__MAIN_TEXT__

Page 1

une publication de la fédération des étudiants libéraux I juin 2014

news N° 1

le magazine qui dévoile

Spécial élections notre avis sur notre avis sur la question

5-8 6 9

Interview : jeunes candidats

L'accord dans le désaccord Un engagement qui a du style

Nouve Camp lle agne de la F EL p.1

0


4

Tour d'horizon

5

Interview

6

Opinion L'accord

7

Carte Blanche

8

Interview

9

Coup de gueule

Chaud devant, les résultats électoraux débarquent ! Aymeric de Lamotte dans le désaccord.

étudiants cherchant désespérément Ministre de l’enseignement compétent.

Flashback

Vous le savez, la FEL n’est jamais à court d’activités. Conférences, débats ou activités folkloriques, il y en a pour tous les goûts. Voici donc un petit aperçu de ce qui s’est déjà passé cette année...

Alexia Duquesne Un engagement qui a du style.

Liberté 10 Campagne d'expression.

24 Mars 2014

22 Avril 2014

En présence de Jimmy Jamar, responsable de la délégation de la Commission européenne en Belgique, les étudiants de la Fel- lLn ont fait le point sur les enjeux des élections européennes.

5 jeunes candidats aux élections régionales (MR – PS – cdH – Ecolo – FDF) étaient présents pour débattre des enjeux de la capitale belge et défendre leur vision du futur pour Bruxelles.

29 Avril 2014

29 Avril 2014

Europe : les enjeux électoraux de 2014

Ombre et lumière sur la justice pénale belge Le Cel St-Louis a invité Cédric Visart de Bocarmé, magistrat, pour aborder ensemble les réalités du terrain juridique.

Quel avenir pour Bruxelles ?

Quel destin pour l’Ukraine ? Le CEL-ULB a fait le point sur les troubles et les enjeux du conflit en Ukraine mais aussi sur l’avenir du pays.

éditeur Responsable :

José Vanobost Rédaction :

Avenue de la Toison d’or , 84 - 86 1060 Bruxelles Rédacteur en chef :

Stéphany Janssens Comité rédactionnel :

29 Avril 2014

8 Mai 2014

José Vanobost Stéphany Janssens Emilie Verstraeten Clément Bourdon

Les étudiants Libéraux de Louvain-la-Neuve ont reçu David Clarinval, Député fédéral, pour parler de la politique énergétique en Belgique et des défis qui se posent à elle.

Le CEL Saint-Louis a reçu Maggie De Block, Corinne de Permentier et Alain Destexhe pour débattre de la politique d’asile et d’immigration.

Energie : enjeux et solutions

Direction artistique :

Daphné Algrain 2

La politique d'asile et d'immigration en Belgique


Perles

édito

de campagne !

Chers lecteurs assidus (et bien oui, c’est déjà le 2e numéro de notre magazine et le 1er en version papier), Haaaa les élections ! Cette période d’engouement du côté des candidats, de ras-le-bol pour certains citoyens lambda («  tous les mêmes ces politiques, et y en a marre ! ») et de curiosité pour d’autres (plutôt bleu, orange, rouge, vert ?)… Notre Libertines de ce mois de juin reviendra sur les résultats des élections et abordera également l’engagement des jeunes (en politique, dans le milieu associatif,…). Vous pourrez aussi faire connaissance avec deux jeunes candidats et découvrir les perles de campagne dénichées par nos soins. Enfin, vous aurez l’occasion de découvrir notre dernière campagne sur la liberté d’expression avec un focus sur la liberté d’expression politique. Alors hop hop hop, ne tardez plus à découvrir ce numéro ! Je vous souhaite une agréable lecture ;-)

Stéphany Janssens

Secrétaire générale

Mot du président Cher(e) ami(e), Ce triple scrutin passé, il en temps pour les partis de passer au second tour de ces élections, la négociation des accords de gouvernement (en espérant qu'on n'attende plus 500 jours pour avoir un accord de coalition)... et enfin mener la réforme socio-économique dont la Belgique a besoin. Pour ce numéro "spécial élections", je tiens à féliciter tous les étudiants qui se sont investis en tant que candidats durant ces élections (quelle que soit leur couleur politique). Il est parfois difficile de mener campagne tout en préparant les examens et c'est tout à leur honneur de défendre leurs valeurs en jonglant avec les contraintes de la vie étudiante (satanés blocus et exams !). Bonne lecture et d'ores et déjà bonnes vacances !

José Vanobost - Président 3


élections

C

e n’est un secret pour personne, le « out » du gouvernement est attribué aux Ecolos. Quelques instants après l’apparition des premières informations, le constat était tiré, les verts peuvent ranger leurs cartons en papier recyclé. Chose rare en politique, le parti n’a pas vu le verre à moitié plein et a eu le mérite de reconnaitre très vite sa défaite. Ces résultats catastrophiques leur ont fait perdre 13 sièges ; 1 à l’Europe, 2 au Fédéral et 10 à la Région. Une chose est sûre, l’Olivier ne sera plus…

Rédigé par Emilie Verstraeten

Le cdH quant à lui s’en sort un peu mieux et stabilise son score de 2010. Le moral est bon car après tout, les sondages annonçaient un naufrage. Il faut dire que le dossier Wathelet sur le survol de Bruxelles a quelque peu miné le terrain de la campagne. Au cas où les résultats auraient été minables, le coupable était tout trouvé. Le cdH se rassure, troisième parti de Wallonie, c’est déjà pas mal. Après tout, il est le seul parti de l’Olivier à ne pas avoir été réellement sanctionné par les citoyens.

On les aura attendus ces résultats ! Heureusement, après deux nuits blanches pour les politiciens impatients, le bug informatique qui paralysait le comptage des votes a été résolu. Les résultats sont enfin tombés et comme toujours après des élections, il y a ceux qui gagnent et ceux qui perdent…. Petit tour d’horizon du côté des partis francophones !

Les socialistes, à leur grande habitude, restent en tête en Wallonie. 30 députés socialistes siègeront au Parlement wallon, 3 iront à l’Europe et avec ses 11,67% des votes au Fédéral, le PS obtient 23 sièges se positionnant juste derrière la N-VA. Une belle réussite, selon eux … Mais derrière cette soidisant victoire éclatante, les socialistes tentent de cacher leur déception. Même s’ils maintiennent leur position, le parti régresse, les résultats sont bons mais ne valent pas ceux des élections précédentes. Trois sièges perdus à la Chambre… La faute à qui ? Peut-être au PTB qui a récupéré une partie des voix en réalisant une belle entrée (ils ont également été rafler des voix aux Ecolos, c’est sûr !).

Légende PS

MR

CDH

Ecolo

S.P.A Open VLD CDN-V Groen U.F. Libertines  Juin 2014

PP

Et puis, ça et là, de plus petits partis politiques ont émergé… Nous parlions du PTB mais il en va de même pour le Parti Populaire.

ptb-go

fdf Vlaams Belang

Ce qui nous amène aux véritables vainqueurs des 4


élections élections 2014, les libéraux. Avec 16 sièges supplémentaires dont 6 au Parlement wallon, le Mouvement Réformateur a réalisé une belle prouesse. Il semblerait que le virus du libéralisme en ait atteint plus d’un et que les mesures libérales utilisées par le Premier Ministre sortant (le socialiste avec un nœud papillon) ont finalement séduit et ramené les électeurs à la réalité. Notons aussi que les Réformateurs sont les seuls à obtenir un siège supplémentaire à l’Europe.

Inter

view

Cette campagne en un mot : Enrichissante !

Si tu devais continuer à défendre un axe de ta campagne ce serait...

Aujourd’hui, les dés sont jetés et chacun y va de son point de vue en ce qui concerne les coalitions possibles. De quelles couleurs sera composée notre majorité  ? Tripartite classique, mêmes couleurs dans les parlements, une N-VA toute puissante ?

Je continuerai à défendre l’emploi à Bruxelles qui vit une période difficile. Accentuer les synergies entre les politiques de formation (Communauté française) et d’emploi (Actiris – Région bruxelloise) pour mettre les bruxellois au travail est une des priorités.

De nombreuses questions sont encore sans réponse puisqu’à l’heure d’écrire ces lignes, les gouvernements ne sont pas encore formés.

Une anecdote à nous raconter ? Un citoyen mécontent s’avance vers moi et me pose des questions assez agressivement sur la politique du MR au gouvernement fédéral. Nous argumentons et discutons pendant un bon 20 minutes. A la fin de la discussion, il me dit que je l’ai plus ou moins convaincu mais me lâche en partant cette phrase lapidaire « de toute façon, ça ne me concerne pas vraiment… je suis Français ! »

Une chose est sûre, nous espérons un horizon favorable aux idées libérales et progressistes ! 

3 8

12 6 6 2

3 2 3 3 4 5

33

13 23

14 18

4

20

2

13

21

Nom : de Lamotte Prénom : Aymeric Age : 24 ans Ville : Bruxelles Nbre de voix : 1570 Liste : MR - 35e effectif à Bruxelles capitale étude: en droit à la Katholieke Universiteit Leuven

18

9

Chambre

1

8 12

Parlement bruxellois 1

1 10 30

25

Parlement wallon

6 43

18 19

Aymeric, jeune candidat bruxellois, nous fait le plaisir de revenir sur sa campagne.

27

Parlement flamand

5


opinion

L’accord dans le désaccord

La période électorale a battu son plein pendant plusieurs mois. étrangement, cette triple campagne (fédéral, régions, Europe) me parut plus courte et surtout moins invasive que les autres. Rappelez-vous des dernières élections communales où slogans pompeux et mises en scène en tous genres, pullulaient presque aussi vite que la population de crabes royaux dans l’Atlantique Nord Norvégien. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit (ou peut-être pas pensé), la campagne électorale est indispensable : elle est l’occasion de sensibiliser l’électeur, c’est le but premier de tout ce tsouintsouin (nécessaire ou pas, telle est la question) électoral.

Libertines  Juin 2014

Q

Rédigé par Clément Bourdon

u’à cela ne tienne, depuis le 25 mai, je retourne au marché du dimanche. évoquant le marché et la campagne électorale, je vais me risquer à une

métaphore.

Dans un marché, vous trouverez différents vendeurs qui vendent la même chose. Il y aura toujours au moins deux vendeurs de fruits/légumes, deux crèmeries, deux vendeurs de chaussettes blanches (dont on pense que personne n’en achètera mais le fait qu’ils soient chaque semaine à la même place laisse penser l’inverse), etc. Pour les besoins de la comparaison, limitons encore la métaphore du marché à cinq stands de boucherie (choix totalement inopiné). Nos cinq marchands vendent exactement la même chose mais le font d’une façon totalement différente. Le but est simple et reste le même pour chacun d’eux  : convaincre le potentiel acheteur d’acheter son produit. Entre tous ces vendeurs, tous les coups, ou presque, sont permis, dans les limites d’une concurrence saine et loyale, limites toutes relatives que connaît la politique (les attaques personnelles, coups « bas » sont légions en période électorale). Ainsi le premier vendeur vantera, labels à la clef, l’authenticité de son produit. Le second vendeur proposera des prix plus avantageux. Le troisième vendeur mettra en avant la qualité de ses produits. Le quatrième boucher tentera, tant bien que mal, d’occulter les conditions d’élevage de ses bêtes toutes subitement décédées en raison d’un dérèglement de leur système nerveux, les nuisances sonores d’un nouveau tracé aérien en seraient la cause. Enfin, il y aura toujours un charlatan qui fera passer du jambon d’Ardennes pour du Pata Negra. 6


Carte blance

Devant tous ces choix, l’acheteur a toutes les raisons d’être perdu et ce, à plus d’un titre. Tout comme pour les vendeurs, il y a plusieurs catégories d’acheteurs. Certains ne prêteront aucun intérêt à ces cinq bouchers, c’est dommage mais ne blâmons pas les végétariens. D’autres, au contraire, indécis ou soucieux de faire le bon choix de boudin/jambon, manifesteront un intérêt particulier auprès de chaque vendeur, souhaitant choisir intelligemment et pertinemment. Il y a aussi les habitués qui passent chaque dimanche au même stand et ont toujours été satisfaits donc pourquoi changer  ? A l’inverse, il y en a qui sont déçus et préfèrent aller voir ailleurs en espérant trouver satisfaction. En définitive, l’acheteur, tout comme l’électeur, est animé par les mêmes préoccupations : la recherche d’un rapport de confiance. Cette comparaison bancale trouve cependant ses limites dans la phase qui suit le vote proprement dit. Paradoxalement, à la suite du scrutin, ces partis politiques dont une part du discours pré-électoral pouvait se résumer à l’exclusion de l’autre (« on ne gouvernera pas avec la NVA », « sans les Libéraux » ; la formule peut se décliner à toutes les formes), se retrouvent, presque tous, autour d’une table pour discuter d’une politique commune qu’ils mèneront ensemble pour les cinq prochaines années. Souvent, cela met du temps, rarement non. Finalement, le plus fascinant dans la politique belge, qu’on ne retrouve pas dans le singulier marché, est cette sublime faculté qu’ont toutes ces familles politiques à s’accorder et se concilier, après s’être, pendant plusieurs mois, ouvertement dénigrées. Sonne l’heure des mamours après la guéguerre ? 

étudiants cherchant désespérément Ministre de l’enseignement compétent *

à

Rédigé par Stéphany Janssens

la rentrée académique 2014, peu importe le gouvernement en place, le décret Marcourt sera d’application pour tous les étudiants de la Fédération Wallonie-Bruxelles… Et de nombreux changements sont à prévoir : moins d’heures pour les cours de langue, des programmes d’étude à la carte, une réussite fixée à 10/20, j’en passe et des meilleurs ! Depuis un an et demi, la Fédération des Etudiants Libéraux n’a eu de cesse de répéter ses inquiétudes quant à ce nouveau décret. Qui dit nouvelle réforme dit évidemment financement de celle-ci mais aucun plan de financement n’a été élaboré… Les administrations de certaines hautes écoles vont fusionner entraînant des restructurations alors que cette réforme nécessitera plus d’organisation et donc plus de moyens humains pour y parvenir… Deux systèmes (l’avant et l’après décret) vont se côtoyer pendant plusieurs années…. Cher nouveau Ministre de l’enseignement, nous ne doutons pas de vos compétences ni de votre bon sens, nous savons que durant votre mandat vous élaborerez un décret pour financer cette réforme, vous changerez le système de l’enveloppe fermée pour stopper la concurrence stérile entre les établissements qui vont à la pêche aux étudiants, vous aurez à cœur de garantir un niveau d’excellence pour l’enseignement supérieur et vous permettrez à celui-ci d’évoluer pour répondre aux défis du monde du travail et de l’internationalisation. Si, par hasard, vous n’aviez pas tout-à-fait compris les défis qui se posent à vous, nous nous ferons un plaisir de vous les rappeler le moment venu ! *À l’heure où nous clôturons ce numéro « spécial élections », le

nom du nouveau Ministre de l’enseignement n’est pas encore connu… 7


interview

Inter

view

Du haut de ses 19 ans, Alexia est la benjamine des listes MR. Elle nous propose un petit retour sur sa campagne et nous donne quelques conseils.

Pourquoi avoir fait les élections ? Mon objectif était de contribuer au résultat du MR en Wallonie. Aujourd’hui, je peux dire que je suis fière d’avoir participé (modestement) au progrès d’une formation politique au sein de laquelle je m’investis quotidiennement. Si le moteur que constitue mon idéal libéral est à l’origine de ma candidature, je tenais aussi à prouver que le « pseudo » désintéressement des jeunes quant à la chose politique est à relativiser. Plusieurs fois lors de cette campagne, j’ai débattu avec des étudiants d’autres partis, preuve que le débat sociétal n’a pas d’âge.

Nom : Duquesne Prénom : Alexia Age : 19 ans Ville : Liège Nbre de voix : 2616 Liste : MR - 11e suppléante au régionales étude: en droit à l'Université de Liège

Mon flop de la campagne L’attentat au Musée juif à Bruxelles, ce à quelques heures du scrutin. A la veille d’une « fête de la démocratie », cet événement m’a profondément touché.

Mon top de la campagne Notre action « distribution » avec Louis Michel aux Guillemins à…6h du matin ! Il s’agit sans aucun doute de l’action commune qui m’a le plus marquée. Nous étions une quinzaine, candidats et militants, à parcourir les quais, pour partager notre programme et convaincre. J’ai été impressionnée par la détermination de notre tête de liste à l’Europe.

Conseils aux futurs jeunes candidats J’aurai à cet égard deux conseils : défendre avec naturel et conviction le libéralisme, d’une part, et répéter à celles et ceux qui l’auraient oublié que la politique est un vecteur de paix sociale, d’autre part. L’investissement des jeunes est un remède contre la méfiance de beaucoup à l’égard des institutions politiques.

Libertines  Juin 2014

8


coup de gueule

Une jeunesse égoïste, désintéressée, sans ambition et démotivée. Tant de qualificatifs peu glorieux qui sont utilisés pour décrire notre génération. Mais voilà, nous avons décidé de réagir et de faire un petit topo sur cette jeunesse désengagée…

Rédigé par Emilie Verstraeten

Un engagement

N

qui a du style

l’associatif local, l’environnement ou encore la démocratie.

on, nous ne manquons pas d’intérêt pour notre prochain. Nous avons simplement décidé de faire évoluer les méthodes. Pas besoin de taper des coudes, de crier gare ou de dénigrer les autres pour se faire entendre. Les jeunes sont présents sur le terrain et, chacun à leur manière, ils sont prêts à défendre notre avenir.

Grâce à notre engagement sur le terrain, nous sommes capables de défendre nos idées sur base d’observations concrètes, notre « zen attitude » nous permet de garder les pieds sur terre. Notre identité a évolué de telle sorte que nous pouvons prendre des positions en nous basant sur des valeurs défendues par la société et non en étant étiquetés bleu, vert, orange, rouge… Nous avons réussi à devenir une priorité pour les politiques qui s’inquiètent maintenant au sujet de nos études, de notre accès au logement et au travail.

Commençons par un exemple tiré de l’actualité du moment, les élections. Il suffit de voir le nombre de jeunes présents sur les listes électorales pour se rendre compte de l’absurdité de tels propos. Et quel meilleur moyen pour mettre son grain de sel dans la gouvernance de notre beau pays que de s’y assurer une présence ? Voilà pourquoi ce ne sont pas moins de 366 jeunes qui se sont prêtés au jeu de la campagne électorale. Mais ce n’est pas tout, deux mois plus tôt ce sont quelques 500 étudiants qui étaient élus par leurs co-disciples (27 000 votants) afin de les représenter au sein des différentes institutions universitaires et ce, uniquement du côté francophone.

Avec le temps, nous avons réussi à nous imposer et à nous faire entendre mais nous l’avons fait avec style… Une jeunesse désengagée ? Allez donc dire ça aux million-cinq-cent-mille jeunes bénévoles de Belgique ! 

Point infos Les listes électorales comptaient 366 jeunes de moins de 35 ans : 107 Ecolo J 94 JMR - 87 Jeunes CDH - 78 MJS.

Et nous pourrions continuer à convaincre les sceptiques grâce aux 19  700 membres réunis par les jeunesses de partis francophones. Les syndicats ne sont pas en reste puisque la CSC, la FGTB et l’UNECOF comptabilisent plus de 52 000 jeunes de moins de 25 ans affiliés.

Le savais-tu ?  Les jeunes d’aujourd’hui sont, pour la plupart, davantage éduqués, formés et diplômés que leurs parents.

Les actions citoyennes menées de front par notre génération peuvent s’observer dans des domaines très variés tels que le sport, les droits de l’homme,

 Sur ton CV, l’engagement politique est moins risqué que l’engagement syndical. 9


campagne

Liberté d'expression :

ça te l'a met mal quand on te la coupe !

P

Rédigé par Stéphany Janssens

Titre un peu accrocheur non ? C'est justement comme cela que s'intitule notre nouvelle campagne sur la liberté d'expression.

ourquoi une campagne sur un tel sujet  ? Parce que la liberté d'expression est partout ! Dans les médias, en politique, sur les réseaux sociaux... Mais cette liberté, chère à nos principes, n'est pas une réalité partout. Notre volonté était de pousser la réflexion sur cette précieuse liberté qui s'assortit de limites et de différentes conceptions.

Sur notre site Internet, liberteexpression.be, vous retrouverez des brèves en réponse à l'actualité, notre vision de la liberté d'expression en trois volets (politique - médias culturel) mais également notre manifeste pour défendre cette liberté. Nous avons également créé une page Facebook pour l'occasion où vous pourrez réagir à nos posts et prendre la parole (facebook.com/felliberteexpression).

Parce que oui " cela nous met mal à l'aise quand on nous coupe la parole, quand on nous empêche de nous exprimer ou quand nos idées sont réduites à néant parce que trop impertinentes " mais exercer ce droit à la liberté d'expression, c'est aussi être responsable et ne pas considérer cette liberté comme absolue.

Alors maintenons certaines limites à la liberté d'expression pour détruire le ver liberticide avant qu'il ne mange ce beau fruit qu'est la liberté d'expression mais continuons à l'ouvrir encore et toujours plus fort ! 

Libertines  Juin 2014

10


campagne

"L’histoire démontre que la liberté d’esprit n’a pu se développer nulle part sans liberté politique." Fredik Cygnaeux, historien français

Focus sur la liberté d’expression politique Les récentes élections en Belgique ont pu nous permettre de voir en débat et de comparer les programmes des différents partis qui se présentaient. Des partis se sont également créés pour ces élections et ont eu voix au chapitre dans les médias. Si cela nous semble bien normal, ce n’est pas le cas partout ! Prenons l’exemple de la Hongrie où le Fidesz, parti de droite mené par Viktor Orban, a muselé toutes les institutions et les contre-pouvoirs : les médias d’abord, ensuite la justice et même la culture et l’économie. Ce parti a également pris soin de réformer le système électoral pour favoriser ledit parti (redécoupage des circonscriptions, suppression du second tour et diminution du nombre de députés) ; ceci lui a permis d’obtenir 44% des voix, de confirmer sa majorité des 2/3 au Parlement et d’obtenir ainsi le sésame pour faire passer des lois sans aucun débat au Parlement. Il est évident que pour maintenir une démocratie digne de ce nom, il faut avoir un échiquier politique équilibré et que des élections aient lieu régulièrement dans des conditions respectueuses de la démocratie. Dans notre manifeste, il nous a semblé important de défendre plusieurs propositions pour encourager cette liberté d’expression politique : • • •

Pour exercer cette citoyenneté, il pourrait être intéressant d’abaisser l’âge du droit de vote à 16 ans. L’Union européenne a un rôle à jouer auprès de nos voisins internationaux : il faut renforcer les missions d’observation lors de la tenue d’élections dans des pays qui ne respectent pas toujours la démocratie. Faciliter les démarches administratives pour les étrangers vivant en Belgique et pouvant s’inscrire comme électeurs lors des élections communales et européennes.

11


Quelques-unes de nos campagnes... pas ? Jeunpense,e j'vote agis, je m'engage Je

31/10/2013 12:30:39 Fel_Jeunevotepas_A6_version final.indd

1

Quelqueschiffre

s 601 084 dons reçu en 2012

Une campagne de la

Fédération des Étudiants

Liberaux.

Chaque donneur doit savoir que

105 355 donateurs dont

67 890 réguliers

www.etudiantliberaux.be

Ont reçu du 250 000 belges sang EN 2012

a± 37%

Pour un prélèvement. 5-10 tenu compte de l’inscription et l’examen

min il faut prévoir : ±/- 30 min

o± 36%

médical et le temps de repos,

b± 9% E.D. : José Vanobost

A- 7%

4 à 5l de sang

o- 6%

500 ml

ab± 3%

b- 1% AB± 1%

  Aucun produit ne peut remplacer le sang humain   population vieillisante ± progrès médecine = ± de besoin en dons de sang   la régularité des dons est indispensable car le sang a une durée de vie courte : globules rouges

Comment donner son sang ?

_2013.indd 2

FEL_flyerµ_don_organes

JOURNÉE MONDIALE

= 42 jours plaquettes = 5 jours

Des collectes sont organisées dans ta région : www.transfusun peu partout en Belgique que ce soient dans des lieux fixes ou ion.be/fr/ (site Tu peux également appeler le 0800 92 245 pour tout officiel de la Croix Rouge de Belgique) itinérants. Pour connaître les lieux et les . dates autre renseignement.

Si tu ne sais pas donner

ton sang, n’hésite pas

à t’engager auprès de

la Croix Rouge !

26/9/2013 9:30:27

publique.

=

d‘Or, 84-86 - 1060 Bruxelles.

hôpitaux belges centaines de poches de sang/jour

Ne pas jeter sur la voie

- Avenue de la Toison

4x/an max.

avec 2 mois d’intervalle entre chaque don.

Pourquoi donner son sang ?

DU DON DE SANG

14 JUIN

KEEP

CALM AND

DONE BLOOD

La Fel ?

nte sur la majorité des c’est une organisation de jeunesse prése La Fédération des étudiants Libéraux tien. le sur ent inem et donc très certa campus de l’enseignement supérieur principes fondamentaux de étudiant qui défend et propage les ique polit nt C’est aussi un mouveme ale, sur les plans politique, de démocratie dans une optique libér liberté, de progrès, d’humanisme et économique, social et culturel; une société harmonieuse; ent, le tien et celui de tous les autres dans C’est la promotion de l’épanouissem association politique ou e indépendance de tout parti ou C’est une prise de position en total avec des mandataires ntres débats, des conférences, des renco philosophique et qui passe par des ues; ludiq plus ités activ des is tion et parfo politiques, des campagnes de sensibilisa (enseignement, kots, ressent de près à ta vie d’étudiant s’inté qui es local ns Ce sont aussi 6 sectio mobilité, campus...) sein des Jeunesses Libérales national puisque la FEL est active au C’est enfin une action au niveau inter s ou des amendements. texte des s, ution résol régulièrement des Européennes (LYMEC) et y propose N’hésite plus, rejoins-nous !

Envie de connaître nos activités et nos prises de position, rejoignez-nous sur facebook.com/etudiantsliberaux et sur www.etudiantsliberaux.be

Profile for Fédération des Etudiants Libéraux

Libertines n°1  

Nouveau magazine de la Fédération des Etudiants Libéraux.

Libertines n°1  

Nouveau magazine de la Fédération des Etudiants Libéraux.

Advertisement