Issuu on Google+

3 - 4 / 2012 • vol. XXX/2

5 6 Celebrating Innovation in Museums

Célébrons l’innovation dans les musées

$7.00

T H E V O I C E O F C A N A D A’ S M U S E U M C O M M U N I T Y • M U S E • L A V O I X D E L A C O M M U N A U T É M U S É A L E C A N A D I E N N E


FEATURE

reathing New Life

INTO OLD FOSSILS

Exploring the Ancient Seas at The Manitoba Museum Museums have long enjoyed their status as popular places to while away a lazy afternoon, or take a field trip with a classroom of students. However, engaging the interest of the public is more challenging than ever in this age of video games, text messaging, and computers. A key to maintaining the relevance of the museum lies in creating highly interactive, dynamic exhibitions that challenge past perceptions of how we learn. The Ancient Seas exhibition in The Manitoba Museum’s Earth History Gallery, which opened in the spring of 2010, is a prime example of this new type of learning environment. A dramatic animated exhibition that is the first of its kind in Canada, Ancient Seas transports visitors to an ecosystem that existed millions of years ago.

Holli Moncrieff is the Communications & Public Relations Manager at The Manitoba Museum. She can be reached at hmoncrieff@manitobamuseum.ca. Holli Moncrieff est directrice des communications et des relations publiques au Musée du Manitoba. On peut la joindre à hmoncrieff@manitobamuseum.ca. Dr. Graham Young is the Curator of Palaeontology and Geology at The Manitoba Museum. He can be reached at gyoung@manitobamuseum.ca. Graham Young, Ph. D., est conservateur en géologie et paléontologie au Musée du Manitoba. On peut le joindre à gyoung@manitobamuseum.ca.

30 muse • march/april 2012

CMA RECIPIENT

RÉCIPIENDAIRE AMC


ARTICLE DE FOND

De vieux fossiles

RAMENÉS À LA VIE Exploration de Mers anciennes au Musée du Manitoba Les musées sont depuis longtemps des endroits où l’on s’échappe volontiers le temps d’un après-midi ou l’occasion d’une visite scolaire. À l’heure des jeux vidéo, des messages texte et des ordinateurs, susciter l’intérêt du public devient un défi de taille. La création d’expositions hautement interactives et dynamiques, qui défient les idées reçues concernant l’apprentissage, compte parmi les moyens à la disposition des musées pour conser ver leur per tinence. L’exposition Mers anciennes, qui loge depuis le printemps 2010 dans la Galerie de l’histoire de la Terre du Musée du Manitoba, est l’exemple par fait de ce nouveau type d’environnement d’apprentissage. Spectaculaire exposition animée, la première en son genre au Canada, Mers anciennes transpor te les visiteurs dans un écosystème qui remonte à des millions d’années.

mars/avril 2012 • muse 31


BREATHING NEW LIFE INTO OLD FOSSILS

Ancient Seas captures the attention and imagination of its audience in a way no static exhibition or textbook can. It is the culmination of 30,000 hours of curatorial research, careful planning, the innovative use of technologies, and a worldwide collaboration of many partners. The Manitoba Museum worked closely with Phlesch Bubble, an Australian digital production studio, in order to become the first Canadian museum to offer this cutting-edge technology. Projected on three enormous screens spanning 7.5 metres, Ancient Seas is a vivid depiction of how much our environment has changed: a tropical sea was once located at the now-frozen landscape of Churchill, famous for its polar bears. Visitors are able to see that their province has undergone many changes in location, life forms, and climate. While this type of animation technology can be used as an eye-catching gimmick, The Manitoba Museum has taken

32 muse • march/april 2012

great measures to ensure that a visit to Ancient Seas is a meaningful experience. Along with the animated video, rare fossils are displayed in optimal viewing conditions. Explanatory text, images, and diagrams are added to the virtual presentation — created not as a cartoon, but as a carefully constructed re-enactment of an Ordovician sea, based on the fossil record of central and northern Manitoba. “There’s a big ‘wow’ factor to this type of exhibition,” says Rob Malo, Animator at The Manitoba Museum. Malo has almost a decade of experience as a guide and first-person interpreter at various historical institutions throughout Winnipeg. “Younger visitors and school groups are just blown away by the visuals, and they make connections very quickly between the fossils and the animation. Adults tend to spend a solid 20 minutes in there — this is a display where people spend a lot of time.”


De vieux fossiles RAMENÉS À LA VIE

Did you know? The Manitoba Museum is the province’s largest, not-for-profit heritage and science centre.

Saviez-vous que ... Le Musée du Manitoba est le plus grand centre du patrimoine et des sciences sans but lucratif dans la province.

L’exposition Mers anciennes capte l’attention et stimule l’imagination du public comme ne saurait le faire aucune exposition statique ni aucun manuel scolaire. L’exposition est le fruit exceptionnel de 30 000 heures de recherche en conservation conjuguées à une planification minutieuse, une utilisation novatrice des technologies, et une collaboration entre de nombreux partenaires à l’échelle internationale. Le Musée du Manitoba s’est adjoint le studio de production numérique australien Phlesch Bubble pour créer, grâce à une technologie d’animation d’avant-garde qu’il est le seul à utiliser au Canada, le film d’animation Mers anciennes. Projeté sur trois écrans géants de 7,5 mètres, le film recrée de façon saisissante la vie marine dans la mer tropicale qui recouvrait la région de Churchill aujourd’hui dotée d’un climat glacial et réputée pour ses ours polaires. Les visiteurs y constatent donc les transformations profondes de leur environnement, tant dans sa géographie, son climat que les formes de vie qu’il abrite.

Bien que cette technologie d’animation ait l’art de séduire les visiteurs, le Musée du Manitoba a voulu s’assurer d’offrir une expérience muséale des plus enrichissantes. L’animation vidéo est accompagnée d’une exposition de fossiles rares superbement mis en valeur à l’aide de textes explicatifs, d’images et de diagrammes. Loin du dessin animé, la présentation virtuelle recrée avec précision une mer de l’Ordovicien à partir de matériel fossilifère récolté dans le centre et le nord du Manitoba. « Ce type d’exposition ne manque pas d’épater », déclare Rob Malo, animateur au Musée du Manitoba. M. Malo possède quelque dix années d’expérience à titre de guide et d’interprète de personnages dans divers établissements historiques de Winnipeg. « Les jeunes visiteurs et les groupes scolaires sont tout simplement émerveillés par la facture visuelle de l’exposition et ils font très rapidement le lien entre les fossiles et leur représentation animée. Les adultes s’y arrêtent au moins 20 minutes. C’est une exposition où les gens passent beaucoup de temps. » 

mars/avril 2012 • muse 33


BREATHING NEW LIFE INTO OLD FOSSILS

34 muse • march/april 2012


De vieux fossiles RAMENÉS À LA VIE

“This exhibition can grow, as more can be added to it in time. There are fossils that have yet to be identified, and which could conceivably be added to the animation as more is learned about them.” Rob Malo

Manitoba Museum Animator

« Cette exposition évoluera au fil du temps. De nombreux fossiles n’ont pas encore été identifiés et pourraient vraisemblablement être intégrés à l’exposition une fois qu’ils auront dévoilé leurs secrets. » Rob Malo

animateur au Musée du Manitoba

Ancient Seas offers a realigned view of the directions that museums can take in the future. Instead of following the mainstream “edutainment” approach that relies heavily on technology, so heavily that few artefacts or specimens are displayed, The Manitoba Museum has combined modern technology, the expertise of scientists and specialists, and fossils to present the Ancient Seas story. This provides a much more informative, yet entertaining message: a far cry from a static presentation of fossils or a high-tech, Disney World-style attraction.

Mers anciennes ouvre de nouveaux horizons aux musées. Au lieu de suivre la tendance générale au divertissement éducatif qui repose tant et si bien sur la technologie qu’elle en exclut pratiquement tout artefact ou spécimen concret, le Musée du Manitoba a conjugué technologie de pointe, expertise scientifique et fossiles pour relater l’histoire de Mers anciennes. En résulte une exposition beaucoup plus instructive et divertissante, en rupture totale avec la présentation statique de fossiles ou l’attraction de haute technologie à la Disney.

“This exhibition can grow, as more can be added to it in time. There are fossils that have yet to be identified, and which could conceivably be added to the animation as more is learned about them,” Malo adds. “Ancient Seas provides the feel of continuous research.”

« Cette exposition évoluera au fil du temps. De nombreux fossiles n’ont pas encore été identifiés et pourraient vraisemblablement être intégrés à l’exposition une fois qu’ils auront dévoilé leurs secrets, ajoute M. Malo. Mers anciennes est un terreau fertile pour la recherche. »

Dr. Graham Young, the Museum’s Curator of Geology and Palaeontology, used his own personal expertise, drawn from years of working at the Churchill site — where some of the original ancient shoreline is still preserved — to make the rendering as realistic as possible.

Graham Young, Ph. D., conser vateur en géologie et paléontologie du musée, s’est ser vi de l’expertise qu’il a acquise sur le site de Churchill durant de nombreuses années — où sont préser vées les rives de l’ancienne mer intérieure — pour veiller au réalisme de l’animation.

The process involved Phlesch Bubble and Dr. Young corresponding repeatedly via the Internet to perfect digital models based on fossils from the ancient ecosystem. This work resulted in over a hundred separate digital layers sourced from an equal number of three-dimensional animation files, all requiring compositing without a single error. In addition to the video, a five-minute subtly looped, multi-channel soundtrack of ambient underwater sounds was created to heighten the sense of immersion.

M. Young et l’équipe de Phlesch Bubble ont échangé à répétition par Internet pour perfectionner les modèles numériques basés sur des fossiles de l’écosystème ancien. Ces travaux ont mené à la production d’une centaine de couches numériques distinctes à partir d’un nombre égal de fichiers d’animation 3D qui ont tous nécessité une composition d’images totalement exempte d’erreurs. La vidéo est par ailleurs accompagnée d’une bande-son multivoie de cinq minutes qui, en reproduisant en boucle l’ambiance sonore du milieu sous-marin, décuple le réalisme de l’expérience.

mars/avril 2012 • muse 35


BREATHING NEW LIFE INTO OLD FOSSILS

“On some of the creatures, we went through model, after model, after model — what Phlesch Bubble sent us initially is nothing like what we ended up with,” Dr. Young recalls. “Because we know the area so well, we were able to correct details as fine as the angle of the ripples in the seafloor sediment. The result is one of the best depictions of ancient life in the world.” The Ancient Seas exhibition illustrates key discoveries made by Young and his team of researchers, such as the existence of ancient tropical shorelines in Manitoba, revealed through two sites discovered in the province, and a new genus of horseshoe crab, 100 million years older than any one previously known. The latter was collected near remarkably preserved organisms, such as jellyfish, sea scorpions, and seaweeds — a rare find, since only a few dozen sites with soft tissue preservation are known globally. These exciting discoveries coincided with a number of steps the Museum was undertaking to make its exhibitions more

36 muse • march/april 2012

interactive and dynamic. In addition, the Earth History Gallery was due for refurbishment in 2008. After researching various possibilities, The Manitoba Museum decided to use The Field Museum’s Evolving Planet Gallery video animation as a model for the new design for the Earth History Gallery. “The Churchill site is remarkable; it is one of the few places in the world where you can actually see a threedimensional ancient place. It is where we found the world’s largest trilobite, and it is a place where many other remarkable fossils can be seen. So when it was suggested that we consider doing a multi-screen animation, there was no question of the time and place that we should be depicting,” explains Dr. Young. “As a result, our exhibition meshes state-of-the-art animation with the best current knowledge of these long-dead plants and animals. It gives visitors a visceral experience that helps them to understand evolution, biodiversity, biological communities, plate tectonics, and geological time.”


De vieux fossiles RAMENÉS À LA VIE

The Ancient Seas exhibition illustrates key discoveries such as the existence of ancient tropical shorelines in Manitoba, revealed through two sites discovered in the province, and a new genus of horseshoe crab, 100 million years older than any one previously known.

L’exposition Mers anciennes dépeint les principales découvertes notamment les rives d’une mer tropicale ancienne repérées dans deux sites au Manitoba, et un nouveau genre de limule, antérieur de 100 millions d’années à tout autre limule connu.

« Pour certaines des créatures, de nombreux modèles se sont succédé – les premiers modèles que nous a envoyés Phlesch Bubble n’avaient rien à voir avec ceux qui ont finalement été utilisés –, se remémore M. Young. Comme nous connaissons très bien la région, nous avons pu corriger des détails aussi précis que l’angle des rides dans les sédiments du fond océanique. C’est l’une des meilleures représentations d’une mer ancienne dans le monde. »

plus interactives et dynamiques. En outre, une rénovation de la Galerie de l’histoire de la Terre était prévue pour 2008. Après avoir pesé diverses possibilités, le Musée du Manitoba a décidé de s’inspirer du modèle d’animation vidéo adopté par le Musée Field pour sa salle Evolving Planet.

L’exposition Mers anciennes dépeint les principales découvertes qu’ont faites Graham Young et son équipe de chercheurs, notamment les rives d’une mer tropicale ancienne repérées dans deux sites au Manitoba, et un nouveau genre de limule, antérieur de 100 millions d’années à tout autre limule connu. Ce dernier, prélevé près d’organismes remarquablement préservés – méduses, scorpions de mer et algues –, est une rare trouvaille, puisque seules quelques dizaines de sites où subsistent des tissus mous sont répertoriés dans le monde. Ces passionnantes découvertes ont coïncidé avec plusieurs mesures que prenait le musée pour rendre ses expositions

« Le site de Churchill est remarquable; c’est l’un des rares endroits au monde où on peut réellement observer un lieu ancien en trois dimensions. C’est là où nous avons trouvé le plus grand trilobite au monde et où on peut voir beaucoup d’autres fossiles extraordinaires. Quand a surgi l’idée de créer une animation multidimensionnelle, le choix de l’époque et du lieu à dépeindre s’est tout de suite imposé, explique M. Young. Notre exposition conjugue donc technologie d’animation et connaissances de pointe sur ces plantes et créatures marines disparues. Elle offre au visiteur une expérience viscérale qui l’aide à comprendre l’évolution, la biodiversité, les communautés biologiques, les plaques tectoniques et le temps géologique.

mars/avril 2012 • muse 37


BREATHING NEW LIFE INTO OLD FOSSILS

“The Churchill Formation is amazing because it’s a snapshot of an entire Ordovician community.” Lars Fields

Phlesch Bubble Animator

« La formation de Churchill est fascinante parce qu’elle procure un instantané d’une communauté complète de l’Ordovicien. » Lars Fields

Phlesch Bubble animateur

As more people become concerned about climate change, the Ancient Seas exhibition is of great relevance, Dr. Young says.“Ancient Seas is very clear evidence of global change — the world has certainly changed beyond recognition. This exhibition enhances people’s knowledge of the world that immediately surrounds us so they can understand how our environment adapted to what it is today.” Many marine creatures are now brought to life through this virtual exhibition. Giant trilobites plough through the silt, searching for prey, and are in turn hunted by large endocerid cephalopods. Polychaete worms scavenge a dead trilobite. Eurypterids, nautiloid cephalopods, and conodont animals swim past. Hydrozoan jellyfish pulse with the plankton. Lars Fields and Jillian Rose, the animation team from Phlesch Bubble, took a number of unusual steps to ensure realism, including adopting an aquarium of modern-day arthropods and spending hours watching pieces of ground meat in water to figure out how dead animal tissue would move under the sea. “We particularly like that this is a recreation of an actual preserved shoreline,” says Fields. “The Churchill Formation is amazing because it’s a snapshot of an entire Ordovician community, so Graham had immediate answers to some of the most challenging questions one must ask when building a virtual diorama.” The Manitoba Museum worked closely with Phlesch Bubble for about a year and a half, at a cost of $440,000, to become the first museum in Canada to feature a virtual diorama. This funding was part of a total of $726,000 spent on the two-year renewal of the Earth History Gallery. The development of the Ancient Seas video involved significant collaboration and consultation with resource people — not only with Phlesch Bubble animators, but with a group of scientific experts and reviewers who provided the expertise needed to bring the creatures

38 muse • march/april 2012

to life. These included: Robert Elias (University of Manitoba) — corals, sponges, environment; Randy Mooi (The Manitoba Museum) — environment, polychaetes (worms); Diana Robson (The Manitoba Museum) — seaweeds; Ed Dobrzanski (The Manitoba Museum) — environment, cephalopods; Sean Robson (The Manitoba Museum) — brachiopods; David Rudkin (Royal Ontario Museum) — trilobites, horseshoe crabs, eurypterids; Michael Cuggy (University of Saskatchewan) — eurypterids; Bill Ausich (Ohio State) — crinoids; JanOve Ebbestad (Uppsala, Sweden) — snails; Mark Purnell (Leicester, UK) — conodonts; and Björn Kröger (Berlin) and Slava Bizikov (Russia) — cephalopods. Working with a room measuring 30 feet by 16.5 feet, Exhibit Designer Stephanie Whitehouse transformed the physical space into a giant underwater “aquarium” with an observation area, information rail, specimen portholes and a fossil exhibition case. Paying careful attention to the needs of visitors both seated and standing, Whitehouse and the Museum’s Exhibits Team created an environment with optimal sight lines, clear legibility, well-appointed lighting, and greater accessibility. While the Ancient Seas animated video is the heart of the exhibition, the information rail links the video creatures to the fossils the Museum has discovered, collected, and researched. Through this exhibition, the visitor has access to the only examples of jellyfish, horseshoe crabs, and seaweeds of this age known anywhere in the world. Each information pod along the rail offers information about a specific creature: the scientific name with pronunciation, common name (where applicable), a written description, an interpretive drawing, bilingual copy and, most importantly, a view (sometimes magnified) of an actual fossil. On the wall opposite the animated video and information rail, one can learn about the sponges, corals, and algae that existed in the ancient sea. Well-lit portholes provide views of fossils along with identifying information and interpretive drawings.


De vieux fossiles RAMENÉS À LA VIE

Images : © Hans Thater Screen captures / copies d’écran : © Phlesch Bubble

Au moment où l’on s’inquiète de plus en plus des effets des changements climatiques, l’exposition Mers anciennes est extrêmement pertinente, ajoute M. Young. « Elle prouve concrètement que notre planète se transforme et qu’elle a déjà changé au point d’en être méconnaissable. L’exposition permet aux gens de mieux connaître le monde qui les entoure et, donc, de mieux comprendre en quoi notre environnement s’est adapté pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. » Cette exposition virtuelle ramène à la vie de nombreux organismes marins. Des trilobites géants se taillent péniblement un chemin dans le limon, en quête d’une proie, et sont à leur tour pourchassés par de grands céphalopodes endocérides. Des vers plychètes assiègent un défunt trilobite, tandis que s’éloignent des euryptérides, des céphalopodes nautiloïdés et des conodontes. Des méduses hydrozoaires suivent les mouvements du plancton. Lars Fields et Jillian Rose, l’équipe de Phlesch Bubble qui a créé l’animation, ont eu recours à des méthodes plutôt inhabituelles pour en assurer le réalisme, allant jusqu’à adopter un aquarium d’arthropodes d’aujourd’hui et à observer pendant des heures de la viande hachée plongée dans l’eau pour comprendre les mouvements des tissus d’animaux morts en milieu sous-marin. « Le fait que nous avions à recréer un littoral encore préservé nous plaisait beaucoup, déclare Lars Field. La formation de

Churchill est fascinante parce qu’elle procure un instantané d’une communauté complète de l’Ordovicien. Graham pouvait donc trouver réponse à certaines des questions les plus pointues qu’on doit poser quand on conçoit un diorama virtuel. » Le Musée du Manitoba a travaillé en étroite collaboration avec Phlesch Bubble pendant environ un an et demi, pour devenir le premier musée au Canada à présenter un diorama virtuel. L’entreprise a coûté 440 000 $, puisés à même le budget total de 726 000 $ affecté à la rénovation de la Galerie de l’histoire de la Terre qui s’est déroulée sur deux ans. La création de la vidéo de Mers anciennes a nécessité une ample collaboration et la consultation d’une foule de spécialistes et d’examinateurs scientifiques, outre l’équipe de Phlesch Bubble, qui ont fourni l’expertise essentielle pour donner vie aux créatures. Ces personnes sont, entre autres : Robert Elias (Université du Manitoba) — coraux, éponges, environnement; Randy Mooi (Musée du Manitoba) — environnement, plychètes (vers); Diana Robson (Musée du Manitoba) — algues; Ed Dobrzanski (Musée du Manitoba) — environnement, céphalopodes; Sean Robson (Musée du Manitoba) — brachiopodes; David Rudkin (Musée royal de l’Ontario) — trilobites, limules, euryptérides; Michael Cuggy (Université de la Saskatchewan) — euryptérides; Bill Ausich (État de l’Ohio) — crinoïdes; Jan-Ove Ebbestad (Uppsala, Suède) — escargots; Mark Purnell (Leicester, R.-U.) — conodontes; Björn Kröger (Berlin) et Slava Bizikov (Russie) — céphalopodes.

mars/avril 2012 • muse 39


BREATHING NEW LIFE INTO OLD FOSSILS

Did you know? The Manitoba Museum is home to over 2.7 million artefacts and specimens.

Saviez-vous que ... Le Musée du Manitoba loge de plus de 2,7 millions d’objets et de spécimens.

The exhibition has won several significant awards. The Canadian Museums Association gave it top honours in their Outstanding Achievement in the Exhibitions category in 2011. WHERE Magazine named it the province’s best new attraction for 2010, and in November of the same year, it received an award for Best Scientific Visualization at the Red Stick International Animation Festival in Baton Rouge, Louisiana. It also won the Red Stick International Animation Festival 2010 Sci-Am Award for excellence in scientific animation in the Natural Science category. The grand opening of Ancient Seas captured the attention of the general public, resulting in considerable press coverage and requests from community groups for public presentations. The exhibition has been featured in The Winnipeg Sun (March 26, 2010) and Maclean’s Magazine (May 24, 2010). The front page of the Arts and Life section of the Winnipeg Free Press (March 25, 2010), devoted a full page to the research and process involved in creating the exhibition. Through utilizing new technologies and continuing to pursue progressive research, museums can and will maintain their standing as some of the best places in the world to be educated and entertained. Ancient Seas has become a popular attraction for Manitobans and tourists of all ages. From the moment they spot the signage above the entrance way and the ever-changing colourful animation of the sea within, they are drawn into the exhibition to see its ancient world with all its drama and suspense. Each creature tells a story through its animation. Each fossil confirms the reality of its existence. M Ancient Seas would not have been possible without the generous financial support of the Province of Manitoba, The Manitoba Museum Foundation and Manitoba Hydro. Various organizations also provided research support, including the Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada, The Manitoba Museum Foundation, University of Manitoba, Royal Ontario Museum Governors, National Geographic Committee for Research and Exploration, Churchill Northern Studies Centre and the Manitoba Geological Survey.

40 muse • march/april 2012


De vieux fossiles RAMENÉS À LA VIE

Dans la salle de 9 mètres par 5 mètres où loge l’exposition, la conceptrice Stephanie Whitehouse a aménagé un « aquarium » sous-marin géant assorti d’une zone d’observation et de blocs d’information, des hublots derrière lesquels s’encaissent des spécimens et un étalage de fossiles. Veillant aux besoins de tous les visiteurs, qu’ils soient debout ou assis, Mme Whitehouse et l’équipe des expositions du musée ont créé un environnement qui permet un visionnement optimal et une excellente lisibilité, doté d’un éclairage parfaitement adapté et d’une grande accessibilité. Bien que la vidéo d’animation Mers anciennes constitue le cœur de l’exposition, elle s’accompagne d’un support d’information qui fait le lien entre les créatures qui la peuplent et les fossiles que le musée a découverts, prélevés et étudiés. Les visiteurs ont accès, dans cette exposition, aux seuls spécimens de méduses, de limules et d’algues de cette période dans le monde. Chaque bloc d’information le long du support renseigne le visiteur, en français et en anglais, sur l’une des créatures recréées : nom scientifique et prononciation, nom commun (s’il y a lieu), texte descriptif, dessin d’interprétation et, qui plus est, illustration (parfois grossie) d’un vrai fossile. Sur le mur qui fait face aux écrans et au support d’information, on aperçoit des éponges, des coraux et des algues qui peuplaient la mer ancienne. Derrière des hublots, on découvre des fossiles mis en valeur par un savant éclairage, de concert avec des renseignements d’identification et des dessins d’interprétation. L’exposition a remporté plusieurs prix importants. L’Association des musées canadiens lui a décerné en 2011 son prix d’excellence dans la catégorie des expositions. Le magazine WHERE l’a qualifiée de meilleure nouvelle attraction touristique dans la province en 2010. Et, en novembre 2010, à l’occasion du Red Stick International Animation Festival à Bâton-Rouge, en Louisiane, l’exposition recevait le prix de la meilleure visualisation scientifique, de même que le prix Sci-Am pour

l’excellence en animation scientifique dans la catégorie des sciences naturelles. L’inauguration de l’exposition Mers anciennes a capté l’attention du grand public et a donné lieu à une grande couverture de presse ainsi qu’à des demandes de présentations publiques de la part de groupes communautaires. Elle a fait l’objet d’un article dans le quotidien The Winnipeg Sun (26 mars 2010) et le magazine Maclean’s (24 mai 2010), ainsi que la une de la section des Arts du Winnipeg Free Press (25 mars 2010) où on décrivait les travaux de recherche et le processus de création qui ont mené à l’exposition. Grâce au recours aux nouvelles technologies et à la poursuite de travaux de recherche novateurs, les musées peuvent continuer - et continueront ­— de compter parmi les meilleurs endroits au monde où apprendre et se divertir. L’exposition Mers anciennes est devenue une attraction populaire auprès des Manitobains et des touristes de tous âges. Dès qu’ils aperçoivent le panneau à l’entrée de la salle et la recréation haute en couleur et en perpétuel mouvement de la vie sous-marine qui s’y trouve, les visiteurs sont happés par l’exposition et transportés dans une mer ancienne spectaculaire riche en suspense. Chaque créature raconte, par la voie de l’animation, son histoire fabuleuse. Chaque fossile ancre cette histoire dans la réalité. M La présentation de l’exposition Mers anciennes n’aurait pas été possible sans le généreux appui financier de la Province du Manitoba, de la Fondation du Musée du Manitoba et d’Hydro-Manitoba. Diverses organisations ont également offert leur concours pour la recherche, y compris le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, la Fondation du Musée du Manitoba, l’Université du Manitoba, les Gouverneurs du Musée royal de l’Ontario, le Comité pour la recherche et l’exploration du National Geographic, le Centre d’études nordiques de Churchill et la Commission géologique du Manitoba.

mars/avril 2012 • muse 41


Muse