Issuu on Google+

LIONEL GROB portfolio

p b

l


plaquettes brochures

livres


plaquette10-11.indd 1

21/07/2010 10:58:45


la Lettre JANVIER 2012

la Lettre Octobre 2011

eau éen rises gées

re du ven, l’idée de seau euros culturelmergé.

Réd act ion :

S ab

ine B

ossu e

t|G

raphi

t | Pho sm e : Lione réel Arten l Grob | Comité de rédaction : Equipe permanente

Kern

La journée a permis d’évoquer devant plus de 150 partenaires – acteurs culturels, élus locaux et représentants des collectivités publiques les avancées du projet développé depuis 2009, qui visait à transférer à d’autres pays d’Europe les outils de l’entreprise partagée dans le monde des arts et de la culture.

Une journée dense

99

.com rtenreel.com

Robert Herrmann, Premier adjoint au maire de Strasbourg, a introduit cette journée en soulignant le travail d’Artenréel qu’il a qualifiée de « pépite dans le paysage entrepreneurial de la Ville », et en reconnaissant « la place de l’ESS, et des coopératives en particulier, dans le renouveau du dialogue public. »

Le parlement européen

“Artenréel, une pépite dans le paysage entrepreneurial de la Ville” Robert Herrmann Plusieurs tables rondes ont ponctué la journée, questionnant le lien entre l’émergence de nouveaux modes d’organisation du travail artistique, et les logiques d’interventions publiques ou privées dans l’espace européen. Les acteurs se sont partagés la parole pour débattre sur la politique de l’emploi culturel, et ses spécificités nationales et régionales, sur les nouvelles organisations de la culture en Europe, l’impact de la créativité sur l’innovation économique et sociale. Catherine Trautmann, députée européenne, a clôturé cette journée, en montrant un vif intérêt pour « ce statut de coopérative, sorte d’entrepreneuriat innovant qu’il faudrait continuer d’approfondir ».

Afters La soirée s’est poursuivie au Théâtre Jeune Public, pour que s’achève de manière festive cette journée riche d’échanges. Au programme, des artistes d’Artenréel : Lionel Grob and The Fuego orchestra et Les dessous de la vie, un défilé de créations textiles de Claire Brandin et Claire Barberot et bijoux de Pascale Frey. Une fin de soirée avec DJ Nico.

-------pour plus d’infos

: Sabi

n e Bo

ssuet

| Graph

éel enr e Art anent e perm : Equip isme : Lion el Grob | Comité de rédaction

Actualité coopérative

Stéphane Bossuet

Le 23 juin 2011, Artenréel a invité au Parlement européen de Strasbourg, les acteurs du monde culturel coopératif en Europe : Pfefferwerk (Berlin), Business Innovation Brokers (Bilbao), Après-GE (Genève), Affabulazione (Rome), et Energies alternatives (Marseille).

tion

Cooproduction, la dernière née ! Penser ce qu’on sent, dire ce qu’on pense et faire ce que l’on dit. Certes, mais décider d’innover, c’est aussi prendre le risque de se tromper. Le mauvais choix serait alors celui qui donne un poids excessif au passé et insuffisant à l’avenir. La coopération n’est pas un statut, c’est un état d’esprit, et un projet pour le 21e siècle.

Ensemble, ils ont montré la pertinence du modèle économique des coopératives dans le domaine culturel : les échanges ont permis aux participants de comparer les systèmes culturels, économiques et coopératifs, et de mettre en valeur des initiatives qui en sont issues.

Bucer rg

Réd ac

me lau Guil

Actualité coopérative

s de savoir éseau peut que ce qui un « tra» dans la recheronnaire cirs entrepree.

et 5 novemille devrait et.

os

gis : Ré

HORS SéRiE

www.entreprise-partagee.com

Cooproduction est la dernière coopérative née sous l’égide des trois CAE (Coopérative d’activité et d’emploi), Artenréel, Coopénates, Antigone. Cooproduction est née de la volonté des 3 CAE de mieux gérer leurs moyens mutualisés, initialement portés par Artenréel. C’est l’idée première de Cooproduction : être une société de moyens, une coopérative de mutualisation des CAE d’Alsace. Progressivement, s’est imposé le désir d’accompagner le développement des CAE en défendant l’intérêt collectif, en capitalisant les pratiques et les compétences et en créant des solidarités entre elles. Il s’agit de raisonner collectivement, de mettre en commun problèmes et réussites, de développer des projets ensemble : c’est le principe même de la coopération.

L’idée première de Cooproduction : être une société de moyens, une coopérative de mutualisation des CAE d’Alsace. Cooproduction, c’est aussi une plateforme d’accompagnement et d’offre de services à d’autres coopératives, en travaillant de concert avec l’Union Régionale des SCOP de l’Est. En devenant membre de Cooproduction, ces nouvelles SCOP pourront bénéficier de ses services et compétences : accompagnement de projets coopératifs, conseil juridique, conseil en gestion, accompagne-

Edito

Survivre au huis clos du mal être actuel, c’est tenter de sortir de l’impasse d’austérité généralisée, en cherchant encore à innover, à créer. Question de sens : dialectique d’une pensée réflexive et de pratiques expérientielles, Artenréel ne pose pas pour autant le dogme des valeurs morales et des intentions pures, mais s’octroie la juste place d’un droit de réponse aux fauteurs de trouble, eu égard au silence parfois gêné des professionnels des arts et de la culture, sinon des petites vanités des nouvelles figures de l’économie de l’immatériel.

ment à la vie coopérative. L’idée est de constituer un groupe d’entreprises coopératives ayant des interactions entre elles. Une première structure a déjà rejoint le groupement, l’Atelier de Béa, coopérative de scénographie, créée et dirigée par Béatrice Cardot, après un parcours en tant qu’entrepreneur au sein d’Artenréel. Cooproduction deviendrait alors une SCIC, société d’Intérêt Collectif avec plusieurs catégories d’associés : les 3 CAE (Artenréel, Antigone, Coopénates) ; les salariés de Cooproduction ; les bénéficiaires (SCOP utilisatrices des services) ; des partenaires extérieurs (Cigales, collectivités…). Pour mieux définir son projet et son offre de services, Cooproduction a bénéficié d’un financement européen (mesure 4.23 portée par la CRES Alsace - Chambre Régionale de L’Economie Sociale). Concrètement, Cooproduction, c’est un gérant associé désigné par les associés des trois CAE : Joël Beyler ; un gestionnaire Maher Khdir et des salariés mutualisés par les trois coopératives : Sabine Lichawski et Astrid Goepp du pôle administrationaccueil, et Laura Haas, du pôle communication. Son fonctionnement est assuré par un auto-financement lié à la refacturation des services aux CAE et futures SCOP. Depuis un an, cette coopérative fonctionne et continue chaque jour de s’inventer un peu plus. ------------------------------

Contact :

Joël Beyler - tél. 03 88 44 50 99 cooperative@cooproduction.coop

Notre modeste proposition basée sur la participation, l’engagement et la responsabilité est source de bien être, de travail collectif et d’efficacité. Elle repose sur un équilibre harmonieux entre l’art, l’économie et le social et se traduit dans nos pratiques au quotidien par la reconnaissance qu’Artenréel a reçue en 2011 et que nous voulons élargir en 2012. 2012, c’est avant tout l’année internationale des coopératives. Nous sommes convaincus que l’espace-monde sera la bonne dimension dans un esprit d’ouverture, de curiosité et de diversité. 2012, c’est aussi le passage de notre groupement d’entreprises coopératives en SCIC, ce qui affirmera plus largement sa participation au développement territorial par une inter-coopération entre coopératives, collectivités territoriales, et partenaires de l’économie sociale et solidaire. 2012, c’est enfin une nouvelle année dont nous vous souhaitons de tirer le meilleur parti de votre créativité au service du bien commun.

Stéphane Bossuet

les activités dans Artenréel

Artenréel associe depuis sa création des artistes aux activités inter-disciplinaires, les métiers représentés en son sein, sont riches et variés. A chaque numéro, nous en évoquerons quelques uns :

• Jocelyne Andrès est écrivain biographe • Sabine Blanc de Carpentier est art thérapeute • Norbert Joly est animateur nature • Catherine Koenig est médiatrice culturelle • Estelle Specklin, alias Poupet Pounket est styliste créatrice


Réd ac

La ‘‘Flashmob’’

tion

éel enr

Le ate Ar eut lieu ine B25 octobre 2012 à 13h Place Kléber à Strasbourg anen ossue perm t | Gra phismdans Equipe une Flashmob cadre du mois de l’économie sociale et e : Lionle el Grob | Comité de rédaction : solidaire, porté par la CRES Alsace et réalisée par les artistes d’Artenréel et les entrepreneurs des autres coopératives.

 : Sa b

Une manifestation festive, ludique et originale pour faire parler de l’économie sociale et solidaire auprès du grand public. Une chorégraphie orchestrée par des porteurs de pancartes aux messages forts : « Il faut faire vite » « Collectivement » « Il paraît que c’est pour sauver l’économie » « N’ayons plus peur », « Restez chez vous, c’est plus sûr », une phrase cachée apparaissant pour le final : « Engageons-nous dans le bon sens : économie sociale et solidaire. »

Méli-mélogis

Depuis sept ans, Hautepierre sur les Tréteaux -  collectif d’artistes fédérés par Wonderbabette, artiste plasticienne, coordinatrice du projet depuis son origine, et Muriel Mathieu, coordinatrice administrative  - oeuvre artistiquement sur le quartier d’Hautepierre .

Actualité coopérative

Une synergie insufflée par des artistes d’Artenréel (Aurore Schenk, Jessica Blanc, Malika Bouchama, Camille Comparon, Eléonore Dumas, Juliette Labruyère, Barbara Leboeuf, Fany Scheurer, Christophe Marguier, Claudia Pellarin-Raveau, Vincent Viac, Wonderbabette) en collaboration avec des DEUX VIDÉOS À VOIR ET À REVOIR SUR http://vimeo.com/52846700 (de partenaires éducatifs, associatifs et socioculturels. Grâce à Solène Troussé) et http://youtu.be/NneWchfWg10 (de Emeric Jacquot). ces initiatives, aux formes bigarrées (ateliers et réalisations Pour la chorégraphie : Marine Dautier, Johan Hervelin et Aleksandra théâtrales, plastiques, vidéos, textiles, littéraires…) des réaKubuschok. Pour l’organisation  : Anne-Laure Guidicelli, Anne Perret, lisations créées par des hommes, des femmes, des enfants, Laura aHaas, Le 15 juin dernier eu Charles-Etienne lieu au Dupré la Tour. des adolescents aux origines culturelles variées mais vivant -----------------------------dans ce quartier ont vu le jour. Méli-mélogis, c’est une expoSources à Stosswihr le quatrième sition performatrice retraçant le parcours de ces expériences artistiques plurielles. Du 3 au 10 Dans le propos comme dans la notion de collectif, Séminaire inter-coopératives qui novembre 2012 auc’est théâtre on politique pouvait visiter appartement imaginé icidelaHautepierre, dimension quicetdomine pour« témoin », un réunissait quatre-vingt memselon les plans usuels des immeubles du quartier et réalisé par les habitants avec les artistes être ensemble  » àdifférent. sorte, unde la famille et intervenants. Une« scénographie associait chaque pièceEn de quelque la maison, un membre bres des quatre coopératives mouvement le style décoratif d’une culture. transcendant par lequel un collectif Artenréel, Coopénates, AntiLe moyen idéal pour voyager à travers le monde sur le plateau d’un théâtre  : la cuisine nous humain se dépasse en se projetant dans l’avenir. gone, Cooproduction. emporte dans les pays de l’Est où la grand-mère prodigue ses conseils ; dans le salon maghrébin la table est dressée et la télé offre des reportages sur le quartier et ses habitants ; la chambre des En asiatique explorant lesprend voies de « d’écouter l’engagement dans lede femmes sur Au programme un grand jeu coopératif parents est un cocon où l’on le temps des chuchotements organisé par Fanny Munch, Anne-Laure l’amour et le couple ; la chambre enfants repeinte aux couleurs l’Inde présente l’univers fantravail  », le des plaisir d’appartenir à un de être collectif Guidicelli et Emeline Berlem et une rétasmagorique de l’enfance, et cauchemars, consolatrices journaux intimes ; construitentre unrêves nouvel espace peluches de liberté car iletest la salle une maquette de récup’art explorable par le trou de la serrure. L’entrée dans flexion collective menée en ateliers sur L’intérêt de la CAE est de rester libre sans être seul,de bain est espace d’innovation sociale. On neuniques formeetpas les ce et lieude magique, cette sphère intime et privée, fait de créations authentiques, se faisait le thème du travail : Quelle est la place de multiplier les opportunités de partenariats gens à la culturelle coopération avecdans du ce«  lieu déjàde là  ». Osons à l’invitation d’une médiatrice vous guidant mémoire et de surprises. que vous accordez au travail dans votre synergies ; d’avoir des rapports équilibrés avec ses Plus d’infos sur ledire site :que ce sont les principes de travail en coopévie ? Pourquoi avoir choisi de créer votre

Edito

Le séminaire inter-coopératives

Travailler et Etre en coopérative.

http://youtu.be/NneWchfWg10

pairs, et non avec une hiérarchie, de trouver une http://meli-melogis.artenreel.com emploi au sein d’une coopérative  ? complémentarité sur des projets communs. rative d’activités et d’emploi. Avec du recul, êtes-vous satisfait de vos conditions de travail ? Quelle place Certaines questions se posent aujourd’hui encore Formation «  à  » ou «  par  » la coopération, c’est accordez-vous à la coopération ? La CAE pour lesquelles les réponses restent floues  : que accompagner et coordonner de façon originale est-elle un outil de travail pratique que faire lorsque l’on souhaite embaucher quelqu’un ? des conceptions d’activités et d’entreprise où est nous pouvons exploiter en échange Doit-on rester ou quitter la CAE ? Comment faire d’une contribution économique sur pour mieux connaître les entrepreneurs, comment mis en avant la créativité inédite des porteurs de notre chiffre d’affaires ? Pouvons-nous, créer davantage de liens ? projets. tous contribuer à faireEntrepreneurs évoluer cet outil Salariés dans une démarche de coopération ? Il apparaît enfin que la Coopérative est un outil crée De la sociétaires. volonté deAinsi, fairelapour, et d’une avec les entreprecapacité coopérative à développer ses Les valeurs coopératives et l’appartenance par nous et pour nous, qu’elle porte en elle le poCertains entrent dans Artenréel propres renforce indépendance vis-à-vis neurs fonds artistes dans une son hiérarchie circulaire et de tiers extéAvant de se lancer dans l’échange, tentiel de ce que nous voulons en faire. Il reste qu’il à l’Economie Sociale font des coopératives et découvrent le parcours de chacun est invité à écrire un mot, un n’est : pas toujours simple de concilier un travail rieurs. Cependant, coopérative ne peut compter résulte la l’intérêt unanime à «  bien uniquement coopérateur qui les attend  des entreprises qui misent davantage surnon le verticale, mot pour dire le Simon travail, une soixan- Michaël sur travail ces outils répondre sesqui besoins de être financements : les intensif et exigeant, avec les temps Auge, Sabine Clochey, d’entrepreneur faire son depour créateur  », età ce paraît taine de post-it jaunes capital humain que sur le capital économique. fonds propres peuvent alors produire un effet levier coopératifs… Delattre,affichent Céline Flieg,alors Natalia Kabiesz, un « vrai boulot », la part centrale de l’activité qu’ils lorsque le leurs valeurs : ‘‘utile, plaisir, j’adooore, Chaque coopérateur est lié à sa coopérative par un raprecours aux financements externes s’avère nécessaire. Le capital Elodie Lerch-Pompey, Xavier-----------------------------Loebl, souhaitent poursuivre. projet, statut social, Julikaépanouissement, Mayer, Eva Meyer, Eliane port d’association et d’activités, appelé double qualité. en coopérative ne connaît aucune valorisation supplémentaire ou relation, rencontre, empathie, Montmayeur, Paulinesens, Squelbut, Thierry L’accès au sociétariat permet de réaliser pleinement le spéculation. partage, détermination, organisation, Tixier, Agnès Weill ont fait leur entrée Coordonner plus que diriger doit redonner aux perparcours d’émancipation proposé par les coopératives. dans la coopérative, contraintes, argent, difficultés, temps,nous leur Le capital souscrit matérialise la qualité de sociétaire sonnes, plus grande de façon Le une schéma suivant responsabilité, illustre l’évolution du capital de la souhaitons la bienvenue. complexe, épanouissement, créativité, et confère des droits et devoirs (droit de vote aux àas-ce qu’elles s’engagent sur leur «  position  » et coopérative Artenréel depuis sa création: engagement...’’ semblées générales par exemple). Bien que leurs pro15720€ qu’elles la défendent au sein du collectif. D’autres entrepreneurs salariés jets politiques et sociétaux posent l’a-capitalisme et la poursuivent leur chemin A l’heure de la synthèse, il apparaît 9380€ gouvernance démocratique comme principes centraux, ailleurs, ils déménagent, créent que le travail tient une place essenLibre de donner et de recevoir, obligé 7520€sans être les apports en capitaux réalisés par les sociétaires deleur entreprise, trouvent un emploi tielle dans la vie des uns, mais que obligatoire, le principe de réciprocité et de salarié dans une meurent de réels leviers de financement et de dévelopl’intensité consacrée dépend destructure, l’âge prennent 2280€ confiance2280€ resterait2280€ sans effet institutionnel si les Jocelyne Andres, Camille pement. du travailleur et deleur sesretraite : contraintes perComparon, Aurélia Delin, Cyrille de l’accompagnement ne transforComposante des fonds propres, le capital témoigne debénéficiaires la sonnelles et familiales. La question du Françonnet, Gérald Holzheuer, Agnès crédibilité de la coopérative et apporte des gages de pémaient pas cet investissement au sein même de juste équilibre entre vie personnelle et Keller, Andrée Maennel, Morgane 2006 2007 2008 2009 2010 2011 professionnelle faitMathis, état d’un équilibre rennité. Il permet l’investissement et le développement notre coopérative en devenant sociétaires. Claudia Pellarin, Florence fragile tant le travail peutRonchi, surmener de projets nouveaux, contribue à la consolidation de la Pirot, Bruce Johanne Staiquly, lorsqu’il est trop Nicolas intensif, trésorerie et de son fonds de roulement, nécessairesLa au responsabilité d’Artenréel est de toujours monLutz et ontobséder pris leur envol pour quand il manque. d’autres projets, nous leur souhaitons Artenréel fonctionnement de la structure. Le capital des coopératrer une direction suffisamment désirable et crébonne chance. tives est en principe variable, il a vocation à grandir avec 13 ruel’énergie Martinet Bucer dible pour que nous trouvions l’intelli-----------------------------le temps, au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux gence pour la faire advenir. 67000 Strasbourg

CHiFFres

entrées sorties

La notion de capital dans les coopératives

les activités dans Artenréel

Artenréel associe depuis sa création des artistes aux activités inter-disciplinaires, les métiers représentés en son sein, sont riches et variés. A chaque numéro, nous en évoquons quelques uns :

Stéphane BAllot est Designer, conseiller en Stratégie de la marque. Bérénice Uhl est intervenante spécialisée dans le domaine de la surdité. Julie Morgen est Designer de projet. Christophe MArgUier est artiste plasticien et intervenant artistique.

Stéphane Bossuet

03 88 44 50 99 www.artenreel.com cooperative@artenreel.com

la Lettre Réd ac

tion

 : Sa b

ine B ossue t | Gra phisme : Lion

aCtualité CooPérative

el Grob | Comité de rédaction :

Equipe

l rée ten te Ar anen perm

les pôles métiers

Forte de ses expériences dans l’accompagnement des artistes, Artenréel souhaite mettre en place, courant 2013 un nouveau projet de structuration par pôles métiers. La place de l’accompagnement professionnel constitue un enjeu majeur au bon fonctionnement de l’entreprise collective et participe ainsi au modèle économique de la coopérative. Garant d’une meilleure professionnalisation de l’artiste, l’accompagnement vise à le mener à une plus grande autonomie dans son activité. Néanmoins, bien que l’acte de création soit au cœur de l’activité de l’entrepreneur artiste, il est avéré que face à la difficulté de « vivre de son art », les artistes ont un vrai besoin de suivi sur les axes pluriels de l’entreprenariat. Sans se substituer à l’accompagnement individuel et collectif, les pôles renforceront ces derniers par des positionnements par secteurs, métiers, activités et des retours d’expériences et de bonnes pratiques entre pairs : arts plastiques, arts appliqués - design, spectacle vivant, écriture, audiovisuel, coordination de projets culturels, médiation artistique et thérapeutique. Non pas pour séparer et empêcher les transgressions des frontières disciplinaires mais plutôt pour enrichir par filières les apports que les plus anciens pourraient apporter aux nouveaux.

Nouvel enjeu pour la coopérative, ce projet devrait permettre un meilleur positionnement des métiers de chacun, une réflexion commune sur l’activité individuelle, renforcée par l’expérience de tous. Selon son parcours au sein de la coopérative et selon ses compétences, l’entrepreneur salarié pourra jouer des rôles différents, d’entrepreneur salarié en début de parcours à entrepreneur salarié tuteur expérimenté, ce qui l’emmènera, s’il le souhaite, naturellement vers le sociétariat. Un projet au cœur de la coopération, développant un sentiment d’appartenance à la coopérative, de partage de ses valeurs et de son projet politique.

Réunions d’information et ateliers seront prochainement programmés pour évoquer et partager ensemble ce nouveau projet, essentiel à la coopération au sein de la CAE. ------------------------------

photo : Marion Reudet

Retour sur 2 événements phares de l’année 2012

3

photo : Louis Lezzi

la Lettre

artistes en ProJets CooPératiFs

jAnvier 201

photo : Christophe Urbain

JUILLET 2012

les aCtivités dans artenréel Artenréel associe depuis sa création des artistes aux activités interdisciplinaires, les métiers représentés en son sein, sont riches et variés. A chaque numéro, nous en évoquons quelques-uns :

edito

par Stéphane B�suet

Créer et Entreprendre autrement Être entrepreneur créatif implique non seulement de s’inscrire dans un contexte économique, mais aussi de poursuivre une passion, un engagement et d’avoir la volonté de faire émerger une vision artistique originale. Rappelons-nous que pour Socrate, il est inutile de s’occuper des affaires des autres sans avoir un «  soi  » en place ; il nous dit surtout qu’il n’y a pas de philosophie qui s’exempte de produire une manière d’être et de se conduire dans le monde. Dès lors, notre coopérative se doit de se présenter comme visionnaire et prendre la place publique qui lui revient pour présenter des alternatives concrètes où elle entend maintenir l’équilibre dans une relation originale, à l’éthique comme socle et à la créativité comme regard. Imaginative, généreuse, nécessitant flair et expertise, inventivité dans des économies fragiles, Artenréel renoue avec la philosophie coopérative pour pouvoir mieux éclairer et justifier ses choix et sa différence organisationnelle. La force du coopératisme demeure dans cette balance entre sa philosophie et sa praxis. L’idéal alimente la pratique et la pratique précise l’idéal. L’un cherche à répondre aux « pourquoi », l’autre aux « comment  ». La noble tâche de celui qui accompagne est d’abord de laisser le rôle central à la personne accompagnée, de la soutenir dans l’audace d’incarner son nouveau rôle d’entrepreneur. Partant, il ne s’impose pas une voie unique d’intégration du collectif -  toujours en construction  - il s’agit de donner à chacun la possibilité de choisir son chemin coopératif dans une négociation continue entre individu et collectif, désir personnel et bien commun. C’est ce qui est à entendre dans « coopérer ».

En 2013, nous sommes donc invités à défendre plus que des intérêts ; nous devons aussi défendre ou apprendre à défendre un

Damien Dessagne est Game designer / développeur idéal. Philippe Kirscher est artisan au naturel, techniques douces d’éco-construction Catherine Koenig est consultante en médiation culturelle, conférencière en histoire de l’art Estelle Specklin alias Poupet Pounket est styliste et créatrice


Yan GILG (Cie MÉMOIRES VIVES) est lauréat 2013 du prix "Club de La Presse / michèle bur"

Strasbourg

Janvier

2013


ial Centre Soc l et Culture de l’Elsau plaquette0809.indd

1

18/07/2008, 11:31


e m m a r g o r p e Dem a ndez l shoffen . Koenig

J.S de l'A s s o ciation

! e é r t n e r a l t s e ’ C

Association J.S. Koenigshoffen

Centre Socio Culturel Camille CLAUS - Centre Omnisports - Centre de Santé

41 rue Virgile – 67200 STRASBOURG - Tél. 03 88 28 49 71

w w w.js koe n igs hof f e n.a s s o.f r


&HQWUH6RFLDOHW&XOWXUHO(OVDX

Projet

CLAS



Des Bandes Dessinées écrites et illustrées enfants d par les e l’acomp agn la scolari té de l’écol ement à e Léonard de Vinci

Beysa Aya Ranya Djibril Myriam Moussina


LIEU D’ACCUEIL PARENTS ENFANTS DE L’ELSAU

C’EST UN LIEU D'ECOUTE, D'ECHANGE ET DE CONVIVIALITÉ OÙ ENFANTS ET ADULTES PEUVENT PARTAGER UN MOMENT AGRÉABLE. L'ÉQUIPE DE ‘’ LA FAMILIÈRE ‘’ ACCUEILLE TOUS LES ENFANTS JUSQU'À 6 ANS. ILS DOIVENT ÊTRE ACCOMPAGNÉS D'UN ADULTE RESPONSABLE ET MAJEUR TOUT LE LONG DE LEUR PRÉSENCE DANS LE LIEU.

LES FUTURS PARENTS SONT ÉGALEMENT LES BIENVENUS. OUVERT LES MARDI DE 14H-17H30 MERCREDI 9H-11H30 ET 14H-18H JEUDI 14H-17H30 VENDREDI 14H-17H30


TOUTES LES MUSIQUES POUR TOUS !

L’ÉCOLE ELSAU MUSIQUE EST UN LIEU D’APPRENTISSAGE ET D’ÉCHANGE OUVERT À TOUS, ENFANTS OU ADULTES, DÉBUTANTS OU CONFIRMÉS OU CHACUNE ET CHACUN, AVEC SA VOIX, SON INSTRUMENT, PEUT Y TROUVER, DANS UNE DYNAMIQUE DE CRÉATION ET D’OUVERTURE, UN ENSEIGNEMENT MUSICAL ET ARTISTIQUE RÉPONDANT À SES ASPIRATIONS ET À SA CRÉATIVITÉ. ELSAU MUSIQUE, C’EST UNE ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE ET ARTISTIQUE COMPÉTENTE, DE MUSICIENS ENSEIGNANTS CRÉATIFS ET ÉCLECTIQUES.

FLÛTE TRAVERSIÈRE, BASSE, SAXOPHONE, GUITARE TOUS STYLES, VIOLON, PIANO, BATTERIE, PERCUSSION, CHANT, COACHING VOCAL . . .

www.elsau.asso.fr/elsaumusique

CONCEPTION GRAPHIQUE WWW.LIONELGROB.COM

POUR DÉCOUVRIR, APPRENDRE, PARTAGER, VIBRER, ÉCOUTER…


OJV - Artistique

ESENTE

s Productions PR

���� �� ��� ���    ����� ��  �  �  �  ��� � � ����  � � � � ��� � �   � �� �����  �  ���

SÊ

EÊHBHFSDFEFH

�� ������    �   ��� ���� ���� �� �  �� �  �� � �� ��� ��� � �  � �� � ������ �� ������� �� �   � ��  ������ �� ����� �� �    � �� OT � VFT1SPEVDUJP �0+7"SUJTUJR ���� ����� ������ ����� ��� �����  �   �   ��� ���� �����

���  �  � �   �   �  � � �       �   ����     �   �  ����  ����   �� �        ��� ����        �  �� ���� � �  �� ������   �  �  ��������   ��   ���� �        � �   �  � �  � �����     ��        SPEVDUJPOT� � 1 T F V R UJ T UJ S " �0+7 ���� ����  �  � �    �   ��� ����� ���  � �   � �    �   �� ��� ���� �  � �    � � 


i

v

l


portfolio brochures plaquettes Lionel Grob