Page 1

Livret des oeuvres de l’exposition


Khaled Al Khani: L’oiseau fish : Participant: seul Le gilet de sauvetage qu’utilisent ceux qui veulent traverser la mer, et qui n’a pas sauvé tout le monde de la noyade s’est désormais transformé sous forme d’un « oiseau poisson ». La transformation a eu lieu afin que tout ceux qui traversent la mer soient sauvés par l’ « oiseau poisson » et ne meurent pas. Mais malheureusement certains meurent quand même, même en mettant le gilet en question, puisque la mort est quelque fois inévitable lors du voyage des réfugiés. J’aurais tant espéré que tout le monde échappe à la mort lors de ce long voyage, mais ainsi est le destin quelques fois et certains disparaissent quand même dans la mer. Les gens mettent les gilets afin d’être sauvés. Ils veulent être sauvés de la noyade, mais aussi de leur quotidien dur et invivable. J’aurai pu attacher mon œuvre à un fil, afin qu’elle s’envole mais j’ai préféré la fixer afin de montrer que l’oiseau poisson n’a pas réussi à être sauvé, il est en effet devenu un oiseau poisson fixé sur une base qui ne bouge et qui ne se lève pas, parce qu’on ne bouge jamais pour elle. Les produits utilisés : Un petit gilet de sauvetage pour enfant. Une corde dure qui relie l’oiseau et le poisson. Des produits qui flottent sur l’eau et qui n’ont pas pourtant permis à l’oiseau poisson de flotter. Une base en bois peinte en noir qui sert à fixer l’oiseau et le poisson et qui ne les a pas laissé flotter. Une boite en carton remplie de… afin de fixer la sculpture. Des punaises qui relient les élements ensemble et qui empêchent le gilet de sauvetage de flotter. Tous ces produits vont disparaitre et se noyer. Et seul le nom de l’œuvre (l’oiseau poisson) sera sauvé.


Yazan Maksoud Phoenix Participant: Aline, Louis et Pierre-Louis The Sun will always rise to renew the covenants. I always used to do my favourite morning habit , standing amazed in front of this engraving.. A simple figure of a child and Sun playing with him on that old wall.. I can't remember whom the one of us that draw it on our house wall..


Medhat Soody UN ESPOIR COULEUR ORANGE/ A ORANGE COLORED HOPE Ou LA BEAUTÉ DU GILET DE SAUVETAGE/ THE BEAUTY OF THE LIFE VEST : Participant: Tout les artistes Quand je suis arrivé au Workshop de Link art projects, je ne savais pas encore ce que je vais créer et capter avec mon objectif. La rencontre avec tous les participants, Syriens, Francais ainsi que différentes nationalités m'a permis de développer un lien humain avec eux qui m'a touché et inspiré. Le moment où j'ai vu le gilet de sauvetage posé sur notre table de travail j'ai pensé que c'était vraiment déprimant, triste et froid, comme la mer glaciale en hiver.. Et j'ai vu cette tristesse dans les regards de certains artistes présents, surtout les Syriens ... J'ai donc décidé de trouver le moyen d'éliminer cette tristesse en partant à la recherche de la beauté, la joie, la lumière, et les rayons de soleil qui apporteront, j'espère, un espoir nouveau couleur orange, comme un feu dansant qui rassemble et qui réchauffe.


Pierre Louis Baron Dix-huit Dix-neuf et Vingt Janvier Deux mille dix-sept : Participant: seul Au départ il y a les gilets. Ils ont servit. Il y en a de tout petits. Tels quels ils ne sont pas de la matière, ils sont des histoires particulières bien qu’anonymes. Ils sont aussi le fantasme que l’Occident y projette, comme au saint suaire. On vérifie les traces d’usures, on veut toucher la plaie, on veut du vrai. Si j’invente une histoire, elle n’est pas vraie? C’est quoi la vérité, sinon un discours imposé? Ils ont une lourde charge émotionnelle, ces gilets, à la fois proches et intouchables. Il est de toute urgence d’en refaire de la matière, avec pour seule autorité celle de la main, naïve, qui découpe déplace et mélange les oranges. Ensuite il y a la Scagliola, elle est une pierre italienne fabriquée et recomposée par les hommes, faussaires d’éternel, pour rivaliser avec le marbre. Pierre où se prolonge le mythe d’une Nature indiscutable, et sous lequel se cache la domination des puissants qui en parent leurs murs pour imposer au monde la fatalité de leur volonté. Celle-ci est bleu, Méditerranée peut être , elle est durcit, figée. Sa surface éclate sous le drame humain qui finit par la déborder. Coulées rouges issues d’un magma dont l’histoire n’est pas fait d’un fil continu mais bien d’une suite de petites mortalités. Enfin il y a la planche, je l'ai récupéré dans la menuiserie des Grands Voisins. C'est un aggloméra de trois planches, le bois est taché et déformé. Je n'ai pas tenté de savoir d'où il vient. Embarcation sans nom, à la fois noble et fébrile, sur laquelle la mer devenue flaque et le gilet lave, dérivent ensemble au gré des déchirures du temps.


Aline Crouin Human : Participant: Yazan, Khaled, Sami, Louis, Hasan et Omar Transformé en matière, le gilet de sauvetage est un tissu chargé d'histoires. Appliqué sur ce buste, il rappelle les souvenirs marquant chacune des personnes l'ayant porté. Le titre Human est cependant un rappel : ces personnes ayant traversées la mer ne sont pas des réfugiés. Ce sont avant tout des humains.


Léa Wlodarczyk The life inside the vest : Participant: Tout les artistes Cette série de portraits présente des individus portant tous un gilet de sauvetage. Ce dernier n’est pas visible au premier regard et se fond dans le vêtement. Pourtant comme une ombre présente en chacun de nous, il renvoie à l’éventualité d’avoir été ou d’être un jour réfugié.


Omar Ibrahim Mediterranean Mural: Participant: seul I made for the "Link Art Projects": ( It was something between the Installation Art work - Sculpture parietal - and painting ). The work named "Mediterranean Mural" which is presented a sketch from the memories that we went through the last 6 years on the boats death trips. The work tell the tale of drowning in the Mediterranean cold wall of death. it could be not a bad death. As far as can be comfortable and dreamer kind of death in front of the absurdity of the daily scene of death which we have lived in this crisis. As far the work provides a commemoration for all Syrian and people from the (Nationality of Human). Those who perished there. I wanted to make a mix between the "life vest" Which it may have been a witness to the survival of the someone life or it died. With its strong orange color which could represents a state of peace. also, strongly suggests a state of alert. As Life Vest had been stocked there between the sand of the sea and the the mix materials and color, which create the effects of the wall and water in a dreamy state of Blue, Purple, Black and white. Some drawing left over this wall of Gypsum and cardboard collage craft. some other time its drew over the Life Vest. Maybe, it was a drawings for a little girl called "DOUA" which I knew well, and she is gone from this world one year before. An Arabic calligraphy down on the right side of the work, in a hidden small corner. presented a message for this girl that I couldn't write before and it was the right time I thought to apologize from her. that we couldn't save her and continue the trip of the life all together.


Hasan Shahoud The panic : Participant: Louis C'est ainsi qu'Hasan peint sa traversée entre la Turquie et la Grèce. Cette femme qui protège son enfant avec une couverture l'a énormément marqué. Il l'a peinte presque instantanément.

Margot Behr La traversée - The crossing : Participant: Hasan Je suis arrivée dans ce workshop avec une pratique de designer, avec l'idée de développer un objet a partir de gilets de sauvetage, après analyse de besoins spécifiques. En discutant, en partageant, en échangeant j'ai finalement décidé d'essayer de transmettre une partie du lien que nous avons construit durant ces trois jours. Avec Hasan (vérifiez l'orthographe de son prénom j'ai un doute...) nous voulions transmettre une histoire aux visiteurs. Il a écrit le texte qui se trouve avec les dessins racontant la traversée de la Méditerranée de Mariam et de son fils de deux ans. J'ai illustré cette histoire en faisant naître les images de mon imaginaire, en y incorporant des paysages de ma région... Nous vous partageons cette histoire née de deux regards.


Louis Moreau-Avila Medirerrian Breast : Participant: Medhat, Pierre-Louis, Hasan, Khaled et Yazan J'ai ressenti un fort sentiment d'impuissance en découvrant les gilets de sauvetage avec lesquels on allait travailler. Communiquer ce sentiment avec un maximum d'authenticité est le but de la série. Pour cela, la méthode d'impression est directe: il n'y a pas d'intermédiaire entre le papier et le gilet. Quoique sombre, le résultat a des textures très riches. Le bouleversement d'impressions qui nous envahit a donc directement à voir avec la méthode d'impression. On peut dire que ni l'image finale, ni l'objectif que nous nous étions fixé avec les vestes ne sont des taches faciles. La feuille la plus grande a été réalisée selon cette méthode d'impression par 5 personnes différentes. Elle a vertu à raconter d'une manière unie chacunes des visions que mes camarades ont du gilet de sauvetage. Chacune de ces impression est un récit humain. Il semble même que ces taches ressemblent à des poumons.


Sami Haj-Chehade Traveling through spontaneous emotion : Participant: Hasan, Omar et Khaled J’ai tout d’abord répertorié, analysé et éprouvé les différentes matières qui composent le gilet de sauvetage. Je leur ai trouvé différentes qualités comme la fragilité ou au contraire la rigidité, des aspects mousseux, aériens, élastiques, épais ou fins, texturés ou lisses. Je les ai également classés par couleur et forme. Ensuite je les ai découpé en lanières/rubans afin de pouvoir les tapisser. La tapisserie, et le textile au sens large, étant ma spécialité j’ai voulu réfléchir sur la façon dont je pourrais réinvestir ces différents matériaux. L’idée du voyage et le fait de mettre du sens dans le choix des matières m’ont fait penser aux petites tapisseries de l’artiste textile Sheila Hicks. Ce sont des tapisseries de tailles modestes qu’elle confectionne elle même lors des ses voyages et elles sont composés de matériaux qu’elle récupère sur les lieux visités. Les objets et matériaux sont ici des témoins muets du parcours de l’homme. Ils reconstituent des images abstraites évoquant des paysages et ayant pour dessein de reconstituer un moment intime, une émotion spontanée. Ainsi, j’ai voulu entreprendre à travers le gilet de sauvetage et l’histoire des migrants le même objectif. Recréer un paysage abstrait, lié à une sensation/émotion d’un un moment clé de leur voyage, à l’aide des différentes matières à ma disposition. Mon protocole fut le suivant: - J’ai demandé aux participants réfugiés de me peindre/dessiner/écrire selon leurs affinités artistiques le moment le plus intense de leur parcours, l’émotion la plus soudaine, la sensation la plus mémorable. - Ensuite j'ai réinterprété en tapisserie cette image ou ce texte avec des lanières de matières issus du gilet. (Les objets finis contiennent du coton d’Ecosse car c’est un fil que j’affectionne particulièrement et j’avais besoin de tendre une chaîne rigide, fine et régulière et également de renforcer la structure de mes tapisseries.) Le choix de l’abstraction est donc le choix de ne pas vouloir affirmer une position particulière, de ne pas parler à la place d’un autre mais de laisser une grande part d’interprétation au spectateur. Ces tapisseries questionnent la nature des émotions vécues lors de destins parfois tragiques ainsi que l’aspect charnelle et viscérale que peut représenter le tissu fin et fragile des gilets de sauvetage. L’objet abstrait est ici une tentative d’exprimer le ressenti d’un événement que l’on n’a pas vécu, ainsi leurs perceptions de ces moments intimes se confrontent à la mienne.


Le livret link art projects  

LINK est un réseau international de jeunes artistes qui luttent contre les rejets communautaires en intégrant le vécu des réfugiés. L'art es...

Le livret link art projects  

LINK est un réseau international de jeunes artistes qui luttent contre les rejets communautaires en intégrant le vécu des réfugiés. L'art es...

Advertisement