Page 1

10 octobre 31 octobre 2013parler // VOLUME NUMÉRO 03 du programme de B.A.A. enclenchée il y a à peu près un an par le Vous avez sûrement entendu de58,la révision directeur de l’École, Monsieur Jean-Marie Toulouse. Plusieurs groupes d’étudiants (dont un comité de l’AEHEC qui www.journalinteret.com avait présenté un rapport), des jeunes diplômés, des gens d’affaires et évidemment vos professeurs ont participé L’INTÉRÊT - HEC MONTRÉAL à un effort de réflexion qui visait à assurer aux futurs diplômés une formation qui leur permettra de se démarquer encore plus sur le marché du travail. En décembre dernier, les autorités pédagogiques de l’École approuvaient le projet de réforme soumis qui faisait siens bon nombre de commentaires qui avaient été formulés : c’est donc un B.A.A. plus branché sur le monde des affaires, plus progressif dans sa pédagogie, plus souple et encore plus ouvert aux nouvelles technologies, aux communications d’affaires et aux langues secondes que j’ai le plaisir de vous présenter dans les quelques lignes qui suivent. Notons tout de suite que la majeure partie des hangeLE JOURNAL DESannée, ÉTUDIANTS HEC MONTRÉAL ments touchent la première une annéeDE importante qui fait le pont entre le cégep et l’université.Un horaire spécial pour les cohortes de première année Le principe des cohortes est maintenu et même bonifié dans la esure où les petits irritants d’un horaire commun sont évités grâce à un horaire spécial, qui permet une meilleure panification. Ainsi, les cours seront donnés du lundi au jeudi de 9 h à 14 h 45 et le vendredi de 9 h à 11 h 45 (pauses-midi de 11 h 45 à 13 h 30). Ces quatorze périodes de 1 h 15 seront allouées aux cours mais aussi aux travaux pratiques, à des ateliers de préparation aux études universitaires, à des conférences de gens d’affaires, etc. Plusieurs cours seront donnés comme maintenant, en séances de 3 h, mais d’autres cours (comme les mathématiques) seront offerts en séances de 1 h 15 de façon à permettre une meilleure assimilation de la matière. En deuxième et en oisième années, l’horaire actuel est maintenu.Une nouvelle séquence de cours en mathématiques La séquence des cours en mathématiques de gestion a été complètement revue et repensée de façon à assurer aux étudiants un apprentissage plus progressif. Ainsi le nouveau cours du premier trimestre est maintenant offert en 3 cours séparés de 1 crédit (environ 15 heures d’enseignement chacun) qui abordent respectivement l’optimisation en gestion, les mathématiques financières et les statistiques descriptives : chacun de ces cours pourra être réussi séparément. Les deux premier cours s’étaleront sur une période d’environ neuf semaines tandis que le dernier sera offert de façon plus intensive à la toute fin du trimestre. Ceci permettra aux étudiants qui en ressentent le besoin de suivre des modules de rafraîchissement des connaissances autodidactes dont la supervision sera confiée à un tout nouveau groupe d’appui à l’apprentissage des méthodes quantitatives de gestion. Grâce à cette nouvelle approche et bien intégrés à la vie universitaire, les étudiants seront donc mieux préparés à suivre le deuxième cours de statistiques offert au deuxième trimestre, cours qui couvrira maintenant des notions de robabilité. Le cours de recherche opérationnelle demeure le troisième cours de cette séquencee la souplesse et du choix au deuxième trimestre. Le cheminement en cohortes est maintenu pour les cours de Présentation de l’information comptable, d’Analyse macroéconomique, de Probabilité et statistiques et de Sociologie de l’entreprise maintenant offerts au deuxième trimestre. Les étudiants qui le désirent (ceci n’est plus une obligation) pourront choisir un cinquième cours parmi un des cinq cours fonctionnels suivants : Administration du personnel, Gestion des opérations et de la production, Finance, Technologies de l’information en gestion et Marketing. Les étudiants pourront aussi opter pour un cours de langue seconde.Un accent important sur l’apprentissage des langues. Tout le monde le reconnaît, la maîtrise de l’anglais langue seconde et même d’une troisième langue devient une exigence incontournable du monde du travail. Pour aider les étudiants à atteindre cet objectif, le nouveau programme met à la disposition des étudiants un certain nombre d’outils et de possibilités qu’ils pourront utiliser avec profit. Dès le début du premier trimestre, les étudiants subiront un test diagnostic d’anglais des affaires, dont la réussite n’est pas une condition de diplomation, et qui servira à organiser leur stratégie d’apprentissage. Aux différentes activités de perfectionnement (cours, ateliers, programmes d’immersion d’été) vient s’ajouter la possibilité de suivre des cours du B.A.A. en anglais ou même en espagnol si la demande le justifie (probablement des cours de fonction).Les nouvelles technologies Dès le début du premier trimestre, les étudiants seront sensibilisés à l’utilisation des nouvelles technologies. La maîtrise des tableurs (Lotus, Excel), outils essentiels de tout gestionnaire, sera aussi .11 de p fortement encouragée tout le long du programme de B.A.A. Les étudiants devront d’ailleurs réussir o un test ti n s maîtrise des fonctions de base d’un tableur avant la fin de leur première année. Les deuxième et troisième années e g n e Les deuxième et troisième années font aussi l’objet d’un certain nombre de réaménagements.irSans entrer dans les e o t détails, notons que le deuxième cours de management (avec un tout nouveau contenu) devra s être suivi en deuxième l’hi aussi que les étudiants e année tout comme le cours de Fondements psychologiques des organisations. Soulignons r t naî pourront maintenant suivre jusqu’à deux cours de leur profil de spécialisation (concentration ou profil mixte) n o c e d dès le début de leur deuxième année. Dans la nouvelle école, à partir de septembre 1996 Le compte à rebours a ce n a t1996. Bien entendu, les changements adopdébuté, car le nouveau programme sera offert à compter de septembre porpour remercier tous les étudiants qui ont m i tés ne s’appliqueront qu’aux futurs étudiants. Je profite de l’occasion ’ el participé de près ou de loin au processus de consultation et quidnous ont suggéré plusieurs pistes d’améliorations intéressantes. Il ne nous reste plus maintenant qu’à propager la bonne nouvelle. Vous avez sûrement entendu

vos

r u s s n o ni i p o

a a b le

07 6 p.0


Édito//

SOMMAIRE L’intérêt étudiant

- Calendrier universitaire

Dossier spécial b.a.a. partie 1

Baa : meilleur ennemi selim bouchoucha

selim.bouchoucha@hec.ca

B.A.A? Qu’il ait endossé son costume bilingue, trilingue, ou même quadrilingue (oui, l’épithète existe, pas le baccalauréat malheureusement!) il aura marqué à jamais ce que nous sommes.

BaA

Tyran, il nous a condamnés aux interminables travaux d’équipes et autres éternels TP dans des salles, à la pointe de la technologie, faisant office de goulags soviétiques post-modernes.

forme d’un dossier spécial BAA. Bonne lecture. PS : Au risque de transformer l’intérêt en journal intime, d’agacer et rendre folle ma présidente-maman Catherine Lavery, d’irriter ma VP externe Violain Rollin, je profite de la tribune qui m’est offerte ici en ma position de rédacteur en chef pour passer un message à une personne qui m’est chère et qui est contrainte de quitter Montréal : GIGI Je t’aime!

02 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

p.08

Dossier spécial b.a.a. partie 2 - Paul Lanoie - De l’importance de l’histoire en gestion

p.10 p.11

L’intérêt étudiant

p.12

L’intérêt culturel

- BAA Musical / Recette d’un étudiant - Le mois de la photo / Vin sur vin

p.13 p.14

L’intérêt affaires internationales

p.18

CRÉDITS

Comité Rédactionnel

Pl ylist études

4| Reckoner – Radiohead « C’est grâce à cette chanson que j’ai compris ce qu’était un coup marginal. Merci. », Maryse Boulos, zJournaliste

L’intérêt politique

Rédacteur en chef  : Selim Bouchoucha | Chef de pupitre-Politique  : Flavien Iszurin | Chef de pupitre-Économie et Affaires internationales  : Violaine Rollin | Chef de pupitre-Culture  : Victoire Louis | Chef de pupitre-Sport  : Clément Vaillant | Chef de pupitre-Techno  : Selim Bouchoucha | Chef de pupitre-Vie étudiante  : Violaine Rollin | Chef de pupitre-Environnement  : Selim Bouchoucha | Correctrice  : Julie Salomon

Mais c’est à lui qu’une grande partie de cette parution est dédiée sous

3| Stolen Dance – Milky Chance (Dimmi Club Edit) « Steal a dance to your studies », Saoud Maherzi, Journaliste

p.04 p.05 p.06

Comité exécutif Présidente  : Catherine Lavery | VP Interne  : Sébastien Keita | VP Externe  : Violaine Rollin | VP Externe  : Violaine Rollin | VP Ventes  : Aïssata Diallo | Illustrateur  : Melki Melgarejo | Graphiste  : Antoine Delacressonnière (www.lemonadeagency.ca)

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, chacun de nous porte ce bourreau perfide dans son cœur ou en tout cas une grande majorité. Syndrôme de Stockholm diront certains, peut être bien…

2| L’AMOUR – KARIM OUELLET « L’arrangement musical et la voix douce me permettent d’étudier l’esprit tranquille  ;-)« , Audrey Taillefer , Journaliste

- Même diplôme, même valeur? - Archives (1996) - Micro Trottoir BAA

Journal L’Intérêt HEC Montréal 3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Local RJ-781, Montréal, (Québec), H3T 2A7 | tél.   : 514 340-6105

Pervers, il nous a initié à la luxure des intras du dimanche matin et à la sensualité d’un samedi entier à la bibliothèque, bibliothèque insonore et muette ou le moindre décibel appelle les regards, aussi agaçants qu’agacés, des voisins de tables ou colocataires ayant eux aussi déménagé chez Myriam et J.-Robert Ouimet deux semaines avant les examens.

1| Sexy and I know it – Herr Vogel « Étudier, tout en entendant le son motivant du party!« , Victoire Louis, Chef de pupitre Culture

p.03

Journalistes  : Flavien Iszurin, Violaine Rollin, Sarah Taki, Morad Jeldi, Mathilde Mur, Anthony Rahib, Sebastian Keita, Clément Vaillant, Saoud Maherzi, Audrey Taillefer, Romain André, Catherine Lavery, Arthur Voegel, Elliot Benaudis, Loran Ye Maryse Boulos

5| Anywhere is – Enya «  Les accords et la voix particulière d’Enya m’aident à rester optimiste et à me souvenir dans quel but j’étudie.« , Flavio Izora, Chef de pupitre Politique 6| Natural mystic – Bob Marley «  This could be the first trumpet… might as well. Tribute to Hod the Main room’s CEO.  », Selim Bouchoucha, Rédacteur en Chef 7| TSYN x Musique Chic Summer Tape – Klingande Catherine Lavery, Présidente

Contributeurs  : Véronique Charland, Louis Bordereau, Thibaut Martelain Imprimeur  : Hebdo Litho | Distributeur  : Chad Ronalds Pour la rédaction  : selim.bouchoucha@gmail.com Pour la publicité  : redaction.interet@hec.ca L’Intérêt est le journal des étudiants de HEC Montréal et il est publié par l’AEHEC. Il est membre de la Presse universitaire canadienne et du University-Wire. L’Intérêt est un journal d’opinion et, à ce titre, n’est pas tenu de présenter des articles neutres et impartiaux. Le contenu de ce journal est indépendant de la direction de HEC Montréal et des associations étudiantes. Les textes n’engagent que l’auteur et ne reflètent en aucun cas l’opinion de l’École, de l’AEHEC ou des autres collaborateurs du journal. Le matériel contenu dans L’Intérêt peut être reproduit avec mention de la source. Nous avons adopté dans ces pages la majeure partie des rectifications orthographiques recommandées par l’Académie française.

Vous voulez réagir à un article?

Écrivez-nous à redaction.interet@hec.ca ou réagissez directement à chaque article sur notre site internet www.journalinteret.com!


L’INTÉRÊT ÉTUDIANT// journal l’intérêt

Calendrier UNIVERSITAIRE OCTOBRE, mois de mai des canards 8

OCTOBRE HEC | Séminaire : « Does Religion Affect Economic Growth and PRÉPA | Séjour d’intégration Happiness? Evidence from Ramadam » (15 h 30 à 17 h 30)

9 OCTOBRE

HEC | Séminaire : « Guns and Votes » (10 h à 11 h 30) HEC | Atelier : Étude de marché (18 h 45 à 21 h 45)

11

OCTOBRE HEC | Séminaire : « Price Competition and Reputation in Credence Goods Markets : Experimental Evidence » (10 h à 11 h 30) PRÉPA | Matchs de sports petits terrains

13 OCTOBRE 15

OCTOBRE HEC | Entre-vue « Les prévisions économiques 2013-2014 » (7 h 15 à 8 h 15)

28-29-30 OCTOBRE

CSL | Maisonnée de Halloween + Multisport

30 OCTOBRE

le saviez-VOUS Le nom de Voltaire n’est pas le véritable nom de l’écrivain et philosophe du siècle des Lumières, mais juste un pseudonyme, tiré d’une anagramme de son nom écrit en latin : il s’appelait Arouet LJ (Le Jeune), qui écrit en latin donne AROVET LI, ce qui donne Voltaire.

16

OCTOBRE HEC | Atelier : Introduction au plan marketing (18 h 45 à 20 h 45) GRH | Conférence spécialiste RH

18

OCTOBRE AMOUREUX DU SPORT | Match d’ouverture du hockey féminin contre Ottawa au CEPSUM PRÉPA | Tournoi Dodgeball

19 OCTOBRE 21 OCTOBRE

HEC | Atelier : Plan financier et proposition financière (18 h 45 à 20 h 45) PROMO | Party de mi-session CSL | Maisonnée des Intras + Multisport VIDA | Plongée dans le Sud

22 OCTOBRE 23 OCTOBRE

23-29 OCTOBRE 26

OCTOBRE AMOUREUX DU SPORT | Match de football contre Laval au CEPSUM

27

OCTOBRE AMOUREUX DU SPORT | Hockey sur glace, Les Carabins accueillent les Martlets de McGill CSL | Chalet du CSL

28-29 OCTOBRE

VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 03


dossier spécial bAA//

même diplôme, même valeur? Pour ceux qui audrey taillefer ont déjà assisté audrey.taillefer@hec.ca aux rencontres du programme « Passeport pour le monde« , vous avez été étonné comme moi d’apprendre que près de 10 000 diplômés en administration des affaires débarquent sur le marché du travail à chaque année.

On nous disait alors qu’il fallait avoir de l’expérience internationale, des implications remarquables et des stages stratégiques pour se démarquer de ce lot de finissants qui obtiennent tous le même diplôme. Bien que je sois en total accord avec l’idée de se différencier, je suis allée voir par curiosité à quel point notre diplôme était le même d’une université à l’autre. HEC Montréal se démarque des autres universités sur plusieurs aspects, en voici un petit résumé  :

et 22 cours pour l’université du Québec à Rimouski. • HEC Montréal offre plus de cours obligatoires en économie et en méthodes quantitatives que la majorité des autres université. • Contrairement à l’ensemble des universités québécoises, aucun cours de droit des affaires, ni de responsabilité sociale ou d’éthique n’est offert dans le tronc commun. Bref, HEC Montréal serait davantage orienté vers la polyvalence, l’économie, le quantitatif et l’international plutôt que la responsabilité • Seule université à offrir un BAA trilingue et parmi les quelques civil (légal et sociétale). Vous me direz que ces différences n’ont pas universités à offrir le BAA bilingue au Québec. un fort impact sur la valeur de votre diplôme à la fin, mais elles y sont • Mise sur la polyvalence de ses étudiants. Par exemple, McGill certainement pour quelque chose dans l’identité et la réputation de n’offre que 12 cours obligatoires contre 19 cours pour HEC Montréal ces trois lettres qui «  vous mèneront loin ».

HEC MONTRÉAL

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

UNIVERSITÉ LAVAL

1

Sociologie de l’entreprise

Principes d’administration

L’entreprise et sa gestion ou Management

2

Management

Direction générale

3

Modélisation et optimisation, Mathématiques financières et Probabilité

Introduction à la comptabilité générale I

Comportement organisationnel ou Organizational Behavior Économie de l’entreprise ou Microeconomics Macroéconomie financière ou Financial

4

Statistique

Introduction à la comptabilité générale II

5

Analyse microéconomique

Comptabilité de gestion I : Fondements

6

Analyse macroéconomique

Principes économiques

Fiscalité I et/ou Modélisation et aide à la décision ou Droit des affaires et gouvernance ou Comptabilité du développement durable ou Développement durable et gestion des organisations ou Responsabilité sociale des entreprises et économie solidaire ou Immobilier et développement durable

7

Présentation de l’information comptable

Éléments de gestion financière

Marketing ou Marketing Management

8

Utilisation de l’information comptable

Analyse des décisions financières

9

Marketing

10

Macroeconomics Probabilités et statistique ou Probability and Statistics for Business

Opérations et logistique ou Operations and

Introduction aux systèmes d’information dans

Logistics Gestion des ressources humaines ou Human

les organisations

Resource Management

Finance

Aspects humains des organisations

Finance ou Introduction to finance

11

Gestion des ressources humaines

Gestion du personnel et relations industrielles

12

Gestion des opérations

Marketing

13

Technologies de l’information dans les organisations

Statistique appliquée à la gestion

14

Fondements psychologiques et organisation

Méthodes analytiques de gestion

15

Comptabilité de gestion

Gestion des opérations

16

Management des P.M.E. ou Management des grandes entreprises ou Entrepreneuriat Éléments de recherche opérationnelle ou

17

Méthodes d’aide à la décision en R.O. ou Modèles de recherche opérationnelle en gestion

18 19

Problèmes et politiques économiques ou Politiques économiques et taxation Management stratégique des organisations

04 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

Comptabilité générale ou Introduction to

UQAM Développement des compétences transversales en gestion

Intro to Financial Accounting

Analyse macroéconomique

Introduction to org. Behaviour

Gestion financière

Business Statistics

Introduction au droit des affaires

Managerial Economics

Méthodes statistiques

Information systems

Gestion des organisations : complexité, diversité et éthique

Marketing Management 1

Management, information et systèmes

International Business

Marketing

Operations Management

Comportement organisationnel

Social Context of Business

Introduction à la gestion des ressources humaines

Gestion stratégique des organisations

Finance 1

Gestion des opérations

Accounting Information Systems and Technologies

Macroeconomics Policy

Analyse microéconomique

Accounting Comptabilité de management ou Management Systèmes et technologies de l’information ou

McGill

Organizational Policy

Introduction aux sciences comptables Responsabilité sociale des entreprises ou Développement durable et gestion ou La dimension éthique de la gestion des entreprises

Gestion internationale ou Relations économiques internationales Stratégie de gestion Fondements technologiques des systèmes d’information

Recherche opérationnelle

Contrôle de gestion

* NOTABENE : Pour voir la structure des autres programmes, allez sur notre site internet.


DOSSIER SPÉCIAL BAA//

la révision du baa

Tout ce que vous avez demandé…ou presque dossier spécial baa

jacques raynauld directeur du programme de b.a.a

Vous avez sûrement entendu parler de la révision du programme de B.A.A. enclenchée il y a à peu près un an par le directeur de l’École, Monsieur Jean-Marie Toulouse. Plusieurs groupes d’étudiants (dont un comité de l’AEHEC qui avait présenté un rapport), des jeunes diplômés, des gens d’affaires et évidemment vos professeurs ont participé à un effort de réflexion qui visait à assurer aux futurs diplômés une formation qui leur permettra de se démarquer encore plus sur le marché du travail. En décembre dernier, les autorités pédagogiques de l’École approuvaient le projet de réforme soumis qui faisait siens bon nombre de commentaires qui avaient été formulés : c’est donc un B.A.A. plus branché sur le monde des affaires, plus progressif dans sa pédagogie, plus souple et encore plus ouvert aux nouvelles technologies, aux communications d’affaires et aux langues secondes que j’ai le plaisir de vous présenter dans les quelques lignes qui suivent. Notons tout de suite que la majeure partie des changements touchent la première année, une année importante qui fait le pont entre le cégep et l’université.

trimestre est maintenant offert en 3 cours séparés de 1 crédit (environ 15 heures d’enseignement chacun) qui abordent respectivement l’optimisation en gestion, les mathématiques financières et les statistiques descriptives : chacun de ces cours pourra être réussi séparément. Les deux premier cours s’étaleront sur une période d’environ neuf semaines tandis que le dernier sera offert de façon plus intensive à la toute fin du trimestre. Ceci permettra aux étudiants qui en ressentent le besoin de suivre des modules de rafraîchissement des connaissances autodidactes dont la supervision sera confiée à un tout nouveau groupe d’appui à l’apprentissage des méthodes quantitatives de gestion. Grâce à cette nouvelle approche et bien intégrés à la vie universitaire, les étudiants seront donc mieux préparés à suivre le deuxième cours de statistiques offert au deuxième trimestre, cours qui couvrira maintenant des notions de probabilité. Le cours de recherche opérationnelle demeure le troisième cours de cette séquence.

La maîtrise des tableurs (Lotus, Excel), outils essentiels de tout gestionnaire, sera aussi fortement encouragée tout le long du programme de B.A.A.

De la souplesse et du choix au deuxième trimestre Le cheminement en cohortes est maintenu pour les cours de Présentation de l’information comptable, d’Analyse macroéconomique, de Probabilité et statistiques et de Sociologie de l’entreprise maintenant offerts au deuxième trimestre. Les étudiants qui le désirent (ceci n’est plus une obligation) pourront choisir un cinquième cours parmi un des cinq cours fonctionnels suivants : Administration du personnel, Gestion des opérations et de la production, Finance, Technologies de l’information en gestion et Marketing. Les étudiants pourront aussi opter pour un cours de langue seconde.

Un horaire spécial pour les cohortes de première année Le principe des cohortes est maintenu et même bonifié dans la mesure où les petits irritants d’un horaire commun sont évités grâce à un horaire spécial, qui permet une meilleure panification. Ainsi, les cours seront donnés du lundi au jeudi de 9 h à 14 h 45 et le vendredi de 9 h à 11 h 45 (pauses-midi de 11 h 45 à 13 h 30). Ces quatorze périodes de 1  h  15 seront allouées aux cours mais aussi aux travaux pratiques, à des ateliers de préparation aux études universitaires, à des conférences de gens d’affaires, etc. Plusieurs cours seront donnés comme maintenant, en séances de 3 h, mais d’autres cours (comme les mathématiques) seront offerts en séances de 1 h 15 de façon à permettre une meilleure assimilation de la matière. En deuxième et en troisième années, l’horaire actuel est maintenu. Un accent important sur l’apprentissage des langues Une nouvelle séquence de cours en Tout le monde le reconnaît, la maîtrise de l’anglais langue seconde et mathématiques même d’une troisième langue devient une exigence incontournable La séquence des cours en mathématiques de gestion a été du monde du travail. Pour aider les étudiants à atteindre cet objectif, complètement revue et repensée de façon à assurer aux étudiants le nouveau programme met à la disposition des étudiants un certain un apprentissage plus progressif. Ainsi le nouveau cours du premier nombre d’outils et de possibilités qu’ils pourront utiliser avec profit.

retour en 1996...

Dès le début du premier trimestre, les étudiants subiront un test diagnostic d’anglais des affaires, dont la réussite n’est pas une condition de diplomation, et qui servira à organiser leur stratégie d’apprentissage. Aux différentes activités de perfectionnement (cours, ateliers, programmes d’immersion d’été) vient s’ajouter la possibilité de suivre des cours du B.A.A. en anglais ou même en espagnol si la demande le justifie (probablement des cours de fonction). Les nouvelles technologies Dès le début du premier trimestre, les étudiants seront sensibilisés à l’utilisation des nouvelles technologies. La maîtrise des tableurs (Lotus, Excel), outils essentiels de tout gestionnaire, sera aussi fortement encouragée tout le long du programme de B.A.A. Les étudiants devront d’ailleurs réussir un test de maîtrise des fonctions de base d’un tableur avant la fin de leur première année. Les deuxième et troisième années Les deuxième et troisième années font aussi l’objet d’un certain nombre de réaménagements. Sans entrer dans les détails, notons que le deuxième cours de management (avec un tout nouveau contenu) devra être suivi en deuxième année tout comme le cours de Fondements psychologiques des organisations. Soulignons aussi que les étudiants pourront maintenant suivre jusqu’à deux cours de leur profil de spécialisation (concentration ou profil mixte) dès le début de leur deuxième année. Dans la nouvelle école, à partir de septembre 1996 Le compte à rebours a débuté, car le nouveau programme sera offert à compter de septembre 1996. Bien entendu, les changements adoptés ne s’appliqueront qu’aux futurs étudiants. Je profite de l’occasion pour remercier tous les étudiants qui ont participé de près ou de loin au processus de consultation et qui nous ont suggéré plusieurs pistes d’améliorations intéressantes. Il ne nous reste plus maintenant qu’à propager la bonne nouvelle. Bon trimestre. Jacques Raynaul, Directeur du programme de B.A.A. Ça donne presque le goût de recommencer son BAA! NOTABENE : article paru dans le Journal L’intérêt en 1996 et republié dans cette parution. VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 05


dossier spécial bAA//

micro-trottoir

03 Quel cours avez-vous trouvé le plus utile? Analyse microéconomique Sociologie de l’entreprise Analyse macroéconomique Diagnostique financier Comptabilité de gestion Fondements psychologiques et organisation Marketing Comptabilité de gestion

01 Quel cours vous a le plus marqué et pourquoi?

Impôt I Présentation de l’information comptable

• Statistique parce que je n’aurais jamais cru avoir un prof aussi mauvais

Droit des affaires

• PPE: extrêmement intéressant pour mieux connaître le fonctionnement du monde économique

Utilisation de l’information comptable

• Psychologie parce que c’est très intéressant en tant que gestionnaire de voir comment les autres réagissent aux différentes situations et pourquoi ils font cela

Finance

• Les cours que j’ai suivi en échange ont été beaucoup plus marquants que ceux prix au HEC.

Management stratégique

• Malheureusement je ne peux dire que les cours proposés au HEC sont grandement stimulants et mémorables

Problèmes et politiques économiques

• Mes cours de bases de compta m’ont donné le goût d’aller en compta

Gestion des ressources humaines

• Macroéconomie parce que ça nous permettait de comprendre un peu plus les enjeux économiques de la société

Management des grandes entreprises Technologies de l’information dans les organisations Aucun Sociologie de l’entreprise Management des PME Management Management stratégique Création d’entreprise Placement Habiletés de direction Gestion du marketing GOL Relève publicitaire Marketing, médias et société Contrôle et gestion de la performance Marketing 06 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

Notions juridiques pour le domaine des affaires Technologies de l’information dans les organisations Comptabilité financière: actifs et résultats Recherche en marketing

02 Quel cours avez-vous trouvé innovant? Entrepreneuriat

Management

6 5 13 2 1 3 1 3 3 1 1 1 2 1 5 1 1

2 1 2 3 6 2 1 1 1 12 1 2 3 1 1 3 1 2 1 3 1

04 Quel cours avez-vous trouvé le plus inutile ? Probabilité Technologies de l’information dans les organisations Fondements psychologiques et organisation Management Sociologie de l’entreprise Présentation de l’information comptable Probabilité Statistique Management stratégique Modélisation et optimisation Méthodes d’aide à la décision en R.O. Éléments de recherche opérationnelle Aucun Management des PME Gestion des ressources humaines

2 6 2 5 20 1 1 2 1 3 2 1 1 1 2


DOSSIER SPÉCIAL BAA// 05 Quel cours vous a le plus ouvert les yeux sur des réalités que vous ne connaissiez pas?

11 Quel est le professeur qui vous a le plus inspiré?

08 Trouvez-vous que le tronc commun est trop long?

Analyse macroéconomique

4

1

Analyse microéconomique

Louise Péloquin

Aucun

3

1

Responsabilité sociale de l’entreprise

Germain Belzile

Problèmes et politiques économique

2

1

Management de PME

Finance

5

1

Gestion du changement

Comptabilité de gestion

1

1

Management stratégique

Management

4

1

Relève Publicitaire

Entreprenariat

3

1

Analyse microéconomique

Gestion des opérations et de la logistique

2

1

Impôts I

Sociologie de l’entreprise

6

2

Fondements psychologiques et organisation

Technologies de l’information dans les organisations

1

1

Management des grandes entreprises

Gestion des ressources humaines

2

1

Relations internationales

Notions juridiques pour le monde des affaires

2

2

Présentation de l’information comptable

Économie québécoise: intégration nord-américaine et spécificités

1

NON // 24

Gunnar Grass

OUI // 26

Marie-Claude Brouillette

Justin Leroux Pierre Balofet Ana Ortiz

09 Quel cours avez-vous trouvé surchargé? (chiffres clés)

Nicolas Vincent

Finance

10 10 5 5

• Les cours de droit sont indispensable selon moi

• Un cours en réalisation d’événements pour la spécialisation marketing

14

Sociologie des entreprises

7

Modèles de recherche opérationnelle en gestion

• Un cours qui nous permettrait d’Apprendre à établir des relations d’affaires

0

1

5

0

5

8

5

17

7

Frank Barès Pierre-Marc tremblay Luc Bélanger

1 1 1 1 1 1 2 1

Hafed Bourkez

4

*Sondage réalisé par l’équipe du Journal L’intérêt auprès d’un échantillon de 50 étudiants de HEC Montréal en Octobre 2013.

4

07 Quel pourcentage de vos professeurs avez-vous trouvé compétent ?

Lucien Barin Cruz

4

Technologies de l’information dans les organisations

• Expression orale, simulation d’entrevues, de pitch de vente et de débats

Alain Thérrien

Chloé Pronovost-Lelièvre

Management

Statistique

• Cours qui ouvre sur les alternatives possibles au libéralisme

Claude Ananou

Karine Deshaye

• Cours d’anglais des affaires

• Des cours qui nous apprennent la communication visuelle (ex. photoshop)

Jean-Hugnes Labrecque

Gérard Ouimet

trouvé désuet? (chiffres clés)

• Des cours plus pratiques et concrêts. Il faut nous mettre davantage en contact avec le monde des affaires (et des vrais entreprises)

Bertrand Malsch

Carol Bélanger

10 Quel cours avez-vous

• Plus de cours à projet tel la relève publicitaire

Claude Chapdelaine Marie-Claude Gaudet

Présentation de l’information comptable

Aucun

• Des vrais cours de finance, qui sont utiles au marché du travail et adapté

Johanne Frenette Hugo Lesley

Utilisation de l’information comptable

06 Quel type de cours manque au programme de BAA?

Joseph Facal

1 1 2 1 1 1 1 4 9 4 1 1 1 1 1 1 1 2

2

00-10% 10-20% 20-30% 30-40% 40-50% 50-60% 60-70% 70-80% 80-90% 90-100% VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 07


L’intérêt politique//

pierre moscovici à hec  :

perspectives économiques pour l’Europe et le monde flavien iszurin

flavien.iszurin@hec.ca ou un modèle de création et d’innovation à l’anglo-saxonne et à la japonaise ».

HEC Montréal, 27 septembre 2013. L’école a eu le grand honneur d’accueillir en ses lieux monsieur Pierre Moscovici, ministre français de l’économie et des finances, à l’occasion d’une visite de 4 jours au Québec et au Canada. Ce fût l’occasion d’aborder les sujets du moment : santé de l’économie française, la place des économies traditionnelles dans la compétition mondiale, convergence des pays émergents, compétitivité et rôle d’un ministre de l’économie. Notre invité du jour est né en 1957 à Paris. Avec une formation universitaire d’économiste, des fonctions de cadre au sein du parti socialiste français, des charges de haut-fonctionnaire (conseiller et chargé de mission auprès de Lionel Jospin, premier ministre français de 1997 à 2002) ainsi que des fonctions électives (réélu député du Doubs en 2012), Pierre Moscovici avait le profil parfait pour occuper le poste de ministre de l’économie. Ajoutant qu’il avait été député européen, il a tenu à souligner d’entrée ses convictions européennes. Ce n’est pas la première fois que monsieur Moscovici vient à l’école et il est également venu au Québec auparavant dans le cadre du jumelage de sa commune de Montbéliard avec la commune de St-Jérôme dans les Laurentides. Pendant un peu plus d’une heure, monsieur le ministre nous a fait partager sa vision du monde et de l’Europe, en commençant sa réflexion sur la santé de l’économie française. Tout en faisant part de ses atouts, à savoir que la France est une économie étendue, puissante, innovante, avec une main d’œuvre qualifiée, il n’a pas cherché à dissimuler également ses faiblesses : déficit à 5 % du PIB, dette de 95 % du PIB avec un service de la dette pénalisant, une compétitivité dégradée depuis 10 ans dont témoigne un coût du travail peu avantageux et un commerce extérieur largement déficitaire (70 milliards en 2012), quand, au même moment l’Allemagne dégageait un excédent de 170 milliards d’euros. La compétitivité, mot répété à maintes reprises, est le grand défi du ministre. « Ce n’est pas évident pour un gouvernement de gauche d’avoir une priorité aussi marquée sur la compétitivité, mais il n’y a aucune contradiction ».

l’économie mondiale durant les 20 prochaines années afin que les économies traditionnelles accompagnent ces changements plutôt que de les subir. Voici les développements dont il nous a fait part : d’ici 2030 va se créer une vaste classe moyenne mondiale de 4 milliards d’individus, dont 2 milliards en Asie, avec pour conséquences majeures un changement de modèle productif et la disparition progressive du modèle actuel à la Ricardo de production de biens à faible valeur ajoutée dans les pays pauvres pour assemblage final dans les pays développés. Nous subirons une concurrence frontale sur tous les produits de la part des pays émergents. Les générations qui suivront devront composer avec un savoir qui sera partagé : entre 2000 et 2011 le nombre d’étudiants dans les pays émergents est passé de 25 millions à 67 millions.

Dans ces pays une nouvelle croissance s’affirme, non plus seulement basée sur l’exportation ou les plans de relance par l’équipement, mais désormais par la consommation nourrie par une demande nouvelle en biens d’équipements. « Il faut aider les entreprises françaises à préparer de grandes mutations de l’économie mondiale à échelle 2030. Cela consiste à privilégier les segments les plus hauts Compétitivité et enjeux mondiaux : dans la chaîne de valeur pour nous permettre de devenir ou rester un Tout le raisonnement de monsieur Moscovici fût basé sur le fait des fournisseurs de cette classe moyenne mondiale des années 2030 qu’une politique ambitieuse pour redonner de la compétitivité sans nécessairement trancher entre un modèle d’insertion dans la s’articulait autour d’une bonne évaluation de la situation de mondialisation basée sur la puissance manufacturière à l’allemande 08 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

L’enjeu de la compétitivité en France : Les mesures prises pour renforcer la compétitivité de la France s’articulent d’abord sur une baisse du coût du travail de 20 milliards d’euros (crédit d’impôt compétitivité-emploi). Cependant monsieur Moscovici nous met en garde : « la compétitivité qui débouche sur une course au moins-disant social n’est pas synonyme de progrès. Cela va poser un problème d’inégalités », ajoutant qu’on ne redressait pas la situation d’un pays avec une action basée uniquement sur la baisse des coûts. Ensuite un dispositif favorable à la recherche (crédit impôt recherche) préservé et étendu aux petites entreprises qui jusqu’à présent n’en bénéficiaient pas, un choc de simplification appelé de ses vœux par le Président Hollande, sachant qu’une réduction des charges administratives de 25 % pourrait permettre une économie de 15 milliards d’euros. Finalement on peut citer un nouveau cadre de travail à la fois plus sécuritaire pour les employés et plus flexible pour les employeurs. Si on ajoute à cela la création d’une banque publique d’investissement, et une politique industrielle visant à renforcer les solidarités entre les filières, c’est toute la problématique d’une « compétitivité soutenable » qui a été posée. Les enjeux européens : Monsieur Moscovici a également abordé la question de l’intégration européenne. D’après lui, le futur de la France est plus que jamais au sein d’une Europe davantage intégrée, aussi bien au niveau des politiques économiques, des institutions, que du système bancaire et financier. Interrogé sur le fait de savoir s’il considérait le délai laissé par Bruxelles à la France pour résorber ses déficits (la France prévoit désormais de revenir à un seuil de déficit à 3 % du PIB d’ici 2015 et non plus 2014) comme une victoire ou au contraire un aveu de faiblesse, le ministre a répondu que l’UE n’était pas une contrainte et la commission européenne pas un censeur. « L’UE commence à réaliser que les politiques de rigueur et d’austérité n’étaient pas la panacée et qu’il fallait laisser un peu de place à la croissance et que la réduction des déficits ne devait pas trop peser sur la croissance. Ceci nous permet d’ailleurs de voir la zone euro sortir enfin de la récession après 6 trimestres consécutifs de croissance négative. Ce n’est certainement pas un échec mais une reconnaissance du sérieux de la politique menée en ce moment en France. »


L’INTÉRÊT POLITIQUE// Un aperçu des enjeux mondiaux avec le ministre français de l’économie Accord de libre-échange Canada-UE : « Les négociations ont beaucoup avancé et l’accord nous permett une baisse des coûts et une pénétration des marchés. On peut en attendre un développement des échanges entre l’UE et le Canada, dans des proportions substantielles, jusqu’à 25 % de plus. La France est favorable à la conclusion de cette accord de libre-échange, les négociations ont très bien avancé, et elles ont permis au Québec et à la France de faire valoir leurs intérêts dans un certain nombre de secteurs dans lesquels on considère qu’il ne peut pas y avoir de marchandisation de l’économie, notamment sur le bien commun que représente la langue française.

Habiletés politiques et vision de de la richesse mais en même temps c’est elle long terme en conclusion! qui peut mener les réformes structurelles qui La conférence s’est conclue par deux transforment en profondeur une économie. recommandations du ministre directement adressées aux étudiants. La première portait Cela ne signifie pas que les politiques n’ont sur la nécessité de rester en bon terme avec les pas le monopole de l’initiative, bien au politiques : «  en tant que chefs d’entreprises, contraire, l’initiative est une responsabilité même si vous détestez la politique, cela se partagée » (entre lui et les entreprises). La passera toujours mieux si vous n’insultez grande problématique européenne pour pas vos gouvernements! » ajoutant par la suite : « je n’ai pas d’amis grands patrons, je notre génération sera de réussir à concilier ne cherche pas à en avoir, mais nous devons un modèle social et culturel reconnu avec la réussite économique. Reste un sujet en suspend qui est l’agriculture, notamment le lait et travailler ensemble! ». la viande de bœuf pour ce qui a trait aux quotas et à l’ouverture des uns et des autres. La France est un grand pays agricole, l’Europe a Pierre Moscovici a tenu à mettre l’emphase sur l’importance de C’est sur ce défi qu’a conclu un ministre qui a semblé très à l’aise de une grande politique qu’on appelle la politique agricole commune à développer un lien de confiance entre le politique et l’économique. bout en bout devant les étudiants, traduisant une culture universitaire laquelle nous tenons de façon très substantielle. Cela fait partie des La deuxième recommandation a porté sur l’importance de développer non oubliée (il a donné des cours d’économie à Sciences Po en même une pensée de long terme : « Ce n’est pas le politique qui va créer temps qu’un certain François Hollande). sujets abordés avec Monsieur Flaherty. »

VOUS AVEZ UN DIPLÔME. ET APRÈS?

Devenez un évaluateur immobilier accrédité de l’ICE. Cette carrière est enrichissante sur les plans professionnel et personnel, est bien payée et vous permet de travailler de manière indépendante ou comme membre d’un vaste éventail d’organisations impliquées dans l’immobilier – institutions financières, compagnies d’assurance, gouvernements, sociétés de conseils et d’évaluation et bien d’autres. Cette profession est donc très prisée. Vous en saurez plus en faisant une visite en ligne dès aujourd’hui.

Découvrez comment devenir un évaluateur immobilier professionnel. ICEcanada.ca VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 09


dossier spécial baa//

paul lanoie,

L’économiste ayant HEC tatoué sur le cœur audrey taillefer

audrey.taillefer@hec.ca

Vous les croisez dans les couloirs, les voyez apparaître sur les écrans de l’École ou bien les écoutez gentiment en échange de crédits bien mérités, mais est-ce que vous les connaissez un peu, vos profs? Vous savez ce qu’ils ont fait d’exceptionnel, comment ils ont fait pour se retrouver devant vous aujourd’hui? Pour notre parution sur l’évaluation du B.A.A., je suis allée rencontrer le directeur des affaires professorales pour discuter de la dernière réforme du programme à laquelle il a contribué. Compte rendu d’une discussion avec Paul Lanoie, économiste ayant HEC tatoué sur le cœur.

Le milieu universitaire québécois associe très fortement M. Lanoie à HEC Montréal. Non seulement ce dernier est diplômé d’un B.A.A. et d’une MSc. profil économie de l’université, mais il s’est démarqué par la succession de postes contribuant à façonner l’identité actuelle de l’École. Après avoir terminé un doctorat en économie de l’université Queen’s en Ontario et une expérience d’enseignement à l’université Laval, Paul Lanoie se réjouit de pouvoir revenir à Montréal, dans son université. Dès lors, il enseigne en continu en plus de devenir rédacteur en chef de la revue L’Actualité économique (1996-1999), directeur de l’institut d’économie appliquée (1999-2002), directeur du B.A.A. (novembre 2002-juin 2006), directeur et créateur de la direction du développement durable (novembre 2007-octobre 2008) et actuellement directeur des affaires professorales depuis 2008.

année et cela se reflétait dans les évaluations de cours. Chaque matière était touchée superficiellement et la matière enseignée était en grande partie reprise dans les véritables cours de fonction. La décision a donc été prise de remplacer ce cours par le dernier cours obligatoire du B.A.A. enseigné à la dernière session. Ce changement dans le tronc commun fut le dernier entrepris à ce jour. Le tronc commun du Baccalauréat est d’ailleurs le plus long parmi les universités du Québec. Selon M. Lanoie, cette structure est justifiée. Des sondages d’anciens étudiants ont révélé que les diplômés spécialisés travaillent souvent dans un autre domaine que le leur dans leur carrière, un diplômé en finance va par exemple travailler un jour en stratégie. Le marché du travail valorise fortement la spécialisation, mais également la polyvalence. La direction du HEC désire ainsi offrir une formation très forte dans les disciplines de base à leurs étudiants.

Faisant de nouveau partie des priorités de l’université, l’entrepreneuriat est devenue officiellement la 11ème spécialisation du B.A.A. l’an passé. Auparavant, elle était une sous-catégorie de la spécialisation management.

Étant de toute évidence dans son élément, Paul Lanoie a développé plusieurs projets à fort impact qui font aujourd’hui la renommée du Baccalauréat. Lors de son mandat de directeur du programme, il a entre autre introduit le B.A.A. trilingue en 2005, il a fait augmenté le nombre de cours offerts en anglais ainsi que le nombre de destinations offertes dans le programme «  Passeport pour le monde« . Il a également créé le cheminement Honor et a bonifié le profil d’excellence Mercure. Force est d’admettre que vous connaissez tous au moins un étudiant qui a choisi HEC Montréal pour un de ces programmes. Dans les changements notables apportés par M. Lanoie, notons également l’introduction du célèbre cours intégrateur Management stratégique. Auparavant, le cours intégrateur obligatoire se nommait Entreprise en action et était enseigné en première session de la première année. Ce cours se voulait une initiation aux cinq fonctions jugées essentielles pour une entreprise (Marketing, Finance, TI, RH et GOL). Chaque fonction bénéficiait de trois séances pour présenter son champ d’expertise avec l’aide de conférenciers. Le concept du cours était intéressant sur papier, mais il était très difficile de livrer un tel format. Les étudiants étaient plutôt insatisfaits année après 010 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

Quand on compare notre programme de premier cycle avec les autres universités du Québec, on y voit quelques autres différences dont l’absence d’un cours de droit et de stages obligatoires au tronc commun. À ces questions, Paul Lanoie répond qu’il est possible pour les étudiants de bénéficier de ces expériences s’ils en font le choix. Droit des affaires est actuellement offert en cours hors spécialisation. La question d’insérer ce cours dans le tronc commun fut évalué par un comité de professeurs. La structure actuelle résulte de cette réflexion. M. Lanoie a spécifié qu’il est difficile d’insérer de nouveaux cours au tronc commun puisqu’il faut alors choisir

ce qu’on retire. Même constat pour les stages. Il est cependant possible de faire créditer un cours hors spécialisation pour un stage réalisé entre la première et la deuxième année et un cours de spécialisation pour un stage réalisé entre la deuxième et troisième année. M. Lanoie confirme que la vision du HEC est d’offrir la meilleure formation possible aux futurs gestionnaires du Québec. Un certain retour aux sources semble cependant émerger de la mission de l’École en ce qui a trait à l’entrepreneuriat. Faisant de nouveau partie des priorités de l’université, l’entrepreneuriat est devenue officiellement la 11ème spécialisation du B.A.A. l’an passé. Auparavant, elle était une sous-catégorie de la spécialisation management. En terminant, il est intéressant de se questionner sur la façon d’évaluer les bonnes pratiques du programme. Pour les MSc. et MBA, il existe des classements intéressants comme celui du Business Week qui attribue 45 % des points à la satisfaction des étudiants, 45 % des points à la satisfaction des employeurs et 10 % à la recherche des professeurs. HEC Montréal ne semble pas détenir de pareils outils de comparaison de la performance pour le premier cycle. L’École se compare donc selon le taux de succès aux examens comptables, le taux de placement des diplômés et le taux de succès dans les compétitions académiques. Il sera toujours difficile pour une institution de confirmer qu’elle est sur le droit chemin, mais saluons tout de même les efforts des dernières années pour intéresser les étudiants et les former concrètement pour le marché du travail.


DOSSIER SPÉCIAL BAA//

de l’importance de connaître l’histoire en gestion flavien iszurin

tre carrière vo er is m na dy it ra ur po e ur Ou comment un brin de cult PRISE DE POSITION!

flavien.iszurin@hec.ca

Combien de fois, au travers de mes entretiens successifs avec divers gens ici et là, n’ai-je pas eu la désagréable surprise de constater à quel point la majorité des étudiants se désintéressait complètement de la politique et de l’histoire? Combien de fois ai-je entendu, de manière toute à fait innocente et spontanée, ces cohortes d’étudiants ne sachant aucunement envisager la vie en dehors du prisme de la voiture ou de la bière, conclure d’une manière aussi abrupte qui n’a d’égal que l’océan de médiocrité dans lequel ils se morfondent, « à quoi ça sert l’histoire puisque de toute façon je m’en vais en compta/en finance? ». Logistique, Marketing, T.I., toutes les spécialisations sont touchées. Affaires Internationales semble être la seule relativement épargnée, mais il convient de tout de suite relativiser ce cas particulier : sans chercher le moins du monde à faire ombrage à cette noble spécialisation, force est d’admettre que l’étudiant d’HEC peut tout à fait bâtir ses rêves de grandeur sans passer par celleci, mais qu’il s’annihile toute chance s’il se complet dans ce mépris trop puérile et systématique de l’histoire.

la vie et l’œuvre de l’empereur Français Napoléon III, qui symbolise Certes, l’histoire n’est pas utile pour faire de nous des cadres et plus que jamais mon idéal de gouvernement et ma conception d’un de bons leaders. Pour cela, nous recevons une formation technique développement économique ambitieux mené par un État fort et adéquate en nos lieux. visionnaire, ou encore l’empereur Mongol Genghis Khan, dont je suis toujours éberlué par l’incroyable génie militaire. Libre à vous Je parle pour ma part des GRANDS leaders, ceux qui impriment de d’affectionner davantage Mustafa Kemal Atatürk, John Davison leur marque l’histoire. Ceux avec qui, au zénith de notre vie, nous Rockefeller, Nikola Tesla pour ne citer qu’eux. aimerions partager un cigare et le meilleur whisky du monde en faisant part de nos conceptions de la Que cela soit dans la sphère politique, économique ou scientifique, vie et de notre culture dans un bureau à quelle époque que ce soit et sous toute forme que ce soit (homme, aux meubles façonnés des bois les dynastie, fait, culture), l’important est de développer une source plus nobles et aux draperies les plus d’ambition passant par une mise en perspective de causes et de précieuses. faits.

Ce processus doit s’inscrire dans l’objectif de [...] baser sa réflexion sur un raisonnement construit, instruit, lucide et de savoir creuser le dessous des cartes tout en réussissant à ne pas tomber systématiquement dans des schémas conspirationnistes.

L’Histoire, avec un grand « H », c’est l’histoire politique, l’histoire économique, les grands fait militaires, les grands Hommes qui avaient d’immenses desseins, leurs parcours, les dynamiques géopolitiques, la recherche d’explication, la mise en relation et le recoupement de décisions, ou encore l’accomplissement d’une forme implicite de spiritualité qui guide le leader charismatique dans ses visions construites à partir des mises en relief qu’il est parvenu à effectuer de l’histoire ; tout cela participe de la réalisation, à une part trop souvent sous-estimée, des grands capitaines d’entreprises.

Le développement d’une grande intensité intellectuelle se nourrit des références, des modèles, des idéaux et des réflexions que le grand leader ambitieux a bâti à travers sa connaissance poussée de l’histoire!

Enfin, j’aimerais effectuer une mise en garde. Ce processus de prise en compte de l’histoire dans l’objectif d’élargir son champs intellectuel mais également d’approfondir sa capacité de raisonnement ne doit pas s’inscrire dans un cheminement tous azimuts et hasardeux (il ne s’agit de se cultiver et de se découvrir des envies de faire l’apologie d’Hitler ou de Staline, ou de quelque autre crapule) mais bel et bien de baser sa réflexion sur un raisonnement construit, instruit, lucide Pour faire simple, les futurs grands et de savoir creuser le dessous des cartes tout en réussissant à ne leaders présentement à HEC Montréal pas tomber systématiquement dans des schémas conspirationnistes. sont clairement plus à chercher du côté de ceux qui lisent beaucoup, et Finalement, coupler ces lectures avec les meilleurs ouvrages j’entends beaucoup plus que ce qui spécialisés en finance, en économie et en management participera nous sert de substance à valider nos à faire du grand leader quelqu’un de complet et proche des figures examens. En effet, un chef d’entreprise prestigieuses actuelles du monde des affaires. n’est-il pas également d’une certaine manière un chef de guerre? Ne nous C’est ce que je souhaite à ceux qui nourrissent véritablement de enseigne-t-on pas en Management grandes ambitions. l’importante d’avoir une vision, une mission, une stratégie et une tactique?

Le parallèle avec l’activité martiale est frappant. C’est pourquoi d’après moi, tout grand leader de demain qui se respecte, devrait avoir une connaissance approfondie de certains ouvrages de référence : L’art de la Guerre de Sun Tzu, traité de stratégie militaire jamais démodé et qui peut s’appliquer à toutes les situations et Le Prince de Machiavel qui reste un inévitable de la stratégie politique. Pour le reste, vous êtes bien libre de privilégier les canaux historiques qui s’inscrivent dans vos préférences personnelles. Pour ma part, et pour ne citer qu’eux, je trouve une grande source d’inspiration dans VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 011


l’intérêt étudiant//

Les Echos de Saoud  :

Le cancer, c’est pas sein! être une qualité, la seule, que l’on peut lui accorder. Le cancer du sein venez profiter de ce qui vous reste est la première cause de mortalité chez la femme, plus que l’exécution d’espoir en l’humanité. pour adultère en Arabie Saoudite, ou encore que la violence conjugale. Je ne vous demande rien de plus Vous l’aurez compris, le cancer du sein tue en sacrement. qu’un petit geste, glamour qui Face à cela, des centaines de scientifiques se battent avec tubes et plus est, tout en HEC. HEC en rose, coupoles afin de faire avancer les recherches qui conduiraient enfin à même. Comme son nom l’indique, la guérison de ce fléau des fléaux du XXIème siècle. Ils n’y arrivaient l’événement organisé par ABC, toujours pas, il y a une dizaine d’années, et ce n’était pas faute d’avoir l’Action Bénévole Communautaire, essayé jusqu’au désespoir et à la décoloration de leur blouse blanche. est un événement destiné à toutes les parties prenantes de l’école, des techniciens de surface aux élèves, en passant bien sûr par nos Néanmoins, la mobilisation qui a suivi la médiatisation et les éminents professeurs. renseignements sur ce cancer a permis à de prestigieux chercheurs de rassembler l’argent dont ils avaient besoin, et de faire de conséquentes Tous et toutes, doivent s’habiller en rose ce jeudi 10 octobre. De plus, avancées (des chercheurs britanniques ont découvert, par exemple, c’est une occasion sans pareil pour être mis au courant des symptômes qu’il serait possible de faire le dépistage du cancer du sein grâce à et risques de ce cancer, et bien sûr, pour faire vos dons à la Fondation un test sanguin, bien plus précis que la palpation) dans la guérison du Cancer du Sein du Québec. Enfin, pour finir en beauté votre journée et le traitement de ce cancer. Il est temps pour nous, HECiens, de humanitaire, allez, tous roses que vous êtes, au 4@7 organisé par contribuer au rétablissement des mamelles, fines ou opulentes, aux l’association. Vous connaissez tous un proche qui souffre ou est décédé tétons clairs ou foncés, afin d’avoir en nous, sinistres capitalistes sans du cancer du sein, alors rosissez-vous. cœur, une once de morale sociale. Non, restez là, ne rejoignez pas Celui-ci ne vise ni groupes ethniques, ni groupes religieux, ni même vos laboratoires faire joue-joue avec vos fioles. Venez donc, avant de pauvres ou riches, il est égalitaire dans sa façon de faire, et c’est peut- devenir de pompeux PDG d’entreprises, épris par le gain et les ventes,

Bien qu’Israël perpétue ses colonies sur des hectares palestiniens saoud maherzi sans que médias et saoud.maherzi@hec.ca politiques ne lui en tiennent rigueur ; bien que la guerre en Syrie se perpétue et que pour une guerre sainte sexuelle, des centaines de jeunes femmes (voire filles) sont envoyées pour assouvir les besoins des rebelles alourdis par le poids de la testostérone ; et bien que, à Nairobi, un groupe islamiste armé a décidé de faire une campagne publicitaire de mauvais goût dans un centre commercial, causant la mort de 68 personnes, je discuterais d’un autre mal qui vient pourrir l’humanité en fin 2013.

me, myself & MontREAL Il y a trois ans, Florence a été diplômée en Marketing à HEC Montréal. Après sa graduation, elle décide de retourner en France et entre dans une agence de publicité. Cette période lui permet d’acquérir de multiples compétences que ce soit dans le domaine du relationnel ou encore dans celui de la conception de produit. C’est alors qu’elle entend parler de My Little Box, une entreprise parisienne qui envoie des petites boites à ses abonnées. partenariats. D’ailleurs, en octobre, Florence prévoit de faire évoluer

STUDENT BUZZ

violaine rollin

violaine.rollin@hec.ca

Le principe est simple, on s’inscrit via internet à «  My Little Box » et la compagnie se charge de vous expédier, chaque mois, une boite remplie de trouvailles beauté et mode. Le processus de distribution joue sur la sensation d’émerveillement que chaque individu ressent à l’arrivée d’un colis dans sa boîte aux lettres. Florence est séduite par ce concept et bien que n’ayant aucune formation en entreprenariat décide de lancer, en février, le concept à Montréal. Tout comme l’entreprise parisienne, le coffret MMM se présente sous la forme d’une petite boite que l’on reçoit mensuellement par la poste. Néanmoins l’objectif est de faire découvrir une facette de Montréal. Ainsi, chaque mois, l’abonnée au Coffret MMM obtient des œuvres d’un créateur et d’un designer 012 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

montréalais. Cela peut être des foulards, des bandeaux, des accessoires… De plus, ces articles de qualité sont également accompagnés par des cartes postales, des recettes, des bons de réduction pour aller au restaurant ou encore de la musique de groupes locaux à télécharger.

son produit «  à un cran supérieur« . Bien que la valeur de chaque coffret soit estimée entre 80 et 100 $, un abonnement mensuel revient seulement à 27 $. Toute personne intéressée par cette formule d’abonnement originale peut aller sur le blog www.memyselfandmontreal.com et remplir un formulaire d’inscription.

Pour arriver à un tel coffret, un travail de prospection conséquent a été nécessaire. Florence a dû développer des partenariats avec des D’après la fondatrice, la clientèle est principalement composée de artistes locaux qui étaient dans un premier temps réticents à confier filles vivant à Montréal, ayant entre 18 et 45 ans et évoluant dans le leurs produits à une quasi-inconnue. domaine de la mode et des affaires. Parfois, le coffret est une petite folie que s’accordent les jeunes filles. D’autres fois, c’est le cadeau Néanmoins la célèbre designer de La Montréalaise atelier, Sabrina d’un chum attentionné. Aujourd’hui, Florence envoie environ 400 Barila se joint à son entreprise. Dès lors, tout devient plus facile pour boites par mois. Elle espère atteindre le nombre de 1000 d’ici fin 2014 la jeune femme qui, forte de ce soutien prestigieux, multiplie les et, pourquoi pas, exporter sa trouvaille à Toronto et Vancouver.


L’INTÉRÊT CULTUREL//

le baa musical : Beethoven, Armstrong et Adèle. victoire louis sebastian keita

victoire.louis@hec.ca sebastian.keita@hec.ca

recette d’un étudiant  :

SAUTÉ DE POULET À LA THAÏLANDAISE Trois artistes, trois où les onomatopées sont préférées aux paroles. époques, trois genres, une mission «  À ce moment précis, l’instant où Louis laissa tomber ce bout de papier et donna libre cours à son génie d’improvisation, il marqua commune?

le début d’une mode musicale qui allait faire fureur et devenir partie intégrante de la culture américaine, au même titre que La poésie de la mélodie Mickey Mouse ou le Coca-Cola. » Mezz Mezzrow La musique se caractérise comme un art combinatoire de sons, elle s’arme de codes et de règles qui sont nécessaires tout autant à sa En effet, il révolutionna le jazz en ouvrant la voie au soliste, et définition qu’à son évolution. à l’expression personnelle. À partir d’un chant collectif afroaméricain, il créa un art musical où l’individu seul peut s’épanouir Que ce soit par esprit de festivité ou de rébellion, le musicien avec sa voix et son instrument. Ce style reflète complètement s’exprime au travers d’une harmonie de sonorisation dans des la personne d’Armstrong. Le Scat permet à l’artiste d’être luibalises prédéfinies lui permettant d’atteindre un juste milieu tant même sur scène. Il laisse au corps et à la voix une totale liberté sur le plan esthétique, que moral et même physique. Dans l’atteinte d’expression car c’est le soliste qui fait le spectacle. Grâce à ce d’une telle harmonie, il y a balancement dans le choix, la proportion style, la musique est mise à nue par l’artiste. Mais l’artiste se met aussi à nu devant la musique. Elle l’oblige à partager ses émotions et la disposition des composants utilisés par l’artiste. les plus profondes avec le public, alors qu’il joue les quelques Entre le XVIIIe et le XXIe siècle, grâce à l’analyse de l’évolution notes qui permettent le réveil des sensations les plus profondes. générationnelle des changements du monde, il peut y avoir une L’ère d’Adèle constatation d’une métamorphose progressive de la musique. Parmi nos contemporains, Adèle est devenue une icône de la musique anglaise. Sa voix envoutante et unique l’a révélée au Le génie d’un homme à l’origine du romantique Beethoven, fameux compositeur viennois, a permis de faire évoluer grand public qui est immédiatement tombé sous le charme. Elle la musique durant le XIXe siècle, en l’amenant vers le romantisme, s’inspire des Spice Girls, de Jeff Buckley ou encore The Cure. c’est-à-dire, vers une musique plus émotionnelle et débordante Elle parvient à trouver un équilibre entre tous les genres, ce qui de sentiments. Au début de sa carrière, Beethoven fut un grand lui permet de toucher un large public. Elle est à la croisée des représentant du classicisme, s’inspirant de Haydn ou Mozart. Son chemins entre soul et pop. Tout comme Beethoven et Armstrong style d’écriture commença à changer lorsqu’il fut frappé de surdité avant elle, Adèle semble ouvrir la voie à un nouveau genre musical à l’âge de 26 ans. Il s’isola, sa perception du monde se transforma, à travers une recherche perpétuelle de son propre style. tout comme sa musique. Malgré sa surdité, la création de chefsd’œuvre a suscité et suscite toujours l’admiration de tous. Pourtant, Une même mission c’est aussi grâce à sa personnalité que Beethoven a pu connaitre le L’artiste est un messager. Il est un vecteur d’émotions, de succès. Génie classique et fougueux, sensible à son environnement et sentiments qui résident dans la musique. Il est un intermédiaire notamment aux critiques que l’on pouvait lui adresser, il a beaucoup entre l’homme et cette dernière. Tant Beethoven, Armstrong, souffert du qualificatif de misanthrope qui lui a été attribué après qu’Adèle, ce sont tous des chercheurs, en quête permanente de qu’il se soit renfermé sur lui-même ; cela s’est ressenti dans ses nouveaux sons qui vont permettre l’éveil de sentiments. L’artiste compositions. Tout au long de sa vie, Beethoven a traversé des va pouvoir communiquer les émotions qui se cachent derrière événements qui ont fait ce qu’il est devenu et qui ont permis à sa les sonorités. Il va, ainsi permettre au public de partager une musique d’évoluer vers divers horizons. expérience unique. Cette mission n’a pas changé à travers le temps. La musique est donc intemporelle et elle possède une L’expression d’un soliste portée universelle et permet l’exaltation des sentiments de chacun. De l’histoire de Beethoven, un parallèle peut se démontrer avec Louis En ce qui a trait au BAA musical, il permet de constater que les Armstrong. Le fameux trompettiste de jazz du XXe siècle s’est aussi grands artistes vont au-delà des règles et des codes établis. Ils fait connaitre grâce à sa personnalité. Il s’est bâti une renommée les remettent en cause, créant de nouveaux repères musicaux, et grâce à son charisme, sa facilité à interagir avec son public et à permettant une libération d’émotions qui n’étaient pas explorées faire le show, sa spontanéité ainsi que sa générosité. Tout comme jusqu’alors. Et c’est, avec le temps, que l’on pourra apprécier la Beethoven, étant en avance sur son temps ; il est avant-gardiste. Il a portée de cette délivrance sentimentale sur nos sociétés. créé un nouveau mouvement, appelé le Scat, qui est un style de jazz

jérôme côté-blanc-collomb jerome.cote-blanc-collomb@hec.ca

Un repas à la minute Ennemi numéro un de l’étudiant, le temps est chose qu’il faut apprendre à maitriser. Je vous propose une première technique : une explosion de saveurs en moins de 15 minutes. Et cela vaut le détour par l’épicerie asiatique, car une fois que vous vous mettrez à cuisiner avec ces ingrédients, vous en deviendrez accros! ingrédients / pour 2 personnes • 4 c. à soupe d’huile de sésame • 1 poitrine de poulet, en lanières de 3 - 4 cm • Une pointe de pâte de curry thaï rouge ou 1 piment thaïlandais émincé • 2 gousses d’ail hachées • Cube de 1 cm de gingembre frais haché • 4 feuilles de kéfir • 1 petit poivron rouge, coupé en lanières • ½ oignon coupé en fines tranches • ½ tasse de brocoli coupé en petits bouquets • 3 c. à soupe de sauce soja • 1 c. à thé de sauce poisson • 2 – 3 c. à soupe d’eau • Le jus d’une moitié de lime • Une poignée de basilic thaï, ciselé • Une poignée de coriandre fraiche, ciselé préparation / 10 minutes (+ 5 minutes pour découper les légumes) 1. Faire chauffer la poêle (ou wok) à feu moyen. Ajouter l’huile de sésame et le poulet et sauter 30 secondes. 2. Faire revenir l’ail, le gingembre, le curry et les feuilles de kéfir encore 30 secondes. 3. Monter le feu à feu élevé. Rajouter les légumes, la sauce de soja, la sauce de poisson et rajouter de l’eau pour garder un fond de liquide. Sauter 2 – 3 minutes. 4. Couper le feu et finir avec le jus de lime. Garnir du basilic et de la coriandre. 5. À déguster avec un bon riz collant.

VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 013


Édito//

LE MOIS DE LA PHOTO À MONTRÉAL

comité le vin HEC

Les accords mets et vin simplifiés…

victoire louis

victoire.louis@hec.ca

En ce moment et jusqu’au 5 octobre se tient à Montréal la 13ème édition du Mois de la Photo. Dans près de 14 lieux différents, 25 expositions au total se jouent : une belle occasion de découvrir ou redécouvrir l’art de la photo grâce à des artistes venus du monde entier.

Cette année, l’événement est placé sous le thème du « drone« . L’analogie entre l’avion ultra moderne inventé pour surveiller, renseigner et l’appareil photo, qui nous permet de saisir des instants de vie, de capturer des moments à jamais, est forte et pleine de questionnements. A travers le temps et les époques, la photographie et la technologie ont évolué. Et c’est justement cette évolution que les artistes veulent nous faire vivre.

Grâce à la photo, l’homme peut figer une partie de ces sentiments, du décor. Elle lui permet de se souvenir. Mais plus qu’un rôle évocateur des réminiscences, elle peut également être porteuse d’un message aux enjeux plus lointains. Nous parlons donc au présent, d’un art qui s’inscrit entre passé et futur. Un art qui a traversé les époques, qui a évolué en tandem avec la technologie, et qui, aujourd’hui, n’a jamais été aussi présent dans nos vies.

C’est en allant découvrir les expositions que vous aurez peut-être une partie de réponse à toutes ces questions. Faire des photos est devenu Pour ceux qui sont une banalité : Smartphone, intéressés par une appareil numérique, réflexion sur ces thèmes, webcam… le geste étant c’est une occasion à tellement facile et fréquent, ne pas manquer. Pour l’appareil photo ressemble ceux qui se sentent plus à un prolongement de moins philosophes, qui l’homme qu’à un appareil ont simplement envie technologique en soi. Mais d’évasion, d’admirer l’homme n’est pas éternel : de belles photos ou il naît, grandit, vit, meurt et d’autres viennent prendre sa place sur encore d’en apprendre plus sur l’histoire de la photographie, ils terre. L’appareil photo ne ferait-il pas de même? Il est pensé, conçu pourront simplement se laisser emporter par la rencontre entre les et fabriqué. Son utilisation se développe au sein de la société puis photographies et leur lieu d’exposition. Ils pourront, notamment, aller finalement une nouvelle génération arrive sur le marché. le 28 septembre à la SBC Galerie d’art contemporain et profiter d’une visite commentée des œuvres de Trevor Paglen, un artiste américain. Que seraient nos vies sans appareil photo? Plus de souvenirs de vacances, de soirées, plus de Snapshot, de photo de profil Facebook, Retrouvez le Mois de la Photo sur : www.moisdelaphoto.com ou de publicités ou encore de reportages sur des lieux inconnus du sur l’application pour smartphone : MPM 2013 avec toutes les grand public. informations sur les expositions, les artistes et bien plus encore! « A mon avis, vous ne pouvez pas dire que vous avez vu quelque chose NOTA BENE : Lors de la dernière parution un problème technique a à fond si vous n’en avez pas pris une photographie « disait Zola. conduit à la publication d’une version tronquée de cet article. Nous Ainsi la photographie nous permettrait d’atteindre la plénitude de vous remettons l’intégrale ici! l’instant. Sans la photographie, il n’y a pas de capture d’image. Le paysage, les sentiments, les personnes, les objets se sont envolés avec le temps. 014 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // VOLUME 58, NUMÉRO 03

Cette semaine, la chronique a pour but de vous faire découvrir un personnage bien connu du monde de la sommellerie. Il s’agit du sommelier François Chartier. Le métier de sommelier touche à tout ce qui entoure l’art de la table, service du vin, conseils pour les accords mets et vins, conseils pour le choix des cigares, thés et même des eaux. François Chartier est un québécois nommé meilleur sommelier au monde en vins et spiritueux de France en 1994! Par la suite, il décida de se concentrer sur les accords mets et vin de façon scientifique afin de comprendre d’où viennent les harmonies. Ainsi, il a étudié les molécules aromatiques présentes dans les vins et celles présentes dans les aliments afin de proposer des accords chimiquement sans faille. C’est alors que depuis le 3 octobre dernier, François Chartier nous présente en SAQ des vins qu’il a lui-même élaborés en fonction des molécules aromatiques de certains aliments dans le but de créer des accords parfaits. Je vous invite donc à découvrir l’une de ses quatre cuvées, chacune sous la barre des 20 $, soit un puissant Toscana Rosso d’Italie, un Côtes-du-Rhône, à base de grenache, syrah et mourvèdre, un Fronsac de Bordeaux et un vin blanc déclassé en Vin de pays d’Oc du sud de la France. Ces vins présentent sur l’étiquette les aliments avec lesquels ils devraient être mariés, une solution au casse-tête de l’accord mets et vin. Santé! Chartier Créateur d’harmonies Toscana Rosso 2009 ; 19,95 $ en SAQ (12 068 109) Côtes-du-Rhône 2012 ; 19,95 $ en SAQ (12 068 096) Merlot 2010, Fronsac ; 19,95 $ en SAQ (12 068 070) Le Blanc 2012, Vin de pays d’Oc ; 18,95 $ en SAQ (12 068 117)


L’INTÉRÊT AFFAIRES INTERNATIONALES//

Market thibaut martelain

thibaut.martelain@hec.ca BLACKBERRY, LA CUEILLETTE AUX MÛRES Limogé par le marché, délaissé par les consommateurs, l’ancien RIM, renommé BlackBerry en 2012, continue de décevoir les investisseurs. Après avoir annoncé son retrait du marché des particuliers, la parution de ses résultats trimestriels le 27 septembre a dessiné avec plus de précision son futur. En effet, une perte de 965 M$ s’affiche dans son compte de résultats incluant une charge de 934  M$ pour invendus... Le Z10, lancé en début d’année, n’a pas atteint les objectifs pronostiqués par la firme ontarienne et ce, malgré la stratégie de relance tournée autour du nouveau système d’exploitation. Aujourd’hui, l’entreprise prévoit de se délester de quelques acteurs clés. En effet, 4500 employés (soit 40  % de l’effectif) seront remerciés dans le cadre d’une nouvelle stratégie de la firme. Puis viendra le tour des actionnaires : un accord de rachat a été signé à 9 $ par action (8,35 $ actuellement). Soit un montant de 4.7 milliards de dollars, que versera l’entreprise Fairfax Financial Holding. Bien que la valeur de ses capitaux-propres ait fondu ces dernières années (90 % depuis 5 ans), l’entreprise reste tout de même en bonne santé financière avec 2,6 milliards de dollars de liquidités et aucune dette à son passif. DETTE SANS FIN ET BUDGET SERRÉ Compte tenu de l’incroyable progression de la dette américaine ces dernières années, il était à prévoir qu’elle ferait de nouveau des siennes : the fiscal cliff’s ghost is back ! Le 17 octobre, la dette colossale atteindra le plafond légal de 17 600 milliards de dollars alors que le pays se trouve, depuis mardi 1 octobre, en défaut de paiement. Dans l’économie réelle, des millions de professionnels, dont le travail est en lien avec les activités du gouvernement, ne recevront pas leur chèque de paie ce mois-ci. Les secteurs comme l’aérospatiale, la sécurité et la défense seront les plus fortement touchés. De plus, le PIB du quatrième trimestre perdrait 0,3 points si la

situation venait à durer. Le dernier shutdown en 1995 avait duré court-terme) remonteraient aussi, et les investisseurs quitteraient 21 jours, les politiques laisseront-ils la situation empirer jusqu’à ce le marché obligataire (investissement long-terme) pour de meilleurs point? rendements sur les T-bills. Tout dépendra de comment la FED agira pour stopper le sevrage des marchés, mais si le même schéma qu’en Sur les marchés financiers, un climat de crainte d’un remake 1994* réapparait, il va y avoir des dégâts! de l’été 2011 règne en maître*. Les actions ont subi les déboires politiques du Congrès cette semaine et ce n’est pas fini. Nombre En attendant, la FED n’estime pas que l’économie américaine ait d’investisseurs attendent avec impatience une augmentation de la repris de sa vigueur. Une meilleure situation de l’emploi (objectif d’un limite de la dette. Si aucune alternative n’est trouvée d’ici le 17, les chômage à 6.5 %) et une inflation en dessous de 2.5 % permettront T-bills* attireront les investisseurs à la recherche d’un placement sûr. la fin du dopage monétaire. Pendant ce temps, attendons la Le marché des actions risque alors de baisser davantage et affectera prochaine réunion de la FED en octobre, et les chiffres du chômage, une économie qui se serait bien passée de ces complications. (initialement prévus pour le 4) qui ont été reportés étant donné la situation au gouvernement. *Août 2011, le risque d’un défaut de payement oblige S&P à abaisser la notation de la dette américaine, faisant plonger les marchés *En février 1994, après le dopage monétaire et sans que personne financiers. ne s’y attende, la FED avait relevé ses taux directeurs entrainant *Treasury bills : obligations à court terme émises par le gouvernement une fuite majeure des capitaux du marché obligataire : hausse du américain. Un bon du trésor d’un État est l’investissement le plus sûr rendement et forte baisse des prix. du marché. BULLET NEWS • Jamais seul dans BERNANKE, LE BATMAN DE la misère - La faillite WALL STREET CITY de Detroit, causée La semaine dernière, l’annonce de entre autres par ses la FED à propos du maintien de sa dettes quant aux politique accommandante a surpris. fonds de pension Les marchés s’étaient préparés à des retraites, est à une diminution du programme de considérer comme un avertissement. Des villes comme Los Angeles, Quantitative Easing à la rentrée : l’or, Dallas, Houston ou Phoenix présentent un déficit du financement des les pays émergents, les principaux retraites qui représente plus du double de leur CA annuel : des ratios indices boursiers… Certains n’ont hors-normes pour les villes américaines! pas passé un bel été! • Made in Ethiopia - L’Éthiopie, le nouvel eldorado des groupes Depuis l’annonce de Ben Bernanke, le patron de la FED, les indices manufacturiers. H&M, Ikea et d’autres encore, attirés par des coûts boursiers ont atteint, pour quelques-uns, leur record annuel. De de main d’œuvre particulièrement bas et des frais de douanes plus, l’or est reparti à la hausse et les devises des pays émergents inexistants, décident de délaisser l’Asie et ses salaires 6 fois leurs ont enfin permis de respirer un peu. Décidemment, ce Big Ben supérieurs. aiguille les marchés à sa guise! • Salée l’amende – JP Morgan est encore soumis à d’importantes Néanmoins, le fait le plus spectaculaire après cette annonce reste la amendes. Elle est aujourd’hui passible d’une amende de 6 milliards baisse des taux d’intérêts à long-terme (signifiant que les investisseurs de dollars pour son implication dans la vente des «  subprimes » aux se sont rués sur les obligations). Cette évolution est comparable agences de financement du logement Freddie Mae et Freddie Mac à la hausse observée cet été alors que les marchés pensaient voir qui avait entrainé leur chute en 2007. arriver la fin du QE à la rentrée. Cette hausse s’explique car la fin du QE évoque la crainte d’un krach obligataire : la FED remonterait ses taux d’intérêt, automatiquement ceux des T-Bills (investissement VOLUME 58, NUMÉRO 03 // 10 octobre au 31 octobre 2013 // 015


VOUS VOULEZ RÉAGIR À UN ARTICLE?     VOUS VOULEZ DONNER VOTRE OPINION?     VOUS ÊTES UN ÉTUDIANT?        VOUS ÊTES UN PROFESSEUR?        VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE?     VOUS PENSEZ QUOI?     VOUS VOULEZ RÉAGIR À UN ARTICLE?     VOUS ÊTES UN EMPLOYÉ DE L’ÉCOLE?        VOUS VOULEZ DONNER VOTRE OPINION?        VOUS CONNAISSEZ QUELQU’UN AVEC UNE IDÉE EXCEPTIONNELLE?        VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE?        VOUS? QUOI?        VOUS VOULEZ UNE PUBLICITÉ ICI?        VOUS VOULEZ RÉAGIR À UN ARTICLE?        VOUS VOULEZ DONNER VOTRE IDÉE?        VOUS ÊTES UN ÉTUDIANT?        VOUS ÊTES UN PROFESSEUR?     VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE?     VOUS AVEZ UNE IDÉE DE GÉNIE?     VOUS VOULEZ FAIRE LA PROMOTION D’UN ÉVÈNEMENT?     VOUS REPRÉSENTEZ UNE ASSOCIATION ÉTUDIANTE?     VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE?     VOUS SOUHAITEZ RÉAGIR À UN ARTICLE?     VOUS?     VOUS NOUS AIMEZ?     VOUS AIMEZ NOUS LIRE?     VOUS ÊTES UN ÉTUDIANT?     VOUS TROUVEZ QUE NOUS DEVRIONS PARLER DE QUELQUE CHOSE?     VOUS AIMEZ ÉCRIRE?     VOUS N’ÊTES PAS D’ACCORD?     VOUS AVEZ UNE IDÉE DE GÉNIE?     VOUS VOULEZ DONNER VOTRE OPINION?     VOUS ÊTES EN AMOUR AVEC NOUS?     VOUS ÊTES UN PROFESSEUR?     VOUS ÊTES UN ÉTUDIANT?     VOUS?     QUOI?     PLUS FORT?

S U O V Z E H C O ACCR

RT O F R E U O J ÇA V A

PARTENAIRES OFFICIELS

SAMEDI 26 OCTOBRE AU CEPSUM TAILGATE 10 H • MATCH 13 H

CARABINS VS LAVAL

FOOTBALL TAILGATE CHEERLEADERS DRUMLINE

À PARTIR DE

10 $

CARABINSFOOTBALL.CA • 514 343-BLEU

JOURNAL L'INTÉRÊT PARUTION #3 2013-2014  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you