Page 1

N° 74 AVRIL 2017 WWW.LOFFICIEL.COM

Force

Femme Rencontre avec Pierpaolo Piccioli, l’enchanteur de Valentino

MANAL ISSA EN SAINT LAURENT

Noémie Rocher Rana Alamuddin Tatiana DeMaria Yumna Marwan

MANAL ISSA En pleine lumière


D I O R . C O M - 0 1 9 9 1 1 1 1 E X T. 5 9 2


1 4 1 E L- M O U T R A N E S T R E ET

DOWNTOWN BEIRUT

A Ï S H T I BY T H E S E A

ANTELIAS


fakhry bey street, beirut souks aĂŻshti by the sea, antelias chloe.com


© 2017 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL. 01 99 11 11 EXT. 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL. 04 71 77 16 EXT. 241

EMILIOPUCCI.COM


143 EL-MOUTRANE STREET, DOWNTOWN BEIRUT AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS MARCJACOBS.COM


RO B E RT D E N I RO a n d M CC AU L LO M BA R D I , L A , 1 0 : 3 0 a m


T H E F U L L C O N V E R S AT I O N AT Z E G N A . C O M # Z E G N A C O N V E R S AT I O N S B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2 A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


L’OFFICIEL

SOMMAIRE

44

NEWS

L’édito — page 52

Yumna Marwan — page 70

Le « Gabrielle de Chanel » — page 72

La rue nous appartient — page 74

Tendances — page 76

Dior dans l’univers de l’escrime — page 80

Noir c’est noir — page 84

Noon by Noor à deux c’est mieux — page 90

Semelles de vent — page 94

Le monde entre en scène — page 96

Il leur a fallu être fous ! — page 100

Director’s cut — page 102

Une fille dans le vent — page 106

Splash ! — page 108

Un peu de rouge — page 110

Let’s dance — page 116

Gemmes en tandem — page 122

L’air des bijoux en mode rock — page 124

Le monde est femme — page 126

Fier au bras — page 134

La « LVCEA » de Bulgari— page 136

Elle n’a jamais eu peur de rien— page 140

Night fever — page 150

Tender is the night — page 164

PHOTOS DR

page 54


SOMMAIRE

46

Entre elle et nous — page 174

“Le jour doit s’inspirer des rêves” — page 188

Fashion week — page 194

Noémie Rocher célèbre Andrée Chédid — page 200

Un autre regard sur la mode — page 204

Le skate langage universel— page 212

La déesse des petits riens — page 214

Le monde dans une assiette — page 218

Dar Onboz raconte autrement — page 224

Une maison pour les illustrateurs — page 228

Tatiana DeMaria diva punk rock — page 232

Antwork, le co-working créatif— page 234

Le hammam d’AlBustan — page 238

la chair est tendre — page 242

Vent d’ Ouest — page 246

Où dînent les chefs ? — page 252

Le kebab — page 254

Ecole Buissonière — page 256

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


N °   74 — AV R I L 2 017

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

MOH A M A D A BDOU NI, ZENA CH A HINE , NICOL A S COTTONG, TON Y ELIEH, R AYA FA R H AT, R A MI H A JJ, TA R EK MOUK A DDEM RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, PHILIPPINE DE CLER MON T-TON NER R E STYLISME

WA EL BOU TROS, YA SMINE SA LIBA Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


L’OFFICIEL

ÉDITO

FORCE FEMME En même temps que la nouvelle saison, ce numéro printanier de L’Officiel Levant célèbre la nouvelle femme. Après des années de lutte pour une impossible égalité des genres, nous voilà dans un parcours plus sage, plus naturel et plus sûr vers une équité qui s’imposera bientôt d’elle-même. Une nouvelle perception du rôle et du statut de la femme a fait son chemin en prenant son temps. Même dans les pays les moins développés, l’autonomisation des épouses, des mères et des filles est devenue une évidence. Celles-ci créent des entreprises, se serrent les coudes et contribuent au développement économique. Cela n’en étouffe pas pour autant leur coquetterie, ni leur sensualité. Belles et fortes, fortes et solidaires, compagnes et partenaires plutôt qu’abusées et soumises, la mode est la complice de leur marche vers la victoire.

Fifi Abou Dib

52


SERPENT BOHEME eyewear


L’OFFICIEL

NEWS

54

NOUVEAU CLASSIQUE Ce n’est pas un « It bag », mais c’est sûrement le classique de la décennie. Le T Satchel de Tory Burch est une icône depuis son lancement en février dernier. Avec ses lignes pures et sa silhouette structurée, il résume à lui seul une certaine idée du luxe minimaliste. A porter à la main ou en bandoulière, il est encore plus chic agrémenté d’un foulard de soie. Décliné en noir, bleu roi, vachette naturelle un peu usée, vert tennis, ivoire et rouge, le T Satchel est à l’aise en toute circonstance et en toute saison. Tory Burch, rue Abdel Malek, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.574 Tory Burch, Aishti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.245

Le serpent est un thème récurrent chez Boucheron, depuis la fondation de cette grande maison joaillière en 1868. A la fois talisman et prétexte à de belles démonstrations de savoirfaire, le serpent inspire des chaînes souples et complexes et des gravures savantes imitant le schéma des écailles. Posées devant le visage qui est la partie la plus visible et la plus expressive de la personne, les lunettes méritent un traitement luxueux. Boucheron met tout son art à la création de lunettes depuis décembre 2016, notamment avec la collection iconique Serpent Bohème dont chaque détail en métal plaqué or souligne l’héritage dans un esprit délicieusement contemporain. Boucheron eyewear, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.104

PHOTOS DR

MAGNÉTIQUE


NEWS

COQUILLAGES ET SABLE BLANC

56

LE BLAZER, TOUTES COMPRISES

Dédiée à un art de vivre sensuel et savoureux, la jeune marque libanaise Jessika K. lance cet été une collection où s’exprime son amour pour la mer, le sable et le soleil. Ici, poursuivant un éternel été, la sérénade de la plage se joue sur un imprimé coquillage à la fois graphique et nacré où se mêle une palette de bleus, de jaunes, d’anis et de vert avec des touches légères de rose et de carmin sur fond blanc. Entre rayures marinières, chemises de coupe masculine et robes à volants, ce nouveau vestiaire célèbre une féminité rêveuse et comme émergeant de tranquilles Atlantides où s’arrête le temps, au moins pour un été.

Blazé a inventé le blazer pour tous, toutes comprises. Cette veste d’uniforme à l’allure stricte avec ses boutons croisés a été inventée en Angleterre au début du 19e siècle et arborée pour la première fois, en rouge écarlate, par une équipe de rameurs de l’université de Cambridge, d’où son nom de « blazer » qui peut être traduit par « éblouissant ». Dès lors, le blazer illustre le prestige de la marine et devient progressivement le vêtement emblématique du sport chic. Cette saison, le blazer fait un retour en force dans le vestiaire féminin, soulignant la nouvelle autonomisation des femmes. La marque Blazé, créée par trois rédacteurs de mode, sait ce qu’elle fait en explorant cette veste sous toutes ses coutures, pour toutes les heures de la journée.

Jessica K, Hotel Monroe, rue Kennedy, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 37 11 22

Blaze, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.130

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


etro.com

FAKHRY BEY STREET, BEIRUT SOUKS 01 99 11 11 EXT. 590


L’OFFICIEL

NEWS

BEAUTÉ CONVULSIVE Des fleurs, des cœurs, des clous, des corsets, des volants, des armoiries, de la tapisserie, de la maille, des tennis blanches… Il y a tout l’esprit de la vieille et de l’actuelle Angleterre, toute la poésie douce amère d’Alexander McQueen, tout l’humour de ce créateur teinté d’une touche de cynisme dans cette collection printemps été aussi décalée que désirable. Alexander McQueen, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.130 Alexander McQueen, Aishti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.251

58

LE PLUS R&B Il y a quelque chose de passionnant à décoder l’ADN des collections d’Alexandre Vauthier, entre ce puissant appel des 80’s et le glamour sans ostentation, dopé de l’esprit sportswear du millénaire qui font sa signature. A peine sorti d’Esmod Paris, après deux ans de droit, le créateur a fait ses armes chez Thierry Mugler et Jean-Paul Gaultier avant de dévoiler, en 2009, son propre style avec un premier défilé en propre. Tout comme Beyoncé et Rihanna, on adore la précision de ses coupes, la souplesse de ses matières et la sensualité de son style. Alexandre Vauthier, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.130

LA BASKET LA PLUS VITE L’équipementier New Balance adapte ses chaussures de course à la ville. Pour répondre aux performances exigées à toute heure de la journée, le nouveau modèle 247 de la marque combine une toile architecturée sur le dessus et un intérieur construit en néoprène. Le « N » du logo ainsi que les bordures sont en toile réfléchissante, et le médaillon en caoutchouc de la languette est emprunté à la version olympique dont s’inspire la chaussure. La technologie se reflète sur l’esthétique et se traduit en termes de confort et d’adaptabilité. New Balance, ABC Ashrafieh, Beirut, +961 1 33 01 11 New Balance, ABC Dbayeh, GF, +961 4 41 72 17 New Balance, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.140

PHOTOS DR

New Balance, Aishti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.272


L’OFFICIEL

NEWS

60

DANSE DU FEU Pour sa nouvelle collection d’accessoires, Diesel réinvente le feu en empruntant leur couleur aux objets chauffés à blanc. C’est donc un effet incandescent de l’argent qui pare les baskets et sacs de l’été, invitant à des fêtes à la fois cool et ardentes. Les sacs, imitant le métal, s’ornent de petites allumettes et flammèches. Le cuire savamment craquelé des chaussures rappelle les restes d’un feu de joie au bout de la nuit. Diesel, 129 rue Foch, Centre-Ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.450 Diesel, Aishti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.270 Diesel, Beirut City Center, Hazmieh, L1, +961 1 28 99 89 ext.102

C’est la rue qui inspire la nouvelle collection féminine printemps été 2017 de Brunello Cucinelli. La rue, ses diverses histoires, ses petits incidents, ses événements joyeux, son âme particulière, son talent à exprimer le moment présent. Pour cette maison de qualité, le défi consistait à réinventer l’esprit couture en l’hybridant avec cette touche vernaculaire du paysage urbain. De cette nouvelle interprétation nait une collection où les frontières et les contrastes se brouillent : ni masculin ni féminin, ni jour ni soirée, mais un charme indéniable où se rencontrent les cultures les plus diverses.

ÉTERNEL NOMADE

Brunello Cucinelli, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.130

Le label Etro est né des sublimes textiles qui voyageaient le long de la route de la soie. Cet esprit nomade se poursuit dans les collections hommes et femmes de la maison avec, pour cette belle saison, une exploration du monde poussée à l’extrême. Des sables du Sahara à un trekking urbain, des broderies ethniques aux burnous berbères, des pantalons et vestes de moto aux bottes de gaucho, Etro célèbre le monde et nous offre la diversité de ses cultures sur un même portant.

Brunello Cucinelli, Aishti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.242

Etro, avenue Fakhry Bey, Centre-Ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.590

PHOTOS DR

LUXUEUSE NONCHALANCE


L’OFFICIEL

NEWS

62

QUELQUE CHOSE EN ELLES DE MONDRIAN Il y a presque cent ans entre la première chaussure Camper et… l’autre première chaussure Camper. C’est en effet en 1975 que l’Espagnol Lorenzo Fluxa recrée l’entreprise de fabrication de chaussures fondée par son grand-père en 1877 à Majorque. La différence, c’est que Lorenzo est un artiste et que depuis son arrivée dans l’industrie, on n’a plus jamais regardé une paire de chaussures de la même manière. Premier à introduire des éléments graphiques dans ses créations, il initie une ère où architectes et designers ont leur mot à dire sur l’allure de nos pieds. La collection printemps été 2017 de Camper s’inspire cette fois des couleurs dynamiques de Mondrian. En rouge, jaune, bleu ou noir, sublimant des matériaux techniques, les nouvelles Camper sont des OVNI aussi bizarres que follement désirables. Camper, rue Souk El Tawileh, Beirut Souks, Centre-Ville, +961 1 99 11 11 ext.568 Camper, Aishti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.271 Camper, Beirut City Center, Hazmieh, L1, +961 1 28 71 87

Ils sont médecins, mais pas que. Ils ont du talent et du cœur à en revendre, si seulement cela pouvait sauver ces dizaines d’enfants qui naissent chaque année avec une malformation cardiaque. Les uns sont chanteurs, d’autres jouent d’un instrument. Ensemble, ces médecins musiciens de l’Hôtel Dieu de Beyrouth ont formé une troupe à laquelle sont venus s’ajouter d’autres artistes. Depuis 2005, leur diner de gala est un rendez-vous lumineux, entre fête et générosité, grâce auquel ils lèvent des fonds qui leur permettent de soigner et souvent de guérir ces enfants autrement condamnés. Cette année, le thème du spectacle qui rend hommage à sept grandes vedettes de la chanson française, arabe et américaine est « Zapping with the Stars ». A travers les voix d’Anthony Touma, Manel Mallat, Christian Abouanni, Ingrid Naccour, Ralph Asfour, Andrea Samaha et bien d’autres, s’inviteront Elvis Presley, Bob Dylan, Dalida, Jean-Jacques Goldman, Beyoncé, Coldplay et Zaki Nassif, mais aussi Sia, Justin Bieber et Maître Gims. Il suffira de zapper puisque le spectacle est organisé comme une soirée télévisée, animée par la Caracalla School of Dance sous la direction d’Alissar Caracalla. Il faudra venir, pour le plaisir de la fête et pour le bonheur de donner. Zapping with the Stars par Heartbeat, BIEL, Beyrouth front de mer. Dîner de gala et spectacle le 21 avril. Concerts les 22 et 23 avril.

PHOTOS DR

CETTE MUSIQUE QUI SAUVE DES VIES


AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243

ALBERTAFERRETTI.COM


L’OFFICIEL

NEWS

64

Stella McCartney prêche pour un monde équitable et pacifié, et le vêtement est son langage. Dans la douceur de l’été, la nouvelle collection de la « baby Beatle » associe en toute harmonie des volumes et des textures qui habituellement s’opposent. Le classicisme anglais des éléments du costume masculin est réinterprété avec une sophistication toute féminine. Les matières sont naturelles, mousseline de coton, gaze légère, jersey organique, soie et jute. Elles s’associent à un lycra emprunté à un maillot de bain, à une dentelle complexe ou à un imprimé graphique et des slogans invitant à l’amour de la vie et à la protection des animaux. Le contraste se fait plus violent encore avec les accessoires, sandales métallisées ou bijoux en plexiglas. Stella McCartney, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.575 Stella McCartney, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.250

PHOTO DR

L’HYMNE À LA NATURE


LEBANON BEIRUT SOUKS +961 1 991 111 EXT 595


L’OFFICIEL

NEWS

66

DISCO DAYS LE PLUS ARTY

Kenzo, ABC Dbayeh, L0, +961 4 41 60 00

Longtemps Alexander Wang fut le chouchou de la classe Vogue et de la terrible Anna Wintour. Le surdoué californien d’origine taïwanaise, formé chez Marc Jacobs, a commencé sa carrière avec une ligne de maille et de cachemires avant de lancer sa première collection féminine, deux ans plus tard, en 2007. En 2012 il est à la tête de la création de Balenciaga qu’il quitte en 2015 pour se concentrer sur sa propre griffe. Celle-ci cartonne notamment avec des accessoires et des hauts au caractère puissant et insolite que l’on retrouve dans sa collection printemps été 2017, fortement marqués par l’art contemporain, l’esthétique asiatique et la recherche conceptuelle.

Kenzo, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.140

Alexander Wang, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.130

Kenzo, Aizone, Centre-Ville, Beirut, +961 1 99 11 ext.585

Alexander Wang, Aishti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.246

Kenzo, Aishti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.295 Kenzo, ABC Ashrafieh, Beirut, +961 1 21 28 88

NEWS F.A.D.

PHOTOS DR

Ressusciter le premier défilé de Kenzo Takada au légendaire Studio 54, en 1977, entre Grace Jones qui chantait et Jerry Hall qui traversait le podium comme une apparition. Célébrer l’euphorie de cette époque et la fusion des cultures. Célébrer aussi l’individualité exprimée en volumes, mais aussi la liberté à travers des mélanges insolites. On va adorer la réinterprétation que nous offre de la grande époque Kenzo le tandem de créateurs Carol Lim et Humberto Leon, ainsi que leur transformation en robes et blouses volumineuses de toute une gamme de vêtements d’extérieur, ponchos, parkas et trenchs militaires. Ici s’invitent les mélanges les plus osés, agrafes métalliques sur taffetas, juxtaposition de lamés et de sequins avec des cotons épais, tout un vocabulaire qui réécrit les paroles d’un nouvel hymne au disco.


MOSCHINO.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’OFFICIEL

70

PETIT DÉJEUNER

YUMNA MARWAN ACTRICE LIBANO-PALESTINIENNE, YUMNA MARWAN DÉCROCHE SON PREMIER RÔLE DANS LA VALLÉE, LONG MÉTRAGE DU CINÉASTE/AUTEUR LIBANAIS GHASSAN SALHAB, ET DEPUIS LES FILMS S’ENCHAINENT. DÉBRIEFING AUTOUR D’UN PETIT DÉJEUNER. Y U M NA H A BITE À BEY ROUTH AV EC SES DEU X CH ATS. A

R

Êtes-vous du matin? Pas vraiment, non. Vos adresses préférées? Al Sousseh, à Mar Elias – la meilleure adresse pour un bon petit déjeuner libanais. Au menu foies, cervelles et langues de mouton. Mais aussi, et surtout, la maison de ma tante a Tarik Jdideh. Que prenez-vous au petit déjeuner? Cela dépend de ce que mon partenaire choisit de cuisiner. Êtes-vous un couche-tard? Oui, parfois j’attends même le lever du soleil avant de me coucher. Quels sont vos hobbies? Suivre les matchs de foot (je suis une fan inconditionnelle du Real Madrid), faire des road trips sans destination précise, avec musique et alcool, et découvrir de nouveaux films d’auteurs, toujours. Où avez-vous étudié ? J’ai étudié l’anthropologie et l’islam au Smith College, une université de jeunes filles dans le Massachusetts. Pourriez-vous citer certains de vos travaux récents? Le dernier long métrage que j’ai tourné s’intitule One of These Days de Nadim Tabet. J’ai également joué le rôle d’une bénévole de la Croix-Rouge palestinienne pour un film de Rachid Masharawi qui a été tourné dans un petit village tunisien.

F

.

A

.

D

.

Quelle est votre démarche artistique? En général, je privilégie la spontanéité, mais je fais aussi en sorte de me laisser aller, afin que mon corps réagisse tout seul, en réponse à une situation ou une autre. Je ne suis pas sûre de la manière dont j’y parviens, le processus est surtout naturel et dépend du contexte dans lequel mon jeu s’inscrit. Quels sont vos projets à venir? Je tourne ce mois-ci un film irakien réalisé par Mohanad Hayal à Bagdad. Je ferai également partie du tournage du prochain film de Ghassan Salhab, La Rivière, et je jouerai dans mon premier film américain, réalisé par Wesam Nassar plus tard dans l’année, en Californie. Quelle est votre devise? Bitch better have my money. (Putain, t’as intérêt à avoir mon argenttitre d’une chanson de Rihanna) D’où tirez-vous votre force? Mon entourage, le hip-hop et le combat constant et quotidien contre l’hétéropatriarcat capitaliste. Qu’est ce qui vous anime? La possibilité de pouvoir vivre plusieurs vies dans plusieurs endroits différents.

PHOTO RAMI HAJJ

P


Black Calf Hammock with Slogan Intarsia and Calla Lily Charm, 2017

loewe.com Aïshti by the Sea, Antelias


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN SAC

72

LE “GABRIELLE DE CHANEL”

Détonnant dans sa façon d’être porté, il reste fidèle aux codes emblématiques de la maison.

Hommage à Coco Le sac “Gabrielle de Chanel” imaginé par Karl Lagerfeld réunit l’ambiance futuriste de la collection printemps-été 2017 et l’esprit ingénieux de la fondatrice de la maison, qui a toujours eu pour ambition de créer des sacs esthétiques et pratiques. Coque rigide et corps souple et léger, sa forme est inspirée des étuis à jumelles que les hommes portaient en bandoulière sur les champs de courses hippiques. Décalé et innovant Sa particularité ? Il se porte de trois manières grâce à sa bandoulière ajustable à double chaîne : un porter épaule, un en bandoulière et,

chose inédite, il peut combiner les deux, pour une allure nonchalante à souhait. La chaîne passe d’abord sur une épaule puis en diagonale sur l’autre épaule. On l’enfile alors par la tête, tel un pull. Allié du quotidien Parmi les quatre modèles, le “Hobo”, en taille médium (il existe en trois tailles) est le sac du quotidien par excellence. À ses côtés, on trouve également la bourse, proposée en deux tailles, le sac à dos et le cabas. Leur base est en veau lisse et leur corps en veau vieilli. Une version tweed brodé issue de la collection “Métiers d’art 2016/17 – Paris

cosmopolite” et une version luxe en veau et python (pour la forme bourse) viennent compléter la gamme. Pour la première fois chez Chanel, la chaîne mêle le métal doré et argenté alors que la doublure en toile grenat fait référence aux premiers sacs créés par Gabrielle Chanel. Le choix de la teinte est déterminant : l’attitude diffère totalement selon le coloris, uni (blanc, noir) ou bicolore (noir/blanc, bleu/noir et beige/noir). Sac “Gabrielle de Chanel” en veau vieilli, Chanel. Top et jupe Chanel. www.chanel.com

PHOTOS DR

PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE PHOTOGRAPHIE MAXIME LEYVASTRE


L’OFFICIEL

TENDANCE

74

LA RUE NOUS APPARTIENT

Défilé Marc Jacobs automne-hiver 2017/18.

LONGTEMPS PRISONNIERS DES PODIUMS, LES CRÉATEURS SE RÉAPPROPRIENT AVENUES, QUAIS ET CENTRES COMMERCIAUX POUR DÉFILER. LA MODE CONNAÎTRAIT-ELLE ENFIN SA NOUVELLE VAGUE ?

“Ah ! ce Paris… Il est à nous, il n’y a qu’à le prendre. (…) Et le pavé semblait à eux, tout le pavé battu par leurs semelles, ce vieux sol de combat d’où montait une ivresse qui grisait leur lassitude.” (Émile Zola, L’Œuvre) Conquérante, la mode l’est de nouveau, après plusieurs décennies de retraite dans des espaces confinés. En février dernier, à New York, Marc Jacobs a fait tomber les podiums et les murs, comme pour recouvrer l’essence même du prêt-à-porter, la rue. Cette fureur de vivre couve depuis plusieurs années : en 2014, Chanel défilait sur un boulevard (de carton-pâte, certes), pour mieux crier sa ferveur féministe. Kenzo, la même année, déambulait (sous la pluie) sur le pont Alexandre-III. Cette

M AT H I L D E

saison, la tendance s’affirme et s’étend de New York à Paris : Ralph Lauren présente sa collection printemps-été 2017 devant sa boutique de Madison Avenue ; Paul & Joe investit les quais de Seine, fraîchement désertés par les voitures ; Koché défile sous la canopée flambant neuve des Halles, après avoir squatté tour à tour la place Carrée et le passage du Prado… Chanel, encore elle, s’était offert quelques semaines plus tôt les vibrations nocturnes du Paseo del Prado, à La Havane, pour son défilé croisière. Fouler le pavé Comme toujours, quand la mode est dans le coup, on se demande si la démarche est nécessaire ou gratuite, juste bonne à faire du clic ou à aérer les neurones de

B E R T H I E R

journalistes engoncés, deux fois trente jours par an, dans des halls obscurs. Pour Marc Jacobs, qui a donc orchestré son show automne-hiver 2017/18 à la Seventh Regiment Armory puis sur Park Avenue, il fallait nécessairement le fouler, ce pavé : “C’est pendant mes études à la High School of Art and Design que j’ai commencé à sentir et comprendre l’influence du hiphop sur les autres genres musicaux, sur l’art et sur la mode. Cette collection est un témoignage de mon respect envers une génération qui restera à l’origine de la youth culture.” Quintessence du streetwear, le hip-hop n’est pas né de la cuisse de Kanye West : il a vu le jour dans le Bronx, au tout début des années 1970, porté par des

PHOTOS MARC JACOBS, MARCIO MADEIRA

P A R


L’OFFICIEL

TENDANCE

75

break dancers de rue, magnats du tag et du beatbox. Ce n’est pas qu’à New York que la rue a façonné la mode : le style kawaii est né dans le quartier tokyoïte de Shibuya ; le style hippie, sur les pelouses de Woodstock ; le punk, à Hampstead. Alors, quoi de plus cohérent que de défiler à l’air libre ? “C’est un juste retour des choses. Il n’y a pas plus franc comme point de vue que de rendre hommage à l’endroit où la mode est née. “C’est un peu premier degré en même temps de dire que l’on rend hommage à la street culture en sortant dans la rue”, analyse Pascal Monfort, qui dirige le cabinet de conseil en tendances REC. Un geste créatif et militant Hommage sincère au passé et éloge de la street culture, le catwalk de rue est aussi l’occasion, pour les maisons de luxe, de descendre de leur piédestal et de reconquérir des voix. Cette démythification tombe du ciel tant la mode a perdu de vue, ces dernières années, qu’elle devait être portée pour exister : “Il n’y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue”, ne manquait pas de rappeler Gabrielle Chanel. En dépoussiérant leur cérémonial, les créateurs imitent les François Truffaut, Jacques Rivette et autres Jean-Luc Godard qui ont, dans les années 1950, délaissé les studios de cinéma pour battre le pavé parisien. Cette Nouvelle Vague est d’autant plus nécessaire que, avec l’avènement des réseaux sociaux, le confinement de quelques privilégiés, de la presse et des acheteurs n’a plus lieu d’être : “Défiler dans la rue, c’est aussi démontrer une bonne fois pour toutes que les murs ne servent plus à rien car, de toute façon, les images seront diffusées en temps réel sur les réseaux sociaux. Comme cette espèce d’écrin secret des podiums

Koché printemps-été 2017.

Paul & Joe printemps-été 2017.

a éclaté de façon virtuelle, autant le faire éclater de façon réelle. Le présent du défilé n’appartient plus aux happy few. L’ère du secret a disparu”, poursuit Pascal Monfort. Impossible enfin d’occulter le contexte politique. En sortant dans la rue, en mimant son émulation, certains designers allient geste créatif et geste militant. Pour leur défilé new-yorkais du 13 février dernier, les directeurs artistiques de Proenza Schouler ont clairement exprimé leur opposition à l’administration Trump. Et, encore une fois, c’est la rue qui revient sur le tapis : “Ce n’est pas le moment de rester chez soi en peignoir et en pantoufles. C’est le moment d’enfiler des chaussures plates, un perfecto et d’aller manifester pour défendre des causes justes.” Le message est passé.


L’OFFICIEL

TENDANCES

76

Saint Laurent

Gucci

Gucci

Miu Miu

Fendi

POUDRE D’OR UNE TOUCHE MÉTALLIQUE VOUS FAIT UNE ARMURE. LE LAMÉ EST LA TENDANCE ABSOLUE DE LA NOUVELLE SAISON.

Chloé Diane Von Furstenberg

Loewe

Prada

STÉPHANIE

NAKHLÉ

Hermès

Lisa Marie Fernandez

Dolce & Gabbana

Saint Laurent

Loewe

PHOTOS DR

R É A L I S AT I O N


s cul pted by nature

n a ncyg on zale z.com

AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT 01. 99 11 11

AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS 04. 71 77 16


L’OFFICIEL

TENDANCES

78

Stella McCartney

Alexander McQueen

Valentino

Valentino

Charlotte Olympia

SPIDER WOMAN

LA DENTELLE N’A PAS D’ÂGE ET SE FICHE DU TEMPS QU’IL FAIT. SES FILS S’ENTRELACENT ET SE NOUENT SUR DU VIDE ET NOUS DÉSHABILLENT JOLIMENT. R É A L I S AT I O N

STÉPHANIE

NAKHLÉ

Vilshenko

Hermès

Anya Hindmarch

Jimmy Choo Chloé

Stella McCartney

PHOTOS DR

Chloé


L’OFFICIEL

MODE

80

DIOR DANS L’UNIVERS DE L’ESCRIME POUR SA PREMIÈRE COLLECTION PRÊT-À-PORTER PRINTEMPS ÉTÉ CHEZ DIOR, MARIA GRAZIA CHIURI, SEULE FEMME À DIRIGER LA CRÉATION DEPUIS LA FONDATION DE LA MAISON, S’EST INSPIRÉE DE L’UNIVERS DE L’ESCRIME. UN CHOIX DICTÉ PAR L’ÉQUILIBRE ET L’HARMONIE LIÉS À CETTE DISCIPLINE, MAIS AUSSI PAR TOUT UN ENSEMBLE DE CODES QUI CONTRIBUENT À EFFACER FRONTIÈRES ET CATÉGORIES. A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTOS © SOPHIE CARRE, DIOR

P


L’OFFICIEL

MODE

« Je m’efforce d’être attentive au monde et de créer une mode qui ressemble aux femmes d’aujourd’hui,» explique Maria Grazia Chiuri, directrice artistique des collections de haute couture, de prêt -à-porter et d’accessoires féminins de la Maison Dior. Une mode qui les accompagne dans leurs transformations, pour échapper aux catégories et aux stéréotypes « masculin/féminin », « jeune/moins jeune », « raison/sentiment », qui présentent par ailleurs des aspects complémentaires. L’escrime est une discipline dans laquelle l’équilibre entre pensée et action, l’harmonie entre esprit et cœur sont essentiels. L’uniforme des escrimeuses est, à l’exception de protections spéciales, identique à celui des escrimeurs. Le corps féminin s’adapte à cette tenue qui, à son tour, semble façonnée selon ses formes.» Maria Grazia Chiuri est la première femme à diriger la création de la Maison Dior. Son regard féminin et audacieux – féministe est un mot récurrent chez elle – explore les règles de la beauté moderne pour les transposer dans une collection régie par cette tension sensuelle qui règne entre le corps et le vêtement. Le New

81

Look de Christian Dior défiait la modernité et la rigueur de la tenue, en redonnant à la femme les courbes et le raffinement que la guerre avait effacés. C’était une mode résolument nouvelle à cette époque. Maria Grazia Chiuri se confronte à la tradition de la maison Dior et replace ainsi la femme au centre, en bousculant les attentes et en remettant en cause ce qui est tenu pour acquis. Elle appelle à réfléchir aux formes d’une silhouette contemporaine, agile, olympique, élitiste dans l’élégance sportive, tout en restant à la portée de chacune puisque l’uniforme est à la fois un élément unique et sériel. Il est un lieu où le corps s’exprime dans son individualité et où il peut partager en même temps avec les autres corps les règles du jeu et du paraître. Les éléments de cet uniforme, tels que masques, vestes et lacets, sont autant de pièces détonantes dont les lignes exaltent la clartés constructive du projet de Maria Grazia Chiuri, qui fait sienne la rupture fondatrice des origines – celle de Christian Dior – pour traverser, sans a priori, une histoire extraordinaire ponctuée de talents divers en s’appropriant (comme dans Postproduction de


Nicolas Bourriaud) chaque pièce utile afin de construire une nouvelle grammaire dans laquelle s’écoule, sans logique aucune, le temps toujours présent de la mode. Rap gothique et cœur sur la poitrine Fascinée par l’aspect intime et artisanal de la Maison, Chiuri expérimente différentes matières dans des assemblages inédits. À travers des formes décontextualisées et mises en mouvement, elle invente un dialogue entre les signes : le corset qui n’opprime pas mais exprime avec légèreté et ironie le désir de se regarder et de se plaire ; la liberté de laisser entrevoir un sous-vêtement technique et graphique qui suit les courbes du buste, avec des élastiques ornés de jeux de mots autour de la marque ; la liberté aussi de le transformer en une sorte de rap gothique et passéiste au rythme des « J’aDior ». Un prêt -à-porter ouvert aux influences du streetwear, aux matières techniques, ainsi qu’à cette dimension magique, rêveuse, presque divinatoire, si chère au fondateur de la Maison et exprimée par Maria Grazia Chiuri dans sa célèbre injonction : «Apprenez à suivre vos rêves». De somptueuses broderies des signes du zodiaque recouvrent ainsi les étoffes jusqu’à devenir de véritables toiles. Des figures de tarot abondantes et savamment transposées dans des milieux différents suggèrent des interprétations possibles de l’avenir. Côté matières, on retrouve le coton décliné en bleu, blanc et noir. Et ce rouge tant aimé par Christian Dior, en plus du gris et du rose. Le denim apparaît comme un élément conjonctif. Le tulle, la mousseline de soie et la georgette se déclinent quant à eux en maxi jupes dont la longueur varie au gré des envies. Mais c’est bien le cœur battant brodé sur la poitrine, comme dans les premières tenues des escrimeuses, qui traduit, mieux que mille discours, l’intensité et la force des émotions qui habitent les femmes d’aujourd’hui.


STYLE

84

Peinture 202 × 255 cm, 18 octobre 1984, de Pierre Soulages, présentée dans l’­exposition “Noir, c’est noir. Les Outrenoirs de Pierre Soulages”, à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, jusqu’au 23 avril (www.epfl.ch).

NOIR C’EST NOIR

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


LA COULEUR REINE DE NOS DRESSINGS RENVOIE AUTANT À L’ÉLÉGANCE D’UNE ROBE DU SOIR QU’À LA MODE POPULAIRE OU SUBVERSIVE. QU’ON

PHOTO MAURICE AESCHIMANN/FONDATION GANDUR POUR L’ART, GENÈVE. INV. ADAGP PARIS 2017

L’ADOPTE POUR PASSER INAPERÇU OU POUR PROTESTER, LA PORTER EST LOIN D’ÊTRE AUSSI NEUTRE QU’ON NE LE CROIT… PAR

MÉLODY

THOMAS


En réfléchissant à la place de la couleur noire dans nos sociétés, ce n’est pas la mode qui nous est venue en tête en premier, mais plutôt le cinéma, où Rita Hayworth, dans une danse aux allures de strip-tease glamour, a joué Gilda en 1946 dans une magnifique robe en fourreau noir satiné. Une représentation parfaite du noir comme couleur de la séduction. Qu’on ne s’y trompe pas, même au cinéma, tout est une question de mode, puisque c’est un Français qui a réalisé cette robe de femme fatale. Jean-Louis Berthault, le plus hollywoodien des créateurs français, après des études à l’école des Arts décoratifs, a connu une carrière fulgurante outre-Atlantique. Il a habillé les actrices les plus célèbres, de la fin des années 1940 aux années 1970, et gravé dans nos mémoires l’idée du noir comme d’une couleur qui peut couvrir, autant que découvrir, le corps des femmes. Une conception que les créateurs d’aujourd’hui sont loin d’oublier, si l’on regarde les collections prêt-à-porter de la nouvelle saison. Dries Van Noten, Lanvin, Miu Miu, Dior, Céline et Anthony Vaccarello chez Saint Laurent font tous appel au noir dans leurs collections, évoquant ainsi une silhouette féminine, forte et assurée. Jamais fragile, même si un peu moins provocante.

Miu Miu p ­ rintemps-été 2017.

Modernité intemporelle Pourtant, le noir a eu du mal à s’imposer comme une véritable couleur, comme se plaît à le raconter Michel Pastoureau, historien et spécialiste des couleurs et des symboles. Dans Noir. Histoire d’une couleur (éd. Seuil, 2008), Pastoureau explique que “pendant près de trois siècles, le noir et le blanc ont (…) été pensés et vécus comme des ‘non-couleurs’, voire comme formant ensemble un univers propre, contraire à celui des couleurs”. Il faudra attendre 1910 et les artistes peintres de cette époque pour redonner au noir le statut de couleur perdu à la fin du Moyen Âge. Cependant, comme l’historien le rappelle dans son ouvrage, “ce sont surtout les designers, les stylistes et les couturiers qui ont assuré sa présence et sa vogue dans l’univers social et la vie quotidienne”. En effet, contrairement au noir des villes industrielles, le noir du design a un raffinement, une élégance, en un mot, une modernité, qui lui sont propres. On pense bien entendu à cette petite robe noire, créée par Gabrielle Chanel en 1926, qui a su traverser les époques et reste aujourd’hui intemporelle. Il paraît que Paul Poiret lui aurait demandé si elle portait le deuil, ainsi vêtue de

Céline printemps-été 2017.


Saint Laurent par Anthony ­Vaccarello ­printemps-été 2017.

PHOTOS MARCIO MADEIRA

noir. “Oui, je porte le deuil de vous”, lui aurait rétorqué Mademoiselle, affirmant ainsi la pérennité de son règne et celle de sa couleur fétiche. “Toutes les femmes, absolument toutes, sont vêtues de cette couleur ; seuls quelques hommes osent parfois les couleurs vives. (…) Le noir est à la fois moderne, créatif, sérieux et dominateur”, conclut Michel Pastoureau, évoquant la modernité du noir. Notons toutefois que cette couleur n’est pas toujours un choix. Une couleur imposée “Dans nos sociétés occidentales, le noir est avant tout une couleur associée au deuil, comme nous le montrons à travers plusieurs tenues, telle une robe noire portée à la mort du pape Pie ХІ (en 1939). C’est la couleur de l’humilité, du retrait. Sobre et discrète, ce qui sied parfaitement au milieu protestant du XVI vie siècle car, dans notre culture, le vêtement est associé au péché originel d’Adam et Ève”, explique Denis Bruna, commissaire de l’exposition “Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale”, qui se tient au musée des Arts décoratifs, à Paris, jusqu’au 23 avril. “Cette couleur est liée à la mode à partir du XVe siècle, lancée par le duc de Bourgogne Philippe le Bon. Il l’impose à sa cour et elle va se répandre à la cour d’Espagne dans les

Dior printemps-été 2017.

siècles suivants. Il reste une tradition du noir comme couleur habillée aujourd’hui avec le costume et le smoking”, poursuit-il. Vu son histoire, le noir n’est donc pas une tendance mode, il s’inscrit dans la durée et finit par revêtir un caractère obligatoire. Car s’il est présent sur les podiums lors des défilés, le noir l’est aussi dans la rue, ce qui lui confère plusieurs significations. “Plusieurs fois, alors que je préparais l’exposition, je me suis amusé à compter le nombre d’hommes que je voyais en manteau noir. Il y en a en général huit sur dix”, s’amuse le commissaire, historien spécialiste des représentations du corps et des usages vestimentaires. Loin d’être une simple élection esthétique, cet attrait pour le noir reste souvent imposé dans le monde du travail. Déambulez dans les rayons des grands magasins : cheveux impeccables, pull et pantalon noirs, l’uniforme des vendeuses et des vendeurs a pour objectif de les différencier de la clientèle mais aussi de faire appel au standing qu’évoque le noir. De la même manière, si vous observez les couloirs du métro ou les grands boulevards tôt le matin, vous verrez une nuée d’hommes en costume noir parcourir la ville à pas pressés. Cette couleur est devenue universelle. Mais le noir est aussi la couleur de la simplicité,


avec elle on s’habille sans réfléchir. Une manière d’éviter le regard inquisiteur de l’autre, de se sentir en confiance quel que soit son environnement. N’est-ce pas Proust qui, dans Du côté de chez Swann, décrivait un personnage en ces termes : “En robe noire comme toujours, parce qu’elle croyait qu’en noir on est toujours bien et que c’est ce qu’il y a de plus distingué” ? Le pigment de la contestation Cependant on mentirait si on faisait du noir la couleur officielle pour passer inaperçu. Elle est aussi la couleur privilégiée pour protester et se faire entendre, voire affirmer une certaine radicalité, une appartenance idéologique. On pense au noir policier et totalitaire des régimes fascistes des années 1930, comme les “chemises noires” (camicie nere) de Mussolini ou les nazis, mais aussi aux Black Panthers, aux gothiques et aux “blousons noirs”. “Dans les milieux de la marginalité, cette couleur est forte parce qu’elle évoque la rébellion, les blousons noirs des motards. Le blouson noir a été récupéré dans la haute couture par Yves Saint Laurent, qui était directeur artistique de Dior à l’époque. Il l’a repris et en a fait un blouson chic de luxe en crocodile noirci, ce qui a été très mal vu et a précipité son départ”, rappelle Denis Bruna. Pour ces groupes en marge de la société, le noir a été un instrument de rupture avec les codes vestimentaires établis, et c’est encore le cas aujourd’hui. Côté mode aussi, le noir a pu être un moyen de se distinguer de ce que pouvaient proposer les autres créateurs. “Ici, le noir est si noir qu’il vous frappe comme une gifle. C’est un noir épais, espagnol, presque velouté, c’est une nuit sans étoiles, tout autre noir paraît presque gris”, écrit en 1938 le Harper’s Bazaar à propos du premier défilé de Cristóbal Balenciaga à Paris. Cette citation est

dans le catalogue de l’exposition “­Balenciaga, l’œuvre au noir”, au musée Bourdelle à Paris à partir du 8 mars, sous la direction de Véronique Belloir, chargée du département haute couture au palais ­Galliera. “Dans sa façon d’aborder la mode, pas de facilité, pas même dans la séduction. Le noir, il le choisit comme une non-couleur pour mettre en avant les proportions et le volume d’une pièce”, expliquet‑elle. Quand on regarde les archives de la maison espagnole, on a l’impression que le noir agit également comme une manière de mettre le monde à distance, de créer une respiration entre le vêtement et le corps : “Le noir vous met à distance. On disait que lorsqu’une femme rentrait dans une pièce en Balenciaga on la voyait avant tout”, renchérit Véronique Belloir. Dans les années 1980, ce sont les créateurs japonais qui, reprenant l’exemple de Balenciaga, utiliseront le noir comme une manière de se démarquer. “La mode était festive, c’était l’époque de ­Montana, de Mugler, et française dans la tradition. On voit arriver Rei Kawakubo et Yohji Yamamoto et ça a provoqué un véritable malaise. On a parlé de ‘péril jaune’, de ‘mode post-Hiroshima’”, rappelle Denis Bruna. Mais quelle place occupe le noir aujourd’hui ? Il semblerait que la jeune création l’ait laissé de côté au profit des couleurs. “Aujourd’hui, la couleur a une place importante et je ne sais pas comment le noir va évoluer. Il y a eu tellement d’évolutions, est-ce qu’on est à un tournant ? Est-ce qu’il a encore aujourd’hui la même signification que dans les années 1980 ou 1990 ? La couleur a peut-être supplanté le noir”, s’interroge Véronique Belloir. Réponse sur les podiums des prochaines fashion weeks… Expositions “Tenue correcte exigée”, jusqu’au 23 avril au musée des Arts décoratifs, à Paris (www.lesartsdecoratifs.fr) et “Balenciaga, l’œuvre au noir”, du 8 mars au 16 juillet au musée Bourdelle, à Paris (www.palaisgalliera.paris.fr, hors les murs).


Aïshti Downtown Beirut Aïshti By the Sea Antelias Aïshti Verdun dvf.com


L’OFFICIEL

STYLE

90

NOON BY NOOR, À DEUX C’EST MIEUX

P

A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTOS DR

C’EST L’HISTOIRE DE DEUX JEUNES FEMMES DE BAHREIN, NOOR ET HAYA DONT LES CRÉATIONS SOUS LE LABEL « NOON BY NOOR » SONT ADOPTÉES PAR LES PLUS GRANDES STARS. MAIS QUEL ET LEUR SECRET?


L’OFFICIEL

STYLE

Et d’abord, qui sont-elles ? Simplement deux jeunes femmes de Bahrein qui portent le titre de Cheikha. Elles appartiennent donc à l’aristocratie de l’Emirat, ce qui pourrait limiter leur liberté. Mais elles vont prouver qu’on peut se réaliser et entreprendre en se soutenant l’une l’autre. Noor Rashid al Khalifa, d’abord : la PDG de Noon by Noor, maison fondée en juillet 2008 à Bahrein et propulsée à Los Angeles en juillet 2011 dans le cadre d’un événement « exclusif ». Noor a fait ses études de mode dans une université de Washington D.C. avant de retourner dans son Bahrein natal pour y développer une première collection qui reflète sa propre vision. De la petite fille qui s’exprimait en dessinant avec frénésie à la jeune femme qui donne vie à son art, le chemin parcouru est impressionnant. Et puis Haya Mohammed al Khalifa, la cousine, presque sœur et amie d’enfance : directrice des opérations, co-fondatrice et créatrice de Noon by Noor, la jeune femme a fait les mêmes études que Noor, dans la même université. C’est un peu plus tard qu’elle rejoint sa presque sœur pour apporter à la société son influence particulière et son regard irrigué par de nombreux voyages à travers le monde. A la conquête de l’Amérique Contemporaine et sans fioritures, sinon des imprimés audacieux et des embellissements discrets et complexes, Noon by Noor dégage un luxe discret et une féminité joyeuse, jouant la double influence orientale et occidentale. Seule compte ici la perfection de la couture, la netteté de la silhouette et l’obsession du détail.

91

Après son lancement spectaculaire à L.A., en juillet 2011, la jeune marque s’est envolée en février 2012 pour la fashion week de New York où les deux créatrices ont présenté leur collection hivernale. Encouragées par l’accueil que réservent la presse et les célébrités à leur présentation, Noor et Haya reviennent à New York en septembre de la même année avec cette fois une collection estivale pour la belle saison 2013. Remarquée par IMG, Noon by Noor est la première entreprise du GCC à être invitée par la célèbre agence de mannequins à défiler sous son aile à New York. Désormais, la marque a sa place dans les défilés de la Grande Pomme, privilège qui commande par ailleurs une discipline de fer et des défilés saisonniers que les deux jeunes femmes n’ont jamais manqué de réaliser, jusqu’au dernier en date, celui de la collection automne hiver 2017 présenté en février dernier. Déjà lauréates, en 2013, du prix Elle.com des talents émergeants, les deux créatrices convainquent sans peine toute une constellation de stars à porter leur marque. Jennifer Lopez mais aussi Solange Knowles, Alexa Chung, Kate Bosworth, Olivia Palermo, Blake Lively, Miroslava Duma, Katy Perry ou Coco Rocha s’habillent en Noon by Noor sans cacher leur fierté de soutenir une jeune entreprise créée par des femmes pour les femmes. La petite griffe qui monte a désormais ses adresses, et pas des moindres : Saks Fifth Avenue Bahrein ; Symphony Style et Harvey Nichols Riyad ; Per Lei Couture Doha et Le 66 Paris, sans compter sa boutique en ligne qui livre dans le monde entier.


L’OFFICIEL

STYLE

92


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


L’OFFICIEL

TENDANCE

94

SEMELLES DE VENT Pour écrire une exclamation, il faut une barre et un point. Le soulier est ce point qui termine une tenue fraîche. Ce printemps, entre fusion de styles et de cultures, cuirs précieux, résilles gracieuses et détails pop, on est prêtes, oh ! à tous les départs. R É A L I S AT I O N

JOSÉE

NAKHLÉ

PHOTOGRAPHIE

R AYA

FA R H AT

De gauche à droite de haut en bas: Escarpins à talons en daim, Jimmy Choo. Baskets en cuir, Le Silla. Escarpins en daim, Casadei. Baskets en cuir, Prada. Mules en cuir, Attico. Escarpins à talons en daim, Martiniano. Ballerines en cuir, Le Silla. Escarpins à talons, Jimmy Choo. Mules en cuir, Malone Souliers x Natalia Vodianova.


L’OFFICIEL

STYLE

96

LA MODE ENTRE EN SCÈNE YASMINA BENABDELKRIM STYLISTE DE MODE UN TANTINET REBELLE FAIT FEU DE TOUT BOIS POUR CRÉER DES ATMOSPHÈRES PARADOXALES ET DES CONTRASTES SURPRENANTS. ELLE RACONTE SON MÉTIER ET SES INSPIRATIONS. A

R

M

.

L

.

PHOTOS DR

P


L’OFFICIEL

STYLE

Repérer une ancienne salle de cinéma début XXème siècle abandonnée, trouver les ressemblances entre l’univers des Geisha et celui de la boxe ou encore transformer des feuilles de maïs en une élégante coiffe pour rehausser une tenue, Yasmina Benabdelkrim ne recule devant aucune incongruité pour donner vie à son imaginaire et créer des visuels qui transportent. La jeune styliste a une vision du monde en plusieurs facettes. Dans ses shoots, le mélange des genres, des cultures, des goûts et des styles ne fait que nous refléter. Elle observe avec curiosité le monde qui l’entoure et s’inspire de détails parfois aperçus au coin d’une rue pour conter ses histoires. Des fruits secs dans un bazar de Chinatown se transforment en bijoux fantaisie et la vision d’un jeune à vélo dans une rue de banlieue, sac et hauts parleurs au dos, deviendra l’inspiration d’un photo shoot stretwear. Des deux côtés de l’objectif D’Agadir à New York en passant par Paris ou Sydney, Yasmina Benabdelkrim enchaine les séances photos. Après avoir travaillé deux ans pour le jeune magazine ODDA, la styliste s’est lancée à son compte. Parmi les références qui s’accumulent dans son portfolio s’accumulent projets pour artistes, magazines et marques de designer. On y trouve un photo shoot déjanté pour le groupe Fecal Maters avec robes et jeans déchirés, maxi plateformes et coutures visibles ici et là, ainsi qu’un projet avec des looks Margiela ou des oiseaux aux couleurs chatoyantes. Un temple ou une forêt de bambous servent de toile de fond à des robes en cellophane multicolore portées par deux mannequins « jumelles » arborant des perruques aux accents orangés. A l’occasion de la campagne printemps-été 2017 de la marque Acne, Yasmina qui y a d’abord travaillé comme styliste, reçoit un email l’invitant cette fois à y

97

figurer comme modèle. Au coté de cinq autres femmes artistes du Moyen Orient, parmi lesquelles l’actrice iranienne Goldshifteh Farahani, l’écrivaine Negar Azimi et la journaliste et artiste pluridisciplinaire, originaire du Koweït, Fatima Al Khadiri, Yasmina pose devant l’objectif de Paolo Roversi. La danse, première inspiration Née de père algérien, Yasmina Benabdelkrim grandit en Espagne avant de se rendre à Paris pour des études de stylisme de mode à l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne. Férue de danse depuis toute petite, c’est sa fascination pour les costumes de danse, du tango à la valse en passant par le ballet, qui a poussé Yasmina à poursuivre cette voie. Enfant, elle ne se lassait pas d’observer la diversité des robes de danses de salon ou les mouvements d’une jupe de samba. Aujourd’hui, sur un plateau de photographie de mode, elle ressent ce même engouement devant les créations des stylistes. Dès sa première année d’études, à 19 ans, elle se lance dans le stylisme, séduite par le rythme créatif soutenu. Plutôt que dans le design de mode où chaque collection requiert six mois de conception et d’élaboration, la jeune femme se retrouve dans l’effervescence du stylisme de mode où les imaginaires changent au gré des collaborations tout en conservant sa touche personnelle. Entre confusion des genres, panoplie de détails curieux qui finissent par s’accorder et un brin de rébellion, la jeune femme n’hésite pas a enchainer les shoots en qualité de styliste et parfois comme simple assistante rien que pour avoir l’opportunité d’observer des photographes de renom et apprendre auprès de ceux qu’elle admire. Yasmina Benabdelkrim se fraie un chemin parmi les grands et continue de surprendre avec des visuels harmonieux composés d’associations insolites.


L’OFFICIEL

KALÉIDOSCOPE

100

IL LEUR A FALLU ÊTRE FOUS ! Éram célèbre 90 ans d’histoire avec une collection premium 100 % mode. Retour sur la success story d’une entreprise française et populaire, née au cœur des Pays de la Loire. PAR

JULIA

MACAREZ

1

2

4

3

Le village de Saint-Pierre-Montlimart, entre Nantes et Angers voit naître l’entreprise familiale en 1927 (1). Les Établissements Biotteau-Guéry sont fondés dans une ancienne maison de tisserands à l’architecture authentique. Un ouvrier à l’origine, 450 à la veille de la guerre ; Éram est aujourd’hui présent sur tout le marché français. Préserver la qualité du geste est le credo que porte désormais la troisième génération de la famille.

Les fondateurs

Albert-René Biotteau et son épouse Marie-Josèphe Guéry (2) donneront leurs initiales au label en 1932 : “Er” pour René et “Am” pour Marie. Héritier d’une forte tradition familiale dans le domaine de la chaussure, Albert-René Biotteau quitte l’école dès l’âge de 13 ans pour apprendre le métier. À 29 ans, il se lance main dans la main avec son épouse dans l’aventure Éram. Passion et créativité seront leurs maîtres mots.

La publicité

Philippe Michel, Moebius, Étienne Chatiliez… Entre humour et originalité, les campagnes Éram rencontrent un succès fou (3). C’est ainsi qu’apparaît en 1977 le petit explorateur à lunettes d’aviateur de Jean Giraud Moebius. Une série dessinée teintée de rêverie pour la presse magazine. Suivront les premières publicités télévisées, une saga de soixante clips entre les années 1970 et 80, dont certains réalisés par Étienne Chatiliez (La vie est un long fleuve tranquille).

La ligne “Noyce”

Clin d’œil au terme anglais noise, cette collection printemps-été 2017 (4) offre aux femmes le meilleur du savoir-faire de la marque. Quinze modèles, quinze partis pris, du pop du swinging London aux motifs inséparables, des jeux de bleus et d’or à l’inspiration tropicale bohème. Un éventail de pièces de caractère, des matières nobles, qui réaffirment l’aspiration du label : capter l’énergie de son époque. www.eram.fr

PHOTOS JACQUES GIAUME, ARCHIVES GROUPE ÉRAM

L’histoire


AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH 01 99 11 11


BEAUTÉ

L’Officiel

102

DIRECTOR’S CUT

Dans le salon de Christophe Robin, le coloriste des stars.

AU RÉ LIA

HE RM A N G E- H O D IN   P H OTO G R A PHIE

S É BA STIE N

MICHE LINI

Ça déménage dans la haute c oiffure parisienne  ! Les nouveaux spots des figaros et coloristes sont désormais toujours plus grands, toujours plus beaux…

PHOTOS DR

PA R


L’Officiel

BEAUTÉ

103

Christophe Robin, salon Christophe Robin

La bio du pro Christophe Robin baigne dans la couleur depuis l’enfance. À 14 ans, il commence son apprentissage et découvre le métier de coloriste. Révélation. Il entre rapidement chez Jean-Louis David en tant qu’assistant formateur, puis gravit les échelons jusqu’à devenir directeur artistique de l’enseigne, pour laquelle il élabore de nouvelles techniques de coloration. Avant d’ouvrir son premier salon à 24 ans ! Et comme il ne conçoit pas la couleur sans soin, il crée en 1999 une gamme devenue classique, avec en fer de lance la cultissime Crème lavante au citron. Il et elles Le blond mythique de Catherine Deneuve ? C’est lui. Le brun magnétique

d’Isabelle Adjani ? Aussi. Sans oublier Tilda Swinton, Kristin Scott Thomas, Kylie Minogue ou Chiara Mastroianni. Et des innombrables tops transformés tout au long de sa carrière. Son nouveau terrain de jeu Du petit salon de coiffure de Bar-sur-Aube, le surdoué est rapidement passé à une suite de l’hôtel Meurice, idéale pour accueillir ses fidèles VIP. Il officie depuis l’été dernier dans un hôtel particulier au décor théâtral situé en plein cœur du quartier Montorgueil. Entre fauteuils en cuir rose, lourds rideaux de velours et miroirs rococo, les pièces se suivent en enfilade jusqu’à une cabine ultra-confidentielle réservée à ses clientes les plus connues.

La nuit… “Pour moi, un chignon bas est toujours élégant et facile à réaliser. Mon astuce est d’utiliser en touche finale le Baume régénérant intense à l’huile rare de figue de barbarie, pour dompter les frisottis, et d’en appliquer une légère touche sur le haut des pommettes pour apporter un effet healthy glow et réfléchir naturellement la lumière !” Son best of Crème lavante au citron,Christophe Robin, 36 €. Huile à la lavande,Christophe Robin, 34 €. Salon Christophe Robin,16, rue Bachaumont, Paris 2e. www.christophe-robin.com


L’Officiel

BEAUTÉ

104

David Mallet, salon David Mallett au Ritz

La bio du pro .Obsédé par les cheveux depuis sa tendre enfance, le petit David décide de devenir coiffeur à l’âge de 4 ans. Vingt-trois ans plus tard, il quitte son Australie natale pour Paris et s’y fait vite remarquer par Jean-Baptiste Mondino. Propulsé dans la cour des grands, il enchaîne les shootings avec Bettina Rheims, Patrick Demarchelier, David LaChapelle ou Terry Richardson et les campagnes de pub pour Givenchy, Sonia Rykiel, Chanel ou Rolex. En 2003, il ouvre son premier salon et devient vite l’un des coiffeurs parisiens les plus en vue. Le succès de sa gamme de soins lancée en 2012 ne se dément pas… Son nouveau terrain de jeu Le Ritz ! Lové au luxueux sous-sol du palace parisien,

derrière une porte dérobée, le nouvel espace de David Mallett est pensé comme une extension intime de son immense appartement du deuxième arrondissement. D’ailleurs, la fine équipe de la rue Notre-Dame-des-Victoires est présente à tour de rôle derrière les cinq postes de coiffure, prête à dispenser coupes, brushings, colorations et soins dans une ambiance cosy à la déco épurée d’une élégance feutrée. Il et elles Natalie Portman, Diane Kruger, Marion Cotillard, Léa Seydoux et Penélope Cruz sont des habituées. Quant à Clémence Poésy, son blond et son carré flou y sont entre de bonnes mains… La nuit… “On veut se faire remarquer, alors on ose les couleurs démentes ! Mes

préférées : le bleu indigo, le rose cyclamen, le vert émeraude et le fuchsia. La seule que je refuse à mes clientes, c’est le jaune canari : absolument impossible, quelle que soit la situation ! Cherchez une couleur qui symbolise quelque chose d’important pour vous : année de naissance, signe astrologique, fleur préférée… Et optez pour des racines naturelles et la couleur éclatante sur les longueurs. Le temps d’une soirée, ou plus si affinités.” Son best of Spray coiffant Elnett, L’Oréal Paris, 9,90 €. Lisseur “Styler Gold Classic”, GHD, 196 €. Volume Powder, David Mallett, 30 €. David Mallett au Ritz Paris, 7, place Vendôme, Paris 1er. www.ritzparis.com


L’Officiel

BEAUTÉ

105

Frédéric Mennetrier, l’Atelier blanc La bio du pro .L’expert de la coloration sur mesure voit le jour dans l’est de la France et, sitôt sa formation achevée, il multiplie les voyages et couvre assidûment les fashion weeks de Paris et de Milan. En 1999, L’Oréal Professionnel lui propose de réaliser une collection couleur : c’est l’aube d’une longue collaboration émaillée d’un nombre incalculable de campagnes beauté et parfums. En 2011, il ouvre le premier Atelier blanc, une adresse où se croisent anonymes, jeunes actrices et top modèles, que l’on retrouve désormais dans son nouvel espace, plus vaste et toujours immaculé. Son nouveau terrain de jeu .Entre cabinet de curiosités, boudoir rococo et atelier d’artiste, le lieu investi par le coloriste alchimiste reprend les codes qui lui

sont chers : meubles chinés, figurines et statuettes bombées de blanc, moulures, miroirs anciens et lumière douce. Avec 280 m2, dix postes de travail, une cabine VIP et un studio photo, le travail d’orfèvre du maestro trouve un écrin à sa mesure. En bonus, les banales capes de coiffeur sont ici rebrodées de dentelle. So chic… Il et elles De Kim Kardashian, dont il a retravaillé le blond à son époque platine (mais en imposant à la starlette de se déplacer jusqu’au salon), à la danseuse étoile Dorothée Gilbert et son brun profond, en passant par Eva Green, Lou Doillon ou Lara Stone et ses camarades de catwalks. La nuit… “On peut s’amuser, oser la couleur franche (mais éphémère) sur les

cheveux, du rouge au vert en passant par le rose. Sur les cheveux clairs, on joue avec les pigments directs, qui partent en deux shampooings, et, sur les cheveux foncés, on utilise une bombe de couleur dont la teinte tiendra jusqu’au prochain lavage. Et pour garder une chevelure fraîche, on pulvérise un peu de shampooing sec en bordure des cheveux, autour du visage, pour éviter les petits cheveux plaqués.” Son best of Color Corrector, L’Oréal Professionnel, 20,70 €. Shampoing ShP1 pour les cheveux fins, colorés et sensibilisés, l’Atelier blanc, 31 €. Crème de coiffage hydratante, Moroccanoil, 33 €. L’Atelier Blanc, 13, rue Vivienne, Paris 2e. www.latelierblanc.com

Bienvenue au club ! Aux adeptes de la coloration douce et des ambiances chaleureuses, on ne présente plus Romain, l’un des coloristes les plus doués de sa génération. Aujourd’hui, pour répondre encore plus fidèlement aux attentes de sa clientèle, le pro du naturel ouvre un nouveau concept confidentiel dans le quartier

de la Madeleine à Paris (ne cherchez pas l’adresse dans les pages jaunes, on vous la transmettra par téléphone). Ouvert à toutes, ce “club du cheveu” propose plus que jamais des colorations naturelles et des produits vegan, mais aussi un temps plus long passé avec chaque cliente, des rendez-vous

espacés pour un accueil vraiment VIP et des soins et pigments qui respectent la fibre et l’environnement. Bref, une philosophie slow pleinement assumée pour une parenthèse capillaire enchantée. Romain Colors, tél. 01 40 07 01 58. www.romaincolors.fr


L’OFFICIEL

BEAUTÉ

106

UNE FILLE DANS LE VENT Elle est mannequin et musicienne, née à Londres en 1992. Rencontre avec Staz Lindes, la fille du guitariste de Dire Straits et nouvelle égérie Yves Saint Laurent Beauté. PAR MÉLANIE MENDELEWITSCH

Comment garder une alimentation healthy durant vos tournées ? C’est assez compliqué. Heureusement, il y a de plus en plus de lieux healthy comme Whole Foods Market aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne. J’essaie de préparer un maximum d’aliments moi-même, de consommer des avocats ou des oléagineux. Avant mes voyages professionnels, je me rends dans des boutiques bio où je fais le plein de poudres, de protéines et de graines de chia que je glisse dans mes bagages. Vous reconnaissez-vous dans la génération actuelle, ultra-connectée, qui aborde la beauté au travers de tutos et de clichés Instagram ? J’aime le maquillage, mais les techniques complexes ne m’intéressent pas. J’ai fait ma propre éducation en observant les femmes

qui m’entouraient et m’inspiraient, en perfectionnant mes gestes au quotidien. Durant mes années de mannequinat, j’ai appris au contact de maquilleurs experts qui m’ont dispensé des tips très utiles : par exemple, pour rehausser ma mine au cours de la journée, je prélève un peu de rouge à lèvres pour l’appliquer sur mes pommettes, en tapotant pour réactiver la circulation et fondre la matière.

Rouge à lèvres Volupté Tint-in Balm, Yves Saint Laurent.

PHOTOS DR

Quels sont vos produits Yves Saint Laurent favoris ? Staz Lindes : J’ai un gros faible pour le nouveau Kiss and Blush, le Vinyl Cream Lipstick et l’eye-liner Couture Kajal. Ce sont mes trois incontournables, que j’emporte partout avec moi. Vos gestes beauté et make-up quotidiens ? Je commence par une mousse nettoyante Caudalie, j’enchaîne avec un sérum et une crème de jour Caudalie. Pour le make-up, je reste assez naturelle car je n’aime pas modifier la teinte de ma peau ou créer un effet de matière trop perceptible. Juste un SPF 50, du rouge à lèvres et du mascara. Qui prend soin de vos cheveux ? Je suis fan du salon David Mallett à Paris, on y trouve les meilleurs coloristes. J’essaie de ne pas laver mes cheveux trop souvent pour ne pas les sensibiliser, j’utilise les produits Oribe ou du vinaigre pour la brillance, et des produits eco-friendly de la marque Earth Science. Aimez-vous changer régulièrement de parfum ou portez-vous toujours le même ? Durant de longues années, j’ai varié les fragrances. J’aime les notes olfactives masculines, le tabac, l’ambre, les senteurs boisées ou un peu capiteuses comme le patchouli. Ces derniers temps, je renoue avec l’odeur naturelle de ma peau nue. Une chose est sûre : je ne suis pas du tout portée sur les parfums girly sucrés. Avez-vous une routine workout précise ? J’ai un métabolisme qui me permet de rester très mince. C’est de famille, ma mère est comme ça, mon père, mes frères et ma sœur aussi. J’ai conscience d’être très chanceuse ! Quand je suis en concert à l’étranger, il m’arrive de regarder des cours de fitness sur YouTube, des séances d’abdos ou de squats que je peux pratiquer n’importe où.


HALE Y BENNET T FOR R AG & BONE NE W YORK

AÏSHTI BY THE SE A ANTELIA S T. 0 4 717 716 E X T.297 AND ALL AÏZONE STORE S T. 01 99 11 11


L’OFFICIEL

UN PARFUM AU SCANNER

108

SPLASH ! Avec légèreté et insolence, Miu Miu plonge dans une nouvelle Eau Bleue gorgée de soleil. Se dessine un parfum à la fraîcheur printanière pour filles délurées et fantasques jouant avec la mode et ses plaisirs. A N T I G O N E

30 % de fraîcheur

10 %

de fantaisie

Éveil de la nature, sacre du printemps, le renouveau pointe le bout du nez et multiplie les senteurs florales en cœur de bouquet. Délicate fleur à cloches, le muguet pose et impose sa si caractéristique senteur dans une envolée légère et gracieuse. Sans oublier le chèvrefeuille, pour ce souffle d’une brise parfumée.

Invité surprise, le chat participe à nouveau à cette aventure. Avec son pelage noir tacheté, il montre patte blanche et joue les étonnés face au démesuré flacon Miu Miu L’Eau Bleue.

20 % de girly

Mutine, coquine, Stacy Martin en égérie pose sous le regard de Steven Meisel. En écho des couleurs du flacon, elle porte une minirobe bleue à fleurs très swinging sixties, et des chaussures jaune pastel. Une vraie fille Miu Miu, un brin délurée et toujours joyeuse.

S C H I L L I N G

20 % d’exubérance

20 % de mode Signature de Miu Miu, l’iconique matelassé, que l’on retrouve sur les sacs en cuir, se dessine et se grave sur un flacon de verre résolument mode. L’opacité du premier parfum a laissé place à la lumière et se grise de reflets d’un bleu glacier derrière ses motifs de losanges géométriques.

Ludique et original, le flacon se pose en écho au premier parfum et revisite l’audace du code couleur originel. Plongeon dans le bleu lumineux et scintillant du flacon translucide. Envol vers le bouchon aux accents dorés et surmonté d’un disque jaune, solaire et festif. www.miumiu.com

PHOTOS SEBASTIAN KOPP/GETTY IMAGES, DR

P A R


Zoe Saldana

Feels Weightless. looks FlaWless.

BeiRUt soUks, soUk el taWileh t. 01 99 11 11 eXt: 560 aÏshti BY the sea, aNtelias t. 04 71 77 16 eXt. 263 BeiRUt CitY CeNteR, haZMieh, leVel 1 t. 01 287 187 also aVailaBle at all aÏZoNe stoRes iN BeiRUt, DUBai, aMMaN


L’OFFICIEL

BEAUTÉ

UN PEU DE ROUGE

« Si vous vous sentez triste, ajoutez un peu de rouge à lèvres et attaquez », disait Coco Chanel qui a tout dit pour embellir une femme et lui rendre son pouvoir. Les rouges de l’été sont fondants et brillants. Le plus ? Ils ne s’effacent pas au moindre baiser.

PAR STÉPHANIE NAKHLÉ RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ

110


De gauche à droite: “ROUGE COCO GLOSS” CHANEL. “COUTURE PALETTE COLLECTOR” , YVES SAINT LAURENT. “LIP SUGAR SCRUB”, DIOR. Gloss Volupté, YVES SAINT LAURENT. “DUO OMBRE À LÈVRES”, DIOR.


De gauche à droite: “ROUGE COCO GLOSS” CHANEL. “JUMBO LÈVRES LONGUE TENUE”, CHANEL.


“MATTE SHAKER”, LANCÔME. Gloss, YVES SAINT LAURENT. “ROUGE COCO GLOSS” CHANEL. Gloss Volupté, YVES SAINT LAURENT.


FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


C’EST FAÇONNABLE.


L’OFFICIEL

PÊLE-MÊLE

116

LET’S DANCE

Pour parfaire votre tenue de soirée et briller jusqu’au bout de la nuit, petite typologie d’accessoires disco glam.

PHOTOGRAPHIE YOUNÈS KLOUCHE

RÉALISATION CLÉMENCE CAHU

SÉLECTION JOAILLERIE EMILY MINCHELLA


CREDIT PHOTO

Boucle d’oreille “Déstructurée monogramme” en laiton et strass, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO. Page de gauche : petite malle en cuir verni matelassé, LOUIS VUITTON.


Parfum Tobbaco Vanille, TOMÂ FORD.


De gauche à droite et de haut en bas : rouge à lèvres Diorific, 14 Dolce Vita, DIOR. Parfum Bibliothèque, BYREDO. Parfum Nuit Noor, ELIE SAAB. Rouge à lèvres Audacious Lipstick, Carmen, NARS.


De gauche à droite et de haut en bas : sac “Replica” en cuir, MAISON MARGIELA. Mini-sac “Le Pliage héritage” en cuir de vachette, LONGCHAMP. Sac “Classic” en cuir de chèvre, CÉLINE. Sac seau “Le Perso” en chèvre velours, Gerard Darel, prix sur demande. Blouse en coton, CÉLINE.


Sac “Verrou chaîne mini” en alligator lissé, HERMÈS. Modèle : Naya E chez Metropolitan Grooming : Elika Bavar Manucure : Popmyday Assistant photo : Nicolas Berat Assistant stylisme : Damèse Savidan


PHOTOS GALERIE IMANE FARÈS, DR

GEMMES EN TANDEM


L’OFFICIEL

BIJOUX

IL EST SCULPTEUR, ELLE EST PEINTRE. DAVID YURMAN ET SONT DEPUIS LES ANNÉES 80 L’UN DES COUPLES LES DES ETATS-UNIS. SOUS LA GRIFFE DAVID YURMAN, LA LEURS TALENTS A RÉVOLUTIONNÉ LA JOAILLERIE P

A

R

Leur histoire est marquée par le compagnonnage, la mouvance beatnik, la culture artistique, le savoir-faire artisanal et surtout beaucoup d’amour. C’est d’abord l’histoire d’un gamin de New York, dans les années 60, qui n’adore pas l’école mais qui est en revanche follement attiré par cette nouvelle culture qui bouillonne autour de lui, une culture bohème et libertaire, éclose en réaction aux rigueurs arbitraires du maccarthisme et qui érige l’art en quasi religion. David Yurman rejoint donc la fraternité des Beatnicks et sillonne l’Amérique en prêtant ses services d’apprenti à des sculpteurs forgerons tels que Jacques Lipschitz et Theodore Rozak. Il affine ses techniques et crée de petites sculptures décalées d’anges en bronze. En 1969, il vend déjà ses créations dans des galeries tout en dirigeant l’atelier du sculpteur Hans de Bovencamp où débarque un jour une jeune artiste en quête de boulot. Sybil, la rencontre C’est un peu le coup de foudre. David voit déjà en Sybil la femme de sa vie. Ils sont tous deux nés à New York. Ils ont des visions complémentaires. Ils passent des heures ensemble, dans un petit studio à Tribeca, à créer, échanger des idées et évaluer leurs travaux respectifs. David réalise pour Sybil un curieux collier qui semble soudé d’une pièce mais qui est en fait entièrement articulé. Ses maillons évoquent une ronde de damnés sortie des pages de l’Enfer de Dante. Un soir, à un vernissage, un collectionneur remarque le collier au cou de Sybil et demande s’il est à vendre. David aussitôt répond non, mais Sybil a déjà donné son accord et a remis l’objet

123

SYBIL KLEINROCK PLUS INFLUENTS COMBINAISON DE CONTEMPORAINE. F

.

A

.

D

.

au galeriste, il lui en fera un autre après tout. Le soir-même, le collier est vendu en quatre exemplaires. De la torsade Renaissance au câble industriel Le bijou, tel qu’il le conçoit lui-même, avec ce regard de sculpteur et d’artisan qui se plait à toréer avec la matière, prend dès lors davantage de place dans l’art de Yurman. Avec Sybil, qui est devenue sa femme, il crée sa propre marque en 1980. Depuis 1971, le couple accumule les prix de design et de savoir faire, au fil des foires et des expositions, et c’est loin d’être fini. Au Metropolitan Museum of Art de New York, il est captivé par les bijoux en or torsadé de la Renaissance italienne dont il retrouve l’inspiration dans la Grèce antique aussi bien que chez les Celtes. Le 20e siècle n’a pas encore apporté sa contribution à cette généalogie. David Yurman va se charger de remplir ce vide, renforçant l’or avec de l’argent, colorant l’acier, récupérant des câbles industriels. Les bouts de ses bracelets et colliers sont sertis de pierres de couleurs. Des milliers de déclinaisons s’inventent au fil des collections. Lancé en 1983, le bracelet Renaissance, avec ses formes classiques et ses inventions technologiques devient la pièce emblématique de l’enseigne. D’autres icônes suivront : Albion, Solari, Stax, Spray, autant de collections simples et innovantes dont la plus émouvante est peut-être Starburst, imaginée à Paris, une nuit où les feux d’artifices inondaient la Tour Eiffel et le Jardin des Tuileries. Les bijoux David Yurman sont exposés à Aïshti by the Sea, Antélias.


L’OFFICIEL

BIJOUX

124

LA JEUNE CRÉATRICE DONNA HOURANI, LANCE SA PREMIÈRE LIGNE DE BIJOUX, LÉGÈRE ET CONTEMPORAINE, RÉSOLUMENT DANS L’AIR DU TEMPS. P

A

R

M

.

L

.

PHOTOS DR

L’AIR DES BIJOUX EN MODE ROCK


Donna Hourani signe des créations au style minimaliste, qu’elle esquisse dans sa première collection Debut Collection disponible sur son site internet. Avec leurs lignes aux formes épurées, ses bijoux tout en légèreté s’adressent à une femme bien dans son époque. Chaines éthérées en cascades ajustables à adopter en chute le long du cou, à la taille ou dans le dos, boucles d’oreilles en spirale qui contournent l’oreille et se prolongent en un pendant au contour géométrique ou pièces en forme de diamant asymétrique inspirées du logo de la marque. La jeune femme choisit l’or comme matériau de prédilection, un classique intemporel qui se transmet d’une génération à l’autre. Elle le marie à des pierres fines ; turquoise, améthyste, aigue-marine ou topaze aux tonalités douces, bleu, vert, rose ou violet, qu’elle sélectionne avec soin. L’éclat des pierres souligne les créations, inspirées par les lumières nocturnes de la ville d’adoption de la designer libanaise, Dubai. Un partipris artistique et une harmonie de pastel et matériaux gracieux définissent la signature aérienne des bijoux de Donna Hourani. Asymétrie et mix and match Après des études en architecture d’intérieur, la jeune créatrice décroche un certificat au prestigieux Gemology Institute of America. Mère de deux enfants, elle s’oriente ensuite vers la création de bijoux, un choix guidé par son amour de l’art. La créatrice réalise des croquis délicats pour illustrer ses conceptions. Mouvements, détails et combinaisons sont inspirés de la danse, de la nature, des émotions et souvenirs de la jeune femme. Elle fait le choix de la transparence et de la qualité dans chacun des aspects de son travail. Qu’elle opte pour des pierres naturelles, elle s’assure qu’elles proviennent de sources éthiques. Elle collabore ainsi avec des artisans locaux, basés à Dubai pour la réalisation de ses bijoux et réserve un espace pour des pièces exclusives dont les bénéfices sont reversés au profit d’associations. Dans ce même esprit de responsabilité sociale, sa marque se distingue avec des bijoux urbains et contemporains; colliers fins ras du cou et transformables, boucles d’oreilles mix and match, diamant à une oreille et pendant à l’autre, ou anneau pour lèvres sans piercing, Donna Hourani s’adresse résolument, avec ses bijoux rock punk haut de gamme, à la sensibilité de sa génération.


L’OFFICIEL

MUST- HAVE

126

LE MONDE EST FEMME Qu’on se le dise, les inégalités de genre seront bientôt derrière nous. Le nouveau féminisme n’a rien à voir ni avec les pétroleuses ni avec les suffragettes. Il est le fait de femmes solidaires qui ouvrent une ère de responsabilités partagées et de complémentarité intelligente. L’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie est la nouvelle Simone de Beauvoir, le désespoir en moins. Elle inspire autant Beyoncé (Flawless) que Maria Grazia Chiuri chez Dior, qui illustre sa nouvelle capsule de T-shirts avec le slogan « We should all be feminists ». Et la mode suit, avec des citations d’un peu partout, tournant le dos à la féminité mièvre avec des accessoires au graphisme puissant.

PAR F.A.D. PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT STYLISME ET RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ


Sac, FENDI.


PHOTOS DR

Chaussures, PR ADA.


Sac, PR ADA.


Pochette, BALENCIAGA.


Sac, RED VALENTINO.


PHOTOS DR

Pochette, REINE.


Chaussures, DOLCE & GABBANA.


L’Officiel

Manchette haute joaillerie serti de diamants taille brillant et baguette, Tabbah.

Si précieux

Manchette “Stax” en or rose, blanc et rose et diamants blancs, David Yurman.

134

Manchette “Arabesque Deco” en or jaune, Ralph Masri.

FIER AU BRAS D’imposants bracelets, d’or et de diamants, enserrent les poignets résolus.

Bracelet “Giunco” en or blanc et diamants, Vhernier chez Sylvie Saliba.

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Bracelet “Cactus de Cartier” or jaune, lapis lazuli, diamants, Cartier.

Manchette “Berbère Module” en or rose pavée de diamants, Repossi chez Sylvie Saliba.

Bracelet en or blanc serti de nacre grise et de diamants taille brillant, Bulgari.

PHOTOS DR

Manchette “Haute couture” en deux ors gravés et diamants, pièce unique, Buccellati.


LA « LVCEA » DE BVLGARI

Parmi les lignes Serpenti, Bulgari Bulgari, B.Zero1 et Diva’s Dream, voici Lucea, une création horlogère précieuse et singulière du joailler Bulgari qui fait la part belle à la lumière, comme son nom l’indique, avec son cadran nacré, pavé de diamants ou strié de rayons.

La montre Lucea est une des manifestations les plus pures de l’ADN de Bulgari dans une œuvre horlogère. Son boîtier rond à la prestance romaine, couronné par un remontoir surmonté d’une pierre rose taille cabochon incrustée d’un diamant, est prolongé par un bracelet articulé inspiré de la ligne Serpenti dont le mouvement sinueux est devenu à la fois le symbole et la signature de Bulgari. Celui-ci déploie ses écailles de métal poli de part et d’autre du cadran, tranchant avec la forme douce et ronde de ce dernier. Audacieuse et sensuelle, la montre Lucea est à l’aise au quotidien comme dans les grandes occasions et joue les contrepoints lumineux sur n’importe quelle tenue dont elle rehausse l’allure de son éclat glamour. Maître des gemmes colorées, Bulgari

exprime son talent signature à travers le cabochon rose de cette nouvelle création. A moins que ce ne soit un saphir qui fait l’effet du reflet d’un lac de montagne dans la glace d’un cadran entièrement pavé de diamants sur or blanc. Entièrement réalisées dans les manufactures Bulgari en Suisse, les montres Bulgari associent la précision du savoirfaire suisse au génie créatif et innovant de l’Italie. Grâce à ces deux traditions, la Maison livre des garde-temps exceptionnels, témoins de cette double expertise. Montre Lucea, mouvement quartz, boîtier 23mm en or blanc serti de diamants. Cadran serti de diamants. Bracelet articulé en or blanc serti de diamants.

PHOTO RAYA FARHAT

PAR F.A.D.


COLLEZIONE AUTOMOBILI LAMBORGHINI

Available at Aïzone stores T. 01 99 11 11 - 04 71 77 16


WWW.AISHTIBLOG.COM


Total look, SAINT LAURENT.


ELLE N’A JAMAIS EU PEUR DE RIEN

EN FÉVRIER 2016, LORS DE LA SORTIE DE « PEUR DE RIEN », OÙ ELLE JOUAIT SON PREMIER RÔLE, LA JEUNE ACTRICE RÉVÉLÉE PAR LA CINÉASTE DANIELE ARBID TRAVAILLAIT ENCORE À SES ÉTUDES D’INGÉNIEUR INDUSTRIEL ET NE SAVAIT MÊME PAS QU’ELLE ÉTAIT BELLE AVANT DE SE VOIR À L’ÉCRAN. AUJOURD’HUI, 24 ANS ET UN ENFANT, MANAL ISSA FAIT LE POINT. PAR F.A.D. PHOTOGRAPHIE TAREK MOUKADDEM STYLISME ET RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ

Manal Issa est tombée dans le cinéma par hasard. Il fallait bien plus culotté qu’elle pour l’inviter, sur simple photo aperçue sur le net, à passer un casting pour un film. Danielle Arbid a indéniablement du flair, et ce film, Peur de rien, ce personnage de Lina, adolescente qui quitte le Liban au sortir de la guerre pour tenter sa chance en France, c’était tellement Manal que Manal n’a pas hésité. Accro aux jeux vidéo, elle terminait ses études à l’Istia d’Angers quand elle a reçu le message de la réalisatrice. De Lina, elle avait la liberté, le franc-parler, la force et la fragilité, l’expérience d’intégration pas toujours évidente. Elle crève l’écran. Comédienne par hasard, elle devient, en découvrant sa vocation, «actrice à suivre ». Elle enchaîne avec Nocturama de Bertrand Bonello, laisse parler sa nature, elle qui n’a jamais pris de cours de théâtre, et décroche même un premier prix d’interprétation féminine au festival des Arcs. D’elle on sait déjà qu’elle ne laissera pas tomber sa carrière d’ingénieur, pas plus qu’elle ne sacrifiera son bonheur de jouer dans des films, ni n’abandonnera sa passion pour le « gaming », et qu’elle privilégiera son nouveau rôle de maman auprès de sa fille nouveau-née. Il suffit de jeter un coup d’œil sur notre jeu de questions réponses à bâtons rompus, mené à Beyrouth où elle est désormais basée, même si entre deux avions :

Avant « Peur de rien », qu’est ce qui vous faisait peur ? Et aujourd’hui ? Avant Peur de rien, rien ne me faisait peur. Aujourd’hui je n’ai toujours pas peur. J’aurais peur de changer. Vous avez fait des études d’ingénierie. Cette formation vous sert-elle encore ? J’aime toujours l’ingénierie. J’aimerais continuer dans la recherche. Votre entrée dans le monde du cinéma est-elle irréversible ? Est-ce votre « vraie » vocation ? Le cinéma, je l’ai découvert par hasard. Maintenant c’est un cadeau, je profite de chaque instant et chaque film que je tourne et chaque personne que je rencontre. En avez-vous eu l’intuition, quelque part dans votre enfance ou votre adolescence ? En arrivant en France, au lycée, il y avait une option cinéma. J’avais envie d’essayer. Mais le nombre d’inscrits était déjà au complet et j’ai dû choisir une autre option.


Quel est votre lien avec le Liban ? Je suis Libanaise, mes deux parents sont Libanais. Je parle l’arabe. Je vis au Liban en ce moment. Qu’y a-t-il en vous de Français ? Je suis née en France, mais c’est d’y avoir vécu entre 14 et 22 ans qui a fait qu’une partie de moi est Française. Et aussi les gens rencontrés, la langue acquise, la maison de mes parents... Que faisiez-vous avant de répondre à ce questionnaire ? J’allaitais ma fille Sur quoi travaillez-vous en ce moment ? J’ai plusieurs tournages en vue. Je passe des castings. Avec quel réalisateur ou réalisatrice rêveriez-vous de faire un film ? J’aimerais beaucoup travailler avec Xavier Dolan Quelles sont vos idoles (scientifiques, cinéastes, acteurs/ actrices, auteurs, musiciens, artistes…) Je n’en ai pas vraiment. J’aime les femmes fortes. Les livres de Nawal al-Saadawi ont changé ma vie. Qu’est ce qui vous inspire, quand vous composez un rôle ? En premier lieu le réalisateur, puisque c’est lui qui a écrit le rôle et le film. Ensuite, je cherche en moi ce qui pourrait irriguer ce personnage. Et je me laisse vivre. Je m’oublie. Puis je me redécouvre dans un autre corps. Qu’est-ce qui vous émeut ? Quelqu’un qui n’a pas le courage de faire face. Les enfants en qui la vie a tout détruit. La violence injustifiée. Un pays qui s’oppose à tout ce qu’on voudrait qu’il soit. Le racisme.

Qu’est-ce qui vous donne envie d’agir ? Mon instinct. Quand il m’appelle, j’agis. Quel est le pays où vous auriez aimé vivre ? Je ne vis pas en France. Mes parents y sont établis. Je n’ai pas encore les moyens d’avoir un appartement à Paris. J’aime beaucoup Beyrouth, mais dans trois ans, pour ma fille, j’aimerai aller vivre en Finlande. J’adore le système éducatif qu’ils ont mis en place dans ce pays. Un système sans examens, qui ne teste pas les élèves, dédié à l’apprentissage tout simplement. J’aime beaucoup l’Irlande aussi, j’y suis allée deux fois. Les gens sont pleins de gentillesse. Quels sont vos repères, vos lieux préférés à Paris, selon les heures de la journée? Pigalle toujours, Belleville, et quand je me sens seule, avenue de France. Quelle est votre conception des vacances idéales ? A la maison et jouer à League of Legends sans arrêt avec mon amour, mon ami, ma vie qui est mon mari. Comment définiriez-vous votre style vestimentaire ? Quelles sont vos adresses ? Mon style c’est mes Doc Martens. Avec robe, jean, short et tout! J’adore les friperies de Paris. Je déteste dépenser de l’argent pour m’habiller. Je n’aime pas les grandes marques. J’ai dû porter quelques trucs de grande marque pour ce photo shoot. C’était pour le fun. Comme être dans un personnage de film. Votre « truc » beauté ? Me réveiller, me laver le visage, me brosser les dents, passer la main dans mes cheveux et hop c’est bon. Je peux sortir.


Robe, DIOR. Boucles d’oreilles, MARNI.


Total look, BALENCIAGA.


Manteau, DRIES VAN NOTEN. T-shirt, STELLA McCARTNEY. Chaussures, GUCCI. Pantalon, SONIA RYKIEL.


Chemise, pantalon et chaussures, GUCCI. Veste, BLAZÉ.


Boucles d’oreilles, OSCAR DE LA RENTA. Top, ADRIANA IGLESIAS.


Robe, DIOR. Boucles d’oreilles, MARNI


Coiffure : Ivan chez Velvet Management Maquillage : Ivanna chez Velvet Management Assistant stylisme : Yasmine Saliba


NIG HT FE PHOTOGRAPHIE  THERESA MARX

STYLISME  VANESSA BELLUGEON

VER


Chemise et pantalon en Lurex de soie, GUCCI. Boucles d’oreilles en métal doré, DSQUARED2.


Veste en laine, DIOR. Combinaison sans manches rebrodée de sequins, ELIE SAAB. Mules en cuir et talon métallique, CÉLINE. Minaudière en Plexiglas, WEILL.


Robe drapée en lamé doré et boucles d’oreilles pompons “Loulou” en laiton et viscose, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO. Collants en nylon, CALZEDONIA.


Chemise en coton métallisé, KENZO. Jupe en mousseline de soie et plumes d’autruche, PR ADA. Collants plumetis en nylon, CALZEDONIA. Mules en cuir et talons métalliques, CÉLINE.


À droite : bague “Hotlips” en or laqué argent scintillant, SOLANGE AZAGURY-PARTRIDGE. À gauche : bague en métal doré et Plexiglas, ELIE SAAB. Sac “Dionysus” en toile “GG Suprême” et python brodé, GUCCI. Collants plumetis en nylon, CALZEDONIA. Sandales en cuir et strass, KENZO.


Blouse et pantalon en soie crépon et minaudière en émail, VALENTINO. Boucles d’oreilles parsemées de cristaux, ROBERTO CAVALLI. Sautoir “Bellavista” doré à l’or fin et en nacre, GAS BIJOUX. Bague en laiton plaqué or, ANISSA KERMICHE. Sandales compensées en cuir métallisé, BALLY. Sac “Clasp” en cuir de veau, CÉLINE.


Veste et pantalon en cuir d’agneau brillant, surpiqué de coton, maillot de bain en jersey surpiqué et manchettes en métal et strass, CHANEL. Collier “Obey Fingers” en Plexiglas, YAZBUKEY. Collants en nylon, CALZEDONIA.


Veste en crêpe, MICHAEL KORS COLLECTION. Robe et soutien-gorge en brocart de soie, sac “Kan I” en cuir métallisé et broderies, FENDI. Sandales en python et talons laqués, ROBERTO CAVALLI.


Bombers en coton imprimé et brodé de cristaux, DSQUARED2. Robe lamée, TRUSSARDI. Manchette en métal et strass, CHANEL. Boucles d’oreilles parsemées de cristaux, ROBERTO CAVALLI. Collants en Lurex, WOLFORD. Rollers en cuir métallisé et paillettes, COSMOPARIS. Minaudière en Plexiglas, WEILL.


Top et jupe en Lurex plissé, CHRISTOPHER KANE. Sac shopping pliable “Dior oblique” en toile et cuir de veau, DIOR. Bague “Hotlips” en or laqué argent scintillant, SOLANGE AZAGURY-PARTRIDGE. Collants plumetis en nylon, CALZEDONIA. Bottes en cuir et python, LOUIS VUITTON.

Modèle : Suzanne Knipper chez Elite Coiffure : Simone Prusso Maquillage : Ai Cho Assistants photo : Kevin MacCarthy et Rémi Procureur Assistant stylisme : Rémi Meunier


TENDER is

PHOTOGRAPHIE  LAETITIA HOTTE

STYLISME SHINO ITOI

the NIGHT


Manteau en toile de coton, MARNI. Bottes en cuir et python, LOUIS VUITTON.


Robe en cuir rouge plissé, VALENTINO. Top en Lurex, TRUSSARDI. Collants en nylon, CALZEDONIA. Bottes en cuir et python, LOUIS VUITTON.


Robe en coton, CÉLINE. Mules en chèvre velours, ROBERT CLERGERIE.


veste en cuir plongé, LORO PIANA. Top en lamé, ELLERY.


Blouse et leggings en dentelle de soie et velours, bottes en cuir et python, LOUIS VUITTON.


Robe-chemise jacquard à fils coupés en coton et soie, HERMÈS. Jupe en soie, GAUCHÈRE. Mules en cuir d’agneau, CÉLINE.


Pantalon en cuir, ZADIG & VOLTAIRE. Mules en daim, MANSUR GAVRIEL.


Veste en cuir plongé, LORO PIANA. Top en lamé, ELLERY. Pantalon en coton, AALTO. Chaussures en chèvre velours, ROBERT CLERGERIE.


Top en matière technique, BA&SH. Pantalon en coton, ELLERY.

Modèle : Marina Nery chez Elite Maquillage : Anthony Preel Coiffure : Sébastien Le Corroller Assistant photo : Sébastien Michelini Opérateur numérique : Maxime Verret Assistante stylisme : Gabriela Cambero


ENTRE ELLE ET NOUS Actrice, Rana Alamuddin a fait ses armes à Hollywood, notamment dans le film Sex and the City 2, avant de regagner son Liban natal. Aujourd’hui maman de deux enfants et créatrice de la série web « Bayneh W’ Baynek » (entre nous) elle met son talent au service de sa lutte contre « l’oppression, l’injustice et la médiocrité » dont les femmes font les frais. Elle nous en parle. PAR F.A.D.

PHOTOGRAPHIE MOHAMAD ABDOUNI STYLISME WAEL BOUTROS RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ LIEU BAFFA HOUSE


Dans l’un des épisodes de Bayneh W’ Baynek vous faites auprès de Nadine Labaki l’éloge de l’ennui. Quel a été votre plus grand moment d’ennui « créatif » ? Quand j’ai quitté Hollywood pour vivre en Arabie Saoudite avec mon mari et notre bébé nouveau-né, j’ai ressenti pour la première fois, un ennui profond qui a plutôt frôlé l’annihilation. J’avais pris une pause loin de Hollywood de bon grès. J’étais saturée de ce système dur et rigide, j’avais perdu le plaisir des castings et des rencontres. J’étais assoiffée de revivre dans le monde arabe, collaborer avec des artistes de la région et créer mes propres projets loin de la machine hollywoodienne. J’avais aussi envie d’élever mon bébé avec abandon et en prenant le temps de le faire dans un environnement favorable aux familles sans une pression extérieure qui m’enjoigne de me remettre aussitôt au travail. Bien sûr, le vide que j’ai ressenti en me retrouvant soudainement dans un pays radical, sans liberté, ni carrière, ni inspiration créative, ni amis, ni points de repères a été pour moi un choc existentiel violent. Mais finalement, cet ennui viscéral a été une bénédiction. J’ai développé une immense gratitude envers tant de choses que je prenais pour acquises et j’ai ouvert les yeux sur certaines valeurs et vécu des expériences que je refuserai de subir à l’avenir -comme l’oppression, l’injustice et la médiocrité- et que je refuse pour mes congénères. En fin de compte, c’est grâce à l’ennui qu’est né le concept de ma nouvelle série Bayneh W’ Baynek. L’ennui peut être un cadeau, un réveil pour améliorer notre vie et contribuer à améliorer la vie des autres. Ironiquement, je peux dire que c’est en Arabie Saoudite que j’ai vraiment trouvé ma liberté. Avez-vous toujours rêvé d’être une actrice ? Quelles études avez-vous choisi avant de vous lancer dans cette carrière ? J’ai toujours su que ma carrière aurait un rapport avec une expression personnelle dirigée vers des masses. Mais je n’ai rêvé d’être actrice qu’après avoir fini mes études en audio-visuel à Beyrouth et avoir travaillé à la télévision en tant que présentatrice et rédactrice.

Vous dites aussi que c’est votre compagnon, aujourd’hui votre mari (Elie Karam) qui vous a poussée et aidée à vous installer à Hollywood pour réaliser votre ambition de devenir actrice de cinéma. C’est un geste rare, pas seulement en Orient. Comment l’expliquez-vous ? Faut-il parfois un homme pour libérer une femme ? Vers l’âge de 23 ans, un désir brûlant et secret d’être actrice à Hollywood commençait à me posséder. Mais j’essayais de me convaincre jour et nuit que c’était un rêve insensé et irréalisable. Mon fiancé, aujourd’hui mon mari, m’a invitée à diner un soir pour m’annoncer qu’il savait que j’étais déprimée parce que je voulais être actrice à Hollywood et qu’il me soutiendrait pour réaliser mon rêve. Il m’a demandé, bien qu’il en avait le cœur lourd, de plier bagage le plus tôt possible. Il m’a donné des ailes, de l’amour inconditionnel et une grande confiance en moi. Sincèrement, je ne suis pas toujours facile à vivre. Je peux être têtue, rigide et parfois égoïste. Elie m’incite toujours à être une meilleure version de moi-même parce que c’est un homme évolué et sophistiqué. Je ne pense pas qu’il faille un homme pour libérer une femme ou vice-versa. Ce n’est certainement pas une question de genre mais plutôt d’âmes qui se retrouvent dans un parcours de vie pour se transformer l’une l’autre ou pour s’entraider dans une période charnière. J’ai été aussi libérée par des femmes extraordinaires. Si on regarde bien l’orchestration des évènements de notre vie, on peut clairement y identifier les personnes-clefs et leurs rôles specifiques dans notre évolution et notre cheminement. Après avoir commencé comme présentatrice et rédactrice sur Orbit, comment avez-vous décroché le rôle d’Annesha, dans le deuxième film Sex and the City. Combien de temps (et de galères) vous a-t-il fallu pour vous faire reconnaître et accepter à Hollywood ? J’ai carrément quitté mon boulot, ma famille, mon fiancé, l’appartement et la Jaguar de mon père ainsi que tous mes points de repère du jour au lendemain et je suis partie à l’aventure à


Chemise, FOR RESTLESS SLEEPERS. Jupe, THE JETSET DIARIES. Boucles d’oreillles, PROENZA SCHOULER.


Top, VALENTINO. Pantalon et Bracelet, CÉLINE. Boucles d’oreilles et ceinture, MARNI.


Hollywood. Parmi les défis qu’il m’a fallu relever, j’ai dû étudier simultanément dans trois écoles de théâtre, me faire promettre un boulot par un gros producteur pour ensuite comprendre qu’en fait il espérait plutôt coucher avec moi, voir d’énormes agents et réalisateurs me solliciter pour des projets et des collaborations pour ensuite ne plus répondre à mes emails si je n’ai pas décroché un certain rôle, me retrouver au bord d’un trouble alimentaire à force de faire tous les régimes à la mode, et éclater en sanglots dans ma voiture, avec une contravention sur pare-brise, parce que je n’avais plus que cinq dollars en poche pour le reste du mois. Pour Sex and the City 2, j’ai su, de bouche a oreille, qu’ils cherchaient une femme arabe élégante pour un des rôles. Je suis une fan acharnée de la série télévisée, donc cela va sans dire: j’étais en mode tachycardie. J’ai demandé à mon agent (une femme) de soumettre ma candidature pour un casting. Les castings se faisaient uniquement à New York et Londres. J’ai donc dû filmer mon audition à la maison et je l’ai envoyée via email. Deux semaines plus tard, je décrochais le rôle. J’ai été envoyée à Marrakech pour le tournage sans rencontrer personne. Plus tard, le réalisateur Michael Patrick King m’a avoué qu’après avoir rencontré des centaines de jeunes femmes pour le rôle d’Annesha, c’est au moment où il m’a vue relever le niqab de mon visage sur ma vidéo qu’il a ressenti une sorte de magie. Ca m’a beaucoup touchée car pour moi, toute cette expérience était teintée de magie, à vrai dire. Comment êtes vous perçue à Hollywood aujourd’hui ? C’est dur à dire, mais à part mon rôle dans Sex and the City 2, je pense que la majorité des spectateurs et des professionnels dans l’industrie se souviennent de moi en tant que Sabrina Costelana, curatrice d’art européenne, dans la série télévisée Les Feux de l’Amour (The Young and the Restless) sur CBS. Je n’avais aucune idée, en entamant ce projet, de l’impact que cette série avait sur ses fans qui la suivent fidèlement depuis 1973. Le courrier que je recevais me mettait en larmes. Des femmes, des hommes, des individus sur chaises roulantes avec très peu d’accès au monde extérieur, et même des prisonniers m’écrivaient de leurs cellules. Généralement, je suis plutôt perçue comme une actrice internationale et polyglotte. Mon casting n’est pas limité à une nationalité, ethnie ou langue particulière. Ceci dit, l’avenir

répondra à cette question. Mon « break » loin de Hollywood étant fini, je me prépare à y revenir bientôt. Mais cette fois-ci à mes propres conditions et à temps partiel. Est-ce à votre retour au Liban que vous jouez dans Bosta, de Philippe Aractinji ? Vous poursuivez aussi votre première carrière en présentant le reality show Mission Fashion. Qu’est-ce qui vous a poussée à accepter ces deux rôles ? J’avais joué dans le projet pilote de Bosta sept ans avant la sortie du film. C’est une expérience mémorable et Philippe est un ami. Il nous a donc paru tout à fait naturel de collaborer sur le long-métrage. Mission Fashion était un super défi, le méga show panarabe avec millions de téléspectateurs en direct. Ce projet réunissait plusieurs éléments que j’aimais : dévoiler le talent de jeunes artistes qui n’avaient autrement pas l’occasion de montrer leur travail, l’adrénaline de présenter en direct et le glamour bien sûr. Fille de diplomate, vous avez vécu dans plusieurs pays, connu plusieurs cultures. Laquelle vous a le plus influencée ? Comment définiriez-vous votre identité aujourd’hui ? Je pense que j’ai cueilli et adopté une petite partie de chaque pays où j’ai vécu mais, à part le Liban bien sûr, l’Italie et les EtatsUnis sont les pays qui m’ont le plus marquée. Le Liban c’est la base de mon développement émotif, mes interactions humaines et mon attraction pour le chaos et la décadence poétique. Ma spiritualité vient tout droit de notre village Mimess, des séances de maté avec les vieillards de la famille à parler réincarnation et karma. L’Italie pour la dolce vita et la passion au quotidien, et les Etats-Unis pour l’éthique du travail et la foi en un rêve réalisable pour quiconque a une vision et qui travaille dur. Le climat socio-politique a bien évidemment beaucoup changé en Amérique mais d’une manière générale, la mentalité des gens est toujours irriguée par l’espoir du progrès et de la réussite. Ces valeurs me parlent car j’ai toujours été ambitieuse avec un œil sur l’avenir. Je définirai mon identité comme étant assez fluide. Mes racines ne sont pas nécessairement très profondes mais mes branches sont longues. Je pense que je suis nomade, au plus profond de moi. J’aime ma liberté et le fait de ne pas avoir à entrer dans une case.


Votre premier enfant est une fille, Rawiya-Poésie. Quelle a été votre première pensée pour elle ? De quoi rêvez-vous pour son avenir ? Que lui interdirez-vous ? La première valeur dont j’ai voulu imprégner Rawiya Poésie c’est l’affirmation qu’elle peut décider par elle-même qui elle est, ce qu’elle veut faire et qui elle souhaite devenir. En tant que Libanaise, druze et fille de diplomate, j’ai toujours eu les yeux de tou mon entourage constamment braqués sur moi et j’ai subi beaucoup de pression et de chantages. J’ai dû lutter pour être la personne libre que je suis aujourd’hui, pour épouser l’homme que j’aime et faire la carrière que je souhaite. Je ne veux pas que ma fille ait à souffrir comme j’ai souffert ou bien qu’elle pense que n’importe quelle personne, communauté ou religion peut avoir l’autorité de décider à sa place qui elle est et ce qu’elle veut dans la vie. Je cherche à communiquer les mêmes valeurs à mon fils, d’ailleurs. C’est une question de dignité humaine et non pas de sexe. Je n’arrive pas à voir « l’interdiction » comme quelque chose de primordial dans l’éducation de mes enfants. Je ne pense pas qu’interdire soit tellement efficace. Mes parents m’ont strictement interdit une tonne de choses, j’en ai quand même fait pas mal. Je crois plutôt à la communication et au fait d’enseigner à nos enfants que liberté et responsabilité vont de pair. S’ils abusent de leur liberté sans faire preuve de responsabilité, il y aura certainement des discussions et des conséquences, mais je ne me vois pas « interdire » ceci ou cela à ma fille ou à mon fils. Je me vois plutôt les guider, les éveiller et les soutenir. Reposezmoi la question dans 10 ans ! Bayneh W’ Baynek, cette série de conversations confidentielles entre femmes semble avoir un objectif à la fois éducatif et cathartique. Visiblement, c’est votre pierre à l’édifice du nouveau féminisme égalitaire. Dans quels pays est-elle diffusée ? Comment est-elle accueillie ? Avez-vous rencontré des objections ? Fait face à la censure ? Dans Bayneh W’ Baynek, je m’assieds pieds-nus sur un sofa avec des femmes extraordinaires du Moyen-Orient. Ensemble, nous avons des conversations honnêtes et intimes sur les relations, la sexualité, l’identité, la carrière, les finances, la créativité, la dépression, la spiritualité, comment surmonter les obstacles, réaliser ses rêves et tout ce dont deux femmes qui s’apprécient discuteraient en réalité. Je ne cherche pas à éduquer autant qu’à

inspirer et donner à toute femme la force et le courage de croire en elle-même et en la beauté de ses aspirations. Après avoir exploré des possibilités de collaborations avec plusieurs chaînes de télévision libanaises et panarabes, nous avons décidé de lancer Bayneh W’ Baynek en série web. Cela représente pour moimême davantage de contrôle en tant que créatrice, productrice et présentatrice, plus de liberté pour mon équipe et relativement moins de censure. Nous sommes actuellement en train de lever des fonds auprès de divers sponsors. J’ai tourné le pilote avec Nadine Labaki et nous filmons la première saison cet été à Beyrouth avec des femmes fascinantes de toute la région. Imagineriez-vous organiser de telles rencontres entre hommes et femmes ? Si oui, ou si non, pourquoi ? Oui, tout-à-fait. J’ai songé inclure des hommes dans ma série. Je me suis demandé si ce n’était pas sexiste, justement, de ne pas le faire. Parce que les hommes du Moyen Orient sont eux aussi opprimés, mais différemment. Le culte du machisme, du pouvoir, de l’argent et du statut inculqués aux garçons et aux hommes, n’est-ce-pas une forme d’oppression? Le tabou de l’homme sensible, l’homme féminin ou l’homme qui se permet de pleurer, ne manque-t-il pas d’humanité? Les hommes certainement auront leur part dans mon projet mais cette première phase est consacrée à l’éveil féminin. Vu la charge historique qui pèse encore très lourd, nous avons beaucoup à dire, faire, défaire et réinventer à ce niveau. Une fois que cette charge commencera à se dissiper de manière réelle, nous pourrons transcender ce discours démodé de la dualité des sexes. On se dirigera davantage vers l’identité de l’individu en partant de son niveau de conscience et la qualité de son énergie. Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Chacun de nous possède l’énergie féminine et masculine. Savoir les harmoniser et les utiliser comme atouts nous permettra de maximiser notre potentiel humain. Quels sont vos autres projets en cours ? Je viens de jouer dans le film Wajib avec la réalisatrice palestinienne Anne-Marie Jacir et je tourne ce mois-ci (en avril), le film Beirut Hold’em réalisé par Michel Kamoun. Je suis très enthousiaste à l’idée de collaborer avec différents artistes de la région, et je suis toujours à la recherche d’inspiration, de connections authentiques et de déclics créatifs.


Top, STELLA McCARTNEY. Jupe, PROENZA SCHOULER. Boucles d’oreilles, CÉLINE. Bijoux, CHLOÉ.


Robe, ALEXANDRE VAUTHIER. Boucles d’oreilles, CÉLINE.


Soutien-Gorge, ZIMMERMANN. Veste, DRIES VAN NOTEN. Pantalon, CÉLINE. Bracelet, GUCCI. Bague, CHLOÉ.


Top et pantalon, PR ADA. Ceinture, FAUSTO PUGLISI. Collier, GUCCI.


Top et jupe, STELLA McCARTNEY. Collier, FAUSTO PUGLISI. Bracelet, CHLOÉ.


Top, DRIES VAN NOTEN. Pantalon, SAINT LAURENT. Chaussures, CÉLINE. Boucles d’oreilles, OSCAR DE LA RENTA. Bracelet, CHLOÉ. Coiffure : Rachad Daccache chez Urban Retreat Maquillage : Dounia Hachmieh chez Urban Retreat Assistante stylisme : Rouba Fakhry


PHOTOSGREG PHOTO MARCKESSLER/VALENTINO JACOBS, MARCIO MADEIRA


“LE JOUR DOIT S’INSPIRER DES RÊVES”

Pierpaolo Piccioli avec les modèles de la collection Valentino haute couture printemps-été 2017, à Paris en janvier dernier.

EN REPRENANT LA DIRECTION ARTISTIQUE DE VALENTINO EN SOLO, PIERPAOLO PICCIOLI POSE AVEC MAESTRIA UN UNIVERS EN PRISE DIRECTE AVEC LA BEAUTÉ DIURNE. RENCONTRE À ROME. PAR ADRIENNE RIBES-TIPHAINE


La nuit est une réserve à fantasmes pour les couturiers. Elle est capitale chez Valentino. Et le jour ? Pierpaolo Piccioli : C’est vrai, Valentino est très proche de l’idée de la nuit et des rêves. Mais il est essentiel de prolonger nos rêves tout au long du jour et d’en poursuivre l’atmosphère. Je m’efforce de comprendre mes rêves et de les traduire le jour avec optimisme. Les deux sont donc importants ? Le jour doit s’inspirer des rêves de la nuit et les réaliser. Sinon, c’est comme avoir deux vies. Il n’est jamais bon d’en rester à l’illusion du rêve. Mieux vaut toujours connecter les deux, je tente de le faire avec

Valentino printemps-été 2017.

Valentino haute couture printemps-été 2017.

PHOTOS VALENTINO

Rome, le 2 février. Les cloches de la ville sainte viennent à peine de sonner midi. Nous retrouvons Pierpaolo Piccioli dans son bureau du palazo Valentino, piazza di Spagna. Une table en bois, un grand cendrier, des livres, des bougies, des photos. Sur l’une d’entre elles, on reconnaît Pierpaolo et Maria Grazia Chiuri. Son amie, complice créative depuis vingt-cinq ans, avec qui il a d’abord travaillé chez Fendi avant de passer dix-sept ans chez Valentino, dont huit comme directeurs artistiques. Ensemble, ils formaient un duo explosif, ultradésirable et talentueux. Ils ont fait de Valentino une griffe à l’esthétique poétique et contemporaine, inspirée de la Renaissance, reconnaissable au premier coup d’œil. Ils ont relevé avec succès le défi de moderniser le prêt-à-porter féminin, de relancer le prêt-à-porter masculin et de développer les lignes d’accessoires. Sous leur règne conjoint, depuis 2009, V ­ alentino a vu son chiffre d’affaires plus que quadrupler. Il s’est élevé à 987 millions d’euros en 2015, une année record pour cette maison rachetée en 2012 par le fonds qatari Mayhoola. Depuis juillet 2016, alors que sa compatriote a accepté de remplacer Raf Simons chez Dior, il est le seul directeur artistique de la maison romaine. Aujourd’hui, il nous reçoit vêtu d’un pull noir parsemé de clous, ces studs signatures au succès planétaire, d’un jean noir et de baskets bicolores blanches à bandes noires. Un total look Valentino homme, tout simplement. Quelques bagues. Une petite moustache. Souriant et décontracté, il nous confie avec une certaine malice et pas mal d’excitation qu’il prépare une surprise : “Nous avons organisé une petite fête cet après-midi pour deux personnes de nos ateliers. Cela fait quinze ans que nous travaillons ensemble, elles ne se doutent de rien. Ça va être drôle.” Pierpaolo ne badine pas avec l’humain. Nous le savions déjà. Nous avions eu la chance de le rencontrer en juin 2015, quelques semaines avant un mémorable défilé haute couture présenté exceptionnellement à Rome – en temps normal, Valentino défile à Paris. La chaleur, la complexité, l’humanisme de cet homme nous avaient alors charmée. Aujourd’hui, notre sentiment est conforté. Cette fois, nous le voyons pour parler de l’importance du jour. Que représente cette portion de temps dans la grammaire d’une maison où la nuit et le soir font partie du patrimoine ? Les robes du soir, les grandes occasions sont-elles les seules à faire vibrer le créateur ? Comment les intégrer dans une réalité de marché, dans un processus créatif soumis au réel ? La nuit est-elle plus belle que le jour ? Nous voulions en avoir le cœur net. Il nous semblait intéressant de rencontrer un créateur pour qui nuit et jour ne font qu’un. Car la mode présentée par Pierpaolo, et c’est peut-être en cela qu’elle nous parle tant, nous apparaît totalement connectée au jour – on marche à plat, on porte des chemises blanches sur des pantalons amples et fluides, de petits trenchs en cuir rouge verni sur des robes en mousseline, des parkas kaki oversize avec une bouche rouge et les cheveux relevés. Des propositions chic et choc qui font écho à nos envies de mode au quotidien. Et sa première collection en solo, pour ce printemps-été, présentée à Paris en octobre dernier, apparaît facile à vivre, d’une élégance rare, racée, à la fois exigeante et extrêmement simple. Le soir n’est jamais loin, pour autant il ne se traite pas au premier degré. La poésie, le rêve, la liberté. Le dosage est pertinent et bien senti. Mais voyons ce qu’en pense l’intéressé.


L’OFFICIEL

TENDANCE

191

Valentino printemps-été 2017.

Valentino haute couture printemps-été 2017.

“Il faut souligner les différences entre les gens, ne pas les uniformiser. En cela, la couture est très moderne.”


TENDANCE

ma sensibilité et ma personnalité. La maison a une grande tradition du soir, de la couture ; comment traduisez-vous cet héritage dans le monde contemporain ? La robe de soirée résume notre tradition, mais mon objectif est de transférer l’atmosphère qu’elle véhicule aux vêtements de jour. On dit souvent : les vêtements du jour sont fonctionnels, et ceux du soir sont faits pour rêver. Mon défi est de ne pas m’en tenir à ce clivage. C’est ce que j’ai voulu prouver dans un défilé très jour à New York en janvier dernier. Comment rendre le jour aussi poétique que la nuit ? Il faut voir la réalité du jour. Si tu ne vois pas ce qui se passe dans le monde, si tu n’es pas ouvert, tu ne peux pas donner de bonnes réponses. Je ne suis pas convaincu qu’il faille déconnecter définitivement le rêve de la réalité. Il faut plutôt l’imaginer dans un monde proche de nous, ici et pour tous, et pas dans celui des châteaux et des contes de fées. Doit-on élever une frontière entre le jour et la nuit ? Pas vraiment. “No limit” est mon manifeste. Y a-t-il des couleurs, des matières réservées au jour et d’autres à la nuit ? Non. Tout est une question de personne et d’envie. Quand je propose du rouge, il peut être très nuit ou très jour. La couleur est une réflexion centrale dans la construction d’une collection. Le rouge est le symbole de Valentino. Donc, quand je l’utilise pour un vêtement de jour, il sera très osé. À la fois fort, tendre, fragile et délicat. J’aime changer la perception que les gens ont des couleurs. Chez moi, le rose est presque punk. Ou le blanc pour la dernière collection de haute couture, si multiple ? Je me suis inspiré des statues grecques en marbre. Je voulais donner l’impression d’un blanc qui change de tonalité avec le temps. Le blanc est le réservoir de toutes les couleurs, et toutes les couleurs tendent vers le blanc. Un rose ou un vert peuvent se fondre dans le blanc. Les couleurs sont des sentiments. Grâce à elles, tu peux rêver, tu peux accéder à des émotions quasi inimaginables. Cela ne passe pas par la raison. Changer la perception d’une couleur est une manière de passer du jour à la nuit et vice versa. Le jour est-il, pour reprendre une de vos expressions, “la recherche du précieux, sans la préciosité” ? Le précieux est une source d’émotions. Il doit parfois rester caché, intégré à la personne. Le beau dans son essence. Vous n’aimez pas les choses artificielles ? Je ne dis pas “je n’aime pas”. Car ce que je n’aime pas aujourd’hui, je peux l’apprécier demain. Partir de quelque chose qui est loin de mon univers et l’intégrer est plus intéressant, c’est un défi. Au-delà du vêtement, la haute couture prend en compte le réel. Vous dites qu’“elle doit être présentée pour être vécue”.   Luxe et haute couture font partie de la culture. Certes, la couture est faite sur mesure, chaque pièce est unique. Mais on peut aussi faire des choses sublimes dans le prêt-à-porter. Donnez aux gens confiance dans ce qu’ils portent ; ils sentiront la beauté. Et puis la haute couture ne doit pas rester associée au passé. L’atelier est un endroit vivant, peuplé de gens qui travaillent avec amour et soin. Une bottega dell’arte moderne. Une vraie connexion entre haute couture et modernité ? La haute couture est par définition contemporaine. Nous vivons dans un monde où la diversité est une valeur. Il faut souligner les différences entre les gens, ne pas les uniformiser. En cela, la couture est très moderne. Dans la haute couture, chaque pièce raconte une histoire. Même si elle n’est pas accessible à tous, on peut l’apprécier, la partager.

192 Valentino printempsété 2017.

Valentino haute couture printemps-été 2017.

“J’aime le mouvement punk, car il était le premier à aborder la question de l’individualité comme une force.”

PHOTOS DAN ET CORINA LECCA/VALENTINO, GREG KESSLER/VALENTINO, VALENTINO

L’OFFICIEL


L’OFFICIEL

TENDANCE Valentino prefall 2017.

Valentino printemps-été 2017.

Pierpaolo Piccioli lors du final du défilé Valentino prefall 2017, à New York.

193

Comme une réflexion philosophique ? La couture est une prise de parole. Valentino permet une expression contemporaine et cool. Vous parlez même d’un “humanisme punk”. J’aime le mouvement punk, car il était le premier à aborder la question de l’individualité comme une force. Lutter pour la liberté, pour ses propres droits, ses rêves. Le numérique, la fascination pour les réseaux sociaux sont comme des miroirs. Mais nous manquons de relations réelles. Les gens qui sont derrière l’écran, les sentons-nous ? Il faut remettre de l’humanisme, des émotions, comme lorsque ­Léonard de Vinci a inventé cette idée d’humanisme. Si tu es capable de montrer ta sensibilité, c’est que tu es fort. Peu de gens osent montrer ce qu’ils sont… La compétition, le désir de réussite nous poussent à créer des images souvent fausses. Ce plat, dans un restaurant, que l’on me montre sur Instagram, est-il vraiment bon ? Il faut garder le doute, s’intéresser aux gens avec leurs imperfections et leur fragilité. Aimer les gens parce qu’ils sont à la fois beaux et laids, le paradoxe. Vous rêviez de travailler dans le cinéma, avez-vous des regrets ? Aucun. Je voulais être réalisateur et j’ai changé d’avis. La mode est un lieu parfait pour raconter des histoires. Chaque jour est une opportunité pour m’exprimer, dire ce que je pense. À travers des pièces que je dessine, je peux délivrer des messages, défendre des valeurs dans le monde entier. Quelles valeurs ? L’ouverture d’esprit. La liberté. En fait, ce sont mes valeurs profondes, celles que je partage avec mon épouse et mes trois enfants. Je ne fais pas de différence entre la mode et ma vie privée. Tout est possible dans la mode ? Oui. Tout ! Je ne veux surtout pas m’enfermer dans le lifestyle. La mode est le contraire. C’est l’individualisme, il faut être spécial, différent. On peut partager un langage commun qui nous donne des affinités, nous rassemble sur des valeurs, mais en empruntant des chemins multiples. Vous n’aimez pas l’idée de bande, de gang ? Il n’y a pas un gang Valentino ? Surtout pas. J’aime l’idée de rencontrer cent personnes qui ne se ressemblent pas et partagent néanmoins un moment. Mais cela n’a rien à voir avec un gang, ni une bulle. Rester dans la même bulle, c’est comme passer sa vie dans un aquarium. Je préfère vivre dans l’océan. “La Notte” est un film emblématique de la nuit pour l’Italie, y en a t-il un pour le jour ? La Notte ne se limite pas à la nuit. C’est un film très moderne. Bien sûr, on pourrait trouver dans Une journée particulière d’Ettore Scola, avec Marcello Mastroianni, l’exaltation du jour. Jour intime sur fond de jour historique, rencontre amoureuse avec Sophia Loren alors que’Hitler est en visite à Rome. Êtes-vous plutôt un animal de la nuit ou du jour ? Les deux. Mais j’ai un faible pour la nuit. J’aime ses couleurs, j’aime les gens qu’on y croise, cette espèce de liberté que donne la tombée du jour. Mais j’aime aussi retrouver l’énergie et l’enthousiasme du matin qui se lève. Pouvez-vous finir cette phrase : le jour est… Le jour est nouveau tous les jours. Comme dans Feeling Good, la chanson de Nina Simone que j’ai utilisée pour la bande-son de mon show de New York : “It’s a new dawn/It’s a new day.” www.valentino.com


L’OFFICIEL

194

TENDANCE

DE L’AUTRE CÔTÉ DURANT LES SEMAINES DE LA MODE TOUT SEMBLE S’ACCÉLÉRER BRUTALEMENT. LES COLLECTIONS SONT PRÊTES, MAIS IL Y A TOUJOURS DES RETOUCHES DE DERNIÈRE MINUTE, DES VÉRIFICATIONS, DES DÉTAILS DONT ON N’EST PLUS TRÈS SÛR. LES MANNEQUINS SAUTENT D’UN DÉFILÉ À L’AUTRE ET TRAVERSENT PARFOIS TOUTE LA VILLE POUR ÊTRE DISPONIBLES AU MOMENT DE LA MISE EN BEAUTÉ ET DES ESSAYAGES. L’OFFICIEL LEVANT A PROMENÉ SA CAMÉRA DERRIÈRE LES COULISSES DES SHOWS POUR VOUS RESTITUER L’ÉNERGIE DE CES MOMENTS HORS DU TEMPS. P

A

R

P H O T O G R A P H I E

F Z E I N A

.

A

.

D

.

S H A H I N E


L’OFFICIEL

ART

200

LA POÉSIE D’ANDRÉE CHÉDID DANS LA PEINTURE DE NOÉMIE ROCHER ARTISTE PEINTRE, NOÉMIE ROCHER A GRANDI DANS LE SUD DE LA FRANCE AVANT DE COMPLÉTER SA FORMATION À LONDRES. POUR SA PROCHAINE EXPOSITION EN MAI, AU CHÂTEAU DE CHAMARANDE, DANS L’ESSONNE, LA PETITE-FILLE D’YVES ROCHER PROPOSE SOUS LE TITRE « ALLÉGEANCE » UNE RÉSONANCE ENTRE L’ABSTRACTION LYRIQUE DE SA PEINTURE ET LA POÉSIE D’ANDRÉE CHÉDID. ELLE RACONTE CE PARCOURS EN RÉPONDANT À NOS QUESTIONS. PAR

F. A . D .

PHOTOGRAPHIE

Dans un commentaire sur votre œuvre, Didier van Cauwelaert parle de votre « expérience chamanique ». Pouvez-vous nous parler plus longuement de cette expérience ? Où et quand a-t-elle eu lieu, en quelles circonstances ? Oui c’est vrai que nous avons échangé à ce propos avec Didier Van Cauwelaert et c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles j’étais depuis longtemps sensible à son travail... Cela faisait un certain temps que je ressentais une attirance pour la culture chamanique. Je m’étais documentée sur le sujet et éprouvais de plus en plus d’affinités avec l’idée que nous sommes en relation énergétique avec tout ce qui nous entoure. D’autres part, je faisais des cauchemars récurrents et je souffrais d’une maladie auto-immune. C’est dans ce contexte que j’ai eu envie de franchir le pas... Cela a eu lieu dans le sud de la France, dans la forêt des Maures. J’ai pris l’Ayahuasca (décoction de lianes à effet psychotrope, ndlr) et guidée par le chaman j’ai fait le temps d’une nuit le plus extraordinaire voyage de ma vie ! Ce que j’ai vu et ressenti est difficilement racontable mais m’a profondément influencée dans ma vie et dans ma peinture... Vous avez fait des études de littérature et de philosophie avant de décider de vous consacrer à l’art. Pourquoi ne pas vous être lancée tout de suite ? J’ai passé un bac option Art plastique mais j’avais également

NICOLAS

COTTONG

d’autres intérêts et questionnements de nature ontologique. J’ignorais encore à cette époque à quel point la peinture serait une réponse puissante à tout ce qui bouillonne en moi. C’est en acceptant que celle-ci soit ma vie que je me suis fait mon plus beau cadeau. Vous êtes la petite-fille du fondateur de l’entreprise Yves Rocher. En quoi cela influence-t-il votre œuvre ? Je crois que ce j’ai hérité de mon grand-père c’est avant tout une rigueur (c’est elle qui me fait prendre soin des moindres détails), une exigence (ce qui me pousse à recommencer parfois des dizaines de fois la même toile tant que je ne suis pas satisfaite du résultat...) et peut-être même une vision... Chez moi c’est une ambition artistique qui m’incite à repousser mes limites et à prendre soin du destin de chacun de mes tableaux. Ce sont ces qualités particulières qui lui ont permis de façonner son extraordinaire destin, et il n’a eu de cesse de nous les transmettre à son tour. Concernant mon travail, son rapport profondément précurseur au végétal et à la nature a imprégné mon caractère et clairement orienté plusieurs de mes séries de peintures. Quelle sorte d’enfance était la vôtre ? Une enfance très famille au sens large où grand-mères, cousins, oncles et tantes vivent proches les uns des autres. Une enfance


L’OFFICIEL

ART

201


paisible entre Aix-en-Provence et la Bretagne, entourée d’animaux et tournée vers la nature. Mes parents passionnés d’art nous ont emmenés dans le monde entier visiter des musées. Je me souviens de mon père, sculpteur, qui me laissait me glisser discrètement dans son atelier où je pouvais passer la journée à le regarder manier l’argile, le plâtre, tailler le bois ou la pierre. J’étais une enfant rêveuse qui pouvait s’abîmer dans la contemplation de fourmis ou d’escargots des heures durant. Les fourmis se sont d’ailleurs invitées quelques années plus tard dans un de mes tableaux ! Les rêveries de mon enfance sont encore aujourd’hui la matière première de mon inspiration... Pouvez-vous raconter quelques anecdotes de la période que vous avez passée avec les « Young British Artists » ? Mon année à Londres a été particulièrement excitante. Vivre au milieu d’artistes peintres, photographes ou sculpteurs qui ont formé la communauté artistique la plus importante de leur génération, et se retrouver au centre d’échanges foisonnants est à la fois passionnant et extrêmement stimulant ! Plus que des moments précis j’en retiens le souvenir d’un certain état d’esprit et puis bien sûr la fête, beaucoup de fêtes à l’anglaise... Concrètement, que faisiez-vous à l’atelier de Damien Hirst où vous avez décroché votre premier job? Est-ce lui qui vous a donné le goût de peindre des vanités, comme on le voit notamment dans votre série sur le thème du cœur ? Je peignais dans la section hyperréalisme. C’est un travail extrêmement minutieux qui requière précision et concentration. Mes débuts ont été très difficiles, ingrats et décourageants. Quand vous venez de passer 15 jours dans un hangar glacial au fin fond de Londres à peindre une pilule de médicament, géante, de couleur marron, et que Damien arrive, se marre et vous dit : « on dirait une m...! Recommence ! » vous devez ravaler votre orgueil blessé et puiser au plus profond de vous-même les ressources qui vous


poussent à vouloir continuer à apprendre votre métier. En tout cas, au départ je ne devais effectuer qu’un stage d’une quinzaine de jours et j’y ai passé une merveilleuse année après qu’il nous eut équipé chacune d’un radiateur qui chauffait tellement que nous avons passé la fin de l’hiver en t-shirt ! Les vanités sont un sujet assez régulièrement traité par les peintres et les sculpteurs de toutes les époques, elles sont assez anecdotiques dans mon travail (crânes grattés avec un clou sur certaines toiles de ma série des cœurs) mais il se peut qu’elles soient une forme de réminiscence inconsciente de mon époque londonienne aux côtés de Damien Hirst. Vous aimez « peindre en musique ». Quelles sont les musiques qui vous inspirent? La musique est essentielle dans mon processus créatif, même s’il m’arrive aussi parfois de peindre en silence. Elle accompagne mon humeur, complète mon émotion ou encore suscite mon énergie. Parmi les incontournables de ma playlist il y a David Bowie, Nina Simone, Jacques Brel, Barbara, Les Clash, Alain Bashung, Leonard Cohen, Craig Walker, les Beatles, les Doors, mais aussi le Stabat Mater de Dvorak, La Traviata, Arvo Pärt et encore beaucoup d’autres. Avez-vous connu Andrée Chedid ? Non pas personnellement, mais un hasard curieux a tiré un trait d’union entre nous lorsque, présentant à mon grand-père le travail que je venais d’achever sur les poèmes d’Andrée Chedid, celui-ci me sortit un petit recueil de poésie dédicacé de la main même de Mme Chedid une trentaine d’années auparavant ! Qu’est-ce qui vous touche dans son œuvre ? Toute l’écriture d’Andrée Chedid, en dépit des situations

dramatiques dans lesquelles elle plonge ses personnages et des événements historiques terribles dont ses mots traversent l’écorce, irradie une énergie, une lumière et un optimisme qui célèbre la vie. Cette foi contagieuse en l’être humain me touche profondément. Quels sont les poèmes qui ont plus particulièrement inspiré votre série «Allégeance » ? Un poème tel que « L’Espérance » est en soi une merveille à lire, à goûter, à déguster et d’une immense richesse pour l’inspiration : les images convoquées sont puissamment évocatrices et les émotions qu’il fait naître palpables... Ses poèmes sont empreints de dualité : l’oxymore du poète est le clair obscur du peintre ! Pourquoi ce titre, « Allégeance »? « Allégeance » est en fait le titre d’un poème de René Char qui me plait beaucoup, un poème d’amour dont les nombreuses interprétations possibles me semblaient correspondre à l’idée que je me fais du rapport de la peinture à la poésie, où l’une ne saurait prétendre enfermer l’autre dans une seule représentation. Le choix d’un travail abstrait offre en ce sens le dialogue le plus riche de possibles. Avez-vous visité le Liban ? Je n’en ai pas encore eu l’occasion, à mon grand regret. Car outre que j’adore la gastronomie libanaise, je rêve de visiter un jour le port de Byblos, les grottes de Jeita ou encore l’incroyable miroir de l’histoire des civilisations méditerranéennes qu’est la ville de Tyr ! En plus, on me demande souvent si je suis d’origine libanaise ! C’est peut-être de là que me vient l’attrait que j’éprouve pour votre pays, ou alors le souvenir diffus d’une existence antérieure...


STYLE

PHOTOS THURSTAN REDDING C/O PEGGY PANNOCHIA. RASHA KAHIL. KIA LABEIJA.

L’OFFICIEL 204

UN AUTRE REGARD SUR LA MODE


« CAUSE & EFFECT » LANCE SON PREMIER NUMÉRO EN AVRIL 2017, L’OCCASION D’EN SAVOIR PLUS, AVEC SA CO-FONDATRICE ET RÉDACTRICE EN CHEF AMNAH HAFEZ, SUR UN MAGAZINE DE MODE QUI CÉLÈBRE LA DIVERSITÉ. P A R

M A R I A

Il y a deux ans, Amnah Hafez s’inscrivait à un cours de mode et y rencontrait un ami, Tom Rasmussen. Ils partagent une même vision de l’univers de la mode et trouvent que la diversité dans le secteur n’est pas suffisamment représentée. Nombre d’artistes et talents qu’ils admirent ne figurent souvent pas dans les magazines de mode qui privilégient une image plus lustrée. Ils décident de créer un magazine pour mettre en valeur cette diversité d’âges, de sexes, de morphologies, de races ou d’expériences professionnelles. L’aventure commence donc l’été 2016, et pendant quelques mois ils préparent avec leur équipe la première parution du magazine. Ils font le choix d’un support papier, un book à conserver à portée de main et à feuilleter à tout moment, une référence pour retrouver un article ou un visuel. A travers le prisme de la mode, divers sujets sont abordés sans tabou ou préjugé. Dans le premier numéro, le thème principal est le changement, sous toutes ces formes. Divisé en trois sections: la communauté, l’espace et l’individu, le contenu du magazine comprend des éditoriaux de style, des brèves sur la mode et la culture et un article de fond pour chaque partie. Cause & Effect questionne les stéréotypes dans des articles comme « What’s in my bag » (qu’y a-t-il dans mon sac ?) qui entre dans l’intimité de femmes artistes, au delà de leur maquillage et produits de beauté, ou encore une histoire de Sadh O’Sullivan qui aborde le lien entre l’anxiété et la manière de s’habiller. Des articles qui parlent avec candeur et style de sujets actuels.

L A T I

Amnah Hafez, née en Arabie Saoudite, s’installe à Londres à l’âge de 15 ans. Se sentant déboussolée au départ, elle se cherche pendant les premières années et travaille dans différents domaines, notamment le cinéma. Elle trouve dans l’art un exutoire et s’essaye à différentes disciplines. Avec son statut de non résidente, elle ne peut pas travailler à plein temps et se retrouve contrainte de voyager de ville en ville, changeant constamment de cadre. Une période difficile pour la jeune femme, qui réalise pourtant, avec le recul, que c’est ainsi qu’elle a acquis les armes pour aborder la suite avec plus de confiance. Pendant ses années de recherche, sa plus grande motivation, Amnah la trouve dans son amour pour la mode et les costumes de scène. Elle s’exprime à travers le vêtement et cela agit aussi positivement sur son moral. Des personnes bienveillantes de son entourage, notamment Vince Larubina, qui collabore aujourd’hui au magazine en tant que rédacteur en chef mode, l’encouragent à explorer son talent dans la mode et exprimer son point de vue particulier. A 29 ans, elle repart à zéro et s’inscrit dans un cours de stylisme. Au fil des stages et des missions de stylisme freelance, Amnah se rend compte qu’elle a quelques chose a dire, un message qu’elle ne retrouve pas dans les magazines existants. Souvent pionner dans la diversité et l’acceptation des différences, le magazine Cause & Effect offre dans l’univers de la mode une vitrine à travers laquelle des talents aux parcours et horizons variés et des personnalités hétéroclites peuvent se reconnaître et trouver l’inspiration.


MAKE LOVE NOT WALLS

FOCH STREET · AÏSHTI DOWNTOWN · AÏSHTI BY THE SEA AÏSHTI VERDUN · AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH AÏZONE INTERCONTINENTAL MZAAR· AÏZONE CITY MALL BEIRUT CITY CENTER


* COURS AVEC MOI


TONY & DRAKE.

RUN BABY RUN.

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

*


L’OFFICIEL

EDUCATION

212

LE SKATE, LANGAGE UNIVERSEL

P

A

R

M

.

L

.

PHOTOS DR

PROMOUVOIR L’ESPRIT DU SPORT POUR ENCOURAGER LE LEADERSHIP ET L’ÉDUCATION DES ENFANTS DANS DES RÉGIONS DÉFAVORISÉS. TEL EST LE PARI INGÉNIEUX DE SKATEISTAN, ORGANISATION INTERNATIONALE QUI VEUT FÉDÉRER LES JEUNES EN SE BASANT SUR LE SKATEBOARD.


L’OFFICIEL

EDUCATION

Sport ludique, accessible et flexible, le skate permet de rassembler les jeunes autour d’une passion commune. Des enfants et adolescents de différentes communautés se retrouvent autour d’un sport amusant et plein de défis. Bouffée d’oxygène, Skateistan procure à une jeunesse défavorisée un espace de liberté et de défoulement. Le skate, qui encourage le dépassement de soi, l’esprit d’équipe et le goût du challenge, est aussi une alternative pour les filles dans des pays comme l’Afghanistan ou il est considéré inapproprié qu’elles montent à vélo. A travers des programmes culturels, artistiques et éducatifs, Skateistan veut apporter à la nouvelle génération une ouverture d’esprit et une envie de créer et de défier les conventions. Skateistan a déjà mis en œuvre trois programmes avec pour même objectif de renforcer la confiance des jeunes pour que cette génération façonne positivement le monde de demain. Le programme Skate and Create combine activité sportive et activités éducatives, artistiques et manuelles. Peinture, sculpture ou photographie soutiennent un apprentissage des droits de l’homme et du respect de l’environnement. Youth Leadership offre la possibilité à ses jeunes d’endosser le rôle de leader et de transmettre à leur tour leur expérience à d’autres. Back-to-School assure un programme scolaire en accéléré afin que des enfants privés d’éducation puissent se préparer à gagner les bancs de l’école publique avec le niveau requis.

213

Une nation sans frontières Installer des rampes de skateboard ou des murs d’escalade dans les quartiers de Kaboul, Phnom Penh ou Johannesburg, tel est l’objectif ambitieux auquel l’organisation internationale a décidé de se vouer. Association à but non lucratif, dont l’activité est reconnue d’intérêt public, Skateistan a contribué via ses programmes à l’amélioration du quotidien de plus de 1600 enfants âgés de 5 à 17 ans à travers l’Afghanistan, le Cambodge et l’Afrique du Sud. Plus de 40% des « skaters » sont des filles dans ces pays où l’égalité homme femme est un des défis majeurs. Fondée par un jeune volontaire, Oliver Percovich, arrivé à Kaboul avec des skates dans sa valise, l’association va à la rencontre des jeunes via son programme hors-les-murs pour les initier au skate, un sport créatif qu’ils ne connaissent pas encore, et les encourager à rejoindre le mouvement. Pour la jeunesse vulnérable, les communautés nomades, les réfugiés, les migrants économiques, les personnes à mobilité réduite et bien d’autres, Skateistan est un espace qui transforme la diversité en richesse. Et parce qu’un skater n’a pas froid aux yeux, les citoyens de Skateistan étudiants, formateurs et donateurs, d’où qu’ils viennent et quelles que soient leurs croyances, se retrouvent malgré leurs différences autour d’une passion commune pour bâtir une nation où règnent le respect et l’empathie.


L’OFFICIEL

ART

214

LA DÉESSE DES PETITS RIENS COMMENT OUBLIER LA POÉSIE DE SON « WIND PORTAL », PORTAIL GÉANT EN MOULINS À VENT BLANCS EXPOSÉ EN 2013 AU VICTORIA AND ALBERT MUSEUM DE LONDRES ? L’ART DE NAJLA EL ZEIN SE DISTINGUE PAR DES IDÉES SIMPLES QUI S’ACHÈVENT EN FULGURANCES. A

R

M

.

R

PHOTOS DR

P


Quand il s’agit de raconter son parcours, Najla el Zein va droit au but, claire, sans fioritures. À 33 ans, cette jeune femme réservée possède un grand bagage culturel qui semble émaner de toute sa personne, dès le premier contact. Cette artiste a grandi à Paris où elle a suivi une double formation en design et architecture d’intérieur à l’école conceptuelle Camondo qui a vu passer sur ses bancs des anciens prestigieux tels que Philippe Starck et JeanMichel Wilmotte. Après avoir fait ses premières armes à Paris, elle choisit de passer deux ans aux Pays-Bas où elle s’essaie au cinéma expérimental, travaille avec des think-tanks, des architectes et des designers. Elle observe la manière dont ces créateurs « se nourrissent de différents univers et explorent différentes manières de réfléchir qui irriguent leur esprit conceptuel et expérimental. » Premiers projets en solo A son retour au Liban, en 2010, elle crée sa première installation à la Fondation Starch sous l’aile de Rabih Keyrouz. Ce projet qui, reconnaît-elle, l’a lancée, lui a aussi permis de découvrir non seulement le travail professionnel au Liban, mais aussi ce dont elle-même « est faite ». Comme elle le dit aussi, elle s’est « lâchée » dans cette installation qui lui a permis de mieux connaître son pays et de découvrir que tout y est possible. Najla el Zein décrit Beyrouth comme une énorme source d’inspiration et le moteur de sa création. Elle voit cette ville comme un lieu où « tout est cool, tout est bordélique et que l’on finit par apprécier, avec ses bons et ses mauvais côtés». Petit à petit, les choses se font ensuite toutes seules : Najla crée un petit atelier, se promène dans les rues de Beyrouth, y rencontre des artisans dont le niveau est à la hauteur de ce qu’elle recherche et commence à créer.

Luminaire en cuillères et tapis en cure-dents Toujours à la recherche d’une émotion qui peut provenir d’une idée, d’une matière, d’une forme, d’un objet, ou d’un espace, l’artiste commence par la quête d’une expérience, d’une émotion, de la mémoire : « l’objet ou l’installation se crée à partir du toucher, de l’intérêt, de l’attraction ou de l’interaction.» Le lien inspirationnel qu’elle entretient avec sa ville natale n’est pas forcement un lien physique mais plutôt émotionnel : « la beauté du Liban tient de l’émotion impalpable et de cette folle boulimie qui imprègne l’atmosphère». Najla el Zein ressent, profondément. Quand elle parle de ses projets en cours, elle le fait avec une émotion palpable. Cette créatrice porte un intérêt énorme autant à la matière qu’à l’histoire de ses créations. Sa première pièce est un luminaire composé de 3302 cuillères. L’idée principale était de représenter l’écoulement d’une goutte sur un mur. Elle perçoit la cuillère comme une matière réfléchissante, une certaine forme, et non comme un objet : lorsque l’on s’y regarde, on y voit notre réflexion inversée, et quand on la retourne, notre réflexion change encore. Ainsi est cette œuvre qui peut être perçue différemment selon la lumière de la journée. En la réalisant, la créatrice reconnaît avoir touché du doigt son propre désir de concevoir des objets qui trouvent leur place dans l’espace qu’ils occupent et qui vivent avec l’habitant ou le visiteur. Même démarche pour ce tapis en cure-dents : l’histoire de cette oeuvre, qui ressemble plutôt à un tapis en fourrure, a débuté avec la chute d’une boite de cure-dents. S’en est suivie une mise en scène très sensuelle « qui parlait pour elle-même » et qui visait à transformer la matière de ces piques de bois en « fourrure noble », leur créer une nouvelle valeur et les emmener le plus loin


possible de leur nature première. Najla el-Zein est une artiste qui travaille lentement. Cette lenteur est sa force car elle aime ressentir l’émotion et le temps dont se charge le processus de création. Le tapis en cure-dents, par exemple, a nécessité huit mois d’élaboration, entre conception et production. Parallèlement, elle conçoit quelques vitrines pour la boutique de mode Piaff (Beyrouth) et d’autres pour la plateforme de design House of Today. Elle explique que ces installations temporaires sont sources d’inspiration pour ses installations permanentes. C’est le thème des moulins à vent conçu pour une vitrine de Piaff en 2013 qui lui a permis un peu plus tard de réaliser « Wind Portal », son installation pour le Victoria and Albert Museum, qui l’a placée sur la scène artistique internationale. Au moment de l’interview, elle venait juste de terminer une installation pour la Maison Hermès, à Dubaï. Elle y a travaillé avec Thierry Kaufman, agent d’artistes et lien avec les grandes marques de luxe qui le sollicitent pour animer leurs espaces d’émotions et de sensations. Le luxe contribue en effet à la promotion de l’art, par la nécessité dans laquelle il se trouve d’offrir à sa clientèle des expériences sensorielles exceptionnelles qui contribuent à son prestige. Emotion, expérience, interaction… Trois mots que qui vont de pair avec Najla el- Zein, la personne et l’artiste.


AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007, JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


L’OFFICIEL

DESIGN

218

LE MONDE DANS UNE ASSIETTE RICHE D’UNE IDENTITÉ CULTURELLE À LA CROISÉE DE L’ORIENT ET DE L’OCCIDENT, NOUR AL-NIMER EST UNE ARTISTE QUI REFUSE DE CONFINER L’ART EN MARGE DE LA VIE. SPÉCIALISÉE DANS LE « SURFACE PRINT DESIGN », ELLE TRANSFÈRE SES CRÉATIONS SUR DES OBJETS USUELS ET CONTRIBUE AINSI À EMBELLIR LE QUOTIDIEN DE MANIÈRE ÉNIGMATIQUE. A

R

M

.

R

PHOTOS MIKE MALAJALIAN POUR HOUSE OF TODAY

P


L’OFFICIEL

DESIGN

De nature timide et réservée la jeune femme de 32 ans a découvert le Surface print design en dernière année de diplôme à Central St Martins. Cette pratique, à la croisée de l’art et du design, consiste à créer des motifs pour la porcelaine, la céramique, les arts de la table et autres objets qui nous entourent. Nour al-Nimer s’aperçoit que ce média est encore considéré comme mineur et insuffisamment exploité. Elle choisit alors d’en approfondir l’étude au London College of Communication et termine avec une maitrise en Fine Arts au Chelsea College of Art and Design. Entre Turquie et Palestine Lorsqu’en 2013, elle fonde à Londres sa compagnie de Surface Print Design qu’elle baptise «Nimerology », l’artiste se concentre d’abord sur le papier peint, le textile et la céramique, puis passe à l’art de la table. La jeune femme a grandi auprès d’une mère d’origine turque qui mettait un soin particulier à décorer ses tables. Une élégance et un raffinement dont elle s’est inconsciemment imprégnée. De son père palestinien et collectionneur d’art ottoman, Nour al-Nimer tient sa passion pour la porcelaine, cultivée en observant les céramiques, verreries et textiles qui ont peuplé son enfance. La passion de la nature et du voyage A tout cela s’ajoute l’amour de cette artiste pour le voyage. C’est au hasard de ses pérégrinations et au contact des cultures et des peuples du monde qu’elle puise ses principales inspirations. Celles-ci se matérialisent dans le design de ses éditions limitées. Pour l’art de la table, dont les collections ne sont vendues qu’en galerie, dans des expositions ou en ligne, elle n’utilise que la bone china (porcelaine à base de cendre d’os) ou encore la

219


porcelaine européenne la plus fine. Sa collection « Ode to Scandinavia », présentée à House of Today, à Beyrouth, en décembre 2016, portait sur un séjour en Suède. Les « Kakelugnen », ou fours suédois, ont inspiré cette collection d’assiettes finement élaborées. Pour l’artiste, l’assiette est un objet privilégié, au sens où il fait partie des rituels quotidiens. C’est à travers la nourriture que se tissent les liens, et l’assiette en est le véhicule, que ce soit durant des moments heureux, tels que les mariages, ou tristes tels que les funérailles. Séduite par la fusion des techniques artisanales et des technologies contemporaines qui rendent l’art plus accessible et contribuent à sa diffusion,, l’artiste a collaboré récemment avec la galerie itinérante Gabriel et Guillaume sur une collection ayant pour thème « I left my heart in Mexico ». Celle-ci comprenait deuxcents assiettes qui ont été vendues en une semaine. Dominées par des couleurs terre, elles étaient ornées de motifs textiles et de sculptures propres à la culture mexicaine ainsi que de représentations de la faune et de la flore qui montrent aussi la fascination de Nour al-Nimer pour la nature. Collaborations Adepte de l’interdisciplinarité, Nour el-Nimer adore travailler avec des artistes impliqués dans d’autres domaines que le sien. Elle envisage ainsi une collaboration inédite avec l’architecte libanais Rabih Jeha. Pour elle, ces artistes sont en eux-mêmes source d’inspiration du fait qu’ils la portent à réfléchir et à créer d’une manière différente. Ses prochaines collections seront présentées, entre autre, au Kuwait, à Dubaï et à Istanbul. Au fond, tout ce que recherche Nour-al Nimer c’est partager avec les autres cette quête de la beauté qui donne un sens à la vie.


Fitness by the Sea

It's time to get in shape Join UR Gym and enjoy Hot fitness classes Dynamic PT sessions Soothing sauna and steam rooms Open-air rooftop infinity pool Aïshti by the Sea, Antelias, Level 4, T. 04 711 940

GYM BY THE SEA


www.melissa.com.br/us

AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Follow us on instagram: @melissashoeslebanon


L’OFFICIEL

CULTURE

224

LA MAISON D’ÉDITION LIBANAISE DAR ONBOZ EXPLOSE LES CODES ET LES FORMES TRADITIONNELLES DU LIVRE DE CONTES AVEC DES HISTOIRES INÉDITES ISSUES DU TERROIR, DES ARTISTES DE HAUT NIVEAU ET DES MUSICIENS DE TALENT. RENCONTRE AVEC SA DIRECTRICE NADINE TOUMA. PAR

PHILIPPINE

DE

C LE R M O N T-T O N N E R R E

PHOTOS DR

DAR ONBOZ RACONTE AUTREMENT


L’OFFICIEL

CULTURE

225

On la classe généralement dans la catégorie des éditeurs jeunesse. Mais cette maison d’édition serait plutôt un ovni dans le paysage des livres. En dix ans, Dar Onboz (Onboz étant en arabe le nom de la graine de cannabis qui rend les oiseaux joyeux et les fait chanter) a publié une quarantaine d’ouvrages, en arabe pour la plupart, destinés à un jeune public comme aux adultes. Recueils de contes et comptines, bandes dessinées, beaux livres… chaque nouveau projet est l’occasion d’un mariage entre texte, typographie, design, théâtre vidéo ou encore arts plastiques. Si le point de départ est toujours le même - le livre - l’arrivée, elle, peut réserver des surprises. Ouvrir une porte sur le monde et l’humanisme Publié en 2015, Majallet Onboz est un bel exemple de ce patchwork d’inspirations. Dans ce magazine transdisciplinaire, le thème de « l’envol », en référence au logo en forme d’oiseau de la maison, est exploré au fil des pages à travers différents prismes : la littérature, le dessin et même les sciences. Le voyage continue ensuite sur le site web majalletonboz.com où de petits documentaires vidéo retracent la genèse de cette revue pas comme les autres. On y apprend, entre autres, la technique de la calligraphie arabe ou encore celle de l’extraction de l’ambre avec laquelle on fixe l’encre. Objectif : « Faire gazouiller l’imaginaire des petits comme des grands », explique Nadine Touma, fondatrice de Dar Onboz. Lorsqu’elles créent l’entreprise en 2006, Nadine, elle même auteur et artiste, et son associée la réalisatrice et productrice Sivine Ariss, ont en tête d’apporter un nouveau souffle à l’édition jeunesse. « Dans le monde arabe, les livres pour enfants restent très moralisateurs et « éducatif » au sens premier, constate l’éditrice. Pour nous, ils sont d’abord une porte ouverte sur le monde et l’humanisme ». Guidées par leur amour de l’art et de la littérature, les deux femmes imaginent une nouvelle façon de « faire lire » petits et grands. Que ce soit au Salon du livre à Paris, ou lorsqu’elles sillonnent le pays jusque dans ses villages les plus reculés, une autre obsession les anime : « Montrer que la société arabe est capable de production ». « Quand les gens voient notre travail, ils sont étonnés d’apprendre que tout a été produit localement », témoigne l’éditrice qui dit vouloir travailler « sur le sentiment d’appartenance » du public libanais.


L’OFFICIEL

CULTURE

226

Place à la tradition orale La préservation du patrimoine oral est par ailleurs un des chevaux de bataille de Nadine Touma qui, à 44 ans, confie avoir « grandi avec des conteuses extraordinaires ». « Ces femmes jouaient le rôle du livre, de la télévision, le jeu, l’imaginaire », se souvient-elle. Sa madeleine de Proust : « Ces graines de chanvre que ma grand-mère gardait toujours dans ses mains ». « Je conserve le mythe de ses placards remplis de bonnes choses », confie-t-elle. La maison d’édition est parmi les premières à avoir rassemblé en trois volumes des récits populaires du Liban mais aussi de Palestine et de Syrie. Chaque recueil est accompagné d’un CD audio où se mêlent sonorités musicales et voix de la conteuse. Avec La Souris, écrit et illustré par le peintre Chafic Abboud, lui même « imprégné de récits de conteuses quand il était jeune », et mis en musique par la virtuose du qanun Imane Homsy, Nadine Touma assure justement avoir voulu « célébrer quelque-chose de libanais ». Car, insiste-t-elle, « le patrimoine n’est pas quelque chose que l’on doit regarder avec nostalgie. Mieux vaut chercher à renouveler en créant de nouveaux livres qui soient « ancrés dans leur géographie », affirme Nadine Touma qui regrette que « la pluparts des histoires pour enfants soit occidentales ou très conservatrices. Ces récits se déroulent dans des milieux ou des époques qui ne sont pas les nôtres », déplore-t-elle. C’est de ce constat qu’est née Farida, l’héroïne de Majaless, un personnage « propre au Liban ». « Cette petite fille a eu beaucoup de succès. Elle habite Zahlé, sa maman est couturière et son papa menuisier », souligne l’éditrice. Dès ses débuts, l’approche innovante de la maison a valu à Dar Onboz de nombreux prix internationaux, en Italie, en Allemagne, au Japon ou encore en Corée du Sud. En 2007, moins d’un an après sa création, elle est la première maison d’édition arabe à obtenir un Bologna Ragazzi Award qui salue l’ensemble d’un projet éditorial. Cette « militante culturelle » aimerait que le système éducatif libanais s’appuie davantage sur le travail réalisé par Dar Onboz, et que l’école intègre enfin les contes et comptines du Liban, « une littérature » assure Nadine Touma, « qui fait partie intégrante du patrimoine national. »


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


L’OFFICIEL

ART

228

PHOTO ANGE CARLOTTI.

UNE MAISON POUR LES ILLUSTRATEURS


ENTIÈR EMENT VOUS OUVRE P H I LI P P I N E

DÉDIÉE AU X A RTS V ISUELS, BEIT SES PORTES ET VOUS PRÉSENTE SES D E

Située dans une ruelle calme du secteur Mazraa, à l’écart du brouhaha des rues commerçantes adjacentes, Beit Waraq est une des rares maisons traditionnelles rénovées du quartier. En 2012, quatre artistes, Hussein Nakhal, Joan Baz, Ashley Choukeir - remplacée aujourd’hui par Christina Skaf - et David Habchy, jettent leur dévolu sur cette charmante bâtisse. L’idée était de « créer un espace qui soit toujours disponible », explique David Habchy, illustrateur et co-fondateur de Beit Waraq. Car en général, poursuit-il, « rares sont ceux qui peuvent se permettre d’avoir leur propre atelier ou studio ». Ce lundi, la maison est vide. « Aujourd’hui tout le monde est en vacances. Le week-end a été studieux », m’informe le trentenaire en poussant le portail d’entrée. Un petit jardin ombragé précède la maison. A l’intérieur, les quatre salles de travail sont parfaitement équipées. The Main Room, la pièce principale, est un co-working ouvert à tous : graphistes, illustrateurs, designers, animateurs et ONGs. On peut aussi réserver sa place, à la journée ou au mois, dans un des trois espaces spécialisés. The Animation Room, The Silk Screen, l’atelier de sérigraphie, et enfin The Paper Room comprenant tout le nécessaire pour réaliser sa propre publication : du matériel de reliure, des outils de calligraphie et d’illustration. « Il y a ici une liberté de création que l’on ne trouve pas forcément ailleurs. A l’université, les idées sont parfois dépassées, on ne fait pas toujours ce que l’on veut. Or on ne peut pas complètement enfermer l’art dans une structure. Il y a beaucoup de gens qui font des choses intéressantes en dehors des institutions classiques », assure l’artiste, également co-fondateur du studio Kawaweb, hébergé par Beit Waraq. Investir dans une nouvelle génération Si le pays regorge d’illustrateurs et de graphistes, « il existe peu de connexion entre eux. Chacun est impliqué dans des projets de son coté », constate Habchy. Beit Waraq s’est donc fixé pour mission de fédérer et soutenir cette communauté de créateurs. D’autant que « le potentiel en maisons d’édition, journaux et magazine est très important à Beyrouth qui a

WA R AQ OUTILS.

C LE R M O N T-T O N N E R R E

toujours été, avec Le Caire, la place forte du graphisme et de l’illustration dans la région », rappelle David Habchy. Pour lui, « il y a nécessité d’investir dans une nouvelle génération ayant un savoir-faire solide et adaptée aux défis de demain ». Avec le développement du numérique et des réseaux sociaux, « les choses vont très vite et les arts visuels ont un impact encore plus grand sur la vie des gens », souligne l’illustrateur. Beit Waraq travaille aussi étroitement avec d’autres acteurs clés du secteur tel que le Festival d’animation de Beyrouth ou le Prix Mahmoud Kahil, avec l’objectif commun de « structurer l’industrie au niveau local sans avoir à suivre les standards internationaux ». Il y a trois ans, l’association a créé sa propre académie, Werash Waraq. En plus des fondateurs, Karma Tohme, co-fondatrice de Plan B et les designers Rajwa Tohme et Jana Traboulsi prennent en charge le volet éducatif. Outre la formation, l’objectif est de favoriser l’échange entre artistes émergents et professionnels. Au total, une vingtaine de workshops et six programmes intensifs ont été animés par des professionnels, libanais ou étrangers. Parmi les formateurs ayant fait le déplacement figurent notamment les réalisateurs de films d’animation français et slovaques Bastien Dubois et Peter Budinsky ou encore la designer syrienne Tulip Hazbar. Mais Beit Waraq entend aussi faire connaître les arts visuels au delà des cercles initiés. Pour ce faire, l’association a lancé Tabaan, un « print market » dont la prochaine et seconde édition est prévue l’été prochain. On y trouve des impressions en édition limitées, des posters, des livres, des fanzines… « Tous les produits sont réalisés sur place avec les outils de la maison », précise David Habchy. Suite à la première foire, en décembre dernier, « beaucoup de gens ont souhaité suivre une formation individuelle pour apprendre la sérigraphie », assure-t-il. Avec ce marché de l’illustration, Beit Waraq espère promouvoir ces talents auprès du grand public libanais mais aussi à l’international. Les surplus seront quant à eux exposés en avril au festival –ING à Dubaï en avril, « une manière de représenter la scène libanaise dans d’autres pays arabes ».


L’OFFICIEL

MUSIQUE

232

A LA VILLE, TATIANA MOUFARRIGE POURRAIT ÊTRE LA FILLE D’À CÔTÉ, TANT SA SIMPLICITÉ ET SA DISPONIBILITÉ SONT DÉSARMANTES. SUR SCÈNE, TATIANA DEMARIA EST UNE BOMBE D’ÉNERGIE. REGARD CHARBON ET CHEVEUX IDOINES QU’ELLE COUPE ELLE-MÊME, À LA MODE 80’S, AUX CISEAUX À PAPIER, ELLE INSTILLE DANS SES RYTHMES PUNK ROCK BOURRÉS D’ADRÉNALINE DES MESSAGES POSITIFS QUI VALENT À SON GROUPE, TAT, DES CENTAINES DE MILLIERS DE VUES SUR YOUTUBE. PORTRAIT PAR ELLEMÊME D’UNE STAR BRITANNIQUE QUI N’A JAMAIS OUBLIÉ SES ORIGINES LIBANAISES. P

A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTOS JERED SCOTT

TATIANA DEMARIA STAR LIBANAISE DU PUNK ROCK


L’OFFICIEL

MUSIQUE

De quand date votre passion pour la musique? Qu’est-ce qui l’a déclenchée? Je pense que la passion a toujours été là, en moi, du plus loin que je me souvienne. A neuf ans, je me disais que Michael Jackson a créé son premier tube à dix ans, et qu’il me restait une année pour faire le mien. L’idée m’habitait et m’a accompagnée durant toute mon adolescence. Et c’est effectivement à dix ans, dans le bus scolaire, que j’ai découvert le punk rock, les gamins plus âgés contrôlant la bande son du trajet d’une heure qui nous séparait de l’école, à l’aller et au retour, chaque matin et chaque soir. Je suis devenue accro. J’écoutais ces musiques en boucle, même pour m’endormir. Avec le recul je ne peux pas m’empêcher de rire en pensant à mes parents entrant dans ma chambre à 1h du matin et me trouvant endormie avec ces sons punk et grunge à tue-tête et se disant « bof, si ça marche pour elle… » Quelles étaient les idoles de votre adolescence? A qui vouliezvous ressembler? La culture punk rock me parlait. C’est une culture qui ne tolère pas le racisme, soutient et encourage la différence, invite à la bonté et à la liberté d’être soi. C’est tout le contraire de ce que les gens perçoivent du punk. Le punk est un mouvement de résistance et la manifestation de cette résistance ne peut pas être enrobée de sucre. Mon groupe préféré était The Clash, surtout pour leurs textes brillants. J’ai trouvé ensuite une énergie similaire dans le hip-hop et le rap. Plutôt que de ressembler à mes idoles, j’ai surtout voulu apporter ma contribution personnelle à leurs messages de respect et d’amour. Comment votre carrière a-t-elle démarré et quel en a été le grand tournant? J’ai commencé à jouer dans des shows, à faire connaître mes chansons. Mon premier tube, Peace Sex and Tea, a trouvé sa place dans les meilleures entrées du Royaume Uni, ce qui était un excellent début. Par la suite, j’ai joué au Reading festival et j’ai sorti une autre chanson qui s’appelait « Pessimist » et qui a, à son tour, atteint le top 20 de la catégorie rock de la BBC. A partir de là, pendant un an ou deux, je me suis trouvée embarquée avec mon groupe, TAT, dans le Warped Tour US. C’était un de mes rêves à ce moment-là. J’ai joué avec les idoles que j’ai écoutées durant toute mon enfance et mon adolescence et elles ont fini par nous embarquer en tournée avec elles. Dès lors, nous avons commencé une carrière aux Etats-Unis et en Europe, rencontrant toujours le soutien inestimable et indéfectible de la communauté rock. Le dernier album de TAT, Soho Lights, est largement diffusé en ligne, que ce soit sur iTunes, Spotify ou d’autres réseaux. Quels sacrifices avez-vous concédé à votre passion? En six ans, nous avons donné un millier de concerts à travers le monde pour un seul album. Dans ce genre de situation, on commence à avoir la nostalgie des petites choses de la vie normale, comme aller au restaurant, sortir avec ses amis. On est continuellement loin de sa famille, de ceux qu’on aime. On rentre à la maison et on réalise que la vie a continué sans nous. Avec le temps, j’ai réussi à trouver un équilibre, mais c’est certainement

233

le plus grand sacrifice que suppose une telle vie. D’un autre côté, on a la chance d’explorer le monde et de rencontrer des milliers de nouvelles personnes. Mais au bout d’un certain temps, comme pour toute chose, cela peut perdre son charme si ce n’est pas géré comme il faut, si on ne sait pas trouver un moment pour s’arrêter un peu, se reposer et se ressourcer. A quel rythme créez-vous de nouvelles chansons? Comment définiriez-vous votre style? J’écris et je produis des musiques de films, des jingles, des chansons pour d’autres artistes. C’est quelque chose que je fais très rapidement, ces projets ayant toujours un caractère immédiat. En ce qui concerne mes propres projets, j’aime, en revanche, prendre mon temps. Le nouveau son sur mon prochain disque prévu cet été sous ma propre signature, Tatiana DeMaria, est très différent de ce que j’ai fait jusqu’à présent. On y retrouvera bien sûr toute la musique que j’aime, mais au lieu de faire appel à un mur sonore et aux guitares électriques pour diffuser l’énergie, je me concentre davantage sur les paroles, la voix et la mélodie. La production est un mélange de mes influences et de ma personnalité. Les textes sont moins couverts par les instruments. Le processus de création a été cette fois plus lent pour moi qu’il ne l’est normalement, mais quand il s’agit de redéfinir une identité sonore tout en gardant en tête les attentes des fans, c’est une initiative qui nécessite prudence et équilibre. Cela dit, je vous en annonce la sortie avec beaucoup d’enthousiasme, restez branchés ! Comment se déroule une saison de tournées? Dans quelle ville avez-vous rencontré le public le plus enthousiaste? Quelle est la chanson qui le fait le plus vibrer? En général, nos tournées durent deux à trois mois, le temps de couvrir convenablement un territoire donné. Franchement, il est difficile de dire quel public est le plus enthousiaste. J’ai été soufflée et surprise à chacune de nos étapes. La musique m’a fait subir des moments très difficiles, mais ma décision de faire de la musique était directement liée à mon désir d’apporter aux gens ce que j’en ai reçu. Rencontrer des personnes qui vous affirment que votre musique les a aidées à se libérer de leurs addiction, ou à sortir d’une relation pénible est incroyablement gratifiant. Quant à mon tube le plus populaire, s’il faut en nommer un, je dirais que c’est Road To Paradise. C’est la chanson pour laquelle nous sommes le plus connus et qui fait le plus réagir le public. Vous sentez-vous un peu libanaise? A quel point de vue? Certainement. J’ai commencé à venir au Liban à la fin de la guerre. On y passait parfois quatre mois d’affilée chaque année, dix ans durant. Je suis née en Angleterre durant la guerre, et le fait de voir le pays où mes parents ont vécu m’a permis de me connecter avec ces racines. J’adore le Liban, j’adore être nourrie au Liban, j’adore la langue et j’adore nos paysages et notre nature, bien que ce serait prêcher à des convertis que d’avouer que celle-ci me manque de plus en plus. Instagram: @tatianademaria Facebook: @tatofficial Spotify: TAT


L’OFFICIEL

BIJOUX

234

DANS CE HAVRE EMPREINT DE DYNAMISME, DES ESPRITS CRÉATIFS S’AFFAIRENT ENTRE BUREAUX, SALLES COMMUNES, CUISINE, JARDIN OU ATELIER DE TECHNOLOGIE. ANTWORK, L’ESPACE CO-WORKING ULTRA-CONNECTÉ EST DÉJÀ EN EFFERVESCENCE. P

A

R

M

.

L

.

PHOTOS RAYA FARHAT

ANTWORK, LE CO-WORKING CRÉATIF


L’OFFICIEL

BIJOUX

Derrière les murs de cette demeure traditionnelle au cœur de Beyrouth se cache un concept inédit. Antwork, imaginé pour soutenir entreprises et freelancers dans leur parcours du combattant, encourage l’esprit de communauté et laisse libre cours à l’innovation. Ralph Raad, vice president marketing & Sales explique: « L’espace est pensé de manière à donner à chaque entreprise la flexibilité qui lui permet d’aménager son coin selon ses besoins, mais aussi de manière à stimuler les échanges entre les différents occupants des lieux. » Entre les salles communes, les bureaux individuels ou adaptés pour une société, salles de conférence ou mini salle de réunion, les adhérents d’Antwork bénéficient aussi d’espaces insolites, comme un laboratoire ou ils peuvent imprimer en 3D ou créer des prototypes de circuits électroniques ou autres gadgets, et même d’un podium pour organiser des défilés. Dans les salles, les climatiseurs, les portes et même les boissons sont accessibles via des télécommandes où une application mobile. Les rencontres se font autour d’un café dans le jardin potager, dans la cuisine à la faveur d’un cours organisé par Kitchen Lab, ou assis dans un petit amphithéâtre cosy au cours d’un séminaire sur le droit des entreprises. Déjà des synergies sont nées de ces échanges comme par exemple cette collaboration entre un studio de branding et une startup technologique, ou entre une entreprise événementielle et une startup dans la garde d’enfant à domicile.

235

Un concept prêt à exporter Par dessus tout, la force de Antwork réside dans sa plateforme technologique. Antwork a créé son workcloud, une plateforme en ligne où les différents membres de la communauté peuvent se contacter, échanger, réserver une salle ou faire part d’un événement. Installer un programme pour gérer ses données clients ou son activité sur les réseaux sociaux ? Enregistrer ses factures et préparer les comptes de l’entreprise ou encore organiser l’emploi du temps, les congés et le recrutement des employés ? Le logiciel Antwork permet aux jeunes entreprises de bénéficier de différents services sur-mesure pour accompagner leur développement. Des centaines de membres se sont déjà inscrits dont un peu plus du tiers ont élu domicile dans le quartier général de Antwork, rue Spears. Inauguré en novembre 2016 dans une belle bâtisse traditionnelle, ce premier espace de 5000m2 bordé par un jardin de 1500m2 et comprenant une terrasse où sont prévus barbecues et sessions de yoga en plein air, est le projet pilote d’Antwork. La plateforme de co-working envisage de créer des lieux satellites : un café, un restaurant ou encore une bibliothèque à travers le Liban qui seront activés par la technologie Antwork pour permettre aux membres de travailler de là où ils se trouvent. Le concept sera aussi exporté afin de relayer cette culture de créativité, de productivité et d’interaction à travers le monde.


Earlier cooling. Enhanced performance.

X-BIONIC ® THE TRICK® Running Shirt Women

Premium Performance Wear for the Power Elite.

THE TRICK® Technology THE TRICK® switches your body to cooling mode earlier. Your performance improves from the start. Spine Insulation Zone: Creates a localised zone of warmth. Sensors along the spine: Register a strong warming trend.

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

Signals: The brain interprets the signals as a sign that the entire body is overheating and kicks in sweat production. Result: Better performance

Protected in 39 countries. Protected by Patent EP2146594, MX 291317, AU 2008250795, RU 2481777

Developed by scientists – proven by athletes. www.sportscience-laboratories.com | www.x-bionic.com

X-BIO 2


X-BIONIC ® THE TRICK® has been rewarded internationally in 2014 for: degree of innovation, outstanding design quality, choice of materials, workmanship, functionality and ergonomics. X-BIONIC ® THE TRICK® Running Pants Women

ONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

Thorny Devil Technology For targeted sweat transport to parts of the body in need of intense cooling. Sweat Collector Where the body accumulates the most perspiration, Sweat Collectors soak up the excess and move it gradually through the thickened structures of the HydroPort yarn to Sweat Transporters. Sweat Transporter Wrapping around the body, this system continously transports excess sweat via channels to the zones where it can have the largest possible cooling effect on overheated muscles. Sweat Distributor with Partialkompression® The combination of X-BIONIC® Partialkompression® and knitted ridges collects excess sweat and allows it to evaporate over a broad area to provide extra cooling for heat-intensive muscle areas. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

The bionic role model. The Thorny Devil (lat. Moloch horridus) has developed a system of water transporting channels on its body. X-BIONIC® developers translated this capillary effect to athletic apparel to THE TRICK® Premium Performance Wear.

THE TRICK® Running Shirt Short Women

THE TRICK® Running Pants Medium Women

Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11


L’OFFICIEL

LIEU

238

AVEC SES JARDINS OÙ SE DÉPLOIE UNE VIE ÉLÉGANTE ET UN RIEN DÉSUÈTE, SA VUE PLONGEANTE SUR BEYROUTH DONT LES HABITUÉS SAVENT QU’ELLE EST LA PLUS MAGIQUE À TOUTE HEURE DU JOUR ET DE LA NUIT, SON FESTIVAL QUI DRAINE AU LIBAN LE MEILLEUR DE LA MUSIQUE CLASSIQUE, IL NE MANQUAIT À L’HÔTEL AL-BUSTAN QUE CE DÉTAIL QUI FAIT LE CHARME DE L’ORIENT : UN HAMMAM. C’EST CHOSE FAITE. P A R

M Y R I A M

R A M A D A N

PHOTOS DR

LE HAMMAM D’AL-BUSTAN


L’OFFICIEL

LIEU

Dans les années cinquante culminait sur les hauteurs de BeitMeri, une villégiature prisée des habitants de Beyrouth pour sa proximité et ses forêts de pins, un hôtel presque à l’abandon qui affichait encore son enseigne : le Grand Hôtel. C’est là que le grand entrepreneur Emile Boustany faisait la cour à sa bienaimée Laura, dans les années 30 du siècle dernier. Vingt ans plus tard, marié à Laura, Boustany se met en tête de rénover ce lieu de souvenirs. Les travaux durent plusieurs années. Emile Boustany meurt en 1963 dans un tragique accident d’avion, et c’est son épouse qui prend le relai pour terminer ce qu’il a commencé. Très vite, l’hôtel baptisé Al-Bustan en souvenir de son fondateur, mais aussi pour ses jardins verdoyants (Al-Boustan signifie « le jardin » en arabe), devient un havre de paix et de sérénité tenu comme un palace. Trois générations de femmes se dédient, de mère en fille, à en préserver l’héritage et les traditions. Myrna Boustany, fille de Laure et d’Emile, secondée par sa fille Laura depuis quelques années, y a lancé un festival d’hiver qui affiche complet chaque saison avec une programmation exclusive et thématique, dédiée à la musique. Une prouesse architecturale A l’hôtel al-Bustan, capsule de verdure hors du temps où l’hospitalité est cultivée comme un art, il manquait cependant ce petit plus qui fait aujourd’hui partie intégrante d’une expérience d’hôtel : un espace de détente et de beauté, autrement dit un spa. Sur le territoire de l’hôtel se dresse une maison désaffectée qui affiche –et accuse- deux cents ans d’existence. Myrna Boustany songeait depuis longtemps à transformer cette bâtisse en institut de bien-être, mais elle en était empêchée par l’idée de sacrifier

239

cet émouvant témoignage du passé. Avec sa fille Laura, elle fait finalement appel à l’architecte Antoine Maamari qui accepte le défi, consolide la maison et la défait sans la démolir. Les pierres sont séparées une à une et numérotées. Elles seront replacées à l’identique. A l’intérieur, les bureaux Paolo Lazzarini et Carl Pickering, basés à Rome, livrent les plans de décoration et d’architecture. Tous les raffinements de l’Orient A l’arrivée, le hammam qui vient de s’ouvrir au public est un bijou contemporain baignant dans une atmosphère orientale. L’ancienne maison libanaise a gardé ses arcades et son allure vénérable. Mais derrière la porte, entre mosaïques inspirées de l’art ottoman et moucharabié favorables à la ventilation naturelle, équipements de pointe et luminosité relaxante, l’atmosphère qui se décline dans des tonalités traditionnelles de bleu, blanc et ocre est celle d’un hammam réinventé dans la pure tradition turque. Le spa offre toute une gamme de traitements, soins du visage et du corps, et surtout un splendide bain de vapeur à l’ottomane. Celui-ci a été spécialement conçu après maintes recherches dans des hammams en Turquie et aussi au Liban (qui en possède trois, un à Saida, un à Tripoli et un à Beyrouth) afin d’offrir une expérience authentique. Le spa est également équipé d’une piscine chauffée pour des activités d’hydrothérapie, avec aussi, entre autres des cours de bicyclettes aquatique. Dûment bichonné, remis en forme et relaxé, on a du mal à regagner l’agitation du monde extérieur. Pour amortir le choc, il ne reste qu’à s’offrir une pause au « Diwan » et siroter paisiblement un thé au gingembre autour d’un bassin de l’Orient ancien.


ENTER THE PLATINUM WORLD OF AÏSHTI AÏSHTI PLATINUM CREDIT CARD

• 10% discount on all your purchases at Aïshti* • 4% gift voucher twice a year • Free access to VIP airport lounges across MENA • Up to three free supplementary cards • Free subscription to A magazine and L’Officiel Levant • Home delivery for purchases over $4,000 • Win gym kit upon yearly gym membership • Advance notification of private sales and promotions • Pay in 3 installments with 0% interest • Win yearly packages to international fashion events

* Discounts are not applicable at Cartier and Dior Terms and conditions apply


L’OFFICIEL

LA RÈGLE DE 3

242

LA CHAIR EST TENDRE À l’heure où la viande rouge est au cœur des débats, s’ouvre L’Étable Saint-Germain, nouvelle adresse rive gauche du grand Desnoyer, qui prône un élevage raisonné et porte la boucherie au rang de luxe absolu. Le nouveau temple du billot où retrouver le frisson des plaisirs carnistes. E U G É N I E

Imaad Rahmouni.

Hugo Desnoyer.

Le boucher. La superstar de la viande Hugo Desnoyer, réputé jusqu’à Tokyo pour ses pièces maturées découpées avec une précision chirurgicale. Après ses boucheries couture et son premier restaurant parisien ouvert l’année dernière dans la halle Secrétan (Paris 19e), l’intéressé s’installe en plein sixième arrondissement, une adresse où la finesse de l’esprit rive gauche n’empêche en rien la satisfaction primitive des plaisirs de la chair. Les viandes.  Les  Rolls des races

A D D A

bovines françaises, venues d’élevages responsables des Vosges, d’Aubrac ou de Normandie, le tout reposé sur place trois ou quatre semaines. Paleron fondant, entrecôtes servies encore crépitantes, tartares au couteau et belles pièces persillées à partager d’un côté, tapas bouchères et cocktails de l’autre. Comme toujours chez Desnoyer, l’arôme, précis et affiné, se fait tour à tour rond et corsé, dans des pièces également disponibles à la vente. L’a rchitec te. L’A lgér ien Ima ad

Rahmouni, ancien collaborateur de Starck, passionné par le modernisme de Niemeyer. À son actif, plus d’une cinquantaine de lieux, dont le radical Desert Hôtel à Abu Dhabi ou l’Umayya à Casablanca, mi-boudoir feutré, mi-tropicool fifties. Déjà choisi par Desnoyer pour son adresse tokyoïte et la halle Secrétan, il signe ici un décor lumineux, en bois clair, carreaux de ciment et peaux de vache. L’Étable Saint-Germain, 17, rue Clément, Paris 6e. www.hugodesnoyer.com

PHOTOS C. PETILLON, DR

P A R


YOUR KEY TO A WORLD OF UNPARALLELED PRIVILEGES AÏSHTI LOYALTY CARDS

PLATINUM • 10% discount on all your purchases at Aïshti • 4% gift voucher twice a year • Get a chance to earn a $500 gift voucher • Pay in 3 installments with 0% interest

BLACK • 8% discount all year on all your purchases at Aïshti • 3% gift voucher twice a year ORANGE • 3% gift voucher twice a year • $250 voucher upon $2,000 initial spend

Terms and conditions apply For more information, Please contact us on +961 (70) 226 111


L’OFFICIEL

LA RÈGLE DE 3

244

VENT D’OUEST

Oubliez tout ce que vous savez sur le 16e arrondissement : la Rotonde de la Muette, belle maison revue et corrigée cet été par le duo d’architectes le plus en vue de New York, devrait ramener le cool dans un quartier que le Tout-Paris avait oublié. E U G É N I E

L’endroit Une institution délicieusement bourgeoise, au bout de la rue de Passy. Ouverte il y a trente ans par la famille Bénézet et entièrement revue cet été, cette brasserie devient le point de chute de la jolie faune du 16e arrondissement parisien, qui s’installe pour un cocktail de début de soirée, un dîner tardif ou un petit déjeuner après une nuit blanche dans les hauts lieux du triangle d’or. La carte Bristrotière upgradée, signée par le jeune Sébastien Carabeux, formé chez Ducasse et passé par Spoon, Rech ou Goumard. Une maîtrise parfaite des nourritures mondaines doublée d’une attention particulière à la saisonnalité des produits. Immanquables : le gigot du dimanche, le bourguignon à l’ancienne ou le saumon bio vapeur à commander avec un green juice pour la caution healthy. Bon point pour le toutmaison, de la sauce du cheeseburger au bœuf d’Aubrac élevé

A D D A

dans l’exploitation familiale. La déco Un événement à elle seule. Imaginée par le cabinet newyorkais Roman and Williams, qui signe ici son premier projet français. À son actif, les restaurants du Ace et du Standard ou, plus récemment, la boutique The Row dans l’Upper East Side et l’appartement perso de Gwyneth Paltrow, et des réalisations dans de nombreuses villes, comme Istanbul ou Milan. Cette fois, le duo formé par Robin Standefer et Stephen Alesch revisite sans faute de goût les codes de la brasserie française d’inspiration Art déco, avec ses espaces feutrés cachés derrière la salle, son bar en noyer rétroéclairé, ses plafonds ciel à l’ancienne et son jeu de miroirs entre éclairage tamisé et lumière du jour savamment orientée. La Rotonde de la Muette, 12 , c hau s s é e de l a Muet te , Pa r i s 16 e . www.rotondemuette.paris

PHOTOS MATTHIEU SALVAING

P A R


AĂŻshti by the sea, Antelias Tel. 04 71 77 16 Ext. 262 - AĂŻzone stores and retail sport shops Follow us on instagram: @asicslebanon


L’Officiel

À TABLE !

246

OÙ DÎNENT LES CHEFS ? Où vont les maîtres queux dès qu’ils quittent leurs fourneaux ? Au restau, forcément. Repères d’initiés, grandes maisons et secrets jusqu’ici bien gardés : “L’Officiel” s’est attablé avec les six noms du moment pour six parcours gastronomiques. À suivre les yeux fermés et la bouche ouverte. P A R PHOTOGRAPHIE

E U G É N I E ALEXANDRE

A D D A SILBERSTEIN

Hyperactif, ascète, ultra-perfectionniste, le Nîmois d’origine pakistanaise a affûté ses assiettes subtilement sudistes de grand hôtel en grand hôtel, et récolté six étoiles sur son parcours, de Courchevel au 7e arrondissement en passant par l’Oustau de Baumanière. Vite fait bien fait ? Chez Thiou, un thaï juste à côté de mon restaurant. Un dîner à dix ? La brasserie Benoit aux Halles, dans le salon privé. Un rendez-vous galant ? L’Hôtel Amour, évidemment. Mais j’en fais toujours un peu trop, je crois. Un dimanche matin ? L’Hôtel Costes, pour monter dormir dans une chambre après. Un repaire d’après-service ? On dîne déjà

avant, autour de 19 heures, du coup il vaut mieux éviter de se jeter sur la nourriture en sortant. En général, je me fais un bouillon chez moi. Une faim de nuit ? La Maison de l’Aubrac et son steak-frites à 6 heures du matin. Une table pour voyager ? Masa, à New York. Pour la technique unique de son chef Masayoshi Takayama. Thiou, 94, bd de la Tour-Maubourg, Paris 7e. Benoit, 20, rue Saint-Martin, Paris 4e. Hôtel Amour, 8, rue de Navarin, Paris 9e. Hôtel Costes, 239, rue Saint-Honoré, Paris 1er. Maison de l’Aubrac, 37, rue Marbeuf, Paris 8e. Masa, 10 Columbus Circle, New York. Sylvestre, 79, rue Saint-Dominique, Paris 7e.

PHOTOS DR

SYLVESTRE WAHID SYLVESTRE


À TABLE !

L’Officiel

247

ADELINE GRATTARD, YAM’TCHA Sélectionnée par la série documentaire de Netflix Chef ’s Table, la jeune Bourguignonne marie comme personne les exigences de la grande cuisine française et les produits d’Asie. À sa table gastronomique comme dans sa cantine à baos vapeur, elle propose avec son mari, sommelier du thé, des accords miraculeux. Vite fait bien fait ? Les udons de Kunitoraya. Un dîner à dix ? Le Petit Sommelier. De jolis produits et de belles bouteilles. Un rendez-vous galant ? Chez Lengué pour des plats à partager. Une alternative au brunch ? Les délicieux dim sum du Shang Palace, table gastronomique du Shangri-La. Un point de chute d’après

service ? Le Red House, près de Bastille. Pour boire des cocktails avant de rentrer. Une faim de nuit ? Cuisine de placard improvisée ! Une table qui vaut le coup de voyager ? Le Blue Hill, à New York. Un endroit magique, chez le chef Dan Barber. Kunitoraya, 5, rue Villedo, Paris 1er. Le Petit Sommelier, 49, av. du Maine, Paris 14e. Lengué, 31, rue de la Parcheminerie, Paris 5e. Shang Palace, 10, av. d’Iéna, Paris 16e. Red House, 1 bis, rue de la Forge-Royale, Paris 11e. Blue Hill, 75 Washington Pl, New York. yam’Tcha, 121, rue Saint Honoré, Paris 1er.

TAKU SEKINE DERSOU À moins de ne pas avoir internet (et encore), impossible d’être passé à côté de sa table d’auteur du 12e arrondissement de Paris (meilleure table du Fooding 2016), où le chef nippon fait défiler les assiettes panasiatiques calibrées au millimètre, épaulé par les cocktails atomiques d’Amaury Guyot, ex-Sherry Butt. Vite fait bien fait ? Deux fois plus de piment, pour la soupe de bœuf à pimenter sur une échelle de 0.5 à 5. Ou alors Mokonuts. Un dîner à dix ? Au Passage. C’est assez grand pour accueillir tout le monde sans devoir privatiser. Un rendez-vous galant ? Saturne, pour l’ambiance et les plats qui déclenchent les conversations. Un dimanche midi ? Au Clown Bar, près de chez moi. Impossible de réserver mais jamais décevant. Un point de chute d’après-service ? Jouvence, un verre de vin avec un croque-monsieur maison. Une faim de nuit ? Je ne trouve jamais rien à Paris, donc plutôt à Tokyo. Le ramen shop Afuri Soba ne ferme jamais. Une table qui vaut le coup de voyager ? Máximo Bistrot Local à Mexico. Une révélation. Deux fois plus de piment, 33, rue SaintSébastien, Paris 11e. Mokonuts, 5, rue Saint-Bernard, Paris 11e. Au Passage, 1 bis, passage Saint-Sébastien, Paris 11e. Saturne, 17, rue Notre-Dame-desVictoires, Paris 2e. Le Clown Bar, 114, rue Amelot, Paris 11e. Jouvence, 172 bis, rue du Faubourg-Saint-Antoine, Paris 12e. Afuri Soba, 1 Chome-1-7 Ebisu, Shibuya, Tokyo. Máximo Bistrot Local, Tonala 133, Colonia Roma Mexico, Mexico. Dersou, 21, rue Saint-Nicolas, Paris 12e.


L’Officiel

À TABLE !

248

GIOVANNI PASSERINI PASSERINI Sacré chef de l’année 2017 par le Fooding, le Romain s’est imposé sans accroc sur la scène parisienne. Chez Rino, d’abord, puis avec son adresse de pâtes fraîches et enfin le restaurant qui porte son nom, où la gastronomie de la botte croise la fantaisie précise d’une bistronomie d’auteur. Vite fait bien fait ? Armando al Pantheon, une trattoria dans le centre historique de Rome. C’est élégant et chaleureux sans trop en faire. La cuisine est simplissime mais parfaitement exécutée et servie à la volée. Un dîner à dix ? La boucherie Les Provinces de Christophe Dru, près du marché d’Aligre. On peut privatiser sur demande pour le dîner, pour partager un cochon de lait. Un rendez-vous galant ? Le Servan, parce qu’il faut bien manger mais sans que les assiettes nous amènent à nous interroger sans arrêt. Et c’est suffisamment vivant pour qu’on se sente à l’aise. Dimanche midi ? Le Verre Volé. Malgré tous les changements de chef, c’est devenu une institution. J’y vais le dimanche pour les salades de museau, les fruits de mer toujours parfaitement

cuits et la carte des vins. J’adore l’ivresse du déjeuner. Repaire d’après-service ? Chez Tondo, juste à côté. Il me prépare toujours un dessert improvisé quand je viens le voir, ou un de ses géniaux choux maison. Une faim de nuit ? Il y a un bar caché, juste à côté du China Club. Je préfère garder le nom secret, parce qu’on peut encore y fumer passé une certaine heure… Une table qui vaut le coup de voyager ? Etxebarri, perdu dans une montagne au Pays basque espagnol. Ils font tout cuire sur des braises, grâce à un système de levier. Je n’avais jamais rien vu de pareil. Même le lait pour les desserts et le beurre sont fumés dans une étuve. Pour moi, le meilleur restaurant du monde. Armando al Pantheon, Salita dei Crescenzi 31, Rome. Les Provinces, 20, rue d’Aligre, Paris 12e. Le Servan, 32, rue SaintMaur, Paris 11e. Le Verre Volé, 67, rue de Lancry, Paris 10e. Tondo, 29, rue de Cotte, Paris 12e. Etxebarri, San Juan Plaza 1, Atxondo, Bizkaia (Espagne). Passerini, 65, rue Traversière, Paris 12e.


L’Officiel

249

À TABLE !

ARMAND ARNAL LA CHASSAGNETTE Dans son paradis planté au milieu d’un verger, l’Arlésien cultive ses herbes folles et ses légumes bio en pleine nature camarguaise. Une nouvelle approche où le végétal domine, qui lui vaut d’être appelé à New York et aux cuisines du concept-store parisien Merci, qui lui donnera carte blanche au printemps. Un déjeuner express à Arles ? Au Réfectoire des ateliers, cantine bio, avec un plat du jour tous les midis. Un dîner à dix ? Chez Peasant, à New York. Des pizzas au feu de bois dont une blanche à la truffe incroyable. Et pour l’agneau de lait à partager sur de grandes tablées. Unrendezvous galant ? Eleven Madison Park, à New York. Le chef Daniel Humm manie l’art de la mise en scène. Il crée une interactivité entre les clients et la cuisine. C’est assez rare pour une grande table. Une alternative au brunch ? L’Ouvre Boîte, le samedi midi, à Arles. Des tapas façon retour du marché. Un soir, à Paris ? Clamato. Pour moi, le meilleur restaurant de coquillages. L’association avec les cocktails donne lieu à de folles expériences gustatives. Une faim de nuit ? Tsukiji Sushi, petite chaîne de restaurants ouverts tard à Tokyo, proche du marché aux poissons. Une table qui vaut le coup de voyager ? Matsukawa à Tokyo, le meilleur kaiseki (des bouchées variées) du monde. Le Réfectoire des ateliers, 33, av. VictorHugo,  Arles. Peasant, 194 Elizabeth St, New York. Eleven Madison Park, 11 Madison Ave, New York. L’Ouvre Boîte, 22, rue du Cloître, Arles. Clamato, 80, rue de Charonne, Paris 11e. Tsukiji Sushi, 5-9-1 Ginza, Chuo, Tokyo. Matsukawa, 1-11-6 Akasaka, Minato, Tokyo. La Chassagnette, route du Sambuc, Arles.

MATHIEU PACAUD HEXAGONE, HISTOIRES, DIVELLEC Toujours prompt à faire parler Paris, l’agité Mathieu Pacaud s’est formé chez son père à l’Ambroisie avant de lancer son Hexagone et ses Histoires, cabinets d’expérimentations culinaires. Depuis l’automne, il pilote le très mondain Divellec, institution de retour face aux Invalides. Un déjeuner express ? Le Passy Mandarin. Un vrai restaurant chinois comme on n’en voit plus. Service expéditif. Un dîner à dix ? Le Carré des Feuillants. Pour sa carte des vins bien pensée. Un rendez-vous galant ? Mon bureau chez Histoires, caché dans la cuisine… Une alternative au brunch ? Les crêpes du Breizh Café, si on a la patience de faire la queue avec tous les bobos du quartier. Un verre d’après service ? Le Mary

Celeste, pour l’accord parfait entre cocktails et tapas marines. Un faim de nuit ? Au Raspoutine ! Une table qui vaut le coup de voyager ? Le restaurant de Martín Berasategui, en Espagne. Le plus beau repas de ma vie. Passy Mandarin, 6, rue Bois-le-Vent, Paris 16e. Carré des Feuillants, 14, rue de Castiglione, Paris 1er. Breizh Café, 109, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e. Le Mary Celeste, 1, rue Commines, Paris 3e. Raspoutine, 58, rue de Bassano, Paris 8e. Restaurant Martín Berasategui, Loidi Kalea 4, Lasarte-Oria, Gipuzkoa (Espagne). Hexagone et Histoires, 85, av. Kléber, Paris 16e. Divellec, 18, rue Fabert, Paris 7e.


AÏSHTI Aïshti by the Sea, Antelias, Level 3, Tel. 04 717716 ext. 133 athome@aishti.com

Home at last.

GROUNDPIECE SECTIONAL SOFA design by Antonio Citterio

FLEXFORM www.flexform.it


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN PLAT

252

LE KEBAB Meilleur ami des noctambules, le “grec” prend du galon et passe de sandwich de la honte à classique néo-street food. EUGÉNIE

Le mythe N’allez pas imaginer que ce sandwich de viande cuite à la broche est né dans une contrée d’Orient. Sa paternité est attribuée à un certain Mehmet Aygün, qui, après avoir immigré de la Turquie vers l’Allemagne, travaille dans un snack de rue berlinois et décide, un jour de 1971, de servir les tranches d’agneau grillé dans un pain pita, avant de les recouvrir de frites. Quid de la sauce blanche ? Elle sera inventée quelques années plus tard par le même Mehmet. En une décennie, le kebab devient un classique street food absolu, de la Turquie, où son inventeur l’importe, aux États-Unis, où on le considère comme une spécialité allemande, en passant par la France, qui le baptise “grec” à cause de son pain plat. La lubie Ça n’aura échappé à personne, les classiques de la rue s’embourgeoisent depuis quelques années, épargnant aux amateurs quelques problèmes de digestion. Rien d’étonnant donc à ce qu’une flopée d’entrepreneurs s’attaque au kebab, après avoir exploré tous les possibles du hot dog et du burger. Traditionnel mais bien pensé, métissé avec d’autres spécialités orientales et même en version healthy, le sandwich charnu s’impose comme la meilleure alternative aux faims de nuit tardives. Dans la plupart des döner parisiens, un mélange de viandes plutôt rebutant a remplacé l’agneau, les nouveaux repères s’attaquent au problème principal de la street food : le produit. Pitas maison bien dorées, frites tout juste préparées et viandes dénichées chez les meilleurs bouchers et éleveurs français, marinées et cuites des heures à basse température, on parlerait presque de haute gastronomie.

A D D A    PHOTOGRAPHIE

MAXIME

L E Y VA S T R E

Le kebab selon Rococo. CARNET D’ADRESSES

Ultra-frais chez Rococo L’adresse d’Alexandre Giesbert (Da Roco, Roca) propose une version à l’échine de cochon (!) et une autre veggie façon falafel, le tout garni de chou, de concombre, d’une sauce blanche au yaourt et d’un ketchup maison (4, rue du Faubourg-Saint-Martin, Paris 10e).

Street cred chez Zarma Ce micro-comptoir ouvert à Pigalle garnit ses pains moelleux de recettes trans-méditerranéennes au poulet, agneau ou kefta de bœuf, accompagnées de croustilles à l’ottomane, frites ultra-fines au persil frais (64, rue Jean-BaptistePigalle, Paris 9e).

Sourcé chez Grillé Comme à Berlin, on le déguste dans une pita roulée. L’agneau vient de chez Desnoyer, les légumes sont bio et les sauces s’essayent à de jolis coups d’audace, comme la Pr Peneau, au foie de morue et citron. Ça réveille (15, rue Saint-Augustin, Paris 2e).

À la kurde chez Urfa Dürüm Placée dans la très popu-cool rue du FaubourgSaint-Denis, l’échoppe prépare le pendant kurde du kebab, roulé dans une galette cuite minute au four à pizza et fourrée au foie d’agneau, brochettes de bœuf ou poulet fermier (58, rue du Faubourg-Saint-Denis, Paris 10e).

PHOTOS DR

PA R


VOTED 2ND BEST RUNNING SHOES IN THE WORLD


L’OFFICIEL

ADDRESSES

254

A

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

REINE +961 1 99 11 11 EXT.104

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

RALPH MASRI +961 1 56 65 38

ALEXANDRE VAUTHIER +961 1 99 11 11 EXT.130

GIORGIO ARMANI +961 1 98 08 44

REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA

ATTICO +961 1 99 11 11 EXT.130

HERMÈS +961 1 99 97 10

+961 1 33 05 00

I, J

S, T

JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562

ALEXANDER MCQUEEN +961 1 99 11 11 EXT.130 ANYA HINDMARCH +961 1 99 11 11 EXT.130

B

ISABELLE MARANT +961 1 98 65 03

STELLA MCCARTNEY +961 1 99 11 11 EXT.575

BALENCIAGA + 961 1 99 11 11 EXT.570

THEJET SET DIARIES +961 1 99 11 11 EXT. 585

BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353

TRUSSARDI (+961) 1 98 89 87

BVLGARI +961 1 99 91 59

C

K, L

KENZO +961 1 99 11 11 EXT.130

LE SILLA +961 1 99 11 11 EXT.110 LANCÔME +961 1 99 11 11 EXT.104

CASADEI +961 1 99 11 11 EXT.110

D, E

M, N, O MARNI +961 1 99 11 11 EXT.130

V

VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569 VILSHENKO +961 1 99 11 11 EXT.130 VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

MESSIKA +961 1 99 11 11 EXT.104 MICHAEL KORS COLLECTION

DAVID KOMA +961 1 99 11 11 EXT.130

+961 1 99 11 11 EXT.130

DAVID YURMAN +961 4 71 77 16

MAISON MARGIELA +961 1 99 11 11 EXT.130

DINH VAN CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

MARTINIANO +961 1 99 11 11 EXT.130

DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592

MALONE SOULIER X NATALIA VODIANOVA

DIPTYQUE +961 1 99 11 11 EXT.104

+961 1 99 11 11 EXT.130

DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555

MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

OSCAR DE LA RENTA

ELLERY +961 1 99 11 11 EXT.140

+961 1 99 11 11 EXT.130

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

F, G, H

SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

LOEWE +961 1 99 11 11 EXT.130

CHLOÉ +961 4 71 77 16 EXT.215

CARTIER +961 1 97 26 00

TABBAH +961 1 97 57 77

LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

CELINE +961 1 99 11 11 EXT.250

CHANEL +961 1 99 91 29

TOM FORD PARFUM +961) 1 99 11 11 EXT.105

P, R

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130

FOR THE RESTLESS SLEEPERS

ROBERTO CAVALLI +961 1 99 11 11 EXT.115

+961 1 99 11 11 EXT.130

RED VALENTINO (+961) 4 71 77 16 EXT.292

Y

YVES SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.104

Z

ZIMMERMANN +961 1 99 11 11 EXT.130


L’OFFICIEL

256

CORRESPONDANCE

ECOLE BUISSONNIERE L A U R A

On a beau avoir passé son bac depuis quelque temps déjà, il n’y a rien de plus grisant que cette sensation de faire l’école buissonnière. Ce sentiment d’interdit, aussi futile soit-il, est vraiment agréable. Je ne parle pas de braquer des banques, mais simplement de s’autoriser de petits écarts. Descendre acheter un pain au chocolat encore en pyjama sous un énorme manteau, et regarder les gens se presser pour rattraper un bus lundi matin, est inégalable. Prendre le temps de s’asseoir sur un banc pour déguster sa viennoiserie et s’en ficher d’être en retard alors que d’habitude on est la première à courir comme une dératée pour arriver à l’heure. Décider de rentrer à 4h du matin un mercredi soir, alors que le lendemain on doit être au bureau dès 8h et enfiler une série de réunions importantes où il faut ‘’performer’’. Quel que soit le cas de figure, ces “pas de côté” dans le train-train quotidien permettent en retour de mieux l’apprécier. Et peut-être même d’encore mieux savourer sa liberté et son indépendance, surtout en ce début de période de mariages. A propos de mariages, la semaine dernière, en comptant sur mes doigts, j’ai réalisé que j’en avais six cet été. Six. Alors que l’année dernière je me plaignais de ne jamais être invitée à des mariages. Alors que des amies en avaient tellement qu’elles ne savaient plus où donner de la tête. Ca y est, on y est ! Même si on ne peut pas dire que je n’y étais pas préparée. L’évolution s’est faite pas à pas. Il y a eu l’année où les couples de mon entourage ont emménagé ensemble. Ils ont commencé par acheter des plantes vertes aux noms compliqués et à beaucoup s’investir dans leur vécu. Puis l’on est passé à la période chat. Accueillir un animal à quatre pattes est un engagement encore plus grand, vu qu’il s’agissait à présent de s’occuper à deux d’un être vivant. Cette année, ça y est, après les plantes vertes et les compagnons félins, on est arrivé à l’étape ultime, celle de la demande en mariage. Il y a des histoires rocambolesques, des demandes un peu foireuses mais d’autant plus touchantes, ou encore celles qui suivent pas à pas un scénario de comédie romantique à l’américaine (violons, trémolos, course poursuite et déclaration -en public de préférence-). Il y a celui qui s’est complètement planté sur la bague et a réalisé

H O M S I

l’avoir perdue au moment crucial. Un autre qui s’est retrouvé perdu au milieu d’une chaîne de montagne en essayant d’entraîner son amoureuse à l’endroit précis où il souhaitait lui faire sa déclaration. Il y a ceux qui décident de mettre genou à terre en mettant dans la confidence tous leurs proches qui s’activent en secret pour rendre le moment magique. Ou les discrets, qui ne disent rien à personne, et avec lesquels il faut louvoyer pour garder la surprise intacte. Il y a celles qui ne s’y attendent pas du tout, mais aussi les ‘’averties’’ qui avaient prévu la manucure à l’avance. Et finalement, celles (plus rares) qui décident de prendre les choses en main et de faire elles mêmes leur demande. Les histoires de demandes en mariage sont matières à romans. Un roman de départs. Dont il est amusant de découvrir la source, la première rencontre. Pour la plupart de ces couples, on est loin du scénario classique. J’en étais assez étonnée, mais plusieurs d’entre eux se sont connus via des sites de rencontres. Le site de rencontres en ligne ‘Adopte Un Mec’ a beaucoup d’adeptes - l’accès y est gratuit pour les femmes pouvant y faire leur ‘’shopping’’, mais il est payant pour les hommes. Les sites spécialisés se multiplient: Il existe une sorte de Tinder (l’appli qui permet de découvrir des profils de personnes à proximité pour espérer obtenir un “match” si la personne a aussi aimé votre profil) pour toute sortes de religions, intérêts , préférences… Il y en même un pour les mormons. Les derniers en date qui m’ont confié s’être rencontrés via un site m’ont avoué qu’ils auraient préféré une rencontre plus classique. La leur tient quasiment du miracle. La jeune femme s’était inscrite sur le site le soir même où son futur mari était arrivé au dernier jour d’un abonnement qu’il ne souhaitait pas renouveler. Et pourtant, jackpot, ils se sont retrouvés. Hollywood n’a rien à leur envier. Bienvenue à l’ère du mariage 2.0. Si pas mal de choses évoluent, le fameux ‘’Ils se marièrent, eurent beaucoup d’enfants’’ restera toujours autant d’actualité. Comme le « 3aabelik*», dont on ne pourra jamais vraiment se débarrasser ! * Vœu traditionnel intraduisible, qui consite à souhaiter aux célibataires une union prochaine.

PHOTO DR

P A R


L'Officiel-Levant, April Issue 74  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you