Issuu on Google+

★ ★ ★ ★ ★

R UR OU PO P D E R S R U O J TOU L4

Legend

ÉDITO

Anfield

NEWSLETTER DE L’OLSC - FRENCH BRANCH NO.1 25 DÉCEMBRE 2006

KD

par Georges BACCHUS

RED POUR TOUJOURS … Chacun de nous l’a été avant de rejoindre le club de supporters, et chacun de nous l’est un peu plus après l’avoir rejoint.

RED POUR TOUJOURS … C’est le cri du cœur, la formule qui exprime au mieux notre appartenance, notre attachement, notre grande fierté et, surtout, le grand amour que nous vouons à notre club légendaire. Le choix du titre était donc à la mesure de nos sentiments, le contenu de notre newsletter le sera certainement. Un simple projet évoqué lors de notre dernière assemblée générale, l’idée prend déjà corps moins de trois mois plus tard grâce aux initiatives de plusieurs membres, avec la parution de ce premier numéro.

Eh oui ... Les Reds ont du zèle, de l’énergie, des idées et beaucoup de choses à se dire et à faire partager. Car il ne faut pas oublier que la diffusion de cette newsletter sur notre site incitera probablement d’autres francophones à nous rejoindre. Les Reds, tous les Reds autour du monde, ne forment-ils pas une grande famille ? Une famille unique que les autres clubs nous envient ! Quelle que soit votre idée ou votre anecdote à raconter, elle sera la bienvenue. Toute rédaction en français, émanant d’un membre de la FRENCH BRANCH ou d’un membre d’une autre branche dans le monde, trouvera sa place dans Red pour toujours. Alors, mesdames et messieurs, à vos belles plumes !

EXPEDITEUR :

ALLEZ LES REDS …

LIVERPOOL FRANCE. ANTHONY VENTRE 10 RUE JULES VERNE, 93400 ST. OUEN - FRANCE


à la une…

Wine for my men we ride at dawn. (GB) - Du vin pour mes hommes nous partons à l’aube. (FR)

L’AMBIANCE, PUISANCE ROUGE !

PHOTOS : LFCMATT

C’était sympa. Côté bordelais, c’est toujours un peu la même chose, c’est le Virage Sud qui bouge. Les supporters Bordelais ont très bien tenu leur rang. Côté Reds, nous avons chanté et encouragé notre équipe pendant tout le match. Il y avait une bonne ambiance dans la partie visiteurs. Bien sûr, on était loin des grandes nuits européennes d’Anfield, ce n’était pas 1977 avec le Liverpool - St.Etienne ou le Liverpool - Chelsea de 2005 en Ligue des Champions, mais c’était très correct. Les Fans ont chanté et étaient motivés. Il faut également souligner qu’il y avait une bonne ambiance entre supporters des deux équipes, avant, pendant et après le match, ce qui était très agréable. L’APRÈS MATCH (LE 3E MI-TEMPS) !!!

FCGB v LFC, une affiche de rêve !

Un certain nombre de Fans sont retournés au Connemara, d’autres se sont retrouvés sur la Place de la Victoire pour faire la fête. Nous en avons aussi profité pour évoquer les prochains déplacements et discuter du match face à Manchester United. Tout cela s’est terminé fort tard...

Un rêve qui à devenu à réalité pour tous les fans des Reds en France qui espéraient bien tomber contre une équipe française en CL, car il est rare de voir notre équipe jouer ici. Le tirage au sort a placé les Girondins dans notre poule, nous étions tous très excités, car nous savions que cela annonçait un agréable voyage pour aller soutenir notre équipe. Dès que nous avons eu connaissance du tirage, les membres ont commencé à se manifester sur notre forum pour participer au déplacement. Il a fallu s’organiser très vite, car nous savions qu’il ne serait pas évident d’obtenir des tickets, que ceux-ci seraient

Nous avons passé une bonne partie de l’après-midi dans la zone du Connemara pour nous retrouver tous ensembles. Nous sommes ensuite partis vers le Stade Chaban-Delmas (qui restera toujours Lescure pour moi, mais c’est une autre histoire...).

En tant que supporter des Reds et des Girondins, le sensation de voir ces deux clubs se rencontrer été très fort mais je n’étais pas le seul dans ce cas là. Nous


LA JOURNÉE COMMENCE… Pour la plupart d’entre nous, elle a commencé par pas mal d’heures de train ! Nous avions donné comme point de ralliement le Connemara (un pub bordelais), afin de rencontrer les membres d’une autre association de supporters des Reds qui a l’habitude de se regrouper là, et aussi pour rencontrer d’autres Fans venus d’Angleterre. De notre côté, nous étions une trentaine à faire le déplacement et notre bannière, Liverpool France, était en bonne place sur la façade du pub, puis au stade.

LA RENCONTRE AVEC LES ANGLAIS. Cela se passe toujours très bien. Déjà, comme je l’ai déjà dit, il y a des Anglais et des Irlandais parmi nous. Et de toutes façons, dans la mesure où nous sommes tous Fans de Liverpool, il n’est plus question pour eux de savoir si nous sommes Français, Anglais, Belges ou Suédois ! Nous sommes avant tout Fans des Reds. Ce sont des gens très accueillants, très chaleureux. D’ailleurs, c’est aussi une des raisons de notre soutien indéfectible à ce club. Lorsque l’on se rend à Liverpool, cela va bien au-delà du foot. Pour la plupart d’entre nous, il s’agit d’une véritable histoire d’amour avec le club bien sûr, mais aussi avec cette ville et ses habitants. Les Scousers sont des gens adorables et tous ceux qui ont eu l’occasion de nous accompagner à Liverpool sont restés sous le charme. D’ailleurs, chaque fois que nous y retournons, nous avons vraiment l’impression de revenir à la maison. Bref, pour en revenir au match de Bordeaux, tout s’est passé dans un très bon esprit et dans une très bonne ambiance, comme d’habitude.

“Can you hear Bordeaux sing, no, no ?”

sommes plusieurs à être originaires de la région et donc à suivre les résultats des Girondins. Mais pour moi, c’était un peu compliqué sentimentalement. Bordeaux est aussi un club de coeur pour moi. Je suis né ici, j’y ai grandi, y ai vécu une vingtaine d’années. A l’époque des Giresse, Tigana, Lacombe, Battiston, puis Vujovic, Ferreri, etc... Alors j’avais finalement envie que les deux équipes gagnent. Mais d’un autre côté, c’est assez agréable de voir deux équipes que l’on aime et de se dire que, quel que soit le résultat, on sera satisfait quelque part. D’autant plus que ce match n’était pas vital pour les Reds, une défaite n’aurait pas du tout hypothéqué leurs chances de qualification. Donc, si Bordeaux avait gagné, je n’aurais pas été vraiment déçu. Mais les Reds ont fait le nécessaire…

PHOTO : SUD O UEST

forcément limités pour les Reds. Nous avons donc rapidement recensé les partants, au nombre d’une trentaine, et ensuite il fallait trouver les places de stade et les billets de train pour tout ce monde là, les hôtels ausi pour certains. Le plus compliqué, comme toujours, c’était les tickets pour le match. 2 500 places attribuées par l'UEFA aux Reds. Au moins le double de demandes rien qu’à Liverpool même. Autant dire qu’il nous était impossible d’obtenir les précieux sésames par LFC. Heureusement, Serge (Ontour pour les initiés), un de nos membres, a le bon goût d’être aussi un fan acharné des Girondins et donc d’avoir beaucoup de contacts sur place. Grâce à lui et ses amis Bordelais, nous avons pu avoir une vingtaine de places situées à côté du secteur réservé aux reds venus d’Angleterre. Pour la dizaine d’autres, George et Greg ont fait le siège de la billeterie téléphonique des Girondins et l’affaire était réglée. Nous avons même pu dépanner certains Fans venus d’Angleterre qui cherchaient des tickets. Il restait ensuite à trouver un point de ralliement sur Bordeaux, ce qui fut assez facile car un pub situé pas loin du stade nous avait contacté et proposé son aide. Et puis il fallait aussi réaliser la bâche à nos couleurs, appelée à nous accompagner désormais dans tous nos déplacements, ce qui fut fait en un temps record grâce aux talents de designer de Ant et aux mains expertes de Greg et de sa bande de copains.

Jean-Luc Bertrand en direct de Bordeaux.

“REDS O N TOUR ”


ProFILER

Robbie Fowler Né le 9 Avril 1975 - 31 ans Attaquant : 171 buts pour Liverpool Taille : 1.76 m Poid : 73 kg Club Actuel : Liverpool Selections pour l’Angleterre : 26 PALMARES : Tous à Liverpool Coupe d’UEFA en 2001 Super Coupe d’Europe en 2001 Coupe d’Angleterre en 2001 Coupe de la Ligue en 1995 et 2001 Charity Shield en 2001 et 2006 Robbie Fowler débarque en Première League un soir de Septembre 1993, il a 18 ans et joue en coupe de la ligue son premier match avec Liverpool. Il marque son premier but lors du match aller contre Fulham et se mettre 5 buts lors du match retour. Un départ hors norme pour une futur légende du Liverpool Football Club. Il poursuit en mettant 13 buts dans ses 13 premiers matchs de championnats, finira meilleur buteurs du club malgré un éloignement de 2 mois pour une fracture. Durant les saisons 1994 à 1997, il poursuivra sur sa lancée en marquant plus de 30

buts par an toutes compétitions confondues (32, 36 puis 30 pour être précis). Remarquable sens du placement, bon jeu de tête, excellente frappe, sens du but, Fowler est un attaquant de grande qualité, un pur 9 comme l’était Ian Rush. Ce destin de rêve va prendre fin une première fois durant la saison 1997/98. Après une réception anodine, Robbie se blesse sérieusement au genoux, l’obligeant a s’absenter 5 mois. Il manquera d’ailleurs la Coupe du Monde 1998 remportée par la France. Il fait son retour durant la saison 1998/99 et marquera 18 buts. Cependant les problèmes vont ressurgir... La santé va bien, Robbie est en forme mais certains de ses attitudes déplaisent. Certains «journaliste» d’Everton (je suis vraiment gentil de les appeler ainsi...) le soupçonnent d’être dépendant à la cocaïne. Il se vengera en marquant dans le derby contre Everton et en célébrants on but à sa manière (en sniffant la ligne de touche) devant des Toffees sans voix. Il prendra 6 matchs de suspension... mais son statut de héros au club grandit. La saison 1999/2000 sera une nouvelle fois marquer par les blessures avec une quinzaine de match. Arrive la saison 2001 l’année du quintuplé historique pour les Reds de Houiller. Fowler est l’idole des supporters du club, considéré comme un dieu par le plus grand nombre. Cependant les rumeurs vont bon train, Fowler ne rentre plus dans les plans de Houiller par exemple. Les rumeurs disent aussi qu’Owen ne supportait plus d’être dans l’ombre de Fowler, toujours le joueur chouchou des supporters, Houiller le fait donc moins jouer malgré les très bonnes performances du joueur, bien meilleur que son adversaire direct au même poste, Emile Heskey. C’est Eriksson qui fera bouger les choses... celui ci annonce à Fowler que malgré de bonne performance, il ne joue pas assez, et

qu’il ne le prendra uniquement s’il est titulaire... Durant la saison 2001/02 Fowler décide donc de partir. Cela arrange bien Liverpool vu les soucis financiers du club, il «échoue» donc à Leeds pour environ 110 millions, il laissera un dernier cadeau aux supporters de Liverpool, en inscrivant un triplé lors de son dernier match. Liverpool alors perd son enfant prodige, son «dieu»... Les fans et la ville sont en deuils... Fowler est triste, déçu mais veut absolument jouer la coupe du monde Asiatique.

Fowler ne pouvant pas jouer, il est vendu a Manchester City en Novembre 2002. Il retrouve son pote McManaman et réussit une première saison correct. Il marquera une vingtaine de but (saisons 2002 à 2005) pour City en jouant en 9.5 sur le terrain, souhait de Keegan à son arrivée. Après 4 matchs seulement en 5 mois, Rafa fait un magnifique cadeau à toute une ville, un club... il fait revenir Robbie «God» Fowler chez lui, à Liverpool en Janvier 2006.

A RETENIR Élu meilleur joueur espoir anglais a 19 ans. Il possède le record du plus rapide triplé de l’histoire du football anglais : 3 buts en 4 minutes et 32 secondes contre Arsenal. Sa célébration de but dans le derby contre Everton pour faire taire les rumeurs de drogue (photo ci-contre).

A Leeds, la concurrence est rude, il finira meilleur buteur du club devant Mark Viduka ou encore Harry Kewell. L’exploit est encore plus beau quand on voit que Fowler est arrivée fin Novembre. Il réussit et se retrouve dans la sélection Anglaise pour la coupe du monde 2002 ! Cette coupe du monde va lui causer de nouveau problème... après avoir très bien commencé les matchs de préparation «post coupe du monde»... il se blesse légèrement... La préparation physique qui se fait en amont d’une Coupe du Monde étant primordiale il ne peut être près à 100% pour commencer. Il revient seulement pour les 8ème de finale contre le Danemark (45 minutes de jeu sur sa seule et unique Coupe du Monde) puis se blesse de nouveau... Cette blessure perturbe sa préparation avec Leeds puis son début de saison. Le club ayant des grosses difficultés financières,

Son altercation avec Graham Le Saux, Robbie l’avait insulté de «Gay» devant les caméras de télévision, se moquant de ses préférences sexuelles. En Coupe de l’UEFA, il marque contre les Danois de Bergen et arbore un t-shirt de soutien aux dockers de Liverpool licenciés pour avoir fait grève, (t-Shirt que le père de McManaman lui aura donné...) il aura une amende pour avoir afficher des idées politiques dans un stade. Profile par Seb aka Natoleza.

À LIRE SANS HESITATION LE “BESTSELLER”. RED POUR TOUJOURS FAIT SON REVIEW PROCHAINEMENT.


rers Bolton Wande v C F L 07 1/ 01/0 iership - 13h45 Barclays Prem C v Arsenal 06/01/07 - LF nd - 18h15 FA Cup 3rd Rou ford v LFC 13/01/07 - Wat iership - 13h45 Barclays Prem C v Chelsea 20/01/07 - LF iership - 13h45 Barclays Prem

tous à la

Le saviez-vous ?

télé !

Le nouveau James Bond agent 007, actor Daniel Craig est un fans des Reds comme nous ? Shoot to win !!!

THIRSTY REDS FANS ?

Les amateurs de football (surtout de foot Britannique) sont, c’est connu, de grands amateurs de bière. Voulant participer à cette newsletter, j’applique donc l’idée de notre Chairman de faire une rubrique sur la bière. Cet article étant (je l’espère) le premier d’une longue série, je n’ai pu résister à l’idée de commencer par celle qui m’a valu le pseudo que j’utilise sur tous les forums où je passe.

LA KILKENNY 1. ORIGINES Il faut savoir qu’avant d’être une bière, Kilkenny est une ville d’Irlande (nommée Cill Chainnigh en gaélique), capitale du Comté de Kilkenny dans la province du Leinster, à 150km au sud-ouest de Dublin. Cette ville fut notamment le siège du parlement anglais au moyen age. Le roi d’Angleterre de l’époque (Edouard III en l’occurrence) adopta d’ailleurs en 1366 les statuts de Kilkenny qui interdisaient aux anglais siégeant dans la ville d’épouser des Irlandais, de parler leur langue (le gaélique donc) ou d’adopter leurs coutumes. 2. LA BIÈRE La bière est brassée par la Brasserie Smithwicks (rachetée depuis par Guinness) située dans l’Abbaye de St Francis dont le dessin est visible sur les sous bocks et les pintes. C’est une bière rousse, crémeuse, avec un taux d’alcool de 4,3%. Comme la majorité des bières irlandaises, elle se sert en deux fois. Un première fois pour remplir les trois quarts de la pinte, une attente d’une minute environ pour faire remonter la mousse et un deuxième remplissage. L’épaisseur de sa mousse permets, entre autre, de dessiner des motifs sur celle-ci, certains barmen étant même capable de dessiner la harpe, symbole de l’Irlande.

par notre amateur de bière Didier aka Kilkenny. Son goût est légèrement amer mais pas trop ce qui fait que cette bière est en général assez appréciée, même par les non amateurs. La particularité de la Kilkenny (comme de nombreuses bières Irlandaises, la Guinness surtout) vient du fait qu’un partie de l’Orge utilisée dans son brassage est torréfiée avant. Réservée quasi exclusivement à l’export, on trouve en Irlande la Smithwicks qui est assez similaire. 3. ANECDOTE La célèbre réplique du dessin animé South Park : “Ils on tué Kenny” vient… de la Kilkenny. Le créateur de la série, grand amateur de la bière, avait parié un jour qu’il pourrait placer son nom dans un programme pour enfants. Ce qui fut fait puisque “Ils on tué Kenny” se dit “They killed Kenny” en Anglais.

“Hey Dude, le French Branch ont bu Kenny !”

A CONSUMER AVEC MODERATION BIEN SUR

… p U t x e N


est.

1892 Être la plus grande équipe en Europe après l’avoir été par le passé ... Gagner tout et conquérir tous les sommets après l’avoir fait pendant deux décennies ... Faire rêver des générations et des générations après avoir fait rêver tant d’autres ... Tels sont les objectifs de notre club mythique aujourd’hui ... Et pour se donner les moyens de les atteindre (c’est tout le mal que nous lui souhaitons, nous supporters en France, comme partout ailleurs autour du monde), rien de tel que notre grande et glorieuse histoire ... En effet, devant un club comme LIVERPOOL, le mot histoire perd son sens ! Car, après tout, notre magnifique club n’est-il pas l’emblème du football anglais ? N’est-il pas l’incarnation de son esprit de compétition et le reflet de ses traditions ? Ne représente-t-il pas l’ancrage du football dans la culture et la vie des gens de ce pays ? Sinon, comment une petite ville ouvrière auraitelle pu accéder à un pareil statut et se faire connaître par l’Europe toute entière ? La vision que j’ai de notre histoire, et que j’espère faire partager grâce aux articles qui seront publiés dans cette rubrique, est aux antipodes de celle de Gérard Houiller qui a qualifié «le poids du passé et l’ombre des grands joueurs» d’oppressants ??! À mon modeste avis, notre glorieuse

histoire est une grande, voire une très grande, chance ! Une chance que beaucoup d’autres clubs, et non les moindres, nous envient ! Une histoire aussi fascinante et un palmarès aussi impressionnant,outre le fait d’être de grands motifs de fierté, doivent nous pousser à aller toujours de l’avant, à chercher à gagner tant et plus, à nous surpasser, à apporter chaque saison une nouvelle pierre au grand édifice !! Ce sont les hommes d’hier et d’aujourd’hui qui ont fait et qui continuent à faire la grandeur du LIVERPOOL FOOTBALL CLUB que cette rubrique entend honorer. C’est à ces hommes, entraîneurs, joueurs ou autres ; aux événements qu’ils ont vécus ou provoqués et qui ont marqué, d’une façon ou d’une autre, l’histoire du club que nous entendons rendre hommage. Évidemment, tout ce qui se rattache à l’histoire du club a sa place ici. Et comme le hasard a bien arrangé les choses en cette année de lancement de notre newsletter, puisque le Kop fête son centenaire, le choix du premier article était tout trouvé ! C’est donc une tribune très particulière du temple du football «Anfield» qui aura les honneurs de l’inauguration !

surtout, par la magie et le charme qu’il dégage grâce à tout cela ! Quel amateur de football, et là je ne parle pas seulement de nous supporters de LIVERPOOL, n’a jamais rêvé de visiter Anfield ? Visiter Anfield et mourir, serait-on tenté de dire, car après cela il ne reste plus grand-chose à voir dans le monde du football ! En tout cas, rien de comparable ! Chaque supporter de LIVERPOOL, ayant visité Anfield ou non, porte dans son cœur ce lieu merveilleux. Mais il est une partie que l’on chérit plus par rapport aux autres : le Kop. En effet, c’est la partie à 100 % Red dès sa création. Car si Anfield était le stade d’Everton depuis sa fondation en 1884, et s’il a connu son premier titre de champion d’Angleterre avec les blues en 1891, c’est au stade du LIVERPOOL FOOTBALL CLUB, né en 1892 et domicilié depuis dans les lieux, ayant même gagné ses deux premiers titres de champion d’Angleterre à l’issue des saisons 1900-01

QUE LA SAGA COMMENCE 1906 - 2006 HAPPY CENTENARY THE KOP ! Anfield est le théâtre des exploits des Reds ! Un stade unique au monde, par son histoire, son extraordinaire ambiance qui transcende ses joueurs, les trophées qui y ont été ramenés et,

«Le Spion Kop» en Afrique du Sud

et 1905-06, âgé de 14 ans à ce moment historique, qu’on a décidé d’ajouter, en juillet 1906, une nouvelle tribune : THE KOP. Ce n’est donc pas un hasard si le Kop abrite aujourd’hui le Museum où trônent les différents trophées gagnés par le club. Ce n’est pas un hasard non plus que le LFC Store se trouve juste à côté sur la même façade extérieure de la tribune. Tout ce qui a fait le palmarès et la gloire des Reds doit y être ramené, tout ce qui fait leur renommée et leur image de marque doit en sortir. Et pour couronner le tout, la statue de Bill Shankly veille devant l’entrée du museum. Décidément, c’est la partie la plus LIVERPOOL d’Anfield ! Si certains lieux sont prédestinés à la gloire et aux honneurs, on peut dire que c’est le cas du Kop depuis sa fondation puisqu’il tire son nom d’une colline d’Afrique du Sud «Spion Kop» où, pendant la guerre des Boers (1899 - 1902), un bataillon de soldats originaires de


THE KOP aujourd’hui

THE KOP’s “last stand” 30 avril 1994

Liverpool a été massacré. C’est en hommage à ces soldats, et pour honorer leur mémoire, qu’on a donné ce nom à la nouvelle tribune d’Anfield. Située derrière un but, elle ne comportait que des places debout. Étant les moins chères du stade, ces places attiraient les fans les moins fortunés, de jeunes gens entassés dans le froid, sous la pluie, poussant par leurs chants et leurs cris incessants leur équipe et contribuant

largement à ses victoires ! Rarement gradins ont mérité le titre de «douzième homme» autant que le Kop. Plusieurs équipes ou joueurs étrangers, impressionnés par la puissance et l’énergie que dégageait cette tribune, ont avoué après avoir joué à Anfield n’avoir jamais vu cela nulle part ailleurs (demandez au stéphanois de 1977 ce qu’il en pensent ou, plus près de nous, à l’Olympiacos 2004 qui a craqué lui aussi sur le même score de 3 1 sous la pression du Kop). Au fur et à mesure que LIVERPOOL devenait un grand d’Europe, la célébrité de sa tribune hors pair faisait le tour du monde, à tel point que le

nom propre Kop s’est transformé en nom commun désignant les supporters les plus bruyants dans un stade. Ainsi, peuton entendre parler aujourd’hui du Kop de Boulogne ou d’Auteuil dans le Parc des Princes sans que celui qui parle pense forcément à la tribune d’Anfield, et encore moins à sa longue histoire. Les normes de sécurité imposées dans les stades anglais depuis plusieurs années ont obligé le club à doter sa tribune mythique de places assises. Places qui restent aujourd’hui les moins chères à Anfield et, surtout, qui ne servent pratiquement à rien, parce que les supporters restent toujours debout comme avant. Le charme d’antan n’a guère été altéré. La puissance du Kop, notre Kop, reste impressionnante et garde toujours le

même impact sur le déroulement du match malgré la diminution de sa capacité d’accueil. Les supporters qui ont fait de cette tribune ce qu’elle est, à savoir la plus célèbre du football mondial, ne sont donc pas prêts à changer de rituel !!! N’est-il pas unique ce peuple rouge d’Anfield ??? Raison de plus d’aimer le Kop qui est à son image ... Georges Bacchus

LE DVD À VOIR “LES 100 PLUS GRANDES MOMENTS DU KOP” RED POUR TOUJOURS LE COMMENTERA PROCHAINEMENT.


LE KOPITE NOM : Rodolfo Amaya PSEUDO : rodofromparis AGE : juste 30 ans PAYS : Argentine FAN DEPUIS : 2005

LA FRENCH BRANCH C’EST QUOI ? Une idée de George Quintard de créer un club de supporters du Liverpool Football Club passionnés et engagés. Depuis 2002 c’est un moyen d’expression pour tout fan de LFC et nous sommes la seule branch officiellement reconnue par LFC en France. C’EST QUI ? Actuellement nous sommes 122 membres répartis dans toute la France et dans d’autre pays du monde. Nous sommes essentiellement des Francais mais aussi de nationalités variées avec une dominante anglophone. Le comité de la branch est composé de George Quintard President et fondateur, Anthony Ventre Chairman et Jean-Luc Bertrand - Secrétaire et Webmaster. C’EST POUR QUOI ? Pour vivre votre passion pour LFC pleinement avec d’autres fans aussi passionnés, grâce aux partages et échanges d’idées… Les discussions

pendant les diffusions des matches, sur notre site internet et le forum www.liverpoolfrance.com et cette newsletter “Red pour toujours”. La branche est considérée comme un ambassadeur de LFC pour accroitre le nombre de fans et de les fédérer tout en s’amusant, sans oublier la chance de réaliser “le rêve” : assister à des matchs des Reds à Anfield. C’EST VOUS ! Avec votre soutien et votre participation, la French Branch vivra pleinement aujourd’ hui et demain… Vous êtes le l’image vivante de LFC, lui permettant d’évoluer en tant que club, avec un esprit ouvert vers de nouveaux horizons. Votre implication pour de nouvelles idées ou suggestions pour la French Branch est la bienvenue, c’est votre Club alors n’hesitez pas… “You’ll Never Walk Alone”, Ant

COMMENT A TU CONU LE FRENCH BRANCH :

A travers Marc Bown, qui m’a ramene au Rush Bar pour un match Argentine-Angleterre en me le presentant comme “le siege de la French Branch de Liverpool”. MEILLEUR MOMENT LFC :

Celui qui va rester dans les images de tous les supporteurs de Liverpool : la final de la CL en 2005, surtout le moment entre le 2e et le 3e but… la tension qui augmentait jusqu’au paroxysme !!! JOUER DE FOOTBLL PRÉFÈRE :

Il faut que je sorte du cadre du LFC pour me remettre au premier club de mes amours, River Plate : je viens de voir ce qu’Higuain sait faire, il est simplement impressionant; mais la Palme d’Or ira toujours a l’idole de tout River Plate boy, l’uruguayen Enzo Francescoli. Si vous voyez pas, demandez a Zidane, son fils s’appelle Enzo pour lui…

★ 0000001

La French Branch de 2002 à maintenant…


RPT No. 1