Issuu on Google+


librairie hatchuel Patrick Hatchuel 58, rue Monge 75005 Paris - France tél 01 47 07 40 60 tel (international) +33 1 47 07 40 60 E-mail: librairie@hatchuel.com Site: www.hatchuel.com la librairie est ouverte du lundi au vendredi inclus 10 h - 13 h et 14 h - 19 h

conditions de vente en cas de commande ferme, les livres peuvent être retenus par téléphone ou par e-mail les prix indiqués sont nets, port et assurance à la charge du destinataire tous nos envois sont effectués en recommandé les ouvrages sont expédiés à réception du règlement aucun retour n'est accepté sans motif valable et sans notre accord préalable (délai 8 jours)

règlement Visa, Mastercard, chèque virement bancaire

achat permanent de livres S.A.R.L. Librairie HATCHUEL. Siège social : 58, rue Monge - 75005 PARIS Capital : 8000 € - RC Paris B.331.604.264


Catalogue soixante trois

1 ACADEMIE FRANCAISE - DICTIONNAIRE. Abrégé du Dictionnaire de l’Académie Françoise, Où l’on trouve une définition claire et précise de tous les Mots de Langue Françoise, au nombre desquels il y en a plus de onze cents marqués d’une *, qui ne sont pas dans la dernière édition en deux volumes in-folio ; avec un vocabulaire Géographique, très étendu. Ouvrage utile aux françois, aux étrangers, et aux jeunes gens de l’un et l’autre sexe. Paris, Volland, 1786. 2 volumes grand in-8, plein veau havane marbré de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de veau rouge, tranches rouges, v, (3), 586, (2) p. de catalogue et (2), 620 p. 750 € Rare « Abrégé », réalisé d’après l’édition de 1762, du Dictionnaire de l’Académie, la troisième du siècle, celle des Lumières et des « Philosophes », la dernière de l’Ancien Régime. Dans la préface qui constitue un véritable manifeste, les auteurs livrent les objectifs qui ont guidé leur œuvre : mettre le dictionnaire et ses « secours » à portée de la « nation entière» : « Tout François y a un droit égal. Il aime sa patrie, pourrait-il ne pas aimer sa langue ? (…). Les étrangers, en adoptant notre langue, lui ont fait un honneur qui doit nous piquer d’émulation ». (Quérard, France Littéraire, XIII, Anonymes, p. 61, n°974). Quelques taches d’encre sur les plats. Très bon exemplaire, bien relié à l’époque.

2 MANUSCRIT AUTOGRAPHE - AGOULT (Marie de Flavigny comtesse d’).

« Les suppliantes au Général Cavaignac » (Sur la Révolution de 1848). S.l.n.d. [Paris, 17 août 1848]. 5 pages écrites sur 5 feuillets de papier grand in-4 (31 x 20 mm), sous enveloppe d’origine. Nombreuses ratures, corrections, additions et changements. 1 000 € Brouillon manuscrit autographe d’un texte de Marie d’Agoult qui fut sera publié sous son nom de plume de Daniel Stern, dans Lettres républicaines (Paris, Amyot, 1848, lettre n° 10 du 17 août 1848, p. 13-16), puis réédité dans Esquisses morales et politiques (Paris, Pagnerre, 1849, p. 318-322). Vantée pour sa très grande intelligence et son indépendance d’esprit, Marie de Flavigny (1805-1876) quitta son mari le comte d’Agoult pour vivre avec Franz Liszt dont elle eut trois enfants dont Cosima. De ce fait, elle devint la belle-mère de Richard Wagner, mais également de l’homme d’Etat Emile Ollivier. Engagée dans la bataille politique et sociale, elle fut, avec George Sand et Germaine de Staël, l’une des principales figures de l’écriture féminine au XIXe siècle.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


2

Librairie Hatchuel Dans ce beau plaidoyer intitulé « les Suppliantes – Au Général Cavaignac » (17 août 1848), Marie d’Agoult intervient auprès du général, pour implorer sa clémence au nom des « suppliantes invisibles (…), épouses, mères et sœurs » des ouvriers réprimés à la suite des journées insurrectionnelles de juin 1848. Ministre de la guerre, doté des pleins pouvoirs, le général Cavaignac écrasa, à la tête de la troupe et des gardes nationaux, l’insurrection populaire déclenchée à la suite de la fermeture des Ateliers nationaux. La répression, sanglante, fit près de 5000 victimes, auxquelles s’ajoutèrent 1500 exécutions sommaires, ainsi que 25 000 arrestations et 11000 condamnations à la prison ou à la déportation.Cet événement paracheva une rupture historique entre la bourgeoisie et les ouvriers parisiens. Marx et Engels analysèrent cette révolution comme l’acte de naissance de l’indépendance du mouvement ouvrier. Quérard, France littéraire (IV, 419) évoque la comtesse d’Agoult comme une « femme déchue, transformée en mégère socialiste » (!)

3 AGRIPPA VON NETTESHEIM (Heinrich Cornelius). Henrii Cornelii Agrippae

Armatae Militae Aquitis Aurati, utriusque Juris Doctoris (...), Operum Pars Posterior. Quorum Catalogum exhibebunt tibi paginae sequentes. Una cum rerum et verborum hoc tomo memorabilium Indice & locupleto & certo. Lugduni, per Beringos fratres, s.d. [Lyon, Marcellin et Godefroy Beringen, ca 1550]. 2 volumes in-8 plein maroquin rouge, dos à nerfs ornés de caissons cloisonnés et fleuronnés, triples filets d’encadrement sur les plats avec fleurons d’angle, tranches dorées (rel. du XVIIIe s., pet. accrocs aux mors et coif.), [24], 592 p. et [-593] à 1193 (mal chiffré 1139), 44 p. d’index (dernier f. doublé), portrait de l’auteur au verso du titre, lettrines, figures gravées sur bois, lég. rouss. uniformes. 2 200 € Seconde et dernière partie (« Operum Pars Posterior »), en deux volumes, des œuvres collectives d’Agrippa von Nettesheim, probablement livrée indépendamment de la première. Selon la savante étude de Auguste Pros (Corneille Agrippa : sa vie, ses œuvres, note XXXI, p. 519-521), cette édition, imprimée en caractères italiques, serait la plus ancienne des éditions collectives d’Agrippa et « le prototype » des éditions postérieures. « Edition rarissime, de toutes, la meilleure et la plus complète. Elle est imprimée en caractères italiques de même grosseur partout, ne porte point de date d’impression et a, au verso du titre, un portrait gravé sur bois de Corn. Agrippa » (Caillet, I, p. 12-13, n°84). Ces particularités la distinguent d’une contrefaçon postérieure en 1156 p. portant la même adresse. Le premier volume renferme, entre autres, le De Incertudine, suivi de In Artem brevem Raymundi Lulli commentaria illustré de figures sur bois, du Liber de triplici ratione cognoscendi Deum ainsi que le De Nobilitate & Praecellentia Foeminei sexus, ouvrage fondateur dans l’histoire du féminisme moderne.

Pictures are available on www.hatchuel.com


3

Librairie Hatchuel

Le second volume est occupé par les Epistolarum ad Familares en 7 livres, suivis de discours, poésies et courts traités. Humaniste polyglotte, philosophe, théologien, médecin, alchimiste et kabbaliste né à Cologne, Corneille Agrippa (1486-1535) est l’une des figures centrales de la Renaissance en Europe et l’une des sources de l’occultisme occidental. Il voyagea à travers l’Europe, d’université en université, fut appelé à la cour de plusieurs souverains attirés par son immense savoir, mais ne put éviter plusieurs accusations d’hérésie. (Adams, A.374 pour un exemplaire conforme à celui-ci. Baudrier, III, 38-41. Brunet, I, 114. Caillet, I, 11-12. Dorbon, 25 pour l’ensemble les deux parties). Les quatre exemplaires répertoriés à WorldCat, sont tous les quatre conformes à celui-ci : seconde partie seule (Univ. of Oxford, Paris BIUM, Herzog August et Bibliothèque Sainte Geneviève). Très exemplaire, bien relié en maroquin rouge au XVIIIe.

Exemplaire aux armes du marquis d’Osmond

4 [ARCQ (Ph. Aug. de SAINTE-FOIX chevalier d’)]. Le Palais du silence. Conte Philosophique. Amsterdam [Avignon, Niel], 1754. 2 volumes in-12, plein veau havane marbré de l’époque, dos à 5 nerfs guillochés or, ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux, armes dorées au centre des plats, filet doré sur les coupes, tranches rouges, 229 p. et 270 p. titres inclus, planche gravée d’après Cochin en frontispice. 1 000 € Edition originale. Le fleuron de titre révèle une impression de la famille Niel en Avignon. « Conte philosophique » allégorique librement inspiré, selon l’auteur, d’un texte de Cadmus de Milet dans lequel un jeune héros est jeté dans de grandes aventures, rencontrant amour et terribles prodiges, sur fond de luttes pour instaurer un gouvernement conforme aux « Lumières » et à la justice. La « Correspondance » de Grimm signalait à l’attention de ses lecteurs un passage de ce conte qui relatait l’histoire de la querelle entre Maupertuis et Voltaire, déguisés sous les noms de Pythagore et Xénophane. L’auteur, le chevalier d’Arcq, était un fils naturel du Comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV. (Dufrenoy, Orient romanesque, II, 154. France littéraire, I, 84). Une petite épidermure à un plat. Provenances : le marquis d’Osmond (1707-1771), chevalier de l’ordre de Saint Louis et gouverneur d’Argentan, avec ses armes dorées sur les plats (O.H.R., planche 2469) et Fréderic Lachèvre, avec son ex-libris gravé. Bel exemplaire, dans une fine reliure de l’époque, imprimé sur papier fort, grand de marges.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


4

Librairie Hatchuel

5 JANSENISME - ARNAULD (Antoine).

1- Lettre de Monsieur Arnauld docteur de Sorbonne. A une personne de condition : sur ce qui est arrivé depuis peu, dans une Paroisse de Paris, à un Seigneur de la Cour. Paris, s.e., 1657. 19 p. 2- Seconde lettre de Monsieur Arnauld docteur de Sorbonne, à un duc et pair de France. Pour servir de response à plusieurs Escrits, qui ont esté publiez contre la première Lettre ; Sur ce qui est arrivé à un Seigneur de la Cour, dans une Paroisse de Paris. Paris, s.e., 1657. (2), 165, (1) p. table, (1) f. bl. 3- Discours de M. Arnauld sur l’amour de Dieu. S.l.n.d. [Paris, imp. Seneuze, 1738]. 8 p. Ensemble relié en un volume in-4, demi-vélin, dos lisse, pièce de titre à la plume (rel. 400 € moderne). 1 & 2- Troisième édition de ces célèbres « Lettres ». Arnauld intervient à la suite des pressions exercées sur le duc de Liancourt pour qu’il retire sa petite fille de Port-Royal et qu’il rompt tout commerce avec les jansénistes. Dans la « seconde Lettre », Arnauld répond aux pamphlets injurieux qui avaient accompagné la publication de la première et publie la proposition jugée hérétique qui le fit chasser de la Sorbonne et poursuivre par les autorités ecclésiastiques. Pascal fut chargé de répondre et lança ses Lettres écrites à un provincial... 3- Edition originale posthume. Titre courant (« Ce discours n’avoit point encore été imprimé… »). (Colonia, T.I, n°97, p. 314). Bon exemplaire, intérieur frais.

La première publication de Baudeau qui le fit connaitre comme économiste 6 [BAUDEAU (Abbé Nicolas)]. Idées d’un citoyen sur l’administration des finances du Roi. Amsterdam, 1763. In-12, cartonnage marbré, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches mouchetées (rel. moderne), iv, 132 p. 750 € Edition originale. En pleine crise financière et institutionnelle, Bertin qui venait d’être nommé contrôleur général des Finances sollicita des études sur la situation des finances et des propositions de réformes. Le résultat des travaux de Baudeau fut publié dans ce recueil de trois études, en 1763. Ce fut sa première publication économique qui le fit connaître. « Projet de réforme totale de l’administration des finances (...). Trois questions en font l’objet : manière la plus simple de recouvrir les deniers royaux ; méthode la plus claire et la plus économique de dépenser les deniers publics ; moyens les plus équitables d’affranchir le gouvernement de la dette publique » (INED, n°281). (Einaudi, 346. Higgs, 3016. Kress, 7071). Exemplaire frais, court de marge supérieure.

Utopie pédagogique rousseauiste 7 [BEAURIEU (Gaspard GUILLARD de)]. L’Élève de la Nature. Augmentée d’un

Volume, & ornée de Figures en Taille-douce. Amsterdam, J.B. Henry, 1774. 3 tomes reliés en un volume in-8, plein veau marbré de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, 3 gravures frontispice et 2 plans dépliants, qqs rouss. 300 € Nouvelle édition, refondue et augmentée d’une troisième partie, de cette utopie pédagogique inspirée de Rousseau illustrée de 3 gravures et 2 plans dont un dépliant (« plan d’Aristie, chef-lieu de l’Ile de la Paix »).

Pictures are available on www.hatchuel.com


5

Librairie Hatchuel

I- La solitude. II- La société. III- Les plaisirs champêtres. « Une des divagations les plus excessives auxquelles a conduit une certaine vulgate rousseauiste ». Récit de l’apprentissage d’un adolescent isolé dans une île déserte, puis conduit à travers l’Europe avant qu’il ne retourne sur son « Isle de la Paix » pour y fonder cette « belle et heureuse république imaginée par Thomas Morus ». L’auteur qui cite l’abbé de Saint-Pierre, emprunte également aux physiocrates. (Lichtenberger, Socialisme utopique, p. 59-76. Racault, L’utopie narrative, p. 232-237. Gove, The Imaginary Voyage…, p. 351). Bon exemplaire, bien relié à l’époque.

8 MANUSCRIT AUTOGRAPHE - BEAUVOIR (Simone de). L.A.S. à Maurice COIN-

DREAU [professeur à Princeton, traducteur de Faulkner]. Ca 1946. 1 page in-4°, 9 lignes à la plume sur papier quadrillé.

750 €

Lettre autographe signée de Simone de Beauvoir à MauriceEdgar Coindreau. « Je me rappelle toujours avec le plus vif plaisir mon séjour à Princeton, j’aimerais infiniment y revenir. Je crains que pour mille raisons ce ne soit possible avant longtemps. Mais si jamais vous venez à Paris je serais très heureuse de pouvoir avoir un moment avec vous... ». Simone de Beauvoir avait rencontré Maurice-Edgar Coindreau à Princeton en avril 1947, lors de sa tournée de conférences aux Etats-Unis, rencontre dont elle rendit compte dans une lettre à Sartre (Lettres à Sartre, II, 1940-1963, Paris, Gallimard, 1990, p. 352). Traducteur, professeur à Princeton pendant plus de trente années, Cointreau joua un rôle décisif dans l’introduction de la littérature américaine moderne en France. Sartre déclarait en 1948 : « La littérature américaine, c’est la littérature Coindreau ».

Exemplaire au armes de Louis XVI et de l’Université de Besançon 9 BESANCON - [BELON (Charles Jean-Baptiste)]. Elementa juris canonici ad

jurisprudentiam comitatus burgundiae aliarumque regni provinciarum accomodata. Vesuntione [Besançon], J.-F. Couché et Steph. Métoyer, s.d. [1784] In-8, plein veau porphyre de l’époque, dos à nerfs orné de caissons fleuronnés, pièce de titre de maroquin vert, armes de Louis XVI en médaillon au centre du premier plat, sur le second plat armes de l’université de Besançon, plats encadrés d’un double filet doré, tranches mouchetées, (4), iij, (4), 498 p., xxx p. de table index, (2) p. d’errata. 500 € Edition originale de cet ouvrage attribué à Belon par Maurice Perrod (Répertoire bibliographique des ouvrages franc-comtois imprimés avant 1790), Prénoms et dates d’après Bernard Lavillat (L’enseignement à Besançon au XVIIIe siècle, p. 123). L’auteur était professeur de droit à l’université de Besançon. (Camus-Dupin, n°2614). Très bel exemplaire de prix de l’université de Besançon décerné à D. Galliot le 30 juillet 1788 (ex-libris gravé et manuscrit), comportant les armes de Louis XVI au premier plat et celles de l’université de Besançon au second plat. Imprimé sur grand papier azuré.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


6

Librairie Hatchuel

10 BELLEPIERRE DE NEUVE-ÉGLISE (Louis-Joseph). La pratique de l’impôt,

ou, Vues d’un patriote. Avignon, 1762. In-12, broché, couverture bleue moderne (qqs auréoles), xii, 164, (2) p. d’errata. 350 € Seconde édition de cet ouvrage publié anonymement, également édité sous le titre de Les Vues d’un patriote un an auparavant. L’auteur, Louis-Joseph Bellepierre de Neuve-Église était agronome de formation et inspiré par les conceptions physiocratiques. Au cours de son essai, il cite Melon et Mirabeau, critique les divers impôts en vigueur et propose un impôt « unique et général » dont il établit la répartition et l’application. Tableaux chiffrés à l’appui de sa démonstration. (Cf. Conlon, Siècle des Lumières, 61:487. INED, 338. Goldsmiths’-Kress, n°9798.9).

La première femme imprimeur en France 11 BIBLE - ERASME (Didier). Novum testamentum graece &

Latinè, iuxta ueterum, cùm Graecorum, tum Latinorum, emendatissima exemplaria, accuratissima cura & diligentia D.Erasmi Roterod.iam denuo & collatum, & postrema manu castigatum (...). Parisiis, Veneunt apud Jacobum Bogardum, 1543 (Excudebat Carola Guillard [Charlotte Guillard], via ad diuum Iacobum, sub aureo). 2 parties en un volume in-8, plein veau, dos à 5 nerfs orné (rel. lég. postérieure), (12), 228 f. et 168, (12) f. [sign. aa8, bb4, a-z8, AE8, F4, Aa-Yy8, Zz4], texte sur 2 colonnes grec/latin. 2 500 € Première tirage de cette bible humaniste gréco-latine, traduite, établie et commentée par Erasme, imprimée par la première femme imprimeur en France, Charlotte Guillard, dont ce livre est donné comme l’un des chefs d’œuvre. Le verso du titre comporte une lettre d’Erasme au pape Léon X, suivi de la dédicace d’Erasme à celui-ci et Des. Erasmi Roterodami apologia (7 f.) Charlotte Guillard (1480-1557) avait été mariée à Berthold Rembolt, qui ouvrit, associé à Ulrich Gering, la première imprimerie à Paris, à l’enseigne du « Soleil d’Or ». A la mort de son mari en 1519, elle reprit l’imprimerie, se remaria en 1520 avec le libraire et humaniste Claude Chevallon. Veuve à nouveau en 1537, sans enfants, elle s’associa à ses neveux dont Jacques Bogard. Renouvelant fond et auteurs, elle sut faire du « Soleil d’Or » (repris sous son propre nom) l’une des maisons d’édition les plus prospères de Paris. Première femme imprimeur en France, elle est, avec Jeanne de Marnef, Emée Toussaint et Yolande Bonhomme, l’une des rares femmes qui exercèrent cette profession au XVIe siècle. « Par sa longue carrière, par l’importance de son entreprise sur le plan éditorial et intellectuel, par la qualité de sa production, Charlotte Guillard apparaît comme une figure majeure du livre parisien au XVIe siècle. Depuis Chevillier, les historiens de la librairie française ont remarqué l’élégance et la correction de ses livres, tout en saluant le caractère atypique de sa carrière » (cf. Siefar.org et B. Beech, Charlotte Guillard: A 16th Century Business Woman, Renaissance Quarterly, n°3, New York, 1983, p. 345 sq et R. Jimenes, Charlotte Guillard au Soleil d’Or (15021557) : étude bibliographique, thèse de doctorat en cours). (Adams, B.1686. Vander Haeghen, II, 60. Darlow & Moule, 1543. Renouard, Imprimeurs parisiens XVIe, p. 158, n°140). Trace de restauration à la reliure et à la marge inférieure du titre. Bon exemplaire.

Pictures are available on www.hatchuel.com


7

Librairie Hatchuel

12 ALMANACH - BLANC (Louis), ARAGO (Etienne), BERNARD (Martin, dit Martin-Bernard). Almanach du Nouveau Monde pour 1850 [pour 1851]. Paris, Au bureau du Nouveau Monde, 1850-1851. 2 volumes In-16, brochés, couvertures illustrées, 176 p. et 160 p., vignettes dans le texte. 400 € Edition originale et unique, bien complet des deux années parues de cet « almanach composé d’articles des députés proscrits, Louis Blanc, Etienne Arago, Rattier, Martin Bernard, Barthélémy. Avec Le travail, musique de Victor Lefebvre [partition musicale, p. 65-68] poésie d’Etienne Arago. Devait contenir des articles de Barbès et d’Albert qui ne purent arriver à cause de la difficulté des communications avec les prisonniers de Doullens. Le titre de l’année 1851 porte en plus : Par Louis Blanc » (Grand Carteret, Almanachs Français, n°2554). Vignette de H. Emy répété sur chaque page de titre, illustrations dans le texte et partition musicale. Bon exemplaire.

13 BODIN (Jean). Les Six livres de la Republique de I. Bodin Angevin (...). Paris,

Jacques du Puis, 1580. In-8, plein vélin ivoire souple de l’époque, (24) p. titre compris, 1060 p., (44) p. de table, vignettes de titre à la marque de l’imprimeur, bandeaux, 1 200 € lettrines. Précoce édition, imprimée à Paris chez Jacques Du Puys. « L’une des œuvres majeures de la tradition philosophique occidentale, dont nul n’ignore plus aujourd’hui qu’elle a préparé l’avènement de la modernité politique. C’est là, en effet, que Jean Bodin élabore le concept clé de l’Etat moderne: la souveraineté, à partir duquel sera remodelé l’espace théorique de la pensée politique. Hobbes, Pufendorf, Locke, Rousseau, Kant, et, jusqu’à nos jours, philosophes et juristes y feront référence » (Frémont, Couzinet et Rochais, J. Bodin, Les Six Livres..., Fayard, 1986). (Brunet I, 1025. Crahay, Isaac, Lenger, F7 p. 117-118. Cf. En Français dans le Texte, n° 68 et Printing & the Mind of Men, 94a). Petites restaurations de papier au titre et au dernier feuillet. Quelques auréoles et rousseurs. Bon exemplaire, relié à l’époque.

14 [BOUHOURS (Dominique)]. Remarques nouvelles sur la langue françoise. Paris,

Sébastien Mabre-Cramoisy, 1676. In-12, pleine basane de l’époque, dos à nerfs orné de compartiments dorés, tranches 280 € mouchetées, (24), 537, (17) p. Deuxième édition parue quelques mois après l’originale. Se posant en continuateur de Vaugelas et en « maître à penser et à écrire de sa génération », lié à Boileau, La Fontaine et Racine dont il corrigeait les pièces, le père Bouhours composa cette pièce pour réfuter Gilles Ménage et plus largement pour prendre la revanche des Jésuites dans la querelle qui les opposaient aux jansénistes. « Avec le père Dominique Bouhours, les jésuites placèrent leurs attaques sur le plan linguistique, pour détruire la réputation d’écrivains qu’avaient acquise les penseurs de Port-Royal » (J.-C. Pellat, Colloque international du tricentenaire du Dictionnaire étymologique, Lyon III, mars 1994). Reliure épidermée et petits accrocs. Intérieur très frais, grand de marges. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


8

Librairie Hatchuel 15 BOULAINVILLIERS (Henri de). Lettres sur les anciens

parlemens de France. Londres, T. Wood & S. Palmer, 1753. 3 tomes reliés en un volume in-12, plein veau havane, dos à 5 nerfs ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés (mors lég. restaurés, coins émoussés), (4), 140 [i.e. 240] p. ; (4), 240 p. et 400 € (4), 207 p. (qqs rousseurs) Edition originale posthume de cet ouvrage considéré comme « le chefd’œuvre de Boulainvilliers ». « Ouvrage vivant, alerte, fort bien écrit, de pensée claire et de style captivant, auquel on pourrait donner comme sous-titre L’ascension du TiersEtat (...). Après avoir établi la nature des parlements de France depuis Charlemagne et les causes qui les ont rendues infructueux, Boulainvilliers dénonce l’absolutisme royal qu’il accuse d’avoir détruit le système féodal qui assurait plus de liberté au peuple et réclame le rétablissement des États généraux comme contrôle du pouvoir royal » (cf. Renée Simon, Henry de Boulainvillier, p. 145-183). L’ouvrage a été édité à l’occasion du violent conflit qui opposa les parlements et le Roi en cette année 1753. (Simon, Boulainvillier, bibliographie, p. 145). Très bon exemplaire, bien relié à l’époque.

16 BUCHEZ (Philippe Joseph Benjamin), BASTIDE (Jules). Revue Nationale Fondée par MM. Buchez et Jules Bastide. [Complet : Première année: n°1 (mai 47) au n°8 (déc. 1847). Deuxième annéeu n°8 (29 juin 1848) dernière livraison parue]. (Paris), en vente au bureau de la Revue Nationale (...), 1847-1848. 26 livraisons reliées en un volume in-4, demi-vélin de l’époque, dos lisse. 850 € Edition originale, complète, de ce périodique, l’organe officiel des Bucheziens. Buchez s’assura non seulement de la contribution de Jules Bastide alors directeur du puissant National, mais aussi de ses disciples dont Ott, Feugueray, Cruveilhier, B. Rampal et Garnier-Pagès. Ils y développent leur projet économique, politique et social de démocratie chrétienne et consacrent de larges parties à l’organisation de la nouvelle société. Nommé adjoint de Garnier-Pagès maire de Paris durant la Révolution de 1848, puis élu représentant de la Seine, Buchez est porté à la présidence de l’Assemblée (5 mai-6 juin) mais devant la réaction qui suit, il est contrait de cesser sa publication dès le 29 juin. Les 26 livraisons, bien complètes de leur titre, sont précédées d’un faux-titre et d’un titre général et suivies d’une table générale. (Cuvillier, n°25. Hatin, p. 379). Accroc à une des deux pièces de titre, quelques rousseurs. Bon exemplaire.

17 CABANIS (Pierre-Jean-Georges), GOETHE (Johann Wolfgang von), MEISSNER (August Gottlieb), GRAY (Thomas). Mélanges de littérature allemande, ou Choix de traductions de l’allemand, etc. Paris, J.J. Smits et Cie, L’an V de la République (1797). Grand in-8, plein maroquin à grain long vert bronze de l’époque, dos à 5 faux nerfs orné de filets dorés et d’un fer estampé à froid répété, décor d’encadrement à froid sur les plats, tranches dorées, grecques dorées sur les chasses, (4), xv, 419, (1) p. 450 € Première et unique édition. Cabanis ramena de son voyage en Allemagne, un intérêt qui ne se démentit pas pour la littéraire allemande des Lumières dont il fut l’un des introducteurs en France, notamment auprès du cercle du salon de Madame Helvétius, à laquelle l’ouvrage est dédié sous forme d’une importante présentation. Le recueil contient six œuvres de Meissner, Stella de Goethe retraduit pour l’occasion, Le cimetière de campagne, élégie de Thomas Gray et une pièce traduite du grec. (Baldensperger, Goethe en France, 510. France littéraire, II, 5). Auréoles à quelques feuillets. Exemplaire imprimé sur papier vélin fort dans une belle reliure de maître de l’époque. Pictures are available on www.hatchuel.com


9

Librairie Hatchuel Bel exemplaire aux armes et chiffre de Colbert de Linières

18 CALMET (Dom Augustin). Nouvelles dissertations importantes et curieuses, sur plusieurs questions Qui n’ont point été traitées dans le Commentaire Littéral sur tous les Livres de l’Ancien & du Nouveau Testament. Paris, Emery, Saugrain et Martin, 1720. In-4, plein veau glacé de l’époque, dos à nerfs orné aux petits fers au chiffre de Colbert de Linières et armes au centre des plats dans un médaillon, roulette sur les coupes, tranches rouges (qqs petites restaurations), (16), 540, (4) p., vignette de titre à la marque de l’imprimeur, bandeau gravé sur cuivre et culs-de-lampe. 1 200 € Edition originale. L’œuvre de Dom Calmet, exégète et érudit lorrain, bénédictin de la Congrégation de Saint-Vanne et SaintHydulphe, connut un prodigieux succès à travers toute l’Europe. Toujours critique, Voltaire consulta néanmoins les ouvrages de Calmet et s’appuya de façon fréquente sur sa prodigieuse érudition pour l’élaboration de ses propres écrits, en particulier dans le Dictionnaire philosophique. La première langue donnée à Adam L’existence des géants par des preuves irréfutables - La Tour de Babel, etc. Bel exemplaire, en veau blond, aux chiffre et armes de Colbert de Linières (1709-1761) : Louis II Colbert, marquis de Linières, fils de Louis 1er et de Marie Louise du Bouchet de Sourches. Petit-fils du grand Colbert, il devint capitaine lieutenant des gendarmes anglais, puis maréchal de camp. (OHR, planche 1302).

19 CABET (Etienne). Douze lettres d’un communiste à un réformiste sur la commu-

nauté. Première [- Douzième lettre]. Paris, Imprimerie de C. Bajat (Prévot, Rouannet, Chamerot, 1841-1842). In-8, demi-veau vert bronze de l’époque, dos lisse orné d’un décor romantique de dentel500 € les, fers spéciaux et filets dorés (rel. lég. frottée), 166 p. Ensemble complet des 12 livraisons de cet important texte de combat que Cabet publia entre mai 1841 et février 1842. Sous forme de douze dialogues pédagogiques, Cabet se propose de populariser et de défendre son modèle de communiste égalitaire, citant des passages entiers du Voyage en Icarie, des coupures de presse et livrant des comptes rendus de procès dans lesquels étaient impliqués des communistes. C’est dans ces lettres qu’on trouve l’un des rares exposés sur le régime qui devra assurer la transition entre « société actuelle » et communisme icarien. La septième lettre, souvent reproduite, est consacrée à la femme, « son malheureux sort dans la présente société (...) — Son heureux sort dans la Communauté » : « Contre la prétendue civilisation moderne, qui traite encore la femme comme une espèce d’esclave, et contre l’insolent despotisme de l’homme, qui, abusant toujours de sa puissance, impose ses lois à la femme (…). Surtout contre l’ingratitude, l’injustice, la tyrannie d’une société qui condamne plus de la moitié des femmes à l’ignorance, à la misère, à des travaux excessifs qui les exténuent, les défigurent et les assassinent... » (p. 49). (Fourn, II, 833. Prudhommeaux, n°47). Quelques rousseurs et quelques brunissures.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


10

Librairie Hatchuel 20 CARDAN - RECUEIL 1- CARDANO (Girolamo). Hieronymi Cardani (...), Contradicentium medicorum libri duo (...). Addita praeterea eiusdem autoris de Sarza Parilia, de Cina radice, eiusque usu, Consilium pro dolore vago, Disputationes etiam quaedam aliae non inutiles. Parisiis, Jacobum Macaeum [Paris, Jacques Macé], 1564-1565. (6), 180 f. et (4), 314, (1) f. de colophon.

2- PELETIER (Jacques). Iacobi peletarii cenomani, de conciliatione Locorum Galeni. Sectiones duae. Idem, 1564. 40 f. titre inclus. 2 ouvrages reliés en un volume in-8, demi-chagrin bordeaux, dos à 4 faux-nerfs nerfs ornés de caissons et filets dorés (rel. vers 1850), vignettes de titre, lettrines, bandeaux et culs de lampe. 800 € Première édition collective. L’ouvrage de Cardan est divisé en 2 tomes, sous pages de titre et paginations particulières. Le traité de Peletier (40 f.) a été relié entre les deux parties de celui de Cardan. Le Contradicentium medicorum de Cardan est l’un des rares textes que le savant consacra à l’histoire des doctrines médicales. Mêlant à son habitude analyses rationalistes et merveilleux, il recherche les contradictions dans les doctrines de différents auteurs et tente de les résoudre. Humaniste, mathématicien et poète, Jacques Peletier du Mans est l’un des initiateurs de la Pléiade, ami de Ronsard et de Du Bellay. On lui doit en mathématiques les noms des milliards. Il est un des premiers à user de lettres, en algèbre, pour résoudre les systèmes d’équations linéaires. Il tente dans ce traité de concilier les doctrines de Galien avec celles d’Hippocrate. (Adams, C-656. Durling, 837. Wellcome, 1284). Bon exemplaire, très frais, bien relié.

21 SUISSE - CART (Jean-Jacques). De la Suisse avant la Révolution et pendant la

Révolution. Des bases essentielles à son gouvernement futur et à son indépendance. Lausanne, chez les Cit. Hignou et Comp., 1802. In-8, cartonnage marbré à la Bradel, titre doré, tranches mouchetées (rel. Laurenchet), 500 € (4), 152 p. Edition originale et unique. Originaire de Morges, Jean-Jacques Cart (1748-1813) devint avocat, s’illustra comme patriote vaudois et dut s’exiler en France. Proche des Girondins, il effectua une mission aux Etats-Unis (1793) et il revint en Suisse au milieu de 1798, la Révolution accomplie. Jusqu’en 1802, comme sénateur, il prit une position farouchement unitaire, combattant toute idée fédéraliste. C’est cette position qu’il défend et justifie dans cet ouvrage dont le retentissement fut important. Il dresse un tableau de l’histoire politique de la Suisse, fait l’analyse des troubles dans le pays de Vaud qui l’avaient obligé à quitter son pays en 1791, relate les principaux événements de la Révolution et commente la situation politique et constitutionnelle en soumettant des propositions de réformes. Sur l’auteur, cf. Etienne Hofmann in Dictionnaire historique de la Suisse en ligne. (Martin & Walter, I, 6287. A. de Montet, Dictionnaire des Genevois et des Vaudois, I, 128-129). 22 NORMANDIE - [CASTILHON (Jean)]. Histoire de Robert le Diable, Duc de

Normandie; et de Richard sans peur, son fils. Paris, Lacombe, 1769. 2 parties réunies dans un volume in-8, demi-veau raciné (rel. moderne dans le goût de l’époque), dos à nerfs guillochés or, pièce de titre de maroquin bordeaux, xiij, (3), 243 p., (2) f. de privilège (les 2 parties en pagination continue), exemplaire non rogné. 300 € Pictures are available on www.hatchuel.com


11

Librairie Hatchuel

Edition originale publiée dans la collection de « la Bibliothèque bleue ». Nouvelle version romancée de la populaire histoire de Robert Le Diable, sans cesse remaniée depuis le XIIIe siècle, devenue sous la plume de Jean Castilhon un conte libertin, « le Moyen Age accommodé à l’usage des boudoirs » (cf. E. Gaucher, Robert le Diable. Histoire d’une légende, Paris, 2003). Selon la légende, la femme du duc de Normandie, désespérant d’avoir un enfant, en eut un avec Satan : Robert le Diable. L’enfant grandit et devint une terreur pour la contrée... (Cioranescu, 16134. Conlon, Siècle des Lumières, 69:633). Très bon exemplaire, entièrement non rogné.

23 CASANOVA (Jacques). Mémoires de Jacques Casanova de Seingalt, écrits par luimême. Paris, Paulin (puis E.-B. Delanchy pour le tome X), 1833-1837. 10 volumes in-8, demi-veau blond de l’époque, dos à nerfs ornés de filets, pièces de titre et de tomaison de veau havane et bronze (rel. légèrement postérieure). 2 000 € Première édition imprimée en France. Les huit premiers volumes, parus en 1833, reprennent le texte de la première édition française publiée chez Brockhaus à Leipzig. Les deux derniers furent agencés en 1837, à la demande de l’éditeur, par le journaliste Philippe Busoni, sur la base de la traduction donnée par Tournachon-Molin, augmentée d’épisodes inédits (cf. Pollio, Bibliographie anecdotique et critique des œuvres de Jacques Casanova). (Carteret, I, 153-154. En français dans le texte, n°182. Pollio, p. 215-219. Rive Childs, p.137, n°12. Vicaire, II, 121). Provenance : l’écrivain, critique littéraire et pasteur Anglican Mark Pattison (1813-1884) qui devint recteur du Lincoln College à Oxford. Quelques épidermures et accrocs aux coiffes et aux mors. Intérieur très frais, exemplaire non rogné.

24 CHAPELAIN (Jean) et CONRART (Valentin). Les Sentimens de l’Académie

françoise sur la tragi-comédie du Cid. Paris, G. Quinet, 1678. In-12, pleine basane de l’époque, dos à nerfs orné (rel. lég. 400 € frottée), 183, (1) p. Deuxième édition. Si les représentations du Cid obtinrent un succès public sans précédent, les critiques fusèrent également : Scudéry, avec ses Observations sur le Cid attaqua la pièce pour ses irrégularités et son manque de bienséance et Richelieu intervint pour demander à l’Académie française de rendre un arbitrage. Elaborés par Chapelain aidé de Conrart, Les sentiments de l’Académie tranchaient : on y fait l’éloge de Corneille tout en donnant raison à ses ennemis quant à la question des règles. Le « parti des doctes » l’emportait, insistant sur le mépris que Corneille avait témoigné pour les préceptes d’Aristote. Ulcéré, Corneille garda le silence durant plus de deux ans. (Tchemerzine-Scheler, II, 235 pour l’originale). Bon exemplaire. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


12

Librairie Hatchuel Exemplaire aux armes de France et de la famille Breitenlandenberg

25 [CHOISY (Abbé F. Timoléon de)]. Histoire de Charles cinquième Roi de France.

Paris, Antoine Dezallier, 1689. In-4, plein veau brun de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons dorés aux petits fers, pièce de titre de maroquin bordeaux, plats ornés d’un filet d’encadrement à froid, petites armes dorées sur les plats (armes de France au plat sup. et armes de la famille de Breitenlandenberg au plat inf.), tranches marbrées, (8) p., (1) f. d’instruction au relieur, 37 inventaire, (1) d’errata, (6) avertissement, 456 p., (16) p. de table, 6 bandeaux historiés, 6 lettrines, 2 grandes planches gravées dépliantes. 1 500 € Edition originale, illustrée de 6 bandeaux historiés, 6 lettrines, 2 belles planches gravées dépliantes. Histoire originale et bien documentée de Charles V le Sage (1338-1380), l’artisan du renouveau de la France. Protecteur des lettres et des arts, il acheva la construction du donjon de Vincennes et fit construire la Bastille ; il se constitua une très riche librairie (origine de la Bibliothèque nationale de France). L’ouvrage contient, en pièce annexe, à pagination séparée, l’inventaire général des joyaux et possessions de Charles V, d’après un manuscrit de la bibliothèque du roi. L’auteur, l’abbé de Choisy, est demeuré célèbre pour son extravagance, son goût pour le travestissement en femme et sa passion pour le jeu qui le conduisirent à dilapider ses héritages successifs. L’épître est dédiée au roi. Coiffe sup. usée, un mors fendu sur 4 cm, coins émoussés. Bon exemplaire, imprimé sur beau papier, grand de marges, aux armes de France (3 fleurs de Lys d’or) dorées sur le plat supérieur et de la famille de Breitenlandenberg (à 3 anneaux d’argent) dorés sur le plat inférieur. Originaire de la région de Zurich, la famille Breitenlandenberg s’installa en Alsace au XVIe siècle (à Seppois-le Bas).

26 CHATEAUBRIAND (François-René, vicomte de). Mélanges de politique.

Paris, Le Normant, 1816. 2 volumes in-8, plein cartonnage havane à la Bradel, dos ornés d’un fleuron central doré, pièces de titre de maroquin brun, datés en pieds, tranches mouchetées (rel. moderne), xvj, 399, (3) p. et (4), [-403], 811 p. (les deux volumes en pagination continue), qqs rouss. 500 € Première édition collective de ce recueil des dix-neuf écrits politiques, rapports, opinions et discours, donnés par Chateaubriand pendant la Restauration, augmentée d’une préface de circonstance dans laquelle il justifie son action, la cohérence de ses engagements et la fidélité à ses principes, en particulier en matière de liberté de penser et de publier. L’ouvrage se conclut par De la Monarchie selon la Charte qui venait tout juste d’être publié en cette même année 1816, accompagnée d’une préface en IV pages. (Dacier, Chateaubriand, n°504. Talvart & Place, III, p. 10. Vicaire, II, 287). Joli exemplaire, bien relié.

Bel exemplaire comportant un envoi autographe de l’auteur 27 PROTESTANTISME - [CLAUDE (Jean)]. La défense de la Reformation Contre le

livre intitulé : Préjugez légitimes contre les Calvinistes. Se vend à Quervilly, chez Jean Lucas, deureant à Roüen (...), 1673.

Pictures are available on www.hatchuel.com


13

Librairie Hatchuel

In-4, plein veau brun de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments dorés, roulettes sur les coupes, tranches mouchetées rouges, (1) f. de titre, (6), 378, (4) p., bandeaux, vignettes, marque de l’éditeur au titre. 1 000 € Edition originale. Le célèbre ministre protestant Jean Claude réfute un ouvrage de Pierre Nicole en même temps que les principales objections adressées à la Réforme. Bourgeois et André, S.H.F. (n°2986) résume les thèses contenues dans l’ouvrage : « Les protestants ont eu le droit d’examiner l’état de la religion et de l’Eglise au XVIe siècle, d’effectuer une réformation indispensable, de se séparer ainsi de Rome et enfin de tenir des assemblées publiques et de développer l’exercice du ministère pour que la société chrétienne ne périsse pas ». L’épître est adressée, par l’auteur, au marquis de Ruvigny, député général des protestants de France qui émigra en Angleterre après la révocation de l’édit de Nantes. (Bourgeois et André, 2986. Desgraves, Ouvrages de controverse entre catholiques et protestants, n°6215. Sauvy, Livres Saisis à Paris, n°172). Exceptionnel exemplaire, comportant un envoi autographe signé de l’auteur : « Pour Monsieur De Bézons, par son très humble serviteur, J. Claude ». Claude Bazin, chevalier, seigneur de Bezons (Paris, 1617-1684), avocat et homme d’État, devint intendant de la justice, de la police et des finances de la généralité de Soissons, puis de Languedoc de 1654 à 1674 et fut nommé Conseiller d’État à Paris. Il était membre de l’Académie française. Ex-libris ancien gravé du grand séminaire de Carcassonne. Une note manuscrite justifie cette étrange provenance pour un livre protestant, par la présence de l’envoi autographe : « c’est uniquement pour cette raison, qu’au lieu d’être placé avec les ouvrages à l’index, il se trouve avec la collection des livres précieux ». Bel exemplaire, bien relié à l’époque.

28 CODE DE COMMERCE. 1- Code de commerce. Edition originale et seule officielle. Paris, Imprimerie impériale, 1810 [1807]. (4), 264 p. 2- Exposé des motifs du code de commerce, présenté au Corps Législatif par MM. les orateurs du Gouvernement dans les séances des 1, 2, 3, 4 et 8 septembre 1807. Pour faire suite et servir de Commentaire à l’édition officielle du Code de Commerce. Paris, A. Galland, 1807. (4), 155 p. Ensemble de deux ouvrages reliés en un volume in-16, plein veau raciné de l’époque, dos lisse orné de compartiments garnis d’un petit fer central « Empire » répété, pièce de titre de veau vermillon, tranches mouchetées. 500 € Edition originale in-16° du Code de Commerce, page de titre de seconde émission à la date de 1810. Suivi, comme il se doit, de L’Exposé des motifs. Joli exemplaire, bien relié à l’époque, imprimé sur Hollande. Rare dans ce format.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


14

Librairie Hatchuel

29 Code d’instruction criminelle. Code d’instruction criminelle. Edition originale et seule officielle. Paris, Imprimerie impériale, 1810. In-16, plein veau marbré de l’époque, dos lisse orné de compartiments richement dorés, pièce de titre de veau vert, tranches mouchetées, (4), 323 p. table incluse. 650 € Rare édition originale in-16°. Envisagé dès 1801, le Code d’instruction criminelle a été promulgué le 16 novembre 1808. Il contient l’ensemble des textes juridiques organisant la procédure pénale en France. Pages 187 à 323 : table alphabétique des matières avec la définition des termes utilisés. Aucun exemplaire de cette édition originale in-16° n’est recensé : manque à la BnF, au CCFr et à Oclc. Bon exemplaire, imprimé sur Hollande, bien relié à l’époque.

30 Collection des principaux économistes. I- Economistes financiers du

XVIIIe siècle : Vauban, Boisguillebert, Law, Melon, Dutot. II & III- Physiocrates : Quesnay, Dupont de Nemours, Mercier de La Rivière, Baudeau, Le Trosne. - IV & VTurgot : Œuvres. VI & VII- Adam Smith : Recherches sur la richesse des nations. VIII- Malthus : Essai sur le principe de population. IX- Malthus : Principes d’économie politique. X- J.-B. Say : Traité d’économie politique. XI et XII- J.-B. Say : Cours complet d’économie politique. XIII- J.B. Say : Œuvres diverses. XIV- Ricardo : Œuvres complètes. XV & XVI- Mélanges d’économie politique : Hume, Forbonnais, Condillac, Condorcet, Lavoisier et Lagrange, Franklin, Necker, Galiani, Montyon, Bentham. Paris, Guillaumin, 1841-1852. 16 volumes grand in-8, 15 demi-veau vert de l’époque, dos lisses ornés de filets dorés, titres et tomaisons dorés, 1 volume demi-veau havane dos à nerfs orné. 2 500 € Très rare collection complète, en seize volumes, de ce recueil des ouvrages de fondateurs de la science économique, de Vauban à Ricardo, dans des éditions et traductions scientifiques, accompagnées d’appareils critiques, notes, notices biographiques et bibliographiques par les meilleurs spécialistes du moment. Constitue une source irremplaçable pour l’histoire de l’économie politique. Quelques épidermures, petits accrocs aux coiffes et coins, quelques rousseurs à quelques volumes. Bon exemplaire. 31 CONDORCET (Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, Marquis de). Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain. Ouvrage posthume de Condorcet. Gènes, Yves Gravier, 1798, An I de la République Ligurienne (De l’imprimerie Delle-Piane, rue Giulia). Petit in-8, plein veau moucheté de l’époque, dos lisse orné d’un fer à la Lyre répété, filets et palettes dorés, pièce de titre de 750 € maroquin bronze, tranches citron, 361, (1) p. Rare impression génoise de ce célèbre ouvrage. La « République de Gênes » changea de constitution en mai 1797 pour adopter le modèle français sous l’action de Bonaparte et d’une partie de la bourgeoisie locale hostile au gouvernement des doges. Véritable manifeste des Lumières et de la première révolution, investi d’une valeur quasi-programmatique, l’ouvrage de Condorcet fut l’un des rares à connaître une diffusion généralisée, comme ici jusqu’aux périphéries de la République « La forme sous laquelle la pensée occidentale a assimilé l’idée que le dix-huitième siècle se faisait du progrès » (Frank Manuel, Prophets of Paris, cité par Baker, Condorcet, p. 449). Le texte figure ici dans sa « quatrième édition », publiée et éditée par Daunou et Sophie de Condorcet. Pictures are available on www.hatchuel.com


15

Librairie Hatchuel

(Cf. En Français dans le texte, 196. P.M.M., 246 pour l’édition originale). Cette édition est rare. Elle manque à la BnF. Un unique exemplaire dans les bibliothèques françaises (Strasbourg2 - BU Portique). Ex-libris manuscrit de l’époque (fin XVIIIe) : « De la bibliothèque des frères Félix et Mathieu Mastagli de Calvi ». Bel exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

32 CONDORCET (Jean Antoine Nicolas de Caritat, Marquis de), PEYSSON-

NEL (Charles), LE CHAPELIER (Isaac René Guy). Bibliothèque de l’homme public ; ou Analyse raisonnée des principaux ouvrages français et étrangers, sur la Politique en général, la Législation, les Finances, la Police, l’Agriculture, & le Commerce en particulier & sur le Droit naturel & public. Paris, Buisson, 1790-1792. 28 tomes en 14 volumes in-8, plein veau porphyre de l’époque, dos lisses ornés de « grecques », fers spéciaux et palettes dorés (quelques petits accrocs). 7 500 € Rare ensemble complet de cet important périodique révolutionnaire. Dans sa préface, Condorcet livre les buts qu’il assignait à cette publication : « [Mettre] la science du gouvernement & de l’administration à la portée de tout le monde » et réaliser ainsi le projet des Lumières : « C’est l’ignorance de ses droits qui retenu si longtemps l’homme dans les fers ; les lumières que la philosophie a répandues jusques dans les dernières classes, ont pu seules lui rendre son ancienne dignité » (I, p. V). Nombreux et importants articles de Condorcet, dont les célèbres cinq mémoires sur l’instruction publique, analyses et commentaires sur Hume, Locke, Adam Smith, Bacon, Montesquieu, D’Holbach, Mably, le marquis de Mirabeau et la physiocratie, l’abbé de saint Pierre, Rousseau, Voltaire, etc., etc. (Delsaux, Condorcet journaliste, 272. Hatin, p. 162. Martin & Walter, Journaux, 133). Quelques rousseurs et brunissures. Ex-libris manuscrit de l’époque: « De la bibliothèque des frères Félix et Mathieu Mastagli de Calvi ». Bel exemplaire, bien relié à l’époque.

33 CONSIDERANT (Victor). La solution ou le Gouvernement direct du Peuple. Paris, Librairie Phalanstérienne, Décembre 1850. In-8, broché, couverture de papier moderne, 63 p., (2) f. de catalogue (rouss.). 400 € Edition originale de cet important texte théorique de Victor Considérant, dans lequel il expose sa critique antiparlementarisme de la démocratie : la délégation érigée en système, et conduite par « une petite cohue d’élus réunis de tous les bouts de la France, moulins à paroles creuses, nids d’intrigues... », aboutirait à la confiscation de la véritable souveraineté populaire. Victor Consérant soumet son propre projet alternatif fondé sur l’exercice direct de la souveraineté et passe en revue les objections qu’on pourrait lui opposer (Cf. Dommanget, V. Considérant, p. 159164). (Del Bo, Fourier et son Ecole, p. 16). Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


16

Librairie Hatchuel

34 CONSIDERANT (Victor). Les quatre crédits ou 60 Milliards à 1 1/2 P. 100. Crédit de l’immeuble - Crédit du meuble engagé - Crédit du meuble libre ou du produit - Crédit du travail. Paris, Librairie Phalanstérienne, 1851. In-12, broché, couverture imprimée, vii, 167 p. et 7 p. de catalogue (rouss. et qqs auréo350 € les marginales en fin), ex. non coupé. Edition originale. « Dans ce texte publié en 1851 mais écrit avant 1845, Considérant expose ses théories sur l’argent et la propriété sous forme de dialogue (...). Il propose pour sauver la propriété de créer un syndicat général de la propriété immobilière et un crédit universel. Il compte ainsi mettre en place pacifiquement une nouvelle organisation du travail garantissant le droit au travail pour tous et aboutissant au système de l’Association » (Univ. de Poitiers, Les premiers socialistes..., cat. en ligne). Des passages aux pages 138 et 139 sont censurés. (Del Bo, Fourier, p. 16. Dommanget, V. Considérant, n°44. Masui, I, 488). Exemplaire non coupé.

35 Recueil - Deux juristes toulousains 1- CORAS (Jean de). In universam sacerdotiorum materiam erudita sanem ac luculenta paraphrasis. Lugduni, Dominicum de Portonariis [Lyon, M. Bonhomme pour D. de Portonariis], 1548. (1) f., (6), 140, (20) p., annotations manuscrites à l’époque, grande vignette de titre, manchettes. 2- FORCADEL (Etienne). Necyomantia Jurisperiti. Sive, de occulta Jurisprudentia dialogi. Lugduni, Joan Tornaesium [Lyon, Jean de Tournes], 1549. 328 p., qqs soulign. et annotations. 2 ouvrages reliés en un volume in-4, plein veau moucheté, dos à nerfs ornés d’une guirlande dorée, compartiments richement garnis, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (rel. ca 1750), marques d’imprimeur aux titres, lettrines historiées. 1 200 € 1- Edition originale, rare, du premier ouvrage d’importance composé par Jean de Coras, issu des cours qu’il professa à Valence en 1547, au moment même de la polémique ouverte sur le sujet entre le roi Henri II et le Pape. Ardent calviniste, considéré comme l’un des juristes les plus importants de son temps, Jean de Coras fut pendu revêtu de sa robe rouge de magistrat lors de la Saint-Barthélemy toulousaine. L’ouvrage a été mis à l’index. (Baudrier, V, 383. Haag, France protestante, IV, p. 56 et Camus-Dupin, n° 2776 citent tous deux une édition plus tardive). 2- Seconde édition, la seule publiée par Jean de Tournes, de ce recueil composé sous forme de cent dialogues. Poète et juriste, professeur de droit à Toulouse, Etienne Forcadel était né à Béziers. Sur cet ouvrage, cf. La concorde de la poésie et du droit dans quelques traités d’Etienne Forcadel : la «Necyomantia » (…) in Actes du colloque l’Humanisme à Toulouse, mai 2004, Paris, Champion, 2006, p. 91-106. (Adams, F-740. Cartier, Tournes, 139). Cette édition manque aux bibliothèques américaines (WorldCat). Un unique exemplaire à la BnF. Annotations et soulign. anciens. Provenance : le bibliophile Hans-Joachim Trautner (1916-2001), avec son ex-libris armorié (« Trautner-Falkiana »). Bon exemplaire, très frais, bien relié.

Pictures are available on www.hatchuel.com


17

Librairie Hatchuel

36 CORROZET (Gilles), BONFONS (Pierre), DU BREUL (Jacques). Les Antiquitez et choses plus remarquables de Paris. Recueillies par M. Pierre Bonfons, contr’oolleur au Grenier & Magazin à Sel de Pontoise. Augmentées, par frère Jacques du Breul, Religieux octogénaire de l’Abbaye de Sainct Germain des Prez, lez Paris. Paris, Nicolas Bonfons, 1608. In-8, plein veau brun de l’époque, dos à 3 nerfs orné de compartiments garnis de doubles filets dorés, titre doré, plats encadrés de doubles filets dorés (restaurations aux coif., qqs épidermures), (1) f. de titre, (11), 447, (1) f., 56 gravures sur bois et une en taille douce. 2 200 € Edition définitive en partie originale de cet ouvrage, source fondamentale pour l’histoire de Paris, remaniée et augmentée par Nicolas et Pierre Bonfons, enrichie des importantes additions de Jacques Du Breul sur des documents alors inédits, essentiellement consultés à la bibliothèque de SaintGermain-des-Prés. « Importante édition soigneusement revue et augmentée par le P. Du Breul dont les recherches sur Paris étaient considérables », selon L.A.N. Bossuet (Catalogue de livres relatifs à l’histoire de la ville de Paris). L’ouvrage est illustré de 56 gravures sur bois du peintre Jean Rabel (v.1540-1603) et d’une figure en taille-douce datée de 1606 (f. 284). « Important libraire parisien, Gilles Corrozet fut aussi un auteur à succès, qui occupa par là une place tout à fait exceptionnelle dans le monde de l’édition parisienne du XVIe s. Chroniqueur inlassable, son ouvrage le plus connu reste [ce] livre sur Paris, œuvre multiforme qu’il remania tout au long de sa vie et qui est à la fois un éloge des origines de la ville, une description historique et monumentale et un exemple précoce de guide touristique » (Area en ligne, Gilles Corrozet et les recueils d’antiquitez des villes de France). (Dufour, p. 68. Duportal, Livres à figures, n°127. Cat. P. Lacombe, n°831. Bossuet, n°7 ). Bon exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

37 COTTIN (Sophie Ristaud). Œuvres complètes. Paris, Ménard & Desenne, 1824.

12 volumes in-8, plein veau blond racinée de l’époque, dos lisses ornés d’un riche décor de compartiments garnis d’une résille, d’urnes, filets et palettes dorés, pièces de titre 400 € bordeaux, tranches citron. Jolie édition, la plus complète, des œuvres de Madame Cottin, née Sophie Ristaud, illustrée d’un portrait et de 26 figures gravées sur métal d’après A. Deveria. Contient une « Notice historique sur la vie et les écrits de Mme Cottin, suivie de considérations sur quelques femmes auteurs » (par Alexandre Petitot, 124 pages). Tome I : Claire d’Albe, précédé d’une Notice historique — Tomes II-IV : Malvina — Tomes V-VII : Amélie Mansfield — Tomes VIII-XI : Mathilde — Tome XII : Elisabeth ou les Exilés de Sibérie. Née dans une famille protestante, veuve à 20 ans d’un banquier ruiné par la Révolution, Sophie Cottin (1770-1807) mourut à 34 ans, laissant une œuvre romanesque qui rencontra un immense succès à travers toute l’Europe. Participant au mouvement de renaissance de la fiction, ses romans sombres, psychologiques et sentimentaux, contribuèrent, selon R. Trousson, à l’œuvre de déconstruction du mythe littéraire imposé par J.-J. Rousseau de l’alliance entre bonheur et vertu.(France littéraire, II, 305). Quelques mors lég. fentillés, quelques infirmes éclats. Bel exemplaire, très bien relié.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


18

Librairie Hatchuel 38 COUSIN (Gilbert). ΟΙΚΕΤΗΣ sive de Officio

famulorum per Gilbertum Cognatum Nozerenum. In officina Frobeniana [Bâle, Frobenius], 1535. Petit in-8, broché, couverture de papier marbré postérieur, 32 p. [sign. a(8), b(8)], vignette de Frobenius au titre, colophon page 30, grande marque de Frobenius au verso du dern. feuillet. 1 500 € Très rare seconde édition, publiée chez Frobenius, à la suite de la première parisienne chez Wechel, du premier ouvrage publié par l’humaniste franc-comtois Gilbert Cousin alors qu’il était secrétaire d’Erasme. L’ouvrage est dédicacé, de Fribourg-en-Brisgau le 16 mars 1535, à Louis de Vers, auquel l’auteur dû son poste auprès d’Erasme dont il devint le disciple, l’ami et le confident. Né en 1506 à Nozeroy, Gilbert Cousin étudia le droit, la théologie et la médecine à l’université de Dole. A partir de 1530, il demeura secrétaire et intendant d’Erasme pendant cinq années. Ses relations amicales avec les Bâlois le firent suspecter d’hérésie. Arrêté et incarcéré en 1567, il passa cinq années dans la prison de l’officialité de Besançon où il mourut avant le procès, en 1572. « Famulus » d’Erasme, Gilbert Cousin s’affiche avec fierté aux yeux du monde en cette qualité. « Ce petit volume du Bon serviteur est presque un chef-d’œuvre dans son genre. Il est précieux pour l’histoire des mœurs du XVIe siècle, charmant dans son style naïf et honnête ». Sur cet ouvrage destiné aux maîtres comme aux serviteurs, son originalité et son intérêt pour l’histoire de la vie quotidienne de la période, cf. A. Pidoux de La Maduère, Un humaniste comtois : Gilbert Cousin, chanoine de Nozeroy, p. 72 sq. (Index Aureliensis, 146.116. Panzer, VI, 305, 1002). Petites taches et piqûres. Bon exemplaire.

La première œuvre de Crébillon (n°4) et « l’un des textes les plus étranges du siècle : utopie détraquée » (n°7) 39 - FANTAISIES, CURIOSA, UTOPIES - RECUEIL 1- IÑIGUEZ DE MEDRANO (Julio), DU PERRON DE CASTERA (LouisAdrien) traducteur. Relation de la découverte du tombeau de l’enchanteresse Orcavelle, avec l’histoire tragique de ses amours ; Traduites de l’espagnol de Jule Iniguez de Médrane [sic]. Paris, veuve d’Houry, 1730. iv, 88 p. 2- [ALLAINVAL (Léonor-Jean-Christine Soulas d’)]. ……Ana ou Bigarrures calotines. Paris, J.B. Lamesle & A. de Heuqueville, 1730. 44 p., grande vignette de titre (pet. défaut de papier p. 7-8). 3- [COQUELET (Louis)]. L’Asne. Paris, Jacques Langlois, 1729. (4), 40 p., (1) p. 4- [CREBILLON FILS (Prosper Jolyot de)]. Le Sylphe ou Songe de Madame de R*** écrit par elle-même à Madame de S***. Paris, Louis-Denis Delatour, 1730. 34, (1)p. 5- [SAUNIER DE BEAUMONT (abbé)]. Le Gnome ou Songe de Madame la Comtesse de *** Ecrit par elle-même à Madame de ***. Paris, Louis-Denis Delatour, 1730. 48 p. 6- [LE FEBVRE (Philippe)]. Le Songe de Philalètes. Paris, Simart, 1728. 20 p. (un cahier déplacé p. 7-14).

Pictures are available on www.hatchuel.com


19

Librairie Hatchuel

7- [HEUQUEVILLE (Louis de)]. Relations du royaume de Candavia (…). Sur l’imprimé à Jovial, chez Staket Le Goguenard, rue des Fièvres chaudes, à l’enseigne des Rêves. Paris, Louis de Heuqueville, 1731. 51 p., (1) p. d’approbation. 8- [BEL (Jean-Jacques)]. Relation de ce qui s’est passé au sujet de la Réception de l’illustre Mathanasius [i.e. Jean-Baptiste de Mirabaud], à l’Académie Françoise. S.l., 1727. 48 p. 9- [COQUELET (Louis)]. Le triomphe de la Charlatanerie dédié au grand T***. Paris, Antoine de Heuqueville, 1730. 45 p., (1) p. approbation. Paris, veuve d’Houry, 1730. 9 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau brun de l’époque, dos à nerf orné de 1 200 € caissons fleuronnés et cloisonnés, roulette sur les coupes, tranches rouges. Recueil de 9 utopies, contes, facéties ou parodies, publiés entre 1727 et 1731, en édition originale. 1- Rare et unique édition de ce conte fantastique donné comme une œuvre de Julián Iñíguez de Medrano traduite sur le manuscrit original par Louis-Adrien du Perron De Castera. (Dinaux, Sociétés badines, 139. France Littéraire, VI, 13) 2- « Ana » attribué à Soulas d’Allainval. 3- Spirituelle facétie littéraire, dans le style des « Eloges » des grands hommes alors en vogue, mais ici dédié à un âne. (Dinaux, Sociétés badines, 68). 4- Edition originale du premier roman épistolaire du jeune Crébillon alors âgé de 22 ans. « Une jeune comtesse retirée à la campagne rêve de rencontrer un de ces génies aériens dont se sont entichés les théâtres parisiens. Par une chaude nuit d’été, un sylphe invisible vient justement la surprendre, à demi-nue dans sa chambre, et lui déclarer son amour. Au terme d’un dialogue serré, marqué par le protocole subtil du libertinage, elle pourrait avoir montré quelque faiblesse à l’étrange visiteur. A moins qu’elle n’ait rêvé... ». (Conlon, 30:396. France littéraire, II, 334). 5- Parodie du Sylphe de Crébillon qui venait de paraître. (Conlon, Siècle des Lumières, 30:692). 6- Fable noire imitée de Parthenius de Nicée. Unique exemplaire connu, cette édition originale manque à toutes les bibliothèques en ligne. 7- « Comptent parmi les textes les plus étranges du siècle. Une sorte de folie verbale s’empare du genre du récit de voyage imaginaire, et engendre une utopie détraquée, où le langage a perdu tout sens commun. Cette apothéose du non-sens fait la principale originalité d’un texte donné explicitement pour un rêve, mais qui, contrairement à L’An 2440 de Mercier, se caractérise par un illogisme énumératif et une profusion de détails incongrus » (cf. longue analyse J.-M. Racault, Voyages badins, burlesques et parodiques du XVIIIe s., p. 87-112). 8- Attribué à P.-Fr. Guyot Desfontaines ou à Jean-Jacques Bel. Approbation de fantaisie, datée 1727, signée « Momus, censeur des Censeurs ». Parodie sur la réception de J.-B. de Mirabaud à l’Académie. 9- « Curieux ouvrage sur les charlatans, les bateleurs, les débitants de poudre et de panacées, etc. » (Caillet, Sciences occultes, n°2616). Quelques marges légèrement courtes, sans perte de texte. Grand ex-libris ancien gravé non identifié (écartelé aux 1 et 4 de cinq hermines aux 2 et 3 d’argent à trois canettes de sable). Très bon exemplaire, bien relié à l’époque.

40 CURIOSA - [NOUGARET (Pierre-Jean-Baptiste)]. La Capucinade, histoire sans vraisemblance, par Frère P.J. Discret N***. Par-Tout, 1765, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, &c. [1769]. In-12, demi-veau de l’époque (mors sup. fendu, reliure usée), 105 p. titre inclus. 400 € Edition originale. Recueil d’aventures obscènes qui valut, à l’auteur, un emprisonnement à la Bastille. « Reprenant le thème traditionnel de la paillardise des moines et de leur tartufferie, l’auteur fait raconter à l’un d’entre eux toute la succession de ses bonnes fortunes, depuis ses premières amours avec la gouvernante d’un curée jusqu’à sa curieuse aventure avec Thérèse, cette orpheline jeune et sage » (Pia, Dictionnaire des œuvres érotiques, p. 83-84). L’ouvrage sera par la suite réimprimé sous le titre de Aventures galantes de Jérôme, frère capucin. (Gay, I, 474).

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


20

Librairie Hatchuel 41 CURIOSA – [NERCIAT (André-Robert Andréa

de)]. Les Aphrodites ou Fragments thali-priapiques, pour servir à l’histoire du plaisir. A Lampsaque, 1793 [Bruxelles, impr. par Mertens pour Jules Gay, 1864]. 8 parties réunies en 2 volumes in-12, demi-vélin de l’époque à la Bradel, dos lisses ornés d’un grand fer rocaille, pièce de titre de veau fauve, tranches dorées, Tome I: vii, (1), 72 p. ; 77 p., (1) f. de fleuron ; 77 p., (1) f. de fleuron ; 73 p. Tome II:. 82 p., (1) f. de fleuron; 650 € 70 p., (1)f. bl. ; 83 p. ; 78 p. Rare réédition, tirée à 170 exemplaires, la première depuis la rarissime originale de 1793, de ce « modèle du roman libertin ». Cette édition aurait été publiée en octobre 1864 à Bruxelles par Mertens pour Jules Gay, selon Dutel et Pia, sous la fausse adresse de Steuben à Bâle. « L’ouvrage capital de Nerciat, car il donne des lumières sur des sociétés libertines qui existèrent réellement (...). L’Ordre nous est décrit par le menu (...). Il y a deux sortes de membres: les adeptes dits intimes puis des auxiliaires (...). Il faut y ajouter une domesticité nombreuse et choisie suivant les critères du seul plaisir (...). Passé l’enceinte tout est possible. La licence y est souveraine absolue » (cf. P. Pia, Dict. des œuvres érotiques, p. 35-36). « Cette œuvre est assurément, la machinerie érotique la plus diaboliquement réussie qui se puisse voir » (Hubert Juin). (Dutel, A-92. Gay, I, 242. Pia, Enfer, col. 74-75. La BnF ne possède qu’un exemplaire incomplet, en 4 parties sur 8. Aucun autre exemplaire n’est recensé à WorldCat). Un dos légèrement piqué. Exemplaire sans figures. Bon exemplaire imprimé sur papier de Hollande.

42 CURIOSA - [VOISENON (Claude-H. de Fuzée, abbé de)], ROPS (Félicien).

Les exercices de dévotion de M. Henri Roch avec Madame la Duchesse de Condor, par feu l’abbé de Voisenon de joyeuse mémoire et de son vivant membre de l’Académie française. Bruxelles, Gay et Doucé, 1882. In-8, demi-maroquin havane à coins de l’époque, dos à nerfs daté en pied, petit fer aldin répété entre-nerfs, titre doré, tête doré, viij, 73 p., frontispice en couleurs sur papier japon de F. Rops. 350 € Première édition officielle publiée par Gay et Doucet, tirée à 500 ex., illustrée d’une jolie eau-forte en couleurs de Félicien Rops. Intitulée « reliquaire », cette planche représente une femme nue devant son miroir observée par un prêtre dissimulé, entourée d’un décor d’angelots engagés dans des scènes de dévotions détournées et érotisées, dont une de flagellation. Les aventures licencieuses d’un philosophe libertin qui s’efforce d’attirer dans son lit une duchesse bigote, en détournant à son profit les termes, la rhétorique et les pratiques religieuses. Le texte des Exercices de Dévotion finit à la page 62. Viennent ensuite des notes intitulées : La Rocambole, ou Notes édifiantes et récréatives. Son caractère sacrilège valut, à ce petit texte, l’Enfer de la Bibliothèque Nationale et sa condamnation par les tribunaux. (Dutel, II, 277 notes. Bibliographie clérico-galante, p. 174. Gay, II, 203. Pia, Livres de l’Enfer, col. 435). Bel exemplaire, très bien relié en maroquin, grand de marges, imprimé sur vergé de Hollande crème, numéroté (n°6/500). Le frontispice est imprimé sur Japon. Pictures are available on www.hatchuel.com


21

Librairie Hatchuel

43 DAMHOUDERE (Joost de). Enchiridion rerum criminalium, vulgo practica, Opus celebre & elegans, atque adeo Praetoribus, Proprætoribus, Consulibus, Proconsulibus, Magistratibus, reliquisque Iusticiariis ac Officiariis non modo utile (...). Lugdni, Sebastianum Barptolomaei Honorati [Lyon, Sébastien Barthélémy Honorat], 1555. Petit in-8, plein vélin ivoire, dos lisse, tranches dorées (rel. du XIXe s.), 471, (1) p. et [102] p. d’index, texte sur deux colonnes, fleuron de titre à la marque de l’imprimeur, bandeaux et lettrines historiées. 1 200 € Belle et précoce édition lyonnaise (originale: Louvain, 1554) de cet ouvrage « essentiel pour l’histoire des mœurs au XVIIe siècle ». Impression caractères italiques et romains sur deux colonnes, bandeaux et lettrines. Marque de l’imprimeur « au vase d’or » sur le titre. Œuvre majeure dans l’histoire européenne, la Praxis rerum criminalium est l’un des premiers traités à édifier un système complet de droit criminel, fondé sur les grands principes issus des droits romain, canonique et de leurs commentateurs. Il obtint un immense succès et devint le manuel de droit criminel partagé par toute l’Europe du Nord. L’ouvrage est cité comme l’une des sources fondamentales pour l’histoire des moeurs de la période, en particulier en matière d’attentats aux mœurs, de torture (à laquelle sept chapitres sont consacrés), de sorcellerie, etc. Le Brugeois Josse de Damhoudère (1507-1581) était juriste et conseiller des Finances de Charles Quint et de Philippe II. (Baudrier, IV, 165-166. Bibliotheca Belgica, II, p. 22). Petite signature manuscrite ancienne sur le titre : « Brydon ». Page de titre lég. brunie. Très bon exemplaire.

44 DANGEAU (marquis de), PERRAULT (Charles), OLIVET (P.-J. Thoulier), HUET (P.-D.), PATRU (O.), MEZERAY (Eudes de). Opuscules sur la langue françoise. Par divers Académiciens. Paris, Bernard Brunet, 1754. In-12, plein veau marbré de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés, pièce de titre de maroquin bordeaux (pet. accroc à la coif. sup.), 392, (4) p. 400 € Première édition collective qui contient le recueil des essais de grammaire de Dangeau (jusqu’à la page p. 243), le Journal de l’Académie françoise (Choisy) - Des participes actifs (Mezeray) - Lettre de M. Huet (...) à M. Charpentier Lettre de Monsieur Patru à Monsieur Charpentier - Des participes passifs (d’Olivet). (Brunet, 4988). Bel exemplaire.

45 DESBORDES-VALMORE (Marceline). Correspondance intime (...). Publiée par

Benjamin Rivière. I- (1817-1840). II- (1840-1857). Paris, Alphonse Lemerre, 1896. 2 volumes in-8, demi-percaline bleu-pastel de l’époque à la Bradel, pièces de titre de maroquin, couvertures et dos conservés, (4), xxxiii, 207 p. et (4), 283 p. 350 € Edition originale posthume de cette correspondance de la grande poétesse à son mari, ses enfants, son frère, ses amies et à quelques personnalités de son temps. Ces lettres sont publiées par Benjamin Rivière, bibliothécaire de la ville de Douai, ville natale de l’auteure, et ami de la famille, en respectant l’orthographe et la singularité du style. Très bon exemplaire, bien relié, non rogné.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


22

Librairie Hatchuel

46 [DIDEROT (Denis)]. Le père de famille, comédie en cinq Actes, et en Prose, avec

un Discours sur la poésie dramatique. Amsterdam [i.e. Paris, Michel Lambert], 1758. In-8, plein veau de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés, roulette sur le coupes (qqs épidermures), xxjx (ie xxiv) (titre compris), 220 p. et xij, 195 p. 450 € Edition originale. Le Discours sur la poésie dramatique dédié à Grimm occupe la seconde partie. Retardé par la censure, le Père de famille parut finalement en novembre 1758, sous les presses de Michel Lambert à Paris (selon Wilson, note p. 651), avec permission tacite. « Les théories théâtrales de Diderot annonçaient la fin de la tragédie classique française. Par ses répercussions sur les œuvres dramatiques d’un Lessing, d’un Goethe ou d’un Schiller, la pensée de Diderot allait modifier définitivement la conception traditionnelle du théâtre » (M. Couvreur in Diderot et son temps, 85). (Adams, P1. Tchemerzine-Scheler, II, 942). Relié avec : 1- [DU BOCAGE (Anne-Marie)]. Paradis terrestre (...) Londres, 1748. Court de marges, auréoles brunes. Nombreuses vignettes gravées. -2- [GUIMOND DE LA TOUCHE (Claude)]. Epître à l’amitié. Londres et Paris, N.B. Duchesne, 1769. -3- [MARMONTEL (Jean-François)]. Un disciple de Socrate, aux Athéniens. Athènes, Olymp. XCV, An I [i.e. Paris, 1760] - 4- [SAURIN (Bernard-Joseph)]. Les mœurs du Temps. Comédie en un acte Paris, Prault, 1761. 5- HOUDAR DE LA MOTTE (Antoine)]. Inès de Castro, tragédie. Paris, Gregoire Dupius et François Flahaut, 1723. 6- [BILLARDON-SAUVIGNY (Edme)]. Hirza; tragédie. Paris, Veuve Duchesne, 1767.

Provenance: Joseph-Marie Brossays Duperray (1731-1794), avec ex-libris héraldique. Avocat à la cour en 1759, devenu substitut du Procureur Général du Roi au parlement de Bretagne, puis commissaire des états de Bretagne, il s’illustra lors la révolte du parlement de Bretagne.

47 DIDEROT (Denis). Œuvres philosophiques et dramatiques. Amsterdam, 1772.

6 volumes in-12, plein veau blond marbré de l’époque, dos lisses ornés de compartiments 1 500 € fleuronnés, tranches rouges. La première édition « scientifique » exacte et méthodique, des éditions de Diderot, demeurée non décrite jusqu’à l’article de R.A. Leigh, A neglected eighteenthcentury edition of Diderot’s works donné dans les French studies, v. VI, p. 148-152, T. 1 (avril 1952) qui en soulignait l’intérêt majeur et étudiait ses spécificités et particularités par rapport à l’édition fautive en 6 volumes in-8°, parue également sous l’adresse d’Amsterdam, 1772. « Imprimée à coup sûr à Paris, la présente édition fut certainement publiée avec l’autorisation du philosophe. De plus, elle ne contient pas certains textes dont il ne cherchait pas à réclamer la paternité (…). L’éditeur des Œuvres demeure inconnu. On peut certes croire, avec R.A. Leigh (p. 150) qu’il s’agit probablement d’un libraire ami de Diderot » (Adams, A1). Exemplaire bien complet des faux-titres et des 20 planches : 1 frontispice et une planche au tome I, 11 planches gravées au tome II, et 7 planches dépliantes au dernier volume. Un dos lég. fendillé, quelques accrocs aux coiffes et quelques piqûres. Très bon exemplaire, bien relié à l’époque, grand de marges (165 x 96 mm).

48 [DIDEROT (Denis)], BEMETZRIEDER (Anton). Leçons de clavecin et princi-

pes d’harmonie. Paris, Bluet, 1771. In-4, demi-cuir de Russie vert de l’époque, dos lisse orné de doubles filets dorés, pièce de titre de veau rouge (qqs pet. épidermures), viii, 362 p.,(1) f. d’approbation. 1 200 € Edition originale. Bien que Diderot, dans la préface qu’il signe, se défende d’avoir participé à la rédaction de cet ouvrage, ses contemporains puis ses biographes lui en ont attribué l’essentiel de la paternité.

Pictures are available on www.hatchuel.com


23

Librairie Hatchuel « Bien mieux écrites que les autres œuvres de Bemetzrieder, les Leçons portent très manifestement le cachet de Diderot. Tout d’abord, il s’agit d’un dialogue - sa forme littéraire préférée - entre le maître (Bemetzrieder) - « l’élève » (Angélique) et le « philosophe » (Diderot). Le style clair et léger rend admirablement l’ambiance d’intimité et de travail qui devait imprégner la demeure de la famille Diderot (...) Quant au fond (…), ses conseils pour l’interprétation musicale rappellent fort ceux qu’il donnera aux comédiens dans son Paradoxe. Il y énonce aussi la théorie des « chocs » et des « appels » (…). Il s’agit d’une présentation pratique, systématique et pédagogique des grandes idées du temps » (M. Couvreur in Diderot et son temps, n° 76). (Adams, LA1. Fétis, 6256. Bibliothèque Cortot, p. 18. Gregory, p. 28. Tchemerzine-Scheler, II, 952). Très bon exemplaire, frais bien relié.

49 DOLIVIER (Pierre). Essai sur la justice primitive, pour servir de principe générateur au seul ordre social qui peut assurer à l’homme tous ses droits et tous ses moyens de bonheur. Paris, (J.B. Hérault), 1793. In-8, broché sous couture, 43, (1) p., entièrement non rogné, tel que paru, préservé sous 1 500 € étui et emboîtage. Rarissime édition originale de l’œuvre majeure de « l’enragé » Pierre Dolivier qu’il composa, en juillet 1793, lors du débat sur la Constitution. Curé rouge de Mauchamps, né à Neschers près de Clermont-Ferrand, Pierre Dolivier met en question le principe même de la propriété privée et se prononce pour une collectivisation des terres. « L’Essai sur la justice primitive range Dolivier parmi les précurseurs les plus importants du socialisme. Ce que Dolivier mettait en question, c’était la propriété héréditaire du sol. Le théoricien et le militant ne faisant qu’un chez lui : il avait prévu une mesure pratique, le recensement des terres données à loyer, base d’une réforme transformant le locataire en copartageant (...) » (cf. long article in Maitron, DBMOF en ligne). Jaurès fut l’un des premiers historiens à souligner l’importance de Dolivier dans son Histoire socialiste (IV, 1651 sq). Il cite, entre autres, le passage suivant : « Où peut être la liberté quand le besoin, causé par un dénuement général, rend dépendant de tout ? Et où peut-être l’égalité, quand les uns trouvent tout fait pour eux, et les autres tout à faire, ou, pour m’exprimer plus exactement, quand tout est pour les uns, et rien pour les autres ? ». Dolivier et Babeuf se connaissaient. L’Essai sur la Justice primitive fut saisi chez Babeuf au moment de son arrestation et le nom de Dolivier figurait sur sa liste des futurs membres de l’assemblée provisoire qui devait gouverner après son coup d’Etat. Le 24 floréal an IV, un mandat d’arrêt fut lancé contre lui, comme complice de la conjuration, mais il parvint à échapper aux poursuites. (Martin & Walter II, n°10871. Monglond, II, 875. Voir M. Dommanget, Les Enragés dans la Révolution française [Pierre Dolivier, curé rouge], Spartacus, 1987). Bel exemplaire, tel que paru, protégé sous étui et emboîtage.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


24

Librairie Hatchuel

50 DUMAS PERE (Alexandre). Mémoires d’un médecin. Joseph Balsamo.

Paris, Michel Levy, 1850. 5 volumes in-12, demi-maroquin bleu pétrole, dos lisses richement ornés de compartiments fleuronnés, titres dorés, tomaison en médaillon, têtes dorées (dos lég. insolé, rel. début XXe), (4), 317, (2) p. de table ; (4), 331, (1) p. table ; (4), 323, (1) p. table ; (4), 334, (2) p. table et (4), 350, (2) p. de table. 750 € Rare première édition in-12°, la seconde de Joseph Balsamo, donnée deux ans après l’originale et publiée sous le faux-titre d’Œuvres complètes, projet qui ne fut pas mené à son terme. Un unique exemplaire dans les bibliothèques françaises, celui de la BnF, seulement 3 à WorldCat. (Clouzot, p. 100. Manque à Munro et à Vicaire). Quelques auréoles et petites piqûres. Très bon exemplaire, très bien relié à l’époque.

51 [DUPONT DE NEMOURS (Pierre-Samuel)]. Mémoires sur la vie et les ouvrages

de M. Turgot, Ministre d’État. Philadelphie, [Paris, Barrois l’aîné], 1782. 2 tomes reliés en un volume in-8, plein veau marbré de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, tranches marbrées (mors fendus), viii, 148 p. et 268 p. (2) p. de « Supplément à l’errata ». 500 € Edition originale. « Rédigés à la demande de la famille de son ami [Turgot] pour servir à l’éloge que Du Puy devait prononcer à l’Académie des Inscriptions et à la biographie que préparait Condorcet (...), ces mémoires contribuèrent à faire comprendre la grandeur de l’œuvre conçue par Turgot. Encore aujourd’hui, ils constituent le meilleur document sur l’administration de l’illustre ministre et sur l’état des finances dans les premières années du règne de Louis XVI » (Schelle, p. 212-213). (Goldsmiths, 12250. Kress, B.459. Schelle, Dupont de Nemours, p. 409. Manque à Einaudi). Grand ex-libris gravé de l’époque (non identifié) et cachet sur le premier titre.

52 DURAS (Claire de Kersaint, duchesse de) - 10 LETTRES AUTOGRAPHES

(dont 8 signées). Paris et Andilly, 1821-1823, au baron de Vitrolles (la plupart avec adresse au dos). 3 000 € Très intéressante correspondance politique et mondaine, menée sur un ton vif et impertinent. Dimanche [29 juillet 1821 ?] : « Voilà l’extrémité où vous jette le dégoût de la lecture, si vos autres doctrines ressemblent à celles-là, je les combattrai avec le même avantage… » – Fin décembre 1821 : Elle le charge d’une négociation : « De savoir adroitement pourquoi j’ai perdu M. de Talaru que je voyois souvent et dont j’aime tant le bon esprit et la raison… Comment trouvez-vous le duc de Doud[eauville] aux Postes ?… » - Vendredi. Elle critique vertement une intrigue dévoilée par Vitrolles : « Comment ne pas s’étonner de vous voir, vous ! Vous-même ! Prêcher l’habileté d’un juste emploi de la médiocrité ! (…) Je suis persuadée que nous ne verrons le salut de ce pays-cy, que le jour où l’on appellera au secours des bonnes doctrines, tous les talens, et toutes les supériorités» … Claire de Duras (Brest 1777 – Nice 1828) tint dans son hôtel de la rue de Varennes le plus important salon de la Restauration, à la fois politique, littéraire et mondain. Libérale par tradition familiale, la comtesse de Boigne, note élogieusement qu’elle « admettait toutes les opinions et ne les jugeait pas du haut de l’esprit de parti (...). Elle faisait bande à part dans le monde extravagant de la Restauration ». Ministre d’État entre 1815 et 1818, puis en 1824, ultra en politique, le baron de Vitrolles était un familier de la rue de Varennes. La duchesse de Duras appréciait son esprit et ses talents de conteur. Fine et observatrice, elle jugea Vitrolles sans complaisance dans son journal : « On serait sévère pour M. de Vitrolles en le condamnant à cette seule manière d’être aimable, il est piquant, il connaît les hommes mais il a le défaut de considérer souvent les affaires comme des intrigues et de prendre le Pictures are available on www.hatchuel.com


25

Librairie Hatchuel

point de vue trop bas, cela arrive à ceux qui ont été obligés de manœuvrer pour arriver à la fortune, ils prennent une souplesse qui détruit en eux la décision nécessaire pour mener les hommes » (7 septembre 1821).

53 DURIEU (Eugène) et ROCHE (Germain). Répertoire de l’administration et de la comptabilité des établissemens de bienfaisance, hospices, hôpitaux, bureaux de bienfaisance, asiles d’aliénés, monts-de-piété (...). Présentant, par ordre alphabétique, le texte des lois, des règlemens, instructions ministérielles, décisions du Conseil d’état (...); accompagné d’explications détaillées sur chacune des parties de l’Administration charitable. Paris, Mémorial des Percepteurs, 1842. 2 volumes in-8. Vol. 1 : demi-veau, dos lisse orné, (4), viii, 603 p. — Vol. 2 : demi-veau vert bronze, dos lisse orné, (4), 851 p. (reliures de l’époque). 400 € Edition originale. E. Durieu était chef de la section des établissements de Bienfaisance du ministère de l’Intérieur et Germain Roche, avocat à la cour Royale de Paris. Rare complet des deux volumes qui ne parurent pas simultanément, le second parut en effet plusieurs mois après le premier. (Goldsmiths’-Kress, n°32914.11). Les deux volumes en reliures dépareillées. Quelques rousseurs. Bons exemplaires.

54 ENQUETE INDUSTRIELLE DE 1825, MAISEAU (Raymond-Balthazar) traduc-

teur. Enquête faite par ordre du parlement d’Angleterre pour constater les progrès de l’industrie en France et dans les autres pays du continent. Présenté à la Chambre du Commerce de Paris. Paris, Baudouin frères, 1825. In-8, plein maroquin havane, dos janséniste à 4 nerfs, titre doré, couverture et dos d’origine conservés (reliure moderne), xix, 359 p., qqs rouss. 400 € Première édition française de cette importante enquête sur l’appareil industriel français, réalisée auprès de négociants, ingénieurs, manufacturiers et industriels afin d’évaluer les conséquences économiques et sociales d’une libéralisation des exportations de machines. Edité et traduit par Raymond-Balthazar Maiseau. Lettre d’introduction de François Delessert alors président de la Chambre de Commerce de Paris. «Cette enquête de 1825 a donné le signal aux recherches que nous avons enfin daigné faire chez nous» (Blanqui, Histoire de l’économie politique en Europe, p. II, 449). (Goldsmiths’, n° 24495). Bel exemplaire, non rogné, bien relié en maroquin havane.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


26

Librairie Hatchuel

55 ENQUETE SUR LA QUESTION MONETAIRE - 1872. I- Procès-verbaux des délibérations du Conseil supérieur. Rapports. Dépositions. II- Dépositions. Procèsverbaux. Résumé de l’enquête. Documents. Tables. Paris, Imprimerie Nationale, 1872. 2 volumes in-folio, brochés, couvertures imprimées (dos cassés), (4), xvi, (2), 768 p. et 650 € (4), iv, 584 p., 2 grands tableaux graphiques dépliants et couleurs. Edition originale de cette importante source pour l’histoire financière de la France dans la deuxième partie du dix-neuvième siècle. Décidée sur proposition du ministre des Finances et confiée au Conseil supérieur du Commerce, de l’Agriculture et de l’Industrie, l’enquête fut menée en 1869-1870. Abondamment illustrée de statistiques et nourrie de dépositions des principales personnalités du monde politique, économique et financier de la période, théoriciens, et praticiens, l’enquête porte essentiellement sur les questions d’unification monétaire, d’établissement d’une monnaie internationale et sur le choix de l’étalon monétaire. (Cf. Say & Chailley, I, 871 et s.). Bien complet, très bon état intérieur, non rogné.

56 [FAIGUET DE VILLENEUVE (Joachim)]. L’Economie politique. Projet pour

enrichir et pour perfectioner l’Espèce Humaine. [sic]. Londres et se trouve à Paris, Chez Moreau, Pissot, Knapen, Brocas et Humblot, 1763. In-12, cartonnage papier ancien marbré, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (rel. postérieure), (4), xj, (1), 212 p. 1 800 € Edition originale. « Ce traité très original, avec notamment le parti pris d’une orthographe simplifiée, constitue l’un des premiers modèles militant pour une organisation de la collecte de l’épargne (…). Faiguet s’intéresse en priorité aux domestiques dont le statut de célibataire et la régularité du versement des gages, esquisse des formes ultérieures du salariat, favorise, à ses yeux, la capacité d’accumulation d’un capital (…). A la différence de ses prédécesseurs ou successeurs, Faiguet ne vise pas seulement la retraite mais bien la gamme des formules de l’épargne entre la précaution du lendemain et l’horizon plus lointain de la vieillesse. Les considérations démographiques sont déjà associées aux perspectives sociales et économiques des modèles de protection (…). La question de l’obligation qui agitera les esprits en matière de protection sociale durant près de deux siècles, se pose » (cf. longue analyse J.-M. Thiveaud, in Politique et économie au temps des Lumières sous la dir. de G. Klotz, p. 79 sq., PU de Saint-Etienne, 1995). Administrateur, économiste, philanthrope, novateur dans de nombreux domaines et collaborateur régulier de L’Encyclopédie, Faiguet de Villeneuve obtint la charge de trésorier de France au bureau des finances de Châlons-sur-Marne, puis de « payeur général de l’armée à Châlons ». (Higgs, 2859. INED, n°1772. Kress, n° 6100. Manque à Goldsmiths et Einaudi). Quelques petites taches et quelques auréoles claires. Bon exemplaire. Rare.

57 FEMME, FEMINISME - [GALIEN (Madame, de Château-Thierry)]. Apologie

des Dames, appuyée sur l'Histoire. Paris, Didot, rue du Hurepoix à la Bible d'or, 1748. In-12, plein veau de l'époque, dos à nerfs guillochés or, orné de compartiments garnis d'un grand fleuron central répété, filets et palettes dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (coins émoussés), xxiv, titre inclus, 270, (4) p. 600 € Pictures are available on www.hatchuel.com


27

Librairie Hatchuel

L'auteur composa cet essai à l'occasion d'une discussion de salon sur madame de Scudéry, les « femmes savantes » et en réponse à l'affirmation d'un convive selon lequel « toutes les femmes qui se mêlaient d'écrire, étaient des folles qui voulaient s'arroger un mérite au-dessus de leur état, qui ne demande d'elles que de sçavoir coudre & filer » (p. v-vi). Dans la préface composée sous forme de lettre (24 p.), Madame Galien analyse le chemin qu’elle a parcouru pour accéder au statut d’auteur à part entière, comme femme, dans la société de son temps. L’ouvrage est terminé par une « Réponse à la Lettre qui sert de préface à cet ouvrage » (p. 263-270), vraisemblablement dûe à Jean-Louis-Ignace de La Serre, censeur royal qui signe l'approbation. Madame Galien « formule (ici] des revendications féministes au sens strict » (M. Angenot, Les champions des femmes, p. 78). Cf. Kathleen Loysen, Je suis Auteur: Mme Galien and the Status of Women's Authorship in Early Eighteenth-Century France, The Romanic Review, vol. 103, n°3-4, 2012. (Gay, I, 245. INED, 1950). Bon exemplaire, très frais, bien relié.

FEMME, FEMINISME - Marie d’AGOULT. Manuscrit auto graphe « Les suppliantes au Général Cavaignac » (Sur la Révolution de 1848), cf. n°2 -PREMIERE FEMME IMPRIMEUR EN FRANCE, BIBLE - ERASME (Didier). Novum testamentum, cf. n°11 - CABET. Douze lettres d’un communiste à un réformiste sur la communauté, cf. n°20 - Sophie Ristaud COTTIN. Œuvres complètes. Paris, 1824, cf. n°37 - Marceline DESBORDES-VALMORE. Correspondance intime (...). Paris, Lemerre, 1896, cf. n°45 - Claire de DURAS. 10 Lettres autographes au baron de Vitrolles, 1821-1823, cf. n°52 - VIVES. De officio mariti, 1538, cf. n°156.

58 ALCHIMIE - FLAMEL (Nicolas), ARTEPHIUS, SYNESIUS, ARNAULD (Pierre, sieur de la Chevallerie) traducteur et éditeur. Trois traitez de la philosophie naturelle non encore imprimez. Scavoir le secret livre du très ancien Philosophe Artephius, traitant de l’Art occulte & transmutation Metallique, Latin François. Plus les Figures Hieroglyphiques de Nicolas Flamel, ainsi qu’il les a mises en la quatrième arche qu’il a bastie au Cimetiere des Innocens à Paris, entrant par la grande porte de la rue S. Denys, & prenant la main droite, avec l’explication d’icelles par iceluy Flamel. Ensemble, le vray Livre du docte Synesius Abbé Grec. (...), le tout traduit par P. Arnauld sieur de la Chevallerie Poictevin. Paris, Guillaume Marette, 1612.

Petit in-4 (200 x 142 mm), demi-vélin ivoire, titre doré, 103 p., 8 figures emblématiques 2 800 € gravées sur bois dans le texte, planche dépliante in fine. Rarissime édition originale de ce recueil de trois textes alchimiques fondateurs, illustrés de 8 figures emblématiques gravées sur bois, en tête de 8 chapitres d’explication et d’une planche dépliante. Il contient l’édition princeps de Les figures hierogliphiques [sic], ouvrage présenté comme un texte composé par Nicolas Flamel entre 1399 et 1413. Celui-ci y raconte qu’il a acquis pour deux florins un mystérieux et ancien livre, « tout gravé de lettres et de figures », sous le titre de Livre d’Abraham le Juif, prince, prêtre lévite, astrologue et philosophe, à la gent des juifs (…). Ce traité, écrit par un « homme fort savant », explique le processus du « Grand Œuvre ». Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


28

Librairie Hatchuel

La célèbre planche dépliante représente plusieurs pièces gravées sur bois formant une arcade à l’image de celle que Nicolas Flamel fit élever aux charniers des Innocents. Elle renfermerait le processus du « Grand Œuvre », dissimulé sous des figures allégoriques. Le sujet principal montre le Père éternel, à sa droite Nicolas Flamel aux pieds de Saint-Paul. Pernelle, sa femme, à gauche dans la même attitude. Au-dessous sont représentés divers sujets, parmi lesquels un Jugement dernier, et, dans la partie inférieure du tympan, le Massacre des Innocents. L’ouvrage contient deux traités supplémentaires : Le livre secret traitant de l’art occulte & de la pierre Philosophale (latin et traduction française en regard) par Artéphius, alchimiste et philosophe hermétique qui aurait vécu au Moyen âge ; ainsi que Le Vray livre de la pierre philosophale’ de Synésius, alchimiste, poète & philosophe grec, évêque de Ptolémaïs (370-415). (Fergusson, Biblio. Chemica, I, 47-48 (ex. incomplet). Duveen, Biblio. Alchemica, p.27. Cette édition originale de 1612 manque à Caillet, Dorbon, Ouvaroff et Guaïta, qui ne possèdent qu’une édition postérieure donnée comme « très rare »). Bien complet de la planche dépliante « qui manque à plupart des exemplaires » (selon Fergusson, qui précise que l’ouvrage est, par ailleurs, bien souvent incomplet et en mauvais état, eu égard aux conditions de sa publication). Le feuillet de titre est restauré sans perte, la planche a été également restaurée avec une lacune en coin rétablie anciennement, donnant la légende complète. Des auréoles claires. Plusieurs petites corrections à la plume de l’époque dans le texte. Signature ex-libris de l’époque sur le titre: « Apartient à P. Arnaud ». Bon exemplaire.

59 FREDERIC II, Roi de Prusse. Mémoires pour servir à l’histoire de la maison de Brandebourg, Avec quelques autres pièces intéressantes. S.l., 1751. 2 tomes reliés en un volume in-12, plein veau marbré de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments dorés, pièce de titre de veau blond, (2) f. de faux-titre et titre, (4) p. « d’Avant-Propos », 233 p., (1) f. bl. et (2) f. de faux-titre et titre, 247 p., portrait de Frederic Le Grand en frontispice, vignette de titre, bandeaux, lettrines, culs-de-lampe. 400 € Edition, à la date de l’originale, de cet essai que Frédéric II composa sur le modèle du Siècle de Louis XIV de Voltaire, et qui lui valut les louanges de toute l’Europe des Lumières. Contient, en plus des « Mémoires » de Frédéric II proprement dits, certains de ses essais dont « Des Mœurs, des Coutumes, de l’Industrie, des Progrès de l’esprit humain dans les Arts & dans les Sciences » (I, 83) et « De la superstition et de la religion » (II, 168) qui fit scandale. Deux cahiers ont été intervertis dans le premier tome. Très bon exemplaire, frais, bien relié, grand de marges (162 x 100 mm).

60 FURETIERE (Antoine).

1- Essais d’un dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots François tant vieux que modernes, & les termes de toutes les Sciences & des Arts […]. Amsterdam, Henri Desbordes, 1685. (8), 313, (2) p. 2- Factum pour Messire Antoine Furetière, Abbé de Chalivoy. Contre quelques-uns de l’Académie françoise. Amsterdam, Henri Desbordes, 1685. (8), 160 p. 2 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau brun marbré de l’époque, dos à nerfs 650 € orné, tranches rouges (qqs petits accrocs, qqs rousseurs). 1- Seconde édition du prospectus que Furetière publia pour présenter son dictionnaire et qui mit le feu aux poudres. Irrité par la lenteur des travaux de l’Académie, Furetière obtint de Louis XIV un

Pictures are available on www.hatchuel.com


29

Librairie Hatchuel

privilège pour publier son propre Dictionnaire. Furieux de cette « trahison », les académiciens exclurent Furetière de leur rang à la suite de cet opuscule et obtinrent de Louis XIV le retrait du privilège. Furetière répliqua en publiant de violents pamphlets contre l’Académie et les académiciens (cf. le factum qui suit). « Ces Essais d’un dictionnaire universel comportent 350 mots choisis par Furetière comme échantillons du dictionnaire qu’il est en train d’élaborer et dont il annonce la parution prochaine » (Jean Pruvost). (Brunet, II, 1425. Tchemerzine-Scheler, III, 397). 2- Edition originale du premier des brûlots que Furetière lança contre ses anciens collègues académiciens. (Brunet, II, 1425. Tchemerzine-Scheler, III, 398). Bon exemplaire.

« Le moment inaugural où se joue, pour la folie, sa mise au ban de la société » 61 [GARZONI (Tommaso)]. L’Hospital des fols

incurables ; Où sont déduites de poinct en poinct toutes les folies & les maladies d’esprit, tant des hommes que des femmes. Œuvre non moins utile que recreative & necessaire à l’acquisition de la vraye sagesse. Tirée de l’Italien de Thomas Garzoni, & mise en nostre langue, par François de Clarier, sieur de Long-val, Professeur ez Mathematiques, & Docteur en Medecine. Paris, Louys Sevestre 1620. In-8, plein veau moucheté de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés et palettes dorés, pièce de titre de veau bordeaux, filets dorés en encadrement sur les plats garnis d’un petit fer en écoinçon, roulette sur les coupes, 2 500 € tranches rouges, (4), 267, (1) p. de privilège. Première édition française de cette traduction et adaptation, par François de Clarier, de L’Hospidale de pazzi incurabili (Venise en 1586), traduction qui assura la diffusion européenne de l’œuvre. Religieux, philosophe et théologien né en Émilie-Romagne, Tomaso Garzoni, invite les visiteurs à voir en un spectacle distrayant « trente et une catégories de fous » enfermés dans un asile imaginaire. Le dernier discours concerne le « Département de l’Hospital qui sert à loger les femmes ». L’hôpital est une vaste demeure où toutes les formes de folie ont leur place assignée. Les fous sont classés par catégorie et reclus dans la cellule qui leur a été attribuée. « Nous lirons cette histoire comme le moment inaugural où se joue simultanément, pour la folie, sa mise au ban de la société (…) où se noue un ensemble fous/enfermés/laids (…). Il anticipe ce que le classicisme, moins d’un siècle plus tard, énoncera comme dogme : la Raison, érigée en principe universel, est intelligence » (cf. Anik Kouba, La laideur des fous, in Communications, 1995, vol. 60, n°60, p. 49-61). Garzoni, qui place son ouvrage sous l’autorité d’un célèbre médecin du temps, Bernadino Paterno, jette les fondements d’une l’ébauche d’une nosologie psychiatrique : « les frénétiques » (discours II), « les mélancholiques » (discours III), « les lunatiques » (discours XVII), etc. L’ouvrage assure ainsi la transition entre les représentations allégoriques de la folie au Moyen-Âge, et celle, contemporaine, de la description de la déraison fondée sur des observations de cas de folie. (Arbour, L’ère baroque en France, n°9742. Brunet, II, 1496. G. Dotoli, Traductions de l’italien en français au XVIIe s., p.242). Relié avec [OGIER(François)]. Jugement et censure du livre de la doctrine curieuse, de François Garasse. Paris, 1623.

Bel exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


30

Librairie Hatchuel

62 GIRAULT DE SAINVILLE. Lettres galantes, billets tendres, et réponses. De M.

Girault D.S. [de Sainville]. Paris, Nicolas Le Gras, 1683. In-12, plein veau de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments dorés (lég. frotté), (1) 400 € f., 221 p., 16 p. de table et privilège, bandeaux et culs de lampe. Edition originale qui constitue une bonne source pour l’histoire littéraire de la transition de la société précieuse à des préoccupations et une esthétique influencées par le courant moraliste. Une préface, dans laquelle l’auteur défend le bon goût et la « science du Monde », est suivie d’un recueil des lettres et billets (avec réponses), d’énigmes, de petites historiettes plutôt lestes (Avanture nocturne), de réflexions morales (Sur l’infidélité d’une maîtresse, L’Amant avare, Le timide émancipé), de sonnets et madrigaux dont un réjouissant : Sur une Dame qui avoit placé mes vers pendant deux jours dans l’entre-deux de son Sein ainsi que de fragments autobiographiques. (Gay, II, 837). Très bon exemplaire, bien relié à l’époque.

63 GRACIAN (Baltasar). L’Homme de Cour. Traduit & commenté par le Sieur Amelot

de la Houssaie, ci-devant Secrétaire de l’Ambassade de France à Venise. Paris, Vve Martin, Jean Boudot et Etienne Martin, 1687. In-12, plein veau de l’époque, dos à nerfs orné de compartiments dorés, pièce de titre de maroquin rouge, roulette sur les coupes, (28), 372 p., planche frontispice gravée. 350 € « Troisième édition revüe & corigée » (sic) dans la traduction de référence d’Amelot de La Houssaye, traduction qui assura la diffusion de l’œuvre à travers l’Europe entière. Véritable best-seller de son temps, L’Homme de Cour a exercé une influence majeure sur la culture européenne, des moralistes français à Voltaire, de Schopenhauer à Nietzsche, plus récemment, Jankélévitch, Lacan, le situationniste Guy Debord ou Clément Rosset. Intitulé originellement :Oracle manuel et Art de la prudence (Oráculo manual i arte de prudencia), composé de près de trois cents maximes commentées, l’œuvre demeure d’une brûlante modernité. La planche frontispice représente « L’homme de Cour » emblématique dans un grand décor baroque. (Palau y Dulcet, VI, p. 337). Petit accroc à un coin. Bon exemplaire, bien relié à l’époque. Signature ex-libris de l’époque : « C.H. Blasing » (?).

64 GRIMM (Friedrich Melchior von) et DIDEROT (Denis). Correspondance littéraire, philosophique et critique (...) depuis 1753 jusqu’en 1790. Nouvelle édition revue et mise dans un meilleur ordre, avec des notes et des éclaircissemens, et où se trouvent rétablies pour la première fois les phrases supprimées par la censure impériale. Paris, Furne et Ladrange, 1829-1831. 16 volumes in-8, demi-veau vert bronze, dos lisses ornés de compartiments garnis de filets dorés et de fers estampés à froid, titres dorés (lég. rouss. et qqs auréoles à qqs feuillets). 1 200 € Bonne édition, en partie originale, complète du seizième volume Correspondance inédite de Grimm et de Diderot et Recueil de lettres, poésies, morceaux et fragments retranchés par la censure impériale en 1812 et 1813, à la date de 1829. La première édition chronologique de cette source fondamentale sur les Lumières, augmentée de notes, d’importantes corrections, de trois mois de publication inédite et d’une table générale. (Brunet, II, 1740. France littéraire, III, 479. Tchemerzine-Scheler, II, 973. Vicaire III, 1137-1138.). Provenance : « Bibliothèque Bastide de la Pomme » (Dr Simon de Marseille) avec ex-libris gravé et « Sacha Guitry, vente du 29 juin 1977 » selon une mention manuscrite. Bon exemplaire.

Pictures are available on www.hatchuel.com


31

Librairie Hatchuel

65 [GUILLERAGUES (G.-J. de La Vergne, vicomte de)], ALCOFORADO

(Marianna). Lettres portugaises. Traduites en françois. Troisième édition. Paris, Claude Barbin, 1672. In-12, pleine basane brune de l’époque, dos à 5 nerfs orné de caissons dorés, roulette sur les coupes (accrocs à la coif. sup. et qqs épidermures anciennement restaurées), (2) f., 1 300 € (4), 182, (2) p. de privilège. Véritable troisième édition, chez le même éditeur que la première, comportant le privilège de l’édition originale datée du 28 octobre 1668 et l’achevé d’imprimer du 4 janvier 1669. Cette édition est rare, comme toutes celles imprimées au 17e siècle. L’auteur, Guilleragues, fait passer ce chef-d’œuvre épistolaire, pour la traduction littérale de 5 lettres brûlantes adressées par une religieuse portugaise, Mariana Alcaforado, à son amant le marquis de Chamilly, officier français venu combattre pour l’indépendance portugaise. Si, à la suite des travaux de F. Deloffre et J. Rougeot, il semblait établi que Guilleragues soit bien l’auteur, la querelle sur l’attribution a rebondi après la thèse de Myriam Cyr (2006), puis une édition récente donnée par Philippe Sollers (éditions Elytis, Bordeaux, 2009) qui restituent Mariana Alcoforado comme auteure véritable de l’œuvre. (La Rochebilière, n°740. Gervais E. Reed, Claude Barbin : Libraire de Paris, p. 97, n°221). Quelques légères auréoles claires. Bon exemplaire relié à l’époque. 66 GUILLIE (Sébastien). Essai sur l’instruction des aveugles, exposé analytique des

procédés employés pour les instruire; par le Docteur Guillié. Paris, Imprimé par les aveugles, 1817. In-8, broché, couverture imprimée, 224 p., frontispice et 21 planches gravées.

350 €

Edition originale illustrée de 22 planches d’un grand intérêt technique et pédagogique, qui représentent les aveugles en activité, les outils et instruments. Médecin ophtalmologiste originaire de Bordeaux, Sébastien Guillié devint médecin-chef de l’Institut des aveugles-nés, à l’Hôpital des Quinze-Vingts ainsi qu’à l’Institution Royal des jeunes aveugles créée par Valentin Hauy. Il y développa un ensemble d’activités artisanales, artistiques et sportives adaptées, afin de favoriser l’insertion sociale des non-voyants. L’enseignement de la musique y tint une place importante, à haut niveau, jusqu’à permettre la formation d’un orchestre réputé au sein de l’institution. (Hirschberg, 554. Wellcome, III, 180). Couverture lég. frottée, rousseurs.

67 HAUTERIVE (Alexandre Maurice Blanc de la Nautte, comte d’). De l’Etat de

la France à la fin de l’an VIII. Paris, Henrics, Brumaire An 9 [octobre 1800]. In-8, broché, couverture d’origine, pièce de titre imprimée, (4), 302 p.

400 €

Edition à la date de l’originale, composée, selon Barbier, sous la supervision de Talleyrand. « Remarquable bilan économique et politique de la France vis-à-vis des autres nations européennes au lendemain de la Révolution ». « Contemporain de J.-B. Say qui défend, en même temps que lui, les doctrines libérales, en puisant aux sources physiocratiques et smithiennes » (Gonnard, p. 374). J.-C. Perrot (Histoire intellectuelle de l’économie politique, p. 458 et s.) consacre une longue notice à cet essai : « D’Hauterive adopte une vision systémique qui place en interdépendance les domaines économiques, sociaux et politiques (...) et qui amorce un débat - toujours actuel - entre disciplines interprétatives et sciences explicatives (...). L’auteur abandonne le point de vue national au profit d’une perspective européenne ». (Kress, B.4197. Einaudi, 2859. INED, 2232. Stourm, p. 318). Bon exemplaire, très frais, entièrement non rogné, tel que paru. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


32

Librairie Hatchuel Exemplaire de Guyton de Morveau

68 HAUY (René-Just). Exposition raisonnée de la théorie de l’électricité et du magnétisme, d’après les principes de M. Aepinus, des Académies de Pétersbourg, de Turin, &c. Par M. l’abbé Haüy (...). Paris, Veuve Desaint, 1787. In-8, plein veau de l’époque, dos lisse orné de compartiments garnis de filets, dentelles et fers spéciaux, xxvij, (5), 238 p., 4 planches sur cuivre pliées hors texte. 850 € Edition originale, illustrée de 4 planches hors texte dépliantes, du premier d’ouvrage d’importance de l’abbé Haüy, fondateur de la cristallographie et de la minéralogie modernes. L’Académie Royale, représentée par Condorcet, La Place, Cousin et Le gendre, adresse un vibrant hommage (reproduit dans les feuillets préliminaires) à cet essai de l’abbé Haüy, pour avoir diffusé l’ouvrage confidentiel de Franz Aepinus, Tentamen theoriae electricitatis et magnetismi (1759), en y introduisant « ordre et précision », en élargissant considérablement ses recherches sur l’électricité, en introduisant la loi de Coulomb ignorée d’Aepinus, ainsi que les récentes découvertes de Lavoisier, La place, Saussure, Cassini, etc. (cf. Christine Blondel, Haüy et l’électricité…, R.H.S., 1997, vol. 50, n°50-3, p. 265-282). (Honeymann, n°1620. Wheeler Gift, n°541). Traces de restauration à la reliure. Signatures ex-libris sur la première garde blanche. Exemplaire du savant, chimiste et homme politique Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816) avec son cachet sur le titre et son ex-libris au verso. Il est l’inventeur et l’auteur, avec Lavoisier, de la première Nomenclature Chimique présentée à l’Académie des Sciences en 1787.

69 [HOLBACH (Paul Thiry, baron d’)]. Histoire critique de Jésus-Christ, ou, Analyse raisonnée des Evangiles. Ecce Homo. S.l.n.d. [Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1770]. In-12, plein veau raciné, dos lisse orné de compartiments garnis d’un fer spécial répété, palettes et filets dorés, pièce de titre de veau bronze, tranches mouchetées (rel. vers 1800, 1 000 € petite fente à un mors), viii, xxxii, 398 p., (2) p. Edition originale. « Examen critique et érudit en dix-huit chapitres de quatre évangiles canoniques. Les récits évangéliques ne sont qu’un tissu de fables, erreurs et contradictions. Soulignant le caractère néfaste de la religion chrétienne, Holbach invite ses lecteurs à mener une vie conforme à la nature » (D’Holbach et ses amis, 1505). L’ouvrage fut mis à l’index le 16 février 1778 et les exemplaires saisis furent détruits. (Peignot, Livres condamnés, II, 220. Tchemerzine-Scheler, III, 737. Vercruysse, 1770-A4). Joli exemplaire, très frais, très bien relié.

70 UTOPIE - HOLBERG (Baron Ludwig). Nicolai Klimii iter subterraneum novam telluris theoriam ac Historiam Quintae monarchiae adhuc nobis icognitae. Hafniae & Lipsiae [Copenhagen & Leipzig], sumptibus Iacobi Preussii, 1741. In-12, plein veau acajou de l’époque, dos lisse orné de filets dorés, pièce de titre de maroquin bordeaux, (1) f., 380 p., titre gravé, frontispice, carte dépliante et 2 planches 1 500 € gravées hors texte.

Pictures are available on www.hatchuel.com


33

Librairie Hatchuel

Edition originale de cette célèbre utopie, illustrée d’un plan dépliant de coupe de la terre (la Norvège au sommet extérieur de la croûte terrestre) et de trois planches, dont deux, devenues célèbres, d’êtres fabuleux. Professeur de droit et de philosophie, danois d’origine norvégienne, l’auteur Ludvig Holberg (1684-1754) est considéré comme « l’un des plus grands écrivains nordiques des temps modernes ». Cette utopie, critique des institutions politiques de son temps et de l’absolutisme, est le premier voyage au centre de la Terre et la première utopie basée sur les théories astronomiques de Halley. Nicolas Klimius tombe dans un gouffre non loin de Bergen et découvre la planète souterraine Nazar qui gravite à l’intérieur de la Terre autour d’un soleil central. Le héros va à la rencontre des différents peuples de la planète : arbres qui marchent, êtres-instruments de musique qui raffolent de la colophane, gens qui parlent du cul « ce qui est fort mal odorant »... (Brunet, III, 260. Biblio. Danica, IV, 441. Gove, p. 303-5. Hartig & Soboul, n° 152. Negley, 575. Versins, Encyclopédie de l’Utopie, p. 432). Papier bruni et quelques auréoles. Quelques petites restaurations. Exemplaire bien relié à l’époque.

71 HUGO (Victor). La Légende des siècles.

Paris, Michel Lévy frères, Hetzel & Cie [puis] Calmann Lévy, 1859-1883. 5 volumes grand in-8, pleine percaline aubergine à la Bradel, pièce de titre de maroquin havane, daté en pied, couverture et dos conser2 800 € vés, non rogné (rel. V. Champs). Edition originale, bien complète des trois séries parues respectivement en 1859 (« Première série », 2 volumes), en 1877 (« Nouvelle série », 2 volumes) et en 1883 (« Tome cinquième et dernier »). « Œuvre monumentale portée par un talent poétique sans égal où se résume tout l’art de Hugo », La Légende des siècles est considérée, suivant le jugement de Baudelaire, comme la « seule épopée moderne possible ». (Carteret, I, 419. Vicaire, IV, 322-325). Envoi autographe signé à de Victor Hugo à Hippolyte Hostein (1814-1879) sur le faux-titre du premier tome de la Nouvelle série. D’abord secrétaire de Philarète Chasles, celui-ci occupa diverses fonctions au Théâtre-Français, puis au Théâtre de la Renaissance, créé à l’initiative d’Hugo et Dumas et inauguré par Ruy Blas en 1838, puis devint directeur successivement des plus importants théâtres parisiens de la période. Petite décoloration à un dos. De la bibliothèque Pierre Brunet, avec ex-libris. Bel exemplaire, imprimé sur papier fort, très frais sans rousseur, non rogné, tous les dos et couvertures imprimés conservés, bien relié en percaline à la Bradel de Victor Champs.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


34

Librairie Hatchuel

72 HENRI IV, LE FEVRE DE LA BODERIE (Antoine), VILLEROY (Nicolas de Neufville, seigneur de), PUISIEUX (Pierre Brulart, marquis de Sillery). Lettres d’Henry IV, roi de France. Et de Messieurs de Villeroy, et de Puisieux, à Mr. Antoine le Fevre de la Boderie; Ambassadeur de France en Angleterre. Depuis 1606 jusqu’en 1611. Amsterdam, Aux Dépens de la Compagnie, 1733. 2 tomes reliés en un volume in-8, plein veau de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments dorés, pièce de titre de maroquin rouge (mors fendillés, auréole en coin d’un 400 € plat), (20), 386 p. et (2), 279 p., qqs piqûres et rousseurs. Première édition des lettres échangées entre Henri IV, ses secrétaires d’Etat, Villeroy et de Puisieux, et l’ambassadeur extraordinaire de France auprès de Jacques 1er roi d’Angleterre Antoine Le Fèvre de la Boderie. Les manuscrits édités proviennent de la collection du chancelier d’Aguesseau, selon l’avertissement. Ces lettres éclairent le dessin poursuivi par Henri IV : renforcer les liens entre la France et l’Angleterre afin de desserrer le joug espagnol sur la république de Hollande. L’ouvrage commence par un index des noms propres. (Michaud, XXIII, 593).

Exemplaire aux armes de Charlotte-Françoise de Dienne 73 JANSENISME – RECUEIL

1- [TRONCHAY (Michel)]. Histoire abrégée de l’abbaye de Port-Royal, depuis la fondation de 1204 jusqu’à l’enlèvement des religieuses en 1709. S.l., 1710. (4), 92 p. 2- LE SESNE D’ ETEMARE et BOYER (Pierre). Gémissement d’une âme vivement touchée de la destruction du saint monastère de Port-Royal des Champs. S.l.,1710. 56 p. 3- ANONYME. Prière ou Effusion de cœur, sur l’enlèvement des Religieuses de Port-Royal des Champs. S.l.n.d. [1710]. 16 p. texte sur 2 colonnes. 4- LE SESNE D’ ETEMARE et BOYER (Pierre). Second gémissement d’une âme vivement touchée de la destruction du saint monastère de Port-Royal des Champs. S.l. 1710. 47 p., (1) f. bl. 4 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau brun de l’époque, dos janséniste à 5 nerfs, armes dorées au centre des plats, roulette sur les coupes, dentelle intérieure (qqs restaurations à la reliure). 1 000 € 1- Edition originale posthume composée par Michel Tronchay, philosophe et historien, ardent défenseur du jansénisme. (Colonia, Dictionnaire du jansénisme, IV, 356). 2- Edition originale. L’auteur était considéré comme l’un des principaux ecclésiastiques jansénistes liés au mouvement convulsionnaire au XVIIIe s. « Cet ouvrage est un des exemples les plus connus de prose figuriste, qui voit dans les évènements du temps une mise en réalité des catastrophes prédites dans les Ecritures ». (Colonia, II, 163). 3- Edition originale. Titre de départ, exemplaire conforme à celui de la BnF. L’auteur identifie Port-Royal au temple de Jérusalem, le roi et ses ministres à Nabuchodonosor. (Colonia, III, 299). 4- Edition originale. (Colonia, II, 163). Provenances : Charlotte-Françoise de Dienne (1691- ), avec ses armes dorées sur les plats. Originaire d’une très ancienne famille d’Auvergne, la famille de Dienne aurait emprunté son nom à Diane et reprit, de la déesse antique, le symbole du croissant de lune dans leurs armes. (Guigard, I, 150. Cim, Les femmes et des livres, p. 140) et « Bibliotheca du Breuil de St-Germain » avec ex-libris gravé. Très bon exemplaire, relié à l’époque.

Pictures are available on www.hatchuel.com


35

Librairie Hatchuel La première étude philologique de l’hébreu des temps modernes

74 JUDAICA - BALMES (Abraham ben Meir de). Peculium Abrae. Grammatica Hebraea una cum Latino nuper edita per Doctiss. Virum Magistrum Abraham de Balmis Artium & Medicinae doctorem. Impressa Venetijs In aedibus Danielis Bo[m]bergi [Venise, Daniel Bomberger], 1523. In-4, plein vélin ivoire rigide de l’époque, pièce de titre de veau bordeaux, tranches rouges (qqs petites rép. de vélin), [632] p. 3 800 € Edition originale et unique, très rare, de la première étude philologique de l’hébreu des temps modernes, bilingue latin / hébreu, qui s’inscrit « dans la tradition de la grammaire spéculative dans laquelle la préoccupation philosophique est intimement mêlée à l’analyse linguistique » (Cyril Aslanoff). Très complète et classée de façon méthodique, elle est la première à confronter la science philologique judéo-arabe avec le système grammatical du latin et à traiter philosophiquement de la construction de l’hébreu. Son plan (phonétique, morphologie, syntaxe), qui se substitue au plan classique (nom, verbe, particule), est le premier du genre dans une grammaire hébraïque. L’essai traite, par ailleurs, de sujets inexplorés avant lui : combinaison des noms avec les verbes, des noms avec les noms, accord du nom et du verbe, etc. Il est ainsi cité comme l’un des essais philologiques le plus important de son temps. Abraham ben Meir de Balmes (Lecce c. 1440 - Venise, 1523), obtint un doctorat de médecine et de philosophie à l’Université de Naples. Lorsque la communauté juive fut expulsée de cette ville, il se réfugia à Venise, devint médecin du Cardinal Grimani et se consacra à la traduction d’œuvres philosophiques et scientifiques arabes et hébraïsantes. Son enseignement et ses travaux obtinrent un très grand rayonnement tant à l’intérieur qu’en dehors des cercles juifs. Homme de la Renaissance, de Balmes est considéré comme l’un des principaux passeurs de la culture et de l’héritage judéo-arabe dans le monde chrétien de son temps. Cf. David Tené, A. de Balmes and his Grammar of Biblical Hebrew, in History of Linguistics, 1996. (Adams, A.42. Heller, The 16th c. Hebrew Books, p.164-165. Vinograd, Venice, n°81). Réparation ancienne à la page de titre sans perte de texte. Quelques auréoles claires marginales. Exemplaire très frais.

75 JUDAICA - LEON DE MODENE, SIMON (Richard). Cérémonies et coustumes

qui s’observent aujourd’huy parmy les Juifs. Traduites de l’italien par Leon de Modène, Rabin de Venise. Avec un Supplément touchant les Sectes des Caraïtes & des Samaritains de nostre temps. Paris, Louis Billaine, 1674. In-12, plein veau de l’époque, dos à nerfs orné, tranches mouchetées rouges (qqs traces de restauration à la reliure), (50), 300, (8) p. 800 € Première édition de la traduction française de cet ouvrage composé par le rabbin et humaniste vénitien Léon de Modène - de son vrai nom Jehudah Arehi di Modena, source de première importance pour l’histoire du judaïsme européen au XVIIe s. La traduction est due au grand érudit et hébraïsant Richard Simon, qui donne une préface citée comme un modèle de tolérance. Il y manifeste sa remarquable connaissance du judaïsme et souligne l’intérêt qu’il porte au peuple juif, sa culture, ses rites et coutumes. (Sauvy, Livres saisis à Paris, n°337. Szajkowski, 1587) Bon exemplaire, relié à l’époque.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


36

Librairie Hatchuel Le plaidoyer le plus généreux en faveur de l’émancipation des Juifs

76 JUDAICA - THIERY (Claude-Antoine). Dissertation sur cette question : est-il des

moyens de rendre les Juifs plus heureux et plus utiles en France ? Ouvrage couronné par la Société Royale des Sciences et des Arts de Metz. Paris, Knapen fils, Madame la Veuve Delaguette et fils, 1788. In-8, broché, couverture papier bleu d’origine, (4), 105 p., (3) p. d’approbation, (4) p. de catalogue éditeur. 1 800 € Rare édition originale, et unique, de ce mémoire composé en réponse au concours organisé par la Société royale des Sciences et des Arts de Metz ; des dix dissertations qui furent présentées, celui-ci est « le plaidoyer le plus généreux en faveur de l’émancipation ». La société messine accorda un prix à trois mémoires reçus : celui de l’abbé Grégoire (Essai sur la régénération physique, morale et politique des Juifs), celui de Zalkind Hourwitz (Apologie des Juifs) et cet essai de l’avocat protestant nancéien Claude-Antoine Thiery. Composé avec la participation de Berr Isaac Beer, le dirigeant de la communauté juive alsacienne, Thiéry y fait entendre un son de voix singulière : « Préférant voir les Juifs rester Juifs plutôt que de devenir ni Juifs ni chrétiens, il n’était pas hostile au maintien provisoire de l’autonomie et souhaitait employer envers les Juifs la confiance qui invite, plutôt que l’autorité qui commande. Sans doute, cela était dû au fait que le laïc Thiéry ne partageait pas la vision paulinienne d’une conversion finale des Juifs, qui guidait l’action de Grégoire » (cf. P. Girard, Le concours de Metz in : Juifs de France, 1789 à 1860, Paris, 1976, p. 36-39). L’exemplaire est bien complet, à la fin, des 4 pages de catalogue « pour les livres nouveaux qui se trouvent à Paris chez Knapen fils et la veuve Delaguette ». (Ayoun, Les Juifs de France, n°217. Szajkowski, Franco-Judaica, 1646). Quelques rousseurs et brunissures. Couverture lég. frottée, rousseurs. Bon exemplaire, entièrement non rogné, tel que paru. JUDAICA - LA CROZE & Isaac OROBIO de CASTRO. Entretiens sur divers sujets d’histoire et de Religion Londres, 1770, cf. n°79. LEFEVRE, SUIDAS. Le Secret et Mystere des Juifz, Paris, Jaques Kerver, 1557, cf. n°89 - LEUSDEN (Johannes). 1- Compendium Biblicum (...). 2- Seu Compendium Lexici Hebraici (...). Utrecht, 1674, cf. n°93.

77 KANT (Immanuel). Critik der practischen Vernunft.

Zweyte Auflage (i.e. Kritik der praktischen Vernunft). Riga, Johann Friedrich Hartknoch, 1792. In-8, cartonnage moutarde marbré de l’époque à la Bradel, tranches rouges, 292 p. 500 € Deuxième édition, donnée par le même éditeur que l’originale, quatre ans après celle-ci. (Die offizielle zweite Ausgabe). (Adickes, n° 67. Warda, 114). Notes anciennement manuscrites sur la première garde blanche. Ex-libris Chr. FR. Bomhardi et Dr. W. Vocke. Très exemplaire, frais, sous son cartonnage de parution.

Pictures are available on www.hatchuel.com


37

Librairie Hatchuel Le premier livre en français à traiter de calcul différentiel 78 L’HOSPITAL (Guillaume François A. de).

Analyse des infiniment petits (...) suivie d'un nouveau commentaire pour l'intelligence des endroits les plus difficiles de cet ouvrage. Par l'auteur du Guide des jeunes mathématiciens dans l'étude des Leçons de mathématique de M. l'abbé de la Caille [Aimé Henri Paulian]. Avignon, Chez Jean Desaint, Charles Saillant, C. Joseph Panckoucke, Durand neveu, 1768. In-8, plein veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges (mors frottés et fendillés), (4), xxxj, (1), 380 p., 8 planches dépliantes in fine. 500 € Le premier livre en français à traiter de calcul différentiel, composé sur la base des cours que l’auteur reçut de Jean Bernoulli et des travaux de Leibniz. Cette édition contient les commentaires du mathématicien Avignonnais Henri Aimé Paulian (17221801), qui retrace dans son importante préface, la généalogie de la découverte du calcul différentiel et sa réception en France. (Poggendorff, 1, 1146 Sotheran, Supplement, 1, 1414). Exemplaire de 1er prix de mathématique offert en 1779 « au sieur Dumont » par « Denis Dupeage ».

79 LA CROZE (Mathurin Veyssière de), OROBIO DE CASTRO (Isaac). Entretiens sur divers sujets d’histoire et de Religion entre Mylord Bolingbroke et Isaac Orobio, Rabin des juifs portugais à Amsterdam. Londres [i.e. Amsterdam ?], 1770. In-12, plein veau marbré de l’époque, dos lisse orné de caissons fleuronnés, filets d’encadrement dorés sur les plats, fleuron en écoinçon, tranches jaspées, (4), 450 p. 850 € Edition collective de textes matérialistes ou sceptiques attribués à Maturin Veyssière La Croze (Nantes, 1661 - Berlin 1739), érudit orientaliste, mauriste converti au protestantisme. Passé en Prusse, il devint un proche de Frédéric II et protégé de Leibniz. Ce recueil est composé de trois œuvres : — Trois Entretiens entre un chrétien et un juif, peut-être repris et édités sur les papiers du philosophe juif Isaac Orobio de Castro (1617-1687). — Dissertation sur l’athéisme, et sur les athées modernes (p. 248-284), publié primitivement en 1711, dans lequel l’auteur aborde les doctrines de Vanini, Campanella et de Giordano Bruno présenté comme un athée pré-spinoziste. — Et une Lettre de Gaspar Scioppius [Gaspar Schopp] sur la mort de Jordanus Brunus [Giordano Bruno], (p. 285-450), au cours de laquelle l’auteur aborde la question de l’origine du Traité des trois imposteurs (p. 325-331). Le recueil a probablement pour origine éditoriale l’entourage du baron d’Holbach qui publiait la même année, également à l’adresse de Londres, une œuvre attestée d’Orobio : Israël vengé. (Bamberger, Spinoza and anti-Spinoza literature: the printed literature, n°526. Szajkowski, 1542). Bel exemplaire, frais, bien relié à l’époque. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


38

Librairie Hatchuel 80 [LA FONTAINE et Coll.]. Recueil de quelques pièces nouvelles

et galantes tant en prose qu’en vers. Utrecht, chez Antoine Schouten [i.e. Caen, Cavelier ?], 1699. 2 parties reliées en un volume in-12, plein veau brun moucheté de l’époque, dos à nerfs orné de caissons fleuronnés, tranches rouges mouchetées (petits accrocs aux coif.), (2), 96 et 65 p. (verso blanc), 750 € planche gravée en frontispice. Première édition collective de ce recueil de 17 pièces, dont 5 sont attribuées à La Fontaine. Contient également le Voyage de Chapelle et Bachaumont, des pièces de Du Trousset de Valincour, Francheville, La Monnoye, Montreuil, Pavillon, Régnier-Desmarais, Saint-Gilles et Vergier. Dans le catalogue Pixerécourt, Nodier note à propos de cet ouvrage (n° 1639) : « Ce petit recueil est très connu, et il mérite de l’être car il se distingue de toutes les collections du même genre (...). C’est l’album d’un honnête homme de beaucoup d’esprit, qui avait beaucoup de goût. Je suis porté à croire que ce volume, joliment imprimé, est sorti d’une industrie particulière, ou d’une imprimerie soumise au bon plaisir de l’éditeur, et qui me paraît être celle des Cavelier de Caen. La disposition en est tout à fait bizarre et se ressent plutôt d’un caprice d’un bibliophile que de la spéculation d’un libraire ». Un ouvrage, sous le même titre, a été publié en 1667 ; il n’a de commun avec celui-ci sinon la présence du Voyage de Chapelle et Bachaumont (cf Brunet, IV, 30 qui donne ce recueil comme « rare »). (F. Lachèvre, Recueils collectifs, IV, 151-152. Brunet, IV, 1156. Walckenaer, La Fontaine, p. 563). Ex-libris à la devise « Ubertas ex foedere et pace » gravé sur cuivre par Picart et daté 1739. Très bon exemplaire, bien relié à l’époque.

81 LAMERVILLE (Jean-Louis-Thomas Heurtault, comte de). De l’Impôt territorial, combiné avec les principes de l’administration de Sully et Colbert, adaptés à la situation actuelle de la France. Strasbourg, Imprimerie de Rolland et Jacob, 1788. In-4, demi-basane de l’époque, dos à 4 nerfs (lég. frotté), (2) f., [iii]-xx, 215, (1) p., 15 1 000 € tableaux dépliants. Edition originale et unique de cet ouvrage d’inspiration physiocratique. Après avoir servi dans les armées du roi et obtenu la concession de terres agricoles dans l’Isle de France (île Maurice), Heurtault de Lamerville s’intéressa aux problèmes financiers que rencontrait la France. Il formule, dans cet ouvrage, des solutions originales à travers un plan de restructuration du système financier et fiscal et la libération des dettes de l’Etat. Il critique les impôts directs et indirects et propose, en remplacement, un impôt territorial, une taille réelle et une « subvention générale ». Le dispositif est fondé sur l’instauration d’Assemblées provinciales qui assureraient la perception et la répartition de l’impôt. Mirabeau, Turgot, Le Trosne, Condorcet auront les mêmes objectifs. (Einaudi, 3185. Goldsmiths, 13642. INED, 2556. Kress, B.1437. Weulersse, La physiocratie à l’aube de la Révolution, p. 432). Très bon exemplaire, imprimé sur vergé fort, grand de marges.

81 [LA MONNOYE (Bernard de)]. Noei borguignon de Gui Barôzai. Quatreime

edicion. Don le contenun at an fransoi aipré ce feuillai. Ai Dioni, Abran Lyron de Modene, 1720. In-12, plein veau blond de l’époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (mors frottés, accroc coif. inf., coins émoussés), (10), 420 p. 350 € Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


39

Librairie Hatchuel

Première édition à la date de 1720, qui comporte une mention factice de « quatrième édition » et l’ensemble des caractéristiques mentionnées par Nodier. « Beaucoup mieux imprimée que les autres », selon Nodier et Brunet, «cette édition se distingue parfaitement à la beauté de l’exécution, et à cette espèce de soins qui révèlent l’œil du maître ». Elle possède de plus, pour la première fois, le « glossaire alphabétique pour l’intelligence des mots bourguignons » remarquablement établi, accompagné d’une table particulière. (Brunet, III, 798. Cf. Nodier, Mélanges tirés d’une petite bibliothèque, 1829, p.153 sq.). Bon exemplaire.

83 LANJUINAIS (Jean-Denis). Œuvres de J.-D. Lanjuinais, Pair de France, Membre de l’Institut, etc., avec une notice biographique par Victor Lanjuinais. Paris, DondeyDupré père et fils, 1832. 4 volumes in-8, demi-toile bleu marine, pièce de titre bordeaux, (6), 463, 1 f. d’errata ; (4), 592 p. ; (4), 654 p. et (4), 676 p., portrait frontispice de l’auteur, fac-similé de lettre dépliant. 600 € Edition originale et unique édition des œuvres politiques, philosophiques et philologiques de Lanjuinais. Député du Tiers-Etat de la sénéchaussée de Rennes aux Etats-Généraux, pair de France, il fut politiquement actif, de son élection aux Etats de Bretagne en 1779 à sa mort en 1827. Homme politique libéral, juriste, érudit, philologue et archéologue, il rédigea une traduction du Bhagavad-Gita en français. Tome I : Pièces historiques et politiques (Discours et Textes politiques de 1788 à 1821) - Tome II : Constitutions de la Nation française - T. III : Opinions et fragments sur la Religion - T. IV : Recherches sur les langues, la littérature, la religion et la philosophie des Indiens. Fragments. (France Littéraire, III, p.709). Bon exemplaire, très frais, bien complet du fac-similé d’une lettre de Lanjuinais et du portrait de l’auteur absents de nombreux exemplaires.

84 LATRUFFE-MONTMEYLIAN (Nicolas). Des Droits des communes sur les biens

communaux, ou Examen historique et critique des démembremens des usages communaux, opérés autrefois sous les noms de Réserves et de Triages, et aujourd’hui sous celui de Cantonnement. Paris, Delaforest, décembre 1825. 2 volumes in-8, plein veau raciné de l’époque, dos lisses ornés d’un riche décor romantique de fers spéciaux, résille, palettes et filets dorés, pièces de titres et de tomaisons de maroquin bordeaux et bleu, guirlande dorée d’encadrement sur les plats soulignés de filets dorés, tranches jaspées, (4), xxxij, 576 p. et (4), xcvj, 363 p. 450 € Edition originale de cet important traité de droit rural, cité comme l’une des études les plus complètes sur l’origine, l’histoire et les spécificités du droit et des usages communaux (dont la pratique du démembrement de ces usages, le cantonnement), « en vue de rétablir les intérêts des communes ». (Camus-Dupin, n° 2467). L’auteur était avocat au Conseil et à la Cour de cassation. Envoi manuscrit autographe de l’auteur à son cousin sur le faux titre : « L’auteur à son cousin Guillemin, témoignage d’une sincère amitié le 17 février 1826 ». Bel exemplaire, finement relié à l’époque, enrichi d’un envoi de l’auteur.

Pictures are available on www.hatchuel.com


40

Librairie Hatchuel

85 LAVEDAN (Pierre). Histoire de l’urbanisme.

I- Antiquité et Moyen Age. Paris, Henri Laurens, 1926. (8), 520 p., 32 planches h.t. II- Renaissance et temps modernes. Paris, Henri Laurens, 1941. 504 p., 32 pl. h.t. III- Epoque contemporaine. Paris, Henri Laurens, 1952. 446, (1) p., 48 planches h.t. 3 volumes in-4, demi-toile bordeaux, titres et filets dorés, couvertures conservées (dos 500 € lég. piqués), nombreuses illustrations hors-texte et figures dans le texte. Edition originale des trois volumes parus sur vingt-six années (1926-1952), ensemble complet, abondamment illustré, de l’un des travaux fondateurs dans l’histoire de l’urbanisme qui demeure une bonne source sur le sujet. Le troisième volume concerne l’urbanisme au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle. Très bon exemplaire, bien relié.

86 LAVOISIER (Antoine Laurent). Traité élémentaire de chimie, présenté dans un ordre nouveau et d’après les découvertes modernes. Nouvelle édition à laquelle on a joint la Nomenclature Ancienne & Moderne, pour servir à l’intelligence des Auteurs; différens Mémoires de MM. Fourcroy & Morveau, & le Rapport de MM. Baumé, Cadet, Darcet & Sage, sur la nécessité de réformer & de perfectionner la Nomenclature Chimique. Avec figures et tableaux. Paris, Cuchet, 1789. 3 volumes in-8, plein veau porphyre de l’époque, dos lisses ornés de fers spéciaux, filets et palettes dorés, pièces de titre et de tomaison de veau havane et bronze, xliv, 322 p., 2 tableaux dépliants ; viij, 326 p. et iv, 259 p., grand Tableau de la nomenclature chimique dépliant et 1 800 € 13 planches gravées (dont dépliantes). Véritable deuxième édition augmentée du troisième volume de Nomenclature. Imprimée par Chardon comme la première, cette édition comporte les fautes corrigées et, pour la première fois, les deux premiers volumes sous pagination séparée. Selon Duveen, certains exemplaires furent distribués avec la Nomenclature, d’autres sans. (Duveen & Klickstein, n° 155). Accrocs aux coiffes et quelques épidermures. Quelques auréoles claires et petites galeries de vers, cachet de bibliothèque.

87 [LAVOISIER (Antoine-Laurent)] - AFFAIRE DES FERMIERS GENERAUX. Rapport des Commissaires Réviseurs des trois Compagnies de Finances, aux Représentans du peuple, chargés de surveiller leurs travaux, & lû aux Comités des Finances & de Comptabilité. S.l.n.d. [Paris, 1794]. In-8, demi-veau brun, dos à nerfs, pièce de titre de chagrin rouge (rel. moderne), 187 p., 7 planches dépliantes (sur 9). 700 € Edition originale et unique du rapport historique émanant de la Commission chargée d’enquêter sur les activités des fermiers généraux. Le rapport est suivi de six réponses et défenses signées nommément par les fermiers généraux, dont Lavoisier. C’est sur ce document qu’André Dupin fondera son réquisitoire prononcé lors du procès qui eut lieu quelques jours après la publication de ce rapport (le 8 mai 1794) et qui aboutit à la condamnation à mort des vingt-sept fermiers généraux, dont Lavoisier. (Duveen & Klickstein, p. 338 à 341, n°310. Stourm, Finances de la France, 232). Le dernier feuillet est monté sur onglet. Bon exemplaire, non rogné. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


41

Librairie Hatchuel

88 LEBRUN (Jean Baptiste Pierre). Essai sur les moyens d’encourager la peinture,

la sculpture, l’architecture et la gravure. Paris, gratis, chez l’auteur, an III [1794]. In-8, broché, couverture papier marbré (rel. mod.), 36 p., vignette de titre à la devise de la Révolution, bandeaux gravés et culs-de-lampe. 350 € Edition originale. Artiste peintre, collectionneur et marchand d’art, époux d’Elisabeth Vigée Lebrun, l’auteur propose un vaste plan de promotion des beaux-arts adapté au nouveau régime politique de la France : concours nationaux, encouragements aux artistes, réhabilitation de la peinture historique et de la « peinture de genre », ainsi que de formes tombées en décadence (gravures de pierre, mosaïque, fresque). Il soumet un projet pour la fondation d’une école des beaux-arts gratuite et livre son plan détaillé sous forme d’articles. Lebrun préconise également la mise en chantier d’un grand traité encyclopédique de référence qui contiendrait tous les savoirs en matière de beaux-arts, traité dont il donne les grandes lignes. (Martin & Walter, 20106. Tourneux, 19798). Bon exemplaire.

89 LEFEVRE (François), SUIDAS. Le Secret et Mystere des Juifz. Faisant le

commancement du premier livre du recueil de Suidas, traduit du Grec en vulgaire par François le Fevre natif de Bourges en Berry. Dedié a Madame Margarite de France Duchesse de Berry. Paris, Jaques Kerver, rue S. Jaques aux deux Cochetz, 1557. In-16, plein vélin de l’époque à petits rabats, (32), 179, (1) f. de privilège, caractères ronds et italiques, bandeaux et lettrines. 1 000 € Edition originale, dédiée à Marguerite de France, duchesse de Berry. Dans les pièces préliminaires, outre la longue dédicace à Margueritte de France, plusieurs sonnets et odes, dont une à Charles de Bourbon, en français, latin et grec. François Lefèvre, médecin, docteur régent de l’université de Bourges, donne ici une traduction des deux premiers livres de l’encyclopédie grecque de Suidas. Le premier est consacré à l’histoire ancienne des Juifs ; le second à l’Eglise primitive. Véritable encyclopédie grecque de la fin du IXe siècle, riche de plus de 30.000 entrées, « le Suidas » constitue un document irremplaçable pour restituer des sources pour la plupart disparues. (Brunet, VI, 2224. Caillet, 6386. Cioranesco, 13071). Garde et page de titre restaurées sans perte de texte. Petite signature ex-libris de l’époque et quelques fines notes en marge. Bon exemplaire.

90 LENFANT (Jacques). Histoire de la Guerre des Hussites et du Concile de Basle. Amsterdam, Pierre Humbert, 1731. 2 tomes reliés en un volume in-4, plein veau de l’époque, dos à nerfs orné (mors fendus, usures et accrocs de cuir au dos, coins émoussés), (2), xvii, (1), 355 p. et (4), 406, (17) p., 400 € qqs rousseurs, 10 planches gravées hors texte. Edition originale posthume publiée par la veuve de l’auteur sur ses manuscrits, augmentée de l’essai de Beausobre sur la secte des Adamites de Bohême. Demeure l’une des sources principales sur l’histoire du hussitisme et de son fondateur Jan Huss jusqu’au traité conclu par le concile de Bâle avec les Hussites. L’auteur, qui tente d’expliquer les événements en remontant aux origines mêmes du christianisme en Bohême, composa son ouvrage sur des documents et sources contemporains des événements qu’il relate. L’ouvrage fut mis à l’Index en 1737. (Brunet, III, 976. Graesse, IV, 161. Haag VI, 551).

Pictures are available on www.hatchuel.com


42

Librairie Hatchuel 91 LE TROSNE (Guillaume-François). De l’Adminis-

tration provinciale, et de la Réforme de l’impôt. Basle et Paris, Pierre J. Duplain, 1788. 2 volumes in-8, plein veau marbré de l’époque, dos à 5 nerfs ornés de compartiments fleuronnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et bronze, tranches rouges (coiffes et coins frottés, petite fente à un mors, qqs épid.), 1 200 € (2) f., xvi, 605 p. et (2) f., 556 p. Deuxième édition augmentée de la « Dissertation sur la féodalité » et de « Manière de simplifier le plan proposé ». « Le seul travail pratique de l’école physiocratique et son dernier mot. Le Trosne y examine l’administration de son époque avec une précision remarquable et sans aucune partialité (…). Cette puissante étude est le meilleur tableau que nous possédions des Finances de l’ancien régime » (cf. Jérôme Mille, G.-F. Le Trosne, un physiocrate oublié, p. 25 sq et passim). Ce traité est salué par Schumpeter (I, 317) pour son « ampleur » et le catalogue de l’INED souligne qu’il constitue une « source importante de renseignements sur l’organisation de la société avant 1789 ». L’ouvrage fut saisi pour avoir attaqué les prérogatives du clergé. (Einaudi, 3357. Goldsmiths, 13644. INED, 2867. Kress, B.1438. Peignot, Livres condamnés au feu, II, 164). Très bon exemplaire.

92 LE TROSNE, SERVAN (Joseph-Michel-Antoine). Discours sur l’état actuel de la magistrature, et sur les causes de sa décadence (…). Paris, C. Panckoucke, 1764 In-12, demi-veau de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, (4), 128, (1) p. errata. 850 € Edition originale et unique, rare, de ce discours prononcé par Le Trosne, alors avocat du Roi, à l’ouverture des audiences du bailliage d’Orléans, le 15 novembre 1763. Les importantes « notes économiques » contiennent les premiers engagements de Le Trosne aux côtés des Physiocrates (Cf. Daire, Physiocrates, II, p. 88). (Conlon, Siècle des Lumières, 64:987. Goldsmiths, Online catalogue, 10051.1. Weulersse, Mouvement physiocratique, I, Page xxvii). Relié avec: [SERVAN (Joseph-Michel-Antoine)]. Discours sur l’administration de la justice criminelle, prononcée par M. Servan. Genève, 1767. (4), 152 p. et Discours de Mr. Servan (...) dans la cause d’une femme protestante. Genève & Grenoble, J.S. Grabit, 1767. (4), 112 p. L’ouvrage de Le Trosne est relié en fin.

Quelques auréoles claires à qqs feuillets. Bel exemplaire, bien relié à l’époque.

L’exemplaire de Silvestre de Sacy 93 LEUSDEN (Johannes).

1- Compendium Biblicum, continens ex 23202 versiculis totius Veteris Testamenti (...) tam Hebraice quam Chaldaicæ una cum versione Latina inveniuntur. Ultrajecti [I.e.Utrecht], Guilielmi à Walcheren, 1674. (12), 179, (3) p. 2- Seu Compendium Lexici Hebraici. Compendio Biblico Leusdano subjunctum continens. Idem, 1674. 60 p. Petit in-12, plein vélin ivoire de l’époque, dos à 5 faux-nerfs, tranches rouges (texte hébreu, traduction latine en regard). 700 € Edition originale bilingue avec le texte en hébreu et la traduction latine en regard.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


43

Librairie Hatchuel

Théologien calviniste hollandais, né à Utrecht, devenu professeur dans cette ville, Johannes Leusden (1624-1699) est l’un des principaux orientaliste, philologue et hébraïsant de son siècle. Il vécut au sein de la communauté juive d’Amsterdam pour se familiariser avec la langue et la culture hébraïques et collabora, avec le rabbin Joseph Athias, à la traduction d’une nouvelle édition de la Bible. Contemporain et proche de J. Leusden, Antonius Hulsius (or Anton Hüls) conçut son Compendium Lexici Hebraici (ici en troisième édition) comme un complément à l’ouvrage de Leusden. Provenance : Antoine Isaac Silvestre de Sacy, avec sa signature autographe à la date de 1775 et son ex-libris gravé armorié, à la date de 1781. Remarquable provenance pour ce livre : le linguiste, philologue et un orientaliste Silvestre de Sacy (1758-1838), regardé comme « l’un des plus grands philologues du XIXe siècle ». (Bibliothèque de M. le baron Silvestre de Sacy, Paris, 1846, II, n°2629). Bel exemplaire, bien relié à l’époque.

94 [LINDNER (Friedrich Ludwig)]. Considérations politiques sur

l’état actuel de l’Allemagne. Ouvrage attribué au professeur Fischer. Traduction nouvelle, avec des notes et des remarques de MM. Bignon, De Pradt, Régnault Warin, Schoeffeer, Thérémin, etc. Paris, Corréard, 1821. In-8, demi-veau fauve de l’époque à petits coins, dos lisse orné de compartiment alternant résille et grand fer central à la gerbe, dorés, palettes, pièce de titre de maroquin rouge, (4), xvi, 224 p. 300 € Première édition de cette traduction française, donnée par Georg Bernhard Depping ; une autre traduction avait paru quelques mois plus tôt. D’abord attribuée à Christian August Fischer, la paternité de cet ouvrage fut restituée à Friedrich Ludwig Lindner, son véritable auteur. Une importante partie est consacrée aux guerres napoléoniennes. (Barbier, n° 22199. France Littéraire, V, 314). Très bon exemplaire, frais, bien relié à l’époque.

95 LOUVAIN 1848 - Le Garde-Civique, Journal Hebdomadaire. [Ensemble

complet : n°1 du 27 juin 1848 au n°13 du 19 sept 1848]. Louvain, J. Jorand-Dusart, juin-sept. 1848. In-4, 13 livraisons de 4 p., en un volume plein cartonnage de l’époque (lég. frotté avec quelques manques), 52 p. (pagination continue), qqs petites déchirures de papier sans 650 € manque, texte sur 2 colonnes, 13 caricatures lithographiées à pleine page. Journal créé au moment de l’organisation de la Garde Civique dans la ville de Louvain, avec l’ambition d’agir sur les premières élections. « Nous recherchons, quels sont, dans notre cité, les hommes les plus dignes de marcher à a tète de notre garde bourgeoise… ». Un dessin caricature accompagne chaque numéro. Compte-rendu des événements, commentaires, les élections et les résultats avec la composition intégrale de la Garde Civique, dispositions législatives, courrier des lecteurs et annonces… « Publication très curieuse et très recherchée » (cf. A. Berrewaerts, Recherches sur la presse périodique louvaniste, L. Braeckmans, 1904, p. 4445). Contient, relié en tête, la partition d’une «marche dédiée à la Garde-Civique Belge» par Emile Colbeau et Auguste Tennstedt, entièrement lithographiée par P. Barella à Louvain, 1848, partition avec paroles et musique sous couverture illustrée.

Pictures are available on www.hatchuel.com


44

Librairie Hatchuel Exemplaire aux armes de La Rochefoucauld

96 MALEBRANCHE (Nicolas). Réflexions sur la Prémotion Physique.

Paris, Michel David, 1715. In-12, plein veau havane moucheté de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés, titre doré, armes dorées au centre des plats, tranches mouchetées (coins émoussés), (4), 351, (4) p. d’errata, approbation et privilège, bandeaux et culs de lampe. 700 € Edition originale du dernier ouvrage de Malebranche, composé l'année de sa mort, en réponse à un ouvrage du jésuite Laurent-François Boursier, docteur de Sorbonne (L'action de Dieu sur ses créatures), qui traitait de la grâce et défendait les Thomistes sur la prémotion physique en attaquant directement Malebranche. Celui-ci réfute et livre la conclusion dernière de sa doctrine sur la liberté, « fondamentale dans sa philosophie » (cf. Delbos, Malebranche, p. 283 et s.). (Brunet, III, 1336). Légère auréole sur les plats. Exemplaire aux armes La Rochefoucauld, avec armes dorées sur les plats et petit cachet de la Bibliothèque du Château de La Roche-Guyon sur le titre.

97 MALVAUX (Abbé Pierre-Claude). Les moyens de détruire la mendicité, en rendant les mendiants utiles à l’état sans les rendre malheureux, tirés des mémoires qui ont concouru pour le prix accordé en l’année 1777, par l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Châlons-sur-Marne. Chalons sur Marne, Seneuze, Paindavoine et se vend à Paris, Delalain l’aîné, 1780. In-8, demi-veau de l’époque, dos lisse orné d’un décor de palettes, large résille et fers spéciaux dorés, pièce de titre de maroquin bordeaux (qqs pet. accrocs aux coif. et mors), 650 € viii, 512, (4) p. Seconde édition revue, corrigée et augmentée par rapport à la première publiée l’année précédente. Au lendemain d’un concours de l’Académie de Châlons-sur-Marne sur « les moyens de détruire la mendicité en France » (1777), l’abbé Malvaux, membre du jury et rapporteur, livre une synthèse ordonnée et méthodique des 118 mémoires reçus. Largement novateur et représentatif d’une attitude nouvelle vis-à-vis de la pauvreté et de l’assistance à y apporter, l’essai introduit des concepts nouveaux, comme celui de « mendicité légitime » (celle des pauvres ayant vainement recherchés du travail). Il est cité comme l’un des textes précurseurs du glissement dans la représentation du pauvre à celle du prolétaire et d’une évolution dans la conception de la charité (cf. R. Chartier, La pauvreté à l’âge moderne..., p. 41 sq.). L’ouvrage reçut un accueil enthousiaste et influença les Comités d’assistance des Assemblées révolutionnaires et leur législation. (Garnier, n°1337. Goldsmiths, n°12061. INED, n°3039). Très bon exemplaire.

L’un des premiers livres à figurer à l’index 98 MANZOLLI (Pier Angelo) (pseudo. Marcelli Palingenii Stellatus). Marcelli

Palingenii Stellati poetae doctissimi Zodiacus vitae : hoc est De hominis vita, studio ac moribus optimè instituendis, libri XII. Lugduni, Ioannem Tornaesium [Lyon, Jean de Tournes], 1576. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


45

Librairie Hatchuel

In-16, demi-maroquin rouge, dos à 5 faux-nerfs, orné d’un petit fer aldin répété entrenerfs, titre doré, tranches jaspées (rel. du XIXe s.), 366 p. et (40) p. d’index, titre enca850 € dré d’un large décor d’arabesques. Précoce et jolie édition, donnée par Jean de Tournes, de ce poème ésotérique néo-épicurien en douze livres, Zodiacus vitae (le Zodiaque de la vie) considéré comme l’un des chefs-d’œuvre de la poésie philosophique latine au XVIe siècle. Le seul ouvrage connu du médecin, poète et philosophe italien Pier Angelo Manzolli dit Palingène (Ferrare, vers 1500-1543), dont la dépouille fut exhumée et brûlée pour hérésie à cause de ce livre. Au cours de cette quête initiatique du bonheur et des conditions de la vie heureuse, l’auteur dresse un réquisitoire radical contre le clergé, le pape, mais aussi Luther ou les pédants humanistes. La peinture qu’il fait de Satan et de sa cour (la cour de Rome et ses cardinaux) rappelle quelques-uns des terribles tableaux de Dante. Reflet de cette époque de transition, à des idées hardies, à de généreuses aspirations, se mêlent des superstitions étranges : Manzolli croit à l’astrologie, à la magie, aux démons enfermés dans des bouteilles, etc. Le poème est également cité pour sa valeur de témoignage sur la vie quotidienne de son temps. D’abord publié à Venise autour de 1531, le Zodiaque de la vie fut l’un des premiers ouvrages à figurer sur « l’index des livres interdits » dès sa première édition en 1559, à la demande de l’Inquisition. Plusieurs passages furent adaptés en français par Scévole de Sainte-Marthe dès 1560 et l’œuvre joua un rôle important dans la formation de la pensée libertine du XVIIe siècle. (Cf. J. Chomarat, Le Zodiaque de la vie, Droz, 1996. Cartier, J. de Tournes, n°575. Cf. Dorbon, 2929). Bel exemplaire, frais, dans une jolie reliure de maître.

99 MARITI (Giovanni Filippo). Voyages dans l’Isle de Chypre, la Syrie et la Palestine, avec l’Histoire générale du Levant (..). Traduits de l’italien. Paris, Belin, 1791. 2 volumes in-8, plein veau raciné de l’époque, dos lisses ornés de compartiments garnis de fers spéciaux, grecs et filets dorés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, 1 800 € roulette d’encadrement sur les plats et les coupes, viij, 327 p. et (4), 410 p. Première édition française de Viaggi per l’Isola di Cipro …, augmentée de renseignements sur le vin de Chypre tirés d’une monographie que Mariti consacra, indépendamment, à ce sujet (Del vino di Cipro, 1772). L’auteur qui passa sept années au Levant parlait couramment arabe et turc. Il vécut à Chypre où il occupa le poste de vice-consul à Larnaka. Le premier volume, entièrement consacré à Chypre, contient une des meilleures et des plus complètes descriptions de l’île publiée de son temps. Le second renferme une relation de voyage en Syrie et en Palestine. « The most complete description of Cyprus up to that time, including its history, geography, antiquities, and a great deal of information on the economic life of the island (...). A very interesting work » (Blackmer). (Röhricht, Bibliotheca Palaestinae, p. 323. Tobler p. 132. Cette édition originale française est peu courante : Atabey, Ottoman World, 770 et Blackmer, Greece & Levant, 1079, ne recensent que la seconde édition (Neuwied 1791). Quelques épidermures et petits accrocs de cuir. Ex-dono manuscrit sur la première garde blanche. Très bon exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

Pictures are available on www.hatchuel.com


46

Librairie Hatchuel Exemplaire imprimé sur grand papier bleuté 100 MARRA (John), COOK (James). Journal du Second Voyage du Capitaine Cook, Sur les Vaisseaux la Résolution & l’Aventure ; Entrepris par ordre de S.M. Britannique, dans les années 1774 & 1775. Amsterdam et se trouve à Paris, Pissot, Nyon, 1777. In-8, plein veau marbré de l’époque, dos à 5 nerfs garnis de caissons dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches jaspées, (4), xix, 546 p., carte gravée dépliante hors texte, 2 500 € imprimé sur papier fort bleuté.

Première édition française de cette relation du second voyage de Cook, publiée dix-huit mois avant l’édition officielle, dans la traduction de A.F.L. de Fréville. L’ouvrage restitue des détails qui ne seront pas repris dans les éditions postérieures et rend également compte des navigations du vaisseau « l’Aventure » en Tasmanie. L’auteur, John Marra, était canonnier à bord du vaisseau « la Résolution ». Il publia cet ouvrage anonymement car une réglementation empêchait les membres des expéditions d’utiliser le journal de bord à leur profit personnel. (Beddie, 1272. Kroepelien, 812. O’Reilly-Reitman, 380). Très bel exemplaire, très frais, très bien relié à l’époque, grand de marges (195 x 212 mm), imprimé sur papier fort bleuté.

101 REVOLUTION FRANCAISE, EDUCATION - MASUYER (Claude-Laurent).

1- Discours sur l’organisation de l’instruction publique et l’éducation nationale en France. Examen et réfutation du système proposé successivement par les citoyens Condorcet et G. Romme, au nom du comité d’Instruction publique de l’Assemblée législative et de la Convention nationale. Paris, Imprimerie Nationale, 1793. 98 p. 2- Projet de décret sur l’organisation de l’instruction publique (...). Imprimé en vertu du décret de la Convention du 8 Prairial, an III [27 mai 1795]. Paris, Imprimerie Nationale, An III [1795]. 111 p. 500 € 2 pièces en un volume in-8, broché, couverture papier moderne. Ensemble de deux pièces distribuées séparément : le « Discours » ainsi que son minutieux plan de mise en application sous forme de « Projet de décret ». L’un des projets les plus radicaux de réorganisation de l’éducation nationale pendant la Révolution. Bien que Girondin (député de Saône-et-Loire), Masuyer critique le plan de Condorcet et de Romme, jugé « destructeur de l’égalité et générateur de despotisme », pour proposer un projet global d’éducation nationale. Si tous les hommes sont égaux en droit, l’instruction publique doit être commune à tous, gratuite et graduelle et les établissements d’enseignement proportionnellement répartis sur l’ensemble du territoire. La réforme est financée par le produit de la vente des biens ecclésiastiques. Cf. A. Soboul, Girondins et Montagnards, Actes du colloque, 1975, p. 38 sq. (Martin & Walter, III, 23372 et 23374). Bon exemplaire.

102 MARMONTEL (Jean-François). Poetique françoise. Paris, Lesclapart, 1763.

2 volumes in-12, plein veau marbré havane de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés, filet doré sur les coupes, tranches rouges, (8), 40, 465, (1) p. de table et (4), 428, (1) p. de table. 450€

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


47

Librairie Hatchuel Edition à la date de l’originale de ce recueil d’observations et de critiques sur la poésie, le théâtre, l’opéra, la rhétorique et la critique littéraire, édité par Marmontel à partir des nombreux articles qu’il avait composés pour l’Encyclopédie et publié à l’occasion de sa candidature à l’Académie française. Bien que controversé, l’ouvrage lui ouvrit, en effet, les portes de l’Académie le 22 décembre de cette même année 1763. Sur cet ouvrage, cf. Annie Becq, in Mémorable Marmontel, 1999, p. 159-164. (Cf. Tchemerzine-Scheler, IV, p. 439 B). Ex-libris de la Bibliothèque Hyacinthe Carrère contrecollé sur le premier plat, collectionneur et archiviste de la Société d’agriculture de Toulouse, et « M. Duvécu » avec petit ex-libris manuscrit de l’époque. Très bon exemplaire.

103 REVOLUTION DE 1848 - MENARD (Louis). Prologue d’une Révolution. Février Juin 1848. Paris, Au Bureau du Peuple, 1849. In-8, demi-chagrin havane, dos à nerfs, couverture imprimée conservée (mors lég. frottés), (2) f., 316 p. 450 € Edition originale et unique, rare, de ce témoignage fondamental pour l’histoire de la révolution de 1848, d’abord publié en feuilleton dans Le Peuple de Proudhon, qui valut une sévère condamnation à Proudhon et à Ménard et dont la quasi-totalité des exemplaires aurait disparu dans un incendie. Chimiste, ayant à son actif des découvertes importantes, poète déjà admiré par Leconte de Lisle, Baudelaire ou Banville, Louis Ménard participa à la révolution de 1848 aux côtés des blanquistes. Il livre un témoignage impartial et lucide, « l’un des plus forts sur les journées de juin (...). Il vit la férocité des vainqueurs, massacrant et torturant à loisir les vaincus. La résolution était courageuse, car il s’était fait dans l’opinion lassée, une sorte d’accord pour excuser ou dissimuler entre soi la réalité de la catastrophe » (Daniel Halévy). A la suite de sa condamnation, Louis Ménard dut s’exiler. (Drujon, Ouvrages condamnés, p. 315. Wassermann, Les Clubs de Barbès et Blanqui en 1848, p. XX). Bon exemplaire, relié avec sa couverture imprimée.

104

[MERE (Antoine Gombaud, chevalier de)]. Les Conversations. D.M.D.C.E.D.C.D.M. [i.e. : du maréchal de Clérambault et du chevalier de Méré]. Paris, Claude Barbin, 1669. In-12, plein veau brun de l’époque, dos à 4 nerfs orné de caissons garnis de fleurs de lys dorés (pet. accroc à la coif. sup.), 291, (1) p. titre compris. 400 €

Première édition autorisée du premier ouvrage du chevalier de Méré, avec le privilège du 19 décembre 1668. Une édition incomplète et fautive avait paru à la date de 1668, sans le consentement de l’auteur qui la fit retirer. L’ouvrage, qui est présenté sous forme de six « conversations » entre Méré et le maréchal de Clérambault, a été composé pour appuyer la candidature de ce dernier au poste de gouverneur du Dauphin. Il contient un programme d’éducation du prince et développe les thèmes qui resteront familiers à Méré. Armes de France en marque au titre, bandeaux, lettres ornées et culs-de-lampe gravés sur bois. (G.E. Reed, Claude Barbin, n°131. Tchemerzine-Scheler, IV, 692). Bon exemplaire, relié à l’époque.

Pictures are available on www.hatchuel.com


48

Librairie Hatchuel

Rarissime édition originale de premier tirage du premier livre de Montaigne 105 MONTAIGNE (Michel de), SEBONDE (Raymond de). La Theologie naturelle

de Raymond Sebon docteur excellent entre les modernes, en laquelle par l’ordre de Nature, est démontrée la vérité de la Foy Chrestienne & Catholique, traduicte nouvellement de Latin en François [par Michel de Montaigne]. Paris, Michel Sonnius, 1569. In-8 (173 x 111 mm), plein vélin ivoire à recouvrement de l’époque, titre manuscrit à l’époque au dos et sur la tranche inférieure, (1) f. de titre et privilège au verso, (1) f. Prix sur demande Epître de Montaigne à son père, 496 f. ch., (30) f. de table. Rarissime édition originale de premier tirage du premier livre de Montaigne, partagée entre Michel Sonnius, Gilles Gourbin et Guillaume Chaudière. Extrait de privilège daté du 27 octobre 1568 et achevé d’imprimer du 30 décembre, au verso du titre. Au second feuillet : Epître de Montaigne à son père datée du jour de sa mort, le 18 juin 1568, et sonnet « Sur la théologie naturelle de Raymon [sic] Sebon » par François D’Amboise, au verso. Montaigne entreprit le long et difficile travail de traduction du chef-d’œuvre de l’humaniste catalan Raymond Sebond, Scientia libri creaturarum, sur les conseils de son père auquel il dédie ce livre. Dans cet essai considéré comme le laboratoire philosophique des principes que Montaigne développera tout au long de son œuvre, le futur auteur des Essais, sous prétexte de défendre les idées de Sebon, reprend la méthode rationaliste contenue dans La Théologie naturelle pour la retourner et l’employer à des fins radicalement opposées. « Il ne prend la position du scepticisme que pour ruiner les fondements de l’athéisme rationaliste ». « A qui cherche des certitudes, Montaigne n’offre que cette incertitude, si inconfortable mais si séduisante : par là il inaugure profondément la modernité » (Jean Céard). (Bibliotheca Desaniana : Catalogue Montaigne, n°1. J. Balsamo, Bibliographie des éditions de la Théologie naturelle, in : Montaigne et la théologie, sous la dir. de Ph. Desan, n°1, p. 124. Tchemerzine-Scheler, IV, 914). Le NUC ne dénombre que quatre exemplaires de cette édition originale aux Etats-Unis : Harvard, Yale, Princeton, et la Bibliothèque du Congrès. Les marges des deux premiers feuillets sont habillement restaurées sans perte de texte, marges extérieures réparées aux f. 38-39, petite restauration de papier en marge du f. 249 affectant une note marginale, restaurations aux 2 derniers feuillets avec manque de texte sur un quart du dernier feuillet, quelques traces de restauration à la reliure. Bon exemplaire, dans sa première reliure de vélin à recouvrement.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


49

Librairie Hatchuel 106 MERIMEE (Prosper). Théâtre de Clara Gazul, comédienne espagnole. Paris, A. Sautelet et Cie, 1825. In-8, demi-chagrin à grain long vert bronze de l’époque, dos à 5 fauxnerfs orné d’un décor romantique de filets gras, dentelles et fer à froid entre-nerfs, couverture imprimée conservée, (2) f., ix, 337, (2) p., quel800 € ques rousseurs, non rogné. Edition originale de premier tirage, publiée sans nom d’auteur, du premier livre publié par Mérimée. La notice est signée de l’un de ses pseudonymes : « Joseph L’Estrange ». L’un des quelques exemplaires qui comportent la mention : « Théâtre de Clara Gazul » au faux-titre. (Carteret, II, 132. Trahard & Josserand, p. 7. Vicaire, V, 700). Ex-libris de la bibliothèque d’André Langlois gravé et doré.

107 UTOPIE - MORE (Thomas) ou MORUS. L’Utopie de Thomas

Morus, chancelier d’Angleterre, traduicte par Samuel Sorbière. Amsterdam, Jean Blaeu, 1643. In-16, plein veau acajou glacé, dos lisse orné d’un jeu de doubles filets dorés et à froid, dentelle d’encadrement sur les plats et petits fleurons en écoinçon, dentelle sur les coupes et les chasses, tranches dorées (rel. du XIXe s.), (1) f., (14), 210 p., dernier f. blanc, titre allégorique. 1 200 € Première édition de la traduction de Samuel Sorbière, contenant une préface du traducteur et celle Thomas More « à Pierre Egide ». Médecin, philosophe et traducteur, proche des libertins érudits, Samuel Sorbière (1615-1670) s’installa en Hollande où il assura la traduction et la promotion des œuvres de Hobbes et de Gassendi dont il fut l’ami et le premier biographe. Précédée d’une importante préface, cette traduction de Samuel Sorbière est seulement la deuxième française après celle de Jehan Le Blond d’Eureux en 1550 et la seule édition publiée au XVIIe siècle. Elle entretint la notoriété de l’ouvrage jusqu’à celle de Nicolas Guedeville en 1715. (Gibson, n° 21. Brunet, III, 1894. Willems, n°1628. Un unique exemplaire figure au catalogue de la BnF). Quelques légers frottements. Bel exemplaire, très finement relié. Provenance : Jean-Baptiste de Brilhac, l’auteur d’Agnès de Castro (1688), avec sa signature ex-libris sur le titre, Joaquim Gomez de La Cortina marquis de Morante et Frédéric Lachèvre, le spécialiste du libertinage érudit, avec ex-libris.

108 MURET (Marc-Antoine), ROILLET (Claude) - RECUEIL

1- MURET (Marc-Antoine). Juvenilia (...). Parisiis, Marcum Locqueneulx, 1579. (1), 58 f. et (1) f. comportant un fleuron typographique à plein page. 2- MURET (Marc-Antoine). Hymnorum Sacrorum Liber (...). Paris, Mamertus Patissonium [Mamert Patisson], 1576. 24 f. titre compris, (1) f. blanc. 3- ROILLET (Claude). Varia poemata (…). Paris, Gulielmum Julianum [Guillaume Julien], 1556. (8), 150 f. (errata au verso du dern. f.), grande vignette de titre à la marque de l’imprimeur.

Pictures are available on www.hatchuel.com


50

Librairie Hatchuel

Ensemble de 3 ouvrages reliés en un volume in-16, plein maroquin fauve marbré de l’époque, décor de doubles filets d’encadrement dorés sur le dos et les plats, titre doré, monogramme « S.G. » doré à l’époque au centre des plats. 1 800 € Humaniste, disciple de Jules Scaliger, devenu professeur à Bordeaux - il eut Montaigne comme élève -, maître des membres de la Pléiade à Paris, M.-A. Muret fut condamné au bûcher pour hérésie et homosexualité ; il ne dut son salut qu’à sa fuite en Italie où il s’établit et enseigna. 1- Importante édition, la dernière donnée par M.-A. Muret de son vivant, de son œuvre la plus célèbre, recueil de pièces légères et sensuelles qui exercèrent une forte influence. 2- Deuxième édition, la première parisienne, publiée quelques mois après l’originale. Muret sacrifie aux exigences du nouveau bréviaire post-tridentin pour livrer ce recueil d’hymnes qui gardent la fraîcheur et la sensualité de sa poésie profane. (Renouard, Estienne, p. 179, n°3). 3- Très rare première et unique édition collective des œuvres de Claude Roillet, « l’essentiel de sa production littéraire ». Elle contient quatre tragédies latines (Philanera, Petrus, Aman et Catharina), des dialogues, une églogue, un épithalame et des épigrammes. Né à Beaune, régent du collège de Bourgogne, puis recteur de l’université de Paris, Claude Roillet était en relation avec les humanistes de son époque, Turnèbe, G. Paradin, Jean Dorat. Par ses tragédies qui furent jouées, il occupe une place importante dans le théâtre du XVIe siècle. Grande vignette de titre à la marque et à la devise de l’éditeur dans un large décor architectural. (Gautheret-Comboulot, Auteurs beaunois, p. 9. Oberlé, n°198. Renouard, Marques, n°490. Soleinne, I, n°218). Cachet armorié ex-libris « Charles Henneguier » au verso du titre. Quelques petites restaurations à la reliure. Afin d’harmoniser les tailles des ouvrages en un même volume, le premier a été réenmargé en pied avec soin à l’époque ; le troisième légèrement court. Un feuillet finement calligraphié à l’époque est interfolié entre les feuillets préliminaires des Juvenilia. Il contient un poème latin (15 vers) de Germain Audebert tiré de son recueil sur Rome. Joli exemplaire dans sa première reliure de maroquin.

109 MUSIQUE - ROSSINI (Gioacchino), FERRETTI (Jacopo). La Cenerentola.

Opera Buffa del Maestro Rossini. Paris, Au Magasin de Musique Pacini, s.d. [1822]. In-folio, demi-veau havane à coins de l’époque, dos orné d’un décor romantique rocaille doré, titre doré, plats de percaline gaufrée rouge, 257 p. 600 € Seconde édition de la partition pour chant et réduction pour piano de l’opéra composé par Gioacchino Rossini sur des paroles du librettiste Jacopo Feretti, d’après le conte de Charles Perrault Cendrillon. Dernier opéra-bouffe composé par Rossini pour le public italien, « dramma giocoso » en deux actes, il fut créé le 28 janvier 1817 au Teatro Valle de Rome. Bel exemplaire, intérieur très frais.

110 MUSIQUE - RECUEIL 1- [SEDAINE (Michel-Jean) et MONSIGNY (Pierre Alexandre)]. Rose et Colas, comédie en un Acte représentée pour la première fois par les Comédiens Italiens Ordinaires du Roy le jeudy 8 mars 1764 (...) [Paroles de Sedaine]. Paris, Claude Herissant, s.d. (1764). (2), 154 p., entièrement gravé. 2- POINSINET (Antoine Alexandre Henri) et PHILIDOR (François André). Le Sorcier, comédie lyrique en deux actes par M. Poinsinet (...). Représentée pour la

Photographs of the books can be seen on our website


51

Librairie Hatchuel

première fois par les Comédiens Italiens Ordinaires du Roy, le Lundy 2 janvier 1764. Et à Versailles devant Leurs Majestés le Mercredy 21 mars de la même année (...). Paris, Mr De la Chevardière et aux Adresses Ordinaires de musique, Imprimé par Monthulay, s.d. (1764). (2), 162 p., entièrement gravé. 2 opéras reliés en un volume in-folio, plein vélin vert de l’époque, dos lisse, pièce de titre de veau bordeaux, armes dorées en pied, triples filets dorés d’encadrement sur les plats, tranches rouges, entièrement gravés sur cuivre par Hue (qqs petits accrocs, qqs rous1 500 € seurs). Recueil de deux opéras représentés en 1764, reliés ensemble à l’époque, paroles et musique. 1- Edition originale. Selon Grimm et Sedaine lui-même, il fallut plusieurs représentations avant que l’œuvre ne rencontre le succès public, succès qui ne se démentit pas, jusqu’à devenir une « référence » pour les opéras-comiques qui suivirent. « Two young peasants crossed in love. Rather than representing a backward step after the powerful and tormented language of Le roi et le fermier, Rose et Colas was an attempt to convey the quintessence of traditional opera comique - and perhaps to outdo Favart on his own ground » (cf. Noiray, in Grove Online). (RISM, AI, P 1894). 2- Edition originale. « Après Le Sorcier (1764) Philidor devint le premier compositeur à être appelé sur la scène de la Comédie-Italienne (…) et sa carrière atteint son apogée » (cf. Julian Rushton, in Grove Online). (RISM, AI, M 3272. Fétis, 2701 à l’adresse Des Lauriers). Bon exemplaire bien relié en vélin vert à l’époque. MUSIQUE - DIDEROT, BEMETZRIEDER. Leçons de clavecin et principes d’harmonie. Paris, Bluet, 1771, cf. n°48.

111 [NAGEREL (Jean)]. L’Histoire et Cronique de Normandie. Reveuë & augmentée

(…) finissant au Roy très chrestien Henry troisième de ce nom (…). [Suivi de: Description du pays de Normandie appelée anciennement Neustrie, de son origine, & des limites d’iceluy (…)]. Rouen, Imprimerie de Martin le Mesgissier, 1610. 2 parties reliées en un volume in-8, plein veau marbré, dos à nerfs orné d’un riche décor de compartiments dorés, pièce de titre de maroquin bordeaux, roulette sur les coupes, tranches dorées (petits accrocs aux mors et coiffes, reliure du XVIIIe s.), (8), 206 p. et (2) f., (144) p. non chiffrées pour « Description du pays de Normandie ». 750 € « Dernière édition » de cet ouvrage, l’une des sources principales sur l’histoire ancienne de la Normandie, accompagnée d’une « Description du pays de Normandie » en 144 pages, sous page de titre particulière. Chanoine et archidiacre de Notre-Dame de Rouen, Jean Nagerel, entreprend, à travers cette œuvre, de légitimer la prépondérance française sur la Normandie, en appuyant son essai sur la publication de nombreuses sources juridiques « restées peu connues ». La seconde partie contient, au chapitre 7 (feuillet Bb2 et suivants) Le Livre de la Pucelle considéré comme l’un des tout premiers récits imprimés sur Jeanne d’Arc. Deux planches annoncées au titre, font défaut « comme dans la plupart des exemplaires » (Frère). (Brunet, I, 1875-1875. Frère, Manuel du bibliographe normand, I, 242 et II, p. 335. Graesse, II, 148). Bon exemplaire.

112 NAPOLEON - Conspiration des poignards. Procès instruit par le Tribunal

Criminel du Département de la Seine contre Demerville, Ceracchi, Arena et autres, prévenus de conspiration contre la personne du premier Consul Bonaparte. Recueilli par des sténographes. Paris, De l’Imprimerie de la République, Pluviôse an IX (1801). In-8, broché, couverture de parution (dos fendillé avec petits manques de papier), viij, 555 p., qqs rousseurs. 350 €

Pictures are available on www.hatchuel.com


52

Librairie Hatchuel

Edition originale de ce compte rendu intégral du procès, et la source principale sur le complot jacobin dit « de l’opéra » ou « Conspiration des poignards » visant à assassiner Bonaparte en octobre 1800, alors qu’il se rendait à l’opéra et qui fut empêché par la police de Fouché. Parmi les conspirateurs quatre d’entre eux furent condamnés à mort et exécutés le 30 janvier 1801 : Aréna, frère du Barthélemy Aréna qui aurait levé un poignard sur Bonaparte le 19 brumaire, le sculpteur Ceracchi, le peintre Topino-Lebrun, élève de David, proche des « Egaux » et compagnon de route de Babeuf et Dominique Demerville, ancien secrétaire de Barère. Selon des études récentes, il s’agirait d’une manipulation policière, rendue possible par le concours d’Harel, agent provocateur, qui avait infiltré le groupe des conjurés. (Legrand, Babeuf et ses compagnons de route, p. 187).

113 JANSENISME - [NICOLE (Pierre)].

1- Les imaginaires, Ou lettres sur l’hérésie imaginaire, Volume I Contenant les dix premières, par le Sr de Damvilliers. 2- Les Visionnaires ou Seconde partie des lettres sur l’hérésie imaginaire, contenant les huit dernières. Liège, Adolphe Beyers, 1667. 2 volumes in-16, plein veau granité de l’époque, dos à 5 nerfs ornés (qqs accrocs aux coif. et coins, mors fendillés), (28), 430 400 € p., (2) f. bl. et 495 p., (2) f. bl. (qqs rousseurs). Edition originale, imprimée par Daniel Elzevier à Bruxelles de ce recueil des deux collections de lettres, que Pierre Nicole composa sur le modèle des Provinciales. Dans Les Imaginaires, il défend les jansénistes, contre les accusations d’hérésie fruit, selon lui, de l’imagination malveillante des jésuites. Une réponse de Desmarets de Saint-Sorlin valut une nouvelle réplique de Nicole dans Les Visionnaires. C’est là qu’il traite les poètes et les dramaturges d’» empoisonneurs publics ». Outré, Racine riposta et s’en prit non seulement à son vieux maître, mais à Port-Royal tout entier. (Brunet, IV, 68. Willems, Elzevier, n°1377). Bon exemplaire.

114 NOEL (Jean Nicolas Auguste). Souvenirs militaires d’un officier du Premier

Empire (1795-1832). Paris & Nancy, Berger Levrault, 1895. In-8, demi-veau marbré fauve, dos à nerfs orné d’un fleuron doré répété, titre et filets dorés, viii, 300 p., portrait frontispice, 6 planches hors-texte dont 5 cartes et plans et reproduction d’une peinture de Chepfer. 350 € Edition originale posthume de ces mémoires publiés par Lucien Noël, petit-fils de l’auteur. « Pas franchement bonapartiste mais tellement sincère, Noël peut compter parmi les témoins sérieux des campagnes napoléoniennes. L’auteur, fin observateur, a participé à la seconde campagne d’Italie, à celle de 1809, aux campagnes d’Espagne, du Portugal, de Russie, d’Allemagne et de France (...). Il convient de noter également que l’auteur ne s’est pas contenté de décrire ses impressions militaires : il nous fait part, tout au long de son témoignage, de ses réflexions d’ordre moral ou politique » (Christophe Bourachot, Lib. des 2 Empires, 1999). (Tulard, 1095). Bon exemplaire, frais, bien relié.

115 OLIVET (Pierre Joseph Thoulier, abbé d’). Traité de la prosodie françoise.

Paris, Gandouin, 1736. In-12, plein veau moucheté de l’époque, dos à 5 nerfs orné de caissons fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, roulette d’encadrement sur les plats et les coupes, tranches rouges, 158, (6) p. titre inclus. 300 € Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


53

Librairie Hatchuel

Edition originale. Estimé par ses contemporains, loué par Diderot dans l’Encyclopédie, ce traité demeure l’une des sources principales sur la prosodie et les phénomènes de prononciation, d’accentuation et d’intonation du français dans la première moitié du XVIIIe siècle. Ami de Boileau et professeur de Voltaire, l’abbé d’Olivet fréquenta le salon de la marquise de Lambert. Il fut élu membre de l’Académie française en 1723 et devint l’un des rédacteurs les plus actifs du Dictionnaire. « Ouvrage, dit Voltaire, qui subsistera autant que la langue française, qu’il venge des injustes reproches qu’osaient lui adresser des écrivains peu exercés dans l’art de la manier » (cité par France littéraire, VI, 481). Bel exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

116 OLIVET (Pierre Joseph Thoulier, abbé d’). Remarques de

grammaire sur Racine. Paris, Gandouin, 1738. In-12, plein veau moucheté de l’époque, dos à 5 nerfs orné de caissons fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, roulette d’encadrement sur les plats et les coupes, tranches rouges, 165, (1) p. titre inclus. 350 € Edition originale qui contient, en fin : Lettre critique sur la rime, adressée à M. le président Bouhier. Minutieuse analyse de la grammaire des principales tragédies de Jean Racine, citations à l’appui. (France littéraire, VI, 481). Bel exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

117 PAINE (Thomas). 1- Droits de l’Homme ; en réponse à l’attaque de M. Burke sur la Révolution française. Traduit de l’Anglais, par F.S.... [Soulès]. Avec des Notes et une nouvelle préface de l’auteur. Paris, F. Buisson, Mai 1791. xij, 227 p. 2- Droits de l’Homme, seconde partie, réunissant les principes et la pratique. Traduit de l’anglais sur la troisième édition. Paris, Buisson, E. Testu, 1792. (4), iv, 224 p. 2 volumes in-8, brochés, couverture papier bleu d’origine, ensemble sous chemise et étui de demi-veau marbré, dos orné dans le goût de l’époque. 1 000 € Edition originale des deux parties. Paine passa spécialement d’Amérique en Angleterre pour publier cette réponse à Burke, ce qui lui valut une condamnation immédiate et le bannissement du Royaume-Uni. Il ne dut son salut qu’à une fuite précipitée en France où il obtint la citoyenneté et fut élu à la Convention en 1792. Dans cet ouvrage, il soumet sa doctrine d’un gouvernement légitime fondé sur un pacte social issu des Droits de l’Homme, l’épanouissement de l’individu rendu enfin à lui-même et le progrès du genre humain. « Etablir ces principes généraux, tel était le premier but de Paine. Le second était d’exposer l’exacte et véridique histoire des événements de France jusqu’à l’année 1791, une des sources les plus instructives à consulter. Beaucoup d’histoires auraient gagné à tenir un plus grand compte des récits de Paine » (M.D. Conway, T. Paine, p. 185). La seconde partie contient un intéressant projet de réforme économique de l’Europe, illustré de statistiques. (Palgrave, III, 54. Martin & Walter, 26315. Monglond, II, 134). Très bon exemplaire, broché, non rogné, tel que paru, protégé sous chemise et emboîtage.

Pictures are available on www.hatchuel.com


54

Librairie Hatchuel Exemplaire en maroquin aux armes du chancelier Maupeou

118 PALAPRAT (Jean). Les œuvres de Monsieur de Palaprat. Paris, Briasson, 1735. In-12, plein maroquin rouge de l’époque, dos lisse orné de compartiments garnis aux petits fers, filets et palettes dorés, pièce de titre de maroquin rouge, plats encadrés de triple filets dorés, armes dorées au centre (Maupeou), filets sur les coupes, dentelle intérieure, xlvii, (1), 452, (4) p. 2 500 € Avocat et dramaturge né à Toulouse, Jean de Palaprat (1650-1721) devint capitoul de Toulouse et membre de l’Académie des Jeux Floraux. Il s’installa à Paris et composa avec Brueys des comédies à succès. Ce recueil contient: Le concert ridicule - Le ballet extravagant Le secret révélé - Les sifflets - La prude du temps - Poésies diverses - Lettre à M.B.P.M.D.M. (Soleinne, n°1068). Exemplaire relié aux armes de René Nicolas Charles Augustin de Maupeou (1714-1792) (O.H.R., planche 2243, fer n°2). Premier président du parlement de Paris de 1743 à 1757 et garde des Sceaux de 1763 à 1768, Maupeou fut nommé chancelier de France en 1768 (dernier sous l’Ancien Régime). Il contribua à la disgrâce de Choiseul et entama la lutte contre l’opposition parlementaire. Malgré les protestations des anciens parlementaires et de l’aristocratie, sa réforme fut maintenue jusqu’à la mort de Louis XV. Louis XVI, dès son avènement en 1774 renvoya Maupeou et rappela les parlements. Très bel exemplaire en maroquin aux armes du chancelier Maupeou.

119 PARIVAL (Jean-Nicolas de). Abrégé de l’histoire de ce Siècle de fer. Contenant

les miseres et calamitez des derniers tems, avec leurs causes & pretextes, jusques au Couronnement du Roy des Romains Ferdinand IV. Fait vers la fin de l’esté de l’An 1653. Leyde, Chez Abraham à Geerevliet, 1653. 400 € Petit in-8, vélin souple de l’époque, (16), 479 p. Edition originale de ce livre qui rend compte du sentiment général en ce milieu du siècle. L’auteur dresse le bilan terrifiant de cinquante années d’histoire européenne, de guerres, révolutions et conflits religieux, de massacres et de violences sans précédent, bilan qui le conduit à cet amer constat : « J’appelle ce siècle, le siècle de Fer à cause que tous les maux et prodiges sont arrivés en gros qui n’ont été au siècle précédent qu’en détail. Si les désordres furent grands en quelque coin, ils le sont en celui-ci partout ». Huguenot né à Verdun, l’auteur s’exila aux Pays-Bas en 1624 et devint un orangiste convaincu. L’ouvrage est dédié à Léopold-Guillaume de Habsbourg. (Sources de l’Histoire de France, n°8454). Gardes renouvelées, les prem. feuillets sont légèrement effrangés. Bon exemplaire.

120 PASSERAT (Jean). De literarum inter se cognatione ac permutatione liber (...).

Paris, David Douceur, 1606. In-8 plein vélin souple ivoire de l’époque, (16), 195 p., vignette sur bois à la marque de l’éditeur, lettrines, bandeaux et culs-de-lampe. 650 € Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


55

Librairie Hatchuel

Edition originale et unique de « cet important traité grammatical et de philologie, auquel Passerat attachait le plus grand prix ». L’ouvrage a été publié, comme tous ses ouvrages posthumes, par les soins de Rougevalet, le neveu du poète. « Il offre un index alphabétique, où est marqué le changement des lettres (...). On y trouve de la profondeur unie à des connaissances étendues » (Michaud, t.32, col. 227). Important humaniste, poète, pamphlétaire, philologue et excellent latiniste, considéré comme l’un des plus illustres poètes de la fin du XVIe siècle, Jean Passerat était un proche d’Henri III et participa à la rédaction de la Satire Ménippée. (Brunet, IV, 418: « Ouvrage estimé qui se trouve difficilement ». Graesse, V, 156. Tchemerzine, V, 114 : « très rare et recherchée »). Très bon exemplaire, très frais, dans sa reliure de vélin d’origine.

121 PASCAL (Blaise). Les Provinciales ou Les Lettres écrites par Louis de Montalte à

un provincial de ses amis, & aux RR. PP. Jésuites : Sur le sujet de la Morale, & de la Politique de ces Peres. Cologne, Pierre de la Vallée, 1657. 26 pièces reliées en un volume in-4 (239 x 174 mm), plein veau janséniste acajou (rel. moderne), dos à 5 nerfs, titre doré. 6 500 € Edition originale du chef-d’œuvre de Pascal : les dix-huit Provinciales, ainsi que de la Réfutation de la Réponse à la douzième lettre, imprimées séparément et réunies sous un titre général, suivi par l’Avertissement de Pierre Nicole. La dix-septième Lettre est en premier état (8 pages). « Il y a dans Les Provinciales tant de talent, d’humour, d’allégresse polémique, une si rafraîchissante et moliéresque verve comique qu’elles nous rendent à nouveau contemporains de ce qui fut le grand débat intellectuel et moral du milieu du XVIIe siècle » (Michel Le Guern, éd. Gallimard). Voltaire tenait ce texte pour « le premier livre de génie qu’on vit en prose. Les premières lettres valent les meilleures comédies de Molière ». (En français dans le texte, 96. Maire, II, p. 165 pour les Provinciales et II, 124-125 pour les pièces annexes. PMM, 140. Tchemerzine-Scheler, V, p. 62). Cet exemplaire est enrichi de sept pièces polémiques supplémentaires: - [PASCAL (Blaise) ou ARNAULD (Antoine) et NICOLE (Pierre)]. Lettre au R.P. Annat, sur son Escrit qui a pour titre : La bonne foy de Jansénsites, &c. S.l.n.d. [Paris, 1656]. 8 p. - [PASCAL ou ROUSSE (jean)]. Advis de Messieurs les curez de Paris, à Messieurs les Curez des autres Diocèses de France; sur les mauvaises maximes de quelques nouveaux Casuistes (…). Paris, 1656. (1) f., 8 p. et (4) p. de Table des propositions. Une partie de ce texte a été attribuée à Pascal ou à Jean Rousse. L’avis au début est daté de Paris, le 13 septembre 1656. (Maire, Pascal pamphlétaire, II, 300). - [ANONYME]. Extrait de quelques-unes des plus dangereuses propositions de la Morale de plusieurs Casuistes fidèlement tirées de leurs ouvrages. S.l.n.d. [1656]. 20 p. - [CARAMUEL Y LOBKOWITZ (Juan de) et MASCARENHAS (Manuel)]. Suite de l’extrait de plusieurs mauvaises propositions des nouveaux casuistes (…). Paris, 1656. (1) f., 8 p. - CARAMUEL Y LOBKOWITZ (Juan de). Principes et suittes [sic] de la probabilité expliquez par Caramouel (…). (In fine: Bruxelles, typis M. de Bossuyt, 1655). 17, (1) p. - [ESCOBAR Y MENDOZA (Antonio de)]. Extrait de plusieurs dangereuses propositions (…). S.l.n.d. [1656]. 14 p. (titre de départ), (1) f. d’errata. - [DUFOUR (Charles)]. Lettre d’un curé de Rouen. A un curé de la campagne, sur le procédé des Curez de ladite ville (…). Sur la copie imprimée à Rouen, Paris, 1656. 15 p.

Bel exemplaire, très frais, très bien relié. Pictures are available on www.hatchuel.com


56

Librairie Hatchuel

122 PEREIRA (Bento) ou PEREYRA (Benito). Elucidarium sacrae theologiae moralis et juris utriusque: Exponens exponens universum idioma (...). Authore Patre Doctore Benedicto Pereyra societatis Jesu Portugallensi Borbano (...). Venetiis, sumptibus Combi & Lanouii(is) [Venezia, Combi & La Noù], 1678 In-folio, reliure germanique de l’époque montée sur ais de bois recouverts de peau de truie entièrement ornée d’un riche décor à encadrements estampé à froid, cartouche central, dos à 5 nerfs, deux fermoirs en laiton d’origine, titre à la plume, tranches bleutées, (8) f., 550 p., (23) f. index, titre rouge et noir, vignette de titre, bandeaux, lettrines, 1 000 € texte sur deux colonnes. Seconde édition imprimée à Venise, après l’originale posthume de Lisbonne (1668), précédée d’une épître dédicatoire à Sebastiano Pisano, évêque de Vérone. L’ouvrage est divisé en 7 expositions, contenant 1995 divisions ou parties. L’auteur jésuite portugais, Bento Pereira ou Pereyra (Borba, Portugal 1606 – Evora 1681) fut admis dans la Compagnie à Lisbonne en 1620. Il étudia à Evora, devint professeur à l’université de Coimbra, recteur du Collège des Irlandais de Lisbonne, passa à Rome comme censeur puis revint à Lisbonne pour enseigner. L’ouvrage est souvent attribué par erreur à un homonyme également jésuite (né à Valencia 1536-Rome 1610) actif au Collège romain. (Bibliotheca Lusitana, 1965, IV, 516. Griffante, Giachery, Minuzzi, Le edizioni veneziane del Seicento, n°625 p. 148. Sommervogel, I (1895), 507-512, n°8). Ex-libris de l’abbaye de Schussenried (Reichsabtei Schussenried) de l’ordre des Prémontrés en Allemagne. La reliure avec ses fermoirs d’origine a été exécutée sur place à leur usage. Auréoles aux prem. feuillets, pet. accrocs aux coins. Bel exemplaire, parfaitement conservé dans son vélin estampé et fermoirs d’origine.

123 PINELLI (Luca). De perfectione religiosa. Libri Quatuor.

Cologne, Balthasarum Clypeum, 1602. In-12, peau de truie estampée à froid sur ais de bois, filets et roulettes d’encadrement, lettres « FIK » et la date 1603 poussées sur le premier plat, dos à nerfs, tranches bleutées, un fermoir en laiton conservé (reliure de l’époque), (16) p., 2 f. bl., 405 p., dernier f. bl. (pièce de titre postérieure, qqs mouillures claires uniformes). 400 € Première édition latine, publiée à Cologne, un des centres de la catholicité en Allemagne. L’ouvrage fut réimprimé l’année suivante (1603) à Cologne puis en 1604 à Mainz (Mayence). Luc Pinelli entra dans la Compagnie de Jésus en 1562 et enseigna la théologie à Ingolstadt et Pont-à-Mousson. Il fut recteur à Florence, Pérouse et Palerme avant de mourir à Naples en 1607. Ses écrits connurent un grand succès à travers toute l’Europe. (Backer-Sommervogel, VI, col. 816, n°10). Cachet d’une institution religieuse et ex-libris manuscrit à l’époque. Très bon exemplaire, dans une jolie reliure allemande de l’époque, datée 1603 et monogrammée.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


57

Librairie Hatchuel

124 PERRAULT (Charles). Mémoires de Charles Perrault, de l’Académie Françoise, et

premier Commis des bâtimens du Roi. Contenant beaucoup de particularités & d’Anecdotes intéressantes du ministère de M. Colbert. Avignon, 1759. In-12, cartonnage de l’époque, dos havane orné de filets gras dorés, plats de papier bleu 700 € nuit, tranches mouchetées, (1) f., (2), 204 p., qqs rouss. Edition originale posthume publiée sur les manuscrits de l’auteur par l’architecte Pierre Patte. « Rédigés au soir de sa vie, peu après les célèbres Contes, ces Mémoires s’interrompent au moment où l’auteur se retire des affaires. Pendant vingt ans, Perrault a été l’homme de Colbert. Poète, théoricien, commis aux bâtiments du roi, réformateur de l’orthographe, organisateur de l’Académie française, champion des Modernes (...), quelques années avant Saint-Simon, il nous livre un document incomparable sur la société de Cour » (Antoine Picon, Mémoires de C. Perrault, éd. Macula). (Cf. Sources de l’histoire de France, n° 849. Tchemerzine-Scheler, V, p. 186). Provenance: « Boissonade » (petite sign. ancienne) et l’historien Charles Henneguier avec ex-libris.

Exemplaire de présent, maroquin garni d’un semis de fleurs de lys 125 PUGET DE LA SERRE (Jean). Les Amours du Roy, et de la Reine sous le nom de

Jupiter & de Junon, Avec les Magnificences de leurs Nopces, ou L'histoire morale de France, sous le règne de Louys le Juste & Anne d'Austriche. Le tout enrichi d'un grand nombre de figures, & dédié à leurs Majestés (...). Paris, chez Nicolas Bessin (...) et Denis de Cay (...), 1625. In-4, plein maroquin de l’époque entièrement orné d'un semis de fleurs de lys, dos lisse orné du même motif, double filet doré en encadrement sur les plats, tranches dorées, 6 500 € (32), 441 p., (3) bl., 36 planches hors texte, bandeaux et lettrines historiées. Edition originale et unique, tome premier seul paru, de cet ouvrage richement illustré de 36 planches gravées par Michel Lasne, Charles David, Jean Picart, Michel van Lochom et Montcornet. L’ouvrage le plus abouti de Puget de la Serre qu’il dédit au roi Louis XIII et à la reine Anne d’Autriche, dédicaces accompagnées de leur portrait. Il relate sous forme mythologique et symbolique à clefs, l’alliance dynastique, placée sous le signe de l’amour, du couple royal, les négociations conduites par Monsieur du Maine, les fiançailles lors de la fête extraordinaire place Royale (1612), l’arrivé de la futur reine au Louvre et la nuit de noces. « L’harmonie universelle figurée à travers le couple JunonJupiter : trônant sur l’Olympe, à l’abri des contingences, ils garantissent en toute quiétude l’accord de l’univers : Anne d’Autriche et Louis XIII inscriront ce grand dessein dans l’Histoire de France et du monde » (cf. R. Marchal, L’Ecrivain et ses institutions, Droz, 2006). Historiographe de la reine-mère Marie de Médicis puis de son fils Louis XIII et bibliothécaire du frère de ce dernier, Gaston d'Orléans, Jean Puget de La Serre a occupé une place éminente dans le monde littéraire de la première moitié du XVIIe siècle. Son œuvre est riche de plus de 70 titres qui témoignent de la diversité de son talent et de ses intérêts. Il fut également, avec l'abbé d'Aubignac, l'un des grands praticiens de la tragédie en prose dans les années 1640 et l’auteur de plusieurs ballets. Les planches gravées sont incluses dans la numérotation. Ouvrage rare qui manque aux principales bibliographies. Seulement 3 exemplaires dans les bibliothèques françaises (CCFr) dont un seul semble être complet de ses gravures (BnF). Quelques auréoles claires et petites taches, qqs rousseurs. Bel exemplaire de présent, très grands de marges, imprimé sur grand papier entièrement couvert d’un semis de fleurs de lys.

Pictures are available on www.hatchuel.com


58

Librairie Hatchuel

126 MANUSCRIT AUTOGRAPHE - PYAT (Félix). « Une Lettre de Lamennais ».

Texte manuscrit autographe de Félix Pyat sur la Révolution de 1848, son départ précipité de France en 1849 et sur Lamennais. S.l.n.d. [1870]. 4 feuillets reliés en un volume in-8 (210 x 135 mm), cartonnage marbré à la Bradel. 850 € Manuscrit autographe d’un beau texte que Félix Pyat composa après son retour d’exil en France pour être publié en article de presse. 4 feuillets rédigés d’une fine écriture, comportant de nombreuses corrections et repentirs. Il relate son départ précipité de France à la suite de sa participation à l’émeute révolutionnaire du 13 juin 1849, pour un exil qui dura vingt ans, les conditions de cet exil, l’aide de Lamennais, « grand et cher ami » et son soutien auprès de sa mère. Il livre, sur un mode lyrique, ses souvenirs sur Lamennais, son rayonnement et la force de son message spiritualiste, humaniste et social. Il conclut son article: « Comme eux [les premiers chrétiens], malgré bêtes et bourreaux, prêtres et maîtres, nous vaincrons ! Point de doute, mais point de repos. Nous sommes le droit, nous sommes le nombre. Nous sommes la force ; nous serons la victoire si nous sommes le combat ». Cette lettre « superbe morceau de littérature républicaine » a été publiée dans Le Rappel en 1870 puis dans L’Hôtel de Ville le 11 janvier 1884 (l’article imprimé est relié dans le même volume à la suite du manuscrit). Il est suivi de deux autres articles extraits de la Revue du Progrès : le célèbre texte de Lamennais « Situation présente » (15 février 1839) et celui de Félix Pyat « Une visite à Saint-Eustache » (15 mars 1839). Né à Vierzon, journaliste et homme politique d’extrême-gauche, personnalité de la Commune de Paris, Félix Pyat (1810-1889) est considéré comme l’une des principales figures du « socialisme romantique » au XIXe siècle. Exemplaire de Lucien Descaves, journaliste libertaire, romancier et auteur dramatique français, parmi les fondateurs de l’Académie Goncourt avec son ex-libris gravé dessiné par O. Slom.

127 QUETELET (Adolphe). Sur l’Homme et le développe-

ment de ses facultés, ou Essai de physique sociale. Paris, Bachelier, 1835. 2 volumes in-8, demi-veau havane de l’époque, dos lisses ornés d’un jeu de filets gras dorés et au noir, pièces de titre de de tomaison de veau rouge, tranches mouchetées (petits accrocs aux coif.), (4), xii, 327 p., 2 tableaux dépliants et (4), viii, 327 p, 2 tableaux et 2 cartes dépliants. 2 800 € Edition originale de cet ouvrage fondateur, « one of the greatest books of the 19th century » (G. Sarton, cité par IESS, XIII, 247). Rapprochant, pour la première fois, l’analyse mathématique et la quantification des phénomènes sociaux, Quetelet pose les principes de la statistique moderne et « ouvre la porte à l’analyse quantitative raisonnée dans les sciences sociales (...). C’est le premier ouvrage théorique qui mette la statistique au service des sciences sociales » (Dupâquier, Histoire de la démographie, p. 396 et s.). « Les règles pratiques qu’il a posées, forment encore les bases des travaux de recensement modernes. On lui doit l’extension de la statistique des faits physiques au domaine des statistiques morales. Dans le domaine théorique, il créé le concept d’Homme moyen » (Willems, Dictionnaire de sociologie, p. 238). « A new era in statistics began. Quetelet impact on 19th century thinking can be compared with Descartes’s in the 17th century » (DSB, XI, 237-238). (Kress, C.4017. IESS, XIII, 247-257). Quelques rousseurs et piqûres. Quelques annotations de l’époque, en marge. De la bibliothèque du juriste et historien de l’économie politique Edgar Depitre, avec ex-libris gravé. Bon exemplaire, relié à l’époque.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


59

Librairie Hatchuel 128 QUETELET (Adolphe). Du Système social et des lois qui le régissent.

Paris, Guillaumin & Cie, 1848. In-8, broché, couverture imprimée, xvi, 360 p.

1 200 €

Rare édition originale de cet ouvrage fondateur. « Cette œuvre de Quetelet fut inspirée par les leçons qu’il donna aux princes de Saxe-Cobourg et Gotha. Elle est d’ailleurs dédiée au Prince Albert, époux de la reine Victoria. Quetelet y étudie les phénomènes sociaux dans leur développement. Continuation de ses études sur l’homme et sur l’état social (...), il y reprend et complète sa théorie de l’homme moyen et montre que la loi des causes accidentelles est une loi générale qui s’applique aux individus comme aux peuples (...). Dans cette étude, Quetelet pose les jalons d’une sociologie et d’une philosophie de l’histoire. Il considéra cet ouvrage comme l’esquisse d’une science nouvelle » (Exposition Quetelet, A.R. de Belgique, n° 72). Louis Villermé s’occupa des épreuves de cet ouvrage qui fut tiré à petit nombre d’exemplaires par Guillaumin. (Einaudi, 4594. Goldsmiths’-Kress Online, n°35532). Bon exemplaire, tel que paru.

129 QUEVEDO Y VILLEGAS (Dom Francisco). Les Œuvres de Don Francisco de Quevedo Villegas chevalier espagnol, Contenant les sept visions : de l’Alguacil démoniaque, de la Mort, du Jugement Final, des Foux Amoureux, du Monde en son intérieur, de l’ Enfer, & de l’Enfer réformé. Cologne, Pierre Marteau, 1711. In-12, plein veau havane moucheté de l’époque, dos à nerfs fleuronné, 279 p., frontispice gravé. 400 € « Nouvelle traduction de l’espagnol en François par le Sr. Raclote, parisien ». Cette version du calligraphe bruxellois Jean Raclot (ou Raclote) serait un rajeunissement de la traduction donnée par La Geneste en 1645 (pseudonyme sous lequel se serait dissimulé Scarron). La planche frontispice, qui représente les sept visions, est signée De Marticourt. (Ernest Mérimée, Quevedo, n°31. Palau y Dulcet, 24414. YvePlessis, Biblio. de la Sorcellerie, n°117). Traces de restauration au mors, qqs gal. de ver en marge de qqs feuillets sans atteinte au texte.

130 RAMEL DE NOGARET (Dominique Vincent). Des Finances de la République

Française en l’an IX. Paris, chez H. Agasse, An IX. [1800]. In-8, demi-veau blond de l’époque, dos orné de filets en place des nerfs, pièce de titre de veau rouge (pet. accroc aux coif.), (4), 224 p. (1) f. errata, 5 tableaux dépliants. 650 € Edition originale et unique. « Ouvrage où sont groupés des renseignements que l’on ne trouve guère ailleurs sur les finances des dernières années de la Révolution. Recueil indispensable à posséder de statistiques relatives aux domaines nationaux, aux assignats, aux ventes de mobilier, à la liquidation de la dette, etc. » (Stourm, Finances de la France, p. 50). Ministre des Finances sous le Directoire, l’auteur fut l’initiateur d’importantes réformes financières et fiscales et le premier à avoir l’idée du cadastre. C’est grâce à son habileté et à son savoir-faire que le gouvernement parvint à réaliser le périlleux passage des assignats à l’argent monnayé. Resté à l’écart sous l’Empire, il accepta la préfecture du Calvados pendant les Cent-Jours. Ramel est le principal artisan du relatif rétablissement économique de la France opéré dans des conditions très difficiles. (Goldsmiths’-Kress n°18289.1. INED, 3725. Monglond, V, 478). Très bon exemplaire, très frais, relié à l’époque.

Pictures are available on www.hatchuel.com


60

Librairie Hatchuel Ex-dono autographe de l’auteur

131 REGNIER-DESMARAIS (François-Séraphin). Traité de la Grammaire

Françoise. Paris, Jean-Baptiste Goignard, 1706. In-4, plein veau marbré de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments dorés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches mouchetées rouges (12), 746, (14) p., grand fleuron de titre gravé à la marque de l’éditeur, bandeau allégorique gravé (page 1), bandeaux, lettrines et culs-de-lampe. 1 500 € Edition originale sous une nouvelle page de titre à la date de 1706 (la première est de 1705), de cet important traité, cité comme l’une des synthèses de référence pour la connaissance des concepts grammaticaux au début du XVIIIe siècle. La partie la plus remarquée est le Traité de l’Orthographe où l’auteur expose en détail les divers changements proposés depuis le XVIe siècle afin de rendre l’écriture française conforme à la prononciation. Ce traité, qui devait compléter le Dictionnaire de l’Académie, a servi de source à de nombreux travaux ultérieurs. Fontenelle, dans son approbation préliminaire, loue « la netteté & la solidité qui règne dans cet ouvrage ». Le livre est divisé en dix traités : Traité des Lettres, de l’Orthographe, de l’Article, des Noms, des Pronoms, des Verbes, des Participes, des Adverbes, des Prépositions et des Conjonctions. Homme d’Église, diplomate, poète, traducteur et grammairien, François-Séraphin RégnierDesmarais (1632-1713) fut élu membre de l’Académie française en 1670 et en devint le secrétaire perpétuel en 1683. (France littéraire, VII, 505) Ex-dono manuscrit de l’auteur à Philippe de Coëtlogon : Philippe-Guy de Coëtlogon vicomte de Mejusseaume (1669-1709), conseiller au parlement de Bretagne. Bel exemplaire, frais, bien relié à l’époque.

132 RENAN (Ernest). Vie de Jésus. Paris, Michel Lévy Frères, 1863.

In-8, demi-chagrin noir de l’époque, dos à nerfs orné d’un décor à froid de compartiments et doubles filets, titre doré, tranches jaspées, (2) f., lix, 462 p. 350 € Edition originale de cet ouvrage « qui souleva des tempêtes » et qui devait exercer une influence décisive sur le destin du catholicisme. (Girard & Moncel, Bibliographie des œuvres de Renan, n°287. Printing and the Mind of Man, 352. En français dans le texte, 285). Bel exemplaire, très frais, sans rousseurs, bien relié à l’époque.

141 RIVIERE (Henri). Souvenirs de la Nouvelle-Calédonie. [L’insurrection canaque].

Paris, Calmann Lévy, 1880. In-12, demi-veau rouge de l’époque, dos janséniste à 5 nerfs, (4), 296 p., qqs rousseurs. 300 € Première édition de librairie de ces souvenirs d’abord publiés dans la Nouvelle Revue. Important témoignage sur l’insurrection canaque de 1878 à laquelle est consacré l’essentiel de l’ouvrage. Né à Paris en 1827, officier de marine, Henri Rivière mourut à Hanoï en 1883, pendant la prise de Nam Dinh lors de la guerre franco-chinoise. « En 1876, avec l’aviso La Vire, Henri Rivière est affecté à la division navale de Nouvelle-Calédonie. Il assiste à l’insurrection canaque de juin 1878 et il est tout de suite plongé au cœur de l’action (...).

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


61

Librairie Hatchuel

Depuis son quartier général de Fonwhary, il commande la répression dans la région d’Ourail (La Foa). Au cours d’une de ces opérations, menées avec l’aide des auxiliaires canaques de Canala, le chef rebelle Ataï est tué. Mais la traque se poursuit jusqu’aux redditions du début de l’année 1879 ». (O’Reilly, 254). Bon exemplaire.

133 ROUSSEAU (Jean-Jacques). Rousseau juge de Jean Jacques. Dialogues. D’après

le Manuscrit de M. Rousseau, laissé entre les mains de M. Brooke Boothby. Lichfield, chez J. Jackson, aux dépens de l’éditeur, et se vend à Londres chez Dodsley, Cadell, Elmsley, et Strahan, 1780. In-8, plein veau marbré de l’époque, dos lisse orné de fleurons et roulettes dorés, pièce 1 500 € de titre de veau noir, (2) f. faux-titre et titre, (4), 150 p., (1) p. d’errata. Seconde édition selon Gagnebin, publiée immédiatement à la suite de l’originale ; Dufour et Sénelier divergent sur la désignation de la première édition. En réponse à l’indifférence qui avait accompagné les lectures publiques des Confessions, Rousseau entreprit dès 1772 de fournir de nouvelles explications et de dénoncer ses ennemis ; l’œuvre fut achevée en 1776. Ne pouvant se résoudre à confier le manuscrit « aux hommes » par peur de la trahison, il tenta de le déposer sur le grand autel à Notre Dame mais ne put y pénétrer. Il crut alors que la providence lui désignait un jeune anglais de passage à Paris, son ancien voisin à Wootton, et lui remit le manuscrit dont il venait d’achever la transcription. Brooke Boothby le publia en Angleterre après la mort de Rousseau, conformément à ses engagements. Cette œuvre fut longtemps ignorée voir rejetée et il fallut attendre les dernières décennies du XXe siècle pour assister à une ample réévaluation de ces pages, « d’une richesse longtemps insoupçonnée ». Les aléas des conditions de sa publication en font l’un des livres les plus rares de Rousseau. (Dufour, 346. Sénelier,1154. Gagnebin, I, p.1904-1905, n°29. Un unique exemplaire à WorldCat : N.Y. Public Library. Un unique exemplaire à Copac [UK Union Catalogue] : Cambridge University Library). Bel exemplaire.

134 ROUSSEAU - BAUCLAIR (Paul Louis de) et THOMAS (Antoine Léonard). Anti-contrat social, dans lequel on réfute d’une manière claire, utile et agréable, les principes posés dans le ‘Contrat social’ de J.-J. Rousseau, Citoyen de Genève, par P.L. de Bauclair, Citoyen du Monde. La Haye, Frédéric Staatman, 1765. In-12, plein veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné de compartiments dorés, pièce de titre de maroquin, tranches rouges (infimes accrocs aux coif.), xij, 271 p. 400 € Deuxième édition parue quelques mois après l’originale. La première des réfutations du Contrat social. « Beauclair n’admet pas que le christianisme favorise la tyrannie, car il prépare, selon lui, la pure démocratie » (Monod, p. 420). « Bauclair follows his opponent chapter by chapter (…). He seems to have regarded the Contrat social as a plea for unbridled individualism ; and his criticisms are largely devoted to an assertion of the rights of Government - particularly of monarchical Government, in admiration for which he joins hands with Voltaire and the Physiocrats - as against the claims of the individual. When he comes to the crucial chapters - those on the Contract and the Civil State - he displays an unwonted flash of insight. He realises that he is face to face with an extreme form of collectivism… » (C.E. Vaughan, The political writings of J.-J. Rousseau, p.12). (Conlon, n°277. Monod, p. 565, pour l’originale). Contient dans le même volume: 1- THOMAS (Antoine Léonard). Eloge de Maximilien de Béthune, duc de Sully. Paris, Regnard, 1765. (2) f., 100, (1) p. et (2) f. bl. 2- ARNAY (Jean-Rodolphe d’). De la vie privée des Romains. Lausanne, Marc-Michel Bousquet, 1757.

Pictures are available on www.hatchuel.com


62

Librairie Hatchuel

135 ROUSSEAU - [LE GROS (Jean-Charles-François)]. 1- Analyse des ouvrages de J.J. Rousseau de Genève, et de M. Court de Gebelin, Auteur du Monde Primitif ; Par un solitaire. Genève, Barthélemy Chirol et à Paris et Veuve Duchesne, 1785. 235 p. 2- Examen des systèmes de J.J. Rousseau de Genève, et de M. Court de Gebelin, Auteur du Monde Primitif ; Pour servir de suite à l’Analyse de leurs ouvrages. Par un solitaire. Genève, Barthélemy Chirol et à Paris et Veuve Duchesne, 1786. 231 p. 2 ouvrages reliés en un volume in-8, demi-veau de l’époque, dos lisse orné d’un décor de palette, filet ondulé et petit fer spécial répété, pièce de titre de veau vert, tranches mouchetées (petit accroc à la coif. sup.). 500 € Edition originale de deux ouvrages. Analyse des doctrines de Rousseau et de Court de Gebelin à travers leurs œuvres. Pour Rousseau, à travers les deux Discours, pour Court de Gebelin : Les Devoirs et Le Monde primitif. Dans le second ouvrage (Examen des systèmes), l’auteur se défend de mener une réfutation des deux auteurs, mais revendique un examen contradictoire et approfondi de leur « système » sur les questions de « perfectibilité de l’espèce humaine » (II, p. 9), de l’origine de l’Homme et de l’influence de la société sur son développement. (Conlon, Ouvrages sur J.-J. Rousseau, n° 695 et 724. France littéraire, V, 114. Leblanc, n° 158 et 159). De la bibliothèque d’H. Châtelain, avec sa petite signature ex-libris daté de 1799. Très bon exemplaire, très bien relié.

136 RUCHAT (Abraham), STANYAN (Abraham). Etat et délices de la Suisse. Ou Description historique et géographique des treize cantons Suisses et leurs alliés. Nouvelle édition, corrigée & considérablement augmentée par plusieurs Auteurs célèbres, & enrichie de Figures en taille-douce & de Cartes géographiques. Neuchâtel, Samuel Fauche, 1778. 2 volumes in-4, plein veau marbré de l’époque, dos à 5 nerfs ornés de compartiments fleuronnés, tranches rouges (traces de restauration aux coif. et à un dos), (2), iv, 454 p., (1) f. d’avis au relieur et (2), 391, (1) p., 81 planches gravées hors-texte dont 2 frontispi2 500 € ces, 67 vues de la Suisse gravées sur cuivre et 12 cartes (dont 6 dépliantes). Première et unique édition in-4°, la plus recherchée, bien complète d’une riche illustration composée de 81 planches hors texte gravées en taille-douce, dont 2 frontispices de Fokkema, 67 vues de la Suisse gravées sur cuivre et 12 cartes (dont 6 dépliantes) d’après Merian (conforme à l’avis au relieur). (Lonchamp, 2560. Haller, I, 145. Wäber, 38). Très bon exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

137 SAAVEDRA FAJARDO (Diego de). Idea del principe politico christiano (...).

Rappresentata con bellissime imprese (...). Trasportata dalla lingua spagnuola dal Sig. Dottor Paris Cerchiari. Venetia, il Brignan, 1684. Petit in-12, demi-veau brun à coins, dos à 5 nerfs guillochés, garnis de fleurons et roulettes dorés, pièce de titre de maroquin noir, tranches mouchetées (rel. fin XIXe), titre frontispice, (24), 753 p., 103 emblèmes gravés dans le texte. 600 € Précoce traduction italienne de Idea de un príncipe político cristiano, illustrée de 103 gravures emblématiques sur cuivre et d’un beau titre-frontispice signé « S. Isabella P. F. » (Elisabetta Piccini, Venise 1646 - 1734). Homme d’État et diplomate espagnol du Siècle d’or, l’auteur est considéré comme le plus grand politique du règne de Philippe IV. Composé pour l’éducation de l’infant Balthasar, fils de Felipe IV, cet essai est l’œuvre principale de Saavedra Fajardo, « grand classique des emblèmes politiques », et l’un des traités les plus importants de la philosophie politique au XVIIe s., rapidement traduit dans les principales langues européennes.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


63

Librairie Hatchuel « Prenant acte des vertus pédagogiques de l’emblème fondées sur le principe de la conjonction de l’utile et de l’agréable par le fait de l’union du texte et de l’image, l’auteur met l’emblématique au service de la plus haute tâche pédagogique : l’éducation du prince » (cf Châtelain, Livres d’emblèmes et de devises, p. 147). (Palau y Dulcet, 283473. Pour autre éd. Cf. Praz, Studies in 17th c. imagery, p. 483-484). Court de marges avec perte de quelques caractères. Exemplaire très frais.

Exemplaire aux armes de la marquise de Pompadour 138 SAADI (Musladini), d’ALEGRE, traducteur. Gulistan ou

l’empire des roses, Traité des mœurs des Rois, composé par Musladini Saadi, Prince des poetes Persiens. Traduit du Persan. Paris, Par la compagnie des librairies, 1704. In-12, plein veau acajou de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments garnis filets dorés et d’un petit fer répété, filets et palettes dorés, pièce de titre de maroquin, armes de Mme de Pompadour dorés au centre des plats encadrés d’un triple filet doré, tranches 3 000 € rouges, xlvj, 310, (1) p. d’errata. Edition originale de cette traduction française de l’œuvre du poète persan Saadi par M. d’Allègre. L’ouvrage avait été traduit une première fois en français en en 1634 par André Du Ryer. Recueil de contes moraux, de poèmes et d’aphorismes, cette œuvre fut composée au XIIe siècle, par l’un des plus grands poètes mystiques médiévaux, « prince des moralistes », grand maître respecté du soufisme, dont l’enseignement perdure jusqu’à aujourd’hui. Quelques traces de restaurations à la reliure. Quelques auréoles claires. Très bel exemplaire aux armes de la marquise de Pompadour (n°2045 de son catalogue manuscrit, OHR, pl. 2399, fer n° 4). Ex-libris de Lormier (Catalogue de la bibliothèque de feu M. Charles Lormier, 1905, n°6150) et « De Beauchamp » (PierreFrançois Godart de Beauchamps, 1689-1761) qui a mis sa petite signature manuscrite sur la page de titre de ce volume. Il est l’auteur des Recherches sur les théâtres de la France (1735). Un autre livre portant la même signature manuscrite et les mêmes armes est passé dans la vente du Baron Pichon (Lettres de Voltaire, n°633) ; Mme de Pompadour avait, en effet, acheté toute la bibliothèque de Beauchamps.

139 SAINT-SIMON (Claude-Henri, comte de). Quelques idées soumises par M. de

Saint-Simon à l’Assemblée générale de la Société d’instruction primaire. Paris, imprimerie du Cellot, s.d. [août 1816]. In-8, broché, couverture papier bleu fort (rel. moderne), 14 p.

450 €

Edition originale rare de cette brochure dans laquelle Saint-Simon expose ses vues pionnières en matière d’éducation publique et d’enseignement. « En 1815, Saint-Simon s’était joint à la Société pour l’instruction élémentaire, fondée par un groupe de philanthropes et de savants ; son nom figure sur la première liste des membres de la Société. Il s’intéressait vivement aux travaux de cette association, dont il attendait des résultats considérables. Il présenta ses idées à l’assemblée générale de l’association en 1816 (…).

Pictures are available on www.hatchuel.com


64

Librairie Hatchuel

Cette brochure fut probablement imprimée avant l’assemblée générale, pour être distribuée aux assistants » (J. Guillaume, in Buisson, Dict. de pédagogie). Sur l’éducation, Saint-Simon ne composa, comme travail particulier, que cette brochure, même s’il s’agit d’un thème récurrent dans son œuvre. (Fournel, p. 16. Mazzone, n°41. Mori, n°45). Petit défaut d’impression à la première page. Bon exemplaire, frais.

140 SAINT-SIMON (Claude-Henri, comte de).

L’organisateur 1re [et 2e] livraison [Complet]. Troisième édition, augmentée d’une esquisse du nouveau système politique. Paris, Corréard (...). De l’imprimerie d’Anth. Boucher (...), 1819-1820. 2 livraisons en un volume in-8, broché, couverture papier bleu fort (rel. moderne), 61, (1) p. et [63]-265, (1 1 200 € bl.) p. (pagination continue). Edition rare, en deux livraisons et quatorze « lettres », la plus complète, de l’une des œuvres principales de Saint-Simon. La seconde livraison a été publiée en février 1820. Elle commence à la septième lettre et poursuit la première livraison en pagination continue (p. 63-265). « Véritable théorie sociale comportant des applications pratiques, cette œuvre décrit la construction d’un système industriel et scientifique (…). Cette nouvelle organisation sociale a pour but de modifier le sort de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre, et de métamorphoser les rapports sociaux en reconsidérant les droits de chacun. L’Organisateur commence par une lettre intitulée Premier Extrait de L’Organisateur, qui deviendra la célèbre Parabole de Saint-Simon. Il y oppose les conséquences économiques de la disparition des savants et industriels à celle des princes et hommes politiques (…) » (Annie Soriot in Encyclopédie Universalis). (Fournel, p. 22, 22 bis, 22 ter. Mazzone, n°72-73. Mori, n°89-90-91). Bon exemplaire.

141 SAINT-SIMON (Claude-Henri, comte de). 1- Des Bourbons et des Stuarts. Paris, Corréard, janvier 1822. 16 p. 2- Suite à la brochure ‘Des Bourbons et des Stuarts’. Paris, Imprimerie de Guiraudet, 24 janvier 1822. 38 p. 2 brochures réunies en un volume in-8, broché, couverture papier bleu fort moderne. 750 € Rare édition originale de ces deux brochures, importante synthèse du programme politique et social de Saint-Simon. « Ces deux opuscules (…) répondent à une urgence : intervenir sur le basculement politique du règne de Louis XVIII que représente l’installation du premier ministère ultra-royaliste de la Restauration (…). Assurément, le titre est calculé pour rappeler la brochure de Chateaubriand qui avait considérablement marqué les esprits en 1814 : De Bonaparte et des Bourbons » (librairie.immateriel.fr). La seconde brochure est présentée par Saint-Simon comme le résumé « de quarante années de recherches laborieuses » et l’exposé de sa découverte qui devra bouleverser « la France et toute l’Europe », découverte qu’il rapproche de celle de la gravitation universelle. (Fournel, p. 29. Gerits, 381. Mazzone, n°99-100. Mori, 123-124. Walch, n°97-98). Bon exemplaire.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


65

Librairie Hatchuel 142 SAINTE MARIE MADELEINE (Pierre de). Traité d’horlogiographie, contenant plusieurs manières de construire sur toutes surfaces, toutes sortes de lignes horaires, & autres cercles de la Sphère. Avec quelques instrumens pour la même pratique, & pour connoître les heures durant la nuit; & l’heure du flux & reflux de la Mer. Plus la méthode de couper en pierre ou en bois, les corps Réguliers, & autres Polyèdres, par le Cube & par le Cylindre (...). Paris, Antoine Dezallier, 1701. In-8, plein marbré de l’époque, dos à nerfs orné de compartiments fleuronnés tranches rouges (accrocs aux coiffes et aux coins, qqs épidermures), (8), 294, (2) p., 72 planches dont 2 dépliantes et un titre frontispice 650 € illustré.

Dernière édition de ce traité classique, ici « corrigée et augmentée de plusieurs propositions et figures », illustrée de 72 planches hors texte gravées sur cuivre, dont 2 dépliantes, représentant des cadrans solaires, instruments mathématiques et leur construction, signes du zodiaque, etc. ainsi que d’un titre frontispice qui manque à la plupart des exemplaires. Quelques rousseurs et auréoles, quelques défauts et réparations de papier sans perte. (Houzeau & Lancaster, Biblio. de l’astronomie, 11455. Tardy, Biblio. de la mesure du temps, 220). Bon exemplaire.

Reliure aux armes de Marguerite-Delphine de Valbelle de Tourves 143 SCUDERY (Georges de). Discours politiques des Roys.

Paris, Nicolas Le Gras, 1681. In-12, plein veau brun marbré de l’époque, dos à nerfs orné de caissons fleuronnés, pièce de titre de veau havane, armes dorées au centre des plats, tranches mouchetées rouges, 1 200 € (6), 530 p., grande vignette de titre, bandeaux et lettrines. Georges de Scudery composa cet essai à l’occasion de la Fronde pendant laquelle il prit le parti de Condé. Sous la forme de discours attribués à des Rois, il exprime ses idées politiques et dresse le portrait du prince idéal. E. Thau (Raison d’Etat et pensée politique à l’époque de Richelieu, p. 386) classe cet essai parmi les « théories mécanistes » de l’Etat (« cette grande et merveilleuse Machine, composée de tant de ressorts différents »), annonciateurs de Hobbes et de son Léviathan. Cf. Le Prince selon G. de Scudéry dans les Discours politiques des Roys, Revue XVIIe Siècle, n°130, Paris, 1981, p. 36 sq. (Mongrédien, Bibliographie de G. et M. de Scudéry, n°91). Provenances : Marguerite-Delphine de Valbelle de Tourves, avec ses armes dorées sur les plats. Fille unique du marquis de Tourves, président au Parlement de Provence, elle possédait une très riche bibliothèque (O.H.R., planche 1740. Guigard, I, p.204. A. Cim, Les femmes et le livre, p. 244). Puis le Comte Godefroy de Montgrand avec son ex-libris gravé armorié. Très bon exemplaire, aux armes, bien relié à l’époque.

Pictures are available on www.hatchuel.com


66

Librairie Hatchuel

144 [SENAC DE MEILHAN (Gabriel)]. Considérations sur les richesses et le luxe.

Amsterdam et Paris, Veuve Valade, 1787. In-8, demi-veau de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés (défauts aux coiffes, mors fendillés), viii, 499 p., (3) p., (1) p. d’errata. 500 € Edition originale de cet ouvrage que Sénac de Meilhan rédigea pour réfuter Necker et tenter d’obtenir le poste de ministre des Finances. C’est un véritable programme économique, largement influencé par les doctrines physiocratiques, que l’auteur expose au long de ces 47 chapitres qui débordent très largement l’intitulé de l’ouvrage : population, monnaie, intérêt de l’argent, commerce des blés, colonies sur le nouveau continent… « Sénac avait conçu une sorte de dictionnaire économique (…). S’il se croyait appelé à remplir les fonctions de ministre, il était logique qu’il exposât les principaux articles de son programme » (cf. A. Vielwahr, Sénac de Meilhan, p. 69 sq.). L’ouvrage fut reçu favorablement par ses contemporains et contribua à la disgrâce de Necker dans l’opinion. (Goldsmiths, 13327. INED, 4141. Kress, B.1336). Bon exemplaire, très frais.

145 SENAULT (Jean-François). L’homme criminel, ou La corruption de la nature par le péché, selon les sentiments de saint Augustin. Amsterdam, Pierre le Grand [impr. par A. Wolfgang], 1665. In-12, plein maroquin à vert bronze, dos à nerfs janséniste, double filet doré sur les coupes, large dentelle intérieure dorée, tranches dorées sur marbrures (rel. David), (12) f., 586 p., (2) f. blanc. 700 € Jolie édition annexée aux Elzeviers, imprimée par A. Wolfgang. Vignette de titre au sphinx avec pour devise « Inextricabilis error ». Sur l’œuvre de Senault, « importante dans la philosophie du XVIIe s. » comme rupture avec le néostoïcisme chrétien et sur l’augustinisme de Senault, cf. Busson, Religion des classiques, p. 205 sq. et P. Ranson, Dictionnaire des philosophes, p. 2611. (Rahir, 2262. Willems, 1745). Très bel exemplaire en maroquin vert relié par David.

146 SMITH (Adam). Essais philosophiques; par Feu

Adam Smith (...). Précédés d’un précis de sa vie et de ses écrits, par Dugald Stewart (...). Traduits de l’anglais par P. Prévost (...). Paris, H. Agasse, An V de la République (1797, vieux style). 2 volumes in-8, demi-veau blond de l’époque à petits coins de vélin, dos lisses ornés de compartiments alternants résilles, dentelles et rosaces dorées, pièces de titre de de tomaison de maroquin rouge et bleu, plats de papier rose, tranches mouchetées, (4), 283 p. et (4), 316 p. 1 800 € Edition originale et unique édition française, dans la traduction de Pierre Prévost professeur de philosophie à Genève et membre de la Société royale d’Edimbourg, publiée deux ans après l’originale anglaise posthume. Elle comporte la biographie de Smith par Dugalt Stewart ainsi que la « Lettre » de Smith aux auteurs de l’Edinburgh Review. Adam Smith donna pour instruction à ses exécuteurs testamentaires, Joseph Black et James Hutton, de détruire tous ses papiers et manuscrits, à l’exception des essais repris dans ces volumes, essais sans doute composés avant la Théorie des sentiments moraux.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


67

Librairie Hatchuel

« Smith assignait aux sciences de la nature la tâche d’élaborer la conception d’un univers qui serait une grande machine dont les diverses parties travailleraient ensemble comme en vertu d’un plan préétabli. Il était convaincu que la nature opérait par l’intermédiaire des sentiments humains en vue de réaliser un ordre social harmonieux et d’assurer l’accroissement continu de la richesse nationale. Cette croyance trouve sa formulation dans l’affirmation célèbre selon laquelle l’homme est conduit par une main invisible » (K. Pibram, Fondements de la pensée économique, p. 134). (Vanderblue, p. 44. Einaudi, 5325. Goldsmiths, 16932. Kress, B.3505). Exemplaire sans le portrait qui ne figure qu’à quelques exemplaires. Bel exemplaire, très frais, très bien relié à l’époque.

147 SUAREZ DE FIGUEROA (Cristóbal). El passagero. Advertencias utilissimas a la vida humana. Barcelona, Geronimo Margarit, 1618. Petit in-8, plein maroquin grenat, dos janséniste à nerfs, titre doré, armes dorées au centre des plats, double filet doré sur les coupes, large dentelle intérieure, tranches dorées (rel. XXe de Brugalla), (6), 370 f. [sign. A-Z8, Aa-Yy8], vignette de titre sur bois à 2 800 € la marque de l’imprimeur à la nef. Seconde édition de ce rare et important ouvrage, publiée quelques mois après l’originale. Né à Valladolid, Cristóbal Suárez de Figueroa quitta la maison paternelle à dix-sept ans et passa une grande partie de sa vie en Italie. Après des études de droit à Bologne et Pavie, il exerça la profession de magistrat, eut de graves démêlés avec l’Inquisition, fut excommunié et emprisonné. « El Pasajero est son œuvre essentielle. Il y met en scène quatre interlocuteurs, représentant chacun une condition sociale, effectuant ensemble un voyage qui les conduit de Madrid à Barcelone puis jusqu’en Italie. Les quatre voyageurs ont mille sujets de conversation : les femmes, l’amour, l’armée, la vie estudiantine, les métiers, la politique, la littérature, la poésie, le théâtre et les théories dramatiques, les écrivains à la mode... toute une époque défile dans ces tableaux de mœurs brossés avec beaucoup de piquant et d’alacrité. Au passage Figueroa ne se prive pas de cribler de ses flèches les gens de lettres: Quevedo, Cervantes, Alarcón, Lope de Vega, Arguijo (…) » (Bernard Sesé in Encyclopedia Universalis). L’ouvrage est cité comme une bonne source pour les coutumes et mentalités des Espagnols sous Philippe III. « Inestimables informaciones sobre las costumbres de la España de su tiempo (…) y una fuente abundante de información acerca de España e Italia, con extensivas descripciones de sitios, tal como Milán y Madrid » (I. Bascuñana, Barcelona, PPU, 1988). (Goldsmith, S.963. Palau, XXII, 323914. Salva, II, 2004). Les deux éditions de cet ouvrage sont extrêmement rares : seulement 2 exemplaires de cette seconde édition sont recensés à WorldCat (BnF et British Library) et un unique exemplaire de l’originale de 1617 (BnF). Têtes des feuillets A3-8 réenmargées sur 4 mm. Très bel exemplaire, parfaitement relié en maroquin bleu nuit par Emilio Brugalla. Provenance : l’homme d’affaires et grand collectionneur Isidoro Fernandez (1887-1963), avec ses armes dorées sur les plats et deux ex-libris dorés sur cuir.

148 TENCH (Watkin). Relation d’une expédition à la Baye Botanique, située dans la Nouvelle Hollande, sur la côte Méridionale, nommée par le capitaine Cook, Nouvelle Galles Méridionale. Avec des Observations sur les Habitants de cette Contrée, & la liste de l’Etat Civil & Militaire au Port Jackson. Traduit de l’Anglais du Capitaine Watkin Tinch [«sic»], par C**. P**. [Charles Pougens.] Paris, Knapen fils, 1789.

Pictures are available on www.hatchuel.com


68

Librairie Hatchuel

In-8, cartonnage de papier marbré à la Bradel, pièce de titre de maroquin bordeaux (rel. Laurenchet), (16), 136 p. 1 000 € Première édition française de la traduction de Charles Pougens de cette relation de voyage, importante pour l’histoire de la colonisation de l’Australie. Parti d’Angleterre en mai 1787 au sein d’un convoi de vaisseaux transportant 730 repris de justice, le jeune capitaine de la Royal Navy britannique, Watkin Tench, consigna le voyage de la « Première flotte » vers l’autre bout du monde. Il livre un témoignage vivant, sobre et direct sur les premiers mois de la colonisation, le pays, sa géographie et ses ressources, les autochtones, les colons, etc. « The most accurate, orderly, vivacious, and valuable description of life in the colony in its first years » (Cox, II, p. 315). Le traducteur, Charles Pougens, proche de Rousseau et éditeur des œuvres de d’Alembert, consacre sa préface à la question de la condition pénitentiaire et sur les avantages de la colonisation forcée pour les condamnes et pour le « bien public ». (Boucher de la Richarderie, VI, p. 419. Chadenat, 4408. Ferguson, 54). Bon exemplaire, très frais, très bien relié, grand de marges.

149 TOCQUEVILLE (Alexis de). L’Ancien Régime et la Révolution. Paris, Michel

Lévy, 1856. In-8, demi-veau vert bronze de l’époque, dos lisse orné d’une dentelle dorée répétée en place des nerfs, filets et palettes dorés, pièce de titre de veau rouge, xxi, 456 p., (1) p. d’errata (qqs rouss.). 750 € Edition originale de cet ouvrage fondateur. Bon exemplaire, bien relié à l’époque.

150 TREFCON (Toussaint Jean), LEVI (André) éditeur. Carnet de campagne du

Colonel Trefcon (1793-1815). Paris, Imprimerie et librairie militaires Edmond Dubois, 1914. In-8, broché, couverture imprimée, ix, 270 p., portrait frontispice de l’auteur en hélio300 € gravure, index. Edition originale. « Bon témoignage sur Hohenlinden où Trefcon participa comme sergent, sur la Bretagne où il fut exilé pour son attachement à Moreau, sur les guerres d’Espagne et de Russie, sur Waterloo (nombreux détails) et sur la vie d’un demi-solde » (Tulard, 1429). Bon exemplaire.

151 URFE (Honoré d’). L’Astrée de Messire Honoré d’Urfé. Reveue & corrigée en cette

dernière édition. Et enrichie de figures en taille douce. [Suivi de: BARON (Balthazar). La conclusion et la dernière partie d’ Astrée (...) composée sur les vraies Mémoires de feu Mre Honoré d’Urfé. Paris, Augustin Courbé, 1647. 5 volumes fort in-8, plein vélin ivoire de l’époque (qqs accrocs de vélin et épidermures), frontispice répété en tête de chaque partie (il manque au tome III), portrait d’Astrée répété dans chaque volume, portrait d’Urfé répété aux tomes 2 à 5 ; portrait de B. Baro au t. 5 ; 12 figures par volume, certaines illustrations signées : D. Rabel, L. Bobrun, P. 6 000 € Daret, Ch. David ou M. Lasne. Dernière édition ancienne, illustrée, l’édition de référence, la plus complète. « Edition intégrale des cinq parties publiée par les libraires parisiens Courbé et Sommaville, qui constitue le point d’aboutissement de l’histoire éditoriale et textuelle de L’Astrée. Elle reprend dans une seule unité éditoriale le récit complet (tel qu’il a été achevé après la mort de l’auteur par son secrétaire Balthazar Baro) qui se trouvait jusqu’alors dispersé en diverses

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


69

Librairie Hatchuel

éditions. A son caractère d’édition standard contribue aussi son apparat iconographique. Les libraires ont en effet voulu qu’en plus du frontispice et des portraits, chacun des douze livres de chacune des cinq parties du roman soit désormais précédé d’une planche gravée sur cuivre, d’après des dessins de Daniel Rabel (...). Sous le voile d’une fiction pastorale, L’Astrée sut offrir à une nation à peine sortie des déchirements sanglants des guerres de religion le modèle culturel qui pouvait lui permettre de se hisser à la hauteur des plus riches littératures européennes. Le roman proposait à ses premiers lecteurs l’idéal philosophique, politique, esthétique, d’une culture affranchie de toute tyrannie (…). Le rayonnement de l’œuvre fut à la mesure de son rêve civilisateur. Qu’il s’agisse de sa postérité littéraire ou de ses avatars artistiques, le long règne d’Astrée confirme avec éclat la dimension patrimoniale du roman » (cf. Le Règne d’Astrée, CELLF en ligne). (Tchemerzine V, 945. Brunet V, 1014. En français dans le texte, n°82). Exemplaire bien complet de son illustration qui reprend celle de l’édition de 1632-1633, sauf le frontispice du t. III. Des défauts : mouillures marginales, petits accrocs, petites déchirures et manques de papier épars, une incision en long (t. II, p.561-575), galerie de vers au coin sup. des 200 dernières pages du t. IV. Bon exemplaire, au final, tous les volumes à la même date et dans leur reliure uniforme d’origine, sans restauration.

152 [VALINCOUR (Jean-Baptiste-Henri du Trousset de)]. Lettres à Madame la

marquise *** sur le sujet de la Princesse de Clèves. Paris, Sébastien Marbre-Cramoisy, 1678. In-12, plein veau brun de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments dorés, filet doré sur les coupes (accroc à la coif. sup.), (2), 370 p., (1) f. de privilège. 1 000 € Véritable édition originale de Paris, rare, de cet ouvrage qui a suscité de récents et importants travaux, cité comme l’une des œuvres qui contribuèrent à renouveler la critique littéraire au XVIIe.. « A travers la fiction d’une sorte de mini roman épistolaire, où il adresse son discours à une marquise insensible à l’amour, le lettré Valincour déploie, quelques mois après la sortie du roman, une critique de La Princesse de Clèves. Proposant pour chaque séquence d’autres versions plus vraisemblables ou plus économiques, il fait scintiller à l’horizon du roman de Madame de Lafayette le faisceau de ses possibles » (Christine Montalbetti). Ami du chancelier d’Aguesseau, proche de Boileau et de Racine, Valincour succéda à ce dernier à l’Académie française en 1699 ainsi que comme historiographe du roi. Sur cet ouvrage cf., en particulier, l’article fondateur de Gérard Genette, Vraisemblance et motivation, in Figures II, Seuil, 1969, p. 88-92. (France littéraire, X, 23). Très bon exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

Pictures are available on www.hatchuel.com


70

Librairie Hatchuel 153 VAUGELAS (Claude FAVRE de). Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire. Paris, Veuve Jean Camusat et Pierre Le Petit, 1647. Petit in-4, pleine basane marbrée de l’époque, dos à nerfs orné de caissons richement dorés aux petits fers, tranches rouges (pet. accrocs aux coif.), (2) f. de page de titre et planche allégorique gravée par F. Chauveau, (26) f., 593 p., (1) p. d’avertissement, (11) f. de table, vignettes et 1 200 € culs-de-lampe gravés.

Edition originale. L’œuvre capitale de Vaugelas qui fixait l’usage du français pour « l’honnête homme » dans la société de cour. L’autorité sur les écrivains et la société lettrée de celui que Boileau appelait « le plus sage de nos écrivains » fut considérable, et tout le XVIIe siècle s’appliqua à « parler Vaugelas », selon l’expression de Molière. Ce « véritable statisticien du langage » (Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, VI, 345), qui fut en son temps « l’organe le plus accrédité du meilleur et du plus pur parler de la France », mourut pauvre et insolvable ; ses créanciers saisirent, dans l’espoir d’en tirer un bénéfice, les notes qu’il avait prises pour ses Remarques et pour le Dictionnaire. A la suite d’un procès, Conrart put en faire restituer une partie à l’Académie française. (En Français dans le Texte, n° 93. Tchemerzine-Scheler, V, 948). Quelques auréoles, quelques cahiers brunis. Exemplaire de Jean-Armand Tronchin (1732-1813), avec ex-libris gravé par Choffard (daté de 1779). Il fut notamment ministre de la République de Genève à Paris de 1785 à 1792, puis accrédité auprès du roi d’Angleterre. Ami de Necker, il l’accompagna en Suisse lors de son renvoi en 1790. Bon exemplaire, très bien relié à l’époque.

154 VILLERME (Louis René). Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie. Paris, Jules Renouard et cie, 1840. 2 tomes reliés en un volume in-8, demi-toile havane chagrinée de l’époque, dos lisse orné d’un décor de filets dorés, titre doré, viii, 458 p. (i.e. 448) et (2) f., 451 p. 3 000 € Edition originale de cet ouvrage, « l’un des grands livres sociaux du XIXe siècle » (cf. M. Leroy, II, p. 381-390) et l’une des étapes décisives dans l’histoire du développement de la sociologie, de la démographie et de la statistique sociale en France. Médecin hygiéniste, Villermé fut chargé par l’Académie des Sciences morales et politiques de « constater aussi exactement que possible, l’état physique et moral des classes ouvrières ». Accompagné par Benoiston de Châteauneuf, il commença son voyage à travers la misère ouvrière par Mulhouse puis le Haut-Rhin. Recueillant minutieusement les informations sur le terrain, il décrit en un style neutre la situation des ouvriers de son temps, l’exploitation des femmes et des enfants, les conditions de travail et de vie quotidienne de ces « nègres blancs ». Le retentissement de cette enquête fut d’autant plus grand que les faits étaient présentés de façon objective, et analysés dans une interprétation libérale. Ce rapport joua un rôle déterminant dans l’élaboration de la loi du 22 mars 1841 sur le travail des enfants. Par la qualité et le sérieux des recherches sur lesquelles il reposait, il donna matière à une fructueuse réflexion sur la condition ouvrière, suscita de multiples travaux du même ordre et ouvrit la porte aux grandes réformes sociales qui suivirent. (En Français dans le Texte, 256. Dada, 292. Einaudi, 5914. Goldsmiths, 31731. Kress, C.5352. M. Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière, 63). Cachets et cotes de bibliothèques. Bon exemplaire. Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


71

Librairie Hatchuel

155 VILLEDIEU (Marie-Catherine de, née DESJARDINS). Œuvres meslées (...). Rouen, Laurens Machuel, 1674. 3 tomes reliés en un volume in-12, plein veau moucheté de l’époque, dos à 4 nerfs orné, tranches mouchetées, (2), 91 p. ; [92-], 175 p. (les 2 prem. tomes en pagination continue) 450 € et (2), 151 p. Edition originale, parue du vivant de l’auteure, de ce recueil d’œuvres collectives en trois parties. Le premier tome contient un roman épistolaire, Le Portefeuille, satire de la société parisienne précédée, en guise de préface, d’une lettre signée « Desjardins de Villedieu ». Le deuxième volume renferme une correspondance galante, mi-sérieuse, mi-badine entre Mme de Villedieu, nommément désignée, et l’une de ses relations masculines : elle brode sur le thème des désillusions de l’amour. Le troisième contient des pièces diverses, maximes, églogues, fragments de journaux, pastiches et dialogues en vers et en prose. Madame de Villedieu aurait choisi de ne pas prendre de privilège et se serait adressée directement à un éditeur normand, son compatriote, afin de parer à une éventuelle interdiction (cf. Micheline Cuenin, Roman et société sous louis XIV : Madame de Villedieu, Thèse, Paris IV, Champion, 1976, II, p.42-43 et p.56 pour la bibliographie). Dos lég. passé, qqs accrocs et traces de restaurations à la reliure. Rousseurs et brunissures, parfois soutenues. Cachet de bibliothèque.

156 VIVES (Juan Luis). De officio mariti, liber doctissimus, lectuq[que] utilissimus, ab

ipso autore multis in locis nunc primum auctus et recognitus. Una cum rerum ac verborum diligentißimo Indice. Basileae (« Officina Roberti Winter, 1538 mense martio » en colophon). In-12, cartonnage vélin marbré à la Bradel, dos orné d’un petit fer aldin central, titre doré, daté en pied, tranches rouges, (1) f. de titre, (36) p., (1) f. bl., 155, (3) p. d’index, 1 500 € errata et colophon [sign. a-b8, c4, A-K8, c4 blanc]. Troisième édition révisée, « l’édition définitive », de l’un des principaux traités que l’humaniste espagnol consacra à l’instruction des femmes, à leur accès à la culture et à leur place dans la famille et la société. Précepteur de Marie Tudor, la future reine d’Angleterre, Vives fut emprisonné à Londres pour avoir blâmé le projet de divorce de Henry VIII. Banni d’Angleterre, il trouva refuge à Bruges où il composa cet ouvrage. « Non seulement le propos s’est durci contre les abus masculins, mais la défense de la condition féminine s’est faite plus éloquente et plus ferme. L’injustice dont souffrait celle qu’il considérait comme sa souveraine y est sans doute pour quelque chose. Sa réflexion se déplace alors de la question des contenus d’instruction à celle de choix moraux » (B. Jolivet, Peut-on, selon Vives, éduquer la femme sans éduquer le mari?, Université de la Réunion, 2011). « Polygraphe de génie, Vives est non seulement l’un des triumvirs de l’humanisme (avec Erasme et Budé), mais encore l’un des philosophes espagnols les plus profonds et aussi les plus engagés politiquement et socialement sous la Renaissance » (A. Guy). (González, Albiñana & Gutiérrez, Vives, Edicions Princeps, n°31. Palau, 371580). Provenance : « Petri Srapij Amsterodami », avec petite signature ex-libris de l’époque et quelques petites notes en marge. Très bon exemplaire, très frais.

Pictures are available on www.hatchuel.com


72

Librairie Hatchuel 157 VOLTAIRE. 1- Candide, ou l’Optimisme. S.l., 1759. 237, (3) p. 2- [DU LAURENS (Henri Joseph)]. Candide ou l’optimisme, traduit de l’allemand de Mr. le docteur Ralph. Seconde partie. S.l., 1761. 133, (1) p. d’errata 2 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau havane de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tran1 500 € ches rouges (dos et un mors fendillés). 1- Première édition parisienne de Candide, publiée vers la mifévrier 1759, quelques mois après l’originale. Elle a été longtemps confondue avec celle-ci et le texte présente de légères différences avec celui de l’édition genevoise de Cramer datée de la même année. La page 161 est chiffrée 261. (Bengesco, n° 1437. Morize, n°4, 59e. Voltaire à la B.N., 2620. Wade, n°4). 2- « Seconde partie » du Candide attribuée à Thorel de Campigneulles, mais plus probablement œuvre de Du Laurens (cf. éd. E. Langille, Exeter, 2003). (Bengesco, n° 1443). Bon exemplaire.

158 VOLTAIRE - LA DIXMERIE (Nicolas Bricaire de). Eloge de Voltaire, Prononcé

dans la L.... Maçonnique des Neuf Sœurs, dont il avait été membre. Genève et se trouve à Paris, Valleyre l’aîné, 1779. 700 € In-8, broché, couverture papier marbré ancien, viii, 120 p. Rare édition originale et unique. Homme de lettres, membre de la loge maçonnique des Neuf Sœurs où il était très actif, La Dixmerie parraina l’initiation de Voltaire le 25 mars 1778. C’est également lui qui donna lecture de son éloge funèbre au court d’une importante apothéose maçonnique le 28 nov. 1778, sous la présidence de Lalande. Mécontents, l’Eglise et le gouvernement contraignirent le Grand Orient à prendre des sanctions contre la Loge et s’opposèrent à la publication de cette brochure qui ne fut imprimée qu’au prix d’importantes difficultés. L’éloge est précédé d’une épître à Madame Denis, nièce de Voltaire, présente à la cérémonie. (Sur cet épisode, Cf. Bruno Belhoste, Paris savant, 2011, p. 105 et passim). (Conlon, Siècle des Lumières, XIX, 79:719. France littéraire, IV, 384). Exemplaire très frais, grand de marges, imprimé sur grand papier bleuté.

Les photos des livres sont visibles sur www.hatchuel.com


LIBRAIRIE HATCHUEL, 58 rue Monge, 75005 Paris Email : librairie@hatchuel.com Site internet : www.hatchuel.com

TĂŠl : 33 (0)1 47 07 40 60


Catalogue 63 - Librairie Hatchuel, livres rares.