Page 1

N° 77 JUILLET 2017 WWW.LOFFICIEL.COM

LA MODE ENTRE DEUX SAISONS

DU DRAME À LA COMÉDIE RAZANE JAMMAL

SES PAILLETTES DANS LA NUIT

ANYA KNEEZ BOWIE EN ARMÉNIE

GURUMIRAN

RAZANE JAMMAL EN DIOR

INSPIRER, BRÛLER, INVENTER


D I O R . C O M - 0 1 9 9 1 1 1 1 E X T. 5 9 2


© 2017 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.


fakhry bey street, beirut souks aĂŻshti by the sea, antelias chloe.com


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL. 01 99 11 11 EXT. 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL. 04 71 77 16 EXT. 241

EMILIOPUCCI.COM


143 EL-MOUTRANE STREET, DOWNTOWN BEIRUT AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS MARCJACOBS.COM


Blue Odyssey


monte-carlo, 2017

MAISON DE HAUTE JOAILLERIE

maison tabbah

allenby street

downtown beirut

01 975 777

tabbah.com


L’OFFICIEL

SOMMAIRE

24

NEWS

L’édito — page 32

Le « Back to school» de Fendi — page 54

Tendances — page 56

Un parfum de souk à Paris — page 62

Cache moi — page 80

Herbes vives — page 90

L’heure fauve — page 66

Émulation — page 68

Des pieds et des mains — page 70

La crème lavante au citron de Christophe Robin — page 94

Être, paraître, disparaître — page 96

Le temple Dior — page 100

Petit déjeuner avec Ralph Masri — page 106

Si précieux — page 108

Clé de Cartier — page 110

Quand Sofia dompte la panthère — page 112

Éthiques et magnétiques — page 116

Heures de pointe — page 118

Leur page blanche est une Basket — page 126

« Pas mal, Zaza ! » — page 134

Je me ferai douce — page 150

Habillée pour l’été — page 164

Les quatre « s » de Dana H. — page 174

Café, journal et on recommence — page 186

PHOTOS DR

page 34


L’OFFICIEL

SOMMAIRE

26

Le corps et ses énigmes — page 188

Beyrouth, une histoire de désir — page 190

Fast and curious — page 196

Chair à sable, chair à sel — page 198

L’étoffe du Héraut — page 200

Hermès et l’évidence Margiela — page 202

Soudain, une reine dans la nuit — page 206

Une joueuse en exil — page 210

Le vétéran, le bodyguard, le vieillard et la bimbo — page 212

Bowie, Berlin et les steppes d’Arménie — page 216

Sons d’une nuit d’été — page 220

Beyrouth comme vous ne l’avez jamais vu — page 222

Une philosophie du PH — page 230

La saison est ouverte à Miami — page 234

Avec Mist, Ehden monte en gamme — page 236

ADRESSES

Ici je suis ailleurs — page 244

PHOTOS DR

La Pizza — page 238


HUGO BOSS Middle East FZ-LLC Phone +971 4 55 15 531 hugoboss.com BOSS 0934/S

Beirut ABC Verdun, Level 2 ABC Dbayeh, Level 3 ABC Achrafieh, Level 3 Downtown, Allenby Street


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

SOPHIE NA H A S Département artistique

D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

A RV ED COLV IN-SMITH, BACH A R SROUR , R AYA FA R H AT RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R IE A BOU K H A LED, M A R I A L ATI, M A RWA N CH A HINE , MÉL A NIE HOUÉ , M Y R I A M R A M A DA N, NICOLE V.H A MOUCHE , PHILIPPINE DE CLER MON T-TONNER R E , SA BY L GHOUSSOUB STYLISME

M AGDA LENA BRY K , A MINE JR EISSATI Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


L’OFFICIEL

ÉDITO

INSPIRER, BRÛLER, INVENTER On a tendance, un peu rapidement, à considérer le mois de juillet comme un temps mort pour la mode. L’automne arrive timidement en boutique et l’été liquide ses derniers trésors. Mais il y a encore ce séjour à la plage, ce dernier voyage, ce mariage, ce sentier de montagne, cette envie de faire durer l’idée d’une arrière saison avec un nouveau style, une paire de souliers qui fait rêver d’hiver, qu’on garde dans le placard pour plus tard, qu’on ne veut pas « brûler » mais qu’on finit par porter parce qu’on ne peut pas ne pas, parce qu’un peu plus au Nord il fait quelques degrés de moins, et puis zut, parce qu’on n’a pas besoin de prétexte pour se faire plaisir. L’été est lourd mais il est une invitation unique à se laisser enfin vivre, respirer par la peau, découvrir le monde. Où qu’on aille, la diversité nous inspire et la mode puise aux mêmes sources. Les époques défilent, les muses apparaissent à tous les coins de rue, les couleurs de la nature se juxtaposent sans souci d’harmonie et nous enseignent la justesse de l’instinct. Tout cela s’accumule et recharge notre jauge d’émotions et de créativité. Gardons les yeux ouverts, les sens en alerte. Le vêtement n’est pas seulement une question de mode ou de style. Il raconte nos vies intérieures et expose notre culture et notre sensibilité.

Fifi Abou Dib

32


L’OFFICIEL

NEWS

34

ELLE FEULE

C’est la montre précieuse la plus vendue des eighties. La Panthère de Cartier, inspirée de la Santos, était au départ une version féminine de cette montre sportive dessinée pour le pionnier de l’aviation. Elle a accompagné toute une génération d’enfants gâtées de la décennie disco et pourrait raconter les fêtes les plus incroyables du 20e siècle. Interrompue en 2000, transmise de mère en fille, et même en petite-fille, happée par les collectionneuses, la voilà de retour, rééditée en grande pompe, en or, or et acier, et même pavée de diamants. Désormais, elle feule au grand jour. Cartier, 109 Rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 97 26 00

Avec sa nouvelle « harvest collection », la maison joaillère Repossi déploie des lignes pures et simples sous un nom qui évoque bonheur et plénitude (« harvest » signifie « moisson »). Ces anneaux ou tiges simplement sertis de petits brillants et parfois d’une pierre centrale se déclinent en bagues simples ou doubles en or rose ou blanc. Les boucles d’oreilles sont quant à elles disponibles en or rhodié noir, en or blanc ou rose. Incroyablement simple et beau. Chez Sylvie Saliba, Avenue Charles Malek, Quantum Tower Building, Ashrafieh, +961 1 33 05 00

PHOTOS DR

MOISSON DE DIAMANTS


NEWS

36

CÔTÉ COOL

Voilà longtemps qu’on attendait un hommage de la maison Saint Laurent à Loulou de la Falaise, égérie s’il en fut du génial Yves Saint Laurent. Avec Loulou Monogram, c’est chose faite. Ce sac néo-vintage, voire Beatnik de luxe, est un chef d’œuvre de souplesse et de flexibilité. Présenté pour la première fois avec la collection printemps 2017, le sac chaîne Loulou est reconnaissable à son matelassé signature en « Y ». Il se décline en un sac à chaîne gourmette ou dans une version sac à dos compact façonné dans un cuir vernis texturé. La version sac existe en trois formats, petit, moyen et grand et se présente en velours noir, velours bourgogne, cuir lisse ou cuir vernis texturé. So « Rive gauche » ! Saint Laurent, Rue Fakhry Bay, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext. 562 Aïshti by the Sea, Antelias, Ground Floor +961 4 717 716 ext. 212

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


L’OFFICIEL

NEWS

38

LE PUISSANT BLUES DE DIOR

« De toutes les couleurs, le bleu marine est la seule qui puisse concurrencer le noir » affirmait Christian Dior dans son Petit dictionnaire de la mode. Depuis son arrivée à la direction artistique de la Maison parisienne, Maria Grazzia Chiuri n’a de cesse de réactiver les codes établis par le maître. Le bleu, entre autres, est le fil directeur de sa nouvelle collection hivernale. Ce bleu qui a inspiré tant de grands artistes du 20e siècle, de Picasso à Miro, de Cézanne à Chagall, déploie ses nuances et ressuscite, notamment sur une collection intemporelle de vareuses de bergers, émotions, sensations et souvenirs. Symbole de puissance, de beauté et de spiritualité, à la croisée de la nature et de la culture, des océans et de la voute céleste, le bleu exalte chez Dior une féminité forte et réconciliée avec elle-même sur l’air du Blue Prelude de Nina Simone. Dior, 131 Rue El-Moutrane, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext. 592

Ces petits cercles d’or crénelé en cascades sont l’interprétation que fit Mario Buccellati dans les années 30 des colliers de fleurs hawaïens, chatoyantes guirlandes avec lesquelles Papeete accueille toujours ses visiteurs. Ces petites cascades dorées qui jouent avec la lumière sont composées d’anneaux de 0,6mm réalisés avec deux fils d’or tressés main pour former de joyeux mobiles. Leur modernité ne s’est jamais démentie. La collection Hawaï de Buccellati est encore aujourd’hui un best seller. Portée par son succès, elle est réinterprétée chaque année depuis près de 90 ans. Pour 2017, elle s’enrichit de cercles de calcédoine et de cornaline et de détails d’onyx. Aïshti by the Sea, Antelias, Ground floor, +961 4 717 716 ext. 353

PHOTOS DR

DES CERCLES POUR DES FLEURS


CALVIN KLEIN DÉBARQUE CHEZ AÏSHTI

NEWS

Cette fois, en pensant Calvin Klein, on va fermer les yeux et arrêter d’imaginer boxers et lingerie, jeans, sportswear, lunettes, minimalisme et parfums unisexes. La marque la plus inoxydable de l’Amérique s’offre un ébouriffage arty et gagne sa place haut la main sur les portants glamours de Aïshti. On referme les yeux : on est assis dans une œuvre de Sterling Ruby. Avec Raf Simons à la direction artistique, défile toute la diversité du monde. Le futur, le passé, la ville, l’Art déco, l’Ouest américain, tout et rien, tout et tout. Et c’est beau. Aïshti, 71 Rue El-Moutrane, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 Aïshti by the Sea, Antelias, +961 4 717 716

40

NOM DE CODE DK88

Pour les initiés, DK88 est le nom de code de la gabardine miel de Burberry, celle qui revêt les trenchs les plus prisés de la marque. Sauf que cette fois il ne s’agit pas d’un nom d’imper mais de sac. Avec le DK88, la plus british des maisons de mode a voulu adapter l’intemporalité du manteau léger initialement créé pour les soldats de la Première Guerre mondiale à une collection d’élégantes gibecières à l’aise sur tous les fronts. Décliné en trois modèles pour hommes et femmes inspirés du medicine bag, le DK88 est sans conteste un nouveau classique à l’abri du passage du temps. Rue Allenby, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext: 455 Aïshti by the Sea, Antelias, Ground floor, +961 4 717 716 ext. 201

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


L’OFFICIEL

NEWS

42

TO KNOT OR NOT TO KNOT

Véritable épure, le nouveau sac à bandoulière City Knot lancé par Bottega Veneta avec sa collection printemps/ été 2017 est un joyau stylistique qui réinterprète avec brio le sac de soirée rigide Knot. Ici, l’intrecciato, ou tressage signature de Bottega Veneta, n’apparaît qu’en gravure dans le métal or sombre des boucles. La clé du fermoir décalé reproduit le fameux nœud apparu en 2001 sous la direction artistique de Tomas Maier. Le cuir souple est bordé de coutures noircies qui soulignent le profilé pur et net de cet objet maroquinier contemporain à trois compartiments, à la fois fonctionnel et d’une incomparable élégance. Rue Allenby, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext: 565 Aïshti by the Sea, Antelias, Ground floor, +961 4 717 716 ext.211

143 Rue El-Moutrane, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext. 148 Aïshti by the Sea, Antelias, L2, T. +961 4 717 716 ext. 247

PHOTOS DR

HIP-HOP STORY

Jeter un manteau sur une robe, enfiler un pull sur un survêtement, des gestes simples, rapides, efficaces et précis qui nous assurent un confort douillet. Marc Jacobs a décidé pour la prochaine saison froide d’y ajouter de l’élégance. La nouvelle collection hivernale de l’enfant terrible de la mode se décline dans une palette terre et rouille, relevée par des accessoires en cuir usé et ciré. Les chaussures, mais aussi les sacs en python assoupli, la maroquinerie imitant le vinyle, les coutures jouant le graphisme, complètent la panoplie de l’ « executive » pressée mais déterminée à ne rien céder sur son bien-être. Cerise sur le gâteau, des bijoux plaqués or sculptés par l’artiste contemporain Urs Fischer apportent leur note arty, un rien trash, avec des souris pendant sur de grosses chaînes. Marc Jacobs rend ainsi hommage à la culture hip-hop qui fonde l’Amérique d’aujourd’hui.


AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243 ALBERTAFERRETTI.COM


L’OFFICIEL

NEWS

44

A LA FEMME QUI VOULAIT ÊTRE UNE LÉGENDE

Yvan Tufenkjian dédie sa nouvelle collection à l’autonomisation des femmes du Moyen Orient et les invite à prendre le pouvoir dans leurs domaines respectifs. La maison joaillère libanaise, fondée en 1909, organise une campagne d’affichage de six mois pour inviter les femmes à entrer dans la légende. Dans un pays et une région où l’inégalité entre les sexes figure parmi les plus marquées du monde, le Liban occupant le 135e rang sur 144 pays selon une étude du Pnud, Yvan Tufenkjian, complice et protecteur de l’éternel féminin, consacre ses affiches à des femmes fortes et séduisantes parées de ses bijoux sous le slogan « Parmi les grandes dames, peu sont légendaires ». Une incitation à inverser la tendance. Avenue Foch, Centre-Ville, Beyrouth, +961 99 90 51

Voilà quarante ans que ce joailler véhicule l’excellence libanaise à travers des collections intemporelles relevées d’une touche contemporaine ; juste ce qu’il faut pour les protéger de l’éphémère des tendances. Plusieurs générations ont assuré la transmission de l’héritage de la marque. Des développements continus, à la pointe de la technologie, assurent sa pérennité. Le style Rouhana se distingue par un souci de transparence et de légèreté, comme le montre cette bague en forme de roulette aquatique où le saphir, comme une eau figée, célèbre l’été. Forum 600, Rue principale Cornet Chehwan, Mont-Liban, +961 4 91 10 45

PHOTOS DR

LE SAPHIR COMME UNE EAU D’ÉTÉ


NEWS

46

COMME DES JOUJOUX

Elles s’appellent Allegra, Boule, Onde ou Ventaglio. Les collections précieuses de Grisogono, premier joailler à avoir introduit dans ses créations le diamant noir, continuent à surprendre en jouant sur la corde sensible de la gourmandise et du désir. La collection Allegra flatte notre amour du rythme avec des accumulations d’anneaux d’or de plusieurs dimensions, pavés de diamants. Les éléments de Boule sont de véritables confiseries joaillères avec leurs sphères serties ou sculptées dans des pierres dures colorées et dépolies. Les pièces Onde rappellent l’épanouissement des coquillages dans les fonds marins et entrouvrent leurs striures sur des splendeurs minérales. Ventaglio a l’élégance de l’éventail qui lui prête son nom et son geste. Du diamant noir au bijou-joujou, de Grisogono reste fidèle à son envie de surprendre. Chez Sylvie Saliba, Avenue Charles Malek, Quantum Tower Building, Ashrafieh, +961 1 33 05 00

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


L’OFFICIEL

NEWS

48

Comme un coffre à trésor, comme une malle de voyage miniature, le Box Bag d'Alexander McQueen est un objet protecteur destiné à abriter notre fouillis le plus précieux. Ce sac structuré peut aussi bien se tenir à la main qu'être porté en bandoulière, grâce à une chaîne dorée complexe et élégante pour le soir, ou une lanière assortie pour le jour. En cuir de chevrette grainé et doux au toucher, ses coutures renforcées l'empêchent de se déformer. Il existe en deux formats, moyen et petit, avec une contenance généreuse dans les deux cas. En plus des 16 couleurs et textures disponibles, le Box Bag, doté de clous à la base pour le protéger de l'usure, a été réalisé en duo de cuir et veau velours, en cuir embossé crocodile, en crocodile véritable et en python. Si les versions noire et blanche sont permanentes, des couleurs saisonnières telles que le rouge laque, le gingembre ou le laurier cet automne viennent s'ajouter aux multiples déclinaisons de ce classique attachant. Aïshti, 71 Rue El- Moutrane, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 911 111 ext. 104 Aïshti by the Sea, Antelias, Level 2, +961 4 717 716 Ext. 251

NEWS F.A.D.

PHOTOS DR

CECI N’EST PAS (TOUT À FAIT) UNE BOÎTE


Aïshti By the Sea Antelias

04 717 716 ext 248


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN SAC

54

Gigi Hadid (à gauche) et Bella Hadid portent des sacs “Back to School” en cuir lisse. Elles sont en total look Fendi.

LE “BACK TO SCHOOL” DE FENDI Surprenant et versatile, le petit dernier de la maison romaine est un sac pratique et désirable.

Innovation et style Sac à dos sophistiqué, le “Back to School” se transforme en sac en bandoulière en un rien de temps grâce à une astuce ingénieuse qui laisse glisser la chaîne. Moderne et élégant, son look minimaliste et épuré s’adapte aux silhouettes les plus variées. Jeu de mots Imaginé pour la collection pre-fall 2017 par Silvia Venturini

Fendi, directrice artistique des accessoires de la maison, il allie créativité et utilité. Son nom ludique est un clin d’œil au monde de l’école, auquel les sacs à dos sont souvent associés, et à la traduction anglaise du nom de cet accessoire, backpack. De l’allure 24/7 Fabriqué à la main dans les ateliers toscans de la maison Fendi, le “Back to School” est décliné en deux tailles

(normal et mini) et existe dans plusieurs tonalités de cuir uni (marron, noir, bleu ciel, jaune). Coups de cœur absolu pour la version mini en cuir noir rehaussé de petits pompons en fourrure de vison multicolores. Déjà adopté par Kendall Jenner, Gigi et Bella Hadid, ce petit sac tout-terrain sera à n’en pas douter un futur grand classique. www.fendi.com

PHOTOS ADRIANO RUSSO

PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE


L’OFFICIEL

TENDANCES

56

Fendi

Balenciaga

Gucci

Gianvito Rossi

Hermès

OFFICE WEAR LA WORKING GIRL A LE VENT EN POUPE! FINI LES TAILLEURS MOROSES ET TRISTES, PLACE AUX CHEMISES COLORÉES ET VESTES DESTRUCTURÉES.

Diane Von Furstenberg

RÉALISATION PIERRE MOUSSALLEM & SOPHIE NAHAS

Victoria Beckham Marni

Bottega Veneta

Saint Laurent

Gucci

Saint Laurent

Oscar De La Renta

PHOTOS DR

Hermès


L’OFFICIEL

TENDANCES

57

Gucci

Balenciaga

Dolce and Gabbana

Stella McCartney

Adam Selman

DOUBLE DENIM

Miu Miu

PLUS QUE JAMAIS VEDETTE DES DÉFILÉS, LE TOTAL LOOK DENIM EST UN INCONTOURNABLE QUI HABILLE CET HIVER D'ÉLÉGANTE SIMPLICITÉ. RÉALISATION PIERRE MOUSSALLEM & SOPHIE NAHAS

PHOTOS DR

Current Elliott

Saint Laurent

Miu Miu

Valentino

Saint Laurent

Fendi

Valentino


L’OFFICIEL

TENDANCES

58

Balenciaga Fendi

Fendi

Stella McCartney

MSGM

LE SPORTSWEAR L'ESPRIT SPORTIF PREND DU GALON CETTE SAISON, POUR UN LOOK FAUSSEMENT DÉCONTRACTÉ ET PLUS QUE JAMAIS CHIC. RÉALISATION PIERRE MOUSSALLEM & SOPHIE NAHAS Dolce & Gabbana

Saint Laurent

Stella McCartney Saint Laurent

Dolce & Gabbana Gucci Alexander McQueen

Fendi

PHOTOS DR

Balenciaga


L’OFFICIEL

TENDANCES

60

Gucci

Bottega Veneta

Chloé

Balenciaga

Hermès

THINK PINK LA TOUCHE POP DE CETTE RENTRÉE EST SOULIGNÉE DE ROSE, POUR UNE ALLURE EXTRÊMEMENT ET SÉDUISANTE. RÉALISATION PIERRE MOUSSALLEM & SOPHIE NAHAS Gucci

Prada

Gucci

Balenciaga

Jimmy Choo

Gucci Valentino

Fendi

PHOTOS DR

Saint Laurent


Aïshti Downtown Beirut Aïshti By the Sea Antelias Aïshti Verdun dvf.com


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN SITE

62

SON PRÉNOM ÉVOQUE LA GRÂCE ET L’ORIENT. HASNAA GUESSOUS A FONDÉ UN CONCEPT STORE EN LIGNE QUI PROMEUT LES CRÉATEURS DE MODE DU MOYEN-ORIENT ET DU MAGHREB. P A R

N I C O L E

V . H A M O U C H E

PHOTOS MEHDI SEFRIOUI

UN PARFUM DE SOUK À PARIS


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN SITE

A trente ans, férue de mode, Hasnaa Guessous quitte le cabinet d’audit et de consulting Ernst and Young pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Elle crée Mysoukinthecity, une plateforme de mode féminine contemporaine et branchée qui sélectionne designers et produits à travers le Moyen Orient pour les lancer à Paris et au-delà. De nombreux designers libanais ont pignon sur rue dans ce souk digital: Vanina, Nour Najem, Roula Dfouni, La Terre est Folle, Karine Assaf, Cynthia Raffoul et d’autres. Repérages et adaptation En 2015 Guessous se rend entre autres à Beyrouth pour repérer les designers susceptibles de faire partie de sa plateforme. Guessous entend faire connaitre un autre monde arabe, tout de beauté et de créativité. Au départ, en quittant l’univers corporate, elle a en tête de lancer une marque de mode. Au fil de ses recherches couronnées par de belles découvertes, son idée de base évolue. La jeune femme, diplômée d’une école de commerce, l’EM Lyon, et formée au marketing de la mode chez Marc Jacobs à New York et E&Y à Paris, s’aperçoit qu’elle pourrait mieux mettre à profit son expérience en créant une plateforme plutôt qu’en lançant une marque, n’ayant ni formation ni expérience en design. Elle décide alors de proposer son projet lors d’un start-up week-end centré sur le thème Fashion and Tech. C’est dans la foulée de ce weekend que nait Mysoukinthecity.com. A la suite de ce week-end,

63

Guessous travaille l’identité visuelle de son souk virtuel et suit une formation de coding pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de son projet et communiquer avec les développeurs et autres techniciens. Une base de lancement pour l’entreprenariat féminin Le but de cette plateforme est au départ de faire découvrir aux Parisiennes en particulier et aux Européens en général les jeunes talents du monde arabe. Sa fondatrice veut aussi aussi faire voyager son public grâce à un web magazine qui présente les créateurs de Mysoukinthecity, leurs adresses préférées et leurs goûts. Pour beaucoup, ces designers sont des femmes entrepreneurs qui contribuent au développement de l’artisanat et à la mise en valeur du patrimoine de leurs pays. A titre d’exemple, on pourrait citer Okhtein, une marque de maroquinerie fait main, créée en 2013 par deux sœurs égyptiennes, Aya et Mounaz Abdel Raouf. Adoubée par Gigi et Bella Hadid, les tops américaines d’origine palestino-néerlandaise, Okhtein a gagné le Vogue Fashion Prize. Autre favorite des internautes, Vanina. Cette marque d’accessoires a été lancée par les Libanaises Tatiana Fayad et Joanne Hayek il y a huit ans, alors qu’elles étaient encore à l’université. Le tandem a opté pour une démarche éthique et « zero waste ». La styliste libanaise Nour Najem cartonne elle aussi sur


Mysoukinthecity. Sa marque s’adresse à la femme moderne et indépendante à travers des lignes fluides, et des détails complexes. Diplômée d’ESMOD Beyrouth la jeune femme a créé son propre label éponyme en 2013 pour fonder par la suite en 2014, la Kenzah Foundation, une association qui emploie des femmes défavorisées et met à contribution les artisans expérimentés de la région pour les former à leurs métiers. My Kilim Shop, réalise ses sacs à main avec des chutes de tapis kilim anciens et de cuir véritable, chinés aux quatre coins du Maroc. La marque puise sa force dans le métissage culturel: chaque pièce est unique, conceptualisée et dessinée à Paris puis confectionnée au Maroc de manière artisanale.

Les créateurs moyen-orientaux et nord africains charment assurément les Parisiennes. Selon la créatrice de la plateforme, c’est surtout la touche différente de leurs produits qui séduit les acheteuses françaises. Le marché de la plateforme s’étend déjà au-delà de l’Hexagone. Mysoukinthecity.com offre aussi à ses créateurs des services de conseil en image et la participation à des pop up stores comme celui organisé par Guessous dans le Marais, en décembre dernier. L’entrepreneure veut aider ses créateurs « à sortir de leur pays et à rayonner ».

PHOTOS MEHDI SEFRIOUI

Bédouin, marque de mode féminine s’inspirant de la simplicité des traditions nomades à travers le monde, a elle aussi ses aficionados. Diplômée de Saint Martin à Londres, sa fondatrice, Andraya, met en avant le caractère spontané, confortable mais aussi responsable de sa production faite localement dans un atelier à Dubaï.


Black Calf Hammock with Slogan Intarsia and Calla Lily Charm, 2017

loewe.com Aïshti by the Sea, Antelias


L’OFFICIEL

FOCUS

66

L’HEURE FAUVE UNE PALETTE CHAUDE, DES MATIÈRES TENDRES, DES MOTIFS ANIMALIERS, L’AUTOMNE EST TOUJOURS UN BON PRÉTEXTE POUR RESSORTIR LES CAMAÏEUX TERRE FLASHÉS D’ORANGE, DE JAUNE ET DE VERT FEUILLAGE OU CAMOUFLAGE. PAR SOUCI DE COHÉRENCE, ON RÉINVENTE LA SAHARIENNE, L’IMPERMÉABLE, LE JODHPUR ET LA CLASSE MILITAIRE.

Finie l’époque où le moindre cocktail hivernal ressemblait à une assemblée de grizzlis, au vu du nombre de femmes qui se présentaient en manteau de pleine fourrure, noire ou marron acajou, qu’on appelait « vison » par antonomase. Il y avait déjà quelque chose d’insoutenable à imaginer le massacre qu’entretenait une telle mode. Heureusement, le réchauffement climatique et l’action déterminée de nombreux activistes ont contribué à la disparition de cette tendance cruelle, à l’esthétique discutable. Les fabricants textiles se sont attelés à créer des fourrures artificielles plus « humaines » au sens où elles ne sont volées à aucun animal. Plus vraies que vraies, plus douces que douces, leur qualité s’affine d’année en année, et ce sont elles qui auront la vedette à la prochaine rentrée. Il y a tout de même un curieux paradoxe dans notre désir de ressembler à nos proies en nous recouvrant de leurs peaux, aussi belles soient-elles. Mais comme nous insistons encore à piquer aux fauves et aux grands reptiles leurs invraisemblables parures, la mode est encore loin d’abandonner ces imprimés animaliers qui nous rendent zèbres. Panthères, léopards, girafes ou pythons nous prêtent volontiers une copie détournée de leur vestiaire, parfois réduite à de simples pois ou rayures,

F . A . D .

réponse de la géométrie aux fantaisies fractales de la nature. L’un des grands luxes du siècle dernier consistait à « partir en safari ». En arabe, cela voudrait dire simplement partir en voyage. Mais le mot safari déploie tout un imaginaire embrumé de nuées de moustiques, de feux de camp, d’attaques nocturnes de singes chapardeurs, couronné de quelques trophées d’animaux en voie d’extinction, le tout accompagné d’une panoplie idoine faite de chapeaux coloniaux et de costumes de toile beige ou verte, de fusils à pompe, de couteaux, de sherpas, de virilité et de femmes dont on s’encombre à contrecœur mais qui finissent par se révéler indispensables. Voilà pour la mythologie. Par bonheur, en guise de trophées on ne ramène plus aujourd’hui que de belles photos de savane, traversée, pour les photographes les plus réactifs, par des fauves plutôt confiants. Mais la panoplie demeure avec ses toiles un rien militaires, ses boucles, ses ceintures, ses clics et ses zips. Et pour chahuter un peu ces classiques issus des films et des récits d’aventures que sont les impers et les sahariennes, les jodhpurs et les bottes cavalières, on les retrouvera en versions décalées, déstructurées, avec des volumes modifiés et des enjoliveurs techno. Le cri de Tarzan en auto-tune.

PHOTOS DR

P A R


Stella Mccartney

Hermès

Fendi

Bottega Veneta

Chloé

Ermanno Scervino

David Koma

Anya Hindmarch

Dsquared2


L’OFFICIEL

PHOTOMATON

68

ÉMULATION Qui dit mule dit langueur, petits pas mesurés, absence de contraintes, doigts de pieds glissés-enveloppés dans un étui de matière précieuse, brodée, brocardée, enluminée. La mule a ses émules. Elles sont rêveuses et délicates. R É A L I S AT I O N

JOSÉE

NAKHLÉ

PHOTOGRAPHIE

R AYA

FA R H AT

De gauche à droite de haut en bas: Mules, MIU MIU. Mules, DOLCE & GABBANA. Sandales, DOLCE & GABBANA. Sandales, JIMMY CHOO. Mules, BOTTEGA VENETA. Sandales, JIMMY CHOO. Mules, GIANVITO ROSSI. Sandales, BOTTEGA VENETA. Mules, PRADA.


etro.com

AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI VERDUN


DES PIEDS ET DES MAINS MULES RAFFINÉES ET CABAS GRAPHIQUES POUR DÉAMBULER EN TOUTE DÉCONTRACTION CET ÉTÉ. DEBORAH

FIONA REYNER

TORRE SEBAG

PHOTOS DR

PHOTOGRAPHIE R É A L I S AT I O N


L’OFFICIEL

STYLE

71

1

2

3

4

5

6

1. Mules en cuir, PR ADA. 2. Mules en suède, GIANVITO ROSSI. 3. Mules brodée, ATTICO. 4. Mules en cuir, BRUNELLO CUCINELLI. 5. Mules en velours, MALONE. 6. Mules en cuir, PR ADA. Page de gauche, de gauche à droite : chemise en coton, ELLERY. Cabas en lin et cuir, CÉLINE. Mocassins en cuir, GIVENCHY. Cabas en toile de coton, BALENCIAGA. Cabas en cuir et toile, MIU MIU.


L’OFFICIEL

STYLE

1

72

2

3

4

5

1. Sandales en tissu, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO. 2. Mules, BALENCIAGA. 3. Sandales en chèvre velours, CHLOÉ. 4. Sandales en velours, MARCO DE VINCENZO. 5. Mules en cuir de chèvre clouté, MARC JACOBS. 6. Sandales en veau velours, JIMMY CHOO. Page de droite, de gauche à droite : Sac en osier, PR ADA. Sandales brodées, LANVIN. Sac “Hammock” en cuir et osier, LOEWE. Sac en osier, FENDI.

6


L’OFFICIEL

STYLE

75

1

2

3

4

5

6

1. Baskets en cuir, BURBERRY. 2. Baskets en cuir brodé, GUCCI. 3. Baskets en cuir, ALEXANDER MCQUEEN. 4. Baskets en cuir, DSQUARED2. 5. Baskets en cuir, MARCO DE VINCENZO. 6. Baskets en cuir, DOLCE & GABBANA. Page de gauche, de gauche à droite : Ballerines en tissu technique, DIOR. Chemise en coton, ELLERY. Short en gabardine de coton, GUCCI. MODÈLES : ALANA MIA ET MARGARITA CHEZ MARILYN. MAQUILLAGE ET COIFFURE : CÉLINE CHEVAL. ASSISTANT STYLISME : DAMÈSE SAVIDAN.


FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


C’EST FAÇONNABLE.


L’OFFICIEL

ACCESSOIRES

CACHE MOI

Dans le secret des grands arbres où l’on va s’embrasser, on emporte des accessoires camouflage. Ce saclà, ces lunettes, ces sandales, il nous les faut pour être vues et inconnues.

PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT

RÉALISATION & STYLISME JOSÉE NAKHLÉ

80


Sac, GUCCI.


Lunettes de soleil, CHRISTIAN DIOR.


Lunettes de soleil, ALEXANDER MCQUEEN.


Sandales, DOLCE & GABBANA.


Sandales, PR ADA.


Chaussures, CÉLINE.


Sac, RED VALENTINO.


L’OFFICIEL

BEAUTÉ

HERBES VIVES Se rouler dans l’herbe, dans le gazon tondu de frais, se griser de ce parfum-là, de vert vibrant, d’eau jaillissante, rire dans ces éclaboussures. À défaut, un petit pschitt derrière l’oreille fait le vertige. Le vert-tige. PAR F.A.D PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ

Eau de Toilette Acidulée, “Bonbon”, VIKTOR & ROLF.

90


Eau de Parfum limited edition, “Bamboo”, GUCCI.


Eau de Parfum, “Baiser Fou”, CARTIER.


Eau de Parfum, “Love Story, Eau Sensuelle”, CHLOÉ.


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN HIT BEAUTÉ

94

LA CRÈME LAVANTE AU CITRON DE CHRISTOPHE ROBIN À L’OCCASION DE SES DIX-HUIT BOUGIES, LE PRODUIT CULTE POUR CHEVEUX COLORÉS, MÉCHÉS OU SENSIBILISÉS PARAÎT EN ÉDITION LIMITÉE.

Histoire: L’année 1999 est charnière pour le coloriste et coiffeur star Christophe Robin, puisqu’elle voit naître deux de ses must-haves les plus célèbres. L’Huile à la Lavande d’abord, puis la Crème Lavante au Citron, élixir réparateur, le secours des crinières fragilisées des célèbres clientes du hairstylist. Pour réparer les cheveux éprouvés par les changements radicaux de ses clientes icônes de la mode ou du septième art, il imagine un produit hybride combinant des agents lavants ultra-doux et des actifs hydratants et protecteurs.

MÉL ANIE

Mode d’emploi: Soin précurseur de la tendance lourde low-poo – détox capillaire consistant à remplacer les shampoings par des produits alternatifs plus délicats –, cette formule SOS à l’écorce de citron fonctionne comme un gommage qui vient lustrer la fibre capillaire et fixer les pigments des colorations grâce à son PH acide et ses extraits de millepertuis et de camomille. On l’applique sur cheveux secs en émulsionnant avec un léger filet d’eau à quatre ou cinq reprises.

MENDELEWITSCH

Actu: Produit indispensable utilisé quotidiennement par Christophe Robin dans son salon-écrin de la rue Bachaumont, à Paris, la crème lavante à l’inimitable texture perlée célèbre ses dix-huit ans d’existence sous la forme d’une édition limitée, exemplaire collector qui séduira les inconditionnelles de la marque. Crème Lavante au Citron édition limitée de Christophe Robin, 250 ml, disponible chez Aishti By the Sea, L4, et sur www.christophe-robin.com.

PHOTO DR

PAR


L’OFFICIEL

STYLE

96

ÊTRE, PARAÎTRE, DISPARAÎTRE DANS LE CADRE DE LA BEIRUT DESIGN WEEK, LA CRÉATRICE MILIA MAROUN, L’UN DES CHEFS DE FILE DE LA NOUVELLE COUTURE LIBANAISE DANS LES ANNÉES 90, DONNAIT À VOIR, EN COLLABORATION AVEC L’ARTISTE VISUELLE LEILA PAZOOKI, UNE INSTALLATION EN CINQ VOLETS DÉDIÉE À L’UNIVERS DE L’ENFANCE. a

r

F

.

A

.

D

PHOTOS DR

p


Mais non, Beyrouth ce n’est pas fini pour Milia M. qui en avait pourtant déprimé plus d’un il y a quelques mois en fermant sa boutique phare de Saifi Village, contiguë à l’espace de la fondation Starch. A l’époque, elle avait annoncé son départ vers de nouvelles aventures, et cette éternelle nomade qui a vécu entre Beyrouth, Damas, Paris, Istanbul et Londres avait donné à son inspiration le temps de se ressourcer et à sa petite fille le temps de grandir sous son aile. Aujourd’hui, ses créations sont de plus en plus conceptuelles. La pionnière du prêt-à-porter libanais s’intéresse davantage au vêtement personnalisé et aux pièces d’exception, comme le prouve la destinée de ses « kimabayas », vestes amples à travers lesquelles elle réalise une fusion entre deux orients, entre kimono et abaya. Cette collection fait désormais le tour du monde des grandes foires de design et se distingue par la rareté de ses tissus et la singularité de ses coupes. Une installation en cinq volets Pour la Beirut Design Week, la créatrice est revenue avec une installation où les objets conceptuels donnent sens à une collection enfantine tout ce qu’il y a de plus réelle, composée de chemises et de pulls miniatures dont les manches se prolongent pour former la manche de leur réplique en taille adulte. Des petits ciseaux attachés au petit vêtement donne à l’enfant le choix de trancher ce cordon ombilical symbolique quand il en jugera le moment venu. Et tout à l’avenant, on trouvait dans cette exposition émouvante et poétique dont le titre « Objeu » était d’ailleurs emprunté au poète Francis Ponge, matière à interpréter l’objet, le jeu et le je à

hauteur d’enfance. Le « Fort-Da », jeu de la bobine à travers lequel Freud décrivait la répétition du geste et l’apparition/disparition de l’objet qui permet à l’enfant de dépasser son angoisse de la perte de la mère, est illustré par Milia M. au moyen d’une bobine géante sur laquelle se dévide un tricot en train de se détricoter. L’intervention de l’artiste Leila Pazooki, dont les domaines de spécialité couvrent aussi bien la photo et la vidéo que la broderie, est tangible dans ces ensembles miniatures de coton et de lin blanc sur lesquels sont rebrodés les premiers dessins des enfants pour lesquels ils sont destinés. Ces pièces peuvent être évidemment commandées sur-mesure et personnalisées avec les premières œuvres de votre propre enfant. Dans une tente obscure est suspendu un nounours en toile blanche sur lequel sont projetées des images qui habituellement incarnent les terreurs des tout-petits : des loups, des lions et autres monstres et cauchemars. Le nounours permet de les extérioriser et les absorbe pour permettre à l’enfant de dormir. Enfin, dans un coin, des « kimabayas » miniatures flottent en suspension grâce à un dispositif électromagnétique. Ils représentent le flottement du fœtus dans le ventre de sa mère. On l’aura compris, inspirée par sa fille et l’amitié que celle-ci a nouée à la maternelle avec la fille de Leila Patzooki, Milia Maroun déployait dans cette œuvre multiple tout le talent d’une maman artiste qui essaie de répondre à une question fondamentale : comment rassurer mon enfant et toute l’enfance, comment l’aider à grandir ? Sans un mot, les objets « psy » ainsi créés se chargent de résoudre le problème.


PHOTOS DR


L’OFFICIEL

BON ANNIVERSAIRE

100

Dans “L’Officiel” n° 341-342 de septembre 1950.

LE TEMPLE DIOR POUR LE SOIXANTE-DIXIÈME ANNIVERSAIRE DE LA MAISON FONDÉE PAR CHRISTIAN DIOR, LA NOUVELLE DIRECTRICE ARTISTIQUE, MARIA GR AZIA CHIURI, COM MENTE HUIT SILHOUETTES ICONIQUES ISSUES DES ARCHIVES DE L’OFFICIEL. M A R G U E R I T E

D

ix ans de travail, soixante ans de postérité : face à l’empire Dior, on oublie souvent qu’il repose sur une brève période de création intense, entre la première collection de 1947 et la mort du couturier, en 1957. À l’occasion du soixante-dixième anniversaire de sa fondation, la maison Dior s’offre au musée des Arts décoratifs une vaste rétrospective présentant quatrecents de ses plus belles robes, ses sources d’inspiration et ses héritiers. La féminité comme un rêve, dans une mise en scène de Nathalie Crinière. Plus qu’un hommage : une cérémonie sacrée. Exposition “Christian Dior, couturier du rêve”, du 5 juillet au 7 janvier au musée des Arts décoratifs à Paris. www.lesartsdecoratifs.fr

B A U X PHOTOS POTTIER, LUIS SANCHIS/ARCHIVES DE L’OFFICIEL

P A R


Octobre 2003

“La période John Galliano fut marquée par la théâtralité et le spectaculaire : cette image m’évoque l’historicisme et la mondanité, mais dans une dimension tout à fait différente et décalée. Un choc extraordinaire des imaginaires.” Maria Grazia Chiuri


Septembre 1958

“La silhouette nette de cette tenue signée Yves Saint Laurent est, à mes yeux, comparable à une sculpture de Marino Marini. Le tissu se plie aux désirs de celui qui a construit et tracé une forme absolue. La femme Dior est une rencontre entre la ligne et la matière.”


Mars 1947

PHOTOS POTTIER, GUEGAN, RODOLPHE HAUSSAIRE/ARCHIVES DE L’OFFICIEL

“Selon moi, la grâce et l’harmonie sont les éléments clés de cet ensemble, qui présente, par essence, toutes les caractéristiques de la silhouette ‘Corolle’ iconique : une exaltation du corps féminin que Monsieur Dior comparait à une fleur. Il s’agit sans conteste d’une ligne qui a marqué son époque et qui est entrée dans l’histoire de la mode.”

Avril 1967

“Un manteau psychédélique, presque impertinent par sa couleur et sa coupe, typique des années soixante – mais avec une ceinture qui apporte de la vie : cette tenue illustre la capacité de la maison à se renouveler, à travers ses différents directeurs artistiques, dans ce cas Marc Bohan, tout en respectant son époque et sans renier ses codes.”

Mars 1980

“Le power suit version Dior : un classique des années quatre-vingt qui ne renie pas la féminité mais la redéfinit pour doter d’un uniforme les femmes sorties victorieuses des combats féministes. Un mélange de lignes simples et nettes, dans lesquelles réside la perfection du modèle.”


Octobre 1972

Août 1997

“La puissance narrative de cette création, évocatrice de contrées lointaines et de l’allure glamour caractéristique de la maison, témoigne de la vision globale de Dior.”

PHOTOS PATRICK BERTRAND, HIROMASA, MASHA MEL/ARCHIVES DE L’OFFICIEL

“Les années soixante-dix sont celles de l’émancipation de la femme : quelle meilleure façon de crier au monde qui l’on est que de s’afficher en total red ? Une couleur qu’affectionnait Dior, mais aussi celle de la passion, de l’engagement, de la fierté. Une couleur qui symbolise l’audace de revendiquer sa liberté face aux stéréotypes imposés.”


Avril 2017

“Cette tenue (issue de la

première collection prêt-àporter de Maria Grazia Chiuri pour Dior, ndlr) résulte d’un parcours créatif marqué par la soustraction, la sublimation, la synthèse. Elle réunit les codes Dior et les ramène à leur degré zéro, à leur essence originelle : c’est l’interprétation moderne de l’icône.”


L’OFFICIEL

PETIT DÉJEUNER

106

PETIT DÉJEUNER AVEC RALPH MASRI LAURÉAT DU PRIX SWAROVSKI ET LE PLUS JEUNE NOMINÉ DU UK JEWELLERY AWARD, RALPH MASRI CONFIRME AU SEUIL DE LA TRENTAINE SON STATUT DE SURDOUÉ DU DESIGN JOAILLER LIBANAIS. IL EST ÉTABLI À BEYROUTH APRÈS AVOIR ROULÉ SA BOSSE ENTRE LE CANADA, LA FRANCE ET L’ANGLETERRE. SON STYLE SE RECONNAÎT À SES JEUX D’ARABESQUES. P A R

F . A . D .

A quelle heure sonne votre réveil ? Normalement à 9:00 Que faites-vous dès votre lever ? Je fonce vers la cuisine pour préparer mon petit-déjeuner! Votre menu idéal ? J’adore les œufs. Mon menu idéal serait un mélange de salé et de sucré: une omelette au fromage avec des champignons et du bacon, des croissants, des fromages, et finalement une gaufre ou une crêpe avec des fruits et du sirop. Le tout servi avec du jus d’orange et un café. Vos meilleures adresses de petit déjeuner ? Frosty Palace, Casablanca et Cantina Sociale. Votre humeur du moment ? Un mélange de joie et de stress.

Une pièce de haute joaillerie ou un bijou couture que vous auriez aimé créer? Le collier de la reine Khaleesi dans la série Game of Thrones. Votre devise matinale ? Sois efficace aujourd’hui.

PHOTOS RAYA FARHAT

Comment SM la reine Rania de Jordanie a-t-elle choisi de porter vos bijoux au Google Zeidgeist ? Apparemment Sa Majesté avait lu un article sur moi et mon travail lui avait plu. Depuis j’ai la chance et l’honneur de bénéficier de son soutien. En plus de l’événement Google, elle a porté mes bijoux le jour de l’Indépendance jordanienne, et elle ne quitte presque jamais ma bague arabesque!


L’OFFICIEL

108

SI PRÉCIEUX 108

Boucles d’oreilles avec une marquise ronde ou ovale de diamants et or blancs, George Hakim.

Boucles d’oreilles “B.Zero1” en or rose, Bulgari.

Créoles “Whisper” en or blanc et diamants, Tabbah.

COMPAGNIE CRÉOLES

Créoles “Idylle Blossom” en ors jaune, rose, gris et diamants, Louis Vuitton.

Boucles d’oreilles “Juste un clou” en or rose et diamants, Cartier.

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Boucles d’oreilles en or rose et diamants, “Diamond Classics”, Mouawad.

Créoles “Lace” en or blanc et diamants, Tabbah.

PHOTOS DR

Créoles “Scarabées” en or jaune et diamants, Aurelie bidermann en vente chez Sylvie saliba.

Ne quittez jamais ces boucles d’oreilles circulaires, à la beauté infinie.


L’Officiel

Anatomie d’une montre

CLÉ DE CARTIER

110

A la fois ronde et ovale, ses lignes sont douces et tendues, son profil cintré. La montre Clé de Cartier doit son nom à sa couronne de remontoir en forme de clé. Son succès lors de sa première présentation en 2015 au Salon International de la haute Horlogerie (SIHH), a confirmé son statut événement dans l’histoire de Cartier.

Elle a à peine trois ans et c’est déjà, définitivement, une icône. Son cadran rond inséré dans un boîtier ovale trouble la perception. Parfois on croit même y voir un carré, mais ce jeu de géométrie et d’optique n’est pas seul à créer la fascination. Au niveau de ce fameux remontoir en forme de clé, l’opération se déroule comme pour actionner un jouet mécanique. Le geste est ludique, la précision mathématique. Le savoir-faire Cartier offre ici le summum de son art en commandant un geste à la fois sensuel, évident et spontané.

la création de la Maison Cartier. A six heures, l’encoche de la date ressemble à un trou de serrure. Sa boîte en or gris rhodié 18 carats, sertie ou non de diamants taille brillant, est d’un diamètre de 40mm, d’une épaisseur de 11,76mm. Sa clé est ornée d’un saphir, ses aiguilles en forme de glaive son en acier bleui. Le bracelet est en alligator brillant rose fuchsia. Il est doté d’une boucle déployante à double réglage 18mm en or gris rhodié 18 carats, fond saphir. Elle est étanche à 30 mètres.

Le code attribué à son calibre, 1847 MC, correspond à l’année de

diamants et cuir, 40 mm, mouvement mécanique Manufacture à remontage automatique.

Montre “Clé de Cartier” en or gris rhodié,

PHOTO DR

PAR F.A.D.


HALE Y BENNET T FOR R AG & BONE NE W YORK

AÏSHTI BY THE SE A ANTELIA S T. 0 4 717 716 E X T.297 AND ALL AÏZONE STORE S T. 01 99 11 11


L’OFFICIEL

COLLABORATION

112

QUAND SOFIA DOMPTE LA PANTHÈRE CRÉÉE EN 1983, LA MONTRE PANTHÈRE DE CARTIER ÉTAIT AUSSITÔT DEVENUE UN MUST-HAVE POUR LE TOUT HOLLYWOOD DE L’ÉPOQUE. SOFIA COPPOLA AVAIT À PEINE ONZE ANS ET JOUAIT DANS « OUTSIDERS » UN BLOCKBUSTER DE SON PÈRE F.F. COPPOLA. LA « PETITE FILLE » REND AUJOURD’HUI HOMMAGE À LA PANTHÈRE AVEC UN COURT-MÉTRAGE TOUT EN NOSTALGIE. A

R

Sofia Coppola est certes née dans le sérail, mais héritage et talent ne vont pas toujours de pair. C’est son flair pour l’air du temps et son art d’écrire avec la lumière les ambiances les plus justes, son sens aigu de l’image, qui ont fait d’elle cette surdouée du cinéma américain contemporain. En attendant la sortie de son prochain film, une adaptation des « Proies » de Thomas Cullinan avec Elle Fanning, Nicole Kidman, Kirsten Dunst et Colin Farrell, elle vient de remporter le prix de la mise en scène du Festival de Cannes qui n’a pas été attribué à une femme depuis 56 ans. Elle vient aussi de réaliser pour Cartier un petit bijou de court métrage mettant en vedette la montre Panthère de la maison joaillière, une icône créée en 1983, disparue en 2000, et qui vient de réapparaître presque à l’identique, à peine plus affinée et modernisée. Le retour d’une icône La Panthère ne pouvait pas ne pas réveiller en Sofia Coppola une certaine nostalgie de son enfance. L’année de sa parution, cette montre était aussitôt devenue incontournable. Héritière de la Santos, premier garde temps de poignet créé par Cartier en hommage au pionnier de l’aviation Santos-Dumont, la Panthère avait commencé par s’appeler « Santos D », le D faisant référence à « Demoiselle ». C’était un trophée, un symbole de bienvenue dans l’âge adulte que l’on offrait aux jeunes filles pour une grande occasion. Au cinéma on l’a vue, parmi d’autres, au poignet de Jamie Lee Curtis dans « A fish called Wanda » ; portée par Gwyneth Paltrow dans « A perfect murder », ou encore par Sarah Michelle Gellar dans « Cruel intentions ». De quoi ajouter à son identité élégante et sexy une touche d’humour et de caractère soulignée par son boîtier carré aux angles arrondis, son bracelet sensuel constitué d’un chaîne fluide au maillage grain de riz et son cadran animé de chiffres romains noirs sur fond d’émail blanc ainsi que ses aiguilles en

F

.

A

.

D

.

sabres d’acier bleu. Depuis l’arrêt de sa production en 2000, elle n’avait jamais cessé de passer de mère en fille ou même en petite-fille, sinon de s’arracher sur le marché de seconde main. Elle revient, plus désirable que jamais, toujours en mouvement quartz et en trois tailles, or jaune, or blanc, or blanc et jaune, simple ou sertie, ou même pavée de diamants. Plongée dans l’univers des 80’s Familière de l’univers de la mode et du luxe dans lequel elle a travaillé à ses débuts en tant que photographe, ayant même été la muse de Marc Jacobs, Sofia Coppola savait exactement, en recevant carte blanche de Cartier pour mettre en scène sa Panthère, sur quelle sorte d’ambiance elle allait restituer la charge d’âme de cette création d’exception. Avec la complicité de l’actrice australienne Courtney Eaton (Mad Max : Fury Road) et de Brooklyn et Amanda Sudano, les deux filles de la reine du disco Donna Summer, elle a réinventé dans un contexte moderne la grâce particulière des années 80 et ramené la jeunesse de ces élégantes qui portaient une Panthère de Cartier. C’est à Los Angeles que se déroule l’action de ce film en version 60 et 30 minutes, selon qu’il passe dans les salles de cinéma ou sur les réseaux sociaux. De la mythique gare Union Station où patiente une jeune femme, à la discothèque du Giorgio’s où elle danse avec ses amies sur des airs disco, à la Fox Residence où elle enlace son amoureux et plonge dans la sublime piscine, en passant par les enfilades de palmiers de la Cité des Anges en décapotable, Panthère au poignet, vigilante comme une complice, étincelante comme à son premier matin, Cartier retrouve dans les images, les lumières tamisées et les clairs obscurs de Sofia Coppola une époque sensuelle et libre, avec un petit goût de péché qui justifie qu’on regarde l’heure et que celle-ci vous serre le poignet avec tendresse, comme un fauve dompté, comme une ultime victoire sur le temps.

PHOTOS DR

P


Zoe Saldana

Feels Weightless. looks FlaWless.

BeiRUt soUks, soUk el taWileh t. 01 99 11 11 eXt: 560 aÏshti BY the sea, aNtelias t. 04 71 77 16 eXt. 263 BeiRUt CitY CeNteR, haZMieh, leVel 1 t. 01 287 187 also aVailaBle at all aÏZoNe stoRes iN BeiRUt, DUBai, aMMaN


L’OFFICIEL

BIJOUX

116

ÉTHIQUES ET MAGNÉTIQUES NÉE AU CANADA, ÉLEVÉE EN ANGLETERRE, PIPPA SMALL EST UNE ANTHROPOLOGUE CONVERTIE À L’ART DU BIJOU PAR FASCINATION POUR LES TRIBUS INDIGÈNES ET LEUR RAPPORT À L’ORNEMENT. GRANDE VOYAGEUSE, SES CRÉATIONS RÉALISÉES PAR DE FINS ARTISANS DES CONTRÉES LES PLUS RECULÉES CHANTENT ET ENCHANTENT LES COULEURS ET L’ÉNERGIE VITALE DE LA TERRE. ELLE NOUS RACONTE SON PARCOURS. F . A . D .

Le début d’une histoire J’ai eu une mère merveilleuse qui adorait voyager. Enfant, j’avais une fascination infinie pour les cultures et les peuples que nous rencontrions dans nos pérégrinations à travers le monde. J’ai fait des études d’anthropologie et un master en anthropologie médicale et j’ai travaillé sur les questions des Droits de l’Homme dans le Sud-Est asiatique, en milieu indigène. J’ai toujours été attirée par les pierres et l’art du bijou en tant que véhicules d’émotions et de sens. J’ai collectionné des trésors, entre coquillages et galets, et j’en ai fait des ornements qui étaient en quelque sorte les journaux intimes de mon existence. Les gens me demandaient où ils pouvaient les acheter, on les recherchait. J’ai appris le métier en travaillant avec un orfèvre népalais, et puis en Inde et enfin un peu partout dans le monde. Mes projets sont toujours réalisés en collaboration avec des communautés traditionnelles. Une icône J’étais attachée à ma tante Béatrice qui a vécu dans le monde entier, de l’Iran à la Colombie. Elle enveloppait ses longs cheveux dans un turban et portait de grandes bagues serties de turquoises et d’émeraudes qui me faisaient rêver. Mais je crois que ma vocation s’est surtout confirmée aux côtés des communautés tribales avec lesquelles j’ai passé tant de temps, ainsi que leur intéressante relation au monde naturel qui les entoure et leur art de l’ornement, avec toute la charge de sens qu’il comporte. L’Inde Ma seconde maison. Je m’y sens si bien ! C’est un lieu de tant de contrastes, entre beauté et horreur, richesse et pauvreté, et qui raconte tant de choses sur ce que c’est qu’être humain. Tant de choses qu’en occident on voile et camoufle, comme les funérailles ou la pauvreté la plus noire. Cela donne à réfléchir. J’ai commencé à y aller à l’âge de 17 ans où j’y ai passé trois mois avec ma sœur. J’y ai laissé mon cœur. Désormais je m’y rends plusieurs fois par an pour travailler avec les tailleurs de pierres et les orfèvres du Rajasthan.

PHOTOS PIPPA SMALL

P A R


Boucles d’oreilles Pippa Small, Or jaune 18ct et Tourmaline rose Lotus Cascade Bracelet chaîne Pippa Small, Or jaune 18ct et Tourmaline rose Lotus

Double Manchette Pippa Small, Turquoise Mountain Lapis et Turquoise Aryana

Une quête J’ai le souci de créer une forte connexion avec la terre. Ces pierres se sont formées en son cœur il y a plusieurs millions d’années, entre fournaise et glaciation, vent, sable et eau. Le mouvement et l’énergie de la terre ont créé l’unicité de chaque pierre. Il m’arrive d’utiliser les pierres dans leur état brut en les insérant dans de l’or à 22 carats. Je les trouve plus puissantes ainsi. Le bijou fait aussi partie de mon action humanitaire. Je travaille avec des associations caritatives : en Birmanie, où j’œuvre à la conservation du bijou traditionnel et à la création d’un marché; en Afghanistan où nous formons et employons le plus grand nombre possible d’artisans ; en Bolivie où nous achetons l’or dans une mine équitable; et avec de nombreuses communautés en Afrique et en Amérique centrale et méridionale. Une pierre de prédilection Le cristal de roche, surtout quand il est strié d’inclusions et de prismes. Cette pierre n’a pas une grande valeur, on peut la trouver dans le monde entier, mais elle a une qualité pure, magnifique, et a été utilisée par toutes les traditions depuis le fond des temps. Un bijou talisman Un grand coquillage taillé en bracelet manchette, réalisé par la tribu Naga dans le Nord-Est de l’Inde. Je le porte depuis mes vingt ans, du temps où je travaillais avec un activiste naga des Droits de l’Homme réfugié en Thaïlande, dont le champ d’action s’étendait à toutes les peuplades tribales d’Asie. Il fut mon mentor quand j’étais plus jeune. J’ai pu me rendre à son village, dans le Manipur, où il était lui-même interdit de séjour. Dans dix ans J’espère que j’aurai continué à évoluer. Nous avons actuellement trois boutiques et je pense que ce serait formidable de pouvoir en ouvrir d’autres, mais aussi de développer notre projet de manière à offrir à davantage d’artisans à travers le monde un accès au marché et une reconnaissance de leur talent.

Collier Pippa Small, Turquoise Mountain Lapis Nastaran

En vente chez Sylvie Saliba, Avenue Charles Malek, Quantum Tower Building, Ashrafieh


L’OFFICIEL

HORLOGERIE

118

HEURES DE POINTE FLORILÈGE DE QUATRE NOUVEAUTÉS HORLOGÈRES PRÉSENTÉES AUX DERNIERS SALONS DE BÂLE ET GENÈVE. QUAND MOUVEMENT ET ÉBLOUISSEMENT NE FONT QU’UN. PAR RÉALISATION

ET

HERVÉ PHOTOGRAPHIE

EMILY

DEWINTRE MINCHELLA


L’OFFICIEL

HORLOGERIE

INDOMPTABLE

La “Panthère de Cartier” est de retour et c’est une merveilleuse nouvelle ! Avec cette montrebijou emblématique des années 1980 – elle est née en 1983 – ressurgit l’allégresse et le panache d’une époque libérée, le souvenir de soirées légendaires et cet esprit pétillant qui matche si parfaitement avec l’animal fétiche de Cartier. On a hâte de voir comment les millennials vont s’approprier cette icône du style, qui se prête à merveille à toutes les personnalisations avec sa forme parfaite, ses mailles joyeuses et son allure conquérante. Montre “Panthère de Cartier” petit modèle, boîtier et couronne en or 18 carats orné d’un saphir bleu, mouvement à quartz, étanche à 30 m, Cartier.

119


L’OFFICIEL

HORLOGERIE

TENTATION

Avec ses cadrans de 27 mm finement laqués et guillochés soleil, son boîtier délicieusement galbé en acier et or rose, la nouvelle déclinaison de l’iconique “Serpenti” de Bulgari assume sa versatilité. On adore les bracelets double tour en karung : un serpent d’eau non venimeux dont la peau particulièrement fine et souple fait penser à celle du lézard. Elle nécessite un travail soigné de tannage au terme duquel le cuir est très agréable à porter, doux et onctueux. Ces bracelets disponibles dans une large palette de teintes sont aisément interchangeables – un seul clic suffit, chaque seconde compte ! Montre “Serpenti Skin” en acier serti de diamants, cadran en nacre, mouvement à quartz, bracelet en karung, Bulgari.

120


AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007, JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


L’OFFICIEL

HORLOGERIE

SIGNATURE

Voici une montre qui porte en elle l’art si cher à Gabrielle Chanel de twister les éléments du vestiaire masculin. Sa forme rappelle l’emblématique montre “Première”, son esthétique et sa forme signée s’inscrivent parfaitement dans le vocabulaire horloger de la maison. Le bracelet estampé, né d’un emmaillement de fils d’acier, est remarquable et a demandé plusieurs mois de mise au point pour permettre au motif tweed d’acquérir une très grande souplesse et un porté ultra-confortable. La forme octogonale de la boucle déployante fait inévitablement penser à la place Vendôme et au bouchon du flacon du N° 5. Montre “Boy.Friend Tweed Noire” en acier serti de 64 diamants taille brillant, bracelet en acier et motif tweed, boucle déployante en acier, Chanel Horlogerie.

122


* NE PAS DÉRANGER

TONY & DRAKE.

DO NOT DISTURB.

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

*


L’OFFICIEL

HORLOGERIE

CHARISMATIQUE

Créée en 2002, la montre “Tambour” marquait avec éclat le début de l’horlogerie Louis Vuitton. La nouvelle collection “Tambour Moon” offre une nouvelle expression de ce garde-temps iconique et assume complètement sa part de féminité avec un délicat boîtier tout en rondeur, un galbe inédit en forme de croissant de lune et une tranche concave qui développe un savant jeu de lumières et de réflexions. On adore tout particulièrement la petite seconde située à 6 heures, avec sa fleur de Monogram métallisée or rose qui effectue une rotation complète en 60 secondes. Montre “Tambour Moon Star Petite Seconde Blanche”, boîtier en acier 28 mm, cadran serti de 12 index cabochons, mouvement à quartz, étanche à 50 m, bracelet interchangeable, Louis Vuitton.

124


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


L’OFFICIEL

ZOOM

126

THE NOU PROJECT EST À LA BASE UNE PLATEFORME DESTINÉE À OFFRIR AUX ARTISTES ÉMERGENTS UN SUPPORT DE CRÉATION POPULAIRE ET SUFFISAMMENT DIFFUSÉ POUR LEUR PERMETTRE DE SE FAIRE CONNAÎTRE. C’EST AINSI QU’EST NÉE L’IDÉE D’UNE BASKET MINIMALISTE, LISSE ET SANS COUTURES, QUI REDÉFINIT LE TERRITOIRE DE L’ART. P

A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTOS DR

LEUR PAGE BLANCHE EST UNE BASKET


L’OFFICIEL

ZOOM

127

James Rawson, “Blue semi-auto”, 2015 Nydia Lilian, “Criss Cross”, 2012.

La Saoudienne Nour Al Tamimi et la Libanaise Basma Chidiac se sont rencontrées une première fois en Californie, en 2014, au Coachella Music Festival. Nour terminait à l’époque à l’Institut Sotheby de L.A. un master en business de l’art, et Basma terminait à Parsons New York des études en design de mode. Nour s’est par la suite installée à New York, et les deux jeunes femmes ont joint leurs talents pour mettre au point un produit à la croisée de l’art et de la mode. Nour, qui observait la croissance constante du marché de la chaussure de sport décontractée et de la culture « sneaker », s’en est inspirée pour son projet de diplôme. Basma pendant ce temps sortait d’une formation chez Philip Lim et Marchesa et développait sa propre vision de créatrice de mode. Nour l’a donc aussitôt embarquée dans sa start-up pour donner forme à son idée. A porter ou à exposer Pour véhiculer une œuvre d’art, autant que le support soit simple et discret. Minimaliste, la chaussure conçue par les jeunes partenaires n’a aucune aspérité. Elle se présente comme une

page blanche, une toile vierge, un mur dérobé. Il n’y a plus qu’à la décorer d’une œuvre spécifique et exclusive prête à arpenter le monde ou à trôner sur une étagère. Quant au modèle de la chaussure, réalisé dans les meilleures qualités de cuir et de caoutchouc recyclable, il a été testé et re-testé plus de sept fois jusqu’à atteindre un confort optimal. On peut aussi acquérir un modèle vierge, en noir ou en nude, pour y apposer sa propre illustration. Marque distinctive : le trait fluorescent qui sépare la semelle de l’empeigne et s’illumine sur les photos prises au flash. On a clairement entre les mains la perfection faite basket. Né à New York, le projet commun des deux jeunes femmes est éminemment créatif. The Nou Project, TNP de son nom artistique, devient une marque. Basket et sneakers sont produits en édition limitée, 300 pièces tout au plus, numérotées de 1 à 300. Les artistes qui collaborent avec la jeune marque sont commissionnés avec soin. Trois artistes pour une première promotion Pour sa première saison, TNP a invité trois artistes émergents


James Rawson, “Blue Semi-Auto”, 2015

de trois pays à l’antipode l’un de l’autre : Nydia Lilian du Mexique, James Rawson du Royaume Uni et Rex Chouk d’Arabie Saoudite. Chacun a un style et une approche différente qui correspond parfaitement à l’esprit de la marque. Rex Chouk se distingue par son amour des couleurs et l’impact visuel de son graphisme. Il a fait partie du programme de la Walton Fine Arts Gallery de Londres, au même titre que les plus grands artistes internationaux de la scène pop contemporaine. Il vit et travaille à SOHO, New York. Nydia Lilian, célébrée par les plus grands médias spécialisés, adore interagir avec le public autour de créations bizarres et de compositions psychédéliques. Elle invite son public dans les mondes étranges issus de la photographie digitale et des techniques brutes qu’elle manipule avec brio. James Rawson, à mi-chemin entre collage et peinture, a vu ses œuvres exposées aussi bien à la Spectrum Art Fair de Floride que dans les principales galeries d’art contemporain d’Angleterre et des Etats Unis. Il vit et travaille dans le Norfolk, au Royaume Uni. Leurs œuvres sont désormais itinérantes et se promènent au pied des nouveaux inconditionnels de TNP. Quand on les croise, on se dit que l’art n’a jamais été aussi présent dans notre environnement.

PHOTOS DR

Rexchouk, “ Rexstatic #3”, 2016.


Aïshti By the Sea, Antelias T. 04 717 716 Aïzone Stores T. 01 99 11 11


« PAS MAL, ZAZA ! » Elle en a fait du chemin, Razane Jammal, depuis qu’elle a compris, à l’âge de six ans, qu’elle préférait les planches à la terre ferme. Son parcours la mène de l’école de théâtre de son enfance à un brillant diplôme en gestion des affaires au King’s College avant de la projeter de plain pied dans une carrière d’actrice de niveau international après son rôle dans Carlos d’Olivier Assayas. Interview entre rêves et bilans.

TEXTE PAR F.A.D. PHOTOGRAPHIE ARVED COLVIN SMITH STYLISME MAGDALENA BRYK RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ


Total look, GUCCI.


Votre carrière a longtemps oscillé entre cinéma et mannequinat. Faites-vous toujours les deux ? Je suis essentiellement focalisée sur ma carrière d ’act rice, ma is les interviews qu’on me demande sont souvent accompagnées de photoshoots, ce qui me fait vraiment plaisir. Pour moi, il ne s’agit pas uniquement de « poser ». Mon imagination s’emballe et je me mets à créer des personnages inspirés par ce que je porte. Je suis comme une petite fille qui joue à s’habiller avec les vêtements les plus déments qui existent, je veux dire, regardez ce que je porte dans ce reportage – je me suis complètement éclatée ! J’adore aussi collaborer avec des gens créatifs et me servir de mon corps et de l’image fixe comme moyen d’expression. En 2009, c’est Olivier Assayas qui vous offre votre premier « vrai » rôle au cinéma, dans Carlos. Comment a-t-il fait pour vous trouver ? Comment avez-vous réagi quand on vous a annoncé que vous seriez Lana Jarrar ? Malgré que je vivais à Londres, à ce moment-là, presque chaque directeur de casting à Beyrouth savait que j’étais impatiente de commencer une carrière d’actrice. A mon arrivée à Beyrouth pour les vacances de Pâques, cette année-là, Ourjouane Prod. m’a proposée pour le rôle de Lana. J’ai enregistré mon audition dans leurs bureaux avant de repartir sans plus y penser. Quelques semaines plus tard (en fait le jour de mon examen final), j’ai reçu un appel me demandant de rentrer à Beyrouth parce que j’étais acceptée pour le rôle ! A part le fait que c’était totalement surréaliste et que j’étais transportée à l’idée que mes rêves commençaient à se réaliser, le meilleur souvenir qui me reste de ce moment-là est la réaction de ma mère : silence total et souverain. Elle a juste dit : « pas mal, Zaza », ce qui n’a pas beaucoup de sens en soi, mais je pouvais sentir à quel point elle était secrètement fière.

Vous menez et terminez brillamment vos études en gestion des affaires avant d’enchaîner avec le tournage de Carlos. Quelle importance avait pour vous l’acquisition d’un tel diplôme ? Oh, j’ai été une jeune femme d’affaires toute ma vie. J’ai commencé à travailler en tant qu’animatrice dans un camp de vacances à l’âge de 12 ans. Je me souviens des 200$ que j’ai reçus (pour avoir travaillé un été entier à la plage avec des gamins de 5 ans) et de m’être sentie comme une millionnaire. Par la suite j’ai organisé des garage sales chez moi à la maison et jonglé entre les petits boulots, ici et là, avant de commencer à faire le mannequin parce que j’adorais gagner de l’argent pour ce qui comptait pour moi par dessus tout : mon indépendance. Je pense que c’est un parcours intéressant qui m’a permis d’explorer un domaine dans lequel j’étais à l’évidence tout aussi douée. Mes études à King’s College m’ont inculqué une discipline à l’anglaise. Et après tout, je travaille dans le show business, et ce n’est pas une mauvaise idée, c’est même pratique de connaître le côté « business » du métier. Enfin, le fait de posséder un diplôme de King’s, et qui plus est avec les honneurs, me donne une légitimité. Il arrive que les gens sous estiment mes connaissances et j’adore voir leur expression changer quand ils apprennent cela. C’est un peu mon petit moment « Good Will Hunting », genre, « ya bon blabla ? » Par la suite, en 2010, vous vous rendez à L.A. dans l’espoir d’y poursuivre votre carrière d’actrice. Comment se passent ces débuts ? J’ai débarqué à Hollywood à 22 ans, dans la foulée de la nomination de Carlos aux Golden Globes, persuadée que j’allais tout de suite trouver du travail et un agent. En fait je me suis tout aussi vite retrouvée à la rue avec deux valises, sans le sou et sans amis, et je ne pouvais surtout pas raconter ça à mes parents.


Total look, DIOR. Bague, BUCCELLATI.


Total look, STELLA McCARTNEY.


Total look, STELLA McCARTNEY. Pantalon, CÉLINE.


Total look, CHLOÉ. Chaussures, ALEXANDER McQUEEN. Boucles d’oreilles, DIOR.


Ca a été dur, mais ces obstacles m’ont incitée à me battre encore plus pour ce que je voulais et m’ont rendue plus forte. En fait j’ai décroché ma première victoire quelques mois plus tard: mon visa d’artiste. Et c’était génial ! Vous quittez LA pour New York où vous décrochez un rôle dans A walk among the tombstones de Scott Frank, aux côtés de Liam Neeson. Etait-ce déjà plus facile ? Je venais de déménager à New York après avoir tourné un courtmétrage avec Kanye West. Je pensais ainsi capitaliser sur mes nouvelles relations. J’ai finalement suivi le même parcours qu’à L.A. (retour à la case départ, mais cette fois avec un visa), jusqu’à trouver un agent newyorkais. Pour ce rôle, j’ai passé un premier casting avec Avy Kaufman et il m’a fallu franchir plusieurs étapes avant de recevoir l’offre de la part de Scott Frank en personne (il est adorable). Il m’avait demandé si je voulais figurer dans son film, et ma seule réponse a été « Who gets to keep the painting? » (Ndlr : Qui garde la peinture ?). A l’évidence, c’était moi. Je l’ai toujours, accrochée dans ma chambre à Beyrouth ! Quant à Liam, il s’est présenté à moi juste avant la scène que nous devions tourner ensemble. Il était charmant, modeste, et très grand de taille. Cette scène a sauté au dernier montage. Entre le Liban et l’Egypte et dernièrement « Bad Buzz » en France, vous enchaînez des rôles dans des séries légères et des films comiques. Cela répondait-il à un besoin ? La comédie a toujours fait partie de ma vie. Je pense que ça a commencé par compensation, au divorce de mes parents, mais ça a tout de suite pris une autre forme. J’ai commencé par essayer de faire rire ma famille, et je me suis rendu compte que j’avais un certain talent pour ça. En grandissant, j’ai aussi fréquenté un ami de ma sœur (qui est la personne la plus drôle que j’aie jamais connue), et nous jouions ensemble des sketches comiques pendant des heures. Par la suite je suis devenue obsédée de SNL et Tina Fay. Je rêvais de jouer dans ce show. Ce qui explique pourquoi j’ai pris tellement de cours d’écriture de sketches, d’improvisation et de stand-up comedy quand je vivais aux Etats-Unis. Il y a de la légèreté à jouer un personnage comique, et un sentiment indescriptible à donner de la joie. La comédie fera toujours partie de ma vie. Je n’ai aucun problème à faire le clown si ça peut vous faire sourire. A quel âge s’est déclarée votre passion pour le théâtre ? Saviezvous déjà que vous feriez ce métier dès que vous en auriez l’occasion ? C’est ma mère qui m’inscrivait, très jeune, à toutes sortes d’activités, y compris le théâtre. Sans doute parce que je débordais d’énergie. Mon premier rôle a été Ramona, la petite souris. J’avais six ans. Au même âge, elle m’a envoyée en colonie de vacances

avec l’incroyable Nagy Sourati, mon professeur de théâtre dont j’ai suivi les cours jusqu’au bac. Dès le moment où j’ai touché les planches, j’ai su que c’est à ce monde-là que j’appartenais. J’adorais l’idée d’amuser un public et j’ai passé mon enfance à rêver de devenir actrice/chanteuse/danseuse ! Quelle est votre ambition aujourd’hui ? Je pense que ce sera de consacrer les quelques prochaines années de ma vie à travailler très dur et de donner tout mon potentiel en tant qu’actrice internationale. Ce sera aussi d’atteindre un niveau d’influence qui me permettra d’avoir un impact favorable sur tout ce qui m’entoure. Je me vois à la tête d’une révolution féministe, ou encore devenant une icône gay. Sur quel projet travaillez vous en ce moment ? J’attendrai notre prochaine interview et notre prochain shoot pour vous révéler mes nouveaux projets. Que faites-vous pour vous détendre ? Je me balade en pyjama et pantoufles d’un coin à l’autre de la maison en transportant mon ordinateur portable (je n’ai pas de téléviseur) et je regarde des séries sans pouvoir m’arrêter. Quelle est votre destination de vacances préférée ? Le Sri-Lanka où je mange sain, pratique le yoga au milieu de la jungle et surtout récupère mon sommeil. La ville où vous aimeriez vivre ? En tant que citoyenne du monde, je me donne encore quelques années avant de me caser dans une ville en particulier. Votre auteur préféré ? Votre genre de musique ? J’aime lire Murakami. Côté musique, ça dépend de mon humeur et du temps qu’il fait. La musique m’aide à évacuer mes émotions, soit pour me remettre d’aplomb, soit pour aller au bout de ma mélancolie, pleurer un bon coup et passer à autre chose. Un remake dans lequel vous aimeriez avoir le rôle principal ? J’adorerais jouer dans un film dramatique comme Orange Osage County, ou dans un remake de Yesterday, Today, Tomorrow avec Sofia Loren, ou n’importe quel film avec Liz Taylor, surtout Cat on a hot tin roof. Est-ce qu’on pourrait aussi ressusciter Marcelo Mastroianni ? Quelle est la première chose que vous faites quand vous revenez au Liban ? J’appelle Lynn, ma meilleure amie, en attendant mes valises à l’aéroport, pour le plaisir de l’entendre me dire, comme toujours « Hamdellah ‘assaleme Boo ».


Total look, GUCCI. Chaussures, PR ADA.


Pantalon et chaussures, CHLOÉ. Boucles d’oreilles, BUCCELLATI.


Veste, jupe et ceinture PR ADA. Boucles d’oreilles, BUCCELLATI.


Robe, VALENTINO. Sandales, CÉLINE. Boucle d’oreille droite ALEXANDER McQUEEN. Boucle d’oreille gauche, CÉLINE. Bague, BUCCELLATI.


Make up & Hair: Emma Osborne Assistant photograher : Johanna Lundqvist, Shaun Bransgrove, Kai Cem Narin Digital imaging; Suzanne Tak


JE ME FERAI DOUCE De bourgeons en fleurs, de fleurs en dentelles, de dentelles en velours, en tissus caresses, en toute femme il y a cette femme qui réclame. Un peu de douceur See by Chloé pour changer le monde un instant.

PHOTOGRAPHIE BACHAR SROUR RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ COLLECTION AUTOMNE 2017 SEE BY CHLOÉ


Chaussures, DIOR.


Total look, GUCCI.


Total look, GUCCI.


Total look, GUCCI.


Total look, GUCCI.

Model: Ingrid Ribeiro Hair done by Anthony from Ï Day Spa Makeup done by Dunia from Ï Day Spa


HABILLÉE POUR L’ÉTÉ PHOTOGRAPHIE CAMPBELL ADDY

Veste et pantalon en velours, PR ADA.

STYLISME DONATELLA MUSCO


Veste en velours, GUCCI. Maillot de bain en jersey, CHANEL. Page de droite : Jean en denim de coton, DIOR. Sac ceinture en cuir matelassé, GUCCI.


Maillot de bain en popeline de coton et sandales en lapin et perles, MIU MIU. Pantalon de survêtement en polyester, ADIDAS. Boucles d’oreilles en perles de culture, agate verte et laiton, finition or, CÉLINE. Plaid en laine et cachemire imprimé Monogram, LOUIS VUITTON. Page de gauche : manteau en laine, MSGM. Chemise en denim, BA&SH. Boucles d’oreilles en perles de culture, agate verte et laiton, finition or, CÉLINE.


Blazer en laine et maillot de bain imprimé Monogram, LOUIS VUITTON. Pantalon en polyester, Alexander WANG X ADIDAS. Choker en métal vieilli et ruban gros-grain, DIOR.


Veste en matière technique, CÉLINE.


Maillot de bain une bretelle en nylon, CALVIN KLEIN. Jean en denim compact, STELLA MCCARTNEY. Sandales en lapin et perles, MIU MIU. Page de gauche : Maillot de bain en coton, FENDI. Boucles d’oreilles en perles de culture, agate verte et laiton, finition or, CÉLINE. Ceinture en cuir de veau verni, CHANEL.


LES QUATRE « S » DE DANA H.

Avec près de 55.000 « followers » sur Instagram, Dana Hourani est une influenceuse de mode doublée d’une musicienne et chanteuse dont la devise, affichée sur son compte, se résume en quatre « s » : style, sound, sights, soul (style, sons, points de vue, esprit). Elle raconte ses passions.

TEXTE PAR F.A.D PHOTOGRAPHIE BACHAR SROUR STYLISME AMINE JREISSATI RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ LIEU THE RUG COMPANY


Total look et bague, BALENCIAGA. Tapis Mural, HummingBird Black d’ Alexander McQueen pour the Rug Company, pashmina tissé à la main et aubusson de soie


Robe, ESTEBAN CORTAZAR. Boucles d’oreilles, PROENZA SCHOULER.


Veste, BLAZE. Chemise, PR ADA. Pantalon, MIU MIU. Chaussures, CÉLINE. Tapis à terre, Staccato de Kelly Weastler pour The Rug Company, laine Tibétaine tissée à la main et soie. Tapis mural, Palette de Fiona Curran pour The Rug Company, laine Tibétaine tissée à la main.


Vous considérez-vous plutôt comme une « bloggeuse » ou comme une musicienne ? Plutôt que bloggeuse, je me considère comme une créatrice de contenu. La musique fait largement partie de ce que je suis depuis l’enfance, alors que l’art de créer du contenu est venu plus tard. Donc oui, la musique passe avant.

Quelles sont vos sources d’inspiration dans le domaine de la musique ? Je passe par différentes phases. En ce moment, je repasse en boucle un artiste américain qui s’appelle Khalid. Sinon, Frank Ocean, Bon Iver, John Mayer, Ben Harper et Norah Jones sont des constantes. Mais la liste ne s’arrête pas là.

Où avez-vous reçu votre formation musicale, quel est votre instrument de prédilection ? En fait je n’ai pratiquement reçu aucune formation, bien que j’aurais beaucoup aimé. J’ai appris seule à jouer de la guitare et plus tard travaillé ma voix avec un professeur privé quand je le pouvais. A un certain moment j’ai aussi fait partie d’une chorale. Mon instrument préféré est le piano, et j’aurais tellement aimé savoir en jouer.

Comment décririez-vous votre musique ? Je dirais que c’est un mélange d’indie et de pop.

Où et comment a commencé votre double carrière ? Quand je me suis installée à Dubaï, Instagram venait d’être lancé, et j’ai commencé à poster des contenus créatifs essentiellement liés à la mode. Mon compte s’est mis à se développer de manière organique avec de plus en plus d’abonnés. Les marques ont commencé à s’intéresser à moi en tant que source d’influence marketing. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je devais travailler de manière plus professionnelle. J’ai donc créé une plateforme en ligne où se rejoignent mes deux passions, la musique et la mode. Aujourd’hui je collabore avec de grandes marques de mode tout en poursuivant des projets de création musicale.

Où êtes-vous basée aujourd’hui ? Quelle est l’influence de la ville où vous vivez sur votre travail créatif ? Aujourd’hui je vis à Dubaï, ce qui m’a donné la possibilité de transformer une activité informelle en carrière. Dubaï s’est toujours arrangée pour être au sommet de la crête dans toutes les industries, y compris celle des influenceurs des réseaux sociaux.

A quoi ressemble une journée de Dana Hourani ? C’est de la folie ! Une course permanente de poule décapitée entre le boulot, les trucs à faire et mes obligations de maman. Mais je ne sais plus vivre autrement. Etre constamment occupée et productive me pousse à en faire toujours davantage.

Quelle est votre ambition à ce stade de votre carrière ? Mon ambition a toujours pris sa source dans mon désir de m’exprimer. Que ce soit à travers la musique, la mode ou les arts, je me sens privilégiée de pouvoir faire carrière avec mes passions.


Total look, GUCCI. Tapis mural, Climbing Leopard de Diane Von Furstenberg, Soie tissĂŠe Ă la main Fauteuil de Gio Ponti en 1953, pieds en laiton, tissu bleu Punteggiato, de Platform


Chemise, DRIES VAN NOTEN. Pantalon, ÁERON. Chaussures, OSCAR TIYE. Boucles d’oreilles, BALENCIAGA.


Top et pantalon, ELLERY. Chaussures, GUCCI. Tapis à terre, Oriental Birds de Paul Smith pour the Rug Company, laine Tibétaine tissée à la mai et soie.


Top, GUCCI. Pantalon, SONIA RYKIEL. Ceinture, ETRO. Chaussures, PR ADA. Boucles d’oreilles, PROENZA SCHOULER. Tapis à terre, Herringbone de Jonathan Saunders pour the Rug Company, laine Tibétaine tissée à la main.


L’OFFICIEL

DESIGN

186

APRÈS UN BREF PASSAGE PAR L’ARCHITECTURE D’INTÉRIEUR, PAOLA SAKR PASSE AU DESIGN DE PRODUITS ET SE LANCE AVEC PASSION DANS LA CRÉATION D’OBJETS. A SEULEMENT 22 ANS, ELLE EN EST À SA DEUXIÈME COLLECTION ET PROMEUT AVEC TALENT LE « DESIGN DURABLE ». P A R

M Y R I A M

R A M A D A N

PHOTOS CARL HALAL

CAFÉ, JOURNAL ET ON RECOMMENCE


Paola Sakr se définit fièrement comme « une entêtée ». Et il en faut, de l’entêtement, pour traquer la moindre molécule recyclable et lui offrir une seconde vie ou plus, tant qu’elle peut servir et éviter l’accumulation des déchets. Le rituel matinal de papa Le déclic se fait pour Paola Sakr en 2016 quand, participant à la Beirut Design Week dont le thème est le « Design durable », la jeune créatrice de tous temps préoccupée par les problèmes liés à l’environnement prend brutalement conscience du volume de la consommation et des déchets produits par l’être humain au quotidien. C’est dans son propre environnement que la jeune femme trouve matière à inspiration, dans le rituel matinal quotidien de son père. Ce dernier commence régulièrement sa journée par la lecture du journal, accompagnée de plusieurs tasses de café. Or le marc, matière intéressante puisqu’elle s’apparente à la boue, est systématiquement jeté, au risque de boucher les canalisations. Le journal lui-même peut se transformer de mille façons une fois qu’on en a terminé la lecture. L’un dans l’autre, les deux matériaux peuvent en former un troisième, apparenté au ciment, tout aussi recyclable et biodégradable. La jeune designer se lance alors dans une collecte systématique et quotidienne du marc et du journal paternel. Elle les malaxe avec un enduit organique et en tire une collection d’objets aux lignes épurées, à la texture brutaliste, qui voyage à Dubaï et la fait remarquer dans l’industrie de l’objet.

La forme d’une ville Adepte du design émotionnel, Paola Sakr a participé à l’édition 2017 de la Beirut Design Week avec une nouvelle série inspirée de l’ « impermanence » de sa ville natale. Instable, en perpétuel changement, Beyrouth a souff lé à la créatrice des objets qui racontent une histoire. Avec des matériaux recueillis à même les sites de construction, elle a cherché à transmettre l’idée d’un tissu urbain disparate et manquant d’homogénéité. A cet effet, elle a notamment collecté des cylindres de ciment de différents chantiers et les a associés à différents matériaux, cuivre, paille et bois pour en faire des conteneurs d’éléments par définition éphémères, autrement dit des vases à f leurs. Cette collection veut nous rappeler que tout ce qui nous entoure est en changement perpétuel et sujet à se désintégrer. Editions limitées Paola Sakr produit ses objets en séries limitées. Il ne lui viendrait jamais à l’idée de recommencer un projet, une fois celui-ci exposé et épuisé. Ses créations sont vendues en ligne et au musée du palais Sursock. Reflets d’elle-même, elles flottent entre paradoxe et réalité et reflètent la source émotionnelle qu’elle trouve dans son propre vécu. Chaque collection, dit-elle est « une phase que j’ai plaisir à vivre. » Elle considère qu’elle est toujours en mode expérimental et ne cherche pas encore à se définir, cultivant pour elle-même l’impermanence qu’elle attribue à sa ville.


L’OFFICIEL

DANSE

188

LE CORPS ET SES ÉNIGMES ENTRE THÉORIE ET PRATIQUE, DANYA HAMMOUD, DANSEUSE, CHORÉGRAPHE ET COMÉDIENNE, NOUS AMÈNE À RÉFLÉCHIR SUR LA PLACE DE CE CORPS QUI NOUS ACCOMPAGNE PARTOUT ET QUE SOUVENT ON IGNORE. M A R I A

“Il y a lomgtemps que je n’ai pas été aussi calme”, performance by Danya Hammoud and Carme Torrent, photo by Veronique Baudoux.

L A T I

PHOTOS VERONIQUE BAUDOUX, & TONY ELIEH.

P A R


“To rest on a slope”, performance by Danya Hammoud and Sharif Sehnaoui, photo by Tony Elieh.

Danya Hammoud a d’abord choisi de suivre des cours au département théâtre de l’Université Libanaise, à défaut d’une formation en danse, car, au Liban, mis à part quelques cours et atelier pratiques, une formation complète abordant l’histoire de cette discipline, les techniques et autres cours théoriques n’existent pas. Lors des ateliers de pratique corporelle, auprès de ses professeurs chorégraphes Jana el Hassan et Rouaida el Ghali, elle est confrontée à des notions sur la gestuelle qu’elle conservera dans son travail. Son intérêt pour le corps et les mouvements de scène se confirme et elle se rend à l‘étranger pour participer à des formations de danse intensives. La jeune femme boucle son diplôme avec un projet inspiré de la légende de Kaspar Hauser, un garçon apparu mystérieusement dans les rues de Nuremberg au XIXème siècle, qui connaissait peu de mots et semble avoir grandi dans une cellule exiguë ou il ne pouvait marcher droit, et dont le curieux passé demeure une énigme. « Cette allégorie du corps dans son devenir social reste pour moi la figure qui m’accompagne constamment dans toutes mes créations » dévoile Danya Hammoud. Elle décide ensuite de poursuivre ses études à l’Ecole supérieure de danse contemporaine à Angers en France, ou elle est découvre le travail et l’approche de chorégraphes contemporains tels Trisha Brown ou Christian Rizzo. Une phrase répétée par l’une de ses mentors, Deborah Hay influence son travail par la suite « ne vous montrez pas vous-mêmes lorsque vous dansez, montrez votre danse. » Une injonction à habiter son mouvement dans le présent plutôt que d’être la projection d’une idée sans substance. Rentrée au Liban, elle rejoint la compagnie Zoukak où, pendant 7 ans, entre 2007 et 2014, elle participe aux expériences de ce collectif qui crée, organise et réfléchit à de nouveaux concepts. Son crédo reste le corps et son mouvement; décortiquer les détails des mouvements pour les interroger, faire surgir les émotions, sensations et pulsions dans une retenue maitrisée. La jeune femme consacre son Master à l’Université Paris 8 à une recherche sur les autobiographies dansées. Des créations autour d’énigmes non résolues Son solo « Mahalli », créé en 2011, marque une première étape

dans l’expression de la réflexion de la jeune chorégraphe sur le mouvement. Elle explique : « Le mouvement que je nomme « condensé », où l’intention d’un geste ou d’un mouvement contient en soi une intensité, une durée propre à lui, forme le noyau de mon travail. » Revenir à la source du mouvement, les détails continus d’un geste à son état naturel, sans tenter de forcer, mais plutôt capter les expressions et réactions telles qu’elles sont. Dans cette même vaine, la jeune femme conçoit « Mes mains sont plus âgées que moi » en 2014, qu’elle interprète avec Khouloud Yassine et Mounzer Baalbaki, avec Cynthia Zaven à la création musicale. Dans un contexte régional en tourmente, que ce soit sur des toiles de Goya ou autour de l’acte meurtrier de Woyzeck dans la pièce de Georg Büchner, les danseurs expriment avec leurs corps l’intention de tuer, la relation transitoire entre la posture du bourreau, celle de la victime et du témoin. Les expressions du visage et des yeux accompagnent le reste du corps. L’artiste travaille ensuite sur « Il y a longtemps que je n’ai pas été aussi calme » avec la danseuse Carme Torrent, et l’éclairagiste Abigail Fowler, présentée au festival Montpellier Danse en juin 2016. Le récit Lenz du poète Georg Buchner articule ce spectacle sur les prémices de la folie, ou le corps se penche, se cambre, escalade ou dévale une montagne et se sent déborder sans jamais exploser. Danya Hammoud choisit souvent des récits non complétés, des énigmes irrésolues pour aborder des sujets difficiles, en montrant les contradictions et frictions du corps humain. Elle nourrit son travail de recherches incessantes et de discussions avec ses collègues comme Zeina Hanna, Alexandre Paulikevitch ou Khouloud Yassine qui tentent ensemble d’élargir la réflexion sur la danse au Liban. Dans sa création la plus récente, « To rest on a slope », présentée en mai dernier à Beyrouth en collaboration avec le musicien Sharif Sehnaoui, les deux interprètes, la danseuse et le musicien, explorent ensemble les tensions que l’on fait subir au corps, le rythme effréné et la pression sociale qu’on lui impose alors qu’il recherche le repos. Danya a choisi de consacrer son temps et son œuvre à l’écoute de ce corps, pour mieux nous faire prendre conscience à quel point ce compagnon s’imprègne de tout ce que nous vivons et ressentons.


L’OFFICIEL

EXPO

190

BEYROUTH, UNE HISTOIRE DE DÉSIR WADDAH FARIS, C’EST D’ABORD UNE VOIX IMPRESSIONNANTE. UNE VOIX HABITÉE QUI CHARRIE DANS SES ACCENTS TABAGIQUES LES ÉCHOS DE CET ÂGE D’OR DU LIBAN, PAR LUI VÉCU JUSQU’À LA DERNIÈRE ÉTINCELLE, ET QU’IL NOUS RESTITUE AUJOURD’HUI À TRAVERS SES PHOTOS EXPOSÉES À LA GALERIE SALEH BARAKAT. M Y R I A M

Il photographie depuis cinquante ans, mais cela ne l’a pas empêché de toucher à toutes les disciplines de l’art, de la peinture au théâtre en passant par l’illustration et la création d’affiches, et de s’y distinguer en plus d’en être le défenseur jusqu’à l’activisme. Il a même fondé à Beyrouth l’une des premières galeries dédiée à l’art libanais et arabe, la galerie Contact, avec Mireille et César Nammour. Né à Alep en 1940, de père irakien et de mère syrienne, Waddah Faris a accompagné en amoureux de Beyrouth le renouveau intellectuel et artistique du Liban d’avant guerre. Proche du noyau éclectique de la presse locale, l’une des plus diffusées et suivies de la région en ces années 1960 à 1975, ce n’est pas uniquement en qualité d’illustrateur et de graphiste qu’il a côtoyé ses contemporains. Caméra au poing, il les a pratiquement tous immortalisés, fixant sur sa pellicule la moindre parcelle de lumière dans le tourbillon de cette époque festive et intelligente, flambée joyeuse dont il avait peut-être le pressentiment qu’elle s’éteindrait bientôt. La passion de la photographie lui est venue avec la première caméra reçue à l’adolescence. « A tel point que cela me distrayait de mes études », confie-t-il dans le documentaire The Times and Tales of Wadah Faris’s Beirut, réalisé par son fils Teymur Faris à qui il a transmis son flambeau. L’obsession de Saleh Barakat Waddah Faris est un ami proche du père et de l’oncle de Saleh Barakat. L’artiste et le galeriste sont donc quasiment attachés par un lien familial. Mais au-delà de cette amitié, Barakat est obsédé par les clichés de Faris depuis la petite exposition de portraits que ce dernier a donnée dans le cadre de Photomed Liban

R A M A D A N

en 2016. Pour Barakat, Faris est une référence incontournable dans le monde de l’art et il lui voue une admiration sans borne, le considère comme un mentor. Le galeriste prend donc à sa charge l’archivage et la numérisation des centaines de clichés du photographe. Peintures, sculptures, textes d’artistes, affiches, Faris ratisse large et Barakat fait son nectar de cette mine de témoignages étincelants, de ces preuves, s’il en est, que cette époque a non seulement existé, mais qu’elle avait des visages, des expressions, une chaleur, une odeur, une esthétique qui lui étaient propre. De Max Ernst à Françoise Hardy « Le monde entier est venu chez nous ! » Une petite phrase qui revient sans cesse comme pour légitimer l’existence, à cette époque folle, d’un petit pays né des oripeaux de la Première guerre mondiale et de la déchéance de l’Empire ottoman. Max Ernst, le dadaïste, le surréaliste, a dansé à Beyrouth, au cabaret Fontana. Il s’est promené à Basta, conférant une aura particulière à ce quartier de chiffonniers qui s’est haussé du col, promu brocante et île au trésor pour qui a l’œil. Françoise Hardy s’est baladée à Beiteddine. Stockhausen a dirigé son orchestre dans les grottes de Jeita. Pour les millenials et ceux qui doutent, les preuves sont accrochées à la Saleh Barakat Gallery, à Beyrouth, jusqu’au 29 juillet 2017, parmi les portraits de grands journalistes, écrivains et critiques d’art tels que François Akl, Issam Mahfouz, Nazih Khater, Joseph Tarrab ou Chawki Abou Chakra. Le titre de l’expo: « Beirut, The City of The World’ s Desire , 1960-1975 », est à lui seul tout un programme.

PHOTOS DR

P A R


Max Ernst & Dorothea Tanning, fin de visite a l’aÊroport de Beyrouth, 1970.

Boutique de fleurs, et affiche de Gilbert Becaud, Beyrouth, 1970.

Max Ernst taking belly dance lessons, The Fontana Cabaret, Beyrouth, 1969.

Mona Hatoum, artiste (Palestine), Baalbek, 1973.

Rafic Charaf, artiste, Beyrouth, 1972.


WWW.AISHTIBLOG.COM


MAKE LOVE NOT WALLS

FOCH STREET · AÏSHTI DOWNTOWN · AÏSHTI BY THE SEA AÏSHTI VERDUN · AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH AÏZONE INTERCONTINENTAL MZAAR· AÏZONE CITY MALL BEIRUT CITY CENTER


L’OFFICIEL

RENCONTRE

196

FAST AND CURIOUS Débit de torrent, regard affûté, pensée en archipels, Hans Ulrich Obrist, commissaire et directeur des Serpentine Galleries de Londres, s’intéresse au présent de l’art et anticipe son futur. PAR YAMINA BENAÏ

Etel Adnan, mais aussi mise sur orbite de jeunes créateurs devenus grands, Olafur Eliasson notamment. Adepte de l’abolition des limites temporelles, spatiales, intellectuelles, il s’intéresse au renouvellement des règles du jeu, comme dans “Do It”, principe d’exposition mis au point avec Christian Boltanski et Bertrand Lavier en 1993, et qu’il ne cesse de réinventer. Celui qui jugeait l’école “trop lente” a très tôt réalisé son Grand Tour. À 17 ans, le fils unique né en 1968 d’un paisible couple suisse des environs de Saint-Gall décide de découvrir le vaste monde de l’art : les musées et les artistes. Direction les trains de nuit, qui lui autorisent un voyage économe en temps de veille et lui épargnent les frais d’une nuit d’hôtel. Il se confronte alors aux plus grands acteurs de l’art contemporain. En préface à … dontstopdontstopdontstop (éd. Presses du Réel, 2007), ouvrage rassemblant ses écrits de 1990 à 2006, sur des expositions clefs d’Obrist, Rem Koolhaas

remarquait qu’a contrario des personnalités avides du verbe, enclines à vouloir capter et garder la lumière, Obrist aime à faire circuler la parole. Avec le même Koolhaas, il avait organisé en 2006 le premier Serpentine Marathon, soit une session de vingt-quatre heures d’entretiens. Depuis, il a récidivé, rassemblant autour de lui des personnalités de toutes disciplines : à la manière d’un Diaghilev, il met en correspondance des individualités qui, par leurs échanges, apportent leur écot au savoir collectif. Connecting people est l’un des nombreux, et généreux, talents de Hans Ulrich Obrist. À quoi attribuer cette pacifique voracité ? “Peut-être, à la manière de Pessoa, suis-je en état permanent d’intranquillité”, indique-t-il calmement. Exposition “Mondialités”, commissariat de Hans Ulrich Obrist et Asad Raza, jusqu’au 27 août à la Fondation Boghossian, Bruxelles. www.villaempain.com

PHOTO FE PINHEIRO

Il faut avoir expérimenté la réponse d’Hans Ulrich Obrist à une invitation d’interview – qu’il suggère de tenir à 6 heures du matin (8 heures dans le meilleur des cas) – pour comprendre combien cet être tout de chair et de sang est aussi probablement fait de l’étoffe des robots. Version intelligence dernière, voire future, génération. Il fonctionne, pour son entourage, comme un élixir de jouissance du vivace et bel aujourd’hui, et du moment d’après. Tant il porte de projets, tant il travaille à réunir et réfléchir les disciplines autour de son unique passion, l’art. Depuis sa prime jeunesse, pour mener à bien son grand œuvre – alimenter chaque instant de son existence de savoirs et de questionnements –, il suit son propre algorithme. Il a mis au point un rituel de vie auquel il ne déroge guère. Lever 6 heures, coucher minuit : entre-temps il aura force lu, vu, parlé, écrit… mais également communiqué avec ses trois assistants. Deux diurnes, localisés dans les Serpentine Galleries, un nocturne (sis à son domicile londonien) : un certain Shackleton, descendant direct de l’explorateur de l’Antarctique, de bonne endurance donc. Charge pour lui – entre autres missions – de transcrire les interviews d’Obrist. Stakhanoviste de l’exercice, il a accumulé des milliers d’heures de captation de rencontres d’artistes, philosophes, architectes… Dans le lexique obristien : urgent, archipel (qu’il prononce “arkipel”), connexion, démocratie. Il se concentre sur ce et ceux qui l’intéressent profondément et dont il pressent l’apport aux grands débats du monde. En ce sens, il s’inscrit dans une pensée positive. À son actif, exhumation de l’oubli d’artistes importants, tels qu’Huguette Caland et


AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH 01 99 11 11

SPRING SUMMER 2017 NICOLE WARNE — @GARYPEPPERGIRL ELENA PERMINOVA — @LENAPERMINOVA NEGIN MIRSALEHI — @NEGIN_MIRSALEHI LEAF GREENER — @LEAF_GREENER


L’OFFICIEL

ART

198

NOTRE ÉPOQUE EST ACCABLÉE PAR LA TRAGÉDIE CONTINUE DES MIGRANTS, QU’ILS EMBARQUENT SUR DES RAFIOTS OU TRAVERSENT DES DÉSERTS, QU’ILS FUIENT LA GUERRE OU LA PAUVRETÉ. A TRAVERS CARNE Y ARENA, UN FILM EN VR RÉALISÉ PAR ALEJANDRO IÑARRITU ET COPRODUIT PAR PRADA, ON SAISIT UN PEU DE LEUR RÉALITÉ. P

A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTO NEIL KELLERHOUSE

CHAIR À SABLE, CHAIR À SEL


L’OFFICIEL

ART

PHOTO DR

Racisme, génocides, boat people, sida : dans les années 90, Luciano Benetton, patron de la marque de pulls éponyme avait pris le pari risqué de choquer en jouant à travers ses campagnes d’affichage sur une solidarité ambiguë. « Benetton a mal à sa pub » titrait L’Express en 1994. Prada qui n’a mal nulle part vient de coproduire avec Legendary Entertainment un film de réalité virtuelle, réalisé par le multi-oscarisé Alejandro Iñarritu sur la condition des migrants. Projeté dans un hangar de l’aéroport de Cannes en plein 70e festival du cinéma, cet objet filmique d’un peu plus de six minutes offre aux spectateurs équipés de casques une immersion dans l’univers des réfugiés du Mexique et d’Amérique centrale qui tentent la traversée du désert vers l’Amérique. Proche de l’installation artistique, l’expérience presque réelle que permet de vivre le film Carne y Arena est accessible dans sa version exhaustive à la Fondation Prada, à Milan, jusqu’au 15 janvier 2018. Plongé dans la souffrance sans la ressentir Dès la pose du casque, images et sensations se bousculent pour recréer l’atmosphère d’angoisse qui entoure le dangereux passage. Pieds nus dans le sable, on avance tandis que la nuit se fait de plus en plus noire. Une rumeur monte au loin et se précise. On entend parler espagnol. Un groupe se rapproche. Des hommes qui se trainent, des femmes chargées, des enfants en bas âge dont les petits pieds s’enfoncent dans le sable. Tous semblent à bout. Ils ne vous voient pas. Vous êtes parmi eux, spectateur de leur clavaire, et vous êtes plongé dans leur souffrance sans la ressentir. On est à un jet de pierre de la frontière, à une langue de désert du rêve

199

américain, et tout à coup, le bruit terrifiant d’un hélicoptère qui vole trop bas secoue le silence. Un projecteur se braque sur la misérable cohorte. Des 4x4 surgissent de nulle part. Il en sort des soldats et des chiens. Dehors, les photographes mitraillent les stars étincelantes qui traversent le tapis rouge et gravissent les marches. Dehors, tout est différent. Deux planètes qui ne se croiseront jamais. Le film d’Iñarritu a le mérite de poser cette réalité au cœur d’un univers de paillettes qui l’ignore et qui pourrait pourtant faire quelque chose pour la modifier positivement. Un complexe dédié à la culture Située sur le site d’une ancienne distillerie d’alcool, la Societa Italiana Spiriti, dans un ancien quartier industriel à la périphérie de Milan traversé par des voies ferrées, la Fondation Prada a ouvert ses portes en 2015. Son architecture, réalisée par l’agence OMA dirigée par Rem Koolhaas, est dominée par un bâtiment de quatre étages entièrement recouvert de feuilles d’or. Elle se présente comme un complexe dédié à la culture, avec en plus des galeries d’exposition la présence d’un café, d’un bar, d’une bibliothèque et d’une salle de cinéma. Dans tous ces lieux, les programmations sont confiées à des commissaires. Diplômée en sciences politiques et longtemps communiste convaincue, Miuccia Prada qui préside aux destinées de la marque de luxe familiale du même nom a décidément réussi, à force d’initiatives équitables, à faire se rencontrer l’extrême richesse et l’extrême pauvreté en empêchant fermement la première d’ignorer l’envers de sa propre médaille.


L’OFFICIEL

PORTRAIT

200

L’ÉTOFFE DU HÉRAUT

PAR MELODY THOMAS

On dit qu’en mode, le temps est un éternel recommencement. Certains disent qu’elle est rapide, qu’elle doit être une satisfaction immédiate ; d’autres revendiquent l’accès à une mode réfléchie, qui se laisse désirer, qui chasse le fashion burn-out et prône une consommation vestimentaire régulée. Au milieu, se tient Olivier Saillard, historien et intellectuel mais surtout agitateur joyeux de la mode contemporaine. “Olivier s’approche avec et par les mots de l’univers du vêtement, sans ignorer tout ce que la mode véhicule d’autre, à propos de l’individu qui s’y soumet et de la société qui la produit”, résume Violetta Sanchez, ancien mannequin, actrice et muse de l’historien. Que ce soit dans les expositions qu’il présente au Palais Galliera ou à travers les performances qu’il réalise depuis 2012, Olivier Saillard offre une manière différente d’appréhender la mode et le vêtement. Et on aurait tort de ne pas regarder ce qu’il produit comme un ensemble, rappelle Lapo Cianchi, directeur de la communication et des événements de la fondation

Eternity Dress, avec Tilda Swinton, une performance d’Olivier Saillard donnée lors du Festival d’automne, à Paris en 2013.

qu’il accorde à cette forme très personnelle d’une poétique du geste. Il écrit de magnifiques partitions qui dévoilent ou qui habillent une idée, un mot, des souvenirs, et cela, souvent avec un simple mouvement. Il pose avec une grande élégance des gestes sur une scène”, explique Aymar Crosnier, directeur général adjoint et responsable de la programmation du Centre national de la danse. Si “Le Musée éphémère de la mode” est une exposition, on peut tout de même compter sur l’art de la mise en scène d’Olivier Saillard. Créée en partenariat avec le musée des Offices de Florence, cette exposition présentera des tenues et costumes issus des archives du Palazzo Pitti et du Palais Galleria, ainsi que certaines pièces issues de collections privées. “La manière traditionnelle d’exposer est en train de disparaître et c’est ce à quoi renvoie le titre de l’exposition, même si le contenu provient d’archives de musées. Notre réflexion porte donc sur ce que sont les musées aujourd’hui, ce qu’ils signifient et quel est leur rôle dans la mode”, explique Lapo Cianchi. Une nouvelle manière d’exposer la mode dans les musées, qui se veut une contribution pour le futur. Un avenir qui ne peut s’envisager sans un rapport de force entre le passé et le présent : “Peut-être est-ce l’essence de la mode ?” s’interroge Lapo Cianchi. C’est en tout cas la force d’Olivier Saillard. “Le Musée éphémère de la mode”, du 14 juin au 22 octobre au Palazzo Pitti, à Florence. www.pittimmagine.com

PHOTOS GRÉGOIRE ALEXANDRE, VINCENT LAPPARTIENT

Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, installe “Le Musée éphémère de la mode” à Florence. Portrait de l’historien, auteur, performeur et commissaire d’exposition.

Pitti Immagine Discovery, l’institution à l’origine de l’exposition “Le Musée éphémère de la mode” : “Olivier est intelligent, ironique même envers lui-même. Son approche de la mode doit être envisagée comme un tout. Lorsqu’on regarde ses performances, il y a une idée de retrouver le passé sans se figer dans la nostalgie, mais en saisissant le présent.” The Impossible Wardrobe, Eternity Dress, Cloakroom, Models Never Talk, Surexposition et enfin Couture essentielle : s’il est important de citer le nom de ces performances, c’est qu’avec elles Olivier Saillard crée sa propre temporalité. Un espace durant lequel il peut parler du présent en saisissant le passé et sortir la mode de son écrin de luxe pour la livrer au regard de tous. Marie Collin, directrice des arts vivants et plastiques au Festival d’automne, qui accueille régulièrement ses performances, témoigne : “C’est la créativité, l’originalité du talent d’Olivier Saillard et sa connaissance profonde de l’histoire du vêtement et de la mode qui nous intéressent. Sa manière unique de s’emparer de ce domaine à la fois frivole, commercial et un peu vain en le décortiquant avec humour, fantaisie et passion. Il s’agit donc davantage d’art que de mode dans son travail.” Celui dont le mémoire de fin d’étude portait sur le corps traité comme vêtement questionne sans cesse la gestuelle face à l’habit, qu’il s’agisse de celle du conservateur ou de celle du consommateur. “Une des choses marquantes chez Olivier est le soin unique


L’OFFICIEL

STYLE

202

PHOTOS BENOÎT TELLIER

HERMÈS ET L’ÉVIDENCE MARGIELA


L’OFFICIEL

STYLE

203

POUR CÉLÉBRER SON THÈME ANNUEL, CETTE ANNÉE « LE SENS DE L’OBJET », LA MAISON HERMÈS A RENDU HOMMAGE À MARTIN MARGIELA EN EMBARQUANT 250 INVITÉS À ANVERS, VILLE DE NAISSANCE DU CRÉATEUR QUI A COLLABORÉ AVEC LA MAISON SELLIÈRE DE 1997 À 2003. P

A

R

Voilà deux ans qu’est annoncée au Palais Galliera, sous la direction artistique d’Olivier Saillard, une rétrospective majeure de Martin Margiela. Celle-ci n’aura finalement lieu qu’en mars 2018, Saillard ayant souhaité prendre le temps de réaliser une scénographie à la hauteur de l’événement. En attendant, c’est le MoMu, musée de la mode d’Anvers, qui consacre jusqu’au mois d’août une exposition aux six années de collaboration entre le créateur déconstructiviste et Hermès, la maison de qualité à laquelle collait une image « bourgeoise ». Aussi surréaliste et belle que, selon la formule de Lautréamont, « la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie », cette collaboration qui semblait contre-nature avait commencé par choquer avant de devenir une évidence. D’une maison sellière dont le prêt à porter ne représentait qu’une part congrue du chiffre d’affaires, Hermès à l’envers La célébration du thème auquel vont se conformer les créateurs de la maison tout au long de l’année, a toujours chez Hermès un côté ludique destiné à créer des liens et à susciter des interrogations chez les dizaines d’invités venus des quatre coins du monde, avec leur charmante diversité, participer avec les responsables de la maison aux festivités de lancement. Peu d’ « influenceurs », presque pas de selfies, des jeunes, des plus âgés, des artistes, des journalistes qui prennent des notes sur des carnets…On est clairement dans une culture différente de celles que véhiculent et encouragent habituellement les maisons de « mode ». Et précisément, Hermès n’en est pas une. Maison sellière dès l’origine, la marque à la calèche préfère aux tendances qui passent l’intemporelle authenticité de la belle ouvrage. « Le sens de l’objet » annonce une nouvelle intrigue. Le carton d’invitation est écrit en miroir et fourni avec un plastique réfléchissant. On n’en est pas plus avancé. Rendez-vous est donné le lendemain à la première heure, Gare du Nord, à Paris. Nous allons à Anvers (« à l’envers », l’aurions-nous deviné ?). Là, nous sommes acheminés vers un hangar. L’étage supérieur, plongé dans l’obscurité, est découpé en zones par de simples rideaux.

F

.

A

.

D

.

Bientôt arrivent des mannequins dans leur cinquantaine. Axelle Doué, Anne Rohart, Shirley Jean-Charles, Kristina de Coninck, Julia Nobis, Claudia Huidobro nous offrent une reprise de la performance Models Never Talk mise en scène par Olivier Saillard en 2015. Tour à tour, elles miment avec humour et émotion les grands moments des défilés dont elles furent les muses. En combinaison beige pour Margiela, en combinaison marine pour les défilés Hermès par Margiela, elles annoncent l’année et la saison et décrivent telles des reines nues ce qu’elles portent et qu’on ne voit qu’à travers les mots. L’intensité prend à la gorge. Plus tard, nous irons à la découverte de la ville en passant par la mythique académie royale de mode dont sont sortis les fameux « Six d’Anvers » qui ont révolutionné la perception contemporaine du vêtement. Margiela fait partie de ceux-là. Une relation surnaturelle Quand Jean-Louis Dumas, président d’Hermès, fait appel à Martin Margiela sur les conseils de sa fille qui l’a connu chez Jean-Paul Gaultier, pour créer les collections féminines de la marque, on imagine une prise de risque considérable. Margiela est déjà ce qu’on appelle un enfant terrible de la mode. Il ne fait rien comme tout le monde, et surtout, il ne cherche pas à faire beau. Il traite le vêtement comme un écorché, le découd, le suture à l’envers, place l’intérieur à l’extérieur, privilégie les valeurs aux couleurs, ne se montre jamais, méprise les étiquettes, barre les yeux de ses mannequins, ne met en avant que le prodigieux travail des petites mains dans l’anonymat des ateliers. Contrenature, la relation entre les deux maisons s’avère surnaturelle. Entre artisans on se comprend. L’aventure qui s’achève en 2003 marquera durablement l’histoire de la mode. Au MoMu d’Anvers, on en découvre les traces lumineuses, en blanc pour Margiela, en orange pour Hermès. Et des vêtements iconiques tels que le haut inspiré d’un sac de provisions Franprix ou la légère mousseline déperlée du pardessus antipluie, ou le pull en V XXL à enfiler par le bas. Chez Hermès Margiela se soule de belles matières et Hermès en retour retrouve avec Margiela la poésie du degré zéro du vêtement.


ENTER THE PLATINUM WORLD OF AÏSHTI AÏSHTI PLATINUM CREDIT CARD

• 10% discount on all your purchases at Aïshti* • 4% gift voucher twice a year • Free access to VIP airport lounges across MENA • Up to three free supplementary cards • Free subscription to A magazine and L’Officiel Levant • Home delivery for purchases over $4,000 • Win gym kit upon yearly gym membership • Advance notification of private sales and promotions • Pay in 3 installments with 0% interest • Win yearly packages to international fashion events

* Discounts are not applicable at Cartier and Dior Terms and conditions apply


L’OFFICIEL

PORTRAIT

206

PHOTOS DR

SOUDAIN UNE REINE DANS LA NUIT


L’OFFICIEL

PORTRAIT

207

ANYA KNEEZ BRILLE DE TOUS SES FEUX QUAND S’ÉTEIGNENT LES LUMIÈRES. IL A PASSÉ DES HEURES À SE MAQUILLER, À RÉALISER SEUL SON COSTUME, DESSIN, COUTURE ET BRODERIES, À RÉPÉTER SON NUMÉRO. ARTISTE ET ARTISAN DE LA NUIT, AVEC OU SANS BARBE, EN DRAG-QUEEN IL EST LUI-MÊME, IL EST HEUREUX ET SON BONHEUR EST CONTAGIEUX. MOHAMAD ABDOUNI A CONSACRÉ UN COURT MÉTRAGE À CETTE LUCIOLE DES NUITS BEYROUTHINES. IL NOUS EN PARLE. P

A

R

Artiste visuel, réalisateur, photographe, commissaire artistique, Mohamad Abdouni est indéniablement le talent underground à suivre dans un Beyrouth aussi enferré dans ses tabous que bienveillant pour ceux qui osent. En 2012, au moment où Anya Kneez quittait le Brooklyn de son enfance pour rentrer au Liban après 23 ans d’Amérique, Mohamad Abdouni créait à Beyrouth un magazine culturel, F/I/M2/P, ouvert à tous les créateurs à l’esthétique décalée. Il collabore par ailleurs avec L’Officiel et Vice UK qui publient ses projets personnels. Au mois de juin dernier, il offrait à un public éclectique une performance au BAC avec Hamed Sinno (Mashrou’ Layla) et la créatrice de musique expérimentale Liliane Chlela autour du film de mariage de ses propres parents, dans les années 80, au Summerland. « The wedding reception » donnait une idée de son univers à la fois brillant et désabusé. Quelques jours plus tard était projeté à l’espace collectif AR_KA, toujours à Beyrouth, son court métrage « Anya Kneez, a queen in Beirut », documentaire

F

.

A

.

D

.

tout en délicatesse sur les deux faces de la vie de cet artiste, toutes deux cachées, d’une certaine manière. Dans le film, disponible sur Youtube, on voit l’artiste acheter des parures en toc pour orner ses tenues. On le voit préparer ses costumes et se maquiller. On le voit faire son entrée sur scène et déployer son talent. On écoute ses confidences, encore une poignante histoire d’incompréhension paternelle, contrebalancée par une dévotion filiale à toute épreuve. On découvre qu’Anya Kneez soutient sa famille par son travail. Pourquoi Anya Kneez ? Il se trouve que Anya Kneez est mon meilleur ami. Il s’est installé à Beyrouth il y a près de cinq ans, et depuis il donne des shows dans plusieurs clubs de la ville. Il a introduit à Beyrouth l’esthétique drag de Brooklyn où il a grandi, ce qui a encouragé d’autres queens à se révéler au grand jour et à montrer leurs vraies couleurs. Rétrospectivement, je vois en lui une sorte de


PORTRAIT

pionnier de ce mouvement underground de la ville. Son avatar m’a toujours fasciné. J’ai toujours eu l’impression de parler à deux personnes différentes en même temps, sans savoir laquelle me répondrait à tel ou tel moment. C’est incroyable. Anya crée ses propres costumes, réalise son propre maquillage, et c’est toujours affolant. Chaque spectacle est prétexte à la création d’un nouveau personnage et d’une nouvelle performance. A la question pourquoi Anya, je répondrai que ça c’est décidé de manière intuitive, Anya n’ayant jamais été pour moi nécessairement un sujet, mais plutôt un ami. Un ami dont je voulais raconter l’histoire. Nous avons tourné en deux jours, sans équipe ni préparation ni budget. Je l’ai simplement suivi avec ma caméra durant tout un week-end, et je me suis éclaté à le faire. Une fois le matériel en boîte, j’ai travaillé avec un petit groupe de talents incroyables (Nathalie Rbeiz a fait le montage, Paul Alouf les sous-titrages, Tala Safié l’affiche et le générique, et Bilal Hibri a retravaillé l’image) et nous avons bouclé ce courtmétrage ensemble de manière à ce qu’il soit prêt à être envoyé au Brooklyn Museum, New York, où s’est tenue la Première. J’ai

208

par ailleurs créé une plateforme vidéo en ligne doublée d’une publication imprimée, Cold Cuts, dont la première mission est de diffuser le film, et qui sera lancée cet été. Les meilleurs et pires moments de ce film ? A aucun moment, en cours de tournage, je n’ai eu l’impression de travailler. C’était plutôt un week-end entre deux amis, filmé par l’un des deux. Nous nous sommes beaucoup amusés à le faire. Le seul souci qui m’a traversé concernait le moment où ce film allait être publié en ligne. Le projeter en présence d’un public ouvert est une chose, et le publier sur un réseau où tout le monde peut y avoir accès en est une toute autre. Mais en même temps, c’était le but. Il y a une histoire que veux partager avec le monde, et une information que je veux relayer à la société dans laquelle je vis. Le projet en lui-même traite d’un sujet qui est malheureusement toujours considéré parmi les plus sensibles dans cette région du monde, et cela en soi peut suffire à provoquer des retombées négatives sur toute personne impliquée dans le film. Cela dit, c’est un sujet très présent dans nos sociétés et qui mérite d’être discuté au grand jour. Il est temps qu’on se débarrasse de tous ces préjugés.

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


YOUR KEY TO A WORLD OF UNPARALLELED PRIVILEGES AÏSHTI LOYALTY CARDS

PLATINUM • 10% discount on all your purchases at Aïshti • 4% gift voucher twice a year • Get a chance to earn a $500 gift voucher • Pay in 3 installments with 0% interest

BLACK • 8% discount all year on all your purchases at Aïshti • 3% gift voucher twice a year ORANGE • 3% gift voucher twice a year • $250 voucher upon $2,000 initial spend

Terms and conditions apply For more information, Please contact us on +961 (70) 226 111


L’OFFICIEL

CINÉMA

210

UNE JOUEUSE EN EXIL A L’OCCASION DE LA PROJECTION FIN JUIN À BEYROUTH (MÉTROPOLIS) DE GO HOME, FILM SUR L’EXIL RÉALISÉ PAR JIHANE CHOUAIB, VOICI LE RÉCIT D’UN FAN TOTALEMENT ÉPRIS DE L’ACTRICE ET MUSICIENNE IRANIENNE GOLSHIFTEH FARAHANI QUI Y JOUE LE RÔLE PRINCIPAL.

Ecrire sur Golshifteh Farahani, oui mais quoi? Tous les quotidiens et les revues ont déjàs raconté sa vie, sa carrière, son exil. La romancière franco-iranienne Nahal Tajadod lui a même consacré un ouvrage sous le titre «Elle joue». Un dialogue entre deux femmes. Deux Iraniennes. La première, actrice née après la révolution de 79, et la seconde, écrivaine qui a grandi sous le règne du Shah. Un roman à deux voix qui raconte leur adolescence en Iran. Dans ce livre, Golshifteh s’appelle Sheyda et passe son temps à expliquer son prénom. Dans la vie réelle, gol signifie en persan la fleur et shifteh, éprise. Epris de la fleur, je le suis depuis des années. Je m’étais pourtant promis de ne pas employer les mots « belle », « sublime » ou « solaire » pour la décrire. Mais écrire sur Golshifteh, c’est rester scotché devant ses photos Google ou Instagram. S’imaginer se réveiller tous les matins à ses côtes et la regarder des heures tellement elle est, comment le dire autrement, belle, sublime et solaire. Je prends mon téléphone et lui envoie un message. On ne sait jamais, elle est peut-être à Paris. «Ibiza». Encore loupé. Golshifteh n’est jamais là ou l’on se trouve. J’écrirai sans la voir, tout compte fait, une histoire qui n’a jamais été racontée sur elle et c’est la plus importante à mes yeux : celle de son plus fidèle spectateur. Même elle ne la connaît pas. Je me souviens de la date où je l’ai croisée la première fois : le samedi 16 mai 2009 à

S A B Y L

la salle Pleyel. Avec ses amis et son premier mari, Amin Mahdavi, elle assistait au concert des chanteurs Alim Qasimon et Shahram Nazeri. À l’époque, je ne savais pas qui elle était. Chervine non plus, mon meilleur ami iranien qui m’accompagnait. Elle s’était assise devant nous et nous nous étions regardés. «Qui est cette femme? D’ou sort-elle? Elle est tellement belle.» Un mois plus tard, Chervine arrivait tout excité chez moi, un nouveau film à la main. Son beau-père venait de rentrer de Téhéran, la valise pleine de dvd interdits dont «Santouri», histoire d’un musicien toxicomane, réalisé par Dariush Mehjui. En farsi, jouer du santour signifie aussi s’injecter de l’héroïne. À peine le film commencé, nous avions reconnu l’épouse du musicien : c’était la fille rencontrée au concert. Nous avions désormais un prénom et un nom: Golshifteh Farahani. Je ne sais pas si ce jour-là nos vies ont changé mais depuis, je suis allé trois fois en Iran, pris des cours de persan, et je connais le cinéma iranien sur le bout des yeux et Chervine a arrêté le droit pour devenir acteur à Tehrangeles. Peu de temps après, je la retrouvais à l’affiche d’À propos d’Elly, le second film du réalisateur d’Une séparation, Asghar Farhadi. L’histoire d’une bande de copains qui partent en vacances au bord de la Mer Caspienne. Golshifteh joue Sepideh, une jeune femme sûre d’elle, séduisante, qui va être prise à partie par ses amis après la disparition de l’un d’eux. Dans ce long

G H O U S S O U B

métrage, comme à son habitude, Asghar filme en close-up pour s’approcher de la vérité des personnages. La rencontre d’un des plus grands réalisateurs de sa génération et de l’actrice me donne des frissons. Golshifteh brille et crève l’écran. Je sors de la salle de cinéma perdu, ne sachant plus ou je suis. Ce film m’a rappelé mon statut d’exilé. Iranienne dans Poulet aux Prunes, Afghane dans Syngué Sabour, Kurde dans Si tu meurs, je te tue, Parisienne dans Les deux amis, Golshifteh est plusieurs femmes et prend plaisir à jouer devant la caméra. À 34 ans, elle a plus de 38 films derrière elle sans parler de ses rôles sur scène. Pourtant sa vie la destinait à être pianiste. Sélectionnée à quatorze ans pour se présenter au conservatoire de Vienne, elle refuse cette opportunité pour se consacrer au cinéma. Jouer pour elle est vital. La musique ne la quittera pourtant jamais. La preuve, ce hang, instrument à percussion, qu’elle emmène partout avec elle. J’ai eu la chance de la voir improviser à Beyrouth et de la rencontrer lors du tournage de Go Home réalisé par Jihane Chouaib. L’histoire de Nada, devenue étrangère en son propre pays et qui cherche à percer les mystères de sa famille. «C’est un dur métier que l’exil» écrivait le poète turc Nazim Hikmet. Le cinéma permet de l’adoucir, de se sentir enfin un peu chez soi. En regardant un film avec Golshifteh Farahani, j’y retrouve souvent ma maison. Pourvu qu’elle ressente la même chose en jouant.

PHOTOS GO HOME PHOTOS, TOURNAGE.

P A R


L’OFFICIEL

CINÉMA

212

LE VÉTÉRAN, LE BODYGUARD, LE VIEILLARD ET LA BIMBO A L’AFFICHE DE LA SALLE MÉTROPOLIS SOFIL EN JUIN DERNIER, TOMBÉ DU CIEL, LE FILM DE WISSAM CHARAF (SÉLECTION ACID DU FESTIVAL DE CANNES 2016), TIRE LES FICELLES DE L’ABSURDE POUR TRANSFORMER LA TRAGÉDIE DE LA GUERRE EN COMÉDIE. HUMOUR, TENDRESSE ET POÉSIE FONT DE CE PREMIER LONG MÉTRAGE UN BIJOU D’ÉMOTION ET DE RÉALISME. M A R W A N

C H A H I N E

PHOTOS DR.

P A R


L’OFFICIEL

Un homme hirsute traverse des montagnes blanches, trébuchant dans la neige. D’où vient-il ? De très loin devine-t-on. Où va-t-il ? Lui-même ne semble pas le savoir. Quelques instants plus tard, on le retrouve porté par quatre éboueurs, rois mages barbouillés, qui le balancent littéralement devant la porte d’une boite de nuit branchée de Beyrouth. Bim, bam, boum, les videurs lui signifient avec zèle qu’il n’est pas le bienvenu. Soudain, l’un d’eux, les yeux écarquillés, fait cesser le massacre, il vient de reconnaître ce revenant improbable qui n’est autre que son propre frère, Samir, milicien officiellement disparu pendant la guerre civile. L’influence de la BD belge Ainsi débute Tombé du Ciel, premier long métrage du réalisateur libanais Wissam Charaf, 44 ans, projeté en juin au Métropolis Sofil. Les histoires de fantôme et de mémoire qui hante peuvent faire peur ou faire pleurer. Celle-ci prend le parti du rire. Un rire sous toutes ses

CINÉMA

formes, du gag potache à l’ironie, du burlesque au grinçant, du comique de répétition à l’humour par l’absurde, dans une succession de saynètes filmées en format carré, comme autant de bulles de bandes dessinées belges - une influence revendiquée par le réalisateur. « Les tragédies, ce n’est pas mon truc, on peut faire passer plein de choses par le rire, il n’y a pas besoin de faire pleurer pour faire réfléchir les gens » se justifie-t-il, comme en réponse aux grincheux qui déploreront qu’un thème aussi grave que le refoulé de la guerre soit traité avec autant de légèreté. Une société malade de son oubli Le pari de Wissam Charaf est réussi : on rit beaucoup, souvent jaune, non sans émotion, devant ce spectacle ubuesque que l’on connait bien, celui d’un Liban déboussolé où personne n’est vraiment à sa place. Ni Samir (Rodrigue Suleiman), Sniper de son nom de guerre, perdu dans ce monde qu’il ne reconnaît pas plus qu’il ne le reconnait, ni Omar son

213

petit frère (Raed Yassin), ours au regard mélancolique, bodyguard malhabile écrasé par un virilisme qui le dépasse. Pas plus ne le sont les personnages secondaires : leur père, vieillard cacochyme et sénile, qui radote ses souvenirs lointains et confus d’un Liban glorieux, le médecin obèse qui prescrit un régime et des vitamines, le voisin insupportable qui ne sait vivre que pour nuire, la blonde et plantureuse starlette férue d’armes à feu ou sa brochette de gardes du corps, en pleine querelle philosophico-vestimentaire... Le dispositif est simple et rudement efficace. Tombé du ciel n’a pas de visée démonstrative mais ce personnage de fantôme opère comme un révélateur, un miroir à peine déformant. Tout en exagérations ou en allégories, il montre les failles et les névroses d’une société malade de son oubli et on sort du film avec l’idée étrange que le spectre est toujours là, bien plus réel que le réel, horschamp permanent d’un monde de dupes. « Ce pays est un asile à ciel ouvert mais on s’y est tellement habitué qu’on ne le remarque


Le drame par le burlesque Mais il est déjà miraculeux que ce long métrage existe. Car comme son personnage central, il revient de loin. Il lui a fallu près de dix ans pour voir le jour, miné par des refus à répétition et des

contraintes économiques ou d’édition. Entre temps, le cinéaste a réalisé plusieurs courts métrages de fiction, un documentaire et a continué à exercer comme journaliste, notamment pour la chaîne franco-allemande, Arte. En 2014, il rencontre la scénariste française Mariette Désert avec laquelle il retravaille son projet initial qui séduit enfin les diffuseurs. Tourné en quinze jours avec un budget dérisoire – moins de 200000 euros- le film est sélectionné au festival de Cannes 2016 dans le cadre de l’ACID (association du cinéma indépendant pour sa diffusion) et rencontre un bel accueil critique en France. Les comparaisons avec le réalisateur palestinien Elia Suleiman sont nombreuses, en particulier dans cette façon de raconter les drames du ProcheOrient par le burlesque. Wissam Charaf s’estime flatté et agacé à la fois : « j’aime le travail d’Elia Suleiman mais je n’ai pas cherché à l’imiter. Il y a plein d’autres réalisateurs dont je m’inspire : Tati, Jarmusch, Bresson, Kaurismaki. Si Elia et moi n’étions pas tous les deux arabes, personne ne ferait cette comparaison. »

PHOTOS DR

même plus » note Wissam Charaf qui a grandi au Liban mais a longtemps vécu en France. Si la colère affleure parfois derrière les rires, contre les excès d’une hystérie collective, la tendresse pour toutes ces âmes perdues n’est jamais loin. La poésie non plus, comme lors de cette douce partie de campagne où Samir retourne dans son village et se confronte à cette femme qu’il a un jour aimée et à travers elle, à ses propres fantômes qui sont aussi les nôtres, tous ces possibles à jamais disparus. Le principal reproche qu’on pourra faire à Tombé du Ciel est d’être trop court (1h07), de nous arracher trop vite à ses personnages attachants, sans nous laisser le temps de les rencontrer pleinement, d’en creuser les aspérités.


COLLEZIONE AUTOMOBILI LAMBORGHINI

Available at Aïzone stores T. 01 99 11 11 - 04 71 77 16


L’OFFICIEL

MUSIQUE

216

BOWIE, BERLIN ET LES STEPPES D’ARMÉNIE EN PLEINE PROMOTION DE SA VERSION INSOLITE DU CLASSIQUE ARMÉNIEN “HINGALA », L’ÉLECTRO-ROCKEUR GURUMIRAN PRÉPARE SON PROCHAIN ALBUM “MAN WHO SOLD ELDUNYA” QU’IL LANCE LE 11 JUILLET À METRO AL MADINA. UNE OCCASION DE SE PENCHER SUR LE PARCOURS ET L’EMPREINTE MUSICALE DE CE COMPOSITEUR ET INTERPRÈTE EXIGEANT QUI PUISE SON INSPIRATION DANS SON HÉRITAGE CULTUREL. M A R I E

A B O U - K H A L E D

PHOTO CLIFF MAKHOUL

P A R


PHOTO VARTAN KELECHAIN

Guitariste de Blend puis de Pindoll, Mihran Gurunian s’est lancé en solo en 2015 avec son premier album, Aberrance, sous le nom de Gurumiran. Sa voix éraillée, son accent, son ton cynique et sensuel ne laissent pas indifférent. Sa musique est infuse de rock des années 80, de rythmes orientaux et de beats électroniques. Gurumiran est en noir de la tête aux pieds: skinny jeans, t-shirt large et bottes grunge. Il boit un jus de carotte, betterave, pomme et gingembre. Il raconte comment il est tombé dans la musique: “c’est à l’école, vers la fin des années 80, que tout a commencé. J’avais des amis plus âgés que moi qui me passaient des cassettes de Led Zepplin, Pink Floyd et Metallica. J’ai tout de suite accroché au son de la guitare électrique. Je voulais pouvoir jouer ça. C’est aussi vers cette période que je me suis mis à chanter. Je devais avoir 13 ou 14 ans et on a monté un groupe avec des amis. Ca a été ma dernière expérience de chanteur avant Aberrance. Je n’aurais jamais cru que je chanterais sur mon propre album un jour, mais je l’ai fait par nécessité, je sentais que j’étais le seul à pouvoir exprimer réellement le sens profond de mes paroles. Dans les années 90 j’ai mis le chant de côté et j’ai évolué en tant que guitariste, durant la vague trip-hop. J’écoutais beaucoup de Radiohead et Portishead. En ce moment, j’écoute plutôt du jazz des années 50. Il y a toujours un peu de jazz dans mon vocabulaire, mais surtout beaucoup de rock. Et puis il y a le côté électronique auquel je suis littéralement « branché » de par mon métier d’ingénieur du son. Le fait de former un son à partir d’une machine me fascine. Les gens ont tendance à confondre musique électronique et “dance music”, mais ce n’est pas ce que je fais. Parfois les gens dansent sur ma musique et c’est bien, mais ce n’est pas mon intention initiale.”

Se ressourcer à Berlin Quand il a besoin de se ressourcer, Gurumiran va passer du temps à Berlin. “Aberrance est venu après que j’ai décidé d’arrêter de faire de la musique. Je suis passé par une période difficile dans ma vie personnelle, et quelques mois plus tard j’achevais d’écrire mon album. Pour changer d’atmosphère, je suis allé à Berlin. J’ai toujours été intéressé par la musique allemande, notamment le Krautrock (rock expérimental allemand des années 60), et par l’approche berlinoise de la musique électronique. J’ai commencé à y aller de temps à autre depuis 6 ou 7 ans. Je m’y sens dans mon habitat naturel. J’y vais pour me ressourcer, faire des rencontres, trouver l’inspiration, voir comment la scène évolue.” Bowie ou le salut par le dédoublement Man Who Sold Eldunya, (El Dunya signifie « le monde », en arabe) le prochain album de Gurumiran, est prévu pour bientôt donc. Dans ce nouvel opus, le musicien rend hommage à David Bowie en interprétant sa chanson “The Man Who Sold the World” en arabe libanais. Il explique son choix: “David Bowie a toujours été une immense inspiration pour moi, en particulier quand j’ai fait le grand saut en écrivant Aberrance. J’ai été inspiré par le séjour de Bowie à Berlin dans les années 70, où il a écrit sa Berlin Trilogy (les trois albums Low, Heroes, et Lodger) en immersion dans la culture locale de cette époque. Il avait fui Los Angeles et la cocaïne, et fait de Berlin Ouest son sanctuaire d’anonymat. Quand j’ai lu cette histoire, je me suis dit que j’étais passé par la même expérience: recherchant l’anonymat, je voulais me retrouver dans une ville où il me revenait de faire mes propres découvertes en toute liberté. Quand Bowie est mort, c’était


Les instruments de l’Orient L’aspect oriental de la musique de Gurumiran prend ses sources dans l’enfance de l’artiste. “A la maison, on écoutait beaucoup de folklore arménien et même de musique religieuse arménienne. Quand j’étais un jeune scout, on chantait ces chansons traditionnelles autour des feux de camp : c’est là que j’ai appris Hingala. La musique arabe, pour moi, c’est le souvenir de la radio, à la maison, pendant la guerre. On y donnait les nouvelles sur les bombardements et les horreurs, suivies des classiques de Feyrouz. Ces influences ressortent dans la façon dont je joue de la guitare. Je m’accompagne de rythmes tribaux, comme ceux des bédouins. En jouant, je les imagine très clairement et je sais que je dois absolument les intégrer. Je reviens toujours aux instruments orientaux: tablas, req, katem, daholla; jamais africains ou latino-américains. En tant qu’ingénieur, je donne beaucoup de valeur aux instruments traditionnels acoustiques. Ils ont une histoire, ont été créés un jour par quelqu’un, quelque part, et ont leur signature particulière. J’adore pouvoir les utiliser dans mes chansons, tels quels, ou bien en les détournant

de façon à ce qu’ils restent reconnaissables, mais rafraichis et comme renouvelés. De ce point de vue, mon nouvel album est beaucoup plus expérimental que le premier. Je chante dans trois langues: arabe, arménien et anglais : c’est une toute nouvelle approche pour moi.” Goûts et couleurs d’un fou du son Parmi les artistes locaux, Gurumiran écoute en ce moment Charlie Rayne, Sandmoon (Sandra Arslanian) et tout ce que font les producteurs Fadi Tabbal et Carl Ferneine, ensemble ou individuellement. Il écoute aussi la musique électronique d’Etyen, le rap de Chyno, le rock de Tanjaret Daghet, et les aventures sonores de Karim Khneisser. Quand il n’est pas plongé dans ses compositions, il lit “Les fous du son” de Laurent de Wilde, une histoire de la musique électronique à travers ceux qui l’ont révolutionnée, d’Edison à Theremin. Il aime le cinéma de Kubrick et des frères Cohen, et les films d’Oliver Stone à ses débuts. Gurumiran se produira bientôt à Paris dans le cadre de la Beirut Electro Parade, avec d’autres artistes de la scène électronique libanaise. Il prévoit également un pèlerinage musical à Erevan où il fera l’ouverture des Jeux Pan-arméniens et jouera dans plusieurs lieux historiques de la ville (pour les dates, consulter son site web gurumiran.com). Il projette aussi d’y tourner un documentaire sur ses racines. Il sera à Beyrouth sur la scène de Metro Al Madina le 11 juillet 2017 pour le concert de lancement de “Man Who Sold Eldunya” : un avant-goût de ce nouvel album singulier, hommage multiculturel à un David Bowie plus que jamais icône universelle.

PHOTO VARTAN KELECHAIN

vraiment triste. Dans “The man who sold the world”, on dit que Bowie s’adresse à ses alter-ego, de Ziggy Stardust au Thin White Duke, et leur demande ce qu’ils sont tous devenus. Pour moi, Aberrance, c’était ça : ma transformation en un nouvel artiste que j’ai nommé Gurumiran. Gurumiran me permet de me déconnecter du moi de tous les jours: à travers lui je n’ai pas peur de sortir de ma zone de confort, de mon personnage, et d’en habiter un autre.”


To Register

Furla) > ABC r a e (n , 1 l e to 27 v Achrafieh Le ULSE stand, from July 6 MYSCHOOLP > ONLINE hoolpulse.com www.mysc

0 3 $ e e F t e k ents, c m h Ti s e fr e r , ib ing b unn Includes the ruffet and kids activities open lunch b are running while parents

hoolpulse.com c s y m @ fo in t: Contac 589 Call us: 76 370


L’OFFICIEL

PLAYLIST

220

SONS D’UNE NUIT D’ÉTÉ ÉLECTRO HYBRIDE, ROCK TRÉPIDANT OU POP CINQ ÉTOILES, LES POINTURES DE LA SCÈNE INTERNATIONALE LIVRENT LEURS NOUVEAUTÉS. SÉLECTION DES MEILLEURES SORTIES DE LA SAISON. S O P H I E

R O S E M O N T

Beth Ditto.

Girl punk power Pour ceux qui doutent encore des qualités musicales de Beth Ditto, qu’ils écoutent illico presto son premier album solo. Riffs rock métalliques soulignés de paroles insolentes, une voix qui n’a pas besoin de forcer pour imposer sa puissance… On reconnaît là les marques de fabrique de feu son groupe Gossip. Logique, donc, qu’elle ait souhaité voler de ses propres ailes, offrant une ribambelle de morceaux

taillés pour le live, son terrain de jeux préféré. Impossible de ne pas danser sur Fake Sugar, ode à la liberté d’être ce que l’on veut, sur fond de pop ouverte à tous les âges et tous les genres. Le tube : Savoir-fa ire, imparable manifeste rock discoïde, à écouter après le déjeuner pour booster son après-midi. Beth Ditto, “Fake Sugar” (Columbia).

Euphorie

Il y a vingt ans, qui aurait cru que Phoenix, bande de grands timides, allait assurer

la facette la plus pop de la French Touch ? Témoignant de sa facilité mélodique et de sa fausse légèreté, Ti Amo renoue avec le synthétique excitant des débuts. Il convoque même la langue française ici et là… Avec les bijoux euphorisants comme J-Boy ou Goodbye Soleil, Phoenix va encore enchanter les stades. Le tube : Tuttifrutti, à écouter le matin, en guise de vitamine C. Phoenix, “Ti Amo” (Atlantic/ Warner).

PHOTOS ANTOINE WAGNER STUDIO, PATRICK MESSINA, LUNDA BROWNLEE, SERGE LEBLON, MADS PERCH, DR

P A R


L’OFFICIEL

PLAYLIST

Épure excentrique

Fascinante pour les uns, agaçante pour d’autres, Camille est une chanteuse réputée pour son excentricité qui ne laisse personne i nd if férent. Après le conceptuel Ilo Veyou (2011), la voici enfin de retour avec son meilleur disque à ce jour, OUÏ. Imaginé dans une auguste bâtisse provençale du xiie siècle, il distille une chanson majoritairement française, inclassable et épurée. Sur fond pop, des échos soul ou électro habillent la voix singulière de Camille, autour de laquelle elle s’offre des variations inédites. Elle met aussi la danse à contribution, en imaginant une gestuelle dédiée. À ce renouveau rafraîchissant, exigeant et dans l’air du temps, on dit oui ! Le tube : Je ne mâche pas mes mots, pour ses variations rythmiques et mélodiques, à écouter lors d’un bel après-midi. Camille, “OUÏ”(Because).

Énergie virtuelle À la fin des années 1990, le chanteur de Blur, Damon Albarn, et l’illustrateur du comics Tank Girl, Jamie Hewlett, se retrouvent à partager le même appartement londonien, où ils allient leurs talents via le concept musicovisuel de Gorillaz. Carton plein ! Mais depuis The

une sincérité saisissante), une existence hautement créative avec sa compagne Vanessa Seward… Vitaminé par des échos électro, funk ou bossa nova, Les Choses qu’on ne peut dire à personne est la preuve de la belle écriture ourlée de Burgalat, décidément l’un des surdoués de la chanson français actuelle. Le tube : Ultradevotion pour Fall (2010), on ne savait pas vraiment si le groupe animé le plus célèbre du monde allait reprendre du service… Ouf, Humanz prouve aujourd’hui que le duo gagnant n’a pas dit son dernier mot, s’octroyant le luxe d’inviter Grace Jones, De La Soul ou Noel Gallagher. Si on peut d’abord être surpris par cet enchaînement de titres mêlant sans tri toutes les influences de Gorillaz (hiphop, dancehall ou punk), on se laisse vite prendre par son énergie décoiffante. Le tube : Momentz, un hip-

Élégance de l’écriture

Il a fallu attendre cinq ans depuis Toutes directions, son dernier album studio, pour écouter les dix-neuf nouveaux titres de Bertrand Burgalat. Entre-temps, il n’a pas chômé : des sorties essentielles sur son label Tricatel (de Chassol à Michel Houellebecq), un livre, Diabétiquement vôtre (où il raconte sa maladie avec

Alt-J, “Relaxer”(Infectious Music/Pias).

Système solaire

son élégance groovy, à écouter en fin de journée, entre chien et loup.

Bertrand Burgalat,“Les choses qu’on ne peut dire à personne” (Tricatel) Expérimentations tout public

hop ultra-up tempo avec De La Soul, à écouter pendant l’apéro pour bien débuter la soirée.

Gorillaz, “Humanz” (Parlophone/Warner).

221

Après un premier album épatant, An Awesome Wave, et un second moins convaincant, This Is All Yours, Alt-J, groupe de Leeds couronné d’un Mercury Prize, ne pouvait gâcher sa troisième chance. Rassurons-nous, grâce à Relaxer, il revient à ce qu’il sait faire de mieux : un poprock indie à tendance tribale, cérébral et qui pourrait s’avérer franchement tubesque si Alt-J ne persistait à refuser une production mainstream. Mais c’est pour cette raison que l’on aime passionnément ce groupe sachant rendre accessible sa musique expérimentale, où l’on peut passer d’une ballade méditative (Adeline) à une pop protéiforme (Deadcrush). Le tube : In Cold Blood à l’imparable foisonnement orchestral, à écouter la nuit tombée.

Planetarium est la dream team la plus impressionnante de l’été. Autour de Sufjan Stevens, l’Américain folkeux à la voix céleste qu’on ne présente plus, s’activent le batteur James McAlister, le guitariste de The National Bryce Dessner et l’éminent compositeur de musique minimaliste Nico Muhly. Après des années de réflexion sort enfin leur œuvre collective. Son but : offrir au folk une vision à la fois synthétique et baroque, quasi spatiale. De Neptune à Mercury, le système solaire est exploré par Stevens au long de ces dix-sept morceaux à la fois indie et ultra-accessibles. Trippant ! Le tube : Jupiter, ou quand le folk contemplatif invite l’autotune, à écouter avant de dormir, lors d’une nuit étoilée. Planetarium, “Planetarium” (4AD).


L’OFFICIEL

VISITE

222

BEYROUTH COMME VOUS NE L’AVEZ JAMAIS VU SUR LE MODÈLE DU BERLIN ALTERNATIVE TOUR, LE TANDEM MOUSTAFA FAHS/SOPHIA SEELOS A CRÉÉ UN PARCOURS DE QUATRE HEURES À LA DÉCOUVERTE D’UN BEYROUTH INTIME ET PARFOIS SECRET. LOIN DES CARTES POSTALES ÉCULÉES, AVEC BEIRUT ALTERNATIVE TOUR ON POUSSE DES PORTES DÉROBÉES, ON PARLE À L’HABITANT, ON DÉCOUVRE DE NOUVELLES SAVEURS. M É L A N I E

H O U É

PHOTOS DR

P A R


L’OFFICIEL

VISITE

Beyrouth, vous croyez le connaître, avec son centre-ville, ses rues grouillantes bercées d’un incessant bruit de klaxon, son historique place des Martyrs avec la fameuse mosquée Mohammad al Amin accolée à la cathédrale Saint-Georges des Maronites - symbole de la cohabitation communautaire propre au pays, ainsi que ses quartiers de Mar Mikhael et Gemmayzé, réputés pour leur vie nocturne… Et pourtant, quatre heures seulement passées en compagnie de Sophia Seelos et Moustapha Fahs dans les méandres de la ville suffiront probablement à bouleverser votre représentation de la capitale. Des portes habituellement fermées au public Depuis le mois d’août 2015, les deux étudiants organisent des visites guidées dites « alternatives », de Beyrouth. Tous les mercredis et samedis, hiver comme été, ils partent à midi du haut des escaliers Saint-Nicolas à Gemmayzé pour rejoindre Hamra, en passant par Saïfi, Solidere, Basta al-Tahta, Zoukak el-Blat, Zaytouneh ou encore Clémenceau. « Nous souhaitons montrer un visage honnête de la capitale, dévoiler à la fois sa beauté et sa laideur, ainsi que la variété de ses habitants et de leurs modes de vie pour permettre de mieux comprendre ce que Beyrouth est devenu aujourd’hui », explique Moustapha Fahs. La ballade, de quatre heures, vous ouvrira ainsi les portes des jardins du palais Sursock, habituellement fermées au public, tout aussi bien que celles du monde des artisans et vendeurs de Basta al-Tahta, situé à quelques minutes du centre-ville mais avec des allures de banlieue. D’un quartier à l’autre, les visiteurs découvrent une capitale aux mille visages - tantôt moderne avec des tours en verre à perte de vue, tantôt traditionnelle avec de

223

vieilles maisons issues de la période ottomane et du Mandat français. En l’espace de quelques instants, l’ambiance et le tissu urbain changent radicalement. Beyrouth est une ville à l’identité plurielle. « Les participants sont en effet souvent surpris d’être plongés dans deux mondes totalement opposés à seulement cinq minutes de distance l’un de l’autre », confirme le jeune guide qui ponctue sa visite d’anecdotes liées à la culture, la politique, et l’histoire des lieux. Une approche intimiste et complète En moins de deux ans, Moustapha Fahs, Libanais de 26 ans, et Sophia Seelos, Allemande de 24 ans, ont déjà fait découvrir la capitale libanaise à plus de 1700 personnes – des touristes venus des quatre coins du monde aussi bien que des locaux curieux de mieux connaître leur ville. Tous, à l’unanimité, semblent séduits par la visite. « J’étais perplexe au début, confie Guillaume, un Français de 28 ans installé au Liban depuis plusieurs années, puis j’ai finalement adoré. Le tour est très complet, les organisateurs super disponibles et intéressants. Ils proposent une approche intimiste et complète contrairement au guide touristique classique qui, souvent, se restreint au centreville ». « Un tour à ne pas rater ! a commenté pour sa part Roula Sylla sur les réseaux sociaux. Moustapha présente Beyrouth sous un angle sympa, plein de petites histoires, de mémoire et d’endroits extraordinaires ». « J’ai découvert certains lieux où je n’aurais jamais mis les pieds seul, continue Guillaume. Je pense par exemple à certaines villas de la rue Sursock, à des petites ruelles de Zoukak el-Blat ou encore à des quartiers où je ne me rends jamais ».


Coupée en deux puis unifiée, comme Berlin Le projet de Sophia Seelos et Moustapha Fahs est inspiré de l’Alternative Berlin Tour qui, en trois heures, va à la rencontre des lieux les plus secrets de la capitale allemande. A l’image de Berlin, coupée en deux puis unifiée après la fin de la guerre froide, Beyrouth, marquée par quinze années de conflit civil et d’une scission entre ses quartiers est et ouest, doit négocier avec son passé pour l’intégrer à son paysage urbain. « En fait, au tout début, Sophia est venue à Beyrouth pour un échange universitaire. Elle a alors cherché à visiter la ville mais a été déçue de ne trouver aucune visite guidée. C’est dommage d’autant plus que l’image de notre capitale est souvent réduite à sa vie nocturne, surement dans l’objectif de ressembler à des métropoles comme Paris, mais au final le charme propre à sa mixité se perd », souligne Moustapha. La visite est donc rythmée d’anecdotes liées à la culture, la politique, et l’histoire des lieux. Pour contrer la tendance à réduire Beyrouth à ses lieux touristiques, les deux amis ont donc décidé d’organiser leur propre tour de la ville avec pour idée directrice de donner la parole aux Beyrouthins et de soutenir l’économie locale. Car, oui, inexorablement, le Beirut Alternative Tour prévoit des rencontres, des témoignages d’habitants, mais également des dégustations de spécialités libanaises, préparées par des artisans locaux. Ce qui ne manque pas d’amadouer les visiteurs. « Le manouché aux légumes du jardin était excellent ! », « Oh, et la nourriture, ce snack arménien … ! », « Et quel délice, ces mets locaux ! » peut-on lire sur les réseaux sociaux. En d’autres mots, le Beirut Alternative Tour promet de vous offrir une immersion spatio-temporelle aussi bien urbaine, architecturale, historique qu’humaine pour véritablement expérimenter la ville. La humer, sans chercher à la saisir. Car Beyrouth, l’énigmatique, ne saurait coller à un cliché. Et c’est bien cela qui fait de notre capitale une ville si magnétique.


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


www.melissa.com.br/us

AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Follow us on instagram: @melissashoeslebanon


LES JUMELLES SAMAR ET AMAL SABA ONT TROUVÉ UN MOYEN DE NE JAMAIS QUITTER KFARHATA, LEUR VILLAGE D’ORIGINE, NICHÉ DANS LES OLIVIERS DU KOURA. GRÂCE À LIPHE (COMME « LIFE »), LE CENTRE DE BIEN-ÊTRE QU’ELLES Y ONT CRÉÉ, ON PEUT PROFITER AVEC ELLES DES ARBRES ET DU SILENCE TOUT EN SE REFAISANT UNE FORME. . P A R

M Y R I A M

R A M A D A N

PHOTOS DR

UNE PHILOSOPHIE DU PH


L’OFFICIEL

BIEN-ÊTRE

Dix-neuf ans en entreprise, c’est un long parcours souvent maléfique pour l’organisme et le système nerveux. Pour Samar Saba, c’est plus qu’il n’en faut pour décider, un jour, de sortir du système et prendre un tout autre tournant. L’ancienne businesswoman avait souvent recouru, pour pouvoir rester productive, à des séjours de méditation et de remise en forme dans divers pays. C’est ainsi que lui est venue l’idée de se reconvertir dans le « health coatching » et, devenue consultante santé, de pousser plus loin sa formation pour devenir consultante diététique. Amal Saba, quant à elle, choisit une discipline complémentaire et devient conseillère en pH, comprendre le taux de concentration en hydrogène dans l’organisme. Et ainsi de suite, les jumelles enchaînent les formations, Amal s’initie au « juicing », soit l’art de composer des jus aux vertus diverses, notamment purifiants, à l’académie Jason Vale, ainsi qu’à la « nutritional microscopy » qui révèle le taux d’acidité du sang à partir de deux analyses, l’une sur sang vif, peu après la prise, et l’autre à partir du sang séché. Ce dernier procédé mis au point par le Dr Robert O. Young repose

231

sur une théorie selon laquelle les maladies surviennent en raison d’un taux acidité élevé, dû à un apport externe, notamment alimentaire, qui perturbe l’alcalinité originelle de l’organisme. Il serait donc essentiel de prendre conscience du taux d’acidité nocif que peuvent apporter certains aliments et boissons et de privilégier les plus alcalins. Rééquilibrer le corps et l’esprit Nous voilà donc en de bonnes mains pour rétablir, dans ce séjour niché entre les oliviers et les pins, l’équilibre fragile de notre corps et de notre système nerveux. Un séjour à liPHe permet de se rééduquer et de prendre de meilleures habitudes tout en savourant de délicieuses recettes basées sur des aliments complets et en buvant des nectars qui en plus d’être délicieux nous aident à éliminer massivement nos toxines. Nourriture saine, donc, mais aussi marches en forêt, yoga et sauna alternent avec de petits films qui permettent de ne pas maigrir idiots en apprenant à respecter son corps, à écouter ses sens et à se nourrir sainement.


de massage, il déploie un décor moderne, simple et apaisant dans un camaïeux pastel de couleurs terre. Il est par ailleurs construit dans le respect des normes écologiques. Sa piscine ne contient pas de chlore, son système d’isolation thermique est auto-suffisant en toute saison et pour son alimentation en eau, il compte sur le recyclage de l’eau de pluie. Dans ce petit havre de paix, on se sent chez soi. On peut y séjourner une seule journée, mais on a du mal à le quitter une fois qu’on en a reçu les bienfaits.

PHOTOS DR

Camaïeux pastel et douceur de vivre A l’origine de ce projet, il y a le rêve de Samar, tombée en amour, il y a quelques années, du coin de verdure où se niche aujourd’hui le centre liPHe. Ce lieu d’une rare sérénité se cache en fait au sommet d’une colline avec vue imprenable sur les immenses champs d’oliviers du Koura. Avec ses quatre bungalows, sa piscine et ses espaces communs que sont la salle de séjour, la cuisine où chacun peut participer à la confection des repas et les chambres


L’OFFICIEL

VOYAGE

234

LA SAISON EST OUVERTE À MIAMI

DERNIER SPOT EN DATE, L’IMPOSANT FOUR SEASONS HOTEL AT THE SURF CLUB, INSTALLÉ SUR LE FRONT DE MER, RESSUSCITE LE CLUB PRIVÉ LÉGENDAIRE DE LA CITÉ ART DÉCO. VISITE GUIDÉE.

Il y a de tout à Miami, la nostalgie soft pimp de l’ère Will Smith, l’exotisme accessible des Everglades, le rose pâle des buildings du quartier Art déco, les kilomètres de plage bordés par une skyline d’hôtels. Il y a des malls rutilants, des filles en rollers et la relève d’Art Basel, de méchants hôtels en hommage à Marilyn, à la désuétude délicieuse, et des concept-stores avertis qui inspirent les acheteurs du monde entier. Mais surtout, surtout, il y a le Surf Club à Surfside, bulle d’exclusivité ouverte au réveillon 1930 par le magnat Harvey Firestone pour contrer la prohibition à grandes lampées de rhum, dont la légende voulait qu’il arrivât directement par bateau depuis Cuba. C’est ici précisément, là où Liberace, Frank Sinatra et Elizabeth Taylor

E U G É N I E

trinquaient avec Winston Churchill et la duchesse de Windsor, que vient de s’établir le nouveau fleuron du géant hôtelier Four Seasons. Colosse moderniste Si le bâtiment d’origine édifié par Russell T. Pancoast conserve sa fonction première de salle de réception, il a vu grandir derrière lui trois colosses modernistes signés par le Prix Pritzker Richard Meier, où l’acier blanc et le verre disparaissent presque sous les rayons si particuliers du soleil de Floride. On est loin du resort ici, mais proche du boutique-hôtel contemporain aux références bien senties. Rien d’étonnant quand on sait que la déco des espaces communs et des 77 chambres

A D D A

a été confiée au Parisien Joseph Dirand, qui imprègne ces pièces pourtant flambant neuves d’une impression de déjà vécu : les lignes radicales des meubles sur mesure s’accordent avec une palette crème, sable et de bois blanchi, les surfaces polies contrastent avec des murs texturés à la manière de condos tout droit sortis des années 1950, le laiton des luminaires réchauffe les chambres immaculées et les salles de bains entièrement de marbre… On ne serait pas surpris de voir s’asseoir sur le balcon, face à la mer et un rien désœuvré, un personnage d’Edward Hopper. Baies vitrées du sol au plafond, jeux de reflets et balustrades en verre, tout ici tend vers l’Atlantique. Et si les immensités turquoise semblant monter

PHOTOS FOUR SEASONS

P A R


L’OFFICIEL

jusqu’à la suite penthouse vous paraissent trop lointaines encore, direction l’un des cinq Cabana Sudios, appartements presque à fleur d’eau, pour vivre pieds nus entre le bois chauffé de la terrasse coloniale et la douceur lisse du sol terrazzo que rafraîchissent les ventilateurs du plafond. Profiter des rituels beauté Miami Beach oblige, l’eau ici ne doit jamais manquer. Le tout nouveau Four Seasons s’entoure de trois piscines rectangulaires comme sorties d’un cliché de Slim Aarons, alignées face à la plage et bordées de bains de soleil minimalistes, d’un bar et du fameux Cabana Row, vestige de l’ancien club privé où les A-listers avaient leurs habitudes et où Churchill peignait face à la mer. Raison de plus pour réserver un des nouveaux pied-à-terre qui s’y trouvent ou, à défaut, une des cabines climatisées avec salle de bains, pour se changer sans passer par sa chambre. De l’autre côté, une nouvelle plage privée avec une foule d’activités nautiques responsables et non motorisées, une armée de grooms à l’affût du moindre caprice et bientôt un kids club mieux décoré que chez vous.

VOYAGE

Et le spa ? Il vaut à lui seul de traverser l’Atlantique : 1 400 m2 de marbre d’un blanc pur répartis en six cabines de soin complétées par deux cabanes privées entièrement vitrées, où profiter des rituels beauté signés Biologique Recherche, Elemental Herbology et Susanne Kaufmann, mais aussi de séances d’acupuncture, d’aromatherapie et de massages neuro-musculaires. Même les aménagements souvent sans charme comme le sauna, le hammam ou le crispant “coin repos” se trouvent magnifiés par la patte néo-classique de Dirand. Les grands sportifs profiteront d’une salle de fitness dernier cri et d’un coin de pelouse en plein air dédié aux cours de Yoga. Passage à table C’est dans le Surf Club d’origine, bâtiment années 1920, où la lumière filtre partout par les baies vitrées cintrées en enfilade, que se loge le Sirenuse, baptisé d’après le cultissime hôtel de Positano. Relecture Art déco de l’esprit amalfitain, l’endroit réunit palmiers d’intérieur, suspensions, marbre vert et grandes nappes blanches. De quoi

235

ne pas dépayser le gotha new-yorkais de passage en Floride. Aux fourneaux, rien de dépaysant non plus. On fait confiance à Antonio Mermolia, jeune Calabrais passé lui aussi par la Grosse Pomme, qui signe ici une carte de bons classiques du sud de la botte, revus à la sauce East Coast : parmigiana tradi, tagliata de wagyu, homard caponata ou encore baba napolitain s’enchaînent sous l’impulsion d’un service en livrée, à l’affabilité très Four Seasons. Pour trinquer face à la vue, on se perche sur l’un des tabourets du bar à champagne, zinc intimiste et rectangulaire conçu par Dirand, où une brigade de bartenders s’active pour préparer des cocktails baptisés aux noms des figures du Surf Club : “Winston Churchill” au Dom Perignon, “Frank Sinatra” au Roederer Cristal brut ou encore “Liz Taylor” au Ruinart blanc de blanc. Un hommage de bon goût à ceux dont les fêtes légendaires hantent encore les lieux. 9011 Collins Ave, Surfside, Florida. www.fourseasons.com


L’OFFICIEL

LIEU

236

AVEC MIST, EHDEN MONTE EN GAMME UN HÔTEL 5 ÉTOILES A ÉLU DOMICILE SUR LES HAUTEURS DU CÉLÈBRE VILLAGE DU NORD DU LIBAN. UNE ESCALE DE LUXE EN PLEINE MONTAGNE. PHILIPPINE

DE

C L E R M O N T-T O N N E R R E

PHOTOS DR

PAR


Voilà une raison de plus d’aller passer un week-end à Ehden, le très pittoresque village du Liban Nord, dont le charme encore intact a su résister à l’urbanisation galopante. La chaine Warwick (Palm Beach, Stone 55) y a ouvert il y a un an son tout dernier hôtel, Mist. Construit à flan de montagne, à 1500 mètres d’altitude, cet établissement cinq étoiles offre une vue à couper le souffle sur la montagne d’un côté, la vallée et la mer de l’autre. Le complexe est vaste: 51 chambres et suites et 25 chalets privatifs aménagés dans le plus grand confort. Mist compte également cinq bars et restaurants, une salle de gym, un spa, deux piscines couvertes et une extérieure, ainsi qu’un espace de jeux pour enfants. Les Zghortiotes, qui viennent chaque année passer l’été dans ce village jumelé avec leur ville, Zgharta, sont ravis. Certains ont déjà leur carte de membre. De quoi faire de l’ombre au Ehden Country Club et au Serail Hotel, les deux adresses jusque là les plus courues de la région en haute saison.

Le cadre est propice à la détente et au repos après une excursion sur les chemins escarpés du pic de Kornet el Sawda, le plus haut du pays, et le staff de l’hôtel, aux petits soins, est là pour guider les visiteurs désireux de découvrir Ehden et ses environs. « Il y a énormément de choses à voir et à faire. La région compte de magnifiques églises, une réserve naturelle où l’on peut pratiquer des sports de montagne comme l’escalade ou le parapente », affirme Laty Jabbour, responsable des ventes de l’établissement, elle même originaire de Zghorta à 25 km de là. Surnommée par ses habitants « la ville qui ne dort jamais », avec ses nombreux restaurants et boites de nuit, Ehden est un lieu où l’on aime faire la fête. Les hôteliers se tiennent d’ailleurs prêts pour la période de grande affluence de l’été, et surtout le début du mois d’août où a lieu Ehdeniyat, l’incontournable festival de musique qui accueille cette année Kazem al Saher (4 et 5 aout) ; Michel Sardou (11 aout) ; Mashrou’ Leila (12 aout) et Taio Cruz (18 aout).


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN PLAT

238

LA PIZZA La fine galette italienne retrouve son statut de classique célébré à grands coups de four à bois et de pâte napolitaine. PAR EUGÉNIE ADDA

Le mythe: Si le terme à l’étymologie incertaine apparaît à la fin du IXe siècle pour désigner les galettes servies dans les villages d’Italie, la pizza, la vraie, n’apparaît qu’au XVIIIe dans le Naples populaire, lorsque la tomate, jugée toxique jusqu’alors, fait son entrée en Europe. On invente la pizza rossa, plus aristo que la bianca, garnie d’un saindoux indigeste. Mais elle reste un plat du peuple jusqu’à ce que, en 1889, la reine Marguerite de Savoie s’en fasse offrir une part lors d’une visite dans la capitale de Campanie. Résultat ? L’introduction de la pizza à la cour et la naissance de la margherita. La lubie: Mondialisée après les différentes vagues de migration italienne, la pizza gagne d’abord en street credibility grâce aux Napolitains de New York, avant d’envahir les grandes capitales. Dans les années 2000, elle tombe, à Paris, Londres, Los Angeles ou encore Tel Aviv, entre les mains des it-restaurateurs qui la réinventent sans la défigurer. Le sourcing: Capital pour éviter les impostures hipster. Un four à bois, évidemment, mais aussi un fiore di latte plutôt qu’une mozza di buffala… Et si possible, des tomates aux appellations contrôlées. Des truffes fraîches en été ? Partez sans vous retourner.

PHOTOGRAPHIE MARIE-AMÉLIE TONDU

La pizza 4 pomodori, chez Da Graziella à Paris.

CARNET D’ADRESSES AUTOUR DU GLOBE

Four Hundred Rabbits à Londres Un bric-à-brac pensé pour Instagram, ouvert dans le quartier émergent de Crystal Palace. Des garnitures mi-tradi mi-british, une pâte crusty au levain naturel et des bières artisanales pour arroser le tout. (30-32 Westow St, Londres)

Emmy Squared à Brooklyn La nouvelle obsession new-yorkaise ? Les pizzas carrées, pensées comme des pies à partager et débordant d’ingrédients saisonniers mais délicieusement anti-healthy. (364 Grand St, Brooklyn, New York)

Da Graziella à Paris Ouvert juste à côté du Vivant de Pierre Touitou par un de ses associés et la Napolitaine Graziella Buontempo, Da Graziella respecte le très sérieux label Verace pizza napoletana : 33 cm de diamètre, 2 cm sur les bords et cuisson à 480°. Précis. (43, rue des Petites-Écuries, Paris 10e)


AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS – LEVEL 3 T. 04 717 716 EXT. 133 ATHOME@AISHTI.COM


OUTDOOR LIVING WWW.RAUSCH-CLASSICS.COM


L’OFFICIEL

ADDRESSES

A

D, E

ALEXANDER MCQUEEN +961 1 99 11 11 EXT.130

DOLCE & GABBANA

ALEXANDER WANG +961 1 99 11 11 EXT.130

+961 1 99 11 11 EXT.555

AURÉLIE BIDERMANN CHEZ SYLVIE SALIBA

DRIES VAN NOTEN +961 1 99 11 11 EXT.130

+961 1 33 05 00

DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

AERON +961 1 99 11 11 EXT.130

DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592

ELLERY +961 1 99 11 11 EXT.140

B

BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

242

+961 1 99 11 11 EXT.110 MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130 MOUAWAD +961 1 99 98 91

O,P, R

OSCAR TIYE +961 1 99 11 11 EXT.110

ESTEBAN CORTAZAR

PIPPA SMALL CHEZ SYLVIE SALIBA

+961 1 99 11 11 EXT.130

+961 1 33 05 00

ETRO +961 1 99 11 11 EXT.590

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130

BLAZE MILANO +961 1 99 11 11 EXT.130

PROENZA SCHOULER

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565

+ 961 11 11 11 EXT.130

BRUNELLO CUCINELLI +961 1 99 11 11 EXT.130

F, G, H

RED VALENTINO +961 4 71 77 16 EXT.292

BURBERRY +961 1 99 11 11 EXT.455

GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

BVLGARI +961 1 99 91 59

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

S, T

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562

BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353

C

CALVIN KLEIN +961 1 99 11 11 CARTIER +961 1 97 26 00

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

SEE BY CHLOE +961 1 99 11 11 EXT.580

J

JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

SONIA RYKIEL +961 1 99 11 11 EXT.130 STELLA MCCARTNEY +961 1 99 11 EXT.575 TABBAH +961 1 97 57 77 THE ATTICO +961 1 99 11 11 EXT.130

CÉLINE +961 1 99 11 11 EXT.250

THE RUG COMPANY +961 1 32 20 90,

CHANEL +961 1 99 91 29

+961 70 88 10 82

CHLOÉ +961 1 99 11 11 EXT.580 CHRISTOPHE ROBIN +961 4 71 77 16 EXT.101 CURRENT ELLIOT +961 1 99 11 11 EXT.140

L,M

LOEWE +961 4 71 77 16 EXT.209 LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10 MALONE +961 1 99 11 11 EXT.110 MARC JACOBS +961 1 99 11 11 EXT.148 MARCO DI VINCENZO

V

VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569


INTRODUCING THE 247 WOMEN’S The New Balance 247 for women features a synthetic mesh upper with neoprene sock construction for a modern look with performance-inspired comfort for everyday wear. This new core silhouette features clean lines rounded out with classic details like a welded N logo and woven tongue label for a bit of branded style. With a silhouette that combines craftsmanship, technology, comfort and fit, the New Balance 247 caters to the onthe-go metropolitan consumer.

Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272 - Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON on facebook New Balance Lebanon and on twitter @NBlebanon


L’OFFICIEL

CORRESPONDANCE

244

ICI JE SUIS AILLEURS L A U R A

Paris la nuit, dans un appartement sous les confettis. Recroquevillée sur un bout de canapé, j’écoute les derniers échos d’une fête en train de se terminer autour d’un plat de pâtes. C’est une cacophonie d’anglais, d’arabe, d ’ ita lien et de français. Il fait assez tard pour que la Tour Eiffel ait arrêté de briller. Elle fait son show et scintille la première minute de chaque heure, mais la nuit est si avancée qu’elle se tient debout toute sombre, ombre noire dans le ciel de Paris. J’aurais aimé vous parler de longs courriers et de grandes découvertes qui changent le cours d’une vie. De courses effrénées pour rattraper un vol ou d’escales interminables dans des pays inconnus. Ou alors de voyages plus métaphoriques, ces voyages intérieurs que l’on essaie de mener pour sortir de sa zone de confort. Mais laissez moi vous raconter mon voyage d’hier soir. Je n’ai pas pris d’avion ou de train, encore moins eu à composter un billet. Mais le fil de rencontres et d’échanges avec un groupe cosmopolite a fait que j’ai eu l’impression d’être allée très loin. Lâcher la combinaison jean / baskets le temps d’une soirée a parfois du bon, surtout si c’est pour enfiler jupe et talons. Cela donne un avant-goût de la soirée. Et surtout l’impression de traverser le miroir à force de tourner et tourner comme une toupie, juste pour le plaisir de voir, comme une petite fille, comme ‘’une princesse” de contes de fées, sa jupe virevolter. Chacun ses petits plaisirs. Je milite pour ces petits bonheurs. Je milite pour qu’une soirée soit un voyage en soi plutôt que d’attendre toute l’année quelques jours de vacances. C’est terrible de vivre dans cette attente là. Alors faisons des voyages du quotidien. Devenons des touristes de tous les jours. Il y a tellement de choses à découvrir, absorber, explorer. Une équipe de spécialistes de diverses disciplines a d’ailleurs mis en place à Paris un projet dans cet esprit. Cette initiative part du principe que la Ville Lumière a beau être l’une des plus

H O M S I

visitées du monde, sa périphérie reste très peu explorée. Ils ont donc créé l’initiative «Grand Paris du Tourisme, Ici je suis Ailleurs» afin de permettre de découvrir ces lieux méconnus. Cela pourra it s’appliquer à tous les pays du monde, y compris le Liban. En général, on adore quand des étrangers visitent le pays, cela nous donne l’occasion de le (re) découvrir, de l’explorer de fond en comble. On passe une semaine de rêve à se dire que l’on vit dans un pays magique. On est fiers, et on veut montrer la meilleure image de nos 10 452 km2. Mais pourquoi, une fois nos visiteurs partis, ne le faisons-nous pas tout seuls, sans avoir besoin de ce prétexte d’un groupe à promener ? Et que celui qui n’a jamais été un peu gêné ou honteux de découvrir qu’un étranger connait mieux que lui certaines régions de son propre pays, me jette la pierre. Depuis toute petite, je joue à un jeu qui prend d’autant plus de sens aujourd’hui. J’essaie de découvrir régulièrement un détail nouveau sur les trajets du quotidien. Ca a commencé sur le trajet de l’autocar en allant à l’école ; à l’arrière d’une voiture, en rentrant à la maison, et plus tard en conduisant sur des routes si souvent pratiquées. Le jeu reste le même : Essayer de tourner la tête différemment, de regarder sous un angle nouveau, pour voir de ces paysages qu’on connaît par cœur d’autres facettes. Découvrir des fleurs sur un balcon, des dalles de béton manquantes, le détail ouvragé d’une porte ou d’une fenêtre… Ou encore, fermer les yeux et jouer à anticiper les virages et lacets d’un chemin qu’on finit par connaître par cœur. Alors aujourd’hui je marche. Je marche des heures dans Paris à la découverte de nouvelles rues. Je consigne les noms différents ou improbables dans ma tête. Rue des Mauvais Garçons. Rue des Ours. Toujours un petit pincement au cœur quand je traverse la «Place de Beyrouth». Quels que soient les voyages, on rentre toujours à la maison. Tous les chemins mènent à Rome, et pour moi, à Beyrouth.

COLLAGE PAR MELISSA HADDAD

P A R


AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

04 717 716


L'Officiel-Levant, July Issue 77  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you