Page 1

N° 39 – 7,500 l.l. l.l.

beyr o uth beyrouth beir ut a beirut art r t fa fair ir / jjean ea n cocteau coct ea u / chouchou chouch ou tawl et au tawlet au n noma oma / dinner dinner club cl ub 57 / niloufar nil oufa r afnan a f na n ma mashrou’ shr ou ’ leila l eil a / ffrancesco r a ncesco clemente cl ement e / macao macao show sh ow

Ruby Aldridge en Prada

9 772077 50001 1


cartier.com

Nouvelle Collection


ABU DHABI

DUBAI

KUWAIT CITY

MANAMA

DOHA

JEDDAH

RIYADH

AL KHOBAR

BEIRUT

NEW YORK

LONDON

PARIS

MADRID

TOKYO

SAO PAULO

SHANGHAI

MEXICO D.F.


ADAGIO BAG

BARCELONA SINGAPORE SAINT TROPEZ LOS ANGELES LISBON SEOUL MIAMI SEVILLA


www.dior.com - 01 99 11 11 ext.592


140 EL MOUTRANE STREET BEIRUT

LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - 440x285 DP - OCT.indd 1

25/07/13 12:27


LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - 440x285 DP - OCT.indd 2

25/07/13 12:27


CHLOE.COM


© 2013 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON 01 991 111 EXT: 579

EMILIOPUCCI.COM


rendez-vous Édito Lesnews

BIJouX Natures Mortes NiloufarAfnan

42 46

62 66

sTYLe

4Musesfontunchoix danslescollections TendancesNoiretOr TendancesFantasy TendancesBleu LeChoixDeNadineLabaki PhotomatonJusqu’auBooties TendancesCollage

« Automne 13-Minimal » par Cédric Viollet, page 106. Manteau oversize en laine, Michael Kors

32

octobre 2013

LA Mode

LesEnfantsTerribles Automne‘13-Minimal Automne‘13-LaParisienne Automne‘13-Rock

68 72 74 76 78 80 82

94 106 118 130


IV x d u e j è s, m r he

e rs

Beyrouth - Bab Idriss - Centre-ville - Tél. 01 99 97 10 Hermes.com

02_220X285_LOfficiel_Liban.indd 1

26/08/13 14:20


la vie

« Automne 13-Rock» par Marcin Tyszka, page 130. Robe plumetis brodée de cristaux, Saint Laurent

34

octobre 2013

L’Officielle Du Mois: Laya Rahman L’audace Surrealiste Une Echelle Pour Damas La Chatelaine Du Liban Maripol(Arama) It’s Happening Buying Online Diners Secrets Et Maintenant Schiaparelli Beirut Art Fair Voyage : Macao Hum…burgers Mashrou’ Leila Street: Les Epiceries Tawlet Au Noma La Route De L’art David Habchy, Le Genie D’instagram Les 4 excentriques Alif Ensemble, Notes D’espoir Francesco Clemente

142 148 150 152 154 158 166 170 174 180 186 194 196 198 202 206 218 220 228 245

Adresses Playlist

246 248


Éditeur

ToN y sA l A M E GRou pE TsG sA l Rédaction réDactrice en cheF

FIFI A Bou dIB (f i f i.aboudib@aish ti.c om) réDactrice en cheF aD jointe

M é dé A A zou R I (medea.azouri@aishti.com)

Département artistique

Production

Directrice De cré ation

Fabrication

M A l A K BE y dou N (mal ak.beydoun@aishti.com)

re touche numérique

l Ay l A NA A M A N I

FA dy M A A lou F

(l ayl a.naamani@aishti.com)

Ch A R l IN E BR EChoT T E (charline.brechot te@aishti.com)

TA M IM A dA hdA h, M A R IE l E FoRT, GIl l E s K hou Ry, shIR IN E sA A d

Publicité et Marketing Directeur génér al commercial e t marke ting

M E l hE M MoussA l E M Contributeurs photo

réDaction

(fady.maalouf@ aishti.com)

Directrice artistique junior

M AyA K A ddou R A

Contributeurs

(annemarie.tabet@aishti.com)

Directrice artistique

réDactrice e t coorDinatrice (maya.kaddoura@aishti.com)

A N N E M A R IE TA BET

R AyA FA R h AT, GIl l E s K hou Ry moDe

joy K A ddou R A

(melhem.moussalem@aishti.com) Directrice publ icité

sT é ph A N IE M IssIR I A N (stephanie.missirian@aishti.com) Directrice marke ting

K A R IN E A Bou A R R A j (karine.abouarraj@aishti.com) Directeur responsable

A M IN E A Bou K h A l E d Imprimeur

53 doTs dA R E l KoToB

n° 39 octobre 2013


43843_pc_lebanon_panamera_fp_officiel_v1.indd 1

9/24/13 11:04 AM


Directrice De l a publ ication e t De l a réDaction

M a r ie -José sussk in d-Ja lou Directeur De cré ation e t conSeil l er à l a réDaction

M ichel M a l l a r d (michel .mall ard@gmail .com) conSultant artiStique

réDactrice en chef MoDe

Va n e ssa bel lugeon

(v.bellugeon@editionsjalou.com)

M ichel M a l l a r d (michel .mall ard@gmail .com)

réDactrice en chef Maga zine

da phn é héz a r d

(d.hezard@editionsjalou.com)

Mode

Département artistique

Rédaction en chef

réDactrice en chef aD jointe

DirecteurS artiStiqueS

MoDe

a L e x a n dr a e L Bim

(a.elbim@editionsjalou.com)

J e a n-Fr a nçois gu il lon (jf.guillon@editionsjalou.com)

réDactrice e t coorDinatrice

pat r ick h a M e l in

J u l ie l e V y

réDacteurS gr aphiSteS

(j.lev y@editionsjalou.com)

cl a r ice Fe nst e r se iFe r isa be l l a brodé n

l isa Jou V in

réDactrice photo

(l.jouvin@editionsjalou.com)

c a r a scou t e n

h a l a MoaWa d

(cara@editionsjalou.com)

(h.moawad@editionsjalou.com)

a S SiS ta n t e De cré at ion

a n n e -sophie t hoM a s

di a n e duc a sse

(as.thomas@editionsjalou.com)

J e n n iFe r e y M È r e

(j.eymere@editionsjalou.com)

Production Joaillerie/HORLOGERIE

e M ily M inche l l a

proDuctrice

Fe r ie L si mon

(f.simon@editionsjalou.com)

Secré taire génér al De l a réDaction

Secré taireS De réDaction

M a r ie ch a deFau x a n n e-sophie potier Magazine réDactrice en chef aD jointe

lé a tr ichter-pa r ien te (lea@editionsjalou.com) réDacteurS

M a rg au lt a n ton in i

(m.antonini@editionsjalou.com) (l .bompard@editionsjalou.com)

chef De rubrique

he rV é de W in t r e

secrétariat de rédaction

lou is boMpa r d

(emilyminchella@gmail.com)

(her vedewintre@hotmail.com)

pro je tS Spéciau x

conSultante à l a cre ation

tél . 01 5 3 01 10 30

réDactrice en chef

patr ick c a ba sset

(p.cabasset1@editionsjalou.com)

(d.navas@editionsjalou.com)

(helena.p.tejedor@gmail.com)

(s.kisri@editionsjalou.com)

MoDe/Maga zine

daV id naVa s

he l e na t e J e dor

sa Mi a k isr i

(ma.faurel achaud@editionsjalou.com)

l au r ence beu r deley

réDactriceS

Directrice Shopping

M a r ie-a n n e Fau r e l ach au d

Directrice De caSting

céLin e Le G ou iL/ L a producTr ice (celine@laproductrice.fr)

chef De rubrique

Directeur éDitorial

e m m a n u e L ru Bi n

(judith.ritchie9@gmail.com)

réDactriceS

pau l e cor n il l e a n t ig on e schil l ing (aantigone3@aol.com)

hélÈn e nat ter

(h.nat ter@editionsjalou.com) Voyage

Beauté

J u di t h r i tchie

MonDanitéS

chr isti a n-luc pa r ison (cl .parison@editionsjalou.com) reportageS photo

rona ld bellugeon éDiteurS Dél éguéS

Be nja m in e y m è r e Ol i v ie r j u nge r s

correSponDantS roMe

a llegr a et Jen iFer For n er is correSponDant ne w york

Je a n-cl au de huon correSponDante loS angel eS ONT AUSSI PARTICIPÉ À ce numéro

J u liet te Mich au d

photogr apheS

M a x Fa r ag o, lu doV ic isM a el , doMin iqu e isser M a n n, k a r l l ager Feld, serge leblon, J ustin per son na z, ch a r les ser ru ya , a le x i a silVagn i, ellen Von u n W erth, oli V ier z a hM

WWW.LOFFICIELMODE.COM

DeSSinateurS

(l .bompard@editionsjalou.com)

réDacteur en chef

Lou is Bompa r d

g or don Flor es, pier r e le-ta n, pier r e M a r ie , a n ton io pippolin i réDacteurS

philippe a zou ry, ber na r d ch a pu is, Fr a ncis dor lé a ns, gilles hertzog, Fa br ice pa in e au, paqu ita paqu in, a n na sig a le V itch St yl iSteS

c ather in e ba ba , M a r ie beltr a Mi, rossell a ta r a bin i reMercieMentS

à or a-ïto

n° 979 OCTOBRE 2013


DIRECTION gér antS copréSiDentS DeS boarDS e xécu tif e t aDminiStr atif

M A R IE -JOSÉ SUSSk IN D-JA LOU M A X IM E JA LOU Directeur génér al Directeur DeS boarDS e xécu tif e t aDminiStr atif

BENJA MIN EY MèR E (b.eymere@editionsjalou.com) aSSiStante De Direction

M ICHè L E BL AUST E IN

publicité Directeur génér al publ icité membre Du boarD e xécu tif

ol i v ie R J u NGe R s

(o.jungers@editionsjalou.com) Directrice commercial e

a N N e -M a R ie diseGN i

(a.mdisegni@editionsjalou.com)

Directrice De publ icité

chR ist e l l e M e N t ioN (c.mention@editionsjalou.com)

Directrice De cl ientèl e

cl É M e Nce l e dÉ l is

(c.ledelis@editionsjalou.com)

Shopping

K at hl e e N Bussiè R e

(k.bussiere@editionsjalou.com)

administration et finances tél . 01 5 3 01 10 30 – fa x 01 5 3 01 10 40

International et marketing

Directeur aDminiStr atif e t financier membre Du boarD aDminiStr atif

N icol a s R e y Nau d

T HIE R RY L E ROY

(t.leroy@editionsjalou.com) Directrice DeS reSSourceS humaineS

É M IL I A ÉT IE N N E

(e.etienne@editionsjalou.com) reSponSabl e comptabl e & fabrication

É R IC BE SSE N I A N

(e.bessenian@editionsjalou.com) contrôl eur aDminiStr atif & financier

FR É DÉ R IC L E SIOU R D

(f.lesiourd@editionsjalou.com) tréSorerie

k A R IN E TA N

(k.tan@editionsjalou.com) DiffuSion

Direction éditoriale Directeur éDitorial membre Du boarD e xécu tif

e M M a N u e l Ru Bi N

(e.r ubin@edi tionsjal ou.c om)

coorDination éDitorial e

e dsoN Pa N N ie R

L A HCE N E M EZOUA R

Directeur international e t marke ting membre Du boarD e xécu tif (n.reynaud@editionsjalou.com) Directeur Du Dé veloppement

GÉ R a R d l ac a Pe

(g.lacape@gmail.com) tél. 01 45 51 15 15 Senior manager international e t marke ting

a l ice M acPa BRo

(a.macpabro@edi tionsjal ou.c om) Directrice De l a publ icité international e marché ital ien

a NGe l a M a sie Ro

(a.masiero@editionsjalou.com) manager publ icité marché ital ien

Ba R Ba R a M a RcoR a

(b.marcora@editionsjalou.com) managerS publ icité international/pariS

Fl av i a Be N da

(l .mezouar@editionsjalou.com)

(f.benda@editionsjalou.com)

cl ientS

K at hl e e N Bussiè R e

NA DI A H AOUA S

(n.haouas@editionsjalou.com) fact ur ation

BA R BA R A TA NGU Y

(b.t angu y@edi tionsjal ou.c om)

(k.bussiere@editionsjalou.com) manager archiveS

Nat h a l ie iFR a h

(n.ifrah@editionsjalou.com) chef De proDuit DiffuSion

J e a N-FR a NÇois ch a R l ie R Abonnements

I-A BO

11, r ue gus tave-madio t 91070 bondou f l e tél . 01 60 8 6 03 31 fa x 01 5 5 04 94 01 h t tp://jal ou.i-abo.f r

vente au numéro

FR A NCE V.I.P.

l aurent bouderlique – tél. 01 42 36 87 78 international e x por t press a. l ecour – tél. +331 40 29 14 51

(jf.charlier@editionsjalou.com) venteS DirecteS DiffuSion

sa M i a K isR i

(s.kisri@editionsjalou.com) Communication et rel ations presse

t hoM a s M a R Ko & a ssociÉ s : dav id l a sN e (dav id.l@tmar koagenc y.c om) – tél . 01 44 90 8 2 60 pho tograv ure

c y M aGi Na

Sui v i de f abric a tion e t papier f our ni par 3, rue du pont-des-halles, 94150 rungis

e N taG os GRou P,

Rotol i to – v ia S ondrio 3, 2009 6 pioltel l o (mi) Dis tribué par l e s M l P p ubl ic a tion ins cri te à di f f usion c on trôl ée oJ d

imprimé par

Dépôt légal à parution n° de commission paritaire 0318 k 80434 – iSSn 0030.0403 printed in eu/imprimé en ue fonDateurS

GeoRGe s, l au R e N t et u l ly Ja lou (†) éDité par l eS éDitionS Jalou Sarl au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 ccp n° 1 824 62 J paris les PUBLICATIONS DES ÉDITIONS JALOU L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Paris Guide, L’Officiel Chirurgie Esthétique, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Asie Centrale, L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, Jalouse Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Thaïlande, L’Officiel Hommes Thaïlande, L’Optimum Thailande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine w w w.lof ficielmode.com — w w w.jalouse.fr — w w w.lof ficielhommes.fr w w w.larevuedesmontres.com — w w w.editionsjalou.com

40

octobre 2013

Siège social : 5, rue bachaumont, 75002 paris tél. 01 53 01 10 30 – fa x 01 53 01 10 40


NICOLE KIDMAN

WATCH THE FILM AT JIMMYCHOO.COM

JC_AW13_LOfficielLevant_Oct_COMB.indd 1

30-09-2013 14:55:34


Édito Ce 11 octobre, cinquante ans seront passés depuis la mort de Jean Cocteau. L’histoire a certainement retenu qu’il est décédé le même jour qu’Edith Piaf. Deux talents aussi différents qu’emblématiques d’une certaine culture française de la liberté. Controversé, antipathique pour certains, adulé par d’autres, Cocteau était un personnage complexe et un artiste polyvalent qui plaçait toutes ses créations, qu’il s’agisse de théâtre, de roman ou d’art pur, sous le signe de la poésie. Son univers onirique et foisonnant, magnétisé par le surréalisme, de même que son côté dandy et mondain, ont toujours attiré le monde de la mode. L’occasion est donc idéale de remettre cet artiste fascinant au goût du jour. Pour L’Officiel Levant, le créateur Vincent Darré a imaginé un shoot dans la maison familiale de Jean Cocteau, à Milly-la-Forêt, sur le thème des Enfants terribles, un roman inspiré de l’amour fraternel que se vouaient les amis du poète, Jeanne et Jean Bourgoint. En 1925, Jeanne se suicide laissant son frère Jean perdu dans une enfance prolongée dont plus personne n’entretiendra pour lui l’illusion. Ecrit en une semaine, dans la double souffrance du deuil et du sevrage de l’opium, cet opus fera date dans l’œuvre de Cocteau. Les Enfants terribles choisis par Darré pour ce shoot sont Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm deux grands enfants eux aussi, deux jeunes talents du nouveau théâtre français. Et parce que nous avons tous en nous une part d’enfance qui ne veut rien céder à l’âge adulte, allez, ces enfants terribles sont chacun de nous. Voilà pourquoi ce numéro d’octobre sera un peu atypique, capricieux et fantasque. Cette petite fille en vous, préparez-vous à la choyer aux portes de le sublime saison automne hiver 2013 2014 ! Ces pages abondent de robes de princesses, souliers, sacs et accessoires à se damner. Flattez aussi sa gourmandise, à son âge, on adore les hamburgers. N’oubliez pas de l’emmener en voyage, faire des bêtises à Macao par exemple, ça forme la jeunesse. Enfin, de la beauté avant toute chose. Comblez ses sens, montrez lui des œuvres d’art. On n’en dira pas plus.

Fifi Abou Dib


zagliani.it

A誰shti Downtown Beirut 01. 99 11 11


FACONNABLE.COM


149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AISHTI DOWNTOWN T: 01 99 11 11 EXT. 525


news

Pour rire mais Pour de vrai

charlotte olympia est passionnée de chaussures et de contes de fées. Deux mondes qu’elle harmonise avec bonheur. cette année, on trouve dans sa collection des talons rapunzel ou des ballerines grenouille, un sac horloge ou une pochette champignon. Avec des talons de presque 15cm, charlotte olympia a réussi à mêler kitsch, glamour et humour. M.K. Charlotte Olympia, en vente chez Aïshti, Rue el Moutrane, Centre Ville Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.110

La cLasse grunge SURRÉALISME

Cette saison, Raf Simons met le surréalisme et le pop art à l’ honneur. Et c’est dans l’air du temps. Il y a du noir et blanc, des matières soyeuses, des coupes tulipe et des esquisses ici et là. On croise Dali, des escarpins signés Warhol, brodés sur le nouveau sac Bar, on sent l’influence de Magritte. Simons prouve une fois de plus qu’il est dans la lignée naturelle de Dior en nous montrant sa grande sensibilité graphique. Par les temps qui courent, il fait bon respirer la beauté de la simplicité. Chapeau ! M.Az. Dior, rue el Moutrane, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.592

46

octobre 2013

La démarche d’Hedi Slimane qui veut bousculer les codes et réinventer l’image de la Maison Yves Saint Laurent n’a peut être pas plu à tout le monde. Mais une chose est sûre, il y en a pour tous les gouts. Saint Laurent habille les Daft Punk mais pas que. Tartan grungy et robe en cuir cloutée pour Lady Gaga, robe plus classique et sac minimaliste pour Angelina, costume argenté et escarpins rock pour Cara Delivingne, robe habillée et sexy pour Lou Doillon. Et bien sûr, le fameux sac de jour que l’on retrouve sur toutes et dans toutes les couleurs. M.K. Saint Laurent, Rue Fakhry Bey, Souks de Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.562


NICOLE KIDMAN WATCH THE FILM AT JIMMYCHOO.COM

BEIRUT BEIRUT SOUKS, FAKHRY BEY STREET 01 99 11 11 ext 595


news

OUT OF CONTROL

“Control yourself “. Tel est le thème, en forme d’injonction, choisi par Agent Provocateur pour sa collection de lingerie automne hiver 2013-2014. Soie pure et dentelle Queen Ann, imprimés fleuris et couleurs acidulées sur fond noir, corsets baleinés et guêpières de plus en plus élaborées, ensembles trois pièces avec porte jarretière, certains fantasmes sont éternels, pourquoi en changer? F.A.D. Agent Provocateur, ABC Dbayeh Mall +961 4 41 72 17

MELISSA

Au début, on se demandait de quoi on aurait l’air dans ces escarpins en gomme qui sentent le désodorisant. c’était comme de porter des tongs sur une robe du soir. Mais la fabrique brésilienne nous a bien eu avec sa stratégie imparable: à la panoplie recyclage, respect de l’environnement, commerce équitable, ont adhéré les plus grosses signatures du design mondial, de Zaha Hadid à Vivienne Westwood en passant par Philippe Starck et bien d’autres. Dernier arrivé, le Keiser Karl Lagerfeld qui a le mieux compris le principe ludique en imaginant des escarpins à talons en forme de cornets de glace saupoudrés de paillettes. Kitsch, mais on en prendrait à tous les parfums. F.A.D Melissa en vente chez Aizone, Rue el Moutrane, Centre Ville Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.140

ET DE QUATRE !

VROUM VROUM

Les bottes Biker de Jimmy Choo font un carton depuis des années, et voilà celui dont on sait qu’il va suivre le mouvement : le Biker Bag. Tous les ingrédients sont là. Les zips, les chaines, les bandoulières ajustables. Le petit plus, c’est que ce sac se porte à l’épaule comme à la main. On enfourche une moto et cette fois, on la conduit. Avec ce modèle-là, en python, accroché en bandoulière. Et on « appuie sur le starter ». M.Az. Jimmy Choo, rue Fakhry Bey, Souks de Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.595

48

octobre 2013

La marque qui a le rock dans le sang, la marque casual-chic par excellence, ouvre son quatrième point de vente au Liban. Zadig & Voltaire s’offre un espace de cent quatre vingt m 2 au cœur du Centre-Ville, au 146 rue Allenby. Les collections côtoient des œuvres d’art, au son de la playslist de la marque. Les têtes de mort jonglent avec les studs et le strass, les t-shirts (les célèbres tunisiens) côtoient le cachemire et le cuir, et les boots dansent avec les sacs. On comprend pourquoi Zadig&Voltaire a des ailes pour logo. En plus c’est ouvert le dimanche. M.Az. Zadig & Voltaire, 146 rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 97 28 16


nancygonzalez.com

A誰shti, Downtown Beirut 01. 99 11 11


news

IMMERSION Iris, petite-fille de la Mer et fille de l’Océan, messagère des

dieux et personnification de l’arc-en-ciel…et la plus belle des allégories pour illustrer la nouvelle collection d’H. Stern, le magicien brésilien des pierres dures. A partir des croquis de la faune marine réalisés par les océanographes de l’expédition H.M.S Challenger en 1873, H.Stern a réinterprété en bijoux, avec un petit clin d’œil à l’ère victorienne malgré leurs formes épurées, ces merveilles de la nature. F.A.D. Collection Iris d’H.Stern, chez Sylvie Saliba

DE L’AU-DELÀ ICI-BAS

Il y a quelques années déjà, quelques décennies, Jeanne Lanvin créait un sac du soir aux influences géométriques de l’art déco. Une réinterprétation contemporaine vient de sortir. En trois formes qui rappellent la géométrie des bijoux. Le “Beyond” se décline en « Le Jour », « Le Soir » et « La Nuit ». Doubles compartiments et cuir grainé le jour, boucle joyaux le soir et minaudière la nuit. Comme toujours, Lanvin est au-delà de beaucoup de choses. M.Az.

De marbre

Lanvin, Rodeo drive +961 1 99 60 30

Balenciaga, Rue Fakhry Bey, Souks de Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.570

50

octobre 2013

Pour sa première collection chez Balenciaga, Alexander Wang a laissé de coté le style ultra casual de sa marque éponyme pour mettre son talent au service d’une maison plus sophistiquée. Tout en restant épuré, Wang nous en met plein les yeux avec une première collection riche en matières et superpositions. Des pièces déstructurées à la Balenciaga, mais surtout ce top effet marbre dont tout le monde parle déjà. M.K.


AVAILABLE AT AÏSHTI STORES TEL. +961 1 99 11 11


news

“Burberry Loves Printemps”, tel est le titre de la nouvelle histoire d’amour entre la marque londonienne la plus iconique et l’un des plus vénérables grands magasins parisiens. Qui dit Burberry dit avant tout trenchs et parapluies. Oui, mais avec les couleurs zesty, réjouissantes et métallisées imaginées par le génial Christopher Bailey, directeur artistique de la marque. Dans l’atrium du Printemps Haussmann, la rentrée 2013 s’est donc faite sous le signe de la pluie, mais l’ humeur était arc-en-ciel! F.A.D. Burberry Rue Allenby, Souks de Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.455

52

octobre 2013

PHotos ©bUrberrY

UN TRENCH POUR LE PRINTEMPS


FE ATURING ELETTRA WIEDEMANN ABC DBAYÉ MALL , GROUND FLOOR , LEBANON, T +961-4-417 217 AG ENTPROVOCATEU R .COM /CONTRO LYOU R SELF

AW13_Elettra_LOFFICIEL_LEBANON.indd 1

09/09/2013 13:00


NEWS

1984 1984, une date clé, celle de la rencontre entre Marc Jacobs et Robert Duffy. Une rencontre fructueuse qui propulse Marc Jacobs au rang de designer incontournable. Une année qui restera à jamais gravée dans son coeur et plus concrètement tatouée sur le poignet de son compagnon de l’époque. Pour tant de raisons, 1984 mérite de donner son nom à ce sac intemporel d’une grande élégance. M.K. Marc Jacobs, Rue El Moutrane, Centre Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.148

CORSET DENTELLE ET JUPE DE CUIR

RÉMINISCENCES 80’S

Epaulettes proéminentes, couleur flashy, ceintrage à la taille, cette robe de Petit Chaperon, signée Bottega Veneta est tout simplement exquise. La maison nous prend de court et nous, on aime ça. M.Az. Bottega Veneta, rue Allenby, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext. 562

54

octobre 2013

bcbG Max Azria vient d’ouvrir sa boutique phare au centre-ville de beyrouth, dévoilant par la même occasion sa collection automne hiver 2013-2014. taillée sur mesure pour une executive woman qui refuse d’abandonner sa sensualité aux contraintes professionnelles, la ligne bcbG Max Azria cette saison joue avec les matières et les textures, conjugue le cuir et la dentelle, la soie et l’élasthanne, les coupes près du corps et les cardigans généreux. F.A.D


LESILLA_Officiel Levant_OCTOBER_013.indd 1

08/08/13 09.48


news

OUAF

OVERSIZE

Stella aime tout ce qui est grand. Elle aime l’oversize. Les vêtements qui enveloppent, comme une grande couette à la fois moelleuse et stylée. Comme des bras. Vestes et robes jouent côte à côte et ce blouson, quant à lui, fait de l’œil à une petite jupe graphique. Le style Sella quoi. Dans l’esprit d’Abbey Road. M.Az. Stella McCartney, rue Fakhry Bey, Souks de Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.575

56

octobre 2013

On aime cette campagne où l’on ne voit que le Gaspar Bag, toujours accompagné d’un petit chien. Décalé ? Pas du tout. Gaspar, c’est le nom du chien, devenu la figure emblématique de Carolina Herrera. Pourquoi ? Parce que c’est son plus fidèle compagnon. Et oui, le chien est le meilleur ami incontesté de la femme. On aime l’ idée et on aime le sac. On l’aime à franges, on l’aime en fourrure, en poils frisés, en rouge, en noir, en beige. On aime Gaspar. M.Az. Carolina Herrera, Souk Tawileh, Souk de Beyrouth +961 1 97 36 98


collection Seventies - dinhvan.com

SYLVIE SALIBA - Quantum Tower Achrafieh - BEIRUT - 01 33 05 00 - www.sylviesaliba.com


news

SOUS LES GRANDS ARBRES

Avec ses nouvelles bougies parfumées Noisetier et Genévrier, la maison Diptyque nous invite à une promenade en forêt sans bouger de nos appartements citadins. Les feuilles du noisetier, comme les aiguilles du genévrier, se récoltent de septembre à novembre. Noisetier dégage une note boisée avec des accords fruités acides et amers. Il évoque surtout le parfum d’une pâtisserie qui mijote au four. Genévrier plaira aux adeptes de “Feu de bois” avec ses notes boisées et épicées enveloppées d’une touche “smoky”. Il évoque surtout une pile de linge frais séché sous les arbres. Pour lire, créer ou savourer une soirée tranquille dans une ambiance chaleureuse. F.A.D. Diptyque en vente chez Aïshti, Rue el Moutrane, Centre Ville Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.105

HAPPY THIRTY

Moschino vient de fêter ses 30 ans. Cette marque insolente et joyeuse, bling-bling à souhait, créée par Franco Moschino en 1984, a dûment célébré cet anniversaire dans un garage désaffecté de Milan, avec des potes qui l’ont vue naître, comme Gloria Gaynor qui portait pour l’occasion une robe rose satinée et menait la sarabande aux accents d’ “I will survive”! Une collection limitée d’accessoires iconiques a été éditée pour l’occasion. Sacs, ceintures, T-shirts rayés, nounours, les nostalgiques écraseront une larmichette. F.A.D.

FRENCH RIVIERA

Moschino 30 anniversary limited edition,en vente chez Aïshti, Rue el

C’est le glamour décontracté de la Côte d’Azur des années 60, et le personnage de Marianne incarné par Romy Scneider dans La Piscine, qu’a choisi de célébrer Tory Burch avec sa collection printemps été 2014. Eléments botaniques, dentelle et résille avec une palette où dominent les imprimés bleus, le vert, le blanc, le corail et des motifs extravagants, silhouettes nettes et proportions au cordeau, c’est décidément la marque zéro fautes. Pas étonnant qu’elle ait levé son premier milliard de dollars en même pas dix ans. F.A.D.

Moutrane, Centre Ville Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.130

Tory Burch, Rue Abdel Malek Centre Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.574

58

octobre 2013


ESTABLISHED 1818 BEIRUT CITY CENTER HAZMIEH, LEVEL 1, TEL : 01 287 187 EUROPE.INFO@EU.BROOKSBROTHERS.COM, INFO@AISHTI.COM


bijoux

NATURES MORTES Hommage à Andrée Putmam.

P h o t o s à 4 m a i n s v i n c e n t d a r r é e t L u d o v i c i s m a e L , r é a l i s a t i o n m a r i e b e Lt r a m i , te x t e v i n c e n t d a r r é

L

a première fois que je découvris ses natures mortes c’était chez François Baudot, qui me laissait divaguer dans sa bibliothèque à la recherche d’inspirations. Au détour de piles de la rev ue L’Œil, m’apparurent des mises en page impeccables où brillaient ses compositions métaphysiques. Cet assemblage d’objets de curiosité aux oppositions graphiques composait un univers raffiné qui m’obsédera pour toujours. À l’époque, je ne savais pas que c’était l’œil d’Andrée Putman qui avait créé ces visions dans les années 1960. J’avais pourtant déjà rencontré sa fille Olivia lors d’une fête punk. Rapidement, nous devînmes amis, mais j’étais loin d’imaginer que cette personne puisse être la fille de cette fameuse dame noir et blanc ! Cette papesse du goût rigoureux, qu’elle pratiquait avec brio, inventa un style qui fit beaucoup d’enfants… !

62

octobre 2013

Olivia me présenta « Dédé », comme elle aimait la surnommer avec son frère Cy rille. À l’époque, je n’avais pas très bonne réputation et c’est pour cela qu’Andrée fut d’abord méfiante. Mon amie Olivia réussit malgré tout à la convaincre d’aider ce jeune talent que j’étais. C’est dans son loft du sixième arrondissement, entouré d’objets extraordinaires à l’origine de ces fameuses compositions, que j’ouvris timidement mon dossier. Avec Marie Rucki, Andrée fut la première personne à m’aider. Alors qu’elle préparait la Fête de la mode au Palace, elle demanda à tous les créateurs de robes « noir et blanc », ainsi qu’à deux inconnus (Azzedine Alaïa et moi), de présenter leurs créations. Devant mon travail, elle pointa du doigt une de mes robes et de sa voix grave s’exclama : « Celle-là ! » Cette robe était faite de morceaux de tissus grossièrement noués. De son œil radioscopie, elle choisit la seule chose moderne de toute mon inspiration baroque.


De gauche à droite : Mocassin en veau velours noir brodé, Dior. Sac coquillage Carven. Boucles d’oreilles « Egratigna Chipie » en or blanc, diamants et laque, Dior Joaillerie. Gants « Tigra » en agneau, ongles en métal lisse, Causse. Montre en or gris, émeraudes et diamants, cadran en marqueterie de nacre, collection « L’Âme du Voyage », Louis Vuitton Horlogerie. Boucles d’oreilles « Epinosa » en or blanc, diamants, rubellites, citrines, améthyste, saphirs, saphirs roses, grenats tsavorites et laque, Dior Joaillerie. Bracelet « bouche » en vermeil, Mallarino.

De gauche à droite : Montre « Constellation du Lion » en or blanc serti de diamants taille brillant, 4 diamants noirs taille brillant et un cristal taillé, collection « Sous le signe du Lion », Chanel Joaillerie. Pochette « Flirty » en cuir façon python avec fermoir « bouche », Diane Von Furstenberg. Minaudière Charlotte Olympia. Montre « Panache » en or blanc serti de diamants taille brillant, Chanel Joaillerie.

octobre 2013

63


De gauche à droite : Minibaguette en fourrure vison et renard, Fendi. Montre « Bee My Love » en or blanc serti de diamants, Chaumet. Sur la statue, de haut en bas : bracelets « Trinity 3 ors » en or gris au pavage diamants, bagues « Trinity 3 ors » au pavage diamants, bracelets « Trinity 3 ors », bracelet « Trinity 3 ors » pavé de diamants blancs, roses et jonquille, bagues « Trinity 3 ors », le tout Cartier. Minaudière « Pompom » en fourrure noire et poignée en métal et python, Jimmy Choo. Low boots zébrées en veau velours et bordure de vison, Fendi.

De gauche à droite : Gants « Tigra » en agneau, ongles en métal lisse argent, Causse. Montre « Serpenti » deux tours en or rose, cadran en or rose et bracelet en onyx et diamants, Bulgari. Escarpins en velours à talons « cage », Dolce & Gabbana. Sac « guitare », Moschino Cheap & Chic. Pendentif « Clé pétales » en platine serti de diamants blancs, Tiffany & Co.

64

octobre 2013


bijoux

NILOUFAR AFNAN L’été Indien. Cette vague de chaleur automnale qui apparaît entre septembre et novembre a inspiré Niloufar Afnan pour sa collection Indian Summer. Avec ses couleurs chaudes, ses mélanges de matières et ses imprimés indiens, cette ligne de bijoux est chaleureuse, originale et gaie, à l’image de sa créatrice.

Parcours

Niloufar Afnan, aujourd’hui créatrice de bijoux et de meubles a commencé son parcours par des études de sculpture à Montréal il y a cinq ans. Une base solide et une formation qui la pousse à apprécier l’art sous toutes ses formes. Par la suite, elle décide de s’installer à Londres pour poursuivre ses études en design de meubles à Central Saint Martins. Londres l’inspire et enrichit ses créations. Elle y prend un nouveau tournant et se met à confectionner des pièces élaborées, bien plus théâtrales, des bijoux qui définissent 66

octobre 2013

tout un contexte, au delà du simple objet. style et insPir ations

La culture tribale inspire Niloufar pour la richesse de ses couleurs et de ses matières. Sculpteuse avant tout, elle crée ses formes en combinant plusieurs matériaux. Ses pièces ont une forte présence, une vibration, une dynamique. “Je travaille beaucoup avec le bois, le plastique, la fibre, le métal, la résine… J’aime penser que mes bijoux sont des assertions, des pièces qui attirent les regards”. C’est pour cette raison que Niloufar appelle son

travail « Costume Fashion Jewellery », en référence à leur côté théâtral. Si Niloufar avait une icône, ce serait Iris Apfel, cette femme de 92 ans égérie d’une marque cosmétique mais surtout grande figure de la mode et architecte d’intérieur. « Je rêve de voir un jour Iris Apfel porter une de mes pièces, j’adore son humour, son côté extrême. J’aime les femmes qui osent, qui n’ont pas peur de s’aventurer ». C’est à ce genre de femme que Niloufar pense en dessinant ses collections. Des bijoux imposants,

PHotos © niloufar afnan, © reine cHaHine, © ranya Hajjar, dr

P a r m aya k a d d o u r a P o r t r a i t r aya F a r h at


avec une force de caractère qui exalte la personnalité de la femme qui les porte.

PHotos © niloufar afnan, © reine cHaHine, © ranya Hajjar, dr

collections

Sa nouvelle collection “Indian Summer” sera lancée, comme il se doit, fin septembre ou début octobre. Inspirée par l’art amérindien, la collection est produite exclusivement pour Orient 499, cette boutique beyrouthine qui rassemble l’élite du savoir-faire oriental. Les éléments d’Indian Summer forment un mélange éclectique conçu par rapport au style et à l’esprit du magasin. Des pièces artisanales avec une touche contemporaine et tribale que Niloufar imagine portées par une femme urbaine, forte et courageuse. Parallèlement, la créatrice développe une

ligne de bijoux pour Inaash, une ONG qui encourage la broderie traditionnelle de la culture palestinienne. Cette collection comprendra une trentaine de pièces qui seront exposées au Centre Culturel Français. créativité et challenge

Vivre à Beyrouth est déjà une source d’inspiration pour Niloufar, « cette ville stimule ma créativité ». Cela fait un an qu’elle habite au Liban et elle affirme que ce pays dynamique lui permet de nourrir son métier malgré la difficulté d’accès à certains matériaux. Niloufar travaille dans l’optique de pouvoir collaborer avec des magasins en gardant toujours sa touche exclusive, artisanale et singulière. Car toutes ses

pièces sont exécutées à la main dans le respect du processus de fabrication. Et même si elle affirme : “Cela ne m’intéresse pas de produire de grandes quantités, je trouve que ca tue l’esprit des collections. Je préfère produire de petites séries pour des boutiques qui misent sur le design et la qualité de l’objet », elle ne cache pas son ambition d’exporter un jour ses créations en Europe et aux Etats-Unis. Niloufar afnan en vente chez orient 499, rosamaria Concept Store, mySouk.com, minalsama.com Exposition INaaSh au Centre Culturel Français du 22 au 27 octobre 2013. Site: www.niloufarafnan.com FB page: https://www.facebook.com/ niloufarafnanjewellery

octobre 2013

67


style

4 muses font un choix dans les collections Et si vous étiez un homme, comment vous habilleriez-vous ? Une question souf flée par ThoMas LenThaL, dessins CédriC rivr ain

« Si j’étais un homme, je serais capitaine. »

Charlotte Chesnais

Miu Miu

68

octobre 2013


« Tous les jours de la même manière : un vestiaire unique, quelque part proche de Pasolini. » natacha ramsay-Lévi

Céline

octobre 2013

69


« En femme ! »

Camille Bidault-Waddington

hermès

70

octobre 2013


style

« Selon les jours : Steve McQueen, Monsieur Rivière peint par Ingres, capitaine Haddock, Jacques Dutronc, James Dean. »

victoire de Castellane

dior

octobre 2013

71


STYLE

STYLE 3 4

1

2

6 5 7 8

10

9

noir et or

La nature n’a rien inventé de plus beau: le noir et l’or, l’obscurité traversée de lumière, la splendeur du ciel, une nuit d’été. Une association infaillible.

14 15

P a r j o y k a d d o u r a , P h o t o g r a p h i e r aya f a r h at 13 12

11

18

17 16

19 20

72

octobre 2013

1.Bottega Veneta 2. Emilio Pucci 3. Burberry 4. Etro 5. Saint Laurent 6. dolce & Gabbana 7. dolce & Gabbana 8.Casadei 9. Bvlgari 10. Balenciaga 11. Chloé 12. Le Silla 13. oscar de la renta 14.jimmy Choo 15. dior 16. M2 Malletier 17. Persy 18. Saint Laurent 19. Etro 20. jimmy Choo


STYLE

3

1

2

4

7

5 6

8

9

fantasy Bienvenue dans l’univers des contes! Pour jouer, apportez vos rêves: des cœurs, des étoiles, des roses, des jardins cachés et plein de choses qui brillent. Une seule règle: Pas de règle. 13

P a r j o y k a d d o u r a , P h o t o g r a p h i e r aya f a r h at 12 11

10

14 15

17 16

18

74

octobre 2013

1.dolce & Gabbana 2. dior 3. dolce & Gabbana 4. Charlotte olympia 5.dsquared 2 6. dior 7. Shamballa chez Sylvie Saliba 8.Prada 9.Stella Mccartney 10. dsquared 2 11. diane Von furstenberg 12. dior 13. dolce & Gabbana 14. Charlotte olympia 15.dior 16. dior 17. Madame rêve 18. dior


Paris, New York, Tokyo, Los Angeles, Hong Kong, Madrid, Beijing, Beirut, Seoul www.isabelmarant.com


STYLE 1 2

3

4

6

5

bleu

7

8

Pas le bleu des uniformes, mais ce bleu-là, velouté, profond, presque étoilé, tout droit sorti des tubes d’ Yves Klein qui signait ainsi “son nom au dos du ciel”. P a r j o y k a d d o u r a , P h o t o g r a p h i e r aya f a r h at

10

9

12

11

13

14

15 17 16

76

octobre 2013

1. Emilio Pucci 2. Emilio Pucci 3. Madame rêve 4. Nancy Gonzalez 5. Miu Miu 6. Nancy Gonzalez 7. Nicholas kirkwood 8. hermès 9. Le Silla 10. Emilio Pucci 11. dior 12. Miu Miu 13. Chloé 14. Miu Miu 15. Balenciaga 16. Emilio Pucci 17. Saint Laurent


ABC Department Stores: Achrafieh, Dbayeh 25 Allenby street – Down Town- Beirut


style Miu Miu

Marni

Stella Mccartney

Mykita

Miu Miu

MON lOOK

Yves Saint Laurent

En général j’aime bien les coupes un peu androgynes Mais J’aime bien aussi flirter avec la touche orientale. Du khôl dans les yeux et des boucles d’oreilles artisanales donnent une d’identité intéressante, mélange entre orient et occident, tradition et modernité .

MON COUP De CŒUR Cette robe de soirée de Stella Mccartney en velours fluide met en valeur mon visage, mon cou, un peu comme un close-up.

Prada Céline

MON style Quand je ne sais pas quoi porter le matin, je pique une chemise blanche à mon mari, c’est toujours un choix réussi avec des jeans et des boots. Le soir, j’essaie d’être un peu plus glamour.. j’aime bien la dentelle.

Antonio BerardiProenza

Eau de parfum «Miss Dior » de Dior

Schouler, 2 015 € sur sur www.neta-porter.com.

alia mouzannar for AWM Gucci

Les voyages, les rencontres, l’originalité et la folie des personnages décalés , la liberté des gens bien dans leur peau qui ne se plient à aucune mode ou règle vestimentaire .

Nadine Labaki, cinéaste du Liban intime, cultive un style rock et glam affirmé qui, contrairement à ses films, ne fait pas dans la nuance. Gianvito Rossi

78

octobre 2013

Sarah’s Bag

PHOTOs raya farHaT, dr., POrTraIT GILLEs KHOUry

le choix de nadine

Mes INsPIRAtIONs

elie Saab

Nadine Labaki


Arrondie, pointue, talon aiguille ou virgule, la boot arrive très inspirée aux portes de l’hiver. P a r M aya k a d d o u r a - P h o t o g r a p h i e r aya F a r H aT d i r e c t r i c e a r t i s t i q u e l ay l a n a a M a n i 80

octobre 2013

saint laurent burberry le silla

gianvito rossi gucci

fendi

etro casadei

charlotte olympia

style

BOOSTÉE, LA BOOT


BEIRUT CITY CENTRE

DOWNTOWN BEIRUT

JUICYCOUTURE.COM


1

3 2

1. Bangle or avec mouvement de laçage, Balenciaga. 2. Tour du cou résine blanc, détails émail, inspiration surréaliste, Delfina Delettrez. 3. Ballerines cuir noir et pointes patchwork motif souris, Charlotte Olympia. 4. Cuissardes veau velours noir, motifs de laçage en métal doré, Balenciaga. 5. Pendentif pompon, perles d’or et brillants, Cartier.

82

OctObRe 2013

stylisme JOy KADDOURA, DiAne DUcAsse et emily minchellA, PhOtOGRAPhie RAyA FARhAt

4

5


MARINARINALDI.COM

WOMEN ARE BACK VERDUN - DUNES CENTER - Tel. 01 791 659 DOWNtOWN BEIRUt - AllENby STREET - Tel. 01 980 024 ASHRAFIEH - ST NiColAS, ZEN CENTER - Tel. 01 332 150 Marina Rinaldi - Officiel 22x28.5.indd 1

9/11/13 3:38 PM


1. Souliers bicolore en satin et cuir, Prada. 2. Sac bowling bicolore en jacquard vichy, Prada. 3. Boots en veau velours et cuir métallisé, Miu Miu. 4. Sac cuir rose et tweed rose et beige, motif pied-de-coq, Lady Dior, Dior. 5. Sac en jacquard de laine, bandoulière en cuir, Miu Miu. 6. Gants en py thon noir, Gucci.

3

2 1

4

5

6

84

octobre 2013


ANP-simple-officiel-Levant-Liban-AA.indd 1

22/07/13 12:03


3 1

2

5

4

6

1. Sac bowling bicolore en jacquard vichy, Prada. 2. Escarpins veau velours rouge, bride et talon en métal doré, Fendi.3. Bottines à bout ouvert, veau velours noir et dentelle, Jimmy Choo. 4. Bottes à bout ouvert, bride à la cheville, cuir nappa bleu lavande, Balenciaga. 5. Sac cuir vernis noir inspiration bas résille sur fond de soie beige, Silky Girls, Marc Jacobs. 6. Pochette lézard lavande rebrodée d’un patchwork motif jungle en croco doré, Nancy Gonzalez.7. Cuissardes en veau velours, Paul & Joe.

86

octobre 2013

7


www.aeronautica.difesa.it

www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it Available at all A誰zone stores, +961 .1. 99 11 11


2 3

4 1

2

5

6

88

octobre 2013

1. Bottes en python rose, Gucci. 2. Collier en métal doré et cristaux Swarovski, Elie Saab. 3. Pochette en plumes de canard recourbées et satin, Louis Vuitton. 4. Sandales multi brides croisées, veau velours noir et résille argentée, Gianvito Rossi. 5. Sac « The Little Crush » en croco et vison, Burberry Prorsum. 6. Sac « The Little Crush »en vison et cuir, Burberry Prorsum. 7. Pochette en cuir et lamelles en métal argenté, Elie Saab.

7


7 For All Mankind store, Beirut Souks, Souk El Tawileh Also available at all A誰zone stores in Beirut, Dubai, Amman

7forallmankind.com

05/09/13 16.01

LIB_lOfficielLevant_220x285_WSP7_Oct.indd 1


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


Les enfants terribLes P a r D o m i n i q u e i s s e r m a n n a v e c Va l é r i e D o n z e l l i e t J é r é m i e e l k a ï m réalisation Vincent Darré ⁄ s t ylisme al e x anDr a el bim

94

octobre 2013


Une journée à Milly-la-Forêt dans la maison de Jean Cocteau.


Maje. en shantung de soie, Gerard Darel. Chaussettes en laine, Falke. Mocassin en cuir avec empiècement en lainage, Innamorato pour J.M. Weston. Jérémie laine, A.P.C. mohair, Prada. Chaussettes en laine, Falke. Mocassins en cuir noir et crêpe naturel, Adiev.

Valérie et Jérémie évoluent dans l’enfance perpétuelle, un couple presque incestueux qui traverse la vie avec cette élégance fragile, écrivant, jouant ensemble, soudes par une complicité amusée – leur univers étonnant en est le reflet. Exceptionnellement, Valérie réalise seule pour Arte Les Jeux de l’amour et du hasard, marivaudage aux habits de plastique dessinés par Yaz Bukey et joué par les comédiens du Français.

96

octobre 2013


Collection. JĂŠrĂŠmie : et col en vison, Pyjama en coton,


Valérie : Robe chemise en coton, Paul & Joe. Béret en laine, Anthony Peto. Ceinture en cuir, Maison Boinet. Chaussettes en laine, Falke. Jérémie : Manteau en laine mélangée, Dries Van Noten. Pyjama en coton, Charvet.


Valentino.

CH Carolina Herrera. Louis Vuitton. ouis Vuitton.


« C’est la maison qui m’attendait. J’en habite le refuge, loin des sonnettes du Palais-Royal. Elle me donne l’exemple de l’absurde entêtement des végétaux. » Jean Cocteau


Page de droite, Valérie : Veste en laine et nylon, Missoni. Jérémie : Veste en laine, Dsquared 2 . Robe de chambre en cachemire et laine, Charvet.


Marc Jacobs. CĂŠline. Valentino Dior Homme. Perrine Rougemont. RĂŠgine Bedot. Emma Hernandez, Olivier Hersart, Delphine Micheli. David Martin. Viviana De Ferrari, Diane Ducasse


automne 13/ minimal

Manteaux carapaces aux volumes oversize et aux matières cocon protègent des premiers frimas. Photographie CédriC ViOLLE T S t ylisme AnnE-SOPhiE ThOMAS


CARVEN Manteau en laine bouillie et Minipull en maille bouclette, feutrée, Carven. Bagues “Juste un clou” en or jaune et or blanc, Cartier. Bague “Berbère” en or, repossi. Chaussettes en alpaga, dries Van noten. Boots en cuir, haider Ackermann.


DRIES VAN NOTEN Manteau en laine et alpaga, Pull en alpaga et Pantalon en laine, dries Van noten.


STELLA McCARTNEY Manteau en laine, Stella Mccartney.

août 2013 | L’OFFICIEL | 109


PAUL & JOE Manteau en mouton retourné tricolore réversible, Pull col roulé en cachemire, Pantalon en flanelle et Sac en python, Paul & Joe. Boots en cuir, haider Ackermann.


GIAMBATTISTA VALLI Manteau en laine sans manches, Giambattista Valli. Pull col roulé en angora, Michael Kors. Chapeau en cuir, Blumarine. Sac “31 Hour Bag” en cuir, 3.1 Phillip Lim.


CĂŠLINE Manteau en mohair, Top en viscose, Jupe en feutre et bottines rider en cuir, CĂŠline.


ISABEL MARANT Duf fle-coat en laine, isabel Marant. Pull col roulĂŠ en angora, dries Van noten. Sac en cuir, Mugler.


DOLCE & GABANNA Manteau et robe en tweed et Pull en cachemire, dolce & Gabbana. Écharpe et chaussettes en alpaga, dries Van noten. Boots en cuir, haider Ackermann.


MICHAEL KORS Manteau oversize en laine, pull col roulé sans manches en coton et sac en cuir matelassé, Michael Kors. Pantalon en soie, dries Van noten. Chapeau en cuir, Blumarine. Boots en cuir, haider Ackermann. Modèle Crista Cobert Chez Nex t Coif fure Kazuko Kitaoka Maquillage Anthony Preel Assistant photo Antoine Siboun Opérateur digital Philippe Billemont Assistantes stylisme Julie Cristobal et Barbara Malewicz


automne 13/

Paris représente encore et toujours un style classique et moderne, à l’élégance intemporelle. Quel que soit le créateur, pourvu qu’on ait le chic…

la PaRISIenne

P h o t o g r a p h i e Ta k i B i B E L a S S t y l i s m e Va n E S S a B E L L U G E O n


bottega veneta Pull en cachemire, jupe en flanelle, Sac “Glace” en crocodile et Bottines en cuir, Bottega Veneta. Pendentif “Chivor” en or jaune et rubis, aurélie Bidermann. Bracelet “Inclusion” en plexiglas, Louis Vuitton. Bracelet “Juste un clou” en or rose, Cartier.


PRaDa Veste et jupe en laine imprimĂŠe vichy, pull en laine de shetland, ceinture en cuir nappa et sandale en cuir, Prada. BĂŠret en laine a.P.C.


etRo Top en taf fetas de soie et Jupe portefeuille en crêpe de soie, Etro. Pendentif en métal doré, accessorize. Jonc “Caf tan Moon” en bakélite recouvert d’or, aurélie Bidermann. Bague en laiton et pierre semiprécieuse, Sylvia Toledano chez L’Éclaireur. Chaussures en crocodile, Rochas.


HeRmès Veste de smoking en flanelle de cachemire satin, col en satin de soie, chemise à plastron en popeline de coton, pantalon cigarette en satin de soie, Sac “Maxibox” en crocodile et Bottines en veau, Hermès.


DioR Bustier et jupe en soie, Sandales en résille et veau velours, Dior. Béret en laine a.P.C. Boucles d’oreilles “Monsieur Dior” finition argent, Dior Joaillerie.


buRbeRRy PRoRsum Manteau en laine, Pochette “Little Crush” en veau velours et Chaussures en veau velours, Burberry Prorsum. Bague “Monsieur Dior” ornée d’une pierre grise, finition palladium, Dior Joaillerie.


miu miu Manteau en castor au col en astrakan, robe et foulard en taf fetas, ceinture en nylon, bas en coton et SalomĂŠs en veau velours et cuir, Miu Miu.


DsquaReD2 Veste et jupe en laine vierge, béret en poulain et ceinture en cuir, Dsquared 2 . Bague “Monsieur Dior” ornée d’une pierre grise, finition palladium, Dior Joaillerie.


louis vuitton Manteau en laine brodé de sequins, Ceinture en cuir et Souliers en cuir verni, Louis Vuitton. Collier “Love” en or rose, diamond et céramique, Cartier. Sac “Mae Furry Girls” en vison, Marc Jacobs.


maRC JaCobs Pull en cachemire, short en gabardine de laine, boa en renard, gants en cuir et sequins, Sac “Lauren Shiny Icon� en python et escarpins en cuir, Marc Jacobs. Collant en elasthane, Wolford.


MODĂˆLE Ruby aldridge Chez Nex t Coif fure Wendy iles Maquillage Sergio Corvacho Assistants Photo Erwan Declerk et Paul Jewab Assistante Stylisme Louise Mast


automne 13/ rock

Cuir noir, brillance métal, résille et chaînes musclent l’élégance des silhouettes. Strass et rivets enfoncent le clou. Photographie Marcin T YSZK a St ylisme ale x andr a elbiM


SAINT LAURENT Robe plumetis brodée de cristaux, canadienne en cuir, collants en résille et rangers à boucles cloutées, Saint Laurent Par Hedi Slimane.


GUCCI Combinaison en satin bleu clair et résille rebrodée de sequins et de plumes, et sandales en cuir et cuir verni, Gucci. Chapeau en feutre, Benoît Missolin. Bracelet “gros” en laiton nickelé, Maria Francesca Pepe. Manchette en argent rodhié noir, As By Atsuko Sano. collant en résille, Calzedonia.


CHANEL Robe en crêpe de laine irisé et cuir verni, Guêtres en agneau, Manchettes en plexiglas, métal et strass, Bracelets en métal et velours, bottes à chaîne en métal et cuir, Chanel. Bijoux d’ongle en métal argenté, Handh. collant en résille, Calzedonia.


ZADIG & voLTAIRE Veste et Pantalon en coton jacquard doré, body en cuir, Zadig & Voltaire. Broche épingle “Rin” en argent, As By Atsuko Sano. Bracelet “serpent” en métal rehaussé de cristaux, Philipp Plein. Bracelet “réverbération” en bronze et améthystes, Aesa. Bagues en métal doré, Annelise Michelson. ceinture en cuir clouté, 7 For All Mankind.


ELIE SAAb Combinaison pantalon en crêpe de satin et dentelle macramé, Elie Saab. Collier “sacrement cross” en argent plaqué, Assad Mounser. Bague articulée “scarabée” en laiton pavé de cristaux, agate, jade et onyx, Eddie Borgo. Bracelet “Primal” en argent et diamants, Jasmine Alexander Ltd. Ceinture en veau velours, Giorgio Armani. Bottines en chevreau velours et strass, Stella Luna.


FENDI Manteau en crochet de cuir ef fet franges et pantalon en cady de soie, Fendi. Pendants d’oreilles “Rin” en argent, as by atsuko Sano. Top en coton, american Vintage. Bracelet “Louise” en métal doré et cristaux, Swarovski. Bracelet en cuir, métal, tissu et cristaux Swarovski, delphinecharlotte Parmentier. collant en résille, calzedonia. Boots en cuir et métal doré, Giuseppe Zanotti design.


RobERTo CAvALLI Manteau en cuir de chevreau entièrement rebrodé de sequins de cuir et perles et robe en viscose et soie rebrodée de perles et sequins, roberto cavalli. Pendants d’oreilles ET Manchette “Rin” en argent, as by atsuko Sano. Collier en cuir, métal, tissu et CRISTAUX Swarovski, delphinecharlotte Parmentier. Bague articulée “scarabée” en laiton pavé de cristaux, agate, jade et onyx, eddie borgo. collant en laine, Falke. Modèle ruby aldridge Chez Nex t Coif fure Javier Palacio Maquillage christina lutz Assistant photo ewelina Opérateur digital Oliver Assistante stylisme Viviana de Ferrari


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


la vie

LAYA RAHMAN

De son enfance rythmée au gré des déménagements dans différents pays, Laya Rahman garde de très bons souvenirs. C’est peut-être parce qu’elle a beaucoup bougé qu’elle a fini par être une touche-à-tout. Entre la photo, le design de chaussures et les courts métrages, son cœur oscille. Entre Paris et Beyrouth aussi. Derrière Cindy Glass se trouve une jeune femme au caractère bien trempé qui photographie des corps nus, organise une expo sur le thème du pied et tend à faire de son « soulier de vair », une marque de fabrique. Par Médé a a zouri Photographe NiNi

142

octobre 2013


L

aya Rahman aime son héritage culturel lié aux origines de ses parents. Moitié jordano-palestinienne, moitié libanaise, la jeune femme qui est née au tout début de la guerre a fait beaucoup d’allers-retours entre Beyrouth, Paris et l’Arabie Saoudite. Puis elle s’installe « pour de bon » en France. L’école puis la fac. Assas pendant un an. « Je déprimais pendant les cours de droit. À 17 ans, on ne sait pas encore ce qu’on veut faire. En parallèle à mes études, j’allais au cours Florent. J’ai abandonné mes études de droit. J’ai réalisé que j’avais une petite fibre artistique, ce que je ne savais pas avant. Je dessinais, sans plus. Et aujourd’hui, je suis pluridisciplinaire dans le domaine de l’art ». Elle s’inscrit à Parsons à Paris, continue l’art dramatique au Cours Florent, enchaîne avec la méthode Actors Studio, puis se rend à New York où se succèdent histoires rocambolesques et cours de design de produits. Elle rentre à Paris, huit mois plus tard, décidant au passage qu’elle détestait New York. « J’ai toujours eu la bougeotte. Mon école faisait une correspondance avec l’AUP, je prends des cours de photo et là, c'est le premier coup de foudre de ma vie. Depuis, je ne suis plus jamais sortie de la chambre noire. Littéralement. » Une passion qui la pousse à s’inscrire à Speos, une école spécialisée en photo. Deux ans derrière l’objectif et toujours des cours d’acting. « Je me jette toujours de façon spontanée dans une nouvelle aventure et généralement sans peur. En 2001, j’ai écrit et réalisé mon premier court métrage : Blanche, une satire de Blanche-Neige ou les sept rendez-vous amoureux de Blanche, en quête du grand amour. C’était drôle, cynique et burlesque. » On y retrouve à ses côtés Patrick Mille (par ailleurs compagnon de Justine Levy) qu’on a vu dans "99 Francs", People ou "Je vais te manquer", et Christian Vadim entre autres. Laya Rahman travaille en free-lance. Continue la photo et les petits tournages. « J’avais 24 ans et j’avais commencé à écrire mon deuxième court-métrage. Je ne sais pas pourquoi, j’avais envie de le tourner à Beyrouth. Par romantisme ou par nostalgie, ou peut-être les deux à la fois. Je préparais aussi ma première expo photo. Ma vie privée étant très bohème, n’étant pas vraiment fixée quelque part, je pouvais aller et venir là à ma guise. Je suis allée en Inde, je voyageais beaucoup. Et je préparais mon tournage. » Ce courtmétrage, c’est O.U.T. (Once Upon a Time) ou l’histoire d’un Liban à la merci des esclaves, d’un Roméo et d’une Juliette aux amours impossibles. Un même ton burlesque, mais alors que Blanche avait été distribué, celui-ci ne trouve pas de producteur. « Le tournage a été un souvenir génial. On n’a eu que des pépins. Rupture de budget, pluie tout le temps, acteurs absents, problèmes d’électricité. » Fin de non recevoir pour son film. Mais la jeune femme ne s’arrête pas. Elle n’en a pas le temps. Elle donne sa première exposition de photos à la Heart Galerie à Paris. Elle imprime ses photos transparentes sur du bois ou sur de l’alu. Ses photos sont essentiellement composées de nus. Des nus qui feront dire à certains Libanais que Laya Rahman fait du porno. Elle tente d’exposer à Beyrouth, les galeries lui ferment la porte au nez. « Certains galeristes m’ont traitée de pornographe, alors que ce ne sont que des nus. Et un soir, alors que je prenais un verre au Zinc, j’ai demandé au proprio s’il exposerait mes instantanés, il a tout de suite dit oui. J’en ai vendu pas mal. Mais le plus drôle, c’est le passage des photos à la douane. Moi, au milieu de tous ces mecs et les photos qui sortaient sous leur regard concupiscent. On a beaucoup


jasé, peut-être parce qu’il y a 7-8 ans, on trouvait ça trop osé. On m’a souvent demandé pourquoi je faisais des nus. Je n’ai pas de réponse. C’est une évidence. Un corps nu est beau. Tout simplement. » Il y a 9 ans, Laya Rahman a eu envie d’autre chose. Envie de créer des objets. Elle aime les chaussures. Ce sera des chaussures. « À cette époque, il y avait un gap entre les grandes marques de luxe et les enseignes comme André ou Bata. J’avais envie de faire des chaussures entre les deux. Dans le middle range comme on dit. J’ai fait des voyages, rencontré des producteurs en Espagne et en Inde. Une copine tente l’aventure avec moi. On a fait une petite ligne de ballerines et de sandales. » Les chaussures s’appelleront Cindy Glass parce que leur conceptrice n’aime pas les idées reçues, les contes de fées qui donnent de fausses idées aux jeunes filles et les phrases toutes faites. Elle fait donc des chaussures drôles et abordables. « C’est intéressant de vivre ses rêves. Pour ma chance, ça a marché. On n’était que deux et on travaillait chez moi. On faisait des ventes privées aux copines. Et un jour, je décide d’aller voir Zadig & Voltaire. Je leur présente mes modèles et ils me disent oui. Oui pour deux modèles. » Entre temps, Laya Rahman fait les salons, le Tranoï. Ses chaussures plaisent, la presse suit. Elle distribue dans plusieurs magasins, chez AB33 dans le Marais qui vendait tous ses modèles dans ses 4 boutiques. Elle collabore avec une boutique à Notting Hill, un peu avec le Bon Marché et pendant 4 ans chez Berioska en Russie. « Je m’amusais à tourner un peu partout. Puis je suis passée aux escarpins. J’ai fait des bouts ovales qui faisaient penser aux chaussures de Minnie. » Suit une collection capsule de bottes à pans. Sa production se fait en Inde. En 2007, la jeune femme en a marre de distribuer quelques modèles par ci par là. Elle ouvre un pop up store rue Charlot à Paris. « En terme d’"exposure" c’était très bien, commercialement moins. » La même année, en revenant de Dubaï, elle imagine Burj Khalifa en talon. Puis quand l’avion survole Paris, elle pense à la Tour Eiffel. « C’est un cône à l’envers. Il m’a fallu 6 mois pour créer le prototype. Un modèle dans le genre James Bond Girl à Paris. Je montre le modèle au Tranoï en 2008, il ne retient pas l'attention. Je m’amuse, 3 mois plus tard, à exécuter des modèles colorés de ces chaussures Tour Eiffel. Et là, la mayonnaise prend. Je reçois des commandes du Japon, des US, d’Australie. » Le modèle est devenu en quelque sorte sa pièce phare. Elle présente le modèle en 2009 à l’expo anniversaire de la Dame de Fer. Objet insolite, la chaussure prend son envol. La même année, Laya ferme sa boutique parisienne. « Le monde de la chaussure a changé. En 2010, je me suis demandé ce qu’allait être l’avenir de Cindy Glass dans un monde où la chaussure a été vulgarisée. Tout le monde en faisait. Je me suis dit, que finalement ma marque c’était aussi un life style. Je pouvais donc élargir ma gamme et me diriger maintenant vers le MoyenOrient. » Un an plus tard, Cindy Glass ouvre à Beyrouth, à l'étage d'une vieille maison libanaise. Cette année-là, Laya Rahman se marie (dans la grotte de Jeita), s’installe et ouvre son showroom. Depuis, elle crée deux collections par an. « C’est le plus fatigant. L’enchainement des collections. Surtout que je vais vers le e-commerce maintenant. On me trouve sur mooda.com entre autres. » Bien évidemment, Laya Rahman n’a pas arrêté la photo. Avant de présenter une expo solo intitulée « The last of the Polaroid » avec les différents formats types de la fabrique 144

octobre 2013


qui a fermé ses portes il y a quelques années, elle organise en novembre prochain, au sein de son showroom, une exposition photos sur le thème « At my feet ». Elle réunira des architectes, des photographes, des plasticiens libanais, des artistes français sur un sujet central : la chaussure. Certaines photos seront ramenées de Paris dans l’espoir de faire une expo itinérante. Quant aux Libanais, on retrouvera Nada Debs, Roger Moukarzel ou la graphiste Nada Salam. Et bien sûr, encore et toujours des chaussures. Et plein d’autres projets. Dans le domaine de l’environnement, de la photo. Et l’évolution de Cindy Glass vers des objets, des meubles, des accessoires. « J’aimerais que ce nom devienne une marque de fabrique. » Avec toutes ces cordes à son arc, le soulier de Laya Rahman n’est pas près de se casser. SiGNeS DiSTiNCTiFS

Film(s) culte(s). Beaucoup trop ! J’ai revu 30 fois (en pleurant): The Great Gatsby, tous les Kubrick, Apocalypse Now, The Godfather, Dangerous Liaisons, Pulp Fiction, Bitter Moon et tous les Almodovar. Que trouve-t-on dans votre iPod ? Absolument tout. Un vrai micmac, je ne saurai supporter la même musique tout le temps. À chaque instant son morceau. Chanson culte. « It’s Only Mystery », Arthur Simms Couple légendaire. Comme ça, au pif, Marilyne & John, Welles/Hayworth, ou Hemingway/Gellhorn, Taylor/Burton, Pierre et Marie Curie. Activités sportives ? Le jardinage Vacances idéales. Le tour du monde Contre le stress ? Rien trouvé encore Allergie ? Euh non… je ne vois pas… ah si, les personnes insupportables. Spécialité culinaire. Folle de nourriture, aux fourneaux tous les soirs que Dieu fait. Plus beau compliment reçu. De mon mari : quand il arrive à me dire que je suis belle le matin au réveil (quand même, je me vois dans le miroir !) Un livre de chevet. Sorry, 2013 oblige: Un laptop de chevet et des lectures obsessionnelles sur tout, en particulier l’espace, les aliens, la médecine, le paranormal. Un chausseur. Sergio Rossi Un designer. Starck parce qu’il touche à tout avec une baguette magique et Ora Ito parce qu’il revisite très bien l’histoire. Un héros/une héroïne. Sir Richard Branson pour sa rage de vivre ; Trey Parker et Matt Stone pour la série South Park (merci) Un créateur. Des créateurs! Il y a du talent à la pelle et on ne peut pas choisir. En tête pour leur créativité : Gaultier, Galliano, McQueen. Un moment de la journée. Du matin au soir et j’adore aussi la nuit Un lieu. Un seul ? La terrasse de l’Albergo. Une rue. Rue Monnot, je ne sais pas pourquoi, mais elle a quelque chose de rassurant. Un objet fétiche. Par paresse, mon téléphone de rechange Nokia, qui a maintenant plus de dix ans et que je n’arrive pas à abandonner. La honte! Un meuble. Mon tableau : un cœur fait avec une centaine d’œufs que j’ai ramené avec moi de Paris… toute une histoire. Un vêtement. Mes escarpins en cuir verni couleur caramel. Je les ai tellement portés que c’en est devenu indécent. Un jean qui ne me va même pas et que je porte depuis au moins huit ans. Un accessoire. Une paire de boucles d’oreilles vintage Dior Dans vingt ans ? Présidente de la République ou restauratrice.


148

octobre 2013

dior

Jean-charles de castelbaJac

tsumori chisato

l anvin

kenzo

undercover

mary katrantzou

la vie

Paule ka

Paule ka


la vie

l'audace surré alisTe à l’heure où la mode « mainstream » semble se replier sur des valeurs rassurantes, une nouvelle fantaisie créative, dissonante et subversive réveille les envies. Une mode surréaliste ? Peut-être. Un nouveau regard insurrectionnel sur l’apparence : certainement ! P a r P at r i c k c a b a s s e t

PHOTOs marciO madeira, dr

L

a passion de la mode pour le surréalisme, c’est un peu Danielle Darrieux dans Madame de…, de Max Ophuls, qui s’évapore en susurrant : « Je ne vous aime pas, je ne vous aime pas, je ne vous aime pas… » Régulièrement, le spectre de Dali et de sa complice Schiaparelli, de Cocteau avec Gabrielle Chanel ou de Man Ray et ses images ravageuses avec Lee Miller ou Nathalie Paley viennent faire frissonner les tendances. Particulièrement lorsque le style s’essouffle, lorsque la société remet en cause les tenants et les aboutissants d’un système trop bien huilé. En période de doute, des questions s’imposent, l’esprit chavire, l’onirisme poétique réapparaît. L’humour et le scandale s’enlacent dans un grand pas de deux shocking faute d’être révolutionnaire. Loin de l’élégance trop parfaite, sans faute de goût, rassurante, parfois étouffante, proposée par la plupart des griffes de luxe cette saison, d’autres esthétiques se dessinent. « Nous avons essayé tout ce qui était possible, annonçait récemment la visionnaire pronostiqueuse de tendances Li Edelkoort pour l’hiver 2014/2015. Nous avons inventé tous les filets de sécurité, toutes les recettes basiques, tous les contes de fées économiques afin de maintenir l’apport de la mode et du design au monde du business. Maintenant, avec une crise dans sa sixième année qui creuse les différences entre riches et pauvres, retire le travail de beaucoup et fait peur à tous, nous devons aller vers d’autres voies, utiliser d’autres idées plus fortes pour progresser. Aussi, nous devons essayer le dernier tour dans notre chapeau et nous tourner vers le plan B de la mode. » B comme bold, l’audace. Rêve, absurdité, excès, grotesque même, s’invitent ici au profit d’une mode étrange, sans limites et sans contraintes. L’avant-garde se teinte d’hilarité, la créativité pure s’impose dans le chaos ou la décomposition. Comment s’étonner alors que certains créatifs – les plus avant-gardistes – convoquent Dali, Magritte, Ernst, Apollinaire, Prévert ou Cocteau en référentiels de leurs collections ? Déjà pour cet hiver, dans une précédente conférence consacrée au romantisme, la même Li Edelkoort

prédisait : « Nous sommes à nouveau témoins d’une scène artistique en fusion où toutes les disciplines de l’art et du design s’assemblent pour ne devenir qu’un seul mouvement, une même vision s’adressant à tous nos sens, flottant entre les dimensions. Le romantisme peut ainsi être vu comme une réaction à la raison, capable d’exalter le mystérieux et le fantastique, dans une tentative de fuir la réalité et de pénétrer dans l’enchantement du rêve, trouvant le sublime dans le morbide et des millions dans un crâne incrusté de diamants. La vanité de la mode et du design nous appelle d’outre-tombe. » Un questionnement des apparences qui rappelle le moto d’André Breton : « La beauté sera convulsive ou ne sera pas. » Dès 1924, dans son premier Manifeste, l’écrivain définit le Surréalisme comme un « Automatisme psychique pur (…) Une dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale. » Dans ses mémoires publiées en 1954 – où elle s’invite à la troisième personne – Elsa Schiaparelli semble lui répondre à travers la description d’un simple détail « à la place des zips, des king boutons règnent toujours sans peur chez Schiap’. Les choses les plus incroyables sont utilisées, animaux et plumes, caricatures et presse-papiers, chaînes, verrous, clips et sucettes. Quelques-unes en bois, les autres en plastique, mais aucun ne ressemblait à ce qu’un bouton était censé être. » Fort de ces références retrouvées, un nouveau besoin d’exception peut ainsi s’exprimer en idées folles, détails dissonants et accessoires insensés. Un registre excessif réservé jusqu’alors à quelques excentriques, de Lady Gaga à Anna Dello Russo, mais qui pourrait bien devenir plus populaire dans les mois à venir. à ceux qui restent perplexes devant pareilles prévisions, Schiaparelli répond encore dans ses 12 commandements aux femmes : « Souvenez-vous : 20 % des femmes ont un complexe d’infériorité. 70 % ont des illusions. » Peutêtre que cette mode ne s’adresse qu’au 10 % restant. Mais elles ne passeront pas inaperçues ! À voir : l’exposition « trompe-l’œil. imitations, pastiches et autres illusions », jusqu’au 5 janvier au musée des arts décoratifs, à Paris. www.lesartsdecoratifs.fr

octobre 2013

149


la vie

l’ ÉCHEllE dE dAMAS Voilà un film qui fera beaucoup parler de lui cette année, notamment parce qu’il a été tourné en Syrie au début de la guerre, et qu’il invite le spectateur à vivre de l’intérieur les préoccupations et les émotions d’une jeunesse hétéroclite qui cohabite dans un même foyer. “L’échelle de Damas”, coréalisé par Mohamad Malas et Samer Mohamed Ismaïl a été produit par Georges Schoucair (Abbout Productions), l’un des principaux producteurs du binôme Joreige-Hadjithomas. Il fait partie entre autres de la sélection officielle du Festival du Film de Toronto et celle du BFI de Londres.

Z

eina s’est noyée le jour de la naissance de Ghalia. Ghalia a toujours été hantée par le passé de Zeina. Pour tenter de comprendre, la jeune femme décide de se rendre à Damas et s’inscrire à la Faculté d’art dramatique. C’est là qu’elle rencontre Fouad, un étudiant en audiovisuel qui la prend sous son aile et lui trouve une chambre dans un foyer. Dans cette vieille maison damascène construite autour d’un patio vivent des jeunes de tous horizons. “Le peuple veut…” La grogne du printemps arabe commence à toucher la Syrie et les check points de l’armée se multiplient à travers le pays. “Où vas-tu, d’où viens-tu, que transportes-tu? “ la vie des étudiants est rythmée par ces questions incessantes. Il devient difficile de se déplacer et petit à petit, à mesure que la vie se fait plus étroite les rêves se font plus vastes. Fouad est amoureux de Ghalia, Ghalia est envahie par le souvenir de Zeina. Dehors, l’univers se décompose, le chaos commence à devenir incontrôlable, la tension monte et l’espoir disparaît. Porté par une génération d’acteurs brillants, notamment Najla el Wazza, Bilal Martini, Gianna Aanid, Mohamad Zarzour, Ziad Kalsoum, Naouar Yussef, Roula Falhout, Lara Saade, Izzat Abou Jabal, Mustafa el Mustafa, Rana Malas, Hussein Al Shazli et Hussein Marii, ce film arrive à point nommé pour lever le voile sur la réalité douce-amère d’un pays peu connu en occident avant d’être secoué par une guerre sanglante 150

OCTOBRE 2013

qui ne trouve pas d’issue. Auteur et réalisateur syrien, Mohamed Malas est issu du cinéma russe, ayant fait ses études à l’Institut Gerasimov de Moscou. Avec une dizaine de films à son actif, Malas, né en 1945 à Quneitra (Syrie) a été primé à plusieurs reprises depuis les années 80, notamment aux festivals de Carthage, Beyrouth, Fribourg et Marrakech. Son style réaliste, parfois cruel, mélange souvent le rêve et le réel, le documentaire et la fiction, le tout dans une lumière et une atmosphère dramatiques. L’une des locomotives du cinéma libanais et régional, Georges Schoucair a fait ses études à l’ESRA de Paris (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle). De retour au Liban au début des années 2000, il décide de s’investir exclusivement dans la production locale. C’est grâce à son soutien que le couple Joreige-Hadjithomas a pu faire aboutir “A perfect day”, “Je veux voir “ et “The Lebanese rocket society”; Ghassan Salhab “Le dernier homme” et “La Montagne”; Elie Khalifé “Yanoosak”, pour ne citer que ces titres. En plus de sa société de production, Schoucair, viceprésident de la fondation Metropolis et sa salle d’art et essai, a créé MC Distribution pour la circulation des films arabes dans la région. Depuis 2010, sa société est partenaire de Lucky Monkey Pictures et de la maison de production argentine Travesia.

phOTO dR

P a r F. A . D .


CAMPER_T77_LEBANNON_L'OFFICIEL_CW.indd 1

11/07/13 11:14


la vie

LA CHATELAINE DU LIBAN

C’est avec la projection d’un film basé sur un best seller des années 20 que l’Institut français du Liban a ouvert au public ses locaux rénovés et notamment son nouveau ciné théâtre. La version restaurée de “La Châtelaine du Liban” donnée à voir à cette occasion est celle de Jean Epstein, tournée en 1933. P a r F. A . D .

152

OCTOBRE 2013

lady Esther Stanhope, la comtesse Athelstane Orlof est installée dans un ancien fort croisé, Qalaat al Tahara, où elle reçoit de riches amants. Il n’en faut pas plus pour épicer une histoire romanesque dont le héros, Lucien Domèvre, est pris entre l’amour de Michelle, l’infirmière qui l’a soigné quand il fut transporté au Liban après avoir été blessé dans des combats au désert, et l’étrange comtesse qui l’envoûte. Une délicieuse plongée, pour le public libanais, dans cet univers colonial qui a façonné le pays une vingtaine d’années avant l’acquisition de son indépendance. Le roman éponyme de Pierre Benoit dont le film est tiré fut déjà un best-seller à sa parution en 1924.

phOTO dR

“L

e matin, une heure de bureau, pour la forme ; l’après-midi, citronnade et tennis avec les petites jeunes filles aigres ; à sept heures, cocktail avec les femmes mariées plus ou moins jeunes ; la nuit, whisky, et les filles de music-hall à qui tu iras demander la dispersion du vague à l’âme que t’auront laissé tes flirts du jour”… Ainsi se déroulait, selon Pierre Benoît, la journée d’un officier méhariste au Levant sous le Mandat français. La trame du film suit des épisodes d’espionnage et contreespionnage en “Syrie” (le Liban n’était pas encore indépendant) entre les services anglais et français en poste au Levant. La Châtelaine du Liban n’est pas Libanaise mais Russe. Veuve d’un diplomate russe, fascinée par


la vie

MARIPOL POP ARt dIvA Elle ne s’appelle pas Maripol ni Marie-Paule, et on ne lui demandera pas son véritable prénom. Pourquoi ? Parce que. Parce qu’elle appartient à une époque mystérieuse et fantasmagorique. Une époque dont elle est une des gardiennes, tant de l’ombre que du devant de la scène. Et Maripol c’est Maripol. À la fois styliste, designer, réalisatrice, productrice, photographe, elle a fait partie de l’effervescence de la scène artistique newyorkaise des années 80, aux côtés de ses amis, Andy Warhol qui disait d’elle « she is a talented designer who is an important part of the fashion and art community in NYC », Jean-Michel Basquiat ou Keith Haring. L’époque du Pop Art. Par Médéa a zouri

«M

adonna n’aurait jamais été Madonna sans Maripol » peut-on lire dans un long article à propos de l’artiste sur music.yahoo.com. C’est que Maripol est à l’origine du look de Madonna, jeune chanteuse qui venait de sortir trois 45 tours au début des 80’s. Madonna entretient à l’époque un style plutôt goth. Maripol qui vient d’inventer le rubber bracelet, les fameux bracelets en caoutchouc récupérés sur des joints de tuyaux. « Mes créations étaient des

Awards, Maripol mettra la Madone en robe de mariée. Ce sera également la photo du plus grand album de Madonna : Like a Virgin. Maripol, c’est aussi l’idée des crucifix qui sera pendant très longtemps l’empreinte de la chanteuse. Elle en créait à cette époque-là et les vendait à Soho. Mais Maripol dont la grand-mère est libanaise, ce n’est pas seulement le stylisme de la chanteuse pop. C’est surtout le mouvement dont elle faisait partie. L’artiste

objets industriels détournés. D’ailleurs j’ai fondé ma propre entreprise d’accessoires de mode, Maripolitan Popular Objects. Certains de mes accessoires feront partie d’une collection «revival» qu’on a faite avec Marc Jacobs il y a 3 ans. » Un jour donc, Madonna vient la voir pour lui confier son look. Maripol lui conseille de monter sur scène en soutien-gorge et l’histoire commence là. Elle la couvre de ses bracelets. La photo fera la pochette de Madonna, le premier album de la chanteuse. Nous sommes en 1983. Il y a tout juste 30 ans. Deux ans plus tard, pour sa prestation aux Music Video 154

octobre 2013

a vécu l’émergence de la scène no-wave, aux côtés d’icônes comme Warhol, Haring, Grace Jones et Basquiat qu’elle produisit dans le film culte Downtown 81. Basquiat, découvert par Andy Warhol, était en pleine éclosion. Le film où il joue sera présenté par Maripol à la quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes en 2000. Un film où on retrouve également la chanteuse de Blondie, Debbie Harry. Treize ans plus tard, elle dirige Keith Haring : «The Message», commandé par Le Musée d’Art Moderne de Paris. Elle dira de Basquiat, au-delà de l’amitié qu’elle lui a portée de 1978 à 1988, qu’il était

Photos dr

Un jour, Madonna vient la voir pour lui confier son look. Maripol lui conseille de monter sur scène en soutien-gorge.


la vie

Maripol et son Polaroid

octobre 2013

155


2

1

bien davantage qu’un graffiteur. « C’était un poète, un peintre, un illustrateur. Il s’est servi du mur comme support. Il a été vers les gens qui n’auraient jamais été dans un musée. À l’instar de Keith Haring qui ornait à coups de craie les panneaux noirs destinés aux affiches publicitaires sur les quais du métro new-yorkais. » Ces artistes-là, Maripol les a bien connus. Bien avant qu’ils deviennent des monuments et, à leur grand désarroi, des machines à sous. On le réalise en visionnant ses deux documentaires présentés le 23 septembre dernier à Station, la nouvelle galerie beyrouthine d’art contem-

On découvre la nuit américaine à travers des portraits extraordinaires de Debbie Harry, Grace Jones, Warhol, Patti Smith, Sade, Jean-Paul Gaultier. porain, lors de la rétrospective qui lui est consacrée à travers ses Polaroïds: Maripolarama. Parce que Maripol qui se définit, avec l’humilité qui est la sienne, comme une artiste plurifonctionnelle, est photographe. Durant ces années-là, elle a immortalisé ses amis, ses soirées sur les films instantanés de la marque Polaroïd qui a malheureusement fermé son usine. Entre le mythique Studio 54 et les portraits de Madonna, on découvre la nuit américaine à travers des portraits extraordinaires de Debbie Harry, Grace 156

octobre 2013

5

Jones, Warhol, de Patti Smith, Sade, Jean-Paul Gaultier. Ces Polaroïd qui sont exposés depuis une dizaine d’années aux quatre coins de la planète, dans les plus grands musées d’art contemporain, sont présentés dans un format agrandi à 70/70. Malheureusement les Polaroïds n’existent plus mais Maripol a toujours un appareil photo sur elle. Cependant, malgré la réédition du concept Polaroïd par d’autres entreprises, l’artiste n’a pas repris ses anciennes habitudes. « La lumière est différente, les couleurs sont différentes. » On la comprend. Mais on comprend aussi que les années 80, c’était tout


la vie 3

4

Le lieu de l ’exposition stAtIoN, et curator Leila Alaoui (artiste multimedia). 1. Patti Astor 2. Maripolarama 3. Madonna 4. deborah harry 5. Grace And Maripol 6. Lisa rosen 7. Keith haring 6

à fait autre chose. On comprend que l’art contemporain était bien plus sincère et pur. Quand regarde Maripol, on a l’impression d’entendre une chanson de Blondie ou un morceau de Bashung, dont le parolier, Jean Fauque, n’est autre que le frère de Maripol. Et il suffit de se poser devant ses Polaroïds pour plonger dans cette décennie qui n’en finit pas de revenir à la mode. Qui n’en finit pas d’intriguer et de laisser ce goût sweet and sour dans la bouche. Un goût qui est la constatation d’une époque certes révolue,

7

mais ultra productive. Comme quoi, on pouvait évoluer dans les années bling bling et être créatif. Créer à SoHo, dans le Lower East Side, exposer dans des lofts industriels désaffectés du Lower Manhattan, descendre dans la rue et toucher les gens avec de l’art populaire, ce Pop Art qui a émergé dans les années 60 et qui a vécu ses heures de gloire à cette époque-là. Et bien ces annéeslà, c’est (aussi) Maripol. Maripolama, New York 1980’s, du 20 septembre au 20 octobre, Station, Jisr el Wati

octobre 2013

157


la vie

it’s happening marie rucki La naissance de l’identité et le pouvoir de l’image sont deux réalités auxquelles doivent se confronter les jeunes créateurs. Mission pédagogique que s’est fixée la directrice du Studio Berçot. Elle nous livre ici ses secrets de fabrication des futurs talents de la mode… P a r Pa q u i ta Pa q u i n , d e s s i n s a n t o n i o P i P P o l i n i

D

oués pour la communication, certains de vos anciens élèves savent donner de leur personne. Y êtes-vous pour quelque chose ? Marie Rucki : « Cette capacité, elle est en eux. Je pense que ce qu’ils ont acquis au cours, c’est l’officialisation de cette manière de communiquer, alors qu’ils n’en avaient auparavant qu’une vision diffuse. Le tout, c’est de faire la mise en scène de ce qu’ils seront plus tard. C’est dur, parce que ça suppose de tout sacrifier à une image. » L’ image est-elle devenue si importante ? « Ce que les gens veulent, c’est l’image ! Un élève envoyé pour postuler à un stage, ce n’est pas son dossier qu’on regarde, mais sa manière de marcher, son fonctionnement, ce qu’il dégage. » Et comment contrôle-t-on ce qu’on dégage ? « C’est le résultat de ce qu’il a dessiné, ou de ce qu’il a travaillé sous une forme écrite, qui lui permet d’affirmer qui il est. S’il ne fait pas cet “exercice à la barre”, il ne saura pas ce qu’il est. C’est ma théorie, mais les théories bougent comme les sables mouvants… » Vous faites toujours des défilés de fin d ’année ? « De fin, milieu ou début d’année. Je n’en ai pas l’obligation. On m’a déjà demandé quelle était ma stratégie marketing, je n’en ai jamais eu. Dans ce métier, c’est la notion de caprice qui importe. La mode n’est que de la fantaisie, un caprice, et non une nécessité. » Que traduisent ces défilés ? « Le défilé est lié à l’idée de mouvement, de flash, ça dure un quart d’heure. Il doit montrer un souffle, un clin d’œil. On n’a jamais fait ici que traduire un moment. La mode, c’est ça ! Dans les années 1980, l’identité du moment

158

octobre 2013

c’était la fête, la mode ne fonctionnait que par et pour la fête et il y avait toutes les retombées économiques que l’on connaît. Maintenant, c’est très différent. » Le Studio Berçot est régulièrement invité à organiser des défilés-performances… « Autrefois, on pouvait faire des défilés formidables pour rien. Maintenant, la moindre chose coûte des fortunes. Ces trois dernières années, on nous a invités à défiler dans des endroits formidables : la grande nef du Musée d’Orsay, à l’occasion d’une exposition sur l’impressionnisme, les jardins du Musée Bourdelle et ceux du PalaisRoyal. Eh bien là, nous avons monté notre tente de romanichels : la cabine de maquillage en plein air. Ça, c’est le cours Berçot éternel. » Est-ce très formateur pour un élève de participer à un défilé ? « Cela apprend énormément de choses. D’abord, il s’agit de “leur” modèle. Le dialogue doit s’installer entre le croquis et le Stockman pour que, petit à petit, tout le croquis soit aspiré par le mannequin. L’élève apprend la transposition, la “cérébralité” du travail. Cela le pousse à réfléchir sur ce qu’il fait, à faire vraiment ce qu’il aime. C’est le moment où il devient un individu et comprend que pour aller travailler chez les autres, il faut présenter une identité. » Développer son identité, même pour faire l’assistant ? « On n’a besoin que de cela. Il faut savoir prendre un risque, on ne plaît pas à tout le monde. Il ne le faut pas ! C’est votre identité qui va créer votre communication avec les gens avec lesquels vous serez appelés à travailler. Ce que j’essaye de leur apprendre ici, c’est l’état d’esprit de la mode. Le métier lui-même, il faut une vie entière pour le posséder. »


la vie

it’s happening olivier saillard Parallèlement à son travail de conservateur, le directeur du musée Galliera occupe une place d’artiste à part, délivrant chaque saison une vision poétique de sa passion pour le vêtement. Il analyse le monde de la mode avec la plus grande liberté au cours de performances décapantes qu’il réalise avec ses complices, des mannequins charismatiques comme Violetta Sanchez et, depuis peu, la comédienne écossaise Tilda Swinton. Il présente « Eternity Dress » mi-novembre au Festival d’Automne. P a r Pa q u i ta Pa q u i n , d e s s i n s a n t o n i o P i P P o l i n i

Le musée Galliera, en travaux depuis que vous le dirigez, vient de rouvrir ses portes… Olivier Saillard : « Oui, avec une exposition sur Azzedine Alaïa. Je voulais qu’il soit notre premier invité. Pas de grands changements à l’extérieur du musée mais à l’intérieur, Galliera redevient un petit palais. Là où tout avait été segmenté, on redécouvre une hauteur sous plafond de 9 mètres, les murs pompéiens, les boiseries noires… » Mi-novembre, vous participez au Festival d’Automne ? « Pour une performance avec Tilda Swinton, appelée Eternity Dress. Je rêvais d’être un couturier qui ne ferait qu’une robe dans sa vie. J’ai appris à coudre et à couper. L’idée, c’est de coudre une robe sur Tilda. Cela m’a pris neuf mois pour réaliser cette robe. Un laps de temps où entre collections et précollections, il s’en réalise des milliers. Ce sera comme un fantôme de robe ou l’ombre d’une robe. » Qu’allez-vous montrer ? « On montrera le processus de création au même moment que l’on montrera la robe. Cette robe, je n’exclue pas de l’éditer, elle restera aux mesures de Tilda – Rentre dedans celle qui peut. On pourra aussi l’acheter pour la regarder. » Vous vous êtes trouvés avec Tilda Swinton ? « Comme un chorégraphe et son interprète, je n’impose rien avec quoi elle ne serait pas d’accord. J’utilise beaucoup de ce qu’elle me dit. Et surtout, elle possède un charisme corporel tel, que c’est très inspirant. Tilda est une fille de projets. Elle vit dans un projet avant d’être Tilda Swinton. » Parlez-nous de ce charisme corporel. « Elle fait son métier sans se soucier de savoir si elle est belle ou moche, et inversement elle peut être les deux : sublimement laide et affreusement belle. Un physique intéressant, une sorte de David Bowie. » Vous avez fait les essayages sur elle ? « C’était des recherches. Elle prend la pause, et comme elle est comédienne, cela prend vraiment un sens. Elle essaye un geste et ça vit. Moi j’apprends à construire des toiles, l’archéologie du geste. Par quoi on commence pour faire une robe depuis le xixe siècle. Il y a des moments où a un centimètre cm près, la robe peut faire penser à du Yohji

Yamamoto, à du Balenciaga ou du Chanel années 1920. Aujourd’hui, la surabondance est telle que créer une robe qui serait comme la somme des autres, ça m’intéresse. » Va-t-il y avoir un texte ? « Oui, la performance commencera par une prise de mesures : “Tour de hanches, tour de petites hanches, tour de taille…” L’énumération de cette mathématique du corps est vraiment très jolie. » Habituellement, vous choisissez toujours des mannequins pour interprète ? « Je pense que sous ces vêtements, des filles comme Violeta Sanchez, Amalia Vercelli, Claudia Huidobro, Anne Rohart ou Axelle Doué, avec lesquelles j’ai l’habitude de travailler, ont incroyablement incarné certains défilés. On minimise leur intervention, je trouve au contraire qu’elles existent vraiment et j’aime qu’elles soient le papier carbone de ce qu’elles ont appris. » Le sens économique de ces performances ? « C’est une chose que l’on fait non pas pour entrer dans un système ni pour dégager une économie, juste pour le faire et se rassurer sur le monde. On ne gagne rien et cela ne coûte pas forcément beaucoup. Quand il n’y a pas de fric, il n’y a plus de problèmes de fric. » Depuis combien d’années faites-vous ces performances parallèlement au travail de conservateur ? « Depuis 2005. C’est un peu comme si j’avais inventé une nouvelle manière de faire des expos dans les bras des filles. Désormais, on est demandé dans plusieurs musées américains, au Lacma à Los Angeles, à Huston, à New York. Ces musées savent déceler tout de suite quand il y a quelque chose d’un peu neuf ou singulier. Et surtout Tilda produit un effet de loupe très médiatique. » Comment qualifier cette forme d’art ? « C’est plutôt de la poésie. Je trouve ça un peu vieux de dire : “Il fait de la poésie.” Mais c’est mieux que de dire “performer”, qui fait un peu “harder”. La poésie, il faut vraiment y croire pour en faire. C’est important de rendre une lecture de notre discipline avec la forme de poésie qu’elle contient. » octobre 2013

161


la vie

it’s happening lydia venieri L’artiste grecque crée la première biennale de Mykonos sous les auspices de deux muses sorties de son panthéon personnel, « Crise et Paganisme », l’une dramatique et l’autre comique, comme une tentative de réponse par l’art contemporain à la déprime et aux dérives fascisantes générées par la crise économique. P a r Pa q u i ta Pa q u i n , d e s s i n s a n t o n i o P i P P o l i n i

L

e père, la mère, la sœur et l’ex-mari de Lydia Venieri sont architectes. Son grand-père construisit leur étrange maison de Mykonos en 1890. À une époque où certaines musiques sont interdites d’écoute, elle grandit entourée des amis intellectuels et artistes de ses parents, des idéalistes en révolte contre la junte des colonels. Parmi eux, le peintre Takis, dont Lydia va épouser le fils, mais aussi « le mythique et superbe  Alexandre  Iolas  qui  sera  le  premier  à  me  soutenir  en  parlant  de  mon  travail  de  manière  fantastique, il a même acheté mes premières œuvres, j’avais 19 ans. » Direction Paris et les Beaux-Arts. À 23 ans, elle expose à Beaubourg aux côtés de Jeff Koons et de Jean-Charles Blais une œuvre singulière, La Femme découpée : quarante sculptures comme des vestiges archéologiques réanimés, une sorte de cour des miracles. C’était les dix ans du Centre Pompidou. Au milieu de ses proches, fans de Le Corbusier qui prônent minimalisme et modernisme, l’inspiration complètement baroque et dionysiaque de Lydia Vénieri détonne. Dans son œuvre, la nature, à la fois orgasmique et funèbre, se glorifie à travers la mythologie grecque. Ses références sont cinématographiques : « Fellini,  Pasolini,  Le  Décaméron,  Casanova,  des  œuvres  un  peu magiques qui commencent et ne finissent jamais. » Pourtant, à New York où elle vit désormais, elle travaille au quotidien à des œuvres digitales avec des artistes minimalistes qui l’acceptent comme une exception.

162

octobre 2013

Pendant l’été 2012, alors qu’elle écoutait, avec un certain recul, de jeunes Grecs en vacances à Mykonos exprimer un quasi-désespoir face à la situation économique, l’artiste s’est alors posé la question : « Pourquoi les gens dépriment-ils quand pendant la dernière guerre mondiale leurs  grands-parents  avaient  des  comportements  héroïques ou complètement fous ? » Cette crise a beau être bien réelle, elle n’en répond pas moins à un scénario. Ces jeunes, pris par la télévision, peut-être étaient-ils cons ou paresseux ? Elle décide alors d’élever leur esprit en les faisant travailler sur une cause capable de réveiller la conscience des années 1970, propre à Mykonos. Avec un ami producteur qui possède sur l’île un merveilleux cinéma de plein air, ils peaufinent cette idée de biennale d’art contemporain. Ils se mettent à la recherche du financement public qui vient relativement vite, puis disparaît (les interlocuteurs ont changé de poste)… Restera le financement privé. Tous les petits musées, archéologiques, folkloriques, vieux moulins et l’île sacrée de Délos sont mis à contribution comme lieux d’expositions temporaires. Le cinéma passe des vidéos d’artistes. Juin 2013 : c’est la pré-biennale de Mykonos, qui a posé les bases d’un projet appelé à devenir une rencontre internationale, autour du solstice d’été, le moment où le climat est le plus agréable à Mykonos.


LA VIE

BUYING ONLINE

L’ère du e-commerce, nous sommes en plein dedans. Si les précurseurs, comme Amazon ou Net-A-Porter, ont déjà 10 ans, aujourd’hui, il n’est plus possible pour une marque d’exister sans une branche de vente sur le net. Normal. Quand on a envie de s’offrir une robe qu’on ne trouve par exemple que sur le continent américain, rien de plus facile qu’un clic. Tout s’achète sur le net. Avec ou sans essayage et bien sûr remboursement. Un livre, une télé, un bracelet, une robe, une lampe, Internet est le plus grand mall (virtuel) du monde. Beyrouth n’est pas en reste. Les Libanais n’ont pas inventé le commerce pour rien. Vintage et/ou design libanais, on trouve désormais tout sur la toile. Et derrière ces initiatives, des jeunes. Quand l’idée paye. Petit tour de la vente online made in Lebanon. Par Médéa a zouri

WAshEd-A nd-found.com

rend ses lettres de noblesse et surtout lui redonne une seconde jeunesse » dit la jeune femme qui n’a même pas 30 ans. Et puis Internet c’est pratique. Très pratique. Surtout quand la navigation est simple et que le la configuration est belle. On regarde, on compare, on craque. Maya K addoura sélectionne les vêtements et les accessoires, vérifie leur état, fixe les prix soit en comparaison avec le marché actuel, soit en fonction de leur rareté et de leur pedigree. Elle les prend en photo et les met en scène, fait des shootings. Et hop, en deux temps trois mouvements, on tombe sur des cravates Hermès, un trench Burberry, jamais porté, un sac Chloé, le Billy de Jérome Dreyfuss, une robe Missoni, des sandales Jimmy Choo, un classique signé Chanel, une jupe YSL, un top Pucci, le bonheur quoi. Il y en a pour tous les goûts et tous les prix, toutes les tailles et toutes les couleurs. Il y a du vintage et des items du moment – à des prix imbattables. Washed and Found c’est une caverne d’Ali Baba dirigée par une jeune femme pleine d’enthousiasme. Nous aussi d’ailleurs. Et ça nous donne envie de jouer les Aladin(e)s de la mode.

PHOTOs dr

Les armoires des grands-mères regorgent d’une multitude de trésors. Sacs des années folles, accessoires 80’s, la friperie a changé de registre. Aujourd’hui, ce qu’on appelle la brocante de luxe, est devenue le “It” achat du moment. Pourquoi ? Parce que le vintage est tendance, parce que le luxe devient abordable et parce que la mode passe mais le style demeure. Maya K addoura l’a bien compris. Elle a compris que porter un sac Dior ayant appartenu à sa mère est une preuve d’ingéniosité, que revoir façon 2013 une jupe en cuir Jitrois a bien plus de poids que de se payer du simili hors de prix, et que surtout, cet échange, ce peer to peer, fait des heureux de part et d’autre. C’est donc sur son site Washed and Found qu’on doit se rendre. Bien plus facile que d’aller à un garage sale ou à une vente privée. Parce que vendeurs et clients restent anonymes. Qui a envie que ça se sache qu’on s’est délesté du cadeau d’un ex ou d’une paire de chaussures qu’on n’a jamais portée ? Personne ne sait qui vend, personne ne sait qui achète. La discrétion est de rigueur et Maya K addoura ne dévoilera aucun nom. « De plus, on a souvent du mal à donner un item de marque. Le vendre lui

166

OcTObre 2013


PHOTOs dr

LA VIE

OcTObre 2013

167


LA VIE

mysouk .com

« Open your store ». Cette phrase résume le concept de MySouk.com, le site mis en ligne en juillet dernier et qui se définit également comme un mini mall online. La particularité de ce site conçu par quatre jeunes de 20 ans : Théo Ohanessian, Ghassan Mabsout, Mira Mabsout et K arl Bachian, c’est que MySouk.com est une plateforme à louer. Idée ingénieuse. Les créateurs louent leur espace sur l’interface. La durée du « bail » peut être de 6 mois ou d’un an et le nombre de pièces présentées est également variable. Un avantage que les créateurs présents sur le site apprécient. Ce sont eux qui gèrent leur page à l’aide d’un username et d’un password attribué lors de l’ouverture de leur compte. « C’est un peu comme avoir une page Facebook » nous expliquent, Théo et Mira. « Le créateur sélectionne ses produits, les place sur le site, peut les changer quand il veut, gère ses stocks et poste des photos quand il en a envie. Il peut également être en contact direct avec le client et nous l’informons de toutes les transactions en cours ». Ingénieux disait-on. Parce qu’en plus c’est l’équipe de MySouk.com qui s’occupe des livraisons et qui aide les « vendeurs » online à travailler leur image et leur « magasin ». MySouk.com est donc interactif à plusieurs niveaux. Sur chaque profil, on trouve une vidéo avec des interviews des artistes, créateurs ou vendeurs présents. Et certaines enseignes proposent même de la customization. On trouve tout sur le site. La mode bien sûr, qui regroupe designers libanais et marques internationales, des accessoires pour la maison, des bijoux et de l’art. « D’autres secteurs seront bientôt mis en ligne, comme home and beauty. » La navigation est facile, ce qui est un des éléments les plus importants. Alors, on se laisse prendre par les objets. Les sacs de My Other Bag, le design de Rana Salam, les sarouels de Lara K houry, les créations de Sarah’s Bag, les bijoux des Mukhi Sisters ou de Joanna Nakhlé, les stickers muraux de Nayla K ai Saroufim ou les Dots de Madame Rêve. Un vrai concept store en fait, où le goût des fondateurs n’est pas la base. Eux ont des critères de sélection, ensuite ils laissent faire leurs locataires. Pas d’exclusivité non plus. On peut trouver ces marques ailleurs, mais le plus intéressant c’est que certaines d’entre elles se sont retirées d’autres sites pour se concentrer sur MySouk. Joli cadeau. À l’instar de la gift card que l’on peut se procurer sur l’interface. 168

OcTObre 2013


LA VIE

Les diners secrets de Buthaina et noor Buthaina Al Mazruhi et la princesse Noor Bani Hashim vivent à Abu Dhabi. La première est une fondue de gastronomie et cuisinière émérite. La deuxième est une designer touche à tout, avec une prédilection pour les décors de tables. Ensemble, en attendant d’ouvrir leur boutique-café, elles ont créé un Dinner Club secret et itinérant, le “N°57”, dont les adhérents vont de surprise en surprise.

V

os invitations à dîner arrivent impromptu. Réservez la date, le lieu reste secret, la compagnie aussi, tout comme le menu. Avec Buthaina et Noor, ne vous attendez à rien, elles sont capables de tout! Mais c’est la règle du jeu. Un soir, vous vous retrouverez au fond d’une piscine désaffectée jouant les sirènes et les tritons dans une installation féerique. Elles serviront elles-mêmes à table, dans le scintillement de dizaines de bougies auquel répond l’éclat du cristal et de l’argenterie.

LA pIscInE, LE poètE Et LE bA nquIEr

Le menu, préparé par Butheina et annoncé par une figurine de dauphin moulée et peinte par les deux complices, tourne autour de la mer. Homard, oursins, 170

OcTObre 2013

coquillages et crustacés, les produits sont de grande qualité, traités avec respect. La poignée d’invités ( jamais plus de 10-12 personnes), ne se connaissent pas. Le plan de table est composé avec le même souci d’équilibre que le repas. Les personnes que vous rencontrerez seront drôles, cultivées, chaleureuses, venues d’univers différents. Dans la même aventure d’un soir se rencontreront un banquier d’envergure internationale doté d’un humour inattendu, un poète qui déclamera impromptu, au détour d’une conversation, des vers de son cru, un acteur célèbre, une danseuse, un grand couturier. Que ce soit au fond d’une piscine donc, ou dans une oasis en plein désert où l’on mangera des plats traditionnels du Golfe, dans un bus scolaire posé sur un chantier, évidé pour l’occasion et

PHOTOs dr

P a r f. a . d .


OcTObre 2013

171


172

OcTObre 2013


équipé d’une table familiale (et reconstitué avant le jour pour reprendre sa fonction quotidienne), au sommet d’une tour, suspendu ou non à une grue, les thèmes varient, l’absurde touche au sublime, décor et saveurs s’harmonisent avec la qualité des invités pour créer un moment d’exception. La philosophie du duo consiste à trouver un mélange de personnalités optimisé pour générer des conversations et des échanges brillants. LA “guér ILLA” En AttEndA nt LA stAbILIsAtIon du front

L’idée s’est imposée en octobre 2012 quand, à bout de patience dans l’attente de créer leur propre café boutique, (un lieu à mi-chemin entre la restauration de luxe et les chaines de fast-food, les deux seules formules proposées dans les Emirats), Butheina et Noor ont voulu “tester” leurs compétences sur leurs futurs clients. Voyageant beaucoup, ayant fait leurs études entre Londres et les Etats-Unis, elles ont observé les tendances de très près, évalué, comparé, mis leurs expériences en commun et décidé d’opter pour ce concept “guérilla” qui doit leur permettre de se faire connaître avant de se lancer dans la restauration classique. Equipées de souliers confortables, sans oublier de faire en sorte que leur glamour soit à la hauteur de l’événement, elles sont au four et au moulin, non seulement lors des préparatifs mais le jour “J” où elles se mettent littéralement aux petits soins de leurs invités. Au début, elles piochaient couverts et décorations dans leurs réserves familiales, empruntant à leurs mères les ménagères de Christofle et les assiettes de Gien. Elles empruntaient aussi la salle à manger de leurs parents pour les “répétitions”, à la grande joie de leur entourage qui participait ainsi à la fête. Par la suite, elles ont travaillé avec des fournisseurs spécialisés dans l’art de la table. Collaboration bénéfique puisqu’elles leur offraient en retour la plus belle exposition qui soit. Mais elles font aussi emplette de vaisselle vintage à Portobello market et apposent leur signature avec des objets de déco faits main par leurs soins.

PHOTOs dr

thE dIn n Er cLu b 57

Butheina vénère Ferran Adria pour son audace et Yotam Ottolenghi pour la beauté et la simplicité de ses compositions, mais elle pioche aussi ses recettes dans le livre de cuisine de sa mère (“un génie des fourneaux”) et n’hésite pas à piquer celles des amies de cette dernière. Ses premières expériences culinaires, elle les a faites dans son logement d’étudiante, à Londres, où elle cuisinait pour ses camarades d’université. Noor est l’incarnation, selon sa coéquipière, d’une Martha Stewart arabe avec ce talent de mettre en harmonie toutes les composantes d’une réception parfaite, du lieu au décor en passant par la musique et la qualité des invités. Le Dinner Club 57 est donc à la jonction de deux talents, deux enthousiasmes, deux passions. Pourquoi 57? Parce que le 5 est le nombre porte-bonheur de Butheina et le 7 celui de Noor. Quand leur café verra le jour, probablement en février 2014 une fois obtenues toutes les autorisations administratives et terminée la phase paperasse, il sera idéalement situé à Abu Dhabi face à la mer, sur le port Al Batheen dans le quartier Al Marasi. Il aura une terrasse pour rêver à son passé nomade et n’oubliera certainement pas son ADN “underground”.


La vie

eT mainTenanT

La maison Schiaparelli n’en finit pas de ressusciter : expositions, inaugurations, annonces, cocktails, dîners… mais sans encore franchir le pas qui sépare le rêve de la réalité. Par Francis Dorléans

D

epuis le rachat de Schiaparelli par M. Diego Della Valle, les événements et les manifestations se succèdent sans apporter de réponses concrètes à la question que tout le monde se pose : qui va présider aux destinés de la maison ? C’est quand même ce qui intéresse le monde de la mode ce jeu des chaises musicales : un tel passe chez un tel, un tel reste chez un tel, un tel remplace un tel. Et chez Schiaparelli ? Depuis deux ans qu’on en parle, on n’en sait toujours rien. On a évoqué un moment Galliano. On disait qu’Anna Wintour soufflait dans ce sens. D’autres noms ont circulé. Nicolas Ghesquière qui venait d’arrêter Balenciaga aurait pu faire l’affaire, mais l’affaire ne s’est pas faite. Alaïa aurait été formidable, mais c’était utopique. Bref, des tas de noms, mais jamais le bon.

des broderies de jais, des capes, des poches surdimensionnées… Tout cela était très joli, mais, au risque de passer pour terre à terre, on peut quand même se demander à quoi servent ces modèles présentés comme des pièces uniques ? D’autant qu’on nous annonce d’autres manifestations du même ordre ; d’autres artistes invités à s’exprimer sur le sujet. L’hommage érigé en perpétuel devenir ? L’idée est assez belle, même si elle tourne le dos à la réalité et comporte des risques : ne dit-on pas crouler sous les hommages ? Tout a commencé avec une exposition au Metropolitan, à New York, sous l’égide de Prada, où Miuccia Prada rendait à Schiaparelli ce qui lui revient. Un hommage avec un dîner par petites tables, un bal et tout le tralala. Le monde de la mode en émoi. Anna Wintour en maîtresse de maison. Le Tout-New York, le Tout-Paris. Tout cela très œcuménique. On a ensuite inauguré les salons, place Vendôme, à l’endroit même où Schiaparelli officiait. L’idée était de recréer l’atmosphère de la maison de couture. Schiaparelli dans ses meubles en quelque sorte, avec beaucoup d’objets lui ayant appartenu : une

Tout a commencé avec une exposition au Met, à New York, sous l’égide de Prada, où Miuccia Prada rendait à Schiaparelli ce qui lui revient.

Avec les 18 modèles de Christian Lacroix, présentés en juillet dernier, au musée des Arts décoratifs, le mystère s’épaissit encore, comme on disait naguère dans les romans policiers. Christian Lacroix n’a jamais caché l’admiration qu’il portait à Schiaparelli. Comme Saint Laurent avant lui. Et combien d’autres (on n’en finirait plus d’énumérer tout ce que les couturiers lui doivent). Il n’était donc pas illégitime de demander à Christian Lacroix de donner sa version et le résultat était à la hauteur de ce qu’on pouvait en attendre : beaucoup de rose shocking, 174

octobre 2013

sphinge, les fameux mannequins en bois articulés, des choses de Serge Roche, de Jean-Michel Frank, des dessins et des photos à foison, Christian Bérard, Marcel Vertès, Leonor Fini, Jean Cocteau et même un Salvador Dalí. On s’y croyait ou on s’y serait cru. Elle n’était pas là, mais elle n’était pas loin. On ressentait une absence presque palpable qui invitait au spiritisme. « Esprit es-tu là ? M’entends-tu ? » Malheureusement, faire tourner les tables n’est pas une science exacte et si Schiaparelli nous a entendus, elle n’a pas daigné nous donner de plus amples renseignements. Farida KheLFa pour incarner L’image de La marque

Je soupçonne Diego Della Valle d’être sentimental. Le rachat de Roger Vivier en apportait la preuve. Celui

Croquis de Christian Lacroix pour Schiaparelli.

photos dr

L’hommage érigé en perpétueL devenir ?


La vie

Croquis de Christian Lacroix pour Schiaparelli.

176

octobre 2013

Si on m’autorise à illustrer cette sortie quelque peu lyrique avec un exemple plus concret, on comprendra mieux ce que je veux dire. J’entretiens avec Farida une relation privilégiée, mais la question n’est pas là. L’autre jour je l’attendais à la terrasse d’un café d’où nous avions contemplé le laisser-aller qui caractérise la rue aujourd’hui : bretelles de soutien-gorge qui dépassent, T-shirt et jean arraché, pantalon tire-bouchonné, chemise sortant du pantalon, etc. Quand j’ai vu Farida traverser la rue pour venir à ma rencontre, dans un tailleur noir impeccable, avec pour seul ornement la chaîne en or d’un sac en bandoulière pas plus gros qu’un bijou, j’ai ressenti une immense fierté d’être son ami. Un déclic aussi : je me rendais compte que la mode avait achevé sa révolution sur elle-même pour revenir à son point de départ. Aux fondamentaux, comme on dit aujourd’hui. Exit les grunges, les hippies, les punks, les bimbos, les bombasses. Exit les filles attifées n’importe comment, maquillées n’importe comment, harnachées comme des chevaux de cirque. Comme tout cela semblait démodé en comparaison de Farida traversant la rue dans son tailleur noir.

photos dr

de Schiaparelli s’inscrit dans la même quête : préserver quelque chose qui a dû le faire rêver dans son enfance. Il ne veut pas qu’on lui casse son jouet. Sa belle au bois dormant a droit à tous les égards. Il est très protecteur. Diego Della Valle fait parti de ces grands patrons italiens qui sont le dernier rempart de la nation face à un État qui se délite (un peu comme chez nous, mais en pire). N’a-t-il pas récemment participé à la restauration du Colisée de Rome qui menaçait de tomber vraiment en ruine ? On peut imaginer qu’un homme qui a aidé à restaurer le Colisée doit savoir quoi faire avec une maison de couture ? D’ailleurs, si je ne comprends pas tout de la stratégie de communication de Diego Della Valle, je lui suis reconnaissant d’avoir choisi Farida K helfa pour incarner l’image de la marque. Une image forte. Un choix singulier qui devrait être une indication pour l’orientation de la maison. On ne peut pas habiller Farida comme on habillerait n’importe quelle petite beauté du moment. Farida n’est pas une égérie ordinaire ; dans ce jeu de quilles elle surgit comme l’aigle noir de la chanson de Barbara. L’oiseau noir couronné. « Dis l’oiseau, oh ! dis, emmène-moi ! » Le prochain styliste de Schiaparelli saurat-il se laisser entraîner vers ces contrées immatérielles où l’élégance se nourrit de la haute opinion qu’elle entretient d’elle-même ?


Foch strEEt · aishti Downtown · aishti sEasiDE · BEirUt city cEntr

#Di rEBoot

E aBc · aizonE intErcontinEntaL mzaar · aizonE citymaLL


instagram.com/LoULoUBianca


la vie 1

2

PHOTOs dr

3

180

OcTObre 2013


la vie

Beirut Art FAir 2013 L’A rt pour LA pAix

Un joli coup d’air frais sur le Biel (Beirut International Exhibition and Leisure center) est venu balayer la morosité de la rentrée. Du 19 au 22 septembre, la quatrième édition du Beirut Art Fair a eu lieu en force, malgré quelques inquiétudes liées aux événements de Syrie, drainant encore plus de foules et réalisant de meilleurs chiffres encore que les années précédentes. P a r Ta m i m a D a h D a h

Page de droite : 1. Xavier Veilhan, The Horse, 2009, Courtesy Aïshti Foundation. 2. Matthew Monahan, Formula One, 2011, Courtesy Aïshti Foundation. 3. Martin Boyce, From This Place, 2011, Courtesy Aïshti Foundation Ci-dessous : 4. David Chan Chimerative and Centauree, 2009

4

OcTObre 2013

181


la vie

5

6

7 5. Damien Hirst, Dots ‘Butterfly & Skull ’ 2009, Sérigraphie sur Skateboard 6. Andy Hope 1930, Skull 2013, Skateboard 7. Jef f Koons, Monkey Train Yellow 2006, Skateboard The SK8ROOM 8. Kimiko Yoshida, Laughing Girl by Vermeer, 2007-2009, Galerie Tanit 9. Angki Purbandono, King of Capsule, 2012, Vivi Yip Art Room

8

182

9

OcTObre 2013


la vie Ci-dessous 10. Claudia Elissar Chahine & Gilbert Debs, B For Beirut, 2013 - OUNOVIS by baalcreations 11. Jack Dabaghian, Generation War

10

11

OcTObre 2013

183


la vie 12

13

184

14

OcTObre 2013


la vie 15

Page de droite 12. Aya Haidar, Dwelling Site, 2013, Installation 13. Kameel Hawa, Beirut, 2012 courtesy Al Mohtaraf 14. Nabil Nahas, Untitled, 2010, Collection Privée Ci-dessus 15. Philippe Pasqua, Vanité aux papillons 2012

L

es organisateurs, dont Laure d’Hauteville, fondatrice et directrice de la foire et Pascal Odille, le directeur artistique, ont su garder vives les motivations pour recevoir les 47 galeries venant de 14 pays du Moyen-Orient – avec le Liban à l’honneur- d’Europe, des deux Amériques, de l’Asie du Sud et du Sud-Est. Avec la première participation de pays tels que Singapour, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et la Malaisie, un pont des plus intéressants s’est établi pour le marché de l’art entre le Moyen-Orient et l’Asie. En retour, l’équipe de la Beirut Art Fair emmènera des galeries du Liban et du Moyen Orient à la Suntec Singapore Convention & Exibition Center, où est prévue une foire d’art contemporain du 27 au 30 novembre 2014. Une autre première cette année, l’exposition de photos intitulée Generation War qui a réuni les travaux de six photographes reporters libanais, nés dans les années 60. George Azar, Patrick Baz, Jack Dabaghian, Aline Manoukian, Samer Mohdad et Roger Moukarzel, aujourd’hui tous reconnus internationalement, ont

partagé leur vécu de la guerre avec des instantanés saisissants. Plus de sept mille visiteurs, rien que le premier jour, ont pu apprécier les deuxmille œuvres d’art proposées dans cette foire métissée où même skateboards et snowboards sont transformés en supports artistiques avec le consentement de créateurs comme Damien Hirst ou Jeff Koons pour la reproduction de leurs œuvres. Ces grands artistes participent ainsi à une action humanitaire, puisque 20% des recettes de la vente sont reversées à une ONG pour les enfants d’Afghanistan et du Cambodge. Mais l’exposition s’est aussi transposée au-delà des murs du Biel, pour se propager dans les rues du centre-ville et créer une effervescence culturelle autour de sculptures monumentales, d’installations et de street art. Artistes et collectionneurs ont prêté leurs œuvres pour tracer ce parcours magique où l’on pouvait croiser dans les allées du Souk, en poussant la porte d’une boutique ou au détour d’un chemin une création surprenante. “The Horse” de Xavier Veilhan a remplacé “Shark ” du même artiste au croisement de la rue El-Moutran. Un cèdre “Untitled” de Nabil Nahas se découvrait chez Hermès. Une compression de Matthew Monahan trônait chez Elie Saab parmi les mannequins vêtus des créations de l’automne hiver 2013-2014 du grand couturier. Ainsi de suite, une sculpture calligraphie, “Beirut”, s’élevait sur l’esplanade de l’hôtel Le Gray, une sculpture en bronze d’un muletier sans tête d’Ahmad Askalani se frayait un chemin sous le restaurant Momo’s et une vanité en marbre de Philippe Pasqua faisait du lèche-vitrine. Entre œuvres permanentes et exposition éphémère, 25 étapes étaient proposées au total, pour le plus grand bonheur des passants et des riverains venus en famille jouer le jeu et redécouvrir la ville. Enfin, Beirut Art Fair aura surtout révélé des artistes « inspirés par leur héritage et les bouleversements de leur histoire, créant leur œuvre loin de l’agitation de la globalisation, des courants de mode et du star system », ainsi que l’ont fermement souhaité les organisateurs. OcTObre 2013

185


macao show Le Las Vegas d’Extrême-Orient connaît un début de vie hors jeux. En décidant de miser sur l’art et la culture, la ville cherche une alternative à l’économie casino. Escale sur une péninsule en devenir. Par R achèle Be vil acqua, Photographe vincent FeRR ané

Sky 21, restaurant de cuisine fusion et bar à l ’étage, au 22e, avec vue sur la Chine continentale à environ 3 km à vol d’oiseau.

186

octobre 2013


LA VIE

Le musée d’Art contemporain de Macao.

octobre 2013

187


nouvelle mode est aux parcs d’attractions. Ces petites villes-casinos se construisent sur l’île de Taipa, où étaient autrefois installées les usines de pétards que les Macanais continuent d’utiliser pour chasser les mauvais esprits. Aujourd’hui, Taipa ressemble à un énorme chantier. Elle étend ses terres sur la mer pour construire d’autres complexes, tel le très attendu Parisian, ainsi qu’un parking pour les voitures qui emprunteront le pont qui reliera, en 2016, sur 40 kilomètres, la Chine à Macao et à Hong Kong. Une économie plus que florissante qui profite à la culture. On est d’ailleurs étonné qu’aucun budget n’ait été encore prévu pour la rénovation d’un parc immobilier dense, livré à l’usure du temps, de même qu’à l’humidité ambiante. Les buildings en béton, parfois recouverts de carrelage, sont collés les uns aux autres avec des vis-à-vis qui défient les lois de l’intimité… Cette promiscuité se retrouve aussi dans les quartiers plus anciens, où les immeubles de plus petites tailles sont habillés de balcons blancs en fer forgé. La densité de la population est ici l’une des plus élevées au monde : plus de 530 000 personnes vivant sur 30 kilomètres carrés.

Lala, responsable du C-Store.

À

une heure de la Chine continentale, Macao évoque la rencontre amicale des cultures chinoise et portugaise. Aujourd’hui, il ne reste que peu de traces du passage des Portugais mais la ville travaille à sauvegarder ce patrimoine et développe de nombreux projets pour reprendre le fil de son récit dans lequel les Macanais d’origine chinoise détiennent désormais le premier rôle : ils représentent plus de 98 %

Depuis 2010 donc, les autorités subventionnent une centaine d’associations qui travaillent à soutenir et à promouvoir la scène artistique locale. La plupart se trouvent sur la presqu’île de Macao, comme le collectif Ox Warehouse fondé en 2003 par Frank Lei, un photographe qui a passé quelques années à Paris et qui fut résident au New Museum de New York. Âgé d’une cinquantaine d’années, l’homme est réservé. “Ox Warehouse est un lieu où les artistes peuvent se retrouver, travailler et exposer leurs œuvres, mais les aides accordées ne concernent que la scène locale. Du coup, nous déployons une énergie folle pour continuer à échanger avec des artistes étrangers et proposer des résidences. Ce fut le cas pour l’expo ‘Macao-Zhuhai’ qui a fait se rencontrer huit Macanais et huit Chinois”, raconte-t-il. Les aides se traduisent notamment par le prêt de locaux. Ox Warehouse s’est ainsi installé dans ce qui fut un abattoir, tandis que d’autres structures ont élu domicile dans les petits et anciens immeubles portugais

Un peu plus loin, dans la cour arborée d’un joli patio, de jeunes Macanais ont ouvert le restaurant Alburgue, qui propose une cuisine chinoise fusion. de la population. Macao se porte bien mieux depuis son retour partiel en Chine, en 1999, moment où les étrangers ont été autorisés à y installer leurs casinos. Avant cette époque nantie, Macao, protégée par la miséricorde de Kun Lam, sa déesse, vivait chichement de la pêche, sa seule ressource naturelle. Le chômage qui frappait les Macanais a donc disparu et la ville recrute à tout-va. La 188

octobre 2013

de couleur ocre, rouille ou vieux rose, restés inoccupés dans les deux rues pavées du quartier de São Lázaro. La Fashion Macao Gallery, gérée par la très active House of Apparel Technology, sorte de Parson School locale, occupe un espace de trois étages. Un peu plus loin, dans la cour


LA VIE

Le toit du musĂŠe de Macao.

octobre 2013

189


Promeneurs sur le toit du musée de Macao.

Le Pont de Sai Van, qui relie la péninsule de Macao à Taipa.


LA VIE arborée d’un joli patio, de jeunes Macanais ont ouvert le restaurant Alburgue, qui propose une cuisine chinoise fusion. Le Fantasia 10, incubateur d’entreprises culturelles avec ateliers d’écriture, de photo et de sculpture, s’est établi dans le patio voisin. Le musée d’Art contemporain de Macao, ouvert en 1999, entretient d’étroites relations avec les associations et expose largement des artistes comme Joan O ou Danis Murrell. Ce printemps, une énorme installation de la photographe Carol Kwok trônait seule dans une des salles du musée. Chan Hou Seng, son très sérieux directeur, explique : “Nous organisons une trentaine d’expositions par an. Nous développons aussi des programmes d’enseignements et d’échanges avec les musées de Pékin ou de Shanghai, et sommes présents depuis 2007 à la Biennale de Venise où James Chu a été invité l’année dernière.”

but mai, un chapiteau et une scène en bambou sont montés, pendant quelques jours, pour accueillir un opéra chinois dont raffolent les vieux Macanais. Plusieurs représentations par jour et presque toutes se jouent à guichets fermés. En face, le temple d’A-Ma (déesse du ciel), le plus ancien de Macao, est entouré d’un épais parfum d’encens sans cesse alimenté par les fidèles qui allument toujours trois bâtons en même temps pour honorer l’humanité, le ciel et la terre. Le temple A-Ma réunit, chose très rare, les trois religions d’Extrême-Orient : le taoisme, le confucianisme et le bouddhisme.

Le collectif Ox Warehouse s’est installé dans ce qui fut un abattoir, quand d’autres ont élu domicile dans d’anciens immeubles portugais ocre, vieux rose, rouille, du quartier de São Lázaro. Si l’intérêt pour la culture est croissant, tous s’accordent à dire que la production locale est encore à ses balbutiements. Il reste beaucoup à faire. Le design et la mode connaissent, eux, un essor plus rapide. Chao Sioleong et Hong Chong Ip, deux hipsters trentenaires, ont monté en 2011, avec l’aide du gouvernement, MOD Design, un studio de design. Ils racontent, avec la fierté paternaliste des chefs d’entreprise, avoir embauché, en moins de deux ans, trente personnes et avoir ouvert un magasin au nom éponyme, sorte de “Bathroom Graffiti meets Colette”. Ils nous emmènent voir, non loin de leur bureau, C Store, leur boutique tenue par Lala, la modeuse qui change de couleur de cheveux toutes les semaines – blond, rose, roux, brun. C Store distribue des créateurs occidentaux (All Knittwear, Andrea Crews) et des stylistes macanais (Worker Playground, Obèse Plein). En sortant du magasin, Chao Sioleong et Hong Chong Ip nous annoncent qu’ils s’apprêtent à lancer “Moom”, leur première collection. La mode est une industrie qui se bat depuis vingt ans pour exister. Viktoria Kuan, qui dirige House of Apparel Technology, explique que depuis la fermeture des usines dans les années 1990 et en l’absence de matières premières, il a fallu former les jeunes. L’Institut de la mode, installé dans un entrepôt réhabilité, dispose ainsi d’une bibliothèque riche en magazines, de salles de classe équipées de machines à découper et à coudre, d’un studio de maquillage et de coiffure, et dispense des cours de business. Viktoria souligne l’importance de faire participer les étudiants à la fashion week de Hong Kong et au Fashion Festival de Macao : “Aider la jeune création me tient à cœur. De mon temps, il n’y avait aucune structure, et je n’ai donc pas pu exercer le métier de styliste, même si je suis née dans une usine de vêtements et que j’ai fait mes études à l’étranger.” S’il doit y avoir un grand bond en avant culturel, il sera lancé depuis la presqu’île de Macao comme si cette volonté, voire ce besoin d’insuffler de l’humain dans la vie des habitants, ne pouvait se passer qu’ici, où l’Histoire a déjà commencé à s’écrire. C’est en effet dans le sud de la presqu’île que se trouve Lilau, le plus vieux quartier de la ville. Une place pavée entourée de petits immeubles avec leurs jolies persiennes, construits par les Portugais à leur arrivée et qui domine la magnifique maison Mandarin, datant de la fin du xixe siècle. Lilau côtoie le quartier de Barra, le nouveau repaire des artistes au bout duquel, dé-

En traversant le pont pour rejoindre l’île de Coloane, tout au sud de Macao, le spectacle d’une mer lisse, presque blanche, qui

Le Venitian est l ’un des plus grands hôtels-villes casino au monde, avec 3 000 chambres et 350 boutiques.


Situés à l’entrée de la forteresse de la Guia, ces éléments métalliques suspendus rappellent les typhons qui ont frappé l’île.

Autrefois plus précieux que l ’or, l ’encens est brûlé à haute dose dans les temples.

Le jardin de Lou Lim Iok Garden sur la péninsule de Macao, of fre une végétation presque tropicale.


LA VIE

se confond avec la brume, laisse songeur sur l’identité de ce peuple qui est en train de perdre ses origines portugaises mais qui se distingue des Chinois du continent par son éducation façonnée sur la liberté d’expression et d’opinion. Le village de pêcheurs de Coloane est un havre de paix. Quelques mois après le Nouvel An chinois, les vœux, sous forme de volants rouges, sont encore collés aux portes d’entrée des bicoques en tôle, transformées en magasins de produits de la mer. En moins de quinze ans, Macao est devenue l’une des places les plus riches au monde, si ce n’est la plus riche. Elle compte cinq fois plus de casinos que Las Vegas. Des casinos qui, en 2011, ont rapporté 30 milliards d’euros, dont 30 % sont reversés à la ville. Depuis trois ans, celle-ci a décidé d’investir dans la culture, un marché en pleine expansion déjà investi par Hong Kong qui a accueilli, cette année, la première édition d’Art Basel. Macao est en pleine mutation et il est donc encore trop tôt pour saisir la teneur du récit qu’elle est en train d’écrire.

une bière, sans dessert. Sur la péninsule de Macao cuisine macanaise faite par et pour les locaux : - a lorcha : 289 a rua do almirante Sergio. tél. +853 28 31 31 95. - litoral : www.restaurante-litoral.com - carlos : rua cidade de Braga. tél. +853 28 75 18 38. cuisine chinoise - lua azul : installé au 21e étage de la Macao Sky tower (la plus haute tour du monde pour pratiquer le saut à l’élastique). une adresse où vont les locaux. le dim sum est à 2,50 €. On recommande. www.macautower.com.mo cuisine fusion asiatique - Sky 21 : dans l’aia tower. comptez 50 € par personne avec boisson et dessert. www.sky21macau.com

CArnEt dE routE ce reportage a été organisé par l’Of ficiel voyage avec l’aide de l’Office

cuisine occidentale et orientale

de tourisme de Macao.

- educational Restaurant : à l’institut de formation

www.macautourism.gov.mo

touristique. comptez 50 € par personne avec boisson et dessert.

Y aller

www.ift.edu.mo

avec cathay Pacific, Paris/hong Kong a/R, à partir de 800 €

coloane

en classe éco. cathay Pacific ne dément pas sa réputation d’excellente

- espaço lisboa : avec une jolie terrasse ex-

compagnie pour laquelle l’accueil et le service sont une priorité.

térieure, suffisamment rare pour le souligner.

le Ferry : 50 € a/R. le voyage dure en moyenne 15 heures.

8 rua dos Gaivotas. tél. +351 213 610 212.

Dormir

contournables de la culture portugaise. www.lord-

Sur la péninsule

stow.com

- lord Stow’s Bakery : pour les pasteis de nata, in-

de Macao Mandarin Oriental notre préféré. il allie les deux qualités les plus appréciables : un ser-

Bars

vice impeccable et une discrétion exemplaire. Piscine donnant sur la

Sky B Bar : au-dessus du restaurant, au 22e étage

baie, avec hammam et sauna. c’est l’un des rares hôtels dans lequel il

de l’aia tower, donc entouré d’une belle terrasse.

n’y a pas de casino et dont la capacité d’accueil est tout à fait raison-

www.sky21macau.com

nable (300 € la chambre). À partir de 430 € la chambre double, sans petit déjeuner. le plus : leurs

Parcours culturel & mode

produits de beauté. www.mandarinoriental.com

sur la péninsule de Macao - Musée d’art contemporain de Macao :

Posada de Sao tiago

www.mam.gov.mo

installé dans une ancienne forteresse du xviie siècle construite sur

- le collectif d’Ox Warehouse :http://oxwarehouse.

une colline, cet hôtel (Relais & châteaux) a le charme des vieilles de-

blogspot.fr

meures.

- librairie portugaise : livraria Portuguesa, qui or-

le plus : la chapelle de Saint-Jacques qui a été gardée en l’état.

ganise depuis 2012 un festival de littérature.

À partir de 500 € la chambre double, petit déjeuner inclus.

- Macao Fashion Gallery :

www.saotiago.com.mo

www.macaofashiongallery.com

Sur l’île de taipa

canais.

cotai central holiday inn

- MOD Design Store : papeterie concept-store.

Dans le complexe Sands. ici, on vit, sans trop de démesure,

- new Yahoun : galeries commerciales.

l’expérience casino de Macao. l’hôtel comprend plus de 1200 cham-

- Red Market : marché de poissons frais.

- c Store : boutique, créateurs occidentaux et ma-

bres et le petit déjeuner se prend dans une grande salle installée au coin d’une artère de ce complexe rempli de magasins de luxe. “inter-

en savoir plus

esting”, comme diraient les américains !

Décalage horaire : +6 heures.

À partir de 430 € la chambre double, petit déjeuner inclus.

Monnaie : 1€ = 10 dollars de hong Kong ou patacas,

www.sandscotaicentral.com

la monnaie locale. la bonne période : novembre-décembre.

Déjeuner, d îner

À lire : Dreamlands, catalogue de l’exposition, édi-

comptez en moyenne 40 € pour deux personnes avec un verre de vin ou

tions centre Pompidou.

octobre 2013

193


la vie 1

2

3

Hum…burgers Echappant peu à peu à la catégorie Junk Food, le burger acquiert des lettres de noblesse et une place privilégiée sur le menu des restaurants en vue, de Sydney à New York en passant par Oslo et Paris. Résultat : les néo-burgers jouent les enfants gâtés ! Par Marie Le Fort

194

OcTObre 2013

dés. Créatif, le burger s’adapte à toutes les sauces culturelles ! LE hAMBurGEr rEDEviEnt FréquEntABLE De sang bleu, le néo-burger ne s’accommode de viande que quand elle est d’absolue première qualité : Le tout nouveau PnY (Paris new York), par exemple, a choisi un bœuf breton pie noir maturé trois semaines et grillé à la flamme signé Le Ponclet. Mieux, il refuse tout fromage qui aurait, de près ou de loin, une consistance ‘plastique’. Là encore, on tutoie l’aristocratie du genre avec des appellations fermières : chez PnY toujours, les cheeseburgers sont des plats d’anthologie entre vintage (cheddar du Sommerset 18 mois), Morning California (cheddar 9 mois, avocat) ou Smoky Blue (poitrine fumée croustillante, blue stilton, confit d’oignon). En deux mots, les néo-burgers revendiquent, simultanément, un caractère healthy et gourmet bienvenu. Par ici, les buns complets, fabriqués par un vrai boulanger

PHOTOs © Valéry Guédès , © william-brinsOn, © melissa HOm, dr

C’

est le meilleur ami de tous les room service du monde. Le plat à la fois le plus démocratique et le plus dévoyé : un classique hypercalorique relayé par les McDo, Burger King et Wimpy’s du monde entier. Et pourtant, depuis peu, le burger prend sa revanche et s’embourgeoise. Devenu l’emblème d’une Slow Fast Food et d’une Healthy Junk Food, le burger se conjugue à tous les temps : canaille, gastronomique, végétarien, boulanger ou encore riche en oméga 3 ! Au nouveau Grain Bar du Four Seasons, à Sydney, on le commande avec de fines tranches de radis, des oignons caramélisés et de l’oseille sur un steak de côte de bœuf. Au Mini Palais, à Paris, c’est une version magret de canard et foie gras poêlé, dument élaboré par le chef triplement étoilé du Bristol, Eric Fréchon. Chez le très latino restaurant Shrimpy’s à Londres, il est fourré d’un beignet de crabe (à carapace molle). A Oslo, il se présente dans un habit nordique, avec son hachis de poissons, sauce au raifort et wasabi et lardons en petits


la vie 5

4

6

PHOTOs © Valéry Guédès , © william-brinsOn, © melissa HOm, dr

7

comme Gontran Cherrier (qui approvisionne le tout Paris trendy) et les viandes hachées triées sur le volet. Les bouchers star tels Yves-Marie le Bourdonnec ou hugo Desnoyer ont du passer la surmultipliée pour approvisionner les Big Fernand, Blend, le Beef Club, ou encore Maïmonide of Brooklyn, rue Charlot. quant aux légumes, ils sont pour leur part issus de potagers traçables (épinards, compotée de poivrons, courgettes, oignons rouges, aubergines…) et, cela va sans dire, sont nettement plus vitaminés que la laitue flapie ou la tomate anémique d’antan. AMEriCAn tOuCh A new York, pays d’origine des burgers, Shake Shack ne désemplit pas : la file d’attente qui s’étire au cœur de Madison Square Park supplante celle du McDo de times Square à l’heure de pointe. En cause, des burgers incomparables, préparés à partir de bœuf Angus, élevé sans hormones ni antibiotiques, des attributs rares aux Etats unis… et il suffit de cela pour transformer une petite cahute en success story américaine. Plus récemment, le chef Andy Yang – derrière la marque r hong tiam – a lancé trois food trucks qui revisitent le hamburger à la sauce asiatique : au menu,

un bun à la pomme de terre et des sauces qui varient du kimchi coréen au daikon mariné (un radis-cornichon japonais) en passant par un aioli-Sriracha, une sauce thaï ultra-épicée. Du côté du Marble Lane, connu pour ses viandes de qualité, on fondra pour le ‘Murder by Burger’ à étage, qui empile (en plus du bun et de la viande) œuf frit, avocat, comté, bacon et champignons sautés. indigeste ? Si peu… Comme quoi le burger a de beaux jours créatifs et hédonistes devant lui. A LA MAiSOn Pour cuisiner des hamburgers incomparables chez soi, l’ouvrage L’Atelier du Hamburger de Big Fernand paru aux Editions Marabout est un petit bijou de saveurs gourmandes. Plutôt classique, vous choisirez un hamburger aux oignons confits et bleu d’Auvergne ou un burger d’agneau aux courgettes et chèvre. Plus franchouillard, la landais au foie gras ou le ch’ti au maroilles vous fera les yeux doux. Pour les voyageurs, les world burgers vous emmèneront de l’irlande, avec son burger à la bière, à l’inde dans une version ‘poulet tandoori’.

1 – Grain Burger, Grain Bar, Four Seasons Sydney. 2 – Nordic Fish Burger, Kolonihagen Frogner, Oslo. 3 - Soft Shell Crab Burger, Shrimpy’s, Londres. 4 - Butcher Burger, Arlington Club, New York 5 – Burger de canard, Mini Palais, Paris 6 – Burger, Shake Shack, New York 7 – L’Atelier du Burger de Big Fernand, paru aux éditions Marabout.

www.marabout-cote-cuisine.com

OcTObre 2013

195


la vie Prises au concert de lancement de l ’album RAASÜK dans LIBAN JAZZ au MusicHall le 28 aout 2013

MASHROU’ LEILA CE ROCK’N’ROM QUI DÉCHIRE

Au commencement était l’ambigüité. Le nom du groupe, “Mashrouh Leila”, signifie “ le projet d’une nuit”. Leila, la nuit, est aussi l’un des prénoms féminins les plus poétiques et les plus populaires du monde arabe, mais de Leila, point dans cette histoire. Quand ce “ band” de jeunes étudiants se produit à la fête de la Musique, en 2008, il n’a pas l’intention de jeter plus d’un pavé dans la mare de la chanson arabe actuelle. Mais le pavé fut gros et les fans en décidèrent autrement, et Mashrou’ Leila ne compte plus ses nuits. Par FiFi Abou Dib

L’ère De L’enGAGeMenT “nous avions entre 20 et 23 ans”, raconte Hamed Sinno qui en affiche 25 aujourd’hui. “nous avons tous été élevés et éduqués par une génération traumatisée par la guerre de 1975, poursuit-il. Même sans avoir vécu ces événements, nous en vivions les conséquences et nous en étions en quelque sorte le produit. A partir de 2005, en pleine adolescence, nous avons plongé dans une ère culturelle où tout était engagé. On sentait le poids des armes, de la politique, 196

octobre 2013

la censure…Tous les créatifs avaient besoin de dénoncer les abus, l’hypocrisie, l’insécurité, les contradictions et les contraintes de la société dans laquelle nous vivions. en même temps, la chanson arabe ne produisait plus que des chansonnettes stupides portées par des bimbos aux lèvres et aux seins hypertrophiés, qui savaient bouger le cul, et ça nous révoltait”. LeS SOnS POUr Le DIre, eT CeS MOTS-Là Il n’y a pas de bimbo dans le groupe et pourtant, dès sa première apparition publique, Mashrou’ Leila provoque un délire. La foule découvre un son nouveau, fusionnel, universel. Arabe avec quelque chose de tzigane, traditionnel sur un rythme de trip hop traversé de riffs jazzy, des airs de dabké revisités par le r&B, en un mot, des compositions qui devaient a priori produire une belle cacophonie mais qui, à l’arrivée, se font mantriques, obsessionnelles, et vous collent à la peau. A cette lancinance s’ajoute la voix de Hamed Sinno. “J’ai été un enfant très désagréable, je crois. Je chantais tout et tout le temps” confie le soliste du groupe. Il voulait aussi étudier la littérature anglaise, comme sa mère qui enseigne cette matière à l’AUB. Son côté artiste a prévalu. Il a choisi le design graphique. On cherche un adjectif, un mot s’impose: déchirante. Comment décrire autrement cette cascade rocailleuse qui s’éboule du fond de l’âme, fond sur vous comme une masse et puis serpente comme un filet de soie. Que dit-il? Les

PHotos NatHeer HalawaNi, illustratioNs Hamed siNNo

A

u commencement, il y avait cette annonce à la porte de la faculté de génie de l’Université américaine de Beyrouth. Un appel anonyme à musiciens souhaitant participer à un atelier d’improvisation sur le campus. Une seule consigne: pas de standard. Quinze étudiants se présentèrent, tous architectes sauf un, Hamed Sinno, graphic designer. Tous instrumentistes sauf un, Hamed Sinno, chanteur. Dans cet orchestre spontané qui attira des gens de tous horizons et de toutes cultures, il y eut des débats, des discussions parfois orageuses, des délires, une explosion de créativité à laquelle ne survécurent que sept, peut-être les plus engagés, les plus enragés aussi. Six garçons et une fille: Hamed Sinno donna de la voix, Omaya Malaeb prit le clavier (et non, elle non plus ne s’appelait pas Leila), Carl Gergès la batterie, André Chedid et Firas Abou Fakhr la guitare, Ibrahim Badr la basse, et Haig Papazian un violon qui savait jouer du rock avec un accent arménien.


la vie

néophytes n’y comprennent pas grand-chose. Il grogne ses mots, les tord, les mord, les module, les siffle. Mais les autres, l’immense foule des initiés a retenu les “lyrics”. Au premier degré, les textes semblent triviaux, décousus, inachevés, traversés d’un argot approximatif. Mais on se rend compte très vite que ces détournements de classiques ont quelque chose de surréaliste. Pris dans le vertige de la musique, ils charrient avec une sorte de dérision l’impuissance et le désarroi de toute une génération. Il faut écouter Hamed chanter “ne me quitte pas” avec ses mots à lui pour comprendre ce que déchirer veut dire. Brel lui-même en soulèverait son chapeau. et même si le sens ne passe pas toujours clairement à la déclamation, il est puissamment véhiculé par la vibration. Attentats, check points, commérages, désillusion amoureuse, égalité des sexes, homosexualité, sectarisme, tous les sujets qui fâchent, non seulement au Liban mais dans tout le monde arabe y passent, parfois au mégaphone, tout un symbole. “nous écrivons nos textes ensemble. Mashrou’ Leila est un projet de groupe où chaque élément a son importance et chaque membre a son mot à dire”, précise Hamed. LA GLOIre eT SA rAnçOn nous avions pris rendez-vous un matin à Hamra. Il est arrivé en retard, frais, poli, embarrassé, sourire franc et poignée chaleureuse. Il a jeté un regard autour de lui, confié qu’il a toujours vécu dans cette rue qui incarne l’ouverture de Beyrouth au monde; cosmopolite, pluriculturelle, contradictoire. Ici, il y avait sur les trottoirs des vendeurs de livres usagés, il y avait des cafés où se menaient des débats d’anthologie. Comme quelqu’un qui n’aurait “tant vécu

que pour cette infamie”, il balaie le souvenir du revers de la main et secoue la tête. Hamed Sinno n’est pas content de voir les boutiques de mode envahir “sa” rue. Ce qu’il veut, c’est que Beyrouth continue à bavarder, qu’il y ait encore et encore des conversations “qui n’ont rien à voir”, qu’on parle en public de Shakespeare, de Mahmoud Darwiche, d’Amy Winehouse ou de Mozart, de la cause palestinienne ou de l’homophobie, le tout dans une nuée d’arômes de café fraichement moulu. Depuis ce premier concert en 2008, puis ce prix de radio Liban remporté en 2009 dans le cadre du premier événement de musique indépendante organisé au Basement, le groupe enchaîne les scènes et les succès. Le violon d’Haig, le clavier d’Omaya, les guitares d’André et de Firas, la basse d’Ibrahim, les cymbales de Carl et ce je ne sais quoi de Hamed qui vous arrache les tripes, ont déjà parcouru tout le Liban et enregistré trois disques dont un dans un chantier désaffecté à Tripoli, et le dernier grâce à une levée de fonds publique sur les réseaux sociaux (croud fonding). en 2013, il se sont déjà produits à Marseille, Istanbul, Le Caire, Paris, Bizerte, Hammamet, Amman et Montréal et se préparent pur Toronto, Paris et Londres en octobre. Leur site est inondé de louanges. Il se trouve même des Israéliens pour souhaiter la paix afin de les voir un jour se produire à Tel -Aviv! D’où, encore et encore, polémiques et controverses. “Il y a quelque chose d’inquiétant à connaître le succès à 20 ans, murmure Hamed. nous devons garder les pieds sur terre et terminer nos études, avoir du travail. nous ne vivons pas encore de notre musique”. Mais entre souffre et jasmin, “Mashrou’ Leila”, ce projet d’une nuit porté par la grâce, électrise de plus en plus de foules et ne semble pas près de disparaître à l’aube.

Prises au concert de lancement de l ’album RAASÜK dans LIBAN JAZZ au MusicHall le 28 aout 2013

octobre 2013

197


la vie

D

ans certains westerns, le cow-boy solitaire revient au village de son enfance pour voir les vivants et les morts. Parfois, il a un enfant. Parfois, c’est sur place qu’il en trouve un. Mais sur place, rien ne va plus - l’enfance, c’est tout ce qui est perdu. Reste une attente faite de souvenirs. Et si ce cow-boy revenait à Beyrouth, il se demanderait certainement à quoi ressemble aujourd’hui tout ce qui meublait nos rues au cours des années d’avant guerre, après le passage d’une telle tornade Que reste-t-il de tous ces souvenirs sinon un tas dérisoire de confettis piétinés, comme au lendemain d’une fête qui a mal tourné ? Il réalisera alors que tout a changé, qu’il ne reste plus grand chose. Ou presque. Il devinera, de justesse, quelques zébrures de lumière formant d’improbables lettrages en bleu, rouge et blanc. C’est une enseigne Pepsi des années soixante, l’emblème de la petite épicerie libanaise; cette dekkené au coin de la rue qui dessert tout le quartier. Car le commerce de proximité est bel et bien un morceau du patrimoine libanais, au même titre que la boulangerie est un morceau du patrimoine français. A lors q ue la capita le se la nce da ns une sor te de « Dubaïsation » frénétique et acharnée, n’épargnant rien de son passé et se transformant même en une sorte d’espace aseptisé, ces petites échoppes sont des survivances d’un passé aigre-doux. Des time capsules qui

traditionnel libanais) à la sortie de l’autocar, sa bouteille de Pepsi avec un décapsuleur, ou son chewinggum à la résine. Des supérettes vintage pour toute une génération qui ne veut pas se laisser ensevelir par le rouleau compresseur d’une modernisation blafarde et sans goût. A première vue, tous les « petits » épiciers se ressemblent. Mêmes vitrines surchargées de pancartes publicitaires, mêmes monticules de légumes, mêmes produits laitiers au frigo, mêmes empilements de caisses et de bouteilles, mêmes amoncellements de chips, mêmes étagères à cigarettes derrière la caisse. Tous se ressemblent donc, et pourtant, on trouve toujours –on cherche toujours? – à s’en approprier un. Parce qu’il est plus proche, moins cher, parce que le «dekkenjé» est sympathique, parce qu’il vend votre marque de cigarettes, votre journal préféré, ou des œufs baladé. A chaque escale, son lot de surprises, une échoppe au décor hétéroclite et amusant, un clin d’œil personnel du propriétaire qui agence sa marchandise avec une telle maladresse que c’en est presque beau. Et cela va de la traditionnelle barbe à papa fluo, aux kaakét (galettes au thym) en passant par les sempiternels fruits et légumes. Des épices, du riz, du lait, côtoient une ampoule électrique, une pile ou une paire de mibas. Le symbole d’une vie au jour le jour, sans se soucier du lendemain. Un quotidien sans urgences, sans hautes

A chaque escale, son lot de surprises, une échoppe au décor hétéroclite et amusant, un clin d’œil personnel du propriétaire déplacent les zones troubles d’un souvenir dans des décors quotidiens et contemporains. Une mise en scène d’un Beyrouth d’antan, comme sur les cartes postales de nos parents. Dans les dkekin (épicerie au pluriel) de Gemmayzé, Hamra, Mar Mikhaël ou Ain el Remmané, des cris se croisent, comme un délicieux sabir fait d’anglais, de français et d’arabe, un parler grave, traînant, roulant les r et chantant sur la dernière syllabe. On y réclame encore son ras el abed (un chocolat/guimauve

attentes, au gré de notre hezzezé (balancelle), voisine de la sempiternelle sallé (panier en osier) qu’on laisse pendre du balcon, à charge pour l’épicier d’y déposer nos emplettes. Pourtant, comme son nom l’indique, bien avant de symboliser le commerce de proximité en produits divers, l’épicier, au Moyen-Age, vendait principalement des épices. Tradition conservée dans certains

street: Les épiceries

La corvée. Voilà à quoi se résument les heures passées à arpenter les rayons infiniment longs d’un gigantesque hypermarché. Moins stressant, moins chronophage et surtout plus humain : faire ses courses à la dekkéné (épicerie) près de chez soi. Retour sur une tradition libanaise qui n’est pas près de disparaître…

Te x t e e t p h o t o s p a r G i l l e s k h o u r y

198

octobre 2013


établissements de Beyrouth. D’une salle à l’autre, les odeurs changent, sacs et fûts s’empilent sur le sol de ciment brut, adossés aux murs de pierre, jusqu’à toucher la voûte, remplis de toutes les graines et épices possibles. Du sumac le plus fin au borghol (boulgour) le plus gros. Et à côté, les haricots, les rouges, les frap-

Une devise : ne jamais dire à un client que l’on ne possède pas un produit. pés d’un «œil noir», «les lingots». Plus loin, les lentilles, vertes ou corail, les fèves et févettes, le cumin et le thym séché. Les rayons et sacs débordent… Parfois, lorsqu’un client ne trouve pas son bonheur, on l’emmène dans la cave dite « stock » pour qu’il fasse son choix. Les épiciers libanais ont une devise : ne jamais dire à un client que l’on ne possède pas un produit. Lui dire qu’il est épuisé, qu’il faut revenir dans quelques jours, et le lui ramener d’ici là, du bout du monde s’il le faut. Aujourd’hui, malgré le trafic incessant dans la ville, la majorité de ces charmants bouis-bouis sont rayés de la carte. Les grandes surfaces les ont tués et on pensait ne plus jamais les revoir. Pourtant, il reste encore quelques résistants, des Bérenger de Ionesco, qui refusent de céder. Comme s’ils voulaient entretenir la légende du «dernier endroit avant l’exil» par où sont passés, où ont fini par s’échouer, tant de souvenirs. Les souvenirs d’un Beyrouth qui s’estompe tristement. Qui vibrait au rythme des chansons de Sabah et où les petites boîtes de chewing-gum de marque Chicklets faisaient office de pièces jaunes. 200

octobre 2013


SHE E P S KI N

w ww.a u s tr al i al u x eco.com

CHI C

Av a i l a b l e a t a l l A 誰 z o n e s t o re s + 9 6 1 . 1 . 9 9 1 1 1 1 1


La viE STYLE/EXPO

Par Médéa a zouri

202

OcTObre 2013

PHOTOs dr

Elles s’appellent Joséphine, Rima, Fadia, Zeinab, Sona, Georgina, Zeina, Suzanne, Mayssoun, Jamilé, Jony, Nada, Rima et Raja. Elles sont les mains de Tawlet. Celles qui, tour à tour, servent les plats de leur région dans le restaurant atypique de Kamal Mouzawak. Depuis 4 ans, elles se succèdent aux fourneaux et font découvrir aux clients du resto des saveurs qu’ils ne connaissaient pas forcément. Le destin et l’audace de Kamal Mouzawak les ont emmenées à Copenhague le 25 août dernier pour présenter leurs spécialités aux 600 participants de MAD, le symposium organisé par René Redzepi, le chef multi étoilé du Noma, sacré meilleur restaurant du monde depuis 3 ans.

PHOTOs dr

TAWLET AU NOMA, QUANd LEs fOUérEgh vALsENT EN scANdiNAviE.


La viE

Q

uand on demande à Kamal Mouzawak comment fait-on pour en arriver là, il répond en souriant « en croyant aveuglément en ce que tu fais ». Pourquoi ça ne nous étonne pas? Parce que qui connaît le créateur de Souk el Tayeb sait sa passion pour ce qu’il fait. Tellement passionné qu’on ne le dissocie plus de son travail. Il est Kamal de Souk el Tayeb.

PHOTOs dr

PHOTOs dr

René Redzepi m’a appelé un soir vers 22h. J’ai cru que c’était une blague. Il me demandait de faire participer Tawlet au 3e MAD. Il était donc normal quelque part que René Redzepi lui demande d’être l’un des conférenciers de la première édition de MAD (nourriture en danois). « Make food not war » était le titre de cette première rencontre qui réunissait les spécialistes du monde culinaire. Chefs, restaurateurs,

critiques et autres foodies se retrouvent désormais, chaque année, pour partager leur savoir, leurs expériences. Lors de la 2e édition, le directeur de Tawlet est invité à faire un stage de 10 jours à Noma. Six mois plus tard, c’est la consécration, comme aime à le dire Kamal Mouzawak. « René Redzepi m’a appelé un soir vers 22h. J’ai cru que c’ était une blague. On s’est rencontrés à plusieurs reprises. Il m’avait souvent dit qu’ il voulait utiliser sa notoriété d ’une façon positive et constructive. Cette fois, il me demandait de faire participer Tawlet au 3e MAD. Ce qui signifiait cuisiner pour les 600 participants et les 100 volontaires qui allaient se réunir en août ». Branle-bas de combat dans l’équipe de Tawlet. Le menu est à définir, le programme aussi. Chaque femme présentera un plat originaire de sa région sur le grand buffet qui se dressera sous un immense chapiteau. Cette 3e édition s’est intitulée « Guts », courage en français. Ça ne s’invente pas. « Il faut en avoir pour proposer de la cuisine libanaise

traditionnelle à des personnes qui ne la connaissent pas forcément. Kamal en a eu de l’audace » dit Rima, une des chefs. On n’est pas du tout dans le mezzé mais dans la véritable cuisine du terroir. Ces plats que tous les Libanais mijotent chez eux, quelle que soit leur appartenance. C’est cette réflexion qu’ont eu ces 15 femmes qui se sont retrouvées embarquées dans une sacrée aventure. « L’esprit était génial. Nous étions une seule équipe. Nous avons travaillé d’une seule main. Chaque femme a aidé l’autre. Vers la fin, les chefs du Noma sont venus nous prêter main forte. C’était drôle de nous voir leur donnant des directives. De les voir roulant les msakhan, hachant la coriandre » raconte Fadia, amusée. La rencontre est étonnante. Copenhague flirte avec Jezzine ou Aley, les langues de bœuf font de l’œil à la cuisine moléculaire scandinave et Alain Ducasse déguste des amourettes préparées par Jony. Une rencontre improbable qui se termine par OcTObre 2013

203


La viE STYLE/EXPO

Les participants tombent sous le charme de ces bouts de femmes qui ont cuisiné deux jours durant sous la houlette de Kamal Mouzawak. et tout un tas d’ingrédients introuvables au Danemark. Le menu était osé, audacieux. Un menu qui en a. Fattoush, et la reine incontestée des salades libanaises 204

OcTObre 2013

: la taboulé. 14 plats au total. Des hors d’œuvre, un plat végétarien et deux grands plats principaux. Une kebbé nay yeh, un moutabbal, des manakish, une hrisseh, une itch, la salade arménienne traditionnelle, une frikeh aux légumes, une horra’ osbaoo, des lsénet, bayd ghanam ( joli clin d’œil) et des msakhan, ces rouleaux farcis de poulet et de sumac, spécialité palestinienne. Parmi ces femmes, il y avait aussi Raja (Imm Amr) qui n’avait jamais quitté le camp de Aïn Héloué. Une réunion plurielle à l’image du Liban. Une réunion ultra bien organisée. Utilisation du four entre telle et telle heure. trois femmes pour touiller, du haut d’un tabouret, la hrisseh cuisant dans une immense marmite. Et des amis, dont le sous-chef de tawlet, le chef de Ammiq, et Rabih

Kayrouz. Les mains dans la farine, les mains hachant menu les oignons de la taboulé, les mains malaxant la viande crue qu’il a fallu trouver à Copenhague. « On a du faire 4 allers-retours chez le boucher pour trouver la bonne viande ». C’est qu’une kebbé nay yé zghortawiyé ne se fait pas n’importe comment. Et le résultat est là. Les pa rticipa nts tombent sous le cha rme de ces bouts de femmes q ui ont cuisiné deu x jours durant sous la houlette de K ama l Mouzawa k , le sourire continuellement au x lèv res. « Un rêve ex aucé » ont-elles dit de ces mêmes lèv res. On les comprend. Et on aime cette initiative q ui a permis au x plus importa nts représentants du monde culinaire de découv rir le Liban, le v rai.

PHOTOs dr

une standing ovation ultra émouvante. Les meilleurs chefs du monde acclament ces femmes, ces mamans, ces tétas qui, pour quelques unes d’entre elles, voyageaient pour la première fois . Un voyage où l’on trouvait dans les valises deux saj, du sumac, 12 kilos de fouéregh, du pain


©2013 New Balance Athletic Shoe, Inc.

REDEFINE GIRLS’ NIGHT OUT.

Boston, MA. Thursday night. 9:15 P.M. Some go out. Others go out and make excellent happen. The night is yours. THIS IS RUNNOVATION.

Available at Aïzone Stores T: +961 1 991 111 and Retail Sport Shops


A la villa Medicea La Magia, Ĺ“uvre de Daniel Buren, Muri fontane a 3 colori per un esagono, 2005-2011.

206

octobre 2013


La route de L’a rt

Suivre la Méditerranée, de la Provence marseillaise à la Toscane du Val d’Orcia… Une route de l’art contemporain, loin des balises institutionnelles, se dessine telle une invitation à revisiter la modernité. Et souvent dans un dialogue avec mère nature. P a r O l i v i e r r e n e a u, P h o t o g r a p h e Pat r i c k M e s s i n a

L’Audi A5 cabriolet TDI. à la Fattoria di Celle.

octobre 2013

207


Il Giardino dei Lauri : au premier plan, une Ĺ“uvre de Piotr Uklanski, Untitled (the Thing), 2007 ; au second plan, Big Pink, 2010, de Aaron Cury.


Ce sont quelque 80 installations signées Richard Serra, Jaume Plensa, Richard Long… qui rythment le parcours à travers les 40 hectares du parc. de la Fattoria di Celle.

Dans le parc de la Fattoria di Celle, œuvre de Daniel Buren : La Cabane éclatée aux 4 salles, 2005.

210

octobre 2013


M

arseille. Comme perché sur le toit de la Cité radieuse pour mieux rayonner sur la ville, le designer Ora-ïto inaugurait, au début de l’été, son centre d’art, le MAMO Audi Talents Awards, par un projet de l’artiste Xavier Veilhan qui rendait autant hommage au Corbusier qu’à cet immeuble dont l’architecture continue de séduire les amateurs de formes intelligentes. Ainsi, après plusieurs mois de travaux, ce qui fut longtemps le gymnase de l’unité d’habitations regagnait la fonctionnalité à laquelle Le Corbusier l’avait, semble-t-il, initialement destiné : un lieu culturel dédié à la création de son temps. Ora-ïto a retrouvé ses confidences dans des archives et a convaincu la copropriété, tout comme le constructeur automobile très engagé dans le soutien à la création actuelle, de le suivre dans cette initiative plutôt atypique pour un immeuble de logements. Alors, on s’est dit que l’occasion était trop belle de rester sous ces latitudes méditerranéennes pour se lancer dans un tour des lieux d’art qui ont souvent été guidés par des personnalités aux élans artistiques. Cap à l’est donc à bord d’une auto de circonstance, une Audi A5 cabriolet, histoire de profiter de cette nature revigorante et des rayons de soleil qui semblaient – enfin – vouloir être de la partie. Première étape à Saint-Paul-de-Vence, berceau des artistes du Sud et aussi de la fondation Maeght. L’endroit est idéalement emblématique de cette volonté dictée par un individu de promouvoir l’art de son temps. Au début des années 1960, le galeriste Aimé Maeght décida, en effet, d’ouvrir une fon-

dation où il pourrait montrer, en dehors de tout système marchand, les artistes qu’il soutenait : Miró, Calder, Braque, Picasso, Giacometti… Depuis, ses héritiers continuent de faire vivre ce haut lieu de l’art moderne et contemporain, situé à Saint-Paul-de-Vence, en invitant des personnalités à concevoir des expositions temporaires. À l’image, cet été, de Bernard-Henri Levy, commissaire de l’exposition “Les aventures de la vérité”. Et puis, cet arrêt à la fondation Maeght permettait aussi de créer un lien avec ce qui nous attendait le lendemain du côté de Pistoia avec cette visite chez le collectionneur Giulino Gori, autre figure mythique de l’art des cinquante dernières années, qui a été invité un an plus tôt par la fondation à exposer une partie de sa collection.

Dans le parc de la Fattoria di Celle, Labyrinth, 1982, de Robert Morris.

Poursuite de cette escapade le long de la Grande Bleue en terre italienne, sur l’un des plus beaux tracés autoroutiers de la zone. Évidemment, pour qui apprécie les longues courbes à l’aplomb de la mer et les enchaînements entre ponts et tunnels : San Remo, Arma di Taggia, Imperia, Gênes dont il faut bien avouer que la vue depuis l’A10 n’est pas la plus flatteuse. Il faudrait prendre le temps de rejoindre la vieille ville qui a su conserver un charme inouï, avec ses palais tout en hauteur et ses ruelles étroites, et surtout se préserver d’un tourisme de masse. Mais trois bonnes heures de route sont encore nécessaires pour rallier Florence, où nous faisons étape pour la nuit. Surtout, nous nous posons la question d’un arrêt à Carrare. Lors de la préparation du voyage, un parc octobre 2013

211


savourons sur la terrasse quelques-uns des plats qu’il a imaginés pour le Savoy, dans ce cadre presqu’irréel du centre historique de Florence. Avant de passer une bonne partie de la journée en compagnie de Giuliano Gori, nous faisons une halte à la villa Medicea La Magia, située à Quarrata, à seulement quelques kilomètres de la Fattoria di Celle. Comme son nom l’indique, cette demeure appartenait autrefois aux Médicis et leur servait de pavillon de chasse. Depuis, elle a été rachetée par la commune qui a choisi de la faire revivre au gré d’interventions d’artistes contemporains. Dès l’esplanade, une fontaine de Daniel Buren accueille les visiteurs en même temps qu’elle leur livre une vision cadrée du paysage au moyen de six murs séquencés par son fameux outil visuel (la bande de 8,7 cm de large). À l’intérieur de la propriété, le visiteur déambule alors dans un jardin aux aspirations romantiques et où des œuvres de Maurizio Nanucci, Nagasawa, Marco Bagnoli, Anne et Patrick Poirier et Fabrizio Corneli offrent de nouvelles perspectives pour appréhender l’histoire du lieu, d’ailleurs récemment inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

En haut : Au Parco della Padula, Senza Titolo, 2002 de Claudio Parmiggiani. EN bas : Sur les routes du Chianti.

avait attiré notre attention pour sa mention lors de la dernière biennale d’art de Carrare. Le Parco della Padula n’est pas indiqué dans la rue mais les habitants semblent tous connaître l’endroit. Nous parvenons ainsi jusqu’à la grille grande ouverte d’un jardin plus ou moins abandonné. Là, nous tombons sur une villa apparemment en rénovation, mais surtout sur une dizaine de sculptures contemporaines pratiquement oubliées. Vision étrange d’œuvres en marbre signées Sol Lewitt, Robert Morris, Claudio Parmiggiani… éparpillées au milieu d’une nature qui semble vouloir reprendre ses droits. Une heure et demie plus tard, nous voici enfin au cœur de Florence, non sans avoir mis à rude épreuve le GPS de l’Audi A5 qui en a presque perdu le nord avec le labyrinthe de sens uniques. L’hôtel Savoy se trouve à deux pas du Duomo, mais sait se faire discret sur la Piazza

Il est désormais temps de rejoindre la Fattoria di Celle. Comme à la villa Medicea La Magia, il est impératif de réserver sa visite des lieux et de prendre son temps. Car une fois le porche passé, on prend vite la mesure de l’étendue de cette propriété où Giuliano Gori a décidé, à la fin des années 1970, d’inviter des artistes à réaliser des œuvres in situ. À 80 ans passés, l’homme est encore très actif dans son projet. Il a cette élégance de la grande bourgeoisie italienne qui a toujours su placer l’art comme fil conducteur de la vie et cette humilité de ceux pour qui collectionner n’est pas un faire-valoir mais un indispensable sacerdoce. “Je collectionnais déjà l’art contemporain, principalement des peintures et des sculptures, dans les années 1950. Mais je dois dire que j’ai eu une révélation en arpentant ce domaine où se trouvent non seulement la villa où j’ai vécu avec ma famille, mais aussi plusieurs folies bâties au xixe siècle. J’ai eu alors l’idée d’inviter les artistes à intervenir directement dans ce contexte pour réaliser des œuvres spécifiques”, nous explique le collectionneur en nous conviant simplement à déjeuner avant de partir à l’assaut du parc. “En juin 1982, j’inaugurais la première session d’œuvres produites avec des artistes comme Dennis Oppenheim, Ulrich Rückriem, Robert Morris…” Trente et un ans plus tard, ce sont quelque 80 installations signées Richard Serra, Jaume Plensa, Richard Long… qui rythment le parcours à travers les 40 hectares du parc. Avant de repartir, à l’issue de trois bonnes heures de promenade contemplative, Giuliano Gori veut nous offrir une dernière émotion : une visite éclair de la villa – il habite désormais dans un bâtiment attenant – où se trouve sa collection antérieure. Des toiles de Picasso, Bacon, Lichtenstein, Léger sont accrochées dans ce qui fut son cadre de vie quoti-

Vision étrange que ces œuvres en marbre signées Sol Lewitt, Robert Morris, Claudio Parmiggiani… éparpillées au milieu d’une nature qui semble vouloir reprendre ses droits. della Repubblica. À l’intérieur, le décorum arbore œuvres d’art et mobilier contemporain. Depuis quelques années, le groupe Rocco Forte a également décidé de mettre l’accent sur la cuisine en sollicitant l’expertise du chef Fulvio Pierangelini. La bonne surprise est que “Il Signore Pierangelini” sera là le lendemain et nous invite à le suivre dans sa trattoria favorite. Pour l’heure, nous 212

octobre 2013

dien, préfigurant, dans les étages supérieurs, des interventions d’artistes (Paoloni, Paladino, Fogliati…) sur ce même mode d’art environnemental qui lui est cher. Difficile de garder la tête totalement froide après un tel déploiement artistique. Pourtant, une heure plus tard, Fulvio Pierangelini entend bien de nouveau mettre tous nos sens en éveil en nous emmenant dans l’un de


LA VIE

Dans le parc de la Fattoria di Celle, Ĺ“uvre de Fausto Melotti, Theme and variations II, 1981.

octobre 2013

213


Au Giardino dei Lauri : au premier plan, Warn and Torn on the Of f-coming, 2007, de Kristin Baker ; au second plan, Untitled (Skull), 2000, de Piotr Uklanski.

Au Castello di Ama, Ĺ“uvre de Nedko Solakov, Amadoodless, 2007.

A la galleria Continua, Ĺ“uvre de Nari Ward, Beyond, 2013.

Au Castello di Ama, Revolution/Love de Kendell Geers.


LA VIE ses repaires de la cuisine florentine. “Il n’y a pas de chef chez Sostanza, juste des cuisiniers qui préparent chaque jour des plats uniques.” Et dans la bouche de Pierangelini, cette déclaration vaut les conseils de mille guides gastronomiques. Autre moment de jubilation que de partager un repas avec celui qui est considéré comme l’un des meilleurs chefs de la péninsule, et qui, même après la fermeture de son mythique Gambero Rosso, donne le La à ce que doit être la cuisine italienne. Le soleil est toujours au rendez-vous et nous ne nous faisons pas prier pour sillonner le Chianti la tête au vent et les yeux encore émerveillés de ce que nous avons vécu la veille. Une halte s’impose à San Giminiano pour rendre visite à l’une des galeries d’art contemporain les plus dynamiques sur l’échiquier international. Installée depuis plus de vingt ans dans un cinéma des années 1950, la Galleria Continua a, dès ses débuts, tenu la corde avec une programmation d’artistes de renom comme Chen Zhen, Anish Kapoor, Daniel Buren, Kendell Geers, Mona Ha-

pour exprimer leur passion de l’art très actuel dans les anciens chais d’une propriété familiale reconvertie en centre d’art. L’accrochage est foisonnant, très différent de ce que l’on a pu découvrir jusqu’alors, à l’image des envies du couple, faisant se croiser art conceptuel, créateurs émergents mais aussi artistes déjà très en vue : Michael Heizer, Aaron Young, Alex Israel, Nate Lowman… À l’extérieur, sur fond de campagne, un arcen-ciel lumineux d’Ugo Rondinone, devenu en quelque sorte le symbole des lieux, semble poser la question aux visiteurs : “Where do we go from here ?” Ultime étape en terre toscane en plein cœur du val d’Orcia, à quelque 800 mètres d’altitude. Le GPS ne l’avait pas précisé mais il ne faut pas hésiter à quitter la route principale et emprunter une strada bianca pour rejoindre le hameau de Castiglioncello del Trinoro. Là, Michael Cioffi, un avocat américain de Cincinnati, a été séduit par la beauté naturelle de l’endroit et a décidé de reprendre l’auberge, depuis quelque temps fermée… ainsi que la moitié du hameau pour le moins délaissé. Chaque espace a fait

Dès l’esplanade, une fontaine signée Daniel Buren accueille les visiteurs en même temps qu’elle leur livre une vision cadrée du paysage au moyen de six murs séquencés par le fameux outil visuel. toum, qui sont restés fidèles à cette galerie sans pareille. Notamment parce que la structure a largement favorisé l’éclosion de projets artistiques inédits, à l’image de ce programme d’art public à San Giminiano, ainsi que l’accompagnement de collectionneurs au profil atypique. Lorenza Sebasti et Marco Pallanti, propriétaires du Castello di Ama ont su faire confiance aux trois galeristes et se trouvent aujourd’hui à la tête d’une collection certes serrée (pas plus d’une vingtaine de pièces) mais des plus justes vis-à-vis du contexte de leurs implantations. Au cœur de l’appellation viticole, près de Gaiole in Chianti, le couple a développé un domaine aujourd’hui mondialement reconnu pour la qualité de ses vins, en même temps qu’il s’est engagé à inviter, chaque année, un artiste à laisser une trace sur leur lieu de travail. Michelangelo Pistoletto fut le premier, suivi par des artistes comme Louise Bourgeois, Nedko Solakov, Pascale Marthine Tayou ou encore Ilya et Emilia Kabakov, très vite séduits à l’idée de partager un moment de création avec ces amateurs philanthropes. La journée file rapidement et un passage sur le campo à Sienne s’impose pour déguster un negroni le temps de l’aperitivo. Puis nous gagnons très vite le cadre quasi intemporel de la Certosa di Maggiano. Aujourd’hui labelisée Relais & Châteaux, cette ancienne chartreuse du xive siècle est un pur havre de paix aux portes de la cité siennoise. Le chef Paolo Lopriore a, quant à lwui, décidé de se faire chaque jour violence pour ravir le palais de ses hôtes. Avec force produits du terroir local parfaitement choisis et parfois mixés avec des saveurs plus lointaines, à l’image ce soir-là d’un étonnant pesto confectionné à partir de poivre vert de Madagascar et d’une huile d’olive 100 % toscane. Tellement évident que le résultat en devient naturel avec une bonne pasta. Le périple nous entraîne encore un peu plus au sud, aux frontières de la Toscane et de l’Ombrie. À proximité de Città della Pieve, Angela et Massimo Lauro ont ouvert, en 2009, Il Giardino dei Lauri pour y exposer les œuvres d’une collection initiée dans les années 1990. Si le couple est originaire de Naples, ils ont choisi le cadre verdoyant de cette campagne qui berça jadis Rafaelo et Perugino,

l’objet d’une rénovation hors pair, alliant matériaux du cru, techniques artisanales locales mais traitements contemporains. Un an après l’ouverture, l’entrepreneur a pour ainsi dire réussi son pari de faire revivre cette bourgade par le biais du tourisme et très prochainement de l’art puisqu’une galerie d’art, associée à un programme de résidences d’artistes, vewrra le jour cet automne. D’ailleurs, l’hôtel Monteverdi ne mériteraitil pas, après autant de messages artistiques reçus, que la halte dure une, voire deux journées de plus, histoire de faire le point et de repartir peut-être cette fois-ci la tête froide.

Le collectionneur Giuliano Gori


LA VIE

DaviD HabcHy, le génie D’instagram Vu de loin, et par le prisme de l’application Instagram, on ne croirait pas qu’en passant de l’argentique au numérique, de la photo unique au partage de clichés en réseau, les choses ont beaucoup changé dans le monde de la photographie. Instagram a même pour fonction de nous faire croire le contraire. C’est l’art du trompe-l’oeil : avec cette application et sa gamme de filtres, on fait du vieux avec du neuf, du vintage avec les nouvelles technologies, et le présent ultraconnecté prend immédiatement les allures mi-saturées, mi-délavées d’un cliché Polaroid des années 70. Mais, si l’on y regarde de plus près, l’application Instagram, aussi gadget soit-elle, a révélé des talents. David Habchy, lui, est déjà une star. Par Gilles Khoury

Sinon, côté jardin ? Je me rase la moustache tous les mercredis. Je dessine, je peins, j’anime des petits personnages, je construis et j’archive des objets trouvés dans des maisons délabrées. Mon rêve ultime est de re-desi218

OcTObre 2013

gner d’anciennes devises. En ce moment, je travaille sur la conception d’un nouveau billet de 5000 livres libanaises. Comment s’est greffée la photographie à cette panoplie d ’activités ? J’ai toujours accordé beaucoup d’importance à l’aspect visuel des choses et à la photo en l’occurrence. De par mes études, je m’y suis penché plus sérieusement ; notamment pour l’animation statique qui requiert une bonne technique photo. Même bien avant, j’ai toujours eu tendance à prendre tout ce qui m’entoure en photo, histoire de documenter et illustrer mon quotidien. Que pensez-vous du phénomène Instagram et de la manière dont il est en train d ’ évoluer ? Je prends Instagram au premier degré, sans trop philosopher la chose. C’est une plateforme qui, certes, flatte ce que j’appelle la paresse photographique tout en étant un moyen rapide et accessible de nourrir le regard.

Comment avez-vous fait pour acquérir une telle notoriété et un tel nombre de followers en si peu de temps ? Je n’en ai pas la moindre idée, surtout que je n’emploie jamais de hashtags ! Je crois que ce qui plaît, c’est le côté culturel très marqué, un peu kitsch de mes photos. Ou c’est peut-être parce que mes photos sont souvent accompagnées d’un commentaire décalé. Je n’en sais rien… Mystère de la technologie ! Employez-vous des f iltres ou des applications particulières? Je n’emploie que l ’application K itCam. Ce qui est intéressant avec K itCam, c’est que les paramètres du film et de la lentille sont réglés avant de prendre la photo, ce qui nous rapproche de la caméra argentique en quelque sorte. Ensuite, j’applique à la photo le filtre SuperFade. Enfin, grâce à l ’application Squaready, la photo de format 3x 4 est rétrécie de manière à tenir dans le cadre carré d ’Instagram. Et le tour est joué !

PHOTOs ©david HabcHy

Outre son job d ’ instagrammeur, que fait David Habchy dans la vie ? Officiellement ? En 2003, j’ai suivi des études en infographie et animation à Beyrouth. Un peu plus tard, j’ai enseigné l’animation en faisant partie (parallèlement) d’un atelier de théâtre. Deux ans après, je me suis transporté dans un premier temps à Londres pour participer à des ateliers d’illustration de livres pour enfants. Dans un deuxième temps, je me suis déplacé à Prague pour m’initier à l’art de fabriquer et animer des marionnettes. En ce moment, je suis de nouveau à Beyrouth où je développe des concepts et des visuels pour des campagnes d’illustrations, des clips, des courts métrages et des pièces de théâtre. En freelance, évidemment.


PHOTOs ©david HabcHy

LA VIE

OcTObre 2013

219


la vie

4 excentriques catherine baba Au jeu des sept familles on les classerait comme des inclassables. Qui se ressemble s’assemble. Qu’est-ce qui les rassemble ? Une forme d’inconscience, un mépris des convenances, un goût du faste, de l’artifice, du décorum et de la provocation. Et bien sûr, un certain dandysme (même si le concept de dandysme n’est plus ce qu’il était). Par francis dorléans

«D

arling !  Tu ne vas pas me vendre comme un personnage »,  se  récrie  Catherine  Baba  horrifiée  alors  que  je  lui  demandais,  au  téléphone,  un  rendezvous  pour  parler  de  son  actualité.  Il  faut dire  que  j’ai  eu  la  bêtise  d’ajouter  qu’en ce  qui  concernait  son  personnage  –  déjà mythique  –,  je  le  connaissais  suffisamment pour ne pas avoir besoin d’elle afin de   le décrire. Loin de moi la pensée qu’elle joue  un personnage ! D’autant qu’elle ne joue pas,  elle surjoue. Une tragédienne qui interprète  chacune de ses robes, chacune de ses apparitions. Contrairement à beaucoup, Catherine  Baba entretient encore une haute idée de la  mode.  C’est  de  plus  en  plus  rare.  Même  les  gens de la mode aujourd’hui n’y croient plus 

tie pour Paris comme on part à l’abordage ! Avec des idées  de  carnage  et  de  dilapidation.  Après  un  passage  obligé  au  Studio Berçot, Catherine Baba s’est immédiatement imposée par sa manière de s’habiller, à l’époque très 1980 (elle a aidé à remettre les années 1980 à la mode). Même si elle s’en  défend aujourd’hui en affirmant n’avoir jamais aimé que les  années 1920 et 1930, « et Saint Laurent, of course, darling ».  Elle  aime  aussi  les  films  muets,  Sarah  Bernhardt,  Zelda  Fitzgerald,  Oscar  Wilde  et  Aubrey  Beardsley,  qui  lui  ont  inspiré, l’an passé, une collection de bijoux en série limitée, éditée par Gripoix.  Catherine  a  plusieurs  collections  en  préparation,  mais  cherche un milliardaire pour les terminer. Un milliardaire  insomniaque  qui  pourrait  la  suivre  sur  les  dancefloors  comme  sur  les  tapis  rouges.  À  la  fashion  week  de  Paris  qu’elle  éblouit  en  étant  chaque  saison  plus  inventive  que  la  précédente.  À Cannes,  cette  année,  pour Opium, le  film 

Contrairement à beaucoup, Catherine Baba entretient encore une haute idée de la mode. vraiment. Ils continuent de pratiquer, mais  sans la foi qui déplace les montagnes. Qu’y  a-t-il  de  plus  noble  que  la  foi ?  Ce  dépassement de soi. Qu’y a-t-il de plus noble qu’une  vocation qui remonte à l’enfance ? De  loin,  le  monde  de  la  mode  ressemble  à  une  boule  de  Noël ;  scintillante,  fragile  et  déformant tout ce qu’elle réfléchit. (Un peu  creuse aussi, mais c’est une autre histoire.)  Un  univers  d’autant  plus  fascinant  pour  Catherine  Baba  qu’elle  l’envisageait  de  l’autre bout du monde. Du fin fond de l’Australie,  dont  elle  est  originaire,  Catherine  Baba rêvait de Paris. Comme un pirate rêve  d’une  île  au  trésor.  Elle  est  d’ailleurs  par220

octobre 2013

d’Arielle Dombasle. À Cannes l’année dernière pour le film  d’Eva Ionesco, My Little Princess, dont les costumes, créés  par Catherine, ont été ensuite nominés aux César. Elle a ce  cri  du  cœur :  « Darling,  j’ai vraiment cru que la crise cardiaque allait m’emporter. »  En  dehors  de  ces  cris  du  cœur  et de ces phrases à l’emporte-pièce, Catherine ne communique pas aussi facilement que son verbiage et son plumage  pourraient le laisser penser. Il faut lui arracher les mots de  la  bouche.  Lui  arracher  qu’elle  s’occupe  en  ce  moment  du  stylisme de Laetitia Casta. (« Ce n’est pas top secret, mais un peu secret quand même, you know. ») Même impasse sur les  noms des magazines auxquels elle collabore, sur les photographes, sur les maisons de couture avec qui elle travaille.  Quoiqu’un  peu  agaçante,  cette  manie  du  secret  ne  retire  rien à l’admiration que je lui porte : sache Catherine que je  suis baba d’admiration.


aoÛt-septembre 2013

221


la vie

4 excentriques DaviD rochline

C

onnaissant  David  Rochline comme je le connais, je me doute que  tout  ce  que  je  vais  écrire pourra être retenu contre moi. Je  me  rends  d’ailleurs  compte,  en  commençant cet article, qu’il n’a, au fond, rien à faire dans cette galerie de portraits d’excentriques.  Même  là,  il  est  à  part.  C’est  la personne la plus à part que je connaisse. Un concentré de contradictions s’imbriquant les  unes  dans  les  autres  jusqu’à  rendre le  travail  de  la  psychanalyse  impossible. J’en  connais  plusieurs  qui  s’y  sont  cassé les  dents.  Tellement  à  part  que  les  mots manquent  pour  en  parler :  dandy  a  trop servi,  touche-à-tout  de  génie  aussi,  décadent ne va pas du tout, naïf non plus, ovni serait  exagéré,  kitsch  un  peu  trop  facile… Stranger boy  comme  dans  la  chanson  de Ricky Nelson ? Ou tout cela à la fois ?

Je  me  désespérais  d’arriver  à  faire  comprendre  sa  complexité,  quand  je  me  suis  souvenu  que,  l’an  passé,  David  a  organisé  chez  lui  un  bal  masqué  ayant  pour  thème  « Les  Tziganes au château ». On n’est jamais aussi bien servi que  par  soi-même.  Ce  raccourci  résume  mieux  ses  sources  d’inspiration  que  ne  saurait  le  faire  un  long  discours.  Les  deux  côtés  comme  dans  Proust.  Le  côté  romanichel,  roulotte d’une part et, de l’autre, le côté milord, dandy, faste et  falbala. Faire se rejoindre ces deux côtés a représenté pour  David Rochline le cheminement  de toute une vie. Cheminement nécessaire à l’éclosion d’une œuvre qui doit beaucoup à l’inconscient, à l’enfance, mais aussi à la puberté (à  en juger par l’érotisme qui s’en dégage).

À  tout  prendre,  David  Rochline  préfère encore être catalogué comme un poète que comme un artiste. Surtout aujourd’hui où le  monde  de  l’art  est  devenu  un  énorme business.  « J’aime encore mieux cela », 

Un  inconscient  où  des  poulbots  côtoient  des  soucoupes  volantes ;  où  des  vamps  inspirées  par  Marlène  Dietrich  habitent des maisons plus proches de celles des Trois Petits Cochons que  du  palais  de  L’Impératrice rouge ;  où  des  hommes  éperdus  de  romantisme  et  d’une  grande  délica-

David  en  connaît  les  tours  et  les  détours :  le  théâtre,  la chanson,  la  décoration  lui  ont  servi  à  exprimer  le  flot d’émotions qui le submerge depuis l’enfance. Il entretient sur la poésie inconsciente des lieux, sur la patine du temps, sur les endroits chargés d’histoire et la nostalgie qui s’en dégage, des théories auxquelles j’adhère complètement.

David Rochline un concentré de contradictions s’imbriquant les unes dans les autres jusqu’à rendre le travail de la psychanalyse impossible. répond David comme je lui fais remarquer les  risques  que  la  poésie  comporte :  mime Marceau,  funambule  et  autres  perles  de pluie  venues  de  pays  où  il  ne  pleut  pas. Aussi dévoyée que peut paraître la poésie, il la préfère de beaucoup au monde de l’art : à  ces  tas  de  pierres  éclairés  par  des  tubes de  néon,  à  ces  pianos  à  queue  accrochés au  plafond,  à  ces  foies  de  squale  découpés  dans  un  bocal,  etc.  « Le propre d’un artiste n’est-il pas d’ être incompris et le propre d’un dandy n’est-il pas de détester le dandysme ? »,  constate  David  résigné, comme nous poursuivons cette discussion sinueuse  assez  semblable  à  une  route  en épingle  à  cheveux  bordée  de  précipices.

tesse  (blonds  aux  yeux  bleus  avec  une  peau  parfaite)  sont  montés comme des ânes ; où des lutins poussent comme des champignons après la pluie (mais des pluies d’astéroïdes et  d’étoiles  filantes) ;  où  des  nationales  7  sillonnent  des  paysages  lunaires…  David  m’en  voudra  sûrement  de  revenir  brusquement sur terre, mais à sa dernière exposition, chez  Alain Cirelli, ses œuvres se sont vendues comme des petits  pains. Christian Louboutin en a acheté une quinzaine (dont  une  fresque  de  trois  mètres),  Philippe  Starck  s’est  battu  avec  Pierre  Le-Tan  pour  avoir  le  dernier  fusain,  Arielle  Dombasle et Vincent Darré se sont partagé les dessins qui  restaient.  David  trouvera  sûrement  cela  snob  et  déplacé  d’en faire état, mais le lecteur a le droit de profiter de mes  informations.  C’est  même  mon  devoir  de  le  tenir  au  courant : David Rochline pourrait bien être la révélation artistique de ces prochaines années. octobre 2013

223


la vie

4 excentriques lola

L

ola !  Le  prénom  de  Marlène  dans  L’Ange bleu.  Tant  qu’à  être  une  femme  autant  être  une  mauvaise  femme.  J’ai  connu  Lola  à  l’époque  où elle accompagnait une tournée de Lenny  Kravitz  (Universal  Love  Tour),  dont  elle  s’occupait  du  stylisme.  Ou  quelque  chose  comme  ça…  Je  ne  me  souviens  plus  avec  précision de ses attributions sur cette tournée, mais, en revanche, je me rappelle très  bien  qu’à  la  fin  du  spectacle  elle  venait  en  guêpière  et  bas  résille  désigner,  dans  les  coulisses,  ceux  qui  pouvaient  rejoindre  dans  sa  loge  la  pop  star,  alors  fiancé  avec  Vanessa  Paradis.  On  a  oublié  l’impact  des  drag-queens  dans  les  années  1990.  Figure  de proue parisienne de ce mouvement, Lola incarnait  la  grandeur  de  cette  décadence  qui inspirait Madonna et les artistes les plus  en vue de l’époque.

réat  du  prix  spécial  Yves  Saint  Laurent  haute  couture.  On  le retrouve ensuite directeur artistique de Balmain, dont il  créera la dernière collection haute couture ; directeur artistique de la marque Morgan… Il est possible que je me trompe, mais je n’ai pas l’impression de trahir sa pensée en disant que Lola est restée plus  proche du music-hall que de la mode (la mode aujourd’hui  c’est  beaucoup  de  bla-bla :  conférences,  brainstorming,  cahiers  des  charges).  D’ailleurs,  les  noms  qui  reviennent  le  plus  souvent  dans  son  CV  sont  ceux  de  Lenny  Kravitz,  Blanca  Li,  Nina  Hagen,  Indochine,  Ali  Mahdavi,  Jean-Baptiste  Mondino.  C’est  plus  sa  famille  d’élection.  Qui  se  ressemble  s’assemble.  Avec  Thierry  Mugler,  leurs  points communs s’affinent encore. Il est évident qu’une des  formes du dandysme aujourd’hui passe par la transformation  de  son  corps.  Transformisme  pour  Lola,  culturisme  pour Mugler. Ils étaient faits pour se comprendre (ce qu’ils  savaient puisque Lola a secondé Mugler pour les costumes  de la tournée de Beyoncé).

D’ailleurs, les noms qui reviennent le plus souvent dans son CV sont ceux de Lenny Kravitz, Blanca Li, Indochine, Jean-Baptiste Mondino. Au départ, Lola s’appelait Laurent Mercier.  Un  jeune  homme  d’une  grande  timidité  qui  abritait  une  femme  très  provocante.  Proche  de  la  dompteuse  de  fauves  d’un  cirque dont Fellini n’aurait pas désavoué les  délires :  la  taille  corsetée  à  l’excès,  les  voilettes,  les  nœuds  de  velours,  les  mouches,  les  dentelles  en  transparence,  les  étoles  de  fourrure…  Mais  revenons  à  Laurent.  Après  des  études  à  l’École  professionnelle  des  sciences, de l’industrie et du commerce, de  Lausanne (il est d’origine suisse), et au Studio  Berçot,  à  Paris,  il  devient  l’assistant  de  Jean Paul Gaultier avant de créer sa propre  marque, Laurent  Mercier de Luxe. En 2001,  il rafle tous les prix : lauréat du concours de  l’Andam, lauréat du prix spécial LVMH, lau-

On  ne  s’étonnera  donc  pas  que  Mugler  fasse  appel  à  Lola  au  moment  de  se  lancer  dans  une  nouvelle  aventure.  Une  aventure qui devrait en laisser plus d’un sans voix. Si j’étais Madame de Sévigné, je dirais que je vous le donne en cent,  que je vous le donne en mille, mais comme je suis quelqu’un  de beaucoup plus simple je me contente de vous annoncer  que Mugler, qui avait un peu disparu, Mugler que l’on disait  reclus dans sa salle de sport, s’apprête à monter une revue de  music-hall qui devrait s’appeler en toute simplicité : Mugler Folie !  Jamais  folie  n’a  mieux  porté  son  nom  puisqu’avec  ses  associés,  Mugler  a  racheté  le  Comédia,  du  boulevard  de  Strasbourg,  à  Paris,  pour  y  présenter  sa  revue  (MarieFrance, autre vieille connaissance, doit également en faire  partie). Tout cela sent son Paname à plein nez. Comment ne  pas  penser  à  Saint  Laurent  et  Roland  Petit  travaillant  sur  le  truc  en  plumes  de  Zizi  Jeanmaire.  Quel  sera  le  truc  en  plumes du troisième millénaire ? On a hâte de le savoir.  octobre 2013

225


la vie

4 excentriques ali MahDavi

E

n  attendant  Ali  Mahdavi,  qui  est  en  retard,  je  me  remémore  cette  soirée, sur le thème « red carpet »,  où il avait déboulé enveloppé dans  une moquette rouge qui s’enroulait autour  de lui comme une pelure d’orange. C’est le  genre de chose qui ne s’oublie pas. Il arrive  finalement  en  courant  du  Crazy  Horse.  Il  peine  à  reprendre  son  souffle  et  prétend  être au supplice de n’avoir pas eu le temps de  se changer. Il s’excuse et s’excuse encore. Il  est charmant de s’excuser tout le temps. Il a  déjà téléphoné pour s’excuser de son retard  et  il  s’excuse  maintenant  de  ne  pas  avoir 

baroque  et  de  la  sophistication  au  service  d’une  féminité  triomphante et implacable. Une influence que l’on retrouve aujourd’hui dans ces photos et dans ses clips magnifiés par  la couleur : des rouge vif, bleu horizon, jaune chrome où se  profilent des beautés caparaçonnées de vinyle et de dentelle  à  la  limite  de  la  robotisation,  mais  encore  suffisamment  humaine pour nous faire fondre. Thierry Mugler c’est fait, on passe aux égéries sans qui la vie, pour Ali, ne vaudrait pas la peine d’être vécue : Arielle Dombasle, Dita Von Teese et Suzanne von Aichinger. Les trois grâces. La blonde, la brune et l’énigmatique Suzanne dont il avoue avoir été amoureux alors que ses orientations sexuelles ne l’y prédisposaient pas forcément. Sur Arielle,

Mugler ne lui a pas tout appris, mais il lui a transmis l’amour du baroque et de la sophistication au service d’une féminité triomphante etimplacable. beaucoup  de  temps  à  m’accorder.  Le  Crazy  Horse, dont il est le directeur artistique, ne  lui laisse pas une seconde de répit. D’autant  qu’il  termine  les  répétitions  du  prochain  spectacle  dont  Noémie  Lenoir  est  la  guest star. Ali a déjà signé pour le Crazy la revue  « désir »,  en  collaboration  avec  Philippe  Decouflé,  le  spectacle  de  Dita  Von  Teese,  le  spectacle  de   Clotilde  Courau  et  l’affiche  d’Arielle Dombasle… Sans  me  laisser  le  temps  de  réagir,  Ali  prend en mains cette interview qu’il dirige  méthodiquement en serrant les boulons les  uns après les autres. La parenthèse du Crazy  Horse  refermée,  il  revient  à  ses  études.  On  aurait  dû  commencer  par  là.  Trois  ans  à  l’école Boulle, deux ans à Duperré, à la suite  de quoi il entre aux Beaux-Arts, dont il sortira  avec  les  félicitations  du  jury,  et  chez  Thierry  Mugler,  dont  il  devient  l’assistant.  Si  Thierry  Mugler  ne  lui  a  pas  tout  appris,  il  lui  a  transmis  le  principal :  un  amour  du  226

octobre 2013

il est catégorique : « Je défie quiconque, dit-il, de passer ne serait-ce qu’une demi-heure en sa compagnie sans tomber à jamais sous son charme. » Comme j’aime autant Arielle que lui, il prêche un converti. On est d’accord, ce qui nous autorise  à  enchaîner  sur  Dita,  qu’il  dirige  en  ce  moment dans  un  court-métrage  aux  côtés  de  Djanis  Bouzyani. « Ah ! Djanis, ah ! Dita »,  dit-il  en  laissant  entendre  qu’il aimerait en parler d’avantage, mais l’enchaînement naturel  avec  sa  nouvelle  carrière  de  cinéaste  l’en  empêche. C’est la grande affaire du moment. Après la mode, la photo, le  stylisme,  la  direction  artistique,  le  cinéma  occupe aujourd’hui  son  imagination.  Très  méthodique  dans  ses délires,  Ali  précise  qu’il  ne  doute  pas  que  le  cinéma  soit fait pour lui puisqu’il peut aussi bien s’occuper des éclairages, de la réalisation, jouer les chefs op’, écrire des scénarios, dessiner des story-boards. Un homme à tout faire et qui veut tout faire. Le court-métrage avec Dita Von Teese s’inscrit  dans  une  série  de  cinq  dont  il  vient  de  terminer l’écriture  avec  Jean-Claude  Carrière.  Cinq  histoires  sur le thème des amours interdites (il faut croire qu’en cherchant, on en trouve encore ?). Cinq courts-métrages… mais déjà il rêve d’un long.


aoÛt-septembre 2013

227


La viE STYLE/EXPO

Alif EnsEmblE, notEs d’Espoir

Composé de musiciens de l’Iraq, de Syrie, d’Egypte, de Palestine et du Liban, influencé par le rock, le jazz, le répertoire oriental et contemporain, l’ensemble Alif propose une musique ouverte, complexe, pleine d’espoir. Par Shirine Sa ad

C’est avec ce poème de Mahmoud Darwich que les musiciens d’Alif Ensemble entament leur mélodie, un charivari poétique de furieux tambours orientaux et de cymbales, de langoureux jeux de oud et de buzuk, et de fréquences électroniques minimalistes. La voix grave de Tamer Abou Ghazaleh, debout devant le micro, relève le ton érotique et mélancolique du poème, tantôt lentement, tantôt avec vigueur, se mélant aux sons saccadés des musiciens. C’est là la proposition rafraichissante du jeune groupe Alif Ensemble : un hybride entre musique orientale, prog-rock, 228

OcTObre 2013

improvisation libre, musique électronique et poésie, un son qui correspond aux parcours nomades et aux influences diverses des nouvelles générations arabes – et aux remises en question des sociétés en révolution. «L’objectif est de créer un son et un groupe enraciné dans la musique arabe tout en étant libéré de certaines normes formelles et structurelles et des précédentes tentations de fusion, » explique K hyam Allami, le fondateur du groupe. « Nous cherchons à accomplir quelque chose de beaucoup plus subtil et de beaucoup plus créatif. Ce qui explique mon choix du nom Alif : en géométrie et en calligraphie c’est une ligne verticale qui représente le premier jet de créativité. Nous cherchons à créer sans être influencés par les réalités sociales, politiques ou musicales qui nous entourent. » Allami, un irako-syrien qui a grandi à Londres en jouant de la batterie dans des groupes de rock avant de redécouvrir son héritage arabe et apprendre le Oud, voyageait à travers la région lorsqu’il eut

l’idée de créer un groupe de musique qui reflétait sa sensibilité et celle de certains musiciens qu’il rencontrait – dont Tamer Abou Ghazaleh, un musicien palestinien notoire influencé par la musique arabe et le rock. En 2012, ils forment un groupe et jouent à Londres, Liverpool et Birmingham à l’occasion de plusieurs festivals. Rapidement, leur univers prend forme : le batteur libanais K haled Yassine, connu pour son travail avec Anouar Brahem, le compositeur égyptien Maurice Louca, un pionnier sur la scène électronique régionale, et le bassiste syrien K haled Omran, qui vient de fonder le groupe Tangaret Daghet, se mettent à expérimenter. Ils choisissent des poèmes de Darwich et de l’Irakien Sargon Boulos qui parlent de mort, d’abandon et de tristesse, et les mettent en musique. «Les sujets de ces poèmes sont très sombres, » explique Allami. « En général les chansons arabes parlent soit d’amour, soit de nationalisme. Nous voulions nous libérer de ces carcans. Ces poèmes représentent notre réalité et c’est très important. »

PHOTO dr

«A

vec la coupe sertie d’azur, Attends-la/ Auprès du bassin, des fleurs du chèvrefeuille et du soir, Attends-la/ Avec la patience du cheval sellé pour les sentiers de montagne, Attends-la/Avec le bon goût du prince raffiné et beau, Attends-la/ Avec sept coussins remplis de nuées légères, Attends-la/ Avec le feu de l’encens féminin omniprésent, Attends-la…»


la vie

ICÔNE: CHOUCHOU

Silhouette dégingandée barrée d’une monstrueuse moustache en broussaille, Coluche arabe revisité par Giacometti, fagoté de costumes qui flottent autour d’une silhouette étique, voix nasillarde que ponctue un accent de poulbot beyrouthin, le tout couronné par l’horrifiant hirsutisme de son époque. Tel est “Chouchou” avec un accent tonique sur le premier “ou”, roi de la comédie libanaise des années 60 et 70. P a r f. a .d.

PHOTO ©an naHar

C

lown triste et bouffon téméraire, Chouchou, de son vrai nom Hassan Alaeddine, est né en 1939 et mort à 36 ans, au seuil de la guerre de 1975. Il a 20 ans à peine quand il crée sa troupe, le Théâtre national, qui joue les grands classiques en arabe. De L’Avare au Malade imaginaire, en passant par le répertoire de Labiche, le Topaze de Pagnol et l’Opéra de Quat’sous de Brecht qui fait un triomphe dans sa version “Akh ya baladna”, Chouchou est au four et au moulin et brule littéralement les planches à force de les chauffer. D’un rôle à l’autre finit par se dégager une personnalité théâtrale attachante dont l’apparition sur scène est déjà à elle seule un spectacle. Très vite, il taille ses rôles à sa mesure et campe des personnages types de la société libanaise de son temps,

du petit cafetier roublard au notable hypocrite. Il fait rire ses contemporains de leurs propres travers et éclabousse en passant une classe politique corrompue, indifférente aux problèmes inhérents à une région instable, l’exode rural, l’urbanisation galopante et une croissance à deux vitesses qui laisse les plus fragiles sur le pavé. En 1975, Chouchou réalise un rêve en créant sa propre salle de théâtre, le théâtre Schéhérazade, au centre-ville de Beyrouth. Schéhérazade ou pas, tout le monde l’appelle “le théâtre de Chouchou” et les Beyrouthins s’y bousculent, toutes classes sociales confondues. Pour joindre les deux bouts, Chouchou a aussi un emploi de comptable, joue dans des séries télévisées et fait quelques tentatives miti-

gées au cinéma. Mais à l’image de son personnage, il est poursuivi par les dettes et la dèche. Son muscle cardiaque, déjà fragile, donne une première alerte. Les médecins lui interdisent le café et les cigarettes qu’il consomme immodérément. Il n’a pas l’âge de la modération. Appelé à se produire en Jordanie, il en revient avec une grosse grippe. Le cœur flanche. Chouchou est foudroyé dans la fleur de l’âge. Il ne connaîtra pas la guerre dont il a pourtant, candidement et sur le ton de la satire, mis en relief l’aspect inéluctable. Il laisse un fils, K hodr Alaeddine, qui a suivi les cours de mime de Marcel Marceau à Paris et n’a eu de cesse depuis, d’entretenir le souvenir d’un père dont la seule évocation, pour ceux qui l’ont connu, ramène les fous rires d’une époque dont le Liban a une violente nostalgie. OcTObre 2013

229


la vie

francesco clemente

Figure majeure des 70s et des 80s, cet artiste italien gagnerait à être redécouvert et aimé comme il le mérite. Derrière les portes de son atelier, se cachent un homme singulier et une œuvre unique. Par M a rie M a ertens, Pho tographe M agnus unn a r, s t y lisme del Phine da nhier

Autoportraits, 2008-2011, huile sur toile

230

octobre 2013


Veste en soie Canali, pantalon en coton Brioni, baskets en toile Comme des Garรงons, T-shirt, bijoux et chaussettes vintage

octobre 2013

231


E

n réaction aux matériaux de l’Arte Povera et à leur monochromie inhérente, un courant se dresse à la fin des années 1970, mené par les artistes de la “trans-avant-garde”, pour reprendre le terme du critique d’art Achille Bonito Oliva. Ils prônent un retour à la peinture et à ses sujets traditionnels. Parmi eux, Francesco Clemente, né en 1952, à Naples.

économie de matière

De sa biographie, on sait qu’il étudie l’architecture aux débuts des années 1970 à Rome, avant de se consacrer à la peinture et au dessin, et qu’il s’installe à New York dix ans plus tard. C’est également à ce moment-là que Jean-Michel Basquiat, s’érigeant contre l’art minimal et le white cube de nombreuses galeries, empoigne ses pinceaux et ses couleurs. Francesco Clemente voyage en parallèle en Inde et présente, parmi ses premières peintures, des scènes figuratives qui semblent volontai-

diens, qui s’accompagnera d’une conception du temps non linéaire mais en constante évolution. Dans les années 1980, ses œuvres révèlent une grande diversité, de la vivacité extrême du trait à l’économie de matière et de geste pour certaines toiles à la tempera. Le peintre veut-il prouver sa volonté de confraternité en rendant des hommages parfois très appuyés à un Pablo Picasso ou à un Kees van Dongen ou montrer que l’art n’est qu’un éternel recommencement ? Toutefois, en 1984, il réalise des œuvres directement en collaboration avec Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat. Peu à peu l’œuvre s’épure et dans une interview en 2011, Francesco Clemente précise que si certains peintres sont des

il peint ceux qui l’entourent, tels que Allen Ginsberg ou Keith Haring rement naïves. Il raconte des histoires et installe ses personnages dans des paysages rappelant l’influence des maîtres italiens de la Renaissance. Comme d’autres membres du groupe, tels que Sandro Chia ou Mimmo Paladino, il ne se refuse aucune réinterprétation ou hommage au passé. Son emploi de la superposition de différents plans peut aussi se comprendre par sa découverte des tombeaux égyptiens ou des miniaturistes in232

octobre 2013

bâtisseurs, d’autres travaillent par le retrait. “Je me suis toujours considéré comme appartenant à la deuxième catégorie. Mon objectif en peinture est de nettoyer, d’enlever, d’éliminer, de laver.” Avant qu’il ne précise que les lignes sont destinées à indiquer d’autres segments que l’on ne voit pas. Ce qui pose la ques-


Veste en laine et soie Dries van Noten, T-shirt et bijoux vintage Ganesh en bios du Maharashtra

octobre 2013

233


Autoportrait, 2013, aquarelle sur papier

234

octobre 2013


Costume en laine et chemise en popeline de coton Dior homme, chaussures vintage

octobre 2013

235


236

octobre 2013


Manteau et Pantalon en laine, chemise en coton Prada, chaussures en toile Comme des Garçons

tion de la structure et de la composition dans son œuvre. Dès les années 1970, ses premiers dessins sont élaborés en obéissant à une certaine symétrie. Vingt ans plus tard, des aquarelles renouent avec cette volonté d’ordonnance, même si elles le font dans la douceur des courbes qui se délient jusqu’à des images érotiques. Le sujet récurrent du peintre est bien la nature humaine et la question des vanités qui la sous-tend. Comme Andy Warhol a immortalisé en Polaroid la scène artistique de sa génération, Clemente peint à l’aquarelle ou à l’huile ceux qui l’entourent, tels qu’Allen Ginsberg, Keith Haring, Basquiat, ou Ron Arad… Au fil des ans, le cadrage se resserre pour se concentrer sur le visage, dans lequel le peintre conduit notre regard au cœur de celui du protagoniste. Sa carrière est aussi jalonnée de nombreux autoportraits, exercice à la fois réflectif et parfois compassé dans l’art d’aujourd’hui, mais qu’importe puisqu’il se place en dehors des modes. Par cette œuvre polymorphe, Francesco Clemente s’est positionné comme l’un des peintres italiens les plus importants de sa génération et fait partie des collections du Metropolitan Museum, du Guggenheim, du Centre Pompidou, de la Tate… Il vit aujourd’hui entre New York et Varanasi, en Inde. Nul doute que l’idée de cosmogonie et d’éternel recommencement que l’on observe dans son travail dérive de son attachement à l’Inde. Mais n’at-il pas dit que les peintures sont “les équivalents contemporains d’instruments rituels” et que l’artiste construit un véritable autel… octobre 2013

237


Manteau en laine et chemise en coton Prada

238

octobre 2013


octobre 2013

239


Veste en soie Canali

240

octobre 2013


Détail de “SelfPortrait with the Ladies and Grace”, 2008-2011

242

octobre 2013


Détail de “museum tent”, 2013 Page de droite : Veste en coton Ann Demeulemeester, gilet en laine Dolce & Gabbana, Chemise en coton Yohji Yamamoto, pantalon en laine Dior homme Autoportraits, 2008-2011, Huile sur toile Grooming : Sergio Corvacho. Assistante stylisme : Julia Ehrlich

244

octobre 2013


adresses

AGENT PROVOCATEUR à l’ABC DBAyeh, +961 4 41 60 00 ext.3016 AURÉLIE BIDERMANN Chez Sylvie SAliBA, +961 1 33 07 01 BALENCIAGA +961 1 99 11 11 ext.570 BALMAIN +961 98 65 02 BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 ext.565 BURBERRY +961 1 99 11 11 ext.455 CAROLINA HERRERA +961 1 97 36 98 CARTIER +961 1 97 26 00 CARVEN Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 CASADEI Chez A ïShti, +961 1 99 11 11 ext.110 CÉLINE + 961 1 99 11 11 ext.250 CHANEL +961 1 99 91 29 CHARLOTTE OLYMPIA Chez AïShti +961 1 99 11 11 ext.110 CHLOÉ +961 1 99 11 11 ext.580 CHRISTIAN LOUBOUTIN +961 1 97 06 25 CINDY GLASS +961 1 32 02 60 DIANE VON FUSTENBERG Chez AïShti +961 1 99 11 11 ext.130 DIESEL +961 1 99 11 11 ext.450 DIOR +961 1 99 11 11 ext.592 DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 ext.555 DRIES VAN NOTEN Chez AïShti +961 1 99 11 11 ext.130 DSQUARED 2 Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 ELIE SAAB +961 1 98 19 82 ETRO +961 1 99 11 11 ext.590 FENDI +961 1 99 11 11 ext.550 FALKE +961 1 20 10 19 GÉRARD DAREL +961 1 97 03 66 GIANVITTO ROSSI Chez AïShti, +961 1 99 11 11 ext.110 GUCCI +961 1 99 11 11 ext.200 HERMÈS +961 1 99 97 10 ISABEL MARANT +961 1 98 65 03 J.M WESTON +961 1 96 12 67 JIL SANDER Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 ext.595 JOSEPH +961 1 99 11 11 LANVIN +961 1 98 65 01 LE SILLA Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.110 LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10 MAISON MARTIN MARGIELA Chez AïShti +961 1 99 11 11 ext.130 MAJE +961 1 99 05 14 MARC JACOBS +961 1 99 11 11 ext.148 MARN +961 1 99 11 11 ext.569 MISSONI +961 98 16 61 MIU MIU Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 MONCLER Chez A ïShti, +961 1 99 11 11 ext.130 MY SOUk.COM +961 70 00 50 54 NILOUFAR AFNAN www.niloufArAfnAn.Com OSCAR DE LA RENTA en vente Chez Plum, +961 1 97 65 65 PAUL & JOE Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 PIERRE HARDY Chez AïShti +961 1 99 11 11 ext.110 PRADA Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 RALPH LAUREN à l’ABC DePArtment Store, +961 1 21 28 88 ROBERTO CAVALLI Chez AïShti +961 1 99 11 11 ext.115 SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 ext.562 SALVATORE FERRAGAMO +961 1 97 61 37 SANDRO +961 1 99 05 13 SERGIO ROSSI +961 1 99 98 77 SEVEN FOR ALL MANKIND +961 1 99 11 11 ext.560 THE kOOPLES +961 1 99 11 11 ext.535 TORY BURCH +961 1 99 11 11 ext.140 VALENTINO Chez A ïShti +961 1 99 11 11 ext.130 WASHED-AND-FOUND.COM +961 70 73 94 02 ZADIG ET VOLTAIRE +961 1 97 28 16

246

octobre 2013


WWW.AISHTIBLOG.COM


PLaYLiST STYLE/EXPO

Play it excentrique

On les imagine bien dormant dans un cercueil à l’instar de Sarah Bernhardt. On pourrait même les entendre ronfler. Mais les excentriques peuvent être gais. Dans tous les sens du terme. Mèches peroxydées ou cheveux bleus, œil charbonneux et déguisement de chauve-souris, les excentriques jouent peut-être de leur fond de commerce, mais ils nous font toujours sourire. Teki Latex (feat Lio) – Les matins de Paris Cyndi Lauper – Iko Iko Grâce Jones – Libertango (I’ve seen that face before) Lady Gaga – Applause Nina Hagen – 99 Luftballon Beth Ditto (and Gossip) – Heavy Cross Alice Cooper – Poison Mylène Farmer – Pourvu qu’elles soient douces Boy George (and Culture Club) – Karma Chameleon Marylin Manson – The beautiful people Sebastien Tellier – Cochon Ville Bowie (aka Ziggy Stardust) – Space Odity Elton John – Crocodile Rock Amy Winehouse – You know I’m no good Jeanne Mas – Johnny Johnny Kiss – Alive 248

OcTObre 2013

PHOTO rda

Par Médéa a zouri


JOHN ARMLEDER, CHRISTIAN HOLSTAD, THOMAS HOUSEAGO, YAN PEI-MING, ROB PRUITT, PIOTR UKLANSKI, KAARI UPSON

EAST OF EDEN EN RAISON DE SON GRAND SUCCÈS, L'EXPOSITION EST PROLONGÉE JUSQU'À FIN OCTOBRE. “SQUAT”, UNE FUSION ART ET DESIGN, OUVRIRA EN NOVEMBRE. METROPOLITAN ART SOCIETY, RUE TRABAUD, ACHRAFIEH, BEYROUTH INFO@MASBEIRUT.COM, T: 70.36 69 69


24.9.2013 Chanel J12 MoonphaseB L'Officiel LEB 285X220.indd 1

9/26/13 12:22 PM

L'Officiel-Levant, October Issue 39  

The October issue of L'Officiel-Levant asks Beirut: what's new? The answer comes in the form of art, food, music and fashion.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you