Page 1

Levant

Numéro 73 Mars 2017

L 11435N° 73 - 25 - F:– 7,500 6,00 L.L.  € - RD

KARIM SALEH BASSEL EL-KOUSSA. PHOTOMED LIBAN. BRUNELLO CUCCINELLI. ETYEN. MOHANAD KOJAK. IRTIJAL. KARIM SALEH EN HAIDER ACKERMANN.


OBJETS POUR LA VIE


Rami Malek

See the film DIOR.COM/Portraits


RO B E RT D E N I RO a n d M CC AU L LO M BA R D I , L A , 1 0 : 3 0 a m


T H E F U L L C O N V E R S AT I O N AT Z E G N A . C O M # Z E G N A C O N V E R S AT I O N S B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2 A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


RO B E RT D E N I RO a n d M CC AU L LO M BA R D I , L A , 1 0 : 3 0 a m


T H E F U L L C O N V E R S AT I O N AT Z E G N A . C O M # Z E G N A C O N V E R S AT I O N S B E I R U T 6 2 A b d e l M a l e k S t r e e t Te l . 0 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 2 2 2 A N T E L I A S A ï s h t i b y t h e S e a Te l . 0 4 7 1 7 7 1 6 e x t . 2 1 8


L E B A N O N 2 2 5 F o c h S t . , D o w n t o w n B e i r u t , Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 A ï s h t i B y t h e S e a , A n t e l i a s , Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4


Sommaire 42

L’édito

46

News

56

Le bomber new wave

58

Voir et être vu

64

À la pointe

72

Focus

76

Tom Hiddleston, objet de curiosité

78

Brunello Cuccinelli, le prince paysan

82

Photocopieuse

92

Minimal et brutal

98

Mohanad Kojak, la couture qui fait sens

100

Multitâche

102

L’Univers de Gildas Loaëc

104

L’Homme paré, ce scandaleux

108

Alexandre Desplat

110

Les identités fluides de Karim Saleh

118

London E9 5LN

130

Peau d’âme

144

London SW48 DX

154

Ses ombres dans la ville

168

Paris 75018

178

L’art, l’architecture et le design au chevet de beyrouth

180

La mythologie futuriste de Thomas Trad

184

Salwa Chalhoub

188

Photomed Liban : Parler de liberté


192

Irtijal, 3 jours de musique expérimentale

200

La lampe d’aladin en un clic

202

Ar_ka, café-boulot-café

204

Des « emotions » plein les papilles

206

Comment Samer est devenu Etyen

210

15 restaurants les plus rentables des USA

212

A cru

214

Muito Bey

216

La vie 5 étoiles

218

Une journée avec/ Une nuit avec Elias El Asmar

222

Adresses

224

Decouverte 5 etoiles

Levant

Numéro 73 Mars 2017

L 11435N° - 2573 - F:– 7,500 6,00 L.L. € - RD

KARIM SALEH BASSEL EL-KOUSSA. PHOTOMED LIBAN. BRUNELLO CUCCINELLI. ETYEN. MOHANAD KOJAK. IRTIJAL. KARIM SALEH EN HAIDER ACKERMANN.

EN COUVERTURE

KARIM SALEH : Veste, HAIDER ACKERMANN. Photographe JEREMY BALI, styliste SHAOJUN CHEN.


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

JER EM Y BA LI, TON Y ELIEH, R AYA FA R H AT, TA R EK MOUK A DDEM, A NDR É WOLF

RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, NICOLE V.H A MOUCHE , M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, PHILIPPINE DE CLER MON T-TON NER R E

STYLISME

WA EL BOU TROS, SH AOJ UN CHEN, YA SMINE SA LIBA Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


W I T H

J A R E D

L E T O

-

E Y E W E A R

S I N C E

1 9 5 6


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


ÉDITO Par Fifi Abou Dib

Cette fin d’hiver est le bon moment pour évoquer l’effet Diderot, puisque nous sommes à la veille de rafraîchir notre garde-robe à l’appel de la belle saison. Denis Diderot, philosophe des Lumières et auteur d’une Encyclopédie qui en fit le Google de son époque, n’en était pas riche pour autant. Est-ce à la suite d’une donation que lui fit la Grande Catherine ou bien d’un cadeau reçu d’une célèbre mécène, toujours est-il que Diderot a dû quitter du jour au lendemain sa vieille robe de chambre bleue et molle pour une nouvelle, écarlate et empesée. Pour cet écrivain et penseur du XVIIIe siècle, la robe de chambre est l’équivalent d’une muse. Ample, confortable, elle permet d’oublier le corps pour mieux libérer l’esprit. Or la mise au rebut de ce vêtement s’avère si traumatisante pour Diderot qu’elle lui inspire un texte célèbre : « Regrets sur ma vieille robe de chambre », publié en 1769. Il y raconte en substance à quel point l’arrivée de ce nouvel habit d’intérieur dans sa vie est contraignante. Sa vieille robe de chambre était son esclave, il est l’esclave de la nouvelle. Pire, tous ses objets familiers semblent désormais pauvres devant cette nouvelle venue. Un seul élément change et tout est à remplacer! Bonne nouvelle : confort et usure seront au rendez-vous des nouvelles collections. Décidément, la mode nous comprend.

42


FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


C’EST FAÇONNABLE.


News Par F.A.D ILLUSION OPTIQUE Changer la perception qu’on a du corps de l’homme, exprimer l’intérieur à travers l’apparence, telle est le concept de Demna Gvasalia pour Balenciaga. La collection qui reflète ce postulat est totalement conceptuelle, trop étroite ou trop large, les épaules dramatiquement marquées. C’est la réponse masculine à la haute-couture féminine : la tenue de soirée a un côté ecclésiastique, cérémonieux, tout en pourpre cardinalice. La soie liturgique est partout. L’habit fait le moine. Balenciaga, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.120 Balenciaga, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext. 110

Dsquared2, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.237 Dsquared2, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.120.

46

Photos DR

LE FANTASME DE L’UNIFORME Les jumeaux canadiens Dan et Dean Caten qui opèrent sous le logo Dsquared2 ont décidément le sens de l’uniforme et du costume. S’étant fait connaître notamment en réalisant les tenues de scène du Circus Tour de Britney Spears ainsi que des Tokio Hotel, ils ont réitéré l’expérience avec Beyoncé et Michael Bublé. Dans leur restaurant milanais, les employés portent des uniformes spécialement créés par eux. Il n’en faut pas plus pour faire de Dsquared2 une marque de vêtements à l’esthétique théâtrale, la rue étant évidemment la scène ultime.


TECHNO-ARTISANALE Chez Corneliani, on ne fait pas de distinction entre savoir-faire artisanal et technologie. Les deux domaines partagent leur excellence pour produire un style à la fois élégant et décontracté. Les textiles jouent sous cette enseigne un rôle primordial, notamment la laine d’été Super 160, infroissable et imperméable, produit ultime de la nanotechnologie. Corneliani, 225 rue Foch, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.500 Corneliani, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.217

Photos DR

ÇA SWINGUE AU VILLAGE ! Jazz, swing, blues, tout un programme que le duo de créateurs Domenico Dolce et Stefano Gabbana prévoient cet été pour mettre un peu de fantaisie dans le vestiaire de l’homme. Les imprimés ananas et feuilles de bananier, noir sur blanc, complètent avec humour la collection féminine. Mais la faune masculine s’offre aussi des motifs graphiques géométriques et des dessins à main levée d’instruments de musique. L’été sera joyeux, on vous le promet et la fête au village a déjà son dress-code. Dolce & Gabbana, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.219 Dolce & Gabbana, 146 rue El Moutran, Centre-ville, +961 1 99 11 11 ext.555

47


LA VIE EST UNE COURSE L’équipementier New Balance adapte ses chaussures de course à la ville. Pour répondre aux performances exigées à toute heure de la journée, le nouveau modèle 247 de la marque combine une toile architecturée sur le dessus et un intérieur construit en néoprène. Le « N » du logo ainsi que les bordures sont en toile réfléchissante, et le médaillon en caoutchouc de la languette est emprunté à la version olympique dont s’inspire la chaussure. La technologie se reflète sur l’esthétique et se traduit en termes de confort et d’adaptabilité. New Balance, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.272 New Balance, ABC Ashrafieh, Beirut, +961 1 330 111 New Balance, ABC dbayeh, GF, +961 4 41 72 17 New Balance, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11ext.140

Bottega Veneta, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.112 Bottega Veneta, Allenby Allenby Street, Beirut Souks, Centre-ville, +961 1 99 11 11 ext.565

48

Photos DR

LUXE INTIME Pour le cinquantième anniversaire de Bottega Veneta, Thomas Maier a voulu creuser l’idée du luxe intime, ce bonheur du vêtement que seul perçoit celui qui le porte et que devine le connaisseur. La silhouette est longiligne et fluide, l’ostentation cassée par l’omniprésence du polo. Ici, les textures parlent pour ellesmêmes entre coton raffiné et lins rares. Confort et sensualité sont les maîtres mots.


LIGHT & SHADOWS a curated selection of Korean Artists

16 March - 1 April 2017

Bahk Seon Ghi An Aggregation 201301, 2013

Opera Gallery Beirut, Foch 94, Foch Avenue, Beirut Central District · T. +961 1 971 471 · beirut@operagallery.com · operagallery.com NEW YORK

MIAMI

ASPEN

LONDON

PARIS

MONACO

GENEVA

DUBAI

BEIRUT

HONG KONG

SINGAPORE

SEOUL


L’ESPRIT DE MANOIR Gucci se britannise. Entre la haute tradition italienne de couture masculine et la perfection décalée de Savile Raw, la maison de maroquinerie de luxe fondée en 1921 et tombée dans l’escarcelle de la holding PPR (devenue Kering) en 2000, a choisi l’humour de la vieille Angleterre. Rule, Britannia ! Ou plutôt, rule, Alessandro Michele ! Le directeur artistique de Gucci examine à la loupe les manies aristocratiques de la Grande Bretagne et les restitue dans une collection qui donne la part belle à l’héritage dans une profusion de borderies, passementerie, velours, écussons et gallons. Les chaussures elles-mêmes semblent empruntées au Lord Maire de Londres. Le tout fait l’objet d’une campagne sur fond de manoir historique, entre grandeur et excentricité, mettant en scène Tom Hiddleston et trois lévriers afghans sous l’objectif de Glen Luchford. Gucci, 141 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.200 Gucci, Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 71 77 16 ext.223

Brunello Cucinelli, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.120 Brunello Cucinelli, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.220

50

Photos DR

ENTRE CIEL ET MER Chez Brunello Cucinelli on prend le temps de vivre sans se prendre la tête. Entre mer et montagne, la marque qui signe les plus beaux cachemires sait aussi décliner au masculin les plus belles toiles estivales. La nouvelle collection s’inspire des bleus marins et des couleurs fraîches qu’impose le grand soleil, autant que des sensuelles soirées de montagne où, après une longue journée de travail ou de loisirs actifs, on regarde la lumière décliner en douceur en prenant l’apéritif avec les gens qu’on aime.


MATIÈRE À CARESSES En ces temps où la mode est de plus en plus bavarde, engloutie sous un fatras de thèmes, d’efforts d’originalité, de story telling, d’allerretour entre l’ancien et le nouveau, les décennies revisitées et les époques anticipées, il est rare qu’un vêtement parle tout simplement pour lui-même. Loro Piana est ainsi. Les créations de cette enseigne dédiée au départ à la maille masculine et aux cachemires raffinés imposent le silence. C’est juste beau, ces matières qui caressent le regard, ces palettes douces et ces textures qui absorbent le pigment dans toute sa profondeur, ce luxe détendu, sans prétention et pourtant souverain.

Photos DR

Loro Piana, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-ville, Beirut, +961 1 99 11 11 ext.120

POUR UN RETOUR DU LIBAN À LA BIENNALE DE VENISE Compositeur et artiste plasticien, Zad Moultaka a été mandaté par le ministère libanais de la Culture pour représenter son pays à la 62e Biennale de Venise qui aura lieu en mai prochain. L’œuvre que cet artiste polyvalent et avant tout philosophe prévoit d’installer au pavillon libanais de l’Aresenale Nuovissimo s’intitule SamaS, en référence au dieu archaïque du Soleil. A travers une grotte symbolique, Zad Moultaka entend relier l’Orient et l’Occident par les profondeurs de la terre où bourdonne une prière universelle, composition sonore chantée par un chœur. « Une démarche où la technologie s’inspire de l’archaïque », souligne Emmanuel Daydé, commissaire du Pavillon Liban 2017. Pour être mené à terme, ce projet ambitieux fait appel aux dons du public. Pour participer à cette levée de fonds: http://pavillonlibanvenise2017.com/faites-un-don.

51


L’ENVOL Le fabriquant espagnol de chaussures légères a encore réalisé cette saison les derbies et mocassins les plus décalés possibles, tout en déployant de nouvelles techniques pour les rendre encore plus aériens. Même visuellement, avec les semelles en mousse de gomme contrastées de Camper, on aura l’impression de léviter. Prêt à l’envol ? Camper, rue Souk El Tawileh, Beirut Souks, Centre-ville, +961 1 99 11 11 ext.568 Camper, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.271 Camper, Beirut City Center, L1, Hazmieh, +961 1 28 71 87

Canali, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.234 Canali, 225 rue Foch, Centre-ville, +961 1 99 11 11 ext.480

52

Photos DR

UN ÉTÉ ITALIEN Un nouveau chapitre s’ouvre dans l’histoire de Canali qui aligne fièrement 80 ans d’existence et d’expertise sur le marché de la mode masculine. Adepte du monofil et de la déconstruction savante qui font sa signature, la maison italienne remet en avant sa célèbre veste Kei qui s’assortit pour la première fois de pantalons. Le luxe du mélange soie et lin rayonne dans des couleurs audacieuses qui célèbrent avec allégresse l’élégance de la belle saison.


etro.com

FAKHRY BEY STREET, BEIRUT SOUKS 01 99 11 11 EXT. 590


LE BOMBER NEW WAVE Un des meilleurs blousons remasterisés du moment, pour qui osera le tenter. Influence eighties indéniable, précision du tailoring, provocation du streetwear. Il résume à lui seul l’esprit Dior Homme, et surtout la grande tendance de la saison. Par ANNE GAFFIÉ Stylisme ROMAIN VALLOS Photo JEREMIAS MORANDELL Assistante stylisme MARTA FERRER TRIAS

L’idée On le sait, chez Kris Van Assche plus qu’ailleurs, aucune silhouette ne relève de l’improvisation. Tout est mûrement réfléchi, un vrai storytelling ! Cette prise opérée dans son vestiaire le confirme. C’est une des masterpieces de sa collection « Fun Fair », baptisée en référence à l’iconographie des fêtes foraines et des boîtes de nuit anglaises période new wave (tel le mythique club Hacienda à Manchester). Un sévère flash-back, intense comme un électrochoc, où l’énergie du sportswear télescope le raffinement du tailoring, pour donner naissance à ce mélange de pièces hybrides. Tout le paradoxe d’une génération. Le mot du créateur « Il y a dans cette collection comme une relecture des souvenirs de l’adolescence […] Synthèse des générations et observation des contre-cultures. » Le look N° 34 du défilé printemps-été 2017. La version contemporaine d’un look 80s : bomber en cuir de veau incrusté à découpes géométiques « tracksuit » trois couleurs, pantalon oversize en denim aux surpiqûres rouges contrastées, pull sans manches en jersey de coton crêpe couleur peau. 56


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


Voir et être vu focus Par F.A.D Photographe TONY ELIEH Styliste JOSÉE NAKHLÉ On a du mal à imaginer que Mykita n’existe que depuis 2003, tant ce fabricant de lunettes parfaites a suscité de désir en moins de quinze ans. La marque allemande de montures optiques et solaires a commencé sa carrière dans le local d’un ancien jardin d’enfants (dont « kita » est l’abréviation en allemand). Fondée à Berlin par Moritz Krueger, Philipp Haffmans, Daniel Haffmans et Harald Gottschling, Mykita réunit désormais sous un même toit toutes les technologies nécessaires à la création de lunettes optimales. Le design s’inspire des courants majeurs du 20e siècle, mais il est souvent confié à des créateurs de mode, dont Maison Martin Margiela, pour des collections capsules. En acier ou graphite découpés au laser, ou en acétate de cellulose et autres matériaux entièrement recyclables, les lunettes Mykita sont ajustables à souhait et s’adaptent au visage à la perfection. MYKITA Modèle Nukka C1, champagne ou or brillant, verres polyamide protecteurs, 100% anti UVA/UVB, anti-réflexion, de la collection Mykita Lite. 58


WWW.AISHTIBLOG.COM


UN TRAIT DE PERNOD Véronique Nichanian est indéniablement la femme qui habille le mieux les hommes. La directrice artistique des lignes masculines d’Hermès a le talent rare de créer des silhouettes nettes, de marier les matières et de jongler avec les couleurs. Elle seule sait à quel moment éclairer une palette sobre d’un trait de jaune Pernod ou de bleu colvert, de fuchsia ou de magenta. Rien à ajouter à cet équilibre juste parfait. Par F.A.D.

Photos DR

Costume à deux boutons en lin et coton à effet changeant baobab ; polo zippé en coton crêpe silex à nervures contrastées ; sac « Haut à Courroies » en toile de camp ficelle et veau Evercolor lime. 62


Polo en coton crêpe bleu cobalt à carreaux en pointillé; pantalon à un pli en toile de coton à effet changeant baobab à détail cuir; sac « Cabacity » en vache Hunter baobab et toile plume lime.

63


À LA POINTE Photographe TONY ELIEH Styliste JOSÉE NAKHLÉ

Rien ne peut plus arrêter les créateurs en matière de sportswear. Baskets et sacs à dos arrivent en pole position dans le radar de la saison.

T-Shirt, DOLCE & GABBANA.

64


Derbys à boucle en cuir glacé et cordes tressées, GIORGIO ARMANI. En ouverture, sneakers “Chuck Taylor All Star II” en toile de coton, CONVERSE. Sneakers, BURBERRY.


Sneakers, VALENTINO.


Sac à dos, VALENTINO.


Pochette, ALEXANDER MCQUEEN.


Cravatte, PAL ZILERI.


Veste, GUCCI.


De gauche à droite: Lunettes de soleil, CHRISTIAN DIOR. Lunettes de vision, MYKITA.


Le pull focus Auteure JESSICA BENFREDJ Photographe ERICK FAULKNER Styliste LOYC FALQUE

Si vous n’avez pas pu mettre la main sur la planche de l’album inachevé d’Hergé, Tintin et le Thermo-Zéro, vendue chez Christie’s en novembre dernier pour 230 500 €, vous pouvez toujours emprunter le style du héros à la houppette. Un pull bleu ciel désormais mythique, largement plébiscité par les créateurs cette saison comme chez Burberry qui en offre une luxueuse lecture en laine et cachemire et dont l’encolure ronde et profonde révélera le col de votre chemise. Les tintinophiles perfectionnistes pourront puiser dans le vestiaire intemporel de la maison britannique et compléter cette silhouette d’un trench-coat en gabardine beige, autre pièce indissociable de l’intrépide reporter. Pull en laine et cachemire, BURBERRY. Chemise, pantalon et lunettes vintage. Modèle Ziggy Torres chez Tomorrow Is Another Day Coiffure Charlotte Dubreuil Maquillage Charlène Coquard Assistant photographe Justino Esteves Assistants stylisme Marta Ferrer, Samuel Bardaji

72


Le blouson focus Auteure JESSICA BENFREDJ Photographe ERICK FAULKNER Styliste LOYC FALQUE

Rares sont les vêtements dont l’histoire fascine autant que celle du blouson en cuir. Versatile, on l’a découvert comme uniforme d’aviateur pendant la Première Guerre mondiale avant qu’il ne devienne le signe de reconnaissance des motards, puis l’apanage des icônes rock. Immortalisé par Marlon Brando dans L’Équipée sauvage, devenu légende sur James Dean, le cuir se fait l’étendard d’une jeunesse rebelle et des mauvais garçons au sang chaud. Victime de sa réputation

dans une Amérique où le puritanisme fait rage, son port est interdit dans certains établissements – c’est dire son potentiel subversif. Délivré de sa connotation bagarreuse, le blouson noir électrise les créateurs très inspirés par son ADN. Fidèle à l’esprit rock de ses débuts, Zadig & Voltaire revisite admirablement cette seconde peau au caractère impétueux. Son col structuré et sa fermeture zippée font ainsi perdurer avec modernité sa légende de dur à cuire ! 73

Veste en cuir, ZADIG & VOLTAIRE. Chemise en popeline de coton, PRADA. Pantalon vintage. Chaîne en argent, HERMÈS. Modèle Ziggy Torres chez Tomorrow Is Another Day Coiffure Charlotte Dubreuil Maquillage Charlène Coquard Assistant photographe Justino Esteves Assistants stylisme Marta Ferrer, Samuel Bardaji


La chemise focus Auteure JESSICA BENFREDJ Photographe ERICK FAULKNER Styliste LOYC FALQUE

“L’élégance se concentre dans la chemise”, affirmait Oscar Wilde dont la connaissance du vestiaire masculin n’est plus à démontrer. D’où l’importance de la choisir avec soin. Si c’est à sa chemise justement que l’on jugerait un homme, dit-on, c’est à son col que cette dernière pourrait bien être jugée en retour. Ce détail, pensez-vous à tort, n’en est plus un lorsqu’il est entièrement repensé amovible

par Prada. Et si, à cette coquetterie de gentilhomme, s’additionne la possibilité d’ôter les manches de cette chemise hybride, le tour de passe-passe n’en est que plus brillant. En revoyant les codes les plus élémentaires d’une simple chemise rayée, la maison milanaise bouscule une fois encore l’un des classiques du style italien. C’est pratique, divertissant et, par-dessus tout, follement élégant. 74

Chemise à rayure en popeline de coton, manchettes et col amovibles, PRADA. Lunettes vintage. Chaine en argent, HERMÈS. Modèle Ziggy Torres chez Tomorrow Is Another Day Coiffure Charlotte Dubreuil Maquillage Charlène Coquard Assistant photographe Justino Esteves Assistant stylisme Marta Ferrer, Samuel Bardaji


Aïshti By the Sea, Antelias T. 04 717 716 Aïzone Stores T. 01 99 11 11


TOM HIDDLESTON, OBJET DE CURIOSITÉ Égérie surprise de la rentrée, l’acteur anglais s’est fait remarquer portant, entre autres, ce costume motif foulard avec des chaussettes blanches glissées dans des babies, le tout posé sur ce sofa vert amande, accessoirisé de deux fausses Taylor Swift à ses pieds. Gucci ne fait jamais les choses à moitié, surtout quand il s’agit de lancer un nouvelle ligne tailoring. Par ANNE GAFFIÉ La situation

L’homme de la situation Thomas William Hiddleston, dit Tom Hiddleston, 35 ans, 1,88 mètres. Un concentré de ce que l’empire britannique fait de mieux. Enfance londonienne dans le quartier de Westminster, études à Eton, à la Royal Academy of Dramatic Art.... L’acteur anglais explose en 2011 avec la superproduction Thor, dans le rôle du « super vilain » de l’univers Marvel. Plus 20 kilos de muscles en six semaines, le temps d’une petite formation aux arts martiaux, autant dire que la métamorphose assoit l’homme. Depuis, il enchaîne les records au boxoffice américain (le premier épisode

de Thor fera 1,5 milliard de dollars de recettes, le classant cinquième plus gros succès de l’histoire du cinéma américain). Régulièrement annoncé comme le futur James Bond, il a passé un été mouvementé et médiatisé au bras de Taylor Swift et se console aujourd’hui comme il peut en 4x3 pour la maison Gucci. Les mauvaises langues n’ont pas manqué de noter au passage la troublante ressemblance entre son ex et les lévriers afghans qui l’accompagnent sur l’image. Tom Hiddleston sera bientôt à l’affiche de Kong : Skull Island, de Jordan VogtRoberts (sortie le 8 mars), et du troisième volet de la saga Thor, Thor : Ragnarok de Taika Waititi (sortie le 25 octobre). 76

Pour la petite histoire, les photos de la campagne ont été shootées à Los Angeles, Beverly Hills, dans l’incroyable domaine de Dawnridge, ancienne propriété de l’artiste, set-designer et curator Tony Duquette. Ce cube de 30 mètres par 30, construit à sa demande dans les années 1950 par l’architecte Caspar Ehmcke, est resté dans son jus Régence. Pour ceux que ça intéresse, il est accessible sur Airbnb à 2 372 € la nuit (1 seule chambre, mais – 50 % si vous louez au mois). Réf. 9647006. @twhiddleston (1 900 000 followers)

glen luchford

Cruciale ! C’est en effet la première fois depuis l’arrivée d’Alessandro Michele – aux commandes artistiques de la marque italienne – que la maison envoie un message très fort à l’attention de sa clientèle disons « classique » (celle qui porte des costumes). « Men’s Tailoring » est ainsi présentée comme une intercollection (l’équivalent de la collection croisière) et elle ouvre, en termes de timing, le bal de la saison printems-été 2017. Il était donc important de frapper fort avec cette campagne publicitaire signée du photographe maison fétiche Glen Luchford, qui met en scène l’un des hommes actuellement les plus bankables du 7e art. www. gucci.com


Photos DR

BRUNELLO CUCCINELLI, LE PRINCE PAYSAN

78


« Le luxe n’est pas à la portée de tous, mais chacun a droit à la dignité ». Telle est la devise de Brunello Cuccinelli, fils d’un ouvrier du ciment, ancien cancre mais parfait philosophe, qui a acquis dans les cafés le sens des affaires et l’intelligence de créer l’une des entreprises les plus florissantes et les plus équitables d’Italie. Par F.A.D.

Celui qu’on surnomme « le prince du cachemire » est le héros d’une successstory à l’italienne tout droit sortie d’un film néoréaliste, n’était le fracassant « happy ending » qui la prolonge aujourd’hui. Brunello Cuccinelli est né « pauvre mais heureux » dans une famille d’agriculteurs originaires de l’Ombrie, montés à Pérouse par nécessité. Là son père se convertit en fabriquant de béton et subit les humiliations patronales. Son frère, soudeur, a sans cesse des problèmes aux yeux. Mais Brunello a la chance d’entrer à l’université. Espoir de la famille, il fait des études de génie, mais ne tarde pas à laisser tomber. Trop long, trop aride ? Ce n’est pas ce qu’il veut apprendre, ni ce qu’il veut faire dans la vie. En revanche, il traine dans les cafés, se mêle aux conversations, renifle l’air du temps. La formidable ascension de Benetton le fascine. Il y pense souvent

entre deux virées chez Kant, Sénèque ou Héraclite, ses maîtres avec Saint Françoise d’Assise et Rousseau. A 20 ans il a déjà ce mental de businessman sociologue qui le démarque de ses pairs. Au fond, qu’est ce que Benetton sinon la joie des couleurs dans le banal pull en shetland de l’étudiant désargenté ? La maille fait partie de sa culture. C’est même le pilier économique de l’Ombrie dont il vient. Il a lu quelque part que l’avenir du textile est en Asie. Que pour survivre, l’industrie européenne devra s’orienter vers le luxe, s’éloigner du produit de masse. D’où l’idée du cachemire, cette laine-plus-ultra. Elle fait son chemin, encore faut-il en avoir les moyens. Du premier emprunt à l’entrée en bourse Donc des pulls et des couleurs. Et donc du luxe pour damer le pion aux rivaux 79

asiatiques. Quand Brunello fonde son entreprise, il n’a encore que 25 ans. Il a emprunté une petite somme à des amis, ou était-ce une petite quantité de laine… Son projet est de faire réaliser des articles colorés par une filière qui n’utilise encore que des bobines de couleurs sombres. Les premiers pulls sont raflés, et la machine s’emballe. Nous sommes en 1978 et la marque n’en est encore qu’à ses balbutiements. Le fondateur joue les hommes d’affaires débordés, ment aux acheteurs en leur faisant croire qu’il règne sur un empire peuplé de centaines d’employés. Bientôt ce sera le cas. Tant et si bien qu’il décide, moins de dix ans plus tard, d’établir à Solomeo ses propres filatures. Ce hameau au nom de rêve est celui d’une jeune femme qu’il aime et qu’il veut épouser. Il est dominé par un château du XIVe siècle où Brunello compte


80

Photos DR

bien installer sa future famille. En une poignée d’années, il dote le village de 500 habitants d’un théâtre, d’ateliers de formation aux métiers artisanaux et à l’horticulture, d’un grand jardin public. La manufacture est équipée de tout le confort et même d’une cantine bio gratuite. Les horaires de travail sont de huit heures avec une pause d’une heure et demie à midi. Les salaires dont de 20% plus élevés qu’ailleurs. Dans un rayon de 40 kilomètres autour de Solomeo, un millier de petites entreprises familiales indépendantes travaillent pour la compagnie aux côtés de ses quelque huit cents salariés. La dignité dont il a rêvé pour son père, Brunello Cuccinelli l’offre à ses artisans et employés. En 2000, l’enseigne déjà présente dans 89 pays élargit son offre en créant costumes, blazers, chaussures et accessoires. Introduite en bourse, elle cartonne en réalisant un profit aussi inédit qu’immédiat. Le patron habite le château avec sa femme et ses deux filles. Il y produit de l’huile d’olive, et à ses heures libres, nage et fait du yoga. L’élégance tranquille et raffinée qui émane des articles sortant de ses usines n’est que le reflet de son monde parfait.


COLLEZIONE AUTOMOBILI LAMBORGHINI

Available at Aïzone stores 01 99 11 11- 04 71 77 16


PHOTOCOPIEUSE Photographe MARCO GAZZA, TONY ELIEH Styliste JAMES V. THOMAS, JOSÉE NAKHLÉ

Pull en laine technique, PRADA.


Pull en laine et raphia, LOEWE.


T-shirt, GUCCI.


Chaussures en cuir “Lambourn”, CHURCH’S.


Pull en laine mohair, PRADA.


Mocassins en cuir, Creepers enGUCCI. cuir, LANVIN.


Chaussures en cuir, DOLCE & GABBANA


ManteauManteau en laineen technique, laine et col broche en fausse en palladium fourrure,et émail, SALVATORE LOUIS VUITTON. FERRAGAMO.


Minimal et brutal

parfums Photographe LARA GILIBERTO Réalisation ROMAIN VALLOS, STÉPHANIE NAKHLÉ 92


Parfum Bois d’argent Christian Dior — Avec des notes d’iris de Florence, d’encens du Yémen et de myrrhe de Somalie. “La Collection Privée”, 125 ml, CHRISTIAN DIOR.


Eau de Parfum Dior Homme — Une concentration inhabituelle pour un parfum suave et intense. La noblesse de ses ingrédients s’exprime avec singularité sur chaque peau. VAPO. 75 ML, DIOR HOMME.


Eau de Cologne Citrico Comme des Garçons Parfums — Avec des notes de bergamote, de romarin, de citron, de fleur d’oranger et, enfin, de néroli. 125 ml, COMME DES GARÇONS PARFUMS.

95


EAU DE PARFUM La nuit de l’Homme — l’Iris se mêle à la Vanille et la Fève Tonka offrant ainsi une composition poussée à l’extrême, un cocktail intensément masculin, charnel et sophistiqué. . 100 ml, YVES SAINT LAURENT.

96


Eau de parfum Oud Tom Ford — Le bois de rose exotique et la cardamone donnent un mélange fumé du rare bois de oud, du bois de sandal et du vétiver. La fève de Tonka et l’ambre ajoutent de la chaleur et de la sensualité. 50 ml, TOM FORD.


MOHANAD KOJAK, LA COUTURE QUI FAIT SENS Voici un label couture qui raconte le parcours de sa créatrice, sa vie, ses rencontres et la société qui l’entoure. Mohanad Kojak s’exprime à travers des vêtements théâtraux, modernes ou nostalgiques mais toujours pleins de sens.

Photos DR

Par M.L.

98


Chacune des collections de Mohanad Kojak dévoile une histoire, un regard, une expérience de vie du designer. Il s’inspire des interactions humaines, une relation amoureuse ou amicale, des liens familiaux, une société parfois oppressante, pour traduire ses sentiments dans la beauté de son art. Sa dernière collection hiver 2017 commence avec un amour naissant, l’enthousiasme d’une rencontre qui lui donne de l’énergie et qu’il traduit avec un style streetwear, sportif. Et puis la déception amoureuse change le cours de la collection, qui prend une allure plus rebelle, négligée, aux accents grunge des années 90. Dans une autre collection, le créateur s’inspire de ses propres funérailles. Il imagine les présents ; amis, familles, collègues ou ennemis ; ceux qui sont là parce que l’événement leur tient à cœur, ceux qui sont là pour se montrer ou encore par obligation. Pour sa première collection de robes de mariées, Kojak met en scène les différentes raisons de convoler: une robe pour la mariée qui recherche la protection, pour celle qui court après le statut, celle qui se marie par intérêt ou l’amoureuse transie. Pour la mère de la mariée qui, elle, a compris que le mariage c’est tous ces aspects à la fois mais surtout un partenariat, une relation qui évolue et devient ce qu’on en fait, il imagine une robe tout aussi équivoque. Avec son meilleur ami, qui est écrivain, Mohanad rédige un « book » pour chaque collection. Ensemble, ils y légendent les images à coup de citations profondes qui soulignent une humeur particulière: parfois sage, parfois agressive, triste ou pleine d’espoir.

Mohanad Kojak est encore un tout jeune étudiant en Arts Appliqués et Graphic Design. Un projet pour l’un de ses cours le mène à réaliser un film de mode dans lequel il présente une collection de vêtements, collection qu’il crée lui même. Il a à peine 18 ans et ses modèles sont aussitôt repérés. Les clientes s’empressent. N’ayant ni atelier ni bureau, il les rencontre dans les cafés ou chez elles. La marque grandit et le jeune designer quitte les bancs de l’université pour s’y consacrer. Il ouvre un studio au Caire et ses collections se retrouvent dans plusieurs boutiques à travers l’Egypte et bientôt le Moyen-Orient. Mohanad se souvient qu’enfant il se rendait chez le tailleur pour faire retoucher les vêtements des membres de sa famille. Ce dernier lui montrait les rouages du métier, et c’est avec lui, dans ce même atelier que le jeune créateur fait aujourd’hui réaliser ses modèles. Pour ses tissus, il choisit des matières nobles, satin, soies et broderies qu’il brûle, tache ou vieillit pour donner plus d’âme à ses vêtements. Il n’hésite pas à utiliser des tissus d’ameublement pour enrichir ses collections d’imprimés et textures difficiles à trouver en Egypte. Touche à tout, il contribue au stylisme, mise en beauté et photographie pour la mise en scène de ses collections. Kojak continue d’observer la vie pour retranscrire sa richesse et sa complexité. Il s’est réinscrit il y a un an à l’université pour des études de stylisme et travaille en ce moment sur sa nouvelle collection Printemps Eté. Celle-ci est inspirée de la Renaissance : couleurs douces et accents dorés, architecture lisse mais riche en détails, chandeliers, peintures et autres objets à l’esthétique d’époque, il y ajoutera des émotions vécues en cours de création.

Au hasard d’un film Quand son aventure débute, par hasard, il y a quatre ans, 99


MULTITÂCHE Photographe TONY ELIEH Réalisation JOSÉE NAKHLÉ

3 4

5 7 8

1 3

5 2

9

6

5 14

7 8

13 15 9

12 12

10

11

1 Parfum, BVLGARI. 2 Colier, TATEOSSIAN. 3 Pochette, BOTTEGA VENETA. 4 Anti-Rides, CLARINS. 5 Montre, BVLGARI.

6 Boutons de manchette, DIOR. 7 Porte-cartes, FENDI. 8 Stylo, TATEOSSIAN. 9 Pochette, DOLCE & GABBANA. 10 Bracelet, TATEOSSIAN.

100

11 Clip, TATEOSSIAN. 12 Porte-clefs, BOTTEGA VENETA. 13 Lunettes de soleil, TORY BURCH. 14 Bague, TATEOSSIAN. 15 Émulsion régénérateur, LA MER.


AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007, JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


L’UNIVERS DE GILDAS LOAËC Si on connaît par cœur la façade bien marketée du personnage, on en sait moins sur l’univers privé et préservé du créateur parisien à succès de Maison Kitsuné. Ce qui n’est pas si grave en soi, puisqu’une fois le rideau levé sur son bureau de la rue Chauchat, on se rend compte qu’il est comme on l’avait imaginé : presque aussi nippon que breton. Par ANNE GAFFIÉ

SON « CARTABLE » Un véritable « kit militaire de travail », sac en nylon de la marque Porter, dans lequel il transporte toujours un Mac, un crayon Astier de Villatte, et deux carnets de note Maison Kitsuné.

SES DÉBUTS Visibles grâce aux trophées sur la cheminée, des références aux Daft Punk, avec en bonne place leur disque de platine reçu pour l’album Discovery, quand il était leur manager alors qu’il tenait une boutique de vinyles, rue du Louvre.

LE BEST-SELLER Ces baskets en toile de coton, qu’il retravaille en ce moment avec le studio en version haute.

UNE SENTEUR En ce moment, celle de l’encens « Opéra » d’Astier de Villatte, fait à la main au Japon.

UNE PHOTO SOUVENIR

SON MOBILIER

Celle de ses 20 ans, prise lors d’un shooting avec l’équipe des Daft Punk pour le magazine anglais Muzik.  

Plusieurs pièces de la marque USM, dont celui-ci fait sur-mesure pour y stocker disques et platines.

SON BLEU DE TRAVAIL

DR

Un blue-jean selvedge made in Japan signé Maison Kitsuné, avec renard brodé sur la poche arrière.

102


L’INFO EN +

SON GADGET HIGH-TECH

En mai prochain sera dévoilé un tout nouveau vestiaire 100 % parisien, avec pour signe de reconnaissance ce renard tricolore, dont Maison Kitsuné compte bien faire « le nouveau crocodile ».

L’amplificateur « Expert Pro » de la marque française Devialet, qui permet de contrôler les enceintes JBL de son bureau.

SA DROGUE Son propre café, d’origine brésilienne torréfié à Londres, dont il a toujours un paquet d’avance au bureau, quand il n’a pas le temps de descendre au Café Kitsuné des jardins du Palais-Royal.

SON GRI-GRI Un « Squatting Dog » (probablement la figurine japonaise la plus hype du moment, ndlr). Celui-ci s’appelle Terujiro, et vient de chez Beams Japan. Pièce unique, vendue avec certificat et arbre généalogique !

SA COLLECTION Des figurines Kaws de chez Medicom Toy, offertes il y a des années par l’artiste lui-même.

SON ASSOCIÉ COMPLICE Masaya Kuroki, installé à Tokyo, mais à ses côtés depuis les débuts de l’aventure Kitsuné. Photo Polaroid prise lors de leur rituel dîner de Noël.

SA BANDE-SON AU BUREAU Parcels (premier EP Hideout , sorti le 27 janvier) et Tkay Maidza (premier album Tkay, sorti le 20 janvier), les deux dernières signatures du label Kitsuné, venues d’Australie. 

SA CAMPAGNE PRÉFÉRÉE Celle de l’automne-hiver 2013, réalisée par l’illustrateur JeanPhilippe Delhomme, ami de longue date et collaborateur régulier.

SES LUNETTES SON PORTRAIT Réalisé par Darcel, en œuf cyclope avec le petit détail du renard Kitsuné sur le col de chemise.

Toujours les mêmes, de la marque japonaise Eyevan.

103


L’HOMME PARÉ, CE SCANDALEUX Photos DR

mode Auteur ALEXANDRE DROUOT

104


Photo Collection Royale Trust, Angleterre/Les Arts décoratifs, Paris

Les codes vestimentaires masculins ont traversé l’histoire au gré d’exubérances aristocratiques, de formalisme révolutionnaire ou de conformisme bourgeois. Et les créateurs contemporains se sont emparés de ceux-ci pour un mix & match intemporel.

Et si le scandale de la mode masculine était dans son retour aux sources ? On l’a beaucoup oublié mais l’homme en matière de mode participe grandement du règne animal : comme chez les mâles à pattes, à plumes ou à écailles, c’est à lui, bien plus qu’à son alter ego féminin, qu’appartient traditionnellement la parure. Comme le coq de bruyère gonflant ses plumes, ou le paon déployant sa queue colorée en parade nuptiale, l’homme se pare pour assurer sa séduction et son pouvoir. Si cela ne date pas d’hier, l’acmé du genre a sans doute été le xviie siècle, apogée de la société de cour. La légende se souvient de l’arrivée du duc de Buckingham à Paris, comme ambassadeur de son seigneur et maître, le roi d’Angleterre. Le duc avait fait broder son habit de perles. Mais il avait demandé à son tailleur de mal les fixer : ainsi son arrivée à la cour fut l’occasion d’une pluie de perles qui tombait sur son passage : il séduisit en un seul mouvement le roi, la reine, toute la cour et cette exubérante prodigalité le transforma immédiatement en ennemi de Richelieu – et inspira à Dumas ses Trois mousquetaires. On ne peut plus “camp”, comme disent les Anglais qui s’y

connaissent en la matière. Reste que quelques décennies plus tard, côté français, Louis XIV ne fut pas en reste : Saint-Simon narre comment il reçut les ambassadeurs du Siam avec l’ensemble des diamants et perles de la Couronne brodé pour l’occasion sur son habit – il ne perdit aucun carat, puisqu’il ne bougea pas, devenant l’icône sans doute un peu moribonde de la monarchie absolue… Monsieur Jourdain tentant de devenir “bourgeois gentilhomme” à grand renfort de plumes et de rubans participe naturellement du même mouvement : il veut en être… L’activité professionnelle non manuelle La Révolution française balaya cette appropriation masculine et aristocratique de la parure – d’où le nom de sans-culottes donné aux plus âpres révolutionnaires. Seul sursaut, le règne des Incroyables juste avant l’Empire, à grand renfort de mouches et taffetas, de mousselines et de soies – un mouvement aussi bref qu’intense qui inspira beaucoup John Galliano. Et si l’Empire vit encore la parure rimer avec le pouvoir – l’habit de sacre de Napoléon ier –, 105

l’avènement de la bourgeoisie signa l’arrivée du costume noir, cravate noire et chemise blanche – son éclat prouvant la nature non manuelle de l’activité professionnelle de ceux qui l’arboraient. Seuls quelques grands excentriques osèrent la couleur, à l’instar des dandys et de leurs gilets rouges ou, bien plus tard, dans les derniers rayons des Romanov, d’un prince Youssoupoff, osant pour des bals dit costumés, d’incroyables brocarts, bordés de fourrures et “saupoudrés” de pierreries – des pièces sorties de l’oubli en novembre lors d’une vente aux enchères dont on se doute qu’elle inspirera nombre de créateurs – cet éclat russe avait déjà brillé sur les podiums masculins de Louis Vuitton, époque Marc Jacobs, il y a plus de dix ans. Des icônes socialement acceptables Il faut dire que sur les catwalks, la parure redevient un apanage masculin. Elle constitue même une des expressions privilégiées de cette fameuse mode masculine qui a fait son apparition depuis une vingtaine d’années. L’homme paré du xixe siècle ne surgit naturellement pas de nulle part. Plus


Abeilles et cœurs brodés Côté italien, ce sont les trublions de Dolce & Gabbana qui en font leur mode de reconnaissance stylistique. Il faut dire que l’inspiration sicilienne de leurs collections leur permet de s’en donner à cœur joie, quand

bien même la source de ces broderies est plus souvent ecclésiastique que militaire – logique, car au pays des papes, ceux-ci n’ont pas attendu pour se parer ni Jude Law en Young Pope – la série phare de Canal+ – ni, avant lui, Fellini et son fameux défilé de mode pontificale dans Fellini Roma… De manière plus septentrionale, Dries Van Noten ou Christopher Bailey sont moins portés vers le sacré. Sans doute, le créateur flamand brode-t-il ses hommes en les faisant voyager davantage que son éminent confrère d’outreManche qui puise souvent dans l’héritage de l’uniforme de gala, made in Savile Row. À raison : sa première collection de l’ère du “see now buy now”, présentée à Londres en septembre, a ainsi fait la part belle aux brandebourgs et autres fils d’or comme arrachés à des régiments de guerriers de gala : ce sont les modèles qui ont été le plus rapidement en rupture de stock. Au-delà même de l’uniforme, l’ornementation reprend ses droits et permet aux maisons de marquer leurs différences. C’est clairement la stratégie portée par Alessandro Michele chez Gucci, couvrant ses hommes d’abeilles et de cœurs brodés : les résultats des ventes prouvent que l’homme de 2016 n’a rien contre le velours framboise, la soie imprimée et les lodens abricot. Et si cette option de total look paraît trop audacieuse, pas de souci. C’est 106

tout en délicatesse qu’un Kris Van Assche chez Dior Homme joue des fleurs et qu’une Véronique Nichanian chez Hermès poursuit son antienne de reconquête de la couleur. Le scandale sait aussi avoir bon goût. Exposition “Tenue correcte exigée : quand le vêtement fait scandale”, jusqu’au 23 avril au Musée des Arts décoratifs à Paris.

Ci-dessus, en 1946, concours de maillots de bain à la piscine Molitor, avec la danseuse Micheline Bernardini en bikini Louis Réard. À droite, Marlon Brando dans “Un tramway nommé désir” (1951). Page d’ouverture, “Christian prince de Brunswick” de Jacob Van Door (1609), huile sur toile.

Photos AFP, Bridgeman images/Les Arts décoratifs, Paris

encore que de Louis xiv, il est le rejeton de deux figures tutélaires de l’élégance mâle : le dandy et le militaire qui, saisons après saisons, font un tour sur les podiums. Des icônes socialement acceptables car elles ne datent pas d’hier. Il suffit pour s’en convaincre de faire un tour au musée de l’Armée à Paris : côté armures, les dentelles d’or et les ornementations sont pléthore – un trait que l’on retrouve de l’Occident à l’Orient, du connétable au samouraï. Logique donc de retrouver encore aujourd’hui ce tropisme décoratif sur l’uniforme, qui demeure une source majeure d’inspiration. Ainsi, l’habit brodé reste une valeur sûre, et pas seulement du côté des académiciens français – souvent adeptes du motif branche d’olivier – ou des ambassadeurs en grand habit lors de la présentation de leurs lettres de créance à la Court of St. James’s à Londres ou au mikado à Tokyo. La broderie est désormais entrée dans le domaine civil et devient la signature de nombre de maisons.


107


Alexandre Desplat Prolifique tout autant que discret, il est devenu en France l’équivalent d’Ennio Morricone en Italie : un compositeur de musique de films à la capacité d’adaptation fascinante et à l’insatiable appétit créatif. Il signe la bande originale du prochain Luc Besson, Valérian et la Cité des mille planètes. Par JEAN-PASCAL GROSSO

Illustration ADAM HAYES

DESPLAT, PRÉSIDENT !

UN COMPOSITEUR SOUS INFLUENCE

En 2014, il préside la 71e Mostra de Venise. Une première pour un compositeur dans l’histoire du festival. Pourtant, l’homme ne cache pas fuir les mondanités : « J’aime être chez moi, enfermé dans ma grotte à travailler, je ne me montre pas beaucoup. »

Son premier souvenir cinéphile remonte au Spartacus de Stanley Kubrick dont la musique est signée Alex North : « Quelque chose d’assez sidérant ». Mais c’est en 1977, après avoir vu le premier épisode de Star Wars transcendé par le son de John Williams, qu’il se lance dans la composition pour le cinéma. Parmi ses autres maîtres : Maurice Jarre, George Delerue ou encore Nino Rota.

MERCI PAPA, MERCI MAMAN Né en 1961 d’un père français et d’une mère grecque, il grandit bercé par les musiques du monde entier : grecques, arabes, classique français, jazz, bossa nova... Ses goûts éclectiques lui valent de composer Oh ! mon bateau, petit joyau de torture néo-francislopezien sorti dans les années 1980.

LE CINÉMA D’AUDIARD

CHOUCHOU DE HOLLYWOOD

La collaboration entre les deux hommes débute avec Regarde les hommes tomber en 1994 ; la première fois où, selon lui, il commence à « prendre des risques, à [se] dévoiler ». Suivront Un héros très discret (1996), Sur mes lèvres (2001), De battre mon cœur s’est arrêté (2005), Un prophète (2009), De rouille et d’os (2012). Seule « infidélité » avec Dheepan (2015), dont la bande originale revient à Nicolas Jaar.

Il débute sa carrière américaine avec La Jeune Fille à la perle (2004), de Peter Webber, nominé aux Golden Globes. Dès lors, Hollywood ouvre le carnet de commandes : Syriana, Fantastic Mr. Fox, Twilight, chapitre II, Harry Potter et les Reliques de la mort, Argo, Godzilla... Faute de temps, il ne peut concrétiser un vieux rêve : signer la musique de Rogue One : A Star Wars Story, de Gareth Edwards.

UNE PLUIE DE RÉCOMPENSES Avec 176 nominations et 68 récompenses, Desplat est l’un des compositeurs actuels du cinéma les plus célébrés de la planète. En France, il a décroché trois Césars pour De battre mon cœur s’est arrêté, The Ghost Writer et De rouille et d’os. Outre un Golden Globe, un Ours d’argent à Berlin et deux Grammy Awards, il reçoit un Oscar en 2015 pour la B.O. de The Grand Budapest Hotel : « L’effet Oscar, c’est d’avoir des amis qui n’étaient pas des amis avant. Si vous avez besoin d’amis, c’est formidable », concède-t-il.

Pour la seule année 2016, il a composé pas moins de huit musiques de films, dont celles de L’Odyssée, de Jérôme Salle, et de Réparer les vivants, de Katell Quillévéré. Alexandre Desplat, 55 ans, est un bourreau de travail qui a réussi, comme jadis George Delerue et Michel Legrand, à tisser des liens artistiques entre deux continents. Plébiscité en France, il est littéralement adulé outreAtlantique où ses compositions font autant merveille dans le drame

psychologique que dans le blockbuster pour ados ou midinettes. Celui qui dit « regarder avec les oreilles et écouter avec les yeux » est sollicité par les plus grands (Wim Wenders, Ang Lee, Stephen Frears, Wes Anderson...) comme pour les projets les plus rentables. Parmi ses films à venir, D’après une histoire vraie, de Roman Polanski, et la super-production futuriste de Luc Besson, Valérian et la Cité des mille planètes, budgétée à 170 millions de dollars. 108


LES IDENTITÉS FLUIDES DE KARIM SALEH Avec des rôles dans plus d’une dizaine de films et autant de séries télévisées, Karim Saleh s’est notamment distingué dans Kingdom of Heaven de Ridley Scott, Munich de Spielberg, Iron Man 2 de Jon Favreau, Switch de Frederic Schoendoerffer et l’Aube du Monde d’Abbas Fahdel. Sans compter, à la télévision, The Ten Commandments ou The Hamberg Cell parmi d’autres. Au seuil de sa quarantaine, l’acteur franco-libanais nous en dit un peu plus sur lui-même. Par F.A.D. Photographe JEREMY BALI Stylisme SHAOJUN CHEN Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHLÉ

110


Veste, HAIDER ACKERMANN.

111


Photos DR

Veste et pantalon, HAIDER ACKERMANN. T-shirt, PRADA.

112


Vous êtes né à Lyon en 1978, au plus fort de la première phase de la guerre du Liban. Cela a-t-il eu une influence sur votre enfance ? Sur la manière dont vous avez grandi ? J’ai grandi à Beyrouth Ouest, quartier à majorité musulmane. Les parents de ma mère habitaient à l’Est, quartier dit chrétien. Mes parents étaient de confessions différentes, et athées par dessus tout. Je crois que cela a contribué à ma perception de l’identité comme quelque chose de fluide, ce qui est sans doute à l’origine de mon envie de jouer. Vous avez commencé très jeune une carrière cinématographique aujourd’hui pléthorique. Racontez-nous les débuts : hasard ou vocation ? J’ai fait une école de théâtre à Londres et me suis fait renvoyer à quelques mois du diplôme, au moment où j’ai compris que je n’étais pas Anglais et que le programme était conçu spécifiquement pour des acteurs britanniques. Mon beau père, R. Hesse, était proche du réalisateur égyptien Yousri Nasrallah qui m’a conseillé de passer une audition pour son ami Andy Litvack. Andy faisait à l’époque le casting de son premier film “Merci Dr Rey”. Par la suite, le producteur Ismael Merchant m’a présenté Sandy Rees qui est devenue mon agent. Vous avez joué entre autres dans des films en relation avec le Liban ou le Moyen Orient, comme Beyrouth hôtel ou 45 Minutes to Ramallah, ou même la série des Dix 113

Commandements. Quelle est la nature et la qualité de votre lien avec votre pays d’origine ? Ce qui a été surprenant, à chaque fois que j’ai joué un personnage de la région, c’est le sentiment de familiarité immédiat que j’ai ressenti. Comme si j’avais, malgré le temps, accès à une source intarissable d’informations et d’émotions liées aux expériences de ce lieu, même avec un personnage biblique comme Joshua dans les Dix Commandements. Je pense qu’il doit y avoir avec cette région un lien viscéral qui transcende les frontières nationales et les déterminations culturelles locales. Quels sont les rôles qui vous collent aujourd’hui à la peau ? Le processus de dépossession qui suit le travail sur un rôle peut être lent et compliqué. Je disais à mon psy, l’autre jour, qu’à la suite de mon rôle dans “The Hamburg Cell” j’ai commencé à avoir des attaques de panique dans les avions. C’était il y a treize ans et j’ai toujours peur en avion… Il y a des archétypes de personnages : l’amoureux, le guerrier, le magicien etc. Chaque personnage est basé sur un ou plusieurs de ces archétypes. A vrai dire, on peut tout ramener à Shakespeare chez qui l’amoureux, par exemple, est personnifié par Roméo. Comme mes personnages préférés sont bizarrement souvent tragiques, ils sont toujours mi-Richard III, mi-Hamlet dans leur structure. On ne s’en défait pas.


Quelle a été votre expérience de tournage la plus exaltante ? Travailler avec Antonia Bird sur “The Hamburg Cell” m’a marqué. C’était la première fois que je tenais un rôle principal, et le personnage que j’incarnais avait non seulement existé, mais il était surtout impossible à défendre. Antonia m’a donné une liberté énorme et une confiance qui m’ont permis de me déculpabiliser de l’empathie nécessaire pour interpréter ce terrible personnage. Elle m’a aussi permis de dicter parfois par mon jeu l’emplacement de la caméra. J’avais le sentiment qu’on menait ensemble une enquête sur l’inconscient du personnage.

fait. Sport, acting, étude, psy, médiation. Et des périodes de n’importe quoi. Quelle est votre ville préférée ? Londres, ou peut être que Londres me manque. Quelles sont vos adresses dans cette ville ? Restos, cafés, pubs, boîtes, gym, ciné, bibliothèque, clubs et autres ? Mon sex shop préféré, Coco de Mer est à Londres. Evidemment les théâtres aussi, surtout le Donmar Warehouse. J’aime aussi le Old Vic, et le Arcola parce que j’y ai joué. J’aime un pub qui s’appelle The Cow parce qu’il me rappelle une femme et parce qu’on y mange bien. Electric Cinema est évident mais pas mal. L’ICA pour leur sélection de films. Dishoom pour manger indien, Brawn à l’Est, Granger & Co pour le petit dej, à l’Ouest, mais il y en a un peu marre. Kebab Mangal aussi vers Dalston. J’aimais bien Samuel French Bookshop mais j’ai appris récemment que ça fermait.

Et la plus traumatisante ? La plus traumatisante a été “L’aube du monde”. Certains réalisateurs s’aiment à travers leur création et d’autres se détestent. Je pense que Abbas Fahdel était tellement brisé par la guerre en Iraq qu’il ne pouvait pas souffrir de se voir, et a catalysé ce rejet sur le personnage de Riad que j’incarnais. Avec quel réalisateur avez-vous le plus aimé travailler ? Avec lequel rêveriez-vous de jouer ? J’aime surtout travailler avec les réalisatrices, la plupart des films dans lesquels j’ai joué sont réalisés par des femmes. J’aime l’idée de porter la voix des femmes parce qu’elle est motivée par le besoin d’être entendue. Je pense aussi qu’en travaillant avec des réalisatrices on peut proposer des versions de la masculinité plus nuancées, plus fragiles. La libération de la femme est aussi la libération de l’homme.

Revenez-vous parfois au Liban ? Si oui, qu’est-ce qui vous manque le plus dans ce pays ? Qu’y faites- vous quand vous y passez quelques jours de vacances ? Beyrouth en dehors des obligations familiales est tourmentée et sensuelle. On peut facilement entrer dans sa transe. Ce qui me manque le plus c’est Tawlet et la viande crue. Pouvez-vous nous parler de vos projets en cours ? La sortie sur Netflix de “Namour” par Hedi Saman ; “3000 nights” de Mai Masri ; “A good dream” de Mahum Jamal, et La série “Counterpart” avec JK Simmons (l’épisode dans lequel je joue est réalisé par Morten Tyldum). Ces derniers week-ends, je me suis amusé à aider Brent Bonacorso à terminer un projet, “The Narrow World”, qui s’est avéré visuellement surprenant.

Où se trouve pour vous « la maison » ? Dans ce court moment où je suis encore en sécurité dans les bras d’une femme qui m’aime sans me connaître. Comment se déroule une journée ordinaire de Karim Saleh ? Mes journées ressemblent un peu à des journées d’école en 114


Total look, ALEXANDER McQUEEN.


Veste, DSQUARED2. Bandeau, PRADA.


Veste et pantalon, HAIDER ACKERMANN. T-shirt, PRADA.


London MM. PHOENIX BLU, PAUL DITCHBURN, MAX DOONE, RUFUS ELLIOT, HARIS KHAN, MICHAEL MORGAN, LEON PROBANDT, HARRY SMART Photographe MARC HIBBERT Styliste BENOÎT BÉTHUME


Harry, costume en laine et soie, ceinture, GUCCI. Col roulé en coton, MARC JACOBS. Chaussures en cuir, MAISON MARGIELA. Michael, veste en coton, MARC JACOBS. T-shirt en coton, MAISON MARGIELA. Pantalon en denim, BURBERRY. Chaussettes, FALKE. Chaussures en cuir, ADIEU.


Harry, pull en laine, RAF SIMONS. Chemise en coton, CANALI. Pantalon en coton, DSQUARED2. Chaussettes, FALKE. Chaussures en cuir, ACNE STUDIOS.


Leon, pull en coton et pantalon en denim, LOEWE. Sous-pull en matière technique, PRADA. Ceinture et baskets en cuir, OFFICINE GÉNÉRALE.


Rufus, parka en matière technique, PRADA. Veste en lin et coton, pantalon en coton, CANALI.


Paul, parka en matière technique, PRADA. Chemise en coton, EMPORIO ARMANI. Pantalon en coton, HARMONY. Ceinture en cuir, AMI.


À gauche, Leon, polo en cuir, KENZO. Pantalon en laine, AMI. Ceinture et baskets en cuir, OFFICINE GÉNÉRALE. Max, polo en cuir, KENZO. Pantalon en laine, ceinture et baskets en cuir, AMI. Bracelets en métal, PRADA.


À gauche, Leon, manteau en coton, DSQUARED2. Débardeur en coton, AMI. Pantalon en laine, ceinture et baskets en cuir, OFFICINE GÉNÉRALE. Max, manteau en coton, A.P.C. Débardeur en coton, MARGARET HOWELL. Pantalon en laine, OFFICINE GÉNÉRALE. Ceinture et baskets en cuir, AMI. Bracelets en métal, PRADA.


Phoenix, pull en laine, HERMÈS. Pantalon en laine enduite, BURBERRY. Collier en métal vintage.


Haris, pull en laine, HERMÈS. Pantalon en coton, KENZO. Ceinture en cuir, AMI.


Rufus, chemise et pantalon en matière technique, chaussettes, sandales en toile technique, PRADA. Collier en métal vintage. Page de droite, Paul, chemise et pantalon en matière technique, chaussettes, sandales en toile technique, PRADA. Collier en métal vintage.


Modèles Phoenix Blu chez Select Model Paul Ditchburn chez D1 Model Management Max Doone chez Milk Management Rufus Elliot chez Rebel Management Haris Khan chez Tomorrow is Another Day Michael Morgan chez Wilhelmina London Men Leon Probandt chez D1 Model Management Harry Smart chez SUPA Groomer Takuya Uchiyama Assistant photographe Jack Gray Assistant stylisme Samuel Bardaji


PEAU D’ÂME Roman Mironenko est un « MMA fighter ». C’est au Liban que ce champion des Arts Martiaux Mixtes pratique cette discipline vieille comme le monde, où tous les coups sont permis. Les MMA viennent d’être interdits. Leur tribu ravale son adrénaline et promène ses tatouages comme autant de bleus à l’âme.

Par F.A.D Photographe TAREK MOUKADDEM Styliste WAEL BOUTROS Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHL É

Polo, SAINT LAURENT.


Chemise, Pantalon et cardigan, DIOR. Veste, PRADA. Poing americain, ALEXANDER McQUEEN. Chaussures, DOLCE & GABBANA.


Short et vestes, VALENTINO. Manteau, DSQUARED2. Chaussures, HERMÈS.


Veste, chemise,panatlon et ceintures, DOLCE & GABBANA. Chaussures, VALENTINO.


T-Shirt et pantalon, GUCCI. Bracelet, M.COHEN.


Manteau, VALENTINO. Pull, DIESEL BLACK GOLD.

Pull, DSQUARED2.


Pantalon, DSQUARED2.


T-Shirt, ARMANI JEANS. Pantalon, DOLCE & GABBANA. Veste, GUCCI. Chaussures, DIOR.


Chemise en cuir, KENZO. Chemise, GUCCI.


Pantalon et ceinture, DOLCE & GABBANA. T-Shirt et chaussures, PRADA. Bracelet, M.COHEN.


Chemise, PRADA. Pantalon, HERMÈS. Ceintures, DOLCE & GABBANA.


Manchettes, X-Bionic. Short, DSQUARED2.


London M. FINNLAY DAVIS Photographe JOACHIM MUELLER-RUCHHOLTZ Styliste EMIL REBEK


INTRODUZIONE

10,5 mm

THIS IS A CENTERED TITLE portfolio Text ERIKA ROBERTS Illustrations CHRIS EDSER

Miller Banner Light corpo 65 interlinea 73

Bodoni EF Light / italic corpo 14 interlinea 17

42 mm

Tecnicamente sono rivali, ma la stima che hanno l’uno dell’altro li rende solo buoni colleghi. Oltre alla passione per lo stile ​Manteau en laine, GIVENCHY Chemise PAR RICCARDO en soie, TISCI. Chemise en popeline ALEXANDER de coton, McQUEEN. MARNI.​ Manteau en laine, GIVENCHY PAR Pantalon RICCARDO en cuir, TISCI. ChemiseJOHN en popeline LAWRENCE de coton, SULLIVAN. MARNI. 145


INTRODUZIONE

Tecnicamente sono o, hanno in comune con cui riescono a sottolineare l’importanza della moda senza mai sopravvalutarla.

Pull en laine mohair, LOUIS VUITTON. Collier, ANN DEMEULEMEESTER. 146


INTRODUZIONE

10,5 mm

THIS IS A CENTERED TITLE portfolio Text ERIKA ROBERTS Illustrations CHRIS EDSER

Miller Banner Light corpo 65 interlinea 73

Bodoni EF Light / italic corpo 14 interlinea 17

42 mm

Tecnicamente sono rivali, ma la stima che hanno l’uno dell’altro li rende solo buoni colleghi. Oltre alla passione per lo stile Veste en velours BURBERRY. Manteau sans manches en cuir, JIL SANDER. T-shirt en résille SACAI. Débardeur en soie, HAIDER ACKERMANN. Pantalon en denim, SAINT LAURENT. Collier, ANN DEMEULEMEESTER. 147


INTRODUZIONE

Tecnicamente sono o, hanno in comune con cui riescono a sottolineare l’importanza della moda senza mai sopravvalutarla.

Manteau en coton enduit, DRIES VAN NOTEN. Veste et débardeur en soie, HAIDER ACKERMANN. Pantalon en denim, DIOR HOMME. Boots en cuir, ANN DEMEULEMEESTER. 148


INTRODUZIONE

10,5 mm

THIS IS A CENTERED TITLE portfolio Text ERIKA ROBERTS Illustrations CHRIS EDSER

Miller Banner Light corpo 65 interlinea 73

Bodoni EF Light / italic corpo 14 interlinea 17

42 mm

Tecnicamente sono rivali, ma la stima che hanno l’uno dell’altro li rende solo buoni colleghi. Oltre alla passione per lo stile

T-shirt en coton, SAINT LAURENT. 149


INTRODUZIONE

Tecnicamente sono o, hanno in comune con cui riescono a sottolineare l’importanza della moda senza mai sopravvalutarla.

Sur-chemise en popeline de coton, MARNI. Débardeur en coton, SANDRO. Pantalon en cuir, BOTTEGA VENETA. 150


INTRODUZIONE

10,5 mm

THIS IS A CENTERED TITLE portfolio Text ERIKA ROBERTS Illustrations CHRIS EDSER

Miller Banner Light corpo 65 interlinea 73

Bodoni EF Light / italic corpo 14 interlinea 17

42 mm

Tecnicamente sono rivali, ma la stima che hanno l’uno dell’altro li rende solo buoni colleghi. Oltre alla passione per lo stile

Modèle Finnlay Davis chez Elite London Groomer Lee Machin Assistants photo Marius Uhlig, David Jenewein Assistants stylisme Alessandra Faja, Hisato Tasaka, Borys Korban Production Rosco en Production Trench en coton, CORNELIANI. Chemise popeline Postproduction May de coton, Z ZEGNA. Pantalon Hempstead en laine, MARNI. Remerciements à JJCHURCH’S. Locations Chaussures vintage,

151


INTRODUZIONE

Tecnicamente sono o, hanno in comune con cui riescono a sottolineare l’importanza della moda senza mai sopravvalutarla.

Veste et short en coton, cardigan en laine, COMME DES GARÇONS HOMME PLUS. 152


INTRODUZIONE

10,5 mm

THIS IS A CENTERED TITLE portfolio Text ERIKA ROBERTS Illustrations CHRIS EDSER

Miller Banner Light corpo 65 interlinea 73

Bodoni EF Light / italic corpo 14 interlinea 17

42 mm

Tecnicamente sono rivali, ma la stima che hanno l’uno dell’altro li rende solo buoni colleghi. Oltre alla passione per lo stile Manteau en cuir, VALENTINO. Veste en laine et T-shirt en matière technique, MAISON MARGIELA. Pantalon en coton, HAIDER Trench en coton, CORNELIANI. Chemise en popeline ACKERMANN. Collier, de coton, Z ZEGNA. Pantalon en laine, MARNI. ANN DEMEULEMEESTER. Chaussures vintage, CHURCH’S. 153


SES OMBRES DANS LA VILLE Photographe et cinéaste, Youssef Nassar passe de l’autre côté de l’objectif et se promène à travers l’espace Ashkal Alwan, résidence d’artistes et véritable laboratoire de l’art contemporain libanais et moyen-oriental. Photographe ANDRÉ WOLFF Stylisme et réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHLÉ Assistante stylisme YASMINE SALIBA L ie u ASHKAL ALWAN


T-shirt, SAINT LAURENT. Pantalon et veste, CORNELIANI.


Pull, DIOR. Pantalon, PRADA.


T-shirt, PRADA.


T-Shirt, PRADA. Pantalon, BRUNELLO CUCCINELLI. Page de droite: T-Shirt, PRADA. Pantalon, SAINT LAURENT. Ceinture, DIOR.


T-shirt, DIOR. Pantalon, BRUNELLO CUCCINELLI. Veste et chaussures, PRADA. Règle Kuka, THE CONRAN SHOP. Lunettes, TOM FORD.


Chemise, pantalon et chaussures, DIOR. Veste, PRADA.


Bomber, PRADA.


Chemise, FENDI. Bomber, pantalon et cravatte, PRADA.


Paris MM. MATEO GARNIER, MATVI KOSHO, ARNAUD LEMONNIER, LUCAS SELLIER Photographe OLGAÇ BOZALP Styliste JÉRÔME ANDRÉ


Matvi, chemise en coton, GOSHA RUBCHINSKIY. Pantalon en coton, COMME DES GARÇONS SHIRT. Cravate, MARNI. Banane en nylon et cuir, PRADA. Chaussettes, FALKE. Chaussures en cuir, DRIES VAN NOTEN.


Mateo, trench-coat en matière technique, CANALI. Chemise en coton, DRIES VAN NOTEN.


Matvi, chemise en coton, CARHARTT. Pantalon en coton, MONCLER GAMME BLEU. Cravate, MARNI.


Mateo, veste en coton, DSQUARED2. Chemise en coton, DRIES VAN NOTEN. Harnais en nylon, 22/4 HOMMES_FEMMES.


Arnaud, trench-coat en coton, GUCCI. Chemise en coton, DRIESÂ VAN NOTEN. Harnais en nylon, 22/4 HOMMES_FEMMES.


Page de droite, Matvi, trench-coat en coton, BURBERRY. Chemise à capuche en coton, CRAIG GREEN. Modèles Mateo Garnier chez Premium Models Matvi Khosho chez Tomorrow Is Another Day Arnaud Lemonnier chez Christopher Landais Lucas Sellier chez Martin Franck Groomer Guja Rigattieri Assistant groomer Aimie Benanan Assistante photo Milena Le Mao Assistants stylisme Loyc Falque, Marta Ferrer et Samuel Bardaji


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’ART, L’ARCHITECTURE ET LE DESIGN AU CHEVET DE BEYROUTH Fin février, à l’invitation de Tony Salamé et de la Fondation Aïshti, de grands architectes, designers et conservateurs internationaux se sont penchés sur l’avenir urbanistique de Beyrouth et ont partagé leur expertise et leur vision sur le meilleur moyen de donner vie à certaines parties de la ville. Par F.A.D créer dans la ville des espaces dédiés à l’art et à la culture qui puissent contribuer à en resserrer le tissu social. Greffer la vie dans des lieux marginaux Au bout d’une visite matinale dans les nouveaux quartiers créés par la société Solidere, représentée par Nayla Abou Aziz, Bachir Moujaès et Karim Chammaa, les participants ont tenu des réunions informelles dont ils ont rendu compte au cours d’un panel organisé en soirée au siège de la Fondation Aïshti, à Antélias, en présence d’un public d’universitaires, d’architectes, d’artistes, de décideurs et de collectionneurs. Menée par Amale Andraos, la discussion a commencé avec un partage de l’expérience de chacun en matière de création d’espaces culturels dans les métropoles. Auparavant, Andraos a présenté à l’audience une projection des diverses interventions de ce type au cœur d’un certain nombre de villes, certaines éphémères, d’autres permanentes, posant la question de l’accessibilité et de l’intégration. Cette démonstration a permis de constater que la plupart de ces lieux ont été greffés sur des quartiers désaffectés ou marginalisés. En leur offrant une vie nouvelle, on y créait du même coup des espaces d’attraction, de culture, de loisirs et de repos collectifs et vibrants. 178

A la fin de l’échange, complété par des interventions intéressantes de la part du public, certaines suggérant l’implantation de ces nouveaux espaces dans des points de la ville autres que la zone Solidere et appartenant au domaine public, d’autres déplorant la désertion du centre-ville, trop cher et dépourvu d’âme. L’ancien ministre de l’Education Elias Bou Saab a annoncé pour sa part la mise en place prochaine d’un nouveau programme scolaire ouvert aux arts et à la culture, dans l’espoir de produire une nouvelle génération créative. Tony Salamé a conclus en invitant les décideurs à une réflexion sur tout ce qui a été avancé. L’installation de Danh Vo Dernière surprise de cette journée, et non des moindres, la découverte à la Fondation Aïshti de la nouvelle installation de l’artiste danois d’origine vietnamienne Danh Vo. Celle-ci est une nouvelle variation sur les « ors sur carton » de cet explorateur des codes contemporains, avec cette fois une suspension d’objets sur fil de pêche autour de panneaux de carton frappés à la feuille d’or de logos de bière d’un côté et d’un drapeau américain à treize étoiles de l’autre, parmi divers outils artisanaux tranchants en fer rouillé.

Photos Carl Halal

Amale Andraos est doyenne de la faculté d’Architecture et du département GSAPP de Columbia University et cofondatrice du cabinet d’architecture WORKac. William Sawaya, designer, est l’autre partie du célèbre binôme Sawaya & Moroni. Karen Chekerdjian est une pionnière du design libanais contemporain. Barry Bergdoll est à la fois professeur d’histoire de l’art à Columbia et conservateur au Musée d’Art Moderne de New York (MoMA). Nicolai Ouroussof, ancien critique d’architecture au New York Times, est professeur d’architecture adjoint à Columbia University. Julian Rose, cofondateur du laboratoire d’architecture Formlessfinder est également professeur d’architecture à Columbia. Hanane Sayyed Worrell est porte-parole de la fondation Solomon R. Guggenheim d’Abu Dhabi. Hala Wardé, partenaire des ateliers Jean Nouvel est cofondatrice, à Paris, de l’étude HW Architecture. C’est à l’initiative et à l’invitation de Tony Salamé créateur et CEO d’Aïshti et de la Fondation Aïshti, à la suite d’une conversation informelle lors d’un séjour de ce dernier à New York, que cette délégation d’éminents experts est venue à Beyrouth pour réfléchir in-situ, et sous le patronage de Ghattas Khoury, ministre de la Culture, sur le moyen de


LA MYTHOLOGIE FUTURISTE DE THOMAS TRAD Du ciment, du cuivre flamme, lave solide qui semble dévorer la froideur minérale, lui insuffler une énergie inattendue, à la croisée du digital et de l’organique. Ainsi sont les objets créés par Thomas Trad, à la fois lisses et bruts, barbares et minimalistes.

Photos Charbel Saade, DR

Par F.A.D

180


créateur s’enrichit au fil de ses expériences. Il interroge la matière, questionne les procédés conventionnels. Dans sa collection en développement continu, on est intrigué par l’usage qu’il fait, par exemple, du classique cannage à la française sur la ligne Eva, en contraste évident avec un cadre plutôt constructiviste. Son anticonformisme stylistique et sa manière de chahuter les perspectives traduisent déjà sa signature. Dans chacune de ses créations, la finesse du travail artisanal traditionnel contraste joyeusement avec l’emploi de techniques insolites et l’association improbable de divers matériaux.

Basé à Beyrouth, ce jeune designer dont même les bras sont tatoués de marqueterie n’a de cesse de graver et apposer sa brûlante empreinte sur tous les objets qui sortent de son crâne couronné d’un épi constamment dompté. Qu’ils aient pour nom Eva, Gaïa, Moon ou Thémis, on voit bien que la source de ces objets et petits meubles est à chercher dans l’obscurité des légendes et des mythes fondateurs. Dans les prémices de la civilisation autant que dans son extrémité actuelle. Frais émoulu de Saint Martin’s, Thomas Trad fonde son studio en 2016 après une formation auprès de Frederikson Stallard et Michael Anastassiades à la faveur de laquelle se révèle son approche méticuleuse du matériau et sa fascination pour les processus de fabrication. Son identité d’artiste se définit désormais entre ces deux pôles.

Cette inlassable recherche de nouveaux procédés de plus en plus affinés, cette quête de l’inattendu dans le design contemporain, font de Thomas Trad une étoile montante de la nouvelle garde du design libanais. Dans le secret de son atelier, ce talent qui tient déjà sa promesse travaille sur des projets à grande échelle sans cesser de défier matière et matériaux.

A la fois poétique et structuré, architectural et lyrique, mêlant l’organique à l’abstrait, le vocabulaire de ce 181


182

Photos Charbel Saade, DR


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


224.0 x 297.0 mm

SALWA CHALHOUB, L’ART D’AIMER L’ART La façade en verre et acier de la galerie Opera, située face à la capitainerie du port de Beyrouth, sépare deux univers. D’un côté, l’activité fébrile de la rue et de la ville. De l’autre, une terrasse au soleil, tranquille, insoupçonnée, donnant sur une oasis de ruines antiques. Entre les deux, dans un silence muséal, des œuvres qui ne laissent pas indifférent et Salwa Chalhoub qui mène la barque.

Photos DR, Raya Farhat

Par F.A.D.

184


224.0 x 297.0 mm

« Au tout début, mon rêve était de faire du théâtre. Sous la pression de mes parents, j’ai finalement fait des études de traduction, j’ai même poussé jusqu’au DEA, thèse à l’appui, et j’ai ouvert un bureau. Mais je me trompais de vie », confie la brune enjouée sous le soleil d’hiver qui s’appesantit sur la table en teck. Devant une cloison, la sculpture monumentale d’un visage composé de chaînes de vélo moulées imprime à l’atmosphère la sérénité de son expression : Seo Young-Deok, souligne la galeriste. En regardant vers la galerie, on est attiré, à travers la vitre, par le bleu flamboyant d’une quantité de pigments piégés dans une table transparente: une œuvre d’Yves

Klein. Opera Gallery expose de grands artistes contemporains, mais aussi quelques grands maîtres modernes de sous le boisseau, qu’on est surpris de croiser dans ce lieu informel. Salwa Chalhoub poursuit : « Il y a deux ans, mon mari (Georges Chalhoub, Ndlr) émet l’idée d’ouvrir une galerie d’art. Il est collectionneur, mais cela ne suffit pas à faire de nous des professionnels. Par chance, il est très lié à Gilles Dyan, le fondateur du réseau Opera Gallery. Gilles a ouvert des galeries dans le monde entier, il connaît tous les arcanes de ce métier. Nous ouvrons donc en partenariat avec lui Opera Gallery Beyrouth. Dès 185

l’inauguration, je suis tombée amoureuse et du lieu et du métier. » Expositions et vernissages se succèdent, souvent en présence des artistes eux-mêmes qui viennent de loin pour parler de leurs œuvres. En deux ans, Salwa Chalhoub mûrit, affine ses propres goûts, réussit à communiquer sa flamme. Elle connaît de mieux en mieux son marché. Sa clientèle d’architectes, de collectionneurs et de jeunes cadres évolue avec elle. Elle abandonne en cours de route tout ce qui lui paraît trop anecdotique, rabâché, commercial, trop vu. Et si elle rêve encore de réaliser une exposition de grands maîtres, elle parle déjà avec passion de son prochain projet: un


224.0 x 297.0 mm

Boutons de nacre, charbon de bois Entre les années 60 et les années 80, l’art coréen, longtemps soumis à la rigueur académique, se libère pour emboîter le pas à des courants plus informels, inspirés de l’Occident et de l’expressionnisme abstrait. En 1970, la mouvance Dansaekhwa qui gagne Séoul et Tokyo arrive jusqu’à Paris. Elle est portée par un groupe de peintres non-figuratifs qui prônent la monochromie et explorent le potentiel de la peinture en tant que matière. En 1980, avec le mouvement artistique Minjung, l’art coréen se tourne vers la nature dont il se fait célébration, et renoue avec ses traditions ancestrales. Entre bois, matériaux pauvres, papier Hanji et peinture traditionnelle, l’art rend hommage au paysan, au travailleur, à l’environnement, et s’oppose à l’américanisation de la société et à son consumérisme malsain. Trois décennies passionnantes de l’histoire de l’art contemporain asiatique seront représentées dans la nouvelle exposition Light & Shadows donnée par Opera Gallery. Salwa Chalhoub a des étincelles dans les yeux en évoquant ceux qu’elle attend : Bahk Seon Ghi et ses installations zen à base de charbon de bois ; de nouvelles œuvres de Seo Young-Deok qui joue tout autant sur la matière et l’immatérialité ; et les délicates compositions en papier et mosaïque de boutons de nacre où fleurissent les cerisiers de Ran Hwang. 186

Photos DR

collectif d’artistes coréens regroupé sous le thème « Light & Shadows » dès le 15 mars prochain. Lumière et ombres, et toute la tranquille poésie de l’Asie.


in the new GEL-QUANTUM 360 KNIT Aïshti by the sea, Antelias Tel. 04 71 77 16 Ext. 262 - Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram: @asicslebanon


PHOTOMED LIBAN : PARLER DE LIBERTÉ Le Festival Photomed Liban est devenu un rendez-vous annuel attendu des artistes et des aficionados de la photo. De par la richesse de sa programmation, le nombre de photographies présentées et la liberté qu’il cultive en donnant à voir des regards multiples dans un environnement ou les grilles de lecture sont de plus en plus étroites, il constitue le plus important festival de photo au Moyen Orient.

Photos DR

Par NICOLE V.HAMOUCHE

188


La lecture que fait Guillaume de Sardes, directeur artistique de l’exposition, mérite aussi en elle-même, un arrêt. Les textes du romancier, lui-même photographe, qui accompagnent l’exposition nous plongent d’emblée dans la Mare Nostrum d’aujourd’hui, avec sa part d’inchangé et d’indompté. Trois thèmes sont à l’honneur dans cette quatrième édition du festival: Beyrouth, le cinéma, et la poésie des ruines. Des thèmes, des rencontres et des échanges à travers lesquels les organisateurs visent à «concourir au rapprochement des peuples à travers un art, la photographie, dont (ils) revendiquent l’universalité» comme le dit M. Philippe Heullant, président du Festival. Et à travers lesquels, ils suscitent assurément, au-delà de l’émotion, interrogations et réflexions. Beyrouth au coeur Si parfois elle enjolive, la photographie, dans le présent et l’instantané est en ce sens sans pitié, car le présent est ce qu’il est et Beyrouth, objet de prédilection de cette exposition n’est plus celui des cartes postales. Après sa guerre, la ville est abandonnée à son sort, multiple, dont ce 189

festival rend bien compte. Georges Awdé, basé au Qatar, capture le réel des refugiés à travers la beauté des corps adolescents, trop tôt initiés à la cruauté de ce monde en conflit. Giulio Rimondi exprime quelque chose de l’attente et de l’ineffable à l’heure où le jour tombe sur la ville. Danielle Arbid et Lara Tabet restituent la jouissance des âmes et des corps mis à nu, se frayant leur propre chemin entre les roseaux sauvages de Raouché, les boites de nuit ou les plateaux de tournage. Dolce Vita et tragédies La Méditerranée, matrice de l’exposition, n’est pas - à l’exception des photos de Riboud - celle de la dolce vita que nous portons dans notre mémoire collective. Et si certains clichés pris sur les tournages d’Antonioni renvoient à la solitude de l’homme, en dépit du glamour de Cinecitta et de l’amour, ceux des artistes d’aujourd’hui renvoient plutôt à une réalité des corps et des vies dans leur pleine humanité avec ce qu’elle a d’ambivalent: celle de jeunes refugiés syriens perdus dans l’attente et l’entre-deux ; celle des bimbos siliconées qui se dorent et s’exhibent sur les plages de cette même mer broyeuse de migrants d’un rivage à un autre…


Festival « off », prix et politique en creux Aux cotés des photographies exposées, prises de part et d’autre de la Méditerranée par des artistes de diverses générations, cinq galeristes libanais ont aussi ouvert

leurs portes au public présentant des photographes qu’ils défendent : Agial avec Clara Abi Nader, Alice Mogabgab avec Maria Chakhtoura, Janine Rubeiz avec Rania Matar et François Sargologo, Tanit avec Gilbert Hage, et The Alternative avec Michel Zoghzoghi. Les sujets abordés par les différents photographes libanais convergent, dans des frontières qui s’effacent selon la lumière et même au creux de la nuit. En parallèle du festival, un prix « Lecture de portfolios » est remis tous les ans. C’est le célèbre photographe français Richard Dumas qui le présidait cette année. Le premier prix est exposé à Photomed France l’année suivante; le deuxième prix à l’Institut Français à Beyrouth. Le soutien continu de l’Office du Tourisme libanais à Paris et de grandes institutions comme la Banque Byblos, LIA Assurance et Le Gray ainsi que les ambassades de Suisse, d’Espagne et d’Italie et l’Institut Français, promettent des éditions encore plus denses à l’avenir et affirment leur désir de continuer à promouvoir Beyrouth comme une «ville de tolérance» et de «militantisme » selon les mots de Guillaume de Sardes. « N’importe quelle image a une charge politique en creux » dit De Sardes, même si ce n’est pas le propos de l’exposition. Le directeur artistique a vu à travers toutes ces séries et dans leur variété «une volonté de parler de liberté ».

190

Photos DR

si toutefois ils l’atteignent. La Méditerranée ici n’est plus celle d’Ulysse et du voyage. Même un regard occidental comme celui de Nick Hannes l’a compris. Sa photographie comme celle des autres Européens de l’exposition n’est pas orientaliste ; elle donne à voir sans pathos, et du moins avec empathie. C’est le cas aussi avec Nicole Herzog Verrey dont l’exposition a inauguré le festival, et qui restitue toute leur splendeur aux vieilles pierres mises en concurrence avec les échafaudages, le métal et le béton. La encore un entredeux, un sentiment d’attente ou de suspension : l’art de vivre méditerranéen semble lui aussi retenir son souffle. Par delà la frénésie humaine, Herzog Verrey en revient à la pierre et aux arbres, avec leur présence solide et impassible. La pierre, elle aussi, s’érode. C’est le sujet de Ferran Frexcia, cette fragilité des choses y compris celle de la pierre, récupérée par la nature, qu’il s’agisse de palais ou de bâtiments industriels. Et quand ce n’est pas le temps qui use, c’est le feu qui brûle comme le montre la série consacrée au Grand Liceu de Barcelone.


AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 272, AĂŻzone stores and retail sporting goods stores Follow us on: Instagram @newbalancelebanon, Facebook New Balance Lebanon and Twitter @NBLebanon


IRTIJAL, 3 JOURS DE MUSIQUE EXPÉRIMENTALE Dirty Beaches, Mats Lindström, Kinematik et d ’autres figurent au programme du festival de référence des musiques avant-gardistes dans le monde arabe.

Photos Tony Elieh, Nour Semaan,DR

Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE

192


Avis aux bricoleurs de sons et improvisateurs. Irtijal, le rendezvous incontournable de la musique expérimentale au Liban et du MoyenOrient, se tiendra du 5 au 8 avril à Beyrouth. Créée en 2000, cette manifestation unique dans la région se présente depuis sa création comme un “laboratoire à la pointe de la recherche dans le domaine musical”, rappelle son co-fondateur Sharif Sehnaoui. Cette année, quatre salles ont prévu d’accueillir le cru 2017 de l’événement : le club Yukunkun à Gemmayzé, le centre d’exposition Beirut Art Center et l’espace Ashkal Alwan dans la région de la Corniche du Fleuve ainsi que le théâtre Metro al Madina à Hamra. Si la programmation n’est pas totalement finalisée, on peut déjà mentionner la présence de quelques grosses pointures, à l’instar du Canadien Alex Zhang Hungtai (Dirty Beaches) en duo

avec le Libanais Khodor Ellaik (Kid Fourteen). Egalement très attendu cette année, Kinematik, le groupe de rock alternatif émergeant le plus important de la scène libanaise qui présentera au public des extraits de son premier album. Un autre temps fort du festival sera le concert collectif conduit par le Suédois Mats Lindström du très réputé studio Elektronmusikstudion (EMS) et la star de l’électro libanaise Tarek Atoui. Tous deux conduiront un ensemble musical composé d’une équipe de musiciens talentueux venus de Beyrouth, du Caire et de Tunis. Un événement qui s’inscrit dans la continuité de l’atelier animé en décembre par EMS à l’invitation d’Irtijal, auquel ont participé une quinzaine d’instrumentistes. “L’objectif était de leur permettre de développer leurs connaissances de leurs outils instrumentaux pour les aider à modifier 193

leurs propres instruments ou à en créer de nouveaux”, explique Sharif Sehnaoui. Dédié à l’origine au free jazz, Irtijal s’est rapidement ouvert à une multitude d’influences et de genres musicaux. Du post rock à la musique classique contemporaine jusqu’aux confins de l’électro, ses précédentes éditions ont vu défiler les scènes les plus éclectiques, toutes ayant en commun un goût prononcé pour l’improvisation et l’expérimentation. Pour cette 17e édition, les organisateurs ont souhaité mettre l’accent sur leur genre musical de prédilection : Les amateurs d’impro seront donc heureux d’apprendre la présence en avril prochain du saxophoniste Michel Doneda et du percussionniste Le Quan Nihn, les deux musiciens les plus importants du free jazz contemporain.


MAKE LOVE NOT WALLS

FOCH STREET · AÏSHTI DOWNTOWN · AÏSHTI BY THE SEA AÏSHTI VERDUN · AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH AÏZONE INTERCONTINENTAL MZAAR· AÏZONE CITY MALL BEIRUT CITY CENTER


* NE DEMANDE PAS POURQUOI


TONY & DRAKE.

DON’T ASK WHY.

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS

*


LA LAMPE D’ALADIN EN UN CLIC Il fallait un Libanais pour inventer ce concept qui met tous vos désirs à portée de clic. Bassel el-Koussa, auteur de l’application Quiqup, livre ce qu’on veut, quand on veut, où l’on veut. Il livre même des livreurs !

Photos DR

Par MYRIAM RAMADAN

200


Quiqup est une « App » qui permet de se faire livrer à domicile ou au bureau tout ce que l’on désire, d’un simple geste du doigt. Un rêve ? Oui, mais, cette application qui ne dessert pour le moment que Londres, (dommage), est bien réelle. Elle a été créée par le jeune entrepreneur Bassel elKoussa avec quatre de ses amis, anciens collègues de travail dans une compagnie de « venture capital » (capital- risque) à Londres. D’où est venue à Bassel l’idée de créer cette App ? Le jeune homme est diplômé de l’AUB et détenteur de deux maîtrises, (l’une en Finances de l’Imperial College et l’autre en International Management de SOAS University of London). Au temps où il donnait un coup de main à la boulangerie-pâtisserie industrielle de sa famille, il avait déjà détecté à Beyrouth même, où les Libanais utilisent de plus en plus les services en ligne, le besoin d’un service de livraison qui ne soit pas limité à la restauration. Une implication totale A 30 ans, Bassel qui a exercé dans son enfance toutes sortes de petits boulots, chez un garagiste, dans un magasin de DVD et dans le business familial, le tout couronné par un job dans la finance au cœur de la City, se sentait prêt à créer sa propre entreprise. Quiqup a fait ses premiers clics en 2014. Il en est le PDG. Ses partenaires et amis, Federico Ferraro (marketing et communication), Danny Hawkins (technologie), Rami Idriss (opérations) et Tim Linssen (produits), forment une équipe de jeunes pleins d’énergie et d’enthousiasme. Tous se disent totalement immergés et impliqués dans les moindres détails de leur compagnie. A titre d’exemple, Bassel n’a pas hésité à faire le livreur au tout début du projet, et Tim a construit les bureaux, à Scrubs Lane, en 2014. Quiqup, Quiqdash, Quiqees et livraisons insolites. En quoi Quiqup se démarque-t-elle des autres applications en ligne ? A part livrer aux particuliers tout ce qui est livrable, l’App offre ses services à des sociétés qui ont le choix de donner accès au système à partir de leur propre plateforme de commerce électronique. La force de Quiqup et sa compétitivité sont dues, selon ses concepteurs, à la rapidité de son programme qui est aussi plus rentable et plus fiable que celui de ses concurrents. 201

Il donne de ce fait accès à un plus grand nombre de clients, particuliers et entreprises. De même, Quiqup ne se limite pas à livrer de la nourriture ou des fleurs : l’application s’ouvre à d’infinies possibilités, comme celle de récupérer un objet oublié chez soi ou ailleurs et le faire déposer où l’on souhaite. Comment fonctionne Quiqup? Son programme de logistique connecte le client ou l’entreprise à leurs « Quiqees » (ou livreurs, déjà au nombre de 1600 et qui sont extrêmement bien formés et entraînés). Le client place sa commande et paie. Aussitôt, le système de Quiqup informe les deux pôles, client/vendeur ou autre, que la commande a été placée, et envoie le Quiqee le plus proche prendre la commande et la livrer au client. La confiance règne au point qu’un client a commandé à Quiqup la livraison de son gâteau de mariage. Un autre s’est fait livrer, un soir, une crêpe au chocolat de Winter Wonderland… elle devait être exceptionnelle cette crêpe ! Un troisième qui avait rejoint à bicyclette une soirée bien arrosée avait préféré renter chez lui en taxi, et à sa demande, un Quiqee lui avait tout simplement ramené sa bicyclette à la maison. Un autre encore qui s’était vu refuser l’entrée en boite de nuit, n’ayant pas ses papiers sur lui, s’est fait aussitôt livrer sa carte d’identité par Quiqup. Le groupe a aussi lancé Quiqdash qui est une « web-app » permettant aux entreprises de réserver un Quiquee. Les chefs d’entreprises peuvent ainsi suivre l’itinéraire de leurs commandes et s’assurer qu’elles sont arrivées à destination en temps voulu. La flexibilité de cette application permet à n’importe quel distributeur de se connecter et d’utiliser les services de Quiqup. La liste clients actuelle comprend, parmi beaucoup d’autres, Whole Foods, Burger King, Busaba Eathai, Zen Pharmacy, Bubbleology, Maroush et Purplebone. L’Hôtel Sheraton Park Lane, par exemple, utilise le système web-app Quiqdash. Le temps de livraison peut varier entre 10 minutes et 45-60 minutes selon la distance et en tenant compte des heures de pointe. Bassel el- Koussa envisage naturellement l’expansion de sa compagnie au-delà de Londres (à quand Quiqup au Liban?). Quand on lui demande quel conseil il donnerait à un entrepreneur débutant, il répond que la créativité et l’ouverture d’esprit sont deux atouts clés. Car le secteur des applications est en pleine mutation et l’innovation y est la seule voie de salut (« innovation is the name of the game »).


AR_KA, CAFÉ-BOULOT-CAFÉ Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE Photographe RAYA FARHAT

A Mar Mikhael, à la place du Secteur 75, un café entièrement dédié aux « freelancers » vient d’ouvrir ses portes. Avec sa formule originale, il favorise le « co-working » et permet aux jeunes entreprises d’économiser des frais de bureaux.

Travailler dans un cadre agréable. Etre productif sans se ruiner. C’est le défi quotidien du « freelancer », ce bûcheur en solitaire qui, armé de son laptop, a envahi les cafés des villes contemporaines. Déjà propriétaires du GardenState, Smoking Bun, Ked, Grand Factory, Reunion, Crashers and Charlie’s, Nabil Hayek, James Kairouz et Nadim Chikhany, le trio de copains réunis au sein de la compagnie MoodLab, livrent un nouvel endroit. Ouvert le mois dernier à la place du très animé mais peu rentable secteur 75, AR_KA se veut une synthèse entre le café traditionnel et le « co-working », ces espaces de travail partagés, apparus dès 2008 sur la côte ouest américaine. « Avec la crise financière, beaucoup de petits business ne parvenaient plus à payer leurs loyers et leurs factures alors qu’ils continuaient d’avoir des clients, rappelle Mounir CamelToueg, en charge des relations publiques deMoodLab. « L’objectif d’AR_KA est d’apporter une valeur ajoutée aux gens qui n’ont pas de bureau et actuellement dépensent beaucoup plus en allant dans des cafés », poursuit le trentenaire, partenaire au sein de l’agence Tell(tale). Soucieux de se démarquer de ce qui se fait déjà en la matière – Dawawine, Submarine ou encore antwork -, les

propriétaires ont eu l’ingénieuse idée de facturer, non pas les consommations, mais le temps passé sur les lieux. Trois formules sont proposées : trois dollars et 33 centimes (Cinq Milles Livre Libanaises) l’heure, dix dollars la journée et 180 dollars le mois. Chaque table comprend une prise individuelle pour brancher son ordinateur. Les clients ont accès au wifi, peuvent réserver la salle de conférence tandis que thé, café et eau sont servis à volonté. Mais l’intérêt n’est pas seulement économique. « Les structures de co-working ont aussi un grand potentiel en termes de réseautage. En France, on parle de véritables hubs », ajoute Mounir Camel-Toueg. Avec ses 40 places de travail, AR_KA entend ainsi capitaliser, à son échelle, sur la diversité de sa clientèle ; graphistes, architectes, artistes ou encore étudiants. En soirée et le week-end, le café accueille une série de manifestations destinées à attirer et fédérer une populace plutôt « arty » et cultivée. « Nous avons pleins d’idées inattendues et farfelues pour les mois à venir », assure le trentenaire. Cours de yoga, soirées jeux ou poésie, projection de films, ou encore, plus insolite, workshops de stand-up comedy, figurent déjà au calendrier. 202


203


DES « EMOTIONS » PLEIN LES PAPILLES Sur un angle de la rue Salim Bustros à Achrafieh, sous l’enseigne « Emotions », mille-feuilles, éclairs vanille, tartes au citron ou aux fruits rouges, délicatement disposés dans un écrin de verre, font tourner les têtes des passants qui dévorent des yeux ces irrésistibles créations pâtissières. Par M.L. Photographe TONY ELIEH

204


Chacune des pâtisseries signées « Emotions » est une bombe de saveurs, préparée à base d’ingrédients recherchés pour créer un mariage exquis : tarte aux pommes caramélisées avec sa frangipane, son crumble, et son confit de pommes, ou tarte aux fraises organiques avec sa crème pâtissière fluide et mousseuse, parfumée à la vanille florale, et son coulis de fraise. Emotions s’appuie sur la qualité des ingrédients et des fruits de saison: crème pâtissière légère infusée à la vanille de Tahiti, pate biscuitée croustillante ou chocolat onctueux. Les fruits frais sont exaltés dans les glaces et les sorbets, ananas, banane rhum, fraise, citron et mandarines organiques. Au rythme des saisons, de nouvelles inventions s’installent sur les étalages. L’artisan pâtissier crée pour la Saint Valentin des cœurs en chocolat aux saveurs aventureuses : chocolat blanc au sésame noir, chocolat au lait au pralin maison, chocolat noir au gingembre confit et au piment d’Espelette. Un choix d’ingrédients porteurs de messages; douceur pour le pralin, amour pour le gingembre, bonheur et passion pour le piment. Desservant déjà une clientèle de quartier et quelques entreprises, la pâtisserie Emotions dévoile petit à petit ses nouveautés et se démarque par ses Mont Blancs, éclairs, mille-feuilles et autres pâtisseries traditionnelles. A l’origine... Gaby Bustros et Walid Tasso se connaissent depuis plus de vingt ans. Des années d’amitié au cours desquelles Gaby s’amuse à titiller les papilles de ses amis avec ses succulentes préparations. Walid travaille dans l’industrie du luxe – joaillerie, cosmétiques et haute couture - auprès 205

de groupes internationaux, tandis que Gaby gère The Metropolitan Club et son club sportif. Il y a un an, ils ont fini par tenter l’aventure. Gaby et Walid montent ensemble le projet : ils sillonnent le Liban à la recherche de fournisseurs exclusifs de fruits bio, testent leurs recettes, se dotent d’un équipement de pointe, et trouvent leur emplacement à Achrafieh, à deux pas du jardin Saint Nicolas. A l’arrièreboutique, le laboratoire artisanal produit les gâteaux, les sorbets et les glaces ainsi qu’un choix constamment renouvelé de friandises. Les deux entrepreneurs mettent la main à la pâte, décident des recettes à tester et à annoncer sur la carte. Le choix du sol en céramique à l’ancienne, des étalages épurés et des tonalités douces de blanc et de bleu permet de focaliser l’attention du visiteur sur les pâtisseries. L’espace Émotions, ouvert en janvier 2017 dans un immeuble au cachet traditionnel, attire déjà les gourmands de passage et prépare son lancement officiel.


COMMENT SAMER EST DEVENU ETYEN Il s’appelle Samer Etienne Chami, musicien, DJ. Derrière ses lunettes d’éternel étudiant et sous sa tignasse frisée demeurée en adolescence, il sourit avec les yeux. Depuis qu’il est Etyen, l’ingénieur qu’il fut est devenu producteur. Le jeune homme fait son nectar de tous les sons qui passent. Par F.A.D Photographe TONY ELIEH

206


Sa fuite vers Londres Depuis l’âge de 13 ans, inséparable de ma guitare qui m’a accompagné de l’école à l’université, je passe la majorité de mon temps à composer de la musique, m’entrainer et donner des concerts. Vers 2008, j’ai commencé à enregistrer mes propres chansons chez un ami, en bricolant un peu, beaucoup. C’est à ce moment-là que s’est révélé mon intérêt pour la production musicale. En 2012, après avoir achevé mes études de génie civil, sur un coup de tête, n’écoutant que ma passion, je décide de m’enfuir vers Londres où je prends des cours d’ingénierie du son. Cette année-là, j’ai consacré tout mon temps à la production de musique électronique. L’année suivante, je travaillais déjà sur le premier album d’Etyen. L’école de la nuit Plus jeune, j’écoutais tout le temps des musiques très diverses. J’étais attentif aux éléments électroniques récurrents que je retrouvais chez des groupes comme Radiohead, Sigur Ros, ou des artistes comme Trentemøller, Röyksopp et Aphex Twin. Quand on vit à Beyrouth, on a forcément la culture des boîtes de nuit. A force de fréquenter ces établissements, j’ai donc baigné dans ce genre de musique qui m’a beaucoup influencé. Mais je pense que ce n’est qu’en 2009, en découvrant la musique

d’Animal Collective, Gold Panda, Jamie xx, Baths, Jon Hopkins etc. que j’ai vraiment commencé à m’investir dans la musique électronique et créer mes sons dans un esprit similaire. Un trait de famille Venant d’une famille où la musique a toujours été importante, je peux dire que ma formation a débuté avant même que je n’en sois conscient. J’ai fait sept ans de conservatoire, puis j’ai joué avec plusieurs groupes avant de me rendre à Londres à Point Blank où j’ai acquis des techniques de production qui me sont aujourd’hui indispensables. Ukulélé Au conservatoire j’ai appris le solfège et le piano, et puis la guitare et le chant, ainsi que l’ukulélé. Découvrir de nouveaux instruments musicaux et expérimenter leur diversité me fascinait déjà. J’avais une grande facilité pour identifier les mélodies. Je continue à me livrer à cet exercice pour comprendre les structures musicales des morceaux que j’écoute. One Beat et Red Bull En 2015, j’ai été choisi parmi des milliers de candidats pour participer au programme One Beat, qui consiste à mettre ensemble 25 musiciens de nationalités différentes pour participer à une résidence musicale d’un mois aux Etats-Unis, clôturée par une tournée 207

de concerts. J’y ai rencontré certains des meilleurs musiciens internationaux avec qui j’ai eu la chance de collaborer et développer mes capacités musicales. Cette expérience a totalement changé ma perception du monde. En 2016, j’ai eu de nouveau la chance d’être choisi pour participer à la Red Bull Music Academy à Montréal. Un séminaire de deux semaines où j’ai pu rencontrer les plus grands influenceurs de la musique mondiale. J’ai participé à des ateliers donnés par des artistes comme Björk, Thundercat (bassiste et collaborateur de Kendrik Lamar), Iggy Pop, des membres du groupe Arcade Fire ainsi que des producteurs et instrumentistes qui ont participé à la création des meilleurs disques de musique moderne comme ceux de Michael Jackson, Prince, etc.). Durant ces deux semaines, j’ai collaboré avec les autres participants pour créer de la musique d’avant-garde. J’ai aussi joué un concert sur le même plateau que Jacques Greene, Deadboy et d’autres artistes de musique électronique reconnus. Inspiration L’amour, la tristesse, la nostalgie, la philosophie, la nature et les voyages. Idoles En musique, des artistes très différents ont influencé ma carrière, entre autres : Sigur Ros, Animal Collective,


Radiohead, Jon Hopkins, Baths… Sinon, le philosophe Alan Watts m’accompagne depuis longtemps dans ma vie de tous les jours. Improviser ou interpréter Un peu des deux. La musique que je crée en tant qu’Etyen est assez diverse. Elle varie entre des sons très calmes et down-tempo jusqu’à l’underground électronique avec, entre ces deux pôles, toutes les variations possibles. Chaque type de musique créé est interprété différemment sur scène. Lors de mes interprétations plus lentes, où se retrouvent l’acoustique et l’électronique, je me fais accompagner par des bassistes et batteurs qui partagent la scène avec moi pendant que j’alterne guitare et synthés. Durant ces moments, il n’y a pas beaucoup de place pour l’improvisation. En revanche, celle-ci joue un grand rôle lors de mes sets électroniques qui sont basés sur des sons créés dans mon studio que je lance sur un contrôleur en live. Dans ce cas, j’aime jouer avec

mes machines analogues accompagnées des synthés et parfois de la guitare, transmettant l’émotion ressentie sur le moment. Le fait d’improviser à chaque fois crée une grande variété lors des différentes exécutions d’un même solo, me faisant vivre à chaque fois une nouvelle expérience avec mon public. Trouver son public Dans la majorité des genres musicaux existe une tendance mainsteam qui est plus commercialisée et à laquelle le public s’identifie plus spontanément. La musique que je produis n’est pas facile à définir parce qu’elle n’appartient pas vraiment à un genre ou une catégorie musicale précise. C’est pour cette raison-là que je n’ai jamais cherché à prédire les demandes du public ou y répondre, car cela ne peut que me faire perdre ma voix. En soi, il serait facile de reproduire ce que le public aimerait écouter, mais le vrai challenge est de l’emmener vers quelque chose de complètement différent et imprévisible. 208

La difficulté au début de ma carrière était de trouver mon public et non pas de répondre aux demandes de la majorité. Cela reste ma devise aujourd’hui : ne pas suivre des modes simplement pour plaire, mais partager avec le monde la véritable essence de ma musique en toute honnêteté, qu’elle soit appréciée ou non. Les heurs et les jours Café et cigarette matinale avant de me rendre en studio pour passer le reste de ma journée. En général c’est là que j’oublie le reste du monde et parfois même de me nourrir. En revanche, j’adore cuisiner, et les jours où je trouve le temps de le faire, je ne rate pas l’occasion de me confectionner un petit repas avant de continuer mon travail. En fin de soirée, j’aime aller boire un verre à Badaro. N’ayant pas d’heures de travail fixes, la musique m’accompagne tout le temps et il m’arrive de ne rentrer chez moi, la nuit, que pour continuer ce que j’ai commencé.


Home at last.

AÏSHTI BY THE SEA Level3, Antelias LEBANON Tel. 04 71 77 16 ext. 133

LARIO SECTIONAL SOFA design by Antonio Citterio FLEXFORM www.flexform.it


15 restaurants les plus rentables des USA Beaucoup d’appelés, peu d’élus : à l’instar de tous les métiers de vocation, la restauration ne fait pas dans les sentiments. Qui, aux États-Unis, patrie des mangeurs de compétition et des portions XXL,a clôturé ses bilans 2016 le sourire aux lèvres ? Texte ADRIAN FORLAN Illustration MAÏTÉ FRANCHI

N°1 / LAS VEGAS TAO ASIAN BISTRO · Ticket moyen 96 $ · En caisse 47 941 106 $ · Repas servis 22 704 · Spécialités   asiatiques

N°13 / LOS ANGELES BOTTEGA LOUIE · Ticket moyen 41 $ · En caisse 21 732 696 $ · Repas servis 479 316 · Spécialités italo-américaines

N°12 / LAS VEGAS JOE’S SEAFOOD, PRIME STEAK & STONE CRAB · Ticket moyen 78 $ · En caisse 22 300 000 $ · Repas servis 285 900 · Spécialités grillades et fruits de mer


N°4 / NEW YORK CARMINE’S (TIMES SQUARE)

N°6 / NEW YORK LAVO N°14 / CHICAGO JOE’S SEAFOOD, PRIME STEAK & STONE CRAB

N°8 / CHICAGO GIBSONS BAR & STEAKHOUSE

· Ticket moyen 76 $ · En caisse 21 600 000 $ · Repas servis 276 000 · Spécialités grillades et fruits de mer

· Ticket moyen 73 $ · En caisse 23 636 657 · Repas servis 356 051 · Spécialités grillades

· Ticket moyen 75 $ · En caisse 27 508 162 $ · Repas servis 260 000 · Spécialités italiennes

N°11 / NEW YORK TAO UPTOWN · Ticket moyen 79 $ · En caisse 23 357 63 $ · Repas servis 304 689 · Spécialités asiatiques

· Ticket moyen 32 $ · En caisse 32 015 788 $ · Repas servis 395 000 · Spécialités italiennes

N°3 / NEW YORK TAO DOWNTOWN · Ticket moyen 77 $ · En caisse 33 822 962 $ · Repas servis 450 000 · Spécialités asiatiques N°7 / NEW YORK SMITH & WOLLENSKY

N°15 / NEW YORK JUNIOR’S (TIMES SQUARE) · Ticket moyen 23 $ · En caisse 21 501 008 $ · Repas servis 950 000 · Spécialités américaine N°10 / WASHINGTON JOE’S SEAFOOD, PRIME STEAK & STONE CRAB · Ticket moyen 76 $ · En caisse 23 600 000 $ · Repas servis 290 800 · Spécialités grillades et fruits de mer Source : Restaurant Business

· Ticket moyen 101 $ · En caisse 25 584 000 $ · Repas servis 298 417 · Spécialités grillades

N°5 / WASHINGTON OLD EBBITT GRILL · Ticket moyen 47 $ · En caisse 30 568 157 $ · Repas servis 650 802 · Spécialités huîtres et grillades

N°2 / MIAMI BEACH JOE’S STONE CRAB

N°9 / MIAMI BEACH PRIME 112

· Ticket moyen 80 $ · En caisse 36 837 000 $ · Repas servis 350 000 · Spécialités fruits de mer

· Ticket moyen 115 $ · En caisse 23 600 000 $ · Repas servis 220 000 · Spécialités américaines


A CRU C’est la version chic du bar de pêcheurs. Au programme, huitres et gin. Mais la carte propose aussi des salades, des plats chauds, des desserts, des cocktails maison. Ambiance brique nue pour accompagner la chair crue, mini-tables hautes et tabourets idoines autour d’un bar central, et DJ pour surfer sur des mers imaginaires.

Photos DR

Par F.A.D

212


Le concept arrive à Beyrouth vingt ans après son grand moment à New York. Le bar à huitre est l’endroit parfait pour décompresser en fin de journée, boire un verre et savourer un dîner léger où les saveurs l’emportent sur les calories. Ici, les amateurs d’huîtres sont littéralement dans leur coquille (ou shucker), et souvent y trouvent des perles. Au menu, et selon arrivage, est proposée en permanence une sélection de six qualités d’huîtres, françaises, anglaises, irlandaises ou japonaises. Deux tailles de fines de claire, gigas dublinoises ou bien Gillardeaux, on en trouve pour tous les gosiers. Sont également proposées deux versions d’huîtres chaudes, l’une à la Rockefeller et l’autre pochée au champagne. Un bar de fruits de mer de première fraîcheur, à savourer crus, propose des sashimis de saumon écossais, des ceviches à la péruvienne, filets de thon rouge à la sauce sésame, carpaccio de rougets ou Saint-Jacques marinées. Parmi les plats chauds, les tacos au poisson ont déjà leur fan club, ainsi que le roulé de homard. Mais les amateurs de viandes sont accessoirement flattés avec un burger de Black Angus au manchego et shitake, les

gourmands avec des accompagnements roboratifs, comme ce mac & cheese au goût d’enfance, parfumé à l’huile de truffe et ces frites de patates douces. Les salades vont de la maïs-kale sauce avocat et lime à la sucrine-calamard sauce vinaigrette-gingembre, en passant par la César au crabe royal. S’il reste de la place, on terminera avec des mochis maison, de la glace fumée ou de divins scones au Nutella. Entre-temps, on n’aura pas assez de toute une année pour tester les cocktails plus créatifs les uns que les autres et dont les seuls noms sont autant d’invitations à la rêverie, comme ce « Swimming in denial » à base de gin, de citronnelle et de lime, ou le Mother Martini à base de gin et de vermouth, qui se parfume au choix de vanille, chocolat, réglisse, lavande, coriandre ou cardamome. Posé le long du vieux rail désaffecté de la rue d’Arménie, ce lieu authentique fondé par Georges Khoueiry (créateur par ailleurs du Mérou Fish Market) résume avec élégance l’esprit de Beyrouth et vous entraine dans un doux voyage au bout de la nuit, ne posant les chaises sur les tables que sur le coup de 2h du matin. 213


MUITO BEY, GOÛT ET COULEURS DU LIBAN Ambiance colorée, mets savoureux et brassage de culture, Lisbonne se met à la page de la cuisine libanaise avec sa nouvelle adresse : Muito BEY.

Photos DR

Par M.L.

214


Photos DR

Dans un décor moderne, Muito BEY propose un menu libanais au coeur du quartier branché Cais do Sodré. Les nombreuses similitudes entre les deux capitales inspirent Ezzat Ellaz, l’entrepreneur à l’origine du concept Muito BEY. Le climat d’abord, permet de trouver les ingrédients frais sur place. Les gouts culinaires se retrouvent ; un penchant pour les mets citronnés, la coriandre et quelques notes d’ail, mais aussi les couleurs ; le ciel bleu, les toits de tuiles rouge, le soleil et les azulejos ou céramiques qui animent le décor du local réalisé par un architecte portugais. Muito BEY, c’est le trait d’union entre « Muito », de l’expression portugaise Muito Bom qui signifie très bon, et BEY pour l’aéroport de Beyrouth. A la carte, boulangeries gourmandes; manouché au thym, au fromage ou végétarienne et pain fait maison, des mezzés chauds ou froids, Chermandar, de la betterave assaisonnée au tahini, Flaiflé Hamra

ou Labné Meklié et les grillades. Les recettes traditionnelles revisitées sont le fruit d’une collaboration avec Barbara Abdeni Massad, auteur notamment du recueil de cuisine Soup for Syria. Si 90% des ingrédients sont choisis sur place, zaatar, sumac et autres spécialités proviennent directement du Liban et sont aussi utilisés dans les cocktails aux recettes novatrices et aux noms évocateurs, Ahlan, Habibi ou Badaro. Diplômé en gestion hôtelière de l’Ecole Hôtelière de Glion en Suisse, Ezzat Ellaz poursuit une carrière internationale dans l’industrie agro-alimentaire. Il acquiert de l’expérience aux Emirats Arabes Unis et en Allemagne puis rentre au Liban ou il travaille pendant cinq ans en consulting dans le secteur Food & Beverage. Sa contribution à la création de nombreux restaurants à travers le Moyen-Orient, alimente son rêve d’ouvrir sa propre enseigne. Passionné 215

de cuisine libanaise, il loue sa versatilité qui la rend adaptable à différents concepts, des tapas au fast food en passant par la restauration de luxe. Il y a 3 ans, Ezzat part en vacances à Lisbonne et remarque le dynamisme croissant de la ville. Il étudie alors le projet. Il observe les habitudes des habitants ; où ils sortent, ce qu’ils aiment manger et quels sont les nouveaux restaurants qui fonctionnent. Octobre 2015, Ezzat déménage à Lisbonne. Il trouve un local à l’ancienne adresse du quartier général de la poste, dans un secteur autrefois délaissé, et devenu ces dernières années l’adresse cool pour la vie nocturne de la ville. Avec son partenaire basé à Dubai, ils inaugurent Muito BEY, en octobre 2016. Le restaurant attire une clientèle cosmopolite ravie de trouver dans sa ville la cuisine libanaise qu’elle a découverte au cours de ses voyages, mais aussi des amateurs, curieux de découvrir les saveurs de chez nous.


LA VIE 5 ÉTOILES

Plus de 1,5 million de briques ont été nécessaires à la construction du Katamama, les mêmes qui servent à bâtir les temples à Bali. 216

Photos Katamama Hotel

évasion Par TONY BRYAN


Lorsqu’arrive le général Hiver, une escapade balinaise s’impose. Où ? À Seminyak, précisément, dans le dernier-né des boutique hôtels, le Katamama, où luxe et hospitalité se confondent.

Le morne mois d’octobre est déjà loin derrière nous. Le ciel est gris, le temps a perdu sa douceur et la ville s’est vidée de ces jeunes filles en jupe qui illuminaient nos journées. Nous voilà désemparés devant la chute du mercure, rappel douloureux que notre propre décrépitude guette. Aussi engageants soient les tweeds et autres lainages de notre trousseau d’hiver, nous aspirons à un dernier hosanna estival pour trouver le courage d’affronter la froide saison qui s’annonce. Une brève escapade sur une lointaine île tropicale où le soleil brille, où le sable étreint des eaux chaudes et salées et où les filles s’ébattent sans complexe. Cette oasis de rêve est en Indonésie et s’appelle Bali. Une fois les valises bouclées puis traînées jusqu’à l’aéroport, et après un vol interminable, nous y sommes enfin. Malheureusement, nombre de nos semblables ont eu la même idée, à en juger par la foule détestable de voyageurs qui nous cueille à l’arrivée, loin du silence méditatif et de la sérénité prévus. Le tourisme est de toute évidence ce qui rapporte le plus ici. Nous disputons un taxi à un Américain du Midwest, probablement de l’Ohio, et qui a, c’est fort regrettable, décidé d’imposer au monde la vision attentatoire de ses jambes lactescentes. Par chance, nous avons connaissance d’un refuge loin de la populace. À mille lieues des enclos à touristes, c’est au firmament que nous résiderons : le Katamama, dernier-né des boutique hôtels du groupe PTT Family. Son ouverture à Seminyak, sur l’une des dernières parcelles de littoral de ce quartier huppé, atteste de l’influence du groupe hôtelier. Et force est de constater que la grande attention portée aux détails, le goût irréprochable et les moyens illimités de ce dernier ne déçoivent

pas. En pénétrant dans l’établissement, c’est la laideur de nos vies modernes et franchisées qui s’évapore. Rien n’a été omis, jusqu’aux œuvres d’artisanat local qui célèbrent l’héritage artistique et culturel de l’Indonésie, et confèrent à l’hôtel sa personnalité unique. L’intimité, aussi, avec seulement 58 suites offrant toutes vue sur le jardin privé ou l’océan Indien, et laissant voir la beauté naturelle d’un endroit que la présence de l’établissement ne vient point troubler. L’architecte indonésien Andra Matin a soufflé un vent de fraîcheur sur l’esthétique balinaise, quelque peu devenue kitsch, pour créer ce joyau sur mesure. Suivant le concept local de tri angga, l’hôtel repose sur l’harmonie entre la nature et les hommes. Il s’est inspiré de l’architecture moderne des années 1960 pour marier des lignes géométriques pures à la chaleur de Bali. L’intérieur, signé Ronald Akili, passionné de mobilier années 1950, complète à merveille la structure, faite ici de briques balinaises se mêlant parfaitement au teck et au granito ; là, des carreaux fabriqués main à Java. Des pièces récentes, commandées à des artisans locaux, rappellent encore le design indonésien du milieu du xxe siècle. Les murs en lattes de bois massif et les surfaces plus claires des chambres s’accordent avec le mobilier vintage soigneusement choisi parmi la collection privée de la famille PTT, pour un effet minimaliste et reposant. Sentez comme les tensions de la vie urbaine se dissipent peu à peu et que la sérénité vous submerge. Qu’est-ce qui pourrait améliorer un peu plus notre disposition ? Un petit remontant ! Heureusement, le bar, baptisé Akademi, est aussi raffiné que le reste de l’hôtel. C’est d’un pas décidé que nous nous 217

dirigeons vers le lobby afin d’expérimenter ces libations. Imaginé par une vedette du milieu, le célèbre Dre Masso, l’Akademi tire parti des meilleurs ingrédients locaux pour des créations qui redonnent leurs lettres de noblesse aux saveurs négligées de l’Indonésie. L’arak, une eau-de-vie locale fabriquée à partir de canne à sucre, de fleurs de coco ou de riz distillé, figure en bonne place sur le menu, que ce soit pour twister des classiques ou à la base de singulières concoctions. L’appétit franchement aiguisé, nous ondulons vers le restaurant MoVida, qui a trouvé avec le Katamama un partenaire idéal pour sa première émulation internationale hors des terres australiennes, où sa cuisine espagnole fait l’unanimité parmi les gourmets. À Bali, c’est dans les saveurs locales de ses nouveaux pénates que le MoVida puise son inspiration, sans pour autant abandonner la gastronomie espagnole qui a fait son succès. Des plats plus légers adaptés au climat insulaire succèdent aux classiques, revisités grâce aux ingrédients locaux produits par des exploitants qui partagent un engagement commun : celui d’exploiter durablement les ressources de la terre et de la mer. Titillé par l’Akademi, chatouillé par le MoVida et enchanté par le décor environnant, nous sommes prêts à chavirer. Hélas ! Des obligations bassement pécuniaires nous rappellent à la grise cité. Mais le soleil, le surf et les exquises attentions du Katamama nous ont requinqués suffisamment pour affronter un autre hiver et faire subsister en nous l’idée qu’après tout, la vie vaut bien le coup. Traduction Nora Bouazzouni www.katamama.com


UN JOUR, UNE NUIT AVEC ELIAS EL ASMAR « DJ en costard », Elias el Asmar commence ses journées à 6:30 depuis dix ans. Après quelques années à Dubaï, il décide de retourner au Liban où il a commencé sa carrière de Dj à 19 ans. C’était à l’Oscar Wilde, le bar d’un ami. Aujourd’hui il est directeur de grandes marques de spiritueux et passe ses journées entres clients et rendez-vous. Le soir, tel un Dorian Gray entre deux portraits, il tient les platines de Grand Factory, Centrale, Kissproof, Sax, et d’autres. On l’aura compris, la musique, c’est sa passion. Par S.N.

218


Le petit déjeuner, c’est … Je prends souvent quelques shots d’expresso en semaine. Cela me permet de me concentrer et de bien commencer mes longues journées. Le week-end, c’est généralement œufs, bacon et avocat avec un jus d’orange frais. Film(s) culte (s) Natural born killers de Quentin Tarantino (1994) Playlist idéale: Ma playlist change en fonction de mon humeur. Je m’intéresse surtout au funk et à la musique disco. Deux styles de musique qui me donnent de l’énergie, une énergie positive à chaque fois. Un musicien Difficile de choisir! Pour en rester aux classiques, je suis un grand fan de Led Zeppelin et The Doors. Un acteur/une actrice J’aime bien Nicole Kidman dans la plupart de ses rôles. Vacances idéales Sur une belle plage, un maillot de bain, ma petite amie et un téléphone éteint. Contre le stress? La natation me fait oublier mes problèmes, le silence sous l’eau m’aide à me déconnecter de mon quotidien chargé. Allergie? Je n’ai pas d’allergies alimentaires ; par contre je peux dire que je suis allergique aux personnes qui viennent me demander des chansons à chaque fois que je suis aux platines. Plus beau compliment reçu Quand on m’a dit que j’avais de l’oreille et le sens de l’écoute. Une table qui ne vous a jamais déçu Le Casablanca à Beyrouth, une valeur sure, on n’est jamais déçu. Le top, c’est la vue sur la mer qu’on a depuis le petit balcon. Un endroit pour écouter de la bonne musique Chez moi, à la maison. Quand je sors, j’apprécie aussi Les Factory Fridays. Une super ambiance ... Un cocktail Je suis un grand fan de gin! Je commande souvent un Beefeater et tonique... Un pays que vous aimez Je ne veux pas paraître cliché, mais on n’est jamais aussi bien que chez soi. Une rue La rue Mar Mikhael. L’ambiance est toujours agréable, avec des cafés, des restaurants et des bars toujours pleins d’artistes et de musiciens. 219


DRIVE AN ICON. WEAR AN ICON. Turn your body into an icon of winning. X-BIONIC® for Automobili Lamborghini brings the aura of the automobile brand onto the human body and provides it with the physical superiority that makes it an icon. EXPANSION FLEX ZONES AT THE SHOULDER JOINT Maximize your freedom of movement.

UNIQUE 3D BIONIC SPHERE® SYSTEM FOR ULTIMATE ENDURANCE Cools when you sweat. Warms when you are cold. Protected by Patent EP1476033, DK1476033T, SI1476033T, CN3807886, JP 4 546 734, CA 2475537

X-BIONIC® PARTIALKOMPRESSION Boost your performance. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

UNIQUE TWO-STEP FRONT 3D BIONIC SPHERE® SYSTEM Improves performance and endurance. Protected by Patent EP1476033, DK1476033T, SI1476033T, CN3807886, JP 4 546 734, CA 2475537

THORNY DEVIL TECHNOLOGY AND SWEAT DISTRIBUTORS WITH PARTIALKOMPRESSION® Trigger your best leg power. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

X-BIONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

Made in Italy Research, Development and Design Made in Switzerland


Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

X-BIONIC® FOR AUTOMOBILI LAMBORGHINI RUNNING SHIRT


D DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592 DIOR +961 4 71 77 16 EXT.224 DIOR PARFUM +961 1 99 11 11 Ext.104 DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555 DOLCE & GABBANA +961 4 71 77 16 EXT.219 DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.120 DSQUARED2 +961 4 71 77 16 EXT.237 DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.140

A ALEXANDER MCQUEEN +961 4 71 77 16 EXT.251 ARMANI JEANS +961 1 99 11 11 EXT.140 B BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.570 BALENCIAGA +961 4 71 77 16 EXT.208 BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565 BOTTEGA VENETA +961 4 71 77 16 EXT.211 BRUNELLO CUCINELLI +961 4 71 77 16 EXT.220 BURBERRY +961 4 71 77 16 EXT.216 BURBERRY +961 1 99 11 11 EXT.455 C CAMPER +961 4 71 77 16 EXT.271 CAMPER +961 1 28 71 87 CAMPER +961 1 99 11 11 EXT.568 CANALI +961 1 99 11 11 EXT.480 CANALI +961 4 71 77 16 EXT.234 CHURCH’S +961 1 99 11 11 EXT.120 CORNELIANI +961 1 99 11 11 EXT.500 CORNELIANI +961 4 71 77 16 EXT.217 COMME DES GARCONS +961 1 99 11 11 EXT.140 CAMPER +961 1 99 11 11 EXT.140

G GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200 GUCCI +961 4 71 77 16 EXT.223 H HERMÈS +961 99 97 10 K KENZO +961 4 71 77 16 EXT.295 KENZO +961 1 99 11 11 EXT.140 L LOEWE +961 4 71 77 16 EXT.209 LORO PIANA +961 1 99 11 11 EXT.120 LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

222

M MARC JACOBS +961 1 99 11 11 EXT.148 MARC JACOBS +961 4 71 77 16 EXT.247 MONCLER +961 4 71 77 16 EXT.202 MYKITA +961 4 71 77 16 EXT.104 N NEW BALANCE +961 4 71 77 16 EXT.272 P PAL ZILERI +961 4 71 77 16 EXT.235 PRADA +961 4 71 77 16 EXT.231 S SAINT LAURENT +961 4 71 77 16 EXT.212 SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562 T TOM FORD +961 1 99 11 11 EXT.104 V VALENTINO +961 4 71 77 16 EXT.222 VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569 Y YVES SAINT LAURENT PARFUM +961 1 99 11 11 EXT.104 X X-BIONIC +961 1 99 11 11 EXT.104


WWW.AISHTIBLOG.COM


DECOUVERTE 5 ETOILES J’ai eu une sorte d’illumination grâce à Netflix, le service de location de vidéos à la demande. Finalement, regarder la télé peut être utile même si cela m’arrive assez rarement. Mais à force de me retrouver systématiquement à côté de la plaque lors de discussions intenses sur les séries télé LE nouveau sujet de conversation pour briser la glace (plus fort que la météo !) - j’ai décidé de prendre les choses en main. Me voilà donc devant Netflix, à essayer de trouver quelque chose à regarder dans cette pléthore de choix. J’hésite, je râle et ressors le récurrent « non mais il n’y a jamais rien de bon à voir » au bout d’un quart d’heure de recherches infructueuses. Sans me laisser abattre pour autant, j’ai recours à Google, l’ami universel. A la question « meilleures séries à regarder », Google a plein d’idées et de recommandations géniales. Un monde de séries extraordinaires s’ouvre à moi. Merci Google. Mais au delà de cela, la métaphore (assez basique je l’avoue) me saute aux yeux. Il est beaucoup trop de facile de se dire qu’il n’y a rien quand il suffit juste d’ouvrir les yeux et creuser un peu pour découvrir un tas d’options et de chemins à explorer. Et c’est valable bien au delà des séries télé. Quitte à explorer le monde, je décide de le faire loin d’un écran de télévision et dans la vraie vie, même par -3 degrés. Je commande un Uber et me décide à retrouver des amis pour prendre un verre. C’est un monsieur Indien d’un certain âge qui passe me prendre. Et tout, de suite, on s’entend très bien. Déjà, il me parle anglais, ce qui est assez rafraîchissant dans l’univers un peu trop franco-français de Paris. Et puis, il me dit trois fois que mon parfum est « excellent » (sic), je suis 2 24

aux anges. A la quatrième, il me demande le nom du jus pour pouvoir l’offrir à sa femme. Il est très attentionné, je l’adore déjà et m’applique bien à lui écrire le nom et la marque du parfum sur un bout de papier. Assez volubile, il enchaîne sur les relations humaines et les ressentis. Il m’explique que le stress est un fléau communicatif, et que les Parisiens peuvent être vraiment désagréables. Il me raconte comment il peut immédiatement percevoir le stress chez les autres, que c’est le cancer de notre époque puisqu’il ronge l’espérance de vie. Bref, toute une suite de lieux communs, mais j’ai l’impression d’être dans la voiture d’un grand sage. Il me confie faire du yoga tous les jours pour vivre plus longtemps. C’est presque un voyage initiatique, il est décidément très inspirant. Je m’enflamme et décide que je veux tout faire comme lui, commencer le yoga, méditer et ne plus jamais être stressée. Je me sens apaisée, grandie. J’écris par SMS aux amis que je vais retrouver que ça y est, je suis devenue zen pour toujours. Leur réaction ne se fait pas attendre, ils sont morts de rire. Même si je ne suis pas crédible, je m’en fiche, et me concentre sur la conversation avec mon chauffeur. Il semble aussi très calé aussi en politique libanaise. Bref, il sait tout de tout et m’apprend même des infos sur mon pays. On finit par arriver, je le remercie mille fois pour sa conversation, et là il me lance : « you give me 5 stars, yes? ». La déception absolue ! Toute cette danse du ventre pour être bien noté sur l’application Uber. Il doit la ressortir à tout le monde l’histoire du stress. Finalement, la « zen attitude » n’est peut-être pas pour moi. Si Netflix peut parfois éviter ce genre de déconvenues, sortir permet d’apprendre des choses. Par exemple que mon parfum sent vraiment bon. Enfin, j’espère que ça, ce n’était pas du pipeau !

Illustration Josée Nakhlé

Par LAURA HOMSI


cartier.com

DRIVE DE CARTIER MOUVEMENT MANUFACTURE 1904 MC LA COLLECTION DRIVE DE CARTIER EST UN NOUVEAU MANIFESTE D’ÉLÉGANCE. VÉRITABLE OBJET DE STYLE, CETTE MONTRE À L’ESTHÉTIQUE COUSSIN AUX LIGNES RACÉES EST ANIMÉE PAR LE MOUVEMENT MANUFACTURE MAISON 1904 MC. NÉE EN 1847, LA MAISON CARTIER CRÉE DES MONTRES D’EXCEPTION QUI ALLIENT L’AUDACE DES FORMES ET LE SAVOIR-FAIRE HORLOGER. # W H ATD R I V E SYO U

L'Officiel Hommes-Levant, March Issue 73  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you