Issuu on Google+

Rêverie Sanguine

[Tapez une citation prise dans le document ou la synthèse d'un passage intéressant. Vous pouvez placer la zone de texte n'importe où dans le document. Utilisez l'onglet Outils de zone de texte pour modifier la mise en forme de la zone de texte de la citation.]

de Céline Leclère

L’Ombre et la Lumière de l’Imaginaire


[Tapez une citation prise dans le document ou la synthèse d'un passage intÊressant. Vous pouvez placer la zone de texte n'importe oÚ dans le document. Utilisez l'onglet Outils de zone de texte pour modifier la mise en forme de la zone de texte de la citation.]

http://ombre-et-lumiere-de-l-imaginaire.over-blog.com

- Avril 2011 -


Saya lèves toi !!!! Me cria ma tante du salon.

Encore endormie je jetai un œil au réveil. 8H: Mince encore en retard! Je me levai rapidement, enfilai un jean et un vieux tee-shirt de la veille et descendis en trombe au rez-de-chaussée. Ma tante leva les yeux au ciel en me voyant me ruer vers la porte d'entrée sans même prendre le temps d'avaler quelque chose. 

Bonne journée, me lança-t-elle alors que je dévalai la rue pour rejoindre l'arrêt de bus.

Heureusement j'arrivai en même temps que le car. J'entrai et me dirigeai vers le fond. Chaque matin c'était là mon petit rituel, je m'asseyais et lisais calmement jusqu'à l'arrivée au lycée, sauf que maintenant j'allais à la fac, guère plus éloignée. J'en oublie les présentations! Je me prénomme Saya et j'ai dix huit ans. Mon prénom n'est effectivement pas banal, il est japonais tout comme ma mère. Mais depuis le décès de mes parents lorsque j'avais cinq ans, je vis chez ma tante Vivian dans un petit appartement parisien. J'étais plongé dans mon roman lorsqu'une voix interrompit ma transe : 

Bonjour, je peux m'asseoir ?

Je marmonnai sans relever les yeux, frustrée qu'on ose interrompre ainsi ma lecture. Mais l'inconnu ne me laissa pas tranquille pour autant. 

Qu'est ce que tu lis ?

Quelle belle voix mais je la trouvais plutôt agaçante vu les circonstances! Excédée je relevai la tête avec l'idée de remettre vite fait bien fait cet enquiquineur à sa place mais en levant les yeux, je restai bouche bée. Je me contentai de le fixer, l'air béat. Jamais dans ma vie je n'avais croisé pareil regard. Ses yeux étaient d'un vert tellement clair et intense qu'ils semblaient presque jaunes à la lumière, comparables à des yeux de chat. Le reste de sa personne était tout aussi fascinante. Le jeune homme d'une vingtaine d'années paraissait plutôt grand, sans doute un bon mètre quatre vingt et je ne pus m'empêcher de regarder son torse ou l'on devinait aisément une légère musculature. Ses yeux étaient encadrés par une tignasse sombre et rebelle et il affichait un curieux sourire, un mélange de timidité et de malice. Je jetais rapidement un coup d'œil à ses vêtements, il portait un blouson de cuir usé qui lui donnait un air tout particulièrement sexy. Me sentant stupide à l'examiner ainsi je lui rétorquai bêtement 

Bah... un livre.

Et voilà, pour une fois que j'avais l'occasion de rencontrer un inconnu plutôt séduisant où disons vraiment très séduisant, je brisais en à peine deux répliques toutes mes chances de faire sa connaissance.


 

 

Hé ça va ? Me demanda-t-il en me secouant légèrement, l'air inquiet. Euh oui, désolée quand je lis je suis toujours ailleurs, c'est du fantastique, une histoire d'amour impossible, ce n'est sûrement pas ton genre, tentais-je curieuse d'en apprendre un peu plus. Pas spécialement, lâcha l'étranger. Au fait, je m'appelle Ethan et toi ? Saya, lâchais-je timidement avant de retourner à mon livre.

Il n'insista pas et je l'observai du coin de l'œil placer ses écouteurs et augmenter le volume de son Ipod. Agacée par ma stupidité, je rangeai mon livre et fermai les yeux, imaginant derrière mes paupières une toute autre scène où j'aurais réussi à tenir la conversation avec ce charmant inconnu.

Je m'éveillai en sursaut. Il faisait nuit. D'un coup d'œil je consultai ma montre, il était vingt deux heures. Comment diable avais-je pu dormir aussi longtemps ? J'étais encore dans le bus d'ailleurs. 

Allez Saya réveilles toi, me dis-je en me pinçant le bras.

Aie ! Je ne rêvais donc pas. Sentant la panique me gagner je sortis mon portable pour appeler ma tante. Pas de réseau. Je n'allais quand même pas rester dans ce fichu bus toute la nuit! Déterminée à rentrer chez moi au plus vite, j'appuyai sur le bouton pour activer la porte et restai figée devant ce spectacle. Je n'étais plus dans ma banlieue parisienne si familière, j'étais... ailleurs. Tout semblait différent et je n'avais aucune idée de l'endroit ou je me trouvais. Je commençai à prendre peur. N'étant pas paranoïaque de nature, ces ruelles sombres et désertes me donnaient tout de même la chair de poule. J'entendais le bruit de mes bottines claquer sur les dalles et sentis mon cœur s'accélérer. Je redoutais de toutes mes forces de croiser quelqu'un. A part une prostituée ou un drogué j'avais du mal à m'imaginer rencontrer un gentil passant qui me ramènerait chez moi. Au bout de plusieurs mètres je sentis ma nuque se glacer comme si j'étais épiée. Essayant de mettre davantage de distance entre moi et cette présence mystérieuse j'accélérai le pas jusqu'à me retrouver face à un mur de brique. Un cul de sac il ne manquait plus que ça! Je déclarai mentalement cette journée comme étant la pire de ma vie. Dire que je m'étais endormie en rêvant de ce jeune homme, Ethan.  Saya ?

Je sursautai violemment, cherchant des yeux l'origine de cette voix.  Ethan! M'exclamais-je en le reconnaissant, que fais-tu ici?  Tu ne devrais pas être là, lâcha-t-il en me prenant fermement par le bras, rentre

tout de suite chez toi !  Mais ça va pas! T'es fou ! Hurlais-je en me dégageant, on est où ?


Un long silence suivit ma question. Décidée à ne pas en rester là je continuai mon interrogatoire  Mais t'es qui bon sang ?  Viens ne restons pas là, coupa Ethan il faut d'abord te mettre en sécurité, ensuite

je te dirais tout. A peine eut-il fini sa phrase qu'une masse sombre s'abattit sur moi. Sentant une douleur fulgurante à la base de la gorge je hurlai en me débattant, mais mon agresseur, me plaqua contre le mur et enfonça de nouveaux ses crocs dans mon cou. Je croisai en un bref instant ses yeux rougeoyant avant de réaliser qu'il s'abreuvait de mon sang! C'était impossible, j'avais fantasmé sur ces créatures toute ma vie, pensant que cet univers valait mieux que ma réalité d'orpheline. Mais jamais au grand jamais je n'avais imaginé tout cela vrai. Je délirais voilà tout! Il s'agissait simplement d'une illusion créée par une imagination débordante! Je cessai de me débattre, sentant mes dernières forces me quitter au fur et à mesure que je me vidais de mon sang et la dernière chose que j'aperçus avant de sombrer, ce fut Ethan m'arrachant des griffes du monstre. Je sentis qu'on me secouait. En soulevant les paupières, je découvris deux émeraudes me fixant d'un air inquiet et des bras me soulevant de terre. Je n'eut pas le temps de prononcer un mot avant de sombrer à nouveau dans un sommeil profond. Je m'éveillai brusquement et porta la main à ma gorge, je sentais encore la blessure ; deux marques de crocs. La marque des vampires. Encore sous le choc de mon agression j'observais les alentours. Je me trouvais dans un petit appartement d'une pièce. Seul le canapé ou j'étais allongée trônait en plein milieu de la pièce. Aucun meuble, rien sur les murs, pas de cuisine comme si personne n'y vivait. J'entendis Ethan pousser la porte d'entrée  Saya tu es levée, tu as faim ?  Servi de repas à un vampire ça m'a coupé l'appétit...  Je sais que toute cette histoire peut choquer. Mais ici tu es chez moi il ne

t'arrivera rien, me rassura-t-il. Étrangement depuis qu'il était entré dans l'appartement, la peur que je ressentais jusque là s'était envolée. Je me sentais sereine lorsqu'il se trouvait près de moi, presque heureuse même.  Je suis en train de rêver n'est ce pas ? Demandais-je pourtant sûre que tout cela

ne pouvait être réel.  Non nous ne sommes pas dans ton imagination mais bien dans la réalité Saya, m'expliqua-t-il sérieusement.  Et toi qui es tu vraiment ? Réponds moi cette fois tu me dois bien ça!  Je suis... un vampire. Sa révélation me fit l'effet d'un coup de poing.


 Sérieusement Ethan ne te fiches pas de moi !  Je croyais que nous étions dans un de tes fantasmes Saya, me susurra-t-il

soudain amusé. N'est-ce pas là la vérité ? Oses me faire croire que dans tes rêves les plus secrets tu n'as jamais espérer rencontrer un beau vampire comme moi ? Pourquoi cela serait si difficile à croire ?  Tu lis dans mes pensées ? M'étonnais-je en me remémorant les héros de mes romans.  Ne sois pas idiote, il suffit de te regarder pour te comprendre, tu es si... humaine. Perdue je me levai et fis les cent pas dans la pièce. J'avais la chance de vivre une expérience unique, hallucinatoire soit, mais quand même, et voilà qu'un type sorti tout droit de mon imagination allait tout gâcher!  Saya je suis vraiment un vampire mais je n'attaque pas les humains, me

chuchota le beau brun en s'approchant doucement de moi. Fais moi confiance j'ai pris cette décision il y a longtemps tu ne risques absolument rien avec moi, mais dehors le danger rôde alors s'il te plaît restes avec moi cette nuit. Je ne sus quoi répondre devant son regard implorant. Je n'avais jamais ressenti ça pour personne. Ethan exerçait sur moi une attirance quasi magnétique, il chassait ma peur par sa seule présence. Il avait beau être irréel et soit disant vampire cela ne changeait rien, il me fascinait d'une manière incontrôlable. Je me rapprochai lentement de lui et nos regards se croisèrent. Nous étions maintenant tellement proche que je pouvais sentir la chaleur de son corps et l'odeur épicé de sa peau. Légèrement étourdie par cette intime proximité, je plaçai tendrement la main sur son torse, la paume contre son cœur.  Comment peux-tu être un vampire! M'exclamais-je en reculant brusquement,

ton cœur bat!  Je ne suis pas un humain changé en vampire, je suis né vampire. Il est très rare pour les vampires de procréer je suis une des rares exceptions. Nous les sangs purs n'avons rien à voir avec les humains changés en vampire qui sont incapables de contrôler leur soif de sang comme celui que tu as vu tout à l'heure, m'avoua-t-il en me fixant.  Je ne comprends plus rien, m'apitoyais-je, je suis certaine d'être dans mon imagination mais comment aurais-je pu inventer tout cela... Il faut que je me réveille et que je retrouve ma tante je ne sais pas à quelle vitesse passe le temps ici je ne comprends plus... Ethan me fit taire d'un baiser. Mon premier baiser. J'avais toujours fui les autres de peur de connaître à nouveau la perte d'un être cher mais je n'avais pas réussi à me tenir loin d'Ethan. Ses lèves n'étaient, contrairement à ce que je pensais savoir des vampires, nullement glacées. Au contraire elles approchaient la perfection comme le reste de sa personne. Prise par le doute, je le repoussai légèrement.  Ethan... j'ai besoin de savoir si je suis devenu folle ou non.  Tu n'es pas folle, je te l'assure. Viens avec moi, dis-t-il en me prenant la main.


Nous quittâmes l'appartement et je le suivis dans la rue. Encore sous le choc de la dernière attaque, je lui agrippai le bras ce qui le fit sourire. Je n'avais vraiment pas envie de rencontrer à nouveau l'un de ces « vampire-ex-humain ».  Hé ! Je t'ai vu sourire ! Ne te moques pas c'est assez humiliant comme ça, me

fâchais-je.  Je n'ai rien dis! N'ai pas peur je suis largement plus fort qu'eux! N'oublies pas

que je suis un vampire de sang pur, se vanta-t-il en me souriant de nouveau et en serrant davantage sa main dans la mienne. Quelques mètres plus loin, Ethan s'arrêta devant un bâtiment qui ressemblait à un bar miteux. Un vieux néon indiquait le NightBar, ce qui me fit douter de nouveau. Croyez moi si j'avais rêvé d'un bar j'aurais trouvé plus inventif que le « NightBar ». Je me postai face à lui, les mains sur les hanches :  Vraiment ? Tu n'emmènes dans un bar ? Lui demandais-je un poil désappointé.  Pas vraiment, me répondit-il en m'entraînant vers une femme rousse au

comptoir. Je fixais la rouquine en face de moi sans comprendre. Je vis Ethan lui murmurer à l'oreille et elle s'adressa enfin à moi :  Je vais devoir te ramener chez toi. Tu n'as pas ta place ici c'est trop dangereux.

Je n'ai pas le temps de t'expliquer comment; tu le découvriras en temps voulu.  Mais qui es tu ? L'interrogeais-je. Je la vis échanger un coup d'œil avec Ethan qui hocha la tête, comme pour l'inciter à continuer.  Je suis une sorcière mais dépêchons nous, plus de questions, il faut agir vite!

Son aveu me laissa perplexe. Des vampires et maintenant des sorcières. Je m'attendais presque à voir débouler un loup garou au point où j'en étais! La jeune femme s'excusa et se dirigea vers le fond du bar sans donner d'explication. Prise d'un élan soudain je pris Ethan dans mes bras en lui chuchotant :  Je ne sais pas si tout cela est réel ou non mais je veux que tu saches que j'ai

passé la meilleure soirée de ma vie. La sorcière va me ramener chez moi je l'ai bien compris mais une fois revenu dans mon monde je ne pourrais plus te contacter alors ne m'oublie pas... et retrouve moi car je suis en train de tomber amoureuse... Je m'arrêtai pour entendre sa réponse et c'est ce moment que choisit la sorcière pour revenir vers nous. Je la maudis intérieurement. Elle me tendit une étrange mixture en m'ordonnant de la boire. Je refusais que cette nuit se termine. J'avais fais la connaissance d'un vampire, j'étais tombée amoureuse de ce dernier et je vivais enfin


comme les héroïnes que je chérissais tant. Ethan semblait aussi malheureux que moi et je le vis se pencher vers moi tendrement :  Je te retrouverais, me susurra-t-il avant de m'embrasser.

Redoutant l'hésitation, je pris la fiole et la bu d'un trait, convaincue que si il s'agissait d'un fantasme, je l'avais partagé avec lui. Ethan pouvait être réellement un vampire ou juste un simple rêveur tout comme moi, mais réalité ou illusion, nos deux âmes s'étaient trouvées et se retrouveraient un jour, j'en étais certaine. Je me réveillai en sursaut, allongée au fond du bus. Je consultai directement ma montre. 8H30. Comment cela était-il possible ? J'avais donc rêvé tout cela en à peine une demi heure? Je sentis mon cœur ce briser à cette pensée, Ethan avait disparu, j'avais tout imaginé. Je posai mon front sur la vitre glacée et sentis les larmes ruisseler sur mes joues. Je restai ainsi plusieurs minutes, souhaitant me retrouver de nouveau à ses côtés. En entendant le chauffeur annoncer mon arrêt, j'ouvris les yeux et face à mon reflet, je distinguai avec surprise deux points rouges à la base de mon coup. Effleurant les marques du bout des doigts, mon cœur manqua un bond. Je me levai et me dirigeai vers la sortie du bus, certaine d'y retrouver mon vampire.



Rêverie sanguine