Page 1

Lea Rostain en chemise PRADA et body AZZEDINE ALAÏA. N° 71 DECEMBRE-JANVIER 2016/2017 www.lofficielmode.com

9 772077 50001 1

BEYROUTH, TESSITURES ET NUITS ÉTOILÉES CINÉ MANAL ISSA. CONCEPT MRS CLUELESS. STYLE YOUSSEF AKBAR. ART LAMIA JOREIGE, GULSÜN KARAMUSTAFA. TECH SYNKERS. BIJOUX LA PIERRE BONHEUR.


© 2017 TABBAH, REGISTERED MODEL, ALL RIGHTS RESERVED

TABBAH BERET COLLECTION D I S C O V E R A T C H R I S T M A S . T A B B A H. C O M


tabbah.com

LE BERET

Flagship Store

Allenby Street

Downtown Beirut

+961 1 975 777

Curated Boutique

Aishti by the Sea

+961 4 711 942


Garden and Museum Christian Dior in Granville, Birthtown of Mr Dior, Normandy.

dior.com - 01 99 11 11 ext.592


© 2016 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.


fakhry bey street, beirut souks aĂŻshti by the sea, antelias chloe.com


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL : 01 99 11 11 EXT: 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL : 04 71 77 16 EXT: 241

EMILIOPUCCI.COM


marcjacobs.com

137 el-moutrane street downtown beirut

aĂŻshti by the sea antelias


etro.com


MOSCHINO.COM


BEIRUT 62 Abdel Malek Street Tel.01 99 11 11 Ext. 222 ANTELIAS Aïshti by the Sea Tel.04 71 77 16 Ext. 264


40

SOMMAIRE

NEWS

ENTRÉE

page 50

L’édito — page 48

Jessica K— page 72

Le « Cabat » de Bottega Veneta— page 74

En attendant la barbare — page 76

Gonflée — page 78

Maison Pyramide, perturbatrice de mode — page 82

Dior Londres secrets d’une love story — page 88

La grande bellezza — page 94

Chaleur fantastique — page 98

En attendant l’hiver — page 106

Fleurs épanouies — page 108

Le rouge Dior — page 110

Pêle mêle — page 112

La beauté hivernale — page 120

Géométrie variable — page 124

Topaze et grenat pour finir l’année — page 130

Source de beauté, maison Bulgari — page 132

Mille feux— page 136

La belle personne — page 152

24 images par seconde — page 156

Black tie — page 137

Rockeuses de diamants — page 138

PHOTOS DR

MODE


42

SOMMAIRE

MAGAZINE

Une terre pour deux — page 186

Cher Papa (Noël ?) Je voudrais…— page 214

Aux marches du palais — page 220

Haute bohème — page 224

On ne fait pas chanter Blu Fiefer— page 230

Synkers, l’appli des appliqués— page 234

Le casse-tête de la typo arabe— page 236

Elle raconte l’histoire — page 238

A fleur de peaux— page 242

Lamia Joreige capture le temps— page 252

La vague des coffee shops— page 256

Une pause cuisine dans le fracas des jours — page 258

Zita, l’Hôtellerie reçoit l’Art— page 260

Bouquets sur rendezvous— page 268

ADRESSES

Solo ma non troppo — page 284

« Aucune idée » mais ça marche !— page 274

Carte magique — page 280

Adresses— page 280

Horoscope— page 282

PHOTOS DR

Taymour Grahne, l’ange des émergeants— page 270


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

MOH A M A D A BDOUNI, TON Y ELIEH, R AYA FA R H AT, C A R L H A L A L , BACH A R SROUR RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, MIR A TFA ILY, PHILIPPINE DE CLER MON T-TONNER R E S TA G I È R E

YA SMINA SK A FF Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


HERMÈS GRANDEUR NATURE


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


HERMÈS GRANDEUR NATURE


48

ÉDITO Ciel couvert, nuits noires et pluies bénéfiques de l’hiver. Chouette ! On va se capitonner, s’encapuchonner, s’enrouler, se cocooner, s’offrir de grands moments régressifs, soupe de châtaignes et chocolat chaud, grogs et vin d’épices, et parfois, quand personne ne regarde, sauter dans les flaques et faire rire en soi un reste d’enfance qui refuse de grandir. On va allumer le feu, inviter les souvenirs, jouer aux cartes, voir ces films qu’on se promet de voir, lire ces livres en attente, se réconcilier avec le silence. Entrecoupant ces moments feutrés, viendront les grands soirs où l’on s’étole et s’étoile, où l’on se fait scintillement dans l’obscurité, où l’on incarne la fête dans la fête. Le glamour ne veut pas dire autre chose : dans le noir et blanc des films comme dans la grisaille des jours, capturer la lumière, irradier, créer de la chaleur et de la joie.

Fifi Abou Dib


Tod’s Boutique: 142, Foch Street, Downtown Beirut - Tel: +961 1 970313


50

NEWS

LA LÉGENDE DE THOMAS BURBERRY La griffe londonienne Burberry vient de lancer, à l’occasion de son 160e anniversaire, son nouveau « conte de Noël », sous forme d’un court métrage romantique retraçant la vie de son fondateur. Une occasion de renouer avec ses racines et son patrimoine, puisque Noël, avec les rituels qui l’entourent, revêt une importance particulière en Angleterre depuis l’engagement de ce pays dans la première Guerre mondiale, face à l’Empire allemand. C’est à cette époque que Thomas Burberry, jeune ouvrier dans une manufacture textile, a conçu une gabardine imperméable en pensant aux soldats des tranchées. Parmi les moments phares de ce court-métrage, la marque met en avant l'invention par Thomas Burberry du trench-coat résistant à l'eau, devenu une pièce signature de la maison. Côté acteurs, Domhnall Gleeson incarne Thomas Burberry, Sienna Miller joue Sara, le premier amour fictif du fondateur de la maison britannique, Dominic West prend les traits de l'explorateur Sir Ernest Shackleton, et Lily James devient Betty Dawson, personnage inspiré de la vie de la pilote Betty Kirby-Green. Burberry, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.455 Burberry, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.238

BREF La collection automne hiver 2016 de Chloé est une invitation au voyage sur les chemins les moins fréquentés. Dans ce vestiaire de flâneuse, se déploie le charme d’une féminité avide de découvertes. Chaleur et légèreté, silhouettes fluides contrastant avec la masculinité d’une ligne en cuir inspirée de la moto, se rejoignent pour raconter une histoire, créer un univers où l’évasion est la règle absolue. Chloé, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.580 Chloé, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.215

PHOTOS DR

A PROPOS D’ÉVASION


SASHA PIVOVAROVA WATCH THE FILM AT JIMMYCHOO.COM


52

NEWS

TROPHÉES DU PARADIS La collection Christian Dior croisière 2017 est un hommage sensible et construit à la relation d’amitié qui attachait le grand couturier à l’Angleterre. Dessinée par le duo de créateurs suisses Lucie Meier et Serge Ruffieux, elle puise ses codes dans l’esthétique du milieu des années 40, et raconte la passion de la haute société britannique pour le voyage, au lendemain de la deuxième Guerre mondiale. Imprimés fleuris, motif « Chasse à courre », inspirations exotiques, accessoires déclinés en bijoux barbares, bronze, os, carapaces, cuirs et perles, sac Diorama embossé d’un motif micro-cannage, étaient donnés à découvrir en novembre à la boutique Dior de Beyrouth, entre champagne, canapés et séances de pose pour des portraits réalisés par l’illustrateur de mode Michalis Christodoulou. Dior, 131 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.592

Gucci, 141 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.200 Gucci, Aïshti by the sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.207

BREF SONGE D’UNE NUIT D’HIVER Par une nuit de décembre, alors qu’une tempête de neige vient de s’abattre sur Paris, Henri se trouve enfermé au 34, Boulevard Saint Germain, dans l’univers onirique de Dyptique. Le nez collé à la fenêtre tandis que s’épaissit le manteau de neige au-dehors, il entend une voix murmurer son nom. C’est un petit bonhomme de papier qui s’anime dans les théâtres Pollock disposés sur le comptoir. Il lui offre une allumette. En la craquant devant le petit théâtre en carton, il fait apparaître un spectacle merveilleux accompagné de senteurs envoûtantes. Trois allumettes successives feront apparaître des sortilèges différents soulignés par des parfums spécifiques. Ces parfums s’appellent « Un Encens étoilé », « Epices et Délices », « Le Roi Sapin » et forment la nouvelle collection Dyptique de bougies festives. Dyptique, Urban Retreat, Aïshti by the Sea, Antelias, L4, +961 4 71 19 40 Dyptique, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye +961 1 99 11 11 ext.104

PHOTOS DR

ANGLOMANIA

Pour créer sa collection cadeaux de cette saison, Gucci a simplement fait un voyage en paradis, et recueilli au jardin d’Eden les somptueux éléments d’un rêve éveillé où évoluent des serpents inoffensifs, des zèbres, des lapins, des abeilles, des oiseaux et des licornes. Autant de motifs qui ornent cette mini-série présentée dans un film éthéré de l’artiste Floria Sigismondi, sur l’air « Il dolce Suono » de l’opéra Lucia di Lammermoor de Donizetti, chanté par Luba Organosova. Mythe et réalité s’entremêlent et impriment aux objets la dimension d’une expérience irréelle.


AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243

ALBERTAFERRETTI.COM


EN FÊTE Kenzo termine l’année en beauté et en idées festives

avec une collection capsule où se déclinent les icônes du créateur de la marque, Kenzo Takada, à commencer par son tigre emblématique qui rugit sur les pulls et blousons. Et parce que tout ce qui ne brille pas n’est pas dans la note, lurex, maille et T-shirts basiques s’offrent des motifs argent étincelants. Inspirés de l’œil qui orne le nouveau parfum Kenzo World et son sublime f lacon surréaliste, les vestes s’offrent un petit voyage ésotérique à travers un jacquard masculin où se devine un regard caché dans le motif. Les sacs Sailor, Kalifornia et Kurved complètent cette série pop chic. Kenzo, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.295 Kenzo, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye +961 1 99 11 11 ext.140

BREF

La boutique Dolce Gabbana, au centre-ville de Beyrouth, s’est transformée au mois d’octobre en une scène féerique émaillée d’éléments de décors légendaires tel le grand miroir doré de la sorcière de Blanche-Neige, ou le pommier magique, grandeur nature, ainsi que d’évocations de Cendrillon, avec des horloges réglées à une minute avant minuit. Un livre de contes géant figurait sur un présentoir et racontait l’histoire d’amour du prince et de la princesse Dolce & Gabbana. La collection de la marque, variation contemporaine sur les contes de fées, était présentée par des mannequins drapés dans d’exquises robes de princesses. Dans ce décor magique, les invitées ont pu essayer bijoux de tête scintillants et couronnes serties, tout en savourant des horsd’œuvre en forme de roses, et des cup-cakes en forme de pommes, de tiares ou d’horloges. Pour ajouter de la magie à cette atmosphère de rêve, un DJ diffusait les airs des films de Disney joués lors du dernier défilé Dolce & Gabbana. Dolce & Gabbana, 146 El-Moutrane Street, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.555

PHOTOS DR

PRINCESSES DE CONTES


56

NEWS

David Yurman, qui a grandi à Long Island, New York, a fait à 16 ans une rencontre qui allait changer sa vie, celle du sculpteur et soudeur cubain Ernesto Gonzales. Dans les années 60, il fait partie de la mouvance Beatnik et poursuit sa formation auprès du sculpteur moderniste Jacques Lipchitz, puis de Theodore Roszak et Hans Van de Bovenkamp, jusqu’à sa rencontre avec Sybil Kleinrock, sa future épouse et partenaire. C’est avec Sybil que David se lance dans le bijou sculpture et avec son soutien qu’il lance son best seller : le bracelet câble terminé aux deux bouts par des pierres précieuses. En 2000, David Yurman, couvert de prix et d’honneurs, lançait sa première campagne photographiée par Peter Lindbergh avec notamment Kate Moss et Gisele Bündchen. David Yurman, Aïshti by the Sea, Antelias, +961 4 71 77 16

PHOTOS DR

SCULPTEUR DE RÊVES


HALLUCINATION COLLECTIVE

772 éléments en or 18 cts, 9000 pierres précieuses entre diamants et émeraudes, totalisant plus de 450 cts, 700 heures de travail… tels sont les chiffes impressionnants de ce bijou unique, un soutien gorge réalisé par Dori Mouzannar sur un design d’Eddie Borgo pour la marque de lingerie Victoria’s Secret. Le « Bright Night Fantasy Bra », évalué à 3 millions de dollars, a été présenté lors du défilé Victotia’s Secret au Grand Palais, à Paris, début décembre. Dori Mouzannar représente, avec sa cousine Alia Mouzannar, la sixième génération d’artisans et de créateurs de cette famille de joaillers solidement implantée au Levant depuis le 19e siècle. Mouzannar, rue St.Nicolas, Ashrafieh, Beyrouth, +961 1 20 07 56

BREF BELLES BOULES Australienne d’origine, Sarina Suriano a étudié le design industriel avant de s’adonner à sa passion pour le bijou entre Milan et Londres. Aujourd’hui, elle crée des collections audacieuses, des bijoux manifestes qui se suffisent à euxmêmes et se distinguent par leur élégance naturelle. La ligne Sphera, dernière née de la marque Sarina Suriano, décline la forme simple et sensuelle de la bille, qu’elle soit perle organique, de cristal, d’or, de cuivre ou d’argent. La sphère se fait goutte, cascade, protubérance, inflorescence. Romantique, vénéneuse ou cosmique, elle est irrésistible. Sarina Suriano, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye +961 1 99 11 11 ext.140

PHOTOS DR

BIJOUX DE FAMILLE

Nouvelle initiative de l’intarissable Sarah’s bag : Le label libanais d’accessoires socio-responsables a invité des designers de tout le Moyen-Orient à collaborer à la nouvelle édition de sa collection « Psychedelia ». Karoline Lang, Hussein Bazaza, Jessica K, ainsi que la créatrice saoudienne retro glam Nasiba Hafiz et les concepteurs de maillots de bain Mojo Beach, présentaient des capsules inspirées des couleurs et des motifs sous acide nés de la quête spirituelle des rebelles des 60’s. Sarah’s Bag, de son côté, déployait ses luxueux clutches et sacs de soirée faits main parmi les bijoux couture exclusifs et les accessoires Jojoba Design, Lina Shamma et Vanina. Un délire collectif comme on voudrait en avoir tout le temps.


Aïshti By the Sea Antelias

Tel 04 717 716 ext 248


Pulsion des basses, et les muscles des jambes qui pompent dans une ambiance tamisée. « Allez, je me dis, cette musique m’a jeté un sort ». Non, je ne suis pas à la Grand Factory pour une nuit d’abrutissement sonore, et d’ailleurs je ne danse pas. On est lundi matin, et je suis en fait au spa Urban Retreat, dans cette salle de gym ouverte sur la mer où Sami, mi entraîneur / mi DJ (son soundboard est assez impressionnant), me fait suer dans son cours Express Spin Ride. Rayane Abou Jaoudé Sami est le prototype de l’entraineur entrainant. Tantôt il nous crie des directives, et tantôt des encouragements : « Monte d’un quart de tour ! Oui ! Continue ! ». Et la classe pédale dans la douleur, sans protester. C’est, bruyant, intimidant et comme je l’ai dit, ça transpire. Si vos jambes ne tremblent pas à la fin - mais avec cette dose de bonne douleur et d’adrénaline qui couronne une séance d’entraînement productif – c’est que vous êtes bons pour le Tour de France. Si le spinning est en ce moment le grand truc pour les fitness junkies, ce n’est pas sans raison. Il s’agit d’exercices à haute intensité et à faible impact - parfaits pour ceux qui aiment le vélo mais ne peuvent le pratiquer à l’extérieur et apprécient la solidarité qui se crée dans les séances de groupe. La musique vous aide à tenir le rythme et fait tout le travail. On a davantage l’impression de danser que de faire du vélo, surtout avec ces lumières tamisées. La classe est organisée par Exhale, atelier et gym « boutique» - dont l’espace original à Saifi Village est extrêmement populaire et qui, en octobre dernier, s’est associé avec Urban

Retreat à Aïshti by the Sea pour pousser le spinning à un niveau supérieur. Exhale a été fondé par Hania Bissat en collaboration avec la chorégraphe étoile Alissar Caracalla. Leur nouveau studio à UR, avec son site exceptionnel et ses équipements de pointe, est un lieu idéal. La salle de gym et les vestiaires sont spacieux, les murs peints dans des teintes douces et relaxantes, mais le « plus » est sans aucun doute le plaisir de pédaler avec une vue unique sur la mer et l’horizon de Beyrouth. Et quand vous avez terminé, le spa UR est là pour vous détendre avec un massage post-entraînement. Retour au spinning. Sami teste mon seuil d’effort personnel pour voir jusqu’où je peux aller. Au début c’est facile, mais à mesure qu’il fait tourner ce cadran, l’intensité augmente, mon souffle raccourcit et mes jambes deviennent de plus en plus lourdes. Mais la poussée d’adrénaline qui augmente et la ferveur de mes camarades de peloton vont permettre à la novice que je suis de profiter au maximum de son entrainement cardio. Je dirais même, sans mentir, que c’est vraiment amusant. Honnêtement, vous ne pourrez pas vous empêcher de franchir cette limite supplémentaire demandée à vos muscles. C’est tellement réjouissant que vous le ferez de vous-mêmes, bien qu’on ait la possibilité de réduire la résistance à volonté. Une fois que tout est fini, les lumières s’allument, je reprends mon souffle et je sens mon niveau d’énergie exploser. C’est peut-être mon lundi le plus productif de l’année. Urban Retreat Gym, Exhale, Aïshti by the Sea, Antelias, +961 4 71 19 40

PHOTOS DR

EXHALER, EXALTER, EXULTER


62

L’ART ET LA MATIÈRE Créée à Valenza, en 1984, la maison de joaillerie italienne Vhernier cultive une tradition artisanale où le savoir-faire est le maître-mot. Ici, chaque bijou est unique, sculpté main, à la fois sobre et spectaculaire, moderne et élégant. La passion et la connaissance des pierres permettent à Vhernier d’offrir des gemmes d’une grande beauté tandis que le design, épuré à l’extrême, dévoile l’essence même du bijou en créant de l’émotion. Lignes fortes, harmonie des contrastes entre volume et légèreté, les bijoux Vhernier ont aussi un ADN conceptuel qui les rapproche de l’art contemporain. Vhernier, en vente chez Sylvie Saliba, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 33 05 00

BREF

Depuis qu’elle s’est lancée dans la mode au milieu des années 2000 avec le succès que l’on sait, Tory Burch ne fait pas autre chose, au fond, que des collections autobiographiques, tout en racontant quelque chose de la vie de chaque femme. Et c’est gagné, parce qu’à tous les âges, et quel que soit le genre de vie qu’on mène, on s’y retrouve. Les bottes cavalières nous invitent dans les vertes prairies de son enfance. La touche ethnique renvoie à ses voyages et aux émotions qu’elle en ramène. Ailleurs elle s’inspire de ses parents, de sa famille, de ses lieux familiers. Sa nouvelle collection holiday ramène ses souvenirs de vacances en Jamaïque entre robes vaporeuses et messages de paix, exquises colombes portant des cœurs, en applications de cuir sur des sacs en forme de mallette médicale. Tory Burch, rue Abdel Malek, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.574 Tory Burch, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.245

LE PHÉNICIEN FAIT DES SIENNES Véritable mascotte du patrimoine libanais, le petit bonhomme phénicien, figure Giacomettienne à long hennin doré, fait une virée dans le Liban contemporain en s’offrant une séance de stretching sur d’adorables foulards conçus par Rabih Kayrouz. Sur fond bleu, rose ou rouge-Kayrouz, dans un graphisme qui rappelle une esthétique des années 50, début de l’âge d’or éphémère du Liban, notre ancêtre fait le mariole et sa fine silhouette noire dessine sur twill de soie un alphabet inconnu. Plus qu’un accessoire de mode, un objet attachant et une contribution à l’entretien du Musée national archéologique de Beyrouth à travers la Fondation Nationale du Patrimoine, éditrice de ce foulard. Foulards Rabih Kayrouz, boutique du Musée National de Beyrouth.

PHOTOS DR

HISTOIRES DE FEMME


64

NEWS

APPROCHEZ… Artiste visuelle multi-primée, Randa Mirza explore la problématique de l’identité, notamment à travers la question du genre et les discours postcoloniaux. Dans son nouveau projet « El-Zohra Was Not Born in a Day », elle met en scène les contes mythologiques de la Jahiliyya (période de l’Ignorance pré-révélation) et les fondements païens occultés de la civilisation musulmane. Dans une fascinante série de dioramas en trois dimensions, à la croisée de la sculpture, de la photographie et de la poésie, elle braque une lanterne magique sur les idoles oubliées, anges déchus et dieux volés, et exhume le refoulé d’une mémoire collective. « El Zohra Was Not Born in a Day », Randa Mirza, Galerie Tanit - Beyrouth, rue d’Arménie, jusqu’au 7 janvier 2017

BREF Quand, en 1919, Mario Buccellati, jeune artisan-orfèvre, a ouvert sa boutique près de La Scala à Milan, il avait en tête une idée obsédante de la beauté: celle des bijoux richement ciselés qu’il admirait dans les tableaux des grands maîtres de la Renaissance italienne. Sa technique unique, à la croisée de la gravure et du tissage, permet de créer des ornements précieux qui semblent sortis d’un brocard damascène ou vénitien, d’un 16e siècle au parfum d’Orient. Après son fils Gianmaria, ce sont Andrea, son petit-fils, et Lucrezzia, son arrière petite-fille, qui poursuivent dans la même veine une tradition d’excellence, d’élégance et de créativité. Essaimant dans le monde entier, Buccellati a aujourd’hui un point de vente à Aïshti By the Sea où l’on a pu découvrir, présentée par Maria Cristina Buccellati, fille de Gianmaria et communicatrice de la marque, une collection haute joaillerie d’une beauté fascinante, où la pure beauté des pierres de couleurs et des diamants triomphe dans le ciselage et l’ajourage de l’or. Buccellati, Aïshti by the sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.353

News F.A.D.

PHOTOS DR

LÉGENDE DORÉE DE LA RENAISSANCE


the phoenician script collection

100 RUE DE MADRID, MAR MIKHAEL, BEIRUT

RALPHMASRI.COM

+961-1-566-538


WWW.AISHTIBLOG.COM


YOUR CHRISTMAS RIDE IS HERE

Spend $200 or more at Aïshti for the chance to win a luxurious 2016 Audi A8


Striped Calf Elephant Bag, 2016

loewe.com Aïshti By the Sea, Antelias


71

ENTRÉE STYLE BEAUTÉ BIJOUX

PÊLE MÊLE page 112


72

DESIGN

JESSICA K Passionnée par la mode depuis toute jeune, Jessica Khoueiry-Achkar s’est officiellement lancée dans la création en 2010, sous le label Jessica K. Devenue maman, elle développe parallèlement une ligne pour enfant, Little Bluffers. Interview dans sa maison, ambiance petit matin. PAR STÉPHANIE NAKHLÉ

PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT


73

Que prenez-vous au petit déjeuner ? Un verre de jus d'orange frais. Blancs d'œufs et pain grillé à l'avocat, parfois avec du saumon fumé. À quelle heure le prenez-vous ? Vers 7h30/8h Avec qui le partagez-vous ? Mes enfants ou mon mari Que détestez-vous le plus au lever ? Le réveil matin Quel est votre meilleur souvenir matinal ? Mon papa en train de préparer le meilleur des petits déjeuner (œufs, saucisses et hash brown –paillassons de pommes de terre- à l’américaine) Vos adresses préférées pour le brunch ? Le Casablanca et Eat Sunshine au Liban, Chiltern Firehouse à Londres et Benedict au Marais à Paris Quels sont vos hobbies ? Le dessin et la peinture

CREDIT PHOTO

Que collectionnez-vous ? Des pièces d’art Qu’avez-vous étudié ? Business Hospitality Management à LAU et Fashion Design à l’Istituto Marangoni, Londres À qui êtes-vous reconnaissante ? A mes parents et mon mari

Quel est votre premier souvenir lié au design ? Mes toiles et mes dessins Comment définiriez-vous votre travail ? Créatif, stressant et satisfaisant Quelles sont les différentes étapes de votre travail ? Moodboard et inspiration, puis design et croquis, ensuite la recherche de tissus, le sampling, les pièces finales, les photoshoot et la vente. Qu’appréciez-vous le plus ? Voir des étrangers porter mes créations. Quel est votre plus beau souvenir professionnel à ce jour ? Le lancement de Little Bluffers, ma nouvelle marque d’habits pour enfants, inspirée par mes enfants Peter et Milana. Quelle est la plus belle récompense que vous ayez reçue ? La reconnaissance de mon travail. Qu’est-ce qui vous donne envie de continuer dans cette direction ? Le succès et bien sûr le feedback positif de mes clientes. Comment vous imaginez-vous dans vingt ans ? Toujours une « working mom » Quelles sont destinations ? Paris, Londres

vos

prochaines


74

ANATOMIE D’UN SAC

LE “CABAT” DE BOTTEGA VENETA L’Intrecciato, technique exclusive et signature de la maison vénitienne, se pare d’une nouvelle couleur irresistible. PAR ADRIENNE RIBES-TIPHAINE

PHOTOGRAPHIE ROMAIN BERNARDIE JAMES

Un double anniversaire Voilà cinquante ans tout juste que Bottega Veneta propose son luxe fonctionnel au chic absolu. Mais aussi quinze années que Tomas Maier en assure la direction artistique. Quand le designer allemand, fils d’architecte, amoureux d’art et de culture, prend les commandes du style de la marque, il se replonge dans les archives et réinterprète ce que les fondateurs – Michele Taddei et Renzo Zengiaro – avaient inventé en 1966, un tressage spécial du cuir baptisé Intrecciato. Un anniversaire célébré avec émotion lors de la dernière fashion week milanaise par un show qui a vu défiler nombre d’égéries, de Lauren Hutton à Edie Campbell en passant par Eva Herzigova. En 2001, l’intrecciato, procédé artisanal devenu signature de la marque qui avait séduit la bohème jet-set des seventies, se retrouve sur le premier sac imaginé par le chantre du less is more: un “Cabat” souple et contemporain. Un hit est né. Cet hiver, Tomas Maier nous livre sa version ultra-hot du “Cabat”, décliné chaque saison dans différents coloris. Cette fois, l’armure de cuir flashe dans un rouge abrasif d’une subtilité particulière. Joyeux anniversaire ! Sac “Cabat” en nappa Intrecciato. www.bottegaveneta.com


s cul pted by nature

n a ncyg on zale z.com

AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT 01. 99 11 11

AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS 04. 71 77 16


ZOOM

76

EN ATTENDANT LA BARBARE « Massai x Medicis ». Ce titre à lui seul résume le style de Yousef Akbar, jeune créateur saoudien établi en Australie. Mi brutaliste, mi Renaissance, sa collection ainsi baptisée a été exposée en 2014 au Powerhouse Museum de Sydney.

Photos DR

PAR M.R


Yousef Akbar n’a pas commencé sa vie d’adulte dans la mode. Quand, en 2003, il quitte l’Arabie Saoudite pour l’Australie, il est déjà inscrit en logistique à l’UniSA, Adélaïde. Des études qu’il mène avec sérieux jusqu’au master, à l’université de Sydney. C’est à ce moment qu’il découvre la possibilité de suivre, au Fashion Design Studio de Sydney, une formation de styliste-modéliste, parallèlement à la préparation de son diplôme d’études supérieures. Il s’offre alors un nouveau départ, termine ce nouveau cursus en 2016 et devient officiellement créateur de mode, non sans avoir raflé au passage, en 2013, le prix FLAIR (Best tailoring and Designer of the Year) et le prix TAFE (Eveningwear). En 2014, sa collection Massai X Medicis est exposée au Powerhouse Museum de Sydney, ce qui lui vaut d’être invité à présenter sa première ligne à la Mercedes Benz fashion week et de remporter le prix du meilleur diplômé de mode de l’année attribué par le Design Institute d’Australie. Naissance d’un style Designer émergeant, Yousef Akbar compte rapidement parmi sa clientèle des célébrités telles que la jeune chanteuse britannique Kelly Osbourne, fille du fameux rocker, Ozzy Osbourne, ainsi que deux vedettes de la chanson australienne, Kimbra et Jessica Mauboy. Fasciné par l’interaction entre le vêtement et le corps, il fait bouger les dogmes à travers les coupes et les constructions de ses pièces, tout en veillant à en préserver l’élégance et la féminité. Pour Yousef, la création ne se limite pas au dessin d’un modèle mais aussi à la matérialisation d’un certain univers. Ses collections sont toujours narratives. Il veut provoquer de l’émotion, communiquer une inspiration. « Dramatiques, fortes et colorées », telles qu’il les décrit, ses créations sans concession oscillent entre rugosités primitives, armures futuristes et évanescences intemporelles. Adressées à des femmes de caractère, elles illustrent une vision singulière et une conception intéressante des formes et des textures. On en aurait décidément voulu à Yousef Akbar de faire carrière dans la logistique.


78

FOCUS

GONFLÉE… La doudoune, ce machin matelassé qu’on portait pour aller au ski ou au supermarché il y a vingt ans ; cette espèce de barde qui a l’air grasse mais n’est rembourrée que de plumes ; ce vêtement qui vous amplifie, vous rajoute ces rondeurs que vous avez tant peiné à perdre, la doudoune, tenezvous bien, est parée à l’attaque cet hiver, et vous allez adorer. PAR FIFI ABOU DIB

Un peu plus de soi-même Pour quelle raison au monde se complairait-on à paraître plus grosse qu’on ne l’est vraiment ? Appelons cela le syndrome du poisson-globe, vous savez, ce poisson qu’on appelle aussi Diodon (toute ressemblance phonétique avec le vêtement qui nous occupe n’est pas si fortuite que ça), et qui se gonfle d’eau dès qu’il se sent menacé. Car il est convenu que grossir, chez les humains, est une façon d’évacuer son stress en s’amplifiant. D’ailleurs, dans « La vie devant soi », Romain Gary écrit bien : « Lorsqu’il n’y a personne pour vous aimer autour, ça devient de la graisse ». Bref, la doudoune, c’est toute la confusion des sentiments résolue à 0% de matière grasse. Qui dit mieux ? Quand il y a de la marge Le paradoxe de la doudoune, c’est qu’elle est au vêtement ce que le kilo de plume est au kilo de plomb. Des doudounes, on hésite à en porter quand on est déjà gâté par la nature dans tous les sens du terme. « Quand elle marche, on dirait qu’elle déménage », écrit le même Romain Gary, et avec une doudoune, l’allure déménageuse menace 99,99% des humaines. Reste les happy few, celles qui ont l’os de la clavicule à vif et les côtes en cage de canari, shortlistées d’office pour endosser ce graal de la nouvelle saison en continuant à paraître sveltes. Elles, elles ont de la marge, évidemment, et la doudoune leur va comme un gant de satin quand pour les autres c’est plutôt gant de boxe. Bref, la doudoune, plus on est mince, plus elle a de la gueule, et comme elle ne va pas à tout le monde, elle fait des envieuses et se transforme en objet de désir. Quand il n’y a plus de saisons La doudoune, c’est évidemment de l’hiver en barre. Quand les vacances ont été inventées, il y avait pour les citadines un snobisme

évident à paraître bronzées. L’horrible lupus blanc laissé par les lunettes de ski se portait avec fierté, comme un tatouage qui disait « j’en suis ». A présent que la planète se réchauffe, il faut aller loin pour trouver de la neige. Du coup, la doudoune se porte comme la relique d’une expédition au pôle Nord. Elle laisse croire que vous avez vu « ce que l’homme a cru voir », c’est à dire la poudreuse de la nuit et les traces de vos pas sur cette merveille, aussi retentissants que ceux d’Armstrong et Aldrin dans la poussière lunaire. Bref, la doudoune, par les temps qui courent, c’est peu dire qu’elle en jette. Ca crée et ça craint Il restait donc à réécrire cette page là où on l’avait abandonnée : au seuil du nouveau millénaire, entre autres rebuts à recycler qui n’ont jamais quitté leur premier cycle. Or voici que les créateurs, en cet hiver 2017, nous ressortent la chose du sac « à donner ». La doudoune n’avait pas dit son dernier mot. Aujourd’hui, on la veut tellement qu’on serait prêtes à sortir enveloppées d’un édredon, comme nous l’a suggéré Martin Margiela dans sa collection automne hiver 2012 pour H&M. Oui, les obsédées qui ont fait la queue pour découvrir cette collection pionnière vont enfin pouvoir exhumer de leur penderie le fameux manteau écru taillé dans une vraie couette, acquis à titre anecdotique parce qu’on ne sait jamais… Maintenant on sait. Il n’y a qu’à voir les nouvelles collections Alexander McQueen, Balenciaga, Marc Jacobs, Stella McCartney et bien d’autres : la couette, -pardon, la doudoune, fait un triomphant come back, se porte avec un petit glissé en arrière comme une étole (en noir assortie de plumes chez Marc Jacobs), joue le satin cuisse de nymphe et les imprimés floraux (Alexander McQueen), la cuirasse de samouraï, assortie d’une écharpe de la même matière rembourrée, ou le gilet de sauvetage gonflable (Balenciaga), en XXL et textures brillantes (Stella McCartney). Frileuses s’abstenir, ou au contraire se lover dans cette douce armure, dans ce grand nuage cotonneux, ce cocon ambulant qui tient la réalité à distance.

PHOTOS DR

Dans « doudoune », il y a « doux », il y a « doudou », et c’est déjà tout un programme. A l’heure où la mode nous propose des cuirasses en tout genre, ayant compris notre besoin de sécurité, le revival de la doudoune répond au retour du cocooning.


BALENCIAGA


ACNE

MARC JACOBS

ALEXANDER MCQUEEN

DKNY

VIVIENNE WESTWOOD

BALENCIAGA

STELLA MCCARTNEY

CREDIT PHOTO

80 80

TETIERE


D V F. C O M A Ï S H T I D O W N T O W N B E I R U T/A Ï S H T I B Y T H E S E A A N T E L I A S /A Ï S H T I V E R D U N


82

E-COMMERCE

MAISON PYRAMIDE, PERTURBATRICE DE MODE Maison Pyramide, pionnière dans le domaine de la stratégie de mode en Egypte, apporte un souffle de fraicheur au secteur dans la région et redynamise un marché au potentiel encore inexploité.

PHOTOS DR

PAR M.L.


83

Les deux jeunes femmes à l’origine du projet, Giovanina Atieh et Maria Munoz, se rencontrent au cours d’une soirée informelle au Caire. Elles prennent rapidement conscience de leur compatibilité et de leur désir commun de « faire quelque chose » pour la mode en Egypte. La première, Libanaise installée au Caire depuis peu, travaille dans depuis dix ans dans les départements style et communication chez Vivienne Westwood. Elle est ensuite acheteuse pour le groupe de luxe Al Oustoura basé au Koweït. Maria, Espagnole qui habite en Egypte depuis sept ans, est engagée dans la création de deux associations en faveur de la parité hommes-femmes. Elle s’est lancée dans la mode il y a deux ans avec la création d’une plateforme d’e-commerce. Fortes de leurs expériences et d’un réseau vaste de connaissances, les deux jeunes femmes tentent l’aventure entrepreneuriale en mai 2016, pour révéler le potentiel mode de la ville et lui donner une dimension internationale. Sept mois plus tard, Maison Pyramide qui compte déjà plus d’une dizaine de collaborateurs, pour la direction artistique, le graphic design ou encore la coordination d’événements, est devenue une référence pour les jeunes marques locales et labels internationaux qui souhaitent s’implanter en Egypte. Repousser les frontières Une approche innovante du marché local fait la force de ce duo cosmopolite. Leur œil aiguisé pour la mode leur permet de repérer marques créatives et designers talentueux à fort potentiel. Si elles cherchent à soutenir des talents bruts, comme l’artisan des métaux Amr Saad qui réalise des lunettes de soleil ou des bijoux sculpturaux, les deux jeunes femmes sont aussi un point de repère pour des marques internationales comme Hugo Boss ou Bulgari qui s’adressent à elles pour aborder le marché local. Maison Pyramide apporte impulsion et business à de jeunes talents, ainsi qu’une visibilité sur la scène internationale. Elle imagine aussi des collaborations inédites. Dès le lancement, en juin dernier, de cette maison de conseil en mode, son portfolio de marques égyptiennes émergentes a fait escale à Madrid, Paris et Londres et les portes se sont ouvertes peu à peu pour les designers qu’elle a pris sous son aile, notamment dans des concepts stores à Beyrouth ou Dubaï. Structurer les collections, cibler communication, relations publiques et réseaux sociaux, organiser des événements ou définir l’image de marque, les prix et la stratégie de distribution, les possibilités sont nombreuses et la panoplie s’élargit au fil des rencontres et des nouveaux clients. En novembre, les deux sœurs égyptiennes derrière Okhtein, la marque d’accessoires qui s’inspire des joyaux architecturaux de l’Egypte, ont remporté le Vogue Arabia Fashion Award. Une première pour une marque de mode égyptienne et une reconnaissance pour le duo dynamique derrière Maison Pyramide qui a apporté sa touche experte pour internationaliser le label. Les deux femmes d’affaires abordent leur plateforme avec un regard orienté vers de nouveaux horizons, et toujours un même fil conducteur : la recherche de talents, dont le design et la créativité seront mis en valeur par l’écrin de leur universelle Pyramide.


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


DIOR ET LONDRES, SECRETS D’UNE LOVE STORY En mai dernier, alors que les grandes maisons de mode lançaient leurs collections croisière sous les tropiques, Christian Dior, à contre-courant, réaffirmait son amour pour l’Angleterre en donnant son défilé entre pluie et brume, dans le somptueux château de Blenheim. Pourquoi l’Angleterre ? Parce que toute une histoire… PAR F.A.D.

PHOTOS FRED RAMAGE,KEYSTONE/GETTYIMAGES

88


Nous sommes en 1947. L’Europe, hébétée, épuisée par la guerre, commence à peine à secouer ses cendres. La France et l’Angleterre ont subi des restrictions drastiques. Les produits de première nécessité ont longtemps été rationnés, et l’industrie consacrée à l’effort de guerre. A mesure que le conflit se prolongeait, il fallait trouver des solutions pour pallier le manque de matières premières. La mode, en ce temps-là, se réduisait à la reconversion de vêtements existants, souvent militaires, de tissus d’ameublement ou de rideaux. Cependant, Christian Dior, jeune couturier, est impatient de voir cette sombre page se tourner. Il prépare une collection révolutionnaire qui sera lancée à Paris le 12 février de la même année. D’une féminité appuyée, délicate, luxueuse, elle symbolise à elle seule le début d’une ère plus légère, une ère de paix qui donne une chance à la beauté. La taille est cintrée, la jupe s’évase et prend la forme d’une corolle inversée, les matières sont d’un raffinement qu’on croyait définitivement oublié. La réputation de Christian Dior le précède à Londres où sa collection voyage en 1949 pour une présentation dans les salons du Savoy. Sur les bords de la Tamise, elle est baptisée « New look » et un défilé privé est organisé pour la famille royale à l’ambassade de France, en présence de la reine Elisabeth I (mère de l’actuelle reine), de la princesse Margaret, de la duchesse de Kent et de la sœur de celle-ci, la princesse Olga de Yougoslavie. Christian Dior est un amoureux de l’Angleterre. Ayant passé son enfance à Granville, élégante station balnéaire normande, il était fasciné par les riches visiteurs britanniques qui passaient leurs vacances de ce côté de la Manche. D’ailleurs, ces derniers y impriment leur style. Les enfants des familles aisées, y compris le jeune Christian Dior, adoptent les Knickers, les uniformes Eton et le costume marin rendu populaire par les enfants de la Couronne. Le jardin des Rhumbs, la maison familiale des Dior,

90

est lui aussi aménagé à l’anglaise. L’Angleterre, c’est surtout pour le jeune créateur la première et mémorable expérience de la liberté quand, à 21 ans, il y est envoyé en séjour linguistique. Il y restera attaché, particulièrement séduit par la beauté de certaines Anglaises. « J’adore les Anglaises, affirme-t-il, vêtues non seulement de ces tweeds qui leur vont si bien, mais aussi de ces robes fluides aux couleurs subtiles qu’elles portent comme personne depuis l’époque de Gainsborough ». Au château de Blenheim, ligne « H » et 5km de podium ! Au printemps 1954, la duchesse de Marlborough, membre du Conseil de la Croix Rouge et présidente de la section de l’Oxfordshire où se trouve le château de Blenheim, se rend au salon Christian Dior, avenue Montaigne. Elle convainc Monsieur Dior de présenter sa collection automne hiver dans la prestigieuse demeure, devant 1500 invités, au bénéfice de la Croix-Rouge britannique. Le créateur, séduit par « le chic de sa silhouette élancée, particulièrement mise en valeur par son élégant uniforme de la Croix-Rouge », accepte le défi. La princesse Margaret, rencontrée en 1949 sera l’invitée d’honneur du défilé. La collection automne hiver 1954 est caractérisée par une silhouette élancée et une taille gommée, en rupture avec le New Look et sa taille de guêpe. Elle sera baptisée Ligne H. En tout, 112 robes et 46 fourrures présentées par 13 mannequins feront le tour du château de Blenheim, parcourant près de 5km de salon en salon, devant un parterre d’aristocrates et d’infirmières de la Croix-Rouge, jusqu’à la dernière salle où les attendaient Christian Dior et ses hôtes, le duc et la duchesse de Marlborough, ainsi que l’invitée d’honneur, la princesse Margaret. A celle-ci, il ne fallait en aucun cas tourner le dos, même en se retirant de la pièce, selon l’exigence du protocole. C’est pourtant ce que fit le mannequin Lison,

PHOTOS WILLY RIZZO@ARCHIVES PARIS MATCH/HARRY DEMPSTER,EXPRESS/KEYSTONE GETTYIMAGES/ RUE DES ARCHIVES

HISTOIRE


HISTOIRE

91

qui se retourna pour montrer la longue traine de la robe de mariée. Les applaudissements chaleureux de la princesse, une première dans une telle situation, prouvèrent que les temps avaient changé et que Christian Dior, une fois de plus, était l’annonciateur et l’initiateur de ce changement. Mieux, l’ironie de l’histoire veut que ce même château de Blenheim ait été offert par la Couronne au Duc de Marlborough en récompense de ses victoires contre les Français, illustrées par les scènes de bataille des lourdes tapisseries qui en recouvrent les salons d’apparat. Or, en l’honneur de Christian Dior, les drapeaux anglais et français avaient été hissés côte à côte sur le mât du prestigieux bâtiment.

CREDIT PHOTO

Yves Saint Laurent et la ligne Courbe Quatre ans plus tard, en 1958, la Maison Dior revenait à Blenheim, mais cette fois sans Monsieur Dior, disparu un an plus tôt. C’est le très jeune Yves Saint Laurent, génie timide et réservé, bras droit et successeur tout désigné du maître, qui présentait devant 2000 invités, et toujours au bénéfice de la Croix-Rouge, les 136 robes de la ligne Courbe, lignes droites mais courbes adoucies, mettant en valeur le buste. La princesse Margaret félicita Yves Saint Laurent en disant que c’était « la plus belle collection qu’il lui fût jamais été donné de voir ». Dans un contexte où les vêtements étaient toujours rationnés, l’Angleterre se réconciliait avec la beauté et le luxe, transition qu’accompagnait une fois de plus la Maison Christian Dior. Croisière 2017, retour historique à Blenheim Dans le prolongement de son histoire d’amour avec l’Angleterre, la Maison Christian Dior présentait, en mai 2016, sa collection croisière 2017 dans le majestueux château de Blenheim. Une collection inspirée de l’après-guerre et du voyage, dessinée par le duo suisse Lucie Meier et Serge Ruffieux en attendant le remplacement de Raf Simons à la direction artistique. Dictée par l’esprit du voyage, cette collection s’inspire donc de l’effervescence et de l’esprit d’aventure, de l’urgence de découvrir le monde, caractéristiques de la haute société londonienne au lendemain de la deuxième Guerre mondiale. Ce n’est pas n’importe quel train, mais un train historique


de la compagnie Pullman qui emporte les 600 invités et innombrables organisateurs vers le château de Blenheim, imposante bâtisse qui a vu naître Winston Churchill. Dans l’immense vestibule, une exposition de robes d’archives évoque les deux premiers défilés de Dior au palais de Blenheim, le premier en novembre 1954 orchestré par Christian Dior en personne et le deuxième en novembre 1958, dirigé par Yves Saint Laurent. Ces deux défilés historiques, organisés au profit de la Croix-Rouge britannique, célébraient déjà « la rencontre de deux cultures ». Ce fut donc, sans surprise, une collection hybride (au sens génétique) que Dior donna à voir dans ce défilé où l’émotion, malgré l’hystérie du selfie, du scoop Instagram à deux balles et la rapidité des passages, était infusée par l’intelligence-même des superpositions, à la fois radicalement contemporaines et parfumées de désuétude. On peut facilement imaginer ces patchworks qui composent les robes des grands soirs, dictés par le besoin de préserver le moindre bout de tissu tout en lui offrant une nouvelle vie grâce au génie d’une coupe, entre fronçages, plissés et rigueur architecturale. Et c’est là la vraie surprise de cette croisière Christian Dior 2017 : elle restitue avec brio, dans un esprit totalement contemporain, la taille cintrée du New Look et les basques courtes de la coupe Bar (dessinée pour permettre à une nouvelle génération de femme libérées de s’asseoir à un bar). De ces deux lignes, elle reprend les codes et les déplace, tantôt ne retenant que le haut et tantôt ne gardant que le bas, en jupette ou en tablier, jouant les ceintures en teintes brillantes sur une jupe ou un pantalon. Imprimés et broderies cohabitent, s’harmonisent ou se tolèrent, mais surtout révèlent

92

leurs affinités. Le podium traverse une enfilade de salons, et c’est presque premier rang pour tout le monde. Il est revêtu de l’imprimé emblématique de cette collection : une peinture à l’huile du 19e siècle représentant une chasse à courre. Ce motif revient en jacquard sur plusieurs modèles de maille ou simplement en soie sérigraphiée. Des empattements sur les épaules évoquent le souvenir des tranchées et l’implication des femmes au front. Le nouveau sac est une besace souple. Volera-t-il la vedette à l’emblématique Lady Dior, le fameux « Chouchou » rebaptisé en hommage à Lady Diana, ou surtout, au nouveau Diorama qui cartonne, surtout dans sa version micro-cannage ? Les chaussures sont montées sur des talons en forme de piédestaux dorés. Le maquillage, réalisé par Peter Philips, privilégie des pommettes fortement soulignées et une ombre fauve et couvrante étalée sur toute la paupière. A Beyrouth aussi Tout comme à Londres, la boutique Dior de Beyrouth célébrait en novembre l’arrivée de la collection croisière 2017 de la prestigieuse enseigne parisienne dans le cadre d’un événement discret et élégant. Et tout comme à Londres où, pour fêter cette nouvelle ligne, l’artiste Clym Evernden poétisait le profil des invités, la boutique Dior de la rue el Moutran accueillait l’illustrateur de mode londonien Michalis Christodoulou équipé de ses aquarelles. Les belles se succédaient sur le divan gris perle pour prendre la pose. Le champagne faisait briller les yeux, mais pas autant que les paquets blancs frappés du sigle Dior qu’elles emportaient au moment de s’arracher à la fête.

PHOTOS DR

HISTOIRE


LA GRANDE BELLEZZA

PHOTOGRAPHIE DELFINO SISTO LEGNANI RÉALISATION CLAUDIA CERASUOLO DÉCORATION MARTINA LUCATELLI ET LEANDRO FAVALORO

PHOTOS DR

À Milan comme place Vendôme, design et tradition se mêlent, matières nobles et savoirfaire se complètent. La preuve par cinq avec les derniers it-bags Prada.


Sac “Pionnière” en velours et bandoulière en veau, Prada. Table d’appoint “Raggi” en bronze, Osanna, Madina, Visconti di Modrone. Tissus en velours “Sansone”, Dedar, et “Bright Grid”, Kvadrat. Page de gauche : sac “Bibliothèque” en veau tricolore, Prada. Tissu en toile, Kvadrat. Lampe “Tulpa”, Claudio Salocchi pour Lumenform.


CREDIT PHOTO

Sac “Cahier” en autruche et détails métalliques, Prada. Fauteuil “P1 Wanda”, Marta Sala Éditions. Tissu en velours “Sansone”, Dedar.


CREDIT PHOTO

Sacs “Paradigme” en cuir saffiano, Prada. Chaise en corde et métal, MC Selvini.


98

ICÔNE

CHALEUR

FANTASTIQUE

PHOTOS GALLERIE JANINE RUBEIZ, DR.

Moncler ne cesse de lutter contre le froid et les éléments avec élégance et précision technique. Au détour de collaborations minutieusement sélectionnées, la marque fondée près de Grenoble complète sa gamme de produits pour sportifs exigeants.


99

PAR SILVIA PAOLI PHOTOGRAPHIE DEE LEE STYLISME HYM LEE


100

ICÔNE TETIERE

unité mesure la pression que l’eau doit exercer sur le tissu avant de le pénétrer ; plus ce chiffre est élevé, plus le vêtement est waterproof, en moyenne à partir de 3 000 à 5 000 mm), poches anti-vent et, très important pour ceux qui aiment les sports extrêmes, la localisation GPS en cas d’urgence. Et tout cela avec une esthétique moderne, adaptée aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Cette passion pour un niveau de prestations optimal a donné naissance à la collaboration avec des partenaires d’exception dans les sports d’hiver, collaborations étudiées durant de longues périodes avant d’être validées. Cet hiver sont disponibles des skis en édition limitée, créés avec Zai, société de Disentis, petite commune suisse du canton des Grisons, spécialisée dans les skis artisanaux à la qualité et aux prestations exceptionnelles. Tous numérotés et assemblés à la main par des experts, les

Vêtements techniques Moncler ­G renoble High Performance. Ils font l’objet d’un film à voir sur www.lofficielmode.com. Modèles : Maja Bezpalko chez Independent Model Management et Pablo Ferrari chez Brave Model Management. Maquillage : Hym Lee. Scénographie : Arminius Braun.

skis Zai & Moncler Grenoble sont réalisés dans des matériaux et composants – les nouveaux mélanges de carbone, acier, aluminium, thermoplastique et gomme – qui permettent une torsion incroyable et une grande stabilité, sans oublier l’esthétisme propre aux produits Moncler. Pour mettre à l’épreuve la promesse d’une prestation à trois cent soixante degrés, un équipement spécial Moncler Grenoble High Performance a été mis à la disposition de l’explorateur Michele Pontrandolfo, qui, au mois de novembre, a démarré la traversée du pôle Sud par − 50 °C. Pour rester plus près (et plus au chaud), les 1 300 moniteurs des écoles de ski de l’arc alpin suisse, français et autrichien seront aussi habillés par Moncler Grenoble High Performance. www.moncler.com Traduction Alessandra Daniel CREDIT PHOTO

Nés de la nécessité de satisfaire des exigences opposées, les vêtements techniques pour le ski incarnent des paradoxes créatifs : chauds mais légers, respirants mais en mesure de protéger le corps du vent et des éléments, adaptés à la compétition mais aussi aux modestes passionnés. À ces doubles défis, Moncler a ajouté une difficulté supplémentaire : obtenir une protection maximale sans sacrifier le confort et l’esthétique. Ce nouveau chapitre de la longue relation entre la marque et la neige a été inspiré par les conditions climatiques et la liberté de mouvement, mais aussi par l’innovation, la fonctionnalité et le design. En témoigne une collection étudiée pour les sportifs qui aiment l’aventure et qui pourront compter sur des coutures ultrasolides, une parfaite isolation thermique et des tissus qui laissent respirer la peau, une grande imperméabilité avec une colonne d’eau de plus de 10 000 mm (cette


LESILLA.COM Aïshti, 71 El-Moutrane Street T. 01.991111 - Aïshti by the Sea, Antelias Tel.: 04.717716


106

PRÉLUDE

EN ATTENDANT L’HIVER Éclat du teint, préparation de la peau et conseils nutrition : trois commandements pour faire face en beauté à la saison des frimas.

On mise sur l’avocat et les oléagineux Pour préparer l’hiver harmonieusement, les changements se font aussi dans l’assiette. Première règle d’or : ne pas baisser sa garde quant à l’hydratation. Sensibilisés par la prévention, beaucoup d’entre nous pensent à s’hydrater en été, mais zappent souvent de boire leur litre et demi quotidien quand le thermomètre chute. Fragilisée par le vent, les intempéries et le froid, la peau a plus que jamais besoin de recharger ses réserves en eau. On pense à infuser son eau avec du romarin, qui détoxifie et nettoie les cellules en profondeur. Et pour compenser l’assèchement de la peau, on enrichit ensuite son alimentation en bons acides gras, comme le recommande Valérie Espinasse, nutritionniste et coconceptrice des jus Good Organic Only avec Mareva Galanter : “Si j’insiste souvent sur les bienfaits de l’avocat, en hiver c’est plus que jamais le moment d’en abuser ! C’est un aliment extrêmement bénéfique pour la peau car riche en Omega 3.” Autre conseil clé prodigué par Valérie : réintroduire les oléagineux de tous types dans son assiette : “Cela peut être des noisettes, des noix de cajou ou de macadamia. Pour une transition en douceur, je suggère par exemple de remplacer la confiture du matin par de la purée d’amandes, histoire de faire le plein de minéraux et de vitamines dès le matin.” www.goodorganiconly.com

On adopte les soins cocons et huiles essentielles Éprouvé par les changements climatiques (froid et humidité en tête), l’épiderme se fragilise et tiraille même par endroits. On adapte donc sa routine soin en optant pour des formules “cocon” plus riches, en troquant son émulsion légère pour un baume, et en misant sur les masques de nuit régénérants. Solution miracle pour préserver la peau des traumas hivernaux : les huiles essentielles. Comme le rappelle Odile Vilain, physiothérapeute et masseuse de nombreuses célébrités, elles restent idéales pour régénérer et protéger la peau. “Au réveil, je recommande d’appliquer quelques gouttes d’huile essentielle d’hélichryse – aussi connue sous le nom d’immortelle – aux puissantes vertus réparatrices et raffermissantes. Appliquée en massant légèrement, elle tonifie les tissus et prévient la légère couperose hivernale que le froid peut parfois provoquer sur les peaux les plus fragiles. Ne pas hésiter à compléter avec quelques gouttes d’huile essentielle de bois de rose, hautement hydratante.” Autre clé de voûte d’une peau éclatante en hiver : le massage facial. “Je rappelle à mes patientes de masser régulièrement leur visage en hiver. On privilégie souvent le corps, mais c’est une étape cruciale pour dynamiser les tissus et les détoxifier en profondeur.” Odile Vilain, 34, rue Tronchet, Paris 9e, tél. 01 40 07 12 78.

PHOTOS PATRICK BERTRAND, MARCUS MAM/ARCHIVES L’OFFICIEL

PAR MÉLANIE MENDELEWITSCH , STÉPHANIE NAKHLÉ


107

On opte pour un make-up éclat En manque de soleil et de vitamine D, le teint a une fâcheuse tendance à virer au gris. Pour décupler son glow, on écoute les conseils de Gregoris Pyrpylis, skincare ambassador Bioderma et spécialiste en éclat : “On mise sur des produits astucieux qui vont nous permettre de créer l’illusion. Le correcteur type touche-éclat va permettre de capter la lumière sur des zones définies : tempes, haut des pommettes, front et menton.” L’hiver est également synonyme de changements au niveau des teintes, et côté textures : “Optez pour des couleurs sages mais qui peuvent porter une vraie affirmation : du kaki, du brun, du chocolat. Amusez-vous avec des textures métalliques ou glitter pour apporter une note couture… Attention néanmoins à ne pas en mettre partout, au risque de fêter Noël avant l’heure ! Enfin, on fera attention aux textures de certains produits comme les primers (qui préparent la peau au make-up) ou les strobing creams (qui irisent la peau), qui peuvent, dans certains cas, être vraiment asséchantes pour une peau en manque d’éclat.”

LES INDISPENSABLES POUR AFFRONTER LE FROID

De la poudre de diamant et un trio d’agents hydratants qui retiennent les molécules d’eau, pour un teint 100 % lumineux. Sublimage le Teint, Chanel.

Incroyablement fine et fondante, elle régénère et aide à reconstruire une architecture cellulaire régulière pour une peau parfaite. La crème « Dior Prestige », Dior.

Cette crème apporte une hydratation intense à la peau et l’apaise tout au long de la nuit. Une texture enveloppante au parfum délicat et relaxant. Bienfait multi-vital nuit, Lancôme.

Un concentré de lumière pure qui sublime le teint en un seul clic. Flash Luminizer, Dior.


108

BEAUTÉ

FLEURS ÉPANOUIES Dès les débuts de sa maison, Christian Dior s’est voulu couturier-parfumeur. Né en 1947, comme la collection inaugurale du couturier, son premier jus fut Miss Dior. Un nouvel opus, Absolutely Blooming, enrichit cette histoire. PAR ANTIGONE SCHILLING

Original et variations Parfum de fleurs en écho à la première collection du couturier, “Corolle” – que la postérité a transformée en “New Look” –, Miss Dior est une ode aux fleurs que le couturier chérissait et cultivait. Dès le départ, le bouquet s’est développé autour d’une harmonie de fleurs, jasmin, rose, iris, œillet, muguet, un jardin relevé de notes vertes sur un fond aux accents

chyprés – patchouli, ciste, mousse de chêne, ambre gris, santal et vétiver. Aujourd’hui ce parfum s’intitule Miss Dior Original. Au fil du temps apparurent des variations, s’invita une Chérie, très gourmande. Aujourd’hui les miss Dior sont en fleurs avec Blooming Bouquet et le petit dernier, Absolutely Blooming. Des noms aux réminiscences anglaises, depuis le choix audacieux d’utiliser en 1947 le terme “Miss”. De nombreux autres parfums furent lancés chez Dior avec, toujours, une signature florale. C’est en 2006 que François Demachy est devenu le parfumeur de la maison, tout en ayant des responsabilités pour les parfums du groupe LVMH. Il a appris le métier à Grasse chez Charabot puis a travaillé de nombreuses années chez Chanel. Il a composé pour Dior la série des Escales (à Portofino, à Parati ou aux Marquises), de nombreux opus de la collection privée – New Look 1947, Gris Montaigne, La Colle Noire, Cuir Cannage, etc. – et le dernier masculin : Sauvage. Une amphore en cristal Premier parfum maison, Miss Dior était à l’origine dans un flacon amphore en cristal de Baccarat. Pour faire face à son succès, il s’est ensuite coulé dans une fiole de verre, quittant ses courbes pour une

stricte géométrie. En écho à la couture s’est ajouté un motif en pied-de-poule, que le couturier trouvait moderne. Pour le féminiser, un nœud s’est noué à son col, en tissu ou en métal, à présent en métal vif-argent pour Miss Dior Absolutely Blooming, alors que le pied-de-poule historique est gravé sur la base du flacon. Le lien tissé entre mode et parfum chez Dior est un fil rouge, et le couturier disait : “Je suis devenu parfumeur pour que l’on n’ait qu’à déboucher un flacon pour imaginer toutes mes robes.” Natalie Portman a incarné différentes campagnes pour Miss Dior, dont celle de la mariée qui s’échappe de son carcan, faisant un bond dans une nouvelle vie. Pour Miss Dior Absolutely Blooming, elle retrouve Tim Walker, un photographe qu’elle apprécie particulièrement. Mutine, coquine, vêtue de noir sur un canapé rose, elle tient son parfum. Robe de dentelle délaissée, elle laisse éclater la joie de vivre d’une femme-fleur Dior dans une harmonie de rose(s).

PHOTOS DR

Miss Dior déploie ses pétales, joue la fantaisie, la légèreté, l’exubérance autour d’une farandole de fleurs. Parfumeur maison, François Demachy a imaginé une nouvelle gourmandise, un opulent bouquet, “Absolutely Blooming”. Envolée de fruits rouges, explosion de grenade, framboise, accord cassis, le tout relevé de la piquante baie rose. La plus exquise, la plus précieuse des roses, la centifolia, miellée, s’unit à la rose de Damas, tandis que la pivoine complète ce choix d’ingrédients naturels, dont la douceur est accentuée par un fond de musc blanc.


ENTER THE PLATINUM WORLD OF AÏSHTI AÏSHTI PLATINUM CREDIT CARD

• 10% discount on all your purchases at Aïshti* • 4% gift voucher twice a year • Get the chance to earn a $500 gift voucher** • Free access to VIP airport lounges across MENA • Up to three free supplementary cards • Free subscription to A magazine and L’Officiel Levant • Home delivery for purchases over $4,000 • Win gym kit upon yearly gym membership • Advance notification of private sales and promotions • Pay in 3 installments with 0% interest • Win yearly packages to international fashion events

* Discounts are not applicable at Cartier and Dior ** Limited offer (till end of Dec. 2016) Terms and conditions apply


110

ENTRÉE

LE ROUGE DIOR Le lipstick iconique lance une révolution aussi bien chromatique qu’esthétique.

En 1953 naît ce lipstick mythique : huit teintes inspirées des tissus de la haute couture et un capuchon culte en forme d’obélisque. 2016 : sous l’impulsion du génial Peter Philips, directeur de la création et de l’image du maquillage de la maison Dior, le rouge culte se réinvente, sublimé par son égérie Natalie Portman. Signe des temps, le Rouge Dior enrichit sa palette de satiné historique par un tout nouveau fini mat enrichi en sphères d’acide hyaluronique aux vertus comblantes. La formule innovante garantit un confort de 16 heures sans dessécher la peau des lèvres ni altérer la couleur, que le fini soit mat ou satiné. Son design métallisé et rajeuni est étudié jusque dans les moindres détails :

PHOTOGRAPHIE SÉBASTIEN MICHELINI

l’intérieur de chaque capot revèle la nuance du Rouge 999, teinte signature de la maison Dior. Rouge Dior se décline en plusieurs familles de couleurs éclatantes : les rouges légendaires, les corails passionnés, les nude naturels et les jolis roses. Un cocktail aussi beau que bon pour nos lèvres : Rouge Dior est riche en beurre de mangue hautement hydratant, ainsi qu’en aroleat samphira (extrait de la plante vivace criste-marine) à l’action revitalisante. Pour les plus audacieuses, Peter Philips a imaginé la collection capsule des Extreme Matte Shades, pensés pour la nouvelle génération en perpétuelle quête d’expérimentations beauté : Poison, un noir rouge mystérieux ; Superstitious, un pourpre sexy ; Montaigne, gris élégant ; et Visionary, bleu magnétique.

PHOTOS MARIPOL, DR

PAR MÉLANIE MENDELEWITSCH


YOUR KEY TO A WORLD OF UNPARALLELED PRIVILEGES AÏSHTI LOYALTY CARDS

PLATINUM • 10% discount on all your purchases at Aïshti • 4% gift voucher twice a year • Get a chance to earn a $500 gift voucher • Pay in 3 installments with 0% interest

BLACK • 8% discount all year on all your purchases at Aïshti • 3% gift voucher twice a year ORANGE • 3% gift voucher twice a year • $250 voucher upon $2,000 initial spend

Terms and conditions apply For more information, Please contact us on +961 (70) 226 111


112

PÊLE MÊLE Du velours et de la fourrure, inspirations officier ou accessoires 90s, le mood-board de la saison est aussi varié qu’un inventaire à la Prévert… À mixer sans modération. PHOTOGRAPHIE SÉBASTIEN MICHELINI, RAYA FARHAT RÉALISATION DEBORAH REYNER SEBAG, JOSÉE NAKHLÉ ASSISTANT STYLISME RÉMI MEUNIER

Sac en cuir, TOD’S.


Sac “Teddy” en shearling, FENDI.

Escarpins en cuir, JIMMY CHOO.

Bottes en cuir, PR ADA.


Bottines en cuir verni, GIANVITO ROSSI.

Bottes en cuir, DIOR.

Bottes en cuir, TOD’S.


Sandales “Daphné” en velours, JIMMY CHOO.

Bottines “Boudoir” en velours et cuir verni, BALENCIAGA.

Boots “Babies” en velours, SAINT LAURENT.


Sac cabas “GucciGhost” en cuir, GUCCI.

Sac, JILL HABER.

Sac en denim, CHANEL.


Bottines en patchwork de python, HERMÈS.

Bottines en python multicolore, LANVIN.

Sac en cuir, MIU MIU.

117


Sac “Cahier” en cuir de veau, PR ADA.

Bottes en cuir, GIANVITO ROSSI.

Bottes militaires en cuir avec œillets, BURBERRY. Low boots “Miral” en velours, GIANVITO ROSSI.


Sac “Alma” en cuir, LOUIS VUITTON.

Sac en cuir verni, MAJE.

119


120

BEAUTÉ

LA BEAUTÉ HIVERNALE Une nouvelle année qui commence, c’est le moment où l’on a envie de remplacer tous nos produits et accessoires de beauté. Paillettes, strass, couleurs sombres mais vibrantes à adopter en attendant les prochaines obsessions . Cet hiver, on se fait plaisir avec ces produits coup de cœur.

Par STÉPHANIE NAKHLÉ Photographie RAYA FARHAT Réalisation JOSÉE NAKHLÉ


3 2 1

5 4

8 7

9 10

6

11

14 12

13

1.Chaussures, LE SILLA. 2.Rouge à lèvres “ Diorific”, DIOR. 3.Fond de teint “Idole Ultra Cushion”, LANCÔME. 4.Broche, MARC JACOBS. 5 et 10.Vernis “ Diorific”, DIOR. 6.Ombre à paupières liquide, YSL. 7.Touche éclat, YSL. 8.Boucles d’oreilles, ALEXANDER WANG. 9.Mascara, GIORGIO ARMANI. 11.Rouge à lèvres, LANCÔME. 12.Encrier de teint, YSL13.Parfum, GIORGIO ARMANI. 14.Sac, ALESSANDR A RICH.


3

1

2

5 4 7 6

9

10 11

8

12

1.Parfum, VIKTOR & ROLF. 2.Poudre, GIORGIO ARMANI. 3 et 5.Pochette, ANNDR A NEEN. 4.Ombre à paupières, DIOR. 6.Boucles d’oreilles, SARINA SURIANO. 7.Parfum, GIORGIO ARMANI. 8.Chaussures, DOLCE & GABBANA. 9.Rouge à lèvre, YSL. 10.Rouge à lèvre, DIOR. 11 ET 12.Ombre à paupières, YSL.


THIS HOLIDAY SEASON STEP INTO THE ULTIMATE BEAUTY DESTINATION ENJOY EXCLUSIVE SERVICES MASSAGES, FACIALS, MAKE-UP SESSIONS, DETOXIFYING, SLIMMING TREATMENTS, AND MANY MORE. GET THE CHANCE TO BOOK YOUR APPOINTMENT WITH INTERNATIONAL HAIR STYLIST ANDREW BARTON

AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, LEVEL 4 T. 04 711 940


124

BIJOUX

GÉOMÉTRIE VARIABLE Lignes pures et motifs mathématiques magnifient l’or et l’argent. Pour une élégance subtile à l’ évidence limpide. PHOTOGRAPHIE JONAS MARGUET RÉALISATION EMILY MINCHELLA


BIJOUX

125

CREDIT PHOTO

De haut en bas, pendentif “Collection impériale” en or blanc avec chaîne en or blanc, CHOPARD CHEZ MOUAWAD. Manchette “Ligne C” en or rose, REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA. Bracelet “Charms” en or gris, LOUIS VUITTON. Page de gauche, collier “Monete Antiche” en or jaune avec pièce de monnaie antique, BULGARI.


PHOTOS DR

Sautoir “Mon jeu” en ors rose et blanc, VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA.


Bague “Lion arty” en or jaune, CHANEL JOAILLERIE.


128

BIJOUX

Bracelet “Juste un clou” petit modèle en or gris, CARTIER.


© 2016 TUMI, INC.

A Ï S H T I B Y T H E S E A , A N T E L I A S T. 0 4 7 1 7 7 1 6 E X T. 2 3 6 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT

T. 0 1 9 9 1 1 1 1

TUMI.COM/19DEGREE


130

BIJOUX

TOPAZE ET GRENAT POUR FINIR L’ANNÉE Si la pierre du zodiaque est spécifique à la date de naissance de chaque personne, la pierre du mois est valable pour tous, tout au long du mois donné où, paraît-il, ses vertus s’intensifient et son rayonnement augmente. Topaze bleue pour décembre, grenat rouge pour janvier, que la force des cristaux soit avec vous ! PAR F.A.D

Le grenat rouge En janvier, la grisaille de l’hiver commence à diffuser une humeur maussade. On se calfeutre, on s’alanguit, on manque d’énergie. Le grenat aurait la vertu de protéger des infections et de stimuler la circulation sanguine. Son rayon rouge un peu miellé au milieu de la saison froide réchauffe le cœur et chasse la tristesse et l’anxiété. Pour réaliser ces boucles d’oreilles minimalistes où la braise du grenat couve sous le feu de l’or jaune, Ralph Masri s’est inspiré des vitraux des cathédrales gothiques et de la manière dont ils transforment la lumière en manifestation divine.

PHOTOS DR.

La topaze bleue Décembre est le mois préféré de la grippe. Est-ce la raison pour laquelle on lui associe la topaze bleue, à laquelle est attribué le pouvoir d’ouvrir les chakras de la gorge et dénouer le larynx? Pierre de communication, elle est réputée calmer la toux et protéger chanteurs et orateurs. Paradoxalement, ces boucles d’oreilles Tabbah formées de topazes taille poire et entourées d’un motif floral en or blanc serti de diamants et saphirs bleus en camaïeu nous laissent sans voix. C’est fou comme les grands effets manquent de vocabulaire.


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


132

BIJOUX

SOURCE DE BEAUTÉ 25, PLACE VENDÔME MAISON BULGARI

Quintessence de la joaillerie transalpine, Bulgari prodigue un manifeste de préciosité teintée d’allégresse et de sensualité, inspiré de la Renaissance italienne et de sa riche imagination. PAR HERVÉ DEWINTRE PHOTOGRAPHIE YOUNÈS KLOUCHE


Collier Haute Joaillerie en or blanc et en or rose sertis de diamants taille brillant (79,84 carats) dont un diamant central de 3,02 carats. Boucles d’oreilles Haute Joaillerie en or blanc et or rose sertis de diamants taille brillant (8,13 carats) dont 2 diamants de 0,85 carat. Page de gauche, collier Haute Joaillerie en or blanc serti de 29 émeraudes de Colombie taille coussin (97,77 carats), de diamants taille fantaisie (6,23 carats) et brillant (18,82 carats).


Collier Haute Joaillerie en or rose serti de 7 perles des mers du sud, de 22 améthystes (352,32 carats), de 19 perles d’émeraudes (35,78 carats), de 8 spinelles (12,42 carats) et de diamants taille brillant (8,41 carats).

On ne peut concevoir l’extraordinaire richesse distillée par les joyaux Bulgari si on ne s’est pas, au moins une fois dans sa vie, rendu à Rome. On ne peut globalement comprendre la joaillerie italienne – dont ­Bulgari est la quintessence – sans apprécier à sa juste mesure ce que nous a légué la péninsule, du temps où elle n’était pas une république mais un patchwork d’États indépendants, un melting-pot de bouillonnantes principautés. Un temps où, grâce aux livres nouvellement imprimés, quelques familles princières se mirent à s’intéresser aux Anciens, à collectionner des mosaïques enfouies et des statues retrouvées : autant de vestiges impériaux qui furent le prétexte, ou plutôt le détonateur, d’une explosion créative sans commune mesure dans l’Histoire. En un mot comme en cent, Bulgari, c’est l’art de la Renaissance ressuscité, avec sa richesse subtile de formes, son maniérisme majestueux, ses techniques d’un raffinement suprême. C’est un hommage continu à cette noblesse – les Médicis, les Sforza, les Este –, noblesse humaniste et laïque qui permit l’avènement d’une flamboyance inédite en aidant les arts (et notamment les bijoux) à quitter la sphère du religieux. C’est Dante, Pic de La Mirandole, Raphaël ou Léonard de Vinci : des esprits forts et libres qui mirent l’humain au centre de la pensée, jetèrent un regard neuf sur les phénomènes lumineux, les effets d’optiques, la perspective et produisirent une série de chefs-d’œuvre qui continuent d’inspirer le monde. Bref, Bulgari, c’est le règne de l’imagination. Préciosité baroque Qui dit aujourd’hui Italie dit Bulgari – et ce n’est que justice.

Collier Haute Joaillerie en or blanc serti de 29 émeraudes de Colombie taille coussin (97,77 carats), de diamants taille fantaisie (6,23 carats) et brillant (18,82 carats).

Plus qu’aucune autre, la célèbre maison romaine, fondée en 1884 par ­Sotirio Bulgari, un orfèvre grec, incarne par sa longue histoire la différence fondamentale qui existe, en haute joaillerie, entre l’école française et l’école italienne. Contrairement à l’esprit français, où des codes impérieux interdirent longtemps le mélange des différentes catégories de pierre, Bulgari – sous l’impulsion des frères Paolo et Nicola (les petits-fils de Satorio) – fut la première maison de joaillerie à retourner aux sources du bijou italien et à s’approprier l’idéal d’intelligence et de beauté né durant la Renaissance : la maison romaine se caractérise par ses mélanges de pierres précieuses, de pierres dures et de pierres fines, qui s’épanouissent pour composer un chatoyant florilège de préciosité baroque. Autre caractéristique, la taille des pierres. Tandis que le diamant dicte souvent, dans la joaillerie française, sa tyrannie de la brillance et du “facettage”, Bulgari s’est emparé avec gourmandise de la taille cabochon : une pierre plus ronde, très agréable au toucher et au porter, qui exprime une approche plus sensuelle et féminine de la joaillerie : un peu comme si, en permettant au bijou de mettre la femme en lumière – et non l’inverse –, Bulgari faisait sienne cette déclaration de Pic de la Mirandole : “Il n’y a pas de spectacle plus admirable que l’être humain.” Raffinement et opulence En juin dernier, au port de Cap-d’Ail, au cœur de la villa Key Largo, la maison romaine dévoilait sa nouvelle collection de haute joaillerie “The Magnificent Inspirations”. Il ne nous


semble pas inutile de décrire dans le détail cette collection, des allures de dôme antique, les pièces anciennes glorifient car elle résume parfaitement les trois inspirations de Bulgari, les dynasties historiques. Merveilleuses réinterprétations d’un à savoir l’“Extravagance italienne”, le mythique “Héritage bijou iconique des années 1980, les colliers “Parentesi” – dont romain” et le romantique “Éden méditerranéen”. les maillons d’origine ont été assouplis – rappellent fortement Les bijoux “Extravagance italienne” s’inspirent volontiers de les joints en travertin des chaussées romaines. l’Antiquité, ils affirment haut et fort ce mantra : l’Italie est la Enfin, les créations du chapitre “Éden méditerranéen” puisent patrie des divas. Les motifs font écho aux coloris du marbre des dans le charme de la nature célébrée par Virgile : on retrouve thermes de Caracalla, aux lignes des mosaïques millénaires de avec plaisir le mythique “Serpenti”, tour à tour furioso et sedutceux de Dioclétien ; des pierres extraordinaires illustrent l’art tori, tout en rondeur, à double ou simple spirale, ou simplement consommé des harmonies chromatiques chères à la maison esquissé dans la ligne “Serpenti Inspirations”. Des bouquets romaine. Notre pièce préférée, le collier “Gemme Principesche”, floraux sublimés par l’éclat de pétales ornés de gemmes tissent met en lumière sept émeraudes somptueuses, qui évoquent le une ode aux fleurs des champs de notre enfance. Quant à elle, raffinement et l’opulence des principati du temps jadis. Les la ligne “Giardini Italiani” compose un labyrinthe de gemmes couleurs méditerranéennes éclatent dans les lignes rebondies ordonnées à la façon de haies taillées, comme pour promener du collier “Ispirazioni Italiane”, qui met à l’honneur la taille l’art des maîtres paysagistes de la Renaissance italienne sur chestnut du joaillier romain. les terres reconquises de la volupté. Les créations du chapitre “Héritage romain” s’inspirent de la magnificence de la Ville éternelle. Les tailles cabochon ont Bulgari, 25, place Vendôme, Paris 1er. www.bulgari.com

Les pierres s’épanouissent pour composer un chatoyant florilège de préciosité baroque. Collier Haute Joaillerie en or blanc serti de jade et de diamants taille brillant (25,4 carats)

Bracelet Haute Joaillerie “Serpenti” en or rose serti de deux diamants taille poire (0,50 carat), d’inserts de bois et de diamants taille brillant (13,09 carats).


136

BIJOUX

Boucles d’oreilles “Lion protecteur” en or blanc serti de diamants, Chanel Joaillerie.

Boucles d’oreilles “DIVA” en or blanc et diamants blancs, Bulgari.

Boucles d’oreilles “Cluster” platine, 8 diamants taille ovale, 6 diamants taille princesse, Cartier.

MILLE FEUX Or blanc et diamants scintillent à nos oreilles. Boucles d’oreilles “The Exclusives” en or blanc serti de diamants, Azar.

Boucles d’oreilles “Lace” en or blanc serti de diamants blancs, Tabbah.

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Boucles d’oreilles “Milieu du siècle” en or blanc et diamants, Dior Joaillerie. 

Boucles d’oreilles en or blanc serti de diamants blanc, George Hakim.

Boucles d’oreilles en or blanc et diamants blancs, De Grisogono chez Sylvie Saliba.


137 137

Montre “Diva’s Dream” en or blanc et diamants, une rubellite, bracelet en satin, Bulgari.

Montre “Hypnose” en or gris et diamants, Cartier.

Montre “Happy Diamonds” en or blanc et diamants, bracelet en alligator, Chopard chez Mouawad.

BLACK TIE L’élégance formelle du smoking sublimée par le chatoiement des diamants.

PHOTOS DR

Montre “Hypnose” sertie de diamants taille brillant, bracelet en cuir, Cartier.

Montre en or blanc et diamants, Alain Philippe chez George Hakim.

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Montre “Damier absolu” en or blanc et diamants, bracelet en satin, Louis Vuitton.

Montre “Reverso One Duetto High Jewelry” en or gris et diamants, Jaeger-LeCoultre.

Montre “Boy.Friend” en or blanc et diamants, bracelet en alligator, édition numérotée, Chanel Horlogerie.


138

BIJOUX

ROCKEUSES DE DIAMANTS Place Vendôme, les femmes sont en majesté. Pas seulement les clientes, venues choisir parmi de somptueuses pièces de haute joaillerie, mais aussi les créatrices, qui renouvellent sans cesse la tradition et mettent en valeur des pierres merveilleuses.

PHOTOS DR

PAR ADRIENNE RIBES-TIPHAINE


139

CLAIRE CHOISNE DIRECTRICE DES CRÉATIONS DE BOUCHERON

“On ne peut pas se contenter à l’émotion, n’hésitant pas de proposer ce qui existe à faire sienne la devise déjà.” Spontanée et d’un de ­Frédéric Boucheron : naturel déroutant, Claire “Notre raison d’être est de Choisne, la directrice artiscréer l’émotion.” Avec en tête cette question : jusqu’où tique de la maison Boucheron, séduit par sa franchise : pousser le curseur ? “Il faut beaucoup travailler Tout semble possible pour pour avoir la chance de Claire. Comme d’imagise retrouver à la tête de la ner pour la collection “26, création d’une des maisons ­Vendôme” une cape en de la place Vendôme.” Et or, aux motifs de plumes être une femme change-t-il de paon, animal fétiche quelque chose ? “Pour faire de la maison, qui, par ce métier, que l’on soit un une prouesse technique, homme ou une femme, il vient envelopper celle qui faut être fort.” Malgré sa la porte. Ses créations taille, 1,82 m, Claire ne détiennent toutes une force nous prend pas de haut – poétique, une énergie qui “Je suis la plus petite de la lui ressemble. Y a-t-il un famille, s’amuse-t-elle. Je ne avantage à être femme et veux pas me faire remarquer. Je suis plutôt timide d’ailleurs.” Une créatrice ? “On a un truc en plus : on peut rêver du bijou et on peut “fausse à l’aise”. Tiens donc ! Née dans les années 1970, Claire se le sentir, on sait ce que c’est que de porter des boucles d’oreilles retrouve lycéenne à Annecy. Elle s’imagine sans trop de conviction trop lourdes pendant tout un dîner.” Claire accepte donc de devenir architecte. Mais le hasard, qui fait souvent bien les choses, passer des milliers d’heures sur une pièce, “et ce n’est pas juste en décide autrement. “J’ai une maman poule qui s’inquiétait pour pour prendre son temps. C’est un travail d’équipe. Chacun doit mon avenir. C’est grâce à elle et à une de ses rencontres que j’ai donner le maximum, pour que le résultat soit parfait”. Obnubilée, intégré la meilleure formation en joaillerie de France.” Elle passe obsédée par chaque détail, cette brune à queue-de-cheval haute et réussit le concours d’entrée de l’École privée de la bijouterie et jupe tutu avoue que joaillier n’est pas un métier facile : “Je BJOP au 58, rue du Louvre, à Paris. De 1994 à 1997, elle soude, dois sans cesse me réinventer. Susciter réactions et désirs.” Mais lime, scie, s'exerce aux emmaillements et aux fermoirs. “C’était comment tient-elle, si elle ne s’arrête jamais ? “Le moment idéal 100 % manuel.” Le choc est brutal, mais elle en sort avec un métier : pour trouver des idées est celui entre l’éveil et le sommeil, cette joaillière. Et le prix Jacques-Lenfant, qui récompense les trois phase d’entre-deux stimule mon imagination. Je dois juste me meilleurs élèves en joaillerie au niveau national. D’abord créatrice souvenir des idées trouvées le lendemain”, s’amuse-t-elle. “Il de bijoux pour Loiseau Kebadjian, elle crée en 1998 sa propre arrive aussi que mes batteries soient à plat”, avoue-t-elle – nous entreprise. Trois ans plus tard, elle prend les commandes du studio voilà rassurée. Mais elle poursuit : “Mon corps est à l’arrêt, ma tête de création du joaillier Lorenz Bäumer. Et c’est en 2011 qu’elle jamais.” Décidément ! “La place Vendôme, c’est le summum. On rejoint Boucheron. Sa collection de haute joaillerie “L’Artisan se doit de montrer la voie, d’être avant-gardiste. Quand j’arrive du rêve”, présentée à la Biennale des antiquaires de 2012, dévoile chaque matin et que je découvre la colonne, je me sens mise au tout le talent de la jeune femme et son exigence. “Je n’aime pas les défi.” La tête dans les nuages et les pieds sur terre, Claire est une choses gratuites. Nous devons apporter de la magie, inventer une fille bien dans son époque, moderne et vivante, prête à défier le histoire, une émotion, nous confronter aux nouvelles technologies temps. “Raconter des choses pour aujourd’hui et pour demain, ce et les mettre au service des gestes et d’un savoir-faire. Créer un n’est pas antinomique.” Alors, quand on lui demande de désigner joli bijou n’est pas suffisant. La maison et ses cent-soixante ans sa pièce préférée, elle répond du tac au tac : “La prochaine.” d'existence demandent plus : de l’audace.” Une audace qu’elle ajoute www.boucheron.com


140

BIJOUX

VICTOIRE DE CASTELLANE DIRECTRICE ARTISTIQUE DE DIOR JOAILLERIE

“J’ai une passion : la féminité.” Débuter une journée en compagnie de Victoire de ­Castellane est un cadeau, mot ni exagéré ni obséquieux. Il est choisi et assumé, tant vous ressortez de cette rencontre chargée d’optimisme. Dans le bureau de la directrice artistique de Dior joaillerie, la lumière est aussi douce que du velours. Des livres d’art, quelques tableaux, une table, un grand bureau occupé par des pots remplis de feutres. Victoire de ­Castellane porte une robe noire, près du corps, en laine mohair ceinturée à la taille, des souliers noirs. Ce qui frappe, ce sont ses bijoux, imposants et, surtout, dépareillés. Choisis. “J’aime les bijoux car je trouve qu’ils apportent de la sensualité ; j’aime les voir de manière sensuelle sur le corps.” Et d’ajouter qu’“il y a de nombreux symboles dans le bijou : l’idée de la dot, du trésor, de la parure archaïque, de la protection, du talisman. Le bijou accompagne le corps, il le magnifie”. Serait-il romanesque ? “Oui, au sens baudelairien.” On se dit que le rêve n’est jamais loin et le voyage non plus, “qu’il soit dans un pays étranger ou dans le temps. On s’invente des personnages. Le bijou en dit long sur celui qui le crée et sur celui qui le porte”. Alors, qu’en est-il de celle qui raconte des histoires de pierres et de métaux précieux pour Dior, dont les valeurs de classicisme et de tradition font partie de l’alphabet ? “La maison eut différents créateurs avec différentes personnalités. Elle est vivante, en mouvement.” Un peu comme V ­ ictoire de Castellane ? “Oui, possible. Elle est atypique.” On ne peut qu’abonder dans ce sens. Dernière preuve en date : la nomination d’une femme, Maria Grazia Chiuri, à la tête de la direction artistique du prêt-à-porter et de la couture. Une première pour Dior. Enfin, pas tout à fait… En 1998, c’est une femme, née dans les sixties, qui fût nommée à la tête du département joaillerie, tout juste créé : V ­ ictoire de Castellane, qui me raconte comment elle parvint à imposer sa vision baroque et à élargir le spectre créatif de ce monde assez convenu. “À l’époque, c’était le règne des bijoux fantaisie. Joaillerie et mode

ne se mélangeaient pas, un peu comme des castes. Les hommes achetaient des bijoux pour les femmes, et les femmes, elles, pensaient que c’était un truc de dame. Quand je suis arrivée, il n’y avait pas beaucoup de créateurs dans les maisons de joaillerie, et peu de femmes. J’ai eu l’impression d’ouvrir une porte et que plein de filles ont suivi le mouvement. Les femmes avaient envie de se faire plaisir, leur mode d’achat était en réalité beaucoup plus personnel que ce que nous voulions croire. Mon monde, enfantin et féminin, les touchait. Mon idée était de leur démontrer qu’elles pouvaient porter de la joaillerie : je me devais de désembourgeoiser le bijou en l’assumant, en lui donnant un rôle plus ouvert et décomplexé. Plus normal.” Mais avec du tempérament et une sacrée dose d’onirisme. “Le bijou est un jouet magique. Il doit être l’ami de la fille qui le porte. Lui permettre de se sentir forte, puissante, belle.” Et qui d’autre que Victoire, parfaite ambassadrice, pour nous en convaincre ? “Une vie sans bijou est un peu malheureuse, non ? Ce n’est pas grave s’il se raye, s’il s’abîme. De la même façon que nos rides, il s’inscrit dans le temps. Jeune, je trouvais très intimidant de me dire que créer des bijoux allait être mon job : manipuler des matières très chères, et entraîner des personnes avec mes idées. Je travaille de manière très spontanée, j’ai encore l’impression d’être cette petite fille de 5 ans qui joue dans sa chambre et manipule des choses uniques mais sans vraie conscience, ce sont ses trésors. Voilà comme je suis. Tout est possible pour moi. J’ai tellement de chance de créer des choses qui suscitent le plaisir ! C’est une recherche d’amour et d’échange. L’humain est capital. La passion est notre moteur.” Et de conclure : “Le bijou est une façon de dire ‘je m’aime’, mais aussi ‘je vous aime’. Ce sont mes armes et mes déclarations d’amour. Un hommage à la féminité. Je ne sais pas si les hommes qui créent des bijoux s’imaginent en train de les porter. La femme que je suis, oui.” www.dior.com


141

LUCIA SILVESTRI

DIRECTRICE DE CRÉATION DE LA JOAILLERIE BULGARI ET ACHETEUSE DE PIERRES

Nous ne connaîtrons d’elle que la voix. Lucia Silvestri, directrice artistique de la maison Bulgari depuis deux ans, a dû annuler ses déplacements après une fracture du poignet. “Le gauche ! Et je suis gauchère.” Nous nous parlons donc au téléphone. Une voix. Ferme, chaude, enveloppante. “Ah, vous sentez comme je suis passionnée ?” s’enquiert-elle. Nous la rassurons. “La prochaine fois, vous viendrez. Il faut vraiment que vous sentiez l’énergie des pierres, dans mon bureau, à Rome.” Sentir, vibrer, aimer. Dans ce monde qui a longtemps marché à l’énergie masculine, elle glisse toute sa féminité. “Mais je sais aussi être masculine lorsqu’il le faut.” Car, non contente d’être créative, elle doit aussi faire ses preuves dans le business en tant que responsable, pour Bulgari, des achats de pierres précieuses. “Un univers où 95 % des acteurs sont des hommes. Il faut être ferme, dure parfois, mais surtout patiente. En fait je suis plutôt timide. Je ne montre pas mes émotions. Mais à l’intérieur je bouillonne.” Cela fait trente-cinq ans que Lucia S­ ilvestri met sa fougue au service de la maison : “J’avais 19 ans quand je suis tombée amoureuse des pierres. Je faisais des études de biologie, j’avais un fiancé qui suivait des études de médecine, je ne me destinais donc pas à cela. D’ailleurs, je n’y connaissais rien. Mais j’avais quelque chose de fort avec les couleurs. Puis, quand j’ai rencontré monsieur Bulgari, je venais passer un entretien pour remplacer une personne en congé maternité, je me suis sentie comme Alice au pays des merveilles, captivée. Je me suis trouvée à la bonne place au bon moment. C'est toute la magie de la rencontre.” L'histoire de la maison Bulgari est elle-même digne d'un roman picaresque, où l'on voit un héros orfèvre,

arrivé de Grèce à la fin du xixe siècle, amoureux des antiques bijoux étrusques, devenir joaillier et créer un style aussi reconnaissable que celui de mademoiselle Chanel dans la mode. Renaissance, néoclassique, Art nouveau, mais surtout ode à l'amour des pierres, à leur beauté ! Une passion que la maison Bulgari portera jusqu'à la place Vendôme, à l'aube des années 1970. Et cette histoire n’a jamais faibli. Bien au contraire. Aujourd’hui, Lucia nous dit comment elle la partage : “Avec les pierres, je parle ; je leur dis bonjour. Je passe ma vie à leurs côtés. Du matin jusqu’au soir, elles m’accompagnent. Je ne m’en lasse jamais. Je les trouve belles quand elles ont de la personnalité. Vous allez me prendre pour une dingue.” Sûrement pas ! Mais pour une véritable Pasionaria. Une sorte d’héroïne moderne, qui communique sans réserve, partage, donne, milite pour la beauté, la puissance des gemmes. Une dernière question avant de raccrocher : ce dialogue viscéral avec les gemmes se poursuit-il lorsqu'elles deviennent bijoux ? La réponse est catégorique : “J’en porte tous les jours et sans modération. Je mixe les collections, je mélange les couleurs, les styles.” Qu’en est-il au moment même où nous nous parlons ? “Je porte une montre ‘Serpenti’, trois bracelets, deux pavés de diamants, un de saphirs. À la main droite, j’ai une bague ancienne en diamants. La gauche est punie pour cause de fracture mais, en temps normal, elle serait également en belle compagnie ! Autour du cou, un sautoir de la collection ‘Musa’ en améthyste et topaze. Enfin, des puces d’oreilles dépareillées, une en émeraudes, l’autre en diamants. On me dit souvent que c’est trop. Pour moi ce n’est jamais trop.” www.bulgari.com


142

BIJOUX

GAIA REPOSSI

DIRECTRICE ARTISTIQUE DE LA MAISON REPOSSI

Entre gravure botticellienne et sylphide d’heroic fantasy, Gaia Repossi accroche. Son less is more et son élégance radicale, pull et jean griffés Vetements, petite maille Céline et souliers Loewe, composent une silhouette convaincante. Les cheveux blonds, les yeux pâles et le teint diaphane, elle n’a rien de la jeune fille fragile et oscille en permanence entre douceur et fermeté. “Je suis très attirée par la rupture, la frontière entre le masculin et le féminin m’intrigue. J’aime imaginer que la femme est plus forte non pas fâchée mais ne cédant pas à la légèreté. C’est l’époque qui veut cela.” Et une éducation aussi. Issue d’une famille de joailliers – son arrièregrand-père a fondé la maison Repossi à Turin en 1920 –, Gaia a grandi dans cet univers ouaté et très masculin des pierres : “Étant fille unique, il était évident que j’étais l’héritière directe. Mais mon père m’a laissé la liberté de choisir.” Avant de rejoindre l’entreprise, la jeune femme étudie les beaux-arts à Paris et passe un master d’archéologie à la ­Sorbonne. “Depuis toute petite, mon rêve était de peindre, de dessiner, de sculpter.” Alors âgée de 21 ans, Gaia devient directrice artistique de la maison italienne. “Je ne me suis jamais posé la question de savoir si le fait d’être une femme changeait quelque chose. C’est plutôt mon âge qui questionnait. Mais mon père avait lui aussi débuté très tôt : à 16 ans, il était dans les ateliers. Il m’a toujours traitée comme une adulte. Il ne m’a jamais écrasée. Il m’a fait une place énorme dans l’entreprise. J’étais impliquée dans tous les problèmes, les aspects positifs, les enjeux. Je connaissais ses rêves par cœur. Quand j’ai pris mes fonctions, j’ai voulu les accompagner. En réalité, ce sont les rêves d’une famille.” Elle précise : “Question de personnalité, pas de genre. Mon grand-père et mon père n’ont jamais eu froid aux yeux. Ils ne supportaient aucune barrière. Pour eux ‘non’ n’existait pas.” Assurément cérébrale, ambitieuse et affranchie de la tradition et de ses interdits, Gaia s’impose comme une actrice majeure de sa génération. “Nous n’avons jamais accepté aucun compromis commercial ou d’image, c’est la signature de notre maison.” Elle chahute les codes, casse les lignes avec ses créations

singulières. Parmi ses bestsellers, une boucle d’oreille qui donne l’impression que l’oreille est percée à plusieurs endroits. Ou encore ses fameuses bagues “Antifer” en or noir pavé de diamants, qui, aux côtés de la mono-boucle d’oreille “Staple” en or rose pavé de diamants, signent son allure. “J’ai une ambition visuelle précise. Je souhaite un bijou qui se porte différemment, qui étonne et surprenne, et qui puisse en même temps devenir un nouveau classique. Le bijou est un moyen d’expression pour ceux qui le portent. Il est capital que notre maison parle son propre langage.” Et pour cela il faut non seulement des créations identifiables au premier coup d’œil mais également une image forte : “Dans cette marée d’actrices qui portent les pièces à merveille, il a fallu faire un tri. Le plus important était qu’elles aient un parcours éclectique. L’actrice intellectuelle est pour moi la plus belle.” On pense immédiatement à Tilda Swinton et Isabelle Huppert : “Ce sont elles qui apportent le plus à notre maison, car elles ont des personnalités fortes.” Et ambiguës, où le glamour est sans cesse bousculé ? “Oui. Le glamour ne me correspond pas. Je ne suis pas certaine de pouvoir comprendre cette notion.” Questionner le monde moderne, la notion de luxe, voilà ce qui intéresse Gaia. Alors, quand il s’agit de repenser l’espace de la boutique légendaire de la place Vendôme, elle fait appel à l’architecte Rem Koolhaas. “La place Vendôme est notre marque de fabrique, la garantie d’une élégance particulière, jeune, moderne et en même temps très sophistiquée. Je voulais que cette boutique procure une expérience particulière à la cliente. Et qu'elle soit le reflet de la dynamique du marché de la joaillerie d’aujourd’hui, en l’occurrence celle de notre clientèle.” Autre héritière dans le monde du luxe, Delphine Arnault a décidé en novembre dernier de prendre une participation (minoritaire) dans la maison Repossi. “L’arrivée de LVMH est une évidence. L’époque des petites maisons indépendantes extrêmement qualitatives est révolue. Mais se regrouper ne signifie pas perdre son identité.” Et Gaia relève le défi. www.repossi.com


143

LAURE-ISABELLE MELLERIO

CREDIT PHOTO

DIRECTRICE ARTISTIQUE DE LA MAISON MELLERIO

Ce lundi-là, elle est habillée tout de beige. Un beige clair et lumineux. De ceux qui composent une allure bourgeoise et sportive. Les cheveux mi-longs, le sourire blanc éclatant, le teint hâlé. Laure-Isabelle Mellerio est une femme active. Mère de quatre garçons, elle n’est pas l’héritière directe mais l’épouse de Laurent Mellerio, un descendant de la quatorzième génération de cette entreprise remontant à 1515. “On s’est lancés dans cette aventure à deux. Mellerio est une vision de couple, très famille. L’entreprise est comme notre cinquième enfant. Elle est nos racines et son prolongement.” Place Vendôme, leur statut de mari et femme est unique : “Il y a toujours eu des binômes. Un entrepreneur et un créatif. Cela pouvait être des frères, des cousins, le dernier exemple en date était un oncle et son neveu. Mais un couple, jamais.” Lui est depuis un an directeur général, mais il connaît la maison par cœur : auparavant président, il siège depuis toujours au conseil d’administration. “Mon mari vit la maison de tout son être.” Laure-Isabelle, elle, assure la direction artistique depuis l’été dernier. “Je ne suis pas arrivée à ce poste directement. J’ai passé un an dans les archives, à regarder tous les dessins, à revivre l’évolution de l’histoire de l’art à travers les bijoux. Puis j’ai suivi la construction d’une collection. J’ai pris du temps, un temps d’observation.” Elle dit ne pas être du genre fonceuse. On la croit. Ferme mais assez pudique. Assurément heureuse d’être là où elle est aujourd’hui. “Enfant, je voulais être professeure de ski ou de dessin.” Elle fera du dessin, portée par un environnement familial non pas d’artistes mais de personnes sensibles aux belles choses – des collectionneurs. Elle se spécialise dans l’architecture d’intérieur, peaufine sa culture à l’École du Louvre. “Je travaillais et j’allais à l’école. Je me suis spécialisée dans l’architecture et les décors des grandes demeures.” Elle y apprend une chose qui lui servira toute sa vie : rechercher dans l’espace la meilleure combinaison entre volumes, couleurs et matériaux. Pendant vingt ans, Laure-­ Isabelle exerce le métier d’architecte à son compte. Puis vient le

moment de Mellerio. “Cela faisait plusieurs années que personne ne tenait la direction artistique. Rien n’était réellement structuré”, avoue-t‑elle. Laure-Isabelle rêve d’un nouveau souffle, de jeunesse, de modernité : “Je ne souhaite surtout pas renier notre héritage. Cette maison est magique, elle a tout, les matières premières les plus extraordinaires, mais c’est comme si elle s’était un peu épuisée.” Son idée ? Imaginer une collection privée, onze pièces, de bal et de cocktail, des créations très colorées, qui racontent chacune une histoire. Focus sur cette bague “Porto Ercole” truffée de petites boules de corail qui ornent un saphir ovale padparadscha de 4,03 carats, que Laure-Isabelle réveille par le vert des tsavorites. Sa collection, présentée en juillet dernier pendant la semaine de la haute couture à Paris, est un succès. Quand on lui demande si elle pense qu’être une femme lui permet de mieux créer ce désir, d’être même une des raisons de cet engouement, sa réponse tombe comme une évidence : “C’est important d’être une femme créatrice de bijoux, on parle aux femmes, on s’adresse à elles, comme on s’adresserait à nous. Quand une femme achète un bijou, c’est un acte très personnel, il y a beaucoup d’émotion. Son choix pour telle ou telle pièce est emblématique, il est le prolongement de son caractère.” D’ailleurs, elle le prouve par le lien qu’elle entretient avec ses bijoux et le choix des pièces qu’elle porte le jour de notre rencontre : au cou, un pendentif qui appartenait à sa mère – “c’est affectif, comme un grigri”. Au poignet, une gourmette à laquelle sont accrochées cinq médailles, qui portent chacune le prénom des hommes de sa vie – “j’ai mes cinq hommes toujours avec moi”. On voit aussi un bijou avec un cheval, un scarabée en cristal de roche, une bague que l’on sait extraite de la collaboration avec le couturier Alexandre Vauthier. Mellerio est certes le “joaillier des reines”, comme l’histoire ne cesse de le dire, mais Laure-Isabelle est bien décidée à les faire sortir de leur palais. www.mellerio.fr


144

BIJOUX

LUCREZIA BUCCELLATI

Ne pas céder à la facilité. La belle Lucrezia Buccellati aurait pu suivre un chemin tout tracé. Née il y a vingt-huit ans, elle fait partie de ces filles de bonne famille, héritières dorées, à qui la culture, les voyages, la connaissance, les langues sont transmis depuis l’enfance. Autant de bagages qui insuff lent plus tard une manière de vivre, de poser son âme. “Je baigne dans l’univers Buccellati depuis mon enfance. Chaque Noël, chaque fête d’anniversaire, mes cousins et moi regardions les bijoux d’une manière presque sacrée. L’investissement était total.” Mais comme souvent dans les familles, aussi pleines d’amour soient-elles, trouver sa place ne relève pas de l'évidence. Devenir architecte, comme elle l'imaginait, ou rejoindre la tribu Buccellati ? Pour trouver la réponse, elle décide de partir au bout du monde : “Je devais m’émanciper.” Elle parcourt le globe, se sonde intérieurement. “Après un an de voyage, une halte en Inde, il m'est apparu clairement qu'au fond de moi j'appartenais à l’entreprise familiale, que je devais y tenir ma place. Je l’assumais, c’était mon choix.” Elle suit des études de design au Fashion Institute of Technology, à New York, se frotte aux questions de business et finit par intégrer le clan familial, en 2010. “J’incarne la quatrième génération. Le défi était de taille. Je devais prouver à mon grand-père, ­Gianmaria, le fils du fondateur, peu favorable à mon arrivée, que j’étais la bonne personne.” Heureusement, Lucrezia aime la compétition : “Je monte beaucoup à cheval. Cette activité me détend et renforce mon caractère, déjà fort (rires).” Installée à New York depuis six ans avec son mari David W ­ ildenstein,

le vice-président de la célèbre galerie d’art qui porte son nom, et leurs deux garçons, Nathan et Daniels, Lucrezia, à qui tout réussi, se voit toujours comme une “aventurière”, mot qu’elle choisit de nous livrer dans un français presque parfait. Son goût des voyages n’a jamais disparu. “Avec Daniels, qui vient d’arriver, se déplacer est plus difficile. Mais en temps normal, nous sommes trois mois par an à Miami. Ma mère vit là-bas, elle est cubaine. Et un mois en Italie.” Mais d’où est-elle ? “Je suis un peu de partout, je vis à New York, mais mon cœur est européen.” Sa force sûrement. Sans conteste sa modernité et son ouverture. “Les bijoux ne peuvent être isolés de la mode, de l’art, de la musique. Tout est connecté, je suis là pour apporter ce regard neuf. Je suis la première femme dans l’entreprise, j’aime la mode, le style, même si mes goûts sont simples (Peter Dundas époque Pucci a tout de même réalisé sa robe de mariée, ndlr), je connais ce que les femmes aiment.” Aujourd’hui, ­Lucrezia travaille avec un homme, son père, Andrea. “Nous maintenons cette tradition qui veut que deux générations de la famille travaillent ensemble.” Une manière d’évoluer tout en respectant ce style unique, nourri de techniques ancestrales. “Nous échangeons beaucoup avec mon père. Nous imaginons des bijoux comme si nous étions des artistes. Chaque pièce est une œuvre d’art. La tradition est capitale mais il est nécessaire de la bousculer.” Et Lucrezia, qui porte le prénom de la protectrice des arts et des lettres, en a pris la voie. Royale. www.buccellati.com

CREDIT PHOTO

CODESIGNER POUR LA MAISON BUCCELLATI


LEBANON 225 Foch St., Downtown Beirut Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 Aïshti By the Sea, Antelias Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4

CANALI.COM


@2016 CANALI


FACONNABLE .COM

C’EST FAÇONNABLE.

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


WWW.AISHTIBLOG.COM


151

MODE LA BELLE PERSONNE 24 IMAGES PAR SECONDE UNE TERRE POUR DEUX

UNE TERRE POUR DEUX page 186


LA BELLE PERSONNE PHOTOGRAPHIE DUSAN RELJIN

STYLISME ERICA PELOSINI

TEXTE KIM MORGAN

Robe en sablé rebrodé de sequins, ceinture en cuir et chaussettes lacées en coton, PR ADA. Bague “Décor Palace” en or rose et diamants, collection “Extremely Piaget”, PIAGET.

Parmi les étoiles de Hollywood, Jessica Chastain est une star à part. Mystérieuse quant à sa vie privée, elle n’ hésite pas à prendre la parole avec sincérité et fougue sur des questions sociales, et particulièrement l’égalité des sexes et la santé mentale. Rencontre avec une citoyenne engagée.


Multifacette, tour à tour comédienne et productrice, Jessica Chastain prépare ses rôles avec une rare intensité. Puissante et sensible, toujours singulière. Si bien qu’après un long moment passé à discuter avec elle, on se sent vaciller, presque à bout de souffle. Mais cette rousse au regard mutin, née en Californie en 1977, n’est pas seulement forte et intelligente, elle sait aussi se montrer émouvante quand elle joue dans The Tree of Life de Terrence Malick ou Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, pour lequel elle a reçu le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique. La délicieuse Mlle Chastain nous parle de son travail avec Liv Ullmann, de son amour pour Clara Bow et de la place des femmes au cinéma. Vous tournez actuellement dans un film de Susanna White, Woman Walks Ahead, l’incroyable histoire de Catherine Weldon, qui s’est rendue dans les territoires du Dakota pour aider le chef indien Sitting Bull à conserver ses terres. La vie de cette femme m’a vraiment émue. À l’école, on n’entend jamais parler des femmes, et l’histoire est trop souvent écrite par les vainqueurs. Et en général, ce ne sont ni des femmes, ni des Indiens d’Amérique, ni d’autres minorités, donc beaucoup de héros restent dans l’ombre. L’histoire de Catherine Weldon et Sitting Bull m’a époustouflée, parce qu’on ne parle pas ici de quelqu’un qui vole au secours de quelqu’un d’autre, non, c’est vraiment l’aventure de deux personnes dans les années 1890, qui vivent dans un monde où ni l’une ni l’autre ne sont considérées à l’égal des autres êtres humains. Cette femme n’avait même pas le droit de vote, et elle prend le risque de partir à l’Ouest et de peindre Sitting Bull.

cette ouverture car, pour moi, c’est l’une des plus belles qualités qu’une personne puisse posséder. Vous avez dit dans une interview qu’il est important que les femmes soient présentées comme faillibles, même si ce sont des personnages forts, en disant que ne pas montrer ces failles, “ce n’est pas rendre service aux femmes”. Pour moi, toutes les femmes sont fortes. La force est inhérente au fait d’être une femme. Et les hommes sont forts aussi. En fait, on a tous de la force en nous. Ce que je veux dire par là, c’est que je choisis avant tout des personnages bien décrits, qui sont des êtres humains intéressants. Un personnage féminin peut faire des erreurs, des folies, mais il faut que je puisse la suivre, comprendre qui elle est. Quand un personnage féminin n’est qu’un accessoire, j’enrage. Et ça vaut pour les minorités aussi. Ces dernières années, la diversité est devenue un thème plus important au cinéma. Dans le passé, les gens étaient complaisants, aveugles, lâches. Mais, ces trois dernières années, des questions ont été posées, abordées de manière plus directe, les esprits se sont ouverts… ça m’inspire beaucoup. Ce n’est pas un groupe particulier qui exige de la visibilité, tout le monde semble dire, et le public avec : “Racontez-nous les histoires de chacun, de tous ceux qui composent notre monde actuel, et pas seulement celles de quelques-uns qui dominent.”

L’autre histoire fascinante, c’est The Zookeeper’s Wife, réalisé par Niki Caro. Quand on pense à un héros, on pense souvent à quelqu’un qui se bat, qui doit se résoudre à la violence pour aider sa cause ou pour gagner à la fin, ce genre d’histoire rebattue. Mais Antonia est un autre type d’héroïne : ses armes sont la compassion, l’empathie, sa relation avec les animaux… Elle est capable de soigner ceux qui souffrent, en dépit d’une enfance difficile : elle a fui la Russie, son père s’est fait tuer, elle a grandi dans des conditions extrêmes. D’une certaine manière, ce sont les animaux qui l’ont sauvée.

Vous vous êtes exprimée sur la différence de salaire entre les hommes et les femmes à Hollywood. Vous avez déclaré que les hommes et les femmes devaient réfléchir ensemble à ce problème. Oui, j’ai fait un speech au Critic’s Choice Awards sur la diversité puis, alors que j’étais en promo à Londres pour A Most Violent Year, on m’a interrogée à ce sujet : “Qu’allez vous faire ?” Et là, je me suis dit : “C’est vrai, qu’est-ce que je vais faire ?” Puisque je parlais de différences de salaire, j’ai décidé de ne pas me laisser traiter injustement. Et cela peut impliquer de refuser un rôle dont on a très envie. Il y a un moment où il faut prendre position. Mon objectif est aussi de travailler chaque année avec une réalisatrice. Ça ne suffit pas de faire des discours. Y a-t-il de grandes réalisatrices qui n’ont pas eu leur chance ? Peut-être pouvons-nous y remédier.

Comment était-ce de travailler avec Liv Ullmann ? C’est une icône, pas seulement en tant qu’actrice, mais également comme réalisatrice. Elle est incroyable. Son degré de sensibilité est très rare. Sur le plateau, elle avait l’ouverture d’esprit et la capacité d’émerveillement d’un enfant. On a fait une scène où un oiseau est tué, où mon personnage y réagit, et Liv était très émue. Je n’avais jamais vécu ça avec un réalisateur. Je voulais protéger

Vous avez travaillé avec John Madden sur Miss Sloane, l’histoire d’une lobbyiste qui lutte contre la prolifération des armes, un rôle complexe et délicat. Comment vous y êtes-vous préparée ? C’était important pour moi de rencontrer des femmes lobbyistes. Quand on joue quelqu’un qui est en minorité dans sa profession, il faut comprendre ce qu’elle vit au quotidien. J’ai fait mes propres recherches et j’ai trouvé onze femmes lobbyistes, qui m’ont raconté leurs combats. J’ai aussi rencontré Gabby Giffords,


Manteau et collants en laine, PR ADA. Body en lycra, WOLFORD. Collier et bague haute joaillerie avec diamants et spinelles, collection “Limelight Couture Précieuse”, PIAGET.


qui a fondé l’organisation Les Américains pour des solutions responsables. Je voulais comprendre ce point de vue dans le débat sur les armes à feu. Depuis toujours vous surprenez par la variété de vos rôles, riches et contrastés (La Couleur des sentiments, A Most Violent Year, Des hommes sans loi, Interstellar…) et un choix de réalisateurs très différent… A-t-on essayé, à Hollywood, de vous enfermer dans un certain type de personnage ? L’essentiel, ce sont les choix, ce qu’on accepte et ce qu’on refuse. On crée sa vie : on choisit ce qui va nous enrichir. Si on base ses choix sur la peur, on n’apprendra rien. Dans The Tree of Life et Take Shelter, je jouais la femme du héros, un peu effacée, comme un second rôle. J’ai commencé à recevoir des scripts où on ne me proposait que ce genre de personnages. The Tree of Life a reçu la Palme d’or à Cannes, et j’ai enchaîné avec Mama, un film d’horreur sur une mère qui néglige ses enfants. C’était un virage à 180 degrés. Je sais que beaucoup de gens étaient surpris. Mais pour moi, ça n’a jamais été une stratégie. Je ne

voudrais pas que les gens pensent qu’ils me connaissent, je préfère le mystère. Comme disait Bette Davis : “Sans le mystère, sans une vision, jouer la comédie n’est qu’un job. Avec, c’est de la création.” J’adore Bette Davis ! Y a-t-il d’autres actrices classiques qui vous ont inspirée ? Oui, Clara Bow. J’ai lu sa biographie… Son enfance, combien c‘était difficile pour elle dans le milieu du cinéma. Avez-vous vu le documentaire Girl 27 ? Oui, de David Stenn. Chaque jour que je passe sur un plateau, et c’est fréquent, je ressens de la gratitude pour celles qui m’ont précédée. Parce qu’elles en ont bavé, elles ont souffert. Et ce documentaire est vraiment difficile à regarder. Je n’oublie pas des actrices comme Clara Bow, je n’oublie pas ce par quoi toutes ces femmes ont dû passer pour se réaliser.

COIFFURE : RENATO CAMPORA. MAQUILLAGE : RACHEL GOODWIN. MANUCURE : CHRISTIAN AVILES. ASSISTANTS PHOTO : JEREMY JACKSON ET MICHAEL YATES. ASSISTANT STYLISME : MARC BERGER. TRADUCTION MATHIEU CESARSKY


24 IMAGES PAR SECONDE

De l’automne à l’ hiver, du numérique au digital, du print au web… Les saisons passent, les technologies évoluent, le désir de mode s’épanouit. Le film est à découvrir sur Lofficielmode.com.

Photographie

LAETITIA HOTTE

Screenshots

SHÔTA SAK AMI

Stylisme

MONIK A TATALOVIC


Veste en laine, LANVIN. Pantalon en coton mélangé, ERIKA CAVALLINI. Sac en serpent et cuir d’autruche, BURBERRY.


Manteau en alpaga brodé et sandales en denim enduit, ANDREAS KRONTHALER POUR VIVIENNE WESTWOOD.


Julia, à gauche : robe en satin brillant, CÉLINE. Blouse en soie brodée, Anne Fontaine. Collants, GUCCI. Lera : robe en crêpe de soie, BOSS.


I’m listening to the universe

Lera, à gauche : top et pantalon en coton, et sandales en cuir, CÉLINE. Julia : robe en soie, IRO. Pull en laine vierge et coton, MARNI. Bottes lacées en cuir de veau, PR ADA.


Parka et écharpe portée en ceinture en satin surpiqué, CHANEL. Derbys ajourées en cuir verni, GIORGIO ARMANI.


Jupe portefeuille en laine vierge, MARNI.


Blouson en cuir de veau, robe en soie imprimée, sac mallette en cuir et monogram, bottes en cuir, LOUIS VUITTON.

Doudoune Peuterey. Guêtres cuissardes et mules en cuir, FENDI.


Top en soie, jupe en coton et cuir nappa, LOEWE.


Veste en polyuréthane, ACNE STUDIOS. Sac cabas en croûte de cuir, AMERICAN VINTAGE. Guêtres cuissardes en cuir, FENDI.


Ok it’s fiction, but it brings me closer to reality

Combinaison en laine pashmina, ERMANNO SCERVINO. Sandales compensées en satin, ROCHAS.


Robe en voile de soie plissée, ROBERTO CAVALLI.


Robe en panne de velours brodé de perles, chapeau en denim, ceinture en cuir de veau avec porte-clés, bottes lacées en cuir de veau, PR ADA.


Veste en coton mélangé et brodée de perles, JACOB COHËN. Lunettes en acétate et métal argenté, PR ADA EYEWEAR.


Manteau en coton et tweed, CÉLINE. Jupe en vinyle, ISABEL MAR ANT.


Robe en soie, top en tulle brodé de soie et fourrure de renard, FENDI. Escarpins en cuir clouté, GUCCI.


Manteau en renard, sac en cuir matelassé et collant, GUCCI.

Page de gauche : manteau en velours brodé, MIU MIU.


Robe en velours, GOLDEN GOOSE DELUXE BR AND. Sandales compensées en satin, ROCHAS.


Veste en laine et col en serpent, BURBERRY. Robe en voile de soie et gros grain, GIORGIO ARMANI. Bottes en cuir, LOUIS VUITTON.

Doudoune bi-matière, IKKS. Top en tulle brodé de soie et fourrure de renard, FENDI.

Shall we go home?


Parka en renard et combinaison en lycra imprimĂŠ, DSQUARED2. Bottes en cuir, LOUIS VUITTON.


Robe en laine et blouse en popeline de coton, KENZO.


Julia, à gauche : manteau en vison, YVES SALOMON. Robe en drap de laine, ROCHAS. Derbys ajourées en cuir verni, GIORGIO ARMANI. Lera : manteau en jacquard de laine, DIOR. Pantalon en laine et cachemire, BOTTEGA VENETA.


Manteau en laine, MSGM. Manches amovibles en coton imprimé, MARNI. Guêtres cuissardes en cuir, FENDI.


Robe en soie et crêpe de soie imprimée, DIOR. Bottes lacées en cuir de veau, PR ADA.


Robe en georgette de soie, ELLERY.


I want more

everything

Modèles : Julia Leinweber chez Oui et Lera S. chez M-Management. Coiffure : Sébastien Lecoroller. Maquillage : Anthony Preel. Assistant photo : Vincent Girardeau. Assistant vidéo : Christopher Salgadinho. Assistant stylisme : Rémi Meunier.


UNE TERRE POUR DEUX Seuls au monde, et la nature reprend sa place en couleurs de sable mouillé et feuillage rouillé. Sous le soleil d’ hiver et même de nuit, le ciel déploie à son tour sa palette de bleus piquetés de lumière… Obéir au serpent, quitter le paradis, vivre même si une fois.

Photographie

BACHAR SROUR

Stylisme et Réalisation MÉLANIE DAGHER


Pull, SONIA RYKIEL. Bijoux, SARINA SURIANO.


Pull et jupe, SONIA RYKIEL. Bijoux, SARINA SURIANO.


Pantalon, LUXE PERFORMANCE. Pull, BURBERRY BRIT. Lunettes, MYKITA.


Top, MICHAEL KORS. Collier, CÉLINE.


Pull, BURBERRY BRIT. Pantalon, LUXE PERFORMANCE. Lunettes, MYKITA.


Lea: Look, CÉLINE. Boucles d’oreilles, SARINA SURIANO. Marc: Veste, FAÇCONNABLE.


Look, CÉLINE. Chaussures, DIOR. Boucles d’oreilles, SARINA SURIANO.


Pantalon, LUXE PERFORMANCE.


Chemise, PR ADA. Body, AZZEDINE ALAÏA. Pantalon, ELLERY.


Manteau, VICTORIA BECKHAM. Jeans, ALEXANDER MCQUEEN. Chaussures, CÉLINE.


Manteau, VICTORIA BECKHAM. Jeans, ALEXANDER MCQUEEN. Pull, ELLERY. Chaussures, CÉLINE.


Lea: Pull, MICHAEL KORS. Pantalon, ROSSIGNOL. Marc: Chemise, GUCCI. Pantalon, JACOB COHEN.


Pull, MICHAEL KORS. Pantalon, ROSSIGNOL.


Veste, MIU MIU. Culotte, ERMANNO SCERVINO. Chaussures, CÉLINE. Lunettes, MYKITA.


Pantalon, manchette et foulard, CÉLINE. Bottes, PR ADA.

Overall, ESTEBAN CORTÁZAR. Top, CÉLINE.


Chemise, BRUNELLO CUCINELLI. Jeans, BURBERRY.


Chemise, GUCCI.


Chemise, MONSE. Pantalon, MICHAEL KORS. Lunettes BOUCHERON. Chaussures, CÉLINE.


Chemise, MONSE.


Chemise, DRIES VAN NOTEN.


Robe, PROENZA SCHOULER. Sac, PR ADA. Chaussures, DIOR. Modèles : Lea Rostain chez De Boekers chez Girl MGMT et Marc-Andre Turgeon chez Success Models Coiffure et maquillage : ­ Urban Retreat Assistants photographie : Yasmina Skaff


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM

MAKE A PURCHASE OF $150 OR MORE AT AÏZONE AND GET THE CHANCE TO WIN A NEW SAMSUNG GEAR S2 SPORT WATCH, THE NOTE 5, THE S7 FLAT, OR THE S7 EDGE PREMIUM PACKS EVERYDAY FROM DECEMBER 1 TO 31, 2016


COLLEZIONE AUTOMOBILI LAMBORGHINI

Available at Aïzone stores 01 99 11 11- 04 71 77 16


213

MAG CHER PAPA (NOËL ?) JE VOUDRAIS… AUX MARCHES DU PALAIS HAUTE BOHÈME BLU FIEFER SYNKERS LE CASSE-TÊTE DE LA TYPO ARABE ELLE RACONTE L’HISTOIRE A FLEUR DE PEAUX LAMIA JOREIGE LA VAGUE DES COFFEE SHOPS UNE PAUSE CUISINE DANS - LE FRACAS DES JOURS ZITA, L’HÔTELLERIE REÇOIT L’ART BOUQUETS SUR RENDEZ-VOUS TAYMOUR GRAHNE « AUCUNE IDÉE » MAIS - ÇA MARCHE !

ELLE R ACONTE L’HISTOIRE page 238


214

PARCOURS

CHER PAPA (NOËL?) JE VOUDRAIS… Et voilà l’incontournable wishlist de l’année. Une occasion de partager des rêves et de rendre hommage aux créateurs qui les ont rendus possibles, même si parfois inaccessibles, mais c’est le propre des rêves. PAR F.A.D, PHOTOGRAPHIE TONY ELIEH


Lea Majdalani Co-fondatrice du concept The Silly Spoon, boutique d’objets minimalistes et attachants, et maman de deux enfants. En tête de sa liste, un ensemble Sonia Rykiel en maille et rayures signature, « pour son élégance moderne et décalée ».


Rawan Bazerji Directrice artistique - après avoir flashé pour ce métier au cours d’un stage, alors qu’elle était étudiante en arts décoratifs et publicité à l’ALBA, elle a contribué à la mise en beauté du projet familial Bouyouti, complexe de maisons d’hôte dans le Chouf. En tête de sa liste : les boucles d’oreilles Poppy large Impatiens Flower Drop Oscar de la Renta pour leur poésie, leur légèreté, leur féminité et leur belle présence. Un « petit » plus serait une veste en cuir Vince parce que « j’adore le cuir en hiver ».


Nadine Ghosn Elle travaille dans la finance à la Cedrus Invest Bank, mais elle a pu assouvir sa passion pour la mode à travers un master en management des marques de luxe à l’Institut Marangoni de Londres. Elle avoue un penchant pour les vestes en cuir et un attachement à tout ce que fait Saint Laurent. En tête de sa liste : ce blouson Saint Laurent, bien sûr, en cuir noir avec des « studs » en forme de cœurs.


Sévine Samadi Styliste personnelle et free-lance, directrice artistique dans la mode, elle est partout où on l’appelle, entre audio-visuel et presse papier. En tête de sa liste : cette robe Azzedine Alaïa. « Parce qu’une robe Alaïa est le cadeau suprême, et qu’elle vous sculpte et vous flatte sans jamais paraître vulgaire, et que dans cinq ans, elle sera encore comme neuve et à la pointe de la mode. »


Mira Kassar Son expérience dans la mode masculine l’a souvent attirée vers des tenues androgynes et confortables. Mais au final, c’est une question d’humeur, et tant qu’à faire triompher sa féminité, elle aime ces tenues dans lesquelles on se sent à l’aise à toute heure de la journée en variant simplement les accessoires. En tête de sa liste, cette jupe Alaïa très « Spiderwoman », « parce que j’adore le contraste noir/blanc », et rebrodée de perles « parce que la perle fait un grand come-back cette saison, et qu’elle est dans l’esprit de la fête.


220

ENTRÉE

AUX MARCHES DU PALAIS PAR CHRISTIAN-LUC PARISON

Les belles maisons ont toujours une histoire. Celle du Palazzo Fendi s’inscrit dans le passé aristocratique de la Ville éternelle. Ce bâtiment a en effet été aménagé en 1902 dans un palais de style palladien construit au xviiie siècle au carrefour de la via del Corso. À la demande du prince Boncompagni qui voulait en faire la résidence d’une partie de son illustre famille, le célèbre architecte Gaetano Koch avait signé alors une merveille d’architecture néoclassique. Le bâtiment qui domine ce qui est devenu le Largo Goldoni, à l’entrée de la via dei Condotti, a été revu en 2014 et enrichi de caractéristiques inspirées de l’architecture romaine de l’entre-deux-guerres. “Le Palazzo Fendi n’est pas seulement notre plus grande boutique au monde, estime Pietro Beccari, le PDG de Fendi, c’est bien plus qu’un magasin. Il s’agit d’un emblème et d’un symbole de notre ADN. Aucun autre endroit ne permet d’appréhender aussi facilement notre vision très précise et très personnelle du luxe.” Il y a deux façons d’entrer dans le Palazzo. La plus évidente est, bien sûr, de pousser la porte vitrée de la boutique ouverte sur le

Largo Goldoni. Plus discrète, l’entrée qui mène aux Suites se cache à quelques mètres, via della Fontanella di Borghese. Mais commençons par la boutique  : 1 000 mètres carrés de beauté et de raffinement. Murs en travertin blanc, escalier monumental en marbre rouge sombre veiné pour accéder au premier étage (un marbre que l’on retrouvera dans les salles de bains et sur le mur près de la bibliothèque du troisième étage). En clin d’œil au Palazzo della Civilta Italiana (le nouveau siège social de Fendi dans le quartier de l’EUR) qu’il a aménagé l’an dernier, l’architecte Gwenaël Nicolas a reproduit sur un mur les fameuses arches symboles de ce monument des années trente. Les collections Fendi sont ici admirablement mises en valeur avec une orchestration savamment étudiée. Le travail des artisans de la maison est présenté pour ce qu’il est, une œuvre d’art qui se décline sous forme de tableaux : triangles de fourrure tendus par les inévitables épingles, Baguette Wall où les sacs iconiques sont accrochés à un mur composé de centaines de pointes de cuivre… À l’étage, on s’arrête devant une baie vitrée.

À Rome, Fendi est chez lui. et pour recevoir comme il se doit ses clients du monde entier, il lui fallait créer un lieu d'exception. C’est donc au Palazzo Fendi, qui abrite déjà la plus grande boutique au monde de la marque, que sept suites d’un luxe calme ont été inventées. Mobilier griffé, œuvres d’art et vue à couper le souffle en font un des repaires les plus exclusifs de la ville.


221

PHOTOS DR

ENTRÉE

Derrière, dans l’atelier de fourrure, les artisans qui ont fait depuis des décennies la réputation de la marque, travaillent sous vos yeux, rasant une peau, teignant une autre, assemblant des pièces d’une finesse et d’une légèreté remarquables. Les quelques clients qui ont le bonheur de séjourner dans les Palazzo Suites sont accueillis dans une petite réception et invités à emprunter l’ascenseur direct pour le troisième étage. Celui qui abrite les sept suites récemment ouvertes par le groupe Fendi. Nouvel accueil, tout aussi souriant, de la jeune concierge qui règne sur ce lieu exclusif. Outre les chambres d’une belle superficie (près de 50 mètres carrés pour la plus vaste), l’étage abrite deux salons. Comme dans tout le Palazzo, le mobilier griffé voisine avec les œuvres d’art : ici ce sont les frères Campana qui ont signé le canapé en fourrure, là les fauteuils sont de Fritz Hansen et près de la bibliothèque garnie de livres d’art trônent des sacs Baguette réinterprétés par des artistes contemporains. Sans oublier les photos de Karl Lagerfeld en noir et blanc qui ornent également les murs des suites. Tout ici porte la marque de la qualité, sans

ostentation. Les rappels à l’univers Fendi sont permanents, mais discrets. Fourrure encadrée au-dessus du lit king size, grand canapé en cuir surpiqué, photos de Rome par KL, mais aussi œuvres des artistes de la galerie Mazzoleni : Lucio Fontana, Agostino Bonalumi, Getulio Alviani, Nunzio et Josef Albers… La paire d’altères design posée au sol est une invitation non déguisée à rester en forme et l’iPad à votre disposition est chargé d’une foule d’adresses et de conseils de visite et de shopping. Mais ce qui assure le succès de ce refuge cosy, c’est la vue. Les hautes fenêtres vous offrent un panorama d’exception : la via Condotti, la piazza di Spagna dominée par l’église de la Trinité des Monts face à vous. Le via del Corso et la piazza del Popolo sur votre gauche… Rome dans toute sa splendeur. Pour le petit déjeuner, il suffit de grimper un étage et de rejoindre le restaurant Zuma, sa terrasse, sa cuisine japonaise, son service stylé. Après Londres, Hong Kong, Miami, New York, Istanbul, Dubai, et avant Las Vegas, le chef allemand Rainer Becker vient d’ouvrir ici sa


ENTRÉE

PHOTOS DR

dixième adresse. Ambiance Izakaya (l’auberge japonaise traditionnelle) dessinée par l’architecte Noriyoshi Muramatsu qui s’est attaché à respecter l’esprit du Palazzo en incorporant les quatre éléments naturels : terre, feu, eau et air. Beaucoup de bois sculpté, céramiques Tohiki, bambous, référence aux toits du Tokyo d’autrefois avec les tuiles Kawara… Au dernier étage, sur le rooftop, le bar lounge est déjà devenu, en moins de six mois, “le” lieu où il faut venir prendre un verre et écouter le DJ en résidence. L’ascenseur circulaire, tout en verre métallisé qui conduit au deuxième étage n’est utilisé que par quelques invités triés sur le volet (meilleurs clients, célébrités, amis de la maison). Le piano nobile (l’étage noble) du Palazzo a en effet été transformé en un lieu privé : l’Appartement Fendi. Conçu par Emiliano Salci et Britt Moran de Dimore Studio, il déploie tout le faste d’une noble demeure du xviiie siècle, revu dans le plus bel esprit déco-design xxie. À l’image du Foyer avec son day-bed signé Gio Ponti et sa console en travertin fabriquée par Oeuffice, éclairés par le superbe luminaire vertical de Dimore Studio, chaque pièce regorge de meubles griffés et d’œuvres d’art. Plusieurs éléments de mobilier ont d’ailleurs été conçus spécialement pour Fendi par Dimore Studio et présentés à Design/Miami. C’est le cas de l’imposante bibliothèque en métal et verre qui sépare la partie salon de la salle à manger où trône une table en tiges métalliques et plateau de verre et dont les chaises chiavarine en bois laqué noir peuvent accueillir seize convives. Dans le salon, le fauteuil Miranda de Bruno Mathsson discute avec les fauteuils club contemporains d’Axel Vervoordt, tandis que le salon d’essayage tout en vert pastel, niché dans un angle de l’étage, accueille les clientes sur un divan Fendi en vison rasé. Vous avez dit grand luxe ? Fendi Private Suites  : Via della Fontanelle Borghese, 48. Rome. Té l .+ 39 06 97 79 80 80. www.fendiprivatesuites.com

222


Fitness by the Sea

GYM AT

It's never too late to get in shape. At UR Gym, you enjoy fitness classes, PT sessions and the latest Technogym equipment, all with an exceptional sea view. Aïshti by the Sea, Antelias, Level 4, T. 04 711 940


224

ART

HAUTE BOHÈME La créatrice Noor Fares a la tête sur les épaules mais ne cesse de viser les étoiles. Son allure, ses bijoux mais aussi sa propriété familiale à SaintJean-Cap-Ferrat en sont ­l ’illustration. PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE PHOTOGRAPHIE YOUNÈS KLOUCHE


225


226

ART

Son style éclectique, mêlant sobriété occidentale et bohème orientale, est le fruit de ses origines, de ses expériences et de ses voyages. Libanaise née à Paris, Noor vit désormais à Londres, mais il ne se passe pas un mois sans qu’elle parcoure le globe. Elle sillonne le monde, grandes capitales ou lieux reculés, pour en rapporter récits et souvenirs et s’imprégner des cultures et civilisations locales. À l’image de son féerique mariage inspiré des Contes des mille et une nuits en pleine campagne normande l’an dernier, elle est adepte de contrastes et de surprises. Gypset dans l’âme, alchimiste de l’instant, elle partage son goût de l’ailleurs avec un cercle d’initiées. C’est d’ailleurs entourée de ses plus proches amies qu’elle aime se rendre dans sa maison de vacances du sud de la France. Un petit coin de paradis, acquis par ses parents il y a près de dix ans et qui surplombe la légendaire baie de Saint-Jean-CapFerrat. La villa, construite par Oscar Niemeyer, est un joyau architectural à flanc de falaise. Tableau surréaliste Noor apprécie la quiétude de ce véritable sanctuaire, loin du tumulte londonien. “Mes parents ont été conquis par l’atmosphère unique qui y règne et par la vue à couper le souffle”, explique-t-elle. L’architecture intérieure, épurée et moderne, privilégie au maximum l’entrée de la lumière. “Ma

maman a fait appel à Philippe Starck. Ensemble, ils ont rénové intégralement le lieu.” Le designer a judicieusement choisi de placer à chaque fenêtre de la maison d’immenses cadres pour donner une impression de tableau surréaliste et mettre en valeur cette vue imprenable sur la mer. La décoration, ultra-contemporaine, mixe meubles anciens et modernes. Les chaises de Marc Newson cohabitent ainsi avec les œuvres d’Ahmed Alsoudani, Kristin Baker ou Zaha Hadid. “Ce que je préfère, ce sont les espaces extérieurs. Les courbes de la maison fusionnent parfaitement avec la nature environnante. L’architecture est incroyablement organique. La salle à manger, qui fait face à la baie de Saint-Jean-Cap-Ferrat et sa plage, est l’une de mes pièces préférées.” Dans cette maison construite sur trois niveaux, les parties à vivre se situent en hauteur tandis que les chambres se trouvent aux niveaux inférieurs, une véritable invitation au farniente. Noor profite de ses séjours dans la villa pour se ressourcer : “Je me lève généralement tôt pour profiter au maximum de la journée. Le matin, je pratique le yoga kundalini avant de nager. Je passe ensuite du temps au téléphone avec mon bureau de Londres ou sur mon ordinateur à répondre à des e-mails. À l’heure du déjeuner, j’invite mes amis à partager un poisson et des salades, puis nous allons généralement nous baigner à la plage juste en bas. En fin de journée, je consacre du temps à l’élaboration de mes

Percée lumineuse au plafond d’un des salons de la villa dessinée par Oscar Niemeyer.


Sculptures de Zaha Hadid à l’entrée de la villa.

prochaines créations avant l’apéritif. Après avoir admiré le coucher de soleil, je sors dîner à La Petite Maison, à Nice, ou à La Mère Germaine, un restaurant au bord de l’eau à Villefranche-sur-Mer.” Oiseau de nuit, Noor concède se coucher tard : “C’est la nuit que je suis le plus créative.” Le pouvoir des pierres Lancée en 2009, sa marque de bijoux éponyme a su, par sa spécificité et son inventivité, se hisser parmi les jeunes marques de joaillerie qui comptent sur la scène internationale. Modernes dans leurs lignes, ses collections regorgent de symboles porte-bonheur, un reflet de l’héritage moyen-oriental de la créatrice. Nombre de ses pièces sont ainsi gravées à l’intérieur d’un discret œil traditionnel libanais aux vertus protectrices pour la personne qui les porte. Talismaniques pour la plupart, ses bijoux sont porteurs de signification. “Je crois au pouvoir des pierres”, explique Noor. Après un diplôme d’histoire de l’art à l’université Tufts, à Boston, la fille de l’ancien vice-Premier ministre libanais s’installe à Londres, où elle étudie la gemmologie tout en réalisant en parallèle ses premières créations. Mais, avide de perfectionnement et de plus de maîtrise dans les techniques, elle suit un master en design du bijou à la célèbre Central Saint Martins, dont elle sort diplômée. “J’ai commencé par créer des pièces sur mesure pour ma famille et mes amis avant de réaliser ‘Touche du Bois’,

ma première collection, dans laquelle j’ai utilisé de l’ébène. Ont suivi ‘Fly Me to the Moon’ et ‘Geometry 101’, deux collections qui ont véritablement établi mon style.” L’utilisation de formes graphiques et géométriques combinées à un travail d’asymétrie et à des nuances de couleurs est la signature de son travail. “J’aime les pierres à illusions d’optique, comme l’opale, la pierre de lune, la labradorite et le cristal de roche.” Son best-seller ? Les boucles d’oreilles “Fly Me to the Moon”, déclinées dans plus de vingt-cinq matériaux différents. Chic et décomplexée Célébrant le cycle infini de la vie, sa dernière collection, “Akasha” (“le ciel” en sanskrit), est composée de trente pièces inspirées du sri yantra (symbole d’équilibre dans la méditation bouddhique) et de la fleur de vie (symbole de création). Des éléments utilisés à la fois dans l’Égypte ancienne et chez les Mayas. “C’est fascinant de voir comment des civilisations et des cultures si éloignées partagent les mêmes motifs sacrés”, raconte Noor, qui a choisi de traduire ces symboles millénaires à travers des pendentifs, des boucles d’oreilles et des colliers ras du cou ornés de pierres telles que l’améthyste, la topaze bleue, la tourmaline rose, la citrine et le diamant. Audacieux, minimalistes et joyeux, ses bijoux, qu’elle porte volontiers en accumulation, sont à l’image de son allure chic et décomplexée. “J’aime mélanger pièces vintage, contemporaines et


Mélange de bois, verre et béton signent le design d’une des terrasses.

Les courbes de la piscine épousent harmonieusement le terrain à flanc de colline.

Dans le salon, mobilier ancien et design contemporain cohabitent. Au premier plan, une chaise argentée signée Zaha Hadid.

Un patio à l’entrée de la maison.


229

SES MEILLEURES ADRESSES AU X A LEN TOU RS DE SAINT-JEAN-CAP-FERRAT Boutique Mcmarket 3, av. des Spélugues, Monaco. Marché aux f leurs cours Saleya, Nice. Pour les antiquités le marché du port de Beaulieusur-Mer. Musée Marc-Chagall 36, av. Docteur-Ménard, Nice. Galerie Sem-Art 20, av. de la Costa, Monaco. Restaurant La Mère Germaine 9, quai de l’Amiral-Courbet, Villefranchesur-Mer. Restaurant La Petite Maison 11, rue Saint-François-de-Paul, Nice. Thermes marins de Monte-Carlo 2, av. de Monte-Carlo, Monaco. Spa Cinq Mondes de l’hôtel Monte-Carlo Bay 40, av. Princesse-Grace, Monaco

Noor dans le jardin, en robe Dolce & Gabbana, en compagnie de son chien Charlie.

ethniques.” Douée d’un sens du style unique, Noor avoue être depuis toujours influencée par sa maman, Hala, qui lui a appris à ne jamais craindre de sortir des sentiers battus. Si Azzedine Alaïa, Giambattista Valli, Rabih Kayrouz, Missoni et Mary Katrantzou sont ses designers favoris, la jeune femme n’a rien d’une fashionista. Les total looks, très peu pour cette fan de Gucci et Valentino. Aux vêtements de créateur, elle associe systématiquement une touche personnelle et des accessoires ou des pièces rapportés de ses escapades lointaines. “Je suis très inspirée par mes voyages. L’Inde est ma destination favorite. J’essaye de m’y rendre une fois par an. La Birmanie et le Sri Lanka m’ont également beaucoup marquée, et le Liban est très cher à mon cœur. Je rêve de découvrir prochainement le Pérou et le Bhoutan.” Personnalité douce et solaire à la fois, Noor irradie de sa joie de vivre contagieuse. www.noorfares.com


MUSIQUE

230

ON NE FAIT PAS CHANTER BLU FIEFER « I’m a jukebox, put a coin in me, I’m a jukebox, tell me what to say ». Jukebox, plus de 39000 vues sur Youtube, voilà qui définit une carrière qui commence à prendre forme. Blu Fiefer, en revanche, est tout le contraire d’un jukebox. La jeune chanteuse n’est pas du genre à se faire dicter ses mots.

Photos DR

PAR F.A.D PHOTOGRAPHIE MO ABDOUNI

230


231

Bien que très jeune, elle ne se sentait déjà pas à sa place sur les bancs du lycée. Elle avait des rêves, tout plein, voulait les réaliser. Se réaliser. Sortir de la cage, mais pour faire autre chose. Pour « faire », en tous cas. Sans savoir ce qu’elle deviendrait, elle savait ce qu’elle ne voulait pas devenir. A quinze ans, elle s’inscrit toute seule dans une académie de chant à Londres. Toute seule aussi, elle organise sa vie dans une ville étrangère. Elle chante, puis déchante. Mais l’expérience est acquise, c’est déjà ça. Elle revient à Beyrouth, compose, enregistre, se produit dans des bars, des mariages, des événements, la galère ordinaire des chanteuses en devenir. Quand elle passe professionnelle, c’est encore elle qui contrôle tout. A 24 ans, elle module son image, définit son style et le pitch de ses clips qu’elle dirige, produit et monte, tout comme elle écrit elle-même ses textes et sa musique. YouTube lui offre une belle base de fans. Elle est parée au décollage. Ni d’ici ni d’ailleurs A propos de Beyrouth, elle dit que la ville, avec ses tabous

et ses obstacles, lui a appris à construire à partir de rien et s’accrocher à des idées fortes plutôt que se fondre dans la production de masse. C’est là qu’elle a composé son personnage et cette musique à la fois intimiste et rythmée, un rien gothique, un zeste blasée, à la croisée du blues et du hip-hop. La ville l’a endurcie, aussi, l’a aiguisée aux arêtes. L’a formée en tant qu’auteur et productrice. Il lui reste à faire les bons choix. Parmi ses muses, elle cite ses amis et les monstres qui vivent dans sa tête. S’il lui était proposé de retourner dans une école de musique, elle refuserait net. Son expérience lui a suffi. Ses fans, elle ne sait pas vraiment qui ils sont. Si vous en faites partie, dites le lui. Ses clips ne montrent que d’infimes aspects d’elle-même : Ne pas se fier à des titres comme « Intro to Blu ». Ce sont des histoires parmi d’autres, de l’imagination en boucle. Jusqu’à présent, tous ses titres étaient enregistrés à Beyrouth, mais il est temps pour elle de passer par les grands circuits. En ce moment, elle doit se trouver dans un studio à Londres. Ses chansons ne veulent plus naître au Liban. Où ira-t-elle ensuite ? Là où se poursuivra son histoire.


AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE ABC DBAYE, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1 287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007 JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


234

PLATEFORME

SYNKERS, L’APPLI DES APPLIQUÉS Les applications digitales sont décidément la version futuriste et interactive des petites annonces. Lancée en septembre dernier, Synkers est une appli qui met en contact étudiants et instructeurs pour la préparation des examens et concours d’entrée aux universités. Créée par trois jeunes Libanaises, cette plateforme cartonne. Histoire d’un succès. PAR M.R.

Naissance d’une idée C’est l’histoire de deux sœurs confrontées aux difficultés ordinaires d’une vie d’étudiantes au Canada. Sybille et Audrey Nakad sont toutes deux inscrites en finances à Concordia. Sybille a parfois besoin d’un soutien académique qu’elle a beaucoup de mal à trouver. Paradoxalement, Audrey est prête à donner des cours particuliers dans son propre domaine, mais elle a tout autant de mal à se faire une clientèle. Cette situation aussi absurde que frustrante donne l’idée aux deux jeunes femmes de créer un réseau spécifique dont la fonction serait de mettre en contact étudiants et enseignants. Elles s’en remettent à Zeina Sultani, spécialiste en marketing et développement, riche de vingt ans d’expérience auprès de Nike et du groupe Azadea. Celle-ci se trouve à Harvard chez sa fille, qui lui confirme qu’un tel réseau est déjà mis en place dans son université où il rencontre un grand succès. Zeina joint alors le créateur de ce

réseau, qui l’encourage à développer son propre modèle. Elle se lance ensuite dans une étude du marché régional et fait réaliser un sondage auprès d’un échantillon de 1800 individus entre écoles et universités. Les élèves du secondaire expriment leur frustration, leur difficulté non seulement à trouver un professeur par le truchement aléatoire du bouche-à-oreille, mais aussi à faire concorder leur emploi du temps avec celui de ce dernier. Aucune solution n’existe encore dans la région, et l’aubaine est évidente. Synkers va voir le jour, et ses bases sont solides. L’évidence Synkers Vous cherchez un cours spécifique ? L’application Synkers a ce qu’il vous faut. La plateforme qui a été mise en place grâce à un fonds attribué par la Banque du Liban aux start-ups et qui a fait ses preuves dans un incubateur, a été lancée en septembre dernier. Les professeurs mis à la disposition des étudiants sont classés par domaine de spécialité, lieu de résidence, prix du cours, notes obtenues au test souhaité. Ces tuteurs peuvent être soit des étudiants qui ont déjà passé le test et obtenu une note élève (tutorat entre pairs), soit des tuteurs professionnels avec de nombreuses années d’expertise. Depuis son lancement simultané sur App Store et Google Play, Synkers a déjà 1000 heures de cours fournies au compteur. Une performance considérable en si peu de temps, et qui a valu à l’application d’être sélectionnée par l’accélérateur Blackbox pour une immersion de trois semaines à Silicon Valley. Les trois fondatrices pourront ainsi porter leur projet à un stade plus élaboré, plus intuitif et personnalisé.

PHOTOS DR.

Patient cherche médecin ; joueur cherche partenaire, bohémien cherche logement provisoire, couple cherche baby-sitter, toutes les réponses sont dans l’App store. Parmi les besoins en attente d’être comblés, pour les collégiens libanais, celui d’un instructeur de SAT, IELTS, TOEFEL, GMAT, GRE et autres tests d’entrée des universités américaines et britanniques, se faisait pressant. Pour y répondre, il fallait simplement y penser, mais pour y penser, encore fallait-il avoir vécu ce manque au point de mobiliser l’énergie et les compétences nécessaires à la création d’une plateforme capable de synchroniser la disponibilité des profs et la demande des étudiants.


235


236

ART

LE CASSE-TÊTE DE LA TYPO ARABE Comment moderniser l’écriture arabe sans la dépouiller de son histoire? Des typographes libanais cherchent à rattraper 500 ans de transitions manquées.

Des polices peu esthétiques Le choix de « la bonne typographie » est essentiel si l’on veut garantir une « expérience optimale de lecture», souligne Lara Captan, typographe et co-instigatrice, avec Kristyan Sarkis, de la session à Beyrouth. « La plupart des polices que l’on trouve actuellement sur le marché viennent du monde commercial. Quand elles ne sont pas réalisées à la va-vite, sans connaissances approfondies, pour satisfaire rapidement une demande, elles se contentent d’imiter l’esthétique latine. Le résultat est pauvre et très superficiel », déplore-t-elle. Selon elle, si les polices arabes sont aussi médiocres c’est tout simplement parce qu’on les a déconnectées de leurs principes fondamentaux. Mouvement de la lettre, épaisseur du trait, contrastes entre blanc et noir, changements d’angle... tous ces éléments qui ont fait la grandeur de l’écriture arabe – cet art à part entière - sont aujourd’hui en voie de disparition. « L’essence de la lettre arabe s’est progressivement perdue », est forcée d’admettre Lara Captan. Une discipline lacunaire Ce lent dépouillement remonte à l’invention de l’imprimerie. Le monde arabe va rapidement simplifier à outrance l’écriture pour l’adapter à cette nouvelle technique venue d’Europe, puis aux multiples vagues de modernisation, jusqu’à l’ordinateur. La grammaire visuelle, notamment, s’en trouvera considérablement appauvrie. « A la différence des caractères latins, la lettre arabe peut prendre plusieurs dizaines de formes différentes selon sa position dans le mot. Paradoxalement, avec l’ordinateur, ces possibilités ont été réduites au nombre de quatre », explique Lara Captan. La révolution mécanique, puis numérique, ont brutalement réduit cette écriture sacrée à sa plus simple expression.

Conclusion : la transition entre calligraphie (littéralement « belle écriture ») et lettre digitale n’a jamais eu lieu. Retour vers le futur Il y a onze ans, cette ancienne étudiante à l’AUB a fait le pari fou de rattraper 500 ans d’évolution bâclée. « En latin, ce domaine est documenté par des milliers de références, d’études et de livres qui correspondent à des siècles de développement. En Arabe, c’est le néant », poursuit l’experte. Jusqu’à présent, la jeune femme et son coéquipier Kristyan Sarkis sont parmi les seuls à avoir élaboré « une méthode d’observation des lettres ». « L’objectif est de décortiquer et de répertorier toutes les subtilités et mouvements de l’écriture arabe. C’est un travail de longue haleine mais une étape indispensable pour pouvoir ensuite simplifier cette écriture et l’adapter à notre époque sans en sacrifier l’intégrité», martèle Lara Captan. En août dernier, le duo livrait ainsi pour la première fois le fruit d’années de recherches. « La formation a permis de donner une vision complète de ce que devrait être la typographie. Le résultat est fantastique et j’espère qu’il inspirera de plus en plus de gens car on en a vraiment besoin», se réjouit Leila Musfy, la directrice du Département d’Architecture et de Design de l’AUB. Alors que dans le monde, ils sont tout au plus une cinquantaine à plancher en solitaire sur le sujet, Lara Captan et Kristyan Sarkis espèrent rallier davantage de typographes à leur cause. «La calligraphie arabe fait peur, car personne ne l’a vraiment étudiée de façon rigoureuse et systématique, alors qu’il y a un gros système établi derrière», déplore Lara Captan. Installée à Amsterdam, aux Pays-Bas, la jeune femme travaille désormais à la création de sa propre famille typographique, bien décidée à écrire la prochaine page de cette longue histoire.

Photos Elias Moubarak

PAR PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE


238

ART

ELLE RACONTE L’HISTOIRE Faire parler l’art pour conter les récits de notre réalité : l’immigration, la culture pop ou la question du genre. En revisitant ces réalités de nos sociétés à la lumière de situations nouvelles, Gülsün Karamustafa propose à travers ses œuvres une relecture du monde.

S’inspirer d’un monde en mutation pour imaginer des alternatives, c’est le fort de Gülsün Karamustafa. Cette créatrice turque, l’une des plus acclamées de la scène artistique contemporaine, met en conversation des objets insolites : images d’archives, fragments de tissus, plastique, porcelaine, peintures et vidéos. Elle assemble des structures complexes qui en disent long sur sa vision de l’histoire et l’impact de l’environnement politique sur la vie de tous les jours. Rien de ce qui est humain n’échappe à son regard décalé. Son installation, Mystic Transport, qui met en scène des paniers à linge en métal remplis d’étoffes en satin est un clin d’œil à l’histoire laborieuse du commerce du textile dont Istanbul est une des plaques tournantes. Souvent, l’artiste se sert des stéréotypes pour mieux les renverser. Dans Men Crying, des scènes extraites de films célèbres sont revisitées, et cette fois ce sont les acteurs masculins qui fondent en larmes, insufflant à ces films une nouvelle sensibilité. Nombre de ses œuvres, comme The Settler, une installation vidéo sur le chapitre amer de la guerre des Balkans, abordent l’immigration et les idées reçues, et illustrent la vulnérabilité de tout peuple susceptible, à un moment de son histoire, d’ être déplacé et devenir immigrant à son tour. Elle parle d’exil, d’intégration ou de brassage des cultures. Dans Promised Paintings, elle modernise le concept de l’icône en puisant des éléments dans l’histoire de l’art islamique et du christianisme. Témoin de son siècle L’artiste, née à Ankara en 1946, reste attachée à sa ville d’adoption Istanbul où elle a fait ses études et puise son inspiration depuis toujours. Ses voyages en Europe à la fin des années 60, puis de nouveau après la chute du mur de Berlin, lui permettent de vérifier les mécanismes d’influence d’un

contexte donné sur la vision du monde. Son style novateur est d’abord incompris, puis acclamé en Turquie où elle est condamnée à la prison pendant six mois, en 1971, pour son activisme en faveur de la liberté d’expression. Elle sera de plus privée de passeport, 16 ans durant. Ce n’est qu’au début des années 90 que Gülsün Karamustafa reçoit une reconnaissance internationale à travers sa participation aux Biennales d’Istanbul. Ses œuvres ont depuis fait le tour du monde des Biennales, galeries et musées pour s’installer au Tate Modern, au Museum of Contemporary Art de Chicago ou au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Une rétrospective, A Promised Exhibition, au SALT Istanbul consacre son travail en 2013. Plus récemment, le musée Hamburger Bahnhof de Berlin accueillait Chronographia, première rétrospective à l’étranger d’une artiste qui n’a de cesse de puiser ses sujets dans les similitudes et confrontations entre Orient et Occident. Ses œuvres traitent de fascisme et d’exil forcé, de la frontière floue entre Est et Ouest et de l’ambiguïté pour un pays comme la Turquie à se définir au sein de diverses influences. Monument and the Child, une installation autour d’une photographie de l’enfance de l’artiste devant un monument dans un parc à Ankara réalisé par deux sculpteurs européen, l’autrichien Anton Hanak et l’austro-allemand Joseph Thorak au début du XXème siècle, ou encore Modernity Unveiled, installation sur les chantiers des écoles réalisées en Anatolie par Margarete Schütte-Lihotzky, première femme architecte d’Autriche qui a fui son pays en proie au nazisme pour s’installer en Turquie, démontrent la fluctuation de l’identité politique et son influence sur la vie quotidienne des citoyens. Une ville, une histoire personnelle, un pays ou une époque, tout est finalement lié et Gülsün Karamustafa se fait messagère de ces interactions.

PHOTOS DR, RAMPA ISTANBUL.

PAR M.L


PHOTOS: IZMIR INSTITUTE OF TECHNOLOGY LIBRARY COLLECTION, RAMPA ISTANBULPHOTO, MUSTAFA HAZNECI.

ART 240


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


242

PARCOURS

A FLEUR DE PEAUX Un mélange atomique de fragilité farouche, de pudeur délicate et d’audace impudique. Manal Issa, jeune comédienne de 23 ans, est à l’affiche de Nocturama de Bertrand Bonello, sorti le 31 août dernier. L’enfant rebelle avait déjà crevé l’écran en 2015 dans Parisienne de Danielle Arbid, et désarme la caméra de sa simplicité.

PHOTOS DR

PAR MIRA TFAILY


243

Manal Issa rencontre le cinéma par hasard. Etudiante ingénieure à l’ISTIA d’Angers, passionnée de jeux-vidéos, elle reçoit un soir de 2015 un message sur Facebook de Danielle Arbid elle-même, qui recherche une comédienne franco-libanaise pour le rôle-titre de son prochain film Parisienne. « Je n’avais jamais pensé au cinéma avant ce message. Ça me paraissait impossible, je n’avais jamais pris de cours. Je suis allée au casting, et une semaine après je reçois un message : ‘Viens, Danielle veut te voir. », s’amuse l’actrice. « Pendant le tournage, je ne savais pas pourquoi j’étais là, je me disais qu’elle m’avait prise parce qu’elle n’avait pas le choix ». Elle donne corps et voix à Lina, étudiante libanaise émigrée à Paris, d’une sensualité et d’une justesse troublante. L’actrice brouille les frontières de son naturel effronté. « Je lui ressemble un peu, c’est vrai, mais je suis plus libre, plus folle, plus sauvage encore. Lina c’est un personnage intérieur, mystérieux, manipulateur, je ne suis pas comme ça. Je me sentais presque emprisonnée dans son corps ». Pour cette enfant terrible, une seule incantation afin de réenchanter le monde : la rébellion. Indomptable Manal Issa joue ensuite pour Bertrand Bonello – qui a réalisé Saint Laurent en 2014– dans Nocturama, sorti cette année, qui narre le parcours de jeunes vagabonds à la dérive sur le point de commettre des attentats dans Paris. « Je n’ai toujours pas vu le film, il faudrait que je le regarde », sourit l’actrice. A l’écran comme à la vie, elle est une indignée perpétuelle. « C’est crucial de se révolter. Je crois qu’il n’y a que ça qui compte. Il faut s’énerver pour savoir et comprendre ce qu’on est vraiment, pour pouvoir changer les choses et se changer soi-même. Je déteste le compromis quand mon bonheur est en jeu. Il faut faire des erreurs, en faire beaucoup, savoir dire non, savoir dire oui, suivre ses instincts». « Je déteste la normalité, ce qui est prévu. Ma nouvelle aventure en ce moment, c’est ma fille, mais je pense que je n’aurais pas été si chanceuse si je n’avais pas su dire à un moment : ‘Je veux être ivre, je veux faire n’importe quoi, je veux être libre, laissez-moi’ ». Avant de conclure de sa voix rauque : « Ce qui est beau, c’est ce qui est inattendu. Les coïncidences » ; il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. Sulfureuse Grande gueule et d’une beauté à couper le souffle, Manal Issa désoriente et pourtant s’impose avec évidence. Entre le cinéma et


244

elle, c’est je t’aime, moi non plus. Un chassé-croisé perpétuel où miroirs et masques se confondent. « Je ne sais pas si je peux dire que j’ai une relation avec le cinéma. Quand j’y repense avec du recul, je ne sais pas ce que je ressentais quand je jouais. Je crois que le cinéma me fait peur. Ça change les gens. Je le considère comme un très beau cadeau, mais je ne sais pas encore où je suis par rapport à tout ça, tous ces gens. Je veux juste rencontrer des gens bizarres, qu’ils m’apprennent quelque chose, qu’on partage un peu, et bye. », explique-t-elle. « En voyant Parisienne, je me suis trouvée belle, j’étais émue aux larmes. Mais Nocturama je ne l’ai toujours pas vu, j’ai refusé les interviews. Je me laisse du temps. » Nocturne « Je suis un être de nuit ; la nuit je sors, je marche, je me sens vivre », continue-t-elle. Si dans Parisienne, Lina a choisi de renaître à Paris, Manal, elle, est retournée vivre à Beyrouth. « Beyrouth, c’est ma nouvelle aventure. Je ne crois pas du tout à ce concept du ‘watan’, la patrie ; ce qui me retient ici, ce sont simplement les rencontres incroyables que je fais chaque jour et qui me manquaient à Paris. Ici je rencontre des réfugiés syriens, je suis tellement touchée par leurs galères et leurs parcours, je rencontre des gens passionnés, des gens étranges. A Paris c’était moins flagrant. J’avais l’impression que les gens étaient un peu tous les mêmes. » Manal Issa a également joué dans le premier long métrage de Nadim Tabet, One of These Days, actuellement en post-production. « C’était très touchant, il apprenait en même temps que nous, c’était un de mes meilleurs tournages. Ce sont des jeunes libanais qui vagabondent, tout le monde peut s'y reconnaitre. ». L’étoile n’efface ni la geek attendrie, ni l’ingénieure ambitieuse ; « Je vais tourner à nouveau en septembre, mais je rêve toujours d’aller aux Etats-Unis ou au Japon travailler dans la robotique et les jeux vidéo, faire des choses complètement folles. » Manette en main ou caméra à l’œil, Manal continuera de faire errer ses personnages sur l’écran noir de nos nuits blanches.

CREDIT PHOTO

TETIERE


in knit together


Foch Street · Aïshti Downtown Aïshti by the Sea · Aïshti Verdun Aïzone ABC Achrafieh and Dbayeh Aïzone Intercontinental Mzaar Aïzone City Mall · Beirut City Center diesel.com


BeiRUt soUks, soUk el taWileh t. 01 99 11 11 eXt: 560 aÏshti BY the sea, aNtelias t. 04 71 77 16 eXt. 263 BeiRUt CitY CeNteR, haZMieh, leVel 1 t. 01 287 187 also aVailaBle at all aÏZoNe stoRes iN BeiRUt, DUBai, aMMaN


MIRANDA & ELEKTRA SŒURS JUMELLES

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS


252


LAMIA JOREIGE CAPTURER LE TEMPS Artiste visuelle qui fige le temps, Lamia Joreige retranscrit des passages de l’ histoire et du présent de son Beyrouth natal pour raconter les fragments de vie d’une ville où les contrastes font la loi. PAR MARIE LATI


ART

Désignée parmi six artistes internationaux par la fondation Artes Mundi, pour recevoir l’un des plus prestigieux prix de l’univers de l’art avec 4000 £ à la clé, Lamia Joreige exposera ses œuvres dans le cadre de cette biennale internationale, jusqu’à fin février, à Cardiff au Pays de Galles. Elle a choisi pour l’occasion de présenter son projet Under Writing Beirut, deux oeuvres, qui transcrivent les bouleversements que Beyrouth ne cesse de connaître et la résilience de ses habitants, thèmes de prédilection chez l’artiste. Dans chacune de ses œuvres elle explore un site symbolique de Beyrouth; le Musée National, sa destruction et sa réouverture récente, et le quartier de Jisr el Wati, zone d’accueil de migrants d’abord, son fleuve, à l’époque lieu de rencontres et loisirs, qui désormais s’assèche, et le retour de la vie avec de nouveaux immeubles qui se construisent, entreprises qui s’installent, et l’inauguration d’espaces créatifs. Elle confronte différents médias, la sculpture, la photographie, le dessin ou le cinéma. Fascinée aussi bien par les histoires que par les techniques visuelles qui permettent de les capturer, l’artiste dissèque le making-of de son court métrage « And the living is easy », au cours de l’exposition Variations on a film, jusqu’au 15 janvier, au musée Nicéphore Niepce à Chalon sur Saône en Bourgogne. Le film saisit le quotidien de cinq habitants de Beyrouth pendant huit mois, dans une ville où la douceur de vivre tranche avec l’anxiété palpable d’un futur incertain dans une région en proie aux guerres et révolutions.

254

Dans la collection permanente de Tate Modern L’artiste grandit entre Beyrouth et Paris pendant les années de guerre. Elle poursuit un Bachelor of Fine Arts aux Etats-Unis, à la Rhode Island School of Design, et ses œuvres sont vites repérées pour être exposées dans des galeries et musées au Liban et ailleurs. Première artiste libanaise à voir son œuvre intégrer la collection permanente du Tate Modern de Londres, elle y dévoile Objects of War, une série de témoignages sur la guerre civile où un objet anodin peut réveiller de douloureux souvenirs. En 2009, c’est à Jisr el Wati que Lamia Joreige choisit d’implanter le Beirut Art Center, qu’elle co-fonde avec Sandra Dagher. Les deux femmes veulent donner un souffle à l’art dans le pays avec une programmation permanente, quatre à cinq expositions différentes chaque année et un espace d’expression pour des artistes hétéroclites. L’artiste multi facettes multiplie les projets et vient de recevoir une bourse de recherche du Radcliffe Institute for Advanced Studies de la Harvard University où elle se penche sur un autre chapitre de son exploration de quartier, à Ouzai cette fois, pour enrichir d’un nouveau volet le projet Under Writing Beirut. Les résultats du prix Artes Mundi seront révélés fin janvier 2017. En attendant, l’artiste ne se lasse pas de poser son regard bienveillant sur une ville où souffrance et volonté de vivre sont une source inépuisable d’inspiration.


255


LIEU

256

LA VAGUE DES COFFEE SHOPS Ils sont notre deuxième salon et/ou notre bureau préféré. Les cafés made in USA poussent comme des champignons à Beyrouth. PAR PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE

Kalei, le puriste C’est un endroit qui vaut le détour. A Mar Mikhael, Kalei a élu domicile dans une des ruelles adjacentes à l’usine de bière désaffectée Georges Jallad. Plus qu’un coffee shop, c’est un véritable repère pour les amoureux de café. Au bar, la propriétaire Dalia Jaffar, torréfactrice, vous propose une sélection d’arômes uniques, achetés directement auprès de fermiers colombiens, honduriens ou encore éthiopiens. Dans cette ancienne maison des années 60, plusieurs espaces ont été aménagés : deux grandes pièces centrales qui accueillent le bar, une petite salle de préparation, une terrasse entre les arbres et même un roof. Depuis son ouverture en septembre dernier, l’endroit ne désemplit jamais. La majorité des clients sont des étudiants ou de jeunes professionnels. Mais y on trouve également des retraités conquis par le cadre plutôt insolite. Situé loin de la rue, Kalei est aussi un lieu calme pour travailler lorsqu’il n’est pas bondé.


PHOTOS DR.

Backburner, le chic Ouvert récemment dans le très huppé Saïfi Village, c’est LE coffee shop trendy où l’on vient reposer ses jambes après une longue après-midi de shopping. Placardée à l’entrée, la carte invite le client à faire son choix parmi les catégories suivantes : black, milk, cold, not cofee, also. Réalisé par le cabinet d’architecte FaR, le design, épuré, dans les tons blanc et bois, donne une atmosphère scandinave, et donc hivernale, au lieu.

Troïka, le discret A Badaro, en face de Molo, l’endroit ne paie pas de mine. Un bar, quelques tables et une modeste terrasse pour meubler ce petit espace neuf et cosy. Calme, jouissant d’une très bonne connexion Internet, c’est un lieu propice à la concentration. En semaine, il fait office de bureau pour sa clientèle de trentenaire arty - graphistes, photographes, stylistes. Dès 20h et jusqu’à 1h du matin, l’ambiance y devient plus festive et imprévisible. Le café, qui se revendique par ailleurs gay friendly, organise aussi régulièrement des levées de fonds. La dernière en date, à l’initiative du collectif féminin Space 27, était destinée à soutenir des travailleurs migrants.


258

CONCEPT

UNE PAUSE CUISINE DANS LE FRACAS DES JOURS C’est un lieu de vie converti en bureaux entièrement équipés, prêts à l’emploi: Deux maisons dans le secteur Clémenceau, reliées par une cour intérieure. Le lieu s’appelle « Antwork », comme « travail de fourmi ». A l’un des étages, les anciens résidents avaient installé une cuisine industrielle… PAR F.A.D

Tout le monde peut le faire Ceux qui ont déjà éprouvé leur recette peuvent régaler des convives, amis, collègues de bureau ou éventuels clients. En lieu et place d’un classique déjeuner de travail, et au prix d’un repas dans un restaurant correct, ils leur offrent cette recette rapide avec des produits sains que leur a apprise le chef. Ceux qui n’ont jamais su faire cuire un œuf, selon la formule consacrée, seront surpris de découvrir que « Yes, we can ! » grâce aux professionnels présents pour les encadrer. Les super mamans pourront même préparer le repas familial du soir, à ramener à la maison après le travail. Les plus chanceux sont les employés des start-ups et entreprises logées dans le

complexe Antwork, une communauté dynamique et ouverte aux idées qui sortent des ornières : Ce concept est taillé à la mesure de leur imagination. Les autres, d’où qu’ils viennent, apprécieront la facilité d’accès par des voies où la circulation est fluide et la présence d’un immense parking à proximité. En fin de journée, les lieux se transforment en laboratoires où l’on apprend les principes de base de la cuisine. Plusieurs forfaits sont proposés, adaptés à tous les budgets et ouverts à tous types de cuisine. On peut aussi bien choisir d’apprendre les techniques de la cuisine française que de la cuisine italienne, avec spécialité pâtes et sauces… Sans oublier le forfait pâtisserie. Ces cours seront dispensées à raison de deux à dix séances de deux heures. Ils peuvent se terminer par un dîner sur place ou savouré chez soi. Pour l’amour de la vie Au commencement était « KitchenLab », un vieux local désaffecté sur un escalier de Gemmayzé. Michelle Gebeily, issue d’une école de commerce et partie dans la vie comme chef de produits chez les distributeurs du Groupe Seb (Moulinex, Rowenta et Krups) et des fromageries Bel (Kiri, La Vache qui rit, Babybel, Sylphide…) et Youmna Karam, banquière, partagent un même goût pour la cuisine. Ensemble, elles imaginent un lieu où les gens se retrouvent pour apprendre à préparer des petits plats, où les enfants peuvent fêter leurs anniversaires en vivant ensemble un moment créatif. Au début, leur concept intrigue ou laisse sceptique. Il finit par devenir un pôle qui accueille non seulement amateurs et familles, mais aussi des événements d’entreprises et des groupes en voyage culinaire. Avec la cuisine d’Antwork, l’idée initiale prend de l’ampleur, touche un nouveau public et de nouvelles communautés, et finalement contribue à enrichir la scène culturelle libanaise d’un centre de création convivial où l’amour de la vie, des autres et des choses simples est le seul talent prérequis.

PHOTOS DR

Cette cuisine n’a pas été démantelée. Mieux, les fondatrices du concept KitchenLab, Michelle Gebeily et Youmna Karam, ont été invitées à l’animer selon leur fantaisie. Elles ont choisi d’y faire ce qu’elles aiment faire : une sorte de thérapie par la cuisine dont elles sont les pionnières au Liban. La cuisine d’Antwork n’est pas un restaurant, ou du moins pas au sens classique du terme. Elle se définirait plutôt comme une école. On y vient à l’heure des repas, seul ou en groupe, pour décompresser, pour célébrer l’anniversaire d’un collègue ou tout simplement pour déjeuner avec un ami de passage dans la région. On confectionne son déjeuner. En 20mn chrono (promis !), on cuisine et on peut décider de savourer son plat sur place ou de l’emporter. Parce que tout est préparé à l’avance. Il n’y a qu’à suivre les conseils du chef, choisir parmi les légumes lavés, coupés, épluchés, les épices, viandes, volailles et poissons présentés. L’idée est de provoquer une rupture sereine au milieu d’une journée de travail, en renouant avec les parfums réconfortants des aliments et des plats légers et sains qui mijotent. Tous les jours un menu différent est proposée avec salade de saison et options de desserts, café, boissons…


LIEU

ZITA,L’HÔTELLERIE REÇOIT L’ART

260


261

Dans un quartier paisible et un brin branché de Bruxelles, entre les galeries d’arts, le fleuriste et les brasseries de la place Brugmann, se niche une maison d’ hôte particulière, ouverte par un entrepreneur libanais féru d’art et de voyages. PAR M.L.


Espace d’exposition, de rencontres musicales, de découvertes culinaires et maison d’hôte, Zita joue de ses facettes multiples pour créer un lieu unique. Chez Zita, les rencontres se font dans la cuisine en sous-sol, autour d’un délicieux petit déjeuner bio, d’un apéritif ou pendant un cours de cuisine saine et végétarienne. Clients, habitants du quartier et artistes, se croisent dans le coin lecture ou autour du piano à queue, pièce maitresse du salon. Dans cette maison d’hôte, l’art est un invité de marque. Les expositions de peinture, sculpture ou photographie se succèdent. Les artistes, émergents ou renommés, sont parfois les clients eux même ou leurs amis. Les amoureux d’art et de douceur de vivre s’y retrouvent pour des escales musicales. Les jeunes étudiants de l’école voisine, la Chapelle Reine Elizabeth, viennent répéter chez Zita et la maison vibre aux rythmes des concerts de musique classique ou contemporaine. Douceur d’une parenthèse rétro La façade originale de la bâtisse des années 20, qui abrite Zita et les éléments traditionnels de la maison, cheminée, rampe d’escalier en fer forgé ou portes, ont été préservés sous une touche de décoration d’ inspiration scandinave avec des notes vintage. Dans les chambres, des pièces chinées aux puces ; mappemondes en papier peint, globes suspendus, disques vinyles ou accents de bois et osier tressé soulignent les thèmes de l’évasion : Royal Airplane, Swinging London et Safari. Pour les salles communes, salon, cuisine, bar ou jardin l’atmosphère est rétro avec tables et chaises recyclés, luminaires ludiques et mobilier design customisé aux tonalités vives ou pastel. Cette ambiance chaleureuse attire les jeunes créateurs pour des évènements de lancements, les entreprises pour des réunions de travail ou des séances photos pour spots publicitaires. Le concept Zita, à la frontière entre art et hôtellerie, est prêt à voyager pour s’installer dans d’autres pays à travers le monde, notamment au Liban où un projet est en cours pour un nouveau lieu de rencontres au bord de la Méditerranée.

PHOTOS DR.

PHOTOS DR

262


Camper Beirut souks, Souk El Tawileh Street, Beirut central district Aïshti by the Sea, B1 Level, Antelias • Beirut City Center, Level 1, Hazmieh


AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Follow us on instagram: @melissashoeslebanon


268

FLEURS

BOUQUETS SUR RENDEZ-VOUS Marwan Hamza, « fleuriste couture », s’exprime avec tout son corps lorsqu’il parle de sa passion… les fleurs. Il avait pourtant commencé sa carrière dans la mode. Toute une histoire. PAR M.R.

L’appel des fleurs Son parcours de « maitre- fleuriste » débute lorsqu’il commence à créer ses propres bouquets pour les offrir à des amis à diverses occasions. Les commandes personnelles commencent à affluer. C’est alors qu’il délaisse ses ciseaux de couturier pour un sécateur de jardinier, et six ans durant, toujours à Djeddah, se lance corps et âme dans les arrangements floraux, avant de s’établir fleuriste sous l’enseigne « Soukoun ». Il marquera de sa touche trois mille mariages de la haute société saoudienne. Retour au Liban en 2005 pour quelques années de réflexion. En 2010, il se décide à reprendre le métier et ouvre son « Marwan Hamza Flower Concept ». C’est à Beyrouth que Marwan aura réellement permis à sa passion d’exploser et de prendre son envol. Ses yeux qui brillent, ses mains qui s’animent lorsqu’il parle de son « travail-passion » dévoilent l’enthousiasme, la joie et la satisfaction qu’il tire de sa relation avec les fleurs. Il les choie, les met en beauté, leur offre un langage qui parle à tous les sens. Exclusivité et transparence Si Marwan Hamza parle de « couture » en évoquant son art du bouquet, c’est qu’il n’y a rien de commercial ni d’ordinaire dans sa conception de son travail. Pure création, aucun de ses bouquets ne ressemble à un autre. Pour commencer, il s’offre le luxe de « choisir » ses clients, qui deviennent pour la plupart ses amis par le mystère des affinités. Ne se percevant pas comme marchand, il refuse de travailler et de créer selon des critères incompatibles

avec ses standards. Et le mot « perfectionniste » lui va comme un gant. S’il crée la magie des grands dîners et autres festivités, ce sont les mariages qui l’inspirent le mieux. Dans ce domaine, son côté méticuleux domine: avec l’aide d’une assistante, architecte et graphiste, il crée des « moodboards » (planches de tendance) sur lesquels il agence les échantillons à présenter au client. Il pousse la minutie jusqu’à simuler des « mini-mariages » dans son atelier sans omettre le moindre détail: de l’entrée au lieu de la réception, en passant par l’espace bar. Rien ne l’exaspère autant que les mauvaises surprises. Il permet ainsi à ses clients de visualiser à l’avance ce qu’il entend faire de l’espace qui lui est confié. Une manière de préserver la qualité de la relation par la transparence. Ce créatif se rend lui-même sur les lieux des cérémonies où il surveille et orchestre l’installation. S’il privilégie la simplicité et le raffinement, il ne sacrifie en rien l’originalité, et le résultat est purement artistique. Le jour J, les fleurs sont transportées par camions réfrigérés pour en assurer la fraicheur et la longévité. L’école britannique Pour ce qui est de sa technique, Marwan Hamza l’a acquise en suivant une formation, couronnée d’un diplôme, auprès du célèbre fleuriste anglais Kenneth Turner. Selon les saisons, il privilégie les fleurs cultivées au Liban, quitte à importer les variétés qu’il ne trouve pas sur place. Pour se ressourcer, rien de mieux que sa maison et son jardin à Abey, ses voyages, les belles vitrines des magasins et surtout les livres. Ses fleurs préférées ? La pivoine, l’anémone, la tulipe, l’orchidée vanda et l’ hydrangea (bien que très délicate en nos étés caniculaires). Son rêve professionnel ? Ce grand mariage dont le budget lui laisserait carte blanche pour laisser aller son inspiration et s’éclater avec ses fleurs sans retenue aucune.

PHOTOS DR.

Marwan Hamza avait donc débuté dans le monde de la mode et avait obtenu un diplôme en fashion design à Londres, en 1990. De retour à Beyrouth en 1992, il ouvre sa boutique de vêtements « Amza » et déménage deux ans plus tard à Djeddah où il exporte son enseigne. Là, il s’associe brièvement avec deux partenaires.


270

ART

TAYMOUR GRAHNE, L’ANGE DES ÉMERGEANTS En plein cœur de Manhattan, Hudson Street, ce point d’art ne passe pas inaperçu. C’est la Taymour Grahne Gallery, établie en 2013. Elle porte le nom de son créateur et animateur, un dénicheur de talents qui a grandi à Beyrouth.

PHOTOS DR.

PAR M.R


271


Tout au long de son enfance beyrouthine, Taymour Grahne, de mère libanaise et de père finlandais, s’est passionné pour l’art. Dans un pays encore dépourvu de musées, il s’intéressait déjà aux œuvres qui paraient les cimaises intimes des maisons de ses amis. Une fascination qui ne le quitte pas. Après un diplôme de la Boston University en Affaires internationales (2011), il choisit de poursuivre un master en Business Art au Sotheby’ s Institute of Art de New York. Chasse au trésor Encore étudiant, en vacances à Beyrouth, il décide de découvrir lui-même la scène artistique de cette ville bouillonnante. Cette exploration ne se fait pas au hasard : il l’avait dûment préparée en défrichant tout ce qui avait pu être écrit sur le sujet. Visites de galeries et d’ateliers, rencontres avec des artistes et des galeristes, achèvent de le convaincre que l’art beyrouthin recèle décidément des trésors méconnus. De retour à Boston, il brûle de partager ses découvertes et de renforcer ses liens avec la scène artistique libanaise et moyen-orientale. A cet effet, il lance un blog qui deviendra sa porte d’entrée au monde des arts de la région. Cet outil de communication et d’information qu’il alimente tout au long de sa maitrise à Sotheby’s remporte un vif succès et attire un grand nombre de « followers ». Le « blagueur » était un pro Cette année à Sotheby’s est une année-clé pour le futur galeriste. Riche de son expérience libanaise, il explore désormais le paysage artistique newyorkais et réalise son rêve de jouer le rôle de promoteur auprès d’artistes pas encore -ou peu -connus, américains ou internationaux. Ces créatifs ont en commun un langage artistique qui le touche. Pour leur permettre d’émerger,

272

il décide, en 2013, d’ouvrir sa galerie, la Taymour Grahne Gallery, près de 300m2 en plein cœur de Tri-Be-Ca. Il n’a alors que 25 ans, mais rien ne le stimule autant qu’un vrai défi, et il ne craint pas de prendre des risques. Son exposition inaugurale attire l’attention du British Museum et du Metropolitan Museum of Art de New York qui font partie de ses premiers acheteurs. Voilà sa passion légitimée. Celui que ses deux frères ont toujours considéré comme un « blagueur » s’affirme comme un vrai professionnel sans jamais perdre son sens de l’humour. Un incubateur de talents « Mon espace est international, souligne Taymour Grahne. Nous promouvons aussi bien des artistes vivant au Liban (notamment le tandem Joreige et Danièle Génadry), que des artistes basés à Londres ou Los Angeles. En même temps, nos cimaises accueillent un grand nombre d’artistes de New York même. C’est une ville qui regorge de talents. J’y passe d’ailleurs l’essentiel de mon temps à visiter des ateliers d’artistes. » En ce moment, sa galerie donne à voir le travail du Californien Ryan Schneider. Bientôt est programmée une exposition de l’Américain d’origine japonaise Yui Kugimiya. Taymour Grahne précise: « nos mécènes sont principalement américains et soutiennent à fond notre programme ». Pour l’heure, le jeune galeriste n’envisage pas de projets d’agrandissement, ni d’expansion au Moyen-Orient. Il préfère s’en tenir à sa formule de deux évènements parallèles: l’un à la galerie même et l’autre dans son « project space ». Son flair et son talent de dénicheur le conduisent sous toutes les latitudes et le poussent chaque année à s’immerger totalement dans la plupart des grandes foires artistiques internationales.

PHOTOS DR.

ART


AĂŻshti by the sea, Antelias Tel. 04 71 77 16 Ext. 262 - AĂŻzone stores and retail sport shops Follow us on instagram: @asicslebanon


274

CUISINE

Créer un blog de cuisine alors qu’on n’y connaît rien, il faut avoir du culot ! C’est pourtant ce qu’a fait Tina Diab, jeune mariée qui s’était mis en tête de bien nourrir son homme sans savoir par où commencer. Son blog s’appelle « Mrs Clueless » (« Madame Aucune Idée ») et il cartonne. PAR M.R

« AUCUNE IDÉE », MAIS ÇA MARCHE ! Tina Khalil Diab, alias « Mrs.Clueless », est une jeune beauté de 25 ans fraîchement mariée, et qui a atterri dans la cuisine par nécessité. Diplômée en affaires de la LAU, Tina avait fondé, en 2012, avec sa tante et deux amies, The Social Media House, une petite agence spécialisée dans la promotion de compagnies à travers les réseaux sociaux. En 2015, elle est la première de la petite bande à convoler en justes noces. Passée la période conte de fées, elle prend conscience, comme c’est souvent le cas, de la difficulté de gérer un foyer. La première alerte qui clignote a pour titre : « il faut nourrir mon mari mais je ne sais pas cuisiner ». Forte de son expérience en marketing et de sa maîtrise des réseaux sociaux, elle décide de faire appel au public à travers un blog qu’elle baptise « Mrs. Clueless ». Elle y fait part des succès et des échecs de sa nouvelle vie de femme au foyer. Les échecs d’abord : le gâteau qui brûle, celui qui ne gonfle pas, celui trop petit, les recettes avortées. Les réactions pleuvent. Ses « followers » s’identifient à elle, compatissent avec ses ratages et se mettent à lui poser des questions, à commenter ses initiatives, à lui suggérer des solutions. Séduisante imperfection Tina Diab sait que ces réactions positives viennent du fait que les gens sont fatigués de ces blogs qui ne montrent que luxe, beauté, mode et excellence, et dont les auteurs se présentent comme sublimes et parfaits. Les femmes (et dans son cas, les jeunes mariées), les super-mamans ou juste celles qui aiment cuisiner, manger et nourrir, ont besoin de réaliser qu’elles ne sont pas les seules à rater un gâteau, ou à ne pas savoir faire une soupe de lentilles… En relatant ses échecs au tout début, Tina s’est fait remarquer par son authenticité. Elle voulait, et veut toujours, se montrer telle qu’en elle-même, partager les maladresses que n’importe qui peut commettre, spécialement au début d’une nouvelle phase de sa vie. En faisant le point de ses bévues, elle a fini par réaliser qu’elle adorait cuisiner: « J’ai entendu l’ « appel » », dit-elle. De plus en plus, la cuisine est devenue un plaisir, avant de se transformer en succès. «

Mrs. Clueless » a fini par prouver que si elle était capable de réussir une tarte au citron meringuée (aussi bonne que belle) ou une assiette de pâtes aux calamars, n’importe qui pouvait en faire autant. Le blog est devenu un véritable business qu’il a fallu alimenter. « Food stylist » et plus, si un jour… Tina avait d’abord puisé ses recettes chez sa grand-mère, puis les avait complétées par des recherches sur la toile. Et son inspiration a pris son envol. La jeune femme ne manque pas de citer sur son blog les sources de ses recettes et les moindres changements qu’elle y apporte, en ingrédients ou en tour de main. Ce qui attire immédiatement l’attention sur son compte Instagram, c’est l’esthétique de ses photos. Pour Tina, un beau visuel va de pair avec la réussite d’un mets. Elle s’est donc inscrite à un cours de photographie et de mise en scène culinaire, pour rendre ses créations encore plus attrayantes. Petit détail : en bonne « food stylist », elle essaye de toujours immiscer une fleur dans ses photos. A la question de savoir si elle envisagerait de collaborer avec des traiteurs, pâtissiers ou restaurants, Tina répond par un non catégorique. Réaliste et modeste, elle souligne que le marché est saturé de professionnels en pâtisserie qui ont beaucoup plus d’expérience qu’elle, qui ont fait de longues études avant de s’établir, et qui excellent dans leur métier. Son but ultime serait, en revanche, de créer sa propre ligne d’accessoires : ustensiles de cuisine, moules à pâtisseries de différentes formes, décorations en sucre, et même mélanges de gâteaux prêts à l’emploi. Autant de produits que l’on ne trouve pas facilement au Liban ou alors à prix élevé. Ce rêve lui a été inspiré par un « Cakeboss », célèbre confectionneur de cakes dans le New Jersey, devenu une telle vedette à travers un reality show que sa marque de produits de cuisine s’est transformée en phénomène commercial. Williams-Sonoma et Crate & Barrel n’ont qu’à bien se tenir: « here comes Tina! »


PHOTOS DR.

275


276

ÉVÉNEMENT

CARTE MAGIQUE

Le défilé Aïshti Mastercard de la saison s’est tenu le vendredi 28 octobre sur le belvédère en bord de mer du complexe Aïshti By The Sea. Le défilé annuel en plein air Mastercard Aïshti Fashion Experience est désormais une tradition et un événement clé de la mode au Liban. Cette année, il marquait aussi le premier anniversaire de l’inauguration de Aïshti By The Sea. Il revêtait donc une aura particulière comme pouvaient en témoigner les invités A-list qui occupaient les premiers rangs du défilé. Quarante-huit modèles iconiques clés de Dolce & Gabbana, Saint Laurent, Emilio Pucci, Roberto Cavalli, Prada, Fendi, Ermenegildo Zegna, Giambattista Valli, Gucci et d’autres résumaient l’essentiel des fashion weeks de Milan, Paris, Londres et New York. Parallèlement à cet événement les artistes de renommée internationale Andrew Barton (spécialiste de

la coiffure) et Ruby Hammer (make-up artist), de Urban Retreat Harrods, s’étaient déplacés spécialement pour la Beauty Week Festival organisée par le spa Urban Retreat de Aïshti By The Sea. A cette occasion a été également lancée la version renforcée de la carte de crédit Bank Audi Aïshti Platinum MasterCard qui accorde à ses détenteurs des privilèges exclusifs tels que des escomptes de 10% sur tous les achats qu’elle sert à payer ainsi que la possibilité de gagner des bons d’achat de 500$ et un escompte supplémentaire de 4% offert deux fois l’an. La panoplie de services exclusifs qu’ offre cette carte à ses clients vise à les satisfaire en s’ adaptant à leur style de vie. Tony Salamé a annoncé les numéros gagnants de la tombola Aïshti, MasterCard, Bank Audi, Global Blue, Samsung et Air France.

PHOTOS NABIL ISMAIL, CARL HALAL

PAR F.A.D


Earlier cooling. Enhanced performance.

X-BIONIC ® THE TRICK® Running Shirt Women

Premium Performance Wear for the Power Elite.

THE TRICK® Technology THE TRICK® switches your body to cooling mode earlier. Your performance improves from the start. Spine Insulation Zone: Creates a localised zone of warmth. Sensors along the spine: Register a strong warming trend.

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

Signals: The brain interprets the signals as a sign that the entire body is overheating and kicks in sweat production. Result: Better performance

Protected in 39 countries. Protected by Patent EP2146594, MX 291317, AU 2008250795, RU 2481777

Developed by scientists – proven by athletes. www.sportscience-laboratories.com | www.x-bionic.com

X-BIO 2


X-BIONIC ® THE TRICK® has been rewarded internationally in 2014 for: degree of innovation, outstanding design quality, choice of materials, workmanship, functionality and ergonomics. X-BIONIC ® THE TRICK® Running Pants Women

ONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

Thorny Devil Technology For targeted sweat transport to parts of the body in need of intense cooling. Sweat Collector Where the body accumulates the most perspiration, Sweat Collectors soak up the excess and move it gradually through the thickened structures of the HydroPort yarn to Sweat Transporters. Sweat Transporter Wrapping around the body, this system continously transports excess sweat via channels to the zones where it can have the largest possible cooling effect on overheated muscles. Sweat Distributor with Partialkompression® The combination of X-BIONIC® Partialkompression® and knitted ridges collects excess sweat and allows it to evaporate over a broad area to provide extra cooling for heat-intensive muscle areas. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

The bionic role model. The Thorny Devil (lat. Moloch horridus) has developed a system of water transporting channels on its body. X-BIONIC® developers translated this capillary effect to athletic apparel to THE TRICK® Premium Performance Wear.

THE TRICK® Running Shirt Short Women

THE TRICK® Running Pants Medium Women

Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11


280

ADDRESSES

A

ALAIN PHILIPPE CHEZ GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

MOUAWAD +961 1 99 98 91

ESTEBAN CORTAZAR +961 1 99 11 11 EXT.130

MYKITA +961 1 99 11 11 EXT.104

ALEXANDER MCQUEEN +961 11 11 11 EXT.130

AZZEDINE ALAÏA +961 1 99 11 11 EXT.130

ELLERY +961 1 99 11 11 EXT.140

AZAR +9611 97 41 11

B

BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570

F, G, H

P, R

GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

PROENZA SCHOULER + 961 11 11 11 EXT.130

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA

HERMÈS +961 99 97 10

+961 1 33 05 00

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

PIAGET CHEZ CADRANS +961 1 97 53 33

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565 BRUNELLO CUCINELLI +961 1 99 11 11 EXT.130 BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353 BURBERRY +961 4 71 77 16 EXT.238 BVLGARI +961 1 99 91 59

C

CADRANS +961 1 97 53 33 CARTIER +961 1 97 26 00 CÉLINE +961 1 99 11 11 EXT.250 CHANEL +961 1 99 91 29

I, J

SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562

JAEGER-LECOULTRE CHEZ CADRANS

SARINA SURIANO +961 1 99 11 11 EXT.130

+961 1 97 53 33

SONIA RYKIEL +961 1 99 11 11 EXT.130

JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

JOHN VARVATOS +961 1 99 11 11 EXT.120

TABBAH +961 1 97 57 77

K, L

KENZO + 961 1 99 11 11 EXT 130

CHLOÉ +961 4 71 77 16 EXT.215

LANVIN +961 1 98 65 01

CHOPARD CHEZ MOUAWAD +961 1 99 98 91

LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

D, E

TOD'S +961 1 97 03 13 TORY BURCH +961 1 99 11 11 EXT.574

CHANEL BEAUTÉ +961 1 99 11 11 EXT.104

S, T

JACOB COHEN +961 1 99 11 11 EXT.120

V

VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00 VICTORIA BECKHAM +961 1 99 11 11 EXT.130

M, N, O

DE GRISOGONO CHEZ SYLVIE SALIBA

MAJE +961 1 21 28 88 EXT.2121

+961 1 33 05 00

MICHAEL KORS +961 1 99 11 11 EXT.130

DRIES VAN NOTEN +961 1 99 11 11 EXT.130

MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

Y

YVES SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.104


282

HOROSCOPE

BÉLIER

TAU RE AU

GÉMEAUX

21 MARS – 20 AVRIL

21   AV R I L – 21   M A I

2 2   M A I – 21   J U I N

une très belle énergie s’empare de vous. AMOUR : de nouvelles opportunités font évoluer vos rapports amoureux, saisissez cette chance ! VIE SOCIALE : vous développez des activités inédites, liées au foncier et à l’immobilier ; vous exploitez à cette occasion des talents que vous-même ignoriez jusqu’à présent. MON CONSEIL : n’hésitez surtout pas : soyez visionnaire.

FORME : un vent de liberté souffle dans votre

AMOUR : vous pourriez avoir l’impression que

les sentiments qu’on vous porte sont indécis. Vous avez pourtant tous les atouts pour séduire. VIE SOCIALE : des incertitudes et un manque d’engagement dans votre carrière vous déstabilisent. MON CONSEIL : entrez en contact avec des personnes créatives, surtout à l’étranger.

FORME :

ciel, un regain de vitalité à la clef. AMOUR : les astres vous ouvrent sur l’évasion, voyage pourrait rimer avec coup de foudre… VIE SOCIALE : vous avez la recette du succès, votre action se prépare dans un contexte un peu indécis, mais la conjoncture va vous donner une occasion de briller. MON CONSEIL : laissezvous enivrer par la nouveauté.

CANCER

LION

VIERGE

22 JUIN – 22 JUILLET

23 JUILLET – 23 AOÛT

24 AOÛT – 23 SEPTEMBRE

un bon sommeil est indispensable à votre équilibre nerveux. AMOUR : votre amoureux aura du mal à trouver sa place dans votre monde où les fantasmes abondent. VIE SOCIALE : la promotion d’une œuvre, d’une idée ou d’un personnage vous occupe, ceci ne doit pas faire oublier vos aspirations. MON CONSEIL : ne rentrez pas dans votre cocon, réveillez-vous !

FORME : vous subissez des pressions en tout

FORME :

genre, relaxez-vous. AMOUR : une opportunité de vous exprimer sur ce qui vous tient à cœur vous est offerte, c’est une occasion décisive pour votre couple. VIE SOCIALE : votre côté super­woman fait parler de vous. Vous avez envie de voir votre nom en haut de l’affiche. MON CONSEIL : gare à la démesure et aux excès.

FORME :

faites une cure de magnésium.

AMOUR : une femme libertine est en train de

naître en vous, des pulsions vous amènent à vivre une vie sexuelle sans aucune retenue. VIE SOCIALE : le travail est plus que jamais votre moteur. Vos efforts sont en train de payer, des graines de chance germent sur votre chemin. MON CONSEIL : croyez davantage en vous !

BALANCE

SCORPION

SAGIT TAI RE

24 SEPTEMBRE – 23 OCTOBRE

24 OCTOBRE – 22 NOVEMBRE

23   N OV E M B R E – 21   D É C E M B R E

FORME : une vitalité au top qui vous fait sortir

votre potentiel de régénération est énorme mais songez tout de même à recharger les batteries. AMOUR : votre duo est soutenu par un lien d’amour très fort autant que par des rencontres surprenantes qui vous poussent à donner le meilleur de vous. VIE SOCIALE : vos idées d’avant-garde et votre créativité vous aideront à sortir des sentiers battus. MON CONSEIL : cultivez votre aura magique !

de votre coquille. AMOUR : votre pouvoir de séduction est au zénith, vous multipliez les chances de rencontrer votre moitié. VIE SOCIALE : mondaine par nature, vous privilégiez les sorties et fréquentez les sphères artistiques. Le désir de gravir les cimes lumineuses de la réussite ne vous quitte pas. MON CONSEIL : misez sur votre côté raffiné.

le ciel à perte de vue et les grands espaces vous permettront de vous ressourcer. AMOUR : vous nouerez des liens aussi exigeants que gratifiants avec certaines personnes au travail… VIE SOCIALE : il est grandement temps de réfléchir à un nouveau départ professionnel, faites peau neuve. MON CONSEIL : misez sur votre formidable amour de la vie. FORME :

CAPRICORNE

VERSEAU

POISSONS

22 DÉCEMBRE – 20 JANVIER

21   J A N V I E R – 19   F É V R I E R

20 FÉVRIER – 20 MARS

un regain de vitalité, vous sortez de votre tour d’ivoire. AMOUR : vous aurez besoin d’un nouveau cadre pour vivre votre amour, d’autres racines, des repères plus solides… VIE SOCIALE : un tournant professionnel s’annonce, il va falloir prendre des décisions rapides et décisives. Évitez l’imprécision et l’hésitation. MON CONSEIL : éloignez-vous du tumulte.

FORME : une thalasso serait bien méritée en cette fin d’année. AMOUR : vos amours pourraient prendre une tournure plus officielle, vous êtes amenée à faire des choix importants. VIE SOCIALE : communication, pédagogie, vous êtes vouée au dialogue. Vous aurez une heureuse surprise dans ce domaine, mais veillez à ce que vos initiatives ne s’enlisent pas. MON CONSEIL : respirez, soufflez…

vos loisirs ainsi que les fêtes de fin d’année renforcent votre vitalité. AMOUR : une rencontre magique pourrait changer le cours de votre vie : vous qui avez besoin d’admirer pour aimer et qui placez la barre assez haut, c’est le moment d’ouvrir les yeux. VIE SOCIALE : un événement vous amène à concentrer tous vos talents, et il vous pousse à vous surpasser. MON CONSEIL : croyez en votre bonne étoile ! FORME :

FORME :

FORME :

PAR CHRYSTÈLE DESSOY

ILLUSTRATIONS SO-ME

FORME : Mars vous donne une pêche d’enfer.


Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272, Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON and on facebook New Balance Lebanon


284

CORRESPONDANCE

SOLO MA NON TROPPO PAR LAURA HOMSI COLLAGE JOSÉE NAKHLE

Mais finalement les habitudes se prennent aussi vite qu’elles se perdent. Il ne m’a fallu que quelques jours pour ré-apprivoiser ma vie en solo. Et en profiter. C’est un vrai apprentissage que d’apprendre à vivre seul(e). Mais on finit par apprécier ce temps avec soi-même même si chacun le vit à sa façon. Il y a quelques jours, je me suis retrouvée dans un restaurant avec un voisin de table assez particulier. Il dinait seul, et tout au long du repas, il avait des écouteurs vissés aux oreilles et les yeux rivés sur l’écran de son téléphone. Il n’a pas levé la tête une seule fois. La curieuse que je suis n’a pas pu s’empêcher d’essayer de regarder par-dessus son épaule pour comprendre ce qui le captivait. Il était plongé dans un documentaire animalier. A chacun sa passion, mais j’ai trouvé ça dommage de ne pas lever les yeux un instant de son écran. Il n’a pas essayé d’interagir avec le restaurant en ébullition, il était presque ‘’fermé’’. Il est vrai qu’assumer cette solitude peut être compliqué, on a peur du jugement de l’autre, de son regard. Alors on s’occupe les mains, la tête, on essaie de se donner une contenance en faisant autre chose. La première fois que je me suis emmenée déjeuner toute seule, j’étais plutôt mal à l’aise. Et pour tout avouer, j’ai passé moi aussi le repas à scroller sur Instagram. Si m’auto-inviter à déjeuner m’arrive encore assez rarement, j’ai appris à m’y faire. A prévoir un livre ou un magazine si besoin. C’est presque devenu un plaisir. J’ai appris à rester avec moi.

J’ai refermé la porte de la maison derrière moi un mardi soir, vers 20h, et me suis exclamée : « qu’est-ce qu’on mange?! » Enorme blanc. C’est là que ça m’a frappé. Ma mère était rentrée à Beyrouth le matin même, après deux semaines de cohabitation dans mon appartement parisien. C’est drôle comment ce séjour a vite effacé les habitudes d’indépendance (d’intendance ?) acquises au fil des dernières années. J’avais oublié qu’il fallait que je m’auto-gère. Dans un sursaut de fierté, j’ai ouvert le frigo l’air digne (je prends souvent des airs dignes face à mon frigo, même si personne ne regarde). Une mère libanaise - en principe - ne part jamais en laissant un frigo vide mais a plutôt tendance à prévoir assez de nourriture pour affronter un siège. La mienne ne fait clairement pas exception. Dans un élan de créativité, j’ai décidé de tester une nouvelle recette de cuisine. Enfin, c’était surtout pour me prouver que j’étais capable de me débrouiller seule. Très mauvaise idée. J’ai failli brûler les plaques chauffantes, et ce que j’ai préparé était immangeable. Auto-gestion, mon oeil !

Mais il reste certaines étapes que je n’ai pas réussi à franchir. Une expo toute seule, je n’ai jamais réussi. J’aime beaucoup trop débattre, échanger des ressentis, une émotion ou une crise de fou rire. Le partage m’est trop important. Il y a des choses qui doivent être faites à plusieurs. Et puis il y a les voyages. J’ai une admiration folle pour ceux qui prennent leur sac à dos en solo à la quête du monde. Seuls contre tous. Je ne m’en sens pas du tout capable. Pourtant, parfois ce qui semble infranchissable le devient quand on y est confronté sans s’y attendre. Il y a quelques jours, je suis arrivée en retard à un concert où m’attendaient des amis. Vu l’heure, l’ouvreuse a refusé de me conduire jusqu’à eux afin de ne pas perturber l’artiste qui venait tout juste de commencer. J’ai donc fini - un peu malgré moi - par être assise toute seule. Et j’ai su apprécier le moment. Finalement, il n’y a rien de plus rassurant que de savoir qu’on peut compter sur soi ! Et rien n’empêche ensuite le partage en ‘’différé’’. Si certaines expériences peuvent ne pas se vivre en simultané, à partir du moment où on les a traversées, elles peuvent devenir histoire. Et ça, c’est fait pour être diffusé !


L'Officiel-Levant, December/January Issue 71  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you