Issuu on Google+

DÉCEMBRE 2016 • N°46

Le magazine des

acteurs de l’orientation et de la formation en Champagne-Ardenne

JURIDIQUE Le Compte Personnel de Formation (CPF) objectifs atteints ?

CONNAÎTRE

DOSSIER Le Grand Est, région où il fait bon entreprendre !

L’agriculture recrute dans le Grand Est


Glossaire A &

2017 : Le tournant Grand Est pour ARIFOR MAG

A

près le tournant du numérique, ARIFOR MAG évoluera en 2017 pour adopter la dimension de la nouvelle Région et préparer ainsi le CARIF Grand Est qui sera issu du rapprochement de trois entités très différentes  : le GIP Arifor, Carif1 Champagne-Ardenne, LOrPM, CarifOref2 Lorrain et le CRAPT CARRLI3, Carif Alsace.

Le prochain ARIFOR MAG sera le fruit d’une collaboration étroite entre les services de rédaction de ces trois entités et permettra à ses lecteurs-trices de découvrir les priorités de la politique régionale en termes d’emploi, de formation et d’orientation, les nouveaux dispositifs ainsi que les pratiques / initiatives de formation, orientation, insertion portées sur les autres territoires composants notre grande Région. Comme prévu, suite aux attentes exprimées lors de l’enquête de satisfaction en 2015, ARIFOR MAG paraîtra en 2017 uniquement sous une forme numérique. Le comité de rédaction a fait le choix pour ce numéro d’aborder des thèmes de l’actualité régionale avec pour la majorité des sujets, des informations recueillies au niveau Grand Est : - La rubrique juridique vous propose les résultats de la mise en place du CPF à deux ans, avec des données chiffrées et des témoignages de professionnels sur son appropriation par les publics demandeurs d’emploi et salariés. - Le dossier consacré à la création d’entreprise met en avant la dynamique spécifique et bienveillante du Grand Est et notamment de Reims, pour implanter de nouvelles activités. - Enfin, découvrez le secteur agricole dans notre grand territoire avec son appareil de formation très adapté et ses perspectives de recrutement. Je vous souhaite une bonne lecture ainsi que d’excellentes fêtes de fin d’années.

SOMMAIRE Glossaire 03 En bref 03 Evènement

C 04

• Olympiades des métiers : une ambition, l'excellence

Juridique 06

• Le Compte Personnel de Formation, objectifs atteints ?

Evènement 13

• Les impacts du numérique en formation

Dossier 14

• Le Grand Est, région où il fait bon entreprendre !

Focus 21

• Tours et détours autour de l'illettrisme

Connaître

2 3

D

22

• L'agriculture recrute dans le Grand Est

E

Daniel GALLISSAIRES Responsable du Pôle 3E (entreprises, emploi, économie) Direccte Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

1

B

F

CARIF : Centre d’Animation, Ressources sur l’Information sur la Formation OREF : Observatoire Régional Emploi Formation CRAPT CARRLI : Centre Régional d’Appui Pédagogique et Technique et Centre d’Appui et de Ressources Régional de Lutte contre l’Illettrisme

L O

Ariformag - 79 avenue de Sainte-Ménehould - CS 90443 - 51037 Châlons-en-Champagne cedex z  Directeur de publication : Daniel Gallissaires (Pôle 3E Direccte) z Rédactrice en chef : Sandrine Poittevin, directrice z Rédaction : Lurdes Monteiro, chargée de communication z Avec la participation de la commission publications : Guillaume Mangeart (Medef Champagne-Ardenne), Pierre-Edouard Paoulou (DR Onisep), Frédéric Zante (ARACT), Clémence Nowak (Conseil régional) Isabelle Lovato (CRIJ), Sylvie Focachon (Direccte Champagne-Ardenne), Brigitte Papavero (Agefos Pme Champagne-

Ardenne), Elie Rosière (Pôle emploi), Maria Galland (Cressca), Marie-Françoise Bruneau (Afdet) z Conception graphique : com in creation z Photos couverture et pages intérieures : Lurdes Monteiro / Gip Arifor, ©Cheik Saidou, Min.agri.fr / Thinkstock z Impression : Alliance Partenaires graphiques. Magazine tiré à 3 500 exemplaires - Décembre 2016 - N° ISSN : 1627-9808

S T U

2

I D ÉCEM BRE 2016

GRAND EST

Union Européenne

Cette publication est cofinancée par l’Union européenne

V

ADASEA Association Départementale pour l'Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles ADIE Association pour le Droit à l'Initiative Economique AGEFIPH Association de Gestion du Fonds pour Agenda l'Insertion des Personnes Handicapées ANEFA Association Nationale pour l'Emploi et la Formation en Agriculture APEC Agence pour l’Emploi des Cadres APECITA Association Pour l'Emploi des Cadres, Ingénieurs et Techniciens de l'Agriculture BPREA Brevet Professionnel Responsable d’Exploitation Agricole BTSA ACSE Brevet de Technicien Supérieur Agricole Analyse et Conduite de Systèmes d’Exploitation BULATS Business Language Testing Service C3P Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité CARSAT Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé Au Travail CEC Compte d’Engagement Citoyen CEEI Centre Européen d'Entreprise et d'Innovation CEP Conseil en Evolution Professionnelle CESER Conseil Economique, Social et Environnemental Régional CNEFOP Conseil National de l'Emploi, de la Formation et de l'Orientation Professionnelles CREFOP Comité Régional de l'Emploi, de la Formation et de l'Orientation Professionnelles COPANEF Comité Paritaire interprofessionnel National pour l'Emploi et la Formation Professionnelle COPAREF Comité Paritaire Interprofessionnel Régional pour l'Emploi et la Formation Professionnelle CPA Compte Personnel d’Activité CPF Compte Personnel de Formation CQP Certificat de Qualifications Professionnelles DIF Droit Individuel à la Formation Direccte Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi DRAAF Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt ESS Economie Sociale et Solidaire FFP Fédération de la Formation Professionnelle FPSPP Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels FRSEA Fédération Régionale des Syndicats d'Exploitants Agricoles LNI Liste Nationale Interprofessionnelle OPACIF Organisme Paritaire Agréé au titre du Congé Individuel de Formation OPCA Organisme Paritaire Collecteur Agréé SCOP Société Coopérative de Production Test TOEIC Test Of English for International Communication TOSA Test On Software Applications

EN BREF

Lauréats

Remise officielle de Certificats CléA auprès de bénéficiaires haut-marnais Vendredi 25 novembre 2016, avait lieu la 1ère remise de certification CléA sur le territoire champardennais, organisée par le Coparef Grand Est avec l’organisme Poinfor à Langres. Cette manifestation a permis de présenter le dispositif CléA à différents acteurs locaux et de valoriser le parcours des premiers stagiaires demandeurs d’emploi et salariés du territoire.

Les nuits de l'orientation 2017 auront lieu de 16h à 21h-21h30 n En Alsace • le 14 janvier 2017 à Strasbourg • le 3 février 2017 à Mulhouse

n En Champagne-Ardenne • le 3 février 2017 à Châlons-en-Champagne • le 27 janvier 2017 à Charleville-Mézières • le 31 janvier 2017 à Troyes

n En Lorraine • le 3 février 2017 à Epinal • le 22 mars 2017 à Nancy • le 23 mars 2017 à Metz En savoir plus sur www.nuitsdelorientation.fr

UNAPL Union Nationale des Professions Libérales VAE Validation des Acquis de l’Expérience

I DÉ C E MB R E 2016

3


ÉVÉNEMENT

ÉVÉNEMENT

Olympiades des Métiers :

logo Euroskills ? Affiche ?

une ambition, l’excellence Au cours des pré-sélections, 230 candidats logoÀ PROPOS de WorldSkillS se sont qualifiés pour les finales régionales D’EUROSKILLSFrance Il s’agit d’ une compétition Grand Est, organisées d’avril à juillet 2016 codeS couleurS professionnelle européenne pour les dans toute la région. jeunes de moins de 25 ans qui promeut Une cérémonie de remise des médailles les métiers, tous les deux ans, dans l’un a été organisée le 8 juillet au Centre de des 27 pays membres de WorldSkills Congrès Prouvé, à Nancy. Les médaillés Europe. En 2016, plus de 500 jeunes ont concouru pendant 3 jours dans régionaux Grand Est de cette 44e édition 41 métiers. À travers cette compétition, des Olympiades des Métiers sont au nombre Cyan. .....................0 les États membres, les branches de 170. Chacun d’entre eux, a concouru professionnelles, les organismes Magenta. .............15 parmi les 50 métiers en compétition et a gouvernementaux et les institutions reçu comme distinction une médaille d’or, Jaune..pour .................90 éducatives se réunissent élever le niveau de ces métiers et de ces savoird’argent ou de bronze. L’équipe régionale faire en Europe.Noir.......................0 concourra aux finales nationales qui se tiendront du 9 au 11 mars 2017 à Bordeaux.

▲ Benjamin Henry et son coach Eric Demazy au CFA BTP de Reims

Rencontre avec Benjamin Henry J-30 Euroskills

LES DATES Cyan. .................100 À RETENIR

Magenta..............25 Jaune.................100 • 18 et 19 février 2017 3 stage de préparation Noir.......................0 e

physique et mentale

• 9 au 11 mars 2017 44e finales nationales à Bordeaux

Lors de la cérémonie, les candidats ont été chaleureusement félicités par Véronique Marchet, Présidente de la commission Formation Professionnelle du Conseil régional Grand Est, Atissar Hibour, Présidente de la commission Lycées et Apprentissage du Conseil régional Grand Est, ainsi que par les partenaires de la compétition (branches professionnelles, centres de formation et chambres consulaires). L’équipe composée de 57 jeunes, concourra aux finales nationales qui se tiendront du 9 au 11 mars 2017 à Bordeaux. Les finales nationales françaises ont pour but de sélectionner les équipes de France qui participeront à la « WorldSkills Competition », phase internationale du concours, en octobre 2017 à Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis), et au EuroSkills, compétition européenne, qui aura lieu en 2018 à Budapest.

4

I D ÉCEM BRE 2016

• 14 au 17 octobre 2017 finales internationales Cyan..................100 à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis

Magenta..............65 Et tout au longJaune. des mois, ....................5 un suivi individuel de chaque jeune par un référentNoir.......................0 professionnel Les référents Olympiades des métiers au sein du Conseil régional - Territoire alsacien : Sarah Guth - Territoire champardennais : Cyan......................0 Christine Chayoux - Territoire lorrain : Caroline...........100 Noiré Magenta.

Jaune.................100 Noir.......................0

Stress, passion, souci de la perfection... toutes les conditions étaient réunies lors des 2 mois de préparation avant de partir pour la Suède. Benjamin Henry, 21 ans, est salarié chez Helec (Marne) et jeune père de famille. Durant des mois, son entraînement et sa motivation ont été sans faille et sa gestion du stress au plus haut niveau. Pour lui, « on retire de cette compétition une ouverture sur le monde et sur les autres. On gagne en maturité et en assurance ». Son coach, Eric Demazy, salarié de l’entreprise Seei (Marne) et formateur au CFA BTP Marne nous explique : « L’épreuve qui attend Benjamin est particulièrement difficile, physiquement et nerveusement. Benjamin s’entraîne sans relâche. Le but : parfaire les gestes, gagner en rapidité et en efficacité pour, le jour J, être à la hauteur de l’évènement ».

Pourquoi vous êtesvous engagé dans cette compétition ?

Au départ, je me suis engagé dans les Worldskills, parce que mon prof me

l’avait proposé, et parce que mon frère les avait faits et qu’il en avait gardé un très bon souvenir. Mais aussi parce que j’ai besoin de savoir où j’en suis au niveau technique. C’est un défi de savoir ce dont je suis capable.

Quel est votre objectif aujourd’hui ?

Aujourd’hui je me prépare pour les Euroskills, championnats d’Europe qui auront lieu du 1er au 3 décembre à Göteborg en Suède. Depuis un mois et demi, je m’entraîne tous les samedis au CFA BTP de Reims. Les soirs, je travaille sur ordinateur et je suis un entraînement physique, abdos, course à pied, pompes…. Cet entraînement me permet d’acquérir une perfection au niveau des gestes professionnels comme les coupes de moulures, cablages. C’est surtout pour gagner du temps dans la technique et surtout pour que mon travail soit « beau » pour les clients, le jury et les experts.

Comment se passe le coaching ?

Mon coach est toujours là pour moi. Ensemble on cherche les techniques pour gagner du temps. Souvent, il me rappelle « si on va là-bas c’est pour la médaille d’or, c’est pas pour rien !» Le coaching est très important. A côté, il y a le CFA BTP de Reims qui m’aide beaucoup également.

Dès que j’ai besoin de matériel, il le finance. D’ailleurs je les remercie fortement. Je sais qu’ils croient en moi. Maintenant j’espère que je leur prouverai qu’ils ont raison.

Si vous gagnez cette compétition ?

Si je gagne, je me représenterai à nouveau…. Je serai très fier, très content. Après, c’est aussi pour que ma famille soit très fière également. Cette année, la compétition s’est déroulée du 1er au 3 décembre 2016 à Göteborg en Suède. Résultat des 5 candidats du Grand Est : • Plomberie et Chauffage : Laurent Terrien a obtenu la médaille d'argent • Maintenance Poids Lourds : Sébastien Thioliere a obtenu la médaille de bronze • Mécatronique : Fabien Daanen et Olivier Daanen ont obtenu la 12e place • Installations électriques : Benjamin Henry a obtenu la 14e place Retrouvez le témoignage en vidéo de Benjamin Henry sur ariformag.org

I DÉ C E MB R E 2016

5


JURIDIQUE

JURIDIQUE

73 %

38 021

Le Compte Personnel de Formation (CPF) objectifs atteints ?

Les chiffres régionaux au 29 août 2016

Rappel : L’objectif du CPF est d’inciter les salariés et demandeurs d’emploi à prendre en main leur formation et à progresser professionnellement.

LES CHIFFRES NATIONAUX AU 1ER DÉCEMBRE 2016

3 708 764 643 613 comptes ouverts

formations dont le financement est validé Pour en savoir plus : www.moncompteformation.gouv.fr

CE QU’IL FAUT RETENIR

Nouvelles actions éligibles : bilan de compétences, formation à la création et reprise d’entreprise, formations à l’étranger

66 % 60 %

DURÉE MOYENNE DES FORMATIONS SUIVIES

40 %

500 h

ont entre 26 et 49 ans

des femmes

Intégration au Compte personnel d’activité à compter du 1er janvier 2017 : le CPF est ouvert et fermé dans les mêmes conditions que le CPA (fermeture au décès du titulaire).

pour les demandeurs d’emploi

171 h

pour les salariés

PRINCIPAUX FINANCEURS Pour les demandeurs d’emploi

Pour les Salariés

96 %

50 %

4%

10 %

Pôle emploi

Opca

40 %

des heures ont été accordées aux personnes faiblement qualifiées (niv 5 et infra)

Opca

Opacif

TOP 5 DES CERTIFICATIONS Demandeurs d’emploi • CléA : 3 769 • Diplôme d’Etat d’aide-soignant : 868 • Formation obligatoire transport de marchandises : 684 • BP Bureautique : 674 • Stage de préparation à l’installation : 663

Nouveaux bénéficiaires : agents publics, travailleurs indépendants, bénévoles et volontaires Un crédit d’heures augmenté pour les salariés peu qualifiés et jeunes décrocheurs

27 % salariés

PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES

sont des hommes

Désormais composante du futur compte personnel d’activité (CPA), au même titre que le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) et le compte d’engagement citoyen (CEC), le compte personnel de formation (CPF) voit son champ d’application modifié par la loi Travail du 8 août 2016. Celle-ci prévoit son élargissement à d’autres publics mais également à d’autres certifications et prestations d’accompagnement. Détails et bilan 2 ans après sa mise en œuvre.

demandeurs d’emploi

dossiers validés

Salariés • Bulats (Business Language Testing Service) : 2 602 • Test TOEIC (Test Of English for International Communication) : 1 784 • TOSA : 446 • Accompagnement VAE : 436 • Certificat d’aptitude à la conduite R389 chariots automoteurs de manutention : 321

QUEL BILAN 2 ANS APRÈS SA MISE EN ŒUVRE ? 2015 aura été une année de transition, d’appropriation de la réforme par les acteurs. Le CPF a connu une montée en charge assez lente au 1er semestre, puis une forte accélération au second, tant du côté des demandeurs d’emploi que des salariés. La durée de formation (377h) reflète bien l’objectif de qualification qui a été assigné au CPF. En dehors de la Loi travail qui élargit le recours au CPF, un autre aspect aura forcément un impact sur son volume : c’est le conseil en évolution professionnelle. Les opérateurs nationaux (Pôle emploi, Apec, Missions locales, Cap Emploi et Opacif), se sont bien appropriés la mission. Même si il n’y a pas encore de remontées chiffrées consolidées, les premiers indicateurs sont encourageants et cette activité devrait avoir également une influence sur le recours au CPF.

Source : Coparef Grand Est

6

I D ÉCEM BRE 2016

I DÉ C E MB R E 2016

7


Le Compte Personnel de Formation (CPF) : objectifs atteints ?

JURIDIQUE

■ A SAVOIR A la fusion des régions Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, le Coparef Grand Est a d’abord décidé

Les changements

de reprendre à son compte le travail effectué par les ex-Coparef en fusionnant les trois listes. Lors de cette fusion, les doublons ont été supprimés, à la fois entre les listes des trois anciennes régions, ainsi qu’entre la liste nationale interprofessionnelle (LNI) et la nouvelle liste régionale interprofessionnelle (LRI) afin que celle-ci s’inscrive en stricte complémentarité avec la LNI.

introduits par la loi Travail Bénéficiaires

TEXTES ANI du 14/12/13, loi n°2014-288 du 5/3/14, décrets n° 2014-1119 et 1120 du 02/10/2014 et n° 2014-1156 du 9/10/2014, Loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, Décret n° 2016-1367 du 12 octobre 2016 relatif à la mise en œuvre du compte personnel d'activité

• Toute personne d’au moins 16 ans en emploi dans le secteur privé (15 ans pour les apprentis), en situation de handicap ou non, à la recherche d’un emploi ou accompagnée dans un projet professionnel. • Les agents publics : les comptes se verront en premier lieu alimentés par les droits acquis au titre du Dif (qui disparaîtra le 31 décembre 2016) et seront portables dans le privé si jamais l’agent quitte la fonction publique pour un autre employeur. L'ordonnance détermine les conditions de création d'un CPF dans le secteur public (en attente). • Les non salariés en activité : travailleurs indépendants, membres des professions libérales et professions non salariées, leurs conjoints collaborateurs et artistes auteurs bénéficieront du CPF en 2018. L’alimentation du CPF de ces nouveaux bénéficiaires est toutefois liée à l’acquittement effectif de leur contribution au financement de la formation (en attente). • Les bénévoles et volontaires : le compte d’engagement citoyen (CEC) au 1er janvier 2017, permettra d’acquérir des heures de formation au titre d’activités bénévoles ou de volontariat qui viendront alimenter le CPF.

Les heures qui alimentent le CPF

En règle générale, le compte des salariés de droit privé est alimenté de : 24h/an jusqu'à 120h, puis 12 h/an dans la limite totale de 150 h. Elles demeurent ainsi acquises en cas de changement de situation professionnelle ou de perte d'emploi. Certaines périodes d'absence sont intégralement prises en compte pour le calcul de ces heures : congé de maternité, de paternité,

8

I D ÉCEM BRE 2016

Les critères d’inscription ont été homogénéisés mais ne sont pas nouveaux car ils étaient sensiblement les mêmes dans les 3 Coparef, à savoir : • Justifier du caractère certifiant/qualifiant de la formation.

d'accueil de l'enfant, d'adoption, de présence parentale, de proche aidant, congé parental d'éducation, congé pour maladie professionnelle ou accident du travail. Particularités A compter du 1er janvier 2017, l’alimentation du compte se fait à hauteur de 48h et non 24h par an et le plafond est porté à 400h pour le salarié qui n’a pas atteint un niveau 5 de formation.

Les abondements

Lorsque le titulaire du CPF souhaite faire une formation d’une durée supérieure au nombre d'heures créditées sur son compte, il peut demander un abondement complémentaire pour financer cette formation (ou la financer lui-même). Ces heures complémentaires peuvent être financées par : - son employeur (au titre de son plan de formation ou en application d’un accord d’entreprise) - un OPCA (notamment dans le cadre d’une période de professionnalisation) ou un OPACIF (dans le cadre d’un CIF) - l’organisme gestionnaire (Carsat) de son éventuel Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (1 point = 25 h de formation) - un financeur public : Etat, Région, Pôle emploi, Agefiph.

Particularités

Les travailleurs handicapés en ESAT bénéficient d’abondements spécifiques. Un employeur qui réalise un abondement du CPF d'un salarié handicapé peut déduire celui-ci de sa contribution Agefiph.

• Justifier d’un motif principal d’inscription : 1 = Fort besoin de recrutement 2 = Métier d’avenir 3 = Reconversion pour métiers pénibles 4 = Métier stratégique 5 = Métier réglementé • Démontrer le caractère professionnalisant de la formation (association de professionnels, résultats en matière d’insertion dans l’emploi, …) • Démontrer que les modalités pédagogiques permettent un accès réel par la formation continue (modularité, raccourcissement de parcours - VAE, possibilité de cours du soir ou de formation à distance…) Pour en savoir plus : https://Coparefgrandest. wordpress.com/

Les salariés à temps partiel et travailleurs saisonniers : un accord d’entreprise ou de branche, ou l’employeur pourra porter l’alimentation du CPF de ces salariés jusqu’au niveau de celui des salariés à temps plein, ou majorer les droits des travailleurs saisonniers. Les bénévoles et volontaires : le compte d’engagement citoyen (CEC) au 1er janvier 2017, permettra d’acquérir des heures de formation au titre d’activités bénévoles ou de volontariat qui viendront alimenter le CPF des bénéficiaires. Ces heures seront acquises par tranches de 20 heures, dans la limite de 60 heures. Les activités sont : le service civique, la réserve militaire, la réserve communale de sécurité civile, la réserve sanitaire, l'activité de maître d'apprentissage, les activités de bénévolat associatif et le volontariat dans les armées Les jeunes décrocheurs : la Région abonde le CPF des jeunes décrocheurs qui retournent en formation au titre de leur droit à un 1er niveau de qualification, à hauteur du nombre d’heures nécessaires. La formation doit être dispensée sous le statut de stagiaire de la formation professionnelle. Par dérogation, les formations éligibles seront celles inscrites au Programme Régional de Formation (PRF).

plan national (branche et Copanef) ou régional (listes Coparef pour les salariés et pour les demandeurs d'emploi). Les personnes en CSP peuvent choisir une certification sur les listes pour les demandeurs d’emploi ou sur la liste de la branche de leur dernière entreprise • Bilan de compétences au 1er janvier 2017 : pour les personnes n’ayant pas droit au congé de bilan de compétences, c'est-à-dire pour celles ne justifiant pas d’une ancienneté d’au moins cinq ans en qualité de salarié • Actions de formation et d’accompagnement à la création et reprise d’entreprise au 1er janvier 2017.

Les actions éligibles

Rémunération et frais annexes

• Action d’accompagnement à la VAE • Actions d’acquisition du socle de connaissances et de compétences : communication en français, calcul et raisonnement mathématique, information et communication numérique, travail en équipe ou en autonomie, apprendre à apprendre, gestes et postures, règles d'hygiène, de sécurité et environnementales • Actions qualifiantes dont les certifications sont inscrites sur les listes paritaires établies au

Attention Sont exclues les actions d’accompagnement et de conseil entièrement réalisées ou financées par : Pôle emploi, l’Apec, les Missions locales ou les organismes de placement spécialisés dans l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

• Enfin, le CPF pourra être mobilisé pour la prise en charge d’une formation à l’étranger pilotée par un organisme de formation français, en dehors du territoire national ou réalisée par un organisme étranger disposant d’un correspondant situé sur le territoire français et disposant d’un numéro de déclaration d’activité.

Pour le salarié, l’employeur qui donne son accord pour une formation suivie pendant le temps de travail, doit maintenir la rémunération du salarié. Celle-ci peut être remboursée par son OPCA dans une certaine limite. Pour le demandeur d’emploi, les frais pédagogiques et les frais annexes correspondant aux heures CPF sont pris en charge par le financeur principal de l'action (Région, Pôle emploi ou OPACIF) qui peut se faire rembourser par le FPSPP (plafonnement possible).

I DÉ C E MB R E 2016

9


FOCUS Le Compte Personnel de Formation (CPF) : objectifs atteints ?

FOCUS JURIDIQUE

Charles Mourot

Témoignages Entreprise Lebronze Alloys à Suippes (Marne)

président du Coparef Grand Est et vice président du Fongecif Grand Est

Au 1er décembre, 643 613 dossiers ont été validés au plan national. Peut-on parler d'un déploiement difficile ? Quelles sont les difficultés identifiées ?

"Au regard des chiffres, le bilan concernant le CPF est plutôt positif"

L’année 2015 a constitué une année de mise en œuvre et de rodage du dispositif. Le démarrage a pu être perçu comme difficile car il s’agit d’un dispositif nouveau, avec des modalités de fonctionnement nouvelles, notamment l’élaboration des listes des formations éligibles. Le Coparef s’est beaucoup mobilisé pour expliquer ce qu’est le CPF, comment il fonctionne, pour que les acteurs de la formation s’adaptent et participent activement au développement de ce nouveau droit. En parallèle, les partenaires sociaux ont travaillé à l’élaboration des listes des formations éligibles, et il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un process continu, ce qui explique que les premières listes n’étaient pas « parfaites ». Les branches, les Coparef et le Copanef ont structuré leur méthodologie d’élaboration des listes pour proposer des formations certifiantes et qualifiantes reconnues par les entreprises et donc de nature à sécuriser le parcours professionnel de chaque individu.

La loi Travail va-t-elle dynamiser le recours au dispositif ?

Certaines mesures peuvent y contribuer, comme la majoration des droits pour les salariés peu qualifiés (acquisition de 48 h/an au lieu de 24h et plafond de 400h au lieu de 150h), mais le succès du CPF réside surtout dans la capacité des personnes à devenir acteurs de leur évolution professionnelle. Les partenaires sociaux se sont mobilisés pour que les employeurs et les représentants des salariés en fassent la promotion. L’autre levier réside dans la capacité des opérateurs de l’orientation et du conseil en évolution professionnelle à accompagner toutes les personnes qui ont un projet professionnel ou, tout simplement, s’interrogent sur leur

10

I D ÉCEM BRE 2016

parcours et leur évolution professionnelle. Les opérateurs CEP ont structuré leur offre de services pour répondre à cet enjeu, mais encore faut-il que ces services soient connus du grand public. C’est l’objet de la campagne nationale de communication mise en œuvre par le FPSPP en partenariat avec les Fongecif, les Opacif et l’Apec. Cette campagne a été diffusée du 21 septembre au 10 octobre 2016 sur de multiples canaux : spot cinéma, affichage bus, encarts dans la presse régionale, bandeaux sur Internet. La promotion du CEP s’appuie également sur un site d’information, www.mon-cep.org

Quel bilan fait le Coparef, 2 ans après la mise en place du CPF ?

Plutôt positif au regard des chiffres étant donné la jeunesse du dispositif : 643 613 dossiers ont été validés au 1er décembre 2016. A titre de comparaison, 385 000 DIF avaient été financés en 2013 (après 10 ans d’existence) mais pour une durée moyenne de formation de 21 heures seulement, contre 377 heures pour le CPF. Le Coparef a fait beaucoup de pédagogie sur les modalités d’élaboration des listes et répond systématiquement aux demandes de renseignement des organismes de formation qui ont désormais la possibilité de solliciter directement l’inscription de leurs formations sur les listes (cf. Note d’information disponible sur le blog du Coparef : https://Coparefgrandest.files.wordpress. com/2016/04/note-dinformation-cpf-13-juillet1. pdf) Le système est maintenant bien en place, les organismes de formation ont adapté leur offre, les OPCA ont développé des politiques d’abondement et conseillent les entreprises pour qu’elles se saisissent de ce dispositif afin d’accélérer le développement des compétences de leurs salariés et ainsi répondre aux enjeux de compétitivité et d’innovation. ■

Nathalie Carpentier, Responsable Formation et Michael Gavart, Chef d’Atelier à Lebronze Alloys

■ Nathalie Carpentier, Responsable Formation à Lebronze Alloys Comment avez-vous informé vos salariés de l’existence du CPF ? Nous avons communiqué sur le CPF dès janvier 2015 lors de la remise d’une attestation précisant le transfert des heures DIF sur le CPF. A cela, nous avons informé nos salariés sur la démarche à suivre pour ouvrir un compte en ligne. Mais ce n’est pas à ce moment que les salariés ont pris conscience de la réelle opportunité qu’offrait le CPF. Les choses ont commencé à bouger d’une part grâce à notre Opca, mais également lors d’entretiens individuels lorsque les salariés demandaient à suivre une formation. Accompagnez-vous vos salariés pour l’ouverture de leur compte ?

Oui, je reste à leur côté tout le long de cette démarche. Je leur explique que certaines formations peuvent être tout ou en partie prises en charge par leurs heures CPF, et c’est avec leur consentement que nous montons le dossier. Ils apprécient qu’on les accompagne car aujourd’hui ils ne sont pas encore à l’aise sur ce sujet. Quels types de formations ont été réalisés sur les heures CPF ? Nous avons des formations habilitations électriques, des formations de logiciels (excel, access), des formations en langues, des Caces et même un accompagnement à la Validation des Acquis de l’Expérience. En tant que responsable Formation, est-ce que cela a modifié votre fonction ? Cela n’a pas modifié mes missions, mais cela prend beaucoup plus de temps dans l’accompagnement, même si notre politique était déjà celle-ci lors du DIF.

Avec le CPF, notre communication est davantage recentrée sur l’individu lui-même. Le montage de dossier est totalement transparent pour le salarié consentent.

■ Michael Gavart, Chef d’Atelier à Lebronze Alloys Michael Gavart, 42 ans, a suivi une formation excel éligible au CPF, avec la certification TOSA. « Je n’ai pas hésité à utiliser mes heures CPF. Après tout, c’est là pour ça. Le fait que tout se fasse en ligne me paraissait un peu compliqué. Mais la responsable formation m’a accompagné et les choses se sont rapidement mises en place. D’ailleurs, j’envisage dès l’année prochaine de suivre une formation Access. »

I DÉ C E MB R E 2016

11


Le Compte Personnel de Formation (CPF) : objectifs atteints ?

ÉVÉNEMENT

Eric Cligny

Responsable Service Orientation Formation Partenariat / Direction Des Opérations à Pôle emploi Grand Est Implantation Reims

Les 2/3 de bénéficiaires du CPF sont des demandeurs d’emploi, comment l’expliquezvous ?

Courant 2015, date de mise en œuvre du CPF, 17 884 demandeurs d’emploi sont sortis de formation. Sur 17 884, 11 519 ont bénéficié d’une formation éligible au titre du CPF. Cela s’explique par la signature de la convention tripartite : Etat, Unedic, Pôle emploi 2015-2018 mais également par le projet stratégique Pôle emploi 2020. Il s’agit de mieux accompagner les transitions professionnelles. On utilise la formation comme un levier de retour à l’emploi et l’éligibilité CPF est une modalité financière complémentaire au financement qui existe déjà que ce soit ceux de Pôle emploi, des OPCA et du Conseil régional.

Comment communiquezvous sur le CPF ? Chaque fois que nous évoquons avec un demandeur d’emploi un projet de formation, nous lui parlons du CPF. Nous lui demandons d’initialiser son compte, de créditer ses heures acquises et lui demandons son consentement. L’idée dans la démarche c’est que le CPF est à la main du demandeur d’emploi. C’est lui qui décide ou pas de mobiliser ses heures CPF, pour autant ça ne remet pas en cause le financement de l’action de formation.

Le métier du conseiller a-t-il évolué avec le CPF ? Ça change un peu la donne pour les conseillers puisque le demandeur d’emploi aujourd’hui

12

I D ÉCEM BRE 2016

peut arriver avec un besoin qu’il a déjà identifié. Toutefois, derrière il y a toujours le travail de coconstruction avec le conseiller. Le demandeur d’emploi ne se substitue pas au travail de Pôle emploi mais pour autant le CPF, conformément à l’esprit de la loi 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale et du cahier des charge du CEP, permet de réaffirmer au demandeur d’emploi qu’il est acteur de sa situation et notamment dans les démarches qu’il entreprend dans son parcours de retour à l’emploi.

Que se passe-t-il si le demandeur d’emploi n’a pas assez d’heures CPF pour financer la totalité de sa formation ?

Si le demandeur d’emploi à 100 heures créditées sur son compte et que la formation fait 120 heures, à partir de la 101e heure de formation il est nécessaire de compléter par un abondement. On a soit un abondement du Conseil régional, soit un abondement de Pôle emploi voire de l’Agefiph quand la personne est bénéficiaire de l’obligation d’emploi, et/ou voire de la personne elle-même.

Peut-on établir un lien entre CPF et le Plan 500 000 formations ?

On peut établir un lien entre le Plan 500 000 et le CPF, puisque l’objectif de ce Plan est de pourvoir des offres d’emploi non pourvues, d’accompagner les transitions professionnelles, de faire monter les demandeurs d’emploi en qualifications et en compétences. Un certain nombre de ces actions de formation qui ont été mises

en place dans le cadre du Plan 500 000 sont éligibles au CPF.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de formations ? On a mis en place un certain nombre de formations dans la logistique, l’hôtellerie-restauration, le transport, l’industrie, et des actions de formation dans le cadre de CléA (Certificat socle de connaissances et compétences professionnelles).

Comment s’annonce l’année 2017 ?

Pour Pôle emploi, l’année 2017 va s’inscrire dans la continuité de 2016. On va continuer à mieux accompagner les transitions professionnelles, on va essayer de satisfaire au mieux les demandeurs d’emploi et les entreprises, on va poursuivre notre démarche dans le cadre de la convention tripartite 2015-2018 et on amorce le projet stratégique 2020. Pour les demandeurs d’emploi les plus autonomes, on va mettre en place des accompagnements de plus en plus dématérialisés. Pour ceux qui en ont le plus besoin, il y aura la mise en place de modalités de suivi et d’accompagnement. Il s’agit d’un suivi guidé et renforcé. Notre objectif est de proposer l’intégralité de l’offre de service Pôle emploi à ceux qui en ont le plus besoin. ■

Les impacts du numérique en formation le développement de formations multimodales

L’usage du numérique induit des évolutions sur les processus d’apprentissage et d’accompagnement des publics. Organisée par le GIP ARIFOR le 29 novembre dernier dans les locaux de Canopé à Reims, cette journée a permis d’identifier les enjeux et de sensibiliser les organismes de formation dans la mise en œuvre d’actions FOAD, dites multimodales, et de dispositifs intégrant l’utilisation d’outils numériques.

D

eux conférences ont porté sur l’opportunité du numérique pour la construction des parcours de formation, et sur les apports de la loi 2014 pour le développement de stratégies numériques. Des témoignages vidéos de responsables et formateurs / accompagnateurs d’organismes de formation et d’entreprises ont prouvé la plus-value de l’intégration de la multimodalité en formation. L’après-midi a été organisée autour d’ateliers d’échanges sur la mobilisation de la FOAD pour la certification CléA, les dispositifs en alternance et la qualité de la formation Une centaine de personnes ont participé en présentiel à cette journée et autant à distance via la Web TV. Un hastag #foadarifor et un mur numérique ont permis aux participants avant pendant et après de poster leurs questions ou leurs réactions. ▼ Jacques Bahry, président du FFFOD (Forum Français pour les acteurs des FOrmations Digitales) a conclu la matinée en rappelant notamment que la FOAD est enfin reconnue comme une modalité légitime de l’acte de formation dans la loi 2014 et comme une ouverture possible pour l’apprentissage dans la loi travail d’Août 2016.

Retrouvez le témoignage en vidéo d'Eric Cligny sur ariformag.org

▲ Jacques Cartier (à gauche) enseignant honoraire à l’Université et Dominique Gros, ingénieur consultant - Links Consultants

La synthèse des interventions filmées et des supports d’animation et d’information sera mise en ligne prochainement sur le portail régional FOAD : http://foad.cr-champagne-ardenne.fr

I DÉ C E MB R E 2016

13


DOSSIER

DOSSIER

Baisse de la création d’entreprises en 2015. L’année 2015 fut une année morose pour la création d’entreprises. Mais une embellie se fait ressentir sur l’année 2016.

Le Grand Est, région où il fait bon entreprendre !

LE GRAND EST NOTÉ "A" Pour la 3e année consécutive, la start-up StarOfService a mené son enquête sur la facilité d’entreprendre en France métropolitaine auprès de 25 000 chefs d’entreprise. En 2016, une région se distingue nettement des autres en termes d’entrepreneuriat. Il s’agit du Grand Est, et plus particulièrement du territoire champardennais qui pointe en tête du classement avec une note de A. Reims est en tête du classement des villes les plus favorables au développement d’une entreprise. Les autres villes sont : Orléans, Grenoble et Brest. A noter qu’en 2015, les régions de Bretagne, de Rhône Alpes et d’Alsace avaient toutes les trois récolté la note de A. www.starofservice.com/ sondage

Quelles sont les principales motivations et ambitions quand on crée son entreprise ?

Les intentionnistes

41 % s’épanouir, réaliser un rêve 38 % être à son propre compte

22 % se lancer un défi 19 % ne plus être salarié 18 % gagner plus d’argent 16 % changer d’horizon, faire autre chose

Les entrepreneurs

38 % être son propre patron

28 % se lancer un défi 27 % s’épanouir, réaliser un rêve 21 % saisir une opportunité 19 % gagner plus d’argent 17 % profiter d’un changement professionnel

créations d'entreprises au cours de l'année 2015

Florence Michelet et Angélique Peter, créatrices de Marina Studio

43 %

Florence Michelet et Angélique Peter font partie des 21 % des personnes qui ont saisi une opportunité pour créer leur entreprise. En 2014, elles reprennent la direction de la société de leur ancien patron et lance Marina Studio, créateur et fabricant français de sièges. Elles ont repris l’entreprise sous statut Scop.

5%

Une Scop est une société coopérative de production ou une société coopérative et participative, dont les associés majoritaires sont les salariés.

des entreprises sont créées par des femmes

« Marina Studio crée et fabrique des canapés, des fauteuils, des têtes de lits, des poufs, la liste est assez longue ! On crée des modèles sur mesure… des pièces uniques pour des boutiques de décoration, des hôtels, des architectes d’intérieur. C’est le destin qui a fait qu’un jour on s’est dit « pourquoi ne pas reprendre ? ». On travaillait depuis longtemps chez Marina Sièges qui s’est retrouvé en liquidation judiciaire. Nos époux nous ont dit « oui on y va ! ». Un jour, au tribunal, on a rencontré le liquidateur qui nous a demandé « pourquoi ne vous rapprochez-vous pas de l’Union régionale des Scop ? ». De-là on a passé un coup de fil. Deux jours plus tard, la personne des Scop nous a expliqué la démarche. C’était clair. Cela n’a pas été compliqué de monter le dossier. On a très bien été accompagné. On n’est pas parti non plus de zéro. On avait un bon carnet de commandes. Tout le monde nous dit, c’est courageux. Mais pour nous, cela coulait de source. On ne se voyait pas ne pas reprendre la société. On aurait regretté de ne pas avoir essayé. Même si quelquefois ce n’est pas facile car il peut y avoir moins de commandes ou des soucis de personnel. C’est une aventure valorisante et enrichissante personnellement. Même si parfois on peut moins dormir…. » Retrouvez le témoignage en vidéo de Florence Michelet et Angélique Peter sur ariformag.org

14

I D ÉCEM BRE 2016

des créations sont des auto-entreprises, soit 223 689 unités

Le nombre de créations a diminué de 5 % entre 2014 et 2015

32 %

38 ans

c'est l'âge moyen des créateurs en 2015

Source Insee - Base de données Sirène - Mars 2016 Exploitation : APCE

La France présente de solides arguments pour inciter les créateurs à se lancer et pour motiver les investisseurs. Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics, Etat, Régions… ont fait en sorte qu’aucun créateur ne soit laissé sur la touche. Tour d’horizon des nouveautés juridiques, des réseaux d’accompagnement et témoignages de cheffes d’entreprise.

525 091

Créations d’entreprises en 2015

29 755

Alsace Champagne-Ardenne Lorraine

13 240 6 214 10 301 I DÉ C E MB R E 2016

15


Le Grand Est, région où il fait bon entreprendre !

En 2015, la région Ile-deFrance concentre plus du quart (27 %) des créations d’entreprises françaises. Viennent ensuite les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côted’Azur qui comptent pour 15 % chacune dans la création.

Virginie Dhellemme directrice de l'agence compublique creation

L’évolution entre 2014 et 2015 est extrêmement variable d’une région à l’autre, allant de + 1 % en Ile de France à : - 18 % en ChampagneArdenne, - 12.8 % en Alsace, - 12.5 % en Lorraine. Cette baisse s'explique probablement en partie, par les nouvelles mesures liées à la requalification du régime de l'autoentrepreneur en celui de micro-entrepreneur.

2016 : la création d’entreprise reprend et notamment dans le Grand Est Au niveau national comme au niveau régional le nombre cumulé d'entreprises créées s'accélère de janvier à octobre 2016. En Région Grand Est, on note une progression de 1 464 créations soit de 6 % par rapport à 2015. (source Direccte Portrait de territoires juin 2016)

2015 7558 7077

Trimestre 1

16

2016 7972 7257

8387 8120

Trimestre 2 Trimestre 3

I D ÉCEM BRE 2016

DOSSIER

similaires à la mienne, qui demande un investissement réduit, les aides financières existent, bien entendu, mais il ne faut pas baser et dépendre son projet uniquement dans l’attente de ces aides.

La première année, était-elle difficile ?

La première année, c’est vrai, qu’il y a peu de contacts, peu de commandes. Il faut se faire connaître et constituer son réseau. Cela peut être décourageant lorsqu’on démarre mais il faut croire en son projet et se battre pour exister.

Le marché de la communication est très concurrentiel. Quelle stratégie avez-vous mise en place ?

Vous avez créé votre entreprise il y a 10 ans, quelles étaient vos motivations ?

Après des études supérieures à Chaumont et à Paris et des expériences professionnelles à Paris et en région Champagne-Ardenne, j’ai décidé de créer mon entreprise. J’étais désireuse de créer, concevoir et partager. L’envie et la passion m’ont conduit à créer l’agence pour avoir la main sur l’ensemble de la construction d’un projet. Trois points me paraissent toujours essentiels : la créativité, le travail de qualité qui doit être primordial, l’écoute du client pour cerner au mieux ses besoins et créer une réelle relation de confiance.

Etait-ce le parcours du combattant ?

Je n’irais pas jusqu’à dire que créer son entreprise c’est le « parcours du combattant ». A mon niveau j’ai cherché de l’information et des renseignements un peu partout : la Mission locale, la CCI, Pôle emploi. J’ai pu bénéficier d’accompagnement à la création d’entreprise grâce à des ateliers et un stage intensif. C’est vrai qu’au moment du montage de projet ce n’était pas facile de réunir les informations comptables et bancaires simultanément. Ensuite, j’ajouterais que pour des entreprises

Sur un marché en perpétuelle transformation et mutation, notamment dans le domaine de la communication, l’agence doit mettre en place des stratégies pour se positionner. Récemment j’ai développé un pôle dédié à la communication publique. Mon expérience m’a amenée à accompagner une grande diversité d’acteurs de la mission de service public, des secteurs culturels, économiques, liés à la santé, aux handicaps, à la formation, l’orientation, l’emploi ou bien encore l’économie sociale et solidaire. J’ai donc ouvert un blog « Le Paon raconte ». On peut y retrouver des témoignages expliquant les projets réalisés par l’agence. Le Paon est le logo de l’agence. J’ai voulu l’incarner, le faire vivre pour mieux être identifiée sur le marché.

Quel conseil donneriez-vous aux futurs créateurs ?

Si j’avais un seul conseil à donner aux futurs créateurs d’entreprise, c’est de ne pas rester isolé et de profiter des réseaux et espaces de coworking dédiés pour créer des liens au quotidien et profiter d’une réelle dynamique de travail. On ne devient pas chef d’entreprise du jour au lendemain, c’est un apprentissage de tous les jours avec les contacts que l’on noue au fil du temps avec ses partenaires et clients. Je dirais aussi qu’il faut se remettre en question régulièrement, il faut apprendre à s’ouvrir et intégrer d’autres connaissances comme les aspects comptables, financiers, juridiques, commerciaux et managériaux. Le chef d’entreprise doit donc avoir une approche globale et la plus complète possible.

LÉGISLATION

Ce qui a changé en 2016 L'auto-entrepreneur est devenu "micro-entrepreneur"

Au 1er janvier 2016, les nouveaux entrepreneurs soumis au régime fiscal de la microentreprise sont soumis au régime microsocial.

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 a apporté les précisions suivantes :

• Les micro-entrepreneurs peuvent, s'ils le souhaitent, demander à acquitter les cotisations minimales applicables dans le régime de droit commun des travailleurs indépendants pour s'assurer une meilleure protection sociale (si leur CA est très faible). Pour les nouveaux micro-entrepreneurs, la demande doit être effectuée au plus tard le dernier jour du 3e mois suivant celui de la création de leur activité. • Les entrepreneurs qui, au 31/12/2015, étaient soumis au régime fiscal de la microentreprise et au régime de droit commun du RSI peuvent continuer à relever de ce régime, sauf demande contraire de leur part. Il n'y a donc pas pour eux de bascule automatique dans le régime microsocial, comme cela était initialement prévu.

Les taux du régime microsocial ont augmenté

En 2016, ils sont fixés à : • 13,4 % pour les activités d'achat revente, • 23,1 % pour les activités de prestations de services et les activités libérales relevant du RSI au titre de la retraite, • 22.9 % pour les activités libérales relevant de la CIPAV au titre de la retraite.

Les prestations maternité sont réduites en cas de revenus très faibles

La loi Travail modifie certaines dispositions notamment :

• l'aménagement des modalités de refus et de report du congé ou temps partiel pour création d'entreprise • l'élargissement du compte personnel de formation aux travailleurs non-salariés en 2018 • les formations d’accompagnement à la création/reprise d’entreprise sont éligibles au compte personnel de formation • le transfert aux Urssaf du recouvrement de la contribution à la formation professionnelle des artisans en 2017.

Source : loi n° 2016-1088 du 8 août 2016, Journal officiel du 9 août 2016

www.legifrance.gouv.fr

Retrouvez le témoignage en vidéo de Virginie Dhellemme sur ariformag.org

I DÉ C E MB R E 2016

17


Le Grand Est, région où il fait bon entreprendre !

DOSSIER

SELON LE PROFIL

L’accompagnement des porteurs de projets

Adressez-vous notamment à : ● Pôle emploi propose Activ’créa ● L’Apec, propose deux services : J’y pense et Je me lance

Demandeur d’emploi

SELON L’ACTIVITÉ Adressez-vous notamment à :

Selon l’Insee, l’accompagnement des porteurs de projet de création ou de reprise d’entreprise, favorise sa pérennité : - 66 % des entreprises accompagnées sont encore en activité 5 ans après leur création - contre 52 % sans accompagnement.

Le créateur d’entreprise français est chanceux par rapport à ses homologues anglais, suédois ou même américains

Sur le plan des aides et des subventions, il en existerait plus de 1 200 réparties sur tout le territoire et pour tous les types de structures. Aujourd’hui, en effet, la majorité des créateurs consolident le financement de leur projet en s’appuyant sur des montages combinant prêt à la création d’entreprise, garantie bancaire et subvention. Le soutien, de plus en plus efficace, des réseaux d’accompagnement est plus que nécessaire.

18

I D ÉCEM BRE 2016

Commerciale ou industrielle

● La Chambre de commerce et d’industrie  www.cci.fr/web/organisation-du-reseau/annuaire

Artisanale

● La Chambre de métiers et de l’artisanat http://annuairecma.artisanat.fr

Agricole

● La Chambre d’agriculture www.chambres-agriculture.fr rubrique annuaire

Libérale

● L’UNAPL (Union nationale des professions libérales) www.unapl.fr ● La MPL (Maison des professions libérales) : regroupements d’organismes dans le but de créer un guichet unique d’accompagnement des professions libérales http://mpl.fr/ (le site est en cours de construction)

Projet qui met en œuvre des technologies spécifiques / il s’agit d’un projet innovant

● Une technopole, un incubateur, un Centre européen d’entreprise et d’innovation (CEEI), un conseiller Arist, un pôle d’innovation pour l’artisanat et les petites entreprises... ● Pour identifier les centres de ressources pour les projets innovants (accompagnement, appuis techniques, appuis financiers, etc.) : www.afecreation.fr rubrique projets innovants ● Un fablab : laboratoire mettant à la disposition du grand public des machines à commandes numériques http://wiki.fablab.is/wiki/Portal:Labs

Startup numérique

● Les métropoles French Tech représentantes de l’écosystème du numérique et de l’innovation sur leur territoire www.lafrenchtech.com/carte ● Les accélérateurs : programmes offrant des services aux startups (séances de mentorat, formations, conférences, accès à des données, des services techniques et logistiques, soutiens  financiers, etc.). www.alloweb.org/annuaire-startups rubrique incubateurs/accélérateurs-startups

Economie sociale et solidaire

● L’Avise Portail du développement de l’économie sociale et solidaire www.avise.org rubrique ESS en région

Femme

● Certains réseaux sont dédiés aux créatrices d’entreprises. Ils sont présentés sur les sites www.ellesentreprennent.fr

Jeune

● Missions locales : www.unml.info/ les-missions-locales rubrique annuaire ● PEPITE - Pôle Etudiant pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat www.pepite-france.fr

Habitant d’un quartier prioritaire

● Certains réseaux sont à votre disposition sur place pour vous accueillir, vous conseiller et vous orienter. Vous les identifierez sur le site www.entreprisesdesquartiers.fr

Exclu du marché du travail et du système bancaire classique

● L’Adie, qui aide les personnes en difficulté à créer leur propre emploi ● France Active qui peut également les aider à accéder au financement bancaire grâce à un cautionnement (voire à un prêt d’honneur).

Et, d’une manière générale, un certain

nombre de réseaux s’adressent à tous les porteurs de projet

En Région Grand Est, 3 sites recensent tous les interlocuteurs et les aides par territoire

• Alsace : Réseau Ocre

www.creation-reprise-alsace.eu/ dn_reseau-ocre

• Champagne-Ardenne : Champagne Ardenne envie d'entreprendre

www.champagne-ardenne-enviedentreprendre.fr

• Lorraine : Entreprenez en Lorraine

www.entreprenezenlorraine.fr /#bpi-mo

Le Grand Est, une Région qui booste l’entreprenariat

Pour soutenir le maintien d’emplois dans le cadre de reprises d’entreprises, la Région a voté une enveloppe globale de 412 275 € en octobre 2016. Ces aides permettront de maintenir 30 emplois et d’en créer 87, soit 117 postes repris ou créés au total.

Le Plan 500 000 formations

Les BGE (Boutiques de gestion) sont présentes dans toutes les régions et renseignent utilement les porteurs de projet. Les Plates-formes d’initiative locale et le Réseau Entreprendre interviennent sous forme de prêts d’honneur, de parrainage et d’accompagnement.   Les pépinières d’entreprises offrent aux porteurs de projets des prestations d’accueil, d’orientation et d’appui au montage de leur dossier. Les couveuses d’entreprises et les coopératives d’activité et d’emploi accompagnent les porteurs de projet et leur permettent de tester leur activité. Les experts comptables apportent aux créateurs, à chaque étape de leur projet, un soutien sur mesure. Certains d’entre eux se sont engagés dans le cadre d’une mission création d’entreprise Business story : www.business-story.biz

Dans le cadre du Plan 500 000 formations supplémentaires, les Régions travaillent avec l'Etat et les partenaires sociaux, en association avec Pôle emploi pour proposer des formations aux chômeurs et aux jeunes sans qualification. Depuis le 1er janvier 2016, 740 000 personnes en recherche d'emploi sont entrées ou inscrites en formation dont 48 000 en accompagnement à la création d'entreprise. http://regions-france.org

I DÉ C E MB R E 2016

19


L’illettrisme et l’envie d’en sortir

FOCUS

JOURNÉE PÉDAGOGIQUE DE L'ARIFOR DU 6 DÉCEMBRE 2016

Tours et détours

Le coworking, une nouvelle solution économique pour les entrepreneurs

autour de l'illettrisme ! Pour les 80 participants, cette journée s'est révélée être une aventure Grand Est illustrant la collaboration, dans la conception et l'animation de 3 ateliers, entre la Champagne-Ardenne, l'Alsace et la Lorraine. Avec l'objectif de dynamiser une réflexion collective et individuelle sur les manières d'agir en situation de formation ou dans une posture d'accompagnement quand on est face à un public de faible niveau, chacun des ateliers intitulés "Parcours pas à pas / Tous

Alors que les chefs d'entreprise sont généralement très entourés, nombreux sont ceux qui déclarent "se sentir seuls au quotidien pour prendre des décisions stratégiques". Le coworking qui a fêté ses 10 ans en 2015 est une solution pour briser cette solitude.

en théâtre / Mots en mélodie" s'est déroulé sur un mode innovant faisant vivre aux participants des situations singulières au profit de la découverte d'outils, d'idées et de nouvelles pistes de travail. Les nombreux échos positifs tout au long de la journée ont témoigné du succès de cet évènement. Une restitution de ces ateliers sera produite courant janvier et accessible sur le site de l'Arifor.

Atelier 1 Baptisé, La Compagnie, espace de coworking a pris ses quartiers au centre d'activités Becquerel à Châlonsen-Champagne. Les fondateurs, Martine Thibert, Virginie Dhellemme, Isabelle Sembeni et Damien Bassut sont quatre entrepreneurs installés à l'espace Becquerel depuis plusieurs années. Ils ont fondé cet espace dédié au travail partagé avec le soutien de la Chambre de Commerce de Châlons. Martine Thibert, présidente de l’association nous explique le concept. Pourquoi avoir créé la Compagnie ?

Retrouvez le témoignage en vidéo de Martine Thibert sur ariformag.org

« La Compagnie est un espace de coworking. Il a été créé par des entrepreneurs installés sur l’Espace Becquerel. Tous nous avions connu l’expérience d’un démarrage difficile, l’isolement, le manque de moyens ou de lieu pour travailler. De là nous nous sommes dits : que faire pour tendre la main aux personnes qui souhaitent créer leur entreprise ou qui sont déjà à leur compte et qui se sentent isolés ? Nous souhaitions dynamiser le territoire et aider à l’installation de jeunes entrepreneurs. Après un an d’expérience, nous nous sommes rendus compte que les coworkeurs étaient là parce qu’ils avaient besoin de se faire un réseau, de rencontrer du monde, de venir chercher du conseil, du soutien et de l’expertise.

Quelles professions accueillez-vous ?

Au niveau des profils, ce sont plutôt des professions intellectuelles mais pas forcément des start-up ou des très jeunes qui souhaitent s’installer. Nous avons des professionnels du coaching,

20

I D ÉCEM BRE 2016

des assurances, du secrétariat. Nous rencontrons également des personnes de tout âge, la moyenne est de 30 à 45 ans.

Dans quel état d’esprit travaillez-vous ?

L’état d’esprit, c’est le partage. On insiste sur le côté convivial. On organise des ateliers qui sont prétexte à réunir les coworkeurs. Ces ateliers se font sur des temps courts. Ils ne sont pas stéréotypés ou institutionnels. Nous avons par exemple, mis en place un atelier de découverte des jus de légumes bio, un autre sur la guerria marketing et comment remplir un contrat d’assurance. Parallèlement tous les vendredis, nous nous rencontrons en co lunch. Tout adhérent ou non adhérent peut venir avec son sandwich. Notre philosophie est basée sur la convivialité et le partage de ses connaissances et de son réseau. Si après cela peut déboucher sur du business tant mieux, mais ce n’est pas le fond du concept. ■ Pour connaître les espaces de coworking : http://coworking-carte.fr/

Gip Arifor ChampagneArdenne animé par Marie Liesse Nimier

Origami et géométrie

Expo photos recto / verso

Atelier 2

Lorpm Lorraine animé par Nathalie Gallomo, Laurent Varin et Alice Wypyszymski

Prêts pour l’action en scène

Parés pour la réflexion sur les scénettes

Hypothèses autour de mots et de sons

Stratégies d'apprentissage

Atelier 3

Crapt Carrli Alsace animé par Cécile Nasset et Patricia Lejeune

I DÉ C E MB R E 2016

21


CONNAITRE

CONNAITRE

L’agriculture recrute dans le Grand Est

Les métiers se regroupent dans plusieurs filières ● Les végétaux la vigne et le vin, l’arboriculture, l’horticulture et pépinières, le maraîchage, la forêt et scierie, les grandes cultures, paysages jardins et espaces verts

La filière agricole fait plus souvent la Une de l’actualité pour les crises qui la touchent que pour les opportunités d’emploi qu’elle représente. Son dynamisme est pourtant bien réel et elle continue de recruter. Quelles évolutions du secteur sont à prévoir ? Eléments de réponses.

● Les agroéquipements mécanique, maintenance, conduite des équipements ● Les animaux les troupeaux, la basse-cour, poissons et coquillages, chevaux

L'agriculture, 2e employeur de France

Selon le dernier comptage de l’Insee d’octobre 2015, 2,8 % des personnes ayant un emploi en France travaillent dans l’agriculture. Ce qui fait de ce secteur le 2e employeur de France, après l’artisanat. Sur les exploitations agricoles, 854 100 actifs permanents travaillent de manière régulière.

En France, l’agriculture recrute chaque année près de 50 000 salariés (source FNSEA), dont 35 000 exclusivement sur les exploitations de production agricole : • 10 800 dans les entreprises du paysage et des espaces verts, • 11 400 dans les exploitations de grandes-cultures, • 6 900 dans les exploitations viticoles.

Des postes à pourvoir de bac à bac +5

Ces postes ne concernent pas uniquement des ouvriers agricoles mais aussi des profils plus qualifiés, de bac à bac + 5, comme des ingénieurs agronomes, des hydrauliciens, des chefs de culture, des responsables recherche et développement (R&D) ou encore des pilotes de drones ! Le Grand Est ne fait pas exception : on manque de bras pour des postes allant de la production agricole à la vente. Les offres d’emploi recensées par l’Apecita, en 2015, sont à 53 % des CDI (source Apecita). L'emploi salarié augmente autant dans les exploitations que dans les services annexes, les fournisseurs et la vente de produits.

Pour trouver un emploi dans les secteurs agricole, agroalimentaire et de l’environnement, rendez-vous sur les sites spécialisés : L’Apecita : apecita.com L’Anefa : anefa-emploi.org et sur Pôle emploi : pole-emploi.fr Chambres d'agriculture : chambres-agriculture.fr

22

I D ÉCEM BRE 2016

EMPLOIS ÉQUIVALENTS TEMPS PLEIN DANS LE GRAND EST

75 200

36 % en viticulture

36 % en élevage

22 %

en grandes cultures

6%

en légumes, champignons, fleurs, horticulture, fruits et autres cultures permanentes Source Agreste RGA 2010

Mickael Jacquemin

Exploitant agricole à Lignon et président de la commission emploi formation de la Fédération régionale des exploitations agricoles Grand Est Quel défi doit relever l’agriculture ?

Le défi à relever les prochaines années, c’est la pyramide des âges. On va connaître un turn-over des exploitants et des salariés. Le challenge c’est de trouver des salariés formés ou qui devront se former. L’agriculture a beaucoup évolué et demande de plus en plus de compétences au niveau environnemental ou technologique.

Quelles sont les compétences indispensables ?

Les salariés doivent être capables d’identifier un certain nombre de dysfonctionnements, sur les animaux et sur les cultures. Ils doivent savoir réagir très rapidement de manière raisonnée avec les bons outils automatisés ou l’électronique embarquée. Par rapport à l'hightech, on n’est pas trop inquiet car aujourd’hui tous les tracteurs ont des tablettes intégrées et les jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi maîtrisent très bien ces outils.

Le salaire est-il un frein ?

Au niveau des salaires, les métiers de l’agriculture, de la viticulture ou de l’élevage, n’ont surtout pas à rougir par rapport aux autres branches d’activités. Nous avons des conventions collectives qui sont négociées localement, sur le département et en région. Elles intègrent une grille de salaire allant des débutants notamment les saisonniers aux salariés plus expérimentés. Il est courant

que l’employeur pratique des augmentations de salaire. Dans l’agriculture, on manque de main d’œuvre, alors on n'a vraiment pas envie de perdre nos salariés. Nous avons une particularité due aux périodes stratégiques que sont les semis et récoltes. Dans ces périodes, il y a forcément des heures supplémentaires et les fiches de paie sont plus que convenables.

Licencie-t-on dans l’agriculture ?

On licencie très peu. Quelques exploitations disparaissent chaque année mais ceci est dû aux départs en retraite ou des restructurations. Il faut donc le faire savoir ! Dans l’agriculture, on a toutes les chances de pouvoir faire sa carrière sur la même exploitation. C’est une réalité et très peu d’autres secteurs peuvent l’affirmer.

L’emploi est-il délocalisable ?

Une autre chance dans ce secteur, c’est que nos emplois sont liés au terrain. Ils ne sont donc pas délocalisables, hormis quelques productions hors sol ou celles qui sont concurrencées comme la production de fraises ou d’asperges.

Retrouvez le témoignage en vidéo de Mickael Jacquemin sur ariformag.org

● Les services à la production administration gestion finance, communication marketing, agroenvironnement, conseil animation, enseignement recherche Pour découvrir tous les métiers : www.anefa.fr

Adema : pour se tester aux métiers agricoles Adema c’est : ● Un dispositif de découverte des métiers de l’agriculture pour les demandeurs d’emploi ● Une formation professionnelle gratuite de 154 heures (22 jours ouvrés) et indemnisée ● Trois semaines en entreprise encadrées par un maître de stage ● Un accompagnement personnalisé par formateur référent ADEMA ● Un bilan individualisé en fin de parcours ● Un tremplin vers un emploi agricole et une formation technique complémentaire Pour en savoir plus : www.fafsea.com/adema

I DÉ C E MB R E 2016

23


L’agriculture recrute dans le Grand Est

CONNAITRE

VIVESCIA est un groupe coopératif agricole et agroalimentaire spécialisé dans la production et la transformation de céréales. Il assure le lien entre les agriculteurs et consommateurs. Pour en savoir plus sur le groupe : youtube.com/ watch?v=Q-2NgVkSJOg

Carole Waibel DRH Métiers de l’agriculture chez VIVESCIA à Reims

L’enseignement agricole en France 216 595

208 155

811

374

établissements

sites de formation d'apprentis

270 225

495

19

sites de formation professionnelle continue

écoles d'enseignement supérieur agricole

12 établissements publics d'enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et paysager 1 institut à vocation euroméditéranéenne 6 écoles d'ingénieurs sous contrat

Retrouvez le témoignage en vidéo de Carole Waibel sur ariformag.org

Les métiers agricoles sont centrés autour de 3 activités principales liées aux céréales, à l’alimentation du bétail et à la vigne. Pour répondre aux besoins des agriculteurs, nous avons des équipes qui sont en charge d’apporter des conseils techniques, liés aux semences ou aux approvisionnements. Ensuite, nous avons des équipes qui vendent ces céréales à nos clients, ce sont les traders. Sur le terrain, nous avons des collaborateurs qui gèrent les outils de production tels que les silos ou les plateformes de stockage. Enfin, nous avons également des services transverses comme le marketing, les ressources humaines, l’administration, les finances… sans oublier un service qui est primordial : la recherche et l’innovation pour le développement d’une agriculture durable.

Rencontrez-vous des problèmes de renouvellement des générations et/ou de recrutement ? Nous avons peu de difficultés de recrutement car nous avons une politique d’alternance. Les jeunes sont intéressés par les métiers de l’agriculture et notamment les valeurs que nous développons. Ces jeunes générations dites digital natives ont des valeurs profondes et ont besoin d’engagement. C’est ce que nous développons en coopérative agricole, notamment à travers les métiers liés aux nouvelles technologies qui sont au service des agriculteurs. Parmi les nouvelles technologies, nous avons des produits comme la ferme connectée, N Sensor qui permet de doser l’azote sur les parcelles. Nous avons également dans l’aménagement des exploitations, des outils

24

I D ÉCEM BRE 2016

qui permettent un stockage efficient au sein d’une ferme tout en respectant l’environnement. Ces métiers permettent d’apporter du renouveau aux métiers agricoles traditionnels et c’est ce qui attire les jeunes.

Quelle est votre politique de recrutement ?

Nous avons décidé de cibler les métiers dits sensibles (métiers exercés dans les silos, les technico-commerciaux ou de la maintenance) et de développer des partenariats. Pour les métiers exercés en silo, nous avons mis en place un certificat de spécialisation réalisé en alternance avec le lycée professionnel de Saint Maure (Aube). Les jeunes viennent chez nous durant la période de saison forte pour découvrir le métier et les moissons. Lorsqu’ils ont obtenu leur certificat, nous les embauchons en contrat à durée indéterminée. En ce qui concerne, les technico-commerciaux, nous avons développé des partenariats sur l’ensemble du quart Nord-Est avec IS4A à Nancy, le lycée du Paraclet à Amiens ou l’Université de Reims. Nous avons ainsi participé à la mise en place des licences agro-ressources et agro-fournitures. Enfin, pour les métiers de la maintenance, nous avons développé un partenariat avec le lycée Saint Jean-Baptiste de la Salle à Reims, ce qui nous permet, par exemple, de recruter sur un poste dans la métrologie.

Découvrez les autres témoignages vidéo de salariés : Gregory, Philippe, Timothée et Caroline sur ariformag.org

192

32

exploitations agricoles dans les établissements publics publics

ateliers technologiques

18 900

hectares cultivés dont 3 500 ha en agriculture biologique

privés

+ de 465 000 élèves, étudiants, apprentis stagiaires

50 %

50 %

de la formation continue

Source : Ministère de l'agriculture

Quels sont les métiers agricoles exercés chez VIVESCIA ?

166 896

élèves et étudiants dans l'enseignements technique et dans l'enseignement supérieur court

16 311

étudiants dans l'enseignement supérieur long

33 402

apprentis dont 1 647 dans l'enseignement supérieur long

250 402

stagaires de la formation professionnelle continue

Pour connaître les formations dans le Grand Est : - Sur le territoire alsacien : emploi-formation-alsace.org - Sur le territoire champardennais : formationchampagneardenne.org - Sur le territoire lorrain : lorpm.eu

Bonne nouvelle, côté formation : 80 % des diplômés issus d'une formation agricole trouvent un poste dès la fin de leurs études. BP REA et BTSA sont les diplômes les plus recherchés Le brevet professionnel responsable d’exploitation agricole, diplôme de niveau IV, atteste la qualification pour exercer une activité professionnelle dans les domaines agricoles et para-agricoles, et permet de gérer une entreprise ou une exploitation agricole. À bac+2, le BTSA ACSE (analyse et conduite de systèmes d’exploitation) est le diplôme le plus polyvalent puisqu’il permet d’approfondir un certain nombre de compétences en gestion mais aussi en zootechnie, techniques de productions, etc. Après ce BTS, accessible même après un bac général sous réserve d’obtenir une dérogation, il est possible de s’installer ou de travailler comme technicien dans des organismes de contrôle, comme assistant vétérinaire, chef de culture. La poursuite d’études est moins courante, même s’il existe de nombreuses licences professionnelles agricoles, pour se spécialiser dans un domaine de production ou dans une fonction support (vente, analyses, gestion, etc.).

I DÉ C E MB R E 2016

25


L’agriculture recrute dans le Grand Est

CONNAITRE

NOUVEAUTÉ

L’installation Pour s’installer et / ou reprendre une exploitation, tout en bénéficiant des aides distribuées par l’Etat et l’Europe, il faut avoir moins de 40 ans et au minimum un bac professionnel, qui sera complété par un stage d’installation. Les transmissions ne se font plus uniquement de père en fils. Actuellement, un tiers des installations agricoles en France se font hors du cadre familial, un taux en constante augmentation (source Ministère de l’agriculture). Il existe plusieurs dispositifs d’accompagnement à l’installation : • Les espaces-tests agricoles : agriculture. gouv.fr • Les points d’accueil Installation de l’Adasea : adasea.net • Les Chambres d'agriculture

Prochainement 4 nouveaux dispositifs d'accompagnement en Région Grand Est

26

Totalement complémentaires du parcours à l’installation national cofinancé par l’Etat, seront proposés aux candidats (moins de 51 ans) dès le 1er janvier 2017 : • Un conseil à l’installation qui permettra le financement d’une étude préalable des atouts et contraintes du projet du candidat. Sont ciblées les installations qui s’accompagnent d’une création d’un atelier ou d’une nouvelle unité de production, hors du cadre familial ou en production biologique. L’aide est plafonnée à 1 500 €.

I D ÉCEM BRE 2016

• Un soutien financier à l’installation qui apportera une aide à la trésorerie qui pourra s’élever à 9 000 €. Le montant se détermine en fonction de la nature du projet d’installation. • Un stage de parrainage qui permettra à un candidat de s’engager dans une exploitation à céder avant de préparer son installation. Ce dispositif s’adresse aux situations hors cadre familial. La Région apportera une allocation mensuelle de stage. • Un suivi du nouvel installé pendant les quatre premières années qui permettra un accompagnement individuel et collectif des nouveaux exploitants avec des conseils techniques, juridiques, fiscaux ou organisationnels. L’aide est plafonnée à 1 500 €. La Dotation Jeune Agriculteur (DJA) sera harmonisée à l’échelle du Grand Est au cours de l’année 2017. Pour en savoir plus : grandest.fr chambres-agriculture.fr/ rubrique annuaire

Une prime d'équipement pour les élèves de l'enseignement agricole

Cette prime peut être attribuée aux élèves boursiers qui accèdent, pour la 1ère fois, à une classe de 4e ou de 3e de l'enseignement agricole et, pour certaines spécialités, aux élèves boursiers de 2nd degré de lycée qui accèdent, pour la 1ère fois, en première année de CAP agricole, Bac pro ou technologique. Son montant est identique à celui du ministère chargé de l'éducation nationale : 341,71 euros pour l’année scolaire 2016-2017. Liste des spécialités de formation concernées (arrêté du 17 octobre 2016) sur alimagri.fr

Plateformes expérimentales

Grâce aux évolutions de la science, aux nouvelles technologies et surtout à l’agronomie, l’agriculture doit inventer de nouvelles voies pour produire plus et mieux. Des plateformes expérimentales ont été mises en place afin de répondre à ce défi. Il en existe 422 en France dont 11 en région Grand Est. L’association agroressources et bioéconomie demain située, à Betheny assurera la coordination des plateformes et des exploitations des lycées agricoles. L’objectif est de mettre l’accent sur la recherche et l’innovation pour accompagner les agriculteurs dans des systèmes de production alternatifs.

A la 70e édition de la foire exposition de Châlons, le CESER Grand Est a organisé un colloque consacré aux mutations agricoles

Comment l’agriculture de demain se préoccupera-t-elle de nourrir la population tout en luttant contre les changements climatiques et en contribuant à la préservation des ressources ? Comment créer, recréer et / ou maintenir des contrats de confiance entre producteurs et consommateurs, entre la société et ses agriculteurs ? Les participants au colloque se sont accordés sur un point : la nécessité de modifier les pratiques agricoles actuelles en faveur d’un plus grand respect de l’environnement, faisant ainsi écho au discours de Patrick Tassin, Président du CESER, en introduction de l’évènement : « L’agriculture doit être multifonctionnelle, plus à même d’intégrer les préoccupations environnementales, tout en dégageant des marges suffisantes et en permettant d’apporter un revenu suffisant aux agriculteurs. […] Il s’agit bien d’une triple performance de l’agriculture durable, à la fois économique, sociale et environnementale, et chacun comprendra que le CESER se sente particulièrement concerné par ce sujet ». Retrouvez un résumé du colloque en vidéo sur : ceser-grandest.eu

Conférence régionale sur l'emploi de la production agricole

La journée régionale de l'emploi dans le secteur de la production agricole, copilotée par la Chambre régionale d'agriculture Grand Est et le Comité Paritaire Régional de l'Emploi du Grand Est, s'est tenue le 2 décembre au lycée agricole de Somme Vesle. Gérard Renouard, Président de la Commission Emploi Formation Transmission Installation (COMEFTI) de la Chambre Régionale d'Agriculture Grand Est a introduit ce temps fort en présence d'acteurs de la formation, de l'orientation et de l'emploi. Les différentes interventions ont permis d'entendre des témoignages, d'apporter un éclairage sur l'emploi actuel et à venir avec 17 500 emplois à pourvoir à l'horizon 2025 dans ce secteur sur la région. Ont été présentés des métiers de la production avec l'exemple des supports de la ferme de l'Alpa Haroué (54) et de la ferme 112. Le Conseil régional Grand Est et la Draaf Grand Est ont soutenu cette opération. Retrouvez tous les supports de présentation sur le site www.champagrica.fr contact : c.seracchioli@champagrica.fr

I DÉ C E MB R E 2016

27


.org Le 1er webzine 100 % dédié à la formation, l'emploi et l'orientation

Retrouvez sur

ce webzine DÉCEMBRE 2016 • N°46

Le magazine des

acteurs de l’orientation et de la formation en Champagne-Ardenne

JURIDIQUE Le Compte Personnel de Formation (CPF) objectifs atteints ?

DOSSIER Le Grand Est, région où il fait bon entreprendre !

CONNAÎTRE

L’agriculture recrute dans le Grand Est

une version enrichie du magazine papier

avec des vidéos,

des diaporamas sonores, des infographies, un accès direct aux ressources et un espace commentaires...


Ariformag46bat