Page 1

N° 75 MAY 2017 WWW.LOFFICIEL.COM

PLUS BLEU QUE BLEU

GIANVITO ROSSI KAYOMO LAB MASHAEL ALRAJHI

LAUREN DE GAAF EN ALEXANDER MCQUEEN

RABIH MROUÉ

DE GÊNES OU DE NÎMES LA TOILE ÉTOILE


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


D I O R . C O M - 0 1 9 9 1 1 1 1 E X T. 5 9 2

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

fakhry bey street, beirut souks aĂŻshti by the sea, antelias chloe.com


© 2017 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.

224.0 x 297.0 mm


1 4 1 E L- M O U T R A N E S T R E ET

DOWNTOWN BEIRUT

A Ï S H T I BY T H E S E A

ANTELIAS

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL. 01 99 11 11 EXT. 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL. 04 71 77 16 EXT. 241 EMILIOPUCCI.COM

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


143 EL-MOUTRANE STREET, DOWNTOWN BEIRUT AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS MARCJACOBS.COM

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

RO B E RT D E N I RO a n d M CC AU L LO M BA R D I , L A , 1 0 : 3 0 a m


224.0 x 297.0 mm

T H E F U L L C O N V E R S AT I O N AT Z E G N A . C O M # Z E G N A C O N V E R S AT I O N S B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2 A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

Les poke bowls de Malolo’s — page 202

SOMMAIRE

Le muesli — page 204

Heureux tropiques — page 206

42

Le gang de Queen B — page 208

Gary, de cycle en cycle — page 210

ADRESSES

On dirait le sud — page 216

Pause — page 224

PHOTOS DR

Parenthèses enchantées— page 212


AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

04 717 716

224.0 x 297.0 mm


N ° 6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

CONR A DO V ELIZ, R AYA FA R H AT RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, PHILIPPINE DE CLER MON T-TON NER R E STYLISME

DAV ID G OMEZ-V ILL A MEDI A NA Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


224.0 x 297.0 mm


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


L’OFFICIEL

ÉDITO

PLUS BLEU QUE BLEU On a beau avoir passé l’âge, pour les grandes vacances, l’approche de l’été nous met dans un état d’euphorie légère. On sourit, on ne sait pas pourquoi, mais les premières robes à fleurs, les premières sandales, les premiers genêts, le soleil qui s’installe, l’odeur de l’iode que nous envoie la mer comme une invitation silencieuse à aller voir de près si le bleu est assez bleu, tout cela n’est pas étranger à notre humeur rêveuse. De saison en saison, L’Officiel Levant raconte le fil tantôt tranquille et tantôt turbulent du temps qu’il fait et vous indique, à travers la mode, cette heure universelle à laquelle s’aligne une même génération. Les tendances répondent à des signaux, un désir qui s’exprime de la même manière, au même moment, en des lieux pourtant à des dizaines de kilomètres les uns des autres. Nous sommes connectés, nos sensibilités communiquent entre elles. L’art et la mode le prouvent.

Fifi Abou Dib

48


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

NEWS

50

ÉVÉNEMENT MONOGRAMME

Parce que le sac est un des objets les plus personnels qui soient, Burberry organise à travers le monde des « événements monogramme » qui offrent aux adeptes de la marque la possibilité de faire apposer leurs initiales sur le sac ou le portefeuille Burberry de leur choix par l’artiste calligraphe Kitty Beamish. En mars dernier, c’est à Beyrouth, au complexe Aïshti by the Sea et à la boutique Burberry centre-ville que s’est déroulée cette opération, après Hong Kong, Singapour, Dubaï et Barcelone. Au programme, trois couleurs, deux polices, cocktails et bonne humeur. Burberry, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.455 Burberry, Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 71 77 16 ext.201

Exposant régulier du prestigieux salon Baselworld depuis vingt ans, le joaillier Georges Hakim y présente à chaque édition une nouvelle collection qui reflète son savoir-faire et sa créativité. Avec près d’un siècle et demi d’existence au compteur, la maison de luxe -qui introduit cette année une ligne horlogère de fabrication suisse sous la griffe Alain Philippeporte haut et avec passion les couleurs du Liban à travers le monde. George Hakim, Beirut Souk Mall, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 97 59 85

PHOTOS DR

PASSION, PRÉCISION, PERFECTION


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

NEWS

52

Equipment, en vente chez Aïzone, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140 Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.286 Aïzone ABC Achrafieh, +961 1 33 01 11 ext. 100, ABC Dbayeh, +961 4 41 72 17 ext.101

PHOTOS DR

LA CHEMISE LA PLUS CLASH

Créée en 1976, la petite marque Equipment, inspirée du groupe punk-rock anglais The Clash s’était d’emblée spécialisée dans un mono produit décalé : la chemise d’homme pour femmes. C’est dans les années 80 qu’Equipment devient l’objet de mode parisien à posséder absolument, avec ses belles soies et ses couleurs incroyables. Mais la marque s’éclipse, débordée par son propre succès. Elle est ressuscitée en 2010 et depuis lors son romantisme insouciant continue à s’inspirer du voyage et de la musique.


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

NEWS

54

AÏSHTI ANNONCE LE GAGNANT DE LA VOITURE AUDI A8

Pour inaugurer la belle saison, Aïshti a annoncé le nom du gagnant de la Audi A8 dans le cadre d’une cérémonie en plein air, le mercredi 22 mars 2017, sur le belvédère du complexe Aïshti by the Sea. C’est en présence des invités de cet événement que le nom du gagnant a été tiré sous la supervision d’un représentant de la Loterie Nationale Libanaise. C’est M. Kabalan Yammine, titulaire du ticket n°03451 et representé par son fils Antoine, qui a eu la chance de remporter l’exceptionnelle Audi A8 exposée sur le site au moment du tirage. L’événement a été suivi par une réception offerte par Aïshti et les Ets F.A. Kettaneh, importateurs exclusifs de Audi au Liban. Le tirage Aïshti-Audi offrait à tous les clients ayant réalisé, durant la période des fêtes de fin d’année, des achats de 200$ et plus dans les magasins Aïshti la chance de participer à la loterie et de gagner la luxueuse Audi A8.

Fondée dans le voisinage de la Scala de Milan, la maison joaillière Buccellati célèbre dans sa nouvelle ligne Opera les célèbres arias des grands compositeurs italiens. Pour interpréter Verdi, Rossini, Donizetti ou Bellini, quelle meilleure inspiration que la géométrie parfaite d’une fleur ou le détail délicat d’un motif architectural de la Renaissance, du dôme de San Carlo alle Quattro Fontane à Rome, du château Roccolo à Busca ou du Palais des Doges à Venise ? Buccellati, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.353

PHOTOS DR

UN BIJOU QUI SE CHANTE


224.0 x 297.0 mm

Ventaglio


L’OFFICIEL

NEWS

56

MANIFESTE

La mode va trop vite, mais on peut encore rattraper en boutique l’irrésistible collection printemps été 2017 créée pour Dior par Maria Grazia Chiuri. Entre une inspiration ballet qui convoque des jupes de danse en tulle et un véritable manifeste qui transforme toutes les lanières en bolduc blanc affichant en noir : « J’adiore », il y a dans cette ligne un mélange de force et de bonne humeur capable de faire durer la belle saison au cœur même de l’hiver. Dior, 131 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.592

Moschino a résolument trouvé sa voie dans la culture pop et l’autodérision. Humour noir ou humour tout court, la maison italienne s’adresse à ceux et celles qui savent prendre la vie au second degré et embrasser les démesures contemporaines. La collection capsule de cette belle saison célèbre la gélule, descendante directe de la potion magique qui fait oublier tous les maux et accorde une force surnaturelle. Pour une fois, l’automédication est recommandée. Moschino, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.131 Moschino, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.240

adorent l’exotisme du désert californien. Aussi, chaque année, le festival Coatchella est-il pour elle l’occasion de parader, notamment à la party « Queen of the desert » organisée par le magazine Galore. Cette saison, elles frimaient avec des modèles réalisés par Jeremy Scott sur les rythmes de Charli XCX. Entre sable et pelouses, elles ont même fait une petite trempette dans la piscine. Increvables, on vous dit ! Melissa en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh et ABC Dbayeh +961 1 99 11 11 ext.140 Melissa, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext. 274

PHOTOS DR

REINES DU ON DÉCAPSULE DÉSERT Issues des caoutchoutiers tropicaux, les chaussures Melissa


224.0 x 297.0 mm

AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243

ALBERTAFERRETTI.COM


L’OFFICIEL

NEWS

58

SUR DES PATTES DE COLIBRI

Il y a dans cette maroquinerie la légèreté, la gaîté, la vivacité du colibri. Sandra Choi, la directrice artistique de la marque Jimmy Choo, s’est inspirée pour sa collection printemps été 2017 de l’incroyable créativité de la nature et en particulier de l’installation Falling Gardens des artistes Gerda Steiner et Jorg Lenzlinger. Il s’agit d’un ouvrage paysager réalisé à la main pour inciter à la contemplation des merveilles botaniques. Interprétées en cordonnerie, ces floraisons exquises se traduisent en broderies manuelles, matériaux brillants et couleurs saturées. Jimmy Choo, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.595 Jimmy Choo, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.123

Des millions de pierres précieuses, des milliers de carats, des centaines de créations, des dizaines de collections ! La force créative de Fawaz Gruosi semble inépuisable. Depuis sa création en 1993, de GRISOGONO a immédiatement imprimé un style iconique et audacieux à l’univers joaillier. Vingt- quatre ans après avoir propulsé le diamant noir sur le devant de la scène joaillière internationale, le créateur genevois ne cesse de surprendre. Passionné par les pierres précieuses, il réécrit les codes de l’art joaillier et élève toutes les gemmes au rang de pierres extraordinaires, combinant audacieusement émeraudes, améthystes, turquoises, opales, diamant noir, ambre ou encore cristal de roche. En vente chez Sylvie Saliba, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 33 05 00

PHOTOS DR

De GRISOGONO REDÉFINIT L’EXTRAORDINAIRE


etro.com

224.0 x 297.0 mm

AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI VERDUN


L’OFFICIEL

NEWS

60

OPERA GALLERY SOUTIENT LA CAUSE ANIMALE

Le thème animalier étant une constante de l’univers artistique, Opera Gallery s’est tout naturellement engagée aux côtés de l’association Animals Lebanon en organisant une exposition en forme de campagne pour attirer l’attention sur la maltraitance animale. De nombreuses œuvres d’artistes internationaux du réseau Opera Gallery seront exposées dans l’espace beyrouthin durant deux semaines. Les bénéfices des ventes seront reversés à Animals Lebanon. Une initiative généreuse qui emprunte la beauté de l’art pour contribuer à la bonté du monde. Opera Gallery, avenue Foch 94, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 97 14 71

C’est le soin anti fatigue le plus exclusif qui soit, et il tient ses promesses. Valmont est une ligne de produits dédiés au rajeunissement du visage. En une séance, les traits sont détendus, la peau repulpée, l’expression apaisée. Avec sa texture onctueuse mais non grasse, la crème et le masque anti stress et anti fatigue Valmont effacent comme par miracle les marques du temps et des journées difficiles. Essayé et adopté par le spa Urban Retreat, le soin Valmont est disponible à l’espace beauté et bien être du complexe Aïshti by the Sea.

Valmont, en vente exclusivement chez Urban Retreat, Aïshti by the Sea, Antelias, L4, +961 4 71 19 40 Valmont, en vente exclusivement chez ÏDay SPA, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, L5, +961 1 99 57 57

PHOTOS DR

LES BIENFAITS D’UNE NUIT EN QUELQUES MINUTES


224.0 x 297.0 mm

Aïshti By the Sea Antelias

04 717 716 ext 248


NEWS

TA ROBE À FLEURS

62

Dans sa deuxième collection pour Balenciaga, le créateur géorgien Demna Gvazalia revisite le fétichisme du grand couturier Cristobàl Balenciaga. S’inspirant de l’organza de soie gazar dont le maître espagnol drapait ses mannequins couture, Gvazalia a réalisé ses robes printemps été 2017 dans une débauche de Spandex. Séduit par le toucher sensuel de ce matériau, le directeur artistique de Balenciaga a emprunté au maître ses secrets de confection sur-mesure. Réminiscence de sa Géorgie natale, l’imprimé floral qui déguisait la pauvreté des matériaux avant la chute du Rideau de fer, est omniprésent, illuminé par une palette presque fluorescente, joyeuse à souhait.

Tout en délicatesse, la collection Bottega Veneta printemps été 2017 est une ode aux belles matières et à la simplicité. Une simplicité complexe, car elle est sous-tendue par l’idée de «luxe privé », mélange de matériaux précieux et de sensualité que seule peut percevoir la personne qui porte le vêtement. Pour le plaisir de l’œil, il reste la beauté des silhouettes longues et fluides ponctuées çà et là par un polo désinvolte qui souligne un refus radical de l’ostentation.

Balenciaga, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.570

Bottega Veneta, Aïshti by the Sea, Ground Floor, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.211

Balenciaga, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.208

Bottega Veneta, Allenby Street, Beirut Souks, Centre-ville, +961 1 99 11 11 ext.565

INVISIBLE ESSENTIEL

NEWS F.A.D.

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


224.0 x 297.0 mm

Black Calf Hammock with Slogan Intarsia and Calla Lily Charm, 2017

loewe.com Aïshti by the Sea, Antelias


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

WWW.AISHTIBLOG.COM


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

WWW.AISHTIBLOG.COM


L’ESSENCE DES SENS Version sublimée et sophistiquée de l’iconique modèle lancé en 2009, le “Peekaboo Essential” renouvelle un classique en misant sur un style pur, intemporel et luxueux. L’expression ultime du savoir-faire et de l’élégance Fendi. PH OTO G R A PHIE

VA LE NTIN

FO U G E R AY

R É A LISATI O N

M A RIE

CAT TI AU X

Sac à main “Peekaboo Essential” en cuir nappa gris clair, intérieur en python, FENDI.


Sac à main “Peekaboo Essential” en cuir nappa noir, intérieur en cuir nappa beige, FENDI.


Sac à main “Peekaboo Essential” en cuir nappa bordeaux, intérieur en cuir nappa bleu nuit, FENDI.


L’OFFICIEL

TENDANCE

72

ANTIFRAGILE A CONTRE COURANT D’UNE INDUSTRIE VOUÉE À L’ÉPHÉMÈRE, HERMÈS EST LE CYGNE NOIR DE LA MODE. LE PARFAIT CONTRE EXEMPLE QUE L’ON PEUT ACCOMPAGNER AVEC DES CRÉATIONS DURABLES ET INTEMPORELLES. LE LUXE, C’EST LE TEMPS. A

R

Un pull à nœuds ou crochet, en maille de coton et viscose, couleur beige kraft. Une jupe à taille haute, en veau brillant, à panneaux liés par des nœuds faits à la main en coton mercerisé, couleur vert étang. Un bracelet chaîne à mousquetons, en métal palladié et métal permabrass, orné d’un maxi-sifflet en métal palladié et d’une maxi-clé en métal permabrass. Des bottines perforées, en veau, couleur beige naturel, à talon creux en métal laqué.

F

.

A

.

D

.

PHOTOS DR

P


L’OFFICIEL

TENDANCE

Une chemise façon combinaison de travail, en popeline de coton, couleur rose porcelaine. Un pantalon à taille haute longueur cheville, en drill de coton mouliné 4 fils façon denim, couleur cyclamen. Un œil de Cléopâtre, en métal palladié, orné d’une agate, couleur verte, sur un mousqueton en métal palladié. Des derbys perforés, en veau, couleur blanche, à talon creux en métal laqué.

73


L’OFFICIEL

TENDANCES

74

Loewe

Gucci

Elizabeth And James

Reine

Emilio Pucci

ACIDULÉ Un sorbet citron, un brin de menthe, les couleurs piquent les yeux. R É A L I S AT I O N

SOPHIE

Etro

NAHAS

kiini

Stella McCartney

Jimmy Choo

Alexander McQueen Gucci

Bottega Veneta

PHOTOS DR

Victoria Beckham


Batikh, 2017. ŠTarek Moukaddem

224.0 x 297.0 mm

www.fragranceshubertfattal.com


L’OFFICIEL

TENDANCES

76

Givenchy

Alexander McQueen

Alexander McQueen

NOIR SOLEIL Saint Laurent

Balenciaga

Du cuir, des zips, des clous, la force est une attitude.

Valentino

Hermès

Valentino

Gucci

Saint Laurent

PHOTOS DR

Saint Laurent


224.0 x 297.0 mm

s cul pted by nature

n a ncyg on zale z.com

Aïshti, Downtown Beirut 01. 99 11 11

Aïshti By the seA, AnteliAs 04. 71 77 16


L’OFFICIEL

TENDANCES

78

Gucci

Balenciaga

Anya Hindmarch

Loewe Marni

TROMPE-L’ŒIL Les motifs se répètent, jouent l’illusion, enchantent et hypnotisent.

Fendi Reine

Marni Hermès

Alexander McQueen

Oscar de la renta

PHOTOS DR

Proenza Schouler


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

TENDANCES

80

Gianvito Rossi

Alaia

Altuzarra

Alberta Ferreti

Gucci

FOUS FROUFROUS Ondulations aquatiques, brises indiscrètes, grâce du mouvement, allez, Olé !

Linda Farrow

Zimmermann

Gucci Alexander Birman

PHOTOS DR

Fendi

Alexander McQueen Gucci

Fendi


224.0 x 297.0 mm


STYLE

82

GIANVITO

ROSSI

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


L’OFFICIEL

STYLE

83

COSTUME CROISÉ ET CHEMISE BLANCHE LÉGÈREMENT DÉBOUTONNÉE, MÈCHE REBELLE SUR DES YEUX BRIDÉS QUI SOURIENT TOUT SEULS ET LUI DONNENT UN PETIT AIR EXOTIQUE ET MYSTÉRIEUX, GIANVITO ROSSI REPRÉSENTE UNE TROISIÈME GÉNÉRATION DE CRÉATEURS DE SOULIERS À L’ITALIENNE : RAFFINÉS ET DIABLEMENT SENSUELS. P

A

R

De passage au Liban pour inaugurer un espace dédié à sa griffe dans le complexe Aïshti by the Sea, Gianvito Rossi semble ravi de l’aventure, lui qui n’a connu Beyrouth qu’en ruines, lors d’un bref séjour dans la capitale il y a plus de vingt ans. Il se dit émerveillé par la beauté et la modernité de la partie reconstruite de la ville, ainsi que par l’impression de force et de stabilité qui s’en dégage. Ce sont ses propres mots. Sur le banc circulaire en cuir pastel qui entoure le corner en rotonde de verre et d’acier où sont mis en valeur quelque quarante modèles de sa collection, le créateur entouré de ces objets de désir familiers s’exprime à voix basse, avec une certaine retenue, sans jamais se départir de son sourire. Le dialogue qui s’installe mezza-voce rappelle une conversation dans un musée. Ne pas couvrir de sons inutiles, de mots superflus, des créations qui parlent pour elles-mêmes. Devant lui s’alignent de ravissantes babies vernies, à petits ou hauts talons, rouges, roses ou noires ; des escarpins classiques ou en cuir et plexi ; des mules mocassins en brocard noir et d’autres modèles tout aussi désirables, faciles à porter, sans autre prétention que de donner de l’allure à la silhouette, flatter le cou-de-pied et conférer un supplément de sensualité au galbe de la jambe. On retient en particulier, pour la palme de l’efficacité érotique ultime avec une simple bande de satin, la sandale Portofino qui s’orne, cette saison, de satin frangé après avoir écumé les tapis rouges aux pieds de Diane Kruger, Gwyneth Paltrow, Anne Hataway et Emma Watson. Autant de glamour avec si peu de moyens apparents n’est pas donné à tout le monde. Mais Gianvito Rossi est né dans le sérail de la haute confection cordonnière. Parlez-lui marques, luxe ou tendances, il vous répondra qualité. Pureté à la Gio Ponti, futurisme à la Boccioni Car Gianvito Rossi a grandi entouré de souliers d’art. Le fils de Sergio Rossi dont le propre père a fondé l’entreprise familiale est né à San Maoro Pascoli dans la région de Rimini, sur l’Adriatique, dans une maison dont le rez-de-chaussée était occupé par un atelier de création et une salle d’exposition animés par le va et viens des artisans et des fournisseurs. La confection de chaque paire de chaussures nécessite chez les Rossi soixante étapes, et il n’est pas question de les réduire au risque d’en amoindrir la qualité. On est ici dans l’artisanat de haut vol et la tradition

F

.

A

.

D

.

régionale a créé une émulation qui n’autorise aucune concession. Le succès de Sergio Rossi a conduit à son rachat par Gucci et au désengagement progressif de la famille de la marque qu’elle a fondée. Pour Gianvito c’est littéralement la fin du monde ou du moins la fin de son monde : « Pour la première fois de ma vie, je n’étais plus entouré de chaussures. Mon univers familier s’effondrait. » Il décide donc, en 2006, de reprendre le flambeau et de créer sa propre griffe, avec la même exigence, la même rigueur, mais une petite différence : « Sergio Rossi s’adaptait à ses marchés et aux goûts de sa clientèle. Sous le label Gianvito Rossi, j’ai décidé de ne faire que ce qui me plaît : des chaussures qui n’ont pas besoin de surcharges pour plaire, ni de logos apparents. J’ai une idée précise de l’élégance, de la modernité et de la féminité. Elle est liée à mon amour de la pureté et de la modernité inspiré des grands architectes italiens du XXe siècle, Gio Ponti ou Carlo Aymonino, mais aussi des artistes futuristes comme Umberto Boccioni. Pour moi qui ai appris ce métier de la manière la plus naturelle, sans même y réfléchir, le soulier ne doit pas être un objet trop voyant. La condition suprême est qu’il découle d’un bon design, d’une architecture solide, qu’il soit stable et confortable et qu’il respecte l’anatomie en la mettant en valeur. J’ai beaucoup appris de mes clientes. Ce sont des femmes qui ont suffisamment confiance en elles pour ne pas avoir besoin d’afficher des logos ou des artifices trop voyants. Elles ne sont pas là pour servir une marque. » Tout le raffinement de l’Italie avec un grain de folie Attentif malgré tout aux tendances et aux mouvements de la mode, Gianvito Rossi cède sur les détails qui le séduisent. Il annonce par exemple un usage accru des textiles dans la confection des chaussures et ne boude pas son plaisir de réaliser les Portofino, ses sandales fétiches, en satin ou brocard, ou une nouvelle collection en denim. Cet Italien dans l’âme qui aimerait vivre en son San Mauro natal plus de dix jours par mois crée au final des collections qui reflètent sa propre idée de l’art de vivre : vacances sur la riviera romagnole et promenades nautiques à travers les îles éoliennes, curiosité du monde et de ses saveurs, et une certaine conception de la folie, de l’abondance et de l’épicurisme proche de celle de Fellini -un autre natif de Rimini où a été tourné Amarcord.


L’OFFICIEL

SOMMAIRE

40

NEWS

L’édito — page 48

L’essence des sens — page 68

Anti fragile — page 72

Tendances — page 74

Gianvito Rossi — page 82

Miroirs à mirettes — page 84

La faute à Voltaire — page 86

Nile, le sac bracelet de Chloé — page 88

De Gênes ou de Nîmes, la toile étoile — page 90

La Joconde à mon bras — page 92

Sobre beauté — page 100

Ton sur ton sur ton — page 102

Des kimonos, mais pas que — page 110

Bouquets de fragrances — page 114

La « Majestueuse Opale » — page 128

Pendu à son cou — page 130

La vie en rose — page 132

La promenade au phare — page 140

Flower power — page 158

Sa drôle de guerre — page 186

Les feel-good gourous — page 190

Comme un kaléidoscope — page 120

Quand le vêtement réta- Un chas dans le talon blit l’équilibre — page 174 aiguille— page 182

PHOTOS DR

page 50


L’OFFICIEL

TENDANCE

84

MIROIRS À MIRETTES Les lunettes cachent les yeux quand ils sont fatigués, rehaussent le visage quand il est terne, ajoutent du mystère à la beauté. Cette été, de préférence rondes, à pont, dégradées plutôt que miroitantes, elles sont encore les reines de la saison. R É A L I S AT I O N

JOSÉE

NAKHLÉ

PHOTOGRAPHIE

R AYA

FA R H AT

De gauche à droite de haut en bas: Lunettes de soleil, Linda Farrow. Lunettes de soleil, Saint Laurent. Lunettes de soleil, Gucci. Lunettes de soleil, Pomellato. Lunettes de soleil, Flight. Lunettes de soleil, Alexander McQueen. Lunettes de soleil, Boucheron. Lunettes de soleil, Bottega Veneta. Lunettes de soleil, Sacaï.


224.0 x 297.0 mm

THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


L’OFFICIEL

KALÉIDOSCOPE

86

LA FAUTE À VOLTAIRE Après avoir fêté ses vingt ans avec un défilé New York, Zadig & Voltaire entame sa troisième décennie des projets plein la tête sous l’impulsion de Cecilia Bönström et Thierry Gillier. PAR JEANNE POTTER

4

3

1

L’instigateur C’est en lisant Zadig ou la destinée de Voltaire que Thierry Gillier (2) a l’idée, en 1997, de lancer sa propre griffe. Esthète féru d’art contemporain et de cinéma, le Français – petitneveu du cofondateur de Lacoste –, imagine un prêtà-porter impertinent et cool, largement influencé par la mouvance rockabilly. En 2006, il confie la direction artistique de Zadig à Cecilia Bönström, et continue d’officier en tant que président de la marque.

La collab’ Toujours aussi art friendly, le label fait appel ce printemps à la tatoueuse Virginia Elwood, fondatrice de l’atelier très couru Saved Tatoo. Pirates, roses, sirènes, léopards ou chapiteaux : la New-Yorkaise décline son bestiaire sur des pièces au pedigree folk, dont une paire de tiags, un mom jean et un blouson biker en cuir. Baptisée “Circus & Pirate” (3), cette collection est incarnée par le top néerlandais Jessie Bloemendaal.

Le pari Twister la personnalité de Zadig & Voltaire : c’est le défi lancé cette année par Cecilia Bönström aux étudiants de l’école d’arts graphiques Penninghen. Pendant six mois, vingt-cinq jeunes talents se sont plongés dans l’histoire de la marque, pour mieux réinventer ses classiques. Mention spéciale pour la veste militaire en trompe-l’œil (4), dont l’imprimé camouflage cache une tête de mort, l’emblème maison. www.zadig-et-voltaire.com

PHOTOS C. PETILLON, DR

La tribu Bella Hadid (1) et son frère (Anwar), Clara 3000, Vera Van Erp : éclectique, cette brochette cinq étoiles incarne les mille visages de Zadig & Voltaire. Sous la houlette de la directrice artistique suédoise, Cecilia Bönström, chacun a pioché dans le vestiaire de l’été 2017 pour s’offrir un look à son image : imprimé tattoo pour Clara, cachemire “Amour” pour Vera et parka militaire pour Bella. Sans oublier le “James”, nouvel it-bag maison.

2


224.0 x 297.0 mm

AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH 01 99 11 11


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN SAC

88

NILE, LE SAC BRACELET DE CHLOÉ

Simple et élégant, ce sac bijou qui cache son jeu est le grand classique de l’année.

Avec sa forme arrondie qui rappelle la courbe d’une selle, le Nile de Chloé est un sac à la fois nomade et précieux, aussi à l’aise au travail qu’en soirée. Le jour, on peut le porter en bandoulière, croisé ou simplement à l’épaule. La nuit, il suffit de décrocher ou d’escamoter la lanière et de tenir à la main l’anse en forme de bracelet doré qui révèle sa nature glamour. Rigoureux par sa forme un rien masculine, ses détails équestres et les deux clous qui

encadrent le logo embossé de Chloé au bas de son rabat, le sac Nile est féminin par la coquetterie raffinée de son bracelet doré et la simplicité intuitive de sa fermeture magnétique. Sa bandoulière ajustable, également ornée de clous dorés dans sa partie inférieure, peut être détachée au besoin. Il est équipé d’une poche extérieure et d’une autre intérieure pour simplifier les rangements. Chez Chloé, depuis la fondation de la

maison en 1952 par Gaby Aghion, le fil directeur de la création a toujours été le confort, traduit en fluidité, féminité, légèreté et rondeurs. Ici, rien n’accroche, rien ne pèse, tout est pensé d’avance pour permettre d’oublier le vêtement et l’accessoire, se sentir sûre de soi et vivre le moment. La directrice artistique Clare Waight Keller perpétue cet héritage avec brio, notamment à travers ses collections de sacs qui à chaque lancement font événement.

PHOTOS DR

PAR F.A.D.


224.0 x 297.0 mm

HALE Y BENNET T FOR R AG & BONE NE W YORK

AÏSHTI BY THE SE A ANTELIA S T. 0 4 717 716 E X T.297 AND ALL AÏZONE STORE S T. 01 99 11 11


L’OFFICIEL

FOCUS

90

DE GÊNES OU DE NÎMES, LA TOILE ÉTOILE LE JEANS FAIT EN 2017 SON GRAND COME-BACK, NOTAMMENT ANOBLI PAR MARIA GRAZIA CHIURI QUI LUI CONSACRE CHEZ DIOR UNE COLLECTION EXHAUSTIVE. « RETOUR » EST CEPENDANT UN BIEN GRAND MOT POUR CE BULLDOZER DE LA MODE QUI SQUATTE L’INDUSTRIE VESTIMENTAIRE DEPUIS PLUS DE TROIS SIÈCLES. A

R

Yves Saint Laurent n’avait qu’un seul regret, celui de n’avoir pas inventé le jeans. Il y a pourtant des années lumières entre le raffinement d’YSL et la brutalité de cette toile inusable même quand elle s’use. Le jeans qui tient sa double origine de la toile de Gênes dont il déforme le nom et de la serge de Nîmes qui lui vaut sa déformation en « denim » est fait d’un textile redoutablement solide. Cette solidité, il la doit non pas à sa trame de coton qui soutient originellement un double fil de laine et de soie, mais à diverses techniques de tissage, toutes exclusives, qui lui permettent de s’assouplir à mesure qu’on le porte et de se rigidifier à nouveau au lavage, redevenant comme neuf. Au 18e siècle, la toile de Gênes ou de Nîmes est utilisée dans la navigation, notamment pour confectionner des voiles. Écrue au départ, Gênes la teinte d’indigo naturel, couleur prisée par la marine. Il faut savoir que ces techniques, tant de tissage que de teinture, récupérées par les filatures anglaises, ont traversé l’Atlantique au début du 20e siècle, donnant à un certain Levi Strauss l’idée de récupérer cette toile increvable pour en faire des tentes à destination des chercheurs d’or et autres aventuriers du Sud des Etats Unis. Cependant, c’est la transformation du denim en « over all » à porter au dessus des vêtements de travail pour les protéger qui a fait sa fortune. L’over all est à cette époque teint en marron. L’adjonction de rivets en laiton pour protéger les poches et les empêcher de se découdre ajoute une impression de solidité à cette combinaison qui se transforme de supra vêtement en super vêtement. Dans les années 60, le jeans s’appelle d’ailleurs encore « over all ». On l’aime usé, martyrisé Jusque là, bien que prisé par les travailleurs manuels, le jeans est encore certes plus qu’une évidence, mais moins qu’une révolution. Il faudra attendre une petite décennie, l’arrivée d’une génération anticonformiste doublement marquée par la cruauté de l’interminable guerre du Vietnam et le premier choc pétrolier. En ces années 70, les garçons sont des objecteurs de conscience et les filles veulent prendre en main leur propre destinée. Le jeans retrouve sa forme originelle avec ces jambes larges propres au costume de marin et rebaptisées pattes d’éléphant. Le haut est ultraserré, pour les hommes comme pour les femmes, mais la souplesse du jeans se prête à ce traitement « seconde peau ». Définitivement installé dans les vestiaires des deux sexes, le jeans

F

.

A

.

D

.

envahit le monde et se fait adopter par toutes les classes sociales. A tel point qu’il est rigoureusement interdit dans les lieux élégants, les administrations et les entreprises soucieuses de leur image, « toutes les classes » étant synonyme de « pas de classe ». Plus de quarante ans après ce plébiscite mondial, le jeans montre qu’il a la peau dure, au propre comme au figuré. On l’aime usé, martyrisé, on aime qu’il raconte une histoire, qu’il reçoive les stigmates de la vie, tel accroc gagné dans une manifestation, telle écorchure dans un accident de moto. Et pour ceux qui n’ont pas l’étoffe des héros, les fabriques font le nécessaire. Dans les années 80, il est javellisé pour afficher le teint pâle d’une éternelle fin de vie. Il est « stone washed », lavé avec des pierres pour acquérir ces déchirures aléatoires qui lui donnent tant de caractère. Il est même arrosé de jets de sable, au grand dam des défenseurs d’une industrie éthique, ce procédé s’avérant mortel pour les travailleurs qui respirent la poudre de silicone. Et petit à petit il se déchire un peu, puis beaucoup, révélant de plus en plus de peau et établissant, par delà son image de vétéran, les codes du nouveau sexy. Dans les années 90, l’échancrure au niveau des cuisses est un pousse au crime que seules les plus audacieuses vont oser, sur jambes bronzées ou collants de résille. C’est punk, c’est trash, mais plus efficace que des mots pour attirer l’attention et exprimer sa révolte avec ou sans objet. Le triomphe du vêtement absolu Cette année 2017 (avec une confirmation pour les prochaines saisons 2018) marque un tournant dans l’histoire du jeans. Les grandes marques s’en saisissent avec une passion inédite pour le gentrifier, détourner ses cicatrices en œuvres d’art, en faire l’outil tout trouvé pour réaliser l’idéal de la fluidité du genre, ce qui représente un cran de plus que l’unisexe dans la direction que prend la mode vers l’équité –et non l’égalité- entre hommes et femmes. Patchworks et jeux de volumes et de coupes chez Roberto Cavalli, 50 nuances de bleach et de trous chez Dsquared2, clouté ethnique chic chez Gucci, brodé pop chez Victoria Beckham, en total look plain-couleur chez Kenzo mais surtout chez Dior qui achève d’en faire un classique digne de parader là où certains codes, règlements ou étiquette lui claquaient la porte au nez, le jeans est décidément au sommet de sa gloire et s’impose plus que jamais comme un vêtement absolu.

PHOTOS DR

P


Dior

Alexander Wang

Cavalli

Dsquared2

Gucci

Kenzo

Moschino

Victoria Beckham

Siwy


PHOTOS GALERIE IMANE FARÈS, DR


L’OFFICIEL

ART

93

LA JOCONDE À MON BRAS LOUIS VUITTON VIENT DE LANCER UNE NOUVELLE COLLECTION DE SACS EN COLLABORATION AVEC JEFF KOONS. POUR L’ARTISTE, CETTE INITIATIVE REPRÉSENTE UNE ÉTAPE DANS L’ÉVOLUTION DE L’ART. POUR LA MAISON DE LUXE, C’EST UNE VALEUR IMMATÉRIELLE QUI S’AJOUTE À LA TOILE MONOGRAMMÉE. P

A

R

PHOTOS DR

Avant même d’inaugurer le navire amiral de sa fondation d’entreprise au Jardin d’Acclimatation de Paris et son architecture aérienne conçue par Franck Gehry, la maison Louis Vuitton fait figure de pionnière en mariant depuis une vingtaine d’années la mode et le luxe avec l’art contemporain. Ses collaborations avec Takashi Murakami, sous la direction artistique de Marc Jacobs, ou encore avec Steven Sprouse, ou Cindy Sherman, ou surtout Yayoi Kusama sont mémorables. Mais d’autres initiatives sont restées plus discrètes comme notamment la restauration à Venise, financée par la maison, d’un chef d’œuvre de 1879, la Mort d’Othello par Pompeo Marino Molmenti, commande privée du banquier et mécène Spyridon Papadopoli. La toile monumentale a été révélée à un public éclectique en juin 2013, en marge de la Biennale de Venise, dans le nouvel espace Louis Vuitton de la Cité des Doges. La maison ne s’était pas contentée, à ce moment-là, de présenter cette œuvre de facture classique. Elle avait commandé à l’artiste américain Tony Oursler une installation qui lui faisait écho, une autre Mort d’Othello ancrée, cette fois, dans la réalité contemporaine et associant projection et sculptures de verre. Comment ne pas y penser quand, l’année suivante, Jeff Koons expose au Centre Pompidou sa série « Gazing Ball », où des sphères de verre bleu accompagnent des reproductions de toiles de maîtres et d’autres, en plâtre, de célèbres statues antiques. Ces boules rappellent les sphères de verre de toutes tailles, mi-kitsch, mi-futuristes, mais qui se voulaient luxueuses et que la bourgeoisie de la Pennsylvanie natale de l’artiste disposait dans ses jardins dans les années 60.

F

.

A

.

D

.

Boules bleues et grands maîtres C’est donc presque naturellement, après un cheminement d’une petite dizaine d’années, que Michael Burke, le PDG de Louis Vuitton, a fait appel à Jeff Koons pour offrir une nouvelle image aux sacs Sppedy, Keepall et Neverfull de la maison. Lancée le 28 avril dernier, la toile de cette nouvelle ligne s’orne de fragments de reproductions de six chefs d’œuvres célèbres dont : la Joconde de Léonard de Vinci, le Champ de blé avec Cyprès de Van Gogh, la Chasse au Tigre de Rubens, la Gimblette de Fragonard, et Mars, Vénus et Cupidon du Titien. Les célèbres monogrammes Louis Vuitton sont reproduits sur la toile en relief et en métal brillant, associés au monogramme personnel de Jeff Koons et rappelant une gazing ball par leur aspect miroitant. Chaque sac est orné d’un «charm » en plexi représentant la sculpture Rabbit, le célèbre lapin de l’artiste. Pour Jeff Koons, chaque sac est une œuvre d’art à part entière. Un manifeste qui peut surprendre, mais qui répond à une logique de continuité et de transmission développée par l’artiste. Si Léonard de Vinci s’est par exemple inspiré d’Uccello ou de Verrocchio, pourquoi Jeff Koons n’aurait-il pas le droit de lui emprunter son œuvre et de s’inscrire ainsi à sa manière dans cette lignée ? Est-ce de l’art ? Est-ce du cochon ? Le débat est ouvert et plus on en parlera, plus on ajoutera de valeur à ces objets de mode qui posent en objets philosophiques, attirent forcément l’attention, fut-ce par leur banalité même, et s’imposent comme des « conversation pieces » créées en somme pour attirer l’attention et valoir ainsi leur prix et l’excitation de l’attente consentie pour les acquérir. Cette nouvelle collaboration Louis Vuitton par Jeff Koons a été annoncée le 12 avril dernier au cours d’une soirée étincelante donnée par le géant du luxe dans la salle « Joconde » du Louvre en présence des plus grandes stars du moment, venues du monde entier.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

MOSCHINO.COM


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

ZOOM

100

SOBRE BEAUTÉ LAMA JOUNI A FONDÉ SON LABEL SUR LA MODE DURABLE. CETTE JEUNE CRÉATRICE LIBANAISE PRÔNE UN LUXE SUBTIL ET MINIMALISTE À TRAVERS SA MARQUE EN PLEINE EXPANSION. A

R

Poursuivant un rêve d’enfant, Lama Jouni est admise à Parsons Paris en 2007. Plus tard, armée de son diplôme, elle effectue des stages chez Balmain et Rad Hourani avant de créer son label éponyme en novembre 2013. La créatrice qui se félicite volontiers d’avoir choisi la voie académique et tourné le dos à la facilité, superpose les textures avec talent et façonne l’identité de sa marque avec des coupes parfaites et des collections où prévaut la maille monochrome, le jersey satiné, le denim bleu léger, le crêpe soutenu, le tout souligné ici ou là d’un volant, d’un trait de dentelle, d’une couleur contrastée ou d’un détail clouté. Entre vestes en denim au dos métallisé, jupes crayon ou asymétriques et pantalons cigarette, élégance et douceur inspirent des silhouettes à la fois fluides et puissantes, construites et taillées dans les

F

.

A

.

D

.

règles de l’art avec toujours une petite touche insolite qui fait la différence. On trouvera toujours dans ses collections cette envie de donner aux femmes confort et confiance en soi. Basée entre Paris et Dubaï, Lama Jouni aborde la trentaine avec assurance et ose expérimenter en se fiant à son intuition et ses acquis techniques. Après s’être distinguée à la 5e saison de Fashion Forward Dubaï, elle a présenté sa collection avec les talents émergents en marge de la London Fashion Week 2017. Aujourd’hui, elle œuvre à renforcer sa communication et à diffuser ses créations à travers le Moyen Orient tout en gardant un œil sur une possibilité d’expansion dans les capitales mondiales de la mode.

PHOTOS DR

P


L’OFFICIEL

ZOOM

101


L’OFFICIEL

STYLE

TON SUR TON SUR TON On habite la couleur, on la concentre, on la recentre. On assume son être rose, son être bleu, vert ou rouge, son être noir ou blanc. Aucune nuance n’est un hasard.

PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT STYLISME ET RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ

102


Jacket et jupe, BOUTIQUE MOSCHINO. Bague, REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA.


Top et pantalon, LORO PIANA. Bague, RALPH MASRI.


Pull et pantalon, SONIA RYKIEL . Sac, PR ADA. Bague, GEORGE HAKIM.


Top et pantalon, CHLOÉ. Bagues, REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA. Lunettes de soleil, DIOR HOMME.


Top et pantalon, DRIES VAN NOTEN. Sac, REINE. Bagues, BVLGARI.


Top et jupe, STELLA MCCARTNEY. Bague, RALPH MASRI.


Top et pantalon, BALENCIAGA. Sautoir Sac, MIU“Mon MIU. jeu” en ors rose et blanc, VHERNIER Bagues, AZAR.CHEZ SYLVIE SALIBA.


L’OFFICIEL

STYLE

110

PHOTOS DR

DES KIMONOS, MAIS PAS QUE


L’OFFICIEL

STYLE

111

UN PIED À LONDRES, UN AUTRE EN ITALIE, ALEXANDRE KHAWAM ET ZYAD KHOURY, TOUS DEUX ISSUS DE LA FINANCE, ONT DÉCIDÉ IL Y A UNE POIGNÉE D’ANNÉES DE « RÉPONDRE À UN BESOIN QU’ILS ONT IDENTIFIÉ DANS LA MODE ». C’EST AINSI QU’ILS LANCENT KAYOMO LAB, UN CONCEPT DE LUXE ABORDABLE, DÉCONTRACTÉ ET PERSONALISÉ. P

A

R

En bons économistes, Alexandre et Zyad flairent le zeitgeist, l’air du temps. Ils y perçoivent les attentes d’une génération qui a besoin de se distinguer, notamment sur le plan vestimentaire, frustrée de ne pouvoir le faire qu’à des prix trop élevés par rapport à la valeur intrinsèque des produits. Quand ils créent Kayomo Lab, ils ont déjà en tête tous ces paramètres et les adaptent à une première collection basée sur le kimono. Mais ils savent déjà que leur concept est appelé à se diversifier. Ils racontent. Qu’est-ce qui, dans votre parcours, vous a conduit à créer Kayomo Lab ? Zyad et Alexandre : Il y a quelques années, nous avons réalisé que le « bespoke » -le sur-mesure- est mal interprété par le monde de la mode en termes de prix. Nous avons voulu combler cette lacune en proposant un produit personnalisé de qualité, mais à prix abordable. Pour 2017, c’est le kimono, mais nous envisageons une diversification au cours des années à venir. Nous nous sommes attelés à développer en Italie pendant quatre ans un réseau de maîtres couturiers qui nous ont aidé à réaliser une première collection de kimonos personnalisés, flexibles et vintage, tout le concept étant basé sur le fait que nos tissus proviennent d’anciennes collections de tissus de grandes marques des années 70 difficiles à trouver aujourd’hui, et qui font que chaque kimono est unique. De plus, nous avons vu dans le kimono le parfait produit de lancement, en raison de son côté fonctionnel, de son identité à mi-chemin entre modernité et tradition et de sa présence dans toutes les cultures. »

F

.

A

.

D

Alexandre : « Comme Zyad, j’ai fait mes études en finances à Londres, à la London School of Economics and Political Science. Nous venons tous deux de familles dont le secteur d’activité n’a rien à voir avec la mode. » Zyad : « J’ai toujours aimé les vêtements de qualité, mais je ne pouvais pas toujours me les permettre en raison de leur prix élevé. Je me suis donc mis à reproduire à moindre coût ceux qui me plaisaient. Ma formation en économie et finances y est sûrement pour quelque chose. Parallèlement, j’ai commencé mon parcours dans la création en modifiant des modèles existants. L’enthousiasme m’a porté jusqu’en Italie où je me suis rendu pour développer mes connaissances dans le secteur de la mode. J’y ai rencontré les fabricants des grandes marques et des grands couturiers. Avec Alexandre, nous avons très vite vu l’opportunité de trouver notre place dans cet univers avec un message différent, un article respectueux des traditions et de la qualité, mais surtout plus abordable. » Où se trouve votre atelier ? Combien êtes-vous à y travailler ? Z&A : « Nous sommes basés à Londres mais l’atelier de production se trouve à Pérouse, en Italie, où notre maître tailleur et son équipe travaillent sur la recherche, la création et la coupe des prototypes. Chaque modèle terminé est soumis au contrôle d’un grand professionnel à la retraite. Grâce à nos réseaux, nous parvenons à chiner à bon prix les tissus les plus beaux et les plus rares. Ceux-ci proviennent de stocks des années 70 et 80,


réalisés pour Missoni, Valentino ou Pucci. Nous leur restituons leur splendeur passée. Sinon, nous nous inspirons de nos voyages, de l’observation des gens, des œuvres d’art. C’est cet esprit de collaboration qui nous a permis de développer notre concept. Kayomo lab est une marque, mais c’est avant tout une plateforme pour développer toutes les idées qui peuvent nous venir à l’esprit. Parce que nous avons beaucoup d’autres idées, à part le kimono ! » Si vous n’aviez pas créé Kayomo Lab, qu’auriez-vous fait ? Zyad : « Je pense qu’Alexandre aurait été un excellent auteur de romans policiers. » Alexandre : « Zyad aurait fait un très bon jardinier ! » (Ils rient) En quelle année a été créé Kayomo Lab ? Quel a été le tournant dans le parcours de la marque ? Qu’est-ce qui l’inspire ? « Kayomo Lab a été créé en 2016. Le premier tournant dans son parcours a été notre renoncement à une collection complexe en faveur du mono-produit qu’est le kimono. Nous sommes amoureux du kimono ! Nous avons réfléchi à la manière d’en faire un vêtement léger et confortable, d’en créer une tendance, de lui offrir une place dans les défilés des grandes maisons. Ce que, en toute humilité, nous avons réussi à faire puisque six grands designers lancent des kimonos dans leurs collections cette année. L’autre tournant a été notre accord avec Moda Operandi, la boutique de luxe en ligne, qui nous représente et nous soutient en termes de ventes dans le monde entier. » Pour Alexandre en particulier, sa source d’inspiration est sa femme, Noor (Ndlr: la créatrice de bijoux Noor Farès), dont l’amour des couleurs est intarissable. Une journée idéale de Zyad et Alexandre ? « En Italie, dans la campagne d’Ombrie, en Toscane ou sur la côte amalfitaine avec notre maître tailleur, notre mentor Donati, nos amis proches, Noor, la femme d’Alexandre, à parler d’histoire, de marques, ou à débattre de la prochaine palette de nos kimonos… Sous le soleil italien donc, autour de spaghetti alle vongole, ou de linguini alla nerano, avec de bonnes bouteilles de Barolo ou de Barbaresco. Tout un art de vivre qui fait partie de l’ADN de Kayomo Lab. »


224.0 x 297.0 mm


BOUQUETS DE FRA GRANCES


PHOTOGRAPHIE : MAXIME GUYON TEXTE : ANTIGONE SCHILLING

LES FLEURS ÉCLOSENT PAR CENTAINES DANS LES PARFUMS QUI NOUS ENIVRENT CETTE SAISON. TROIS FLEURISTES COMPOSENT UNE ODE À SEPT JUS, COMME DES IKEBANAS COUTURE POUR LE PLAISIR DES YEUX ET DES SENS. AOYAMA FLOWER MARKET 96, RUE DU BAC, PARIS 7E

ÉRIC CHAUVIN 22, RUE JEANNICOT, PARIS 7E

UNE FLEUR EN LIBERTÉ 2, RUE SAINT-SAUVEUR, PARIS 2E

SET DESIGNER  SÉBASTIEN MICHELINI

PRODUCTION  MONSIEUR L’AGENT


Chloé Par Une fleur en liberté

Multifacettes, la femme Chloé s’écrit avec son parfum signature. En parfaite correspondance avec la mode, le parfum a toujours choisi des égéries à la personnalité affirmée, jusqu’à Dree Hemingway. Co-écriture masculin/féminin entre Michel Almairac et Amandine Marie, L’Eau de Parfum Chloé est un vrai floral, aérien. Un exquis bouquet magnifie rose, pivoine,

magnolia et muguet tout en délicatesse. Se découvre une féminité absolue sur fond miellé ambré. Talisman, le flacon joue un plissé de verre à l’image d’une manche de blouse Chloé. Noué à la main sur le col, le ruban renforce l’écho à la mode, comme un foulard porté avec tout le naturel chic qui sied à la femme Chloé.


Sì de Giorgio Armani Par Une fleur en liberté

Libre, indépendante, dynamique, la femme Sì de Giorgio Armani a toutes les audaces. Son parfum renoue avec une des créations les plus emblématiques de la parfumerie : le chypre. Modernisé, propulsé dans le xxie siècle, ce chypre joue un puissant accord de cassis, fruit noir particulier qui se marie parfaitement avec deux vanilles (issues d’une espèce d’orchidée). Rose de mai et

freesia en bouquet se fondent avec opulence dans un sillage de volupté. Un zeste de fraîcheur pour la vivacité et un glissement progressif tout en douceur vers la gourmandise d’un parfum caresse. Dans son flacon architecturé, statutaire, le parfum s’adresse aux femmes qui osent, qui disent oui à l’amour, oui à la force, oui aux rêves, oui à la vie et à ses multiples plaisirs.


Infusion de Rose de Prada Par Aoyama Flower Market

A rose is a rose is a rose… Avec délicatesse, la reine des fleurs se pose dans un parfum. Joli mot tout en légèreté, l’infusion suggère l’esquisse précieuse d’une senteur à peine dévoilée. Envolés, égarés, des pétales se sont posés et auraient, presque par magie, composé un parfum, voile de senteurs. Infusion de Rose de Prada met en scène une matière première mythique de la parfumerie. Daniela Andrier a choisi des roses d’une qualité particulière,

dont la bulgare et la turque. Ces fleurs se retrouvent dans une infusion déjà imbibée de néroli, de mandarine et de galbanum. Mise en abyme de l’infusion. Rêve coloré, rose imaginaire, poème olfactif, elle se révèle plus épicée et plus miellée. Pour magnifier la rose, le flacon se teinte et baigne étiquette et capot d’un rose évanescent. Pour femme fleur, une nouvelle infusion Prada, élégante ode à la rose.


J’adore in Joy de Dior Par Éric Chauvin

Dans la galaxie Dior, J’adore est emblématique, farandole de fleurs auréolées d’or pour une féminité exquise, assumée et triomphante. Pour le nouveau J’adore in Joy, François Demachy a composé un hymne à la joie. Il a imaginé une fleur qui n’existe pas, il a esquissé une “fleur de sel” qui crée un contraste avec le puissant côté floral. Les grandes fleurs de J’adore sont toujours présentes en bouquet, jasmin

sambac, néroli, tubéreuse… Mais c’est sur l’ylang-ylang que le parfumeur s’est penché, il a transformé une variété particulière pour obtenir, sur mesure, une fleur couture. Pour concocter un J’adore in Joy fleuri-fruité-salé, nectar abricoté dans son flacon doré. Avec sa fraîcheur saline, J’adore in Joy écrit un nouveau chapitre de la saga et célèbre l’amour du couturier pour les jardins et les fleurs.


Sole di Positano de Tom Ford Par Aoyama Flower Market

Les effluves de Sole di Positano, dans la collection Private Blend de Tom Ford, renferment la richesse et la beauté de la nature des côtes de Méditerranée sous les lumières d’un ciel italien. Gorgées d’un soleil dense et lumineux, les notes hespéridées en tête fleurent déjà l’Italie dans une fraîcheur agrume. La bergamote, le petit-grain bigarade (feuilles et branches de l’oranger amer), le citron et la mandarine se pressent pour rayonner avec

l’originalité de la feuille de shiso. S’invite un bouquet floral puissant, voluptueux ylang-ylang, mais aussi opulent jasmin et délicat muguet, précieuse fleur d’oranger. Le tout se fond avec un santal crémeux, musc et mousse verte. Dans un lumineux flacon émeraude, un parfum au zeste de fraîcheur, un voyage imaginaire pour rêver l’Italie et se retrouver, par enchantement, sous le soleil exactement de Positano.


Izia de Sisley Par Une fleur en liberté

Reine en son jardin, une rose enchantait les parterres de madame d’Ornano, cofondatrice de Sisley, dont le diminutif d’Isabelle en polonais est Izia. En hommage à cette rose captivante aux effluves enchanteurs, Amandine Marie a réinventé cette rose en composant un parfum. La bergamote blanche pétille et une farandole de fleurs (jasmin, pivoine,

muguet…) vient entourer la rose sans oublier une touche de poivre rose et des aldéhydes métalliques. Une délicatesse suave et gracieuse pour un parfum qui réinvente la rose comme si encore elle demeurait éclose en son jardin charmeur. Tout en rondeur, en courbes, le flacon habille le nectar aux reflets dorés, cuivrés. Parfum fleur à cueillir, Izia est son nom.


L’envie Victoire de Castellane n’a jamais caché sa prédilection pour l’opale : “C’est une pierre très poétique. Elle invite au conte, à la magie. Quand je la regarde, je vois la Terre de loin, les océans, les archipels, les reflets des étoiles sur les flots… Je la vois comme la pierre de la nature par excellence, une pierre tellement liée au féminin qu’elle en devient organique.” Le mythe Cette pierre fétiche, dont les infinis détails invitent à la rêverie, est présente dans les créations de la directrice artistique de la joaillerie Dior depuis les tout débuts. “On retrouve ici l’esprit de la collection ‘Cher Dior’. Mais tout en diamants, car je trouve que c’est une pierre merveilleuse pour mettre en valeur l’opale : elle en renforce l’aspect givré,

La pierre fétiche de Victoire de Castellane devient la clef de voûte d’une incroyable montre à secrets qui a nécessité une multitude de prouesses de la part des meilleurs artisans parisiens. PAR HERVÉ DEWINTRE

comme si ses couleurs s’étaient figées dans une goutte d’eau gelée.” Le savoir-faire Les garde-temps précieux de la collection “Dior et d’Opales” illustrent la maestria des ateliers de la maison, tant au cours du travail d’atelier que de la phase de recherche de pierres. L’opale qui pivote pour dévoiler un cadran déploie ses feux et ses reflets sur les diamants sertis. La collection s’articule autour de huit bracelets, en référence au chiffre fétiche de Christian Dior. Montre “Majestueuse Opale” en or, diamants et opale brun clair, mouvement à quartz, Dior haute joaillerie. www.dior.com

PHOTO DR

LA “MAJES– TUEUSE OPALE” DE DIOR


224.0 x 297.0 mm

AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007, JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


L’OFFICIEL

130

SI PRÉCIEUX 130

Pendentif “Bouton de camélia” en or blanc et diamants, Chanel Joaillerie.

Pendentif en or rose serti de saphir et entouré de diamants, Azar.

Pendentif “Ramage” en or jaune et diamants rose avec rhodium noir, Buccellati.

PENDU À SON COU On aime sentir sur sa peau ces colliers souples et raffinés, d’or et de pierres précieuses. RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Pendentif “Cactus” ajouré en or jaune avec diamants, Cartier.

PHOTOS DR

Pendentif “Rose Dior Pré Catelan” en or et quartz rose piqueté de diamants, Dior Joaillerie.

Pendentif “Star Burst Collection” en or jaune avec diamants, David Yurman.

Pendentif “Beret Icon Star” en or rose et diamants, Tabbah.

Pendentif “Himalaya” collier en or rose avec diamants blancs et roses, Stone chez Sylvie Saliba.


Available in all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11


LA VIE PHOTOGRAPHIE ISAAC MARLEY MORGAN SÉLECTION JOAILLERIE EMILY MINCHELLA

STYLISME VANESSA BELLUGEON RÉALISATION BEAUTÉ MÉLANIE MENDELEWITSCH

EN ROSE


BLEACH BROW POP

Mise en beauté SISLEY, avec le Phyto Eye Twist Amethyst N° 10 et le correcteur Instant Perfect. À la main, de gauche à droite : bague “Rose Dior Pré Catelan” en or rose, quartz et diamants, DIOR JOAILLERIE. Bague en or rose et diamants tailles étoile et brillant, Gucci. Manchette “Perlée” en or rose, VAN CLEEF & ARPELS. Top en nylon, KENZO. Page de gauche, de haut en bas : bracelet “Niloticus Ombre” en or rose, HERMÈS. Bracelet “Insolence” en ors rose et blanc sertis de diamants taille brillant, CHAUMET. Robe en agneau brillant, BOTTEGA VENETA. Gants en latex, GUCCI.


KHÔL TENDRE

Mise en beauté GIORGIO ARMANI BEAUTY, avec le fond de teint Maestro Glow et le Fard à Paupières Soyeux Eye To Kill 07 Rose Frisson. Manchette en ors rose et blanc gravés, diamants et saphirs roses, BUCCELLATI. Collier “Pompon” en or rose et diamants, BOUCHERON. Blouse en soie, PAUL SMITH. Collants en Nylon, CALZEDONIA.


Boucle d’oreille “Suspensions” en or rose serti de diamants, REPOSSI. Collier “Calla” en or rose, VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA. Pull en maille Lurex, FILLES À PAPA.


ŒIL AU BEURRE ROSE

Mise en beauté DIOR, avec le fond de teint fluide Diorskin Forever et la Palette Regard Colour Gradation 002 Coral Gradation. Puce et créole “Idylle Blossom” en or rose et diamant, LOUIS VUITTON. Collier en or rose, GUCCI. Broche “Sunset” en or rose, saphir padparadscha, opales roses et diamants, CHANEL JOAILLERIE. Veste en PVC, CARVEN. Body en Lycra, REPETTO. Modèle : Chloé Nardin chez Viva. Maquillage : Tracey Gray. Coiffure : Maxime Macé. Assistant photo : Ben Breading. Assistant styliste : Rémi Meunier.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


224.0 x 297.0 mm

C’EST FAÇONNABLE.


LA PROMENADE AU PHARE Entre terre et mère se déploie un paysage irréel qui nous absorbe et nous habite en même temps. Fleur parmi les fleurs, vague parmi les vagues, brindille parmi les herbes hautes et puis bulle éclose sur une frange d’écume, on se laisse porter par la sensualité des éléments en cette saison douce.

PHOTOGRAPHIE CONRADO VELIZ STYLISME DAVID GOMEZ-VILLAMEDIANA RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ

Robe, SONIA RYKIEL. Chaussures, CÉLINE.


Total look, CÉLINE.


Robe, GUCCI.


Robe et corset en cuire, ALEXANDER McQUEEN. Chaussures, CÉLINE Total look, CÉLINE.


Robe, DIOR.


Robe, CÉLINE.


Pochette, PR ADA.


Manteau, PR ADA.


Manteau, PRADA.


Top et jupe, CHLOÉ.


Caftan, STELLA McCARTNEY .


Cardigan, EMILIO PUCCI.


Veste, CHANEL.


Manteau, MIU MIU.


Casting Director Mitch Macken at MM Casting Model Lauren de Gaaf at The Society Management Makeup & Hair Mariana Pineda at Wilhelmina Artist Miami Production Assistant Alexandro Cubillan

Sandales, TORY BURCH.

Special thanks Alexandro Moreno Alejandro Zichy Aya Nihei


FLO WER PO WER PHOTOGRAPHIE  EMMANUELLE DESCRAQUES STYLISME  VANESSA BELLUGEON


De gauche à droite, Chloé : chemise et jupe en lin imprimé, BOTTEGA VENETA. Chaussettes en coton et sandales en cuir vernis, GIVENCHY PAR RICCARDO TISCI. Julia : veste en coton, ANDREAS KRONTHALER X VIVIENNE WESTWOOD.

Body en Lycra, REPETTO. Jupe en coton imprimé, BLUMARINE. Chaussures en cuir de veau brillant, MULBERRY. Tiphaine : robe en cloqué de soie, fleurs brodées et ceinture en plastique, MIU MIU.


De gauche à droite, Julia : robe en crêpe stretch imprimé, VETEMENTS sur MatchesFashion.com. Mules en veau velours, ISABEL MARANT. Tiphaine : robe en tulle rebrodé de fleurs, ALEXANDER MCQUEEN. Chloé : chemise en crêpe georgette, jupe en tulle brodé sur lingerie en maille, choker en gros-grain et laiton, DIOR.


Robe longue imprimée en viscose, MAJE. Boucles d’oreilles en perles de culture, agate verte et laiton, finition or, CÉLINE. Mules en gomme, PRADA.


Manteau en jacquard imprimé, MICHAEL KORS Collection. Sac en cuir, OFFWHITE. Sandales en cuir verni avec chaussettes amovibles en latex, GUCCI.

Page de droite : costume en matière technique, CÉLINE. T-shirt en éponge, MAJESTIC FILATURES. Boucles d’oreilles en nickel, & OTHER STORIES. Bracelet en cuir, LOEWE.


De gauche à droite, Julia : boléro en tweed ruché et plumes, broderies lumière et cristaux, LANVIN. Robe en soie mélangée imprimée, SEE BY CHLOÉ. Tiphaine : chemise à volants et jupe en coton imprimé, MULBERRY. Chaussures en cuir d’agneau, VICTORIA BECKHAM. Chloé : blouse en crêpe de soie et nœud en velours, SEE BY CHLOÉ. Jupe en jacquard, plumes d’autruche et patch en gomme, mules en caoutchouc, PR ADA.


Veste en denim de coton et sequins, DSQUARED2. Robe en jacquard brodé, ERDEM. Choker en bronze, plaqués or et argent, ANNELISE MICHELSON. Page de gauche : veste longue en velours imprimé, ROBERTO CAVALLI. Robe en soie et Lurex, BA&SH. Boucles d’oreilles en métal doré, COS. Cuissardes en satin, GIANVITO ROSSI.


Veste en soie et coton, ETRO. Pantalon en gabardine de viscose, ELISABETTA FRANCHI. Boucles d’oreilles en cuivre et acrylique, ISABEL MAR ANT. Sac à dos en brocard brodé, GUCCI. Page de droite, de gauche à droite, Tiphaine : chemise en coton imprimé, PAUL & JOE.

Pantalon en coton imprimé, SONIA RYKIEL. Chloé : top en viscose imprimée, DRIES VAN NOTEN. Top ajouré en polyamide stretch, MAX MARA. Leggings et minijupe en dentelle brodée, LOUIS VUITTON. Boots en cuir verni, ACNE STUDIOS. Julia : Veste en coton, CHANEL. Pantalon en soie imprimée, ETRO.


Manteau en jersey, gazar et plumes d’autruche, chemise en jersey imprimé et shorty en jacquard, PR ADA. Mules en velours, ACNE STUDIOS.

Page de gauche, de gauche à droite, Julia : chemise, jupe et poches à bretelles en coton et lin imprimés, MARNI. Sandales en cuir et tissu, CARVEN. Tiphaine : chemise et ceinture en velours brodé, NO 21. Leggings en polyamide stretch, MAX MARA.


Modèles : Marthe Wiggers chez IMG, Julie, Tiphaine et Chloé chez Girl MGMT. Maquillage : Gregoris et Eny Whitehead. Coiffure :

Tomoko Ohama. Assistants photo : Jules Martin et Félix Cornu. Assistants stylisme : Rémi Meunier et Damèse Savidan.

Veste en matière technique, MAX MAR A. Robe en soie, REDEMPTION. Fuseau en jersey brodé, GUCCI. Boucles d’oreilles en plaqués or et argent, Annelise MICHELSON. Bracelet en cuir, LOEWE. Chaussures en cuir d’agneau, VICTORIA BECKHAM.

Page de droite : robe en cloqué de soie, fleurs brodées et ceinture en plastique, chaussures compensées en PVC, MIU MIU.


L’OFFICIEL

STYLE

174

ELLE EST FEMME ET ORIENTALE, CE QUI D’EMBLÉE REND PLUS COMPLIQUÉE ET EN TOUS CAS PLUS COMPLEXE SA VIE DE CRÉATRICE DE MODE. MAIS MASHAEL ALRAJHI EST UNE BRISEUSE DE TABOUS QUI AVANCE SANS SE PRENDRE LA TÊTE EN CRÉANT DES COLLECTIONS ÉGALITAIRES ISSUES DE SA PROPRE CULTURE. P A R

M Y R I A M

R A M A D A N

PHOTOS DR

QUAND LE VÊTEMENT RÉTABLIT L’ÉQUILIBRE


L’OFFICIEL

STYLE

175

Saoudienne, Mashael Alrajhi a grandi dans une famille d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs, ce qui fait qu’elle s’est orientée presque naturellement vers des études de gestion des affaires à la King Saoud University de Riyad. Sans oublier que sous l’influence de sa mère artiste elle a pourtant passé son enfance à dessiner, créer et rêver de mode. Son diplôme de gestionnaire en poche, elle se décide donc à changer de parcours pour rejoindre sa vocation en étudiant les arts appliqués au Box Hill Institute, une académie australienne possédant une branche dans sa ville natale. Blanc contre noir En 2013, à seulement 24 ans, elle est prête à lancer sa première collection sous le label Mashael. C’est une collection authentique et audacieuse comprenant une ligne jumelle destinée aux hommes. Cette fluidité est en soi innovante, quand on pense que la tendance à l’interchangeabilité des vestiaires masculins et féminins ne s’est précisée que trois ans plus tard. Cela sans compter l’audace qu’implique l’initiative, pur une femme, de créer des vêtements masculins dans une société aussi cloisonnée et conservatrice que la société saoudienne. Et la collection séduit, grâce à l’usage original que la créatrice fait des textures, ainsi qu’à sa maîtrise du métier et des techniques les plus complexes. Mashael innove aussi en mixant les tendances contemporaines avec la tradition moyenorientale. Soucieuse de mettre en avant l’héritage saoudien, la créatrice fait réaliser ses modèles par des artisans locaux qui


L’OFFICIEL

STYLE

y ajoutent la valeur de leur savoir-faire ancestral. Elle ne se prive pas, au passage, de bousculer des tabous et de remettre en question, à travers ses créations, les idées préconçues et les règles rigides qui sclérosent parfois son milieu. Ainsi, avec sa collection masculine Dichotomy, créée pour le printemps été 2016, faisait-elle un usage codifié du noir et du blanc, le blanc représentant la vie, la joie et l’espoir en opposition avec le noir, connoté de prestige, d’honneur et de respect. Par cette dualité, Mashael entendait rétablir un certain équilibre entre le mouvement naturel de la vie et l’immuabilité de la tradition. Hauts edwardiens et rayures tennis Aujourd’hui, forte d’une nomination au prestigieux prix Woolmark 2016-2017, Mashael Alrajhi est considérée par les critiques de mode les plus pointus parmi les nouveaux espoirs et les talents à suivre dans le monde arabe. Ses créations ont trouvé leur place sous des enseignes telles que Harvey Nichols (Riyad), Uniqueville (Riyad), The Carte (Dubaï), Dress Me (Doha) et sont vendues en ligne sur notjustalabel.com et arabianporter. Voilà de quoi donner des ailes et encore plus d’audace à la jeune créatrice qui désormais s’en donne à cœur joie avec les jeux de volumes, associant des hauts edwardiens avec des jupes boules, glissant des vestes de smoking à revers rouges et des rayures tennis dans la garde robe féminine, ébouriffant le tout avec une profusion de volants. Le bleu roi et le rouge brique s’insinuent délicatement dans la monochromie du blanc et du noir, petites nuances qui annoncent peut-être de grands changements.

176


224.0 x 297.0 mm

COLLEZIONE AUTOMOBILI LAMBORGHINI

Available at Aïzone stores T. 01 99 11 11 - 04 71 77 16


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

WWW.AISHTIBLOG.COM


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

WWW.AISHTIBLOG.COM


L’OFFICIEL

STYLE

182

UN CHAS DANS LE TALON AIGUILLE

P A R

M A R I A

L A T I

PHOTOS DR

UN STYLE AÉRIEN, DES LIGNES CONTEMPORAINES ET UN DESIGN SMART, LES SOULIERS DE LA JEUNE DESIGNER JENNIFER CHAMANDI AFFOLENT LES CÉLÉBRITÉS, DE BELLA HADID À AMAL CLOONEY. LA CRÉATRICE TALENTUEUSE AU CARACTÈRE DÉTERMINÉ NOUS RACONTE SON PARCOURS.


L’OFFICIEL

STYLE

183

Comment s’est créée votre marque ? « J’ai lancé ma première collection le 20 octobre 2016, dix jours avant de donner naissance à mes petites filles jumelles! Dix huit mois se sont écoulés entre le jour ou j’ai décidé de commencer l’aventure et le moment où elle a abouti; entre établir une société, fabriquer des prototypes et créer la première collection. J’ai une passion pour les souliers depuis toujours. Je me souviens qu’à l’école je révisais mes leçons en portant les talons de ma mère! Plus tard, j’ai travaillé dans la finance sans jamais cesser de porter de hauts talons. Il arrivait qu’on me fasse remarquer que la salle des marchés n’était pas un podium… Je voulais enfin réaliser ce rêve. »

Comment crée-t-on une marque qui arrive à se défendre dans un marché dominé par les géants du luxe ? « Le marché des marques de souliers est très compétitif et je voulais avoir un repère qui me démarque du lot. J’ai travaillé minutieusement avec un atelier artisanal à Milan pendant des mois pour créer notre identité. C’est ainsi que nous avions pris le ‘Talon Aiguille’à la lettre : un chas d’aiguille ou ‘eye of the needle’ en anglais, plaqué or et délicatement incrusté dans le talon de chaque paire. Les souliers peuvent être portés avec ou sans lanière en dessous de la cheville, et la position de celle-ci a été étudiée avec soin pour donner à la jambe élan et longueur. »

Quel a été votre parcours? « J’ai fait des études en économie à la London School of Economics, ce qui m’a poussée à me lancer dans une carrière dans la finance. J’ai travaillé à la Bank of America Merrill Lynch pendant six ans puis un an chez Julius Baer, à Londres. J’ai finalement décidé de poursuivre ma passion. J’ai suivi des cours en Footwear Making et Shoe Design, les weekends et pendant les vacances, à la Central Saint Martins et au London College of Fashion Cordwainers’ College pour approfondir mes connaissances techniques. J’ai aussi pris des cours intensifs d’italien pendant quatre mois afin de pouvoir présenter mon « business plan » à mon fabriquant en Italie.»

Qu’est-ce qui inspire la création des collections? « Les collections sont inspirées par mon amour pour les structures géométriques que l’on retrouve dans l’art abstrait, notamment le cubisme, et mon gout pour les chiffres. Nos modèles illustrent un retour à l’essentiel, entre formes et couleurs. J’utilise une méthode précise pour traduire couleurs, textures et pureté des lignes dans la conception des souliers. Je prends plaisir à toucher, sentir, observer, utiliser tous mes sens pour optimiser le processus de création. » Quelle stratégie avez vous choisi pour introduire votre marque ?


L’OFFICIEL

« J’ai eu la chance de rencontrer Holli Rogers, CEO de Browns et Laura Larbalestier, directrice des achats femme, à qui j’ai montré mes prototypes. Elles m’ont demandé de revenir avec les échantillons de ma première collection quand elle serait prête, et j’ai donc du finaliser le produit en deux mois ! Je suis ravie et reconnaissante d’avoir pu lancer ma marque avec un partenaire aussi iconique, à coté de designers en vogue. » Sur quels nouveaux projets travaillez vous? « Browns vient de confirmer sa commande pour ma troisième collection! Ils ont sélectionné dix modèles qui seront disponibles en boutiques et en ligne en septembre 2017. Je travaille aussi sur un pop-up chez Harrods pour le mois de septembre 2017 et j’ai vraiment hâte d’y être! C’est une énorme opportunité et un privilège de pouvoir exposer mes souliers dans un grand magasin aussi mythique. Je travaille maintenant sur la collection Printemps-Eté 2018. Il y aura de nouvelles couleurs et matières, mais aussi un modèle à talon plat toujours souligné du ‘eye of the needle’ caractéristique de la marque. »

STYLE

184


224.0 x 297.0 mm

AÏSHTI Aïshti by the Sea, Antelias, Level 3, Tel. 04 717716 ext. 133 athome@aishti.com

ZENO LIGHT SOFA

design by Antonio Citterio


L’OFFICIEL

ART

186

LA GALERIE SFEIR-SEMLER ACCUEILLE POUR LA PREMIÈRE FOIS EN SOLO AU MOYEN-ORIENT UNE EXPOSITION DES ŒUVRES DE RABIH MROUÉ, JUSQU’AU 29 JUILLET 2017, INTITULÉE A LEAP YEAR. P

A

R

M

.

L

PHOTOS RABIH MROUE, SFEIR-SEMLER GALLERIE, BEYROUTH-HAMBOURG

SA DRÔLE DE GUERRE


L’OFFICIEL

ART

Dans la pièce centrale de l’exposition, l’artiste archive 366 jours d’images et textes de journaux arabes collectés entre 2006 et 2016. L’œuvre qui occupe un mur entier de la galerie montre des images d’enfants blessés, d’hommes armés ou de départs forcés. Rabih Mroué découpe des mots dans les journaux et les assemble chaque mois en paragraphes imagés où la violence des expressions reflète une actualité chaotique et cruelle. Les installations interactives plongent le visiteur au sein d’un conflit armé pour mieux dénoncer le fléau de la guerre qui détruit vies et espérance de par le monde. Dans les collages de Rabih Mroué, les moyens de transports sont souvent détruits et les personnes se retrouvent dans la détresse, prisonnières d’une guerre sur laquelle elles n’ont pas d’emprise. Le visiteur se voit transporté dans des scènes d’exode, au travers des sons et images d’une série de vidéos dans lesquelles des extraits de dialogue, musiques ou récits de témoins content départs précipités, péripéties et complications, visas au compte goutte, manque de place ou longues attentes pour prendre les bateaux menant vers des terres plus stable. Derrière cette installation, une autre, Blow Ups, représente des hommes armés floutés et une vidéo qui alterne entre un sniper et sa victime. Pendant la guerre en Syrie, de nombreuses vidéos de snipers ont été postées sur youtube, l’artiste cherche ainsi à retrouver le reflet des victimes dans l’œil de celui qui tire. L’humour, pour prendre du recul. Rabih Mroué est né à Beyrouth en 1976. La guerre civile qui accompagne son enfance et sa jeunesse imprègne son œuvre,

187

mais son regard se pose sur tous les conflits et pointe l’ironie des guerres. Ses pièces font parties des collections permanentes du MoMA à New York, du Centre Pompidou à Paris et de l’Art Institute of Chicago. L’artiste raconte des bribes de sa vie à travers ses œuvres, dans lesquelles s’entremêlent vérité et fiction. Il retrace le parcours de son grand père, intellectuel, journaliste et activiste communiste né au Liban, exilé d’Iraq et puis assassiné dans son pays natal en 1987. Ce dernier disposait d’une bibliothèque de 8000 ouvrages tous recensés sur des cartes par sa famille pour en faciliter le repérage. Rabih Mroué pose des questions complexes sur les ravages de la guerre à son père mathématicien. Dans l’installation Duo For Two Missing Persons ils tentent ensemble d’explorer les combinaisons et erreurs possibles dans la reconstitution de cadavres à partir de membres épars. Ils n’obtiennent qu’un résultat fractionnaire, ce qui amène l’artiste à se pencher sur le sujet des personnes disparues. Rabih Mroué, artiste visuel mais aussi acteur, réalisateur et scénariste pour théâtre et films, raconte la censure d’une de ses pièces présentée au Liban pour laquelle il avait du retirer toute référence à des personnalités politiques, partis, communautés religieuses ou mots osés, mais avec un clin d’œil comique car le texte anglais fut négligé par les services de contrôle, ce qui lui permit de maintenir le texte intact dans la langue de Shakespeare. Cet humour noir de l’artiste imprègne le visiteur dans le drame des conflits armés pour mieux lui donner du recul par rapport à ce phénomène dévastateur et déshumanisant.


224.0 x 297.0 mm

www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


LES FEELGOOD GOUROUS

CES QUATRE FIGURES DU VIVRE SAIN RÉVOLUTIONNENT NOTRE RAPPORT AU SPORT OU À LA NUTRITION, ET NOUS EXPLIQUENT COMMENT PRENDRE NOTRE SANTÉ EN MAIN. PAR MÉLANIE MENDELEWITSCH ILLUSTRATION INÈS LONGEVIAL


Françoise Wilhelmi de Toledo, la prêtresse du jeûne Nutritionniste Elle est la directrice des célèbres établissements Buchinger-Wilhelmi situés à Marbella et en Allemagne, où se croisent artistes, grands patrons, mannequins et créateurs en détox postfashion week. Françoise Wilhelmi de Toledo, nutritionniste de renom, est aussi l’auteure du best-seller L’Art de jeûner (éd. Jouvence), guide ultra-complet du jeûne thérapeutique. Si l’on suit les préceptes de cette experte, notre corps serait pleinement équipé pour jeûner régulièrement grâce à sa faculté physiologique à stocker des réserves importantes de graisse et de muscle en prévision des situations de manque. Le jeûne constitue donc un processus de régénération complet, qui permet de recharger nos batteries internes et de réconcilier notre corps avec ses réflexes naturels. Attention cependant à éviter tout amateurisme : du fait des possibles migraines et nausées qui peuvent survenir après quelques jours, il est important de s’entourer de professionnels qui pourront maîtriser ces effets secondaires bénins au moyen de remèdes naturels, tels que la phytothérapie ou les massages. Les bienfaits de sa méthode : une vitalité boostée, une perte de poids contrôlée, une diminution de la tension artérielle mais surtout un vrai gain en bien-être pour toutes celles qui souffrent de stress chronique ou de burn-out. Un déclic idéal pour commencer à prendre en main son hygiène de vie, sa façon de se nourrir et sa gestion du stress puisque, de l’aveu de Françoise Wilhelmi de Toledo, un jeûne thérapeutique parfaitement encadré permettrait de remplacer la quasiintégralité des médicaments. www.buchinger-wilhelmi.com

Angèle FerreuxMaeght, la naturopathe jet-set Fondatrice de la Guinguette d’Angèle Après une formation en naturopathie sous l’égide de Céleste Cândido, Angèle Ferreux-Maeght affine sa connaissance de la nourriture healthy au gré de ses déménagements à travers le monde ; à San Francisco et en Australie, où elle vit au début des années 2000, elle découvre

la superfood, les green juices à chaque coin de rue, les açaï bowls et les shots de chlorophylle à l’orge germé, tout en travaillant sur les marchés bio, encore méconnus des frenchies. Rentrée à Paris, cette passionnée fonde la Guinguette d’Angèle, service de traiteur ultra-sain qui ne tarde pas à collaborer avec les plus grandes marques de la planète mode pour leurs buffets de fashion weeks. Face au succès, elle ouvre une boutique de plats à emporter dans le 1er arrondissement parisien, ainsi qu’un salon de thé au cœur du quartier Oberkampf. Elle détaille ses techniques fétiches dans un livre, Délicieusement Green (éd. Marabout), recueil de recettes détox et sans gluten. Elle élabore également des menus sur mesure pour des lieux propices aux retraites healthy, comme le luxueux hôtel Six Senses Zil Pasyon aux Seychelles, où elle anime des ateliers. Si les superaliments exotiques et onéreux ont la cote, Angèle vante les nombreuses propriétés des produits du terroir français comme l’ail, le chou et le persil, moins sexy mais tout aussi efficaces. Pour le printemps, elle recommande de se focaliser sur notre foie, station d’épuration organique qui se régénère notamment grâce à la chaleur, d’où l’importance de dormir avec une bouillotte sur le ventre et de multiplier les thés et les infusions. Évitez le sucre raffiné, les farines blanches, mais privilégiez des produits frais, locaux et de saison. Sans oublier une cure de jus de bouleau, superdrainant et anticellulite miraculeux qui nettoie le corps, de spiruline et de pollen frais, que l’on trouve au rayon congélation des magasins bio. www.laguinguettedangele.com

Tara Stiles, la yogi rayonnante Créatrice du strala yoga Ancien mannequin de l’agence Ford et yogi de la première heure, cette danseuse classique découvre le yoga dans les années 1990 grâce à son professeur de l’American Ballet Theater, Rory Foster. Une activité que Tara Stiles se plaît à personnaliser, créant le strala yoga, qui rencontre rapidement un écho planétaire. Égérie Reebok, elle participe étroitement au design des tenues de yoga de la marque, crée des retraites sur mesure pour les hôtels W du monde entier et signe plusieurs bibles du bien-être invitant les femmes à pratiquer des régimes alimentaires adaptés à leur mode de vie

et à leur métabolisme. La discipline strala, qui signifie “rayonner” en suédois, mixe yoga, taichi et médecines traditionnelles chinoises et japonaises, le tout dans un esprit enthousiaste et décontracté. Durant ses cours, Tara apostrophe ses élèves avec son rire communicatif, multiplie hugs et high fives, les invite à se défouler et surtout à s’amuser. Un yoga qui laisse de côté la dimension spirituelle pour se concentrer sur les aspects fitness et renforcement musculaire. Au fur et à mesure des séances, le corps se sculpte et gagne en souplesse grâce à des postures d’équilibre inédites et des exercices de respiration profonde. www.tarastiles.com

Valérie Espinasse, la nutritionniste sur mesure Spécialiste des intolérances alimentaires Nutritionniste du Tout-Paris des arts et des médias, Valérie Espinasse adosse ses diagnostics aux intolérances alimentaires qu’elle détecte au moyen d’un bilan sanguin avant de proposer des régimes personnalisés. Elle concocte également les délicieux jus Good Organic Only, enseigne fondée par Mareva Galanter, et a publié Ma good détox (éd. Leduc.s), qui propose trois cures individualisées en fonction des objectifs recherchés. Le pilier de la méthode Valérie Espinasse ? Déterminer avec lucidité notre niveau d’intoxication, résultant pêle-mêle de la pollution, des cosmétiques aux additifs parfois nocifs, de notre consommation de médicaments et, surtout, de notre alimentation. À l’issue, elle propose trois protocoles distincts agrémentés de bilans, de listes de courses détaillées et de quizz rapides, pour un rééquilibrage en trois semaines : une détox bien-être pour faire le plein de vitalité et dire adieu à la fatigue chronique, au sommeil agité et aux tensions articulaires, qui repose sur l’élimination du gluten ; une détox minceur 100 % sans lactose ; enfin, une cure dédiée au confort digestif qui supprime gluten et sel. Dans Ma good détox, on découvre aussi de nombreuses recettes healthy faciles à réaliser, qui font la part belle aux fruits et légumes de saison, et le secret de fabrication exclusif des macarons Chloé sans gluten de Pierre Hermé himself, qui ravira les palais sucrés. www.valerieespinasse.fr


* NE DEMANDE PAS POURQUOI

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

TONY & DRAKE.

DON’T ASK WHY.*

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

MAKE LOVE NOT WALLS

FOCH STREET · AÏSHTI DOWNTOWN · AÏSHTI BY THE SEA AÏSHTI VERDUN · AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH AÏZONE INTERCONTINENTAL MZAAR· AÏZONE CITY MALL BEIRUT CITY CENTER


224.0 x 297.0 mm

L’OFFICIEL

LIEU

200

DANS UNE AMBIANCE LÉGÈREMENT DÉCALÉE, KALÉO, NOUVEAU SPOT BR ANCHÉ DE LA GASTRONOMIE AU CENTRE-VILLE DE BEY ROUTH M A R IE CONV I V I A LITÉ ET DESIGN TENDA NCE. P A R

M . L

PHOTOS MARCO PINARELLI

COMME UN KALÉIDOSCOPE


224.0 x 297.0 mm

L’OFFICIEL

LIEU

Kaléo, une formule qui allie gastronomie et détente, est née d’une envie de créer tout simplement un lieu où l’on se sent bien. Found’d Group, entreprise de restauration, propriétaire de Memory Lane, The Gathering, Sô ou encore D.T., à l’origine de Kaléo, décide d’introduire ce nouveau restaurant où des mets délicats d’inspiration européenne sont servis dans une ambiance amicale. Coin bar, terrasse en plein air ou tables cosy à l’intérieur, le client se retrouve dans une atmosphère un brin rétro, où des notes douces de rose poudré, vert mousse et dégradés de bleus donnent le ton. L’équipe s’entoure du talentueux duo de designers David/Nicolas, amis de longue date des propriétaires. Mobilier aux accents de bois et velours, jeux de formes géométriques et luminaires design créent une atmosphère chaleureuse, élégante, à la fois vintage et branchée. Les détails créatifs sont partout, dans les textures insolites, les touches multicolores au sol ou les verres à vin ultra légers, sans plomb, choisis pour conserver toutes les saveurs de la boisson. Le nom, Kaléo, diminutif de kaléidoscope, résume cette vision un peu rêveuse, ce désir de véhiculer un esprit novateur.

201

Des goûts et des textures. C’est par amour de la gastronomie que l’équipe de Found’d Group a lancé ce projet. Mariages de goûts et découvertes de textures, Kaléo invite à partager la passion des bons produits. La carte joue avec les compositions et cuissons pour rehausser les saveurs d’un ingrédient; asperges vertes, clémentines et anguille fumée ou grenouilles servies de deux façons en entrée, trio de saumon ou côtelettes d’agneau rôties au romarin avec légumes du marché, et au dessert, Pavlova aux fruits rouges, déclinaison de chocolat ou agrumes en tarte. Le groupe s’associe à des agriculteurs pour assurer des ingrédients frais, et récolte certains légumes ou fleurs organiques dans une propriété à la montagne. Avec sa carte revisitée au fil des saisons, le restaurant accueillera des chefs de passage pour des soirées dégustation où le vin ne sera pas en reste. Pour alimenter la cave à vins au sous-sol, un œnologue chevronné part à la recherche de vins audacieux de France, d’Italie, de Californie, ou du Liban. Les grands crus de Bourgogne côtoient les vins de petits producteurs, bio ou cultivés selon les techniques de l’agriculture biodynamique. Un concept gourmand, une présentation raffinée des plats, et un décor funky, des ingrédients de choix pour une recette qui promet.


L’OFFICIEL

LIEU

202

LA CUISINE HAWAÏENNE EST REMISE AU GOÛT DU JOUR DANS CE TOUT NOUVEAU RESTAURANT SITUÉ À GEMMAYZÉ. DÉTOX ET FRISSONS GARANTIS. PAR

PHILIPPINE

DE

C LE R M O N T-T O N N E R R E

PHOTOS DR

LES POKE BOWLS DE MALOLO’S


L’OFFICIEL

LIEU

Le poke bowl, c’est le plan « healthy food » du moment. Venu de Hawaï, le concept fait déjà fureur aux Etats-Unis et en Europe. Littéralement, son nom signifie « salade de poisson en dés », à ne pas confondre avec le chirashi japonais, ce sushi déconstruit présenté dans un bol. A l’origine composé de thon rouge cru mariné dans de la sauce soja, cette recette traditionnelle hawaïenne est depuis quelques années revisitée par les foodies du monde entier. Le plaisir de choisir. Elle débarque enfin au Liban, chez Malolo’s, ce minuscule restaurant dédié aux saveurs du Pacifique qui vient d’ouvrir ses portes à Gemmayzé. Malolo’s c’est en tout et pour tout huit couverts et un bar à salade où l’on prend le temps de faire son choix pour constituer son propre poke bowl. Et ce rituel se fait en cinq étapes. On choisit d’abord la base, du quinoa, des algues ou du riz, puis le poisson, saumon, thon, dorade rose, crevettes ou encore crabe frais. Viennent ensuite les divers

203

accompagnements : chou, tomate, mangue… et la garniture ; sésame, pistaches, noix... Pour finir, il faudra se décider devant les sept variétés de sauces à la carte, parmi lesquelles la fameuse teriyaki, la wasabi cream, ou encore la tigre milk. « C’est nouveau, propre, sain et bon », résume Carl Massoud, propriétaire des lieux. A 41 ans, ce routard de l’hôtellerie formé à l’École de Lausanne, directeur entre autres de la restauration de Sheraton et des opérations de la chaine espagnole Capuccino, s’est associé avec Stéphanie Hallasou, 31 ans, fondatrice de l’agence Hitch creative, sa partenaire à la ville comme dans la vie. Malolo’s (poisson volant en hawaiien), est le premier projet commun des deux tourtereaux. « Le premier d’une longue série ! » assure Carl Massoud. Le petit Malolo’s devrait rapidement se reproduire. L’ouverture de cinq franchises est déjà programmée pour les deux prochaines années à Dubaï.


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN PLAT

204

LE MUESLI Revue et corrigée, la bouillie punitive se métamorphose en petit déj’ healthy. La céréale suisse est devenue un art. PAR EUGÉNIE ADDA

Un mélange sucré et vitaminé du Muesli’s Bar. CARNET D’ADRESSES

Sur mesure au Muesli’s Bar Mignonne monomaniaquerie récemment ouverte, qui propose les céréales suisses en version DIY, où l’on choisit sa base laitière, ses toppings et ses graines bio. Bon point, le rayon épicerie pour tout refaire chez soi (49, rue Saint-Sauveur, Paris 2e). Salé chez Huguette Maison de Famille Dans cette planque scandi-cool, les céréales se déclinent en salades : endives, pignons, haricots rouges et jambon de pays, lentilles, betteraves, flétan fumé et spiruline ou encore épinards, tomates, mozza et sésame doré (44, rue de Fleurus, Paris 6e). Griffé chez Season

La success-story du Haut-Marais a fait appel à la marque parisienne Dear Muesli pour composer ses bols tradi au granola crunchy ou aux flocons d’avoine, accompagnés de fromage blanc, noix et graines superfood (1, rue Charles-FrançoisDupuis, Paris 3e). À emporter chez Claus L’épicerie du petit déjeuner propose les divines boîtes de Primrose’s Kitchen, maison naturopathe anglaise qui décline le muesli en recettes carottes crues et cannelle, betteraves et gingembre ou dans des versions détox et énergisantes (14, rue JeanJacques-Rousseau, Paris 1er).

PHOTOS DR

Le mythe consommé par les vigoureux bergers des Alpes, ce mélange de flocons d’avoine, de noix, de lait et de baies est démocratisé par le docteur et diététicien suisse Maximilian Bircher-Benner au début du xxe siècle, sous le nom de Birchermuesli. Il devient rapidement un classique du régime à la suisse pour son pouvoir nutritif et roboratif, avant de s’imposer, pour les mêmes raisons, chez les sportifs de haut niveau. Autour des seventies, les communautés hippies végétariennes s’en emparent et finissent par en faire, malgré elles, un produit de grande consommation. La lubie Déferlante healthy oblige, le muesli, qui n’avait jamais vraiment disparu des rayons des supermarchés, retrouve de la crédibilité. Les nouvelles adresses le proposent bio et sans gluten, en version plus chunky et à accompagner de toppings sur mesure. Et le lait ? On le préfère végétal, d’amandes, de coco ou de soja. Une alternative végane au petit déjeuner traditionnel, en somme. Le sourcing Pas si simple. Une étude publiée en octobre dernier épingle quinze boîtes de grande consommation qui, toutes, contiennent des traces de pesticides et autres perturbateurs endocriniens. Seules les marques bio s’en sortent indemnes. On vérifiera donc la provenance des céréales en question, y compris dans certaines cantines parisiennes qui surfent plus ou moins heureusement sur la vague bien-être.

PHOTOGRAPHIE BENGALE


224.0 x 297.0 mm

ENTER THE PLATINUM WORLD OF AÏSHTI AÏSHTI PLATINUM CREDIT CARD

• 10% discount on all your purchases at Aïshti* • 4% gift voucher twice a year • Free access to VIP airport lounges across MENA • Up to three free supplementary cards • Free subscription to A magazine and L’Officiel Levant • Home delivery for purchases over $4,000 • Win gym kit upon yearly gym membership • Advance notification of private sales and promotions • Pay in 3 installments with 0% interest • Win yearly packages to international fashion events

* Discounts are not applicable at Cartier and Dior Terms and conditions apply


L’OFFICIEL

LA RÈGLE DE 3

206

HEUREUX TROPIQUES Quand le club de sport le plus chic de la capitale rénove son restaurant, il en fait une table healthy des plus agréables. Décoré par un duo d’architectes qui monte, le Klay Saint-Sauveur nous régale d’une cuisine métissée dans une ambiance californienne, avec plantes vertes, détails en rotin et peintures de palmiers. E U G É N I E

A D D A

La chef Antonella Finelli.

Carpaccio de bar sauvage, grenade et jus de cranberry.

Les architectes Hugo Toro et Maxime Liautard.

Le lieu L’ex-Sinople, restaurant du Klay club de la rue Saint-Sauveur, dans le deuxième arrondissement de Paris, transformé et rebaptisé à l’automne dernier. Une ambiance Crocodile Dundee revu par David Hockney, teintée de références aux country clubs californiens, où toute la faune mode vient siroter un power smoothie après son cours d’ashtanga ou dîner à dix sur la grande table à l’abri des regards. Idéale, l’immense terrasse couverte où l’on s’attable toute la journée, entre deux cours de sport ou avant d’aller se faire coiffer dans le salon flambant neuf.

La chef Antonella Finelli, une Italienne qui a tout quitté il y a quinze ans pour intégrer les brigades du Divellec, de Lucas Carton ou encore de La Grande Cascade. Une formation ultra-classique, qui lui vaut une parfaite maîtrise des découpes et des cuissons. Et une propension au métissage, sans tomber dans le cliché world food : carpaccio de bar sauvage, grenade, jus de cranberry, salade de bœuf thaï ou encore, au déjeuner, des superbowls comme à L.A. Le soir, on partage bruschettas et crostinis autour de cocktails aux influences sud-américaines. Les architectes Hugo Toro et Maxime

Liautard, jeune duo dont l’agence n’a pas deux ans. Après quelques projets privés, ils signent ici leur premier restaurant. Plantes tropicales omniprésentes, ventilateurs palmés, détails en rotin et marbre vert, les deux architectes de 27 ans n’ont rien laissé au hasard, jusqu’aux toilettes à l’atmosphère Sunset Boulevard. Une attention extrême aux détails, aux éclairages et aux agencements sur mesure qui prouve que Toro & Liautard jouent déjà dans la cour des grands. Le Klay Saint-Sauveur, 4 bis, rue SaintSauveur, Paris 2e. www.klaysaintsauveur.fr

PHOTOS DR

P A R


224.0 x 297.0 mm

YOUR KEY TO A WORLD OF UNPARALLELED PRIVILEGES AÏSHTI LOYALTY CARDS

PLATINUM • 10% discount on all your purchases at Aïshti • 4% gift voucher twice a year • Get a chance to earn a $500 gift voucher • Pay in 3 installments with 0% interest

BLACK • 8% discount all year on all your purchases at Aïshti • 3% gift voucher twice a year ORANGE • 3% gift voucher twice a year • $250 voucher upon $2,000 initial spend

Terms and conditions apply For more information, Please contact us on +961 (70) 226 111


L’OFFICIEL

EN FORME

208

POUR SA NOUVELLE COLLECTION DE SPORTSWEAR URBAIN IVY PARK, BEYONCÉ A RASSEMBLÉ UNE ÉQUIPE DE SIX JEUNES TALENTS MUSIQUE, CINÉMA ET MODE, QUI N’ENVISAGENT PAS LEUR VIE SANS LE SPORT. PRÉSENTATIONS. P A R

M É L A N I E

M E N D E L E W I T S C H

PHOTOS ZOË GHERTNER/DR

LE GANG DE QUEEN B


Sophie Koella Vous l’avez sans doute aperçue sur Instagram, où elle maîtrise à la perfection l’art du selfie sportif. Née à La NouvelleOrléans, cette brune au regard magnétique a vécu plusieurs années en Alsace, terre d’origine de son père. Bercée par les Jeux olympiques, auxquels elle vouait une véritable passion étant enfant, elle définit le sport comme une échappatoire qui l’a aidée et stabilisée dans ses années d’incertitude adolescente : “Durant mes années de puberté, l’étape la plus vulnérable de ma vie, la danse représentait l’activité la plus constante et stable de mon existence.”

Chloe x Halle Bailey Protégées de Beyoncé, qui les a repérées lors d’une session photo il y a plus de dix ans et les a signées sur son label Parkwood Entertainment, ces deux sœurs de 17 et 19 ans ont sorti en mars dernier une mixtape, The Two of Us, remarquée par la critique, et multiplient les reprises éclectiques sur leur chaîne YouTube. Basées à Los Angeles, elles affectionnent le running matinal et les marches musclées sur les hauteurs de Hollywood avec leur chien, un moyen de se défouler et de recharger leurs batteries : “C’est si incroyable de fusionner ainsi avec la nature et ses insectes, ses animaux, déclare Halle. J’aime l’odeur que l’on sent au petit matin et l’atmosphère paisible, c’est un moyen réel de clarifier son esprit. Cela nous rend heureuses et positives, et nous permet de nous concentrer davantage sur nos projets.”

SZA Chanteuse et compositrice née en 1990 à Saint-Louis dans le Missouri, elle est l’une des chefs de file du R&B alternatif et cite des influences aussi diverses que Billie Holiday, Björk, Jamiroquai et le Wu-Tang Clan. Elle se nourrit également des œuvres de Spike Lee et d’artistes contemporains. Passionnée de gym, elle privilégie les activités qui fusionnent avec les éléments naturels – randonnée, escalade ou natation – et envisage l’activité physique comme un moyen d’évasion et de développement de son identité : “J’aime me dépasser, faire abstraction de la douleur, des obstacles et de la fatigue. Dans ces moments-là, tout est possible.” Yara Shahidi Cette comédienne précoce multiplie à 16 ans les projets avec succès : remarquée dans la série Black-ish, qui raconte le quotidien d’une famille afro-américaine, elle a été nommée aux Teen Choice Awards, a interprété dans Scandal l’héroïne Olivia Pope jeune et a même donné à 10 ans la réplique à Angelina Jolie dans le thriller Salt. Basketteuse émérite, elle s’est surtout construite à travers sa pratique du karaté. Ceinture noire, elle définit cette activité comme un pilier dans sa carrière comme dans sa vie privée : “Le karaté m’a aidée de nombreuses façons dans ma vie, il m’a permis de me connaître sur le plan physique, émotionnel et mental, et de gagner confiance en moi.” www.ivypark.com

Selah Marley À seulement 17 ans, la petite-fille de Bob Marley, fruit des amours tumultueuses de son fils Rohan et de Lauryn Hill, se fait déjà un nom dans la mode. Cette beauté athlétique, qu’on a pu apercevoir dans la dernière campagne Calvin Klein, partage son temps entre l’univers de la mode et la New York University, où elle étudie des disciplines aussi diverses que la psychologie, l’astronomie et l’histoire afro-américaine. Hyperactive, cette toucheà-tout confie avoir pratiqué une multitude de sports depuis son enfance : l’équitation, la gymnastique, les danses jazz et africaine, le karaté et le basket, sans oublier de longues nages relaxantes dans l’océan.


L’OFFICIEL

ZEN

210

APRÈS AVOIR COMMENCÉ SA VIE PROFESSIONNELLE À DOHA, DANS LES ASSURANCES, GARY KURKJIAN ABANDONNE UNE CARRIÈRE PROMETTEUSE POUR SE CONSACRER AU YOGA. L’ÉTÉ 2015, EN PLEINE CRISE DES DÉCHETS, IL LANCE PARALLÈLEMENT AU LIBAN UNE ONG CONSACRÉE AU RECYCLAGE. P A R

M Y R I A M

R A M A D A N

PHOTOS DR

GARY, DE CYCLE EN CYCLE


L’OFFICIEL

ZEN

« Heart and Soul » est à Ain el-Mraysseh, face à la mer, ce pôle clair et paisible où se retrouvent des citadins perturbés par l’incessante agressivité du quotidien. Il a été fondé par Gary Kurkjian, 36 ans, musculature fuselée, souplesse animale au sens où son corps sert d’interprète à son âme ancestrale. Il vous raconte comment, desséché par la pratique du métier d’assureur qui ne lui convient pas, et en tous cas creuse en lui un vide émotionnel profond et le prive de satisfaction personnelle, il a décidé au tournant de la trentaine de tout abandonner pour changer de vie. Dès sa première initiation au yoga, toujours à Doha, en 2011, il décide de s’y consacrer « cœur et âme », un engagement auquel fait écho aujourd’hui le nom de son studio beyrouthin. Trois ans, 500 heures, et ce n’est que le début. Fasciné par les infinis bienfaits de cette discipline, tant pour le corps que pour l’esprit, il se donne pour objectif de compléter les 200, puis les 500 heures de pratique nécessaires pour obtenir le certificat officiel d’instructeur. Car au yoga, ce qui s’acquiert se transmet. Nous sommes en 2012 et Gary fréquente assidument les classes du dr. Valérie Jeremijenko aux Yama Yoga Studios de Qatar. Il s’y entraîne à l’ashtanga, yoga thérapeutique, et au vinyasa, plus libre, basé sur la synchronisation du souffle et du mouvement. La première étape franchie, il vise les 500 heures sous l’instruction notamment de Dave et Cheryll Oliver, mais aussi dans les ateliers des pionniers, John Scott, Lino Miele, Yogeswari et d’autres. Cette période d’apprentissage de trois ans le conduit d’Espagne en Thaïlande, à Dubaï, en Indonésie et aux Philippines à la suite de maîtres qui lui permettront d’aller encore plus loin dans sa formation. A l’arrivée, comme

211

en toute quête spirituelle, il sait que c’est en lui-même qu’il lui faudra trouver son meilleur maître, à condition de poursuivre exploration et apprentissage. Assainir l’environnement en même temps que l’esprit Parallèlement, le jeune yogi rêve de revenir vivre au Liban où il est né. Nous sommes en 2015 est le pays est malheureusement miné par une crise de déchets sans précédent. Aucun plan valable n’est disponible pour se débarrasser des ordures qui n’en finissent pas de s’accumuler. Pour Gary, il n’y a pas photo : le bien-être d’une personne passe avant tout par son environnement. Il décide d’agir et mobilise de loin ses frères et sœurs, Varant, Grace, Eppy et Dikki dans le cadre d’une ONG qu’il baptise « Ganatch », ce qui signifie « vert » en arménien, sa langue culturelle. Vingt associations et familles résidant à Antélias-Mezher se mobilisent aux côtés de Ganatch pour lancer un programme efficace de tri des déchets. Cent cinquante kg. de déchets recyclables sont ainsi collectés et transformés en ce mois d’aout 2015, mais quelques mois plus tard, alors que 35 institutions sont désormais à bord ainsi qu’une soixantaine de familles, non moins de 2,5 tonnes de déchets recyclables sont triés et prêts à la reconversion. Cette mobilisation fait des émules. La crise est par ailleurs résolue pour un temps. Gary Kurkjian cherche un espace à Beyrouth pour y installer un lieu propice au bien-être. Il le trouve, idéalement localisé à Ain el Mrayssé, avec une petite terrasse pour se rafraîchir après l’effort. Parquet clair, rideaux vaporeux, murs blancs, silence propice, lumière douce. Une île en marge des contingences où il vous invite à chasser les ondes parasites qui vous perturbent pour enfin imaginer un monde meilleur.


PARENTHÈSES ENCHANTÉES Pour remodeler sa silhouette, tonifier sa peau ou tout simplement se libérer du stress quotidien, on s’offre une césure bien-être dans l’un des spas des plus beaux palaces parisiens. PA R

MÉLANIE

MENDELEWITSCH

ET

LÉA

T R I C H T E R - PA R I E N T E

Au Dior Institut du Plaza Athénée Quoi ?

Ni palper-rouler ni massage minceur, le soin atypique Silhouette Gainée agit comme une enveloppe invisible, redresse la posture et stimule les muscles profonds, sans se contenter d’un simple effet désincrustant de surface. Idéal pour un coup de fouet avant une soirée ou, comme l’indiquent les expertes maison, en cas de montagnes russes hormonales. Comment ?

Soin Silhouette Gainée du Dior Institut, 280 € les 75 minutes, au Plaza Athénée, 25, av. Montaigne, Paris 8e. www.dorchestercollection.com

Au spa My Blend by Clarins du Royal Monceau Quoi ?

Le soin du visage My Blend Youth Synergy Comment ?

En 60 ou 90 minutes, ce soin sur mesure élaboré par le Dr Olivier Courtin-Clarins cible les moindres besoins et carences de notre épiderme. Le protocole débute par un diagnostic réalisé avec le logiciel My Skin Diag : alimentation, hygiène de vie, sommeil et intolérances, tout y passe. À l’issue de ce check-up complet, les techniciennes expertes désignent un soin agrémenté de boosters, formules magiques personnalisées mettant l’accent au choix sur le raffermissement, l’hydratation ou la relaxation. Les modelages manuels s’enchaînent, entrecoupés d’exposition à des leds aux effets ciblés : les rouges raffermissent et tonifient, quand les bleues détoxifient, régulent les excès de sébum et les imperfections. Ce soin high-tech met également à profit les bienfaits de la cryothérapie via l’utilisation de My Cryotech, appareil qui diffuse du froid sur le visage pour relancer la circulation sanguine et produire un effet boostant immédiat. Soin My Blend Youth Synergy de Clarins, 290 € les 90 minutes, au Royal Monceau, 37, av. Hoche, Paris 8e. www.leroyalmonceau.com

PHOTOS J. GALLAND, HARALD GOTTSCHALK, DR

Après avoir rempli un questionnaire détaillé dans les élégants salons matelassés du Dior Institut, on est invitée à choisir une signature olfactive pour les soins qui vont être prodigués : frais et fleuri ou sensuel, selon l’humeur. Une fois douillettement installée dans notre cabine, on expérimente ce soin d’un genre nouveau : un modelage manuel tonique et énergisant combiné à la technique Dior de photo-stimulation, qui relance les énergies grâce à des lumières colorées aux effets ciblés. Les mains habiles s’attardent en particulier sur les zones de petits amas graisseux disgracieux : les hanches, les cuisses, sans oublier les aisselles et leur arm fat indésirable. Pour finir en beauté, on a droit à un léger massage du cuir chevelu et quelques mouvements décongestionnants sur des points d’acupression du visage. On ressort de ces 75 minutes boostée à bloc avec un maintien de danseuse étoile, le corps comme redressé par un fil tenseur invisible.


Au spa Ritz Club de l’hôtel Ritz Quoi ?

Le tout nouveau soin détox, L’Essentiel, destiné à purifier le corps pour lui insuffler une nouvelle énergie. Il se compose d’un gommage corps et d’un massage spécifique. Recommandé pour les gens fatigués, stressés, qui font de la rétention d’eau et pour les peaux ternes, il est préconisé à la fin d’une période de grand stress ou de travail, après les fêtes ou avant l’été. Comment ?

Avant le soin, une boisson de préparation rafraîchissante à base de jus de pomme, de cannelle et d’huile essentielle de noix est proposée. Confortablement installée dans l’une des sublimes cabines du spa, décorées avec raffinement dans l’esprit de Coco Chanel, on peut se laisser aller. Le soin commence par un gommage durant lequel est pratiquée une double exfoliation afin de stimuler la circulation. Suit l’application d’une mousse et d’un gommage au sucre. Après une douche pour se rincer, le soin se poursuit avec un massage spécifique détoxifiant. Le but ? Éliminer les toxines stockées dans le corps, drainer grâce à une technique de stimulation de points énergétiques spécifiques et faciliter le travail du transit. Les produits Ritz

utilisés (une mousse exfoliante, un gommage au sucre et un gel minceur) ont été développés spécialement pour le Ritz Club. Grâce à la combinaison des différentes techniques, ce soin innovant permet détente, lâcher prise et relaxation intense. À la fin du soin, l’infusion de thé matcha à base d’huile essentielle de pamplemousse autour de la piscine et un petit plongeon viennent parfaire l’expérience. L’effet immédiat ressenti ? Une sensation de légèreté et de plénitude. Soin L’Essentiel, 340 € les 105 minutes, au Ritz, 15, place Vendôme, Paris 1er. www.ritzparis.com

Au spa Le Bristol by La Prairie Quoi ?

Le soin Line Interception Haute Performance, spécialement conçu pour le temple de la beauté du Bristol, seul lieu parisien à proposer les soins de la luxueuse marque helvète. Comme son nom l’indique, ce soin sensoriel de 80 minutes utilise en exclusivité le nouveau traitement anti-âge de l’enseigne, Line Perfection Duo Haute Performance. Comment ?

Selon l’horaire où le soin est pratiqué, deux options sont proposées : pour un rendez-vous wellness matinal, les spécialistes pratiquent un soin jour rééquilibrant et tonifiant. En fin d’aprèsmidi, on lui préfère un soin nuit aux vertus relaxantes, qui prépare la peau au sommeil. Ce rituel de beauté hors du temps stimule à la fois l’odorat et le toucher, avec ses serviettes chaudes imprégnées d’huiles essentielles appliquées sur les mains, les pieds, la nuque et le visage. Le corps est ensuite entièrement plongé dans un bain de vapeur relaxant. Le visage – en particulier le contour de l’œil –, le cou et le décolleté bénéficient de l’expertise anti-âge de pointe La Prairie, avec l’application successive de sérums, de masques et de soins raffermissants, alternés avec des massages experts des jambes et du visage, qui viennent dénouer les tensions accumulées. Cerise sur le gâteau, on achève cette pause irréelle avec une infusion au gingembre, miel et citron. Soin Line Interception Haute Performance La Prairie, 245 € les 80 minutes, au Bristol, 112, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris 8e. www.lebristolparis.com


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

www.melissa.com.br/us

AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Follow us on instagram: @melissashoeslebanon


ON DIRAIT LE SUD

SON RÊVE AMÉRICAIN RÉALISÉ, LE ROI DES CISEAUX NEW-YORKAIS FRÉDÉRIC FEKKAI FAIT UN RETOUR AUX SOURCES. IMMERSION AU CŒUR DE SA TERRE NATALE ET DE BASTIDE, SON NOUVEAU PROJET BEAUTÉ.

PHOTOS SIMON WATSON

PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE


L’OFFICIEL

STYLE

217


Confortable et chaleureuse, la maison fait la place belle aux antiquités chinées au fil du temps à L’Isle-sur-la-Sorgue et aux puces de Clignancourt. Certains meubles et chandeliers ont été commandés à des artisans et des artistes de la région, notamment la sculpture d’un gorille en grillage d’Aurélien Raynaud, un ami sculpteur. “Je ne suis pas un collectionneur mais un fervent acheteur de belles choses comme l’art, les antiquités et les voitures de collection.” Sportif, Frédéric débute très tôt sa journée en gravissant la montagne Sainte-Victoire, avant d’aller faire le marché en centre-ville. À son retour, il prend plaisir à aider le jardinier avant l’heure du déjeuner en famille. Au menu, salade des champs avec les tomates du jardin, arrosée d’huile d’olive provençale, loup de mer de Méditerranée, gratin de tomates et fenouil, ratatouille, fromages de chèvre et brebis, puis sorbets maison. L’après-midi, il profite du décalage horaire pour travailler avec l’équipe de New York. Une fois disponible, il apprécie une partie de pétanque ou de foot entre amis ainsi que les dîners qui s’avancent tard dans la nuit. Le couple aime cuisiner et recevoir leurs anciens et nouveaux amis autour d’une belle table et d’un bon rosé. “Nous prêtons beaucoup d’attention au bien-être de nos amis, afin qu’ils puissent jouir de la Provence véritable. Nos invités ont toute indépendance dans la maison d’amis. Ils ont leur propre cuisine et des vélos électriques à disposition.” Faire vivre une belle expérience à ses proches et à ses clients est ce qui guide Frédéric au quotidien. Outre son travail et sa famille, Frédéric est engagé auprès de nombreuses causes caritatives, au profit des femmes, des enfants et également de l’art. Son rêve ? Inciter les jeunes à ressusciter les métiers artisanaux et les engager à la philanthropie pour l’environnement et les peuples défavorisés. Bastide, 14, rue Espariat, Aix-en-Provence. www.bastide.com

Ses adresses favorites à Aix-en-Provence La pizzeria Chez Jo 59, rue Espariat.

La fromagerie Savelli 9, rue des Marseillais

Le restaurant Chastel 2, rue Portalis

La librairie Goulard 37, cours Mirabeau

Le restaurant Côté cour 19, cours Mirabeau

La galerie Art Life 13, rue Alphonse-Karr

Le restaurant de l’hôtel Le Pigonnet 5, av. du Pigonnet

Le musée Granet Place Saint-Jean-de-Malte

Le café Le Grillon 49, cours Mirabeau

Le centre d’art de l’Hôtel de Caumont 3, rue Joseph-Cabassol

Le café Les Deux Garçons 53, cours Mirabeau

Le Gallifet Art Center 52, rue Cardinale

La boutique de déco IV Home 19, rue Paul-Bert

Le parc Rambot Cours des Arts-et-Métiers

La boutique de déco INO Living 6, rue Espariat

Et aussi… Le spa du château La Coste, au Puy-Sainte-Réparade

La boutique de prêt-à-porter Gago 20 et 24, rue Fabrot

www.villalacoste.com


Frédéric Fekkaï est toujours resté fidèle à ses racines. “Aix-enProvence est la ville où je suis né, où j’ai grandi et dans laquelle je reviens sans cesse pour puiser encore et toujours l’inspiration et l’idée même du bien-vivre.” Son premier souvenir d’enfance est sa mère lui rinçant les cheveux au vinaigre de pomme et lui passant de la crème Nivea sur le visage. Après avoir conquis l’Amérique avec ses sept salons de coiffure et une collection de soins pour cheveux vendus dans plus de quarante villes dans le monde, l’enfant d’Aix vient de relancer, avec son épouse Shirin von Wulffen, Bastide, une marque de beauté et d’art de vivre créée en 1991. “J’aspire maintenant à une vie plus simple et remplie de sens.” La première rencontre avec Nicole Houques, la fondatrice de Côté Bastide, a lieu en 1995. Frédéric tombe amoureux de ses produits. Ils signent alors une collaboration en lançant une collection capsule qui complète sa propre ligne de soins bain et maison. Dix ans plus tard, désireux de promouvoir le fertile terroir provençal et de célébrer l’extraordinaire richesse de ses artisans, Frédéric fait, avec Shirin, l’acquisition de l’entreprise. Leur idée ? Perpétuer l’authenticité de la collection tout en la modernisant. Parfums, savons, lotions, crèmes, huiles et bougies : la marque propose des produits 100 % made in Provence, qui incarnent la beauté au naturel. Des ingrédients sains (destinés à toute la famille sans aucun produit chimique, toxique ou irritant), une fabrication artisanale par des experts dans leurs corps de métier et le respect de l’environnement à travers un packaging recyclable sont la marque de fabrique de Bastide. “Ce que j’aime par-dessus tout dans cette nouvelle aventure, c’est l’idée de travailler avec ma jeune équipe et des artisans de Provence.” Parmi ses senteurs et ses textures favorites figurent la fleur d’oranger et la figue, les huiles essentielles, les pigments naturels et les argiles de Provence. “Notre best-seller est l’eau de toilette Rose

Olivier et nous allons lancer prochainement quatre nouveaux produits de la gamme corps, comprenant des huiles, une crème et des savons, et une ligne de soins du visage en automne. Le tout sera proposé dans la toute première boutique de la marque qui ouvrira ses portes à Aix-en-Provence en mai.” Après trente-quatre ans de vie new-yorkaise et bien que toujours basé aux États-Unis, Frédéric aspire à vivre un jour entre Aixen-Provence et Paris. “J’espère pouvoir déguster mes journées à peindre, cuisiner et me promener dans la campagne aixoise. L’air ici est pur arôme, il est enivrant. À peine arrivé ici, vos épaules se relâchent déjà de deux centimètres.” Contre le stress de son rythme urbain, Frédéric médite et fait du yoga : “Je pars bientôt avec mon fils de 22 ans, Alexander, pour une retraite annuelle de yoga et randonnée à Majorque, organisée par un ashram en Californie. C’est la troisième à laquelle je participe avec lui et la douzième en tout.” Il s’échappe également tous les week-ends à la campagne, à Millbrook, dans la vallée de l’Hudson, où il possède une ferme, et prend la direction d’Aix-en-Provence dès qu’il dispose de plus de temps. Frédéric, Shirin et leurs enfants Cecilia et Philip se retrouvent dans la bastide du xviie siècle qu’il a rachetée en 2010 au cœur du domaine Chantecler. “C’est mon havre de paix. Nous y passons en moyenne quatre mois par an. Juin-juillet est la plus belle période car la lumière dorée est magnifique et la lavande est au plus bleu. J’aime aussi décembre avec les feux de bois dans la cheminée et les décors de Noël.” Garder l’esprit bastide en ajoutant le confort d’aujourd’hui, tel était le pari de Frédéric et Shirin. “Nous avons gardé les murs extérieurs et refait tous les intérieurs afin d’avoir une maison agréable toute l’année, pas seulement l’été.” Les pièces préférées du maître des lieux sont son bureau et la cuisine.


224.0 x 297.0 mm

Earlier cooling. Enhanced performance.

X-BIONIC ® THE TRICK® Running Shirt Women

Premium Performance Wear for the Power Elite.

THE TRICK® Technology THE TRICK® switches your body to cooling mode earlier. Your performance improves from the start. Spine Insulation Zone: Creates a localised zone of warmth. Sensors along the spine: Register a strong warming trend.

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

Signals: The brain interprets the signals as a sign that the entire body is overheating and kicks in sweat production. Result: Better performance

Protected in 39 countries. Protected by Patent EP2146594, MX 291317, AU 2008250795, RU 2481777

Developed by scientists – proven by athletes. www.sportscience-laboratories.com | www.x-bionic.com

X-BIONIC 200


224.0 x 297.0 mm

X-BIONIC ® THE TRICK® has been rewarded internationally in 2014 for: degree of innovation, outstanding design quality, choice of materials, workmanship, functionality and ergonomics. X-BIONIC ® THE TRICK® Running Pants Women

X-BIONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

Thorny Devil Technology For targeted sweat transport to parts of the body in need of intense cooling. Sweat Collector Where the body accumulates the most perspiration, Sweat Collectors soak up the excess and move it gradually through the thickened structures of the HydroPort yarn to Sweat Transporters. Sweat Transporter Wrapping around the body, this system continously transports excess sweat via channels to the zones where it can have the largest possible cooling effect on overheated muscles. Sweat Distributor with Partialkompression® The combination of X-BIONIC® Partialkompression® and knitted ridges collects excess sweat and allows it to evaporate over a broad area to provide extra cooling for heat-intensive muscle areas. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

The bionic role model. The Thorny Devil (lat. Moloch horridus) has developed a system of water transporting channels on its body. X-BIONIC® developers translated this capillary effect to athletic apparel to THE TRICK® Premium Performance Wear.

THE TRICK® Running Shirt Short Women

THE TRICK® Running Pants Medium Women

Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11


L’OFFICIEL

ADDRESSES

222

A

F, G, H

S, T

+961 1 99 11 11 EXT 130

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

SONIA RYKIEL +961 1 99 11 11 EXT.130

AZAR GEMS +961 1 98 40 84

GIORGIO ARMANI PARFUM

STELLA MCCARTNEY +961 1 99 11 EXT.575

+961 1 99 11 11 EXT.104

STONE SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

ALEXANDER MCQUEEN

B

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565 BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353

C

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

SEE BY CHLOÉ +961 1 99 11 11 EXT.580

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200 HERMÈS +961 99 97 10

SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

L

LANVIN +961 1 98 65 01 LOEWE +961 4 71 77 16 EXT.209 LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

CARTIER +961 1 97 26 00 CÉLINE +961 4 71 77 16 EXT.204 CHANEL +961 1 99 91 29 CHLOÉ +961 1 99 11 11 EXT.580

DAVID YURMAN +961 4 71 77 16 DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592 DRIES VAN NOTEN +961 1 99 11 11 EXT.130 DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

TOM FORD PARFUM +961 1 99 11 11 EXT.104 TORY BURCH +961 1 99 11 11 EXT.574

V

VHERNIER SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

M

MARNI +961 1 99 11 11 EXT.130

D, E

TABBAH +961 1 97 57 77

MICHAEL KORS +961 1 99 11 11 EXT.130 MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

P, R

PAUL & JOE +961 1 99 11 11 EXT.130

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130

ETRO +961 1 99 11 11 EXT.590

ROBERTO CAVALLI +961 4 71 77 16 EXT.239

VICTORIA BECKHAM +961 1 99 11 11 EXT.130


224.0 x 297.0 mm


L’OFFICIEL

CORRESPONDANCE

224

PAUSE L A U R A

La semaine dernière, mon réveil matin m’a plantée, ou plutôt, c’est moi qui l’ai boudé en le laissant sonner sans relâche. Jusqu’à l’heure fatidique du «je suis très en retard» qui nécessite un habillage en quatrième vitesse et un sprint pour rattraper le bus. Je le vois ralentir devant l’arrêt, à quelques mètres, mais j’ai beau m’agiter et courir derrière lui comme une dératée, il me passe sous le nez. Je reste bras ballants sous le regard goguenard des passants, ma course échevelée n’ayant servi à rien. Course que je m’évertue à reproduire tous les matins dans l’espoir qu’un jour, un chauffeur de bus me prendra en pitié et patientera le temps de me faire monter à bord. Pour me consoler, je me dis que c’est mon jogging matinal. En attendant le prochain, j’essaie de me rendre utile en gérant mes mails, passant des coups de fil. Une fois (enfin !) montée à bord du suivant, je continue à pianoter sur le clavier de mon portable pendant un bon quart d’heure. Jusqu’à lever les yeux et réaliser que j’ai pris le mauvais bus, traçant vers une direction opposée. Il n’y a pas vraiment d’autres transports à proximité et mon retard vient de basculer d’acceptable à rouge catastrophe. Bref, un lundi matin assez violent. On vit dans une dictature d’efficacité et je suis la première atteinte. Le multi-tasking fait des ravages. A force de vouloir réussir à jongler avec plusieurs balles en même temps, il y a un gros risque de se retrouver dans des situations assez cocasses et souvent foireuses. J’en ai des centaines à mon actif. Mais quelle serait la solution? On est aussi en flux tendu parce qu’il faut répondre à certaines exigences qu’on ne peut pas forcément envoyer balader. J’ai entendu parler de la théorie du cercle vicieux de l’échec. À force de rater certaines chose, on s’angoisse tellement pour réussir la fois suivante qu’on s’en trouve paralysé. Et l’on n’arrive pas à transcender l’échec précédent. Je trouve que c’est la théorie la plus angoissante du monde, c’est terrifiant de se dire

H O M S I

qu’on est coincé dans ce type de spirale. Je préfère me focaliser sur le cercle vertueux des moments sourires. Ou encore, sur cette phrase- mantra découverte au détour d’une rue , écrite à la craie sur un mur, «l’urgence de prendre son temps». Nul besoin d’être dans la course permanente. Et tant qu’à faire, autant prendre de la perspective sur les petits tracas du quotidien. Sentir le vent dans ses cheveux et savourer cette sensation de liberté, déguster une glace au chocolat, lézarder au soleil, prendre un verre en terrasse au coucher du soleil, avoir le souffle coupé par un fou rire interminable, ou encore une soirée où l’alchimie prend... Il y a des moments qu’on aimerait encapsuler pour toujours, des journées dont on sait qu’elles seront journées souvenirs. Celles dont on reparlera pendant des années avec des étoiles dans les yeux. On rêverait tous que la vie soit une succession de ce type de moments Mais parfois c’est le quotidien qui nous surprend. Avec un pied de nez au moment où l’on s’y attend le moins. Un vendredi soir, en début de weekend, je guettais le métro sur un quai bondé. Pour une fois j’avais le temps de prendre le temps et d’attendre tranquillement que la foule se dissipe pour pouvoir monter dans un wagon. C’est alors que le conducteur sort de sa cabine pour réguler le trafic. En souriant, je lui dis que je serais bien montée avec lui. Et là, surprise, il m’a invité à rejoindre sa cabine. Le temps de quelques stations, j’ai eu le sentiment d’être dans une navette spatiale, aux premières loges. Il faudrait faire un film ou un livre sur cette vie souterraine parallèle si riche de codes et d’usages. Quand je l’ai dit à mon hôte, il a haussé les épaules d’un air désabusé, pas vraiment convaincu que les gens s’y intéresseraient. Mais j’en suis persuadée, avoir un regard neuf ou décalé sur son quotidien permet de le savourer différemment. Vivre le métro autrement m’a fait prendre conscience qu’il y a mille et une façon d’aborder la vie de tous les jours. Maintenant, je souris chaque fois que je monte dans une rame, avec l’impression de porter un secret.

PHOTO DR

P A R


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

L'Officiel-Levant, May Issue 75  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you