Page 1

Levant

Numéro 76 Juin 2017

N° 76 – 7,500 L.L. 

IVRE D’ AIR A BICYCLETTE. IBRAHIM MAALOUF. RAED YASSIN. ZAD MOULTAKA. VLADIMIR KURUMILIAN. ASSAAD AWAD. FAISSAL EL MALAK. HOUSE OF NOMAD C A L L U M S T O D D A R T E N C H E M I S E , B U R B E R R Y.


OBJETS POUR LA VIE


DIOR.COM - 01 99 11 11 EXT.592


RO B E RT D E N I RO a n d M CC AU L LO M BA R D I , L A , 1 0 : 3 0 a m


T H E F U L L C O N V E R S AT I O N AT Z E G N A . C O M # Z E G N A C O N V E R S AT I O N S B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2 A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


L E B A N O N 2 2 5 F o c h S t . , D o w n t o w n B e i r u t , Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 A ï s h t i B y t h e S e a , A n t e l i a s , Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4


Sommaire 36

L’édito

40

News

50

La tendance

52

L’esprit pyjama

54

Chez Burberry

56

Lignes pures

62

Les essentiels

68

C’est écrit…

74

Über modeux

76

Multitâche

78

Agapes

84

Dsquared2 prend du muscle

86

Statut de statue

92

Sauvage

96

Le « Keepall » de Louis Vuitton

97

Memento mori

98

Prêt à porter

100

Sens dessus dessous

106

Néo nomades

108

Le MCFC habillé pour l’hiver

110

On l’appelle « El Diseñador »

112

Contemporaine Arabie

116

« La plus grande faute de goût, c’est d’être infidèle à l’esprit d’une maison »

122

Le Petit Prince

136

Highlander


158

London, Mm. Tom & Rowan Smedley

170

Trench

178

Soleil noir soleil

182

De l’utilité du design au cœur de la ville

186

Il y a de la douleur dans la Pop

192

Les frères Quistrebert & M. De Werd

194

Briseur de frontières

198

Sa musique au milieu des nuages

202

Il nous rend noisette

204

Une Tawlet à Saïda

206

Envie de piquer une tête ?

208

4 ultratables conceptuelles

212

Au Bar National, pieds nus tu danseras

216

Comment Sasha Petraske a changé notre façon de boire

218

Raffinement balinais

220

Le cercle des cyclistes retrouvés

222

Ça roule à Beyrouth !

224

Rugir dans le désert

228

1 Ordi vaut 10 traders

230

Talents scoot

232

1 Outsider dans les affaires

234

Adresses

236

SMS SOS Levant

Numéro 76 Juin 2017

N° 76 – 7,500 L.L.

IVRE D’ AIR A BICYCLETTE. IBRAHIM MAALOUF. RAED YASSIN. ZAD MOULTAKA. VLADIMIR KURUMILIAN. ASSAAD AWAD. FAISSAL EL MALAK. HOUSE OF NOMAD C A L L U M S T O D D A R T E N C H E M I S E , B U R B E R R Y.

EN COUVERTURE

CALLUM STODDART: Chemise, BURBERRY. Photographe CONRADO VELIZ, styliste DAVID GOMEZ VILLAMEDIANA.


J A R E D

L E T O MOD. CARRERA PACE

CARRERAWORLD.COM


N °   76 — J U I N 2 017

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

SOPHIE NA H A S Département artistique

D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

CONR A DO V ELIZ, R AYA FA R H AT

RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, MEL A NIE HOUÉ , M Y R I A M R A M A DA N, PHILIPPINE DE CLER MON TTONNER R E , SA BY L GHOUSSOUB

STYLISME

DAV ID G OMEZ-V ILL A MEDI A NA Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


ÉDITO Par Fifi Abou Dib

Fini le temps où les hommes se souciaient de leur garde robe comme d’une guigne; où la grande différence entre un costume cravate et un autre, c’était à peine la cravate. Désormais, on s’invente un style, un personnage, on se construit une silhouette. On n’hésite pas à porter ces bijoux de « roi nègre » qui sont passés de la culture jazz à la culture hip-hop. On attache à son poignet, exactement sous les boutons de manchette qui racontent toujours quelque chose sur notre soi secret, une montre précieuse à laquelle on ne demande jamais l’heure. On ose ces vestes étroites, presque seconde peau, et ces pantalons affutés qui nous font ressembler à l’Homme qui marche de Giacometti. On adopte le néoprène des plongeurs sousmarins pour se noyer dans la nuit urbaine. On s’offre de belles matières, des soies lourdes, des cotons et lins raffinés, des brocards, des cuirs souples parce que c’est ça, le luxe : un sentiment de plaisir et de confort qu’on est seul à ressentir et qui donne une étrange assurance. On circule à bicyclette, parce que Beyrouth a promis de protéger les cyclistes et que ça donne l’impression d’être tout le temps en vacances. On casse le tabou des couleurs et on en jette : des pastels si l’on veut, des jaunes vifs, du rose, oui, et du vert acide, sous le soleil tout est permis. Nous voilà de plain pied dans la saison des voyages et des mariages qui souvent vont ensemble. Avant d’affronter leurs nouvelles responsabilités, les couples célèbrent leur véritable entrée dans l’âge adulte comme un rituel de passage. L’initiation vaut pour tous ceux qui les accompagnent, et elle commence par une exploration de sa propre image à travers le vêtement. S’habiller sera bientôt la grande histoire du moment. Qui suis-je et que vais-je mettre ?

36


etro.com

AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI VERDUN


News Par F.A.D MON GOMMINO PERSO Le 19 mai dernier, un apéritif réunissait les clients VIP, influenceurs et fashionistas à la boutique TOD’s pour le lancement de son nouveau service sur-mesure. La maison italienne TOD’S, fondée il y a près de 40 ans par Diego Della Valle, doit sa renommée à son indémodable “Gommino”. Ce mocassin culte à la semelle de gomme ornée de picots est désormais personnalisable. L’application “My Gommino Custom Made”, disponible à la boutique beyrouthine, permettra aux inconditionnels de ce modèle de choisir le type de cuir ainsi que les couleurs des semelles, coutures et doublures. Son choix fait, chaque client recevra un mocassin unique produit à la main et pourra même y faire graver à chaud ses initiales.

WHISKY SUR-MESURE On en connait qui achètent des concessions de tabac pour avoir leur cigare bagué à leurs initiales. Mais le whisky, cette vieille tradition sociale qui au Liban a même précédé le rituel du vin ? Le Bar du Port vous invite à personnaliser votre boisson préférée, voici comment : participez à l’atelier qui vous apprendra les techniques de distillation et de maturation. Goûtez et comparez les différents styles de whisky utilisés dans la réalisation des principaux mélanges. Apprenez l’art de mélanger. Remplissez votre flacon, réalisez votre étiquette, scellez, archivez votre composition et emportez votre whisky personnel pour le savourer chez vous. Réservez pour une expérience singulière. Le Bar du Port, Avenue Charles Helou, El Saifi, Beyrouth, Lebanon 00961 71 444006.

40

Photos DR

Tod’s, 142 Rue Foch, Beyrouth, +961 1 970 313


Photos DR

VILLES MIROIRS Ces deux designers libanais à suivre ont exposé leur création en avril dernier à la Semaine du Design de Milan. Nada Borgi et Etienne Bastormagi qui signent leurs travaux de leurs deux patronymes ont imaginé une installation minimaliste pour illustrer, dans le cadre de l’événement milanais « Sense-Me », le thème « Sensualité/sexualité et dévotion ». Produit à Beyrouth, leur projet interroge le corps à travers la réflexion. C’est donc en combinant miroirs, surfaces et structures différentes, les unes géométriques, les autres sculpturales, d’autres raffinées ou brutes, et d’autres stables ou fragiles, qu’ils ont exprimé, en pensant au paysage urbain de Beyrouth, la manière dont l’image de soi est affectée par l’environnement. Borgi | Bastormagi, SBODIO 32, Ventura Lambrate, Milan

41


Cadillac, Près du Musée National, Badaro, Beyrouth, +961 1 61 57 15

42

Photos DR

L’ART DE VIVRE EN CADILLAC XT5 Le somptueux crossover XT5 fraîchement sorti des usines Cadillac s’est invité de manière spectaculaire à l’événement Art of dining, organisé le 27 avril dernier en collaboration avec Achitectural Digest à District//S, à la Quarantaine de Beyrouth. Lors de cette expérience culinaire inédite, les participants avaient rivalisé en termes de goût et d’inventivité pour créer des tables en adéquation avec l’image et le message de leurs produits. La table Cadillac a été réalisée par l’architecte d’intérieur Dori Hitti. Celui-ci a déclaré s’être inspiré du logo de la luxueuse firme automobile ainsi que de son dynamisme futuriste et son design épuré. Pour l’occasion, tandis que les invités découvraient les berlines CTS et CT6 ainsi que l’iconique 4x4 Escalade de la marque, le nouveau crossover XT5 créait la surprise, ayant été hissé de manière inédite sur le toit de District//S.


Photos DR

HYBRIDATIONS HEUREUSES Jamais l’art de la personnalisation d’un costume n’aura été poussé aussi loin que chez Corneliani. La maison italienne de mode masculine a compris le besoin des hommes de se distinguer sans fausse note et de créer leur propre style sans déroger aux codes classiques de l’élégance. En réalisant une palette dans le respect d’un même rythme chromatique, Corneliani permet à chacun de mélanger sans risque les coloris de son choix, chaque couleur étant subtilement harmonisée avec n’importe quelle autre. Les gilets amovibles des vestes sont désormais disponibles en teintes contrastées, ce qui permet encore plus de fantaisie. Toute la collection avec ses variantes couture et sportswear est réalisée en Woolsphere, un tissu noble, d’une légèreté absolue, traité de manière à assurer le maximum de confort et de solidité. Corneliani, 225 Rue Foch, Centre-ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 Ext.500 Corneliani, Aïshti by the sea, Antelias, L1, +961 4 71 77 16 Ext.217

43


CHAISE À MEZZÉS « Deux corps qui se rejoignent avec grâce dans un mouvement qui les noue l’un à l’autre en laissant prédominer l’élégance de l’élément féminin ». Tel est, selon Karl Chucri et Rami Boushdid, le tandem du studio de design Caramel, le concept qui sous-tend leur nouvelle chaise de salle à manger baptisée « Étreinte ». En acier noir, chêne français, détails de cuivre brossé et cuir, cette chaise a été imaginée sur-mesure pour le confort des convives des interminables repas de mezzés moyen-orientaux. Entre ce long moment où l’on attend encore les grillades, et cet autre, somnolant, où l’on attend le café pour reprendre ses esprits, on n’a qu’à se lover et profiter de la compagnie. Étreinte se charge de vous détendre. Studio Caramel, Rue 61, District 75, Mar Mikhael, Beyrouth, +961 3 506 248, +961 3 683 003

Rag & Bone, en vente chez Aïshti, 71 Rue El-Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140 Rag & Bone, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.297 Rag & Bone, Aïzone, ABC Ashrafieh, +961 1 33 01 11 ext.108 Rag & Bone, Aïzone, ABC Dbayeh, +961 4 17 22 17 ext.101

44

Photos DR

UNE MATINÉE CHEZ LE BARBIER Le cinéma et la mode inversent leurs rôles. Désormais, ce ne sont plus uniquement les habilleurs et costumiers qui contribuent à la crédibilité du film. C’est le film lui-même qui met en scène le vêtement et crée les émotions qui le mettent en valeur. La marque de jeans et casual wear Rag & Bone a fait appel au réalisateur Fred Elmes et aux acteurs John Truturro et Bobby Cannavale pour la création d’un court-métrage destiné à véhiculer son identité souriante et décontractée. Intitulé « Hair », le film a été tourné chez un barbier de Williamsburg, Brooklin et a été présenté au Tribeca Film Festival en avril dernier.


SURFER SUR LA GOOD VIBE Elle s’appelle Rita Yazbeck et sa passion pour la cuisine l’a conduite à l’école Alain Ducasse, à Paris, lui ouvrant par la suite la porte de plusieurs restaurants étoilés Michelin où elle poursuit sa formation. Bonne nouvelle, c’est au Liban qu’elle a choisi d’ouvrir son propre restaurant avec sa famille. « Sud » s’est ainsi installé à Mar Mikhaël, dans une modeste petite cour abandonnée, et l’a transformée en une place de village pleine de charme. Une nouvelle enseigne s’est ajoutée à la première à Dbayeh. La carte méditerranéenne est gorgée de couleurs et de goûts authentiques et savoureux. Les cocktails sont inventifs et l’ambiance solaire. Ouvert tous les jours de midi à 2h du matin, Sud est animé par des musiciens les dimanches, mercredis et jeudis. Sud, Rue Armenia, Mar Mikhael, Beyrouth, +961 1 56 09 00

Photos DR

L’ART DE LA CHAÎNE Ce n’est pas une simple torsade de fibre ou de métal. La chaîne, les marins le savent, c’est un rythme, une musique, une cohérence, tout un art de nouer entre elles des suites de fils pour garantir la solidité du lien. Le créateur de bijoux David Yurman, formé à la sculpture et issu de la culture beatnik, réalise avec passion des bijoux éminemment virils, bracelets, pendentifs et bagues où s’alternent maille vénitienne, maille épi, forçat, gourmette, grain de café ou serpent. L’esthétique brutaliste des bagues est complétée par la symbolique des pendentifs empruntée aux cultures tribales et au nomadisme que vient même consacrer une médaille de Saint Christophe, patron des voyageurs. David Yurman Men, en vente chez Aïshti, 71 Rue El-Moutrane Street, Centre-ville, Beyrouth, Men’s Floor, +961 1 99 11 11 ext.120 David Yurman Men, Aïshti by the Sea, Antelias, Ground Floor, +961 4 71 77 16 ext.353

45


Dior, en vente chez Aïshti, 71 Rue El-Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, Men’s Floor, +961 1 99 11 11 ext.120 Dior, Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 71 77 16 ext.224

46

Photos DR

TOKYO CHIC 2017 est décidément une année japonaise pour la maison Christian Dior qui vient d’ouvrir une nouvelle boutique à Ginza, quartier du luxe de Tokyo. C’est d’ailleurs dans ce nouveau navire amiral qu’a été présentée en avant-première la collection automne 2017 créée par Kris Van Assche pour Dior Homme. Entre haute confection et sportswear pratique, le fil conducteur de cette ligne est une silhouette classique détournée par des éléments graphiques. La palette monochrome est éclaboussée de traits de couleurs lumineuses tel que le bleu électrique et le « Rouge scream » composé par Christian Dior en 1947. Des motifs de pois s’ajoutent au graphisme du mot hybride Newave traité de manière abstraite et se superposant au logo de la marque. Irrévérence et créativité confèrent cette année à l’homme Dior une modernité rebelle.


UN PARFUM D’ÉTÉ Hubert Fattal poursuit son exploration des émotions olfactives avec des fragrances de plus en plus sensorielles. Sa nouvelle bougie parfumée Batikh est littéralement proustienne tant, au seuil de l’été qui commence, elle rappelle l’irrésistible parfum de pastèque (en arabe, batikh) indissociable de la saison. Le célèbre nez Alberto Morillas confiait un jour que la mer avait pour lui une odeur de pastèque. C’est exactement cette odeur à la fois verte et iodée, exhalée par la mer sous un ciel d’azur, entre brise et sable chaud, qui invite les pus beaux souvenirs de vacances aussitôt que s’allume la bougie Batikh. Fragrances Hubert Fattal, en vente chez ABC Ashrafieh, +961 1 21 28 88 Fragrances Hubert Fattal, en vente chez ABC Dbayeh, +961 4 41 60 00 Fragrances Hubert Fattal, en vente chez Kyphi, Ashrafieh, Beyrouth, +961 1 32 94 29 Fragrances Hubert Fattal, en vente chez IF, Port de Beyrouth, +961 1 57 02 44

Photos DR

AVEUGLE PAR AMOUR Paillettes, lamés, fleurs papier-peint, chaussures hybrides, pantalons à sous-pieds, rayures, et ce slogan qui court partout : « Aveugle par amour ». Les mannequins de cet hommage à la soul sont noirs et leur profonde gaîté, leur joie irrésistible s’exprime entre danses folles, acrobaties et pauses exténuées dans un film en réalité virtuelle à 360° réalisé avec la technologie Samsung. Ce délire filmé par Glen Luchford sous la direction artistique de Chris Simmonds célèbre la nouvelle collection pre-fall 2017 d’Alessandro Michele pour Gucci. Un pur bonheur. Gucci, 141 Rue El-Moutrane, Centre-ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.200 Gucci, Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 717 716 ext.223

47


FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


C’EST FAÇONNABLE.


LA TENDANCE Par JESSICA BENFREDJ Photographe ERICK FAULKNER Styliste LOYC FALQUE

À mesure que les cumulus s’accumulent, un vent marin porté par Alessandro Michele chez Gucci souffle sur les collections. Et avec lui, le retour en grâce de la toile cirée, comme un hommage à Debbie Reynolds et son inoubliable partenaire, Gene Kelly. Nul besoin – heureusement – de savoir “chanter sous la pluie”, ni même de se lancer dans le Vendée Globe aux côtés d’Armel Le Cléac’h, pour adopter ce manteau au caractère bien trempé. Les maisons de couture nous emballent ce

printemps dans des versions revisitées furieusement chic, quasi rigoriste chez Acne Studios, apprivoisant l’audace du noir aux dépens de son jaune canari initial. Quant au new look urbain et décalé signé Lucas Ossendrijver pour Lanvin, son esthétique glossy fétichiste déstabilise l’establishment. Moralité, si battre le pavé en ciré relevait encore récemment du défi, il est aujourd’hui possible d’affronter les intempéries avec style. Le moment est donc venu de se jeter à l’eau, en solitaire ou non. 50

À gauche, manteau en toile de coton enduit, ACNE STUDIOS. Pull boutonné en coton, PAUL & JOE. Pull col roulé en matière technique, PRADA. Ci-dessus, blouson en coton enduit, LANVIN. Pull en laine, ACNE STUDIOS. Chapeau de pluie en vinyle, GUCCI. Modèle Dylan Ézékiel Nelson chez Rockmen Coiffeuse Charlotte Dubreuil Make-up Céline Martin Assistant photo Rémy Procureur Assistant stylisme Emmanuel Pierre


Manteau en vinyle et col en velours, GUCCI. Pull col montant en laine et cachemire, BALLY. Short en laine, ACNE STUDIOS. Chapeau de pluie en nylon, PRADA.

Modèle Romain Frélier-Borda chez Rock Man Assistante photo Olivia Aine

51


L’ESPRIT PYJAMA C’est sans doute l’un des meilleurs « partners in crime » du denim. Ce vêtement d’intérieur à l’ancienne, très dandy, lui donne sa caution casual chic, voire « boho chic ». L’occasion pour The Kooples de réaffirmer son ADN rock & folk et, pour vous, de réviser vos classiques. Par ANNE GAFFIÉ Photo JEREMIAS MORANDELL Stylisme ROMAIN VALLOS ASSISTÉ DE MARTA FERRER TRIAS

L’ACTUALITÉ Encore une marque dont le rythme créatif s’accélère. The Kooples inaugure cette saison une collection capsule exclusive, qui viendra rythmer l’intersaison deux fois par an. « Moonlight » viendra en décembre, et « Sunrise », qui sort ce mois-ci, propose des vêtements faciles à vivre et à coordonner, à l’image de cette veste en soie, style pyjama, pivot central de la garde-robe masculine. L’IDÉE Retrouver la saveur « hippie chic californien » pour l’été est l’un des meilleurs moyens pour l’homme de maîtriser l’art du laisser-aller, en tournant le dos à la déferlante streetwear. Une fois n’est pas coutume. Un exercice de style ludique, fondé sur l’art du « mix & match ». LE RÉSULTAT Cette silhouette hétéroclite mais qui se tient : la veste kimono à col châle inspiration « fumoir », portée avec un teeshirt en coton sérigraphié sous influence death metal et un jean en coton used plutôt grunge, doublé de tissu imprimé cachemire. Ceinture en coton et bracelets en cuir Caputo & Co. OÙ ? www.thekooples.com Veste en soie imprimée The Kooples. 52


laiton uniquement, dont un cadenas oversize à la clé rangée dans sa pochette intérieure.

MÉTALLERIE en

Sur LES ANSES, le cuir est posé à la main pour suivre au millimètre près les courbures, et pressé pour obtenir le fini le plus lisse possible, afin d’assurer une durée de vie maximale.

Au premier abord, sur le podium, difficile de différencier les modèles homme des modèles femme. Passé l’effet de surprise, on apprécie l’inspiration unisexe du moment et on comprend l’esprit général voulu par le designer, surtout depuis que la maison anglaise présente ses deux collections simultanément. S’ensuivent des modèles travaillés dans les règles de l’art, dessinés en exclusivité pour la marque, et fabriqués en Italie chez les meilleurs artisans spécialisés : tannés à Vicenza, assemblés à Florence.

Par ANNE GAFFIÉ

réalisés à l’unité, par pression d’une plaque, et contrôlés un à un. S’il y a la moindre imperfection, le produit est écarté.

EMBOSSAGES

4 modèles pour homme, dont le « Luggage Bag », ici disséqué. Il a le volume oversize d’un sac week-end, l’idée étant de reprendre les grands classiques de la maroquinerie. Existe également un sac médecin, « Doctor’s Bag », un porte documents, « Document Case », et la sacoche « Satchel ».

LES RÉFÉRENCES

Stars du dernier défilé londonien, on ne voyait qu’eux. Des sacs au volume généreux et à l’androgynie exacerbée. Pour le lancement de cette nouvelle collection de maroquinerie, Burberry a vu les choses en grand. En très grand, même.

CHEZ BURBERRY


« Trench » reprenant le motif de la trame du sergé de coton de la gabardine du trench-coat, obtenu grâce à un procédé d’embossage spécifique.

CUIR de veau

en camel/marron, marine/ marron et tout camel Où ? www.burberry.com

Coloris : noir/camel Existe aussi

Modèle : DK88

FICHE TECHNIQUE

Patron coupé, assemblé à la main pour plus de précision. Tannage minéral à base de bains de sels et de nutriments, rendant la peau souple et facile à

teindre de façon uniforme. Application d’un vernis semi-transparent afin de protéger le cuir et de renforcer sa couleur. Assemblage

effectué à la main, des coutures aux bords peints deux fois, nécessitant quatre à cinq heures de travail par sac.

PHOTOS DR


LIGNES PURES On aime chez Hermès, comme en haute gastronomie, la simplicité qu’ impose la qualité des produits. Pas besoin de surcharge, on laisse le coton crêpe, la maille de soie, la toile flammée faire rayonner les nuances naturelles et la subtilité des palettes. La silhouette est pure. Le luxe est ici ineffable. Par F.A.D.

Photos DR

Tee-shirt en coton crêpe à rayures ombrées étain. Pantalon étroit droit en mini-jacquard de coton à fleurs bleu cobalt. Besace Cityslide en taurillon Cristobal et vache Hunter bleu indigo.

56


Pull ras du cou en maille de soie marine tie-dye. Pantalon étroit droit en toile flammée de coton et lin acajou à détail sangle.

57


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


LES ESSENTIELS Par JESSICA BENFREDJ ET FABRIZIO MASSOCA Photographes ANTHONY SEKLAOUI ET ERICK FAULKNER Styliste LOYC FALQUE

62


LE PULL SANS MANCHES Du passé, il faut certes faire table rase mais aussi s’en inspirer pour attiser de nouveaux désirs de mode. Difficile de savoir, toutefois, s’il est ici question de pure nostalgie vintage ou d’esthétique normcore poussée à son paroxysme. Cette saison, le pull sans manches est hissé au sommet de la modernité. Relique des sixties à la mauvaise réputation, ce vêtement jugé jusqu’alors impossible à porter a été transformé par le talentueux duo de Dsquared2 en optimisant au maximum les racines preppy tendance Ivy League du dit chandail. Savoir l’adopter est une autre paire de manches. Porté à même la peau sur le podium, il peut aussi être mis sur une chemisette pour un dandysme volontairement désuet désormais désirable.

Pull sans manches en laine, DSQUARED2. Chemise et pantalon en coton, AMI. Modèle Harold Vente chez Elite Paris Coiffure Charlotte Dubreuil Assistant photographe Charly Gosp Assistant stylisme Emmanuel Pierre 63


LA VESTE DE COSTUME

Quitte à (s’)en prendre une, autant qu’elle soit bonne ! Oui, mais laquelle ? Cette veste qui saura attirer l’attention sans pour autant la monopoliser ? Celle dont l’élégance s’adaptera aux exigences pratiques de la vie moderne ? Ou encore celle dont les détails s’accommoderont des basiques les plus élémentaires ? Cette saison encore, Kenzo se montre fidèle à sa tradition patrimoniale de mêler esprit pop ludique et science de l’artisanat luxueux.

De la profondeur de son bleu de Prusse jusqu’à son tissu au tombé impeccable agrémenté d’œillets décoratifs, clin d’œil ostensible (si l’on ose dire…) aux motifs oculaires chers à Humberto Leon et Carol Lim, le tandem créatif, ce modèle rejoint les classiques de la maison. Cette veste aux accents sportswear affirme avec vigueur et malice son intention de revitaliser le vestiaire masculin formel. Celle-ci, on la prend avec plaisir… 64

Veste en tissu technique, KENZO. Pull sans manches en laine et soie, FENDI. T-shirt en coton, JULIEN DAVID. Pantalon en coton et laine, BALLY. Modèle Harold Vente chez Elite Paris Coiffure Charlotte Dubreuil Assistant photographe Charly Gosp Assistant stylisme Emmanuel Pierre


LE PANTALON Par FABRIZIO MASSOCA Photographe ANTHONY SEKLAOUI Styliste LOYC FALQUE

Il ne viendrait à l’idée de personne de sortir sans pantalon. Pourquoi, donc, cette évidence ne serait pas accompagnée d’une autre, celle de l’exigence sans mélange ? Ermenegildo Zegna a toujours eu le sens de l’essentiel et le goût pour faire du basique une pièce unique. Pour preuve, ce pantalon au drapé délicat, au parfum de soirée estivale passée avec Gatsby. Du coton et du lin, l’équivalent en cocktail textile d’un gin tonic dosé avec tact, pour promener son assurance, aérer sa mélancolie ou faire respirer sa joie à pleins poumons. Qu’on nous permette d’assurer qu’un pantalon à l’usage aussi versatile est un ami pour la vie. Pantalon en coton et lin, ERMENEGILDO ZEGNA. Pull sans manches en laine et soie, FENDI. Chemise en coton vintage chez ÉPISODE. Porte-clefs en nylon et métal, LEMAIRE. Chaussettes, NIKE. Derbies en cuir, SANDRO. Modèle Harold Vente chez Elite Paris Coiffure Charlotte Dubreuil Assistant photographe Charly Gosp Assistant stylisme Emmanuel Pierre

65


LE MANTEAU EN CUIR

S’il fallait envoyer dans l’espace deux pièces du vestiaire universel, pour témoigner du génie humain, il y aurait la petite robe noire et le manteau en cuir. Ce dernier, icône indéboulonnable et paramètre essentiel du quotidien, constitue un des quatre pôles de la boussole de la mode. Revu par Anthony Vaccarello chez Saint Laurent, ce vêtement,

guidé par un geste ultra-technique (cuir impeccablement travaillé, coupe rigoureuse), mixe les codes formels et la décontraction naturelle de l’objet convoité. “From the teacher to the pupil it’s a gift to me/So I love my leather jacket and I wear it all the time/I love my leather jacket” chantaient les inestimables Chills, visant comme toujours juste, en plein cœur. 66

Manteau en cuir, SAINT LAURENT PAR ANTHONY VACCARELLO. Chemise en coton vintage chez Épisode. Modèles Nicolas Fallet & Jules Fallet Coiffure Charlotte Dubreuil Maquillage Céline Martin Assistant photographe Rémi Procureur Assistant stylisme Emmanuel Pierre


LES LUNETTES

La mode est aussi une histoire d’héritage. Si les enfants investissent la penderie parentale, ce n’est pas simplement pour satisfaire un désir de conformité, mais plutôt pour adopter leur façon d’appréhender l’univers qui les entoure. Alors quoi de plus sage pour transmettre notre vision du monde à nos chères têtes blondes que des lunettes de vue identiques aux nôtres ?

Un point de vue partagé par Fendi, dont le goût des belles choses et le savoir-faire traditionnel sont fièrement transmis de génération en génération. Ce sens de l’héritage stylistique développé autour d’une monture en acétate à la légèreté absolue confirme indiscutablement une démarche résolument engagée dans l’intemporalité des créations. 67

Lunettes de vue en acétate, pull sans manches en laine et soie et chemise en coton et soie, FENDI. Modèles Nicolas Fallet et Jules Fallet Coiffure Charlotte Dubreuil Maquillage Céline Martin Assistant photographe Rémi Procureur Assistant stylisme Emmanuel Pierre


C’EST ÉCRIT… Lunettes, casquette, baskets, les accessoires nous racontent. Icônes, motifs et couleurs vives en relief chatouillent nos pulsions artistiques. Photographe RAYA FARHAT Styliste et collage JOSÉE NAKHL É

Sneakers, MONCLER.

68


Casquettel, GUCCI. Derbys à boucle en cuir glacé et cordes tressées, GIORGIO ARMANI. En ouverture, sneakers “Chuck Taylor All Star II” en toile de coton, CONVERSE.


Lunettes de soleil, THOM BROWNE.


Sneakers, GUCCI.

71


Sneakers, DIOR HOMME.

72


Sac à dos, FENDI.


ÜBER MODEUX En matière d’objet « modant » non identifié, la collection « Collide »  de Moncler (collision, en français) est appelée à remporter la palme du spectaculaire la saison prochaine. Par ANNE GAFFIÉ Le designer/ peintre/sculpteur, etc. Greg Lauren dans une de ses doudounes customisées.

Bivouac suprême, lors de la présentation parisienne de la collection Moncler x Greg Lauren à la VNH gallery.

oublié l’exposition « Alterations », présentée en 2010, qui mettait en scène un jeu fascinant de superpositions. Ce qu’il définit comme une « perfection imparfaite » est à l’origine de cette collaboration. Greg Lauren, lui, a le vent en poupe de l’autre côté de l’Atlantique. Ancien PHOTOS DR de Princeton, accessoirement neveu de Ralph, peintre reconnu, sculpteur et aujourd’hui designer d’une ligne éponyme qui rencontre un franc succès, Greg Lauren est un enfant de la balle. « J’ai grandi dans une famille où la culture du tailoring était pratiquée sous une forme que je pourrais définir de religieuse, avoue-t-il. Ce n’est pas un hasard si ces créations pour Moncler, toutes réalisées dans mon atelier de Los Angeles, racontent une histoire sur le rôle que l’on joue dans la vie, dans nos familles et dans notre milieu social. Ce que j’essaie d’identifier par mon travail de mode, c’est une idée du nouveau luxe personnalisé et unique, bien au-delà 74

de toute uniformité de marque ou de tendance. » Une confession que l’on retrouve magistralement illustrée chez Moncler, avec plus de 200 vêtements et accessoires, forts en goût et tous plus impressionnants les uns que les autres. Une collection que l’on qualifie à juste titre de « one of a kind », déclinée en seulement trois familles de couleur : le binôme iconique de la marque rouge feu et bleu clair, le noir, et le vert militaire. Greg Lauren a repris les modèles mythiques de la marque, comme les « überdoudounes », les a entièrement démontés, avant de les recomposer en les « croisant » avec des pièces faites de matières vintage (comme le denim ou la toile militaire). Pièces uniques donc, dans les deux sens du terme, et pour une saison seulement. Photos DR

En parler dès maintenant, c’est vous assurer de sauter parmi les premiers, dès le mois de juillet, sur l’un des bestsellers annoncés de l’hiver. Nées d’une collaboration entre l’artiste américain Greg Lauren et la marque Moncler, ces pièces de style compteront certainement parmi les collectors les plus cotés de la décennie. Pas étonnant, lorsqu’on connaît le parcours des deux protagonistes. La maison italienne Moncler tout d’abord, référence incontournable en matière d’outerwear mais aussi de style, depuis que son CEO Remo Ruffini a entrepris, en 2003, de la positionner en tête des marques de luxe premium. Homme d’affaires visionnaire, mais aussi esthète passionné d’art contemporain, Remo Ruffini garde toujours un œil avisé sur la création, d’où qu’elle vienne. Ce n’est donc pas un hasard s’il est l’instigateur de ce projet monté avec l’artiste contemporain Greg Lauren, dont il avoue suivre le travail depuis le début et dont il n’a jamais


Présentation de la collection « Collide », lors de la dernière Fashion Week à Paris. 75


MULTITÂCHE Photographe RAYA FARHAT Réalisation JOSÉE NAKHLÉ

2

1

4

3

5

6

7 8

10

9

1 Lunettes de soleil, THOM BROWNE. 2 Montre, CARTIER. 3 Autocollant, ANYA HINDMARCH. 4 Porte-cartes, FENDI. 5 Bague, DAVID YURMAN.

6 Stylo, TATEOSSIAN. 7 Parfum, VAN CLEEF & ARPELS, Ambre Impérial N° 00506QB. 8 Autocollant, ANYA HINDMARCH. 9 Crème, CLARINS, Booster Energy. 10 Porte-clé, DAVID YURMAN. 76


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


AGAPES Photographe MATTHIEU LAVANCHY Styliste LILLY MARTHE EBENER Assistante stylisme COLINE LE CORRE

Bague, collier et bracelet “Gucci Garden” en argent vieilli, GUCCI. Coupe “feuille” en argent, BUCCELLATI. Tire-bouchon en argent, SIÈCLE.


Couverts, salière et poivrier en argent, CHRISTOFLE. Montre “Drive Second Fuseau”, boîte en acier, cadran argenté flinqué, chiffres romains, aiguilles en forme de glaive en acier bleui, bracelet en alligator, CARTIER. Coupelle en cristal, SAINT LOUIS. Bagues en métal laqué, motif tampographié noir et blanc, DIOR.


Set de 4 boutons de manchette “Network” en métal argenté palladié brossé, HERMÈS. Boutons de manchette en laiton, LOEWE.


DSQUARED2 PREND DU MUSCLE L’espace Gym & Spa ouvert par DSquared2, à Milan, marque l’apothéose de ses quartiers généraux. Pour ceux qui fréquentent ce genre d’endroit, sachez que celui-ci surpasse tous les autres. Le Ken Club à côté, c’est le centre de rééducation de Garches. Ici, on trouve ce qui se fait de mieux en matière d’équipements sportifs, de beauté et de soins. Par ANNE GAFFIÉ Les équipements et services Machines Technogym, Produits, Biologique Recherche, Dr Sara Farnetti, nutritionniste, Dr Alessandro Trabattoni, neurologue et médecin sportif, Indoor, Cycling, Yoga, Pilates, Stretching, Posture, Toning, Piscine, Jacuzzi, Bains turcs, Sauna, Massages.

Avec son restaurant, son lounge bar, son roof top, ses piscines, sa guest house, et accessoirement ses bureaux, Ceresio 7, le quartier général milanais de la marque DSquared2, est un concentré d’esprit d’entreprise. Ou plutôt de « style » d’entreprise. 4 000 m2 entièrement et superbement réhabilités. Si l’on ne présente plus l’intégralité de cet ensemble immobilier, maintes fois encensé par la presse depuis son ouverture en 2010, on peut en revanche s’attarder sur son dernier lancement : un nouvel espace « Gym & Spa » inauguré fin février. 1 800 m2 de sous-sols (le dernier espace à investir ?) pensés comme un « innovative hub » mettant à la disposition de ses membres triés sur le volet ce qui se fait de mieux en matière de fitness, bien-être, santé, nutrition et beauté. Une sorte de club privé exclusif, difficile d’accès certes, mais qui surclasse encore un peu plus le projet de cette ville dans la ville. Le design des lieux, pensé comme le reste de l’adresse par le cabinet Storage Associati, joue, en ce qui concerne la partie fitness, sur des codes industriels : immense open space, grande hauteur sous plafond, sol en caoutchouc noir, murs de ciment brut… Pour le reste, on retrouve plutôt l’esprit vintage de l’ensemble du bâtiment, dans une atmosphère terriblement raffinée. À eux seuls, les vestiaires valent déjà le détour. Le club est accessible à tous… à condition d’acquitter une somme probablement conséquente, puisque personne n’a voulu nous la communiquer. No gain, no pain.

PHOTOS DR

9 mois de travaux 1 800 m2 de surface 30 personnes au service des sportifs 200 membres inscrits 6 tables de pilates 340 casiers dans les vestiaires

84


STATUT DE STATUE Somme nous en train de muter œuvres d’art ? Nos faits et gestes sont-ils des installations ? Nos attitudes sont-elles des concepts ? Pris dans un tourbillon qui invite dans nos placards design, créations et typographie, on se pose des questions. Par F.A.D. Collage JOSÉE NAKHLÉ

Chaussures, CANALI

Sac à dos, BALENCIAGA

Foulard, ALEXANDER MCQUEEN


Casquette, BALENCIAGA

T-Shirt, ALEXANDER MCQUEEN

Coque iPhone, MOSCHINO


Lunettes de soleil, ETRO

Pantalon, BRUNELLO CUCINELLI

Bracelet, ALEXANDER MCQUEEN

Shoes, CANALI


Sac, BALENCIAGA

Eau de toilette, ANTAEUS DE CHANEL Coque iPhone, MOSCHINO

Chaussures, BALENCIAGA

Pochette, ALEXANDER MCQUEEN


MAKE LOVE NOT WALLS

FOCH STREET · AÏSHTI DOWNTOWN · AÏSHTI BY THE SEA AÏSHTI VERDUN · AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH AÏZONE INTERCONTINENTAL MZAAR· AÏZONE CITY MALL BEIRUT CITY CENTER


SAUVAGE La civilisation est une forme polie de la barbarie. Cuir, musc ou bois, le parfum révèle notre séduction animale. Photographe RAYA FARHAT Réalisation JOSÉE NAKHLÉ

Eau de parfum, Gucci Guilty Absolute, GUCCI.

92


Eau de Parfum, The One for Men, DOLCE&GABBANA.


Eau de toilette, Legend Spirit, MONTBLANC.


Eau de Toilette, La Nuit de L’Homme Eau Électrique, YVES SAINT LAURENT.

95


LE “KEEPALL” DE LOUIS VUITTON Par ADRIAN FORLAN

Aux distraits et aux nouveaux venus, rappelons en deux mots ce que doit la maison Louis Vuitton aux voyages. Fondée en 1854 par Louis Vuitton, elle s’attache à honorer une devise (“Tout bagage doit allier grande mobilité et légèreté”) en proposant une radicale malle plate, plus pratique, convenons-en, que celles au couvercle bombé alors en vigueur. Phileas Fogg, sans doute, en emportait une ou deux dans sa montgolfière. La famille Vuitton poursuivra dans cette veine, nomade et irréprochablement élégante – entraînant dans son sillage des imitateurs, dont elle se distinguera en 1896, lorsque Georges Vuitton conçoit une toile faisant alterner les initiales enlacées LV, des pointes de diamants, des étoiles et des fleurs quadrilobées. En 1905, le brevet de la toile dite Monogram est déposé. De décennie en décennie, de commande spéciale en commande spéciale, la maison inventera, réinventera, ré-agencera, cet héritage unique, sachant bien que refuser l’évolution, c’est se condamner à flétrir. Sautons allègrement les époques pour atterrir en 1959, et retrouvons GastonLouis Vuitton. De la fin du XIXe siècle, ce représentant de la troisième génération, jusqu’à 1959, œuvrera à dynamiser ce qui est déjà une marque mythique. Ainsi, avec son fils Claude-Louis, ils mettent au point une toile, allégée, se pliant avec bienveillance aux aléas du voyage. C’est

justement de cette avancée que profitera au premier chef le “Keepall”*, qui peut également se flatter d’être le premier sac de voyage souple à bénéficier de la toile Monogram. Les malles, alors seules à en être parées, ne le prirent pas mal. Les voyageurs sont de grands partageurs d’émotions, et leurs bagages leur ressemblent À sa naissance, en 1924, il se plaçait à l’intérieur des malles, en qualité de sac d’appoint. D’appoint, peutêtre, mais essentiel : son nom le dit bien, il gardait tout. En 2017, le “Keepall”, fidèle à sa vocation innovatrice, se présentera à l’occasion de la course Louis Vuitton America’s Cup avec une toile Damier Cobalt Damier Latitude, une version luxueuse et sportive de la toile Damier Cobalt datant de 1901, et frappée pour la première du “V Gaston”. Adressant des clins d’œil nautiques (ses tirettes, une fermeture éclair en matière technique hydrofuge), et retravaillant son héritage, avec une lecture oversized du Damier Cobalt. Bien sûr, la performance technique d’un sac, l’aisance avec laquelle il se glissera dans notre quotidien, le plaisir à l’embarquer le temps d’un weekend fainéant, font beaucoup pour son charisme. S’il nous émeut, c’est aussi parce qu’il cache bien des émotions, comme la lampe d’Aladin, frottons-le, ou plutôt ouvrons-le, et admirons ce qui 96

s’en échappe, de charmants ectoplasmes insouciants, évoquant des temps plus légers, des pétillements inextinguibles. Sans doute sa légèreté matérielle a déteint sur son caractère, dans une métonymie imprévue… Se patinant avec grâce (nous rendant assez jaloux), il n’est pas étonnant que le “Keepall” soit une star des enchères dédiées à la maroquinerie, ou un des favoris des artistes invités par la maison pour revisiter leurs intemporels (Murakami, Sprouse). Et pourtant, s’il y a un seul sort à réserver aux objets aimés, animés par notre patience, c’est de bien les préserver pour les transmettre et leur offrir un destin semblable à l’ADN de sa maison : un éternel recommencement, vivifié par les mains fraîches s’en emparant, revitalisé par la nouvelle épaule le portant. Il en va du “Keepall” comme d’un précieux savoir, qu’il serait bien égoïste de ne garder que pour soi. En être le propriétaire éphémère est un honneur à transmettre – pas un acte de propriété dont la date de péremption coïnciderait avec la nôtre. Certains luxes apprennent l’humilité, et ce n’est pas le moindre de leurs mérites. * Sac “Keepall” en toile de coton ayant appartenu à Gaston-Louis Vuitton, vers 1930. Disponible depuis mars.

Photo Louis Vuitton malletier/Laurent Bremaud

Un sac n’est pas seulement un sac. On peut certes y ranger ses vêtements, mais cela n’interdit pas d’y glisser quelques valeurs… Dont acte, avec cet intemporel.


MEMENTO MORI

Quand les marques de luxe s’offrent la signature d’artistes contemporains pour s’assurer une bonne valeur ajoutée… cela multiplie d’autant la probabilité pour le client d’avoir le petit « plus » qui fera toute la différence. Par ANNE GAFFIÉ LE CONTEXTE Pour aller bien au-delà d’une toile siglée, de plus en plus de marques de luxe s’octroient la signature d’artistes contemporains pour personnaliser leurs créations le temps d’une saison. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il se systématise, faisant de la scène mode une galerie en perpétuel mouvement, annexant en continu les grandes influences artistiques de l’époque. Ainsi chez Dior Homme, où le directeur artistique Kris Van Assche ouvre pour l’été ses créations aux pinceaux de l’artiste japonais Toru Kamei, avant de laisser libre cours la saison prochaine à l’Américain Dan Witz, dans un tout autre genre. Un moyen efficace pour renouveler les propositions, rythmer les saisons, mais aussi susciter la convoitise des collectionneurs.

Une vanité, réactualisée par Toru Kamei.

L’ARTISTE Toru Kamei, né à Tokyo en 1976 et diplômé de la prestigieuse Nihon University College of Art, fait partie de ces artistes contemporains dits « de niche » mais dont les créations tournent régulièrement dans les foires et les galeries d’art. On reconnaît aisément son travail qui consiste en une réinterprétation de la nature morte classique du XVIIe siècle, entremêlant vanités et compositions florales défraîchies, ponctuées ici et là de quelques insectes. « Une allégorie, renseigne l’artiste, du vide laissé par la vie sur Terre. » Alors, ça sent certes un peu la mort, mais aussi l’opulence et le luxe. On est plutôt ici dans l’évasion, le subconscient, le rêve.

1

2

LE RÉSULTAT Si une grande partie de la collection printemps-été 2017 était dès le podium nourrie par les interventions de l’artiste, c’est sur la maroquinerie que le résultat est le plus manifeste. La toile de cuir siglée « Darklight », sortie fin 2016 et à l’élégance si conventionnelle et bourgeoise, semble avoir été repeinte, à la manière d’un tag. Des interventions sauvages, disséminées en détails sur les sacs 48 h, sacs à dos, portefeuilles, et même les badges… On retiendra le sac week-end (ci-contre), aux proportions parfaites.

Photos DR

3

97


PRÊT À PORTER L’idée, en soi, n’est pas révolutionnaire. Le processus, lui, est carrément génial : on peut personnaliser son vêtement ou son accessoire directement en boutique, et donc repartir illico avec. Valentino l’a fait. Par ANNE GAFFIÉ de cette bande multicolore frappée à ses initiales, ce n’est pas vraiment nouveau. Certaines enseignes en ont même fait leur fonds de commerce, et ont gagné autant de clients de la grande tribu des fashion-addicts aux signes

LE PRINCIPE Faire appliquer sur le vêtement ou l’accessoire désiré une bande de couleur personnalisée (3 combinaisons au choix pour les accessoires, 4 pour les vêtements), soit par transfert à chaud sur textile, soit par impression à chaud sur cuir, marquée à ses initiales (3 lettres maximum).

LE (GRAND) + On l’a compris, c’est l’instantanéité du service, qui se fait directement sur place. En ce qui concerne les vêtements, le transfert est réalisé immédiatement, et vous pouvez repartir avec votre pièce unique. Pour les accessoires en cuir, qui nécessitent un embossage des initiales, compter un délai de 48 heures.

d’appartenance. Mais ce qui fait la force du service de la maison italienne, c’est son immédiateté. À l’heure où beaucoup veulent tout, tout de suite, la rapidité d’exécution vaut bien d’autres qualités techniques. Qu’on aime l’idée ou pas.

LES OPTIONS Sur textile 10 vêtements au choix (manteau, trench, saharienne, sweat-shirt, tee-shirt, pantalon, chemise…). Sur cuir 5 sacs en toile camo et en toile unie, avec la personnalisation effectuée sur les « name tags » (étiquette à bagage en cuir, ndlr).

ACTION Où? 137 El-Moutrane Street Downtown Beirut T. +961 1 99 11 11 ext. 569 Aïshti by the Sea, Level 1, Antelias T. +961 4 71 77 16 ext. 222

98

Photos DR

Lancé à la mi-janvier dernier dans sept flagships Valentino des grandes métropoles mondiales, ce système de personnalisation baptisé « ID Camouflage » rappelle fortement celui d’autres marques de luxe, c’est vrai. L’idée


Aïshti By the Sea, Antelias T. 04 717 716 Aïzone Stores T. 01 99 11 11


SENS DESSUS DESSOUS Par LILY TEMPLETON Photographe PABLO ARROYO Styliste JÉRÔME ANDRÉ

Slip, caleçon ou boxer ? En matière de lingerie, l’homme est un peu dépourvu. Pourtant, la question n’est pas à sous-estimer au regard des enjeux économiques et des choix de vie qu’elle soulève.


Caleçon en coton, LA PERLA.

Messieurs, parlons de ce que vous avez dans le pantalon. Enfin, sous. Au centimètre carré de tissu, c’est l’une des discussions les plus chères et les plus clivantes du vestiaire masculin. Il suffit de poser la question autour de soi pour subir une avalanche d’opinions, d’expériences partagées, d’observations impartiales ou passionnées, et même quelques anecdotes croustillantes. Cet enjeu de taille représente des milliards en chiffre d’affaires, et serait 101

même un indicateur économique équivalent au rouge à lèvres. Dans le monde anglosaxon, la question est si essentielle, qu’elle mérite plus de 20 millions de réponses sur Google et que les navigateurs proposent même directement un lien vers la page Wikipédia sur les sous-vêtements. À tel point qu’elle s’invite même en politique et, bien avant Monica Lewinsky, toute l’Amérique savait déjà ce que Bill Clinton cachait sous son bureau, depuis que Laetitia


102


Thompson, 17 ans, lui a posé la question en live lors d’un forum jeunesse sur MTV en 1994. Le “Commander in Briefs” (jeu de mot anglais entre briefs/slip et chief/chef) y avait indiqué sa préférence pour le slip. Parce qu’au final, le choix du sousvêtement masculin n’est pas juste le choix d’un maintien ou d’un confort, il revient à une espèce de test de Rorschach de la personnalité et affiche l’appartenance à un clan, le ticket d’entrée vers une tribu particulière. Dernier rempart avant la vulnérabilité de la nudité, son choix n’est pas anodin. Enfiler le mauvais et c’en est fini de toute tentative de séduction. Plus fort qu’aucun slogan ! En cette année électorale, gagnerait-on du temps en débats si on demandait tout simplement à messieurs Macron, Fillon ou Hamon de dévoiler les dessous de leur programme ? Un coup de ciseaux bien inspiré Marronnier parmi les marronniers, chaque publication y va de son guide, de la plus mode à la plus sérieuse – même le très respectable Forbes a publié son article. Au fil des opinions, le ballotage n’est plus permis, même pour le plus indifférent des hommes. Marqueur de génération, de culture ou encore d’orientation, le sous-vêtement est plus riche que ne laisserait penser son histoire moderne, courte et efficace. Pour résumer : avant, il n’y avait que chemises et autres tricots de peau. Au tournant du XXe siècle sont apparus le slip (défrayant la chronique dans les

vitrines de Marshall Field & Co en 1935 sous la marque Cooper) puis le caleçon (inspiré des tenues de boxers par Jacob Golomb chez Everlast et popularisé après la Seconde Guerre mondiale). Jusqu’aux années 1960, sa fonction était surtout hygiénique ou sportive. Mais ce combat de titans est en passe d’être perdu par ces deux favoris, à mesure que grandit l’intérêt (et les avancées textiles) pour le boxer, apparu au début des années 1990 lorsque John Varvatos, alors à la tête de la division masculine de Calvin Klein, a raccourci un caleçon long en maille d’un coup de ciseaux bien inspiré. Depuis l’apparition de ce challenger offrant les avantages respectifs et un petit quelque chose en plus côté sensualité, c’est le “boxçon” avec une offre de “lingerie masculine” qui ne cesse de croître au gré des mœurs et des modes. Pour les esprits généreux, le slip, c’est Tom Cruise dans Risky Business. Pour d’autres, il rappelle l’enfance, Christian Clavier et sa pilosité dans les Bronzés, voir Homer Simpson, et là dans ce cas il devient simplement rédhibitoire. Ne pardonnant rien ou presque, une conscience aiguë de la mode et de son corps est nécessaire à son usage : il sera le choix du féru de mode, de celui qui entretien son corps avec assiduité et de David Beckham. Il se travaille, ce n’est pas un choix de hasard. Dans les contrées méridionales, il est l’arme de séduction massive. Le boxer, quant à lui, est devenu le symbole de séduction par excellence, parce qu’il offre un entre-deux avantageux. Il permet d’une part 103

d’accepter la marche inexorable vers le slim et d’autre part de mettre en valeur sans avoir l’air d’y toucher comme le montrait, par exemple, Marky Mark – pardon Mark Wahlberg – en Calvin Klein sur Times Square en 1993. Caleçon, calebut, calebard… Longtemps taxé de piètre cache-sexe, décrié pour son manque de maintien, le caleçon n’a pourtant pas dit son dernier mot. Certains en feraient même le sous-vêtement idéal pour préserver la fertilité, puisqu’en ne comprimant pas, il n’empêche pas la régulation thermique et préserve le nombre et la mobilité des spermatozoïdes. Contrairement à l’hédonisme du moulant, le caleçon se porte avec des vêtements amples (la dégaine de skater qui ne joue pas de son corps en serait son modèle). à l’inverse des marques comme AussieBum qui misent sur vos arguments saillants, lui entretient un flou artistique et une certaine bienveillance envers celui qui le porte. Finie la comparaison de l’excroissance, il faut une intention claire pour aller au-delà, convaincre. Bref, détourner l’attention de la petite tête à la grande. Un rapport de séduction possible mais moins explicite. Efficace cependant, qu’il soit porté par Brad Pitt sortant d’une prison mexicaine sans son jean ou Nick Kamen en caleçon passant son 501 à la machine dans les clips publicitaires Levi’s, le caleçon leur a offert une place dans un panthéon sans pantalon. Caleçon, calebut, calebard, ses petits noms


Caleçon en coton, HANRO.

rappellent que c’est un intime. Plus qu’un dessous qu’on ne saurait voir, il symbolise un peu aussi ce lien entre l’intérieur et l’extérieur, puisqu’il se transforme volontiers en pyjama ou en loungewear de fortune, cette petite entorse au regard extérieur qu’on s’autorise le week-end, seul ou accompagné. Devenu symbole malgré lui d’un certain art de vivre, il retrouve 104

même ses lettres de noblesse avec le retour sur le devant de la scène de Sunspel, fournisseur non seulement du fameux caleçon blanc de Nick Kamen mais également de l’Anglais le plus sexy du grand écran, James Bond. S’il fallait personnifier l’objet, entre le boxer qui fait figure de gendre idéal et le slip du canon latin, le caleçon serait plutôt ce type au départ un


Caleçon en coton, CHARVET. Mannequin Jules Raynal chez New Madison Grooming Kazuko Kitaoka Assistant photographe Marco Gazza Retouche numérique Manu Pestrinaux Assistants stylisme Emmanuel Pierre et Marta Ferrer

peu négligé mais attachant. Celui qui a le potentiel de devenir plus qu’un trophée dans votre tableau de chasse et de se bonifier sous vos yeux. Celui qui prend le temps, parce qu’à moins d’être poursuivi par un lion, on ne court pas plus un 100 mètres en caleçon qu’une femme 105

généreusement dotée ne le ferait sans soutien-gorge, quoi qu’en prétende la scène d’ouverture d’Alerte à Malibu. à cette époque où le slow est une vertu par laquelle on essaie de retrouver la maîtrise du temps face à l’instantanéité de tout, le caleçon pourrait bien être le symbole d’un retour aux sources.


NÉO NOMADES C’est l’un des tandems styliste/entrepreneur les plus audacieux du monde arabe. Basés à Dubaï, Ahmed El Sayed, créateur, et Saleh Al Banna qui dirige une multinationale familiale, inventent pour la faune urbaine de l’émirat House of Nomad, le label d’une mode qui lui ressemble.

Photos DR

Par F.A.D.

106


Si l’on pouvait définir en trois mots les habitants de Dubaï ? On dirait d’abord qu’ils sont nomades, puisque les natifs sont d’anciens caravaniers et les résidents étrangers d’éternels voyageurs. On dirait ensuite qu’ils sont sportifs, Dubaï étant désormais célèbre pour son culte du corps, ses salles de gym, ses fanatiques de yoga et ses activités extrêmes. On dirait enfin qu’ils sont attachés aux traditions, l’Emirat étant attaché à son identité musulmane. Voilà trois définitions qui résument tout aussi bien l’esprit de House of Nomad, la maison de mode fondée en 2014 par deux amis de longue date : Ahmed el Sayed, diplômé en fashion design de l’Université du Commonwealth de Virginie, et l’entrepreneur Saleh El

Banna, riche d’une vision anticipative des marchés. Détourneurs de codes et jongleurs de cultures, Sayed et Banna ont encore réussi, avec leurs collections printemps été 2017 pour hommes et femmes, à séduire avec leur style signature : rayures tennis, couleurs franches, associations acrobatiques, silhouettes nonchalantes, résilles et néoprène. «Cette collection s’inspire de la palette qui capte l’essence de l’été et rappelle les skieurs et les jeunes filles qui font une pause sur la promenade le long de la plage. Il y a un esprit amoureux autant dans le vestiaire de jour que dans les vêtements de soirée », précise Ahmed el Sayed. Vestes, pull-overs et sweats indispensables sous une climatisation polaire se déclinent, 107

même pour les hommes, en bleu bébé, jaune canari et rose pâle. Partout court en grand la calligraphie « NOMAD », en anglais et en arabe. Les silhouettes minimalistes et les couleurs traditionnelles sont abandonnées en faveur d’un satin mat, d’une résille plissée, de bustiers blancs contrastés par une bande de couleur vive. Les jupettes de tennis et les combinaisons pantalon pattes d’éléphant en vert jaune ou émeraude chaud peuvent être jumelés avec des baskets blanches confortables ou rehaussées par des chaussures à plateforme. Positionnée sport chic ou « athleisure », cette petite maison qui monte multiplie les détails excentriques et fait la joie de ses adeptes en reflétant à merveille leur mode de vie.


LE MCFC HABILLÉ POUR L’HIVER Le Manchester City Football Club, MCFC pour les experts, simplement « City » pour les intimes, est un des plus anciens clubs de foot anglais –son histoire remonte à 1880. Totalement fans, les jumeaux italo-canadiens du label Dsquared2, Dan et Dean Caten, viennent de créer le nouvel uniforme officiel des joueurs au maillot noir.

Photos DR

Par F.A.D

108


Dsquared2 et le « City » avaient déjà annoncé leur partenariat en octobre 2016. Trois saisons et trois collections plus tard, Dsquared2 révélait en février 2017 les nouveaux costumes réalisés par la griffe en exclusivité pour les joueurs et les cadres du MCFC à la veille de l’UEFA Champions League. A la croisée du savoir-faire italien et de la coupe très contemporaine particulière à Dsquared2, ces costumes -veste à trois boutons, gilet et pantalon- sont taillés pour flatter la silhouette affutée des sportifs. Pulls à col roulé, paletots et parkas zippées frappées du sigle de l’équipe complètent cet élégant vestiaire hivernal. “Nous voulions que les joueurs se sentent aussi confiants dans ce costume qu’ils le sont dans le maillot de leur équipe. Chaque élément du costume Dsquared2 pour Manchester City est conçu pour exprimer à travers la coupe une sophistication moderne: depuis le raffinement du drap de laine italien jusqu’à la précision de la construction et le fuselage de la silhouette, le résultat est une véritable célébration de l’élégance masculine » ont déclaré Dan et Dean Caten, les fondateurs de Dsquared2 à l’occasion de la présentation de cette nouvelle ligne. 109


ON L’APPELLE « EL DISEÑADOR » Complice des shows les plus spectaculaires, accessoiriste préféré de Lady Gaga et de Madonna, créateur d’ornements surréalistes, rétro futuristes, steem punk et porno chic, mi bondage, mi fétichiste, mi libano-madrilène, Assaad Awad est un artiste aussi discret que ses créations sont énormes.

Photo Gregori Civera

Par F.A.D

110


Photo Mario Testino

Les tapis rouges ne suffisent pas à ce designer libanais issu de la publicité et établi de longue date à Madrid. Il lui faut des scènes entières, de préférence les plus mythiques de la planète, et sa boulimie n’a d’égale que l’exubérance des artistes qui lui confient la création de leurs accessoires. Plus c’est outré, plus c’est Awad. Celui que Vogue Italia a un jour comparé à Vulcain, le dieu mythique du feu et des forges, est dans la vie réelle la providence d’un village de cordonniers andalous. C’est là, dans l’arrière pays de l’Espagne méridionale, qu’il fait réaliser à la main, comptant sur un savoir-faire deux fois millénaire, les incroyables ceintures, coques et visières de bronze et autres parures hérissées de clous destinés tantôt à un show de Madonna, tantôt de Lady Gaga, tantôt à un shoot pour Vogue sous l’objectif de Mario Testino ou pour une collection de Thierry Mugler. « Dans un monde où tout est copié/collé, il nous faut revenir au travail manuel » souligne le quadragénaire, barbe nette et crâne rasé. Assaad Awad vient de lancer sa marque, Awad Madrid, associant son nom à la ville qui l’inspire, après une longue carrière où son patronyme n’a circulé que sous le manteau, par souci d’exclusivité.

masculine, de même que des jambières et brassières d’acier, véritables armures qui s’ajoutent à une ligne de smokings en tissus argenté imitant le mica, relevant le tout d’ une note futuriste. Pour Lady Gaga, lors d’un show à Londres, il crée la fameuse « Wood dress » une robe entièrement recouverte de copeaux de bois en longues lanières, accompagnée d’une tiare en bois sculpté et de cothurnes blanches, surélevées, incrustées de cristaux. Pour une mi-temps du SuperBowl où Madonna animait l’intermède, il avait revêtu l’icône pop de noir et or, jupe de légionnaire à bandes de cuir cloutées et spectaculaire couronne d’inspiration aztèque, solaire et terminée par des cornes géantes, sous laquelle retombait en cascade sa chevelure blonde. Contributions caritatives Après le spectacle de Lady Gaga, Awad a défait la robe et récupéré 500 bandes de bois qu’il a fait coller une à une sur des cartes numérotées et scellées à la cire rouge d’un moulage de la bouche de la star. Objectif : lever des fonds pour une campagne de lutte contre le sida. Dans la foulée, il imagine des Barbie siamoises attachées l’une à l’autre par son harnais signature ainsi qu’un bandeau d’acier hérissé de balles de mitraillettes pour diverses collectes. On l’aura compris, aussi généreux qu’ingénieux, celui que la presse espagnole appelle affectueusement « El Diseñador » est un artiste engagé qui n’a de mesure que sa propre démesure.

Des armures de Mugler à la « Wood dress » de Lady Gaga Assaad Awad fait bien plus qu’accessoiriser défilés et spectacles : il participe à leur création. Ainsi, pour les défilés de Thierry Mugler, il réalise des étaux et visières futuristes en métal doré qui contribuent à la dramatisation d’une collection 111


CONTEMPORAINE ARABIE Plus encore que ses silhouettes et volumes déjantés, ce sont des textiles tribaux, tissés main par des artisans de contrées lointaines, qui font l’identité des collections de Faissal el Malak.

Photos DR

Par F.A.D.

112


originalité qui n’appartient qu’à lui. Car il est le premier à introduire dans ses collections les textiles si particuliers des tisserands d’Akhmim, l’un des nomes de Haute-Egypte, et les broderies des liciers du Yemen. Faissal el Malak est luimême surpris des similitudes entre les techniques et motifs de ces tissus traditionnels, que seuls expliquent les chemins des caravaniers. Il n’en est que plus heureux de les inviter à cohabiter dans un même vestiaire qui recrée une histoire, ou plutôt l’histoire même d’une Arabie qu’il voudrait heureuse et libérée de ses démons.

Ce jeune Palestinien qui a grandi entre Montréal et Doha s’est installé à Paris le temps de terminer sa formation de styliste à l’Atelier Chardon Savard. Cette école de mode a été cofondée l’année de sa naissance, en 1988, par une cinéaste, Cyrille Chardon, qui confère avec son associée Dominique Savard, ancienne de l’Ecole supérieure des Arts appliqués Duperré, un caractère conceptuel à l’enseignement du stylisme de mode. Là, entre Oberkampf et le faubourg Saint Antoine où survivent les derniers artisans de Paris, Faissal el Malak construit sur son identité palestinienne un style unique, à la croisée de plusieurs cultures, dominé par le savoir-faire ancestral des tribus du monde arabe. Associée à des silhouettes contemporaines, la touche moyen-orientale enrichit ses créations d’une

Fluidité des genres Après avoir abattu les frontières géographiques, il restait au jeune créateur à libérer le vêtement en effaçant les frontières sexuelles. Au-delà de la binarité homme-femme, Faissal el Malak vient de lancer une nouvelle collection baptisée « Collection 3 : Morphology » qui tente, dit-il, 113


Faissal el Malak a été sélectionné parmi les finalistes de la première édition de Who Is On Next Dubaï, une compétition organisée dans le cadre de Vogue Italia Fashion Dubaï Experience 2015, ce qui lui a permis de présenter sa collection printemps été 2016 au Dubaï Mall en octobre 2015. 114

Photos DR

une étude de la silhouette non sexuée. C’est encore plus subtil que l’androgynie : une manière d’analyser le mouvement, de suggérer une attitude où se mélangent force et sensualité sans souligner les attributs sexuels. Dans cette collection, el Malak redéfinit à travers le vêtement les idées convenues de féminité et de masculinité. Aux hommes il offre des couleurs audacieuses et des ornements. Pour les femmes, il exagère les mesures, élargit les épaules et les jambes des pantalons. Le tout sans jamais cesser de rendre hommage aux artisans dont la touche confère à ses créations une valeur intemporelle. En célébrant la dualité, il aligne les énergies masculines et féminines, juxtapose la force du rouge flamme et la placidité du bleu cobalt. Les tissus naturels sont brodés de manière à onduler comme des vagues et les tissus traditionnels sont reteints dans des couleurs insolites.


AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007, JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


“LA PLUS GRANDE FAUTE DE GOÛT, C’EST D’ÊTRE INFIDÈLE À L’ESPRIT D’UNE MAISON” Auteur BAPTISTE PIÉGAY Photographe PABLO ARROYO Styliste JÉRÔME ANDRÉ

En juillet dernier, Pierpaolo Piccioli a pris seul la tête de la direction artistique de la maison Valentino. Sa personnalité nourrie de punk, de romantisme et son attachement viscéral à Rome donnent déjà un nouvel élan à une ligne qui s’annonce passionnante, réfléchie et spontanée.

116


117


118


119


Avez-vous toujours eu envie de faire de la mode ?

De quoi êtes-vous le plus fier depuis vos débuts chez Valentino ?

Pierpaolo Piccioli : J’étais amoureux de la mode, mais je voulais d’abord devenir cinéaste. Certes, il n’est pas trop tard, même si j’adore ce que je fais.

D’avoir changé la perception que les gens avaient de la maison. Ce qu’elle proposait déjà était magnifique, mais lui avoir donné de la “coolitude”, de la contemporanéité, en la rapprochant du monde réel avec des pièces comme les sneakers, ou les souliers rockstuds avec des touches modernes et même punk, me rend assez fier. Je voulais offrir une nouvelle perspective sur la maison.

Quels créateurs admiriez-vous ? J’ai toujours aimé l’histoire de la mode. J’adorais ce que faisait Yves Saint Laurent, il avait l’intelligence de suivre l’esprit de son temps, il donnait à son époque une forme. Par exemple avec les smokings, ou même le prêt-à-porter, il a porté une révolution. J’étais aussi sensible à Cristóbal Balenciaga, ou à Coco Chanel, qui a changé l’idée que l’on se faisait de la femme. J’aime les créateurs qui cassent les règles. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. Ils représentent celui que j’aimerais être, pas seulement un fabricant de vêtements, mais un media maker. C’est le moment parfait, avec le développement des nouvelles technologies, pour développer une vision globale d’une maison de mode… Les réseaux sociaux sont des outils parfaits pour exprimer ses idées. Mais l’essentiel est d’avoir des idées ! Vous pouvez investir tous les supports possibles, mais si vous n’avez rien à dire, cela n’aura aucune importance. J’aurais adoré voir ce qu’Yves Saint Laurent ou Coco Chanel auraient fait d’Instagram, je pense qu’ils auraient également su le révolutionner. Sentez-vous toujours une proximité avec le métier de cinéaste ? Je veux que mon travail soit reconnaissable au premier regard, même si les histoires sont toujours différentes. Comme un film de Kubrick : qu’il s’agisse de Barry Lyndon ou d’Orange mécanique, après deux scènes, vous savez que c’est lui, que c’est son langage. Quels cinéastes aimez-vous particulièrement ? Fellini, Antonioni, Pasolini, Sorrentino, Almodóvar…

Vous a-t-il fallu du temps pour vous libérer du poids patrimonial pour proposer cette vision ? Monsieur Valentino dans les années 1960 lors de ses débuts s’attachait déjà à exprimer ce que voulaient les femmes de son temps, il décrivait sa génération, c’est cela son héritage auquel je suis fidèle. Capturer l’essence de la marque, c’est capturer l’essence de la maison. Elle doit beaucoup aussi à l’idéal de la couture, même dans l’univers masculin, en l’adoptant à mon époque. Quel est le point de départ d’une collection ? Il n’est jamais le même. En octobre, je pensais aux changements d’époque, par exemple à la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance ou entre les sixties et l’ère punk. Pour la collection Hiver 2017, dans la mesure où il s’agit de ma première collection, j’ai réfléchi à la notion d’homme, pour la repenser. Et plus précisément à l’idée de gentleman, de Gentle/Man, avec une dimension punk. J’ai travaillé avec l’artiste Jamie Reid, connu pour ses pochettes des disques des Sex Pistols, qui a conçu des slogans, des poèmes si l’on veut, pour accompagner cette collection. J’aime l’idée du Gentle/Man contemporain, de l’élégance sans effort, mais pas celle du dandy qui met des heures à s’assurer que tout va bien ensemble. Ce qui n’empêche pas une grande attention à la fabrication des pièces, qui reste traditionnellement fidèle à l’ADN couture de Valentino. Il faut connaître les règles pour mieux les briser… Les réseaux sociaux influent-ils sur votre processus créatif ? 120

Instagram est un outil formidable pour atteindre un public différent, mais je ne m’y suis intéressé qu’assez tardivement, via ma fille. Mais il faut l’apprivoiser… Si vous dites quelque chose d’idiot cela ne disparaît pas immédiatement. Mais ce n’est pas nécessairement une source d’inspirations. Je ne pense pas que l’on puisse produire des images uniquement à partir d’autres images, seulement à partir d’histoires qui stimulent la création. Sinon, ce n’est qu’une mise à jour d’une image déjà existante. Mon préféré est Humans of New York (qui compte 6,5 millions d’abonnés), les histoires intimes qu’il raconte sont fascinantes. Qu’est-ce que le départ de Maria Grazia Chiuri a changé dans vos méthodes de travail ? Être seul m’a rendu plus direct, à être plus dans l’émotion et moins dans la réflexion. Il y a peut-être aussi moins de filtres, particulièrement dans l’association des influences. Dans la collection Hiver 2017, il y a le Caravage, Bacon et Jamie Reid, et j’ai tout de suite compris comment les relier. Tout de même, dorénavant vous gérez seul les collections… Comment faitesvous pour renouveler votre inspiration ? Je vis ! Les accessoires ont toujours tenu une place essentielle dans vos collections. Est-ce pour rendre hommage à vos débuts ? C’est plutôt parce qu’ils s’adressent à tous. Pas la peine d’être blond aux yeux bleus ou de remplir des critères particuliers pour porter une paire de sneakers. Avec le camouflage, vous avez trouvé une signature très forte… Est-ce que vous pourriez l’abandonner ? Non, il fait désormais partie de mon langage. Est-ce que cela a encore du sens de parler de mode française, italienne, anglaise ? C’est même essentiel de préserver l’authenticité de son identité dans le


monde globalisé. Valentino est davantage une maison romaine qu’italienne… Rome est unique, cette ville est splendide et donne l’impression de vous promener au cœur de la beauté, et jamais de visiter quelque chose. J’aime le punk comme un Romain, pas comme un Anglais. La mode a-t-elle un discours à délivrer sur l’importance de la patience ? Elle crée du désir. Et le désir est fondé sur l’inaccessibilité momentanée. Si vous donnez tout tout de suite, il n’y a plus de désir. Depuis vos débuts, la mode de très grande consommation a pris une envergure difficile à ignorer. Comment abordez-vous cette évolution ? J’aime que le public mélange les pièces de manière singulière et personnelle. Chaque pièce Valentino est extraordinaire, c’est à vous de vous l’approprier. J’aime voir un très beau manteau associé à complètement autre chose. Récemment, à New York, je préparais une campagne pour présenter un nouveau sac. Terry Richardson photographiait des inconnus choisis dans la rue, qui gardaient leurs propres vêtements en posant avec le sac. N’y a-t-il donc aucune faute de goût qui vous choque ? Oh, si ! Mais cela dépend de quoi vous parlez : lorsqu’untel associe des couleurs qui ne devraient pas aller ensemble, cela ne me pose pas de problème, c’est même intéressant. En revanche, si vous parlez de création, c’est une tout autre histoire… La plus grande faute c’est d’être infidèle à l’esprit d’une maison. Quels sont vos moments préférés quand vous travaillez sur une collection ? Le tout début et la toute fin ! Portez-vous naturellement vos propres créations ? Oui, parce que j’aime ce que je fais. Même si je suis accro au shopping et que j’achète dans d’autres maisons… Est-ce que vous arrivez à avoir un regard objectif sur une collection ?

Seulement au moment où le défilé commence… Je suis le pire juge de mon travail, je suis terriblement critique vis-àvis de ce que je fais. Donc, lorsque je suis content, c’est très bon signe. Vous souvenez-vous du jour où vous avez été nommé directeur de la création de Valentino ? Bien sûr ! Je suis né dans une petite ville près de Rome. J’ai grandi avec l’idée que la mode était un univers éloigné. Même dans mes rêves les plus fous je ne pensais pas obtenir ce genre de poste… www.valentino.com Sur la première photo, Pierpaolo porte un trench-coat en coton avec slogan de Jamie Reid et une casquette en coton de la collection VALENTINO homme automne-hiver 2017/18. Sur la deuxième photo, trench-coat en coton et pantalon en laine de la collection VALENTINO homme automne-hiver 2017/18. Pull col rond en cachemire de la collection VALENTINO automnehiver 2016/17. Sneakers en toile de la collection VALENTINO GARAVANI automne-hiver 2017/18. Sur la troisième photo, trench-coat en laine de la collection VALENTINO pre-fall automne-hiver 2017/18. Casquette en coton avec slogan de Jamie Reid de la collection VALENTINO homme automne-hiver 2017/18. Ci-contre, manteau en laine de la collection VALENTINO pre-fall automne-hiver 2017/18. Pantalon en denim du créateur. Baskets “Open” en cuir de la collection VALENTINO GARAVANI automne-hiver 2016/17.


LE PETIT PRINCE Par MANOU FARINE Photographe DEVIN BLAIR Styliste JÉRÔME ANDRÉ

Fraîchement nommé danseur étoile de l’Opéra de Paris, Germain Louvet est plus qu’une promesse – une révélation : celle d’un talent avec lequel compter, longtemps. Il incarne pour nous la collection printemps-été 2017 de la maison Fendi.

122


123


1 24


125


28 décembre 2016. Le rideau s’apprête à tomber sur le parquet ciré de l’Opéra Garnier. Odette le cygne blanc vient de disparaître dans un fracas tchaikovskien, laissant là le prince Siegfried, dévasté, tout à son coupable chagrin. Sourires, sueur, saluts et applaudissements à tout rompre. Mais ce soir-là, le public aura son supplément de frisson. Siegfried/ Germain Louvet, 23 ans, collant gris, plastron de velours, broderies de feu et quatre actes du Lac des cygnes dans les jambes, est nommé danseur étoile, sur proposition de la directrice de la danse, Aurélie Dupont. “N’aie pas peur” lui glisse alors sa bonne fée. “C’est assez magique d’avoir été nommé sur le Lac, sourit l’élu. C’est le rôle auquel je peux vraiment m’identifier. Les variations lentes, les équilibres et les torsions à la Noureev, le côté lyrique des mouvements de bras et rêveur du personnage, c’est exactement ce que j’aime danser !” Et pour cause : corps délié, ports de bras délicats, fluidité hors norme, et virtuosité affolante dans les jambes, le garçon semble à première vue prédestiné aux rôles de prince. Quelque chose comme l’incarnation de la grâce maison. “Il y a dans l’école française cette idée que la performance technique est d’abord au service de l’esthétique, explique le danseur. Il ne s’agit pas de sauter le plus haut possible, mais le plus joliment possible. Je dirais qu’il y a comme une retenue, un raffinement dans le langage français, en particulier dans les pieds, dans ce qu’on appelle la petite batterie. Bref, tout ce qui tricote. Les Russes

sont plus puissants, plus bondissants et artistiquement plus tranchés que nous, qui sommes sans doute moins percutants, mais plus nuancés.” Une école dans laquelle se coule le jeune Germain avec une aisance désarmante. Famille sans rêves particuliers de chaussons Parcours aussi propre que ses entrechats : famille sans rêves particuliers de chaussons, premiers élans à 4 ans, conservatoire de Châlonsur-Saône, entrée à l’école de l’Opéra de Paris à 12 ans et échelons gravis avec la régularité d’un battement de jambes jusqu’à l’intégration dans la compagnie l’année de ses 18 ans. “C’est là je crois, que je suis devenu danseur.” à tout prince, son lot de bonnes fées : le temps de son passage éclair, Benjamin Millepied secoue les hiérarchies et le met en lumière. Quant à Aurélie Dupont, elle lui apprendra à être soliste. “J’ai été distribué dans CasseNoisette en 2014. Elle m’a enseigné tous les petits mécanismes mentaux pour affronter le regard du public, qui tout à coup ne regarde plus que toi. Être soliste c’est être seul en scène, seul en répétition, seul à se préparer. C’est fini, on ne peut plus demander le pas à son voisin !” Même pas peur ? “Être sacré aussi jeune c’est libérateur et c’est une chance, tempère Germain Louvet. J’ai tout mon temps pour apprendre et grandir justement avec des rôles d’étoile” 126

Travailler avec Jérôme Bel Adieu Siegfried, quand quelques semaines plus tard, on le rencontre à la ville, baskets, pull à haut col noir et gueule d’ange, à peine trahi par la position des pieds et un je-ne-saisquoi de tenu. De très tenu. Prince un jour prince toujours ? à voir. Côté pirouettes, Germain Louvet rêve certes de la profondeur d’Onéguine, de la puissance tonique du Basilio de Don Quichotte, s’aère avec appétit à Dubaï, à Moscou, au Japon, danse ici ou là et prend la lumière en guest star dans d’autres compagnies. Mais attend aussi patiemment que les fées contemporaines se penchent sur son berceau princier : Jiri Kylian, Ohad Naharin, Sidi Larbi Cherkaoui… des noms qui l’inquiètent un peu et l’enflamment beaucoup. “Je suis curieux de tout ce qui se fait. J’adorerais travailler avec des artistes un peu déjantés comme Jérôme Bel, Boris Charmatz ou Tino Sehgal.” Histoire de faire bouger les conventions du danseur et surtout celles du public. La scène, c’est ma maison Et les lignes, voilà déjà quelques années qu’elles s’emballent. Mannequin en agence depuis trois ans, c’est avec Fendi que Germain Louvet se fait muse. “Poser était un peu déstabilisant au début, se souvient-il. Sur scène, on est vu à 180 degrés. La photo elle, attrape un seul moment du mouvement.


127


Et tous les angles ne sont pas beaux à prendre ! Mais j’aime bien l’idée d’aborder le vêtement par le mouvement et de collaborer avec de grands photographes.” Marie-Agnès Gillot, Aurélie Dupont, Benjamin Millepied, Dorothée Gilbert, les danseurs ces nouvelles icônes ? “Je crois que si la danse revient dans le champ de la publicité, explique Germain Louvet, c’est qu’on a tellement été abreuvés d’images de synthèses et de célébrité qui ne s’appuie sur rien d’autre que sur elle-même, que certaines maisons comme Fendi ont eu envie de revenir à une admiration plus saine, une certaine idée du travail, voire de l’artisanat.” Quelque chose comme un corps qui raconterait une histoire et donnerait cette illusion inouïe d’un corps libre obtenu à force de contraintes. Grand sourire : “J’aimerais faire du cinéma aussi.” Et, comme pour s’excuser de l’audace, ajoute : “Du théâtre plutôt. La scène c’est ma maison. Mais 129

si j’en avais le talent, j’aimerais aussi chanter, peindre, faire du cheval, de la musique.” Et dans vingt ans ? “Je m’étais dis que je changerai de monde, que je quitterai la danse, que je reprendrai mes études. Mais maintenant je me dis que directeur de compagnie, gérer une programmation artistique, j’aimerais ça aussi.” Et d’ajouter, timide soudain : “Mais c’est un peu ridicule d’envisager tout ça à 23 ans ?” Vingt-trois ans et prince de l’école française. C’est-à-dire avec retenue et fourmis dans les jambes.

Groomer Kazuko Kitaoka Assistant photographe Natacha Mojaisky Assistant stylisme Emmanuel Pierre Germain Louvet porte des vêtements de la collection FENDI printemps-été 2017.


* COURS AVEC MOI


TONY & DRAKE.

RUN BABY RUN.

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

*


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


HIGHLANDER Être ce point entre ciel et vert. Puiser sa force à la force du vent, sa sève à la racine de l’ herbe. L’œil s’aiguise en défiant l’ horizon. La solitude est liberté, même quand elle invite une âme sœur. Par F.A.D Photographe CONRADO VELIZ Styliste DAVID GOMEZ-VILLAMEDIANA Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHLÉ

Pull, BURBERRY.


Chemise et pantalon, BURBERRY.


Pantalon, ALEXANDER McQUEEN.


À gauche, pull et pantalon, PRADA. À droite, pull et pantalon, LOEWE.


Combinaison, GIVENCHY.


CHEMISE, GIVENCHY.


À gauche, manteau et pantalon, VALENTINO. À droite, chemise et pantalon, GIVENCHY.


Manetau, VALENTINO.


Chemise et pantalon, CÉLINE.


Manteau, LOEWE. Pantalon, CORNELIANI.


Manteau, LOEWE. Pantalon, CORNELIANI.


Assistant Photographe Henri T Assistant stylisme Barbara Velez Modèles Jackson Hale @SupaModel Callum Stoddart @HMGModels Ariel Rosa @PRMAgency Coiffure Linnea Nordberg Directeur de casting Mitch Macken at MM CASTING


LONDON MM. TOM & ROWAN SMEDLEY

Photographe YANN FAUCHER Styliste JASON HUGHES


À gauche, allongé, Tom : débardeur en maille de coton, SANDRO. Pantalon en laine, PRINGLE OF SCOTLAND. Rowan : manteau et pantalon en laine, RAF SIMONS. Débardeur en coton, AMERICAN VINTAGE. Béret en laine brodé, EMPORIO ARMANI. Chaussettes, FALKE.


Rowan, à gauche : veste en laine et plastique, débardeur en plastique, pantalon en laine, COMME DES GARÇONS HOMME PLUS. Chaussettes, FALKE. Derbies “Shannon” en cuir, CHURCH’S. Tom : débardeur en laine, pantalon en laine, McQ. Chaussettes, FALKE. Chaussures à double boucle “Lambourn” en cuir, CHURCH’S.


Rowan, à gauche : pantalon en nylon, LOU DALTON. Tom : pantalon en laine, PAUL SMITH.


Veste et pantalon en laine, SALVATORE FERRAGAMO.


Rowan, à gauche : pull en coton, pantalon en laine, OFFICINE GÉNÉRALE. Tom : manteau en matière technique, J.W. ANDERSON. Pantalon en laine, DIOR HOMME.


Veste en laine avec revers en satin, PRADA. Pull en coton, OFFICINE GÉNÉRALE.


Veste en laine, pantalon en laine, LANVIN. T-shirt en coton, AMERICAN VINTAGE. Béret en laine brodé, EMPORIO ARMANI. Derbies “Shannon” en cuir, CHURCH’S.


Rowan à gauche : pantalon à bretelles en laine, EMPORIO ARMANI. Derbies “Shannon” en cuir, CHURCH’S. Tom : veste et pantalon en laine, DIRK BIKKEMBERGS. Chaussures à double boucle “Lambourn” en cuir, CHURCH’S.


Tom, à gauche : costume en lin et soie, T-shirt en jersey de soie, CANALI. Rowan : veste en laine, AMI. Veste en laine, chemise en cuir, pantalon en laine, VALENTINO. Béret en laine brodé, EMPORIO ARMANI.


Chemise à manches courtes en coton, NEIL BARRETT. Débardeur en maille de coton, SANDRO.


Tom, à gauche : pull en coton avec empiècements en satin, ANN DEMEULEMEESTER. Pantalon en laine, AMI. Chaussures à double boucle “Lambourn” en cuir, CHURCH’S. Rowan : manteau en cuir, pantalon en laine, JIL SANDER. Derbies “Shannon” en cuir, CHURCH’S. Ceinture vintage. Modèles Tom Smedley chez Elite Rowan Smedley chez Elite Coiffure Alexander Soltermann Maquillage Maria Comparetto Assistant photographe Ben Whitley Assistante stylisme Roberta Pinna


TRENCH M. SIMON CLARK, MME CECILIA CHANCELLOR Photographe MARC HIBBERT Styliste HUGO LAVÍN


Simon : trench-coat en gabardine, MACKINTOSH. Chemise en coton, UNIQLO. Pantalon en coton, EMPORIO ARMANI. À son pied droit, richelieu en cuir, BURBERRY. À son pied gauche, mocassin en cuir, MAISON MARGIELA. Cecilia : trench-coat en coton, MAISON MARGIELA. Chemise en coton chez chez CASSIE MERCANTILE. Pantalon en coton, PAUL & JOE. À son pied droit, mocassin en cuir, MAISON MARGIELA. À son pied gauche, chaussure en cuir, DR. MARTENS.


Trench-coat en laine, MARNI. Chemise en coton chez CASSIE MERCANTILE. Pantalon en laine, McQ. À son pied droit, richelieu en cuir, BURBERRY. À son pied gauche, mocassin en cuir, MAISON MARGIELA.


Trench-coat en toile et en cuir, LOUIS VUITTON. Chemise en soie, MAISON MARGIELA. Pantalon en coton, JOHN LAWRENCE SULLIVAN. À son pied droit, mocassin en cuir, MAISON MARGIELA. À son pied gauche, chaussure en cuir, DR. MARTENS.


Trench-coat en coton, BURBERRY. Chemise en coton, JOHN LAWRENCE SULLIVAN. Pantalon en coton, PAUL & JOE. À son pied droit, richelieu en cuir, BURBERRY. À son pied gauche, mocassin en cuir, MAISON MARGIELA.


Trench-coat en matière technique, DIOR HOMME. Pantalon en laine, VERSACE.


Cecilia : trench-coat en coton, MARNI. Chemise et pantalon en soie, MARQUES’ ALMEIDA. Chaussures en cuir, DR. MARTENS. Simon : trench-coat en coton, JIL SANDER. Chemise en coton, JUUN.J. Pantalon en laine, McQ. À son pied droit, richelieu en cuir, BURBERRY. À son pied gauche, mocassin en cuir, MAISON MARGIELA.


Modèles Simon Clark chez New Madison Cecilia Chancellor chez Models1 Coiffure Takuya Uchiyama avec Catwalk by TIGI Maquillage Daniel Kolaric avec M.A.C Assistant photographe Jack Gray Assistant stylisme Samuel Bardaji


SOLEIL NOIR SOLEIL Au cœur de l’Arsenale nuovissimo de la Cité des Doges qui vivait, en mai, au rythme de sa 57e Biennale internationale d’art contemporain, s’érigeait tel un totem gigantesque et terrifiant un réacteur de Bombardier face à un écran noir recouvert de pièces de monnaie. Zad Moultaka, compositeur et plasticien, représentait avec cette œuvre le Liban et toute une région minée par la violence.

Photos Wladimiro Speranzoni

Par F.A.D.

178


Né en 1967, Zad Moultaka entame très tôt des études de piano au Conservatoire de Musique de Beyrouth. En 1984, chassé par la guerre civile, il quitte le Liban pour s’installer à Paris, où il poursuit sa formation musicale et instrumentale. Entré en 1989 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, il commence, dès 1992, une brillante carrière internationale de pianiste soliste. Parallèlement à ses études musicales, Moultaka suit les cours de dessin et de peinture des ateliers de la Ville de Paris. À la fin des années 1990, il met un terme à sa carrière de soliste pour se consacrer à la composition et à la peinture, restée trop longtemps dans une « forme de clandestinité », un « temps arraché à l’écriture musicale ». Peintre, Moultaka réalise des œuvres sur papier au brou de noix et à l’encre, puis, dans les années 2000, de grandes peintures acryliques abstraites. Compositeur, il approfondit son langage

musical et scénique, dans lequel il intègre les modalités de l’écriture contemporaine occidentale aux rythmiques spécifiques de la musique arabe. De la caverne à l’espace Est-ce le compositeur en lui qui a invité l’artiste, ou au contraire le plasticien qui a ressenti le besoin de donner une parole humaine à son œuvre pour lui permettre de transmettre son message dans le monde sensible ? Zad Moultaka souhaitait au départ ériger un météore géant, une immense caverne à travers laquelle circuleraient les énergies telluriques pour gagner la terre entière par ses cavités. La surprise était donc de taille à la découverte d’un engin du domaine de l’air affecté au même objectif qui consiste à « questionner à travers un dialogue spatial, temporel et sonore entre Ur en Irak, Beyrouth au Liban et Alep en Syrie, lieux de terribles 179

violences passées et actuelles et tout de puissance symbolique du Proche Orient.” L’âme d’un moteur A l’arrivée, ce moteur/totem monumental, qui rappelle la stèle en pierre noire sur laquelle fut gravé en caractères cunéiformes le Code de Hamurabi, représente SamaS, le dieu du Soleil et de la Justice des Babyloniens. Et le plus surprenant est que ce moteur de Bombardier va chanter via un dispositif unique de 32 enceintes ; il va psalmodier, en signe de deuil d’un monde qui s’effondre, les cris et chuchotements de la Lamentation sur la ville d’Ur, « la plainte que l’on récitait en pleurant il y a 4 000 ans devant le mur de la cité dévastée d’Abraham » comme l’indique le commissaire de cette installation singulière, Emmanuel Daydé. L’artiste qui a exercé un jour une distorsion sur le bruit de moteur d’une


Ferrari de manière à en extirper une quasi élégie en connaît un rayon sur l’âme des moteurs par laquelle ils rejoignent, en quelque sorte le Moteur de l’univers. Les pièces de monnaie dont est recouvert le mur du fond représentent le monde contemporain de plus en plus acquis au culte de l’argent, ou plutôt du Veau d’or pour rester dans la note babylonienne. Soleil obscur Une pièce musicale, intitulée Soleil obscur, composée par Moultaka, fait partie intégrante de cette installation à la fois mécanique et vivante, contemporaine et prenant source aux origines de la civilisation. Elle a été écrite pour 32 voix (en l’occurrence celles de la chorale de l’Université Antonine de Beyrouth, dirigée par le père Toufic Maatouk), et emprunte son texte, selon le compositeur, « à l’hymne au dieu Sumérien

de la justice. Elle puise dans un lexique akkadien des mots mutilés, amputés comme après une déflagration d’un missile tombé en plein milieu de la langue. »On l’aura compris, c’est à une œuvre sombre mais lumineuse par sa puissance, sa dimension mystique et la recherche qui la sous-tend, qu’a été confronté le public de la Biennale en découvrant la contribution libanaise à cet événement international. Plus présent que jamais sur la carte de l’art contemporain, le Liban donnait par ailleurs à voir au pavillon central de l’Arsenale, dont la commissaire était Christine Macel, conservatrice du Centre Pompidou, des œuvres d’Huguette Caland qui confirmaient une fois de plus la consécration mondiale dont jouit cette artiste que l’on compare parfois à Georgia O’Keeffe, ainsi que les sculptures phalliques de Ghassan Zard dans les Giardini.

180


DE L’UTILITÉ DU DESIGN AU CŒUR DE LA VILLE La 6e édition de la Beirut Design Week a pour thème cette année le design et sa raison d’être pour la société, son impact sur l’avenir et le rôle même du créateur. Entreprises innovantes, écoles de design et concepteurs y étaient représentés dans une ambiance plus favorable aux échanges d’idées qu’au simple marketing. Par MYRIAM RAMADAN

182


Photos Raintree

« Silent Room », de Nathalie Harb.

Entre conférences, entretiens et ateliers, public et créateurs étaient invités à explorer les travaux de la communauté créative exposés dans différents quartiers de la ville. C’est en mai dernier que MENA DRC (Design Research Center) a mis en place la nouvelle édition de la Semaine du Design de Beyrouth. Cette organisation à but non-lucratif a souhaité se démarquer des foires habituelles avec une sélection de thèmes uniques et un focus sur des questions importantes, autant pour l’individu que pour la société. Le MENA DRC incite à la réflexion critique autour des valeurs du design et des différents obstacles auxquels la communauté libanaise de cette industrie est confrontée. C’est à partir d’une question que le dialogue s’initie et prend son élan: Le design est-il un besoin ? Autour de l’objet-réponse Les artistes ont le pouvoir, à travers leurs œuvres, de changer les mentalités

et les comportements. Comment peut-on utiliser le design en tant qu’outil de changement? Le message de l’édition de cette année se veut essentiellement une autocritique et une auto-évaluation des artistes eux-mêmes. Mais le public a aussi droit à la parole et sa réflexion est sollicitée: que veut dire le mot « design » pour les artistes ? Ces derniers le perçoivent-ils tous d’une même manière ? Comment le grand public comprend-il le concept ? Est-il nécessaire à notre quotidien ? Le thème offre donc aux participants, ainsi qu’à leur public, à travers les nombreux ateliers et expositions, l’opportunité de débattre autour de ce sujet. La retraite urbaine de Nathalie Harb Parmi les dizaines d’artistes qui exposent cette année à la BDW, on s’arrêtera notamment sur Nathalie Harb et sa « Silent Room ». Nathalie, qui est scénographe pluridisciplinaire (espaces intérieurs/extérieurs, tels les théâtres et cinémas, temporaires/ 183

permanents et installations artistiques), se passionne pour la création d’espaces porteurs d’histoires. Elle a travaillé avec l’association Zoukak et Ali Jabbour et a réalisé des installations au Liban et à Londres. L’idée de son projet est née d’un besoin physique. Elle explique : « nos vies et nos espaces urbains sont saturés: pollution visuelle et sonore, informations en tous genres, surtout le genre qui génère la peur en chacun et en fait un citoyen effrayé ». Peu d’espaces dans le paysage urbain (parcs, lieux silencieux) sont conçus pour le repos dont nous avons tous besoin, étant submergés par ce stress quotidien qu’elle décrit. Il y a peu de places où l’on peut ainsi s’échapper pour ne rien faire. En général, ce sont les gens « privilégiés » qui ont accès à ce calme (voyages, maisons secondaires). Notre espace public est accaparé à notre insu par le téléphone, les informations politiques et le marketing continu. Le silence est


« NationMetrix », du duo Roula Salamoun / Ieva Saudargaite.

Nathalie a sciemment choisi un quartier bruyant où les habitants sont exposés en permanence à la pollution sonore et visuelle. Cet abri, Nathalie l’a voulu comme une maison dans un arbre où l’on peut se poser, faire comme une halte, se soustraire du quotidien bruyant et jouir du calme. Le but ultime de la créatrice est de déposer cette idée dans le domaine public de manière à favoriser la construction de lieux où l’on peut se retirer pour refaire le plein de sérénité dans le tumulte des jours. Le dédale du duo Roula Salamoun / Ieva Saudargaite Le duo d’architectes Salamoun/Saudargaite (basé à Beyrouth), a conçu avec NationMetrix une installation

sensorielle qui met en lumière les difficultés qu’ont les détenteurs du passeport libanais à se mouvoir dans les dédales des aéroports lors de leurs voyages. Les deux architectes se sont inspirées des techniques de dépistages de sécurité, et ont réinterprété un espace à travers lequel le voyageur navigue durant ses transits dans les aéroports. Tout cela sur un bruit de fond d’enregistrements portant sur le débat, la nationalité et la citoyenneté. Avec un parcours programmé entre la Quarantaine, le Musée Sursock, le centre-ville et Saify Village, Gemmayzé, Mar Mikhael, Achrafieh, Hamra, Sin el Fil, et s’étendant jusqu’à Mkalles et Antélias, le compexe Aïshti by the Sea avec sa fondation d’art contemporain ayant décidé une nocturne le 24 mai dernier, la Beirut Design Week 2017 aura investi air terre et mer, mettant aussi les illustrateurs à l’honneur, pour donner un sens à nos vies à travers des idées soutenues par divers objets inédits, les uns pratiques, les autres conceptuels, mais tous innovants et se proposant comme partenaires indispensables de notre quotidien. 184

Photos Courtesy of the artists

devenu un produit de luxe non-accessible à tout le monde. D’ou la conception de Nathalie d’une chambre silencieuse, installée à Dora durant la Beirut Design Week, et qui a été réalisée avec toute une équipe, dont BUF, bureau d’architecture basé à Londres. Khaled Yassine et 21dB ont assuré l’acoustique et Joseph Kai, le design graphique.


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


IL Y A DE LA DOULEUR DANS LA POP Il y a en Raed Yassin une espèce de boulimie d’expression qui en fait un artiste aussi obsessionnel qu’exceptionnel. Plasticien de la condition humaine et musicien de l’instant, il détourne tout ce qu’il touche pour en extraire du sens. Par F.A.D

The Stinky Singer (2015), Taxidermy skunk, neon and sound.

186


A Feeling In Perspective installation view (2016), at Isabelle Van Den Eynde Gallery in Dubai.

Né en 1979, Raed Yassin vit et travaille à Beyrouth où il a obtenu, en 2003, son diplôme du département de théâtre de l’Institut national des Beaux-Arts. Totalement polyvalent, aucun support ou technique n’échappe à son avidité d’interroger son époque et en tisser des récits : ni photo, ni film, ni néon, ni son, ni céramique ou porcelaine, ni collages ou installations. A même pas quarante ans, cet artiste a déjà le palmarès d’un grand. Depuis 2008, il aligne prix prestigieux, résidences d’artiste et expositions en solo ou collectives dans les galeries les plus iconiques et les plus grands musées. Mais là n’est pas son seul but. S’il se contentait d’écumer le monde avec ses œuvres insolites, si les honneurs le comblaient, il ne serait pas en plus l’organisateur à Beyrouth du festival Irtijal d’improvisation musicale, ni membre fondateur du collectif d’art « Atfal

Ahdath » (au nom si riche de sens puisqu’en arabe il signifie à la fois « nouveaux nés » et « enfants de la guerre, ou des événements ») ni fondateur de la compagnie de production « Annihaya » au nom tout aussi interpellant puisqu’il signifie « fin ». Présence absence du père Issu d’une histoire familiale peu commune, Raed Yassin place son père au cœur de sa quête. En 2015, avec une vidéo de 5’30’’, il rend hommage à cet homme mystérieusement disparu pendant la guerre et qu’il a à peine connu. Le père de Yassin était styliste à Beyrouth. Ce fan de disco, parti gagner sa vie en Egypte, se retrouve littéralement vedette de films d’horreur. Dans le film de l’artiste, le père se confond avec son homonyme Mahmoud Yassin sur fond d’abandon, de départ, de manque et de paillettes. Ce détournement du traumatisme sur le 187

mode pop fait écho à une installation plus dramatique de 2011, Man Running in Magnetic Field, qui met en scène la mort du père telle qu’imaginée par l’enfant. Il s’agit d’une série de photos où l’on voit un homme portant un attaché case supposé rempli de billets de banque, courant dans un dédale dont toutes les issues sont condamnées. La famille reste un thème central dans l’œuvre de Yassin, comme le montre l’un de ses travaux les plus emblématiques : une série de vases inspirée des trophées de porcelaine blancs et bleus de la dynastie Han. L’œuvre, réalisée dans une petite ville de porcelainiers chinois et baptisée Yassin Dynasty, imite les ornements illustrant les hauts faits des grandes dynasties chinoises, mais en retraçant les grands moments de la guerre libanaise. Dans Dancing, Smoking, Kissing, on retrouve en 2013 le même thème, cette fois de banales photos de


ANGELA, Sex, Spies, and the Suicide Dancer (2017) (selection), Courtesy of the artist and Kalfayan Galleries (Athens-Thessaloniki).

famille sublimées en broderies pop sur fond de tissu fleuri. Tous les codes esthétique de la petite bourgeoisie moyen orientale sont présents dans les œuvres de Yassin: napperons, sitcoms, objets de porcelaine kitsch. L’Egypte mythifiée par l’enfant qu’il fut, l’Egypte sans doute du père, est explorée à travers des distorsions filmiques qui transforment le présent en passé et inversement. La télévision, personnage à part entière, projette sa lumière bleutée au cœur des foyers et y invite des vedettes de pacotille que le temps finit par emporter. La ville, la guerre, l’identité, l’effacement Enfant de la guerre, Yassin est naturellement obsédé par Beyrouth. Non content de l’avoir quelque peu évacuée dans ses porcelaines, il l’expose et la surexpose en jouant avec ses lumières dans « Untitled »(2011), une série de photos retravaillées en couleurs saturées qui met en lumière tant les ruines que les chantiers en cours sur fond de mer à la fois tentatrice et glauque. Le musicien en lui n’a pas fini de se rejouer les bruits terrifiants et obsédants de la guerre, entre explosions et discours miliciens. Il finit, en 2005, par en faire une bande son de

ANGELIKA, Sex, Spies, and the Suicide Dancer (2017) (selection), Courtesy of the artist and Kalfayan Galleries (Athens-Thessaloniki).

24’ intitulée CW tapes. Une autre hantise de l’artiste est la disparition. La sienne propre dans un film où on le voit s’avancer dans la mer et s’effacer progressivement, mais aussi celle de l’artiste comme l’indique My Last self-portrait, installation qu’il organise autour d’un autoportrait du peintre libanais Khalil Saleeby, assassiné par des gens de son village, représentant ce dernier à demi retourné vers le spectateur. En invitant des étudiants des Beaux-Arts à reproduire ce portrait à l’identique, il offre à l’artiste, à titre posthume, le réconfort d’avoir été vu et reconnu. Cet éternel fouilleur d’identités interroge par ailleurs à travers la calligraphie et la technique du néon tout ce qui résume la perception occidentale des clichés arabes, notamment en jeux visuels autour des mots « Allah », « Halal » ou « Falafel » (Islamic Wrinting, 2012,2013) où reviennent les mêmes phonèmes. Et puisqu’on s’arrête au néon, on ne peut qu’admirer la puissance de l’effet des couleurs et des dimensions dans ce simple cri en quatre lettres lumineuses: « Ouch ». « My pain cannot be described in words » dit le titre de l’œuvre. Mais l’art, selon Yassin, ne se sert des mots que pour les transcender. 188


Ruins in Space (2014), Courtesy of the artist and Kalfayan Galleries (Athens-Thessaloniki).

Dancing, Smoking, Kissing (2013), Courtesy of the artist and Kalfayan Galleries. hens-Thessaloniki)

Sex, Spies and the Suicide dancer 2017, Courtesy of the artist and Kalfayan Galleries (Athens-Thessaloniki). 189


LES FRÈRES QUISTREBERT & M. DE WERD Par YAMINA BENAÏ ET WILLIAM MASSEY

Deux représentants de la jeune scène artistique française et un de leurs collectionneurs répondent à notre questionnaire. Chacun s’est prêté à ce jeu de miroirs… Florian et Michael Quistrebert : On n’a jamais ressenti le désir d’appartenir à la scène française, à l’ère d’internet et de la globalisation, les “scènes” ne se regroupent plus par pays, mais par catégories d’artistes qui s’entre-influencent. Désormais, les moyens sont faciles et nombreux pour pouvoir s’informer sans se déplacer. On a ainsi des recherches qui se croisent aux quatre coins du monde sans que jamais les artistes ne se rencontrent. Les scènes, selon les localités, n’ont plus vraiment de sens aujourd’hui. Nous venons plus d’une lignée de peintres au sens étendu du terme, des artistes dont la question picturale était le centre mais qui sont allés chercher des réponses à côté. Nous sommes les descendants de divers courants qui peuvent s’opposer, et c’est cette contradiction qu’il nous semble bon de développer.

Que ressentez-vous lorsqu’une de vos œuvres est acquise par un collectionneur ? Un sentiment agréable.

Parmi quelles collections votre travail serait-il susceptible de trouver sa place ? Un collectionneur est plus en mesure de répondre à cette question. Vous savez, les goûts et les couleurs…

Combien d’œuvres des frères Quistrebert possédez-vous et pourquoi les avoir acquises ?

Ci-dessous, les artistes Florian et Michael Quistrebert. Page de droite, “Stripes Painting S2E4” (2014) acrylic and gesso on wood, 63 x 50 cm, une de leurs pièces.

Antoine de Werd : J’ai deux grandes œuvres. The Beer Slash, que j’ai vu pour la première fois à la foire d’art de Rotterdam, a produit en moi un puissant effet. C’est une peinture à la fois brute et poétique. Les couleurs sont superbes. God 2.0 est totalement différente, c’est une œuvre très subtile et précise lorsqu’on la regarde de près mais sa composition prend une dimension quasi-tribale quand on prend du recul. Les deux œuvres ont une caractéristique “hallucinatoire” malgré ce contraste entre l’aspect brut de The Beer Splash et le détail de God 2.0. Elles illustrent la profondeur artistique et la qualité des frères Quistrebert.

Où les avez-vous exposées ou entreposées ? 192

Photos DR

Quel sens cela a-t-il pour vous d’être identifiés comme artistes de la “scène française” ?


Photos Amit Israeli. I.Giovacchini/Courtesy des artistes et de la galerie Crèvecœur, Paris Les deux œuvres sont exposées chez moi.

À l’usage, que vous apporte le voisinage des œuvres de Florian et Michael Quistrebert ? De manière générale, je trouve très stimulant de vivre entouré d’œuvres d’art.

Les œuvres des Quistrebert donnent à ma collection un stimulus supplémentaire. J’ai fait l’acquisition de God 2.0 à la galerie Juliette Jongma à Amsterdam, sans l’avoir vue de visu, mais après l’avoir observée sur le site internet de la galerie, j’ai décidé de l’acquérir. Je l’ai ensuite prêtée dans le cadre d’une exposition des nominés du 193

prix Marcel Duchamp à Rouen. Quant à The Beer Splash, je l’ai accrochée dans ma chambre – endroit peu commun pour ce type d’œuvre. C’est la première chose que je vois en ouvrant les yeux le matin. C’est comme se réveiller avec un soleil levant. Donc la journée commence toujours bien, grâce aux Quistrebert.


BRISEUR DE FRONTIÈRES Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, déjà récompensé à 36 ans aux Césars, aux prix Lumière, aux Victoires de la Musique et du Jazz, Ibrahim Maalouf est le musicien francolibanais le plus protéiforme et catalyseur d’énergies de sa génération. Retour sur le parcours d’un phénomène musical.

Photos DR

Par SABYL GHOUSSOUB

194


PHOTOS JOSEPH BAGUR

L’été dernier, Ibrahim Maalouf a joué sur les marches du Temple de Bacchus, à Baalbeck, une musique composée après les attentats de Beyrouth et Paris en novembre 2015. Un an après, le voici invité le 22 juillet sur la même scène pour un concert qui s’annonce mémorable. Entre le Liban et lui, une longue histoire s’est écrite. Il l’a d’abord quitté dans les bras de sa mère. Ses parents ont vite émigré en France après sa naissance en pleine guerre civile. Pourtant, même lorsque les combats battaient leur plein, la famille revenait tous les étés à Ain El Abou. Ils y restaient deux, trois ou parfois quatre mois si l’aéroport était fermé. Le musicien se souvient encore de la corniche et des hôtels détruits, puis de son premier concert en duo avec son père, en 1997, à l’AUB dans le cadre du festival Al Bustan. Y jouer avait un sens, participer à la renaissance de son pays.

travail à effectuer et aujourd’hui, en riant, il m’assure avoir bien compris. À presque tous les concours de musique, à Paris ou ailleurs, il est classé parmi les trois premiers. “Mon père m’a réellement offert un métier en exigeant le meilleur de moi.” En 2007 sort son premier disque Diasporas, très bien reçu par la critique et le public. Dix ans après, neuf albums se sont succédés dont deux coffrets live. Son processus de composition a forcément évolué, la musique aussi, mais sa manière de travailler reste la même : Par couches qui se superposent et en prenant son temps. Certains morceaux ont nécessité huit à neuf ans de composition et de retouches avant de voir le jour. Après la tournée de cet été, Ibrahim Maalouf s’isolera un an pour préparer le prochain album et travailler sur de nouveaux projets dont un hommage à Dalida chez Barclay avec plusieurs invités dont il ne peut encore révéler les noms.

Composition par couches La musique a bercé l’enfance d’Ibrahim Maalouf. Son père, Nassim, est trompettiste, sa mère Nada, pianiste. Dans toute la maison et à toute heure de la journée résonnaient les notes de Schubert et Chopin ou les voix d’Oum Koulthoum et Fairouz. Parfois des taqsims et des improvisations joués par son père avec sa trompette “microtonale” qu’il a lui-même inventée. Aujourd’hui, Ibrahim l’affiche fièrement sur ses pochettes d’album et posters ou sur scène. Elle lui permet de jouer les quarts de tons essentiels aux sonorités orientales. Il a sept ans et demi quand son père accepte enfin de lui donner des cours à condition “de le faire bien, pas à moitié.” À l’époque, l’enfant qu’il était ne réalisait pas l’ampleur du

La transe du tarab De New York à Istanbul en passant par Saint-Pétersbourg, Rotterdam et même Tokyo, des concerts, il en a joué dans plus de 28 pays mais son meilleur souvenir reste celui du 14 décembre 2016 à Bercy. Quatre heures de concert devant dix-sept mille personnes. La première fois qu’un jazzman français joue dans une salle aussi grande. Tous ses amis et sa famille du Liban s’étaient déplacés, mais aussi ses élèves et anciens collègues. “J’ai vécu la fête la plus dingue de ma vie et on va essayer à Baalbeck en deux heures, de faire un concert aussi fort.” Il aurait voulu jouer quatre heures là aussi, mais c’est impossible. Son histoire me rappelle la représentation d’Oum Koulthoum en 1967 à l’Olympia. Le public avait quitté

195


La passion des fusions culturelles Homme de rencontres et de culture, Ibrahim est passionné de cinéma. Membre du jury des festivals de Cabourg et Deauville cet été, il a déjà remporté le César de la meilleure musique en 2017 pour son travail sur la bande son du film Dans les forêts de Sibérie. Au cours de l’entretien, il me cite l’essai Identités meurtrières de son oncle Amin Maalouf, sa bible. “Tout le 196

PHOTO DENIS ROUVE

monde devrait lire ça. C’est une charte éthique et déontologique de la vie sociale en communauté.” Il évoque aussi les albums Bad et Thriller de Michael Jackson qui ont bouleversé sa vie et la musique pop. Il se réjouit de l’intégration de plats venus d’ailleurs dans les cartes des restaurants libanais, précisément le manti arménien qu’il adore, des boulettes de viande hachée assez épicée, enveloppée dans des ravioles. L’ouverture à l’autre, la fusion des cultures le touche dans tous ses aspects. “C’est un des problèmes du jazz aujourd’hui devenu trop bourgeois, presque snob et fermé sur lui-même.” Préserver le côté festif et populaire de cette musique venue de la rue reste pour lui essentiel, ainsi que de continuer à bouleverser les codes. “Quand je vois les artistes de ma génération, comme le pianiste Tigran Hamasyan, je me dis que les choses sont en train de changer.” Les barrières s’effondrent, les interdits aussi. C’est dans cette optique qu’Ibrahim veut venir jouer à Baalbeck. Faire connaître la musique jazz instrumentale, peu écoutée au Liban, au plus grand nombre. Une nouvelle frontière à briser.

la salle en transe à deux heures du matin. C’est ce fameux tarab, proche d’une hypnose euphorique, qu’il cherche à atteindre lors de chacune de ses représentations. De l’Astre d’Orient, Ibrahim a repris Alf Leila W Leila. Pari risqué de réinterpréter un des grands classiques de la diva égyptienne. “Le travail a été incroyable et passionnant. Transcrire une chanson très traditionnelle, composée dans les grandes lignes du chant arabe dans un langage jazz américain. J’ai essayé autant que possible d’être fidèle dans les transcriptions et c’est un exercice que j’aimerais réitérer.” En une introduction, deux ouvertures et quatre mouvements, Ibrahim a osé faire bouger les lignes du jazz et de la musique arabe.


SA MUSIQUE AU MILIEU DES NUAGES Architecte le jour, pianiste dans l’âme, le soir Vladimir Kurumilian façonne chacun de ses concerts comme un moment unique et les notes qui coulent sous ses doigts capturent le moment dans une musique. Par MARIA LATI

198


PHOTOS DR

Pour chacun de ses concerts, Vladimir Kurumilian élabore un thème et des visuels saisissants dans lesquels son imagination prend forme, mais la musique improvisée découle de l’inspiration du moment. Le jeune artiste laisse libre cours à ses émotions, capte les vibrations de son public, et le reste n’est que musique. Vladimir se déplace toujours avec son cahier, dans lequel il esquisse des sensations, des moments, des idées et compose des vers. Petit à petit certaines de ces ébauches se développent pour se transformer en prémices d’un concert qui s’annonce. Pour A Piano in My Pillow, il commence par noter ses rêves. Ces derniers deviennent le fil conducteur d’une performance en six parties, six atmosphères transmises par des notes libres qui naissent au fur et a mesure, inspirées par le thème mais surtout le ressenti de l’instant. Pendant le spectacle, l’artiste baigne dans une brume et un jeu de lumières qui anime ce ciel nuageux et accompagne les notes: sombres ou lumineuses, mélancoliques ou rayonnantes. A l’occasion de son récent concert en mai, Ana Bahlam Bik, un come back pour le pianiste après une

absence, sous une pluie d’étoiles il se met à nu, racontant une histoire d’amour qui le bouleverse. Vladimir laisse ressortir dans son jeu le trop-plein d’émotions jusque là contenu, et le moment n’en est que plus puissant pour les privilégiés qui assistent à ce concert unique. Sa musique contemporaine, aux accents parfois électro, ou encore avec une touche orientale, Vladimir la crée parfois en duo avec d’autres artistes comme Karim Khneisser, Liliane Chlela ou encore le groupe Pop-Rock Adonis. Depuis la flûte à bec… Le jeune prodige se met au piano enfant, il commence avec la flute à bec mais très vite trouve sa place au clavier. Inscrit au conservatoire, il passe ses après-midi et soirées après l’école entre cours de solfège, théorie ou histoire de la musique, mais aussi à dessiner. Son père architecte lui transmet le gout de l’art et Vladimir ne quitte plus sa plume. Son métier d’architecte d’intérieur l’introduit dans l’aventure Starch. Pour l’édition 2016-2017, il réalise le concept design de la boutique, des modules multifonctions, miroir d’un coté, patères et étagère de 199

l’autre, qui peuvent s’emboiter ou rester libres, une idée née d’un croquis qu’il retrouve dans ses archives et ses cahiers. Les pièces s’étendent à la verticale, comme la skyline de Beyrouth, peintes en doré pour une première édition, un clin d’œil à l’âge d’or du Liban. Pour la seconde édition, l’inspiration est plus graphique. Les mêmes pièces deviennent bleues, rouges ou noires et le blanc prédomine en référence à Mondrian. Vladimir peaufine ses projets d’architecture en journée, et retourne la nuit à sa musique. Il prépare un premier album, sept morceaux, sept histoires et inspirations personnelles inscrites dans ses cahiers, qu’il a choisi de dévoiler dans sa musique. L’artiste aux multiples talents compose notes et paroles, et travaille sur un concept visuel percutant. Une nouvelle direction pour Vladimir qui cette fois donnera une forme permanente à des émotions furtives. Mais l’artiste n’abandonne pas pour autant l’improvisation et cet été, à l’occasion de son prochain concert, peut-être aurons-nous l’occasion d’assister à une pause d’émotions à vif dérobée au temps.


Fitness by the Sea

It's time to get in shape Join UR Gym and enjoy Hot fitness classes Dynamic PT sessions Soothing sauna and steam rooms Open-air rooftop infinity pool Aïshti by the Sea, Antelias, Level 4, T. 04 711 940

GYM BY THE SEA


Derrière le nom Les Mauvais Garçons se cache Raja Farah, un pâtissier épris de son métier, soucieux de composer des desserts délicieux dans lesquels chaque ingrédient est choisi avec soin pour ravir nos papilles. Par M. L. 202

Photos DR

IL NOUS REND NOISETTE


L’ingrédient préféré du chef pâtissier? La noisette, un ingrédient qui se prête à de multiples interprétations. Pour sa tarte chocolat-noisette, Raja compose une pâte tenue par le chocolat, la poudre de noisette, et la remplit de textures différentes : crémeux chocolat noir, couverture en chocolat croustillant et crème montée chocolat noisette sur le dessus. Sur sa carte qui change deux fois par an, il propose des classiques de la pâtisserie française. La pâtisserie est une expérience minutieuse où dosage et cuisson suivent des règles incontournables pour réussir un dessert. L’originalité ne s’ajoute qu’une une fois la base maitrisée, et pour Raja elle réside dans le choix des ingrédients. Il propose des combinaisons inédites comme ces choux au spéculos avec une couche croustillante de craquelin et de la poudre d’amande. Le jeune pâtissier glisse aussi des saveurs régionales dans ses desserts, fleur d’oranger, pistache, pâte d’abricot ou eau de rose, et crée des compositions modernes comme cette tarte Maamoul aux amandes, noix et chocolat. Dans sa tarte citron, sa pavlova fruits rouges, son gâteau aux pommes et caramel au beurre salé, ou sa salade d’agrumes aux douzes épices, Raja sélectionne les ingrédients de saison car les fruits sont bien meilleurs, dit-il, quand ils mûrissent en leur temps et dans leur environnement naturel. 203

Enfant, Raja Farah se passionne pour la pâtisserie. Il apprend ses recettes auprès de ses grand-mères. Il se souvient de son premier livre de cuisine qui l’encourage à tenter ses premières recettes plus élaborées. Pour ses études universitaires il choisit une voie plus classique, un choix guidés par ses parents qui relèvent l’instabilité et la difficulté du métier de pâtissier, puis travaille dans la publicité. Entre ses études et des appartements petits avec une cuisine inexistante ou trop exiguë, Raja arrête de cuisiner pendant un moment. Puis un jour, c’est le déclic, il se décide à poursuivre sa passion de toujours. Le jeune homme choisit la prestigieuse école Ferrandi et suite à une année de cours intensive, effectue des stages auprès des plus grands, Christophe Michalak et Jean Francois Piège avant de rentrer au Liban pour ouvrir sa pâtisserie. Dans son laboratoire à Badaro, le pâtissier reçoit les commandes par téléphone et prépare ses gâteaux seul derrière les fourneaux, en attendant d’ouvrir peut être une boutique avec pignon sur rue. Ses clients sont des particuliers devenus adeptes de ses desserts au gout fait maison, mais il propose également choux et mini cakes aux multiples saveurs, vanille, sirop d’érable et pécan ou encore thé vert et jasmin pour des évènements. Dans ses créations ou chaque ingrédient à sa place, Raja réussit le pari de concilier le bon et le beau.


UNE TAWLET À SAÏDA Surplombant le port de pêche, le 7e restaurant de Souk el-Tayeb met à l’ honneur les spécialités culinaires de l’antique Sidon. Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE

curcuma, riz au poisson à la manière de Saïda, du samkeh harra, pisson aux épices avec une sauce tahiné ou encore des plats à base d’agrumes comme le kebbé arnabiyé. Le restaurant propose aussi à la vente des conserves traditionnelles et produits artisanaux - comme ces carafes en verre provenant de la seule usine de recyclage de verre du pays, située dans les environs de Saïda.

Réalisée en partenariat avec la fondation Hariri, cette nouvelle table s’inscrit dans la continuité du projet de Souk el-Tayeb visant à promouvoir des produits du terroir en s’appuyant sur le savoir-faire de ses habitants. En cuisine, derrière les fourneaux, un chef et cinq femmes, tous originaires de Saïda, ont été recrutés à l’issue d’une formation spécialement organisée par les fondateurs.

Direction ensuite les vieux souks pour une visite guidée, organisée par Tawlet. « On essaie de pousser les visiteurs à se rendre aux souks qui à Saïda sont toujours en activité, ce qui est justement une des particularité de la ville », souligne Kamal Mouzawak, le fondateur de Souk el-Tayeb. « Les gens sont très fiers de cet endroit, il faut vraiment qu’ils s’approprient ce projet », martèle l’entrepreneur qui prévoit d’ailleurs d’ouvrir prochainement une maison d’hôte juste à côté.

Largement composée de produits de la mer, la carte est le reflet des traditions culinaires de cette ville côtière. Au menu, du mardi au dimanche, on retrouve la Sayadiyé au 204

Photos DR

Après Beyrouth, Jezzine, Deir El Qamar, Ammiq, Jrebta et Dekenet, une nouvelle Tawlet vient de s’installer à Saïda. Situé en lisière du vieux souk, au deuxième étage d’une maison traditionnelle, le restaurant, qui surplombe le port de pêche, jouit d’une vue imprenable sur la mer et le château des Croisés.


205


ENVIE DE PIQUER UNE TÊTE ? Perché au 7e étage d’un immeuble de Hamra, ce nouveau roof top aux airs de Waikiki Beach vous fera oublier le bruit des klaxons. Texte et Photos PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE

206


Ici, nul besoin d’avoir sa carte de membre pour se payer un bain de soleil. Affichant un tarif de 10 000 L.L l’entrée en semaine (20 000 L.L le week-end), Pool d’Etat démocratise le concept de piscine dans la ville.

reconnaître quelques têtes qui sont là tous les jours », s’amuse Louay, ancien serveur à l’Internazionale et au Torino.

« C’est bon marché, tout le monde peut entrer. C’est assez unique à Beyrouth », souligne Louay, le manager. Ouvert en avril dernier sur les toits du Hamra Urban Garden, établissement jumeau du Saïfi Urban Garden à Achrafieh, c’est l’endroit rêvé pour venir improviser quelques brasses après une rude journée de travail.

Célia vient pour la 4e fois. Etendue sur un transat, un livre dans une main, une bouteille d’huile bronzante dans l’autre, elle se dit ravie d’avoir découvert « ce lieu qui lui permet de se déconnecter en plein cœur de Hamra ». « C’est moins cher que les autres piscines en ville, pour le même service. C’est très propre et proche de la maison, contrairement à la plupart des complexes balnéaires », poursuit, tout sourire, cette Française.

Outre la piscine de 15 mètres de long, l’autre point fort des lieux réside dans sa végétation. Vingt arbres grandeurs nature donnent à la terrasse un côté sauvage et une belle respiration. Ce matin, la plupart des transats sont encore vides. C’est un jour de semaine. S’il est encore peu connu, le nouveau spot compte déjà une poignée d’habitués. « Je commence à

La piscine est ouverte tous les jours, de 10 heures à 19 heures. À deux pas de la très bondée rue Hamra, Pool d’Etat est un refuge inespéré, pour venir piquer une tête à la pause déjeuner ou entre deux rendez-vous. A l’heure du coucher du soleil, c’est le bar qui devient le centre d’attention. Sous les paillotes, l’ambiance est garantie.


4 ULTRATABLES CONCEPTUELLES

Sans une idée forte, point de salut. C’est l’opinion qui domine en ce moment dans la restauration berlinoise. D’où une éclosion de tables et de concepts plus ou moins délirants dans la ville en pleine révolution gastronomique.

« C’est bon, les amateurs de food peuvent venir à Berlin maintenant, on est prêt », sourit Wibke Isenberg-Cohen, propriétaire de Salumeria Lamuri, un des restaurants italiens les plus prisés de Berlin. C’est vrai, Berlin a rattrapé son retard. « Depuis quatre ans, Berlin vit sa révolution gastronomique. Avant, nous étions dans le désert, et maintenant je n’arrive même plus à suivre le rythme des ouvertures », se réjouit le journaliste et blogueur de Berlin Food Stories, Per Meurling. La ville offre un choix gastronomique presque aussi diversifié que Paris, avec un restaurant pour 461 habitants, contre 410 à Paris. Mais la comparaison s’arrête là. Déjà, les prix sont ici jusqu’à 30 % moins chers. Berlin a fait sa révolution à sa manière, décalée, alternative, surprenante. Ici, les food entrepeneurs ouvrent d’abord un « stand itinérant » avant de créer une adresse. Traquez donc les food markets pour de belles surprises. On déguste les meilleurs burgers veggies de Berlin le samedi après-midi au Prince Charles, une boîte de nuit au cœur du festif Kreuzberg. On peut aussi déguster un phô dans un restaurant qui reproduit dans ses moindres détails une rue d’Hanoï. « Ici, si t’as pas un concept hyper fort, t’es mort », résume Dong Phuong, food entrepreneur qui possède quatre adresses-concepts dans le quartier branché de Mitte. Alors, oubliez la currywurst ou autres spécialités soi-disant traditionnelles. La faune berlinoise mange thaï, italien, vietnamien, proche oriental, ou un peu de tout ça façon fusion. Pas surprenant, car sur les 3,5 millions d’habitants de la ville, 250 000 sont étrangers. Enfin, le menu prévoit toujours une option vegan ou végétarienne !

PHOTOS DR

Par JUDITH DUPORTAIL


1

BURGERS & HIPHOP :

Severin Monn, 28 ans. Tous les deux mois au Prince Charles, Prinzenstrasse 85, 10969 Berlin. Votre concept ? Réunir sept restaurateurs de Berlin six fois par an et leur demander de concevoir deux burgers, dont un végétarien, au Prince Charles. C’est un club emblématique de Berlin dans une ancienne piscine. Après avoir mangé, on pousse les tables et on danse toute la nuit sur du hip-hop. Avec, et on y tient, une parité homme/femme entre les DJ ! Combien de repas servis chaque jour ? 1 500 burgers sont servis à chaque édition. Soit plus de 30 000 depuis la première, en octobre 2013 ! Combien de concepts ? Deux. Je possède un stand itinérant appelé Cheesus, pour servir d’excellentes raclettes-to-go dans les food markets de la ville et les parcs. À Berlin, la street food est essentielle, c’est elle qui impulse les tendances dans la ville. Combien d’associés ? Nous sommes deux, Kavita Meelu et moi. Kavita a imaginé le concept dont je m’occupe depuis deux ans. Elle est retournée en Angleterre reprendre ses études Combien de salariés ? Nous n’avons pas de salariés directement mais nous travaillons avec sept restaurateurs différents à chaque fois. Combien dépense-t-on chez vous ? Entre 2 et 8 euros environ, sans les boissons. Avez-vous emprunté ? Non. Pas de prêt, pas de mécène… Nous sommes entièrement indépendants. Prochain projet ? Exporter Burgers & HipHop. Nous organisons déjà des éditions à Zurich (je suis suisse) et au Cap, en Afrique du Sud. Pourquoi pas Paris ?


DISTRICT MOT : Dong Phuong - « Vous croyez vraiment que je vais vous dire mon âge ? » Rosenthaler Str. 62, 10119 Berlin. Votre concept ? Que l’on se croie exactement comme dans une rue de Saïgon, à manger dans un marché, dans une rue passante. Toute la décoration vient de là-bas, comme ces tabourets en plastique, on s’essuie la bouche avec du papier toilette comme à Saïgon [sic], nous avons installé des câbles au plafond comme les fils électriques qui sont partout dans la ville. J’y retourne deux fois par an pour m’inspirer des nouveaux plats street food. Combien de repas servis par jour ? Vous croyez vraiment que je vais répondre à cette question ? Ce serait comme vous dire combien je gagne chaque jour ! Combien de lieux ? J’ai quatre restaurants.

Combien d’associés ? Je suis le seul patron. Combien de salaries ? Cinq.

Combien dépense-t-on chez vous ? Les phô sont autour de 8 euros. Avez-vous emprunté ? Vous croyez vraiment que je vais répondre à cette question ? Prochain projet ? Continuer à faire tourner le business.

PHOTOS DR

2

Si An, Chén Chè, Sixtyseven. Tous ont un concept très fort. Le dernier, c’est Sixtyseven. Junk food asiatique. J’annonce la couleur ! La clientèle de Berlin veut de la qualité mais avec des prix bien inférieurs à ceux de Paris ou de Londres. C’est un sacré challenge.


MRS ROBINSON’S : Samina Raza, 29 ans. Pappelallee 29, 10437 Berlin. Votre concept ? Rapprocher les cultures avec de l’excellente nourriture ! Nous servons de la cuisine fusion asiatique avec des produits locaux. Nous avons ouvert en novembre dernier. Combien de repas servis par jour ? En moyenne, 65 couverts par soir, nous sommes un petit restaurant, nous ne pouvons accueillir que 26 personnes en même temps. Nous tenons à notre atmosphère intimiste !

3

Combien de lieux ? Je possède également un espace de coworking à Londres. Je viens de là-bas, mais les loyers à Londres sont délirants. Ici à Berlin, entreprendre est encore possible. Combien d’associés ? Nous sommes trois associés actifs. Mon amie avec qui j’ai créé l’espace de coworking et Ben Zhee, le cuisinier. Nous nous sommes rencontrés au Berghain (le club le plus célèbre de Berlin, ndlr). Nous avons un quatrième associé dont le nom doit rester secret, c’est un DJ très connu. Combien de salariés ? Quatre. Combien dépense-t-on chez vous ? Entre 35 et 50 euros. Nous sommes en train de développer une carte pour le midi avec des tarifs déjeuner. Avez-vous emprunté ? Oui, bien sûr (rires!). Mais je ne dirai pas combien. Prochain projet ? Ouvrir le midi. Et pourquoi pas un autre lieu autour de la cuisine proche orientale ? Mais chut, c’est un secret.

4

SALUMERIA LAMURI : Wibke Isenberg-Cohen, 41 ans. Köpenicker Str. 183, 10997 Berlin Votre concept ? Un restaurant de cuisine italienne dans une ancienne boucherie du XIXe siècle. Je suis designer de formation, j’ai tout refait. La carte change tous les jours. Mon ex était italien, il m’a transmis sa passion. Je ne suis plus avec lui mais j’aime toujours autant l’Italie. Combien de repas servis par jour ? Une soixantaine, le midi seulement. Combien de lieux ? Un seul. Mais mon mari en a deux, il va me tuer si je ne les cite pas : 3 minutes sur mer ! et Bandol sur mer. Combien d’associés ? Aucun. Je suis la seule patronne. C’est plus difficile mais aussi plus gratifiant, je suis responsable à 100 % de toutes mes décisions. Combien de salariés ? Dix, dont huit Italiens. Combien dépense-t-on chez vous ? 7-8 euros si on prend le plat de pâtes le plus simple. Ceux qui dépensent beaucoup sont ceux qui se lâchent sur le vin… Surtout le vendredi ou samedi midi. Avez-vous emprunté ? Pas un centime. Je déteste ça. Je ne sais pas si c’est typiquement allemand... Prochain projet ? Pas de nouvelle ouverture, j’aime déjà tellement cet endroit. Je voudrais développer ma carte de vins nature. Et réinventer celle des petits déjeuners.


AU BAR NATIONAL, PIEDS NUS TU DANSERAS Exit les talons aiguilles et les costumes asphyxiants, la tendance est désormais à la sandale pour des soirées « barefoot luxury ». Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE

Une bande de copains. Une table parfaitement dressée sur le sable. Une charrette ambulante à cocktails. Voilà, selon Carla Brax et Joe Keyrouz, les trois ingrédients pour une soirée réussie. Gérants du Bar National nomade, ce couple de trentenaire s’est forgé en l’espace de deux ans une réputation de faiseurs de fêtes.

car peu fréquenté par la clientèle locale. Qu’à cela ne tienne, les tourtereaux décident de créer le Bar National nomade. La charrette à cocktails de l’ancien troquet devient leur mascotte.

Tout commence l’été 2014. A l’époque, Carla prépare la « bachelor party » de sa meilleure amie. « Je voulais faire quelque-chose de spécial qui ne soit pas du déjà-vu », se souvient cette architecte d’intérieur. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, dit le dicton. Peu convaincue par l’offre existant sur le marché, la jeune femme décide de concevoir de A à Z la soirée de ses rêves. Elle imagine un décor champêtre sur une plage de Nahr el Kaleb. Les convives sont sous le charme. Un an plus tard son téléphone sonne. Une autre amie lui demande de reconstituer l’événement à l’identique pour son mariage.

En plus des soirées sur la plage, Bar National nomade propose également des fiestas au vert, en pleine montagne, « pour ceux qui veulent quelque-chose de nouveau ». « Les gens ont besoin de nature », constate la jeune entrepreneure. Et de conclure : « Ils nous remercient et nous disent : on n’avait vraiment pas l’impression d’être au Liban. Je leur réponds : Mais justement, c’est ca le Liban ! »

Carla réitère l’expérience et se lance pour de bon dans l’aventure. Son fiancé, Joe Keyrouz est de la partie. Héritier de la pâtisserie Keyrouz Bakery, ce dernier a une solide expérience dans le métier. En 2012, il avait d’ailleurs ouvert sa propre affaire, le Bar National à Jounieh, finalement fermé 212

Photos Bar National

À ce jour, Carla et Joe ont organisé une vingtaine d’événements - mariages, anniversaires, inaugurations - avec toujours la même recette. « Les soirées débutent tôt, à 6h30, pour profiter du coucher du soleil. Les invités commencent ensuite à boire puis le diner est servi à 20h30 sur une grande table unique. La fête continue jusqu’à minuit », détaille Carla Brax. Cet été, Carla et Joe testeront leur toute dernière formule, baptisée « same setting, not so private ». « Jusqu’à présent, on organisait uniquement des soirées privées de 30 à 100 personnes. L’idée est de recevoir plusieurs petits groupes de 10 ou 15 amis en même temps », poursuit la jeune femme.


AÏSHTI Aïshti by the Sea, Antelias, Level 3, Tel. 04 717716 ext. 133 athome@aishti.com

Home at last.

GROUNDPIECE SECTIONAL SOFA design by Antonio Citterio

FLEXFORM www.flexform.it


COMMENT SASHA PETRASKE A CHANGÉ NOTRE FAÇON DE BOIRE Un superbe ouvrage rappelle finement l’importance d’un homme dans la construction d’un art du cocktail enfin renouvelé.

TRITTER RICKEY

Phaidon, 240 pages

À propos des cocktails, aurait-on aimé lire en lieu et place de L’Art du cocktail, la traduction de l’original Regarding cocktails, choisie pour la version française de ce livre magistral composé par Sasha Petraske et finalisé par sa veuve, Georgette Moger-Petraske. Mort à 42 ans, en 2015, d’une crise cardiaque provoquée par une probable overdose, Sasha avait été l’initiateur, dans le monde un rien compassé du cocktail, d’une révolution semblable, disons, à celle entamée par une génération de chefs dans le sillage d’Yves Camdeborde ou Christian Constant. En suivant l’impératif hugolien de « mettre un bonnet rouge au vieux dictionnaire », il a donné une rigueur séductrice à ses créations. Ouvert en 1999 à New York, le bar Milk & Honey posa la première pierre d’un projet bientôt décliné ailleurs dans Manhattan (Dutch Kills, Little Branch), à Los Angeles (The Varnish), puis Londres (un Milk & Honey) et Melbourne (The Everleigh)… Entrepreneur, certes, mais aussi pédagogue animant, en 2012, la première San Antonio Cocktail Conference, Petraske n’a pas conçu tant un recueil théorique qu’un manuel pratique. Lui-même détestait le terme de mixologiste – il s’assumait, fièrement, en 216

barman. Planqué dans une ruelle d’un Lower East Side pas encore tout à fait réhabilité, rien n’indiquant son existence, calqué jusqu’au déraisonnable sur l’esprit des bars clandestins de la Prohibition, le Milk & Honey secoua toute la ville par son approche du cocktail. Des barmen habillés avec soin, style années 30, des entrées secrètes, la mise en avant des classiques du genre, réalisés avec une précision chirurgicale : on voit mal quel bar fréquentable, aujourd’hui, échappe à cette typologie. On ne sait en revanche s’ils adoptent tous sa ligne politique. « J’ai abandonné l’idéal communiste il y a longtemps, mais celui de la justice sociale ne m’a jamais quitté », disait-il dans un entretien, en s’amusant d’être un « businessman fauché ». S’il se refuse à la théorie (« un cocktail est fait pour être bu, pas discuté »), ce livre, dont la finesse doit beaucoup aux graphistes de Studio Lin, propose néanmoins une morale limpide et frappante comme un Dry Martini (coloré d’un humour bien sec lui aussi). On distinguerait ainsi « Connais l’histoire avant de réinventer la roue » –une façon de signaler que son art du shaker prolonge une tradition respectable, dont l’écho s’entend encore de ce côté de l’Atlantique.

PhotoS DR

Par ADRIEN FORLAN


L’ART DU COCKTAIL LÉGENDES

SILVER FOX

MARTINI

SHERPA

217


RAFFINEMENT BALINAIS Notre correspondant américain rêve souvent d’ailleurs impossibles d’où il envoie ses pensées du moment. Cette fois-ci, il a été subjugué par le Mandapa, un des trois hôtels Reserve du Ritz-Carlton dans le monde.

Soyons honnêtes : nous rêvons de faire partie de l’infime minorité de VIP possédant une île privée. Des 1 % si enviables qui jouissent de paysages reculés à l’abri des hordes de touristes enragés. De magnifiques sites naturels, à l’état brut, véritables odes à la vie, à leur pleine et entière disposition. Hélas, comme il nous manque quelques centaines de millions de dollars pour nous lancer dans ce genre d’acquisition (je ne suis qu’un pauvre aristocrate), nous feuilletons les catalogues touristiques : c’est là que nous tombons sur la Ritz-Carlton Reserve. À ce nom, immédiatement, nous repensons à l’opulence magnifiée par Irving Berlin dans Puttin’ on the Ritz, et commençons à saliver : nous allons donc “tenter le coup”, comme on dit. Il n’existe que trois Reserve dans le monde : Pearl Island, au Panama, Los Cabos, au Mexique, et Ubud, à Bali. Les sites du Ritz-Carlton Reserve semblent offrir l’expérience qui se rapproche le plus de la possession d’une île. Allons jusqu’à dire que c’est une expérience de l’île privée à prix cassé. Complètement isolé du

peuple, de la classe moyenne et, tant qu’à faire, sans doute d’une grande partie de la haute société, le Mandapa, comme on l’appelle, nous attire par son chant des sirènes. Sauf qu’à l’inverse d’Ulysse, nous nous faisons une joie de succomber. Quelle meilleure façon de célébrer le premier anniversaire du Mandapa que de redoubler de plaisirs ? L’offre “Mandapa Experience” comprend des activités culturelles, culinaires, de bienêtre, et de bonnes vieilles aventures pour le jet-setter en mal de frissons. Nous décidons de commencer par la culture et optons pour l’exploration de l’agriculture subak. Pas de doute, c’est assez exotique pour impressionner les gars au club. Inscrit au patrimoine de l’Unesco depuis 2012, subak est un écosystème artificiel complexe, datant du IXe siècle, qui assure l’irrigation de plus de 20 000 hectares de rizières balinaises. Il s’agit d’une manifestation physique de la philosophie de Tri Hita Karana, qui harmonise les royaumes de l’esprit, du monde naturel et de l’humanité. On nous explique que l’exploration agricole est une 218

expérience qui demande de mettre la main à la pâte, et je dois reconnaître que pour mes mains blanches et douces, il est difficile de trouver le moindre plaisir à la tâche. Mais je me rappelle vaguement mon père, qui disait que ce genre d’activités “forge le caractère”, ou quelque chose dans ce goût-là, et je me résous à m’appliquer. Heureusement, je suis plus familier avec l’activité suivante : me faire balader dans une automobile vintage. Oui, pour le “Volkswagen Vintage Tour”, tout ce que vous avez à faire, c’est de vous prélasser et de contempler la beauté renversante de l’île. Et ils n’auraient pas pu choisir meilleur véhicule que cette voiture coloniale classique, la Volkswagen 181 Convertible. Prévenants, ils ont pensé à programmer une pause pique-nique très agréable et la journée se termine en beauté. Pour la phase bien-être, j’ai choisi ensuite la “Purification Tirta Empul”, qui consiste en une visite à un temple de l’eau hindou fondé au Xe siècle. Celui-ci comprend un bassin alimenté par des sources naturelles et le temple Tirta Emplu proprement dit

Photos courtesy du Mandapa, hôtel Reserve du Ritz-Carlton

Par TONY BRYAN


1. La découverte de l’île en Volkswagen 181. 2. Une des cabanes authentiques balinaises appelée ici “lumbung” dans la propriété de la Reserve. 3.  Vue de la luxuriante végétation autour de l’hôtel.

1.

2.

– qui n’est pas exactement une hideuse cabane en bois non plus. Sous l’égide du dieu Vishnu, auquel il est consacré, nous pataugeons dans une série de fontaines qui purifient l’esprit, l’âme et, bien sûr, le corps. Je dois reconnaître que je me sens rafraîchi, revitalisé et revigoré. Pour couronner l’aventure, nous faisons une petite pause prière au temple proprement dit. Mon itinéraire se poursuit par le rafting sur l’Ayung. La rivière Ayung court à travers l’île et elle n’est pas de tout repos. Dans la description de l’excursion, on trouvait des termes comme “exaltant” et “une aventure en eaux vives”, et je me félicite d’avoir adressé mes prières au bon vieux Vishnu un peu plus tôt. Certes, à la fac, j’ai fait pas mal d’aviron, mais je n’ai pratiquement pas d’expérience de navigation en eaux vives. Une fois de plus, j’entends l’écho des sermons de mon père sur les épreuves qui forgent le caractère. Mon plan, c’est de me planquer au fond, avec deux gilets de sauvetage sur moi et trois autres à la main, et je trouve que l’idée en vaut bien une autre. À mon grand soulagement, il s’avère que nous sommes plus dans Up a Lazy River, chanson de Hoagy Carmichael et Sidney Carodin, que dans Wreck of the Ol’ 97, la ballade country sur un célèbre désastre ferroviaire, chantée notamment par Hank Snow et Johnny Cash. En fait, il est délicieux de laisser le soleil vous réchauffer

3.

le visage tandis que le courant et les coups de rames des autres passagers vous portent rêveusement en aval. Je suis en pleine forme et les histoires s’accumulent comme des rognures de crayon à une colonie d’artistes affamés. Ma dernière excursion s’intitule “Aurore sur le Mont Batur”. Il se trouve que la montagne sacrée est aussi un volcan en activité dont la dernière éruption remonte à l’an 2000. Ragaillardi comme je le suis par la promenade relaxante sur la rivière, la randonnée de deux heures pour monter à 700 mètres d’altitude passe vite et j’ai pris le soin d’éviter les arbres comme s’il s’agissait de snober les touristes allemands sur 219

Regent Street. Une fois au sommet, nos accompagnateurs se mettent à préparer le petit déjeuner. Je croyais savoir ce qui fait qu’un œuf est savoureux, car j’en ai mangé des quantités astronomiques au fil des années. Mais déguster des œufs que l’on a fait cuire à la vapeur d’un volcan en activité, c’est goûter un plaisir sensoriel et gustatif puissant que je recommande au plus haut point. Et boire à grandes lampées un café bien corsé avec un petit déjeuner reconstituant tout en regardant un lever de soleil sublime, les fesses plaisamment réchauffées par la lave, est une expérience que je me rappellerai jusqu’à la fin de mes jours. Hélas, le voyage a vite touché à sa fin et les affaires m’ont rappelé à la maison. Ai-je réussi à ressentir ce que cela fait de posséder sa propre île ? Je pense que non. Mais ayant rapporté des souvenirs inestimables, des expériences uniques et des mains calleuses, sans parler de mon visage désormais buriné, gagnant du même coup en virilité et en séduction, j’en ai conclu que mon appartement superbement meublé, mon arbre généalogique sans tache, mon éducation d’élite et mon compte en banque respectable suffisaient bien. Vous pensiez que j’allais dire à quel point ça m’avait forgé le caractère ? Honnêtement, il y avait peu de chances. Traduction Héloïse Esquié www.ritzcarlton.com/en/hotels/ indonesia/mandapa


LE CERCLE DES CYCLISTES RETROUVÉS Karim Sokhn (27 ans) est un féru de la « petite reine ». Ce jeune homme, qui a fait des études d’assistant social à l’USJ avait l’ habitude de se déplacer à bicyclette pour se rendre à ses cours. Par MYRIAM RAMADAN

220


Photos DR

A 22 ans, âge où l’on rêve de sa première voiture, Karim Sokhn est déjà un fervent de cyclisme doublé d’un activiste en faveur de l’environnement. Sa passion le pousse à créer en Juillet 2012 une compagnie baptisée « Cycling Circle ». Celle-ci propose, entre autres, des activités éducatives sur vélo (tourisme urbain ou dans la nature). Elle est essentiellement mue par un désir d’encourager et de promouvoir l’utilisation « sécurisée » de la « petite reine » en enseignant aux adultes et aux jeunes à pédaler en ville de manière consciencieuse et dans le respect des règles de sécurité routière. « Deghri Messengers, ou « green courier service », un projet pilote En Septembre 2013 Karim développe un projet pilote, baptisé « Deghri Messengers », mélange d’arabe (« deghri » signifie « tout droit » ou « tout de suite », et d’anglais (« messengers » signifiant « messagers »). Ce premier service écolo au Liban et dans la région est un « green courier service », (service de messagerie vert ou écolo) qui a formé huit cyclistes, dont une femme, de haut niveau pour la livraison de colis sur vélo. Ce n’est un secret pour personne, Beyrouth est une ville à risque, aussi bien pour les piétons que pour les automobilistes, et plus encore pour les cyclistes. Karim et son équipe ont mis la barre haut en créant pour leurs messagers un entrainement destiné à les protéger contre les accidents de la route, équipements de sécurité à l’appui. Ce service, qui dessert Beyrouth et sa banlieue, vous livrera tout colis (lettre, bouquet de fleurs et ce que vous désirez) dont le poids ne dépasse pas 10kgs. Pour des livraisons plus lourdes, « Deghri » utilise un vélo nommée « bullit cargo bike » qui lui a été offert par l’ambassade du Danemark. Karim, qui ne regrette pas d’avoir lancé cette idée, a dû, récemment, mettre « Deghri » en veilleuse pour des raisons financières et aussi faute de ressources humaines. Mais l’initiative reste à suivre. 221

« Bike Kitchen » Afin de joindre l’utile à l’agréable, « Cycling Circle » a inauguré « Bike Kitchen » qui est une boutique d’accessoires, de location de vélos et de réparations de pièces et, où aussi, les cyclistes peuvent se détendre et faire plus ample connaissance avec les membres de leur téméraire communauté autour d’un café ou d’une boisson fraiche. « Bike Kitchen » est un projet innovateur pour maintes raisons. Karim a eu la première idée du genre qui consiste à proposer des vélos à la location sur forfait mensuel ou annuel. Ce concept a d’abord séduit des étrangers vivant au Liban et qui ne veulent pas s’encombrer avec l’achat d’une voiture. Par ailleurs, le « bike shop » met à la disposition des cyclistes un atelier équipé qui leur offre la possibilité de réparer leur vélo eux-mêmes gratuitement (la plupart d’enter eux laissent une petite donation). Karim s’anime en évoquant sa dernière initiative pour l’autonomisation des femmes. Le jeune homme estime qu’au Liban le cyclisme est perçu comme un « sport d’hommes ». Il veut donc encourager les femmes (vingt jusqu’à présent) à se mettre à ce sport récréatif. A cet effet, il leur propose des cours (entretien du vélo et autres techniques) chaque mardi, ainsi qu’une sortie hebdomadaire. Son objectif est d’encourager les dames à se sentir bien avec ce sport et à agrandir leur cercle. Les parcours, une vraie passion Karim, qui voyage beaucoup et fait quantité de recherches en vue de développer son savoir sur le cyclisme, trouve sa vraie passion dans l’organisation de tours (urbain et dans la nature) qu’il propose plusieurs fois par semaine. Pour lui, ces randonnées ont un quadruple impact : permettre aux personnes d’expérimenter le cyclisme dans les rues et ruelles de Beyrouth afin de promouvoir la culture du vélo, encourager le sport en lui-même, contribuer à l’assainissement de l’environnement en réduisant la pollution, et enfin, encourager le tourisme interne. Des Karim comme celui-ci, aussi jeune et aussi riche en idées pour l’individu comme pour la société, on en voudrait des dizaines.


CA ROULE À BEYROUTH ! Préparez vos casques, genouillères et coudières. Le vélo en libre-service débarque à Beyrouth ! Dès le mois d’octobre, la ville devrait accueillir dix stations de partage de vélos.

Photos DR

Par MÉLANIE HOUÉ

222


Fin avril, le Premier ministre Saad Hariri inaugurait la première station de partage de vélos au centre-ville de Beyrouth, face à la municipalité de la capitale. Après NewYork et ses ‘Citi Bikes’, Londres et ses ‘Santander Cycles’, Paris et ses ’Vélib’’, c’est donc au tour de Beyrouth de se mettre à l’heure des deux-roues non-motorisés avec son tout-nouveau service ‘Bike 4 All’. « C’est une idée merveilleuse, j’adore le concept, j’ai hâte d’essayer ! », « Je suis fan, j’espère que cela va fonctionner et que les Beyrouthins s’y habitueront », « C’est une super initiative, j’ai vraiment envie de m’y mettre, j’en ai marre des embouteillages et c’est un mode de déplacement beaucoup plus sain que la voiture ! ». Les réactions semblent unanimes, à Beyrouth, au lendemain de l’inauguration par le Premier ministre Saad Hariri de la station pilote de « Beirut 4 All ». Déjà adopté à Byblos, qui compte 100 vélos répartis sur six stations, ce projet de bicyclette en libre-service est le fruit d’une collaboration entre le Conseil municipal de la capitale et Beirut By Bike. « Nous souhaitons promouvoir la culture du vélo pour réduire la circulation automobile, et par conséquent le taux de pollutio,n mais également pour redonner vie au cœur de ville », explique le fondateur de l’association de location de vélos, Jawad Sbeity qui assure actuellement travailler main dans la main avec la municipalité pour mettre en place des pistes cyclables à travers la ville. 223

Cartes de crédit, parcours et sécurité L’idée, à terme, est de relier les quartiers du centre-ville à Hamra en passant par Bliss Street et Verdun, et ceux de Béchara el-Khoury et Monot via Sodecco et Sassine. A l’horizon de 2020, la capitale devrait ainsi compter quelques 300 vélos en libre accès, à partir de 25 stations automatiques. Le concept, simple, restera fidèle à celui instauré dans de nombreuses capitales internationales : l’utilisateur devra se rendre à une borne pour louer un vélo par carte bancaire ou via l’application d’une compagnie allemande avec laquelle Beirut By Bike collabore, NextBike. Le tarif à l’heure sera quant à lui défini d’ici au mois d’octobre en fonction des sponsorings que Jawad Sbeity parviendra à obtenir dans la capitale. La dynamique est donc enclenchée mais le défi reste de taille à Beyrouth. Bien que le projet attire les faveurs du public, de nombreux citoyens restent sceptiques sur le volet sécuritaire. La plupart des Beyrouthins affichent en effet une mine consternée dès que l’on évoque la circulation à vélo dans la capitale, où plus de 500 000 voitures transitent quotidiennement sans toujours respecter le code de la route. « Ceux qui disent que c’est dangereux n’ont jamais essayé le vélo à Beyrouth ! proteste cependant Jawad Sbeity. Les cyclistes sont majoritairement satisfaits ici, nous invitons donc tous ceux qui le souhaitent à venir s’entraîner gratuitement avec nous pour qu’ils constatent par eux-mêmes qu’il n’y a pas de risques. » L’appel est lancé, il ne reste plus qu’à… tenter l’expérience !


RUGIR DANS LE DÉSERT Aux premiers jours du printemps, alors que le mercure affichait à Dubaï ses premiers pics au dessus de 30°C, Porsche organisait dans l’émirat un road trip de plus de 200km entre deux oasis, offrant aux participants de tester les dernières améliorations apportées à au moins trois de ses véhicules phares.

Photos DR

Par F.A.D.

2 24


C’est le lendemain de notre arrivée, après avoir savouré avant la chaleur un petit-déjeuner en compagnie des oiseaux chapardeurs de la terrasse du Vida hôtel, au centre-ville de Dubaï, que nous avons découvert, sagement alignées et cachant leur puissance sous des courbes félines, les Porsche mythiques prêtes à dévorer le macadam quand le signal du départ serait donné. Mais ce serait profaner des décennies de recherches scientifiques que de prendre le volant comme on s’offrirait un tour de manège. Aussi, la journée commence-telle par une réunion d’état-major autour de Deesch Papke, directeur exécutif de Porsche Moyen Orient et Afrique et de Chris Olarinoye, directeur des relations publiques du même secteur géographique. Les deux hommes expliquent au petit groupe qui trépigne l’organisation de la journée. Nous apprenons d’abord à prononcer « Porsche » à l’allemande, c’est à dire en articulant ce « e » que presque tout le monde a tendance à escamoter. Sportive accomplie, créée à Stuttgard il y a 65 ans, Porsche n’a jamais cessé de bénéficier du meilleur du génie allemand. Nous recevons une consigne un peu frustrante : les limitations de vitesses sont désormais strictes à Dubaï et l’on aura peu d’occasions de mettre la gomme. La voiture de tête est une Macan munie d’un émetteur, et chaque véhicule est équipé d’un récepteur par lequel seront communiquées les instructions en cours de route. En tout, la petite équipée sera composée d’une Boxster 718, une 911, une Panamera 4S et une Cayenne. A chaque étape, les véhicules seront échangés de manière à ce que chaque conducteur fasse l’expérience des spécificités de chaque modèle. 225

Panamera, le luxe ultime A l’entrée du lobby, les voitures alignées comme des stars derrière un cordon de sécurité en velours rouge posent déjà pour les caméras. C’est à moi qu’échoit la Panamera. Nul besoin d’être expert pour sentir tout de suite à quoi se résume cette voiture de rêve : l’atmosphère luxueuse qui vous enveloppe dès que vous vous lovez dans le cockpit n’a d’égal que la puissance docile du moteur. Les sièges en cuir blanc sont de véritables cocons ergonomiques. On a l’impression qu’ils détectent avec précision vos défauts de posture et vos vertèbres les plus faibles pour mieux les gainer. A ma droite, un large station de contrôle en bois précieux. La commande du volume est un cylindre en acier guilloché comme un bijou d’orfèvre qui roule avec sensualité sous vos doigts. On prend la route. Elle sera longue, ralentie par des limitations de vitesse qui tombent parfois à 40km/h. Mais les échappées à 150 sont grisantes. La voiture pilote nous indique les dos d’ânes à l’avance, mais la Panamera les franchit avec la désinvolture d’une star lissant du bout de son escarpin un faux pli sur un tapis rouge. On passe d’un train d’escargot à des échappées en roue libre, mais la bête assume, son accélération est si fluide, si instinctive, qu’à bord on ne sent presque pas la différence affichée au compteur. C’est à peine si on entend son feulement joyeux quand on la laisse à son tempérament. Cayenne, haut et droit 70km plus tard, nous nous arrêtons à Bab el Shams, une oasis nichée entre les dunes du Rub’ al Khali. On se rafraîchit,


on se dérouille un peu entre tir à l’arc et minigolf, on fait connaissance avec les compagnons d’équipée. Certains sont des chroniqueurs automobiles. En initiés, ils nous laissent entendre qu’une « surprise » nous attend en bout de parcours. Nous réembarquons. Cette fois, j’hérite de la plus familiale des Porsche, la Cayenne. Quoi dire de ce 4x4 sinon qu’il vous donne avant tout une impression de sécurité absolue. Autour de nous, le paysage est de plus en plus désolé. Devant moi, la voiture pilote fait tourbillonner la poussière sous son double échappement. Nous roulons à présent à 150km/h, loin de toute terre habitée, mais curieusement, l’impression de vitesse est comme absorbée par la stabilité de ma Cayenne pourtant haut perchée. Encore quelques dizaines de kilomètres et nous bifurquons vers une autre oasis, artificielle, celle-ci, où est ancré l’iconique restaurant The Farm. Cadre enchanteur, végétation luxuriante, on se croirait dans un coin de Méditerranée. Dans le restaurant tranquille, posé en porte à faux sur l’étang, la cuisine est savoureuse, colorée d’épices indiennes. Chris Olarinoye nous parle de sa passion pour Porsche, mais les plus profanes d’entre nous, dont je fais partie, sont déjà convertis. A la fin de la pause, on me tend les clés de la Boxster…

équipée du moteur le plus puissant, le plus affiné jamais sorti des usines de Stuttgart. Bâtie pour la course en 1950, sa silhouette musclée abrite un cockpit de deux places. Le modèle 2017 est équipé d’un assistant de navigation Apple, du contrôle vocal Siri et d’un Sound Package de rêve qui le transforme en salle de concert mobile. Encore quelques dizaines de kilomètres et on nous annonce la surprise : pour compenser les traversées à 40km/h, nous sommes invités sur un circuit privé où nous pourrons lâcher nos fauves. Au bout de quelques tournants, il est demandé aux véhicules de s’aligner. Devant nous, la piste interminable semble se perdre aux confins du désert. Sur Panamera et Boxster, la consigne est d’appuyer en même temps sur le frein et l’accélérateur, et au moment où s’affiche sur le tableau de bord le message « Launch Control », lâcher le frein et voir venir. Techniquement, la fonction Launch Control, ou « Contrôle de lancement », couple un accélérateur électronique et un programme informatique qui empêche casse et dérapage. Le vertige que l’on ressent au moment du lancement ressemble littéralement à une fracture dans l’espace-temps. On est brusquement collé au siège. Sous la montée de l’adrénaline, l’euphorie est totale, on voudrait ne jamais s’arrêter. Mais la voix amicale, à travers le récepteur, vous ordonne de freiner. A peine un petit coup de bride et la bête s’immobilise comme si de rien n’était. De retour à l’hôtel, on voudrait sauter au cou de tous les ingénieurs allemands qui passent. Dans le secret de leurs laboratoires, ce ne sont pas des voitures qu’ils construisent mais une nouvelle race d’animaux mécaniques, sensibles, instinctifs, protecteurs et prodigieusement puissants.

Boxster et « Launch control » Me voilà à bord du véhicule réputé le plus sportif de l’écurie. La Boxster est une impatiente, mais c’est pourtant aussi la plus docile des montures. Pour rugir, elle rugit ! Au moindre coup d’accélérateur elle vous chante sa joie féline d’être 226


COLLEZIONE AUTOMOBILI LAMBORGHINI

Available at Aïzone stores T. 01 99 11 11 - 04 71 77 16


1 ORDI VAUT 10 TRADERS Apparus à la fin des années 1990, les robots traders ont connu un boom après la crise de 2008. Aujourd’ hui, les golden boys en chair et en os, vociférant dans les salles de marché, se font bien rares.

Texte HÉLÈNE BRUNET-RIVAILLON Illustration JEAN-MAXIME MAGRI Types de logiciels : Programmes de High Frequency Trading. Atout majeur : Ils n’ont besoin que de quelques millisecondes pour analyser un marché, prendre une décision et agir. Proportion des transactions mondiales effectuées : 60 % Proportion des transactions effectuées à la Bourse de Paris : 50 % Proportion des transactions effectuées à Wall Street : 80 %

228

Very bad job : En 2010, un robot trader avait provoqué un krach en moins de dix minutes à Wall Street, faisant plonger le Dow Jones de 9,2 %. Baisse du nombre de traders actions chez Goldman Sachs de 2000 à 2017 : divisé par 300. Un seul robot pourrait remplacer à lui tout seul jusqu’à 10 traders expérimentés Robot de trading le plus performant en 2016 selon les experts : Gold Binary Robot.

Photos DR

Depuis quelques années, les banques remplacent une partie de leurs traders par des algorithmes. Cela leur permet de réduire leur masse salariale, et de réaliser d’importantes économies. Avec l’essor du trading automatique, plus de la moitié des transactions quotidiennes mondiales seraient aujourd’hui effectuées par des intelligences artificielles. Et cette technique de substitution a encore de beaux jours devant elle. Mais alors, les traders en costard sont-ils une espèce en voie de disparition ? En voie de reconversion, très certainement ! Car ce que les banques exigent désormais des hommes n’est plus de savoir acheter ou vendre des actions, mais d’être à même de programmer et de surveiller les ordinateurs qui s’en chargent. Chez Goldman Sachs, le nombre de traders (catégorie traders actions) serait ainsi passé de 600 en l’an 2000 à… deux en 2017. Toutefois, malgré une rapidité d’exécution inégalable par les humains et une relative autonomie dans la prise de décisions, les machines s’avèrent encore capables du meilleur comme du pire. Une caractéristique finalement très… humaine !

Very good job : Le vendredi 24 juin 2016 fut un terrible « Black Friday » dans les Bourses du monde entier. Avec l’annonce du Brexit, tous les indices ont chuté. Mais Yoshinori Nomura, le Japonais chargé de la gestion du fonds spéculatif Simplex, a réalisé un gain de +3,4 % ! Et ceci grâce à son ordinateur de trading de dernière génération.


ENTER THE PLATINUM WORLD OF AÏSHTI AÏSHTI PLATINUM CREDIT CARD

• 10% discount on all your purchases at Aïshti* • 4% gift voucher twice a year • Free access to VIP airport lounges across MENA • Up to three free supplementary cards • Free subscription to A magazine and L’Officiel Levant • Home delivery for purchases over $4,000 • Win gym kit upon yearly gym membership • Advance notification of private sales and promotions • Pay in 3 installments with 0% interest • Win yearly packages to international fashion events

* Discounts are not applicable at Cartier and Dior Terms and conditions apply


TALENTS SCOOT Ils sont trois, ils ont moins de la trentaine. Créateurs d’entreprise à 25 ans, dès leur sortie d’école, ils viennent de lever 7,5 millions d’euros pour continuer l’aventure Unu, du nom de leur incroyable produit qui déboulera dès cet été en France. Par ANNE GAFFIÉ

Leur + Avoir conçu une chaîne de production digne de celle d’un constructeur automobile.

2012 : premier brainstorming 

Les investisseurs - Capnamic Ventures - IRIS Capital - Silicon Valley VC Founders - NRW.Bank

et d’autres investisseurs privés du secteur automobile et électrique Leur staff 60 salariés à la fin 2017, de 12 nationalités différentes.

2013 : création de la marque  2014 : première commercialisation 2015 : installation du siège social à Berlin 2017 : arrivée sur le marché français

L’indiscrétion Faute de moyens, les premiers scooters Unu sortis de production furent stockés entre deux tracteurs dans un hangar familial du nord de l’Allemagne. 230

Elias Atahi et Pascal Blum, 28 ans, Allemands, se sont connus en Asie, où ils faisaient leurs études supérieures, le premier en électrotechnique et informatique, le second en économie et politicologie. Mathieu Caudal, 29 ans, Français, les a rejoints un peu plus tard à Berlin. C’est là qu’ Unu, leur entreprise, s’est installée en 2015, au sein de la Factory Berlin, LA pépinière à start-up locale, où l’on croise Twitter, Pinterest ou SoundCloud. Ils sont rentrés d’Asie avec une seule idée en tête, mais la bonne : créer la solution de mobilité parfaite, intelligente et durable, accessible au plus grand nombre, afin d’améliorer la qualité des déplacements et donc de vie dans les grandes mégapoles saturées. De cette envie est née le Unu, scooter électrique 50cc, alliant design et technologie, mais jusque-là assez classique. La bonne surprise, c’est son prix (1 899 €, contre 3 000 € environ chez les concurrents), et surtout son circuit de commercialisation. Plus d’intermédiaire de distribution, comme chez Tesla. Vous le commandez, le configurez en ligne, et il est livré devant chez vous, avec une petite vidéo tuto de démonstration, le « starter’s guide », pédagogique et ludique. Allure rétro, moteur silencieux, vitesse de pointe de 50 km/h, batterie portable rechargeable sur une prise standard… Déjà leader sur le marché du scooter électrique en Allemagne, le Unu attaque sa tournée européenne, et il est désormais livré en France. Le magazine Forbes vient de classer les trois associés parmi les 30 jeunes entrepreneurs les plus prometteurs au monde, et leur start-up arrive en quatrième position des plus grosses progressions de l’année en Allemagne.

PHOTOS DR

Unu ; ça veut dire quoi ? « The one », en esperanto.


YOUR KEY TO A WORLD OF UNPARALLELED PRIVILEGES AÏSHTI LOYALTY CARDS

PLATINUM • 10% discount on all your purchases at Aïshti • 4% gift voucher twice a year • Get a chance to earn a $500 gift voucher • Pay in 3 installments with 0% interest

BLACK • 8% discount all year on all your purchases at Aïshti • 3% gift voucher twice a year ORANGE • 3% gift voucher twice a year • $250 voucher upon $2,000 initial spend

Terms and conditions apply For more information, Please contact us on +961 (70) 226 111


1 OUTSIDER DANS LES AFFAIRES Son nom ne vous dit probablement rien, mais l’appli qu’il a lancée vous parle sûrement. Cyril Paglino est le créateur de Tribe, le talkie-walkie vidéo du moment. Résultat : le jeune trentenaire français a été choisi par Dockers pour porter les couleurs de la marque cette saison. Par ANNE GAFFIÉ SON PROFIL

Il se définit comme l’un de ces « underdogs » californiens – soit des expatriés autodidactes qui font les riches heures de la Silicon Valley. Installé à San Francisco (et bientôt à Los Angeles), ce Parisien de 31 ans a fondé en 2015, avec cinq potes, l’application de messageries vidéos instantanées Tribe, dont il est aujourd’hui le PDG. Parcours surréaliste pour ce beau gosse autodéscolarisé à l’âge de 16 ans, champion de France et vice-champion du monde de breakdance à 20, candidat serial-lover de l’émission de télé-réalité « Secret Story » cuvée 2008. Il change de cap et monte sa première entreprise à succès, Wizee, revendue en 2012, pour faire place au projet Tribe, né dans le sud de la France lors d’un brainstorming informel et vite délocalisé sur la côte Ouest des États-Unis. Une aventure digne d’un roman, surtout quand c’est lui qui vous la raconte. Comme ce jour où il fut le premier Français et le plus jeune invité du bootcamp annuel de son business angel, avec Elon Musk (fondateur de Tesla), Brian Chesky (Airbnb) et cent des plus gros entrepreneurs du moment. Lui qui avoue n’avoir aucune compétence en développement informatique, il surprend pourtant par sa parfaite maîtrise du sujet et gère tout le reste, des finances au juridique en passant par la stratégie marketing, la communication, les relations investisseurs… Boosté par une niaque à revendre.

Classée en 2016 parmi les 50 meilleures applications de l’Apple Store, vue dans Time Magazine, Forbes, TechCrunch, VentureBeat, BuzzFeed…, Tribe est la petite appli qui monte, qui monte. Lancée en juillet 2015 avec l’idée de simplifier la messagerie vidéo instantanée, ses créateurs entendent aujourd’hui devenir LA plate-forme « vidéo consumer » et concurrencer les géants du « one-to-one messaging » (FaceTime, Skype, WhatsApp et Messenger) dont l’expérience utilisateur est plus complexe. Sorte de talkie-walkie vidéo, il suffit d’un seul clic pour envoyer une vidéo à un ou des contacts. « Nous voulions changer les codes classiques, précise Cyril

Paglino. C’est la première application qui n’a pas de clavier. Rapide, ludique, efficace. » Soutenue dès ses débuts par plusieurs fonds d’investissement dont Kima Ventures (le fonds de Xavier Niel), la jeune entreprise a réussi en octobre dernier l’incroyable pari de lever 3 millions de dollars auprès du légendaire fonds d’investissement américain Sequoia Capital. Et encore, c’est ce dernier qui est venu les draguer ! En cinq jours, le chèque était sur la table du salon de la maison de San Francisco où vit et travaille la petite équipe des débuts. Prochaine étape : avant de trouver des pistes de monétisation, Tribe veut d’abord construire son audience. Surréaliste. 232

SON CONTRAT

Pareille success story ne pouvait échapper à la marque américaine Dockers qui cherchait des ambassadeurs d’un autre genre pour sa nouvelle campagne de communication « Game Changers by Dockers ». De jeunes entrepreneurs des quatre coins du monde, ayant une personnalité et des compétences proches des valeurs de la marque. Cette saison, Cyril Paglino représentera la France. Ce qui nous va très bien… @cyrilpaglino1 (24 000 followers)

PHOTOS DR

SON BIZNESS

Cyril Paglino posant pour la campagne printemps-été de Dockers.


Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272 Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON on facebook New Balance Lebanon and on twitter @NBlebanon


A ALEXANDER MCQUEEN +961 4 71 77 16 EXT.251 ANYA HINDMARCH +961 1 99 11 11 EXT.104 B BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570 BRUNELLO CUCINELLI +961 4 71 77 16 EXT.220 BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353 BURBERRY +961 1 99 11 11 EXT.455 C CANALI +961 1 99 11 11 EXT.480 CARTIER +961 1 97 26 00 CHANEL +961 1 99 91 29 CHURCH’S +961 1 99 11 11 EXT.120 CORNELIANI +961 1 99 11 11 EXT.500 D DAVID YURMAN +961 1 99 11 11 EXT.120 DIOR HOMME +961 1 99 11 11 EXT.592

DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555 DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.120 E ETRO +961 1 99 11 11 EXT.590 F FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550 G GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200 H HERMÈS +961 1 99 97 100 L LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10 LOEWE +961 4 71 77 16 EXT.209 M MONCLER +961 4 71 77 16 EXT.202 MOSCHINO +961 4 71 77 16 EXT.240

234

P PRADA +961 4 71 77 16 EXT.231 R RAG & BONE +961 1 99 11 11 EXT.533 S SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562 T TATEOSSIAN +961 1 99 11 11 EXT.120 THE KOOPLES +961 1 99 11 11 EXT.535 THOM BROWNE +961 1 99 11 11 EXT.104 TOD’S +961 1 97 03 13 V VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569


DRIVE AN ICON. WEAR AN ICON. Turn your body into an icon of winning. X-BIONIC® for Automobili Lamborghini brings the aura of the automobile brand onto the human body and provides it with the physical superiority that makes it an icon. EXPANSION FLEX ZONES AT THE SHOULDER JOINT Maximize your freedom of movement.

UNIQUE 3D BIONIC SPHERE® SYSTEM FOR ULTIMATE ENDURANCE Cools when you sweat. Warms when you are cold. Protected by Patent EP1476033, DK1476033T, SI1476033T, CN3807886, JP 4 546 734, CA 2475537

X-BIONIC® PARTIALKOMPRESSION Boost your performance. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

UNIQUE TWO-STEP FRONT 3D BIONIC SPHERE® SYSTEM Improves performance and endurance. Protected by Patent EP1476033, DK1476033T, SI1476033T, CN3807886, JP 4 546 734, CA 2475537

THORNY DEVIL TECHNOLOGY AND SWEAT DISTRIBUTORS WITH PARTIALKOMPRESSION®

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

Trigger your best leg power. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

X-BIONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

X-BIONIC® FOR AUTOMOBILI LAMBORGHINI RUNNING SHIRT

Made in Italy Research, Development and Design Made in Switzerland

Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11


SMS SOS Les SMS échangés entre meilleures amies sont des pépites, souvent drôles, parfois touchants, essentiellement logistiques. En voici un extrait.* Par LAURA HOMSI Qu’est ce que tu as décidé de porter ce soir ? Ma robe bordeaux avec une paire de sandales dorées Tu es prête ? On est super en retard, on aurait dû y être, à cet anniversaire, il y a déjà 1/2 heure ! Je suis encore en peignoir, je n’ai rien à me mettre c’est la cata

Help, je fais quoi ?? Je veux pas y aller ! Aujourd’hui 20:34

Bon j’y suis C’est rude ! Le mec se lance dans un projet d’agriculture bio pour faire pousser des navets Aujourd’hui 20:56

On est encore sur les navets bios, j’en peux plus ! Aujourd’hui 21:07

J’arrive !!

Aujourd’hui 19:45

Help ! Aujourd’hui 19:52

Je suis un peu en panique là Aujourd’hui 20:01

Mais tu es où ? Bon je te raconte Tu te rappelles quand cette fille du bureau m’a proposé de me présenter quelqu’un ? Et que j’ai dit oui pour lui faire plaisir / qu’elle arrête de m’embêter ? Alors ce soir elle organise un dîner après le boulot et m’a invité à y aller. Je pensais que c’était avec toute une bande d’amis donc j’ai dit oui Pas du tout ! Elle n’a invité que ce garçon qu’elle veut me présenter. J’ai été piégée ! C’est un blind date dans 1/2 heure.

Ah ça y est, on est passés aux pesticides, c’est l’éclate ! Mais où est ce que tu es ? Je ne veux pas faire ma drama queen, mais ta meilleure amie est en détresse là ! Aujourd’hui 21:38

On est passés au plat principal. Re- tirade sur les légumes bios. Je vais avoir des crampes au cou à force d’opiner de la tête quand il parle de réglementations et lois alimentaires. Je ne comprends pas grand-chose pour être tout à fait honnête. Aujourd’hui 21:57

Ceci est une catastrophe intersidérale. J’aimerai bien prendre mes jambes à mon cou et sortir de là ! Dans les films, dans ce genre de situations, il y a toujours quelqu’un qui appelle en faisant semblant que c’est une urgence pour fournir une issue de secours. Tu veux pas être mon appel d’urgence ? Je commence à m’inquiéter pour toi, tu es sûre que tout va bien-bien ? 236

Aujourd’hui 22:10

Bon, je te rassure, ça va (un peu) mieux ! On parle de carrément autre chose et on a commandé les desserts. Je vois la lumière au bout du tunnel, il est plutôt sympa quand il ne parle pas de navets. Aujourd’hui 23:29

Je te raconte la fin de la soirée, vu que tu es là depuis le début de ce foirage ! On pourra dire que c’était un épisode Sex and The City version blind date raté. Mais c’était assez drôle comme expérience. Et là, je peux te garantir que je suis super calée en navets. Les légumes bios n’ont plus aucun secret pour moi ! Je suis là, mon portable s’était éteint, tu es sûre que ça va ? Tu t’en es bien sortie je trouve ! Ca fait une histoire de plus à ajouter à notre Guinness Book de soirées bizarres ! Et je ne te raconte pas ce qui s’est passé ici ! Raconte !

« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

Illustration Josée Nakhlé

Hier 20:32


L'Officiel Hommes-Levant, June Issue 76  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you