Page 1

Bulletin bois 110/2014 Le bois emblématique Siège de Tamedia, Zurich Siège de l’entreprise Sputnik Engineering, Bienne Bâtiment de production de l’entreprise Merz, Coire Bâtiment administratif en paille, terre et bois, Lausanne Siège de l’Office fédéral du développement territorial ARE, Ittigen

La forme et le choix des matériaux du nouveau bâtiment de l’entreprise Merz à Coire reflètent son savoir-faire et la qualité de sa production artisanale. Architecte: Conradin Clavuot, Coire


Construire et communiquer ‹House of Switzerland›, Sotschi 2014 Maître d’ouvrage Département fédéral des affaires étrangères DFAE, Secrétariat Général, Présence Suisse, Berne Architecte Spillmann Echsle Architekten, Zurich Ingénieur bois Timbatec GmbH, Zurich Entreprise bois KIFA AG, Aadorf Photographe Freshfocus, Zurich

Lorsqu’il s’agit du siège d’une société ou d’une administration, le maître d’ouvrage souhaite bien évidemment que l’édifice reflète ses buts et ses idéaux. Dans ce contexte, le bois et son image positive – matériau de proximité, noble, renouvelable et naturel – acquiert un rôle sans cesse croissant afin de symboliser les valeurs qui tiennent à cœur au client. Les Jeux Olympiques d’hiver en février à Sotchi, où la ‹House of Switzerland› représentait la Suisse, en a fourni un exemple parlant. S’élevant dans un environnement de béton et d’acier, elle offrait aux visiteurs venus partager avec les sportifs l’émotion de leurs exploits, une carte de visite de la Suisse et de ses atouts politiques, touristiques, économiques et culturels. La Suisse a pu bénéficier ainsi de cette vitrine mondiale pour présenter à plus de 100 000 visiteurs et à d’innombrables médias internationaux, un aperçu de l’architecture contemporaine en bois et de son savoir-faire en matière de structures innovantes et de valorisation d’une ressource indigène: la forêt. Le positionnement fort de la Suisse à Sotchi ne constitue pas un épisode isolé mais, selon la volonté déclarée de Présence Suisse, il est le prélude à une série d’événements en Suisse et à l’étranger qui auront recours au même moyen de communication. La Maison Suisse sera ainsi à l’honneur en août à Zurich pour les championnats du monde d’athlétisme, à l’exposition universelle à Milan en 2015, ou encore aux Jeux Olympiques de Rio en 2016. Poursuivant des objectifs semblables, les cinq exemples présentés dans ce cahier illustrent le souhait des entrepreneurs et des services de l’administration, à travers des opérations à différentes échelles, de présenter leur vision par le biais d’édifices qui incarnent leurs valeurs et reflètent une attitude positive. Le bois assume alors une figure d’ambassadeur de ces entités tournées vers l’avenir, souhaitant apporter, tout comme lui, des solutions pragmatiques aux défis de notre société.

2418

Roland Brunner Communication technique Lignum


Siège de Tamedia, Zurich Le nouveau siège de Tamedia, inauguré en 2013 au cœur de la ville de Zurich, marque les esprits par son architecture singulière. Il exprime le lien marqué de l’entrepreneur avec la cité de Zwingli et sa présence centenaire dans le quartier d’Aussersihl. Tamedia est un des plus grands groupes de presse de Suisse. Outre le ‹Tages-Anzeiger› il possède plusieurs autres journaux, magazines et médias numériques. Tamedia est présent depuis 1902 dans le quartier de Werd, avec la rédaction et l’imprimerie du ‹Tages-Anzeiger›. Puis, au gré d’une série d’acquisitions, de nouveaux sites se sont ajoutés, répartis dans plusieurs secteurs de la ville. Afin de regrouper ses activités, Tamedia a donc souhaité concentrer la majorité des médias zurichois dans son quartier d’origine. La vision de l’architecte japonais Shigeru Ban pour les nouveaux espaces de bureaux s’incarne dans un bâtiment lumineux qui remplace les unités à l’angle du Stauffacherquai et de la Werdstrasse et s’étend le long de la Sihl en surélévation sur les bâtiments du n° 8 du Stauffacherquai. Le nouvel ouvrage, fonctionnel depuis 2013, correspond dans sa volumétrie aux blocs d’immeubles du quartier Aussersihl et à ses caractéristiques architectoniques telles que les combles à la Mansart ou les rez-de-chaussée à la hauteur surdimensionnée. Dans la zone d’entrée, la réception accueille le visiteur et se prolonge à l’arrière par une salle polyvalente, tandis que sur une mezzanine en forme de L s’étend un bar lounge en surplomb. Les étages supérieurs accueillent des postes de travail de haute qualité pour près de 480 employés de différents médias. Sur le front de la Sihl, une façade double peau fonctionne comme amortisseur thermique et assure une ventilation naturelle optimale. Cette strate offre un espace pour des salles de réunion et des lieux de détente qui s’ouvrent largement vers l’extérieur. Des escaliers en cascade relient les

étages tandis que le sous-sol en béton accueille les locaux techniques et les dépôts. Tamedia visait un édifice qui soit conforme aux préceptes du développement durable. Grâce à l’utilisation du bois, renouvelable, les émissions de gaz à effet de serre ont été limitées dès la phase de chantier. Moyennant le recours à l’eau de la nappe phréatique, l’exploitation de l’ouvrage n’émet pas de CO2, le chauffage et le refroidissement des locaux faisant l’impasse sur les énergies fossiles. Dans un souci de cohérence, l’alimentation électrique a lieu en outre sans contribution de sources nucléaires. Le bâtiment de près de 26 m de haut qui s’élève sur sept niveaux fait appel, à partir du rez-dechaussée, à une structure poteaux-poutres en bois. Deux noyaux en béton assurent quant à eux la stabilisation et la sécurité incendie des cages d’escalier. La structure est constituée de poteaux en lamellé collé sur lesquels prennent appui des sommiers doubles du même matériau. Des dalles en caisson suspendues à ces derniers forment les diaphragmes de planchers surmontés de faux planchers de 370 mm d’épaisseur permettant le cheminement des conduits de la technique du bâtiment et des installations. Le développement du système poteaux-poutres par Shigeru Ban prévoyait une liaison en forme d’anneau entre les poteaux et les sommiers doubles sans usage de métal, comme une interprétation contemporaine des liaisons traditionnelles. Lors du développement de la structure, un effort particulier de conception a été investi dans cet assemblage purement bois-bois. Des pièces de liaison ovoïdes de 500 x 600 mm en contreplaqué de hêtre ont été engravées dans les poteaux et les sommiers, puis reliées entre elles par un tenon ovale lui aussi en hêtre de 240 x 350 mm. La forme des plaques de liaison noyées est par ailleurs optimisée en fonction du cheminement des contraintes.

Les aspects de la disponibilité des matériaux et de leur qualité ont joué un rôle déterminant dans la construction, en raison de la quantité importante de bois lamellé collé apparent mise en œuvre. Afin d’assurer un aspect satisfaisant, en particulier une taille des nœuds réduite, les bois d’épicéa proviennent de la Styrie, ré­ coltés à environ 1200 m d’altitude. Cette station leur assure une maille particulièrement fine et des nœuds adhérents de faible taille. Le contreplaqué de hêtre entrant dans la composition des nœuds, en revanche, a été produit en Suisse dans la seule usine bénéficiant des équipements nécessaires. Pour le montage, chaque axe était composé de poteaux d’environ 22 m de long et de cinq fois deux sommiers doubles prémontés, le tout mis en place en une seule opération. Les éléments de plancher étaient alors mis en œuvre dans une seconde étape et les fermes de toiture finalement montées. Les éléments de façade en métal-verre ont été disposés à l’issue du montage de la structure en bois sur des plaques de support insérées préalablement dans les colonnes en bois.

Situation

2419


2420


Coupe longitudinale

Coupe surélévation

40 m

Coupe nouveau bâtiment

2421


Lieu Werdstrasse 21, 8021 Zurich Maître d’ouvrage Tamedia AG, Zurich Conseil du maître de l’ouvrage Perolini Baumanagement AG, Zurich Architecte Shigeru Ban Architects Europe, Paris (FR) Conception de la structure bois Création Holz GmbH, Waldstatt Planificateur général Itten + Brechbühl AG, Zurich Ingénieur civil Urech Bärtschi Maurer AG, Zurich Ingénieur bois SJB.Kempter.Fitze AG, Frauenfeld Concepteur CVCSE 3-Plan Haustechnik AG, Winterthour Concept façade Feroplan Engineering AG, Zurich Physique du bâtiment Gartenmann Engineering AG, Zurich Ingénieur agréé protection incendie Pirmin Jung Ingenieure für Holzbau AG, Rain Concept éclairage Ernst Basler + Partner AG, Zurich Géologue Sieber Cassina AG, Zurich Entreprise générale HRS Real Estate AG, Zurich Entreprises bois Blumer Lehmann AG, Gossau (structure, ossatures), Brunner Holz Idee GmbH, St. Peterzell (réception), RWD Schlatter AG, Roggwil (portes) Bois mis en œuvre Structure: carrelets d’ossature et bois massif 300 m3, BLC 1200 m3, panneaux trois plis 11 000 m2, plaques de plâtre fibrée 12 000 m2 Coûts CHF 50 millions Surface de plancher SIA 416 8905 m2 (nouvelle construction), 1350 m2 (surélévation) Volume bâti SIA 416 39 085 m3 (nouvelle construction), 6890 m3 (surélévation) Durée de construction Février–Mars 2011 (démolition), avril–août 2012 (construction en bois), août 2011 – octobre 2012 (gros œuvre), juin 2013 (inauguration) Photographe Corinne Cuendet, Clarens

2422


Rez-de-chaussée

Mezzanine

1er étage

Attique

40 m

2423


2424


Eléments de la structure: Poteaux extérieurs GL24h 440 x 440 mm Poteaux intérieurs GL28h 440 x 440 mm Sommiers doubles GL28h 2 x 240 x 560 mm, liés par une plaque supérieure en lamibois Pièces de liaison en contreplaqué de hêtre, tenon ovale traversant 240 x 350 mm, plaques ovoïdes de renforcement engravées 500 x 600 mm Les éléments de la façade métallique vitrée sont fixés à des plaques intégrées aux poteaux en bois. Les planchers sont soumis à une exigence de résistance au feu REI60/EI30(icb). Les fixations des profils de façade présentent quant à elles une résistance au feu de 30 minutes, les vitrages intérieurs, les tabliers vitrés et leur liaison correspondant à une résistance au feu EI30(icb). Composition planchers: Faux plancher bois 370 mm Panneau de particules liées au ciment 20 mm Tapis caoutchouc recyclé 10 mm Eléments en caisson: panneau trois plis 45 mm nervures 240 mm resp. 140 mm/ Isolation/Sable de quartz 80 mm panneau trois plis 27 mm Plaques de plâtre fibrées 2 x 12,5 mm

Coupe façade

2425


Siège de l’entreprise Sputnik Engineering, Bienne Fondée en 1991, la société Sputnik Engineering est active dans la conception et la fabrication d’onduleurs destinés aux installations photovoltaïques. Face au développement constant de son activité, elle a souhaité regrouper ses différentes unités, jusqu’ici situées en plusieurs lieux dans la ville de Bienne. Afin de mener à bien cette opération d’importance, une mise au concours sur invitation a été initiée en 2009, prélude à la construction du nouveau bâtiment qui réunit désormais sous un même toit, les installations de production et les services administratifs de l’entreprise. Implanté à l’ouest de Bienne en bordure de la zone industrielle, l’ouvrage long de quelque 132 m et large de 90 m, offre une surface bâtie de 11 800 m2. Si le nouveau bâtiment impressionne par ses dimensions qui lui permettent d’accueillir jusqu’à 500 collaborateurs, la répartition judicieuse des volumes lui conserve une échelle adaptée à son implantation. Les aspects écologique et énergétique faisant partie intégrante de la culture d’entreprise, c’est tout naturellement que le bois occupe une place de choix dans la réalisation, aux côtés de l’acier et du béton. Grâce à la mise en œuvre d’éléments préfabriqués et aux synergies développées entre les matériaux, cette construction imposante a pu être réalisée efficacement en 14 mois environ. Le rez-de-chaussée d’une double hauteur d’étage abrite, vers la rue, le restaurant du personnel que le maître d’ouvrage a souhaité comme un lieu de rencontre et d’échange entre les employés, techniciens, monteurs ou ingénieurs. Un hall d’entrée de taille généreuse prend place à l’angle et se transforme à l’occasion en surface d’exposition. Un escalier tournant marque cet espace de ses marches en bois aux tons orangés et, grâce à la disposition de voies de fuite alternatives, aucune exigence de protection incendie ne s’applique à

2426

cet élément au caractère monumental. Au-dessus du rez-de-chaussée, les ailes réservées aux bureaux, de deux étages supplémentaires, forment un U articulé autour d’un patio végétalisé clos au nord par des passerelles de liaison vitrées. Les bureaux paysagers sont complétés par des modules fermés, qui peuvent être utilisés comme bureaux individuels ou salles de réunion. Les planchers sont formés de dalles mixtes bois béton prenant appui sur des sommiers métalliques qui profitent également d’une liaison avec la dalle béton. En toiture, à la faveur d’une charge moindre, les éléments sont constitués uniquement de planches juxtaposées. Avec une trame de 6.5 m cette solution constructive offre une flexibilité marquée dans la répartition des aménagements. Au niveau du terrain, le plan libre des espaces de fabrication et de stockage, d’une hauteur de 7 m, permet une grande souplesse dans l’organisation des lignes de production. La toiture est constituée ici de poutres continues en lamellé collé de 18,75 m de portée pour 3,12 m d’entraxe, reposant sur des sommiers transversaux en acier et des poteaux en béton. Les pannes-chevrons qui joignent ces éléments sont liées par des appuis en queue d’aronde qui permettent de faire l’impasse sur des connecteurs métalliques. De vastes lanterneaux disposés en toiture baignent par ailleurs ce secteur de lumière zénithale. Le bois en revêtement extérieur, diversifié, offre néanmoins une unité aux différents corps du bâtiment. Alors qu’il singularise la face principale qui s’étend sur quatre niveaux et marque l’identité de l’ouvrage par des lames à clin ajourées teintées, un lambris vertical à claire-voie en mélèze brut de sciage habille les façades longitudinales. Les deux ailes administratives reçoivent quant à elles un lambris horizontal. Le choix du bois contribue ainsi au respect du développement durable qui caractérise les bureaux et la halle de production, et

tranche délicatement sur les bâtiments voisins de la zone industrielle. Le faible impact sur l'environnement et la gestion mesurée des ressources énergétiques sont soulignés par la certification Minergie du nouvel édifice, dont l’apport de chaleur pour le chauffage est assuré par le recyclage de l’anergie issue du processus de production complété par une chaudière à plaquettes de bois. La consommation électrique est par ailleurs entièrement couverte par des sources renouvelables, dont une grande partie est fournie par l’installation photovoltaïque d’une puissance de 220 kW située en toiture. Par la matérialisation et la répartition spatiale de son nouveau siège, l’entreprise démontre qu’outre les aspects environnementaux, elle attache une attention particulière au bienêtre de ses employés par un cadre de travail agréable et fonctionnel. Les concepteurs ont ainsi su traduire son engagement dans la mise au point de nouvelles technologies et sa recherche constante de l’excellence.

Situation


Lieu Länggasse 85, 2504 Bienne Maître d’ouvrage Sputnik Engineering AG, Biel/Bienne Architecte Burckhardt + Partner SA Architecture et planification générale, Berne; collaborateurs: Oliver Schmid, Markus Mathys, Peter Schüepp, Kurt Borner, Christof Goldschmid, Daniel Hauswirth, Erich Saner, Barbara Reist Ingénieurs civils et bois Merz Kley Partner AG, Altenrhein, et BSB + Partner AG, Biberist Ingénieur CVS Marcel Rieben Ingenieure AG, Berne Entreprises bois Hector Egger AG, Langenthal Bois mis en œuvre Structure: bois massif 125 m3, planches juxtaposées 1900 m3, BLC 710 m3; Panneaux: OSB 15 mm et 18 mm 330 m3, trois plis 146 m3, panneaux de fibres 70 m3; Revêtement extérieur bois 5000 m2 Coûts CFC 2 CHF 34,1 millions Volume bâti SIA 416 128 590 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 265.– Durée de construction Juin 2011 − août 2012 Photographe Hansueli Schärer, Berne

2427


Coupe

40 m

100

Plan rez-de-chaussée

Plan +1

2428


2429


2430


Composition toiture: Substrat 80 mm Couche drainante de protection Etanchéité Isolation avec forme de pente 0-140 mm Isolation 100 mm Pare-vapeur OSB 22 mm Planches juxtaposées 160/180 mm Composition planchers: Moquette Chape 70 mm Résilient acoustique 20 mm Feuille de séparation Eléments mixtes bois-béton: béton 100 mm planches juxtaposées 140/160 mm Composition parois extérieures: OSB 18 mm Montants 180 mm/Isolation Panneau de fibres 15 mm Lé coupe-vent, résistant au UV Lattes, contre-lattes 40/25 mm Lambris de façade 27 mm

Coupe façade

2431


Bâtiment de production de l’entreprise Merz, Coire A l’étroit au centre-ville, la confiserie Merz, une entreprise traditionnelle de Coire, a transféré ses locaux de production dans un nouveau siège. Au sein de la zone industrielle, il profite maintenant d’un accès facilité et d’une visibilité optimale, grâce à sa proximité avec la jonction autoroutière. L’environnement du bâtiment de production de l’entreprise Merz est caractérisé par des ouvrages industriels de faible coût, possédant pour la plupart une forme simple, un toit plat muni de gravier, des fenêtres en aluminium et des façades de tôles métalliques grises éclairées par des néons. La conception et le choix des matériaux du nouvel édifice s’oppose à ce contexte morose afin de mettre en évidence l’émergence de produits sains issus du travail de l’artisan. Le nouveau bâtiment reflète non seulement les vertus de la confiserie mais également les aspects marquants de son environnement.

2432

La toiture végétalisée accueille ainsi, comme les collines alentour, bruyères, lavandes, lierres et diverses fleurs qui flottent dans le vent de la vallée connue pour son foehn fréquent. La couverture s’anime alors de couleurs changeantes au gré des saisons. L’odeur des plantes aromatiques et du pain frais sortant du four se repend ainsi dans la campagne comme une invitation à la détente. Les espaces de travail sont tous largement ouverts sur les environs. La clarté du jour et l’activité extérieure sont alors – plus que dans aucune autre boulangerie – au cœur du cadre de travail. La lumière artificielle est ainsi réduite, les pâtisseries conservent leur couleur naturelle tandis que le travail ne connait pas la routine. Par symétrie, l’édifice permet aux intéressés de découvrir la confection des produits de pâtisserie et de boulangerie, ainsi que le soin et l’attention nécessaire à leur préparation. L’ouvrage s’étend par secteurs autour de la salle

de confection et de la chambre froide, éclairées par un puits de lumière. Sur le périmètre du bâtiment se trouvent les locaux de production pour l’élaboration de la pâte, la confiserie et le traiteur, ainsi que les espaces de vente comprenant un café et un drive-in. Les installations de réception de la marchandise, de livraison et d’évacuation des déchets se situent dans la partie arrière, abritées par un vaste auvent. Les silos à farine prennent place au sous-sol, alors que l’étage accueille les vestiaires du personnel, munis d’un éclairage zénithal, et la centrale technique du bâtiment. Le centre de l’ouvrage, avec la salle de confection à la hauteur surdimensionnée, est en béton apparent en raison des prescriptions incendie relatives à une affectation artisanale avec charge thermique élevée. Une toiture étendue soutenue par des portiques en bois lamellé collé et des parois de grandes surfaces en panneaux trois plis surplombent le noyau massif. Les façades s'ouvrent quant à elles grâce


à de larges fenêtres aux cadres en bois. L’utilisation du bois souligne l’aspect artisanal de la production et les matières premières de qualité mises en œuvre dans la confection des produits. Une attention particulière a été portée au choix de surfaces et de détails esthétiques, robustes et faciles à nettoyer dans les espaces de production visibles en tout temps par la clientèle. Le coffrage apparent a ainsi été choisi selon les mêmes critères et le béton a été muni d’une lasure transparente. Dans le café, des panneaux en bois perforés améliorent en outre l’acoustique de la salle. L’ouvrage est certifié Minergie-P et l’énergie issue des processus de production est recyclée et réinjectée dans le four, le système de refroidissement, l’eau chaude et le chauffage. Une éventuelle énergie excédentaire peut être distribuée dans le voisinage, réduisant ainsi les pertes au minimum. Des mesures constructives judicieuses permettent de réduire les installations techniques

du bâtiment. Parmi celles-ci figurent le choix de matériaux naturels, la couverture dotée de plantes permettant la rétention d’eau et le refroidissement, de larges avant-toits favorisant l’ombrage de la façade en été et le sol en béton fonctionnant comme un accumulateur thermique. La forme de l’ouvrage qui s’élève vers le noyau central favorise une récupération de l’air chaud sans technique supplémentaire. L’architecture de la nouvelle boulangerie apparaît ainsi profondément liée à son terroir: les particularités du lieu, la présentation des denrées, l’intégration des sources d’énergie directement disponibles, le choix des matériaux et la promotion de l’artisanat local à travers son savoir-faire ont été intégrés au programme, tout comme ils le sont aux produits de boulangerie et de confiserie qui ont fait la renommée de l’entreprise.

Situation

2433


2434


Coupe

Rez-de-chaussée

Etage

20 m

2435


Lieu Rossbodenstrasse 51, 7000 Coire Maître d’ouvrage Merz Immobilien AG, Coire Architecte Conradin Clavuot, Coire; collaborateur: Francesco Forcella, Monique Doerig, Taichi Naito Ingénieur civil Liesch Ingenieure AG, Coire Planificateur CVC Broenner AG, Neuenkirch Entreprise bois Tscharner Holzbau AG, Schiers Bois mis en œuvre Structure: bois massif hors cœur 5,2 m3, BLC 42 m3; Panneaux: lamibois 3,3 m3, trois plis 1400 m2, OSB 334 m2, plaques de plâtre fibrées 614 m2, panneaux de particules liées au plâtre 270 m2, panneaux de planches contrecollées 82 mm 135 m2 Coûts CFC 2 CHF 6,2 millions dont CFC 214 CHF 700 000.– Surface de terrain SIA 416 3000 m2 Surface de plancher SIA 416 2150 m2 Volume bâti SIA 416 6300 m3 Prix/m3 (CFC 2) CHF 985.– Durée de construction Juin 2009 – octobre 2010 Photographe Ralph Feiner, Malans

Composition toiture: Substrat végétalisé 80 mm Plaque de rétention d‘eau 50 mm Etanchéité 10 mm Isolation 160 mm Pare-vapeur Bois panneauté 80 mm Porteurs lamellé collé 400 x 560 mm Composition radier: Béton durci 40 mm Béton armé 300 mm Béton maigre 50 mm Etanchéité Remblai isolant 300 mm Lé géotextile

Coupe façade

2436


2437


Bâtiment administratif en paille, terre et bois, Lausanne A l’entrée du centre horticole de la Ville de Lausanne, la construction qui accueille désormais le personnel du service des parcs et domaines est conçue selon des principes bioclimatiques et met en œuvre des matériaux locaux à faible énergie grise tels que la paille, la terre et le bois. Conforme au standard Minergie ECO et grâce au processus de construction choisi, elle a servi de plate-forme d’information et d’échange de savoir-faire dès la phase de chantier. Si le nouveau bâtiment est de taille modeste, il est exceptionnel à plus d’un titre. En effet, la construction en paille n’est certes pas inédite, mais c’est la première fois en Suisse qu’elle est mise en œuvre pour une construction publique. Alors que le collectif ‹Straw d’la balle› avait ouvert le débat, la municipalité a souhaité remplacer les anciens containers qui abritaient le Service des parcs et domaines par une cons­ truction novatrice et écologique. Implanté sur le site de l’Etablissement horticole, le bâtiment ECO46 accueille aujourd’hui le personnel du service municipal sur deux niveaux, comprenant des salles de réunion modulables au rez-de-chaussée avec cafétéria, cuisinette et toilettes sèches, tandis qu’à l’étage se trouvent les espaces de travail ouverts et trois bureaux individuels. Conçu selon des principes bioclimatiques, il offre aux occupants un confort thermique et une qualité de l’air optimaux, grâce aux matériaux de construction choisis (paille-terre-bois). Pas moins de 260 bottes de paille ont été mises en œuvre pour les parois périphériques qui supportent le poids propre et les charges perma-

2438

nentes, conjointement avec des poteaux bois liés à des panneaux trois plis disposés dans les larges embrasures des fenêtres pour la reprise des charges d’exploitation et de neige. Les parois sont munies à l’extérieur d’un crépi à la chaux ouvert à la diffusion alors que sur la face interne, un simple enduit de terre crue assure la finition. A l’intérieur outre un mur en pisé qui se trouve au centre du bâtiment et contribue à réguler la température et l’humidité, le squelette porteur poteaux-poutres est réalisé en hêtre rouge, une essence en général bradée à des fins énergétiques et qui trouve ici une valorisation à la hauteur de ses caractéristiques mécaniques supérieures. Les assemblages s’en trouvent simplifiés, notamment au niveau des liaisons sommierpoteau. Le sapin blanc, parfois boudé dans la construction, a été utilisé pour réaliser les fermettes de toiture et la dalle d’étage en planches juxtaposées. Le chêne enfin entre dans la réalisation des pièces d’aménagement intérieur qu’il s’agisse des tables, des bibliothèques ou des meubles de bureau. Alors que la part de l’épicéa tend à se réduire dans les peuplements forestiers du plateau, le bâtiment démontre ainsi les larges possibilités de valorisation des essences encore trop souvent sousexploitées. Toutes les essences de la structure et de l’aménagement intérieur (à l’exception toutefois des quelques panneaux à base de bois) proviennent des forêts communales exploitées, comme leurs consœurs de l’ensemble de la Suisse, dans le respect d’une gestion durable des ressources. En hiver, les besoins en chaleur pour le chauffage sont couverts par un poêle à bois disposé

au rez, tandis qu’à la belle saison, la surchauffe est limitée par des stores à lamelles qui font office de brise-soleil et par la ventilation naturelle du bâtiment qui évacue la surchauffe estivale par le lanterneau de toiture. Selon la volonté du maître de l’ouvrage, le chantier a permis en outre de sensibiliser les professionnels et le grand public à ces techniques constructives par le biais de chantiers-formation qui ont offert l’opportunité à différents corps de métiers d’acquérir de nouveaux savoir-faire. Tout au long de la construction, visites guidées et portes ouvertes ont accueilli un public varié de plus de 1000 visiteurs, tandis que plus de 40 personnes ont pris part à une formation théorique et pratique totalisant près de 150 jours de chantier. Cette démarche participative et didactique a rencontré un large succès et s’inscrit dans le cadre des actions de développement durable que la Municipalité de Lausanne promeut depuis de nombreuses années.

Situation


Coupe

Coupe

Plan rez-de-chaussée

10 m

Plan étage

2439


Lieu Avenue du Chablais 46, 1007 Lausanne Maître d’ouvrage Ville de Lausanne, Service des parcs et domaines Architecte CArPE, Collectif d’architecture participative et écologique, Lausanne Ingénieurs civil et bois Normal Office Sàrl, Fribourg; collaborateur: Peter Braun Entreprises bois La Croix Charpente Sàrl, 1068 Les Monts-de-Pully Bois mis en œuvre Hêtre, sapin blanc, chêne 77 m3 (forêts de Lausanne) Coûts CFC 2 CHF 1,336 million Volume bâti SIA 416 1130 m3 Prix/m3 (CFC 2) CHF 1182.– Durée de construction Juillet 2011 – septembre 2012 Photographe Noé Cauderay, Lausanne

2440


Composition toiture: Végétation extensive sur substrat 100 mm Anti racine couche drainante 20 mm Etanchéité Voligeage 30 mm Pannes-chevrons 60 x 100 mm Lambourde 50 mm Fermettes de toiture/Isolation paille 450 mm et cellulose 30-150 mm Planches sapin rabotées 50 mm, joints à battue Composition parois extérieures: Enduit à la chaux 40 mm Bottes de paille 800 x 900 mm Enduit de terre 40 mm Composition plancher: Chape anhydre 43 mm, huilée Résilient acoustique laine de bois 20 mm Terre 67 mm Dalle en planches juxtaposées sapin blanc 160 mm Composition plancher du rez: Chape anhydre 43 mm, huliée Terre 100 mm Panneau laine de bois 280 mm Isolation verre cellulaire 140 mm Radier béton armé 100 mm

Coupe façade

2441


Siège de l’Office fédéral du développement territorial ARE, Ittigen Le nouveau siège de l’Office fédéral ARE n’offre pas seulement de l’espace pour près de 100 places de travail, il reflète également les missions et les aspirations de ses utilisateurs. C’est ainsi qu’il fixe de nouveaux jalons en termes de durabilité, de qualité des espaces intérieurs et en matière d’accessibilité par les transports en commun. La nouvelle construction est le fruit d’un concours initié en 2010 par l’Office fédéral des constructions et de la logistique. Aux côtés de l’écologie et de la durabilité, l’économie, une durée de réalisation réduite ainsi que de hautes exigences architectoniques et d’aménagement du territoire représentaient les critères centraux du cahier des charges. Ces aspects ont été intégrés aux spécifications de la réalisation par l’intermédiaire de la certification Minergie-P-Eco et ‹Climat intérieur sain›. Une construction en ossature était en outre souhaitée par le maître d’ouvrage en raison du planning de réalisation particulièrement serré et du budget cadre de près de 10 millions de francs. Sur près de 20 projets soumis, celui de l’équipe ‹Cascada› autour de Mischa Badertscher a été retenu pour la réalisation. Le nouvel immeuble se situe dans une prairie fleurie aux allures de parc jouxtant la ligne ferroviaire, à proximité de l’Office fédéral de l’environnement OFEV. Par un chemin piétonnier on rejoint ainsi aisément les Offices de l’OFEV, de l’OFAC et de l’OFT ainsi que la gare d’Ittingen. Le corps de bâtiment de quatre niveaux, avec ses lignes épurées, répond aux unités adminis-

2442

tratives voisines. La rigueur formelle de l’édifice se reflète également dans la matérialisation de sa façade. Les lambris prégrisés de 30 mm d’épaisseur, verticaux entre les fenêtres, alternent ainsi avec les bandeaux d’allège en saillie de 200 mm, munis de lames horizontales. Un vaste auvent vers la rue marque en outre l’entrée de la réalisation. Au rez-de-chaussée se situent l’accueil, une salle de conférence et une cafétéria. Les unités de bureaux flexibles sont situées quant à elles dans les étages. Elles autorisent une répartition des locaux adaptée aux besoins de l’utilisateur ainsi que, le cas échéant, une modulation individuelle des espaces. Le cœur de l’édifice est constitué par un atrium s’étendant sur l’ensemble des étages. Muni d’escaliers en cascade, il relie les niveaux et fonctionne comme un lieu de travail et de rencontre grâce à des niches et des zones de service. Ce volume est rythmé par les poteaux de la structure disposés selon une trame resserrée. La variation des éléments de remplissage munis d’attiques vitrés, constitués de fronts d’armoires avançant vers le couloir ou de portes en retrait, rompt l’uniformité et anime les circulations. A l’intérieur de cet espace, le chêne domine et offre une atmosphère raffinée et chaleureuse aux locaux. Eclairci et certifié PEFC, il est utilisé pour les meubles, les portes, les escaliers et le parquet. Par contraste la matérialisation des bureaux est sobre : les parois et les éléments acoustiques sont en carton plâtre peint en blanc, tandis que les chapes en sulfate de cal-

cium sont uniquement poncées et dotées d’un verni de finition transparent. Le sous-sol en béton abrite l’ensemble de la technique. De ce niveau surgissent deux noyaux en béton. De part et d’autre de la zone centrale, ils constituent les voies d’évacuation, stabilisent le bâtiment et accueillent les cages d’ascenseur et les cellules humides. A l’exception de ces éléments, l’ensemble du bâtiment est en bois. Dans le sens longitudinal, quatre axes comprenant des sommiers reposant sur des poteaux en lamellé collé d’une épaisseur de 200 mm assurent la reprise des charges. Prenant appui sur ces composants, des éléments en caisson constituent les diaphragmes de plancher et de toiture. Les parois extérieures non porteuses comblent les vides de 1,61 m de la trame du système principal poteaux-poutres. L’électricité est distribuée dans les étages, à partir de gaines verticales disposées dans les noyaux en béton, par des canaux en allège sous les fenêtres. La ventilation et les installations Sprinkler sont dissimulées derrière les plafonds suspendus de la zone centrale, puis apparentes dans les bureaux, ce qui facilite les opérations de maintenance et les éventuelles adaptations ou extensions de la technique du bâtiment. L’ensemble de l’ouvrage est doté d’une ventilation double flux avec un récupérateur de chaleur rotatif. En cas de besoin, les fenêtres de chaque bureau peuvent néanmoins être ouvertes individuellement à des fins de ventilation. Une pompe à chaleur reliée à la nappe phréatique assure l’apport de chaleur en hiver et le


refroidissement doux de l’édifice dans les mois les plus chauds à travers les serpentins du chauffage au sol. Des panneaux solaires en toiture soutiennent le chauffage et une installation photovoltaïque ultérieure a été anticipée. La nouvelle construction a obtenu le ‹Certificat d’origine bois Suisse›, les 95 % des 550 m3 nécessaires à la construction provenant des forêts indigènes. Le bâtiment remplit les critères du standard Minergie-P-Eco et il est conforme à la société à 2000 W en satisfaisant aux exigences du cahier technique SIA correspondant. L’édifice administratif a reçu également une distinction pour son air intérieur sain et l’ensemble du bâtiment est accessible aux personnes à mobilité réduite.

7331

9

7252

4

50386 52955 733 36

56566 9 50385

8

5038 7332

1

5039

0

503

50407

565

725

670

32

7315

6

50406

50448 72525

7312

5

50384

524

70

50315

7329

1

73289

450

050

503

50316

50330

7315

5

73266 73169

50411 450026

73168

553138

73270

49603

7330

5

50427 50428

5043

6008

7

73114

73112

5043 8

480836

5052

1

5055

73113

1

73115

5051 4

5054

5050

7

7

73116

49886

50493 505

5054

42

4

50469

509

509

529 252

16

493394

50465

49957

50

509

20

49875

4

056

517102

Situation

2443

4933


Coupe longitudinale

Rez-de-chaussée

Etage

20 m

Lieu Worblentalstrasse 66, 3063 Ittigen Maître d‘ouvrage Office fédéral des constructions et de la logistique OFCL, Berne; Direction de projet: Barbara Suter Bénéficiaire Office fédéral du développement territorial ARE, Berne; Direction de projet: Michel Matthey Architecte et planificateur général Mischa Badertscher Architekten AG, Zurich; Direction de projet: Béla Móra Direction des travaux Spörri Graf Partner APP AG, Berne; Direction de projet: Cesare Benati et Franz Troxler Ingénieur civil et bois IHT Rafz Ingenieurholzbau + Holzbautechnik GmbH, Rafz; Direction de projet: Markus Zimmermann Ingénieur CVCS 3-Plan Haustechnik AG, Winterthour; Direction de projet: James Beer Ingénieur électricité Elektro-Design + Partner, Winterthour; Direction de projet: Andreas Luongo Physique du bâtiment Weber Energie und Bauphysik GmbH, Berne; Direction de projet: Moritz Eggen Ecologie de la construction Bau- und Umweltchemie AG, Zurich; Direction de projet: Heike Zeifang Ingénieur sécurité Hügli Ingenieurunternehmung AG, Berne; Direction de projet: Roland Bieri Conception énergétique Edelmann Energie, Zurich; Direction de projet: Andreas Edelmann Entreprises bois Wenger Holzbau AG, Steffisburg (structure, éléments de façade, revêtement de façade, fenêtres et portes extérieures, escaliers intérieurs), et Wirz AG Holzbau, Berne (aménagement et portes intérieurs) Bois mis en œuvre Structure: carrelets d’ossature 110 m3, BLC 265 m3; Panneaux: trois plis 4000 m2, OSB 225 m2, plaques de plâtre fibrées 2820 m2, panneaux de fibres de moyenne densité ouverts à la diffusion 300 m2; Revêtement de façade: lambris épicéa prégrisé: 1450 m2. L’ensemble du bois de la structure et d’origine suisse. Coûts CFC 1–9 CHF 9,92 millions Coûts CFC 2 CHF 9,22 millions dont CFC 214 1,258 millions (214.2 Structure), CHF 182 500.– (214.4 Revêtements extérieurs, corniches, escaliers), CHF 117 500.– (214.7 Construction en bois – travaux de ferblanterie), CHF 16 000.– (214.8 Ajustements), CHF 389 000.– (214.9 Fenêtres, portes extérieures en bois) Surface de plancher SIA 416 3110 m2 Volume bâti SIA 416 10 780 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 855.– Durée de construction Février 2012 – mars 2013 Photographe Fotografie Markus Beyeler sbf, Hinterkappelen

2444


2445


2446


Composition toiture: Substrat végétalisé 80 mm Etanchéité Isolation 100 mm Isolation avec forme de pente 0–180 mm Etanchéité de chantier Eléments en caisson: panneau trois plis 27 mm membrures 200 mm/Isolation panneau trois plis 27 mm Lattage Eléments acoustiques Composition planchers: Parquet chêne 15 mm Chape en sulfate de calcium 70 mm Résilient acoustique 40 mm Eléments en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 220 mm/ alourdissement 70 mm panneau trois plis 27 mm Lattage Eléments acoustiques Composition parois extérieures: Panneau trois plis 19 mm Vide d‘installation 80 mm Plaque de plâtre fibrée 15 mm Frein vapeur Montants d’ossature doubles 180 + 120  mm/Isolation Plaque de plâtre fibrée 15 mm Lattage 30 mm resp. 200 mm Lambris prégrisés 30 mm Composition dalle sur sous-sol: Parquet chêne 15 mm Chape en sulfate de calcium 70 mm Résilient acoustique 30 mm Isolation 200 mm Béton recyclé 280 mm

Coupe façade

2447


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 En Budron H6, CP 113 CH-8008 Zurich CH-1052 Le Mont sur-Lausanne Tél. 044 267 47 77 Tél. 021 652 62 22 Fax 044 267 47 87 Fax 021 652 93 41 info@lignum.ch cedotec@lignum.ch www.lignum.ch www.lignum.ch Bulletin bois, mars 2014 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

Rédaction Roland Brunner, Lignum, et Denis Pflug, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich Impression Kalt Medien AG, Zoug Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum

ISSN 1420-0252

Le Bulletin bois paraît quatre fois par ­année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des diffé­rents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

Profile for Lignum

Bulletin bois 110/2014  

Le bois emblématique

Bulletin bois 110/2014  

Le bois emblématique

Profile for lignum