a product message image
{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade

Page 1

Revue officielle de la Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques - rue Jules Broeren, 38, 1070 Bruxelles - Trimestriel - mars 2020- Bureau de dépôt : Bruxelles X - N° d’agrément : P301098

No 255

HIPPOCAMPE Lifras Diving Belgium

Les nouvelles destinations plongée

1


EDITO

Mars, le mois d’une nouvelle AG Le poste d’administrateur de la Lifras est très important. Le conseil d’administration ayant la charge de faire fonctionner l’ensemble de notre ligue, ce poste demande un investissement important de chacun de ses membres afin que tous les postes définis fonctionnent parfaitement. L’engagement des administrateurs permet de faire évoluer notre ligue, au travers d’une ligne de conduite définie par le conseil d’administration. Chaque administrateur ayant sa vision des choses, il apporte sa note personnelle en rejoignant un groupe qui connait les dossiers, depuis quelques années pour certains d’entre eux déjà. Il lui faut en général quelques semaines pour qu’un nouvel administrateur se situe au sein du conseil et découvre les commissions qu’il a en charge ainsi que les tâches qu’il devra assumer. Il faut parfois de long mois avant d’arriver à clôturer les dossiers en cours. Ce travail nécessite une solide pugnacité pour être efficace. Les décisions ne peuvent pas se prendre à la légère. Certains sont parfois déçus de ne pas arriver au projet qu’ils s’étaient fixés. Ils se rendent compte que la fonction d’administrateur ne correspond pas à l’idée qu’ils en avaient. La plupart du temps chacun s’investit de manière importante. Cette fonction demande une grande disponibilité, les conseils d’administration se déroulant le soir, en plus des activités club. On n’est plus très souvent à la maison… Pour travailler au sein du conseil d’administration, il faut savoir travailler en équipe, accepter les points de vue différents, être constructif et avoir l’intérêt général toujours à l’esprit, Cela demande une personnalité qui puisse défendre et argumenter tous ses choix. Je tiens à remercier chacun des administrateurs que j’ai côtoyés au sein du conseil d’administration de la Lifras car si notre ligue est ce qu’elle est aujourd’hui, c’est grâce à leur travail et leur investissement.

Merci, Marc Hiernaux

3


Hippocampe n°255 mars 2020 Revue officielle de la Lifras A.S.B.L. Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques (membre fondateur de la CMAS) Quatre parutions l’an : mars - juin - septembre - décembre Siège social : Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02 521 70 21 - Fax : 02 522 30 72 E-mail : lifras@lifras.be Éditeur responsable : Maria del Pilar Ruiz Lopez Rue G.Stocq, 18 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Rédacteur en chef et régie publicitaire : Marc Hiernaux Avenue des Paveurs, 10 1410 Waterloo Gsm : 0475 46 09 65 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be Comité de rédaction : Sylviane Godin sylviane.godin@gmail.com Robert Henry henry.robert@skynet.be Luc Smit lucsmit@omnipubli.be Rose Kondrativ rose.kondrativ@gmail.com Correcteurs : Cécile Hauterra Albert Potier Marie-Jo Dauby André Schweicher Florence Crohin Catherine Vincke Chris Pauwels

8 22

Infographie : Rose Kondrativ rose.kondrativ@gmail.com Production : Omni Publi sprl info@omnipubli.be Toute reproduction, adaptation ou traduction, même partielle, des articles parus dans ce numéro, est interdite sans l’accord préalable de la rédaction. L’Hippocampe décline toute responsabilité pour les documents et photos qui lui sont envoyés.

4

Photo de couverture : Marc Hiernaux

14

Attention!

Vos articles, photos et publicités de dernière minute pour le prochain Hippocampe doivent parvenir au rédacteur en chef au plus tard le 20 avril 2020


Sommaire

6 36

6 Eric Serra 8 La Martinique 14 Le Sidemount à la Lifras 18 La Dodaine fait son cinéma 21 Mémorial Patrick Sastre, Jean Bernard Dupont 22 Le Sutanat d’Oman 28 Baptême de Plongée Adaptée 29 Commission Féminine 32 Plongée Enfant : statut Parent Encadrant 34 Programme stage Zélande Journée biologie eau douce 35 Plongée souterraine 36 Test : gilet Subea SCD 500 38 Test : gilet Subea SCD 500 B 40 Salon de la plongée à Paris 42 La nouvelle réglementation sur la navigation de plaisance 44 Au coeur du brevet théorique AM 47 Commission Enseignement - Membres de la Commission - Nouveaux Moniteurs 2019 - AG Enseignement : le MIL 2020 - Devenir Moniteur National - Modifications majeures pour 2020 - Calendrier 2021 54 Les jubilaires 2019 56 Cours AMB 57 Cours CFIP 58 Numéros d’appel d’urgence 59 Infos utiles 61 Exercice TSA

INFO Lifras Le CA rappelle à ses membres que la Lifras n’est en rien responsable des dégradations de matériel dans le cadre des activités Lifras et qu’il appartient aux personnes concernées de prendre contact avec l’assurance RC-familiale du tiers responsable. 5


ERIC SERRA Rencontre avec le compositeur de la musique du film culte

«Le Grand Bleu» La Lifras, partenaire du ciné concert «Le Grand Bleu», a rencontré Éric Serra lors de son passage à Bruxelles pour la promotion de son concert au Palais 12 du Heysel (Bruxelles). Dans le précédent Hippocampe, il nous parlait de son expérience sur le tournage du Grand Bleu. Suite de son interview. Hippocampe : Vous faites de la plongée bouteille en loisir ou technique? Éric Serra : Je pratique la plongée loisir. J’ai commencé la plongée loisir lors du tournage du film de Luc Besson «Atlantis» (film documentaire sur la beauté et la diversité de la faune sousmarine), Luc avait toute une équipe sur un bateau qui sillonnait les mers du monde et ce pendant 3 ans. Luc et moi nous les rejoignions de temps en temps, des vacances aux frais de «Gaumont» … (rires)! Nous plongions avec eux. C’était génial étant donné que tous étaient des plongeurs-cameramen ultra professionnels et d’un très haut niveau de plongée. Luc et moi nous avions chacun notre binôme et très surprenant, le mien s’appelait Jean-Marc Bourre 6

… presque Jean-Marc Barr (qui joue le rôle de Jacques Mayol dans Le Grand Bleu). Mon binôme était un ancien plongeur de combat, alors quand je me baladais avec lui sous l’eau, je me sentais en toute sécurité, c’est comme si je me promenais avec Rambo dans la jungle… (rires). C’était génial, je n’avais à me soucier de rien, j’étais en totale confiance. Avec cette équipe, j’ai fait des plongées extrêmes, en mer Rouge, comme le fameux «Blue Hole». J’ai fait des centaines de plongées audelà des 70 m. Aujourd’hui, je plonge encore loisir dès que j’en ai l’occasion, comme cet été aux Maldives.


H : Vous avez composé la musique du Grand Bleu, d’Atlantis mais aussi de Léon, de Nikita, du 5ème élément (tous de Luc Besson)… Quelle est la musique que vous avez préféré composer? Si vous ne deviez en retenir qu’une? Laquelle choisiriez-vous pour votre autobiographie? ER : Franchement, je n’ai pas de réponse … Toutes ces musiques me caractérisent. Elles reflètent toutes l’émotion que je peux ressentir en fonction de ce que je vois. Si Léon n’a rien à voir avec le Grand Bleu, la musique non plus. Voir un mec flinguer des gens, cela ne me procure pas les mêmes émotions que la vue de dauphins … H : Éric Serra, vous composez en visionnant les images, autrement dit, après le tournage des séquences d’un film? ER : Oui, je compose à l’image. Je compose purement émotionnellement. C’est vraiment ce que je ressens à ce moment-là. H : Quels sont vos futurs projets? Un film qui a comme thème la mer? ER : Non, pour l’instant je travaille sur un album qui a pour thématique l’aventure humaine dans l’espace. Et l’été prochain, je travaillerai sur une musique d’un film qui parle de la nature terrestre cette fois-ci et plus précisément autour du microcosme du chêne? H : Merci beaucoup Éric Serra, et bon concert le 31 mars. La rédaction

7


La Martinique Une destination plongée au départ de Charleroi

PRÉSENTATION La compagnie d’aviation AIR BELGIUM organise depuis quelques mois des départs pour la Martinique depuis la Belgique, plus exactement depuis l’aéroport de Bruxelles Charleroi. La beauté des fonds marins en Martinique mérite grandement que je vous décrive dans cet article les possibilités offertes grâce à cette ligne aérienne directe. En effet, on peut réserver des tickets aller-retour pour approximativement 350 €. Il y a de très nombreux clubs de plongée sur la Martinique et les fonds sont magnifiques. J’ai eu l’occasion de plonger dans plusieurs clubs, sur toute la côte depuis le nord jusqu’au sud. Je vous donnerai les informations sur les hôtels dans lesquels j’ai logé ainsi que les clubs avec lesquels j’ai plongé

8

à la fin de cet article, dans un cartouche spécifique. La carte jointe vous indique la zone couverte par les clubs de plongée. Il y a plusieurs avantages à organiser des plongées en Martinique. Parmi ceux-ci on peut noter que la monnaie est la même que chez nous, c’est-à-dire l’euro, il n’y a pas besoin de passeport, la carte d’identité suffit, que la langue parlée est le français, la qualité de l’hébergement est très confortable, voire luxueux si on le désire. On y trouve toutes les grandes surfaces que nous avons chez nous. Enfin, la situation politique est plus que stable L’île étant magnifique, avec une végétation luxuriante, les accompagnants qui ne désirent pas plonger ont la possibilité de faire des superbes balades.


9


10


LA PLONGÉE Tout le long de la côte Est il y a des clubs de plongée. On plonge principalement du côté Est, étant donné que la côte Ouest est la côte atlantique et les conditions de plongée y sont vraiment beaucoup plus difficiles, voire dangereuses. On peut plonger du Nord au Sud, les fonds marins du Sud étant très différents de ceux du Nord : ils sont beaucoup plus coralliens. Pour les sorties clubs, j’ai remarqué que les embarcations des clubs où j’ai plongé étaient adaptées à 18 plongeurs en général. Donc, si vous organisez vos sorties clubs, le mieux est de prévoir le quota de 18 plongeurs sur le bateau. Les accompagnants peuvent, s’ils le désirent, louer une voiture et faire de belles excursions ou faire du farniente à l’hôtel. La fédération française est très présente sur l’île, mais on peut plonger aussi avec des clubs d’autres appartenances et les règles de plongée sont celles appliquées en France. Les fonds sont d’une beauté remarquable, il y a une faune benthique exceptionnelle, et tout à fait préservée. À chaque plongée que j’ai effectuée, j’ai découvert une vie remarquable. Les éponges de plus d’un mètre de haut ne sont pas rares et dans chacune de celles-ci, il y a de la vie. La température de l’eau, aussi bien en surface que dans le fond varie entre 26°C et 28°C, selon les saisons, ce qui permet de plonger avec une combinaison légère. Les fonds sous-marins de l’île ont un profil qui démarre d’une très faible profondeur et descend en pente douce, vers les fonds qui dépassent les 60 m. Ce profil est très semblable à ceux que l’on retrouve chez nous en Zélande, mais avec une visibilité de plusieurs dizaines de mètres. Cela permet à tous les plongeurs de pouvoir partir ensemble du même bateau, quel que soit leur niveau. Vous pouvez lors de vos sorties aussi bien contenter des plongeurs qui désirent faire des baptêmes à faible profondeur, que ceux qui désirent faire de la plongée plus profonde. Pour une première approche et se faire une idée générale, il me semble plus intéressant de démarrer dans la partie centrale de l’ile, c’est-à-dire la baie de Fort-de-France. 11


Le club avec lequel j’ai plongé (Espace Plongée) propose un package intéressant pour une semaine de plongée qui vous permet de plongé depuis le nord jusqu’au sud ou vice versa et donc d’avoir un aperçu général des fonds marins qui se trouvent sur l’île. Il pratique également des promotions de groupe, tout compris : vols, hébergement, 10 plongées.

12


VOLS www.airbelgium.com Réservation aller-retour à partir de 350E

Le club qui nous a reçus au sud, (Village Pierre et Vacances, Kariba plongée) organise principalement des sorties dans le sud, il se spécialise principalement dans la zone proche d’un rocher célèbre qui s’appelle le Diamant. Le club qui nous a reçus au nord est un plus petit club (Surcouf Dive) associatif mais il peut aussi vous organiser un hébergement si vous le désirez. Au travers de ces quelques mots, j’espère que cela vous a donné l’envie d’aller vers cette belle destination... Texte et photos : Marc Hiernaux

HOTELS Le Panoramic Anse à l’Ane 97229 trois illets Lepanoramichotel1972@gmail.com www.le panoramic.fr Hôtel luxueux, relaxation garantie , vue imprenable sur la baie de Fort de France. Pierre et vacances-Village de Saint-Luce Lieu dit Pavillon- Pointe Philippeau 97228 Sainte Luce – Martinique Tél : 05.96.62.12.62 Email : reception.st-luce@groupevcp.com www.pierreetvacances.com Le club de plongée Kariba est intégré au Village CENTRE DE PLONGÉE Surcouf Dive Plage de la Guinguette 9750 Saint-Pierre, Martinique Tèl : 06.96.24.39.45 Espace Plongée Mr Walter Wargnier Marina de la pointe du Bout, les trois îlets 05.96.66.01.79. - 06.96.25.11.90 www.espaceplongee-martinique.com info@epm972.fr Kariba Plongée Village Pierre et Vacances Pointe Philippeau 97228 Martinique Contact 0596 83.13.51 - 0596 18.10.72 www.karibaplongee.com Karibaplongee@gmail.com Comité Martiniquais du Tourisme Bureau france/Europe www.martinique.org 13


LE SIDEMOUNT À LA LIFRAS : Après quelques mois de préparation et l’annonce faite dans une INFO TECH, le comité «Recherches et Développement», piloté par Thierry Charlier, a mis en place la formation Sidemount Tech au sein de notre fédération. Ce type de configuration du matériel de plongée est pratiqué depuis les années 70 essentiellement par des plongeurs spéléologues. Cette pratique est née en Angleterre, sous le titre de plongée à «l’anglaise». Elle a passé les océans et s’est développée au sein de nombreuses fédérations. Même les fédérations de plongée «loisirs» disposent maintenant de possibilités de formation en Sidemount.

Il a fallu attendre la mise en place progressive de la Commission de plongée technique pour qu’au sein de la Lifras, nous puissions annoncer cette nouvelle possibilité de formation.

QU’ENTEND-T’ON PAR CETTE PRATIQUE? Cette technique prescrit le port des bouteilles non plus sur le dos mais sur les côtés du plongeur, en latéral. En effet, la tête de bouteille est placée sous l’aisselle et longe le corps du plongeur. Cette pratique tend également à chercher une certaine optimalisation et simplification dans la configuration du matériel transporté par le plongeur Sidemount. Ce n’est donc pas simplement mettre les bouteilles latéralement mais bien d’une autre manière de plonger.

MAIS POURQUOI LE SIDEMOUNT ? Sans dévoiler les chapitres du manuel Lifras sur le sujet, cette technique de plongée garantit une certaine légèreté dans l’évolution, un sentiment de liberté et une certaine simplicité que 14


UNE RÉALITÉ DEPUIS PEU l’on retrouve également lors de la progression des plongeurs en apnée mais avec une plus grande autonomie. Il s’agit en plus pour le plongeur Sidemount, d’une manière de se différencier des autres plongeurs et de lui de voyager «light» en globetrotteur qu’il est ainsi devenu. D’autres critères mettent en avant l’intérêt de cette configuration : redondance, adaptation morphologique, meilleur positionnement du lestage, etc. Pour être complet, il y a qu’en même des inconvénients : gestion de 2 détendeurs, transport de deux blocs, etc.

Ce fabricant de matériel notamment pour la plongée technique, dispose également d’une ligne développée pour la plongée en sidemount. Grâce à l’accord intervenu, les encadrants recevront une mise à niveau spécifique sur le matériel TECLINE. Mais surtout, les candidats plongeurs

Sidemount Tech disposeront, lors de leurs formations, d’un kit de matériel un gilet et de deux détendeurs complètement équipés (tuyau long, tuyau court, manomètres, etc.). Après la formation, les candidats pourront profiter de leur nouvelle expérience et acquérir ce matériel à prix concurrentiel.

Nous avons réglé au sein de notre Commission deux inconvénients souvent mis en avant : instructeurs compétents et matériel spécifique peu disponible. Nos instructeurs ont été formés dans d’autres agences et ont fait l’objet au sein même de la Lifras d’une mise à niveau standardisée. Grâce à l’implication dans notre Commission, de notre présidente Lifras, Pilar Ruiz Lopez, un protocole d’accord est en cours de finalisation avec la firme TECLINE. 15


INTÉRESSÉ? Comme toujours au sein de la Commission de plongée Technique, les formations sont coordonnées par le Comité Tech en charge de l’activité. Les demandes de formation sont à introduire à l’adresse tech@lifras.be. Le responsable du Comité coordonnera le cursus. Nous avons la chance d’avoir une répartition géographique des instructeurs sur toute la Belgique francophone. Le candidat intéressé achètera son kit Sidemount auprès du secrétariat de son club qui s’adressera ensuite au secrétariat Lifras. LE KIT SIDEMOUNT Il est composé d’un manuel de cours, de la fiche de formation, de la carte de certification CMAS et d’un porte-documents Lifras. Le Conseil d’administration en a fixé le prix à 75 €. PROGRAMME DE FORMATION La formation proposée correspond aux normes de la CMAS en la matière. Un standard Lifras a été réalisé sur cette base. Les prérequis à la formation sont simples : - avoir 16 ans accomplis - être plongeur deux étoiles affilié à un club de la Lifras - être en possession d’un certificat médical de non contreindication à la plongée et un électrocardiogramme à l’effort (ECG), tous deux en ordre de validité A l’issue de cette formation Sidemount le plongeur disposera d’une meilleure compréhension de : - la manipulation et l’utilisation du matériel adéquat - du danger potentiel et de la responsabilité du plongeur dans l’usage de ce type de matériel la maîtrise en plongée de la position, des procédures de progression et de sauvetage - des avantages et inconvénients de la configuration Sidemount Il est important de rappeler qu’à l’issue de cette formation, le plongeur sera capable d’utiliser la configuration Sidemount à savoir équipé de plusieurs bouteilles mais toujours dans la limite des prérogatives de ses brevets de plongée.

EN CONCLUSION

Tout indique que ce type de configuration trouve bien sa place au sein des diverses fédérations de plongée et donc également au sein de la Lifras. Il s’agit d’une formation complémentaire pour le plongeur «loisirs» intéressé qui devra dans cette position : - Acquérir la technique d’évolution horizontale : le bon trim. - Revoir sa technique de vidage de masque et sa communication gestuelle. - Adapter ses passages d’embout et les techniques de sauvetage. Sujet d’actualité s’il en est, la technique enseignée permet d’envisager une meilleure préservation du milieu subaquatique. En conclusion, il n’y a plus qu’à s’inscrire … Marc Allemeersch Coordinateur Technique Commission de Plongée Technique 16

Photos : Nicolas Mouchard et laurent Miroult


PROMOS PARTENARIAT

Notre présidente Lifras, Pilar Ruiz, a profité de son passage au salon de Paris pour rencontrer le distributeur de TECLINE, Karel Levrau. Après quelques échanges avec ce dernier et Jean-Philippe Danneau, d’AQUATOP, ils ont abordé le développement du Sidemount à la Lifras. Très rapidement, un partenariat entre TECLINE et la Lifras a pris forme. TECLINE soutient financièrement la rédaction du Manuel Sidemount Technique Lifras en proposant diverses illustrations. Mais surtout, TECLINE, par l’intermédiaire de son distributeur AQUATOP, propose la mise à disposition de kits complets de matériel Sidemount aux candidats plongeurs à cette formation, et ce gratuitement. En effet, pour suivre la formation «Lifras Sidemount», le candidat doit être équipé. Quel matériel acquérir? TECLINE met donc à disposition de nos candidats, un gilet et le set de détendeurs de leur ligne Sidemount. Ainsi, nos plongeurs peuvent découvrir la technique et le matériel. L’accord se poursuit en offrant l’achat d’un kit à un prix très intéressant et cela uniquement aux membres Lifras. Ce partenariat particulier traduit le dynamisme de la Commission de Plongée Technique Lifras. La démarche se poursuit pour développer le Scooter dans notre Ligue. A suivre.

Kit détendeurs Sidemount.

675€ au lieu de 794€

Encore de meilleurs conditions pour les instructeurs n’hésitez pas à contacter AQUATOP.

D’autres modèles et assortiments d’accessoires aux mêmes conditions.

Marc Allemeersch Coordinateur Technique Commission de Plongée Technique

Kit Sidemount Avenger 16

449€ au lieu de 529€ Kevlar 539 € au lieu de 631,80 €

Zoning industriel,16

5190 MORNIMONT

0475/705010

www.aquatop.biz

17


La Dodaine fait son cinéma Les 1 et 2 novembre, l’équipe de tournage de Frakas Production envahit la piscine de la Dodaine à Nivelles, pour tourner une scène qui se déroule sous l’eau. Patrick Ridremont réalise un longmétrage «Le Calendrier» (titre provisoire) dans lequel un jeune homme, Clément Olivieri (William dans le film), se noie. Sa compagne Eva, (Eugénie Derouand) le découvre gisant au fond de l’eau et tentera de le sauver. Le Cyana a été contacté pour assister l’équipe pour tout ce qui concerne la logistique subaquatique et la sécurité de l’équipe et des acteurs sous l’eau. Une semaine avant le tournage, Clément est venu à la Dodaine faire son baptême de plongée et quelques exercices d’apnée afin de pouvoir réaliser la scène désirée. Clément est heureusement doué de nature pour l’apnée. Il a découvert les joies de respirer sous l’eau et il n’est pas exclu qu’il prolonge l’expérience près de chez lui à Paris. 18


Le premier jour de tournage, l’équipe a filmé les scènes qui se passent en surface. Notre présence n’était donc pas requise. Le deuxième jour a été dédié au tournage des scènes sousmarines. Le planning prévu pour la journée était divisé en deux phases : la première phase pour mettre en place le «décor», soit un sas tout noir censé représenter la nuit noire au fond de l’eau. La deuxième phase : tournage proprement dit de la scène sous l’eau. Samedi 2 novembre, 8h30, les plongeurs du Cyana arrivent à la piscine afin de préparer les scaphandres, bouteilles et autres ceintures de plomb sans oublier les bouteilles d’oxygène et masques de réanimation que l’on espère bien ne pas devoir utiliser. 9h arrivée de l’équipe de tournage. La mise en place du décor peut commencer. Il s’agit de placer des bâches sur le fond (6 m x 6 m) et sur les parois de la piscine (deux fois 6 m x 4 m) pour créer cette atmosphère de nuit noire, sombre et ténébreuse. Les bâches sont fixées depuis la surface et maintenues tendues dans le fond au moyen de gueuses en inox (6kg chacune). Une bonne douzaine de gueuses fut nécessaire afin que le tout soit bien tendu. En deux heures la partie sous-marine du décor était en place et le Cyana avait rempli sa tâche avec efficacité. L’équipe technique du tournage n’a pas été en reste et s’est chargée d’ériger une sorte de tente afin de couvrir («bâcher») la partie aérienne de la piscine. Est venu se loger dans cette tente un spot d’éclairage continu et concentré (1200 W…) afin d’apporter «un peu» de lumière pour la prise de vue. Entre 12h et 13h30, petite restauration avec tous les membres du tournage, acteurs, réalisateur, producteur, cameraman, équipe technique et nous les plongeurs d’assistance soit au total quand même une vingtaine de personnes. Moment spécial, un mélange de calme et concentration pour ce qui va venir, un peu de stress aussi. La mise en place du décor s’est déroulée sans encombre, tout est en place et nous sommes dans les temps. 13h30, les choses sérieuses vont commencer. Le réalisateur Patrick Ridremont fait le briefing : il explique posément ce qu’il attend de chacun et comment il voit la scène. Chacun écoute attentivement. Ensuite, il faut mettre «en musique» la scène. Discussion et échange entre acteurs-plongeurscaméraman sur la faisabilité de la mise en scène, retour vers le réalisateur et mise en place d’un protocole : mode de communication entre les plongeurs et la surface, rôle de chacun, organisation de l’assistance sous-marine : qui fait quoi, quand et comment. C’est ici que le pré-entraînement la semaine précédente avec Clément, a porté ses fruits. On répète les gestes préparés et on modifie en fonction des sensations du jour de Clément ainsi que d’Eva, sa compagne dans le film. En effet, maintenant il y a «un peu plus» de stress lié au tournage et l’acteur est là pour se concentrer sur sa composition et non sur ses performances d’apnéiste ou de plongeur. Il faut parfois lutter contre un réflexe naturel et faire confiance à un tiers qui va venir donner de l’air quand une envie irrépressible le pousserait à remonter à la surface pour respirer. Chapeau aux acteurs qui ont montré de réelles capacités subaquatiques : savoir-faire des apnées d’une 19


bonne minute, prise d’embout, vidange de masque le tout en si peu de temps, cela n’est pas donné à tous. Un autre point-clé dans une opération comme celle-ci est la caméra. Ici l’équipe utilise une caméra Arri, dont on ne citera pas la valeur mais vous imaginez bien qu’il y a beaucoup de zéros. Et cette caméra s’est retrouvée dans un sac étanche pour ne pas dire un caisson étanche. Ce qui paraît simple en surface devient soudainement beaucoup plus difficile une fois sous l’eau: buée sur la vitre du sac, infiltration d’eau, connections qui prennent l’eau. Bref, Le cameraman et le chef-opérateur ont eu beaucoup de fil à retordre pour arriver à réaliser toutes les prises. Nous plongeurs, nous étions bien au chaud dans notre combinaison 3 mm. Il n’en était pas de même pour les acteurs. Des doublures étaient même prévues pour les répétitions afin de les préserver du froid. Mais tout est bien qui finit bien, la journée sera un succès avec 12 minutes de rush pour réaliser une scène de plus ou moins une minute. Vers 19h30, comme prévu, nous rendons «les clés» de la piscine au directeur, toutes traces du tournage ont disparu et la surface de l’eau a retrouvé sa quiétude et son aspect miroir du samedi soir. Pour conclure, ce fut, en tout cas, une très chouette expérience pour le Cyana : participer à un tournage et voir l’envers du décor, ce n’est pas quelque chose que l’on vit tous les jours : 11h de travail, 20 personnes, des tonnes de matériel, 9 bouteilles 10l d’air respirées, des kilos posés et transportés,

20

du matériel hors de prix exposé à l’eau pour au final 1 à 2 minutes de scène pour un long métrage. Nous remercions aussi l’équipe de tournage de Frakas Production, les acteurs, le réalisateur Patrick Ridremont pour la confiance qu’ils nous ont témoignée, du réel partage d’expérience, chacun dans son domaine et de la très bonne entente sur le «plateau» même si la tension était à son comble quand la buée venait titiller la prise de vue, et que bien sûr, l’heure tourne inexorablement… Mais tout est bien qui finit bien, la journée se clôture à 19h30 comme prévu !!! La sortie du film est provisoirement estimée pour la fin 2020 (?). Nous sommes déjà curieux d’aller le découvrir. Texte et photos : Guy Schotte


Mémorial Patrick Sastre Jean Bernard Dupont Le 17 novembre dernier se déroulait la seconde édition du Mémorial Patrick Sastre Jean Bernard Dupont dans le bassin olympique de Charleroi Hélios.

Cet événement unique combinant deux disciplines aquatiques, à savoir la nage avec palmes et le sauvetage sportif, est né à l’initiative de Muriel Xhervelle et Burak Basturk du Club Sauvetage de Bastogne (CSB), et a vu le jour en partenariat avec la Fédération Francophone Belge de Sauvetage (LFBS). L’idée originale étant d’offrir aux nageurs la possibilité de se mesurer dans 2 disciplines aquatiques ayant pour point commun l’utilisation de palmes comme moyen de propulsion. Ce ne sont pas moins de 140 nageurs issus de 3 nations qui se sont réunis pour cette deuxième édition.

C’est avec émotion que la journée a débuté par un hommage à notre ami et père fondateur de l’apnée en Belgique : Philippe Desitter, qui nous a quitté récemment. En son honneur, un trophée «Philippe Desitter» a été décerné aux vainqueurs du 50 m apnée en catégorie junior et senior.

De nombreux clubs ont répondu présent : le CSB (Bastogne), l’Aquani (Nivelles), le PCD (Douai-France), l’UEP (Uckange-France), le DRBD (DrodrechtPays-Bas), l’Orka97 (Gouda-Pays-Bas), l’ESNS (Seraing), le SCR (Rixensart), le Nautilus (Hasselt), le STH (SaintHubert), le LGM (Liège), le Boust (Louvain-La-Neuve) et Les Dauphins Durbuysiens (Marche-Durbuy) garantissant de belles courses pendant cette journée.

Au terme de la compétition, nous ne dénombrons pas moins de 16 records de Belgique battus : Tous les résultats se trouvent sur la page Facebook Lifras – Officiel. L’organisation adresse ses chaleureux remerciements à l’équipe de la LFBS, aux officiels, aux parents et bénévoles qui ont œuvré au bon déroulement de cette journée. Ils remercient également Jonathan Vannieuwenhuyze, président de la Commission Audiovisuelle de la Lifras, pour la réalisation de magnifiques photos.

Le rendez-vous est déjà pris pour la 3e édition en novembre 2020. Burak Basturk

21


LE SULTANAT Une nouvelle destination pour nos plongeurs belges!

22


D’OMAN

Le Sultanat d’Oman ou en bref Oman est un pays de la péninsule d’Arabie. Ouvrant sur l’Océan Indien, ses côtes longent la mer d’Arabie et le Golfe D’Oman. Ce pays est situé entre les Emirats arabes unis (Dubai et Abu Dhabi), l’Arabie Saoudite et le Yemen. La capitale portuaire d’Oman est Muscat. Au dernier recensement, le Sultanat d’Oman comptait plus de 4,6 millions d’habitants. Oman est gouverné par le Sultan Quabus Ibn Said qui est adoré par son peuple pour tout le bien-être qu’il apporte au pays depuis 40 ans déjà. Économiquement, le pays sort ses ressources du pétrole mais, conscient de ses réserves limitées, le gouvernement a décidé de développer le tourisme. Cette politique se concrétise par la construction d’hôtels et de diverses infrastructures touristiques avec la volonté d’éviter le tourisme de masse. Un autre aspect économique est le développement de l’exploitation des mines de cuivre et de marbre. Blue&Green Adventures Depuis quelques temps, de plus en plus de plongeurs de notre Ligue font confiance à Blue&Green Adventures pour découvrir de nouvelles destinations. Christine nous a proposé une semaine de séjour à Oman avec un double programme : culturel et sous-marin. Juste de quoi nous satisfaire vers une destination «presque» inconnue. La découverte de Mussanah Clairement, tout paradis se mérite. Après un premier vol au départ de Bruxelles à destination d’Istanbul, une escale d’environ 2 heures, nous atterrissons à l’aéroport international de Muscat. Un transfert en minibus d’une heure et demi nous amène dans un établissement extraordinaire : le complexe hôtelier Millenium Mussanah. Malheureusement, nous arrivons de nuit et la beauté de l’environnement devra attendre quelques heures pour nous sauter aux yeux. Quelques heures de sommeil réparateur nous remetent sur pieds pour découvrir les installations de ce complexe 4 étoiles tout confort où se mélangent les activités telles que la voile, la randonnée aquatique, la natation en piscine ou en mer, un club de santé, de fitness et un spa, … Le paradis existe, nous y étions pendant une semaine. Mais le premier objectif de notre séjour n’est autre que la plongée dans cette mer à 30°C. Cette plongée en costume 2mm est un plaisir fabuleux. Nous sommes accueillis comme des princes dans le centre de plongée jouxtant l’hôtel. Les maîtres mots de nos hôtes : chaleur et professionalisme Disposant de matériel en location en parfait état et moderne, nos guides nous présentent le centre de plongée qui est équipé d’une station de gonflage NITROX, de zones de rinçage, de douches et de vestiaires, de bacs de rangement individuels, … Un premier rendez-vous est pris pour le lendemain à 8h30 dans le port situé à 50 mètres du centre de plongée au sein même de la marina de l’hôtel. Deux bateaux rapides sont mis à notre disposition comptant 14 places chacun. Christine avait veillé à faire charger la collation de l’entre deux plongées : salade individuelle, sandwich frais de qualité, dessert et boissons. Après une heure de navigation, nous rejoignons notre premier site de plongée. 3,2,1 go. L’eau est aussi chaude que la température extérieure, même pas un frisson. Nos yeux s’ouvrent sur des fonds flamboyants foisonnant de poissons, de nudibranches, de coraux, … une première tortue nous accueille calmement. Plus loin, un couple de seiches nous attend comme des stars aux pieds du tapis rouge 23


de Cannes. Nos flash crépitent, nos phares vidéo s’allument pour mettre tout cela en boîte. Émerveillés, nous sortons de l’eau dans le respect des consignes !!! 50 bars ou 60 minutes. Plusieurs centaines de mètres plus loin, nous rejoignons une île déserte désignée comme réserve naturelle et fermée à l’accès pour protéger la reproduction des tortues et des oiseaux. Le sable y est blanc, le ciel est bleu partout. Je vous dis : le paradis existe... La seconde plongée nous offre le même spectacle agrémenté de murènes de toutes les couleurs, de balistes, de mérous, et d’un splendide requin léopard d’environ 3 mètres. Pour presque tous les plongeurs, il ne manque plus qu’à voir les hippocampes et notre parcours sous-marin sera comblé. Ce n’est que partie remise. Chaque plongée du séjour nous a marqués de par la qualité des fonds, la multitude de faune et de flore, … et par la rencontre des tortues, requin léopard, murènes et hippocampes en plus des nudibranches et des petites crevettes. Je vous dis le paradis existe et je crois qu’il se trouve à Oman.

24

Mais on ne voyage pas dans un pays sans en connaître un minimum sa culture. Christine de Blue&Green, forte de ses contacts locaux, nous a préparé une première visite : la forteresse de Rustaq. En effet, les forts d’Oman sont nombreux. Ils avaient un objectif militaire bien évidemment, mais leur architec-

ture spécifique en fait des centres d’intérêt sous la conduite d’un guide local toujours dévoué et personnalisant sa visite. Rustaq a été le lieu de résidence de plusieurs sultans et de leur famille. Bien que la visite se réalise sous le soleil (qui brille tout le temps) avec un super guide, le temps passe à une vitesse incroyable tant il y a à voir : salles de


logement, de prière, de lecture, de travail littéraire, de repas, … et un peu plus loin une oasis. Comme dans les films. Un désert vous entoure et puis une zone verte, plusieurs zones vertes, des oasis quoi ! La seconde partie de la visite nous amène dans un wadi : Le wadi Bani Awf. A bord d’un 4x4 moderne, nous crapahutons sur une route étroite dans des canyons aux paysages lunaires. Les montagnes qui nous entourent regorgent de marbre et de cuivre mais tout cela ne se voit pas. Une autre visite incontournable est la promenade dans un wadi. Le Wadi Shab fut le clou du spectacle qu’Oman nous a offert. Après une randonnée en bordure de la rivière pendant une petite heure, notre guide nous fait plonger dans la rivière et dans ses retenues d’eau. Plus loin, après la remontée de la rivière et le franchissement de l’entrée d’une grotte, nous découvrons une cascade hallucinante de beauté. Les images rapportées ne traduisent qu’à peine la beauté des lieux. Une dernière visite incontournable au Sultanat d’Oman est le souk de Mascate. Attirés par les parfums, nous entrons dans le souk couvert de Muttrah donnant sur le port de Muscat. Par ailleurs, dans ce port, nous remarquons un yacht énorme aux couleurs du Sultan. Nous en déduirons qu’il pourrait s’agir de son bateau, un des plus grands yachts personnels au monde. Là sous nos yeux éclairés de mille lumières, beau sans en dire plus. Le souk n’est pas l’endroit de tous les marchandages agressifs. Nous n’avons jamais été accrochés de manière pesante. Intéressés par ce qui s’y vend, vous entrez 25


dans l’échoppe et négociez l’un ou l’autre achat sinon … sans encombre, la ballade ou plutôt la visite se poursuit découvrant des bijouteries où l’or remplit les étalages, des magasins de décoration remplis d’accessoires en cuivre, des parfumeries et de vendeurs d’encens en vrac. Les arbres à encens produisent la hujara, une des résines les plus rares au monde. Même sortis

26

du souk, l’odeur de l’encens brûlé nous accompagne. Après l’extase visuelle, l’extase olfactive. Il ne reste plus que le goût. Parlons-en pour être complet. La nourriture proposée à l’hôtel, mais aussi dans les nombreux restaurants, met en éveil nos papilles gustatives. La nourriture traditionnelle à base de riz, poisson et viande épicés avec la carda-

mome, le safran, le curcuma ou le clou de girofle est savoureuse. Au Millenium Resort, un buffet est dressé pour les vacanciers. Chaque jour, le thème est différent : italien, indien, omanais, … Une cheffe en cuisine veille à une nourriture de qualité mais surtout variée bénéficiant de l’influence culinaire des pays voisins. Que du bonheur.


Tu organises des voyages sur mesure en recherches constantes de satisfaction des clients, peux-tu nous en dire un peu plus, sur tes prochains projets?

Nous avons posé quelques questions à Christine pour conclure ce reportage. Qu’est qui fait que Oman est une destination unique et atypique? L’Egypte a surexploité ses réserves et son accueil aux plongeurs en a beaucoup souffert. La surpopulation de plongeurs et de touristes ont miné la beauté des lieux. Oman, c’est l’Egypte d’il y a 20 ans en plus qualitatif et en mieux structuré … influence anglaise oblige. Oman offre un excellente qualité au niveau de ses infrastructures touristiques et a choisi des refuser le tourisme de masse, cela préserve le charme et l’exclusivité des lieux.

Quel est ton meilleur souvenir en mer et sur terre à Oman? C’est difficile à dire…parfois nous n’avons pas assez de nos deux yeux pour observer tout ce qu’il se passe tant l’eau tant il y a de la vie. Je pense que mon meilleur souvenir de ce séjour reste la rencontre avec deux gros hippocampes brun rouges qui faisaient presque 25cm de hauteur. Sur terre, je prends toujours autant de plaisir à visiter les wadis car j’adore le trekking et les paysages dramatiquement beaux qu’offre Wadi Shab. Je voudrais aussi mentionner la super ambiance de groupe qu’il y a eu lors de ce séjour !

Effectivement, les agences de voyage sont nombreuses et en ouvrant un catalogue on peut y faire le choix d’une prochaine destination de vacances. Je ne propose pas de catalogues ni de voyages tout faits. Je suis à l’écoute de chacun afin de trouver LA destination qui leur convient et élaborer un séjour 100% sur mesure. J’ai décidé de découvrir des destinations peu fréquentées, de les tester personnellement et ensuite de les proposer aux clients. Bon, «client» n’est plus tout à fait le terme adapté, je dirais des amis plongeurs/voyageurs. Je veux leur proposer des séjours sur mesure couplant des activités culturelles et sportives, équestres et souvent sous-marines si les amis voyageurs sont aussi plongeurs. En 2020 et 2021, j’aurai l’immense joie d’emmener un joli groupe découvrir le Belize et ses atolls de rêves. J’organise également une croisière en Micronésie, au Truk Lagoon pour une vingtaine de plongeurs de notre Ligue ainsi qu’aux Maldives, quelques séjours en Indonésie et à Bali dont un ou nous célèbrerons les 50 ans du Calypso. L’Indonésie est mon grand coup de cœur! Marc Allemeersch

27


Baptême de Plongée Adaptée

Témoignage Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été attirée par la plongée sousmarine, d’autant plus que ma tante et mon oncle, moniteurs à la Lifras, me racontaient leurs merveilleux voyages dans le monde du silence. Mais, ayant un handicap qui m’empêche de pratiquer cette activité, je les écoutais avec une certaine frustration. Au détour d’une conversation avec eux, j’apprends qu’il existe à la Lifras, une section Plongée Adaptée pour toute personne atteinte d’un handicap. Sur leur invitation, je me suis rendue avec empressement à la piscine HELIOS à Charleroi. Dès mon arrivée, j’ai été accueillie par l’équipe encadrant PA du Carolo Scuba Diving Club, en particulier Eric Corbier, le président du club et Tonino Barbiaux, moniteur PA. L’infrastructure de la piscine Hélios permet une accessibilité adaptée à tout type de déficit physique (Rampe d’accès, douche adaptée avec une assise, lift pour la mise à l’eau, ...). J’étais d’emblée rassurée car l’encadrement PA du Club est spécifique au candidat plongeur et prône l’importance d’une intégration en toute neutralité, 28

le respect de la personne et de sa sécurité. J’ai très vite oublié mon handicap et je n’avais qu’une hâte, c’était de me mettre à l’eau. J’ai été prise en charge par Tonino qui m’a enseigné les règles de base en plongée sous-marine avant de m’accompagner sous l’eau pour mes premiers pas. Et me voici partie pour plus d’une quarantaine de minutes à palmer, respirer sur un détendeur et me stabiliser entre deux eaux. Au regard de cette première expérience, je me suis tout de suite sentie en confiance, acceptée sans jugement, au sein d’une «grande famille» passionnée de plongée, d’apprentissages et de découvertes. Ce qui me pousse à en connaitre davantage dans le respect de mes limites corporelles. J’ai pu constater, ici, l’importance de la mise en place de ce type d’infrastructure et d’encadrement pour toute personne en difficulté et désireuse de reprendre confiance en elle et en son corps En conclusion de ce témoignage, je tenais particulièrement à adresser mes remerciements à ma famille, Tonino Barbiaux et aux autres membres présents au sein du Carolo Scuba Diving

Club pour leur accueil chaleureux et leur respect. Promesse faite à Tonino, je reviendrai avec grand plaisir pour poursuivre ma formation. Clara Buldgen


Commission Féminine Enfin, le projet de la Commission Féminine pour 2020 Avec vous, nous visiterons les carrières labellisées Lifras. Nous apprécierons les installations mises à disposition de nos membres. Nous solliciterons votre avis autour du verre de l’amitié avec un cadeau de bienvenue. Ce sera également l’occasion de se rencontrer et de plonger ensemble.

Bloquez déjà les dates :

le 26 avril, le 31 mai et le 28 juin Les inscriptions se feront via «My Lifras» événement 2020. D’ores et déjà, pour la 1ère plongée, rdv

le 26 avril à la Plate Taille Vos compagnons sont les bienvenus.

r s

c o m m i s s i o n f é m i n i n e

29


Plongeur en dérive ?

La perte en mer est un des accidents des plus angoissants qu’il soit. Contrairement aux idées reçues, cela n’arrive pas qu’aux autres. La lecture de déclarations d’accidents du C.R.O.S.S. pour la zone Provence Alpes Côte d’Azur indique qu’il s’agit bien d’une situation «occasionnelle» et qui finalement n’a rien d’exceptionnel dans sa survenance. Que l’on plonge en structure ou au départ de sa propre embarcation, il n’est donc pas rare d’être perdu en mer. Statistiquement, on constate que 30 % des interventions impliquent des plongeurs en dérive. Dans ce chiffre, 35% des plongeurs faisaient usage d’une structure «club» et 60% d’une embarcation de particuliers. 30

PLUSIEURS CAUSES SONT IDENTIFIÉES :  mauvaise orientation lors de la plongée cumulée à une modification de l’état de la mer ne permettant pas de rejoindre l’embarcation,  oubli tout simplement d’une palanquée.  Incapacité de revenir au bateau par le fait d’une mauvaise condition physique  Survenance d’un incident en plongée obligeant une remontée en dehors de la zone de surveillance de surface  Perte de visibilité en surface  Problèmes mécaniques de l’embarcation

Statistiquement, les plongeurs perdus dérivent en surface entre une heure et six heures. La dérive se produit majoritairement en journée mais malheureusement parfois en fin de journée (15%). Heureusement, on ne compte que très rarement des conséquences néfastes à cet accident de plongée. Toutefois, chacun garde en mémoire ce groupe de plongeurs oublié, pendant une nuit, en surface lors d’une sortie à la journée en Egypte. Le coordinateur de surface ne tenait pas de feuille de palanquée. Heureusement souvent le plongeur en dérive rejoint le bord par ses propres moyens ou est récupéré par les secours.


PEUT-ON PRÉVOIR CE GENRE DE SITUATION? Certains facteurs décrits ci-dessus sont imprévisibles. Il est possible toutefois de réduire les risques par une analyse efficace. Pensons à la tenue d’une feuille de palanquée mais aussi à l’analyse des conditions de météo et de leur évolution. Une gestion efficace d’une bonne orientation limitera le risque de perte de l’embarcation. Malgré tout et si cela devait arriver, que faire? La surveillance d’un plan d’eau vous a certainement déjà permis de réaliser que le plongeur en surface n’était qu’un petit point, qui plus est si il est éloigné. Si le plan d’eau est agité par des vagues, ce point est encore moins précis. Il est donc indispensable de disposer d’accessoires permettant d’augmenter cette visibilité. Il est cependant incroyable de constater que les fabricants de costumes de plongée ne développent que très peu des couleurs «de sécurité» améliorant la visibilité. Une cagoule fluo, jaune, rouge, verte électrique est déjà un accessoire fort utile. Le gonflage d’une bouée de signalisation en surface offre également un moyen de repère visuel. Si vous vous posez encore la question de savoir quel modèle de «parachute» vous devez acquérir, sachez que le modèle équipé d’une soupape évite la fuite de l’air en surface et le modèle équipé d’une pipette de gonflage permet même de le gonfler à la bouche. Dans certains centres de plongées, la possession d’un miroir de signalisation est imposée et c’est une excellente chose. Nous savons que le sifflet figure dans le matériel obligatoire et c’est une bonne chose. Il faut qu’il soit en bon état et efficace. Il est donc utile de le tester à l’occasion. Le klaxon branché sur l’inflateur du gilet permet également de se signaler en surface. Toutefois, cet accessoire génère une réduction du gaz transmis dans l’inflateur du gilet et nuit quelque peu au gonflage de celui-ci. La lampe même en journée et même dans des mers à haute qualité de visibilité reste un accessoire indispensable pour se signaler. Imaginez l’effi-

cacité de l’introduction du faisceau de la lampe dans le parachute en cas de tombée de nuit. Certains produits contenus dans des cylindres peuvent être répandus en surface et occasionner une traînée visible notamment par les occupants de l’hélicoptère lancé à votre recherche. DAN, dans sa campagne qui a initié la rédaction de cet article, parle d’une balise PLB 406 MHZ alertant les services de surveillance et de sauvetage en transmettant un message codé via le système satellitaire mondial COSPASSARSAT vers le centre de coordination des secours le plus proche. Si la balise est équipée d’un GPS intégré, elle permet aux services de secours de localiser un plongeur à +/-60 m. Une fois arrivés sur les lieux, les services de secours peuvent ensuite identifier l’emplacement exact du plongeur à l’aide d’un second signal émis sur la fréquence de radioguidage de 121,5 MHz. Les balises PLB doivent être enregistrées pour pouvoir être utilisées. L’enregistrement est gratuit. Néanmoins, la plupart des balises PLB ne sont pas conçues pour une utilisation en plongée, et seuls quelques fabricants proposent un caisson étanche permettant de les emporter sous l’eau. Il existe d’autres dispositifs de repérage, mais ils requièrent une inscription annuelle auprès d’entreprises privées et sont limités à la fréquence 121,5 MHz ou à la technologie GPS, ce qui les rend moins intéressants que les balises PLB réelles. LE SYSTÈME D’IDENTIFICATION AUTOMATIQUE (AIS) / DÉTECTION D’HOMME À LA MER (MOB, MANOVER-BOARD) Ce système transmet un message MOB comportant l’emplacement et l’identité de la personne qui le porte via un système AIS. Le message émis est détecté par tous les bateaux équipés d’un système AIS se trouvant à portée. Un récepteur GPS incorporé et une lampe à éclats permettent aux secours de déterminer l’emplacement précis de la personne égarée en mer. Ce système n’envoie toutefois pas d’appel de détresse sur la fréquence 406 MHz. Seuls les navires à proximité sont donc susceptibles de répondre au signal MOB.

RADIOBALISE ENOS Le système ENOS® est un système autonome qui ne dépend d’aucun autre organisme ou service de sauvetage. Il est constitué d’un récepteur (utilisé à bord du bateau de plongée) et d’un ou plusieurs émetteurs (portés par les plongeurs). En cas de besoin, les plongeurs mettent sous tension leur émetteur ENOS®. La position des plongeurs (GPS*) est alors transmise au récepteur ENOS® par le biais d’une fréquence radio libre. La position de l’émetteur ENOS®, sa distance et la direction vers laquelle il se dirige par rapport au récepteur s’affichent sous la forme d’un graphique facilement interprétable à l’écran du récepteur.

Q U E L CO M P O R T E M E N T DOIT-ON AVOIR SI ON EST EN DÉRIVE? Évidemment, mais c’est facile à dire, en tenant compte des statistiques, il ne faut pas s’inquiéter.  Il faut gonfler son gilet pour rester en surface sans effort.  Il faut garder son masque et son tuba de même que ses palmes.  Il faut larguer sa ceinture de lest.  Il faut gonfler sa bouée de signalisation imposée depuis dans toutes les eaux navigables.  Il est préférable de se laisser dériver. Faut-il garder sa bouteille? Tout cela dépendra du contexte. Mais il est hors de question d’abandonner son gilet qui servira par la suite comme accessoire de flottabilité. Si la bouteille est vide, elle peut être abandonnée sinon le reste de gaz peut toujours aider. La palanquée doit rester groupée parce qu’un groupe est plus visible qu’un plongeur isolé. S’attacher l’un à l’autre est une alternative intéressante. Le fait de rester groupé doit permettre de maintenir un niveau thermique par la technique du «manchot» ou par une position fœtale. Contrairement à certaines croyances, il n’est pas efficace de s’agiter parce que l’on perd trop d’énergie. Pour en conclure, la prévention reste la meilleure solution. Marc Allemeersch

31


PLONGÉE ENFANT Le statut Parent Encadrant Après de nombreux retours de beaucoup de membres de notre fédération intéressés par la plongée enfant, un constat interpellant nous a amené à la conclusion que des parents d’enfants pratiquant la plongée chez nous, se tournaient vers d’autres structures afin de pouvoir plonger avec leurs enfants car ils ne souhaitaient pas suivre nos cursus ni encadrer d’autres enfants ou encore qu’ils arrêtaient de plonger Lifras une fois leur enfant breveté dauphin devenu plongeur «adulte». D’autres parents ont aussi plongé avec leurs enfants hors du cadre de notre fédération et sans y avoir été formé pour le faire. C’est sur base de ce dernier constat qu’il nous fallait réfléchir à une formation qui permettrait aux parents de plonger avec leurs enfants en étant au préalable bien formé et dans un contexte sécurisé. S’il est clair que nous tenons tous à ce que nos «rejetons» soient des plus sécurisés pour la pratique de la plongée loisirs, il n’empêche que, nous constatons lors de nos sessions de formation, que bon nombre de parents n’ont pas conscience que les normes de la plongée enfant (ex : l’âge minimum de huit ans, les profondeurs maximum limitées, la température minimum de l’eau, …) sont liées à la physiologie et à la sécurité du jeune plongeur. Dès lors, nous avons trouvé opportun de donner cette formation spécifique «Parent Encadrant» tout en veillant à respecter plusieurs points, notamment de ne pas déforcer l’encadrement de nos dauphins. D’expérience nous avons constaté que beaucoup d’enca32

drants se sont souvent lancés dans la formation P.E. car ils voulaient en priorité encadrer leur enfant. Sur ce point, le nouveau statut «Parent Encadrant P.E.» ne donne pas plus de prérogatives aux parents de l’enfant plongeur . Dans l’instauration de statut «Parent Encadrant P.E.», nous désirons que l’enfant poursuive d’abord sa formation dans une école P.E. Les conditions requises sont donc :  que l’enfant poursuive sa formation dans une école P.E.  qu’aucun baptême ne peut être réalisé par le parent encadrant P.E.  qu’aucun brevet et qu’aucune qualification ne puissent être délivrés à l’enfant par son parent encadrant P.E. Nous souhaitons que chaque responsable de l’école P.E. motive ces parents d’enfants P.E., à leurs faire poursuivre la formation dans les règles spécifiques P.E. édictées par la Lifras. Quel enfant peut être encadré par un «Parent Encadrant P.E.»? Les seuls parents concernés par le standard «Encadrant Parent P.E.» sont ceux qui exercent l’autorité parentale aux termes du Code civil. Pour rappel, l’enfant pratiquant la plongée sous-marine dans une école P.E de la Lifras, doit en avoir reçu l’autorisation de ses parents ayant une autorité parentale. Quelles sont les prérogatives du parent encadrant P.E. Lifras?  Il est formé, évalué et qualifié exclusivement pour plonger en eaux libres (fosse et milieu naturel) uniquement avec l’enfant sur lequel il exerce l’autorité parentale.  Il est autorisé à plonger avec son

enfant à condition que ce dernier détienne au moins le brevet «dauphin de bronze» et compte au moins 5 plongées avec un Moniteur P.E.  Il ne peut encadrer qu’un seul de ses enfants à la fois.  La plongée s’exécute toujours dans les limites des prérogatives du brevet de l’enfant.  Le parent encadrant P.E. est limité uniquement à ce rôle sans un rôle pédagogique reconnu par notre fédération.  Une palanquée de sécurité doit être présente physiquement sur le site. Quels sont les prérequis du candidat parent encadrant P.E.? être membre en ordre de cotisation et d’électrocardiogramme à l’effort (ECG) en ordre de validité dans une école affiliée à la Lifras ; être en possession du brevet 3 étoiles Lifras ; être en ordre de CFPS. Qu’en est-il de sa formation? La formation théorique est assurée exclusivement par la Cellule directrice de l’Atelier Permanent Plongée Enfant. La formation comprend : pour la théorie suivie d’une évaluation des connaissances théoriques, une formation de trois heures portant : - sur l’aperçu du matériel de plongée des enfants et de l’encadrant parent P.E., - sur la connaissance des éléments de préventions et de sécurité de la P.E., - sur la connaissance des conditions d’évolution en P.E. pour la pratique : - une évaluation des compétences pratiques en eaux libres où est attendu du


candidat, la démonstration de ses capacités à : mettre en place une sécurité active sur le site, à vérifier son matériel et celui de son enfant, à vérifier que son enfant plongera suivant les conditions exigées et décrites dans le standard «Généralités», à réaliser un briefing adapté, à suivre l’évolution de son enfant à tout moment, à gérer le matériel de son enfant si c’est nécessaire, à réaliser un débriefing adapté.

Les plongées «Formative» en eaux libres se feront accompagner de son enfant, dauphin de bronze, ayant réalisé cinq plongées et sous la surveillance d’un instructeur certificateur Lifras P.E.

Plusieurs dates pour la formation seront organisées au mois de mars au niveau des instances régionales et seront annoncées dans une Info Enseignement.

Les plongées «Evaluative» en eaux libres se feront accompagner de son enfant, dauphin de bronze, ayant réalisé cinq plongées et sous la surveillance d’un instructeur certificateur Lifras P.E. au minimum moniteur club.

Valérie Fabre Danièle Goffinet Marc Maréchal Marc Allemeersch Virginie Gailliez

Nouveau look et nouveau nom :

carnet de plongées et passeport pour la plongée Le passeport pour la mer change de nom et devient le passeport pour la plongée. De nouveaux éléments y ont été ajoutés : dessins de faune et flore d’eau douce, de Zélande, nouvelles fiches pédagogiques, charte du plongeur écoresponsable, …

PASSEPORT POUR LA PLONGÉE

PLONGER ÉCO-RESPONSABLE

r s

Ligue Francophone de Recherches et d'Activités Subaquatiques

Le carnet de plongées reprend un complément d’informations. Objectif de la plongée :

Je dessine ma plongée (j’appose un autocollant), ...

N° Date Durée

Lieu Profondeur

Plongée en eau douce

Plongée enfant : programme des activités de cet été

T° de l’eau

Type de combinaison :  1 pièce  2 pièces Epaisseur :  7 mm  5 mm Volume bouteille L Lestage 

Kg

Plongée en mer

Je raconte ma plongée

Signature de mon compagnon de plongée

Dimanche 19 juillet Vodelée : Plongées Samedi 8 août La Gombe : Qualification archéologie Dimanche 23 août Silvermeer : Top chefs Samedi 12 septembre Vodecée : Qualification gilet

Cachet et observations de mon moniteur

33


PROGRAMME

DU STAGE ZÉLANDE 4 & 5 Juillet 2020

Responsables : V. Majerus – J. Mallefet – Ph Schweich – Y. Laitat

Le Comité Biologie de la Commission Scientifique Lifras organise des stages d’initiation et de perfectionnement à la découverte de la biologie sous-marine de Zélande en juillet 2020. Afin d’assurer l’organisation des stages, dans les meilleures conditions possibles, nous demandons à toutes les personnes intéressées de bien vouloir compléter le formulaire ci-joint. Le nombre de places est limité à minimum 20 pers et maximum 45 pers (par stage) afin d’assurer un encadrement de qualité. Remarque importante : si le nombre minimum n’est pas atteint, le stage ne sera pas organisé ; donc n’attendez pas la dernière minute pour vous inscrire (car il y aura un risque d’annulation avant que vous ne vous soyez manifesté). Clôture des inscriptions : 15 juin 2020 : (il faut nous laisser le temps de nous organiser et de convoquer le staff encadrant). Merci de votre compréhension. INFORMATIONS PRATIQUES : Logement : W-E juillet : camping VIERBANNEN (www.vierbannen.nl) Weg v.d. Buitenlandse Pers, 1A - 4305RJ Ouwerkerk - T: +31 111 64 20 44 Les emplacements sont réservés au nom du Comité Biologie ; vous pouvez arriver la veille. Matériel requis : tente et/ou caravane (au complet) – couchage – nourriture – possibilité de raccordement électrique – bloc-notes + de quoi écrire + documentation personnelle. Frais : outre vos frais personnels (nourriture, boissons, gonflage, camping, …), une somme de 15 EURO par stage est à verser après avoir fait votre inscription sur le site Lifras Commission Scientifique via MY Lifras Pourriez-vous apporter la preuve de paiement lors du stage ? Seuls les 45 premiers versements et les 45 formulaires correctement remplis seront pris en considération. Cette somme couvre les frais d’organisation des stages, la fourniture de documentation Conditions : 1. Être « plongeur 2* » minimum (les stages sont organisés pour des plongeurs ayant une aquaticité satisfaisante afin de pouvoir observer la faune et la flore sans souci de matériel). 2. Avoir plus de 18 ans – être en parfaite condition physique pendant le stage 3. Être en ordre de visite médicale 2020 & cotisation Lifras 2020. 4. Être en possession de votre matériel de plongée au grand complet (éclairage, dragonne, …) 5. Être en possession, si possible, du « Guide de la faune et de la flore sous-marine de Zélande » R. SHERIDAN, Cl. MASSIN, … ed. Lifras. RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES : Valérie Majerus : E-Mail : valmajerus@gmail.com Jérôme Mallefet : E-Mail : jerome.mallefet@uclouvain.be Philippe Schweich: E-Mail: philschweich@skynet.be Le comité organisateur

34

JOURNÉE BIOLOGIE EAU DOUCE À LA PLATE TAILLE Samedi 12 Septembre 2020 de 9h à 16h

!! Maximum 25 plongeurs !! 2 plongées + ateliers thématiques CONDITIONS : • minimum plongeurs 2* • 15 € la journée • Clôture avant le 1er septembre. RENSEIGNEMENTS : • Valerie Majérus : val.majerus@gmail.com • Philippe Schweich : philschweich@gmail.com L’inscription se fait sur le site de la Com. Scientifique VIA MY LIFRAS


PLONGÉE SOUTERRAINE Poursuite d’un développement annoncé La plongée souterraine gagne sa place dans la plongée technique au sein de la Lifras.

La plongée souterraine a la réputation d’être parmi les disciplines sportives les plus dangereuses au monde. Cependant, la sécurité en plongée souterraine s’est considérablement améliorée ces dernières années. Le nombre de pratiquants est en évolution constante, et des techniques et règles de sécurité éprouvées sont actuellement définies pour limiter le risque d’incident ou d’accident, dont les conséquences sont souvent plus dramatiques que dans la plongée classique en espace ouvert. En dehors de la Lifras, des formations de plongée souterraine sont disponibles via des cursus commerciaux, ou par compagnonnage. La Lifras vise donc, au travers de formations spécifiques, la plongée souterraine avec accès aisé à la zone aquatique. Ces formations de plongée souterraine sont organisées par la Commission Plongée Technique, via son Comité Plongée Souterraine. Elles sont destinées aux plongeurs soucieux d’acquérir progressivement un éventail de connaissances et de pratiques permettant l’exploration du milieu souterrain noyé (cavités naturelles ou creusées par l’homme) avec un maximum de sécurité. Nos programmes sont composés de cours théoriques et de plongées-exercices. Ils permettent la certification de 3 niveaux de plongeurs et 3 niveaux d’encadrants. Des passerelles sont définies pour intégrer, dans notre système d’enseignement, les plongeurs souterrains expérimentés venant d’autres filières. Que vous soyez complètement novices, ou déjà expérimentés en plongée souterraine, vous êtes tous invités à vous signaler par mail auprès d’un des membres du Comité Plongée Souterraine. Vous serez alors avertis des possibilités de formations ou autres activités (stages explo, journées de rencontre, congrès,…) qui seraient organisées. Nous sommes déjà à une quarantaine de plongeurs souterrains formés ou en cours de formation pour le niveau 1 et 2 et une vingtaine de plongeurs de niveau 3. L’an dernier, et l’Hippocampe s’en était fait l’écho, le Comité Plongée souterraine a organisé son premier stage dans le Lot. Le stage de 2020 est déjà complet mais nous enregistrons les candidatures pour les stages futures (tech@lifras.be). Une nouvelle technique, une autre manière de plongée … Commission de Plongée Technique : plongée souterraine, trimix, sidemount, scooter, CCR, gas blender. C’est pour toi aussi.

Photo : Laurent Miroult

35


TEST

Gilet SUBEA SCD 500 Notre partenaire Subea a commercialisé un gilet enveloppant à poches de lest largables. Il vise la population des plongeurs confirmés. J’ai eu l’occasion d’essayer ce produit. La conception du gilet SUBEA SCD 500 permet qu’il soit utilisé tant par les plongeuses que les plongeurs. Il offre, en effet, un confort et une liberté à nos plongeuses, ce qui est particulièrement intéressant. SUBEA SCD 500 a été développé grâce à des tests d’utilisation (analyse statique, dynamique et biomécanique) réalisés par DAN Europe* en qualité de spécialiste et consultant indépendant. Ce gilet a été testé et certifié conformément à la norme EN 1809 : 2014 (dernière version de la norme). Il est certifié par le laboratoire DGUV -BG Bau, situé à Hans, en Allemagne (European Notified Body n° 0299). Il bénéficie de la disponibilité des pièces indispensables à son utilisation pendant 10 ans.

36

Sur un plan technique, ce gilet SCD 500 de SUBEA est de type «enveloppant» par opposition au modèle où le volume d’air se trouve dans le dos du plongeur. L’air retenu dans l’enveloppe entoure tout le corps ce qui permet une flottabilité importante et un meilleur maintien en position verticale. Il est, par sa construction, confortable lors du maintien en surface. Des sangles réglables permettent un ajustement optimal tant au niveau des bretelles que de la sangle pectorale. Une large ceinture ventrale permet d’améliorer encore l’ajustement. Trois purges ont été placées sur ce gilet. Une purge haute d’urgence permet l’évacuation rapide d’une grande quantité d’air. Elle est placée vers l’avant au niveau de la poitrine. Une purge comprise dans le système du tuyau de l’inflateur permet de contrôler l’évacuation de l’air par quantités réduites. Une purge basse, placée à l’arrière au niveau du ventre sous la poche droite, permet d’évacuer l’excédent d’air lorsque le plongeur évolue horizontalement (meilleur TRIM). Elle permet également l’évacuation de l’air lors de l’immersion en canard.

Le système de bretelles en forme de V est breveté : concept RGOMOOVE. Il facilite l’ajustement du gilet à la morphologie de la plongeuse ou du plongeur. Pour un réglage aisé, il est conseillé de tirer les sangles des épaules vers les hanches (sens de la bretelle) et non vers le bas. Les poches de «rangement» ont été abaissées pour permettre un accès plus facile. Deux passants sont également prévus pour y faire passer son manomètre ou coincer son octopus pour toujours les avoir à portée de main. Un renfort dorsal moelleux amortit les chocs du port de la bouteille. En effet, ce gilet est conçu pour la fixation sur le dos d’une seule bouteille d’une capacité maximale de 15 litres. Par contre, plusieurs anneaux (3 D) permettent un portage latéral d’une bouteille de décompression, par exemple. Les gilets stabilisateurs SUBEA sont constitués de matériaux de haute qualité, testés en eau de mer et en piscine. La matière tissu est du polyamide 400d dobby. Le tissu de l’unique chambre gonflable est composé de polyamide laminé.


LA FLOTTABILITÉ DE GILET STABILISATEURS SUBEA A ÉTÉ AMÉLIORÉE. - S = 90N (bouteille acier 15l) - M = 120N (bouteille acier 15l) - L = 150N (bouteille acier 15l) - XL =150N (bouteille acier 15l) LE GILET A UN POIDS DIFFÉRENT EN FONCTION DE LA TAILLE : - XS : 2.74 kg - S : 3 kg - M : 3.24 kg - L : 4 kg - XL : 4.07 kg

De plus pour les clubs, le produit convient parfaitement que ce soit pour la pratique en piscine ou en eaux libres. En outre, pour la facilité de l’utilisateur occasionnel, une étiquette de taille est toujours visible sur le col du gilet et une zone est prévue pour inscrire la taille sur l’épaule gauche et les poches, si nécessaire.

EN CONCLUSION : Le gilet testé est un produit disposant d’un bon rapport qualité / prix. Ce n’est pas une entrée de gamme mais bien un gilet pour des plongeurs évoluant vers des brevets supérieurs avec un accessoire adapté. C’est également un produit accessible pour les clubs qui désirent mettre à la disposition de leur membre du matériel pour plonger dans nos eaux habituelles, même en profondeur. Les différents certificats délivrés par des organes officiels sont autant de garanties de qualité.

Les points positifs sont : - Liberté de mouvement - Bien enveloppant - Bon maintien vertical en surface - Sanglages réglables efficaces - Couleur visible des purges (sécurité) Les points négatifs sont : - Inflateur «lent» au gonflage de l’enveloppe - Système de largage rapide (fiabilité en cas de gros lestage !) - Maximum 6 kilos de lestage - Couleur trop sobre. Marc Allemeersch MN Lifras

37


TEST

Gilet SUBEA SCD 500 B Notre partenaire SUBEA a annoncé la mise sur le marché d’un gilet de stabilisation de type «aile». J’ai eu l’occasion de l’essayer, ainsi que plusieurs moniteurs de notre Ligue. Le gilet proposé est le modèle SUBEA SCD 500B. Il n’a rien à voir avec le modèle SCD 500 que j’ai également eu l’occasion d’essayer et qui est un gilet enveloppant. Le 500B est tout d’abord un modèle unisexe. Il n’offre que deux tailles : S/M et L/XL. Il est fourni uniquement en couleur noire et de quatre

38

accessoires jaunes fluo : les poignets des plombs largables, le sifflet et les extensions des purges (haute et basse). SUBEA annonce que toutes les morphologies seront prises en compte grâce au harnais avec sangle ventrale large, sangle pectorale et de bretelles brevetées. Un back-pack en plastique permet une fixation ferme de la bouteille sur l’ensemble gilet et sangles. L‘enveloppe est de type dorsal uniquement. Elle est resserrée par des élastiques pour améliorer l’hydrodynamisme. Le gilet est donc équipé de deux poches largables capables de contenir chacune trois kilos. Deux poches placées sur la sangle de fixation de la bouteille peuvent recevoir chacune un kilo de lest. Le système des plombs largables, bien que n’étant pas fan du système, a rempli pleinement sa fonction. Les plombs se glissent facilement dans les encoches de fixation prévues. Une poche supplémentaire amovible peut recevoir des accessoires comme par exemple le parachute et se fixe sur la sangle ventrale au choix du plongeur. Les anneaux sont nombreux (7) et placés de manière efficace sur le harnais. Ce dernier, matelassé, est renforcé au

niveau des épaules pour améliorer le confort lors de portage du gilet. Le harnais peut être adapté à la morphologie de chacun. Il peut être réglé tant au niveau des épaules que de la poitrine mais aussi au niveau de la ceinture ventrale. Le gilet SUBEA 500 B est équipé d’un long tuyau cannelé dont la purge haute intègre le système Fen-Stop. L’inflateur gonfle rapidement l’entièreté du volume de l’enveloppe. Une purge d’urgence est placée sur l’épaule


droite et une purge arrière est placée du côté gauche. Les matériaux utilisés sont de bonne qualité et la finition est bien faite. L’enveloppe extérieure est en polyester 600d. La vessie unique intérieure est en polyamide laminé 420d. Le volume proposé pour ce gilet en fait un bon gilet pour la plongée loisir mais le volume est insuffisant pour la plongée technique même si lors du test, j’ai évolué avec une bouteille de 15 litres et une bouteille latérale de 7 litres. La flottabilité uniquement dorsale est de 140N en taille S/M (bouteille acier 15 litres) et 210N en taille L/XL (bouteille acier 15 litres). Techniquement, ce gilet SUBEA offre un poids léger (2,9 kg en petite taille) permettant d’en faire usage également comme gilet «voyage». Comme tous les gilets SUBEA, le modèle testé est conforme aux normes EN 1809 : 2014 (dernière version). Ils sont certifiés par l’Institut de Plongée Professionnelle à Marseille.

EN CONCLUSION : Il s’agit d’un gilet «loisir» qui couvre un grand spectre de pratiquants. Sa taille modulable et son poids sont des avantages indéniables. L’usage dans la zone de 50 mètres ne souffre d’aucune remarque. Le gilet est équipé de nombreux accessoires utiles. Il est vraiment conçu pour être porté par nos plongeuses ou nos plongeurs. Toutefois, la taille S est malheureusement trop grande pour des adolescents ou de très fins gabarits. L’inconvénient majeur que j’ai pu relever est une gêne lors du positionnement de la poche «parachute». De plus, sa fermeture, peu sécurisée, n’offre pas toutes les garanties de ne pas perdre en chemin de petits objets qui y auraient été placés.

Ce gilet permet le placement de mono-bouteille mais le dossier et le volume de l’enveloppe ne permettent pas l’usage d’un bi-bouteille. Son prix est raisonnable mais se situe que trop peu en-dessous du prix de gilet «voyage» d’autres marques, par exemple. Mais sa finalité première n’est peut-être pas celle-là. Ce n’est donc pas un gilet entièrement «voyage», ni pour la plongée technique mais bien certainement «loisir» accessible et utilisale par tous nos plongeurs (du niveau 1 à 3). L’usage au cours de plusieurs plongées (25) m’a donné entière satisfaction dans les limites énoncées. Marc Allemeersch MN Lifras

39


Le Salon de la plongée à Paris, est devenu incontournable au début janvier. Voici l’occasion pour le comité de rédaction de l’Hippocampe de s’y rendre pour remercier les annonceurs pour leur fidélité dans la revue et découvrir quelques nouveautés présentées au salon. Cette année encore, ce salon s’est passé sur deux étages. Un qui est essentiellement destiné aux grandes destinations exotiques et le second plus axé sur le matériel de plongée. Ce qui permet aux visiteurs de mieux déambuler dans les allées et surtout, de mieux cibler les différents stands.

Mais ce Salon était particulier pour les représentants de la rédaction de l’Hippocampe … C’était le dernier Salon de Robert Henry comme responsable des inserts publicitaires dans la revue. Ce fut une occasion très émouvante pour lui de remercier personnellement ceux avec qui il a collaboré pendant plusieurs années. Les membres du comité de rédaction, Marc Hiernaux, Sylviane Godin, Rose Kondrativ et Luc Smit lui souhaitent une excellent «retraite rédactionnelle». La rédaction

Il faut constater d’année en année l’expansion toujours grandissante de la plongée technique. Nous avons découvert quelques nouveautés qui deviendront quasi incontournable comme le caisson «leo³ smart», le premier caisson au monde universel pour tous les smartphones et garanti jusqu’à 150 m ou encore le «Lefeet S1», un scooter de mer équipé d’un moteur à eau puissant. Avec une conception modulaire spécialisée, vous pouvez le personnaliser comme vous le souhaitez. Le scooter «Lefeet S1»

40

Le caisson «leo³ smart»


Un ami passe la main de la publicité de l’Hippocampe Depuis quelques années, Robert Henry avait rejoint l’équipe de la rédaction de l’Hippocampe où il s’occupait de la publicité. En 2020, il décide de mettre fin à son mandat d’administrateur après 21 ans au service de la Lifras. Il la connait bien cette ligue, il y a exercé plusieurs fonctions, dont celle de président pendant plus de dix ans et vice-président pendant 6 ans tout en étant aussi délégué du CA dans diverses commissions. Toute personne qui a eu l’occasion de le croiser, s’aperçoit immédiatement que Robert est un homme hors du commun. Connaissant Robert depuis plus de trente ans, nous avons fondé de l’AMB (association régionale de moniteurs). Je l’ai retrouvé au sein du conseil d’administration où il occupait le poste de président. Nos relations, au début de mon mandat, n’ont pas été des plus faciles, lui ayant une très forte personnalité et moi voulant changer certaines choses. Ce ne fut pas toujours aisé mais après quelques temps, il s’est installé entre nous un respect mutuel. Au fil du temps, j’ai appris à mieux le connaitre grâce aux nombreuses croisières qu’il organisait et auxquelles je prenais plaisir à participer. Chez Robert, j’apprécie la qualité de l’homme, son charisme de meneur d’homme, son habilité à gérer des situations difficiles, sa subtilité lors de transaction importante pour notre ligue. Le respect s’est transformé en amitié. Il est certain qu’avec une telle personnalité Robert ne peut pas faire l’unanimité. Pour ce qui est de sa contribution à l’essor de notre ligue, il est incontestable, qu’il a apporté beaucoup et énormément de choses. En fin négociateur, ses conseils sont souvent pleins de bon sens, la publicité de l’Hippocampe a progressé grâce à son investissement et à sa connaissance de la nature humaine. Commercial de grande expérience, il va nous manquer. Entre lui et le comité de rédaction une certaine complicité s’est installée. Lors de nos réunions de rédaction, il fut toujours investi par son travail, consciencieux et précis il ne laissait rien au hasard et avait une connaissance précise de ses dossiers. Mon cher Robert, si dieu me prête vie, j’espère qu’a ton âge je serais comme toi. Merci à toi pour tout le travail, fait au sein de l’Hippocampe Profite bien de la vie, mais je n’ai pas besoin de le dire, c’est ce que tu fais depuis toujours en parfait épicurien. Ce fut plus qu’un plaisir de travailler avec toi. Marc

41


La nouvelle réglementation sur la navigation de plaisance Principales modifications Généralités – Les zones de navigation D’un point de vue administratif, il a été instauré une réglementation unique relative à la navigation de plaisance tant intérieure que maritime. Il existe dorénavant 8 zones de navigation : Eaux intérieures : zone 0 (plans d’eau fermés et non reliés à la mer), zone 1 (eaux reliées à la mer sauf Escaut maritime inférieur), zone 2 (Escaut maritime inférieur) et zone 3 (Ports de la côte belge). Eaux maritimes : zone 4 (de la plage à 6 Mn), zone 5 (entre 6 et 60 Mn), zone 6 (entre 60 Mn et 200 Mn) et zone 7 (> 200 Mn). Ce découpage en zones de navigation entraîne des conséquences importantes pour la navigation de plaisance en matière de : enregistrement, brevets et équipement de bord obligatoire. L’enregistrement des bateaux Depuis le 1 er septembre 2019, un document unique, la lettre d’enregistrement, remplace les documents antérieurs (immatriculation et lettre de pavillon). Ces derniers restent cependant valables jusqu’à leur date normale d’expiration et le SPF prendra contact avec les propriétaires concernés pour les inviter à se mettre en règle. Coût de la lettre d’enregistrement : 150 € (indexés). 42

Durée de validité : 5 années. Renouvellement de la lettre d’enregistrement : gratuit. Une (nouvelle) lettre d’enregistrement doit être demandée : en cas de changement de propriétaire, de transformation importante du bateau (nouveau moteur) ou en cas d’usage professionnel de celui-ci. Dans ce dernier cas, le bateau devra faire préalablement l’objet d’une demande de certificat de navigabilité. Dernier point important : Au moment de la demande de la lettre d’enregistrement, le plaisancier devra spécifier l’une des options suivantes : Option 1 : usage limité aux zones 0 -1-2-3 Option 2 : usage sans restriction Voir également ci-après : matériel obligatoire à bord. Les brevets et l’âge minimum pour pouvoir conduire un bateau Rien ne change en ce qui concerne l’obligation d’être titulaire d’un brevet pour les eaux intérieures (brevet restreint/général). Pour les eaux maritimes et à partir du 1er janvier 2022 l’obligation d’être titulaire d’un brevet a été étendue dans les cas où l’on est conducteur d’un bateau d’une longueur supérieure à 15 m ou capable de naviguer au moteur à plus de 20 km/h. La nouvelle règlementation consacre explicitement la

validité du brevet général non seulement pour la zone 4, mais également dans les eaux territoriales belges (12 Mn) et même dans la ZEE belge (45 Mn environ). En dehors d’un usage «professionnel» du bateau de plaisance, il n’y aura pas d’obligation d’avoir un brevet yachtman. Les dispositions relatives à l’ICC sont maintenues. En ce qui concerne l’obtention des brevets : A partir du 1er janvier 2020, une nouvelle structure modulaire sera d’application : pour pouvoir obtenir un brevet général, il faudra avoir réussi les épreuves relatives au brevet restreint ; pour pouvoir obtenir un brevet yachtman, il faudra avoir réussi celles relatives au brevet général... et ainsi de suite. Un autre changement concerne l’apprentissage pratique : à partir de 2021, pour pouvoir obtenir un brevet, il faudra dorénavant subir une épreuve pratique, quel que soit le brevet envisagé. Le contenu de cette épreuve pratique ainsi que les règles transitoires d’ici 2021 sont encore en cours d’élaboration. Enfin, des changements ont été apportés concernant l’âge minimum : L’âge pour passer les examens (théoriques et pratiques) a été ramené à 16 ans, quel que soit le brevet envisagé.


Par contre, pour pouvoir conduire un bateau concerné par un brevet obligatoire, il faudra être âgé d’au moins : 16 ans pour un véhicule nautique à moteur (p ex : jet ski) et 18 ans pour un autre bateau.

AIS! Les rédacteurs de la loi n’ont fort heureusement pas tenu compte de ce prétendu «aménagement»... Une liste actualisée du matériel sera distribuée à nos membres vers le début de l’année 2020.

L’équipement de bord obligatoire L’arrêté Royal énumère un certain nombre de rubriques comportant des objectifs à atteindre en fonction des zones de navigation. Une liste non exhaustive de l’équipement de bord est créée en vue d’atteindre ces objectifs. Cette liste n’est pas figée ; au contraire, elle sera susceptible d’évolution sur proposition de la Plateforme de concertation. 4 catégories de zones de navigation sont prévues : I (=eaux intérieures sauf Escaut maritime), II (= zones 2, 3, 4), III (= zone 5) et IV (= à partir de la zone 6). Le principe est que l’équipement doit être conforme à celui exigé pour la zone dans laquelle on navigue.

Port obligatoire du gilet de sauvetage En accord avec le secteur de la plaisance, le port du gilet est rendu obligatoire à partir de septembre 2019 pour la navigation en mer (zone 4 et au-delà) : - Pour les occupants âgés de moins de 12 ans - Pour tous les occupants d’un bateau de ≤ 6,5 m - En cas de hauteur de la houle (significative) ≥ 1 m ; consulter https://meetnetvlaamsebanken.be/ - Entre le coucher et le lever du soleil - Entre le 16 octobre et le 15 mai Pour les bateaux de plaisance jusque 6,5 m, le gilet de sauvetage peut être remplacé par une aide à la flottabilité mais uniquement dans la bande des 2 Mn. D’autres aménagements/dérogations sont encore prévus mais ils ne concernent pas le genre de bateau que nous utilisons.

Un important correctif (susceptible de nous intéresser particulièrement) a cependant été prévu : - Si un bateau a été enregistré avec usage limité aux zones 0-1-2-3, il devra toujours être équipé pour la zone 1 - Si un bateau a été enregistré avec usage «sans restriction», il devra toujours être équipé pour la zone 4 Exemple : en arrière-saison, je navigue sur la Meuse pour rincer mon bateau. Si mon bateau est enregistré avec usage limité aux zones «0 à 3», je devrai avoir à bord l’équipement prévu pour la zone 1 ; par contre, s’il a été enregistré «sans restriction», je devrai avoir l’équipement prévu pour la zone 4 (soit en pratique un supplément minime de matériel). Sans exagérer, on peut dire que nous revenons de loin : l’Administration qui, au départ, avait la ferme intention de faire correspondre le matériel obligatoire à la zone de navigation maximale choisie au moment de l’enregistrement, après de nombreuses discussions, accepté d’y déroger mais moyennant entre autre la tenue d’un journal de bord et/ou une géolocalisation par

Remplacement de la règle des 3-4 Bfts par une nouvelle règle. Rappelons que sous l’ancienne règlementation, les bateaux de moins de 6 m ne pouvaient prendre la mer par vent d’au moins 3 Bfts venant du large et de 4 Bfts venant de terre. Cette disposition a été remplacée par la règle suivante : Ces mêmes bateaux peuvent sortir en mer lorsque la hauteur de la houle (significative) est ≥ 1 m mais à condition qu’ils naviguent dans la bande des 2 Mn de notre côte. Demande d’autorisation pour les navigations de groupe en mer Il faut d’abord rappeler que le principe énoncé par cette règle, parfois oubliée, existe en fait depuis fort longtemps. L’obligation de demander une autorisation a été reconduite par l’actuelle règlementation à quelques nuances près.

Sont concernées les activités exercées dans les zones 3, 4 et 5. L’obligation de demander une autorisation s’applique à toute navigation dans une ou plusieurs de ces zones et coordonnée par notre club en tant que telle. Cette obligation ne s’applique donc pas : Aux navigations effectuées «hors activité club» par plusieurs bateaux de membres ou non du BPC ; Les «rendez-vous vacances» même s’il y est fait allusion dans notre programme. Exemple : notre membre X annonce qu’il séjournera à la Côte du 1er au 15 juillet, permettant ainsi à d’autres membres de l’y rejoindre pour y naviguer ensemble. En dehors de l’aspect sécuritaire, un avantage de la demande d’autorisation est que l’Administration peut accorder des dérogations en rapport avec la taille des bateaux (voir point précédent) ou accorder certaines dispenses en matière de matériel de sécurité obligatoire pour autant que des mesures de sécurité soient remplies en remplacement. Nous avons déjà eu l’occasion de tester les nouvelles procédures en «avantpremière» durant la saison 2019. Elles devront être affinées en fonction de la nouvelle mouture de la règlementation, survenue entretemps. Nous y reviendrons, par exemple à l’occasion de l’une de nos soirées au début 2020. Remarques finales complémentaires Il convient de rappeler que des règles particulières existent, notamment à propos des bateaux de plaisance de plus de 24 m ainsi que ceux utilisés à des fins professionnelles. Nous ne les avons pas approfondies ici dans la mesure où elles ne sont pas susceptibles d’intéresser l’ensemble de nos membres. Didier Ruelle Extrait de «le Pneu» n°119, revue du Belgian Pneumaticlub décembre 2019. Le texte de loi «in extenso» est disponible dans le MONITEUR BELGE N. 149 du jeudi 4 juillet 2019 43


1. ORGANISATION GENERALE

Thomas Alonso Martine Pasque-Benoit Michel-Annick Haveaux (responsable Pôle Formation Evaluation)

AU CŒUR DU BREVET THEORIQUE ASSISTANT MONITEUR En décembre dernier se déroulait l’examen théorique AM à Tihange. La rédaction s’est intéressée aux différentes étapes depuis l’organisation jusqu’à la proclamation des résultats.

44

Martine Pasque et Benoît Michel (MN) sont membres du Pôle Formation/ Evaluation et ont en charge l’organisation du brevet AM-MC. Quelques mois avant la date de l’examen, Martine et Benoît réalisent le questionnaire qui sera posé aux candidats. Ces questions sont puisées dans un recueil établi par une équipe de moniteurs fédéraux et validées par les moniteurs nationaux. Bien évidemment, ils s’assurent de la validité des questions choisies parmi la liste, par exemple, certaines questions administratives qui ont fait l’objet d’une modification récente. Ils doivent prévoir une quarantaine de questions pour une durée d’examen d’une heure et demie. Une fois le questionnaire établi, ils demandent aux moniteurs nationaux s’ils souhaitent faire partie du jury. En fonction du nombre de candidats AMMC, Martine et Benoît adjoignent aux jurys MN, soit un nouveau moniteur fédéral, soit un candidat moniteur national. Dans la mesure du possible, ces binômes sont formés de telle sorte qu’il y a une parfaite homogénéité. Depuis quelques années, ce n’est pas le même jury qui corrige la totalité de l’examen. Un jury ne corrige que l’une ou l’autre matière (exemple médecine + Faune et Flore). Un candidat voit son examen corrigé par 3 ou 4 jurys différents. Ceci est bien plus serein et incontestable. Martine précise que les corrections sont anonymes. Les jurys ne connaissent

pas l’auteur des réponses. Elle seule connaît les candidats puisqu’elle leur attribue un n° en début d’examen. Pour réussir cet examen, il faut 50 % dans chacune des matières. Le candidat qui n’atteint pas ce pourcentage sera repêché à l’orale mais à condition qu’il a obtenu minimum 8/20. Il ne peut être repêché que dans 2 matières et c’est lui qui les choisi. Par contre, s’il a moins de 8, il va directement en repêchage écrit quelques mois plus tard. Après avoir remis leur copie, les candidats attendent la fin de la correction. A ce moment-là, 3 possibilités : soit, ils ont réussi et vont directement dans la salle de proclamation, soit, ils ont raté et ils vont également dans la salle de proclamation et enfin, s’ils doivent être repêchés, ils vont auprès de leur jury pour la défense orale. Après la proclamation des résultats, le «travail» de Martine et Benoît ne s’arrête pas là, ils établissent la liste des moniteurs nationaux qui coteront les pédagogies des candidats (3 au total). Elles devront se faire dans le premier trimestre de l’année suivante. Si la dernière pédagogie n’est pas convaincante, le candidat AM devra réaliser une 4ème pédagogie. Après le parcours du brevet AM terminé, exercices en milieu naturel => cours obligatoires => examen théorique => 3 pédagogies, il est Assistant Moniteur.


2. CORRECTION DE L’EXAMEN ECRIT Gaëtane Maturin et Éric Dassonville (MN) forment un binôme de jury. Qu’attendent-ils des candidats ? Le candidat qui montre par ses réponses, qu’il a déjà une belle expérience ou celui dont la théorie est bien assimilée. Gaëtane est médecin, elle donne cours dans une association régionale et elle sait déjà qu’elle aura la partie médecine à corriger. Ce qui l’amuse c’est de savoir si, à travers les réponses des candidats, elle retrouve ce qu’elle a donné à son cours ou si elle est en adéquation avec les autres formations. Quant à Eric, ne sachant pas les matières qu’il va corriger, il se tient (comme tout MN) au fait de la théorie à enseigner aux différents brevets. Avantage pour eux, il existe un correctif. Ceci leur donne une indication sur ce qu’attend le Pôle Formation/ Evaluation des candidats. Mais cela n’empêche pas les jurys d’accepter des variantes si les réponses sont correctes, bien entendu. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils ne savent pas avant d’entrer dans la salle de correction quel sera leur partenaire, leur binôme. Et peu importe le jury formé puisque les questions sont bien formulées et les réponses sont claires. Si le candidat a bien répondu, il mérite ses points, si ce n’est pas le cas, une petite discussion peut avoir lieu mais l’écart des points ne sera jamais d’un extrême à l’autre. Ce qui est problématique c’est juste la moyenne ou juste un ou deux points en dessous. Dans ce genre d’examen, il existe plusieurs profils, les littéraires, ceux qui savent écrire et ceux qui s’expriment avec plus de difficultés. Gaëtane et Éric précisent qu’alors, il est plus efficace de passer à la défense orale car le candidat pourra s’expliquer plus facilement.

Gaetane Maturin et Eric Dassonville

A la question s’il y a des matières plus problématiques, Éric qui corrige depuis plus de 10 ans, reconnaît qu’il y en a plus « abruptes » que d’autres comme la Faune et la Flore. Et puis, certaines matières comme le matériel, par exemple, parlent plus aux hommes qu’aux femmes. L’administration aussi est parfois mal assimilée, les plongeurs préfèrent la pratique de la plongée à la théorie pure. Gaëtane sait que son jugement est important pour la réussite d’un candidat. Quelle est la bonne décision à prendre, lorsqu’il s’agit d’un demi-point en plus ou en moins, est-ce la défense orale ou le renvoi au repêchage écrit. Lors de leurs corrections, ils se rendent compte qu’hélas certains candidats viennent avec un état d’esprit peu sportif car ils n’étudient qu’une partie de la matière et qu’ils présenteront la seconde en repêchage écrit avec quelques mois d’études supplémentaires.. Cela ne plait pas aux correcteurs, disent-ils, car ils se déplacent pour ces candidats qui n’ont pas le respect de leur jury.

Les jurys

45


3. CE QU’EN PENSENT LES CANDIDATS Trois candidats ont accepté de répondre aux questions de la rédaction de l’Hippocampe.

Stephane Grosjean (a droite) attend la correction de sa copie

Stéphane Grosjean a participé aux cours théoriques donnés par une association régionale mais pour lui ce n’est pas suffisant. Il est indispensable de jumeler ces cours théoriques avec une étude personnelle qui complète la formation. Un plongeur 3* expérimenté ne peut pas se présenter à l’examen théorique sans avoir revu de façon précise sa théorie. Il cite en exemple la Faune et la Flore … matière qui justifie amplement d’être revue. Stéphane, comme beaucoup de candidats d’ailleurs, s’est présenté à cet examen avec une appréhension car cela reste malgré tout une épreuve. A la question de ce qu’il pense du questionnaire, sa réponse est claire : les questions sont à la portée des candidats. Le souci réside à répondre comme souhaité par les organisateurs. L’entretien avec Stéphane se passe alors que sa copie est en correction. On devine un léger stresse. L’attente des résultats sera encore longue pour lui mais, après son repêchage, il a réussi sa théorie.

46

Thomas Alonso est venu à cet examen avec un léger stresse aussi. Il n’a que 25 ans et s’estime encore jeune pour passer son AM, ce qu’il lui met une pression supplémentaire mais il est confiant malgré tout. Il se prépare depuis quelques mois déjà. Il s’est inspiré des questionnaires précédents (accessibles via l’Extranet Lifras) et a étudié sa théorie avec la Farde Lifras. Au niveau de son club, il y a eu un «système» de parrainage avec un moniteur attitré. Ce qui lui a permis de poser toutes les questions, encore sans réponses, à son mentor. Thomas est passé par la défense orale, cela l’a rassuré car passer par la case «salle de proclamation» ne signifie pas une réussite immédiate…

Il remercie son jury qu’il a trouvé positif et encourageant. C’est plus une discussion pour répondre aux questions qu’un interrogatoire et cela a facilité les échanges de points de vue.

Ce jour-là aussi, Virginie Gailliez, Gilles Blistein et Antonio Beldroegas, candidats nationaux, défendaient leur travail personnel devant un jury. Tous trois ont réussi cette épreuve.

Thomas a réussi sa théorie et va immédiatement s’atteler à ses 3 pédagogies car pour lui le brevet AM est un tremplin vers le Moniteur Club, sa prochaine étape.

Toutes nos félicitations aux lauréats. La rédaction

Thierry Henrard a suivi également les cours d’une association régionale. Seul, il a révisé sa matière avec les précédents examens trouvé sur l’Extranet.

Antonio Beldroegas Thierry Henrard à l’oral

Mais il reconnait que cela n’est pas suffisant, il faut aussi consulter d’autres sources de la Lifras. Pour lui, il serait efficace d’organiser des tables rondes, des discussions avec d’autres candidats en compagnie de moniteurs, et de partager ses expériences. Lui aussi est arrivé stressé car il reconnait que c’est un gros investissement personnel, cela fait plus de 6 mois qu’il prépare son examen. Cela devient une obsession car son seul souhait est de réussir du premier coup. Il a aussi trouvé les questions d’un niveau AM. Son entretien se situe juste après sa défense orale, il reste encore dans le doute de la réussite, Il pense avoir répondu correctement aux questions mais il ne sait pas comment ses réponses ont été perçues par son jury.

Gilles Blistein

A l’issue de l’interview, Thierry hésitait à se représenter dans quelques mois au repêchage écrit, mais cela ne lui a plus posé de souci puisqu’il a réussi aussi sa théorie. Cet après-midi-là, nous avons rencontré des organisateurs, des jurys et des candidats, motivés au sein de l’Enseignement de la Lifras. Nous remercions tous les participants à cet examen pour leur accueil sympathique.

Virginie Gailliez


Commission Enseignement Communication officielle

Membres de la Commission Enseignement

Philippe Pittier Directeur technique fédéral

Marc Allemeersch Trésorier

Cédric Willot Délégué du Pôle Brevet

Annick Haveaux Déléguée du Pôle Formation/ Évaluation

Patric Finet Délégué du Pôle Développement

NOUVEAUX MONITEURS 2019 MF Danny

Capart

Geneviève

Moreas

Laurent

Devillers

Nicolas

Mouchart

Hugues

Humblet

Laurent

Patriarche

Virginie

Lis

Frédéric

Puissant

MC Laurent

Aerts

Valérie

Majerus

Vincent

Agie

René

Marnette

Pascal

Andre

Rudy

Mathurin

Leny

Bette

Kevin

Nalinne

Vincent

Bonmariage

Ludovic

Pecheux

Michel

Brunelle

Jean

Pichon

Daniel

Dewitte

Frédéric

Platiau

Sophie

Eyben

Jean

Reniers

Noëlle

Gaspar

François

Valentin

Emmanuel

Kouar

Deavy

Van De Velde

Sylvie

Lemoine

Jennyfer

Verhoeven

Didier

Lenaerts

MN

Caroline Gallez 47


Commission Enseignement Communication officielle

AG Enseignement

Philippe Pitier

Cette année, l’assemblée générale de l’Enseignement était principalement axée sur la sortie en format informatique du Manuel de l’Instructeur Lifras. Le comité des Brevets a expliqué dans les détails le contenu de cet ouvrage.

Le MIL2020 est sorti… Le Manuel de l’Instructeur Lifras regroupe tous les textes réglementant la plongée sous-marine de la Commission de l’Enseignement de la Lifras. Il reprend non seulement des informations à destination des plongeurs - le Recueil du Plongeur avec : Les conditions applicables à toutes nos plongées, qui peut plonger avec qui et à quelle profondeur, quel matériel est obligatoire, les obligations médicales, … Les règles pour plonger de nuit, sous la glace, en Zélande, … 48

Mais aussi, à destination des candidats aux différents brevets de plongeurs et moniteurs - nos Standards qui expliquent : Les prérogatives du brevet concerné, Les prérequis nécessaires pour pouvoir s’y présenter, Les détails des connaissances pratiques et théoriques attendues, L’organisation de la formation et des évaluations.

Les détails des protocoles de nos épreuves sont repris dans le Recueil des épreuves en Piscine et dans le Recueil des épreuves en Milieu Naturel. Et enfin, une explication claire des assimilations possibles des brevets extérieurs à la Lifras.


PUBLICATION WEB : Le MIL a été publié le 06/01/2020. Il est disponible en sa version électronique sur l’Extranet : > 01 Bureau de l’Enseignement > 01 Commission Enseignement > Brevets.

Quelques astuces :

La table des matières (en pages 6 et 7) est intuitive et les liens sont cliquables pour accéder directement aux sections. Les bas de page permettent de s’y retrouver à tout moment :

Annick Haveaux

Merci de privilégier ce format électronique en évitant d’imprimer tout ou partie de celui-ci. Un format papier FSC sera proposé par la boutique Lifras prochainement. Ses textes prévalent sur tous les autres documents de la Commission de l’Enseignement de la Lifras. Si une modification majeure doit être amenée en cours d’année 2020, un Info Enseignement vous en préviendra ; la modification sera intégrée au MIL2021. Le MIL2021 prévoira l’intégration des textes et standards complets de la Plongée Enfants.

Enrique Cordone, Président Conseil Honneur et discipline

Cedric Willot, Brevets

Comité des brevets

Pour toute question, merci de vous adresser à brevets@lifras.be. Le Pôle Brevets

49


Commission Enseignement Communication officielle

La vie n’est pas un long fleuve tranquille…

pour devenir moniteur national ! «Après le passage du brevet de moniteur fédéral, j’ai commencé à œuvrer pour former les autres moniteurs auprès des associations régionales. Insatiable, il me fallait toujours plus… c’est donc assez rapidement que je me suis lancé vers un nouveau défi … Devenir moniteur national. Je voulais apporter ma pierre à l’édifice que représente la Commission de l’Enseignement de la Lifras ou tout simplement continuer à former les moniteurs. A chacun sa motivation. Si ces quelques mots vous parlent et que vous êtes moniteur fédéral, alors pourquoi ne pas vous lancer dans l’aventure … ?» Pour devenir national, la formation comporte deux années de préparation dont voici les étapes. Cela commence par une soirée d’information avec le Pôle Formation/ Evaluation sur ce que vont être les 24 prochains mois de votre vie… Les MN sont francs et fixent bien les balises. Chaque épreuve jusqu’au ticket «Stage de Mer» bénéficie d’un repêchage. Début février, vous avez une interview avec un membre du Bureau et notre DTF afin d’expliquer votre motivation. 50

C’est l’occasion de discuter ensemble des opportunités et contraintes du brevet. L’aventure commence, accompagné par un mentor choisi parmi les moniteurs nationaux. Un choix stratégique et/ou d’affinité selon les candidats. Le temps est aussi venu de trouver un sujet de travail personnel à préparer. Votre mentor est là pour vous aider à construire ce sujet tant sur sa partie écrite que sa défense orale. Début avril, vous recevez déjà vos jurys pour la première épreuve : l’exercice organisation carrière. Si vous organisez beaucoup d’activités, sorties, voyages, pour votre école de plongée, ce premier exercice est simple. L’accent est mis sur une parfaite organisation, la gestion de la sécurité, la connaissance de nos protocoles de plongée ... Vous commencerez à démontrer votre âme de formateur de formateur. Des mots que vous entendrez souvent durant ces deux ans. Rien que la manière dont vous allez construire vos palanquées sera déterminante.

Vous donnerez un cours à des candidats fédéraux, supervisé par deux moniteurs nationaux. Il ne s’agit pas là d’une épreuve éliminatoire mais bien une aide pour le futur de votre formation. Le 8 décembre 2019, alors que les candidats assistant moniteur planchaient sur leur feuille d’examen théorique, nos valeureux candidats nationaux défendaient leur travail personnel devant un jury composé de 6 moniteurs nationaux durant 30 minutes de présentation sans interruption et ensuite 40 minutes de réponses aux questions.. C’est ainsi que Virginie Gailliez (le E-learning), Gilles Blistein (étude de cas et recommandation pour les plongées à forte dérive) et Antonio Beldroegas (gestion d’une plongée multidéco) ont brillamment passé cette épreuve. Jean Pierre Pousset (la vulgarisation de la fenêtre d’oxygène) avait une longueur d’avance puisqu’il avait déjà passé cette épreuve l’année précédente. Une épreuve décisive pour laquelle il ne faut pas s’y prendre à la dernière minute… l’examen théorique !


Pour ce faire, quatre épreuves d’une heure chacune sont prévues début janvier. Vous devrez non seulement répondre aux questions théoriques mais également démontrer vos capacités pédagogiques et donc, … de formateur de formateur. Les quatre examens s’enchaînent sur une matinée. C’est ainsi que vous passerez par un examen nommé «médecine» (accident, anatomie, physiologie, …), un examen «mer à courant» (Zélande, mer du nord, météo, navigation) s’ensuit un examen «généralité» (examen dont la matière est très vaste : prise de position, décompression, faune et flore, matériel, nouvelle technologie …) et la cerise sur

Que ce soit avec les associations régionales, ou lors du week-end résidentiel qui a pour but de vous intégrer comme formateur lors de la première année mais aussi pour vous entraîner comme candidat lors de la deuxième année.

le gâteau, une organisation de sortie club en mer au départ d’un bateau.

Tu es MF, actif dans les activités de formation de la ligue, avec de l’expérience en organisation, un fort esprit d’équipe, du temps pour t’investir (avant et après), le soutien de ta famille, tu souhaites faire progresser notre enseignement et envie de relever le défi?

Après il faut commencer à travailler sa condition physique pour le test «palmage» et avoir votre place sur le bateau ou vous pourrez défendre votre droit au titre de moniteur national. Le stage se déroule en 8 plongées, beaucoup de joie, de rencontres inoubliables et des souvenirs à jamais gravés dans votre mémoire. Bien évidemment et de manière transversale sur les deux ans de formation, vous aurez le plaisir de travailler pour la formation des candidats fédéraux.

Le Pôle Formation/Evaluation est très sollicité dans ce travail de préparation. Il organise et supervise l’ensemble de ces étapes. Il vous implique dans différentes épreuves de formation et d’évaluation des moniteurs pour vous permettre d’acquérir de l’expérience et voir ce que sera votre rôle de MN. Il organise aussi les pré-tests pour les différentes épreuves.

Viens nous rencontrer, il y a toujours un moniteur national pas très loin pour te guider et t’écouter. DOUTREPONT Xavier Moniteur National 314 Pôle Formation/ Evaluation Photos : Sylviane Godin

51


Commission Enseignement Communication officielle

Quelques modifications majeures pour 2020

LES DÉFINITIONS DES LIEUX : Fini de parler d’EAO, d’EAR, … Revenons à des termes simples ; nous parlerons dès lors dans nos textes de Milieu Naturel, de Fosse et de Piscine. Rendez-vous dans le MIL en pages 9, 10 et 11 pour en lire les définitions exactes.

LE TABLEAU DU MATÉRIEL : Le tableau a été simplifié de la manière suivante :

Et une recommandation générale le concernant : De manière générale, le matériel doit être fonctionnel, en bon état et entretenu. Il est recommandé de recourir aux services d’un technicien agréé par le constructeur.

LE TABLEAU DES PROFONDEURS : Pour simplifier, nous avons revu quelques prérogatives de profondeur, notamment : - Les plongeurs 3* peuvent maintenant accompagner les plongeurs 1* jusque 20 mètres. - Les plongeurs 3*PPA/4* peuvent accompagner directement les plongeurs 2* à 40 mètres.

52

NB

1*

2*

3*

3*PPA 4*

AM MC/MF/MN

NB

N.A.

N.A.

N.A.

N.A.

N.A.

15 m (*)

1*

N.A.

N.A.

N.A.

20 m

20 m

20 m

2*

N.A.

N.A.

20 m

30 m

40 m

40 m

40 m

40 m

si 18 ans 3*

N.A.

20 m

30 m

40 m

3* PPA 4*

N.A.

20 m

40 m

40 m

AM MC/MF/ MN

15 m (*)

20 m

40 m

40 m

40 m ou au-delà selon les prérogatives (PPA). Il est recommandé de ne pas dépasser 60 m lors de l’utilisation de l’air comme gaz fond.


LE CUMUL DES ÉPREUVES : Plus d’épreuves dites «C-Cumulable», «NC-Non Cumulable» … Seules les épreuves comportant des remontées sont identifiées avec un «R» :

- Une seule épreuve avec une remontée (R) par jour et en début de première plongée. - Seules, la plongée découverte et les cinq plongées (minimum) du plongeur NB, ne sont pas considérées comme des épreuves.

Le cumul des épreuves n’est autorisé que dans certaines limites : - Maximum deux épreuves par plongée. - Aucune épreuve lors de journées comportant plus de deux plongées à l’exeption : - des directions de palanquées, - des serres-files, - des plongées de certification de la spécialité «Nitrox»

MASQUES «MIROIR» : Lors de la réalisation d’exercices, pour des raisons de sécurité (afin de pouvoir garder le contact visuel à tout moment avec le plongeur), les masques de type «miroir» sont proscrits, tant en Piscine qu’en Milieu Naturel. Pour plus d’infos, rendez-vous dans le MIL2020

Calendrier de la commission de l’enseignement

pour l’année 2021

Afin de vous permettre de vous organiser au mieux, vous trouverez ci-dessous les dates des activités 2021 à destinations des candidats moniteurs. Pour rappel vous trouverez les dates 2020 dans l’info enseignement 69. 14/01/21

Séance d’information candidats MN et MF.

24/01/21

Examen théorique MN.

04/02/21

Interview des candidats MN + cours candidats MF + remise du cahier pédagogique

24/02/21

Seconde session examen pratique Piscine MC.

13/03/21

Seconde session examen théorique AM-MC

28/03/21

Cours obligatoires pour les candidats AM et MC + cours de méthodologie pour les candidats AM

24/04/21

Seconde session examen théorique MN + examen théorique MF + épreuve de palmage des candidats MF & MN

09/05/21

Collège des moniteurs nationaux

18 au 20/06

WE résidentiel à la Platte Taille candidats MF et MN + seconde session épreuve de palmage

29/08/21

Cours obligatoires pour les candidats AM et MC + cours de méthodologie pour les candidats AM

08/09/21

Soirée préparation examen MC à la pratique Piscine 1

15/09/21

Soirée préparation examen MC à la pratique Piscine 2

22/09/21

Soirée préparation examen MC à la pratique Piscine 3

27/09 au 01/10

Stage de mer MF et MN

06/10/21

Répétition pratique Piscine MC

17/10/21

Recyclage des moniteurs

7/11/21

Collège des moniteurs nationaux

21/11/21

Pré-test théorique candidats MN

24/11/21

Examen pratique Piscine MC

28/11/21

Assemblée générale de la Commission de l’Enseignement

12/12/21

Défense du travail personnel des candidats MN + examen théorique AM-MC (PM) Le Pôle Formation/Evaluation

53


Les jubila

 10

 20

10 ans Françoise

Angenot

Jean-Luc

Antoine

Jean-Pierre

Becquart

Christian

Benoit

Michel

Bock

Olivier

Bruggeman

Michel

Coumont

Johan

Cuyvers

Alain

Decramer

Patrick

Delpierre

Stéphane

Dubois

Pierre

Gontier

Pierre

Lambert

André

Lecocq

Vincent

Lesne

Giulio

Lombardo

Pierre

Lucas

Philippe

Maigrie

Gaëtane

Maturin

Vincent

Nicolas

Didier

Nielsen

Franco

Nocito

Frédéric

Pettiaux

Frédéric

Vanbergen

Roland

Vancoillie

Cédric

Willot

 15

54

15 ans Marc

Allemeersch

Thierry

Billen

Adri

Breemen

Vitor

Chalaca

Christian

Christoyannis

Charles

Collart

Eric

Corbier

Patrick

Crasson

Jean-Marie

Delestrait

Frédéric

Dessy

Norbert

Emonts

André

Geesbergen

Olivier

Gielen

Jean-Philippe

Halain

Nicolas

Nackers

Nicola

Norcia

Esther

Paitre

Manuel

Picos

Claude

Smeyers

Stéphane

Swinnen

André

Van Genechten

Gérard

Wetterene

Valérie

Woit

André

Wouters

 25

25 ans Jean-François

Annet

Marc

April

François

Bauchau

Robert

Bodziock

Danny

Breyer

Jean-Marc

Brulet

Christian

Demisse

Philippe

Denis

Yohan

Devolder

Johnny

Drouguet

Patrice

Finet

Pascal

Gaignage

Eric

Gosselain

Bruno

Royaux

Patrick

Saint-Remy

Daniel

Scieur

Jean-Christophe

Van Acker

Frédéric

Van Der Schueren

Serge

Van Londersele

Thierry

Vanderbecken

Thierry

Verstraeten


ires 2019

 30

20 ans Annunzio

Anicito

Franklin

Forrez

Aurélie

Bauchau

Pierre Philippe

Fouret

Philippe

Bavay

Michel

Hody

Claude

Bernard

Maurice

Jadin

Frédéric

Bossart

Laurent

Joppart

Philippe

Cabezas

Stephan

Kistemann

Christian

Clesse

Damien

Lepers

30 ans

Frédéric Alain

Collard Corchia

Marc

Mees

Michel

Andre Bourguignon

Vincenzo

Puzzo

Jacques

Autmanns

Henry

De Broux

Antonio - José

Rodrigues

Karim

Bhamani

Pascal

Delannoy

Michel

Roquet

Frédéric

De Vreese

Pierre

Depinois

Maria del Pilar

Ruiz Lopez

Thierry

Delpomdor

Michel

Dirosa

Vincent

Tilmant

Claudio

Di Dio

Jean-Pierre

Drevet

Serge

Vandamme

Claude

Francotte

Yves

Ducenne

Pascale

Vandoolaeghe

Anne

Leonard

Luc

Eloy

Jean-Pierre

Vlieracker

Philippe

Neuville

Jean-Pol

Richard

Francis

Ryde

 40

 35

35 ans Eric

Bertrands

Jean-Pierre

Brasseur

Lucien

40 ans Jean-Luc

Beaumont

Colson

Marcel

Delhalle

Christian

Coppens

Marc

Hiernaux

Michel

De Heusch

Alain

Maquoy

Jean-Pierre

Deckmyn

Ronny

Margodt

Jean-Robert

Delobbe

Arlette

Michaux

Michel

D’otricoli

José

Renard

Alain

Neroni

André

Valkenaers

Philippe

Pouillard

Alain

Vanamerongen

Roger

Swinnen

André

Weignez 55


… CA VOUS CONCERNE … DES FORMATIONS POUR TOUS 1.

COURS THEORIQUES AM-MC Date

Lieu

Matières

Lundi 6 avril

20 h U D 2 214

Administration

Maria Del Pilar Ruiz Lopez

Lundi 20 avril

‘‘

Décompression

Cédric Willot

Lundi 27 avril

‘‘

Physique

Lundi 4 mai

‘‘

Table + ordi + revod

Lundi 18 mai

‘‘

Faune & Flore

Michèle Mulders

Lundi 8 juin

‘‘

Matériel

Michel Rasquinet

Mardi 16 juin

‘‘

Navigation

Marc Allemeersch

Lundi 22 juin

‘‘

organisation Générale

Vincent Leroy

Lundi 7 septembre

‘‘

Anatomie

Henry Debroux

Lundi 14 septembre

‘‘

Protocole exercice MIL

‘‘

Barotraumatismes – Surpression Pulmonaire

Henry Debroux

Lundi 05 octobre

‘‘

Les ADD

Henry Debroux

Lundi 12 octobre

‘‘

Toxicité des gaz

Henry Debroux

‘‘

Plongée libre-Noyade–HypothermieOPA

Henry Debroux

Lundi 26 octobre

‘‘

Pathologie de la faune et flore

Henry Debroux

Lundi 02 novembre

‘‘

marées a courant + Zeelande

Lundi 09 novembre

‘‘

pré test 19 h

Lundi 28 septembre

Lundi 19 octobre

2.

FORMATION SECOURISME

Orateur

Jean Marc Szalies Eric Franceus

Cédric Willot

Michel Rasquinet 3. FORMATIONS POUR CANDIDATS MONITEURS FEDERAUX/ NATIONAUX

L’AMB donne rendez-vous aux candidats MF-MN ainsi qu’à tous les encadrants MF-MN qui le souhaitent dès le mois d’avril 2020 à Vodelée. Pour tout renseignement complémentaire : Marc Allemeersch - epsm@skynet.be

LE SITE DE L’AMB EST RÉGULIÈREMENT MIS À JOUR CONSULTEZ-LE POUR TOUTES INFORMATIONS OU TOUTES NOUVELLES ACTIVITÉS.

www.amb.lifras.be amb lifras 56


PROGRAMME DES COURS ASSISTANT MONITEUR SAISON 2020 Samedi

04-04-20

Administration & Assurance

Pascal Demets

Samedi

25-04-20

Navigation

Samedi

09-05-20

Physique

Pascal Demets

Samedi

30-05-20

Organisation & Briefing

Eric Dassonville

Samedi

05-09-20

Faune & Flore

Samedi

12-09-20

Protocole & Déontologie

Samedi

19-09-20

Décompression

Didier Arts

Samedi

10-10-20

Décompression

Didier Arts

Samedi

07-11-20

Médecine

Gaëtane Maturin

Samedi

14-11-20

Accidents & Incidence

Gaëtane Maturin

Samedi

21-11-20

Matériel

Eric Dassonville

Samedi

28-11-20

Révisions

Bernard Willame & Co

Jean-Louis Peeters

Olivier Bruggeman Patrice Finet

Les cours se donneront dans les locaux des Diodons. Impasse du Gazomètre à Gilly de 9h00 à 12h00 Vérifier les éventuelles mises à jour sur le site www.cfip-plongee.be, onglet «Cours Théorique AM»

PROGRAMME DES FORMATIONS MF-MN SAISON 2020 Date

Heure

Lieu

Thème théorique

28-mars

8h30

Diodons

Formation et examen théorique du brevet PPA participation des candidats MF bienvenue

29-mars

à définir

Duiktank

à définir

Formation pratique à la gestion d’incidents sous l’eau

05-avr

8h30

CPBEH

Préparation à l’examen théorique (Thèmes)

Répétition palmage

Lavandou

Stage PPA

11 au 14 avril

Pratique

23-avr

18h30

CPBEH

Accueil: Principe des formations, optimisation du Remontées planifiées et/ matériel ou démonstrations à la demande des candidats

01-mai

8h30

CPBEH

Organisation de la sécurité d’une sortie Bateau

Incidents aléatoires

01-mai

13h30

CPBEH

Méthodes d’orientation

Incidents aléatoires

07-mai

18h30

CPBEH

Structure/brevets de la Ligue et assimilations

Incidents aléatoires

14-mai

18h30

CPBEH

Navigation - carte marine

Incidents aléatoires

01-juin

8h30

CPBEH

Décompression et conservatisme

Incidents aléatoires

01-juin

13h30

CPBEH

Faune et Flore du Barrage

Incidents aléatoires

Lavandou

Coppens

6 au 9 Juin 09-juil

18h30

CPBEH

Traversée

1000 m sous l’eau

15-août

8h30

CPBEH

Plongée de formation PPA

Incidents aléatoires

15-août

13h30

CPBEH

Météo marine côtière en relation avec la plongée Incidents aléatoires

20-août

18h30

CPBEH

Traversée

1000m sous l’eau

27-août

18h30

CPBEH

Plongée dans le bleu

Incidents aléatoires

10-sept

18h30

CPBEH

Traversée

1000 m sous l’eau

17-sept

18h30

CPBEH

Repas de clôture, thème surprise

Surprise

INSCRIPTIONS PREALABLES AUX FORMATIONS sur www.cfip-plongee.be Vérifier les éventuelles mises à jour sur le site www.cfip-plongee.be, onglet «Formations MF/MN» 57


Plongée en

GUADE GU ADELOUPE LOUPE

Le numéro d’appel pour l’hôpital de Neder-Over-Hembeek a changé

avec les

PRINCIPAUX NUMÉROS D’APPEL D’URGENCE Numéro d’urgence général

112

Police de Zélande :

+31 900 88 44

sur la plage de Petit Anse à Bouillante

Dan Pays-Bas

+31 223 65 82 20

Package Gite + 6 plon gées

Dan Belgique

+32 800 123 82

Centre hyperbare de Goes Admiraal De Ruyter Ziekenhuis ‘s Gravenpolderseweg, 114 à Goes Centre hyperbare d’Anvers UZ Antwerpen Wilrijkstraat, 10 à Edegem Centre hyperbare de l’höpital militaire de Neder-Over-Hembeek Bruynstraat, 1 1120 Bruxelles Service des urgences de Vissingen Admiraal De Ruyter Ziekenhuis Koudekerkseweg, 88 à Vlissingen

+31 113 23 42 50

Et son centre de plongée

à partir de

285€

/pers*

e-mail : infogites971@orange.fr

Tél. : 0690 32 62 28

www.gitesduborddemer.com * tarif possible sur la base de 2 plongeurs

+32 3 821 38 06 +32 3 821 30 55 +32 2 443 21 83

+31 118 42 58 56

Liquidation totale de matériel de deuxième main 58


Président conseil d’honneur et de discipline : Enrique CORDON Gsm : 0479 40 05 24 E-mail : Eric.cordon@skynet.be COMMISSION MÉDICALE Président : Olivier GOLDBERG Tel : 0497 44 55 69 E-mail : olivier@ogoldberg.net

CONSEIL D’ADMINISTRATION

q

Présidente : Maria del Pilar RUIZ LOPEZ Rue G.Stocq, 18 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Vice-président : Marc HIERNAUX Avenue des Paveurs, 10 1410 Waterloo Gsm : 0475 460 965 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be Trésorier : Jean-pierre VLIERACKER Rue Georges Rodenbach, 4 1420 Braine-l’Alleud Gsm : 0476 31 91 78 E-mail : tresorier@lifras.be Secrétaire général : Roland THIEBAULT Hoogstraat, 31 1980 Zemst Gsm : 0475 92 00 03 E-mail : roland.thiebault@lifras.be Administrateurs : Didier ARTS rue Baudet, 7 7090 Petit-Roeulx-lez-Braine Gsm 0495 50 86 02 E-mail : easy.engine@skynet.be Catherine BES Rue de la Plaine, 10 1390 Archennes Gsm : 0476 24 92 89 E-mail : catherine.bes@skynet.be Sylviane GODIN Rue Bruyère St Jean, 95 1410 Waterloo Gsm 0475 87 99 95 E-mail : sylviane.godin@gmail.com Robert HENRY Avenue Docteur Terwagne, 46 1310 La Hulpe Gsm : 0475 76 77 85 E-mail : henry.robert@skynet.be Marc LYCOPS Avenue de la Liberté, 158 boite 7 1080 Bruxelles Gsm : 0473 81 68 62 E-mail : marc@lycops.eu Frédéric WILLEM Rue des Charmes, 28 5100 Namur Gsm : 0475 64 59 74 E-mail : willem.frederic@skynet.be COMMMISSIONS

q

COMMISSION APNÉE Président : Andy BUHL E-mail : president.apnée.lifras.lifras@gmail.com Secrétaire : Philippe COTTON Email : pc@philippecotton.com Trésorier : Milos ANTONIC (Mike) Gsm : 0475 52 80 07 Email : mikeantonic@me.com COMMISSION ENSEIGNEMENT Directeur Technique Fédéral : Philippe PITTIER Gsm : 0497 48 81 17 E-mail: phil090906cath@skynet.be Trésorier : Marc ALLEMEERSCH Gsm : 0475 45 60 48 E-mail : marcallemeersch@skynet.be

COMMISSION SCIENTIFIQUE Présidente : Valérie MAJERUS Bois du Chétois, 5 5101 Lives-sur-Meuse Gsm : 0495 51 07 92 E-mail : valmajerus@gmail.com Secrétaire : Hody MICHEL E-mail : mhody@yahoo.fr COMMISSION NAGE AVEC PALME Président : Dominique ANDRÉ Rue du Béguinage, 15 1476 Houtain-le-Val Gsm : 0477 47 69 92 E-mail : dominique.andre2811@gmail.com Secrétaire : Thomas SCULIER Gsm : 0472 60 72 80 E-mail : educationphysique@live.be Trésorier : Bruno DUPONT E-mail : bruno.dupont@uliege.be

COMMISSION PLONGÉE ADAPTÉE Président : Eric CORBIER Gsm : 0499 56 40 38 E-mail : eric.corbier@skynet.be Secrétaire : Tonino BARBIAUX Gsm : 0475 60 44 40 E-mail : tonino.barbiaux@hotmail.com CONSEIL JURIDICTIONNEL Présidente : Katia AMRI Gsm : 0486 46 36 77 E-mail : katiaamri@gmail.com Secrétaire : Daniele GOFFINET Gsm : 0476 23 68 51 E-mail : goffinet.daniele62@gmail.com SECRÉTARIAT ADMINISTRATIF LIFRAS Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02/521 70 21 Fax : 02/522 30 72 www.lifras.be E-mail : lifras@lifras.be

q

Katia VAN DE VEEGAETE : katia@lifras.be Muriel VAN BLOMMEN : muriel@lifras.be Comptabilité : comptabilite@lifras.be

q

COMMISSION PLONGÉE TECHNIQUE

JOURS ET HEURES D’HOMOLOGATION

Secrétaire A.I. : Eric JACQUEMIN Tél. : 352 691 266 085 Gsm : E-mail : eric.jacquemin@gmail.com

Lundi de 9h30 à 11h30 Mercredi de 9h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h00 Vendredi de 13h30 à 16h00 E

COMMISSION HOCKEY SUBAQUATIQUE (HSA) Présidente : Jeanne BOUTE Gsm : 0497 05 40 19 E-mail : jeanne.boute@gmail.com Secrétaire : Nathalie MEESSEN E-mail : nath.meessen@hotmail.com Gsm : 0493 12 71 99 Trésorière : Cindy DE CAUWER GSM : 0486 56 85 21 E-mail : cindydecauwer@gmail.com COMMISSION AUDIOVISUELLE Président : Jonathan VANNIEUWENHUYZE Gsm : 0497 55 67 05 E-mail : johnvnh@yahoo.fr Secrétaire : Catherine GRIMONPONT Gsm : 0470 21 10 49 E-mail : catherine.grimonpont@economie.fgov.be Trésorier : Benoit LONAY Gsm : 0486 62 29 68 E-mail : benoitlonay@yahoo.com COMMISSION DES TECHNIQUES SUBAQUATIQUES ET D’ORIENTATION (TSA) Président : Gilles HEINEMANN E-mail : gilles_tsa@lifras.be Gsm : 0474 89 17 01 Secrétaire : Laurence SENECHAL Gsm : 0497 31 53 20 E-mail : laurence_senechal@hotmail.com Trésorier : Thibault HAYT Email : thibault_tsa@lifras.be Gsm : 0494 13 13 11 COMMISSION FÉMININE Présidente : Fabienne DESCAMPS Route d’Obourg, 73 7000 Mons Gsm : 0496 92 72 77 E-mail : fabydesc@skynet.be Secrétaire : Giuseppina (Pina) LO CASTRO E-mail : pina.locatsro@skynet.be

Allée du Bol d’Air,13 à 4031 Angleur Tél : 04 / 336 82 20 - Fax : 04 / 344 46 01 Courriel : info@aisf.be - Site web : www.aisf.be

EN CAS D’ACCIDENT

q

Accident à l’étranger : Pour l’application des garanties, l’assuré doit obligatoirement et préalablement à toute intervention engageant les garanties assistance du contrat, APPELER EXCLUSIVEMENT LE N°: +32 3 253 69 16 (CHARTIS-Assistance) Appelez le 100 (d’un portable le 112) ENSUITE, contactez le DAN Numéro vert De belgique : 0800 12 382 DAN Urgence international : 39 06 4211 5685 En dehors de nos frontières : +32 2 262 22 82 Attention! En Zélande, formez le 112 OBLIGATIONS Pour tout accident corporel : examen médical dans les 3 jours.

q

Décès : D’abord, endéans les 48h, envoyer une déclaration à la Lifras : Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02/521 70 21 - Fax : 02/522 30 72 E-mail : lifras@lifras.be Ainsi qu’ à ARENA : avenue des Nerviens, 85 bte2 à 1040 Bruxelles Tél. : 02/512 03 04 - Fax : 02/ 512 70 94 Autres : déclaration à expédier au plus tard dans les 15 JOURS accompagnée d’un CERTIFICAT MÉDICAL (faute de quoi elle n’est pas prise en considération) uniquement au secrétariat LIFRAS.

Direction Générale du Sport - ADEPS Boulevard Lépolod II, 44 - 1080 Bruxelles Tel: 02/413 25 00 Email : adeps-info@cfwb.be

59


NELOS Ligue Néerlandophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques A.S.B.L. Affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques Siège social : Brusselsesteenweg, 313/315 - 2800 Mechelen Conseil d’administration : Président : Ronny MARGODT E-mail : voorzitter@nelos.be Gsm : 0473 96 13 50 Vice-président Herwig VAN COTTHEM E-mail : ondervoorzitter@nelos.be Gsm : 0495 55 85 19 Trésorier Dirk SAMAN E-mail : penningmeester@nelos.be Gsm: 0475 26 79 20 Administrateurs : Rik Olievier E-mail : boetiek@nelos.be Gsm : 0475 64 31 71 Ivo HUBERT E-mail : ivo.hubert@nelos.be Gsm : 0475 49 87 24 Sven VANDEKERCKHOVE E-mail : sven.vandekerckhove@nelos.be Gsm: 0476 34 00 64 Franklin FORREZ E-mail : franklin.forrez@nelos.be Gsm : 0473 24 53 02 Secrétariat administratif : Brusselsesteenweg, 313/315 - 2800 Mechelen Tél. : 015 29 04 86 - Fax : 015 20 61 58 Mme Margaux MONTRIEUX E-mail : secretariaat@nelos.be

FEBRAS Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques A.S.B.L. Siège social : Rue Jules Broeren, 38 - 1070 Bruxelles Conseil d’administration : Présidente : Maria del Pilar RUIZ LOPEZ Rue G.Stocq, 18 - 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Co-président : Ronny MARGODT Steenovenstraat, 24 - 8490 Varsenare Gsm : 0473 96 13 50 Email : voorzitter@nelos.be Trésorier : Dirk SAMAN Groeningenlei, 106 - 2550 Kontich Gsm : 0475 26 79 20 E-mail : dirk.saman@nelos.be Administrateurs : Catherine BES Rue de la Plaine, 10 - 1390 Archennes Gsm : 0476 24 92 89 E-mail : catherine.bes@skynet.be Marc LYCOPS Avenue de la Liberté, 158 boite 7 1080 Bruxelles Gsm : 0473 81 68 62 Jean-Pierre VLIERACKER Rue Georges Rodenbach – 1420 Braine-l’Alleud Gsm 0476 31 91 78 E-mail : jpvlieracker@hotmail.com Ivo Hubert Stijn Steuvelslaan 24 – 2630 Aartselaar Gsm 475 49 87 24 E-mail : ivo.hubert@nelos.be Sven VANDEKERCKHOVE Acaciastraat, 76 - 9890 Gavere Gsm : 0476 34 00 64 Secrétariat administratif : Margaux Montrieux Rue Jules Broeren, 38 - 1070 Bruxelles Tél. : 02 521 70 21 - Fax : 02 522 30 72

60


À TATON : Illustration de lʼexercice

1

1

3

3

2

2

1

3

3

2

1 1

3

1

3

1

1

3

3

2

1

2

3

3 1

28

MANIPULATION ET CONSTRUCTION Explication de l’exercice au dos

61


À TATON Description : Deux plongeurs munis de masques occultés suivent en apnée, une corde tendue au fond de la piscine, le troisième plongeur équipé d' un scaphandre et d' un masque normal veillera à leur donner de lʼ air. Ils avancent donc en passage dʼembout jusquʼen bas de la pente (distance +/- 10 mètres du mur du fond), là, le plongeur équipé du scaphandre sʼimmobilise, les deux autres suivent la corde en apnée et rapportent les différents éléments nécessaires à la réalisation du puzzle. Attention ne jamais lâcher la corde sous peine de ne jamais pouvoir la retrouver et de devoir faire surface. Matériel : - une corde 25 m - formes ou puzzles - un scaphandre - deux masques occultés Didactique : Cet exercice favorise fortement : - le parcours à trois plongeurs sur une bouteille - la gestion du stress (masque occulté) - la gestion de lʼ apnée - la coordination - la réflexion et la mémorisation

Difficulté par niveau :

62

Niveau 1*

Niveau 2*

Niveau 3*

Niveau 4*

Version en apnée relais à trois plongeurs. 8 m entre le point de départ et le bac, trajet aller en apnée, retour en surface sur le dos.

Passage dʼembout jusquʼ au bac qui se trouve au bout de la piscine et montage du puzzle à coté de celui-ci.

Passage dʼembout jusquʼ au bas de la pente où le donneur dʼair sʼimmobilise et les deux plongeurs masques occultés effectuent le reste du parcours en apnée relais (distance +/-10m)

Passage dʼembout jusquʼ en haut de la pente où le donneur dʼair sʼimmobilise et les d e u x plongeurs m a s q u e s occultés effectuent le reste du parcours en apnée relais (distance +/-15m)

MANIPULATION ET CONSTRUCTION

27


63


HYDROS PRO

LE PREMIER GILET ERGONOMIQUE POUR UN MAXIMUM DE CONFORT scubapro.com

HYDROS PRO

Profile for LIFRAS

2020-hippo-255