Page 1

Veronika Vilim en GUCCI. N° 72 FÉVRIER 2017 www.lofficielmode.com

TEMPÊTE DE ROSES ROUGES SUR BEYROUTH DESIGN KHALED EL MAYS. CÉRAMIQUE LINA SHAMMA. STYLE DANA BOULOS, LEBNAN MAHFOUZ. BIJOUX RÉGINA DABDAB. PUISSANCE 2 ENSEMBLE ET HEUREUX.


cartier.com


Ballon Bleu de Cartier Acier


D I O R . C O M - 0 1 9 9 1 1 1 1 E X T. 5 9 2


fakhry bey street, beirut souks aĂŻshti by the sea, antelias chloe.com


© 2017 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.


fakhry bey street, beirut souks aĂŻshti by the sea, antelias chloe.com


© 2017 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL. 01 99 11 11 EXT. 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL. 04 71 77 16 EXT. 241

EMILIOPUCCI.COM


143 EL-MOUTRANE STREET, DOWNTOWN BEIRUT AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS MARCJACOBS.COM


L’OFFICIEL

SOMMAIRE

NEWS

40

ENTRÉE

L’édito — page 48

Cinquante nuances de thé — page 68

Leïla Slimani — page 70

Les gnocchis — page 72

Tendances — page 74

Bride abattue — page 82

Hala Moawad — page 84

Not just a model — page86

De Chantal Goya au Studio 54 — page 90

Focus — page 94

Danse avec la lumière — page 96

Une robe trois Itgirls — page 102

Amaiò, la mode qui fait du bien — page 110

Officielles — page 118

Anatomie d’un sac — page 124

Néo-Néon — page 126

L’Art et la matière — page 140

Le monde leur appartient — page 146

Beauté olfactive — page 150

La bougie Rosa Mundi— page 154

Îlots de jouvence — page 156

Buccellati — page 160

Lancée dans le métro — page 162

PHOTOS DR

page 50


L’OFFICIEL

SOMMAIRE

42

MODE

Joncs d’Or — page 166

La « Cartier Ballon Bleu » — page 168

Ça plane — page 172

Petit Poucet — page 169

MAGAZINE

New season Hit-List — page 192

D’or et de lumière — page 210

Un art d’Orient — page 244

Madame Sculpte — page 246

Ceci n’est pas une chaise — page 250

Puissance 2 — page 234

La reine et nous — page 240

Obessions — page 254

Le poids des mots — page 260

ADRESSES

Ici Londres — page 264

The sounding stones — page 268

Wonderwoman — page 272

PHOTOS DR

Vin connecté — page 262


THE ALL-NEW

THE COUPE IS BACK The precise feel of the 400 horsepower V6 throttle. The customizable feel of the world’s first Direct Adaptive Steering™ System. The race-inspired look of a cockpit lined with black carbon and leather. The all-new INFINITI Q60. Also available in 2.0t 208HP.

Infiniti-lebanon.com


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

CL A R A A BI-NA DER , TON Y ELIEH, R AYA FA R H AT, BACH A R SROUR , CONR A DO V ELIZ RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, PHILIPPINE DE CLER MON T-TON NER R E STYLISME

DAV ID G OMEZ V ILL A MEDI A NA Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


L’OFFICIEL

ÉDITO

TEMPÊTE DE ROSES ROUGES SUR BEYROUTH Saint Valentin ou pas, il n’y a pas de mal à célébrer l’amour. Ce sera déjà ça de pris sur notre fonds d’humanité qui part en quenouille. Cœurs rouges, roses rouges, et une bonne couche de kitsch par dessus, on ne va pas se priver. Mauvais goût et bons sentiments vont souvent de pair, et tant qu’à subir l’un, cultivons les autres, ils sont nécessaires à notre bonheur. Allons-y donc, à la fête du cadeau inutile qui fera vendre les derniers reliquats de la saison. Et n’oublions pas d’y glisser la petite carte, avec le mot magique en quatre lettres qui dit la même chose dans toutes les langues. Peu de villes au monde auront, autant que Beyrouth, préparé l’événement. La fête de l’amour sera païenne, sensuelle, sentimentale, excessive, coquine ou romantique. On va se faire beaux et belles. On va se regarder avec des yeux mouillés. On va se le redire. Love. On ne s’en lasse pas.

Fifi Abou Dib

48


L’OFFICIEL

NEWS

50

COMME BIRKIN

Créée et basée à Valence, en Espagne, Adriana Iglesias est une marque de luxe qui tire son ADN de la Méditerranée. L’intelligence de cette enseigne est d’avoir franchi le degré carte postale où la ligne des pins, le chant des cigales et le marché aux fleurs dressent leur décor poussiéreux. Ici, les pyjamas et robes de soie, les silhouettes sensuelles et la palette jaune moutarde, vert profond, bleu outremer et rose shocking vous emporte sur les bords sulfureux d’une certaine Piscine, à Ramatuelle, où Alain Delon, Maurice Ronet, Romy Schneider et Jane Birkin jouent l’amour à mort. Adriana Iglesias, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130 Adriana Iglesias, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.121

Des gourmettes, des chevalières, des boucles d’oreilles et un tas de fétiches : Christian Dior était superstitieux, mais ses porte-bonheur étaient efficaces. Il les partage avec nous. Abeilles, étoiles percées (en souvenir de celle que M.Dior trouva un jour dans la rue et qui lui fit des merveilles), signes astrologiques, ancien jeu de tarot ornent l’ensemble des accessoires du printemps prochain, lunettes, foulards, souliers ou sacs, et notamment de sublimes minaudières laquées ou brodées de scènes allégoriques. C’est bête à dire, mais on « adiore » ! Dior, 131 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.592 Dior, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.123

PHOTOS DR

ÉCRIT DANS LE CIEL


L’OFFICIEL

NEWS

51

CRISTOBAL EN MODE STREET

PHOTOS DR

ROCK TARENTELLE

Une collection abondante, munificente, faite de volants, de dentelles, de broderies ethniques qui enflamment le noir et le blanc, le tout serré dans une débauches de ceintures comme pour empêcher toute cette ardente sensualité de perdre l’équilibre. C’est comme si l’âme profonde de l’Italie méridionale, de ses femmes fortes, de ses mères tutélaires s’était lancée dans une tarentelle sur une scène de metal rock. « J’ai voulu introduire de la passion dans mon récit », explique Alberta Ferretti. Touché ! Alberta Ferretti, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130 Alberta Ferretti, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.243

« J’aime travailler avec des accessoires communs, des choses qu’on reconnaît, qu’on utilise tous les jours, et les transformer, leur donner un twist », explique Demna Gvaszalia, le directeur artistique de Balenciaga et nouvel enfant terrible de la mode. Et de fait, on reconnaîtra, entre autres, sur les sacs de sa collection printemps été 2017 le cannage des chaises de café parisiennes ou les rayures des cabas de marché. Le tout assorti à des tenues décalées, inspirées des sports urbains ou de l’uniforme et où, paradoxalement, s’exprime une maîtrise couture inspirée de l’histoire de Balenciaga et que ne renierait en rien le grand Cristobal. Balenciaga, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.570 Balenciaga, Aïshti by the Sea, Antelias, Level 2, +961 4 71 77 16 ext.121


L’OFFICIEL

NEWS

52

UN ROMAN DANS UN BIJOU

C’est l’histoire d’un jeune sculpteur, empirique mais doué, vivant dans la mouvance beatnik et qui abandonne la bohème pour l’amour d’une femme. C’est pour elle, pour Sybil Kleinrock, que David Yurman laisse de côté la sculpture pour créer son premier collier, un câble d’acier terminé par deux cabochons de pierres précieuses. Il le baptise Renaissance, et la renaissance est dans cet amour-là. Ils se marient, ont un fils, et ce bijou peu commun devient un tel objet de désir que David crée en 1979 sa propre marque de bijoux. David Yurman vient de se poser à Aïshti by the Sea, qu’on se le dise : il y a de la poésie et de la joie dans ces bijoux-là. David Yurman, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16

SANS CHICHIS

Brandon Maxwell, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130

I LOVE CHOO

Dites-le avec des cœurs, tant qu’à faire ; et même si les cœurs c’est cul-cul, avec Jimmy Choo, on vous promet qu’ils seront bien placés. Minaudières, foulards et petite maroquinerie s’ornent pour la saint Valentin de cœurs graphiques rouge passion sur fond rose plaisir. Les fermoirs se laquent de vermillon et les fermetures Eclair s’ornent de grigris amoureux. Une collection ludique et fraiche pour afficher ses sentiments le jour « V ». Jimmy Choo, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.595 Jimmy Choo, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.121

PHOTOS DR

Quand Brandon Maxwell décide de lancer sa marque éponyme de prêt-à-porter haut de gamme, avec un premier défilé au printemps 2016, il est déjà le chouchou des rédactrices de Vogue US. Elles s’amusent de sa manie d’inviter dans des lieux chics et vieillots comme la Russian Tearoom, à New York, ou de choisir l’improbable vert olive comme couleur signature, ou de se conformer à un style classique en faisant semblant de prendre des risques qui n’en sont pas. Mais au final, elles adorent le raffinement de ses coupes et sa simple philosophie : rendre les femmes belles avec des vêtements seyants.


AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243

ALBERTAFERRETTI.COM


L’OFFICIEL

NEWS

VIRGINIA, ES-TU LÀ?

Le printemps-été 2017 de Burberry a été lancé en septembre dernier dans le cadre d'un événement atypique résultant d'une collaboration entre la très britannique enseigne et le magasin de design The New Craftsmen. Dans un magasin éphémère, sur le site de l'ancienne librairie Foyle, à Soho, dont le bâtiment est en instance de démolition, des artistes et artisans exerçaient leur talent en direct. L’atmosphère typiquement arts and crafts ressuscitait le début du 20e siècle et invitait l'esprit de Virginia Woolf, notamment son roman Orlando et son héros/héroïne qui passe d'une identité sexuelle à l'autre au fil de l'histoire. A l’arrivée, on adore cette collection subtilement androgyne, un rien surannée. Burberry, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.455

DANS LES CANYONS

C’est un printemps un peu friscounet que nous prépare Chloé, dans l’esprit d’un voyage rustique entre collines et canyons. A la traditionnelle palette pastel de la maison s’ajoute une gamme de couleurs sable et soleil couchant, d’oranges, de bruns et de bleu marine. On jouera les gauchos au féminin avec des capes de velours noir à grands laçages de bolduc. Les pantalons sont évidemment boot-cut, à porter avec d’amples chemises de popeline romantiques à manches ajourées. Les sacs sont des gibecières. De longues rangées de boutons dorés un peu vieillis sur des vestes ou shorts un rien militaires annoncent l’arrivée de la cavalerie. On entendrait presque la rumeur d’un galop. Chloé, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.580 Chloé, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.215

PRÉCIEUX FÉTICHE

Androgyne et ambigu, à la fois fleur des dandys et des courtisanes, le camélia a une image de fleur interdite qui résonne avec le goût de Mademoiselle Chanel pour la provocation. Elle transgresse aussi les codes de la séduction. La fleur fétiche de Mademoiselle Chanel demeure indissolublement liée aux créations de la Maison. Aussi sûrement qu’une signature, le camélia évoque à lui seul l’esprit de Chanel. Une fois de plus, Chanel célèbre l’emblème le plus intimement lié à la personnalité de Mademoiselle à travers une féérie de bijoux et de montres qui témoigne de l’inépuisable diversité créative inspirée par le camélia. Chanel, 1 rue Foch, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 91 29

PHOTOS DR

Burberry, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.238

54


etro.com

FAKHRY BEY STREET, BEIRUT SOUKS 01 99 11 11 EXT. 590


L’OFFICIEL

NEWS

56

TROPICO ITALIANO

Il était temps de chahuter un peu les clichés de l’Italie éternelle. Dolce&Gabbana, qui d’autre, ont décidé de mettre un peu de désordre dans ces codes trop prévisibles. Ils nous emmènent à Naples, comme toujours, mais cette fois, ils donnent au globe terrestre un petit coup vers le bas, et nous voilà sous les tropiques. Tropico italiano est le nouveau thème de leur belle saison. Et puis d’ailleurs, il n’y a plus de saisons, il y a des moments. Et à chaque moment est associée une humeur, une envie, une robe, un accessoire, une gourmandise. On vous laisse imaginer le délicieux délire. Dolce & Gabbana, 146 El-Moutrane Street, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.555 Dolce & Gabbana, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.203

Helmut Lang, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.296

On n’oubliera jamais que c’est dans la très solennelle, très historique abbaye de Westminster que Gucci a donné sa collection croisière 2017. On n’oubliera pas parce que c’était l’absolue première fois qu’une marque de luxe osait demander à défiler sur le lieu-même où l’Angleterre sacre ses rois. Vous avez halluciné ? C’est Alessandro Michele qui l’a fait. Sous les voûtes gothiques du vénérable cloître du 13e siècle, il a laissé libre cours à son idée personnelle de la coolitude britannique, nœuds, dentelles, imprimés fleuris et tapisseries, chaussures empruntées aux cornemuseurs écossais, brocards chinés à Portobello…Du plus victorien au plus punk, nostalgiques des bords la Tamise, il ne vous reste qu’à puiser.

Helmut Lang, en vente chez Aïzone, 71 rue El Moutran, Centre-Ville,

Gucci, 141 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.200

Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140

Gucci, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.207

Comment penser au minimalisme, à la sobriété rigoureuses des 90’s sans penser à Helmut Lang, le légendaire couturier autrichien qui a été le premier à dessiner une garde robe asexuée et un vestiaire pour hommes et femmes, le premier à déchirer les jeans et à les éclabousser de peinture. Si ce pionnier s’est retiré de la couture, sa marque, elle, poursuit son chemin en s’efforçant de rester fidèle à l’esthétique qu’il a créée. Quand on voit ces combinaisons sans fioritures tracées comme de pures géométries dans les matériaux les plus nobles, on a une pensée nostalgique pour cette époque où l’élégance osait la difficulté du rien.

PHOTOS DR

DEGRÉ ZÉRO

GOD SAVE GUCCI


Aïshti By the Sea Antelias

04 717 716 ext 248


L’OFFICIEL

NEWS

58

MARIE-ANTOINETTE À MOTO

Pour accompagner une collection à la fois gothique et pop, arty à souhait, où les dreadlocks jouent les perruques aristo et les crinolines se déguisent en nuisettes, Marc Jacobs a imaginé le sac Sling, croisement d’une besace et d’un blouson de moto. Comme un blouson il a des poches zippées en diagonale, comme un blouson il a le cuir souple, comme un blouson il se porte près du corps. Sa bandoulière le transforme selon l’humeur en sac à dos pour une fugue, en sac de postière pour le jour, ou en sac à main pour les moments où il faut bien se tenir. En rouge, jaune ou violet, il s’amuse de toutes les sitations. Marc Jacobs, 143 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.148 Marc Jacobs, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.247

Pourquoi se contenter de faire brillant quand on peut faire lumineux ? Imprégnée de culture japonaise, où la lumière est présente dans tous les domaines de la création, Irene Cattaneo a eu l’idée de créer des accessoires dont les motifs s’éclairent à l’aide de simples piles. C’est ainsi qu’est née le concept Lumyx, sous le label Reine fondé par Irene. Ce concept s’adapte à la collection de sacs de soirée Astro-Lumina, déclinés en 12 motifs qui montrent, quand le sac s’allume, les constellations du ciel de votre signe. Reine, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104 Reine, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.102

PHOTOS DR

LE CIEL A PORTÉE DE MAIN


L’OFFICIEL

NEWS

C’EST BON POUR CE QU’ON A

Moschino n’a pas fini d’explorer et d’exploiter les piliers de la consommation de masse. Cette saison, la marque italienne la plus pop nous propose une automédication de son cru. Pilule bonheur, pilule amour, pilule énergie positive, Moschino a ce qu’il vous faut. Mode d’emploi : pas besoin de les avaler, ni de les sortir de leurs capsules : il suffit de les avoir sur soi pour sentir instantanément leur effet bénéfique. Posologie : un sweat et un sac à dos le matin, une robe et une pochette argentée le soir. Moschino, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.240

60

VIBRATIONS MÉDITERRANÉENNES

La quatrième édition de Photomed Liban est en cours, jusqu’au 8 février. On peut encore flâner à travers ce parcours fascinant qui ouvre à Beyrouth des dizaines de fenêtres sur d’autres villes, paysages et habitants des bords de la Méditerranée. Les œuvres de plus de vingt-cinq artistes sont données à découvrir entre l’hôtel Le Gray, place des Martyrs ; Byblos Bank, Avenue Elias Sarkis ; D Beirut, voie littorale de Bourj Hammoud, l’Institut français du Liban, rue de Damas et Station, Jisr el Wati, ainsi que dans les galeries Agial, Alice Mogabgab, Janine Rubeiz, Tanit et The Alternative. Notre photo : Clara Abi Nader, « Au retour », galerie Saleh Barakat, rue Justinien. www.photomedliban.com

Moschino, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

Compositeur et plasticien, Zad Moultaka est un artiste aussi immense que discret, qui n’a de cesse d’interroger les origines. Mandaté par le ministère libanais de la Culture pour représenter son pays à la 57e Biennale de Venise, il compte sur des fonds privés pour réaliser un projet ambitieux : une monumentale grotte de métal qui réveillera chez les visiteurs un sens archaïque du sacré à travers une intense expérience sensorielle. Baptisée « Sacrum », cette création géologique réunit virtuellement la grotte de Chauvet et la grotte de Jeita par les mondes souterrains. Une œuvre à la fois plastique et musicale qui sera en principe exposée à l’Arsenale Nuovissimo. Zadmoultaka.com

PHOTOS DR

DANS LE VENTRE DE LA TERRE


L’OFFICIEL

NEWS

QUASI PAÏEN OU TROP CULTE ?

C’est l’artiste que le monde de la mode s’arrache. Après son installation aux Galeries Lafayette, Haegue Yang investit Aïshti by the Sea où elle a installé sur deux étages dix sculptures, baptisées « The intermediates » et composant l’ensemble « Quasi-Pagan Seasonal Shift ». Réalisées à partir d’un tissage de paille artificielle en hommage à un savoir-faire traditionnel typiquement coréen, ces sculptures soulignent à la fois la particularité et l’universalité des cultures. A travers son usage de la paille artificielle, Haegue Yang donne son interprétation personnelle de l’origine et de la tradition. La résonance visuelle de l’installation est amplifiée par le fond sonore qui l’entoure, un enregistrement du Sacre du Printemps d’Igor Stravinski. Tout comme ce ballet russe du début du 20e siècle, elle exprime un rituel sacré du paganisme. Cette exposition, encore visible jusqu’à la mi-février, est réalisée en collaboration avec la Galerie Chantal Crousel. Aïshti by the Sea, Antelias, +961 4 71 77 16

61

LES SACS DE DENISE

Derrière ces drôles de sacs qu’une poignée d’initiées se sont arrachés en décembre, à peine exposés, il y a l’humour fantasque et la créativité débridée de Denise Catafago Choucair. Peintre à ses heures et de tous temps amoureuse de beaux tissus d’ameublement et de passementerie précieuse, cette créatrice assemble dans ses sacs les fragments de son univers. D’un modèle à l’autre s’expriment ses rêveries, impressions de voyage, souvenirs d’expositions, ou d’enfance, ou de toute une époque qui projette sa poésie vintage, mi Schiaparelli, mi Cardin, en plein cœur de la nôtre. La prochaine fois, on vous préviendra à l’avance.

PHOTOS DR

SCULPTER LE SON

Développée au Liban depuis 1972 par César Debbas et Fils, la culture B&O, c’est un design avant-gardiste au service d’une qualité de son et d’image jamais égalée. En décembre dernier, B&O Beyrouth invitait dans son espace rénové, à Saifi Village, un public d’amis et de connaisseurs, clients, architectes et journalistes, à découvrir ses nouveaux produits issus du concept "Flexible Living" tels que le téléviseur BeoVision Horizon et les enceintes sans fil BeoSound 1 et BeoSound 2. Le BeoVision Horizon, disponible en 40" et 48", est un écran UHD 4K qui offre une flexibilité de placement totale, une expérience audio extraordinaire et puissante, une qualité d’image qui s’adapte intuitivement au contenu et à la luminosité, ainsi qu’un accès intégré à tout un ensemble de divertissements par le biais de la plateforme Android TVTM en évolution permanente. Les BeoSound 1 et BeoSound 2 sont des enceintes sans fil conçues pour offrir confort d’utilisation et mobilité tout en produisant un son à 360 degrés d’une qualité impressionnante. Bang & Olufsen Boutique, Saifi, Down Town, Beirut+961 97 44 00

NEWS F.A.D.


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’OFFICIEL

67

ENTRÉE STYLE BEAUTÉ BIJOUX

ÎLOTS DE JOUVENCE PAGE 156


L’OFFICIEL

PETIT DÉJEUNER

68

CINQUANTE NUANCES DE THÉ Rencontre matinale à Hollywood avec l’une des rares réalisatrices de blockbusters, Sam Taylor-Johnson. JULIETTE

M I C H A U D    PHOTOGRAPHIE

Salopette vintage et chemisier Gucci, cette artiste protéiforme, qui a marqué la scène londonienne des années 1990, débarque joyeusement chez Jon and Vinny’s, un italien branché de West Hollywood. Elle est accompagnée d’une petite équipe, dont son acteur de mari Aaron. Ils sont Britanniques, elle a 49 ans, lui 26, et ils élèvent à Los Angeles quatre filles magnifiques de 4, 6, 10 et 19  ans, dont deux d’une précédente union. Après Cinquante nuances de Grey, Sam Taylor-Johnson vient de tourner les deux premiers épisodes de la série Netflix Gypsy, avec Naomi Watts. Ce matin-là, elle commande œuf sur le plat et avocat sur toast, thé vert et jus d’orange. Optimiste, à son image. Le petit déjeuner, c’est… Le moment le plus important de ma journée. Quand je ne travaille pas, je me réveille vers 6 h 30. Je fais vingt minutes de méditation transcendantale, sans laquelle je n’arriverais pas à jongler avec ma folle vie. Les enfants se lèvent vers 7 heures, Aaron et moi leur préparons des pancakes, avant de les amener à l’école. Puis à notre tour de petit-déjeuner… Que prenez-vous le matin ? À la maison, c’est très anglais. Œuf à la coque et mouillettes, parce que c’est le petit déjeuner de mon enfance. À l’extérieur je suis plus foodie (rires, ndlr).

Que faites-vous après ? Promenade régénérante dans Runyon Canyon. Nous avons trois chiens, plus un chiot tout juste adopté baptisé Ford en hommage à notre ami Tom. C’est étrange, j’ai toujours su que j’habiterai un jour à Los Angeles. Quels sont vos projets ? Après avoir fait un film indépendant et un blockbuster hollywoodien, j’étais mûre pour la télévision. Quand j’ai lu le

DAN

REGAN

scénario de Gypsy, l’histoire d’une psy jouée par Naomi Watts, qui s’implique dans la vie de ses patients de façon dangereuse, j’ai absolument voulu en faire partie. Le succès de Cinquante nuances de Grey vous a mis sur la fameuse A-list des réalisateurs… Mais non ! J’ai dû me battre pour qu’on me confie Gypsy, comme si, lorsque vous êtes une femme, il fallait toujours repartir à zéro, prouver à nouveau que vous être aussi capable qu’un homme. Que vous inspire aujourd’hui le thème du féminisme ? Quand on me demande : “Êtes-vous une féministe ?”, c’est comme si on me demandait : “Êtes-vous une femme ?” Avez-vous des projets a r t i st ique s , photo s , expositions ? J’ai commencé une nouvelle série de photos sur ma vie californienne. (Elle nous montre sur son smartphone de s c ol l a ge s photo spectaculaires, pris dans le parc Joshua Tree, où elle se représente suspendue dans le décor.) Les photographies dont vous êtes particulièrement fière ? Mes séries Crying Men, où j’ai demandé à des acteurs de pleurer, notamment Paul Newman, et Second Floor, les photos que j’ai prises dans l’appartement de Coco Chanel. C’était une commande ; en photographiant son appartement vide, à travers ses objets, la lumière, c’est sa personnalité que je captais.

PHOTOS DR

PAR


LEBANON BEIRUT SOUKS +961 1 991 111 EXT 595


L’OFFICIEL

PETIT-DÉJEUNER

70

LEÏLA SLIMANI : “QUAND J’ÉCRIS, JE N’AI PAS DE SEXE”

Leïla Slimani dans les bureaux de son éditeur, Gallimard, à Paris en décembre dernier.

Son roman Chanson douce vient d’obtenir le prix Goncourt. L’écrivaine connaît le poids des conventions et le prix de la liberté : pour elle, la fiction est une forme d’émancipation. PA R

MARGUERITE

B A U X    PHOTOGRAPHIE

JUSTIN

PERSONNAZ


L’OFFICIEL

Le jour de la remise du prix Goncourt, Leïla Slimani n’affichait pas cette mine de lapin pris dans les phares qu’exhibent souvent les lauréats. Radieuse, elle évoluait avec souplesse au milieu de l’agitation. Puis elle s’était éclipsée pour fumer une cigarette, qui devait avoir le meilleur goût du monde. En deux romans à peine, cette jeune femme de 35 ans, née au Maroc dans une famille aisée et venue étudier en France à 18 ans, a gagné ce qu’on appelle la reconnaissance : une notoriété bienveillante, l’admiration pour ce qu’elle représente. Femme, maghrébine, belle, brillante, avec assez de finesse et de maîtrise pour donner vie à deux monstres de l’éternel féminin – l’une nymphomane, l’autre infanticide – sans verser dans le sensationnalisme. Comme beaucoup d’écrivains, Leïla Slimani prétend ne pas aimer le pouvoir. Mais une chose est sûre : elle en a. Femme de pouvoir : êtes-vous à l’aise avec ce mot ? Leïla Slimani : J’ai envie de revenir à l’étymologie : pouvoir faire quelque chose, c’est d’abord en avoir le droit. Je viens d’un pays et d’une civilisation arabo-musulmane où, pendant longtemps, les femmes ne pouvaient pas écrire, conduire, divorcer… C’est une révolution copernicienne pour moi de me dire que je peux. Et de me demander ce que je fais de ce possible. Si les femmes n’ont pas eu plus de prix littéraires, c’est qu’elles n’avaient pas le temps d’écrire, mais il est certain qu’il y en aura de plus en plus. N’êtes-vous pas agacée de l’insistance à vous présenter comme femme et comme franco-marocaine ? Je pense aux possibilités que cela ouvre pour d’autres. Cela sort les femmes d’une position victimaire. Les Anglo-Saxons ont cette culture du modèle, que nous avons du mal à accepter. Dans ma vie, j’ai été portée par Virginia Woolf, Toni Morrison, Joyce Carol Oates, etc. Pendant des siècles, la narration du monde a été captée par les hommes. Que pensaient les femmes pendant tout ce temps ? La question me fascine et ces modèles d’écrivaines m’ont motivée à combler ce silence et à raconter ce destin qui nous a été volé pendant des siècles. Vous considérez-vous comme un écrivain féminin ?

PETIT-DÉJEUNER

Non : quand j’écris, je n’ai pas de sexe. Il n’y a aucune différence sur la forme ou la qualité, mais sur le fond, on investit des domaines qui ne l’ont pas été par les hommes. Le statut de symbole vous plaît-il ? Je ne crois pas être un symbole. C’est une construction faite par d’autres, souvent sur des critères ethniques douteux. Être un modèle, c’est dynamique, cela peut aider les autres. Quand je vais au Maroc, des homosexuels, des jeunes filles viennent me voir. La littérature y est perçue comme quelque chose de très subversif, et cela les rassure de voir que je ne suis pas une paria dans ma famille. Je n’ai pas envie de devenir une icône jetable maghrébine, à qui on peut poser des questions sur tout, justement parce qu’elle va dans un sens qui plaît… Êtes-vous féministe ? Entre l’empowerment sexy à l’américaine et le militantisme issu des pays traditionalistes, comment vous situez-vous ? Je me suis toujours sentie étrangère au girl power, à ce féminisme de Madonna ou Sharon Stone, avec leur côté dominatrice. Pour des femmes qui n’avaient pas envie de ça, ou qui n’étaient pas capables de l’assumer, c’était une forme de violence. Je me sens plus proche de la nouvelle génération, celle de Chimamanda Ngozi Adichie qui, comme moi, vient d’une autre culture, de pays où l’on se méfie par essence des féministes. Souvent le droit existe, mais en pure théorie. Vous avez le droit de fumer une cigarette, de vous asseoir en terrasse, mais si vous le faites, vous êtes une pute. Et comment voyez-vous la situation en France ? C’est hallucinant de voir l’avortement revenir dans le débat politique. Et on est passé un peu vite sur Nathalie KosciuskoMorizet à qui François Fillon a dit : “Tu ne seras pas ministre parce que tu es enceinte.” Elle aurait dû protester ! Je suis enceinte en ce moment et certains ne peuvent s’empêcher de me conseiller de me ménager. On revient à la question du pouvoir. Cette maternité, qui est une bénédiction, a aussi été une malédiction politiquement et historiquement, le meilleur outil pour maintenir les femmes sous domination. Mais la femme enceinte n’est pas une petite chose fragile, c’est une combattante. J’ajoute une

71

chose : je trouve merveilleux qu’en France nous soyons totalement prises en charge par la Sécurité sociale. Et j’espère que ça ne va pas changer. Voyez-vous l’écriture comme une forme de pouvoir ? On a cette vision un court moment, quand le livre sort. Mais écrire, c’est la plupart du temps une immense impuissance. On se sent impuissant par rapport à la langue, à l’ampleur que l’on voudrait atteindre. C’est peut-être justement en enlevant cette dimension de pouvoir qu’on peut être heureux d’écrire. J’écris parce que ça me plaît. Je vois les choses de manière égoïste et hédoniste. On parle beaucoup de la mort du livre par rapport aux médias sociaux, mais il continue d’exercer un pouvoir puissant. Il ne faut pas confondre l’information et la littérature. Philip Roth dit qu’on ne prend plus la fiction pour ce qu’elle est. On la regarde avec un prisme sociologique, on lui demande quel est son message. J’aime la fiction, Les Hauts de Hurlevent, Les Grandes espérances, Balzac, Zola, les séries télé… Le livre survit parce qu’il ressort d’une émotion reptilienne et même enfantine : écouter des histoires. Il y a tout de même une dimension sociale et subversive dans vos romans. Je ne me suis jamais dit : “Ah ça, c’est un bon sujet, c’est subversif !” Mais j’aime à mettre en scène nos mauvaises pensées. La littérature est un lieu où l’on s’affranchit des bienséances et des conformismes. Je crois au mystère de l’autre. Je crois qu’on ne connaît jamais les gens. C’est ce qui fait la littérature : la profondeur et la gravité de l’âme humaine. Aujourd’hui, on voudrait vivre dans la transparence. Ce qui m’intéresse, c’est plutôt l’opacité des êtres. Le matin du Goncourt, vous êtes allée vous acheter une robe… Je me suis dit : “Comme ça, si j’ai le Goncourt, je la mets, et sinon j’aurai au moins une consolation.” J’aime bien avoir des excuses pour m’acheter des robes ! Je viens d’une famille où les femmes sont coquettes. Mais je ne suis pas la mode. De manière générale, je n’aime pas tellement les injonctions. “Chanson douce”, de Leila Slimani (éd. Gallimard).


L’OFFICIEL

ENTREE

72

LES GNOCCHIS Longtemps mal aimées, ces pâtes épaisses et fondantes font un retour remarqué sur les tables parisiennes. On les commande truffées, marines ou même aux escargots, mais toujours préparées maison par les meilleurs chefs du moment. EUGÉNIE

Le mythe D’abord baptisés zanzarelli puis malfatti (“mal faits”), les gnocchi seraient la première forme de pâtes à avoir été inventée, quelque part dans la vallée italienne de Ledro, à l’âge du bronze. Tour à tour populaires et royaux, ils se préparent d’abord à la mie de pain et au lait d’amande, puis avec de la farine, de l’eau et des œufs, parfois colorés d’épinards ou de safran, et servis à la cour en cas de victoire militaire. Autour du xviiie siècle, la recette s’enrichit de pomme de terre, pour ne plus changer jusqu’à aujourd’hui. Chez nous, les gnocchi prennent un S et se démocratisent vers le milieu du xixe, servis dans les brasseries comme dans les grands restaurants. En témoigne le Nana de Zola, qui mentionne des “niokys au parmesan” servis lors d’un dîner chez la courtisane. La lubie Obsession italienne oblige, les pâtes façonnées à la main puis aplaties d’un coup de fourchette se retrouvent depuis la saison dernière sur le devant de la scène bistronomique. Rien à voir ici avec une quelconque tendance à la régression, les gnocchis s’entourent désormais de produits nobles et plus poussés, comme la truffe noire, le chèvre fermier ou l’escargot. Grégory Marchand au Frenchie, Sven Chartier chez Saturne ou Franck Baranger au Pantruche ont été parmi les premiers à les célébrer, suivis par d’autres jeunes pros du néobistrot. Le sourcing quel sourcing ? Si les gnocchis n’ont pas besoin de produits nobles pour être cuisinés, il est franchement meilleur de se les faire servir maison pour une texture plus fondante que pâteuse. Les puristes peuvent tenter la recette romaine, à base de lait et de semoule de blé, ou la parisienne, imaginée à base de pâte à choux. Ou pas.

A D D A    PHOTOGRAPHIE

MAXIME

L E Y VA S T R E

Une assiette de gnocchis truffés, chez Tommy & Co. CARNET D’ADRESSES Truffés chez Tomy & Co. Servies en entrée à la table dont tout le monde parle, les petites merveilles préparées du jour par Tomy Gousset se lovent dans un bouillon de volaille, avec vieux comté, brisures de châtaigne et quelques truffes tranchées (22, rue Surcouf, Paris 7e). Forestiers chez Jouvence Dans son nouveau bistrot, le jeune chef Romain Thibault enveloppe ses gros gnocchis maison dans une crème de manchego relevée par des brisures de champignons cuits et crus. Plus que de saison (172 bis, rue du Faubourg-SaintAntoine, Paris 12e).

Grand large chez Mamma Primi Des moules avec des gnocchis ? E perché no ? Surtout lorsque la machine à blockbusters Big Mamma imagine dans son adresse des Batignolles une recette marine avec, en plus, quelques courgettes, de l’estragon et des oignons nouveaux (71, rue des Dames, Paris 17e). À emporter chez Rap L’épicerie secrète des chefs, qui viennent remplir leur frigo d’introuvables trésors transalpins. Et puisqu’on y est, autant goûter tous les parmigiano reggiano, de 22 à 37 mois, et la charcuterie tout juste débarquée des meilleures fermes de la Botte (4, rue Fléchier, Paris 9e).

PHOTOS DR

PA R


s cul pted by nature

n a ncyg on zale z.com

AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT 01. 99 11 11

AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS 04. 71 77 16


L’OFFICIEL

TENDANCES

74

Isabel Marant

Isabel Marant

Marni Bottega Veneta

Alexander McQueen

QUADRILLE Le motif carreaux s'impose comme le must have de la saison entre ADN rock et folklore britannique ou en all over sur des manteaux ceinturés et des robes structurées. R É A L I S AT I O N

STÉPHANIE

NAKHLÉ Christopher Kane

Altuzarra

Truss

Gianvito Rossi Hermès

PHOTOS DR

Isabel Marant

Rossie Assoulin


L’OFFICIEL

TENDANCES

75

Gucci

Dolce & Gabbana

Marc Jacobs

Valentino

Charlotte Olympia

FLORALIES En all-over et à la frontière du kitsch, l’imprimé fleur fait son come-back sur les podiums. R É A L I S AT I O N

STÉPHANIE

NAKHLÉ

Valentino In the spirit of Rio par Assouline Prada

Hermès

PHOTOS DR

Dolce & Gabbana Gucci Tory Burch


L’OFFICIEL

TENDANCES

76

Etro

Tory Burch Oscar Tiye

Loewe

Valentino

FOLKLO Gucci

Isabel Marant

La tendance folklorique s'impose partout: broderies, pompons, imprimés, perles, couronnes. La saison s’annonce haute en couleurs, en imprimés et en bijoux ethniques ! R É A L I S AT I O N

STÉPHANIE

NAKHLÉ Etro

Gucci

Prada

Miu Miu Etro

Loewe

PHOTOS DR

Loewe


L’OFFICIEL

TENDANCES

77

Michael by Michael Kors

Gucci

Saint Laurent

Charlotte Olympia

Oscar de la Renta

POIS POIS Le détail de la saison ? Les pois ! Motif basique toujours aussi efficace, le pois débarque en tout - partout. R É A L I S AT I O N

STÉPHANIE

NAKHLÉ

Stella McCartney

Charlotte Olympia

Current Eliott

PHOTOS DR

Charlotte Olympia

Fendi

Jimmy Choo Comme des Garçons


L’OFFICIEL

TENDANCE

82

BRIDE ABATTUE Débridée mais pas débraillée, la sandale est la vedette de la belle saison, avec une tendance au mélange des textures, daim/cuir vernis/PVC/ cristaux et paillettes, mais surtout une obsession du détail métallique. R É A L I S AT I O N

JOSÉE

NAKHLÉ

PHOTOGRAPHIE

R AYA

FA R H AT

De gauche à droite de haut en bas: Sandales à talons en daim Portofino, Gianvito Rossi. Baskets en cuir à finitions en métal, Miu Miu. Escarpins en cuir verni ornés de cristaux, Miu Miu. Escarpins en cuir à paillettes, Jimmy Choo. Sandales en cuir métallisé cloutées, Alaïa. Mules en cuir, Alexandre Wang. Escarpins en cuir et PVC, Gianvito Rossi. Loafers en cuir argenté, Dior. Sandales en cuir et satin, Dior.


MOSCHINO.COM


L’OFFICIEL

STYLE

84

PAR ELLE-MÊME

PHOTO ANGE CARLOTTI.

HALA MOAWAD


L’OFFICIEL

STYLE

85

UN PEU STYLISTE, MAIS NON ; UN PEU JOURNALISTE, MAIS MÊME PAS ; UN PEU PHOTOGRAPHE ET AUSSI VIDÉASTE, MAIS PAS TOUT À FAIT ; « PASSEUSE DE DISQUES » PLUTÔT QUE DJ : HALA MOAWAD EST ET N’EST PAS EN MÊME TEMPS. GRANDE VOYAGEUSE ET ESTHÈTE ÉCLECTIQUE, ELLE CRÉE DÉSORMAIS UNE LIGNE DE VÊTEMENTS QU’ELLE NE CRÉE PAS VRAIMENT. ON LA LAISSE VOUS EXPLIQUER. P

A

R

Vous êtes styliste, journaliste, DJ, tout est venu en même temps ou était-ce une série de hasards ? Comment a commencé chacune de ces différentes carrières ? Tout est une série de hasards. J’adore la musique mais c’est peut être parce que je l’aime autant que j’évite d’en faire une profession. Alors je passe des disques. J’ai toujours aimé les fringues et j’ai toujours customisé mes affaires. Et celles de ma mère… (sourire) Je n’ai jamais voulu devenir styliste, pourtant j’ai décroché mon premier job dans une maison de mode à Londres, Issa. Enfin, mon premier job dans la mode. Avant ça, j’écrivais pas mal pour divers journaux. Sur la musique surtout. Et puis aujourd’hui je suis styliste pour des publications, ainsi que consultante. De quoi est fait votre univers ? Mon univers est vaste. On y trouve Lou Reed, du glam rock, du cuir, des paillettes, de l’éphémère nostalgique, des auteurs russes, du Delta blues, Fassbinder (Rainer Werner), de l’humour, des amis extras, des voyages, des festivals, des couleurs, des toasts d’avocats et du whisky… et ma famille! D’où vient votre passion pour le vêtement ? Le vêtement a toujours été important pour moi. Pas la mode, car je m’en fiche total, mais le vêtement complète une image que je vois dans ma vie. Comme dans un film. Je trouve ca très bizarre, les gens qui disent « je mets n’importe quoi, c’est ok ». Trop bizarre, car comment dire ça alors qu’on a un tel un spectre de choix? Je ne comprends pas. Et puis c’est tellement cool de se saper! D’ailleurs, si je suis fan de Fassbinder ou de Scorsese, c’est aussi parce qu’ils ont cette vision d’esthètes. A quoi a ressemblé votre enfance ? Mon enfance était partagée entre Paris, Sao Paulo et Londres. J’ai eu la chance de grandir dans plusieurs villes totalement différentes, ce qui m’a permis de m’imprégner de diverses cultures. Quelles sont vos idoles dans vos trois domaines professionnels (stylisme, journalisme et DJing ?) Je n’ai pas de DJ préféré car je ne suis pas DJ. Les DJ sont des types qui font danser dans des clubs à Ibiza. Mais j’aime John Peels qui était un formidable DJ de la BBC et qui a enregistré un max de sessions live dans le studio « Peel Sessions ». Et en journalisme j’adore Lester Bangs et ses entrevues avec mes artistes favoris. Et aussi Hunter S.Thompson. Dans la mode, j’aime Ossie Clark, Yves Saint Laurent. Parmi les nouveaux j’aime le travail de Demna Gvasalia pour Balenciaga, Molly Goddard, Haider Ackerman, Hedi Slimane pour son habileté à nous vendre une image, un monde plutôt qu’un produit. Où achetez-vous vos propres vêtements ?

F

.

A

.

D

.

Je n’achète pas vraiment de fringues en magasin. Le shopping m’angoisse, je déteste les agglomérations de gens et la production de masse. J’adore les vintage stores. J’adore! C’est mon péché mignon. Je peux être mega-broke (NDLR : sans le sou) et en retard pour un rendez-vous, mais si je passe devant un magasin, j’entre automatiquement, je scanne et si j’ai un coup de cœur, j’achète. Ce numéro se produit plusieurs fois par semaines… Vos études vous ont-elles apporté quelque chose ? Étaientelles en rapport avec ce que vous faites aujourd’hui ? Mes études… je ne sais pas quoi en penser. Je n’ai pas fini l’école, j’ai fait des entourloupes pour entrer en école de photo, puis j’en ai refait pour entrer à la LAU (Lebanese American University) ou j’ai étudié la réalisation de film avec option littérature anglaise. Non, ce que j’ai appris ne me sert pas vraiment aujourd’hui. Je pense que j’aurais du faire une école d’art, car ça donne le temps. En revanche je ne pense pas qu’être en école d’art fait de soi un artiste. Du coup j’ai un cynisme envers ces écoles. Bref j’étais pleine d’opinions et de rebellions quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, vous créez votre propre ligne de vêtements. Qu’est ce qui a provoqué ce « passage à l’acte » ? Je ne crée pas une ligne de vêtements. Je fais de la récup et du custom-made. Mes blousons sont vintages, et le cuir vient de chutes que je récupère chez mon amie Delphine Delafon, qui est une super designer. Et donc quand je lui donne une consultation, je lui demande de me payer en cuir. Je n’en peux plus de la production de masse, des dix défilés par saison, des vêtements beaucoup trop chers… Les prix sont si élevés qu’on en on oublie la vraie valeur des choses. Et puis moi j’aime faire des choses avec mes mains et j’aime établir une relation entre le client et son vêtement. Mon inspiration est dictée par mes passions; les cowboys, la musique, les pin-up, mes clients et leurs idées. Je ne sais pas très bien comment c’est accueilli, mais les gens adorent l’idée et j’ai plusieurs commandes par semaine, là! Trop contente. Maintenant il faut faire la paperasse, la société etc. C’est du boulot que je ne sais pas faire mais je suis aidée. Notamment par ma sœur et ma mère. Vos projets, dans un avenir proche ? Cette question est tellement horrible ! Je ne sais pas comment je me vois dans deux jours, alors dans dix ans… et puis je me dis que si je dis un truc et que dans dix ans ça ne se fait pas, je ne vais jamais m’en remettre, Alors laissons le temps au temps. Et la marque? Je remarque que ce sont les gens qui créent ta marque. C’est leur participation, leurs encouragements qui donnent envie de continuer. Comme projet immédiat, j’ai quelques vestes a terminer et deux, trois soirées où je dois jouer… alors j’y vais.


Not

just Jourdan Dunn

a model

PHOTOS INSTAGRAM

Cameron Russell


“Sois belle et tais-toi” n’est certainement pas le mantra que suit la nouvelle génération de mannequins. À travers les réseaux sociaux et leur engagement personnel, elles prouvent que derrière leur plastique parfaite se cachent des personnalités singulières. Portraits de ces nouvelles walkyries du catwalk. P A R

M É L O D Y

T H O M A S

Ashley Graham

Cara Delevingne

“J’adore mon mari, le Président Barack Obama et nos enfants Sasha et Malia” lance Gigi Hadid en imitant Melania Trump lors des derniers American Music Awards. Une référence à un discours prononcé par la nouvelle première dame lors de l’élection présidentielle américaine, copié sur celui de Michelle Obama lors de l’investiture de son mari en 2008. Si, depuis, mademoiselle Hadid a présenté ses excuses, sa prestation marque la nouvelle place qu’occupent les mannequins dans l’espace public. À l’instar des Miss, longtemps leur rôle a été d’être de belles plantes ou de simples portemanteaux. Des objets souriants, flexibles, qu’il est possible de faire tenir dans n’importe quelle pose. Souvenez-vous de l’exposition “Mannequin, le corps de la mode” qui s’est tenue aux Docks, Cité de la mode et du design, à Paris en 2013, et retraçait la place particulière des mannequins dans l’industrie de la mode. Le communiqué de presse stipulait : “Empruntant son nom au mannequin en osier des salons de couture du xixe siècle, le mannequin vivant a pour fonction

de porter les modèles devant les clientes comme devant l’objectif tout en gardant ce statut d’‘objet inanimé’ qui met en valeur les vêtements pour mieux les vendre.” À cette époque, les clientes sont celles dont on retient les noms, femmes de bonne famille ou célébrités, et, si les images d’archives de cette période sont nombreuses, on ne se souvient ni des visages ni des noms des mannequins. L’émancipation des modèles Dans les années 1990, Naomi Campbell, Christy Turlington, Tatjana Patitz, Cindy Crawford, Linda Evangelista et Claudia Schiffer atteignent une popularité qui va jusqu’à dépasser celle des marques pour lesquelles elles défilent. Avec leur silhouette sexy et décomplexée, elles participent au phénomène d’émancipation de la femme qui parcourt l’Occident. Tandis que les working girls se battent pour briser le plafond de verre qui les empêche d’atteindre le même statut que les hommes, que les


C’est avec des images de célébrités désabusées qu’a grandi la génération des millennials et c’est cette même génération métissée, connectée et partageant ses opinions qui aujourd’hui prend les podiums d’assaut. aujourd’hui prend les podiums d’assaut. En 2015, Cara Delevingne dénonce le harcèlement sexuel dont elle dit avoir été victime depuis ses débuts : “Je suis un peu féministe et ça me rendait malade. C’est horrible et dégoûtant. On parle de jeunes filles. Vous commencez quand vous êtes très jeune et (…) vous êtes soumise à… des choses pas très bien.” La même année, Jourdan Dunn défile pour Fashion for Relief contre le virus Ebola qui frappe l’Afrique. À une époque où tout se matérialise, étrangement, c’est vers la diversité des corps que se tournent les yeux de la mode. Le mannequin de 28 ans Ashley Graham a dévoilé en novembre dernier la poupée Barbie à son effigie plus-size. Depuis plusieurs années, Graham lutte contre les idées reçues sur les corps qui ne correspondent pas aux diktats de la société : “Les jeunes filles vont maintenant pouvoir grandir en voyant que leur corps est normal, et je pense que c’est très valorisant, et que ça encourage les jeunes générations” a-t-elle déclaré au Hollywood Reporter. Pour Cameron Russell, l’autre enjeu principal de la

dans les plus grandes capitales de la mode et ont vu leur visage en couverture de tous les magazines qui comptent. Des leaders du changement À la fin des années 2000, les mannequins stars et célébrités commencent leur ronde de désintox tandis qu’on découvre avec effroi la vie des top-modèles tendance heroin chic : drogues et anorexie font un carton plein depuis près de vingt ans, mais le sifflet de fin de jeu vient de retentir. Cette même année, la Française Isabelle Caro, mannequin et comédienne, paraît nue dans une double page shootée par Oliviero Toscani pour lutter contre l’anorexie. La campagne No Anorexia provoque un séisme dans les coulisses feutrées de la mode. C’est avec ces images de célébrités désabusées qu’a grandi la génération des millennials (née entre les années 1980 et 2000), et c’est cette même génération métissée, connectée et partageant ses opinions qui

Naomi Campbell

mode, c’est l’environnement. Lorsque l’ouragan Patricia a ravagé le Mexique, elle a appelé ses 59 100 followers à manifester aux côtés du mouvement The People’s Pilgrimage – en compagnie de Lily Donaldson, Stella Maxwell, Bella Hadid, Arlenis Sosa, Toni Garrn, Grace Bol et Barbara Palvin – pour défendre les droits environnementaux. Dans une interview accordée dans un magazine américain, elle a même soutenu que la mode pouvait être un des leaders du changement : “Nous sommes l’une des industries les plus polluantes au monde, donc changer nos pratiques pourrait avoir un impact massif. Aussi, la mode possède les machines culturelles et médiatiques les plus convaincantes qui existent. C’est une période excitante dans laquelle la mode peut être à l’avant-garde et diriger les débats sur le changement climatique.” Loin de n’être que des pretty faces, les mannequins d’aujourd’hui utilisent leur voix pour mobiliser leur communauté. Reste à savoir si pour elles les spots des caméras seront suffisants ou si certaines ne se décideront pas à entrer en politique.

PHOTOS INSTAGRAM

girls bands font résonner leur pop girl power à l’international et que les filles de Sex and the City affirment un sexpowerment révolutionnaire et humoristique, The Big Six – comme on les appelle – gagnent de l’argent comme aucun autre mannequin avant elles, et développent un culte de la personnalité qui dépasse la sphère mode. À leur manière, elles ont changé la face du mannequinat et certaines ont même utilisé leur notoriété pour mettre en avant des causes qui leur tenaient à cœur. C’est le cas de Naomi Campbell qui, avec Bethann Hardison et Iman, fait partie de Balance Diversity, une organisation qui lutte pour obtenir plus de diversité ethnique dans l’industrie. Avec leur shame list (la liste de la honte), publiée en 2013, elles ont mis certains designers face au manque flagrant de mannequins de couleur dans leurs défilés, devenant ainsi les premiers modèles de l’industrie à s’engager dans une cause sociale visant à révolutionner leur milieu. Elles ont fait résonner leur nom


Adwoa Aboah Modèle et actrice britannique, Adwoa est la fille de Camilla Lowther, créatrice de l’agence CLM. Suivie par 98 000 followers sur Instagram, elle a déjà fait les covers du Vogue Italia et de i-D, et a été aperçue lors de défilés Versus Versace ou Koché. Cette année, elle a créé Gurls Talk, une plateforme numérique et série vidéo qui aborde librement, de manière positive et avec un prisme féministe, les problèmes de santé mentale et d’addiction, deux thématiques qui lui sont chères puisqu’elle en a souffert personnellement. “Il y a quelque chose de (…) magique quand on réunit un groupe de femmes ensemble” a-t-elle confié à Teen Vogue. www.gurlstalk.com www.instagram.com/adwoaaboah

Charli Howard et Clémentine Desseaux Lorsque son agence lui a dit qu’elle était “trop grosse”, Charli Howard (photo cidessus) a saisi les réseaux sociaux pour exprimer son mécontentement et claquer la porte. C’est dans sa nouvelle agence qu’elle rencontre Clémentine Desseaux

modèles qui font bouger les lignes

(à droite), mannequin plus-size français, avec qui elle crée All Woman Project, la plateforme aux 26 700 abonnés. Ces deux jeunes tops militent pour une diversité mieux représentée dans l’industrie : “Nous voulons que les médias célèbrent les femmes de toutes les formes et tailles et qu’ils arrêtent de pousser les filles à penser qu’elles doivent être cet idéales de beauté, blanches, minces et grandes.” w w w. i n s t a g r a m . c o m / bonjourclem w w w. i n s t a g r a m . c o m / charlihoward www.allwomanproject.com

Hari Nef Hari Nef, 24 ans, est mannequin et actrice trans. Elle a défilé entre autres pour Hood by Air et Gucci et a joué dans Transparent, la série d’Amazon. Cover-girl de magazines tels que le Elle anglais, Interview, Wonderland et Jalouse, elle a une influence considérable sur les réseaux sociaux, avec 156 000 followers Instagram, et elle utilise sa voix pour faire avancer les droits trans. “Je pense que souvent mon travail est obscurci par mon genre. L’identité est une impasse” a-t-elle déclaré au Guardian. www.instagram.com/harinef Tess Holliday Elle est à ce jour le premier modèle plus-size à avoir signé dans une agence importante. Tess Holliday, 31 ans, a fait de son corps une arme de choix pour pousser les femmes à assumer leur corps et à le faire accepter. En 2013 elle a lancé #EffYourBeautyStandards (“J’em… vos normes de beauté”), un mouvement aux 328 000 abonnés sur Instagram, qui engage la conversation sur les standards physiques imposés par la société. “Je suis toujours le plus petit et le plus gros mannequin qui travaille dans cette industrie, et je le serai sans doute encore pour un moment” a-telle confié au site The Cut, en se plaignant du double discours des professionnels de la mode. www.instagram.com/tessholliday www.instagram.com/EffYourBeautyStandards


L’OFFICIEL

ZOOM

90

APPELEZ-LE LEBNAN, ENCORE ET TOUJOURS, PARCE QU’IL FAIT PARTIE DE CE QUE LE LIBAN PRODUIT DE PLUS BEAU : LE COURAGE DE SA JEUNE GARDE ARTISTIQUE, SA PERSÉVÉRANCE, SON ENVIE DÉVORANTE DE SE DÉPASSER, FIDÈLE À ELLE MÊME COÛTE QUE COÛTE. PERVERS AU SENS LE PLUS POÉTIQUE DU TERME, LEBNAN MAHFOUZ EST UN CRÉATEUR DE MODE QUI OFFICIE SOUS LE LABEL « PERVERSE ». P

A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTOS DR

DE CHANTAL GOYA AU STUDIO 54


L’OFFICIEL

ZOOM

« Quand j’étais enfant, je voulais être un artiste. Je ne voyais pas de différence entre la mode et l’art. Je feuilletais les Burda de ma tante paternelle qui était couturière. J’observais ma mère, je l’aidais à assortir ses tenues. Je n’ai jamais habillé de poupées, mais j’adorais Chantal Goya, ses costumes de scène surtout. Il paraît que j’ai pleuré de frustration en constatant un jour qu’elle n’avait pas changé de robe entre deux tableaux. Je n’aimais pas l’école. Je n’y apprenais rien. J’aimais la biologie et les langues, c’est tout ce qu’il m’en est resté. Aujourd’hui, je puise mon inspiration dans les cultures du monde. » C’est ainsi que le jeune styliste résume son éclosion. A cette époque, il ne pouvait pas encore imaginer jusqu’où le conduirait sa passion. Les années de formation, et puis la vie Après le collège, Lebnan Mahfouz veut étudier la mode. En 2008, ce n’était pas encore un cursus classique. Il se renseigne et finit par trouver Esmod Beyrouth en demandant son chemin. Il s’inscrit en stylisme et modélisme, « parce qu’on ne peut pas faire l’un sans l’autre : il faut connaître l’anatomie du vêtement ». Il termine avec une mention, il est heureux. Mais c’est le moment où, comme tout jeune diplômé à la veille d’affronter la «vraie » vie, il se sent au bord d’un précipice. Où commencer ? Un stage chez Rabih Kayrouz lui avait enseigné les contraintes du métier. Les folies qu’il pouvait se permettre à l’académie n’ont absolument rien à voir avec la réalité du marché. Le jeune créateur s’assagit et repense ses créations en termes de stratégie. Il poursuivra sa formation chez Elie Saab, à l’atelier de modélisme, puis chez Zuhair Murad dans le stylisme du prêt-à-porter. Ce dernier lui propose de rester, mais le jeune homme est pressé d’apprendre. Il n’est pas prêt à s’installer dans un emploi fixe. Il a la phobie de l’engagement. Vient ensuite une proposition de travail dans une usine de robes de soirée en Turquie. Il accepte, tient un an, travaille dur, apprend les arcanes de l’industrie et revient.

91

La route des Indes Grâce à son expérience turque, Lebnan Mahfouz est engagé par Giaccomo Cinque qui fait broder en Inde des caftans de plage. Ce créateur basé à Positano a besoin d’un assistant dans le souscontinent où il séjourne trois mois par an. Le voilà à New Delhi avec son nouveau patron. La découverte de l’Inde est un tournant enchanté dans la vie de Lebnan. Il pense à Diana Vreeland, au documentaire « The eye loves to travel ». Il apprend de nouvelles techniques, la production d’un vêtement à partir d’un patron (ce que l’industrie indienne ne maîtrise pas encore) et d’un simple échantillon de broderie. A son retour au Liban, il est encore sous le choc, déboussolé par le contraste entre le luxe de la mode et la pauvreté de Delhi. Il gagne correctement sa vie en réalisant des sketches et en assurant le suivi de la production dans des ateliers, mais ce n’est pas encore la voie qu’il recherche. Et puis la Chine C’est alors qu’une marque de mode appartenant à un Libanais et un Brésilien, spécialisée dans la production de masse, dont les bureaux se trouvent à Bangkok et qui réalise en Chine des vêtements pour le Brésil, lui propose un job similaire à celui qu’il exerçait en Inde. Le voilà à Bangkok, la « Big Mango » comme on l’appelle en comparaison avec la « Big Apple ». L’Asie n’a pas fini de le surprendre. Là, il découvre à tous les coins de rue les innombrables petits ateliers d’un peuple aussi industrieux que persévérant. Il part ensuite pour Guangzhou où le « fabric market » lui coupe le souffle. Des tissus à perte de vue. Il sort ses sketches, choisit des tissus pour chaque dessin. L’agent qui le suit relève les références et réalise les achats avec précision, sur-le-champ. Lebnan part ensuite pour Shantou, sur la Mer de Chine méridionale, à 4h de train de Guangzhou. Là, il est accueilli par les habitants comme un membre de leurs familles. Il vérifie la conformité des produits, rectifie les patrons sur toile, revient à Guangzhou, repart pour Shantou où il fait


L’OFFICIEL

ZOOM

approuver les échantillons finaux. Il n’en revient pas de ce qu’il est en train de vivre. Mais de retour à Bangkok, il jette l’éponge. Le climat tropical lui pèse, il a besoin des quatre vraies saisons du Liban pour retrouver sa créativité. Neutralité sexuelle Et le voilà réinstallé au pays de son enfance, prêt à lancer sa propre marque. Il y investit l’argent épargné en Asie. Il a aussi engrangé de l’expérience, sait par où commencer, connaît les attentes de la région. Dès sa première collection, il adopte une stratégie de neutralité sexuelle et prend le parti de réaliser des vêtements fluides, sans structure, qui vont aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Réservant sa signature à la haute-couture, il donne à son enseigne un nom ciblé, qui va bien au style « club wear ». Ce sera « Perverse », et le logo sera dessiné en lettres phonétiques et en noir et blanc. Cuir, néoprène, coton, résille, le mannequin de son premier shoot, Maya Akil, a l’allure androgyne qui sied à la collection. De mère chinoise, elle a de plus cette beauté exotique qui fascine. Son mannequin masculin est un pote, le manager du Bardo, faux dur à la barbe fournie. Deux gueules qui ne laissent pas indifférent et font le buzz sur les réseaux sociaux. Les commandes affluent, les prix sont abordables pour le public recherché. Une palme à Dubaï Lebnan est aussitôt abordé par Starch. Il présente son portfolio à cet incubateur de talents libanais qui le retient et lui offre, avec les autres candidats retenus, de présenter sa collection à l’événement Fashion Forward de Dubaï. Durant son « incubation » à Starch,

92

il réalise une deuxième collection : « Shadows of my reflection ». C’est cette nouvelle ligne, tout en noir, qui va défiler à Dubaï. Le soir de l’épreuve, la critique de mode de Vogue Arabia, réputée redoutable, fume une cigarette à l’extérieur, habillée en Missoni. Lebnan fume aussi dans son coin. Elle lui sourit, il lui sourit, il ne sait pas qui elle est, elle se présente, elle l’a vu courir sur le podium à la fin de son show, elle lui dit « good job » et souligne qu’il n’est pas facile de faire une impression avec une collection toute noire sur un tel défilé. La critique est favorable et la collection est la mieux vendue de Starch en huit ans d’existence. Son style est qualifié de « athleisure », comprendre un croisement entre l’univers du sport et celui de la détente. Noir éternel De retour de Dubaï, il est obsédé par la suite, et se plonge dans l’univers du Studio 54, dans l’ouvrage « Champagne Supernova », dans la créativité débridée de cette folle époque disco à laquelle sa vieille âme se sent appartenir. Il est lancé corps et âme dans la préparation de cette troisième collection déjà baptisée « Supernova » et dont il a déjà prévu la bandeson, quand commencent à tomber les premières photos de la fashion week de Paris. La tendance générale est Studio 54. Cela le conforte dans l’idée qu’il a « l’instinct ». Aujourd’hui, fort de son expérience asiatique, le jeune créateur limite ses modèles à deux tailles, poursuit son exploration de ce noir qui lui est une identité. Parce qu’il aime mélanger les textures et les textiles, et que de telles expériences ne supportent pas la couleur. Le noir dure. Et Lebnan est parti pour durer.


Aïshti Downtown Beirut Aïshti By the Sea Antelias Aïshti Verdun dvf.com


FOCUS

94

CARRURE AU CARRÉ

PHOTOS DR

L’OFFICIEL


L’OFFICIEL

FOCUS

95

LES JEUNES DES EIGHTIES ONT VÉCU ENTRE FRIC ET FRIME AU RYTHME DES SÉRIES DALLAS ET DYNASTY, DES HEURS ET MALHEURS DE LADY DI ET DES GARDEN PARTIES DE NANCY REGAN À LA MAISON BLANCHE. EN MIROIR DE CETTE DÉBAUCHE DE GLAM ET DE FOURREAUX À PAILLETTES, MARGARET THATCHER FAISAIT SA DAME DE FER, COMMANDAIT LA GUERRE DES MALOUINES ET INSPIRAIT UN POWER DRESSING DONT LES CHEFS DE FILE S’APPELAIENT JEAN-PAUL GAULTIER, THIERRY MUGLER OU GIORGIO ARMANI. LES FEMMES PRENAIENT LE POUVOIR. P

A

R

L’iPhone n’a pas encore été inventé, pas plus que le laptop ou le téléphone portable, mais dès le premier job, on s’offre un gros « organiser » Filofax et un stylo Montblanc. Ainsi armée, la jeune femme des années 80 est prête à conquérir ce marché qui se réveille après une fin de décennie morose, en appelle à ses bras et lui fait lourdement du pied. Pour s’habiller dans cet univers masculin que sont encore les entreprises, mieux vaut adopter les nouveaux codes : à la fois sévères et sexy, ils imposent le respect et transmettent un message de sérieux, d’autorité et d’égalité. Power dressing Pour le soir, Yves Saint Laurent avait placé la barre assez haut en inventant le smoking féminin. Pour le jour, il fallait trouver mieux, se servir dans le vestiaire des hommes sans tomber dans la caricature ni céder sur la séduction. On va aller voir du côté des années 40 où les femmes recréaient leur garde-robe avec des surplus militaires. Pour féminiser une veste d’officier, quoi de mieux que de l’étrangler avec une grosse ceinture ? La carrure ainsi obtenue donne de l’ampleur aux épaules, affine la taille et, assortie à un pantalon à pinces ou une jupe crayon, met en valeur le derrière mais tient le mâle à distance, puissante, intimidante, mais tellement élégante. Le tailleur est donc de retour, mais décalé, avec des jeux de coupes sur les revers et des volumes inédits. Les couleurs sont passe-muraille, mais foulards, écharpes et bijoux couture s’en donnent à cœur joie pour chahuter cette austérité. Mieux, avec le body et le soutiengorge « push-up » de Wonderbra, la lingerie ne se cache plus, se porte directement sous la veste ouverte, et les seins sortent aux balconnets, mais qui s’y frotte s’y pique. Loin de neutraliser la sexualité des femmes, cette silhouette « delta » les sur-sexualise, s’accompagnant de talons aiguille à la fois armes fatales et « fuck-me shoes », d’un maquillage élaboré, ongles vernis et

F

.

A

.

D

.

coiffures courtes, ultrasophistiquées. Cette panoplie « noli me tangere » est aussi une réponse à la pandémie du Sida qui ravage les milieux de la fête et des discothèques. Moins le sexe est charnel, plus il est visuel. Cocons géants Amorcée en réaction contre les années bling-bling du début de ce millénaire, la silhouette delta fait son grand retour, trente cinq ans après, avec un pic prévu pour le printemps prochain. L’instinct des créateurs de mode est un mystérieux prodige, et rien ne pouvait mieux tomber que cette transe d’épaules démesurées dans la foulée de l’investiture de Donald Trump à la Maison Blanche. Dans la foulée des petites phrases sexistes du nouveau président américain et des women’s marches pour le droit des femmes de disposer de leur corps, les grandes enseignes de luxe semblent s’être donné le mot pour créer des volumes amples, donner de l’épaulette, creuser la taille, bomber le torse. Lever la tête et le poing ? On n’en est pas loin, mais tout l’art, cette fois, est dans l’understatement. Dans la collection croisière de Marc Jacobs comme celle de Christian Dior, ce sont des silhouettes d’inspiration victorienne, toutes sages et romantiques qui voient leurs manches soudain gonflées à l’hélium et leurs tailles ceinturées de motifs fauves. Chez Balenciaga, l’accent est mis sur les biscotos dans des ensembles en néoprène gris. Chez Céline, on se laisse engloutir par le vêtement qui nous transforme en femmes-sandwiches pour œuvres d’art en mouvement. Chez Stella McCartney, pas moins : l’écologiste utilise paradoxalement des kilomètres de tissus pour une collection qui ne laisse pas un centimètre de peau à l’air libre, pas même le bout des doigts. Encore ce dévorant besoin de sécurité qui nous fait endosser des cocons géants. La période à venir sera-t-elle si terrible ? Au moins l’affronteronsnous avec talent.


L’OFFICIEL

STYLE

96


L’OFFICIEL

STYLE

97

Il y a toujours l’ombre d’un feuillage, les gestes d’un effeuillage, le poids d’un regard, le trait d’un rayon, ce rien dans les yeux qui légende une pose, dense ou vide, innocent ou coquin. Il y a ce flou, parfois, cette palette pastel, ce cache-cache avec le réel. Dana Boulos est photographe de mode. Sa signature court de Vogue à Elle en passant par Jalouse, The Editorial Magazine ou le site de beauté Into the Gloss.

DANSE AVEC LA LUMIÈRE PAR F.A.D.

Cette brune Lolita au seuil de la trentaine a grandi à Hampstead, pittoresque et élégante banlieue de Londres hantée par Agatha Christie et Sigmund Freud. Mais c’est aux Etats Unis que cette artiste qui ne tient pas dans une boîte décide de s’installer à la fin des années 90. Dans ses souvenirs les plus lointains, Dana Boulos tient déjà une caméra. « J’ai photographié tous les jours de ma vie, jusqu’à trouver mon style. Et c’est sans doute l’influence de Sarah Moon, la qualité éthérée de son travail, qui m’a montré ma propre voie. J’ai commencé par photographier mes amis, et j’ai continué en photographiant des modèles pour les magazines », affirme celle qui s’essaye désormais à la réalisation de films. Elle ajoute : « Je suis une rêveuse, et rien ne peut m’empêcher de poursuivre un rêve jusqu’à ce qu’il devienne réalité ». De fait, on aura rarement vu autant de rêve associé à autant de détermination dans une même petite personne, surtout que sa conception du rêve est indissociable de l’idée de se mettre en danger, oser, prendre des risques. Et sa vie d’artiste le lui rend bien, qui la ballotte de continent en continent au hasard de ses projets. Dernièrement, pour une vidéo tournée à Tokyo, il lui a fallu recourir à Google translate, non seulement pour diriger l’équipe, mais aussi pour la production (elle a d’ailleurs hâte de voir ce que cela va donner). Jours tranquilles à L.A. Entre deux avions, c’est à L.A. que Dana Boulos se pose. Là est sa vie et son appartenance. Le soir, devant sa télé, se nourrissant de salades vitaminées, elle pourrait se repasser jusqu’à la fin des temps Innocents de Bertolucci ; ou Tombe les filles et taistoi de Woody Allen ; Kids de Larry Clark ; Seize bougies pour Sam de John Hughes ; Caramel de Nadine Labaki, ou le Conte d’été de Rohmer, et du même Rohmer les Six contes moraux qu’elle retrouvera sur sa table de chevet, plus tard, au moment

PHOTOGRAPHIES RAUL ROMO

de se coucher. Du reste, elle est loin d’avoir épuisé l’immense collection de films distribués par Criterion, son réseau préféré, ce qui lui réserve de quoi occuper ses soirées libres pour de longues années encore. Elle adore le cinéma, et Natalie Portman et Louis Garrel. Dans une autre vie, elle aurait aimé être Audrey Hepburn, mais elle voue une admiration sans bornes à deux héroïnes bien réelles : sa mère et sa grand-mère. Le rythme et l’ambiance de ses shoots doivent sûrement quelque chose à la tonne de hip-hop et de french new wave qui se distillent dans ses écouteurs, même si sa préférence va en ce moment au compositeur, mannequin et skateur de 19 ans Cosmo Pyke. Pour le plaisir des yeux, il lui faut Monnet et Hajime Sorayama. Son esthétique personnelle est d’ailleurs le résultat de cette hybridation entre le peintre impressionniste et l’illustrateur hyperréaliste de robots érotiques. Photographe de mode, Dana Boulos aurait beaucoup à dire sur l’art de la sape, elle qui ne porte d’autre bijoux que ses folles bagues en or et ne conserverait de son propre vestiaire qu’un vieux tutu de ballet. Mais Jacquemus et Hedi Slimane règnent sur son Olympe au-dessus de tous les autres. En bonne Angelena, ses pas la conduisent inlassablement le long de Silver Lake street, ou encore, pour un hiking ou une séance de yoga, sur les collines où elle s’arrête volontiers à Los Feliz pour un repas au Figaro. Si elle pousse souvent jusqu’à la plage, sa destination bonheur est Tulum, de l’autre côté de la frontière. Aujourd’hui, elle a banalement travaillé sur des projets en cours et diné avec quelques potes. Pour demain, elle a prévu une séance de hot yoga et elle envisage de commencer une toile. Si on lui demande comment elle se voit dans vingt ans, elle confie son rêve de devenir une réalisatrice consacrée. Pour l’heure, elle s’accroche à ce compliment inestimable reçu pour son travail : « La technique peut s’apprendre mais, chère Dana, le goût, tu l’as, et ça, ça ne s’apprend pas. »


L’OFFICIEL

STYLE

102

UNE ROBE TROIS IT-GIRLS Jeunes et prometteuses, une blogueuse, une actrice et une artiste s’emparent d’un modèle iconique d’Emilio Pucci, revisité par Massimo Giorgetti, nouveau directeur artistique de la maison florentine. PHOTOGRAPHIE SARAH BLAIS    STYLISME JENNIFER EYMÈRE    TEXTE ELSA FERREIRA

C’est la pièce iconique de Pucci. Une robe fluide, des imprimés pop et un hédonisme assumé. Le luxe fantaisiste de la dolce vita, concentré de la maison florentine fondée en 1948 par le marquis Emilio Pucci et sous la direction créative de Massimo Giorgetti depuis 2015. “Qu’est-ce que le mot luxe veut dire aujourd’hui ?” s’interroge le créateur. “Je pense que le luxe est du temps libre bien dépensé dans de magnifiques endroits.” L’univers graphique coloré de Pucci correspond parfaitement au créateur italien, que l’on connaissait déjà audacieux pour sa marque MSGM.

“La maison Pucci a un héritage colossal, confiait-il l’année dernière à L’Officiel après sa nomination. Au départ, j’étais un peu effrayé par le poids du passé et j’ai fait beaucoup de recherches dans les archives pour réinterpréter les pièces iconiques. Puis j’ai compris que, même si Pucci est une maison historique, elle a une personnalité très jeune : j’ai donc commencé à imposer mon style tout en respectant ses particularités. J’espère avoir fait le bon choix.” Pour incarner l'esprit de la fête et de la jet-set propre à Pucci, trois talents prennent la pose…


Carlotta Kohl en robe en jersey imprimé all-over "Labirinto", EMILIO PUCCI. Bagues vintage.


ANGELINA WORETH

Pour la génération des millennials, les success stories commencent sur les réseaux sociaux. À 16 ans, la jeune Parisienne est connue pour faire partie du Gucci Gang, une bande de copines à l’allure efficace qui poste des photos sur Instagram. Mine blasée et allure nonchalante, les filles manient les codes de la mode avec brio. Mais Angelina le jure : tout ça n’était pas prémédité et, dans la vie, elle est plutôt du genre rigolote. Cover-girl de L’Officiel en mars dernier, coup de cœur d’Asos en octobre, Angelina et son gang font parler d’eux dans la presse du monde entier. La classe. Mais Angelina garde la tête froide. Son succès, c’est dans la comédie que la jeune fille voudrait le trouver : “Le jour où j’aurai un premier rôle dans un super film, ce sera quelque chose de concret.”


Robe en jersey imprimé all-over "Bersaglio", sac en cuir de veau, ­EMILIO PUCCI. Bagues vintage.


MACKENZIE

FOY

À 16 ans, Mackenzie Foy a déjà une carrière impressionnante. Enfant mannequin, elle faisait ses premiers pas devant les objectifs à 3 ans pour Ralph Lauren. Treize ans plus tard, elle tourne dans des blockbusters hollywoodiens et sera à l’affiche avec Keira Knightley, Morgan Freeman et la ballerine Misty Copeland dans l’adaptation de Casse-Noisette par Disney. Entre-temps, l’ado workaholic a tourné dans Interstellar, Twilight, a prêté sa voix pour le film Le Petit Prince tout en menant ses passages télé comme une pro – lorsque, par exemple, pour démontrer ses talents de ceinture noire de taekwondo, elle a fait une clef de bras au présentateur du Tonight Show, Jimmy Fallon. Pour nous, c'est une seconde rencontre avec la demoiselle, qui faisait sa première couv’ avec L’Officiel Enfant en février 2013.


Robe en jersey imprimĂŠ all-over "Bersaglio", EMILIO PUCCI. Chaussettes en coton, FALKE. Derbies en cuir, JONAK.


CARLOTTA

KOHL

Robe et pochette en jersey imprimé all-over "Labirinto", EMILIO PUCCI. Bagues vintage.

Coiffure : Roger Cho. Maquillage : Shelley Blaze. Set design : Daisy Azis @ Studio Maud. Vidéaste : Shota Sakami. Assistante photo : Alice Fisher. Opérateur numérique : Guillaume Mercier. Assistante stylisme : Alizée Henot.

L’artiste de la bande est à l’aise des deux côtés de l’objectif. Mannequin depuis ses 15 ans, Carlotta Kohl s’adonne aussi à la peinture à l’encaustique, une technique à la cire avec laquelle elle crée des toiles douces aux couleurs néon. “Utiliser mes mains pour physiquement former quelque chose est une expérience créative très différente. C’est incroyablement thérapeutique et cela m’aide beaucoup”, raconte-t-elle. Pour elle, l’art est “ma façon de gérer comment je me perçois dans le monde” mais aussi une vision en perpétuelle évolution. Surtout, c’est la photo qui passionne la jeune artiste, qui aimerait en faire son métier. Sur le shooting, le courant passe avec la photographe, Sarah Blais, qui “sait comment rendre une femme magnifique”.


L’OFFICIEL

STYLE

110

AMAIÒ, LA MODE QUI FAIT DU BIEN

P

A

R

M

.

L

PHOTOS DR

COOL CALIFORNIEN ET CHIC PARISIEN, LE STYLE AMAIÒ, NOUVELLE MARQUE DE VÊTEMENTS DE PLAGE DE LUXE, BASÉE À LOS ANGELES EN CALIFORNIE, FAIT ÉCHO AU PARCOURS COSMOPOLITE DE SA DESIGNER, SAMANTHA KHOURY.


L’OFFICIEL

STYLE

111

Amaiò, est née de la passion de Samantha Khoury pour l’océan. Détails de plissage fait main, effet drapé, boutons de manchettes ou cols Claudine, au savoir-faire couture s’ajoute un style qui s’inspire de la mode prêt-à-porter, explorant les élégantes possibilités d’interpréter le maillot de bain en vêtement de jour. Le souci du confort et de la qualité, Samantha l’a acquis au cours de ses études en arts plastiques à Paris où elle a appris à dessiner les courbes d’un corps et observer les mouvements, les gestuelles. La palette terrienne; beige, ombre, ivoire, rouge ou or de la première collection « Original Collection », s’imprègne, pour la Capsule printemps 2017, d’un reste de couleurs sombres de l’hiver parisien, noir et bleu-marine. Les modèles phares de la marque au chic architectural et intemporel seront déclinés dans de nouvelles couleurs pour les prochaines collections et assortis à une panoplie gracieuse de vêtements de croisière. Le projet de cette artiste, styliste et désormais entrepreneure, part d’abord d’une envie d’agir. Elle a grandi entre Boston, Paris et Santa Barbara avec des voyages réguliers au Liban pour y voir sa famille paternelle. Cette exposition à différentes cultures l’encourage à travailler dans des organisations nongouvernementales d’envergure internationale. La jeune femme prend alors conscience de la nécessité de multiplier les actions concrètes sur le terrain et décide de créer un business qui soit aussi une plateforme pour le soutien des communautés locales. A travers un premier partenariat avec The Thirst Project, son label Amaiò contribue avec une partie de ses bénéfices à apporter de l’eau potable à des populations du tiers monde qui n’y ont pas accès. Samantha se fixe comme objectif de maintenir ces partenariats sur le long terme, et d’en créer de nouveaux afin que la responsabilité sociale demeure le fil conducteur du projet. Déjà présente à travers les Etats Unis, et livrée dans le monde entier via son site internet, la marque Amaiò poursuit maintenant sa conquête globale, abolissant les frontières à l’image de sa fondatrice.


L E B A N O N 2 2 5 F o c h S t . , D o w n t o w n B e i r u t , Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 A ï s h t i B y t h e S e a , A n t e l i a s , Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4


FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


C’EST FAÇONNABLE.


AÏSHTI BY THE SEA Level3, Antelias LEBANON Tel. 04 71 77 16 ext. 133

Home at last.

SOFT DREAM SOFA design by Antonio Citterio

FLEXFORM www.flexform.it


OFFICIELLES Ces six Parisiennes influentes mais peu soucieuses du nombre de leurs followers sont le reflet d’une génération ultra-connectée. Retenez bien leur visage, celui de nos ambassadrices : elles incarnent notre nouvelle plate-forme digitale, LOfficiel. com. Vous les recroiserez dans nos pages…

Instagram : @lilacardona, 10 000 abonnés Figure emblématique de ce qu’on appelle les millennials, Lila Cardona, 21 ans, a tout pour elle. Corps à tomber (elle est égérie de la marque de lingerie Girls in Paris) et tête bien faite, elle est naturellement une fille de L’Officiel.

Blouse en cupro, IRO. Collant en nylon CALZEDONIA. Boucles d’oreilles en or et argent, AURÉLIE BIDERMANN.

PHOTOS DR

PHOTOGRAPHIE HUGO CAMPAN  STYLISME VANESSA COCCHIARO  TEXTE JULIA MACAREZ ET SABINA SOCOL


Instagram : @dollidoll, 10 900 abonnés Vous vous souvenez sûrement de Dolorès Doll, habillée en Jacquemus, parcourant les dunes de La Grande-Motte. C’était en 2014 ; depuis, cette femme enfant de 23 ans est devenue le “mannequin du moment”.

Pull en maille de coton, MAX MAR A. Boucles d’oreilles en laiton, LOEWE. Bracelet en laiton finition argent, CÉLINE.


Instagram : @thomsenmichaela, 22 000 abonnés Si elle fait partie de l’agence Marilyn, Michaëla Thomsen est aussi, à 26 ans, la nouvelle it-girl parisienne en vue. Tant et si bien que New York la réclame...

CREDIT PHOTO

Veste en jersey de coton, BRUNELLO CUCINELLI. Pantalon en coton et viscose, CHACOK. Boucles d’oreilles en laiton, LOEWE. Ceinture en cuir et laiton, MAISON MARGIELA. Chaussures en cuir et perles, MARNI.


Veste en cuir verni et laine mélangée, MAJESTIC FILATURES. Pantalon de smoking en cady, ZUHAIR MUR AD. Boucles d’oreilles en acétate et laiton, LOEWE.

Instagram : @lucilliachenel, 8 800 abonnés Lucillia Chenel n’est pas seulement belle. À 30 ans, cette fan de design vient d’ouvrir Ultra Moderne, une galerie de mobilier des années 1970 et 1980 en plein cœur du Marais, à Paris. Elle est la touche artistique des filles de L’Officiel.


Instagram : @Juliavanhagen, 5 300 abonnés Silhouette voluptueuse et élancée, Julia Van Hagen passe avec habileté du monde de l’art à celui de la mode et du lifestyle. À 29 ans, elle dirige une agence de conseil et organise des événements pour des marques de renom, aux quatre coins du monde.

CREDIT PHOTO

Top en viscose, MISSONI. Pantalon en soie plissée, WEILL. Boucles d’oreilles en laiton, LOEWE. Manchette en or et marbre, AURÉLIE BIDERMANN. Mules plates en cuir, MES DEMOISELLES.


Top et jupe en maille de coton, ALLUDE. Bracelet en palladium, CÉDRIC CHARLIER. X BDM STUDIO.

Instagram : @camillealg, 3 900 abonnés Quand elle ne prend pas la pose pour la campagne Balenciaga × MyTheresa, Camille Gorin, 27 ans, sillonne le monde, de Los Angeles à Barcelone, appareil photo argentique en poche. Mais elle reste Parisienne dans l’âme.


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN SAC

124

LA BESACE “OBLIQUE” DE DIOR

Mêlant esprit vintage et allure moderne, le ­premier accessoire signé Maria Grazia Chiuri pour sa nouvelle maison a tout d’un futur sac iconique.

Une toile emblématique. Imaginée par la nouvelle directrice artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri, la besace “Oblique” tire son nom de la célèbre toile jacquard éponyme créée par Marc Bohan pour la maison dans les années 1970. Une nouvelle ère. Dévoilé lors du défilé présentant la collection printemps-été 2017 au musée Rodin, le sac a

L É A

T R I C H T E R - PA R I E N T E

immédiatement fait sensation. Outre la besace, la ligne comprend un cabas, une cartouchière et un sac shopping pliable. Chaque modèle, fabriqué dans les ateliers Dior en Italie, est décliné dans cette toile “Dior Oblique” originelle de couleur bleue ou en veau lisse bleu foncé. Classique innovant. S’inspirant des archives, Maria Grazia

a insufflé à ce modèle très seventies un élan frais et actuel. Idéal au quotidien, son logo CD vieilli ultra-rétro tranche avec sa large bandoulière ajustable au style contemporain. Un essentiel au chic intemporel.

Besace “Oblique” en toile avec détai ls en veau bleu marine. www.dior.com

PHOTOS DR

PA R


Music is My Mistress A FiLM By KAHLiL JOsePH

in this shapeshifting new film, Music is much more than mere sound and rhythm. this story casts music herself as the central character of an unfolding drama across cultures, space, and time.

KenZO FiLMs #4

nOW sHOWinG At KenZO.cOM/MusicisMyMistress

tracee ellis ross Jesse Williams Kelsey Lu ish AïsHti By tHe seA, AnteLiAs


L’OFFICIEL

MUST- HAVE

NÉO-NÉON Illusions, arcs-en-ciel, sucreries visuelles, les couleurs sont à la lumière ce que le jus est au fruit. Comme les touches d’un instrument immatériel, de la plus grave à la plus aigue, de la plus douce à la plus amère, du bleu au violet en passant par le rouge, l’orange, le jaune et le vert, elles accordent nos humeurs à nos envies. PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT STYLISME ET RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ

126


CREDIT PHOTO

BIJOUX

127

Lunettes de soleil, MIU MIU. Page de gauche: Sac, MIU MIU.


PHOTOS DR

Sac, ALEXANDRE WANG.


Chaussures, GIANVITO ROSSI.


Chaussures, JIMMY CHOO.


PHOTOS DR

Pochette, REINE.


PHOTOS DR

Sneakers,DIOR.


Pochette, OLYMPIA LE TAN.


Chaussures, MIU MIU.


PHOTOS DR

Sac, ANYA HINDMARCH.


PHOTOS DR

Lunettes de soleil, DOLCE & GABBANA.


Chaussures, ALEXANDER WANG.


Lunettes de soleil, DITA.


A VALENTINE’S TREAT PAMPER YOUR BELOVED WITH A ROMANTIC GETAWAY AT THE ULTIMATE BEAUTY AND WELLNESS DESTINATION

AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, LEVEL 4 T. 04 711 940


L’Officiel

PÊLE-MÊLE

140

L’ART Accessoires de luxe et mobilier contemporain partagent un design qui s’attache autant

ET LA à l’ensemble qu’au détail. Quand la forme sublime la fonction.

MA R É A L I S A T I O N DEBORAH REYNER SEBAG

TIÈRE

PHOTOS DR

P H O T O G R A P H I E THOMAS PICO


141

De haut en bas : sandales en chèvre velours, H ­ ERMÈS. Mules en cuir, BALLY. Sac “Camera Bag” en cuir grené, LEMAIRE. Sac “Metal ­Ribbon” en veau, PR ADA. Bibliothèque auto­ portante “Mortal Coil” (1993), de Ron Arad, à la galerie Downtown, Paris 6e.


PHOTOS DR

De haut en bas : escarpins en cuir et toile “Monogram”, LOUIS VUITTON. Sac “Lou” en cuir, SANDRO. Sac “Bamboo” en cuir et poulain imprimé, GUCCI. Sandales en cuir, SPORTMAX. Sculpture en plâtre (circa 1970) de François Salmon, à la galerie Karry, Paris 7e.


143

De haut en bas : sac “Dior Oblique” en toile et cuir de veau, DIOR. Sac “Clasp” et pochette “Croissant” en crocodile, CÉLINE. Escarpins plateforme en cuir, GUCCI. Paravent “Yellow Screen” de Zoé Ouvrier et fauteuil Zanuso (années 1970), à la galerie Karry, paris 7e.


PHOTOS DR

De gauche à droite et de haut en bas : sac “Metropolis Oxygen” en caoutchouc, FURLA. Sac “Gabrielle de Chanel” en cuir bicolore, ­CHANEL. Escarpins “Opium” en cuir vernis, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO. Sac “Ai” en cuir, AKRIS. Paire de consoles de Gerard Kuijpers, à la galerie Yves Gastou, Paris 6e.


A S S I S TA N T RÉMI

S T Y L I S M E  MEUNIER

De haut en bas : escarpins “Tak” en suède, KENZO. Sac en Plexiglas, détails en cuir et boucle bijou, ERMANNO SCERVINO. Sac “Peekaboo” en cuir imprimé, FENDI. Sac en cuir nappa brodé de fleurs en cuir verni, MIU MIU. Consoles “Cubica” (2002) d’Ettore Sottsass, édition Cleto Munari, à la galerie Yves Gastou, Paris 6e.


LE MONDE APPARTIENT

LEUR

Qu’elles lancent une application de rencontres, prennent les rennes d’un restaurant étoilé ou façonnent le style d’aujourd’hui, ces huit femmes exercent au sommet de leur art. Leur nom est déjà sur toutes les lèvres…

C O C O C A P I T À N PA R

LÉA

T R I C H E R - PA R I E N T E

L’ascension de Coco Capitàn est fulgurante. À tout juste 25 ans, la jeune photographe d’origine espagnole signe les campagnes publicitaires de maisons telles qu’A.P.C., Gucci, Mulberry, Miu Miu ou encore Paco Rabanne. Ses clichés, cool, frais et audacieux, l’ont hissée au niveau des plus grands noms, alors qu’elle est diplômée seulement depuis six mois d’un master en beaux-arts du Royal College of Art de Londres, où elle a élu domicile. Sa carrière de photographe de mode n’a pas attendu pour décoller. Véritable phénomène, son profil mêlant liberté totale et discipline extrême détonne dans un univers encore dominé par des hommes. Son créneau ? L’imperfection et la réalisation d’images “parfaitement imparfaites”. Enfant, cette ancienne championne de nage synchronisée prenait déjà des photos de tout et rêvait de devenir diplomate pour parler de nombreuses langues et voyager partout dans le monde. Quel genre d’éducation avez-vous reçue ? J’ai reçu de ma mère un amour inconditionnel. Elle m’a encouragée à être une bonne personne et à travailler sans relâche dans la perspective de faire de ma vie ce que je voulais. J’ai grandi dans un climat de liberté où l’on a toujours respecté ma singularité. Dans quelles villes avez-vous habité ? Valldemossa, sur l’île de Majorque, Cadix, Séville et Pékin. Quel est votre premier souvenir photographique ? Une photo que j’ai prise de ma mère dans la mer, l’été 1999. Qu’est-ce qui vous inspire ? Les livres et la vie elle-même. Qu’appréciez-vous le plus dans votre travail ? L’opportunité de découvrir des gens, des lieux et des émotions nouvelles. Quel type d’appareil photo utilisez-vous ? Un Leica R9. Votre devise ? Avant de mourir, je veux vivre. Votre havre de paix dans le monde ? N’importe quelle bibliothèque. Quelles sont vos passions ? La création artistique est autant un hobby qu’un métier. Tout est si facile quand votre passetemps est aussi votre travail. Je fais des courses uniquement par nécessité, consommer est, de mon point de vue, très ennuyeux. Comment vous imaginez-vous dans vingt ans ? Je n’ai aucune image particulière de moi dans le futur. www.cococapitan.co.uk


W W PAR

H

O

I

T N E Y L F E

M AT H I L D E

BERTHIER

PHOTOS COCO CAPITÀN, AURÉLIEN CAOUDAL, FEE-GLORIA GROENEMEYER

Ingrid Brochard, à gauche, et Emmanuelle Brizay.

Son business, c’est de briser les tabous. Texane de 27 ans bien campée sur ses stilettos, Whitney Wolfe a l’aura de celles qui savent nager à contre-courant : “Quand j’ai eu l’ambition de travailler dans la technologie après mes études, j’étais aux antipodes du rêve classique de la petite fille américaine. Il a fallu du temps pour que ce milieu s’ouvre aux femmes, mais aujourd’hui ça change.” Son diplôme de relations internationales en poche, la jeune femme intègre une couveuse avec trois amis geeks. Le quatuor crée Tinder en 2012, contre une bouteille de whisky et deux cents dollars… On connaît la suite. Confortée par ce succès mondial, Whitney Wolfe retente sa chance avec Bumble, en solitaire cette fois : “Je voulais faire quelque chose pour les filles plus jeunes que moi, qui soit aussi cool qu’Instagram ou Snapchat, mais qui sache filtrer les pressions négatives.” Le principe ? Renverser la tendance encore à l’œuvre dans les lycées américains et encourager la fille, jusqu’ici attentiste, à faire le premier pas : “Quand j’étais lycéenne, j’osais aborder un garçon que je trouvais mignon. Mes amies pensaient que j’étais folle, et ça me faisait douter. Avec cette application, je cherche à rééquilibrer les rapports entre l’homme et la femme.” Pensée pour les femmes par une femme, Bumble rejette pourtant toute étiquette féministe depuis sa création en 2014 : “Ça m’énerve quand on parle de ‘feminist app’ pour une plateforme qui prétend juste à l’égalité. On évoque beaucoup le ‘girl power’, mais il ne faut pas oublier le ‘boy power’.” Bientôt suivie par dix millions d’utilisateurs, Bumble semble bien partie pour délier les langues. w w w. i n s t a g r a m . c o m / w h i t w o l fe www.bumble.com

P PA R

A

N ADRIENNE

O

P

L

Y

R I B E S -T I P H A I N E

Elles sont deux, aussi différentes que complémentaires. Ingrid Brochard, la diplômée de Sciences Po, chevalière de l’Ordre des Arts et des Lettres, créatrice du Mumo – le premier musée mobile pour l’art contemporain. Et Emmanuelle Brizay, l’ancienne d’HEC, aujourd’hui businesswoman active, à la tête du board de plusieurs sociétés. Si pour elles la mode est une question d’attitude, elles l’envisagent d’une manière nouvelle et personnelle. Pour cela, elles inventent Panoply, une plateforme numérique de location de vêtements conçue comme un dressing idéal. Un catalogue dans lequel sont proposées les plus belles marques de la saison en cours (une trentaine, dont Proenza Schouler, Courrèges, Lemaire, Kenzo, Vanessa Seward, Red Valentino). De quoi pallier nos envies de modeuses schizophrènes qui n’ont jamais le temps ni jamais rien à se mettre. Pourquoi avoir créé Panoply ? Ingrid Brochard : Pour ne pas être raisonnable. On souhaite amener les femmes à louer des pièces qu’elles n’auraient jamais osé porter si elles avaient dû les acheter. Qu’est-ce que Panoply a de différent ? Emmanuelle Brizay : La plupart des sites de location proposent d’anciennes collections, sans sélection et sans offre de tailles. Panoply, c’est notre choix, avec des modèles vendus en boutique. On répond aux désirs des femmes : pouvoir porter la pièce qu’elles ont vue dans les magazines. Vous inventez une nouvelle forme de consommation, un hybride de boulimie et de décélération ? Ingrid : Il est certain que nous ne dépensons plus comme dans les années 2000. L’image du placard qui déborde quand on l’ouvre n’est plus supportable. L’écologie, le recyclage sont autant de paramètres qui viennent nous dire qu’aujourd’hui louer des vêtements a du sens. On s’amuse en louant tant qu’on veut, et on achète moins et mieux. Comment se passe une location ? Emmanuelle : La cliente choisit parmi nos trois offres d’abonnement. Puis, grâce à notre œil et à notre équipe de stylistes, elle sélectionne soit sur le site, soit à notre showroom et elle reçoit la pièce et la garde huit jours. La livraison est faite chez elle par coursier à vélo, dans une housse sur cintre. Puis elle est récupérée et envoyée au pressing… bio. C’est une expérience jusqu’au bout. www.panoplycity.com


LU C IA H PIC A PAR

MÉL ANIE

MENDELEWITSCH

E C PA R

Transcender les subtilités de l’éternel féminin pour mieux le sublimer : c’est la mission qu’accomplit cette Napolitaine solaire et mystérieuse, installée à Londres depuis le début des années 2000. Assistante de Charlotte Tilbury de 2005 à 2007, elle collabore avec les photographes les plus influents de la planète mode, dont Juergen Teller et Mario Testino. En 2014, elle ajoute une expérience décisive à ce CV déjà riche en aventures en devenant global creative director de la maison Chanel pour le maquillage et la couleur. À mille lieues des aspirations d’une génération standardisée et bercée aux tutos, Lucia réécrit avec audace les codes de la féminité, en prônant une approche de la beauté sans diktat, où on cultive le “glamour déconstruit”, selon ses propres mots. Des looks forts et tranchés, qu’elle n’aime “jamais trop parfaits”, comme elle le confesse avec un sourire mutin. À l’heure où le mot empowerment est utilisé à toutes les sauces, elle souligne le rôle essentiel joué par le make-up, qu’elle refuse

d’envisager comme un masque, mais plutôt comme un moyen d’augmenter sa confiance en soi : “En matière de beauté, la présence de modèles féminins affirmés est primordiale. Ces femmes qui cultivent leur individualité et en tirent le maximum, même lorsqu’elles ne correspondent pas aux canons en vigueur, sont celles qui m’inspirent au quotidien.” Après avoir célébré le rouge sous toutes ses coutures, elle présente sa deuxième collection, “Coco Codes”, un nouvel hommage à la femme dans son immense variété : “J’envisage chacune de mes collections comme une célébration du genre féminin. Pour ‘Coco Codes’, je ne voulais pas me limiter aux contraintes habituelles des saisons, j’ai voulu placer certaines couleurs là où on ne les attendait pas forcément : le Noir moderne sur les lèvres ou le top coat sombre Black Metamorphosis sur les ongles, plutôt inhabituels pour des looks printaniers.” www.instagram.com/luciapicaofficial www.chanel.com

H

V

SHIRINE

E

A N SA AD

Eva Chen a récemment posté les images suivantes sur Instagram : la barbe de son mari Tom Bannister couverte de paillettes, sa fille dans un parc, les gâteaux de Thanksgiving. Mais aussi sa célèbre #Evachenpose sur le siège arrière d’un taxi, avec une pomme, un sac à main et ses chaussures – baskets scintillantes, loafers fourrés, escarpins multicolores. Avec sa frange taillée au rasoir, ses poses, son sourire espiègle, Eva est la meilleure copine de presque 650 000 utilisateurs sur Instagram – sans compter les autres plateformes. La New-Yorkaise de 36 ans est aussi l’une des femmes les plus influentes de l’industrie de la mode : depuis l’été  2015, elle dirige les partenariats commerciaux d’Instagram. Elle a osé faire le grand saut en quittant le monde des magazines papier et son poste de rédactrice en chef de Lucky, pour l’univers des médias sociaux et du branding. Désormais, les marques misent sur le buzz des images instantanées et des influenceurs prisés par des millions de followers assoiffés de tendances et d’inspiration. À l’ère où l’image règne, elle combine son sens aigu du marketing et des affaires avec le talent d’une journaliste de mode : faire rêver. Et, contrairement à certaines rédactrices qui dictent les tendances du haut de leurs Saint Laurent, masquées derrière leurs lunettes fumées, Eva a compris que l’élitisme des médias traditionnels devait rester dans le siècle dernier. Elle est chaleureuse, accessible, sympa, jeune, fan de biscuits au chocolat. Aujourd’hui, Eva exhibe fièrement son ventre à nouveau arrondi dans des robes Dior et des pulls fantaisistes, papillonnant en taxi de galas en podiums, toujours en mouvement, toujours vers l’avant. www.instagram.com/evachen212


J U L I A SEDEFDJIAN

PHOTOS CHANEL, TIMUR EMEK/GETTY IMAGES, ADELINE MONNIER, INSTAGRAM

PA R

EUGÉNIE

A D DA

À peine 21 ans et déjà à la tête des fourneaux d’un restaurant étoilé ! Les Fables de la Fontaine, institution du 7e arrondissement de Paris, a fait confiance à la jeune Niçoise depuis son arrivée en tant que commis, il y a cinq ans. En 2015, elle prend les commandes des cuisines au départ d’Anthony David et convainc le jury Michelin, qui choisit de maintenir l’étoile. Rencontre avec le meilleur espoir de la gastronomie française. Quel a été votre premier contact avec la cuisine ? Lorsque je regardais le père de ma marraine préparer des gâteaux. Il était pâtissier. Je me rappelle qu’il me racontait l’histoire de la cuisine et qu’il m’apprenait des techniques lorsque je l’aidais. C’est lui qui m’a donné envie de me lancer. Vous êtes la plus jeune chef étoilée de France, femmes et hommes confondus. Qu’est-ce que cela a changé pour vous ? Je suis évidemment fière, mais j’y pense assez peu. L’âge ne compte pas, mais plutôt l’effort et la passion. En tant que femme, avez-vous eu l’impression de devoir vous imposer davantage ? Non, car aujourd’hui les femmes sont acceptées en cuisine. Mais j’ai la chance de travailler dans un restaurant à taille humaine. Je sais que dans les grands établissements, les femmes doivent s’imposer plus que les hommes pour se faire respecter. Quels conseils donneriez-vous à celles qui veulent suivre vos pas ? Il faut foncer, coûte que coûte. Se laisser porter par son envie et sa motivation, quitte à faire quelques sacrifices côté amis et famille. Certains disent que vos assiettes sont “féminines”, mais pensez-vous que la cuisine puisse être différente selon les genres ? Pas du tout ! Je trouve ça idiot, même si les critiques le voient comme un synonyme de délicatesse. Dans ce cas, la cuisine de mon prédécesseur, Anthony David, est encore plus féminine que la mienne ! Une femme qui vous inspire ? Anne-Sophie Pic. Pour le respect qu’elle impose dans sa brigade et autour d’elle. Une nouveauté sur votre carte cette saison ? Une bourride préparée à base de poisson blanc, c’est ma signature du moment. www.lesfablesdelafontaine.net

L V

PAR

O

O

L

T K

MÉLODY

Styliste originaire de Vladivostok, à aujourd’hui 32 ans, Lotta Volkova a un parcours des plus atypiques. Avec un père capitaine de cargo et une mère passionnée de mode, son évolution de fashion nomade semblait toute tracée. Fraîchement diplômée, elle débarque à Londres à l’âge de 17 ans pour suivre des cours à Central Saint Martins. C’est d’ailleurs dans la capitale anglaise qu’elle crée Lotta Skeletrix, marque underground où les clous règnent en maîtres. En 2007, elle s’installe à Paris, où Ellen von Unwerth est la première à lui donner sa chance en tant que styliste. Si elle a le contact facile, il n’empêche que son goût du produit et de l’image finit toujours par prendre le dessus, comme s’en est aperçu Demna Gvasalia, rencontré lors d’une soirée. Dans une interview au magazine W, elle raconte : “J’ai vu son look-book et je lui ai dit : ‘Vêtements cool mais mauvais stylisme.’ Il a répondu : ‘Pourquoi ne t’en occupes-tu pas alors ?’” Aujourd’hui, Volkova fait partie de la clique post-soviétique qui donne un regain d’énergie à la scène mode européenne. À ses côtés,

O

T

V

A A

THOMAS

les frères Demna et Guram Gvasalia, avec lesquels elle a fondé le collectif Vetements et avec qui elle travaille pour Balenciaga, mais aussi Gosha Rubchinskiy, prodige du streetwear bigarré de cyrillique. En solo, elle fait des éditos mode aux côtés de Harley Weir ou Juergen Teller, habille les mannequins chez Kenzo et officie pour le magazine Re-Edition. Pourtant, on aurait tort de penser que Lotta Volkova n’est qu’une styliste ou une muse de designers. Avec un sens de l’esthétique sculpturale, elle ouvre une nouvelle ère mode basée sur des codes qui s’inspirent autant des sous-cultures que de la culture populaire. En bref, elle est inspirée par sa génération. “Notre travail est vraiment personnel. À chaque pièce que nous créons, nous nous demandons : ‘Est-ce que nos amis le porteraient ?’ C’est probablement ce qui semble révolutionnaire” avancet-elle. C’est toute l’ambiguïté de la mode qu’elle façonne, accessible à tous, redéfinissant ainsi l’idée même du luxe. www.instagram.com/lottavolkova www.lottavolkova.com


L’OFFICIEL

BEAUTÉ

BEAUTÉ OLFACTIVE

Le parfum, c’est la touche sensuelle qu’on adopte comme une seconde peau. La clé c’est de trouver le parfum qu’il nous faut. Zoom sur les 3 dernières créations incontournables.

PAR STÉPHANIE NAKHLÉ RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ

150


Black Opium, YVES SAINT LAURENT.


Acqua di Gioia, ARMANI.


Nº5 L’eau, CHANEL.


L’OFFICIEL

ANATOMIE D’UN HIT

154

LA BOUGIE ROSA MUNDI DE DIPTYQUE La célèbre maison de parfums a invité le collectif de créateurs de papiers peints À Paris chez Antoinette Poisson à relooker un de ses classiques.

L’histoire Celle d’une rencontre entre le légendaire parfumeur Diptyque et le collectif créateur de papiers peints À Paris chez Antoinette Poisson. Connu pour son univers dedié au savoir faire des arts décoratifs du xviiie siècle, le trio transcrit en motif imprimé l’odeur de la bougie Rosa Mundi. L’identité Notes phares de cette bougie parfumée d’exception, les deux

MÉLANIE

roses les plus prestigieuses de la parfumerie, la rose de Damas et celle de mai se rencontrent et fusionnent. Cassis, géranium et bergamote viennent rafraîchir cet accord subtil, corsé par un soupçon de litchi. L’Actualité Une collection ultra-chic aux accents rétro, dont la bougie Rosa Mundi, disponible en deux formats, est l’emblème. Pour orner ses parois,

MENDELEWITSCH

le collectif À Paris chez Antoinette Poisson a imaginé des motifs rose pastel sur fond de vert tendre, imprimés manuellement sur papier vergé, soulignés – tradition oblige ! – d’un bandeau indiquant les références du modèle et le nom de la maison. Dyptique, Urban Retreat, Aïshti by the Sea, Antelias, L4, +961 4 71 19 40.

PHOTOS DR

PAR


* RETIENS LA NUIT

TONY & DRAKE.

STAY A NIGHT.*

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS


L’Officiel

BEAUTÉ

156

DE JOUVENCE

PHOTOS DR

ÎLOTS


BEAUTÉ

L’Officiel

157

Et si l’heure n’était plus au combat contre le temps mais au respect d’un capital beauté lié à notre environnement et à notre mode de vie ? Chanel a étudié les “zones bleues”, ces aires géographiques où se trouvent de nombreux centenaires, pour proposer une cosmétique de la longévité. P A R

Le point commun entre l’île d’Icarie en Grèce, les montagnes de l’Ogliastra en Sardaigne, la péninsule de Nicoya au Costa Rica et l’archipel d’Okinawa au Japon ? Une espérance de vie exceptionnelle et un risque de développer cancers ou maladies cardiovasculaires bien plus faible que partout ailleurs : bienvenue en “zone bleue” ! C’est en 2000 que le chercheur italien Gianni Pes et le démographe belge Michel Poulain inventent cette expression après avoir découvert dans la province de Nuoro, en Sardaigne, la plus forte concentration de centenaires jamais recensée. Ils tracent les contours de la zone à l’encre bleue sur une carte, ouvrant la voie au chercheur américain Dan Buettner et à son équipe, qui identifient à leur tour en 2009 plusieurs communautés présentant ces mêmes caractéristiques de santé et de longévité dans des enclaves géographiques précises. Très différentes les unes des autres sur les plans climatique et culturel, ces zones bleues possèdent pourtant des similitudes

A U R É L I A

qui semblent expliquer l’espérance de vie de leur population. Jusqu’alors, la communauté scientifique s’était majoritairement focalisée sur leur régime alimentaire mais une étude plus approfondie a permis d’identifier d’autres facteurs communs. Des principes de santé holistique Si toutes les zones bleues présentent une alimentation variée, riche en légumes et en fruits cultivés localement et comprenant très peu de viande et quasiment pas de produits transformés, les chercheurs y ont aussi relevé un dynamisme remarquable. Même centenaires, les hommes et femmes de ces régions restent actifs, avec notamment une pratique quotidienne de la marche. Et beaucoup travaillent encore à plus de 80 ans. Leur philosophie de vie est par ailleurs basée sur des valeurs simples, comme la famille, et un lien social fort : la cohésion communautaire et le rapport à l’autre priment sur la quête de biens matériels ou la réussite professionnelle

H E R M A N G E - H O D I N

et sociale. Partout dans ces enclaves, le stress est mieux géré que dans nos sociétés en perpétuelle ébullition. Ces piliers de longévité font écho aux principes de santé holistique qui se développent partout dans le monde depuis plusieurs années, d’abord en Arizona, berceau de la médecine intégrative, qui prône la nécessité de tenir compte du patient sur tous les plans (psychique, biologique et spirituel), mais aussi en France, où le mouvement slow life ne cesse de gagner discrètement du terrain. Car, on le sait désormais, si nous avons moins de 1 % de chances de devenir centenaires, seulement 10 % de notre espérance de vie dépendent directement de nos gènes, les 90 % restants découlent de notre mode de vie et notre environnement. Nos choix ont donc un réel impact sur notre longévité, d’où le sentiment de plus en plus répandu qu’il est temps de ralentir la cadence pour renouer avec son corps, apaiser son esprit et mieux profiter du monde qui nous entoure.


L’Officiel

Éloge de la lenteur “Le principe du slow n’est pas de ralentir coûte que coûte mais de vivre pleinement”, explique Pascale Brousse, consultante en bien-être et fondatrice de l’agence prospective Trend Sourcing. “Car à force d’accélérer pour ne pas se laisser déborder par les impératifs de productivité et de croissance, on finit par ne plus être à l’écoute de son corps et le conduire à son point de rupture.” Et ce n’est pas par hasard si cet éloge de la lenteur et ce besoin de décélérer pour se ressourcer sont actuellement au cœur de la réflexion des philosophes, des médecins ou des cosmétologues : après deux décennies d’émerveillement devant les nouvelles technologies et de consommation boulimique, nous commençons à vivre cette frénésie non plus comme une libération mais comme une aliénation. Du fomo, “fear of missing out”, l’angoisse constante de manquer une nouvelle ou un événement donnant l’occasion d’interagir socialement, au déferlement permanent des flux d’informations – mails,

BEAUTÉ

SMS, tweets, likes et autre posts –, l’esprit sature, s’éparpille, s’épuise et l’équilibre s’en ressent. “Face au stress permanent induit par cette avalanche incessante de sollicitations, c’est même parfois le dégoût et le rejet qui émergent, analyse Pascale Brousse. On quitte Facebook et Twitter. On laisse son smartphone au bureau le soir et le week-end. On ressent le besoin de se déconnecter des biens matériels en recyclant, en faisant le vide, voire en pratiquant la décroissance et en limitant ses achats à ce dont on a vraiment besoin.” En apprenant à renoncer, on se recentre. En cessant de se disperser, on renoue avec l’essentiel. Et on réapprend à prendre le temps. “Une étude que nous avons menée récemment, de la Turquie au Japon, montre que ce qui préoccupe d’abord les gens, c’est de manquer de temps”, confirme Nathalie Damery, philosophe et codirectrice du cabinet de conseils l’ObSoCo (l’Observatoire société et consommation). Un phénomène à mettre en parallèle avec l’explosion du hygge danois, cette philosophie du

158

bien-être à mi-chemin entre la slow life et la méditation de pleine conscience adoptée avec succès par le peuple le plus heureux de la planète… Quatre mécanismes de longévité cutanée Comme le cerveau et le corps, la peau a besoin de passer à la bonne vitesse pour être belle maintenant et le rester longtemps. En tant qu’organe protecteur, elle est directement soumise à l’ensemble des agressions environnementales et biologiques (stress, fatigue, pollution, U.V., tabac, alimentation, etc.) qui accélèrent son vieillissement. D’où la nécessité d’une approche globale de ses besoins, anticipée par Chanel, qui étudie les femmes depuis vingt ans afin de développer une philosophie holistique de la beauté. “Cette vision intégrative nous a amenés à donner une nouvelle orientation à notre vision de l’anti-âge”, explique Armelle Souraud, responsable de la communication scientifique internationale de Chanel. “Plutôt que de combattre le temps qui passe, nous


L’Officiel

BEAUTÉ

159

Une cascade au Costa Rica, dans l’une des régions identifiée comme “zone bleue” autour du monde. Page d’ouverture, les montagnes de l’Ogliastra en Sardaigne.

avons commencé à étudier la longévité. Nous allons vivre plus longtemps, il s’agit donc de vieillir mieux sur tous les plans : santé, beauté et bien-être.” La maison s’est donc intéressée aux zones bleues dès leur découverte et ses chercheurs ont eu l’idée de croiser leurs connaissances sur le vieillissement cutané avec les dernières études menées sur les centenaires, ce qui a permis de distinguer des similitudes entre leur comportement et celui des peaux capables de conserver leur jeunesse à long terme. La recherche Chanel a ainsi identifié quatre mécanismes biologiques essentiels à la longévité cutanée : l’énergie cellulaire, comparable à l’activité physique quotidienne pratiquée dans les zones bleues ; le métabolisme cellulaire, aussi important que l’équilibre alimentaire ; l’adaptation au stress cellulaire, capitale pour affronter les agressions quotidiennes ; et la communication intercellulaire, essentielle au bien-être de la peau. La marque a ensuite sélectionné

une combinaison d’ingrédients capables d’agir sur les quatre fronts. Trois matières premières issues de la pharmacopée traditionnelle des zones bleues ont été sélectionnées : le café vert du Costa Rica, riche en molécules antioxydantes, l’olive de Sardaigne, reconnue pour sa teneur en polyphénols et en acides gras essentiels, et le lentisque (un arbuste) de Grèce au pouvoir régénérateur. Le Blue Serum né de leur association permet d’améliorer la longévité cellulaire et d’activer la jeunesse de l’épiderme : “Ce soin transversal, qui s’adresse à toutes les peaux et tous les âges, véhicule notre vision de la beauté : l’heure n’est plus au combat mais à la bienveillance, avec une nouvelle approche de la jeunesse cutanée. Il est temps de cultiver nos ressources intérieures et de permettre aux femmes de devenir actrices de leur beauté”, conclut Armelle Souraud. La manière idéale de permettre à sa peau de passer en zone bleue.

Blue Serum, Chanel.


L’OFFICIEL

BIJOUX

160

DANS CETTE FAMILLE D’ARTISTES, D’ARTISANS ET D’ENTREPRENEURS DÉDIÉS À LA PRESTIGIEUSE ENSEIGNE JOAILLÈRE CRÉÉE PAR LEUR AÏEUL MARIO BUCCELLATI, MARIA CRISTINA A CHOISI LE CRÉNEAU DE LA COMMUNICATION. « JE N’AVAIS PAS LE TALENT DE MON FRÈRE », DIT-ELLE. MAIS ELLE A LA GRÂCE. P

A

R

F

.

A

.

D

.

PHOTOS DR

MARIA CRISTINA, LE SOLEIL DES BUCCELLATI


L’OFFICIEL

La Renaissance et l’art oriental, l’orfèvrerie, l’excellence du savoir-faire et les techniques ancestrales du ciselage sont les principaux éléments du vocabulaire de Buccellati, l’une des plus prestigieuses maisons de joaillerie qui a désormais sa boutique au complexe Aïshti by the Sea. C’est d’ailleurs à l’occasion de l’inauguration de ce « shop in shop » que Maria Cristina Buccellati a fait le voyage de Beyrouth par un jour d’automne pluvieux. Silhouette élancée et regard outremer, d’un raffinement et d’une simplicité remarquables, formée en management et en gemmologie, elle est la petite-fille du fondateur Mario Buccellati, fille de Gianmaria qui lui a succédé à la création, sœur d’Andrea qui assure la direction artistique, et tante de Lucrezia, la fille de ce dernier, qui dessine les lignes contemporaines de la maison. Celle que l’on appelle dans l’intimité « Maricri » et à qui son père a dédié « Macri », sa ligne la plus sophistiquée, est une brillante communicatrice. Le genre qui rompt la glace la première avec un sourire désarmant et une question personnelle, et puis qui vous entraîne dans les dédales d’un conte attachant qui n’a plus rien à voir avec l’histoire d’une marque, et que vous finissez par confondre avec votre propre histoire. Il n’est pas donné à tout le monde, l’art de créer un tel lien entre une entreprise et ceux qui en relaient le message, médias ou clientèle. Des bijoux comme du brocard Elle raconte : Quand, en 1919, Mario Buccellati cherche à ouvrir sa première

BIJOUX

joaillerie à Milan, il trouve un local Largo Santa Margherita, à côté de La Scala. Ce voisinage avec le célèbre théâtre est à lui seul une inépuisable source d’inspiration. Pour créer ses joyaux, il a fait le plein d’anciens outils et appris des techniques ancestrales. La Renaissance le fascine. Trente-deux ans plus tard, son succès le conduit à New York où il ouvre sa première boutique outre-Atlantique. En 1966, Gianmaria, le fils de Mario Buccellati, qui s’est pris d’amour pour le métier et montre d’exceptionnelles qualités créatives, prend la direction des ateliers. Désormais, chaque bijou produit par la marque est dessiné par lui. C’est l’époque où Maria Cristina s’amuse à couvrir ses poupées de bijoux, roule dans le sable une opale de la taille d’un œuf. Elle grandit « entourée de beauté », privilège qu’elle partagera avec sa fille Carlotta. Gianmaria décède en 2015, et c’est son fils Andrea qui préside l’entreprise et en assure la continuité artistique, lui-même secondé par sa fille Lucrezia qui collabore avec lui depuis New York où elle vit. Savoir-faire et créativité courent ainsi dans la famille en flux continu. De grands classiques D’année en année, de nouvelles collections viennent enrichir les précédentes sans jamais s’éloigner des codes Buccellati qui se reconnaissent au toucher soyeux et à la complexité du ciselage. En témoignent la ligne Hawai, créée dans les années 30 et si contemporaine avec

161

ses anneaux emboîtés ; la ligne Tulle qui reproduit une dentelle minérale, la ligne Ghirlanda, historique ; la ligne Rombi purement Renaissance; la collection Opera s’inspirée de l’architecture des églises et la Ducale, des palais vénitiens. Dans la haute joaillerie se distingue entre autres la collection Rigato, florale et modulable, et bien-sûr Macri, pour « Maricri », dont la gravure nécessite non moins de 35 burins différents. A défaut de créer, Maria Cristina entre dans l’histoire de la maison…en en racontant l’histoire, icône et témoin privilégié. Son père l’a compris en lui rendant cet hommage. Jeunesse et modernité Place à Lucrezia, la petite dernière de la famille qui révèle des talents artistiques dignes de sa lignée. Mariée à David Wildenstein, héritier d’une célèbre dynastie de marchands d’art, elle travaille en tandem avec son père, comme le veut la tradition familiale, pour créer notamment des bijoux aux détails empruntés à des chef-d’œuvres impressionnistes. C’est aussi elle qui réalise les lignes « jeunes » de la marque, comme la collection Blossoms, en argent, dont il a fallu réaliser une série sertie de diamants bruns, à la demande des clientes plus âgées. Chez Buccellati le rêve n’a pas de prix, tant qu’il permet de s’extraire de la lassitude des objets trop vus et de revivre les raffinements de la Renaissance, « l’âge des grandes impatiences » et des grandes découvertes.


L’OFFICIEL

BIJOUX

162

LES BIJOUX DE REGINA DABDAB DESSINENT UN TRAIT D’UNION ENTRE LA NATURE BRUTE DE MATÉRIAUX TROUVÉES DE PAR LE MONDE, DE L’AMAZONIE À L’INDONÉSIE EN PASSANT PAR L ‘EUROPE; PIERRES SEMI-PRÉCIEUSES, MINÉRAUX, BOIS ET CORAUX, ET DES ASSEMBLAGES, COULEURS ET FORMES À L’ESTHÉTIQUE MODERNE ET ARCHITECTURALE. REGINA DABDAB RACONTE LA GENÈSE DE SES CRÉATIONS. P A R

M A R I A

L A T I

PHOTOS DR

LANCÉE DANS LE MÉTRO


L’OFFICIEL

BIJOUX

J’ai commencé… Par des pièces petites et simples, en essayant de transformer des objets en sculptures miniatures. Un jour, une styliste est venue chez moi et m’a proposé de faire un photoshoot de mes pièces, portées par la chanteuse Natasha du groupe Bat for Lashes. Les pièces n’étaient pas encore assemblées, j’ai du tout improviser en une journée pour la séance du lendemain. Les photos étaient superbes et dix jours plus tard d’énormes affiches étaient placardées dans les métros parisiens, avec l’artiste portant un collier signé Regina Dabdab. Ce jour-là, je me suis rendu compte que ces objets travaillés avaient un potentiel. Il n’y avait plus qu’à lancer la marque. Mon apprentissage J’ai un diplôme de mode de FASM, Sao Paulo et j’ai suivi des cours au Studio Berçot à Paris ainsi qu’une spécialisation en accessoires à Milan. Le reste je l’ai appris seule, en expérimentant au fur et à mesure. Un style Je préfère ne pas manipuler ni changer la forme des pierres avec lesquelles je travaille. Je les trouve belles et même délicates dans leur état naturel brut. Les laisser telles quelles donne à chaque pièce

163

un aspect unique. Je travaille avec des pierres du Brésil où je suis née, du bois flotté récolté à travers le monde, principalement en Corse, et des métaux de Paris. L’essentiel dans le concept de ma marque est le mariage entre ces matériaux, les combinaisons de couleurs, de textures et de formes. De nouvelles pierres Dans la dernière collection automne-hiver 2016-2017, j’introduis de nouvelles pierres comme la malachite, combinée à des pièces métalliques en or et argent, moulées et inspirées du monde marin, surtout des coraux. Cela donne une belle harmonie. Exclusivité Je pense que l’idée d’exclusivité provient du fait que chaque pièce est unique. Même quand j’essaye dans une collection de créer des pièces similaires, les pierres et le bois ne sont jamais identiques, et la manière dont ils s’assemblent non plus. Le Brésil J’ai décidé d’ouvrir un nouvel atelier fin 2016 au Brésil, principalement parce que ma famille y réside. J’habite à Paris depuis 2007. Je sentais le besoin de me rapprocher de chez moi, tout en continuant à partager mon temps entre Paris et Sao Paulo.


ENTER THE PLATINUM WORLD OF AÏSHTI AÏSHTI PLATINUM CREDIT CARD

• 10% discount on all your purchases at Aïshti* • 4% gift voucher twice a year • Free access to VIP airport lounges across MENA • Up to three free supplementary cards • Free subscription to A magazine and L’Officiel Levant • Home delivery for purchases over $4,000 • Win gym kit upon yearly gym membership • Advance notification of private sales and promotions • Pay in 3 installments with 0% interest • Win yearly packages to international fashion events

* Discounts are not applicable at Cartier and Dior Terms and conditions apply


Bracelet “Love” en or gris 18 carats, Cartier.

Bracelet “Panthère” en or gris serti de diamants taille brillant, émeraudes, onyx, Cartier.

Jonc “Nyima Cuff” en or jaune et diamants blancs, Shamballa Jewels chez Sylvie Saliba.

JONCS D’OR Le cercle, la plus simple des formes, contient toute la beauté du monde.

Bracelet composé d’une série de boules en or rose et diamants blanc, George Hakim.

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Jonc “Silhouette” en or rose et diamants, Mouawad.

Jonc “Glitter” en or blanc flexible, serti de diamants, Tabbah.

Jonc “Le Cube diamant” en or blanc et diamants, Dinh Van chez Sylvie Saliba.

PHOTOS DR

Bracelet “Serpenti” en or rose et semi-pavé diamants, Bulgari.


YOUR KEY TO A WORLD OF UNPARALLELED PRIVILEGES AÏSHTI LOYALTY CARDS

PLATINUM • 10% discount on all your purchases at Aïshti • 4% gift voucher twice a year • Get a chance to earn a $500 gift voucher • Pay in 3 installments with 0% interest

BLACK • 8% discount all year on all your purchases at Aïshti • 3% gift voucher twice a year ORANGE • 3% gift voucher twice a year • $250 voucher upon $2,000 initial spend

Terms and conditions apply For more information, Please contact us on +961 (70) 226 111


LA « CARTIER BALLON BLEU »

Aérienne comme un ballon, bleue comme le cabochon qu’elle protège, la montre Ballon Bleu de Cartier pare les poignets féminins et masculins avec élégance. Ce garde-temps sensuel, lancé en 2007, à la fois classique et futuriste, est rapidement devenu un best-seller. PAR F.A.D.

Le mythe Cette montre d’illusionniste, avec ses chiffres romains qui semblent

dévier de leur trajectoire, ses courbes convexes et son fascinant saphir bleu n’a pas manqué de séduire Johnny Depp, le plus versatile des monstres sacrés, comme elle méconnaissable d’un rôle à l’autre. Le savoir-faire Cadran guilloché, aiguilles Cartier en acier bleu et en forme de glaive, bracelet aux maillons polis ou satinés, la montre Ballon Bleu de Cartier, 33mm, possède un mouvement mécanique à remontage automatique. Sa boîte en acier est entourée d’une couronne cannelée ornée d’un spinelle de synthèse e, forme de cabochon. Son cadran flinqué avec effet soleil argenté laqué est serti de 11 diamants taille brillant de 0,05 carats. Elle est étanche à 30m.

PHOTO DR

La genèse Comment réaliser une montre ronde qui ne ressemble pas à une autre montre ronde ? Avec Ballon Bleu, Cartier a réussi à sortir du rang. Lancé pour la première fois en2007, cet objet précieux, doux et rond, en acier ou en or, est d’abord reconnaissable à l’arche de la couronne qui enserre le saphir bleu en cabochon du remontoir, d’où son nom. Le généreux boîtier (42mm pour l’homme) ressemble à un galet : convexe côté pile et côté face. La lentille grossit le chiffre de la date à la manière d’une bulle qui se forme et éclate en emportant le temps.


169 169

Montre “Tambour Slim bijou”, boîtier en acier, cadran opalin guilloché, bracelet en cuir, Louis Vuitton.

Montre “Cartier à l’infini” en or gris serti de diamants taille brillant et laque, Cartier.

Montre “LVCEA” en or blanc serti de diamants taille baguette, Bulgari.

PETIT POUCET Ces montres aux boîtiers mini sèment de maxiéclats de lumière.

PHOTOS DR

Montre “Faubourg” en or blanc serti, cadran laqué, index serti, bracelet en or blanc, Hermès.

Montre “Bulgari Catene” en or blanc, lunette et bracelet sertis de diamants taille brillant, Bulgari.

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Montre “Tortue” boîte en or gris sertie de diamants taille brillant, Cartier.

Montre “La D de Dior précieuse” en or blanc serti de diamants, Dior Horlogerie.

Montre “La Classique Lady Attitude”, boitier en acier serti de diamants, cadran en nacre et bracelet en acier, Mouawad.


Raffia and Tan Calf Hammock Bag, 2017

loewe.com Aïshti by the Sea, Antelias


L’OFFICIEL

171

MODE ÇA PLANE NEW SEASON HIT-LIST D’OR ET DE LUMIÈRE

ÇA PLANE PAGE 172


ÇA PLANE En cellophane, cheveux chinois…la nuit est plastique, élastique, ce n’est pas vrai, tout est vrai, le vase, la vase, tout bouge, tout rouge. Où est le haut ? Pourquoi si bas ? Déballe-moi, défais, déchire, décrispe, fais craquer, c’est beau, ça brille, je danse. Sur ma tige.

PHOTOGRAPHIE CONRADO VELIZ STYLISME DAVID GOMEZ VILLAMEDIANA RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ


Robe, CHANEL. Écharpe, MM6 MAISON MARGIELA.


Robe, VALENTINO. Chaussures, MARC JACOBS.


Robe, CÉLINE. Bottes, CHRISTIAN LOUBOUTIN. Boucles d’oreilles, R ALPH MASRI.


Total look, CHRISTIAN DIOR. Accessoires cheveux, HEATHER HUEY.


Total look, PR ADA


Total look, PR ADA. Boucles d’oreilles, R ALPH MASRI.


Top, short et accessoires cheveux, MIU MIU. Pantalon en PVC, MM6 MAISON MARGIELA. Chaussures, JIMMY CHOO.


Manteau, ELLERY. Chaussures, OSCAR TIYE. Page de droite: Veste, MONCLER GAMME ROUGE. Top et cape en PVC, SONG SEOYOON. Chaussures, CHRISTIAN LOUBOUTIN.


Total look, ALEXANDRE McQUEEN.


Total look, VALENTINO. Boucles d’oreilles, R ALPH MASRI.


Total look, EMANUEL UNGARO. Boucles d’oreilles, R ALPH MASRI.


Robe, CÉLINE. Chaussures, CHRISTIAN LOUBOUTIN.


Production Rachel Skumanich Modèle Veronika Vilim chez Wilhelmina Models Coiffure Seiji chez The Wall Group Maquillage Joseph Carrillo; Manucure par Yukie Miyakawa chez Kate Ryan Assistants photo Marcel Vocino, Stephanie Garland, Dionne Cochrane Assistants production Diana Takagi et Ruth Linarez Assistants stylisme Valeska Vera Casting David Chen Merci à Aljandro Moreno et Lang Perrow Appareil photographique Leica S


NEW SEASON HIT—LIST

PHOTOGRAPHIE  PRISCILLIA STYLISME  VANESSA

SAADA

BELLUGEON


Robe en soie, VALENTINO. Sandales en cuir verni, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO.


Veste et pantalon brodés et chemisier en crêpe de soie, ERMANNO SCERVINO. Boucles d’oreilles dépareillées ornées de pierres et de strass, MARNI. Mocassins mors en cuir, GUCCI. Page précédente, Ava, à gauche : trenchcoat en coton, plumes d’autruche et détails Velcro, pull en laine vierge, sac “Paradigme” en cuir madras, PR ADA. Sandales compensées en cuir vernis, MIU MIU. Anine : gilet en laine, chemise en jersey imprimé, jupe en matière technique, étole en vison et plumes d’autruche, ceinture et sandales en gomme, sac “Bowling ­Ribbon” en cuir madras et cuir de veau, PR ADA.


Robe en Lurex, ceinture harnais en coton et cuir, sandales en cuir verni, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO.


Manteau en éponge imprimée, chemise en coton, sac seau en cuir et sandales compensées en cuir vernis, MIU MIU. Jupe en matière technique, PR ADA.


Blazer imprimé brodé de python, top en patchwork et pantalon en jacquard, ROBERTO CAVALLI. Boucles d’oreilles en métal doré, HERVÉ VAN DER S ­ TR AETEN. Sac en python, MIU MIU.


Veste et pantalon en jacquard de soie brodĂŠ et choker en cuir, GUCCI.


Veste en crêpe, blouse en georgette de soie, jupe en crêpe de Chine, pochette en cuir et sandales plateforme en suède, MICHAEL KORS COLLECTION.


Top en soie, coton et velours brodé, chemise à carreaux en coton, DSQUARED2.


Chemise et jupe en agneau brillant, BOTTEGA VENETA. Boucles d’oreilles en laiton, LOUIS VUITTON.


Robe drapée en crêpe de jersey et bottines en cuir, CÉLINE. Collant en nylon, CALZEDONIA.


Robe blouse lavallière en mousseline imprimée et nu-pieds en cuir, LANVIN.


Blazer en laine, gilet et jupe en laine, body en soie, étui iPhone 7 en Monogram doré et bottes en cuir et python, LOUIS VUITTON.


Robe en coton, KENZO. Boucles d’oreilles en métal doré, HERVÉ VAN DER STR AETEN.


MODÈLES : AVA HAWK MCDEAN ET ANINE VAN VELZEN CHEZ IMG

COIFFURE : YUJI OKUDA

MAQUILLAGE : DANIELLA KOLLER

DÉCORATION : ELI SERRES

ASSISTANT PHOTO : YANNICK D’ORIO

ASSISTANT STYLISME : RÉMI MEUNIER


D’OR ET DE LUMIÈRE C’est rien, c’est le vent. Clarté indécise. Quelques traits de fusain. Bleus mineurs de l’hiver : brume pervenche des collines, indigo sale de l’horizon, bouillonnement azuré de l’écume. Le soleil demeure dans les herbes et les pierres. Fleurir avant le printemps.

PHOTOGRAPHIE CLARA ABI NADER STYLISME ET RÉALISATION MÉLANIE DAGHER DIRECTION ARTISTIQUE JOSÉE NAKHLÉ


Total look, CÉLINE.


Pull, CÉLINE. Robe, STELLA McCARTNEY. Chaussures, GUCCI.


Chaussures, DIOR.


Chaussures, GUCCI.


Total look, GUCCI.


Top, SELF PORTR AIT. Jupe, STELLA McCARTNEY. Chaussures, FENDI.


Chemise et jeans, BALENCIAGA. Boucles d’oreilles, HERMÈS. Chaussures, VANS.


Chemise, CÉLINE. Boucles d’oreilles, HERMÈS.


Sac, BALENCIAGA.


Chaussures, HERMÈS.


Robe, HERMÈS.


Total look, STELLA MCCARTNEY. Chaussures, DIOR.


Modèle Melania chez L.I.P.S Coiffure Danny Fares et Maquillage Dina Youness chez Urban Retreat


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’OFFICIEL

233

MAG PUISSANCE 2 ELLE RACONTE L’HISTOIRE LA REINE ET NOUS UN ART D’ORIENT MADAME SCULPTE CECI N’EST PAS UNE CHAISE OBESSIONS LE POIDS DES MOTS VIN CONNECTÉ ICI LONDRES THE SOUNDING STONES

UN ART D’ORIENT AU CŒUR DE PARIS PAGE 244


L’OFFICIEL

234

RENCONTRE

PUISSANCE 2

ILS SE SONT RENCONTRÉS HIER, IL Y A UN AN, IL Y A UNE ÉTERNITÉ. CHACUN SE NOURRIT DE L’ÉNERGIE QUE LUI INFUSE L’AUTRE ET QUI LUI PERMET DE FAIRE RAYONNER SON INDIVIDUALITÉ. « ENSEMBLE » EST UN MOT PUISSANT. PA R

F. A . D .

PHOTOGRAPHIE

TONY

ELIEH


L’OFFICIEL

RENCONTRE

Ghida et Rabih Ensemble depuis 9 ans (traduire « depuis toujours »), leur rencontre a eu lieu sous le signe d’un heureux hasard. Il a été attiré par l’aura de bonheur qui l’entoure et elle par… « Mais regardez-le ! C’est évident, non ? ». Depuis, ils ont eu deux enfants. Elle lui achète de la glace et lui pique ses T-shirts. Ils travaillent ensemble et en toute harmonie, lui dans l’architecture, elle dans le design.

235


L’OFFICIEL

RENCONTRE

Stéphanie et Charbel Ensemble depuis 10 ans, en fait depuis l’université où ils étaient étudiants en architecture d’intérieur. Il avait une coiffure 80’s, elle portait des Converse rouges. Aujourd’hui ils font équipe pour créer des objets uniques que chacun marque de son empreinte.

236


L’OFFICIEL

RENCONTRE

Jessy et Cherif Ensemble depuis 3 mois, et non, ils ne se sont pas rencontrés sur Tinder. Il était fasciné par sa façon de bouger, d’occuper l’espace. Elle se disait que ce type n’était décidément pas son style. Jessy est une réalisatrice qui explore les émotions et interroge l’identité. Cherif est un orthodontiste doublé d’un entrepreneur. Tous deux sont des spécialistes du sourire.

237


BEIRUT SOUKS, SOUK EL TAWILEH T. 01 99 11 11 EXT: 560 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 263 BEIRUT CITY CENTER, HAZMIEH, LEVEL 1 T. 01 287 187 ALSO AVAILABLE AT ALL AÏZONE STORES IN BEIRUT, DUBAI, AMMAN


L’OFFICIEL

DESIGN

240

DERRIÈRE LES SHOOTS DES MAGAZINES S’ACTIVE TOUTE UNE BRIGADE DE MAGICIENS DE L’OMBRE DONT ON N’A PAS TOUJOURS L’OCCASION DE PARLER. POUR L’OFFICIEL LEVANT, ET À TRAVERS SON AGENCE STARDUST BRANDS FONDÉE AVEC SON MARI, QUI « CONNECTE LA MODE AVEC HOLLYWOOD », VICTORIA BRYNNER RÉALISE DE PETITS MIRACLES SUR-MESURE. LA FILLE DE YUL BRYNNER SE RACONTE AVEC UNE DÉSARMANTE SIMPLICITÉ. P A R

S T É P H A N I E

N A K H L É

PHOTOS DR

LA REINE ET NOUS


L’OFFICIEL

DESIGN

C’est un Richard Burton à moitié ivre qui, le premier, s’est penché sur le berceau où elle s’éveillait à la vie dans une maternité suisse, en déclarant le plus solennellement du monde : « Victoria, tu seras une très belle femme ! ». Dès lors, il fut son parrain officieux, et Liz Taylor une tendre et extravagante marraine qui marqua son enfance. La fille du mannequin chilien Doris Kleiner et du « Roi de Siam », le rôle iconique de Yul Brynner dans « The king and I » (comédie musicale hollywoodienne de 1956 au succès tonitruant), a en effet grandi dans un décor de cinéma ou ce qui y ressemble, tant la vie réelle y était traversée par des stars mythiques. Entre Gstaad où elle passait ses Noëls, la maison à Lausanne et L.A. où Victoria avait fini par s’installer, les amis de la famille s’appelaient Gloria Guinness, Audrey Hepburn et Vanessa Redgrave, Mia Farrow, Frank Sinatra ou Salvatore Dali, sans compter les barbecues ordinaires chez Liz Taylor, où passaient Michael Jackson, Johnny Depp et David Hockney. Pour la moindre sortie en perspective, les femmes se préparaient pendant des heures, n’émergeant de leurs boudoirs qu’une fois sûres de leur effet. Elle ne mettaient que des toilettes de grands couturiers et des bijoux rares, jamais les mêmes. A l’âge adulte, c’est à travers son agence Stardust Brands, que Victoria Brynner décide naturellement de croiser la magie de Hollywood et le charisme des stars avec la mode et le luxe. Parmi les exploits de cette « consultante » sensible et créative, la célèbre campagne de Louis Vuitton photographiée par Annie Leibovitz, dans laquelle apparaissent tour à tour Gorbatchov, Catherine Deneuve, Andre Agassi et Steffi Graff. Une autre de ses réalisations spectaculaires fut le lancement en 2012 du parfum Fame de Lady Gaga. C’est également elle qui a « casté » Johnny Depp en 2013 pour « Sauvage », le parfum Dior. A 25 ans passés, Stardust Brands est devenue une plateforme incontournable en termes d’impact.

241

Tout a commencé quand… J’ai eu la chance d’avoir mon premier photo shoot à Rome, dans la maison de couture Valentino. Le photographe était Arthur Elgort et tout me semblait totalement magique. Depuis toute petite, j’adore être sur les plateaux et observer les mécanismes de la création. Stardust brands a été créée pour… Apporter un soutien aux marques et aux photographes qui venaient à LA dans l’espoir de travailler avec des célébrités. J’étais là, je travaillais pour un magazine, et j’ai tout de suite vu qu’il y avait de la place pour une telle initiative. J’ai donc lancé ma première agence, Stardust Visions, et puis ces dernières années, le concept a évolué et j’ai donc créé Stardust Brands qui concentre l’essentiel de mon travail. Fondée il y a 25 ans, Stardust Brads doit sa longévité à… Au fait que j’ai été exposée très tôt aux cultures du monde, à la mode et à l’art, et que je suis capable d’apporter aux grandes marques le niveau élevé de créativité et de qualité artistique auxquels elles aspirent. J’ai une profonde compréhension du luxe et de l’expression visuelle. La mode et le cinéma parlent un langage différent, presque comme deux langues étrangères. J’ai vu une opportunité dans le fait de me proposer en interprète et de leur permettre de communiquer et de travailler ensemble. J’aime ce que je fais parce que… J’adore participer à un processus créatif, du début à la fin. Je n’aime pas ne pas avoir les moyens de réaliser ce qu’on attend de moi.


L’OFFICIEL

DESIGN

242


L’OFFICIEL

DESIGN

Les gens croient que… Mon travail est facile. Mais c’est parce qu’il est de mon devoir de faciliter les choses pour le client. Quand j’expose un projet, on croit que tout va de soi alors que rien n’est jamais simple. Le moment le plus gratifiant est… Celui où je propose une idée extrêmement difficile à réaliser, que l’accord est sur le point de tomber à l’eau, et que je sauve la mise en dernière minute. Ma semaine est rythmée par… Des réveils à l’aube, pour concilier les fuseaux horaires de mes clients des deux côtés du globe. Des rencontres avec les agents présents en ville. Quand je ne suis pas sur un shoot, on me trouve à mon bureau. Les temps forts de ma carrière sont… Incontestablement le fait de travailler avec les photographes les plus extraordinaires : Steven Meisel, Annie Leibovitz, Mario Testino ; et les marques les plus mythiques : Dior, Chanel, Prada et d’autres. La relation que j’ai créée entre Dior et Johnny Depp est le résultat d’un long mais gratifiant processus. J’ai adoré travailler avec Karl Lagerfeld pour Chanel et recruter Gorbatchev pour Louis Vuitton. Stardust Brands évolue en direction de… La production de contenus vidéo pour les campagnes, ainsi que de films pour la télévision. Pour le moment, nous restons basés aux Etats-Unis tout en travaillant avec des compagnies à travers le monde. Mon amour pour la photo vient de… Mon père qui fut un photographe de talent et dont j’ai réuni l’œuvre dans un livre, il y a cinq ans ; Il photographiait les

243

coulisses et les plateaux, des paysages et des portraits. Nous avons organisé une exposition de ses clichés à Londres, Paris et New York. Ses œuvres sont représentées par la galerie Staley Wise à New York. Le fait de me plonger dans ses photos et archives et de voir le monde à travers son regard et notre passion commune fut pour moi un moment intense. Mon souvenir d’enfance le plus marquant J’ai adoré grandir en Suisse, au cœur de la nature. Et aussi voyager et découvrir tant de pays extraordinaires. Ce sont mes souvenirs préférés. Être fille de stars… C’est comme ça que j’ai grandi, je ne connais pas autre chose. Très tôt, j’ai reçu une forte influence créative de la part de mes parents qui étaient tous deux très visuels, artistes, et adoraient la mode, la musique, les films et les arts plastiques. Je crois que j’ai eu beaucoup de chance d’être exposée à tant de gens talentueux, que ce soit les amis de mes parents ou leur entourage. C’est grâce à cela que je ne conçois pas d’autre limite que le ciel ! Les villes où j’ai vécu avec mon père Il y eut Londres et New York quand il jouait The King and I sur scène. J’ai des souvenirs merveilleux de ces deux villes, mais c’est le temps que j’ai passé avec lui à New York qui m’a fait rêver de m’établir en Amérique. Aujourd’hui, à L.A., ce que j’aime le plus c’est la nature, les plages et les collines qui en font une ville si unique. C’est tout ce que j’aime. Si je devais jouer dans un film… Ce serait Out of Africa, un grand moment de cinéma. Ma devise Tout est possible.


L’OFFICIEL

ART

244

AU COEUR DU 6ÈME ARRONDISSEMENT À PARIS, LA GALERIE IMANE FARÈS OUVRE DES HORIZONS VERS DES SCÈNES ARTISTIQUES DU MOYEN ORIENT ET D’AFRIQUE ENCORE MÉCONNUES EN EUROPE. ELLE MET EN LUMIÈRE LEUR RICHESSE ET LEUR DIVERSITÉ ET APPORTE UN SOUFFLE DE FRAICHEUR À L‘ART CONTEMPORAIN. P

A

R

M

.

L

.

PHOTOS GALERIE IMANE FARÈS, DR

UN ART D’ORIENT AU CŒUR DE PARIS


L’OFFICIEL

ART

Dans les œuvres qu’elle sélectionne, Imane Farès recherche une histoire et une passion contée par l’artiste à travers son travail. L’instinct d’Imane Farès l’a menée à promouvoir des artistes telles que Basma Alsharif qui se penche sur la transmission de l’histoire de la Palestine, où fiction et réalité se mêlent entre images documentaires et vision d’un paradis pré-apocalypse. Nina Esber, quant à elle, est née au Liban. Elle dénonce les inégalités et discriminations instaurées par les systèmes patriarcaux, pointant dans ses œuvres l’absurdité et l’injustice du statut et du rôle de la femme et des minorités. Billie Zangewa, avocate de la liberté de pensée et d’action qui recycle le textile pour coudre et broder des pièces inspirées des techniques de la mode et du graphic design. La galeriste, qui n’a jamais cessé d’être habitée par l’art, et l’art contemporain en particulier, avait commencé sa carrière dans les affaires tout en satisfaisant son amour pour l’art à travers le mécénat. En 2010, une opportunité se présente, et elle se décide à ouvrir sa galerie éponyme. « Hope is a good swimmer » La galerie porte une attention particulière aux artistes qu’elle choisit de représenter. Chaque exposition est réfléchie et mise en scène avec ces derniers afin de laisser libre cours à leur imaginaire.

245

L’espace se transforme au fil des expositions pour transporter les visiteurs dans des univers à chaque fois différents. Du 8 décembre au 11 février, une installation de James Webb, artiste multidisciplinaire de la scène sud africaine, qui explore la nature des croyances et les dynamiques de communication, invite le public à s’immerger dans l’épaisseur du son et de ses vibrations pour un voyage au delà du réel. L’exposition, intitulée Hope is a good swimmer, présente les oeuvres récentes de Webb ; All That is Unknown (2016) est un dialogue entre les battements de deux cœurs, audible à travers des haut-parleurs placés dans deux coins opposés d’une salle, ou Al Madat (2014), un chant de groupe qui peut conduire à un état de transe, selon la technique soufie du « Dhikr », aujourd’hui utilisée dans les centres de réhabilitation. A travers cette dernière installation, l’artiste dénonce l’abus de drogue et la violence dans son pays natal. Pour son nouveau rendez vous, la Galerie Imane Farès accueillera du 16 février au 24 Mars 2017 l’exposition Matière Grise de l’artiste Mohssin Harraki, né au Maroc et installé à Paris, dont les œuvres explorent la transmission culturelle et la formation d’une mémoire et d’un imaginaire collectif. Au travers d’artistes engagés et conteurs de culture et d‘héritage, Imane Farès partage un voyage et amène les curieux à faire un pas vers l’inconnu.


L’OFFICIEL

DESIGN

246

On connaissait Lina Shamma designer de bijoux vintage sous l’exquis label Madame Rêve. On la retrouve les deux mains dans l’argile, la pâte de grès et le kaolin, potière, porcelainière, tourneuse de formes pures tracées entre songe et méditation. P A R

M Y R I A M

R A M A D A N

PHOTOS DR

MADAME SCULPTE


L’OFFICIEL

DESIGN

Rencontrer Lina Shamma, c’est d’abord se laisser irradier par son sourire. Ce petit bout de femme est à elle seule une pluie de météores. Habitée par l’art sous toutes ses formes, le secret de son énergie lui vient d’une philosophie simple à qui sait la vivre : « savourer le présent, laisser le passé derrière soi, ne pas s’encombrer de ce que réserve l’avenir ». Dans son passé, il y a pourtant de grands moments fondateurs. Cette artiste a tout de même suivi de solides études en architecture à l’AUB, couronnées par un diplôme suivi d’un MBA. Elle a ensuite cofondé en 2004 un label pionnier : sous l’enseigne Madame Rêve, que de bijoux en déshérence ont retrouvé une vie nouvelle, sublimés, réincarnés en poèmes… Quant à son présent, il est la réponse du karma à ce parcours sans concession. Un passe-temps devenu garde-temps La poterie, pour Lina Shamma, c’était, il y a quelques années, une manière de remplir un temps creux, un passe-temps comme on dit. Mais l’artiste n’est pas du genre à faire les choses à moitié. Chemin faisant, ce médium à mi-chemin entre l’art et l’artisanat, le travail de la main et celui de l’esprit, l’absorbe de plus en plus. Voyageuse avide, la créatrice s’imprègne de toutes les cultures auxquelles elle est exposée. L’art japonais de la poterie parle à sa sensibilité et lui indique une voie dans sa quête d’harmonie. Le « Wabi-Sabi », fusion entre un état d’esprit proche de la mélancolie et son expression matérielle dans un objet patiné ou fêlé, se résume par « la belle imperfection ». C’est cette esthétique particulière de la fragilité et de l’usure qui la définit et définit son œuvre. Elle laisse la matière réagir à sa guise, se briser s’il lui plait, quitte à suivre la craquelure, la sublimer comme elle le faisait avec les vieux bijoux couture, au lieu de la corriger. Concevoir la jungle Se jugeant prête, et son jugement n’est pas des plus cléments quand il s’agit d’art, qui plus est du sien, elle passe professionnelle en participant à des expositions. Ses œuvres en porcelaine

247

tentaient une première sortie publique en mai dernier dans l’espace The Silly Spoon. Ce fut ensuite le musée de l’AUB, puis Sarah’s Bag et à l’éclectique exposition de fin d’année de House of Today où l’on a pu découvrir son interprétation du thème « Jungle Protocol ». Il s’agit d’une table à laquelle sont accrochés des personnages qu’elle a façonnés. Où est la jungle ? Là, dans l’esprit de l’humanité sans laquelle elle n’aurait ni nom ni existence. « Sans l’homme, il n’y aurait pas de jungle, dit-elle. Le concept même de la séparation entre l’animal et l’humain est une invention de l’homme. Saudad Komorebi Il y a la nostalgie, et il y a la « saudad ». Intraduisible, la saudad, ce mot portugais est posé sur le sentiment de manque le plus profond, non seulement de ce qui est perdu, mais de ce qu’on n’a même jamais connu. Le Komorebi japonais décrit quant à lui un scintillement, celui du soleil entre les branches, ou à la surface de l’eau au coucher du soleil. De l’association improbable de ces deux mots nait toute une atmosphère que Lina Shamma transmet dans l’attitude de ses figurines, leur humilité, leur regard droit et détaché qui souligne l’impossibilité de regarder le soleil en face : on n’en perçoit que le rayonnement filtré. Travaillé selon la technique du raku, chacun de ses personnages est différent de l’autre, et cette singularité est sa signature, telle qu’on la reconnaissait dans les bijoux Madame Rêve. Parmi ses pièces, toujours uniques, on retiendra les plats en porcelaine sur lesquels elle pose l’un ou l’autre élément de sa collection de bijoux. Association du modeste et du fastueux, désaccord volontaire, « belle imperfection ». Pour l’exposition « Psychedelia » en collaboration avec Sarah’s bag, la créatrice avait eu l’idée d’une série de vases en deux coloris mais de formes et de tailles différentes, envahis de fleurs et de champignons, véritable délire venu du fond des années 70. A l’évidence, chez cette « vieille âme», même les émotions du passé servent à fabriquer du présent.


www.melissa.com.br

AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Follow us on instagram: @melissashoeslebanon


L’OFFICIEL

DESIGN

250

UNE CHAISE

PHOTOS DR

CECI N’EST PAS


L’OFFICIEL

DESIGN

251

Ne soyez pas insensible à cette chaise cannée qui vous tend les bras, car sans être précieuse ni ridicule, elle vous offrira aussi d’être votre serviteur muet, votre table de nuit ou tout simplement une jolie présence dans votre décor. Elle est signée Khaled el- Mays. Vous n’oublierez pas ce nom. P A R

Né au Liban, dans la Bekaa, Khaled elMays qui a aujourd’hui 32 ans a fait ses études d’architecture à l’AUB et fréquenté le célèbre Pratt Institute de New York où il a obtenu un master en art digital. Rien qu’en l’écoutant parler de son parcours, on voit défiler des couleurs, des formes utiles ou gratuites, des techniques et des matières. Sa première manifestation publique a lieu en 2013, dans le cadre de la « Beyrouth Design Week ». Il y présente une première collection de 30 pièces, tables et petits meubles, déclinés sous le label « Rhizomes ». Cette idée est une réminiscence d’études faites à ce sujet au Pratt. Il s’agit d’une collection de cinq « typologies », cinq modèles de même inspiration interprétés en différentes formes et couleurs. Le designer, qui décrit son style comme « conceptuel contemporain», aime ces variations sur un même thème, à la différence que dans son travail l’emploi du module favorise plutôt la création de pièces exclusives qu’une production à la chaîne. C’est dans la même veine qu’il a conçu sa série, « Circus », inspirée du monde du cirque, où chapiteau et tables d’acrobatie sont des motifs récurrents. Tant « Rhizomes » que « Circus » sont à l’image de la personnalité bouillonnante d’el-Mays qui s’est inspiré d’un faisceau de données informatiques, autre réminiscence de ses études d’art digital pour donner naissance à ces séries d’objets pleines de vie, de couleurs et d’accents décoratifs, sans jamais perdre leur pureté. L’Atelier Khaled el-Mays est un studio de design multidisciplinaire qui se concentre principalement sur la conception de meubles et de projets d’architecture d’intérieur. Deux types de productions y sont traitées : l’une est basée sur le « sens communautaire » et l’autre, en haut de gamme, sur le « sens du luxe ». A travers la première, el-Mays fait participer les

M Y R I A M

R A M A D A N

les différentes déclinaisons de la chaise « Fishawy Chair », la dernière pièce-phare de Khaled.

artisans de sa localité natale dans le but d’y promouvoir esprit d’appartenance et de solidarité. Il a ainsi fait appel à huit artisans, parmi lesquels des menuisiers, ferronniers, peintres en bâtiment et cuivriers. Les collections « Rhizomes » et « Circus » résultent de cette collaboration organique. Le deuxième type de production s’est fait en partenariat avec les Boisseliers du Rif. Avec cette entreprise d’ébénisterie, le travail est plus méthodique, plus classique, comme on le voit dans le fauteuil « Oyster Seat » et

La « Fishawy Chair » Cette chaise dans tous ses états a fait son apparition à l’exposition de « House of Today », en décembre dernier. Connue au Liban sous le nom de « khaizaran » (osier), cette chaise avait été conçue à l’origine par l’ébéniste austro-allemand, Michael Thonet (XIXe siècle) qui en avait fait « la » chaise des bistrots Viennois. Elle passe par New York à la fin des années 1900 et finit en Egypte comme chaise « populaire » en prenant le nom du célèbre café cairote « Fishawy ». Khaled el-Mays a délibérément choisi de « déstructurer » physiquement et conceptuellement cette chaise populaire de manière à lui donner une nouvelle vie et de nouvelles fonctions, en en faisant tantôt un serviteur muet, tantôt un panier , un pupitre, ou même une table basse. Cette distorsion a surtout pour but de donner à cette chaise un aspect contemporain et d’en faire une pièce de collection, tout en respectant les caractéristiques du modèle initial. En plus de la détourner, il a choisi de la tailler dans des matières nobles, bois de chêne français ou noyer américain, et d’y ajouter des détails de finissage en cuivre et en nacre. Le designer, qui a pris part à plusieurs expositions internationales, est également fier d’enseigner au département de décoration intérieure de l’Université Libanaise. Cette possibilité de transmettre lui est précieuse. Il affirme qu’elle fait partie de son enrichissement personnel. Lors de l’ouverture prochaine de sa galerie The Attic, on pourra faire plus ample connaissance avec cet artiste pluriel, dont le travail se distingue autant par ses couleurs et designs délirants que par sa sobriété et sa discipline.


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


L’OFFICIEL

COLLECTION

254

O S E B S

S

I

O

N S

QUI N’A JAMAIS CÉDÉ À LA PASSION D’ACCUMULER CERTAINS OBJETS DE MANIÈRE COMPULSIVE ? CES OBJETS, NOUS AVONS L’IMPRESSION QU’ILS NOUS PROLONGENT, NOUS AUGMENTENT. ILS FINISSENT PAR AVOIR UNE ÂME. VOICI QUATRE COLLECTIONNEUSES ET LEURS « SAINTES RELIQUES ». PAR

F. A . D .

PHOTOGRAPHIE

TONY

ELIEH


L’OFFICIEL

COLLECTION

255

KAREN CHEKERDJIAN ET LES OBJETS INSPIRANTS

Après avoir commencé sa carrière dans la communication, cette artiste graphique s’est spécialisée dans le design industriel, poursuivant sa formation chez Edra avec pour mentor Massimo Morozzi. Elle a fondé son studio éponyme en 2001 et se positionne depuis lors parmi les plus brillants créateurs de sa génération. Les objets qu’elle collectionne appartiennent à diverses familles : échantillons, dessins, crayons, livres, magazines, pierres, épées, tortues. « Ces objets reflètent ma personnalité, ils me racontent, m’inspirent et me rappellent des souvenirs. »


L’OFFICIEL

COLLECTION

256

JANIS SARRAF ET LES VIEILLES CAMÉRAS

Spécialisée dans la photo de mode et les portraits, d’enfants et de famille, cette photographe a ouvert son studio professionnel à Beyrouth, en 2007. Sa collection : soixante-quatre caméras vintage dont la plus ancienne date de 1907. « Les caméras que je collectionne représentent des étapes significative de l’évolution technique de cet appareil. Je m’en sers parfois pour mon plaisir, jamais pour mon travail. »


L’OFFICIEL

COLLECTION

257

JOËLLE KHARRAT ET LES BOULES À NEIGE

Convertie dans le bijou après une expérience professionnelle chez L’Oréal et By Terry, cette perfectionniste ouvre son propre atelier à Beyrouth, en 2008. Elle y produit des pièces exclusives que l’on peut trouver au enseignes les plus en vue de Paris, Tokyo, New York, LA ou Genève. Il y a douze ans, en lune de miel, elle achète une boule à neige pour marquer un beau souvenir. Depuis, chaque moment heureux de sa vie est marqué par une nouvelle boule, surtout musicale. « Je la remue et c’est magique, je redeviens une petite fille ! »


L’OFFICIEL

COLLECTION

258

SANDRA MACARON ET LES LIVRES DE CUISINE

Designer multidisciplinaire et architecte d’intérieur, cette créatrice de petits meubles et de luminaires qui racontent une histoire a établi son atelier, SMAC, à Beyrouth en 2010. Collectionneuse compulsive à passions successives, sa dernière lubie concerne les livres de cuisine qui lui servent de grimoires quand, le dimanche, elle accapare le fourneau familial. « La cuisine stimule les sens et procure du bonheur. Je vous conseille d’essayer ! »


Fitness by the Sea

GYM AT

It's never too late to get in shape. At UR Gym, you enjoy fitness classes, PT sessions and the latest Technogym equipment, all with an exceptional sea view. Aïshti by the Sea, Antelias, Level 4, T. 04 711 940


L’OFFICIEL

ICÔNE

260

LE POIDS DES MOTS Sage ou trash, le T-shirt militant investit les défilés et les réseaux sociaux. Inspirée du féminisme des années 1970, la tendance interroge : la mode a-t-elle sa place dans la lutte ? Décryptage. M A T H I L D E

Une manif en petite robe noire et slingbacks dorées  : géniale pour certains, incongrue pour beaucoup, déplacée pour d’autres, l’idée est signée Karl Lagerfeld. Retour en octobre 2014, sous la verrière du Grand Palais, pour le défilé Chanel printemps-été 2015 : au mégaphone, Cara Delevingne harangue une foule de révolutionnaires en culottes courtes. “Ladies First”, “Women’s rights are more than alright”, des slogans inspirés du MLF en côtoient d’autres, plus politiquement corrects : “Be your own stylist”, “Tweed is better than tweet”, etc. Le débat est lancé. Car, si la mode peut se targuer de donner le pouvoir au beau sexe, les ressorts du phénomène oscillent entre bons sentiments et stratégies marketing. Un an plus tard, quand Cara D ­ elevingne (encore elle) s’exhibe avec une réplique du célèbre T-shirt militant “The future is female”, la communauté lesbienne s’insurge. Aux États-Unis, le slogan de la militante Liza Cowan, inauguré en 1975 par sa compagne, la chanteuse folk Alix ­Dobkin (en photo), est chasse gardée, autant que le poing levé du Women’s Lib, repris par Monique Wittig et les pionnières du féminisme français dans les années 1970. Cara Delevingne, icône

gay s’il en est, a beau reverser une part des bénéfices à Girl Up, la campagne des Nations unies en faveur des adolescentes des pays en voie de développement, on l’accuse de dénaturer un message à caractère contestataire. Des intentions louables,

mais un background qui dérange une partie de l’opinion : le top british concentre tous les paradoxes du fashion feminism. Parce que la mode reste un commerce, pour s’offrir le T-shirt “We should all be feminist” du défilé printemps-été 2017 de

B E R T H I E R

Dior, il faut compter un demi-Smic. Même chose pour le “Thanks Girls” de Stella McCartney et le “Shut that guy up” d’Olympia Le-Tan. Le vêtement militant est la nouvelle poule aux œufs d’or des marques de luxe… Mais l’émulation générée n’a pas de prix. Instagrammé, twitté, snapchaté des millions de fois, le message finit par sensibiliser. En 2013, Petra Collins avait suscité une véritable tempête médiatique en créant pour American Apparel le T-shirt “Period Power”, représentant un vagin en période menstruelle ; dans la foulée, cette jeune Canadienne voyait son compte ­Instagram censuré pour une simple photo d’elle en petite culotte, le sexe non épilé. Le troisième millénaire est-il condamné à un féminisme de papier glacé, consensuel et anti-trash, en accord tacite avec le diktat de la “parure” dénoncé par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe ? La génération Z, Petra Collins en tête, prouve qu’on peut être branchée, porter du Gucci et lutter pour les droits de la femme. La mode y trouve son compte. Rappelons que, au-delà des joutes mercantiles, Christian Dior, Coco Chanel, André Courrèges et Sonia Rykiel n’ont pas fait que créer des vêtements, ils ont réinventé la femme.

Olympia Le-Tan.

Stella McCartney.

Paco Rabanne.

Dior.

PHOTOS LIZA COWAN, IMAGE BANK

P A R


L’OFFICIEL

SAVEURS

262

VIN CONNECTÉ

LA NOUVELLE ADRESSE DU VIN LIBANAIS EST EN LIGNE. 209 LEBANESE WINE RÉVÈLE LES SECRETS DES VINS LIBANAIS. ENTRE COULEURS, RÉGIONS ET SAVEURS, AMATEURS ET PASSIONNÉS DE VIN PEUVENT DÉSORMAIS Y VOIR PLUS CLAIR ET PARTAGER LES PLAISIRS DU VIN EN VRAIS CONNAISSEURS. A

R

Le concept 209 Lebanese Wine se fonde sur trois piliers; la livraison à domicile, le Wine Club et bientôt un camion ambulant qui sillonnera festivals et marchés à travers le Liban pour faire partager vins et assiettes de charcuteries et fromages. Sur le site de vente en ligne, lancé en octobre 2016 au cours de la dernière édition Vinifest, le visiteur peut choisir parmi plus de quarante domaines libanais. Un moteur de recherche permet de faire le tri selon les critères de sélection; accord mets et vins, cépage, tranche de prix, couleur ou entreprise vinicole. Que l’on soit amateur de fromages, fruits de mer, fois gras ou encore de pizza, ou que l’on recherche un Chardonnay, un Syrah, un Merlot ou des grappes locales Obeidi et Merwah, nuancées par la multitude de microclimats qui caractérisent le Liban, en quelques clics la bonne bouteille est trouvée et livrée. Le blog de 209 Lebanese Wine propose des informations ludiques autour du vin : comment choisir le meilleur accord entre herbes aromatiques et vins pour rehausser les saveurs d’un repas, comment se décider entre les nombreux vins proposés à la carte d’un restaurant ou encore la bonne « Wine Etiquette » à adopter. Sur 209 Lebanese Wine, une communauté se crée autour de la culture du vin. Le site propose une adhésion au Wine Club. A la clé, une livraison de bouteilles tous les mois pour découvrir de nouvelles

M

.

L

.

propositions, une option diner maison avec conseils d’expert à domicile, ainsi que des dégustations et visites de domaines. Pourquoi « 209 » ? Sélim Yasmine est un passionné de vin. Après une vingtaine d’années dans le marketing en entreprise, dont un passage dans le secteur du vin, il décide de se consacrer à sa passion et de la partager. Il traverse le Liban à la conquête des domaines vinicoles de la Bekaa, du Mont Liban, de la région de Batroun et du Sud. « Nous avons dans notre pays une cinquantaine d’entreprises vinicoles, dit-il, et il serait dommage de ne pas mettre en valeur ces produits du terroir. » Le chiffre 209 désigne la couleur Pantone du vin rouge, trait d’union entre la passion de Sélim pour le vin et son expérience en marketing. De la cave en sous-sol, attenante au bureau de Sélim, ou sont conservées les bouteilles au frais, les livraisons partent chez les particuliers. Les amoureux du vin y trouvent leur compte, mais aussi les domaines vinicoles qui bénéficient ainsi d’une visibilité et d’une facilité de livraison. Nouvel ambassadeur du vin libanais, 209 Lebanese Wine, envisage d’exporter son concept pour faire voyager un terroir, un goût, mais surtout une histoire millénaire.

PHOTOS DR

P


in the new GEL-QUANTUM 360 KNIT Aïshti by the sea, Antelias Tel. 04 71 77 16 Ext. 262 - Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram: @asicslebanon


Dans la capitale anglaise, cet hiver, tous les prétextes sont bons pour faire la fête. Alors que Racil reçoit chaleureusement sa bande de filles chez Annabel’s, Coach inaugure son nouveau flagship sur Regent Street, tandis que Swarovski parraine la cérémonie annuelle des British Fashion Awards au Royal Albert Hall. L’Officiel y était, of course. P A R

K A R E N

R O U A C H

ICI LONDRES À L’ANGLAISE Le 6 décembre, Londres accueille la cérémonie annuelle des British Fashion Awards, en partenariat avec Swarovski. Karlie Kloss, nouvelle égérie de la maison, fait un hug à Lady Gaga, qui termine une séance photo improvisée avec Kate Moss. Gigi Hadid, qui vient de recevoir le prix du top-modèle de l’année, tente un mannequin challenge avec Donatella Versace, venue justement lui remettre son trophée. Les paris vont bon train dans les corbeilles du Royal Albert Hall : qui sera le meilleur créateur international ? Demna Gvasalia bien sûr, qui reçoit son prix des mains de Marilyn Manson. Alessandro Michele, lui, danse avec Jared Leto : le directeur artistique de Gucci est désormais le meilleur designer d’accessoires de l’année. Simone Rocha, vêtue de l’une de ses fameuses robes victoriennes, a l’air plutôt fière d’être sacrée meilleure créatrice anglaise, tandis que Sarah Burton, lauréate de la marque anglaise de l’année pour ­A lexander McQueen, ne quitte plus Naomi Campbell. Ralph Lauren, jamais sans sa femme Ricky, reçoit un prix d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Enfin, Jaden et Willow Smith remportent le Fashion Icon Award, qui salue leurs premiers pas dans ce monde. Les coupes de champagne sont vides, il est temps de se rendre à l’after party.


2

1

4

3

5

8

PHOTOS DR

1. Karlie Kloss. 2. Lotta Volkova et Demna Gvasalia. 3. Naomi Campbell 4. Craig Green 5. Lady Gaga et Jennifer Fisher 6. Joan Smalls, Winnie Harlow et Jourdan Dunn 7. Alessandro Michele et Jared Leto. 8. Molly Goddard

6

7


SMOKING SOCIETY

PHOTOGRAPHIES BELLA HOWARD

Ce lundi de novembre, Racil Chalhoub, créatrice de la marque de smokings qui porte son prénom, convie ses amies, femmes d’influence exilées à Londres, à dîner chez Annabel’s, dans le quartier de Mayfair. Carolyn Franks, robe longue fendue et veste de smoking, arrive à 20 heures pile et en est très fière, car cela fait d’elle une “vraie Suisse”. Sabine Getty, créatrice éponyme de la marque de bijoux, croise son mari par hasard. Tatiana Casiraghi, cofondatrice avec Dana Alikhani (également présente) de l’e-shop Muzungu S­ isters, porte le smoking bleu nuit à merveille, tout comme la créatrice de bijoux Noor Fares. Flavie Audi, artiste connue pour ses sculptures de verre, vante à Eugénie Niarchos, en combinaison de velours, les mérites de la tenue de soirée blanche. On parle régime draconien, jetlag, grossesse (quatre d’entre elles sont enceintes), mais aussi œuvres de charité, et on félicite Arizona Muse, en tuxedo noir et blanc, qui étrenne sa bague de fiançailles. De l’autre côté de la table, l’Américaine Stéphanie Horton, directrice marketing de Farfetch, arbore le costume version pailletée. Elle raconte à Mary Katrantzou qu’elle ne vit dans son appartement que trois semaines par an. Dalia Dogmoch, auteure du blog de cuisine Dalia’s Kitchen, se demande ce qui est le pire, lors d’une soirée : être overdressed ou underdressed. Racil tranche : en smoking, cela n’arrive jamais.

1

2

3

4


6

7

5

8

9

PHOTOS DR

10

1. Racil Chalhoub. 2. Arizona Muse. 3. Carolyn Franks. 4. Flavie Audi. 5. Tatiana Casiraghi et Sabine Getty. 6. Stéphanie Horton. 7. Noor Fares. 8. Racil Chalhoub entourée de ses invitées. 9. Eugénie Niarchos. 10. Racil Chalhoub et Mary Katrantzou.


L’Officiel

PLAYLIST

268

THE SOUNDING STONES Qu’elles soient précieuses ou non, les plus belles pierres sont un véritable objet de fascination et de grands classiques de l’histoire de la musique s’en sont inspirées, parfois inconsciemment. À chacune sa chanson.

1 BPM 3 0

S O P H I E

LE DIAMANT

At Les, de Carl Craig (1997) Cette ritournelle synthétique de haute voltige signée Carl Craig est un des plus grands classiques de la scène techno de Détroit. Beat cristallin, mélodie blanche, arrangements épiques et son d’une rare pureté : on pourrait dire que cette piste de l’album More Songs About Food and Revolutionary Art est le diamant de la discographie de Carl Craig, deux ans seulement après la parution de son premier opus. Il l’a réinterprété à la sauce jazz expérimental sur son disque Programmed.

1 BPM 1 2

L’OPALE

Sexy Boy, d’Air (1998) Un chant au vocodeur, des paroles ultra-poétiques, des sous-entendus gay friendly et une mélodie étoilée : alors considéré comme un ovni dans le paysage musical français, le morceau Sexy Boy nous emmène dans un Moon Safari, celui de l’album de Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel. Avec ce titre pilier de la French Touch, Air est sorti de l’underground pour investir la légende de la pop music dans ce qu’elle propose de plus pur et de plus éthéré. La tête dans des nuages couleur opale…

R O S E M O N T

LE RUBIS

BPM 6 0

Red House, de Jimi Hendrix (1969) Par sa teinte rouge, le rubis est synonyme de force, de feu, d’amour, de sang. Et de Jimi Hendrix, guitar hero qui brûlait son instrument quand il ne l’embrassait pas fougueusement. Évoquant la couleur de la maison de sa dulcinée, Red House brille du blues langoureux d’un cow-boy solitaire : “Cause if my baby don’t love me no more, I know her sister will !” (“Car si mon bébé ne m’aime plus, je sais que sa sœur, elle, m’aimera !”). Et, en effet, qui pouvait résister à l’incandescent Hendrix ?

LE SAPHIR

BPM 1 3 0

Blue Moon, d’Elvis Presley (1956) Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Frank Sinatra ou encore Chris Isaak ont repris ce standard américain des années 1930, mais la version d’Elvis reste celle qui donne le plus de frissons. Caverneuse, mélancolique, mais aussi d’une grâce quasi divine, elle évoque le saphir, pierre talisman à la couleur profonde rappelant le ciel nocturne… et souvent portée par des hommes de foi. Un bleu respectable marié malgré lui au rock’n’roll scandaleux du King, jadis décrié par les conservateurs au nom de la morale religieuse.

PHOTOS DR

P A R


1 BPM 2 0

L’ÉMERAUDE

Toxic, de Yael Naim (2007) La couleur verte a longtemps été associée aux poisons et aux maléfices – tous deux au cœur du tube électro-groovy de ­Britney Spears, Toxic. Déjà ultra-efficace, il a gagné en élégance lorsque la chanteuse franco-israélienne Yael Naim se l’est approprié, avec sa voix de louve rehaussée d’une orchestration décalée, éthérée et tendance jazzy. Aussi sexy et vénéneuse que l’originale, d’une couleur aussi profonde que l’émeraude : “With the taste of your lips I’m on a ride” (“Avec le goût de tes lèvres, je plane”), comme le susurre Yael Naim…

9 BPM 7

LA TURQUOISE

Turquoise, de Joan Baez (1967) De l’amour naissent souvent les plus belles chansons : “Your smile beams like sunlight/On a gull’s wing” (“Ton sourire rayonne comme la lumière du soleil sur l’aile d’une mouette”)… En 1965, ­Donovan écrit ces mots d’amour à la belle Joan Baez, alors en deuil de sa relation avec Bob Dylan. Deux ans plus tard, elle reprend ce morceau sorti dans une certaine indifférence au Royaume-Uni et se l’approprie entièrement. L’Amérique tombe sous le charme. Et Turquoise, pierre réputée favoriser les sentiments amoureux, devint un des plus jolis hymnes folk.

5 BPM 6

L’AMÉTHYSTE

Purple Rain de Prince, 1984 Dans l’Antiquité, l’améthyste était réputée pour protéger de l’ivresse : le mot grec amethystos signifie “qui n’est pas ivre”. Mission ratée avec le titre le plus emblématique du Kid de ­Minneapolis, disparu le 21 avril 2016, qui lui a permis de s’imposer face à Michael Jackson. En entendant la guitare électrique résonner, puis la voix de Prince chanter “I only wanted to see you/Bathing in the purple rain” (“Je voulais seulement te voir te baigner dans la pluie pourpre”), le monde entier a succombé au charme d’une chanson à la fois pop, soul et rock’n’roll. À la mort du chanteur, des monuments du monde entier revêtirent la couleur violette en son hommage.

L’ONYX

BPM 1 0 9

You Want It Darker, de Leonard Cohen (2016) Avec son quatorzième album studio, You Want It Darker, Leonard Cohen a prouvé à 82 ans qu’il maîtrisait encore parfaitement l’art du songwriting. Le premier morceau éponyme s’impose comme l’un des grands classiques du chanteur canadien. Sublime mélodie, groove minimal, voix sépulcrale et chœurs assurés par la chorale d’une synagogue… De toute beauté malgré des paroles mystiques annonçant l’approche de la mort : “I’m ready, my lord” (“Je suis prêt, Seigneur”). Testament que la disparition du chanteur, quelques semaines après la sortie de l’album, rend encore plus émouvant.

LE QUARTZ ROSE

BPM 1 1 6

À bouche que veux-tu, de Brigitte (2014) Le quartz rose est associé à l’amour, la confiance en soi et la séduction. Pour toutes ces raisons, il nous rappelle aussi les belles heures du disco, époque Studio 54 et autres clubs new-yorkais où l’on dansait jusqu’au bout de la nuit en embrassant son prochain. C’est cette sensualité débridée que chantent Aurélie Saada et Sylvie Hoarau, duo féminin de Brigitte, avec À bouche que veux-tu. Scintillant, poudré et suggestif, le morceau nous donne envie de tomber amoureux sous les stroboscopes.

LA TOPAZE JAUNE

BPM 1 2 2

Miami Logic de Metronomy, 2016 Basse omniprésente, synthétiseurs sous influence eighties, rythmes funky à souhait… Qu’importe si les paroles n’ont ni queue ni tête. Avec Miami Logic, on se retrouve instantanément sur une plage de Floride. Sous le soleil exactement, et sur le sable rappelant la topaze jaune. Derrière Metronomy, l’homme-orchestre anglais Joseph Mount. Depuis son premier album, il n’a de cesse de chercher la lumière via un prisme électro-pop multi-facettes. Grâce à Summer 08, il l’a bel et bien trouvée. Let the sunshine in…


L’OFFICIEL

ADDRESSES

270

A

DINH VAN CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

MARC JACOBS +961 1 99 11 11 EXT.148

DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592

MARNI +961 1 99 11 11 EXT.130

ADRIANA IGLESIAS +961 1 99 11 11 EXT.130

DIPTYQUE +961 1 99 11 11 EXT.104

MICHAEL KORS +961 1 99 11 11 EXT.130

ALBERTA FERRETTI +961 4 71 77 16 EXT. 243

DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555

MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

ALEXANDER WANG +961 1 99 11 11 EXT.130

DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

MONCLER +961 1 99 11 11 EXT.130

ALTUZARRA +961 1 99 11 11 EXT.130

ELLERY +961 1 99 11 11 EXT.140

MOSCHINO +961 1 99 11 11 EXT.130

AURÉLIE BIDERMANN CHEZ SYLVIE SALIBA

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

MOUAWAD +961 1 99 98 91

+961 1 33 05 00 AZZEDINE ALAÏA +961 1 99 11 11 EXT.130

B

OSCAR DE LA RENTA +961 1 99 11 11 EXT.130

F, G, H

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550 GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

P, R

BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130 RAG & BONE +961 1 99 11 11 EXT.140

BRANDON MAXWELL +961 1 99 11 11 EXT.130

HELMUT LANG +961 1 99 11 11 EXT.140

RALPH MASRI +961 1 56 65 38

BRUNELLO CUCINELLI +961 1 99 11 11 EXT.130

HERMÈS +961 99 97 10

ROBERTO CAVALLI +961 99 11 11 EXT 115

J

S, T

BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353 BVLGARI +961 1 99 91 59

C

CARTIER +961 1 97 26 00 CÉLINE +961 1 99 11 11 EXT.250 CHANEL +961 1 99 91 29

JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562 SELF PORTRAIT +961 1 99 11 11 EXT.130

K, L

SHAMBALLA JEWELS CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00 SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

KENZO + 961 1 99 11 11 EXT 130

TABBAH +961 1 97 57 77

CHARLOTTE OLYMPIA

LA TERRE EST FOLLE +961 70 11 12 55

TORY BURCH +961 1 99 11 11 EXT.574

+961 1 99 11 11 EXT.104

LANVIN +961 1 98 65 01

CHLOÉ +961 4 71 77 16 EXT.215

LOEWE +961 4 71 77 16 EXT.201

CHANEL BEAUTÉ +961 1 99 11 11 EXT.104

LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

D, E

DAVID KOMA +961 1 99 11 11 EXT.130 DAVID YURMAN +961 4 71 77 16

M, N, O

MAISON MARGIELA +961 11 11 11 EXT 130

V

VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569


Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272, Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON and on facebook New Balance Lebanon


L’OFFICIEL

272

CORRESPONDANCE

WONDERWOMAN LAURA

Cela fait quelques jours qu’en sortant du métro je croise la silhouette d’une jeune femme singulière. Elle a beau boiter et devoir s’appuyer sur une béquille pour marcher, elle est chaussée de talons aiguilles vertigineux. Typiquement le genre de chaussures avec lesquelles je n’arrive pas moi-même à marcher sans me casser la figure. Ca n’a pourtant pas l’air de lui donner froid aux yeux. Elle gravit sans ciller les innombrables marches menant à la sortie et s’engouffre dans le hall d’une grande entreprise d’audiovisuel. Sa détermination force le respect. Plus je regarde autour de moi, plus j’ai l’impression qu’on est en pleine ère de « Women Power ». Cela ne date certainement pas d’hier, mais j’ai la sensation que cette dynamique s’intensifie avec des modèles dont on a envie de partager les acquis et expériences. En figure de proue, Sheryl Sandberg, la directrice des opérations de Facebook et auteur du best seller ‘’Lean In’’. Elle exhorte les femmes à mener à bien leurs carrières et désacralise l’utopique et souvent dévastateur «You can have it all». Non, on ne peut pas tout avoir, et choisir c’est sacrifier. Au Moyen-Orient, Dr. Leila Hoteit, partenaire et directrice générale au sein du cabinet de conseil BCG à Dubaï, a tenu un TED Talk mémorable. Ces conférences TED (Technology, Entertainment and Design) sont une série internationale de causeries conçues pour diffuser des «idées qui valent la peine d’être diffusées». Lors de sa conférence, le Dr. Hoteit observe que les femmes d’affaire arabes font face à plus de rigidité culturelle que les femmes occidentales. Et qu’elles doivent parfois affronter plus de pressions et de responsabilités que leurs comparses masculins. Sa génération - sans références ou exemples - a dû créer son propre modèle. Les podcast (ces émissions de radio que l’on peut télécharger) célébrant les femmes font foison. Lauren Bastide, ex-journaliste de ELLE France et chroniqueuse un an durant au Grand Journal de Canal +, vient tout juste de créer le sien, La Poudre. Elle y interviewe uniquement des femmes sur leur rapport à la féminité.

HOMSI

Tous ces échanges sont matière à réflexion, stimulent et donnent envie de porter le changement. Mais parfois, l’inspiration vient rien qu’en regardant autour de soi. Si tous les exemples cités plus haut m’impressionnent beaucoup et sont indispensables, j’ai récemment réalisé que l’on n’a pas forcément besoin d’aller chercher trop loin son modèle. Celui-ci peut se trouver à proximité. Il suffit d’ouvrir un peu les yeux pour découvrir les wonderwomen qui gravitent dans notre quotidien. Souvent, ce sont les amies qui font le meilleur job en termes d’exemples à suivre. Il y a celles qui foncent dans l’inconnu, ce qui les terrifie, quitte à se faire (très) mal sans se démonter. Et parviennent toujours à retourner des situations parfois catastrophiques à leur avantage. J’ai appris que tout peut devenir matière à rire si l’on en prend le parti. Et que finalement, souvent on ne risque pas beaucoup plus gros qu’une petite blessure d’ego. Il y a celles qui se font violence, vont à l’encontre de ce qui leur paraît le plus «facile», pour sortir de leur zone de confort et se dépasser... Il y a celles qui parviennent à dénicher le positif quelle que soit la situation... Parfois ce sont mes longues discussions avec elles qui m’ouvrent les yeux, mais la plupart du temps, il suffit juste de les regarder avancer. Absorber et apprendre. On est tous entourés de femmes admirables, que ce soit dans la sphère amicale, familiale, professionnelle... On a toutes notre Sheryl Sandberg à nous - parfois bien plus proche qu’on ne le croit. L’étape supérieure, c’est aussi de réussir à tendre soimême la main – même avec le peu qu’on a - pour que ce cercle vertueux se poursuive. En espérant, qu’un jour, on ait chacune notre Ted Talk, ou ces fameuses 15 minutes de gloire d’Andy Warhol, avec une histoire brillante à raconter, pour pouvoir ensuite inspirer quelqu’un d’autre. Ma voisine de métro aux talons aiguilles ne se doute certainement pas que j’ai eu une sorte de déclic grâce à elle. Et vous, quel sera le vôtre ?

PHOTO DR

PAR


OBJETS POUR LA VIE

L'Officiel-Levant, February Issue 72  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you