Issuu on Google+

Bisphosphonates Tolérance

Mickaël Rousière Hôpital Saint-Antoine (APHP), Paris www.francis-berenbaum.com


La découverte des bisphosphonates Connu dès 1865 Utilisé dans l’industrie anti-calcaire

1968 : H Fleisch In vitro : ⇓ précipitation du phosphate de calcium ⇓ dissolution du phosphate de calcium In vivo : ⇓ calcifications vasculaires ⇓ résorption osseuse +++


Action des bisphosphonates 

Puissants inhibiteurs de la résorption osseuse Normal Osteoclast

Osteoclast Following Uptake of BP

Cytoskeletal disorganization Cell death by apoptosis

Loss of ruffled border Altered vesicular trafficking

AMM dans pathologies associées à une augmentation de la résorption osseuse  

Hypercalcémies, métastases osseuses, myélome multiple Ostéoporose, maladie de Paget


Panorama des bisphosphonates O O HO N

N

CH2 C OH HO P

OH

O

Cl

OH

CH2 C

OH

N

HO P

OH

O

RISEDRONATE

O HO

P OH

HO

C CH2 CH2 N

HO

P OH

(CH2 )4 CH3

O

O

OH

S C H HO P

CH3

IBANDRONATE

ZOLEDRONATE

O HO P

P

HO

P OH

OH

HO P

OH

HO C

CH2 CH2 CH2 NH2

HO P OH

O

O

TILUDRONATE

ALENDRONATE

O HO Cl HO

O

P OH C Cl

HO P OH O

P OH

HO P

OH

O

CH3 C

OH

CLODRONATE

HO P

OH

O

ETIDRONATE

HO C CH2 CH2 NH2 HO P OH O

PAMIDRONATE


Qu’attendre d’un traitement par bisphosphonate dans l’ostéoporose 

Réduction des fractures vertébrales

Réduction des fractures non-vertébrales

Réduction des fractures de la hanche

Action rapide de la protection fracturaire

Efficacité dans les RCT et dans la vraie vie

… mais avec un profil de tolérance acceptable !


Les bisphosphonates sont une arme efficace dans la guerre contre l’ostéoporose ? • Echantillon (20 %) dela baseMedicareentre1985 et 2005 • Recueil des FESF chez les sujets deplus de65 ans

Brauer CA al. JAMA 2009


Les bisphosphonates en pratique clinique Avantages 

Réduit le risque de fracture vertébrale (50 à 70%) et le risque de fracture de l’ESF (30 à 40%)

Formes galéniques multiples : comprimé (quotidien, hebdomadaire, mensuel) et IV (trimestriel ou annuel)

Inconvénients 

Prise à jeun indispensable

Prise à distance du calcium

Syndrome pseudogrippal pour les formes IV


Prise du calcium et Bisphosphonates Etude Internet et téléphonique (Harris Interactive) 1004 femmes interviewées en Fév 2005; 372 sous ALN ou RIS 

Avez-vous déjà pris le supplément calcique en même temps que l’ALN ou le

No

RIS ? 

Avez-vous déjà pris le

Yes

supplément calcique dans les 30 minutes suivant la prise de l’ALN ou du RIS ?

26% répondent “oui” aux 2 questions Dawson-Hughes B et. al., Osteoporos I nt 2006


La tolérance des bisphosphonates passée à la loupe… de l’EBM


TolĂŠrance digestive des bisphosphonates


Tolérance digestive et bisphosphonates 

1er cas d’œsophagite sous PAM oral

Phase 3 des BP ALN, RIS, IBN : incidence comparable des SAE

Lufkin et al. Osteoporos I nt 1994

du tube digestif haut ALN RIS

Bauer DCet al. Arch I ntern Med. 2000 Taggart H et al. Mayo Clin Proc. 2002


Tolérance digestive et bisphosphonates 

3 cas d’œsophagite sous ALN oral décrit en 1996 (post-commercialisation)

Liées aux mauvaises conditions de prise 

Pathologies oesophagiennes antérieures

Poursuite du traitement malgré les symptômes

Prise avec peu ou pas d’eau

Orthostatisme non respecté

Rapport ayant conduit à modifier la notice et le RCP deGroen PCet al. New Engl J Med 1996


Données comparatives endoscopiques risédronate/alendronate • 300 volontaires saines ménopausées recevant pendant 14 jours • alendronate 10 mg/j (n=317) • risédronate 5 mg/j (n=318) • Evaluation endoscopique (J-1, J8 et 15) + interrogatoire • EI digestifs hauts

: 8,8 % ALN vs 5,7 % RIS

• ulcère gastrique

: 12,1 % ALN vs 6,0 % RIS (p=0,013)

• la présence d’HP n’augmente pas le risque d’ulcère sous BP Thomson et al. J Rheumatol 2002


Données comparatives dans la vraie vie risédronate/alendronate • Etude observationnelle rétrospective (registres) 2000-2002 • Femmes de plus de 65 ans avec 1ère prescription (Moy 76 ans) • alendronate 5, 10, 35 et 70 mg/j (n=5255)

[ATCD GI : 11.0 %]

• risédronate 5 mg/j (n=865)

[ATCD GI : 13.8 %]

Tolérance GI à 4 mois

Miller R et al. AmJ Manag Care. 2004;10:S207-S215


Tolérance digestive des génériques Etude de registre d’Israël (n=6962) entre 2001 et 2005

Halkin H et al. Ann Pharmacother 2007


Tolérance digestive des génériques Etude de registre canadienne (n=32.804) entre 2002 et 2007

Sheehy et al. Osteoporos Int 2008


Cancer de l’œsophage et bisphosphonates : info ou intox ?

Volume 360 — January 1, 2009 — Number 1 • 23 cancers de l'œsophage entre octobre 1995 et mai 2008 sous alendronate (temps médian : 2,1 années) • 31 cas en Europe et au Japon, dont 21 cas sous alendronate • Localisation : œsophage distal ++ • Antécédent d'endobrachyœsophage : 4 cas • Lien de causalité incertain • A éviter si antécédent d'endobrachyœsophage ??? Wysowski DK. N Engl J Med. 2009;360:89-90


Cancer de l’œsophage et bisphosphonates : info ou intox ? Are patients treated with oral bisphosphonates at increased risk of esophageal cancer? (OC35) • Etudedanoisesur la basedes registres desanté(entre1995 et 2005) • Etudecas-témoins : bisphosphonates (n = 15.795) vs contrôle(n = 31.590)

Abrahamsen B. Bone. 2009;44 (Suppl 2),S225


Syndrome pseudo-grippaux et bisphosphonates


Syndrome pseudo-grippaux et zolédronate Symptômes courants (≥ 5 %) au cours des 3 jours le ZOL 5 mg

1ère perfusion : 1/3 2nde perfusion : 1/15 3ème perfusion : 1/35

Black DM. N Engl J Med. 2007


TolĂŠrance musculo-squelettique des bisphosphonates


Douleurs musculaires et/ou articulaires sous bisphosphonates 

Cas princeps (FDA) : Wysowski DK et al. Alendronate and risedronate: reports of severe bone, joint, and muscle pain. Arch Intern Med 2005 (116 cas ALN et 6 cas RIS)

Alerte 7/1/08

Douleurs osseuses, articulaires, musculaires sévères sous BP

Apparition au bout de quelques jours, mois ou années (1 jour à 52 mois, moyenne = 91 jours)

Disparition à l’arrêt des bisphosphonates inconstante (66 %)

Les facteurs de risque et l’incidence des douleurs musculosquelettiques sévères associées aux BP sont inconnus

Envisager l’arrêt temporaire ou définitif si besoin http://www.fda.gov/cder/drug/infopage/bisphosphonates


TolĂŠrance oculaire des bisphosphonates


Rares mais sérieux effets secondaires ophtalmologiques sous bisphosphonates pamidronate221 cas

alendronate 180 cas

étidronate21 cas

risédronate10 cas

clodronate 6 cas

conjonctivitenon spécifique

72

30

3

7

--

uvéite

66

19

--

--

--

troubles dela vision

24

94

18

2

5

sclérite

19

4

--

1

--

douleur oculaire

16

33

--

--

--

photophobie

14

--

--

--

1

épisclérite

10

--

--

--

--

Fraunfelder et al. N Engl J Med 2003


Tolérance rénale des bisphosphonates


Résumé des caractéristiques des produits Raloxifène

Contre-indiqué si insuffisance rénale sévère (DFGe < 30 ml/min)

Tériparatide

Contre-indiqué si insuffisance rénale sévère (DFGe < 30 ml/min)

Ranélate de strontium

Contre-indiqué si insuffisance rénale sévère (DFGe < 30 ml/min)

Alendronate

Contre-indiqué si insuffisance rénale sévère (DFGe < 35 ml/min)

Risédronate

Contre-indiqué si insuffisance rénale sévère (DFGe < 30 ml/min)

Ibandronate

En raison d’une expérience clinique limitée, non recommandée si DFGe < 30 ml/min)

Zolédronate

En raison d’une expérience clinique limitée, non recommandée si DFGe < 35 ml/min)


Fonction rénale et bisphosphonates  La

fonction rénale diminue avec l’âge

 Les

traitements de l’ostéoporose sont contre-indiqués en

cas d’insuffisance rénale sévère (conformément aux RCP)  L’association

diminution de la fonction rénale (DFG<60ml/min)-

diminution de la DMO est fréquente : 85 % des femmes et 58 % des hommes ostéoporotiques  Les  La

Klanwansky et al, Osteoporos I nt 2003

BP vont-ils aggraver la fonction rénale altérée ?

diminution de la fonction rénale influence-t-elle la

tolérance et l’efficacité des BP chez les ostéoporotiques ?


Risédronate 

Analysepooléede9 études dephaseI I I (n=9883 femmes) 

7 %avaient uneinsuffisancerénalesévère(DFGe< 30 ml/min)

45 %avaient uneinsuffisancerénalemodérée(30 à 50 ml/min)

Effet sur la DMO identiqueà tous les stades I RCpréterminale

I ncidencedes effets secondaires identique(peu dedosagedela PTH et pas d’histo chez les patientes en I RCsévère)

Risédronate paraît non toxique aux doses usuelles avant le stade insuffisance rénale terminale Miller et al. J boneMiner Res 2005


Alendronate 

Analysedes études FI T (n=6458 femmes) 

exclusion : créatinine> 12.7 mg/l et PTH > 85 pg/ml

9.9 %avaient un DFGe< 45 ml/min)

seules quelques patientes avaient un DFGe< 30 ml/min

Effet sur la DMO identiquequelquesoit la fonction rénale

I ncidencedes effets secondaires identique

Alendronate paraît non toxique aux doses usuelles en cas d’insuffisance rénale légère à modérée Jamal et al. J boneMiner Res 2007


Alendronate 

Analysedes études FI T (n=6458 femmes) 

exclusion : créatinine> 12.7 mg/l et PTH > 85 pg/ml

9.9 %avaient un DFGe< 45 ml/min)

seules quelques patientes avaient un DFGe< 30 ml/min

Effet sur la DMO identiquequelquesoit la fonction rénale

I ncidencedes effets secondaires identique

Alendronate paraît non toxique aux doses usuelles en cas d’insuffisance rénale légère à modérée Jamal et al. J boneMiner Res 2007


Zolédronate Tolérance rénale à long terme dans Horizon PFT (âge moyen 73 ans)

Boonen Set al. Kidney I nt 2008


Zolédronate Sous-groupe avec une variation de la Créatininémie pré/post injection > 0.5 mg/100 ml(Horizon PFT) injection

Boonen Set al. Kidney I nt 2008


Zolédronate 

Rapport de24 cas à la FDA altération dela fonction rénale(ostéoporose, Paget) entre 04/2007 et 02/2009 (moyenne: J+11 jours)

18 hospitalisations, 3 recours à la dialyseet 7 décès

50 %avaient uneco-morbidités ou un traitement néphrotoxique

modifications du RCP

La FDA insistesur les précautions d’emploi du zolédronate(absenced’I RC, hydratation suffisante, duréeperfusion ≥ 15 min)

Contrôledela créatinineavant la perfusion ! JAMA. 2009;302:838 FDA Drug Safety Newsletter. 2009


TolĂŠrance pulmonaire des bisphosphonates


Zolédronate : l’expérience irlandaise 

30 patientes avec OPM traitées consécutivement en 2008 

âgemoyen = 71.7 ans (50–85)

25/30 (83%) étaient intolérantes aux bisphosphonateoraux

9/30 (30 %) avec des ATCD pulmonaires

Dyspnéeapparuedans les 24 h post-injection (20 %) 

6 patients (2 avec ATCD d’asthme, 2 avec ATCD deBPCO)

légèreà modéréepour 5/6, résolution spontanéeen 3 jours

1/6 IRA avec passageen réanimation

MHRA UK (09/2009) : 19 cas dedyspnéeet 4 cas d’I RA Taggart et al. Osteoporos I nt. 2009 (in press)


TolĂŠrance cardiaque des bisphosphonates


Un risque accru de fibrillation auriculaire grave dans HORIZON-PFT (zolédronate) • Risqueaccru deFA graves dans l’étudeHORI ZON-PFT (1.3 %vs 0.5 %) • Lerisquedefibrillation auriculaireconcerneles événements graves • Non retrouvédans l’essai HORI ZON-Recurrent FractureTrial Facteurs derisquedesurvenuedes fibrillations auriculaires graves (n = 7,714) Facteurs

Hazard Ratio (95%CI )

p-value

Traitement

2.35 (1.43-3.88)

0.001

Age(par année)

1.07 (1.02-1.11)

0.002

I nsuffisancecardiaque

2.86 (1.12-7.25)

0.028

Tachyarythmie

6.01 (3.23-11.2)

< 0.001

Utilisation antérieuredeBP

1.81 (1.05-3.13)

0.034

ASBMR 2007 – Cummings SR et al., abstract 1056


Risque de fibrillation auriculaire et alendronate • Nouvelle analyse des études FIT • 6459 OPM, âge moyen = 69 ans • 4 années de traitement avec ALN ALN

PBO

fibrillations auriculaires

81

71

NS

2,5

fibrillations auriculaires

47

31

graves

1,5

1,0 %

p=0.07

2,2 %

Cummings SR, N Engl Engl J Med 2007


Risque de fibrillation auriculaire et alendronate • Etudecas-témoin. Femmes de30 à 84 ans : 719 cas deFA et 966 témoins • La prévalencedel'ostéoporoseétait la mêmedans les deux groupes • Utilisation del'alendronateplus fréquentechez les patients en FA quechez les patients du groupe témoin ( 6,5 %dans legroupeavec FA vs 4,1 %dans legroupetémoin, p = 0,03)

Statut pour l’alendronate

Cas deFA, n

Contrôles, n

OR

IC

Jamais utilisé

672

926

1

référence

Utiliséquelquesoit lemoment

47

40

1,86

1,09-3,15

Utilisation actuelle

27

30

1,42

0,78-2,59

Utilisation antérieure

20

10

3,27

1,43-7,47

MAIS… Une telle association n’est pas retrouvée dans l’étude cas-témoin danoise Heckbert SR et al. Arch I ntern Med 2008


Risque de fibrillation auriculaire et alendronate • Etudecas-témoin • 13.586 cas deFA et flutter et 68.054 témoins • Utilisation del'alendronatechez les patients en FA : 3,2 %dans legroupeavec FA vs 2,9 %dans legroupetémoin ( RR=0.95 [95%I C0.84-1.87] NS)

Sørensen HT et al, Br Med J 2008


Risque de fibrillation auriculaire et alendronate • Etudedanoisesur la basedes registres desanté(entre1995 et 2005) • Etudecas-témoins : bisphosphonates (n = 15 795) vs contrôle(n = 31 590)

Abrahamsen B et al. J I ntern Med 2009


Risque de fibrillation auriculaire et alendronate • Etudedanoisesur la basedes registres desanté(entre1995 et 2005) • Etudecas-témoins : bisphosphonates (n = 15 795) vs contrôle(n = 31 590)

Abrahamsen B et al. J I ntern Med 2009


Risque de fibrillation auriculaire et alendronate • Etudedanoisesur la basedes registres desanté(entre1995 et 2005) • Etudecas-témoins : bisphosphonates (n = 15 795) vs contrôle(n = 31 590)

Abrahamsen B et al. J I ntern Med 2009


Risédronate Incidence des évènements cardio-vasculaires Pas de relation de cause à effet entre la FA et l’utilisation d’Actonel Placebo (N = 5048)

Risédronate5mg (N = 5020)

Valeur

Tout évènement

70 (1.4%)

70 (1.4%)

1.0

Evènement sérieux

24 (0.5%)

29 (0.6%)

0.49

Evènement sérieux

77 (1.5%)

70 (1.4%)

0.62

Mortalitépar AVC

24 (0.5%)

7 (0.1%)

0.003

96 (1.9%)

80 (1.6%)

0.25

du p

Fibrillation auriculaire NS

AVC

Mortalitéd’originecardiovasculaire

KaramR. Letter to theeditor N Engl J Med 2007:357(7):712-713


Fibrillation auriculaire et bisphosphonates November 12, 2008

Update of Safety Review Follow­up to the October 1, 2007  Early Communication about the Ongoing Safety Review of Bisphosphonates  Nouvelle  19.687

analyse des RCT des différents bisphosphonates

patients sous bisphosphonate et 18.358 patients placebo

avec un suivi de 6 mois à 3 ans  Incidence

rare des FA. Pas de certitude d’association entre la prise

d’un bisphosphonate et le risque de FA http://www.fda.gov/cder/drug/early_comm/bisphosphonates_update_200811.htm


Bisphosphonates et fibrillation auriculaire Avis des Autorités Européennes (déc 2008) 

Le risque de FA associé aux bisphosphonates semble faible et la balance bénéfice/risque reste en faveur des BP 1

A cette date, les essais cliniques de phase III suggèrent : 

Zolédronate: 1 essai montre un risque accru de FA sévère 2

Alendronate: les études de fracture de phase III montrent une tendance non-significative d’augmentation du risque de FA sévère 3

Risédronate et ibandronate: pas d’association avec risque de FA 4,5 1. http://www.hma.eu/uploads/media/bisphophonates_and_atrial_fibrillation_AR.pdf 2. Black DM et al. 2007. N Engl J Med. 356: 1809-1822 3. Cummings SR et al. 2007. N Engl J Med. 356: 1895-1896 4. 4. Papapoulous Set al. 2008. Ann RheumDis. 67 (Suppl I I ) 5. 5. KaramR et al. 2007. N Engl J Med. 357: 712-713


TolĂŠrance osseuse des bisphosphonates


Bisphosphonates et sécurité osseuse à long terme  Longue

rémanence osseuse

 Persistance

d’un effet après l’arrêt de l���alendronate

 Augmentation

de la minéralisation secondaire sous BP

 Augmentation

des micro-cracks sous BP

 Données

publiées préoccupantes

ostéonécrose des mâchoires

fractures inhabituelles / retard de consolidation


Micro-dommages osseux et bisphosphonates


Données long terme et ostéoporose

RLX

ALN

Efficacité démontrée

4 ans

3.5 ans

8 ans

10 ans

RISE 3 ans (pivot) 5 ans (extension)

IBN

ZOL

RS

TPT

3 ans

3 ans

5 ans

21 mois

3 ans

3 ans

8 ans

21 mois

Tolérance démontrée

7 ans


Survenue de fractures inhabituelles sous bisphosphonates au long cours 

Odvina et al. JCEM 2005 : 9 cas (3 à 8 ans) n=3 : fractures de la diaphyse fémorale n=5 : délai de consolidation

Schneider et al, Geriatrics 2006 : 1 cas fracture de la diaphyse fémorale

Lee et al, J Endo Invest 2007 : 1 cas fracture de la diaphyse fémorale

Armamento-Villareal et al. NEJM 2006 : 1 cas fracture ESF

Goh et al, JBJS 2007 : 13 cas fracture ESF (9 sous ALN)

ALN


Survenue de fractures inhabituelles sous bisphosphonates au long cours


Fracture atypique de la diaphyse fémorale/sous-trochantérienne • Fracture non traumatique • Fracture fémorale diaphysaire • Trait transversal ou oblique (<30° ) • Corticales épaissies • Prise prolongée de bisphosphonate • Souvent précédée de prodromes • Consolidation retardée

Kennel et al. Mayo Clin Proc 2009


Fractures fémorales… symptômes ou effets secondaires ? • Moins de 50 cas ont été rapportés en association avec le prise de BP dans l’ostéoporose • Il n’est toujours pas établi formellement que les BP provoquent de telles fractures • Le lien avec le bas niveau de remodelage n’est pas formellement reconnu


Fractures fémorales… symptômes ou effets secondaires ? • Il n’est toujours pas prouvé formellement que les rares patients à risque ont des pathologies osseuses sousjacentes • Si cette complication existe et si on estime à plus de 10 fois le nombre de cas non encore rapporté, alors, le risque est encore inférieur à 1/100.000 PA


Fractures sous-trochantériennes Points clés 

Ces fractures ne surviennent pas uniquement dans des populations ostéoporotiques traitées

L’alendronate est utilisé depuis le plus longtemps et a la plus forte part de marché, il est donc possible que ce soit la raison pour laquelle la plupart des cas de patients sont rapportés sous ALN

 Il

n’y a pas d’étude clinique concluant à un lien de causalité entre les BP et les fractures atypiques soustrochantériennes ou de la diaphyse fémorale


Ostéonécrose de la mâchoire une complication rare, grave… surmédiatisée ?

Surface d’os exposée de la région maxillo-faciale qui ne cicatrise pas après 8 semaines d’évolution, constatée par un professionnel de santé, chez un patient qui reçoit ou a reçu des BP et qui n’a pas eu de radiothérapie de la sphère cranio-faciale


Dates clĂŠs pour les bisphosphonates : mises sur le marchĂŠ et publications


Ostéonécrose de la mâchoire Première revue de la littérature médicale par Woo en 2006 

Examine les résultats de 368 cas, suggère des stratégies de traitement et résume les recherches qui aident à la compréhension et au traitement de cette pathologie

95% des patients étaient traités avec de l’acide zolédronique IV ou du pamidronate IV ou les deux

85% des patients : myélome multiple (prévalence : 7 à 10 %) ou cancer du sein métastatique (prévalence 4 %)

4% avaient une ostéoporose

60% ont eu une extraction dentaire avant le diagnostic Woo SB, et al. Ann I ntern Med 2006;144:753-761


Les ostéonécroses de la mâchoires sous bisphosphonates Réalité de la pathologie • BP par voie orale (n=57 OP, n=7 Paget) • 1/100.000 / an • BP par voie IV dans les cancers • 1 à 10/100 / an (ZOL>PAM) Plus de 95% des ONM sont donc associées avec les bisphosphonates IV dans le traitement des cancers Kennel et al. Mayo Clin Proc 2009


Les ostéonécroses de la mâchoires sous bisphosphonates  facteurs de risque de survenue • BP : voie IV et surtout durée d’exposition • Cancers et chimiothérapie • Lésions dentaires ou buccales pré-existantes • Extraction, chirurgie, traumatisme dentaires • Gluco-corticoïdes • Intoxication alcoolo-tabagique, mauvaise hygiène buccale • Aucun intérêt démontré du dosage du CTX sérique Khosla et al. J boneMiner Res 2007 Kennel et al. Mayo Clin Proc 2009


Ostéonécrose de la mâchoire Rôle de la fréquence d’administration ZOL dans le myélome

• Incidence rétrospective des ONJ • 106 patients avec myélome • 2 groupes : • n=51 : tous les mois • n=55 : tous les mois un an puis tous les 3 mois

ONJ

Traitement tous les 3 mois : 8 fois moins d‘ONJ Corso A. Leukemia, 2007


Ostéonécrose de la mâchoire Rôle de la fréquence d’administration ZOL dans le myélome

• Incidence rétrospective des ONJ • 106 patients avec myélome • 2 groupes : • n=51 : tous les mois • n=55 : tous les mois un an puis tous les 3 mois

SRE

Traitement tous les 3 mois : pas plus de SRE Corso A. Leukemia, 2007


Positions et documents de consensus  American

Dental Association (2006)

 American

Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (2006)

 The

European Society on Clinical and Economic Aspects of

Osteoporosis and Osteoarthritis (2007)  American  Agence

Society for Bone and Mineral Research (2007)

française de sécurité sanitaire des produits de santé (2007)


Les recommandations de l’AFSSAPS dans le cadre de l’ostéoporose  BP

à instaurer: il est recommandé

d’effectuer un bilan bucco-dentaire, suivi des soins dentaires nécessaires

ces soins ne doivent pas retarder l’instauration du traitement par BP chez les patients à risque élevé de fracture

Recommandations del’AFSSAPS, décembre2007


Les recommandations de l’AFSSAPS dans le cadre de l’ostéoporose  BP

en cours: Il est recommandé de :

réaliser un suivi bucco-dentaire au moindre symptôme et, comme recommandé dans la population générale, au minimum une fois par an

effectuer les avulsions dentaires lorsqu’elles sont nécessaires, sous traitement antibiotique et de la façon la moins traumatisante possible

Les données actuellement disponibles ne permettent pas de considérer que la prise de BP pour une ostéoporose est une contre-indication à la mise en place d’un implant dentaire Recommandations del’AFSSAPS, décembre2007


Ostéonécrose des mâchoires (ostéoporose)… et risques comparés


Et mes cheveux Docteur ???


Alopécie et bisphosphonates ?

Lettre pharmacovigilance Pays-Bas

53 cas rapportés d’alopécie

49 femmes et 4 hommes

ALN et RIS (46/53)

réversible à l’arrêt dans 9 cas

mécanisme ?


Les bisphosphonates restent la classe de référence dans l’ostéoporose…

… de façon justifiée

Volume de prescription important à travers le monde

Description récente d’effets potentiellement indésirables rares mais parfois sérieux

Ces nouvelles données : 

doivent êtres connues des prescripteurs

ne doivent pas occulter la fréquence et la gravité possible de l’ostéoporose pour des médicaments efficaces et globalement bien tolérés


Merci de votre attention … « Tous les humains parlent pendant leur

sommeil, il n’y a que les conférenciers qui parlent pendant celui des autres » Jules Renard Diaporama sur : http://rhumato-saint-antoine-upmc.canal-medecine.com/


Tolérance des bisphosphonates