Page 1

Economie générale Les grandes questions que se posent les économistes L'économie selon E.Malinvaud, est une science qui étudie comment les ressources rares sont employées (transformées par les entreprises pour la satisfaction des hommes vivant en société). C'est à dire que selon les économistes il est possible d'étudier la façon dont les individus utilisent leurs ressources pour satisfaire leurs besoins. Pour satisfaire ces besoins l'activité économique créée des biens économiques. Un bien économique est un produit obtenu grâce au travail humain et qui s’échange sur un marché

Il existe différents types de biens économiques, il y a: - Les biens matériels - Les biens immatériels - Les biens durables - Les biens non-durables (des biens qui sont détruits dès leur première utilisation) - Les biens de consommation - Les biens intermédiaires (transformées ou intégrés en d’autres biens) - Les biens de production (qui servent à produire d’autres biens)

Pour obtenir ces biens, les agents économiques (Ménages, entreprises, …) disposent de moyens limités, par exemple les ménages qui disposent de leurs revenus, les entreprises qui disposent de leurs recettes (chiffre d’affaire) ainsi que leur bénéfice. L’arbitrage économique : Les agents économiques effectuent des choix afin de maximiser leur satisfaction en fonction de leurs moyens. Ils sont considérés comme rationnels. Cela veut dire que c’est la rationalité qui guide leurs arbitrages; en ce sens, la théorie économique parle d’homoeconomicus. Par exemple, les ménages effectuent un arbitrage entre consommation et épargne. Les entreprises doivent déterminer leur niveau de production pour obtenir un profit maximum avec des coûts de production minimum.


Chapitre I – Comment faire des choix lorsque les ressources sont limitées? Section 1: Les goûts et les couleurs, ça se discute?

Selon l’adage auquel il fais référence dans le titre de la première section, l’opinion générale veut que les choix qu’effectuent les individus soient considérés comme subjectifs, ainsi, le consommateur va choisir ses consommations en fonction de ses goûts. Pour l’économiste, ce point de vue n’est pas exploitable si l’on veut théoriser le comportement du consommateur, en effet la subjectivité est difficilement utilisable pour mathématisé le comportement des individus. Pour contourner cet obstacle, les économistes se sont dotés d’un outil qui s’appelle «l’utilité». Cette utilité permet aux économistes de décrire la satisfaction qu’ils retirent de la consommation de tel ou tel bien. Les économistes vont supposer que les individus peuvent donner une valeur chiffrée à l’utilité qu’ils retirent de la consommation d’un certain nombre de biens. Dans ce cas, on dit que l’utilité est cardinale c’est-à-dire qu’on peut la quantifiée cette utilité cardinale se rajoute à l’utilité ordinale qui permet de hiérarchiser pour obtenir ce que les économistes appellent l’utilité totale. Utilité totale = utilité cardinale + utilité ordinale L’utilité totale est donc la satisfaction globale que le consommateur retire d’une quantité donnée de biens on la note: U= F(q) Les économistes se servent de cette notion pour construire des courbes d’indifférence qui représentent l’ensemble des combinaisons de biens permettant d’obtenir un même niveau d’utilité. Le consommateur est indifférent entre le point (b1;a1) et le point (b2;a2) c’est ce qu’il retire de la même utilité à la consommation «panier de bien(a1;b1)» et de la consommation du «panier de bien (a2;b2 )». Cette notion d’utilité est difficile à saisir, on revient à l’idée de subjectivité, car elle dépend du contexte dans lequel on se trouve. Ainsi, la valeur qu’un consommateur va accorder à un bien dépend également d’une autre dimension: la rareté. Ainsi, certains biens ont une grande valeur parce qu’ils sont très rares alors que leur utilité est faible (exemple: le diamant). Les choix dépendent donc de deux critères, l’utilité et la rareté qui interviennent tous deux dans la détermination de la valeur d’un bien.


Section 2: Comment le consommateur affirme-t-il ses préférences?

Par hypothèse, les économistes vont supposer à long terme que le consommateur ne peut pas consommer plus que son revenu disponible. La consommation est également contrainte par les prix des produits consommés. Ainsi, en fonction de ses préférences (courbe d’indifférence ) et de son revenu (contrainte budgétaire), le consommateur compare les prix des différents biens entre lesquels il doit choisir. Les économistes appellent cela: les prix relatifs. R=p1(Q1) + p2(Q2) R: Revenu du consommateur P1,p2: Prix du bien 1 et prix du bien 2 Q1, Q2: Quantité consommée de bien 1 et de bien 2

Le point d’intersection de la courbe d’indifférence et de la contrainte budgétaire symbolise l’équilibre du consommateur qui maximise sa satisfaction et il dépense tout son revenu sans le dépasser. «Normalement», lorsque le prix d’un bien augmente alors que le prix des autres biens ne varient pas et que le revenu reste constant également, la consommation de ce bien diminue (il existe des biens qui ne vérifient pas cette relation comme la cigarette, le pétrole, etc…). Pour mesurer cela, les économistes utilisent un outil: Élasticité= Taux de variation de la demande / Taux de variation des prix

Economie général  

premier cour d'économie général.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you