Page 1

Bulletin bois 114/2015 Tessin Auberge ‹Fior di Campo›, Campo Vallemaggia | Rénovation d’un rustico à Bidesco, Bodio | Corps suspendu ‹Casa al Ronco›, Pregassona | Villa à Lugano-Besso | Volume habitable, Bellinzone | Immeuble résidentiel Sirio, Lugano | Immeuble résidentiel Pegaso, Pregassona | Résidence ‹temporary living›, Mendrisio | Jardin d’enfants ‹Girasole›, Carona | Transformation halles ex-Tobler, Lugano | Passerelle sur le Brenno, Dongio | Tribune du complexe sportif ‹Siberia›, Ascona

Avec l’immeuble Sirio situé en ville de Lugano, une construction entièrement en bois s’insère dans un tissu urbain et propose une alternative aux moyens de productions habituels, avec pour avantages: l’utilisation d’une matière naturelle renouvelable, qui capture plutôt que produit du gaz carbonique et offre au final un meilleur bilan écologique. Architecture: Ecoedil SA, Arch. Maurizio Marzi, Lugano


Le Tessin a son mot à dire Presque neuf ans après la publication du Bulletin bois 81/2006 intitulé ‹le canton du Tessin›, cette nouvelle mouture présente des ouvrages récents en bois de Suisse italienne. C’est à l’occasion de la mise sur pied d’un cours de perfectionnement organisé par S-WIN ‹la construction en bois – une solution pour l’architecture moderne et pour des structures d’exception› le 22 mai prochain à Mendrisio que paraît ce numéro spécial. S-Win est le ‹Swiss Wood Innovation Network›, issu de la collaboration entre la Communauté suisse pour la recherche sur le bois (CSRB) – connu pour l’organisation annuelle de cours de perfectionnement à Weinfelden – avec le réseau bois qui œuvre à multiplier les échanges entre l’industrie, les PME et la recherche appliquée. Le réseau S-WIN renforce les activités de recherche et développement issues de l’économie de la forêt et du bois suisse, principalement composées de petites et moyennes entreprises, en favorisant l’échange d’information dans les domaines de la recherche et du développement, tant sur le plan national qu’international. De plus S-Win encourage, au moyen d’un transfert ciblé de connaissance et de technologie, le développement de produits et de processus concurrentiels tournés vers l’avenir. Après la tenue en octobre 2014 du cours de perfectionnement qui a eu lieu pour la 46e fois à Weinfelden, le prochain séminaire se tiendra pour la seconde fois au Tessin, dans la langue de Dante. Le cahier du Bulletin bois paru en 2006 se penchait sur les réalisations de Suisse méridionale. Il n’était pas traduit comme à son habitude en deux langues, le français et l’allemand mais paraissait également en italien. À nouveau, ce cahier s’adressera aux Tessinois dans leur langue maternelle. Il reflète ainsi le désir de franchir le Gothard pour saluer les centquarante membres établis au sud des Alpes. Nous avons recherché quels objets au Tessin avaient déjà été publiés. La carte ci-après résume par l’image nos résultats. Elle offre sept portraits détaillés et trente-deux autres brièvement présentés dans le numéro 81/2006, douze bâtiments décrits en accompagnement des cahiers thématiques, complété enfin par les douze projets de ce bulletin. Le message est clair: l’essor des constructions en bois n’est pas un phénomène qui se limite à la portion de pays au Nord des Alpes. Sans l’aide précieuse de Ferderlegno, ce numéro n’aurait pas pu voir le jour. Federlegno offre une plateforme entre l’économie suisse du bois et de la forêt en Suisse méridionale, elle rapproche les organisations et associations du Tessin et du val Mesolcina, et encourage les acteurs de la filière du bois à partager leurs intérêts communs. C’est également grâce à elle et à son implication que le cours S-WIN se tiendra à Mendrisio. Un grand merci. Pour ceux qui le souhaitent, la carte peut également être consultée en ligne sous www.lignum.ch/tools/holzbulletin_online.

Objets du Bulletin bois

2554

Roland Brunner, Communication technique Lignum

1

Auberge ‹Fior di Campo›, Campo Vallemaggia

Page 2556

2

Rénovation d’un rustico à Bidesco, Bodio

Page 2562

3

Corps suspendu ‹Casa al Ronco›, Pregassona

Page 2566

4

Villa à Lugano-Besso

Page 2570

5

Volume habitable, Bellinzone

Page 2574

6

Immeuble résidentiel Sirio, Lugano

Page 2578

7

Immeuble résidentiel Pegaso, Pregassona

Page 2584

8

Résidence ‹temporary living›, Mendrisio

Page 2590

9

Jardin d’enfants ‹Girasole›, Carona

Page 2596

10 Transformation halles ex-Tobler, Lugano

Page 2602

11 Passerelle sur le Brenno, Dongio

Page 2606

12 Tribune de spectateurs ‹Siberia›, Ascona

Page 2610

Objets déjà parus dans un Bulletin bois 1

Résidence Villa Lugano

107/2013

2

‹Rifugio›, Frasco

100/2011

3

Ancien hospice, St. Gotthard

98/2011

4

‹Casa Montarina›, Lugano

88/2008

5

Réaffectation, Iragna

83/2007

6

Etable, Campo Blenio

82/2007

7

Passerelle dans le Val Muggio

81/2006

8

Atelier de maintenance des FART, Ponte Brolla

81/2006

9

Pavillon d’exposition automobile, Cureglia

81/2006

10 Institution pour enfants handicapés, Origlio

81/2006

11 Extension de la cabane ‹Motterascio Michela›

81/2006

12 Deux maisons familiales, Aranno

81/2006

13 Bâtiment administratif et de développement de Hugo Boss, Coldrerio

81/2006

14 Centre industriel Blenioart, Dongio

75/2005

15 Atelier Pedro Pedrazzini, Lavertezzo Piano

71/2004

16 Cabane Cristallina, Bedretto

70/2004

17 Casa minima, Gerra Gambarogno

69/2003

18 Maison pour le week-end, Campo Vallemaggia

60/2001

19 Espaces de vente, Bellinzone

29/1992


Satellite Image © CNES / Spot Image / swisstopo, NPOC

11

3 6

16 11 14

2

2 5

1 18

8 15 19

5

12

17

10

12 10 9

4 4 1 7

6 3

9

7

13

8

2555


Auberge ‹Fior di Campo›, Campo Vallemaggia Dans la commune reculée de Campo, à 1300 mètres d’altitude, l’auberge située sur un plateau ensoleillé du Vallemaggia méritait de retrouver une nouvelle vie. L’établissement se trouve dans une vallée préservée, au bord d’une petite route cantonale empruntée par le bus postal et qui traverse Campo pour atteindre à quelques kilomètres de là, la fin de la vallée bordée par l’Italie. Le bâtiment principal est une solide construction en pierres appareillées qui date de 1889. Jusque vers 1943, il subit différentes transformations et agrandissements avant d’être réaffecté et devenir un hébergement offrant le gîte et le couvert. Trois étapes distinctes marquent l’histoire de cet établissement; à l’origine, la maison en murs massifs est couverte d’une toiture en pierres et offre la simple possibilité de dormir sur place. Une annexe est ensuite construite, conçue en partie en pierres et en partie en bois, elle accueille sous un toit de tôle ondulé un restaurant et un petit magasin. La dernière étape voit l’apparition d’une seconde annexe de logements, cette fois entièrement en bois. Pour le projet actuel, les propriétaires et les architectes se sont mis d’accord pour conserver le bâtiment en pierres comme témoin d’une architecture simple et digne; les annexes, elles, sont démolies. Le volume en pierres, entièrement crépi afin de mieux résister aux conditions climatiques parfois difficiles, est complété par un parallélépipède en bois au toit plat. Cette bâtisse collée à l’ancienne s’en distingue clairement pa l’emploi du bois. Elle s’en inspire pourtant par son esprit grâce à des

Situation

2556

lignes sobres et sans fioritures. Ensemble, elles font écho à la nature montagneuse de Campo par l’expression de ces deux matériaux dominants: le bois et la pierre. Au sous-sol se trouvent les anciennes caves voûtées, si appréciées pour leur fraîcheur constante durant l’année. Un demi-niveau à moitié enterré renferme les locaux de service ainsi qu’un espace wellness. Le rez-de-chaussée comprend la réception, le restaurant et son balcon, la cuisine et un économat directement attenant. Dans les étages se trouvent les chambres d’hôte, ainsi qu’une belle et spacieuse suite. Celles-ci ont des balcons ombragés, qui offrent aux visiteurs la vue sur un somptueux panorama. Le choix du bois n’a pas forcément été dicté par les conditions particulières du chantier, même si l’altitude obligeait à travailler rapidement durant une période limitée de l’année. Dans ce projet, seul du bois de la région est utilisé: pour la structure, du bois massif et des lames servant à la fabrication de poutres lamellé collé; pour la façade, un revêtement en mélèze. À l’intérieur, les pièces sont habillées de panneaux en mélèze bruts. Toutes les fenêtres et toutes les portes sont également débitées dans cette essence, le sol est quant à lui, en chêne fumé. Pour les quelques retouches ou améliorations concernant les aménagements extérieurs, des matériaux locaux comme la pierre ou le bois ont délibérément été choisis. Le dialogue harmonieux qui se crée entre ce site unique et séculaire et une intervention à l’expression résolument contemporaine montre que le respect d’un héritage ne doit pas forcément conduire à la fadeur d’une reconstruction à l’identique.


2557


Coupe transversale

Niveau -1

Niveau +1

2558

20 m


Niveau 0

Niveau +2

Niveau +3

2559


Composition toiture: Substrat 80 mm Etanchéité Isolation 160–220 mm Pare-vapeur Panneau trois plis 27 mm Poutraison 360 mm Composition parois extérieures: Plaque de plâtre fibrée 15 mm Lattage 40 mm/Isolation Panneau OSB 18 mm, joints étanches Ossature 160 mm/Isolation Panneau de fibres de bois 60 mm Lattage 40 mm Revêtement en mélèze 21 mm

2560

Coupe sur la façade


Lieu Case Pedrazzini 1, 6684 Campo Vallemaggia Maître d’ouvrage Pedrazzini SA, Campo Vallemaggia Architectes Studio d’arch. Flavio Moro e Associati, Locarno-Solduno, et arch. Diego Generelli, Tegna Ingénieur civil Andreotti & Partners SA, Locarno Construction bois Giacomazzi e Ruffini SA, Avegno (montage, habillage des façades), neue Holzbau AG, Lungern (BLC et bois massif recollé), et Eros Biadici, Cevio (aménagement intérieur, fenêtres, portes) Bois mis en œuvre BLC 26 m3, bois massif recollé 6 m3 Surface de terrain 1887 m2 Volume bâti 3900 m3 Durée de construction Avril 2013 – juillet 2014 Photographe Diego Generelli, Tegna

2561


Situation

Rénovation d‘un rustico à Bidesco, Bodio Dominant la vallée de la basse Léventine, le rustico situé à Bidesco, un hameau de la commune de Bodio, est implanté à une altitude de 900 mètres. L’intervention sensible, réalisée à peu de frais, se concentre sur l’aménagement d’une pièce unique d’une demeure traditionnelle. À l’aide de panneaux trois plis en sapin, l’intérieur spartiate est réchauffé par les reflets du bois. Ce rustico servait dans un temps reculé de dépendance aux paysans qui montaient chaque été les bêtes à l’alpage. Au fil des ans, il resta à peu près intact mais fut légèrement rehaussé dans les années septante. Pour ce projet, l’architecte fit une première proposition avec l’insertion d’un meuble en bois au centre de la pièce, définissant ainsi quatre zones pour chacune des fonctions, cuisiner, manger, se laver et dormir. Ce concept finalement non retenu impliquait le

2562

percement de nouvelles ouvertures plus adaptées au plan. Situé hors zone à bâtir, le respect du ‹Plan d’utilisation cantonal des paysages avec des bâtiments et des installations› s’imposait, ce qui impliquait que la structure architecturale demeure inchangée. L’intervention en toiture pour la remettre à neuf et l’isoler a cependant été approuvée. Les ouvertures ne pouvant être modifiées, de cette contrainte est née l’organisation des espaces intérieurs. Au rez-de-chaussée, la solution retenue propose une zone d’entrée avec garde-robe, une cuisine, l’espace du séjour et la salle à manger qui s’étendent sur les deux niveaux. À l’étage, les chambres sont disposées au-dessus des sanitaires et offrent une vue sur l’espace en double hauteur. La cave reste telle quelle. Le revêtement intérieur, la construction des parois et de la dalle sont réalisés à partir d’un seul matériau, le panneau trois plis en sapin.

Cette rigueur génère un effet de grande simplicité qui transparaît dans cette intervention. Entre les épais murs de calcaire et les nouvelles parois intérieures, cent-vingt millimètres d’isolant sont mis en œuvre. Les jeux de lumière se reflétant sur les parois en bois donnent une impression de chaleureuse intimité à l’intérieur, qui contraste avec l’austérité des façades.


2563


Rez-de-chaussée

Coupe transversale

Etage

Sous-sol

5 m

Lieu Bidesco, 6743 Bodio Maître d’ouvrage Leda et Sandro Leoncini, Morcote Architecte Roberto Briccola, Giubiasco Entreprise bois Omar Bernasconi, Biasca (gros oeuvre), et Dilegno, Giornico (aménagement intérieur) Bois mis en œuvre Panneaux trois plis avec différentes épaisseurs Coûts CFC 2 CHF 0,18 million dont CFC 214 CHF 60 000.– Surface bâtie 53 m2 Surface de plancher SIA 416 65 m2 Volume bâti SIA 416 350 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 510.– Durée de construction Février–juillet 2008 Photographe Roberto Briccola, Giubiasco

2564


2565


Corps suspendu ‹Casa al Ronco›, Pregassona Le terrain aménagé en légères terrasses, aujourd’hui devenu zone constructible, était pendant des siècles un champ de culture. Les maisons familiales qui se sont implantées sur ce coteau ont bouleversé le paysage d’alors par des remblais, des murs de soutènement, la création de voies d’accès ou d‘entrées de garages. Les clôtures qui se sont élevées ont achevé de morceller les champs pour les transformer en petits lots construits les uns à côté des autres, sans réelle harmonie. Un corps de béton servant de couvert à voitures et renfermant les locaux techniques ainsi qu’une cave est l’unique élément de rencontre entre le terrain et la construction. Accrochée à ce ponton minéral, la structure en bois semble suspendue en l’air, tournée qu’elle est vers son propre monde intérieur, avec toutefois quelques échappées visuelles dispensées par de grandes baies vitrées. La ‹Casa al Ronco› crée son propre univers: l’entier des espaces à habiter se trouve à l’intérieur d’un volume en bois posé sur des plots, au-dessus du terrain, avec l’intention de préserver un paysage centenaire. Une plantation de légumes, des arbres fruitiers ainsi que des ceps de vignes sont les seuls apports visibles autour de la maison. La disposition des différents espaces de vie accompagnent le mouvement du terrain naturel. Ils sont étagés par demi-niveau, à la manière des terrasses et prolongent ainsi l’ordre du paysage extérieur. De ce choix conceptuel naît une perception continue des espaces qui se distingent les uns des autres mais restent perméables aux regards. Les rayons du soleil percent à l’intérieur du volume par une baie en double hauteur disposée derrière la terrasse, tandis qu’une lumière zénithale donne de l’éclat à la paroi nord de la cuisine et du séjour. Dans l’espace des chambres,

2566

une minuscule cour intérieure génère à la fois de l’intimité et une douce luminosité. Protégée des vents et de la pluie, elle offre ainsi un climat tempéré et permet de faire pousser des plantes qui forment un écran végétal et apaisent le regard. Les lanterneaux posés le long de la façade nord, outre le fait qu’ils apportent un réel confort lumineux contribuent également à renforcer les apports thermiques passifs et permettent d’obtenir une consommation énergétique basse. La maison est entièrement en bois, de la construction jusqu’aux revêtements intérieurs et aux sols. Une telle solution n’avait pas pour seul avantage un poids moindre, des critères écologiques et le temps de montage ont également joué en sa faveur. En choissisant le bois, qu’il fallait protéger de l’humidité en l’éloignant du sol, les architectes achevaient de se convaincre qu’il fallait ici concevoir une structure suspendue.

Situation


Lieu Via San Gottardo 16, 6963 Pregassona Maître d’ouvrage Eliana Fuchs et Renzo Viganò Architecte Jachen Könz et Ludovica Molo Architetti FAS, Lugano Ingénieur civil Geo Viviani, Lugano Ingénieur électricité Riva Elettroprogress SA, Ponte Tresa Planification sanitaire Copas e Co SA, Viganello Planification ventilation Aircond Service SA, Bioggio Entreprise bois Xilema, Bedano Coûts CFC 1–9 CHF 0,85 million Coûts CFC 2 CHF 0,81 million Surface de terrain 714 m2 Surface de plancher 179 m2 Cube SIA 116 1096 m3 Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 740.– Durée de construction Janvier–juin 2007 Photographe Walter Mair, Zurich

2567


Niveau 0 et -1

Niveau 0 et +1

Coupe longitudinale

2568

10 m


Coupe sur séjour et terrasse

Coupe sur chambres et séjour

Axométrie des parois

2569


Villa à Lugano-Besso Pour cette maison unifamiliale, le client avait des exigences relativement élevées, difficiles à satisfaire vu la place à disposition. Il fallait d’une part concevoir un volume important avec une enveloppe thermiquement performante et prendre en compte les spécificités de la parcelle située à flanc de coteau, avec un voisinage perçu comme invasif vu sa proximité. Le concept proposé par l’architecte est un socle rectangulaire en béton posé au milieu du terrain en remblais et sert de fondement pour la construction en bois. Le bâtiment adopte une forme rectangulaire simple, qui se complexifie par des volumes en porte-à-faux qui émergent au niveau supérieur. Une de ces avancées se transforme en une passerelle qui relie le haut du terrain bordé par la rue. Depuis la rue, on accède à l’entrée principale de la maison en traversant la passerelle. Sitôt le seuil passé, le visiteur survole d’un regard les espaces et comprend aisément l’organisation intérieure. La vue se prolonge vers le dehors par des ouvertures soigeusement placées, jusque vers quatre jardins aménagés avec soin. De l’étage où sont disposées les chambres, un escalier droit mène un demi-niveau plus bas à un généreux séjour prolongé d’une cuisine. À l’entrée, on perçoit en levant la tête, un lanterneau qui diffuse sa lumière dans les espaces principaux. Il est relié à une terrasse aménagée en toiture, accessible depuis la chambre à coucher des parents. Depuis la construction, un talus s’adoucissant reprend le niveau du terrain. Plus loin, la parcelle est entourée d’un mur qui protège du voisinage. Le fondement d’un ancien bâtiment est conservé et crée une espace introverti. Une piscine est transformée pour devenir un étang naturel de baignade. Le mur de séparation est remplacé, dans une zone résiduelle plutôt étroite, par une plantation haute et dense qui, à la manière d’une forêt, repousse les limites effectives. Les façades de la villa sont protégées par un lambris vertical en bois de cèdre. Sur la passerelle et sur les terrasses, ce sont des lames de mélèzes qui recouvrent le sol. Dans la maison, à l’étage des chambres, un parquet en chêne huilé se prolonge jusque dans l’escalier, tandis que le sol du séjour est recouvert

2570

Situation

par une chape colorée. Les vitrages triples sont posés sur des encadrements en bois et métal, comme d’ailleurs les portes. Les aménagements intérieurs, comme les armoires intégrées, les portes et les boiseries sont presque tous exempts de solvant.


2571


Coupe transversale

10 m

0DVVLYKRO]SODWWH PP  0DVVLYKRO]SODWWH PP 

Coupe longitudinale

Lieu Via Soldino 17, 6900 Lugano MaÎtre d’ouvrage Alma et Giacomo Veragouth Architecte Bruno Keller, Architecte ETH FAS, Lugano; Collaborateurs: Martino Keller, Giulia Benatti, Florence Breguet, Andrea Bernardelli, Leonardo Caporale, Yana Rubaniak IngÊnieur civil Geo Viviani, Lugano Conseil en Ênergie Ecosinergie Sagl, Cureglia Construction bois Xilema, Bedano Bois mis en œuvre Bois de structure 50 m3; Panneaux: OSB 670 m2, trois plis 27 mm 370 m2 et 57 mm 50 m2, fibres de moyenne densitÊ 300 m2; Façade: revêtement en cèdre 25 x 65 mm 410 m2 CoÝts CFC 1–9 CHF 2,15 millions CoÝts CFC 2 CHF 1,69 million Surface de terrain 547 m2 Surface de plancher 254 m2 Volume bâti SIA 416 1144 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 1480.– DurÊe de construction Mai 2011 – octobre 2013 Photographe Roberto Nangeroni, Varese (It) 2572


Niveau jardin

Niveau d’accès

Niveau terrasse

2573


Volume habitable, Bellinzone Le projet prévoyait un bâtiment dont les ressources provenaient avant tout d’énergies renouvelables. En même temps, le maître d’ouvrage souhaitait se distancier des bâtiments voisins issus de la spéculation immobilière. La villa s’aligne le long de la rue Monte Crenone et s’ouvre vers le sud pour offrir une magnifique échappée visuelle en direction du sud-ouest. Une surface plane se plie et se déplie pour former sans discontinuité les murs et la toiture de l’habitation. De cet exercice conceptuel émergent des espaces intérieurs qui se prolongent naturellement vers l’extérieur par un effet de transition. Une ambivalence s’installe entre le dedans et le dehors qui découle de l’interpénétration de volumes dans l’espace de jour. Ce système offre la possibilité d’une continuité dans une future extension. Ce projet est la conséquence d’un processus créatif qui s’appuie sur la résistance des matériaux. Le principe entraîne la conception d’espaces uniques. Il ne s’agit pas de composer, mais de transposer une idée en une solution concrète, en déroulant le mouvement induit par un processus qui s’auto-alimente. Tout ce que compte comme règles une architecture perçue comme le réceptacle d’une histoire et d’une tradition est ici balayé pour devenir une création dynamique:

2574

des bandeaux s’étendent, se développent et se tordent, puis finalement se figent pour former un creux habitable, ils s’interpénètrent dans un jeu subtil qui effacent les limites entre l’intérieur et l’extérieur. L’attention n’est pas portée sur la forme comme telle, mais bien plus sur des micro événements qui font la vie, la vibration de la lumière, le vent, le mouvement des corps et le temps qui avance, toute chose qui influence et transforme la matière naturelle. Ainsi le volume bâti fait partie d’un cycle de vie qui oscille au gré d’une corporalité qui se détourne du monde ou d’un monde qui s’en éloigne. La villa est composée d’éléments préfabriqués, à base de panneaux contrecollés, solution adoptée qui exploite la capacité portante de ce matériau. En raison de la qualité du sol, les fondations ont été posées en diagonal. Elles servent en même temps de murs de soutènement pour le jardin aménagé en hauteur et définissent un changement d’orientation pour le séjour, le couvert à voitures et le foyer.


Lieu Via Monte Crenone 4, 6500 Bellinzona Architecte DCA – Diego Caramma Architecture, Stabio Ingénieur bois Borlini & Zanini SA, Lugano Entreprise bois Legnami Mattarei Srl, Montorio (I) Bois mis en œuvre Panneaux contrecollés 120 m3, BLC 8 m3 Surface de terrain SIA 416 513 m2 Surface de plancher SIA 416 165 m2 Volume bâti SIA 416 1082 m3 Durée de construction Juin 2010 – juillet 2011 Photographe Ikon Swiss SAGL, Lugano

2575


Coupe longitudinale

2576

10 m


Niveau 0

Niveau +1

Niveau +2

2577


Immeuble résidentiel Sirio, Lugano Le bâtiment locatif Sirio se situe dans un quartier typique de Lugano, Cassarate, presque exclusivement composé d’immeubles résidentiels isolés. Avec cette construction, l’équipe du projet souhaitait montrer qu’une architecture en bois se justifiait également dans un contexte urbain et espérait ainsi que ce projet pilote pourrait servir d’exemple pour d’autres projets en ville. L’architecte a imaginé ce bâtiment comme alternative aux constructions en briques ou en béton. En effet, le bois est un matériau renouvelable, économe en énergie grise, dont le bilan CO2 est positif puisque le gaz carbonique est stocké dans la matière. C’est donc avant tout pour ces aspects écologiques qu’il souhaitait valoriser son utilisation. La construction de six niveaux est composée de panneaux contrecollés en bois. Ils dispararaissent derrière une isolation périphérique recouverte de crépi à l’extérieur, et se cachent derrière un panneau de plâtre fibré à l’intérieur. Le bâtiment ne révèle ainsi jamais la nature du matériau qui le compose. Il présente une apparence régulière et sobre, ce qui l’insère en

2578

toute discrétion dans son environnement bâti. Il tenait à coeur à l’architecte de montrer d’une manière ou d’une autre la nature du matériau mis en oeuvre, comme cela se fait par défaut pour le béton ou la brique. Cela s’est exprimé ici par la fine différenciation de la granulosité du crépi entre le socle, le corps et l’attique, traité d’un ton plus clair. La structure est réalisée à partir de dalles et parois en panneaux contrecollés préfabriqués. Ceux-ci sont ancrés au noyau de distribution en béton armé placé au centre. Ce dernier n’assure quant à lui aucun rôle de stabilisation en raison des trop nombreux percements pratiqués, comme les grands vitrages de la distribution verticale ou les diverses réservations techniques. C’est donc uniquement la structure en bois qui se charge de stabiliser l’immeuble. L’utilisation de panneaux de bois contrecollés a permis une répartition équilibrée des forces dans les parois porteuses. L’épaisseur des panneaux pour ces parois varie beaucoup et dépend de leurs positions ainsi que des sollicitations exercées; elles mesurent entre 98 et 240 mm. Les panneaux des dalles ont une épaisseur de 165 mm. Dans les zones de terrasses et de balcons,

ils sont en porte-à-faux au-dessus des façades. Ces panneaux sont liés les uns aux autres grâce à des tôles, des broches et des vis filetées. Dès les premières esquisses, le concept de protection incendie est soigneusement étudié. Il ne posait cependant pas de difficultés particulières pour s’intégrer dans le projet. La cage d’escaliers en béton armé répondait déjà aux exigences pour les voies de fuite. Les panneaux en bois contrecollés, que ce soit pour les parois ou les dalles devaient simplement être habillés sur les deux côtés de matériaux incombustibles. Le bâtiment adopte les critères du standard Minergie. Une pompe à chaleur tire sa source d’énergie de la nappe phréatique. L’électricité nécessaire à son fonctionnement est assurée par une installation photovoltaïque placée en toiture et une ventilation mécanique assure le renouvellement d’air.


Situation

2579


2580


Coupe transversale

Etage type

10 m

Attique

2581


2582


Lieu Via Molinazzo 8, 6900 Lugano Maître d’ouvrage Andrea Serta et Jozo Terzic Architecte Ecoedil SA, Arch. Maurizio Marzi, Lugano Ingénieur civil Geo Viviani, Lugano Ingénieur bois Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Protection incendie Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Ingénieur CVS Studio di progettazione, Sandro Gilardi, Giubiasco Entreprise bois Service Legno CH SA, Lugano Bois mis en œuvre Panneaux contrecollés 330 m3 Coûts CFC 1–9 CHF 4,39 millions Coûts CFC 2 CHF 3,71 millions dont CFC 214/222/224/225/226 CHF 755 000.– Surface de terrain SIA 416 665 m2 Surface de plancher SIA 416 1620 m2 Volume bâti SIA 416 5161 m3 Cube SIA 116 6069 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 720.– Durée de construction Novembre 2010 – juillet 2012 Photographe Tommaso Giunchi, Milan (It)

Composition plancher: Revêtement de sol 5 mm Chape ciment 80 mm Isolation phonique 8 mm Panneau contrecollé 165 mm Lattage 30 mm, étriers souples/ Isolation 60 mm Plaque de plâtre fibrée 12,5 mm Composition parois extérieures: Plaque de plâtre fibrée 15 mm Lattage 60 mm/Isolation Panneau contrecollé 120 mm Isolation 100 mm Crépi minéral 10 mm

Détail

2583


Immeuble résidentiel Pegaso, Pregassona Après la réalisation de l’immeuble Sirio, un bâtiment de plusieurs niveaux en bois, l’expérience était si positive qu’elle donna l’envie au maître d’ouvrage de se lancer dans un second projet. Le bâtiment se situe cette fois dans le quartier calme et résidentiel de Pregassona à Lugano. Ainsi pour la seconde fois, une construction en bois massif allait s’insérer dans le tissu urbain, sans créer d’émotion. Cet immeuble de cinq niveaux en bois héberge treize appartements qui se différencient tous les uns des autres, soit par leur taille, soit par leur typologie. Chacun d’eux est orienté pour profiter au mieux du soleil tessinois. Le bâtiment se présente comme un volume compact dessiné sur un plan presque carré dont les côtés mesurent dix-neuf mètres. De grandes loggias sont orientées sud-ouest. Seul l’attique et ses appartements s’éloignent d’une régularité quelque peu sévère. Comme le bois se protège autant que possible des intempéries, l’architecte l’a fait disparaître derrière une façade en crépi. Le choix du bois découle de l’envie exprimée par l’architecte

2584

de se distancier des constructions en béton. Cette réalisation met donc avant tout l’accent sur les atouts écologiques du bois, comme l’excellence de son bilan ou sa compatibilité environnementale. Un simple crépi minéral forme la peau et protège le bâtiment et l’isolation périphérique. À l’intérieur, une gaine spécialement isolée sert à l’acheminement des câbles électriques et des raccordements sanitaires. Même si la certification est finalement écartée, l’efficience énergétique est l’un des aspects auxquels les architectes n’ont pas renoncé. Le coefficient de transmission thermique pour le bois massif est favorable au calcul énergétique de l’enveloppe. Ainsi avec un faible encombrement, les valeurs cibles sont facilement atteintes tout en disposant d’une surface locative plus grande. L’espace des loggias situé au sud-ouest contribue de manière significative au bilan énergétique. En été, il atténue les effets d’un rayonnement solaire direct brûlant et en hiver, il amène plus de lumière naturelle dans les appartements. Une attention particulière est portée à certains détails constructifs. Dans les dalles d’étage, par

exemple deux couches de béton sont indépendantes l’une de l’autre. Cela facilite la pose de câbles d’installations et améliore également l’isolation phonique entre appartements. La structure est réalisée à partir de dalles et parois en panneaux contrecollés préfabriqués. Chacun d’eux est ancré au noyau en béton formé par la distribution verticale. Ce dernier n’assure quant à lui aucun rôle de stabilisation en raison de sa taille réduite et des trop nombreux percements pratiqués. C’est donc uniquement la structure en bois qui endosse ce rôle. L’emploi de panneaux en bois contrecollés offre une répartition homogène des efforts sur les parois des modules. L’épaisseur des murs porteurs varie entre 98 et 180 mm, en fonction de la place qu’ils occupent et des contraintes exercées. Chacun des panneaux est lié aux autres grâce à des tôles, des broches et des vis filetées. Le concept de protection incendie et ses exigences sont intégrées au projet très en amont. Il ne soulève cependant pas de difficultés particulières pour s’intégrer dans le projet. La cage d’escalier en béton armé servant de voie de fuite répondait déjà aux


normes feu. Les parois et les dalles en panneaux contrecollés ont été quant à elles emballées dans un matériau incombustible. En raison de la dimension de l’immeuble en bois, l’installation d’un paratonnerre a été nécessaire.

Situation

2585


Etage type

Attique

2586


Coupe transversale

10 m

2587


Lieu Via alla Bozzoreda 28, 6963 Pregassona Maître d’ouvrage Ecoedil SA, Lugano Architecte Ecoedil SA, Arch. Maurizio Marzi, Lugano Ingénieur civil Geo Viviani, Lugano Ingénieur bois Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Entreprise bois Service Legno CH SA, Lugano Bois mis en œuvre Panneaux de bois contrecollés 400 m3, BLC 15 m3, panneaux OSB 10 m3 Coûts CFC 1–9 CHF 5,21 millions Coûts CFC 2 CHF 4,34 millions dont CFC 214/222/224/225/226 CHF 994 000.– Surface de terrain SIA 416 1401 m2 Surface de plancher SIA 416 2318 m2 Volume bâti SIA 416 6811 m3 Cube SIA 116 7675 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 640.– Durée de construction Octobre 2012 – juillet 2014 Photographe Tommaso Giunchi, Milan (I)

Composition plancher: Revêtement de sol Chape ciment 65 mm Isolation phonique 5 mm Alourdissement et gaines techniques 90 mm Couche de séparation 7 mm Panneau de bois contrecollé 165 mm Lattage 30 mm, sur étriers souples/ Isolation 30 mm Plaque de plâtre fibrée 12 mm Composition parois extérieures: Plaque de plâtre fibrée 15 mm Lattage 60 mm/Isolation Panneau de bois contrecollé 120 mm Isolation 100 mm Crépi minéral 10 mm

Détail

2588


2589


Résidence ‹temporary living›, Mendrisio La ville de Mendrisio, implantée au Sud du Tessin, jouit d’une position stratégique idéale. Elle possède différents atouts de charme comme son bourg historique, un immense centre commercial proposant plus de 160 enseignes, des restaurants et un casino, et bien sûr l’académie d’architecture fondée par Mario Botta et rattachée à l’université tessinoise, et dont la renommée est internationale. De nouvelles constructions sont en cours d’études pour rendre Mendrisio encore plus attractive. Le Département de Construction, Design et Sciences de l’Environnement projette une nouvelle faculté à côté de la gare. Cette dernière, implantée au centre de la ville, devrait également s’agrandir avec la réalisation d’une liaison directe vers l’Aéroport international de Malpensa à Milan. Le chantier en cours Alptransit devrait de plus rapprocher de plusieurs dizaines de minutes la bourgade du centre d’affaires que représente la ville de Zurich. La conjonction de ces diverses projections changera assurément le visage de la ville. Celles-ci ont amené le maître d’ouvrage à financer le projet ‹temporary living›, situé sur une parcelle à seulement deux cents mètres de la gare et de la faculté. Le bâtiment dénommé ‹RIME36› abrite trente-six appartements, avec dix-huit unités par niveaux. Les logements

2590

contemporains sont entièrement meublés selon un niveau de confort standard. Un service de conciergerie est à disposition pour s’occuper du ménage, ainsi que de la lessive. Le rez-dechaussée dispose d’espaces communs; un espace lounge ‹con Tempo› avec une terrasse orientée sud, une salle de fitness bien équipée et différents ateliers. Une bonne moitié du sous-sol est occupée par des places de stationnement et les caves. Le sous-sol et le radier disposé à hauteur du terrain naturel sont en béton armé. Par-dessus s’élève une construction de trois niveaux entièrement en bois. Les parois, ainsi que la gaine d’ascenseur sont constituées de panneaux de bois contrecollés de 120 à 140 mm. Les dalles et la toiture sont réalisées avec des panneaux OSB qui recouvrent les nervures. La portée est orientée sud afin de reprendre aisément les efforts créés par les balcons et la toiture en porte-à-faux. Le système structurel en bois reprend non seulement la transmission des charges, mais assure en plus la stabilité de l’immeuble. Le bâtiment adopte les mesures nécessaires pour répondre aux exigences en vigueur en matière de sécurité incendie. Dans les voies de fuite et les cages d’escaliers, un revêtement incombustible est prévu. L’architecte souhaitait que le bois reste visible sur un grand nombre

de parois intérieures. Ceci a été possible grâce aux propriétés des panneaux contrecollés. Entièrement conquis par les qualités du bois, il avait d’ailleurs d’abord imaginé un bâtiment uniquement conçu dans ce matériau. Il espérait ainsi séduire les futurs habitants, des étudiants de la Haute Ecole ou de l’Académie d’Architecture et les convaincre des bienfaits du bois, mais également sensibiliser un public plus large grâce à son emplacement non loin du centreville de Mendrisio.


Lieu Via Rime 36, 6850 Mendrisio Maître d‘ouvrage Tellco Anlagestiftung, Schwyz Architecte Axel Middeke & Associati, Agno Ingénieur civil et bois Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Entreprise total Three & Tree SA, Mendrisio Entreprise bois Gandelli Group, Turin (It) Bois mis en œuvre Panneaux contrecollé 300 m3, BLC 180 m3, panneaux OSB 90 m3 Coûts CHF 5,26 millions Surface du terrain 2078 m2 Surface de plancher 1664 m2 Volume bâti 8050 m3 Prix/m3 CHF 650.– Durée de construction Septembre 2013 –  novembre 2014 Photographe Ivana De Maria, Gordola

2591


Coupe transversale

2592

20 m

Coupe transversale


Coupe longitudinale

Niveau 0

Niveau +1

2593


Raccords paroi-dalle: Les parois supérieures sont liées aux dalles par des vis à filetage posées de part et d’autre des parois de manière à se croiser, avec un entraxe de 300–400 mm. Des vis entièrement filetées sont posées perpendiculairement à la dalle et la lient solidairement aux parois inférieurs.

2594


Raccords paroi-paroi: Raccords de parois assemblées en L, raccords de parois assemblées en T, et raccords de parois croisées. Parois liées par deux vis entièrement filetées posées l’une croisée par rapport à l’autre, avec un entraxe de 200 mm.

Ancrage en traction: Les panneaux contrecollés en bois sont ancrés au moyen d’équerres métalliques pour résister à la traction. En fonction de leur position et des contraintes exercées, les équerres sont posées unes à unes ou deux à deux.

Ancrage en compression : Les panneaux contrecollés en bois sont liés au moyen de plaques métalliques au socle en béton armé. Cette liaison est effectuée sur chaque paroi avec un entraxe de 800 mm.

2595


Jardin d’enfants ‹Girasole›, Carona La crèche se trouve dans le petit village de Carona et accueille jusqu’à 25 enfants. Elle remplace un bâtiment plus ancien qui a été démoli. Grâce à la préfabrication, la durée du projet jusqu’à sa concrétisation a été raccourcie pour s’étendre sur une année seulement. Les salles de ce bâtiment d’un niveau sont conçues pour offrir un maximum de flexibilité. Ainsi, l’espace de jeux se transforme facilement pour répondre à d’autres usages. Au sud, le bâtiment est doté d’un grand avant-toit et offre aux enfants un espace extérieur de jeux à l’abri durant les jours de pluie. Les façades exposées sont recouvertes d’un crépi au ton rouge vif. Elles se marient bien aux constructions en pierres apparentes, nombreuses dans cette région. Sous l’avant-toit, vers la zone d’entrée et le long de la loggia menant au jardin, la façade est protégée d’un lambris de mélèze et ventilée. Les espaces intérieurs sont dans leur majorité recouverts de panneaux en bois massif. Les sols et les sanitaires reçoivent un revêtement en matière synthétique de couleur vive. Le corps du bâtiment s’appuie sur des semelles filantes en béton. En raison de la mauvaise qualité du sol liée à la présence d’un ruisseau souterrain qui sillonne la parcelle, la construction est portée par des micropieux. Un vide sanitaire atteignant 800 mm par endroits est conçu sous la dalle du rez-de-chaussée. Il sert de gaine principale pour les raccordements techniques. Entre les semelles et la construction

2596

en bois se trouvent des éléments en béton préfabriqué, posés à hauteur du terrain naturel, et qui servent à égaliser les irrégularités du sol. Ils permettent un montage rapide des structures en bois. Les parois sont en ossature bois, assemblées à partir de sections massives en sapin. Pour le sol, l’ingénieur a proposé des caissons dont les nervures sont reliées à des panneaux trois plis, reposant directement sur les semelles filantes. La toiture non praticable est construite sur des sommiers en lamellé collé avec des sections de 120 x 440 mm. Pour atteindre le standard Minergie, les ossatures sont isolées de 160 mm. Une pompe à chaleur tire l’énergie de l’air ambiant extérieur pour chauffer les locaux. Une ventilation à double flux avec récupération de chaleur permet d’atteindre un haut degré d’efficacité énergétique. En raison de l’accès difficile au chantier pour les camions, les éléments préfabriqués ont été acheminés par hélicoptère. Cette organisation a permis de réduire la durée de chantier. De l’excavation jusqu’à la mise en service, il n’aura fallu que cinq mois de travaux.






Situation



2597


Coupe longitudinale

Coupe transversale

2598

20 m


Plan

2599


Composition toiture: Etanchéité Panneau isolant en fibres de bois 22 mm Element nervuré: Nervures 220 mm/Isolation Panneau trois plis 20 mm Poutraison 120 x 440 mm Composition parois extérieures: Panneau trois plis 19 mm Lattage 60 mm Pare-vapeur Montants 160 mm/Isolation Panneau OSB 19 mm Lattage horizontal 40 mm/Isolation Lattage vertical 40 mm Panneau trois plis en mélèze 27 mm Composition plancher: Revêtement de sol Panneau OSB 20 mm Lattage 60 mm Pare-vapeur Plancher en caissons: Panneau trois plis 20 mm Nervures 240 mm/Isolation Panneau trois plis 20 mm

2600

Coupe sur façade


Lieu Piazza dellOrto, 6914 Carona Maître d’ouvrage Commune de Carona Architecte Volpatohatz AG, Marco Volpato et Nicole Hatz, Birsfelden Direction des travaux Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Ingénieur civil Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Ingénieur bois Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Ingénieur électricité Elettro Studio Nicoli SA, Lugano Ingénieur CVS Studio Tecnico Mauro Micheli, Manno Consultant Minergie Atelier dArchitettura e Consulenze Tecniche Wullschleger Sagl, Cadro Entreprise bois Laube SA, Biasca Bois mis en œuvre BLC et bois massif recollé 80 m3, panneau trois plis et OSB 1880 m2 Coûts CFC 1–5 CHF 1,44 million Coûts CFC 2 CHF 1,05 million dont CFC 214 CHF 455 000.– Surface de plancher 370 m2 Volume bâti 1500 m3 Prix/m3 CHF 900.– Durée de construction Décembre 2009 – mars 2010 (projet et appel d’offres), avril–décembre 2010 (réalisation) Photographe Luciano Bignotti, Massagno

2601


Transformation halles ex-Tobler, Lugano Deux bâtiments relativement importants datant de 1914, époque où les chocolats Tobler étaient encore fabriqués à Lugano, font l’objet d’une transformation: une première halle autrefois destinée au stockage, organisée autour d’une cour intérieure, et une seconde jadis assignée à la logistique. La suppression de pans de murs intérieurs et de doublages en plâtre a révélé les qualités spatiales de ces volumes dont les structures maintenant apparentes donnent à chaque espace un caractère différent. Les deux bâtiments annexes sont situées au sud-est, à l’arrière de l’immense halle de production. La halle de stockage, en forme de U est délimitée par quatre murs extérieurs et caractérisée par une structure poteaux-poutres en béton qui se répète au rez-de-chaussée et à l’étage. La construction libérée de tout habillage en plâtre montre la rudesse du béton et les irrégularités de coffrage. Les murs périphériques sont isolés côté intérieur et peints en blanc. Le tout forme un espace continu, idéal pour y présenter des expositions. L’intervention ne touche cependant pas à la façade. Les combles de la maison de stockage sont réaffectés en surfaces d’exposition et en bureaux, le toit est relevé et repose sur une structure propre, opération qui permet de créer une bande continue de vitrages sur une partie du pourtour. Cette solution met en valeur la poutraison de la toiture, à travers laquelle s’immisce maintenant une lumière naturelle dispensée par les bandeaux lumineux disposés de part et d’autre. Dans les anciennes salles de logistique, une

Coupe sur les combles, halle de stockage

2602

structure en lamellé collé de première génération, contruite probablement vers 1900, marque l’expression des espaces. Pour adapter celle-ci aux normes actuelles, les portiques sont renforcés par des lamelles vissées et collées pouvant atteindre 160 mm d’épaisseur, tandis que les fermes sont reliées par un tirant métallique. Comme il était dans ce cas imposssible d’amener de la lumière naturelle en pratiquant des ouvertures au-dessus des murs, une verrière translucide est aménagée. Grâce à cette intervention, la charpente est maintenant perçue sous un éclairage zénithal et l’espace se déploie autour de la structure baignée de lumière qui révèle la matière historique conservée.


2603


Coupe de la halle logistique

2604


Lieu Via al Nido 3, 6900 Lugano-Besso Architecte Jachen Könz architetto FAS, Lugano Ingénieur bois Borlini & Zanini SA, Pambio Noranco Entreprise bois Laube SA, Biasca Bois mis en œuvre Lamelles en renforcement du BLC 2 m3, bois massif pour charpente en toiture 18 m3 Coûts CHF 8,0 millions Surface de plancher 3400 m2 Volume bâti 15 000 m3 Durée de construction 2008 – 2009 Photographe Jachen Könz, Lugano

Coupe longitudinale

Elévation sud

20 m

2605


Passerelle sur le Brenno, Dongio Parcourant le Val Blenio, la piste cyclable franchissait le Brenno entre Dongio et Corzoneso sur un pont routier. Afin de sécuriser ce passage pour les adeptes de la mobilité douce, une initiative privée a réussi à convaincre les autorités de la nécessité d’une passerelle en bois disposée à proximité de cet ouvrage. Vers les années 60, un vieux pont routier métallique était remplacé quelques mètres plus en amont par un autre en béton armé, encore aujourd’hui en service. Tout proche de là se tenait un second ouvrage qui permettait à la ligne ferroviaire reliant Biasca à Acquarosa de franchir la rivière. En référence à ces deux structures disparues réalisées en poutres à treillis métalliques, la nouvelle passerelle en bois reprend à son compte ce langage, tout en l’adaptant aux pratiques constructives actuelles. Bâtie sur les traces du vieux pont routier, l’ouvrage en bois s’appuie sur les anciennes culées laissées en place et demeurées en bon état. La structure porteuse est composée de deux poutres en treillis de 3,84 m de hauteur présentant une contreflèche de 120 mm. Les mem-

2606

brures supérieures et inférieures en bois lamellé collé possèdent une section de 240 x 440 mm, de qualité GL28h pour l’une et GL36k pour l’autre. Les contreventements sont collés au niveau des nœuds. Le tablier est constitué de traverses et diagonales en bois lamellé collé d’une section de 120 x 200 mm, supportant des solives de 100 x 180 mm en bois massif et surmontées d’un platelage de 40 mm d’épaisseur. Au milieu de l’ouvrage, trois traverses sont remplacées par des profilés métalliques HEA 140 susceptibles d’accueillir des masses d’amortissement de 850 kg chacune afin d’améliorer, le cas échéant, le comportement vibratoire de la passerelle. En toiture, des éléments en bois massif recollé de 80 x 140 mm, sont couverts d’un panneau trois plis de 27 mm, avec par-dessus une étanchéité protégée par 50 mm de graviers. Le diaphragme formé par les panneaux permet de transférer les charges latérales du vent agissant sur la structure dans les massifs d’appuis, par l’intermédiaire de colonnes en béton encastrées. La passerelle est entièrement revêtue au nord

par un lambris à clins ajouré, lui assurant ainsi une protection optimale contre les intempéries. Au sud en revanche, vers l’aval, elle s’ouvre sur le paysage. Le garde-corps d’une hauteur de 1,5 mètre est composé de panneaux trois plis en mélèze. Afin de rationaliser le processus de construction, la passerelle a été montée en atelier par moitié. En raison de leurs dimensions imposantes, ces portions ont été ensuite transportées une à une, puis assemblées sur le chantier. Les joints de montage ont été réalisés à l’aide de tôles métalliques et de broches autoforeuses. L’ensemble, dont le poids ne devait excéder 22 tonnes pour respecter les capacités de levage de la grue, a ensuite été mis en place sur ses appuis en une seule opération. La passerelle a ensuite été complétée sur place par la pose d’une étanchéité de toiture, d’une surface de roulement et finalement par l’accrochage latéral de l’habillage.


2607


DĂŠtail sur coupe transversale

2608

DĂŠtail sur coupe longitudinale


Elévation

10 m

Plan

Coupe longitudinale

Lieu Passarella, 6715 Dongio Acquarossa Maître d’ouvrage Canton du Tessin Initiant Fabrizio Conceprio, Dongio, et Giorgio Ceresa, Dongio Architecte Studio d’architettura Giorgio Ceresa SA, Dongio Ingénieur civil Studio Ingegneria Lucchini Mariotta e Associati SA, Dongio Ingénieur bois Laube SA, Biasca Entreprise bois Laube SA, Biasca Bois mis en œuvre BLC 35 m3, éléments en acier 2100 kg Coûts de l’ensemble CHF 350 000.– Coûts de la construction bois CHF 220 000.– Caractéristique Passerelle pour piétons et cyclistes, longueur et portée 42 m, largeur du tablier 2,5 m Durée de construction Avril 2008 (culeé), mai-juin 2008 (fabrication), juillet 2008 (montage) Photographe Laube SA, Biasca

2609


Tribune du complexe sportif ‹Siberia›, Ascona La rénovation de la patinoire en plein air ‹Siberia› à Ascona, avait pour objet la transformation des tribunes de spectateurs, une adaptation de l’air de glace, des infrastructures et de l’éclairage. Cela fut entrepris pour permettre son homologation par la Ligue suisse de hockey sur glace. Lors d’un relevé de l’état existant, les poutres principales de l’ancienne tribune présentaient des délaminations importantes, ce qui a nécessité la mise en place d’étais provisoires pour soulager les porte-à-faux. La conformité aux règlementations d’incendie nécessitait l’ajout d’une voie d’évacuation supplémentaire, ainsi qu’un compartimentage coupe-feu entre la tribune et les installations de production de froid, situées juste en dessous. Entre une restauration, le remplacement partiel d’éléments défaillants ou la substitution de l’ancienne tribune par une autre flambant neuve, il fallait trancher. Calculant que l’emprise de chantier serait de peu d’importance, la Commune d’Ascona prit la décision de construire une nouvelle tribune, qui conserverait l’expression formelle de la structure vieillissante,

2610

vouée à être démolie. La structure se caractérise donc aujourd’hui par ses porteurs principaux en lamellé collé cintré, de 240 x 740 mm qui l’élance en porte-à-faux sur près de 6,60 m et atteignent une hauteur de 5,5 m. Ces porteurs sont ancrés dans le radier et soutenus par des béquilles qui accueillent les gradins. Des vis à filetage permettent de renforcer les zones cintrées des poutres alors que celles-ci sont prolongées à l’arrière par des poutres droites qui reprennent les pannes de toitures. Ces dernières sont surmontées par un panneau trois plis de 27 mm d’épaisseur, protégé d’un lé d’étanchéité. La couverture est composée d’un panneau trois plis revêtue cette fois de plaques en fibrociment. Les gradins prennent appui sur des béquilles qui soulagent les porte-à-faux des tribunes. Sur ces béquilles de 240 x 320 mm de section sont vissés des éléments en planches contrecollées de 140 mm d’épaisseur. Les joints transversaux des éléments en planches contrecollées sont des profils HEB qui résistent au cisaillement, l’ensemble constituant ainsi un diaphragme de stabilisation efficace. La forme des gradins est donnée par des panneaux trois plis en mélèze

tandis que les surfaces d’assises sont constituées de planches en sapin reposant sur des équerres métalliques. Les garde-corps sur les faces latérales des gradins sont formés à partir de panneaux de planches contrecollées de 80 mm et délimitent clairement les voies d’évacuation. Afin de mettre en place un compartimentage coupe-feu, la face inférieure des gradins couvrant les installations techniques est maintenant munie de plaques de plâtre cartonné.


2611


IsomĂŠtrie

2612


Lieu Via San Michele, 6612 Ascona Maître d’ouvrage Commune d’Ascona Architecte Maple Leaf Stadiums AG, Lindau Ingénieur civil Pianifica Ingegneri Consulenti SA, Locarno Ingénieur bois Borlini & Zanini SA, Lugano Entreprise bois Laube SA, Losone Bois mis en œuvre Structure: bois massif recollé 15 m3, BLC 22 m3, bois contrecollé 28 m3; Panneaux: trois plis 27 mm 340 m2 et 42 mm 40 m2; revêtement en mélèze 370 m2 Coûts CFC 2 356 000.– dont CFC 214 CHF 235 000.– Volume bâti SIA 416 1100 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 360.– Durée de construction Août–octobre 2014 Photographe Ivana De Maria, Gordola

Elévation

Plan

10 m

2613


2614

Coupe sur les poutres cintrées avec détail des vis

Coupe sur les gradins, en milieu de tribune

Les poutres disposées sous les tribunes, de classe de résistance GL28h et de 240 x 320 mm de section, et les panneaux contrecollés de 140 mm à cinq couches forment une section composée.

La forme des gradins est donnée par les panneaux contrecollés de 140 mm, vissée au moyen d’un profilé en T aux sections composées. Les gradins sont recouverts de panneaux trois plis en mélèze, tandis que les surfaces d’assises sont constituées de lames en sapin posées sur des équerres métalliques.


Coupe sur les gradins au droit des joints

Coupe et vue latérale des gradins

Au droit des joints, les profilés HEB sont vissés aux éléments contrecollés de 140 mm et sont ancrées au niveau des fondations et sur les poutres cintrées.

Cette rambarde située à chaque extrémité des gradins est composée de planches contrecollées de 80 mm. Sous les gradins, la balustrade est fixée à une structure à ossature.

2615


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 En Budron H6, CP 113 CH-8008 Zurich CH-1052 Le Mont sur-Lausanne Tél. 044 267 47 77 Tél. 021 652 62 22 Fax 044 267 47 87 Fax 021 652 93 41 info@lignum.ch cedotec@lignum.ch www.lignum.ch www.lignum.ch Bulletin bois, mars 2015 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

Rédaction Roland Brunner, Lignum, et Audanne Comment, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich Impression Kalt Medien AG, Zoug Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum

ISSN 1420-0252

Le Bulletin bois paraît quatre fois par ­année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des diffé­rents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

Profile for Lignum

Bulletin bois 114/2015  

Tessin

Bulletin bois 114/2015  

Tessin

Profile for lignum