Page 1

Aiysha Siddiqui en Prada. Lieu: Aïshti Foundation. N° 69 OCTOBRE 2016 www.lofficielmode.com

9 772077 50001 1

BEYROUTH, LIBRE COMME L’ART MODE AFRICA. HOODIE. CRÉATION CYNTHIA MERHEJ. NADINE KANSO. GAME COOKS. RICHARD YASMINE. ILLUSTRATION NOUR TOHMÉ. ARCHITECTURE WISSAM YAFAWI. DAVID ADJAYE.


HERMÈS GRANDEUR NATURE


HERMÈS GRANDEUR NATURE


dior.com - 01 99 11 11 ext.592


© 2016 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.

fakhry bey street, beirut souks aïshti by the sea, antelias chloe.com


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL : 01 99 11 11 EXT: 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL : 04 71 77 16 EXT: 241

EMILIOPUCCI.COM


marcjacobs.com

137 el-moutrane street downtown beirut

aĂŻshti by the sea antelias


BEIRUT 62 Abdel Malek Street Tel.01 99 11 11 Ext. 222 ANTELIAS Aïshti by the Sea Tel.04 71 77 16 Ext. 264


40

SOMMAIRE

NEWS

ENTRÉE

L’édito — page 48

La mode à l’envers — page 70

Tendances— page 72

Sombre clarté — page 76

Choker choc — page 78

Le mot de la fin — page 80

Futur antérieur — page 82

Y a d’la joie— page 84

Nouveau genre pour le new look — page 94

Bijoux de famille — page 96

Jumelles de chœur — page 104

Chère capuche — page 108

Lara Chedikian — page 112

La permanence des égéries — page 116

De l’illustration à la mode — page 120

Parisienne sans-gêne — page 124

Les fabuleuses coiffes de Titti — page 128

Matières à réflexion — page 130

Le « dotcom click » de Fendi — page 134

Classiques revisités — page 138

Voyages voyages — page 144

La fleur de l’âge — page 146

In the mood for braids — page 150

PHOTOS DR

page 52


42

SOMMAIRE

Serpenti Incantati de Bulgari — page 152

L’heure su safari — page 153

Le pouvoir des grigris — page 154

L’or du temps — page 156

Un autre regard sur l’arabitude — page 164

Traversée des apparences — page 172

The royals of New Orleans — page 186

Nagadef Paul Nakasadougouda Pogba — page 198

Red hook poetic justice — page 216

La fabrique du rêve — page 236

Résistance et persistance à Sanayeh — page 238

Reflets de Beyrouth dans un œil d’or — page 242

Son et image— page 248

Mythe en construction — page 254

Silencieux délires — page 260

Le souffle de l’esprit — page 262

Dans la cuisine des « Game Cooks »— page 264

MODE

MAGAZINE

Oui, l’esprit est là — page 252

Ça, c’est palace !— page 266

Au rythme de la Savane — page 270

Horoscope — page 276

Adresses — page 278

Moment ciseaux — page 280

PHOTOS DR

ADRESSES


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

NICOL A S COTTONG, R AYA FA R H AT, TA R EK MOUK A DDEM RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N STYLISME

A MINE JR EISSATI S TA G I È R E S

STEPH A NIE NA IMEH, YA SMINA SK A FF Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com

M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E

C A R LOTTA TOM A SONI c.tomasoni@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


etro.com

FAKHRY BEY STREET, BEIRUT SOUKS 01 99 11 11 EXT. 590


48

ÉDITO A nouvelle saison, envies nouvelles. Et cet « avoir envie » répond délicieusement à l’ « être en vie ». Bientôt, si la pluie le veut bien, nous nous glisserons dans l’élégance de l’automne. Claquettes, sandalettes, jupettes et chemisettes, tous ces petits trucs en « ette », laisseront place à ces vrais vêtements faits pour vêtir, manteaux, vestes, cocons structurants, armures textiles. Armures : le mot est jeté. Cette rentrée, la mode s’éloigne des codes militaires galvaudés pour se recentrer sur l’intention initiale de cette tendance : protéger, donner du pouvoir, autonomiser. Et si elle se souvient avec une nostalgie mitigée des excessives années 80, c’est pour leur emprunter ces épaules surdimensionnées que souligne une taille bien cintrée. L’habit ne fait pas la femme mais il lui donne force et ampleur. La capuche, omniprésente, fait partie de cette tendance à la fois rebelle et protectrice. On reste perplexe sur la longueur démesurée des manches : tout dans la tête, rien dans les mains ? L’humain évolue. La mode le précède. Fifi Abou Dib


marcjacobs.com


NEWS

LE MONDE ENTIER EST UN… Cactus de Cartier… Une collection piquante, sculpturale

et puissante, libre et effrontée à aimer avec insolence. Prenant à contrepied les sources d’inspiration traditionnelles, Cartier révèle la beauté secrète et singulière de ces plantes que l’on ne touche que du regard, créatures fascinantes et sans compromis. Pour le sublime épineux, Cartier bouscule les codes et le vocabulaire de sa joaillerie. Géométrie, ajours, volumes : l’inapprochable s’adoucit et révèle, docile, trois visages insoupçonnés. Cartier, 109 rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 97 26 00

BAW London, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye, +961 1 99 11 11 ext.140 BAW London, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.104

ON S’A-DIOR La Maison Dior poursuit la sublimation de ses propres codes à travers de

nouvelles collections de bijoux couture, sacs et souliers. Avec sa forme contemporaine et architecturée et ses différentes versions, des essentiels aux versions les plus sophistiquées, le sac Diorama est la vedette de la nouvelle saison. Le cerf craquelé, souligné d’une bride rouge relevée de strass, est la matière noble de la nouvelle collection d’escarpins qui se déclinent aussi en veau vernis ou velours et en dentelle. L’abeille Dior fait le buzz sur les nouvelles ballerines, jouant les mascottes avec des yeux en escarboucles. Les bijoux couture automne hiver 2016-17 complètent la maroquinerie en cerf craquelé dans la ligne Crystal Dior et apportent un contrepoint géométrique aux créations de la saison à travers les lignes Tribales, Ultradior, Flower, System, Ever ou Céleste. Dior, 131 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.592

PHOTOS DR

BREF

EN NOIR ET BLANC

A Black and White Story n’est pas tout à fait une marque de mode, même si ses T-shirts caracolent en tête des produits les plus vendus depuis 2015. Il s’agit d’un concept imaginé par deux ex-banquiers d’investissement qui décident du jour au lendemain de s’offrir une plage de liberté loin du politiquement correct, de l’univers étouffant des bureaux et des inégalités flagrantes de leur milieu professionnel. Ils pensent à un langage franc et direct, noir sur blanc ou blanc sur noir, un dico bien à eux dont les définitions migreraient sur des pièces vestimentaires. En m ai 2015, un mois à peine après le lancement de leur site et la livraison de leurs premières créations à Londres, chez Fenwick, Bond street, Beyonce porte leur sweat « Queen Bee ». Le succès est aussitôt planétaire. Karma ? Diva ? Posh ? Master ? Warrior ? A chacun la définition qui le définit.


54

NEWS

DIAGONALE D

« Née au Canada, établie à Londres, faite en Italie ». S’il fallait définir l’identité de Dsquared2, la marque créée par le jumeaux Dean et Dan Caten, celle-ci serait la somme de ces trois cultures, tracées comme une diagonale sur le globe terrestre : Iconographie canadienne, raffinement italien et humour britannique. Dans la nouvelle ligne de sacs Dsquared2, on adore le fermoir en double « D » stylisé qui forme un cœur. Ce sac à bandoulière, à grand rabat, de forme rectangulaire, est une véritable page blanche pour tous les exercices de style de cette griffe qui adore les mélanges et mixe les matières comme de la musique. Dsquared2, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.244 Dsquared2, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, GF, +961 1 99 11 11 ext.104

TOMMY AIME GIGI Tommy Hilfiger, la marque emblématique du classic Ameri-

Tommy Hilfiger, Block K, Beirut Souks, Centre-Ville, +961 1 97 25 91

BREF

MACADAM RÊVEUSES Un poncho, des franges, du cuir, du noir, des clous, mais

aussi cette inoxydable robe à fleurs dans laquelle une femme est une femme, quoi qu’on dise. The Kooples continue sa célébration des couples rock à travers une certaine idée de la gémellité. Il y a lui, il y a elle, et en plus de l’amour, facultatif, il y a la complicité vestimentaire sinon rien. En Kooples on danse sur la même musique, on traverse l’espace urbain avec les mêmes nostalgies de pampa, on cultive une passion fusionnelle de la liberté. The Kooples, 148 rue Saad Zaghloul, CentreVille, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.535 The Kooples, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.287

PHOTOS DR

can cool, mâtine son identité de glamour avec la complicité de la belle Gigi Hadid. La top-modèle, ambassadrice de Tommy Hilfiger depuis décembre 2015, vient de co-créer, pour l’automne 2016, une collection capsule baptisée TommyXGigi. On y retrouve l’identité d’inspiration nautique de Tommy Hilfiger, mais réinterprétée en coupes nettes, chahutées par des détails ludiques et romantiques, des boutons aux chevrons en passant par les broderies et les badges. A ces classiques s’ajoute la touche sporty-chic de Gigi qui réinvente les silhouettes avec une approche jeune et ultra-féminine, toute en mousselines, mailles torsadées et cuirs souples.


Aïshti By the Sea Antelias

Tel 04 717 716 ext 248


qui la conduisent de Paris à Boston, Lamia Abillama, libano-brésilienne née d’un père impliqué dans la politique libanaise, cède à sa passion pour l’art de la photographie auquel elle finit par se consacrer à plein temps. Traumatisée par la guerre du Liban, la photo est pour elle un exutoire. Après une première série de portraits réalisés au Brésil sur les dames de la société de Rio, elle s’attache, en 2006, à mettre en scène des générations de femmes en tenue militaire. Le treillis est ici à la fois un symbole du courage de ces femmes qui ont combattu à leur manière pour que la vie continue malgré tout, mais aussi de la violence qu’elles ont endurée sur leurs fronts respectifs. L’un des portraits les plus puissants étant celui de la journaliste May Chidiac, démembrée à la suite d’un attentat ciblé, et qui pose, appuyée sur une canne avec une prothèse délicatement manucurée. Des images d’une intense qualité dramatique soulignée tant par la subtilité des perspectives que par les jeux de plans, d’ombre et de lumière. Cette série réalisée il y a dix ans n’a rien perdu de son intemporelle actualité. Galerie Tanit-Beyrouth, Mar Mihaël, jusqu’au 5 novembre 2016.

a soufflé cette saison sur les collections Gucci. Présentée en juin dernier à Londres, dans l’abbaye de Westminster, la ligne croisière 2017 donnait déjà l’avant-goût d’une passion nouvelle de la maison pour les mélanges les plus insolites, avec pour fil conducteur les classiques tapisseries animalières anglaises dont le chat, mais aussi le lièvre et les animaux des forêts nordiques, sont les icônes intemporelles. Dans ce joyeux délire où les tissus brillants de couleurs vives contrastent avec les textures sèches de l’hiver, les enfants sont les plus gâtés. Ce sont eux qui ouvrent la chasse au rêve et paradent en derbies argent, marine ou rouges à rayures signature rouges et vertes, inaugurant avec malice les sweats néoromantiques, le graphisme street-art et les jupes acidulées de cette collection ébouriffante. Gucci kids, en vente chez Aïshti minis, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.109 Gucci kids, Aïshti minis, Aïshti minis, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.278

BREF MON ÂME AU DIABLE On adore chez Prada ce côté steam-punk chic, ère mécanique, apprenti

sorcier, à la fois désuet et follement contemporain. Dans sa collection automne hiver 2016-17, la maison a encore donné dans le détail métallique -plutôt fer et bronze qu’or et argent- notamment avec des accessoires ornés de vieilles clés ; dans la ceinture corsetée, les boucles, les lacets et les vis, dans les mélanges de motifs iconiques, notamment les losanges façon Argyle pour des collants assortis à des sahariennes cintrées en tweed tartan ou des robes inspirées des années 40, décolleté en V plongeant et plissé aux épaules, à damas floral. Aujourd’hui encore, le diable s’habille en Prada, et visiblement, il l’a toujours fait : la Maison semble brasser cette séduction soufrée depuis le fond des temps. Frileuses, s’abstenir. Prada, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.131 Prada, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.206

PHOTOS DR

ELLES, EN TENUE DE COMBAT Après des études de droit et de relations internationales

TOUS LES GUCCI SONT DANS LA NATURE Ce n’est pas un vent d’automne mais un véritable ouragan qui


AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243

ALBERTAFERRETTI.COM


LES HABITS À L’ÉPREUVE DE LA VIE Ils s’appellent Jack et Lazzaro, et leur maison de mode est

LUXE POP

Définitivement positionné dans la culture pop, le créateur Marc Jacobs a révélé, en aout dernier, lors des MTV Video Music Awards, une collaboration capsule avec la cultissime chaîne de musique américaine. C’est ainsi que le célèbre logo MTV s’est vu décliné en lettres fluo, dans une jungle de palmiers stylisés ou en broderies de sequins sur de somptueux pulls en cachemire. Le défilé de cette ligne insérée dans la collection Marc Jacobs Croisière a été donné fin aout à New York, en marge de la remise des trophées MTV. La collection Marc Jacobs x MTV qui sera livrée en boutique en novembre prochain peut être déjà réservée sur le site marcjacobs.com. Marc Jacobs, 137 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.148 Marc Jacobs, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.247

l’une des plus innovantes de la place de New York. Proenza Schooler, ainsi baptisée d’après l’association des patronymes des mamans respectives des deux créateurs, c’est avant tout une identité claire, des lignes pures et des silhouettes longilignes. A l’architecture immaculée des coupes, à la pureté des couleurs, répondent des tissus fluides, des tombés aussi parfaits que nonchalants et des détails, boucles, drapés, franges, pompons, qui soulignent le mouvement et viennent personnaliser, souvent avec humour, une éblouissante rigueur. La collection pré-automne 2016 Proenza Scholler a été mise en scène dans un court-métrage intitulé « P.S. I Love You », filmé par Harley Weir, sur les relations entre femmes, qu’il s’agisse de mères et filles, d’amies ou d’amantes. Une manière de placer le vêtement dans son contexte réel. Proenza Schouler, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 99 11 11 ext.130 Proenza Schouler, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.248

BREF

question que se sont posée les stylistes du chausseur espagnol Camper. Depuis le Roi Soleil, il existe un archétype de la chaussure royale et de l’habit de cérémonie où foisonnent les nœuds, les rubans, la soie et le velours, la pourpre et le bleu…roi. Autant de clichés que Camper récupère et décline, avec son humour signature, en codes contemporains. Dans la collection automne hiver 2016-17 de la marque, la ligne Kings, en nappa cerise, bleu ou safran, chahute les mules à nœud de velours et autres Mary Jane monarchiques, sans tourner le dos aux incontournables derbies. L’Etat, c’est nous ! Camper, rue Souk el Tawileh, Beirut Souks, Centre-Ville, +961 1 99 11 11 ext.568 Camper, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.271 Camper, Beirut City Center, Hazmieh, L1, +961 1 28 71 87

PHOTOS DR

MONAR-CHIC Et s’il fallait réinventer la chaussure de Louis XIV au 21e siècle ? C’est la


Natasha Lyonne, par exemple ? Réfléchissez bien, il ne suffit pas de cliquer « like ». Pour la nouvelle campagne de Kenzo, Carol Lim et Humberto Leon, directeurs artistiques de la marque, ont confié à la réalisatrice Carrie Brownstein un court métrage sur le thème de la réalité virtuelle. Intitulé The Realest Real, ce petit film de 6mn met en scène Mahershala Ali, dans le rôle du directeur de « l’Institut du réel et du réellement réel ». C’est chez lui que les « followers » de Laura Harrier la conduisent pour la féliciter de son succès sur les réseaux sociaux. Dans le somptueux bureau de ce réalisateur de rêves, Laura rencontre Natasha Lyonne, et toutes les deux acceptent joyeusement d’être mère et fille. Mais la réalité est autrement grise, et Laura a aussi une vraie mère. Mais attendez, laquelle est la plus vraie des deux ? L’occasion pour Kenzo de mettre en scène une collection follement bigarrée, tout en volants, imprimés fauves et textures irisées. Kenzo, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.295 Kenzo, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye, +961 1 99 11 11 ext.140

délicieusement moderne, cette décennie rock’n’roll n’a pas fini d’inspirer notre époque, et la jeune créatrice libanaise y puise ses classiques, déclinant avec grâce des silhouettes d’une féminité intemporelle et absolue. La richesse des textures est soutenue par une palette de tonalités chaudes. Les coupes, précises et flatteuses, signent une attitude à la fois romantique et rebelle. Cette nouvelle collection de la marque fondée en 2010 a décidément un caractère affirmé et surprend agréablement par sa maturité. Jessica K, Hotel Monroe, rue Kennedy, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 37 11 22

BREF

PHOTOS DR

LE VRAI DU VRAI Et vous ? Auriez vous aimé être la fille d’une actrice célèbre ?

UN HIVER RETRO-CHIC Jessica K est fascinée par les seventies. A la fois retro et


62

NEWS

BREF

DOLCE, MA NON TROPPO Surdouée de la mode autant que du marketing, Tory Burch

a compris la première l’importance du confort élégant pour une femme qui enchaîne les heures de travail, les rendez-vous d’affaires et les soirées formelles ou pas, souvent sans marquer la moindre pause. D’où le succès de son label, introduit en bourse en 2012 avant même d’avoir atteint sa dixième année. Toujours marquée par cette esthétique bohème chic qui distingue la griffe, la collection Tory Burch automne hiver 2016-17 rend hommage à l’atmosphère des films de Rohmer autant qu’à la passion de la créatrice pour l’équitation et les chevaux. L’imprimé fleuri y côtoie les rayures sportives, les bombers de cuir imitent les vestes de survêtement, les robes, cintrées, se portent sur un col roulé. La palette décline les couleurs automnales. Le soir, la fluidité est de rigueur sur des robes longues ou des ensembles pyjama en soie. L’ensemble est à la fois détendu et soutenu. Tory Burch, rue Abdel Malek, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.574 Tory Burch, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.245

Stella McCartney, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, CentreVille, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.575 Stella McCartney, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.250

PHOTOS DR

BRITISH TOUCH

Fausse peau, fausse fourrure, mais véritable exercice de style, la nouvelle collection automne hiver 2016-17 de Stella McCartney est un enchantement néo-victorien, à la fois luxueux et sans prétention. Sous le signe de l’étoile, Stella oblige, et du cygne, majestueux résident des lacs du Royaume Uni, se déploient de faux (encore !) décolletés habillés de mousseline à col boutonné, des plissés soleil, des sarouels amples et fluides, des hauts à volants en « V » soulignés par des rubans fluo, du velours, de la dentelle même sur les pulls et des vestes XXL ainsi que des bombers courts, matelassés, cintrant la taille. Les accessoires, notamment les derbies T-Plucks et le sac Falabella, caméléonnent avec la collection. Londres dans tous ses états et à toutes ses époques, comme si vous y étiez.


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


LESILLA.COM Aïshti, 71 El-Moutrane Street T. 01.991111 - Aïshti by the Sea, Antelias Tel.: 04.717716


69

ENTRÉE STYLE BEAUTÉ BIJOUX

CLASSIQUES REVISITÉS page 140


70

PRÉLUDE

Sonia Rykiel dans “L’Officiel” en 2001.

LA MODE À L’ENVERS

Dans “L’Officiel” en 1972.

“Le tricot, c’est mon destin.”* Un destin à contre-courant, tissé avec des rayures, du champagne et des bons mots. Sonia Rykiel a tiré sa révérence, mais la femme qu’elle a créée continue d’affoler Saint-Germain-des-Prés. “Faire un vêtement, ça monte à la tête, ça grise comme faire un enfant, comme l’étonnement, la magie, la jouissance de savoir que le plaisir devient corps, qu’il prend corps, qu’il prend sens”, racontait-elle en 1979 dans Et je la voudrais nue. Sonia Rykiel, c’est un peu la Socrate de la mode, celle qui fait dire au vêtement ce qu’il ne sait même pas, ou qu’il a longtemps caché. Avec elle, le noir s’est découvert rieur, les strass ont délaissé le kitsch et les rayures, la géométrie. Une maïeutique rodée dans les années 1960, alors que Paris couvait Mai 1968 et que la femme ne tenait plus en place. Sa première révolution, le poor boy sweater, la consacre déjà reine. Ce mini-pull, c’est un peu l’ancêtre du cropped top, des décennies avant le streetwear. Alors qu’André Courrèges, rive droite, s’amuse à raccourcir les jupes, Sonia Rykiel, rive gauche, s’attaque au tricot. La couturière connaît son métier sur le bout des doigts : bien avant le lancement de sa marque éponyme, en 1965, elle confectionnait déjà des pull-overs pour Laura, la boutique de son mari dans le 14e arrondissement. Longueur du buste et des manches, qualité de la maille, palette de couleurs…, Sonia Rykiel reprend tout à zéro et relègue à l’arrière-scène le Christmas

jumper en point épais. La légende raconte qu’Audrey Hepburn aurait raflé une demi-douzaine de mini-pulls lors d’un passage éclair avenue du Général-Leclerc. En 1968, elle ouvre la première boutique à son nom, au 6, rue de Grenelle, qui devient le QG des ragaillardies de la rive gauche. Le Tout-Paris s’y presse pour acheter des mailles à sa mesure, avec des rayures sur fond noir, bien entendu. La femme Rykiel est née. Créature immortelle, comme l’amour, elle déambule le sourire aux lèvres, une coupe de vin du diable à la main, sans sous-vêtements, solaire dans son complet aux ourlets débonnaires. “L’élégance, c’est une attitude, une manière d’être. Il y a une façon d’entrer dans un lieu public, de marcher dans la rue avec un sac. C’est une aptitude naturelle qui est. Ou qui n’est pas…”, évoquait la créatrice. Dans son aptitude innée à la spontanéité, Sonia Rykiel aura toujours su capter l’air du temps. *Dans “Dictionnaire déglingué”, de Sonia Rykiel (éd. Flammarion, 2011). “Et je la voudrais nue”, de Sonia Rykiel (éd. Grasset, 1979).

PHOTOS PATRICK BERTRAND, MARCUS MAM/ARCHIVES L’OFFICIEL

PAR MATHILDE BERTHIER


72

TENDANCES

OSCAR DE LA RENTA

ALEXANDER McQUEEN

BOTTEGA VENETA

ZADIG & VOLTAIRE CHANEL

PLUIE DE DRAGÉES

GUCCI

Un peu brumeux, un peu nacré, pastel, passé, le rose est doux comme une confiserie. R é a l i s a t i o n YA S M I N A S K A F F

BURBERRY

STELLA MCCARTNEY VALENTINO

MIU MIU ETRO

PHOTOS DR

MARNI


73

ZADIG & VOLTAIRE

MAJE

MARNI

AQUAZZURA NANCY GONZALEZ Balenciaga

MIU MIU

ON FAIT BRILLER

TOD'S

Les créateurs transpercent la lumière sourde des jours froids avec des effets métalliques. R é a l i s a t i o n YA S M I N A S K A F F

OSCAR DE LA RENTA

PHOTOS DR

SAINT LAURENT

PRADA

VALENTINO

HERMÈS

CHLOÉ


MOSCHINO.COM


76

ENTRÉE

SOMBRE CLARTÉ Pour sa troisième collection chez Hermès, la directrice artistique Nadège VanheeCybulski redéfinit l’amazone urbaine avec un art de la coupe qui tient du génie.

La palette est très Bauhaus avec des couleurs à la fois sombres et lumineuses, relevées par un éclair vif qui peut être aussi bien celui de la peau nue, d’un reflet sur le cuir ou la soie, que d’un pull turquoise ou d’une paire de bottes vernies. Les matières sont d’une beauté qui touche à la poésie, cachemire, agneau, chèvre, tweed, peau lainée. Les coupes sont sobres, hiératiques mais avec souplesse, simples mais sophistiquées. So Hermès !

PHOTOS DR

PAR F.A.D.


ABC ACHRAFIEH DEPARTMENT STORE AND MALL ABC DBAYEH DEPARTMENT STORE

A SPECI AL COLLEC TION BY GIGI HADID

#TOMMYXGIGI TOMMY.COM


78

TENDANCE

CHOKER CHOC A la fois romantique et sulfureux, le choker, oublié depuis les 90’s, revient en grâce. Si près de la peau, c’est presque un tatouage. Rien n’a été inventé de plus délicat pour mettre en valeur la beauté du cou. RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ PHOTOGRAPHIE R AYA FARHAT De gauche à droite de haut en bas: Tour de cou plaqué or, Paula Mendoza chez Le66. Tour de cou en or, Repossi chez Sylvie Saliba. Tour de cou en or blanc, Gucci. Tour de cou, Tataborello. Tour de cou en perle, Lillot chez Le66. Tour de cou, AS29 chez Sylvie Saliba. Tour de cou, Joanna Laura Constantine chez Le66. Tour de cou en or blanc, Hermès. Tour de cou, Gaydamak chez Sylvie Saliba. Chemise, Loro Piana.


MILAN LONDRES

Pull en maille, Moschino défilé automne-hiver 2016/17.

Head piece, Alexander McQueen.

LE MOT DE LA FIN Pas encore en boutique et déjà sur waiting list. Ce mois-ci, on commande ces hommages à quatre capitales de la mode.

Escarpins en cuir noir et nœud strassé sur le talon, Saint Laurent.

PARIS NEW YORK

Veste en jean, MIUMIU.défilé automne-hiver 2016/17.

PHOTOS MARCIO MADEIRA, DR

RÉALISATION LÉA TRICHTER-PARIENTE


LEBANON BEIRUT SOUKS +961 1 991 111 EXT 595


FUTUR ANTÉRIEUR

Les tendances hivernales voient loin : chez Courrèges, Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer inaugurent leurs premiers vêtements intelligents, perpétuant un idéal né dans les années 1960.

Costume signé Courrèges pour le spectacle “La Tradition et la Modernité”, créé en 1993 à Kyoto.

André Courrèges a marché sur la lune bien avant Neil Armstrong. En 1964, il dévoile à Paris “The Moon Girl”, collection tournée vers l’espace. C’est le début d’une nouvelle ère, où la femme gagne dix ans en raccourcissant sa jupe et en troquant ses escarpins contre des “Go-Go Boots” : “La nature n’a pas créé la femme avec des talons”, disait le maître. La mode délaisse le prêt-à-porter pour le prêt-à-vivre et part à la conquête d’une galaxie au blanc chirurgical et aux proportions hybrides. Au confluent des arts appliqués et de l’art pur, tout Courrèges est un paradoxe, une tension entre le quotidien et le “rêve cosmique”. Depuis leur nomination en mai 2015, Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer

apportent leur pierre à l’édifice : “Pour nous accompagner, les vêtements doivent être plus solides, plus dynamiques et plus ludiques. Ils doivent suivre notre rythme, être fonctionnels. Devenir aussi intelligents que nous.” Pour l’automne-hiver 2016/17, trois manteaux en laine ont ainsi été dotés de patchs chauffants aussi discrets qu’efficaces, conçus pour agir pendant près de six heures. Et une technique de tricot permet de plier sa jupe ou son pull en un tournemain, comme un origami. Le temps aidant, le Space Age quitte donc le champ de l’utopie pour intégrer celui du réel. Les nouvelles technologies habillent des femmes qui marcheraient bien sur Mars… www.courreges.com

En bas, un modèle de manteau “chauffant” de la collection Courrèges automne-hiver 2016/17.

PHOTOS MARCIO MADEIRA, ARCHIVES L’OFFICIEL

PAR MATHILDE BERTHIER


84

Y A D’LA JOIE Broderies, dentelles, peaux douces, peaux vernies, boucles, franges, motifs. La mode de ce nouvel automne est une des plus texturées de l’ histoire du vêtement. Partout le lisse s’oppose au rugueux et le brillant au mat dans des éclaboussures colorées et des motifs pop. Un enchantement. Photographie

RAYA FARHAT

Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction Artistique JOSÉE NAKHLÉ


Total look, PHILOSOPHY.


Pantalon, SONIA RYKIEL. Chaussures, PR ADA.


Veste, MIU MIU.


Robe, PROENZA SCHOULER. Chaussures, DIOR.


Veste, DSQUARED2. Sac, MIUMIU.


Pochette, MOSCHINO.

Total look,JESSICA K.


91

Pantalon, P.A.R.O.S.H. Chaussures, MIUMIU.


Pantalon, SONIA RYKIEL. Sac, MOSCHINO. Chaussures, PR ADA.


93

Robe, MANISH AROR A. Sac, DIANE VAN FÜRSTENBERG. Chaussures, HERMÈS. Sac, GUCCI.


94

ENTRÉE

NOUVEAU GENRE POUR LE NEW LOOK Maria Grazia Chiuri prend la direction de la création chez Dior, avec sa vision d’une féminité intemporelle et romanesque. Cette nomination ouvre un nouveau chapitre de l’histoire glorieuse de la maison, dirigée depuis sa création par des hommes. Dans l’Europe d’aprèsguerre, Christian Dior dessinait des robes inspirées par les fleurs du jardin de son enfance. Leur taille gracile et leurs jupons-corolles venaient contrecarrer la rigueur militaire de la décennie passée. Aujourd’hui, en période de crise, Dior crée à nouveau sa propre rébellion onirique. Après les trois années rigoureuses du maître de l’épure Raf Simons, la maison opte pour une féminité romanesque en confiant sa direction à l’Italienne Maria Grazia Chiuri (en photo). Connue pour le binôme qu’elle formait avec Pierpaolo Piccoli à la tête de ­Valentino et leur travail gracieux aux notes monacales, la voici seule pour la première fois – ou presque. Son arrivée, annoncée quelques jours après la dernière semaine de la haute couture, suivant une vague de nominations – Bouchra Jarrar chez Lanvin, Anthony Vaccarello chez Saint Laurent –, représente un choix audacieux. D’abord parce que son travail individuel cesse en 1989, lorsque P ­ ierpaolo la rejoint chez Fendi. Dès lors, “ils s’habillent de façon assortie, signent leurs lettres à deux, partagent une adresse e-mail”, raconte Vanessa Friedman du New York Times. Le duo occupe ce poste pendant dix ans puis passe, toujours uni, à la direction des accessoires chez Valentino, avant de s’emparer des rênes créatives de la maison en 2008. Avec eux, on découvre une Italie historique mais jamais bling, une élégance maîtrisée, une féminité intemporelle mais profondément revisitée. Que restera-t-il de cette vision dans cette nouvelle position solitaire ? Une chose est sûre, Maria Grazia Chiuri devient la première femme à diriger la maison Dior. Après le fondateur, cinq couturiers (Yves Saint Laurent, Marc

Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano et Raf Simons) suivis d’une brève période de passation assurée par Serge Ruffieux et Lucie Meier, stylistes de l’atelier Dior) se sont succédé pour relire les codes de la maison avec les rêves et les outils de leurs époques ; que va-t-elle apporter dorénavant ? Une compréhension intrinsèque des besoins de sa clientèle, cela va sans dire, mais aussi de l’atelier, un milieu de petites mains lui aussi à dominante féminine. “Elle a comme peu une connaissance encyclopédique des métiers d’art français et italiens, une proximité au studio, à la confection, à la technicité et à l’histoire de la couture, qu’elle modernise et sait rendre ludique”, analyse Alice Litscher, chargée d’enseignement en communication à l’Institut français de la mode. Selon elle, le lien entre le fondateur et la nouvelle directrice artistique serait limpide : “Le travail de Maria a été étiqueté comme du minimalisme italien, une modernité sculpturale de coupe associée à une grande connaissance des savoirfaire ornementaux. Précisément ce qui définit historiquement le style Dior.” La proximité entre les deux visions ne s’arrête pas là. Les deux connaissent et chérissent l’histoire de l’art, qu’ils injectent dans chacune de leur collection. Dior, galeriste devenu couturier, s’inspirait du cubisme et de l’art de son temps, entre autres sources, et avait même nommé certains modèles “Braque” ou

“Matisse”. Quand à Chiuri, elle cite tantôt les Danseuses d’Edgar Degas, tantôt les madones préraphaélites, encore et toujours l’art de la Renaissance italienne. Néanmoins, cet amour de la culture est doublé d’une sensibilité fine et avant-­gardiste pour le commerce. Si Christian Dior marque l’histoire, ce n’est pas seulement pour son New Look révolutionnaire, c’est aussi pour son sens féru de la machine mode : il est l’un des premiers créateurs à imaginer des licences, des produits dérivés, des bas aux parfums, saisissant l’importance de créer une image pyramidale et partiellement abordable. Quant à Maria Grazia Chiuri, elle contribue, chez Fendi, au lancement du sac “Baguette”, best-seller absolu désormais perçu comme un des premiers it-bags de l’histoire. Aujourd’hui, la plus grande modernité de cette femme est son choix de se retirer du système 2.0, et à vive allure. À l’heure de la starification et de l’over-sharing sur les réseaux sociaux, elle préfère la discrétion : on lui sait un mariage paisible et deux enfants, pas grand-chose de plus. Pas d’Instagram personnel, pas d’amitiés mondaines, pas de perche à selfie en poche. À la façon d’une Nadège Vanhee-Cybulski chez Hermès, ces femmes de l’ombre et couturières majestueuses renouent avec une notion plus classique du luxe, où c’est le client et non pas le couturier qui est le centre du propos. On raconte qu’une voyante aurait dit à Christian Dior (ici en photo en 1953) : “Les femmes vous seront bénéfiques, et c’est par elles que vous réussirez.” Un bon augure pour Maria Grazia Chiuri…

PHOTOS MARIPOL, DR

PAR ALICE PFEIFFER


BIJOUX DE FAMILLE De la confrontation entre bijoux éthiopiens traditionnels et haute joaillerie occidentale naît un équilibre envoûtant.

Direction artistique et stylisme JENKE AHMED TAILLY

Joaillerie

EMILY MINCHELLA

Photographie

LIONEL GASPERINI


Bijou de tête habesha en or, Éthiopie et Érythrée. Boucles d’oreilles et bracelet en or, Buccellati. Robe en laine, plumes d’autruches et sequins, Michael Kors Collection. Pantalon en mousseline de soie, plumes et perles, Giorgio Armani Page de gauche, collier “Zip la forêt”, Van Cleef & Arpels. Cape Duro Olowu.


Bijou de tête hamar, vallée de l’Omo. Sac dorzi en porc-épic, Arba Minch, Éthiopie. Collier en or et diamants, Adler. Collier en or et diamants, De Beers. Bagues “Prism”, Tiffany & Co. Chemise et pantalon en velours, Giorgio Armani.


De gauche à droite et de haut en bas : 1. Broche dans les cheveux en argent habesha, Éthiopie. Collier collection “Blossom”, Louis Vuitton. Manteau Georges Rech. Bustier Mickael Kra. Jupe Maje. 2. Bijou de tête hamar, vallée de l’Omo. Sac dorzi en porc-épic, Arba Minch, Éthiopie. Collier en or et diamants, Adler. Collier en or et diamants, De Beers. Chemise et pantalon en velours, Giorgio Armani. 3. Bijou de tête hamar, vallée de l’Omo, Éthiopie. Collier “Serpenti”, Bulgari. Veste Pablo. Blouse Saint Laurent. 4. Bijou de tête hamar, vallée de l’Omo, Éthiopie. Motifs d’oreilles “Calla”, Vhernier chez Sylvie Saliba. Manchette “Panthère de Cartier” et bracelet “Cartier Royal”, Cartier. Bracelet “Shinsei”, Adler. Veste Georges Rech. Brassière et robe Bottega Veneta.


De gauche à droite et de haut en bas : 1. Broche dans les cheveux en argent habesha, Éthiopie. Collier “Serpenti”, Bulgari. Fourrure en renard, Leon & Harper. Top Maison Olga. Pantalon Georges Rech. 2. Collier “Salon de Diane” et bague “Acanthe Émeraude”, Dior Joaillerie. Bracelet “Phenomena Stream”, De Beers. Bague “Pirouette”, Vhernier chez Sylvie Saliba. Bracelet “Secret Cluster”, Harry Winston. Boléro et pull, Michael Kors Collection. 3. Boucles d’oreilles “Midnight”, Chanel Joaillerie. Broche “Bird of Paradise” et bague “Ballerina”, Graff. À la main gauche, bague “Panthère de Cartier”, Cartier. Bague collection “Blossom”, Louis Vuitton. Bague en platine et diamant, Graff. Manteau Maje. Ensemble Pablo. Pagne traditionnel hamar en peau de mouton, vallée de l’Omo, Éthiopie. 4. Collier “Zip La Forêt”, Van Cleef & Arpels. Cape Duro Olowu. Smoking Pallas.


Boucles d’oreilles “Solaire” et manchette “Persane”, Chanel Joaillerie. Au bras droit, bracelet “Opart Corail”, Van Cleef & Arpels. Smoking grain de poudre, Saint Laurent. Pagne hamar en peau de mouton, vallée de l’Omo, Éthiopie. Modèle : Fatima Siad chez IMG Coiffure : Hugo Raïah Maquillage : Fred Farrugia Assistant stylisme : Benjamin Depinoy Les bijoux traditionnels éthiopiens proviennent de la collection de Fatima Siad.


104

PETIT-DÉJEUNER

JUMELLES DE CHŒUR Invitées à chanter pour la présentation croisière Chanel à Cuba, elles ont participé au filmalbum Lemonade de Beyoncé. Âgées de 21 ans, les sœurs Franco-Cubaines Lisa et Naomi Díaz, qui forment le duo Ibeyi, parcourent le monde depuis deux ans avec leur premier album. Rencontre matinale parisienne entre deux avions. PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE PHOTOGRAPHIE NICOLAS HUYNH


105

Êtes-vous du matin ? LISA : “Oui, je me lève très tôt.” NAOMI : “Pas du tout. Me lever est une souffrance.” Que prenez-vous au petit-déjeuner ? LISA : “Un citron pressé.” NAOMI : “Rien. Parfois un jus d’orange.” Êtes-vous plutôt salé ou sucré ? LISA ET NAOMI : “Définitivement salé !” Comment avez-vous été repérées ? LISA : “Une vidéo d’un concert, où nous interprétions Mama Says, est arrivée jusqu’à Richard Russell, le patron du label XL Recordings. Il est venu nous voir à Paris, nous avons signé.” NAOMI : “Tout s’est fait naturellement. Nous avons rencontré les bonnes personnes.” Comment définiriez-vous votre style musical ? LISA : “C’est un mélange de soul, de hip-hop, d’électro et de yoruba.” Avez-vous étudié la musique ? LISA : “J’ai fait dix ans de piano.” NAOMI : “Et moi de percussions classiques.” Qui vous a initiées à la musique ? NAOMI : “Notre mère, Maya, pensait que cela nous rendrait heureuses.” LISA : “Elle a une oreille incroyable. C’est notre meilleure critique. Elle est d’ailleurs notre comanageuse et elle nous écrit des chansons.” Quelles sont vos origines ? NAOMI : “Notre mère est franco-vénézuélienne avec des origines juives tunisiennes et notre père était cubain.” Quel est votre lien avec Cuba ? LISA : “Notre père, Anga Diaz, était un percussionniste cubain, membre du Buena Vista Social Club. Nous sommes nées à Paris mais avons vécu nos premières années à Cuba ; nous y retournons tous les ans.” Où vivez-vous ? NAOMI : “À Paris, avec ma mère et Lisa.” LISA : “Je me sens européenne. Je m’installe bientôt à Londres.” Que veut dire Ibeyi ? LISA : “Cela veut dire ‘jumeau’ en yoruba, une langue parlée au Nigeria, Bénin et Togo. C’est un peuple, une culture, une religion, que les esclaves ont emportés jusqu’en Amérique. À Cuba, elle est devenue la santeria.” Êtes-vous croyantes ? NAOMI : “Nous sommes spirituelles. Dans

notre croyance, je suis la fille de la foudre (Shangô) et Lisa est la fille de la mer (Yemaya).” Que représente la culture afro pour vous ? LISA : “Elle fait partie intégrante de notre culture et de notre musique.” Vous entendez-vous bien ? NAOMI : “Nous sommes deux opposés, Lisa est du genre intello, moi pas. Nous nous contredisons sans cesse, et à la fin nous sommes toujours d’accord.” LISA : “Naomi est en effet mon opposé, impulsive, animale.” Quelles sont vos passions ? LISA : “Le cinéma et la photographie.” NAOMI : “La danse.” Quelles sont vos marques de mode préférées ? LISA : “Jean Paul Gaultier pour l’intelligence de son discours, la beauté de ses créations et son accessibilité, ainsi qu’Agnès b., visionnaire et passionnante.” NAOMI : “Et aussi Chanel. Nous adorons Karl et ses équipes. Je porte d’ailleurs un collier Chanel.” Votre devise ? LISA : “Notre père disait : ‘Avance comme les grenouilles, qui vont toujours de l’avant et ne savent pas reculer’.” Quelle éducation avez-vous reçue ? LISA : “Une éducation très artistique avec beaucoup d’amour. Nous avons toujours eu le droit de faire ce que nous voulions. À la maison, nous pouvions tout nous dire. Nous n’avons jamais eu besoin de mentir.” Quelle a été votre plus belle rencontre ? NAOMI : “Prince. Il est venu nous voir en concert à Minneapolis. Il m’a dit quelque chose que je ne peux pas partager mais que je n’oublierai jamais.” LISA : “Nous étions convenus, la veille de son décès, d’une date pour nous revoir…” Racontez-nous votre aventure avec Beyoncé. NAOMI : “Un jour, des amis nous ont signalé que Beyoncé avait posté sur Instagram une vidéo dans laquelle résonnait notre titre River. Son équipe nous a contactées pour participer à une vidéo à La Nouvelle Orléans…” LISA : “Nous avons découvert plus tard que cette vidéo, dans laquelle nous figurons, accompagne son dernier album, Lemonade, sur fond de black women power.” Quels sont vos projets ? NAOMI : “Un deuxième album.”


LEBANON 225 Foch St., Downtown Beirut Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 Aïshti By the Sea, Antelias Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4

CANALI.COM


@2016 CANALI


108

FOCUS

CHÈRE CAPUCHE La culture urbaine n’a pas fini de séduire les créateurs de mode. Cet hiver, le « hoodie » envahit nos vestiaires. De ses origines turbulentes à sa récente récupération par les créateurs, son histoire raconte notre époque. Peu de vêtements, à part peut-être le jeans, ont la même force d’évocation. PAR F.A.D

Hip-hop et solidarité Il n’en faut pas davantage pour séduire les gangs américains et leurs aspirants mauvais garçons qui cachent leur visage sous la capuche à la moindre « alerte bleue » (en référence aux gyrophares de la police). Dans les années 70, il est définitivement récupéré par la culture hip-hop et devient le signe de ralliement des rappeurs, skateurs, taggueurs, graffitistes, break-dancers et autres artistes de la rue souvent en délicatesse avec la justice. Plus près de nous, en 2012, à la suite de l’assassinat de l’adolescent afro-américain Trayvon Martin, et de l’acquittement du forcené raciste qui l’a tué, une « One million hoodie march » a rassemblé à travers toute l’Amérique des centaines de milliers de manifestants en sweat à capuche, vêtement que portait le jeune homme le soir de sa mort.

L’accent de la rue En gros, non seulement le hoodie est ce bouclier qui protège des éléments et garantit l’anonymat, il est aussi un symbole d’appartenance, une icône culturelle, un message de force et de liberté avec son petit côté hors la loi. A y regarder de près, et quand on sait que le vêtement précède le langage pour exprimer l’individualité, peu d’accessoires peuvent se targuer d’être aussi bavards que le hoodie. Avec son franc-parler, son vocabulaire particulier et ses accents divers, la veste à capuche est désormais aussi universelle que le jeans. Il n’en fallait pas plus pour séduire l’industrie de la mode, toujours en quête de cette valeur ajoutée émotionnelle qui peut vous transformer un sac de pommes de terre, en argument de vente, voire en objet de désir. Récupération et interprétations Naturellement, issu de la rue, le hoodie fait les choux gras des grandes marques d’équipements sportifs. « Fling on an Adidas hoodie and just boogie woogie with me », chante la rappeuse anglaise Lady Sovereign. Et tout comme la claquette de piscine Adidas qui s’est retrouvée anoblie par les griffes de luxe, y compris la très minimaliste Céline, le hoodie est à son tour « gentryfié » par les grands créateurs. En cuir lacé chez Anthony Vaccarello ; agrémenté de chaînes imitant la cage thoracique d’un squelette chez Moschino ; noir, moulant et couvrant les yeux chez Vêtements ; barré d’une bande de fourrure horizontale noire sur coton blanc chez Alexander Wang, il s’offre avec une docilité surprenante à toutes les interprétations et s’autorise l’ultime coquetterie de réconcilier toutes les générations et tous les milieux. Cerise sur la gâteau, la chanteuse Rihanna qui a récemment créé une marque de mode sous son patronyme Fenty, vient de réaliser une collaboration avec Puma, baptisée Fenty x Puma, dont résulte une collection streetwear en noir et blanc où le hoodie tient la vedette. Entre le plus radical qui se vend à partir de 10$ dans certains supermarchés et surplus, et le plus décalé dont le prix peut culminer au-dessus de 800$, il reste à choisir son camp.

PHOTOS DR

C

e cône de tissu qui prolonge le vêtement en couvre-chef existe en Europe depuis le MoyenÂge. Pratique pour voyager sur les routes par tous les temps, il sert aussi, comme on le voit sur les capes vénitiennes, à se camoufler. Mais le brave hoodie tel qu’on le connaît aujourd’hui, ce sweat à capuche de la culture urbaine, qui joue les icônes de mode depuis quelques saisons, avec un pic cet hiver, est une invention des meatpackers de Manhattan, depuis les origines des abattoirs de New York (Meatpacking district) établis dans les années 30 du siècle dernier. Indispensable pour transporter les carcasses à dos d’homme et les dépecer dans une atmosphère frigorifique, le sweat à capuche commence donc sa carrière dans la catégorie « uniforme » et la poursuit de même, en habillant les collégiens. Pas un établissement élégant, pas une université américaine qui n’ait un « hoodie » (capuchon) à ses couleurs, frappé de son logo, voire de son écu et de sa devise. Il est simultanément adopté par les sportifs. Epongeant la sueur après l’effort, protégeant les muscles d’un coup de froid, c’est le blouson préféré des boxeurs. Voilà qui l’entoure d’une aura héroïque.


109

VETEMENTS

Y PROJECT

FENTY PUMA X RIHANNA

ANTHONY VACCARELLO PUBLIC SCHOOL


FACONNABLE .COM

C’EST FAÇONNABLE.

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


OFFICIELLE DU MOIS

112


113

A métier de rêve, look de rêve, paysages de rêve, voyages de rêve, bref, avec Lara Chedikian on rêve, même si le job de styliste ne s’improvise pas. Pour alimenter son compte Instagram autant que pour habiller stars et mannequins, la blonde éthérée bosse dur et appuie sa légitimité sur un parcours éclectique.

LARA CHEDIKIAN Par

F.A.D.

Elle a grandi à Paris, près du parc Monceau, mais les étés de son enfance lui ont donné très tôt le goût du bleu mêlé à l’or. Entre Cannes où l’accueillaient ses grands-parents, la Corse pour de nombreuses escapades, Southampton, à Long Island, chez sa tante, et plus tard, à l’adolescence, Saint Barthelemy ; le voyage, la mer et le sable fin sont indissociables de son idée du bonheur. A cela s’ajoute la chance d’appartenir à une famille où l’on communique beaucoup, où l’on rit de bon cœur, où les liens sont solides malgré le divorce des parents. Autant d’ondes positives ne contribuent pas à créer une rebelle. C’est plutôt l’esprit de liberté qui habite Lara Chedikian, et sa certitude que l’horizon recule à l’infini. Entre Anna Wintour et Alexandre de Betak A 19 ans, à peine sortie du lycée, elle choisit de poursuivre ses études à New York. C’est là, dans le cadre d’une année de stage obligatoire, que sa vocation pour la mode se précise : elle est reçue chez Conde Nast et bénéficie d’une formation à Vogue US, sous la houlette d’Anna Wintour en personne. « La meilleure école au monde », dit-elle pour décrire cette expérience. Le souvenir qu’elle en garde ? « Un rythme intensif, des équipes d’une créativité débordante, un professionnalisme hors-pair. A Vogue US, on apprend très vite que la mode est une passion magnifique, mais aussi et avant tout un business ». Un business dont Lara Chedikian continuera à apprendre les arcanes dans l’équipe du producteur et scénographe Alexandre de Betak, dit le « Fellini de la mode ». « Je l’ai assisté dans ses défilés de mode les plus spectaculaires. Apprendre et travailler aux côtés d’un

Photographie

NICOLAS COTTONG

tel génie est une chance incroyable dont je suis très reconnaissante », affirme la styliste. Dans son temple intime Car elle est désormais officiellement styliste. Après avoir collaboré à L’Officiel de la mode de Paris et à Net-à-Porter, elle est aujourd’hui engagée sur d’autres missions en tant que consultante et styliste de marques. Mais si ces périodes d’apprentissage privilégiées l’ont formée, c’est surtout sa grand-mère maternelle qui lui a communiqué sa passion profonde pour la mode : « Je l’accompagnais, enfant, dans les grandes maisons de couture. Elle était très extravagante et moderne pour son époque. Elle m’a transmis son amour de la mode et des belles choses » affirme la jeune femme, qui vénère aussi, dans son temple intime, d’autres idoles : « Jane Fonda pour son engagement, notamment en faveur de l’autonomisation des femmes ; la Brigitte Bardot des années 60 pour sa liberté, son glamour et son irrévérence ; Nelson Mandela pour sa force et son humanisme, Cléopâtre pour sa détermination et son art de la séduction ». Une journée ordinaire Forte de ces principes forgés tout au long de son apprentissage : ne pas suivre les tendances quand elles ne vous correspondent pas, rester soi-même, faire confiance à son intuition, Lara Chedikian passe beaucoup de temps à faire des recherches sur les blogs et les réseaux sociaux pour dénicher de nouvelles marques et de nouveaux talents. Quand elle est sur un projet de stylisme, ou qu’elle doit préparer une consultation, Internet est synonyme


de miracle. Ses journées commencent à 8h : sport (yoga ou cyclisme en salle), souvent un repas de travail suivi d’un tour des showrooms pour prendre note des nouveautés, de tout ce qui se fait sur le marché, des nouvelles tendances. Après huit ans entre Londres et les Etats-Unis, elle est désormais basée à Paris où elle se sent « à la maison », à défaut de vivre au bord de la mer. C’est là que se rythment ses journées, entre le Tigre Yoga ou le club Dynamo pour le cyclisme ; des ballades Boulevard Saint Germain ou dans le Marais le dimanche, et des épisodes de shopping chez Montaigne Market, sa « caverne d’Ali Baba ». Pour déjeuner, elle fait partie des inconditionnels de Loulou, le restaurant du musée des Arts-Décoratifs, quand elle ne traine pas du coté du Musée d’Orsay ou du Centre Pompidou. Le soir, pour prendre un verre, on la trouvera à l’Experimental Cocktail Bar, un lieu inspiré dans le quartier des Halles, entre poutres et vieilles pierres. SIGNES DISTINCTIFS Film(s) culte(s) : Les tontons flingueurs,de Georges Lautner, Pulp Fiction de Quentin Tarantino, Taxi Driver de Martin Scorsese
 Que trouve-t-on dans votre iPod? J’ ai des gouts musicaux très éclectiques . De Cesaria Evora à Adriano Celentano , à Lou Reed aux Rolling Stones , à Michel Berger , Aznavour , Edith Piaf mais aussi Beyonce, Solomun, Jay Z , Asap Rocky et meme les Spice Girls …. La liste est longue. Que trouve-t-on dans votre DVDthèque? Game of Thrones
 Artistes préférés? JR , ERICSON & ZIEGLER, Richard Hamilton, Damien Hirst, Alberto Giacometti 
 Un musicien : Eric Clapton


Un acteur/actrice avec qui vous rêveriez de jouer: Robert de Niro Un ou une créatrice de mode : Azzedine Alaia, Sandra Mansour 
 Une pièce que vous ne jetterez jamais : Une veste noire Chanel de ma grand mere 
 Vacances idéales : La Dolce Vita en Italie
 Contre le stress? Vinyasa Yoga / ou une tablette de chocolat
 Allergie? au Politiquement correct
 Spécialité culinaire : Les Beureks arméniens 
 Plus beau compliment reçu : d’avoir une personnalité “ atypique “
 Votre livre de chevet? Si c’est un Homme de Primo Levi
 Un bijou : Un diamant de famille monté autour du cou
 Un héros/une héroïne: Le petit Prince


COIFFURE : KYRIS ERACLEOUS POUR LE HAIR ROOM SERVICE DE JOHN NOLLET, ASSISTANTE : JOHANNA AMATOURY

Un acteur/une actrice : Meryl Streep



Un lieu que vous aimez: Saint Barthelemy
 Une rue: Rue de Furstenberg à Paris
 Un restaurant: Anahi , un restaurant argentin à Paris
 Dans vingt ans ? Passionnée , engagée , forte et courageuse, heureuse et amoureuse



LA PER_ MANENCE DES ÉGÉRIES 1


2

De la figure aristocratique à la “fille de”, de la vedette à “l’influenceuse”, les icônes du style ont évolué au fil des décennies sans perdre de leur pouvoir de fascination.

PHOTOS ARCHIVES L’OFFICIEL

PAR HERVÉ DEWINTRE

Dans un édito paru en décembre 2001, Amélie Nothomb soutenait brillamment la thèse suivante : les icônes ne disparaissent jamais, sauf pour devenir des légendes. Cette thèse poétique ne résiste pas, hélas, à un examen sérieux. Qui se souvient de Mlle Olga Poufkinne “dont la remarquable et pure beauté s’allie à une élégance des plus raffinées”, de Miss Mabel Boll, “souveraine de l’émeraude et du chinchilla”, de Mlle Alice Delysia, “l’artiste parisienne si souvent applaudie à Londres et à New York” de Mlle Arletty, de la duchesse de Windsor ? Oui, ça nous évoque bien quelque chose, mais seuls les férus d’histoire se remémorent la puissance du règne mondain de telle ou telle femme du monde, ou peuvent confirmer les adorations extrêmes suscitées par les vedettes du music-hall. Toutes étaient pourtant des monstres sacrés de leur époque. En réalité, en forçant un peu (à peine) le trait, on pourrait dire que la seule véritable légende ayant conservé tout son pouvoir d’attraction depuis le début du XXe siècle est le flacon radicalement géométrique du parfum No 5 de Chanel. Une constatation intéressante s’impose cependant : dès le debut du XXe siècle, les notabilités et les personnalités éminentes de la haute société côtoyaient les stars du cinéma naissant. Les couvertures pouvaient aussi bien être consacrées à Mistinguett, aux Rowe Sisters, qu’à la baronne Fouquier ou la comtesse de la Falaise. Cette constante, ce mix entre l’aristocratie et les idoles pop, traversa le siècle dernier sans perdre de

sa saveur. Et, aujourd’hui encore, le public continue de s’intéresser avec un enthousiasme égal aux stars de la chanson, aux “influenceuses” d’Instagram, aux “filles de” et aux héritiers des grands capitaines d’industrie – qui constituent en quelque sorte la nouvelle aristocratie de notre temps. Autre remarque, la beauté n’a jamais été une qualité suffisante ou nécessaire pour devenir une icône, ni pour prétendre au statut d’arbitre des élégances. Pour donner le la, il faut autre chose : une personnalité qui suscite l’identification, l’admiration ou la confidence. Enfin, un je-ne-sais-quoi que résume parfaitement Katharine Hepburn : “Montrez-moi une actrice qui ne soit pas une personnalité et je vous montrerai une actrice qui n’est pas une vedette.” Quant au fait que les idoles tombent parfois dans l’oubli, ce n’est pas très grave, leur rôle est ailleurs. C’est en tout cas ce que prétend Gilles Lipovetsky dans son essai, L’Empire de l’éphémère : “L’inconsciente frivolité de la mode et du star-system favorise la conscience ; leurs folies encouragent même l’esprit de tolérance (par des biais ambigus et paradoxaux puisque la mode comporte beaucoup de suivisme).” Oui, le mimétisme est aussi un moyen d’exalter l’individualité. En somme, conclut l’essayiste, “la frivolité de la mode et du star-system est un terrain propice au développement des droits de l’homme”. Théorie audacieuse et qui mérite réflexion.


3

4

5


6 1 — “Les Dolly Sisters, fées de la danse moderne”, dans les années 1926. 2 — En 1976, Catherine Deneuve. 3 — Qui se souvient d’Irène Wells dont on disait en 1925 qu’elle était “la plus Parisienne des artistes britanniques” ? 4 — Bataille de polochons avec John Galliano. 5 — Karl Lagarfeld “zoome sur le futur”.

PHOTOS MARCUS MAM, RODOLPHE HAUSSAIRE, ARCHIVES L’OFFICIEL

6 — En 1949, la duchesse dans le château de la Croë, au cap d’Antibes.

de

Windsor,

7 — Avant-guerre, la haute aristocratie s’affichait régulièrement en couverture des magazines. Ici la princesse Volkonsky, en 1926. 8 — La princesse Ira von Fürstenberg en 1976.

7

8


120

ZOOM

DE L’ILLUSTRATION À LA MODE

Difficile d’enfermer Cynthia Merhej dans une catégorie. Cette jeune créatrice libanaise aux talents multiples est connue pour ses illustrations tendres et atypiques. Sachant qu’elle est aussi DJ, on la découvre créatrice de mode. PAR MYRIAM RAMADAN


PHOTOS DR.


ZOOM

A 17 ans, Cynthia Merhej partait déjà en solo pour Londres où, déterminée à faire quelque chose des formes et des couleurs qui fourmillent dans ses doigts, elle est reçue à Central St Martins en illustration et design. A 18 ans, elle gagne déjà sa vie et entreprend un voyage en Nouvelle Zélande où elle réalise des illustrations et des clips vidéo en freelance. A 20 ans, elle décroche un BA et enchaîne avec un master en communication visuelle. Parallèlement, elle est déjà commissaire d’évènements artistiques autour de l’illustration, de la photo et du design graphique qu’elle organise avec un groupe d’amis. Sa créativité débordante est décuplée par l’effet londonien. Le fog britannique la libère de toute forme de prêt-à-penser et brouille ses limites. Le dessin comme une seconde nature En 2015, de retour à Beyrouth, la jeune créatrice est engagée par Bokja en qualité de directrice artistique. Le duo à la tête de cette petite entreprise de design, qui crée des meubles décalés autour des tapis et tapisseries d’Orient, ranime en elle le goût du design textile. Mais elle met cette passion en veilleuse, n’ayant pas fini de creuser dans la mine de l’illustration qui lui livre encore ses trésors en abondance. Inlassablement, elle continue à prendre des photos et collabore avec ses dessins dans plusieurs publications au Liban et ailleurs. Publiés dans L’Officiel Levant et L’Orient Le Jour, pour ne citer que ces supports, ses dessins sont tout aussi prisés par les lecteurs

122

du blog américain ManRepeller et le mensuel US Rookie Magazine. Dessiner, c’est ce qu’elle adore faire. Pour l’heure, en faire sa profession la comble. Tentation du textile A-t-elle tout dit, entre aquarelles, gouaches, pastels et crayons de couleur ? Rien n’est moins sûr, mais la passion du textile la rattrape. Cette artiste multimédia a envie d’explorer d’autres domaines d’expression. Avec une maman créatrice de mode, l’odeur des tissus et le ronronnement des machines à coudre ont bercé son enfance. Longtemps elle a vu défiler dans l’atelier maternel des dames de tous âges et de toutes conditions. Elle veut raviver ce souvenir, le prolonger en offrant aux femmes ces vêtements qui donnent de l’assurance, qui libèrent, qui permettent de s’affirmer et aident à s’assumer. N’est-ce pas donner beaucoup trop de pouvoir à un peu de tissu ? Mais Cynthia Merhej y croit, comme elle croit en tout ce qu’elle fait. Entre lin coquelicot et vichy noir et blanc, coton amidonné et laine parme, elle réinvente une mode à mi-chemin entre les sixties et les asymétries contemporaines. En somme, à la croisée de deux générations, celle de sa mère, Nora Merhej, et la sienne. Finalement, elle n’ouvrira pas de boutique et se contentera d’exposer ses pièces dans des espaces éphémères. Histoire de ne pas s’enfermer dans une carrière fixe. L’horizon est si vaste. On ne sait jamais…


PHOTOS DR.


PARIS IENNE SANS-GÊNE 1

Intouchable au début du siècle dernier, l’élégante de la capitale se trouvera par la suite souvent épinglée comme la caricature d’un mythe qui n’existe plus. Avant de disparaître ? Pas si sûr.


2

PHOTOS THIERRY MUGLER, POTTIER, ARCHIVES L’OFFICIEL

PAR HERVÉ DEWINTRE

Elle n’est pas parfaite et ses faiblesses vont parfois jusqu’au ridicule. Mais, dans l’ensemble, ses partis pris et ses préjugés composent un personnage immuable qui a su s’élever au rang de mythe. Cette héroïne, c’est la Parisienne. Elle obsède tellement L’Officiel que le magazine ne peut s’empêcher, durant les vingt premières années de son existence, de lui proclamer son amour et son admiration à chaque numéro. Il faut dire que, dans les années 1920 et 1930, la Parisienne est un trésor national que l’on chérit, à juste titre, car c’est pour approcher les mystères de ses supériorités que les femmes du monde entier se pressent à Paris. Les couturiers savent d’ailleurs très bien ce qu’ils doivent à une telle ambassadrice et ne se privent pas de lui tresser des louanges. La plupart du temps, ils le font en soulignant ses qualités innées (elle a du “chic”, du “chien”, de l’“allure”, de la “race”, de la “branche”, “un sens de la mesure qui lui fait spontanément rejeter le burlesque et le laid”), et, parfois, plus intéressant, en dressant des comparatifs. Ces comparatifs prennent parfois des accents nationalistes un peu navrants, mais généralement on évite de trop humilier les concurrentes, il s’agit surtout de minimiser la gloire nouvellement acquise du couturier en insistant sur le rôle toujours crucial d’une certaine clientèle. Paul Poiret, par exemple : “Une Parisienne n’adopte jamais un modèle sans y faire des changements capitaux et sans le particulariser. Une Américaine choisit le modèle qui lui est présenté, elle l’achète tel qu’il est, tandis qu’une Parisienne le veut bleu s’il est vert, en grenat s’il est bleu, y ajoute un

col de fourrure, change les manches et supprime le bouton du bas.” Après la Seconde Guerre mondiale, les choses se compliquent un peu. Il est de bon ton de moquer gentiment le snobisme de la Parisienne. En 1949, Lucien François explique à une jeune provinciale (L’Officiel no 329) comment se faire aimer de Paris, et c’est drôle, presque féroce, mais pourtant assez exact encore aujourd’hui : “Agnès, méfie-toi de l’intelligence. On ne la tolère dans le monde qu’éclairée par le génie. Au bon ton, préfère le caractère, au charme préfère l’impertinence. Agnès, soit prudente en matière d’élégance. Pas d’emballements irréfléchis. Dis volontiers, avec une moue entendue : ‘Peuh ! C’est du faux Dior’. Collectionne les objets les plus saugrenus. Ne dis plus : ‘C’est amusant !’ Dis : ‘C’est divin !’ Ne ménage ni intrigues ni attentions de toutes sortes pour pouvoir appeler de leur prénom trois grandes dames. Il ne sert à rien d’appeler Cocteau, Jean : c’est tombé dans le commun. Par contre, tu auras fait un grand pas quand tu seras conviée aux jeudis de MarieLouise Bousquet.” Bref, pour être une Parisienne, il suffit désormais de suivre des recettes. Mais des recettes qui feront toujours vendre, qu’elles soient prodiguées par Louise de Vilmorin, Inès de la Fressange ou Caroline de Maigret. On note quand même une constante assez émouvante : toutes les grandes femmes du siècle l’ont un jour ou l’autre été. Elles s’appellent Victoire, Paloma, Marisa, Loulou, Elsa, Joséphine, Marlène. Peut-être qu’au fond la Parisienne véritable n’est pas la femme qui vit à Paris mais celle qui s’y réfugie.


4

3

1 et 7 — En 1980, Thierry Mugler photographie ses Parisiennes dans le no 659 de L’Officiel.

3 — “La panthère a ses destinées” titrait le magazine pour cette série parue dans le no 427-428.

alors

4 — Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en 1949, dans le no 329-330. 5 — En 1925, pour L’Officiel, la comédienne Maud Loty incarne le paradoxe de la Parisienne. 6 — “Quelques idées de Jean Patou, sur la mode de l’hiver 1923”, article paru dans le no 25. 8 — En 1946, c’est un croquis d’un ensemble Jean Patou qui fait la couverture du no 289-290.

PHOTOS ARCHIVES L’OFFICIEL

5

2 — En 1957, dans le no 427-428.


6

8 7


STYLE

128

LES FABULEUSES COIFFES DE TITTI Dans un lieu insoupçonné de Beyrouth, Titti Colombo Ghazzaoui est assise à son atelier, fabriquant ou restaurant avec patience de magnifiques coiffes parées de plumes et broderies. Entourée d’une collection majestueuse de chapeaux, Titti raconte la naissance d’une passion.

PHOTOS DR

PAR MARIA LATI, PHOTOGRAPHIE RAYA FARHAT


129

R

ubans, bobines, dentelles, voilettes et tulle, l’atelier de Titti frétille d’ornements et tissus à chapeaux. Au sous-seul d’un immeuble à Ain el Mreisseh, Titti a improvisé atelier et salle d’exposition. Des pièces raffinées sont présentées à travers une mise en scène à l’ancienne. Collectionneuse, elle élève le chapeau au rang d’œuvre d’art. Chaque pièce est accompagnée d’un descriptif ; la date de fabrication, l’ancien propriétaire, la forme, les dimensions, les matériaux utilisés et l’atelier de création. Les œuvres se dévoilent au fil de la visite ; chapeaux bretons aussi appelés chapeaux tailleurs car portés dans l’après-midi pour compléter la tenue deuxpièces, capelines à tête basse et bords large en paille, organdi ou soie, et magiostrina, modèle porté à l’origine à partir du mois de mai dans la campagne italienne. Dans l’atelier, les cloches des années folles côtoient les toques en velours, satin de soie ou feutre, habillées de perles et nœuds, témoins de la créativité des années 40 et 50, âge d’or du chapeau. Les coiffes printanières en paille, torsadées, f leuries, ou ornées de dentelle, se reconnaissent à la gaîté de leurs couleurs. Une armoire vitrine révèle de précieux chapeaux de plumes travaillés minutieusement; faisan, oie et autruche, auxquels s’ajoutent des garnitures de perles fines. Les pièces ont été créées par des modistes français de renom, Madame Paulette, Jacques Fath, Rose Valois, ou italiens tels que Gallia et Peter, Anny ou Pirovano, mais aussi des maisons libanaises comme Mme Darmon, Marise et Maguy, datant des années 1920 à 1970. Chaque coiffe requiert de longues heures de travail et une grande habileté. Titti démonte les chapeaux pour mieux les comprendre. Assise à sa table de travail, elle observe l’assemblage, les techniques et matériaux puis se met à l’ouvrage. Elle lave, brosse, repasse avec son vieux fer, et moule sur des formes en bois, soit pour redonner

leur splendeur à des chapeaux délaissés ou pour réaliser ses propres créations, auxquelles elle ajoute un ruban par ci, des coquillages ou des f leurs par là. Un patrimoine en disparition Titti, Italienne qui vit au Liban depuis plus de trente ans avec son mari et ses enfants, a toujours aimé le travail manuel. Au cœur de la récente crise économique, elle constate la formation, en Italie, d’un mouvement qui fait revivre les vieux métiers artisanaux. Elle décide de se lancer dans l’art de la céramique. En se mettant à la recherche d’un atelier de poterie, elle découvre le métier de modiste. Le moulage du feutre, dit-elle, est similaire au travail de la terre cuite. Elle approfondit ses recherches sur l’époque où les élégantes changeaient de coiffes pour chaque moment de la journée, au gré de leurs tenues. Titti retrouve la modiste qui réalisait des chapeaux pour sa mère, à Milan, et s’installe auprès d’elle pour apprendre le métier. L’artisane milanaise, Liliana Cattaneo, dans la profession depuis soixante dix ans, lui transmet son savoir-faire mais la met en garde contre les fatigues du métier manuel. La collectionneuse qui, au départ, voulait juste se divertir, prend conscience que c’est un patrimoine en disparition qui lui est transmis. Elle passe de longues journées auprès de la modiste, et apprend à tresser la paille, mouler le feutre, ajouter broderies ou voilettes. De retour au Liban, riche d’un savoir-faire et d’une collection variée de pièces récoltées dans les brocantes ou récupérées chez des amis et connaissances, puis remises en état, elle inaugure son atelier. Sur rendez vous, elle accueille des visites privées, partage sa passion et prend commandes de chapeaux uniques réalisés à la main, avec des matières naturelles et nobles, pour les fêtes et occasions. Titti ambitionne de créer un petit musée pour faire profiter le public de sa jolie collection. Et qui sait, peut être remettre la mode des chapeaux au goût du jour.


MATIÈRES À RÉFLEXION 1

À ses débuts, L’Officiel Paris s’intéressait autant au style qu’aux tissus et aux savoirfaire nécessaires pour la confection des vêtements. Un patrimoine que le magazine continue à célébrer depuis 95 ans.


2

PHOTOS ARCHIVES L’OFFICIEL

PAR HERVÉ DEWINTRE

L’Officiel est né dans un contexte très particulier, pour répondre à une demande fort précise. Disons-le franchement, à la date de parution du premier numéro, en 1921, la haute couture (on disait aussi la grande couture) avait vécu son âge d’or ; les avis les plus autorisés constataient déjà la baisse inquiétante des ventes. Néanmoins, malgré ces cris d’alarme, la mode française faisait toujours autant rêver, surtout les commissionnaires étrangers qui achetaient le droit de reproduire dans leur pays des modèles originaux conçus par les créateurs parisiens. Avant 1914, les présentations des nouvelles collections se faisaient toute l’année. À la fin de la Première Guerre mondiale, les acheteurs professionnels américains réclamèrent une mise en ordre des présentations : c’est alors que L’Officiel est né. Le magazine, dont les textes étaient traduits en plusieurs langues, offrait à ce public de professionnels et de clientes fortunées la date précise des présentations, tout en déclinant dans les grandes lignes, maison par maison, ce que serait le ton de la saison, en matière de style et des tissus à adopter. Les étoffes occupaient une grande place dans le magazine. Pour une raison simple : le prêt-à-porter n’existait pas et, jusqu’à la fin des années 1950, plus d’une femme sur deux confectionnait ses vêtements ou les faisait faire par la couturière du quartier. D’où l’importance

qu’il y avait pour ces lectrices de savoir que penser des crêpes “Yvette”, quels étaient les coloris de la saison, où trouver les plus beaux satins façonnés et nacrés, les taffetas glacés, les velours moirés et les draps zibelinés. Les questions essentielles pouvaient alors être : “Les tissus ‘Petite Reine’ de chez Châtillon-Mouly-Roussel sont-ils adaptés à une robe tennis ? Les lainages unis ‘Crepolux’ de Paul Brion sont-ils toujours en vogue ?” Avec l’invention du prêt-à-porter, ces questions passèrent au second plan. On oublia l’importance de la “façon” pour se focaliser sur la ligne, la silhouette du jour. Ce fut un progrès remarquable, puisqu’il permit à l’ensemble de la population d’avoir accès à la mode moderne mais, dans le même temps, ce fut une déperdition terrible de savoirfaire. Plus personne ne sait, comme le faisaient nos grands-mères, regarder un vêtement “sous toutes les coutures”. Par une coïncidence heureuse, les grandes maisons de couture et les créateurs de premier plan se soucient à nouveau de ces pans essentiels de la mode en passe de tomber dans l’oubli. On pense naturellement à la maison Chanel et à sa politique active de sauvegarde des “façonniers”. L’enjeu est important : le style se copie facilement, mais le savoir-faire est inimitable.


PHOTOS RODOLPHE HAUSSAIRE, POTTIER, ARCHIVES L’OFFICIEL

3 4

5


6

1 — Les tissus Chanel présentés dans le no 150 de L’Officiel, en 1934. 2 — En 1964, dans notre no 509-510, les tissus de la maison Rhonel. 3 — Parmi la présentation détaillée des toiles d’hiver, les tissus Rodier, en 1948 (no 317-318). 4 — En 1949, un manteau Marcel Rochas dans un “gros tissu bleu mouche” de Lesur, complété d’une étole en vison platiné (no 331-332). 5 — Une collection Chanel présentée en février 1980, dans le no 659. 6 — En août 1935, dans L’Officiel no  168, la maison Chanel communique sur ses nouveaux tissus. 7 — Publicité pour les tissus E. Perrot et Cie, dans le no 323-324, en 1949.

7


134

ANATOMIE D’UN SAC

LE “DOTCOM CLICK” DE FENDI

Ce nouveau petit sac a tout d’un grand. Coup de cœur pour la version d’inspiration ethnique.

Deux sacs en un, c’est le concept du “Dotcom”. Créé pour la collection croisière 2016 par Silvia Venturini Fendi, directrice artistique des collections maroquinerie, homme et enfant de la maison Fendi, il a été imaginé dans un esprit ludique et fonctionnel. Moderne et sophistiqué à la fois, il tire son nom du petit point apparent à l’avant du sac. Son atout majeur ? Sa pochette amovible qu’on peut utiliser avec ou sans le sac, pour aller en soirée ou faire une course rapide en journée. Nouveau venu cet hiver dans la famille “Dotcom”, le “Dotcom Click”, plus petit, est idéal car spacieux sans être oversize.

Sa double poche interne permet une organisation optimale. Structuré mais souple au toucher, il est décliné en cuirs exotiques, veau velours, brodé de fleurs en cuir ou lacé de cuir. Versatile, il peut se porter à la main ou à l’épaule grâce à sa bandoulière. Et comme pour tous les sacs Fendi, on peut s’amuser à rajouter une anse “Strap You” amovible. Jessica Alba, Gigi Hadid, Jessica Chastain, Lindsey Wixson ou encore Rita Ora l’ont toutes déjà adopté. Sac “Dotcom Click ” en veau velours ocre brodé d’ondulations en cuir bordeaux, Fendi.

PHOTO DR

PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE


nancygonzalez.com

Aïshti, Downtown Beirut 01.99 11 11

Aïshti by the Sea, Antelias 04. 71 77 16


BY THE SEA


THE ULTIMATE BEAUTY AND WELLNESS DESTINATION

AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, LEVEL 4, T. 04 711 940


138

BEAUTÉ

CLASSIQUES REVISITÉS Grands classiques ou nouveautés attractives, voici les dernières fragrances culte fraîchement revisitées qui vous offrirons des balades olfactives romantiques.

Par STÉPHANIE NAKHLÉ Photographie RAYA FARHAT Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction Artistique JOSÉE NAKHLÉ


1. Huile scintillante pour le coprs “Soleil Blanc”, TOM FORD.


1. Eau de parfum “Mon Paris”, YVES SAINT LAURENT.


1. Eau de Parfum “La femme Prada”, PR ADA.


“ N°5 L’ eau”, CHANEL.


144

BEAUTÉ

VOYAGES VOYAGES

La maison Louis Vuitton propose sept escapades olfactives composées en liberté autour du cuir et des fleurs exotiques. PAR ANTIGONE SCHILLING

À Madagascar pousse une exquise gousse noire au parfum suave : la vanille. Jacques Cavallier-Belletrud, parfumeur attitré de Louis Vuitton depuis 2012, a composé Contre moi en s’inspirant de cette orchidée : “Je l’ai fait pour créer quelque chose d’addictif. Il y a la belle vanille planifolia de Madagascar, un peu ‘dégradée’ avec un côté animal, ‘cuiré’, et un peu de vanille Tahiti, plus gâteau.” Dans ce parfum de fusion, la vanille est épaulée par une rose centifolia, du magnolia, une touche de cacao et de la graine d’ambrette. À la volupté langoureuse de la gousse s’oppose une idée de fraîcheur – exquis paradoxe. La fleur est reine de cette collection, avec des interprétations de rose, de muguet et de tubéreuse. Jacques Cavallier-­Belletrud voulait partir de la féminité, même si les hommes peuvent aussi porter des fleurs. Pour Rose des vents, promenade aux quatre points cardinaux, la précieuse centifolia s’entoure d’essences de roses turque et bulgare, d’iris de Florence, de cèdre de V ­ irginie et de poivre. “La rose incarne la complexité de la femme, il y a de la douceur, des épices, de la violence, du fruit, de l’intensité, de la profondeur et beaucoup de rayonnement.” Avec Turbulences domine la tubéreuse. Narcotique, hypnotique et sulfureuse, elle est tempérée de jasmin sambac – “la note florale la plus sensuelle, ça sent l’amour !” –, de rose de mai et d’une note de cuir. Dans Apogée, symbole de renouvellement de la nature,

le muguet est tout en fraîcheur. “Le muguet est charmant, je travaille cette fleur depuis trente ans… Là, je voulais le créer à la japonaise, très romantique et très kawaii.” Le cuir est l’apanage de la maison, et Jacques Cavallier-Belletrud a cherché à l’interpréter. Foin de composants classiques pour en reproduire l’odeur mais une création à base du cuir clair utilisé pour les poignées des accessoires Louis Vuitton, qui a macéré dans de l’alcool. Sombre, le résinoïde obtenu a été clarifié jusqu’à obtenir une “teinture de cuir” pour ces nouveaux parfums. Dans la peau magnifie le cuir et l’enveloppe de senteurs douces : abricot, jasmin, narcisse, magnolia. C’est le parfum de l’épouse du parfumeur. Il le voit comme “disruptif, spécial, comme une femme qui a beaucoup de caractère, que l’on n’ose aborder et qui, en fait, est très sympa. C’est un musc cuir avec de la rose, une idée que je porte en moi depuis longtemps”. Mille feux marie le cuir à la douceur gourmande de la framboise, rencontre inédite où s’invitent osmanthe de Chine (animal et abricoté), iris et une pointe de safran. Hommage à la maison dans la noblesse de son travail artisanal. Matière noire transporte au loin, dans une profondeur imaginaire, évocation de ténèbres. Patchouli sombre, bois d’agar du Laos, cassis et, en contrepoint, des notes claires, blanches, farandole de fleurs, narcisse, jasmin sur volutes d’encens. Myriade de sensations. Si les noms emportent vers d’olfactifs vagabondages, le flacon aussi joue les nomades. Outre la création élégante de Marc Newson, des formats de voyage rechargeables existent. La nouvelle aventure pour la maison Louis Vuitton a désormais pour lieu d’ancrage Grasse, avec le retour des fontaines parfumées et l’installation du laboratoire. Et comme le dit Jacques Cavallier-Belletrud : “Le parfum, c’est du rêve encore…”


D V F. C O M A Ï S H T I D O W N T O W N B E I R U T/A Ï S H T I B Y T H E S E A A N T E L I A S /A Ï S H T I V E R D U N


146

BEAUTÉ

LA FLEUR DE L’ÂGE

À 20 ANS, MISSION PEAU ZÉRO DÉFAUT L’inspiration Jennifer Lawrence et son teint dewy à l’éclat incomparable Un produit À cet âge, un seul fléau : l’excès de sébum et les imperfections qui en découlent. Pour perfectionner le grain de peau encore en pleine possession de toute son élasticité, on mise sur les eaux de soin nouvelle génération, phénomène venu d’Asie. Voici un produit multi-usages, à utiliser aussi bien le matin pour réveiller le teint, après la pose du fond de teint comme fixateur ou au cours de la journée pour resserrer les pores : Caudalie s’associe à Jason Wu et revisite sa mythique Eau de Beauté, must-have prisé de nombreux mannequins et make-up artists. Un cocktail végétal à mi-chemin entre l’eau et le tonique à l’extrait de pulpe de raisin, au benjoin apaisant et aux huiles essentielles de romarin, de mélisse et de menthe poivrée ultra-stimulantes.

Nouveaux produits, innovations esthétiques et soins d’exception , L’Officiel célèbre la beauté, pour une peau lumineuse et éclatante de santé. PAR MÉLANIE MENDELEWITSCH

À 30 ANS, LUTTER CONTRE LES PREMIERS SIGNES DE L’ÂGE

Un soin Peu concernées par les traitements en instituts souvent destinés aux peaux matures, les millenials en perpétuelle quête de healthy living craquent pour les soins à boire, qui agissent de l’intérieur : on apporte à sa peau tous les nutriments nécessaires à son éclat grâce aux cures de Juice Lab, enseigne bio de succulents jus pressés à froid créée par Mandarine Rouff, bercée au bio et au gluten free dès sa plus tendre enfance. Des cocktails 100 % fruités gorgés de vitamines et d’actifs hydratants, à se procurer d’urgence dans la troisième boutique de la marque, qui vient d’ouvrir ses portes à Paris rive gauche.

Un produit En pleine mutation et sujette aux variations hormonales, la peau révèle ses ridules précoces et ses taches cutanées, en particulier à l’heure des premières grossesses. Des préoccupations auxquelles répond Illumino, innovation de Colbert MD élaborée par le skin guru Dr Colbert en personne. Ce masque textile revitalise la peau et prévient la perte d’eau et d’élasticité, tout en luttant contre l’hyper-pigmentation et le teint brouillé. Cocktail musclé d’acides hyaluronique et lactique mixé à un extrait de nid d’hirondelle, il favorise la régénération. Un soin L’un des traitements de pointe du spa Chanel du Ritz, premier institut parisien de l’enseigne. Une sublime piscine néoclassique et des équipements ultra-modernes qui mettent à l’honneur la fascia-thérapie, technique manuelle prisée des ostéopathes et kinésithérapeutes. Médecine esthétique Pour une peau lissée et une élasticité optimale, on opte pour le Thermage par radiofréquence, qui chauffe les couches supérieures de la peau, permettant ainsi de relancer la production de collagène tout en atténuant de façon significative les premiers signes de l’âge. Le résultat final apparaît au bout de six mois, et dure jusqu’à trois ans.

1

Médecine esthétique En quête d’une solution non invasive pour corriger cernes, teint terne ou de légères imperfections héritées d’une acné juvénile ? Dans une démarche de prévention, on opte pour un peeling sur mesure (Milk Peel ou Mask Peel) à base d’acide glycolique qui donne un coup de boost au renouvellement cutané.

PHOTO RODOLPHE HAUSSAIRE/ARCHIVES L’OFFICIEL

L’inspiration Le glow cristallin de Natalia Vodianova


148

BEAUTÉ

À 40 ANS, OBJECTIF ÉCLAT

2

L’inspiration Le teint solaire d’Eva Herzigová, visage des soins Dior. Un produit À partir de 40 ans, l’organisme freine la production de collagène : le teint manque de luminosité, et les marques de fatigue sont davantage visibles. On mise donc sur des formules ultra-concentrées qui viennent booster l’énergie naturelle de notre épiderme. Véritable concentré d’éclat, le nouveau soin Givenchy combine plusieurs extraits d’algues régénératrices : de la lumière à l’état pur pour la journée et des propriétés hautement régénérantes pour la nuit, le tout en un seul produit hybride. Un soin Pour détendre les traits marqués par le stress urbain, on expérimente la crème des soins high-tech qui feront la beauté du futur. Le nouveau centre Aerial Wellbeing for the Future de l’hôtel Normandy de Deauville propose des soins neurosensoriels prodigués dans un fauteuil No Gravity utilisé par les astronautes de la Nasa, des massages énergisants et un traitement acupuncture sans aiguilles qui détend l’organisme et les traits grâce à de microfréquences envoyées sur la peau via une sonde.

À 50 ANS ET PLUS : RAJEUNIR AVEC NATUREL L’inspiration Robin Wright et sa peau à la luminosité radieuse. Un produit On soigne le contour de nos yeux, zone clef qui trahit trop souvent la fatigue et le vieillissement cutané : appliqué quotidiennement en tapotant légèrement, le nouveau

Concentré Yeux de Dior Prestige enrichi en rose de Granville décongestionne, revitalise et lifte le contour de l’œil. Grâce à son applicateur révolutionnaire Open Eye doré à l’or fin, il donne un coup de frais immédiat au regard en activant la micro-circulation et apaise les micro-inflammations. Un soin On apprend à miser sur des soins express ultra-complets, chouchous des femmes pressées qui ont à cœur de régénérer leur peau éprouvée par le stress. Parmi eux, le lifting high-tech garanti sans chirurgie du nouveau Spa Mosaïc de l’hôtel du Collectionneur : trente minutes pour régénérer l’épiderme et lui rendre toute sa souplesse et son élasticité. Médecine esthétique On cible le cou et le pourtour du visage, premiers témoins de l’affaissement de la peau et du vieillissement cutané. Venus Legacy, premier dispositif 4D, combine la radiofréquence ainsi que les champs électromagnétiques pulsés, pour redéfinir l’ovale du visage et éliminer rides et ridules en quatre à six séances seulement, sans éviction sociale.

PHOTO ARCHIVES L’OFFICIEL

Médecine esthétique Solution ciblée à usage des peaux en manque d’élasticité, l’Ultraformer, technique révolutionnaire de rajeunissement par ultrasons. Une option destinée à redessiner l’ovale des épidermes à l’affaissement léger : “C’est la méthode idéale pour enrayer le ralentissement de la production de collagène chez les femmes de 40 ans dont les signes de vieillissement ne nécessitent pas encore d’intervention lourde”, explique le Dr Bernard Sillam, fondateur du centre esthétique Lazeo. Effet lifting garanti dès la première séance, sans chirurgie ni anesthésie.


W W W. S O N I A BY. C O M


150

BEAUTÉ

IN THE MOOD

FOR BRAIDS

TRESSES, Cornrows, dreadlocks : focus sur ces coiffures des femmes africaines qui ont conquis le monde de la mode et de nombreux artistes, qui en oublient parfois l’origine. PAR MÉLANIE MENDELEWITSCH

Si les coiffures d’inspiration afro sont plus célébrées que jamais, au point d’inspirer la planète mode et d’être adoptées par de nombreuses stars et it-girls – Kim Kardashian, Karlie Kloss ou Selena Gomez – elles font également débat : de nombreuses voix s’élèvent contre ce qui serait un phénomène d’appropriation culturelle, qui passe sous silence l’histoire et le contexte socioculturel. Fatou N’Diaye, créatrice du blog Blackbeautybag.com, explique : “Il y a des ethnies en Afrique – Bantou, Haoussa, Peul… – où l’on retrouve différentes coiffures, que l’on porte selon son statut social et les occasions : deuil, mariage ou pour célébrer l’entrée dans l’âge adulte. Ces coiffures n’ont pas qu’un rôle de coquetterie, elles racontent une histoire, un art de vivre et des croyances. L’art du tressage fait partie intégrante de la culture noire africaine depuis des millénaires…”

De même, les dreadlocks, devenues emblèmes des rastafaris, puisent leurs racines dans l’Égypte ancienne. Magnifiquement portées par des personnalités comme Zoë Kravitz, le nouveau visage de la maison Balenciaga, Willow Smith ou la comédienne Zendaya, les dreadlocks ont également été adoptées par des stars mainstream comme Justin Bieber ou Kylie Jenner. Sans cesse réinterprétées, les dreadlocks sont l’une des inspirations du coiffeur star John Nollet, qui les a mises à l’honneur pour Johnny Depp dans Pirate des Caraïbes : “J’aime le côté bohème de la dreadlock, la façon dont la coiffure vieillit et évolue, son aspect faussement désinvolte mais qui réclame en réalité un vrai savoir-faire. Je trouve magnifique que les femmes noires assument leurs différences, et n’adoptent plus les cheveux lissés des Européennes.” Collées en chignon sur le défilé Valentino, ultra-plaquées sur celui de Céline ou affichées

par Cara Delevingne, les tresses étaient elles de tous les shows lors des dernières fashion weeks. Quant à Lourdes, fille de Madonna, elle apparaît coiffée de tresses dans la campagne du parfum Pop de Stella McCartney. Pour Fatou N’Diaye, ce sont les personnalités de l’univers musical qui ont contribué au grand retour de la tresse (braid, ou cornrow dans sa version plaquée) : “Déjà dans les années 1960, de grandes chanteuses comme Nina Simone et des actrices telles que Cicely Tyson affichaient des tresses africaines et des nattes collées. La transition avec le monde de la mode et du show-business s’est ensuite faite au travers de stars des cultures urbaines, du hip-hop en particulier. Avec Beyoncé et Rihanna bien sûr, mais aussi Queen Latifah ou Tyra Banks avant elles.” Les réseaux sociaux et la blogosphère, forts de leur culture du tutoriel beauté 2.0, ont aussi largement contribué à cet élan capillaire afro.


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


152

ANATOMIE D’UNE MONTRE

SERPENTI INCANTATI

Eternelle charmeuse de serpents, la Maison Bulgari réinterprète à l’infini son hommage à cette créature douée de pouvoirs légendaires. Plus qu’une montre, son nouveau gardetemps Serpenti Incantati est un bijou patrimonial. PAR F.A.D.

DE BVLGARI En version rubellite sur cadran de 30mm en or rose et bracelet de satin (édition limitée à 50 exemplaires) ou en version diamants sur cadran en or blanc et bracelet crocodile (30 exemplaires), la Serpenti Incantati se décline en transparence dans la série Skeleton Tourbillon qui permet de voir le mécanisme, ou alors pavée, avec un cadran tapissé de brillants et entouré d’un couronne sertie de diamants ou de rubis. PHOTO DR.

Après avoir enroulé le serpent autour poignet, c’est autour du cadran même de la montre que Bulgari le dévide en un mouvement hypnotique au bout duquel la tête de la chimère rejoint sa queue. Véritable pièce de haute joaillerie horlogère, la nouvelle montre Serpenti Incantati de Bulgari s’inspire d’une broche d’archives réalisée par la Maison en 1930.


153

TENDANCE MONTRES

Montre “LVCEA”, en acier, bracelet en alligator, collection ”Tourbillon”, edition limitée, Bulgari.

Montre “Emprise épi denim blanc”, en acier, mouvement à quartz, Louis Vuitton.

Montre “La D de Dior Mitza” en or, saphirs et laque noire, mouvement à quartz, Dior Horlogerie.

L’HEURE DU SAFARI

PHOTO DR

Le pelage graphique des animaux sauvages magnifie ces cadrans.

Montre “Panthère au Clair de Lune” mouvement mécanique, en or rose, diamants, Cartier.

PAR EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Montre “RM 016” en or, diamants, saphirs noirs, céramique, mouvement automatique, Richard Mille chez Cadrans.

Montre “Mistero”, diamants blancs et noirs, bracelet en cuir, Alain Philippe en vente chez George Hakim.

Montre “Ballon bleu de Cartier, taches de panthère” en or, diamants et émail, Cartier.

Montre “Happy Sport” en acier, diamants, en onyx, série limitée à 500 pièces, Chopard en vente chez Mouawad.


154

BIJOUX

Pendentif “Amulette de Cartier” en or rose, bois d’amourette, diamant, chaîne en or, Cartier.

Collier “Gucci Garden” avec pendentif en argent finition palladium vieilli, Gucci.

Pendentif “Round Bottle” en or jaune et jade, Elsa Peretti pour Tiffany & Co.

LE POUVOIR DES GRIGRIS Pendentif “Comète Spirale” en or blanc serti de diamants taille brillant, Chanel Joaillerie.

Collier “Le Tabou” en argent finition or jaune avec cabochon en opale rose, Arthus-Bertrand.

PAR EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

Pendentif “Beret Icon Star”, en or rose 18 ct et 21 diamants, Tabbah.

Pendentif “Étoile” H.Stern Chez Sylvie Saliba.

Collier “Serpenti” en or rose, deux malachites et pavé diamants, Bulgari.

PHOTOS DR

Croire à sa bonne étoile en arborant autour du cou de précieux talismans.


156

BIJOUX

L’OR DU TEMPS Il y a les bijoux qu’on s’achète sur un coup de cœur, et il y a les bijoux qu’on reçoit comme un grand feu dans l’âme. Ceux-là traversent le temps et fondent les légendes. Photographie

RAYA FARHAT

Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction Artistique JOSÉE NAKHLÉ


157

Collier, BVLGARI.


158

BIJOUX

Collier, GEORGE HAKIM.


159

Collier, CARTIER.


160

BIJOUX

Bagues, TABBAH.


161

Colliers, SYLVIE SALIBA.


162

BIJOUX

Boucles d’oreilles et sautoir, BUCCELLATI.


AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH 01 99 11 11


164

BIJOUX

Photographe, designer et militante de l’identité arabe, Nadine Kanso a commencé sa carrière en 2006, multipliant, depuis sa première exposition au V&A, les projets artistiques destinés à modifier l’image négative du Moyen-Orient. PAR F.A.D

UN AUTRE REGARD SUR L’ARABITUDE Quand, dans la période qui a suivi l’attentat du 11 septembre 2001 à New York, Nadine Kanso a pris conscience de la souffrance que cette tragédie a engendrée pour les Arabes en termes d’image et de dignité humaine, elle a aussitôt empoigné sa caméra, déterminée à montrer au monde le raffinement de leur culture et mettre en avant les aspects positifs occultés de leurs traditions. « Je l’ai fait en tant qu’Arabe et en tant que mère », dit-elle, inquiète à l’idée que ses enfants aient à grandir dans le dénigrement de leur identité. 2016 marque pour cette créatrice dix années de productivité incessante. De la photographie au collage, à la calligraphie et au bijou, en passant par les collaborations autour de divers objets, Nadine Kanso aura couvert en une décennie tous les domaines du design. Forte d’un sens aigu du marketing, cette artiste graphique de formation, basée entre Dubaï et Beyrouth, gagne sa légitimité d’ «entrepreneur culturel » en créant son label de bijoux « Bil Arabi » qui se distingue par des interprétations précieuses de l’alphabet arabe. Un vendredi soir au V&A Tout commence donc par la photo. En 2006, quand le Victoria and Albert Museum de Londres lance, pour son rituel « Friday night at the museum », le thème « Arabize me », Nadine Kanso a déjà sous le coude une série de portraits réalisés dans les milieux créatifs et culturels du monde arabe. Chaque sujet porte une carte calligraphiée par l’artiste en lettre d’or. La collection s’intitule « Meen ana ? » (Qui suis-je ?). Elle est aussitôt retenue pour figurer dans l’exposition temporaire du V&A et connaît un vif succès. C’est la réaction positive des visiteurs à cette première tentative qui incite la jeune femme à explorer d’autres médiums pour soutenir son message. La troisième dimension Une lettre : « Noon ». Comme l’initiale de Nadine, comme une barque rompant les amarres. Le « N » arabe prend du relief et se sublime dans une bague en or 18k carat sertie de pierres

semi-précieuses. Ce premier bijou est un vrai porte-bonheur. Il signe la conversion de la photographe et calligraphe en conceptrice d’ornements et la bombarde « entrepreneur culturel ». Sous sa marque « Bil Arabi », elle est loin d’avoir dit son dernier mot. Le temps des lauriers et des collaborations En 2007, c’est dans une petite boutique éphémère, à Koweït City, que la première collection « Bil Arabi » prend son envol. Les bijoux sont tous raflés, il n’y a qu’à continuer. La même année, Nadine Kanso complète son travail photographique par une nouvelle série « Rewind Ya Zaman » qui souligne la frustration des populations arabes et met en exergue leurs icônes patriotiques. Celle-ci est exposée à la galerie B21 à Dubaï. Couronnée, en 2008, « Femme de l’année » dans le domaine de la culture par la fondation Emirate Woman, elle est aussitôt invitée par Cheikh Majed Al-Sabah, surnommé le « Cheikh of Chic », à présenter les créations Bil Arabi à Design Miami. En 2009, à l’occasion d’une course de Dhows organisée par Louis Vuitton, la maison de luxe lui commande une série de photos en hommage aux traditions maritimes de Dubaï. En 2010, elle crée une ligne de bijoux en édition limitée pour une vente aux enchères organisée par Christie’s sur le thème de l’attachement à la terre. S’ensuivent, en 2011 une collaboration avec les cosmétiques Kiehl’s et en 2012 une série de bijoux pour Harvey Nichols Dubaï. En 2013, c’est Gucci qui fait appel à son talent de photographe pour la réalisation d’un beau-livre célébrant les icônes de mode, influenceuses et artistes du Koweït. Même les marques Maserati et Zegna, à priori étrangères à son univers, font appel à Nadine Kanso pour la réalisation d’un album sur leur collaboration autour de la Maserati Quattroporte. Les bénéfices du livre iront à la restauration de la fontaine de Neptune, à Bologne. Toujours en équilibre entre photographie et calligraphie, l’artiste est désignée aux Grazia Style Awards meilleure créatrice de bijoux pour l’année 2016. Sur son compte Instagram, elle affiche une devise en trois mots : Love Life Peace. C’est peu dire qu’elle les incarne.


PHOTOS DR

165


171

MODE TRAVERSÉE DES - APPARENCES THE ROYALS OF - NEW ORLEANS NAGADEF PAUL NAKASADOUGOUDA - POGBA RED HOOK - POETIC JUSTICE

TR AVERSÉE DES APPARENCES page 168


TRAVERSÉE DES APPARENCES L’art d’aujourd’ hui nous fascine. Il tutoie notre intelligence et titille notre mémoire. Loin de l’espace sacré des musées, il nous parle ouvertement de nous et du monde qui est le nôtre. La mode se retrouve elle aussi, de plain pied, dans cet univers où la beauté est une manifestation de l’idée. Contre un mur blanc, elle est œuvre. Contre une œuvre, elle est la vie et, pourquoi pas, l’art en marche.

Photographie

TAREK MOUK ADDEM

Stylisme

AMINE JREISSATI

Réalisation

MÉLANIE DAGHER

Diréction artistique JOSEÉ NAKHLÉ


Total look, STELLA McCARTNEY.


Total look, GUCCI.


Total look, GUCCI.


Total look, SAINT LAURENT


Total look, CHLOÉ.

Pantalon, manchette et foulard, CÉLINE. Bottes, PR ADA.


Total look, CÉLINE.


Total look, FENDI.


Pantalon, manchette et foulard, CÉLINE. Bottes, PR ADA.

Total look, MIU MIU.


Total look, PR ADA.


Robe, VICTORIA BY VICTORIA BECKHAM. Foulard, CÉLINE. Chaussures, PR ADA. Bracelet, CHLOÉ.

Total look, SAINT LAURENT.


Pantalon, manchette et foulard, CÉLINE. Bottes, PR ADA.

Robe, VALENTINO. Modèle : Aiysha chez De Boekers Coiffure et maquillage : ­ Urban Retreat Assistants photographie : Charbel Saadé et Elie Abi Acar


THE ROYALS OF NEW ORLEANS La famille de Solange Knowles, actrice, musicienne et mannequin, son mari Alan Ferguson, réalisateur, et son fils Daniel Julez Smith Jr., c’est un style inimitable et éclectique, entre bohème et afro.


Direction artistique et stylisme

JENKE AHMED TAILLY

Photographie BRENDAN BURKE

Texte

JULIA MACAREZ

Solange : top froncé, jupe et pantalon,   Jacquemus. Bottines à talons en cuir, Carven. Alan : sweat-shirt en coton imprimé et pantalon en coton, ­Opening ­Ceremony. Chaussures en cuir, ­Maison Margiela. Julez : sweat-shirt Moncler. Son short. Baskets en cuir, Adidas Originals.


Robe longue en velours, Valentino. Sneakers en cuir dorĂŠ, Reebok. Page de droite, veste de costume en laine, Baby Dior. T-shirt en coton blanc, Bonpoint.


Du charme, un charisme singulier et beaucoup d’aplomb : Solange Knowles a su imposer son aura dans la mode et dans la musique. On connaît ses looks éclectiques et ses choix stylistiques aiguisés, entre mix des imprimés, couleurs vives et influences indie, bohème et afro. Côté chanson, elle affirme une personnalité à part. Trois albums, dont le dernier, True (2012), connaît un vif succès – on en retient le single imparable

Losing You. En 2013, elle crée son label Saint Records, avec une compilation Saint Heron qui réunit des artistes R&B indépendants et novateurs. En 2015, elle est la tête d’affiche de la campagne Eleven Paris. Diversité et originalité, à l’image d’une empreinte créative sans limite. Solange travaille sur un nouvel album, qui sera suivi en 2017 d’une tournée. Un retour aux sources – une partie des titres a été enregistrée en Afrique.


Solange : robe, Simone Rocha. Chaussures en cuir, Jacquemus. Alan : costume   en laine,   Berluti. Manteau en laine imprimée, Kenzo. Baskets en cuir, Adidas Originals. Julez : costume en laine et chemise en popeline de coton, Baby Dior. Baskets en cuir, Adidas Originals.


Cardigan en cachemire, chemise en popeline de coton et pantalon en laine, Thom Browne. Page de gauche, costume en laine, Baby Dior. T-shirt en coton blanc, ­Bonpoint. Sneakers, No. 288.


Corset en nappa, Loewe. Chemise en coton, A.W.A.K.E. Jupe en alpaga, Azzedine Alaïa. Page de gauche, Solange : manteau en fourrure de renard avec détails en vison, Fendi. Baskets en cuir, Adidas Originals.   Alan : costume en laine imprimée et pull à col roulé en cachemire imprimé, Dries Van Noten. Baskets en cuir, Adidas Originals.   Installation The Music Box par New Orleans Airlift.


Solange : veste en laine et organza, et pantalon en laine et tartan, reconstruits à la main, Thom Browne. Alan : costume en laine brodée, Thom Browne. Baskets en cuir, ­Adidas ­Originals.   Installation The Music Box par New Orleans Airlift. Coiffure :   Nikki Melms Maquillage :   Javetta White Assistants photo : Oscar Edwards et Tamara Grayson Assistant stylisme : Cornelius Danzey Producteur :   Andrew Bofinger


NAGADEF PAUL NAKASADOUGOUDA POGBA * “Comment ça va, Paul, comment vont les affaires ?” Après avoir enrhumé la défense allemande en demi-finale de l’Euro, il est le héros des transferts de l’été. Le footballeur au style incomparable célèbre sa gloire dans les pages de “L’Officiel”, au côté de Loan Chabanol, Parisienne aux mille talents.

Direction artistique et stylisme JENKE AHMED TAILLY

Photographie

MARK PILLAÏ

Texte

MATHILDE BERTHIER


Loan : manteau en laine et renard, collants en cachemire, escarpins en cuir verni, Prada. Paul : manteau en laine, pantalon en velours et coton, Dries Van Noten. Sweat-shirt matelassé en coton, Loewe. Boucle d’oreille personnelle. Souliers en cuir contrasté, Louis Vuitton.


Manteau en coton, pull en cachemire, pantalon en laine, harnais en cuir, Jil Sander. Bottines en veau velours, Prada. Bouclier de Papouasie-  Nouvelle-Guinée, galerie Argiles.


Pull en cachemire,   Philipp Plein.


Costume en laine, chemise en popeline de coton, Dior Homme. Boucle d’oreille en or blanc, Cécil par Cecile Fricker Lehanneur. Page de gauche : veste en nappa brodé de patchwork de cuir, short noir en flanelle de laine épaisse, cuissardes en veau velours, cuir imprimé et talons vernis, Givenchy par  Riccardo Tisci. Statue yoruba du Nigeria, galerie Argiles.


Blouson en velours et renard, pull en shetland, jupe en soie, Miu Miu. Masque idoma du ­Nigeria, galerie Argiles.


Loan : manteau en coton imprimé, Roberto Cavalli. Robe en soie, jupe en coton imprimé, et sandales à plateforme embellies, Marni. Paul : manteau en coton, Marni. Costume en laine et mocassins en cuir, Berluti. Siège gurunsi  du ­Burkina Faso,  galerie Argiles.


Pull en cachemire, Zadig & Voltaire. Pantalon en coton, Marni. Chaussures compensées en cuir, Rochas. Bracelets coquillage, Côte d’Ivoire,  galerie Argiles.


Son style unique et intuitif, le natif de Lagny-sur-Marne d’origine guinéenne se l’est forgé lui-même, depuis l’US Roissy-en-Brie jusqu’à la Juventus de Turin. Entre sape, street et chic preppy, Pogba détonne du haut de son mètre quatre-vingt-onze : il aime Balmain et Givenchy, ne quitte jamais ses Buscemi et son maillot NBA des Cavs, et change tous les quinze jours de coiffure, sur les conseils de Michael Caiolas, le coiffeur prodige d’Ozoir-laFerrière chez qui les joueurs de l’équipe de France se pressent. Des pieds aux étoiles, Pogboom est un spectacle, le seul à pouvoir oser le smoking brodé d’or à la cérémonie du Ballon d’or. Cet été, les rumeurs sur son tranfert, le plus cher de l’ histoire, tient le public en haleine… Prisé comme jamais.

Manteau en peau de mouton retournée et bottes en cuir, Louis Vuitton. Sweatshirt et jogging en Néoprène,   Christopher Kane.


Manteau en cachemire et escarpins, Chanel. Gilet en tweed, Haider Hackermann. Pantalon en plastique perforé, Iris Van Herpen. Statue de Papouasie-­ Nouvelle-Guinée,   galerie Argiles. Page de gauche, Loan : cape en velours, Prada. Pull en cachemire, Jil ­Sander. Robe en tulle, Rochas. Bottines en veau velours, Prada. Paul : manteau en laine avec écharpe en soie à franges intégrée, chemise col officier avec franges, pantalon en grain de poudre, Givenchy par Riccardo Tisci. Crampons “ACE 16+ Purecontrol”, Adidas. Collier éthiopien en bois, galerie Argiles.


Manteau en cachemire, chemise en coton, pantalon en laine et bottines en cuir, Prada. Masque bambara   du Mali, galerie Argiles. Page de droite, manteau en laine imprimÊe, Off-White. Robe en dentelle, Ermanno Scervino. Bottines en veau velours, Prada. Calebasse massai,   galerie Argiles.


Pull en laine et cachemire, Philipp Plein. Robe en velours imprimé, Rochas. Bottines compensées en cuir, Stuart Weitzman. Collier de PapouasieNouvelle-Guinée,   galerie Argiles. Page de droite, Loan : veste zippée en coton, Sacai. Pull à col roulé en coton, ­Intimissimi. Jupe en tweed, Chanel. Chaussures à talons compensés en satin, Rochas. Paul : manteau en cachemire, chemise en coton, souliers en cuir cloutés, Valentino. Coiffure : Nina Olivet Maquillage :   Céline Martin Assistant photo :   James Fonteneau Opérateur numérique :   Manu Pestrinaux Assistants stylisme :   Benjamin Depinoy,   Salif Doukoure   et Camilla Malighetti Nous remercions Sadin Nagro et Rafaela Pimenta. Nous remercions également la galerie Argiles (16, rue Guénégaud, Paris 6e).


RED HOOK POETIC JUSTICE Un gang de filles se promène dans les friches industrielles du Brooklyn nocturne, en robes imprimées et manteaux exubérants.

Direction artistique et stylisme JENKE AHMED TAILLY

Photographie

WAYNE LAWRENCE


De gauche à droite, Mari : manteau en velours froissé, Emilio Pucci. Top en velours, Sacai. Pantalon en laine, Rochas. Escarpins en veau velours, Casadei. Ajak : veste Emilio Pucci. Jupe Sportmax. Aamito : veste courte en mouton retourné, Paul & Joe. Robe longue en soie, Sophie Theallet. Nykhor : manteau Redemption. Pantalon Elisabetta Franchi. Escarpins en velours imprimé, Rochas. Nur : caban et sweat-shirt Alexander Wang. Bottes à talon en cuir lamé, Sophie Theallet par Jean-Michel Cazabat.


Caban en cachemire et mouton, sweatshirt en coton, Alexander Wang. Page de droite, Ajak : veste en velours et top en viscose, Emilio Pucci. Jupe en laine, Sportmax. Nykhor : veste en fourrure, ­Redemption. Top en résille, Beau Souci. Pantalon en laine, Elisabetta Franchi.


Ajak : veste en jean avec détails en renard, pull à col roulé en cachemire et jean, Sonia Rykiel. Nur : blouson en soie imprimée, Lacoste. Robe en jean, Roberto Cavalli. Nykhor : manteau en fourrure de renard, Philipp Plein. Top en plumassier, Sophie ­Theallet. Jean brodé de sequins, Roberto Cavalli.


Top et jupe imprimée bambara, Azzedine Alaïa. Escarpins en velours imprimé, Rochas. Page de droite, manteaux en fourrure imprimée et robes longues en soie imprimée, Roberto Cavalli. Ajak : escarpins en velours imprimé, Rochas. Nykhor : bottes à talon en cuir lamé, Sophie Theallet par Jean-Michel Cazabat.


Aamito : bomber en nylon, V ­ etements. Ensemble en soie, Roberto Cavalli. Escarpins Casadei. Mari : veste Roberto Cavalli. Chemise et jupe Rhié. Escarpins en cuir rebrodé de perles, Gucci. Page de droite, Ajak : veste en jean avec détails en renard, pull à col roulé en cachemire et jean, Sonia Rykiel. Nykhor : manteau en fourrure de renard, Philipp Plein. Top en plumassier, Sophie ­Theallet. Jean brodé de sequins, Roberto Cavalli.


Ajak : corset en cuir perforé, ­A zzedine Alaïa. Combinaison en jersey de soie, Area NYC. Escarpins en cuir, N ­ icholas Kirkwood. Nykhor : top en jersey, B ­ randon Maxwell. Jupe en laine, ­Sportmax. Bottes à talons en veau velours, Nicholas Kirkwood. Page de gauche, robe en jersey de soie imprimé, Erdem. Escarpins en cuir rebrodé de perles, Gucci.


Ajak : combinaison en jersey, Mugler Couture (vintage, 1988). Escarpins en cuir, Sophie Theallet par Jean Michel Cazabat. Nykhor : combinaison en crêpe de chine, Brandon Maxwell. Escarpins en cuir rebrodé de perles, Gucci. Page de gauche, Ajak : top et robe, Altuzarra. Escarpins en veau velours, Gianvito Rossi. Nykhor : robe en soie, ­Christopher Kane. Bottines en soie, ­Carmen Steffens.


Nykhor : veste en cuir embossé et col en satin, ­Redemption. Pantalon en laine, Giorgio Armani. Bottines à talons en soie, Carmen Steffens. Ajak : costume en soie, Paul & Joe. Escarpins en veau velours, Gianvito Rossi. Page de gauche, Aamito : top en cuir, A.W.A.K.E. Pantalon en laine, Adam Lippes. Mari : manteau ceinturé en velours, Jacquemus.


Aamito : cape et top en soie, Sophie Theallet. Jupe et escarpins en velours imprimé, Rochas. Mari : manteau en mouton retourné, Creatures of the Wind. Bustier en velours, Roberto Cavalli. Jupe en cuir, Tory Burch. Escarpins en veau velours, Casadei. Page de droite, Mari : top en soie, Brandon Maxwell. Jupe en dentelle brodée de sequins, Alena Akhmadullina. Escarpins en veau velours, Sophie Theallet par JeanMichel Cazabat. Aamito : cape en dentelle et robe en dentelle brodée de sequins, Sophie Theallet. Escarpins en velours imprimé, Rochas.


Modèles : Ajax Deng chez IMG Aamito Lagum et Nur Hellmann chez DNA Mari Agory chez Muse Nykhor Paul chez Wilhelmina Casting : Jorge Morales Coiffure : Robert Mefford Maquillage : Souhi Assistants photo : Dale Algo et Joanne Imperio


235

MAG LA FABRIQUE DU RÊVE ART IN MOTION REFLETS DE BEYROUTH - DANS UN ŒIL D’OR SON ET IMAGE OUI, L’ESPRIT EST LÀ MYTHE EN CONSTRUCTION SILENCIEUX DÉLIRES LE SOUFFLE DE L’ESPRIT GAME COOKS ÇA, C’EST PALACE MOMENTS CISEAUX

PARISIENNE SANS GÊNE page 126


236

ENTRÉE

LA FABRIQUE DU RÊVE Fendi fête ses quatre-vingt-dix printemps avec “The Artisans of Dreams”, une exposition exceptionnelle orchestrée au Palazzo della Civiltà Italiana, son nouveau siège, à Rome. PAR MATHILDE BERTHIER

Exposition “Fendi Roma – The Artisans of Dreams”, jusqu’au 29 octobre au Palazzo della Civiltà Italiana, Quadrato della Concordia, 3, Rome.

PHOTOS MARIPOL, DR

Le temps n’a pas la même saveur à Rome. Les maisons de couture s’érigent sur des millénaires d’histoire et abordent les siècles avec la juvénilité d’un enfant. Fendi souffle aujourd’hui ses quatrevingt-dix bougies et semble plus bouillonnante que jamais. Un an après le cinquantième anniversaire de l’arrivée de Karl Lagerfeld chez Fendi, c’est donc la pérennité d’une légende que l’on célèbre à travers l’exposition “The Artisans of Dreams”, dans la ville qui a vu naître Adèle et Eduardo Fendi, ainsi que leurs cinq filles. La petite-fille des fondateurs, Silvia Venturini, ­chapeaute désormais l’un des géants du milieu, acquis en 2001 par le groupe LVMH. Conçue comme un voyage initiatique, l’exposition s’articule autour de neuf salles aux atmosphères éclectiques, toutes signées du Bureau Betak. Et si la fourrure est reine, elle est surtout un prétexte pour lever le voile sur la virtuosité des ateliers de production, qui œuvrent pour la perpétuation et l’évolution d’un savoir-faire. Il faut en moyenne 200 heures de travail aux petites mains pour réaliser une création haute fourrure… Du Prelude à la Dream Room, le visiteur évolue dans un lieu hors du temps, où la magie naît de l’art, pas d’un caprice. Le processus de création livre ses secrets au détour d’un croquis, d’un patron ou d’un échantillon. À mi-chemin, la salle Obsession et ses 300 “Bag Bugs” illustrent le pari de Silvia Fendi : faire d’un support figé et controversé l’apanage du nouveau cool. Mais “The Artisans of Dreams” est aussi un baptême du feu : c’est la première fois que le Palazzo della Civiltà Italiana, surnommé le Colisée carré, monument du néoclassicisme, ouvre ses portes au public. Construite pour l’Exposition universelle de 1942 – finalement annulée –, l’œuvre de Guerrini, La Padula et Romano était presque tombée dans l’oubli… L’histoire continue.


TRUERELIGION.COM AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE ABC DBAYE, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1 287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007 JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016


ART PUBLIC

RÉSISTANCE ET PERSISTANCE À SANAYEH Venus de plusieurs pays, et surtout de la région Moyen Orient Afrique du Nord, à l’invitation de la fondation Art in Motion, des artistes exposent, sur le thème Résistance et Persistance, des oeuvres inspirées du jardin beyrouthin des Arts et Métiers (Sanayeh), rebaptisé Jardin René Mouawad. PAR MYRIAM RAMADAN

238


239

PHOTOS DR

Réinauguré en 2014, le jardin René Mouawad, originellement Sanayeh, en référence à l’institut des Arts et Métiers qu’il bordait, est un lieu historique. Aménagé en 1907, sous l’Empire ottoman, ce parc est encore de nos jours l’un des rares espaces verts de Beyrouth. Avec ses 22000 m2, il a été conçu dans le cadre d’un plan de modernisation de la ville et d’urbanisation du quartier de Sanayeh. Adjacents au jardin, se trouvaient une école des Arts et métiers (Sanayeh, en arabe) ainsi qu’un hôpital. Le lieu a été rebaptisé René Mouawad en souvenir de ce président de la République libanaise, assassiné en 1989 dans le voisinage. Durant les dernières décennies, ce jardin est devenu un symbole de résistance et de solidarité, ayant servi de lieu d’accueil pour les populations déplacées par la guerre israélienne de 2006. Fermé au public en 2012, pour une rénovation financée par la fondation Azadea, ses arbres ont été replantés et ses fleurs ont éclos. Le jardin a retrouvé sa vocation conviviale. Encouragée par l’énergie fédératrice de ce lieu familier à toutes les générations de la ville, la jeune fondation Art in Motion, créée Rania Tabbara et Rania Halawi, toutes deux curatrices indépendantes ainsi que Raya Farhat, directrice artistique indépendante, installe parmi sa flore, du 5 au 24 octobre, les œuvres de 24 artistes libanais et internationaux. Parce que l’art… Entre techniques locales et matériaux traditionnels, ces artistes donneront à voir leur travail « in situ ». Leurs œuvres pourront ainsi dialoguer aussi bien entre elles qu’avec cet espace historique, au contact d’un public issu d’horizons divers, invité à explorer l’art et à s’y confronter. Sculptures, installations, vidéos, art conceptuel, design et performances illustreront le thème « Résistance et Persistance » qui interpelle les Libanais à plus

d’un titre. Des débats publics seront organisés tout au long de l’évènement. Ils auront pour but de démontrer que l’art fait partie intégrante du tissu social, qu’il appartient au patrimoine collectif et permet la réconciliation avec un passé douloureux et un présent chaotique mais possible. En mouvement Art in Motion est une organisation à but non lucratif, engagée à établir un dialogue culturel à travers l’art dans un espace public. Son intervention vise à mettre l’art à la portée de tous et à promouvoir, dans le contexte libanais, des échanges avec la scène artistique internationale. Les trois jeunes femmes à l’origine de cette initiative partagent une même vision de l’importance du rôle de l’art contemporain dans nos sociétés, notamment en tant que facteur de prise de conscience et comme force fédératrice. À travers de multiples événements artistiques, expositions et performances, Art in Motion se propose de mettre l’art en mouvement pour favoriser échanges et rencontres, et renforcer le dialogue entre le Liban et la région MENA. Les artistes Mustafa Ali (Syrie), Ziad Antar (Liban), Bokja Design (Liban), Chaouki Choukini (Liban), Karine Debouzie (France), Nancy Debs Hadad (Liban), Yazan Halwani (Liban), Zeina Hamady (Liban), Ghaleb Amin Hawila (Liban), | Nabil Helou (Liban), Thomas Houseago (Grande- Bretagne), Abdel Rahman Katanani (Palestine), Vika Kova (Pays- Bas),| Hanaa Malallah (Irak), Randa Nehme (Liban), Marwan Rechmaoui (Liban), Lufti Romhein (Syrie), Houmam Al- Sayed (Syrie), Xander Spronken (Pays Bas), Xavier Veilhan (France), Atelier Yok Yok (France), Ada Yu (Kazakhstan), Cathy Weiders (Belgique),| Ghassan Zard (Liban).


stay in line


Foch Street · Aïshti Downtown Aïshti by the Sea · Aïshti Verdun Aïzone ABC Achrafieh and Dbayeh Aïzone Intercontinental Mzaar Aïzone City Mall · Beirut City Center diesel.com


242

PHOTO

REFLETS DE BEYROUTH DANS UN ŒIL D’OR Quinze ans de piano, un master en droit, et tout à coup, une passion dévorante pour la photographie qui l’entraine des Arts-déco de Paris au Studio du Fresnoy dont elle sort avec les félicitations unanimes du jury. Depuis, elle cumule les prix, dont celui du Festival d’Hyères, doté par Elie Saab, qui la dépose à Beyrouth. Evangelia Kranioti livre de la capitale libanaise une série d’images d’une rare densité émotionnelle.

PHOTOS DR

PAR F.A.D.


Evangelia Kranioti a commencé sa vie d’adulte en étudiant le droit jusqu’à la lie. Jusqu’à ce qu’elle découvre, dans l’austérité des codes et des jurisprudences qu’elle dépouille en quête d’une réponse au chaos du monde, sa vocation pour la photographie. Née et élevée à Athènes, cette méditerranéenne dans l’âme décide un jour de prendre tous les bateaux, cargos, brise-glace, pétroliers, porte-conteneurs de la marine marchande grecque. Seule femme à bord, d’une embarcation à l’autre, elle sillonne les continents aquatiques, habitée par les poèmes de Nikos Kavvadias dont elle éprouve l’errance et l’haleine soufrée. La vie des marins l’obsède autant que l’attente de leurs compagnes terriennes, prostituées, fiancées des ports, ces lieux flous, fixes et mouvants, où l’on se dessèche à scruter l’horizon. De cette exploration qui durera près de huit ans, elle ramène un film, Exotica, Erotica, Etc. Confidences de chevaucheurs de taule et de tisseuses de toiles, Ulysse et Pénélope contemporains, écume verticale des sillons, clair-obscur de la solitude, gigantisme des machines, les images qui s’enchaînent racontent, mezzo voce, une humanité fragile, dépouillée. La photographe a trouvé sa lumière, son tempo, sa signature. Unlight/Sunlight En 2015, Evangelia Kranioti atterrit à Beyrouth (elle a quandmême pris l’avion), invitée par Elie Saab en résidence artistique. L’expérience s’annonce violemment contrastée. Ce n’est pas sans risque que l’on met en miroir l’un des couturiers les plus glamour de la planète, l’une des villes les plus chaotiques, entre passé violent et présent dysfonctionnel, et le regard d’une artiste qui d’instinct sublime le sordide. La photographe ne connaît pas la ville, mais elle a déjà ses repères, et ils sont inaccessibles.

Son œil a choisi, elle fera tout pour le satisfaire. L’oeuf, cette construction surréaliste qui, dans les années 70 abritait un centre commercial. Le Gran’ Teatro, petite salle de spectacle désaffectée, coiffée d’un dôme à vitraux. Le Holiday Inn, reliquat dévasté de la bataille des grands hôtels. L’histoire ne dit pas comment elle s’y prend, mais ces lieux scellés s’ouvrent comme par magie à sa caméra, son matériel et sa belle figurante. Sans compter les robes somptueuses prêtées par Elie Saab pour les besoins de l’histoire. Elle arrive dans la ville en plein « khamsin ». L’air est jaune et lourd, la lumière translucide, voilée par la poussière soufflée par un vent venu du Sinaï. Son objectif saisit une ville qui s’efface. Au cœur du « Grand Théâtre », « Un ange passe », robe rouge fantomatique descendant des marches qui se perdent dans l’obscurité d’un temps révolu. Telle robe dorée s’en ira jouer les caryatides sur la proue d’une barque de pêcheur ballotant dans la nuit. Telle autre, rouge et flottante, gravit l’échelle d’une carcasse qui fut un écran géant, comme pour rejoindre sa gloire passée de l’autre côté. Encore une robe écarlate au milieu de la façade crevassée d’obus du Holiday Inn. Elle tient une volée de ballons multicolores. Elle est à l’exacte distance du rêve, tout comme dans cette scène, à l’entrée du même lieu, où elle se tient, comme suspendue dans un cosmos terrifiant, au cœur d’une étoile géante de ciment qui soutient la structure. Une robe dorée s’endort dans un intérieur magique, où la misère joue le grand luxe à coup de velours pourpre et de guirlandes. Aux scènes intimistes succèdent des extérieurs nocturnes émaillés de lumières envoûtantes. « Unlight/Sunlight », ainsi est Beyrouth, sombre et lumineuse, lourde et légère, glamour et misérable, tendre et violente. En deux ou trois passages, Evangelia Kranioti lui aura offert un supplément d’éternité.


BeiRUt soUks, soUk el taWileh t. 01 99 11 11 eXt: 560 aÏshti BY the sea, aNtelias t. 04 71 77 16 eXt. 263 BeiRUt CitY CeNteR, haZMieh, leVel 1 t. 01 287 187 also aVailaBle at all aÏZoNe stoRes iN BeiRUt, DUBai, aMMaN 7for allmankind.com


Zoe Saldana

Feels Weightless. looks FlaWless.


248

ILLUSTR ATION

SON ET IMAGE Avec son projet « Draw me a song », Nour Tohmé, jeune graphiste libanofrançaise, interprète la musique en illustrations pop et expressives déclinées en affiches, blocs-notes, cartes postales ou ce qu’on veut. Une idée qui est désormais au cœur d’une petite entreprise en pleine expansion. PAR F.A.D

« Imagine », le tournant Toujours étudiante et livrant à l’occasion de petits travaux en free lance, Nour Tohmé s’amuse à créer une illustration autour de la chanson « Imagine » de John Lennon, comme un petit exercice de calligraphie. Contente du résultat, elle la poste sur son compte Deviant Art et le succès est immédiat. Les gens commentent, partagent, demandent à en acheter des copies. Beaucoup l’encouragent à créer un concept autour de l’illustration de chansons. A la recherche d’une idée pour son master dont la consigne est de lancer un projet commercialisable, elle décide de creuser ce filon et développe parallèlement un plan commercial et un site web. Café, Wacom, iPod et crayons de couleurs Cette petite entreprise pleine d’avenir est baptisée tout naturellement « Draw me a song ». Pour la petite histoire, elle s’est autofinancée grâce à un concours destiné aux entrepreneurs créatifs dont elle a remporté le prix. Forte de ce projet solide,

la jeune créatrice explore de nouveaux thèmes et elle est par ailleurs commissionnée par plusieurs entreprises pour illustrer leur matériel de communication. Cette lève-tôt a adopté pour bureaux les cafés qui l’inspirent, où qu’elle se trouve, notamment à Paris. Chaque matin, armée d’un bloc-notes, elle s’en va chasser l’inspiration. D’abord elle griffonne ses idées aux crayons de couleur ou à la gouache. Au retour, elle passe à l’étape technique qui consiste à scanner et retravailler à la tablette Wacom Bamboo. Paroles, artistes, époques et mouvement Pour dessiner les chansons, Nour Tohmé part, selon le cas, soit des paroles comme dans « Girls just want to have fun », soit du chanteur ou de la chanteuse comme elle l’a fait pour « Rehab » avec un portrait d’Amy Winehouse, soit encore du style de la chanson, ou de l’époque qu’elle a marquée. Pour « Single Ladies » de Beyoncé, elle a simplement découpé les mouvements de la danse, comme pour un petit manuel de figures à exécuter. Au final, la jeune graphiste reste persuadée que tout message typographié, qu’il s’agisse de paroles de chansons, de citations, de poèmes ou autres, peut se doter d’une dimension intéressante une fois associé à l’art. La relation entre texte et image, souligne-t-elle, peut être jouée de manière à créer de nouvelles interprétations. Celles qu’elle nous offre sont particulièrement attachantes.

PHOTOS DR

Tout au long de ses études et de son master en arts graphique à Paris, Nour Tohmé n’a jamais douté qu’elle consacrerait sa vie professionnelle à l’art dans toutes ses formes. Inspirée par la culture pop, la musique, la calligraphie et de nombreux courants artistiques, notamment le street art et l’art psychédélique, elle avait, encore universitaire, une prédilection pour l’illustration et la typographie manuelle.


PHOTOS DR


Camper Beirut souks, Souk El Tawileh Street, Beirut central district Aïshti by the Sea, B1 Level, Antelias • Beirut City Center, Level 1, Hazmieh


252

ARCHITECTURE

OUI, L’ESPRIT EST LÀ Un regard qui voit « au-delà », un humour parfois cinglant, et ce franc-parler qu’autorisent l’expérience et le succès. Architecte d’intérieur et concepteur d’objets, Wissam Yafawi vient d’être sélectionné par Architectural Digest parmi les 50 meilleurs représentants mondiaux de sa profession. PAR M.R.

Dégager une aura Voilà donc plus de vingt ans que Yafawi injecte son style éclectique dans l’architecture résidentielle, traitée sur-mesure, haute couture, comme une seconde peau, un vêtement au-delà du vêtement pour une clientèle qui a du caractère et fuit la banalité. Il suffit de s’imprégner de l’atmosphère de son propre bureau pour comprendre son penchant pour les objets anciens, rares et insolites. Ces meubles et œuvres d’art ont une âme, certes, mais Yafawi a ce talent de dégager leur aura, de mettre en avant leur mystère et leur rayonnement à travers des mises en scène modernes et des ambiances fortement colorées. L’humour n’est jamais loin, ni cet aspect conceptuel de la beauté qui nous permet de la reconnaître au défi mental qu’elle nous pose. Tout, dans les scénographies de Yafawi interpelle et interroge. Humour et audaces Dans tel appartement londonien, comment ne pas sourire en prenant l’escalier en marqueterie de marbre traitée comme un jeu de jacquet, ou devant ce miroir de bar où se profile le dessin d’une main claquant des doigts pour passer commande. Dans une résidence genevoise, on adorera l’ambiance rustique en

total décalage avec les meubles de créateurs et les œuvres d’art contemporain. Au salon, des moutons de Lalanne broutent une ligne de moquette verte imitant le gazon. Dans une chambre d’enfant, six ou sept matelas de couleurs se superposent comme un clin d’œil subtil à la Princesse au Petit Pois. Dans cette autre maison, à Forte Dei Marmi, l’écho de la laque jaune qui court comme un trait lumineux sur la rampe de l’escalier intérieur se répercute sur un bar tout aussi jaune et brillant, ou un fauteuil en résine dans la même note. Dans un roof beyrouthin, si l’architecte privilégie les tonalités neutres, beiges et grises, c’est pour mieux cibler le feu d’artifice fluo qui claque sur le vernis d’une table vermillon, les coussins turquoise, un couvre-lit fuchsia, et culminer dans un lustre de salle à manger qui évoque une explosion de cuivre doré. A ces innombrables projets privés s’ajoutent des concepts publics dans le même esprit frais, coloré, aussi faussement désinvolte que radicalement contemporain, comme les boutiques 6 :05 et le club de fitness Platinum, à Beyrouth. Pas de deux « Chaque client est roi dans cette aventure, et c’est un jeu à deux » aime répéter Yafawi. De longues rencontres avec le futur occupant des espaces qu’il anime précèdent chaque projet. Ce travail d’écoute est essentiel pour l’architecte qui « analyse » au cours de cette phase le vrai désir, voire le rêve de ceux qui viennent à lui pour s’offrir leur cadre de vie idéal. Son rôle est de les inspirer tout en les invitant à participer au processus de création. Yafawi vit ce pas de deux sur le mode jubilatoire. N’est-ce pas, au fond, le secret de la bonne humeur qui ne cesse de vibrer dans toutes les ambiances qui portent sa signature ?

PHOTOS DR

Pur produit de ce que l’enseignement supérieur libanais fait de mieux, Wissam Yafawi, la cinquantaine fringante, a fait ses études d’architecture d’intérieur au BUC (précurseur de la LAU), avant de poursuivre sa formation en qualité de collaborateur, puis de « senior architect » spécialisé dans le moderne, au bureau Dada. Quinze ans plus tard, il décide de s’établir à son compte et ouvre son propre studio, un espace qui lui ressemble et dans lequel, avec une équipe de quatre architectes, il se consacre à la réalisation de projets personnalisés.


De gauche à droite et de haut en bas: Portrait de Wissam Yafawi. Dans le petit salon: une table ronde Tulip de Saarinen avec ses chaises, sofa rouge de Patricia Urquiola, B&B tufty time. Table basse des annees 60. En arriere plan les totems de Vincent Van Duysen et toiles de Khaled Takreti. En bas: en premier plan table Ybu de Christophe Delcourt, paire de fauteuils danois des annees 60, dans le fond differentes assises formant un banc hybride, design Yvonne Fehling, et sofa de Vincent Van Duysen pour Arflex. À droite: Dans le salon a double hauteur, au fond mezzanine avec des battants en bois et garde-fou servant de bureau.En bas sofa de Barber Osgerby pour Knoll,

table basse Plana de Charlotte perriand et tapis fait sur mesure par Alexandra champalinaud pour The Rug Company. En premier plan banquette chinee aux marchée aux Puces recouverte d’un tissu Loro Paina. À droite: Canapé en forme de L crée sur mesure, tapisserie brodée à la main inspirée d’un croquis de Rob Ryan, tapis tisse à la main dessinv par Neisha Crosland pour The Rug Company, table basses de Ron Gilad pour Molteni, au fond luminaire par PS Lab.


MYTHE EN

CONSTRUC -TION


255

Avec le Musée national de l’ histoire et de la culture afro-américaines de Washington, édifié là où Martin Luther King a prononcé son discours historique, David Adjaye entre dans le cercle très fermé des architectes stars.

PHOTOS ED REEVE, PETER SHARPE

PAR HERVÉ DEWINTRE

La légende raconte que Barack Obama lui a téléphoné en personne pour redessiner la bibl iot hèque présidentielle. Le principal intéressé préfère en rire  : “Obama a bien d’autres choses à faire que de me téléphoner ; il est occupé à diriger le monde.” Fausse modestie flagrante : c’est bien autour d’un dîner avec le Président, en 2009, que se noua le lien indéfectible qui unirait désormais un chantier hors norme – le National Museum of African American History and Culture (NMAAHC, le Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaines) à Washington – et l’architecte londonien. Londonien ? Oui, celui que l ’on 1 appelle désormais, contre sa volonté, le “starchitecte” a grandi et vécu à Londres après une enfance passée à Dar es-Salaam, en Tanzanie, où il est né en 1966. Son père, qui faisait partie du cercle instruit du Premier ministre du Ghana Kwame Nkrumah, était entré dans les services diplomatiques de ce pays peu après son indépendance, en 1957. Passeport tanzano-ghanéo-britannique ? Peu importe : ne faites pas l’erreur de résumer David Adjaye à une formule, ni à une provenance. Architecte africain ? La question le fait bondir et on peut le comprendre. Préciset-on systématiquement que Le Corbusier est un architecte suisse naturalisé français ? Et puis l’Afrique, qu’est-ce que ça veut dire, précisément ? Quel rapport entre les Yorubas, les Zoulous et les Ougandais ? Toute classification est un peu caricaturale, et on

aurait bien du mal, avouons-le, à définir la “tradition européenne”, entre les écoles suisse, hollandaise, catalane, high-tech, ­néomoderne, etc. Pour décrire sommairement David Adjaye, ­contentons-nous de dire qu’il est anglophone, qu’il suscite des avis tranchés, que ses origines ont sûrement influencé son appréciation de l’espace et qu’il vit dans les avions sans être pour autant perdu dans la transition. On pourrait aussi dire, avec précaution, qu’il fait partie de l’élite chic et branchée du moment, même s’il veut ne pas apparaître comme l’architecte glamour d’une clientèle huppée (de nombreuses personnalités ont fait appel à son talent – Ewan McGregor, Alexander McQueen, Jake Chapman, Kofi Annan, etc.) : “J’habite le monde. J’opère au niveau global.” En somme, il fait partie de la catégorie

décourageante des précurseurs – c’està-dire difficiles à cerner et à cataloguer tant leur parcours est touffu, leurs œuvres disparates. Une catégorie de personnes dont l’essence précieuse ne peut se résumer à des dates ou à des caractéristiques personnelles, mais qui incarnent, portées par l’évolution de leur époque, un rôle d’accélérateur historique. “Je suis ce que je suis”, répète-t-il simplement. Quelqu’un né en Afrique, qui a grandi et a été élevé en Occident. Libre à nous d’en faire toutes les interprétations possibles. David Adjaye a parcouru le monde dès son enfance. Ouganda, Kenya, Égypte, Yémen, Liban, Arabie Saoudite. À 13 ans, il débarque en Angleterre avec ses parents et ses trois frères dont l’un est mentalement et physiquement handicapé. Le Londres de 1979 le façonne pour le combat : “Nous n’étions plus dans une école internationale, mais dans une école de banlieue où personne n’avait jamais voyagé, se souvient-il. C’était très difficile. Nous devions apprendre à être anglais.” Un apprentissage parfois cruel : “Un jour, un professeur m’a dit : ‘Vous êtes africain, vous devriez faire du sport.’ Mais je suis asthmatique !” Il s’inscrit à la Middlesex University, puis à la South Bank University, où il récolte d’excellentes notes. En 1994, en sortant du Royal College of Art, Adjaye monte sa propre agence et accepte – récession oblige – tous les projets qui se présentent. Parmi ses réalisations les plus connues, les bibliothèques Idea Store de Londres (2004 et 2005), le Nobel Peace ­Center


2

d’Oslo (2005), le musée d’Art contemporain de Denver (2007). Ou encore des Asem-Pa (2007), logements de La Nouvelle-Orléans, construits après le passage de l’ouragan Katrina. Aujourd’hui, Adjaye Associates, ce sont des bureaux à Londres, New York, Berlin, Accra et Shanghai. “En général, lorsque nous gagnons des projets à l’international, nous ouvrons un bureau local dans le pays, depuis lequel nous travaillons.” On a souvent fait à David Adjaye le reproche d’être un homme de réseau. “Sa principale force est son carnet d’adresses, hérité de son père ambassadeur et de ses multiples rencontres, estime Romarick Atoke, architecte béninois et fondateur du magazine Afrik­Archi. C’est un faux débat car, au fond, la question n’est pas de savoir si l’artiste a un réseau ou pas, s’il est un pro du merchandising ; la seule question importante est : quelle est la qualité de sa vision ? Promènet-il ou non une conscience particulière sur le monde ? L’artiste véritable est toujours un passeur de cultures.” La vision de Le Corbusier a prévalu durant tout le xxe siècle. Toutes les villes nouvelles construites en banlieue depuis les années 1950 ont subi son influence, ainsi que celle de Mies van der Rohe. Primat de la fonction, “machine à habiter”, immeubles carrés tous à peu près identiques, utilitaires, sans fioritures. Une vision assez totalitaire quand on y pense, animée par un goût intense pour la laideur – enfin, c’est une opinion personnelle. David Adjaye propose au contraire une architecture complexe, ramifiée, multiple, laissant une place à la créativité personnelle, loin des immeubles impersonnels bâtis par les Chinois au cœur des métropoles africaines. Ses projets sont une façon de répondre à la mondialisation en mixant tous les genres.

3

Pour chaque nouveau chantier, son équipe fait des recherches approfondies pour créer un environnement harmonieux. Il aime les paysages urbains, qu’il voit comme des mélanges complexes et évolutifs. Il a d’ailleurs entrepris de photographier méthodiquement les grandes capitales africaines, visitant cinquante-deux États, compilant le résultat dans un ouvrage en sept volumes. Ce travail au long cours sur les mutations et évolutions imprévues des villes de ce continent a débouché, en 2010, sur des expositions au Design Museum de Londres et à Bruxelles, “Geo-­Graphics”, dans le cadre de “L’Afrique visionnaire”. Plutôt que de dessiner un immeuble, une station balnéaire ou une tour remarquable, l’architecte préfère s’intéresser “à l’aspect performatif des bâtiments” et à “la planification urbaine”. Concevoir un édifice en fonction du rôle qu’il sera appelé à jouer dans la ville. Cela vaut tant pour ses nombreuses commandes publiques, comme cet immeuble de logements sociaux dans le quartier de Sugar Hill à Harlem, immeuble dont le rez-de-chaussée est occupé par un musée pour enfants, tandis que sur le toit s’étend un immense jardin, que pour ses réalisations privées, tel Alára, le merveilleux concept-store sur trois étages qui se dresse depuis l’année dernière à Lagos. Un projet de Reni Folawiyo, icône de la jet-set nigériane, qui a réuni un florilège luxueux de la production stylistique africaine et occidentale. Ou encore, au Liban, la Fondation Aïshti, véritable temple de l’art de 4 000 m2, qui a émergé l’année dernière du sable de la côte libanaise. Un projet titanesque, voulu et financé par le célèbre collectionneur Tony Salamé, entièrement dessiné par David Adjaye. L’art contre la guerre…

L’ouverture au public du NMAAHC, ce 24 septembre, est plus que symbolique. Il s’agit d’un projet centenaire sans cesse repoussé. Il est construit au centre du parc National Mall, où Martin Luther King prononça son célèbre “I have a dream” et où se concentrent toutes les plus grandes institutions politiques du pays ainsi que ses lieux de commémoration. C’est le président Obama qui viendra couper le ruban. David Adjaye a été choisi par le président des États-Unis pour être à la tête de l’équipe chargée de ce projet grandiose, d’un coût de 500 millions de dollars. La résille de bronze qui recouvre la façade du musée évoque l’Amérique et l’architecture des États du Sud. Sa forme est une allusion à l’Afrique : la couronne à trois niveaux rend hommage au sculpteur nigérian Olowe d’Ise. Au sous-sol, des cabanes d’esclaves racontent la traite négrière. Aux étages supérieurs se dessine la lutte des Noirs américains pour l’obtention de leurs droits civiques. Le long du parcours surgissent des symboles d’intégration, de liberté. Le bâtiment de 37 000 m2 offre certes une plongée dans la face noire du pays, mais il est aussi une célébration de la contribution des Noirs à son histoire. Les fenêtres ouvrent sur la Maison-Blanche, le Capitole, l’obélisque du Washington Monument. Le dernier étage offre une vue panoramique imprenable sur les plus beaux musées de Washington. “Nous avons voulu faire référence aux liens qui nous unissent les uns aux autres, conclut David Adjaye. Et aussi à la façon dont la diversité crée de nouvelles identités qui changent notre façon de voir le monde.” Des murs élevés non pour séparer mais pour rassembler.


PHOTOS STEVE HALL/HEDRICH BLESSING/ADJAYE ASSOCIATES, GUILLAUME ZICCARELLI, STUDIO HANS WILSCHUT

4

1. L’abri Specere dans la forêt de Kielder, Angleterre. 2. Le NMAAHC, à Wahington, bientôt inauguré. 3. La fondation d’art Aïshti, à Antelias, au Liban. 4. Le concept-store Alara, à Lagos, au Nigeria.


MIRANDA & ELEKTRA SŒURS JUMELLES

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS


260

DESIGN

SILENCIEUX DÉLIRES Architecte d’intérieur converti au design conceptuel, Richard Yasmine a pris son envol, avec les honneurs, de l’Université libanaise. Une formation qui imprègne l’A DN de ses œuvres d’une touche particulière, toute de savoir-faire moyen-oriental et de chaos domestiqué. PAR F.A.D

Calibre 32 En horlogerie, le calibre est la signature du mouvement, autrement dit le mécanisme qui marque le passage du temps. De ce rond cranté, dont s’équipaient aussi les trains à crémaillère, Richard Yasmine a fait un tabouret en marqueterie de bois composée de 32 éléments convergents. Ce tabouret est un module qui s’encastre dans d’autres tabourets jumeaux, formant avec eux une horloge pour le temps arrêté, ou un moyen de transport tout aussi immobile. Bleeding soul « Si tu cherches la vengeance, creuse deux tombes, une pour ta victime et une pour toi », dit un adage prêté à Confucius. Pour l’illustrer, Yasmine a créé une psyché, grand miroir à pied, monté sur bois de noyer et qu’il a transpercé de trois clous métalliques surdimensionnés, en relief, sur lesquels se fixe le tripode à l’arrière. Le miroir renvoie ainsi à celui qui s’y mire ses intentions meurtrières.

Glory holes Et à propos de vengeance, celle-ci peut être douce. Voilà qui est à l’origine de cette idée de table réversible, selon qu’on préfère un plateau plus large ou plus étroit, l’un en marbre blanc, l’autre en métal noir. Celle-ci est perforée de trous d’où se dégagent des soliflores en cuivre de forme phallique. Sex-toys ou soliflores, à chacun son interprétation de la «gloire ». Khaizaran/Fairuz Parmi des savoir-faire les plus emblématiques du vieux Beyrouth figurait le tressage de lanières de roseaux pour la fabrication des assises de chaises de type Thonet qui peuplaient les cafés populaires. Cette activité permettait notamment aux malvoyants de gagner leur vie dignement. Associant le roseau (khaizaran en arabe) à la voix de Fayrouz qui vibrait dans les lieux publics, le designer a créé une version contemporaine de l’assise tressée. Tabouret ou table en bois tourné et arcs de cuivre à plateau vitré, le tressage y est réalisé en larges bandes de rattan. Wonderwood Une fois de plus, mettant à profit l’habileté des artisans libanais en matière de marqueterie, Yasmine assemble formes et matières en un magma compact qui, une fois sculpté et creusé, révèle des dessins complexes et une mystérieuse géométrie. Profane Dans la foulée de ses objets multifonctionnels, Yasmine a créé des dômes de ciment et cuivre, rugueux et sombres à l’extérieur, lumineux et lisses à l’intérieur. Associés à des plateaux en marbre, ils déclinent entre sphères et cercles un rythme intrinsèque. Ils se transforment à loisir en abat-jour, en saladiers ou en présentoirs.

PHOTOS DR

« Je ne cherche pas à changer le monde de l’art. Je crois simplement qu’un objet doit être audacieux, direct, minimaliste, simple mais avec une touche de fantaisie, parce que la fantaisie est dans ma nature. » Richard Yasmine fait partie de ces créateurs habités qui ne visent pas tant la gloire que l’accomplissement. Son univers est celui d’un conteur. Pétri de culture moyen-orientale, connaisseur du savoir-faire et des artisanats locaux, il s’est donné pour mission de partir de sa propre culture et des traditions du Liban pour les transporter dans le monde contemporain à l’aide de nouvelles technologies et de nouvelles perceptions. S’il reconnaît que ses processus sont parfois chaotiques, le résultat n’en est pas moins intense et épuré. Derrière les objets futuristes qu’il conçoit, on ne peut que retrouver la main de l’artisan, sa sensualité et son amour de la belle-ouvrage. Voici quelques échantillons de ses créations.


262

PRÉLUDE

L’ héritage du Bauhaus est considérable. Le musée des Arts décoratifs, à Paris, rend hommage à cette effervescence qui continue de faire des émules dans tous les domaines de la création.

DE L’ESPRIT

LE SOUFFLE

Photo d’Erich Consemüller (1926).

Si le Bauhaus a tant marqué les esprits, c’est peut-être moins par les théories développées dans son manifeste que par l’extraordinaire ambiance de créativité, de liberté d’esprit, mais aussi d’amitié que ce mouvement a su créer autour de lui. Cette école était un lieu de vie. Les conversations passaient librement de l’architecture à la philosophie, de la physique à l’organisation sur les chantiers des cathédrales. Fondé à Weimar en 1919 par l’architecte Walter Gropius – il prolongeait les ambitions de son confrère belge Henry Van de Velde et les théories du mouvement Arts & Crafts, né en Angleterre quelques décennies auparavant –, le Bauhaus est une école d’enseignement artistique. Il

s’agissait de rendre vie au travail manuel. Le manifeste de départ était très clair : “Architectes, sculpteurs, peintres, tous nous devons retourner à l’artisanat.” Les champs d’expérimentations étaient extrêmement variés : mobilier, costumes, dessin, maquettes, peinture, danse, photographie. À partir du 19 octobre, le musée des Arts décoratifs, à Paris, rendra hommage à cet esprit dans une exposition dont la Fondation d’entreprise Hermès est le mécène. Neuf cents œuvres seront exposées. À l’instar d’un étudiant, le visiteur suivra toutes les étapes de l’enseignement proposé, du cours préliminaire, qui brisait les idées académiques, au passage dans les différents ateliers spécialisés. Autre

intérêt de l’exposition : elle rend compte des références les plus contemporaines du mouvement. L’artiste Mathieu ­Mercier pose son regard sur les créations de ­quaranteneuf artistes (tous nés après les années 1960) qui poursuivent l’esprit du Bauhaus, sans distinction entre art et art appliqué. À l’heure où certains créateurs de premier plan tirent la sonnette d’alarme au sujet de l’industrialisation excessive de la mode, sur les croisements entre art et artisanat, les interrogations du Bauhaus paraissent plus essentiels que jamais. “L’Esprit du Bauhaus”, du 19 octobre au 26 février, au musée des Arts décoratifs, Paris. www.lesartsdecoratifs.fr

PHOTO BAUHAUS-ARCHIV BERLIN

PAR HERVÉ DEWINTRE


UNLEASH YOUR POTENTIAL You feel it within. A force pushing you further. To act, to live, to embrace the pulsating performance of the new Q50 Red Sport 400 with a uniquely perforated twin exhaust, 400 hp and 475 Nm of torque. With the world’s first Direct Adaptive Steering (DAS) technology and Dynamic Digital Suspension, you’ll feel the power of the drive, beyond expectations. Also available in 2.0t 208HP, 3.0t 300HP.

Infiniti-lebanon.com


TECH

264

DANS LA CUISINE DES « GAME COOKS » Voilà des chefs d’un genre nouveau, mi sorciers, mi informaticiens, mi artistes ; mais surtout grands enfants obsédés de jeux vidéo. L’Officiel Levant a rencontré la directrice d’édition de Game Cooks, leur label. Lara Noujaim raconte la success story de ces cuisiniers cybernétiques qui placent le gaming dans le contexte du Moyen-Orient.

PHOTOS DR

PAR F.A.D


265

Au départ, c’est l’histoire de deux frères, Arz et Loubnan Nader, dont les seuls prénoms (Cèdre et Liban en arabe), expriment le patriotisme familial. Rien ne les prédestine à devenir des producteurs de jeux digitaux, sinon leur passion commune pour ces applications sur lesquelles, depuis toujours, ils sont capables de passer des après-midis entiers. Ce n’est donc pas par hasard qu’Arz, à peine sorti de la fac, se lance dans la production de contenu digital pour de nouvelles plateformes connectées ou mobiles. Dix ans plus tard, en 2011, poussé par l’envie de développer des projets qui reflèteraient davantage sa culture, il s’associe avec Loubnan pour créer Game Cooks. Le point de départ de ce studio de production de jeux digitaux est le succès de Birdy Nam Nam, une version locale du célèbre Angry Birds, réalisée « en amateurs » par les frères Nader durant leur temps libre, avec des outils basiques comme Unity et Cocos2D. En une semaine, cette application est téléchargée par près de 250.0000 usagers. Il est temps de passer aux choses sérieuses. Communicatrice et amoureuse de la tech Lara Noujaim, de son côté, après des études en business à l’AUB (« les plus belles années de ma vie », dit-elle) part en 2006 pour la Californie où, cinq ans durant, elle découvre le monde de la technologie tout en travaillant sur son MBA. Editrice chez Yahoo puis à Google Maps, elle établit des lignes directrices à l’intention des scientifiques qui réalisent les algorithmes. Riche de cette expérience, elle revient au Liban qu’elle ne voudrait plus jamais quitter, persuadée que c’est là, en plus du côté affectif que représente pour elle ce pays, que s’offrira à elle l’opportunité de se réaliser pleinement. Après une collaboration heureuse à PSlab où elle se frotte aux relations publiques, elle se lie d’amitié avec les frères Nader qui font aussitôt appel à son expertise, ayant mis leur projet sur les rails. Rencontre prédestinée puisque la jeune femme a envie de retrouver l’environnement des technologies qui a été en quelque sorte son berceau professionnel.

Des jeux auxquels on s’identifie « Quand ils ont commencé, le « gaming » était encore inexistant au Liban, et totalement embryonnaire au Moyen-Orient », souligne la jeune porte-parole de la tout aussi jeune entreprise. Pour se distinguer dans cette industrie où les appelés sont nombreux et les élus multimillionnaires, les Nader et leur équipe se réfèrent à leur culture et créent de véritables scoops relayés par les médias spécialisés. On n’oubliera pas, en plein Printemps arabe, leur célèbre « Run for Peace » dans lequel il s’agit d’aider le héros, Salim, un type ordinaire et basané auquel le joueur s’identifie spontanément, à répandre la paix dans le monde. Avec deux millions de téléchargements en quelques semaines, la partie est gagnée pour les concepteurs. Suivront des jeux d’arcade, comme PolyBlast, un grand classique de type Space Invadors, avec des fusées, des armes et des obstacles, qui commence facile mais se complique rapidement, et devient irrémédiablement addictif. Avec près d’une vingtaine de titres, les jeux de Game Cooks sont adaptés aussi bien à iOS qu’à Androïd. Le Liban, base de décollage Repéré par l’industrie, Game Cooks ouvre une antenne aux EtatsUnis et étoffe son équipe. Bon an, mal an, ils sont une vingtaine dans cette « cuisine » perchée à Mansourieh, à touiller tout un bouillon d’idées, traquer le bug, affiner le plaisir et gagner leur vie en jouant. Dans l’intervalle, ils accumulent les prix et les encouragements. Ils viennent d’être retenus par Google parmi les 30 premiers de 200 candidats pour présenter leurs jeux en finale d’un concours de « quality games ». Ils ont reçu, entre autres, une invitation à participer à un tech-hub à Londres pour améliorer le développement de leurs campagnes. Et c’est Lara Noujaim qui s’y colle pour six mois. Elle en revient avec une expérience enrichissante, mais surtout la certitude que le Liban est la meilleure base pour partir à la conquête du monde. L’avenir ? Ils le voient en réalité virtuelle et se préparent à lancer leur application Broma pour l’Oculos Gear de Samsung.


266

PRÉLUDE

ÇA, C’EST PALACE ! Fidèle au passé, ancré dans le présent et tourné vers l’avenir, le Meurice bouscule les traditions depuis 1835. Sa brasserie, Le Dalí, revisitée par Philippe Starck et Alain Ducasse, est plus que jamais dans l’air du temps.

Ci-dessus, en 1932, le salon Les Quatre Saisons, en lieu et place de l’actuelle salle à manger du Dalí, à gauche.

Premier palace parisien, Le Meurice n’a cessé de s’inspirer de la devise de son fondateur, Augustin Meurice, qui voulait en faire “un hôtel de famille et de grand luxe”. Décontracté et élégant, ludique et classique, le restaurant Le Dalí répond à cette exigence de savoir-faire, de créativité et d’hospitalité. Assiette, décor et service font la force et la magie de ce lieu qui prône le mélange des genres, des styles et des époques dans un esprit d’ouverture, de partage et d’harmonie. “Tout influe sur moi, rien ne me change.” Cette phrase de Salvador Dalí, l’un des plus fidèles hôtes de l’hôtel durant plus de trente ans, résonne alors que le restaurant qui porte son nom lui rend hommage. Si l’artiste, à son époque, a fait souffler un vent de folie au Meurice (il y appréciait le pain Poilâne

car il pouvait en faire des sculptures et se faisait raidir les moustaches à la gelée de framboise), l’hôtel, sous l’impulsion de sa directrice Franka Holtmann, perpétue cette quête d’audace et d’extravagance. C’est dans ce sens qu’elle a convoqué deux maîtres de la création française, Philippe Starck au décor et Alain Ducasse au piano, pour assurer la pérennité et la surprise à cette institution. Restaurant de type brasserie, Le Dalí, ouvert du petit-déjeuner au dîner, est la caution cool de la restauration de l’hôtel, parallèlement au gastronomique Meurice Alain Ducasse. À l’origine, c’était un salon, appelé Les Quatre Saisons, puis il devint de 2000 à 2007 Le Jardin d’hiver, un restaurant à la décoration très classique : au sol, une moquette fleurie, au plafond, une

verrière ancienne, et, au centre, de hauts bacs de géraniums et des palmiers pour délimiter les espaces. En 2007, Philippe Starck le baptiste Le Dalí et lui offre un lifting complet. La métamorphose passe par un travail sur la lumière, le décloisonnement et une réinterprétation surréaliste du mobilier. Il invite sa fille, Ara, à participer au projet, qui tapisse la verrière d’une immense toile drapée peinte par ses soins. Le printemps 2016 marque l’aboutissement de la seconde phase de rénovation avec des transformations plus minimes mais d’importance. Pour répondre à la grande draperie tendue au plafond, le designer fait à nouveau appel à sa fille, qui couvre cette fois le sol d’un gigantesque tapis qu’elle a dessiné. Lors de cette seconde exploration, le designer ajoute un miroir incliné dans le fond de la salle, invitant aux jeux de regard, place des suspensions sur les seize colonnes, utilise des tables en marbre rétro-éclairées et disperse plusieurs sièges au style surréaliste tels que le fauteuil “Cygne”, le fauteuil à bascule, et il les recouvre de toiles imprimées de dessins d’Ara Starck. Sincère, savoureuse et conviviale, la cuisine d’Alain Ducasse (aux manettes depuis 2013) est exécutée depuis 2016 par un de ses disciples, le chef Jocelyn ­Herland. Ensemble, ils ont choisi de faire dialoguer la grande tradition des brasseries parisiennes et les cuisines de la Méditerranée. La carte conserve ainsi ses grands classiques (le M. Burger ou le club sandwich au homard bleu) et ses intemporels (sole à la grenobloise), auxquels s’ajoute désormais un voyage culinaire sur les rives de la Méditerranée entre Catalogne, Ligurie et Côte d’Azur. Parmi les dernières créations ? Caponata de légumes, patatas bravas et vitello tonnato. Des plats d’inspiration “tapas” se prêtant volontiers au partage. Autre moment fort du Dalí, l’heure du thé. Cédric Grolet, talentueux chef pâtissier du palace, signe des desserts créatifs et très légers. À consommer sans modération.

PHOTOS ARCHIVES L’OFFICIEL, DR

PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Follow us on instagram: @melissashoeslebanon


SAVOIR VIVRE

AU RYTHME DE LA SAVANE

270


271

Depuis la sortie d’Out of Africa, plus personne n’ignore que l’Afrique australe est un paradis peuplé d’animaux en liberté, à l’abri des prédateurs humains. Le mot “safari” (“voyager”, en swahili) a ainsi fini par reprendre son sens original et cessé d’être associé à une partie de chasse. Pour aller à la rencontre des fameux Big Five (lion, éléphant et buffle d’Afrique, rhinocéros noir et léopard), on peut choisir entre plusieurs options : les belles demeures coloniales, telle la ferme africaine du roman de Karen Blixen, les tentes style lodge cosy et déco ou le camp itinérant, monté chaque soir pour les voyageurs par une équipe de rangers. De l’Afrique du Sud au Zimbabwe en passant par le Botswana, le Kenya et la Tanzanie, le terrain d’observation de la faune africaine est vaste.

PHOTOS DR

Le spectacle des animaux Avec ses 20 000 kilomètres carrés, le Kruger National Park est la plus grande réserve d’Afrique du Sud ; elle abrite certains des lodges les plus raffinés du pays, à l’image de Singita. Cette maison posée au cœur de la brousse a donné naissance à des hébergements installés au bord de la Sand River. Pour l’esprit colonial chic, on choisira Singita Ebony Lodge (photo 3), une demeure qui offre deux suites familiales de part et d’autre d’un vaste salon. Son mobilier appartenait aux propriétaires de la ferme originale et illustre l’esprit pionnier d’une période qui remonte à plus de soixante ans. Lits à baldaquin, salles de bain ouvertes vers l’extérieur, terrasse en teck et bar panoramique pour admirer le spectacle des animaux à l’heure du cocktail. Sans oublier un joli spa avec salle de gym, pour se relaxer après une journée de safari. Le même esprit anime Singita Boulders. À l’ombre des ébéniers, la grande maison se compose de neuf appartements avec piscines privatives. Une autre, plus grande, trône devant le lodge principal. Si le blanc domine sur les murs et le mobilier des suites, l’aménagement est résolument colonial. Dans la bibliothèque, les fauteuils en tissu écossais s’habillent de coussins léopard et les tables en ébène à pieds chantournés accueillent des plateaux en argent et des services à whisky en cristal. Avis aux gastronomes : la cave renferme pas moins de 12 000 bouteilles des meilleurs crus d’Afrique du Sud. Le plus déco des lodges de la famille est Singita Lebombo. Imaginez une quinzaine de cubes de bois et de verre, accrochés à la falaise. Encadrée par une végétation dense, chaque chambre est

Au milieu de la faune des grands espaces africains, passez des nuits inoubliables dans l’un des luxueux lodges de notre sélection. PAR CHRISTIAN-LUC PARISON


SAVOIR VIVRE

un cocon de raffinement, avec meubles ethniques et superbe terrasse abritée par des claies en branchages. En paressant dans la baignoire ou dans la piscine à débordement de la grande maison, on peut observer des familles d’éléphants… Au nord du pays, la réserve de Madikwe flirte avec la frontière du Botswana. Créée il y a seulement un quart de siècle, elle abrite les Big Five, bien sûr, mais aussi du gibier de plaine et plus de 360 espèces d’oiseaux. Baptisée du nom des grands arbres qui l’entourent, Morukuru Family (photo 1) se compose de trois villas exclusives. Le lieu accueille les enfants de tous âges, ce qui est rare. Avec près de 1 000 mètres carrés de superficie, la Farm House peut héberger dix adultes et autant d’enfants dans un esprit très maison de campagne. La déco est signée d’une célèbre architecte d’intérieur sud-africaine, Sumari Krige. Morukuru Family, c’est le safari africain griffé Relais & Châteaux. Panoramas d’exception Esiweni Luxury Safari Lodge (photo 4) est l’histoire d’un coup de cœur, celui d’un couple de Français tombés amoureux de l’Afrique du Sud et de ce lieu situé dans la réserve de Nambiti, à trois heures de route de Johannesburg, dans une belle réserve privée, épargnée par le paludisme. Sophie et Ludovic Vaillant n’ont pas hésité longtemps avant de se lancer dans l’aventure, et le résultat est à la hauteur. Posé au sommet d’une colline surplombant la Sunday River, Esiweni se compose d’une demeure principale et de cinq suites. Les hôtes ont le sentiment de séjourner chez des amis qui leur feraient l’honneur de les recevoir avec une foule d’attentions particulières, entre grand luxe et raffinement. Difficile de ne pas être séduit par la beauté de cet endroit hors du temps. La décoration est une parfaite illustration d’un univers africain post-colonial, vu avec l’œil acéré d’une Française exigeante. Pas une faute de goût ; le mobilier mêle intelligemment les styles et les époques. Conçues comme de véritables maisons privées protégées par un imposant toit de chaume sous une charpente traditionnelle en bois local, les suites offrent le meilleur du confort et de

272

superbes salles de bains extérieures. Au Botswana, le delta de l’Okavango demeure un grand mystère géographique. Quand un fleuve vient se dissoudre dans le désert, cela donne un environnement unique au monde. Dans cette nature faite d’eau, de sable et de grands arbres, le lodge & Beyond Sandibe Okavango (photo 5) a rouvert il y a deux ans, après des travaux de rénovation. Si l’architecture est d’inspiration typiquement africaine, avec des toits qui suggèrent les écailles du pangolin (cet étonnant mammifère insectivore désormais protégé), la déco se veut résolument contemporaine et très luxueuse. Créant un sentiment de confort chaleureux, le bois est omniprésent dans les huit suites, équipées de petites piscines privées. On aime particulièrement le style tout en arrondis du bâtiment principal, avec ses charpentes audacieuses. L’ancien Tanganyika, qui servit de décor à Hatari ! d’Howard Hawks avec John Wayne, est aujourd’hui la Tanzanie. Les vastes plaines du ­Serengeti, sont de beaux territoires de découverte pour les safaris animaliers. C’est là que le Mwiba Lodge a ouvert ses portes. Ses huit suites sur pilotis dominent les gorges de la rivière ­Arugunysai et la brousse environnante. L’architecture en pierre et bois privilégie les espaces ouverts, les terrasses où l’on profite d’un panorama d’exception. Matériaux naturels et tissus aux couleurs de l’Afrique pour la déco. Somptueuse piscine à débordement pour le farniente… Enfin, le Giraffe Manor (photo  2), au Kenya, dresse sa silhouette de briques dans les faubourgs de Nairobi – on s’éloigne des grands espaces. Cette demeure des années trente avec dix suites (l’une porte bien sûr le nom de Karen Blixen) est un lieu très original. Il a été créé par Betty Leslie-Melville, une conservatrice américaine qui a voué sa vie à la sauvegarde des girafes de Rothschild. Grâce à son action, la population de cette espèce au Kenya est passée de 120 individus à près de 400. Le parc de Giraffe Manor (le domaine est moitié hôtelmoitié zoo) accueille huit pensionnaires qui se baladent en liberté dans la propriété. Ne vous étonnez donc pas si l’une d’entre elles s’invite à partager votre petit-déjeuner…


WWW.AISHTIBLOG.COM


Earlier cooling. Enhanced performance.

X-BIONIC ® THE TRICK® Running Shirt Women

Premium Performance Wear for the Power Elite.

THE TRICK® Technology THE TRICK® switches your body to cooling mode earlier. Your performance improves from the start. Spine Insulation Zone: Creates a localised zone of warmth. Sensors along the spine: Register a strong warming trend.

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

Signals: The brain interprets the signals as a sign that the entire body is overheating and kicks in sweat production. Result: Better performance

Protected in 39 countries. Protected by Patent EP2146594, MX 291317, AU 2008250795, RU 2481777

Developed by scientists – proven by athletes. www.sportscience-laboratories.com | www.x-bionic.com

X-BIO 2


X-BIONIC ® THE TRICK® has been rewarded internationally in 2014 for: degree of innovation, outstanding design quality, choice of materials, workmanship, functionality and ergonomics. X-BIONIC ® THE TRICK® Running Pants Women

ONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

Thorny Devil Technology For targeted sweat transport to parts of the body in need of intense cooling. Sweat Collector Where the body accumulates the most perspiration, Sweat Collectors soak up the excess and move it gradually through the thickened structures of the HydroPort yarn to Sweat Transporters. Sweat Transporter Wrapping around the body, this system continously transports excess sweat via channels to the zones where it can have the largest possible cooling effect on overheated muscles. Sweat Distributor with Partialkompression® The combination of X-BIONIC® Partialkompression® and knitted ridges collects excess sweat and allows it to evaporate over a broad area to provide extra cooling for heat-intensive muscle areas. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

The bionic role model. The Thorny Devil (lat. Moloch horridus) has developed a system of water transporting channels on its body. X-BIONIC® developers translated this capillary effect to athletic apparel to THE TRICK® Premium Performance Wear.

THE TRICK® Running Shirt Short Women

THE TRICK® Running Pants Medium Women

Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11


276

HOROSCOPE

BÉLIER

TAU RE AU

GÉMEAUX

21 MARS – 20 AVRIL

21   AV R I L – 21   M A I

2 2   M A I – 21   J U I N

une combativité hors du commun, mais de la lenteur dans vos réalisations… AMOUR : vous avez envie de repartir sur de nouvelles bases, le temps est à la réflexion, la patience est de mise. VIE SOCIALE : vous avez un fort désir de bouger, il est temps de vous tourner vers des projets porteurs de réussite ; mais ne précipitez pas les événements. MON CONSEIL : donnez vie à vos désirs.

FORME : une vitalité au top ; vous élargissez

FORME :

vos horizons et vivez à cent à l’heure. AMOUR : Vénus vous fait vivre des instants magiques, une passion peut vous transformer. VIE SOCIALE : quelques  difficultés d’organisation mais les astres sont là pour vous aider à aller au bout de vos objectifs. MON CONSEIL : jouez de votre charme intemporel.

CANCER

LION

VIERGE

22 JUIN – 22 JUILLET

23 JUILLET – 23 AOÛT

24 AOÛT – 23 SEPTEMBRE

votre ciel s’illumine, le climat morose se réchauffe, profitez-en pour faire du sport. A M O U R : une page de votre vie amoureuse s’est tournée, vous réussissez à aller de l’avant, fini la nostalgie. V I E S O C I A L E  : vous choisissez une autre voie sans vous lancer aveuglément ; une heureuse opportunité peut se présenter sur votre chemin, saisissez votre chance. M O N   CO N S E I L  : c’est le moment de ­réaliser vos rêves. FORME :

votre ambition de lionne est au zénith malgré quelques coups de fatigue… Prenez soin de vous. A M O U R : des rencontres inédites, et Vénus s’ancre dans votre ciel, c’est le moment de vous mettre en beauté. V I E S O C I A L E   : vous avez envie de réaliser des projets grandioses mais concentrezvous d’abord sur vos objectifs à court terme. M O N CO NS E I L : reportez vos idées fantasques à plus tard. FORME :

petit passage à vide côté forme, un moral qui fluctue, ressaisissez-vous ! A M O U R : quelques contrariétés mais, dans l’ensemble, le climat amoureux profite de la chance ; sachez gommer les petits désagréments et tout vous sourira. V I E S O C I A L E : il faut croire davantage en vous et exploiter votre potentiel : alors, côté carrière vous rayonnerez. M O N CO NS E I L : mettez en avant votre nature perfectionniste. F O R M E :

BALANCE

SCORPION

SAGIT TAI RE

24 SEPTEMBRE – 23 OCTOBRE

24 OCTOBRE – 22 NOVEMBRE

23   N OV E M B R E – 21   D É C E M B R E

épuisez-vous dans le sport, c’est votre meilleur remède contre les coups de blues. AMOUR : vous allez de l’avant, vous êtes prête à tout redémarrer, guidée par la providence. VIE SOCIALE : votre capacité à vous remettre en question vous sort de votre routine et vous fait renouer avec l’aventure, la nouveauté. MON CONSEIL : renaissez de vos cendres !

FORME : des tensions en tout genre, optez pour

FORME : quelques baisses de tension mais vous

retrouverez rapidement la forme ; prenez soin de votre corps. AMOUR : les astres illuminent votre ciel ; votre désir de séduction est comblé et des rencontres peu banales se dessinent. VIE SOCIALE : vous êtes en période de transformation intérieure, vous vous apprêtez à changer prochainement de vocation  ou d’activité. MON CONSEIL : jouez de votre bonne nature communicative.

FORME :

le yoga ou la sophrologie. AMOUR : vous qui n’aimez pas la routine, c’est le moment de mettre un peu de piment dans votre vie… VIE SOCIALE : désir d’évasion, d’horizons lointains, vous vous sentez pousser des ailes. Vous êtes prête à vous envoler vers d’autres objectifs, d’autres frontières. MON CONSEIL : cultivez votre soif d’ailleurs.

CAPRICORNE

VERSEAU

POISSONS

22 DÉCEMBRE – 20 JANVIER

21   J A N V I E R – 19   F É V R I E R

20 FÉVRIER – 20 MARS

FORME : la campagne, les belles promenades

FORME : un ciel lumineux vous incite à culti-

FORME : des hauts et des bas, ce qui engendre

en forêt vous aident à vous ressourcer. AMOUR : l’atmosphère du moment est à la réconciliation, difficile pour un capricorne de ne pas être rancunier, libérez-vous aussi des liens négatifs du passé. VIE SOCIALE : il était temps, vous commencez à voir le bout du tunnel, vous pouvez maintenant faire peau neuve et vous consacrer à une voie qui vous est chère. MON CONSEIL : misez sur votre combativité.

ver l’harmonie et le bien-être. AMOUR : vous êtes plutôt en quête d’amours légères et vous essayez de savourer les plaisirs de la vie. Votre but ultime n’a rien à voir avec ce que vous vivez actuellement, patientez encore un peu pour des liens qui vous enracineront. VIE SOCIALE : vous cherchez à vous différencier absolument, votre originalité sera payante très bientôt… MON CONSEIL : privilégiez autonomie et indépendance.

des coups de blues. Déconnectez, prenez le large, une thalasso vous ferait le plus grand bien. AMOUR : des revirements et des surprises, des changements soudains qui pourraient changer le cours de votre destinée. VIE SOCIALE : vous savez arranger les situations grâce à votre capacité d’écoute. MON CONSEIL : cultivez la clairvoyance. PAR CHRYSTÈLE DESSOY

ILLUSTRATIONS SO-ME

les astres vous boostent et vous insufflent la meilleure des énergies ; les arts martiaux sont un excellent exutoire pour vous. AMOUR : vous avez envie de construire votre relation dans la durée, le sérieux va entrer dans votre vie. VIE SOCIALE : du renouveau, de la créativité et un essor financier vous attendent ; foncez, des opportunités de taille sont à saisir. MON CONSEIL : canalisez votre énergie au service de votre idéal. FORME :


AĂŻshti by the sea, Antelias Tel. 04 71 77 16 Ext. 262 - AĂŻzone stores and retail sport shops Follow us on instagram: @asicslebanon


278

ADDRESSES

A

GAYDAMAK CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00 GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

P, R

ALAIN PHILIPPE CHEZ GEORGE HAKIM

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

+961 1 98 15 55

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

PAULA MENDOZA CHEZ LE66

ALEXANDER MCQUEEN +961 11 11 11 EXT.130

H.STERN CHEZ SYLVIE SALIBA

+961 1 98 54 70

ALEXANDER WANG +961 1 99 11 11 EXT.130

+961 1 33 05 00

PHILOSOPHY + 961 11 11 11 EXT.130

AZZEDINE ALAÏA +961 1 99 11 11 EXT.130

HERMÈS +961 99 97 10

P.A.R.O.S.H. +961 1 99 11 11 EXT.130

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130 PRADA PARFUM +961 1 99 11 11 EXT.104

B

I, J

PROENZA SCHOULER + 961 11 11 11 EXT.130

JESSICA K +961 1 37 11 22

+961 1 97 53 33

BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353

JOANNA LAURA CONSTANTINE CHEZ LE66

ROBERTO CAVALLI +961 99 11 11 EXT.115

BURBERRY +961 4 71 77 16 EXT.238

+961 1 98 54 70

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565

BVLGARI +961 1 99 91 59

C

K, L

REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

RICHARD MILLE CHEZ CADRANS

S, T

SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562

KENZO + 961 1 99 11 11 EXT.130

SAINT LAURENT PARFUM

CADRANS +961 1 97 53 33

LE66 +961 1 98 54 70

+961 1 99 11 11 EXT.104

CASADEI + 961 11 11 11 EXT.110

LILLOT CHEZ LE66 +961 1 98 54 70

SONIA RYKIEL +961 1 99 11 11 EXT.130

CÉLINE +961 1 99 11 11 EXT.250

LORO PIANA +961 1 99 11 11 EXT.130

STELLA MCCARTNEY +961 1 99 11 EXT.575

CHANEL +961 1 99 91 29

LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

CHANEL PARFUM +961 1 99 11 11 EXT.104

TABBAH +961 1 97 57 77

CHLOÉ +961 4 71 77 16 EXT.215

M, N, O

TATABORELLO +961 1 99 11 11 EXT.130

MAISON MARGIELA +961 11 11 11 EXT.130

TOD'S +961 1 97 03 13

MAJE +961 1 21 28 88

TOMMY HILFIGER +961 1 97 25 91

MANISH ARORA +961 1 99 11 11 EXT.130

TORY BURCH +961 1 99 11 11 EXT.574

CHOPARD CHEZ MOUAWAD +961 1 99 98 91

D, E

DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592

MARC JACOBS +961 1 99 11 11 EXT.148

DRIES VAN NOTEN +961 1 99 11 11 EXT.130

MARNI +961 1 99 11 11 EXT.130

DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

MICHAEL KORS +961 1 99 11 11 EXT.130

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

ETRO +961 1 99 11 11 EXT.590

MONCLER +961 1 99 11 11 EXT.120

THOM BROWNE +961 1 99 11 11 EXT.104 TOM FORD PARFUM +961 1 99 11 11 EXT.104

V

VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569

MOSCHINO +961 1 99 11 11 EXT.130

F, G, H

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

MOUAWAD +961 1 99 98 91 NANCY GONZALEZ + 961 1 99 11 11 EXT.130 OSCAR DE LA RENTA +961 1 99 11 11 EXT.130

Z

ZADIG & VOLTAIRE +961 1 97 37 56


Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272, Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON and on facebook New Balance Lebanon


280

CORRESPONDANCE

MOMENTS CISEAUX PAR LAURA HOMSI

A chaque cérémonie de clôture des Jeux Olympiques, je me demande comment ce sera dans 4 ans. Pareil quand on ferme les volets d’une maison de vacances, qu’on range les maillots d’été ou les décorations de Noël. Qu’est ce qui sera différent en terme de pays de résidence, travail, mode de vie, entourage ?... Et puis quelles seront les constantes ? Parce qu’il y a des choses qui, dans l’idéal, devraient rester pareilles ! Ce sont mes « moments ciseaux » qui découpent les années, cadencent les mois, et permettent d’identifier une période. Il faut qu’ils soient récurrents, mais pas trop fréquents pour ne pas diluer leur impact. C’est, à chaque fois, l’occasion de grandes résolutions. C’est l’espoir d’essayer d’aller vers un « mieux ». J’adore me projeter dans cette version idéale de vie future. Ca permet de se poser parfois les bonnes questions sur ce dont on rêve vraiment. Et ce qui en ressort peut être parfois assez surprenant.

Cette année pourtant, je n’ai pas eu envie de me dire que je serai plus saine, sportive, productive ou mieux habillée. Je ne veux pas boire des litres de jus vert ou être gluten free, dresser des «To-do lists » à foison, porter des talons au bureau pour faire plus « pro», méditer tous les matins parce que c’est bien, faire du yoga. J’en ai eu un peu assez de cette course quotidienne à la performance. A force de se mettre la pression en permanence on finit par être un peu à côté de la plaque. Cette année je veux juste être bien. Je ne sais pas trop encore ce que ça veut dire, mais je me donne le temps de le découvrir. Et si ça passe par des jus verts et des graines de chia, tant mieux ! Je ne dirai jamais non à une version de vie plus Gwyneth Paltrowienne (et non, la mauvaise foi ne compte pas). Il parait que tous les grands athlètes et entrepreneurs sont adeptes de la visualisation. Alors, je ne sais toujours pas si je serai Usain Bolt aux prochains JO et j’en doute, mais j’ai plusieurs rêves à réaliser. Et ça, c’est un vrai boost de rentrée !

ILLUSTRATION YASMINA SKAFF

Et puis on y encouragé de toutes parts avec plusieurs périodes charnières de l’année qui se prêtent à ce sentiment de nouveauté. J’aime me dire tous les septembres que je vais devenir une meilleure version de moi-même. Rebelote en janvier vu qu’on est rares à y être arrivées. Et puis aussi en début d’été, quand arrive la saison du bikini. Ce n’est pas grave si on oublie ces résolutions en deux minutes chrono, à la limite, rien que la décision de se prendre en main fait du bien. C’est cette idée de nouveauté qui plaît, cette impression de nouvelle chance. Ce n’est pas pour rien que les régimes commencent en général un lundi !


L'Officiel-Levant, October Issue 69  
L'Officiel-Levant, October Issue 69  
Advertisement