Page 1

Levant

Numéro 70 Novembre 2016

N° 70 – 7,500 L.L. 

RIZ AHMED JIMMY KEYROUZ, ELIAS GEMAYEL, EL RASS, ALEX LAWTHER, RUSSEL TOVEY R I Z A H M E D E N M A N T E A U , VA L E N T I N O E T P U L L , D I E S E L B L A C K G O L D .


DRIVE DE CARTIER MOUVEMENT MANUFACTURE 1904 MC LA COLLECTION DRIVE DE CARTIER EST UN NOUVEAU MANIFESTE D’ÉLÉGANCE. VÉRITABLE OBJET DE STYLE, CETTE MONTRE À L’ESTHÉTIQUE COUSSIN AUX LIGNES RACÉES EST ANIMÉE PAR LE MOUVEMENT MANUFACTURE MAISON 1904 MC. NÉE EN 1847, LA MAISON CARTIER CRÉE DES MONTRES D’EXCEPTION QUI ALLIENT L’AUDACE DES FORMES ET LE SAVOIR-FAIRE HORLOGER.

cartier.com

# W H ATD R I V E SYO U


WWW.DIOR.COM - 01 99 11 11 EXT.592


BEIRUT 62 Abdel Malek Street Tel.01 99 11 11 Ext. 222 ANTELIAS Aïshti by the Sea Tel.04 71 77 16 Ext. 264


LEBANON 225 Foch St., Downtown Beirut Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 Aïshti By the Sea, Antelias Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4

CANALI.COM


@2016 CANALI


LEBANON 225 Foch St., Downtown Beirut Te l . + 9 6 1 1 9 9 1 1 1 1 E x t . 4 8 0 Aïshti By the Sea, Antelias Te l . + 9 6 1 4 4 1 7 7 1 6 E x t . 2 3 4

CANALI.COM


@2016 CANALI


FACONNABLE .COM

149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233


C’EST FAÇONNABLE.


Sommaire 40

L’édito

44

News

64

L’Uni 100 r 86 of me

70

Liberté chérie

74

Jared Leto, très en vue

76

Multitâche

80

La valeur n’attend pas le nombre des années

84

L’étoffe des héros Le trench-coat des archives

88

Un cas d’école

90

La géométrie

98

Renzo Rosso Humeurs, tendances et autres manies de la modosphère

106

Des hommes et des fétiches

112

By the sea

118

LA tendance

120

1 vestiaire pour 2

122

Un Boss de chez BOSS

124

Focus

130

L’art du costume à Paris

134

À la pointe

154

Riz Ahmed et la passion du chaos

166

London

178

Alex Lawther, l’art d’être un grand

188

Transferts


etro.com

FAKHRY BEY STREET, BEIRUT SOUKS 01 99 11 11 EXT. 590


200

Wichita

210

London

222

Loup-Garou

234

La vie de garçon

250

Comme une arme

252

Ce caramel n’est pas mou

260

Clandestino ou comment se vendre sans se vendre

266

Plaidoyer pour les X

274

À Londres, le Beyrouth d’Annabel

278

Larmes à feu

282

Par-dessus la tête

284

Sur le grill

286

Le « non-métier » d’Elias Gemayel

290

Gintonicology

292

14% alc/vol

294

La saga de la bière libanaise

296

Dans le verre des X

298

Dans le verre des Y

300

Coup de feu au 15, place Vendôme

302

Un bistrot de campagne

306

Émotions intérieures

320

Adresses

322

Laissez les mecs tranquilles Levant

Numéro 70 Novembre 2016

N° 70 – 7,500 L.L.

RIZ AHMED JIMMY KEYROUZ, ELIAS GEMAYEL, EL RASS, ALEX LAWTHER, RUSSEL TOVEY

RIZ AHMED : Manteau, VALENTINO et pull, DIESEL BLACK GOLD.

R I Z A H M E D E N M A N T E A U , VA L E N T I N O E T P U L L , D I E S E L B L A C K G O L D .

Photographe CHARLIE GREY, styliste MARCO MANNI. EN COUVERTURE


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

MO A BDOU NI, JIMM Y DA BBAGH, TON Y ELIEH, R AYA FA R H AT, CH A R LIE GR EY, R A MI H A JJ

RÉDAC TI O N

L AUR A HOMSI, M A R I A L ATI, M Y R I A M R A M A DA N, MIR A TFA ILY, PHILIPPINE DE CLER MON T-TONNER R E

STYLISME

M A RCO M A NNI S TA G I È R E S

YA SMINA SK A FF Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


ÉDITO Par Fifi Abou Dib

L’homme nouveau se renouvelle sans cesse. En 2017, il a déjà pris son parti de deux décennies stressantes, et accusé le coup des crises, des montagnes russes de l’économie mondiale, de la néo-guerre froide, du terrorisme, des flux migratoires et de l’horreur de la guerre en Syrie qui éclipse avec sa démesure tous les conflits existants. Pour gérer les agressions quotidiennes, voilà plusieurs années qu’il a intégré la pratique d’un sport régulier dans son hygiène de vie. Aujourd’hui, l’art est le nouveau sport. Au seuil des années 20, on développe des activités apaisantes qui peuvent conduire jusqu’à l’abandon d’une carrière initiale. Ingénieur, il n’est pas rare que l’homme nouveau se transforme en chef cuisinier. Médecin, il choisit sur un coup de tête de devenir sculpteur. Banquier, il s’improvise avec passion curateur éclairé. Après la forme physique, voici venu le temps de la forme mentale. Autant notre organisme a besoin d’un mode de vie plus sain, autant notre esprit a besoin de créer, de rêver, de s’exprimer, de partager, de se nourrir d’images pour y voir plus clair. Cette saison, L’Officiel Hommes vous entraîne dans l’univers de ces créatifs, acteurs, cuisiniers, musiciens, avec une halte à Central Park où se déploie déjà toute la poésie de l’automne. Loin des silhouettes affutées de l’ère sportive, le vestiaire masculin adopte une élégante nonchalance qui reflète cette envie nouvelle de se réaliser autrement.

40


FALL / WINTER COLLECTION

ABC DBAYEH DEPARTMENT STORE


marcjacobs.com


News Par F.A.D DE L’AZUR ET DES AILES Aeronautica Militare est la seule marque civile autorisée à reproduire les éléments d’uniforme et les badges des « Azzurri », l'élite des pilotes de chasse italiens. Depuis qu’elle existe, on n’a plus à farfouiller dans les surplus militaires pour trouver ces combinaisons zippés, ces bombers, ces pantalons à grandes poches, ces polos badgés, ces bottes à lacets, ces emblèmes prestigieux, les ailes et la cible. On n’est plus dans le sport chic, on est dans l’héroïque. Aeronautica Militare, en vente chez Aïzone, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140 Aeronautica Militare, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.273

Brunello Cucinelli, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.120 Brunello Cucinelli, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.220

44

Photo DR

LE STYLE ET LA MATIÈRE En Brunello Cuccinelli, on ne se pose même pas la question de savoir si le vêtement qu’on porte conviendrait mieux pour aller au bureau ou pour une réunion d’affaires. Les matières sont si belles, les coloris rendus si élégants par le reflet du fil, les coupes si évidentes avec leur nonchalance étudiée, que tout est bon à n’importe quelle heure du jour et presque en toutes circonstances. La garde-robe unique de la marque reflète sa conception du confort, de la liberté et de la créativité. Loin des dress-codes, on cultive son style.


Photos DR

B COMME BEAU C’est une plongée dans l’histoire du savoir-faire couturier que nous offre Balenciaga dans cette collection hivernale d’anthologie. Bien sûr, les références au vêtement utilitaire et fonctionnel ne manquent pas, mais elles sont sublimées jusqu’à l’abstraction. Pour la petite histoire, Cristobal Balenciaga avait créé pour la princesse Mona Von Bismark des tenues de jardinage dont l’inspiration est dominante dans cette ligne automne hiver 2016-17. Le génial couturier n’aimait ni les coutures apparentes ni les détails superflus. Ici tout semble tenir tout seul, comme par magie, et donne l’impression d’avoir été moulé à même la silhouette. Balenciaga, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.120 Balenciaga, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.110

45


COUPS DE PLUME ET POIDS PLUME Le Japon n’en finit pas d’inspirer le design contemporain. Ses formes les plus abstraites comme ses expressions les plus littérales sont présentes dans tous les objets qui nous attirent spontanément. Le bagagiste Tumi répond à cette fascination en livrant pour la nouvelle saison un habillage japonisant de ses lignes ultra solides et légères, Alpha Bravo, Tegra-Lite® et Sinclair. Les coups de plume de la calligraphie Kanji, interprétés de manière abstraite, y insufflent cet équilibre moral et physique auquel aspire tout grand voyageur. Tumi, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.102 Tumi, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.236

Alexander McQueen, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.120 Alexander McQueen, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.110

46

Photo DR

VANITÉ DES VANITÉS Grand romantique fasciné par la culture « goth » du 19e siècle anglais, Alexander McQueen adorait les vanités sous toutes leurs formes. Jamais absents de ses collections, ses « memento mori » nous rappellent que tout est éphémère, à commencer par la mode elle-même. D’où les esquisses de papillons et phalènes qui envahissent vestes et baskets de la nouvelle collection hivernale de la marque, ou se posent en pendentifs sur un cordon.


CALIFORNIA DREAMIN’ « All the leaves are brown and the sky is grey », oui mais chez Seven For All Mankind on sait remettre le mauvais temps à sa place. Le label californien, né d’une envie de réinventer ce basique qu’est le jeans, décline une collection hivernale tout en élégance détendue. Ici, la précision des coupes flatte la silhouette et lui confère une nonchalance étudiée. Plus qu’un style, une manière d’être, avec du soleil plein la tête à longueur d’année. 7 For All Mankind, rue Souk El Tawlieh, Beirut Souks, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.560 7 For All Mankind, Beirut City Center, L1, Hazmieh, +961 1 29 19 91 7 For All Mankind, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.263

LES ÉTINCELLES DU TEMPS PASSÉ Chez Gucci, le rétro n’est pas un ramassis de brocante. C’est de la mémoire en poussière d’étoiles, et la réactivation heureuse d’un concentré d’émotions oubliées. Cet hiver, la collection aura un petit air vintage, comme une survivance ou un palimpseste des grands moments de la mode masculine.

Photo DR

Gucci, 141 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.200 Gucci, Aïshti by the Sea, Antelias, L1, +961 4 71 77 16 ext.223

48


USINE À IDÉES Ce grand bâtiment industriel est consacré, depuis sa conception au début des années 70, à la construction de cuisines techniques destinées aux restaurants, hôtels et hôpitaux. Aujourd’hui, la famille Jureidini, propriétaire des lieux, a d’autres projets pour cet espace géant qui côtoie le port de Beyrouth. Les cuisines Solarco y ont toujours leurs quartiers, mais elles les partagent, sous le logo « D Beirut » avec plusieurs créateurs. Carwan Gallery (galerie de design contemporain), Garen Demirdjian (créateur de mode), Karim Bekdache Studio (architecture et design), Raafat Karimeh (mode et consulting), Roger Moukarzel – Minime Production (photographie), Solarco (fabrication de cuisines sur mesure), Vick Vanlian (architecture et design) et Yoga Souk (studio de yoga) se côtoient sur la même dalle de ciment et d’acier. Non loin de là, la décharge de Bourj Hammoud vit ses derniers mois. Bientôt la zone trouvera une nouvelle vocation dans la vie créative et nocturne, et le toit de ce complexe industriel se transformera en bar à ciel ouvert. Rien ne se perd. D Beirut, Bourj Hammoud 1203, Beyrouth, +961 3 29 30 57

Photos DR

POUR LES MOIS EN « R » Il y a toute la côte d’Azur dans l’esprit Façonnable, et tout le soleil et tout le bleu de la Méditerranée. La maison ne chôme pas pour autant durant les mois frais. Elle vient de sortir une nouvelle collection de gilets doudounes gansés de couleurs contrastées. A enfiler sous un veston pour rester au chaud sans s’emmitoufler. Dessus dessous, voilà bien l’élégance Riviera. Façonnable, 149 rue Saad Zaghloul, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.525 Façonnable, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.233

49


Diesel, 129 rue Foch, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.450 Diesel, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.270 Diesel, Beirut City Center, L1, Hazmieh, +961 1 28 99 89

50

Photo DR

ÉPIS REBELLES Il existe sans aucun doute une identité Diesel. Ce label italien est né dans un champ de blé où l’on passait les jeans sous les roues des tracteurs pour mieux les user. Avec un départ aussi délirant, pas question de rentrer dans les rangs. Diesel reste fidèle à son style folk rock ébouriffé et nous sert cet hiver des bombers camouflage satinés, badgés de têtes de morts psychédéliques, à porter sur des baggy courts et des bottes militaires.


AVANT-CRAFT Le savoir-faire à l’ère digitale. Ainsi se définit l’esthétique, voir la philosophie que la maison italienne Pal Zileri appelle « avant-craft ». A la croisée des algorithmes et de la sensualité, la nouvelle collection de ce label qui a émergé dans les années 70 se réinvente en lurex et autres audaces textiles, offrant dans la foulée sa vision de l’homme nouveau. Pal Zileri, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.120 Pal Zileri, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.235

COLLAGE NIPPON Inspirée de la culture japonaise et surtout de la manière dont vivent les Japonais, se projetant dans le futur tout en respectant le passé, les créateurs Carol Lim et Humberto Leon ont imaginé pour Kenzo des silhouettes où se conjuguent esprit tailleur et décontraction, tissus techniques et toiles traditionnelles, imprimés et velours dévorés, le tout mêlé à des couleurs vives et des textures psychédéliques. A cette panoplie échevelée s’ajoutent des accessoires inspirés de l’univers des motards entre bottes, sacoches, sacs à dos et sneakers.

TRESSE MOI UN BRACELET Chez Albanu, atelier du quartier de Fontvieille, à Monaco, l’art du tressage court dans la famille. Et de la même manière dont en Provence on tresse la lavande et la paille, ici on tresse des matières précieuses, poil d’éléphant, fil d’or ou d’argent, câbles d’acier, pour réaliser des bracelets virils. Un bracelet Albanu se porte comme un talisman ou un trophée guerrier. De toute manière il porte chance. Albanu, en vente chez Sylvie Saliba, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 33 05 00

Photo DR

Kenzo, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye, +961 1 99 11 11 ext.140 Kenzo, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.104

52


ATTITUDE ALTITUDE Chez Napapijri (le « j » ne se prononce pas), se crée une mode qui tutoie les sommets. Entre matières techniques et motifs traditionnels, voire tribaux, on est séduit par les contrastes, l’universalité, l’esprit de liberté et d’aventure qui souffle sur ces collections intemporelles. Des vêtements qu’on gardera longtemps tant ils inspirent un sentiment de sécurité et de bien-être, et conservent dans leur fibres les meilleurs souvenirs. Napapijri, en vente chez Aïzone, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140 Napapijri, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.269

Photos DR

PLUS JAMAIS SEUL C’est tout le sens de ce concept : en Kooples on n’est jamais seul. Le label résolument rock chic, noir mais pas trop, cuir mais à peine, zippé-clouté par touches, et qui sait aussi se faire cachemire et caresse, jouer les imprimés romantiques et les faux durs, s’adresse à ceux qui jouent la même musique. A chacun sa chacune, ou son chacun s’il lui plait, en Kooples, on se reconnaît. The Kooples, 148 rue Saad Zaghloul, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.535 The Kooples, Aïshti by the Sea, L3, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.287

53


Aïshti by the Sea, Antelias, +961 4 71 77 16

54

Photo DR

OBSESSION DE LA SPHÈRE L’idée est née d’une collaboration entre la fondation Aïshti et le duo Huda Baroudi et Maria Hibri, créatrices du studio de design Bokja : Confier une sphère à un certain nombre de designers libanais et les inviter à composer leur variation sur le thème. Ayla Hibri, Bashar Assaf, Basma Chidiac, Carlo Massoud, Creative Space Beirut, Cynthia Merhej, Dala Nasser, Elie Mouhanna, Greek Express, Ghassan Salameh, Ghouyoum, Gray Gardens Plant Studio, Iwan Maktabi, Joe Arida, Kashida, Krikor Jabotian, Lara Khoury, Nada Debs, Rabih Geha, Rana Salam, Randa Ali Ahmad, Richard Yasmine, Rouba Mourtada, Samandal, Sandra Macaron, Second Street, Starch- Vladimir Kurumilian, Stephanie Mousallem Design Studio, Studio Caramel, Studio Safar, Tamara Barrage, Tarek Moukaddem, Vick Vanlian et Wyssem Nochi ont joué le jeu avec jubilation. Leurs oeuvres sont installées sur l’esplanade du complexe Aïshti By The Sea. L’exposition, baptisée « Sfera », donne une idée exhaustive de la « lebanese touch ». A visiter d’urgence avant la prochaine pluie.


LE BEAU EST LA SPLENDEUR DU VRAI Souvent, l’identité d’un label se définit d’abord par ses accessoires. Chez Prada, maison fondée en 1913, les nouveaux sacs et chaussures de l’homme, frappés du logo triangulaire qui reprend les armoiries de la Maison de Savoie, reflètent le luxe minimaliste-matières somptueuses, lignes épurées et sobre éléganced’un label ancré dans l’histoire et bourré de sens éthique. Prada, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.120 Prada, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.231

True Religion, Beirut City Center, L1, Hazmieh, +961 1 29 19 91 True Religion, rue Souk el Tawlieh, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.585 True Religion, Aïshti by the Sea, B1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.264

56

Photo DR

CULTE Ces fers à cheval en grosses surpiqûres sur les poches arrière sont devenus légendaires en une dizaine d’années. Plus que jamais, le jeans True Religion se veut universel et fédérateur, sans jamais cesser d’inviter chacun à cultiver son individualité, entre détails de broderie, techniques de décoloration et un quasi infini choix de coupes.


ON MET LA GOMME De plus en plus, on réserve ces chaussures de haute cordonnerie, semelles de cuir et cousumain, aux occasions où il n’est pas exigé de trop marcher. Il faut dire qu’elles mettent du temps à « se faire », et leur confort ne se révèle qu’avec l’usage et l’usure. En revanche, depuis que la gomme est entrée dans le vocabulaire des chausseurs, c’est elle que l’on privilégie pour les trottes quotidiennes et surtout le week-end. Chez Zegna, confort et élégance vont de pair et par paire. Dont acte. Ermenegildo Zegna, 62 rue Abdel Malek, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.222 Ermenegildo Zegna, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.218

Photos DR

AU MILIEU DES LIVRES En avril 2015, Sacoor Brothers habillait la star du foot Cristiano Ronaldo. Connu pour trier sur le volet les labels qu’il endosse, Ronaldo donnait une nouvelle impulsion et un supplément de crédibilité à la maison portugaise fondée en 1989. Cela fait pourtant 27 ans que cette marque fait sans bruit son petit bonhomme de chemin, bénéficiant d’un succès croissant en relation directe avec l’ambition de ses fondateurs, les quatre frères Sacoor, d’en faire le véhicule d’une nouvelle élégance masculine de qualité. Présente dans neuf pays, avec 70 boutiques dans le monde, Sacoor Brothers vient de s’offrir une adresse libanaise à l’ABC Dbayeh Department Store, avec une bibliothèque en toile de fond, son décor signature. Sacoor Brothers, ABC Dbaye, +961 4 41 60 00 www.sacoorbrothers.com

57


LA CLASSE DES 40’S Dans la vie, vous êtes un peu Clark Kent, journaliste au Daily Planet, dans la petite ville de Metropolis où circulent d’énormes voitures à ailerons. Mais quand vous entendez le moindre appel au secours, vous déboutonnez votre chemise et laissez deviner ce grand « S » magnétique dont tant de générations ont rêvé. Corneliani nous ramène à l’élégance austère des années 40, pantalons hauts et légèrement bouffants, vestes structurées, épaules solides. Un petit air rétro revisité au goût du 21e siècle. Contemporain avec une touche de nostalgie. Superman vous envie. Corneliani, 225 rue Foch, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.500 Corneliani, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.217

Etro, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.590 Etro, Aïshti by the Sea, L1, Antelias, +961 4 71 77 16 ext.110

58

Photo DR

LE CERCLES DES POÈTES Cette saison, le vestiaire Etro s’ouvre à la nature et aux grands espaces qui peuvent être aussi intérieurs et intimistes. Cette maison, qui puise ses origines dans le tissu décoratif et se distingue par ses imprimés cachemire, présente pour l’automne hiver 2016-17 une collection purement poétique, évoquant les sous-bois feuillus et cinglée par le vent glacé des blizzards. Les volumes sont généreux, les coloris audacieux, et les textures voluptueuses.


ABC DEPARTMENT STORES Achrafieh - Dbayeh

I

suit up

in #mycalvins

James Rodriguez, Footballer


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


L’UNIFORME Photographe GRÉGOIRE MACHAVOINE Styliste LOYC FALQUE

Chemise en popeline de coton et imprimé réalisé par Christophe Chemin, PRADA. 64


Baskets en cuir, BOTTEGA VENETA. 65


Pull en cachemire, chemise en popeline de coton et nœud papillon en faille de soie, DIOR HOMME. 66


Creepers en cuir, LANVIN. 67


Blouson en laine et col en shearling, BURBERRY. 68


ABC DEPARTMENT STORES Achrafieh - Dbayeh

I am a player in #mycalvins

James Rodriguez, Footballer


LIBERTÉ CHÉRIE focus Auteur F.A.D Photographe RAMI HAJJ Styliste MÉLANIE DAGHER

Manteau “Liverpool” détail cuir, drapé. Pantalon “St-Germain” découpé en gabardine de coton. Pull col rond, rayures verticales. Mocassin “Lucky” en veau lisse. Carré “H 100 « Grrrrr !»” , 70% cachemire 30% soie. HERMÈS.

70


Pull col V zippé, rayures placées. Veste d’hiver en flanelle de laine, détail cuir. Pantalon “St-Germain” double baguette en serge flammée. Bracelet Clic “HH brossé”. Bracelet “Goliath” en veau Swift tricolore

Comme derrière tout grand homme, derrière l’homme Hermès il y a une femme. Véronique Nichanian va vers ses trente ans de carrière à la tête de la création des collections masculines de la grande maison française, tout à fait la même et tout à fait une autre, de saison en saison. Engagée en 1988 par Jean-Louis Dumas, elle avait reçu carte blanche du « patron » pour gérer ce département comme « sa petite entreprise ». Venant à l’époque de chez Nino Cerruti, elle était entrée de plain pied dans le milieu machiste des tailleurs masculins et des ouvriers qualifiés et y avait trouvé sa place.

Pour la collection Hermès de cet automne hiver 2016-17, la créatrice a privilégié une palette de couleurs gaies, vieux rose, turquoise, rouge et safran, cinglant de grands aplats sombres, de préférence gris mais aussi marine et noir. Les pantalons sont slim, les vestes, les manteaux et les blousons près du corps pour mettre en valeur la silhouette. Les loafers sont de la même veine, fins, souples, moulants et minimalistes. Une grande place est faite aux écharpes et foulards, à porter enroulés autour du cou et noués de biais. Clairement, la couleur est reine dans cette collection où les matières les exaltent. 71

Ici, tout est invitation à toucher, tant les textures sont voluptueuses entre caresse du cachemire, douceur du fil de soie et tendresse du cuir. Les accessoires jouent l’humour, notamment les sacs déguisés en animaux avec des gueules à dents pointues dessinées sur les extrémités. Dernière collection du thème annuel de la maison placé sous le vocable de la flânerie, cette ligne est une invitation à la « recréation» de soi, à la liberté et à l’imagination. Modèle Karl Chucri.


JARED LETO, TRÈS EN VUE Par FÉLIX BESSON

Quand on commence à chercher ses lunettes partout, c’est qu’il est grand temps de les assumer pleinement. L’italien Carrera hausse d’un cran le niveau de la compétition et s’offre Jared Leto pour incarner « Maverick », son modèle best-seller. Et il faut bien avouer que les deux font la paire.

Le modèle Carrera 6663

À nouveau modèle, nouvelle égérie. Et lorsque Carrera y regarde de plus près, la demi-mesure n’est pas à l’ordre du jour. Digne héritière de la « Boeing », avec son pont-courbe inversé, la « Maverick » tape dans l’œil aussi sûrement qu’elle sait se faire légère. Coupée au laser à exactement 0,7 mm d’épaisseur, de facture à la fois virile et raffinée, la dernière plus-value optique made in Italy s’adresse forcément aux hommes de style. Un peu comme l’acteur/ chanteur/producteur/musicien Jared Leto, 44 ans, 5,3 millions d’abonnés Instagram, dont le sens de l’humour et les figures de style rafraîchissent régulièrement les tapis rouges du monde entier. Autant de bonnes raisons pour rhabiller les yeux de tous les quadras qui veulent être vus.

74


Valeur sûre du grand écran, Jared Leto incarne, à la ville comme à la scène, l’homme mûr au sommet de son art. Belle gueule, sens du style, prise de risque, humour décapant, ce combo idéal l’a encore récemment placé au top des recherches Google après la dernière cérémonie des Oscars.

75


MULTITÂCHE Photographe RAYA FARHAT Styliste YASMINA SFAFF Réalisation JOSÉE NAKHLÉ

6 5 2

1

7

10 8

3

4

9

5

6 4 8

3

7

13

12

9

10

1 Parfum, PACO RABANNE. 2 Pochette, VALENTINO. 3 Porte-clés, PRADA. 4 Montre, BULGARI. 5 Lunettes de soleil, THOM BROWNE. 6 et 7 Clip et Bague, TATEOSSIAN. 8 Porte-cartes, SAINT LAURENT. 9 et 10 Stylo et boutons de manchette, TATEOSSIAN.

76


MULTITÂCHE Photographe RAYA FARHAT Styliste YASMINA SFAFF Réalisation JOSÉE NAKHLÉ

3

1 2

4

7 5

9

6

10

8 11

1

1 Gel revitalisant, CLARINS MEN. 2 Lunettes de soleil, MYKITA. 3 Pochette, PRADA. 4 Stylo, TATEOSSIAN. 5 Parfum, YVES SAINT LAURENT. 6 Boutons de manchette, ERMENEGILDO ZEGNA. 7 Bague, M.COHEN. 8 Montre, CARTIER. 9 Clip, TATEOSSIAN. 10 Portefeuille, GUCCI. 11 Bracelets, M.COHEN. 78

13


LA VALEUR N’ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNÉES L’acquisition de la première montre de luxe s’avère une aventure aussi passionnante que compliquée. Quand on a 20 ans, aborder le monde de la haute horlogerie est souvent la concrétisation d’un rêve, assorti d’un voyage initiatique. Autant ne pas se tromper. Pour ce numéro anniversaire, nous avons sélectionné quatre nouveautés déjà intemporelles. Vous voilà parés pour les deux prochaines décennies, au moins. Texte BERTRAND WALDBILLIG Photos THOMAS PICO Réalisation EWA KLUCZENKO Set design COLINE LE CORRE

DOUBLE . JAEGER-LECOULTRE . « REVERSO TRIBUTE DUOFACE »

www.jaeger-lecoultre.com JAEGER-LECOULTRE CHEZ CADRANS.

80

Photos DR

Jaeger-LeCoultre arrive encore à nous étonner – et à nous séduire – avec un modèle né dans les années 1930… Chapeau bas. La « Reverso », millésime 2016, opte pour des cornes plongeantes qui épousent mieux le poignet. Une évolution subtile mais bénéfique en terme de confort. Avec son double cadran blanc argenté (recto) et bleu nuit (verso), la « Duoface » offre deux visages pour le prix d’un. Elle n’est pas si chère, tout compte fait. Boîtier en acier. Mouvement automatique avec heures, minutes (recto), 2e fuseau horaire et indication 24 heures (verso). Bracelet en alligator bleu nuit avec boucle déployante en acier.


INCLASSABLE . CARTIER . « DRIVE » La naissance d’une nouvelle collection horlogère chez Cartier est toujours un événement. Voici « Drive », montre à forte personnalité, équipée d’un mouvement manufacture, le tout pour un prix raisonnable. Ni ronde, ni carrée, ni ovale, « Drive » est inclassable. À la fois sport et habillée, elle sait tout faire. Un grand classique est né. Boîtier en acier. Mouvement automatique avec heures, minutes, petite seconde, date. Bracelet en alligator noir avec boucle déployante en acier. www.cartier.fr

81


SURDOUÉE . HERMÈS . « SLIM » La « Slim » d’Hermès nous avait déjà tapé dans l’œil en 2015, la voici qui revient en 2016 à travers deux nouvelles déclinaisons dotées de cadrans ardoise ou bleu nuit, avec les bracelets assortis. On retrouve le boîtier rond extraplat de 7,62 mm d’épaisseur, le calibre automatique orné d’un motif « Semi de H » ainsi que du cadran sur trois niveaux, parfaitement lisible. Question style et proportions, c’est un sans-faute absolu. Boîtier en acier. Mouvement automatique avec heures, minutes, petite seconde. Bracelet en alligator mat indigo avec boucle ardillon en acier. Photos DR

www.hermes.com Sucre cristal, Saint Louis.

82


EXCLUSIVE . CHANEL . « MONSIEUR » Pour créer la montre « Monsieur », Chanel est parti d’une feuille blanche, et a pris son temps. Cinq années ont été nécessaires au développement de cette pièce de haute horlogerie 100 % manufacture. Le résultat est à la hauteur de l’ambition, avec une montre à heures sautantes et minutes rétrogrades, aussi fascinante à admirer de face que de dos. Entre autres détails subtils, le guichet des heures reprend la forme de la place Vendôme. Boîtier en or beige (exclusivité Chanel). Mouvement mécanique à remontage manuel avec heures sautantes, minutes rétrogrades et petite seconde. Bracelet en alligator noir avec boucle ardillon en or beige. Photos DR

www.chanel.com Dragibus, Haribo.

83


L’ hiver est l’occasion de s’offrir un nouveau vestiaire. Et, pourquoi pas, d’oser associer des pièces comme le survêtement et le costume pyjama. Voici revenue cette période de l’année où les hommes du monde entier, à contrecœur, disent au revoir à leurs vacances pour retourner au travail. Afin d’adoucir le choc, rien de tel que de sacrifier à la tradition immémoriale perpétuée par tout bon collégien en prévision de la rentrée : s’offrir pour l’occasion une garde-robe toute neuve. Certes, si les élèves investissent dans de nouveaux habits, c’est en général parce que les anciens sont devenus trop petits. Mais qui peut nier l’impact positif d’une tenue toute neuve en ce premier jour d’école ? Soigner la première impression, c’est poser les bases pour vous faire accepter par vos professeurs et vos camarades. Or la chose n’en est pas moins vraie en milieu professionnel. Excellente nouvelle pour les hommes, leur relation à l’habillement en général a fortement évolué ces dernières années.

Pendant des générations, on a admis tacitement qu’un homme n’était pas censé prêter la moindre attention à sa tenue : elle devait être avant tout fonctionnelle et convenable. Au tableau d’honneur Mais cette attitude a changé. La société a évolué, et les hommes ont enfin le droit d’aimer la mode, de suivre les tendances et de prendre plaisir à s’habiller. “Avant, ils en avaient honte. Un homme n’aurait jamais avoué qu’il achetait ses vêtements avec soin et qu’il aimait ça”, observe Lucas Ossendrijver, directeur artistique des collections hommes de Lanvin. De plus, grâce à la variété désormais offerte par la mode masculine, il dispose d’une plus grande marge de manœuvre pour affirmer son style. Alors que lui faut-il d’aujourd’hui pour remporter les meilleures notes en matière d’élégance ? À vrai dire, même avec l’embarras du choix, il lui reste encore à intégrer quelques leçons élémentaires pour se faire une place au tableau d’honneur. Pour ceux qui travaillent dans un environnement où le classicisme s’impose, rien de tel que d’investir dans un costume sur mesure. Beaucoup d’hommes redoutent des prix affolants, mais à la vérité, les costumes sur mesure, en entrée de gamme, ne sont pas aussi coûteux que l’on pourrait s’y attendre. Et l’on ne peut pas nier que le sur-mesure fait toute la différence. C’est une distinction que les gens remarquent, et retiennent. Vestes à paillettes Lorsque, l’année dernière, Dior Homme a ouvert son flagship à Paris, la maison a pris soin d’y intégrer un atelier, afin de traiter en interne les commandes de costumes sur mesure. “De nos jours, les hommes sont vraiment forcés de prendre soin

d’eux-mêmes, car leur identité visuelle compte dans tous les aspects de leur vie”, explique Kris Van Assche, directeur artistique de Dior Homme. Cet aspect est loin de se borner au costume. Autrement dit, les hommes se doivent également d’être au courant des dernières tendances. Et d’incorporer quelques touches “actuelles” à leur garde-robe existante. Pour l’automne, les thèmes ne manquent pas : inspiration militaire, looks 70s, vestes à paillettes, foulards. Mais en matière de style, si l’on veut miser sur la longévité, rien ne vaut les classiques revus et corrigés par les couturiers les plus doués. En tête de liste, un motif incontournable : les carreaux. Ils ont dominé cette saison et donné matière à une telle débauche de variations, plus imaginatives les unes que les autres, (qui veut un pull écossais en fourrure Fendi ?) que l’homme qui n’intègre pas au minimum une pièce à carreaux dans sa garde-robe mérite le bonnet d’âne qu’il se verra décerner. Pour viser le 20 sur 20, on peut chercher chez Bottega Veneta, Prada, Etro et Valentino. Autre classique de la rentrée, le bombers. C’est un vêtement qui existe depuis des lustres et avec lequel pratiquement tout le monde a l’air cool. Mais cette fois-ci, il éclipse tous les autres styles de manteaux et blousons et s’impose comme la pièce phare de cette saison. On a pu voir des bombers très stylés dans les défilés Calvin Klein, Louis Vuitton et Givenchy. Mais la palme revient à Véronique Nichanian, directrice artistique de la collection homme d’Hermès, pour sa lecture franchement luxe de cet incontournable du streetwear. “J’aime créer des vêtements qui peuvent exister par eux-mêmes. Qu’on peut mixer avec des pièces anciennes, des pièces achetées dans une boutique de luxe, ou en voyage. Pour moi, ce mélange est la définition même de la modernité.” “L’athleisure”

L’ÉTOFFE DES HÉROS mode Auteure JESSICA MICHAULT

Enfin, la tenue décontractée par excellence – le survêtement – se fait une place dans l’univers de la sophistication et du luxe et se déprend de l’image streetwear réductrice qui lui collait à la peau. En alliant le cool rétro de ce basique de “l’athleisure” à des tissus précieux et à des coupes soignées, les couturiers ont trouvé le moyen d’en faire – quand l’environnement s’y prête – une tenue de travail acceptable. Surfant sur la vague du costume pyjama, le survêtement – tels ceux proposés par Kenzo, Neil Barrett, Gucci et Burberry – est l’un des meilleurs exemples de la rapidité fulgurante de l’évolution de la mode masculine. Mais en ajoutant à sa panoplie de l’automne un costume impeccable, une veste écossaise, un bombers et un survêtement chic tout neuf, notre homme peut retourner au bureau en toute confiance : il a l’étoffe des gagnants. Traduction Héloïse Esquié


Photos issues des collections hommes automne-hiver 2016/17, Ludwig Bonnet/Louis Vuitton, Jean-François José/Hermès, Neil Barrett/White Srl, DR

FENDI LOUIS VUITTON HERMÈS

GIVENCHY PAR RICCARDO TISCI GUCCI KENZO

ROBERTO CAVALLI BURBERRY BOTTEGA VENETA

VALENTINO

PRADA

ETRO

85


LE TRENCH-COAT DES ARCHIVES S’il y a bien un must-have du dressing masculin qui ait coupé court à tout conflit de génération, c’est le trench Burberry. Pourtant, c’est un peu à chacun le sien. Voici sa version « senior ». Blockbuster Par ANNE GAFFIÉ Photographe JEREMIAS MORANDELL Styliste ROMAIN VALLOS NOM DE CODE Trench-coat « The Chelsea » en gabardine de coton. L’ESPRIT GÉNÉRAL Celui des archives, issu de la collection « Heritage », qui réédite régulièrement des modèles mythiques.

À QUOI LE RECONNAÎT-ON ? Fidèle au modèle originel, il reprend les surpiqûres au col, pour la réalisation desquelles il faut près d’un an d’apprentissage. Cousues main, à raison de 4,6 tout petits points par centimètre, pour une courbe fluide et une tenue parfaite. Les pattes au poignet et la ceinture, bâties et surpiquées de manière à présenter des bordures nettes et plates. Le pli à l’arrière, inchangé depuis un siècle. La doublure iconique en check quatre couleurs, positionnée pour une parfaite symétrie avec celle du col pour que les lignes du check forment un angle à 45°. Au total, quelque 100 étapes sont nécessaires 86

pour reproduire ce best-seller. CE QUI A CHANGÉ ? Les intentions. À l’origine, tous avaient une fonction : les pattes d’épaule indiquaient le rang des officiers, le bavolet à la poitrine la protégeait lors des opérations militaires, celui dans le dos empêchait l’eau de couler le long du manteau, le soufflet arrière libérait le mouvement. À PORTER ? En mode formel, avec un costume droit ajusté en laine motif prince-de-galles, chemise en popeline de coton, cravate en soie et richelieus double semelle en cuir.


Qu’est-ce qu’un sac à dos ? L’ultime attribut de nos anciennes pulsions nomades ? L’expression de notre difficulté à nous déplacer légers ? Essentiel au quotidien, il mérite toute notre attention… et la perfection, dont Prada s’est fait l’acteur.

“Je voulais accomplir quelque chose de presque impossible, rendre le nylon luxueux”, raconte Miuccia Prada lorsqu’elle évoque la mise au point de cette unique toile de nylon (la tessuto vela) qui fera fureur lors du lancement du sac à dos en 1984 – dans la plus ancienne des boutiques Prada, située dans la galerie Vittorio Emanuele II à Milan, jetant un pont entre les époques. Fidèle à sa vision – audacieuse, innovante, considérant aussi bien la force de la tradition artisanale que la puissance des innovations techniques –, Miuccia avait anticipé l’omniprésente hybridation du streetwear et de la mode. L’année du lancement du sac, sa popularité fut telle, à sa première semaine de la mode, que certains touristes découvrant Milan étaient persuadés que quelqu’un, quelque part, les offrait… Ce nylon trouva naturellement sa place parmi d’autres pièces des collections Prada, jusqu’à s’imposer comme un fil conducteur – si l’on peut

UN CAS D’ÉCOLE iconique Auteur ADRIAN FORLAN

dire – du travail mené par la maison italienne sur les textures. Au fil des siècles, le havresac du fantassin est devenu sac d’artiste puis un allié indispensable des explorateurs et trappeurs. Disons que son véritable acte de naissance est un brevet de 1909, accordé au Norvégien Ole F. Bergan, qui a inventé une armature en métal portant un sac en toile. Forts de cette généalogie, peu de créateurs ont su avancer sur des chemins inédits avec autant d’allant que Prada. Résistant à l’eau, anti-effilochage, il a cette souplesse d’adaptation que l’on réclame à nos compagnons de voyage les plus fidèles. Ce n’est pas que nous soyons toujours de dignes héritiers de Bruce Chatwin ou de Nicolas Bouvier, mais tout de même, la vie en milieu urbain n’épargne guère nos accessoires (on notera à cet égard que les poches du sac accueilleront parfaitement des publications oblongues des éditions Actes Sud, même si elles ne comptent ni Bouvier ni Chatwin à leur catalogue – en revanche, les livres de Mathias Énard se prêtent très bien aux déplacements exotiques ou non). Loin d’être figé sur une étagère de musée, le sac à dos a continué sa vie – encore récemment, l’artiste français Christophe Chemin a été invité à lui offrir ses dessins. Même parfaite, une pièce est organique et doit pouvoir poursuivre sa croissance. Subversif, populaire, cool, le sac à dos touche à la parfaite trinité de la création, et démontre qu’une maison de mode, surtout une, historique, trouve dans l’inventivité et la témérité de quoi nourrir sa légende. Avec sa structure contemporaine et sa touche quasi-architecturale, renforcée par le logo triangulaire, à l’équilibre parfait entre discrétion et assertion, le sac à dos Prada est, avec une pertinence à peine métaphorique, un cas d’école. S’il nous fallait délivrer une leçon ayant pour thème la construction d’une identité de marque, comment casser les conventions en lui offrant une âme, eh bien, nous la commencerions avec lui.

Sac à dos “Survival Utopia” en toile de nylon imprimée de dessins de Christophe Chemin, collection automne-hiver 2016/17, PRADA. 88


THE ORIGINAL AMERICAN BRAND AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS | 04-717-716 EXT 232 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT | 01-991-111 AÏSHTI DUNES CENTER VERDUN STREET | 01-793-777


LA GÉOMÉTRIE 19.07.2016 Photographe AUDREY CORREGAN Styliste LILLY MARTHE EBENER

Ceinture en cuir, LOUIS VUITTON. Portefeuille en veau grené, DIOR HOMME.


Richelieus à bout droit en veau box, SANTONI.


Sac “Cabas Shopping” en cuir, SAINT LAURENT. Règle Kuka, THE CONRAN SHOP. Lunettes, TOM FORD.


Portefeuille en cuir imprimé, LOUIS VUITTON.


Chaussures en cuir, PRADA. Porte-documents de voyage en cuir, TUMI.


Portefeuille “Manhattan Medium Duo” en veau Sombrero et veau Tadelakt, HERMÈS.


Chaussures en cuir, CHURCH’S. Lunettes, DITA.


RENZO ROSSO PDG EN TOTAL LOOK JEAN Par FABRIZIO MASSOCA

Le président du groupe OTB a fait du slogan publicitaire de Diesel « For a successful living » sa devise personnelle. Sa société accueille désormais les marques Marni, Maison Margiela, entre autres. En 2016, sa fortune était estimée à 3,2 milliards d’euros.

1

5 10 3

cartes bancaires dans la poche

1

avion plus d’une fois par semaine, presque toute l’année

20

parfums (environ) lancés

costumes complets dans le placard

réunion toutes les 30 à 60 minutes entre 8 h 30 et 17 h 30

5

d iplômes et un MBA. Mais il a abandonné ses études à 21 ans, pour commencer son premier travail

100

personnes travaillent directement avec lui

600

fois dans l’ascenseur en une journée

5à7 heures de sport par semaine

chevaux sous le capot de sa voiture

1

mois entier de vacances en 2016

1478

1 1 ou 2 2 5

contacts dans le répertoire

tatouages

5 000 chansons dans l’iPOD

plateau repas livré au bureau par semaine

cigarette(s) par jour

98

cafés par jour


ABC DEPARTMENT STORES ACHRAFIEH - DBAYEH


HUMEURS, TENDANCES ET AUTRES MANIES DE LA MODOSPHÈRE Auteure ANNE GAFFIÉ

Bienvenue dans l’ère d’explosion du marché de la mode masculine. Avec tout ce que cela suppose de nouveautés et de bouleversements, économiques, esthétiques mais aussi sociologiques.

Les quadras d’aujourd’hui ont été élevés aux podiums et aux marques. Ils avaient 20-30 ans à l’époque. Dès leurs années collège, qu’ils soient NAP (Neuilly-Auteuil-Passy) ou « Neuf Trois », ils ont été pour la plupart confrontés à la dure réalité des marques et de la logo-socialisation, souvent pour leur plus grand plaisir. Toute une génération de supra consommateurs en puissance. À une époque où le marché du prêt-à-porter masculin explose littéralement. Au début des années 1990, les collections masculines poussent comme des champignons, dont le style souvent très affirmé est boosté par les créateurs japonais, nordiques et italiens. Et tous les autres de suivre derrière, avec une décennie de « mass-market » absolument

délirante, où les grands groupes s’organisent – LVMH, PPR, Prada Group – et où les grandes marques arrosent le marché – Gucci, Prada, Ralph Lauren, etc. – de produits bien marketés et reconnaissables entre mille, imaginés par des designers omnipotents. Côté clients, c’est l’ère de la « leçon de style ». Des boutiques aux dressings, en passant par la presse, de la mode à la beauté via les accessoires, le terrain de jeu s’organise. L’homme est pris en charge et en prend vite l’habitude. Ça le rassure dans ses choix et ses prises de risque. Il adore consommer mode, et l’époque lui a même inventé un qualificatif : le « métrosexuel ». Aujourd’hui encore, c’est LA génération « bonne cliente » par excellence.


De haut en bas : colonne 1 Bottega Veneta Louis Vuitton Saint Laurent Ermenegildo Zegna colonne 2 Dolce & Gabbana Alexander McQueen Gucci colonne 3 Saint Laurent Prada Ermenegildo Zegna Lanvin colonne 4 Dries Van Noten Valentino Dior Homme colonne 5 Giorgio Armani Alexander McQueen Hermès Prada


MARQ UE UR S SÉRI Q UE S

M O D ODICO

Avant 1996 : Les années « Minimalisme »

Travel-suit

La mode masculine est encore un laboratoire d’essai confidentiel, réservée à une élite créative et avertie, dont le style très affirmé peut vite prendre des allures de secte. Mais on sent déjà poindre l’émergence d’un marché prometteur. Les Nordiques et les Asiatiques en sont les meilleurs représentants. Les Japonais surtout. Yohji Yamamoto, Rei Kawakubo pour Comme des Garçons, Junya Watanabe ensuite. Et les Belges aussi. Raf Simons, Dries Van Noten, Martin Margiela, Ann Demeulemeester. Ce sont eux les pionniers.

1996: Les années « Sexy »

Menées tambour battant par son maître incontesté, un certain Tom Ford, dont le règne chez Gucci durera quatre ans (19941998). Il y bouleversera les codes de cette belle endormie, à coups d’électrochocs stratégiquement bien orchestrés, de collections à la sensualité exacerbée et de campagnes de pub provocantes. Les hommes aussi en prendront pour leur grade (en redemandant même), changeant à jamais leur rapport à la mode. Autres acteurs privilégiés de cette ère chaude, Dolce & Gabbana, Versace et Roberto Cavalli dont le fonds de commerce n’a rien à envier au premier.

2000: Les années « Mass-market »

à l’assurance impertinente, consolidée par une croissance record et exponentielle du marché de la mode masculine. Les produits partent comme des petits pains, les logos s’affichent, la logomania cartonne, il faut que ça se voie, il faut que ça parte, et pour ça on matraque à tous les étages. Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Prada, Calvin Klein, Giorgio Armani et Paul Smith en sont les principaux chefs de file. Ce sont des marques symboliques à forte valeur ajoutée, qui parlent aux hommes, et dont l’omnipotence et la puissance de tir les rassurent.

les 4 mots préférés des 30-50 ans

C’est le nouveau dada des maisons de luxe. Répondre à la demande croissante de tous ces « commuters » qui voyagent pour affaires. Inventer pour eux des costumes toujours plus légers, confortables et infroissables.

Hybride

Un nouveau mot pour « deux-en-un ». Des vêtements et accessoires double emploi, réversibles, pliables, modulables au gré des envies et des besoins. Pour une vie et une mode à deux vitesses.

Active tailoring

Une nouvelle ère de prêt-à-porter masculin qui mise tout sur les « smart fabrics », ces matériaux et techniques du futur garantissant des vêtements tout-terrain, d’une résistance à toute épreuve. La marque Éclectic en a fait son unique ADN, avec un impératif de recherchedéveloppement digne de la Nasa.

Bagage « 48h »

Comme si la vie se résumait à une frénétique succession d’allers-retours tout au long de l’année, les sacs ou valises autrefois dits « week-end » voyagent aujourd’hui également en semaine. Et pas qu’en cabine, aussi en ville, stimulés par un format de taille idéale pour l’homme.

JACK IN THE BOX Ou « l’effet-surprise ». La marque à laquelle vous n’aviez pas forcément pensé mais qui, dans son genre, est parfaite pour vous. Ici, c’est Fendi. Parce que Silvia Fendi, directrice artistique de la ligne Homme de la maison italienne, manie à merveille l’art de concevoir des silhouettes classiques qui « font jeunes ». Pas de fausses notes, jamais de sorties de route, mais toujours un zeste de décalage qui rend le tout très contemporain. Bref, si vous voulez montrer au reste du monde que vous êtes encore dans le coup, c’est ici que ça se passe. Démonstration en images.


L’ AV I S D E L’ E X P E RT 3 questions à Serge Carreira Chief executive chez Miu Miu Prada Group, maître de conférences à Sciences-Po

« Pa r a d o x a l e m e n t , c ’ e s t l a g é n é r a t i o n s u i v a n t e , l a Y, q u i a i m e c u l t i v e r u n e certaine nostalgie » En vingt ans, et deux générations, qu’est-ce ce qui a changé en mode masculine ? Je ne trouve pas que grand-chose ait changé. La génération X est vraiment la toute première qui se soit débarrassée de la notion de « total look ». Elle a vécu l’effondrement du diktat de la mode tel que ses prédécesseurs l’ont connu, avec de nouveaux créateurs au profil très différent, qui font désormais du sportswear, du basique. C’est précisément cet espèce d’essentialisme dans la mode masculine – initié par Helmut Lang, Jil Sander… – qui a changé la donne. C’était la grande époque du « minimalisme » en opposition à celle du « glamour » des années 1980, avec l’idée d’effacer le vêtement au profit de l’expression du corps et de la personnalité de chacun. Aujourd’hui,

paradoxalement, c’est la génération suivante, la Y, qui aime cultiver une certaine nostalgie de cette époque. Bien que beaucoup plus libre dans ses actes, elle utilise beaucoup de références à la génération précédente. Et je pense sincèrement que les aînés ne laissent pas les cadets faire ce qu’ils veulent avec ! Il persiste une sorte d’influence mystique et tentaculaire de créateurs comme Martin Margiela ou Raf Simons, dont la force de proposition a marqué au fer rouge la mode masculine, son esprit, sa silhouette, son attitude. L’esprit marginal de leurs débuts, un fonds de commerce savamment entretenu pendant un long moment, est aujourd’hui devenu mainstream.

Ce qui rassemble aujourd’hui ces deux générations ? Il y a une filiation indéniable entre ces deux générations. Ce qui les rassemble s’apparente à une forme forte d’individualisme. Il y a une envie de se définir soi-même, en mélangeant les codes de façon très personnelle, et une ambition communautaire, l’envie d’appartenir

à un groupe. Comme si cette aspiration à être soi-même, dans un rapport à soi mais aussi dans un rapport aux autres, était devenue un conformisme, avec une ambivalence qui n’est pas évidente à appréhender et à définir.

Et ce qui les oppose ? Les 40 ans sont pris en sandwich entre une génération qui freine, voire fige, le changement, et une autre qui, elle, est vraiment dans l’action. Une sensation déconcertante pour certains d’entre eux, exactement comme ils peuvent le ressentir avec le numérique, par exemple, qu’ils maîtrisent tout en ayant le sentiment que

ça leur échappe. La génération des X s’est construite seule sur un monde qui n’est plus, dont elle ne tient plus les rênes. Ce qui n’est pas le cas des Y qui, eux, n’ont rien à perdre, puisqu’ils ne détiennent pas encore le pouvoir. Mais ça ne saurait tarder. D’autant plus qu’en à peine vingt ans, ce qui prenait autrefois cinq ans à changer met aujourd’hui six mois.


presents


DES HOMMES ET DES FÉTICHES Par F.A.D Photographe MO ABDOUNI

Les femmes sont un beau mystère que seuls révèlent quelques indices. Et ces indices finissent par devenir obsessions. Qui n’a pas essayé au moins une fois, en interrogeant comme un oracle un sac ou une paire de stilettos, de se faire tout un roman (ou un poème) sur la femme qui les porte ? Cinq artistes nous confient l’accessoire féminin qui les fait fantasmer.

106


Ghassan Zard Cet artiste atypique, venu de l’art dentaire, est peintre et sculpteur. Son troupeau de 75 tortues de résine géantes s’est installé cet été sur plusieurs sites, de Deir el Kamar à Saida et même au centre-ville de Beyrouth. Il faudra attendre février 2017 pour découvrir sa peinture à la galerie Tanit. Beyrouth l’enchante pour sa « qualité de vie » (les artistes sont comme ça), les amis qui s’y trouvent et surtout parce qu’il y a son atelier.

Sa fixette érotique « Le rouge à lèvres Chanel pour la beauté de son design, mais aussi pour cette nuance de rouge qui est d’une grande sensualité sur les lèvres d’une femme. »

107


Sa fixette érotique : « Les talons aiguille « arme schizophrène, érotique et blessante »

Gab Ferneini Vidéographe (visual and motion designer) libanais, basé à Beyrouth, Gab Ferneini est spécialisé en réalisation numérique et conceptuelle dans les domaines de la publicité et du film expérimental. Par ailleurs philatéliste, collectionneur de paperasse et théoricien de la conspiration. 108


Charbel Samuel Aoun Né à Fanar, Charbel Samuel Aoun a vu ce petit village petit à petit envahi par le béton. En réaction, il s’est mis un jour à planter des arbres, parmi lesquels 80 arbres fruitiers dont il offre des plants à ses visiteurs. Agriculteur donc, et artiste ; parfois l’un parfois l’autre, mais papa de deux « magnifiques » garçons à plein temps, il explore, entre peinture et installations, le potentiel de la matière, son vécu et sa densité poétique.

Sa fixette érotique « Une cape, un poncho, vêtement poétique qui reflète la sensibilité de celle qui le porte, et qui génère de la passion, du charme, du désir. »

109


Carl Ferneiné Créateur de musique au sein du groupe Loopstache (électro-pop/indie), Carl Ferneiné compose dans son studio basé à Sioufi (Beyrouth). Il se réjouit de voir ses rythmes faire « danser les cœurs » dans sa ville et déjà « quelques paires de bottes » dans la région et ailleurs. Sa fixette érotique « Le bout des pieds que je regarde souvent, et par extension tous les souliers féminins: les formes, textures et couleurs des chaussures en disent beaucoup sur les femmes, dévoilent leur caractère, leurs envies ou leur humeur du moment. J’aime particulièrement cette paire bleu-électrique, sa matière douce, sa coupe fine et courte qui contraste avec ses épais talons en bois. Pour la porter, j’imagine une femme très féminine, féline, ferme, voire un peu féroce.

Salim Naffah Musicien, compositeur, chanteur, co-fondateur avec Carl Ferneiné du groupe Loopstache, Salim Naffah est né et vit à Beyrouth. Sa fixette érotique « Les meubles à tiroirs dans les chambres des femmes, et aussi leurs sacs à main. J’ai l’impression que c’est dans cet objet particulier que se cachent leurs petits secrets intimes. Et même si on poussait l’indiscrétion jusqu’à l’ouvrir, on ne comprendrait pas le sens de certains objets qui s’y trouvent. » 110


BY THE SEA Photographe TONY ELIEH Styliste MÉLANIE DAGHER

6

1

2 5 3

4


7

8

4 9

10

14

12

13

11

1 Sac à dos, FENDI. 2 Chaussures, SAINT LAURENT. 3 Pièces de table, ECHO BY TAMARA BARRAGE. 4 Cahier, TUMI. 5 Sweatshirt, ROSSIGNOL. 6 Peinture par MUSTAPHA KHALIDI. 7 Chaise, VICK VANLIAN BEYOND RED CHAIR.

8 1/18 Binding par SANA ASSEH À STARCH FOUNDATION. 9 Vase, POLS POTTEN PINEAPPLE. 10 Chapeau, PRADA. 11 Porte-carte, SAINT LAURENT. 12 Livre de photo, KATE MOSS PAR MARIO TESTINO. 13 Bougie, GEORG JENSEN ET STAND ATIPICO. 14 Echarpe, PRADA.


4

1

2 5

3

6 7


12 11

10

8

13

14 15

9

1 Valise, TUMI. 2 Pochette, FENDI. 3 Chaussures, DSQUARED2. 4 Peinture par MUSTAPHA KHALIDI. 5 Vases, GRAY GARDENS PLANT STUDIO. 6 Oiseaux en porcelaine, MARY-LYNN MASSOUD ET RASHA NAWAM. 7 Lunettes de soleil, DIOR.

8 Horloge de table, GEORG JENSEN. 9 Porte-carte, TUMI. 10 Hence chair par GHOUYOUM. 11 Chassures, DOLCE & GABBANA. 12 Veste, DSQUARED2. 13 Plugged par RICHARD YASMINE. 14 T-Shirt, VALENTINO.


1

2

3

4 5


7

8 6

9

10 11

1 Portrait Abu Saleh,TAREK MOUKADDEM. 2 Profane- Fantasy Domes par RICHARD YASMINE. 3 Iwan Maktabi; Over the Forest par KAREN CHEKERDJIAN. 4 Oléophores, TAKAYAKA. 5 Chaussures, VALENTINO.

6 Sac à dos, VALENTINO. 7 Chaise mini Lolita par BOKJA. 8 Pochette, GUCCI. 9 Pantalon, DOLCE & GABBANA. 10 et 11 Polo T-Shirt et chaussures, GUCCI.


LA TENDANCE focus Auteure JESSICA BENFREDJ Photographe ERICK FAULKNER Styliste LOYC FALQUE

Son aura mystérieuse l’accompagne partout, ou presque, depuis la nuit des temps. Difficile de déterminer les origines de la cape tant elle est indissociable de légendes ancestrales. Symbole de la toutepuissance romaine, du dandysme d’Oscar Wilde, de la bravoure des mousquetaires ou des pouvoirs des superhéros, elle n’a jamais vraiment quitté la scène et s’est naturellement taillé une place de choix sur les podiums. Minimaliste ou avant-gardiste, la cape version 2016 puise ses codes

dans l’air du temps. Aussi réconfortante qu’élégante, gare au premier degré et aux interprétations trop littérales : tout est affaire de subtilité. Omniprésente chez Gucci, avec une ampleur cinématographique, furieusement chic chez Ermenegildo Zegna qui la revisite façon costume à rayures tennis ou sobrement enveloppante chez Junya Watanabe, à vous de voir si vous serez “cap” de jeter cette armure intemporelle sur vos épaules et de créer ainsi votre propre légende. 118

Ci-dessus, cape en laine, GUCCI. Cardigan zippé en laine, AMI. Modèle Étienne de Testa chez Marilyn Grooming Charlotte Dubreuil Assistant photo Justino Esteves Assistante styliste Ewa Kluczenko


Cape en gabardine de laine, pull en cachemire, ERMENEGILDO ZEGNA COUTURE. Pantalon en polyester et polyuréthane JUNYA WATANABE. Souspull en coton PETIT BATEAU. Chaussettes, FALKE. Sneakers “One Star Hair Suede” en daim, CONVERSE. 119


1 VESTIAIRE POUR 2 Par ANNE GAFFIÉ

Ce qui est à vous est à lui, et réciproquement. Lundi vous le portez, et mardi votre fils vous le pique. ERMENEGILDO ZEGNA Doudoune sans manches.

TUMI Sac à dos modulable trois-en-un « Nester Bayfield » en cuir et toile.

TOM FORD Lunettes solaires.

HERMÈS Bottines homme « Norway » en veau couleur naturel. PRADA Veste sans manches.

TOD’S Derbys en cuir à bouts fleuris, sur semelle gomme tout-terrain. LANVIN Écharpe en lain.

120

Photos DR

STRELLSON Veste en cuir.


UN BOSS DE CHEZ BOSS Par S.N.

Izzat Traboulsi est quasiment né dans le sérail Hugo Boss dont son père a acquis la franchise pour le Moyen-Orient à la fin des années 70. Passionné par cette marque de mode résolument installée dans le luxe abordable, il n’a pas 30 ans quand il prend la direction de l’entreprise paternelle. Aujourd ’ hui, sa société T2 Trading enregistre les plus gros chiffres de vente d ’Hugo Boss dans la région.

122

premium et luxe, avec un excellent rapport qualité/ prix qui restera primordial dans notre stratégie. Une des perspectives de la marque est de développer le secteur féminin sous la direction artistique de Jason Wu. Depuis l’arrivée aux commandes de ce dernier, les collections féminines représentent 10% du chiffre d’affaire d’Hugo Boss qui veut pousser cette portion jusqu’à 20%. Au Liban, nous envisageons d’intégrer l’offre féminine en 2017. » Quelle est l’origine d’Hugo Boss, quelle est son histoire ? La marque a été fondée par Hugo Boss en 1923. A l’origine, c’était une manufacture d’uniformes, chemises, vestes, vêtements de travail et de sport. C’est avec l’arrivée dans l’entreprise de ses petits-fils, les frères Holy, dans les années 60, que la marque a acquis son identité contemporaine. L’expérience de cette nouvelle génération dans l’industrie du vêtement était minime, mais leurs

Photos DR

Dynamique et optimiste, Izzat Traboulsi est décidément l’incarnation du client type Hugo Boss. Il reflète du moins l’image que la marque attribue à ses adeptes : sportifs, travailleurs, positifs, organisés, conquérants et bien dans leurs pompes. « En 2008, raconte-t-il, Hugo Boss, qui était encore une entreprise de vente en gros, a décidé de se convertir au détail, annulant les franchises et ouvrant ses propres magasins. Il y a quatre ans, j’ai décidé de m’aligner sur cette politique et j’ai fondé ma propre société, T2 Trading, qui s’occupe de la gestion de tous les magasins Hugo Boss au Liban et en Egypte. La décision de devenir détaillants exclusifs de la marque a été la bonne. Selon des résultats annoncés il y a 6 mois, nous sommes aujourd’hui les plus gros clients de Hugo Boss au Moyen-Orient, dépassant même l’Arabie Saoudite et le Koweït, malgré un marché instable et récessif. Pour les prochaines années, Boss envisage d’accentuer son profil


La marque propose une gamme classique de costumes, cravates et chemises, mais à travers la ligne « Boss », elle offre une version sport chic, avec un accent appuyé sur les tissus fins et des détails sophistiqués. Cette collection pionnière est la ligne clé chez Hugo Boss. La marque développe par ailleurs une gamme luxe, « Boss Tailored » avec une offre exclusive en termes de textiles, d’accessoires et de finitions. Nous avons aussi la ligne « Boss Green », qui est la ligne de vêtements de sport actif et loisir. Celle-ci combine mode, art de vivre et fonctionnalité dans une même collection. Elle se distingue par une allure dynamique et des coloris percutants. En plus d’une qualité inégalée des tissus techniques. « Boss Orange » est une collection moderne de vêtements de détente, qui s’adapte au style de vie du client métropolitain, originale avec des influences bohèmes. Aujourd’hui cette collection se concentre de plus en plus sur le denim comme fil conducteur. « Hugo » est notre collection contemporaine qui adopte une allure avant-gardiste et une attitude pointue. « Hugo » s’adresse aux plus audacieux. C’est une ligne très branchée. diplômes en économie et en affaires les préparaient à leurs nouvelles responsabilités. Jochen, le frère cadet, avait le sens des tendances; son frère aîné, Uwe, était habile en stratégies de marketing. La société Hugo Boss a profité de leur vision et de leur potentiel. A partir de 1997, une vague de créativité a envahi la mode. Hugo Boss était, à ce stade, limité au costume masculin, la direction a donc décidé d’élargir son offre et de répondre à la demande en sport chic, détente, sportswear et tendances actuelles. Avec cette nouvelle direction, Hugo Boss entrait dans l’arène des grandes maisons de mode contemporaines. Que peut-on dire de l’identité d’Hugo Boss? Hugo Boss est leader dans le prêt-à-porter masculin. L’offre de la marque est énorme dans le monde de l’habillement. Chaque style est développé d’une façon unique et particulière pour répondre à toutes les attentes. Notre clientèle a un sens précis de la sophistication et de la qualité. Notre approche au niveau de la silhouette permet au client de toujours trouver le style qui lui convient.

Entre sophistication européenne et modèles parfois androgynes, l’esprit Hugo Boss, souligné par les collections de chaussures et accessoires de la marque, définit des personnalités sûres d’ellesmêmes, créatives, énergiques et entreprenantes. Que pouvez-vous dire de la boutique Hugo Boss au centre-ville de Beyrouth ? Décor, emplacement ? Le nouveau magasin, au centre-ville, rue Allenby, propose le concept le plus récent de Boss. Situé au cœur de la ville dans le quartier commerçant le plus branché, le nouveau Boss Store propose la collection de luxe disponible dans ses magasins phares du monde entier. Le décor obéit à une esthétique angulaire, des lignes franches harmonisées avec les formes et les couleurs de manière à refléter l’élégance des collections. Cette belle surface de 350 mètres carrés est répartie sur deux étages. Le premier offre un salon privé pour le choix et l’essayage des costumes. Le rez-dechaussée est consacré aux lignes sport et détente. Le produit est international et le service de vente et après vente est pointu. Notre souhait est que les clients vivent l’expérience de la marque exactement de la même manière qu’en Europe. 123


L’imperméable Designer et co-fondateur du studio Caramel, Karl Chucri endosse pour L’Officiel Hommes les indispensables de la saison. Le vêtement est un objet comme un autre… avec de l’attitude !

focus Auteur F.A.D Photographe RAMI HAJJ Styliste MÉLANIE DAGHER Modèle Karl Chucri


Les sneakers Sneakers en cuir noir caoutchouté, DOLCE & GABBANA.

Boots “Chris Low” en cuir, GIUSEPPE ZANOTTI DESIGN. Pantalon en velours, MARGARET HOWELL. Elle, chaussettes, FALKE. Derbies en cuir verni, LAURENCE DACADE. Assistante photographe Delphine Royer Assistante styliste Ewa Kluczenko


LE BLOUSON

Blouson bomber, T-shirt imprimĂŠ et pochette, SAINT LAURENT. 126


© 2016 TUMI, INC.

A Ï S H T I B Y T H E S E A , A N T E L I A S T. 0 4 7 1 7 7 1 6 E X T. 2 3 6 AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT

T. 0 1 9 9 1 1 1 1

TUMI.COM/19DEGREE


Le sac à dos Le sac à dos Valentino Garavani en nylon camouflage, veste en denim, coton imprimé tie & dye indigo brodé, manches longues avec col chemise, t-shirt col rond en coton imprimé Ethnique, VALENTINO.

Page de gauche: Trench-coat en pur cachemire, écharpe classique en cachemire à motif check et t-shirt en cotton, BURBERRY.

128


L’ART DU COSTUME Á PARIS

Photos DR

Texte EDSON PANNIER Photos YOUNG-AH KIM

130


On connaît surtout Dior pour ses collections de prêt-àporter iconiques qui, dès les années 2000, donnent le ton aux tendances masculines chaque saison. On ignore en revanche que, hors des podiums, Dior Homme perpétue, dans les règles de l’art, le savoir-faire des grands maîtres tailleurs. En plein Paris.

131


« Les fidèles de la maison peuvent désormais s’y faire confectionner leur costume en demi-mesure, après un passage obligé dans le magasin attenant […] inauguré il y a tout juste un an. »

leur cravate impeccablement nouée et le logo de la maison brodé fièrement sur la poitrine, ce sont eux les véritables maîtres des lieux. Imperturbables, ils évoluent parmi les portants sur lesquels sont suspendus leurs plus récentes réalisations et parmi les rouleaux de tissus disséminés aux quatre coins de la pièce. Demandes audacieuses « Il faut environ 3 à 3,5 mètres et entre 50 et 70 morceaux de tissus pour réaliser un costume de bout en bout », explique un des maîtres-tailleurs de l’atelier qui travaille ici depuis dix ans après avoir longtemps œuvré auprès de Monsieur Yves Saint Laurent. Son nom, comme celui de ses collègues, est tenu secret par la marque qui sait ô combien leurs compétences particulières sont recherchées dans la profession. Et pour cause, ces artisans-là ont de l’or au bout des doigts, au propre comme au figuré d’ailleurs. Car un costume Dior sur-mesure a un coût, il faut compter 3 600 euros pour une entrée de gamme et jusqu’à 20 000 euros pour les demandes les plus audacieuses. Des sommes qui se 132

1. Des mains de maître pour découper la toile tailleur, indispensable à la bonne tenue de la veste. 2. Une veste en sequins floquée velours, une des innombrables possibilités offertes par le service de demi-mesure.

Photos DR

Des artisans en blouse blanche qui s’affairent en rythme au son des machines à coudre… Non, il ne s’agit pas de l’arrière-boutique ou d’un basement de Savile Row ni d’une fabbrica napolitaine, mais d’une manufacture tout ce qu’il y a de parisien. Gage, s’il en fallait, que la capitale française n’a absolument rien à envier en matière d’artisanat à ses voisines outre-Manche et transalpine. C’est en effet en plein cœur du Triangle d’or, dans un immeuble haussmannien situé à seulement quelques pas de l’adresse mythique du 30, avenue Montaigne, que Dior Homme a établi son atelier ­tailleur. Les fidèles de la maison peuvent désormais s’y faire confectionner leur costume en demi-mesure, après un passage obligé dans le magasin attenant dédié aux collections masculines et inauguré il y a tout juste un an. Dans cette grande salle aux murs immaculés où règne une sensation d’épure, aucun accroc visuel ne vient contrarier le processus de création, n’était-ce le sobre portrait en noir en blanc de Kris Van Assche, le directeur artistique, entouré de ses artisans. Toujours très chic avec


Du monsieur à l’homme L’ancêtre de Dior Homme fut l’un des pionniers de l’habillement au masculin. En 1970, Marc Bohan, qui est directeur artistique de la haute couture chez Dior depuis dix ans, vient de confier à son ami Philippe Guibourgé et à la créatrice Adeline André la création d’une première collection de prêt-à-porter pour femmes, Miss Dior. Le créateur, qui flaire les attentes du marché, décide quant à lui de se consacrer au développement d’une ligne de costumes et de chemises pour hommes. La collection rencontre un franc succès et elle est très vite complétée par de nombreux accessoires (cravates, lunettes, ceintures et souliers) et même une ligne de sportswear avant l’heure. Dans les années 1980 et 1990, le couturier passe la main à de nouveaux stylistes spécialisés : Gérard Penneroux, Dominique Morlotti et enfin Patrick Lavoix. Il faudra attendre le nouveau millénaire pour que la ligne change radicalement d’identité avec l’arrivée de Hedi Slimane à la tête du studio. Dior Homme est né, et avec lui un nouveau prêt-à-porter masculin à des années-lumière du classicisme d’antan.

133

leur allure au fil des ans », se félicite le maîtretailleur. Vient ensuite la technique du picotage à la main pour que la toile épouse le tissu. Une fois l’« union » finalisée, le repassage de la veste, placée sur des jeannettes, finit de déterminer les volumes et les courbes. On place alors la poche poitrine, les poches côtés à rabat, et les trois poches intérieures aux fonctions bien définies : une pour le portefeuille, une autre pour les stylos et la dernière pour un briquet, par exemple. Il est ensuite temps d’assembler les différents éléments restants  : le col avec son revers en feutre et les manches montées séparément en amont. Si les machines interviennent en grande partie dans l’assemblage, la couture à la main reste essentielle à ce processus. Le bas des manches, ainsi que la fente, sont toujours réalisés manuellement, à l’instar de la boutonnière, mais seulement si le client en fait la demande. Prérogatives personnelles C’est effectivement l’une des prérogatives du futur acquéreur, il peut s’il le souhaite personnaliser les boutons, mais aussi le col, les manches et même coudre ses initiales sur la veste. En revanche, la doublure rayée des manches et l’étiquette grise cousue au petit point, affichant le logo de la maison, sont immuables et permettent de reconnaître un ensemble Dior Homme du premier coup d’œil. Une fois le modèle terminé, un nouveau rendez-vous a lieu en boutique pour effectuer les tout derniers ajustements. Une semaine plus tard, le client reçoit l’objet de ses convoitises soigneusement rangé dans sa housse en gabardine de coton noire, signature de la griffe. Un luxe bien connu des initiés.

Photos DR

justifient notamment par la somptuosité et l’éventail des tissus proposés. Pour faire leur choix, les clients disposent de 14 modèles de costumes déclinables en plus de 600 références de tissus. Et les chemises ne sont pas en reste avec 15 modèles et 200 références. Le tout sélectionné personnellement par le designer belge, à la tête du studio depuis avril 2007. Laine, cachemire, vigogne… les possibilités sont infinies, jusqu’à l’ajout d’éclats de saphirs ou de diamants. Mais atteindre un tel niveau d’excellence demande du temps, cinq à huit semaines précisément entre le moment du tout premier rendez-vous en magasin et celui de l’essayage final. C’est au cours de cette période que les artisans peuvent opérer leur magie. Après la sélection du modèle, le choix de l’étoffe, et la prise de mesures personnalisées en boutique, on développe un patron sur ordinateur que l’on imprime en autant de morceaux que nécessaire. Le puzzle qui en résulte est placé directement sur le tissu. Armé d’une craie blanche, le maître-tailleur en dessine soigneusement les contours, les découpe pour finalement voir apparaître le col, le revers, les pans, le bas, les fentes, les poches... Autant d’éléments constitutifs de la veste. Et c’est là que le véritable savoir-faire entre en jeu. Car avant d’assembler ces différents éléments, il convient de renforcer le tissu par le fil en bâti puis d’insérer au sein de la doublure une toile tailleur dont la rigidité confère sa structure au vêtement. Bien qu’invisible, cette étape est cruciale dans le sens où elle garantit au modèle forme et longévité. « C’est toute la différence entre notre métier et ce qui se pratique dans la confection de masse. Nous, nous créons des pièces qui durent et qui conservent


À LA POINTE Photographe LIONEL KORETZKY / PATRICK PARCHET /RAYA FARHAT Styliste ROMAIN VALOS

Rien ne peut plus arrêter les créateurs en matière de sportswear. Baskets et sacs à dos arrivent en pole position dans le radar de la saison.

Sneakers en cuir ornées de « Fendi Face » en métal, FENDI.


Derbys à boucle en cuir glacé et cordes tressées, GIORGIO ARMANI. En ouverture, sneakers “Chuck Taylor All Star II” en toile de coton, CONVERSE.

HERMÈS


Sac à dos « Classic Iconics » en Néoprène imprimé flag, GIVENCHY PAR RICCARDO TISCI.


Running en tissu, ASICS.


Sac à main en veau pacific, détails Intercciato , BOTTEGA VENETA.


Sneaker « Dior Homme B17 » en tissu technique gris et veau noir, DIOR HOMME.


Sac à dos en cuir et Néoprène imprimé, bretelles en cuir tressé, MAISON MARGIELA.


Running en tissu synthĂŠtique, NEW BALANCE.


Trainer en cuir argentĂŠ, DSQUARED2.


RIZ AHMED ET LA PASSION DU CHAOS Veste, Z ZEGNA. Pull, DIESEL BLACK GOLD. Pantalon, CANALI. Chaussures, KENZO.


Acteur, rappeur, Britannique d’origine indopakistanaise, Riz Ahmed est issu à la fois de la banlieue de Londres et de l’une des plus prestigieuses universités anglaises. Diplômé en PPE (politique, philosophie et économie) il s’inscrit aussitôt dans une école de théâtre. Révélé par The Road To Guantanamo (2005), avec sa curiosité naturelle, son ouverture culturelle, sa capacité d’empathie et sa belle gueule, il est l’un des acteurs les plus brillants de sa génération. L’Officiel Hommes l’a interviewé dans sa suite du Park Hyatt, New York. Voici ses réponses. Par F.A.D Photographe CHARLIE GRAY Styliste MARCO MANNI Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHL É Lieu PARK HYATT NEW YORK


Manteau, VALENTINO.


Votre musique et vos films parlent beaucoup d’identité. Peut-on dire que votre identité multiple a servi votre carrière d’acteur ? Je crois que oui. En grandissant, j’ai eu à naviguer entre plusieurs mondes et des environnements différents. Bien sûr nous le faisons tous à des degrés différents, mais cela m’a appris très tôt à passer d’un costume à un autre et à emprunter divers accents.

et non uniquement académique. Plus simplement, c’est surtout parce que ça m’amuse énormément de gagner ma vie en jouant et en faisant semblant. Je crois que je suis resté enfant.

Quel a été le moment le plus crucial de votre carrière à ce jour? Sur le plan émotionnel, je crois que rien n’est comparable à la première expérience de tournage d’un film. The Road to Guantanamo a été le point de départ de ma carrière. Nous avons voyagé dans tous ces pays dont certains étaient dangereux, comme l’Afghanistan. Ce fut une aventure, et nous en avons gardé des relations très étroites. Et comme l’histoire était centrée sur les expériences et les souffrances de personnes réelles, j’en ai gardé l’impression que le cinéma devait, par essence, être ancré d’une certaine manière dans la réalité et parler de la société qui nous entoure.

Dans votre dernier album de rap, les textes parlent d’exclusion. De quelle manière le rap et les films peuvent-ils rectifier le tir dans nos sociétés ? Je crois que la culture est un espace qui permet de s’imaginer dans les chaussures de quelqu’un d’autre. En racontant des tas d’histoires différentes et en présentant des personnages divers auxquels on peut d’identifier, nous ne faisons que repousser les limites de notre capacité d’empathie. Nous réalisons que nous sommes pareils à ces gens avec lesquels en apparence nous n’avons rien en commun. Finalement, je crois que l’idée derrière l’art et sa capacité à nous émouvoir, c’est qu’il existe une expérience humaine fondamentale au fond de chaque expérience individuelle. Il n’y a pas de séparation entre « Eux » et « nous ». Il n’y a que « nous ».

Vous avez fait des études en philosophie, sciences politiques et économie avant d’intégrer une académie de théâtre à Londres. Quel est le lien entre toutes ces formations, et pourquoi avoir choisi le théâtre à la fin ? J’ai toujours aimé trouver un lien logique entre les faits et les choses. Qu’il s’agisse d’écrire des vers en tant que rappeur ou essayer de formuler des théories ou des idées sur le monde, en tant qu’étudiant. Je crois que mon parcours académique a consisté pour moi à trouver les schémas qui définissent notre société, à voir comment elle est structurée. Le théâtre, en revanche, permet de trouver les structures internes et les rythmes inhérents à un personnage, et lui permet de vous emporter vers l’imprévisible et le chaotique. Au fond, je crois que si j’ai choisi le théâtre en fin de compte, c’est parce que je préfère le chaos et la spontanéité à l’ordre. Si je devais noter le théâtre par rapport à mes autres expériences académiques, je dirais que ce qui m’a attiré dans cette discipline, c’est cette combinaison unique qui permet d’étudier les gens et leur contexte de manière expérimentale

Dans le dernier volet de la série Jason Bourne, vous jouez le rôle d’Aaron Kallor, le fondateur d’un puissant réseau social digital infiltré par la CIA. Votre personnage a été assimilé à celui de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Estce le cas ? Votre formation universitaire vous a-t-elle aidé à construire votre personnage ? J’ai toujours aimé la partie recherche qui précède la composition d’un personnage, cela ouvre des horizons extraordinaires. L’industrie des technologies est dominée par des gens idéalistes et ambitieux. Ce mélange d’égotisme et d’utopie m’a fasciné, et j’ai vraiment pris plaisir à interviewer des tas de gens différents et à lire toutes sortes de documents sur Ayn Rand et la prétendue idéologie californienne qui a fondé Silicon Valley. Je pense que le fait de s’intéresser intellectuellement à ces sujets peut aider à construire le monde ainsi qu’une certaine manière de voir. Mais le plus difficile et le plus crucial va être la manière dont on va rattacher tout ça à sa propre audace, à ses instincts et à sa propre perception des choses.


Pull,HERMÈS.


Dans le nouveau Star Wars, « Rogue One : A Star Wars Story », vous campez Bodhi Rook, un ancien pilote de l’Empire (il porte encore ses vieux badges) qui rejoint l’Alliance rebelle. Comment vous êtes-vous identifié à ce personnage ? Pour un film comme celui-ci, c’est bien plus difficile de faire des recherches ! Les pilotes de l’Empire ne courent pas les rues, et si c’était le cas, ils auraient de bonnes raisons de refuser de me parler. Le processus a donc été différent, et nous nous sommes contentés de suivre le courant à mesure que l’histoire et les personnages évoluaient. L’équipe de réalisation nous a même construit une réalité physique à habiter, de manière à ce que nous soyons vraiment présents et que nous nous laissions guider par la relation entre les différents personnages. La vraie difficulté sur le tournage de ce film a été de ne pas laisser le fan en nous prendre le pas sur l’acteur. Sinon on aurait essayé de voler les éléments du décor! Que pouvez-vous nous dire sur vos deux prochains films, City of Lights et Una. Qu’est-ce qui vous a attiré dans les

rôles que vous y jouez ? COL a été comme une halte, un portrait du Londres que je connais et que j’aime. C’est le Londres qu’on voit peu dans les films, avec toute sa diversité contemporaine. Le film est une nouvelle interprétation du classique film noir. L’idée de travailler avec Pete Travis (le réalisateur) et Patrick Neate (le scénariste) était par ailleurs très séduisante. Ils ont tous deux beaucoup de cœur et en même temps ils sont très acerbes. Je me suis embarqué dans ce projet assez tôt, et j’ai aidé à son développement parce que je voulais vraiment que cette histoire, cet univers et ces personnages voient le jour. A mon sens, il est important que notre cinéma reflète notre société. Pour Una, il s’agissait plutôt de mon désir de travailler avec le réalisateur Benedict (Andrews), et évidemment les fantastiques premiers rôles, Rooney (Mara) et Ben (Mendelsohn). Travailler avec des gens extraordinaires est pour moi, je crois, le moyen le plus rapide d’apprendre et de progresser autant que possible.


Total look, DIOR HOMME.


Manteau, VALENTINO. Pull, DIESEL BLACK GOLD.


Veste, Z ZEGNA.


Chemise, LANVIN. Pantalon, DIOR HOMME. Coiffure et maquillage Joanna Simkin chez The Wall Group Assistant photo Jeffrey Rogers Assistant styliste Margherita Fabrizio Appareil photographique Leica S


LONDON E17 3PY

M. WILL CHALKER Photographe OLGAÇ BOZALP Styliste RUTH HIGGINBOTHAM


Pull en laine, CORNELIANI. Chemise en coton, BRUNELLO CUCINELLI CHEZ MR PORTER. Jeans vintage. Sac, BERLUTI.


Veste en laine, TURNBULL & ASSER. Chemise en coton, BRUNELLO CUCINELLI CHEZ MR PORTER. Cravate, THOM SWEENEY. Jeans vintage.

​Manteau en laine, GIVENCHY PAR RICCARDO TISCI. Chemise en popeline de coton, MARNI.​ Manteau en laine, GIVENCHY PAR RICCARDO TISCI. Chemise en popeline de coton, MARNI.


Costume en laine, CORNELIANI. Chemise en popeline de coton, Z ZEGNA. Cravate, ERMENEGILDO ZEGNA. Chaussures vintage, CHURCH’S.


Veste et pantalon en laine et soie, BURBERRY. T-shirt en coton, ACNE STUDIOS.


Cardigan en laine, THOM BROWNE. Pantalon en laine, CORNELIANI. Chaussures vintage, CHURCH’S.


Veste en laine, AMI. Pull en cachemire, DIOR HOMME. Pantalon en laine, GIORGIO ARMANI. Chaussures vintage, CHURCH’S.


Pull en cachemire, DIOR HOMME.


Pull en laine et cachemire, GUCCI. Veste en laine, LOUIS VUITTON. Pantalon en laine, BOGLIOLI. Chaussures vintage, CHURCH’S.


Trench en coton, CORNELIANI. Chemise en popeline de coton, Z ZEGNA. Pantalon en laine, MARNI. Chaussures vintage, CHURCH’S.


Pull en laine, JIL SANDER. Modèle Will Chalker chez Select Model Groomer Takuya Uchiyama Creative production Foxall Studio Assistant photographe Harry Mitchell Assistant styliste Arianna Cavallo Remerciements à l’établissement Forest School (forest.org.uk) et Jordan Squibb.


ALEX LAWTHER, L’ART D’ÊTRE UN GRAND A seulement 21 ans, Alex Lawther a déjà une jolie carrière d’acteur. Propulsé par le rôle d’Alan Turing jeune dans The Imitation Game où Bendict Cumberbatch campe le personnage adulte, il est nommé meilleur acteur émergeant au BFI London Film Festival et couronné jeune acteur de l’année par le London Film Critics’ Circle (2015). De Central Park où il s’amuse à faire le « model » pour L’Officiel Hommes, il répond à nos questions avec une touchante maturité. Et une belle modestie. Par F.A.D Photographe CHARLIE GRAY Styliste MARCO MANNI Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHL É 178


Manteau, VALENTINO.


Veste, PAL ZILERI. T-Shirt, DSQUARED2. 180


181


Total look, DIOR HOMME.

182


Si jeune et déjà un acteur confirmé ! Comment avez-vous décroché votre premier job ? David Hare avait écrit une nouvelle pièce, « South Downs », sur son enfance et son adolescence en 1960, dans un monde qui semblait se désintégrer. Il cherchait un acteur pour jouer le rôle principal de l’adolescent. Ce fut un heureux hasard. J’étais au bon endroit, au bon moment, et je me suis retrouvé sur les planches du West End sans même me demander si j’allais pouvoir payer mon loyer en tant qu’acteur. A quel âge avez-vous su que vous seriez un acteur ? En jouant « South Downs », je suppose. Une actrice de la troupe, Anna Chancellor, a été la première personne à me demander si je comptais m’engager dans cette voie. Peut-être aussi que l’été précédent, en jouant avec le National Youth Theatre, la question m’avait effleuré. Dans les deux cas, j’avais eu l’impression que je faisais partie d’une bande de joyeux marginaux, et je m’étais senti très heureux. Aviez-vous déjà le sentiment que vous iriez aussi loin ? Je ne m’attendais pas vraiment à avoir de nouvelles propositions après la pièce de David. Je suis donc toujours agréablement surpris du fait que je continue à travailler. Je sens que j’ai encore beaucoup à faire avant de me considérer arrivé « aussi loin », mais c’est très généreux de votre part, merci.

Depuis 2011, donc depuis l’âge de 16 ans, vous êtes sur tous les fronts : théâtre, cinéma, télévision et même radio. Dans lequel de ces environnements vous sentez-vous le mieux ? Je crois, en gros, qu’il s’agit du même travail. Quand je ne suis pas sur les planches, j’ai la nostalgie des pauses thé avec les autres acteurs. En même temps, quand je ne joue pas dans un film, j’ai la nostalgie des frénétiques « Il faut rattraper la lumière du jour » et de l’énergie des plateaux de tournage. A 14 ans, vous aviez déjà écrit et mis en scène une pièce de théâtre. A présent que vous êtes happé par le cinéma, pensezvous revenir un jour à l’écriture ? Si oui, quels sont les rôles et les histoires qui vous attirent le plus ? A cet âge, j’avais la folie de la puissance. Je me suis même donné dans cette pièce un rôle de coureur de jupons de 14 ans. J’écris toujours, même si je ne suis pas doué pour finir ce que j’ai commencé. Mais j’essaye en ce moment de développer une pièce que j’ai adaptée pour en faire un film. Je trouve ce processus aussi fascinant que frustrant. Qu’aimez-vous le plus sur les plateaux de tournage ? Juliet Stevenson, durant le tournage de Departure, avait dit que l’acte de filmer pouvait être comparé au polissage d’un morceau de mosaïque que le réalisateur mettrait en place au moment de la production. Je crois que j’aime cette idée.

Sinon, qu’auriez-vous fait dans la vie ? Peut-être jardinier, ou père au foyer cuisinant pour sa nombreuse famille. J’aurais peut-être aussi déménagé à Wuppertal, en Allemagne, pour m’y établir groupie professionnel de la compagnie de danse Pina Bausch. “Most of us spend our lives trying to do what you’ve achieved,” (la plupart d’entre nous passent leur vie à essayer de faire ce que vous avez accompli) vous a dit Dame Maggie Smith. Vous souvenez-vous de ce moment ? Quelle a été votre réaction ? Un peu submergé. Je pense qu’elle a probablement voulu dire, comme la compagnie comptait peu de jeunes acteurs, que peut-être, quand on est jeune, on n’est pas encore engoncé dans des habitudes, et ce qu’on joue est en quelque sorte « plus pur », moins marqué par l’envie de prouver quelque chose. Je crois que cette pureté est plus difficile à trouver quand le prestige et l’opinion publique s’en mêlent et que tout cela interfère dans le simple plaisir de jouer. Je me souviens d’un autre acteur, dans la trentaine. J’admire vraiment qu’il m’ait confié avoir réalisé sa meilleure performance dans une pièce où il avait joué quand il était encore au collège !

Quel a été votre rôle préféré à ce jour ? Si je pouvais continuer à travailler sur des trucs aussi bien écrits que Black Mirror de Charlie Brooker, j’en serais très heureux. J’ai vraiment pris plaisir à jouer le rôle Cyranoesque d’Amberson dans Old Boys de Toby McDonald, face à l’actrice belge Pauline Étienne. C’est la personne au monde dont il est le plus facile de jouer à tomber amoureux. A quoi avez-vous pensé pendant le tournage, en incarnant aussi brillamment le rôle d’Alan Turing jeune dans The Imitation Game ? Il me fallait porter ces fausses dents supposées reproduire celles de Turing. Donc mes dents devaient être semblables à celle de Cumberbatch, vu que nous jouions le même personnage à des âges différents. C’était très douloureux, et comme j’étais nouveau dans l’univers du film, je ne voulais pas faire d’histoires. Tout ce dont je me souviens, sur ce tournage, c’est ma joie quand je pouvais les enlever à la fin de chaque journée. Quels sont vos projets pour les 5 prochaines années ? Aller à Wuppertal et devenir groupie professionnel de la compagnie de danse Pina Bausch.

183


Manteau, KENZO. 184


185


Total look, DIOR HOMME. Coiffure et maquillage Ingeborg chez Opus beauty Assistant photo Jeffrey Rogers Assistant styliste Margherita Fabrizio Appareil photographique Leica S

186


187


TRANSFERTS Les jeunes businessmen ne voyagent plus forcément en costume trois-pièces. Ils suivent les dernières tendances, et se déplacent en moto-taxi. Ça va plus vite. Photos NACHO ALEGRE Stylisme ROMY LOAËC

Pull oversized col V en laine bicolore, chemise à jabot en coton et lunettes de soleil en acétate, LE TOUT BURBERRY.

188


Blouson en cuir, pantalon à pli et taille élastiquée en flanelle de laine, boots en cuir, écharpe en jacquard de cachemire et soie, LE TOUT HERMÈS.


Costume droit en laine et pull à col roulé en laine, LE TOUT TOMMY HILFIGER. Sac 48 h Goyard.


Blouson en laine à insertions en cuir et baskets hybrides en cuir effet patiné, LE TOUT BERLUTI. Pull à col roulé en cachemire fin Eric Bompard. Pantalon en coton et élasthanne Dockers. Sac à dos Herschel.

191


Veste caban en laine, pantalon large en laine et boots en cuir, LE TOUT PRADA. Pull à col roulé en coton Petit Bateau. Sac à dos Golden Goose Deluxe Brand.

192


Blouson en cuir, pantalon à pli et taille élastiquée en flanelle de laine et écharpe en jacquard de cachemire et soie, LE TOUT HERMÈS. Sac à dos Eastpak.

193


Blouson en laine à insertions cuir et baskets hybrides en cuir effet patiné, LE TOUT BERLUTI. Pull à col roulé en cachemire fin ERIC BOMPARD. Pantalon en coton et élasthanne Dockers. Sac à dos HERSCHEL.


Veste en laine bicolore à brandebourgs en cuir GIORGIO ARMANI. Pull à col roulé en cachemire fin ÉRIC BOMPARD. Pantalon en laine princede-galles TOMMY HILFIGER.


Pull oversized col V en laine bicolore, chemise à jabot en coton, pantalon large en laine, boots en daim lavé à semelles crêpe et lunettes de soleil en acétate, le tout BURBERRY. Valise HERSCHEL.

197


Blouson militaire réversible en laine et coton et pantalon en coton, le tout LOUIS VUITTON. Pull à col roulé en laine et cachemire TOMMY HILFIGER. Valise RIMOWA.

198


Trench oversized en toile technique légère, pantalon en laine, LANVIN. Valise vintage. Grooming : Josefin Giglic Assistante stylisme : Ewa Kluczenko Avec tous nos remerciements à la société parisienne Taxi Moto Goodway.

199


WICHITA KS 67203

MM. SEBASTIEN BARRETT, CONNOR BREEN, LANE FOSTER, RYAN HUNTER, KEALA NAIHE, MASON TURNER, DESMEND WYE Photographe ESTELLE HANANIA Styliste BENOÎT BÉTHUME 200


Mason : costume en velours, BOTTEGA VENETA. Maillot en nylon vintage. Chemise en popeline de coton, ERMENEGILDO ZEGNA. Sous-pull en coton et soie, ALEXANDER McQUEEN. Sneakers en toile, NIKE. Casquette vintage. Page de gauche, Desmend : costume en laine, SALVATORE FERRAGAMO. Maillot en nylon vintage. Chemise en soie et écharpe, ALEXANDER McQUEEN. Col amovible en coton, WOOYOUNGMI. Chaussettes, FALKE. Sneackers en toile, VANS. Casquette vintage. 201


Keala : costume en laine, ERMENEGILDO ZEGNA. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en cachemire, JEAN COLONNA. Chemise en popeline de coton, EMPORIO ARMANI. Chaussures en cuir, PRADA. Chaussettes et casquette vintage. Page de droite, Lane : costume en velours, EMPORIO ARMANI. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en cachemire, JEAN COLONNA. Sneakers en toile, NIKE. Casquette vintage. 202


203


Ryan : veste en soie et laine, CORNELIANI. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en coton et soie, ALEXANDER McQUEEN. Casquette vintage. Page de droite, Connor : costume en laine vierge, BOSS. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en cachemire, JEAN COLONNA. Sneakers en toile, CONVERSE. Casquette vintage. 204


​ anteau en laine, GIVENCHY PAR RICCARDO M TISCI. Chemise en popeline de coton, MARNI.​ Manteau en laine, GIVENCHY PAR RICCARDO TISCI. Chemise en popeline de coton, MARNI.

205


206


Page de droite, Connor : veste en laine, PAL ZILERI. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en cachemire, JEAN COLONNA. Pantalon en laine, WOOYOUNGMI. Sneakers en toile, CONVERSE. Casquette vintage. Page de gauche, Mason : costume en laine et soie, VERSACE. T-shirt en coton, CALVIN KLEIN. Chemise en soie, WOOYOUNGMI. Sous-pull en coton et soie, ALEXANDER McQUEEN. Sneakers en toile, NIKE. Casquette vintage. 207


208


Keala : costume en velours, TIGER OF SWEDEN. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en cachemire, JEAN COLONNA. Chemise en popeline de coton, EMPORIO ARMANI. Chaussures en cuir, PRADA. Casquette vintage. Page de gauche, Sebastien : costume en laine et soie, CASELY-HAYFORD. Maillot en nylon vintage. Sous-pull en coton et soie, ALEXANDER McQUEEN. Chemise en popeline de coton, ERMENEGILDO ZEGNA. Pantalon en cuir, TRUSSARDI. Casquette vintage. Modèles Sebastien Barrett chez Hoffman International Connor Breen chez One Management Lane Foster chez Ford Ryan Hunter chez Models and Images Keala Naihe chez One Management Mason Turner chez Brink Models Desmend Wyer chez Brink Models Production aux États-Unis Daniele Frazier Assistants stylistes Marine Lescieux, Samuel Bardaji 209


LONDON NW3 3ST

M. TILLMAN MEISTER Photographe WILLEM JASPERT Styliste JÉRÔME ANDRÉ O


Manteau en laine, RAF SIMONS. Pantalon en laine et cachemire, FENDI. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Chaussettes, FALKE. Slippers vintage.


Manteau en laine et cachemire, BURBERRY. Chemise et pantalon de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN.


Chemise de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Pantalon en laine et cachemire, FENDI. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Slippers, vintage.


Pull en laine bouillie, CALVIN KLEIN COLLECTION. Chemise et pantalon de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Slippers vintage.


Manteau en peau de mouton, ERMENEGILDO ZEGNA COUTURE. Chemise de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Pantalon en laine et cachemire, FENDI. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN.


Pull en laine, RAF SIMONS. Chemise et pantalon de pyjama en coton, POLO RALPH LAUREN. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Slippers vintage.


Manteau en velours, FENDI. Pull en laine, JOSEPH. Chemise et pantalon de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Slippers vintage.

Pull en laine PAUL & JOE. Pantalon en laine GOLDEN GOOSE DELUXE BRAND. Chaussures et chaussettes PRADA. Écharpe vintage.


Manteau en laine, DSQUARED2. Chemise de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Écharpe, 22/4 HOMMES FEMMES.


Manteau en laine et cachemire et écharpe, LOUIS VUITTON. Chemise de pyjama en popeline de coton, CHARVET. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN.


Chemise et pantalon de pyjama en soie, PRADA. Débardeur en coton, LOUIS VUITTON. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Chaussettes, FALKE. Slippers vintage.


Manteau en cachemire, MAISON MARGIELA. Pantalon de pyjama en soie, PRADA. Lunettes “Aviator” en métal, RAY-BAN. Écharpe, 22/4 HOMMES FEMMES. Chaussettes, FALKE. Slippers vintage. Modèle Tillman Meister chez Tomorrow is Another Day. Groomer Lee Machin Assistant photographe Matthew Kelly Assistants styliste Loyc Falque, Ewa Kluczenko


LOUP-GAROU « Qui veut faire l’ange fait la bête » écrit Pascal. Mais à l’inverse, qui veut faire la bête fait l’ange. Russel Tovey le prouve, qui passe avec une aisance hallucinante du rôle de Tintin, au théâtre, à celui de George Sands, le loup-garou de Being Human, à la télévision. A 16 ans, étudiant dans une école d’arts dramatiques, il est remarqué par les chasseurs de têtes du théâtre britannique. Sa carrière le conduit bientôt du Royal National Theatre de Londres aux planches de Broadway, Sydney et Hong-Kong. Il joue aussi dans plusieurs films et devient un pilier des séries télévisées. Avec un physique qui dégage à la fois force et tendresse, il incarne pour L’Officiel Hommes la poésie de l’hiver. Par F.A.D Photographe CHARLIE GRAY Styliste MARCO MANNI Réalisation MÉLANIE DAGHER Direction artistique JOSÉE NAKHL É


Manteau, VALENTINO. Pull, DIESEL BLACK GOLD. Pantalon, CORNELIANI. 223


Manteau, VALENTINO. Pull, DIESEL BLACK GOLD.

2 24


Total look, DIESEL.

225


Manteau, CORNELIANI. Pull, DIESEL BLACK GOLD. 226


227


Manteau, VALENTINO. Pull, DIESEL BLACK GOLD. Pantalon, CORNELIANI. Chaussures, CHURCH’S.

228


Manteau, VALENTINO.


Veste, KENZO. Pull et pantalon, BRUNELLO CUCCINELLI.

230


Veste, KENZO. Pull et pantalon, BRUNELLO CUCCINELLI. Chaussures, DIESEL.

Coiffure et maquillage Ingeborg chez Opus beauty Assistant photo Jeffrey Rogers Assistant styliste Margherita Fabrizio Appareil photographique Leica S


same difference


Foch Street · Aïshti Downtown Aïshti by the Sea · Aïshti Verdun Aïzone ABC Achrafieh and Dbayeh Aïzone Intercontinental Mzaar Aïzone City Mall · Beirut City Center diesel.com


LA VIE DE GARÇON On se mesure, on se dépasse, on se charrie, on se bouscule, on se traite de noms d’oiseaux, on sue ensemble, on glande ensemble, on drague ensemble… on rêve seul. Salut !

Photographie JIMMY DABBAGH Direction artistique JOSÉE NAKHLE Réalisation MÉLANIE DAGHER 234


236


237


238


239


24 0


24 1


24 2


24 3


24 4


24 5


BEIRUT SOUKS, SOUK EL TAWILEH T. 01 99 11 11 EXT: 560 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT: 263 BEIRUT CITY CENTER, HAZMIEH, LEVEL 1 T. 01 287 187 ALSO AVAILABLE AT ALL AÏZONE STORES IN BEIRUT, DUBAI, AMMAN


Camper Beirut souks, Souk El Tawileh Street, Beirut central district Aïshti by the Sea, B1 Level, Antelias • Beirut City Center, Level 1, Hazmieh


COMME UNE ARME dossier Par MARIA LATI

Photos DR

Le court métrage de Jimmy Keyrouz, Nocturne in Black, a hissé les couleurs du Liban au sommet des Student Academy Awards, une victoire de l’art et une lueur d’ humanité au sein des ravages de la guerre.

250


Nocturne in Black raconte l’histoire de la passion qui anime un joueur de piano au sein du conflit syrien. Malgré menaces, intimidations et dangers, l’homme s’acharne à reconstituer son piano détruit par la guerre. Jimmy Keyrouz, réalisateur et scénariste, découvre dans la presse l’histoire de Aeham Ahmad, qui se retrouve à jouer du piano dans un camp de réfugié à Yarmouk. Le contraste de l’atrocité de la guerre avec la beauté et la légèreté des notes de musique le frappe. Dans les pires conditions, l’art comme évasion, comme symbole de la vie pour laquelle il vaut la peine de se battre, Jimmy en fait son cheval de bataille. Il façonne alors son personnage, un battant au cœur tendre, qui sera incarné par Tarek Yaacoub. Au printemps 2015, avec le soutien de son producteur Marc Fadel, Jimmy rentre au Liban pour tourner le film en arabe, avec des acteurs libanais dont Julien Farhat dans le rôle du djihadiste ou Karim Zein, l’enfant qui encourage le jeune pianiste amateur dans sa quête pour son piano. L’équipe cherche un lieu de tournage ravagé par la destruction et après maintes recherches, trouve une école abandonnée, criblée de balles,

à Dahr al-Wahsh. A la fin de l’été, en moins d’une semaine le tournage est bouclé avec quelques 80 personnes qui participent à la production, au décor, au montage ou au son. Armé de son film, Jimmy retourne à New York pour les mises au point. Le compositeur Fatrin Krajka, pianiste chevronné, signe la musique originale du film. 1749 candidats et une médaille d’or Jimmy s’évade dans ses personnages depuis tout petit. Plutôt que ses cours à l’école, il préfère visionner des films Disney et se retirer dans un monde imaginaire où il compose ses propres récits. Il étudie l’audiovisuel à l’Université Saint Joseph et participe à des films et clips publicitaires, mais l’envie de conter des histoires le transporte à New York pour poursuivre un Master of Fine Arts in Screenwriting and Directing à l’université Columbia. Le jeune homme s’acharne pendant un an et demi à la réalisation de son projet final, le film Nocturne in Black dont il écrit le scénario enrichi d’une recherche assidue par son amie journaliste Marie José Daoud sur les conditions brutales et les interdictions choquantes imposées dans une Syrie 251

en proie au terrorisme. Il organise une campagne de financement sur Kickstarter et l’objectif est vite dépassé, ce qui l’encourage à poursuivre. Une fois complété, le film part en tournée : Telluride Film Festival à Colorado, Los Angeles International Short Film Festival, cinéma Metropolis Sofil à Beyrouth. Présenté aux Student Academy Awards, le plus prestigieux trophée étudiant, décerné par la Academy of Motion Picture Arts and Sciences, Nocturne in Black décroche la médaille d’or dans sa catégorie parmi une sélection exceptionnelle de 1749 films internationaux. La route pour les Oscars est tracée, et le prochain rendez vous aura lieu en février pour la 89ème cérémonie du prestigieux trophée. Le film fera un nouveau passage au Liban en novembre, au festival de Notre Dame University-Louaizé. Basé depuis quelques semaines à Los Angeles, Jimmy se lance dans l’écriture d’une version longue de son film, ainsi que d’une série télévisée qui traite de corruption et de terrorisme. A l’image de son pianiste, Jimmy Keyrouz poursuit son chemin créatif et manie l’art comme une arme puissante contre l’obscurantisme


CE CARAMEL N’EST PAS MOU design Par F.A.D

Photos RAYA FARHAT, DR

L’un des objets les plus remarqués de l’exposition « Sfera » (Aïshti By The Sea) est le fauteuil Indolente de Caramel, composé d’une sphère coupée en deux. Caramel est un label créé à partir de la contraction des deux noms de ses créateurs, Karl Chucri et Rami Boushdid.

252


Ces deux anciens de l’ALBA ont fait leurs études en architecture d’intérieur sur les mêmes bancs avant de se séparer, le temps de passer leur master en Europe. Karl Chucri se retrouve à Madrid, à l’Istituto Europeo di Design, et Rami Boushdid à la Scuola Politecnica di Disign, à Milan. Des mois où ils travaillent dur, chacun de son côté, et réussissent individuellement à se faire remarquer, tant au Salone de Mobile 2014 qu’aux Dubai Design Days. Leurs œuvres sont relayées par de grandes publications telles que Wallpaper* et le Financial Times UK. L’année du tandem Les affinités esthétiques des deux créateurs, qui se ressemblent comme des frères, ainsi que leur complémentarité, rend leur collaboration évidente.

Fin 2015, ils établissent ensemble, à Beyrouth, leur propre studio sous le label Caramel qui associe les sonorités de « Karl » et « Rami ». Amoureux de la belle ouvrage et de la sensualité des matériaux, autant que de la rigueur et de la fonctionnalité des objets, leur style commun s’affirme. Studio Caramel, c’est avant tout une attention passionnée pour le détail, le choix des matières et des palettes de couleur, mais c’est aussi cette touche moderniste vintage, véritable identité du label. Le duo de designers veille aussi à attribuer à chaque espace ou création une identité propre mais diffuse, une présence discrète qui se laisse ressentir sans s’imposer. Ici, le parti-pris esthétique découle de la fonctionnalité finale. Entre ces deux pôles, tout est recherche d’équilibre. 253

Alegria Voilà un meuble qui dit tout sur la philosophie Caramel. Son nom à lui seul, « Alegria », suggère une joie intense et libératrice. Pour un jeu d’étagères ? Oui, mais pas que. Cette bibliothèque a été conçue de manière à privilégier la transparence. Destiné à être encastré dans un escalier, contre une façade de verre donnant sur la ville et la mer, dans un appartement situé au 20e étage d’une tour, ce meuble ne devait surtout pas masquer la vue, ni d’ailleurs jurer avec l’escalier qui a son propre design. En redessinant sur papier l’escalier et sa rampe, les créateurs ont vu apparaître une grille dont ils allaient se servir comme point de départ pour la conception de leur système de rayonnage. Base en noyer, colonnes et étagères en acier noir et détails en cuivre


Glazed C’est à la demande du restaurant Le Baron, à Mar Mikhaël, que Caramel a conçu ce chariot à glace ambulant. Réalisé sur la base de deux exigences pratiques : la légèreté, pour être facilement déplacé, et la réfrigération, puisqu’il doit conserver la glace à température constante, ce chariot dont la structure triangulaire et même les roues ont été faites sur-mesure, se joue des difficultés avec la désinvolture de son habillage imitant la gaufre des cornets, gris en surface pour mettre en valeur les pastels de la crème glacée, disposant d’une boîte de rangement rose, et orné de détails en cuivre qui inspirent une élégance surannée. L’identité de Caramel est marquée par ces détails d’acier canon de fusil, cuivre brossé et bois sombre. Cet atelier a trouvé sa niche dans la réalisation de meubles sur-mesure. Il a déjà tout d’un grand. 254

Photos RAYA FARHAT, DR

brossé, l’objet est d’une perfection réjouissante.


AÏSHTI BY THE SEA Level3, Antelias LEBANON Tel. 04 71 77 16 ext. 133

Home at last.

SOFT DREAM SOFA design by Antonio Citterio

FLEXFORM www.flexform.it


SAM & SHAKA DUO ARTISTIQUE

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS


CLANDESTINO OU COMMENT SE VENDRE SANS SE VENDRE dossier Par F.A.D.

Photos DR

« Nous avions les mêmes valeurs et nous voulions créer la boîte idéale », raconte Henri Bassil, réalisateur et, par ailleurs, partenaire de Clandestino, cette « boîte de prod » rêvée qui vient de voir le jour. Voici l’ histoire d’un projet paradoxal, conçu comme un cadre de liberté pour échapper aux contraintes de l’industrie publicitaire.

260


261


Dans cette entreprise parfaite où chacun vient déposer la créativité dont il ne peut se servir dans son travail alimentaire, ils sont au départ cinq associés : Yves Sehnaoui, chef opérateur, Ray Barakat, producteur, André Chammas, Wissam Smeira et Henri Bassil, réalisateurs. Tous travaillent dans l’industrie du film et tous vivent du film publicitaire. Selon Henri Bassil qui nous raconte la genèse de Clandestino, tout ce petit monde se retrouvait certains soirs chez Yves, pour jouer à… Call of duty. L’occasion pour les cinq hommes de décompresser et de se confier, entre gens du métier, sur les frustrations qu’ils endurent dans des carrières qui ne leur offrent pas la liberté dont ils avaient rêvé à leurs débuts. Les soirées se terminaient par une vanne récurrente : « ok, ouvrons notre propre boîte de prod’ !». Jusqu’au jour où l’un d’eux prit la vanne au sérieux. Un an durant, les cinq compagnons se mirent à plancher en secret sur leur concept de « boîte idéale ». D’où l’idée de « clandestinité » qu’on retrouve dans le nom de « Clandestino ». « Nous avions peur de perdre la confiance des agences qui nous employaient, et dont évidemment dépendaient nos finances. Il fallait éviter de claironner le projet à la ronde et commencer vraiment par établir une charte éthique qui régirait aussi bien nos relations avec nos employeurs que celles avec nos employés. La charte de la « boîte de prod’ idéale » Le premier point sur lequel nous ne transigeons pas est le payement de nos free lancers : exactement deux semaines après la livraison du travail. Nous avons nous-mêmes suffisamment souffert de la manie de cette industrie de payer ses collaborateurs de manière aléatoire et à coup d’excuses bidon. Tantôt c’était le comptable qui enterrait sa grandmère pour la troisième fois, tantôt le cosignataire du chèque avait la grippe, etc. Tant qu’à créer une boîte idéale, il nous fallait, par souci de cohérence, commencer par là.

De plus, nous avons décidé, sur les plateaux de tournage, d’établir une égalité de traitement pour tous afin d’éviter les frustrations. Les techniciens n’ont pas à manger de mauvais sandwiches à l’ombre d’un camion ou dans les voitures, quand les autres déjeunent à table sous des parasols. Chez nous, c’est parasols et même repas pour tous, et cela a contribué à notre réputation et nous a attiré les meilleurs free-lancers de l’industrie, qu’ils soient machinos, électros, assistants réalisateurs ou autres. Ensuite, nous avons dressé la liste de ce qui marchait ou ne marchait pas dans les boîtes qui nous employaient, de manière à ne pas recommencer les mêmes erreurs. Enfin, nous avons mis en place un fonds propre à Clandestino, où chacun verse une petite somme mensuelle. A la fin de l’année, le total économisé est attribué à deux partenaires du groupe pour le financement d’un projet de film personnel, documentaire ou autre. Venant tous d’un univers créatif, nous avons décidé que cette structure serait un pôle de créativité sans concessions. A nous cinq s’est adjoint le réalisateur Chadi Younes. « Clandestino » nous permet de continuer à travailler et à nous exprimer durant les périodes creuses où le marché est défaillant. Sous Clandestino, chacun de nous peut réaliser, en collaboration avec les autres, des travaux qui rendent compte de son style personnel et lui servent de carte de visite. Ces films sont postés en showreel (bande démo) sur le site Vimeo, que l’industrie de la pub, du film ou du documentaire consulte avant d’engager des free lancers. Une industrie en pleine mutation La publicité est un produit de luxe, souligne Henri Bassil qui précise que de ce fait, dès qu’il y a une crise, ce secteur est l’un des premiers touchés. Il ajoute que ce secteur ne souffre pas seulement 262

des défaillances de l’économie, mais de tout un ensemble de mutations dues aux nouveaux comportements des consommateurs générés par la révolution digitale. Il y a cinq ans, se souvient-il, à partir d’une petite sélection de chaînes de télévision, on pouvait toucher tout le pays. Aujourd’hui, les jeunes ne regardent presque plus la télévision. Ils revoient les programmes qui les intéressent sur leurs ordinateurs, tablettes ou même leurs téléphones. Ce procédé est plus intéressant que la télévision parce qu’il permet non seulement de quantifier l’audimat de manière précise, mais également de cibler le public auquel s’adresse la publicité et de le bombarder de clips par la suite. Le client recherche moins la qualité que la quantité, le « contenu », des histoires en série qui parlent en permanence de son produit. Du coup, les caméras achetées parfois à des dizaines de milliers de dollars deviennent obsolètes. Pour cela, un simple iPhone suffit. Succès du réalisme D’ailleurs, l’esprit même de la publicité a changé, poursuit Bassil. « Il y a quelques années, nos principaux clients, qui sont les banques, demandaient des films d’esprit « aspirational » (exprimant force, rêve et ambition). Il fallait que le cadre soit occidental, lisse et propre. On tournait beaucoup au centre-ville, et quand on le faisait ailleurs, on passait des heures en post-prod à effacer les fils électriques enchevêtrés en toile de fond. Aujourd’hui, la tendance est au film « réaliste », tout le contraire du « show off » d’avant. C’est une mode qui a commencé en Europe du Nord et qui s’est très bien exportée en Egypte. Quand nous avons vu les Egyptiens rafler tous les prix, nous avons appris la leçon et nous avons changé de style. » Pour l’heure, Clandestino offre à ses partenaires un lieu de réflexion et un outil précieux pour préserver leur authenticité loin des pressions du marché.


264


DO SOMETHING DI FFERENT. I R EL A N D B A S I N G ER B A LD W I N

AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI BY THE SEA, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE ABC DBAYE, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1 287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007 JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016

TRUERELIGION.COM


PLAIDOYER POUR LES X Par ÉRIC ALTMAYER / JACQUES-ANTOINE GRANJONT / FABRICE BROVELLI / FRANÇOIS-RÉGIS GAUDRY / OLIVIER GHIS

S’il y a bien un trait de caractère que la génération X – ceux qui l’incarnent ou lui tendent un miroir – a emprunté à sa cadette, c’est la volonté de porter publiquement sa parole, d’être de plain-pied dans le débat public, d’occuper l’espace pour imposer ses idées. Un point de vue ne vaut que dans l’opposition, la friction. C’est l’étincelle du frottement entre regards contradictoires qui met le feu au cerveau. Certainement pas plus conservatrice qu’une autre, entre expérience et aspirations revues et corrigées par le vent de l’époque, la X fait mieux que se défendre...

266


LE CI N ÉM A A-T-I L PER DU FACE AU X SÉR I E S T ÉLÉV I SÉE S ET J EU X V I DÉO  ? Pa r Ér i c Al t m ayer *

Je parlerai des séries et programmes en VOD type Netflix n’étant ni producteur, ni consommateur de jeux vidéo. Sur un plan à la fois esthétique, dramatique et de production, nous vivons un changement fondamental. Passons sur les considérations économiques puisque la proposition innombrable faite aux spectateurs en matière de fiction – par le seul prisme de leur ordinateur – n’empêche en rien une croissance de la fréquentation et donc du chiffre d’affaires du cinéma. Ce sont deux démarches différentes. La salle de cinéma touche fondamentalement l’instinct grégaire qui est en chacun de nous. Ce besoin de se réunir est une démarche qui ne changera jamais. En revanche, cette concurrence des nouveaux médias et supports a des conséquences radicales sur le contenu éditorial des productions. Face aux nouvelles propositions faites à la télévision, le cinéma est obligé de jouer la carte du mass entertainment, de la recherche du plus petit dénominateur commun. Le contenu éditorial des films de cinéma s’en ressent. Selon les chiffres de 2015, oui, le cinéma français se porte bien… mais en terme de concentration, le nombre de films sur lesquels repose environ 80 % de l’audience se réduit de plus en plus. Nous sommes même en pleine accélération. Nous fonctionnons à peu près comme

à Hollywood avec une reproduction quasi industrielle des formats : suites, prequels, sequels… Le film de cinéma devient un produit de consommation immédiate qui satisfait les instincts les plus directs du consommateur. En France, à défaut d’avoir des héros en collants, nous avons de grosses comédies comme Les  Tuche 2, Retour chez ma mère et Les Visiteurs 3. Du cinéma fédérateur, familial, provincial, pour un public dont les motivations pour se rendre en salle dépassent le cinéma luimême : c’est une sortie en famille, entre amis. Face à ces blockbusters, le marché du film à ambition un peu plus élevée se restreint. Chez Mandarin, nous avons développé un département télé non pas dans un but de compensation de frais généraux mais pour travailler sur des sujets plus complexes, plus provocants qui n’ont plus leur place au cinéma. HBO puis Netflix ont ouvert la voie à un renouvellement du genre de la série. Nos sujets les plus sophistiqués, à moins qu’ils ne soient portés sur grand écran par un metteur en scène de prestige qui continue à avoir une audience vivace, auront tendance à être de plus en plus développés pour la télévision. * Producteur chez Mandarin Cinéma (Saint Laurent, Chocolat, Brice 3…). Propos recueillis par Jean-Pascal Grosso

« Le cinéma est obligé de jouer la carte du mass entertainment, de la recherche du plus petit dénominateur commun. »

267


QU EL E ST L’ÂGE D’OR DE L’EN T R EPR EN EU R I AT À LA F R A NÇA I SE ? Pa r Ja cques - An t o i n e G r a njon* Il y a toujours eu, en France, des hommes et des femmes avec le sens de l’aventure et l’esprit d’entreprise, qui rêvent de liberté, d’indépendance, et pourquoi pas, de s’enrichir, en inventant, découvrant, explorant. La révocation de l’édit de Nantes de 1598 a fait fuir les protestants de France et, avec eux, les commerçants, partis installer leurs comptoirs ailleurs. La France s’est alors concentrée sur des travaux d’ingénierie, ou sur le renforcement, plus tard, de l’État, ou encore de la culture. Le commerce, longtemps, n’était pas noble. Ce n’était pas le premier choix des diplômés de l’X par exemple. L’arrivée du digital a remis le commerce au centre des enjeux. Il permet de faire travailler ensemble des ingénieurs, des codeurs, des créatifs, des logisticiens, des commerçants. Sans doute cela donne l’impression que nous vivons un âge d’or, même si je n’aime pas ce terme, puisqu’il donne l’illusion que la décadence suivra. Dans la société, de plus en plus formatée, se fait sentir le besoin d’indépendance et d’aventure – et l’entrepreneuriat en est une. Les nouvelles générations n’ont plus nécessairement envie d’être intégrées sur le long terme aux entreprises pour lesquelles elles travaillent. Avec le digital, la planète est devenue plus petite, les frontières ont disparu : celui qui invente un

concept disruptif, ou réinvente, comme venteprivee, un vieux métier, peut toucher la planète entière et bénéficier d’opportunités de développement exceptionnelles. Aujourd’hui, pour quelques milliers d’euros, vous pouvez monter un site d’e-commerce. Le digital permet de faire rayonner plus rapidement votre idée si votre offre conquiert le cœur de vos clients.  Même si vous n’avez pas fait, et c’est mon cas, de grandes études, vous pouvez vous lancer. De même qu’il y a toujours eu des entrepreneurs, il y a toujours eu des freins : Christophe Colomb aussi en a connus ! Il devait convaincre le roi d’Espagne de le financer, il devait motiver ses équipages, fabriquer ses bateaux... Le potentiel du marché, l’ambition et le désir sont plus puissants que tous les freins, qui ne sont qu’un prétexte. Les entrepreneurs passent outre. En revanche, demeure la lourdeur du système. Et la réussite de certains représentants de l’ère digitale, comme Marc Simoncini, Xavier Niel, Pierre Kosciusko-Morizet, n’y a rien changé. Si lorsque nous allons parler dans un collège, un lycée, nous déclenchons une envie d’entreprendre, alors oui, nous avons levé des inhibitions, en montrant que c’est possible et nous avons gagné notre journée.  * Entrepreneur français. Il est le PDG et fondateur de www.vente-privee.com.

« Pour quelques milliers d’euros, vous pouvez monter un site d’e-commerce. Le digital permet de faire rayonner plus rapidement votre idée. »

268


1270

bankmed.com.lb

YOU COUNT


LA PU B PEU T-ELLE ENCOR E ( D)ÉTON N ER  ? Pa r Fa b r i ce Brovel l i* Nous sommes arrivés à un point de rupture, la pub a perdu son pouvoir d’émerveillement, d’étonnement. En algorythmant nos vies, les petits princes de la data (ou les charlatans, au choix) nous ont entretenus nous, et surtout nos clients, dans l’illusion que l’on pouvait prédire nos envies. Et partant, la pub qui va avec. En outre, chacun de ces « petit princes » prétend détenir la formule magique. La pub à « l’ancienne » entrait gentiment chez toi, juste avant ton journal de 20 heures, à la mi-temps pendant ton match et parfois, dans un sursaut d’élégance, pouvait provoquer un sourire, un frisson rétinien,  une brève émotion. Tu pouvais te dire, un instant, que cette marque pouvait être cool et que tu testerais bien cette eau minérale rajeunissante… Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, on assiste à un bombardement massif coordonné par les docteurs Mabuse du data, et plus personne n’y échappe, leurs combats d’infiltration se livrent sur tous « les points de contact ». Nous sommes leurs « cibles », comme ils disent dans leur jargon. Et si par hasard ton pote graphiste t’invite à regarder un contenu, voire une pub qui aurait échappé au diktat du truc que tu  es censé déjà aimer, tu sais par avance que tu vas devoir te taper une pub nulle bien intrusive, limite propagande, supposée être en adéquation avec tes affinités. On est dans le monde de ce que tu aimes déjà… Et la pub est devenue le pire

avata r de la subl i mation ma rcha nde. « On n’améliore pas la vie des gens en rendant les publicités plus efficaces », nous dit Brian Acton, cofondateur de WhatsApp. À cela s’ajoute la dictature des normaux, des majorités vieillissantes, regroupés en comités de salut public faisant tomber le couperet dès que nous bousculons la fameuse morale, «  la nouvelle philosophie des médiocres  ». Imposant une esthétique proche du Truman Show ou du Miel et les Abeilles. Et le créatif dans tout ça ? Le pauvre – quand il n’est pas obnubilé par son festival de Cannes à lui (les Lions) – fantasme sur des réalisateurs qui ont gagné des Lions (leurs palmes à eux) il y a quatre ans quand ce n’est pas dix ou quinze ans pour certains. Et de tomber dans la facilité  de reproduire des martingales qui auraient déjà fait leurs preuves. Eh bien, le créatif,  le vrai créatif,  celui  qui devrait faire preuve d’ouverture, d’humilité… va devoir naviguer dans ces méandres, rendre le public disponible à l’inconnu quand tant d’autres le convoquent sur la promesse du déjà-vu. J’ai toujours pensé que l’exceptionnel a à voir avec l’inattendu, que l’élégance bonifie les gens. On gagne toujours sur le court terme en s’adressant à ce qui est le plus facile chez l’homme, mais on perd à coup sûr sur le long terme. #laluttecontinue * Vice-­président de BETC et cofondateur de BETC Pop. Il fait aussi partie du groupe KCPK.

« En algorythmant nos vies, les petits princes de la data (ou les charlatans) nous ont entretenus […] dans l’illusion que l’on pouvait prédire nos envies. »

270


QU’E ST- CE QU I FA I T SA LI V ER L’ÉP OQU E ? Pa r Fr a nço i s - Rég i s G a u d r y*

Il y a peu de temps, je suis tombé sur cette méchante sentence de Cioran, formulée en 1941 : « Le ventre a été le tombeau de l’Empire romain, il sera inéluctablement celui de l’intelligence française. » Façon pour le philosophe roumain d’affirmer que notre époque comble un vide spirituel par un trop-plein de ce qu’il appelle les « folies culinaires ». Manger plus pour penser moins. Le besoin contre les valeurs. La crise de foie plutôt que la quête de foi. Soixante ans plus tard, il y a toujours de quoi s’étouffer : l’intelligence française n’a pas totalement abdiqué mais la gastronomie est devenue plus que jamais une foire à tout et une orgie de rien. Les réseaux sociaux se repaissent de #paleo, #healthy, #foodporn, #foodgasm, #nomnom, #pokebowl, #juicing et autres hashtags périssables, les rayons de librairie débordent de livres de recettes, les cuisiniers sont les nouvelles idoles et, dans l’art du paraître, l’aliment supplante le vêtement. Loin de moi l’idée de cracher dans la soupe. Le critique gastronomique que je suis fait de son mieux pour exciter les

appétits et alimenter ce buffet des vanités. À une petite condition près : accompagner, tant que possible, ces nourritures terrestres d’un condiment spirituel. Et si, débarrassée de son vernis, la gastronomie savait encore être une boussole culturelle pour montrer d’où nous venons et où nous allons ? Manger plus seulement par plaisir ou par mimétisme social, mais aussi manger pour renouer avec une mémoire familiale, un patrimoine, une identité où se mêlent l’histoire, la géographie, la religion. Et manger comme une arme politique pour dessiner les contours d’une l’agriculture du futur qui devrait être plus soucieuse des hommes et de l’environnement. L’époque peut bien saliver, si elle décide de ne plus manger idiot, histoire de préférer aux mauvais présages de Cioran cet aphorisme de Brillat-Savarin : « La destinée des nations dépend de la façon dont elles se nourrissent. » * Journaliste (critique gastronomique à L’Express Styles), animateur et producteur (« Très Très Bon » sur Paris Première, « On va déguster » sur France Inter), et auteur à succès (On va déguster, best-seller aux ­éditions Marabout).

« Les cuisiniers sont les nouvelles idoles et, dans l’art du paraître, l’aliment supplante le vêtement. »

271


LE S TA BOUS ON T-I LS ENCOR E U N AV EN I R ? Pa r Ol iv i er Gh i s*

Qu’on se le dise : les tabous ont de beaux jours devant eux  ! En France par exemple, malgré le recul de l’Église (40 % des Français se déclarent athées), la révolution sexuelle des sixties, le mariage gay, le libre accès au porno sur Internet (un tiers des requêtes Google concernent des contenus « adultes »), il demeure des interdits appelés à perdurer. Le premier, le plus évident, c’est évidemment la pédophilie. Alors qu’au milieu des années 1970, on voyait encore circuler, dans un esprit libertaire post-68, des pétitions réclamant «  une plus grande liberté sexuelle pour les enfants », il n’en est plus guère question : l’enfant aujourd’hui est sacré, intouchable, protégé par un arsenal législatif imparable. Bref, le pédophile est devenu en trente ans la figure du mal absolu. Personne ne s’en plaindra, évidemment. La violence faite aux femmes (300 000 femmes sont encore victimes d’abus chaque année) obéit à la même logique : relativement ignorée, voire tacitement tolérée dans la France des Trente Glorieuses, elle est devenue inacceptable. Grâce notamment au combat de mouve-

ments comme Ni putes ni soumises, le législateur a condamné dès 2011 le harcèlement sexuel, avant de protéger en 2013 les femmes victimes de violence et de la traite. À ceux qui penseraient la France d’aujourd’hui plus dépravée que celle d’hier, les faits apportent donc un cruel démenti. Certes, on peut, en 2016, être gay, échangiste, SM ou amateur de fist-fucking (comme en témoigne le succès d’un club comme La Fistinière, tout dévoué à cette pratique dans le Val de Loire), au point d’avoir l’illusion d’une société sans tabous. Or, c’est bien le contraire que nous vivons : à ceci près que le tabou n’est plus moral ou ­religieux, il est humain, il s’impose pour protéger la liberté et le bien-être des individus : tout est permis, mais entre adultes consentants (ce qui exclut de fait l’abus, les mineurs, les animaux). Autrement dit, le tabou s’est déplacé, il a gagné en intelligence et en maturité. Sa longévité ne fait donc aucun doute. * Rédacteu r en chef du « Jou r na l du Ha rd ». I l a ré a l i s é le d o c u m ent a i re À p o i l d a n s l’espace, diffusé en octobre sur Canal+.

« À ceux qui penseraient la France d’aujourd’hui plus dépravée que celle d’hier, les faits apportent donc un cruel démenti. »

272


available in all aĂŻzone stores, t: 01.99.11.11 // joesjeans.com


À LONDRES, LE BEYROUTH D’ANNABEL dossier Par F.A.D

Photos Ed Reeve, Bradley Lloyd Barnes

Une réflexion sur le rôle futur du design dans nos collectivités. C’est la consigne que s’est donnée la London Design Biennale, installée à Somerset House du 7 au 27 septembre dernier. Installations, œuvres d’art, prototypes et designs conçus par des artistes de 37 pays et territoires offraient autant de visions d’une nouvelle Utopie. L’artiste et architecte d’origine libanaise Annabel Karim Kassar y proposait la sienne.

2 74


275


276

la nécessité et du matériel disponible, tels que ces chaises réparées avec les moyens du bord ou ces canapés empilés à l’arrière d’une camionnette. Elle s’en sert pour illustrer, à l’occasion du 500e anniversaire de l’œuvre de Thomas More, et notamment son « Utopia », entre fictions et réflexions politiques, philosophiques et sociologiques. « Quand j’ai pensé à Utopia, je me suis souvenue de toutes les expositions de design que j’ai visitées et - ou auxquelles j’ai participé durant plusieurs années. Je me suis dit qu’il serait justement plus intéressant de tourner le dos à tout ce qui a été fait et aller vers quelque chose de plus spontané, de moins intentionnel. Cette installation s’intéresse surtout aux éléments visuels et sensoriels de l’esthétique traditionnelle de Beyrouth. Il s’agit de donner à découvrir des objets réalisés parfois à même la rue, imparfaits, ingénieux, improvisés, destinés à répondre à un besoin immédiat. Loin de les exposer à un jugement quelconque, j’invite à les regarder simplement tels qu’ils sont et les accepter tels qu’en eux-mêmes », a précisé Annabel Karim Kassar qui s’attache, à travers son cabinet d’architecte, AKK, à créer des espaces où éléments structurels modernes et objets ornementaux cohabitent de manière organique.

Photos Ed Reeve, Bradley Lloyd Barnes

Un souk libanais sur une rive de la Tamise? Se faire servir un sandwich de falafel, un jus de grenade ou s’offrir les services d’un barbier traditionnel dans le voisinage de l’ancien palais royal? Paris réussi pour Annabel Karim Kassar qui a reconstitué les odeurs et les bruits de l’ancien Beyrouth au cœur de Londres. Et quelle meilleure vision de l’Utopie que cette ville qui n’existe presque plus, réinstallée dans ce cadre comme une vision, un rêve matérialisé au moyen d’un simple échafaudage ? Dans l’installation de la Libanaise, les fenêtres sont recouvertes, comme elles le sont encore dans certains quartiers de Beyrouth, de rideaux rayés flottant au vent. Le bâtiment éphémère abrite une petite salle de cinéma et des échoppes offrant le spectacle du joyeux désordre de la ville : falafel, shawarma et jus de fruits voisinent avec un barbier et un marchand d’installations sanitaires en porcelaine. On peut s’asseoir à même le trottoir, savourer ses sandwiches, ses boissons ou un narguilé, et s’imprégner d’une atmosphère qu’on a du mal à trouver aujourd’hui dans son propre contexte. Ingénuité et optimisme C’est l’ingénuité et l’optimisme, autant que l’ingéniosité du peuple libanais que l’artiste a voulu transmettre en récoltant à Beyrouth ces objets insolites, nés de


GREAT ARTIST, GREAT OPPORTUNITY ARTWORKS BY: KRISTIN BAKER, JULES DE BALINCOURT, ROSSON CROW, SHEPARD FAIREY, SERGEJ JENSEN, JEPPE HEIN, THOMAS HOUSEAGO, GARY HUME, MATT KEEGAN, DANIEL LEFCOURT, SCOTT LYALL, CASSANDRA MACLEOD, LISA OPPENHEIM, MARC QUINN, EILEEN QUINLAN, ANSELM REYLE, AMANDA ROSS-HO

IT’S YOUR LAST CHANCE! COME GET SOME ART! STARTING NOVEMBER 1 METROPOLITAN ART SOCIETY, TRABAUD ST., ASHRAFIEH, BEIRUT, INFO@MASBEIRUT.COM, T: 70.366.969


LARMES À FEU roman Par MIRA TFAYLI

Photos DR

Les mots troublés d’un auteur, le regard fragmenté d’un réalisateur, l’ harmonie chaotique d’un Beyrouthin et l’équilibre démesuré d’un Angeleno. Sur le papier, l’écran ou la vie, Meedo Taha concilie l’irréconciliable. L’écrivain a signé en juin dernier son étonnant premier roman, A Road To Damascus, tout à la fois roman policier et quête introspective, qu’il travaille à adapter au cinéma. Portrait.

278


Un pied à Los Angeles, le cœur à Beyrouth, la tête dans les nuages et l’autre pied sur terre : Meedo Taha est un vagabond organisé. Un jour de novembre, installé au fond d’une piscine vide cachée dans la capitale libanaise, il commence à rédiger l’histoire qu’il porte en lui: A Road to Damascus, qui parait en juin 2016 aux éditions Tamyras. Le lecteur médusé y découvre une fusillade qui décime un bus beyrouthin en route pour Damas, un botaniste chargé d’élucider le drame, les relations toxiques qui sclérosent une famille, une obsession pour un plant d’acacia qui semble pouvoir conduire tout droit à l’assassin et un chapitre écrit du point de vue d’un arbre. « Je déteste écrire dans des cafés. Je pense que les meilleurs endroits pour écrire sont des endroits qui permettent à l’esprit d’errer, et je sentais mon esprit errer plus facilement dans un endroit neutre, vide, fait de céramique, de lignes droites. Peut-être que j’ai écrit dans une piscine vide parce que c’est l’exact opposé de Beyrouth », s’amuse-t-il. Il entretient avec la ville une relation d’amant aimanté et fasciné : « On peut arracher le garçon de Beyrouth, mais on ne peut pas extraire Beyrouth du garçon. Ce qui est irrésistible dans cette ville, c’est qu’elle change perpétuellement et reste toujours la même. Je l’ai toujours 279

portée en moi ». Tout comme l’acacia qui l’obsède, l’écrivain se nourrit de ses racines. Pureté de l’assassin Tantôt macabre, tantôt trompeur, toujours surprenant, plus qu’une scène de crime, son roman est une aire de jeu, « J’adore jouer avec le lecteur, mais je ne me joue jamais de lui. Je ne le manipule pas ; il est tout à la fois mon partenaire, mon ami, mon amant, et ce qui l’étonne m’étonne aussi, nous découvrons les personnages ensemble », poursuit-il. « Si le meurtrier est si inattendu, c’est parce qu’il se cache en pleine lumière. L’assassin sera toujours le plus pur de mes personnages ». Massacrer les passagers d’un bus un matin brumeux ou rêver passivement sa vie au lieu de la vivre sont autant de crimes destructeurs; « Mais je crois que le plus grand des péchés est de s’aveugler par choix. Choisir d’ignorer les conséquences de nos actes, qui l’on est, notre place dans la vie. Tout le monde devrait aspirer à vivre en épuisant son potentiel, et ignorer ce potentiel, c’est se détourner de lui et le nier entièrement. » Et évidemment, il applique à la lettre ses précieux conseils : actuellement nominé du prix Samuel Goldwyn pour le script de Gheir 3alam, il finalise le scénario de l’adaptation de son roman, et édite un film tourné à Bhamdoun cet été.


redécouvrir à tout instant. « Je ne connais d’eux que ce que j’en perçois. Comprendre quelqu’un entièrement, avec toutes ses nuances et ses paradoxes, comme si on vivait dans sa peau, ce serait un enfer ! ». De la cacophonie à la musique L’artiste ne différencie pas son œuvre écrite de son œuvre filmée : « Les images, les mots et les sons font partie de la même constellation, dont nous disposons afin de nous exprimer. C’est aussi facile de mentir avec un mot qu’avec un son, une image, un sentiment. Le cinéma et la littérature ne sont finalement que le récit de quelque chose dont on se souvient. Même si cela se passe au présent, c’est quelque chose que l’on revit en le racontant à quelque d’autre. » Pour ce conteur d’un autre temps, la cacophonie sourde de Geitawi, où se déroule une partie du roman, se fait musique quand elle est vécue au quotidien ; et la musique de Beyrouth ne s’efface jamais. Disparaître est un luxe que la ville ne se permet plus.

280

Photos DR

Abîmer la surface Esthète infatigable et insatiable, il a la particularité de préférer au charme capiteux des fleurs l’immuabilité brute des arbres ; il se détourne de la beauté facile afin de la démasquer dans le quotidien prosaïque. « Ce qui est beau est sublime, et ‘sublime’ signifie ‘sous la surface’. Le tragique est que pour découvrir complètement ce qu’il y a sous la surface, on doit forcément l’abîmer. C’est peut-être pour ça que les plus beaux endroits, objets ou personnes sont si délicats et fragiles : on a l’impression qu’en les découvrant on risque de détruire leur beauté ». Ce sont les détails qui rendent l’œuvre de Meedo Taha si unique, que ce soit une cigarette à moitié fumée qui s’éteint lentement ou une chemise étoilée de sang séché. « Les détails sont la plus belle partie de la vie. N’importe quel chose traitée généralement, sans attention, devient générique, et il n’y a rien de plus laid que le générique ». Il dépeint une farandole de personnages atypiques qu’il semble


www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it AĂŻshti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all AĂŻzone stores T. 01 99 11 11 Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


PAR-DESSUS LA TÊTE

El-Rass, le Cerveau; derrière le blaze du rappeur prodige originaire de Tripoli se cache Mazen el-Sayed, 31 ans, qui déchire les conventions armé de ses textes provocateurs, de ses mélodies entêtantes et de son sens de la formule lapidaire. Il a sorti le 5 août dernier son troisième album, Idarat alTawahoch: un flow indigné, éveillé, rebelle. A son image. 282

Photos DR

rap Par M.T


Rappeur, poète, MC, journaliste ; Mazen el-Sayed, alias El-Rass pour les initiés, ne fait rien comme tout le monde. Il grandit à Tripoli, aux côtés de son ami d’enfance et street-artist Ali Rafei, écrit son premier poème à onze ans et sa première chanson à quinze, s’égare entre temps dans le secteur bancaire en France ; et du jour au lendemain, en 2008, plaque tout et revient au Liban faire du rap. La tête brûlée a depuis taillé son chemin à coups de punchlines rappées en arabe, auquel s’entremêlent des mots du dialecte de la rue. Tantôt poétique, tantôt brutal, souvent les deux à la fois, sa subtilité et sa finesse l’ont distingué dans le monde saturé du hip-hop alternatif arabe. Mazen el-Sayed est avant tout un poète qui, dans chacun de ses titres, synthétise les influences qui l’ont façonné afin de créer un objet nouveau. En décapant au passage l’ordre établi et sclérosé de la société libanaise : il questionne la conception de l’islam, la sexualité, la politique métastasée, les révolutions ankylosées, l’autoritarisme, la place de la femme. Provocation, sarcasme, ironie; tous les moyens lui sont bons pour sortir les foules sentimentales de leur

catalepsie complaisante.

Illusions perdues El-Rass est un alchimiste de la langue. En entrecroisant l’arabe literaire et le dialecte de la rue, il façonne une poésie-dynamite, qui entretient un dialogue permanent entre passé et présent, sans jamais se transformer en mélancolie évanescente. « Ils ont accepté de l’art pissé dans des allées sombres / Tant qu’il n’y a pas de doute dans les rues / Il n’y a pas de capitale de la culture, c’est une arène de combat / Beyrouth ne peut pas parler d’elle au passé ni se conjuguer au présent » ; peut-on entendre dans son titre « Le Volcan de Beyrouth », tiré de son album Unveiling the Hidden (Kachf el-Mahjoub), paru en février 2012 et produit par le label beyrouthin indépendant Ruptured, réputé incubateur d’une niche de pépites hip-hop. Dévoiler le caché ; une référence à l’une des plus grandes œuvres soufies est la devise personnelle d’El-Rass. Il s’efforce dans chacun de ses titres de faire tomber les voiles qui obscurcissent la réalité ou l’aveuglent ; les voiles des media, des peurs, des stéréotypes qui s’accumulent et forment des barrières infranchissables. En éraflant les surfaces de 283

ses maux aiguisés, il brûle les masques et taille les costumes. Promesses retrouvées Brut, organique, rageur : son troisième album Idarat al-Tawahoch, produit en collaboration avec l’artiste palestinien al-Nather, est sorti le 5 août dernier et est disponible en ligne. Paroles choquantes, intentions pures : El-Rass, défait de ses illusions, vient en paix dénoncer l’équilibre si fragile de la région. Son processus de création est organique : il utilise ses rêves et son imagination afin de se rapprocher au plus près d’une réalité si prompte à s’échapper. Son renouvellement perpétuel semble une invitation à arrêter de penser en alternatives ; en comprenant qu’il appartient à chacun de créer ses propres choix. Tant que l’on continue à s’indigner, de nouvelles voies, de nouveaux modèles, de nouveaux futurs sont possibles. Peutêtre est-ce finalement ça, le rêve d’El-Rass : des peuples qui s’auto-déterminent et qui, à l’unisson, bouncent en rythme, tandis qu’il continue, au-dessus du vacarme, à rapper à tue-tête, avant de saluer en

tombant le micro.


SUR LE GRILL FADI EL- HOUT ET SON BEYBQ LIVE Fadi el- Hout a débuté sa carrière comme créateur de voitures personnalisées et vendeurs d’assurances dans la société de sa famille. Donc rien à voir avec la cuisine. Il a ensuite travaillé pour General Motors à Koweït. Aujourd’ hui, tant qu’à griller des feux, c’est sur un barbecue qu’il a trouvé son bonheur.

Photos DR

Par MYRIAM RAMADAN


servent à différentes techniques de grillage. Cette aventure avec Bouyouti a donné au rôtisseur le “push” pour se lancer dans le « gourmet grilling » en free lance. Pour cela, il est aidé par trois personnes qui le secondent à plein temps et dix autres à temps partiel. Fadi est un chef qui adore « s’amuser » avec le feu. Cette passion lui a été inspirée par ses nombreux voyages en Inde, au Yémen et aux Etats-Unis d’où il a rapporté ses différentes techniques de cuisson. Selon lui, il faut connaître le bois et le vent pour obtenir un rôtissage digne d’un bon BBQ. Sa passion est de bien nourrir les gens, de les rassembler autour d’un bon repas et surtout savourer la convivialité ainsi créée. Il se remémore les repas de son enfance avec ses grandsparents, où il faisait bon prendre son temps. Aujourd’hui tout se fait trop vite, même manger. A BeyBQ, les chefs utilisent des bois de différentes essences selon la qualité de la viande. Ils utilisent, entre autres, le bois de chêne, le bois de tonneau de whisky et le bois de merisier. De plus, tout est fumé sur place avec des équipements adaptés. Les différentes viandes utilisées sont pour la plupart importées tels le “grassfed beef” (bœuf nourri au fourrage) d’Australie et le veau de Hollande. Pour le porc et le poulet, BeyBQ est fier de s’associer avec des fermes locales qui ont des élevages bios. Le poisson, le saumon ou le poulpe sont également importés. BeyBQ peut organiser des évènements aussi bien pour quinze que pour deux cents personnes. Tout est préparé sur place : Fadi et son groupe fournissent toute la panoplie, de la sauces et des marinades jusqu’au matériel nécessaire pour offrir le meilleur et le plus délicieux de ce qu’ils ont à donner.

Quand Fadi el Hout rentre à Beyrouth au bout de son expérience au Koweït, il ne sait pas encore quoi faire de sa vie. Il prend donc des vacances à Bahreïn où il organise une exposition de voitures pour une princesse locale. Parfaitement intégré, il prépare pour ses voisins de différentes nationalités des barbecues si savoureux que ses invités le poussent à passer professionnel. De retour à Beyrouth, une fois de plus, il se résout à intégrer la société d’assurances familiale tout en continuant à cuisiner pour ses amis. L’un d’entre eux, Nemer Saliba, d’Uberhaus, lui offre, en 2013, son premier événement public en l’invitant à « griller » tous les samedis durant les parties en plein air d’Uberhaus, sur le front de mer de Beyrouth. C’est ainsi que commence sa nouvelle vie d’animateur de BBQs en live. Il participe ensuite au Beirut Street Food Festival de la rue Monot et fait un tabac en vendant 45kgs de « pulled pork », (porc effiloché) et 1000 saucisses en moins de deux heures. Durant cet événement, il fait la connaissance de celui qui va devenir son partenaire dans BeyBQ, Richard Rustom, diplômé en génie mécanique. En 2015 les deux amis organisent un événement mémorable au Junkyard (Mar Mikhaël). En 2016, l’initative prend de l’ampleur et les deux copains officialisent leur partenariat. Ils décident alors de se lancer dans l’évènementiel privé. Cette nouvelle aventure commence une fois de plus avec Nemer Saliba. Le complexe de maisons d’hôte Bouyouti, à Beiteddine leur offre leur première et fructueuse expérience en mettant à leur disposition un espace où Fadi, derrière son grill, est une véritable vedette... Ses éléments de rôtisserie sont conçus et fabriqués à la main: il en a plusieurs qui 285


LE « NON-MÉTIER » D’ELIAS GEMAYEL

A 32 ans, il fait partie des étoiles montantes de la gastronomie mondiale. Formé par les plus grands, dont le Français Paul Bocuse, le Libanais est désormais aux manettes des deux tables Gordon Ramsay à Doha. Rencontre. 286

Photos DR

Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE


En six ans, vous êtes passé de sous-chef à directeur des cuisines Gordon Ramsay au Qatar. Vous avez rapidement gravi les échelons. La pression n’est pas trop importante ? A ce niveau, les standards sont difficiles à maintenir, surtout quand on travaille dans un restaurant réputé et sous le nom d’un chef Michelin trois fois étoilé comme Gordon Ramsay. Il faut aussi pouvoir jongler, quand vous avez deux restaurants, (Opal By Gordon Ramsay et Gordon Ramsay Mediterranean), avec deux concepts différents. Et j’en ouvre un troisième bientôt… J’ai toujours l’impression d’avoir une grande et lourde responsabilité sur les épaules. Mais finalement, le secret c’est d’avoir la bonne équipe et les bons ingrédients. Evidemment, faire fonctionner une cuisine est difficile. Il y a plusieurs défis

et facteurs qui vont avec le job. La pression est une chose et les longues heures passées en cuisine en sont une autre ! C’est aussi cette endurance qui permet de tester la détermination d’un chef. Ce n’est pas un métier, c’est un sacerdoce. Seuls les chefs qui sont passionnés par le job et la carrière qu’ils ont choisie vont jusqu’au bout. Comme je le répète souvent : si tout le monde peut cuisiner, tout le monde ne peut pas être chef. A quand remonte votre passion pour la cuisine ? Pour être honnête, quand j’étais jeune, je n’imaginais pas que la cuisine deviendrait une partie intéressante de ma vie. J’avais l’habitude d’aider ma mère et ma grand-mère, et parfois j’allais leur acheter quelque-chose à l’épicerie. Ce qui est drôle, c’est qu’à 287

chaque fois qu’elles m’envoyaient faire une course, je passais au moins trente minutes à écouter ce que les autres mamans cuisinaient ou échangeaient comme conseils. Mon père faisait des barbecues le week-end, il préparait les mezzés libanais traditionnels et je participais à ces préparatifs. En plus de cette culture culinaire acquise avec ma mère, et surtout ma grand-mère, j’ai été inspiré par plusieurs chefs. Mon parcours culinaire et mon style ont pris forme avec Pierre Orsi et Paul Bocuse. Et bien sûr, la liste ne serait pas complète sans Gordon Ramsay, avec qui j’ai eu l’immense plaisir de travailler. Faire partie de son équipe a vraiment été une expérience extraordinaire. Quel souvenir gardez-vous de vos années de formation ?


“Comme je le répète souvent : si tout le monde peut cuisiner, tout le monde ne peut pas être chef. ”

J’ai eu la chance de voyager dans des pays qui ont une grande histoire culinaire, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et Londres. Mais je dois dire que mes préférés sont ceux où l’on respecte la qualité, les produits, la fraîcheur et la simplicité. Comme l’Italie, par exemple, où chaque village et chaque ville a sa propre culture, sa spécialité et des ingrédients propres à sa région. Mais aussi la France, parce que j’y ai passé un an et que c’est le pays de beaucoup de grands chefs. Je pense que chaque chef devrait passer une partie de sa carrière dans cette bible culinaire. J’ai eu notamment une expérience inoubliable à Lyon, quand je travaillais à l’Auberge du Pont de Collonges, le restaurant fondé par Paul Bocuse. C’était durant ma formation. Un jour, il m’a proposé de dîner. Tous les plats étaient délicieux. Paul Bocuse, ou plutôt le “Parrain” (Rires), a une créativité et une technique incroyables. Ce diner était vraiment une expérience inoubliable, j’ai eu la chance de discuter avec lui et de recevoir quelques conseils et astuces qui jusqu’à aujourd’hui me servent beaucoup. Qu’est-ce qui vous caractérise en cuisine? La curiosité. J’aime la créativité et suis toujours en quête de nouvelles idées et inspirations. Je suis de nature passionnée, quand je cuisine j’y mets tout mon cœur. Certes, trouver un concept “exceptionnel” est difficile. Cependant, il est gratifiant de voir vos confrères cuisiner vos recettes. J’aime utiliser de nouvelles méthodes. Je suis discipliné et dédié à mon métier. Je travaille dur et j’aime voir mon travail 288

récompensé, lorsque les clients sont contents de leurs plats. Où aimez-vous casser la croute quand vous êtes de passage au Liban? J’essaie de participer au festival de cuisine de Souk el Akel et j’ai beaucoup d’admiration pour la personne qui organise cet événement. Pour être honnête, je suis quelqu’un d’assez pointilleux quand il s’agit de cuisine ! Cuisiner à la maison pour la famille et les amis est un plaisir. Songez-vous à entreprendre quelquechose dans votre pays, un jour? Revenir dans mon pays est un rêve. Il est assez triste d’être loin de chez soi et de réussir ailleurs. Nous sommes de nombreux Libanais dans le même cas. Bien sûr, j’aimerais revenir un jour. Je ferai en sorte que cela arrive. J’ai beaucoup d’espoir dans mon pays. Quels conseils donneriez-vous à un futur chef ? Votre question me rappelle le conseil que m’a donné Pierre Orsi lors de mon dernier jour de travail : “Ne cuisine pas avec de l’eau et fais attention au gaspillage “. Sinon je dirais qu’il faut autant de temps pour devenir chef que médecin. Entraîne et développe ton palais, vois ce que les autres cuisinent. Tu vas travailler de longues heures, tu vas manquer tous les anniversaires, les tiens et ceux des autres. Tu vas perdre des amis parce qu’ils ne comprendront pas pourquoi tu travailles autant. Si tu es capable de sacrifier tout cela alors tu peux être chef... Et enfin, tu dois savoir comment laver la vaisselle avant d’utiliser un couteau.


présente au théâtre du palais de l’UNESCO

Abeer Nehme dans

“Afaq”

Accompagnée par l’Orchestre Symphonique de Beyrouth dirigé par le Maestro

Lubnan Baalbaki

Mercredi 16 Novembre 2016 à 20:00

Billets en vente dans toutes les branches de


GINTONICOLOGY bar Par MYRIAM RAMADAN

Elie Hannouche a construit sa vie professionnelle autour du gin. Ce passionné traite la boisson préférée des héros de romans noirs avec l’érudition et le raffinement d’un œnologue.

Une bouteille de Hendricks Rien ne prédispose vraiment le futur « ginologue » à une carrière dans l’alcool de genièvre. Le déclic se fait en 2013, quand il découvre une bouteille de gin Hendricks. « Avez-vous

déjà vu une bouteille de Hendricks 70cl ? Elle ressemble à un vieux flacon d’apothicaire,» raconte-t-il, comme on évoque un coup de foudre. En la dégustant il flashe. Et adieu les vodkasapple. Le Gin devient sa vraie folie en 2014, quand il réussit à Dubaï les deux niveaux du WSET (Wine & Spirit Education Trust), une formation spécialisée dans les vins et spiritueux. Il se demande alors, puisque si les vins sont si fascinants, pourquoi le Gin ne le serait pas aussi? Alcool, genièvre et aromates Qu’est que le gin? Une boisson faite essentiellement de « juniper berries (baies de genièvre). Certains croient que le mot Gin vient du mot français genièvre, ou Jenever en germanique car ce sont les Allemands qui ont créé ce spiritueux au XVIIe siècle. Mais les Belges clament qu’ils sont les premiers à l’avoir exploité. « Bien que de nos jours, explique Elie Hannouche , on trouve une grandes variété de Gins (London Dry Gin, Genèvre, Plymouth Gin, Old Tom Gin, Navy Strength Gin), 268

Photos DR

Il y a plus d’une vie dans la vie d’Elie Hannouche. D’origine syrienne, ce grand enfant de 33 ans a grandi à Paris. A 13 ans, il suit ses parents qui se réinstallent à Alep. A 18 ans, il s’envole pour Montréal où il décroche un BA en commerce, marketing et management. De là, direction Dubaï où sa famille réside désormais. Il travaille dans le bureau d’ingénierie aéroportuaire de son père. Jusque là, il mène la vie classique d’un col blanc bien amidonné, et quand il sort, savoure une vodka-pomme dont il aime le parfum. Pourtant, dans son enfance parisienne, son père, amateur de bon vin, lui apprenait déjà à goûter ses crus et lui donnait des notions d’œnologie. L’esprit des spiritueux l’habite et devient son véritable violon d’Ingres.


ils ont tous en commun d’avoir une base d’alcool et surtout de genièvre. En revanche, ce qui permet de distinguer un gin d’un autre, c’est le mélange d’aromates qu’on y ajoute. Cela va de l’orange au romarin, en passant par la cardamome, la vanille, la noix de coco ou même la fleur de lys. Chaque plante/fruit/herbe est utilisé de manière particulière, ce qui fait que rarement l’on trouve deux Gins qui se ressemblent, que ce soit visuellement, olfactivement ou à la dégustation ». C’est bien pour cette raison qu’Elie Hannouche apprécie cette boisson et les maisons de distillation qui la produisent. Citron, chocolat, tonic et autres histoires Elie a découvert que beaucoup de gins, tout comme les vins, ont une histoire, une raison d’être. « Tenez, par exemple, raconte-t-il, Elephant Gin (d’origine Allemande) contribue au financement d’une association qui s’occupe de la préservation des éléphants en Afrique. Broken Heart Gin (Nouvelle-Zélande) a été créé par un « masters distiller » à la mémoire de son ami et partenaire, mort très jeune. Et bien sur Gordon’s, rendu iconique par le fameux film de James Bond, Casino Royale (1953). Certains font découvrir aux connaisseurs des goûts uniques comme le Malfy, un Gin italien d’Amalfi au goût du « limone », (citron) d’Amalfi, ou le X-Gin, Belge, à base du chocolat (xocolati), considéré par les Incas/Mayas comme un aphrodisiaque… ». Allons maintenant au Tonic. Celui-ci est fait a base de quinine. Et Elie dit aussi qu’aujourd’hui, on en trouve plus d’une dizaine de variétés, du Indian Tonic, au Burma Tonic et Mediterranen Tonic, et même des versions light. « Chacun de ces labels s’intègre merveilleusement bien aux différents gins

L’esprit de découverte Comment Elie découvre t-il tous ces Gins ? Et bien, la nature de son métier actuel (direction générale et marketing sales) l’oblige à voyager essentiellement dans les régions du Golfe, de l’Afrique du Nord (surtout le Maroc) et de l’Europe. C’est grâce à ces voyages réguliers qu’il arrive à découvrir pleinement le monde du Gin. Ce hobby crée un équilibre entre sa vie professionnelle et personnelle. Comment déguster son Gin ? On prend de grands verres « ballon » qui sont en réalité des verres de vins de Bourgogne ou de Chardonnay. On n’y ajoute jamais de petits glaçons : toujours des grands. On remue afin de faire refroidir le verre. On verse 200ml de Tonic, on ajoute la garniture et ce n’est qu’à la dernière étape qu’on fait couler 60ml de Gin. « Remuez avec ce que vous voulez mais pas de paille…Jamais de paille pour un cocktail, en mixologie, c’est une hérésie. Dégustez, savourez et bonne soirée. » Elie partage sa passion pour le Gin/Tonic à travers sa page Instagram, « Gintonicologist », créée en mars 2016 et qui jusqu’ a présent compte 4600 followers. Grace aux 138 photos qu’il a publiées à ce jour, et à ses nombreux fans, il a été contacté par de nombreuses distilleries pour rédiger des analyses critiques sur leurs produits et les présenter au marché des EAU. Collectionneur d’objets éclectiques (entre autres de bouteilles de Gins, de vins historiques et de montres) il possède par ailleurs une soixantaine de Gins provenant notamment du Canada et de la Nouvelle-Zélande qu’il découvre avec des amis, seul, ou en soirées de « Gin Tasting ».Et d’ajouter, « je vous assure que tout le monde peut aimer ce drink »… Au Gin, tout le monde ! 269


14% alc/vol grand vin rouge Par F.A.D. Photographe RAYA FARHAT

L’année 2008 a été suffisamment riche en événements météorologiques pour créer de véritables surprises dans les vignobles de Château Musar. Neige en janvier, pluies jusqu’au 23 février, jusque là, rien d’exceptionnel. Mais tout à coup, une sécheresse totale, avec un taux d’humidité constant de 35 à 40°, s’était installée sur la vallée de la Békaa, et pour une fois, les floraisons saisonnières ont pu s’accomplir à peu d’exceptions près. Une chaleur exceptionnelle a encore frappé les vignobles à la mi-aout, accélérant la maturation simultanée du Syrah, du Carignan, du Cinsault et du Grenache, variétés de raisin rouge qui entrent toutes dans la composition du Grand vin Château Musar rouge. Tout l’art fut, à ce moment-là, de fixer le calendrier des vendanges et de lancer pour chaque jus le début de la fermentation. Après un séjour en futs de chêne, à Nevers, trois ans plus tard, les vins ont été mélangés en 2011 et enfin mis en bouteille au printemps 2015. Robe écarlate, nez de fruits rouges et noirs, de cerise, de café, de cuir et de girofle, à la fois énergique et fin, long en bouche, Château Musar Rouge promet un voyage sensoriel entre terre et temps.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

292


LA SAGA DE LA BIÈRE LIBANAISE Par MARIA LATI

Almaza Fondée en 1933, Almaza, une Pilsner, est une pionnière des bières made in Lebanon. Depuis plus de 80 ans, la brasserie continue de produire dans son pays d’origine. Riche d’un nom qui signifie « diamant » en arabe, Almaza conserve son leadership sur le marché libanais avec l’introduction de variantes: Almaza Light, Pure Malt ou Radler aux intonations de limonade fraiche. Plus récemment, en 2014, le label Al Rayess est lancé, avec pour logo une mascotte coiffée d’un tarbouche. Celui-ci bénéficie d’un prix compétitif et d’un packaging spécifique, dont une canette aux formats 33cl et 50cl. La bière Almaza est exportée dans plus de 25 pays. 961 Beer En 2006, un jeune entrepreneur, Mazen Hajjar, apporte une impulsion à la bière libanaise avec l’ouverture de la brasserie 961. Le projet se développe en 2010 et le maitre brasseur Emilio Helal, qui a fait ses armes chez les moines trappistes à

la brasserie Chimay en Belgique, rejoint l’équipe. Ce dernier révèle les nuances de la boisson; du choix d’un malt de qualité qui affectera couleur, densité et aromes, aux houblons qui apportent l’amertume, jusqu’à la température et au temps de fermentation adaptés pour chaque type de bière ; environ deux semaines pour la Lager contre seulement 3 jours pour une Red Ale, à température plus élevée. Les permanentes; la blanche belge Witbier avec coriandre et écorce d’orange, la noire Porter ou la Lebanese Pale Ale infusée de six plantes dont thym, camomille et sumac, sont fermentées dans des cuves de 14000 L. et s’accompagnent d’éditions spéciales; Indian Pale Ale ou encore Lebanese Imperial Stout aux accents de café et cardamone. Plus des 2/3 de la production est destinée à l’export et se retrouve entre les mains de passionnés aux Etats Unis, à Hong Kong en passant par Londres et Sao Paulo. Beirut Beer En 2013, la famille Kassatly, spécialisée 294

dans les boissons rafraichissantes depuis 1974, décide, sous l’impulsion d’ Akram Kassatly, de se lancer dans l’aventure de la bière. La famille se rend en Allemagne pour trouver des matériaux de pointe et le maitre brasseur Jean Tannouri, accompagné d’un soutien technique allemand, y fignole la recette de la bière selon les normes de la German Beer Purity Law rédigée en 1516 en Bavière. Les ingrédients classiques de la bière Pilsner: l’eau pure, l’orge maltée et le houblon sont subtilement dosés. La marque Beirut Beer voit le jour en 2014 et innove en introduisant le petit format de bouteilles 250ml ou encore un bouchon avec décapsuleur incorporé pour en faciliter l’ouverture. A raison d’une capacité de 200 000 hectolitres, Beirut Beer se veut la bière de l’hospitalité libanaise et si plus de la moitié de la production est consommée localement, Beirut Beer fait raisonner avec délice le nom de la vie nocturne beyrouthine de par le monde.

Photos RAYA FARHAT, DR

A l’ heure où la bière fait mousser les conversations, une tournée des brasseries libanaises s’impose. Rencontre avec des brasseurs et propriétaires passionnés pour en savoir plus sur cette boisson millénaire, originaire de Mésopotamie.


Colonel Beer Surf et barbecues entre amis, deux passions que Jamil Haddad a réussi à concilier et partager à travers sa brasserie-restaurant Colonel, ouverte en 2014 dans son Batroun natal. Le nom vient de la plage où Jamil, adolescent, se rendait pour affronter les vagues avec sa planche. Il choisit pour la conception une structure écologique : 2 millions de sacs en plastiques recyclés pour les murs, 17000 palettes en bois récupérées, et des portes rénovées. Jamil, qui a commencé à fabriquer ses premières liqueurs à 16 ans pour financer sa passion pour le surf, est parvenu à créer un engouement autour de la culture de la bière. La brasserie artisanale n’est séparée du restaurant que d’une vitre pour permettre d’observer les étapes de fabrication ; brassage, fermentation, maturation. Des visites sont organisées. Le restaurant sert des dégustations de différentes bières ; un choix de Red Lager, Black Irish, Indian Pale Ale ou fruitées au gout de litchi, passion ou citrouille. Environ 1000 L de bière par jour, la totalité de la production, est destinée au marché local; restaurants, bars et évènements. 295


DANS LE VERRE DES X Hier encore, que buvait-on ? Sans nostalgie, retour sur les incontournables d’une époque marquée par l’avènement de l’art du cocktail. Texte ADRIAN FORLAN LES COCKTAILS EXOTIQUES À trop lire Hemingway – ou fantasmer sottement la révolution castriste si ce n’est la retraite à Cancún – les Daiquiri, Tequila Sunrise, Piña Colada et ainsi de suite… ont fait sauter les pudeurs caloriques avec une insolence désarmante. Fruits d’une fraîcheur relative, dosage en sucre excessif, alcools douteux noyés par les ingrédients précédents : une horreur d’adolescent en goguette pour la première fois, se terminant souvent en éparpillement sur le parking. Datés, ils se font désormais discrets.

OLD FASHIONED Merci qui ? Merci Mad Men. Grâce à la série dépressive de Matthew Weiner, le cocktail préféré de son héros a connu une soudaine popularité auprès des mâles s’identifiant aux tourments du publicitaire alcoolisé. LE

MOJITO Il mérite une place à part. Pour sa capacité d’ensorcellement : celle d’avoir fait croire à plusieurs générations qu’il n’y avait rien de plus désaltérant qu’un bon vieux Mojito...

LES VINS D’AILLEURS Californie, Argentine, Chili, Afrique du Sud… En une dizaine d’années, les Français ont découvert qu’il existait une culture du vin ailleurs que dans l’Hexagone.

LE RED BULL Lancée certes dès 1987 en Autriche, cette boisson à base de caféine, de taurine, d’eau minérale, de vitamine B, saccharose et glucose, a régné sur le monde occidental de 1997 (année de son arrivée sur le continent américain) jusqu’en 2011, période où des concurrents lui ont disputé sa suprématie. Prisée par les amateurs de mélanges coriaces – avec de la vodka – qui n’ont pas compris qu’elle accélérait la déshydratation.

BONUS ! LE COSMOPOLITAN Ce cocktail rose pâle atteste, s’il en était encore besoin, de l’impact de la pop culture sur nos habitudes de consommation. Sex and The City a fait croire à une génération de femmes qu’il était de bon ton de les enchaîner gracieusement. 296


DANS LE VERRE DES Y Finir les verres qui traînent n’est pas notre genre. Mais étudier les notes de bar calées sous le cendrier peut apprendre beaucoup sur une génération. Texte ADRIAN FORLAN LE VIN NATUREL Arrivés sur le dos des restaurateurs post-bistronomie – soit la galaxie Pierre Jancou, Bertrand Grébaut, Inaki Aizpitarte –, les vins naturels ont poussé loin le bouchon de la morale. Si la définition fait débat, leur conception s’appuie sur trois points cardinaux : les raisins sont issus de l’agricultue biologique, les vendanges sont manuelles… et aucune intervention technique n’est autorisée pour altérer la vie bactérienne du vin. Il va sans dire qu’aucun ajout chimique n’est permis et les dosages en sulfites sont faits à des mesures infinitésimales. Si les premières revendications de vin naturel remontent à 1903, il a fallu que les cuisines soient reprises en main par des chefs aspirant à faire du repas un moment éthique. Pourquoi pas.

L’APEROL SPRITZ Un beau jour, ils ont éclos sur toutes les tables des cafés et des restaurants. Du moindre rade jusqu’au plus étoilé. Probablement, les historiens de la boisson se pencheront avec perplexité sur ce succès inopiné. Bravo à Campari pour la stratégie la plus efficace du monde alcoolier de récente mémoire. Pas moins de 1,56 milliard d’euros (au niveau mondial) proviennent annuellement de la réalisation du cocktail favori des Vénitiens – dont la conquête du monde s’est prolongée par d’autres moyens.

LE JUS VERT Il en fallait bien un. Pressés à froid, une poignée de légumes verts divers et au choix – kale, fenouil, concombre, épinards – censés nettoyer le foie, ou le pancréas, ou les intestins, ou tout ça à la fois. Pour le plus grand bonheur des comptables, ravis des culbutes réalisées par la vente de microbouteilles au prix fort.

LE CAFÉ Bonne conscience globalisée oblige, le petit jus matinal a fait son mea culpa. Il faut désormais que les graines de café, après avoir été équitablement récoltées, passent entre les mains expertes d’un barista sinon rien. Si possible sur une machine antique, comme celle du Caffè Stern*, qui fêtera ses 55 ans cet automne. 298


Aïshti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272, Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram @NEWBALANCELEBANON and on facebook New Balance Lebanon


COUP DE FEU AU 15, PLACE VENDÔME GASTRONOMIE AUTEUR BAPTISTE PIÉGAY

Ce que nous devons à Auguste Escoffier ? D’avoir composé le dictionnaire de la cuisine moderne, rien de moins. De l’organisation en brigade rationalisée à l’invention de plats devenus patrimoniaux, il a repensé ou imaginé ce qui fait notre quotidien de dîneur en ville. Ainsi : le saucier, bien à son poste à travailler le jus brun, c’est lui ; la pêche Melba, aussi, et la transition du service à la française (présentation simultanée des plats) au service à la russe (succession des plats), encore lui. Ambassadeur de son art, il préfigura l’ère des Ducasse et Robuchon – et l’importance stratégique pour un hôtel de luxe de se flatter d’avoir un chef célèbre au piano. Avec ou sans César Ritz, il courait de Monaco à Londres, de Rome à New York… Et, bien sûr, il fut le premier chef du Ritz, plaçant le palace parisien tôt sur l’échiquier de la haute gastronomie française (comme l’on dirait d’un créateur imposant une maison de mode). L’art culinaire a toujours reposé sur la culture de la transmission – par des ouvrages de référence (Le Guide culinaire d’Escoffier, en 1902, fait figure de bible, ou bien Gastronomie pratique, le génial recueil composé par Ali-Bab

en 1907), il était naturel que l’école RitzEscoffier ouvrit dans les sous-sols du palace en 1988 – et ressorte flambant neuve des travaux. Que l’on s’y épanouisse en plaisirs d’amateurs éclairés ou que l’on y sue dans une formation à une nouvelle vie professionnelle (oui oui, allez donc vider un poulet à l’heure où blanchit la campagne…), les deux laboratoires de cuisine accueillent de nouveaux cours, revisitant précisément des recettes issues de manuels centenaires : Huître “favorite”, Rissoles Victoria, Consommé Montmorency ou Suprême de volaille à l’Élysée. Intitulés ésotériques, évoquant autant Merlin qu’Auguste, ramenés à la vie une fois revêtu le tablier d’alchimiste-apprenti cuisinier, sous la bienveillante férule de pédagogues patients. Les plus paresseux pourront toujours réserver à L’Espadon, la table du Ritz, repris par le jeune Nicolas Sale, dont la cuisine fait mieux que réveiller le fantôme d’Escoffier : on jurerait qu’elle le fait danser de joie. Il va sans dire que l’un (s’instruire) n’exclut pas l’autre (retrouver le frétillant Espadon). www.ritzescoffier.com

Photo Vincent Leroux

Après quatre ans de travaux, le Ritz a rouvert en juin. Moins connue que le prestigieux palace mais tout autant respectée, l’école Ritz-Escoffier y est installée depuis 1988 et a fait, elle aussi, peau neuve. Mais qui était Auguste Escoffier ? Séance de rattrapage.


DRIVE AN ICON. WEAR AN ICON. Turn your body into an icon of winning. X-BIONIC® for Automobili Lamborghini brings the aura of the automobile brand onto the human body and provides it with the physical superiority that makes it an icon. EXPANSION FLEX ZONES AT THE SHOULDER JOINT Maximize your freedom of movement.

UNIQUE 3D BIONIC SPHERE® SYSTEM FOR ULTIMATE ENDURANCE Cools when you sweat. Warms when you are cold. Protected by Patent EP1476033, DK1476033T, SI1476033T, CN3807886, JP 4 546 734, CA 2475537

X-BIONIC® PARTIALKOMPRESSION Boost your performance. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

UNIQUE TWO-STEP FRONT 3D BIONIC SPHERE® SYSTEM Improves performance and endurance. Protected by Patent EP1476033, DK1476033T, SI1476033T, CN3807886, JP 4 546 734, CA 2475537

THORNY DEVIL TECHNOLOGY AND SWEAT DISTRIBUTORS WITH PARTIALKOMPRESSION®

X-Technology Swiss R&D AG, © 2016

Trigger your best leg power. Protected by Patent ZA 2011/01805, AU 200930661

X-BIONIC® is winner of the “MOST INNOVATIVE BRAND AWARD” 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 and 2016.

X-BIONIC® FOR AUTOMOBILI LAMBORGHINI RUNNING SHIRT

Made in Italy Research, Development and Design Made in Switzerland

Available in all Aïzone Stores | T. +961 1 99 11 11


UN BISTROT DE CAMPAGNE Par PHILIPPINE DE CLERMONT-TONNERRE

Des millésimes du Château Belle-Vue et une cuisine française comme on les aime, le tout dans un cadre aussi champêtre que vivifiant. A Bhamdoun, Le Télégraphe ne désemplit jamais. Créé à l’origine pour offrir un lieu de dégustation aux visiteurs de l’exploitation viticole de Naji Boutros, l’intérêt de l’endroit ne se limite pas, loin de là, à ses bonnes bouteilles . Magret de canard, souris d’agneau, cassoulet, rôti de porc ou gibier, sont ici incontournables. Dès les premiers signes de froid, la cuisine se délocalise dans la cheminée centrale et tout se fait sous les yeux des clients. L’odeur qui se dégage des imposantes marmites en fonte se mêle alors aux effluves des cépages. On y est comme à la maison. La bâtisse, cachée entre les arbres, les rosiers et les rangées de lavande, est à peine visible depuis la route. Le Télégraphe a son potager et son verger d’arbres fruitiers. Les dattes du jardin sont d’ailleurs le secret du sticky toffee pudding, sorte d’ovni culinaire importé d’Angleterre par Jill Boutros. Ce dessert, dont les clients raffolent, est devenu une véritable institution. Ancienne base de renseignement L’autre atout charme du Télégraphe réside dans son histoire. 302

Avant le Mandat français, la propriété était la demeure des ambassadeurs de France. Elle serait par la suite devenue une base de renseignement et d’emission. Encore aujourd’hui, le Télégraphe est d’ailleurs surnommé “la station” par les anciens du village. A leur arrivée, les propriétaires racontent avoir trouvé un important attirail d’émetteurs et de récepteurs. D’où le nom de “ Télégraphe “. Plus loin s’étendent les 24 hectares de vignobles sur des terrasses qui s’étalent de 950 à 1200 mètres d’altitude. Le climat - froid l’hiver, chaud et sec l’été - et le sol d’argile et de calcaire donnent à ce vin de garde sa consistance tannique. La production se décline en deux millésimes : la collection Les Châteaux , un alliage de cabernet franc et de syrah, et le Renaissance, qui mêle merlot, cabernet et sauvignon. Le jeudi et le vendredi, place au jazz. Une fois par mois des artistes comme Arthur Satyan, Marc Barakat ou encore Nadine Chehadé animent les soirées du restaurant. Il y est même possible de dormir sur place. Détail non négligeable : chacune des sept chambres d’hôte comporte sa propre cheminée. Expérience douillette garantie.

Photos DR

Ouvert par Naji et Jill Boutros, Le Télégraphe propose depuis 2013 une table rustique pour fins gourmets.


303


Relaxation by the sea


The ultimate beauty and wellness destination T. 04 711 940 Level 4 Seaside Road aishtiblog.com


ÉMOTIONS INTÉRIEURES ailleurs Texte et photos NICOLAS JARDRY

La forêt primaire de l’île de Yakushima avec ses cèdres millénaires nous plonge dans une fantasmagorie végétale. Le réalisateur Miyazaki s’en est fait le meilleur conteur. Voyage au cœur d’un océan vert, à l’ombre du temps.

306


Forêt de rhododendrons en fleurs au sommet du mont Miyanoura (1 936 m), deuxième jour de marche du Shiratani Unsuikyo trail.


Pas le droit de se tordre la cheville en route, il n’y a plus de réseau, plus de repères, de lointains secours. Il faut donc faire sa trace en fonction des points cardinaux, de l’altitude et du relief. Marcher d’un pas sûr. Concentration. Respect. Silence.

Wilson Stump, en hommage au botaniste explorateur Ernest Henry Wilson qui découvrit, en 1914, ce tronc de cèdre recouvert de mousse en forme de cœur.


Sur les traces de Princesse MononokĂŠ, Bugyosugi Course.


Y

akushimagique ! Il faudrait inventer un adjectif pour décrire les sensations éprouvées sur cette île enchanteresse, fruit d’un long périple entre avions, trains, bus et hydroptère. Nous sommes mille fois récompensés une fois arrivés au petit port de pêche de Miyanoura. L’île ne se visite pas, elle se vit. L’odeur des cèdres japonais, le dégradé verdoyant des montagnes denses et abruptes, la brume percée par le soleil brûlant nous font vite comprendre que nous sommes arrivés dans un endroit exceptionnel où la nature se sublime. Les quelques touristes heureux d’être débarqués ont du mal à remplir les ruelles du village qui semble désert à première vue. Comme un temple surmonté d’un phare, on est vite attiré par le bâtiment de béton et de verre du Yakushima Island Environmental and Cultural Village Center. Une introduction aux essences de bois rares permet de faire connaissance avec cette terre au biotope singulier. L’exposition d’artisanat local de grande qualité est le lieu idéal pour siroter un thé parmi le mobilier en cèdre patiné par le temps.Accueil en douceur donc, avant de découvrir la forêt primaire qui meurt et renaît depuis des siècles. Cette île un peu secrète, trésor immaculé de la nature, nous la connaissons tous, elle fait partie de notre inconscient collectif. Les films d’animation du génial Miyazaki, devenus contes planétaires, sont fortement inspirés des paysages de l’île volcanique. L’enchantement ressenti par la poésie des images est palpable au bout de ses semelles. On retrouve facilement les paysages des films, alors qu’on les croyait sortis d’une imagination débordante. Il suffisait à l’artiste de savoir recevoir ce joyau avant de l’intégrer à son imaginaire… Mais rassurezvous, pas d’esprits vengeurs à première vue, juste une faune amicale et une flore endémique abondante : ici l’homme vit en paix avec la nature. Les esprits de la forêt ne sont pas loin pour qui sait être attentif à leurs signes. L’île est surnommée Sekai Isan, “patrimoine mondial”, car elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Yakushima,“île Yaku”, est une île de l’archipel Osumi, située à 60 km au sud de Kyushu. On en fait le tour en moins de trois heures de voiture.Yakushima est parcourue

d’impressionnantes montagnes qui culminent à près de 2 000 mètres, avec un saillant exceptionnel depuis les hauts sommets de l’aire centrale jusqu’au littoral, un site rare pour une région à 30 degrés de latitude nord. L’île, presque circulaire, contient un vestige unique des forêts sempervirentes (toujours feuillues et vertes) tempérées chaudes. La végétation est luxuriante car il y pleut plus de huit mètres par an ! Il existe un proverbe local qui dit :“Il pleut 35 jours par mois à Yakushima.” Yakushima englobe la majorité des forêts vierges de cèdres du Japon. Des plantes aquatiques et des épiphytes (plantes se servant des autres plantes comme support, comme les orchidées…) se sont adaptés aux fortes précipitations. L’atmosphère humide qui en résulte accueille une biodiversité extrêmement riche. Une cinquantaine de sortes de fleurs ainsi que plusieurs centaines de mousses rares recouvrent certaines parties de la forêt. Yakushima présente une grande importance pour les études scientifiques sur la biologie évolutive, la biogéographie, la succession végétale, l’interaction entre les systèmes de plaine et d’altitude, l’hydrologie et les processus des écosystèmes tempérés chauds. On y trouve le dernier exemple de forêt dominée par le cèdre du Japon Cryptomeria Japonica.Vieux de milliers d’années, les cèdres au très grand diamètre sont les monuments de l’île.Au-delà de mille ans d’âge, ils passent de l’état de sugi à celui de yakusugi et on leur donne un petit nom : Nanahon sugi,Yayoi sugi, Meoto sugi. Le plus ancien, Jomon sugi, a un tronc de seize mètres de circonférence. Selon la légende, la beauté de cette forêt y est telle qu’un guide local y serait mort d’euphorie. Nous avons entrepris le trail qui mène à ce Jomon sugi, âgé de 7 000 ans selon la légende et de 2 300 ans selon l’estimation scientifique. Une balade d’environ dix heures que nous avons

entreprise en deux jours au départ de la vallée de Shiratani Unsuikyo avant de poursuivre vers l’est afin de traverser entièrement la forêt vierge. La vallée Shiratani Unsuikyo est une destination touristique très prisée des Japonais. Shiratani Unsuikyo signifie “gorge d’eau et de nuages de Shiratani”. Elle inspira Miyazaki pour les films Nausicaä de la vallée du Vent et Princesse Mononoké, elle est désormais surnommée Mononoke hime no mori,“la forêt de Princesse Mononoké”. Shiratani Unsuikyo est facilement accessible en bus depuis Miyanoura, 30 minutes de montée sinueuse à travers la canopée. On arrive à l’entrée du parc national, point de départ des marcheurs tranquilles ou des trekkeurs avertis que l’on voit partir avec un sac à dos d’expédition. Que l’on s’y promène à la journée ou qu’on la traverse sur plusieurs jours, la forêt ne se livre pas facilement : pentes raides et glissantes, ravins, racines, ponts branlants, pénombre, rayons éblouissants, climat subtropical chaud et humide, froidure de la nuit, neige sur les sommets. Les déluges de pluie ne sont pas rares, vents à décorner les bœufs sur les arrêtes sommitales. On peut vivre toutes les saisons en une seule journée, mais quel émerveillement ! On se sent devenir explorateur, être attentif au moindre bruissement de la nature, des rivières vibrionnantes, des serpents craintifs, des insectes inconnus, des daims nonchalants, mais aucun stress, tous semblent vivre en parfaite entente dans ce pays de cocagne. L’intrus c’est nous ou plutôt les invités, il faut donc s’adapter, regarder, écouter la bande-son. On comprend vite les trekkeurs expérimentés qui ont prévu tout l’attirail dans leur gros sac à dos. Si l’on passe la nuit en altitude, pas d’improvisation car il faudra manger chaud et dormir au sec, avec parfois des températures

L’usure du bois, le lustre de la main, la patine du temps, une étrange sensualité se dégage dans les intérieurs vides et éphémères de l’auberge Soyotei.


Une matinée à l’auberge du Soleil Couchant (Soyotei), cap Nagata.


Sur le chemin du bain, auberge Soyotei.

Onsen de l’auberge Soyotei creusÊe dans les rochers


Voie de chemin de fer de l’ancienne mine.

Plage Nagata Maehama et, en arrière-plan, salle à manger de l’auberge Soyotei.

La simplicité sophistiquée du lieu n’a d’égale que la fraîcheur de sa cuisine. Nous sommes chez les fiers pêcheurs de Yakushima, et chaque jour de nouveaux sashimis ornent la table.

Jomon Sugi, le plus vieux cèdre du Japon, dont l’âge est estimé, selon la légende, entre 2 300 et 7 000 ans.

Yukatas.

Monsieur Iwagawa (fils), patron pêcheur à l’auberge Soyotei


Entrée de l’onsen de l’auberge Soyotei, au bord du Pacifique.


proches de zéro et 100 % d’humidité. Il existe quelques cabanes simples pour se mettre à l’abri, avec aux alentours des macaques plus ou moins débonnaires. Chaque cabane a sa source d’eau potable. Partager le bivouac avec des trekkeurs japonais est une expérience rare ; comme partout, la promiscuité fait vite fondre la glace, et une fois passé l’étonnement de vous voir traverser la forêt par vos propres moyens, on vous proposera rapidement une soupe miso ou une gamelle fumante de lamen, voire des vêtements chauds si vous êtes parti(e) imprévoyant – la solidarité de la montagne est universelle. Après une journée de marche, à traverser des ponts suspendus, une ancienne voie ferrée minière, les sentiers s’effacent, nos sens se mettent aux aguets. En effet, pas le droit de se tordre la cheville en route, il n’y a plus de réseau, plus de repères, de lointains secours. Il faut donc faire sa trace en fonction des points cardinaux, de l’altitude et du relief. Marcher d’un pas sûr. Concentration. Respect. Silence. C’est l’occasion d’aller saluer l’horizon au sommet du mont Miyanoura (1 936 m). Il se trouve dans le centre de l’île, avec des ramifications sommitales vers le sud, l’est et l’ouest jusqu’à la côte. C’est ici que l’expédition commence pour certains ou se termine pour d’autres. La période la plus sèche, de mai à juin, voit l’éclosion des forêts d’altitude de rhododendrons. Pour le sakura zensen (front de floraison des cerisiers), il faut se tenir informé de sa date probable qui dure deux ou trois semaines. On croise des cerfs sika, qui sont les seuls gros animaux de l’île, pas craintifs faute de prédateurs. La curiosité reste le himeshara, un arbre de couleur orangée dont la sève est froide, on peut le serrer dans ses bras lorsqu’on a trop chaud, au risque de paraître étrange.

famille Iwagawa, pêcheurs de père en fils, et s’y ressourcer. L’auberge est une ancienne maison traditionnelle, plus que centenaire, qui a été déplacée planche par planche au bord de la plage Inakahama. Paradis des tortues marines caouanne, elles viennent pondre à l’abri des regards. Le cèdre de la construction est brûlé en surface pour que les insectes ne viennent pas s’y loger, tandis que les toitures sont lestées de pierres blanches polies par le vent marin. C’est alors que le livre de Tanizaki, Éloge de l’ombre, devient tangible : après l’ombre de la forêt et toutes sortes de créatures fantasmagoriques, nous voilà plongés dans l’essence même de l’esthétique japonaise si délicatement définie par l’auteur. L’usure du bois, le lustre de la main, la patine du temps, une étrange sensualité se dégage dans les intérieurs vides et éphémères de l’auberge. “Rien ne vaut évidemment le bois ciré, mais le bois brut lui-même, avec les années, prend une belle teinte brune, et le grain du bois dégage alors un certain charme qui calme étrangement les nerfs.” ou encore : “Contrairement aux Occidentaux qui s’efforcent d’éliminer radicalement tout ce qui ressemble à une souillure, les Extrêmes-Orientaux la conservent précieusement, et telle quelle, pour en faire un ingrédient du beau. C’est une défaite, me direz-vous, et je vous l’accorde, mais il n’en est pas moins vrai que nous aimons les couleurs et le lustre d’un objet souillé par la crasse, la suie ou les intempéries, ou qui paraît l’être, et que vivre dans un bâtiment, ou parmi des ustensiles qui possèdent cette qualité-là, curieusement nous apaise le

Sur le point de redevenir un chasseurcueilleur, après trois jours de marche…, quel délice de revoir le jour et les paysans occupés dans leurs rizières fluorescentes… Les enfants sont étonnés de vous voir sortir de ce côté-ci de la forêt, tout cela se terminant dans un joyeux éclat de rire. C’est le cap Nagata qui se dessine non loin, avec sa digue monumentale, ses quelques bateaux de pêche, puis la plage immaculée de Inakahama, sublime récompense. Il faut traverser la forêt (ou faire le tour de l’île) pour arriver enfin au ryokan Soyotei, “auberge du soleil couchant”, tenu par la

cœur et nous calme les nerfs”, explique l’auteur. Le dépouillement des pièces, l’agencement des shôgi (cloisons mobiles en lattes de bois et papier), la simplicité du confort des nattes odorantes, la salle d’eau incrustée de bois du sol au plafond, laissent la place au parfum de la mer et de la forêt, véritables habitants de l’île. La simplicité sophistiquée du lieu n’a d’égale que la fraîcheur de sa cuisine. Nous sommes chez les fiers pêcheurs de Yakushima, et chaque jour de nouveaux sashimis ornent la table. On commence, alors, à réfléchir comment prolonger le séjour de quelques nuits dans ce lieu si romantique et paisible… Épilogue : les cascades Ohko No à l’ouest, Janokuchi Taki au sud et Senpiro No Taki à l’est sont accessibles par de petites routes sinueuses, souvent à une seule voie ! On y croise rarement des véhicules (sauf aux heures des visites touristiques), raison de plus pour être attentif. Les macaques s’épouillent en bords de route, en lisière de forêt, au bord des ravins. Yakushima possède quelques remarquables onsens (sources d’eau chaude) au sud de l’île, tels Yudomari, Hirauchi, Onoaida. Très prisées des Japonais, ces sources sont construites dans des bassins en pierre au bord de la mer. Il faut attendre la marée descendante pour profiter de cette eau volcanique venue des entrailles de la terre, aux multiples bienfaits réparateurs. Les bains sont accessibles 24 h sur 24 et permettent d’assister au coucher du soleil. De certains observatoires, il est aussi possible de voir des récifs coralliens et même des dauphins.

Onsen de l’auberge Soyotei.

315


Qui n’a jamais rêvé de dormir comme un Samouraï ?


CARNET DE ROUTE

Y aller

Les deux moyens les plus rapides pour accéder à cette île sont : L’hydroptère nommé toppi (poisson volant) met environ deux heures de la ville de Kagoshima (île de Kyushu) à l’un des deux ports desservis sur l’île, Miyanoura au nord ou Anbo à l’est. Le prix d’un aller simple est de 7 000 yens (5 000 pour les étudiants). En fonction des horaires, ce bateau a des parcours différents (escales éventuelles à Ibusuki et/ou l’île de Tanegashima) et des destinations finales différentes, Miyanoura ou Anbo. L’avion par la JAC, filiale de la JAL, dessert les îles à partir de l’aéroport de Kagoshima (l’aéroport est à près d’une heure de bus de la ville de Kagoshima). Il faut compter quarante minutes d’avion pour environ 11 000 yens (aller simple).

Séjourner

Soyotei Un B&B de 10 chambres façon village. Mieux vaut les contacter directement par

un(e) Japonais(e) ! Inakahama, Nagata, Kumage-gun Yakushima-cho.Tél. +81 (0)997 45 2819. www.soyotei.com Sankara Hotel & Spa Luxueux hôtel entre mer et montagne avec deux restaurants à la cuisine francojaponaise raffinée. www.sankarahotel-spa.com

Lire et écouter

Éloge de l’ombre, de Junishiro Tanizaki, Verdier. Lost Memory Theatre - Act 1, de Jun Miyake, Master of Shakuhachi, de Tajima Tadashi, WDR World Network. Leonard Eto et ses tambours japonais.

Plus d’infos Décalage horaire : +7 h en été, +8 h en hiver. Ambassade du Japon : www.fr.emb-japan.go.jp

317


A AERONOTICA MILITARE CHEZ AÏZONE +961 1 99 11 11 EXT.140 ALBANU CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00 ALEXANDER MCQUEEN +961 1 99 11 11 EXT.120 ASICS CHEZ AÏSHTI BY THE SEA +961 4 71 77 16 EXT.262 ATIPICO, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293 B BALENCIAGA +961 1 99 11 11 EXT.120 BOKJA +961 97 55 76 BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565 BRUNELLO CUCINELLI +961 1 99 11 11 EXT.120 BURBERRY +961 1 99 11 11 EXT.455 C CADRANS +961 1 97 53 33 CANALI +961 1 99 11 11 EXT.480 CARRERA +961 1 99 11 11 EXT.104 CARTIER +961 1 97 26 00 CLARINS MEN +961 1 99 11 11 EXT.105 CORNELIANI +961 1 99 11 11 EXT.500 D DIESEL +961 1 99 11 11 EXT.450 DIOR HOMME +961 1 99 11 11 EXT.592 DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555 DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.120 E ERMENEGILDO ZEGNA

+961 1 99 11 11 EXT.222 ETR0 +961 1 99 11 11 EXT.590 F FAÇONNABLE +961 1 99 11 11 EXT.525 FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550 G GEORG JENSEN, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293 GHOUYOUM +961 1 56 62 41 GRAY GARDENS +961 78 85 60 36 GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200 H HERMÈS +961 99 97 10 HUGO BOSS +961 1 98 51 31 J JAEGER-LECOULTRE CHEZ CADRANS +961 1 97 53 33 K KAREN CHEKERDJIAN +961 1 57 05 72 KENZO + 961 4 71 77 16 EXT.295 L LANVIN +961 1 98 65 01 LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10 M MARNI +961 1 99 11 11 EXT.120 MONCLER +961 1 99 11 11 EXT.120 MUSTAPHA KHALIDI, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293 N NAPAPIJRI CHEZ AÏZONE +961 1 99 11 11 EXT.140 NEW BALANCE CHEZ AÏSHTI BY THE SEA +961 4 71 77 16 EXT.272

318

P PAL ZILERI CHEZ AÏSHTI BY THE SEA +961 4 71 77 16 EXT.235 POLS POTTEN, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293 PRADA +961 1 99 11 11 EXT.120 R RICHARD YASMINE +961 3 18 43 25 S SACOOR BROTHERS ABC DBAYE +961 4 41 60 00 SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.120 SANTONI +961 1 99 11 11 EXT.120 STARCH +961 1 56 60 79 STRELLSON ABC ACHRAFIEH L1 ET ABC DBAYE +961 4 41 60 00 SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00 T TAKAYAKA, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293 TAMARA BARRAGE, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293 THE KOOPLES CHEZ AÏSHTI BY THE SEA +961 4 71 77 16 EXT.287 TOD’S +961 1 97 03 13 TRUE RELIGION +961 1 99 11 11 EXT.585 TUMI +961 1 99 11 11 EXT.102 V VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.120 VICK VANLIAN, CHEZ AÏSHTI HOME COLLECTION +961 4 71 77 16 EXT.293


Home at last.

AÏSHTI BY THE SEA Level3, Antelias LEBANON Tel. 04 71 77 16 ext. 133

LARIO SECTIONAL SOFA design by Antonio Citterio FLEXFORM www.flexform.it


LAISSEZ LES MECS TRANQUILLES

“Ah mais c’est un petit accent libanais ! Vous cuisinez bien alors?” J’ai parfois l’impression que mon accent chantant agit comme une sorte de néon rouge au dessus de ma tête, aussi efficace que les flashers d’une voiture clignotant “Liban”. J’en suis fière et le revendique la plupart du temps. Pourtant, cette question posée par un chauffeur de taxi parisien m’a agacée. Ce raccourci (femme libanaise donc sachant cuisiner) est beaucoup trop facile. Je me suis demandé si un homme libanais aurait reçu ce même type de réflexion. J’ai imaginé un gros mastodonte évoquer les petits plats qu’il savait mijoter. Mais j’ai comme l’impression que ce genre de scénario est plus rare. Et puis je m’en suis voulue d’être montée sur mes grands chevaux. Le chauffeur a enchaîné avec sa passion pour la nourriture libanaise, et j’ai découvert un fondu de houmous et de taboulé. Son entrée en matière n’était qu’une façon d’engager la conversation, ce qui peut s’avérer difficile de nos jours. C’est finalement assez compliqué d’être un mec, « un vrai ». Il faut assurer sur toute la ligne. On parle souvent des femmes qui aspirent à réussir à tous les niveaux : personnel, professionnel, familial, amoureux... et de la pression monstrueuse que cela implique. Mais qu’en est-il des hommes? Tout un tas d’exigences finalement assez similaires. Mais est-ce que la pression est gérée de la même façon? Il faut assumer sa part de féminité sans rien lâcher en terme 320

de virilité, être galant mais pas macho... un numéro d’équilibriste pas si simple. Dans une ère où les frontières du genre se brouillent, avec les concepts de “gender fluidity”, trouver sa place n’est pas chose aisée. Retour sur la banquette arrière d’un (autre) taxi, après un samedi soir de fête. Au bout de quelques minutes de silence, le chauffeur me confie que “ça fait du bien d’avoir quelqu’un de normal à bord.” Alors que je m’enquiers de sa soirée, il m’explique en termes assez dégradants et sexistes que les filles saoules sont un cauchemar alors que les hommes savent bien mieux se tenir, “eux”. J’ai réagi au quart de tour mais je vous épargne notre débat, ce n’est pas le propos. Pour une fois, j’ai envie de regarder la situation sous un autre angle, celui des hommes. C’est encore un coup de pression pour nos comparses masculins. Pourquoi est-ce qu’ils devraient mieux gérer l’alcool que les filles? Ceci est un cri du cœur pour laisser les mecs tranquilles. Se bourrer la gueule s’ils le souhaitent. Se faire accoster pour leur petit accent. Cuisiner des petits plats s’ils en ont envie. Ne pas avoir à être plus forts / plus musclés / plus performants en permanence. Et à propos, je suis incapable de cuisiner. La dernière fois que j’ai allumé le feu de la cuisinière, on était encore en 2015 et j’ai pratiquement lancé un communiqué de presse célébrant l’événement.

Collage Yasmina Skaff

Par LAURA HOMSI


DON’T RUN, FLY

DynaFlyte™ with FlyteFoam™ The most advanced cushioning system we’ve ever made. FlyteFoamTM technology is the perfect combination of lightness and protection so you can fly over any distance.

Aïshti by the sea, Antelias Tel. 04 71 77 16 Ext. 262 - Aïzone stores and retail sport shops Follow us on instagram: @asicslebanon


L'Officiel Hommes-Levant, November Issue 70  
L'Officiel Hommes-Levant, November Issue 70  
Advertisement