rien à voir avec ses prédécesseurs – mais une fois de plus avec ce produit, le design si reconnaissable de la marque s’inspire en premier lieu de la pure technologie. Au cœur de l’appareil, un nouveau moteur V9, l’un des plus petits et plus puissants jamais produits par Dyson, avec 110 000 tours minute. Sa taille extrêmement réduite permet de le loger dans le manche de l’appareil, lui conférant une prise en main particulièrement bien équilibrée. Le flux d’air, puissant et précis, est généré par une technologie parfaitement maîtrisée et garantit un séchage express. Le confort est encore augmenté par le niveau sonore extrêmement modéré généré par l’appareil pourvu de dispositifs silencieux. Il dispose par ailleurs de quatre niveaux de températures, de trois puissances de flux, d’un bouton air froid et d’un système intelligent de progression thermique, mesurant la température de l’air 20 fois par seconde afin d’éviter toute surchauffe. Les accessoires de séchage et de coiffage, magnétiques, se fixent le plus simplement du monde et ne deviennent jamais brûlants grâce à leur revêtement Heat Schield. Autant de raisons qui expliquent que ce nouvel appareil ait déjà été vendu à plus de 900 000 exemplaires depuis son lancement. Jen Atkin, le coiffeur-star consulté lors de l’élaboration du produit, ne se lasse pas d’en vanter les mérites. Que ce soit pour un brushing lisse ou bouclé, ou pour des ondulations beach hair: le sèche-cheveux Supersonic garantit un gain de temps considérable au quotidien – un avantage incontestable même pour les accros du look undone. «Dyson Supersonic», CHF 500. www.dyson.ch

         63


BeautÉ

ENCRES, POUDRES, TISANES & Cie, LES NOUVEAUX GESTE DE LA BEAUTÉ De la spiruline pour toutes, des masques prêts à être posés, des soins pour les cheveux ou pour la peau, des encres de maquillage et des poudres inédites: découvrez les nouvelles tendances pour un été resplendissant.

PHOTOS DR; Franco Rubartelli and Joseph Leombruno/Condé Nast via Getty Images; Certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse

Par Aurélia Hermange-Hodin

64        


BeautÉ Jouez les belles masquées Les sheet masks, ces masques jetables en tissu, hydrogel ou bio-cellulose qui repulpent, illuminent ou raffermissent en vingt minutes chrono, ont trans1 formé un rituel autrefois fastidieux en routine beauté «prête-à-poser». On essaye? Venus de Corée, les masques en tissu ne manquent pas d’atouts: prédécoupés et faciles à appliquer, ils épousent parfaitement les contours du visage, s’oublient sitôt 2

3

en place et s’enlèvent par simple décollement, sans laisser le moindre résidu derrière eux. Gorgés de cocktails d’ingrédients ultraconcentrés, ils apportent à la peau l’équivalent d’une semaine de soins grâce à un film occlusif qui retient les actifs au sein des fibres pour les rendre plus disponibles: comme la lotion ne risque ni de sécher ni de s’évaporer, l’épiderme l’absorbe plus efficacement. À la clef: un effet immédiat et plus durable que sa version crème. À vos masques? Prêtes? Partez! 4

1. «Rubber Mask», Dr. Jart+, CHF 10, chez Sephora. 2. «Hydra-Filler Mask», Filorga, CHF 10, chez Marionnaud. 3. Masque d’imprégnation «Ideal Hydratation», Carita, CHF 130 les cinq. 4. Masque enveloppant concentré réparateur «Advanced Night Repair», Estée Lauder, CHF 120, les quatre.

Infusez chic

Mettez vos cheveux en rehab

Dépassée la tisane? Jamais cette boisson santé n’a été aussi branchée: nouvelles marques aux emballages soignés, saveurs inédites et sophistiquées et toujours des bienfaits phytothérapeutiques avérés pour réconforter, réhydrater et détoxifier... le chic en plus! Le plus sain des breu- 1 vages souffrait jusqu’à peu d’une image désuète, entre plaid en polaire, charentaises et fauteuil relax. Pourtant cette préparation à base de feuilles, d’écorces ou de racines est consommée depuis l’Antiquité pour son agréable goût de plantes et ses principes actifs bienfaisants. Tantôt rafraîchissante, digestive, détox ou apaisante, elle sait aussi éclaircir le teint et drainer en douceur. Côté préparation, trois options: l’infusion, qui consiste à verser, sur le mélange, l’eau au moment où celle-ci entre en ébul2 lition pour laisser les actifs se libérer sous l’effet de la chaleur; la macération, ou l’art de laisser tremper les plantes dans l’eau froide durant plusieurs heures afin d’obtenir une boisson chargée d’actifs et délicatement parfumée. Et enfin la décoction, qui s’obtient en faisant bouillir la tisane quelques minutes pour préserver les principes actifs des plantes avant de la consommer aussi bien chaude que froide. Tchin!

Cuir chevelu irrité, fibre terne, chute chronique, matière en manque de tonus... Il est temps d’offrir une vraie détox à des cheveux asphyxiés. Car la peau n’est pas la seule à suffoquer sous les effets conjugués de la pollution atmosphérique, industrielle et automobile. Étouffée sous l’accumulation d’impuretés et de cellules mortes, agressée par les toxines, le tabac, les poussières, et noyée sous les silicones des produits coiffants, la chevelure s’épuise, s’affine et perd peu à peu sa densité et sa brillance. Bref, il 1 est temps de la laisser respirer. Première étape de cette détox capillaire, un shampoing capable de la débarrasser progressivement de toutes les substances chimiques accumulées en surface. Un rituel rehab encore plus 2 efficace s’il est précédé d’un gommage du cuir chevelu qui assainit et purifie. Une fois les cheveux propres et essorés, appliquez un masque détoxifiant des racines aux pointes pour les débarrasser des 3 derniers résidus tout en leur apportant une dose de soin et d’hydratation. Privilégiez dès lors des produits sans 4 silicone, préférez le séchage à l’air froid, espacez les lavages et armez-vous d’un peu de patience: en huit semaines, le cycle capillaire est relancé et les cheveux, transformés.

3

1. Tisane «Taille de geisha», les Thés de la pagode, CHF 20. 2. Infusion «Summer in Løv», Løv Organic, CHF 20. 3. Eau fruitée «Aqua Rosa», Kusmi Tea, CHF 20.

1. Sérum purifiant du cuir chevelu, John Masters Organics, CHF 40.  2. Spray énergisant Détox, Franck Provost Confidence Professionnelle, CHF 30. 3. Gommage purificateur «Hair scrub», Massato, CHF 40.  4. Shampoing détoxifiant «Maxi Wash», Kevin Murphy, CHF 30.

         65


Commencez une cure de spiruline

Levez l’encre

Teint terne, manque de tonus cutané et rides accentuées: il est temps d’appeler la spiruline à la rescousse pour profiter de ses effets revitalisants et antioxydants. Avec ses 220 molécules utiles pour l’épiderme (acides aminés, oligoéléments, minéraux, vitamines, acides gras essentiels...), c’est la nouvelle star de la belle peau en pot. De plus en plus 1 utilisée dans l’alimentation (sa très forte teneur en protéines lui a valu d’être désignée «superaliment» et «aliment du futur» par l’ONU), elle est étudiée de près par la Nasa car son rapport énergétique très élevé en fait le produit parfait à cultiver dans l’espace lors des missions à long terme. Plébiscitée par les sportifs pour ses effets boostant sur les 2 muscles, sa composition riche en acides gras essentiels lui permet également d’être utilisée pour faire baisser le mauvais cholestérol et lutter contre l’anémie 3 voire la malnutri4 tion. Sur la peau, elle dispense ses bienfaits sur mesure car chaque épiderme y puise ce dont il a besoin. Véritable garde-manger énergétique pour les peaux fatiguées et les éléments nécessaires à leur fonctionnement, «elle agit sur différents processus: agressions extérieures, prévention du vieillissement cutané et réparation», explique Aurélie Guyoux, directrice scientifique d’Esthederm. Hyperadaptable, efficace par voie cutanée ou orale, capable de jouer sur le métabolisme fondamental et le fonctionnement des cellules, cette microbactérie déjà présente dans l’océan primitif, voici trois milliards d’années, n’a pas fini de faire parler d’elle!

Cette saison, le maquillage s’inspire de l’encre et de sa nature changeante. Tantôt transparente comme une aquarelle, tantôt intense comme un tatouage, elle infuse la couleur et joue sur les contrastes. Chez Givenchy, Nicolas Degennes, directeur artistique pour le maquillage, a créé une encre à cils longue tenue qui intensifie le regard sans l’alourdir. «L’encre est la texture 1 idéale pour associer couleur et légèreté, explique-t-il, elle révèle une transparence très délicate à l’application mais peut aussi passer de volutes élégantes à une densité extrême qui rappelle la calligraphie.» C’est d’ailleurs cette dernière interprétation qu’ont retenue Serge Lutens et Shu Uemura, le premier en proposant 2 une encre à lèvres hyper-pigmentée mais sans effet matière, et le second en lançant une encre à sourcils intense à la formulation waterproof et au pinceau biseauté haute précision pour une application longue tenue. Côté teint, Yves 4 Saint Laurent réinvente le cushion, ce fond de teint couvrant mais poids plume, retenu au cœur d’un coussin éponge, avec son encre de teint à la technologie hybride: tenue inaltérable, ultrafine et à la couvrance idéale, elle assure un fini mat et lumineux, irréprochable jusqu’au démaquillage. Pour Dior, l’encre est multi-usages: ultralégère, elle fusionne avec la peau pour ne laisser derrière elle qu’un voile bonne mine sur les pommettes ou la bouche. Quelle que soit la destination ou la texture, le printemps s’apprête à voir couler l’encre à profusion... 3

5

1. Crème «Skin Best Nuit», Biotherm, CHF 80. 2. Sérum «Intensive Spiruline», Institut Esthederm, CHF 90. 3. Concentré anti-âge fermeté corps «Sisleÿa», Sisley, CHF 240. 4. Shampoing «Seaweed», Bumble and Bumble, CHF 30. 5. Shampoing à la spirulina bio, Uvbio, CHF 20, sur www.ecco-verde.ch.

66        

1. Encre à cils «n° 02 Blue Ink», Givenchy, CHF 40. 2. «Cushion Encre de Peau Encrier de Teint», Yves Saint Laurent Beauté, CHF 80. 3. Encre pour les lèvres, Serge Lutens, CHF 70. 4. Gel rosissant instantané joues et lèvres «Cheek & Lip Glow», Dior, CHF 60.

PHOTOS DR; Franco Rubartelli and Joseph Leombruno/Condé Nast via Getty Images; Certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse

BeautÉ


BeautÉ

Faites bosser la poudre

Surfant sur l’engouement pour les produits de beauté DIY (do it yourself), l’exfoliant en poudre, à doser et à mixer selon son humeur et ses besoins, prend d’assaut les linéaires. Voici moult bonnes raisons de l’adopter... Il est ludique. À saupoudrer sur la peau humidifiée avant de gommer en 2 mouvements circulaires, 1 il invente un nouveau geste beauté et un nouveau type de packaging qui rappelle une salière ou un sucrier, à secouer sans modération. Il est concentré. Selon Caroline Perdrix, responsable de la communication scientifique des laboratoires Pierre Fabre, il garantit une plus grande concentration en actifs (en particulier en argile ou en particules sèches absorbantes, qui débarrassent l’épiderme du

sébum et des toxines). Résultat, un effet détox plus important que ses collègues en pâte. Il est très efficace. Ses différents composants ne sont pas dilués ni ses particules gommantes émoussées par une épaisseur d’émulsion ou de gel. Ils entrent en contact direct avec la peau et les cellules mortes qu’ils éliminent plus activement. Particulièrement sûre, avec sa formule 3 dénuée de conservateurs ou d’agents stabilisants (car sans eau) et composée de très peu d’ingrédients, dont une très haute proportion de minéraux non allergisants, la poudre de gommage est très bien tolérée, même par les peaux sensibles. 1. Poudre «nettoyante et exfoliante», De Mamiel, CHF 60, sur www.shop.biomazing.ch. 2. Poudre gommante «Pureté Sublime», Galénic, CHF 30. 3. Poudre exfoliante éclat ultrafine «Hydra Life», Dior, CHF 60.

         67


03

M

ode


Ansolet en Chloé. James Meakin nous montre d'autres tenues pleines de poésie pour enchanter notre été, page 98.


Mode

ÉTOILE FILANTE Devant l’œil parfois indiscret des caméras, elle ne se laisse pas intimider, la belle Stella Maxwell, improvisant une chorégraphie sexy et inspirée, féminine et forte, sous le feu nourri des flashes qu’elle éclipse.

Photographie ROWAN PAPIER Stylisme CHRISTOPHER MAUL

70        


Mode

Blouson en cuir de veau ruché, Dsquared2. Blouson bleu roi en velours, col revers, ourlé de ruban, Giorgio Armani.

         71


STYLE Mode Robe asymétrique en laine, motif zèbre, Emilio Pucci. Robe en résille noire, 3.1 Phillip Lim. Escarpins-sandales à bouts pointus, ornés de chaînes, Tom Ford. Bague torsadée en métal argenté, Gillian Horsup At Grays Antiques.

72        


Mode Veste brodĂŠe en laine et ras du cou "DIO(R)EVOLUTION", les deux Dior.


STYLE

Top sans manches en coton rayures kaki et finitions de cuir rouge, jupe portefeuille noire en viscose et canevas de soie, Céline. Jupe longue asymétrique, Palmer//Harding. Sandales en cuir de veau, Marni. Bracelet plexiglas et argent, Gillian Horsup At Grays Antiques. Bracelet tubes argentés, Pebble London.

74        


MANNEQUIN DE L’ANNÉE

Mode

Stella brille en première place de la fameuse liste des Hot-100 établie par Maxim. Autant dire au firmament. À quoi une irrésistible ascension ressemble-t-elle quand on la vit? Comment une star naît-elle? A l’occasion du shooting pour la couverture de notre édition estivale, la sublime Top nous fait rêver – bref aperçu de son parcours de haut-vol. Par Livia Zafiriou

S

tella Maxwell a tout d’une étoile filante: à peine découverte, qu’elle s’est déjà hissée au firmament. Elle a désormais sa place dans la constellation des tops les plus admirées - et convoitées. Son envol dans la galaxie de la mode est à couper le souffle, rien ne semble pouvoir l’arrêter: à l’étoile Stella, Victoria’s Secret a, en 2014, très spectaculairement donné des ailes, faisant d’elle l’un des anges de la maison. Un an après Bella Hadid, ce fut à son tour d'être élue mannequin de l’année aux LA Fashion Awards. Cette jeune fille de bonne famille est Européenne de naissance, et par essence, puisque ses parents, nord Irlandais, sont tous deux diplomates. Son enfance, la belle l’a passée en Belgique, avant de prendre son envol de pays en pays et de s’installer en Nouvelle-Zélande, le temps d’une adolescence de rêve. Elle fréquentait déjà les bancs de l’université quand elle fut repérée par un agence de mannequins, lors d’une virée shopping. Après avoir fait la couverture de Vogue UK et Japon, c’est pour Jeremy Scott et son défilé Printemps/Été 2014 qu’elle fit ses premiers pas sur les catwalks. On a pu l’admirer, depuis, dans les campagnes H&M, Urban Outfitters, Puma et Ermanno Scervino, ainsi que dans maintes séries de mode pour Glamour, Elle et Vogue. Consécration des consécrations cette année. L’Officiel Suisse: Tu as grandi en Australie et en Nouvelle-Zélande – comment ta nouvelle vie aux States te plaît-elle? Stella Maxwell: Je suis absolument ravie de vivre aux USA. Los Angeles est devenu mon nouveau chez-moi. Quand j’ai découvert la ville pour la première fois, je me suis d’emblée sentie comme à la maison. Et c’est une sensation qui se confirme de jour en jour. Le soleil, l’énergie, le style de vie - pour moi, c’est parfait. Te définis-tu plutôt comme une fille de la Côte Est ou de la Côte Ouest? Et pourquoi? J’aime vraiment la Côte Ouest. Je suis une west coast girl, c’est sûr! L’atmosphère, le dynamisme de la Californie, c’est tout moi. Los Angeles est vraiment un endroit unique et c’est la ville avec laquelle j’ai le plus d'atomes crochus. On pourrait dire qu’avec Victoria’s Secret tu es devenue une véritable icône américaine. Être un ange, cela a certainement des avantages? Et cela réserve peut-être des surprises? Devenir l’un des anges Victoria’s Secret est un réel honneur. C’est une expérience incroyable, de A à Z. Je dois avouer avoir

été surprise de découvrir à quel point Victoria’s Secret est une famille. Quelle chance que de lui appartenir maintenant! Devenir mannequin, était-ce toujours ton rêve? Avant, je n’y pensais pas vraiment. Tout s’est passé de façon très naturelle, on pourrait dire organique. Et quand as-tu réalisé pour la première fois que tu avais du succès – et même beaucoup de succès? Fréquenter l’industrie de la mode correspond-elle à l’image que tu en avais? Ma réussite, c’est quand je peux rendre aux personnes que je fréquente et à la communauté tout l’amour que je reçois. C’est un chapitre de mon existence. Il y a tant d’autres choses que l’on peut faire. J’ai eu beaucoup de chance et je veux aussi donner en retour. Concernant l’industrie de la mode, je trouve que l’important, c’est de trouver des personnes que l’on apprécie réellement et en lesquelles on peut avoir confiance - grâce à elles, on apprend beaucoup, et l’on peut évoluer et s’épanouir. Qui est le mannequin que tu admires le plus? C’est une question difficile. Probablement Milla Jovovich et – même si elle n’est pas mannequin – Angelina Jolie. J’aime beaucoup Veruschka aussi, et Lauren Hutton. Et Shalom Harlow, bien sûr! Et as-tu déjà eu l’occasion de croiser certaines de tes idoles? As-tu une rencontre marquante à nous raconter? Absolument. Ma première rencontre avec Milla Jovovich, ce fut un moment incroyable, fantastique. Il faut que vous sachiez que Le Cinquième Élément, c’est le film qui a marqué mon enfance! Quel a été, selon toi, le moment le plus important de ta carrière? Et as-tu des photographes préférés? De belles expériences, il y en a eu tellement, du défilé Versace aux Anges de Victoria’s Secret. Et les photographes avec lesquels je travaille, je les aime tous. Y a-t-il dans ta carrière quelque chose que tu n’as pas encore eu l’occasion de faire et que tu voudrais accomplir?  J’essaie d’être surtout très reconnaissante et de me réjouir de ce qui se présente à moi, sans avoir d'attentes précises.

         75


Mode

76        


Mode Veste sans manches en vison, Salvatore Ferragamo. Cuissardes rouges, Fendi. Body blanc en viscose, Wolford. Bracelet élastique tubes argentés, Pebble London. Clips d’oreilles blancs, en métal spiralé, Gillian Horsup at Grays Antiques.

         77


STYLE Mode

FOTOS ZVG

Robe longue à col lavallière, en mousseline de soie géranium, Lanvin.

78        


Matinale ou oiseau de nuit? Oiseau de nuit. Votre première pensée ce matin au réveil? Un jus de fruits fraîchement pressés. Où préférez-vous passer votre temps libre en été? A Los Angeles. Qu’est ce que vous emmenez dans votre sac de plage? De la musique. Que portez-vous constamment sur vous? Des lunettes de soleil. Quelle mode n’accepteriez-vous jamais de suivre? Toutes. Un produit de beauté, sans lequel vous ne pourriez vivre? L’eau. Un péché mignon? Les chips «salt and vinegar». Le plus bel accent? Le calme. Votre secret pour une apparence pleine de vitalité? Toujours manger des aliments frais et sains. Et faire beaucoup de sport d’endurance. Le dernier livre que vous ayez lu?«Silence» de Shusaku Endo. De quoi êtes-vous la plus fière? De ma famille. Je l’aime beaucoup.

         79


MODE

Mannequin: STELLA MAXWELL @ THE LIONS  Maquillage: TATYANA MAKAROVA @ THE WALL GROUP Coiffure: QUENTON BARNETTE  Manucure: JINI LIM  Scénographe: MILA TAYLORYOUNG  Directeur Artistique: DEJAN JOVANOVIC  On Set Producteur: GRIFFIN LIPSON  Assistant photographie: JP HERRERA, JORDAN ZUPPA  Assistant mode: CHRISTOPHER DANIELS, IVANA IVKOVIC, OLIVIA ARENDT  Assistant Décor: FRANKIE RUIZ  Production: Ashley Suarez

80        


Robe en résille, 3.1 Phillip Lim. Manteau en poil de chèvre et cuir verni, ceinture en cuir nappa, Bottega Veneta. Boucles d’oreilles à boules argentées, Pebble London. Collants en réseau, Sockshop.

         81


Mode

Telle une amazone marine: forte, indépendante, ensorcelante. Photographie KARINE & OLIVER   Stylisme SAYURI BLOOM

Top noir en cuir et pantalon en soie noire, Valentino. Robe portée comme un manteau, Versace. Souliers, Salvatore Ferragamo.

82        


Mode

         83


Mode

Robe en macramé, Roberto Cavalli. Collier, Valentino.

84        


Mode Robe brodée, Dior. Ceinture en cuir, Bottega Veneta. Souliers, Jimmy Choo. Collier, Giorgio Armani.

         85


Mode

Robe brodée de paillettes et manteau, Marc Jacobs. Cuissardes, Miu Miu.

86        


Mode

Robe longue jaune, blanche et noire, Emilio Pucci. Robe jaune ornée de plumes d’autruche, ceinture bleue et collier rose, Prada. Chapeau et sac, MM6 Maison Margiela. Souliers, Bottega Veneta.

         87


Mode Body, jupe, ceinture, collier et bague, le tout, Elie Saab. Pull vert, Miu Miu. Manteau, Barbara I Gongini. Sac fluorescent, Christian Louboutin.

88        


Mode Chemisier transparent, Ralph Lauren. Robe à rayures, Etro.Pantalon taille basse, Barbara I Gongini. Souliers, Elie Saab.

         89


Mode

Robe noire, Giorgio Armani. Manteau en tissu damassé, Temperley London.

90        


Mode

Mannequin: GIA TANG @ Mannequin management  Maquillage: CAROLINE TORBAHN  Coiffure: PABLO KÜMIN @ Ballsaal

Robe en macramé, Roberto Cavalli. Collier, Valentino. Souliers, Christian Louboutin.

         91


Mode

Filer tout droit vers l’horizon, cheveux au vent dans le soleil couchant: une vision de la liberté à l’américaine, respirée à plein tubes. Le style lui aussi s’affranchit: robe plus casquette, rayures contre rayures, plus rien ne nous retient – Lets hit the road!

Photographie PATRICK SCHWALB   Stylisme MARTINA NELLES

92        


Mode

Robe noire en soie, taille smockée, Belstaff. Lunettes de soleil, Stella McCartney.

         93


Mode

Manteau-blazer à rayures et ceinture, Bally. Robe en mousseline à rayures noires et blanches, Akris. Escarpins argentés compensés, Brunello Cucinelli. Lunettes de soleil avec insertions cuir, Bottega Veneta.

94        


Mode

         95


Mode

Combinaison rayée bleu marine et gris, coupe ample, Tommy X Gigi. Veste en jean ceinturée, Marc O’Polo. Escarpins talon bottier, Bally. Lunettes de soleil, Salvatore Ferragamo.

96        


Mode

Robe portefeuille rouge, Louis Vuitton.

         97


Mode

Robe noire sertie de pierres, fermeture Velcro, Prada.

98        


Mode

Mannequin: Eloisa @ Munichmodels  Maquillage et coiffure: Janina Zais @ Nina Klein  Opérateurs digital: Ezan Vercueil, Annika Netz  Production: First Production, Le Cap

         99


Mode

Premiers soirs d’été. Le soleil qui s’attendrit et qui prend son temps pour disparaître sous la ligne d’horizon. Ses rayons d’or qui laissent une dernière caresse. La naissance du soir est une fête à célébrer sans modération en revêtant ses plus beaux atours. Photographie JAMES MEAKIN   Stylisme LORNA MCGEE

100        


Mode

         101


MODE Mode

102        


Mode

Pantalon en soie imprimée, Stella McCartney. Page de gauche: Robe longue en soie mélangée, Filippa K. Collier en or, Marte Frisnes. Bague en bois, Dinosaur Designs.

         103


Mode

Top bandeau, Louis Vuitton. Collier en métal doré, Charlotte Chesnais. Ci-contre: Robe en soie, Jil Sander. Collier en or, Marte Frisnes.

104        


Mode

         105


MODE

Bikini en lycra et jupe imprimée, l’ensemble, Gucci. Bracelets en or et perspex, les deux, Dinosaur Design.

106        


Mode

         107


Mode

Mannequin: ANSOLET R @ FANJAM Mannequin MANAGEMENT, Le Cap.  Maquillage et coiffure: JOSEPHIN MARTENS @ BIGOUDI Avec les produits Chanel et Aveda  Assistants stylisme: SAM MOSES, FEDERICA BATTISTINO  Assistants photographie:  GERRIT OLIVIER, LUKE MARITZ  Opérateur digital: SABRINA RYNAS  Production:  NORTH SOUTH PRODUCTIONS, Le Cap. Retouches: TAYLORLIGHT.COM 108        


Mode

Robe en soie, Chloé. Jonc en bois, Dinosaur Designs.

         109


Mode

Avec son visage rond malléable comme la cire, son teint de porcelaine et sa bouche outrageusement sensuelle, la troublante poupée Lindsey Wixon ne pouvait que se distinguer d’emblée. Innocente et vénéneuse à la fois, tour à tour poupée rock ou ange sage, le top américain n’a pas fini de nous fasciner.

Photographie TAYLOR TUPY   Stylisme DANYL GENECIRAN

Blouson clouté en cuir de veau, Philipp Plein. Robe en soie et dentelle macramé, La Perla.

110        


Mode

         111


Mode

Combinaison en crêpe et soie georgette, collier de perles, le tout, Chanel.

112        


Mode

Body mélangé nylon et élasthanne, La Perla. Jupe en coton avec empiècement caoutchouc, ornée de plumes, Prada. Bottes hautes lacées, en coton, Diesel Black Gold. Bracelet, Tiffany & Co. Collier de chien en cuir, Carven.

         113


Mode Robe-manteau en laine, Dior.

114        


Mode Robe en coton, Carven. T-shirt en tulle rebrodé, Dior. Blouson en faux cuir, Elisabetta Franchi. Ceinture en cuir à œillets, Diesel Black Gold.

         115


Mode Blouson en cuir, Hilfiger Collection. Créoles et collier en or, les deux, Tiffany & Co.

116        


Mode

Production: OLIVIA DAVIES  Coiffure: MICHAEL LONG  Maquillage: LOTTIE @ Streeters  Assistants photographie: MARCO COLUCCI, CODY HOWELL  Assistante stylisme: LISA JARVIS

Body résille à manches longues, Elisabetta Franchi. Brassière en chiffon brodée de paillettes, Prada. Pantalon d’escrime en coton, Dior.

         117


04

la

vie


la vie

1.

13.

2.

10.

9.

pa r l o Par Tiffany Kehrli

3.

ty

Po

11.

Les plus belles tendances, pour un intérieur estival aux influences orientales.

4.

8.

5.

PHOTOS DR; Amara, Manor; certains des prix affichés sont calculés à partir de la devise d’origine et ne correspondent pas forcément aux prix de détail suisses.

7.

6. 1. Feuille de palmier décorative, Maison du Monde, CHF 40. 2. Brasero, Hornbach, CHF 200. 3. Pavillon avec rideaux en tissu, Maison du Monde, CHF 560. 4. Maillot de bain, Calzedonia, CHF 60. 5. Cygne gonflable, Manor, CHF 80. 6. Coussin, Pfister, CHF 40.  7. Canapé de jardin, Interio, CHF 1 770. 8. Table d’appoint, India Mahdavi für Louis Vuitton, CHF 11 9 00. 9. Tabouret-mosaïque, deux tailles disponibles, Kare, CHF 250 und CHF 910. 10. Serviette de plage «Savannah Dance», Hermès, CHF 490.  11. Lanterne, Amara, prix sur demande.

         119


Design news

GARDE-ROBE DE REVE

Avec sa série «Gliss Master» sortie en 2016 et réalisée par l’architecte belge Vincent Van Duysen, l’entreprise Molteni avait lancé sur le marché un système d’armoire doté des meilleurs matériaux et de caractéristiques spéciales, faisant de celui-ci un objet se rapprochant d’une œuvre d’art. Un an plus tard, Van Duysen présentait son nouveau coup: une armoire en verre, tenant sur quelques éléments de bois seulement, et s’ouvrant par la même occasion sur un angle 180 degrés. w ww.molteni.it

COLLECTION OUTDOOR MINOTTI Avis aux amateurs de plein air! Avec les nouvelles collections d’extérieur «Florida», «Colette Outdoor», «Halley Outdoor» et d’autres encore, toutes conçues par Rodolfo Dordoni, Minotti a créé un concept permettant au client d’aménager les divers éléments de son mobilier d’extérieur en fonction de son goût, pour créer ainsi une oasis de repos et de convivialité. Tous les meubles sont imperméables et résistants aux intempéries. www.minotti.com

AROUND THE WORLD

«Flexform around the World», disponible pour les clients ou pour toute personne intéressée. www.flexform.it

120        

PHOTOS DR

Flexform, leader du marché en matière de design sobre, a présentée à l’occasion du Salone del Mobile et de son cinquantième anniversaire, un beau livre réunissant les projets Flexform les plus extravagants autour du globe. Que ce soit avec ses images de l’hôtel «Cheval Blanc» des Maldives ou du restaurant «Hakkasan» de Mykonos, ce livre riche de 225 pages inspirera aussi bien les architectes d’intérieur que les clients privés.


LA TABLE RONDE La table de la gamme «Home Hotel» de Poliform est un vrai régal pour les yeux. La plaque de marbre ronde, située au centre de la table constituée d’orme noir, tourne sur elle-même. Une élégance et un aspect ludique qui ne passent pas inaperçus dans une salle à manger. www.poliform.it

AGNONA X GIORGETTI Ce partenariat a commencé en 2016, lorsque la marque de cachemire de luxe Agnona et la maison de mobilier Girorgetti ont façonné leur surface de vente Harrods à Londres. Au Salon du Meuble, cette coopération a franchi une nouvelle étape: Giorgetti a lancé, sous l’égide de la collection «Atmosphere», trois housses de couette «Alpaca», «Cashmere» et «Camel», lesquelles soulignent la sobriété et le confort luxueux des meubles Giorgetti. w ww.giorgettimilano.it

         121


La vie

une chambre au ritz Dans la collection des Métiers d’Art de Chanel, Karl Lagerfeld a mis en scène un Paris cosmopolite, inspiré par la légende du palace. Le couturier a créé des correspondances entre les agitateurs de la pop culture d’aujourd’hui et l’élite de l’époque de Coco. Par Adrienne Ribes-Tiphaine

122        


PHOTOS DR

la vie

Lily-Rose Depp

         123


La vie

L

Geraldine Chaplin

Willow Smith

124        

PHOTOS DR

es belles choses se conçoivent dans de beaux lieux et en compagnie de belles personnes. Karl Lagerfeld le sait et ne cesse de le réaffirmer depuis qu’il dessine la femme Chanel, c’est-à-dire trente-quatre ans. À Paris, c’est au Ritz, lieu peuplé de fantômes merveilleux – stars hollywoodiennes, faune élitiste et cultivée, de Charlie Chaplin à Marcel Proust, de F. Scott Fitzgerald à Ernest Hemingway – que le couturier a choisi de mettre en scène son défilé des Métiers d’Art. Cette collection, proposée actuellement dans les boutiques du monde entier, met en lumière les différents savoir-faire que la maison de la rue Cambon a su concentrer, des broderies Lesage à l’orfèvrerie de Goossens, des plumes des ateliers Lemarié aux souliers sur mesure de Massaro, en passant par les chapeaux et autres voilettes griffés Maison Michel. Onze maisons au total. Pour rendre hommage à ce Paris cosmopolite, quoi de plus évident que le palace de la place Vendôme, de retour après quatre années de travaux? Il est le lieu de passage d’une jet-set moderne, multiple et planétaire, agora luxueuse où tous les styles se croisent, éloge de l’ouverture et de l’esprit d’audace... Gabrielle Chanel n’y était pas insensible. Le Ritz fut sa dernière adresse, il était surtout pour la créatrice un repère, le refuge qui lui permettait d’échapper aux désagréments des lendemains de fête, lorsque, comme elle aimait à le dire avec son humour acide, «les domestiques sont de mauvaise humeur, ils n’étaient pas à la fête, eux, et la maison est sale, il faut tout remettre en ordre. Alors, je partais, je m’installais à l’hôtel Ritz pour trois jours.» Coco Chanel entretenait un lien très fort avec cette adresse située à quelques pas de ses ateliers de la rue Cambon. Une des suites porte encore son nom. Elle y séjourna trente-quatre ans durant, y mourant un soir de pleine lune, le 10 janvier 1971, tout habillée et allongée sur son lit. Karl Lagerfeld, comme Gabrielle Chanel – et c’est un de leurs points communs – partagent une vision très particulière du passé. Comme un rétroviseur, il ne sert qu’à percevoir le présent, à nous permettre d’aller vers l’avenir. Ne pas se retourner pourrait être l’un de leurs mantras. «Les codes de Chanel, je les ai intégrés, je fais du Chanel inconsciemment. (...) Mon travail, ce n’est pas de faire survivre le style mais de le garder vivant», lit-on dans le livre d’Isabelle Fiemeyer «Chanel, l’énigme» (éd. Flammarion, 2016). Et pour nourrir cette vitalité, quoi de mieux que des visages d’aujourd’hui? «J’ai imaginé la vision idéale d’un style de vie, celui des femmes cosmopolites qui résideraient au Ritz», déclare le couturier. Il a donc inventé ses correspondances contemporaines autour d’un casting de millennials glamour à l’influence numérique planétaire. Un Café Society ultra-pop, épicurien et séduisant, composé d’héritiers qui ont élu domicile au Ritz et nous reçoivent comme le faisait Coco, dans leur chambre. En tête, Lily-Rose Depp qui, quand elle ne fait pas le pitre dans sa suite, ouvre le bal dans un ensemble blanc à sequins, sublime et contemporain. Pharrell Williams joue le jeu en veste de tweed longue. Happy! Suivent tour à tour Levi Dylan, petit-fils de Bob, Sofia Richie, la fille de Lionel, Stella Marley, petite-fille de Bob... Mais aussi Georgia May Jagger, Sistine Stallone, toutes deux coiffées de voilettes. Cara Delevingne danse souriante dans une tenue noire über-cool, version moderne de celles que portaient les femmes d’autrefois pour aller souper. Les épaules des longs tailleurs de tweed sont carénées et volontaires, des modèles proposés en beige sont rebrodés d’or. Il y a des vestes-capes en cuir, des blousons matelassés, de grands pulls qui laissent apparaître les omoplates, avec leur V profond. L’allure est légère, festive. Les volumes ronds soulignent la démarche et convoquent la grâce. Instants étincelants, brefs et intenses. La vie.


la vie

Sofia Richie

Pharrell Williams et Cuba Tornado Scott

         125


La vie

Jeune, belle et brillante, la jeune entrepreneuse munichoise Delia Fischer a créé la plate-forme «Westwing» qui inspire aujourd’hui des millions de passionnés de mobilier et qui s’est implantée dans 14 pays. Entretien et conseils d’amie. Par MANOU STEIGER

126        

PHOTOS DR

Beaucoup de femmes veulent vivre dans un appartement aussi beau que leur dressing


la vie L’OFFICIEL Suisse: La plupart des femmes dépensent beaucoup d’argent en chaussures, sacs et accessoires. Comment se fait-il que ce soit les meubles qui vous aient séduite? Delia Fischer: On ne peut pas vraiment dire que je ne dépense pas d’argent dans la mode, je dois bien l’avouer (rires). Je pense qu’aujourd’hui, les femmes veulent vivre dans un appartement qui soit aussi beau, élégant et personnel que l’est leur dressing. Cela m’a toujours paru important car ma mère m’a transmis le sens d’un bel intérieur. J’ai toujours été préoccupée par le fait de garder mon habitat beau et confortable. Quels conseils pourriez-vous donner à nos lectrices? Par quoi devrait-on commencer? En premier lieu, je créerais un moodboard: cela veut dire attraper des revues et des beaux livres, et regarder quelles sont les couleurs que vous préférez pour telle ou telle pièce. Quel type de meuble je souhaite, et comment aménager mon espace? Quels canapés, quelles matières, quelles couleurs sur les murs? Arracher ensuite les pages correspondantes et les coller sur un morceau de carton ou quelque chose de semblable. Ce qui peut également se révéler très utile, c’est de créer un moodboard sur Pinterest. Ainsi, on a tout au format numérique. On peut alors découvrir ce qui nous parle vraiment, de manière ludique et sans trop de pression.

La jeune entrepreneuse réaménage son appartement de Munich cinq fois dans l’année.

Une règle de base à observer? La règle la plus importante pour moi, en matière d’aménagement intérieur: attacher toujours beaucoup de valeur aux accessoires. C’est exactement comme dans la mode: si je porte une super robe et une paire de chaussures qui ne vont pas du tout ensemble, l’impression générale ne sera pas bonne. C’est la même chose en matière d’aménagement. Si une couverture usée traîne sur un joli canapé, alors ce dernier aussi aura l’air laid. Vous réaménagez plusieurs fois par an votre appartement de Munich. A quoi ressemblera votre déco pour l’été? Cette année, ma déco d’été comprendra des tons marin et turquoise. Ma petite particularité est d’utiliser des cactus: pas des vrais, plutôt des vases en forme de cactus, et des housses de couettes, ou autres, affichant des motifs de cactus. Ces derniers sont le hit de cette année. Quel objet ou quelle couleur confèrent instantanément une atmosphère estivale? Je dirais que les tons bleu clair garantissent un feeling estival. Le jaune citron peut être joli également, ou un vert clair.

Après les feuilles de palmier de l’année dernière, les cactus sont le carton de cet été.

         127


La vie Que conseillez-vous aux couples dont les préférences en matière d’aménagement diffèrent complètement? C’est bien sûr un sujet difficile (elle rit). Le mieux, c’est d’emménager ensemble dans un nouvel appartement. Si l’un des deux partenaires emménage chez l’autre, il reste un genre d’intrus qui est perçu comme venant bouleverser tout l’aménagement intérieur. Il est certain qu’élaborer un concept d’aménagement en commun aide de nombreux couples. Cela signifie qu’il faut considérer plusieurs variantes et trouver ensuite un dénominateur commun ensemble. Le moodboard cité plus haut peut se révéler utile.

1

L’année dernière, Westwing a fêté son cinquième anniversaire, avec des millions de clients dans 14 pays. A quelles nouveautés les fans de Westwing doivent-ils s’attendre? Nous avons lancé notre première collection personnelle cette année, «Westwing Basics». J’aimerais continuer à travailler sur ce projet et veiller à ce que nous continuions à vendre nos produits sur le site. Au bout de cinq ans, nous savons ce que nos clients attendent. Notre objectif est de pouvoir proposer des produits à un prix abordable. Peut-on acheter des articles de cette collection de façon permanente? Tout à fait. Les «Westwing Basics» sont disponibles chez nous au «Westwing Club», lors d’actions organisées quelques fois dans l’année. Mais sur WestingNow, les pièces sont toujours disponibles. L’idée est bien sûr de pouvoir acquérir ces articles à tout moment.

2

Vous avez commencé votre carrière dans la presse, à la rédaction du «ELLE» allemand. Qu’avez-vous retenu de cette activité? Mon travail précédant m’a beaucoup apporté dans mon métier actuel, surtout lorsqu’il est question de détails. A la rédaction, j’ai appris qu’il faut continuellement faire attention aux détails dans son travail. Un autre aspect: une journaliste doit naturellement penser à avoir des histoires à raconter. De la même façon, nous le faisons tous les jours chez Westwing, lorsque nous envoyons notre newsletter ou quand nous exposons un style particulier en page d’accueil. Nous ne voulons pas être qu’une boutique en ligne, nous souhaitons rester divertissant pour nos utilisateurs. La page vise autant à faire plaisir qu’à inspirer!

4

1. Parasol «Limei», Bizzotto, CHF 135. 2. Hamac «Holiday», Bloomingville, CHF 110. 3. Fauteuil «Bonita», Azzure Creek, CHF 300. 4. Lampe de table «Tiffany», Anderson, CHF 130. 5. Plat-déco «Green and Gold Dot», Rosanna, CHF 40.

5

128        

Disponibles sur westwingnow.ch

Vous avez déjà évoqué la difficulté, pour une jeune femme, de s’imposer dans un business dominé par des hommes. Comment y êtes-vous parvenue? Le plus important est de rester fidèle à soi-même. Il ne faut pas se forcer à essayer de dominer l’espace. Il est bien plus important de marquer des points grâce à sa compétence. Par exemple, je ne suis pas trop spécialiste des questions financières. Bien sûr, je comprends notre bilan et nos chiffres, mais ce n’est vraiment pas mon cheval de bataille, et m’affirmer dans ce domaine, de quelque manière que ce soit, n’aurait pas de sens. Je crois que le fait de rester authentique ramène beaucoup d’estime. Au début, j’étais souvent angoissée à l’idée d’ouvrir ma penderie avant une réunion. Comment s’habiller à la mode sans se faire remarquer négativement. A présent, cela m’est à peu près égal. J’enfile simplement ce que j’aime. Après tout, nous sommes en 2017, nous les femmes, nous pouvons nous habiller à la mode et rencontrer quand même le succès. PHOTOS DR

3


la vie Je suis bien de votre avis: il faut plus que jamais assumer sa personnalité en tant que femme. Exactement! On a toujours tendance à penser que l’on sera estampillé «cagole» si l’on prend soin de son apparence. Je ne vois pas pourquoi nous devrions nous limiter en tant que femmes. Affirmeriez-vous que certains hommes ont changé leur manière de penser à l’égard des femmes, dans le monde des affaires de ces dernières années? Oui, je crois bien. Nous sommes une génération de femmes qui assumons davantage notre féminité, en restant compétentes et sûres de nous-mêmes. Beaucoup d’hommes l’ont remarqué, je dirais même qu’ils ont appris à l’estimer. Dans les grandes entreprises, on en apprend aujourd’hui beaucoup sur la diversité. Au final, cette diversité et les divergences de vue entre hommes et femmes mènent l’entreprise à un niveau supérieur. Vous avez réalisé déjà énormément de choses à 33 ans. Où et comment vous voyez-vous dans les années à venir? Pour les prochaines années, je me vois encore chez Westwing, c’est certain. Après tout, cette entreprise est mon bébé, et il y a encore tant de possibilités que nous aimerions réaliser, et qui n’en sont encore qu’au stade de la planification. www.westwingnow.ch

Des tons verts ou bleu ciel confèrent tout de suite une ambiance estivale.

         129


La vie

Son rêve américain réalisé, le roi des ciseaux new-yorkais Frédéric Fekkai fait un retour aux sources. Immersion au cœur de sa terre natale et de Bastide, son nouveau projet beauté. Par Léa Trichter-Pariente

130        

PHOTOS DR; Marilou Daubé

ON DIRAIT LE SUD


la vie

         131


La vie

F

rédéric Fekkai est toujours resté fidèle à ses racines. «Aix-en-Provence est la ville où je suis né, où j’ai grandi et dans laquelle je reviens sans cesse puiser encore et toujours l’inspiration et l’idée même du bien-vivre.» Son premier souvenir d’enfance? Sa mère lui rinçant les cheveux au vinaigre de pommes, puis lui passant de la crème Nivea sur le visage. Après avoir conquis l’Amérique avec ses sept salons de coiffure et une collection de soins pour cheveux vendus dans plus de quarante villes dans le monde, l’enfant d’Aix vient de relancer, avec son épouse Shirin von Wulffen, Bastide, une marque de beauté et d’art de vivre créée en 1991. «J’aspire maintenant à une vie plus simple et remplie de sens.» La première rencontre avec Nicole Houques, la fondatrice de Côté Bastide, a lieu en 1995. Frédéric tombe amoureux de ses produits. Ils signent alors une collaboration en lançant une collection capsule qui complète sa propre ligne de soins pour le bain et la maison.

Après trente-quatre ans de vie new-yorkaise et bien que toujours basé aux États-Unis, Frédéric aspire à vivre un jour entre Aix-en-Provence et Paris. «J’espère pouvoir déguster mes journées à peindre, cuisiner et me promener dans la campagne aixoise. L’air ici est pur arôme, il est enivrant. À peine arrivé, vos épaules se relâchent déjà de deux centimètres.» Contre le stress de son rythme urbain, Frédéric médite et fait du yoga: «Je pars bientôt avec mon fils de 22 ans, Alexander, pour une retraite annuelle de yoga et randonnée à Majorque, organisée par un ashram en Californie. C’est la troisième à laquelle je participe avec lui et la douzième en tout.» Il s’échappe également tous les week-ends à la campagne, à Millbrook, dans la vallée de l’Hudson, où il possède une ferme,

PHOTOS DR; Simon Watson

Dix ans plus tard, désireux de promouvoir le fertile terroir provençal et de célébrer l’extraordinaire richesse de ses artisans, Frédéric fait, avec Shirin, l’acquisition de l’entreprise. Leur idée? Perpétuer l’authenticité de la collection tout en la modernisant. Parfums, savons, lotions, crèmes, huiles et bougies: la marque propose des produits 100 % made in Provence, et qui incarnent la beauté au naturel. Des ingrédients sains (destinés à toute la famille sans aucun produit chimique, toxique ou irritant), une fabrication artisanale par des experts

dans leurs corps de métier et le respect de l’environnement à travers un packaging recyclable sont la marque de fabrique de Bastide. «Ce que j’aime par-dessus tout dans cette nouvelle aventure, c’est l’idée de travailler avec ma jeune équipe et des artisans de Provence.» Parmi ses senteurs et ses textures favorites figurent la fleur d’oranger et la figue, les huiles essentielles, les pigments naturels et les argiles de Provence. «Notre bestseller est l’eau de toilette «Rose Olivier» et nous allons lancer prochainement quatre nouveaux produits de la gamme corps, comprenant des huiles, une crème et des savons, ainsi qu’une ligne de soins du visage en automne. Le tout sera proposé dans la toute première boutique de la marque, sise à Aix-en-Provence.»

132        


la vie et prend la direction d’Aix-en-Provence dès qu’il dispose de plus de temps. Frédéric, Shirin et leurs enfants Cecilia et Philip se retrouvent dans la bastide du XVIIIe siècle qu’il a rachetée en 2010 au cœur du domaine Chantecler. «C’est mon havre de paix. Nous y passons en moyenne quatre mois par an. Juin-juillet est la plus belle période car la lumière dorée est magnifique, et la lavande est au plus bleu. J’aime aussi décembre avec les feux de bois dans la cheminée et les décors de Noël.» Garder l’esprit bastide en ajoutant le confort d’aujourd’hui, tel était le pari de Frédéric et Shirin. «Nous avons conservé les murs extérieurs et refait tous les intérieurs afin d’avoir une maison agréable toute l’année, pas seulement l’été.» Les pièces préférées du maître des lieux sont son bureau et la cuisine. Confortable et chaleureuse, la maison fait la place belle aux antiquités chinées au fil du temps à L’Isle-sur-la-Sorgue et aux puces de Clignancourt. Certains meubles et chandeliers ont été commandés à des artisans et des artistes de la région, notamment la sculpture d’un gorille en grillage d’Aurélien Raynaud, un ami sculpteur. «Je ne suis pas un collectionneur mais un fervent acheteur de belles choses comme l’art, les antiquités et les voitures de collection.» Sportif, Frédéric entame très tôt sa journée en gravissant la montagne Sainte-Victoire, avant d’aller faire le marché en centre-ville. À son retour, il prend plaisir à aider le jardinier avant l’heure du déjeuner en famille. Au menu, salade des champs avec les tomates du jardin, arrosée d’huile d’olive provençale, loup de mer de Méditerranée, gratin de tomates et fenouil, ratatouille, fromages de chèvre ou de brebis, puis sorbets maison. L’après-midi, il profite du décalage horaire pour travailler avec son équipe de New York. Une fois disponible, il apprécie une partie de pétanque ou de foot entre amis ainsi que les dîners qui s’avancent tard dans la nuit. Le couple aime cuisiner et recevoir leurs anciens et nouveaux amis autour d’une belle table et d’un bon rosé. «Nous prêtons beaucoup d’attention au bien-être de nos amis, afin qu’ils puissent jouir de la Provence véritable. Nos invités ont toute indépendance dans la maison d’amis. Ils ont leur propre cuisine et des vélos électriques à disposition.» Faire vivre une belle expérience à ses proches et à ses clients est ce qui guide Frédéric au quotidien. Outre son travail et sa famille, Frédéric est engagé auprès de nombreuses causes caritatives, au profit des femmes, des enfants et également de l’art. Son rêve? Inciter les jeunes à ressusciter les métiers artisanaux et les engager à la philanthropie pour l’environnement et les peuples défavorisés. Bastide, 14, rue Espariat, Aix-en-Provence. www.bastide.com

Ses adresses favorites à Aix-en-Provence

La pizzeria Chez Jo 59, rue Espariat

La fromagerie Savelli 9, rue des Marseillais

Le restaurant Chastel 2, rue Portalis

La librairie Goulard 37, cours Mirabeau

Le restaurant Côté cour 19, cours Mirabeau

La galerie Art Life 13, rue Alphonse-Karr

Le restaurant de l’Hôtel Le Pigonnet 5, avenue du Pigonnet

Le musée Granet Place Saint-Jean-de-Malte

Le café Le Grillon 49, cours Mirabeau

Le centre d’art de l’Hôtel de Caumont 3, rue Joseph-Cabassol

Le café Les Deux Garçons 53, cours Mirabeau

Le Gallifet Art Center 52, rue Cardinale

La boutique de déco IV Home 19, rue Paul-Bert

Le parc Rambot Cours des Arts-et-Métiers

La boutique de déco INO Living 6, rue Espariat La boutique de prêt-à-porter Gago 20 et 24, rue Fabrot

Et aussi... Le spa du château La Coste au Puy-Sainte-Réparade

www.villalacoste.com

         133


LA VIE

LES NOUVEAUX PARADIS ARTIFICIELS La dernière tendance en matière de drogues: les produits de synthèse que tout le monde peut directement acheter sur Internet. Des réseaux de distribution internationaux qui ringardisent les dealers de quartier. Par ANNA BOREL et STÉPHANIE MARTEAU

134        

peut reprendre ses dossiers. Dans l’aprèsmidi, les deux sites lui proposeront même une remise sur ses prochains achats pour la remercier de sa fidélité et, après réception, elle recevra un questionnaire de satisfaction. Bienvenue en 2017, époque étrange où le consommateur roi peut tout acheter en ligne, des plats sans gluten aux dérivés de cocaïne. Mais quelles substances Nathalie a-t-elle achetées exactement? Derrière les noms commerciaux inventés par les plates-formes de vente en ligne se cachent des agrégats de molécules aux effets variés. On les a d’abord nommés «designer drugs», une appellation qui trahissait le marketing bien rodé qui les auréolait, puis on les a classés sous le registre de nouveaux produits de synthèse, les NPS. «Ce terme est un peu fourre-tout, il regroupe un ensemble de molécules, de produits chimiques, que les gens peuvent acheter sur Internet», explique Magali Martinez. Cette chargée

d’étude de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) étudie les modes qui vont et se défont en matière de dope. Elle poursuit: «Ces produits copient les effets des drogues classiques. Les plus répandus en Europe – par exemple la 3-MMC et la 4-MEC – accompagnent le revival de la MDMA et ont des effets proches». De labos inventifs Pas facile, pour la police et le législateur, de suivre le rythme. Car, à peine apparues, certaines de ces nouvelles drogues donnent lieu à des déclinaisons chimiques, sans compter toutes les autres nouvelles molécules qui apparaissaient sur le marché: en plus des centaines existantes, il en arrive chaque année une cinquantaine de nouvelles! À qui doit-on tant de créativité? «Les producteurs sont majoritairement installés en Chine, en Inde ou en Russie», décrypte Magali Martinez. Dans ces pays, on peut ouvrir un

PHOTOS DR; Flickr, Christopher Coppola / Blaublut-Edition.com

C’est lundi et, après seulement une matinée au bureau, Nathalie est pressée d’arriver au week-end. Déjà, elle devine que son frigo sera vide d’ici à la fin de la semaine. Et comme Nathalie est une jeune femme moderne, elle se connecte rapidement depuis son smartphone sur le site d’une grande surface afin de passer sa commande. Dans la foulée, anticipant le petit joint qu’elle sera ravie de fumer vendredi soir après une semaine de travail, et la nuit de samedi qu’elle compte bien finir à l’aube après avoir dansé à en perdre haleine, elle s’en va surfer sur un autre genre de site. Là, avec la même facilité que pour commander ses eaux minérales ou ses légumes, elle achète en ligne gélules, flacons et diverses poudres aux noms en apparence rigolos: Spice, Smokey, Nexus... Voilà, c’est fait, elle sort sa carte de crédit, entre son cryptogramme, reçoit un mail de confirmation. Ses courses, toutes ses courses lui seront livrées avant vendredi par la poste. Elle


LA VIE labo pour pas cher ou détourner une infrastructure de production de médicaments – et elles sont nombreuses – pour produire en douce des substances psychoactives à destination du marché noir. La drogue est ensuite acheminée en Europe, suivant des chemins difficiles à pister: «Vous pouvez très bien passer commande sur un site en Grande-Bretagne et recevoir votre colis depuis l’Espagne.» Mondialisé et numérique, ce système fait de chacun son propre dealer. Ce qui fait dire à certains que le marché de la drogue, lui aussi, est en voie d’uberisation? La fin des petits dealers? «Ce sont des drogues à la fois faciles et difficiles d’accès, explique Magali Martinez. Cela dépend de votre rapport à Internet. De plus en plus de sites se déportent sur le Dark Web. Pour commander, il faut donc télécharger un logiciel pour y avoir accès, puis acheter des bitcoins pour payer… Mais souvent, ces substances vont leur être proposées par des dealers qui leur revendent ce qu’ils ont eux-mêmes achetés sur le Web.» D’après des études françaises, pour l’instant, en dehors du milieu gay, les NPS séduisent des urbains de tous âges, souvent déjà consommateurs de drogues par ailleurs. Et avec plus ou moins de succès selon les substances et les addictions. «Les fumeurs de joints, par exemple, se détournent souvent des cannabinoïdes de synthèse parce que leur toxicité est plus élevée, qu’ils y trouvent plus d’effets désagréables», poursuit Muriel Grégoire, psychiatre. Bref, si notre internaute Nathalie n’aime pas faire la queue chez le boucher et préfère la commande de plats préparés sans contact humain, ce n’est pas le cas de tout le monde et, à l’image du petit commerçant, le dealer de quartier n’est pas près de se faire remplacer par le supermarché en ligne. Mais dans les années à venir, il a quand même du souci à se faire...

DÉPENDANCE & TOXINES Mais quel danger constitu plus spécifiquement ces nouveaux produits de synthèse (NPS)? En France, un hôpital comme celui de Marmottan, qui abrite le plus grand centre d’accueil et de soin pour toxicomanes, reçoit des patients souffrant des effets de ces nouveaux produits. Pour l’heure, la majorité d’entre eux, explique Muriel Mehdaoui, sexothérapeute, sont «des homosexuels vraiment en souffrance parce qu’ils pratiquent le chemsex. Cela consiste à user de produits en slam, c’est à dire en injections qui désinhibent le corps et l’esprit de façon à permettre des pratiques sexuelles extrêmes, à plusieurs et cela pendant des heures.» Au bout d’un certain temps, ces slammeurs ne parviennent plus à avoir de sexualité sans drogue. De plus, ils s’exposent à la transmission de maladies graves via l’usage de seringues. «Du côté des hétéros, il y a toujours un risque en cas d’usage excessif, notamment d’accident cardio-vasculaire, mais c’est très rare», complète la psychiatre Muriel Grégoire. Les autres accidents qui défrayent régulièrement la chronique, notamment lorsqu’on parle de «drogue du zombie» (la MDPV pour les experts), sont liés à une méconnaissance des effets de certains produits hallucinogènes puissants. «Les consommateurs avertis bénéficient d’une autorégulation par Internet, poursuit Muriel Grégoire. Ils se renseignent, échangent leur expérience, ce qui ne va pas être le cas de quelqu’un qui achète des NPS à un revendeur en croyant que c’est un produit classique. Parfois, même les plus experts vont rencontrer d’autres difficultés. Un site va leur livrer une molécule différente de celle qu’ils ont commandée précédemment, sous une même appellation. Ils peuvent alors être désagréablement surpris par ses effets.» D’une façon générale, les NPS ont des taux de toxicité et des effets plus puissants que leurs homologues traditionnels.

         135


La vie

CHAMPAGNE – LA NOUVELLE VAGUE

Pour Karl Lagerfeld quiconque parlerait de météo ou de bébés dans une de ses soirées n’y serait plus jamais invité. J’avoue qu’il en va de même avec ceux qui se rendent à mes dîners en y amenant toujours le même champagne. Et pas seulement parce que je suis un amateur passionné (un peu obsédé, j’en conviens). Parce que jamais la sélection de champagnes disponible sur le marché n’a été aussi immense. Plaidoyer et guide des usages modernes. Par DAN ROZNOV Photographie Oliver Ruether

136        


la vie Comment cela est-il possible? Il souffle un vent frais sur la célèbre région française. Les champagnes des vignerons artisanaux sont devenus acceptables en salon, et on peut les retrouver sur les cartes des vins des meilleurs restaurants de New York ou Tokyo. Dans les établissements Michelin comme dans les bars à vin naturel branchés, on n’a que les sommeliers du nom d’Egly-Ouriet, Agrapart, Chartogne-Taillet ou Savart Doyard sur les lèvres, ceux-ci portant toujours moins de cravates et toujours plus de tatouages durant le service. Le tout est associé à des mots qui sonnent de façon magique comme bio, terroir, brut nature, fûts de chêne et réchauffement climatique, ce dernier permettant aux raisins de mûrir davantage même dans des climats froids: moins de sucres pour équilibrer l’acidité. Bien sûr, les grandes marques classiques surfent aussi sur la vague. Oui, ce sont quasiment les pionnières, avec leur force de rayonnement innovante et leur habileté alchimique, elles qui font constamment passer le champagne au niveau supérieur depuis des siècles. Des maisons comme Louis Roederer, Philipponnat, Veuve Clicquot ou Henri Giraud arrivent à encapsuler l’esprit de leur époque en lançant des vins au titrage plus faible, reposant plus de temps sur les levures, et avec plus de sensibilité pour le terroir. Ce dernier mot, «terroir» recouvre un concept très français qui permet de comprendre l’ADN du champagne: il désige le caractère du sol sur un lopin de terre, mais aussi son âme et son histoire. Le terroir est essentiel aux maîtres de chai, dont les vins riches en finesse conservent leur fraîcheur à l’image des sols calcaires de la région. Enfin, et contrairement aux croyances populaires,

les vins de champagne sont parmi ceux qui se gardent le plus longtemps. A propos, l’histoire de ce vin est aussi mouvementée que sa robe peut se révéler changeante dans le verre. Depuis 300 ans, le champagne se développe de façon constante. Du vin de moines aux bouteilles convoitées offertes par les négociants de mode parisiens à leurs clients, en passant par les vins des monarques; du vin tranquille, trouble et rustique, au vin de luxe de renommée mondiale présent lors des fêtes étoilées et huppées; de la douce ambroisie que l’on buvait au XIXe siècle avec de la glace, au vin naturel brut, qui accompagne les menus les plus raffinés. Et cela, alors que la région a vécu plusieurs fois l’Armageddon, lorsqu’elle fut le terrain de bataille des guerres mondiales ou victime de phylloxéra. Mais elle renaît toujours de ses cendres, telle un phénix. Pas étonnant que le champagne symbolise la fête et la victoire. Et même s’il est connu pour faire la fête, le champagne redevient actuellement dans la tête des consommateurs ce qu’il a finalement toujours été: un VIN. Et même un des vins les plus diversifiés et raffinés au monde. Son éclat pétille sans faire d’éclaboussures. Il s’adapte à tout moment de la journée, à tout repas. Il est frais, élégant, plus pauvre en calories que la plupart des vins, et confère à chaque situation banale de la vie son petit quelque chose en plus. Beaucoup ne le voient que comme un apéritif capable d’ouvrir l’appétit et de délier les langues. Malheureusement, il est généralement bu trop froid et trop vite, dans des flûtes trop étroites ou des coupes trop larges. Ou alors, on fait sauter le bouchon et jaillir le champagne comme s’il s’agissait

d’un spray assainisseur. Pour moi, ces usages impies relèvent d’une mauvaise utilisation du «vin des rois, roi des vins». Aujourd’hui, on ferait bien de le boire dans des verres ronds, ou même dans des verres à vin blanc, et pas seulement à l’apéritif, mais également pour accompagner des mets de choix. De le consommer aussi pour se rafraîchir à la fin d’un dîner, en remplacement du cognac qui fait somnoler. Et puis, il y aussi les autres, ces invités qui m’apportent du cava ou du prosecco et qui veulent me les refiler comme du champagne. Mon dieu! Une bonne fois pour toutes: le champagne ne provient que de la région de France éponyme, et doit remplir une liste stricte de conditions que je vous épargne ici. Mais je vous l’assure, aucun autre vin dans le monde ne garantit un standard de qualité aussi haut et aussi contrôlé, d’autant qu’il est prêt à la consommation dès sa mise sur le marché. Et on sent la différence. Un maître de chai m’a confié que le champagne se démarque des autres mousseux par une qualité substantielle: l’élégance. Ce qu’on l’appelle également finesse ou fraîcheur. En bon français: le sex appeal. Voilà, amateurs de vin, dégustateurs, bons vivants, sommeliers, ou vendeurs en boutique spécialisée, c’était mon appel: ne prenez pas toujours le même champagne. La diversité est l’essence de la vie. C’est à cela que je lève mon verre avec vous. Mon verre de champagne. A la vie, à l’amour.

A faire et à ne pas faire C’est ainsi qu’on boit le champagne aujourd’hui Verres: Verre de vin blanc ou verre de champagne en forme de tulipe, comme par exemple les Riedel Veritas. Ouverture: Tenir la bouteille inclinée, la pression se faisant sur le côté. Tourner la bouteille et non le bouchon! Aération: Avant de servir, laisser respirer 10-15 min, au frigo ou au congélateur. Température: Plus le vin est de qualité, moins il doit être froid. Une bonne fourchette: entre 10 et 12 degrés.

Association de met: Salé, gras ou crémeux! Fruits de mer, viande blanche, champignons, charcuterie et produits frits. Avec le rosé, du bœuf ou du gibier! Et des pommesfrites! En règle générale: l’acidité tranche avec les matières grasses. Bulles: La grosseur des bulles ne dit rien sur la qualité d’un vin, seulement sur l’état de propreté du verre. C’est pourquoi il ne faut pas laver ce dernier avec un liquide vaisselle mais simplement avec de l’eau chaude. Seule la marque du rouge à lèvres sur les parois du verre rendra les bulles plus grosses…

Dégustation: Ne pas basculer le verre comme avec un petit vin, les petites bulles répandant leurs arômes vers le haut.

         137


STYLE La vie

YONA FRIEDMAN, FUTUR ANTÉRIEUR

Yona Friedman, à son domicile parisien.

Rencontre avec le grand architecte prospectif pour une conversation à bâtons rompus autour de la politique, des nouvelles technologies, de notre rapport au temps et à l’espace. Par Yamina Benaï  Photographie Pierre-Ange Carlotti

138        


la vie

T

héoricien, inventeur du concept d’architecture mobile, figure de référence pour des générations d’artistes et de créateurs, Yona Friedman, né à Budapest en 1923, est l’une des personnalités phare de l’architecture des XXe et XXIe siècles. En assignant à l’architecte le seul rôle de consultant, il a investi l’individu d’une pleine latitude à concevoir son habitat. Homme d’un autre temps, toujours en avance sur son époque, Yona Friedman vit à Paris, dans un appartement peuplé de maquettes, de dessins et de livres. Il a conservé tout son élan et se passionne, inlassablement, pour les nouvelles technologies – il a même un compte Instagram... L’OFFICIEL: Comment analysez-vous les changements de rythme – notamment l’accélération – imposés à l’individu par l’usage généralisé des nouvelles technologies? Yona Friedman: Il est frappant d’observer combien, en ce XXIe siècle, nous vivons dans un monde tel qu’Einstein l’a configuré dans sa théorie de la relativité. En d’autres termes, la séparation entre temps et espace est abolie, cet espace-temps étant construit sur les courbures du modèle décrit par la physique. Étrangement, ce schéma nous est devenu réalité. Il ne s’agit pas seulement d’accélération mais de dispersion des choses. Depuis ces dernières années, cela est particulièrement prégnant dans le monde politique: nous sommes entrés dans une ère pleine d’imprévisibilité. Les périodes d’élections présidentielles aux États-Unis, par exemple, ont ainsi mis en évidence que tous les sondages sont très questionnables. Effectivement, ce qui était tenu pour acquis, au regard des sondages qui donnaient Hillary Clinton vainqueur, ne s’est pas réalisé. A quels facteurs l’attribuez-vous? Cet événement – dont les conséquences sur la carte géopolitique internationale continuent de se manifester – illustre le concept d’«imprévisible» que l’avènement d’Internet a radicalisé. Les élections présidentielles, ici et là, sont une forme archaïque, classique de démocratie, mais dans le cadre des campagnes électorales, on ignore ce que les gens pensent. Dans le passé, les prédictions étaient fondées sur les lignes des partis politiques, d’où une certaine lisibilité; désormais ce sont les individus isolés, et les individus non statistiques qui votent. Nous sommes devenus une espèce animale différente. Or, cette espèce animale dotée d’incroyables moyens de communication communique moins. Face à une multitude de sites, on ne peut suivre les événements, on ne peut que s’en remettre

au hasard. Lorsque, par exemple, je donne une interview pour la presse papier, je connais la destination finale, tandis que si je m’exprime sur Internet, je ne sais pas où parviendra ma parole. Plus qu’une accélération, cela indique qu’il s’agit de courbures d’espace-temps complètement aléatoires. Cet aléatoire a infusé l’économie, la politique, la science, l’art. Comment, dans ce contexte, s’organisent la pensée et l’échange? Ce modèle octroie une liberté inédite mais vaine: on peut absolument tout dire, mais on n’a aucune idée de qui va l’entendre. À l’image de bouteilles jetées à la mer: elles s’accumulent quelque part mais nul ne sait auprès de qui. Or on n’est pas mentalement préparé à cela: le calendrier marque certes 2017 mais on raisonne encore comme aux XIXe et XXe siècles. Les transitions sont très lentes. Les moyens de communication actuels surpuissants sont utilisés par l’individu suivant un schéma anachronique. Qu’est-ce que la communication? Énoncer une idée à destination d’un interlocuteur qui y répond: il y a dialogue. Or l’incroyable moyen de communication dont nous disposons est, à ce jour, inapte au dialogue, bien qu’au plan strictement technique ce soit tout à fait réalisable. Kenneth E. Boulding, l’un des grands économistes du XXe siècle, m’a indiqué, lors d’une conversation, que l’économie est fondée sur le contact face à face. Si ce principe essentiel n’est pas respecté, le système est en danger. Lorsque la Bourse fonctionnait suivant ce concept, il y avait énormément d’échanges répondant à une stratégie spéculative; désormais, l’abstrait est devenu la norme. La communication est faussée, cela induit des déconvenues, à savoir des grandes et des micro crises. Il me semble que le problème se situe là.

«Nous sommes devenus une espèce animale différente. Or, cette espèce animale dotée d’incroyables moyens de communication communique moins.»

         139


La vie Nous avons muté en une autre espèce animale, mais nous ne le savons pas encore... D’où un hiatus entre le temps présent et les réponses que nous formulons. Il y a à la fois une incroyable accélération et un incroyable ralentissement. Cela est présent dans tous les domaines: la science, l’art et probablement la mode. L’époque développe une prédilection pour l’improvisation et l’abstraction, dont les règles sont nouvelles pour l’individu. Cette abstraction, en abolissant la réalité connue de l’individu, endigue-t-elle tout contrôle? Si l’on se concentre sur l’économie, les flux monétaires ne sont plus que volumes virtuels. C’est ce qui a provoqué les grandes catastrophes bancaires, liées à une manipulation virtuelle de sommes colossales. Le phénomène des élections en est une

illustration: l’électeur place une enveloppe dans une urne mais il ne connaît pas les conséquences finales de son geste. Il dispose d’une information abstraite, il improvise. Si l’on peut identifier le visage de chaque candidat, on ne connaît pas la personne qui se «cache» derrière. Cela relève d’un jeu, comme sur Internet: dans le cadre du numérique, il n’y a pas de dangers, on peut agir à sa guise; en revanche, rapporté aux élections présidentielles, les risques sont importants. Les candidats formulent malgré tout des programmes... Certes, mais les programmes sont abstraits: ils développent tous le même discours, protection du citoyen, réduction du chômage. Ce qui manque cruellement, ce sont les moyens qu’ils envisagent pour parvenir à leurs objectifs. De la même manière, on parvient à susciter chez le consommateur des désirs d’achats inutiles, alors même qu’il n’est pas convaincu par le produit. Il ne s’agit pas là de démocratie, mais de technologie qui nous a poussés vers l’abstrait: Internet permet à l’utilisateur d’être irresponsable. J’observe cette nouvelle donne, j’accuse réception de cette transition et j’apprends à vivre avec. Lorsque j’envoie un message, des millions d’individus peuvent théoriquement le capter mais, dans les faits, peut-être personne. Lorsque telle organisation affirme qu’un nombre X de personnes a pris connaissance de son message, rien n’est moins sûr! Il s’agit bien là d’abstraction, or l’être humain est en recherche de réel.

PHOTOS DR

Quel sera ce réel? Il est en train de se fabriquer. C’est le même phénomène dans la culture, elle est une entité collective, il n’y a pas une seule personne à la base d’un projet. Je suis en contact avec des groupes d’étudiants, ils m’interrogent sur l’objectif de ma proposition d’architecture spatiale. Et ma réponse est invariable: contribuer à la formation d’un «style». Or le style n’est jamais attribuable à une personne en particulier. Qui a inventé le gothique? Poser une telle question est absurde. Telle invention, fruit du collectif, produit un autre collectif, et ces collectifs qui ne se connaissent pas, sont potentiellement l’humanité entière.

140        


la vie Entre votre année de naissance et aujourd’hui, une suite d’avancées technologiques s’est agencée. En tant que figure emblématique de l’architecture prospective, quel est votre rapport au temps? Il est contenu dans mon travail: tout ce que j’ai envisagé est destiné à l’usager inconnu, je ne connais ni ses préférences ni ses objectifs. Je ne crois nullement aux postulats des statistiques: comme je l’ai déclaré dès les années 1950, l’homme moyen n’existe pas. Seules existent des personnes réelles, inconnues, qui ne savent pas ce qu’elles veulent et auxquelles on doit donner des possibilités d’essayer quelque chose, donc de pouvoir se tromper. À travers l’architecture modulaire, j’ai tenté de réfléchir à faire évoluer le statut d’une architecture conçue pour être pérenne, pour ne pas dire éternelle, à une architecture évolutive, passant d’un statut «immeuble» à une nature «meuble». Une façon de mettre en relief le libre arbitre dont pourrait – ou devrait – disposer chaque individu... Il y a quelques semaines, j’ai été invité au Centre Georges-Pompidou: j’ai mis du matériel à disposition des visiteurs, chacun y a puisé selon ses inclinations et a construit simplement, à l’aide de cercles de 90 cm de diamètre – selon des modules que j’ai mis au point depuis des décennies. J’ai déjà opéré ainsi à Venise, je réitère cela à Rome dans quelques mois. Le résultat va toujours dans le même sens: les gens n’ont pas un projet défini, ils improvisent. Dans le domaine de l’architecture publique et privée, un tel modus operandi est inhabituel, voire irrecevable, car le système économique et financier qui actionne le financement du bâti est hostile au postulat d’improvisation. Le financier n’accordera pas de prêt à un projet architectural qui ne serait pas «immeuble», qui serait donc insaisissable. C’est la raison pour laquelle la recherche scientifique éprouve de si grandes difficultés à recueillir les financements nécessaires: par définition, le chercheur cherche, mais il ne sait pas ce qu’il va trouver. Il y a donc deux réalités fondamentalement incompatibles? D’une part, un développement du tout-aléatoire que le financement ne suit pas; de l’autre, un financement qui accepte l’aléatoire mais aboutit à des situations telles que celle créée par Bernard Madoff. C’est la contradiction inhérente à l’époque de transition qui est la nôtre. Il est nécessaire de mettre au point un nouveau modèle.

Quels sont les principaux paramètres du système? Nous devons faire face à une crise du financement et à une crise de l’administration publique, infernale machine ralentissante. Qu’est-ce qui peut faire qu’elle adopte rapidité et aléatoire? Là est la difficulté. Le président Hollande a bâti sa politique sur le «je ne sais pas, on verra», or le système ne lui permet pas d’affirmer ne pas savoir, il l’enjoint à adopter une position définitive. Avec les nouvelles technologies, ce n’est pas possible: dans la majorité des cas, le dialogue sur Internet n’existe pas. On évoque souvent l’intelligence artificielle, c’est très bien; pour ma part, je pose la question de la possibilité de l’imagination artificielle. C’est techniquement possible: un ordinateur qui, face à un problème posé, émettrait une ou des propositions de solutions! Vous avez déclaré: «Toute société est par essence transitoire.» Serions-nous parvenus au stade d’un indispensable allerretour? L’invention, le changement sont bien souvent nés du hasard. Christophe Colomb découvre l’Amérique alors qu’il cherchait l’Inde. Le monde a changé et l’on attend toujours ce genre de «surprise». On est à bord d’une nouvelle expédition, mais que trouvera-t-elle? La réponse est: «On verra bien», mais on ne l’accepte pas. L’imagination artificielle pourrait faire office de conseiller, de fournisseur d’idées. La technologie moderne a créé un nouvel animal qui apprend à s’adapter, désormais c’est à la technologie qu’il échoit de s’ajuster. On engagera alors un nouveau type de dialogue. Je suis de nature optimiste, la plupart des animaux ont survécu aux catastrophes et nous sommes une espèce relativement jeune. Peut-être le véritable fondement du renouveau est-il l’optimisme: non seulement l’homme survivra, mais il apprendra à se sentir bien. «Yona Friedman, l’architecture mobile», du 23 juin au 29 octobre au Maxxi à Rome (www.fondazionemaxxi.it). «Africa», jusqu’au 10 juin à La Galerie du 5e des Galeries Lafayette Saint-Ferréol, Marseille.

«On évoque souvent l’intelligence artificielle, c’est très bien; pour ma part, je pose la question de la possibilité de l’imagination artificielle.»

         141


05

T ravel


Travel NEWS

LA TUNISIE DES QUATRE SAISONS MOTS SUR LE DRAPEAU Après ses premiers succès à Berlin, l’artiste suisse C.W. Mann installe 40 de ses dictons subtils dans la station de Saint-Moritz. En juillet et août, on trouvera donc, partout dans le village, des drapeaux avec des slogans invitant à la réflexion et au sourire. L’artiste suisse fait de l’art avec des mots et non avec des images. Elle crée ainsi un jeu de piste d’un nouveau type. 7. Juillet – 7.Septembre 2017 www.cwmann.ch

Un Amour d’été

Après que ses chapeaux l’ont rendue célèbre, la créatrice Eugenia Kim ouvre cet été le champ des métamorphoses et réinvente une collection de sacs – avec l’humour et la fantaisie pour signature, toujours. Cabas de plage «Flavia», Eugenia Kim, CHF 460. Disponible sur net-a-porter. w w w.net-a-porter.com

MON FIDÈLE COMPAGNON

La chaîne d’hôtels de luxe Four Seasons renforce sa présence en Afrique du Nord et inaugure à la fin de l’année le Four Seasons Hotel Tunis. En plus des deux plus grandes chambres de Tunisie avec vue sur la mer, on trouve une brasserie d’inspiration monégasque, un spa d’inspiration romaine et un service haut de gamme. www.fourseasons.com

LE SOLEIL DE MYKONOS Ce qui «faisait» autrefois Ibiza «fait» aujourd’hui à Mykonos. Pas étonnant qu’y ait été inauguré, en mai dernier, un haut lieu pour les amateurs de ciel bleu. Le Mykonian Myca Resort convainc par son charme grec typique et sa bonne cuisine. A partir de CHF 650 pour une chambre standard en haute saison. www.designhotels.com/myconian-kyma.

Les amateurs de voyage savent à quel point l’organisation est importante lors d’un périple. La housse de voyage de Smythson fournit la solution. Le passeport, les documents de voyage et l’argent se logent aisément dans les compartiments de la housse, qui se revêt de jaune pour une ambiance de vacances.

PHOTOS DR; MAD

«Picadilly Portemonnaie» en cuir perforé, Smythson, CHF 340. Disponible sur net-a-porter. w w w.net-a-porter.com

         143


NEWS OF THE WORLD: LE MEILLEUR DE LA SAISON ÉTÉ 2017 Par LAURA DANIEL-SAINTEFF, LUC DUROY, CHRISTIAN-LUC PARISON

144        

PHOTOS DR; MATEJA LUX, PONANT-STERLING DESIGN INTERNATIONAL; LAGO LEONARDO; DMITRY SHAROMOV

Travel


Travel Enchâssé dans ses montagnes, souvent couvert de brume, le lac de Côme dessine une atmosphère mystérieuse qui a séduit les écrivains romantiques et, après eux, les voyageurs à la recherche d’un décor authentique. Au printemps et à l’automne, «le plus beau site du monde» selon Stendhal se présente dans toute sa splendeur. Il suffit de se promener dans les jardins en terrasses de la Villa d’Este pour s’en convaincre: ce lieu est magique. On comprend que George Clooney, à l’image de quelques milliardaires milanais, ait choisi ses rives pour se relaxer entre deux tournages. Sur les rives du Lario, à Cernobbio, la Villa d’Este illustre à merveille un art de vivre raffiné. Une Dolce Vita dans la quiétude qui a séduit tous ses visiteurs, de la grande aristocratie européenne aux stars de Hollywood en passant par les tycoons de la nouvelle économie. Construite en 1568, l’ancienne résidence d’été du cardinal Tolomeo Gallio est devenue propriété de la princesse de Galles, Caroline de Brunswick (épouse du roi George IV d’Angleterre) avant d’être transformée en hôtel de luxe en 1873. Tout ici est exceptionnel. Le cadre bien sûr, mais aussi la qualité de l’hébergement et ce service d’une perfection constante qui sait aller au devant des attentes des hôtes tout en respectant leur intimité. Entre une promenade dans l’atmosphère romantique des jardins Renaissance et une escapade à bord du Riva de l’hôtel pour accoster à Bellagio ou visiter la Villa Carlotta à Tremezzo, il faut trouver le temps de paresser au soleil sur le sundeck de la piscine flottante sur les eaux du lac, de faire une partie de tennis sur l’un des huit courts de la propriété (tenue blanche de rigueur s’il vous plaît!), de prendre un Rossini sur la terrasse au soleil couchant et, bien sûr, de dîner au Grill, sous les platanes. Pour offrir encore plus d’intimité à ses hôtes célèbres (ou pas), la Villa d’Este s’est dotée de trois villas privées avec le même service hôtelier que l’établissement principal. Nichée dans le Jardin aux Mosaïques, la mignonne Mosaic House propose une grande suite et un salon. Les deux autres, plus vastes, offrent quatre chambres et des espaces de 600 à 700 m2. Il s’agit de la Villa Cima qui se dresse sur trois étages tout au bord de l’eau, et de la Villa Garrovo qui a ouvert ses portes l’an dernier dans ce qui était autrefois connu comme le Chalet Suisse de l’ancien propriétaire, le baron Ciani. Plus de 700 m2 d’élégance avec six chambres, autant de salles de bains et une salle de sport.

MEILLEURE VILLÉGIATURE LA VILLA D’ESTE

www.villadeste.it

MEILLEURE DESTINATION MAGIQUE DISNEYLAND PARIS

Le royaume magique de Walt Disney fête ce printemps son 25e anniversaire. Avec au compteur 320 millions de visiteurs et des retombées économiques ( 90 en milliards de francs suisses) à la hauteur de son statut de première destination de loisirs en Europe. Pour célébrer dignement cet événement, Disneyland Paris nous offre un feu d’artifices de nouveautés. Une nouvelle parade avec des chars encore plus impressionnants (Disney Stars on Parade), un spectacle nocturne grandiose qui mêle jets d’eau, effets pyrotechniques et projections d’images de films Disney et Pixar en live action et, bien sûr, une attraction Star Tours entièrement rénovée et repensée (Star Tours l’aventure continue) où la technologie 3D propose plus de 70 combinaisons de missions spatiales possibles. Les voyageurs qui vont traverser la galaxie en compagnie de C-3PO rencontreront des héros qu’ils n’ont encore jamais croisés au cours de scénarios entièrement aléatoires afin de permettre de revivre une expérience toujours plus originale dans l’univers des épisodes I à VII des films de George Lucas... En attendant l’inauguration, au printemps, de Star Wars Hyperspace Mountain: la version enrichie du célèbre Space Mountain qui accueille désormais le monde de Star Wars et vous emmène rejoindre l’Alliance Rebelle. Plus que jamais, la Force est avec Disneyland Paris. www.disneylandparis.fr

         145


Travel

MEILLEURE VALISE CELLE DE CHARLOTTE OLYMPIA X GLOBE-TROTTER Quand la créatrice d’accessoires pop s’associe avec la luxueuse marque de voyage anglaise, cela donne une valise haute en couleur, rétro, exotique, en un mot: iconique. En exclusivité chez Harrods.

w w w.harrods.com

MEILLEURE COLLECTION D’ART À LA PLAGE Celle de L'HÔTEL ESENCIA L’art à la plage. Et sur quelle plage! Construit à l’origine comme le refuge d’une duchesse italienne, face à l’un des plus beaux spots balnéaires de la Riviera maya, sur la côte caraïbe du Mexique, l’Hôtel Esencia est niché dans la végétation luxuriante d’un parc de 20 hectares. Le propriétaire américain, le businessman Kevin Wendle, a fait réaliser récemment d’importants travaux de rénovation afin de lui redonner sa beauté originelle. Passionné d’art, il a accroché aux murs de la propriété des œuvres des plus célèbres peintres espagnols et latino-américains. Notamment Pablo Picasso et Fernando Botero... La décoration rend hommage aux meilleurs designers du XXe siècle: chaises de Pierre Jeanneret, luminaires de Serge Mouille et Pierre Guariche, table signée Charlotte Perriand... Des objets iconiques qui s’inscrivent harmonieusement dans l’ensemble composé par le directeur de création des lieux, C.S. Valentin. Combinant tradition et modernité, il a dessiné des meubles et des tapis exclusivement pour l’Esencia et les a fait réaliser dans la région par des artisans mexicains. Xpu-Ha, la plage de l’hôtel, est reconnue comme la plus belle de celles qui bordent les 180 km de côte caraïbe. Protégée par la Grande Barrière maya, la côte est un vrai paradis pour les amoureux de sports nautiques naturels, notamment le snorkelling. Entre un dîner bio au restaurant de plage et une sortie en mer, il vous restera bien un moment pour partir à la découverte des merveilles historiques du parc national de Tulum et son ancienne cité maya. Chambre à partir de CHF 640. www.hotelesencia.com

146        


Travel MEILLEUR GADGET LE TILE MATE

Meilleur restau de la Croisette Le Fouquet’s Barrière

C’est un petit carré blanc, tout léger. Qui s’accroche à vos bagages, à vos clés. Discret mais très efficace, le Tile Mate vous permet de retrouver vos affaires perdues d’un simple clic sur votre Smartphone. À l’inverse, si vous avez égaré votre Smartphone, il suffit d’appuyer sur votre Tile pour le faire sonner... L’application fonctionne sur Androïde et IOS. Merci Tile! www.thetileapp.com

PHOTOS DR; MATEJA LUX, PONANT-STERLING DESIGN INTERNATIONAL; LAGO LEONARDO; DMITRY SHAROMOV

Petit frère cannois du célèbre Fouquet’s des Champs-Élysées à Paris, le restaurant Fouquet’s Cannes trône au cœur du Majestic Barrière, le palace de la Croisette, adresse des stars du cinéma, à deux pas du Palais des Festivals. Il a profité de la trêve hivernale pour se refaire une beauté et vient de rouvrir ses portes en offrant un nouveau décor signé du cabinet parisien EDO dirigé par Alexandre Danan. Le designer est familier de l’univers des palaces du groupe Barrière puisqu’il est intervenu sur le Normandy à Deauville et sur le Grand Hôtel de Dinard. Tout récemment, il a restructuré le lobby du Majestic Cannes lors de la campagne d’embellissement du palace. Passionné par le travail de Jacques-Émile Ruhlmann, l’un des génies de l’Art déco, Alexandre Danan a dessiné un univers qui reprend certains codes de l’époque. Les sols et le mobilier sont ainsi inspirés des lignes et motifs des années 20. Mais si elle regarde le passé, cette mue n’a rien de nostalgique. Afin de conférer au nouveau décor une allure contemporaine, le designer a ajouté quelques touches modernes, arty: les portraits de la collection Traverso, les luminaires épurés signés Beau et Bien, les lamelles miroirs qui tapissent une partie des murs... Sans oublier cette superbe cave à vins en verre et métal qui met en valeur les précieux flacons qu’elle abrite. Autre nouveauté: le nuancier déployé par le décorateur parisien. L’or, déjà présent dans l’ancienne livrée, rehausse de sa chaleur le nouveau décor, teintant la façade rétro-éclairée du bar, les motifs égyptiens des corniches ou bien encore les frises délicates des fauteuils et tabourets. Le noir, en revanche, a définitivement vécu. Désormais, l’élégance se décline ici en crème, en chocolat et en brun, en cuir, en velours, en acajou ou en noyer. Ainsi, l’hôtel Barrière Le Majestic Cannes réussit-il ce que l’on pouvait croire impossible: sans rien céder de sa convivialité, le Fouquet’s Cannes et son bar ont encore gagné en raffinement. www.groupebarriere.com

MEILLEUR SAC 48 H LE «JOUR-OFF» DE BERLUTI Son nom est une invitation à la Dolce Vita. Ce superbe sac fabriqué en Italie nous ramène à Venise bien sûr. C’est en effet au tournant des années 90 que le cuir Venezia est né de la volonté d’Olga Berluti de développer une peau qui lui permettrait de réaliser des patines à la transparence et à la profondeur exceptionnelles. Avec sa bandoulière, le modèle Jour-Off est tout indiqué pour une balade au fil des canaux de la Sérénissime. Sac, «Jour-Off GM» en cuir de veau «Venezia», Berluti, CHF 3 250. Disponible chez Tasoni. www.berluti.com, www.tasoni.com

         147


Travel

Saga Le Grand Tour U

n livre sur le voyage qui permette de voyager non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps et l’histoire des mentalités. Les éditions teNeues publient «L’Â ge d’or du voyage», beau livre qui rend magnifiquement hommage au monde du voyage et au tourisme tels qu’ils se sont développés depuis plus de deux siècles. Au fil des pages, on navigue au travers des époques avec pour fil conducteur le moyen de transport qui les révolutionne: de la calèche au Simplon-Orient-Express, des transatlantiques de la White Star Line ou de la Cunard à la première Ford T, du malheureux dirigeable Hindenburg au rutilant Constellation de Lockheed, jusqu’au supersonique Concorde... C’est l’histoire de l’avènement de moyens de locomotion extraordinaires qui accompagnent, qui aiguillonnent aussi, la haute société dans un art de vivre, de découvrir, de profiter des richesses qu’offre le monde de plus en plus accessible. Et pendant longtemps, à mesure que les distances et le temps se réduisaient, le confort et le luxe grandissaient... C’est avec une réjouissante nostalgie que l’on revoit Marlène Dietrich assise sur ses bagages en partance pour les États-Unis sur le Bremen en 1932; Chaplin et Paulette Goddard, épousée

148        

en Chine dans le plus grand secret, sur le pont du President Coolidge en 1936; Jackie Kennedy en anorak rouge faire de la luge à Gstaad en 1966; ou encore Grace Kelly faisant cap sur Monaco pour épouser le prince Rainier en 1956... Le livre retrace enfin la naissance des palaces et des resorts légendaires, la construction des gares et des aéroports signés des grands noms de l’architecture et des arts, sans oublier les lieux et routes mythiques qui drainent une iconographie réveillant, en tout voyageur, un même et éternel appel.

«L’Âge d’or du voyage», texte de Stefan Bitterle, éditions teNeues, CHF 60. www.teneues.com

PHOTOS DR; Archive Photos/Getty Images; Bettmann Archive/Getty Images; Dorothea Lange/Bettmann Archive/ Getty Images; Eric Bard/Corbis Via Getty Images; J . Baylor Roberts/National Geographic/Getty Images.

Par JEANNE PROPECK


Travel Le Disneyland d’Anaheim, en Californie, existe depuis 1955. Walt et Lillian Disney au volant d’une voiturette rétro, 1966.

         149


Travel

Cabine d’un prototype de L-1011 TriStar de Lockheed, 1968. Prévu pour 400 passagers, le gros-porteur est l’ultime tentative du constructeur aéronautique pour se convertir à l’aviation civile.

150        


Travel

         151


Travel

Ruinés par les sécheresses, les fermiers quittent les immensités désolées du Dust Bowl, cap sur la Californie par la route 66. «Toward Los Angeles», une photo signée Dorothea Lange, 1937.

152        

Ci-contre: Le motel Aloha sur la côte Atlantique, à North Wildwood dans le New Jersey, dans les années 1960.


Travel

         153


Travel Jour d’affluence à Daytona Beach, en Floride, 1957.

154        


Travel

         155


Travel

LE COUPÉ MERCEDES CLASSE E Avec ses proportions efficaces et son design tout en épure, la nouvelle Classe E de Mercedes-Benz marque d’emblée des points. Avec son confort, sa motorisation puissante et son système d’assistance à la conduite particulièrement bien pensé, cette élégante trois portes sait également séduire, traçant fièrement la route de la conduite semi-autonome.

PHOTOS DR

Par NICOLE TRINKLER JANDER

156        


Travel

Q

uand on croise de nos jours une très belle femme de plus de 35 ans, il y a quelque légitimité à se demander        si elle n’aurait pas, pour avoir si belle allure, peut-être un peu aidé la nature. A cette question, en ce qui concerne la nouvelle Classe E de Mercedes, on répondra évidemment par l’affirmative. Mais on ne cachera pas non plus son admiration sincère. Car cela fait maintenant près de cinq décennies que ce modèle reste parfaitement dans l’air du temps, s’adaptant aux évolutions du marché et aux attentes techniques et esthétiques des conducteurs avertis. Or on serait tenté de dire qu’elle n’a jamais été plus séduisante qu’aujourd’hui. Pas de médecine esthétique pour la belle cependant, juste les mains en or d’un chef-designer d’exception, Gorden

Wagener. Des mains capables, semblet-il, de modeler la tôle avec la même facilité que d’autres ont à pétrir la cire jusqu’à trouver la forme optimale, idéalement aboutie. «Vous avez raison, commente Artur Demirci, directeur Corporate Communications de Mercedes-Benz Suisse, concrètement, c’est à peu près de cette manière que les choses se passent». Cela dit en flattant de la main les flancs du luxueux véhicule. Dans son travail en effet, c’est en partant de modèles en argile que Wagener élabore, étape par étape, courbe après courbe, le design d’un futur modèle. Jusqu’à ce que soit atteint l’équilibre parfait des volumes et des lignes qui dialoguent en parfaite harmonie. Less is more… En matière de design comme de style, ne pas en faire de trop est souvent le meilleur moyen de mettre plein dans le mille. Et de nous en mettre plein les yeux. Ainsi, les lignes anguleuses, arrêtes saillantes et autres rainures ont été gommées: inspiré de l’aérodynamisme des bolides, c’est un travail de bossages qui crée désormais la tension et sculpte la ligne franchement masculine du nouveau

coupé Classe E. Une sportivité sur laquelle l’impressionnante grille de calandre diamant intégrant l’emblème de la marque vient apposer sa virile signature, tandis que la fluidité de la ligne de toit, l’arrière athlétique et le long capot avec ses powerdomes développent l’idée. Alors que je prends mes aises et m’installe confortablement au volant, Artur Demici, quant à lui, n’hésite pas à se plier en quatre et à se livrer à quelques acrobaties pour m’instruire dans du bon usage des commandes du siège conducteur, intégrées à la portière. Un léger bourdonnement accompagne les réglages millimétrés du siège mode intégral – vers l’avant d’abord, latéralement, puis en arrière. Je suis conquise par l’assise extensible qui me soutient jusqu’au creux des genoux. Le temps que je m’accoutume au tableau de bord et à cet intérieur des plus soignés, nous voici déjà sur l’autoroute. A l’heure de pointe et dans un tunnel. Autant dire, en plein bouchon. Stop and Go. Ce qui n’est décidément pas pour me ravir, moi qui n’attends rien d’autre que de mettre à l’épreuve les 333 chevaux que le coupé E 400 4Matic dissimule sous son rutilant capot. Monsieur Demirci, par contre, semble ravi. Et me demande même de lâcher le volant et de ne plus toucher la pédale de gaz. J’ose une protestation: «Il faut bien que je conduise, tout de même!». «Vous ne devez rien faire du tout.» Passé l’étonnement, je m’exécute et me contente d’actionner le clignotant. Sans autre commande de ma part, la voiture accélère et change de voie, s’adaptant de fait à la fluidité relative du trafic. Soudain, un bip retentit. Je ne m’y attendais pas. Mon réflexe: reprendre le volant fissa! «Bien joué!» J’ai droit aux félicitations de Monsieur Demirci. «Le système d’assistance à la conduite veut juste s’assurer que vous ne vous êtes pas assoupie.» Si vraiment il n’est pas question d’une chose, c’est bien de s’endormir maintenant! Je suis toute concentration et observe avec

une attention vigilante le comportement du véhicule sur la route. Le nouveau coupé Mercedes Classe E est en pleine démonstration de conduite semi-autonome. Une démonstration en tous points convaincante. Car à l’instant précis où je commence enfin à me détendre, la voiture devant nous déboîte soudain à gauche. Avant même que j’aie pu réagir, le freinage d’urgence assisté actif s’est déjà chargé des 1,80 tonnes dans lesquelles nous sommes embarqués: la voiture pile – et cependant, grâce aux appuie-tête actifs et aux sièges stabilisateurs, nul risque d’entorse cervicale. Bye bye coup du lapin! Avec une longueur de 4,80 mètres pour 1,80 mètres de large et 140 centimètres de haut, le nouveau coupé Classe E de Mercedes domine nettement ses prédécesseurs. Ce qui présente un net avantage de confort pour les passagers qui apprécient, à l’arrière, l’espace laissé aux jambes et au-dessus de la tête, de même que l’amplitude latérale dans l’ensemble de l’habitacle. Ainsi, la nouvelle Mercedes Classe E coupé combine l’élégance d’un véhicule Grand Tourisme avec les avantages de la technique dernier cri: la connectivité de pointe, le tableau de bord widescreen, les multiples systèmes d’assistance, tout cela animé, au choix, par une motorisation essence 184, 245 ou 333 chevaux ou également par un moteur diesel 194 chevaux monté sur un train de roulement particulièrement agile avec suspension pneumatique multicoussins garantissant une souplesse de conduite et une sportivité des plus agréables ainsi qu’une sécurité absolue. Le modèle E 200 d’entrée de gamme est proposé à partir de CHF 61 000 CHF 78 400 pour la Classe E coupé E 400 4 Matic. www.mercedes-benz.ch

         157


STYLE Travel

Leurs Vacances Les Plus Belles Que font, où vont et que préfèrent des itgirls pour les mois chauds de l’été? Nos Filles de l’Officiel se rendent surtout en Italie et en Grèce. Elles nous expliquent elles-mêmes pourquoi. Et quelles sont leurs adresses ou évasions préférées. PHOTOS DR

Par MANOU STEIGER

158        


Travel

Gargano

Les maisons coniques propres à la région des Tulli.

joanna uzunova puglia

Où préfères-tu passer tes jours de congé pendant l’été? Les Pouilles, l’un des secrets les mieux gardés du sud de l’Italie. J’aime le fait que la région a réussi à préserver la chaleur et la quintessence des Italiens vivant sur la côte tout en adoptant des influences de design contemporain dans les endroits élégants où l’on peut séjourner. Du vin à la nourriture, la dolce vita au goût rustique coexiste avec la riche histoire de la région et des scènes naturelles plutôt imbattables. Au cours des deux derniers étés, j’ai pu répartir mes escapades d’été entre Les Pouilles et le Sud-Est de la Grèce.  Ce qu’il faut absolument y faire? Il y a tellement à découvrir dans cette région que n’importe qui pourra y trouver son bonheur – ne serait-ce qu’en visitant les Trulli ruraux (des sortes de maisons rondes en pierre) ou en passant de longues après-midis en savourant un repas copieux composé d’ingrédients locaux, dans un authentique vignoble. À l’ouest des beach clubs hype de Savelletri, vous pouvez vous immerger dans l’expérience exotique du zoo safari de Fasano. La meilleure plage pour se détendre? Savelletri est l’un des meilleurs endroits, car il offre relaxation et d’excellents divertissements. Vous trouverez les fermes converties ultrachic, également connues sous le nom de «Masseria Hotels» et deux des meilleurs beach clubs des Pouilles: Coccaro et White Beach.  La meilleure plage pour faire la fête?  Sans doute Coccaro Beach Club, où vous pourrez dîner à l’extérieur et découvrir l’excellente nourriture locale avant de vous abandonner à l’ambiance raffinée dans un cadre magnifique. White Beach, avec sa vue à couper le souffle et qui se transforme réellement à la nuit tombée.  Quel est le meilleur moment de la journée pour s’y rendre? Les deux offrent des plages de sable fin, de grandes chaises longues et une ambiance incroyable une fois que la fête commence à se faire sentir. Savourez une journée entière à vous détendre à l’ombre, sur un matelas, ou venez au coucher du soleil pour siroter un cocktail maison sous une tente blanche, face à la plage.  Comment faut-il s’habiller là-bas? Cette année, je mise sur le blanc et les tissus transparents qui me donnent un sentiment de légèreté et épousent mes mouvements quand je vais danser. Un sac de paille est un excellent investissement, car il fera facilement la transition de la plage à la soirée tout en restant chic. Les volants et les détails un peu «ébouriffés» se retrouvent sur la plupart de mes derniers achats, j’aime leur côté féminin et facile à porter avec des pantalons évasés quand je veux créer un ensemble décontracté et chic. Les petites robes estivales sont un élément essentiel du style Riviera et cette année, je suis tombée amoureuse des imprimés étoilés ainsi que les pois retro de Réalisation Par. Qu’est-ce qu’il ne faut jamais faire là-bas?  Respectez le langage du corps et les attitudes locales. Les Pouilles de nuit

         159


Travel

La plage Scorpios à Mykonos est un must pour tout admirateur de l’île.

Karen Fleischmann Mykonos

Où préfères-tu passer tes jours de congé pendant l’été? Mykonos car c’est l’endroit parfait pour se détendre, visiter, bien manger. Les plages sont super et les fêtes encore mieux!  Comment faut-il s’habiller là-bas?  A la mode hippie chic de Coachella: terre à terre mais coloré et confortable quand même.  Ce qu’il faut absolument y faire?  Louer un quad et profiter d’un coucher de soleil à Little Venice. Le jour, je fais la tournée des îles en bateau.  La meilleure plage pour se détendre?  Principote Panormos.  Le meilleur beach club?  Le Scorpios.  Ta boisson préférée? Le champagne bien sûr!  Ton repas préféré?  Du poisson frais à l’huile d’olive et au citron.  Qu’est-ce qu’il ne faut jamais faire là-bas ?  S’endormir en plein soleil de midi.  Quel est ton meilleur souvenir? Les cérémonies du coucher du soleil sur la plage du Scorpios.  Quand prévois-tu d’y retourner?  Cet été, je me rends à Majorque mais je trouverai peut-être quelques jours pour un court séjour à Mykonos.

Les sunset party de la plage Scorpios sont légendaires.

Robe, Loveshackfancy, CHF 340.

160        

La ville de Mykonos est un véritable labyrinthe.


Travel Marina di Pietrasanta

Twiga Beach Club

Dania + Mariam Sawedeg Forte dei Marmi

Rizotto de fruits de mers et coquilles Saint-Jacques.

Où préfères-tu passer tes jours de congé pendant l’été? Combien de fois y es-tu déjà allée? Lorsque nous sommes à Forte dei Marmi, nous nous arrêtons à l’hôtel Augustus. C’est notre endroit préféré, nous y sommes déjà allées trois fois.  Ce qu’il faut absolument y faire? Louer un vélo et parcourir la ville. Ensuite, s’arrêter sur l’une des jolies plages pour manger du poisson délicieux. Sinon, il faut absolument aller voir les petits villages alentours, comme Pietrasanta.  La meilleure plage pour se détendre? Le Twiga Beach Club.  La meilleure plage pour faire la fête? Nous n’aimons pas faire la fête sur la plage. Pour nous, la plage est faite pour se détendre.  Quel est le meilleur moment de la journée pour s’y rendre?  Le matin, pour éviter la meute qui fait la fête.  Quand y as-tu été la dernière fois?  En juillet 2016.  Comment faut-il s’habiller là-bas?  Tout ce que fait la marque Pucci convient à la perfection à Forte dei Marmi.  Que signifie cet endroit pour toi? Pour nous, c’est un havre de paix que nous ne pouvons parfois visiter que le temps d’un week-end.  Ton repas préféré? Un risotto aux fruits de mer avec des coquilles Saint-Jacques.  Quand prévois-tu d’y retourner?  Nous aimerions bien y retourner cette année avec quelques amis. Maillot de bain, Emilio Pucci, CHF 380.

Des cabanas blanches et une plage qui s’étend: on est bien à Forte di Marmi.

         161


Travel

Torre San Giovanni

Les maisons caractéristiques des Pouilles.

Samsara Beach à Gallipoli.

ilenia toma puglia

Où préfères-tu passer tes jours de congé pendant l’été? Combien de fois y es-tu déjà allée? Depuis l’enfance, je vais dans la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. C’est pourquoi mes plages préférées se trouvent là-bas.  Ce qu’il faut absolument y faire? Se détendre, bien manger, savourer une boisson sur une belle plage et faire la fête.  La meilleure plage pour se détendre?  Les plages de sable de Torre San Giovanni sont conseillées pour se relaxer.  La meilleure plage pour faire la fête?  La Samsara beach à Gallipoli.  Le meilleur beach club là-bas?  La Samsara beach à Gallipoli et Lago Alimini à Otranto.  Quand y as-tu été la dernière fois?  En 2016.  Comment faut-il s’habiller là-bas?  Un chapeau de plage, des lunettes de soleil de it-girl et un vêtement léger d’été.  Ta boisson préférée?  Je ne bois pas d’alcool. S’il le faut et juste parce que c’est super rafraîchissant: un mojito ou un Campari soda.  Ton repas préféré?  Du poisson frais et une salade de fruits de mer ou la célèbre «Frise» (pain rassis humide à l’huile d’olive, au sel et à la tomate).  Qu’est-ce qu’il ne faut jamais faire là-bas?  J’évite de rester trop longtemps au soleil sans chapeau.  Quel est ton meilleur souvenir?  Etant donné que ma famille y vit, j’ai un lien très fort avec cette région et plein de souvenirs de vie.  Quand prévois-tu d’y retourner?  J’espère cet été.

162        

Chapeau, Eugenia Kim, prix sur demande. Chemisier, CHF 2 100 et lunettes de soleil, CHF 225 de la marque Chloé.

Salade de fruits de mer


Travel Au-dessus des toits de Nice.

Romina Choun Nice

Le meilleur moment pour aller à la plage: le matin de bonne heure.

Sandales, Ancient Greek Sandals, CHF 165.

Où préfères-tu passer tes jours de congé pendant l’été? Au Sud de la France. Je m’y rends quand l’occasion s’y présente. La dernière fois, c’était il y a 4 ans pour des vacances en bord de mer à Nice.  Ce qu’il faut absolument y faire? Lire un livre et bronzer à la plage. Prendre l’apéro sur une belle terrasse avec des amuse-bouche. Soit dit en passant, le poisson est exquis dans le Sud de la France. Se promener au marché et acheter des souvenirs. Ou faire simplement du shopping.  La meilleure plage pour se détendre? Je n’ai pas de plage préférée. J’aime aller sur les plages privées et avoir mon transat perso pour plus de confort. Sinon, du moment que je trouve un endroit paisible où je peux m’allonger, vous m’y trouverez.  La meilleure plage pour faire la fête? Si je dois faire la fête, j’irai à Cannes qui est très proche de Nice. Il y a plus de choses à faire et d’événements – des restaurants, bars ou boîtes branchées.  Quel est le meilleur moment de la journée pour s’y rendre?  Tôt le matin ou en fin de journée. Car le soleil tape fort entre 11h et 16h. Et puis, il y a moins de monde et c’est plus agréable pour profiter de la plage.   Comment faut-il s’habiller là-bas?  Une tenue chic et décontractée, par exemple une longue tunique en lin, un sac de paille, chapeau et des sandales.  Que signifie cet endroit pour toi? C'est l'été avec mes copines! J’ai un tellement bon souvenir.  Ta boisson préférée? Le vin!  Ton repas préféré? Le poisson, juste incroyable.  Qu’est-ce qu’il ne faut jamais faire là-bas? Prendre un coup de soleil – ça craint!  Quel est ton meilleur souvenir? Mes amies et moi achetons une bonne bouteille de vin, de quoi grignoter et on se pose au bord de la mer pour prendre l’apéro. Life is good.  Quand prévois-tu d’y retourner? Dès que possible.

De la nourriture comme des vêtements, on trouve de tout au marché de Nice.

Tunique, DodoBar Or, CHF 520.

         163


Travel

UN VOYAGE A TRAVERS LES EPOQUES

Au Moyen Âge déjà, Bâle était l’une des plus importantes villes marchandes de Suisse, en témoignent ses nombreuses corporations. Le Grand Hotel Les Trois Rois, que les Bâlois nomment affectueusement «s’Dreikönig», profite d’une situation privilégiée au bord du Rhin. Il est profondément ancré dans l’histoire de la ville de Bâle. Par SIMONE AÏDA BAUR

164        

PHOTOS DR; GRAND HOTELS LES TROIS ROIS

Les Trois Rois, à Bâle, vers 1844..


Travel

L

ors de mon arrivée, le portier de l’hôtel Les Trois Rois me salue et me conduit à la réception. Là, on me souhaite la bienvenue en m’offrant une rose rouge, provenant du fleuriste particulier de l’hôtel «Fleur des Rois» (qui vaut vraiment la visite), puis on m’accompagne jusqu’à ma chambre double deluxe et sa vue sur le Rhin. Je m’amuse du banc présent dans l’ascenseur et admire les magnifiques antiquités des siècles passés qui ornent les couloirs et ma chambre. Un Grand Hôtel riche en histoires et en légendes. Selon l’une d’entre elles, l’hôtel aurait dû son nom à la rencontre de trois rois en l’an 1026, mais cette version a été abandonnée au cours des années suivantes, la véritable histoire de l’hôtel Les Trois Rois commençant en 1681. Cette année-là, le bâtiment datant originellement du XVe siècle, qui servait alors de résidence à des gens de noblesse, a été inauguré sous le nom de l’auberge «Zu den Drei Königen». La catégorie auberge permettait à l’hôte de l’époque d’héberger des visiteurs, de les nourrir et de leur servir jusqu’à trois sortes de vin. Il pouvait aussi stocker ce dernier. Ensuite, l’hôtel a changé plusieurs fois de propriétaires, et le XVIIIe siècle a été le théâtre de toutes sortes d’histoires aussi curieuses qu’épouvantables autour de celui-ci. Des histoires de princes malheureux à celle d’un rhinocéros échappé du zoo de Strasbourg, en passant par le récit d’un combat d’épées mortel. Des célébrités comme Napoléon, la Reine Elizabeth II et Pablo Picasso ont déjà séjourné aux Trois Rois. Lors de la visite de Napoléon, toute la noblesse de Bâle voulait le voir, se faisant passer pour des membres du personnel de l’hôtel pour arriver à leurs fins. Il semble que cela ait rapidement retenu l’attention de Napoléon, qui a déménagé ailleurs peu de temps après… Aujourd’hui encore, le Grand Hôtel de Bâle accueille des hommes et femmes politiques ainsi que des personnalités du monde entier, bien que ceux-ci ne soient pas nommés par souci de discrétion. En 1842, un nouveau propriétaire a fait démolir la vieille auberge et a demandé à l’architecte bâlois Amadeus Merian de construire un nouvel hôtel dans le style classique de l’époque. Un nouvel édifice Les Trois Rois a été inauguré en 1844. Jusqu’à aujourd’hui, sa façade continue de marquer le paysage urbain de Bâle.

Romantisme et haute-cuisine au Cheval Blanc by Peter Knogl.

En 2004, le brillant entrepreneur suisse Thomas Straumann a repris le Grand Hôtel classé monument historique, faisant également l’acquisition du bâtiment voisin. Il a fait rénover et reconstruire les édifices, en partie d’après des plans d’origine, par l’architecte Christian Lang. Les travaux de rénovation et de transformation ont duré 20 mois. Le bâtiment annexe a été restauré dans un style Art Déco conformément à son origine, alors que le Grand Hôtel s’est vu enrichir de chambres supplémentaires, d’une impressionnante salle de bal Belle Epoque et de salles de réunion modernes. En mars 2006, Les Trois Rois rouvre ses portes et se présente sous un jour nouveau. L’imposant atrium et ses lustres immenses, les étoffes somptueuses et les superbes antiquités de style romantique, Empire et Biedermeier exhalent le luxe et l’élégance. Les murs sont peints en suivant le modèle des célèbres papiers peints de Rixheim et parés de soie véritable ou de tapisseries de premier choix. Pendant la phase de rénovation, le marbre de certains murs et des colonnes a été restauré, performance remarquable si l’on pense aux 12 heures par mètre carré que la tâche demande à un expert. Lorsqu’on pénètre dans le bâtiment, l’histoire semble à portée de main, et on a l’impression d’être immergé dans un passé lointain. Une autre particularité est que le bâtiment s’est affaissé de 18 cm par rapport au Rhin. Cela se remarque particulièrement dans le superbe escalier en pierres. L’affaissement est certes resté, il a néanmoins été stabilisé selon les prescriptions actuelles pendant les travaux de rénovation. Chacune des 101 chambres et suites offre une vue, soit sur le Rhin, soit sur la ville. Elles sont toutes décorées d’antiquités et aménagées dans un authentique style classique ou Art Déco. Dans tout le bâtiment, le code couleurs des chambres est le bleu ou le rouge. Toutes les chambres sont spacieuses et offrent un confort des plus modernes. Certaines disposent même d’une terrasse. Pour une expérience particulièrement unique, je vous conseille la «Suite Napoléon» ou la «Suite Art Déco» et son propre jacuzzi, au-dessus des toits de Bâle. Le restaurant principal «La Brasserie» s’est vu décerner 14 points Gault-Millau. Il propose un buffet copieux de petit-déjeuner avec champagne ainsi que des repas midi et soir, qui mettent le plus souvent les cuisines française et suisse à l’honneur, le tout dans une ambiance élégante mais décontractée, avec vue sur le Rhin. Un haut-lieu gastronomique

Depuis la terrasse privative de la suite Les Trois Rois, et son jacuzzi, profitez d’une vue imprenable sur tout Bâle.

         165


Travel est le Cheval Blanc de Peter Knogl, récompensé par 3 étoiles Michelin et 19 points Gault-Millau. Dans une salle magnifique, avec bien entendu vue sur le Rhin, laissez-vous séduire par la cuisine de haut niveau préparée par Peter Knogl et son équipe. Une haute cuisine des plus subtiles, aimablement servie et présentée avec un certain sens artistique. La passion s’y fait ressentir! J’ai pu observer cette atmosphère agréable et détendue tout au long de mon séjour. C’est avec enthousiasme que le Grand Hôtel Les Trois Rois semble donner vie à son slogan «Rich in history, young at heart».

La cuisine de Peter Knogl: sensibilité et passion pour le bonheur des gourmets.

Pour se détendre, le Lobby Lounge ou le bar proposent des spiritueux ou des cocktails variés. Pour les aficionados, le Salon du cigare et son assortiment de 135 havanes valent amplement la visite. La bibliothèque contemporaine, sise au premier étage, était autrefois une chapelle. Un curé anglophone y était présent pour accueillir les visiteurs étrangers et les premiers expatriés de Bâle. Certes je n’ai pas déplacé les foules comme Napoléon jadis, mais j’ai pu apprécier une véritable hospitalité. Aussi, cela ne m’aurait-il pas dérangée de rester un peu plus longtemps à l’hôtel Les Trois Rois que Napoléon naguère…

Distinction et poésie dans la suite Napoléon.

166        

PHOTOS DR; GRAND HOTELS LES TROIS ROIS

www.lestroisrois.com


Travel

TROIS RAISONS DE QUITTER L’HÔTEL ART BASEL Art Basel a été fondé en 1970 par trois galeristes bâlois et a connu un grand succès dès ses débuts. C’est devenu entre-temps la plus grande et la plus importante foire d’art au monde. Elle attire jusqu’à 100 000 visiteurs chaque année. En 2002,«Art Basel s’est implanté à Miami et en 2013 à Hong Kong. L’évènement a toujours lieu en juin. Dans le même temps, la ville de Bâle devient le théâtre d’expositions d’art et de design parmi elles la Volta, Liste, Scope et Design Miami/Basel. www.artbasel.com

MUSEE D’ART DE BALE Il y a un peu plus d’un an, le troisième bâtiment du musée d’art de Bâle a été officiellement inauguré. Le nouvel édifice imposant a été réalisé par le bureau d’architectes Christ & Gantenbein et offre beaucoup d’espace pour les expositions temporaires. Jusqu’au 20 août 2017, on peut y voir l’exposition «¡Hola Prado!». Des toiles majeures de la collection du musée du Prado à Madrid ont voyagé jusqu’à Bâle, donnant l’occasion à des maîtres comme Holbein et Goya d’entamer le dialogue. www.kunstmuseumbasel.ch

LE BALE URBAIN Loin du centre, dans le quartier du vieux port de Bâle, un petit monde urbain indépendant s’est développé, presque une sous-culture. En été, le quartier prend vie avec ses pop-up bars et ses restaurants animés, comme par exemple le Landestelle, extrêmement prisé par les Bâlois. Constructions en bois ou en tôle, beaucoup de graffitis et meubles vintage bariolés composent le tableau, proposant un programme tout en contrastes pour les jeunes et les moins jeunes. La devise: «Vivre et laisser vivre». www.landestelle.ch

         167


Travel

CABOTAGE DE LUXE

Embarquement à bord de l’un des navires de la flotte Seadream, maintes fois primée, et sur un yacht presque privé. La croisière entre Rome et Athènes à ses fans de première heure. Ses étapes sublimes. Ses moments suspendus. Et ses fausses promesses, aussi.

Le SeaDream propose de la place pour 111 personnes, réparties dans 55 cabines, alors que le rapport des membres de l’équipage par rapport aux passagers est de 1:1.

168        

PHOTOS DR

Par PATRICK HEVEN


Travel

D

entrée de jeu, il me semble que la situation est sans ambiguïté. Les voiliers ont des voiles, les yachts sont des bateaux équipés de moteurs et de dimensions relativement restreintes, les navires de croisière quant à eux sont des monstres flottants, véritables villages de vacance motorisés avec centre commercial et cinéma multiplex se déplaçant sans grâce de port en port. A l’âge de 11 ans, je me souviens, nous avons embarqué en famille sur un tel mastodonte pour naviguer jusqu’aux Bahamas – sous la menace permanente de l’intoxication alimentaire. Et, en effet, je me souviens du casino. Et de la piscine où pouvaient se rafraîchir en barbotant ensemble les centaines de passagers, ravis de profiter des buffets dressés un peu partout – crevettes à volonté! – et de siroter des Piña Coladas tout au long de ces jours sans fin. Au fil des décennies, les transatlantiques prirent des proportions de plus en plus gigantesques. A l’image, pourrait-on dire, de l’appétit gargantuesque des touristes embarqués dont la fixation sur les buffets de fruits de mer all-inclusive et les cocktails excessivement sucrés confine désormais à l’obsession. Face à cette redéfinition de la «croisière», un petit groupe de résistants fortunés se sentit forcé de quitter le navire, en quête d’une offre à la hauteur de ses attentes. Et d’un certain imaginaire. On trouve donc désormais des propositions de vols à destination de la Martinique ou du Monténégro pour une échappée belle sur un yacht de luxe, privé. On peut également choisir le voilier – un navire d’exception, bijoux de technologie moderne et de plus petites dimensions – pour une croisière entre soi jusqu’aux confins du monde: le golfe de Cenderawasih en Nouvelle-Guinée occidentale, par exemple, ou les îles Lusancay dans la mer des Salomons, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Mais que faire quand on rêve du charme romantiquement désuet d’un pont en teck et d’un vrai voilier (sans les désagréments de la manœuvre toutefois…)? Quand on préfère le confort et l’allure d’un yacht motorisé (et climatisé…)? Et quand on souhaiterait plutôt reprendre la route sympathiquement familière de la Caraïbe ou de la Méditerranée? Pas de problème, le Seadream Yacht Club a la solution et la réponse à vos attentes. Il l’a même en double: deux navires rien que pour vous et vos 111 meilleurs amis – sans oublier «Jeff», le Cruise Director, et ses anecdotes d’un autre temps. Après quelques recherches et surtout le visionnage d’une série documentaire de la BBC («The Millionaires’ Holiday Club»,

Le SeaDream traverse majestueusement le canal de Corynthe.

avec l’inénarrable «Jane, qui aime la belle vie, le champagne et les paillettes» et son mari un peu trop discret, embarqués précisément à bord du navire qui m’attend), je commence à me demander si passer une semaine avec un équipage de 95 personnes et Dieu sait combien de «Jane» sur un bâtiment relativement exigu est vraiment une bonne idée. Notre cabotage de sept jours nous conduira de Rome à Athènes, de port en port le long de la côte amalfitaine, en passant par la Sicile, Itea, le canal de Corinthe, Hydra, avant Athènes (voir encadré). A notre arrivée au port romain de Civitavecchia, la silhouette du Seadream1 se dresse fièrement le long du quai. Après un rapide boarding, me voilà déjà sur le pont où le Capitaine nous accueille, vient ensuite le check-in avant que je ne découvre ma cabine sur le pont numéro trois. Si les Seadreamers avertis choisissent par prédilection une suite Commodore ou Admiral – ou peut-être même une confortable Owner’s Suite – l’essentiel des hébergements disponibles à bord sont des cabines.

Un spa, un casino, une salle de fitness… Tout est fait pour divertir les passagers à bord du SeaDream 2.

En ce qui concerne mes 20 m2, je dispose pour ma part d’une petite salle de bain, d’un «espace à vivre avec canapé et fauteuil assorti plus table basse» ainsi que d’un lit placé juste à côté du vrai plus de ma cabine – la grande fenêtre. L’équipement n’est certes plus de première jeunesse, mais on peut y trouver un certain charme. Car en effet, les passagers sont nombreux à rechercher précisément cette authenticité qui, à les entendre, fait d’une croisière à bord du Seadream une expérience sans pareil. Le navire, par ailleurs, dispose d’une bibliothèque, d’une petite boutique, d’un Spa et d’une salle de sport plutôt basse de plafond. Les repas sont généralement pris en plein air, à moins que ce ne soit dans le salon officiel. Le bar situé sur le pont supérieur n’en reste pas moins le véritable centre névralgique de la sociabilité à bord, avec ses bains de soleil, chaises longues et sa piste de danse. Je ne mets pas longtemps à y élire domicile.

         169


Travel Quand bien même la plupart des collaborateurs sont des hôtes particulièrement attentifs au bien-être de chacun des passagers tout au long de son séjour à bord, le Seadream ne tient clairement pas toutes ses promesses. Ainsi, la séance de «cinéma en plein air sous la voûte étoilée» n’est en réalité rien d’autre que la projection d’un film-VHS que l’on avait déjà aucune envie de voir à sa sortie – il y a une bonne vingtaine d’années de cela. «Tenter sa chance au casino» revient surtout à prendre place à côté d’un autre passager (aussi peu enthousiaste que nous) à la seule table de jeu du navire, dans le coin le plus reculé de la bibliothèque. «Passer des nuits inoubliables à danser sur la terrasse du Yacht Bar» ne réserve, hélas, pas d’autre surprise que de découvrir Jeff, notre Cruise Director, dans ses fonctions de «DJ BowTie» infligeant aux passagers vaguement sur leur trente-et-un et n’ayant plus qu’un lointain souvenir de leur années disco, d’improbables remix de Justin Bieber. A la chaîne. On pourra parler également de la «Dream-cuisine, distinguée par plusieurs prix». L’offre n’est certes pas mauvaise, mais bien loin toutefois de ce qui est annoncé dans les brochures et autres spots publicitaires. Jeff, le responsable du Club, nous le confirme: «Tout est livré par grands containers et ne se distingue en rien de ce que l’on propose sur les autres grands navires. Tous les plats et boissons sont préparés à Amsterdam puis acheminés jusqu’aux différents ports d’embarquement». En bref: bon appétit!

Ces petites imperfections diverses ne semblent en rien dissuader les habitués disposant pourtant d’évidence d’un certain confort financier. Ce d’autant moins que l’équipage est aux petits soins pour exaucer le moindre de leurs souhaits: certains ont déjà passé, toutes croisières confondues, plus de 400 jours à bord. On peut même imaginer que le fait précisément que le luxe sur le yacht soit plutôt relatif, voire spartiate, soit la raison-même du succès des croisières Seadream. L’un des plaisanciers me confie: «L’ambiance est détendue mais sans vulgarité. Il y a déjà bien assez de contraintes formelles dans mon quotidien le reste de l’année. Ici, je peux vraiment me relaxer». Un autre me confirme: «Certes, on est loin de la perfection. Mais c’est justement ce que je trouve charmant». A bord du Seadream, il est donc possible de se laisser aller – il n’y a pas de dress code. On a tout loisir de paresser et de profiter ainsi pleinement de ses vacances, sans stress d’aucune sorte. Au Seadream Yacht Club je reconnais néanmoins certains vrais points positifs. L’équipage est, dans l’ensemble, très attentionné et le ratio d’un collaborateur pour chaque passager est effectivement exceptionnel. Le yacht ne donne jamais l’impression d’être surpeuplé et l’on a toujours la possibilité de s’isoler dans un coin paisible pour lire, par exemple, ou simplement jouir de l’instant présent. Se réveiller chaque matin dans un port différent est une fort belle expérience, et l’on se réjouit de retourner à la fin de chaque journée à bord d’un yacht confortable qui, par sa taille, a la possibilité d’accoster dans des ports interdits aux navires de plus grandes dimensions. La semaine passant, on a l’impression que le temps s’écoule moins vite, les moments ensoleillés se succèdent paisiblement. Cette croisière fut pour moi aussi l’occasion de rencontrer des gens intéressants et je ne nierai pas qu’un certain esprit de camaraderie s’installe au fil des jours. Oui, c’est de yachting et non de cruising que l’on parle ici. A bord du Seadreamer toutefois, les deux se rejoignent peut-être à trop d’égards sans doute, quand bien même l’espace est plus réduit et moins bondé que sur un très grand navire de croisière. www.seadream.com

PHOTOS DR

En guise de «Luncheon» – c’est ainsi que l’on nomme le déjeuner ici – c’est un buffet de salades qui nous attend et une toute petite carte avec essentiellement burgers, fromage grillé et salade de thon en conserve. Les plats du jour sont à mille lieues d’une bonne idée, car pour avoir envie d’un thaichicken-curry ou de quelque chose à l’indienne, il faudrait probablement avoir jeté l’ancre ailleurs que dans une crique le long de la côte amalfitaine ou devant une île grecque au panorama absolument sublime. Le poisson servi le cinquième jour était, à mon goût, tout bonnement immangeable. Et le «menu dégustation» proposé l’un des soirs souffrait honorablement la comparaison avec ce que l’on sert, en matière de cuisine chinoise, dans un restaurant allemand. Ayant appris qu’avant sa promotion notre sommelier, peu amène en vérité, avait été barman, la résistance que lui opposaient les bouchons des bouteilles de vin ne nous étonna plus trop. Quoi qu’il en soit, ma plus grande déception fut assurément le «petit-déjeuner des lève-tôt», présenté comme petite collation raffinée pour tous ceux qui n’aiment pas traîner au lit – et ceux qui désirent profiter d’un paisible lever de soleil. Et en vrai? Le café-filtre valait bien celui d’un Holiday Inn, avec petits pains et viennoiseries emballées sous vide à l’avenant. Par bonheur, le point du jour sur la Méditerranée est un

spectacle à ce point merveilleux qu’il a vite fait de dissiper toute amertume. Les autres temps forts les plus positifs de notre croisière furent pour l’essentiel ceux que nous pûmes vivre sur la terre ferme. Il faut dire que l’équipage profite systématiquement de la moindre occasion pour vanter les charmes de nos diverses escales, avec force conversations informelles, brochures et documentation déposée chaque soir dans notre cabine. Une stratégie payante, de toute évidence, puisque la moitié des passagers des navires Seadream ne se contente pas d’une seule croisière avec cette compagnie.

170        


Travel

CAPRI Les nouveaux venus filent tout droit découvrir la Grotte Bleue ou les boutiques de Capri et d’Anacapri. Ceux qui ne viennent pas ici pour la première fois évitent les hordes de touristes et vont profiter du calme de Bagni Tiberio, bronzer et nager en toute quiétude et admirer le coucher de soleil à la terrasse d’un bar sympathique ou depuis la terrasse du magnifique J.K. Place Hotel, non loin du port.

POSITANO Positano était à l’origine un village pauvre de pêcheurs avant d’attirer la jet set internationale fascinée par ce joyau de la côte amalfitaine. L’architecture mauresque de la ville se détache au sommet des collines dominant le port et, de là-haut, la vue s’étend au-delà des îles Li Galli. Un déjeuner au Sirenuse s’impose. Si aucune table n’est disponible, ne pas hésiter à pousser jusqu’au Grand Hotel Tritone dans le village voisin de Praiano. Le bateau-taxi s’impose pour rejoindre Fiordo di Furore, une plage fabuleuse cachée dans une gorge.

AMALFI La plus grande ville de la Costiera Amalfitana fut découverte dans les années 20 par l’aristocratie britannique. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007, Amalfi est l’endroit rêvé pour se perdre au hasard de ses déambulations. Un tunnel permet de rejoindre la ville d’Altrani, loin de la foule, et on n’oubliera pas, en chemin, de faire un détour par le cimetière marin d’où la vue sur la ville et la baie est tout simplement sublime. Les plus courageux pourront rejoindre Ravello en deux heures de marche à travers le Vale del Dragone et ses plantations de citronniers.

Taormina Taormina, l’une des villégiatures les plus populaires de Sicile, se niche sur les flancs du mont Tauro d’où s’ouvre un panorama splendide sur deux larges golfes magnifiques. L’Etna est évidemment au centre de toutes les attentions, mais je recommande une escapade jusqu’aux falaises blanches de Scala dei Turchi puis, en fin de journée, une promenade à travers le Jardin Botanique dans la vieille ville et une coupe de champagne au Grand Hotel Timeo.

         171


Travel

ITEA Une petite île qui ne paie pas de mine, mais qui est le véritable port par lequel on accède au site archéologique de Delphes. Toute la Grèce antique s’y pressait pour venir y consulter l’oracle et la célèbre pythie. Le site, particulièrement riche et bien conservé, ainsi que l’impressionnant musée méritent absolument une visite!

HYDRA L’île rocheuse d’Hydra se trouve dans le Golfe Saronique, non loin des îles de Spetses et de Poros. Aucune voiture sur cette île et de très belles opportunités de promenade à travers les ruelles étroites, au milieu des Bougainvilliers. Le long de la côte, la route conduit à Vilchos et on sera bien inspiré de déjeuner à Enalion, au bord de la Grande Bleue. Mais si l’on préfère des plages plus chic, on se rendra au Castello, juste le temps d’un verre (à moins que ce ne soit pour quelques heures), avant d’embarquer à nouveau pour rejoindre enfin Athènes.

ATHèNes

PHOTOS DR

Il faut bien plus que quelques jours pour découvrir la ville. Mais si l’on ne dispose que d’une ou deux journées, on n’oubliera pas de déjeuner au GB Roof Garden de l’Hotel Grande Bretagne, avec vue sur l’Acropole, spectaculaire surtout de nuit. Et si vous avez un peu plus de temps ou si vous voulez prendre celui de vous détendre, à l’Astir Palace, vous vous sentirez vraiment en vacances.

172        


06

la Nuit


La Nuit

#PassItOn Montblanc x UNICEF Par LIVIA ZAFIRIOU

L

e premier week-end d’avril, Montblanc nous donnait rendez-vous à la New York Public Library pour un dîner de gala, afin de célébrer sa relation de longue date avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). L’entreprise a indiqué avoir versé approximativement 10 millions de francs à travers le monde au cours des 13 dernières années, et ce pour prendre en charge des programmes d’alphabétisation à l’école primaire. Cette somme a permis d’acheter du matériel scolaire de haute qualité et de dispenser un meilleur enseignement, améliorant ainsi les conditions d’apprentissage de plus de 5 millions d’enfants dans le monde. Des stylos, des articles de papeterie, des montres et des bijoux issus des nouvelles collections ont été exposés durant l’événement, organisé dans le cadre du projet commun «Montblanc pour l’UNICEF». L'ambassadeur de la marque Hugh Jackman, Charlotte Casiraghi et Diane Kruger, mais aussi Olivia Palermo, Elsa Hosk, Rami Malek et Johannes Huebl comptaient parmi les personnalités présentes. Dans le même temps, la nouvelle campagne a été lancée en compagnie de Hugh Jackman avec pour slogan: «Ecrire permet de s’ouvrir au monde. Transmettez ce précieux don.»

Bâtiment Stephan A. Schwarzman, New York Public Library.

#PassItOn, #Montblanc, #UNICEF #foreverychild www.montblanc.com

PHOTOS DR

La rédactrice en chef de L’Officiel Suisse Livia Zafiriou (au millieu).

174        


Le PDG de Montblanc Nicolas Baretzkiand et l’ambassadeur de la marque Hugh Jackman.

Charlotte Casir aghi

Diane Kruger ET Hugh Jackman Miguel Angel Sylvestre

Gaby Gomez ET Juan Pablo Jim

Elsa Hosk

Olivia Palermo

Sebastian Diamantoulis ET Touriya Haoud

R ami Malek ET Carly Chaikin

L’ambassadrice de l’UNICEF Gigi Leung

Natalie Vértiz Aissa Maiga

         175


ADRESSES

Mode

3.1 Phillip Lim www.31philliplim.com AGL www.agl.com Akris www.akris.ch Alexander Wang www.alexanderwang.com Amara www.amara.ch Antonio Grimaldi www.antoniogrimaldi.com Armani www.armani.com Aquazurra www.aquazzura.com Aurélie Bidermann www.aureliebidermann.com Balenciaga www.balenciaga.com Bally www.bally.com Barbara Gongini www.barbaraigongini.com Belmacz www.belmacz.com Belstaff www.belstaff.de Blumarine www.blumarine.com Boss www.hugoboss.com Bottega Veneta www.bottegaveneta.com Brunello Cucinelli www.brunellocucinelli.com Bucherer www.bucherer.ch Bulgari www.bulgari.com Burak Uyan www.burakuyan.com Calzedonia www.calzedonia.ch Cartier www.cartier.ch Carven www.carven.com

Céline www.celine.com

Furla www.furla.com

Chanel www.chanel.com

Givenchy www.givenchy.com

Charlotte Chesnais www.charlottechesnais.fr

Gucci www.gucci.com

Charlotte Olympia www.charlotte-olympia.com

Hermès www.switzerland-fr.hermes.com

Chloé www.chloe.com

Interio www.interio.ch

Chopard www.chopard.com

Isabel Marant www.isabelmarant.com

Christian Louboutin www.christianlouboutin.com

Ivy Park www.ivypark.com

Comme des Garçons www.comme-des-garcons.com

Jason Wu www.jasonwustudio.com

Delvaux www.delvaux.com

Jil Sander www.jilsander.com

Dinosaur Designs www.dinosaurdesigns.com.au

Jimmy Choo www.jimmychoo.com

Dior www.dior.com

Joseph www.joseph-fashion.com

Diesel www.ch.diesel.com

Just Cavalli www.justcavalli.com

Dolce&Gabbana www.dolcegabbana.com

J.W. Anderson www.j-w-anderson.com

Dorateymur www.dorateymur.com

Kare www.kare.ch

Dsquared2 www.dsquared2.com

La Perla www.laperla.com/ch

Dyson www.dyson.ch

Lancel www.lancel.com

Elie Saab www.eliesaab.com

Lanvin www.lanvin.com

Elisabetta Franchi www.elisabettafranchi.com

Lemaire www.lemaire.fr

Ellery www.ellery.com

Loewe www.loewe.com

Emilio Pucci www.emiliopucci.com

Longchamp www.ch.longchamp.com

Erdem www.erdem.com

Louis Vuitton www.fr.louisvuitton.com

Etro www.etro.com

Maison du Monde www.maisonsdumonde.com

Fendi www.fendi.com

Maison Margiela www.maisonmargiela.com

Filippa K. www.filippa-k.com

Maison Valentino www.valentino.com

F.R.S. For Restless Sleepers www.forrestlesssleepers.com

Maje www.fr.maje.com

Manor www.manor.ch Mandkhai www.mandkhai.com Mansur Gavriel www.mansurgavriel.com Marc Jacobs www.marcjacobs.com Marco de Vincenzo www.marcodevincenzo.com Marco Polo www.marc-o-polo.com Marni www.marni.com Marte Frisnes www.martefrisnes.com Max Mara www.maxmara.com Melissa Odabash www.odabash.com Mercedes Benz www.mercedes-benz.ch Michael Kors www.michaelkors.com Miu Miu www.miumiu.com Montblanc www.montblanc.com Mulberry www.mulberry.com Nicholas Kirkwood www.nicholaskirkwood.com Ole Lynggaard Copenhagen www.olelynggaard.com Palmer/Harding www.palmerharding.com Pebble London www.pebblelondon.com Prada www.piaget.com Ralph Lauren www.ralphlauren.de Rimowa www.rimowa.com Rolex www.rolex.com Robert Clergerie www.robertclergerie.com Roberto Cavalli www.robertocavalli.com

Vous trouverez, sur le site de toutes les marques citées, l'adresses des boutiques qui les vendent ou celles des points de vente les plus proches.


ADRESSEN GIA TANG en Erdem, photographiée par Karine & Oliver. Voir toute l'histoire à partir de la page 80

Saint Laurent www.ysl.com

Tom Ford www.tomford.com

Salvatore Ferragamo www.ferragamo.com

Tommy Hilfiger www.ch.tommy.com

Sergio Rossi www.sergiorossi.com

Van Cleef & Arpels www.vancleefarpels.com

Sies Marjan www.siesmarjan.com

Westwing www.westwing.ch

Solid and Striped www.solidandstriped.com

Wolford www.wolfordshop.ch

Sportmax www.sportmax.com

Franck Provost www.franckprovost.com Givenchy www.givenchy.com Galénic www.galenic.com Institute Esthederm www.esthederm.com Kevin Murphy www.de.kevinmurphy.com.au Lina Hanson www.linahanson.com

Stella Luna www.stellaluna.com Stella McCartney www.stellamccartney.com

Beauté

Stuart Weitzman www.stuartweitzman.com

Biotherm www.biotherm.com

Tabitha Simmons www.tabithasimmons.com

Bumble and Bumble www.douglas.ch

Teija www.teijaeilola.com

Carita www.carita.fr

Temperly London www.temperleylondon.com

De Mamiel www.demamiel.com

The Row www.therow.com

Dior www.dior.com

Tibi www.tibi.com

Dr. Jart+ www.manor.ch

Tiffany & Co. www.tiffany.com

Estée Lauder www.esteelauder.ch

Tod's www.tods.com

Filorga www.marionnaud.ch

Løv Organic www.de.lov-organic.com Massato www.massato-paris.fr Masters Organics www.johnmasters.com Serge Lutens www.sergelutens.com Sirocco www.sirocco.ch Sisley www.sisley-paris.com Thés de la pagode www.jelmoli.ch Uvbio www.ecco-verde.com Yves Saint Laurent www.ysl.com


Last Look

LES LIVRES, NOS MEILLEURS AMIS DE L’ÉTÉ Laisser tomber les réseaux sociaux et leur rythme saccadé. Redécouvrir le plaisir de lire, investir de longues plages de temps. De la lecture en toutes choses, c’est bon pour la tête, bon pour l’âme. Par TIFFANY KEHRLI

Le pouvoir des femmes

La découverte d’un nouveau monde

Le sort poignant de deux jeunes femmes afghanes pendant la guerre en Afghanistan. Le roman décrit l’amitié entre ces deux personnages qui tentent de se défendre contre le mari violent qu’elles ont en commun, tout en élaborant des plans pour s’enfuir. «Mille soleils splendides», Khaled Hosseini, Place des Editeurs, CHF 20.

La vie, ses hauts et ses bas

Une histoire singulière, un livre dont l’histoire puise dans les connaissances religieuses. Le protagoniste de ce récit dépasse ses limites spirituelles au cours d’un voyage riche en aventures. Et le lecteur, au passage, d’être captivé par les images colorées du Pérou dont la description est superbe. «La Prophétie des Andes», James Redfield, J’ai Lu, CHF 20.

A travers l’histoire touchante d’un père et de sa fille, l’auteur à succès raconte comment la chance et la réussite peuvent soudainement voler en éclat. L’histoire captivante d’un père seul, confronté à ses hauts et ses bas, et qui, en dépit des coups durs du destin, s’efforce de décrocher les étoiles pour sa fille.

Un nouveau regard sur le monde

«Si tu me voyais comme je te vois», Nicholas Sparks, Editions Michel Lafon, CHF 20.

Une lutte pour la survie

«Une histoire des abeilles», Maja Lunde, Place des Editeurs, CHF 30.

178        

Ce best-seller connu dans le monde entier retrace les traumatismes de la première Guerre mondiale, lorsque la France était encore occupée par l’Allemagne. Il narre l’histoire poignante de deux sœurs que tout oppose; l’une se bat pour la survie de sa famille et l’autre organise sa fuite par le sentier caché du rossignol. «Le Chant du rossignol», Kristin Hannah, Editions Michel Lafon, CHF 30.

PHOTO DR

Ce roman, véritable compagnon de voyage, relate l’histoire de trois familles, vivant sur trois continents, au cours de trois siècles différents. Seules les protagonistes ailées jaunes et brunes tissent alors le lien entre les différentes intrigues. Dans ce contexte, l’auteur pose des questions à propos de l’humanité, de son rapport à l’environnement, et de ce à quoi l’avenir de nos enfants pourrait ressembler.


MODE, LIFESTYLE, V O YA G E E T A rt :

L’OFFICIEL

Schweiz/Suisse

WWW.LOFFICIEL.CH A B O N E M E N T S ABO@LOFFICIEL.CH TEL. +41 44 510 31 58

L'OFFICIEL No.30 Été 2017 FR  
L'OFFICIEL No.30 Été 2017 FR  
Advertisement