Page 1


L’OFFICIEL (FR & GER) 448x297 F-S8 DP 4 SWITZERLAND - On sale date: 6 APRIL


L’OFFICIEL (FR & GER) 448x297 F-S8 DP 4 SWITZERLAND - On sale date: 6 APRIL


Omega_HQ • Visual: TR10_X261_428.17.36.60.04.001 • Magazine: lOfficiel April (CH) • Language: English


A’SS KKAAI IA’ OI ICCEE CCHHO

TRÉSOR TRÉSORCOLLECTION COLLECTION

Boutiques BoutiquesOMEGA: OMEGA: Genève Genève• •Zürich Zürich• •Luzern Luzern Interlaken Interlaken• •Bern Bern• •Crans-Montana Crans-Montana Zermatt Zermatt• •Bürgenstock Bürgenstock


NUMÉRO 02 /2018

EDI T OR-IN-CHIEF

LIVIA ZAFIRIOU A RT DIR ECT OR

PUBL ISHER

LISA METTIER

MARC HUERLIMANN

M A NAGING EDI TOR

FR ENCH SENIOR EDI T OR

MANOU STEIGER

STÉPHANE BONVIN

M A NOU. S TEIGER@LOFFIC IEL .C H

C ON T EN T EDI TOR & PRODUCT ION C OOR DINATOR

LENA STÄHELI

GER M A N SENIOR EDI TOR

BENJAMIN DUTOIT DIE OR THO GR A FEN GMBH

GER M A N FINA L EDI T ING EDI T OR I A L ASSISTA N T

LAURA GANSNER

NENA MORF & MARTIN BERAN DIE OR THO GR A FEN GMBH

PR EPR ESS

FASHION EDI T OR AT L A RGE

MICHAEL WEBER

LORNA MCGEE

BE AU T Y EDI TOR

CONTR IBUTING FASHION EDITOR

URSULA BORER

CHRISTOPHER MAUL

A DV ERT ISING SA L ES

EVA FAVRE

A FFINIT Y PR IMEMEDI A LTD. E . FAV R E@A FFINIT Y- PR IMEMEDI A .C H +41 21 7 81 0 8 5 0

T R AV EL EDI TOR AT L A RGE

PATRICK HEVEN T R A NSL AT ION

CARMEN BERGER, FRANZISKA DENGLER, EVA HÜBSCHER, VÉNUSIA BERTIN

C ON T R IBU TORS:

T E X TS E U G É N I E A D D A , A L I A LT, M A R G U E R I T E B A U X , M AT H I L D E B E R T H I E R , I S A B E L L E C AMPONE , HERVÉ DE WINTRE , C ÉLESTINE F A N G U I N , V A L É R I E F R O M O N T, M A U D GABRIELSON, AURELIA HERMANGE-HODIN, S A BR IN A KOS SM AY ER , MÉL A NIE MENDEL E W I T S C H , J U L IE T T E MI C H AU D, JE S S I C A MICHAULT, EMILY MINCHELL A , ADRIENNE RIBES-TIPHAINE, LÉA TRICHTER-PARIENTE, EMILY MIN C HELL A PHO TOGR A PH Y R APHAEL BLISS, JACQUES BURGA , DAVID BIEDERT, GEORGIA DEVEY SMITH, BETINA DU

TOIT, SIMON EMMET T, ERICK FAULKNER, DOUGLAS MANDRY, JULIEN ROUX, JOEL STANS

ST Y L ING JOEL A NTE TOM A SO, DON ATELL A MU S CO, DEBOR A H R E Y NER SEBAG M A K E-UP / H A IR LUK E C H A MBER L A IN , FEDER ICO GHE Z Z I, B R A DY L E A , Y I N L E E , C É L I N E M A R T I N , H O L LY S I L L I U S , A N A Ï S L U C A S S U M N E R , N A N C Y SEBAGH IL LUST R AT ION A NN A H A A S , L AUR E WATER S

SERVICE ABONNEMENTS ABO@LOFFICIEL.CH TEL. 041 329 23 40 – FAX 041 329 22 04 ABONNEMENT ANNUEL (10 NUMÉROS) AU PRIX DE CHF 75 WWW.LOFFICIEL.CH/SUBSCRIPTIONS


Collection Frivole Bague Entre les Doigts, or jaune et diamants.

Haute Joaillerie, place Vendôme depuis 1906

GENÈVE - 31, rue du Rhône www.vancleefarpels.com - +41 22 311 60 70


ADVER TISING DIREC TRIC E COMMERC IALE A NNE-M A R IE DISEGNI am.disegni@jaloumediagroup.com

DIREC TRIC E DE L A PUBLIC ATION E T DE L A RÉDAC TION M A R IE-JOSÉ SUSSK IND -JA LOU

RÉDAC TRIC E EN C HEF MODE VA NESSA BELLUGEON

DIREC TRIC ES DE PUBLIC ITÉ

INTERNATIONAL AND MARKE TING INTERNATIONAL ADVER TISING MANAGERS FL AV I A BENDA f.benda@jaloumediagroup.com EM A NUELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

PRÉSIDENT S

EMM A NUELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

RÉDAC TRIC E EN C HEF

NATH A LIE IFR A H n.ifrah@jaloumediagroup.com

C EO

ITALY INTERNATIONAL DIREC TOR OF SALES

C HEF DE PUBLIC ITÉ

SA R A SCHMIT T s.schmitt@jaloumediagroup.com

TR AFFIC MANAGER

K A R IM BELK ACEM BENZEM A kb.ben zema@jaloumediagroup.com TEL . +33 (0) 1 53 01 88 30

EDITORIAL DIREC TION

M A R IE-JOSÉ JA LOU & M A X IME JA LOU

M AGA Z INE A DR IENNE R IBES-TIPH A INE

BENJA MIN EY MÈR E b.ey mere@editionsjalou.com

DEPU T Y C EO/COO

M A R I A CECILI A A NDR ET TA mc.andretta@jaloumediagroup.com

A S SISTANT DIREC TOR

PASCA LE SAVA RY p.savar y@jaloumediagroup.com

EDITORIAL DIREC TOR

EMM A NUEL RUBIN e.r ubin@jaloumediagroup.com

FINANC E AND ADMINISTR ATION

DIREC TOR OF PRODUC TION

DIREC TOR FINANC E & ADMINISTR ATION

JOSHUA GL ASGOW j.glasgow@jaloumediagroup.com

INTERNATIONAL EDITIONS JA LOU S E , L’ OP T IMUM , L A R E V UE DE S MON T R E S , L’ OFFI C IEL VOYAGE , L’ OFFI C IEL 1 0 0 0 MODÈL E S , L’ OFFI C IEL HOMME S , L’ OFFI C IEL A R T, L’ OFFI C IEL S HOPPIN G , L’ OFFI C IEL C HIRUR GIE E S T HÉ T IQUE , L’ OFFI C IEL A L L EM AGNE , L’ OFFI C IEL HOMME S A L L EM AGNE , L’ OFFI C IEL AU S T R A L IE , L’ OFFI C IEL BR É S IL , L’ OFFI C IEL HOMME S BR É S IL , L’ OFFI C IEL C HINE , L’ OFFI C IEL HOMME S C HINE , L’ OFFI C IEL HOMME S C OR ÉE , L A R E V UE DE S MON T R E S C OR ÉE , L’ OFFI C IEL E S PAGNE , L’ OFFI C IEL HOMME S E S PAGNE , L’ OFFI C IEL VOYAGE E S PAGNE , L’ OFFI C IEL A R T E S PAGNE , L’ OFFI C IEL INDE , L’ OFFI C IEL INDONÉ S IE , L’ OFFI C IEL I TA L IE , L’ OFFI C IEL HOMME S I TA L IE , L’ OFFI C IEL JA P ON , L’ OFFI C IEL VOYAGE JA P ON , L’ OFFI C IEL K A Z A K H S TA N , L’ OFFI C IEL HOMME S K A Z A K H S TA N , L’ OFFI C IEL L E T TONIE , L’ OFFI C IEL L IB A N , L’ OFFI C IEL HOMME S L IB A N , L’ OFFI C IEL , L I T UA NIE , L’ OFFI C IEL M A L A I S IE , L’ OFFI C IEL M A RO C , L’ OFFI C IEL HOMME S M A RO C , L’ OFFI C IEL ME X IQUE , L’ OFFI C IEL MOY EN - OR IEN T, L’ OFFI C IEL HOMME S MOY EN - OR IEN T, L’ OFFI C IEL A R T MOY EN - OR IEN T, L’ OFFI C IEL M Y KONO S , L’ OFFI C IE PAYS - B A S , L’ OFFI C IEL HOMME S PAYS - B A S , L’ OFFI C IEL PHIL IPPINE S , L’ OFFI C IEL P OLO GNE , L’ OFFI C IEL RU S S IE , L’ OFFI C IEL VOYAGE RU S S IE , L’ OFFI C IEL S IN G A P OUR , L’ OFFI C IEL HOMME S S IN G AP OUR , L’ OFFI C IEL S T B A R T H , L’ OFFI C IEL S UI S S E , L’ OFFI C IEL HOMME S S UI S S E , L’ OFFI C IEL T H A ÏL A NDE , L’ OP T IMUM T H A ÏL A NDE , L’ OFFI C IEL T URQUIE , L’ OFFI C IEL HOMME S T URQUIE , L’ OFFI C IEL UK R A INE , L’ OFFI C IEL HOMME S UK R A INE , L’ OFFI C IEL V IE T N A M W W W. LOFFI C IEL MODE .C OM W W W. JA LOU S E . FR W W W. LOFFI C IEL HOMME S . FR W W W. L A R E V UEDE S MON T R E S .C OM W W W. EDI T ION S JA LOU.C OM

THIER RY LEROY t.leroy@jaloumediagroup.com

C HIEF ADMINISTR ATIVE OFFIC ER

FR ÉDÉR IC LESIOUR D f.lesiourd@jaloumediagroup.com

HUMAN RESOURC E MANAGER ÉMILI A ÉTIENNE e.etienne@jaloumediagroup.com

MANAGER AC COUNTING & PRODUC TION

ÉR IC BESSENI A N e.bessenian@jaloumediagroup.com

DISTRIBU TION MANAGER L A HCENE MEZOUA R l.mezouar@jaloumediagroup.com

AC COUNT MANAGER

NA DI A H AOUAS n.haouas@jaloumediagroup.com

BILLING

INTERNATIONAL EDITORIAL & ARC HIVE MANAGER

A NGEL A M ASIERO a.masiero@jaloumediagroup.com

SENIOR INTERNATIONAL ADVER TISING MANAGER CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com

INTERNATIONAL ADVER TISING MANAGER

CA R LOT TA TOM ASONI c.tomasoni@jaloumediagroup.com

ADVER TISING MANAGER MONICA TR A INA m.traina@jaloumediagroup.com

DISTRIBU TION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

PRODUC TION PRINTING PRODUC TION TR AC KING AND PAPER SUPPLY BY GROUP VA LPACO 3 r ue du Pont-des-Halles 9 4150 Rungis

PHOTOLITHOGR APHY CY M AGINA

LEGAL DEPOSIT

N° de C ommission paritaire 0318 K 80 43 4 – ISSN 0030.0 403 Printed in EU/ Imprimé en UE

FOUNDERS

GEORGES L AUR EN T A ND ULLY JA LOU (†)

BA R BA R A TA NGU Y b.tang uy@jaloumediagroup.com

PUBLISHED BY JALOU MEDIA GROUP

COMMUNIC ATION AND PRES S

SA R L au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 CCP N° 1 824 62 J Paris

THOMA S MARKO & A S SOC IATES EMM A NUEL BACHELLER IE emmanuel.b@tmarkoagency.com CÉLINE BR AUN celine.b@tmarkoagency.com Tel. +33 (0) 1 4 4 90 82 60

ADVER TISING MANAGER SWIT ZERL AND

EVA FAV R E A FFINIT Y-PR IMEMEDI A LTD. e.fav re@affinit y-primemedia.ch +41 21 781 08 50

HE AD OFFIC E

5 RUE BACH AUMON T 75002 PA R IS TEL . +33 (0) 1 5301 10 30 FA X +33 (0) 1 5301 10 40


PREMIÈRE DU GENRE. LA NOUVELLE VOLVO XC40. DÉCOUVRIR MAINTENANT SUR VOLVOCARS.CH/XC40

2 0 18

SWISS PREMIUM SERVICE GRATUIT PENDANT 10 ANS/150 000 KM GARANTIE COMPLÈTE PENDANT 5 ANS

INNOVATION MADE BY SWEDEN.

Volvo Swiss Premium ® avec service gratuit pendant 10 ans/150 000 kilomètres, garantie constructeur pendant 5 ans/150 000 kilomètres et réparations pour cause d’usure pendant 3 ans/150 000 kilomètres (au premier des termes échus). Valable chez les concessionnaires participants. Le modèle présenté dispose évent. d’options proposées contre supplément.


70 ENTRÉE 10

Edito

12

Contributeurs

158

Adresses

PRÉLUDE

SOMMAIRE

STYLE

16

News de la Mode et des Bijoux

22

«B.Zero1», un art de vivre

24

Tendance bijoux – diamants

38

Accessoires – cœur de verre

42

Le it-bag nouveau est arrivé

44

Jennifer Lawrence – le réveil d’une etoile

46

Le choix de ... Coltrane

48

Anatomie d’un sac – le «Peekaboo» de Fendi

50

Interview d’Ann-Sofie Johansson

52

Moda Operandi

BEAUTÉ 54

News beauté

57

La Prairie – anatomie d’un hit beauté

58

Le végane dans la peau

62

Peaux d’encre

66

Charbon: le nouvel or noir

38

sur tapis rouge 25

Tendance montres – a cœur ouvert

26

Anatomie d’un bijoux – «Frivole» de Van Cleef & Arpels

27

Tendance bijoux – au tour du cou

28

Rencontre avec Karolina Kurkova

30

En mouvement

34

Chronique – Victoria Beckham vs Victoria's Secret

FOTOS ZVG

à Genève


SOMMAIRE

MODE 70

En couverture: Erin Wasson, sa liberté

82

Minimal

90

Petit chaperon rouge

100

A fleur de peau

112

Miscellanées

120

Haute joaillerie: diamond ball

58

MAGAZINE 126

Chanel, Des Sacs Comme des Déclarations

130

Carven: Rencontre avec Serge Ruffieux

136

La Nuit Est Ailleurs

Travel 140

Travel news

142

Suite talk – Toscane secrète

148

La veranda - plages paradisiaques

152

Anatomie d’une voiture –

130

le XC40 de Volvo La Nuit 156

Bulgari X L’OFFICIEL Suisse

Last Look 160

Dernières volontés

EN COUVERTURE: Erin Wasson photographiée par Simon Emmett. Robe en soie et sequins à épaules nues, Saint Laurent par Anthony Vaccarello Stylisme Lorna Mcgee Production Flower Avenue Un remerciement spécial au Beverly Hills Hotel et au Millenium Billtmore Hotel.


ÉDITO

CHÈRE LECTRICES,

Les accessoires occupent le cœur de ce numéro d'avril.. Sacs oversize, lunettes retro, bijoux Haute Couture, capuches et chapeaux peuvent transformer notre apparence, notre apparence, quels que soient nos choix de vêtements. Les accessoires donnent du sens à un vêtement et sont souvent les moyens grâce auxquels nous pouvons affirmer notre personnalité. Regardez par exemple Gucci et la stratégie gagnante de son directeur Alessandro Michele, qui ne cesse de susciter l’engouement du monde de la monde avec des ventes en constante augmentation. augmentation. À eux seuls, pour 2017, les sacs ont représenté la moitié des ventes de la marque florentine. Mais le secteur a ses hauts et ses bas. Que dire, par exemple, du it-bag? L’expression en elle-même a-t-elle encore d’ailleurs une pertinence? Allez en p. 42 pour le savoir. L'adage qui dit que l'accessoire ne fait que suivre l'essentiel est adage selon lequel l’accessoire suit l’essentiel est ancré dans les mœurs, mais dans ce cas nous disons «Rebelle»! La rébellion est en effet notre thème du mois et nous sommes très fiers d’avoir la magnifique Erin Wasson en couverture. La mode a toujours activement recherché des filles avec une attitude faite d’insouciance et de désinvolture, et ce depuis près de 20 ans. Erin Wasson n’en manque pas. Être un grand modèle n’est en effet pas seulement une question d’apparence. La personnalité en est la clé bien-sûr la clé mais aussi la capacité de l’exprimer sans dire un mot, sur les photos ou le podium. C’est cette remarquable qualité intangible qui fait la différence entre ces filles et les it-girls. Téléportez-vous en page 70 pour le constater directement et comprendre comment Wasson reste plus que jamais iconique. Nous sommes également enthousiastes d’avoir tant de personnalités inspirantes présentes dans ce numéro. Nous nous sommes ainsi envolés à Stockholm pour rencontrer Ann-Sofie Johansson de H&M, qui fait d’admirables progrès écologiques avec la 7e saison de la collection de sa marque «Conscious Exclusive» (p. 50). L’immense star d’Hollywood Jennifer Lawrence s'est assise à notre table (p.44), tandis que nous avons rencontré le supermodel Karolina Kurkova lors de sa dernière visite à Genève à l’occasion du SIHH (p. 28). Last but not least, le modèle, le modèle suisse Ronja Furrer est venu à Zurich pour assister à un événement que nous avons organisé en collaboration avec Bulgari pour le lancement de la collection Bzero1. Voir les photos en p. 156. J’aimerais ajouter que l’édition de ce mois représente une étape toute particulière pour L’OFFICIEL Suisse. Avec nos éditions Hommes, Art et Voyage, il s’agit de notre 50e publication. Depuis notre premier numéro, en mars 2014, le magazine a connu de nombreuses incarnations et métamorphoses, et je suis très fière de voir où nous en sommes aujourd’hui. J’espère que vous apprécierez notre édition d’avril autant que nous avons eu du plaisir à la réaliser. Excellente lecture!

12


MY SKIRT. MY STATEMENT. icimaintenant.ch


ANNA HAAS

BETINA DU TOIT

Ce photographe et artiste suisse, né à Genève en 1989, fait la navette entre Zurich et Paris. Diplômé de l’ECAL en art et en design, Douglas Mandry a commencé à réaliser des images à l’arrière-plan sculptural et des photographies d’objets façon nature morte. Ses œuvres ont déjà été exposées en Europe et aux États-Unis, et distinguées par le prix de la relève photographique Pro Helvetia 2015. Vous trouverez, tout au long de ce numéro, ses travaux photographiques. Surprise.

Anna Haas est graphiste et dirige, depuis 2011, son propre studio à Zurich. Elle a étudié l’illustration à la Haute École de Lucerne et le graphisme à la Werkplaats Typografie d’Arnhem, aux Pays-Bas. Son studio multidisciplinaire est spécialisé dans la réalisation de livres, la création d’affiches, la présentation web, l’identité visuelle, le design d’expositions et les illustrations pour divers magazines nationaux et étrangers. Anna est continuellement à la recherche de nouvelles formes et de solutions visuelles. Pour elle, il est primordial de savoir comment les images sont lues et comprises, et comment la communication graphique influence le contenu et sa perception. Pour cette édition printanière, nous lui avons confié l’illustration de nos chroniques. Rendez-vous en page 34.

Attirée dès son plus jeune âge par «la magie des belles images» (Betina Du Toit se souvient de son premier appareil photo jetable comme si c’était hier), elle a d’abord suivi une formation en journalisme en Afrique du Sud. Elle s’est ensuite consacrée quelques années à l’écriture, avant de revenir à ses premières amours: la photographie. Depuis, le troisième œil de cette Parisienne vagabonde au fil des pages de magazines de mode internationaux. Son style empreint de lumière et de mouvement s’oppose «à l’artificialité et à l’exagération», et s’inspire de la diversité des paysages qui ont accompagné son enfance sud-africaine. Ses images à fleur de peau sont à caresser des yeux dès la page 100.

PHOTOS DR, Peter Hauser

CONTRIBUTEURS 14

DOUGLAS MANDRY


01

PR ÉLUDE


Le logo Fendi est de retour! Cette redécouverte et d’autres nouveautés, dans les pages qui suivent.


NEWS

FENDI S’ENCAPSULE

C’est à Karl Lagerfeld que nous devons le logo de Fendi – deux F encastrés pour «Fun Fur». Depuis sa création en 1965, il n’a pas seulement changé de signification mais également connu quelques métamorphoses graphiques. Il fait maintenant partie de l’ADN de la maison de couture italienne, et est devenu incontournable. Ce printemps, Fendi présente une collection capsule dans laquelle le double F, qui s’appuie sur le logo à l’esthétique massive des années 80, revient sous le feu des projecteurs. On retrouve cette signature sur des vêtements de streetwear modernes – parkas ou sweats à capuche. En plus de l’association classique du brun tabac et du noir, la collection se décline aussi étonnamment en noir et blanc. Après le lancement de cette capsule, le 12 avril à Londres, cette dernière sera disponible en exclusivité pendant un mois sur Net-A-Porter, et ce dès le 13 avril. Puis, à partir du 14 mai, elle sera vendue dans certains magasins Fendi et sur le site officiel de la marque. FF. Comme formidable et fantastique? w ww.net-a-porter.com

R U S P A C , E PAC E V È N GE La galerie d’art contemporain Pace expose dans le monde entier le patrimoine culturel et les artistes les plus important du XXe et du XXIe siècle. Et ce depuis plus de 50 ans! Après New York, Londres, Palo Alto, Pékin et Hong Kong, la huitième galerie Pace a ouvert ses portes à Genève, le 20 mars dernier. La première exposition est consacrée aux travaux de Sol LeWitt, Louise Nevelson et Adam Pendleton, à admirer dans les locaux du Quai des Bergues 15–17 jusqu’au 4 mai. Escapade vivement conseillée. Pace Genève, Quai des Bergues 15–17. Ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h. w ww.pacegallery.com

18

www.fendi.com


NEWS

L’ŒIL PANTHÈRE Cartier présente sa nouvelle collection de lunettes Printemps-Été 2018, ornées du symbole légendaire de la maison: la tête de panthère. Tous les modèles pour femmes, d’une grande variété avec leurs finitions or, platine ou ruthénium ainsi qu’un mélange de métal et d’acétate, disposent d’une tête de panthère faite à la main et placée discrètement. Des pièces dont l’esthétique incarne la tradition Cartier et représente la fine fleur de l’artisanat. Le mariage d'un design intermporel et d'éléments caractéristiques à la marque impatientes engendre un équilibre élégant, que l’on porte volontiers sur le nez. De quoi nous rendre de voir les beaux jours arriver pour pouvoir chausser un de ces accessoires synonymes de style. www.cartier.ch

PHOTOS DR; Greg Favre Paris; Rayan Ayash; Merie Wallace/A24; Sony Pictures Releasing GmbH 2017; Guy Ferrandis/Macassar Productions 2017/Europacorp/Arte France Cinéma/NJJ Entertainment/Scope Pictures; Giulia Mensitieri; Pierre Rigal; Valérie Frossard.

SI VOUS N’AVEZ QUE TROIS SOIRÉES CINÉMA… LADY GRETA La princesse du cinéma indépendant Greta Gerwig passe avec talent à la réalisation, signant avec «Lady Bird» (1) un récit d’initiation autobiographique rafraîchissant, chouchou des critiques américaines. Pour ce film, la graine de star Saoirse Ronan a déjà remporté le Golden Globe de la meilleure actrice de comédie. «Lady Bird», de Greta Gerwig, avec Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Lois Smith… Déjà sur certains écrans romands. UN FESTIN DES SENS Le temps temps d'un été 1983, dans une féerique villa d’Italie, «Call Me by Your Name» (2) raconte l’éveil du désir d’un adolescent surdoué (la révélation Timothée Chalamet) pour le bel assistant de son père (Armie Hammer). Sur un scénario de James Ivory, tout de même, (adapté d’un roman d’André Aciman), le réalisateur d’«Amore» enchante. «Call Me by Your Name», de Luca Guadagnino, avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Amira Casar, Michael Stuhlbarg… Déjà sur les écrans romands. EAUX TROUBLES Après Joseph Losey en 1962, au tour du prodigue Benoît Jacquot d’adapter le roman de James Hadley Chase «Eva», avec son actrice fétiche, Isabelle Huppert, qui reprend le rôle tenu par Jeanne Moreau. Gaspard Ulliel joue l’écrivain qui tombe dans les griffes de la mystérieuse et sulfureuse Eva (3). On est déjà clients. «Eva», de Benoît Jacquot, avec Isabelle Huppert, Gaspard Ulliel, Julia Roy… Sortie le 7 mars.

19


NEWS

LANCÔME ET LE CHARME À L’ITALIENNE Chiara Ferragni, une des blogueuses de mode les plus en vogue, est la nouvelle muse de Lancôme. Avec son blog de lifestyle «The Blonde Salad», qu’elle gère depuis 2003, elle s’est fait connaître en très peu de temps des fashionistas du monde entier. Aujourd’hui, la it-girl internationale a plus de 11 millions de followers prêts à suivre ses conseils de style, ses tendances et sa propre marque de mode. L’année dernière, elle est devenue directrice générale de sa propre entreprise et a été désignée comme l’une des influenceuses mode les plus importantes par le magazine américain «Forbes». Forte de son engagement et de son style résolument moderne, Ferragni était faite pour représenter Lancôme. D’après Françoise Lehmann, directrice générale de Lancôme International, l’argument décisif a été son rayonnement naturel: «Nous sommes fiers de collaborer avec cette jeune femme inspirante, radieuse et influente. Elle allie élégance et intelligence, prouvant ainsi que la meilleure forme de beauté est la joie de vivre». Cette année sera donc placée sous le signe des projets communs, pour l’instant encore tenus secrets…

NOSTALGIE DU VELOURS Made by Sarenza s’est associé à la créatrice française Valentine Gauthier pour une collection capsule de chaussures hautement désirables. Les modèles nés de cette collaboration sont empreints d’une élégance légèrement estivale avec une touche années 90. Bleu ou rouge, blanc ou crème... La minicollection, composée de 4 paires, a été taillée dans du velours. La cliente a le choix entre des mocassins, des bottes, des escarpins à bride arrière et des sandales à talon. Grâce à son sens du design, Valentine Gauthier parvient à donner son caractère singulier à chaque paire, qui se laisse mettre en scène une fois associée à la tenue adaptée. Que l’été commence, vite, vite! www.sarenza.ch

20

PHOTOS DR; Greg Favre Paris; Rayan Ayash; Merie Wallace/A24; Sony Pictures Releasing GmbH 2017; Guy Ferrandis/Macassar Productions 2017/Europacorp/Arte France Cinéma/NJJ Entertainment/Scope Pictures; Giulia Mensitieri; Pierre Rigal; Valérie Frossard.

www.lancome.ch


NEWS

SENS DESSUS DESSOUS

JEUX DE BRUT

On n’arrête plus Marie-Ange Casta. Actuellement sur scène dans «Point d’infini», de Laurent Laffargue, la comédienne, photographe et mannequin de 27 ans s’attelle au stylisme pour la marque de maillots corse Calarena. Une envie? Marie-Ange Casta: Que chaque femme trouve dans ma collection un maillot adapté à sa morphologie, et qu’elle puisse à la fois nager avec, courir avec… et s’y sentir belle. Une inspiration? La mode des années 1990. L’univers masculin aussi. Je porte moi-même beaucoup de vêtements pour homme… Une couleur? Je suis très attachée aux classiques. Il n’y a rien de plus chic qu’un maillot noir. Un terrain de jeu? Une rivière en Corse. Une vision? Dans un monde où tout passe, je tenais à ce que mes maillots puissent être portés cet été, et tous les étés qui suivent… Je crois en une mode qui dure, pas en une mode qu’on consomme frénétiquement. www.calarena.com

Valentin Carron,«Speed and Aluminium and Trembling», 2017.

Dans un ancien entrepôt Art déco, situé près des étangs d’Ixelles, charmant quartier bucolique, Hubert Bonnet a établi un fantastique espace d’exposition. Ce grand collectionneur, fou d’art minimal, a créé en 2012 la Fondations CAB qu'il a implantée’il a implantée à Bruxelles, pour promouvoir la création, qu’elle soit belge ou internationale, grâce à un programme pointu. On y voit le travail de jeunes artistes contemporains ou d’artistes renommés, individuellement ou collectivement comme dans l’exposition qui s’est ouverte le 16 mars. «The Brutal Play» est un hommage au brutalisme, ce mouvement architectural caractérisé par son usage du béton brut, des systèmes modulaires et de volumes géométriques simples. L’exposition fait se rencontrer dix artistes qui ont préfiguré ou revisité les qualités de l’architecture brutaliste. Plusieurs jeunes artistes suisses y côtoient Donald Judd, Robert Morris

et Carl Andre. Au total dix créateurs dont les œuvres investissent les 800 m2 de la Fondation ou ses jardins et soulignent l’importance de l’espace environnant la sculpture. Les iconiques «Square Tubes» de Charlotte Posenenske sont installées dans une «Maison démontable» de Jean Prouvé, exposée en permanence, alors que les artistes contemporains Killian Rüthemann et Ramon Feller interviennent directement in situ. Les deux Suisses ont choisi de réaliser des œuvres en mouvement, peu à peu détériorées par les intempéries ou par un mécanisme ingénieux. Leurs compatriotes Valentin Carron et Emilie Ding présentent, eux, de grandes pièces simples et minimales, dans le même rejet de l’ornementation et de l’esthétisme. Fondation CAB Jusqu’au 26 mai www.fondationcab.com

21


NEWS

LE GLOW EN VENTE LIBRE! Réfractaire aux fonds de teint liquides trop visibles? Nars révolutionne le genre avec son nouveau «Natural Radiant Longwear Foundation», disponible en 33 teintes. Une formule à la couvrance modérée qui fusionne avec la peau et l’illumine subtilement, façon filtre Instagram. Le secret? Des pigments enrobés d’acides aminés micronisés qui se marient à l’épiderme et garantissent une tenue record allant jusqu’à seize heures. «Natural Radiant Longwear Foundation», de Nars, CHF 45.

ART MINIATURE Sa passion pour les bijoux a débuté lorsque son mari, le sculpteur Bernar Venet, lui a offert en guise de déclaration une simple barre argentée enroulée autour de deux doigts. Depuis, Diane Venet a réuni une collection de bijoux d’artistes, chinés, échangés et parfois créés spécialement pour elle. Max Ernst, Pablo Picasso, Alexander Calder, César, Niki de Saint Phalle, Louise Bourgeois ou Jeff Koons: une histoire de l’art en 230 raretés, présentée au MAD (nouveau nom du musée des Arts décoratifs de Paris) grâce à la maison Pomellato.

WANTED!

lection idéale de Diane Venet», du 7 mars au 8 juillet au MAD.

Quand l’impeccable imper de Mackintosh flirte avec le «Lab Coat» de Maison Margiela, les giboulées du printemps trouvent une raison d’être. John Galliano réinterprète le modèle beige classique et prend aussi le large avec une version blanc clinique.

www.madparis.fr

www.maisonmargiela.com

Marguerite Baux «De Calder à Koons, bijoux d’artistes. La col-

22

www.mackintosh.com

PHOTOS DR; Greg Favre Paris; Rayan Ayash; Merie Wallace/A24; Sony Pictures Releasing GmbH 2017; Guy Ferrandis/Macassar Productions 2017/Europacorp/Arte France Cinéma/NJJ Entertainment/Scope Pictures; Giulia Mensitieri; Pierre Rigal; Valérie Frossard.

ww w w.nars.ch


NEWS

LE PARIS DU BEAU La ville de l’amour déborde tellement de lieux culturels à visiter qu’il est vraiment difficile pour le touriste de s’y retrouver. Grâce au «Guide des Grands Parisiens», les amoureux de culture trouveront exactement les endroits qu’il leur faut. Avec plus de 1 200 lieux répertoriés, 300 musées, 200 festivals ainsi que des bars et restaurants, difficile d’être à court d’inspiration! Un œil sur les cartes insérées dans l’ouvrage se révèle utile pour avoir une vue d’ensemble sur les huit quartiers de la ville. www.grandsparisiens.com

3 QUESTIONS À… CHRISTELLE KOCHÉ

Dévoilé en décembre dernier à New York, le second volet du projet Koché x PSG brouille les frontières entre sportswear et mode de designer. Votre premier souvenir lié au football? Des photos de mon père jouant au foot. Il a grandi avec Arsène Wenger, l’actuel entraîneur d’Arsenal, à Duttlenheim, en Alsace. Votre collection en quelques mots? Pour le défilé Koché Printemps-Été 2018 à l’église Saint-Merri, je m’étais concentrée sur le maillot de foot en tant que tel: un vêtement technique que j’avais brodé, patchworké… Cette fois-ci, j’ai adopté un angle plus lifestyle, en m’intéressant à l’attitude très relax qu’ont les joueurs hors du rectangle vert. Pourquoi avoir choisi le PSG? Ma marque est née à Paris, je vis moi-même à Paris… Mais ce qui comptait surtout, pour moi, c’était de travailler avec un club qui soit sensible à l’art et ouvert à la nouvelle génération d’artistes. J’avais toujours eu envie de travailler sur les codes du football, ce sport qui fédère plusieurs générations, plusieurs classes sociales… Le foot véhicule de belles valeurs. Collection Koché x PSG, disponible au Bon Marché Rive Gauche à Paris. www.koche.fr

23


NEWS

«B.ZERO1», UN ART DE VIVRE Bulgari propose une nouvelle interprétation de sa légendaire ligne de bijoux «B.zero1». Inspirée par l'Empire romain et l'art de vivre à l'italienne, cette ligne fait référence au Colisée. A couper le souffle.

PHOTOS DR; Bulgari

Par L AUR A GANSNER

24


NEWS

L

a première collection «B.zero1» a vu le jour il y a près de 20 ans. Avec sa forme originale, elle s’est dès le départ distinguée du design classique des bijoux alors en vogue. Au fil des années, différents artistes contemporains ont apporté leur touche à la forme de base. Le dernier de ces créateurs en date n’est autre que Zaha Hadid, l’architecte irako-britannique devenue, en 2004, la première lauréate du prix d’architecture Pritzker. Réputée pour la fluidité naturelle de ses constructions, elle a même été qualifiée de «reine de la courbe» par le quotidien britannique «The Guardian». Zaha Hadid a apposé sa signature graphique (l’arc et ses avatars) au design de la collection «B.zero1», dotant ainsi les bijoux d’une impression de mouvement. La nouvelle interprétation actuelle de la collection réveille une autre approche esthétique: elle réinterprète l’art de vivre italien. Un regard sur la beauté. La joie de vivre. Le respect des petits plaisirs. La belle vie, en somme. Une grande importance accordée aux petits détails du quotidien. L’adaptation au cours des choses. Cet amour de la vie et cette façon d’exister en fluidité, typiquement italiens, se retrouvent dans les derniers bijoux Bulgari. Les modèles s’inspirent de la majesté de l’Empire romain d’autrefois. Les gravures sinueuses rappellent la construction majestueuse du Colisée, manifestation de pouvoir voulue par l’empereur Vespasien. C’est justement ce que sont – aussi – les nouveaux modèles de la collection «B.zero1»: une déclaration de pouvoir. Ils soulignent la nature puissante de la femme. C’est le cas notamment d’une bague associant or rose et or blanc en des courbes gracieuses. Le design rappelle le Colisée et fait ressortir la force de la féminité. L’anneau est également disponible serti de diamants pavés. À cela viennent s’ajouter deux colliers avec pendentif, conçus suivant la même idée, deux bracelets disposant chacun d’un pendentif en céramique noire ou blanche; et des créoles qui se caractérisent par leur fameuse spirale en or rose. «B.zero1 fait ressortir ma puissance, celle qui contraste avec la conformité», déclare Bella Hadid, visage de la nouvelle campagne maison, à propos de la ligne de bijoux. Avec sa façon de vivre et de ne suivre que ses propres règles, le top-modèle dote la collection d’une autre qualité encore: «B.zero1» représente aussi le chemin propre à chaque femme. Pouvoir féminin et joie de vivre. Une forme de philosophie. La collection «B.zero1» est disponible dans les magasins Bulgari de toute la Suisse. www.bulgari.com

25


BIJOUX

DIAMANTS SUR TAPIS ROUGE A Hollywood, les actrices ne sont pas les seules à briller. Leurs t oilettes et leurs bijoux jettent aussi des étincelles. Voici nos pièces fétiches. Par MANOU STEIGER

GRAFF Angelina Jolie aux BAFTA avec une paire de boucles d’oreilles en diamants. Graff, évidemment.

CARTIER Amy Adams à l’After Party à la soirée organisée par le magazine «Vanity Fair» pour les Oscars. Boucles d’oreilles et une bague de la collection «Panthère de Cartier», en or blanc, diamants et onyx.

26

PHOTOS DR; Getty Images. Harry Winston

HARRY WINSTON Salma Hayek aux Oscars avec une paire de boucles d’oreilles de la collection «Mrs. Winston» en platine serti de diamants 27.5 carats et une bague avec un diamant ovale de 11.66 carats.


5

À CŒUR OUVERT Des modèles d'exception, réalisés pour la plupart en édition limitée, et qui dévoilent, dévoilent la perfection de leurs mouvements à la prodigieuse virtuosité.

1

Par EMILY MINCHELL A

6

2

7 1. RICHARD MILLE Montre «RM 51-02 Diamond Twister» en or blanc serti de diamants et saphirs. 2. LOUIS VUITTON Montre «Tambour Moon tourbillon volant poinçon de Genève pavée» en platine. 3. AUDEMARS PIGUET Montre «Royal Oak tourbillon extraplat squelette» en acier. 4. BLANCPAIN Montre «Villeret tourbillon volant une minute 12 jours» en platine.

3

5. JAEGER-LECOULTRE Montre «Master Ultra Thin Squelette» en or gris serti de 72 diamants.

8

6. BULGARI Montre «Octo finissimo squelette» en platine sablé. 7. BREGUET Montre «Classique tourbillon extraplat» en platine. 8. CHOPARD Montre «L.U.C XP Skeletec» en or rose, cadran nickelé.

4


BIJOUX

PRÉCIEUSE FRIVOLITÉ Pour inaugurer avec éclat ce printemps joaillier, l’univers floral de la floral de Van Cleef & Arpels s'agrandit s’agrandit avec une collection qui met en lumière un motif inédit. Par HERVÉ DEWINTRE Photographie JULIEN ROUX

LE DÉCLIC Le printemps est certainement la saison préférée de Van Cleef & Arpels. Celle en tout cas qui a le plus inspiré ses dessinateurs, sensibles au renouvellement perpétuel, à la grâce fragile d’une éclosion éphémère et enchanteresse. Cet intérêt se manifeste dans les créations de la maison depuis les années 1920. LE MYTHE Des clips «bouquet» des années 1930 aux bagues «pâquerette» des années 1950, les motifs floraux ont fourni aux mains d’or des ateliers de la place Vendôme le terrain d’expression propice à l’épanouissement de créations délicates et joyeuses. La nouvelle collection «Frivole» agrandit avec allégresse ce jardin précieux en mettant à l’honneur des pétales graphiques aux volumes généreux.

Bague petit modèle en or jaune et diamants, collection «Frivole», Van Cleef & Arpels. www.vancleefarpels.com

28

PHOTOS DR

LE SAVOIR-FAIRE Cette collection «Frivole» se caractérise par l’éclat de son poli miroir: il ensoleille véritablement ces corolles d’or qui s’associent volontiers entre elles pour composer des bouquets aléatoires. On aime particulièrementles modèles en diamants dont la brillance est exaltée grâce aux «mises à jour» qui permettent à la lumière de mieux traverser les gemmes.


BIJOUX 1

2

3

4

1. HRH JOAILLERIE Pendentif «Tiara Aura» en or blanc et diamant, CHF 2 050. 2. REPOSSI Pendentif «Antifer» en or rose, CHF 2 220.

PHOTOS DR

AU TOUR DU COU En or blanc ou rose, avec ou sans diamants, ces pendentifs illuminent le décolleté de celles qui aspirent à briller de jour comme de nuit. Par EMILY MINCHELL A

5

3. DE BEERS Pendentif «Enchanted Lotus» en or blanc, nacre grise et diamants, CHF 3 130. 4. MESSIKA PARIS Collier en or rose et diamants, collection «Messika by Gigi Hadid», CHF 2 910.

6

5. POMELLATO Pendentif «Iconica» en or rose, CHF 2 110. 6. DJULA Pendentif en or blanc et diamants, collection «Alphabet», CHF 900.

29


BIJOUX

MONTRE EST UNE FAÇON FANTASTIQUE «UNE

PHOTOS DR; Marco Grob

D’EXPRIMER SON STYLE»

30


BIJOUX

Le temps. Le bien le plus précieux. Pour tout un chacun. Y compris quand on est un super-modèle comme Karolina Kurkova. Nous avons profité du SIHH de Genève pour rencontrer cette star de la mode. Et parlé temps qui file, sabliers pour les enfants, montres qui racontent des histoires et étiqueteuse indispensable! Par MANOU STEIGER

L’OFFICIEL Suisse: En tant qu’ambassadrice d’IWC, vous êtes une invitée habituée du SIHH genevois. Quels sont les souvenirs qui vous relient à la Suisse? Karolina Kurkova: J’aime la Suisse! J’ai déjà été plusieurs fois à Saint-Moritz faire du ski et de la randonnée. Comme j’aime particulièrement être au grand air, j’apprécie la Suisse pour toutes les possibilités qu’elle offre dans ce domaine. Tout y est par ailleurs parfaitement propre, organisé et structuré. Je travaille également volontiers avec des personnes de ce pays. Elles sont extrêmement professionnelles et portent attention au moindre détail. C’est très important pour moi. Alors vous devriez déménager ici! J’y ai en fait déjà pensé! Zurich serait une ville intéressante pour moi. Biensûr pas tout le temps, mais ce serait un superbe point de chute en Europe car elle si proche des autres grandes villes comme Paris, Rome, etc. Comment a commencé votre collaboration avec IWC? C’était il y a six ans à New York. Je ne connaissais pas grand-chose de la marque mais je me souviens de ma rencontre avec Georges Kern, le CEO d’IWC de l’époque. Je suis vraiment tombée amoureuse des valeurs de la marque, à commencer par le soin apporté aux détails, son histoire et sa tradition. Chaque collection est si variée, chacune a son histoire à raconter. C’est un aspect important pour moi, car le mannequin que suis raconte des histoires au travers de ses images ou de ses films. J’apprécie les marques qui allient les deux: des produits de haute qualité et une histoire derrière. Aucune montre n’est identique. Comme ce sont

des points importants pour moi, la collaboration avec IWC s’est développée très naturellement. Dans une précédente interview, vous avez dit être très intéressée par les montres et les pièces intemporelles. Que recherchez-vous dans une montre? De la qualité, de l’esthétisme, du design et quelque chose d’à la fois classique et intemporel, mais qui ne soit pas ennuyeux. La montre que l’on achète devrait être quelque chose que l’on partage avec son mari, et que l’on pourra aussi transmettre à ses enfants un jour. Portez-vous toujours une montre? Pas tout le temps. Lorsque je fais du sport, je n’en porte pas. Mais durant mon temps libre, j’aime en porter une. Je recherche toujours quelque chose qui s’accorde à toutes mes tenues, et qui reflète ma personnalité. Comme je n’ai pas toujours le temps de chercher le bon bijou, je trouve que porter une montre est une façon fantastique d’exprimer son style, en s’adaptant en même temps à tout ce que l’on porte. Dans quelles situations mettez-vous la montre de côté, pour savourer le moment présent? Soyons sincères, nous n’utilisons pas notre montre seulement pour lire l’heure [elle rit]. Je pense que pour les femmes, la montre sert à exprimer son état d’esprit et son humeur, alors que pour les hommes, elle remplit plutôt un rôle pratique. Il peut aussi s’agir d’une pièce héritée, qu’un membre de la famille a transmise à un descendant. J’ai personnellement réuni des souvenirs et histoires de ce genre avec ma collection de montres.

Lorsque j’achète une nouvelle pièce, je me pose toujours la question de savoir si mes fils aimeront un jour la porter, et s’ils penseront à l’histoire qu’il y a derrière. Que signifie le temps pour vous? Le temps, c’est de l’argent et il est pour cette raison très important pour moi. Je ne cesse d’ailleurs de le répéter à mes enfants (rires). Le temps nous rappelle d’être présents à ce que l’on fait et, parce que le temps s’arrêtera un jour pour nous, il est important d’utiliser celui qui nous est donné de manière intelligente. Il faut être conscient de ce que l’on veut atteindre dans la vie mais aussi ne pas oublier de profiter. Votre conception du temps a-t-elle changé depuis que vous êtes mère? Absolument! Lorsque l’on a des enfants, le temps prend une toute autre signification. On est le CEO de sa propre famille et l’on doit s’organiser. On doit veiller à ce que les enfants fassent attention au temps, et leur inculquer la valeur de la ponctualité. Nous avons par exemple acheté des sabliers à mes fils, à la maison, afin qu’ils comprennent mieux la notion du temps, son concept. En tant que mannequin, vous devez toujours vous dépêcher, être ponctuelle aux shootings, etc. Quel est le secret de la ponctualité? On doit seulement s’organiser et mettre la ponctualité au premier plan. Je trouve cela vraiment important, parce que cela montre son professionnalisme et l’égard dont on fait preuve pour le temps d’autrui. Pourriez-vous donner des conseils à nos lectrices pour qu’elles organisent mieux leur temps? Ayez toujours à l’esprit ce que vous voulez atteindre! Quel est le but, la stratégie pour y arriver? Ne vous laissez pas distraire. Cherchez un endroit calme et travaillez jusqu’à ce tout soit fait! J’utilise pour ma part beaucoup de calendriers. J’écris sur tout, ce qui se passe et je planifie à l’avance. C’est difficile pour quelqu’un de ma branche car tout change constamment. Je dois tout le temps être hyper flexible. Heureusement, j’ai la chance d’être de nature très organisée. Une chose sans laquelle je ne pourrais vivre, c’est une étiqueteuse [elle rit encore].. Ainsi, tout reste bien organisé et on conserve une vue d’ensemble.

w w w.iwc.com

31


BIJOUX

EN MOUVEMENT Joyaux transformables, effets cinétiques inattendus, métamorphoses hardies, les grandes maisons de joailleries conjuguent tradition et audace dans leurs nouvelles collections. Où il est question de légèreté, d’indépendance et même de féminisme! Par HERVE DEWINTRE

P

DE L’AUDACE, DE L’INSOLENCE! Respecter et sauvegarder les traditions ne signifie pas qu’il faille renoncer à l’audace, voire à l’insolence. Bien au contraire. Les parures précieuses des grands joailliers constituent un mode d’expression qui doit certes maintenir des canons vénérables, mais aussi surprendre. Cette surprise et cette audace sont subtiles, elles se nichent dans des détails de constructions, des effets de porté qui font toute la différence entre la joaillerie somptuaire du passé et le bijou complice d’aujourd’hui. Premier rendez-vous: Chanel Joaillerie. Une collection de Haute Joaillerie dédiée au lion, figure maîtresse de la maison: c’était le signe astrologique de Gabrielle Chanel, mais aussi le symbole de l’étincelle toujours libre et intacte sous lequel la créatrice plaçait sa destinée. L’une des pièces a quitté son présentoir. Ce n’est pas un couac: au contraire, c’est très bon signe. Cela signifie que la pièce est «en soumission», c’està-dire qu’elle est présentée à une cliente. Contrairement à la

32

PHOTOS DR; Brigitte Niedermair

lace Vendôme, début 2018. Rendez-vous incontournable dans l’agenda des rédactrices et des rédacteurs: depuis quelques années, la semaine de présentation des collections de Haute Couture s’est transformée en «precious week». Les grandes maisons de joaillerie profitent de ce moment phare du calendrier parisien pour dévoiler leurs nouveautés, principalement des pièces d’exception. Les affinités entre Haute Couture et Haute Joaillerie semblent évidentes: l’une comme l’autre a pour vocation de mettre en lumière des savoir-faire rares et fragiles, parfois même oubliés et ressuscités pour l’occasion, bref, de fournir aux mains d’or des artisans le terrain d’expression propice à l’épanouissement de leur virtuosité. «Le vrai luxe», proclamait Christian Dior dans ses mémoires rédigées en 1957, «exige le vrai matériau et le vrai travail artisanal. Il n’a de sens que si ses racines s’enfoncent profondément dans un tuf baigné de traditions.» On ne voit pas de meilleure définition pour qualifier la Haute Joaillerie.


BIJOUX

Collier «Vanité émeraude» en or jaune, or blanc, diamants, émeraude et grenats color change, collection «Dior à Versailles, pièces secrètes», Dior Joaillerie.

33


Haute Couture qui se résume bien souvent à un pur exercice de maestria destiné à exalter l’image de la maison, la Haute Joaillerie est une réalité commerciale: elle se vend, et elle se vend même de mieux en mieux depuis quelques années. Comment pourrait-il en être autrement? Les sautoirs multichaînes, les bracelets ouverts sont ultradésirables, d’une modernité qui saute aux yeux. Instagram crépite d’enthousiasme, les posts dédiés aux gourmettes scintillantes fusent. Il faut dire que ces parures en or jaune ou blanc constellées de saphirs, de béryls et de topazes impériales sont ostensiblement conçues pour une femme d’aujourd’hui, maîtresse de sa silhouette et de son agenda: ils se transforment à l’envi, suivant des configurations inédites, astucieuses et merveilleusement intuitives: un collier aux chaînes gourmandes se transforme ainsi en ceinture! Au premier jour de présentation, toutes les pièces ont déjà trouvé leurs nouvelles propriétaires.

Ce n’est pas une présentation, mais une véritable exposition, grand public, joyeuse et bon enfant. Interactive aussi: grâce à la magie d’une application, le chat Wladimir, compagnon félin de Gérard Boucheron, nous guide dans cette immersion ludique et instructive. Au-delà de la joie de retrouver certains dessins d’archives, de compléter sa connaissance des différents métiers qui font toute la noblesse de la Haute Joaillerie parisienne, le plaisir vient surtout de la mise en perspective des enjeux qui ont animé la création de certaines pièces légendaires. On apprend ainsi que le célèbre collier «Point d’interrogation», esquissé en 1879 et maintes fois réinterprété depuis, a été le premier collier conçu sans fermoir, afin de permettre aux femmes lasses des conventions – à une époque où rien ne se faisait sans l’aide de plusieurs habilleuses – d’illuminer leur poitrine sans l’aide de personne. L’innovation au service de la liberté en quelque sorte.

PRODIGIEUX EXPLOITS À quelques pas, la vénérable maison Chaumet joue elle aussi la carte de la transformation avec sa nouvelle collection baptisée «Promenades impériales», en hommage au pays du docteur Jivago. Sous la houlette de Claire Dévé-Rakoff, les ateliers du grand joaillier fondé en 1780 maîtrisent, il faut bien le reconnaître, l’art d’infuser aux parures les plus spectaculaires ce supplément d’âme et d’allégresse qui évite à la Haute Joaillerie parisienne de se muséifier. Ici, un collier magistral peut se transformer de dix manières différentes. L’exploit est d’autant plus prodigieux qu’il n’altère en rien la minutie du dessin et de l’exécution: on a vraiment l’impression que l’immensité des steppes enneigées se conjugue à l’infiniment petit des flocons de glace. Preuve irréfutable de l’attractivité croissante de la Haute Joaillerie, de nouvelles maisons s’installent aux abords de la place. Parmi ces nouvelles venues, la maison Goralska Joaillerie, rue de la Paix, crée la surprise avec des propositions pétries d’inventivité, comme cette bague «Pensée» en or noir surmonté d’un creuset en or rose au cœur duquel circule, guillerette et libre, une perle de Tahiti.

UNE ODE AUX FEMMES INDÉPENDANTES Des femmes, il en est aussi question à l’ambassade d’Italie, durant cette semaine parisienne dédiée à la préciosité. Pomellato présentait sa nouvelle égérie: Chiara Ferragni. Ce fut surtout l’occasion pour Sabina Belli, directrice générale du joaillier milanais, d’asséner quelques coups de griffes bien sentis: «Le nombre de femmes dirigeantes d’entreprise progresse, mais il reste bien bas. Moins de 5% des grandes entreprises mondiales sont dirigées par une femme. Étant moi-même CEO, ce pourcentage me touche et m’interroge. Il me questionne sur la façon de diriger une entreprise et sur les messages qu’elle peut mettre en avant. Pomellato a été fondée en 1967, une période clef de l’histoire du féminisme. La scène créative milanaise, galvanisée par une nouvelle vague jubilatoire, était en effervescence: Pino Rabolini, le fondateur de Pomellato, a souhaité dès la création de la maison émanciper les femmes d’une joaillerie conventionnellement hiératique. C’est cette essence non conventionnelle, cette ode aux femmes autonomes et indépendantes que j’ai voulu perpétuer avec la campagne Pomellato for Women.»

COMPAGNONS DU QUOTIDIEN Chez Dior Joaillerie, on sait ce que le mot panache signifie. Après tout, Victoire de Castellane a contribué plus que personne à sortir les bijoux des coffres-forts, où ils étaient consignés en attendant la tenue épisodique d’une cérémonie officielle et fastueuse, pour en faire des compagnons intimes du quotidien. Ici, l’ostentation n’est pas de mise. Certes, les 36 pièces qui composent la collection de Haute Joaillerie «Dior à Versailles», pièces secrètes» sont constellées de gemmes éblouissantes et rares, mais l’ensemble, loin d’être apprêté ou cérémonieux, secrète un délicieux parfum de volupté, d’émotion et de gaieté grâce à un feu d’artifice de trouvailles ludiques et surprenantes: capots pivotants, tiroirs coulissants, pierres à soulever qui dissimulent une multitude exquise de motifs romantiques. Le joaillier Boucheron n’accueille pas chez lui – la boutique place Vendôme est en rénovation –, mais à la Monnaie de Paris.

34

Cette campagne met en scène non des beautés stéréotypées, mais des personnalités accomplies: l’éditrice Esther Kremer, les sœurs Enrico, la marraine du design italien Rossana Orlandi, la collectionneuse d’art Audrey Bossuyt, etc. Sabina Belli les appelle «les vraies femmes». Chiara Ferragni rejoint donc cette prestigieuse liste d’ambassadrices. Sabina Belli défend ce choix, a priori inattendu, avec conviction: «Chiara représente une nouvelle génération de femmes. À l’âge de 30 ans, cette jeune chef entreprise italienne dirige une compagnie florissante. Elle réussit chaque jour à envoyer des messages qui touchent douze millions de personnes.» Ce n’est donc pas l’influenceuse et son physique que la CEO a salués, mais l’entrepreneure indépendante et déterminée. Faut-il souligner que ce glissement sémantique est totalement en phase avec le mouvement sociétal lancé par l’affaire Weinstein? Il atteste que, pour une femme, le critère de l’excellence n’est plus désormais d’être jeune et jolie, mais de rêver son destin et de l’accomplir.

PHOTOS DR; Brigitte Niedermair

BIJOUX


BIJOUX

À gauche, détail du collier «Timeless» avant sertissage des diamants, travail sur les pièces de la collection de Haute Joaillerie

«L’Esprit du lion» dans l’atelier Chanel, 18, place Vendôme à Paris. Ci-dessus, bague «Pensée» en or rose et or

noir 18 carats, perle de Tahiti, Goralska Joaillerie. Ci-dessous, créations Pomellato photographiée par Gian Paolo

Barbieri en 1971 (extrait du livre «Pomellato since 1967», éd. Rizzoli).

35


STYLE

VICTORIA BECKHAM VS VICTORIA'S SECRET: 1-0

Lors des défilés 2018, on a pu voir une pluralité de représentations du corps féminin. De la séduction ravageuse des années 80 à d’austères robes de bure en passant par des uniformes Alitalia. De quelle manière ces images s’inscrivent-elles dans les revendications féministes de l’ère post-Weinstein? Entre portejarretelles et drap de laine, le match est ouvert.

D Par VALÉRIE FROMONT

Illustration ANNA HA AS

eux Victorias, deux trajectoires. La première, Victoria Beckham, a présenté lors de sa collection Automne-Hiver 2018/2019 des silhouettes austères – des femmes enveloppées dans un drap de laine ne laissant apparaître, de la topographie soyeuse de leur épiderme, que la naissance des chevilles. La seconde, Victoria's Secret, poursuit saison après saison son gigantesque show carnavalesque dans un déluge de plumes, fesses, franges, confettis, tétons étoilés, rubans, ailes de papillon et licornes en tout genre. Pourtant dans les années 90, ces deux Victoria's étaient unies au sein d’un goût commun immodéré pour le soutien-gorge à balconnet, le corset, le crayon contour des lèvres caramel brun et les mèches peroxydées zébrant la tête. L’une a su emmener l’idée de la féminité en suivant une trajectoire d’évolution personnelle et sociale tandis que l’autre est restée comme cryogénisée devant une couverture de «Maxim» de 1999. A l’heure où j’écris ces lignes, ces défilés touchent à leur fin. Sur les podiums se sont succédé des images si kaléidoscopiques de la femme qu’il est impossible d’en retirer des lignes de forces ou une tendance univoque. La diversité absolue des représentations de genres et de styles a remplacé les cahiers de tendances et tout, des symboles ethniques aux luttes idéologiques, s’assimile et se remixe dans une sorte de grand big-bang postmoderne identitaire et esthétique. On a vu passer des turbans Sikhs, des divas du Studio 54, des hippies de retour de Woodstock, des cybercréatures, des t-shirts à messages féministes, des dominas des années 80, des pulls avec le sigle du World Food Program et même – même – des uniformes de pilotes Alitalia. Quelle sera la silhouette de notre époque? Il est intéressant de voir les réponses qu’offrent les designers aux soubresauts de l’actualité. Je guettais donc, après l’affaire Weinstein, le mouvement #meetoo ainsi qu’après les débats sur les rapports de séduction à la française, comment les designers allaient prendre part à la marche du monde. Quelles seraient les images de la féminité qu’ils auraient envie de proposer à l’imaginaire collectif et au marché? Après tout, tant de designers, de Paul Poiret à Yves Saint Laurent en passant par André Courrèges, se sont vanté d’avoir «libéré la femme»! Libéré du corset, de la jupe, d’images sclérosantes de leur propre trajectoire – lesquelles venaient s’inscrire dans leur corps, dans l’empreinte qu’elles laissent dans le monde tout comme dans leurs propres représentations du féminin. A chaque époque, le vêtement est venu apporter au corps des réponses quant à la manière dont il pouvait tracer son chemin dans l’espace public. En talons, à grandes enjambées, place de

36


STYLE

37


STYLE

la Concorde, si possible! Dans un arbitraire découpage du temps par décennies, les années 60 furent courtes et structurées, les 70 floues et évaporées, les années 80 conquérantes et empailletées tandis que les 90’s revendiquaient l’égalité à grands coups de tailleurs gris souris. Mais toutes se réclamaient à leur manière de l’émancipation féminine. Aujourd’hui, c’est avant tout la pluralité des modèles qui domine. D’abord parce que l’industrie de la mode a pris une telle ampleur qu’elle tend à quadriller le marché en apportant une réponse à chaque segment, chaque part de marché potentielle. Mais aussi, moins cyniquement, parce que les designers ont à l’esprit une image moins univoque de la femme. Revendiquant de «pouvoir dans la même journée diriger une équipe professionnelle et jouir d’être l’objet d’un homme», comme le formulait la «Tribune des 100 femmes» (signée, notamment, par la très médiatique Catherine Deneuve) publiée dans le quotidien français «Le Monde» – et qui a engendré, à raison, une polémique aux résonnances mondiales sur le droit inaliénable pour une femme à ne pas être importunée par un homme. Revendiquant encore, comme le détaillait l’écrivain Leïla Slimani dans un autre quotidien français, «Libération», de pouvoir «prendre le métro le soir. Mettre une mini-jupe, un décolleté et des hauts talons. Danser seule au milieu de la piste. Me maquiller comme un camion volé. Prendre un taxi en étant un peu ivre. (…) Dans ces moments de la vie quotidienne, je réclame le droit de ne pas être importunée». Les femmes à la séduction ravageuse, libérée et dominatrice avancées sur les podiums par Tom Ford, Marc Jacobs ou encore Jeremy Scott sont-elles plus ou moins libérées que les amazones moins préoccupées de sex-appeal que de confort et lancées sur les podiums, le pied à plat, par Phoebe Philo, Stella McCartney, les sœurs Olsen pour The Row ou encore Victoria Beckham? (Notons au passage la fracture genrée de cette énumération). Se rendent-elles complices du patriarcat en perpétuant ce fantasme de la femme-objet, ou transcendent-elles au contraire ces clivages en assumant que leur apparence et le cortège des clichés les plus rebattus du pouvoir de séduction ne peuvent pas et ne doivent pas être un obstacle à leur indépendance – inconditionnelle et inaliénable? Je pense qu’il n’y a aucune réponse à cette question qui puisse être donnée de l’extérieur, car elle est avant tout liée au respect de ses propres désirs. Pas dans la conformité au désir des hommes, mais dans la perception que nous pouvons avoir de notre identité et de notre image qui, si j’en crois les défilés et surtout les femmes de mon entourage, est de plus en plus mobile. Ce qui a changé, c’est la conscience que la mode est avant tout un espace ludique de transformation et de jeu, plutôt que la docte représentation d’une identité profonde, transcendante et hiératique comme la statue du Commandeur flottant au ciel des Idées platoniciennes. Tout discours, tout point de vue est avant tout une production singulière qui s’inscrit dans la perspective du corps, ici et maintenant. Et ce corps, tout comme ses états d’âme, est fluctuant, souple, aquatique, imprévisible. Ce qui a changé encore, ou ce qui est en train de changer, c’est le renversement de la trajectoire de ce regard féminin. Non pas un regard surplombant, venu éclairer du dehors par le prisme des injonctions sociales la construction de notre identité, mais un regard autonome porté sur soi et sur l’extérieur, suffisamment réflexif, libre et respectueux de soi pour déconstruire les strates idéologiques au travers desquelles tout un chacun, et notamment les femmes, organisent la conscience d’elles-mêmes et du monde. John Berger parlait très bien, en 1972 déjà dans «Ways of Seeing», de cette perception extérieure que les femmes ont constamment d’elles-mêmes. Un palais des glaces, comme si le monde était un miroir brisé en mille morceaux et dont les débris leur renvoyaient en permanence une image fragmentée d’elles-mêmes. Elles s’observent, ou se sentent observées, et la gestion de cette image est un encombrement si lourd qu’elles ne peuvent prendre le temps, ou la confiance nécessaire, pour s’élucider elles-mêmes et prendre part, de façon égalitaire, à la vaste course du monde (c’est aussi l’une des thèses défendues par Simone de Beauvoir dans «Le deuxième sexe»). Ce renversement de perspective du regard, c’est peut-être là le véritable point de bascule, le changement ontologique de conscience du statut d’objet à celui de sujet. Un regard autonome porté vers l’extérieur, et non l’inverse: la conquête du pouvoir et la libération de l’héritage patriarcal est lié à cette prise de conscience, avec ou sans talons. Quel rapport avec la mode? Presque rien, presque tout. L’anthropologue français Marcel Mauss, revenant d’un séjour à l’hôpital de New York, constate que les femmes à Paris marchent d’une façon similaire aux infirmières new-yorkaises. Et que cette démarche nouvelle est issue, de part et d’autre de l’Atlantique, du cinéma. De sa manière de façonner les corps et les imaginaires. Une assimilation par l’exemple, par les représentations du corps social qui nous aimantent, parfois dans le désir et souvent à notre insu. C’est pour cette raison que la mode et son cortège de défilés, de campagnes publicitaires, de couvertures de «Vogue» ou de «Sports Illustrated», dans l’immense réservoir de fantasmes que constitue la culture populaire et à laquelle la rétine est soumise bon gré mal gré, sont essentielles dans l’émergence du corps de l’ère post #metoo. Parce que le combat se joue avant tout sur le terrain de l’éducation, dans le

38


STYLE

champ législatif et économique – dans les moyens mis à disposition des associations qui luttent contre le sexisme et l’aide apportée aux victimes – mais aussi, comme un corolaire à tous ces combats, sur le terrain symbolique. Si ce qui se trame dans les coulisses du cinéma parvient aujourd’hui à la conscience médiatique et numérique, la possibilité d’en donner des représentations construites qui aient valeur de symbole est essentielle. Parce qu’elles permettent en retour d’infléchir ce qui se trame dans les coulisses. Tout comme la rue insuffle aux silhouettes d’un défilé son énergie et délimitent le contexte social dans lequel elles s’inscrivent, ces images de podium déversent à leur tour sur les passants les images qui tissent leur imaginaire et déplie le répertoire de gestes qui en découlent. Ce sont des corps et des esprits qui s’inventent. De plus en plus libres. Pas seulement libérés du corset ou de la démarche à petits pas dictés par une jupe sous le genou, mais dans la possibilité d’une pluralité d’identités– tour à tour frondeuse ou invisible – et dans la conscience de soi, attentive au ressenti plutôt qu’à la forme projetée. L’historien Georges Vigarello a écrit une passionnante histoire du «corps redressé», décrivant l’évolution de la silhouette contrainte par le corset ou la gymnastique cruelle et prescriptive jusqu'au corps d’aujourd’hui exalté par le yoga kundalini, l’expression de soi et la façon dont on s’éprouve. Ici encore, un regard et une énergie qui, doucement, opèrent un renversement de perspective, passant d’une projection de l’extérieur vers l’intérieur à un mouvement inverse. Dans le débat qui a opposé les signataires de la «Tribune des 100 femmes» dans «Le Monde» à la cohorte de leurs détracteurs, c’est la liberté d’importuner ou de ne pas être importunée dont il était question. Brandissant en guise d’épouvantail le puritanisme, menace codifiée et contractuelle qui pèserait sur les jeux de séduction et de galanterie. Le jeu, cette composante essentielle du rapport, pas seulement amoureux d’ailleurs, renvoie à la possibilité de le pratiquer dans un espace irréductiblement sécurisé, égalitaire sans qu’il soit pour autant nécessairement symétrique. Sans qu’il soit non plus question de nier le lien entre l’espace du désir et ce qu’il engage d’implicite, de risque, d’inattendu et de tension. Mais les codes grâce auxquels cette érotisation des rapports se joue et se sublime – si possible de la manière la plus inventive possible – suppose que les deux partis partagent ce même code et puissent avoir les moyens d’y jouer et de cesser d’y jouer quand bon leur semble. Ce qui reste, bien tristement, un privilège. Duquel sont exclues toutes celles qui, dans les rues du Caire, de New Dehli ou de Mossoul, de Genève ou de Paris, restent sous le joug de la violence masculine (et qui ne s’exerce pas qu’à l’égard des femmes, loin s’en faut). Celles qui, à l’instar de Catherine Deneuve, revendiquent le droit à être importunées, ne sont pas dans une posture d’objet. Elles jouent tout au plus, parfois, à être un objet: elles prennent activement part à ces joutes libertines parce qu’elles considèrent qu’elles peuvent en tracer les frontières et tourner les talons lorsqu’elles en ont assez. Et prendre ce cas de figure pour le prisme par lequel doit être lu les rapports homme-femme est une négation de la violence faite aux femmes au quotidien, et l’amnésie du contexte historique dans lequel ce débat se déroule – des siècles de rapports inégalitaires. En quoi Victoria Beckham et Victoria's Secret ont-elles ici un rôle à jouer? En ce qu’elles offrent un espace de représentation du corps de la femme, ici et maintenant, aux prises avec ces enjeux-là. Elles offrent le spectacle symbolique d’une posture féminine dans tout ce qu’elle a de didactique, de fantasmatique et d’avant-gardiste. Elles prennent la mesure des enjambées avec lesquelles la femme traverse l’époque et la place de la Concorde. Lorsque Gucci se positionne comme une marque engagée qui verse 500'000 dollars à la manifestation des lycéens contre les armes à feu suite à la fusillade de Parkland, qui a fait 17 morts le 14 février 2018, lorsque Miu Miu met en scène des modèles plus-size aux côtés des «regular», brandissant des drapeaux, dans sa campagne Printemps-Été 2018, on peut considérer cela comme au mieux anecdotique, au pire opportuniste. C’est sans doute un peu des deux et pourtant, pourtant, c’est un mouvement indispensable. Parce que la mode offre un espace de jeu, tout comme la séduction, dans lequel la femme n’est plus simplement un objet disponible duquel on attend éventuellement qu’il donne son consentement, mais un sujet libre de proposer ou de disposer, de refuser, et de prendre part à la vaste course du monde. Parce que la femme revendique de maîtriser son corps comme son environnement et qu’entre la Vierge Marie et Marie-couche-toi-là, il y a de la place pour une infinité de déclinaisons possibles du féminin – y compris celle de chasseuse, de cueilleuse, de joueuse, mais jamais contre son gré. Bien sûr, ces images sont encore très loin d’être une réalité pour la majorité, et c’est pourquoi les designers ont la responsabilité de prendre conscience de la valeur symbolique de ces représentations. La femme Victoria Beckham sait qu’elle peut porter des porte-jarretelles sous sa robe de bure en drap de laine si et quand elle en a envie. Mais la femme Victoria's Secret sait-elle qu’elle peut continuer à jouer drapée dans son manteau oversize en drap de laine, et que l’effeuillage n’en serait que plus délicieux? Il serait temps qu’elle l’apprenne. Les corsets que vend la marque sont plus symboliques que réels, contraignant le corps et l’esprit dans de sinistres geôles et entravant la marche du mouvement féministe. Victoria Beckham – Victoria's Secret: 1-0.

39


STYLE

CŒURS DE VERRE

Ce printemps, les accessoires se font légers comme l’air et purs comme du cristal Photographie JOEL STANS Stylisme JULIAN ANTETOMASO

40


STYLE

Page de gauche: Sac circulaire en cuir verni, CHF 2 170, Dolce & Gabbana. Cette page: Sneaker LV archlight, prix sur demande, Louis Vuitton.

41


STYLE

Talon en cuir tissĂŠ, prix sur demande, Salvatore Ferragamo.

42


STYLE

Boîte à chapeau «Mica» en cuir et poil de poney, CHF 1 750, Saint Laurent par Anthony Vaccarello.

Stylisme Molly Findlay Production Michelle Zollo Assistants photographie Skyler Smith, Zach Ramey Assistant stylisme Ryan Schaefer Lieu Vandervoort Studio

43


STYLE

IT-BAG NOUVEAU EST ARRIVÉ LE

Chaque maison a le sien. Chaque marque a son must-have autoproclamé… Après une période de saturation, l’ère de l’accessoire indispensable serait-elle révolue? Non, bien sûr, mais la barre est placée plus haut: aujourd’hui, pour retenir l’attention, un sac se doit d’être exclusif.

«Twist», Louis Vuitton.

Par JESSICA MICHAULT

44

L

e terme it-bag est devenu une pierre angulaire du vocabulaire de la mode dans les années 1990: à l’époque, la tendance au minimalisme commençait à s’effacer au profit de signes de richesse plus exaltés, qui n’allaient cesser de se développer et de se propager de manière exponentielle jusqu’en 2008. C’est alors que la crise économique mondiale a poussé tout le monde, ou presque, à mettre un frein aux dépenses superflues. Les riches se devaient au moins d’avoir l’air de suivre le mouvement. Mais, durant ces années grisantes d’avant 2008, une multitude de sacs au design exceptionnel ont vu le jour. Le «Baguette» de Fendi, la version revisitée du «2.55» de Chanel, le «Lady Dior», le «Murakami» de Louis Vuitton, «Le Dix» de Balenciaga, le «Paddington» de Chloé… Ils sont devenus des accessoires incontournables, se plaçant aux côtés des intemporels «Kelly» et «Birkin» d’Hermès, et du «Bambou» de Gucci. Ces sacs sont devenus de telles machines à sous pour leurs marques que chaque maison de mode de la planète a essayé de créer son propre must-have. Souvent en se contentant de proclamer que leur création était un it-bag, dans l’espoir que le nommer ainsi suffirait à en faire une réalité. De plus, à cette époque, la multiplication d’aspirants à l’ascension sociale, pas suffisamment riches pour vivre dans le luxe, mais pouvant se permettre l’achat d’un it-bag, est devenue une réalité à prendre en compte. Le concept même de it-bag s’est alors dilué. En se déclinant dans plusieurs gammes de prix, l’idée originale s’est affaiblie, presque au point de se perdre. Fflur Roberts, directrice des recherches du département des articles de luxe à Euromonitor International: «Le it-bag a changé. Il existe encore, mais il y a tant de it-bags sur le marché à présent… Ce n’est pas comme lorsque le phénomène est apparu: à ce moment-là, posséder un sac qui disait quelque chose était un concept relativement nouveau, qui permettait de se distinguer sur le marché de la

PHOTOS DR

Sac «Micro Peekaboo» et bandoulière «Strap You», Fendi.


STYLE

consommation de masse. Puis, tout à coup, toutes les marques ont lancé leur propre sac ‹incontournable› et, depuis, ce marché s’est encore énormément développé. Il y a eu une vraie croissance du marché du luxe abordable au cours de la dernière décennie, ce qui a également changé la dynamique. Nous avons maintenant affaire à une multitude de gammes de prix». Internet a également eu un impact énorme sur le it-bag. Comme l’a écrit la journaliste Plum Sykes: «Un it-bag n’en est un que si vous n’avez que peu de chances de le posséder». Avec l’ère du numérique est venue la possibilité d’acheter un sac vendu n’importe où dans le monde, sans entreprendre de voyage jusqu’à lui. PERSONNALISATION ET RARETÉ «Nous sortons d’une période de ralentissement du marché des it-bags, estime Gabriele Corto Moltedo, fondateur de la marque de sacs de luxe indépendante Corto Moltedo. Il y a eu une phase de boulimie généralisée, et les clientes avaient beaucoup trop de sacs, donc l’intérêt s’est déplacé sur les chaussures, comme c’est souvent le cas quand se produit un effet de saturation. À présent, nous allons assister à une résurgence.» Le retour des logos sur les sacs tendrait à indiquer que Moltedo a bien saisi le sens du vent. Au cours des dernières saisons, Fendi a mis le paquet sur son fameux logo FF, tant sur les sacs que sur les vêtements, et le Monogram de Louis Vuitton se fait également plus visible. Mais c’est dans le design des pièces métalliques que l’on trouve la version 2.0 du logo, avec l’élégant fermoir LV du «Twist» de Louis Vuitton ou le jeu de mots «J’adior» employé par Maria Grazia Chiuri pour orner la boucle de ses sacs Dior. Ce nouvel engouement pour le branding du it-bag se repère chez Fendi, Dior et Louis Vuitton, qui proposent une subtile montée en gamme grâce à des sangles interchangeables ou à l’addition de pendentifs donnant une seconde jeunesse à un it-bag. La personnalisation et la rareté sont devenues le vocabulaire de base du nouvel it-bag. Les éditions limitées décoratives du «Dionysus» de Gucci sont extrêmement recherchées, de même que les sacs de luxe déclinés dans des couleurs ou matières rares. Le «Luggage» de Céline a savamment incorporé ce concept dès l’origine, de par son design classique qui avait marqué, avec le «Peekaboo» de Fendi, un retour plus discret du it-bag sur la scène mode. Depuis des décennies, Hermès est maître dans l’art de faire de ses sacs des objets de désir par le simple fait de les rendre très difficiles à obtenir.

BEAUCOUP D’APPELÉS… Ill est intéressant de noter, comme le souligne Fflur Roberts, que les millennials ont une approche différente des accessoires de luxe. Ils s’intéressent moins aux articles de luxe que les générations précédentes: «L’argent qu’ils auraient dépensé dans un it- bag, ils sont plus susceptibles de l’investir dans un safari de luxe ou une retraite de yoga, lesquels coûtent peut-être encore plus cher qu’un sac de luxe, mais représentent pour eux quelque chose d’important. Ils recherchent des expériences de luxe, plutôt que des accessoires de luxe». Là encore, on peut mettre cela sur le compte d’Internet et des réseaux sociaux. Un consommateur de luxe au fait de la communication à l’ère du numérique verra un voyage, ses sites exotiques et ses images à couper le souffle comme un investissement plus rentable en matière de clics générés. Il peut prolonger le glamour d’un séjour à travers une multitude de posts, en les étalant sur plusieurs mois. Tandis que les posts sur l’achat d’un it-bag représenteront un nombre de publications et un attrait visuel plus limités. Selon Roberts – et c’est intéressant de le remarquer – il y a eu une reprise légère mais notable de la vente d’accessoires de luxe ces derniers temps, avec Chanel en grand vainqueur. Une tendance qui ne surprend pas Tina Craig, fondatrice et PDG de l’un des premiers et des plus influents blogs de mode de la Toile, Bag Snob: «Je crois qu’à l’heure actuelle, les it-bags vont et viennent à une telle vitesse que les femmes ont littéralement peur d’en acheter un, parce qu’il y a beaucoup d’informations disponibles, avec les photos et les réseaux sociaux. À présent, le it-bag ultime, c’est le sac classique, indémodable, le ‹2.55› de Chanel ou le ‹Mini Kelly› d’Hermès.» Craig souligne aussi que Prada vient de lancer un sac qui marque le retour de son célèbre logo en triangle, celui-là même qui ornait ses sacs en Nylon noir qui ont fait un carton à la fi n des années 1980: «Pour eux, c’est devenu une espèce de it-bag, mais s’il fonctionne, c’est parce qu’il représente un retour à leurs classiques. Les clients veulent investir dans les sacs, ils veulent le faire intelligemment, alors le bon choix est celui d’un design qui a fait ses preuves.» Moltedo est d’accord: «Il faut une vie pour vraiment transformer un it-bag en sac iconique. Ou au moins une génération, après quoi il est réinterprété». Et bien qu’il ait lancé sa maison en 2004, Moltedo a deux modèles de sac intemporels – le «Priscilla» et le «Susan» – qu’il passe son temps à remettre à jour pour les fidèles clientes qui ont monté une collection de ses pièces. Comme par un fait exprès, la

Prada.

«Dionysus», Gucci.

«2.55», Chanel.

dernière collection de Moltedo s’intitule «We have more than enough» («Nous avons plus qu’assez») et elle est destinée à une clientèle plus jeune. Le design est plus minimal, mais affiche fièrement des slogans. «Je pense que c’est ce qu’aiment beaucoup de jeunes aujourd’hui, ils veulent faire passer un message à travers ce qu’ils portent.» L’idée est aussi ancienne que la mode ellemême. Mais visiblement, avec le it-bag, le message a désormais changé. Il n’est plus question de satisfaction immédiate et de prouver aux autres que l’on possède le sac indispensable de la saison. Non, ce sont les pièces dotées d’un design indémodable qui sont les véritables nouvelles gagnantes de la course aux sacs de luxe.

45


LA VIE

LE RÉVEIL D’UNE

Rencontre, à Los Angeles, avec Jennifer Lawrence, l’actrice la mieux payée du monde, égérie Dior, symbole du néoféminisme hollywoodien et, dans le thriller «Red Sparrow», ballerine et espionne russe très sulfureuse. Par JULIETTE MICHAUD

46

PHOTOS DR

ÉTOILE


LA VIE

L’OFFICIEL: Comment une superstar de 27 ans aussi bouillonnante que vous démarre-t-elle sa journée? Jennifer Lawrence: Mes matins sont plutôt le résultat ou la poursuite de mes nuits. Si j’ai paressé toute la soirée sur le canapé à regarder de la junk TV en avalant une pizza, je peux en finir les restes pour le petit-déjeuner. Si je dois m’entraîner physiquement pour un rôle en adoptant un mental différent – c’est un euphémisme – du mien, je deviens ultradisciplinée, et les directives d’un coach incluent rarement croissants et café crème! [Elle rit.] Et lorsque vous ne travaillez pas? Dans ce cas, le matin est le moment où je lis, surtout les infos du jour, je m’informe. Mais il arrive aussi que je passe une heure à semer des cacahuètes dans le jardin pour les écureuils, ce qui attire surtout des coyotes – n’oublions pas que nous sommes à Los Angeles –, ça rend ensuite la balade avec mon chien Pippy risquée, et je dois ramasser toutes les cacahuètes une à une… Ma vie est compliquée! On vous voit nue dans «Red Sparrow», un film très violent. Aviez-vous besoin de casser votre image d’idole des adolescents? Le film va mettre des gens mal à l’aise, c’est certain; j’ai eu besoin, avec ce rôle, de sortir de ma zone de confort, mais je ne le regrette pas. Pour que cette adaptation du livre de Jason Matthews, qui était un vrai espion, sorte du lot et soit réaliste, il fallait que l’on pousse le bouchon loin. J’étais très nerveuse à l’idée de me dévêtir devant tout le monde, mais le fait que derrière la caméra se trouvent Francis Lawrence, avec qui j’ai fait trois «Hunger Games», ainsi qu’une bonne partie de l’équipe de ses films, a tout rendu facile. Je suis ressortie de ces scènes avec le sentiment d’avoir enfin prise sur ma propre vie. Dans le film, vous êtes formée par Charlotte Rampling… Charlotte Rampling est une légende, elle est incroyable. Je suis arrivée sur le plateau morte de trac, et elle était totalement normale, juste une actrice qui va au boulot. J’adore ça. Et puis elle a commencé à parler avec un accent russe absolument parfait, et moi qui avais bossé le mien pendant des semaines, je n’avais plus qu’à changer de métier. Vous avez un grand rôle dans la lutte pour l’égalité des salaires à Hollywood et dans la création du mouvement Time’s Up… Time’s Up a un fonds qui permet d’aider les victimes de harcèlement sexuel, il existe maintenant une hotline que tout le monde peut appeler, et, surtout, il n’est plus de bon ton de rabaisser les femmes. Il y a tant de choses tragiques dans le monde que j’aimerais voir changer, comme la corruption… Dior, pour vous, c’est… Toujours un rêve pour une gamine du Kentucky! Faire les campagnes de Dior, image absolue de l’élégance, est l’ultime honneur, un privilège qui me donne envie de bien faire, tout en me confortant dans l’idée de rester authentique.

«Red Sparrow», de Francis Lawrence, avec Jennifer Lawrence, Charlotte Rampling, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Jeremy Irons… Sortie ce printemps sur les écrans romands.

47


STYLE

Amihan Zemp est la fondatrice et directrice artistique de Coltrane. Une marque suisse à découvrir, retenir et revêtir.

Quel est ton endroit préféré à Zurich? Le Friedhof Sihlfeld. C’est un écrin de verdure avec de vieux arbres en plein cœur de la ville.

Par LENA STÄHELI

LE CHOIX DE…

COLTRANE Décris-nous ton style… Le plus important pour moi, c’est d’être bien dans mon corps. Mes vêtements sont confortables et simples, ce qui met encore plus en valeur les matières naturelles. J’aime également les styles qui font disparaître la frontière entre les stéréotypes féminins et masculins.

PHOTOS DR

Tes chaussures préférées? «Essén» a créé des mocassins écrus pour la dernière collection Coltrane.

48


STYLE

Quelle est ta pièce préférée de la collection actuelle de Coltrane? Le haut «Cosmo» en soie Ahimsa biologique: la matière vient d’un village bouddhiste de l’Himalaya. La soie est récupérée sans nuire aux vers à soie, puis tissée à la main, ce qui lui confère sa structure si particulière. © Paysage Ardent Jean Dubuffet Mars 1952

Et où peut-on acheter Coltrane? Sur www.coltraneworks.com. Je produis en Suisse, mais vends surtout aux ÉtatsUnis et en Asie.

Tes créations rappellent souvent l’art. Quel est ton artiste ou ton œuvre préférée? Je cherche dans l’art une urgence et de l’authenticité qui me prennent tout de suite aux tripes. J’admire l’audace que cela nécessite. Je retrouve cette caractéristique dans l’art brut mais aussi dans d’autres formes d’art, comme chez Charlotte Salomon, Kenzaburo Oe ou John Coltrane.

Quel vêtement chaque femme devrait-elle avoir dans son armoire? Un vêtement dans lequel elle se sente bien, peu importe la manière dont il est porté. Pour moi, c’est par exemple un pull doux oversize ou un manteau classique et raffiné.

Où trouves-tu l’inspiration pour ta mode? Le corps féminin. Un bijou que tu portes chaque jour? Je ne porte presque jamais de bijoux. Mais avec Lea Good, nous avons créé une manchette d’oreille dorée et une broche pour la collection Hiver de l’année dernière. Nous nous sommes inspirées des sculptures de Jean Arp.

49


STYLE

LE

«PEEKABOO» DE

FENDI

Ce désormais classique de la maison romaine continue de distiller ses secrets au fil des saisons et de ses réinterprétations. Zoom sur un sac iconique, aussi élégant que désirable. Par MAUD GABRIELSON Photographie DOUGL AS MANDRY

UN GARDIEN DE SECRETS L’idée du sac «Peekaboo», présenté pour la première fois lors du défilé Printemps-Été 2009, est née des souvenirs d’enfance de Silvia Fendi: il doit en effet son nom au jeu de cache-cache bien connu des enfants. Luxueux à l’extérieur comme à l’intérieur, il recèle en son sein bien des secrets, dont des pochettes et des recoins: sur le modèle présenté ici, le logo de la maison italienne est brodé d’un velours doux et précieux. UNE ÉLÉGANCE CHUCHOTÉE Lancé en pleine folie des it-bags, le «Peekaboo» de Fendi a pris le contre-pied de l’ostentation. Ici, l’élégance se devine plus qu’elle ne se crie, elle se laisse apprivoiser sans jamais tomber dans le bling. Imaginé dans les matériaux les plus luxueux – cuir nappa ou grené, piqué de perles, de rivets ou de broderies faites à la main… –, il devient rapidement le confident des femmes en quête d’un accessoire au luxe discret.

Sac «Peekaboo» en serpent imprimé tartan, intérieur en broderie velours, Fendi, CHF 7 450. www.fendi.com

50

PHOTOS DR

UN NOUVEL INTEMPOREL Aujourd’hui inscrit dans le patrimoine de la maison Fendi, au même titre que l’incontournable sac «Baguette», le «Peekaboo», même s’il change de peau à chaque saison, est l’un de ces intemporels que l’on se transmet de génération en génération. Décliné en trois formats – micro, mini et grand –, il séduit, à chaque réinterprétation et changement de peau, les adeptes du chic made in Italy.


STYLE

H&M POUR TOUS ET POUR PLUS

PHOTOS DR

LONGTEMPS

Des habits à partir de vieux filets de pêche. Des accessoires recyclant de l’argenterie? H&M produit une mode accessible au plus grand nombre. Mais le géant suédois, qui a toujours eu à cœur de se diversifier, a lancé sa collection «Conscious Exclusive» dont la septième édition était présentée à Stockholm. dont la septième édition était présentée à Stockholm. Interview d’Ann-Sofie Johansson, conseillère création.

Christy Turlington arborant la nouvelle collection «Conscious Exclusive» Collection

Par LENA STÄHELI

51


STYLE

P

our la «Conscious Exclusive» Collection de cette année, l’équipe de design s’est inspirée du couple d’artistes suédois Larsson. Karin Larsson était peintre et créait ses propres tapisseries vertes, ardoise, blanches ou noires… Justement, c’est cette palette de couleurs que l’on retrouve dans la collection qui propose un mélange intéressant et de bonne qualité de matériaux, que ce soit dans les vêtements d’exception, comme la robe de mariée, ou dans des pièces comme la robe en soie verte. Il est difficile de croire qu’elles ont été produites avec de la vieille argenterie ou des filets de pêche, mais c’est bel et bien à partir de ces matériaux qu’elles ont été fabriquées, alliant goût et durabilité. La mode durable est en constante évolution. En plus du TENCEL™, du polyester recyclable et du lin bio également ECONYL®, H&M fabrique désormais une fibre produite à 100% à partir de filets de pêche et de chutes de nylon. Cette petite collection, disponible seulement une fois par an, est loin d’être suffisante, mais c’est déjà un (bon) début. L’objectif de H&M étant de produire tous les tissus de façon durable d’ici 2030. Interview d’Ann-Sofie Johansson, conseillère création chez H&M.

Comment démarre le processus de conception? De manière très organique, mais bien entendu, tout commence par la recherche. Cela peut être un tissu ou une couleur, voire une image. Il faut qu’il y ait un déclic. Cette fois, tout a commencé par des discussions, notamment avec des femmes qui fabriquent des œuvres artisanales de grande qualité. Karin Larsson a ainsi été évoquée et nous avons trouvé que s’inspirer d’une artiste suédoise était une idée brillante car nous ne parlons que trop peu des origines d’H&M. La maison des Larsson était essentielle car c’est là que nous avons puisé notre inspiration. Comment fonctionne la production? La recherche se déroule en Suède, mais nous produisons en Chine. Les bijoux en argent sont fabriqués au Vietnam et nous travaillons avec nos fournisseurs avec lesquels nous collaborons depuis de nombreuses années et qui sont tout aussi engagés. L’équipe de design de Stockholm se rend ensuite en Chine, où a lieu tout le développement et la collaboration. Et pour les imprimés? Nos graphistes se sont rendus chez Karin Larsson afin de s’inspirer de cette maison haute en couleurs. Il faut bien sûr du temps pour produire une imprimé inspiré de telles tapisseries – pourtant dans l’air du temps – et destinée à une femme tendance et moderne. Ce processus de création est tout à fait normal. Comment intégrer la durabilité au quotidien quand on est une fashionista? Il est important de toujours se demander: ai-je besoin de cette pièce? N’en ai-je pas déjà une similaire à la maison que je pourrais moderniser? En tant que consommateur, il faut évaluer la valeur de la pièce.

La nouvelle collection «Conscious Exclusive» sera disponible dès le 19 avril 2018 dans certains magasins H&M du monde entier et sur le site internet. ww w.hm.com

52

PHOTOS DR

Pourquoi avoir choisi Christy Turlington pour la campagne de cette collection? Christy Turlington, la plu belle femmes du monde. Ses visuels qui prouvent que la durabilité n’est pas obligatoirement beige, terne ou cheap mais qu’elle peut être séduisante, glamour et brillante.


STYLE

Le mannequin Aamito Lagum.

Mules à bout pointu et talon plat, tissu drapé en polyester recyclé. CHF 119.

53


STYLE

54


STYLE

MODA

OPERANDI, UN MODUS VIVENDI

Cofondé il y a sept ans par Lauren Santo Domingo, le pionnier du e-commerce de luxe Moda Operandi s’ouvre désormais à la Haute Couture. Par CÉLESTINE FANGUIN Photographie JACQUES BURGA

LE PITCH C’est avec l’Islandaise Aslaug Magnusdottir, businesswoman passée par le Gilt Groupe, que Lauren Santo Domingo (en photo) lance Moda Operandi en 2010. La très influente et mondaine New-Yorkaise a l’idée d’offrir sur le Web une sélection pointue de vêtements et d’accessoires. La valeur ajoutée? Chaque pièce peut être précommandée six mois avant sa mise en boutique. LE CASTING De Burberry à Bottega Veneta en passant par Gabriela Hearst, Monse et Palmer//Harding, Moda Operandi se démarque par son panel aussi exhaustif qu’éclectique de marques partenaires, défilant dans les quatre capitales de la mode… et ailleurs. Quelques minutes après avoir foulé le catwalk, les collections se retrouvent donc propulsées en vitrine du site. Reste à s’armer de patience pour recevoir le Graal fraîchement booké. L’EXCLUSIVITÉ Dans la lignée de son service sur mesure pour futures mariées, Moda Operandi propose désormais une véritable introduction à la Haute Couture, par le biais de partenariats avec des maisons comme Schiaparelli et Giambattista Valli. Outre l’exclusivité du modèle choisi, ce chapitre s’accompagne d’un suivi personnalisé par les experts en style de Moda Operandi, et la possibilité de rendez-vous privés dans les showrooms new-yorkais et londonien du site. www.modaoperandi.com

55


NEWS BEAUTÉ

TRAITEMENT SOS L’entreprise de cosmétiques suisse Cellcosmet est, par tradition, spécialisée dans les cosmétiques cellulaires. En 1931, le Prof. Paul Niehans met une cure de jouvence au point. En 1955, son élève, le Dr. Alfred Pfister, développe un conservateur appelé Méthode Cellvital. En 1982, son fils, Roland C. Pfister, crée Cellap Laboratoires, donnant ainsi un nouvel élan au monde des cosmétiques. La preuve avec le «CellBrightening Mask», un masque révélateur d’éclat, à base de biocellulose. Il peut être utilisé une fois par semaine – voire deux fois en traitement intensif. En plus de ce complexe cellulaire, l’acide hyaluronique, l’algue verte, la gelée royale, la vitamine B3 et C, l’eau de glacier, les herbes des Alpes et l’extrait d’avoine contribuent au raffermissement de la peau. Cellcosmet Swiss BioTech «CellBrightening Mask», 5 unités, Cellap, CHF 285. w w w.cellap.ch

VISIBLE, BIEN VU, EN VUE Fini les tons nude et discrets. Pour le printemps, place aux looks insolents et hautement colorés.

La mode punk est de retour à en croire les Fashion Weeks, notamment chez Rochas. Que ce soit des lignes ou des motifs, il est plus facile de laisser libre cours à son imagination avec un khôl ou un eyeliner.

Stylo yeux waterproof «Nero vulcanico», Chanel, CHF 35. www.chanel.com

56

Les plus audacieuses portent du fard à paupières bariolé étalé sur toute la paupière. Les tons bleutés, qui rappellent les année 70, sont particulièrement appréciés. Vous les retrouvez chez House of Holland. A la hausse les tons jaunes, marron, orange. Conseil: plus adapté à un maquillage du soir.

Ce qui n’était que des extensions sur la fi lle de Cindy Crawford lors du défi lé Fendi est devenu la mode chez les fashionistas des métropoles de la mode: des cheveux multicolores ou des mèches de toutes les couleurs de l’arc-enciel. Pour un beau résultat, mieux vaut s’en remettre à des mains expertes.

«Diorshow Mono», Dior, CHF 50.

«Colorful Hair», L’Oréal Professionnel, 8 teintes, seulement en salon.

www.dior.com

www.lorealprofessionnel.ch


NEWS BEAUTÉ

TRÉSOR CAPILLAIRE Depuis 40 ans, Sisley est connu pour ses soins cutanés de luxe basés sur le pouvoir des plantes. La stratégie? Comme le soin capillaire est le nouveau soin cutané, la marque phytosanitaire française a lancé son premier soin capillaire. Le «Hair Rituel» est composé de deux shampooings, d’un après-shampooing, d’un masque, d’un sérum et d’une huile. Tous les produits contiennent une très haute concentration d’extraits de plantes, d’huiles essentielles, de minéraux, de vitamines et de protéines pour soigner aussi bien les cheveux que le cuir chevelu. Les notes citronnées de verveine, le citron, les fleurs de pêche, l’ambre et les huiles essentielles de cyprès hinoki, le mimosa et le laurier antillais contribuent au sillage unique du produit. «Hair Rituel», Sisley, à partir de CHF 69. w w w.sisley-paris.com

COMME UNE ENVIE DE… RÉBELLION

PHOTOS DR; Getty Image

Byredo «Blanche», 100 ml, CHF 200.

Aux premières lueurs du printemps, mon corps et mon âme aspirent à la rébellion. Je ne rêve que d’une chose: brûler tous mes manteaux en laine, bonnets, bottes, et crier «À bas l’hiver»! Cette joie de vivre ne se reflète pas seulement dans les nouvelles tenues, mais aussi dans le parfum qui m’habille, invisible. Avec le temps, mon nez d’accro aux parfums est devenu plus exigeant et cherche ce qu’il y a de plus spécial. Je me rends donc à la parfumerie Spitzenhaus de Werner Abt à Zurich, qui est une véritable caverne d’Ali Baba. Cet homme est une encyclopédie vivante du parfum, toujours à la recherche de marques de niche qui flottent à contre-courant. Le premier à avoir révolutionné de fond en comble le marché des parfums est Frédéric Malle en l’an 2000. Il se bat encore aujourd’hui avec les principaux parfumeurs contre l’uniformité olfactive. Ben Gorham de Byredo fait quant à lui partie des jeunes loups. Celui qui fut autrefois basketteur professionnel en Suède représente parfaitement les rebelles non seulement par ses tatouages, mais aussi par son approche particulière. Même si j’apprécie le bestseller «Gypsy Water», mon préféré reste «Blanche»,

qui me rappelle des aldéhydes, la rose blanche, le néroli, le pivoine, la violette et le musc sur des draps frais. Les parfums de A Lab On Fire furent une révélation. On les trouve depuis peu à Zurich, chez Jelmoli. Depuis 2011, la parfumerie new-yorkaise rassemble les principaux parfumeurs autour d’elle. La tête créative et anticonformiste qui se cache derrière cette entreprise? Carlos Kusubayashi, qui crée ses parfums en se jouant des règles. Le dernier exemple en date est «Hallucinogenic Pearl» d’Emilie Coppermann, à base de graines de bisam, de bergamote, de poivre rose, de violette, d’iris, de daim et de musc. Nommons aussi l’Italien Alessandro Gualtieri, qui fait incontestablement partie des nez excentriques. Avec ses marques Nasomatto et Orto Parisi, les afficionados de «The Nose» ne cessent de vouloir du nouveau. Avec Narcotic V., il a essayé de capturer le pouvoir sexuel féminin si addictif. Et il y est parvenu haut la main avec de la tubéreuse, du jasmin, de la fleur de lys et un mélange d’épices… Et lorsque la rebelle qui sommeille en moi se réveille, je mets mon parfum préféré: «For Him Bleu Noir» de Narciso Rodriguez.

w w w.byredo.com

Nasomatto «Narcotic V.», 30 ml, CHF 165. w w w.nasomatto.com

A Lab on Fire «Hallucinogenic Pearl», 60 ml, CHF 140. w w w.alabonfire.com

57


NEWS BEAUTÉ

LE LABO, ÉCRITURE ET SIGNATURE Depuis 2006, Le Labo est devenu incontournable. Interview de Fabrice Penot, cofondateur. L'OFFICIEL Suisse: Comment avez-vous eu l’idée de devenir parfumeur? Fabrice Penot: Je voulais devenir écrivain, j’ai atterri au service marketing de L’Oréal à Paris. Après un séminaire chez Jean-Claude Ellena à Grasse, j’ai tout de suite compris que les parfums seraient ma langue. J’ai donc suivi une formation à Versailles, et ai fait un stage chez Firmenich en Suisse. J’ai ensuite travaillé pour L’Oréal sur les parfums Armani. Après deux ans, je me suis aperçu que je stagnais, et suis allé à New York. Je voulais travailler sans compromis. «Rose 31», qui date de 2006, est votre bestseller. Qu’a-t-il de si particulier? L’idée était de créer un parfum de rose et ambigu qui puisse être porté aussi bien par des femmes que par des hommes. Ce parfum est sensuel mais il cache du carvi, du vétiver, du bois de cèdre, du gaïac et du bois d’agar, de l’oliban, du labdanum et du musc, ce qui le rend très féminin et particulièrement diffus.

Y a-t-il un parfum que vous aimez particulièrement? Mon ami Eddie Roschi est un grand fan de bois et de musc. Mais pour créer un beau parfum, il faut faire appel à tout un éventail de fragrances. Nous travaillons avec près de 200 odeurs différentes. Le développement d’un parfum peut prendre plusieurs années. Nous avons modifié certains d’entre eux plus de 400 fois, alors que d’autres n’ont nécessité que 50 modifications. Nous ne savons jamais à l’avance quand la magie opérera. Qu’est-ce qui a changé depuis la reprise d’Estée Lauder en 2010? Pas grand-chose, si ce n’est que nous engageons des collaborateurs talentueux, et que nous sommes soutenus par les nouveaux marchés. Nous pouvons ainsi mieux nous focaliser sur les parfums. Qu’est-ce qui vous inspire? Une femme, un homme, un paysage, une larme, une feuille, un regard, un silence… tout, tout le temps et partout. Le Labo Parfums, Globus Bellevue, 50 ml, à partir de CHF 140. www.lelabofragrances.com

Depuis 2013, The Chedi sis à Andermatt est synonyme de grand luxe. La construction en bois et en pierres naturelles de l’architecte Jean-Michel Gathy s’adapte parfaitement au paysage extérieur et génère, à l’intérieur, une ambiance élégante. Entre le 27 mai et le 10 juin, le 5 étoiles propose des cures détox et minceur uniques et innovantes. En collaboration avec le principal prestataire de cures thermales français couronné de succès «Les Thermes de Brides-les-Bains», on profite d’un bien-être médical de haut vol. Que ce soit pour un traitement minceur de sept ou quatorze jours pour de cinq jours de cure détox, en plus d’un régime alimentaire spécial, un cours de cuisine avec Sébastien Roux et des activités sportives, on se laisse choyer chaque jour grâce aux divers massages et enveloppements aux algues. Et on apprécie l’atmosphère qui mêle ambiances alpine et raffinement asiatique. Cure minceur, à partir de CHF 5 050. Cure détox, à partir de CHF 3 510. w w w.thechediandermatt.com

58

PHOTOS DR; Getty Image

DÉTOX, LE LUXE DU PUR


NEWS BEAUTÉ

LA NUIT DES

MIRACLES

Et si l’avenir de notre peau se jouait la nuit? Avec son nouveau soin d’exception «Crème Platinum Rare», les laboratoires suisses La Prairie explorent l’infini champ des possibles du renouvellement cellulaire. Les laboratoires suisses La Prairie explorent l’infini champ des possibles du renouvellement cellulaire. Par MÉL ANIE MENDELEWITSCH

Photographie DOUGL AS MANDRY

L’IDENTITÉ Un étonnant flacon-bijou cylindrique qui a nécessité pas moins de trois ans de création. Tout en transparence, l’objet aux airs d’écrin cosmétique évoque une améthyste et joue avec la lumière. Raffiné jusque dans les moindres détails, il est équipé d’un cabochon aimanté et d’une pipette chromée qui délivre pile la bonne dose de produit. LA PROMESSE Le soin le plus intensément régénérant jamais élaboré par La Prairie, ni plus ni moins. Surdoué, l’élixir agit durant la nuit sur les quatre fonctions essentielles de l’épiderme de façon simultanée: hydratation, détoxification, oxygénation et immunité. Combinaison de deux actifs stars de la maison – le «Complexe cellulaire exclusif» et le «Complexe platine avancé» –, ce sérum miracle donne un coup de boost à notre capacité de régénération cellulaire, à raison d’une goutte de produit seulement (à ce prix-là, on évite le gâchis). LE RITUEL DE NUIT On l’applique le soir sur une peau parfaitement démaquillée, en association avec l’«Essence Cellulaire Platinum Rare» pour le contour des yeux. Et, pour aller un peu plus loin, on s’abandonne aux mains expertes des thérapeutes du spa de la Clinique La Prairie à Clarens près de Montreux, par exemple. Ou de la boutique-maison située rue Saint-Honoré, à Paris, qui proposent d’expérimenter les bienfaits de cette technologie de luxe au cours d’un soin du visage planant.

Crème cellulaire «Platinum Rare» de La Prairie, 50 ml, CHF 1 350. www.laprairieswitzerland.ch

59


BEAUTÉ

LE

VÉGAN DANS LA PEAU

Pas encore convertie à des produits de beauté qui respectent la faune? Si vous vérifiez déjà l’absence de parabènes dans vos produits, et que vous êtes adepte du label Cosmos Organic, parions que la cosmétique sans ingrédients d’origine animale sera votre prochaine étape sur le chemin des soins plus responsables! Par AURÉLIA HERMANGE-HODIN Photographie ASH REYNOLDS

S

igne des temps. Dans les restaurants, les menus végétaliens se multiplient, Naturalia a ouvert trois magasins exclusivement dédiés au véganisme l’année dernière et, parallèlement, la consommation de charcuterie n’en finit pas de chuter dans certains pays. Un phénomène incontestablement accentué par les vidéos choc de certaines associations, et par une prise de conscience généralisée de la souffrance animale. Alors, quand la tatoueuse, maquilleuse et militante végane Kat Von D s’installe en fanfare chez Sephora avec sa gamme de cosmétiques aussi performants que respectueux des animaux, le déclic se fait chez de nombreuses beautistas qui décident de sauter le pas. Et d’adopter le véganisme aussi dans leur salle de bains. Une démarche à la fois éthique, pronaturelle et respectueuse qui suscite encore des interrogations. LA JUNGLE DES ÉTIQUETTES «Être végane, c’est refuser toute utilisation du monde animal pour se nourrir, se vêtir, se soigner, mais aussi se maquiller», explique Pascal Le Clech, cofondateur du site Veganie.com, spécialisé dans les cosmétiques véganes. Exit donc les produits laitiers, les œufs, la soie, la laine et le cuir, et, d’un point de vue cosmétique, la cire d’abeille, remplacée par des mélanges de cires végétales, ou la lanoline – une graisse animale utilisée pour son fort pouvoir émollient. Chez The Body Shop ou Lush, qui ne pratiquaient déjà plus de tests sur les animaux – la réglementation de l’Union européenne les interdit officiellement depuis 2013, mais des flottements subsistent… –, les pinceaux et le maquillage sont progressivement débarrassés de leurs composantes animales. Parfois, le remplacement s’avère difficile, comme l’explique Hilary Jones, responsable des questions éthiques

60

chez Lush: «Tous nos produits ne sont pas véganes», reconnaît-elle. «Nous utilisons encore du miel, des œufs ou de la lanoline dans quelques produits pour des raisons de consistance et de texture, mais nous continuons à chercher des solutions de substitution qui soient aussi efficaces. Comme nous ne voulons avoir recours ni à la pétrochimie ni aux tests sur les animaux, notre division recherche et développement est perpétuellement sur la brèche!» Ce qui explique une offre de mascara assez pauvre (faute de pouvoir utiliser la cire d’abeille) et une sous-représentation des rouges vifs: impossibles à obtenir à partir des oxydes de fer, ils proviennent, en cosmétique classique, de carapaces de cochenilles broyées pour obtenir le colorant E120, ou rouge carmin, également très utilisé par l’industrie alimentaire. Et le casse-tête ne s’arrête pas là: pour être labellisé végane, un soin ne doit pas avoir été testé sur les animaux, que ce soient ses ingrédients ou le produit fini. Ce qui complique encore le choix des consommateurs, bien souvent perdus dans la jungle des labels, notamment lorsqu’il s’agit de différencier les labels Vegan et Cruelty Free. Le premier garantit un produit composé d’ingrédients végétaux et minéraux, n’intégrant aucune substance d’origine animale. En revanche, un produit peut être Cruelty Free sans être végane, car si le label assure que le produit n’a pas été testé sur les animaux, il peut contenir des composants tels que collagène de méduse, produits de la ruche ou dérivés de lait. Un doute? Optez pour le label Cruelty Free and Vegan de Peta, l’association américaine pour un traitement éthique des animaux, qui garantit que la marque qui l’affiche exclut bien les tests sur les animaux et les ingrédients d’origine animale dans ses produits. DEMAIN, TOUS ADEPTES? Difficile pour les marques de ne pas suivre le mouvement. En Grande-Bretagne, une étude menée en 2016 par «The Guardian» a révélé que 42 % des végétariens avaient moins de 35 ans: pour


BEAUTÉ

61


Modèles: Neelam Gill et Leila Zandonai @ Next Make-up: Barrie Griffith avec des produits de L’Oreal Coiffure: Kristopher Smith avec des produits de Bumble & Bumble Fleurs de Cheryl Pierce

62

FOTOS ZVG

BEAUTÉ


BEAUTÉ

toucher les millennials et la génération Z particulièrement sensibles aux questions éthiques et environnementales, et qui abordent leur identité de manière holistique, impossible de manquer le tournant… Mais l’effort paye si l’on en croit le succès des récentes campagnes de marketing véganes des marques de maquillage Urban Decay ou Too Faced, qui ont signalé certaines de leurs formules végétaliennes et ont vu leurs ventes progresser grâce à une information largement reprise sur les réseaux sociaux. Si Urban Decay, présente sur le marché depuis plus de vingt ans, ne cesse d’ajouter de nouveaux produits à sa gamme de maquillage garantie Cruelty Free et végane, d’autres marques comme Anastasia Beverly Hills, Zoeva ou Eyes Lips Face semblent également avoir compris l’intérêt d’opérer cette transition pour continuer à plaire à un public attentif et pointu. Cette stratégie contribue en effet à leur forger une image positive: «Les générations Y et Z ont le monde au bout des doigts, martèle Hilary Jones. Elles ont accès à des informations qui restaient cachées aux générations précédentes. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de chercher à séduire une poignée de consommateurs militants, mais bien de convaincre une nouvelle génération exigeante et critique vis-à-vis des entreprises et de la façon dont leur comportement touche l’humain et la planète.» Pour le secteur cosmétique, l’enjeu consiste également à prévenir un nombre croissant de défections chez des consommateurs non véganes mais sensibilisés au phénomène, qui traquent déjà les parabènes, les sulfates et les silicones, font la guerre aux conservateurs, sont adeptes du «You are what you eat» qui a fait décoller la consommation de superfood – spiruline, goji, kale, etc. – et s’attaquent désormais à ce qu’ils appliquent sur leur peau. Pour celles et ceux qui ont délaissé la cosmétique classique au profit de sa cousine végane, un retour en arrière semble impensable à bien des égards. RESTER VIGILANT Si les avancées technologiques permettent aujourd’hui d’avoir accès à des ingrédients qui épargnent la souffrance animale, les consommateurs ne sont pas prêts pour autant à sacrifier l’efficacité sur l’autel de l’éthique. Un constat qui n’effraie pas les partisans de la cosmétique végane: «C’est un luxe énorme d’avoir le choix», analyse Kat Von D, maquilleuse et créatrice de la marque qui porte son nom. «Je ne suis pas dans une démarche moralisatrice mais, en tant que végane et grande fan de make-up, je voulais créer des cosmétiques qui reflètent parfaitement mon mode de vie. J’étais déjà végétarienne quand j’ai décidé de passer au véganisme et, la semaine où j’ai arrêté les produits laitiers, j’ai vu ma peau devenir plus lumineuse que quand j’ai arrêté la cigarette! J’étais moins fatiguée, plus sereine. Cela m’a décidée à reformuler ceux de mes produits qui n’étaient pas encore véganes. Il a fallu du temps, de l’argent et des efforts mais nous avons trouvé tous les substituts.» Pour autant, rappelons que végane n’est pas synonyme de bio et qu’un produit peut porter le label Vegan sans posséder le label Cosmos Organic: vous pourrez donc y trouver des substances chimiques, non issues du monde animal certes, mais potentiellement problématiques – huiles minérales, parabènes, conservateurs de synthèse, etc. Choisir de passer à la cosmétique végane relève surtout d’un engagement personnel qui ne dispense pas de rester vigilant sur les formulations. Un doute? Téléchargez l’application Clean Beauty, qui permet d’analyser la composition des produits de beauté et d’hygiène grâce à une simple photo de la liste des ingrédients présents sur le packaging.

1

5

2

6

3

7

4

8

1. Savon bio n° 6 aux flocons d’avoine, Savon Stories, CHF 10. 2. BB Cream, LilyLolo, CHF 20. 3. Pinceau The Body Shop, entre CHF 10 et CHF 15. 4. Sérum «Correction Rides», Gisèle Delorme, CHF 75. 5. Exfoliant corps et visage «Ocean Salt», Lush, CHF 15. 6. Gommage ultradoux au kukui et perles de jojoba, Pai Skincare, CHF 40. 7. Kit contour et illuminateur pour visage «Cocoa Contour Chiseled to Perfection», Too Faced, CHF 45. 8. Rouge à lèvres «Vice Lipstick», Urban Decay, CHF 25.

GARDEZ L’ŒIL OUVERT Certaines substances prohibées par la cosmétique végane sont facilement identifiables. Mais quid de celles affublées de noms barbares? Apprenez à décoder les étiquettes pour identifier les substances à éviter… CI 75470 ou acide carminique: c’est le colorant rouge profond obtenu à partir de cochenilles écrasées. Très commun dans les rouges à lèvres et fards à joues, il fait aujourd’hui polémique car l’insecte meurt pour le produire. Collagène: obtenu en cuisant les cartilages, il est extrait de carcasses d’animaux d’abattoir – ou de peaux de poissons lorsqu’il s’agit de collagène marin – et est employé comme agent filmogène (protecteur et anti-déshydratant).

CI 75170 ou guanine: ce complexe moléculaire dérivé d’écailles de poisson traitées chimiquement est ajouté aux produits que l’on cherche à nacrer. On le retrouve comme additif dans certains vernis, ombres à paupières irisées, blush ou shampooings. Kératine: on la retrouve à l’état naturel dans les poils, les plumes, les cornes et la peau des animaux. Elle est employée comme agent lissant dans les produits capillaires. Squalane: cet ingrédient utilisé comme émollient et hydratant est issu du foie de requin. On le retrouve dans les soins hydratants et anti-âge, mais il est aujourd’hui souvent remplacé par son équivalent végétal, tiré des olives.

63


BEAUTÉ

PHOTOS DR; Getty Images, Samir Hussein/WireImage/Getty Images; Thomas Andrew

Du bouddhisme à Hollywood Sur le dos d’Angelina Jolie, des tatouages traditionnels de l’artiste Ajarn Noo Kanpai invitent à l’amour, à la paix et à une vie épanouie.

64


BEAUTÉ

PEAUX D’ENCRE

Tatouages en couverture. Plusieurs tatouages, comme «Ima Loa» sur l’intérieur de son bras et «Shelter» sur son dos, ornent le corps d’Erin Wasson, qui figure en frontispice de de ce numéro.

Avant de devenir un art corporel reconnu, les tatouages étaient considérés comme des totems ou des stigmates. Qu’il s’agisse d’un signe de liberté, d’individualisme ou de rébellion, le plus important reste qu’aucune erreur indélébile ne se glisse sur la peau.

E Par URSUL A BORER

rin Wasson, qui fait notre couverture, arbore 16 tatouages, dont le chiff re 2091905, un symbole indien, la phrase «this heart will start a riot in me» et une plume. Et elle n’est pas le seul mannequin dans ce cas. Ce qui était auparavant formellement interdit sur les podiums est maintenant de bon ton car il faut bien, aujourd’hui, sortir du lot pour avoir du succès, être un outsider ou un original pour faire de grandes campagnes de pubs. Les tatouages, on les voit même défi ler sur les tapis rouges hollywoodiens. Citons Angelina Jolie, Selena Gomez ou encore Victoria Beckham et son mari. Mais attention. Alors qu’il voulait se faire tatouer le nom de son épouse en hindi, David a eu droit, à la place, à un Vihctoria du plus douteux effet. Et il n’est pas le seul dans ce cas. Des sitcoms telles que «How I Met Your Mother» ou des docu soaps comme «Horror Tattoos» relatent ces faux pas avec humour. Aïe. Car se faire enlever au laser l’œuvre gravée n’est pas seulement cher et chronophage; c’est également très douloureux. Il faut compter deux à vingt séances en fonction de la taille et de la couleur. Cela est déjà assez pénible de se faire tatouer avec une machine qui pique la peau jusque 150 fois par seconde avec ses aiguilles. Et pour que le tatouage soit permanent, l’encre du tatouage doit être déposée par l’aiguille dans un espace assez précis à la limite entre le derme et l’épiderme. C’est l’américain Thomas Alva Edison ( 1877 ) qui a inventé la première machine capable de graver des objets. Samuel O’Reilly l’a par la suite revisitée puis faite breveter en 1891. Avant cela, il fallait s’y prendre soi-même et les techniques étaient assez brutales. Déjà 12 000 av. J.C., on gravait la peau en mettant des cendres dans les plaies. Les Inuits utilisaient des fi ls rouillés, ce qui laissait des marques semblables à des cicatrices. Sur les îles Samoa, on utilisait une hache en forme de peigne, constituée

65


BEAUTÉ

Une pratique aux origines rituelles. Avant l'invention d'une machine à «machine piquer la peau», les tatouages étaient réalisés à la main, point par point.

66

ainsi le mot «tattoo» dans la langue anglaise. Dès lors, marins, soldats, commerçants itinérants et aventuriers adoptèrent le tatouage, lui faisant mauvaise réputation. Ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que rockers, hippies et autres rebelles (ou pseudo-rebelles) feront du tatouage un symbole de liberté et non plus un stigmate. Les motifs et les styles sont soumis à diverses tendances et préférences. Les larmes au coin des yeux ou les araignées au poignet étaient très appréciées des prisonniers. Dans les années 90, les tatouages tribaux ou ibans se sont mis à gagner les peaux. À partir des années 2000, les motifs old school comme l’étoile, le cœur, l’ancre et la croix, reviennent au goût du jour. Même les tatouages recouvrant tout le corps (voir Zombie-Man) rencontrent de plus en plus de succès. Désormais, l’industrie cosmétique s’approprie la tendance et propose des tatouages des lèvres temporaires. De plus en plus de gens ont des tatouages. Une étude de l’Université de Leipzig a montré que la tendance ne ralentit pas, estimant qu’un Allemand sur cinq est tatoué. On peut trouver un salon de tatouage dans tous les villages – ou presque. Et même si les tatouages sont depuis longtemps devenus mainstream, ces marques sur l’épiderme continuent à être perçues comme des signes d’émancipation anticonformiste. Si la tendance se poursuit, les personnes non tatouées seront alors minoritaires. Et ce seront elles, les vrais rebelles.

PHOTOS DR; Getty Images, SSPL/Getty Images; Kevork Djansezian/Getty Images

d’os humains, tandis qu’à Tahiti, on se servait d’os pointus ou de dents de requins. Les Mayas et les Aztèques se débrouillaient avec des épines ou des échardes de cactus, cependant que les Maoris de Nouvelle-Zélande utilisent, encore aujourd’hui, un outil en bois en forme de burin. Quant aux tatouages japonais Irezumi, ils sont eux aussi très particuliers. Comme le tatouage Tebori, ils sont traditionnellement effectués à l’aide d’un morceau de bambou. Le fi lm culte «The Pillow Book» (1996) rend d’ailleurs un hommage particulier à cette technique. Les tatouages ont depuis toujours et dans presque toutes les cultures du monde entier joué un grand rôle en matière de rituels et d’appartenance. Comme un totem, ils étaient réputés protéger des maux et des maladies, ou symbolisaient un signe d’appartenance à un clan, scellé souvent au fi l d’un rite tribal. Le plus vieux tatouage connu nous vient d’Ötzi, le fameux homme retrouvé congelé. Son corps vieux de presque 5 500 ans est orné de 50 tatouages situés tout au long de la ligne d’acupuncture. Les tatouages faisaient aussi partie des arts corporels préférés des Egyptiens et des Celtes de l’âge de fer. Les Grecs et les Romains les trouvaient déjà barbares et les considéraient comme une marque de honte destinée aux esclaves et aux exilés. Au MoyenÂge chrétien, ces marques corporelles étaient interdites car considérées comme païennes. Les tatouages sont réapparus en Europe alors que les grands explorateurs partaient à la conquête du monde. Le navigateur anglais James Cook a décrit en 1771 les peintures corporelles des populations indigènes de ses voyages en Polynésie, introduisant


BEAUTÉ

Culture maori. Comme le peintre de salon tchèque Gottfried Lindauer (1839-1926) ne trouvait pas de travail en Europe, il émigra en NouvelleZélande où il peignit les portraits de personnalités maories. De la Nouvelle-Zélande à

l’Europe. Après le voyage de Thomas Cook en Polynésie, les tatouages sont devenus populaires chez les marins. Les tatouages maoris constituent encore aujourd’hui une source d’inspiration pour les artistes du monde entier.

Fresques au soleil levant. Les tatouages japonais Irezumi ont été décrits pour la première fois au IIIe siècle. Ils comptent, encore aujourd’hui, de nombreux fans.

Nomen est Omen Au IIIe siècle, les Pictes se tatouaient avec de la guède sur tout le corps. Leur nom signifie d’ailleurs «homme-image». Apparemment, les tatouages martiaux sur tout le corps de ces aborigènes celtes d’Ecosse auraient tellement choqué es Romains que ces derniers auraient pris la fuite.

67


BEAUTÉ

Marre des bagels multicolores et des latte licorne? Rejoignez le mouvement du charbon et savourez les aliments noirs! Le charbon activé transforme non seulement l’aspect visuel de votre nourriture, mais c’est également un excellent détoxifiant. Aussi connu sous le nom de charbon actif ou de cendres de coco, le charbon activé a longtemps fait partie des aliments de base dans les hôpitaux où il était utilisé pour empêcher l’assimilation de drogues et de poisons par l’organisme. Aujourd’hui travaillé de façon ludique, il est apprécié non seulement pour ses propriétés pseudomagiques mais aussi pour son impact visuel et son goût d’unami fumé. Par ALI ALT

68

PHOTOS DR

CHARBON,


BEAUTÉ

LE NOUVEL OR

NOIR

PANCAKES AU CHARBON & YOGOURT À LA VANILLE La seule chose qui soit meilleure que des pancakes, ce sont les pancakes noirs. À déguster de préférence après quelques verres de trop! Sans lactose / sans gluten / sans sucre raffiné INGRÉDIENTS Pour les pancakes: 1,5 tasses de farine sans gluten 2 c. à. c. de levure 2 c. à s. de sucre de coco 2 c. à s. d’huile de coco fondue (en prévoir un peu plus pour la cuisson) 2 c. à. c. de charbon activé 1 tasse de lait d’amande (ou d’un lait de votre choix) 2 c. à s. de yogourt à la noix de coco (ou de yogourt à la grecque) 2 à 3 c. à s. de sirop d’érable 1 c. à. c. d’arôme de vanille (ou de pâte de gousse de vanille) 3 jaunes d’œuf 3 blancs d’œuf 1 pincée de sel

Pour le yogourt: 4 c. à s. de yogourt à la noix de coco (ou de yogourt à la grecque) 1 c. à. c. d’arôme de vanille (ou de pâte de gousse de vanille) 1 c. à. c. sirop d’érable

Pour la garniture: Sirop d’érable

ÉTAPES: 1. Commencez par faire fondre à feu moyen l’huile de coco dans une petite casserole. Une fois fondue, réservez. 2. Tamisez ensuite la farine et la levure dans un grand saladier. Ajoutez-y la pincée de sel. 3. Ajoutez les jaunes d’œuf, le lait et le yogourt, puis mélangez jusqu’à ce que le mélange soit lisse. 4. Ajoutez maintenant l’huile de coco fondue, la vanille, le sirop d’érable et le charbon activé. Mélangez à nouveau jusqu’à ce que tous les ingrédients soient bien incorporés et que vous ayez obtenu une pâte lisse et épaisse (ajoutez un peu de lait si elle est trop difficile à battre). 5. Montez les blancs en neige jusqu’à obtention d’une consistance crémeuse, puis incorporez-les à la pâte au charbon.

6. Faites chauffer une petite poêle à feu moyen et ajoutez une cuillère à café d’huile de coco. Une fois fondue, ajoutez une louche de mélange à pancakes. Il semblera épais à première vue mais il s’agit de la consistance souhaitée. Attendez que la surface forme des bulles, retournez-le et laissez-le cuire jusqu’à ce que les deux faces soient brunes et que le pancake ait pris du volume. 7. Répétez jusqu’à ce qu’il ne reste plus de mélange. Vous pouvez garder les pancakes au chaud dans un four à basse température, mais ils sont meilleurs lorsqu’ils sortent de la poêle. 8. Pendant que les pancakes cuisent, faites le yogourt en mélangeant tous les ingrédients ensemble. 9. Servir les pancakes en ajoutant une cuillérée de yogourt à la vanille et en versant du sirop d’érable.

69


03

M

O

D

E


Belle et rebelle: Erin Wasson en Prada, photographiĂŠ par Simon Emmett. Pour en (sa-) voir plus, voir pages suivantes.


MODE

ERIN WASSON

Chemise en coton sans manches, lunettes de soleil en acétate, les deux Prada.

Muse secrète, icône furtive, le top-modèle Erin Wasson a lancé sa ligne de bijoux et se fait plus discrète. Voilà pourquoi L’OFFICIEL Suisse voulait à tout prix la photographier puis l’interviewer. Le résultat est là, éclatant: une série de photos mixant, à son image, pièces nonchalantes et luxe hautement désirable.

SA LIBERTÉ PHOTOGRAPHIE SIMON EMMETT STYLISME LORNA MCGEE

72


STYLE


Top ras du cou en velours froissé, Ellery. Lunettes de soleil «cat eye» en acétate, Linda Farrow sur mytheresa.com. Bijoux portés sur toutes les photos, Wasson sur wearewasson.com.


Crop top en coton côtelé, culotte taille haute, ceinture en cuir, le tout Versace. Escarpins en cuir à lacets, Manolo Blahnik.


Grosser Strohhut, Giorgio Armani. Schwarzer Blazer mit Pailletten-Blättern auf zweilagigem SabléCrêpe, Michael Kors Collection. Handschuhe aus Polyester, Marc Jacobs. Armband mit weissen Diamanten, Graff. Strumpfhose, Wolford.

Pantalon taille haute avec sequins, Halpern sur brownsfashion.com.


MODE

21 QUESTIONS POUR ERIN WASSON Indomptable mais secrète. Sexy mais farouche. Rebelle mais réfléchie. Libre mais responsable. Erin Wasson est l’enfant terrible de la mode. Sa cool attitude et sa nonchalance fascinent autant ses fans que les créateurs. Après avoir posé pour L’OFFICIEL Suisse, elle s’est prêtée au jeu de l’interview.

E

lle n’a peur de rien, Erin Wasson. Le top-modèle a longtemps été considéré comme un esprit libre de la mode. Pour quelqu’un de rebelle, elle a pourtant fait une entrée traditionnelle dans le monde de la mode. Après avoir grandi à Dallas, au Texas, elle a fait ses débuts dans le milieu à l’âge 15 ans, lors d’un concours de mannequins. Erin Wasson vit à présent à Malibu en Californie et s’est d’une certaine manière retirée du feu des projecteurs. Célèbre pour ne pas avoir cédé à l’obsession des réseaux sociaux, elle reste incroyablement mystérieuse. Après avoir posé pour notre sujet de couverture, Erin s’est assise avec nous, histoire de nous parler de ses projets, de son parcours et de son ressenti sur l’évolution de la mode.

3 Qu’est-ce qui a changé entre le mannequinat d’hier et d’aujourd’hui? C’est un langage différent. Il y a beaucoup plus de plates-formes à disposition pour se faire connaître. Et c’est un monde moins secret qu’avant.

11 Lève-tôt ou couche-tard? Couche-tard. 12 Quelle est la première chose à laquelle vous avez pensé en vous levant, ce matin? Il fait quel temps?

4 Quelle mannequin prometteuse admirez-vous? J’ai vu Grace Elizabeth grimper les échelons en tant que mannequin originaire d’une petite ville des États-Unis, ce qui est réconfortant. C’est une beauté classique saisissante.

13 Quelle tendance ne suivrez-vous jamais? Le col Claudine.

1 L’OFFICIEL Suisse: En dehors du mannequinat, quels ont été vos projets, ces derniers temps? Erin Wasson: Gérer ma ligne de bijoux. Effectuer des activités de conseil et de direction artistique pour Lucchese, une marque de bottes patrimoniale et très fameuse originaire du Texas, ainsi que pour The Cords & Co., une entreprise suédoise spécialisée dans la production de velours.

6 Qui vous inspire? Mes amis proches et toutes les femmes fortes qui m’entourent, à commencer par ma mère et ma sœur.

2 Qu’est-ce qui vous plaît le plus et le moins dans le fait d’être mannequin? Le plus: voyager dans des endroits incroyables et découvrir le monde, être exposée à différentes cultures. Le moins: le manque de structure et les changements de dernière minute.

5 Pensez-vous que l’industrie change en raison des derniers mouvements féministes? Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait encore eu de grands changements, mais j’apprécie que les discussions soient plus ouvertes sur le sujet.

7 Quelle est votre plus grande fierté? D’avoir ma propre entreprise et d’apprendre de mes erreurs. 8 Comment décririez-vous votre style? Décontracté. Monochrome avec une touche de streetwear et de couture masculine. 9 Quelle est votre tenue préférée? Jean noir, pull noir et bottes de cowboy. 10 Votre endroit préféré sur la planète? Le Nouveau-Mexique et Hawaï.

14 Votre produit de beauté indispensable? Le correcteur RMS et un après-shampoing très riche. 15 Vos plaisirs coupables? Le vin, les frites et les cigarettes. 16 L’accent le plus sexy? Français. 17 Le secret d’une bonne santé? Se maintenir en forme et faire preuve de régularité. 18 Votre produit de beauté préféré? Toutes mes teintures Biologique Recherche. 19 Y a-t-il un tatouage que vous regrettez? Oui. 20 La chose la plus folle que vous ayez faite? La traversée du pays en voiture et avoir dormi dedans pendant 5 mois. 21 Le referiez-vous? Oui, si j’avais le temps.

79


Robe avec sequins, CĂŠline.


MODE

Robe en soie et sequins à épaules nues, Saint Laurent par Anthony Vaccarello.

Modèle: Erin Wasson Coiffure: Luke Chamberlain Maquillage: Holly Silius @ Lowe & Co Worldwide avec Vapour Organic Beauty Manucure: Marisa Carmichael Assistant photographie: Sam Ford Assistant stylisme: Yamine Daaboul Production: Flower Avenue

83


MODE

MINI MAL

84


STYLE MODE

Robe en tulle ras du cou, boucles d’oreilles en plaqué or, les deux Jil Sander. Sandales en cuir «Rigora», Manolo Blahnik.

Less is more. Coupes nettes et accessoires minimaux, les collections pour le Printemps 2018 confirment cette expression. Nouvelle saison, nouvelle envie de simplicité. PHOTOGRAPHIE GEORGIA DEVEY SMITH STYLISME LORNA MCGEE

85


Top en laine noué sur le devant, pantalon en coton jersey, les deux Jacquemus sur matchesfashion.com. Anneaux boucles d’oreilles en argent, Inger Studio. Page de droite: Chemise en coton à manches ballons, jupe en soie nouée à la taille, les deux Beaufille. Mules en daim «Maysale», Manolo Blahnik. Anneaux boucles d’oreilles en argent, Inger Studio.


Chemise à col en soie, pantalon en soie et crêpe, les deux Céline. Anneaux boucles d’oreilles en argent, Inger Studio. Page de droite: Top twist asymétrique en laine, Michael Kors Collection. Boucles d’oreilles en métal, Sportmax.


MODE

Modèle: Naomi Van Kampen @ Milk Management Coiffure: Brady Lea @ Stella Creatives avec Colorproof Maquillage: Nancy Sumner @ Eighteen Management Assistant digital: Chris Greenaway Assistant stylisme: Yamine Daaboul DÊcor: Clarissa Livstoasck Casting: Hollie Cundy Manucure: Jessica Thompson @ Eighteen Management 90


Top en soie à manches longues, jupe en laine, les deux Max Mara. Perle pendant d’oreille doré (oreille droite), Sophie Bille Brahe.


MODE

PETIT CHAPERON

ROUGE Vous pouvez garder le grand méchant loup, pourvu qu’il nous reste le rouge, couleur tendance de ce printemps.

PHOTOGRAPHIE RAPHAEL BLISS STYLISME CHRISTOPHER MAUL

92


A gauche: boucles d’oreilles dorées, Dinosaur Designs. Robe, manteau et chaussures, Marni. Au centre: pardessus façon milieu du siècle en cuir rouge tacheté et mules à talon moyen en cuir de veau rouge et noir tacheté, Calvin Klein 205W39NYC. A droite: lunettes, General Eyewear. Cravate, pantalon en coton, Daks. Chemise «Reba» avec imprimé tigre rouge, Ashley Williams. Manteau en soie claire, Bottega Veneta. Ceinture en cuir, Boss. Bottes en caoutchouc, Hunter Boots.

93


Chemise en popeline, robe en jean et maille en laine, Prada.


A gauche: chemise rayée blanche, manteau en cuir marron et pantalon en laine à rayures bordeaux, Marni. Bottes en caoutchouc, Hunter Boots. A droite: lunettes, General Eyewear. Collier doré, Cornelia Webb. Sweat à col rond en jersey couleur lait et coton à l’avant et cardigan à col polo en laine fine noir et rouge avec des manches longues et impression sur le dos, Gucci. Sac en cuir noir avec détail Médusa doré, Versace. Robe à plis en satin soyeux blanc et rubis avec manches kimono et motif Lanvin, Lanvin. Bracelet doré, Dinosaur Designs. Collants, Sockshop. Bottes de cowboy en cuir beige, Maison Margiela.


A gauche: lunettes, General Eyewear. Gants en cuir, Cornelia James. Veste vernie rouge, Kaimin. Veste imprimée en viscose noir et jaune et leggings imprimé en lycra jaune, Versace. Escarpins en satin, Minna Parikka. Au centre: lunettes, General Eyewear. Ceinture avec symbole Médusa doré (portée en collier), Versace. Trench en lin lavé, Michael Kors Collection. Robe violette à rayures en jacquard doux, Kenzo. Bracelets dorés, Dinosaur Designs. Gants en cuir, Stocker. Ceinture en cuir de veau, Miu Miu. Escarpins en tartan, Burberry. A droite: manteau verni rouge, Boss. Pantalons à carreaux, Paul Smith.


Cape en PVC transparent, Chanel.


A gauche: chemise à fleur rouge, Paul Smith. Pantalon en gabardine de laine raffinée, Bottega Veneta. Bottes en caoutchouc, Hunter Boots. Chemise créée par le styliste. A droite: lunettes, General Eyewear. Robe dos nu à basque en cuir avec patchwork de bandes rouges, noires et blanches, Céline. Boucles d’oreilles pendentifs en sable résiné et bracelet large en plume de jabot de couleur dorée et bracelet doré (à droite), Dinosaur Designs. Bague, Cornelia Webb. Bracelet «Plaquette» en or rose (à droite), Marc-Antoine Barrois.


A gauche: boucles d’oreilles pendentifs en sable résiné, Dinosaur Designs. Haut sans manche en viscose imprimé noir et jaune et mules en coton noir et jaune et en cuir Nappa avec coque en métal doré, Versace. Veste en cuir à motifs, Giorgio Armani. Collants, Sockshop. Jupe plissée et fendue blanche, Toga. A droite: boucles d’oreilles dorées oversize, Pebble London. Chemisier court brodé en charmeuse et en jacquard et robe en viscose et acétate, Carven. Bracelet doré, Dinosaur Designs. Bottes en caoutchouc, Hunter Boots. Gants créés par le styliste.


MODE

Mannequin: Marelise Bots @ IMG London Maquillage: Yin Lee avec les produits Sisley Skincare & Cosmetics Coiffure: Federico Ghezzi @ Saint Luke Assistants: Jamie Russel, Ze Chen, Rico Gu A gauche: veste en tricot de coton rayée rouge et bordeaux à motif et écharpe étroite en coton jersey rayée rouge et bordeaux à motif argyle, Dior Homme. Chemise rayée blanche, Marni. Ceinture en cuir, Boss. Pantalon en coton, Daks. Chaussures blanches, Z Zegna. A droite: béret en laine rouge avec bordure en cuir, Asos. Chemise en crêpe Georgette à pois irréguliers noire et rouge, Dior. Collier doré effet plume, Dinosaur Designs. Trench en daim, Michael Kors Collection. Ceinture en cuir de veau, Miu Miu. Bague (à gauche), TBC. Bague dorée (à droite), Pebble London. Collants, Sockshop. Bottines en cuir de veau noir et stretch noir couleur de blé, Céline.

100


Boucles d’oreilles blanches, Dinosaur Designs. Écharpe en soie imprimée, Rixo. Veste beige plissée soleil à ceinture et col noir en coton Mackintosh, Maison Margiela. Ceinture en cuir de veau, Miu Miu. Gants en cuir, Dents. Bagues, Pebble London. Cape, créée par le styliste. Mini-jupe en crêpe de Chine bleu marine et rouge avec godets en coton plissé, Givenchy. Bottes de cowboy vernies rouge, Art School X Roker.


MODE

À FLEUR DE PEAUX Beige délicat, nude pudique, blanc fragile. Le printemps invite à la délicatesse des matières, des couleurs. Et des sentiments. PHOTOGRAPHIE BETINA DU TOIT STYLISME DONATELLA MUSCO 102


Veste en gabardine de laine, jupe plissĂŠe en gabardine de laine, CĂŠline. Sac en cuir et toile, Gucci.


À gauche: chemise en soie drapée, Bally. Soutien-gorge en coton tricoté, culotte en coton tricoté, N° 21. À droite: t-shirt en coton, Maje. Culotte en maille, Dior.


Blouse en dentelle, Saint Laurent par Anthony Vaccarello.


FOTOS ZVG

Robe-pull en nylon, Estaban Cortazar. Créoles avec perles de culture, strass et laiton finition or et argent, Céline. Sac en cuir saffiano imprimé, Prada. Boots en cuir de veau, Calvin Klein Jeans. Culotte du modèle.

106


À gauche: cardigan en cachemire, Kujten. À droite: cardigan en coton mélangé, American Vintage. Chaussettes en nylon, Miu Miu.


Soutien-gorge en microfibres et tulle, Intimissimi. Sac ceinture en toile enduite Monogram et cuir, Louis Vuitton. Collant en nylon, Calzedonia.


Chemise en coton imprimé, Burberry. Boucles d’oreilles en laiton finition or, Céline.


À gauche: haut en viscose et laine, Jacquemus. Sac en toile imprimé, cuir et PVC, Chanel. À droite: robe en tulle, Valentino.


À gauche: robe en soie, Mes Demoiselles. Blouse en organza de soie brodé et dentelle, Shiatzy Chen. Sac en cuir de veau embossé, Fendi. À droite, manteau en cuir craquelé, Chloé. Sac en cuir de veau embossé, Fendi.

Modèles: Alya @ IMG, Emma @ Supreme, Lea @ Next, Niko @ Qui, Vera @ Next Coiffure: Anaïs Lucas Sebagh Maquillage: Céline Martin Assistant photo: Wouter Du Toit Assistante stylisme: Daisy Oldfield

112


113


Portés: t-shirt en coton, Escada, CHF 120; jean en denim, Raey sur matchesfashion. com, CHF 200. Aux pieds, sandales en cuir et strass, Isabel Marant, CHF 900. À la main gauche, sandales en cuir avec cœur perlé, Aperlai, CHF 450. À la main droite, minaudière en strass et métal, Chanel, prix sur demande. Au sol, au premier plan: sandales en daim et cristaux Swarovski, Jimmy Choo, CHF 690. À droite, mules en cuir nappa et broches en cristaux, Stuart Weitzman, CHF 630.

Strass, sacs-bracelets, plumes, détails ethniques, kitten heels et boucles d’oreilles imposantes égayeront notre printemps… Photographie DOUGL AS MANDRY Stylisme DEBOR AH REYNER SEBAG

Tous les prix ont été convertis de la devise d'origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse.

MISCELLANÉES

MODE


STYLE

Portés: combinaison pantalon en coton, Ralph Lauren Collection, CHF 2 250; ceinture en cuir, Miu Miu, CHF 570; bottes en velours et plumes, Saint Laurent par Anthony Vaccarello, prix sur demande. À la main gauche, sandales en plumes de marabout, Erika Cavallini, CHF 460. Au sol: sandales en satin et plumes, Gianvito Rossi, CHF 1 040; sac en plastique transparent et pochette en coton imprimé, Burberry, CHF 1 330.


STYLE

Portés: chemise en coton, Vanessa Seward, CHF 410; jean en denim, American Vintage, CHF 140. En ceinture: bandoulière en cuir de veau et daim, Fendi, CHF 2 080; sac en perles de bois, Maje, CHF 440. Chaussures en dentelle 3D, AGL , CHF 480. Sur la table: chaussures à plateformes en cuir, Gabriela Hearst, CHF 1 850. Sur la chaise: sac en cuir de vachette façon crocodile, Longchamp, CHF 500. Au sol: bottes en cuir avec bouts en python, Givenchy, CHF 1 600.


De haut en bas: chaussettes en velours, Wolford, CHF 20; chaussures en daim, Bottega Veneta, CHF 1 130; chaussettes en soie, Fendi, CHF 110; chaussures en cuir de veau, Proenza Schouler, CHF 560; chaussettes en coton mélangé et sandales en cuir, Gucci, CHF 110 et CHF 1 130; chaussettes résille en polyamide et élasthanne, Wolford, CHF 20; mules à talons en satin, Rochas, CHF 460; chaussettes en nylon et chaussures en satin brodé de cristaux, Miu Miu, CHF 180 et CHF 1 100.


Portés: top en soie mélangée, Sonia Rykiel, CHF 450; boucles d’oreilles en résine et laiton doré, Cornelia Webb, prix sur demande; bracelet en or et corail, Joelle Jewellery, CHF 3 710. Sur la table, de gauche à droite: boucles d’oreilles en métal doré et perle de nacre, Sonia Rykiel, CHF 340; boucles d’oreilles en plaquées or et argent, Ellery, CHF 470; boucles d’oreilles plaquées or, Jennifer Fisher, CHF 420; boucles d’oreilles en or jaune avec diamants noirs, saphirs jaunes et citrines, Delfina Delettrez, CHF 3 690; boucles d’oreilles «Leaf» en laiton doré, Mulberry, CHF 460; boucle d’oreille «Maxi Endless» en vermeil et argent, Charlotte Chesnais, CHF 390 l’unité; créole en palladium, Salvatore Ferragamo, CHF 370.


MODE

Modèle: Yulia V @ M Management, Beauté: Cécile Bobet Décors: Marine Girando Assistante stylisme: Daisy Oldfield

Portés: pull en cachemire, Eric Bompard, CHF 240; jupe paréo en lin et laine, Brunello Cucinelli, CHF 1 030. À la main gauche, sac en cuir de veau orné d’une manchette en laiton doré, D’Estrëe, CHF 1 440. À la main droite, minaudière en cuir de veau lisse couleur «lemonade», Chloé, CHF 1 260. Accrochés, de gauche à droite: sac en cuir noir plissé, Zadig & Voltaire, CHF 290; sac en cuir blanc plissé, Kenzo, CHF 490; sac en cuir de veau rouge, Salvatore Ferragamo, CHF 1 490.

120


DIAMOND BALL

Ils promettent l’éternité. Mais leurs feux changent plus vite que l’instant. Leur beauté défie notre conception du temps. Comme le coup de foudre. Photographie JULIEN ROUX Réalisation EMILY MINCHELL A

Broche «Bird» en platine serti de diamants taille brillant et marquise, Harry Winston. Page de droite: Collier «Marisa» en or blanc serti de diamants ronds et taille baguette, un diamant taille rose, Van Cleef & Arpels.

122


D

123


Bracelet en or blanc et platine sertis de diamants blancs taille baguette, Graff. Page de droite: Collier Haute Joaillerie en or blanc serti de diamants taille brillant, Bulgari.

124


125


04

M AGA Z INE


L’évolution des sacs Chanel. Une histoire de désirs et d’identification, à découvrir dans les pages qui suivent.


LA VIE

CHANEL,

DES SACS COMME DES DÉCLARATIONS Le «2.55» est une légende. A la fois manifeste d’indépendance et objet de désir, il est, comme les autres créations de la maison, plus que jamais une pièce iconique.

Si le succès de la maison Chanel perdure encore aujourd’hui et continue de se développer, c’est grâce au tsar Karl, à la tête de la maison et de son patrimoine depuis déjà 35 ans. Chaque saison, il déniche de nouveaux thèmes, parfois insolites, mis en scène lors de défilés grandiosissimes. Des grands classiques, comme le tailleur en tweed ou le «2.55», sont réinventés d’une saison à l’autre et remis au goût du jour. Alors que la notion de it-bag s’est diluée ces dernières années, le sac Chanel constitue plus que jamais la bourse de rêve et s’associe à la perfection aussi bien avec des tenues élégantes que des jeans. Une pièce de collection qui vaut bien un tour d’horizon.

1.

128

www.chanel.com

PHOTOS DR; COLLECTION CHANEL

C

oco. Un diminutif affectueux gagné quand Gabrielle n’était pas encore Mademoiselle Chanel. Deux syllabes pour la promesse d’un empire. Pas seulement un empire financier, mais un empire du style. Gabrielle adorait les tenues sobres, les marinières, les pantalons pour hommes qu’elle empruntait à ses partenaires. De ces pièces favorites, elle fit une esthétique, une déclaration d’indépendance et un mouvement d’émancipation. Gabrielle-Coco, bien évidemment, détestait les corsets.

1: Ce croquis a été publié en juin 1938 dans le «Harper’s Bazaar». Il est intitulé «lorsque» Mademoiselle Chanel esquissait ses propres frivolités».

Par LENA STÄHELI


LA VIE

LE «2.55»

Un «2.55» rose de la collection des métiers d’arts, Paris Cosmopolite 2016/17.

En février 1955, Gabrielle Chanel crée son premier sac, le «2.55», aussi appelé «Flap Bag» ou sac à bandoulière. Son envie était alors de concevoir un sac fonctionnel pour la femme moderne – comme elle-même. Pour se libérer du sac porté à la main qui dominait le marché de l’époque, la créatrice voulait se créer une pièce pratique qu’elle pourrait porter à l’épaule afin d’avoir les mains libres. C’est ainsi qu’est née la longue chaîne servant de bandoulière que l’on peut porter en deux longueurs. Permettant de ranger rouge à lèvres, porte-monnaie ou documents, sept poches intérieures séparées et de tailles différentes garantissent un bon ordre intérieur. Aujourd’hui, le «2.55» est devenu le sac de luxe par excellence.

Catherine Deneuve et Johnny Hallyday à la première du film «Les Parisiennes», 1962

129


LE «GABRIELLE» Pour le défi lé Printemps-Eté 2017, Karl Lagerfeld crée le sac «Gabrielle», qui conjugue futurisme et cette androgynie chère à Mademoiselle. Cette fois, il s’est inspiré des lunettes de réalité augmentée. La forme du sac ressemble à un sac pour jumelles que les hommes portaient autrefois à l’épaule sur les champs de courses. Pour cette campagne, Karl Lagerfeld a lui-même photographié 4 visages: l’actrice Kristen Stewart, la it-girl Caroline de Maigret, le mannequin Cara Delevingne et le musicien Pharrell Williams. Un fond rigide donne sa forme au sac par ailleurs souple, et la bandoulière ajustable permet de le porter comme bon vous semble.

Close Up, der Cruise Kollektion 2017/2018

«La mode se démode, le style jamais». Gabrielle Chanel

Karl Lagerfeld a imaginé le «11.12» en hommage au «2.55». Le fermoir, le fameux double C, a été une véritable source d’inspiration et repris plusieurs fois.

130

Collection Printemps-Été 2018.

PHOTOS DR; COLLECTION CHANEL

LE «11.12»


LA VIE

LE «BOY»

Le «Boy Bag» en cuir matelassé

Pour la collection de prêt-à-porter AutomneHiver 2011/2012, Karl imagine le sac «Boy», ainsi nommé en l’honneur du grand amour de Gabrielle Chanel, Arthur Boy Capel, qui perdit la vie dans un tragique accident de voiture: un sac représentant le luxe et un style affirmé, disponible en plusieurs couleurs et fi nitions. La longue chaîne peut aussi bien être portée à l’épaule qu’en bandoulière; on reconnaît ici aussi l’influence de Gabrielle Chanel, qui apportait toujours des touches masculines à ses créations. À l’époque, pour la campagne, Karl Lagerfeld avait choisi Alice Dellal, in carnant l’esprit libre de Gabrielle Chanel la rebelle.

Brigitte Bardot avec son «2.55», lors d’une visite à Londres, 1963.

131


LA VIE

«JE NAVIGUE ENTRE LES

CONTRAIRES»

Quand la nouvelle est tombée, nous étions heureux. Pour lui d’abord, pour nous ensuite. Serge Ruffieux a été choisi pour être le nouveau directeur artistique de la maison Carven. Rencontre avec le couturier suisse à la sensibilité aiguisée.

Par ADRIENNE RIBES-TIPHAINE Photographie ERICK FAULKNER

132

PHOTOS DR

L

ancée en 1945 par Marie-Louise Carven, de son vrai nom Carmen de Tommaso, la maison Carven est le symbole d’un chic parisien libéré. Devenue une belle endormie, elle sera réveillée dans les années 2010 par le créateur Guillaume Henry qui réinsuffla désir et style à la marque. Lui succède le duo Alexis Martial et Adrien Caillaudaud. En 2017, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre avec l’arrivée de Serge Ruffieux. Vaudois d’origine, formé à la Head de Genève (à l’époque, la célèbre école ne s’appelait pas encore comme cela), connu de la profession, notamment parce qu’il a assuré merveilleusement, en binôme avec Lucie Meier, la transition chez Dior, au moment du départ de Raf Simons et avant l’arrivée de Maria Grazia Chiuri, il reste encore peu connu du grand public… Le rendez-vous a lieu à l’ombre de l’église Saint-Germain-des-Prés, rue de l’Abbaye, dans un immeuble digne de ceux que l’on peut voir dans les Walt Disney lorsque Paris est représentée. On a en tête ses silhouettes du Printemps-Été dévoilées en octobre. En découvrant ce vestiaire, se dégage un vrai sens du moment. Des associations pertinentes, équilibrées, entre esthétique tradi légèrement bourgeoise et ligne plus sportive et street. Quelle énergie. Quelle proposition. Ce matin nous sommes donc dans le bureau de ce quadragénaire remarqué et applaudi. Le chauffage est à fond – «je suis très frileux», nous confie-t-il en nouant deux écharpes en laine autour de son cou. La pièce est baignée de lumière. Un grand miroir comme dans une salle de danse. Un bureau sur lequel traîne un ancien numéro de «Playboy». Mais aussi un beau bouquet, une bougie et une théière de porcelaine bleue. L’atmosphère est paisible. Nous jetons un coup d’œil à la grande bibliothèque. Inventaire: une pile de cartes, des feuilles empilées – «ce sont des mots que j’ai reçus après mon défilé, je les garde, ils me font du bien» –, une figurine de lion en paille, un daruma (poupée porte-bonheur japonaise) – «je n’ai pas encore dessiné le deuxième œil, mais ça ne devrait pas tarder» –, des tubes d’encre de couleur… Les cloches de l’église voisine sonnent. Il est temps de savoir qui est vraiment Serge Ruffieux.


LA VIE


LA VIE

L’OFFICIEL: Vous êtes un personnage discret, mais aimé, vous donnez l’impression d’être une personne concentrée, sérieuse, méticuleuse, impliquée… Je fais fausse route? Serge Ruffieux: Ma nomination est récente, on me connaît dans le milieu, mais jusqu’à présent j’étais surtout en backstage. J’appuyais la vision des autres. Maintenant, c’est à moi d’affirmer ma vision pour la maison. Être sous les feux de la rampe, comme on dit, c’est nouveau pour moi. Je fais mon travail, c’est une discipline, une rigueur que je m’impose avec la création. Je ne suis pas là pour fanfaronner. Vous êtes plutôt angoissé ou plutôt cool? Quelle énergie pourrait vous définir? Sous mes côtés un peu suisse coincé, je pense avoir pas mal d’humour et surtout d’ironie. Mon visage grave ne m’aide pas vraiment. J’aime rire, j’aime l’humour mais au dixième degré, je suis dans l’autodérision. Dans mon travail, je joue sur ce décalage. C’est instinctif. Donc vous dites être spontané. Plus instinctif que cérébral? Je peux réfléchir des mois au pourquoi du comment de ma collection, parfois c’est même trop. Mais j’en viens toujours à quelque chose de spontané. Perplexité et bon sens, c’est là que les choses se rejoignent. C’est comme cela que mon style Carven commence à s’écrire. Vous avez dit au moment de votre prise de fonctions avoir beaucoup d’affinités avec Madame Carven… Oui. Je pense avoir le même souci du détail, cette précision, la maîtrise du vêtement, une rigueur. Je crois qu’elle était plus attachée à une grande maîtrise qu’à l’esthétique. Vos propositions ont cette force de connexion avec l’époque, l’air du temps, elles sont comme évidentes. On a envie de vos contrastes… J’essaie toujours de faire quelque chose qui soit désirable. Je sais que c’est le mot du moment, c’est donc facile à dire. Mais, pour moi, désirable correspond à un vêtement que l’on peut facilement s’approprier. Votre démarche vient de l’intérieur, ce n’est pas opportuniste, mais senti. C’est ça, la mode? C’est la manière dont j’évolue. Je veux faire voyager les femmes, les emporter. Je ne sais pas si c’est les faire rêver, mais c’est certainement les faire réagir et sourire. Depuis longtemps? Depuis l’enfance. J’ai grandi dans un très bel environnement, à L’Orient, dans la vallée de Joux, j’étais surtout connecté à la nature. Je passais beaucoup de temps à rêver. Et, comme de nombreux enfants de mon âge, mes premières passions étaient les trains et les cirques. J’aimais plus le cirque pour son décor que pour le spectacle. J’aimais ce qui se passait autour, l’énergie, les gens du voyage. Je me levais à l’aube pour suivre le montage ou le démontage des chapiteaux, l’arrivée des animaux. Je restais des heures planté à observer la vie. Et la mode alors? Au départ, c’est donc le cirque, ses couleurs, les roulottes. Les cirques suisses sont sublimes, il y a encore cette rigueur du design dont nous parlions. Puis Paris est apparue. Peut-être à travers des revues. J’ai moi-même créé un magazine, il s’appelait «Cocktails». Je me servais d’une imprimante, je découpais

134

des articles, j’avais des rubriques: gastronomie, mode… À 12 ans environ, j’ai commencé à dessiner. Puis j’ai préféré la couture aux travaux manuels. J’aimais toucher les textiles. C’était une vocation. J’étais voué à cela. Ce métier vous rend-il heureux? Oui. J’ai pu me libérer de plein de choses. J’ai arrêté mes études très tôt. Je n’aimais pas l’école, je m’entendais mieux avec les adultes. J’étais toujours dans l’observation. J’ai passé un diplôme, suivi une formation de couturier pendant trois ans dans un atelier suisse de haute couture. Puis j’ai entamé les arts déco de Genève. J’ai grandi. J’ai pris conscience de qui j’étais. Je ne voulais pas rester dans la seule observation, être coincé, figé. Avec la mode, je me suis échappé, j’ai découvert le milieu qui me convenait. Je me dis parfois que j’ai vraiment une bonne étoile. Et puis vous êtes venu à Paris… J’ai fait des stages. Puis je suis parti en Italie travailler chez Moschino. Vous avez pu titiller vos origines italiennes? Oui, ma mère est italienne, mon père est suisse. Et mes grands-parents, avec qui j’ai vécu, étaient italiens. Je pense quelquefois être plus italien que suisse. J’ai un tempérament très explosif fait de joies et de bêtises, franchement méditerranéen. Mon côté suisse, c’est la maîtrise, être attentif aux autres, poli, c’est un pays qui est dans la retenue. J’en veux un peu à mon pays d’être aussi coincé. Je me souviens à mes débuts, lors d’un stage, avoir demandé la permission de passer un coup de fil. Je m’en suis tellement voulu. Mais je dois reconnaître que cette précision est très en phase avec mon métier. Mon père était horloger, il m’a sans doute transmis cela. Votre «fille Carven», sous une allure bien élevée, cache un grain de folie. Elle a ce décalage, cette ironie? Je ne veux pas que cette fille ait une esthétique trop propre. J’aime l’explosion. Je veux que l’on puisse reconnaître une identité à travers des pièces iconiques. Une vision forte mais aussi un vestiaire. Quels sont justement ces essentiels? La garde-robe Carven est imbibée de quelque chose de très urbain mais authentique. Par la provenance des types de pièces, par exemple le polo, qui sous mon crayon devient cropped. Je me suis approprié des pièces volées dans l’armoire de mon père ou de ma mère, je les ai dynamitées. La veste de chasse, la chemise oversize usée, tout cela mélangé à une fluidité et à une transparence. Je veux du délicat plus que du féminin. Le désuet m’attire. Je souhaite qu’il devienne l’une des forces de la maison. Je navigue, vous l’avez compris, entre les contraires. Donc, en mettant en place cette mélodie Carven, vous bousculez tout? Non. Mais j’ai besoin d’inscrire de nouveaux paramètres, des codes couleur, des matières. J’ai d’ailleurs fait évoluer le vert, couleur légendaire de la maison, du gazon à une teinte plus sombre, plutôt sapin, que l’on va retrouver entre autres sur la nouvelle charte graphique. D’autres exemples? Mes silhouettes se portent avec du plat. Moi, je pourrais vivre pieds nus. J’ai toujours aimé l’allure d’une femme en chaussures plates. Il faut être à l’aise dans ses baskets. C’était


LA VIE

De haut en bas, un look de la collection Carven Prefall 2018. Un passage du défilé Printemps-Été 2018. La boutique rue de Grenelle à Paris, entièrement repensée depuis l’arrivée de Serge Ruffieux.

«Je pense quelquefois être plus italien que suisse. J’ai un tempérament très explosif fait de joies et de bêtises, franchement méditerranéen. Mon côté suisse, c’est la maîtrise, être attentif aux autres, poli.» Serge Ruffieux

135


LA VIE

136


LA VIE

un peu mon idée de départ. Avec les semelles à picots agrémentées d’éléments plus colorés, des souvenirs rapportés de voyages. Ce respect du savoir-faire vous vient de vos années Dior, de celles que vous avez passées aussi chez Sonia Rykiel ou Moschino? Apprendre auprès des grands, c’est d’abord observer. En les regardant faire, j’ai appris mon métier, mais ma création m’appartient. Je n’ai rien volé à personne. Sonia Rykiel m’a appris à me libérer de la femme que j’habille. Je préfère la faire rêver que la fantasmer. Pour aimer les autres, il faut pouvoir s’aimer soi-même, non? Je suis resté huit ans et demi chez Dior, avec le poids de créer énormément de collections, de penser à la fois à l’image et au produit. À travers les hauts et les bas de la maison, ça m’a renforcé, ça m’a musclé. Aujourd’hui, je travaille comme eux, je suis toujours dans la recherche d’une perfection à l’imparfait.

«Quand je travaille, je tourne vraiment beaucoup autour du corps, je l’observe, j’essaie de mettre en valeur les parties qu’on n’a pas forcément l’habitude de remarquer. On ne peut pas construire simplement une façade, j’adore basculer les vêtements.» Serge Ruffieux

Vous voulez dire qu’il faut parfois forcer les choses? Non, je ne veux pas violenter les gens, mais j’aime bien les coups de poing visuels qui ne passent pas inaperçus. Et la danse? Je suis passionné par la danse. Quand je travaille, je tourne vraiment beaucoup autour du corps, je l’observe, j’essaie de mettre en valeur les parties qu’on n’a pas forcément l’habitude de remarquer. On ne peut pas construire simplement une façade, j’adore basculer les vêtements, les faire tanguer, je ne suis pas forcément les lignes du corps. Il y a une vraie recherche dans la maîtrise de la courbe et du volume, des angles. Cette manière d’être en mouvement dans l’espace, c’est cela la danse. www.carven.com

137


LA VIE

NUIT EST AILLEURS LA

Par EUGÉNIE ADDA

S’ennuierait-on, passé minuit, dans les capitales? C’est au loin, du côté des jeunes collectifs underground du monde entier, qu’il faut chercher pour trouver l’avenir du clubbing, entre culture militante et réappropriation des héritages musicaux locaux.

Illustration L AURE WAUTERS

P

aris, octobre 2017. Une foule de néo-weirdos s’engouffre au numéro 114 de la rue Oberkampf. C’est ici que vient d’ouvrir le 824 heures, club éphémère et dernière bonne idée du collectif Bonjour Bonsoir. Ici, pas de photos autorisées, mais un «espace de liberté, un lieu néo-punk-paillettes qui ne connaît de limite que son obsolescence programmée». Un décor entre le squat seventies et le néon rétro comme sorti de l’imagination d’Alessandro Michele, une programmation exigeante et, surtout, le sourire revenu sur le visage des Parisiens qui sortent. Une aubaine dans une capitale où la fête se joue désormais entre clubs élitistes et afters bondés. Fin des hostilités? Le 29 avril. Où dansera-t-on après? À Londres, où le nombre de boîtes a diminué de moitié depuis 2005? À New York? Même combat, même musique, même foule. Non, c’est ailleurs que ça s’agite, entre les plages du Mexique et les sous-sols de Kiev, les cabanes de Durban et les festivals hip-hop perdus au milieu de la Chine. L’ALLEMAGNE ET LES PAYS NORDIQUES: L’ENTRE-SOI Alors qu’une campagne anti-touristes sévit à Berlin depuis quelques années et que des institutions comme le Berghain peinent à maintenir une aura d’exclusivité, on voit émerger des clubs plus intimistes, où les communautés créatives locales ou transnationales se retrouvent dans des soirées plus axées sur la musique que sur la fête elle-même. On sort au Ohm et au Monarch pour découvrir des collectifs comme le très arty-queer Creamcake, visant à promouvoir les jeunes artistes repérés sur les réseaux sociaux, les têtes chercheuses de Trade pour leurs DJs à l’avant-garde ou encore Berries, ambassadeurs d’un hip-hop new school, engagé et féministe. Et si l’effervescence berlinoise nous épuise, on file plus au calme, à Düsseldorf, où le Salon des Amateurs et le plus récent Golzheim reçoivent les fous de deep house, trans et minimal dans des ambiances érudites et des salles à la capacité volontairement réduite. Une atmosphère intime désormais ultraprisée dans les pays scandinaves. À Copenhague, le Mayhem, dont l’entrée est tellement introuvable que personne n’arrive là par hasard, invite des artistes expérimentaux, des performeurs live et des DJs dans une recherche constante de nouvelles expériences sonores, quand les collectifs Klub Ana et Rare Nights transforment le quasi-squat Stengade en meeting point des jeunes cools de la ville. À Stockholm, au Hosoi, club niché dans l’hôtel At Six, on se rend à des listening sessions où se côtoient grand public, jeunes DJs et producteurs en repérage. On termine son tour de Scandinavie à Oslo, où le Jæger s’érige en défenseur d’un nouvel esprit, à la fois anarchiste et érudit. LE NEW EAST: LA RÉVOLUTION RAVE À l’heure où Berlin ne mise plus sur ses fêtes sauvages et techno, c’est désormais plus à l’est qu’il faut migrer, dans les pays post-soviétiques, où l’avènement récent des raves semble symboliser la fin de décennies d’oppression. À Tbilissi, en Géorgie, c’est dans les gradins du stade national de foot Dinamo Arena que se trouve l’entrée du Bassiani, suite de couloirs en béton armé où résonnent les imposants beats techno de DJs internationaux, et dans la piscine désaffectée que se trouve la piste de danse où s’agite jusqu’à midi une faune d’avertis venus du monde entier. Plus que ça, le Bassiani s’impose en défenseur d’une liberté nouvelle quoiqu’encore balbutiante. En témoignent les Horoom Nights, soirées queer auxquelles on accède après avoir enregistré son identité et son compte Facebook, une mesure visant à garantir la sécurité des clubbeurs dans un pays où 90% de la population considère l’homosexualité comme «totalement inacceptable». À Kiev, c’est désormais au CXEMA – érigé en symbole de la révolution créative qui a suivi les événements politiques de 2014 – qu’on se retrouve

138


LA VIE

pour des raves sauvages dans des bâtiments désaffectés, entouré d’une jeunesse locale dopée au sportswear vintage. Ici comme au Closer, autre temple de la nuit connu pour ses événements non-stop du vendredi soir au lundi après-midi, on s’agite sur une techno expérimentale amenée par des DJs comme Lollibou, des artistes comme Casablanca 913 et des labels comme le Systema, collectif basé à Odessa, connu aussi bien pour ses soirées ambient que pour son image post-gothique. L’AMÉRIQUE LATINE: NOUVELLE IDENTITÉ ET FÊTES CLANDESTINES Si les spots touristiques du Mexique se sont mués en repaires pour spring breakers, la capitale a vu émerger depuis quelques années une toute nouvelle scène underground. En tête de file, le collectif NAAFI, connu pour ses artistes et ses DJs dont les beats électro croisent des influences métissées, du voguing au reggaeton en passant par des rythmes tribaux et latino-américains. Organisés sur les plages à l’abri des touristes, dans des centres culturels, dans des bâtiments désaffectés et dans des clubs comme le très récent Yu Yu, leurs événements rassemblent la jeunesse du pays dans un esprit néo-libertaire, mais aussi des performeurs alternatifs venus de New York, de Londres ou d’Afrique du Sud, réconciliant sentiment d’appartenance à la communauté latino-américaine et culture clubbing globalisée. Une entente plus délicate dans des villes comme São Paulo, au Brésil, où la gentrification récente a conduit les autorités à favoriser les gros promoteurs et les établissements à plusieurs étages, aux dépens de clubs plus pointus qui, eux, ont dû fermer leurs portes. Et si on peut encore compter sur des lieux comme la Casa da Luz, villa du XIXe siècle ultracourue pour ses soirées hip-hop et électro, c’est désormais du côté des collectifs émergents qu’il faut se pencher pour retrouver le tempérament de la ville, entre engagement politique, jeunes talents et communauté queer. À retenir, les féministes de Mamba Negra, Metanol FM ou Vampire Haus, dont les événements techno à la limite de la légalité sont annoncés deux jours avant sur Facebook. L’AFRIQUE: LE NOUVEAU TEMPLE ÉLECTRO Privilégiée par les clubbeurs occidentaux pour l’AfrikaBurn, organisé chaque année depuis 2007 par les équipes du désormais gentrifié Burning Man, l’Afrique du Sud accueille surtout la scène électro la plus vibrante du continent. Rendez-vous au Fiction et au Waiting Room, au Cap, pour découvrir les DJs afro-house et afro-tech locaux. Mais surtout, on fait le déplacement du côté de Durban, ville côtière et berceau du gqom, mouvement électro né autour de 2013 et dont les sonorités brutes, percutantes et parfois tribales s’exportent déjà

dans les meilleurs labels et boîtes d’Europe. Passage obligé pour tous les avertis, les taxis tunés qui diffusent du gqom à pleines basses et nous amènent dans les clubs de South Beach pour un mix du collectif Rudeboyz (s’ils ne sont pas en tournée aux US). En plein boom également, les villes d’Afrique de l’Est, comme Kampala, en Ouganda, où officie le label Nyege Nyege, qui produit les meilleurs artistes techno panafricains issus de mouvements locaux: le balani au Mali, le hipco au Liberia ou le chaabi en Égypte. Mais surtout Nairobi, au Kenya, qui a vu naître très récemment le mouvement hip-hop Nu Nairobi, créé par le jeune collectif EA Wave. Réunissant artistes visuels, producteurs et DJs, le crew célèbre l’héritage kenyan, qu’il mêle à un style sportswear ultra,contemporain dans des morceaux encore difficiles à dénicher, mais dont le flow se trouve quelque part entre Tyler, The Creator, Frank Ocean et Rejjie Snow. Officiant au côté d’un autre collectif, Cosmic Homies O.N.E., ils forment un nouveau mouvement à suivre de très près et à aller découvrir à l’Alchemist, le meilleur club de Nairobi. LA CHINE: LA MONTÉE HIP-HOP Fin janvier 2018, le gouvernement chinois bannissait le hip-hop de toute apparition médiatique, dans une campagne prétextant la valorisation d’une «culture noble et saine». Un bâton de plus dans les roues d’une jeune scène locale qui commençait tout juste à s’imposer dans des mégalopoles où triomphaient boîtes pour milliardaires et repaires d’expats, comme le Diva à Shanghai ou le Babyface à Pékin. Et si les quelques clubs électro underground, comme le tout nouveau All Club de Shanghai, valent évidemment d’y passer une soirée, c’est surtout du côté des QG hip-hop que se trouvent les cool kids locaux. Au Arkham Shanghai, qui accueille régulièrement des pointures internationales comme A$AP Mob ou la sensation indonésienne Rich Brian, on «whip» au son de DJs 100% chinois. À suivre de près, le collectif Come Correct Crew et 1Ster, mixant rappeurs Soundcloud et découvertes chinoises comme la très cool chanteuse R&B ChaCha. Mais c’est à Chengdu, ville aux quelque quatorze millions d’habitants, que la scène hip-hop bouillonne. Voix autotunées, dreadlocks et esthétique nineties, les groupes locaux désormais connus dans tout le pays font écho à la vague de rappeurs néo-trap venue des US, comme Lil Pump ou Lil Uzi Vert. Parmi eux, les Higher Brothers, qui mixent esthétique hiphop et références à l’héritage culturel chinois dans des clips à l’autodérision assumée. Les vrais hip-hop heads tenteront donc le déplacement dans la ville du Sichuan pour aller danser au Nasa et assister aux minifestivals qui s’y déroulent plusieurs fois par an, mêlant performances et installations artistiques contestataires. Jusqu’à la prochaine censure?

CARNET D’ADRESSES Paris: Le 824 Heures, Rue Oberkampf 114, 11. Arr., www.824heures.com Berlin: Ohm, www.ohmberlin.com; Der Monarch, www.kottimonarch.de Düsseldorf: Le Salon des Amateurs, www.salondesamateurs.de; Golzheim, www.golzheim.is Kopenhagen: Mayhem, www.mayhemkbh.dk; Stengade, www.stengade.dk

140

Stockholm: Hosoi, www.hosoi.se Oslo: Jæger, www.jaegeroslo.no Tiflis: Bassiani, www.bassiani.com Kiew: Projekt CXEMA, www.c-x-e-m-a.com; Closer, www.facebook.com/closerkiev Mexiko-Stadt: Projekt NAAFI, www.facebook.com/NAAFImx; Yu Yu, www.facebook.com/yuyuclubmexico São Paulo: Casa da Luz, www.casadaluz.org

Kapstadt: Fiction, www.facebook. com/Fictiondjbar; The Waiting Room, www.facebook.com/WaitingRoomCT Nairobi: The Alchemist, www. facebook.com/AlchemistBar254. Shanghai: All Club, 2/F, 17 Xiangyang Bei Lu, by Changle Lu; Arkham Shanghai, www.arkhamshanghai.com


LA VIE

141


TRAVEL NEWS

THÉ ET TAPAS La nouvelle cuisine basque et ses pintxos s’accordent particulièrement bien avec le thé de l’après-midi associé à sa multitude de mignardises. Avec sa nouvelle approche de la plus anglaise des traditions, le thé du Como, le restaurant londonien étoilé au Michelin «Ametsa with Arzak Instruction» de The Halkin, reprend les principes de la cuisine espagnole et apporte de nouvelles saveurs au grand moment du thé. Des assiettes froides, comme des soupes de fraises et de tomates semblables à des gazpachos, sont servies avec des canapés tels que des tempuras d’araignée de mer et des croquettes de porc. Les churros habituels et leur savoureuse sauce au chocolat font partie des rares options sucrées, accompagnés de délices plus légers qui purifient le palais, notamment le diplomate à la fleur de sureau, la crème au citron vert ou encore la tartelette à la banane. Le tout bien entendu accompagné de thé ou de cocktails à base de cava ou de gin. w w w.comohotels.com/thehalkin

GÉNÉRATION Y

Intégré à la nouvelle collection à la fois classique et décalée du Jumeirah, la première Zabeel House de l’hôtel Jumeirah ouvre ses portes et se révèle parfaitement pensée pour la génération Y. En témoignent la créativité et les bizarreries dignes d’Instagram qui imprègnent les lieux. Les hôtes entrent dans un refuge urbain contemporain parfaitement entretenu et décoré avec style. Situé à Al Seef, dans un des quartiers les plus récents de Dubaï, à côté de la crique, riche de chambres à prix modérés, dotée d’un personnel accueillant et connaissant ses classiques, cette nouvelle marque vise à attirer une clientèle plus jeune, sûre de ses besoins et de ses envies, et à la recherche de solutions d’hôtellerie modernes adaptées aux nomades numériques. Il n’y a aucune raison de ne pas y faire bientôt une halte. www.zabeelhouse.com

www.milaidhoo.com

142

PHOTOS DR; COMO The Halkin, Aman, © Belmond, Thanos Hotels

ALERTE!

En réponse à la menace grandissante qui plane au-dessus des récifs coralliens et de leurs écosystèmes, comme les mangroves et les herbiers marins du monde entier, la première Année internationale des récifs coralliens avait vu le jour à la fin des années 90. Elle en est maintenant à son troisième cycle, mais 2018 devrait permettre de porter une attention particulière sur ces environnements naturels fragiles. Au sein d’une réserve de la biosphère mondiale de l’UNESCO, le Milaidhoo Eco Resort, sis aux Maldives, s’emploie à mettre en avant ses différents efforts en matière de conservation. Les hôtes sont invités à participer activement à des plans de régénérescence corallienne, d’identification des tortues ou encore à l’initiative «adopte un corail». Parfait pour le guerrier écologique fatigué!


TRAVEL

ARCTIQUE SUBLIME Le Svart Powerhouse Hotel est la première propriété de son genre au-dessus du Cercle polaire Arctique, flottant au pied du glacier Svartisen, juste au-dessus de la toundra glacée. Le Cet établissement pionnier utilise des panneaux solaires lui permettant de récolter sa propre énergie et de fonctionner avec environ 85% d’énergie en moins que les hôtels standards. Les terrasses privées produisent quant à elles de l’ombre, rendant ainsi futile une climatisation artificielle. Inspiré par l’héritage de la pêche traditionnelle, le design arrondi rend hommage à l’architecture locale tout en offrant aux hôtes une vue à 360 degrés sur l’Holandsfjorden Fjord et l’incroyable paysage alpin. w w w.svart.no

LA PAIX DES RÊVES L’Amanruya, situé à Bodrum, sur la côte égéenne du sud-est de la Turquie, est si isolé, paisible et relaxant qu’on peine à y croire. Il rouvre ses portes après deux ans de rénovation. Tenant son nom du mot sanskrit «aman», qui signifie «paix», et du mot turc «ruya», qui signifie «rêve», il est l’hôtel le plus exclusif de la région. Inspirés des méthodes de constructions traditionnels, les éléments de design associent inspirations méditerranéennes et ottomanes à travers un ensemble de cours et de terrasses. Bref, une destination idéale pour une pause printanière précoce après les mois d’hiver frileux. w w w.aman.com

AVA, RITA, CLARK... Alfred Hitchcock aimait tellement cet hôtel qu’il choisit d’y tourner son premier long-métrage, «Le Jardin du plaisir». Orson Welles, Ava Gardner, Frank Sinatra, Clark Gable, Rita Hayworth ainsi que le Duc et la Duchesse de Windsor y ont tous expérimenté la dolce vita. La légendaire Villa d’Este, construite en 1568, rouvre ses portes après un sommeil d’hiver, pour accueillir des stars du monde entier dans ses chambres somptueuses et ses jardins luxuriants sur les rives du lac de Côme. Transformé en hôtel en 1873, un des établissements les plus emblématiques d’Europe et et une oasis incontournable incontournable pour les jet-setteurs. w w w.villadeste.com

143


TOSCANE SECRÈTE (SI, C’EST ENCORE POSSIBLE)

Souvent éclipsée par les principales destinations de la région plus au Nord, la Maremme, située dans le Sud de la Toscane, est une terre au paysage de carte postale où trônent des villages médiévaux pittoresques au sommet des collines, et où la cuisine est éclatante de saveurs intensément authentiques. Par PATRICK HEVEN

144

PHOTOS DR; Terme di Saturnia et Patrick Heven

TRAVEL


TRAVEL

C

ouvertes d’un épais sous-bois, les collines vallonnées forment des vagues infinies à mesure que la voiture traverse le territoire de plus en plus hostile de cette partie de la Toscane, au beau milieu de vignobles, d’oliveraies et de pâturages panoramiques. Loin de l’engouement touristique de Sienne, Pise, San Giminiano et bien sûr de Florence, cette région du centre de l’Italie s’étend le long de la côte tyrrhénienne au sud de Livourne jusqu’à Rome, et dans les terres jusqu’aux contreforts des Apennins. Aux époques étrusque et romaine, la Maremme était bien établie et connue pour ses fermes irriguées par un savant système de canaux souterrains. La région connaît cependant un déclin rapide lors des dernières années de l’Empire romain. Le drainage est négligé et la malaria devient endémique. Le territoire finit par servir de lieu de pâturage, en hiver, pour les troupeaux des Apennins, malgré les efforts de réhabilitation des grands ducs de Toscane entre le XVIIIe et le début du XIXe siècle. Ce n’est que plusieurs centaines d’années plus tard que la région trouve un véritable essor avec à la création de terres cultivables, puis en faisant connaître ses lieux sélectionnés et dédiés à l’agrotourisme. En route pour Saturnia, où je séjournerai à l’hôtel, récompensé, Terme di Saturnia. Nous faisons un petit détour pour visiter le village médiéval et pittoresque de Montemerano. Connu pour son centre historique en forme de cœur, il a vu le jour au XIIe siècle. La commune est entourée de murs et ses trois portes sont toujours intactes. Elle est un vrai labyrinthe de ruelles pavées avec des arches et des loggias ornées des fameuses et extraordinaires fresques peintes sur bois, comme celles de la Madonna della Gattaiola, nommée ainsi en raison de la chatière insérée en bas de la fresque par un prêtre pour permettre le libre passage des félins dans l’église. Montemerano constitue également un lieu incontournable pour les grands gourmets. Caino, un des seuls restaurants ayant reçu 3 étoiles au Michelin, attire les fines bouches du monde entier dans ce hameau ravissant avec des spécialités comme la langue de veau rôtie accompagnée d’oignons parfumés à la myrtilles, au safran et aux câpres, les tortelli di cinta senese in brodetto di castagne e gallina (raviolis farcis avec du porc Cinta Senese dans un bouillon de poule et de châtaignes) et d’autres plats consistants comme les cinghiale lardolato con finocchi, arance e olive (sanglier farci au fenouil, à l’orange et aux olives). Les prix font partie des plus élevés de la région et, bien que les locaux considèrent que ce soit une folie d’aller y déguster un plat, une visite en vaut le détour. Une fois régalé, je continue ma route vers l’intérieur du pays jusqu’à atteindre la ville endormie de Saturnia, à quelques kilomètres de là. Une vieille légende raconte que Saturne, le dieu des récoltes, perdit sa patience avec les humains qui étaient toujours en guerre, et lança avec véhémence un éclair dans le cratère d’un volcan, d’où jaillit une rivière d’eau bouillante et sulfureuse, couvrant vallées, montagnes et plaines, apaisant ainsi les territoires de Saturnia. Situé à l’endroit même de la source et au cœur de la Maremme toscane, le Terme di Saturnia Spa & Golf Resorts sera ma maison pour les prochains jours. Construite autour d’un cœur en travertin ancien, la propriété dispose d’un peu plus de 100 chambres et suites offrant des vues imprenables sur la vallée verdoyante de Saturnia, jalonnée de châteaux et de petits villages. Le centre névralgique de l’hôtel est l’ancienne source de Saturnia. Depuis 3 000 ans, l’eau thermale jaillit sans interruption d’un cratère naturel en dessous de la piscine au rythme fou de 500 litres par seconde, à une température constante de 37,5 °C. Avant d’arriver à cette source, l’eau parcourt un long chemin sous terre, suivant les formations calcaires au pied de la romantique Toscane sur les pentes du Monte Amiata, situé à une trentaine de kilomètres. Des tests isotopiques ont montré que les flux d’eau à travers cette trajectoire souterraine étaient lentement filtrés par des microfissures dans les roches, et ce pendant plus de 40 ans, avant d’arriver, finalement, dans la piscine de Terme di Saturnia. Ce flux continu permet à l’eau de garder intactes ses qualités physicochimiques et biologiques, raison pour laquelle tant d’hôtes viennent profiter de ses effets thérapeutiques – sans compter l’éventail de traitements délivrés au spa. Je vais donc prendre mon premier bain dans une eau relativement odorante, rejoignant des hôtes plus expérimentés qui flottent librement, heureux.

145


PHOTOS DR; Terme di Saturnia et Patrick Heven

TRAVEL

146


TRAVEL

147


TRAVEL

ACCÈS: Swiss propose des vols quotidiens jusque Rome, d’où vous pouvez louer un véhicule et rouler en direction du Nord sur l’A12 (Rome-Civitavecchia) et ensuite bifurquer sur la route principale Aurelia SS1 jusqu’à Montalto di Castro. À la jonction de Vulci, continuez en direction de Manciano-Saturnia. La route fait environ 180 km. Sinon, Terme di Saturnia peut aussi organiser des transferts privés directement de l’aéroport à l’hôtel.

ADRESSES: TERME DI SATURNIA SPA & RESORT Saturnia www.termedisaturnia.it CAINO Via della Chiesa 4 Montemerano www.dacaino.com LA CORTE DEL CECCOTTINO Via Vignoli Pitigliano Tel: +39 (0)564 615-423 SYNAGOGUE PITGLIANO Vicolo Marghera www.lapiccolagerusalemme.it

GUIDE PRIVÉ

PHOTOS DR; Terme di Saturnia et Patrick Heven

Nous avons eu le plaisir de rencontrer la charmante et brillante Elisabetta Peri, que nous recommandons chaleureusement: perielisabetta@gmail.com Tél: +39 (0)347 700-6452.

148


TRAVEL

Le lendemain matin, bien reposé et totalement conquis par l’enceinte de l’hôtel, je roule en direction de l’Est vers ce qui doit être un des moments forts de ce voyage. En suivant une autoroute tortueuse, après un virage serré, je repère le village médiéval de Pitigliano, suspendu à une falaise. Presque sculpté dans le tuf, il est installé sur un éperon de roche volcanique, ce qui confère une beauté unique au paysage alentour. Les particularités de cette région et de ce petit village sont nombreuses, à commencer par les ruines de l’Âge du bronze, du Néolithique et même de l’Âge du cuivre, que vous pouvez dans la majeure partie admirer dans divers musées locaux. On trouve également des restes de la nécropole et d’un temple, ce qui prouve qu’une communauté étrusque était bien présente au VIe siècle. Bien que l’empreinte laissée par les Romains soit moins évidente à l’œil nu, il ne fait aucun doute que ces derniers ont essayé de bâtir des édifices sur le plateau en face de Pitigliano, où l’on peut toujours admirer l’aqueduc des Médicis dans le centre, ce qui nous ramène au XVIIe siècle. Pitigliano n’est pas avare en bonnes tables et je choisis La Corte del Ceccottino, vivement recommandée par ma guide locale. Alors que nous nous installons dans la cour intérieure ombragée pour déjeuner tranquillement, elle mentionne l’importance de Pitigliano dans la communauté juive: c’était en effet un endroit où Chrétiens et personnes de confession juive ont cohabité en paix pendant des siècles. Pitigliano était une terre hospitalière et un refuge pour les Juifs depuis la fin du XVe siècle, où s’est établie une communauté florissante au fil des années grâce à des conditions favorables et de bonnes relations avec les dirigeants chrétiens. À beaucoup d’égards, la culture indigène est toujours empreinte de cette cohabitation séculaire, aussi bien dans la gastronomie que dans les expressions linguistiques. Une visite à la synagogue restaurée est incontournable! Je retourne au spa de Terme di Saturnia pour le reste de l’aprèsmidi, après un autre bain dans les eaux médicinales de la piscine thermale. Je reste fidèle au fleuron du traitement de l’hôtel et choisis un masque corporel thérapeutique à base de boue. Le masque de boue thermale maturée et chauffé à 45 °C est appliqué à l’ensemble du corps et est réputé pour ses vertus profondément relaxantes et détoxifiantes. Je m’assoupis avant d’être réveillé par un jet froid qui me laisse totalement revigoré. La

grande concentration en sels minéraux dissous et en gaz de l’eau présente bon nombre de vertus biologiques. L’hydrogène sulfuré est connu pour son effet relaxant sur les muscles et certaines personnes le boivent même en petite quantité pour soigner des maux gastro-intestinaux. Je passe mon tour sur la boisson et me tourne plutôt vers un bon dîner au restaurant étoilé de l’hôtel All’Acquacotta, prêt à me régaler de la délicieuse cuisine toscane et à embrasser les traditions gastronomiques de la région. Le jour de mon départ, je fais une longue promenade à travers le terrain de golf, en direction du pavillon principal, modeste mais charmant. La Maremme toscane est une destination touristique à visiter toute l’année pour le golf, ce qui, étant donnés la splendeur naturelle de la vallée de Saturnia et le climat tempéré de la région, n’est pas une surprise. Le terrain de golf 18 trous fait partie des rares qui peuvent s’enorgueillir du label GEO qui désign, en Italie, ceux qui sont respectueux de l’environnement. Le parcours s’étend même sur plus de 70 hectares, avec des trajets légèrement ascendants et descendants. Conçu par Ronald Fream, il a été créé pour s’adapter à la nature environnante grâce à diverses stratégies de conservation, de gestion des ressources en eau et d’efforts de préservation. De fait, la vie sauvage indigène – cerfs, les porcs-épics, lièvres, faisans et quantité d'oiseaux d’oiseaux locaux – est omniprésente et accueille les joueurs matinaux. Il faut s’y reprendre à deux fois avant de comprendre qu’il s’agit d’un terrain de golf. Peu de temps avant de repartir pour Rome… Un couple de clients réguliers m’explique qu’il effectue plusieurs visites à «Terme» car c’est une tradition familiale. Leurs parents viennent toujours deux fois par an pour des séjours prolongés et la jeune génération suit son exemple. La magnifique Maremme est une région qui s’est développée économiquement tout en permettant la préservation de son habitat naturel et de ses caractéristiques culturelles. Il s’agit aujourd’hui d’un des rares endroits en Italie où l’on peut profiter d’un important héritage culturel sous sa forme la plus pure. Cette destination s’adresse à ceux qui sont à la recherche d’une aventure toscane plus saine et peut-être un peu moins léchée, avec tout de même beaucoup à découvrir. Dans le calme et la sérénité.

149


TRAVEL

LÀ OÙ EMBAUMENT

VERT ET LE TURQUOISE LE

Plages paradisiaques. Couchers de soleil romantiques. Forêts sempervirentes. L’île de Phú Quôc est idéalement située au large du Cambodge. La Veranda, dont l’histoire familiale allie le charme de l’Indochine coloniale à la splendeur de la plus grande île du Vietnam, est un refuge d’un raffinement grandement sous-estimé. Par PATRICK HEVEN

150


TRAVEL

PHOTOS DR; gracieusement mises à disposition par La Veranda Resorts / Sofitel.

Gam Ghi, l’île privée de La Veranda à Phu Quoc.

La Veranda et ses alentours, aménagés avec un goût exquis et épicurien.

151


TRAVEL

U

ne route pavée partant de l’intérieur de l’île mène à l’entrée de l’hôtel. Inspirées de la grandeur d’une résidence coloniale française, les grandes persiennes de l’hôtel s’ouvrent vers l’Ouest sur une large plage vierge et sur les eaux turquoise du Golfe de Thaïlande. Plus de cent ans d’histoire et d’aventure marquent ces murs. En témoignent les meubles de la propriété, hommage au lien si particulier qui unit la célèbre famille de la fondatrice Madame Catherine à l’île de Phú Quôc et à l’Indochine coloniale.

Imaginée et décorée dans un style colonial français authentique des années 20 par la propriétaire elle-même, cette demeure de bord de mer sert maintenant de bâtiment principal à La Veranda. Et comme il s’agit à la base de la maison personnelle de Madame Catherine, tout, des meubles aux œuvres d’art en passant par les objets de collection, a été choisi pour refléter l’histoire inspirante de sa famille et de son séjour au fil des générations de Phú Quôc à Phnom Penh ou encore Paris, et finalement jusqu’à leurs racines sur l’île. Alliant élégance historique et confort moderne, l’hôtel a grandi au fil des années, avec notamment l’ajout d’une aile située en face de l’océan qui a été inauguré récemment, ainsi que le plus grand spa de l’île qui devrait ouvrir ses portes dans les prochains mois. Mais c’est l’incroyable jardin tropical, soigneusement entretenu par une armée de jardiniers passionnés sous l’œil attentif de Madame Catherine, au charme si énigmatique et à l’esprit matriarcal indomptable, qui rend ce lieu si unique. Délicatement mélangés par les ventilateurs de plafond qui tournent en silence au-dessus de nos têtes, les parfums naturels traversent les pavillons ouverts des zones communes et les doubles portes des balcons des villas, des chambres et des suites. L’Indochine coloniale était une terre d’exploration et de grandes étendues, ce que reflètent les suites opulentes avec leurs espaces ouverts associés à des zones de vie, de repas et d’étude séparées. Les meubles traditionnels dégagent leur charme colonial tandis que des objets fabriqués sur mesure semés avec élégance dans le décor soulignent la sophistication distinguée de leur élégante hôte. Des tesselles peintes à la main, une cassette laquée et décorée, des lettres de bienvenue rédigée à la main par Madame Catherine, des meubles en acajou foncé; tout s’associe pour offrir à chacune des 70 chambres et suites spacieuses, un mélange séduisant de classique et d’authentique, sans pour autant oublier le pays dans lequel nous sommes, le Vietnam. Les grandes vérandas privées invitent à votre fenêtre l’odeur parfumée des jardins luxuriants et le son des eaux calmes et turquoise de la plage de Duang Dong, qui toquent presque à votre porte. Imaginez vos pieds sur cette plage paisible, le doux murmure d’un bateau qui passe, la musique apaisante des bars environnants et le bruit des vagues qui se cassent sur le sable fin. Il est presque difficile de croire que ces eaux riches et ses forêts verdoyantes étaient autrefois le refuge de l’armée en retraite du roi Gia Long, le fondateur de la dernière dynastie au pouvoir du Vietnam. Le sens général du raffinement et l’élégance discrète de la propriété rappellent l’Indochine des années 20, une période fascinante pleine de romance qui a marqué le pouvoir colonial de la France. Cette ère de sophistication intemporelle aux frontières d’un monde en constante évolution regorgeait de découvertes et d’aventure. La Veranda fait ressortir l’essence de cet âge d’or, ramenant à la vie l’allure d’un passé oublié et encourageant les hôtes à s’immerger dans la riche histoire et la grande mosaïque de saveurs et de textures locales propres à Phú Quôc.

152


TRAVEL

3 RAISONS DE QUITTER VOTRE SUITE LA GASTRONOMIE LOCALE Le poivre parfumé de Phú Quôc et la sauce aigre-douce au poisson primée et disponible sur l’île allient de façon artistique la cuisine locale authentique et la gastronomie française. Heureusement, la meilleure table de la ville se trouve juste ici, à La Veranda. Pendant que vous profitez des vues romantiques sur l’océan et de la brise marine rafraîchissante, cédez au nam sang khya l’peou de Madame Catherine, une légère crème de noix de coco avec de la citrouille accompagnée d’autres gourmandises préparées par le chef cuisinier de l’hôtel, qui n’est autre que son fils. LES MARCHÉS La riche culture culinaire de l’île est empreinte de l’histoire de Phú Quôc. Savourez un bout de l’histoire régionale en visitant un des nombreux marchés ouverts. Immergez-vous dans la frénésie de Duong Dong et admirez la beauté de la jetée ou les charmes envoûtants du village de pêcheurs de Ham Ninh.

PHOTOS DR; gracieusement mises à disposition par La Veranda Resorts / Sofitel.

ÎLE PRIVÉE L’hôtel est propriétaire de Gam Ghi Island – un refuge privé que les hôtes peuvent découvrir en toute tranquillité. Un chef personnel est là pour s’assurer que personne ne meure de faim grâce à des déjeuners en plusieurs services à base de fruits de mer issus de la pêche du matin même, et acheminés d’un village de pêcheurs proche. Pour encore plus d’eaux turquoise et de plages de sable fin, n’hésitez pas à vous rendre au sud de Phú Quôc, le temps d’une journée. La Veranda MGallery de Sofitel offre une hospitalité à la française. L’île de Phú Quôc est à 50 minutes de

vol de Saigon (Edelweiss Air) et à 1h30 de vol de Bangkok (Swiss).

www.laverandaresorts.com

153


TRAVEL

LE SUÉDOIS QUI REND FOLLES LES FEMMES

Il excelle dans tout. Il est beau. Il nous rassure. Les équipements, ça le connaît. Le nouveau modèle XC40 de Volvo comble les attentes des femmes en matière de voiture.

Par SABRINA KOSSMAYER

PHOTOS DR

150 à 247 chevaux se cachent sous le capot suédois du XC40.


TRAVEL La nouvelle Volvo XC40 – un compagnon fringuant.

N

ous savons bien que nous ne pouvons pas changer notre conjoint. Et, pourtant, nous avons toute déjà essayé. Le constat final reste le même: sur les hommes, le tuning ne fonctionne que modérément. Pour celles qui souhaitent modeler leur compagnon selon leurs propres désirs, la clé se trouve chez le concessionnaire. En effet, le nouveau modèle XC40 du constructeur suédois Volvo se base sur un système de construction en kit, grâce auquel chacune peut trouver son bonheur. Et pour cela, il n’est même pas nécessaire de s’engager sur le long terme: dès fin 2018, il sera possible de souscrire à un abonnement pour une période d’essai de 24 mois seulement. Aucune obligation de prolonger. Que demander de plus? TOUS LES VŒUX EXAUCÉS Pour que le choix soit encore un peu plus facile, voici les éléments principaux qui ouvrent la voie à l’idylle. Tout d’abord, plus besoin de nous décider entre un SUV et une compacte, nous avons là un modèle hybride, agréable à conduire en ville comme sur l’autoroute. Il est également possible de choisir entre un moteur diesel et un moteur essence et, dès la fin de l’année, nous aurons aussi à notre disposition la technologie Plug-in Hybrid pour suivre la tendance du moment. Et puis, nous pouvons choisir entre un tout-terrain et une traction avant. Et entre une manuelle et une automatique. La puissance, quant à elle, s’étend de 150 à 247ch. À hue et à dia! Du reste, les nombreux systèmes d’assistance et de sécurité garantissent un trajet non seulement agréable, mais aussi, et surtout, sûr. Côté divertissement, ce modèle Volvo ne lésine pas sur les moyens et est assurément plus inventif et plus intéressant que n’importe quel mec. L’écran tactile pour les demandes et les commandes est un modèle 9 pouces dont le système peut également être activé par reconnaissance vocale – un bon point pour nous qui aimons tant parler. Le toit panoramique nous assure une luminosité optimale en toutes circonstances au volant, pour que nous puissions trôner telles des reines, tout naturellement. QUAND LES FEMMES NE DOIVENT PLUS S’ENGAGER Et, cerise sur la Volvo: il n’est pas obligatoire d’acheter ce modèle, de le financer ni de le prendre en leasing. En effet, grâce au nouveau canal de distribution «Care by Volvo» du groupe suédois, il est possible de louer sa Volvo XC40 pour 24 mois, réparations, services, changement des pneus en hiver et en été ainsi que véhicule de remplacement compris. Le paiement s’effectue par mensualités, comme pour un smartphone ou l’abonnement au fitness. Et si, après deux ans, ce compagnon ne nous plaît plus, on peut tout simplement le rendre, sans frais supplémentaires comme dans les cas de leasing. Et là, toute femme doit se dire: ce modèle XC40 de Volvo mérite bien son titre de «premier du genre». Il est tout simplement unique et ne risque pas de nous laisser tomber… Équipée de quatre roues motrices et d’une boîte automatique, la nouvelle XC40 peut être commandée dès maintenant et est disponible au prix d’entrée de gamme de CHF 35 500. www.volvo.com

155


05

LA NUIT


Le top-modèle suisse Ronja Furrer présente la nouvelle collection « B.Zero1» de Bulgari. Une soirée d’anthologie à découvrir dans la suite de ce magazine.


LA NUIT

Derek Blasberg et Miss Piggy

BULGARI × L’OFFICIEL SUISSE

Noreen Carmody, Ronja Furrer et Jenny Bachmann

Photographie DAVID BIEDERT

Pour célébrer le lancement de la nouvelle ligne de bijoux «B.Zero1», L’OFFICIEL Suisse a organisé, avec Bulgari, une nuit «extra-classe». Le top-modèle suisse Ronja Furrer, qui a déjà fait deux fois la couverture de ce magazine, a ainsi porté et présenté les pièces de la collection, tout en animant la soirée. Au programme, bijoux exceptionnels, barbe à papa et un Photo-Booth: l’élégance est une fête. www.bulgari.com

158

www.lofficiel.ch


LA NUIT

Nos invités devant le Photo-Booth.

Clifford Lilley bien accompagné.

Viktoria Poprawski

Sara Gasser et son ami.

Loit Lim

Edouard Perruchot et Noreen Carmody

Store manager Jane Dornbierer-Wu, rédactrice en chef L’OFFICIEL Suisse Livia Zafiriou, Ronja Furrer, marketing manager Bulgari Philippe Cretton.

Julie Christ et des amis.

Marina Ortega avec Patrizia Schlatter

Sinan Stäheli et Levin Dennler

Le team de L'OFFICIEL Suisse: Lena Stäheli, Manou Steiger et Lisa Mettier

Barbara Eiholzer et Valeria Golubkova

Offir Possu Estay

Anouk Zingg

Ronja Furrer et son ami Stress.

159


ADRESSES

AGL www.agl.com

Eller y www.ellery.com

Manolo Blahnik www.manoloblahnik.com

A .W. A .K .E . www.a-w-a-k-e.com

Eric Bompard www.eric-bompard.com

Marc-Antoine Barrois www.marcantoinebarrois.com

Alexander McQueen www.alexandermcqueen.com

Erika Cavallini www.erikacavallini.com

Marni www.marni.com

American Vintage www.americanvintage-store.com

Escada www.escada.com

Ma x Mara www.maxmara.com

Aperlai www.aperlai.com

Esteban Cor tazar www.estebancortazar.com

Mes Demoiselles www.mesdemoisellesparis.com

Armani www.armani.com

Fendi www.fendi.com

Messika Paris www.messika.com

Ashley Williams www.ashleywilliamslondon.com

Gabriela Hearst www.gabrielahearst.com

Michael Kors www.michaelkors.com

Audemars Piguet www.audemarspiguet.com

General Eyewear www.generaleyewear.com

Mila Schön www.milaschon.com

Bally www.bally.com

Gianvito Rossi www.gianvitorossi.com

Minna Parika www.minnaparika.com

Beaufille www.beaufille.com

Givenchy www.givenchy.com

Miu Miu www.miumiu.com

Blancpain www.blancpain.com

Goralska Joaillerie www.goralska.com

Mulberr y www.mulberry.com

Bot tega Veneta www.bottegaveneta.com

Graff www.graffdiamonds.com

N°21 www.numeroventuno.com

Breguet www.breguet.com

Gucci www.gucci.com

Paul Smith www.paulsmith.com

Brunello Cucinelli www.brunellocucinelli.com

Harr y Winston www.harrywinston.com

Pebble London www.pebblelondon.com

Bulgari www.bulgari.com

HRH Jewels www.hrhjewels.com

Pomellato www.pomellato.com

Burberr y www.burberry.com

Hugo Boss www.hugoboss.com

Prada www.piaget.com

Calvin Klein www.calvinklein.com

Hunter Boots www.hunterboots.com

Proenza Schouler www.proenzaschouler.com

Calzedonia www.calzedonia.ch

Inger Studio www.ingerstudio.com

Ralph Lauren www.ralphlauren.com

Car tier www.cartier.ch

Intimissimi www,.intimissimi.com

Repossi www.repossi.com

Car ven www.carven.com

Isabel Marant www.isabelmarant.com

Richard Mille www.richardmille.com

Céline www.celine.com

J.W. Anderson www.j-w-anderson.com

Rochas www.rochas.com

Chanel www.chanel.com

Jacquemus www.jacquemus.com

Saint Laurent www.ysl.com

Charlot te Chesnais www.charlottechesnais.fr

Jaeger-LeCoultre www.jaeger-lecoultre.com

Salvatore Ferragamo www.ferragamo.com

Chloé www.chloe.com

Jennifer Fischer ww.jenniferfisherjewelry.com

Shiatzy Chen www.shiatzychen.com

Chopard www.chopard.com

Jil Sander www.jilsander.com

Sockshop www.sockshop.co.uk

Coltrane www.coltraneworks.com

Jimmy Choo www.jimmychoo.com

Sonia Rykiel www.soniarykiel.com

Cornelia James www.corneliajames.com

Joelle Jeweller y www.joellejewellwey.com

Sophie Bille Brah www.sophiebillebrahe,com

Cornelia Webb www.cornieliawebb.com

Kaimin www.kaiminofficial.com

Spor tma x www.sportmax.com

Cor to Moltedo www.corto.com

Kenzo www.kenzo.com

Stuar t Weitzman www.stuartweitzman.com

D'Estrëe www.destree.com

Kujten www.kujten.com

Toga www.toga.jp

Daks www.daks.com

Lanvin www.lanvin.com

Valentino www.valentino.com

David Morris www.davidmorris.com

Les Petits www.pespetits.fr

Van Cleef & Arpels www.vancleefarpels.com

De Beers www.debeers.com

Linda Farrow www.int.lindafarrow.com

Vanessa Seward www.vanessaseward.com

Delfina Delet trez www.delfinadelettrez.com

Loewe www.loewe.com

Versace www.versace.com

Diego M www.diegom.it

Longchamp www.ch.longchamp.com

Wasson www.wearewasson.com

Dinosaur Design www.dinosaurdesign.com

Louis Vuit ton www.de.louisvuitton.com

Wolford www.wolford.com

Dior www.dior.com

Maison Margiela www.maisonmargiela.com

Yasmine Eslami www.yasmine-eslami.com

Djula www.djula.fr

Maje www.maje.com

Zadig & Voltaire www.zadig-et-voltaire.com

Dolce & Gabbana www.dolcegabbana.it

Majestic Filatures www.majesticfilatures.com

VOUS TROUVEREZ, SUR LE SITE DE TOUTES LES MARQUES CITÉES, L'ADRESSE DES BOUTIQUES QUI LES VENDENT OU CELLES DES POINTS DE VENTE LES PLUS PROCHES.

160


ADRESSEN ADRESSES

Le mannequin de notre couverture, Erin Wasson, sirène moulée dans un vêtement de la marque Halpern.

Model Evangeline Ling in einem Top von Prada fotografiert von Rodrigo Carmuega. Die ganze Modestrecke finden Sie auf der Seite 106.


LAST LOOK

DERNIÈRES VOLONTÉS Par LÉA TRICHTER-PARIENTE

2

1

3

1. Dire adieu aux manteaux d’hiver et se glisser dans une veste Blazé Milano, simple, chic, efficace. Blazer «Puritan Mustard», CHF 1 900. blaze-milano.com

3. Passer le week-end au sein des granges agricoles et de la ferme du nouvel hôtel Le Barn, créé en collaboration avec le studio Be-Poles, et parcourir la forêt de Rambouillet à cheval. lebarnhotel.com

4

4. Flâner en ville dans des mocassins Gabriela Hearst en crochet et cuir. Modèle «Hays», CHF 800 sur mytheresa.com. gabrielahearst.com

5

5. Agrandir sa collection de linge Porthault. www.dporthault.fr 6. Rêver sur bleu vert, de murs blanchis à la chaux et de moulins à vent, et réserver les vacances d’été… tout en parcourant le beau livre «Mykonos Muse» chez Assouline. CHF 100. assouline.com

7

6

162

7. Tenter de comprendre le lien entre les œuvres tardives de Claude Monet et les grandes toiles de l’école abstraite américaine (Jackson Pollock, Mark Rothko, Ellsworth Kelly…) au musée de l’Orangerie à Paris. Exposition «Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet», du 13 avril au 20 août. musee-orangerie.fr

PHOTOS DR; Tous les prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse.

2. Ajouter un pin’s Van Cleef & Arpels à ma veste en jean! Clip «Lucky Animals Lapin» en or rose, œil-de-tigre et nacre, CHF 6 612. vancleefarpels.com


Mode, Lifestyle, Voyage et Art: L’OFFICIEL Schweiz/Suisse

www.lofficiel.ch abo@lofficiel.ch +41 44 510 31 58

Profile for L'Officiel Schweiz/Suisse

L'OFFICIEL No. 36 Avril 2018 FR  

L'OFFICIEL No. 36 Avril 2018 FR  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded