Page 1

Levant

Numéro 84 Juin-Juillet 2018

SIX BALLONS POUR UNE COUPE Robert Grunenberg UTE LEMPER

JAKUB B EST EN CHEMISE BURBERRY. N°84 – 7,500 L.L.

VIN T A GE COOL


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


d ior.com - 01 99 11 11 ext .5 92

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

J AV I E R B A R D E M a n d D E V PAT E L , M A L I B U H I L L S , 8 a m WAT C H T H E S E R I E S O N Z E G N A . C O M

B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2

A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

J AV I E R B A R D E M a n d D E V PAT E L , M A L I B U H I L L S , 5 p m WAT C H T H E S E R I E S O N Z E G N A . C O M

B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2

A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Canali.com


224.0 x 297.0 mm

2 2 5 F o c h S t . , D o w n t o w n B e i r u t , Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 A ï s h t i B y t h e S e a , A n t e l i a s , Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4


feel more at the new corneliani.com #CornelianiFeelMore

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Levant

N ° 8 4 — J U I N J U I L L E T 2 018

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

SOPHIE NA H A S Département artistique

D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

SOPHIE SA FI Contributeurs PH OTO

A R NE GRUGEL , MICHÈLE AOUN, MOH A M A D A BDOUNI, R AYA FA R H AT, TON Y ELIEH RÉDAC TI O N

JOSÉPHINE VOY EU X , L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, NA SR I SAY EGH, PHILIPPINE DE CLER MON T-TONNER R E , SA BY L GHOUSSOUB STYLISME

CL A R A MELK I Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Direction Directrice de la publication, Marie-José Susskind-Jalou Gérants, co-présidents des boards exécutif et administratif Marie-José Susskind-Jalou et Maxime Jalou Directeur général, directeur des boards exécutif et administratif Benjamin Eymère Directrice générale adjointe, membre des boards exécutif et administratif Maria Cecilia Andretta (mc.andretta@jaloumediagroup.com) Assistantes de direction Seti Kheradmand (Marie-José Susskind-Jalou, s.kheradmand@jaloumediagroup.com) et Pascale Savary (Benjamin Eymère, p.savary@jaloumediagroup.com)

Directeur de création Aldo Buscalferri aldobuscalferri@gmail.com

Rédactrice en chef mode Anne Gaffié

Photographes Giasco Bertoli Luc Coiffait Philippe Fragnière Nik Hartley Nicolas Kuttler Tommaso Mei Randall Mesdon Paul Scala Florent Tanet

Rédacteur en chef horlogerie Hervé Dewintre

Illustratrice Kate Copeland

Directrice artistique Angèle Noël

Auteurs Eugénie Adda Hubert Artus Yamina Benaï Adrian Forlan Jean-Pascal Grosso Pierre-Olivier Marie

Rédacteur en chef magazine Baptiste Piégay b.piegay@jaloumediagroup.com

Chef de rubrique photo Pascal Clément p.clement@jaloumediagroup.com Secrétaire générale de la rédaction Françoise Emsalem f.emsalem@jaloumediagroup.com Secrétaire de rédaction Emmanuel Caron Directeur de la production Joshua Glasgow j.glasgow@jaloumediagroup.com Stagiaire Dora Chouaïeb www.lofficiel.com Félix Besson

(caradisiac.com)

William Massey Thibault de Montaigu Laurent-David Samama Jack Sunnucks Bertrand Waldbillig Rex Weiner Traducteurs Héloïse Esquié Cédric Laborde Consultant à la création Pablo Arroyo L’Officiel Hommes + Directeur de création Pablo Arroyo Directeur mode Jérôme André Directrice artistique Francesca Occhionero

Éditeur délégué Membre du board exécutif Emmanuel Rubin (e.rubin@jaloumediagroup.com) Publicité Directrice commerciale France Faradita Safira (f.safira@jaloumediagroup.com) Directrice de publicité Nathalie Desaigle (n.desaigle@jaloumediagroup.com) Directeur de publicité digitale France Jean-François Vrac (jf.vrac@jaloumediagroup.com) Traffic Manager Marie Detroulleau (m.detroulleau@jaloumediagroup.com) Administration et finances Directeur administratif et financier, membre du board administratif Thierry Leroy (t.leroy@jaloumediagroup.com) Secrétaire général, membre du board administratif Frédéric Lesiourd (f.lesiourd@jaloumediagroup.com) Directrice des ressources humaines Emilia Étienne (e.etienne@jaloumediagroup.com) Responsable comptable et fabrication Éric Bessenian (e.bessenian@jaloumediagroup.com) Diffusion Lahcène Mezouar (l.mezouar@jaloumediagroup.com) Trésorerie Nadia Haouas (n.haouas@jaloumediagroup.com) Facturation Barbara Tanguy (b.tanguy@jaloumediagroup.com) Abonnements ABOSIRIS, 11, rue Gustave-Madiot, F-91070 Bondoufle, France. Tél. : +33(0) 1 84 18 10 50 ou www.jalouboutique.com Vente au numéro France VIP, Laurent Bouderlique — Tél. : 01 42 36 87 78 International Export Press, Carine Nevejans — Tél. : 33 (0)1 49 28 73 28 Ventes directes diffusion Laura Leclerc (l.leclerc@jaloumediagroup.com) et Samia Kisri (s.kisri@jaloumediagroup.com) International et marketing Management international et marketing, Flavia Benda (f.benda@jaloumediagroup.com) International editorial et archive manager, Nathalie Ifrah (nathalie@jaloumediagroup.com) Directrice de la publicité internationale Paris, Emmanuelle Hermant (e.hermant@jaloumediagroup.com) Directrice de la publicité internationale Milan, Angela Masiero (a.masiero@jaloumediagroup.com) Senior manager publicité internationale Milan, Claudia Della Torre (c.dellatorre@jaloumediagroup.com) Manager publicité internationale, Carlotta Tomasoni (c.tomasoni@jaloumediagroup.com) Manager publicité Milan, Monica Traina (m.traina@jaloumediagroup.com) Chef de produit diffusion, Jean-François Charlier (jf.charlier@jaloumediagroup.com) Executive coordinator et marketing manager, Pascale Savary (p.savary@jaloumediagroup.com) Graphiste marketing et projets spéciaux Anaëlle Besson, Assistant marketing Antoine Diot (a.diot@jaloumediagroup.com) Responsables shopping Laura Leclerc (l.leclerc@jaloumediagroup.com) et Samia Kisri (s.kisri@jaloumediagroup.com) Publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique, L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Voyage Espagne, L’Officiel Art Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Voyage Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Mykonos, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Pologne, L’Officiel Russie, L’Officiel Voyage Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel St Barth, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Officiel Hommes Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel USA, L’Officiel Hommes USA, L’Officiel Vietnam www.lofficiel.com — www.jalouse.fr — www.larevuedesmontres.com — www.jaloumediagroup.com Communication et relations presse Thomas Marko & Associés Céline Braun et Emmanuel Bachellerie. Tél. : 01 44 90 82 60 Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier par Valpaco, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis. Imprimé sur des papiers produits en Italie et en Finlande à partir de 0 % de fibres recyclées, certifiés 100 % PEFC. Eutrophisation : papier intérieur Ptot 0,023 kg/tonne - papier couverture Ptot 0,006 kg/tonne. Photogravure Cymagina — Distribution MLP Dépôt légal mars 2018 Commission paritaire N° 0419K89063 — ISSN 1777-9375

Édité par LES ÉDITIONS JALOU SARL au capital de 606 000 € — Siret 331 532 176 00087 5, rue Bachaumont, 75002 Paris. Téléphone : 01 53 01 10 30 — Fax : 01 53 01 10 40 L’Officiel Hommes is published monthly — Total : 8 issues, by les Éditions Jalou including L’Officiel Hommes+ published twice a year – March and October

Édité par les Éditions Jalou SARL au capital de 606 000 € représentée par Marie-José Susskind-Jalou et Maxime Jalou, co-gérants, filiale à 100 % de la Société Financière Jalou SAS Siret 331 532 176 00087

Fondateurs GEORGES, LAURENT et ULLY JALOU † Directrice de la publication Marie-José Susskind-Jalou


224.0 x 297.0 mm

Sommaire 40

L’édito

44

News

54

Oh Daddy!

56

White ... Stripes

58

Sneakers pour l’été

62

Esprit sportif

64

L’art de battre le pavé

70

M. Diplo

74

M. Jamie Campbell Bower

82

Classe Riviera

88

« Zero One », la nouvelle collection homme de Nour Hage

92

Splash !

94

Les misters de Beyrouth

108

Réminiscences

136

Cet arbre par-dessus le toit

148

19 London Lane, London, E8 3PR

158

Starch, sept créateurs bourrés de talent

164

M. Jérôme Jarre

168

M. David Zwirner

172

En toute intimité

176

Deux regards sur les mondes tsiganes

180

Rayyane Tabet recolle le passé

184

L’hôtel Phoenicia, résidence d’artistes

186

Le conte de la tour qui danse

190

Gazon sur le toit


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

192

Maisons de rêve

198

Beyrouth vinyle

202

Rendez-vous avec Ute-Marlene

206

Et chanter « Enta Omri » dans un troquet parisien

210

Beirut Berlin Bad Boys

214

Mir-Jean Bou Chaaya, un djinn chez Netflix

218

Ça roule à Beyrouth

220

Six expériences culinaires à Aïshti By The Sea

228

Quand Paris fait tourner les tables

234

Le chef s’amuse

238

Déjeuner sur le trottoir

240

Les trois sœurs de Karm-El-Joz

244

Brazzaville au cœur de Jisr El Wati

246

6 ballons mythiques de la coupe du monde

254

La mer malgré tout

258

Et si Wimbledon avait inventé le tennis ?

262

Transpirer stylé

266

Attente HD

270

Adresses

272

Quand « nous » résonne plus fort que « je »


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

ÉDITO Par Fifi Abou Dib

Même les carrosseries s’y mettent ! Moins fuselées, les voitures sont de plus en plus économes, préfèrent l’agilité à la puissance et les chemins de traverse au macadam. Si les salles de gym ont de plus en plus la cote, on préfère se construire une silhouette saine plutôt que bizarrement façonnée à la gonflette. La mode suit, privilégiant un confort vintage, épaules larges, coupes détendues, semelles épaisses, en contraste avec le tout moulant et l’aérodynamique golden boy de la première partie des années 2000. Cette esthétique moins narcissique, plus authentique, révèle les préoccupations de la nouvelle génération de jeunes adultes actifs. Ils sont nombreux, désormais, à s’intéresser plutôt à l’environnement qu’à la performance des moteurs, à la qualité et à la variété de leur nourriture qu’à la sacro-sainte teneur en protéines des aliments. Les nouveaux chasseurs ne chassent plus que des images, sont moins obsédés par l’argent et cultivent leurs talents artistiques en marge de leurs compétences professionnelles. « She’ crazy ‘bout her daddy/ O she believes in him » chantaient les Bonney M en 1976. Ce single, « Daddy cool », a fait la fortune du groupe. Daddy cool. Plus que jamais le ringard est tendance et séduire, c’est d’abord rassurer.

40


S H O P O N L I N E AT FE N D I .CO M

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


NEWS Par F.A.D

AIR, TERRE, MER Aeronautica Militare est la seule marque de vêtements autorisée à reproduire les logos officiels de l’armée de l’air italienne ainsi que ceux des Frecce tricolore, la célèbre patrouille acrobatique du même corps militaire. Un privilège qui oblige et que la griffe italienne honore avec fidélité. La collection masculine printemps été 2018, à travers ses lignes Urban, Action, Up, Denim et Easy care, s’adresse à un homme « sur de lui, sachant qui il est, d’où il vient et où il va, ayant du caractère, de la force et de l’empathie ». Tout un programme. Aeronautica Militaire Aïzone, 71 rue El Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, L3, +961 1 99 11 11 ext.140 Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 717 716 ext.265

LA POSSIBILITÉ D’UN AUTRE MONDE On pousse une porte et c’est Bigbang ! Cette salle de cinéma virtuel de 15 places, où l’on peut choisir de vivre une expérience collective ou individuelle, porte paradoxalement le nom de l’étincelle qui a fait surgir le monde matériel. Ici, au contraire, on produit et projette des films en réalité virtuelle. Créé par Karim Safieddine et Maroun Najm, cofondateurs de la société de production et distribution Cinemoz, ce concept met à la disposition du spectateur un matériel de pointe et une bibliothèque de plus de 100 films, expériences et jeux virtuels. Un espace réservé au développement créatif et expérimental est par ailleurs mis à la disposition des scénaristes, producteurs et réalisateurs tentés par la quatrième dimension.

Photos DR

Bigbang Studios Rue Auguste Pacha Adib, Ashrafieh, Beyrouth, lot 1687, +961 1 563 612

44


NI BLANC NI NOIR Off White est une jeune marque de vêtements créée par l’architecte américain Virgil Abloh en 2013. Floutant les lignes entre l’art et la mode, la griffe accumule les prix d’excellence depuis son arrivée dans l’industrie. Dans le dictionnaire de Virgil Abloh, « Off White » est moins une couleur qu’un concept : une zone grise entre le blanc et le noir. Dès le départ, cet ingénieur civil qui a couronné ses études par un master en architecture à l’Illinois Institute of Technology sous la direction de Mies van der Rohe, investit son talent dans tous les secteurs de la création. A peine diplômé, il est engagé comme directeur artistique auprès de Kanye West et de son groupe de réflexion créatif, Donda.

Entre mode et art contemporain A la suite d’un projet artistique intitulé « Pyrex Vision », Virgil Abloh se lance dans la création d’une marque de vêtements masculins et féminins complétée par une ligne de meubles. L’étiquette Off White est déjà sa signature. Très vite, en 2015, la marque fait partie des finalistes du prix LVMH. En 2016, Virgil Abloh est désigné par le Business of Fashion parmi les créateurs qui redéfinissent l’industrie mondiale de la mode. En 2017, il fait partie des cinq finalistes du prix Svarowski et présente sa collection masculine printemps été 2018 au Pitti Immagine Uomo à Florence. En 2019, parallèlement à l’activité de Virgil Abloh dans la mode, une rétrospective de son œuvre artistique est programmée au Musée d’Art Contemporain de Chicago, Illinois. 45

Le vêtement comme mode d’expression Cela donne une idée de la dimension créative d’Off White qui place le vêtement dans une dimension artistique lui permettant de refléter les interrogations et l’esthétique contemporaines. A travers des collections sous-tendues par une narration, Off White explore des concepts sécrétés par le règne de la culture jeune dans le contexte contemporain. Pour Virgil Abloh, il s’agit de traduire une vision claire de la manière dont les vêtements sont portés et de l’expression artistique qu’offre la mode à l’individu. Off- White Aïzone, 71 rue El Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, L1, +961 1 99 11 11 ext.120 Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 717 716 ext.236


L’ESPRIT DU TEMPS Ce n’est pas par hasard que la montre Santos de Cartier est une telle légende. Ce premier modèle de montre de poignet, créé en 1904 à l’intention du pionnier de l’aviation moderne Alberto Santos-Dumont, célébrait déjà, à l’aube du 20e siècle, l’âge de la vitesse et de l’ingénierie. Eminemment contemporaine et virile avec sa forme robuste, ses huit vis et ses angles concaves inspirés de ceux de la Tour Eiffel, prodige architectural de l’époque, elle véhiculait déjà une esthétique fonctionnelle et avant-gardiste. Sa nouvelle version anti magnétique et résistante à l’eau jusqu’à 100m se décline en acier ou or avec bracelet chaîne ou cuir de veau ou d’alligator. Le remontoir est toujours orné d’un saphir signature. Le nouveau bracelet s’adapte au poignet en un clic, grâce au mécanisme SmartLink. A l’image de son nouvel ambassadeur, l’acteur américain Jake Gyllenhaal, elle incarne la curiosité, l’esprit pionnier et l’audace. Cartier 109 rue Allenby, Centre-ville, Beyrouth, +961 1 97 26 00

L’OBSESSION PALESTINE Dans « Préliminaires pour un verger futur », Karim Kattan, raconte trois histoires d’amour autour de la Palestine d’aujourd’hui, de ses légendes et de son futur. De Shanghaï à Jérusalem, de Gaza à Bombay, chacun des personnages de ces nouvelles tente, loin de la terre natale ou de la langue maternelle interdite, de forger ses propres récits. Ecrits dans une modernité affirmée, ces textes sont denses et intimes. Né à Jérusalem en 1989, Karim Kattan vit entre Paris et Bethléem. Il a par ailleurs fondé l’association El-Atlal, une résidence d’artistes et d’écrivains à Jéricho, en Palestine. Préliminaires pour un verger futur est sa première publication.

Photos DR

Karim Kattan « Préliminaires pour un verger futur », Éditions Elyzad, 2017

46


224.0 x 297.0 mm


FLEURS DE LUMIÈRE Dédié à la réalisation d’objets sur-mesure, entre savoir faire traditionnel et technologie de pointe, l’atelier Fabraca créé à Beyrouth par l’architecte Samer Saadeh se spécialise notamment dans le meuble et le luminaire. La dernière création de Fabraca Studios est un lustre en cuivre à bras pivotants dont chaque ampoule est enveloppée d’un cône en forme d’arum stylisé. On adore la poésie et la délicatesse de ce mobile lumineux conçu pour un client privé. Fabraca Studio Sed El Bauchriye, Baouchriyeh, Beyrouth, fabracastudios.com

JV X NJ, LA DOUBLE INSPIRATION VARVATOS

John Varvatos Aïzone, 71 rue El Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, L3, +961 1 99 11 11 ext.140 Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 717 716 ext.104 48

Photos DR

« Il y a eu ce diner où nous nous sommes trouvés à la même table. J’ai tout de suite compris qu’il allait devenir mon ami. Non seulement je ne me suis pas trompé, mais nous avons cherché par la suite à réaliser ensemble quelque chose qui transcende la mode et la musique, une manière d’influencer le monde qui nous entoure. » C’est en ces mots que l’acteur, producteur et auteur-compositeur interprète Nick Jonas raconte sa rencontre avec le créateur John Varvatos. De leur amitié vient de naître une capsule estivale ancrée dans la riche histoire musicale de Detroit, documentée par le photographe Danny Clinch. Maille, cuir, vestes iconiques, chaque pièce de la collection a sa propre identité et reflète la créativité du tandem.


DE NOUVELLES HARMONIES DANS LE ROCK’ N ROLL A quoi ressemblait l’élégance rebelle avant The Kooples ? On ne s’en souvient même plus tant le label français incarne l’esprit rock dans ses nuances les plus subtiles. La collection homme printemps été 2018 de l’enseigne, inspirée de l’univers du réalisateur Jim Jarmusch, explore en cinq capsules un vestiaire futuriste teinté de culture skate empruntée aux années 1990. L’attitude rockabilly, soulignée par les motifs tatouage, les jeans usés et la splendeur du noir, confère à l’ensemble une même puissante identité. The Kooples 148 rue Saad Zaghloul, Centre-ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.535 Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 717 716 ext.104

TUMI A LA CONQUÊTE DE L’OUEST Après avoir, l’automne dernier, emprunté à New York sa palette acier, ses ombres et sa lumière rasante, le bagagiste Tumi se dirige cet été vers l’Ouest américain et décline au soleil californien des valises à coque ondulée de couleur sable, or, ardoise ou argent. Les sacs à dos de la collection Alpha Bravo bénéficient d’un nouvel imprimé camouflage emprunté aux grands lézards du désert californien. L’offre se décline par ailleurs en couleurs fraîches, bleu roi, rouge, imprimé floral, qui habillent les bagages les plus performants et résistants de tous les temps. Tumi Aïshti, 71 rue El Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, L4, +961 1 99 11 11 ext.232 Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 717 716 ext.236 49


LE SOLEIL NOIR DE ZAD MOULTAKA L’installation qui a représenté le Liban à la 57e Biennale de Venise est enfin « à la maison », puisqu’on peut la visiter au musée Sursock, Achrafieh, tout au long du mois de juin. On ne sort pas indemne de cette traversée au cœur d’une salle obscure baignée de musique sacrée, l’hymne à SamaS, dieu babylonien du Soleil et de la Justice, chanté par 32 choristes et écrit par Zad Moultaka, concepteur de l’œuvre. Au milieu de la pièce trône, tel un totem barbare, un moteur de Bombardier. On aperçoit parfois l’éclat des 150000 pièces de monnaie collées au mur du fond. Après cette escale libanaise, l’installation poursuivra son tour du monde. Installation SamaS, Zad Moultaka, musée Surscock, jusqu’au 25 juin. Tel : +961 1 202001

LE SOIN « PHOTOSHOP » LE SOIN « PHOTOSHOP »

Une peau bien entretenue se passe volontiers de toxine botulique. Au lieu de quoi, on se remet aux mains des expertes du spa Urban Retreat pour émerger, 30 à 60 minutes plus tard, incroyablement rafraîchi et rajeuni grâce, entre autres, à la ligne Valmont de soins naturels. Etape 1 : le nettoyage Avant d’arriver à l’étape « Renewing pack », la crème miracle de la marque, on passe par un délicieux cycle de nettoyage. Le nettoyant visage phyto-alpin Nature by Valmont, enrichi d’huile de noix de coco, de ginseng et de thé vert, appliqué en mouvements circulaires sur peau humidifiée, nettoie, hydrate et revitalise. Selon le type de peau, on peut aussi choisir la Mousse illuminante Valmont, appliquée en massage sur le visage et le cou. Elle

contient de la niacinamide qui limite le transfert de mélanine, ainsi que du zinc à l’effet radiant, adoucissant et hydratant. Le soin Vital Falls Valmont, appliqué en massage sur le visage, avec ou sans coton, convient à tous types de peau, même les plus fragiles. Enrichi d’extraits de noisette, de camomille et de calendula, il renforce la peau autant qu’il l’adoucit. Etape 2 : l’exfoliant La peau parfaitement nettoyée est prête à se débarrasser de ses cellules mortes. A cet effet, une petite quantité de crème Valmont Face Scrub chargée en diatomes, billes de 60 à 200 microns, est appliquée en massage doux, par petits cercles. La peau est aussitôt comme renouvelée. Etape 3 : le masque La peau rafraichie, l’esprit détendu grâce à la musique très douce, la lumière tamisée 50

et les gestes experts de votre technicienne, le moment est venu de recevoir le produit miracle de la marque, le fameux Renewing Pack Valmont dont on dit que, depuis sa création, il se vend un pot toutes les 50 minutes dans le monde entier. Appliquée en couche épaisse sur le visage et le cou, idéalement posée une vingtaine de minutes, retirée avec une serviette humide après un court massage, cette composition à base de complexe cellulaire (ADN, ARN liposome, peptides et autres), de dioxide de titanium et de lactate de menthyl va produire un effet spectaculaire. Comme adoucie au papier abrasif, la peau dont le film hydrolipidique a été rééquilibré ne présente presque plus d’imperfections. Dans le miroir, on a l’impression que notre portrait a été retouché ! Mais Photoshop n’y est pour rien. Aïshti by the Spa Spa, Antelias, L4, +961 4 711 940


COLLECTION T H E ROSE O F H O PE

S Y LV I E S A L I B A , B E I RU T, D OW T OW N , PHONE. +961

1

970615

2

PA R K AV E N U E


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

OH DADDY ! Au style nerveux et fuselé du golden boy des années 2000 succède l’avachi chic, le sexy mou, la rassurante silhouette nounours du papa en week-end. A l’heure où la femme monte en puissance, le nouveau séducteur est un tendre, un protecteur, un enveloppé enveloppant, une valeur sure. focus Par F.A.D

Souriant, confortable et douillet La panoplie de papa ne serait pas complète sans le T-shirt à message (qui n’a rien à voir), ou même publicitaire, offert avec le gel de lessive à la caisse du supermarché. Pas de panique, il existe une alternative « chic » à la chemisette trois trous : la chemise hawaïenne à manches courtes et grosses fleurs. Forcément, le pantalon qui va avec s’offre des pinces pour plus d’aisance, ou carrément un élastique pour retenir une molle cascade de maille de coton qui gondole au niveau des genoux. Le sarouel de jogging en tissu sweat, qui se portait orphelin il y a quelques mois, ne sort plus sans son blouson, en total look survêtement. Tout cela est supposé suggérer que le corps et l’esprit cachés sous les plis sont tout aussi nonchalants, souriants, confortables et douillets qu’on pourrait le rêver. L’homme nouveau, sans être un homme au foyer, garde ses muscles pour lui et cultive l’image nourricière de l’homme du foyer, le pilier de la famille pour qui pousser la poussette ou faire la vaisselle va de soi, de même que recycler tout ce qui peut l’être. Pour inspirer la puissance et se poser en sage de la tribu, il adopte les attributs du sage : son père, ce héros aux semaines difficiles, qui se repose enfin de ses vieilles révoltes. On l’aura compris, la mode masculine subit cette année une poussée d’évolution darwinienne et se détourne des miroirs pour mieux perpétuer l’espèce. 54

Photos DR

Pas de quoi s’inquiéter, le narcissisme est toujours de mise et les salles de gym continuent à faire florès. C’est au niveau du vestiaire urbain que les choses prennent une allure un peu différente. Mais d’où nous reviennent ces sneakers aux semelles démesurées, quasi orthopédiques, ces monstrueuses chaussures qu’on croyait avalées par le sac « à donner » la nuit du passage à l’an 2000 ? Sérieusement, Balenciaga ? Sans rire, Louis Vuitton ? Moulées dans un débordement de gomme, avec de solides contreforts à l’arrière, ces chaussures ne sont pas faites pour courir mais pour soutenir, tel un socle massif, la statue de l’Immobilité faite homme. Comme un bonheur ne vient jamais seul, on retrouve aussi les bonnes vieilles Van’s, prisées par les conducteurs de véhicules familiaux du même nom depuis que la communauté des skateurs a trouvé plus sexy. Ah, et les Adidas à bout caoutchouc pour protéger les orteils, au cas où on se ferait marcher sur les pieds. Tout cela fait un doux floush-floush quand on se déplace d’un fauteuil à l’autre et soutient délicieusement la colonne vertébrale quand on évente le barbecue du dimanche.


224.0 x 297.0 mm

Balenciaga

Fendi

55


224.0 x 297.0 mm

WHITE... Le blanc est moins une tonalité qu’une température. « Blanc » et « frais » vont ensemble. Le mercure monte, et avec lui une envie folle de textures qui craquent. tendances Par F.A.D Style CLARA MELKI

Saint Laurent

Gucci Saint Laurent

Etro

Prada

Off-White

Dsquared2 Tod’s

Calvin Klein

Fendi 56


224.0 x 297.0 mm

...STRIPES Pourquoi habille-t-on les marins et les prisonniers de rayures ? Parce que ces zèbres-là doivent rester visibles, les uns en cas de chute à la mer, les autres en cas d’évasion. A bon entendeur. Hermès

Balenciaga Prada

Ermenegildo Zegna

Marni

Saint Laurent

Valentino

Gucci

Photos DR

Tod’s

Hermès

Off-White Moncler

Maison Margiela

57


224.0 x 297.0 mm

SNEAKERS POUR L’ÉTÉ accessoires Réalisation DORA CHOUAÏEB

Sneakers, OFF-WHITE

Photos DR

Elles donnent un bon coup de pied dans le vestiaire sportswear. Autant de nouvelles références à suivre.

58


224.0 x 297.0 mm

Sneakers “Bedford” en cuir et paillettes multicolores, SAINT LAURENT par ANTHONY VACCARELLO.

Sneakers “K-Lastic”, espadrilles en Néoprène, KENZO.

Sneakers en tissu technique et imprimé “tribal”, semelle en gomme, DIOR HOMME.

Sneakers en veau, HERMÈS.

Sneakers en cuir et détail shearling, FENDI.

Sneakers “Bruno” en cuir tressé, JIMMY CHOO.

Sneakers “Run Away Pulse”, LOUIS VUITTON.

59


224.0 x 297.0 mm

Sneakers “Gucci Cube Rhyton”, GUCCI.

Sneakers “Diving” en veau velours avec détails en veau mat, LANVIN.

Sneakers “Fusion”, MAISON MARGIELA.

Sneakers en cuir et suède avec perforations, GIVENCHY.

Sneakers ”sock runner”, FENDI.

Sneakers, MONCLER.

Photos DR

Sneakers “Loop Sneakers” façon chaussettes sans colle, eco-friendly, STELLA McCARTNEY.

60


224.0 x 297.0 mm

Sneakers, PRADA.

Sneakers, VALENTINO

Sneakers en cuir et veau velours, THE KOOPLES.

Sneakers, DOLCE & GABBANA

Sneakers, CALVIN KLEIN

Sneakers, MAISON MARGIELA

Sneakers, BALENCIAGA.

61


224.0 x 297.0 mm

ESPRIT SPORTIF Tout est dans le détail. Dans cette collection d’un raffinement discret, le sport est célébré avec subtilité à travers des symboles qui parlent à l’intuition des vrais passionnés. Ici, la couture des manches rappelle celle des balles de baseball, là un unique maillon de chaîne d’ancre évoque tout l’univers de la navigation. L’art de l’ « understatement », porté à son apogée par Hermès, insuffle au luxe un supplément d’esprit.

Blouson à bord-côte en agneau gommé vapeur à maxi-maillon chaîne d’ancre incrusté. Tee-shirt en lin et coton à micro-motif rouge H. Pantalon étroit droit en serge de coton taupe à piqûres contrastées. 62

Photos DR

style Par F.A.D


224.0 x 297.0 mm

Blouson à brod-côte étrivière cannelle aux coutures baseball contrastées. Tee-shirt en popeline de coton cannelle. Pantalon large en serge de coton bleu-marine. 63


224.0 x 297.0 mm

L’ART DE BATTRE LE PAVÉ Nos pieds nous portent, mais que portent nos pieds ? Mocassins, baskets et espadrilles nous impriment leur allure et connaissent notre destination.

accessoires Photographie Tony Elieh Direction artistique Sophie Safi

De gauche à droite: Mocassins, TOD’S. Sneakers, VALENTINO GARAVANI UOMO. 64


224.0 x 297.0 mm

De gauche à droite: Espadrilles, FENDI. Chaussures, SANTONI. 65


224.0 x 297.0 mm

De gauche à droite: Mocassins, PRADA. Mocassins, GUCCI. 66


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

M. DIPLO Producteur de génie, tiers du groupe Major Lazer et DJ des scènes émergentes, l’hyperactif Diplo lance une nouvelle chaîne radio et étend un peu plus son influence planétaire avec le récent “California”, EP aux six titres hip-hop solaires.

style Auteure EUGÉNIE ADDA Photographe LUC COIFFAIT Styliste SAMANTHA RHODES

Plus personne n’arrêtera Diplo. Incarnation du flegme californien, mage sonique rompu depuis quinze ans à un DJing précis adulé par les initiés, le natif de la ville d’Elvis multiplie les collaborations avec les plus grands noms de la pop mondiale – Beyoncé, Justin Bieber, Madonna, Lil Wayne ou M.I.A. – sans perdre pour autant de vue les scènes électro des villes émergentes qu’il encourage avec un acharnement discret. Une block party géante à Islamabad en février dernier avec son label Mad Decent, une performance avec son groupe Major Lazer à La Havane en 2016 devant 400 000 personnes – une première pour un artiste US depuis le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba – documentée par le film Give Me Future, des dates en Ouganda, au Nigeria et en Éthiopie lors de sa dernière tournée africaine… Celui qui tient quasiment résidence dans les meilleurs clubs de Vegas officie en parallèle sur les

scènes confidentielles du monde entier et offre une visibilité aux courants locaux alternatifs, qu’il explore depuis Favela on Blast, docu qu’il réalisait en 2008 sur les artistes new funk des quartiers pauvres de Rio. Le voilà de nouveau dans la lumière, sur son EP California, dévoilé en mars, dont la tracklist réunit des collaborations avec les nouveaux noms de L.A. : Lil Yachty, Lil Xan, D.R.A.M. ou Trippie Redd, autant de rappeurs têtes de file de la jeune garde, dont les visages tatoués, le flow et les textes néopunks remplacent la pop édulcorée des gros labels dans les oreilles de la jeunesse américaine. Six titres en tout, à la fois mélancoliques et dansants, où le sautillant Diplo s’essaie à l’introspection et rend hommage à ceux qui incarnent la scène hip-hop californienne et s’apprêtent – tout comme lui – à rejoindre la lumière. Rencontre avec l’intéressé, entre deux avions, dans une villa abandonnée de Beverly Hills. 70

Vous venez de lancer votre propre radio, de quoi s’agit-il exactement ? Diplo : Elle s’appelle Diplo’s Revolution, elle est diffusée par SiriusXM, une radio en ligne et satellite qui compte plus de 32 millions d’abonnés dans le monde. Ils m’ont proposé de curater ma propre chaîne. Elle est diffusée 24 heures sur 24 et on y trouve mes playlists avec du hip-hop, de la dance, de la pop, mais aussi des émissions sur l’afrobeat ou d’autres courants musicaux plus alternatifs. C’est assez éclectique, l’idée est de faire découvrir aux abonnés de jeunes scènes musicales cool et encore peu connues. Comment définiriez-vous votre nouvel EP California ? Il réunit mes collaborations de cette année, avec Lil Yachty, Lil Xan ou Trippie Redd. Tout s’est surtout passé à Los Angeles, avec cette jeune garde de rappeurs capables de faire à peu près ce qu’ils veulent grâce aux nouveaux


224.0 x 297.0 mm

Veste et pantalon en jersey de coton brodĂŠ et ceinture en maille, le tout VALENTINO.

71


224.0 x 297.0 mm

Le monde Diplo

8 fois nommé aux Grammy Awards

réseaux. C’est ce nouvel esprit californien que j’ai voulu retranscrire sur California. Justement, des artistes tels Lil Xan ou Lil Yachty sont rattachés au courant des “rappeurs SoundCloud”. Qu’est-ce que cette plateforme a changé pour l’industrie musicale ? Elle leur permet de toucher immédiatement une audience, au lieu de devoir passer par toutes les étapes pour être signés sur des labels. Il n’y a plus besoin d’intermédiaire, il suffit d’uploader un morceau, les auditeurs font euxmêmes le tri entre ce qui marche ou pas. Leur musique est très brute, sans mixage final, presque punk. Et c’est ça aussi qui plaît au public. Maintenant, ils sont tous signés sur de gros labels, comme Lil Pump qui vient de signer un contrat à huit millions de dollars. Donc d’une certaine manière, l’industrie n’a pas tant changé que ça, SoundCloud leur offre surtout plus de visibilité pour démarrer. En 2008, vous avez réalisé Favela on Blast, un documentaire sur la funk carioca née dans les quartiers pauvres de Rio. Dixans plus tard, qu’est ce qui a changé là-bas ? Je viens d’y retourner, pour le carnaval de Rio. Cette musique qui était alors underground est devenue populaire. Les groupes et artistes font maintenant plusieurs centaines de millions de vue sur YouTube et remplissent des festivals. C’est incroyable de voir comment certains courants alternatifs font maintenant partie de l’identité musicale d’un pays. Quelles scènes émergentes vous intéressent en ce moment ?

2 fois lauréat

Possède des parts dans l’équipe de soccer Phoenix Rising

67

2,2 milliards

productions signées par lui

de vues sur YouTube pour Lean On, de Major Lazer

Au Brésil toujours, la jeune génération d’artistes new funk-hip-hop, qui englobe des artistes comme MC Brinquedo, commence à émerger. Je surveille aussi beaucoup la scène électro d’Afrique du Sud et de l’Ouganda, qui compte des mouvements comme le gqom – alliance de sons tribaux et de beats dance entraînants. J’en place souvent dans mes playlists et Dj sets. Vous vous êtes fait connaître en tant que producteur et membre du groupe Major Lazer. Aujourd’hui, vous sortez un EP sous votre seul nom. Vous voici en pleine lumière… Exactement. C’est très gratifiantd’être reconnu en tant qu’artiste. Beaucoup de producteurs talentueux restent dans l’ombre et ne sortent pas de titres pour des questions de temps ou de motivation. J’essaie de saisir les opportunités qui se présentent à moi et d’avancer sans trop m’interroger. Danser dans mes clips, comme dans Get it Right, ou sortir des titres avec des artistes inconnus du public sont des choses que je suis heureux de pouvoir oser. Je suis aussi sur un projet avec le rappeur français Niska, que j’aimerais faire connaître aux États-Unis. Vous êtes très actif sur Instagram, avec plus de 4 millions de followers. Quelle utilisation en faites-vous ? Je viens de commencer à en voir l’utilité. Avant, je me contentais de poster des photos de mes projets ou de moi. Plutôt ennuyeux. Maintenant, je m’amuse sur mes vidéos et c’est ce qui plaît à mes followers. J’essaie de m’inspirer de ceux qui mettent à profit le réseau pour poster 72

des choses un peu plus subversives. La culture Vine (Instagram de la vidéo, ndlr) est en train de prendre le pas sur le reste grâce aux stories. C’est une nouvelle manière d’être créatif, mais en tant que DJ, je m’occupe plus de réseaux tels que SoundCloud, YouTube et Spotify. Vous avez récemment affirmé prendre 320 vols par an. Ça vous arrive de vous poser ? Je comptais aussi les correspondances ! Non, plus sérieusement, je pense que c’est autour des 200 vols par an, ce qui reste honorable, non ? J’ai fait 38 dates pour ma tournée, dont une à Cuba et une autre au Pakistan. Je récupère dans ma maison, à Los Angeles, ou lorsque j’enregistre. Évidemment, j’essaie de rester toujours actif, de faire du sport et de manger sainement. J’ai aussi la chance de pouvoir dormir à peu près n’importe où. Votre prochain vol ? Demain matin. Une date à Las Vegas pour un DJ Set. Puis le Texas, puis Vegas à nouveau. Tout ça en quatre jours. Vous êtes, en tant que producteur, appelé à repérer de jeunes talents. Qui est dans votre radar en ce moment ? J’adore Jim-E Stack, un jeune producteur basé à L.A. qui a sorti son dernier EP cet été. Il y a aussi SOPHIE avec qui je collabore souvent, dont les titres néo trans sont ultrapuissants, ou des producteurs hip-hop comme T-Minus ou Murda Beatz, qui travaille avec Drake et Gucci Mane. Diplo, California (Mad Decent/Because).


Aïshti by The Sea, Aïshti Downtown, Aïshti Verdun

ETRO.COM

224.0 x 297.0 mm

Barbiere Colla, Milano #EtroRoots


224.0 x 297.0 mm

M. JAMIE CAMPBELL BOWER À bientôt 30 ans, l’acteur, chanteur et musicien fait partie de ces influenceurs anglais qui s’exportent très bien. Ce n’est donc pas un hasard si la maison italienne Fendi a fait de lui son ambassadeur de l’année pour ses collections “Eyewear”.

mode Auteure ANNE GAFFIÉ Photographe NIK HARTLEY Styliste JAMES SLEAFORD


224.0 x 297.0 mm

Costume en coton mélangé à motif pied-de-poule, pull sans manches en maille de coton, chemise en soie imprimée et mocassins en cuir, le tout FENDI.


224.0 x 297.0 mm

Trench en soie technique à damiers FF, costume en coton mélangé et chemise en soie à damiers FF, le tout FENDI. Page de droite, chemise en soie à damiers FF, pantalon en coton mélangé, mocassins en cuir et lunettes de soleil en métal doré, le tout FENDI.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Pull sans manches en maille de coton, chemise à manches courtes en soie imprimée, pantalon de costume en coton et mocassins en cuir, le tout FENDI. Page de droite, chemise à manches courtes en soie imprimée, pantalon de costume en coton et lunettes à monture métal, le tout FENDI.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Sweat-shirt zippé à empiècements motif tartan, chemise en coton, cravate en soie à motifs FF et lunettes de soleil en métal doré, le tout FENDI. Assistante styliste Dora Chouaïeb Grooming Tyler Johnston Production Londres Agence Mily Kadz


224.0 x 297.0 mm

“Si je devais être en rébellion contre la rébellion, en über-rébellion, je le ferais. On n’est jamais assez rock’n’roll à mon goût.”Jamie Campbell Bower Il y a dix ans tout juste, vous faisiez vos premiers pas au cinéma. Quelle expérience en avez-vous tiré ? Jamie Campbell Bower : Commencer le cinéma jeune vous apprend à ne pas vouloir avoir tout, tout de suite. À savoir attendre. Prendre le temps d’explorer une part de soi que l’on ne connaît pas. On évolue dans un monde d’adultes, où il faut savoir respecter le travail des autres, l’introspection, les personnages… Mais j’ai toujours aimé ça. Tout a été très vite pour moi, sans répit et sans recul, mais j’ai eu la chance d’apprendre beaucoup de mes aînés. Et finalement, c’est totalement contradictoire je le sais, de grandir également très vite. Sweeney Todd, Camelot, Harry Potter, Twilight… on peut dire que vous avez commencé fort, et que tout s’est enchaîné rapidement pour vous, à un âge où d’autres se lancent à peine dans la vie active. Diriez-vous que tout a été trop vite ? Non, je ne dirais pas ça. Intense et excitant serait plus juste que trop rapide. N’oublions pas qu’on est dans “l’entertainment” ! Cette énergie vous pousse vers le haut. Comment maîtrisez-vous aujourd’hui votre métier d’acteur, et que vous apporte-t-il ? Je ne le maîtrise pas ! Mais alors pas du tout ! Non, je plaisante. Il y a quelques années encore, j’avais toujours tendance à comparer mon parcours à celui des autres. Toutes les réussites, quelles qu’elles soient, me fascinaient, la façon dont les autres les géraient. À 25 ans, quand je me suis vraiment mis à la musique, je pensais aux Beatles qui, au même âge, étaient déjà en studio d’enregistrement à Abbey Road ! Mais le temps m’a appris à relativiser. Aller à son rythme, sentir que l’on contrôle ses choix, c’est impératif pour se construire. Si vous deviez choisir entre musique et cinéma, quel art garderiez-vous en priorité ? Votre question sonne comme un ultimatum entre la vie ou la mort ! Les gens me la

posent souvent, ça a sûrement quelque chose à voir avec moi ! Honnêtement, je ne peux pas répondre parce que je ne pourrais pas choisir. J’ai toujours fait les deux, depuis que je suis enfant. Peut-être que la musique me donne la possibilité d’être complètement libre en termes de création, et donc d’explorer davantage d’expériences personnelles qu’avec le cinéma. À 30 ans cette année, en novembre, vous entamez un second chapitre de votre vie ? Oui, ce n’est pas faux. Je me connais mieux, c’est certain. J’essaie de tirer le meilleur parti de moi-même, sans me presser, et en partageant. Tout ça est certainement en lien avec l’âge, la maturité et l’expérience. Aimeriez-vous un jour réunir image et son sur un même projet ? Oui, j’adorerais ! D’ailleurs, j’ai toujours évolué dans un cinéma très musical. À l’image du Tim Burton dans lequel je chantais même un peu ! À l’avenir, c’est un projet qui m’intéresserait beaucoup, mais il faut trouver le genre de cinéma qui s’y prête, car ça doit être fait de façon subtile. Le biopic est un bon exercice pour cela. I’m Not There, sur la vie de Bob Dylan, en est le parfait exemple. À l’inverse, aller du son à l’image est également passionnant, comme lorsque nous produisons et tournons les clips du groupe. La musique a-t-elle toujours été une deuxième passion ? Ou peut-être la première, la vraie ? La première, sans aucun doute ! Parce qu’elle parle toujours d’amour, et que l’amour est ma première passion. Votre groupe Counterfeit a trois ans à peine, et vous sortez déjà un premier album, remplissez les salles, partez en tournée européenne… À quoi estimezvous devoir votre succès ? Je pense sincèrement que nous le devons au fait de n’avoir jamais cherché à entrer à tout prix dans une case. Et donc à être catalogués. Les gens nous aiment pour cette spontanéité et cette singularité. C’est pour ça qu’ils

viennent nous voir sur scène. Et pour mon frère aussi, qui est plutôt pas mal ! “Counterfeit” signifie contrefaçon, fake… Pourquoi avoir choisi ce nom ? J’aimerais pouvoir vous l’expliquer en vous racontant une histoire extraordinaire, mais pas du tout. On nous pose souvent cette question, il faudrait qu’on invente quelque chose de dingue ! Ce jour-là, il y avait des tonnes de possibilités, chaque mot ou presque en était une, l’angoisse ! Celui-là sonnait bien. À ceux qui vous étiquettent “punk”, vous répondez que votre musique est plus punk dans l’âme que dans le son. Une forme de rébellion ? Oui, je suppose. L’anarchie, l’anti-système, tout ça. J’ai toujours voulu être dans la rébellion, je ne me sens pas bien du tout dans le silence et la conformité. C’est plus par principe qu’autre chose. Si je devais être en rébellion contre la rébellion, en überrébellion, je le ferais. On n’est jamais assez rock’n’roll à mon goût. Vous dites vouloir “sortir de la zone de confort”. La musique et le cinéma vous y aident-ils ? Absolument. Ils m’offrent la possibilité de vivre des expériences personnelles qui me transcendent. Être aujourd’hui ambassadeur Fendi a-t-il fait de vous un autre homme ? Je n’irais pas jusque-là, mais j’aime l’idée d’être un “outsider”. Travailler avec une maison de luxe qui aurait pu aller à la facilité en choisissant toujours les mêmes visages pour son image est une grande qualité que j’aime partager avec elle. Qu’attendez-vous de l’année 2018 ? D’être bien meilleur encore ! Votre actualité, vos projets à venir? L’enregistrement d’un deuxième album, une tournée aux États-Unis, et une actu cinéma pour l’été. Mais c’est off the record…


224.0 x 297.0 mm

CLASSE RIVIERA

Sans fioritures et sans grands discours, juste un beau lin, une coupe parfaite et des couleurs qui s’épousent : Il y a de l’iode dans l’air et du soleil sur la peau.

mode Direction artistique Sophie Safi Photographie Raya Farhat Stylisme Clara Melki Veste, FAÇONNABLE. Chemise, ERMENEGILDO ZEGNA. Pantalon, CORNELIANI. Chaussures, BRUNELLO CUCINELLI.


224.0 x 297.0 mm

Veste et pantalon , CORNELIANI. Chemise, ORLEBAR BROWN. Ceinture, GUCCI.


Veste et pantalon , CANALI. Chemise, SONRISA. Ceinture, BRUNELLO CUCINELLI.


224.0 x 297.0 mm

Veste, ERMENEGILDO ZEGNA. Chemise, BRUNELLO CUCINELLI. Pantalon, FAÇONNABLE. Chaussures, DIOR.


MANNEQUIN MARK EKE LIEU AISHTI HOME SOLUTIONS

Veste et pantalon , HERMÈS. Chemise, ERMENEGILDO ZEGNA. Chaussures, GUCCI.


SAUT HERMES AU GRAND P A L A I S 9e ÉDITION

Organisé à Paris, au Grand Palais, pour sa neuvième édition consécutive, le Saut Hermès, compétition internationale de jumping, réunissait du 16 au 18 mars 2018 l’élite des cavaliers internationaux aux côtés de jeunes talents prometteurs. L’événement a été clôturé par un spectacle équestre créé par Bartabas avec l’Académie équestre nationale de Versailles. Maison bâtie autour de la noble relation entre l’homme et le cheval, Hermès décline depuis des décennies et dans presque toutes ses créations les plus belles variations sur cet inépuisable thème, abstraction faite des sublimes selles qui sortent de ses ateliers. Or depuis neuf saisons, avec la création de la prestigieuse compétition « le Saut Hermès » au Grand Palais, à Paris, le mois de mars est l’occasion pour cette enseigne de grande qualité de « sortir au grand jour, au grand air et presque à ciel ouvert » comme l’a souligné le président d’Hermès, Axel Dumas qui ajoutait, à l’adresse des présents : « Ensemble nous sommes, auprès du cheval, dans notre élément. Cela suffit à notre bonheur. » Bonheur du « bruit feutré du petit galop et, par intermittence, le silence qui l’interrompt, le temps du saut, le temps de ce moment aérien et gracieux », poursuit Axel Dumas. Mais aussi bonheur auquel s’ajoute l’esprit ludique d’Hermès, un trait particulier à la maison qui adore offrir à ses adeptes des récréations insolites. Ainsi, en marge des compétitions, étaient organisées plusieurs activités parmi lesquelles un concours de lancer de fer à cheval. Et pour ceux qui hésiteraient à relever les manches, le même jeu de type arcade à plusieurs niveaux permet d’explorer l’univers d’Hermès sous forme d’une application baptisée H-Pitchhh. Le jeu est téléchargeable sur App Store et Google Play tout au long de l’année en cours. En guise d’apothéose, un spectacle équestre créé par Bartabas avec les cavaliers de l’Académie équestre nationale de Versailles clôturait l’événement en beauté et en émotion.


‘ZERO ONE’, LA NOUVELLE COLLECTION HOMME DE NOUR HAGE Enfin une première collection 100% masculine ! La jeune styliste Nour Hage, dont le talent a été récompensé à peine éclos en 2014 par la prestigieuse fondation Boghossian, sort des sentiers battus avec ‘Zero One’ - sa ligne exclusive de vêtements pour hommes. Entre lignes épurées et tissus métissés, la jeune femme rend hommage, en filigrane, à sa culture arabe.

style Par JOSÉPHINE VOYEUX Photographie ARNE GRUGEL Direction artistique MÉLANIE DAGHER

89


Les lignes sont fluides, les coupes arrondies et les modèles rappellent immanquablement les habits traditionnels du Liban et, plus largement, de la région du Moyen-Orient. Avec sa nouvelle collection ‘Zero One’, Nour Hage dévoile une nouvelle facette de son talent. Tout en restant fidèle à ses créations précédentes empreintes du concept japonais du wabisabi (la beauté dans la corrosion), la jeune femme semble s’affranchir de son passé en lui rendant hommage. A travers un choix de tissus aussi riche que varié venant des quatre coins du monde, de l’Angleterre au monde arabe en passant par l’Italie, la jeune femme renoue avec ses racines. « Il y a quelque chose que nous autres Arabes, adorons, ce sont les fleurs, souligne-t-elle. Je me rappelle avoir grandi entourée de meubles tapissés de tissus fleuris. C’est une sorte de base omniprésente, une magnifique ode à notre culture arabe. » La talentueuse designer s’est nourrie de son enfance et de son vécu tout au long de son processus de création. Le résultat, comme souvent avec Nour Hage, est aussi harmonieux que subjuguant. Les cultures se rencontrent, se mélangent et se confrontent comme pour mieux s’embrasser. Majoritairement de source européenne, les tissus de laine et de coton épousent les formes des vêtements traditionnels arabes – de la dishdasha, (chemise longue dite également thawb), à l’abaya (manteau déstructuré et sans attaches). En clair, la collection ‘Zero One’ se présente comme un dialogue, voire une célébration de la vie et de l’humain. Le reflet d’une prise de conscience Il faut dire que Nour Hage n’en est pas à son

galop d’essai. A 29 ans seulement, la jeune designer a su s’imposer dans le monde extrêmement compétitif de la mode.En 2013, trois ans après avoir quitté les bancs de l’académie, la très réputée Parsons School of Art and Design à Paris, elle créait sa marque éponyme et produisait deux collections dans la foulée : Blao (AW 13) et Kurkuma (SS14). Malgré son jeune âge, Noor Hage a collaboré aux côtés des plus grands : d’Elie Saab à Oscar De la Renta en passant par Giambattista Valli ou encore Damir Doma. La finesse du regard et la détermination au travail de la styliste libanaise lui ont rapidement valu d’être récompensée par la prestigieuse fondation Boghossian. Depuis le début de sa carrière, ses créations où douceur et tension se côtoient dans une grande sensibilité artistique, laissent deviner un travail d’orfèvre. « Cette nouvelle collection est une distillation de tout ce que j’ai appris dans l’industrie de la mode entre Paris, Beyrouth et Londres, ajoute Nour Hage. Mais elle est surtout le reflet d’une prise de conscience qui m’a permis de constater que je suis véritablement amoureuse de ma culture arabe ; il m’a fallu du temps pour m’en rendre compte. J’ai du physiquement quitter 90

le Moyen-Orient et m’établir à Londres pour m’en apercevoir ». Penser l’homme en 2018 Mais la beauté du travail de la créatrice libanaise repose avant tout sur l’intérêt et l’amour qu’elle porte aux autres. Elle n’aurait sûrement pas dessiné avec autant de précision et de détails les croquis et patrons de ‘Zero One’ sans questionner les aspirations et les défis de l’homme en 2018. « La collection parle de quelqu’un qui s’interroge pour s’améliorer, estime-t-elle. Quand on regarde tout ce qui se passe avec le mouvement #MeToo, les débats sur les écarts salariaux et les droits des femmes, en particulier au Moyen-Orient, je pense que les hommes sont aujourd’hui confrontés à leur passé et c’est à eux de décider qui ils souhaitent être dans le futur. Le style a pour vocation de leur rendre service : ils doivent se sentir à l’aise pour s’exprimer avec audace ». Avec sa nouvelle collection, Nour Hage contribue ainsi au changement. Elle apporte sa pierre à l’édifice d’un monde pacifié et bienveillant tout en contribuant au rayonnement de sa culture arabe.

www.nourhage.com


224.0 x 297.0 mm

FAC O N N A B L E . C O M

C ’EST FAÇONNABLE

1 4 9 S a a d Z a g h l o u l s t r e e t , n e x t t o A ï s h t i D o w n t o w n T. 0 1 9 9 1 1 1 1 A ï s h t i B y t h e S e a , A n t e l i a s T. 0 4 7 1 7 7 1 6 E X T. 2 3 3

ext. 525


224.0 x 297.0 mm

SPLASH ! Il n’y a rien de plus jouissif, après le rasage, que cette petite claque alcoolisée, son parfum sauvage, sa fraîcheur à la limite du supportable. Le grand frisson pour commencer la journée. beauté Photographie Raya Farhat Direction artistique Sophie Safi

De gauche à droite: L’Homme, cologne bleue, YVES SAINT LAURENT. Stronger with you, eau de toilette, EMPORIO ARMANI. Masque purifiant, TOM FORD.


224.0 x 297.0 mm

De gauche à droite: Legend night, eau de parfum, MONTBLANC. L’Homme, eau de parfum, PRADA. Fluide hydratant, TOM FORD.


224.0 x 297.0 mm

LES MISTERS DE BEYROUTH Rouge est la nuit, rouge cocon, rouge boxon, rouge rideau, théâtre. Le billard est un jeu de style, qu’importe qui gagne ou perd, dans le ballet des queues et des boules, tout est dans l’élégance du coup.

style Photographie Michèle Aoun Réalisation Mélanie Dagher Direction artistique Sophie Safi Lieu Pins'n'Holes


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Pimpa 3000 Sans emploi, indĂŠfinissable.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Tarek Moukaddem Artiste visuel, autofĂŠtichiste.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Oliver DeGemayzeh Consultant design et acheteur spécialisé en design nordique, basé à Beyrouth. Projette de lancer sa première collection de bijoux à la Beirut Design Week 2018.


224.0 x 297.0 mm

Carlo Massoud Architecte d’intÊrieur et designer de produits. Planteur de tomates organiques le weekend.


224.0 x 297.0 mm

Krikor Jabotian Créateur de mode, fondateur de l’entreprise familiale Krikor Jabotian et de l’enseigne éponyme dédiée au savoir-faire et à l’opulence des textiles. Son style intemporel est à la croisée de l’héritage et des tendances contemporaines.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

De gauche à droite: Krikor: T-shirt, GUCCI. Short, OFF-WHITE. Sneakers, BALENCIAGA. Pimpa 3000: Total look, OFF-WHITE. Sneakers, BALENCIAGA. Oliver: (Blazer, DIOR). T-shirt, HACULLA. Carlo: Total look, GUCCI. Tarek: Boucles d'oreilles, OSCAR DE LA RENTA. Veste, DIOR. (Sandales, PRADA).


RÉMINISCENCES On fait parfois ce rêve confus et nonchalant d’un temps qui n’est pas le nôtre, où nous aurions vécu une autre vie. Il nous en reste une élégance désuète, un goût pour l’ample, le négligé savant, le décadent. On rêve, on entend cette musique… Et si c’était maintenant ? mode Photographie Mohamad Abdouni Réalisation Mélanie Dagher Direction artistique Sophie Safi Stylisme Clara Melki Assistante photo Andrea Lieu Correttolù Remerciements Hadi Maktabi


Chemise, OFF-WHITE.


Table “TRG“ de Willy Rizzo, 1969


T-shirt, DOLCE & GABBANA. Jeans, GUCCI. Chaussures, PRADA. Tapis contemporains de MirMola, premier designer contemporain iranien, 2015. Tapis Hadi Maktabi


Jakub: Chemise, DSQUARED2. Jeans, BURBERRY. Bottes, VALENTINO. Galina: Sweatshirt, DSQUARED2. Short, OFF-WHITE. Sneakers, DIOR.


Fauteuil “Ministeriale� de Poltronova, 1970. Tapis Hadi Maktabi


Veste, DOLCE & GABBANA. Chemise, DSQUARED2. Jeans, BURBERRY. Bottes, VALENTINO. Tapis Hadi Maktabi Page de gauche: Pull, OFF-WHITE. Short, BURBERRY.


Veste, GUCCI


Chemise, BURBERRY. Pantalon, PRADA. Sandales, DSQUARED2. Page de droite: “G23 Hoop chair� de Piero Palange & Werther Toffoloni, 1972 . Tapis contemporains de MirMola, premier designer contemporain iranien, 2015. Tapis Hadi Maktabi


T-shirt, BALENCIAGA. Jeans. OFF-WHITE. Chaise “Girasole” de Luciano Frigerio, 1960. Tapis Hadi Maktabi


T-shirt, BALENCIAGA. Page de gauche: Galina: Veste, BURBERRY. Bague, GUCCI. Tapis Hadi Maktabi.


Robe, T BY ALEXANDER WANG. Fauteuil et pouf “Viking” de Poltrona Frau, 1990. Lampe “Gabbia” de Adalberto Dal Lago for Esperia, 1960. Tapis Hadi Maktabi.


Total look, GUCCI. Page de droite: Galina: Chemise, BALENCIAGA. Tapis contemporains de MirMola, premier designer contemporain iranien, 2015. Tapis Hadi Maktabi.


Chemise, BURBERRY.


Total look, BALENCIAGA.


Chemise, PRADA. Vases Luciano Florio Paccagnella pour Florio Keramia, 1995. Modèles JAKUB P et GALINA YORDANOV


224.0 x 297.0 mm

CET ARBRE PAR-DESSUS LE TOIT Historien de l’art et écrivain basé à Berlin, Robert Grunenberg fait partie de cette nouvelle génération de commissaires d’expositions qui brouillent les frontières entre l’art, la mode et le design. Son nouveau show « Paradise is now. Palm trees in art », interroge à travers 50 œuvres d’artistes contemporains majeurs la figure omniprésente du palmier, symbole du bonheur au soleil. Il nous en parle. art Par F.A.D Photographie ARNE GRUGEL Réalisation MÉLANIE DAGHER Salon DAHLMANN et galerie ROBERT GRUNENBERG BERLIN


224.0 x 297.0 mm

Bruno V Roels, «Looking For Cole Porter», 2017 ©Bruno V. Roels , avec l’aimable autorisation de Gallery. FIFTY ONE


224.0 x 297.0 mm

David Hockney, «Great Pyramid at Giza with Broken Head from Thebes», 1963. Marcel Broodthaers, «Un jardin d’hiver, alphabets avec palmier», 1974, © Estate Marcel Broodthaers Chemise, ALEXANDER MCQUEEN.


224.0 x 297.0 mm

Bruno V Roels, «Marks In The Troposphere», 2017 ©Bruno V. Roels, avec l’aimable autorisation de Gallery FIFTY ONE.


224.0 x 297.0 mm

Que pouvez-vous nous dire sur votre vie et votre carrière? J’ai grandi dans une famille bohème. Mes deux parents étaient artistes. Mon père était peintre et designer graphique et ma mère poète, compositrice de textes et chanteuse. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de liberté et de temps pour explorer ce qu’il me serait possible de créer dans ma vie. Un privilège que, paradoxalement, quand j’étais plus jeune, j’ai vécu comme un fardeau parce que j’avais de nombreux choix à faire tout seul. Je n’avais pas de sillon tout tracé à suivre. Cela m’a rendu très discipliné et parfois plus conservateur dans mon comportement que mes propres parents. Il m’est arrivé de leur dire qu’ils ne devraient pas veiller si tard le soir, et de rappeler à mon père de ne pas faire la fête trop longtemps parce qu’il avait un rendez-vous de médecin le lendemain. Aujourd’hui, j’apprécie la liberté dont j’ai bénéficié en tant que jeune homme. Elle a élargi mon espace mental et m’a rendu plus joueur, avec une tendance à donner de la valeur à l’expérimentation et à tout ce qui, dans la vie, est complexe, non conventionnel ou parfois semble sans dessus dessous. Au fond, je crois que la complexité peut contenir autant de magie et de beauté que les choses les plus simples. Seriez-vous secrètement un artiste en plus d’être un conservateur et un historien de l’art? Je ne fais pas d’art ou quoi que ce soit que je présenterais comme de l’art, ce qui pour moi serait la définition d’un artiste. J’aime mettre en valeur la production des autres en mettant en place des expositions, événements ou diners et en publiant des textes ou des livres, en ayant des conversations avec des artistes. Beaucoup de choses se révèlent à travers les dialogues que l’on peut avoir avec un artiste. On pense en grand, on rêve, on parle de projets futurs dont la plupart ne verront pas le jour, l’important étant de continuer à faire s’entrechoquer les idées, griffonner une

Miriam Jonas, «Miami» , 2017, avec l’aimable autorisation de l’artiste . Sweatshirt, OFF-WHITE.

utopie, et créer une vision basée sur celle-ci. Vous avez étudié à Francfort et à Londres; vous avez vécu à New York en tant que commissaire MoMA PS1 et vous travaillez actuellement à Berlin. Que représente chacune de ces capitales pour vous? Qu’ont-elles apporté personnellement et professionnellement? Depuis tout jeune, j’ai beaucoup voyagé et vécu dans plusieurs villes ? J’ai fréquenté un collège américain, vécu à Tokyo, Londres, New York et à présent à Berlin. En amont, vivre et travailler dans tant de lieux différents m’a ouvert au monde et offert une merveilleuse éducation. Je me suis installé à Berlin par amour, ce n’était pas vraiment planifié. Aujourd’hui, après cinq ans dans

cette ville, j’ai le sentiment que c’est le seul endroit qui comporte encore une promesse d’utopie. Le rythme de Londres, de Tokyo et de New York est incroyablement excitant, mais Berlin est la seule ville à attirer autant de jeunes. Ils viennent ici pour rêver, faire la fête, jouir de la vie. Lorsque le mur de Berlin est tombé, il a ouvert un incroyable espace de liberté à explorer et sur lequel bâtir des rêves. Bien que Berlin soit aussi adulte par beaucoup d’aspects et tende à devenir conventionnelle, la ville réserve une place aux expériences. J’aime les deux aspects de cette ville. L’argent qui rentre en ce moment permet à toutes ces idées de prendre vie. Bien entendu, en tant que galeriste, j’en profite aussi. Cette année, au mois d’octobre, j’accueille aussi un festival


224.0 x 297.0 mm

Talisa Lallai, «Trucial States», 1961, avec l’aimable autorisation de l’artiste et BolteLang, Zurich. Alicja Kwade, « Kupferpalme», 2018, avec l’aimable autorisation de l’artiste. Chemise, ALEXANDER MCQUEEN. Pantalon, PRADA.


224.0 x 297.0 mm

Rodney Graham, «Vexation Island», 1997, © Rodney Graham, avec l’aimable autorisation de Lisson Gallery.


224.0 x 297.0 mm

Wolfgang Plöger, «Palm Trees of Iraq #17 (C/M/CM/K)», 2015, Courtes.


224.0 x 297.0 mm

Tiré de la publication, «A FEW PALM TREES, 1971», © Ed Ruscha, avec l’aimable autorisation de l’artiste et Gagosian Gallery


224.0 x 297.0 mm

Rodney Graham, «Vexation Island», 1997, © Rodney Graham, avec l’aimable autorisation de Lisson Gallery.

interdisciplinaire à la croisée de la mode, de l’art, du design et de la technologie. Il se tiendra durant 24h au Berghain, célèbre club berlinois qui incarne l’esprit de la ville comme utopie ouverte à toutes les découvertes, à la créativité et à l’expérimentation. Je suis soutenu par mes chers partenaires Mumi Haiti de Reference Studios, Maria et Joerg Koch du magazine 032c ainsi que le célèbre commissaire Hans Ulrich Obrist. Quels sont vos endroits préférés dans chacune de ces villes? Toutes ces villes ont des parcs fantastiques où l’on peut pique-niquer ou faire du jogging. Le Yoyogi Park de Tokyo, London Fields, Tiergarten à Berlin, Central Park à New York. Quel est votre cocktail ou boisson préférée?

J’adore le vin rouge corsé. Le Rioja Tempranillo a pour moi le goût du paradis. À quoi ressemble une soirée idéale pour vous? En ce moment-même, j’aimerais prendre un avion et retrouver mes meilleurs amis pour passer le week-end à Naples. Passer la journée au bord de la mer sur l’île de Capri, avec vue sur les rochers des Faraglioni. Plus tard dans l’après –midi, visiter une bonne exposition au musée Madre de Naples et, au moment où le soleil se couche derrière Ischia, diner et puis découvrir la magie de Naples la nuit, avec son atmosphère obscure et comme hantée. Quelle est votre définition de l’élégance? L’élégance est une attitude, une certaine façon de poser son regard sur le monde qui peut s’exprimer de différentes manières. En

ce qui concerne l’esthétique et le style, l’élégance est un mélange subtil de distance vis à vis du monde des objets, de remise en question et de conscience de soi qui permet d’être à la fois ludique et audacieux. Je recommande que l’on prenne des risques avec la mode et son propre style, de porter des choses qui montrent un aspect caché de soi. La mode est un puissant moyen de communication, un langage visuel au moyen duquel ou peut réaliser des effets pour se créer soi-même. Quelle musique écoutez- vous maintenant? La musique est le bonheur parfait. J’en écoute tous les jours, partout et à tout moment où je peux le faire. Je suis un intoxiqué, je le confesse. La musique est mon péché. Le film ou le réalisateur qui vous inspire?


224.0 x 297.0 mm

Quels livres vous attirent? Mon livre préféré cette année est Retour à Reims de Didier Eribon. C’est l’incroyable histoire de la découverte de soi d’un philosophe français qui revient dans sa ville natale et confronte son propre passé, un passé dont il s’était détourné. J’ai été impressionné par la franchise avec laquelle l’auteur aborde sa propre biographie.

découvert un flot de documents et d’informations sur l’histoire culturelle et le symbolisme du palmier, et la manière dont les artistes ont traité cet arbre, l’une des plus populaires du monde, au fil des siècles. J’ai rendu visite à David Hockney chez lui, à Los Angeles, et il y a eu à partir de là comme un effet boule de neige qui m’a conduit des œuvres de Sigmar Polke à celles de John Baldessari ou même des créateurs de mode comme Raf Simons. Je suis moi-même à présent, et sans doute définitivement, obsédé par les palmiers.

Comment avez-vous eu l’idée d’une exposition thématique autour du palmier? L’idée m’est venue il y a trois ans. J’étais à Art Basel, à Miami Beach, et j’avais compté une cinquantaine d’œuvres sur le thème en me déplaçant à travers la foire. Je me suis demandé pourquoi les artistes avaient cette folie pour les palmiers. Je suis retourné à Berlin. J’ai fait des recherches et j’ai

Le palmier sera-t-il également approché comme un symbole orientaliste ou islamique, un arbre du désert arabe? Oui, l’exposition comprend des images de l’artiste allemand Wolfgang Ploeger qui montrent les palmiers d’Iraq. Il s’agit de sérigraphies extrêmement séduisantes, d’une grande beauté graphique. Ce qu’on ne voit pas, c’est que ces images sont basées sur des photos de chaînes d’information

Ce serait pour moi une torture de choisir. Le dernier film qui m’a ému est « Tree of life » de Terence Malick.

comme CNN. Ces images prises par des photographes de guerre montrent la manière dont le paysage et la nature de l’Iraq ont changé depuis l’invasion américaine. Ploeger a trouvé ces images sur Google, les a altérées, transformées en abstractions et en a complètement modifié le contexte. Je pense qu’elles sont très puissantes parce qu’elles révèlent, entre les lignes, des éléments politiques qui se passent de discours didactiques. Que pouvez-vous nous dire sur vos projets en cours ou à venir? Je travaille parallèlement sur un autre groupe d’expositions sous le thème « German Kinkines ». Il s’agit d’une exposition autour d’une description spécifique du corps humain et de la nudité dont on dit qu’elle est propre à l’Allemagne et en particulier à Berlin. Ce sera un show sexy. www.robertgrunenberg.com instagram: @robertgrunenberg


224.0 x 297.0 mm

John Baldessari, «Throwing Four Balls in the Air to Get a Square (Best of Thirty-Six Tries)», 1972-73, avec l’aimable autorisation de l’artiste et Marian Goodman Gallery, New York. Page de gauche: David Hockney, «Café» de Parade Triple Bill, 1979.


224.0 x 297.0 mm

19 LONDON LANE LONDON, E8 3PR Activistes 3.0. Chacun à leur manière, ils défendent une cause à laquelle ils croient, et pour laquelle ils combattent au quotidien. mode Auteure Anne Gaffié Photographe Nik Hartley Styliste James Sleaford

BARNY LEE Chemise en coton, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO.


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

JOSH CUTHBERT Chemise en coton, KENZO. BARNY LEE Chemise en cuir, tee-shirt et pantalon en coton, le tout HUGO BOSS.


224.0 x 297.0 mm

Barny Lee trouve toujours du temps à consacrer au bénévolat, et ce malgré son métier de maroquinier en design d’intérieur pour sa marque d’accessoires Passavant and Lee, dont il est le cofondateur. Chaque semaine depuis une dizaine d’années, il œuvre à l’association londonienne Regenerate, créée en 1996 et devenue depuis une référence en matière d’aide sociale. Il a fait de l’assistance aux adolescents en difficulté, son cheval de bataille.


224.0 x 297.0 mm

SPENCER PHIPPS Manteau croisé en laine poids plume et combinaison en gabardine de coton et lin, ERMENEGILDO ZEGNA. FELIX RADFORD Veste, pantalon en laine et chemise en coton, le tout DIOR HOMME. Bijoux perso.


224.0 x 297.0 mm

Felix Radford est l’un des membres très actifs du fonds de charité Project 0, créé et soutenu par la fondation philanthropique américaine Tides. Il fait partie de l’un des plus beaux carnets d’adresses qui soient, où chacun des ambassadeurs à travers le monde s’est engagé à lever des fonds en faveur de la lutte pour la préservation des océans. Avec des objectifs précis, dont celui de mettre sous sa protection 30 % des océans du globe d’ici à 2030.


224.0 x 297.0 mm

Josh Cuthbert, chanteur et animateur de radio anglais, est un pur produit de la génération des influenceurs connectés. Ex-candidat du show télé “The X Factor”, leader du boys band pop Union J signé chez Sony Music et mannequin à ses heures, il s'est montré un redoutable réseauteur (500 000 followers sur Instagram).

JOSH CUTHBERT Costume en mousseline de soie et mohair, GUCCI.

Assistante styliste Dora Chouaïeb Grooming Kota Suizu @ Caren Production Londres Agence Mily Kadz


ME lebanon_LOfficiel HOMME_May 2018.pdf 1 5/2/2018 1:28:14 PM

224.0 x 297.0 mm

C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K


224.0 x 297.0 mm

7 forallm ank ind.com


224.0 x 297.0 mm Matt Bomer, actor

BEIRUT SOUKS, SOUK EL TAWILEH T. 01 99 11 11 EXT: 560 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT: 263 ALSO AVAILABLE AT ALL AÏZONE STORES IN BEIRUT, DUBAI, AMMAN


PHOTOS TARECK RAFFOUL


STARCH, SEPT CRÉATEURS BOURRÉS DE TALENT Ils sont jeunes et beaux mais surtout, quel talent ! Sept créateurs libanais parmi lesquels trois stylistes, un illustrateur, un réalisateur et un duo d’architectes constituent la promotion 2018 de la fondation Starch, incubateur créé en 2008 par le couturier Rabih Kayrouz et la consultante Tala Hajjar. design Par JOSÉPHINE VOYEUX


224.0 x 297.0 mm

RAFIK HARIRI, LE CONTEUR Il ne partage avec l’ancien Premier ministre Rafic Hariri que le nom. Rafik, avec un K, est un conteur visuel. A 24 ans, après une formation de graphiste, le jeune homme se concentre sur l’illustration, porté par le désir de ranimer en chacun la flamme de l’enfance. Le résultat est stupéfiant. D’un simple coup de crayon, il parvient à exprimer un message clair et fort, empreint d’une grande sensibilité. Un de ses projets, un journal intime baptisé « Petites choses », raconte la vie et son quotidien avec des mots et des croquis simples. Et c’est sûrement cela, son véritable trait de génie : se faire comprendre de tous.

Elle a toujours nourri un intérêt prononcé pour la mode masculine. Rafah Seoud qui est née et a grandi à Beyrouth, a fait ses études à l’académie de mode de la LAU créée en collaboration avec le London College of Fashion, sous l’œil avisé du styliste libanais Elie Saab. Pour la jeune styliste, le vêtement est un vecteur de messages sociaux, environnementaux et mentaux adressés aux femmes aussi bien qu’aux hommes. La jeune femme, dont le talent a déjà été récompensé en juin dernier par un prix d’excellence en artisanat, cherche avant tout à démocratiser une esthétique masculine du prêt-à-porter. Elle présente à Starch sa collection RAFA Homme SS/Y2K18 baptisée « Unity », dans laquelle elle met en lumière une allégorie de notre société future où tous les êtres vivants sont égaux et en totale harmonie avec l’univers. 160

Photos DR

RAFAH SEOUD, LA MODE ET LES GARÇONS


224.0 x 297.0 mm

T&T, LE DUO ARCHI DESIGN C’est le duo de cette promo 2018. Théa Hallak et Thomas Billas. Théa qui a fait ses études à l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et au Royal College of Art de Londres, est architecte et designer. Thomas, qui a réalisé l’ensemble de son cursus à La Cambre, en Belgique, est un designer industriel. Ces deux grands sensibles, amoureux du design, se sont rencontrés à PSLab où ils ont débuté leur carrière. Ils en partiront pour se lancer en tandem dans une nouvelle aventure, celle de T&T. Dans le nouvel espace d’exposition de Starch, ils présentent « Alf Lira Wlira », un projet de boutique imaginaire où ils mettent en exergue, à travers une hyperbole du nombre « 1000 », le pouvoir incontesté de l’argent dans notre société moderne.

Photos DR, Joe Khoury studio

SALIM CHERFANE, LE JOUEUR Il est malicieux, Salim. Avec ses cheveux bleus, il vit dans un monde haut en couleurs. Jeune homme plein d’entrain, il se décrit lui-même comme « joueur ». Diplômé en arts graphiques de l’Académie libanaise des beaux-arts (ALBA), il est aujourd’hui styliste, créateur d’un vestiaire prêt-à-porter audacieux, aux silhouettes épurées et coupes nettes. Passionné par les couleurs vives, les motifs et l’asymétrie, Salim Cherfane s’amuse en dessinant et concevant des tenues extravagantes et acidulées. Ses créations vous entrainent rapidement dans un monde espiègle et imaginaire. 161


224.0 x 297.0 mm

YASSMIN SALEH, LA MODEUSE EQUITABLE L’artisanat est indissociable de l’identité de sa marque. Diplômée de la LAU/ London College of Fashion, Yassmin Saleh est particulièrement sensible au travail de la main. Que ce soit dans le domaine du textile ou celui de la couture, elle fait son miel du savoir-faire traditionnel. Elevée à Abou Dhabi, aux Emirat Arabes Unis, la jeune femme revient à Beyrouth, sa ville natale, pour y faire ses études. Elle y suivra un double cursus sous l’égide du couturier Elie Saab et y développera un intérêt grandissant pour le minimalisme, comme le montre « Table Rase », le projet qu’elle présente actuellement à Starch. En opposition à tout lyrisme, elle y aborde le thème de la guerre civile libanaise qu’elle n’a pas vécue, mais dont elle perçoit les traces indélébiles dans l’affect de ses proches.

Titulaire d’une maîtrise en réalisation de documentaires, Tareck Raffoul a fait ses preuves à 28 ans, déjà primé pour son travail. Il vit actuellement entre les Emirats Arabes Unis et le Liban, où il partage son temps entre ses activités de réalisateur et de photographe. Quand il ne tourne pas, l’œil derrière le capteur de son appareil photo, il saisit sur le vif la fantaisie humaine et partage sa vision des éléments surnaturels qui l’entourent. Avec audace, il questionne sans tabou les postulats de notre monde. Son projet exposé à Starch « Ashes To Nature » propose la mort du corps comme une nouvelle étape de la vie organique. www.starchfoundation.org

Photos DR

TARECK RAFFOUL, L’OEIL DANS LE VISEUR


224.0 x 297.0 mm

L U K A S A B B AT, PA L M S P R I N G S

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

ANP-TK-Aishti Homme.indd 1

22/05/2018 16:01


M. JÉRÔME JARRE culture net Auteur LAURENT-DAVID SAMAMA

Photogramme extrait de la vidéo YouTube signée Florent Dechard

Après s’être fait connaître sur les réseaux sociaux, il s’est lancé à corps perdu dans l’humanitaire. Son ambition ? Faire plus et mieux que les ONG. Vraie révolution ou narcissisme 3.0 ?

164


224.0 x 297.0 mm

Le jeune influenceur de 27 ans plaide la cause des Rohingyas sur YouTube.

165


224.0 x 297.0 mm

“Il m’a semblé sincère. Sa manière de nous raconter le quotidien de ces populations en grande détresse avait quelque chose de novateur. C’était comme si on était avec lui et qu’on agissait avec lui.” Aïda Touihri, journaliste

2,2 millions de dollars récoltés Comment agir face à cette situation d’urgence absolue ? En utilisant le pouvoir des réseaux sociaux, répond Jarre ! Le Français va mettre en place une stratégie en plusieurs temps. Le 27 novembre 2017, en direct du Bangladesh, l’acteur Omar Sy commence par mettre en ligne une vidéo dans laquelle il explique avoir répondu à l’appel du lanceur d’alerte. Plusieurs personnalités des réseaux sociaux français lui emboîtent le pas. À leur tour, elles postent des vidéos pour mobiliser leurs propres communautés. DJ Snake (3,4 millions d’abonnés sur Instagram) sera de l’aventure, tout comme les YouTubeurs coqueluches des millennials Jhon Rachid (1,2 million d’abonnés sur YouTube) et Mister V (4,5 millions de followers sur Twitter). L’opération pensée par Jarre mobilise vite. Si fort qu’elle en devient virale ! Dans un deuxième temps, le hashtag #LoveArmyForRohingya, créé pour la circonstance, se propage comme une traînée

de poudre. Dans les faits, Jarre gère habilement une cagnotte pour collecter les dons des internautes : c’est le troisième temps de sa stratégie. En vingt-quatre heures à peine, le Français, accompagné de ses “soldats de l’amour”, réussit à lever un million de dollars en faveur des Rohingyas. Deux jours plus tard, le 30 novembre, la somme s’élève à 1 400 000 dollars. Si le rythme s’est essoufflé depuis, le dernier pointage permet de savoir que plus de 58 000 personnes à travers le monde ont mis la main au portefeuille. Au total, quelque 2,2 millions de dollars de dons ont été récoltés. Une opération rondement menée… L’engagement humanitaire réinventé La méthode Jarre, déjà éprouvée au printemps 2017 en Somalie, repose sur deux piliers : une force de frappe considérable sur les réseaux sociaux renforcée par le pouvoir d’influence de supporteurs célèbres prenant fait et cause pour ses initiatives humanitaires. Footballeurs, rappeurs, humoristes, acteurs, intellectuels et journalistes : ils furent des dizaines à utiliser le hashtag #LoveArmyForRohingya pour interpeller l’opinion. Soutien de la première heure, la journaliste Aïda Touihri nous en dit plus sur les raisons qui l’ont poussée à soutenir Jérôme Jarre : “J’ai découvert le personnage, comme beaucoup, sur les réseaux sociaux. Sa Love Army m’a intriguée. Voilà donc un jeune homme qui prétend changer le monde ? À la force du clic ? Au début, je l’ai pris pour un doux rêveur. Et puis je suis tombée sur des vidéos réalisées en Somalie. Sur des terrains où les journalistes des grandes rédactions ne vont quasiment plus. Ça coûte cher, et puis vous savez, la fameuse loi de proximité… J’ai été touchée par son empathie, son engagement auprès des populations locales. Il vivait avec eux et comme eux... Il m’a semblé sincère. Sa manière de nous raconter le quotidien de ces populations en grande détresse avait quelque chose de novateur. C’était comme si on était avec lui et qu’on agissait avec lui.” Pour la journaliste, cela ne fait aucun doute, Jérôme Jarre a 166

“réinventé l’engagement humanitaire”. Là où les ONG mettent parfois des mois à faire campagne et à récolter des dons en envoyant par courrier leurs brochures imprimées sur papier glacé, Jarre a misé sur la rapidité des nouvelles technologies. Résultat : une structure légère, peu de coûts de fonctionnement, un énorme gain de temps, et donc d’argent. Propagande turque En lui assignant un objectif d’efficacité immédiate, Jérôme Jarre dépoussière notre conception de l’humanitaire. Mais sa méthode n’est pas sans susciter critiques et réserves. En cause notamment, les liens nébuleux de l’influenceur français avec le pouvoir turc. Dès le début de l’opération en faveur des Rohingyas, la Love Army interpella le président turc, Recep Tayyip Erdogan, via Twitter : “On demande l’aide du président de la Turquie pour notre mission Rohingya”… La réponse de l’homme fort d’Ankara ne tarda pas à arriver : “Cher Jérôme Jarre, nous n’avons jamais décliné une demande d’aide – d’où qu’elle émane. Nous allons soutenir les efforts de #LoveArmyforRohingya via nos agences d’aides humanitaires.” Et Erdogan de citer l’Afad, l’agence turque de gestion des catastrophes naturelles et des situations d’urgences, Tika, l’agence turque de coopération et de développement, le Croissant-Rouge turc mais aussi et surtout la compagnie aérienne Turkish Airlines. En remplissant un avion de 60 tonnes de vivres, cette dernière avait déjà considérablement aidé Jarre dans son opération humanitaire somalienne. En échange, le Français avait alors multiplié les posts, vidéos et autres tweets remerciant la compagnie turque, suscitant de nombreuses accusations de publicité masquée. L’engagement de Jarre renforce-t-il le pouvoir d’Erdogan ? Interrogé par Libération, Bayram Balci, chercheur à Sciences-Po Paris, analyse : “Pour Erdogan, il s’agit d’abord d’un retour à une dimension islamique de sa politique extérieure de défense des musulmans opprimés à travers le monde, en concurrence avec l’Arabie saoudite, en

Photo Twitter@jeromejarre

Une fois n’est pas coutume, l’image n’est pas en HD. Les traits marqués, Jérôme Jarre apparaît à l’écran entouré d’une dizaine de Rohingyas – hommes, femmes et enfants aux corps creusés par la faim. La scène est frappante. Belle gueule d’ordinaire habituée aux LOL, le Français de 27 ans ne semble plus avoir le cœur à rire… Sur un coup de tête, il s’est rué jusqu’à la frontière banglado-birmane pour témoigner du martyr des Rohingyas. Ignorée par la communauté internationale, cette minorité musulmane méconnue se trouve pourchassée et privée de ses droits les plus élémentaires en Birmanie. Pour fuir une mort certaine, les Rohingyas se sont massivement refugiés au Bangladesh voisin, l’un des pays les plus pauvres du monde. “Vous ne pouvez pas imaginer les histoires qu’on a pu entendre ici, de la part des survivants du génocide qui a eu lieu en Birmanie, explique Jarre. Ce sont des Rohingyas, ils ont vécu l’enfer. Ils ont perdu leurs familles, leurs maisons, leur pays. Ils n’ont plus rien ! Pour eux, l’humanité est une farce, elle n’existe pas…”


224.0 x 297.0 mm

Tweets postés en janvier 2018 par Jérôme Jarre. 1- La Love Army dans la place : de g. à dr., DJ Snake, TocToc, Mister V, Omar Sy, Le Grand JD. Premier rang : Seb La Frite, Jhon Rachid et Jérôme Jarre. Et cette déclaration victorieuse : “57 000 donateurs ! L’union fait réellement la force !” 2- Une photo des réfugiés assortie de cet appel : “Un million de Rohingyas démarrent 2018 sans pays et sans droits. Mais avec une humanité plus forte que toutes les armes. Cette mission c’est grâce à VOUS. On vous envoie de l’amour.” 3- DJ Snake au Bangladesh.

particulier.” Balci poursuit : “C’est une opération tout bénéfice qui rehausse le prestige de la Turquie aux yeux de sa population, sans coût comparable à celui de l’accueil des Syriens dans le pays, qui suscite un rejet grandissant.” Demeure une question fondamentale : que pensent les humanitaires expérimentés des méthodes de Jarre ? Ont-ils réellement le sentiment de se trouver face à une machine à buzz ? Serge Breysse, directeur du département expertise et plaidoyer au sein d’Action contre la faim, est loin d’être négatif : “Tout ce qui met en avant les causes pour lesquelles nous nous battons est bienvenu.” Françoise Sivignon, présidente de Médecins du monde, s’avoue, quant à elle, plus perplexe face à l’action du hashtag #LoveArmyforRohingya. “Cela nous questionne, déclare-t-elle. Nous aimerions volontiers les questionner en retour. C’est intéressant de voir comment ils vont passer à l’étape d’après. Je n’ai pas envie de les critiquer d’emblée, car cela peut donner envie aux jeunes de se sensibiliser au champ politique. Néanmoins, une question se pose : comment vont-ils utiliser ces dons ?” En la matière, les premiers retours de terrain sont positifs. Des projets se montent, des écoles et des hôpitaux de campagnes sortent de terre. L’action de Jarre est tangible.

1

En off, les langues se délient Reste qu’en off, les langues se délient : “On a l’impression que Jérôme Jarre utilise la cause comme une opération marketing au service de sa propre activité, explique un humanitaire officiant dans la corne de l’Afrique. Son problème, c’est un peu le colonialisme de l’humanitaire : moi, Blanc, sais mieux que tous ces Noirs… C’est la même logique qui pousse des jeunes issus de familles riches à faire de l’humanitaire, sans aucune expertise. Pour autant, si Jérôme Jarre décidait de parler des centaines de milliers de bébés et de femmes enceintes qui meurent chaque année du paludisme, je ne serais pas mécontent”, conclut, réaliste, notre interlocuteur.

2

3 167


En 1993, le galeriste, alors âgé de 29 ans, devant sa première galerie new-yorkaise, à SoHo. 168

Photo courtesy David Zwirner, New York/London/Hong Kong

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

M. DAVID ZWIRNER art Auteure YAMINA BENAÏ

169


224.0 x 297.0 mm

David Zwirner, aujourd’hui.

Dans l’univers des maisons d’édition comme dans celui des galeries, les transferts non désirés d’auteurs / artistes ne connaissent pas l’antidouleur : blessures d’ego et conséquences économiques garanties. Ainsi, en 1993, lors de l’ouverture de sa première galerie à Greene Street, SoHo, David Zwirner a-t-il choisi de montrer des sculptures de Franz West. L’absence totale de ventes ne dissuade pas Zwirner, alors âgé de 29 ans, d’accorder un solide soutien à West dans son projet d’ouverture d’un atelier à Vienne. Aussi, en 2000, l’annonce faite par West de sa décision de rejoindre la galerie Gagosian a-t-elle l’effet d’un uppercut : “Soudain, vous avez l’impression que le monde s’écroule”, lâche Zwirner. Dans son cas, toutefois, un court instant seulement. Car il prend alors conscience que la défection de West n’est pas à inscrire au crédit de la guerre des galeries mais de ce qu’il

identifie comme un défaut de conseil de sa part à l’égard de l’artiste. “Je n’avais alors que la galerie de SoHo, Gagosian, lui, a proposé de l’exposer à Londres. Je l’en ai dissuadé. Or, en toute objectivité, c’était une opportunité pour West. J’ai raisonné en termes d’intérêt pour ma galerie et non pour l’artiste. Une erreur que je n’ai plus jamais commise.” De fait, depuis cet épisode initiatique, nul autre artiste n’a tenté de prendre la tangente. “Si je perçois une forme d’insatisfaction de la part d’un artiste, je considère que mon travail n’est pas correctement accompli.” Aujourd’hui, à 53 ans et après vingtcinq ans de brillants et fructueux services, David Zwirner est hors d’atteinte. Comprenez intouchable. En 2010, il faisait face à un procès initié par le puissant collectionneur et promoteur immobilier Craig Robins (cofondateur de la foire Design Miami et développeur du Miami Design District). Nature du litige : des toiles de la Sud-Africaine Marlene Dumas que le galeriste lui auraient réservées et qui auraient été cédées à un autre. Zwirner nia purement et simplement tout engagement en ce sens. Les affaires entre les deux ont depuis repris leur cours. Signe d’une évidente puissance de frappe. Sensibilité arty de naissance Certes, le galerie doit à son milieu de naissance d’avoir mis à portée de son regard des œuvres majeures du xxe siècle. Sa sensibilité et sa détermination ont permis le reste. David Zwirner est le fils de Rudolf Zwirner, influent galeriste établi au début des années 1960 et cofondateur de la foire Art Cologne (1967), mètre-étalon d’Art Basel (1970). Établi à Cologne, où David 170

Zwirner naît en 1964, il accueille une noria d’artistes dans l’appartement familial, situé au-dessus de la galerie. Les œuvres de Cy Twombly, de Claes Oldenburg, de Raymond Pettibon, de Joseph Beuys, de Roy Lichtenstein ou encore d’Andy Warhol constituent le quotidien du jeune Zwirner. À 14 ans, il s’installe à New York, à la suite de la séparation de ses parents. École privée et fréquentation, dans le sillage familial, de personnalités du monde de l’art (directeurs de musées, historiens de l’art, commissaires d’expositions, artistes). Mais son inclination initiale le conduit vers la musique. Une carrière de bassiste se profile, vite contrariée par des dissensions dans le groupe qu’il a constitué le menant à s’éloigner de la scène. Il n’en demeure pas moins fidèle à une certaine tradition : à 25 ans, il épouse Monica Seeman (cofondatrice en 2000 de la griffe de sacs à main MZ Wallace) et tous deux emménagent dans le loft mis à disposition par Zwirner père. Qui, jouant de ses relations, lui permet d’obtenir un poste à la Brooke Alexander Gallery. Il fait merveille auprès des collectionneurs et des directeurs de musées, séduits par sa culture européenne, et se forge un réseau qui l’incite à ouvrir sa propre galerie. Chose faite, donc, par l’entremise d’une dotation paternelle : Greene Street est alors à l’écart du mercato arty. Tandis que son père travaillait avec des artistes modernes, lui se penche sur les créateurs contemporains. Au début, son patronyme aura, à n’en pas douter, constitué un sésame pour capter l’attention de certains d’entre eux. Barbara Gladstone, galeriste majeure, lui confie ainsi la vente d’une peinture de Gerhard Richter. Dès les débuts, il recourt à

Photo courtesy David Zwirner, New York/London/Hong Kong

En décembre 2017, l’exposition qu’il consacrait à Yayoi Kusama enregistrait 75 000 visiteurs. Un record. En janvier dernier, il inaugurait une galerie de près de 950 m2 aux 5e et 6e étages d’une tour de verre à Hong Kong ; en 2020, c’est un édifice de cinq étages repensé par Renzo Piano qui montera à quatre le nombre de ses galeries new-yorkaises. Respecté et craint, le galeriste allemand a instillé de nouveaux us et coutumes dans le monde de l’art.


224.0 x 297.0 mm

Installation Five Years, 1993–1998, une exposition de groupe qui commémore les cinq premières années d’existence de la galerie de Greene Street, à New York, en 1998. De g. à dr., les sculptures de Jason Rhoades, John McCracken et Franz West.

l’expertise d’Annabelle Selldorf, également originaire de Cologne. L’architecte du Parc des ateliers de la Fondation Luma, à Arles, facture alors à son compatriote la modique somme de 30 000 dollars pour repenser les modestes 148 m2 où Zwirner s’assure la présence de deux assistantes. Aujourd’hui, il emploie 165 personnes et le coût des services de Selldorf pour l’édification de la galerie de West Chelsea (2013) est passé à 35 millions de dollars (achat des murs inclus). Aux deux galeries de Chelsea et à celle de l’Upper East Side s’ajoute celle de Londres, à Mayfair, sise dans un bâtiment jadis demeure de la marquise de Salisbury. En plantant pavillon en Asie (Hong Kong, janvier 2018), Zwirner s’assure une vitrine/plateforme indispensable pour les nombreux et richissimes collectionneurs asiatiques – chinois notamment. Le mini territoire qui, depuis 2013, accueille Art Basel, est un solide condensé d’opportunités complémentaires pour les ventes d’œuvres. Zwirner a vécu les évolutions du métier. Alors qu’à ses débuts, près de 95 % des ventes étaient issues des expositions, la moitié seulement des 1 400 œuvres vendues par la galerie en 2017 – totalisant plus de 500 millions de dollars – est à inscrire au crédit des expositions, le reste étant généré par les foires et le second marché (à savoir la revente d’œuvres confiées à la galerie par des collectionneurs). Un tropisme radical Très tôt, son métissage ancien/nouveau mondes et sa connaissance de la scène artistique de Cologne confèrent à Zwirner une longueur d’avance. Avant-gardiste, la ville impose l’acuité et la justesse d’une vision. Avant l’heure, elle porte un

intérêt appuyé à l’intense créativité de la côte Ouest des États-Unis, dont Paul McCarthy (né en 1945) est une figure de proue. Dès 1993, Zwirner inscrit McCarthy sur sa programmation. L’artiste incite le galeriste à prêter attention au travail de l’un de ses étudiants à Ucla. Zwirner, convaincu sur photo par le geste du jeune artiste, lui propose illico une exposition. Jason Rhoades entrait ainsi solidement dans le monde de l’art. “David Zwirner est quelqu’un d’extrêmement énergique, qui prend beaucoup de risques. Si sa galerie est devenue incontournable dans le paysage de l’art contemporain, il n’en continue pas moins à s’intéresser à de très jeunes artistes, il apprécie particulièrement ceux qui ont un monde très fort et habité”, analyse Hervé Mikaeloff, consultant en art et commissaire d’exposition. Ainsi d’Oscar Murillo, alors âgé de 27 ans, auquel Zwirner propose en 2013 de rejoindre sa galerie. Si aujourd’hui Zwirner représente des artistes de grande ampleur (Yayoi Kusama, On Kawara, Sherrie Levine, Isa Genzken…), de même que de considérables successions (Donald Judd, Fred Sandback, Franz West, Dan Flavin, Félix González-Torres…), il conserve toutefois son tropisme radical. Ces cinq dernières années, les artistes qu’il représente ont fait l’objet de 247 expositions personnelles dans 40 pays. Le classement 2017 ArtReview des 100 personnes les plus influentes du monde de l’art contemporain le place en 5e position après des artistes, théoriciens et curateurs… mais il est le premier dans la catégorie galeriste. Devant Hauser & Wirth (7e) Gavin Brown (10e) et… Larry Gagosian (15e). davidzwirner.com 171

En 1994, le sculpteur Franz West (à g.) travaille sur Limerick pour les besoins de son exposition solo “Franz West: Home Elements (A Retrospective)”, avec laquelle David Zwirner (debout) a inauguré sa première galerie, à New York, 43 Greene Street.


Photos Sam Khoury

224.0 x 297.0 mm


Photos Sam Khoury

224.0 x 297.0 mm

En toute intimité On oublie parfois de regarder. On s’habitue à la présence d’une personne, à un monument ou un paysage qui se fondent dans notre routine. Avec spontanéité et fraicheur, la jeune photographe Sam Khoury retrouve la richesse des choses simples qui nous entourent. photo Par MARIA LATI 173


Depuis son enfance, Sam peint des portraits des membres de sa famille et de ses amis. La jeune femme, qui rêvait d’abord d’être restauratrice de tableaux, trouve sa voie dans la photographie. Son art se distingue par sa candeur ; chaque image capture les personnes dans leur vérité, sans retouches ni artifices. Sam s’inscrit à la Central Saint Martins pour poursuivre des études en communication de mode. Direction artistique, stylisme, vidéos et photographie, tous les médias qui animent une collection de mode sont abordés et c’est ce dernier qui capte l’intérêt de l’étudiante. Sam retrouve dans la photographie cette particularité qu’elle recherchait dans ses peintures ; retenir un moment pour en conserver le souvenir. Son projet de fin d’études intitulé « Strange to meet you » reflète cette vision franche de l’art de la photographie. La jeune artiste y expose des portraits de ses amis et proches dont la plupart ont été pris dans son appartement de Londres. Des poses naturelles, qui reflètent la réalité de sa génération, des moments simples mais chargés de sens : un réveil après une nuit tumultueuse, une pause cigarette en robe de

chambre dévoilant des tatouages qui racontent des épisodes d’une vie, une identité sexuelle brouillée, un regard ou l’on peut lire l’épuisement mêlé à la révolte. Une exposition pour laquelle Sam ouvre les portes de son appartement, invitant le visiteur à découvrir les photos dans leur contexte d’origine. Elle recueille les clichés dans un livre afin de conserver un support physique, loin des médias virtuels et de l’instantané éphémère d’Instagram qui nous déconnecte de la réalité. Recul et spontanéité La jeune photographe est amoureuse de Londres, sa ville, mais c’est au cours de ses voyages qu’elle trouve une envie d’observer, un étonnement vis-à-vis de situations ou paysages souvent captivants mais que l’on finit par banaliser quand on les observe à travers le spectre de la routine. Elle parcourt le Mexique, les Etats-Unis, la Lettonie, Chypre, l’Espagne, l’Inde et L’Islande. Ses photos sont le reflet de la vie de tous les jours ; un pique-nique familial en Inde, saris aux couleurs chatoyantes, lentilles dégustées à la main, et téléphone portable à l’appui, 1 74

baignade dans les eaux chauffées par l’action des volcans en Islande, touristes pris en flagrant délit de sieste à l’aéroport. Une chambre d’hôtel, un monument à Riga, des ouvriers à l’œuvre sur une passerelle d’avion ou suspendus à un câble dans la campagne indienne, ou encore une partie de Mahjong, jeu de société populaire en Chine, disputée dans les rues de New York. Ces moments en disent long sur la vie de ceux que Sam choisit d’immortaliser avec son objectif. Elle intitule cette série « Take it Easy » une invitation à prendre la vie avec recul et spontanéité. « Dear Amanda », le projet qui lui tient le plus à cœur, raconte des bribes de la vie de sa maman, malade depuis quatre ans, via des images où flashs de couleurs harmonieuses et teintes de noirs et blancs s’entremêlent. La jeune femme au regard profond et plein d’humour prépare avec un ami photographe une série dans laquelle elle se penchera sur la création de personnages entre masques et costumes pour continuer d’introduire sa touche débridée dans l’univers de la photographie de mode.

www.samkhoury.co.uk

Photos Sam Khoury

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

DEUX REGARDS SUR LES MONDES TSIGANES Le monde occidental a du mal à adopter les gens du voyage. Roms, tsiganes, gitans, ils passent et reviennent, perpétuellement en mouvement dans une civilisation sédentarisée. Une exposition leur est consacrée à Paris, au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Les objectifs de Jacques Léonard et de Mathieu Pernot leur rendent justice.

Photos DR.

expo Auteur SABYL GHOUSSOUB

Famille Gorgan, Arles, 1995 © Mathieu Pernot

176


Photos DR.

224.0 x 297.0 mm

Sans titre (Jonathan) Avignon, 1996 Š Mathieu Pernot

Johny et Vanessa, Avignon, 1997 Š Mathieu Pernot


224.0 x 297.0 mm

«Gypsy children, location U.S. 13 about five miles south of Salisbury, Maryland, mai 1940, Library of Congress, Prints & Photographs Division, FSA/OWI Collection (LC-USF34 040538-D)»

Portraits de face et de profil se succèdent d’entrée de jeu à l’exposition Mondes tsiganes au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Mon regard se porte sur les visages de ces hommes et femmes. Ces images anthropométriques me donnent froid dans le dos. À la fin du XIXe siècle, la France instaurait le fichage et le contrôle des Tsiganes perçus comme une menace pour la société. Le régime du « carnet » multiplie les photographies judiciaires associées à l’identité de tous les nomades : cette présence ainsi contrôlée par la loi et l’autorité se répand dans la société. On les appelle anglo-romani, bohémiens, gens du voyage, gitans, manouches, nomades, romani, romanichels, roms, sinti ou encore tsiganes. Le titre même de l’exposition a fait l’objet d’un débat. «Tsiganes est un mot générique forgé par les savants dans lequel les intéressés ne se reconnaissent pas », explique l’historien Ilsen About. «C’est comme toujours, une tentative des 178

sociétés majoritaires de chapeauter un ensemble de communautés, malgré leurs différences.» Les commissaires, Mathieu Pernot, Adèle Sutre et Ilsen About ont préféré donc parler des mondes romanès, ceux qui parlent le romani « même si cela reste réducteur poursuit Ilsen About. Il y a des Gitans lusophones au Brésil, des Roms en Suède ou en Turquie. » En parcourant l’espace on découvre leur présence en Amérique du Nord et du Sud mais aussi au Moyen-Orient. Dans l’intimité des gitans de Barcelone De la vision romantique du XIXe siècle aux images d’un peuple incontrôlable, de la fascination au racisme, la première partie de l’exposition permet de comprendre les origines d’une discrimination. Au centre des photos d’identités, cartes postales et couvertures de journaux, une histoire d’amour. Le photographe Jacques Léonard tombe


224.0 x 297.0 mm

Mickaël et Tony, Arles, 1995 © Mathieu Pernot

Photos DR.

amoureux de Rosaria Amaya, une gitane du quartier de Montjuïc. Gitan du côté de son père, un marchand de chevaux, il est accepté par la famille Amaya et s’installe à Barcelone. Bourlingueur et ancien monteur pour le cinéma, il travaille comme photographe professionnel pour la presse ou des entreprises. Au fil des années, il concentre son regard sur la vie quotidienne du quartier de Montjuïc et en photographie tous les aspects : la rue, les mariages, les fêtes, les métiers, la danse et les rituels autour de la mort. Connu par son surnom, Payo Chac, il saisit la part intime des gitans de Barcelone et capte leur vie, dans sa grandeur et sa normalité. Les Tsiganes arlésiens Des années plus tard, en 1995, le photographe Mathieu Pernot qui étudiait à l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles, rencontre, pour sa part, la famille Gorgan. «Les parents, Johny et Ninaï, vivaient alors en caravane avec leurs sept

Jacques Léonard, La Uta au quartier de Montjuïc, Barcelone, 1968 © Jacques Léonard, archives famille Jacques Léonard

enfants, sur un terrain situé entre la gare de fret et le Rhône. Je ne savais rien de cette communauté et ignorais alors que cette famille rom était installée en France depuis plus d’un siècle. » Il les croisait souvent, comme beaucoup d’Arlésiens, sans vraiment les connaître. « J’étais curieux. J’avais au début une approche documentaire, posant la question de savoir ce que ça pouvait vouloir dire de les photographier. Ainsi, mes photomatons des enfants renvoyaient aux photos d’identité et au fichage dont les «Tsiganes» ont été victimes par le passé. D’autres photos, plus lyriques s’inscrivaient dans la tradition du photoreportage qu’inspire généralement ce sujet. Assez vite, une autre nécessité est apparue : montrer que la vie l’emportait, malgré les épreuves qui n’ont pas épargné cette famille.» Pendant dix ans, leurs rencontres se sont espacées. «Quand nous avons repris contact, il semblait évident que les photos familiales prises pendant cette période, le regard des 179

Gorgan sur eux-mêmes, devaient figurer dans l’exposition. Elles sont mêlées aux miennes, pour raconter la pluralité des destins de cette famille.» La seconde partie de l’exposition laisse donc place aux Gorgan et aux images de Mathieu Pernot. Johny, Ninaï, Rocky, Giovanni, Mickaël, Jonathan, Priscilla, Vanessa, Ana et Doston sont présentés séparément et à tous les âges. Les images de famille de mêlent aux photographies de Mathieu Pernot, sans hiérarchie ni distinction d’auteurs. Dans son texte de présentation, Mathieu conclut : «L’exposition reconstitue les destins individuels des membres de cette famille. Elle retrace l’histoire que nous avons construite ensemble. Face à face. Et désormais, côte à côte.» De ce projet se dégage une sérénité, loin des photos d’identité de face et de profil. Une acceptation de soi et de l’autre.

Mondes tsiganes, La fabrique des images, du 13 mars au 26 août 2018, Paris.


224.0 x 297.0 mm

RAYYANE TABET RECOLLE LE PASSÉ L’exposition « Fragments » explore la transmission du patrimoine et sa conservation à partir des fouilles archéologiques du baron Von Oppenheim à Tell Halaf, dans le désert de Syrie. Une mise en abyme entre la grande et la petite histoire, celle de l’humanité et celle de l’individu proposée par l’artiste Rayyane Tabet.

Nous sommes au début du 20e siècle. Max Von Oppenheim, héritier d’une riche famille de banquiers de Cologne, rêve de voyages, d’aventures et d’exploration depuis l’enfance. A l’âge d’homme, il défie l’autorité paternelle et organise une expédition dans le désert de Syrie. Dans ce notoire berceau de civilisations, il est persuadé de trouver quelque trace qui justifierait son abandon d’un chemin tout tracé dans la banque pour d’autres, autrement hasardeux. Il apprend l’arabe et se lie d’amitié avec Ibrahim Pacha, le prince des Bédouins de ces contrées reculées de l’Empire ottoman. C’est grâce à l’appui de ce dernier qu’il conduit son expédition sur la colline de Tall Halaf où, dit-on, une tribu creusant une tombe pour l’un des siens, aurait découvert des statues. Le site est maudit, cette découverte ayant été suivie de sécheresse et d’une épidémie de choléra. L’amitié

d’Ibrahim Pacha vaut à Oppenheim non seulement l’autorisation d’explorer le site, mais une position qui lui permet de recueillir des informations pour le compte de l’Empire allemand en ces temps troubles qui précèdent la première Guerre mondiale. Face à lui, les Britanniques ont sur le terrain un autre explorateur de la même trempe : Thomas Edward Lawrence, dit Lawrence d’Arabie. Les deux hommes se guettent en chiens de faïence. Un musée détruit au napalm Au fil des exhumations, Oppenheim découvre toute une ville enfouie dans les sables. Celle-ci remonte au premier millénaire avant l’ère chrétienne. Créée par la civilisation araméenne, elle était dirigée par le prince Kapara. Parmi les œuvres mises au jour, de nombreux artéfacts, bas reliefs et statues anthropomorphes 180

caractérisées par d’étonnants yeux ronds, dont une impressionnante Vénus en basalte dont l’explorateur est littéralement amoureux. La découverte de bijoux en or complique ses recherches en braquant les regards et les convoitises sur le site. Il tente d’envoyer des échantillons en Allemagne pour les faire analyser, mais il lui est interdit de sortir quoi que ce soit du site. La guerre éclate et l’archéologue abandonne provisoirement son projet. Durant son séjour dans cette région frontalière, il observe pour le compte de son pays les mouvements de population et les transhumances. L’artiste Rayyane Tabet, qui explore à travers son projet toutes les facettes de l’expédition Oppenheim, constate que la forme des tentes individuelles des soldats britanniques de l’époque s’inspire de celle des bédouins, constituée de deux tréteaux de bois et d’un manteau

Photos DR

art Par F.A.D


224.0 x 297.0 mm

ÂŤBasalt ShardsÂť, 2017, 1000 fusains sur papier, palettes en bois.

181


224.0 x 297.0 mm

typique. Oppenheim reviendra plus tard à Tell Halaf, alors que l’Allemagne a perdu la guerre, cette fois flanqué six mois durant d’un drogman qui lui est assigné par les autorités du mandat français basé à Beyrouth. Ce drogman-secrétaire, qui s’appelle Faek Borkhoche, n’est autre que l’arrière grand-père de Rayyane Tabet. Nous sommes en 1929 et Oppenheim peut enfin emporter une partie de son trésor à Berlin. Borkhoche collabore à ses côtés, sur le site, au rassemblement d’informations autour des fouilles que l’archéologue finance avec son propre héritage. Oppenheim ouvrira peu après à Berlin un musée consacré à Tell Halaf et connaîtra une consécration mondiale en tant qu’archéologue. Malheureusement, le musée et ses trésors seront entièrement détruit par un bombardement américain au napalm durant la 2e Guerre mondiale. 27000 fragments seront ramassés et entreposés au musée de Pergame où, depuis 2001, une équipe de spécialistes s’attache à les réassembler. Un tapis en partage Rayyane Tabet a évidemment entendu parler

de son aïeul, ne serait-ce que parce que ce dernier, en plus de l’exceptionnelle expérience qu’il a vécue aux côtés de l’archéologue allemand, a eu une curieuse idée qui relève éminemment de l’art conceptuel. Mort en 1981, il laissait derrière lui un tapis de 20m en poil de chèvre qui lui avait été offert par les bédouins de Tall Halaf en 1929. Son vœu était que ses descendants se partagent ce tapis et le partagent ensuite entre leurs enfants respectifs, de sorte que chacun en possède un fragment jusqu’à ce que le tapis disparaisse. Garder le sourire La civilisation araméenne de Tall Halaf n’a vécu que deux siècles et d’autres sont venues s’y superposer. Les trésors qu’avait cru sauver Oppenheim, les artéfacts qu’il avait cru sortir de l’ombre pour les ajouter au patrimoine de l’humanité, n’ont été exhumés que pour être détruits à un tournant violent de l’histoire. Le tapis de Faek Borkhoche continue à se fragmenter. N’est-ce pas le destin de tout ce qui se donne en partage ? A partir de modèles de tentes nomades, d’une Vénus réalisée avec 6,5 tonnes de tuiles de 182

basalte suivant le modèle moulé par Oppenheim, quelques bouts du tapis de l’aïeul empruntés aux membres de sa famille ainsi que des objets témoignant de son séjour sur le site aux côtés de l’archéologue, de frottages de bas-reliefs et de fragments moulés des objets du musée Oppenheim détruits par la guerre alors que l’archéologue croyait les avoir mis à l’abri, Rayyane Tabet interroge entre laine et basalte les techniques de conservation, les concepts de patrimoine, de transmission et de fluidité culturelle. S’impose en filigrane de ce projet émouvant la nécessité du renoncement. « Haut les cœurs, bonne chance, et gardez le sourire ! » telle était le conseil laissé par le célèbre archéologue à ces spécialistes qui allaient s’attaquer à la quasi impossible mission de recoller les objets détruits. Une archéologie à rebours, en somme, qui nécessite autant d’optimisme qu’il lui en a fallu à lui-même pour exhumer ce qui pouvait l’être. Une devise que Tabet inscrira sur une bannière géante avec le stylo Montblanc de la ligne « patrons of the arts » dédié à Oppenheim.

Fragments, Galerie Sfeir Semler, Quarantaine, jusqu’au 4 août 2018.

Photos DR

Exposition «Fragments», 2018.


224.0 x 297.0 mm

AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


224.0 x 297.0 mm

L’HÔTEL PHOENICIA, RÉSIDENCE D’ARTISTES mécénat Par F.A.D

Nombreux sont les hôtels et restaurants de par le monde où l’on se rend pour respirer cette atmosphère particulière qu’y ont laissée de grands artistes après leur passage. Conscient de cette puissante valeur ajoutée, l’hôtel Phoenicia, lui-même marqué par une histoire singulière, victime de la guerre civile autant que symbole de la Dolce Vita libanaise d’avant 1975, est plus que jamais décidé à s’impliquer dans la vie culturelle de Beyrouth. L’initiative d’inviter 12 artistes à créer une œuvre dans l’une des chambres de l’hôtel en y passant une unique nuit fait partie de ce défi. A l’issue de cette épreuve consacrée à la photographie artistique, un jury trié sur le volet a désigné un gagnant, en l’occurrence une gagnante. C’est la photographe Nathalie Zeidan Chbaklo, longtemps autodidacte avant de se lancer dans une formation professionnelle, qui a reçu le prix, doté de 5000$ et complété par un montant équivalent au numéro de la chambre qu’elle occupait, soit 2022$ comme indiqué à la porte derrière laquelle s’est recueillie la créatrice. Par ailleurs, des

tirages des œuvres des participants ont été mis en vente et 50% des bénéfices de ces ventes attribués à des associations caritatives choisies par les artistes eux-mêmes. Parmi les participants à ce concours : Wassim Abdel Nour, diplômé en comptabilité et riche d’une expérience de 10 ans en photographie, acquise auprès de son père, lui-même photographe professionnel. Daniela Atmadjian, étudiante en studio arts et histoire de l’art à l’AUB, passionnée de photographie autant que de cinéma, peinture et animation. Tanios Hayek, fraîchement diplômé en architecture de l’Alba, poursuivant une formation poussée en photographie. Liliane Assaf, diplômée en informatique, travaillant dans le marketing pour Facebook mais s’adonnant à la photographie et à la vidéo de voyage en amatrice éclairée. Bechara Daccache, consultant ERP le jour, photographe autodidacte la nuit, chasseur d’orages et de couchers de soleil. Tareck Rahmé, étudiant en photographie 184

qui se sert de sa caméra pour exprimer sa vision artistique et capturer l’essence de son environnement. Charbel Saadé, diplômé en cinéma de l’Université libanaise, photographe backstage dès l’âge de 18 ans et, en 2015, premier photographe intégré dans l’incubateur Starch. Elie Fahed, cinéaste et réalisateur diplômé de l’Université libanaise. Auteur du court métrage « Starring Julia » prix du jury du Festival international du film de Beyrouth et du meilleur court-métrage étudiant au MCFF, Monaco, il travaille dans la publicité et la vidéo musicale. Zeina Hawa, ingénieure en environnement, inséparable de son vélo, voyageuse passionnée d’histoires dont la caméra capte l’humain et la vie partout dans le monde. Rabih Ibrahim, Photographe et architecte fier de sa ville, Beyrouth, diplômé en cinéma à Barcelone, et dont la vision photographique se situe à la croisée de l’architecture et du film.

Phoenicia Hotel Beirut, T. +961 1 369 100

Photos DR, Daniela Atmadjian, “Cosmos”, Mars 2017.

Non content d’afficher dans ses divers espaces une pléthorique collection d’œuvres d’art, l’hôtel Phoenicia, icône de l’âge d’or de Beyrouth, a accueilli en 2018 douze artistes libanais pour une résidence d’une nuit au cours de laquelle chacun a donné libre cours à sa créativité.


224.0 x 297.0 mm


LE CONTE DE LA TOUR QUI DANSE Voilà près de 44 ans que la silhouette grise et glauque de la tour Murr domine les premiers contreforts de Beyrouth, dressant ses quelque quarante étages inhabités. L’artiste urbain Jad el Khoury, alias Potatoe Nose, vient de la rhabiller pour des saisons meilleures.

Témoin du processus de modernisation de Beyrouth interrompu en plein élan par la guerre civile, et puis des plus tragiques épisodes de la même guerre, ce triste repère est pour les artistes libanais un véritable totem. Tour à tour, Ayman Baalbaki, Mazen Kerbaj, Ginane Makki Bacho, Sirine Fattouh, Nasri Sayegh et bien d’autres, qui en peinture, qui en sculpture, qui en photo, ont interrogé et exploité la puissance symbolique de la tour Murr et la « poétique des ruines » qui s’en dégage. Six jours pour défier le monstre Jad el Khoury, alias « Potatoe nose », architecte d’intérieur et artiste urbain, connu pour son personnage au nez en patate qu’il reproduit sur les façades stigmatisées par la

guerre pour les rendre plus visibles, a effectué en mai dernier la première intervention directe sur le monstre de ciment. Accompagné de cinq complices et opérant de l’intérieur sur les 400 fenêtres de 32 étages (sans ascenseur) de la tour, il a attaché en six jours des draps de différentes couleurs sur le haut de chaque ouverture de manière à laisser le vent compléter l’œuvre et y ajouter du mouvement. La nuit, les fenêtres éclairées par des projecteurs suggèrent une rassurante illusion de vie. Un jeu de 5 couleurs a été utilisé pour rythmer la façade. Des couleurs contre l’habitude Construite en 1974 dans la zone Ouest de Beyrouth, la tour Murr est avec la tour Rizk, 186

son pendant à l’Est de la capitale, l’un des premiers gratte-ciel de l’urbanisation massive entamée dans les années 1960. Lorsque la guerre a éclaté, en 1975, de nombreux immeubles sont restés ainsi en plan, certains à l’état de carcasses, d’autres sans finitions. Du fait qu’ils étaient inhabités ou qu’ils étaient destinés à un usage professionnel, ces bâtiments ont été les premiers à être pris d’assaut par les miliciens de tous bords. La tour Murr était destinée à devenir un « trade center ». Ce genre d’affectation ne porte décidément pas bonheur. La bâtisse monumentale offre de plus un point de vue à 360 degrés. Elle se transforme rapidement en nid de snipers et ses sous-sols en salles de torture. Longtemps après la fin des combats, elle

Photos DR

art Par F.A.D


Sourire enfin Si la tour Murr, dite Bourj el Murr, est encore dressée dans ce quartier modernisé de la ville, c’est qu’un litige la maintient encore en place et en l’état. A défaut d’agir 188

sur la durée, changer le présent est déjà bénéfique. La pose de tentures en façade est une vieille tradition orientale, méditerranéenne en particulier, qui persiste dans les quartiers populaires. Elle sert d’une part à protéger du soleil, d’autre part à préserver l’intimité des habitants, notamment des femmes au foyer. Grâce aux tentures, Jad el Khoury colore la façade et lui insuffle de la vie. « Le vent, dit-il, emporte en jouant dans les draps tous les mauvais souvenirs. Bourj el Murr danse ! ». Et par la magie de l’art, on sourit enfin en longeant le sinistre totem.

Photos DR

continuait à donner froid dans le dos avant que l’habitude finisse par la rendre quasi invisible à la plupart des habitants. Habitude et invisibilité sont précisément ce que redoute Jad el Khoury qui se bat contre cette usure mentale en vertu de laquelle les choses les plus choquantes, avec le temps ne choquent plus.


Aishti By the Sea, Antelias T. 04 717 716 ext. 288 Aishti By the Sea, Antelias T. 04 717 716 ext. 288 Aizone Stores T. 01 99 11 11 Aizone Stores T. 01 99 11 11


Gazon sur le toit A Batroun, en bord de mer, un nouveau village de vacances est en construction. Ce havre de paix dédié à la nature ouvrira ses portes en 2020. architecture Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE


Photos DR

224.0 x 297.0 mm

Depuis l’été dernier, pelleteuses et grues sont à la tâche sur ce pan de littoral desservi par la route côtière à l’entrée de Batroun, à 500 mètres du centre-ville. Le site doit accueillir un nouveau projet balnéaire d’envergure. Sur plaquette, le projet ressemble à un rêve : face à la mer, une architecture moderne blanche, de grandes baies vitrées, des toits tapissés de plantes. Baptisé Marea, il a été imaginé en 2017 par Amale Andraos et Dan Wood de la boite new-yorkaise WORK AC, une agence chevronnée à qui l’on doit notamment l’Île de la Nouvelle Hollande à Saint Petersbourg, le musée des enfants de Manhattan ou encore les bureaux du groupe publicitaire Wieden+Kennedy à New York. Si les

architectes officient essentiellement en milieu urbain, leur travail, toujours abondamment végétalisé, se situe à l’intersection du rural et de l’urbain. Tout en terrasses Le village miniature devrait être fin prêt à recevoir les vacanciers pour la saison 2020. « Le groupe Jamil Saab & Co, mise sur une clientèle jeune, sophistiquée qui cherche la mer et le calme tout au long de l’année », explique Chafic Saab, directeur de l’entreprise qui développe le projet. Divisé en une série de villas spacieuses et confortables, ce futur spot de vacances propose des surfaces de toutes tailles, convenant aussi bien aux 191

couples qu’aux familles avec enfants : duplex avec jardin et piscine privés, appartements avec terrasse sur le toit ou formules plus simples comprenant une chambre et un balcon. Les maisons sont organisées en terrasses, sur quatre niveaux différents. Sur la plage, une unité héberge un club house, un spa, une salle de gym ainsi qu’un restaurant. Le projet fait la part belle à la végétation, que ce soit sur le toit, intégralement recouvert de verdure, ou dans les jardins ombragés d’oliviers et garnis de plantes typiquement méditerranéennes. De quoi profiter pleinement des mois les plus ensoleillés de l’année.

Jamil Saab & Co., T. +961 1 333544


BRIH

MAISONS DE RÊVE architecture Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE 192

Photos DR

L’une en bord de mer, l’autre à la montagne, ces deux villas incarnent deux mariages différents et réussis entre architecture moderne et paysages pittoresques.


224.0 x 297.0 mm

Photos Ieva Saudargaité

AMCHIT RESIDENCE

AMCHIT RESIDENCE


224.0 x 297.0 mm

Un paquebot de bois, de verre et d’acier. Si on ouvre l’œil, il est possible de l’apercevoir depuis la route maritime, à la sortie d’Amchit. A la fois discrète et majestueuse, cette villa toute en longueur, bâtie sur un dénivelé de pierres rocheuses, ne heurte à aucun moment la beauté du paysage côtier. Au contraire, elle parvient même à en sublimer le charme. Ses lignes qui évoquent le pont d’un voilier s’ouvrent sur l’horizon qui s’étale à perte de vue. « Le défi était des s’adapter le mieux possible aux contraintes de terrain. Le client voulait quelque-chose de simple, qui permette de profiter du panorama », explique l’architecte Patrick Mezher, concepteur du projet avec ses coéquipiers Karim Nader et Walid Ghantous. Cette résidence secondaire d’une surface de 350 m2 comprend une

chambre principale qui donne sur une piscine à débordement et une terrasse, ainsi que deux chambres d’invités. Plusieurs niveaux se superposent rappelant les différents étages d’un navire. La plateforme inférieure sert de zone de réception. En plus du noyau de circulation interne, une promenade lisse formée par un système de rampes externes et d’escaliers relie les deux paliers. Ouverte sur l’extérieur, l’architecture garantit en même temps intimité et luminosité à travers un savant dosage d’ombre et de lumière, laissant pénétrer, au coucher du soleil, les derniers rayons au plus profond de la maison. Patios Dans le petit village de Brih, bourgade du Chouf nichée à 840 mètres d’altitude, cette 194

maison de famille respire la douceur des étés de montagne. On y accède en arpentant une route sinueuse à travers les champs d’oliviers. La villa à l’esthétique minimaliste s’intègre à merveille au paysage strié de vieilles terrasses agricoles reconstituées sur ce relief accidenté. Alliant pierre jaune traditionnelle et murs en stuc blanc, cette bâtisse moderne a été commandée à l’agence Accent DG par un chef de famille pour y accueillir sa tribu. Le co-fondateur de la boite, l’architecte Elie Abs, a eu l’idée de recréer une succession de passages et de patios, éléments typiques des anciennes demeures bourgeoises. Elle jouit d’une vue majestueuse sur la mer et la montagne dont on peut profiter depuis la grande piscine et la terrasse qui évoquerait presque une piazza privée.

Photos DR

BRIH


224.0 x 297.0 mm

AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE ABC DBAYE, AÏZONE ABC VERDUN 01 99 11 11 EXT. 585, DUBAI: DUBAI MALL T. +971 4 3882 270, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007, JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


224.0 x 297.0 mm

CAMPER Beirut souks, Souk El Tawileh Street, Beirut central district, T. 01 99 11 11 ext. 568 Aïshti by the Sea, B1 Level , Antelias, T.04 71 77 16 ext.271


224.0 x 297.0 mm


BEYROUTH VINYLE Donnée pour morte à l’aube du millénaire pour cause de compacts et/ou autres immatérielles musiques, la mythique galette noire semble célébrer son retour en grâce sur la platine mondiale. Direction Beyrouth pour une ballade sonore entre les sillons de la capitale libanaise. musique Par NASRI SAYEGH

198


Photos DR, Chico Records, The Groovy Owl

224.0 x 297.0 mm

Chico Records Octobre 64, Beyrouth s’automne et le quartier de Hamra rougit de son groove indolent. Au 85 de la Rue Sadate, la capitale célèbre l’ouverture de Pick Of The Pops. L’antre-boutique rêvé par Khatchik Mardirian deviendra vite, au fil des albums, l’adresse incontournable des mélomanes d’une ville à l’insouciant déhanché-veillede-guerre. La tête de lecture posée sur le 33 tours, le diamant frôle délicatement le vinyle dénudé de sa pochette. Pureté du son. Des sillons caressés jaillissent tantôt les rifs enfiévrés des Omar Khorshid et autres Jimi Hendrix, tantôt les impériales mélopées d’une Oum Kalthoum ou autre Nour El Hoda au faîte de leur tarab. En avril 75, le grésillement des platines sera, un temps, étouffé par le sifflement pernicieux des bombes. En 1976 une explosion viendra frôler le magasin qui, miraculeusement épargné, perdra néanmoins son enseigne lumineuse. Cette dernière ne sera jamais remplacée. La boutique et l’homme ne feront plus qu’un, portant, depuis ce jour, le nom – diminutif intime– de Chico. Au souffle des bombes, Chico répliquera par les scintillements de la musique. L’incivile guerre éructe ses canons, et pourtant, en 33 ou en 45, ils tournent ! Les sons n’auront de

cesse d’abreuver les pistes d’un dancefloor beyrouthin enivré de ses propres affres. Avec Ziad Rahbani, Chico devient producteur. En 1978, les deux hommes fondent la maison de disque ZIDA. Le label donnera naissance au mythique Wahdon de Feyrouz – qui recèle la sublime Bosta de la diva entre autres monuments de la discographie Made in Lebanon. Joseph Sacre, Khaled el Haber et les Rahbani se disputeront les pochettes d’albums désormais iconiques. ZIDA ne survivra pas aux « évènements » (cet euphémisme), mais le disquaire, lui, continuera d’éroder son diamant sur la platine des années 80. Jazz, Funk, Soul, Disco, Kraut ou Hardrock, Chico Records bâtit au fil des ans une collection de pépites ès discographies arabes. S’apprêtant en octobre prochain à célébrer les noces de zibeline de l’établissement, Diran, le fils de Khatchik, est aujourd’hui gardien d’une entreprise familiale qui a produit les titres les plus convoités de la région et bien au-delà ! Ni les guerres ni les révolutions de l’industrie musicale n’auront eu raison de ce temple incontesté du vinyle levantin. The Groovy Owl Inauguré en novembre dernier dans le 199

district de Verdun, le benjamin de la scène vinyle beyrouthine est tenu par un incurable passionné de la platine. « Rien ne saura supplanter l’expérience du vinyle qui, explique Shadi Alaaddine, est au plus près de la vérité, de la perfection musicale! ». A “El Alb Yeshak Kol Gamil” d’Oum Kalhtoum – sa toute première acquisition de mélomane- succèderont des éditions rarissimes d’Asmahan, de Shadia et de Warda, assorties de titres soufis ainsi que d’albums pressés à la fin des années 60 par feue la SLD (Société Libanaise du Disque) : « Les Biches » de Jacques Brel et les éditions libanaises de Jethro Tull, Marvin Gaye et Eric Clapton. Tantôt à l’affut de la pochette surannée, tantôt de la réédition la plus incongrue, la clientèle du Groovy Owl tente de renouer avec un certain rituel. Le microsillon ravive ici l’art (presque) oublié de l’écoute de la musique. Effet de mode ou tendance passagère? “Je ne pense pas que le retour du vinyle soit un accès soudain de nostalgie. Les modes et les tendances sont éphémères! Depuis 2007, nous assistons à une véritable renaissance de la galette noire. Les ventes à travers le monde grimpent de jour en jour; les grandes compagnies répondent à la demande; les platines se disputent les nouvelles technologies; le


vinyle est de retour et il est là pour durer!”. Le CD ringardisé par son ancêtre? “Rien ne remplacera la sensorialité de l’écoute sur platine. Le CD une fois avalé par le lecteur disparait; le vinyle quant à lui nous offre un voyage sensuel au plus près du son!”. Paroles d’un intarissable vinylomane. The Lick Records Direction le Bloc Market, Biel Waterfront, au centre ville, à la rencontre du cadet de la scène LP. Fondé par les frères Rifaï – Kareem et Mohamad- The Lick Records vient confirmer l’engouement des discophiles libanais pour l’analogique. Du plus loin qu’ils s’en souviennent, la musique fait partie de la vie de la fratrie. “Ados, nous passions des journées entières à Hamra à la recherche de vieux disques et de K7 », se

souvient Kareem, aujourd’hui DJ. « Mon tout premier coup de coeur? Le légendaire “36 Chambers” des Wu-Tang Clan!”, ajoute-t-il. “En France où je vivais, je me perdais aux Puces de St-Ouen à chiner des sons que plus tard je samplais dans mes morceaux”, se remémore Mohamad aujourd’hui producteur. Hip-Hop, rock, soul ou jazz, The Lick Records s’annonce d’ores et déjà mine de diamant tant pour les amateurs que pour les aspirants collectionneurs. Equipée de deux stations d’écoute avec vue sur le Block Market, cette toute nouvelle adresse se veut expérience de choix sur un marché qui n’en est qu’aux débuts de sa cure de jouvence. Au loin on entend, cristallin, le crépitement de “Feeling Good” sur la voix bouleversante de Nina Simone. 200

Photos DR, The Groovy Owl

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


RENDEZ-VOUS AVEC UTE-MARLENE musique Par NASRI SAYEGH

Au Liban pour la troisième fois, Ute Lemper nous racontera Marlene en chantant les chansons inoubliables qui ont ponctué tous les chapitres de la vie de ce monstre sacré, depuis ses années de cabaret à Berlin aux fabuleuses collaborations avec Burt Bacharach. Ute, dans ce nouveau spectacle, vous nous donnez rendez vous avec Marlene. Quand avez-vous rencontré la Dietrich pour la première fois? C’est une histoire qui a eu lieu en 1988, il y a 30 ans aujourd’hui. A tout juste 24 ans, je reçois un Molière pour mon interprétation de “Cabaret” dans une mise en scène de Jérôme Savary. La presse se lance alors dans une surenchère d’éloges et n’hésite pas à me qualifier de “nouvelle Marlene” ! Je

pensais que c’était exagéré. Je n’étais qu’au début de ma carrière et Marlene, un mythe, une légende! Je lui ai envoyé une lettre – elle habitait alors au 12 Avenue Montaigne – dans laquelle je m’excusais de cet emballement médiatique. Je ne m’attendais évidemment pas à une réponse… Un mois plus tard je reçois un coup de fil ; et au bout de la ligne, c’était Marlene. La conversation a duré plus de 3 heures ! A cette époque, elle avait 87 ans, ne sortait plus de chez elle et vivait recluse. Elle ne voulait pas montrer sa vieillesse. J’étais émue, et intimidée. Il m’a fallu quelque 30 ans pour en parler et pour faire part de cet échange. De quoi avez-vous parlé pendant ces trois heures (!) de conversation? 202

Oh ! Nous avons parlé de sa carrière, de ses hommes, de son amour pour Rilke dont elle m’a récité un poème… Nous avons évoqué tant de choses, mais ce qui m’a le plus frappé c’est la tristesse qu’elle avait lorsqu’elle évoquait l’Allemagne. Si vous voulez, sa vie s’est déroulée en plusieurs chapitres. Dans les années 20, c’était la Grande Dame de la République de Weimar ; une star de cabaret, une femme émancipée. Elle était un peu ronde et aimait jouer à la provocation. C’est à cette époque qu’elle joue dans « L’Ange Bleu » de Josef Von Sternberg. Puis elle émigre aux Etats-Unis à la conquête d’Hollywood. Elle perd du poids devient une grande déesse du 7ème art. A la vie comme à l’écran, elle multiplie les aventures amoureuses et chamboule les studios ! Durant la Seconde Guerre

Photos Andreas Reimann

Le 25 juillet prochain, sur les marches du Palais de Beiteddine, l’actrice et chanteuse allemande Ute Lemper nous donne rendez vous avec un mythe, celui de l’éternelle Marlene Dietrich. Rencontre au sujet d’un presque-siècle de passions.


Photos Eric Richman


photos DR

mondiale, elle refuse bien entendu de rentrer en Allemagne. Elle prend la nationalité américaine et s’enrôle aussitôt dans l’armée pour faire face à Hitler. Italie, Grèce, Irlande, France, Afrique du Nord, elle enchaine ses « Lili Marlene » et « The Boys in the Backroom », jusqu’en 1945, sur tous les fronts. Au lendemain de la guerre, elle revient dans un Berlin désolé, en ruine, pour tourner avec Billy Wilder le magnifique « A foreign Affair ». Mais pour Marlene, c’est le choc, la dévastation… Le temps passe, sa carrière de diva continue et elle chante sur les plus grandes scènes du monde. Années 60, elle décide enfin de chanter en Allemagne… Elle est accueillie par des « Marlene, go home » et des alertes à la bombe dans les salles où elle doit se produire. Les Allemands ne voulaient plus d’elle. Sa prise de position durant la guerre lui a valu d’être désormais considérée comme une traîtresse. C’est une blessure, une tristesse qui ne l’a plus jamais vraiment quittée.

rendent un grand hommage à l’église de la Madeleine, puis sa dépouille est rapatriée à Berlin où plus personne ou presque ne l’attend. Nous n’étions qu’une petite centaine à son enterrement. Ce n’est qu’en 2001, pour son centième anniversaire que Berlin s’est finalement réconcilié avec sa Marlene. C’est une histoire bien compliquée Nasri, une histoire allemande si je puis dire. Et, en tant qu’Allemande, je suis heureuse et honorée de la raconter.

Vous avez vous même incarné Lola Lola dans une reprise de « L’Ange Bleu »… Oui, c’était en 1992, à Berlin, dans une production de Peter Zadek. Je reprenais le rôle de Marlene plus de 68 ans après le film de Von Sternberg. A dix jours de la première, Marlene s’éteint. Les Parisiens lui

Ute, vous parlez – et chantez- dans une multitude de langues. Quel est votre mot français préféré ? (Après un très long silence) L’Ame ! (Puis dans un murmure) « Poésie ».

De quoi ce « Rendez-Vous with Marlene » est-il fait ? Je raconte cette histoire en chantant « L’Ange Bleu », les chansons de westerns, celles de Hollywood et bien sûr les chansons de paix dont le magnifique “Sag mir, wo die Blumen sind” la version allemande de la chanson de Bob Dylan “Where have all the flowers gone?”. J’inclus du Piaf dont elle était proche et un peu de Trenet. Un vaste répertoire pour une histoire tout aussi riche !

Votre mot anglais ? 205

I would say… (Silence bref) Provocation ! Votre mot allemand ? « Sehnsucht ». C’est un mot qui ne se laisse pas facilement traduire. Il a trait au désir, à l’ardeur, à la langueur mais d’une manière un peu plus philosophique. Un désir d’éternité peut-être ? Un sentiment dialectique, ou plutôt spirituel. Que vous dites-vous à la seconde qui précède votre entrée en scène ? « Come on ! Let’s go ! ». Je n’aime pas avoir peur. J’aime entrer en scène avec une confiance en moi-même, en la scène, en la musique. Un concert est un voyage de deux heures avec des émotions très grandes. Il m’arrive d’avoir peur d’y aller tant le voyage est intense. Mais j’y vais ! Je dis merde aux musiciens et on y va. Ute, nous sommes à Beiteddine, le 25 Juillet, à quelques minutes de votre entrée en scène. Marlene est là, dans la loge, et vous murmure quelques mots à l’oreille ; quels sont-ils ? (Après un silence de plus de 3 minutes) Elle me dit : « Let’s have a drink ! ». Prost (A votre santé en Allemand) Ute ! Prost Nasri ! Let’s celebrate !

www.utelemper.com


224.0 x 297.0 mm

ET CHANTER « ENTA OMRI » DANS UN TROQUET PARISIEN

La Philharmonie de Paris met à l’honneur les “Voix et musiques du monde arabe”. Une occasion pour notre correspondant Sabyl Ghoussoub, un passionné d’Orient, de s’immerger entre rêve et réalité, présent et passé dans cette exposition aussi fascinante qu’ambitieuse. Récit halluciné. 206

Photo DR

Par SABYL GHOUSSOUB


Affiche de cinéma égyptien, Cinémathèque Française © DR

224.0 x 297.0 mm

Voix et musiques du monde arabe et non pas, musiques arabes. J’avais lu de travers l’affiche mais surtout j’avais imaginé autre chose. Trois heures du matin, dans les rues de Paris je rentre un peu ivre à la maison. Je prends le volant avec Stéphanie à mes côtés. Me revient en tête Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot de Gus Van Sant que je viens de voir au cinéma et l’accident qui a rendu tétraplégique le dessinateur John Callahan. Je démarre quand même. Cent mètres plus tard, une apparition. Le visage d’Oum Kalthoum sur les panneaux publicitaires de la ville. J’hallucine littéralement. Je vais enfin pouvoir réaliser mon rêve, assister à un concert de la chanteuse. - Stéphanie ! Stéphanie ! Tu as vu l’affiche ! Johnny v/s Oum Kalthoum Stéphanie ne m’entend pas, elle dort. J’en profite pour faire marche arrière, mettre la voiture sur le côté et enclencher les flashers. Je détache ma ceinture, coupe le moteur et

claque la porte sans faire de bruit. Je m’approche doucement, sans tituber. Le jaune de l’affiche m’attire comme un aimant, le visage d’Oum aussi. Exposition Almusiqa, voix et musiques du monde arabe, 6 avril - 19 août à la Philarmonie de Paris. Désemparé, déçu, à l’agonie, je redémarre jusqu’au prochain bar. - Stéphanie ! Je vais prendre un dernier verre, tu veux venir ? Stéphanie ne m’entend toujours pas, elle ronfle. Je pose la clé entre ses jambes et entre dans le bar dont je ne me rappelle plus le nom mais le flipper à l’entrée. Un flipper Dragonball Z. Accoudé au comptoir, un homme la soixantaine passée m’accueille à grand coups de « Alors mon p’tit gars, on vient de se faire larguer ! C’est quoi cette gueule que tu nous tires. » Je ne lui réponds pas et commande un whisky. Sans glaçons. Black Label s’il vous plaît. - Eh mon p’tit gars ! Tu devrais nous l’enlever ta barbe ! Je ne dis toujours rien mais lui souris encore. 207

Sourire à une personne qui vous incommode reste la meilleure façon de la faire taire. Allumer le feu, allumer le feu. Et faire danser les diables et les dieux. Je n’avais pas prêté attention à la musique mais Johnny allume encore le feu dans les rues de Paris, fait danser les diables et les dieux. - Tu veux pas nous enlever cette musique de merde Jean ! J’ai pas grandi avec Johnny moi mais avec Oum Kalthoum, Reinette l’Oranaise, Asmahan. Tu connais pas ça toi Jean ! Des grandes dames, j’te dis. Immenses. Des femmes intouchables qui parlaient vraiment à Dieu. Je souris de nouveau à mon voisin mais un tout autre sourire, un de ceux qui en disent long. - Tu connais ça toi mon p’tit gars, non ? - Même trop. - Allez Jean, fais un effort. On est tes deux derniers clients. Tandis que Jean explique qu’il n’a que la radio, je sors mon iPhone et tape Enta Omri


d’Oum Kalthoum sur Youtube. Des dizaines de vidéos apparaissent. En arabe, français, espagnol, italien, anglais... - Pouvez-vous brancher mon iPhone sur votre câble auxiliaire Monsieur Jean ? Je le vois d’ici qui dépasse un peu de votre chaîne. Monsieur Jean prend mon téléphone et la chanson s’enclenche. Pendant cinquante minutes, mon nouvel acolyte et moi hurlons avec tous les accents circonflexes du monde Enta Omri. Jean est resté bouche-bée. Nous chantons les paroles. Faux, bien entendu. Un voyage visuel et sonore - Sabyl ! Qu’est-ce qu’on fait là ! - Ben amour... Tu dors pas ? Je n’avais rien trouvé de mieux à lui répondre. Avec ses cheveux noirs devant le visage, son petit nez de sortie et ses yeux mi-clos, Stéphanie venait me chercher pour

rentrer à la maison. J’ai obéi comme obéit un enfant surpris par sa mère en train de faire une bêtise. Une fois dans le lit, elle avait trouvé le courage de me dire : « Demain matin, je me réveille dans tes bras » avant de m’embrasser. À dix heures, les miens de bras étaient déjà dans ceux de la Philarmonie de Paris où chameaux et dromadaires m’accueillaient à l’entrée de l’exposition Al Musiqa. Six salles composent «ce voyage visuel et sonore». Le désert d’Arabie, un jardin andalou, un cinéma égyptien, un café de Barbès et une place trépidante d’une grande capitale arabe. Tout ça est un peu vague, surprenant, fourre-tout. Je me balade de salle en salle, le pas rapide, à la recherche de je ne sais quoi. Je dessaoule encore de la veille mais j’ai bien envie d’être surpris, émerveillé. D’entendre des voix, comme 208

Jeanne d’Arc. J’en discerne quelques-unes qui accompagnent les beats hip/hop du rappeur libanais Rayess Bek. Elles m’attirent inexorablement. Je me retrouve, sans le savoir, assis à les écouter et visionner les montages vidéo de la photographe et vidéaste Randa Mirza à partir de vieux films égyptiens. Samia Gamal danse. Sa tenue de danseuse valdingue dans tous les sens. Mon crâne aussi. Les derviches tournent. Les peintures de Najia Mehdaji m’emmènent dans la transe des soufis. Je me mets à tourner sur moi-même. Un gardien m’aperçoit et me sourit. Je parle à Dieu et Dieu me parle. Enta Omri retentit derrière moi. Serait-ce un souvenir de la veille ? Une hallucination ? Je ne sais pas, je poursuis. Des répliques de ses robes sont exposées. Natacha Atlas dort, pas loin. Le photographe Youssef Nabil l’a surprise dans son sommeil. Je suis dans le café Barbès que je connais

Affiche de cinéma égyptien, Cinémathèque Française © DR

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

bien, j’y habite, à Barbès. Un scopitone est là pour m’accueillir en plein milieu de la salle. J’aimerais le débrancher et l’offrir à Monsieur Jean mais je ne trouve pas la prise. Je m’assois à nouveau, de vieilles chaises sont mises à la disposition du visiteur. Je regarde ce monde qui m’entoure. Les photos Studio Harcourt de Farid El Atrache et Dahmane El Harachi, les affiches de cinéma égyptien, les peintures de Chant Avedissian, tout ce qui me manquait dans mes cours de musique, de peinture et d’histoire à Paris. Alors oui, j’en aurais des choses à dire sur l’exposition. Je relève l’absence de certains musiciens, de certaines photographies, de certains livres dont Oum de Sélim Nassib. J’aurais aimé entendre sa voix de conteur lire un extrait de son roman et se mêler à celle de l’Astre de l’Orient. Mais Almusiqa n’est qu’un premier pas, un grand pas néanmoins. À regarder de plus

près le livre/catalogue de l’exposition, le travail effectué a été immense. Le musicologue Jean Lambert nous en apprend toujours autant, la journaliste Coline Houssais nous conte des histoires venues d’Irak. Il y a dix ans, je n’aurais jamais imaginé à Paris un évènement de cette envergure sur les voix et les musiques du monde arabe. A présent qu’il existe, à nous de mieux faire. Peut-être que dans quelques années, chez Jean, la même chaîne de radio passera toujours du Johnny mais ensuite, du Khaled. Comme si de rien n’était, les deux chanteurs feront danser les diables et les dieux. Et à ce moment-là, tout le monde aura gagné. En attendant, j’emmène ma nièce de dix ans voir l’exposition. J’ai tant de choses à lui raconter.

Al Musiqa : Voix et musiques du monde arabe, du 6 avril au 19 août 2018, Espace dʼexposition de la Philharmonie, Paris. 209


224.0 x 297.0 mm

BEIRUT BERLIN BAD BOYS Odyssée survoltée au cœur de la mafia libanaise de Berlin, « Four Blocks », série télévisée allemande au succès fulgurant, a tous les ingrédients pour séduire ! Et pourtant… Chronique d’un succès presque annoncé. série Par NASRI SAYEGH

210


Photos Warner TV

224.0 x 297.0 mm

Gomorrhe berlinoise? Saluée tant par la critique que par le public comme l’une des sensations de ces deux dernières années, la série allemande “Four Blocks” (Time Warner), qui a fait son entrée cathodique à la Berlinale en 2017 et qui, depuis, a raflé de nombreux prix sur la scène internationale, raconte les aventures et mésaventures d’un clan mafieux libanais. Produite par Berg et Wiedemann, tous deux oscarisés pour « La Vie des autres », la série aux millions de téléspectateurs triomphe en Allemagne et outre-Rhin. Cousine germanique du désormais culte « Gomorra » italien, elle emprunte aussi ses lettres mafieuses à « The Wire » et aux « Sopranos». « Parrain » du genre, le chef-d’œuvre de Coppola n’a eu de cesse de faire des émules depuis sa sortie en 1972. Seulement n’est pas Francis Ford qui veut. Catégorie à part entière, la fiction mafieuse est souvent chargée en clichés éculés et en stéréotypes

encombrants. La plupart des créations sur la pègre, les meilleures comme les pires, se sont vues à un moment ou à un autre comparées à l’iconique “Godfather”, mais trop souvent à leurs propres dépens… Le pitch (garanti sans spoiler !) « Four Blocks » retrace l’histoire de famille, d’amitié, de trahison et de confiance d’un clan libanais à Berlin. D’emblée, on s’attache à Tony, chef de file des Hamadi. Cette famille d’émigrés libanais, obligée de fuir la guerre à la fin des années 1970, contrôle désormais les quartiers de Neuköln et de Kreuzberg. Prostitution, blanchiment d’argent, machines à sous et drogues sont les quatre piliers de leur empire. Intelligent et visionnaire, Tony rêve de se ranger et prépare en cachette sa reconversion dans l’immobilier. Fou d’amour de sa fille et de son épouse, il compte devenir un homme respectable et laisser les rênes du clan à son 211

frère. Tony est à deux doigts d’obtenir la nationalité allemande et de réaliser ses rêves quand tout s’effondre. Une livraison de drogue tourne mal. Abbas, le frère de Tony, une brute épaisse, sème le chaos. Vince, l’ami d’enfance devenu policier, infiltre les Hamadi. Et pour ne rien arranger, Ruffi, chef psychopathe d’un clan adverse veut éradiquer la famille. Warum Yalla ! A l’épaule, à la main, à ras le bitume ou survolant les toits de la ville, la caméra, énergique, fait battre le pouls d’un Berlin superbement filmé. On s’enfonce, image haletante, dans le parc de Görlitzer qui, dans la série comme dans la réalité est un haut-lieu des dealers de la capitale. Signée Marvin Kren, « Four Blocks » se distingue par un casting d’acteurs issus de la rue. Mention spéciale au charismatique Kida Khodr Ramadan (né à Beyrouth en 1976)


qui incarne Tony Hamadi. A ses cotés, le groupe formé par Veysel, Massiv et Gringo vient compléter le clan. Alternant rap énergique et arabesques orientales, ce trio de rappeurs célèbres signe par ailleurs une BO imparable. Rythmes et répliques fusent scandées de “Tamam”, “Achtung”, “Yalla” et autres “Warum”. Striptease & testostérone Tous les ingrédients de la série à succès sont

bel et bien sollicités, mais là où “Gomorra” réussit l’équilibre périlleux entre violence naturaliste, regard documentariste et grande théâtralité, “Four Blocks” pour sa part semble se diluer dans un portrait par trop simpliste et fade d’une communauté pourtant si haute en couleurs qui mériterait une écriture plus subtile, plus élaborée, plus nervurée. Pour tenter de pallier les creux scénaristiques, l’image s’épuise (en vain) sur des plans gratuits de stripteaseuses 212

alanguies sur les barres de pole-dancing sous l’œil alcoolisé de gangsters à la pilosité testostéronée et tristement caricaturale. Dommage! Un passage par la case écriture – incontournable – pourrait sauver la suite d’une série qui a tout pour briller. En attendant, et pour se consoler, on révise une à une les légendaires répliques de Coppola! www.4-blocks.de

Photos Warner TV

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it

www.aeronautica.difesa.it


Photos DR

224.0 x 297.0 mm


MIR-JEAN BOU CHAAYA, UN DJINN CHEZ NETFLIX Après avoir cartonné en 2015 avec son premier long-métrage « Very Big Shot » (Film Kteer Kbeer), Mir-Jean Bou Chaaya s’attaque à un nouveau format, celui de la série. A seulement 28 ans, il s’apprête à réaliser la première série arabe produite par Netflix, le géant de la vidéo à la demande. Un défi de taille dans lequel le jeune et talentueux cinéaste libanais se lance avec entrain et assurance. série Par JOSÉPHINE VOYEUX


que j’aime, souligne-t-il. Je me demande toujours comment raconter l’histoire, par quel angle l’attaquer. Pour y répondre, je m’appuie sur l’image, la musique et les interactions humaines ». La profondeur et la sincérité de sa démarche sont sûrement les clés de sa réussite. En 2015, son tout premier long-métrage « Very Big Shot » suscite la curiosité de plus de 80 000 spectateurs au Liban et au Moyen-Orient et obtient les honneurs de la profession à l’échelle internationale – de Marrakech où il reçoit l’Etoile d’Or qui lui a été remise par Francis Ford Coppola, président du jury, à Los Angeles en passant par Toronto, Londres et Pekin où il est récompensé du prix du meilleur nouveau réalisateur. En quelques années seulement, Mir-Jean Bou 216

Chaaya s’est ainsi imposé comme le nouvel espoir du cinéma libanais. Un peu de surnaturel dans la réalité de la jeunesse arabe Mais le jeune cinéaste n’est pas du genre à se reposer sur ses acquis. Il sort aujourd’hui de sa zone de confort en s’apprêtant à réaliser « Jinn », la première série arabe produite par Netflix. Un défi de taille pour le jeune homme qui ne s’est jusque là jamais attaqué à ce format. « C’est un challenge, c’est certain, reconnait-t-il. Je vais tourner pour la première fois à Amman, une ville relativement différente de celles que je connais ou dont j’ai déjà dressé le portrait. Mais c’est très stimulant, je suis actuellement en train de m’immerger

Photos DR

Il a l’allure d’un jeune étudiant, mais Mir-Jean Bou Chaaya a déjà tout d’un grand. Six ans seulement après avoir obtenu avec distinction son master en audiovisuel à l’Académie libanaise des beaux-arts (ALBA), le jeune cinéaste fonde avec sa fratrie la société « Kabreet Productions », basée à Beyrouth, à Gemmayzé. Il faut dire que le jeune homme a rapidement fait ses preuves. Entreprenant et curieux, il n’a pas attendu d’avoir son diplôme en poche pour se lancer dans la jungle professionnelle. En 2008 il réalisait déjà son premier clip vidéo, un hommage aux martyrs de l’armée libanaise. Prolifique, il enchaîne avec le tournage d’une dizaine de courts métrages. « C’est comme cela que je fonctionne, j’ai toujours repoussé mes limites pour faire ce


dans ce projet pour trouver ». Annoncé en février dernier par le géant international de la vidéo à la demande, le projet en est encore à ses balbutiements. L’équipe de Mir-Jean Bou Chaaya est actuellement en train de mener une série de castings en Jordanie avant de commencer cet été le tournage. Produit par les frères Elan et Rajeev Dassani et écrit par le scénariste jordanien Bassel Ghandour, « Jinn » racontera, en six épisodes - qui seront disponibles à partir de 2019 sur la plateforme en ligne, les aventures d’un groupe d’adolescents bouleversé par l’arrivée d’un être surnaturel, un djinn dissimulé sous la forme d’un jeune humain. L’amitié et les romances naissantes entre les jeunes jordaniens seront alors mises à

dure épreuve dans ce thriller où l’enjeu n’est autre que de sauver le monde ! « L’existence même de cette série est une opportunité unique offerte par Netflix pour parler de la région et de la jeunesse arabe »,se réjouit Mir-Jean Bou Chaaya. Au-delà du défi professionnel, le réalisateur libanais a tout de suite été séduit par l’authenticité du projet, dont le cadre est la cité antique de Petra. « C’est une chance extraordinaire de pouvoir tourner en Jordanie, d’entrer dans la vie de ces jeunes gens, de montrer au monde entier comment ils vivent et interagissent, ce qui les anime, les effraie ; il n’y a pas de place pour les stéréotypes, c’est une première dans le monde arabe », continue-t-il. Passionné et infatigable, Mir-Jean Bou 217

Chaaya ne se limite pas pour autant à la réalisation de cette nouvelle série. Son agenda grouille de projets. Tout en se penchant sur la réalisation de son second long-métrage, le jeune homme travaille en parallèle sur le développement d’une société de technologie avec ses frères… « Nous avons notamment de nombreux projets sur le grill avec mes frères et Kabreet Productions et mettons dans chacun d’eux la même énergie pour assurer la meilleure qualité possible », souligne-t-il. Faites vos mises. Il ne semble aujourd’hui pas très risqué de parier que le nom de Mir-Jean Bou Chaaya sera très prochainement largement connu, et ce bien au-delà de nos frontières libanaises.


224.0 x 297.0 mm

ÇA ROULE À BEYROUTH Des scooters électriques aux couleurs acidulées ont débarqué à Beyrouth. Stationnée entre bureaux et universités, la flotte de Loop Scooters s’apprête à révolutionner les modes de transport en ville. concept Par MARIA LATI

218


Photos DR

224.0 x 297.0 mm

Vous êtes plutôt du genre à partir trois quarts d’heure à l’avance pour un rendez-vous situé à dix minutes du bureau, prévoyant le temps que vous aurez à passer coincé dans les rues encombrées de Beyrouth ? Ou plutôt à démarrer en dernière minute, puis vous confondre en excuses en attribuant une bonne partie de votre « léger » retard au trafic légendaire de la ville ? Quoi qu’il en soit, Loop Scooters vient à la rescousse avec une formule « rapide et écologique ». Désormais, pour se déplacer à Beyrouth, il suffit de quelques clics sur son téléphone portable, pour repérer et réserver le scooter électrique le plus proche. Quand il télécharge l’appli Loop Scooters, explique Mira Raham, directrice générale de Loop à Beyrouth, l’utilisateur est d’abord convié à une séance de formation au cours de laquelle il apprend à manier le deux-roues, ainsi que les règles de sécurité à respecter. Pas besoin d’un permis moto, mais les usagers doivent être en possession d’un permis de conduire valide. Une fois l’inscription confirmée, les trajets peuvent commencer. L’utilisateur sélectionne sur l’appli le scooter qu’il souhaite emprunter,

en repérant la station Loop la plus proche. Il reçoit alors l’identifiant de l’engin et un code pin pour l’activer. Casque et protection hygiénique sont disponibles sur place. Si en cours de route le conducteur décide de s’arrêter pour un sandwich sur le pouce ou pour une course quelconque, il peut maintenir le scooter un moment en mode stationnement. Une fois arrivé à destination, il gare le véhicule à la station la plus proche où l’équipe de Loop Scooters prendra soin de recharger les batteries de l’engin. A la croisée de la télématique et de l’écologie Ecologique et pratique, Loop Scooters est le fruit d’une technologie innovante ; la télématique qui permet de suivre les mouvements à distance, appliquée au transport en deux roues. En collaboration avec une compagnie mère basée au Canada, le Libano-Canadien Anwar Sukkarié, décide d’implanter au Liban son entreprise qui utilise la télématique pour améliorer les transports dans les villes congestionnées. Soutenu par un investissement de Berytech Fund II, Loop Scooters a inauguré sa 219

première station en mai 2017, au Beirut Digital District. En un an, la trentaine de scooters disponible s’est déployée aux alentours des universités ; LAU, AUB et USJ, des centres d’affaires à Hamra, Verdun, Gemmayzeh ou Achrafieh et des espaces de co-working comme Antwork. Objectif fixé : cent scooters en circulation d’ici fin 2018 et une cinquantaine de stations à travers la ville. A partir du siège de la société, les ordinateurs permettent de suivre les mouvements de chaque engin ; activer un scooter, repérer une batterie à recharger, signaler une vitesse trop élevée ou empêcher un déplacement en dehors de la ville pour éviter des virées sur les autoroutes. La technologie, pilier du concept Loop, est sans cesse améliorée. Conçue comme une solution à la circulation saturée des centres urbains et une alternative anti-pollution Loop Scooters s’est lancé à l’assaut du trafic beyrouthin et envisage de s’implanter prochainement dans les villes méditerranéennes alentour.

website www.loopsal.com facebook/loopscooters.lb Instagram/loopscooters.lb


224.0 x 297.0 mm

SIX EXPÉRIENCES CULINAIRES À AÏSHTI BY THE SEA Sous la coque d’aluminium rouge conçue par l’architecte star David Adjaye, Aïshti by the Sea multiplie son offre en expériences sensorielles. Avec six restaurants développés en bord de mer, le complexe dédié à l’art de vivre ajoute à son arc la flèche des saveurs.

Dans un pays déjà réputé pour l’excellence de sa cuisine et le nombre incalculable de ses restaurants, Aïshti by the Sea, dont toutes les offres de produits résultent d’une sélection proche du curatoriat artistique, aligne sur son esplanade les meilleures adresses. Au restaurant fétiche de l’enseigne, le People et sa succursale Art People, s’ajoutent non moins de cinq établissements qui proposent différentes expériences culinaires mais partagent un même raffinement. Autant de stations incontournables dans ce circuit privilégié où l’on peut, après avoir visité l’exposition exclusive « Trick Brain » dédiée au surréalisme contemporain, poursuivre l’escapade à travers l’espace cosmétique, découvrir les sacs et accessoires des plus grands créateurs, faire une virée dans l’espace dédié à l’ameublement, la musique et l’électronique, essayer les nouvelles tendances de la mode et se poser pour un café ou un déjeuner à la fois léger et réjouissant. 220

Photos Tony Elieh

restaurant Par F.A.D


224.0 x 297.0 mm

A better way to live

AĂŻshti, seaside road Antelias, Lebanon T. 04 711 941


224.0 x 297.0 mm

Sip Le torréfacteur de Gemmayzé s’est installé au rez-de-chaussée de Aishti by the Sea parmi les sacs et bijoux de créateurs qui l’entourent comme autant d’œuvres d’art multicolores et précieuses. Quand le besoin de caféine vous surprend à n’importe quel moment de la journée, le luxueux espace en cuivre rosé vous accueille et vous apaise, soit à l’intérieur, soit face à la mer sur des gradins mobiles astucieusement construits à cet effet. Aux classiques

expresso, capuccino et autres macchiato on a le choix d’ajouter soit du lait soit des alternatives végétales telles que le lait de coco ou d’amandes. Leur matcha latte est un rêve aussi onctueux que savoureux. Pour combler un petit –ou un grand- creux, leur pain de banane avec ou sans éclats de chocolat et leurs cookies pistache chocolat sont un réconfort absolu au milieu d’une séance de shopping. Tel : 04.717.716 #273

Art People La terrasse en bord de mer du Art People, branche du célèbre restaurant People du magasin Aïshti au centre-ville, est le lieu idéal pour profiter de la brise printanière en milieu urbain. On y déjeune dans le murmure des vagues, à l’ombre du savant entrelacs d’aluminium rouge dessiné par Adjaye. Un espace de jeux de plein air y accueille les enfants en toute sécurité. Le menu est fédérateur

avec des propositions devenues en quelques années d’incontournables classiques, comme la tarte fine de tomate et mozzarella, la salade de crabe ultra-fraîche, les linguini au homard et le mythique steak de Black Angus grillé à point. Côté desserts, la tarte à la banane caramélisée est un morceau d’anthologie. Tel : 04.725.725 222


224.0 x 297.0 mm

A better way to live

AĂŻshti, seaside road Antelias, Lebanon T. 04 711 941


224.0 x 297.0 mm

Zuruni Dernier né des restaurants du belvédère Aïshti by the Sea, Zuruni offre le meilleur de la cuisine libanaise contemporaine. Aux recettes classiques s’ajoutent des saveurs inédites. On cèdera sans faute au labneh de chèvre accompagné de confiture de figues, au baklava de viande à la mélasse de grenade et à la fondue de knefeh. Parmi les

cocktails insolites de cette enseigne créative, on se laissera agréablement surprendre par le Byblos Mule, version libanaise du Moscow Mule. Le restaurant peut accueillir 150 convives à l’intérieur, dans son décor verdoyant, et 180 sur sa terrasse maritime au raz des vagues. Tel : 70.771.133

Sans conteste l’Italien-plus-ultra au nord de Beyrouth, Matto sert des pizzas et de la pasta dans les règles de l’art, tant à l’intérieur que sur sa terrasse en bord de mer. Parmi ses plats signature, on retiendra la panzanella (salade de tomates, fromage, olives et autres bonnes choses), la cotoletta alla milanese (côtes de veau panées), et l’extraordinaire Matto Rock, sorte de rocher Ferrero géant à casser

avec le marteau qui l’accompagne. Le thème italien est décliné dans tous les détails pour une expérience exhaustive, la plupart des employés étant eux-mêmes Italiens. Avec l’arrivée des beaux jours, Matto organise certains soirs des expériences musicales au coucher du soleil orchestrées par un DJ et arrosées d’excellents apéritifs. Tel : 71.444.335 2 24

Photos Tony Elieh, DR

Matto


224.0 x 297.0 mm

A better way to live

AĂŻshti, seaside road Antelias, Lebanon T. 04 711 941


Meat the Fish A la croisée du marché de primeurs et du restaurant étoilé, Meat the Fish a révolutionné non seulement la restauration mais toute une tradition de pratiques culinaires bien ancrées. Dès l’ouverture de son premier espace à Beyrouth, à Saify Village, ses adeptes ont vite pris le pli de choisir leurs pièces de viande ou de poisson ou leurs huitres et autres coquillages et de s’installer sur des palettes de bois en guise de sièges à même le trottoir. Le succès de l’expérience se perpétue à Aïshti by the Sea où le restaurant se prolonge à

l’extérieur, sur le belvédère marin. Naturellement, le lit de glace est là, avec les meilleurs poissons sauvages ou fumés et des viandes de choix importées d’Australie ou des Etats-Unis. Pour la belle saison, le restaurant s’est enrichi d’un bar extérieur, ouvert de jeudi à samedi dès le coucher du soleil. On y sert en plus des cocktails signature de petits accompagnements tels que le furikake en pop-corn, du carpaccio de poisson, de la charcuterie espagnole ou des chips de courgettes au yaourt. Une tuerie. Tel : 04.725.781

B by Elefteriades Comme une journée dont les plaisirs se déploieraient crescendo, entre une rencontre avec l’art qui nourrit l’esprit, une séance de gym suivie de soins de beauté au spa, et puis d’exploration des nouvelles propositions mode de la saison, d’une rencontre amicale autour d’un repas d’exception et d’une pause café, et puis d’un cocktail au coucher du soleil, il reste encore quelque chose à faire dans ce lieu magique. Aïshti by the Sea recèle une adresse presque confidentielle tant elle est discrète. B by Elefteriadès, le dernier né de Michel Elefteriadès, empereur autoproclamé du Nowheristan, est un pub

baroque et néogothique où les mystères de la nuit se libèrent, portés par une succession de musiciens, artistes et DJ, irrigués de cocktails exquis et enveloppés de saveurs par une cuisine superlative. Le diner est animé par des musiciens internationaux venus de Cuba, de France ou d’Amérique. Après minuit, le B se transforme en lounge où l’on se laisse bercer par la deep house, la « dance » et la musique électronique des meilleurs DJ venus du monde entier. Sous les étoiles exactement, Aïshti by the Sea est décidément une destination à part entière encapsulée dans une résille de vagues rouges. Tel : 81.290.029

226


224.0 x 297.0 mm

A better way to live

AĂŻshti, seaside road Antelias, Lebanon T. 04 711 941


224.0 x 297.0 mm

InstallÊ dans l’ancienne boutique Jean Paul Gaultier, le restaurant Daroco, Paris, dans le IIe arrondissement. .


224.0 x 297.0 mm

QUAND PARIS FAIT TOURNER LES TABLES culture food Auteur BAPTISTE PIÉGAY

Photo Benoit Linero

La ville est à eux : de nouveaux venus guidés par une nouvelle vision de la restauration dynamique, conviviale, pragmatique. Des aventuriers animés par un savoureux paradoxe : être à la fois modernes… et vieille école.

Le Paris des restaurants est un requin : s’il ne bouge pas, il meurt. Il porte sur son dos des ambitieux, des entrepreneurs, des visionnaires : les Costes avant-hier ; David Lanher ou Charles Compagnon hier. Aujourd’hui, les tandems Giesbert/Ross, Lugger/Seydoux ou encore les frères Moussié bousculent la restauration parisienne, l’embarquent dans d’autres dimensions. De la table de poche (voire de pochette de costume), la mode (ou l’arithmétique) a basculé du côté du paquebot, de la salle jumbo aux décibels dans le rouge, aux assiettes maximalistes, aux serrages de coudes, aux partages de parapluies dans la queue (mieux que Tinder ?), aux ambiances XXL – et aux additions souvent ancrées du côté décent du

spectre parisien. Le romantisme du chef au tablier immaculé, seul derrière ses pianos, le crayon derrière l’oreille, le fusil (affûteur) coincé dans la ceinture, a vécu, vivra encore, mais la place appartient ces temps-ci à une génération décomplexée – et lucide. Ils ne se ressemblent pas tant dans leurs propositions culinaires, oscillant entre Italie rêvée et Paris chromo, que dans leur volonté d’installer des lieux détonnants, ne courant ni après les macarons, ni la dernière vague (moyen-orientale, scandinave, végétalienne, péruvienne…), revenant au bon vieux métier : nourrir une tablée, la ravir sans la plumer. Avec le plus grand restaurant d’Europe, soit 3 000 m2, qui pourra accueillir 1 000 personnes (bientôt, en mai, a priori), le groupe Big Mamma 229

ajoutera un nouveau joyau à sa couronne, déjà sertie des grands succès du Pink Mamma, Ober Mamma, Pizzeria Popolare, Mamma Primi, Biglove Caffè, East Mamma. “Recréer l’expérience authentique” Au sein de la STATION F de Xavier Niel, Victor Lugger et Tigrane Seydoux vont donc installer Mamma F. Tous deux sont passés par HEC, puis par le groupe LOV Hotel de Stéphane Courbit pour Tigrane, et pour Victor par My Major Company (le label musical participatif de Michael Goldman amicalement encouragé par Courbit). C’est par l’entremise de ce dernier qu’ils se sont rencontrés. “Je suis passionné par les produits, et Tigrane par


224.0 x 297.0 mm

Le Ober Mamma, près de la rue Oberkampf, dans le xie.


224.0 x 297.0 mm

Victor Lugger et Tigrane Seydoux, le duo derrière Big Mamma.

Alexandre Giesbert et Julien Ross, à la tête de Roco, de Daroco et de l’imminent Zebra.

Photos DR - Jérôme Gallano - Thomas Lavelle

“Trois axes communs […] : la recherche de lieux ‘à l’effet waow !’, une attention portée sur le service empathique, et l’œil attentif aux commentaires déposés sur le net.” l’hospitalité”, résume Victor. Avec 400, et bientôt 500 salariés, pour 2 500 couverts par jour, Big Mamma a le sens, et le goût, de la démesure. “C’est sûr que nous sommes loin de la table de poche ! Tout est parti d’un défi : on avait l’envie de faire de la cuisine  italienne et on voulait recréer l’expérience  authentique, décontractée, chaleureuse. Acheter en direct et tout faire maison, les  trois étoiles de Paris le font déjà, mais à  400 euros. Nous voulions avoir cette  démarche, mais la tarifer à 20 euros, et  pour y arriver, le seul moyen, c’est la  grande échelle. On en a vite pris notre  parti, cela nous éclate de faire de grands  lieux, pour l’ambiance.” Autre point saillant de l’histoire Big Mamma, l’impossibilité de réserver – assez polarisante, convenons-en. Une histoire de raison, assure Victor, et sûrement pas une astuce pour émulsionner la sauce médiatique : “Ce principe de non-réservation, ce n’est pas  pour le marketing, il ne joue pas en notre  faveur, tout le monde s’en plaint, surtout  ceux qui ne sont pas venus. Il y a deux  raisons : d’abord le ‘no show’, qui  représente 20 % de pertes sur la recette  globale. Ensuite, si je prends des réservations, j’ai 30 à 40 % de clients en moins, je  perds un service, ce qui met en danger notre  équation économique qui repose sur de plus petites marges que d’autres restaurateurs mais sur un plus gros gâteau. Donc, si je  monte mes prix de 30 %, cela m’emmènerait  vers des prix très parisiens, mais ce n’est  pas mon projet.” Triste raison, se dirait le

lecteur romantique qui aurait trop (et mal) lu le fantastique Kitchen Confidential, d’Anthony Bourdain, et ses récits de coups de feu sous cocaïne, avec shots de vodka glacée entre deux dressages et sieste sous les fourneaux. On lui apprendra peut-être que pour 3,66 ouvertures par jour, six restaurants ferment à Paris. Se maintenir à flot est à la fois un impératif économique et un code esthétique qu’il convient d’assumer avec humilité.

d’exutoire sans vigile). Moins allié qu’utile curseur, le site est consulté “tous les jours” par Victor. À deux ou trois enjambées de la Pizzeria Popolare, une autre, pas tout à fait du même bois, fait chauffer le four à pizze : Daroco. “L’autre jour, un pote qui en avait marre de  faire la queue m’a appelé pour avoir une  place ici”, se marre (sans acidité, précisons) Alexandre Giesbert, associé ici avec Julien Ross – et là aussi : Roco et l’imminent Zebra (avec Romain Glize). “Réserver,  Moyenne d’âge : 23 ans aujourd’hui, est vu comme un service en  “À la maison, reprend Victor, je plaisante  plus, précise-t-il. Cela correspond à notre  en disant que je suis chef, mais pas pour  démarche. Je pense qu’on arrivera à mettre  plus de quatre personnes. Pour servir  en place une prise d’empreinte de carte 300 couverts dans la journée, il faut du  bancaire.” La capacité à jongler avec les talent, de l’inventivité. Beaucoup de notre  casquettes, liée à la porosité entre les temps est consacré au cœur du métier de la postes, est parfaitement résumée par restauration, l’attention au détail, au Julien.“Avant d’être entrepreneurs, nous  dressage des tables, au recrutement. Ce que sommes restaurateurs. Et après restaural’on apprend tous les jours, en particulier  teurs, nous sommes des entrepreneurs ! Et dans l’aventure Big Mamma, c’est l’huaussi serveurs et cuisiniers. Nous voulions  main, cette dimension nous a dépassés à  surtout être à notre compte. Moi, j’ai appris  nos débuts. Par exemple, on a ouvert avec  sur le tas, en salle, j’ai longtemps travaillé  18 personnes, alors que tout le monde nous pour les Costes, qui avaient parfaitement  avait alertés qu’il fallait être surstaffés… La  compris comment capter les gens. Et semaine d’après, nous étions 55. Avec le  Alexandre a fait l’école Ferrandi.” recul, nous avons fait une autre erreur, celle  Les deux conviennent que le métier de recruter des chefs à l’extérieur du  changeant, il fallait, selon Julien, sortir de la groupe. Nous privilégions désormais la  cuisine pour l’un, et de la salle pour l’autre, promotion en interne.” Avec une moyenne afin de faire “du marketing, de la finance,  d’âge de 23 ans parmi les managers, et de la DRH, de la décoration. Aujourd’hui,  guère plus élevée dans la clientèle, soit au on a des outils professionnels qui nous  plus près de la génération millennial, pour permettent de bien gérer. On n’apprend pas qui TripAdvisor fait office de boussole (et le métier d’entrepreneur, il n’y a pas de 231


224.0 x 297.0 mm

La Pizzeria Popolare, autre fleuron du groupe Big Mamma, rue Réaumur, dans le IIe arrondissement.

service empathique, et l’œil attentif aux commentaires déposés sur le net : “S’il y a un mauvais commentaire, il faut en tenir  compte. Mais cette situation où tout le  monde note tout le monde ne nous plaît pas pour autant.” Une logique créative Avoué aussi, le désir de construire une image globale, cohérente : “Nous sommes dans une nouvelle énergie, on a vendu  Rococo et Roca pour se recentrer sur Roco, Daroco, et le Zebra. On identifie un lieu  aussi par sa charte graphique – c’est mon tatoueur qui s’en occupe”, dit Julien. Pas d’Italie dans le restaurant qui sortira bientôt de terre : “Nous reprendrons les codes de la brasserie mis au goût du jour, avec un  écailler, une rôtissoire, et nous servirons du  petit-déjeuner au dîner”, annonce Romain Glize. Pour cartographier les lieux de leurs prochaines aventures, les flibustiers font confiance à de sérieux indics : “Les agents  de fonds de commerce nous appellent quand  quelque chose se libère, on visite beaucoup.  Beaucoup de gens avaient vu le Zebra, sans  être enthousiastes. On a dû le voir en août,  on l’a acheté en octobre, on espère ouvrir  en mai. On a tout cassé, on part toujours du  principe qu’il faut démolir pour repartir de  232

zéro, c’est plus sain, sinon c’est du cache-misère.” Plus discrets et refusant de prendre la parole ici, les frères Moussié (Pierre, Guillaume et Richard). Auvergnats d’Aurillac, ils ont franchi patiemment les paliers : après avoir fait leurs armes dans un café de SaintMandé, ils ont repris Chez Jeannette, rue du Faubourg-Saint-Denis, dynamitant sa routine pour en faire un haut lieu de la cool attitude à casquette et à barbe. Ils ont posé, en solo ou accompagnés, leurs empreintes vivifiantes au Sans Souci, au Mansard, à la Brasserie Barbès, à l’hôtel Providence… et ailleurs sans doute, tant leur discrétion se reflète dans la diffraction des prises de participation ici et là. Leur coup d’éclat, dont l’écho ne semble pas disposé à s’évanouir ? L’ouverture du Bouillon Pigalle, en décembre 2017. Trois cents couverts, l’œuf mayo à 1,90 euro et le bœuf bourguignon pour moins qu’un billet de dix. Et si les entrepreneurs-restaurateurs d’aujourd’hui répétaient bien des gestesanciens : nourrir le plus grand nombre, au juste prix, ouvrant un nouveau cercle, vertueux, rentable, gourmand et responsable ?

Photo Jérôme Gallano

théorie, que des cas pratiques.” Ils assurent être guidés par une logique créative. “Nous avons des lieux qui grandissent, et c’est  plus simple à piloter, mais on ne fait pas  d’économies d’échelle, tous les concepts sont différents, on n’est pas dans une notion  de chaîne, nous avons 59 employés pour  170 couverts. On n’est pas très rationnels,  la partie financière vient après…” À venir, la reprise du titubant Zebra Square, réinventé en Zebra, devrait agiter le XVIe arrondissement, terre délaissée par la jeune garde de la restauration : “Nous voulions  aller là où personne ne va, revendique Alexandre. C’est certain qu’aller rue du Faubourg-Poissonnière, c’est moins  intéressant…” N’imaginons pas non plus deux (trois) flibustiers partis à l’abordage de rivages hostiles, brûlant leurs vaisseaux pour ne pas que les troupes flanchent et fassent demitour : “On comprend vite si un lieu  marchera, avance Julien. Je regarde si la construction du projet nous permet d’en  sortir rapidement sans perdre de l’argent.” S’il fallait établir des correspondances entre les lieux inventés par Big Mamma et le tandem Ross/Giesbert, trois axes communs se dessineraient : la recherche de lieux “à l’effet waow !”, une attention portée sur le


224.0 x 297.0 mm

WE CARRY YOUR TRUST

Fast Building, 344 Pasteur Street, Gemmayze, Lebanon T. +961 1 562 777 F. +961 1 449 000


Photos Marc Abed

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

LE CHEF S’AMUSE Il rend la cuisine aussi simple qu’un claquement de doigts. Le chef Marc Abed parsème sur la toile ses vidéos pratiques et ludiques pour faire partager sa passion de la cuisine du monde. gastronomie Par MARIA LATI

235


Le chef jongle avec les ingrédients : chocolat, crumble, crème à la noix de coco et meringue pour préparer son dessert à la fraise; farine, levure, sauce tomate, mozzarella, basilic et huile d’olive pour sa pizza napolitaine ; avocats, coriandre et poivrons pour un guacamole bien relevé. Marc Abed cuisine en s’amusant. Dans ses vidéos pleines de pep, postées sur Youtube et sa page Facebook, le chef dévoile ses recettes pas à pas, entre conseils pour choisir des ingrédients de qualité, mélanges, coupes et cuissons et pour finir suggestions de présentations. Rendre le bun du burger savoureux, savoir évaluer la cuisson de la viande d’un seul coup d’œil, couper un saumon sans gaspiller de morceaux ou sélectionner la bonne huile d’olive, les vidéos sont truffées d’astuces. Marc choisit la recette du jour au gré de son humeur, sushis pour un weekend de zénitude, curry thaï ou indien pour se remémorer un voyage d’aventure ou encore une bonne kibbé labniyye quand il a la nostalgie du pays. Ses plats viennent des quatre coins du monde mais il conserve

l’authenticité de chaque recette. Féru de voyages, le chef partage les bons plans et traditions qu’il y découvre ; une échoppe à Bali ou le bon spot pour déguster les meilleures soba noodles au Japon. Il part à la recherche des curiosités comme ce restaurant à Tokyo qui a vendu plus de cent milles Montblanc et n’hésite pas à se renseigner auprès des locaux pour dénicher les meilleures adresses. Le gène de la restauration et de l’amour du voyage Marc Abed a fait ses armes sur le port de Byblos, dans le restaurant de son grand père, Pepe Abed, et au restaurant Papagayo Club, qui appartient à son père. Ce dernier lui transmet aussi sa passion des voyages. Pour apprendre le métier et perfectionner ses gestes, le jeune chef n’hésite pas à contacter les bons restaurants à travers le Liban et propose d’y travailler gratuitement auprès des plus grands chefs. Il inaugure ensuite un restaurant mexicain dans son pays natal, mais l’envie de partir à l’aventure le rattrape et il se rend 236

d’abord au Brésil comme chef d’un nouveau restaurant libanais. Marc s’envole ensuite pour Copenhague et s’active dans les cuisines du restaurant Noma, élu à plusieurs reprises meilleur du monde. Puis ce sera Paris, Londres, Doha et un retour à Beyrouth, pour enfin se poser à Dubaï. Dans sa ville d’adoption, le chef prend les rênes des cuisines d’un hôtel cinq étoiles. Il poursuit ses voyages qui lui révèlent de nouvelles manières d’appréhender la nourriture, des coutumes différentes et des ingrédients qui, inexistants dans une cuisine, peuvent être prédominants dans une autre. Au Japon, où le chef se rend pour apprendre l’art des sushis, il découvre le gout particulier du matcha qu’il retrouve partout, du thé, aux plats et desserts et la prépondérance du poisson qui parfume les chips et toutes sortes de snacks. Curieux et dynamique, Marc Abed a de nouveaux projets en cours, dont la création de son site internet. En attendant, il continue à partager ses trouvailles dans ses vidéos qui mettent l’eau à la bouche. www.youtube.com/user/CookingWithMarc

Photos Marc Abed

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

DÉJEUNER SUR LE TROTTOIR gastronomie Par MARIA LATI

Les plateaux copieux de Sawani Falfoul se savourent au coin d’une rue, à même le trottoir, à Badaro. Ils sont composés de bons petits plats libanais aromatisés aux épices et légumes frais du terroir. Les mets, servis sur des plateaux, sont préparés minute. Le chef, Chadi Sleiman, révèle les trois piliers de sa cuisine : la saveur d’une recette, dit-il, dépend de la fraicheur des ingrédients, de la cuisson et du respect des gouts de chacun. Le fait de préparer les plats à la commande lui permet d’adapter ses recettes aux préférences du client. Il y a ceux qui préfèrent manger sans ail par exemple, ou ceux qui doivent éviter le sel. Le pain est servi tout chaud, à la sortie du four. Sur le chariot installé parmi les tables, on peut sélectionner ses légumes et condiments pour accompagner une assiette de kafta ou de falafel. Au choix, radis, persil, oignons, menthe, tomates et olives dont la plupart proviennent du domaine du chef dans la Bekaa. Chadi Sleiman y tire aussi son vin maison, servi au restaurant, ainsi que de l’arak. Les cornichons, les légumes en saumure et le « kishk » (conserve traditionnelle à base de yaourt de chèvre déshydraté), produits dans sa Bekaa natale, ou encore l’huile

d’olive pressée dans le village de sa tante au Liban sud, sont en vente sur les étalages de Sawani Falfoul. Fallafel, fatteh (plat à base de yaourt orné de pignons, généralement agrémenté au choix de viande, d’aubergines ou de pois chiche) et foul (plat à base de fèves), inspirent le nom du restaurant où les plats libanais traditionnels, y compris les petites saucisses rissolées (makanek), ne déçoivent jamais. En 1995, le chef, Chadi Sleiman, alors étudiant en école hôtelière, au grand dam de sa famille qui aurait préféré le voir poursuivre une carrière de médecin ou d’avocat, s’envole vers Toulouse pour compléter ses études en génie culinaire. Il enchaîne ensuite des postes dans l’hôtellerie à travers le monde ; Yémen, Qatar, Bahreïn et l’Inde. Le chef gravit les échelons et s’essaye à divers métiers dans le domaine de l’hospitalité. En 2017, il se décide à rentrer chez lui pour ouvrir son propre restaurant. Il travaille lui-même sur la décoration de 238

l’espace, écumant les vidéos sur youtube pour apprendre à recycler le bois de palettes en tables. Fort d’une expérience de vingt ans dans les cuisines des plus grands hôtels, il avoue que son amour pour les bons plats mitonnés lui vient avant tout de sa grandmère, dont les recettes ont inspiré la carte de son restaurant. Du matin au soir le chef s’active aux fourneaux. On peut passer chez Sawani Falfoul en jeans, short ou costardcravate à toute heure de la journée, pour un copieux brunch entre amis composé de beid bi awarma (œufs au confit de mouton), halloumi (fromage blanc parfois servi grillé), foul et labneh (fromage frais à base de yaourt), pour un sandwich à emporter au bureau ou un diner en tête-à-tête. On se laissera tenter par cette spécialité épicée, le poulet au sumac, cuit pendant quatre heures, suivi de la fondante crème brûlée à la pate de sésame, une création du chef. https://www.facebook.com/sawanifalfoul/ https://www.instagram.com/sawani_falfoul/


Photos DR

224.0 x 297.0 mm

239


LES TROIS SÅ’URS DE KARM-EL-JOZ restaurant Par MYRIAM RAMADAN

Photos Marco Pinarelli

224.0 x 297.0 mm


Photos Miguele Issa

224.0 x 297.0 mm

Kim, Miguele et Audrey Issa… Trois sœurs aux prénoms poétiques, qui portent la plaine de la Bekaa très près de leurs cœurs. Tant et si bien qu’elles y ont transformé la ferme familiale en un lieu d’accueil et de fêtes. A Karm el Joz, les souvenirs heureux se partagent et se multiplient.

Originaires de Zahlé, les trois jeunes femmes qui ont aujourd’hui entre 25 et 30 ans, ont passé tous leurs étés à Taanayel dans la ferme baptisée « Karm el Joz » où s’élevait la Maison jaune, construite par leur grand-père paternel, et dont elles gardent de joyeux souvenirs, entourées de la famille et des amis. Voulant partager avec les citadins cet espace vert, revivre et faire vivre les meilleurs moments de leur enfance, elles ont créé sur place, dès 2016, un lieu d’hospitalité et de fêtes. « Karm el- Joz » est le fruit de quatre années de travail. Les trois sœurs ont 24 1

enrichi la ferme de trois nouvelles bâtisses. L’une est consacrée au service traiteur, confié à Cat and Mouth ; l’autre aux salles de bain et la troisième offre une suite aux mariés leur permettant de se retirer après la réception de mariage. Architecture traditionnelle de la Bekaa Pour ce qui est du style architectural, les sœurs ont désiré préserver une esthétique ancestrale, propre à la région. « Pour construire leurs maisons (similaires aux maisons en pisé), les paysans utilisaient les ressources de leur environnement direct, en


l’occurrence la glaise. Les bâtiments de Karm el- Joz ont été construits avec ce même matériau, pauvre mais efficace. Les murs sont en briques de terre ou « mudbricks », expliquent-elles. « Karm el- Joz », aujourd’hui « Karm el- Joz » (le champ de noyers) est un espace dédié à l’accueil d’évènements privés, banquets ou mariages. Le lieu est d’abord et surtout un immense domaine de verdure et de nature où, entre gazon et peupliers, chacun a la liberté d’occuper l’espace à sa manière. Selon Kim Issa, les gens sont attirés

par l’esprit et l’ambiance sereine de ce domaine. Cerise sur le gâteau, grâce à « Karm el- Joz », l’économie de la région de Taanayel et de ses environs a repris des couleurs. Ni hôtel, ni restaurant, mais plutôt un lieu parenthèse que l’on quitte après la fête, Karm el Joz pousse les invités à découvrir les environs, à occuper les hôtel, essayer les restaurants, visiter les sites. Comment cette habitation familiale s’est-elle agrandie ? Selon Kim : « La maison de base était entourée de terrains agricoles. La crise syrienne et ses séquelles, dont la fermeture des frontières avec la Syrie, a provoqué une 24 2

énorme détresse chez les agriculteurs ». Afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des paysans dans un tel contexte, les trois sœurs Issa se sont donc attelées à chercher une idée pour attirer du monde vers cette région et faire découvrir sa richesse et sa beauté naturelle, par-delà les préjugés et les phobies sécuritaires. Les jeunes filles, issues d’une famille traditionnellement engagée auprès des agriculteurs locaux, ont donc élaboré leur concept avec le concours du bureau d’architecture Hanna Dagher. Rue du Couvent des Pères Jésuites, Taanayel, Bekaa, T. +961 3 572 782, www.karmeljoz.com

Photos Miguele Issa

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

SHOPPING IS BETTER WHEN YOU DO IT TAX FREE Shop Tax Free and save up to 8% Find out more at globalblue.com

TFS ADS_LB_L’officiel Levant_2017_224x297.indd 1

04/10/2017 11:10


224.0 x 297.0 mm

BRAZAVILLE AU CŒUR DE JISR EL WATI

restaurant Par MYRIAM RAMADAN

« Un lieu super relax, pas compliqué, qui donne une impression de cocooning et dont le nom invite au dépaysement ». Ainsi parle Rani al-Rajji de « Brazzaville », le pub resto dont il est à la fois l’architecte, le concepteur, le réalisateur et le gestionnaire.


224.0 x 297.0 mm

Photos Rana Massaad

Le 28 mars dernier ouvrait ses portes dans la zone industrielle de Jisr el- Wati ce nouveau spot qualifié d’« improbable », rien que pour son emplacement, par son propre architecte. Bien que situé dans une zone industrielle, ce pub possède une terrasse et se niche à proximité d’une galerie d’art. Selon Rani al-Rajji, une certaine symbiose s’est faite entre deux locaux bâtis sur des parcelles jumelles. Le design de Brazzaville est très éclectique : constitué de plusieurs coins différents, l’ensemble n’en dégage pas moins une évidente harmonie. Rani s’est « inconsciemment inspiré » de ses années passées entre les Pays-Bas et Berlin. « C’est un endroit simple. Malgré la complexité de son infrastructure, le bâtiment est sans prétention. L’objectif est de ne pas intimider notre clientèle dont les âges et les moyens diffèrent beaucoup, (de 25 à 65 ans, étudiants ou businessmen) ». Le dépaysement, tout un art En découvrant le terrain vague qui allait accueillir le projet, l’un des six associés a fait allusion à l’album « Tintin au Congo ». L’anecdote a tourné au sérieux et les associés, voulant sortir des sentiers battus, ont finalement décidé de baptiser l’endroit

« Brazzaville », en souvenir de cette première impression. Ce nom traduit également le sentiment de dépaysement que l’on ressent dès que l’on franchit l’enceinte. Le parcours de Rani, (42 ans), est tout sauf ennuyeux et routinier. Oui, il est diplômé en architecture de l’USEK, oui, il a pleinement travaillé dans ce domaine, d’abord dans un bureau, et aujourd’hui en solo. Il a de plus conçu des objets, des luminaires, a travaillé dans l’urbanisme, a fait le DJ, a été activiste, et a rédigé deux guides : « A Guide to Beirut, et Mokum : A Guide to Amsterdam ». Tout ce «background» s’est accompli entre Beyrouth, la Sibérie, le Cambodge et bien d’autres villes et pays. Avec sa dégaine « cool et artsy », Rani affirme que la ville qui l’a le plus marqué, à part Beyrouth, reste Berlin. Cette ville où il se rend depuis 1997 l’a aussi énormément influencé dans son travail. On lui dit souvent que cela se ressent dans l’atmosphère et le design de « Brazzaville ». Berlin On My Mind Rani qui, en 13 ans, a conçu un bon nombre de bars et de restaurants, a voulu que son propre établissement dégage une atmosphère détendue, où l’on se sent tout de suite à l’aise. En fait, il a créé cet endroit comme une 24 5

commande privée, de lui-même à lui-même. Il a voulu un lieu où le personnel se sente aussi bien que le consommateur. Rani a appris, après ses années passées à Berlin, à la Circus, qu’il ne suffisait pas d’avoir des associés financiers. Il lui fallait des participants actifs. Cette philosophie de travail s’applique principalement au personnel gérant, qui doit se sentir impliqué dans ce projet, et pour lequel Rani a institué un système de bonus afin qu’il soit constamment motivé et donne le meilleur de lui-même. La monotonie n’a pas sa place dans la vie de Rani Al Rajji. Cet homme qui prône la rigueur dans le travail apprécie, malgré ses nombreux voyages, son Beyrouth natal qu’il offre de découvrir à travers les marches “ alternatives”, ou les visites “décalées” qu’il organise à travers la ville. Le jeune homme s’appuie sur un concept psycho géographique. Cette notion se fonde sur l’idée que la perception d’un lieu diffère selon la perspective psychique de chaque individu. Pour Rani, Beyrouth confirme la théorie selon laquelle chaque individu a sa propre vision d’un pays ou d’un paysage. De Brazzaville à Beyrouth, le pas est vite franchi.

Brazzaville, Rue Pierre Gemayel, Beyrouth, T. +961 71 268 582


224.0 x 297.0 mm

6 BALLONS MYTHIQUES DE LA COUPE DU MONDE saga Auteur LAURENT-DAVID SAMAMA

“Vous pensez qu’un ballon de foot est un ballon de foot et rien qu’un ballon de foot ?”, déclarait le designer britannique Paul Smith. Eh bien détrompez-vous, pourrait-on clamer de concert avec le créateur fan des Red Devils de Manchester ! Au fil des ans, développement du foot business oblige, le ballon de cuir – désormais fabriqué en matière synthétique – est devenu un objet de pop culture, au même titre que l’iPhone, votre bonne vieille paire de Stan Smith ou le dernier épisode de la saga Star Wars. Qui l’eût cru ? Qui aurait pu penser que 22 joueurs courant derrière un si modeste ustensile sur carré vert seraient observés, scrutés, idolâtrés par des dizaines de millions de téléspectateurs à travers le monde ? Quelques décennies auront ainsi suffi au football pour devenir un pilier de

l’entertainment, l’équivalent des jeux de cirque romains. Et puisque ce jeu est devenu une affaire au retentissement international, chaque nouvelle compétition, Coupe du monde en tête, permet désormais aux équipementiers de sortir leurs propres lignes de sportswear et de balles, plus modernes les unes que les autres. Depuis 1970, sur les terrains, c’est Adidas qui fournit les ballons officiels aux héros en crampons. Avec, pour commencer, un coup de maître : le mythique ballon Telstar blanc et noir pensé pour la diffusion en mondovision. Suffisant pour poser les bases d’un gigantesque commerce. Suivront les Tango, Azteca, Etrusco, Tricolore, Fevernova et autres Jabulani. Autant d’objets à la réputation légendaire et parfois controversée. Autant de ballons vantés pour 24 6

leur technologie révolutionnaire ou critiqués pour leurs travers rédhibitoires (selon les millésimes, certains seront jugés trop légers, trop lourds, ou suivant des trajectoires jugées aléatoires...). Voilà comment, d’une banale sphère de cuir s’alourdissant, à la moindre pluie, nous sommes passés à des ballons truffés de technologie, intégrant des puces offrant accès à une myriade de données. L’industrie du luxe n’est pas en reste. Elle a réinterprété l’objet, lui a offert de nouveaux quartiers de noblesse. Conçu en cuir Venezia et piqué sellier chez Berluti, rayé bayadère chez Paul Smith, et monogrammé chez Louis Vuitton qui le transportera en Russie dans une malle spécialement créée pour l’occasion : le ballon a pris du galon.

Photo DR

Ceux qui n’y connaissent rien disent toujours que le football, c’est 22 types en short qui courent après un ballon. Peut-être, admettons, mais qu’ils sachent alors que ce n’est pas n’importe quel ballon.


224.0 x 297.0 mm

Le Telstar Créé pour la Coupe du monde au Mexique, en 1970.

Signe diStinctif Attention, ballon mythique ! Objet pop à l’esthétique seventies, le Telstar symbolise la quintessence du ballon de football. Sa nouveauté ? Un design pensé autour de l’alternance de panneaux blancs et noirs en a fait la sphère choyée de Cruyff, Beckenbauer et Pelé.

caractériStiqueS Fabriqué intégralement en cuir, le Telstar est le premier à utiliser la forme géométrique dite de l’icosaèdre tronqué. Il se compose de 32 parties bien distinctes : 12 panneaux noirs pentagonaux et 20 panneaux blancs hexagonaux.

L’anecdote Tout premier ballon Adidas utilisé lors d’une Coupe du monde, le Telstar de 1970 tient son appellation de l’abréviation “television star”. En pleine conquête de l’espace, il reprend la forme et le design du satellite de télécommunication éponyme, Telstar 1. L’hommage ne s’arrête pas là. Puisque la Coupe du monde se joue désormais en mondovision, le motif blanc et noir du ballon officiel a été pensé pour lui donner une meilleure visibilité sur les téléviseurs d’avant la couleur. 247

MeiLLeur Match 21 juin 1970, stade Azteca de Mexico. En finale, devant 107 400 spectateurs, le Brésil de Pelé, Jairzinho et Tostão écœure la sélection italienne et triomphe 4-1. Au-delà du jeu léché des Auriverde, c’est bien la domination sans partage du Brésil sur la planète foot qui épate les observateurs. Grâce à leur maîtrise du dribble, Pelé et ses coéquipiers, triples champions du monde, repartent de Mexico avec le trophée Jules Rimet.


224.0 x 297.0 mm

Le Tango Créé pour la Coupe du monde en Argentine, en 1978.

Signe diStinctif Après le Telstar, Adidas frappe fort ! Son Tango se révèle à la fois chic, moderne et minimaliste. Des motifs triades apparaissent sur les hexagones. Les pentagones, jadis noirs, sont blancs. Le dessin global donne l’illusion de cercles dessinés sur le ballon.

caractériStiqueS Si le design évolue bel et bien, peu de modifications techniques sont à noter. Le Tango est le dernier ballon officiel à être fabriqué en cuir. Une curiosité surannée qui lui confère aujourd’hui encore le statut de star des ventes aux enchères !

L’anecdote Le Tango connaîtra un grand succès et une longévité exceptionnelle. Il est utilisé tel quel lors du Championnat d’Europe 1980 en Italie, sous le nom de Tango Italia, puis en 1982 pour la Coupe du monde en Espagne, sous le nom de Tango España.

24 8

MeiLLeur Match 25 juin 1978, stade El Monumental de Buenos Aires. En finale, devant 71 483 spectateurs, les PaysBas affrontent le pays hôte, l’Argentine. Quatre ans après leur finale perdue face à la RFA, les Oranje ont faim de victoire. Pourtant, leur atout majeur, le génie Johan Cruyff, a décidé de boycotter le Mondial pour ne pas cautionner la dictature de Videla. Une absence cruelle qui se solde par la victoire 3-1 des Argentins après prolongations.


224.0 x 297.0 mm

L’Azteca Créé pour la Coupe du monde au Mexique, en 1986.

Photos DR

Signe diStinctif Pour la première fois, Adidas crée un design en lien avec le pays hôte. C’est ainsi qu’en 1986 apparaît l’Azteca, un ballon au dessin novateur composé de fresques aztèques incluses dans les triades. Une petite coquetterie inaugurant l’ère de la customisation.

caractériStiqueS L’Azteca est le premier ballon entièrement en matériau synthétique. Une avancée qui n’a rien du gadget : face aux contraintes locales (altitude, humidité, terrains secs), cette innovation améliore considérablement le jeu. La balle dispose d’un revêtement anti-usure, couvrant trois autres enveloppes de structures différentes. Le tout pour un modèle plus résistant, plus imperméable et indéformable.

L’anecdote Le passage au synthétique, est une révolution. Exit les ballons en cuir qui absorbaient la pluie, engendrant une augmentation de masse jusqu’à 25 % supérieure au poids initial ! Et les lésions cervicales des joueurs lorsqu’ils frappent le ballon de la tête disparaissent.

24 9

MeiLLeur Match 22 juin 1986, stade Azteca de Mexico. Devant 114 500 spectateurs, l’Argentine affronte l’Angleterre dans le cadre d’un quart de finale resté dans les mémoires. Quatre ans après la guerre des Malouines, les pays ennemis sont face à face. Après avoir inscrit un premier but de la main, la fameuse “main de Dieu”, Maradona marque le but du siècle en driblant la défense anglaise depuis le milieu de terrain. Légendaire !


224.0 x 297.0 mm

Le Tricolore Créé pour la Coupe du monde en France, en 1998.

Signe diStinctif Tout comme la sympathique mascotte Footix et le crâne dégarni de Zinédine Zidane, Tricolore est devenu un symbole, celui de la France qui gagne ! Premier ballon en couleur de l’histoire de la Coupe du monde, il arborait le bleu-blanc-rouge du drapeau français et porta chance aux hommes d’Aimé Jacquet.

caractériStiqueS À chaque Mondial, son innovation ! Ce modèle s’est montré plus souple et plus rapide que ses prédécesseurs. Il utilise une “mousse syntactique” destinée à assurer une meilleure compression ainsi qu’un meilleur rebond. C’est le dernier des ballons dits “classiques”.

L’anecdote Outre l’introduction des couleurs, Tricolore se distingue par son lieu de fabrication, bien loin du made in France… Tandis que jusqu’en 1994 tous les ballons de la Coupe du monde étaient fabriqués en Europe, Adidas prend ici la décision de le manufacturer au Maroc. Un comble pour cet emblème patriotique !

250

MeiLLeur Match 12 juillet 1998, Stade de France à Saint-Denis. Devant 80 000 spectateurs, l’équipe de France inscrit trois buts face au Brésil de Ronaldo et remporte son premier Mondial. Les Bleus deviennent de saintes idoles, la consommation repart, comme la natalité. Le temps d’un été, la France se rêve conquérante, fraternelle et métissée.


224.0 x 297.0 mm

Le Jabulani

Photos DR

Créé pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, en 2010.

Signe diStinctif À l’occasion du premier Mondial organisé sur le continent africain, l’équipementier Adidas crée une balle aussi révolutionnaire que ludique, le Jabulani (littéralement, être joyeux, en zoulou). Une vraie rupture dans le design et dans la technologie. Selon l’équipementier allemand, le Jabulani est censé être le plus rond de tous les ballons.

caractériStiqueS Le Jabulani profite de la technologie du soudage thermique. Une évolution qui devrait faire toute la différence : le nombre réduit de coutures permet l’assemblage de seulement huit éléments (en lieu et place des 32 pentagones plats des balles classiques). On promet ainsi une meilleure précision, on vante son accroche optimisée ainsi qu’une stabilité améliorée. La réalité sera tout autre et le fiasco au rendez-vous !

L’anecdote Détesté par les joueurs pour son comportement imprévisible et ses trajectoires aléatoires, le Jabulani restera dans les annales footballistiques pour les mauvaises raisons. C’est ainsi qu’Hugo Lloris, le portier de l’équipe de France, qualifiera le ballon de “catastrophique” et l’icône italienne Gianluigi Buffon “d’absolument inadéquat”.

251

MeiLLeur Match 2 juillet 2010, Soccer City de Johannesburg, en Afrique du Sud. En quart de finale, devant quelque 84 000 spectateurs, l’Uruguay élimine l’outsider Ghana au terme d’une partie échevelée.Fait du match : l’exclusion de l’attaquant Suarez qui arrêta le ballon de la main afin qu’il ne franchisse pas la ligne de but.


224.0 x 297.0 mm

Telstar 18 Créé pour la Coupe du monde enRussie, en 2018.

caractériStiqueS Grande première dans l’histoire de la Coupe du monde, le Telstar 18 est doté d’une puce. qui permet de récupérer de précieuses données via un smartphone ou un ordinateur. Une technologie à laquelle les consommateurs auront aussi droit. Chaque ballon génère en effet un identifiant et débloque des informations destinées à son propriétaire. La balle, promue objet technologique, permet d’améliorer “l’expérience utilisateur”.

L’anecdote Lancé en grande pompe à l’approche de la Coupe du monde, le ballon a été testé par diverses sélections nationales et certains des plus grands clubs du monde, dont le Real Madrid et Manchester United.

MeiLLeur Match L’avenir nous le dira.

Photos DR

Signe diStinctif Hommage au mythique ballon de l’édition 1970, le Telstar 18 a été pensé autour de l’articulation entre héritage et modernité avec la reprise des fameux panneaux blancs et noirs et l’intégration de technologies dernier cri pour le confort de l’utilisateur. Une transition tout en douceur.

252


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

LA MER MALGRÉ TOUT sport Texte et photos SABYL GHOUSSOUB


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Il m’est difficile de sortir du tunnel de Chekka et voir apparaître la plage de Heri sans m’imaginer le show de ski nautique que Simon Khouri avait donné ici-même dans les années soixante. « La route était noire de monde, les gens ne savaient plus où se mettre.» m’avait-il raconté. Je n’ai toujours pas retrouvé d’images de l’évènement mais j’aime imaginer la scène dans un film d’époque. Reconstituer la foule, la plage, les tenues vestimentaires. Simon Khouri s’était mis au ski nautique en 1948. Une discipline presqu’inconnue à l’époque au Liban, l’entraînement se faisait en mer, sur les vagues. En 1956, il est couronné champion du monde à West Palm Beach aux États-Unis. Depuis, il a gagné un nombre incalculable de tournois et de championnats et aussi créé avec sa fille Annette, le Lebanon Water Festival. Le Liban, c’est 10.542 km2 de superficie et

220 kilomètres de littoral. Du nord au sud. À Jiyeh, Tyr, Batroun et même Tripoli, les amoureux de la mer se retrouvent en hiver ou en été. Amateurs et professionnels, élèves et instructeurs se succèdent sur les planches et sous l’eau. À n’importe quelle heure de la journée et selon les conditions climatiques, louer un paddle, un surf ou un canoë et s’en aller faire un tour ou prendre les vagues. En même pas dix ans, les aficionados se sont multipliés. Le Lebanon Water Festival y est pour beaucoup, entre rencontres de photographie sous-marine à Tyr, plongée et kite-surf à l’île aux lapins, apnée à Enfeh, stand up paddle à Raouché, ski nautique dans la baie de Dbayeh, kite-board à Batroun ou voile à Kaslik. Mais de nouvelles initiatives individuelles y ont aussi contribué. Je pense par exemple au Surf Lebanon d’Ali Elamine à Jiyeh, au spot Colonel de Jamil Haddad ou à Malek Daou et son Batroun Water Sports. 256

Les autres « trésors » de la mer Depuis l’âge de quatorze ans, Malek Daou navigue sur toutes sortes de planches. Jeune, il habitait avec ses parents en face de la mer et passait son temps, de jour comme de nuit, sous, sur et dans l’eau. Pour partager sa passion il a tout plaqué, sa vie à Beyrouth et son job derrière un bureau, et créé une école à Batroun en 2008. Selon le niveau de l’élève (de 3 à 80 ans), Malek choisit une plage ou l’autre. La région Nord ne manque pas de spots incroyables. Pierre and Friends, Ô glacée, Bahsa, Chekka, Heri et bien d’autres. Sauvegarder la nature reste aussi l’une de ses priorités car sans une mer propre, pas de sports nautiques. On imagine mal une séance de surf autour de sacs plastiques. D’ateliers en conférences, il se bat pour cette cause à laquelle il a décidé de se vouer : un littoral préservé. Encore hier, dans une petite crique, j’apercevais une vingtaine de plongeurs sautant dans la mer,


224.0 x 297.0 mm

bonbonne d’oxygène sur le dos et filet à la main. Ils n’allaient pas admirer les richesses sous-marines, mais collecter des déchets. En émergeant de l’eau, les plongeurs ont déposé leurs filets verts remplis sur la jetée : ils contenaient des bouteilles en plastique et en verre, des cannettes rouillées, des boîtes de conserve, des chaussures, des chaussettes, et même des pneus. Un monde sans barrières Annette et Simon Khouri en savent quelque chose. À côté des évènements qu’ils organisent, leur festival est orienté vers la préservation de la flore et de la faune aquatique. Protéger les tortues marines, nettoyer les plages, encourager un tourisme propre et éveiller les consciences. Le littoral libanais est extrêmement riche et il est nécessaire de le préserver, le mettre en avant. C’est peut-être là ou le bât blesse. Peu d’initiatives publiques vont dans ce

sens. Me reviennent en tête les images des plages envahies de déchets. Pourtant, la mer est peut-être la solution à tous nos maux. Alors que j’attendais d’embarquer sur un bateau à Batroun avec les plongeurs du week-end, l’un d’eux me confiait : « Sur l’eau, personne ne pense à la politique, à la religion. En mer, on dépasse toutes les barrières. Les riches surfent avec les pauvres, des chrétiens plongent avec des musulmans, ce qui nous relie c’est notre amour pour la nature, la mer, et ça, c’est plus fort que tout. » Il avait déjà plongé ailleurs. Au Portugal, aux Maldives et dans le nord de l’Italie mais le lieu qu’il préfère, c’est ici, au Liban. Dans tous ses états, il l’aime, ce pays et il aime sa mer. De retour sur le port, je me répète cette phrase du poète turc Nâzim Hikmet « La mer est calme, le soleil décline. La Méditerranée fleure bon le sel » et je me dis que par ici, la vie peut être belle. 257


ET SI WIMBLEDON AVAIT INVENTÉ LE TENNIS ? jeu, set et match Auteur THIBAULT DE MONTAIGU

Par une brûlante après-midi de juin 1870, le major Walter Clopton Wingfield, retraité de l’armée des Indes, était en train de jouer à la paume sous l’étincelante verrière du Queen’s Club à Londres, lorsque soudain il s’arrêta. La chaleur était intenable, il ne pouvait plus continuer ainsi. Pourquoi ne pas transporter filet et raquettes dehors et tenter quelques échanges sur l’herbe ? Ses partenaires le dévisagèrent, surpris. Depuis que le jeu avait été importé en Albion quatre siècles plus tôt par le duc d’Orléans – retenu prisonnier, ironie de l’histoire, dans le château de Wingfield, où vivaient alors les aïeux du major – la courte paume se jouait toujours en salle, le toit de la galerie étant utilisé pour le service. Les gentlemen se consultèrent et finirent par satisfaire le bizarre caprice de Wingfield. Ils ne le savaient pas encore, mais ils venaient tout simplement d’inventer le tennis moderne. Sept ans plus tard, naissait le tournoi de Wimbledon, fondé par deux

journalistes de sport qui avaient loué une prairie dans cette banlieue du sud-ouest de Londres pour y fonder le All England Club. Le “lawn tennis”, ou tennis sur gazon, connaissait alors une grande vogue parmi les familles de la gentry auprès desquelles il avait peu à peu supplanté le jeu de croquet. Honneur, panache et hauts-de-forme Lors de la première édition de cette jeune discipline, 22 amateurs engagèrent la modique somme d’une guinée pour obtenir le droit de participer à la compétition. Et voilà comment, dix jours durant, sur des courts pas plus grands qu’un terrain de badminton, des hommes en chemises et pantalons blancs s’affrontèrent munis de longues raquettes pareilles à des épuisettes devant une foule coiffée de hauts-de-forme et d’ombrelles qui se tenait debout au bord des terrains dans une atmosphère de partie de campagne. Si la première édition, remportée 258

par Spencer Gore, n’a pas laissé de souvenir impérissable – sinon les trois jours de pluie qui empêchèrent la finale de se jouer –, très différente fut la victoire d’un certain John Hartley deux ans plus tard. En effet, celui-ci était pasteur de son état. Il dut même quitter Londres au milieu du tournoi pour aller célébrer la messe dominicale dans la petite bourgade rurale de Burneston, dans le Yorkshire, dont il était originaire, avant de revenir juste à temps pour les demi-finales. Étrange hasard de la destinée : au dernier tour, Hartley devait châtier en trois sets secs un Irlandais nommé Vere Thomas St. Leger Goold qui allait être condamné, des années plus tard, pour le meurtre d’une riche veuve danoise. Goold fut incarcéré sur l’île du Diable, à Cayenne en Guyane, où il mourut en 1909 à l’âge de 54 ans, au moment même où son vainqueur était promu chanoine de la cathédrale de Ripon. Si Wimbledon ne ressemble à aucun autre tournoi au monde,

Photo DR

Le 2 juillet s’ouvre la 132e édition du tournoi anglais. Son vert gazon, ses tenues immaculées, sa box royale… Autant d’éléments d’un mythe qui n’a pas encore livré tous ses secrets, qui ont beaucoup fait pour le génie d’un sport.


c’est à ses origines aristocratiques qu’il le doit. Honneur, panache et souci de se distinguer : telles sont les vertus – ou les tares – que la noblesse, mordue de “lawn tennis”, lui a léguées. Comme dans les jeux du cirque où les empereurs de Rome s’installaient en tribune avant d’honorer le vainqueur de l’épreuve, les membres de la famille royale britannique sont fidèles depuis plus d’un siècle à ce rendez-vous de juillet. La révérence à la reine est de rigueur pour les finalistes. De même que l’esprit de fair-play ou le blanc comme code vestimentaire. La citation, inscrite sur le linteau à la sortie des vestiaires, est peut-être le meilleur rappel de cette éthique chevaleresque : “If you can meet with triumph and disaster and treat those two impostors just the same way.” (Si tu peux rencontrer triomphe après défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front). On est bien loin du sport business moderne. En 1926, alors que le tournoi avait déménagé

sur Church Road, le duc de York – futur George VI et père d’Elizabeth – s’est même piqué de participer au tournoi de double en compagnie de sir Louis Greig. Ils furent corrigés dès le premier tour 6-1, 6-3, 6-2. Ce qui n’empêcha pas le duc de surmonter ses problèmes de bégaiement et de monter sur le trône dix ans plus tard, en lieu et place de son frère Edward qui venait d’abdiquer. Orgueil, cognac et préjudice Mais toute cour a besoin de sa provision de scandales et le premier allait arriver par la grâce d’une femme : Suzanne Lenglen. À peine âgée de 20 ans, la “Divine” fait irruption sur le gazon londonien en 1919 et se hisse jusqu’en finale où l’attend la septuple tenante du titre et archi-favorite, Dorothea Douglass Chambers, deux fois son âge. Voyant ses forces décliner, son père glisse à Suzanne un flacon de cognac. À la surprise générale, la jeune prodige française 259

l’emporte au terme d’un combat titanesque : 8-10, 6-4, 7-9. Dès lors, le flacon de cognac sera de tous ses matchs et elle remportera sept titres d’affilée, faisant l’admiration de la foule grâce à ses mouvements de ballerine, ses robes de modiste et ses interviews à la presse données dans son bain. En 1926, furieuse qu’on l’oblige à jouer deux matchs de suite, elle refuse de se présenter sur le court, faisant poireauter la reine en tribune, affront suprême. Mais Suzanne est déjà une star internationale et les organisateurs finissent par se plier à son caprice. Elle remportera par la suite tous ses matchs quand bien même la reine la boude et le public la siffle. Au terme du tournoi, elle annonce qu’elle met fin à sa carrière amateur. Stupeur générale. Concert de protestations. Rien n’y fait : Suzanne est orgueilleuse et ne pardonnera jamais à Wimbledon de l’avoir traitée de la sorte. Le public heureusement va se consoler


dans la mémoire des Londoniens. Ainsi, c’est avec beaucoup d’émotion qu’ils vont suivre le parcours héroïque de l’Autrichien Hans Redl, en 1947, un combattant rescapé de Stalingrad qui ne joue qu’avec un seul bras. À titre exceptionnel, la direction du tournoi l’a autorisé à toucher la balle deux fois au moment de servir – une première pour la lancer et une seconde pour la frapper. Cette année-là, Redl atteint le quatrième tour et devient le chouchou du public qui continuera à l’encourager jusqu’à sa dernière participation en 1956. Boycott, bad boys et pétage de plomb La politique s’invite désormais à Wimbledon. Coïncidence ou pas, les insurrections de 1968 trouvent un écho inattendu chez les joueurs qui menacent de boycotter le tournoi s’ils ne sont pas rémunérés. Les organisateurs finissent par céder et Rod Laver, le premier vainqueur professionnel de l’épreuve, reçoit un chèque de 2 000 livres. 260

Un chouïa moins que Roger Federer qui, pour sa victoire en 2017, a touché pas moins de 2,2 millions de plus. Mais c’est surtout la victoire d’Arthur Ashe en 1975, premier joueur de couleur à remporter l’épreuve reine du tennis, qui crée la sensation. Militant contre l’apartheid et soutien des réfugiés haïtiens, Ashe enterre définitivement l’idée que le tennis est un sport pour une poignée d’Occidentaux privilégiés. Fini les aristos, c’est désormais l’ère des bad boys : John McEnroe qui s’embrouille avec l’arbitre et brise ses raquettes ; Pat Cash, le rockeur, qui escalade les tribunes pour embrasser son clan ; Jeff Tarango qui pète un plomb contre le public avant de quitter le terrain en plein match. Il n’y a guère plus qu’un Federer désormais pour perpétuer la tradition d’élégance et de raffinement du vieil All England Club, se présentant sur le terrain en veste de lin blanc et jouant avec la même grâce et le même flegme que les amateurs d’il y a cent ans. Le major Wingfield l’aurait beaucoup aimé.

Photo DR

avec un nouveau héros : Fred Perry, dernier vainqueur britannique jusqu’à la victoire d’Andy Murray en 2016. Perry est un ancien champion du monde de tennis de table et surprend tout le monde par ses coups frappés au sommet du rebond et ses réflexes insensés, préfigurant à sa manière le jeu virtuose d’un Federer. Surtout, Perry va populariser “le style Wimbledon” en lançant sa propre marque de vêtements à la fin des années 1940. Dix ans plus tard, ses polos avec leur couronne de laurier brodée côté cœur sont plébiscités par l’écrasante majorité des joueurs et deviennent un des vêtements fétiches des mods (ou “modernists”) ainsi que de nombreuses personnalités tel JFK. La guerre hélas va faire trembler Wimbledon sur ses fondations. Le 11 octobre 1940, un bombardement allemand frappe le club, ébranlant le toit du Centre Court. Le tournoi est suspendu et les terrains sont utilisés pour l’entraînement des civils durant le restant des hostilités. Mais le souvenir de ces années noires va perdurer longtemps


224.0 x 297.0 mm

B E A U T I F U L LY C U S H I O N E D R I D E Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272, Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON and on facebook New Balance Lebanon


TRANSPIRER STYLÉ Tour d’horizon des dix salles de sport les plus spectaculaires de la planète, de New York à Paris en passant par Madrid, Tokyo et Dubai. sport premium Auteure MELANIE MENDELEWITSCH

Blanche Dernier projet en date des frères Arthur et Frank-Élie Benzaquen, Blanche prend ses quartiers dans l’hôtel particulier de Choudens, à mi-chemin entre Pigalle et l’église de la Sainte-Trinité. Un bâtiment classé à la sublime façade Art nouveau, métamophosé en lieu de vie complet regroupant toutes les composantes du lifestyle contemporain. S’y côtoient une salle de sport, un cinéma comme posé en lévitation sur le toit et un restaurant. Blanche fusionne sur 3 000 m2 la gastronomie, le bien-être et la culture avec un certain brio. Dès l’entrée, on découvre le cabinet de curiosités, écrin raffiné qui accueille créateurs, marques et œuvres d’art. Installées sur trois étages, les salles d’entraînement baignées de lumière sont conçues comme des lieux de réception, tout en parquets, moulures et jeux de miroirs ingénieux. Le détail qui fait toute la différence ? Sa géniale piscine à débordement de 20 mètres de long, rarissime à Paris. Pour se restaurer après quelques longueurs, cap sur B.B, deuxième aventure culinaire du 262

chef Jean Imbert qui concilie gourmandise et alimentation saine à toute heure de la journée, du petit déjeuner au brunch dominical, jusqu’aux belles soirées d’été qu’on prolonge volontiers dans le jardin attenant. 21blanche.com Ceresio 7 Les frères Dean et Dan Caten continuent l’expansion à 360 degrés de leur fastueux projet Ceresio 7, quartier général de leur marque Dsquared2 : Après l’inauguration d’un rooftop flamboyant regroupant bar, restaurant et piscines panoramiques, le duo a inauguré l’an dernier un spa et une salle de sport au design moderne et minimaliste. Entre deux soins effectués avec l’excellente marque Biologique Recherche, on s’y essaie au Pilates sur machines Reformer, au yoga antigravity pratiqué en suspension dans des hamacs, au TRX ou encore au Crossfit, guidé par les coachs maison vêtus d’uniformes dessinés par les frères Caten. Novateur et au fait des dernières tendances, Ceresio 7 met également à profit

Photo Leny Guetta

À quoi ressemblera la routine sportive du futur ? La question agite nombre de professionnels du bien-être, en quête de la salle de sport qui révolutionnera le genre. S’ils se contentaient autrefois, faute de mieux, des sempiternels tapis de course et haltères, les clients de ces établissements sont désormais avides d’expériences premium, où l’entraînement sportif intègre l’art de vivre au même titre qu’un restaurant ou qu’un hôtel. Les spécialistes du secteur proposent donc des approches ultrapersonnalisées, où chaque client est accompagné par des experts triés sur le volet, depuis son inscription jusqu’à son smoothie énergétique post-entraînement. Convaincus de l’importance d’une prise en charge globale, ils n’hésitent pas à faire appel à des architectes de renom, à s’associer à de jeunes chefs et restaurateurs en vue, voire à recruter d’anciens athlètes professionnels à la crédibilité sans faille qu’ils reconvertissent en coachs. Visite guidée de dix établissements sportifs hors normes sélectionnés aux quatre coins du monde.


Blanche, à Paris, regroupe salle de sport, cinéma, restaurant… et même une piscine à débordement.

les bienfaits de l’eau sous toutes ses formes, puisqu’on y pratique la thalassothérapie, la balnéo, ainsi que la cryothérapie nouvelle génération avec Cryosauna®, révolution high-tech qui propose de s’installer dans une cabine à -180 degrés durant des shots revitalisants de deux à trois minutes. ceresio7gym-spa.com

privée passant en revue leur background physique et médical, les membres se voient proposer un programme individualisé combinant cardio, poids et machines dernier cri. Un service cinq étoiles qui se paye comptant : l’abonnement annuel avoisinerait les 15 000 dollars. sitarasinc.com

Sitaras Peu de salles de sport peuvent se vanter de créer autant de buzz que Sitaras, haut lieu de ralliement des “business titans” si l’on en croit le New York Times. Baptisé du nom de son fondateur John Sitaras, partisan d’une approche entièrement personnalisée de l’entraînement sportif, ce club ultra-exclusif propose à chacun de ses 200 membres un programme sur mesure. Dans ses salles de fitness comme sur sa vaste terrasse de 300 m2, on croise les plus puissants hommes d’affaires de la Grosse Pomme, du producteur star David Geffen au magnat George Soros, en passant par les grands noms du 7e art et de la mode. Après une consultation

Park Hyatt Tokyo Les Tokyoïtes pur jus comme les expats s’accordent sur un point : trouver une salle de gym digne de ce nom à Tokyo peut vite tourner au cauchemar. Forts de ce constat, les acteurs de l’hôtellerie de luxe développent des clubs sportifs ultraraffinés qui s’ouvrent à la clientèle extérieure. Somptueux espace avec vue, le club de sport du Park Hyatt est perché au 47e étage d’une tour de verre, offrant un panorama à couper le souffle sur toute la ville. Les membres y bénéficient de trainings personnalisés élaborés en fonction de leurs objectifs (renforcement musculaire, perte de poids ou gain d’endurance). Circuits fitness à haute intensité 263

stimulant le rythme cardiaque, sessions de trampoline pour booster le souffle et brûler les graisses ou encore stretching guidé combiné à l’aromathérapie pour améliorer la qualité du sommeil : on y expérimente les dernières innovations qui agitent la planète wellness, avant de s’offrir un plongeon bienfaisant dans la piscine ceinte de larges baies vitrées, instagrammable au possible. hyatt.com Los Angeles Athletic Club Quel est le paradis des sportifs de la cité des Anges ? C’est à n’en pas douter ce mégacomplexe olympique crée il y a cent vingt-cinq ans, qui s’étend sur 12 étages et plus de 10 000 m2 en plein cœur de Downtown LA. Doté d’une piscine de 25 mètres, ce superclub qui célèbre les mille visages de l’activité physique et du vivre-sain – religion californienne par excellence ! – propose une infinité d’activités assurées par les professeurs les plus réputés du milieu sportif professionnel. Les adeptes du dieu sport peuvent suivre des séances de yoga,


La salle de sport au design minimaliste de Ceresio 7, à Milan.

Oracle”, expert qui nous aide à tonifier les zones de notre corps une à une, mais on peut également suivre des cours de boxe, de Pilates, de yoga et de fitness, tous revisités à la sauce Bodyism. Et qui sait, en sirotant son smoothie protéiné servi dans le café de la maison, on pourrait bien croiser David Beckham, les tops Lara Stone et Rosie Huntington-Whiteley ou l’actrice Emilia Clarke, tous habitués des lieux. club.bodyism.com

Bodyism On ne présente plus James Duigan, gourou british très photogénique du bien-être qui compte nombre de top-modèles parmi ses célèbres clients. Fondateur des clubs de sport Bodyism et de la marque de vêtements athleisure (mix de streetwear et de gymwear) du même nom, ce visionnaire s’est donné pour but de révolutionner l’expérience sportive. Pas moins. Dans son club londonien situé en plein cœur de Notting Hill, à un jet de baskets de Kensington Palace, l’air est filtré et oxygéné en permanence, afin de détoxifier l’organisme durant l’effort. Pour la modique somme de 25 000 euros par an, on bénéficie des conseils d’un “Body

Metropolitan Eurobuilding Madrid Ce temple de la culture physique qui s’étend sur 4 000 m2 caracole en tête du classement des salles les plus en vue de la capitale espagnole. Doté d’une magnifique piscine, il associe la crème des nouvelles activités physiques à des installations high-tech de pointe : training wall ultraperfectionné, machine Tanita MC 780 qui analyse la composition corporelle en eau, muscles et graisse afin de concocter des séances sur mesure, body pump et body combat, technique met pump permettant de travailler l’endurance grâce aux poids et aux disques, cycling haute intensité ou gainage pratiqué sur des planches de paddle, il y en a pour 264

tous les goûts. Après l’effort, on s’offre un sas de décompression dans l’espace spa de 500 m2 équipé de jets hydromassants, de douches à expériences (affusions, sensorielle, etc.) et de bains turcs, avant de s’autoriser un détour par le sauna, histoire d’optimiser la récupération musculaire. clubmetropolitan.net La Palestra Un club de sport médicalisé imaginé par un starchitect ? C’est le pari de La Palestra, club new-yorkais intimiste fondé par Pat Manocchia, coach de Julia Roberts et Madonna parmi beaucoup d’autres. Moyennant un abonnement à 9 000 dollars l’année, ce spot à taille humaine imaginé par Franck Gehry propose à ses membres de fusionner les univers sportifs et médicaux dans une expérience holistique totale : outre les sempiternels entraîneurs personnels, le staff de La Palestra compte des orthopédistes, des nutritionnistes, des cardiologues et des psychologues, ainsi que des chiropracteurs. On s’y rend pour des séances de fitness, de Pilates et de yoga, mais aussi pour prolonger l’expérience via des sessions d’escalade et de marathon en plein air encadrées par des

Photo Elenio Barbetta - DR

de basket, de kickboxing, de handball, de tai chi, ainsi que des entraînements bootcamp d’inspiration militaire mais aussi du Pilates, de l’aérobic, du water polo et du cyclisme, sans oublier un programme de squash parmi les plus réputés du pays. Désormais équipé de chambres d’hôtels, ce temple athlétique héberge cinq restaurants aux menus healthy, où il n’est pas rare d’apercevoir les joueurs des LA Lakers. laac.com


Urban Retreat, Aïshti by the Sea

pros, pratiqués dans le cadre de retraites baptisées La Palestra Expeditions. lapalestra.com Urban Retreat, Aïshti by the Sea Au nord de Beyrouth, sous la coque d’aluminium dessinée par David Adjaye, au dernier étage du complexe Aïshti by the Sea dédié au luxe, à l’art contemporain et à l’art de vivre, se niche une des salles de gym les plus confidentielles et les mieux équipées du monde. Sur 500m2, dont un espace destiné aux cours collectifs, sont déployées, en plus des équipements de musculation classiques, des machines Technogym Artis de dernière génération, entre treadmills, elliptiques, rameurs et même ski de fond. Les machines de musculation Omega 8 et Kinesis se distinguent par leur sécurité et leur fonctionnalité. Des équipements Arke sont mis à la disposition des sportifs tant pour travailler l’équilibre que pour réhabiliter un membre blessé ou développer les abdominaux en douceur. Ici, les membres sont accueillis et encadrés par les entraineurs Maher Khairallah, André Koumashian et Tarek Roukaibe,

tous trois diplômés en EPS de l’Université Notre Dame de Louaizé. D’entrée de jeu, hommes et femmes reçoivent un programme d’entrainement adapté à leur niveau et à leur condition physique. On peut s’entrainer seul en suivant les instructions ou choisir un entraînement sur-mesure avec l’aide d’un PT. Luxe suprême : la salle, située au dernier étage du complexe, bénéficie d’une immense verrière sur la mer. Après l’entraînement, on peut choisir de s’offrir un massage relaxant au spa, ou transiter par le sauna réservé aux hommes ou la salle vapeur réservée aux femmes avant d’accéder aux douches luxueuses où l’on vous remet un jeu de serviettes moelleuses et de shampooing, conditionner et savon liquide pour le bain. L’abonnement annuel est de 2000$ et les 20 sessions d’entrainement privé coûtent 1200$. On peut aussi choisir la formule mensuelle à 200$ et la session d’entrainement unique à 70$. D’autres formules sont disponibles à la demande. Gym Urban Retreat, Aïshti by the Sea, Antélias, route maritime. Tel : +961 (4) 717716 265

Fit Republik Dubai Plus vaste salle de sport du MoyenOrient, cette ville dans la ville à la décoration d’inspiration industrielle s’étend sur plus de 9 000 m2. Les sportifs de passage à Dubai s’y rendent surtout pour ses cours de muay-thaï et de kick-boxing, parmi les plus réputés au monde. Les amoureux d’arts martiaux ne sont pas en reste : les cours de judo, de lutte, de brazilian ju-jitsu, d’aïkido et de capoeira s’adressent aux débutants comme aux plus confirmés, et sont tous dispensés par d’anciens athlètes de haut niveau parmi lesquels Alex Nacfur, ex-champion de MMA aux multiples distinctions. Riche d’un panel de coachs issus du milieu sportif professionnel et d’un programme archicomplet affichant plus de 350 cours par semaine, Fit Republik explore des disciplines inédites, à l’image du tri squad, exercice olympique aquatique de 90 minutes qui s’inspire du triathlon et met l’accent sur la vitesse et la constance, pour lequel chaque nageur parcourt entre trois et quatre kilomètres. fitrepublik.com


224.0 x 297.0 mm

Photo Dotan Saguy

Concours de Monsieur et Madame Muscle des plages, le 4 juillet 2016 Ă Venice, Californie.

266


224.0 x 297.0 mm

EXTÉRIEUR SPORT gymnastique Auteur LIONEL PAILLÈS

Les damnés du muscle peuvent enfin respirer : la gym se pratique désormais à ciel ouvert un peu partout sur la planète. L’air frais est (parfois) inclus. Pousser de la fonte sous un ciel azur, ça peut tenir du fantasme météo. C’est pourtant la tendance qui excite toute la planète fitness. Il ne s’agit plus seulement de ce que certains coachs ont baptisé le “ghetto workout” où l’on vient suer dans le seul minuscule espace vert rescapé du béton, en se servant d’un pauvre banc, d’un toboggan ou d’un grillage, mais des “fitness courts” qui jouent de la géométrie des grandes métropoles, des plages et des parcs. Voilà enfin l’alternative au club de gym bondé qui pue la sueur et la chaussette, la réconciliation du rush d’endorphines et du ciel bleu. L’expérience se développe un peu partout et l’engouement est réel. Convoquer en un même lieu haltères, barres de traction et décor de rêve, il fallait y penser. La pilule 267

de l’effort passe tellement plus facilement avec vue sur mer. D’ailleurs, que ce soit à Los Angeles ou à Rio, les sportifs dilettantes sont plutôt mal perçus sur ces terrains où l’hypertrophie corporelle est le saint Graal, et n’y font généralement pas de vieux os. La source d’inspiration ? Les espaces de gymnastique low tech créés à l’époque communiste à Moscou, Sofia ou Berlin Est pour permettre au petit peuple de se dépenser à peu de frais et les espaces de culturisme spartiates des prisons américaines où quelques gars viennent tuer le temps en s’imposant une discipline d’airain en plein cagnard. Ce qui change, c’est l’exhibition; ce qui change, c’est qu’on s’entraîne au “pull and push” au vu et au su de tous, et pas seulement sous les yeux d’autres suppliciés de l’effort.


Sérotonine en abondance On vient finalement au gym club comme on descend dans l’arène, et le spectacle est total. Le coup de mou est indécent. Vous l’avez compris : timides et discrets s’abstenir ! Autre intérêt : on vient s’entraîner quand on veut. Plus d’horaire imposé ni de jour férié. Quant aux bénéfices physiques des maxi-tractions en plein air, pas mal d’études ont démontré que l’air frais et l’oxygène en abondance aideraient l’organisme à sécréter un bon paquet de sérotonine, la fameuse “hormone du bonheur”. Ce qui signifie que non seulement une séance de fitness outdoor permet de rester en forme et de se muscler, mais elle contribue à la bonne humeur. Alors, muscle up ou dips ? Les meilleurs spots outdoor 1. Muscle Beach Weight Pen, Los Angeles Lieu de culte : la doyenne des salles de muscu en plein air de Californie – et la plus iconique— s’est installée sur le sable de Santa Monica en 1934. Centre de gravité du monde du bodybuilding où venaient même transpirer Clark Gable et Kirk Douglas, elle a fermé ses portes au milieu des années 50 avant de renaître sur Venice Beach en 1987. S’y bousculent chics types clean serrés dans leur tee-shirt et apprentis comédiens qui rêvent des pecs de JCVD autant que de l’Oscar. L’accès : il en coûte 10 $ pour la journée (ou 170 $ l’abonnement annuel) pour se tailler (peut-être) le corps de Schwarzy avant de piquer une tête dans les rouleaux du Pacifique.

2. Kachalka Gym, Kiev Lieu de culte : il y a pas mal de corps d’élite sur ces 5 000 m2 de terrain qui ressemblent davantage à une décharge de ferraille qu’à un club de gym. Le matériel n’a pas bougé depuis la conception du lieu, en 1968 par le gymnaste polonais Kasmir Jagelsky et le prof de maths Yuri Kuk : tous les appareils sont en fer peint en bleu.Un muscle beach à la sauce soviétique construit avec des matériaux de récupération. Côté atmosphère harcore, vous ne trouverez pas mieux : quelques balèzes pratiquent les anneaux en jean taillé à la serpe pendant que des gars patibulaires matraquent de vieux pneus de camion en guise de sac de frappe.

4. Plage d’Arpoador, Ipanema, Rio Lieu de culte : tout le long de Copacabana, il y a une foule de petites “stations” de musculation qui ressemblent à des abribus. Si l’on veut voir à quoi ressemble le triomphe de la virilité, c’est à la jonction des plages d’Ipanema et de Copacabana que ça se passe. Le matériel est assez rudimentaire (quelques bancs d’abdos, trois ou quatre presses à pecs) mais la vue sur la montagne Dois Irmãos et les plages est juste insensée. Ces corps idéaux se mêlent à ceux de quelques influenceuses planétaires et à une poignée d’intellos qui aiment cette plage d’Arpoador depuis les années 70 et en ont fait leur camp de base.

L’accès : l’entrée est gratuite alors il faut parfois patienter vingt minutes pour pouvoir utiliser l’une des 200 machines.

L’accès : mieux vaut y aller vers 9 h le matin, après c’est assez dur de s’y frayer un chemin.

3. Lummus Park, South Beach, Miami Lieu de culte : à la pointe sud de South Beach, il y a là quelques terrains de beach volley. Dans un pur décor de cinoche, à l’ombre des palmiers, cette version côte Est de muscle beach est née en 2010. Les garçons et les filles se retrouvent à la fraîche pour suer sang et eau autour de deux structures métalliques inspirées de la nature : Leopard Tree et MyBeast. Leur B.O. préférée : du hip-hop hardcore genre Geto Boys ou DMX. À noter qu’entre le 1er et le 3 avril, on peut même assister à des concours de gonflette sous le grill du soleil de Miami.

5. Skydive, Dubaï Lieu de culte : à côté de la Drop Zone, un immense espace de fitness a ouvert ses portes, dédié aux enfants et aux adultes. Combo gagnant : des cordes lisses, des sangles de TRX et des cages à grimper. On peut même se faire les muscles à la nuit tombée. Quelques baraques volubiles et sans complexes côtoient la jeunesse dorée qui prend la pose. En bonus : la vue sur les parachutistes en action. Un énième coup de maître de la ville de tous les mirages qui a décidément tout compris au siècle.

L’accès : il suffit de se rendre à Ocean Drive, à la hauteur de la 9e rue, de rentrer et de s’entraîner. C’est gratuit !

L’accès : juste à côté de la plage Zero Gravity, on aperçoit les grandes structures tubulaires jaunes (entrée gratuite).

268

Photo DR

224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

Le Kachalka Gym, à Kiev. Le matériel n’a pas bougé depuis la conception du lieu, en 1968.

“Un muscle beach à la sauce soviétique construit avec des matériaux de récupération. Côté atmosphère harcore, vous ne trouverez pas mieux : quelques balèzes pratiquent les anneaux en jean taillé à la serpe pendant que des gars patibulaires matraquent de vieux pneus de camion en guise de sac de frappe.” 269


224.0 x 297.0 mm

A ALEXANDER MCQUEEN +961 4 71 77 16 EXT.251

B BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570 BRUNELLO CUCINELLI +961 1 99 11 11 EXT.120 BURBERRY +961 1 99 11 11 EXT.455

C CALVIN KLEIN +961 1 99 11 11 EXT. 130 CANALI +961 1 99 11 11 EXT.120 CORNELIANI +961 1 99 11 11 EXT.500

D DIOR HOMME +961 1 99 11 11 EXT.592 DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555 DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.120

E ERMENGILDO ZEGNA +961 1 99 11 11 EXT.222

F FAÇONNABLE +961 1 99 11 11 EXT.120

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

G GIORGIO ARMANI COSMETICS +961 1 99 11 11 EXT.104 GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

H HACULLA +961 1 99 11 11 EXT.140 HERMÈS +961 1 99 97 10 HUGO BOSS +961 1 99 11 11 EXT.120

J JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

K KENZO +961 1 99 11 11 EXT.140

L LANVIN +961 1 98 65 01 LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

M MAISON MARTIN MARGIELA +961 1 99 11 11 EXT.120 MONCLER

270

+961 4 71 77 16 EXT.202 MONT BLANC +961 1 99 11 11 EXT.104

O OFF-WHITE +961 1 99 11 11 EXT.120 ORLEBAR BROWN +961 1 99 11 11 EXT.120

P PRADA +961 4 71 77 16 EXT.231

S SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562 SANTONI +961 1 99 11 11 EXT.120 SONRISA +961 1 99 11 11 EXT.120 STELLA McCARTNEY +961 1 99 11 EXT.575

T THE KOOPLES +961 1 99 11 11 EXT.535 TOD’S +961 1 97 03 13 TOM FORD +961 1 99 11 11 EXT.104

V VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569


224.0 x 297.0 mm


224.0 x 297.0 mm

QUAND « NOUS » RÉSONNE PLUS FORT QUE « JE » correspondance Par LAURA HOMSI

Je suis sortie bouleversée de la projection de The Insult. Pas seulement parce que c’est, à mon sens, un chef-d’œuvre, mais parce que j’ai eu honte de mes lacunes béantes. Finalement, je ne sais que très peu de choses sur la guerre civile, des bribes que mes proches ont bien voulu me raconter. Quelques histoires ressassées en boucle et que l’on finit par connaitre par cœur. Alors oui, il n’y a pas de livre d’histoire officiel qui couvre cette période. Mais cette excuse ne suffit pas à me dédouaner pour autant. Je me suis promis de pallier ces ignorances et j’ai essayé de trouver des livres pour apprendre, comprendre.

Je ne sais pas si vous avez déjà fait des recherches sur ce type de bouquins sur Internet, mais c’est compliqué de se repérer parmi toutes ces différentes versions, auteurs… Mais si le devoir de mémoire est si difficile, on constate malgré tout un énorme bond en avant. Le musée ‘’Beit Beirut’’ fait partie de ces avancées. Quelque part, les choses bougent, même si de façon quasi imperceptible. A la sortie de ma visite, alors que j’étais très impressionnée et admirative de la démarche, du lieu, de l’exposition… un badaud m’a interpellée. Je me suis laissée entraîner dans une discussion avec lui, et en moins de 5 minutes il s’était engagé sur le sujet épineux des réfugiés syriens, exprimant son exaspération avec véhémence. L’exposition qui se tenait à Beit Beirut donnait justement la parole aux enfants syriens à travers des textes ou dessins. Les poèmes étaient poignants. Cette conversation à la porte du musée m’a glacée. Dix pas en avant, cinq pas en arrière. La cohabitation n’est facile nulle part. Retour à Paris. Le printemps a enfin pointé le bout de son nez. Les soirées en extérieur foisonnent. Hier soir, je me suis retrouvée sur les quais, près du Canal Saint Martin, dans un bar à ciel ouvert avec, tout près, un alignement de tentes multicolores. Un ami m’a demandé s’il y 272

avait un festival pour justifier toutes ces tentes dressées près des quais. C’étaient des tentes de migrants, à quelques mètres de la fête, de l’alcool, de la danse. Une cohabitation assez glauque. Un peu plus tôt ce jour là, je me trouvais au Palais de Tokyo. L’une des expositions ‘’L’Un et l’Autre’’ de Kader Attia et Jean-Jacques Lebel, invitait les visiteurs de plus de 18 ans à ouvrir une porte à double battant peinte en noir. A l’intérieur, on était invité à déambuler entre des photographies grandeur nature de la guerre en Iraq. Impossible de détourner les yeux. L’horreur de plein fouet. C’est rude. En sortant du Palais de Tokyo, je tombe sur l’œuvre d’un Libanais, encore un, qui agit comme un baume réconfortant. Pour réaliser ‘’Sueur d’étoile’’, l’artiste Charbel Joseph H. Boutros a encapsulé la sueur de la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot après qu’elle a dansé le Boléro de Ravel. On est décidément partout. Je m’en vais de ce pas claironner à qui veut l’entendre ‘’qu’on va à Cannes’’. Merci à Nadine Labaki et à son film, Capharnaüm. J’ignore quelle sera l’issue du festival lorsque vous lirez ce papier. Mais je sais qu’on croise tous les doigts très fort pour que la statuette lui soit offerte. Nous soit offerte.

Photos DR

« The Insult », le film de Ziad Doueiry sélectionné aux Oscars, a fait salle comble lors de sa sortie à Paris par un mercredi pluvieux. Il était quasi impossible de trouver des billets, comme si tous les Libanais de la capitale s’étaient mobilisés pour lui offrir un bel accueil. Et puis, même si l’Oscar nous a échappé, on reste si fiers d’y avoir été représentés. Je dis « on » alors que je ne connais ni le réalisateur, ni les membres de l’équipe de ce film. Je dis « on » parce que leur succès nous a transportés aussi fort que si c’était celui d’un membre de notre famille. C’est une caractéristique bien de chez nous, aussi irritante qu’attachante, que de s’approprier les accomplissements de nos compatriotes.


AÏSHTI Aïshti by the Sea Antelias, Level 3, Tel. 04 717716 ext. 403 athome@aishti.com

LIFESTEEL SOFA


L'Officiel-Hommes Levant, June-July Issue 84  
L'Officiel-Hommes Levant, June-July Issue 84  
Advertisement