Page 1


POURQUOI LA DÉBILITÉ DES DÉBILES EST-ELLE DEVENUE UN FAIT DE CULTURE, ALORS QUE LE FAIT BIEN PLUS ÉPOUVANTABLE DE LA BÊTISE ORDINAIRE NE BOULEVERSE PERSONNE ? J E A N BAU DR I L L A R D Cool Memories — 1980-1985


N° 11 JAN / F EV 2015

INTRO ÉDITO

ART IDEA KUSKAA

4

38

LES NOUVELLES

MUSIQUE ST-FONS JAZZ

6

THÉÂTRE GUIGNOL

MICHEL MYSTÈRE

16

42

40

ANTEPRIMA

WÖRMZ

Direction de la publication Direction de la rédaction

18

44

Philippe Deschemin

ÉDITION GRAPHIQUE ALEXANDRE KHA

HUMAN JOB

Studio Cosmos

20

P/RN

Publicité

SCOTTSBORO BOYS

48

26

EXTRAS SÉLECTION INCONTOURNABLE

Direction artistique Design graphique

contact@lincontournable-magazine.fr Publication

Les Sons Étranges - ISSN 2268-6886 Dépôt légal à parution Nous contacter

contact@lincontournable-magazine.fr

LITTÉRATURE LE SYNDICAT DES POÈTES…

Contribution

Julie Dubout, Rudy Boissy, Christophe Ramain, Cindy Legrand, Hugues Berard, Alejandra Adeikalam Couverture

46

50

30

LE SAVIEZ-VOUS ?

LA NOUVELLE LITTÉRAIRE

56

JEUX

32

60

VOYAGE L'ISLANDE

HOROSCOPE !

Scottsboro Alabama / p. 26

LINCONTOURNABLE-MAGAZINE.FR

36

L' incontournable Magazine est une marque déposée. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle des textes et des créations graphiques est interdite.

3

62


ÉDITO N° 11

PLÉBÉISME C●NTRE L●GIQUE DE P▲RTI I 

Ils n'ont plus que le pouvoir de nuire. Le constat est sans appel. Les prétendants au trône de la gestion de la société de classes ne détiennent plus qu'un pouvoir de nuisance, un potentiel morbide d'obstruction face à la marche que le peuple mène vers l'émancipation totale et l'autodétermination. Les partis politiques et leurs cadres n'ont plus que le pouvoir de nuire, se battant comme des chiffonniers, loin des intérêts du peuple, dans une mascarade sans fin, encore et toujours, dans le spectacle d'un spectacle obscène, tandis que le peuple agonise. La superstructure idéologique est totalement corrompue et l'infrastructure culturelle est au bord de l'abîme. Les établissements qui font vivre la culture sont au bord de l'asphyxie, le robinet des liquidités est coupé tandis que, comme si c'était naturel, s'érige à Lyon un musée qui aura coûté presque six fois plus que prévu, sans que personne ne s'offusque, pendant qu'un silence accablant, complice et nauséabond s'impose.

l est évident pour quiconque aura tenté l'expérience de près ou de loin, ou simplement pour l'observateur averti, que l'immersion dans un parti politique est le degré ultime de l'aliénation et de l'asservissement. Un lieu où la négation de l'autre, le libre arbitre, le respect de son prochain et l'intérêt général sont bannis. Un monde où ne règnent que les instincts et les sentiments les plus vils. On pourrait facilement faire un parallèle entre fanatisme religieux et logique de parti. Il n'y a, à proprement parler, quasi aucune différence entre un militant politique et un fou de " Dieu " juif, musulman, chrétien ou même bouddhiste, au regard de l'actualité de cette dernière année. Nous vous renvoyons volontiers vers le Qui est Dieu ? de Jean Soler, qui a fait un travail remarquable sur la recherche des origines du monothéisme et de son penchant inexorable vers le totalitarisme. Ainsi, la logique de parti conduit à

4


ÉDITO N° 11

l'illusion de la détention de la vérité, une vérité unique qui comme dans le fanatisme religieux conduit à vouloir convertir son prochain, ou simplement… l'éradiquer. Les plus conquis par les idées de la logique de parti se rassureront en se disant que nous sommes dans une démocratie éclairée et que cela est de l'histoire ancienne… Il n'en est rien. Que ce soit en France ou à l'étranger, les effets néfastes de la logique de parti sont prégnants et obstruent la possibilité de l'émancipation réelle, de l'autodétermination du peuple. La logique de parti est le stade ultime de l'aliénation. L'adhésion commande la négation de composantes de soi. Le militant doit embrasser la totalité des ordonnances du parti et s'y soumettre pour en être le prédicateur et l'un des vecteurs de propagation. Outre cette dimension d'aliénation et son totalitarisme, le parti n'est plus qu'un vase clos dans lequel dépérit la pensée. La possibilité de la naissance de solutions répondant aux problèmes de la société se meurt, et quand bien même nous les ressusciterions, l'organisation pyramidale de ces appareils condamnerait à mort cette éclosion. Le sol des partis n'est pas une terre ouverte fertile au libre arbitre et à la pensée des Lumières. Le parti agit contre le peuple au profit d'intérêts particuliers. Aujourd'hui, au sein des organes politiques et par extension dans les appareils d'États, combien d'individus sont-ils issus du peuple ? Plus aucun. Dans sa Note sur la suppression générale des partis politiques parue en 1940 à Londres, Simone Weil — à ne pas confondre avec la ministre de la santé sous Mitterrand — se demandait déjà : " Y a-t-il en eux même une parcelle infinitésimale de bien ? Ne sont-ils pas du mal à l'état pur ou presque ? ". À la lecture de son texte, et à la lecture de l'Histoire, la réponse est irrévocable. Elle dira : " Un parti politique est une machine à fabriquer de la passion collective ". La passion empêche de

voir le véritable intérêt général. La passion, dans son sens philosophique, s'oppose à la raison. Et c'est la raison, la pensée mise en lumière, qui doit dicter le vote, non la passion nourrie par la doxa. " Si on confiait au diable l'organisation de la vie publique, il ne pourrait rien imaginer de plus ingénieux " rajoutera-t-elle, insistant sur le fait que les partis sont des écoles de mensonges et d'asservissement, et allant même jusqu'à dire : " La suppression des partis serait du bien presque pur ", puis : " Ainsi sur le continent d'Europe le totalitarisme est le péché originel des partis ". Le Plébéisme s'oppose à la logique de parti en faisant la promotion d'une idée simple. Celle de la réflexion commune et ouverte à tous, de l'élaboration des conditions d'une société d'intérêt général. Une société du bien commun, des associations libres et du respect des êtres. Il est nécessaire de sortir de la logique aliénante de parti. Surtout à une époque où l'intégralité de l'offre politique valide et sanctuarise la société de classes. Cette société morbide, ce malencontre accule le peuple à la misère pendant que la nomenklatura — issue des appareils politiques ou de leurs satellites — s'octroie privilèges sur privilèges, en nous annonçant yeux dans les yeux que les robinets — servant à financer les biens communs et à entretenir nos acquis sociaux — vont être coupés, et que l'État démissionne petit à petit de ses fonctions régaliennes, tout en travaillant à ses intérêts particuliers qui s'opposent à ceux du peuple. Les appareils politiques, artisans de nos malheurs, n'ont que le pouvoir que nous leur conférons. Si nous faisions tous un pas en arrière, mus par la volonté générale, nous pourrions accéder à l'autodétermination. Dans son dernier entretien, Pier Paolo Pasolini se confiait en ces termes : " J'ai la nostalgie des gens pauvres et vrais qui se battaient pour abattre ce patron, sans pour autant devenir ce patron. " En sortant de la logique de parti et par le Plébéisme, nous exaucerons ce vœu. Nous pourrons nous battre contre les tyrans, sans prendre leur place une fois que nous aurons vaincu. Car, il n'est nul doute. Nous vaincrons. " Je voudrais que tu regardes autour de toi et que tu prennes conscience de la tragédie. En quoi consiste la tragédie ? La tragédie est qu'il n'y a plus d'êtres humains, mais d'étranges machines qui se cognent les unes contre les autres. " Pasolini. À Lyon, le 23 frimaire 223 — Philippe Deschemin Illustration — Scottsboro Alabama p. 26 Sources — Note sur la suppression générale des partis politiques, Simone Weil, 1940. Ultima intervista di Pasolini Furio Colombo, Gian Carlo Ferretti, éditions Allia, 2010.

5


LES NOUVELLES DU MONDE LIBRE

La Trace du Loup Spirito vous donne rendez-vous pour La Trace du Loup de Janácek au conservatoire du Grand Chalon. Un événement musical incontournable pour lequel nous sommes heureux de vous offrir six places. Pour en bénéficier envoyez un email à contact@ lincontournable-magazine.fr Mardi 20 janvier 2015 à 20h00. spirito.co

© InvenTerre / ESA

InvenTerre L'exposition temporaire InvenTerre, présentée au Planétarium de Vaulx-en-Velin, propose un voyage original et étonnant. À travers des images inédites, prises depuis l'espace par les satellites d'observation, le public part à la découverte de la planète bleue et de son évolution. Une occasion de prendre conscience de sa fragilité. Du 10 janvier au 9 août 2015. planetariumvv.com

Les Oniriques

Les Journées Grame

La ville de Meyzieu, en banlieue lyonnaise, organise la deuxième édition du festival déjà incontournable des littératures de l'imaginaire : Les Oniriques. Accessible à tous, du néophyte à l'amateur exigeant, sans oublier les jeunes enfants. Le festival revient en force cette année, plus d'infos dans notre prochain numéro !

Le Grame organise depuis 2001 les Journées Grame, en alternance avec la Biennale Musiques en Scène. Conçues comme l'émergence publique des résidences de création et des recherches en informatique musicale développées tout au long de l'année au sein du Grame, cet événement propose plusieurs journées aux approches multiples autour de la création musicale contemporaine.

Du 6 au 8 mars 2015. facebook.com/LesOniriques

Dès janvier 2015. grame.fr


Du coté d'Astrée ! La programmation du début d'année au Théâtre Astrée est des plus attrayantes. Rendez-vous lundi 19 janvier, avec la Compagnie Le Phalène pour un spectacle interactif et bluffant Je clique donc je suis. La présence de votre téléphone/tablette/PC est indispensable. Attention 50 places seulement par représentation ( résa obligatoire ! ). Et le lundi 23 février, c'est un spectacle-concert en hommage à Frank Zappa qui vous attend ! theatre-astree.univ-lyon1.fr

Rouge Emmanuel Darley nous dit à propos de la pièce : " Raconter un groupe terroriste qui se crée, qui commence à faire parler de lui, qui peu à peu se radicalise […] et puis sa chute, l'arrestation de ses membres, la mort de quelques-uns d'entre eux. Raconter de l'intérieur. Dire l'idéologie […] ". Du 2 au 4 février 2015 au Nouveau Théâtre du 8e. nth8.com


LES NOUVELLES DU MONDE LIBRE

Emploi et Dépendance Pour son 2e temps fort, le Centre Charlie Chaplin accueille la compagnie circassienne AKYS, et deux spectacles agrémentés de débats thématiques.

Glitchfest Le 13 février 2015, au Jack Jack de Bron, ce ne sont pas moins de sept groupes de metal qui vous donnent rendez-vous pour le Glitchfest Indoor Festival. De Betraying the Martyrs à Texas in July en passant par Waiting For Breakfast, la crème du genre vous attend. Un événement Altaïr production.

Vendredi 27 et samedi 28 février. L'augmentation – Cie La Nouvelle Fabrique à 19h00. Liquidateur, Cabaret aux Assedic – Cie Peut-être à 21h00. centrecharliechaplin.com

facebook.com/glitchfestofficiel

Écrans-Mixtes, honneur à Koutras ! Panos H. Koutras, chef de file du Nouveau Cinéma grec, sera l'invité d'honneur de la 5e édition du festival Écrans Mixtes, festival queer de cinéma à Lyon. Une rétrospective, comprenant son excellent Xenia et le culte L'Attaque de la moussaka géante lui sera offerte, ainsi que deux cartes blanches dans différents lieux de la ville. Du 4 au 10 mars 2015. www.festival-em.org

On cartoon dans le Grand Lyon Ce festival devenu incontournable vous proposera à nouveau le meilleur du cinéma d'animation européen de ces dernières années. À noter particulièrement : Gus, petit oiseau, grand voyage, premier film d'animation en 3D intégralement tourné en France et la projection des Moomins sur la Riviera. Du 7 février au 6 mars 2015. oncartoondanslegrandlyon.fr


Mon Frère, Ma Princesse La compagnie Les Veilleurs propose un spectacle à la fois drôle et émouvant pour tous publics, l'histoire d'un petit garçon qui rêve d'être une princesse. Entre parents dépassés et camarades moqueurs, la pièce est bâtie sur un superbe texte de Catherine Zambon. Vendredi 30 janvier à 20h00 au Théâtre de Vénissieux. Samedi 28 février à 15h00 au Théâtre de Villefranche. theatre-venissieux.fr theatredevillefranche.asso.fr

Focus — Compagnie KHAM Pour Focus, le chorégraphe Olé Khamchanla de la compagnie KHAM a travaillé avec deux danseurs issus de la danse contemporaine et traditionnelle d'Asie du Sud-Est. Il nous livre un ballet hip-hop fortement marqué par l'influence du butô et des danses traditionnelles. Jeudi 5 février 2015 à 20h30 à L'Atrium à Tassin la Demi-Lune. tassinlademilune.fr


LES NOUVELLES DU MONDE LIBRE

Et pourquoi pas la lune ? Cédric Marchal propose un spectacle inclassable entre théâtre, musical hall, close-up, grand-guignol et magie. Embarquez avec lui pour le Cabaret de tous les possibles avec MC, maître de cérémonie, qui vous émerveillera de tous ses tours. Vendredi 16 janvier 2015 au TNG, Lyon. Vendredi 27 février 2015 au Polaris, Corbas. tng-lyon.fr polaris.org

Elf, la pompe Afrique Le procès Elf, tout le monde s'en souvient, ce furent quatre mois de séances. Nicolas Lambert les a toutes suivies, du début à la fin. Soigneusement, il prenait des notes, jouant le rôle d'un journaliste. Le résultat est une pièce de théâtre d'utilité publique représentée par la compagnie Un pas de Côté ! Vendredi 27 février 2015 à 20h30 au Théâtre Jean Marais à Saint-Fons. theatre-jean-marais.com

La Mégère apprivoisée

Les Fureurs d'Ostrowsky

L'une des premières pièces de Shakespeare est transposée dans les années 70 par Mélanie Leray avec Philippe Torreton. Elle questionne les enjeux de pouvoir, l'oppression et la liberté de la femme. Cette comédie nous fait rire de la tyrannie, en démontant les rouages d'une sociétée patriarcale et de son étonnante théâtralité.

Gilles Ostrowsky revisite le mythe des Atrides dans un spectacle carnavalesque entre gerbes de sang et membres coupés. La mise en scène de Jean Michel Rabeux, habitué du Théâtre de la Croix-Rousse, réussit le tour de force de transposer le carnage mythologique dans l'univers joyeux du music-hall. À ne pas manquer.

Du 21 au 23 janvier 2015 à la Maison de la culture à Clermont Ferrand. lacomediedeclermont.com

Du 20 au 24 janvier 2015 au Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon. croix-rousse.com


La pirogue © Moussa Touré

Un Poing c'est Court Le festival du film court francophone fête cette année sa 15e édition et met la Tunisie à l'honneur. Une centaine de films seront projetés devant un jury composés de professionnels et d'amateurs. Des projections publiques seront organisées dans toute la ville de Vaulx-en-Velin. Incontournable ! Du 16 au 24 janvier 2015. unpoingcestcourt.com

Peau d'Âne Après La Barbe Bleue en 2011, Jean-Michel Rabeux revisite à nouveau Perrault sur la scène de la CroixRousse. Pour son deuxième spectacle de la saison, le metteur en scène s'intéresse au conte Peau d'Âne. Entre tragédie et éclats de rires le spectacle fait la part belle aux costumes somptueux et aux décors magiques. Un spectacle " destiné aux adultes de plus de 6 ans ". Du 27 au 31 janvier 2015 au Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon. croix-rousse.com


LES NOUVELLES DU MONDE LIBRE

Home — Cie de l'IRIS

La Fontaine / Brassens Les deux auteurs ont en commun le génie de la langue et l'indépendance de l'esprit. Ce spectacle les surprend en train de deviser, à trois siècles d'écart, via des fables et des chansons, à propos de l'amitié, de l'amour, de l'argent, de la gloire, de la mort, du pouvoir, de la bêtise… Avec Marie-Christine Barrault et Jean-Pierre Arbon. Vendredi 16 janvier 2015 à 20h30 à l'Espace Culturel Albert Camus à Bron. albertcamus-bron.fr

Fête du Livre de Bron Le festival des littératures contemporaines de Bron propose chaque année plus de 50 rendez-vous : débats, tables rondes, cafés littéraires, lectures musicales, cinéma, expositions, spectacles et ateliers jeunesse… Du 6 au 8 mars 2015. fetedulivredebron.com

La Compagnie de l'Iris présente sa nouvelle création. Une adaptation de la pièce Home de David Storey. La traduction française, signée de Marguerite Duras, nous laisse découvrir cinq personnages à la dérive, sur une île, leur île, leur foyer, réunis au bord de l'eau de manière impromptue pour partager un moment de vie ensemble. Du 13 au 24 janvier 2015 au Théâtre de l'Iris, Villeurbanne. theatredeliris.fr

se fête à Besançon Votre magazine fête ses deux ans à l'Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon. Retrouvez les artistes soutenus par L'incontournable Magazine pour une soirée faite de concerts et d'expositions. Une exposition sera présentée un mois durant, sur le thème des portes ouvertes " Masculin – Féminin ". Commissariat l'Incontournable Magazine du 30 janvier au 28 février 2015 à l'ISBA de Besançon (25). isba-besancon.fr


Super Eros Le festival Super Eros revient pour sa 5e édition au Croiseur et fait la part belle à différentes propositions artistiques. Entre performances, installations, danse et théâtre, venez célébrer l'érotisme sous toutes ses formes. Du 17 au 22 février 2015 au Croiseur, Lyon 7e. scene-7.fr

Apparitions/Disparitions Au fil du temps, la métamorphose d'une ville fait disparaître et apparaître des immeubles et des quartiers. Avec ces mouvements, les représentations collectives de la ville demeurent et permettent un dialogue entre passé et présent. Yves Neyrolles explore cette métamorphose. Du 30 janvier au 30 avril 2015 – Vernissage jeudi 29 janvier à 18h30 aux Archives de Lyon. archives-lyon.fr


LES NOUVELLES D U M A R C H É D E L'A R T

Vol.28 — Toshiba House La galerie Toshiba House de Besançon expose les œuvres d'Emmanuel Van der Meulen. Cet ancien pensionnaire de la Villa Médicis interroge le regard du visiteur par son travail sur l'espace vide. Du 6 au 28 février 2015, Vernissage le 5 fév. Toshiba House, Besançon. toshibahouse.com

© B. Hochart

Extraction à L'URDLA Le geste d'extraire la pierre ne suffit pas. Il faut la force de la technique et le regard de l'artiste pour créer une œuvre d'art. Après une année de travail, les artistes en résidence à l'URDLA ( Centre international estampe & livre ) restituent leur travail au public lors d'une exposition qui emprunte son nom à une œuvre de Lucie Chaumont. Jusqu'au 28 mars 2015 à l'URLDA à Villeurbanne. urdla.com

Bidule — Romuald&Pj Le projet artistique en binôme Romuald&Pj fait vivre ce personnage qui jette un regard cynique et drôle sur la condition de l'homme occidental. Coquille vide pleine de malice, suivez ses aventures sur les réseaux sociaux. Du 22 janvier au 26 février au Pola Café de Lyon. Du 29 janvier au 1er février au Festival d'Angoulême. Dès le 30 janvier à l'Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon. Du 2 au 9 mars à la Mairie du 7e arrondissement de Lyon. monsieurbidule.tumblr.com

Mosaïque Urbaine L'association Projet Bizarre propose une résidence à Don Mateo, Lucie Albon, Nelio, No Rules corp et THTF, street artistes lyonnais qui créeront à Vénissieux une Mosaïque Urbaine en collaboration avec les habitants. Guillaume Ducreux apportera son regard de photographe lors de ces moments précieux. Découvrez les rendus de ce superbe projet aux adresses suivantes : projetbizarre.fr facebook.com/mosaiqueurbaine


Prochainement ici L'Espace Verney-Carron expose quatre anciens étudiants de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon : Gaëlle Choisne, David Posth-Kohler, Pablo Reol et Octave Rimbert-Rivière qui ont élaboré leurs œuvres autour de l'appropriation de l'espace urbain par l'artiste. Venez soutenir avec nous ces jeunes créateurs. Jusqu'au 28 février 2015 à l'Espace Verney-Carron à Lyon. facebook.com/espaceverneycarron

Impression du front Journaux de tranchées Dans le cadre du centenaire des célébrations de la Grande Guerre, le musée du Temps de Besançon expose une collection impressionnante de journaux des tranchées. Rédigés sur le front et illustrés d'images potaches ou tragiques, ces œuvres graphiques témoignent d'une époque pas si lointaine. Jusqu'au 15 mars 2015. www.mdt.besancon.fr


THÉÂTRE

16

© Frederic Lebail

GUIGN●L HISTOIRE DE LA MARIONNETTE LYONNAISE


THÉÂTRE

La compagnie Les Zonzons fait, depuis vingt ans, vivre le personnage de Guignol au travers de créations destinées tant aux plus jeunes qu'aux adultes. Loin de l'image surannée qu'on voudrait lui coller, la marionnette fait désormais rayonner la culture lyonnaise partout dans le monde. Nous avons rencontré Stéphanie Lefort, directrice de la compagnie, qui nous a raconté l'histoire de ce personnage haut en couleur. © Frederic Lebail

L 

a Marionnette lyonnaise est née sur le terreau de la révolte, en 1808, alors que les canuts trimaient pour quinze sous par jour à la cadence infernale des métiers à tisser Jacquard. Laurent Mourguet, ouvrier au chômage, a imaginé un Guignol qui serait le porte-parole de son exaspération. " Cette filiation fait de lui, lors de son apparition sur les trottoirs de Lyon, un archétype du libre-penseur, irrévérencieux, défenseur des faibles contre les puissants. " nous affirme Stéphanie Lefort. La compagnie Les Zonzons a su maintenir cette tradition de parole libre dans un contexte de lutte des classes qui n'a finalement pas vraiment évolué depuis lors. Aujourd'hui, Guignol continue à donner de la voix et du bâton, plus vivant que jamais, porté par une équipe qui a su allier le respect d'un héritage et toutes les exigences du théâtre contemporain. C'est dans ses locaux provisoires que la directrice du Théâtre de Guignol nous reçoit. Le lieu qui était alloué à la compagnie est en travaux depuis deux ans déjà. Les Zonzons comptent sur de nombreux partenaires afin de pouvoir assurer les représentations de sa programmation lyonnaise. Quand on demande à la directrice de la compagnie comment elle appréhende cette situation, elle nous répond, un peu agacée : " Patiemment… en espérant qu'il n'y aura pas une troisième saison hors les murs… ".

Stéphanie Lefort a entamé en 2012 une procédure afin de faire en sorte que le personnage de Guignol soit inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Derrière cette démarche, l'idée est triple : il s'agit, tout d'abord, d'obtenir à l'échelle internationale la reconnaissance du Théâtre de Guignol comme un patrimoine vivant, inscrit dans le paysage culturel français. Il s'agit également d'assurer la sauvegarde d'un état d'esprit inhérent à l'histoire de cette marionnette née dans un contexte de tension sociale importante. C'est enfin l'assurance d'une forme de visibilité qui permettra de susciter des vocations et d'assurer la transmission de savoir-faire traditionnels. Deux cent ans après sa naissance, Guignol n'a pas perdu de sa verve ni de son humour grinçant et burlesque. Il enchantera les Lyonnais lors du Festival Ré-géneration au TNG le 15 janvier 2015 avec une adaptation de Cyrano de Bergerac. Mais, comme le rappelle Stéphanie Lefort, Guignol œuvre également au rayonnement international de la ville de Lyon : " Cette année, les Zonzons ont voyagé à Taiwan, au Brésil, à Madagascar, en Espagne et une tournée s'annonce aux États-Unis ".

WWW.GUIGNOL-LYON.COM WWW.GUIGNOL-PATRIMOINE.NET Par Christophe Ramain

17


THÉÂTRE

▲NTEPRIM▲ SANS ARTIFICE  Fortement implantée à Lyon depuis 6 ans, la compagnie Anteprima propose des créations autour d'auteurs contemporains italiens, mais rayonne également au niveau national et international. Entrevue avec Antonella Amirante et Frédérique Yaghaian, fondatrices de la compagnie.

18


“ 

Pouvez-vous présenter Anteprima ? Antonella Amirante, étant coordinatrice du comité italien de la Maison Antoine Vitez de la région PACA et Rhône-Alpes, lit beaucoup de textes d'auteurs contemporains italiens. Quand certains textes sortent du lot, elle demande leur traduction. Ils sont ensuite disponibles et peuvent être mis en scène. C'est ce que fait la compagnie : mettre en scène cette parole à travers des spectacles, des ateliers, des lectures… afin de partager ces mots avec le public français. Vous partez en tournée avec Arrange-toi, pouvez-vous nous en dire plus sur cette pièce ? Arrange-toi a été écrite par un homme, Saverio La Ruina. En Italie, c'est lui qui joue sur scène, sans artifice. Il raconte l'histoire de Vittoria qui subit des grossesses à répétition. Un homme porte la voix d'une ( des ) femme ( s ) à travers son récit. Pour la France, Antonella Amirante a mis en scène Federica Martucci, comédienne, au texte, accompagnée d'une jeune chanteuse, Soléa Garcia-Fons, qui interprète a capella des chants populaires de la

méditerranée, pour ouvrir l'histoire de Vittoria aux autres femmes du monde. C'est un texte puissant, émouvant, mais raconté avec humour, avec des parties en italien qui permettent d'entendre la musicalité de la langue et de transmettre les pensées les plus profondes de Vittoria. À partir de 2015 la compagnie sera en résidence au Théâtre de Vienne, qu'allez-vous proposer ? Le Théâtre de Vienne, dirigé par Giuliano Tenisci, fait confiance à la compagnie depuis plusieurs années, puisqu'il a soutenu chaque projet. La résidence est composée d'ateliers en milieux scolaires et de rendus au public. Pour cela, nous allons nous appuyer sur la programmation du théâtre, retenir les trois ou quatre thématiques les plus fortes, demander à la Maison Antoine Vitez et le Labo/07 des textes d'auteurs contemporains du monde entier portant sur ces thématiques. Suite à une action culturelle Archipels, où douze amateurs ont été mis en scène, un comité de lecture est né. Il lira les textes et choisira ceux qui seront étudiés lors des ateliers.

19

Les intervenants ( comédiens, scénographes, plasticiens, vidéastes, journalistes… ) travailleront avec les scolaires sur la mise en lecture, les voix radiophoniques, les images, les vidéos, le son… Lors de la semaine du spectacle, ces rendus d'ateliers se feront devant un public élargi, dans des lieux insolites de la ville de Vienne. Quels sont les souhaits de la compagnie pour les prochaines années ? Comme certainement beaucoup de compagnies, nous rêvons d'un lieu… afin de continuer à partager la découverte de textes d'auteurs contemporains. Mais pour cela, il nous faut d'abord retrouver le soutien de la ville de Lyon qui s'est désengagée pour des raisons économiques. 2015 devrait nous être plus favorable…

ARRANGE-TOI À L'ESPACE ALBERT CAMUS LE JEUDI 26 FÉVRIER À 19H30 WWW.CIE-ANTEPRIMA.COM Entretien — Philippe Deschemin


ÉDITION GRAPHIQUE

▲LEX▲NDRE KH▲ NOIR & ROUGE Les plus bédéphiles d'entre vous connaissent certainement cet artiste incontournable. Alexandre Kha balade sa plume depuis plus de dix ans aujourd'hui et nous a offert de jolies œuvres, comme Les monstres aux pieds d'argile en 2011, et a collaboré auprès de nombreux fanzines. Aujourd'hui Alexandre revient avec le très réussi Les nuits rouges au théâtre d'épouvante aux éditions Tanibis. Entretien avec l'auteur.

20


ÉDITION GRAPHIQUE

“ 

Pouvez-vous vous présenter ? Alexandre Kha, auteur de livres de dessins et de bandes dessinées depuis 2007, principalement aux éditions Tanibis, à Lyon. Comment est née l'idée de cet ouvrage ? En associant deux projets : l'un sur le théâtre, l'autre sur des petits contes horrifiques. Cela m'évoquait le GrandGuignol tout en créant une mise en abyme intéressante. De la scène aux coulisses, j'avais là une passerelle entre la vie et l'imaginaire, susceptible de valoriser les personnages et d'offrir des situations originales. Je pouvais insérer du fantastique dans les scènes quotidiennes ou, au contraire, du quotidien dans les scènes fantastiques. C'est toute la raison d'être de ce livre. Vous dessinez et écrivez. Comment concilier les deux ? Vous sentez-vous plus proche de l'écriture ou du dessin ? D'abord, pour avoir quelque chose qui se tienne, je rédige un synopsis détaillé, séquence par séquence, d'après des notes accumulées parfois depuis des années. Puis, je dessine les pages. Je n'écris le dialogue qu'au fur et à mesure en ménageant une part d'improvisation pour apporter un minimum de vie et de fluidité. Le projet évolue ainsi, entre écriture et dessin. Je ne sépare jamais les deux. Cela évite l'ennui et une certaine sclérose. Aujourd'hui, c'est sûr, je me sens plus proche de l'écriture. Je pourrais inventer une histoire pour un dessinateur. Mais illustrer le scénario d'un autre serait plus difficile, ou avec une telle liberté que l'auteur ne reconnaîtrait plus son travail. Sans garantir un résultat probant, d'ailleurs.

Vous avez également illustré deux contes pour enfants, comment abordez-vous le travail d'illustration jeunesse ? C'est une approche très différente. En illustration jeunesse, contrairement à la bande dessinée, je peux servir le texte d'un autre car j'en suis moins prisonnier. Je peux m'en échapper, être plus indépendant, sans pour autant trahir l'esprit du conte. Je fais en sorte que mes illustrations soient narratives, avec une accumulation de détails auxquels les enfants peuvent être sensibles. Comme si je racontais une histoire dans l'histoire. Mais je ne suis pas très discipliné : pour le premier conte, par exemple, j'ai ajouté une série d'illustrations qui ne correspondaient pas au texte. L'auteur s'est alors inspiré de ces illustrations pour étoffer l'histoire. Ping-pong créatif et stimulant car il enrichissait le projet, mais c'était plutôt atypique, surtout dans l'édition jeunesse où auteurs et illustrateurs travaillent beaucoup sur commande et, souvent, ne se concertent pas.

notules, collages, tracts, gravures détournées… Les genres y seront décloisonnés : on passera de la série noire à l'anticipation via le western, le récit intimiste ou l'enquête journalistique. Ce sera un vrai dépotoir où je laisserai tout ce que je ne peux pas mettre ailleurs.

Vous êtes aussi l'auteur de Le Bar à Siméon que l'on peut suivre sur votre blog. Un mot à ce sujet ? C'est l'histoire d'un bar abandonné entre une plage et une ville en faillite, quasi fantôme, appelée Motor City. Ce petit bar reprend vie grâce aux derniers habitants de cette cité en ruine ou aux quelques voyageurs venus faire une halte. Ils composent une faune bigarrée, un petit îlot de résistance, même si c'est un grand mot. Certains squattent les lieux et refont le monde à leur façon. D'autres sont de passage et s'en font juste l'écho. Je n'en suis qu'au début. On pourra y trouver de tout : strips, dessins légendés, articles,

WWW.TANIBIS.NET

21

Des projets ? Après Les Monstres aux pieds d'argile et Les Nuits rouges du théâtre d'épouvante, je retrouverai mes freaks improbables. L'histoire est celle d'une automate joueuse d'échecs, exposée dans une foire. Toujours chez Tanibis. Et puis, un projet de livre illustré sur les aventures d'un chat géant, traité si possible avec une excentricité toute anglo-saxonne. Reste ensuite à trouver l'éditeur kamikaze.

LES NUITS ROUGES DU THÉÂTRE D'ÉPOUVANTE ALEXANDRE KHA ÉDITIONS TANIBIS

Entretien — Philippe Deschemin


22


23


ÉDITION GRAPHIQUE

SC●TTSB●R● B●YS DE L'ESCLAVAGE À LA RÉVOLUTION L'histoire de la société pyramidale, notamment aux États-Unis d'Amérique ne fut qu'une succession de conflits et de tragédies ; de luttes, mêlée à un fort désir d'émancipation, le réflexe naturel des hommes opprimés. N'oublions pas que l'histoire occidentale du nouveau continent débute non pas avec sa découverte, mais avec sa colonisation pure et simple qui conduisit à l'extermination de ses habitants d'origine. Les éditions L'échappée nous permettent de redécouvrir un document incontournable qui constitue un témoignage poignant sur les luttes de classes et les combats pour l'émancipation des hommes dans l'Amérique des années trente. Ce document est une œuvre graphique exceptionnelle, novatrice et à la puissance visuelle intemporelle.

26

C 

'est dans l'Alabama des années 1930 que la tragédie tient place. Neuf jeunes garçons seront au centre d'une machination judiciaire qui fut, et est encore, le lot quotidien des États-Unis. Ce pays qui détient des records de condamnation à mort, où, lorsque la justice est un simulacre – une mascarade profitant toujours aux puissants – les erreurs judiciaires sont légion. Les neuf garçons afro-américains, âgés de 12 à 20 ans, furent accusés, à tort, d'avoir violé deux femmes blanches dans un train de marchandises traversant l'État de l'Alabama. Huit des neuf accusés furent condamnés à mort par le tribunal de Scottsboro quinze jours après les faits. La bataille judiciaire prendra fin en 2013, lorsqu'en novembre, Haywood Patterson, Charlie Weems et Andy Wright, les trois membres du groupe dont les condamnations n'avaient pas été annulées, sont graciés de façon posthume par la commission des libérations conditionnelles de l'Alabama ( The Alabama board of pardon and parole ). Quatre-vingt-deux ans après leurs condamnations et vingt-quatre ans après la mort du dernier accusé.


ÉDITION GRAPHIQUE

Ce recueil de 118 linogravures offre un point de vue inédit sur la bataille juridique et politique qui suivit leur arrestation – l'une des plus célèbres de toute l'histoire américaine. C'est un véritable roman graphique palpitant qui s'offre à nous. Ces gravures, réalisées à Seattle en 1935, seront éditées aux États-Unis pour la première fois en 2002. Au-delà d'une simple dénonciation du racisme et de la ségrégation quotidienne aux États-Unis, les auteurs ont réussi à inscrire l'un des épisodes tragiques de l'histoire de notre société pyramidale, le combat en faveur des " neuf de Scottsboro ", dans un contexte global d'émancipation des hommes. Par Philippe Deschemin

27


ÉDITION GRAPHIQUE

28


ÉDITION GRAPHIQUE

29


LITTÉRATURE

LE SYNDICAT DES POÈTES QUI VONT MOURIR UN JOUR “ 

Pouvez-vous présenter les auteurs qui composent le collectif ? Le collectif est composé de 12 membres, chiffre auquel nous tenons. Par ordre alphabétique, il y a Samantha Barendson (poète italo-argentine), Brigitte Baumié (poète en gestes & mots, musicienne), Katia Bouchoueva (poète des oursons), Béatrice Brérot (poète sonore & visuelle, intermédia), Yve Bressande (poète performeur), Pauline Catherinot (poète dissonante), Grégoire Damon (poète rockeur), Bernard Deglet (analyste concis), Frédérick Houdaer (poète du réel magique), Melchior Liboà (poète folkrock), Paola Pigani (poète de la terre & de la ville) et Michel Thion (poète des formes brèves). Outre les affinités personnelles qui nous ont réunis, nous tenions à montrer que la poésie comporte plusieurs formes, plusieurs voix, très différentes les unes des autres. Ainsi nul ne peut dire qu'il n'aime pas la poésie, il y en a pour tous les goûts. Pourquoi un tel nom ? Le nom du collectif a été proposé par Michel Thion suite à une conversation avec Laurent Grisel qui, lors d'une intervention en milieu scolaire, avait été remercié par la documentaliste en ces termes : " on a acheté tous vos livres, comme ça les enfants pourront les emprunter, comme ceux de tous les autres poètes morts ! ".

Quelles sont vos activités ? Notre objectif est de promouvoir une poésie pour tous et partout. Pour cela, nous organisons et participons à des lectures régulières afin de rendre la poésie vivante et pas chiante ! Si nous lisons dans les bars, librairies, bibliothèques, théâtres et autres lieux habituels de la culture, nous aimerions maintenant nous tourner vers des lieux et des publics moins accessibles, tels que les hôpitaux, les maisons de retraite ou tout simplement les écoles. Plusieurs membres de votre collectif ont une belle bibliographie, néanmoins il n'est pas fréquent de vous voir sur les grandes manifestations littéraires Rhodaniennes. Comment l'expliquez-vous ? Quelques-uns de nos membres sont sur toutes les listes noires… Nous sommes des poètes, nous sommes dangereux… Blague à part, il y a plusieurs facteurs. L'un d'eux est que le statut de poète est un statut ingrat par sa discrétion. Les tirages de livres de poésie sont très

30

petits, le public est restreint… Depuis que nous avons créé le collectif, nous sommes davantage visibles. Le Théâtre de la Croix-Rousse nous a d'ailleurs demandé d'être partenaires d'un spectacle autour de la poésie de Mahmoud Darwich et deux de nos membres ont été invités à des festivals internationaux de poésie : Samantha Barendson au festival Voix de la Méditerranée de Lodève et Pauline Catherinot au festival Voix Vives de Sète. Il semblerait que l'on commence à parler de nous, mais il faut de la patience, du temps et beaucoup de foi. Un jour les poètes seront de vraies stars… un jour… Les projets ? Plein ! Ceux déjà cités : lire à l'hôpital, en maison de retraite, à l'école ; et tous les autres : rencontrer nos amis poètes belges, parisiens, stéphanois, organiser des randonnées poétiques, proposer des lectures en appartement, etc. En janvier et février 2015, nous allons organiser deux soirées de lecture des huit livres publiés au second semestre 2014 par certains des membres du collectif. Car si l'oralité est importante, il ne faut pas oublier que nous sommes également des créateurs de livres.

SYNDICATDESPOETES.HAUTETFORT.COM Entretien — Philippe Deschemin


LITTÉRATURE

31


LA NOUVELLE LITTÉRAIRE

LE P▲RC DES ▲NIM▲UX PHILIPPE DESCHEMIN

32


LA NOUVELLE LITTÉRAIRE

C 

e matin là, le soleil se levait, comme tous les jours, fidèle à lui-même et déversant ses rayons sur l'ensemble de la ville. Les oiseaux se mirent à chanter, les feuilles tremblaient sous le vent printanier alors qu'une petite révolution couvait au sein du Parc de la Tête d'Or. L'ordre des choses était sur le point de changer. Gérard, le petit canard, en sa qualité d'édile sortant, avait convoqué le conseil représentatif des animaux du Parc de la Tête d'Or en vue des prochaines élections. Il était six heures et trente minutes. Ce matin là, il mit sa timidité de côté, prêt à siéger en véritable chef. Il était fier de lui, déterminé à défendre son projet pour un Parc à l'image de sa sainte idole, Aline Madeline. Aujourd'hui, peu importait les railleries dont il était souvent et malheureusement l'objet, Gérard était persuadé qu'il finirait par entrer dans l'histoire, qu'il y pénétrerait par la grande porte, aux côtés de tous les grands édiles qui s'étaient succédé sur le trône de l'immense et majestueux Parc de la Tête d'Or. Tous les acteurs majeurs de la vie du Parc étaient présents, une véritable cour d'A ncien Régime tenue par une main de fer et surtout grâce à… l'argent. Tout ce joli petit monde avait prêté allégeance à Gérard. Ce dernier avait eu l'intelligence de les soudoyer avec des promesses en tout genre et l'illusion d'une vie meilleure. Pour la plupart, ils étaient soit pétris de cupidité et avides de pouvoir, soit parfaitement idiots, et parfois un peu tout cela réuni. Ce matin-là, le soleil rayonnait de mille feux et la réunion battait son plein. L'ordre du jour était la coordination du comité de soutien de Gérard. Les choses n'avançaient pas suffisamment à son goût, l'édile était en pleine fureur. " Vincent ! Je t'ai déjà dit mille fois que ce n'est pas parce que tu es en charge du festival des Nuits Gazouillis que tu dois me parler comme ça ! Si je n'étais pas celui que je suis, tu ne serais pas celui que tu es ! Arhhhhh ! C'est moi qui ai fait de toi ce que tu es ! J'en ai assez ! Assez ! " Vincent ne pipait mot. Il avait pour habitude de renvoyer à son équipe le mépris qu'il recevait quotidiennement. Et là, pourtant, le phacochère du Parc, se demandait s'il lui était possible d'en supporter davantage. L'an passé, il avait échoué à sa mission de faire accéder le Parc au statut de " Capitale de la culture " et Gérard lui en voulait à mort. Pourtant, nul ne savait pourquoi, il lui avait toutefois confié la direction de son comité de soutien. Les résultats n'étaient pas au rendez-vous et l'ensemble des citoyens du Parc se rendait compte que ce comité n'était qu'une vaste blague, puisque composé uniquement de personnes financièrement dépendantes de l'édile. Près de Vincent, se trouvait Jojonékian. L'animal était imposant. Le gigantesque pachyderme aurait

pu, avec une seule de ses pattes, écraser la moitié de l'assemblée ici présente. Pourtant, à l'observer, on se rendait bien compte que sa volonté égalait sa puissance physique. Il était l'impotence incarnée. Alors que Gérard continuait à pester contre ce pauvre Vincent, personne n'osait prendre sa défense, même pas Jojonékian. Gérard terrifiait littéralement son monde. Agressivement, il reprit : " Le Parc c'est moi ! " Timidement et maladroitement, Vincent tentait de s'exprimer : " Oui, mais tu sais… si… notre festival ne connaissait pas tant de succès, vous en auriez peut-être moins. " Gérard le regardait avec circonspection. Décidément inspiré, l'immonde phacochère reprit : " Si les jeunes votent pour vous, c'est aussi grâce à nous… " Rien n'y faisait, Vincent était pitoyable comme à chaque réunion de campagne électorale. Il s'exprimait comme le plus idiot des phacochères et son élocution était si hésitante qu'il donnait toujours l'impression de s'excuser. Le mépris était le sentiment dont il était le plus souvent l'objet. Son entourage profitait amplement de son statut social et de sa position tout en le dédaignant ouvertement. Autour de lui tournoyait un nombre incalculable de jeunes bêtes, rapaces, attirées par les strass et les paillettes. Dans le Parc vivaient mille espèces d'animaux, tous plus différents les uns que les autres, mais ayant une caractéristique commune, celle des pies voleuses attirées par ce qui brille. Dans un battement d'aile, Gérard descendit de l'estrade, qui lui servait de trône mais aussi de perchoir, lui permettant d'avoir à l'œil toute l'assemblée. Furieux il se jeta sur Vincent, lui asséna quelques coups de bec tout en criant : " Un parc ! Un peuple ! Un édile ! ". Pourtant coutumière du fait, l'assemblée restait médusée. Au dernier rang, Odile, porteparole des koalas et tête de liste dans le premier district, interrogea son voisin singe capucin : " Un parc, un peuple, un édile ! " ? Ça sonne pas mal comme slogan de campagne, non ? — Je crois que ça a déjà été utilisé. Il faut faire une recherche ", lui répondit Walter. Tout en continuant à frapper de son petit bec jaune le malheureux Vincent, Gérard criait : " Ta programmation c'est de la merde ! Si je ne dépensais pas tout cet argent dans la communication, personne ne viendrait à ton truc que… que vous osez appeler festival ! " Puis il continuait à clamer : " Un parc ! Un peuple ! Un édile !  Jojonékian avança sa trompe de manière à séparer tout en douceur Gérard et Vincent. Le canard stoppa net, laissant ce pauvre Vincent sanglotant. Tout en s'essuyant

33


LA NOUVELLE LITTÉRAIRE

le front, fatigué par l'effort, il reprit à voix basse : " Bon, où en étions-nous ? " Gérard tournoyait tout en réfléchissant et en marmonnant : " Un parc… un peuple… un édile… ". Cette formule lui parut résumer totalement sa pensée et son objectif. Alors que l'assistance muette le regardait fixement, il pointa du bec Jojonékian : " Quel est notre slogan de campagne ? " Jojonékian fut surpris par la question, perdu dans ses pensées et bien trop occupé à regarder dans les décolletés de la gente féminine obnubilée par la scène de violence. Sa grande taille lui offrait une vue imprenable. Il fit mine de réfléchir et répondit : " Le Parc évidemment. " Gérard se donna quelques secondes de réflexion puis reprit. " Que pensez-vous de : " Un parc, un peuple, un édile ? " — Il me semble que ça a déjà été pris votre grandeur. "

de bec tout en frappant de la patte au sol. " Tu veux que je te sucre tes subventions ? " Dans un réflexe pavlovien, à l'écoute du mot " sucre ", Vincent s'avança et jeta : " Oui ? Qu'y a-t-il ? " Dominique, le flamand rose, lui glissa doucement " Non, non, tais-toi malheureux, personne ne te parle. " Vincent, larmoyant comme toujours, le regarda avec une certaine détresse dans les yeux. Par chance, Gérard, trop occupé avec Walter, n'avait rien entendu. " Oh non, par pitié ! Non ! ", criait le singe capucin. Avec une agilité incroyable, il s'allongea au sol, utilisa sa queue enroulée au poteau comme appui et commença à caresser les palmes de Gérard en signe de soumission absolue. " Qu'est-ce qui t'a fait rire de la sorte ? — Ô votre grandeur, ne m'en veuillez pas ! — Parle ou je diminue tes subventions ! — C'est… c'est votre… mot. — Lequel ! Parle ! — Laquais… vous m'avez traité de… laquais. — Et ? — Pour un canard c'est amusant.

À ce moment-là, une voix fluette s'éleva du fond de l'assemblée : " Je trouve ça si beau, si grand et poétique ! Ô que vous êtes bon Gérard ! " Gérard chercha du regard l'animal qui venait de parler. Ses yeux finirent par se poser sur un petit singe. La déception le gagna. Il lâcha : " Arrêtez vos flatteries Walter. Vous n'êtes qu'un vil laquais ! " Walter, le singe capucins, dirigeait la Villa Gilette. Amateur de bons mots et de littérature humoristique, il ne put se retenir de rire. Alerté par les pouffements qui se propageaient dans l'assemblée, Gérard s'arrêta, bondit comme il put à travers la petite allée de la roseraie où se tenait la réunion. Avec défiance, il posa son bec contre le front de Walter, qui, pris de frayeur, enroula sa queue au poteau derrière lui. Gérard attendait une réponse en tapotant de son pied palmé et en hochant la tête de gauche à droite. Walter ne disait mot. Gérard, les yeux emplis de colère et la voix orageuse lança : " Votre problème à vous, les pseudo intellectuels, c'est que vous faites les marioles. Toujours, toujours ! Mais devant l'adversité il n'y a plus personne. C'est comme ton copain Béchamel, vous jouez les va-ten-guerre mais vous êtes des couards. Sur le théâtre des opérations, vous n'êtes jamais. Jamais ! " Gérard recula en dandinant du fessier, puis se lança à nouveau dans une tirade à l'encontre du pauvre et misérable patron de la Villa Gillette. " Pourquoi tu ne rigoles plus ? Tu ne veux plus rire avec moi ? " La colère déformait le visage du petit canard. " Tu préfères rire de moi ?! ". Gérard avança et fit mine de mettre un coup

La fureur gagna à nouveau le grand édile du parc. Il déploya ses ailes pour prendre de la hauteur afin de piétiner avec le plus d'efficacité possible ce pauvre Walter. Ce fut sans compter sur son extrême agilité. En un éclair, Walter gravit le poteau et se mit à l'abri de la fureur de Gérard. — Descend de là ! Tout de suite ! Sous-animal ! Je ne comprends même pas que tu puisses être toléré dans le Parc ! Tu es plus proche de l'homme que de nos nobles espèces ! Tu portes en toi toute la vilenie de l'humanité ! Il y a peu, on se demandait encore si toi et tes congénères aviez une âme ! Descend de là que je te châtie ! " Totalement en transe, Gérard se mit encore à crier : " Un parc ! Un peuple ! Un édile ! ". L'assemblée, hypnotisée et effrayée par le vilain petit canard, reprit de plus belle : " Un parc ! Un peuple ! Un édile ! Un parc ! Un peuple ! Un édile ! ". Jojonékian avança nonchalamment vers Gérard qui jouissait littéralement à la vue de cette foule acquise. " Je confirme, votre seigneurie, cette devise a déjà été utilisée dans les années trente par le Parc de Nuremberg. — Ce n'est pas grave mon cher Jojonékian, je suis socialiste aussi. " Sans attendre de réponse, Gérard reprit : " À regarder de près, nous n'en sommes pas loin. Hormis le fait que je ne fais pas dans la ségrégation animalière, notre modèle de société est tout de même basé sur une structure pyramidale. Tout comme eux, je prône la différence entre les citoyens du Parc. Notre devoir est de consolider

34


la hiérarchie sociale. Et puis, j'ai moi aussi mon " Kraft durch Freude ", le fameux : " La force par la joie ". Pourquoi j'organise tous ces événements de masse à ton avis ? — Je sais bien votre grandeur, je sais bien ! Ne suis-je pas votre conseiller culturel ? — Si mon brave Jojo, tu es mon Joseph ! Regarde-les donc tous ces idiots, regarde-les hypnotisés par notre puissance. Ceci est le triomphe de ma volonté. — Mais… votre grandeur, n'avez-vous pas peur de perdre les élections ? — Tu es amusant Jojonékian. Je suis le Parc ! Et sache que s'il y a une chose sur laquelle tu peux compter dans cette société, c'est bien la corruptibilité des animaux. " Pour signifier son approbation, Jojo émit un barrissement. " Jojonékian, si je m'efforce de maintenir les inégalités entre les hommes et que je fais la promotion de tous ces événements aux allures mondaines, c'est pour m'assurer de pouvoir acheter les gens. Les acheter avec des promesses d'accession à une classe sociale supérieure, ou les acheter littéralement avec de la monnaie sonnante et trébuchante. " Jojonékian ne pouvait détacher ses yeux de la foule qui criait sans relâche " Un parc ! Un peuple ! Un édile ! ". Les animaux en délire, complètement hypnotisés, semblaient ne faire qu'un. Une masse informe criait, dans un mélange de barrissements, rugissements, piaillements, coassements, meuglements, jappements, bêlements, sa soumission à l'édile sortant. " Jojonékian, m'écoutes-tu ? — Oui, votre grandeur. — Ça me rappelle les idiots du Point Zéro. Vois-tu, en leur promettant un nouveau local, nous nous sommes assuré leur silence durant toute la campagne. Pourtant, ils paradent toute l'année en prenant des postures de rebelles indépendants. Ces gens sont si méprisables. — Vous comptez leur donner ce que vous leur avez promis ? " Gérard se mit à rire. " Bien sûr que non. " Avec une certaine satisfaction dans la voix, il reprit : " Au fait, tu m'ôteras ce papier peint Playboy de ton bureau, ce n'est pas digne de ta fonction et j'ai les lapines féministes qui commencent à me casser les bonbons. " Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que hasard objectif. du même auteur: Contoyen, roman préfacé par Normand Baillargeon aux éditions du Cercle La Boetie.

35


VOYAGE & DÉCOUVERTE

ISL▲NDE RENDEZ-VOUS

Petit État insulaire de l'océan Atlantique nord, situé entre le Groenland et la Norvège — au nord-ouest des Îles Féroé —, six fois plus petit que la France et moins peuplé que Lyon, l'Islande ne manque pas de charme. Elle sait se faire remarquer, parfois à ses dépens avec d'impressionnantes éruptions volcaniques, d'autres fois grâce au panache des " hommes libres ", en envoyant balader les banksters. L'Islande, terre de glace, est aussi à l'avant-garde culturelle, et sur bien des points, nous autres du vieux continent, devrions regarder de plus près ce qu'il se passe sur cet État insulaire. Rendez-vous avec l'Islande.

Reykjavíkurtjörn

36


VOYAGE & DÉCOUVERTE

Skaftafell Eyrarros

Namaskard hverir ferdamenn

L 

e rayonnement international d'un pays est souvent lié à sa puissance économique ou encore à la puissance de son complexe militaro-industriel. Avec l'Islande, il n'en est rien. C'est l'une des rares contrées, qui malgré son isolement géographique, a pu se tailler une place de choix dans le paysage culturel international. Du succès de Björk à celui, plus récent, de Sigur Rós ou encore Sóstafir, certains des artistes d'Islande rayonnent à travers le monde.

Mais en Islande, il n'y a pas que la nature, il y a aussi la culture, et l'une ne s'oppose pas à l'autre. Voilà aussi la magie de cette île. À l'avant-garde politique et sociale, l'Islande est peut-être un phare dans l'obscurantisme moderne de nos sociétés qui semblent s'enfoncer dans la nuit. On ne s'attardera pas sur le rapport de l'Islande aux banques, ni à la manière dont ce petit pays a su envoyer valser les multinationales du racket organisé. Comme j'ai pu le dire à plusieurs reprises dans nos colonnes, les exemples de courage ne viennent pas forcément des plus puissants.

L'île regorge d'intérêts et réduire son attrait au simple fait que des artistes en sont issus serait faire affront à la dame. Il est important de souligner sa capacité à enfanter de grands artistes, mais l'île en soit est une merveille. Située sur la dorsale médio-atlantique séparant les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine, l'Islande compte de nombreux volcans et sa géographie en fait une destination particulièrement appréciée par les touristes en quête de paysages singuliers. L'Islande est un carrefour planétaire méconnu et invisible directement. En effet, en son sol, ce sont deux mondes qui se rejoignent et se frottent. La tectonique des plaques nous apprend que la partie nord-ouest de l'Islande est sur la plaque américaine et la partie sud-est sur la plaque eurasiatique. Cette situation unique engendre sur l'île une importante activité volcanique et géothermale. L'Islande regorge de cascades, de fleuves , de fjords, de lacs, de glaciers, de phénomènes paravolcaniques — comme les solfatares ( fumerolles ) — de sources thermales, et de geysers — ce mot étant lui-même d'origine islandaise — qui en font une destination idéale et unique pour tous les amoureux de la nature.

L'Islande, c'est aussi une vie culturelle riche et variée avec un ensemble de manifestations qui tiennent place toute l'année et vous feront aimer le pays, même si vous n'êtes pas un accro de la nature au sens propre ! Plusieurs musées vous attendent, des manifestations sportives ainsi que des festivals de musique et de cinéma d'envergure internationale. Sans oublier les rendez-vous culturels traditionnels comme le Thorrablot qui célèbre le dieu Thor aux mois de janvier et février ou encore les 13 Yule Lads d'Islande (ou garçons de Noël) qui se fraient un chemin en bas des montagnes pour faire des farces, chanter des chansons et livrer des cadeaux pendant les 13 jours de Noël, du 12 au 24 décembre. Il est temps de prendre rendez-vous avec l'Islande !

WWW.INSPIREDBYICELAND.COM WWW.ICELANDAIR.FR Entretien — Philippe Deschemin

37


ART

IDE▲ KUSK▲▲ GÉO-GRAPHIE

38


ART

Après une exposition remarquée et remarquable à l'incontournable Toï Toï le Zinc de Villeurbanne, il nous parut indispensable de vous présenter cette étonnante artiste. Son travail singulier et sa capacité à utiliser les arts traditionnels et/ou issus de civilisations anciennes, méritent toute notre et votre attention. Entretien avec Idea.

“ 

Peux-tu te présenter ? Yellow tout le monde, je suis Kuskaa. D'où vient ce nom étrange !? De ma fascination pour la ville de Cusco au Pérou, nom mixé à mes origines polonaises. Je suis graphiste depuis 4 ans et artiste peintre de passion. J'ai 27 ans et mon atelier se situe à Villeurbanne. Ton travail semble très inspiré par l'art des civilisations anciennes d'Amérique du Sud et par les peuples d'Afrique Centrale. D'où vient cet intérêt ? Je suis attirée par le voyage, la richesse des différentes cultures du globe, mais les civilisations maya et aztèque me captivent depuis toute jeune. Des temples, construits dans des lieux improbables, qui malgré toutes ces années sont encore debout ; ou des connaissances en astronomie, qui pour l'époque défient l'impossible ! Toute une culture en parfaite harmonie avec la nature, j'adore ! C'est une source d'inspiration inépuisable pour moi. Ma curiosité a surtout été attirée par les symboles qui servaient d'alphabet. J'ai découvert ça également dans bien d'autres cultures. Mon travail cherche à symboliser ces pays, sans pour autant représenter quelque chose de figuratif. Comme on associe un logo à une société, le motif textile représente

toute une culture par de simples formes géométriques, mais j'avoue que les univers aztèque et africain sont particulièrement graphiques. On y retrouve souvent le triangle, comme dans le travail d'Escher, qui me fascine. Tu as récemment exposé au Toï Toï, peux-tu nous en parler ? Très bonne expérience ! Je les remercie encore de m'avoir accueillie aussi chaleureusement. C'est un lieu dédié à la culture, c'est ce qui m'a intéressée : allier peinture, danse, théâtre, musique ! J'affectionne les milieux associatifs qui prônent la diversité. Pour l'occasion, j'ai travaillé en collaboration avec un créateur de longboards ( Fluide Longskate ). Changer de support est toujours intéressant, surtout que le bois utilisé pour ces boards est magnifique. Tu es graphiste de métier. Comment concilies-tu création artistique et, souvent, commande graphique ? Ces deux professions s'accordent particulièrement bien, je trouve. Je me documente en permanence : livres, voyages, internet, expositions, musées, articles etc… ce qui finalement m'inspire pour les deux types de création. Quand je travaille sur une prestation, j'ai souvent le stress des rendus. Pendant l'attente des retours

39

clients, j'ai le temps de m'évader sur mes toiles pour faire redescendre la pression et rebondir grâce à de nouvelles idées. La peinture est un véritable moyen d'expression. Si je ne crée pas pendant une longue période, je vous assure que je déprime ! J'en ai besoin. Donc je trouve toujours le temps, souvent la nuit d'ailleurs ! Quand la ville s'endort, je suis au calme pour imaginer… Les projets ? J'en ai plein ! Au début de l'année 2015, je vais continuer la création sur skateboards avec toujours autant de motifs. Le shop Advice m'accueille pendant un mois, à partir du 16 janvier, pour exposer les nouvelles planches. Donc, rendez-vous dans le vieux Lyon. Et ce n'est pas fini, puisque juste après, j'accroche mes toiles pour le mois de février dans la galerie L'archivolt, rue Felix Faure ! Côté presse, je continue de réunir les fonds pour réaliser un projet personnel : partir à Madagascar, pour récolter le maximum de contes traditionnels et légendes de sorcellerie, afin de réunir le tout pour écrire un livre pour enfant, graphique et envoûtant ! Bref to be continued…

FACEBOOK.COM/IDEA.KUSKAA Entretien — Philippe Deschemin


MUSIQUE

S F●NS J▲ZZ N° 16 T

Depuis maintenant près de vingt ans, la ville de Saint-Fons nous fait vibrer au son du jazz, chaque début d'année. Mené par Norbert Gelsumini et une équipe passionnée, l'événement permet au public le plus pointu de se rassasier les oreilles, tout en étant largement accessible aux profanes. La programmation, à la fois exigeante et ouverte, fait de Saint-Fons Jazz une manifestation musicale incontournable. Entretien avec le maestro, Norbert Gelsumini.

40


MUSIQUE

“ 

Pour commencer, déjà presque vingt ans d'histoire… Comment est né le festival ? Le Saint-Fons Jazz festival est le fruit d'une histoire spécifique à la ville. Il y a plus de vingt ans déjà, le caveau-jazz de Saint-Fons accueillait les plus grands jazzmen dans un lieu unique, situé au sein du LEP Léon Blum, là même où l'école de musique a déménagé il y a quelques années. J'étais, à cette époque, étudiant en musicologie, et ces rendezvous réguliers à Saint-Fons étaient incontournables. La programmation s'est d'ailleurs arrêtée assez brutalement… Un petit mot quand même sur la disparition, en juin dernier, d'un beau festival de l'ouest lyonnais, le Fort en Jazz de Francheville. Cela nous semble complètement incompréhensible et nous rappelle que nous sommes peu de chose !

Dhafer Youssef en 2008, ou encore plus récemment le superbe duo de Daniel Mille et Sylvain Luc l'année dernière, pour la quinzième édition du festival. Nous avons la chance d'avoir des liens privilégiés avec les autres équipements culturels de la ville, et en particulier le Théâtre Jean Marais, qui accueille chaque année, de belle manière, l'essentiel de la programmation. D'ailleurs, cette salle de théâtre induit un rapport très particulier avec les artistes — qui se retrouvent très proches des spectateurs — et laisse souvent présager de moments suspendus, ce qui n'est pas pour nous déplaire !

Un mot sur la programmation de cette 16e édition ? Nous pourrons entendre Le Spang et le Workshop de l'A RFI, Catali Antonini 6tet et Fabien Mary 4tet, ou encore Anne Quelle est la particularité du Saint-Fons Jazz ? Quillier 6tet et le duo Louis Sclavis et La particularité du Saint-Fons Jazz François Raulin… Ces quelques exemples festival est d'être porté par l'école de démontrent bien que pendant cette musique Guy Laurent, une structure quinzaine de janvier, une large palette d'enseignement. Cette école généraliste de styles sera représentée. Depuis propose bien sûr, entre autres, les quelques années, la clôture du festival disciplines classiques. La présence de a lieu à l'Épicerie Moderne de Feyzin, musiciens intervenant à l'école est une grâce à l'école de musique de Feyzin, part importante de notre activité, tout pour des soirées groove et toujours très comme le secteur Jazz et musiques festives : le 4 février avec Groov'eat et le actuelles qui regroupe une bonne équipe Supergombo. L'adhésion à la plateforme de profs : piano jazz, chant, trompette, régionale Jazz(s)RA nous a aussi permis saxophone, basse, contrebasse, guitare et de développer d'autres partenariats batterie. Pour le festival, nous réunissons très intéressants avec Jazz à Vienne les élèves et les professeurs, les têtes et l'Auditorium de Lyon. Le 2 février, d'affiches et les groupes émergents. Chucho Valdés solo sera à l'Auditorium. Chaque année, les écoliers et les jeunes Renseignements et réservations musiciens de Saint-Fons se retrouvent au 04 78 70 47 79 ou en écrivant sur la scène du festival, dans des condià jazzfestival@saint-fons.fr. tions professionnelles, accompagnés par un artiste ou un groupe régional. 16e ÉDITION Comment la programmation a-t-elle évolué au fil du temps ? Au fil des années, la programmation s'est largement étoffée. J'ai en mémoire de très beaux moments de musique : Paolo Fresu et Bojan Z en 2006, Nguyên Lê et

DU 20 JANVIER AU 4 FÉVRIER 2015 SAINT-FONS-JAZZ.FR

Entretien — Philippe Deschemin

41


MUSIQUE

MICHEL MYSTÈRE “ 

À la suite d'atroces déboires sentimentaux, tu as décidé de renoncer à l'amour pour te consacrer exclusivement à la musique. Comment ça se passe ? Si je rencontre d'atroces déboires musicaux, je n'exclue pas de renoncer à la musique pour me consacrer exclusivement à l'amour. Musicalement, tu navigues entre électro et pop, comment abordes-tu la composition ? Pour le premier mini-album, j'ai rassemblé des morceaux parmi ceux que j'avais composés au cours d'une année passée entre ma chambre et différents hôtels – où j'étais veilleur de nuit. Tu as créé un véritable personnage avec tout un univers. Quelles furent tes inspirations ? Je voulais que l'univers de Michel Mystère soit anachronique et personnel, une sorte de bal électronique. J'ai donc puisé mes inspirations dans diverses formes de romantismes dépassées. Les projets ? Je suis en train de préparer un deuxième mini-album qui sortira au printemps.

FACEBOOK.COM/MYSTEREMICHEL Entretien — Philippe Deschemin

42


MUSIQUE

WÖRMZ “ 

Mélangeant aussi bien Radiohead, Apparat que Gainsbourg, comment décririez-vous votre musique ? C'est un curieux mélange en effet. On tient à garder une formation rock puissante, tout en puisant nos sons dans l'électro ou certains formats dans la chanson française. L'essentiel étant d'écrire une musique accessible, dynamisante et touchante, sans tomber dans la facilité d'une écriture pop, classique ou inspirée de la dernière tendance musicale… Vous avez récemment livré un EP, pourquoi le choix de ce format court ? La production de notre premier EP a duré 6 mois. On voulait changer pour le second, en essayant de faire vite, d'enregistrer l'énergie telle qu'on peut la transmettre en live.

Nous avons donc passé une journée au Ashrama Studio. L'un des titres a été perdu… Le format est donc court, mais assez brut et spontané. Quelles sont selon vous et de nos jours les difficultés pour pouvoir accéder à un auditoire plus large ? La plus grande difficulté est la multitude de musiciens ou de groupes de très bonne qualité, pour un auditoire en permanence sollicité et de plus en plus exigeant. Nous avons un public fidèle, à qui notre musique parle vraiment, c'est l'essentiel pour nous. De plus, comme nous fonctionnons de manière indépendante, il est plus délicat de se faire connaître auprès d'un plus large public. Pour le moment nous ne bénéficions ni du relais ni de l'appui ou du réseau d'un label ou d'une

44

structure de diffusion. C'est l'avantage et l'inconvénient d'être libres. Mais ce qui compte au final c'est de continuer à créer des choses qui nous plaisent et à offrir notre musique au public. Quels sont les projets ? Nous sommes déjà à l'œuvre pour un 3e CD qui devrait sortir début 2015. On n'en dit pas plus, mais on a vraiment hâte ! En parallèle, on continue le travail de démarchage pour les concerts, et éventuellement pour trouver un entourage professionnel susceptible de nous épauler dans la diffusion de notre musique.

WWW.WORMZ.FR Entretien — Philippe Deschemin


45


MUSIQUE

HUMAN JOB “ 

Votre premier album, plutôt réussi, vient de sortir. Comment décririez-vous votre musique ? Merci pour l'album plutôt réussi, on a de très bons retours en effet. Généralement on répond " rock alternatif " ou " rock métal avec une touche d'électro ". Disons que si on aime les Smashing Pumpkins, NIN et Depeche Mode, on peut appuyer sur lecture en toute quiétude et s'apercevoir rapidement que les influences sont beaucoup plus larges.

bosse au feeling, il est franc, perfectionniste et je crois que la musique lui a plu. On était donc tous motivés à faire un album de qualité et la bonne ambiance générale y a largement contribué !

La production est très bonne, comment s'est passé l'enregistrement ? On a eu la chance énorme d'obtenir une quinzaine de jours au studio 180 à Paris et de bosser avec Arnaud Bascunana qui a collaboré avec des groupes tels que No One Is Innocent et Deportivo. Il

Les projets ? La priorité pour nous est de faire connaître notre musique au travers des concerts et de ce premier album. Human Job vient de rejoindre P/RN et Divine Shade sur le label Les disques Rubicon et des collaborations de

Des dates prévues ? Pour le moment il n'y en a pas, nous travaillons dessus ! Nous essayons d'en programmer le plus possible et pourquoi pas de prévoir une tournée pour l'année 2015, tout en conciliant le travail de composition du nouvel album.

46

qualité se présentent déjà à nous. Comme nous le soulignions précédemment, en marge des concerts, nous travaillons déjà sur la composition du prochain album qui devrait voir le jour, nous l'espérons, fin 2015. Nous préparons également un EP de remixes qui inclura, si tout va bien, une reprise qui permettra de faire patienter le public en attendant la sortie du successeur de Between Chaos And Theory !

FACEBOOK.COM/HUMAN-JOB Entretien — Philippe Deschemin


MUSIQUE

P/RN pour nous de privilégier les dates où nous pourrons proposer le meilleur spectacle possible à notre public, et il devient difficile de trouver des conditions de prestations décentes lorsqu'on propose une musique différente des canons imposés par la tyrannie de l'instant et la société marchande.

“ 

Vous venez de livrer un nouvel EP : No dominion. Oui en effet, nous sommes en train d'enregistrer un nouvel album, et nous avions du matériel sous la main. Comme l'enregistrement de ce nouvel opus prend pas mal de temps, il nous a semblé opportun de proposer à notre public un peu de son en attendant ce nouvel album. Dans cet EP on trouve trois inédits, et deux remix. Un album est en cours d'enregistrement, où en êtes-vous ? Et bien ça avance, nous travaillons beaucoup sur le son et sur les ossatures de nos titres. Nous passons un certain temps en ce moment, avec Didier, à bosser sur les batteries. L'idée étant de transcender nos précédentes livraisons. Chez P/RN, il y a toujours eu cette volonté de dépassement. Nous ne sommes pas des fonctionnaires de la

musique ou des salariés du spectacle, nous travaillons notre musique comme une œuvre d'art globale avec la volonté de proposer une alternative au diktat du moment. Alors cela prend plus de temps que d'utiliser les recettes de ce qui fonctionne commercialement : singer son voisin ou (plus généralement) le groupe anglo-saxon en vogue. Vous vous faites rares sur scène, pour quelles raisons ? Pour les mêmes raisons ou presque. Mais aussi pour des histoires de temps. Nous consacrons notre énergie à l'enregistrement de cet album, mais la musique n'est pas notre seule activité. Nous avons parcouru la France et une partie de l'Europe lors de nos précédentes tournées, en jouant aussi bien à l'Élysée Montmartre qu'au Transbordeur, à la Maroquinerie, ou au Rock School Barbey… Il est important

48

Vous pouvez décrire l'album à venir ? C'est forcément difficile. Toutefois le son a bien évolué. Nous changeons nos méthodes d'enregistrement aussi. Le travail autour des batteries acoustiques et des rythmiques de guitares est plus présent là où, dans nos précédents albums, il y avait un travail plus poussé de design sonore, de cut-off et d'utilisation de sonorités purement industrielles. C'est très excitant et nous apprécions beaucoup les artistes qui repoussent leurs limites et qui n'hésitent pas à se mettre en danger commercialement. Et cet EP ? Et bien, il y aussi une évolution dans notre son, c'est une piste, un indice qui vous mènera peut-être vers ce que sera ce futur album. On vous souhaite une belle écoute. L'EP est en écoute et téléchargement libre. Vous trouverez les liens en vous connectant sur notre page Facebook. Mehdi, pour P/RN.

FACEBOOK.COM/PORNTHEBAND Entretien — Christophe Ramain


SÉLECTION INCONTOURNABLE

Voici notre sélection incontournable, une nourriture pour l'esprit et les sens. Un florilège de bonnes choses à lire, à écouter et à voir. De belles et bonnes choses au sens athénien du terme : le Beau est ce qui accomplit au mieux sa fonction. Une sélection pour vous proposer d'autres perspectives. Nous avons fait le choix d'inclure dans cette rubrique des ouvrages et créations sans pour autant y adjoindre de notes. Au fond, il nous semble superficiel de vouloir expliquer notre choix. La présence de ces œuvres est une explication qui selon nous se suffit à elle-même. À vous de faire le reste du chemin pour les découvrir, sans oublier que ce ne sont là que des propositions. Philippe Deschemin

DOCUMENTS

365 EXPRESSIONS PHILOSOPHIQUES EXPLIQUÉES MICHEL BRIVOT NICOLE MASSON Éditions Chêne

EN FINIR AVEC LES IDÉES FAUSSES SUR LES PAUVRES ET LA PAUVRETÉ  ATD QUART MONDE Éditions Quart Monde

CRITIQUE DE LA RELIGION YVON QUINIOU Éditions La Ville Brûle


SÉLECTION INCONTOURNABLE

DOCUMENTS

POURQUOI EST-CE UN CHEF-D'ŒUVRE SUSIE HODGE Éditions Eyrolles

DEVENIR PROFESSIONNEL DE LA MUSIQUE BERTRAND HELLIO ET YOAN MANESSE Éditions Eyrolles

UNE HISTOIRE PHILOSOPHIQUE DE LA PÉDAGOGIE NORMAND BAILLARGEON Éditions Poètes de brousse


SÉLECTION INCONTOURNABLE

BD / ROMAN

LOVE IN VAIN JM DUPONT MEZZO Éditions Glénat

MONSTRES MIKE KRASPRZAK Éditions Les Occultés

HELLO FUCKTOPIA SOUILLON Éditions Ankama


SÉLECTION INCONTOURNABLE

MUSIQUE

VISE VERSA LIVING A LIE Modern rock Send the wood music

UNEVEN STRUCTURE FEBRUUS Metal prog Basick Records

LIZZARD MAJESTIC Rock Klonosphere


DÉCOUVERTE

LE SAVIEZ-VOUS ?

AU XVIIE SIÈCLE, ALLER AU JAPON ÉTAIT PUNISSABLE DE MORT ! En effet, aucun étranger ne pouvait entrer au Japon, et aucun japonais n'était autorisé à quitter le pays sous peine de mort. Cette politique a été adoptée par le shogunat Tokugawa sous Tokugawa Iemitsu ( le troisième shogun du shogunat Tokugawa qui régna de 1623 à 1651 ). La politique resta en vigueur jusqu'à 1853, et c'est l'arrivée des navires noirs du commodore Matthew Perry qui a forcé le Japon à s'ouvrir au commerce occidental.

ÉCOUTER DE LA MUSIQUE PENDANT UNE HEURE CHAQUE JOUR PEUT RÉDUIRE LA DOULEUR CHRONIQUE ET LA DÉPRESSION 

EN 1770, LE PARLEMENT BRITANNIQUE A ADOPTÉ UNE LOI INTERDISANT LE ROUGE À LÈVRES ! Le pasteur et écrivain anglais Thomas Hall a affirmé que le rouge à lèvres était l'œuvre du diable et que toute personne appliquant le produit tentait d'ensorceler les hommes. En 1770, le Parlement britannique est même allé jusqu'à adopter une loi interdisant le rouge à lèvres, affirmant que les femmes reconnues coupables d'avoir séduit les hommes par un moyen cosmétique pourraient être jugées pour sorcellerie.

QWERTY, AZERTY ET LES DISPOSITIONS DES LETTRES SUR LES CLAVIERS.

À la fin du XIXe siècle, afin de limiter les risques de blocages des tiges des nouvelles machines à écrire Des chercheurs américains ont testé REMINGTON, la firme réalisa une l'effet de la musique sur des patients qui série de tests afin de trouver la ont une douleur chronique depuis des position optimale de chacune des années. Ils ont constaté que ceux qui touches. QWERTY a été alors conçu ont écouté de la musique pendant une en essayant d'éloigner les lettres heure chaque jour durant une semaine qui se suivent fréquemment dans avaient un niveau de douleur moins de les mots. La disposition AZERTY en 21% qui ceux qui n'ont pas écouté de la France et QWERTZ en Allemagne musique. De plus, ils ont conclu que la sont des dérivés du QWERTY adapté musique réduit aussi la dépression asso- aux spécificités de chaque langue. ciée à la douleur chronique jusqu'à 25%.

WWW.LESAVIEZVOUS.NET

56


R R contact@lincontournable-magazine.fr

C U E

E Des chefs de publicité Dans le Grand Lyon, Paris et sa région —

T

Des bénévoles Pour la distribution et la communication


ABONNEZ-VOUS

gratuitement

Recevez L' incontournable Magazine chez vous, au bureau, à l'usine, à l'hôpital, en prison, ailleurs…

Partenaire de vos plus belles découvertes.

Bénéficiez tout au long de l'année de formidables avantages : des places de concert et de spectacle gratuites, des réductions, des cadeaux culturels.

COUPON

d'abonnement Je m'abonne à L'incontournable Magazine. Pour un an, je paie une participation aux frais de livraison de 22 € TTC Coordonnées : ☐ M lle  ☐ Mme  ☐ M. Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Ville : E-mail :

Disponible sur près de 500 points de dépôt et en exclusivité sur le réseau Rhônexpress

Coupon à retourner accompagné de votre règlement à : L'incontournable Magazine – Service Abonnement 11, Place Croix-Paquet 69001 Lyon ( Chèque libellé à l'ordre de Freaksound )

lincontournable-magazine.fr


CADEAUX

LE PLAISIR D'OFFRIR

1

ABONNEMENT à Freaksound magazine !

3

X 2 PLACES pour West Side Story de Bernstein à l'Espace Albert Camus de Bron (69). Le 4 janvier 2015 à 17h00.

1

EXEMPLAIRE du roman Contoyen de Philippe Deschemin, offert pour tout abonnement à L'incontournable Magazine.

POUR BÉNÉFICIER DES CADEAUX ENVOYEZ UN EMAIL À

contact@lincontournable-magazine.fr


JEUX

ANAGRAMME Un mot en cache un autre, saurez-vous les retrouver en replaçant les lettres dans l'ordre ?

ROBINET  : _ _ _ _ _ _ _

CIGARE  : _ _ _ _ _ _

POULE  : _ _ _ _ _

9 MOUTONS 9 moutons sont dans un pré carré mais ils sont malades. Le but de la maneuvre est de les isoler en utilisant seulement deux carrés. Les x représentent les moutons:


JEUX

ÉNIGMES

1

Quand je suis petit je suis grand, et plus je vieillis plus je deviens petit. Seul le vent peut m'empêcher de devenir petit. Qui suis-je ?

2

Je disparais à la lumière , je ne suis pas matérielle, enfin je suis présente partout dans le monde. Qui suis-je ?

3

Réponse énigme 1 : Une bougie ! Réponse énigme 2 : L'ombre ! Réponse énigme 3 : Même si la maison fait 5 étages, rien ne dit qu'il a sauté du dernier étage. Il a sauté par la fenêtre du rez-de-chaussée.

Réponse anagramme : Robinet/ obtenir ; cigare/cirage ; poule/loupe. Réponse dessin :

Un agent secret saute par une fenêtre d'une maison de cinq étages et il ne se fait absolument pas mal. Comment a-t-il fait ?


DIVINATION

HOROSCOPE 100 % GARANTI BÉLIER Vous vous sentez

SCORPION Dormez sur vos

pousser des ailes ? Rendez-vous à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, qui fut inauguré le 12 avril 1975 par Valéry Giscard d'Estaing.

deux oreilles et cessez de penser à la catastrophe de Fourvière, ce glissement d'un pan de la colline qui détruisit plusieurs immeubles au cours de la nuit du 12 au 13 novembre 1930.

TAUREAU Vous êtes au bout du rouleau. Attention à la goutte d'eau qui fera déborder le vase. Rappelez-vous de la crue du 13 mars 1856 qui fit sortir le Rhône de son lit.

GÉMEAUX Il n'est jamais trop tard pour vous mettre aux nouvelles technologies. C'est le 5 juin 1972 que fut installé le premier ordinateur à la Préfecture du Rhône. CANCER Un très vieux dicton

SAGITTAIRE Vous rêvez souvent d'évasion et vous aimez les lapins ? Une nuit, dans un rêve, vous avez dialogué avec un œuf et vu des cartes à jouer se faire la guerre ? Vous êtes certainement né le 26 novembre 1865, date de publication d'Alice au pays des merveilles.

CAPRICORNE Imperturbable. Vous êtes de glace, tout comme la Saône en décembre 57 !

de Provence disait : " Pluie de juin n'est que fumée ". N'écoutez pas les soi-disant bons conseils des autres, suivez votre instinct. Ignorez leurs reproches et allez de l'avant.

VERSEAU Vous êtes prêt à

LION Rien, c'est le néant,

POISSON Déprimé ? Besoin d'une

retournez vous coucher.

luminothérapie ? Pour ça, rien de plus simple, sortez et profitez de l'éclairage public dont les premiers essais ( au gaz ) à Lyon eurent lieu en mars 1835.

VIERGE Vous savez prendre votre temps, comme la Suisse qui n'intégra l'ONU qu'en 2002 !

BALANCE Il est temps de sortir du virtuel. Il suffit avec les MP3 et le streaming ! Votre mission du jour est d'acheter de vrais CD. Trois minimum, en hommage au premier salon du disque de Lyon qui eut lieu en octobre 1958.

62

vous lancer dans de gigantesques entreprises ? C'est le 28 janvier 1887 que débuta la construction de la Tour Eiffel. Alors, allez-y, lancez-vous !

Divination — Rudy Boissy


63


A

B

O

N

N

E

Z

-V

O

S

S

U

. R FR

U

AC T U I N D I E , M E TA L , H A R D C O R E / H I S TO I R E D U RO C K / TA B L AT U R E S / C O N S E I L S M ATO S / A RT

EN VENTE EN KIOSQUE EN 2015

M U S I Q U E / C U LT U R E R O C K / I N D I E / M E TA L

Profile for L'incontournable Magazine

L'incontournable magazine 11  

La revue bimestrielle culturelle et gratuite. Littérature - Musique - Théâtre - Arts - Tourisme et loisirs.

L'incontournable magazine 11  

La revue bimestrielle culturelle et gratuite. Littérature - Musique - Théâtre - Arts - Tourisme et loisirs.