Page 1

Portfolio (2013-2019)

Lina Bentaleb Architecte diplômée de l’ULB La Cambre Horta en 2019 Bentaleb.lina@gmail.com +32497791812

1


Curriculum Vitae

2

Formation Master en Architecture À l’ULB La Cambre-Horta (MA2) et à la Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal (MA1). Diplômée avec Grande Distinction. 2016-19

Bachelier en Architecture À l’ULB La Cambre-Horta. Diplômée avec Grande Distinction. 2013-16

Formation générale Lycée H. Dachsbeck. Bruxelles, Belgique. 2001-13

Compétences Informatique Autocad, Photoshop, Illustrator, Indesign, Sketchup, Rhino, Open Office. Langues Français : langue maternelle. Anglais : courant (parlé et écrit). Néerlandais : notions scolaires.

Publications Mémoire de fin d’études “Schéma. Une production à l’usage de la conception architecturale.” Promotrice : Inès Camacho. Lectrices : Francelle Cane, Roxane Le Grelle, Ellen Van Huffel. Mai 2019


Curriculum Vitae

3

Expérience

Chantier participatif Sur la Friche Boch à La Louvière avec le collectif PlastiKIN.

Stage Avant-projet de crèche à MolenbeekSaint-Jean avec Sophie Dars et Bernard Dubois (AM).

Juillet 2018

Septembre à octobre 2019

Expositions

Stage “îlot d’eau” - Projet de recherche avec Latitude-platform asbl.

21.12 Participation et organisation d’une exposition d’art et d’architecture en collaboration avec PeachLAB et Cinéma Jolia à “L’Escaut architectures”.

Février à septembre 2019

Élève assistante en atelier vertical (BA3, MA1 et MA2) à l’ULB La Cambre Horta. Atelier “Unité de production” dirigé par Sophie Dars et Thierry Decuypere.

Décembre 2018

BULB (Brussels urban lanscape biennale) Avec Latitude-Platform à Bozar.

Février à juin 2019

Septembre 2018

Élève assistante en atelier de première année à l’ULB La Cambre Horta.

Now What ? Exposition du projet de fin d’études à KANAL centre Pompidou.

Septembre à décembre 2018

Stage Chez V+ (Vers plus de Bien-être). Aout et septembre 2017

Workshops Wow What Why ? Organisé dans le cadre de la S.I.P 2019 avec le collectif PeachLAB à l’ULB La Cambre-Horta. Mars à avril 2019

Wet bodies in action Organisé dans le cadre de la S.I.P 2019 avec Latitude-platform et le collectif BAYA à ULB La Cambre-Horta. Mars à avril 2019

Juin à septembre 2018

Recto-Verso Exposition de travaux d’étudiants de la faculté d’architecture de l’ULB. Organisation et scénographie. Mars 2018


XI.

Biestebroeck

4

PROGRAMME

Espace de retraite et de travail pour artistes

PÉRIODE

Novembre 2018

CONCOURS

Open Gap

COLLABORATEURS

Sébastien Bez et Alma Kelber

« Nous ne sommes pas intéressés de faire un “Disneyland” pour artistes. Nous souhaitons travailler dans et sur la ville. Une ville en particulier : Bruxelles. Le projet se voudra être partie intégrante de la vie qui l’anime, et inversement. Le programme sera divisé et se déploiera dans un quartier – Cureghem - ponctuant ainsi son tissu hétérogène et grouillant d’une série de petites interventions architecturales. Ces dernières s’inspireront directement d’une banalité quotidienne dans laquelle elles se fondent. » “As Found” ; le projet se penche sur le sujet des lots vacants. Il propose d’observer et de saisir les nombreuses possibilités inscrites de ce qui existe déjà ; le détail d’un mur, la forme singulière d’une parcelle, la proximité avec l’eau ou d’une galerie d’art, l’existence d’un espace apprécié par quelques enfants, une vue particulière, une rencontre étrange, une pompe à essence désertée... C’est de cette réalité vernaculaire, de ses histoires vécues et ses anecdotes construites, qu’émerge chaque intervention.

Ci-contre : photos du quartier dans lequel se déploient les 9 projets. Canon AE-1 / Fujifilm 200 iso / f:50mm.


XI.

Biestebroeck

5


XI.

Biestebroeck

6


XI.

Biestebroeck

“Face A/Face B” ; l’artiste peut choisir de s’isoler dans un atelier entouré de végétation ou de travailler avec les habitants du quartier dans un atelier collectif. Ces derniers peuvent, le soir venu, retrouver des amis sur le ponton qui flotte sur la berge et écouter un musicien qui, à ce même instant, s’entraine dans son studio. Quelques jours plus tard, ces mêmes habitants pourraient décider de s’arrêter un instant devant une exposition spontanée mise en place dans un des studios temporaires occupés par un photographe.

Axonométries de 7 des 9 projets. De gauche à droite : le ponton, les ateliers collectifs, la bibliothèque, les ateliers modulables, l’atelier d’expression individuel, le studio de musique, l’auberge.

7


XI.

Biestebroeck

8

Ci-dessus : croquis de recherche de la bibliothèque. De gauche à droite : première intentions matérielles, formelles et structurelles ; recherche de matérialité (béton, brique, enduit, peinture) ; recherche de plan en parallèle avec la façade ; recherches de matérialité et détails constructifs. Ci-contre : collage de la bibliothèque (entrée, rapport à la rue, ouvertures et matérialité).


9


10


XI.

Biestebroeck

11

Ci-dessus : croquis de recherche des ateliers situés rue du Bronze. De gauche à droite : recherche de matérialités ; schéma en coupe ; détails des paroies (polycarbonate, bois et tirants métalliques) ; vue intérieure. Ci-contre : collage des ateliers.


XI.

Biestebroeck

12


XI.

Biestebroeck

Collages. De gauche à droite : l’atelier d’expression individuel, l’auberge pour les artistes, le studio de musique.

13


X.

Refuge urbain

14

PROGRAMME

Sujet libre

PÉRIODE

De février à juin 2019 (projet de fin d’études)

ATELIER

Art, Paysage et Architecture (APA)

PROFESSEURS

Patrice Neirinck, Emilio Menchero Lopez et Marc Godts

MEMBRES DU JURY

Cédric Lierbert, Jean-Didier Bergilez, Léone Drapeaud, Bernard

Deprez, Sven Van der Stichelen, Marc Godts

Le projet explore l’univers spatial des scouts à Bruxelles, il invite à observer et saisir les nombreuses possibilités qui sont inscrites dans les détails d’une réalité quotidienne et ordinaire. La première phase de ce projet est une recherche qui prend la forme d’un atlas. Ce dernier s’appuie sur un matériel à la fois objectif - les dimensions des espaces sont relevées avec soin - et empirique - des photographies, des observations et des mots récoltés. Cet ouvrage met en lumière les usages particuliers de cette pratique, des spécificités de chaque unité et du rapport qu’elles entretiennent avec leur environnement urbain. Il fait l’état d’une réalité quotidienne et tente de la rendre perceptible, partageable et interprétable. Il initie un cycle itératif entre des lieux, un regard et des mots et il invite à tirer des enseignements et voir le potentiel inscrit dans ce qui fait déjà la ville. La méthode est simple : documenter toutes les unités qui répondent aux demandes envoyées par mail. La visite des locaux commence systématiquement par le relevé de chaque pièce, de ses dimensions et de son ameublement. Elle s’effectue en compagnie d’un animateur ou d’un des parents qui fait le récit de l’unité et des locaux. A la fin, certains éléments extérieurs caractéristiques sont photographiés afin de mettre en couleur et en matière les mots récoltés et les mesures relevées.


X.

Refuge urbain

15

Un des 10 carnets qui composent l’atlas. Exemple de l’unité 41. L’atlas met en parallèle des photographies commentés et des documents précis et à l’échelle qui rendent compte de l’implantation, des accès, des dimensions, des usages, etc.


X.

Refuge urbain

16

Extrait des photos prises lors de la recherche. De gauche à droite : la 124ème, la 38ème, la 106ème, la 42ème, la 124ème, la 28ème, la 106ème, la 110ème, la 71ème et la 106ème.


X.

Refuge urbain

17


18

Plan d’implantation. Parc du petit scheut qui est soumis à un contrat de quartier impliquant une école de devoir, une crèche, un centre culturel, des logements, une maison de quartier et une maison d’accueil pour réfugiés... Et dans notre scénario, également un local scout.


X.

Refuge urbain

19

Les enseignements tirés de cette collecte d’anecdotes, de détails et d’usages permettent de nourrir la réflexion amorcée dans la seconde phase. Cette dernière consiste en un projet pour la 81ème unité d’Anderlecht - l’unité Okaïbo - qui se retrouvera bientôt sans local. Il développe une alternative au projet de la commune et propose une solution à la précarité dans laquelle se trouve pour l’instant ce groupe de jeunes. Le projet s’implante dans le petit parc du Scheut à Anderlecht qui fait l’objet d’un contrat de quartier. Le nouveau local scout prend place dans un intérieur d’îlot où il interagit avec des logements, un centre culturel, une maison de devoir, une crèche, une maison d’accueil et une plaine de jeu.

Photographie de l’ancien local de la 81ème (situé dans la cour arrière de l’église chaussée de Ninove à Molenbeek-Saint-Jean). Photo prise en 2017 lors d’une réunion.


X.

Refuge urbain

Plan final des locaux scouts de la 81ème. Echelle du document d’origine : 1/50

20


21

Le plan a été dessiné en tenant compte des usages et besoins de cette unité ainsi que du matériel qu’ils possèdent. Un travail de dessin précis d’objets a été réalisé, de la malle de rangement au jeu de carte en passant par les plaques de cuisson.


X.

Refuge urbain

22

Ci-dessous : coupe meublée du local pionnier. Echelle d’origine : 1/50. Ci-contre : zoom sur le plan de la page précédente. Local pionnier, terrasse non couverte et début du préau. Echelle d’origine : 1/50.


23


X.

Refuge urbain

24

Collages. De gauche à droite : cour intérieure dans laquelle les animateurs peuvent se retrouver autour d’un feu ouvert, entrée du local éclaireur qui donne sur le chemin d’accès au parc, préau et bar des pionniers qui s’ouvre sur le parc.


X.

Refuge urbain

25

BAR PI’

BIERE 1.5 € SOFT 1€


X.

Refuge urbain

26

Maquette finale en MDF, bois, papier et carton. Fragment au 1/20. Structure en bois, châssis, peinture, circuit électrique, dalle de béton, etc.


X.

Refuge urbain

Maquette du projet et du site au 1/100 en mousse blanche et en papiers de couleur.

27


VI.

Théorie de la complexité

PROGRAMME

Réhabilitation d’anciens bureaux en logements

SUJET

“ L’angle ”

PÉRIODE

De février à juin 2016

ATELIER

Unité de Production

PROFESSEURS

Sophie Dars et Thierry Decuypere

COLLABORATEURS

Medime Derebey et Pierre Nisot

28

Dans un premier temps, notre intérêt s’est porté sur l’architecte Jean Renaudie et sa génération d’architectes qui ont ressenti le besoin d’utiliser des formes nouvelles. La recherche s’attarde particulièrement sur un de ses projets : l’ensemble d’habitations « Casanova » à Ivry-sur-Seine, manifeste de son travail sur l’angle. La prospection suit cinq axes : l’angle comme outil critique, l’angle comme outil politique / l’amour de la géométrie / la théorie de la complexité et son mode de composition / la structure comme support de l’imagination / usages et indétermination programmatique. Ce déchiffrage multi-perspectif permet d’engager le processus de projet qui consiste à la réhabilitation d’un bâtiment de bureaux (l’ancien siège Dexia qui se situe à côté du parc royal à Bruxelles) en logements ; réinterpréter et adapter de manière cohérente cette architecture des années 70 aux nécessités de la vie contemporaine.

Ci-contre : l’atlas ; recherches iconographiques sur le projet de Jean Renaudie à Ivry-sur-Seine afin de nourrir le projet, sa mise en forme et ses scénarios.


VI.

Théorie de la complexité

29


VI.

Théorie de la complexité

30


VI.

Théorie de la complexité

31

Une stratégie de réhabilitation ordonnée et systématique est définie et appliquée à tout le bâtiment. Elle suit trois axes principaux : la circulation, la structure et la façade. Le projet est conçu d’après la théorie de la complexité de Renaudie ; créer espaces et gabarits par soustraction de matière ; creuser des failles et des terrasses afin de transformer ces sombres bureaux en logements qualitatifs et lumineux ; se baser sur une trame triangulaire pour composer ; procurer au moins une grande terrasse à chaque logement ; dessiner des logements tous différents les uns des autres … Par la suite, seule une partie du bâtiment a été travaillée en détail. Ci-contre : axonométrie du site avec le bâtiment à réhabiliter (l’ancien siège Dexia) encore intacte. Le bâtiment est triangulaire et se base sur une trame structurelle en triangles équilatéraux. Ci-dessus : maquette finale au 500ème représentant le bâtiment après les interventions.


VI.

Théorie de la complexité

32

Ci-dessus : collage du séjour. On y voit la trame structurelle en triangle équilatéral, les poutres visibles, les colonnes hexagonales et le rapport entre les lieux de vies et les grandes terrasses. Ci-contre : plan d’un appartement 2 chambres de 132m2.


VI.

Théorie de la complexité

33


VI.

Théorie de la complexité

34


VI.

ThĂŠorie de la complexitĂŠ

35

Ci-contre : appartement 3 chambres de 198 m2. Ci -dessus : appartement 2 chambres de 136m2.


VI.

Théorie de la complexité

36

Ci-dessus : plan d’un appartement 1 chambre de 114m2. Ci-contre : façade réhabilitée. Elle est en béton préfabriqué et composée de 3 panneaux différents dessinés sur base du même motif.


VI.

Théorie de la complexité

37


38

Novembre 2019

Profile for Lina Bentaleb

Portfolio  

Portfolio  

Advertisement