Page 22

En 2018, nos efforts seront récompensés avec le film «L’odyssée des têtards» film nominé au prestigieux festival animalier de Namur et sélectionné parmi les dix premiers sur 450 participants mais malheureusement non finaliste. Puis dans d’autres concours avec, comme meilleur classement, deuxième au festival «De l’eau delà» et d’autres nominations mais pas encore une première place secrètement convoitée.

Puis une idée germe dans la tête, un fil conducteur avec un début, une intrigue, un scénario, un fil conducteur et une chute pour que cela soit cohérent.

Le format 4k (encore une belle avancée technique) devenu financièrement abordable, m’a poussé à l’achat d’une caméra haute résolution en HDR NIKON de 30 images par secondes pour, dans un premier temps, filmer en terrestre un dernier film « L’exil des tortues » qui sera pour 2019 le film candidat aux concours.

Tout cela clarifié et approuvé par l’ensemble de l’équipe vient alors le moment du bruitage et de la bande son. Là encore, c’est très important de trouver et de composer une musique qui colle au film et à son déroulement, avec de nombreux essais et corrections jusqu’au moment où l’on décide de mettre le mot fin au film. Il se sera passé environ un an pour un film de 5 minutes. Je dirais que, même finalisé on pense «ne peut faire mieux», surviennent toujours avec le recul et la mise en pause du film, quelques jours ou semaines, des approches ou idées qui remettent alors le film en question.

Ignorant l’univers, que l’on appelle «film amateur», le film que monsieur ou madame «Tout le monde» tourne avec une caméra ou autre (c’était ma première idée), ne peut figurer dans un concours, il n’y a plus rien d’amateur !!!!! Cela demande un très long travail, des mois de préparation. Il s’agit de trouver le sujet à montrer ou à documenter, puis vient la prise de vue, des heures de recherches, de patience et d’observation. On parle là de montage !!!

22

Vient alors l’écriture des commentaires en fonction du style que l’on veut donner au film, soit documentaire, soit pédagogique ou historique. De nombreux essais et avis dirigent alors le texte vers la meilleure formulation tenant compte des images et du film.

En tant que vidéaste ayant acquis un peu d’expérience et avec le recul, on apporte sa part de savoir pour tenter d’approcher la perfection.

L’observation, l’approche et la découverte des autres auteurs de films animaliers font qu’un film, selon mon opinion, doit être vu trois fois par le spectateur : une fois pour les images, une deuxième fois pour la musique, laquelle parfois à elle seule porte le film par sa beauté et une troisième fois pour l’écoute du commentaire. Si on arrive à combiner favorablement ces trois éléments on peut prétendre à un film de qualité. Il convient de remercier aussi mes binômes et complices vidéastes de leur patience car plonger avec moi c’est parfois s’endormir sur un sujet. Philippe De Korte Plongeur Lifras 4* de L’A.S.A.M à Mouscron Photos Faune et Flore sous-marines : Philippe De Korte

Profile for LIFRAS

Hippocampe 252