Page 1

Université de Bretagne Sud Licence 1 Action Sociale et Management – Semestre 1 UE5 : Conduite de l’entretien et évaluation comportementale Méthodologie de l’entretien et des techniques qualitatives en SHS Enseignant : Marine Grandgeorge marine.grandgeorge@univ-rennes1.fr

C CO OM MP PTTE E--R RE EN ND DU UD D’’E EN NTTR RE ETTIIE EN N 4 grandes parties de longueur inégale : 1. Introduction 2. Retranscription intégrale de l’entretien 3. Analyse méthodologique 4. Analyse sociologique

1. L’INTRODUCTION L’introduction contient 3 grands aspects : (a) Expliquer la phase de préparation de l’entretien,

c'est-à-dire :

- donner les informations préalables obtenues par la recherche bibliographique (à savoir, un résumé de la présentation orale sur le métier choisi, ce qui nous intéresse dans celui-ci) - comment on a choisi la personne avec qui on a effectué l’entretien (justifier ce choix) - quelles informations on avait sur elle avant l’entretien (ex : lieu d’exercice) - quel était la relation que chaque étudiant a avec cette personne (c'est-à-dire, le degré de proximité initial ; ex : voisin, famille, ou totalement inconnu) - comment s'est faite la prise de contact (modalités, circonstances) - et les faux-pas éventuels… (b) Donner quelques éléments-clés permettant de situer l’entretien,

c'est-à-dire :

- présentation de l’interviewé (sexe, âge, …), - description du cadre de l'entretien (c) Résumer en une ou deux phrases lecontexte général de l'entretien

.

1


2. RETRANSCRIPTION INTEGRALE DE L’ENTRETIEN Consignes générales : - Cette partie correspond à une retranscription intégrale et conforme de l'entretien. - Il faut ABSOLUMENT que toutes les questions et les réponses soient numérotées (ex : Q1, R1, etc.) pour faciliter la lecture de la retranscription. Dilemme de la retranscription : Lors de la retranscription, il faut concilier deux contraintes (1) La contrainte de fidélité au discours (2) La contrainte de lisibilité de la retranscription Il faut s'efforcer d'être le plus fidèle possible au discours de l'enquêté : la retranscription est littérale ou conforme, c'est-à-dire que tous les mots prononcés sont retranscrits tels quels. Ainsi, il faut faire figurer entre crochets l'intonation, le rythme et leurs variations, le langage des gestes, l'évolution de la posture corporelle, les hésitations (notamment à l'aide des points de suspension), les soupirs, les silences, les tics de langage : «euh…», «bon...». Mais il s'agit en même temps de faire un bon usage de toutes ces précisions afin qu'elles restent significatives. Par exemple, si l'enquêté parle tout le temps lentement, on peut le préciser une fois pour toutes, et mettre des « ... » uniquement aux endroits où il hésite particulièrement, sinon rien ne permettra alors d'identifier ces moments où il hésite plus que d'autres.

3. ANALYSE METHODOLOGIQUE DE L’ENTRETIEN Cette analyse méthodologique comprend deux volets : (a) Analyser sa propre démarche d’enquêteur , par exemple : - qualité de l’introduction de l’entretien - justesse des questions, des relances, faux-pas éventuels - ordre des questions - évitement de l'imposition de problématique - gestion des silences - commentaire sur "l'ambiance" de l'entretien et son évolution LE PLUS IMPORTANT: mettre en avant sa capacité à évaluer son comportement en entretien (à faire sur quelques exemples précis et significatifs, pas sur l'ensemble de l'entretien). L'entretien n'est jamais parfait, il y a toujours des gaffes, des passages du coq

2


er

à l'âne, etc.… C'est normal, et d'autant plus pour un 1 entretien. Mais l’objectif est d’être capable de repérer ces éléments à l'issue d'un entretien, afin d'en tirer des leçons et d'améliorer progressivement sa technique. (b) Faire une « auto-analyse » , c'est-à-dire : -

qui parle avec qui ?

-

comment l'interviewé est-il susceptible de vous percevoir ? En effet, arriver en jogging baskets n’aura pas le même impact que venir en costard cravate !

Il faut prendre au sérieux l'analyse de la relation entre l’enquêteur et l’enquêté dans la situation entretien : si l'enquêté joue un rôle pendant l'entretien, ce rôle est orienté par la perception qu'il a de l'enquêteur. Quel est éventuellement le rapport de force qui s'instaure (intervieweur

intimidé,

ou au contraire

facilité

à parler…) : l’analyse

sociologique qui suit sera d’autant plus fine et nuancée que ce travail méthodologique sera mené sérieusement.

4. ANALYSE SOCIOLOGIQUE DE L’ENTRETIEN Normalement, il est nécessaire de développer ensuite une analyse sociologique de l’entretien sous la forme d’une argumentation avec une introduction, des parties et une conclusion. Cependant, par rapport à la complexité de cette analyse, il est demandé faire attention aux points suivants : (a) il faudra trouver le bon équilibre entre ce que le vécu durant l’entretien et l’idée faite au préalable

(i.e. empirie versus théorie)

(b) il faudra mettre être dans une démarche démonstrative, c’est-à-dire : - il faut énoncer dès l’introduction de l’analyse sociologique une problématique, qui servira de fil conducteur à l’analyse

1

. Ici, le travail a une problématique commune (qui

pourra être affiner pour chaque groupe) : connaître mieux un métier en interrogeant un professionnel. - il faut argumenter, c’est-à-dire pour chaque point théorique, il faut le mettre en parallèle avec les informations reçues lors de l’entretien. A l’inverse, il faut être aussi attentif à la surabondance d'exemples parfaits validant l’idée de départ et donc utiliser aussi des contres exemples qui ne valident l’idée de départ (ex : je pense qu’on est tout le temps au contact des gens alors que dans l’entretien, le professionnel rapporte une 1

Elle pourra éventuellement se déployer en plusieurs axes d’analyse correspondant à vos différentes parties

3


prédominance d’administratif dans son quotidien). Concrètement, ce n’est pas sur l’idée de départ que ce juge un travail mais sur l’analyse fine des différences et des ressemblances entre réalité et théorie. En pratique, cette démarche démonstrative implique que des citations de l’entretien au fil de l’analyse, selon les modalités suivantes : • Mettre les extraits entre guillemets et en italiques • Pour les extraits d'une ou deux lignes, ne pas aller à la ligne avant et après; pour les longs extraits, aller à la ligne avec des retraits • Indiquer systématiquement la page et le numéro de la question ou réponse (Q12, R13…) où se situe l'extrait dans la retranscription Attention : bien faire des citations, pas seulement des références de pages et de Q12, R13… Pour donner plus de poids à votre argumentation, on peut utiliser le dénombrement : avoir le réflexe, quand on s’apprête à écrire "fréquemment", "souvent", ou "pratiquement jamais", de compter les occurrences (rappel : il existe dans Word une fonction "rechercher" dans "édition" à l'aide de laquelle on repère rapidement les occurrences d'un terme). (c) il faudra bien utiliser les concepts : On peut être amené à utiliser des concepts pour éclairer certains aspects de l’entretien. Dans ce cas, il faut faire attention : la note du rapport ne sera pas corrélée avec l’abondance des concepts utilisés, mais sur la rigueur et la pertinence de leur utilisation : - rigueur : tout concept doit être clairement défini, et associé à un auteur et/ou une référence précise. - pertinence : il s’agit de bien justifier l’usage du concept utilisé en lien avec l’entretien. (d) il faudra distinguer les faits des interprétations

:

Cet aspect est très délicat dans le cas de l’entretien car l’entretien contient déjà les représentations de l’enquêté, avant même ses propres interprétations. Ainsi, il faut faire attention à bien distinguer ces différents niveaux : les pratiques de l’enquêté (ou ce que vous en savez), les représentations qu’il en a, ses représentations en général, et l’analyse que vous en faîtes. De façon générale, il s’agit de bien distinguer d’une part ce qui relève du discours de l’enquêté, et d’autre part ce qui relève de l’analyse.

4


(e) Il faudra tenir compte du contexte

:

Les extraits analysés doivent l’être en tenant compte du

contexte de l’entretien, c'est-à-

dire à quel moment de l’entretien se situe l’extrait (ex : au début) et quelle est la relation entre l’enquêteur et l’enquêté (ex : l’enquêteur vient de faire une gaffe en tutoyant l’enquêté). NB : bien que cela puisse sembler redondant entre l’analyse méthodologique et analyse sociologique de l’entretien (qui doiventfaire l’objet de deux parties séparées dans le rapport),

l’analyse sociologique doit

utiliser

des éléments relevant

de l’analyse

méthodologique (notamment analyse de la relation enquêteur-enquêté et de ses effets sur le discours produit). (f) Proscrire les jugements de valeur : Ceci est souvent plus difficile en entretien qu’en observation. Cela suppose d’expliciter (au moins pour soi) ses convictions et son rapport aux valeurs (ex : que représente pour vous un homme en costard cravate derrière son grand bureau).

5


En conclusion : Quand vous avez terminé votre compte-rendu, relisez-le avec cette fiche en main ! L’objectif de ce rapport n’est pas d’être parfait ni d’avoir acquis une parfaite maîtrise des outils d’enquêtes : l’ensemble s’améliorera qu’avec la pratique. Mais il s’agit d’une prise de conscience de la rigueur nécessaire et des choix méthodologiques qu’implique toute démarche d’entretien. Nous insisterons particulièrement sur deux aspects importants de la conduite d’un travail de terrain : La

nécessité d’adopter

un

point

de

vue

critique

sur

son propre

travail

L’importance de l’écriture au fur et à mesure du travail de terrain, non seulement comme moyen de collecte des données, mais aussi comme support de cette réflexion critique qui doit accompagner la conduite du travail d’enquête. Le cahier est donc essentiel ! Attention : la transcription est un travail long

: compter jusqu’à 8 heures de transcription

pour une heure enregistrée pour des débutants sur le clavier, et 5 à 6 heures pour les confirmés... mais qui sera d’autant plus fécond qu’il sera mené minutieusement . Ne tardez pas à faire la transcription

de vos entretiens ! (si possible, la prévoir les jours

qui suivent directement l’entretien).

Remarques de forme : - travail dactylographié : Times New Roman, police 12, interligne 1, 5 - taille du rapport : 5 à 10 pages, la retranscription de l’entretien n’est pas comprise de part sa taille variable selon la durée - prévoir un sommaire ou une table des matières, avec numérotation des pages - respecter une mise en forme identique pour présenter les références bibliographiques

6

pdf modifié  

Essai pdf modifié info a b c d e f g

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you