Page 1

N° 59 Octobre 2015

Beyrouth

Haute fourrure Nouvelles longueurs Pure couture Tendance gothique Ayah tabari hala salem achillas Jean-Pierre Roc-Roussay d es ti n ati o n

Beit douma

AÏshti, 25 ans déjà

M A R T H E W I G G E R S EN F ENDI

w w w.l o ff ic ielmo d e.c om

L 15003 - 999 - F: 1,00 € - RD


dior.com - 01 99 11 11 ext.592


DOWNTOWN BEIRUT 1 4 1 E L- M O U T R A N E S T R E ET LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - DP 448x287 - OCT15.indd 1

27/07/2015 10:55


LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - DP 448x287 - OCT15.indd 2

27/07/2015 10:55


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON 111 991 01 EXT: 579 EMILIOPUCCI.COM


marcjacobs.com

137 el-moutrane street

downtown beirut

telephone +961 1991 111 ext 148


BEIRUT 62 Abdel malek Street 01 99 11 11 ext. 222

ZEGNA.c o m


36

sommaire

EN T R é E

L’édito — page 44

Rose de plaisir — page 68

Souvenir d’automne — page 69

Questions à choix multiple — page 70

Jambes de velours — page 72

Glam Rom — page 74

Melting Pot — page 76

Tendances — page 82

Une nouvelle renaissance — page 88

Ces shoes-là — page 90

Le choix de Sara — page 92

Gothic mania — page 94

Le « Dionysus » de Gucci — page 100

Correspondance Bruxelles — page 101

Deux filles de Tomorrow — page 102

Hala Salem Achillas — page 104

L’Officielle du mois: Ayah Tabari — page 110

Cuisine couture — page 118

Automne électrique — page 119

Glam goth — page 120

Black light — page 124

La Première Boy de Chanel — page 128

Ode à l’évasion — page 130

PHOTOs dr

news


D A N S L’ Œ I L D U F L  N E U R

Beyrouth - Bab Idriss Centre-ville Tél. 01 99 97 10 Hermes.com

05_224x297_LOfficiel_Liban_FR.indd 1

08/09/2015 16:57


38

sommaire

L A M O DE

Clair obscur— page 132

Effets de manchettes — page 136

Joelle Haddad— page 138

Aïshti 25 ans — page 145

L’âge de glace — page 240

Nostra-Dames — page 252

Comme l’eau vive… — page 272

Fleur de Lizzie — page 280

Haute élégance— page 288

Beit Douma une maison pour rêver — page 300

L’agenda culturel de Diane Von Fürstenberg — page 302

Jean-Pierre Roc-Roussay — page 304

L’amour de l’Art — page 306

magazine

nuit

adresses

L’Horoscope — page 335

Play it health goth — page 336

Brigade mondaine — page 316

Dîner plaine Monceau — page 322

PHOTOs dr

From Rome with love — page 312


etro.com


n °   5 9 — o c t o b r e 2 015

Editeur

Ton y Sa l a me Group TSG SAL Rédaction Rédac tri ce en ch ef

Fifi A bou Dib

R é d a c t r i c e e t C o o r d i n at r i c e

StÉph a nie Na k hlé Département artistique D i r e c t r i c e d e c r é at i o n

Mél a nie Dagher Directrice artistique

minja el-h age Contributeurs Ph oto

R aya n Aya sh, Nicol a s Cottong, Ton y Elieh, R aya Fa r h at, M a h a Na sr a Edde , Bill a l Ta r ight Rédac ti o n

Hala Salem Achillas, Andreane Williams Philippine De Clermont-Tonnerre, Stylisme

Joe A r ida , K y le Devolle , Cl a r a Melk i production

Er in Fee Production directrice

A nne-M a r ie Ta bet Retouche numérique

Fa dy M a a louf

Publicité et Marketing Direc teur génér al com mercial et m arketin g

Melhem Moussa lem

C o o r d i n at r i c e c o m m e r c i a l e

Stéph a nie Missir i a n Directrice m arketing

K a r ine A bou A r r a j Directeur Responsable

AMINE ABOU KHALED Imprimeur

53 Dots Da r el Kotob


Allegra

DG_Allegra Rings 22.4x29.7 cm L'Officiel Levant SS.indd 1

24/08/2015 20:59


Direction gér ants C o p r é s i d e n t s d e s b o a r ds e x é c u t i f e t a d m i n i s t r at i f

M A R IE-JOSÉ Sussk ind-JALOU M A X IME JALOU Directeur génér al D i r e c t e u r d e s b o a r ds e x é c u t i f e t a d m i n i s t r at i f

Benja min Ey mèr e

b.eymere@jaloumediagroup.com a ss i s ta n t e d e d i r e c t i o n

PASCALE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité

Administration et f inances

International et marketing

Directeur génér al publicité Mem bre d u board e xécutif

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

D i r e c t e u r i n t e r n at i o n a l e t m a r k e t i n g Mem bre d u board e xécutif

OLIVIER J UNGER S

o.jungers@jaloumediagroup.com

D i r e c t e u r a d m i n i s t r at i f e t f i n a n c i e r M e m b r e d u b o a r d a d m i n i s t r at i f

THIER RY LEROY

Direc trice com merciale

t.leroy@jaloumediagroup.com

A NNE-M A R IE DISEGNI

D i r e c t r i c e d e s r e ss o u r c e s h u m a i n e s

a.mdisegni@jaloumediagroup.com

ÉMILIA ÉTIENNE

Directrice de publicité

e.etienne@jaloumediagroup.com

CHR ISTELLE MEN TION

R e s p o n s a b l e c o m p ta b l e & fa b r i c at i o n

c.mention@jaloumediagroup.com

ÉR IC BESSENIA N

Directrice de clientèle

e.bessenian@jaloumediagroup.com

Clémence ledélis

C o n t r ô l e u r a d m i n i s t r at i f & f i n a n c i e r

c.ledelis@jaloumediagroup.com

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

Nicol a s R ey naud

n.reynaud@jaloumediagroup.com Direc teur du développement

GÉR A R D LACA PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 i n t e r n at i o n a l e d i t o r i a l e t a r c h i v e m a n a g e r

Nath a lie Ifr a h

n.ifrah@jaloumediagroup.com D i r e c t r i c e d e l a p u b l i c i t é i n t e r n at i o n a l e MILAN

A NGELA M ASIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com

Shopping

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

S e n i o r M a n a g e r P u b l i c i t é I n t e r n at i o n a l e MILAN

K athleen Bussièr e

Trésorerie

Cl audi a Dell a Torr e

k.bussiere@jaloumediagroup.com

k a r ine ta n

k.tan@jaloumediagroup.com

Direction éditoriale D irec teu r éd ito ri a l Mem bre d u board e xécutif

Emm a n uel Rubin

e.rubin@jaloumediagroup.com

Diffusion

LAHCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com Clients

NADIA HAOUAS

n.haouas@jaloumediagroup.com Fa c t u r at i o n

BA R BA R A TA NGUY

b.tanguy@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

Thom a s M a rko & A ssociés

c.dellatorre@jaloumediagroup.com M a n a g e r p u b l i c i t é MILAN

Monic a Tr a ina

m.traina@jaloumediagroup.com M a n a g e r s p u b l i c i t é i n t e r n at i o n a l e Pa r i s

Fl av i a Benda

f.benda@jaloumediagroup.com

K athleen Bussièr e k.bussiere@jaloumediagroup.com

Chef de produit diffusion

JEA N-FR A NÇOIS CHA R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Ventes directes diffusion

SA MIA K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Abonnements Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, L’Officiel Grèce, L’Officiel Hommes Grèce, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Officiel Hommes Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.lofficielhommes.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.editionsjalou.com

i-Abo

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 60 86 03 31 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Fr a nce V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51

Photogravure

Cy m agina Fabrication Suivi de fabrication et papier fourni par En tag os Group, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Imprimé par Rotolito – Via Sondrio 3, 20096 Pioltello (Mi) Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

Fondateurs

GEORGES, LAUR EN T et ULLY JALOU (†) É D ITÉ PAR LE S É D ITION S J ALOU SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


LEBANON 224x297 L OFFICIEL W1 Oct15.indd 1

10/09/15 17:39

Tod’s Boutique: 142 Foch Street Tel. 01.970313 • Beirut Downtown


ÉDITO Tandis que l’hiver s’affiche déjà, en vitrines, à la fois ludique et luxueux, décalé, plein d’humour parfois noir comme le montre la tendance gothique dominante, les collections printanières annoncées par les fashion weeks se révèlent de plus en plus jeunes. Ces dernières années, les créateurs ont tendance à nous entrainer dans un cycle régressif, comme pour conjurer une époque qui nous responsabilise trop tôt. A l’heure où Aïshti, la principale chaîne de mode et de luxe libanaise, célèbre ses vingt-cinq ans, et inaugure sur le front de mer sa Aïshti Foundation, on constate en écoutant les responsables que, dans les années 90, les clientes voulaient s’habiller en « dames ». Un quart de siècle plus tard, nous voilà, toutes générations confondues, privilégiant un confort banal et adolescent, mais relevé par des accessoires exclusifs. La mode rejoint l’art, et le prêt-à-porter se transforme en prêt-à-créer. A vos rêves !

illustration so-me

Fifi Abou Dib


46

News

GARE AU GRAIN !

Lancé pour la première fois à l’automne 2014, le sac Trouble de Marc Jacobs s’est rapidement transformé en classique. Teinté d’ humour et d’un brin d’ironie, le nom de ce sac contrastait avec son design sobre et sage tout en promettant de faire de belles vagues à l’avenir. C’est chose faite avec la nouvelle palette de couleurs flashy que s’offre cette saison ce sac à bandoulière en forme de boîte, inspiré des sacs de dames sophistiqués des années 60, anguleux mais avec un gros fermoir rond et doré. Avec ses 35 pièces assemblées à la main, le Trouble nécessite un savoir faire exigeant en raison de l’impossibilité de cacher ses coutures, dans la mesure où il se présente tel quel, sans revêtement. Facile à vivre dans toutes ses dimensions, c’est vraiment l’indispensable de la saison. F.A.D.

Nanna Van Blaaderen est l’une des figures de proue de la jeune création hollandaise. Fascinée depuis toujours par les potentialités de la maille, Nanna imagine des robes, jupes et tops entièrement taillés dans une laine de Mérinos 100 % naturelle. Textuellement univoques, ces pièces se distinguent pourtant par leur impressionnante variété de volumes et de textures : “Mes créations d’aujourd’hui résultent de l’envie de réinventer la laine, autant que de souvenirs passés.” Une fileuse des temps modernes. Mathilde Berthier www.nannavanblaaderen.com

U N E VIE DE KOOPLES

Les couples décalés de The Kooples sont de retour pour présenter la nouvelle collection automne hiver. Rockeurs et artistes de tous âges, ensemble depuis six mois, deux ans, parfois trois (combien dure l’amour ?) ; solitaires en couple avec eux-mêmes et s’en trouvant pas mal, merci ; des jeunes, moins jeunes, hommes pour hommes, femmes pour femmes, ils célèbrent avec leur beauté particulière ce sentiment rebelle, cette fusion qui vous érige en entité, en île indépendante face au reste du monde. The Kooples habille ces petits soldats du cœur en noir, blanc et rouge, tartan, dentelle, cuir et clous. Cuirasses ? On a beau faire les durs, on est si fragile quand on est amoureux. F.A.D. The Kooples, 148 rue Saad Zaghloul, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.535

JEUNESSE I N STA NTA N É E

Ça ressemble à un miracle mais ça marche. La firme française de produits dermatologiques Biologique Recherche a mis au point un traitement dont on sort instantanément et visiblement rajeunie. Le Cryo 3R Facial comprend dans un premier temps un massage facial inspiré du yoga, un massage mécanique remodelant, l’application d’un sérum composé de 12 actifs et un masque glacial. Tout doux, totalement lisse et lumineux, votre visage vous dit merci F.A.D. Remodeling Face Machine, au ïDay Spa, +961 1 99 57 57

BREF

PHOTOs J.Lesur/Colette, D. Picchiottino/Maje-Minnetonka, DR

Fil d’Ariane Lauréate de la finale européenne du Woolmark Prize 2015/16,

Marc Jacobs, 137 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.148


47

CONTE DE LA LUNE ROUGE

Luna Rossa Sport, c’est le nom de la nouvelle fragrance Prada pour l’ homme. Inspiré des régates, et notamment du challenge créé par la marque de luxe italienne dans le cadre de l’America’s Cup, Luna Rossa illustre, entre flacon et parfum, la tension du navigateur à la veille de l’épreuve, la manière dont il se mesure à la machine, les moments puissants où sera mise en perspective la trilogie du savoir-faire humain, de la précision technique et de l’imprévisibilité des éléments. Créé par Daniela Andrier, le parfum Luna Rossa Sport de Prada est un jus à caractère marqué où se déclinent les senteurs vertes du gingembre et des baies de genièvre sur un fond épicé de fève tonka et de vanille, le tout énergisé par une lavande fraîche et virile. F.A.D. Prada parfum, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

COMME AU TEMPS DE ZERMATT

Sexy, pop, graphique, psychédélique, Pucci est une marque née dans le nid-même de la jet-set et de l’aristocratie italienne. Elle doit sa puissante identité à son fondateur, Emilio Pucci qui, comme tout rejeton de la noblesse du début du 20e siècle, était un sportif et surtout un skieur de haut niveau, par ailleurs capitaine de l’armée de l’air durant la seconde guerre mondiale. Passionné de mode et de beaux tissus, Emilio Pucci créait pour ses amies, dans les années 60, des combinaisons de ski moulantes et flashy. Une photo d’un de ses modèles prise sur les pistes de Zermatt par un pote photographe au Harper’s Bazar transforme la « Pucci touch » en must have pour tous les riches et beaux de la planète. Emilio est mort en 1992 mais sa marque, en plein revival au début des années 2000, renoue avec son succès légendaire en préservant les codes des débuts. Une fois de plus, cet hiver, on rêvera jerseys de soie moulants, imprimés hallucinogènes et cuissardes, ce sera comme aux grandes heures de la Dolce Vita. F.A.D. Emilio Pucci, 109 rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.579

BREF

LA VIE EST UN JEU

La Fondation d’entreprise Hermès lance la quatrième édition de son prix international de design sous le thème de « JOUER ». Le jury de ce prix sera présidé pour l’année 2016 par la designer française Matali Crasset. Toutes les actions de la Fondation d’entreprise Hermès, dans leur diversité, sont dictées par une seule et même conviction: nos gestes nous créent. Pour cette quatrième édition, la thématique choisie permet une réflexion sur une activité particulière et universelle, féconde pour les sens comme pour l’esprit: « jouer ». Car jouer intègre l’être humain dans son environnement, son époque, et apparaît comme une activité essentielle de la construction culturelle et sociale de soi. La sélection des finalistes aura lieu en décembre 2015. L’annonce et la remise des prix auront lieu en juin 2016. F.A.D. Prix de la Fondation d’Entreprise Hermès. Pour en savoir plus : www.prixemilehermes.com


48

News

Point d’élégance L’escarpin bicolore fait son grand retour sur le défilé automne-hiver 2015/16 de Chanel. Ce soulier se distingue par son intemporalité et sa polyvalence. Passée par le prune, le bleu, le lavande et le vert, la chaussure iconique retrouve son beige et noir originel, et s’associe aux pièces les plus rock de la marque : “L’escarpin slingback devient la chaussure la plus moderne et fait de belles jambes”, affirme Karl Lagerfeld. M.B. www.chanel.com Chanel, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 91 29

DEUX COULEURS Rouge parade et bleu marine. Deux couleurs s’ajoutent à la palette

classique du trench Burberry qui se déclinait jusqu’à présent en noir, mastic et miel. C’est la première fois, depuis sa création en 1912, que la version la plus classique du célèbre imperméable s’autorise des versions moins conformes à l’esprit militaire qui dictait sa discrétion initiale. Mais la guerre de tranchées de 1914/18 pour laquelle il a été conçu est loin à présent, et en 2015, la gabardine centenaire peut enfin s’émanciper ! F.A.D. Burberry, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.455

S a h a r a vinta g e

C’est lors de son défilé printemps-été 1967 qu’Yves Saint Laurent utilise la saharienne pour la première fois. Ce clin d’œil signe le début d’une longue histoire, marquée par la fameuse saharienne lacée du printemps-été 1969 ou la combi-pantalon en popeline du printemps-été 1975. Près de cinquante ans plus tard, cette success story fait l’objet d’une exposition au 18e Salon du Vintage. Orchestré par Olivier Châtenet, l’événement met en avant une quinzaine de pièces sélectionnées par le collectionneur. M.B. “La saharienne Yves Saint Laurent de 1969 à 1980”, les 17 et 18 octobre au Salon du Vintage. www.salonduvintage.com

Quand, en 2000, 7 For All Mankind déboule dans le paysage de la mode californienne, on a beau avoir fait le tour du denim, c’est une petite révolution. Née à Los Angeles, cette entreprise a basé son concept sur la rencontre entre deux mythologies, celle du jeans, vêtement universel, et celle de la « californian way of life » et son culte du corps. Coupes, matières et silhouettes, sous la griffe abrégée en « Sevens » font fureur. En célébrant les courbes des femmes les plus en vue d’Hollywood, Emma Stone, Kim Kardashian, Jennifer Lawrence, Kristen Stewart, Jessica Alba et Kate Bosworth, mais également Ashton Kutcher, Ryan Reynolds et Penn Badgley pour que les hommes aient aussi leur part de magie, Senens devient culte. Pour sa collection hiver 2015, le jeans le plus sexy de l’Amérique ajoute à ses bootcuts et autres slim et straight l’incontournable « flare » des seventies inspiré de l’uniforme des marins. Attention, chaud devant !.F.A.D. 7 For All Mankind, Beirut City Center, Level 1, +961 1 28 71 87 7 For All Mankind, rue Souk El Tawlieh, Beirut Souks, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.560

BREF

PHOTOs CHANEL, Olivier Saillant/CHANEL, Officiel de la Mode 1970, DR

SEVEN, C’EST HOT


LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - SP 224x287 - OCT15.indd 1

27/07/2015 11:04


50

News

NATURE HEUREUSE

Brillante, lumineuse, féminine, entre gaîté et séduction, la saison hivernale est pour Aurélie Bidermann un nouvel été. C’est dans cet esprit que se déclinent les nouvelles créations joaillières de l’enseigne parisienne, entre faune, flore et géométrie art déco. On aimera les épis de blé embossés dans les manchettes Françoise en argent ou vermeil, le pendentif dessiné, comme un soleil noir, d’un trait d’or emprunté à Mallet Stevens ou Jean Gorin, les fleurs et les animaux qui incarnent la Liberté dans la ligne du même nom. Des bijoux simples et faciles à vivre, qui donnent envie de sourire. F.A.D. Aurélie Bidermann, en vente chez Sylvie Saliba, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 33 05 00

SO BRITISH !

CE BLEU-LÀ Plus lumineuse que jamais, Elisa Sednaoui, en robe de sirène,

arborait, lors de la Premium Cinema Night célébrée à la Villa Laguna, à Venise, les boucles d’oreilles Hawaï en or blanc à motif souple et sinueux, les anneaux Ramage de l’iconique collection Eternelle alternant or blanc et or jaune sertis de diamants, ainsi que la bague en or blanc de la collection Oro de la maison Buccellati. Ambassadrice de rêve pour cette enseigne joaillière dédiée à l’extrême féminité, Elisa était photographiée sur fond de mer et de ciel « bleu Buccellati ». Quand la nature se met de la partie… F.A.D. Buccellati, bientôt à Aïshti By the Sea, Jal el dib

Petite culotte et pointillés

Sous le mot clé #knickersforever, Agent Provocateur décline un hommage à la petite culotte dans un boudoir rose, poudré de rose du Maroc, de musc et de désir. Oui, mais ce boudoir est lui-même situé, selon la légende sulfureuse inventée par cette enseigne éminemment érotique, dans une sombre ruelle de Soho. Et ce boudoir n’en est pas vraiment un. C’est une boutique de lingerie où trois filles et leur patron emballent à longueur de journée de précieux nuages de soie et de dentelle. A chacun d’imaginer dans ce cadre l’histoire torride suggérée par Agent Provocateur et remplir les pointillés à l’envi. La campagne de la marque se fera cette saison à travers les réseaux sociaux, notamment Snapchat et Periscope, en présence de la chanteuse Paloma Faith et la photographe Alice Hawkins, ainsi que de vraies vendeuses « A.P. » qui joueront les icônes. F.A.D. Agent Provocateur, ABC Dbayé, GF, +961 4 41 72 17

La collection pré-automne de Tory Burch s’inspire d’un croisement entre une guindée collet-monté et une délurée qui ne supporte aucune contrainte. De ce double profil psychologique nait, de plain pied dans les années 60, une jeune femme bien dans sa peau qui redessine avec autant de naturel que d’élégance, le vestiaire classique anglais, mi héritage, mi Carnaby Street, sur fond de Beatles et de Rolling Stones. F.A.D. Tory Burch, rue Abdel Malek, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.574

BREF NATALIA’S THEORY

Avec son ADN Calvin Klein, mais plus contemporaine, rebelle et décontractée, l’étiquette Theory s’affiche cet automne-hiver sur une collection « boyish » tout en grosses mailles, tweeds masculins et volumes surdimensionnés. Qui mieux que Natalia Vodianova pour exprimer avec sa fraicheur émouvante le contraste entre ces fibres protectrices, faussement grossières, et cette fragilité adolescente enveloppée avec style dans un cocon douillet ? F.A.D. Theory, en vente chez Aïzone, 71 rue El Moutran, Centre-Ville,Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140


51

50 ANS ET DEUX PERLES

En 1967, un jeune créateur de bijoux du nom de Dinh Van, établi à Paris depuis 1965, dessinait pour Pierre Cardin un de ces anneaux en vogue, qui symbolisent l’union et qu’on appelle « Toi et moi ». C’est une bague carrée aux formes à la fois douces et tendues, géométrique mais aux bords arrondis. Elle enserre deux perles, l’une blanche, l’autre noire. A la fois contemporaine et intemporelle, son succès est tel qu’elle marque le succès commercial de Dinh Van. Aujourd’ hui, elle trône comme une icône au musée des Arts décoratifs de Paris. A l’occasion de ses 50 ans, la maison Dinh Van met en avant ce bijou porte-bonheur en le déclinant avec toutes les créations emblématiques de l’enseigne. F.A.D. Dinh Van, en vente chez Sylvie Saliba, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 33 05 00

A L B E R T A CÉL È B R E L A R EN A ISS A NCE

La nouvelle collection Alberta Ferretti automne hiver 2015 rend hommage à la Renaissance italienne avec une ligne riche en empiècements de velours et tissus précieux. Aujourd’hui, nous revivons la Renaissance avec la photographie et les réseaux sociaux » souligne la créatrice.

créa sa marque, en 1952, elle la baptisa Chloé, du nom de sa meilleure amie. C’est au souvenir de ce moment fondateur basé sur une belle relation que la maison Chloé consacre sa nouvelle collection automne hiver 2015/16. Selon Clare Waight Keller, la directrice artistique de la griffe, « cette saison, la fille Chloé joue les contrastes entre une sensualité audacieuse, un peu masculine et la féminité douce qui définissait le lien sororal et éclectique entre les femmes du groupe de Bloomsbury ». On retrouvera donc, dans la campagne automnale de Chloé, entre les velours et les broderies métalliques d’une collection tout en fluidité, l’ombre de Virginia Woolf se promenant dans les allées du jardin du Luxembourg en grande complicité avec sa sœur Vanessa. Pour les rêveuses. F.A.D. Chloé, avenue Fakhry Bey, Beirut Souks, CentreVille, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.580

BREF

Alberta Ferretti, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130

La n v i n e n i m a g e s

“Ce qui est beau à l’écran n’est pas forcément beau ou confortable sur le corps”… Telle est la philosophie d’Alber Elbaz, qui révolutionne l’identité de la femme Lanvin depuis bientôt quinze ans. Cette prédilection pour le présent – en dépit de l’instantané – est au centre d’une rétrospective organisée à la Maison Européenne de la Photographie. En plus de 350 clichés, elle retrace l’histoire d’un esthète de la puissance au sens aristotélicien du terme : la forme d’une robe, la force d’une couleur prennent ainsi vie sous l’œil des prestigieux photographes ayant rencontré le créateur. M.B. “Alber Elbaz/Lanvin, Manifeste”, du 9 septembre au 31 octobre, à la Maison Européenne de la Photographie, 5, rue de Fourcy, Paris 4e. www.mep-fr.org

PHOTOs DR

CHLOÉ EN DOUCEUR Au départ était une histoire d’amitié. Quand Gaby Aghion

Alberta Ferretti a ouvert sa première boutique à seulement 18 ans, en 1968, dans son village de Cattolica à Rimini en Italie. En 1973, elle lançait déjà sa première ligne de prêt-à-porter. Dans les années 80, elle participait aux défilés milanais. La décennie 90 sera celle de son expansion à New York où elle ose avec assurance les palettes les moins traditionnelles et réussit à séduire en prenant des risques. Une société élégante et mondaine s’arrache ses collections de manteaux et capes ainsi que ses hauts et jupes complémentaires. F.A.D.


52

news

accords troublants

B e a t G e n e ra t i o n

Du petit matin au grand soir, la palette Metal Clash d’Yves Saint Laurent nous replonge au cœur des années 1970. Imaginée par Lloyd Simmonds, cet écrin met en scène cinq couleurs couture à l’opulence assumée : l’or cendreux, le rouge bordeaux, le lilas clair, le prune sombre et le marron chocolat. À porter seules ou combinées, ces teintes vibrantes habillent le regard d’une aura rock et rebelle. Yves Saint Laurent beauté, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

D A Z Z LING

C’est le rouge à lèvres du futur. Une formule révolutionnaire directement inspirée de l’exigence des défilés. Totalement engagée dans la beauté et l’élégance féminine, la maison Dior a mis au point Dior Addict, un rouge frappé au cœur du logo CD, et c’est dans ce logo que réside toute la magie, littéralement. Car à mesure que le rouge est passé sur les lèvres, un gel encapsulé dans le logo sur toute la longueur de l’onguent diffuse un film qui assure brillance et protection tout en nourrissant la peau fragile. On le redit : magique ! Dior beauté, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

Collection Blue Rhythm, Chanel, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

CREDIT PHOTO

Rhythm and Blues

Les harmonies puissantes du bleu majeur ponctuent cette ligne de maquillage signée Chanel. De la pointe des cils jusqu’au bout des ongles, l’ambivalence du bleu nuit est déclinée dans des textures fondantes et voluptueuses. Les 4 Ombres Tissé Jazz enveloppent la paupière d’un halo magnétique, le mascara Jazzy Blue électrise le regard d’une note turquoise, et le vernis Fortissimo donne le “ la” de cette symphonie ultra-contemporaine.


m a r c j ac o b s s to r e s w o r l d w i d e

w w w. m a r c j ac o b s . c o m


54

News

L’IVRESSE DES SOMMETS A travers sa collection automne hiver 2015/16, Nancy Gonzalez, reine des cuirs exotiques, rend hommage aux peuples des sommets entre Pérou, Bhoutan et Népal. Chaque pompon qui agrémente les sacs de la marque en guise de porte-bonheur rappelle les ornements que les femmes de ces civilisations arborent dans leur chevelure, et les coquelicots blancs reproduits en cuir sur certains modèles rappellent ces rares coquelicots immaculés que l’on ne trouve qu’à de grandes altitudes. Un irrésistible invitation au voyage. F.A.D. Nancy Gonzalez, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

que lance à Beyrouth la chaine Urban Retreat qui ouvrira en fin d’année, sous les toits de la Fondation Aïshti, un spa et centre de beauté. Urban Retreat, qui gère au dernier étage des grands magasins Harrods, à Londres, le plus grand spa du monde, mettra son expertise à la portée des Libanaises et des Libanais. Dans un cadre feutré, idéalement situé face à la mer, ce véritable atelier de beauté fournira des soins du corps et du visage, ouvrant une parenthèse de bien être au cœur d’un complexe exclusif et pionnier, dédié à la fois à l’art et à l’art de vivre. Beyrouth, bientôt capitale mondiale de la beauté ? F.A.D. Urban retreat, bientôt à Aïshti By the Sea, Jal el dib

BREF M U R S V I VA N T S

Urbaniste et architecte paysager, Christian Carle-Catafago, né au Liban, vit et travaille entre l’Argentine et la Belgique. Ses projets photographiques interrogent le rapport au temps en fixant les objets en mouvement, le vent dans les branches des oliviers de son pays, la lente et silencieuse dérive des icebergs dans l’Antarctique. Son nouveau projet, « Since the End » (Depuis la Fin), s’éloigne de la photographie pour une démarche tridimensionnelle, résolument palpable pour servir un propos violent. Sur de grandes plaques d’acier cuivré, l’artiste recense les différents impacts de balles tels que laissés par différents événements sur les murs de Beyrouth. Tirs de joie, balles traçantes, balles perdues, tirs de mitraillettes ou de pistolets, Catafago redessine à l’arme de combat les grandes fureurs de la ville. M.B. « Since the End », Christian Carle-Catafago, du 29 septembre au 24 octobre 2015, Agial Art Gallery, 63 rue Abdel Aziz, Hamra, Beyrouth. www.agialart.com

True Religion, le nec plus ultra du jeans californien, fait une nouvelle rentrée spectaculaire avec un hommage au Outlaw, figure mythique du Far West dont les westerns ont rendu célèbre les portraits placardés sur les façades sous la mention « Wanted ». Imprimés fauves et délavages savants à base de procédés artisanaux apportent un regard neuf sur ce tissu indigo qui tend à devenir le seul élément fédérateur de l’humanité. F.A.D. True Religion, Beirut City Center, Level 1, +961 1 29 19 91 True Religion, rue Souk el Tawlieh, Beirut Souks, +961 1 99 11 11 ext.585

TERRITOIRE D’AFFECTS

Dix-huit ans durant, Joanna Abou Sleiman Chevalier, née libanaise, est coupée de ses racine et mène à Paris une vie d’expatriée. Jusqu’au jour où, en 2013, cette consultante en art contemporain revient au pays natal au chevet de son père malade. Elle veut alors transformer le lien de la maladie en lien tout court, et restaurer le cordon ombilical à travers ce qu’elle sait faire : mettre en avant les artistes et leurs extraordinaires talents. C’est ainsi que lui vient l’idée d’une thématique à travers laquelle n’importe quel exilé pourrait trouver une résonnance : le « Territoire d’affects », ou « Heartland », soit ce pays imaginaire ou réel qu’on porte en soi, qu’on ressent plus qu’on ne le vit concrètement. Avec de belles signatures, Mona Hatoum, Simone Fattal, Lamia Joreige, Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige, Marwan Rechmaoui, Rayyane Tabet, Annabel Daou, Nadim Asfar, Gilbert Hage, Etel Adnan, Ranya Sarakbi, Nabil Nahas, Najla el Zein, Hiba Kalache, Fadia Haddad et Mireille Kassar, elle organise au BEC, dans le cadre d’une scénographie de Galal Mahmoud et d’étudiants de l’ALBA, une exposition émouvante autour de la perception de la terre natale. La veille du vernissage, un dîner thématique aura lieu avec pour menu les plats nostalgiques, véritables « madeleines de Proust » de chaque artiste. Le thème de l’exposition donnera lieu à une table ronde autour du psychiatre Chawki Azouri. F.A.D. Heartland, BEC, front de mer, Beyrouth, du 24 octobre au 29 novembre 2015

PHOTOs DR

LE PLUS GRAND SPA DU MONDE Le secret vient d’être levé, et c’est une vaste campagne de recrutement

WANTED


A誰shti BY thE sEA, JAl El DiB A誰shti, Downtown BEirut, t.01.991 111

AlBErtAFErrEtti.CoM


56

News

« COMME LE CHEVAL ET LA VOITURE »

C’est le mariage le plus explosif de l’année et sans doute le plus voluptueux. En septembre dernier, Apple et Hermès dévoilaient à San Francisco l’Apple Watch Hermès. Cette collaboration allie les exceptionnelles qualités innovantes d’Apple à l’iconographie horlogère et à l’héritage artisanal hors pair d’Hermès, dans la création d’une expression unique de l’Apple Watch. La montre, en acier inoxydable, est associée à des bracelets en cuir emblématiques de la maison du Faubourg Saint-Honoré, dont le Simple Tour, le Double Tour et la Manchette. « Je vois notre collaboration avec Apple comme une alliance pour l’excellence; comme le cheval et la voiture, un parfait attelage », a souligné Pierre Alexis Dumas, directeur artistique d’Hermès. A l’arrivée, c’est un objet d’une beauté pure, à la fois organique et digital, qui exprime une cohabitation heureuse entre tradition et évolution. Irrésisitible. F.A.D. Boutique Hermès, Bab Idriss, Centre-Ville, +961 1 99 97 10

COMME UN CHAUSSON DE DANSE

ELLE NOUS A COMPRISES Élégance urbaine avec une touche rock’n’roll. Ainsi se définit la

marque de la créatrice libanaise Jessica Khoueiri-Achkar, créée en 2010 sous l’étiquette « Jessica K. ». En dessinant sa première collection, la jeune femme pense à « la femme d’aujourd’hui, où qu’elle se trouve ». Cette aspiration à une mode universelle traitée comme un langage accessible à toutes, se traduit par un souci d’excellence, tant au niveau des tissus que de la précision des coupes. Avec des associations contrastées entre masculine et féminin, dentelle et cuir, or et style sporty-chic, portées par un sens exigent du détail et de la perfection, Jessica K. réinterprète les paradoxes de la mode dans une collection facile à vivre tout au long de la journée, à la fois féminine et sophistiquée. F.A.D. Jessica K, en vente chez Dépêche Mode, +961 1 33 74 00

BREF

C’est une collection inspirée du ballet que nous livre Jimmy Choo cet hiver. Avec pour icône la « Almost Famous » Kate Hudson, le chausseur le plus glamour de la planète célèbre une femme à la fois rigoureuse et éthérée, soucieuse de confort mais sans concession quand il s’agit d’élégance et de grâce. Parfaite icône pour cette collection qui lui ressemble, entre ballerines à bout pointu, sandales à brides rubans et bottillons ornés de tulle, Kate Husdon affrime que ses références en matière de mode sont Julie Christie, Anita Pallenberg, Kate Moss et Cher. Elle confie aussi qu’elle a fait du ballet classique jusqu’à l’âge de 12 ans avec interdiction de sécher les cours, avant de passer à la danse lyrique, soulignant que la discipline acquise dans l’enfance vous accompagne toute la vie. F.A.D. Jimmy Choo, avenue Fakhry Bey, Beirut Souks, CentreVille, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.595

N O U V E L L E S VAG U E S

Cette saison, Yvan Tufenkjian décline de nouvelles versions de sa collection culte « Oceanic ». Tout en spirales complexes, ces bijoux et parures, surtout dans leur version en diamants et saphirs, prolongent la magie du soleil sur les vagues et signent le savoirfaire d’une maison joaillière sans cesse innovante, entreprise familiale attachée à son héritage mais portée par une troisième génération orientée vers le futur. F.A.D.

Yvan Tufenkjian, 94 rue Chafic Wazzan, Beyrouth, Centre-Ville, +961 1 99 90 51


JIMMYCHOO.COM

LEBANON BEirut S Ouk S +961 1 991 111 Ext 5 95


58

News

LES PROUESSES DE PROENZA

TOUCHER LE POMPON

Le béret de marin, qui n’a pas tout-à-fait la forme d’un béret classique, s’appelle un bachi. Il est surmonté d’un pompon rouge et la légende veut que si l’on touche ce pompon de l’index gauche sans que le marin qui le porte s’en rende compte, on est assuré de 24h de chance. Le joailler Tabbah a dû, lui en toucher des centaines, de pompons, son iconique bijou Béret ayant atteint allègrement sa trentième année avec le même succès. Pour cette maison joaillère qui a prospéré entre Beyrouth et Monte Carlo, deux villes maritimes où la navigation fait partie du quotidien, le symbole du bachi s’imposait comme une évidence. En guise de pompon, le béret s’orne chez Tabbah d’un diamant en son centre et se décline dans sa nouvelle version épurée, en or rose, blanc ou jaune. Comble du luxe, dans sa version « Icon Edition », il est entièrement pavé d’un grand feu de diamants, 112 pierres de 1,49ct. F.A.D. Tabbah, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 97 57 77

C’est l’histoire de deux jeunes lauréats de la Parson’s School of design de New York. Jack McCollough et Lazaro Hernandez travaillent ensemble sur leur projet de thèse. Nous sommes en 2002, ils ne le savent pas encore, mais cette collection de diplôme va être entièrement achetée par Barney’s. Entrés de plain pied dans l’industrie de la mode, ils créent leur marque en associant les deux noms de jeunes filles de leurs mamans respectives. C’est ainsi que nait Proenza Schouler, une enseigne qui démarre sur les chapeaux de roue et collectionne aussitôt les prix et récompenses de la profession, notamment plusieurs CFDA Awards. Leur secret ? Un sens instinctif de la jeunesse et de l’air du temps, et des prouesses techniques dignes des couturiers les plus aguerris. Pour l’automne hiver 2015/16, ce duo de surdoués livre une collection subtilement graphique dans laquelle des collants en résilles largement ajourées s’intègrent à des robes tailladées dans les règles de l’art. F.A.D. Proenza Schouler, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130

DANS LES RÈGLES DE L’ART

cristallise autour de maisons mythiques, patriciennes comme la « Maison Rose » près du phare ou plus démocratiques comme la « Maison Jaune », surnom de l’immeuble Barakat, rue de Damas, tragiquement scarifié par la guerre. Mais l’un des plus beaux joyaux du passé ottoman de la ville reste le musée Nicolas Sursock qui reprend du service le 8 octobre. Voué à la culture dès l’origine, accueillant du temps de son propriétaire des débats politiques, artistiques ou littéraires et des soirées musicales, le musée Sursock a fait peau neuve durant la petite décennie où il a fermé ses portes. Sa rénovation conduite par Jacques Abou Khaled et Jean Michel Wilmotte nous le restitue comme à son premier jour, mais agrandi, avec de nouveaux espaces et un restaurant tenu par Joanna Debbas. L’exposition inaugurale est consacrée à Beyrouth vue par les artistes. On y revient comme on retrouve un chez soi. Un nouveau lieu fédérateur nous est restitué, et c’est simplement réjouissant. F.A.D. Le musée Sursock, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 20 20

Meat The Fish, Aïshti By The Sea, Ouverture en novembre 2015

BREF

PHOTOs DR

TOUS À LA MAISON ! Depuis la fin de la guerre, une certaine image de Beyrouth se

Saïfi Village, malgré ses ambitions initiales de « Quartier des arts », n’est pas le coin le plus animé de la ville. Mais depuis quelques temps, entre 13 et 16h, une petite foule stylée déborde sur le trottoir. Un va et vient joyeux se rythme sous l’enseigne « Meat the Fish », une formule de restaurant-marché où l’on peut consommer sur place des produits de première fraicheur, légumes, viandes, poissons et crustacés, ou les emporter chez soi, à cuisiner selon les instructions des conseillers à l’écoute, dans le décor minimaliste et apaisant du lieu. Fondé par Karim Arakji qui était rentrée des Etats-Unis en 1997 pour lancer « Royal Gourmet », une petite entreprise de fumage de saumon destiné aux repas de la MEA, Meat The Fish répondait à la demande croissante d’une clientèle soucieuse de la qualité de son alimentation. Le succès du concept est désormais tel, que Meat The Fish se prépare à ouvrir un second restaurant à Antélias, dans le cadre somptueux de Aïshti By the Sea, avec une belle terrasse surplombant la mer. F.A.D.


60

News

POUR TOUTES LES BONNES CAUSES

D’origine indienne, née à Bombay, Deborah Sawaf a grandi dans un milieu où la couture et la broderie tenaient une place prépondérante. Riche de multiples expériences auprès de grands acteurs de l’industrie de la mode, Deborah Sawaf est depuis 2010 à la tête de la griffe de sacs de luxe Thale Blanc. Ce concept qu’elle a créé, auquel elle apporte sa propre vision et son approche design, et dont elle supervise les moindres détails, s’aligne désormais parmi les must have des accessoires de luxe. Sous le signe de la panthère, fauve aussi singulier que souverain, les sacs Thale Blanc se déclinent, version jour, en un petit modèle à rabat en museau de panthère, reproduit en cuirs rares et exotiques. Le soir, de précieuses minaudières empruntent leur délicatesse à l’univers du bijou, dont la créatrice est familière. Les bénéfices des ventes des sacs Thale Blanc sont en grande partie reversés à des associations. F.A.D. Thale Blanc, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, CentreVille, Beyrouth, +961 1 97 57 77 ext.104

BREF

POUSSIÈRES PRÉCIEUSES

Après avoir vécu plusieurs années à Los Angeles où elle a débuté sa collection d’œuvres d’art, Joumana Asseily est revenue s’installer à Beyrouth en 2006 avec son mari et leurs deux aînés. Aussitôt, elle collabore avec les principales ONG artistiques libanaises, Ashkal Alwane et la Fondation Arabe pour l’Image. Forte de cette expérience, elle s’apprête à ouvrir son propre espace, le 22 octobre 2015. Ce sera la galerie Marfa’, située à l’entrée de la zone franche du porte de Beyrouth. Dans ce quartier un peu marginal, hanté par ses marins et ses portefaix, rythmé par le roulement de dés sur les tables de tric-trac improvisées sur les trottoirs, elle consacre sa première exposition à la mémoire de la ville, sur un projet de Vartan Avakian. Cet artiste qui a étudié l’architecture et la culture urbaine à Barcelone, recueille la poussière des lieux de mémoire et les encapsule dans des cristaux selon un procédé chimique dont il a le secret. « La poussière est faite de terre, de pollen. De particules de météorites brûlées (…) de poils, de larmes, de sang, de sueur, de cellules de peau morte. Les lieux de mémoire sont lourds de poussière », souligne-t-il. Cette fois, la poussière de ses cristaux provient de la « Maison jaune », cet immeuble Barakat de la rue de Damas qui deviendra bientôt « Beit Beirut ». F.A.D. Exposition « Collapsing Clouds of Gas and Dust », Vartan Avakian, galerie Marfa’. Ouverture le 22 octobre 2015. Du mardi au samedi, de 12h à 19h. marfaprojects.com. +961 (0)3 020636

CENT VINGT-CINQ CARATS

Tel le Tanios du fameux Rocher d’Amin Maalouf, David Mouawad a pris la mer pour l’Amérique en 1860, rêvant eldorados et vastes horizons. Il y apprend l’horlogerie et revient, trente ans plus tard, dans son pays natal pour y fonder un petit atelier de réparation de montres et de bijoux. Sa maîtrise du métier lui permet aussi de créer des complications horlogères, des pendules et des pièces de joaillerie exclusives pour ses clients fortunés. Nous sommes en 1890, et David Mouawad vient, sans le savoir, de fonder une dynastie. En septembre 2015, 125 ans plus tard, c’est la quatrième génération de joaillers et horlogers, représentée par Fred et Pascal Mouawad, qui célébrait un jubilée rare, du genre qui se compte en carats, entourée d’invités conquis. Dans le cadre féerique du Grand Hills Hotel&Spa, sous les pins maritimes de Broummana, la fête s’est achevée par un défilé de mannequins sublimes présentant les plus belles créations de la joaillerie Mouawad. F.A.D.

Antiseptique, antioxydant, assainissant, apaisant, protecteur, tonifiant, les vertus du vinaigre sont reconnues depuis des millénaires. Longtemps la seule arme disponible pour lutter contre les épidémies, notamment de peste, le vinaigre se révèle, au 19e siècle, véritable accessoire de beauté et excellente base de parfum. C’est en réfléchissant aux nouvelles tendances de coiffure qui mettent en avant une chevelure libre et un cuir chevelu reposé, que Christophe Robin a chargé ses chercheurs de composer de nouvelles formules à base de vinaigre. Trois lotions ont ainsi été créées : « Régénérante » à l’hibiscus, « Purifiante » aux herbes méditerranéennes, et « Eclats blonds » à la camomille. Ces lotions sans rinçage garantissent une brillance et une légèreté immédiate avec une sensation de confort inédite. On a hâte d’essayer ! F.A.D.

Mouawad, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 98 91

Christophe Robin, en vente chez ÏDay spa, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 57 57

DIVIN…VINAIGRE


A誰shti Do wnt o wn Beirut

TE L. 01.991 111

A誰shti S easi de, Jal el Dib TE L. 04.717 716 A誰shti Ver dun TE L. 01.793 777

DVF SECRET AGENT A FILM BY PETER LIN DBER GH ST ARRIN G KAR LIE KLOSS DVF.CO M #DVFSE CRET AGENT


Aïshti’s newest lifestyle destinAtion for Art, wellness, food And fAshion

WWW.AISHTIBLOG.COM


Aïshti’s newest lifestyle destinAtion for Art, wellness, food And fAshion

WWW.AISHTIBLOG.COM


A G E N T P R O V O C AT E U R . C O M

F E AT U R I N G

PA LO M A FA I T H

A B C D B AY E H M A L L , G R O U N D F L O O R , L E B A N O N T. 0 4 4 1 7 2 1 7


67

entrÉe Must have STYLE BEAUTÉ BIJOUX

Aïshti 25 ans

Gothic mania page 94


68

Style

rose de plaisir Le plein de couleurs acidulées et de matières douces pour un automne voluptueux. Réalisation Lisa Jouvin photographie CHARLOTTE EVRARD

Sac, Prada. Rouge KissKiss Roselip Crazy Bouquet Poudrier Nude Tan Tie Dye Édition, Diorskin. Porte-monnaie, Charlotte Olympia. Fluid Stick 779 Plaisir, Dior Addict. Carnet en velours, Chanel. Bijou de sac LV Mirror, Louis Vuitton.


69

must-have

Souvenir d’automne Marc Jacobs nous réinvente le cartable, brrr… mais en tout petit, comme une réminiscence pas drôle qui s’éloigne et nous revient précieuse et sensuelle, vernie comme une pomme de saison. Réalisation Mélanie dagher, Minja El-Hage photographie Raya Farhat

Sac «Mischief», Marc Jacobs. Boucles d’oreilles, Maison Tabbah.


70

style

Chaque saison, nos griffes préférées espèrent lancer de nouveaux hits. Nous avons sélectionné les candidats, il ne vous reste plus qu’à choisir le modèle… RÉALISATION noëmie beltran

Les bottes Bottega veneta

Le sac Loewe

La broche Prada

Les bottes Balenciaga

Le sac Burberry Prorsum

En cuir nappa stretch.

Modèle “Puzzle” en cuir.

En acétate.

En cuir.

Modèle “Bucket” en daim.

photos dr

QUESTIONS À C H O I X M U LT I P L E


72

must-have

De gauche à droite : Gianvito Rossi. Jimmy Choo. Chloé.

jambes de velours La cuissarde qui monte, qui monte… Pour un pas léger et feutré. Réalisation Lisa Jouvin photographie CHARLOTTE EVRARD


v ie w the v id e o at Ma rina rina ld i. co M

Pat ricia arQ uet t e

v er d un - dun e s c e n te r T 0 1 7 9 1 6 5 9 d ow n t o wn be ir ut - alle n by str e e t T 0 1 9 8 0 0 2 4


STYLE

74

Photographie Tony Elieh Stylisme Joe Arida Réalisation Mélanie Dagher Direction artistique Minja El-Hage

GLAM ROM On peut. Associer un corset haute couture avec des derbies version croquenots, une jupe pantalon en drap avec un gilet en castor et un sac en python gris, une parure construite autour d’une pierre bleue et des boucles d’oreilles fantaisie. Ainsi va la bohème quand elle cherche la lumière.

Boucles d’oreilles, yvan Tufenkjian. Collier, Miu miu. Veste, Valentino. Sac, Balenciaga. Corset couture, Rani Zakhem. Pantalon large, Jessica K. Chaussures, Prada.


Sac en cuir craquelé, python et veau imprimé léopard, Miu Miu.

melting pot

Miu Miu n’est pas connue pour ses it-bags, mais quand Miuccia Prada dessine un sac aux matières contrastées et précieuses on devine qu’il va devenir iconique… Photographie

LOUIS DAVID NAJAR


Sac en cuir craquelĂŠ et python, Miu Miu.


Sac en cuir craquelĂŠ, cuir lisse et python, Miu Miu.


Sac en python et veau imprimĂŠ lĂŠopard, Miu Miu.


82

tendances

Stella McCartney

Azzedine Alaïa

Alexander Wang

Fendi

Emilio Pucci Balenciaga

BLACK OR WHITE

Jessica K

Les opposés s'attirent. Monochrome sage ou graphique pop, c'est le duo gagnant de la saison. Réalisation STÉPHANIE NAKHLÉ, CL AR A MELKI

Dior

Marni

Proenza Schouler Cecilia Ma

Gucci

PHOTOs dr

Saint Laurent


83

tendances

Saint Laurent

Balenciaga

Alexander McQueen

Gucci

Jimmy Choo

Fendi

Dior

RED ROOm

Dolce & Gabbana Chloé

Sanglant, brûlant, vif royal ou pourpre profond, le rouge vient réchauffer les podiums.

Emilio Pucci

Réalisation STÉPHANIE NAKHLÉ, CL AR A MELKI

PHOTOs dr

Agent provocateur

Gucci

Dior Balenciaga Jessica K


84

tendances

Prada

Alexander Wang

Etro

Hermès

Etro

PATCHWORK IT

Dior

Réminiscence de soirées au coin du feu et de week-ends à la campagne. Le plaid de grandmère n'aura jamais été aussi tendance. Réalisation STÉPHANIE NAKHLÉ, CL AR A MELKI

Burberry Prorsum Fendi

Burberry Prorsum

Marni

PHOTOs dr

Gianvito Rossi


85

tendances

Alexander McQueen

Marc Jacobs

Moschino

Miu Miu

Sonia Rykiel

Dolce & Gabbana

DE MILLE FEUX

Miu Miu

Discret ou imposant, irisé et clinquant, le sequin s'affranchit. Réalisation STÉPHANIE NAKHLÉ, CL AR A MELKI

PHOTOs dr

Miu Miu

Dior Burberry London

Dior

Jessica K


86

tendances

Azzedine Alaïa Cecilia Ma

Hermès

Saint Laurent

Dolce & Gabbana Valentino Alexander Wang

Roberto Cavalli

THE DARK Side Du noir, des influences rock rebelle et gothique romantique, pour dures à cuir au coeur tendre. Réalisation STÉPHANIE NAKHLÉ, CL AR A MELKI

Balenciaga

Alexander Wang Dolce & Gabbana

Maison Martin Margiela

PHOTOs dr

Alexander McQueen


87

tendances

Miu Miu

Gucci

Emilio Pucci

Emilio Pucci

Gucci Emilio Pucci

Alexander McQueen

Dries Van Noten

PHOTOs dr

Jimmy Choo

A PAS DE VELOURS

Gianvito Rossi

Revival 70's, classique chic, ou à imprimés colorés, le velours revient tout doux et sous toutes ses formes. Réalisation STÉPHANIE NAKHLÉ, CL AR A MELKI

Saint Laurent

Etro

Balmain Etro


88

STYLE

UNE NOUVELLE RENAISSANCE Inspirée des savoir-faire de sa région d’Émilie-Romagne, la styliste Daniela Dallavalle met son bouillonnement fécond au service de collections multiformes. Et insuffle à ses vêtements, meubles et objets d’art une énergie tournée vers le futur. PAR GIOVANNA PISACANE ILLUSTRATION LISELOTTE WATKINS

ILLUSTRATION LISELOTTE WATKINS

L

a définir comme une simple designer serait peu dire ; un volcan d’idées, voici l’expression qui saisit au mieux l’esprit de Daniela Dallavalle. Aujourd’hui son groupe habille corps, espaces et situations grâce aux collections Elisa Cavaletti, Riccardo Cavaletti, Eleonora Cavaletti, Arte Pura, Dress Your Space, Artistic Elements et Home Jewels. Avec la Baracca sul Mare, son entreprise basée à Carpi, aux portes de Reggio d’Émilie, elle donne la possibilité aux artisans de travailler et de transmettre leurs savoir-faire. Cet engagement assure au slogan – “Io sono Italiano” (“Je suis Italien”) – une signification précise : l’expression du made in Italy, de cette italianité têtue qui croit encore à la qualité et au respect pour le travail. “Les grandes familles de la Renaissance croyaient à l’art et aux artisans travaillant dans leurs ateliers, un lien fondamental. Dans notre cas, je parlerais d’une nouvelle Renaissance : à Carpi, l’art de la maroquinerie et du tissage se transmettent de père en fils depuis très longtemps.” Après le séisme qui frappe l’Émilie-Romagne en 2012, Daniela et son partenaire Giuliano Cavaletti décident de bâtir un nouveau siège. Inaugurée en janvier 2015, la Baracca sul Mare est une structure de 6 000 mètres carrés lumineuse, dynamique et tournée vers le futur. Les innovations architecturales de ce bâtiment lui valent une certification environnementale A avec mention NZEB (nearly zero energy building). “Ce lieu symbolique se dresse au carrefour entre souvenirs du passé et désirs futurs. C’est un espace de travail, mais aussi un show-room ouvert au public, conçu pour permettre aux objets de communiquer entre eux. Ici, il est possible d’acheter des œuvres d’art, des meubles, des accessoires et toutes les collections de vêtements du groupe.” Parmi les marques disponibles, Elisa Cavaletti, Eleonora Cavaletti et Maglie d’Arte. “La collection Elisa Cavaletti automne-hiver 2015 est empreinte de romantisme : récupérés et restaurés, des petits objets anciens retrouvent leur splendeur et leur charme une fois appliqués sur des manteaux et des chemises. Plus joyeuses et contemporaines, les collections Eleonora Cavaletti s’adressent aux jeunes générations par une touche de féminité fine, tant dans les formes que dans les couleurs. Maglie d’Arte, enfin, se veut un hommage au savoir-faire textile italien, aux viscoses, aux laines et aux tissus précieux de Carpi”, conclut Daniela. De sa rencontre avec Liselotte Watkins, illustratrice suédoise installée à New York, est né un projet éditorial qui marie l’esthétique Art Déco et l’ironie du pop art. “Mon inspiration puise ses racines dans la curiosité pour la matière. J’ai eu la chance de recevoir une éducation libre, ce qui se traduit par un respect pour les différentes ethnies, pour les corps et la culture des autres. C’est ce respect qui lie mes différentes collections, et fait qu’elles réussissent le pari de satisfaire un public pluriel.” Voici ce que les dessins de Liselotte racontent de l’âme créative de Daniela, en restituant aux collections cette touche intimiste qui est la sienne.


90

tendance Bottines

Ces shoes-là

Court, le bottillon ne serre plus la cheville. Il s’évase et dégage la jambe qui s’élance telle une belle plante. Affiné, raffiné, bouts pointus montés sur stilettos, il s’orne de cristaux, de boucles et de brides comme un soulier de fée. réalisation Minja El-Hage Photographie R aya Farhat De gauche à droite: Bottines en cuir à boucles, Dior. Bottines en cuir doublées de peau retournée, Le Silla. Bottines en daim, Dsquared2. Bottines en cuir ornées de chaînes, Saint Laurent. Bottines en cuir à boucles, Fendi. Bottines en cuir à boucles, Balenciaga. Bottines en cuir cloutées, Valentino. Bottines en cuir à boucles, Tabitha Simmons. Bottines en daim à lacets, Gianvito Rossi.


LESILLA.COM A誰shti, 71 El-Moutrane Street. Tel.: 01.991111 - A誰shti Seaside, Jal el Dib Tel.: 04.717716


92

style

Mes indispensables

ma collection «Pleats» d’ Issey Miyake

L A SIL H OUETTE

de ma collection couture automne-hiver 2015

P o u r l’É t É

Un gros bijou

les boucles d’oreilles Dior

m o n Pa r f u m

Dolce & Gabbana

LE CHOIX De… Sarah Baadarani La créatrice de mode anglo-libanaise Sarah Baadarani nous propose sa sélection pour la saison. Par stéphanie nakhlÉ

«arcipelago» de Acqua dell’ elba

Mon coup de cœur

La veste «Chalain» de Moncler

Mes Basiques

La bague de ma mère créée par Catherine Deneuve pour Fred Mes jeans vintage «Armani Jeans»

Gianvito Rossi en cuir et PVC

Toffee !

Mon produit

Lucas Papaw ointment

photos dr

Des chemises blanches des escarpins


94

FOCUS

GOTHIC MANIA

Lors d’un séjour de langue en Ecosse, à la fin des années 70, notre bande de jeunes adolescents fut abordée, dans une fête foraine, par un personnage quelque peu bizarre, un rêveur maquillé comme un spectre, drapé dans une cape noire, inquiétant mais amical. Comme il ne lâchait plus notre petite troupe d’étrangers, nous finîmes par l’adopter, ou l’inverse. David, c’était son nom, partagea avec nous son trésor : un album de gravures de Gustave Doré qu’il portait constamment sous le bras. par F.A.D

D

ans son antre, où nous nous étions un peu imprudemment laissés inviter, ce tourmenté qui errait le jour et travaillait la nuit dans un pub, élevait évidemment un chat noir, ainsi qu’un corbeau baptisé Nico et qui, dans sa grande cage, entretenait en poussant des croassements sporadiques l’humeur dépressive et nihiliste des lieux. Bien que toujours plongé dans l’obscurité, le bungalow de David était pourtant tout ce qu’il y a d’ordinaire et propret, avec des fauteuils d’héritage en velours usé, degré zéro de la déco ouvrière, soulignés de « doilies », napperons en crochet qui en camouflaient savamment les meurtrissures. Voilà mon premier contact avec l’univers « gothique ». Je découvrais une certaine culture(ou contre-culture, et en fait sous-culture de la punk des années 60), voire un culte de la mélancolie où se bousculaient dans le désordre la Bible, Rimbaud et Lord Byron ; où l’on savourait sans rien y comprendre des extraits en français des Chants de Maldoror. Un tourne-disque asthmatique diffusait en permanence la musique lancinante et les refrains récitatifs des Velvet Underground ou Sisters of Mercy quand, dehors, les gens se déhanchaient sur Hotel California des Eagles ou le dernier 33 tours des Bee Gees et autres Boney M.

VALENTINO

Dentelles, crinolines, velours, noir, pourpre et un peu de blanc Entre romantisme sur le retour, interrogations prépubères sur le sens de la vie, du bien, du mal, du péché, attirance pour les cabales, les fantômes, les spectres, les anti-héros,

photos dr

Les amis de David venaient avec leurs bières, vêtus de noir, cheveux noirs en pétard, crêpés, gominés en crêtes, sculptés au rasoir. Comme lui ils affichaient un maquillage cadavérique mais subtil, qui faisait d’eux des personnages à part entière, aussi loin que possible des potaches qui mendiaient des bonbons les soirs de Halloween et auxquels ils tremblaient de ressembler. Quand ils avaient fini d’échanger des banalités sur leurs journées sans relief, ils se plongeaient dans des livres d’art, se pâmaient devant les peintures d’Arthur Hughes ou l’Ophélie de John Everett Millais, examinaient avec attention les illustrations fantastiques de Doré, notamment celles de L’Enfer de Dante qu’ils décalquaient pour de futurs tatouages.


95

Viktor & Rolf

Vivienne Westwood

John Galliano

Dries van Noten

Dolce & Gabbana

haider ackermann

alexander mcqueen

les signes sataniques, fascination des cimetières, de la mort et du suicide, le tout exacerbé par l’usage de drogues de toutes catégories, «les goths» affichent leur mal être en réfléchissant dans leur mode vestimentaire et leurs ornements, du tatouage aux piercings les plus extrêmes, le rejet que leur inspire le monde dit normal. Leur mouvance se réfère au romantisme néogothique, le fameux « gothic revival » du Londres de l’époque victorienne où sévit, à la fin du XIXe siècle, la misère décrite par Dickens et la psychose de Jack l’Eventreur, sur fond de brassage de classes sociales et de modernité technologique naissante. Cette atmosphère glauque est pour «les goths» une île au trésor où ils puisent un statut, une dignité rehaussée par une esthétique vestimentaire particulière dans laquelle domine une palette réduite à quelques couleurs expressives et chargées de sens : le noir et le pourpre du deuil, le rouge du sang et le blanc macabre. Chez les hommes, le vestiaire est composé de costumes de cérémonie usagés et de manteaux amples. Chez les femmes, dentelles et crinolines, bas résille et corsets, coiffures hautes et maquillage outrancier sont empruntés à l’univers de la prostitution. «Les goths» adorent aussi le satin et le velours, matières qui habillent joliment les cercueils. Après avoir longtemps sévi dans les bas fonds du East End londonien, la tendance gothique sort des coulisses hurlantes du rock et commence son ascension sociale dès les années 90 grâce à la contribution d’immenses artistes, Tim Burton au cinéma, et surtout, surtout, John Galliano et Alexander McQueen dans le business de la mode. Galliano, à la suite de Vivienne Westwood, remet la crinoline à l’honneur et joue avec les codes du 19e siècle. Mais il faut avoir visité « Savage Beauty », l’exposition dédiée à McQueen au Victoria &Albert museum, pour comprendre la puissance émotionnelle de ce courant qui, au-delà de la caricature, fait du vêtement un ornement qui s’enfile autour de l’âme et se résume en un mot : vanité.


LEBANON 225 Foch St., Downtown Beirut Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0


100

Anatomie d’un sac

Le “Dionysus” de Gucci

Ultra-féminin et un brin rétro, le premier sac imaginé par Alessandro Michele, le nouveau directeur artistique de la maison florentine, a toutes les chances de devenir iconique. Par Léa Trichter-Pariente

Style

Versatile, il revêt une allure tout à fait différente selon qu’il est décliné en petit ou grand format, en toile monogrammée, en veau velours, python ou crocodile, uni ou bicolore, brodé d’une abeille, imprimé de fleurs ou de ramages.

Technique

Réalisée dans les ateliers Gucci en Italie, son anse chaîne en métal argent vieilli permet de le porter court ou long. Pratique, il comprend deux compartiments, une pochette centrale zippée et une seconde plaquée sur l’avant.

My th e

Parmi les personnalités qui l’ont déjà adopté figurent Charlotte Casiraghi, Jeanne Damas et Dakota Johnson qui a choisi le modèle en veau velours beige. Ce dernier est celui qui a rencontré le plus de succès.

Coup de cœur

Pour le modèle en toile enduite “suprême GG”. Cet imprimé intemporel et classique s’accorde parfaitement avec le format et les détails de ce sac qui, avec ce revêtement, devient passe-partout. Sac à épaule “Dionysus” en toile suprême GG, Gucci.

PHOTO dr

Origine

Le “Dionysus” s’illustre par son fermoir bijou représentant une double tête de tigre. Il fait référence au dieu grec du même nom qui, selon la mythologie, s’est transformé en tigre pour traverser un fleuve, l’actuel Tigre.


101

CORRESPONDANCE

1 . C H A RL O T T E

charlotte collard

“Ce nouveau restaurant arts déco a une super terrasse.” Dieweg, 2, Uccle.

2 . w oodb u r y j e w e l r y

“La créatrice Gaëlle Woodbury, que j’aime énormément, a une formation de psychologue. Elle a ensuite redirigé sa sensibilité vers des bijoux personnalisés et uniques.”

2 1

www.woodbury-jewelry.com

4

3 . P a r c T e n bo s ch

“Ce parc, où je vais avec mes trois filles, me rappelle mes racines colombiennes.” Chaussée de Vleurgat, Ixelles.

“C’est le lieu idéal pour un déjeuner rapide et décontracté. On y mange des fruits de mer dans des assiettes en carton, sur des tables hautes, votre nom est crié dans la rue quand votre plat est prêt.”

3

6

5

EN CONCERT

23 OCTOBRE 2015

THÉÂTRE NATIONAL, BRUXELLES

Rue Sainte-Catherine, 45. 5 . L e r e s ta u r a n t P icco l a ’ s to r e

7

“Délicieux, petit et discret, ce restaurant italien sert des plats simples concoctés par la sympathique chef, Rosalba.” www.piccolastore.be

8

10

9

6 . G hi n z u

“C’est un groupe de rock belge, le chanteur est mon ami. Ils ont notamment fait la BO du film Taken.” www.ghinzu.com

7. A u vi e u x s ai n t M a r ti n

“Cette ancienne brasserie qui a inventé la recette du tartare est un incontournable. Les frites sont à tomber d’autant qu’on peut choisir à quelle huile elles sont cuisinées !” www.auvieuxsaintmartin.be 8 . La bi è r e V o l ga

Bruxelles

Charlotte Collard Chaque numéro, une globetrotteuse de la mode, basée dans une grande capitale, nous livre un mix de ses coups de cœur et de ses incontournables du moment. Par Léa Trichter-Pariente

Ex-mannequin, Charlotte Collard est une experte en “fashion tech”, les applications liées à la mode. Elle conseille les marques de mode et les entreprises de technologie qui s’intéressent à cet univers. Travailleuse acharnée, elle est aussi à la tête de Soyouthinkyoucanshop.com, une plateforme où elle livre sa vision de la mode. Lorsqu’elle n’est pas entre Londres et Paris, elle vit à Bruxelles avec ses trois petites filles.

“Une nouvelle marque de bière. La rouge, à base de cranberries, est ma préférée car légèrement sucrée.” 9. I C O N

“J’adore cette boutique car la femme qui la tient et la sélection de marques sont géniales.” www.icon-shop.be

1 0 . O s t e r ia Roma n a

“Cuisine romaine, décoration authentique. Ce petit restaurant discret sert le meilleur gin de la ville.” Avenue Legrand, 11.

Photos Jérémy Galand, Martina Bjorn, Noordzee, Raevens Frédéric, Bernard De Keyzer, ROD/Ghinzu, Koen de Waal, DR. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

4 . Noo r d z e e


Yt-officiel.pdf

C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K

1

9/21/15

6:17 PM


104

RSVP

DE MIDI À MINUIT HALA SALEM ACHILLAS Directrice artistique, consultante mode, styliste à succès basée à Paris et contributrice à Style.com Arabia, Hala Salem Achillas est avant tout une illustratrice célébrée dont les stickers et motifs pop, floraux, faussement naïfs, et les somptueuses arabesques s’étalent sur les supports les plus en vue de la planète et séduisent autant la pub que les magazines lifestyle. Elle nous raconte sa journée type. Texte hala Salem Achillas Photographie Nicolas Cottong


105

J

e me lève tous les jours à 7 h et je réveille mon fils. Jusqu'à ce qu'il parte pour l'école et que mon mari se rende à son travail, c'est un moment familial, petit déjeuner, mise en commun de la journée. Mon fils a 14 ans et va seul à l'école, mais je l'accompagne de temps en temps, surtout s'il pleut… Je suis une mère libanaise après tout. Ma journée commence vraiment quand tout le monde est parti. Je suis très proche de mes parents et leur parle presque tous les jours. Le matin je commence par mes mails, surtout lorsque je travaille avec des magazines ou des marques basées aux Etats-Unis ou dans des pays avec un décalage horaire important. Selon les projets en cours, je me mets directement à mon bureau et commence à travailler. Je dessine, crée des illustrations pour des marques. Cela va de la mode à l’art de vivre, comme ma dernière collaboration avec la marque de papeterie de luxe Fine & Candy pour laquelle j’ai créé toute une collection de carnets. Je suis très organisée, et je n'aime pas perdre mon temps, donc je gère ma journée de manière à ce que tout ce que j'ai prévu se déroule de manière fluide, sans stress ni retard. Selon les jours, je sors pour des rendez-vous de travail, des déjeuners, des interviews, je rencontre des clients. Comme je suis contributrice sur Style.com Arabia, j'écris aussi des articles sur des sujets qui me plaisent, des rencontres, un voyage, un lieu… Le soir nous nous retrouvons en famille à la maison, nous dinons tous ensemble, c'est très important, et comme j'adore recevoir, nous avons souvent des amis qui viennent diner. Pendant la Fashion Week, en revanche, le rythme est très différent. Les journées sont très remplies, entre les défilés, les présentations, les fittings pour les différents événements, les fêtes, mais malgré tout je reste très connectée à ma famille. Une fois cette période de folie terminée, je reprends mon rythme mais avec en plus, généralement, de nouveaux projets.


149 saad zaghloul street, NEXT TO A誰SHTI downtown t: 01 99 11 11 ext. 525 faconnable.com


L'OFFICIELLE DU MOIS

110


111

Née Palestinienne à Riyad, ayant grandi à Amman et fait ses études à Londres, désormais installée à Dubaï, Ayah Tabari est nomade sans se forcer. Une espèce de caravanière amoureuse des marchés populaires, des artisans et des tissus brodés main. En 2013, au cours d’un voyage à Jaipur, elle s’éprend du « mochi », broderie locale au point de chaîne. De retour à Dubaï, elle élabore l’idée qui lui trotte derrière la tête : créer une marque de vêtements propre à soutenir les artisans brodeurs de chaque pays où elle puise son inspiration. C’est ainsi qu’est née Mochi, une petite griffe qui part en douce à la conquête du monde. Ayah raconte.

Ayah Tabari Par

F.A.D.

Qu’est ce qui a fait naître en vous cette passion pour les tissus brodés ? Mochi n’est pas une simple marque basée sur le travail de designers locaux. C’est un concept philanthropique dont l’objectif, au-delà de l’art de la broderie, est d’aider les communautés d’artisans et de leur permettre de vivre de leur travail. Les pays sur lesquels je décide de mettre l’accent dans les collections de Mochi doivent impérativement abriter des communautés d’artisans doués dont nous cherchons à soutenir le talent à travers chaque pièce que nous concevons. Utilisez-vous de préférence des tissus existants, voire usagés, ou bien les faites-vous réaliser sur-mesure pour Mochi ? Ca dépend. Nous travaillons avec plusieurs communautés pour la création de nos broderies. Il arrive que j’achète au coup de cœur des tissus déjà existants. Un lien se crée avec les artisans et par la suite, ils créent volontiers des broderies qui nous sont exclusives. Comment expliquez-vous le succès de Mochi ? A-t-il été immédiat ? Pour être honnête, ça a été une espèce de tourbillon. La mode est une industrie qui nécessite énormément de travail. Je crois que j’ai fait tout mon possible pour ne manquer aucune opportunité et faire en sorte de réussir. Parmi les initiatives qui ont contribué au succès de la marque et à la prise de conscience que nous recherchons, il y a sûrement notre participation aux fashion weeks et salons, et le fait que des célébrités aient accepté de porter

Photographie

Maha NASRA EDDE

nos modèles. Je suis particulièrement fière de l’enthousiasme de Cara et Poppy Delevingne, Gigi Hadid et bien d’autres qui adorent nos produits et les portent. Ces icônes sont tellement suivies que cela nous apporte certainement une visibilité efficace. Quels sont les pièces de vos collections auxquelles vous êtes le plus attachée ? Difficile à dire, je les aime toutes ! Mais c’est vrai que j’ai une tendresse particulière pour le sac Goa et l’ensemble Jaipur Mini. Ce sont les premières pièces que nous avons créées. Par ailleurs, le petit haut Thaïland Lulu Crop reste notre best seller, vu sur Man Repeller, Rita Ora ou Chiara Ferragni. J’adore ce top ! Combien de personnes travaillent pour Mochi en ce moment ? Nous ne sommes que cinq dans l’équipe. Combien de collections lancez-vous chaque année ? Trois : deux collections adultes, l’une au printemps, l’autre en automne, auxquelles s’ajoute une cette année une nouvelle ligne pour enfants, Mini Mochi. Quel sera le thème de la prochaine collection ? J’ai choisi de me focaliser sur la broderie espagnole et ça s’annonce magnifique ! Avez-vous fait des études de mode ? Quels sont les professeurs qui vous ont le plus marquée ? Je n’ai pas fait des études de mode. En revanche j’ai étudié la


L'OFFICIELLE DU MOIS

112

communication ce qui évidemment m’a été très utile pour le lancement et la promotion de Mochi. Mes professeurs à l’EIS m’ont tous beaucoup appris. Quel personnage réel ou héros de contes vous a le plus marquée dans votre enfance ? Mon père. Que pouvez-vous dire de votre enfance ? Quelle sorte d’enfant étiez-vous ? Je suis née à Riad, en Arabie Saoudite. Ma famille s’est ensuite installée à Amman, en Jordanie, quand j’étais très jeune. C’est là que j’ai grandi. J’ai toujours été un garçon manqué. J’adorais jouer à cache-cache et je me souviens que je voulais faire du patin partout où il fallait marcher. J’aimais beaucoup jouer au foot aussi, et faire des bracelets pour les vendre dans le voisinage. C’était un de mes rares trucs de « fille ». Et votre adolescence ? Plutôt rebelle ? J’étais l’incarnation même de la rébellion ! Toujours prête à faire les quatre cents coups. Si vous aviez le choix, où auriez-vous préféré vivre plutôt qu’à Dubaï ? En fait ma famille a déménagé à Dubaï quand j’avais 14 ans. J’ai fait mes études universitaires à Londres et j’y ai été très


113

heureuse. Mais je suis amoureuse des Etats Unis. C’est sûr que j’aimerais y vivre à un moment de ma vie. Vos origines palestiniennes signifient-elles quelque chose pour vous ? Comment vivez-vous cette identité au quotidien ? Certainement. Je suis d’une fidélité infaillible à mes racines palestiniennes. C’est de là que je viens et c’est ce que je transporte avec moi partout où je vais. J’ai consacré ma quatrième collection à la broderie palestinienne dans le but de transférer 10% des bénéfices à l’association PCRF. Cette collection se poursuit et les transferts continuent. C’est ma manière d’exprimer mon soutien. A quoi ressemble une journée d’Ayah Tabari ? Dès le réveil, je mets à fond ma musique préférée. Je me douche, je m’habille et je file au QG de Mochi. Une journée normale commence avec un brainstorming sur les nouvelles collections. Parfois j’assiste à un événement et j’organise ma soirée avec mes amis. Travailler dans la mode implique des voyages fréquents. Donc quand je me trouve à Dubaï, c’est surtout famille et amis. Quels sont vos lieux favoris à Dubaï ? Je suis obsédée par l’eau. C’est quelque chose qui m’apaise et me détend. L’endroit où je me sens le mieux est sûrement la plage. Comment décririez-vous votre style personnel ? Je dirai sophistiqué, mais avec un petit côté espiègle. La femme Mochi a du style, suit les tendances, mais avec recherche. Je crois que ça me définit assez bien. Où achetez-vous vos vêtements ? Quand je ne suis pas en Mochi, vous me trouverez le plus souvent en Zara. Quelle est votre destination de vacances préférée ? Forti di Marmi ou L.A. Votre film ou série ? Mon plaisir coupable : E ! Et en ce moment, un culte pour les Minions. Votre livre de chevet ? Ces derniers temps, L’Art du Bonheur, du Dalaï Lama. Quel genre de musique aimez-vous, en général ? Comme j’adore danser, la house et le R&B m’aident à entrer dans le rythme. Où irez-vous ce soir ? Probablement à La Canteen. C’est ma nouvelle marotte. Quelle est votre définition du luxe ? Tout ce qui est beau, bien fait et qui n’est pas produit en masse.


beirut souks, souk el tawileh - beirut city center, hazmieh, level 1 also available at all a誰zone stores in beirut, dubai, amman


118

savoir vivre

Cinq ans après son inauguration, Le Baudelaire, restaurant étoilé de l’ hôtel Burgundy Paris, se rhabille pour la rentrée. par Karen Rouach

Cuisine couture ci-dessous, les chefs Pierre Rigothier et Julien Chamblas.

Restaurant Le Baudelaire, à l’hôtel Burgundy Paris, 6, rue Duphot, Paris 1er. Du lundi au vendredi pour le déjeuner (12 h 30 – 14 h 30), du lundi au samedi pour le dîner (19 h 30 – 22 h 30). www.leburgundy.com

D’impressionnants lustres illuminent les assiettes colorées des chefs Pierre Rigothier et Julien Chamblas.

F. Baron-Morin/Le Baudelaire, céline demoux/burgundy paris, Ch. Lartige/CL2P/Le Baudelaire

P

laisir des yeux avant celui des papilles : telle a toujours été la politique du Baudelaire. En effet, dans ce restaurant gastronomique, l’expérience culinaire commence tout d’abord par la découverte d’un décor subtil et raffiné. Celui-ci vient justement de changer, et c’est un cadre moderne et lumineux repensé par les créateurs Patrick Juliot et Françoise Morel qui attend les visiteurs, à deux pas de la place Vendôme. La verrière, espace phare de l’hôtel, se dote de canapés carrosses qui invitent à la relaxation et à la gourmandise, tandis qu’au restaurant d’impressionnants lustres illuminent les assiettes colorées et pleines de saveurs des chefs Pierre Rigothier et Julien Chamblas. Loïc Le Berre, directeur général du Burgundy Paris, souhaitait une cuisine dans l’air du temps en parfaite adéquation avec l’esprit contemporain et parisien de cet hôtel couture. Le duo relève parfaitement le défi et met en avant ce fameux art de vivre à la française, comme l’hôtel lui-même, dont les suites portent, joli clin d’œil, des noms de hauts lieux du quartier. Pour vivre à l’heure parisienne !


119

Beauté

Sports fusion, techniques extrêmes… Des disciplines qui donnent un coup d’éclat au corps et à l’esprit pour se préparer à l’hiver en toute splendeur. Par Mathilde Berthier Illustration So-Me

AUTOMNE ÉLECTRIQUE I n d o o r- c ycl i n g to n i q u e

À quelques encablures de la Bourse, le Dynamo Cycling est le nouveau Q.G. des Parisiennes avides de sports intenses. Conçue par la coach Lucile Woodward, cette salle ultra-moderne donne un sacré coup de jeune au concept de vélo d’appartement. Pendant 45 minutes, on alterne ainsi phases de pédalage assis et debout, et exercices d’haltères, le tout dans une ambiance tamisée et sur une bande-son décoiffante. Un seul bémol cependant : l’indoorcycling ne ménage ni le dos ni les genoux. Dynamo, Studio Opéra, 14, rue Saint-Augustin, Paris 2e.

C r y o t h é r api e s u r l a Ri v i e r a

À l’origine dédiée au traitement des pathologies musculaires, la cryothérapie s’invite peu à peu dans le domaine de la minceur. Cette technique, déjà utilisée dans l’Égypte antique, consiste en un bain de froid à près de −110°c, des pieds jusqu’au cou ! Stimulé par la température extrême, le corps libère une vague d’endorphine et se déleste de quelques 800 calories. Les Thermes Marins de Monte-Carlo sont les seuls à disposer de deux chambres consacrées à la cryothérapie.

Yo d ’d h ä Yo ga su r l a rive gau ch e

Au croisement du yoga et de l’art martial, le Yod’dhä Yoga se fonde sur des techniques empruntées à l’art martial indien ancestral, le Kalaripayatt. Mise en place par Samuel Ganes, cette pratique combine bien-être et dépassement de soi au moyen d’exercices à la fois fluides et dynamiques. Un concept à tester au nouveau Tigre Yoga Club, qui s’installe rue du Cherche-Midi.

Thermes Marins, 2, av. de Monte-Carlo, Principauté de Monaco.

Le Tigre Yoga Club, 101, rue du Cherche-Midi, Paris 6e.

p r o g r amm e W h o l e 3 0 ma d e i n U S A

B e a u t y Li f t imp é r ia l

C’est le régime culte des américaines… Signée Melissa et Dallas Hartwig, la méthode Whole30 caracole en tête des charts depuis sa sortie en 2009. Le principe : ne pas s’autoriser le moindre excès pendant 30 jours ou, plutôt, éliminer de son quotidien tout aliment à impact psychologique négatif, comme les sucres ajoutés, l’alcool ou les produits laitiers. Un pari audacieux qui paie, tant du point de vue mental que physique. “The Whole30”, de Melissa et Dallas Hartwig (éd. Yellow Kite).

Resculpter les traits du visage en l’espace de 60 minutes : c’est le pari relevé par Guerlain avec son tout nouveau programme de stretching intense des muscles faciaux. Un complexe de massages ciblés qui activent la micro-circulation et redonnent à la peau tonus et éclat. Partie intégrante de la “Parenthèse anti-âge” mise en place par Guerlain à l’Hôtel du Palais de Biarritz, ce soin est idéal pour les peaux matures. “Parenthèse anti-âge” de Guerlain, à l’Hôtel du Palais, 1, av. de l’Impératrice, Biarritz.


120

BEAUTé

Au rayon beauté, la tendance gothique s’installe. On adopte une palette roman­tique et forcé­ment tragique. Des produits incontournables pour la nouvelle saison.

Glam Goth

Par STÉPHANIE NAKHLÉ Réalisation Mélanie Dagher Minja El-Hage Photographie Tony Elieh


1. Eau de parfum “Soir d’Orient”, sisley. 2. Ombre essentielle “118 Midnight”, Chanel. 3. Parfum “Cuir améthyste”, armani privÉ. 4. Le lift concentré, chanel. 5. Eau de parfum “white suede”, Tom Ford. 6. Eau de parfum “La nuit”, lancÔme.

4

1 3

6

5

2


1. Eau de toilette “Florabellio” , Diptyque. 2. Le soin réparateur teinté, La Mer. 3. Concentré élixir, lancÔme. 4. Les 4 ombres, “Tissé smoky”, Chanel.

1

2

3

4


AVAILABLE AT AÏSHTI STORES T. 01.991.111 WWW.LINDAFARROW.COM


124

BIJOUX

Mystérieux diamants noirs dont les facettes réfractent une lumière sombre. A porter comme le deuil de ce qui n’est plus, comme une célébration de ce qui vient.

BL ACK LIGHT

Photographie Tony Elieh Réalisation Mélanie Dagher Direction artistique Minja El-Hage


125

Tetiere

3 2

1 4

5

credit photo

6

1. Bague, AS29 chez sylvie saliba. 2. Bijou d’oreille, Colette Jewelry chez sylvie saliba. 3. Bague, Cartier. 4. Manchette, Repossi chez sylvie saliba. 5. Boucles d’oreilles, Azar. 6. Collier, Cartier.


Bijoux

2 3 1

5

4

1. Bague, De Grisogono chez sylvie saliba. 2. Bracelet, Cartier. 3. Bijou de main, Colette Jewelry chez Sylvie Saliba. 4. Collier, Mouawad. 5. Boucles d’oreilles, Vhernier Chez sylvie saliba.


1. Bague, Azar. 2. Boucles d’oreilles, George Hakim. 3. Bracelet, Cartier. 4. Bracelet, George Hakim. 5. Bague, Bvlgari.

3

2

4

1

5


128

anatomie d’une montre

8

3,7

Sa forme octogonale rappelle celle de la place Vendôme qui faisait rêver Coco Chanel de la fenêtre de sa suite du Ritz. On la retrouve dans la forme du flacon N°5. L’un des portes bonheur de Mademoiselle.

Un format XXL de 3,7 cm pour une allure masculine. La montre Premiere Boy rappelle le plaisir qu’avait Gabrielle Chanel de puiser dans la garde robe des hommes les éléments de ses collections les plus osées.

18

1

En or beige 18k, le boîtier et la boucle de la Premiere Boy bénéficient d’un alliage exclusif à Chanel.

Comme « Première ». Une création qui s’inscrit dans le vocabulaire de la tradition horlogère de la maison Chanel avec son design sobre et raffiné, ses lignes fortes et sa forme signature

66

42

Le nombre de diamants taille brillants dont est serti le cadran.

Le nombre d’heures de réserve de son mécanisme automatique.

la PREMIERE BOY de Chanel boucle de br acelet en or beige.

Cadr an en acier guilloché.

Une pièce horlogère classique créée en hommage à Boy, l’amant de Gabrielle Chanel tragiquement disparu dans un accident de voiture. Masculine par ses dimensions et la rigueur de son design, sa finesse souligne sa féminité. par F.A.d

Br acelet en crocodile noir.

R e m o n to i r fac e t t é serti d’un saphir.

photo dr

Boîtier, aiguilles et


129

horlogerie

éternelle élégance Des garde-temps aux lignes classiques sublimées par la splendeur des diamants.

1

2

3

4

5

6

7

8

9

1. Hublot Montre “Classic Fusion Titanium Diamonds”, boîtier en titane, lunette en titane serti de diamants, bracelet en caoutchouc. 2. Bulgari Montre “Octo”, boîtier en or blanc, cadran et lunette pavés de diamants, mouvement tourbillon automatique, bracelet en alligator. 3. Chaumet chez cadrans Montre “Liens”, boîtier en or gris pavé de diamants, bracelet en alligator. 4. Chanel Horlogerie Montre “Boy. Friend” en or blanc, lunette sertie de diamants taille brillant, mouvement mécanique à remontage manuel, bracelet en alligator, réserve de marche. 5. Breguet chez Atamian Montre “Classique Dame” en or blanc serti de diamants, cadran en or argenté et guilloché à la main, mouvement automatique. 6. Dior Joaillerie Montre “Dior VIII Grand Bal - Résille”, boîtier en céramique high tech, lunette sertie de diamants, cadran en nacre, mouvement automatique, bracelet en lézard.  7. Patek Philippe chez cadrans Montre Aquanaut Luce “Mysterious Black”, boîtier en acier, lunette sertie de diamants, bracelet en caoutchouc. 8. Louis Vuitton Montre “Tambour Monogram”, boîtier en acier, lunette sertie de diamants, bracelet en alligator. 9. Cartier Montre “Baignoire“, grand modèle, mouvement mécanique à remontage manuel. Boîte en or gris rhodié 18 carats Bracelet en toile brossée gris foncé.

photos dr

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, stéphanie missirian


130

bijoux

“The Escape”, la sixième collection de haute joaillerie Louis Vuitton, ressuscite les partis pris du mouvement Streamline Moderne, un style architectural universel, résolument tourné vers l’avenir et le progrès. par Hervé Dewintre photographie FLORIAN JOYE

Ode à l’évasion

L

e métier de designer est né dans les années 1930, aux États-Unis, en réponse à la Grande Dépression. Cette naissance fut favorisée dans une très large mesure par une ramification tardive de l’Art déco : le Streamline Moderne. C’était à la fois un style architectural, dont la première source d’inspiration fut l’univers du voyage, alors à la pointe de la science et du progrès, mais aussi une apologie du mouvement, caractérisée par l’émergence de longues lignes horizontales, et qui portait en triomphe les formes courbes empruntées à l’aéronautique et aux coques des bateaux transatlantiques. Sa philosophie était simple, il s’agissait de ne plus être simplement fonctionnel mais de dessiner des futurs possibles où le bien-être avait toute sa part. Non seulement ce paradigme inédit signa l’apparition d’une nouvelle profession, mais il favorisa le déploiement d’une esthétique qui, tout en s’appliquant à l’ensemble des arts, pénétra dans les foyers du monde entier. Cette ode à l’évasion, libre et féconde comme le sont tous les départs imminents, Louis Vuitton la développa à l’époque avec le sac “Keepall”, adopté avec enthousiasme par une clientèle éclairée. On pense naturellement à Sara et Gerald Murphy, ces riches Américains de la Côte Est dont la légende retient qu’ils furent les premiers à persuader le propriétaire de l’Hôtel du Cap-Eden-Roc, à Antibes, de rester ouvert durant l’été, au grand étonnement de la bonne société de la Riviera qui aurait préféré mille morts, comme nous le raconte l’écrivain américain John Dos Passos, plutôt que d’y être vue à cette saison. Il est vrai que le bon ton de l’époque exigeait une émigration empressée vers les fraîches plages de la Manche aux premiers rayons un peu trop ardents du soleil. douceur des courbes

F. Scott Fitzgerald s’inspira de ce couple doué pour le bonheur pour créer les héros de son roman Tendre est la nuit, publié en 1934. La dédicace du livre donne le ton de l’époque : “Pour Gerald et Sara, tant de fêtes…” Près des eaux calmes, cristallines et salées de la Méditerranée, les Murphy furent au centre d’un cénacle moderne, sportif et joyeux qui inventa un art de vivre inspirant,

où l’élégance et le confort vivaient en harmonie. Ce manifeste d’énergie trouve de riches correspondances dans la sixième collection de haute joaillerie Louis Vuitton, “Acte V – The Escape”. Chaque parure développe une extrême fluidité, avec un florilège de colliers Bayadère souples et monumentaux, de bracelets sensuels, de clips d’oreilles voluptueux et de bagues opulentes. Le V, quant à lui, imprime sa signature sur l’ensemble de la collection. Un V multiple, hybride, qui se nourrit de la spécificité déployée par le style “paquebot” pour tour à tour s’initier à la douceur des courbes, s’évanouir dans l’abstraction, filer la métaphore aquatique, explorer le motif éventail ou camper une fleur de lotus. Les perspectives s’agrandissent volontiers sur de longues chutes de perles dont le diamètre et la teinte offrent des dégradés inédits, comme pour accentuer la dynamique dans le mouvement et convoquer les plus frappantes fulgurances de l’Op Art. merveilles du monde

L’ensemble est exalté par des gemmes dont les caractéristiques exceptionnelles expliquent les longues et patientes recherches mises en œuvre pour les découvrir. Que ce soit cette tourmaline Paraiba de 32 carats qui brille d’un puissant contraste avec des perles noires, ces émeraudes qui verdoient de leur éclat le plus vif, cette opale australienne de 30 carats, venue des prestigieuses mines de Lightning Ridge et dont les feux étincelants évoluent le long de sa forme triangulaire comme un crépuscule incandescent ; que ce soit ces perles grises dont le lustre est intensifié par la force de l’onyx et le bleu denim, rare et pénétrant, d’un saphir Pien Pyit ; que ce soit ces spinelles aux teintes franches, loupe clean, sans deuxième nuance, ce rubis du Tadjikistan à la couleur remarquable, ce saphir violet d’une saturation vibrante, ce grenat tsavorite dont les extraordinaires propriétés de brillance le rapprochent d’un diamant vert, ces tourmalines aux teintes rares que la nature a définitivement cessé de prodiguer ; ces perles Akoya, réputées pour leur lustre, qui ondulent comme le sillage d’un bateau… Toutes ces merveilles se recommandent à l’œil du connaisseur et hypnotisent le regard pour l’entraîner dans un hymne d’allégresse et de foi en des lendemains heureux.


credit photo

131

de gauche à droite : Bague en or gris et platine, une opale d’Australie et diamants. Bague en or gris, une émeraude, laque et diamants. Bague en or gris, une tourmaline indigolite, émail “Grand Feu” et diamants, collection “Acte V The Escape”, Louis Vuitton.


De haut en bas : bracelet en or gris, onyx et diamants, collection “Acte V The Escape”, Louis Vuitton. Bracelet “Libre Plumetis“ en or blanc et diamants, collection “Archi Dior”, Dior Joaillerie.

clair obscur

Des pièces d’exception réhaussées de diamants qui, par leur éclat, projettent une lumière profonde et mystérieuse.

Photographie FLORIAN JOYE Réalisation EMILY MINCHELLA


Collier “Comète” en or blanc serti de diamants tailles rond et princesse, Chanel Joaillerie.


Boucles d’oreilles en or blanc serti de diamants taille poire et de cinquante diamants taille brillant, Adler. Bague “Giardini Italiani” en or blanc serti d’un diamant taille brillant et pavée diamants, Bvlgari.


Bracelet “Secret Cluster” en platine serti de diamants tailles marquise, poire et brillant, Harry Winston . Manchette en or blanc gravé et diamants, pièce unique, collection “Opera”, Buccellati. 


The Aïshti Foundation New Skin Selections from the Tony Salamé - Aïshti Collection Curated by Massimiliano Gioni, Artistic Director of the New Museum Opening October 25, Beirut Building by David Adjaye Image courtesy of Wade Guyton Studio


138

Bijoux

Joelle Haddad Typo d’or Du haut de ses 25 ans, la designer de bijoux Joelle Haddad a décidé de moderniser l’art millénaire de la calligraphie arabe. En tout juste un an, sa marque Razme a déjà conquis nombre de fashionistas. Par Andreane Williams

Très loin de la calligraphie arabe traditionnelle, les designs de Joelle se déclinent en lignes brisées qui s’imbriquent les unes dans les autres comme des pièces Lego, contrastant avec la fluidité de la langue et de l’écriture

arabe. “La plupart des gens ne reconnaissent pas tout de suite que c’est de l’arabe. C’est comme un jeu ”, souligne-t-elle. Colliers, bagues, boucles d’oreilles, bracelets, boutons de manchette, toutes les pièces Razme sont uniques et faites sur mesure. Joelle Haddad met cependant un point d’honneur à créer des bijoux abordables et vend ses créations entre 120 et 300$. “Je veux que les gens puissent s’offrir et porter mes bijoux”, affirme la brunette, qui pour l’instant est seule à financer sa marque. Basée à Beyrouth, pour le moment, Joelle Haddad s’installera à Dubai l’année prochaine dans l’espoir de percer le marché émirati. Joelle Haddad est joignable à travers la page Facebook de Razme: https://www.facebook.com/ Razme-497728840327887/timeline/

photos dr

J

oelle Haddad a toujours été fascinée par la calligraphie et la typographie arabe. Pendant ses études en design graphique à l’Université américaine de Beyrouth, la jeune femme étudiait déjà la calligraphie arabe avec le calligraphe Ali Assi. Ce n’est pourtant qu’à l’été 2014 que Joelle Haddad a décidé de se consacrer à temps plein à sa passion et de lancer sa marque Razme. “J’ai publié un blog sur lequel je postais un nouveau croquis chaque jour. Beaucoup de gens me demandaient d’écrire leur nom parce que mes designs étaient différents. C’est de là que m’est venue l’idée de lancer une marque de bijoux”, raconte la jeune designer.


© 2015 TUMI, INC.

NICO ROSBERG · GLOBAL CITIZEN MERCEDES AMG PETRONAS F o r m u l a O n e T M Te a m D r i v e r

D E S I G N E D I N A M E R I C A F O R G LO B A L C I T I Z E N S

TUMI.COM

Available at Aïshti Stores 01 99 11 11


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’ Officiel Levant, Lebanon • CMYK • TRIM: 22.4cm wide x 29.7cm high • BLEED: 23.4cm wide x 30.7cm high (.5cm all around)


credit photo

145

25 ans de aishti


aishti 25 ans

146


147

CROIRE AUX RÊVES

O

n peut avoir de grands rêves et y croire, mais quand on les voit se réaliser, ils nous paraissent plus grands que la vie elle-même. Vingt-cinq ans ont passé depuis l’ouverture de la première boutique Aïshti. Depuis le départ, je savais qu’on ne s’arrêterait pas là, mais je n’imaginais pas que nous bâtirions une telle entreprise. Je n’imaginais pas non plus que Aïshti donnerait un jour son nom à une fondation d’art contemporain de dimension internationale. Rien de tout cela n’aurait été possible sans tous ceux qui ont cru à ce rêve avec moi et qui m’ont aidé à le réaliser. A la veille de célébrer les 25 ans de Aïshti, je partage cet anniversaire en particulier avec ma femme, Elham qui m’a toujours apporté un soutien indéfectible, et mes quatre enfants, Tasha, Giorgio, Sandro et Matteo ; avec Michel et Micheline, mon frère et ma soeur qui ont travaillé avec moi depuis le début; avec ma soeur Sophie, surtout, qui nous a hélas quittés il y a un an et dont l’élégance physique et morale laisse une empreinte durable ; et enfin avec les chevilles ouvrières de Aïshti, avec tous ceux, présents à nos côtés depuis le début, qui ont contribué à construire ce rêve pierre après pierre sans jamais ménager leurs efforts. Je pense évidemment à Lina, Simon, Randa, Samer, Ludwig, Carole, Sylvie, nos deux Nagi, Omar, ainsi qu’à tous ceux, près d’un millier aujourd’hui, qui ont rejoint le train en marche et continuent à le faire avancer. Ma gratitude va aussi à mes amis du monde de l’art, en particulier Jeffrey Deitch pour ses précieux conseils, Massimiliano Gioni pour l’exposition inaugurale de la Fondation, David Adjaye pour l’architecture exceptionnelle du bâtiment de la Fondation. J’adresse aussi une pensée particulière à mon ami l’architecte Ziad Kassem qui, malgré la tragédie qui a frappé sa famille, se dépense sans compter et enchaine jours et nuits pour achever en un temps record la construction de la Fondation. Je voudrais ajouter que pour sceller l’amitié et le souvenir, la Fondation Aïshti accueillera dans ses murs une bibliothèque Sophie Salamé et une petite académie d’art gratuite pour les enfants, dédiée à Tarek Kassem, le fils de Ziad. Ce quart de siècle, nous l’avons passé tous ensemble à reconstruire,contre vents et marées, une image inspirante et pacifiée de Beyrouth et du Liban. Nous savons aujourd’hui que, quoi qu’il arrive, armés d’optimisme, d’énergie et de volonté, nous continuerons à avancer. TONY SALAMÉ CEO DE AÏSHTI


148

AÏSHTI aishti25 25ANS ans

au-delÀ de la mode L’histoire du Liban pourrait être répartie en deux périodes ; avant Aïshti et après Aïshti. Dès l’ouverture de la première boutique de l’enseigne à Jal el Dib, le paysage et le style de la région allaient être radicalement transformés. Vingt-cinq ans plus tard, cette entreprise modeste est devenue un empire du luxe avec un chiffre d’affaires de plusieurs millions de dollars, employant plus de 900 personnes à travers le Moyen Orient. En plus de la mode, Aïshti étend son domaine à l’ameublement et aux accessoires de maison, à la publication, la restauration, le spa et l’art. Aïshti représente aujourd’hui un art de vivre qui transcende la mode. Chaque défilé de mode, chaque ouverture de boutique, exposition d’art ou événements qui ont ponctué ces vingt-cinq années culmineront en octobre avec l’ouverture de la nouvelle destination créée par Aïshti, la Aïshti Foundation. Nous vous invitons à célébrer cette nouvelle étape avec un regard sur le chemin parcouru vers cette apothéose.

A 148


149

A誰shti illumine le centre-ville de Beyrouth

-1990 A 149


AÏSHTI 25 ANS

150


photos raya farhat

151


AÏSHTI 25 ANS

152

AU COMMENCEMENT En 1990, Tony Salamé investit sa passion pour la mode dans une petite boutique sur une rue calme de Jal el Dib, à la sortie de Beyrouth. Salamé travaillait en dépit du bon sens, dans le contexte d’une guerre civile, pour ne citer que cet obstacle majeur. Mais il savait que la mode et les beaux vêtements bien coupés trouveraient au Liban une clientèle enthousiaste.

PHOTOs dr

La première boutique Aïshti offre au Liban les looks des défilés internationaux.


credit photo

Tetiere 153


AÏSHTI 25 ANS

154

QU’Y A-T-IL DANS UN NOM

PHOTOs dr

Dans les années 90, le Japon dicte le style et les tendances. Salamé pense alors qu’un nom de boutique japonais serait le mieux adapté au moment. En explorant les options, il estime aussi que la meilleure motivation pour être au mieux de son apparence est l’état amoureux. Aïshti signifie « J’aime » en japonais. D’un logo inspiré de la typographie asiatique, l’enseigne Aïshti, dont l’image est désormais confiée à l’équipe créative Sagmeister&Walsh basée à New York, évolue vers une écriture à la fois plus forte et plus épurée.


photos dr

155


AÏSHTI 25 ANS

156

Aïshti présente à Beyrouth les nouveautés internationales de la mode et de la culture dans les pages de A Magazine


157

PRÊT-À-POSER Dès le premier jour, clients et clientes ont fait confiance à Aïshti pour son choix de looks sélectionné dans tous les défilés à travers le monde. Les centres d’intérêt de Tony Salamé s’étant diversifiés au fil de ses voyages, il a souhaité partager avec la clientèle de Aïshti des passions au-delà de la mode. Le magazine “A” a été lancé en 2003 pour véhiculer vers le Liban le meilleur de l’art, du design, de la gastronomie, des livres, des cosmétiques et du style. Aujourd’hui, “A” fait autorité au Moyen Orient en matière de luxe et art de vivre avec son exploration exhaustive des tendances mondiales à travers un regard local. Avec des reporters, photographes et stylistes de huit pays, “A” offre un contenu éditorial un rien provocant soutenu par une photographie pointue et un stylisme d’avant-garde. Il met en lumière les centaines d’articles des marques de luxe présentes dans les boutiques monomarque et les grands magasins de l’enseigne Aïshti. Bimestriel, présent en kiosque, “A” est aussi distribué directement aux clients de l’enseigne au Liban et dans la région. Des exemplaires sont également offerts à des figures clés de l’industrie de la mode à travers le monde. Ces dernières années, il a acquis un nombre record d’abonnés sur le site issuu.com/Aïshti pour sa version digitale.

photos raya farhat

Précédemment « Aïshti Magazine », c’est en octobre 2010 que “A” a acquis sa nouvelle identité visuelle et son nouveau logo créés par Sagmeister&Walsh.

- 2002


158

PHOTOs dr

AÏSHTI 25 ANS


photos dr

159


AÏSHTI 25 ANS

160

Flash point

Quand il s’agit de shoots photo, “A” pense grands profils et talents émergeants pour mettre en lumière sous un angle neuf des maisons de mode établies de longue date.

bird of paradise Photographe Marco La Conte Stylisme Amelianna Loiacono

PHOTOs dr

Lieu Art Jungle, Brazil


161

Merry and bright Photographe Bachar Srour Stylisme Joe Arida

On the scene Photographe Tony Elieh

PHOTOs dr

Stylisme Joe Arida


AĂ?SHTI 25 ANS

162

Golden girl Photographe Marco Pietracupa

PHOTOs dr

Stylisme Amelianna Loiacono


163

Daydreamer Photographe David Bellemere Stylisme Amelianna Loiacono

City slicker Photographe Alice Rosati

PHOTOs dr

Stylisme Amelianna Loiacono


AĂ?SHTI 25 ANS

164

entre Les couvertures


165

PHOTOs raya farhat

La revue «A» a des collaborateurs à New York, Londres, Milan, Paris, Bangkok, Shanghai, Los Angeles et ailleurs encore. Grâce à eux, Beyrouth est à la pointe de la mode et des tendances.


166

L’OFFICIEL LEVANT La nécessité de créer un magazine pour renforcer l’identité de Aïshti s’est au départ imposée en français, langue quasi officielle au Liban avant la guerre. La culture anglophone ayant entre temps connu une avancée fulgurante dans la société libanaise, l’idée d’un magazine en anglais s’est révélée plus efficace. Mais la langue française n’était jamais loin, notamment à travers les marques de luxe véhiculées par l’enseigne. L’option d’un mensuel francophone restait donc ouverte. La rencontre entre Tony Salamé et Benjamin Eymère, directeur général des éditons Jalou, permit de concrétiser le projet. Le premier numéro de L’Officiel Levant fut publié en décembre 2009.

PHOTOs dr

AÏSHTI 25 ANS


PHOTOs dr

167


AÏSHTI 25 ANS

168

L’enseigne Aïshti a été fondée par Tony Salamé, mais n’a jamais été un one-man show. Nous avons proposé à douze collaborateurs et employés présents depuis les débuts de l’aventure de témoigner du chemin parcouru au cours des vingt-cinq dernières années.

LE CHEMIN PARCOURU

- 2003


169

Elham Salamé Directrice des achats

photos tony elieh

Comment tout a commencé ? J’ai rencontré Tony en 1996. A ce moment-là, je travaillais avec mon père dans la publicité, au Daily Star. Il était venu pour une annonce. Nous nous sommes mariés en 1998. J’adorais déjà la mode au moins autant que lui. J’avais dessiné moimême ma robe de mariée réalisée par Gai Mattiolo. Tony faisait confiance à mon goût, il aimait mon style, mes choix. Si j’achetais un article d’une marque qu’il n’avait pas, il faisait tout pour l’avoir. Il a même ouvert un spa parce qu’il me voyait partout courir au spa dès que nous arrivions dans un hôtel. A quoi ressemblaient les débuts ? Dès nos fiançailles, j’ai commencé à voyager avec lui pour les collections. J’ai toujours eu carte blanche pour choisir les pièces à ramener à Beyrouth. Nos quatre enfants sont arrivés à quelques années d’intervalle, mais je n’ai jamais arrêté. Cela va

faire 17 ans que je m’occupe de la sélection. Par la suite il m’a initiée à l’art contemporain. Personnellement j’achète ce que j’aime, au coup de cœur, pour ma maison. Tony, en revanche, pense en priorité à la fondation. A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? Oui je le sentais déjà. Tony est ambitieux et il a le goût et le sens du risque. Il voit très loin, rien ne l’arrête. C’est un perfectionniste et un esthète. Il est sûr de lui mais il apprend. Il écoute. Trois grands moments ont consacré ses efforts : l’ouverture du magasin Aïshti au centre-ville, avec le succès que cela a représenté alors que personne n’y croyait ; le jour où il a été décoré de l’ordre italien du Mérite ; et enfin l’ouverture de la fondation qui est un projet monumental de plus, encore une fois à un moment où personne n’y croit.


170

AÏSHTI 25 ANS

michel salamé COO et directeur du département masculin

Comment tout a commencé ? Depuis tout jeune, Tony adore la mode. Pendant la guerre, alors que Beyrouth était coupé en deux, il n’hésitait pas à traverser la ville pour s’acheter des articles qu’on ne trouvait qu’à Hamra et que les autres lui enviaient. Quand il a voyagé pour ses études, il a commencé à ramener des vêtements qu’il revendait à ses connaissances. Le bouche à oreille a fait que la maison était envahie de clients. Moi même et nos sœurs Sophie et Micheline avons commencé à lui donner un coup de main. Et c’est devenu sérieux. Il a fallu prendre des dispositions plus concrètes. A quoi ressemblaient les débuts ? Nous étions tous encore étudiants. Mon père nous a trouvé une boutique à Jal el Dib dans une rue secondaire, parce que l’autoroute était trop dangereuse à cause des bombardements. Tony était souvent en voyage pour ramener de la marchandise, et souvent il restait coincé à l’étranger quand l’aéroport fermait. Pendant ce temps, j’allais tous les matins à mes cours de sciences po (je voulais tenter le concours du corps diplomatique et m’engager dans la lutte contre la corruption) tandis que Micha ouvrait la boutique. A 15h, après avoir pris le relai, c’est moi qui fermais le rideau de fer. Les débuts, c’était surtout l’arrivée des cartons et les veillées jusqu’à pas d’heure pour étiqueter la marchandise. Nous devions faire nos preuves face aux entreprises familiales ancrées sur le marché depuis longtemps, avec des exclusivités. On travaillait dur et on réinvestissait chaque sou.

On avait de meilleurs prix que les autres et nos articles étaient plus jeunes, plus tendance. On apportait toujours plus au client, avec un service totalement personnalisé. Quoi qu’il arrive, on ne fermait jamais. Même en 2006, sous les bombardements israéliens, nous avons dressé des guerilla stores sous des tentes à Fakra pour écouler la marchandise du centre ville. Nous avons beaucoup souffert, mais nous sommes une bonne équipe. A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? Pourquoi ? Au départ, il y a le caractère de Tony qui a un pouvoir inné de convaincre et de galvaniser. Tout a été très vite. Je me souviens encore, au tout début de l’aventure, du jour où Tony m’a dit : « À ce stade, on peut s’arrêter et passer à autre chose. Nous n’avons pas de dettes, nous nous sommes bien amusés ». Mais ça marchait si bien que personne ne voulait s’arrêter. Les ouvertures de boutiques se sont multipliées jusqu’à atteindre un point de non retour. Nous ne pouvons plus qu’aller de l’avant. Chacun de nous a pris en charge une partie de l’entreprise pour mieux répartir les responsabilités et les tâches. Aujourd’hui, quand je vois, au cours de mes voyages, le niveau de compétition de l’univers de la mode, je constate que nous faisons un excellent travail et que les espaces que nous offrons à nos marques sont souvent trois fois plus grands et plus soignés que dans les magasins les plus prestigieux d’Europe.


171

MICHELINE SALAMÉ Directrice des ventes

photos tony elieh

Comment tout a commencé ? Dès le départ, j’étais l’ombre de Tony. Au tout début, vers le milieu des années 80, il avait acheté au cours d’un voyage en Italie un stock de maroquinerie griffée. J’ai commencé à faire la tournée des magasins existants pour placer la marchandise. Il réinvestissait tout ce qu’il gagnait. Il a continué ainsi, quelques temps, à acheter des stocks que notre sœur ainée, Sophie, et moi-même, nous attelions à écouler. Je me souviens d’un jour de bombardements intensifs, pendant la guerre, où il nous avait appelés pour nous dire qu’il était tombé sur un stock très important qui contenait des produits de grandes marques, à l’époque, “Basile” et “Genny”. Nous sommes allées négocier avec les banques pour obtenir un créditet nous avons ouvert un dépôt à Zalka. Sophie était déjà en maîtrise d’économie. Comme elle n’avait pas les mêmes contraintes horaires que Michel et moi-même, à l’université, c’est elle qui a tenu ce dépôt pour commencer. Par la suite, nous avons ouvert la première boutique, à Jal el Dib. Tony voulait déjà faire de cette ouverture une fête exceptionnelle, inviter les gens les plus en vue. Ca a été un succès énorme pour l’époque. Il y avait là Mona Hraoui qui était l’épouse du président de la République, et Gai Mattiolo, le créateur du moment, était venu en personne. A quoi ressemblaient les débuts ? Les clientes affluaient. Quand nous recevions la marchandise, elles ouvraient les cartons avec nous et réservaient les pièces avant même qu’on n’y mette les prix. Nos grands succès de vente étaient les jeans Rocco Barocco et les pantalons Joseph. C’est ce que tout le monde voulait. C’était une période effervescente. Entre Tony qui s’occupait des achats, Michel des collections hommes, Sophie qui dirigeait la vente et l’accueil des clientes (chose qu’elle adorait faire avec son sens relationnel hors du commun) et moi-même entre dépôt (avec Simon), étiquetage et comptabilité (avant l’arrivée de Lina), nous

avions le commerce dans le sang. On bossait parfois 20h par jour. Je quittais la maison à 7h du matin et ne rentrais jamais avant 8h le soir. Avec les premiers employés de l’entreprise, nous formions plus qu’une équipe soudée, une vraie famille. Maman cuisinait tous les jours et envoyait les repas à la boutique de Jal el Dib. Nous déjeunions ensemble à la même table dans la petite kitchenette. Lina et Simon sont importants dans ma vie. On prenait beaucoup de risques. Tony voulait être présent des deux côtés de la capitale quand celle-ci était encore coupée en deux. Nous faisions le trajet à pied, d’Est en Ouest, jusqu’à la boutique de Mar Elias. C’était difficile mais exaltant. J’ai même fait du stylisme pour avoir une notion plus sérieuse de la mode, mais j’ai toujours eu le commerce dans le sang. J’ai commencé à 18-19 ans et je n’aurais pas aimé faire autre chose. A cette époque, pouviez-vous imaginer que Aïshti grandirait autant ? Tony avait sûrement déjà la vision du chemin qu’il voulait prendre. Il savait où il allait. Il nous réunissait et nous faisait des speeches galvanisants. Sa force c’était ausssi d’avoir toujours été impeccable avec les fournisseurs, payant rubis sur l’ongle et retirant sa marchandise dans les délais, même en pleine guerre. Par la suite, les ouvertures de boutiques ont commencé à se succéder. À l’ouverture du magasin des Dunes, à Verdun, il y avait tout le pays. C’était un des premiers magasins de luxe dans cette partie de la capitale. Et c’était vraiment le signe que le pays était en train de renaître. Quand on a ouvert au centre-ville, j’avais du mal à croire qu’on vendrait quelque chose dans un lieu aussi désert et sinistré. On marchait encore sur du gravier. D’une petite compagnie libanaise, Aïshti est devenue une compagnie internationale, un grand nom. À New York, c’est déjà une référence. Les gens qui partent de chez nous pour travailler à l’étranger sont forts de cette référence sur leur C.V.


172

AÏSHTI 25 ANS

Lina Chehade Assistante du CEO

Comment tout a commencé ? C’était en 1991. Je cherchais un travail de comptable et j’ai présenté ma candidature chez Aïshti qui avait mis une annonce dans “L’Orient-le Jour”. A l’époque, il y avait en tout et pour tout Sophie, Micha et Michel qui était encore étudiant, une couturière et une vendeuse. Mon bureau était installé dans la mezzanine de la boutique de Jal el Dib. A quoi ressemblaient les débuts ? J’étais supposée m’occuper de la comptabilité et de l’administration, mais je me suis retrouvée en train d’ouvrir des cartons et de coller des étiquettes de prix jusqu’à pas d’heure. Tout le monde participait à toutes les opérations. La boutique comptait une poignée de marques. Essentiellement les jeans Rocco Barocco qui avaient

beaucoup de succès, et Gai Mattiolo. A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? Pourquoi ? Je n’avais pas le temps de penser à l’avenir, tout allait trop vite. J’ai commencé à y croire quand on a ouvert de vrais bureaux au 5e étage de l’immeuble où se trouvait la boutique initiale, et sans doute quand Aïshti a obtenu la franchise Gucci. D’ailleurs, quand on déballait la marchandise, « Gucci, Gucci » était devenu notre manière de dire « vite, vite ! ». Avec Tony, on apprend la vitesse et la réactivité. Je n’ai jamais eu le temps de songer à m’arrêter ou de faire autre chose. On ne s’arrête pas. Même pendant la guerre de 2006, quand tout le monde fermait, on travaillait encore. On est constamment sous stress, mais quand on voit le résultat… C’est vraiment gratifiant !


173

Samer Esta Architecte Comment tout a commencé ? A mes débuts, je travaillais sur le site de l’Hôtel Dieu. L’hôpital faisait réaliser des travaux d’agrandissement et de rénovation. Ensuite j’ai intégré le cabinet de Galal Mahmoud pour une dizaine de mois. Et puis un jour je suis tombé sur une petite annonce dans “L’Orient-le Jour”. Aïshti voulait recruter un architecte. Je me suis présenté et j’ai commencé sur le champ. Nous étions en 2000. Tony Salamé avait déjà pris la décision d’ouvrir un grand magasin au centre-ville. On faisait des relevés, on tâtait le terrain. Le chantier a commencé en mars 2000 et le magasin a ouvert le 7 décembre 2001. Un record. Ce n’est pas courant de voir une entreprise de mode employer des architectes à demeure, mais dans le cas de Aïshti, avec des ouvertures de boutiques en permanence, un peu partout, et les rénovations, on ne chôme pas un instant.

photos tony elieh

A quoi ressemblaient les débuts ? J’ai commencé au moment où Aïshti entreprenait ses premiers grands travaux, mais les projets sont devenus de plus en plus grands, de plus en plus internationaux. Avant je trouvais tout grand. Une boutique Zegna de 200m2, c’est déjà une belle dimension pour un commerce. Maintenant on parle de chantiers de 30.000m2 et plus. Avant, nous étions 10 à 15 personnes sur ces projets, maintenant nous sommes près de 400. Avec le projet de la

Fondation, l’aura de Jal el Dib est en train de devenir aussi grande que celle de Solidere au centre-ville. Ce qui a changé aussi, dans le travail, c’est que les marques envoient désormais des esquisses réalisées par leurs architectes et nous les développons sur place. A cette époque, pouviez-vous imaginer que Aïshti grandirait autant ? Non, pas du tout. Mais sans nous en rendre compte, nous avons réalisé au fil des années des projets de plus en plus importants. Je n’ai pas vu venir. On avance à pas de géant. Chaque fois que je me suis trouvé face à un projet, je n’ai pas imaginé qu’il allait se réaliser. Au centre-ville, il n’y avait que des gravats, même pas de route. On jetait nos voitures n’importe où pour venir au chantier. C’était une ville fantôme peuplée de quelques chats. De même pour la Fondation : nous étions partis sur un petit projet avec des bâtiments existants. Puis nous avons eu l’idée de creuser un premier sous-sol, et ensuite un second. Nous avons commencé avec l’équipe existante, mais comme le projet avait changé de cap, Tony s’est mis à prospecter pour trouver la proposition la plus proche de sa vision. Nous sommes allés jusqu’à New York pour assister à une présentation. Il y a eu par la suite 8 ou 9 projets dont 6 officiels, avant que Tony ne conclue avec David Adjaye. Travailler pour Aïshti est un challenge permanent, de l’adrénaline pure.


174

AÏSHTI 25 ANS

Simon Tereza Directeur des stocks et de la distribution

Comment tout a commencé ? Je suis arrivé en 1995. Tony se trouvait chez un de ses gros clients à Bahrein. C’est là qu’il a rencontré mon frère qui travaillait chez ce monsieur. Il lui a demandé si quelqu’un de sa famille ou de ses connaissances accepterait de travailler pour lui à Beyrouth. Mon frère a pensé à moi. Nous sommes Indiens, et je vivais en Inde avec ma famille. Avant même d’avoir eu le temps de réfléchir à sa proposition, j’avais reçu mon visa, mon billet d’avion et mon contrat de travail. Je suis donc venu. A quoi ressemblaient les débuts ? Tony m’avait assuré un superbe appartement dans l’immeuble où vivait sa famille. J’ai été accueilli et entouré comme un vrai membre de la famille. Les dimanches, j’avais ma place

à leur table et je leur en serai toujours reconnaissant. Tout de suite, j’ai été en charge des dépôts. J’y suis toujours, avec plus de responsabilités et une équipe pour m’aider. Je ne me suis jamais senti étranger, je n’ai jamais eu de mauvaise expérience. A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? Pourquoi ? J’étais bien placé, de la manière dont j’ai été embauché, pour connaître l’énergie et la détermination de Tony. C’est un homme étonnant doté d’une mémoire exceptionnelle. Au début, il y avait de longues périodes, entre deux collections, où il n’y avait rien à faire. Puis j’ai vu la société grandir à toute vitesse et mes dépôts se remplir et se vider à vue d’œil. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir à l’avenir. Tout est venu très vite.


175

NAGI ABI NAKAD Directeur des ventes, département hommes, Aïshti Seaside Comment tout a commencé? Je travaillais dans une compagnie spécialisée dans le vêtement masculin mais où il y avait de nombreux problèmes internes. J’ai entendu dire que Aïshti recrutait des vendeurs. C’était en 1995. Je suis allé de moi-même solliciter un emploi. Et là j’ai découvert que je connaissais la famille, Sophie, Michel, leur père. J’ai été embauché à la boutique de Jal el Dib où je ne suis resté qu’un mois et deux jours, parce que les ouvertures ont commencé à ce moment-là, Gucci et tout ce qui a suivi. A quoi ressemblaient les débuts ? A Jal el Dib, quand le conteneur arrivait, on débarquait la marchandise sur le terrain vague à côté de la boutique, puis on remontait les cartons au 5e étage. Nous étions quatre personnes, notamment Simon et moi-même, à faire ce travail. A chaque réunion, M. Tony nous disait de nous préparer à davantage de travail, il nous annonçait que la société allait grandir. Il y avait aussi une petite boutique à Kaslik où j’allais deux fois la semaine. Nous étions une vraie famille, dix ou quinze en tout, y compris les frères et sœurs Salamé.

A cette époque, pouviez-vous imaginer que Aïshti grandirait autant ? Je le savais, oui, M. Tony nous le disait tout le temps. Au centreville, la société Solidere, en pleine reconstruction, avait organisé un marché de brocante, le Souk el Barghout. Un jour où nous étions sur place avec M. Tony, il nous a montré une ruine au milieu des gravats et nous a annoncé qu’il allait ouvrir un grand magasin sur ce site. On avait du mal à le croire. Mais il avait déjà fait la même chose avec Aishti Seaside. Même schéma : il avait jeté son dévolu sur une ruine, une vieille usine d’huile je crois. Regardez ce que c’est devenu. Si c’était à refaire, je le referai sans hésiter. J’ai toujours travaillé dans le vêtement. Aujourd’hui, la famille du début s’est élargie aux clients. Certains viennent depuis très longtemps. Ils m’appellent pour s’assurer que je suis là. Quand ils avaient 30 ans, je les aidais à choisir des costumes. Aujourd’hui, à 50 ans, ils veulent des jeans déchirés et s’habiller comme des adolescents. Ils sont passés de Zegna à Prada et Dolce & Gabbana. Personnellement j’ai un culte pour Zegna, c’est notre culture, notre cheval de bataille, les belles coupes, les beaux tissus, le service sur-mesure impeccable.

Carole Boulos Ventes, directrice de section

photos tony elieh

Comment tout a commencé ? J’étais vendeuse chez Noni, l’un des principaux magasins de mode de Beyrouth avant l’arrivée de Aïshti. Quand Aïshti a racheté Noni, j’ai fait partie des quinze employés qui sont restés. J’ai commencé en 1997. J’avais de l’expérience, de nombreuses clientes me connaissaient. Au début on m’a beaucoup déplacée d’un magasin à l’autre, puis au bout d’un mois, comme on aimait mon travail, on m’a fixée. Qu’est ce qui a changé depuis les débuts ? Avant, nous étions confinés entre deux ou trois boutiques et une dizaine de marques. Aujourd’hui tout s’est multiplié par 20 ou 30. Nous avons commencé à voir de plus en plus de clients, de plus en plus d’étrangers, alors qu’avant nous avions surtout des habitués. Mais nous avons réussi à construire une relation d’amitié, même avec les gens de passage. Ils nous téléphonent pour savoir si nous avons reçu tel ou tel article, prennent rendez-vous pour s’assurer que nous sommes là. Parfois certaines clientes emportent la marchandise dès la livraison, sans même essayer. Il y a vingt-cinq ans, les dames voulaient des « ensembles ». Elles voulaient que tout soit assorti. Aujourd’hui on constate que tout est dans l’accessoire. Elles viennent en jeans avec des tops quelconques mais payent des fortunes en sacs et souliers. Pour les tenues de soirée, évidemment c’est autre chose. Aujourd’hui, je m’occupe aussi de la présentation

de la marchandise. Je sais ce qu’il faut mettre en avant, comment faire désirer une marque qui a moins de succès que les autres. A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? Sûrement pas. Déjà, je ne savais pas moi-même que je resterais aussi longtemps dans l’entreprise. Je me suis attachée à mon travail. M. Tony nous encourageait beaucoup et on voyait les boutiques ouvrir l’une après l’autre et la marchandise affluer à un rythme qu’on n’imaginait pas au début. Je voudrais simplement dire merci. C’est très gratifiant.


AÏSHTI 25 ANS

176

Randa BEJJANI Directrice des transactions Comment tout a commencé ? Je suis arrivée en 1993. J’avais répondu à une annonce dans “L’Orient-Le Jour”. La société cherchait quelqu’un pour assister Lina. C’est d’ailleurs elle qui m’a accueillie et présentée à Tony. Je voulais rencontrer le patron, parce que j’avais entre-temps reçu une réponse positive d’une autre compagnie. Il était si jeune, je n’ai pas compris tout de suite que c’était lui. Je me demandais encore quand j’allais pouvoir parler au « vrai » responsable. Je croyais que c’était Lina, la propriétaire.

autre. J’étais tentée de partir, mais il y avait toujours du nouveau et je restais. Très vite, le travail s’est enchaîné et l’équipe s’est étoffée de nouvelles personnes.

A quoi ressemblaient les débuts ? Ma mission consistait à gérer et développer la programmation informatique des stocks en indiquant nos besoins aux techniciens. Je n’avais pas de formation en informatique. J’ai appris sur le tas, par tâtonnements. Par la suite, je me suis retrouvée en train de réparer les ordinateurs qui plantent et les programmes défaillants. Les cinq premiers mois, il n’y avait pas beaucoup de travail à cause de ces périodes de flottement entre la fin d’une collection et l’arrivée d’une

A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? Pourquoi ? Tony est un rêveur. C’était très motivant, même si on n’arrivait pas toujours à y croire tant ses rêves étaient grands. Lui, il savait où il allait, où ses ambitions le mèneraient. Nous, nous suivions, tambour battant. Nous avons vu les choses arriver, très rapidement. Aujourd’hui il est plus calme, moins impulsif, mais c’est sûrement grâce à sa réactivité que nous en sommes là aujourd’hui.

LUDWIG KEOUSHGUERIAN Expert comptable Comment tout a commencé ? Je suis arrivé en 1998 en réponse à une annonce dans le quotidien “Al Diar”. La société cherchait un comptable. J’ai présenté mon CV. On m’a fixé un rendez-vous pour une interview le 22 novembre. J’ai pensé qu’il y avait erreur, vu que le 22 novembre est un jour chômé. Mais j’ai été recruté ce jour-là et j’ai commencé le 27, au fameux 5e étage de l’immeuble où se trouvait la première boutique à Jal el Dib.

A quoi ressemblaient les débuts ? Aïshti at Home venait d’ouvrir sur le site de l’actuel Aïshti Seaside qui va bientôt devenir Aïshti By The Sea et Aïshti Foundation. On m’a demandé de tenir la caisse, pour 15 jours seulement, le temps de recruter des caissiers. J’ai accepté un peu à contre cœur, inquiet de m’incruster dans un travail qui n’était pas le mien, alors que j’avais une autre proposition. Sur le site de Aïshti at Home, il n’y avait que M.Tony et Michel ainsi que deux architectes. M. Tony m’a posé des questions. Je lui ai demandé en quoi ma vie l’intéressait. Il était si jeune, je ne pouvais pas deviner que c’était lui, mon boss ! Quelques jours plus tard je me retrouvais à l’hôpital avec une typhoïde. J’étais sûr qu’on n’allait pas me garder. Je ne suis revenu que le 3 décembre pour constater qu’on me gardait quand même, mais toujours avec une mission provisoire qui consistait à faire le DJ en changeant les stations de radio pour l’ambiance sonore du magasin ! Mais très vite a eu lieu le lancement du partenariat entre Aïshti, MasterCard et Fransabank. Il a fallu recourir à une grande société d’audit pour être parfaitement en règle avec le ministère des Finances. Je me suis trouvé en charge de la préparation des dossiers avec un nouveau programme de comptabilité et de budgétisation. A cette époque, pouviez-vous déjà imaginer que Aïshti grandirait autant ? M. Tony est le genre de patron qui vous jette à la mer et vous demande de nager. Aïshti a été mon premier emploi et j’y suis toujours. J’ai appris par tâtonnement et j’ai formé des équipes. Malgré mes débuts balbutiants, j’ai fini par m’adapter à la mécanique de l’entreprise qui nécessite avant tout précision, rapidité et efficacité. M. Tony a une mémoire incroyable. Il peut se souvenir de détails précis de comptabilité qui remontent à plus de deux ans, et même de la couleur d’un dossier contenant le document qu’il cherche et l’endroit où il est rangé. J’ai vu l’entreprise grandir sans anticiper la croissance mais sans m’en étonner. Ca me semblait naturel.


177

Sylvie vartanian Ventes, directrice de section Comment tout a commencé ? J’étais en stage dans un atelier de stylisme pour mon diplôme. Parallèlement, je créais des modèles pour des entreprises de mode locales, mais j’étais mal payée. J’ai présenté une demande d’emploi. J’ai été engagée en 1995. Aïshti venait d’ouvrir la boutique Gucci. C’est Sophie Salamé qui m’a interviewée et retenue. A l’époque, parallèlement à Gucci, les marques qui marchaient le mieux étaient Gai Mattiolo et Rocco Barocco. A quoi ressemblaient les débuts ? J’étais très jeune, j’adorais la mode, les habits, le fait que les gens soient nets et élégants. Aïshti, c’était déjà un nom, même si c’était encore une petite entreprise. Elle a grandi et nous avons grandi avec. J’ai avancé parce que j’ai toujours aimé mon travail. Aujourd’hui j’enseigne au staff comment placer les marques, les accessoires. Nous disposons ensemble les articles complémentaires, suggérons

des assortiments. Nous informons les clientes, nous les écoutons, nous les conseillons. Au final, c’est un travail créatif. A cette époque, pouviez-vous imaginer que Aïshti grandirait autant ? Pour moi, Aïshti était déjà grand depuis le début.

Naji Achkouty Directeur de ventes, département Hommes centre-ville Comment tout a commencé? Je travaillais dans une compagnie de mode masculine qui battait de l’aile. Au même moment, Aïshti était en pleine expansion et rachetait les marques de cette société. J’ai tenté ma chance et j’ai présenté une demande d’emploi chez Aïshti. C’est M. Michel qui m’a interviewé et j’ai été engagé comme vendeur.

photos tony elieh

A quoi ressemblaient les débuts ? Quand je suis arrivé, Aïshti était encore une entreprise de taille modeste. Mais très vite il y a eu l’ouverture du magasin des Dunes à Verdun, avec ses douze vitrines. Je connaissais bien la clientèle de Verdun, c’était pour moi un atout. Par la suite, il y a eu la boutique du centre Zen à Saint Nicolas, Achrafieh, deux ans et demie avant l’ouverture du centre-ville. On avait de plus en plus de clients. On gagnait en expérience. Très vite aussi, nous avons commencé à recevoir les consultants des grandes marques qui nous expliquaient les nouveaux tissus, les tendances, les coupes, les silhouettes. A notre tour, on apprenait à donner au client des conseils efficaces. A cette époque, imaginiez-vous que Aïshti grandirait autant ? Je savais que la société était en train de grandir, mais je n’imaginais pas que ce serait autant. J’ai assisté à la création de Aïshi Seaside, à Jal el Dib. C’est un projet récent qui était déjà immense. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi vite remplacé par un projet de l’envergure de la Fondation Aïshti.


178

AÏSHTI 25 ANS

Aïshti restitue à Beyrouth sa réputation de capitale de la mode du Moyen-Orient.


179

Avec Aïshti, Aïzone, Aïshti Minis et 21 boutiques monomarque, Aïshti a transformé le centre-ville de Beyrouth en destination de shopping pour les modeux locaux et leurs pairs internationaux.

DESTINATION LUXE

1. Canali 2. Corneliani 3. Diesel 4. Dior 5. Valentino 6. Gucci 7. Céline 8. Ermenegildo Zegna 9. The Kooples 10. Façonnable 11. Fendi 12. Dolce & Gabbana 13. Marc Jacobs 14. Roberto Cavalli 15. Burberry 16. Bottega Veneta 17. Emilio Pucci 18. Tory Burch 19. Cartier 20. Chloé 21. Saint Laurent 22. Balenciaga 23. Stella McCartney 24. Etro 25. Jimmy Choo 26. 7 For all Mankind 27. Camper 28. True Religion 29. Aïzone

- 2003


AÏSHTI 25 ANS

DES MOMENTS MÉMORABLES

Des défilés de mode aux ouvertures de nouvelles boutiques, en passant par les campagnes audacieuses et le lancement de tendances, Aïshti a vécu un quart de siècle riche en événements.

180


- 1990 ÉVÉNEMENTS

CAMPAGNES ET PUBLICATIONS

Campagne inaugurale.

OUVERTURES DE BOUTIQUES

La première boutique Aïshti.


1992

1996

Ouverture de Aïshti Ashrafieh.

Première campagne pour l’homme

Ouverture de Aïshti Ashrafieh.


1998

2000

Défilé de mode à l’ouverture de la boutique de Verdun.

Ouverture de Aïshti Verdun.

Ouverture de Aïshti Home Collection.

Ouverture de Aïshti Phoenicia.


2001

2002

L’une des vitrines de Aïshti Verdun

Ouverture de Aïshti au centre-ville.

Campagne automne hiver 2001-2002 par Saatchi & Saatchi.

Ouverture de Aïshti au centreville.

Vitrines de Aïshti au centre-ville.

Campagne printemps été 2002 par Saatchi & Saatchi

Ouverture de la boutique Zegna au centreville.


Campagne automne hiver 2002-2003 par Saatchi & Saatchi

Premier numéro de Aïshti Magazine.

Ouverture de la boutique Céline au centre-ville.

Ouverture du restaurant People au centre-ville.


2003

Campagne printemps été 2003 par Saatchi & Saatchi.

Campagne automne hiver 2003-2004 par Saatchi & Saatchi

Ouverture de Aïshti Jal el Dib en bord de mer.


2004

Campagne automne hiver 2004-2005 par Saatchi & Saatchi.

Ouverture de Cartier au centre-ville.

2005

Campagne automne hiver 2005-2006 par Leo Burnett.

Ouverture du 誰Day Spa au centre-ville.


2006

Back to Back Aishti BB

9/29/06

6:09 PM

Page 1

Campagne printemps été 2005 par Leo Burnett. Campagne automne hiver 2006-2007 par Leo Burnett.

Ouverture de la boutique Diesel au centreville.

Ouverture du restaurant People à Jal el Dib, bord de mer.

Ouverture de la boutique Roberto Cavalli au centreville.


2007

Campagne printemps été 2006 par Leo Burnett.

Campagne automne hiver 2007-2008 par Leo Burnett.

Campagne printemps été 2007 par Leo Burnett.

Ouverture de la boutique Dolce & Gabbana au centre-ville.

Ouverture de la boutique Marc Jacobs au centre-ville.


2008

Campagne printemps ĂŠtĂŠ 2008 par Leo Burnett.

Campagne automne hiver 2008-2009 par Leo Burnett

Ouverture de la boutique Fendi au centre-ville.


2009

Campagne automne hiver 2009-2010 par Leo Burnett.

Ouverture de la boutique Canali au centreville.

Ouverture de la boutique Corneliani au centre-ville.


Stefan Sagmeister, graphic designer et co-fondateur de Sagmeister & Walsh “La reconstruction du centre-ville de Beyrouth, et spécialement la “resurrection” orchestrée par Tony Salamé me touchent enormément”.


193

Un show de Stefan Sagmeister à Paris consacré au rôle de l’art dans le commerce


Campagne printemps été 2009 par Leo Burnett.

Ouverture de la boutique Dior au centreville.

Ouverture de la boutique Chloé au centre-ville.

Ouverture de la boutique Burberry au centre-ville.


2010

Campagne printemps ĂŠtĂŠ 2010 par Leo Burnett.

Campagne automne hiver 2010-2011 par Sagmeister & Walsh.

Ouverture de la boutique Stella McCartney au centre-ville.

Ouverture de la boutique Balenciaga au centre-ville.

Ouverture de la boutique Yves Saint Laurent au centre-ville.

Ouverture de la boutique Etro au centre-ville.


Ouverture de la boutique Bottega Veneta au centreville.

Ouverture de la boutique Camper au centre-ville.

Ouverture de la boutique Jimmy Choo au centre-ville.


2011

Campagne automne hiver 2011-2012 par Sagmeister & Walsh. Campagne printemps ĂŠtĂŠ 2011 par Sagmeister & Walsh.

Ouverture de la boutique Emilio Pucci au centre-ville.


2012

Campagne printemps ĂŠtĂŠ 2012 par Sagmeister & Walsh.

Campagne automne hiver 2012-2013 par Sagmeister & Walsh

Ouverture de la boutique Tory Burch au centre-ville.


2013

Campagne printemps été 2013 par Sagmeister & Walsh

Campagne automne hiver 2013-2014 par Sagmeister & Walsh.

Ouverture de la boutique The Kooples au centre-ville.

Ouverture de la boutique True Religion au centre-ville.

Ouverture de la boutique Façonnable au centre-ville.

Ouverture de la boutique Prada au centre-ville.


2014

Campagne printemps ĂŠtĂŠ 2014 par Sagmeister & Walsh.

Campagne automne hiver 2014-2015 par Sagmeister & Walsh.

Ouverture de la boutique Valentino au centre-ville.


2015

Campagne printemps ĂŠtĂŠ 2015 par Sagmeister & Walsh.


202

AÏSHTI 25 ANS

En vingt-cinq ans, Aïshti a noué des liens privilégiés, autant avec les grandes marques de mode de par sa vocation de chaine de luxe, qu’avec les principaux conservateurs, galeristes et artistes à travers son activité artistique.

LES GRIFFES


credit photo

203

CĂŠline


204

AĂ?SHTI 25 ANS

Dolce & Gabbana


205

photos dr

Corneliani

“Pour une marque internationale telle que Corneliani, choisir des partenaires de première classe est un devoir. Il était donc naturel que Corneliani trouve en Tony Salamé, le plus prestigieux opérateur sur ce marché,-reconnu comme tel non seulement pour ses incontestables compétences mais aussi pour sa curiosité innée et sa clairvoyance, le partenaire idéal pour l’ouverture des boutiques de sa marque au Liban. Ce partenariat professionnel a très vite évolué en une affinité naturelle grâce à un système de valeurs commun qui a profondément renforcé notre lien. Notre passion commune pour l’art et la culture en général, un attachement fort à nos racines et à la tradition, avec, en même temps, le même désir intransigeant qui nous dicte des décisions basées sur la modernité et l’innovation et le goût relever des défis de plus en plus ambitieux, ont, au cours des années, transformé le lien qui m’attache à la famille Salamé en une amitié solide et profonde. A ce titre, la collaboration avec Aïshti est un plaisir réciproque qui ne cesse de croître de jour en jour.” - Cristiano Corneliani, maison Corneliani


206

AÏSHTI 25 ANS

Fendi

“Contrairement au marché libanais considéré comme “émergent”, la clientèle libanaise est loin d’être émergente. Elle a au contraire une longue culture du luxe. Je dirais volontiers qu’elle est plus sophistiquée que la clientèle américaine. Les Libanais ont souvent deux passeports, un boulot partout dans le monde, mais ils dépensent et passent une partie de leur vie au Liban, d’où l’intérêt pour nous d’avoir une boutique Fendi à Beyrouth.” - Michael Burke, ancien PDG de Fendi


photos dr

207

Zegna


208

AÏSHTI 25 ANS

LES CurateurS Massimiliano Gioni « Je suis heureux d’être le commissaire de l’exposition inaugurable de la Fondation Aïshti. Tony est une dynamo et Beyrouth, une ville qui a produit certains des artistes actuels les plus intéressants. Je suis impatient de voir la Fondation Aïshti amplifier l’énergie et le talent de nombreux artistes locaux et internationaux. »

- Massimiliano Gioni, commissaire, directeur du New Museum, New York


Jeffrey Deitch

photos dr

“Tony Salamé est la personne la plus énergique que j’aie jamais rencontrée. Il arrive à gérer tout ensemble, famille, amitié, affaires, art et une vision civique audacieuse et optimiste. En moins de dix ans, il est devenu l’un des leaders mondiaux parmi les collectionneurs et mécènes de l’art contemporain. Tony a abordé sa collection avec le même niveau d’ambition et de passion qu’il apporte à ses autres activités. L’art n’est pas pour lui une passion passagère. Quand il est enthousiaste au sujet d’un artiste, il ne va pas simplement acheter une œuvre et l’emporter chez lui pour voir comment elle résonne, avec le temps. Il va y aller à fond, chercher à connaître l’artiste à titre personnel et, quand il le peut, élargir sa collection en l’approfondissant. Il a constitué ce qui est probablement l’une des plus belles collections de peinture abstraite contemporaine, mais ce n’est qu’un aspect de ses multiples intérêts artistiques .” - Jeffrey Deitch, consultant et marchand d’art, ancien directeur du MoCa (Museum of Contemporary Art, Los Angeles)


210

AÏSHTI 25 ANS

LES ARTISTES

jim lambie

david salle « Les grandes collections ont toujours été réalisées par un individu ou un couple, jamais par un comité. Elles sont le produit d’une sensibilité développée avec le temps, les yeux et les oreilles, en marge des modes et des tendances. Cette race de collectionneurs est rare. Quand Tony a visité mon studio pour la première fois, j’ai tout de suite vu que sa réaction à l’art était éminemment visuelle,


211

photos dr

« J’avais environs douze ans quand la guerre a commencé au Liban et j’ai grandi avec ces images violentes à la télévision, et l’idée que ces troubles n’allaient jamais cessé. Il y a toujours un effet de surprise quand vous annoncez que vous partez pour Beyrouth. J’ai préparé mon voyage avec beaucoup d’enthousiasme. Grâce à Tony Salamé, je découvre une ville vibrante, émouvante, que je n’ai pas envie de quitter. » - Jim Lambie, artiste

instinctive, très personnelle. Mes souvenirs d’amitié avec Tony et Elham? Nos déjeuners au Peter Luger Steakhouse, en sortant de l’atelier. C’est une chose rare, un grand collectionneur qui sait aussi une bonne fourchette. » - David Salle, artiste


212

AĂ?SHTI 25 ANS

Dan Colen

wade guyton


credit photo

213


214

AĂ?SHTI 25 ANS

ziad antar

walead besHTy


215

« Faire équipe avec un partenaire aussi tenace que Tony Salamé, dans le cadre d’un projet artistique, pourrait-être intimidant, au vu de mon uber-sensibilité à la pression. Du moins c’est ce qu’on pourrait croire. Mais cette instrasigeance s’est révélée bénéfique pour l’intégrité structurelle nécessaire au projet. » - Ziad Antar, artiste


216

AÏSHTI 25 ANS

Les galeristes

Shaun regen « Nous avons rencontré Tony et Elham Salamé pour la première fois dans notre stand à Art Basel, il y a environs six ans. Par la suite, ils sont venus visiter notre galerie à Los Angeles. Leur vision et leur passion pour l’art sont irrésistibles. Leur curiosité, leur charme, leur intelligence et la force de leur désir ont attiré de nombreux artistes, conservateurs et marchands d’art dans leur cercle. Leur générosité incroyable et leur joie de vivre ont contribué à les intégrer au nombre restreint des collectionneurs les plus convaincants de notre époque. Ce qu’ils réalisent à Beyrouth est d’une importance capitale et permettra d’améliorer le dialogue autour de l’art au Moyen Orient. Je suis impatiente de découvrir les récits que va générer la collection et ce qui sera dit sur David Adjaye et le bâtiment qu’il a conçu comme un écrin pour celle-ci. »

- Shaun Regen, Regen Projects, galeriste


217

massimo de carlo « L’idée de base était d’inviter l’art international au sein de la culture libanaise. En retour, les acteurs majeurs de la scène artistique contemporaine pourront, dans ce cadre, découvrir les artistes libanais et raffermir leur lien avec le Liban.»

photos dr

- Massimo de Carlo, galeriste


219

Aishti à l'étranger et diversification Créative, vibrante, passionnée, énergique, avec son cachet unique, Beyrouth sera toujours au cœur de l’identité de Aïshti. Mais à mesure que la marque s’agrandit, elle s’étend à travers la région. L’enseigne fait son entrée sur le marché régional pour la première fois en 2005, avec l’ouverture d’un magasin Aïzone à Dubaï. Cinq ans plus tard, Aïshti est considéré comme l’œil moyen-oriental sur la mode occidentale, et à ce titre voit sa clientèle s’élargir de Dubaï à Koweit, de Damas à Amman.

SYRIA LEBANON IRAN

JORDAN

KUWAIT

EGYPT

QATAR

SAUDI ARABIA

U AOMAN E

SAUDI ARABIA

photos dr

YEMEN


220

AÏSHTI 25 ANS

AIzone Jordanie Ouverture en 2006 City Mall Amman, Jordanie

AISHTI Kowait Ouverture en 2009, The Avenues Mall, Koweït City, Koweït

AIZONE dubai Ouverture en 2005 The Mall of the Emirates, Dubai, UAE


221

I day Spa La transition beauté et bien-être de Aïshti s’est opérée en 2005, avec l’ouverture de ïDay Spa, un havre utra-moderne consacré à la détente et aux soins cosmétiques, situé au 5e étage du grand magasin de l’enseigne au centre-ville. Ses deux aires séparées offrent, d’un côté un salon de coiffure et manucure, et de l’autre un espace de massage. Aux mains expertes des masseuses, coiffeurs, cosmétologues et spécialistes des thérapies naturelles s’ajoute la qualité des produits employés, sélectionnés parmi les meilleurs disponibles sur le marché.

people

photos dr

En 2004, Aïshti était déjà bien plus que de la mode. Sa clientèle aspirait au train de vie représenté par ses marques. L’enseigne ouvre alors le restaurant People dans son grand magasin au centre-ville de Beyrouth. La carte, en constante évolution, est établie par le chef Frank Paulmier et met en valeur les meilleurs ingrédients saisonniers. Un deuxième People est ouvert à Fakra, élégante station d’hiver en montagne, ainsi qu’un “Aïshti café” à jal el Dib, en bord de mer.


222

AÏSHTI 25 ANS

MAS Beirut

L

a passion de Tony Salamé pour l’art contemporain le conduit à inaugurer, dans les murs d’une splendide maison patricienne beyrouthine du 19e siècle, une « galerie des galeries », soit un espace historique bénéficiant d’une hauteur de 7m sous plafond destiné à accueillir les collections des plus célèbres galeries du monde. Ce sera la Metropolitan Art Society (MAS), qui offrira dès son ouverture des expositions dirigées tour à tour par des experts de la pointure de Massimo de Carlo, Nilufar et Daniele Balice ou Kamel Mennour. L’objectif de Salamé était déjà de familiariser le grand public libanais avec l’art et le design contemporain et de créer une interaction entre les artistes locaux et la scène artistique internationale. « Mon objectif, en donnant à cet espace le nom de « société », était de constituer un microcosme, une petite société au sein de laquelle les gens se retrouvent exclusivement autour de l’art, loin de la politique, de la guerre et des religions. Je crois profondément que l’art peut changer beaucoup de choses au sein d’une société » affirme-t-il. ZAHA HADID Ambitieux projet en cours d’exécution, le grand magasin Aïshti conçu par Zaha Hadid se situe à l’entrée du centre historique de Beyrouth, sur le site d’un caravansérail médiéval, le « Khan Antoun Bey », à la fois auberge, écurie et bazar où les marchands faisaient escale. Les 32.000 m2 de ce projet futuriste abriteront de nombreuses boutiques de marques, des restaurants, un complexe de bars et restaurants à ciel ouvert ainsi qu’une petite boutique-hôtel. L’espace extérieur accueillera des expositions d’art public. Selon Zaha Hadid, « l’architecture ne se réduit pas à la conception d’un abri ou d’un simple lieu fermé. Elle a aussi pur objectif de vous enthousiasmer ou de vous apaiser, de vous inciter à réfléchir ». Une philosophie qui rejoint avec bonheur le concept de Aïshti.


photos dr

223


224

AÏSHTI 25 ANS

L’ART DE LA VITRINE OMAR PALLANTE Directeur artistique d'Arte Vetrina Project Racontez-nous les débuts Avec ses cheveux sel et poivre, frisés et dressés de manière quelque peu insolite, Omar Pallante est une figure familière que l’on peut croiser à Beyrouth dans n’importe quelle boutique Aïshti, notamment au centre ville. Cet Italien passionné de navigation, qui porte un prénom arabe en raison des origines égyptiennes de sa mère, est né dans le sérail. « Mes parents avaient une entreprise de mode à Padoue. Avec mes frères et sœurs, j’ai grandi dans le métier, entouré de mannequins de vitrine, en donnant des coups de main ici et là. Plus tard, alors que j’étais étudiant, -je voulais devenir instituteur - j’ai fondé ma propre entreprise de création de vitrines, Arte Vetrina Project, avec mon frère aujourd’hui disparu, raconte Omar. Tony Salamé, qui se trouvait à Milan pour les collections, avait demandé à Bonaveri, le célèbre fabricant de mannequins, de lui recommander un bon arrangeur de vitrines. Bonaveri a pensé à nous. Avant même de nous laisser examiner sa proposition, Tony avait déjà tout réglé pour que je m’installe à Beyrouth et prenne en charge les vitrines et le merchandising visuel de Aïshti. » Votre experience au Liban « J’ai vécu à Beyrouth pendant trois ans, le temps de former des équipes et de définir une identité. Ça me plaisait beaucoup, j’adore transmettre. Aujourd’hui encore je donne des cours aux Beaux Arts. Nous faisons tout, de l’architecture des vitrines à celle des étagères, et de la conception des thèmes à l’installation visuelle des articles dans les magasins. Je me relayais avec mon frère pour continuer à gérer notre entreprise


photos dr

225


226

AÏSHTI 25 ANS

en Italie qui avait déjà de gros clients comme Calvin Klein. Par la suite, Tony a fait appel à Stefan Sagmeister pour peaufiner l’image et l’identité de Aïshti. Depuis lors, nous travaillons sur les maquettes de Sagmeister, ce qui est encore plus difficile parce qu’il faut être au plus près de son intention. Notre souci est avant tout de ne pas disperser l’attention du client, proposer en vitrine peu d’articles mais avec un point focal autour duquel ils s’organisent. Chaque vitrine est un tableau. Tony sait exactement ce qu’il veut. Il a l’œil averti et exige le meilleur. Les mannequins Bonaveri, par exemple, sont les plus chers au monde. On ne peut pas proposer un produit de luxe sur un support bon marché. » Pensiez-vous en arriver là ? « Quand nous avons commencé à collaborer avec Aïshti, c’était déjà une entreprise en pleine expansion. Le niveau d’exigence était tel que nous n’avions pas d’autre choix que de donner le meilleur et rien de moins que ce que nous donnons aux marques prestigieuses pour lesquelles nous travaillons aux Etats Unis et dans les Emirats. Quand la barre est placée aussi haut, on ne peut qu’aller loin. On n’avait pas besoin d’être devin pour imaginer avec confiance l’avenir brillant auquel Aïshti a toujours aspiré. » www.artevetrinaproject.it


credit photo

photos dr

227


AÏSHTI 25 ANS

228

LA FONDATION AÏSHTI

A

mesure que sa collection s’ enrichissait jusqu’ à atteindre le nombre record de deux mille œuvres rassemblées en moins de quinze ans, Tony Salamé a très vite ressenti la nécessité de faire profiter le public libanais de ce contact inédit avec l’art, en commençant par exposer certaines pièces dans les magasins Aïshti. Mais plus la collection prenait de l’ampleur, plus se profilait l’idée de créer un espace muséal où elle serait mise en valeur et créerait de l’interaction.

Dans un premier temps, c’est Zaha Hadid qui a été pressentie pour concevoir ce bâtiment, au centre-ville de Beyrouth, mais une autre rencontre, cette fois entre Tony Salamé et l’architecte star angloghanéen David Adjaye fut tout aussi déterminante. Sur le site du magasin Aïshti SeaSide, Adjaye proposa un réaménagement aussi simple que monumental, sur un espace de 35.000m2 dont 4000 seraient réservés à l’art. L’idée, inédite, était d’intégrer l’art contemporain dans une expérience globale, entre mode, luxe, bienêtre et loisirs, aussitôt les plans validés, le chantier fut pratiquement


229

David Adjaye, architecte «Ayant vécu à Beyrouth durant mon enfance, ce fut pour moi un réel plaisir de revenir dans cette ville pour travailler sur ce projet. Je suis particulièrement heureux d’avoir eu l’opportunité d’y explorer une nouvelle typologie en juxtaposant la culture avec le commerce, le bien-être et l’art de vivre.»

photos DR

achevé en un temps record, deux ans et demie au lieu de cinq ans. S’inspirant de la moucharabieh, détail architectural typiquement oriental, ainsi que des tuiles qui recouvraient les toits du vieux Beyrouth, sans oublier la connexion avec la mer dont bénéficie le site, Adjaye a recouvert l’extérieur du bâtiment d’une résille d’acier rouge ajourée d’un motif évoquant la vague. A l’intérieur, le motif se répète dans le marbre raffiné des sols. Les espaces marchands avec leurs 80 boutiques destinées à la femme, l’homme, le jeans,

ainsi que les restaurants dotés de terrasses ouvertes sur le large, communiquent visuellement avec l’espace muséal auquel on peut accéder par deux passerelles. Le complexe bénéficie aussi d’un immense spa, et sur le toit, d’un bar et d’une piscine à ciel ouvert. A l’extérieur, une vaste promenade rythmée par des dunes et ornée de sculptures sélectionnées parmi les œuvres de la Fondation par la spécialiste d’art public Cecilia Alemani, offrira au visiteur un espace de détente privilégié, à l’abri du stress de la ville.


AÏSHTI 25 ANS

232


photos Ziad Antar, Bachar Srour,

233


AÏSHTI 25 ANS

234


photos Ziad Antar, Bachar Srour,

235


236

AÏSHTI 25 ANS

INDEX AïSHTI WOMEN : ADD AGENT PROVOCATEUR ALAÏA ALBERTA FERRETTI ALESSANDRA CHAMONIX ALESSANDRA RICH ALEXANDER MCQUEEN ALEXANDER WANG ALEXANDRE BIRMAN ALEXANDRE VAUTHIER ALL THINGS MOCHI ALTUZARRA ANYA HINDMARCH APERLAI ARMY FUR ASHLYN'D BALENCIAGA BARBARA CASASOLA BOTTEGA VENETA BOUTIQUE MOSCHINO BRUNELLO CUCINELLI BURBERRY BURBERRY BRIT BURBERRY LONDON BURBERRY PRORSUM CA&LOU CAPOGIRO CAR SHOE CASADEI CECILIA MA CÉLINE CHARLOTTE OLYMPIA CHLOÉ CHRISTIAN DIOR CLIPS CLIPS MORE CLIPS TRICOT CUSHNIE ET OCHS DAVID KOMA DELLERA DIANE VON FÜRSTENBERG DIEGO MAZZI DION LEE DOLCE & GABBANA DRIES VAN NOTEN DSQUARED2 EKATERINA KUKHAREVA

ELEVENTY ELLERY EMILIO PUCCI ERMANNO SCERVINO ESTEBAN CORTAZAR ETRO FABIANA FILIPPI FAUSTO PUGLISI FENDI GALVAN LONDON GIAMBATISTA VALLI GIANVITO ROSSI GRINVEST GUCCI THE HOUSE OF VINTAGE SHADES IOSSELLIANI JENNY PACKHAM JEROME C. ROUSSEAU JILL HABER JIMMY CHOO JITROIS JONATHAN SIMKHAI JUSTICIA RUANO LE SILLA LINDSEY THORNBURG LOEWE LORO PIANA LOVERS M2 MALLETIER MADAME RÊVE MAISON MARGIELA MANEESHA RUIA MARC JACOBS MARNI MAX & MOI METEO MICHAEL KORS MIU MIU MONCLER MONCLER GAMME ROUGE MOSCHINO MSGM NANCY GONZALEZ NOT SHY OLYMPIA LE-TAN OSCAR DE LA RENTA PAROSH PAUL ANDREW

PAUL & JOE PHILOSOPHY PRADA PROENZA SCHOULER RENE CAOVILLA ROBERTO CAVALLI SACAI SAINT LAURENT SAM RONE SELF-PORTRAIT SIMONETTA RAVIZZA SONIA RYKIEL STELLA MCCARTNEY TABITHA SIMMONS TALITHA TEMPERLEY LONDON THALÉ BLANC VALENTINO VALENTINO RED VICTORIA BECKHAM YVES SALOMON AïSHTI MEN : ALEXANDER MCQUEEN BOTTEGA VENETA BALENCIAGA BROOKS BROTHERS BRUNELLO CUCINELLI BURBERRY COMME DES GARCONS JUNYA WATANABE CORNELIANI CANALI CHURCH'S CAR SHOE DIOR HOMME DOLCE & GABBANA ERMENEGILDO ZEGNA ETRO FAÇONNABLE ELEVENTY ISAAC SELLAM FENDI LORO PIANA GUCCI MONCLER MARC BY MARC JACOBS MARC JACOBS

PRADA PRADA SPORT PRADA DENIM JACOB COHEN PAL ZILERI MALO SANTONI SONRISA VALENTINO SAINT LAURENT AïSHTI KIDS : 7 FOR ALL MANKIND AERONAUTICA MILITARE DL1961 ALPHA INDUSTRIES JUICY COUTURE AMERICAN COLLEGE ARMANI JUNIOR ASICS BABY DIOR BURBERRY CAMPER COLORS OF CALIFORNIA DEELUXE 74 DIESEL DOLCE & GABBANA DSQUARED2 EMU GALLUCCI GUCCI HUNTER I PINCO PALLINO JOHN GALLIANO LA MARTINA LITTLE MARC JACOBS MELISSA MET MONCLER MSGM NAPAPIJRI NEW BALANCE PARIS HILTON SCHOTT SONIA RYKIEL STELLA MCCARTNEY TOONSTAR TROIZENFANTS


TRUERELIGION.COM AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI SEASIDE, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE ABC DBAYE, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1 287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007 JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

100295 / JS L’OFFICIEL LEVANT AD - OCT X

AD

COLLATERAL

OVERSIZED/OUTDOOR

OTHER

DESIGNER: AMANDA PAGANINI USAGE DATES: FALL 15 ART DUE DATE: 08/20/2015 REVISION DATE: August 20, 2015 12:55 PM FILE NAME: TRF_100295_F15_JS_LOfficielLevantAd_Lebanon_Oct_22.4x29.7cm_FIN DEPT: Marketing LIVE:

TRIM: 22.4 X 29.7 CM

SCALE: 100% COLOR: CMYK SPECIAL INSTRUCTIONS:

BLEED: 23.4 X 30.7 CM


Phoenicia_OctAd_WineExperience_officiel224x297.pdf

1

9/23/15

5:13 PM


239

MODE

L’ âge de glace Nostra-Dames Comme l’eau vive... Fleur de Lizzie Haute ÉlÉgance

Nostra-Dames page 252


l’âge de glace Les somptueuses fourrures de la maison Fendi composent un cocon impénétrable. Une saison de luxe et de volupté. Photographie

OSMA HARVILAHTI

Stylisme

JENNIFER EYMèRE


Manteau Ă capuche en zibeline, broche en vison rasĂŠ rebrodĂŠ de plumes, Fendi.


Manteau réversible en zibeline de Russie et vison, intérieur rebrodé en “point de croix” et rubans en vison et zibeline, top et bas en cuir métallisé doré, Fendi.


Cape réversible en dégradé de plumes, pétales de vison rasé, zibeline et renard métallisé moléculaire, intérieur en soie rebrodée “point lancé” motif floral, Fendi.


Cape réversible en lynx et marqueterie de zibeline, robe en vison rasé, bottines et bas en cuir rebrodé “point lancé” motif floral, intérieur en soie rebrodée en swakara, vison rasé, sequins et cristaux hexagonaux, Fendi.


Cape réversible en swakara métallisé moléculaire avec broderies 3D en vinyle et cristal, broche en vison rasé rebrodé de plumes, intérieur en soie rebrodée “point lancé” motif floral, bas en cuir rebrodé “point lancé” motif floral, Fendi.


Cape en vison et vison rasé, marqueterie en vison motif floral, minijupe en fourrure de vison, broche en vison rasé rebrodé de plumes, bas en cuir métallisé doré, Fendi. Modèle : Marthe Wiggers chez IMG Coiffure : Mayu Morimoto Maquillage : Anthony Preel Assistant photo : François Briens Assistante stylisme : Noëmie Beltran


Photographie

Rayan Ayash

Réalisation et stylisme Mélanie Dagher

Direction artistique Minja El-Hage Raya Farhat

NOSTRA DAMES Quelque chose de mystique dans les velours et imprimés cosmiques de la saison. Quelque chose de sensuel dans ce moment de la rentrée qui nous rend fragiles comme des gamines du primaire. Couvrons-nous de grigris, et que la force soit avec nous !


Robe, Alberta Ferretti. Sac, cÉline. Derbies en cuir, ChloÉ. Lunettes de soleil, Linda Farrow.


Robe en dentelle, Valentino. Pochette, Thale Blanc. Collier, Saint Laurent. Bottines en cuir, Dior


Body en maille, Azzedine AlaĂ?a. Collier, Iosselliani.


Robe, valentino. Pochette, Olympia le Tan. Bottines, Fendi. Lunettes de soleil, Thom Browne.


Bottine en cuir verni, dior.


Manteau, Boutique Moschino. Lunettes de soleil, Massada. Top et sac, Saint Laurent. Chaussures, Alexander McQueen.


Robe, ELLery. Collier,Iosselliani. Sac, Stella McCartney. Chaussures, Dolce & Gabbana.


Chemise et robe, CÉline. Collier, Iosselliani. Sac, Dior. Chaussures, Stella McCartney.


Chemise, ChloÉ. Jupe et chaussures, Stella McCartney. Pochette, Jimmy Choo.


Pochette, Jimmy Choo.


Body en maille, Azzedine AlaĂ?a. Collier, Iosselliani. Pantalon, Sonia Rykiel. Sac, Balenciaga. Chaussures, Jimmy Choo.


Top, dior. Robe, Ek aterina Kukhareva. Pochette, Balenciaga.


Total look, Dries van Noten.


Robe, ChloÉ. Sac et chaussures, Jimmy choo.


Robe, Alberta Ferretti.


Sac, Balenciaga. Boucles d’oreilles, Saint Laurent.


Lunettes, Dolce & gabbana. Boucles d’oreilles, dsquared2.


Robe, Balenciaga. Top, Ermanno Scervino. Boucles d’oreilles, Dior. Sac, Nancy gonzalez. Chaussures, Dolce & gabbana.

Modèle: Tanya chez Velvet Model Management Coiffure  et maquillage : Velvet Model Management Assistant photo : Alaa Abu-Ayash Assistante stylisme : Clara Melki


Quand Gaby Aghion créa Chloé en ces années 50 où la mode bourgeoise étouffait la féminité par son côté froid et rigide, elle pensait à un prêt-à-porter fluide et gracieux exaltant formes et mouvement. Qui mieux que Petra Palumbo, moderne Ophélie, pour incarner ce naturel diaphane et lunaire qui caractérise encore la maison parisienne.

COMME L’EAU VIVE… Photographie

BILLAL TARIGHT

Modèle

PETRA PALUMBO

Réalisation

Mélanie dagher

Stylisme

KYLE DEVOLLE

Production Erin Fee


Veste en velours côtelé avec ceinture en cuir et mini-short en crêpe ornés de dentelle, ChloÉ.


Robe en maille patchwork mélangée, ChloÉ.


Veste en velours côtelé, ChloÉ.


Robe longue en crêpon de soie ornée de pompom, ChloÉ. .


Robe portefeuille en velours fluide, ChloÉ.


Chemise en crêpe imprimée, ChloÉ. Coiffure : Kieron Maquillage : Samanta Falcone Assistant photo : Jori Komulainenen Assistante production : Yasmin Balfour-Lynn


280

Habituellement plus sage, la petite dernière des Olsen affiche ici les créations d’inspiration gothique de la saison. Un style fatal, à l’image de la carrière glamour qu’elle a amorcée dès ses 5 ans. Rencontre au-delà de l’armure.

fleur de LIZZIE Photographie TODD COLE

Stylisme

SANTA BEVACQUA

Texte

K AREN ROUACH


Manteau en cuir verni ajourĂŠ, Dior. Blouse en cuir vintage, Saint Laurent.


Veste à œillets en drap de laine, Alexander Wang.

Pantalon en crêpe de laine et soie, Versace.


283

C

elle que tout le monde surnomme Lizzie fait ses premiers pas devant la caméra à l’âge de 5 ans, le plus naturellement du monde, dans un téléfilm où ses stars de sœurs, les jumelles MaryKate et Ashley Olsen, tiennent le rôle principal. “J’ai grandi dans l’univers du spectacle. Je faisais du théâtre à l’école, sans forcément penser au fait que cela pouvait devenir mon métier. Jusqu’à ce que mon professeur de l’époque m’encourage à passer des auditions.” Elizabeth Olsen quitte sa Californie natale pour aller étudier à la prestigieuse Tisch School of the Arts, à New York, avant d’intégrer le Théâtre d’Art de Moscou. En permanente compétition avec elle-même, elle choisit finalement de se donner à fond dans la comédie. Et fait le meilleur choix de sa vie. “Collaborer avec une équipe sur un projet créatif est une expérience indescriptible. On apprend à connaître les gens, les acteurs mais aussi l’équipe technique. Un tournage, c’est comme une famille éphémère. Parfois, tu recroises ces mêmes personnes sur d’autres tournages, c’est fascinant.” Connue pour son rôle de Sorcière rouge

dans l’univers fantastique de Marvel (Avengers : L’Ère d’Ultron), on la retrouve également dans le récent remake de Godzilla, mais aussi dans le drame Very Good Girls aux côtés de Dakota Fanning. Lizzie saute manifestement avec facilité d’un registre à l’autre. Cet automne, on pourra l’admirer dans I Saw the Light, un biopic très attendu sur Hank Williams. Elle y joue Audrey Williams, la toute

matins, fait du sport avec son coach, du yoga et de la danse, crée toutes sortes de smoothies, flâne à l’épicerie du quartier, et écoute de la country. Mais surtout, elle cuisine. “Quand je tourne en dehors de New York, j’ai toujours besoin d’avoir une cuisine là où je me trouve, car c’est le seul moyen de me détendre et de décrocher un peu.” Elle avoue d’ailleurs un faible pour la cuisine italienne : pâtes au poivre et vin

“Je m’identifiais beaucoup à Diane Keaton, dans son côté optimiste, névrosée et un peu trop bavarde.” première épouse du musicien, une femme extrêmement moderne “qui a géré la carrière de son mari à une époque où le rôle de la femme n’était que de servir les hommes”. Quand elle n’est pas en tournage, notre cover-girl mène la vie d’une jeune Américaine comme les autres. Elle prend le café avec sa colocataire et meilleure amie Eliza, lit le New York Times tous les

rouge local constituant son dîner idéal. Sur son temps libre, elle aime également voyager, se perdre dans des villes qu’elle ne connaît pas. Elle raconte que la dernière fois, sur la Côte amalfitaine, elle a énervé beaucoup de monde : “J’ai marché le long de la route principale pendant des kilomètres avant de réaliser que c’était interdit. Mais je m’en fichais, et comme vous pouvez le constater, je suis


284

saine et sauve !” Elle se repasse également en boucle les films de Woody Allen, et notamment Annie Hall. “J’ai un poster original d’Annie Hall que m’avait offert mon copain du lycée quand j’ai eu mon bac. Ce film était très important pour moi, adolescente, non seulement parce que j’y ai découvert Woody Allen, mais aussi parce que je devenais une jeune femme et que je m’identifiais beaucoup à Diane Keaton. Pas vraiment dans son côté maladroit, limite outsider, mais plutôt dans son côté optimiste, névrosée, et un peu trop bavarde.” Si Lizzie vit aujourd’hui à New York, Londres reste sa ville de cœur. Elle y a vécu cinq mois pour les besoins d’un tournage, et a hérité de quelques mimiques et tics de langage typiquement anglais. “Par exemple, au lieu de dire ‘ j’ai faim’, je dis ‘ j’ai un creux’. Mes amies se moquent de moi, elles m’appellent The Honorary Brit.” Le livre préféré de la plus British des Américaines est Any Human Heart de William Boyd. Loin d’elle l’idée de suivre le même chemin que ses sœurs reconverties dans la mode (The Row, Elizabeth & James), mais Elizabeth Olsen s’y intéresse quand même de près. Son premier souvenir de

mode remonte à ses 8 ans. “J’étais à une fête, déguisée en Stephanie Zinone, le personnage de Michelle Pfeiffer dans Grease 2. Je portais une veste rose, je me souviens m’être sentie vraiment cool et sûre de moi.” Son style d’aujourd’hui s’avère pourtant bien différent. Sobre mais moderne, Lizzie cherche avant tout le confort, et le trouve bien évidemment dans les collections ultra-pointues et subtilement sexy de The Row. “J’admire les personnes capables de créer des vêtements. J’aurais d’ailleurs adoré avoir le même œil et le même goût que mes sœurs.” Elizabeth Olsen est une jeune femme de son temps, mais avoue qu’elle aurait adoré vivre à l’âge d’or du jazz, dans les années 1920 ou 1950. Bien que consciente des difficultés de ces époques, elle trouve le monde d’aujourd’hui terrifiant. “Des hommes traitent leurs semblables de manière inhumaine. Le mariage gay n’est pas légal partout dans le monde. Beaucoup de réfugiés ne peuvent pas retourner dans leur pays pour des raisons politiques ou religieuses. Les femmes se battent encore pour l’ égalité. Je suis reconnaissante tous les jours de ce que j’ai et des gens qui m’entourent. La vie est un cadeau, il ne faut jamais l’oublier.”

“J’admire les personnes capables de créer des vêtements. J’aurais d’ailleurs adoré avoir le même œil et le même goût que mes sœurs.”


Cape en cuir,

Valentino.


Robe en mousseline de soie brodée de satin, Alberta Ferretti.

Soutien-gorge en polyamide et soie, Agent

Provocateur.

Coiffure : Mark Townsend Maquillage : Kate Lee Assistants photo : Zach Coco et Mike Lopez Opérateur digital : Michael Gulde Assistantes stylisme : Britton Litow et India Madonna


Les plus beaux modèles couture de l’automne-hiver 2015/2016 présentés sans artifice pour mieux révéler la splendeur d’un savoir faire inégalé…

HAUTE éLéGANCE Photographie

LAURA COULSON

Stylisme

NIKI PAULS De gauche à droite : robe longue volumineuse en gaze de soie imprimé, sans manches, col bateau et décolleté carré dans le dos, Elie Saab Haute Couture.

Boucles d’oreilles “Musa” serties d’ émeraudes, de rubellites, d’améthystes et de diamants,

Bvlgari haute joaillerie.

Robe d’organza peint de plumes et guipure de jais,

Schiaparelli Haute Couture.

Robe de faille de soie et organza peint d’un décor inachevé, Schiaparelli Haute Couture.

Boucles d’oreilles et bague “Green Carpet” en or blanc serti de diamants, Chopard chez mouawad.


De gauche à droite : robe longue en dentelle brodée, décolleté dos cascade de fleurs en guipure, Georges Chakra Couture.

Boucles d’oreilles “Contraste de camélias” en or blanc serti de diamants et perles de culture, Chanel Haute Joaillerie.

Robe courte en double crêpe de laine, col chemise, Dice K ayek Couture.

Boucles d’oreilles “Lion vénitien” en or blanc serti de diamants,

Chanel haute joaillerie.

Robe en tulle de soie et organza brodé de strass, de paillettes, de pierres et de plumes, escarpins col avion en crêpe de Chine et satin, Chanel Haute Couture.

Bague “Tuxedo” en or blanc et diamants, bague “Camélia Coromandel” en or blanc et jaune et diamants, Chanel haute joaillerie.


De gauche à droite : robe longue de tulle et dentelle,

Valentino Haute Couture.

Boucles d’oreilles “Secret Cluster” en diamants et platine avec émeraude cachée, collier en diamants et platine, manchette “Secret Cluster” en diamants et platine,

Harry Winston.

Robe longue en guipure de soie brodée de paillettes, col rond, manches longues et grande jupe crinoline,

Elie Saab Haute Couture.

Robe longue, volutes de tulle de soie, Valentino

Haute Couture.

Boucles d’oreilles “River” en diamants et platine, bracelet “Link” en diamants et platine,

Harry Winston.


De gauche à droite : robe brodée de cristaux Swarovski, Dice K ayek Couture.

Combinaison en crêpe de soie brodée de fleurs en perles, paillettes, cristaux et fils de soie,

Georges Hobeik a Couture.

Manteau-couverture en tweed de soie lamé, accessoire de manche en taffetas de soie, gants en cuir et chaussettes en soie, escarpins à talons effet miroir en cuir, Maison Margiela Artisanal par John Galliano.


De gauche à droite : manteau en velours sur pantalon en velours côtelé, sandales en suède et cuir brodés de paillettes, Dior

Haute Couture.

Boucles d’oreilles, collier, bracelet et bague “Joséphine” en platine serti de diamants, Chaumet chez cadrans.

Robe peinte à la main en coton, collier foulard avec chaîne faite main en or, argent et éléments émaillés, sandales en suède et cuir brodés de paillettes, Dior Haute Couture.

Manteau en cachemire et fourrure sur jupe en mousseline de soie, sandales en suède et cuir brodés de paillettes, Dior

Haute Couture.

Collier et bracelet "Dénoué saphir" en or blanc et jaune, diamants, émeraudes et saphir, collection “Soie Dior”, Dior Joaillerie.-

Modèles : Amelia chez Women, Kriss chez Supreme et Viktoria chez Elite Coiffure : Leslie Thibaud Maquillage : Vera Dierckx Assistant photo : Jacob McFadden Opérateur digital : Yannick Aleksandrowicz Assistante styliste : Noëmie Beltran


299

Mag beit douma L’agenda culturel Jean-Pierre Roc-Roussay L’amour de l’art

L’ amour de l’ Art page 306


300

Lieu

T

Beit Douma UNE MAISON POUR RÊVER A 30 km dans l’arrière pays de Batroun, c’est dans le village retiré de Douma que le fondateur de Souk el Tayeb Kamal Mouzawak et le couturier Rabih Kayrouz ont imaginé la résidence secondaire de demain. paR Philippine de Clermont-Tonnerre

out s’est passé très vite. Il aura suffi de deux mois et demi de travaux pour réhabiliter cette ruine inhabitée depuis vingt ans. Ouvert le 26 juillet dernier, Beit Douma n’a pas non plus tardé à trouver sa clientèle. L’établissement affichait complet tout le mois d’août et était encore assailli les week-ends de septembre. Après le marché Souk el Tayeb en 2004 et le restaurant Tawlet en 2009, c’est avec une maison que Kamal Mouzawak poursuit sa mission de réhabilitation du patrimoine libanais. On y retrouve les mêmes ingrédients : du goût, de la tradition, du confort et surtout de la simplicité. «Souk el Tayeb est un projet de développement humain à travers différentes expressions de la tradition, qu’il s’agisse de l’agriculture, de la cuisine ou de l’artisanat. L’objectif est de perpétuer les coutumes libanaises», explique Kamal Mouzawak. A Beit Douma, tout y est, à commencer par l’hospitalité. Dès l’entrée, la collation de bienvenue offre un spectacle digne d’un tableau orientaliste: des carafes glacées de limonade et d’eau de rose, des plats de maamoul et de loukoum, ou encore un somptueux gâteau au chocolat sont présentés au milieu de feuilles de bananiers et de plateaux de fruits. Un décor qui met d’emblée le visiteur dans de bonnes dispositions pour poursuivre la visite. Dans la bibliothèque, le diwan arabe exhibe une armée de coussins de caractère, mélange de tissus brodés par les bédouins, de patchwork libanais, et de somptueux velours ottomans. A côté, un semainier récupéré dans une usine textile renferme près de deux-cent films libanais et arabe. «Nous avons privilégié les produits locaux, des toilettes de la marque libanaise Lecico aux couvre-lits confectionnés au crochet «, poursuit le fondateur de Souk el Tayeb. En dehors du mobilier typique, la maison dévoile également des objets «d’ailleurs» comme cette série exceptionnelle de dessins botaniques du naturaliste français Buffon. Dans le salon d’hiver, on peut également découvrir une ancienne collection d’impressions textiles du 18e siècle rassemblée par Rabih Kayrouz. A l’étage, les chambres nous propulsent dans une ambiance authentique. Avec la literie de draps blancs en percale de coton, un mobilier de brocante, une odeur de jasmin et de lavande, on se croirait presque dans l’antre de la crémière,


version orientale. Si les chambres ont été restaurées, notamment pour accueillir chacune une salle de bain, l’une d’entre elle a conservé un détail typique des logements du 18 e siècle: des fenêtres sans vitres que l’on ferme en tirant les épais volets de bois. Chez soi et chez personne à la fois

Dans la cuisine, les immenses baies vitrées et l’escalier métallique en colimaçon apportent une touche de modernité qui contraste avec le reste de la maison. Une dalle de près de deux mètres de long en pierre locale fait office de plan de travail, tandis que que courent, le long du mur, une multitude d’accessoires de cuisine cuillères en bois, poteries d’argile, paniers d’osier, casseroles en cuivre - qui nous rappellent ceux de nos grands-mères. A l’extérieur, le four en terre cuite - typique du Liban-sud - est également à la disposition des visiteurs qui souhaitent cuire

du pain ou des mana’ish. Côté repas, la maison propose à la demande de succulentes spécialités libanaises comme le macaron de «Toum» cuit à l’eau et servi avec une sauce à l’ail. Les menus restent cependant souvent tributaires de ce que l’on trouve dans le potager, car précise Kamal Mouzawak, «Beit Douma n’est pas un restaurant ni même une maison d’hôtes à proprement parler, c’est un endroit où l’on se sent comme à la maison». A 150 ou 130 dollars la chambre double, petit déjeuner inclus, l’établissement révèle un nouveau concept d’hospitalité. « L’objectif est de profiter de cette maison comme si c’était la sienne sans avoir à assumer la responsabilité et les frais qui vont avec, assure le propriétaire. Aujourd’hui les gens n’ont plus les moyens ni l’énergie d’avoir une résidence secondaire. Nous voulions créer un lieu agréable, hospitalier, et qui fonctionne de manière autonome, sans qu’il y ait un hôte». A Beit, on est chez soi et chez personne à la fois. Dans le jardin, les nombreux recoins aménagés entre les rangées de narcisses sauvages -2000 plants en tout - et les oliviers, garantissent la tranquillité de chacun. En même temps, tout est fait pour creer une atmosphère conviviale et hédoniste. Il est possible d’organiser de grandes tablées entre amis, puis de finir la soirée assis en tailleur autour d’un feu de bois, face à la vue imprenable qui s’étend du Mont Tannourine jusqu’à la mer.


302

savoir vivre

Par Sophie Rosemont

L’agenda culturel de

Diane von Fürstenberg

Mes livres

“Née en Belgique, j’ai été formée par Tintin, qui m’a appris la géographie, l’histoire… Il m’a donné envie de voyager ! Sur ma table de chevet, on trouve plein de livres différents : de la littérature européenne du début du xxe siècle, comme Stefan Zweig et Franz Kafka, des autobiographies, celles d’Elsa Schiaparelli et de Charlie Chaplin, de grands romans français signés par Colette ou Milan Kundera. Mon livre préféré est Le Petit Prince de Saint-Exupéry. Sa vérité, sa douceur et sa simplicité me bouleversent.” Mon art

“J’ai hâte de visiter la Fondation Louis Vuitton imaginée par Frank Gehry dont j’admire le travail, et auquel mon mari Barry Diller a fait appel pour le siège de sa société à New York. La programmation artistique semble d’une qualité irréprochable. Comme je suis belge, la peinture flamande a eu une grande influence sur moi, au même titre que le mouvement surréaliste. Mais Henri Matisse est l’artiste qui me correspond le plus… Peut-être parce que nous sommes nés tous les deux un 31 décembre ?” Ma musique

“Je suis de près Taylor Swift : j’aime son évolution, elle est jolie et énergique. Au même titre que Rihanna, c’est une femme indépendante et maîtresse de son destin. Ma chanson de prédilection ? She’s Always a Woman to Me de Billy Joel, étrangement, plusieurs personnes m’avaient offert ce disque lors de sa sortie…” Mon musée

“J’attends avec impatience la prochaine exposition de nos voisins du Whitney Museum, consacrée au peintre afro-américain du Harlem Revival, Archibald Motley.” Du 2 octobre au 17 janvier. whitney.org

Mon cinéma

de haut en bas et de gauche à droite, diane von fürstenberg dans son bureau new-yorkais. “le petit prince”, de saint-exupéry.

la fondation louis vuitton. taylor swift. le whitney museum.

billy joel. “orange mécanique” en (1971). “Le Docteur Jivago” (1965).

“Orange mécanique de Stanley Kubrick m’a profondément marquée. J’ai récemment revu des films de David Lean, comme Lawrence d’Arabie et Le Docteur Jivago avec Omar Sharif, dont la récente mort m’a attristée. Je peux également regarder en boucle All About Eve de Joseph L. Mankiewicz. Et aussi Sunset Boulevard de Billy Wilder, j’ai été passionnée par sa réflexion sur la célébrité…”

Photos Th. Whiteside/DVF Archive, Iwan Baan/Gehry partners LLP/Fondation Louis Vuitton, K. Jobst/Whitney Museum, JIVAGO/Prod DB/MGM, DR

La créatrice, femme d’affaires et désormais star de la télévision, grâce à son émission “House of DVF” (dont la deuxième saison est diffusée ces jours-ci), partage avec nous ce qui la divertit…


napapijri.com

available at a誰zone stores +961 1 99 11 11


304

art

« J’ai toujours trouvé bien que les femmes soient puissantes, guerrières, armées, musclées », confie Jean-Pierre Roc-Roussay en observant l’accrochage de ses peintures à l’Opera Gallery de Beyrouth. Et de fait, sous le prétexte du thème Turbans et Kimonos, des silhouettes somptueuses et massives dévorent l’espace de la toile, animées de couleurs vives, parfois sur fond d’or, pareilles à des icônes profanes. PAR F.A.D

LES AMAZONES DE JEAN-PIERRE ROC-ROUSSAY


305

I

l s’exprime à voix basse, écoute, observe intensément. Il n’est à Beyrouth que depuis la veille, mais se dit déjà qu’il y a quelque chose à apprendre, depuis la terrasse de son hôtel qui surplombe une église et une mosquée. Il regrette que dans les grandes villes où ses œuvres sont exposées, la clientèle soit la même partout, de Singapour à Londres, de New York à Dubaï, de Miami à Paris. « Les villes sont devenues internationales, on n’y trouve plus d’état d’esprit particulier. Ici, cela semble un peu différent », dit-il. Jean-Pierre Roc Roussay est un artiste modeste (mais loin d’être un modeste artiste), qui dessine depuis l’enfance. Une éducation

Elevé dans la région parisienne par ses grands-parents, il vit une adolescence un peu à l’écart. Ne partageant ni les jeux ni les frasques de ses camarades, il préfère se plonger dans la bibliothèque familiale où s’alignent des ouvrages historiques sur la guerre de 1870. « C’est en intégrant les écoles d’art que je me suis enfin trouvé dans mon élément, confie-t-il. J’ai enfin rencontré des gens comme moi. Enfin je vivais. Ces quelques années ont été des plus agréables. J’ai eu de très bons professeurs, mais ce n’est pas exactement à travers eux que j’ai découvert les grands peintres. J’ai avancé en suivant mes coups de foudre, depuis l’âge de quinze ans. Certains sont restés, comme Picasso. J’en ai abandonné d’autres, comme Van Gogh qui me semble, avec le recul, manquer de rigueur.

photos dr

Une esthétique

Selon la critique « Les grandes figures féminines de Roc-Roussey, au visage impassible et impénétrable, ne dévoilent jamais leur intériorité, ce qui les protège toujours de la temporalité ». De fait, le contraste est souvent surprenant, dans les toiles de cet artiste, entre la monumentalité des corps qui envahissent l’espace et souvent en débordent, et les traits délicats des modèles. « Ma démarche est très esthétique. Je reste fidèle au même style, même si les thèmes varient. Les femmes que je représente sont des amazones. Si leurs visages sont de type asiatique, c’est surtout parce que je suis sensible à la finesse des orientales, leurs yeux, la beauté de leur chevelure », affirme RocRoussey qui ajoute : « Ce qui m’inspire, c’est la beauté, même si ça peut sembler éculé de le dire. La beauté légère, féminine, les estampes japonaises, la peinture orientale, les miniatures persanes, indiennes, mongoles,

les costumes orientaux, régionaux ». L’importance du tissu

Entre plissés, inventions de motifs, drapés, flamboyance des couleurs, notamment dans sa nouvelle série « Turbans & Kimonos », Roc-Roussey semble inventer un vestiaire à part entière. Mais que l’on se détrompe, il ne s’agit pas ici de vêtement mais de prétexte à traiter les pigments de la manière la plus jubilatoire possible. « J’ai toujours aimé traiter la couleur en bloc. Aujourd’hui je la traite de façon de plus en plus simple et massive » explique le peintre. Mais la tentation est si forte d’emprunter sa palette qu’un jour, à Singapour, dans le cadre d’une exposition de Roc-Roussey, le créateur Giuseppe (Joe) Spinelli, du Raffle Design Institute, a donné in-situ un défilé de mode directement inspiré de l’accrochage. « Cela faisait un drôle d’effet de voir, en quelque sorte, mes personnages sortir des toiles et prendre vie, mais mes accointances avec la mode s’arrêtent là », affirme le peintre. Techniques

« J’ai d’abord été influencé par les maitres de la Renaissance italienne. J’ai beaucoup travaillé dans cet esprit. Je m’en libère maintenant. Dans la peinture, on ne trouvera pas beaucoup d’épaisseur, mais des superpositions, des glacis, des pigments naturels auxquels j’ajoute des médiums de mon cru, de la colle. C’est comme une cuisine. Je mélange les couleurs à l’ancienne, dans de grands coquillages, pour le plaisir,

la beauté du geste et de l’objet. J’introduits souvent de l’or, des pigments métalliques dans mes peintures, comme pour faire un écrin précieux à mes modèles ou pour renforcer leur cuirasse ou leur donner un caractère sacré, comme dans les icônes. » Erotisme

Non, ne cherchez pas de fantasme érotique dans ces corps enlacés. Encore une fois, pour Roc-Roussey « Le sujet est un prétexte pour la forme. Il ne faudrait y voir que de la peinture. Mais je trouve amusant que chacun y voit ce qu’il veut ». Et ces membres déformés, ces doigts qui ressemblent à des serres ? « Il faut bien s’amuser », sourit l’artiste. Un rêve

« Quand j’étais adolescent, je rêvais d’habiter une maison au bord de la Seine. Aujourd’hui, j’habite une maison non loin de la mer, dans le Sud de la France. C’est presque ça. » Opera Gallery qui expose Roc-Roussey dans son bel espace beyrouthin au pied de la rue Foch, est gérée au Liban par Salwa Chalhoub. Fondé en 1994 par Gilles Dyan, Opera Gallery est un réseau de galeries établi sur quatre continents. En plus de maitres modernes et contemporains, le groupe réalise des partenariats avec des marques (Fabergé, Ferrari) hôtels de luxe (RitzCarlton, Rocco Forte, Mandarin Oriental) et associations caritatives, pour promouvoir de jeunes talents de l’art contemporain.


306

SAVOIR VIVRE

Les plus grands noms de la photographie contemporaine ont répondu à l’appel de Moncler : pour soutenir l’Amfar, ils ont immortalisé l’iconique doudoune “Maya”. Par Léa Trichter-Pariente

L

orsque créativité et générosité sont réunies, le résultat est souvent bouleversant. La vente aux enchères, organisée le 11 septembre dernier par Moncler à la New York Public Library, a créé l’événement en pleine fashion week new-yorkaise. Trente-deux clichés, signés par les photographes les plus réputés, dont Bruce Weber, Annie Leibovitz, David Sims, Paolo Roversi, Patrick Demarchelier ou Peter Lindbergh, ont été adjugés au cours d’une vente aux enchères, en salle à New York et sur le site internet Paddle8. À l’origine de ce projet ? Remo Ruffini, président de Moncler, qui a imaginé cette manifestation intitulée Art for Love pour venir en aide à l’action de l’Amfar dont l’objectif est de trouver d’ici 2020 un traitement pour soigner le sida. Engagé aux côtés de l’Amfar depuis déjà trois ans, à l’occasion du célèbre gala de bienfaisance Cinema Against Aids organisé pendant le Festival de Cannes, Remo Ruffini marque le coup et offre un nouveau chapitre particulièrement émouvant dans l’histoire de la marque et de la fondation : “Les progrès réalisés

grâce à l’Amfar dans le domaine de la recherche, de la prévention et de l’éducation ne font que renforcer mon enthousiasme pour cette incroyable cause”, explique-t-il. Épaulé par Fabien Baron, qui a orchestré ce projet sans précédent en qualité de commissaire, le patron de Moncler a choisi l’amour comme fil rouge de cette action. Exposées côte à côte et réunies dans un ouvrage offert aux invités de la vente, les œuvres retracent un voyage émotionnel et un parcours itinérant mêlant vie, nature et art. Les artistes ont dépeint à leur manière et avec leur propre langage et sensibilité la force et la beauté de l’amour. Seul point commun entre les œuvres, la mythique doudoune “Maya”, qui est le symbole de la maison Moncler depuis la fin des années 1950. Revisitée sous toutes ses coutures par ces maîtres de l’objectif, la doudoune a pris à travers ces photographies des allures tantôt pop, tantôt surréaliste, humoristique ou tout simplement poétique. www.moncler.com • www.amfar.org • www.puddle8.com

PHOTO lachlan bailey

L’amour de l’art


307

lachlan bailey


PHOTOs DAVID SIMS, BRIGITTE LACOMBE, MIKAEL JANSSON, PETER LINDBERGH, BRUCE WEBER

SAVOIR VIVRE 308

1


309

2

3

credit photo

5

4

1. david sims 2. brigitte lacombe 3. mikael jansson

4. peter lindbergh 5. bruce weber


RIFERIMENTO COLORI STAMPA LITO

Pantone 146 C

Pantone 2767 C

Pantone 711 C

Pantone 7731 C

Pantone 663 C

STUDIO LONGHI E ASSOCIATI - +39 0521 271760 - contact@studiolonghi.com

www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it Available at all A誰zone stores, +961 .1. 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


311

PARTY From rome with love BRIGADE MONDAINE Dîner plaine monceau

BRIGADE MONDAINE page 316


312

party

FROM ROME WITH LOVE Avec un défilé haute couture exceptionnel et une soirée somptueuse, la maison Valentino a célébré la Ville Éternelle. Par

Frédérique Dedet


PHOTO dr

313


314

party

1

I

l est devenu rare de voir assemblée plus élégante. Ce soir du 9 juillet, les clientes et les célébrités, coiffures parfaites, bijoux justes et robes Valentino ultra-élégantes, se sont retrouvées sur la Piazza Mignanelli à Rome, où la maison Valentino célébrait avec son défilé haute couture l’ouverture de son navire amiral à côté de son siège historique. Un hommage à sa ville du team créatif de la maison romaine, qui a succédé à Monsieur Valentino, resté parrain attentif et fier, sans doute, de cette pérennité. Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli nous ont présenté, sur une musique choisie par Michel Gaubert, avec les bandes originales des films Platoon et The Mission, 59 modèles sublimes qui ont suscité une longue standing ovation d’une assemblée souvent blasée. Une fête romaine d’exception à la Villa Aurelia succédait au défilé. Cocktail avec vue sur la ville, dîner sous les pins parasols concocté pour les sept-cents convives par le chef triplement étoilé du restaurant Da Vittorio et enfin, un concert surprise de Mika, tout fut parfaitement exécuté, convivial et magique.

1

2

3

4

PHOTOs dr

5


315

6

1. Installation de modèles haute couture au Palazzo Pamphil. 2. soulier haute couture du défilé. 3. Coiffure réalisée par Guido Palau. 4. Le salut de Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli. 5. Olivia Palermo, Bianca Brandolini d’Adda, Sofia Sanchez de Betak et Laure heriard dubreuil.

11

7

9

8

10

12

6. Ginevra elkann. 7. harry brant et peter brant jr. 8. Gwyneth Paltrow 9. table du buffet confectionné par le chef du restaurant Da Vittorio. 10. Giancarlo giammetti et valentino garavani. 11. Valentina Cervi et Alba Rohrwacher. 12. le concert de mika.


316

Party

b r i g a d e m o n d a i ne À Paris, l’éclat des stars resplendit de jour comme de nuit. par frédérique dedet et noëmie beltran

L A N C Ô M E , Pa r i s

Brochette d’égéries d’exception pour un anniversaire mémorable : la maison Lancôme fête en beauté ses 80 ans au Casino de Paris. Le plus : la prestation de Kylie Minogue, et son mémorable hit du début des années 2000, “Can’t Get You Out of My Head”. De gauche à droite : Alma Jodorowsky, Kate Winslet, Julia Roberts, Isabella Rossellini, Penélope Cruz, Lupita Nyong’o, Lily Collins et Daria Werbowy.


317

5 2

1

3 4

9 8 10

6

7

Bv L G A RI , P a r i s

La maison italienne organisait un cocktail dans sa boutique avenue Georges-V à l’occasion du lancement de sa nouvelle collection haute joaillerie “Giardini Italiani”. Le plus : toutes les célébrités étaient parées des plus belles pièces de la maison. 1. Carina Lau. 2. Lilly Zu Sayn. 3. Miroslava Duma. 4. Erica Pelosini. 5. Valeria Golino. 6. Michelle Rodriguez. 7. Clotilde Courau. 8. Jon Kortajarena et Amber Heard. 9. Juliette Binoche. 10. Jean-Christophe Babin.

1

3

2

7

8

4

5

9

6

G i A M B AT T I S TA VA L L I , Pa r i s

PHOTOs DR

Il a toujours insufflé ce sentiment d’amour à travers ses collections. Le créateur italien fête aujourd’ hui ses dix ans et rien de plus naturel qu’un anniversaire haut en couleur en plein cœur de l’Opéra Garnier. Le plus : le lancement de la nouvelle collection de rouges à lèvres M.A.C et Giambattista Valli aux coloris très fleuris. 1. Alexandre Mattiussi. 2. Philipp Plein. 3. Delfina Delettrez. 4. Francis Kurkdjian. 5. Alber Elbaz. 6. Naomi Campbell et Mark Ronson. 7. Cameron Silver. 8. Jessica Alba et Elena Perminova. 9. Yaz Bukey.


MAX & EVE EN COUPLE DEPUIS 2 ANS

148 SAAD ZAGHLOUL STREET - DOWNTOWN BEIRUT


diesel.com

no military experience required


rsvp

Patricia Della Giovampaola D’Arenberg met la dernière touche à la disposition du buffet.

322


323

Italienne résidant en Uruguay, Patricia Della Giovampaola d’Arenberg a toujours aimé Paris. Il y a douze ans, elle y choisit un spacieux appartement où elle reçoit dès qu’elle est dans la capitale.

DÎNER PLAINE MONCEAU Par Frédérique Dedet Photographie Young-Ah Kim

C

’est un appartement où l’atmosphère feutrée vous enveloppe dès votre arrivée. Dans l’air flottent des effluves de tubéreuse et la lumière douce rend les femmes belles. Patricia d’Arenberg reçoit dans les règles de l’art, celles d’un monde pas tout à fait disparu, et pour un déjeuner à trois comme pour un dîner buffet pour cinquante, elle a le même souci des détails. Elle se fournit dans les meilleures maisons et sort des crus d’exception. Du linge de maison à l’argenterie de famille, tout n’est que raffinement. Patricia, qui parle couramment au moins quatre langues, donne en espagnol les dernières indications à son personnel sud-américain, s’adresse à moi en français avant de répondre au téléphone en italien. Patricia Della Giovampaola est née à Montepulciano en Toscane. À 20 ans, elle arrive à Buenos Aires pour découvrir le pays et l’Uruguay voisin, dans lequel sa famille a investi. Elle reste et devient une star de la télévision argentine. Entre l’Amérique du Sud et l’Europe, elle croise l’un des plus beaux partis du gotha, le prince Rodrigue de Belsunce d’Arenberg, aventurier séducteur. Sa famille est établie


324

front row

2

1

3

4

1. Patricia en robe lanvin et souliers louboutin. 2. un placard de son dressing. 3. sa collection de minaudières, avec une prédilection pour judith lEiber et bottega veneta. 4. son placard à souliers : christian louboutin et manolo blahnik. 5. sa coiffeuse dans sa chambre. 5


325

6

7

s e s B O N N ES a d r e s s e s

Poissonnerie : Daguerre Marée, 4, rue Bayen, Paris 17e

6. un des canapés du salon accueille des coussins florentins. 7. dans l’office, services et verres proviennent des collections de la famille d’arenberg. 8. depuis son bureau, elle rédige son blog, met à jour son site et anime ses réseaux sociaux.

Fromagerie : Barthelemy, 51, rue de Grenelle, Paris 7e Fleurs : Moulié, 8, place du Palais-Bourbon, Paris 7e Traiteur : Le Grand Venise, 171, rue de la Convention, Paris 15e Légumes : le Marché Bayen, Paris 17e Bougies : “Tubéreuse” de Diptyque Linge de maison : Porthault Librairie : L’Écume des Pages, 174, bd Saint-Germain, Paris 6e Coussins : Passamaneria Valmar, Via Porta Rossa 53, Firenze Bijoux : Arita, à l’hôtel Alvear Palace de Buenos Aires Lydia Courteille, 231, rue Saint-Honoré, Paris 1er

8


326

rsvp

patricia et ses maîtres d’hôtel s’occupent des derniers préparatifs. Ce soir, un château DucruBeaucaillou sera servi aux convives.


327

1

2

1. jean-paul enthoven, daniel riolo et géraldine maillet. 2. françois sarkozy. 3. Élie top et marie saldmann. 4. sas le prince charles-henri de lobkowicz. 5. marc lambron et olivier nora. 6. alina gurdiel y menendez et son mari christophe ono-dit-biot.

3

5

4

6

depuis des décennies à Punta del Este, la station balnéaire uruguayenne à une petite heure d’avion de Buenos Aires. Ils se marient et voyagent à travers le monde. En 2003, ils tombent sous le charme d’un appartement de la plaine Monceau et le choisissent pour pied-à-terre parisien. En 2007, Rodrigue décède, Patricia surmonte son veuvage et lance alors son blog*. Ce sera un succès immédiat. Disponible en deux langues, espagnol et anglais, et très consulté en Amérique du Sud, il chronique ses découvertes. Patricia partage aujourd’hui la vie de Jean-Paul Enthoven, écrivain, directeur éditorial des éditions Grasset et éditorialiste au Point. Elle prépare pour l’année prochaine un livre qui distillera ses conseils lifestyle. Élue depuis plusieurs années l’une des femmes les plus élégantes d’Amérique du sud, Patricia ne sort qu’en robe et affectionne les créations d’Alber Elbaz pour Lanvin et Jeremy Scott pour Moschino. Les robes grand soir d’Oscar de la Renta sont pléthore dans son dressing et lui vont à ravir. Pour ses souliers, elle a un faible pour un modèle de Christian Louboutin qu’elle fait dupliquer dans des couleurs assorties à ses tenues. Elle affectionne aussi les slingbacks de Manolo Blahnik. Ce soir, Patricia reçoit, comme souvent pendant la saison des prix littéraires, autour d’un somptueux buffet : mousse d’asperges, salade de gambas et fenouil, saumon entier en gelée, plateau de fromages de chez Barthélemy… Mais le clou du dîner est la glace au caramel du Grand Venise, livrée dans sa glacière en début de soirée : une merveille dont tous se délectent, en faisant des pronostics sur les chances des auteurs en lice cette saison. * www.patriciadellagiovampaola.com


Available at A誰zone Stores 01 99 11 11


Available at A誰zone stores T. 01.991.111

MADE OF JAPAN

GEL-LYTE III


333

addresses

A

DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592

MASSADA EYEWEAR +961 1 99 11 11 EXT.104

DIOR BEAUTÉ +961 1 99 11 11 EXT.104

MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

DIPTYQUE +961 1 99 11 11 EXT.105

MONCLER +961 1 99 11 11 EXT.130

7 FOR ALL MANKIND +961 1 99 11 11 EXT.560

DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555

MOSCHINO +961 1 99 11 11 EXT.130

AGENT PROVOCATEUR +961 4 41 72 17

DRIES VAN NOTEN +961 1 99 11 11 EXT.130

MOUAWAD +961 1 99 98 91

ALBERTA FERRETTI +961 1 99 11 11 EXT.130

DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

NANCY GONZALEz +961 1 99 11 11 EXT.104

ALEXANDER MCQUEEN +961 1 99 11 11 EXT.130

EKATERINA KUKHAREVA +961 1 99 11 11

OLYMPIa LE TAN +961 1 99 11 11 EXT.104

ALEXANDER WANG +961 1 99 11 11 EXT.130

EXT.130

OPERA GALLERY +961 1 97 14 71

ALEXANDRE BIRMAN +961 1 99 11 11 EXT.110

ELIE SAAB +961 1 98 19 82

ALICE & OLIVIA +961 1 99 11 11 EXT.140

ELLERY +961 1 99 11 11 EXT.130

ALL THINGS MOCHI +961 1 99 11 11 EXT.130

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

ARMANI PRIVÉ +961 1 99 11 11 EXT.104

ERMANNO SCERVINO +961 1 99 11 11 EXT.130

AS29 CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

ETRO +961 1 99 11 11 EXT.590

P, r

PATEK PHILIPPE CHEZ CADRANS +961 1 97 53 33

ATAMIAN +961 1 25 66 55

PIAGET CHEZ CADRANS +961 1 97 53 33

AURÉLIE BIDERMANN CHEZ SYLVIE SALIBA

F, G, H

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

RANI ZAKHEM +961 1 51 11 10

GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

REPOSSI CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

B

GEORGES CHAKRA +961 4 71 73 66

ROBERTO CAVALLI +961 1 99 11 11 EXT.115

BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

BREGUET CHEZ ATAMIAN +961 1 25 66 55

HARRY WINSTON CHEZ ATAMIAN

BURBERRY +961 1 99 11 11 EXT.455

+961 1 25 66 55

TABBAH +961 1 97 57 77

BURBERRY PRORSUM +961 1 99 11 11 EXT.455

HERMÈS +961 99 97 10

TABITHA SIMMONS +961 1 99 11 11 EXT.110

+961 1 33 05 00 AZAR +961 4 71 74 76 AZZEDINE ALAÏA +961 1 99 11 11 EXT.110

PROENZA SCHOULER +961 1 99 11 11 EXT.130 RALPH MASRI +961 1 56 65 38

GEORGES HOBEIKA +961 1 48 99 69 GIAMBATTISTA VALLI +961 1 99 11 11 EXT.130

S, t

Sylvie Saliba +961 1 33 05 00

THALE BLANC +961 1 99 11 11 EXT.104

BVLGARI +961 1 99 91 59

I, J

THE KOOPLES +961 1 99 11 11 EXT. 535

ÏDay spa +961 1 99 57 57

TOM FORD PARFUM +961 1 99 11 11 EXT.104

CADRANS +961 1 97 53 33

IOSSELLIANI +961 1 99 11 11 EXT.130

TORY BURCH +961 1 99 11 11 EXT.574

CARTIER +961 1 97 26 00

JESSICA K +961 1 37 11 22 EXT.343

TRUE RELIGION +961 1 99 11 11 EXT.585

CECILIA MA +961 1 99 11 11 EXT.104

JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

TIBI +961 1 99 11 11 EXT.140

C

THEORY +961 1 99 11 11 EXT.140 THOM BROWNE +961 1 99 11 11 EXT.104

CÉLINE +961 1 99 11 11 EXT.250

TUFENKJIAN +961 1 33 07 01

CHANEL +961 1 99 91 29

TUMI +961 1 99 11 EXT.102

CHANEL BEAUTÉ +961 1 99 11 11 EXT.104 CHARLOTTE OLYMPIA +961 1 99 11 11 EXT.104 CHAUMET CHEZ CADRANS +961 1 97 53 33

L

LA MER +961 1 99 11 11 EXT.105

V

CHLOÉ +961 1 99 11 11 EXT.580

LANCÔME +961 1 99 11 11 EXT.105

CHOPARD CHEZ MOUAWAD +961 1 99 98 91

LANVIN +961 1 98 65 01

CHRISTOPHE ROBIN +961 1 99 57 57

LE SILLA +961 1 99 11 11 EXT.110

VAN CLEEF & ARPELS CHEZ CADRANS

COLETTE JEWELRY CHEZ SYLVIE SALIBA

LINDA FARROW +961 1 99 11 11 EXT.104

+961 1 97 53 33

+961 1 33 05 00

LOEWE +961 1 99 11 11 EXT.130

VENYX CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

D, E

DE GRISOGONO CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.120

VICTORIA BECKHAM +961 1 99 11 11 EXT.130

M, N, O MAISON MARTIN MARGIELA

DIANE VON FÜRSTENBERG +961 1 99 11 11

+961 1 99 11 11 EXT.130

EXT.130

MARC JACOBS +961 1 99 11 11 EXT.148

DINH VAN CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

MARNI +961 1 99 11 11 EXT.130

Y, Z

YVAN TUFENKJIAN +961 1 99 90 51 ZADIG & VOLTAIRE +961 1 97 37 56


Follow us on

@NEWBALANCELEBANo N @ @NEWBALANCELEBANoN

Available at A誰zone stores T: 01 991 111 and retail sport shops


335

horoscope

BALANCE

SCORPION

SAGIT TAI RE

24 septembre – 23 octobre

24 octobre – 22 novembre

23   n ov e m b r e – 21   d é c e m b r e

vous conservez votre vitalité en préservant l’harmonie en toute chose, bravo ! A M O U R   : c’est la grande affaire de votre vie mais insatisfaction et revendications affectives vont bon train. V I E S O C I A L E  : vos rapports avec la hiérarchie ne sont pas au beau fixe, misez sur votre côté conciliant et pacificateur. M O N CO N S E I L : utilisez toutes les cordes de votre arc pour réussir.

FO R M E : signe du changement, votre pouvoir de régénération est à son paroxysme. A M O U R : une soif d’absolu et les forces du désir vous poussent vers une passion tourmentée. Prenez garde à vous ! V I E S O C I A L E : votre souhait est de renaître dans une vie plus grandiose, vous n’aimez pas la demi-mesure et faites tout pour être à la hauteur. M O N CO N S E I L : concentrez toutes vos forces pour réussir.

prête pour l’aventure, vous vous ressourcez dans les voyages, feu vert ! A M O U R   : votre indépendance est précieuse en ce moment, vous n‘avez pas envie de vous sentir liée à quoi que ce soit. V I E S O C I A L E  : philanthrope et tonique, vous boostez votre entourage, les métiers du social peuvent vous ouvrir une nouvelle voie. M O N C O N S E I L   : laissez-vous portez par votre enthousiasme. FO R M E :

CAPRICORNE

VERSEAU

POISSONS

22 décembre – 20 janvier

21   j a n v i e r – 19   f é v r i e r

20 février – 20 mars

pratiquez une activité sportive régulière et tout ira bien. A M O U R   : vous cachez votre insécurité derrière une façade un peu froide, brisez-la pour vous faire comprendre et apprécier. V I E S O C I A L E : les difficultés vous fortifient, vous pouvez développer une énergie inouïe pour les surmonter, on peut vous confier des responsabilités exceptionnelles. M O N CO N S E I L  : faites confiance à la vie.

votre mental est vif et spontané. Pour cultiver votre sérénité, faites du yoga. A M O U R : plus que jamais, vous ne supportez pas de vous sentir liée. Une vie de routine est exclue, surtout en amour. V I E S O C I A L E : en vous passionnant pour le progrès technique et humain, vous pouvez devenir une pionnière dans un créneau novateur. M O N CO N S E I L   : faites confiance à votre côté visionnaire.

vous manquez un peu de force vitale, boostez votre tonus avec un cocktail d’oligoéléments et de ginseng. A M O U R   : plus à l’aise dans vos rêves que dans le monde réel, vous avez tendance à vous illusionner. Ressaisissezvous ! V I E S O C I A L E  : vous comprenez la souffrance humaine, les professions sociales et de thérapeute vous vont bien. M O N CO NS E I L : ne soyez pas trop vulnérable.

FO R M E :

FORME :

FO R M E :

BÉLIER

TAU RE AU

GÉMEAUX

21   m a r s – 2 0   av r i l

21   av r i l – 21   m a i

2 2   m a i – 21   j u i n

olympique en cette saison. Les astres vous ravivent. A M O U R : vous recherchez avant tout la stabilité, votre sécurité émotionnelle est vitale pour le moment, vous veillez à ce que le bateau ne tangue pas, consolidez vos attaches. V I E S O C I A L E   : vous savez que vos actions ont besoin de temps et d’espace pour atteindre leur apogée. M O N CO N S E I L : vous avez besoin d’une terre solide sous vos pieds.

votre curiosité et votre sincérité font de vous un être encore plus éveillé qu’à l’ordinaire. A M O U R : votre mental vif vous rend joueuse, on pourrait même vous taxer d’allumeuse, vous avez beaucoup de mal à vous fixer. V I E S O C I A L E : vous êtes plus que jamais polarisée sur la communication et la parole, misez sur vos points forts. M O N CO N S E I L  : exprimez-vous sur tous les plans.

période de renouveau, vous retrouvez le tempérament de feu qui vous caractérise. A M O U R  : volontaire et positive, vous vivez vos amours à fond, avec enthousiasme. Tout est possible, votre idylle prend une excellente tournure. V I E S O C I A L E : vos projets sont couronnés de succès, votre ambition vous pousse plus que jamais à agir. M O N CO NS E I L : soyez la meilleure et la première ! F O R M E :

FO R M E :

FORME :

CANCER

LION

vierge

22 juin – 22 juillet

23 juillet – 23 août

2 4  AOÛT – 2 3   s e p t e m b r e

vous ressentez le désir de vous réfugier sous la couette et de vous faire dorloter. A M O U R : vous qui vivez le monde à travers les sentiments, il faut vous protéger en fermant un peu votre coquille. V I E S O C I A L E  : utilisez votre imagination et vous serez plus créative. Votre tendance à vivre dans vos rêves plus que dans la réalité doit s’inverser. M O N CO N S E I L  : misez sur votre foyer.

votre astre est le soleil, votre potentiel de régénération est grand. A M O U R : vous attendez beaucoup de l’autre. N’en demandez pas trop, vous savez développer un sentiment de sécurité pour deux. V I E S O C I A L E   : vos projets étant grandioses, veillez à ce qu’ils ne soient pas surdimensionnés. M O N CO NS E I L : ne vous prenez pas toujours pour le centre du monde !

F O R M E : vous avez une aptitude particulière à retrouver la forme. A M O U R   : votre nature vierge sage ressort, vous êtes guidée par une quête de pureté et vos choix amoureux en découlent. V I E S O C I A L E   : consciente de devoir fournir de gros efforts pour arriver au sommet, vous développez votre sens des responsabilités. M O N CO N S E I L   : ne mettez pas trop vos élans sous le contrôle de la raison.

F O R M E :

F O R M E :

par Chrystèle dessoy

ILLUSTRATIONS SO-ME

FO R M E :


336

playlist

Gothique ne signifie pas forcément malsain et morbide. La preuve avec Jeremy Scott et Mike Grabarek du groupe Magic Fades dont les tubes enflamment les salles de gym depuis deux ans. Quand ces deux-là commencent, en 2013, à mettre en ligne des images d’inspiration néogothiques sur leur page Tumblr, ils lancent une mode où le monochrome, les couleurs sombres et le noir s’associent à une attitude dynamique et sportive. Cette tendance décalée et underground met en avant, avec humour, une modernité pop un rien provocante. Par Mélanie dagher

Nine Inch Nails - Came Back Haunted Depeche Mode - It’s No Good Lorde - Tennis Court Bauhaus - Passion Of Lovers FKA twigs - M3LL155X Die Antwoord - Cookie Thumper Björk - black lake Jamie xx - Gosh Magic Fades - IDGAFAM Justice - Waters Of Nazareth

Photo dr

PLAY IT HEALTH GOTH


cartier.com

CLÉ DE CARTIER Nouvelle Collection

LEB_LOfficiel_PUWA1701_297x224_FR.indd 1

22/09/2015 14:56

Profile for L'Officiel Levant

L'Officiel-Levant, October/November Issue 59  

L'Officiel-Levant celebrates 25 years of Aishti in the October/November issue. Our editors take you on a getaway to Batroun's Beit Douma, an...

L'Officiel-Levant, October/November Issue 59  

L'Officiel-Levant celebrates 25 years of Aishti in the October/November issue. Our editors take you on a getaway to Batroun's Beit Douma, an...

Advertisement