Issuu on Google+

ada de R en t r b r e U ia c e to ESp me/Oc N ° 7 S et e

20 11 -

s a n e d a c s a l m ! cope n a r e d espo ! d nt e s n è i o l a n s u e qu s les chaînes qui no brison

ns... e g s ave r b , s uille q n a z tr LISTA e A I m R r E Do A IMP U ÈR R ONJAS MENS

SE CAUS

EG

LTAT O V R E SUB

1


JE M’ABONNE ABONNEMENT D’UN AN (6 numéros) : 25€ ou plus (frais

de port compris)

Chèque à l’ordre de : «Los amics de Libertat» A envoyer à : LIBERTAT - Tour du Bourreau, 2 rue de la Fontaine, 64000 Pau (Occitània)

VÒLI ESTRE ADERENT DE LIBERTAT / je veux devenir adhérent Vous voulez militer à Libertat ou participer à financer le mouvement : Vous pouvez nous contacter par mail à : nacionau@libertat.org Ou envoyer un chèque de soutien à : «Los amics de Libertat», LIBERTAT - Tour du Bourreau, 2 rue de la Fontaine, 64000 Pau (Occitània)

SETEME/O

C TOBRE

2

2011

EditÒ

LO CAMBIAMENT PASSA PEUS PÒBLES SHENS ESTAT

« Austeritat », guèrras, medias mensongèrs, repression e ficatge… los mes que’s segueishen e que’s semblan desempuish mantuas anadas. Tot qu’ei hèit tà’ns negar d’informacions qui ne balhan pas nat clau au pòble entà compréner lo monde dens lo quau vivem. Que’ns engorgan d’ideas, dògmes vertadèrs, qui’ns muishan que lo sistemi economic e politic actuau non sia pas de despassar. Que nat via ne sia possible en dehòra deu capitalisme dens la soa fasa actuau neo-liberau. Tot aquò tà’ns har acceptar, o patir shens reaccion, politicas antisociaus e guerrièras que l’objectiu ei de non pas cambiar arren. Las promessas sus l’enquadrament deus escambis borsièrs e financèrs qui estón hèitas a la debuta d’aquesta darrèra crisi deu capitalisme non son pas que paraulas en l’aire e los ahars que contunhan. Que dilapidan la moneda publica tà « sauvar » bancas e finançar d’aquestes grans tribalhs publics qui son inutiles o miar guèrras neo-coloniaus e imperialistas entà plear las caishas de las multinacionaus. Tot açò au nom « d’investiments » tà l’aviéner ! « Investiments » que pagam dab la sudor nosta, la santat nosta, estant privats deus nostes aquesits sociaus e per la sang barrejada a l’estrangèr per las nostas armadas qui deven plan servir a quauquarren. Nosautes be disem non ! Arren n’ei escriut e d’autas vias qu’existeishen. Aquestas que ligan libertat e solidaritat, emancipacion e sobeiranetat, e que’s basteishen açí e adara. Qu’ei vadut lo temps de crear los nostes mejans d’informacions e los nostes mèdias shens que demoraram tributaires de la propaganda e deus plans de comunicacion deus politicians qui’ns govèrnan. E aquera idea qu’ei confortada, solide, peus mèdias dominants com l’an provat dens l’Estat francés en « cobrir » shens vergonha « les primaires socialistes », en har atau ua vertadèra publicitat que lo PS non gausava pas saunejar. Los mèdias que participan atau a redusir lo combat politic e democratic a dus partits, l’un presentat com «l’esquèrra” e l’aute com « la dreta ». Manca que tà nosautes i a plan longtemps que lo PS non hasca pas mei partit de l’esquèrra, sonque quauquas socís que’n son e qu’i creden enqüèra. Espiam la politica deus « socialistes » dens los Estats grec e espanhòu e qu’auram un punt de vista de l’alternativa que representan cap a la dreta. Alavetz òc que’s cau engatjar ! Non lo cambiament n’ei pas impossible ! Aqueste que’s basteish cada dia e los movements d’emancipacion e revolucionaris vaduts deus pòbles shens Estat que pòrtan las claus entà ua vertadèra solucion democratica e populara a la situacion que vivem, quan tan d’autes que demoran empatolhats dens las lors tacticas e estrategias essenciaument estaticas e conformistas. A nosautes (totas e tots) d’inventar navèras fòrmas de cooperacions enter los pòbles e las institucions, de’ns tornar préner los mejans de produccion e deus orientar cap aus besonhs populaires, de liberar las tèrras suberespleitadas e arrecaptadas per las grans espleitacions aus òrdis de l’especulacion, de tornar investir las zònas ruraus com los còrs de vila e l’espaci public….

LIBERTAT la Revista, n°7, seteme/octobre de 2011 / bimestriel. Fronton deu Hedas, 2 còsta de la Hont/ 2 rue de la Fontaine, 64000 PAU. ISSN : 2109-4845 . Depaus legau/Dépot légal : octobre 2011 Comission paritària/ Commission paritaire : en cours. Director de publicacion/ Directeur de publication : Jacques Morio Imprimit/Imprimé : Martin Impression, av. Denis Papin, 64140 LONS Redaccion : Libertat Bearn, Gasconha Nòrd, Lengadòc, Provènça, Val d’Aran, Auvèrnhe. Maqueta : Comission Jornau de Libertat Contact : libertat.jornau@gmail.com / Tel. : 05 59 98 04 90


LE CHANGEMENT PASSE PAR LES PEUPLES SANS ÉTAT

«Austérité”, guerres, médias-mensonges, répression et fichages... les mois se suivent et se ressemblent depuis maintenant plusieurs années. Tout est fait pour nous noyer d’informations qui ne donnent au peuple aucune clefs pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. On nous submerge d’idées, véritable dogmes, qui nous démontre que le système économique et politique actuel est indépassable. Qu’aucune voie n’est possible en dehors du capitalisme dans sa phase actuelle néolibérale. Tout cela pour nous faire accepter ou, plus souvent, subir sans réaction, des politiques antisociales et guerrières dont le seul but est de ne rien changer. Les promesses sur l’encadrement des échanges boursiers et financiers qui ont été faite au début de cette dernière crise du capitalisme ne sont que des paroles en l’air et les affaires continuent. On dilapide l’argent public pour « sauver » des banques, financer des grands travaux inutiles ou mener des guerres néo-coloniales et impérialistes pour remplir les caisses des multinationales. Tout cela au nom « d’investissement » pour l’avenir ! Des «  investissements  » que nous payons de notre sueur, de notre santé, en étant privé de nos acquis sociaux et par le sang versé à l’étranger par nos armées dont il faut bien trouver une utilité. Et bien nous, nous disons non ! Rien n’est écrit et d’autres voies existent. Celles-ci lient étroitement liberté et solidarité, émancipation et souveraineté, et elles se construisent ici et maintenant. Il est plus que temps de créer nos propres moyens d’informations, nos propres médias, sans quoi nous resteront tributaires de la propa-

édito

gande et des plans de communication des politiciens qui nous gouvernent. Nous devons créer, à la base, les outils pour résister et sortir des chemins tracés. Cela ne se fera pas par le haut, l’accès au pouvoir, au niveau des États, étant bien cadenassé pour éviter toute alternative politique. Et cette idée est bien-sur confortée par les médias dominants comme ils nous l’ont prouvé dans l’État français en « couvrant » sans vergogne les « primaires socialistes », faisant ainsi une véritable publicité dont le PS lui-même n’osait pas rêver. Les médias dominants participent ainsi à réduire le combat politique et démocratique à deux partis, l’un présenté comme « la gauche » et l’autre comme « la droite ». Seulement pour nous il y a bien longtemps que le PS ne fait plus partie de la gauche, seul quelques uns de ses militants le croient encore. Regardons la politique des « socialiste » dans les États grec et espagnol et nous aurons une idée de l’alternative qu’ils représentent face à la droite. Alors oui il faut s’engager ! Non le changement n’est pas impossible ! Celui-ci se construit chaque jour et les mouvements d’émancipation et révolutionnaires issus des peuples sans État portent les clefs pour une issue véritablement démocratique et populaire à la situation que nous vivons, quand tant d’autres restent empêtrés dans leurs tactiques et stratégies essentiellement étatiques et conformistes. A nous tous et toutes d’inventer de nouvelles formes de coopérations entre les peuples et leurs institutions, de nous réapproprier les moyens de productions et les réorienter vers les besoins populaires, de libérer les terres surexploitées et accaparées par les grandes exploitations aux ordres de la spéculation, de réinvestir les zones rurales comme les centre-villes et l’espace public...

SOMARI DROMITZ TRANQUILLAS, BRAVAS GENTS...

p4

NUCLEAR, VOLÈM L’ENTRELUSENÇA !

p7

CHANGEMENTS DANS L’OCCITANISME

p8

RAYNOUARD

p10

CAUSSE SUBERVOLTAT

p11

YESA NON

p20

FESTENAL MONTCUC LIURE II

p12

JORNADAS «ESFENDEMOS A TIERRA»

p22

GUÈRRA CONTRA L’INDEPENDÉNCIA AFRICANA EN LIBIA E TEMPTATIVAS DE RECUPERACION EN SIRIA

p13

REVOLUTION EN p23 INDE ET AU NÉPAL

3


POLITICA

Dromitz tranquill S

hau ! Çò qu’ètz a legir n’es pas ua òbra d’anticipacion o de ficcion mes la « vertadèra » realitat : Tot comença dab l’adopcion d’ua navèra carta d’identitat francesa e de duas petits piutç que poderén plan cambiar tot. Lo 7 de julhet, en tenguda extraordinària, l’Assemblada nacionau a votat la proposicion de lei relativa a la carta d’identitat rassegurada. Oficiaument aquesta navèra fòrma de carta deu servir a lutar contra las usurpacions d’identitat. Per aquò, la navèra carta biometrica va a fichar totas las personas de mei de quinze ans sia 45 deus 60 milions de poblants dens l’Estat francés  ! La lei n’es pas enqüèra adoptada pr’amor las versions de l’Assemblada e deu Senat ne son pas identicas (la comission mixta paritària ne serà pas amassada que pendent lo darrèr trimèstre) mes i avó sonque onze deputats tà discutir e votar a perpaus d’ua tau mesura ! Aqueste projècte ne seré pas donc important ? Tad ua majoritat tan estacada a l’identitat nacionau francesa, sembla estranh de non pas n’aver hèit ua debatuda e de non pas aver comunicat dessús... Rai d’aquò, vam a reparar çò que deu estar shens dobte un desbromb per eths...

UN «  FIQUÈR DE LAS GENTS AUNÈSTAS  » TÀ PROTEGIR LAS VICTIMAS... Aquesta carta, a gratis, contienerà duas piutç. La prumèra piutç, dita regaliana, amassarà las dadas biometricas d’ua persona. La dusau, en opcion e dita de servicis, permeterà aus «  tela-nautas  » de har crompas en linha mercés a lor signatura electronica. La majoritat presidenciau presenta lavetz la carta com un mejan de protegir las victimas potenciaus e d’accedir a ua vita simplificada ! Totun, representa tanben signes esvarjants de « fichatge » e de redusida de las libertats. Tà la foncion regaliana de la carta, l’Estat utilizarà un fiquèr centralizat  : la basa TES, «  títols electronics rassegurats ». Es-a-díser la basa uei emplegada peus 4

passapòrts, completada per totas las autas informacions a perpaus d’ua persona. En dus mots, n’auram pas mei la causida quan nos cali un títol d’identitat o de viatge, caurà balhar nòstas emprentas tau collectatge de las dadas. Nòstas ditadas seràn alavetz presas non pas mei en pausant lo dit mes dab emprentas enrotladas es-a-díser segon la tecnica de recèrca criminau. Per alhors, aquestas dadas seràn conservadas per 15 ans ! Planvenguts dens un Estat policièr (mes n’i estom pas ja ?) ! En suberpés, la tecnica deu « ligam feble » (on lo fiquèr centrau n’es pas ligat qu’a las identitats) qu’empacha l’identificacion automatica a partir d’emprentas, serà suprimida sus requisicion judiciària. Lo ligam enter l’emprenta e l’identitat es donc hèit e obreish la via a un sistèma de reconeishença faciau generalizat a tots los aspèctes de la vita vitanta. D’alhors, lo ministre Claude Guéant ne s’estuja pas a perpaus de l’aviéner que’ns reserva quan justifica sa politica : cette loi « inscrit surtout notre pays dans une modernité positive, capable à la fois de protéger et de simplifier la vie quotidienne de nos concitoyens [...]la reconnaissance faciale, qui n’apporte pas, à l’heure actuelle, toutes les garanties de fiabilité nécessaires, est une technologie qui évolue très rapidement : on peut donc penser que, très bientôt, elle sera aussi fiable que la reconnaissance digitale ». Fin finau, son 45 milions de personas qui seràn fichadas e sonque 11 deputats an decidit que passarem de l’estatut d’innocents supausats au de criminaus potenciaus ! «Big Brother» es donc ja aquí e s’apèra en realitat «  lo ministèri de l’Interior mercés a la modernitat positiva » ! Sus que tot, la França a ja conegut problèmas dab l’utilizacion d’un fiquèr generau deus poblants. Èra après l’arribada au poder deu Manescau Pétain... Per ua lei d’octobre 1940, l’Estat francés rendèva obligatòris lo deteniment d’ua carta d’identitat a partit de 16 ans dab las ditadas, la fotografia e la declaracion de tot cambiament d’adreça.


las, bravas gents... Las dadas atau collectadas permetón la creacion d’un fiquèr centrau on cada persona avèva un numèro d’identificacion. Aqueste fiquèr de Vichèi facilitè la repression e la deportacion de cap aus camps de la mòrt, estó destrusit a la Liberacion. « Apreciaram » alavetz tots la responsa deu deputat UMP Christian Vanneste cap ad aqueste argument : « Ce n’est pas parce qu’il y a eu hier une dictature à Vichy qu’il ne faut pas protéger aujourd’hui les honnêtes gens ». NE’VS DEMANDAM PAS VÒSTE AVÍS ! Dens lo medish temps, ua auta interrogacion apareish : perqué aver integrat ua piutç de « servicis en linha » dens ua carta d’identitat  ? Tan mei qu’es gerida peu Ministèri de l’Interior  ? Semblam estar mei tanhent deu libe d’Orwell « 1984 » que d’un mejan de proteccion contra l’usurpacion d’identitat com ac pretend la majoritat ! Oficiaument, dab aquesta piutç, l’Estat ne haré pas que garantir la securitat de las transaccions. Totun, quan s’avisam a la faiçon dont la lei estó presentada, vedem plan que lo governament n’es pas segur d’eth. La lei estó perpausat non pas peu Ministre mes per dus senators. S’ageish donc ua proposicion de lei, çò que significa segon la Constitucion de la Ve Republica que lo Conselh d’Estat e la CNIL (Comission Nacionau Informatica e Libertat) ne poderàn pas rénder un

rapòrt suu tust d’un tau projècte e atau influenciar la debatuda puish la lei. Deveràn se contentar d’un avís sus l’aplicacion d’ua lei ja votada. Un pauc leugèr tà decidir deu «  fichatge » de la vita de tota ua poblacion ! Tot aqueth ahar muisha plan lo negament de democracia dens lo

sistèma actuau francés. Lo ligam enter los representants e las gents n’existeish pas mei. La problèma es d’autan mei grèu que la França es lo solet país europèu on aquera question n’estó pas debatuda sus la plaça publica. En efèit, alhors, la clamor d’indignacion clavè los diferents pro-

Le peuple privé d’espaces publics

Depuis plus d’un an maintenant, la mairie de Pau multiplie les interdictions d’occuper l’espace public. «Occupation illégale de l’espace public», voilà une accusation dont la Tor deu Borrèu n’avait, jusqu’à 2010, jamais été accusée. Le local associatif géré par les militants de Libertat existe depuis 19 ans et sympathisants comme militants avaient pris la coutume d’occuper effectivement l’espace muni d’un fronton devant notre local. A chaque fois, la population du quartier était prévenue et jusqu’alors la mairie n’y voyez rien à y redire. Seulement, à

?

l’instar d’autres municipalités, la mairie de Pau s’est lancée dans une guerre contre tout ce qui n’est pas para-municipal ou qui, horreur, affiche sans vergogne sur les locaux à louer depuis des années (en attente sûrement de plus-value.) Aujourd’hui, tout doit être légiféré, encadré et contrôlé et toute initiative populaire, même traditionnelle dans un quartier où des gens ne demandent rien pour s’organiser, ni même une subvention, est devenue intolérable. Mais la Tor résiste et résistera et compte bien l’an prochain fêter ses 20 ans comme il se doit. 5


« VS’AHÍDITZ A NOSAUTES » QUE DISÈVAN... Es aquí qu’arribam a las rasons mei oficiosas d’ua tau causida e d’ua tau discrecion. En efèit, aquesta navèra carta d’identitat es tanben ua question de « patriotisme (clientelisme ?) economic francés ». Com l’am ja un chic vist, 3 deus 5 caps mondiaus deu mercat de la carta a piutç son industriaus francés. Lo GIXEL, es-a-díser lo gropament professionau de las industrias de compausants e de sistèmas electronics, a organizat ua campanha de pression pendent l’aprestatge de la proposicion de lei... Pr’amor seré ua suberbèra publicitat au nivèu mondiau e permeteré de compensar la cancelada de las comandas e la pèrta de daubuns mercats (britanic, holandés...). D’alhors, l’un deus autors de la proposicion de lei evoquè aqueth sosteng aus enterpresas francesas tà har adoptar son tèxte. Ailàs, n’es pas lo prumèr còp que lo GIXEL intervien dens ua debatuda. En 2004, avèva perpausat de « har acceptar la biometria, la videosusvelhança e los conta-ròtles » dens las societats democraticas per operacions sostengudas peus Estats. Aqueth « esfòrç de convivéncia » deu se debanar atau : autanlèu l’escòla mairau, lo mainatge se familiariza en utilizant aquestas tecnologias tà dintrar dens l’escòla, en sortir, disnar a la cantina ; dens lo medish

temps, los pairs se familiarizan tanben pr’amor deven s’identificar tad anar cuélher los dròlles  ! Atau acostumats, los poblants adòptan bienaisits los servicis shens carta : autament dit, l’accès a la banca, au supermercat, aus transpòrts, ad Internet se hè per la reconeishença (faciau, digitau...) de la persona... Hòrt mei aisit atau de hòrabandir las personas « indesirablas »... Conscient deu « suberbèth monde » que’ns reserva per doman, lo GIXEL precisava que tà hicar en plaça aquestas prumèras mesuras, haré hrèita d’aver recors a la « persuasion e a la reglamentacion ». A se demandar se l’Estat es enqüèra au servici deu pòble... En vedent aquò, podem se pausar la question de la securitat, deu conta-ròtle e de l’utilizacion d’un tau sistèma de dadas. Peu governament, n’i a pas cap de problèma pr’amor la fabricacion serà assegurada per l’estamperia nacionau dens un site rassegurat au medish nivèu com las centralas nuclearas francesas  : es vertat que quan pensam a las darrèras espròvas deu bachelierat e aus darrèrs trebucs dens las centralas nuclearas, èm de tira desespaurits ! La CNIL poderà totun organizar inspeccions deus TES. Fin finau, la partida deu tèxte pertocant la piutç de « servicis » es mauprecís e deishar la possibilitat via la piutç d’autorizar o d’interdíser l’accès aus servicis (per exemple a la tela on las informacions son mei mauaisidas a contarotlar...) Enqüèra un còp, los interès deu privat e de l’economic semblan primar suus deu public e de las libertats. Enqüèra un còp, lo « dret a la securitat » sembla ganhar cap a las libertats fondamentaus. Cau reaccionar abans lo passatge en comission mixta paritària pr’amor onze deputats sonque ne poden pas decidir (dens la votacion, l’Assemblada a tostemps lo darrèr mot suu Senat) d’ua causa tan importanta per l’aviéner d’ua poblacion ! Puish se cau pausar la question de la manca de representativitat dens las institucions actuaus, deu biais de miar ua politica, de la causida de las informacions tractadas peus mèdias. Es temps de cambiar, es temps de trobar un navèth anar politic e sociau que, dab navèras institucions mei autonòmas e tanhentas de las gents, bastirà ua navèra societat. Es temps de rénder lo poder a tots los pòbles.

Gabi Mouesca interdit de droits civiques La nouvelle est tombée en août, l’inéligibilité de Gabi Mouesca est prolongée jusqu’en 2032. Cette annonce fait suite à la présentation de Gabi Mouesca aux sénatoriales. Ce nouveau coup dur pour les militants abertzale démontre une fois de plus l’acharnement politique que subit actuellement le peuple basque. Notons que les politiciens véreux, détourneurs de fond et autre, ne subissent pas d’inéligibilité. Vous avez parlé de justice ? Nous la cherchons encore... 6

Solidaritat

jèctes. Au Reiaume Unit, lo navèth governament de l’aliança liberau conservador abandonè (e òc còps i a suspresas de las bonas...) la creacion d’ua carta d’identitat (dinc a uei n’existeish pas de carta d’identitat en Grana Bretanha). Tà sauvar las libertats civilas, lo Ministèri destrusí en heurèr passat los 500 discs durs e las 100 bendas de sauvaguarda de dadas personaus de las 15 000 personas volontàrias tad esprovar la navèra carta. L’experiéncia e l’estudi de l’impacte permetó ací de muishar au mei gran nombre la dangerositat d’un tau sistèma. Causa renduda impossibla en França pr’amor la lei estó perpausat per senators. La medisha causa s’es passat aus País Baishs. Après un estudi sus l’eficacitat deu sistèma tà lutar contra l’usurpacion d’identitat, lo governament comandè a la societat francesa Morpho (lo numèro 1 mondiau de la ditada e de la reconeishença faciau) de desfaçar la basa de dadas ja collectada. En suberhèita, anonciè que las ditadas ne seràn pas mei estocadas. Alavetz, perqué pas nada reaccion en França ? Perqué adoptar taus mesuras tà preténder arreglar lo problèma de las 200  000 usurpacions d’identitat per an se ne marchan pas alhors e se son contrarias aus libertats fondamentaus ?


ix mois jour pour jour après l’accident nucléaire de Fukushima, une explosion dans un four servant à recycler des déchets radioactifs sur le site nucléaire de Marcoule (Gard) a fait, lundi 12 septembre, un mort et quatre blessés dont un grave. Cet incident n’a provoqué, selon les autorités, aucune fuite radioactive. L’autorité de sûreté nucléaire (ASN) a mis fin à son plan d’urgence vers 16H00. «Il n’y a eu aucun rejet chimique ou radioactif et il n’y a aucun risque de rejet à venir. Le local dans lequel se trouve le four est intègre», a affirmé l’exploitant, la Socodei, filiale d’EDF. Pourtant la coordination antinucléaire du Sud-Est ont relevé, eux, une forte augmentation de la radioactivité à Avignon et au pied du Mont Ventor. La région de Ligurie (État italien) frontalière de la région PACA, a pris cette alerte très au sérieux et a fait l’objet d’une surveillance constante du gouvernement italien. Du coté du gouvernement français, comme toujours, le discours se veut rassurant, il n’y a aucune raison de s’inquiéter, et dans un communiqué officiel, on nous annonce que c’est un accident industriel sur un site nucléaire. Pour information, le site de Marcoule se compose de trois plate-formes (Areva  , EDF et un centre de recherche du CEA). Ce sont près de 10 000 tonnes de déchets nucléaire qui sont traités, entreposés ou recyclés à seulement quelques km d’Avignon, zone largement urbanisée. Le site de Marcoule dispose aussi d’installations militaires, étranges mélanges d’activités dans une parfaite opacité de la part du CEA. Concernant les différents incidents constatés ses derniers mois sur ce même site, et ceux qui pourraient arriver sur d’autres, nous exigeons une transparence totale et immédiate comme le demandent aussi de nombreuses associations anti-nucléaire. Pour LIBERTAT, il est évident que la mauvaise gestion du personnel due à la libéralisation systématique du secteur public et de son rachat par des multinationales

qui n’ont en têtes que le profit, contribue à augmenter les risques (pour le personnel du secteur, mais aussi pour les populations civiles). Il faut le retour à une maîtrise publique du secteur de l’énergie. Nous voudrions aussi rappeler que les rives du Rhône et plus largement la Provence, sont parmi les territoires les plus nucléarisés de France : Le complexe du Tricastin (EDF et Areva) à Bollène et Saint-Paul les 3 châteaux ; le site de Marcoule (CEA, Areva, EDF) à Bagnols-sur-Cèze où l’on fabrique le Mox (assemblage de plutonium et d’uranium) en service à Fukushima et dans certaines centrales françaises; les 19 installations nucléaires (CEA, Areva) du site de Cadarache - au nord d’Aix en Provence – le coûteux projet de recherche ITER ; enfin l’arsenal de missiles balistiques à Toulon. Les nombreux incidents au quotidien et les accidents soudains et dévastateurs nous le rappellent avec effroi : Le nucléaire est dangereux, coûteux et n’est pas écologique. LIBERTAT dénonce une nouvelle fois le manque de transparence. Aujourd’hui dans l’État français, parler du nucléaire est une chose encore tabou pour le gouvernement.

D’où vient l’uranium qui fissionne dans les réacteurs ? Où vont les déchets qu’on ne veut pas voir sur nos territoires et est-il possible de s’en débarrasser ? Que provoquent sur la santé de tous et sur celles des femmes enceintes et des enfants, les rejets dans l’air et dans l’eau dont on ne nous parle jamais? Quels sont les objectifs de ce mensonge grossier : le nucléaire est une énergie propre qui protège du réchauffement climatique ? À quoi s’exposent les salariés notamment ouvriers du nucléaire, de plus en plus intérimaires ? Autant de questions auxquelles le lobby nucléaire impose la loi du silence. Pour LIBERTAT , la seule option possible en matière de production énergétique, est la sortie du nucléaire . Nous ne sommes pas naïf et posons le problème d’une manière objective , les alternatives existent et peuvent être développées dans un programme ambitieux s’étalant sur plusieurs décennies, au rythme des arrêts définitifs des réacteurs nucléaires . Nous le répétons, les nouvelles filières énergétiques renouvelables doivent être créees et cette énergie distribuées, elles favoriseront la création d’emplois et utiliseront les atouts naturels de chaque région... Nous devons sortir du nucléaire, il y a urgence. OCCITÀNIA ES PAS LA BORDILHA NUCLEARI DAU GOVÈRN FRANCÈS ! NUCLEARI, N’EN VOLÈM PAS ! 7

nosta tèrra

Nuclear, volèm l’entrelusença ! S


OCCITANISME

Changements dans l’occitanisme

POUR PRENDRE CONSCIENCE DES ENJEUX

D

epuis quelques années une partie du mouvement culturel occitaniste connaît une nouvelle vague de professionnalisation. Résultat d’une reconnaissance par les collectivités de l’action des multiples associations qui composent le mouvement culturel et à la suite des grandes manifestations pour l’occitan de Carcassona et Besièrs, cette dynamique demeure complètement dépendante des subventions, légitimes mais soumises au bon vouloir de politiciens dont très peu sont de véritables défenseurs de notre langue et notre culture. De plus si de nombreux emplois ont été créés, ceux-ci sont, dans leur majorité très précaires et les conditions de travail mauvaises. Aujourd’hui, dans le cadre de politiques linguistiques menées par des Conseils Régionaux ou Généraux, auxquelles participent les cinq nouveaux élus du POC, après les cours pour adultes et la création du CFPO, de nouveaux secteurs sont touchés par la question de la professionnalisation. EN BÉARN Les expériences menées par des associations occitanistes ou des militants dans différents domaines culturels débouchent sur des projets plus étendus, des fonds sont débloqués et une certaine institutionnalisation se met en place. Ainsi des démarches dans les domaines de la transmission dans

8

le secteur de la petite enfance ou des cours de danse, de chants ou de musique sont reconnues, soutenues et de nouvelles sont initiées. Avec la professionnalisation, l’État et les collectivités demandent, en échange, des «  qualifications  officielles  » difficiles, voire impossibles, à acquérir pour certains des animateurs actuels, entre autre, faute d’action de formation . On demande que les animateurs, hier et aujourd’hui militants et plus ou moins bénévoles aient des diplômes prouvant ces qualifications. Quelle reconnaissance du travail effectué depuis 30 ans par certaines associations ? Très peu semble-t-il puisqu’en l’absence de ces «  garanties  », les aides pourraient disparaître et des animations seraient alors menacées au bénéfice d’associations reconnues comme professionnelles. Privées de ces projets financés par les collectivités, ce sont d’autres dynamiques populaires qui pourraient être menacées. La nécessaire professionnalisation d’acteurs culturels en occitan doit-elle se faire au prix du sacrifice de dynamiques populaires déjà existantes  ? Ainsi, peut-on se demander où est l’unité et la solidarité de ceux qui bénéficient de ces projets entamés par d’autres  ? La professionnalisation doit-elle être forcément accompagnée de la division du mouvement  ? Est-il possible de rester unis face à l’  État et aux collectivités qui, consciemment ou pas, institutionnalisent cer-

taines associations, vont vers un soutien à elles seules et une discrimination des autres, qui comptent parfois le plus d’adhérents et sont présentes sur l’ensemble du territoire par de nombreuses initiatives populaires  ? La professionnalisation ne pourra correspondre à une réalité du renouveau culturel que si elle est accompagnée d’un développement des initiatives culturelles populaires qui ne peuvent pas être initiées et suivies par des professionnels mais bien par le tissu associatif militant. Si nous ne parvenons pas à rendre cohérentes et complémentaires ces différentes démarches alors nous prendrons le risque de couper une dynamique qui pourrait rapidement se réduire à un vide uniquement rempli d’une vie culturelle apparente, entretenue uniquement par des subventions. LE CHOIX DE RESTER LIÉ À UN MOUVEMENT POPULAIRE Ce risque est bien réel. D’autres associations qui ont connu une certaine professionnalisation lors des décennies passées, ne sont plus aujourd’hui portées par aucun mouvement. Ràdio País par exemple. Née de la volonté et du soutien d’un mouvement large et dépassant l’occitanisme, Ràdio País est devenue aujourd’hui totalement dépendante financièrement des collectivités et ses assemblées générales ne rassemblent même pas une dizaine de personnes.


Les responsables de l’association de ces dernières années la tiennent à bout de bras sans voir arriver une relève, peu à peu ils se sont isolés du mouvement qui l’a créée. Ceux-ci ont leurs responsabilités, elles sont variées et multiples, mais nous avons tous et toutes les nôtres aussi car nous avons laissé faire, souvent, trop souvent sûrement, nous nous sommes tus, et cela n’est pas propre à Ràdio País seulement, Aujourd’hui, il est plus que temps de renouer avec l’unité, si celle-ci a un jour réellement existé et sinon à la créer. La culture, les médias, sont au centre d’enjeux internationaux et notre capacité à les renforcer et à les rendre plus dynamiques et populaires préfigurera de l’avenir de l’Occitanie. Dans le secteur artistique, la professionnalisation ne doit pas se faire au détriment des associations populaires qui portent le combat depuis des décennies et ont permis à notre culture et notre langue de perdurer et toucher des populations qui en avaient été privées ou qui ne les connaissaient pas. Les différents acteurs se doivent d’être unis face aux politiciens dont l’art de diviser est grand. Ceux qui négocieront seuls feront du tort aux militants de la culture dont personne ne peut contester l’engagement. Ils porteront la responsabilité des échecs de l’occitanisme culturel dans l’ave-

nir si celui-ci se coupe du peuple pour devenir complètement institutionnalisé, élitiste et uniquement dépendant des commandes des collectivités. Pour les médias c’est la même chose. Si la professionnalisation doit porter atteinte au fond, au projet même de média populaire occitan et les lier uniquement aux collectivités qui les financent, alors le pari de créer des médias occitanistes libres, sera perdu. Si nos médias ne sortent pas de la pensée unique, d’une vision hexagonale de l’actualité, du défaitisme véhiculé pas les principaux médias et ne participent pas à l’information de ses auditeurs mais seulement au relais des campagnes de communication des politiques, alors l’occitanisme n’y aura gagné qu’en conformisme. Un conformisme en occitan. Ce qui n’était pas, semble-t-il, l’objectif des fondateurs. POUR DES SALARIÉS CONSCIENTS ET ORGANISÉS À cette situation, nous pouvons ajouter le manque de conscience sociale des salariés toujours plus nombreux dans les associations du mouvement culturel. Malgré l’extrême précarité dont ils pâtissent souvent, des horaires à rallonge, les cas de licenciements abusifs ou les traitements injustes ne sont jamais rendus publics et restent internes. Le ou la salarié(e) reste seul(e) devant ses employeurs et l’association. Tout cela se passe dans une

sorte d’omerta et d’amertume entretenues par l’ambiguïté qui règne entre directions et salariés, souvent tous militants. D’une part, cette situation, depuis des décennies, a privé le mouvement occitan de militants actifs. Elle a fini par les dégoutter d’un mouvement jugé comme tenu par une poignée de personnes indéboulonnables. D’autre part, de nombreux militant(e)s sincères se sont retrouvé(e)s seul(e)s pour maintenir le cap fixé à la fin des années 70 et au début des années 80 et se sont épuisé(e)s dans l’urgence des situations. En absence de transmission entre certains militants occitanistes des différentes générations, aujourd’hui, un fossé existe ainsi que de nombreux conflits sociaux à l’intérieur du mouvement. De nombreuses associations sont critiquées pour leur «  gestion du personnel  », parfois loin de l’image véhiculée publiquement. Aujourd’hui nous devons prendre conscience des choix qui se posent. Si nous ne prenons pas la mesure de l’enjeu, le mouvement pourrait se diviser entre «  populaires  » et «  élitistes et autres toca-manetas ». Au contraire, si nous arrivons à créer ce lien générationnel, à résoudre les divisions, alors le mouvement gagnera en exemplarité mais aussi sera le mouvement social et progressiste qu’il doit être.

La 14 d’abriu passat Ràdio País qu’a "licenciat” J.M., jornalista pigista despuish 8 ans e socí de Libertat, shens nada avisada ni rencontre preliminara tà resòlver un problèma se n’i avè un. Oficiaument, J.M. qu’estó remerciat pr’amor n’avè "pas mei de motivacion ni implicacion dens la gestion de la ràdio” e shens nada reaccion deus autes salariats. Sordeish en l’abséncia d’atestacion o de letra de licenciament, J.M. que s’ei arretrobat shens dret a indemnizacion caumatge. Au cap de dus mes e miei, mercés la mobilizacion d’ua part deus auditors de la ràdio e cap a la miaça de portar l’ahar davant los Prud’òmis J.M. qu’estó tornat integrar à l’equipa redaccionau, qu’a arretrobat la soa plaça de jornalista e los dus mes pendent los quaus n’a pas tocat nat salari ni allocacion qu’estón pagats per la ràdio.

9


cultura

François Juste MARIE Raynouard

R

aynouard est né à Brignoles le 8 septembre 1761. Historien, romaniste et dramaturge, l’homme restera profondément attaché à ses racines provençales. Fils de bourgeois, il passe une grande partie de sa vie à Paris, mais il gardera toute sa vie une attache au pays, la maison du père à Brignoles, la propriété de la Pességuière à Rocbaron et celle de Sainte-Anastasie. Élève au petit sémiA L’OCCASION DU 250E naire d’Aix-en-ProANNIVERSAIRE DE LA NAIS- vence puis de la faSANCE DE FRANÇOIS JUSTE culté de cette ville, il devient avocat au MARIE RAYNOUARD, LIBER- barreau de DraguiTAT VOUDRAIT RENDRE gnan. Sa conscience HOMMAGE À CE PERSON- provençale naît NAGE ILLUSTRE MAIS FORT de ces études à MÉCONNU EN OCCITANIE Aix. Provençaliste et cultuET QUI POURTANT MARQUA politique rel, il est attaché PAR CES ÉCRITS ET CES RE- à la gloire passée CHERCHES, BIEN AVANT LA des troubadours NAISSANCE DU FELIBRIGE, et de leur langue. LA RECONNAISSANCE ET LA Comment relier RENAISSANCE DE LA LANGUE la gloire passée de ces troubadours et OCCITANE. le mépris des élites pour cette langue du peuple que l’on a baptisée patois ? En 1789, quand la tempête révolutionnaire se lève, le jeune homme suit le mouvement. Contradiction majeure, Raynouard sera toute sa vie tiraillé entre la construction de la Nation Française et le vif désir de voir renaître la grande civilisation du Midi héritée des troubadours. Les révolutionnaires, dans la nuit du 4 août 1789, suppriment les derniers privilèges des provinces. En 1790, la création des départements démantèle les Pays d’Oc et achève la langue occitane. Raynouard est élu en 1791 député suppléant à l’assemblée législative. Quand le mouvement révolutionnaire se scinde entre modérés et montagnards, Raynouard hésite. Il sera emprisonné à Paris en 1794 pour ses sympathies girondines. De cette expérience il écrira une tragédie qui ne connaîtra aucun succès. En 1803, il remporte le prix de poésie de l’Institut de France et s’installe à Paris où il écrit sa tragédie «  Les

10

Templiers  » qui remporte un vif succès à la comédie française. De 1806 à 1814, il devient corps législatif. Il est élu à l’Académie Française en 1807. Échaudé par la politique et conscient que le succès théâtral est révolu il publie ses recherches sur la langue romano-provençale en 1815. En 1816 paraît « Choix des poésies originales des troubadours ». Raynouard commence ainsi à rendre accessible les textes médiévaux en langue d’oc. Traité de patois, Raynouard fait renaître la langue occitane auréolée d’un passé de culture et de civilisation. La lecture des textes médiévaux montre que le provençal à une graphie spécifique bien différente des graphies patoisantes à la française. Raynouard est le premier à s’interroger sur l’utilisation d’une graphie normalisée, comment écrire le provençal moderne ? Il est ainsi le réintroducteur en Provence de la graphie classique dite occitane. C’est donc un provençal qui initie la renaissance d’oc. 40 ans plus tard, la gloire de Mistral la déplacera vers les bords du Rhône. En 1829, Raynouard donne une notice sur Brignoles et une histoire du droit municipal en France, où il demande le rétablissement des libertés communales chères aux provençaux. Il est ainsi aux racines de la renaissance d’oc contemporaine avec la conscience d’une unité de civilisation et de valeurs humanistes. Raynouard meurt le 27 octobre 1836 à Passy. Profondément attaché à l’unité nationale, mais aussi profondément provençal , il a vécu dans une contradiction que son époque ne permettait pas de solutionner équitablement. Le Félibrige doit beaucoup à Raynouard et Mistral pour écrire Lo Tresòr dau Felibritge , se servira des travaux de ce visionnaire incontestable, qui influera la renaissance d’Oc. Robert Lafont le présente, avec Honnorat, comme un des deux grands précurseurs du Félibrige : «Il serait fastidieux d’énumérer ce que l’école félibréenne, en ses premières propositions théoriques, doit à Raynouard et Honnorat, aux deux savants qui ont posé de l’entreprise, les bases idéologiques. En un mot, elle leur doit les raisons de son existence ; le souvenir de l’ancienne splendeur et le sentiment de la dignité retrouvée». Aujourd’hui, à Rocbaron, aucune plaque commémorative ne célèbre cette grande figure historique que fut Raynouard. Aucune festivité ne sera organisée à l’occasion de cet anniversaire. Déni culturel ou tout simplement ignorance des élus, cette attitude ne fait que renforcer nos convictions et la lutte est aujourd’hui encore plus une nécessité. Per que viscan lo país, la lenga e la cultura nòstras : RESISTAM !!!


Libertat! que defen e que sostien lo collectiu « Causse Subervoltat » dens lo son combat contra çò que podem aperar clarament ua colonizacion deu País. L’Estat e las granas enterpresas que s’esconen darrèr lo gran principi de las energias renoveladeras entad apitar un navèth projècte capitalista qui non serveish pas a la populacion – au contrari : pèrta de la tèrra (expropriacion), manca de concertacion (França  =  Estat democratic  ?), dangèr environamentau (ondas, destruccion de l’environament tà bastir) – e qui a per objectiu principau de’s har sòus a distancia taus uns e de contentar Brussèlas taus autes. Non podem deishar installà’s aquestes projèctes en Occitània qui vad l’impression d’estar la navèra còrna d’abondància de l’Estat en mei d’estar lo son parc toristic. Lo «  Capitalisme verd  » que demora lo Capitalisme. Nosautes que devem muishar que sia possible la reapropriacion deus nostes mejans de produccion e que l’energia sia un ben collectiu qui cau gavidar publicament tà la populacion e non pas tà la moneda de quauques uns. Qu’ei pr’amor d’aquò que volem víver e decidir au País. Shens poder popular locau n’i a pas nada libertat.

P

as très loin de Saint-Affrique et de Millau se prépare un nouveau projet de parc éolien massif au dépend de la population locale et de sa terre. LE PROJET Implanter un transformateur entre 225 000 Volts et 400 000 Volts sur l’avant causse de Saint-Affrique. Le poste transfo sera installé sur 10 hectares et surtout sur des terres cultivées actuellement par deux jeunes agriculteurs !

L’étude est planifiée de la sorte : - À très court terme 650 MW sur le réseau local (pour équivalence un réacteur nucléaire envoie 1 000 MW). - Pour 2014, l’étude prévoit un surcroît de production de 1  300MW - Enfin c’est 2  100 MW qui sont prévus pour 2020

Nosta tèrra

CAUSSE SUBERVOLTAT QUAND LE CAPITALISME VERT RIME AVEC NEO-COLONISATION.

La justification est l’écoulement en sécurité d’électricité renouvelable qui s’ajoutera à la production hydroélectrique locale. Les lignes arrivant sur le transformateur actuel du Planol seront bientôt au taquet avec l’ajout d’éoliennes localement. Un petit calcul réalisé par le collectif « Plateau survolté » permet de quantifier le nombre d’éoliennes posées d’ici 2020 : environ 320 éoliennes pour 2011, ensuite 550 pour 2014 et enfin (et ce ne sera peut-

être pas terminé) un millier d’éoliennes pour 2020. Un marché juteux Ce projet pharaonique fournira de l’énergie excédentaire qui sera vendue à l’étranger notamment en Espagne et rapportera de jolies sommes pour la finance internationale qui surfe sur les directives européennes demandant Document à consulter sur :

http://www.stop-tht.org/IMG/pdf/doc_confidentiel_ edf_1983_lefevre.pdf

11


20% d’énergie renouvelable sur le total consommé. Rien de local, rien pour le local et ses habitants. Une véritable colonisation du Causse de Sant-Victòr qui devra desservir Figueras et Barcelona grâce à la toute nouvelle ligne THT (Très Haute Tension) souterraine des Pyrénées enfouie sur 64 km. À noter qu’une fois le poste survoltant installé, les sites de production se colleront au plus près car le coût de la longueur de branchement est à réduire pour ces messieurs les grands investisseurs. Toujours au sujet de la THT l’Agence Française de Sécurité de l’Environnement et du Travail (AFSSET) recommande de ne pas aménager d’école ou de crèche à moins de 100 m des lignes THT. Cette même agence note que des « associations statistiques claires (ont été) identifiées par plusieurs études entre l’exposition à ces champs magnétiques et des leucémies infantiles. L’hypothèse de leur implication dans des maladies neurodégénératives…ne peut être écartée ».

Lectura

Démocratie bafouée, solutions avancées RTE (Réseau de Transport d’Électricité) indique qu’une solution appelée «  Stratégie 1  » consisterait à produire 650 MW + 500 MW, sans transfo, en rénovant les lignes ac-

tuelles 223 000 Volts locales. Soit l’équivalent de 500 à 600 éoliennes. C’est ce que demande le collectif dépité mais engagé contre le projet : « qu’ils partent pour cette « Stratégie 1 » et BASTA ! Et qu’ils respectent les habitants lors de l’implantation de ces éoliennes ou implantations photovoltaïques. Ils auront déjà bien bousillé lo Sud-Roèrgue, los Monts Lacauna, l’est de Tarn ». De plus le Projet RTE aurait demandé aux maires en réunion de garder le projet de transfo « secret », pas de concertation de la population donc. Ces maires ont validé le projet lors de la réunion du 12 février en Sous-Préfecture. Les membres des Conseils Municipaux n’en savaient rien… Bricolage Le Conseil de Saint-Victor avait voté à l’unanimité contre le projet. La délibération envoyée en Sous-Préfecture indiquait plus tard : « Le CM à l’unanimité rejette l’implantation du parc photovoltaïque, afin de ne pas compromettre le projet de transformateur d’électricité  ». Un ajout qui selon le collectif ne figurait pas lors de la séance au conseil et deux conseillères l’auraient fait remarquer au Maire.

DésoBéissons à l’union EUROPéenne !

S

orti au mois de mars dernier aux éditions Mille et Une Nuits, « Désobéissions à l’UE » développe des idées qui ont du mal à passer dans les médias dominants, acquis à la pensée unique et au défaitisme. Même si l’auteur, Aurélien Bernier, et le mouvement M’PEP dont il est membre restent dans un schéma jacobin français (la seule référence aux peuples sans Etat en Europe est dans le chapitre sur l’extrême droite p. 94 : «  des régionalistes acharnés qui voyaient dans l’Europe l’occasion de détruire l’Etat  »), ils démontrent tout de même que la politique détient toujours le pouvoir de résister aux dictats des multinationales et des lobbies néolibéraux. Ainsi, après une analyse pertinente sur la nature antidémocratique et antisociale de l’Union Européenne, ce petit livre propose plusieurs pistes pour que les peuples retrouvent leur souveraineté dont plusieurs à partir des collectivités locales, ce qui devrait intéresser le mouvement occitaniste. Aurélien Bernier nous explique « qu’il ne s’agit pas d’attendre que la gauche radicale prenne le pouvoir (à Paris bien sûr  : ndlr). La situation d’hyperurgence que nous connaissons dans la santé, les services sociaux, en matière de précarité ou d’emploi oblige à penser la désobéissance européenne à un autre niveau  : celui des collectivités locales » (p. 136). Si on dépasse la mythification de la République française chère à l’auteur et au M’PEP et le rejet de la désobéissance civile car «  elle s’oppose à un ordre juridique légitimes  » (p.

12

146), nous trouvons tout de même de nombreux axes pour l’action d’élus occitanistes résolus à défendre les intérêts des classes populaires et combattre une UE antidémocratique et antisociale, mais aussi élaborer un programme cohérent et radical pour construire Occitanie. Ainsi à partir de la Commune, de la Ville, du Département ou de la Région, estime Bernier, la désobéissance européenne doit ouvrir le «  combat politique  » pour un changement au niveau de l’État. Dénonciations des règles qui gèrent les marchés publics quand elles mettent en concurrence déloyale le privé et le public, quand elles empêchent de choisir des marchés locaux et de relocaliser l’économie ; « régionalisation », « municipalisation  » de secteurs tels que l’eau, les transports ou les déchets font partie des pistes avancées dans le livre (p. 124). Celles-ci devraient être intégrées par l’occitanisme qui se veut populaire et révolutionnaire. Démontrons au peuple occitan qu’il est possible de changer les choses, d’inventer d’autres formes de gouvernance et sortir du défaitisme. « Désobéissons à l’UE » nous donne des éléments pour construire notre autodétermination mais aussi, plus globalement, démontre qu’il est possible de résister administrativement aujourd’hui aux diktats acceptés par nos gouvernants et inscrits comme les fondamentaux de l’UE. Mais pour cela encore faut-il sortir des chemins tracés, rompre avec le conformisme politique et avoir du courage. Du courage et de la déter-

mination, car il n’y a rien de plus inconfortable que d’être en rupture avec la pensée dominante et ses partisans. Et de confort, nos élus ont bien du mal à s’en priver. À la fin du livre, l’esquisse d’un changement européen est proposée selon un modèle qui pourrait faire penser à l’Amérique du Sud et aux États qui ont rompus les accords de libres échanges avec l’Amérique du Nord et qui élaborent d’autres règles d’échanges plus justes. Dans ce sens, Bernier et le M’PEP estiment que le poids d’un État français désobéissant serait plus apte à servir d’exemple aux autres États de l’UE s’il reste dans l’Union et n’en sort pas comme le revendiquent certains. Désobéissons à l’Union Européenne, Ed. Mille et une nuits. 4€


JOIE, BONHEUR, MOTIVATION, INTENSITÉ, FIERTÉ, FATIGUE, DIGNITÉ, SOULAGEMENT, VOILÀ QUELQUES-UNS DES SENTIMENTS QUE NOUS RESSENTONS APRÈS LE FESTENAL MONTCUC LIURE 2011 QUI S’EST DÉROULÉ CE WEEKEND EN QUERCY.  ans une détermination sans faille et la croyance en la cause que nous portons, ce Festenal n’aurait jamais pu exister. Outre l’ampleur de la tâche qui reposait sur quelques bras déterminés c’est l’éprouvante et interminable confrontation avec un pouvoir mesquin qui fut difficile. Nous savions dès le début qu’il serait difficile d’organiser un festival portant un message politique et en plus occitan. Cela ne pouvait que nous rendre suspects aux yeux de l’ordre établi. Nous n’étions pas dupes, non plus, des limites de la démocratie dans l’État français et de sa peur envers tout ce qui remet

S

compter le maire de Montcuq et la préfecture qui déjà commençait son travail de sape. Ce maire veut que rien ne se passe à part le marché et le tourisme du pognon. Un autre événement avait déjà été annulé et la fête votive n’aura pas lieu cette année...Le courageux maire prit peur face aux appels récurrents de la préfecture et des R.G.(1) lui enjoignant d’annuler notre Festenal. Nous étions paraît-il dangereux, notre site internet en témoignant. Les R.G., sûrement, parlaient de notre soutien inconditionnel aux personnes et peuples qui luttent pour changer ce monde et qui mettent en danger un ordre des choses que de plus en plus de gens refusent. Bien entendu, officiellement et devant nous, tous ces blocages n’étaient là que pour «assurer notre sécurité». Toutes les lois sont là pour nous protéger, mais elles ne sont en fait que des dispositifs de contraintes de plus en plus insupportables. Devant nous, aucun officiel n’a évoqué une raison politique, mis à part les gens qui nous ont fourni ces renseignements. Censurer un tel événement ne pouvait que ternir l’image démocratique du pays des Droits de l’Homme, sympathique cache sexe d’un État et d’un système qui acculent toujours plus les gens au désespoir, à la pauvreté, à la misère. Après la réunion avec la mairie de Montcuq et la préfecture, il était clair que la tenue du Festenal ne se ferait pas sur cette commune. Difficile de traduire le sentiment qu’on peut ressentir quand l’administration et les représentants élus du peuple se moquent ouvertement de vous. Difficile de répondre à une conseillère qui nous demanda pourquoi nous ne faisions pas notre festival au Pays Basque... Difficile de garder son calme face à une si vieille machinerie qui n’est là que pour tout contrôler.

AU DÉBUT, LE FESTENAL ÉTAIT PRÉVU DANS LA COMMUNE DE MONTCUQ... en cause une parcelle de sa toute puissance. Mais nous ne pensions pas vivre une telle situation. Maintenant que c’est passé et que nous avons eu confirmation de l’implication directe de la préfecture donc de l’État dans nos problèmes, tout est bien plus clair. Au début, le Festenal était prévu dans la commune de Montcuq, notre intention première était d’animer et de se ré-approprier l’espace public. Nous pensions, sincèrement, ne pas avoir de problème pour un tel événement, mais c’était sans

Après renseignement, nous décidions de nous déplacer sur un terrain privé, là où les normes et lois sont bien moins contraignantes. Ces dernières, que bien sûr personne n’a su nous donner, ni la gendarmerie, ni la préfecture. Il y a des lois, çà c’est un fait établi, mais elles sont bien cachées, même ses dépositaires ont l’air de les oublier.  Après un accueil sympathique de la marie de Sauzet, nous avons été vite rembarrés dés que la maire eut une réunion avec la préfecture et 13

alternativa

fESTENAL MONTCUC LIURE ii


la gendarmerie. Sous prétexte d’incendie, alors que le SDIS(2) nous avait infirmé ce danger, et sous prétexte que c’était une «rave party» alors que nous avions bien expliqué que cela n’en était pas une, la mairie nous refusait l’autorisation. Initiative étrange quand nous savons que cette même mairie va fournir 15 hectares de terre pour la construction d’une super prison... Nous n’avons pas effectivement le même projet de société. Malgré que nous ayons été très mal reçus la seconde fois, la mairie trouve, comme unique idée, de nous envoyer un recommandé en nous accusant d’impolitesse... Nous pouvons affirmer qu’à quelques semaines du Festenal il nous a fallu beaucoup de convictions, de détermination et de sang froid pour avancer. Mais à aucun moment nous n’avons émis l’hypothèse d’arrêter.  Et nous repartîmes sur les chemins pour trouver un lieu salutaire. Ce qui fut fait très rapidement sur la commune de Montlauzun. Enfin nous avions l’accord du maire et un terrain aimablement prêté par un paysan du coin. Mais ce n’était pas fini malgré que légalement nous étions dans nos droits la préfecture l’avait sûrement mauvaise. Elle

14

usa de bonne vieilles méthodes d’intimidations, à base de recommandations de moins en moins courtoises pour le maire et de pressions de la préfecture et de la gendarmerie sur le paysan nous prêtant le terrain. La voisine du terrain fut elle même enjointe de porter plainte s’il y avait un quelconque débordement. A cela se greffa, comme si nous en avions besoin, les menaces de petits «fachos» envers la mairie et le maire, des coups de téléphone lui enjoignant d’arrêter et des menaces de venir perturber le Festenal sur internet. Leur rage visait l’occitanie populaire et métissée que nous désirons et le groupe ZEP (3). Nous le comprenons aisément, car un fasciste ne peut  concevoir que des français d’origines immigrés disent ce qu’ils pensent, avec insolence, de la politique et de l’histoire de l’État français. Tout comme nous, qui décidons de reprendre en main notre avenir ici en Occitanie, les membres de ZEP ont décidé de ne plus être des victimes. Cette terre qui par son histoire a toujours été une zone de mélange entre Europe et Méditerranée, mais aussi une terre de résistance. L’Occitanie est une terre du nord de la Méditerranée n’en déplaise aux supremacistes blancs de tout poil. La chanson « nique la France » n’est pas anti-française mais bien contre l’État français. Un État qui refuse d’enlever ses

habits de colon dans l’Hexagone, mais aussi dans ses excolonies. Son refus d’officialiser notre langue occitane et de nous accorder notre autonomie politique en sont bien la preuve. MAIS NOUS N’ÉTIONS PAS AU BOUT DE NOS SURPRISES, Après avoir maintes fois déplacé le festenal il nous fallait bien indiquer le lieu de changement, ce qui fut fait avec application par le biais de panneaux d’indications. A notre grande surprise, ils atterrissaient dans les fossés où les champs limitrophes. Avec abnégation nous replacions à chaque fois nos panneaux... Même si nous avions des doutes, nous n’osions penser que cela pouvait venir des forces de l’ordre, jusqu’à la confirmation visuelle de cela. Nous tenons encore à signaler que ce Festenal était légal. Tout cela vient confirmer que les forces de police sont politiques et n’ont pas peur d’user de procédés fort limites et mesquins. Nous nous devons de plus de signaler le fichage systématique de tous les participants (organisateurs et publics). Quelle belle leçon de démocratie, au même moment où la République, sous ce même étendard, bombarde la Libye. ET MALGRÉ TOUT, Avec patience et détermination nous avons réussi à accomplir ce fabuleux projet avec nos propres forces sans aides exté-


APPEL À SOLIDARITÉ

rieures. Notre projet qui s’articule autour du «vivre et décider au pays», mais aussi sur une autonomie multiforme. Quand nous disons «terre et liberté», «justice et dignité» nous tentons de redonner un sens véridique, par nos actions concrètes, à ces mots tant usés. Voilà un exemple de cette contre société à bâtir qui nous anime, voilà une première pierre dans notre lutte à mener. Bien entendu tout n’est pas parfait, il nous reste à parfaire notre organisation et à régler le déficit, car tous ces soucis n’ont pas aidé à la bonne préparation du Festenal. Mais nous ne pouvons être qu’heureux et fiers d’avoir mené ce projet à terme car cela relève quasiment du miracle face à toutes ces entraves sournoises. Tant d’acharnement vient confirmer la justesse de notre vision de la lutte, la justesse de ce qui nous anime et que nous portons à bout de bras. Tout cela est bien sûr politique, notre projet gène les autorités au plus haut point. Et pourtant nous ne faisons que relayer l’exaspération montante, la confiance perdue en l’État, le besoin de changement politique, le

besoin de justice et de dignité.  Et donc seraitce pour ces quelques aspirations légitimes que nous avons droit a un tel déploiement de force ? Nous ne demandons pas grand chose sinon pouvoir s’organiser comme nous l’entendons, sans la tutelle d’un État lointain, de sauver notre terre, de rendre la dignité aux paysans, de faire du Quercy et de l’Occitanie un lieu où nous pourrions  bien vivre dignement. Nous vous invitons à soutenir chaque initiative de Libertat en Quercy et de nous rejoindre en créant des comités libertat chez vous dès aujourd’hui. Vous aurez tout notre soutien humain, moral et logistique. QUOI QU’IL EN SOIT NOUS VOUS DONNONS RENDEZ VOUS L’AN PROCHAIN POUR UN NOUVEAU FESTENAL LIURE !

Le Festenal Montcuc Liure, malgré sa réussite, a accusé un déficit du fait des diverses complications que vous pourrez découvrir dans le texte joint. Sachant que nous nous refusons à l’aumône des subventions étatiques, nous en appelons à la solidarité des lecteurs de la Revista et plus largement aux défenseurs de la cause Occitane, pour rentrer dans nos frais. Cet argent servira à finir de payer nos fournisseurs et rembourser les prêts gentiment accordés par les camarades et amiEs. Cela nous permettra d’appréhender avec sérénité la prochaine édition! Vous pourrez bénéficier d’une réduction d’impôts si vous le désirez. Pour plus d’infos (comment nous soutenir, aider à la préparation, devenir bénévole l’an prochain, etc.) contact@festenalmontcuc.org

http://festenalmontcuc.org

(1)Les Renseignements Généraux. (2)Service Départemental d’Incendie et de Secours (3)Zone d’Expression Populaire.

15


internacionau

Guèrra contra l’independéncia africana en Libia e temptativas de recuperacion en Siria

I

L EST DIFFICILE D’ÉCRIRE SUR CE QUI SE PASSE EN LIBYE OU EN SYRIE TANT LES INFORMATIONS SONT PARCELLAIRES ET SOUMISES À LA PROPAGANDE. LA PROPAGANDE D’ABORD DE L’OTAN. REPRISES SANS VÉRIFICATION ET RÉPÉTÉES À LONGUEUR DE JOURNÉE PAR TOUS LES MÉDIAS DOMINANTS, CES INFORMATIONS FINISSENT PAR DEVENIR DES VÉRITÉS INDISCUTABLES MÊME QUAND QUELQUES JOURS PLUS TARD D’AUTRES INFORMATIONS LES CONTREDISENT. PUIS LA PROPAGANDE DES POUVOIRS CONTESTÉS QUI N’ONT JAMAIS BRILLÉ POUR LEUR LIBERTÉ D’INFORMATION ET LA VÉRACITÉ DE LEURS PROPOS.

fense des Droits de l’Homme, alors qu’il apparaît bien que les raisons de cette guerre sont ailleurs. Tous le monde le sent bien, mais face à l’unanimité affichée dans tous les principaux médias et l’ambiguïté, voire le soutien, des partis de gauche pour cette guerre, le peuple se trouve dans une situation où le fait de la dénoncer ou de manifester son opposition le place dans le camps des dictateurs et des fascistes. Nos gouvernements, cette fois-ci, ont réussi à taire toute voix critique, la stratégie employée pour criminaliser, par exemple, l’antisionnisme en l’assimilant à l’antisémitisme, sans y parvenir complètement, a cette fois bien marché. Seules quelques initiatives minoritaires ont été organisées. De la même façon, il est difficile de voir une améEN LIBYE lioration de la situation en Libye au fur à mesure de Qui a vu ou entendu une quelconque excuse après l’avancée de la rébellion. Pire, comme au Kosovo, la diffusion de scènes de liesse présentées comme il semble que les massacres que voulait, officiellese déroulant sur la place verte de Tripoli alors ment, éviter l’OTAN sont de fait exécutés par cette qu’elles étaient filmées au Quatar ? Les milliers de même rébellion, dans chaque ville prise à l’armée victimes qui légitimaient l’intervention de l’OTAN? libyenne grâce aux bombardements de l’OTAN et Personne ne les a vues ! Le charnier de plus 1 700 la présence de force spéciales et de mercenaires, prisonniers exécutes en 1996 ? Après avoir répan- comme ces anciens paramilitaires colombiens redu l’information sur tous les médias, plus aucune convertis et dont 18 furent tués en juillet dans la bataille de Misrata. LA GUERRE, ULTIME RECOURS QUAND Des exactions, dont l’importance est tue par médias dominants. Ainsi, quand un jourD’AUTRES VOIES SONT BLOQUÉES POUR les naliste de France 24 en Libye, visiblement ému CONTINUER À EXPLOITER. et interviewé sur une chaîne d’info de la TNT tient à parler de « noirs » systématiquement trace lorsque enfin une enquête est faite sur place. abattus par les rebelles, sa collègue à Paris, elle, ne En avez-vous entendu parler ? Ainsi, depuis le dé- lui pause des questions que sur l’endroit où pourbut de l’intervention étrangère en Libye, non seu- rait-être Kadhafi. lement on nous ment, mais en plus, on nous L’avenir des « noirs » libyens inquiète les africains noie dans une propagande pseu- qui restent très critiques face à l’intervention de do-humanitaire et forces occidentales, anciens colonisateurs comme de dé- la France et la Grande Bretagne, ou les monarchies arabes. Même aux Etats-Unis, un article du journal afro-étatsunien Black Star News appelait Obama

Armaments francés tà la rebellion en Libia. Cuelhuts hens las casernas de Kadhafi o balhats per París ?

16


à demander «aux bigots de Benghazi d’arrêter de massacrer les noirs en Libye» et une manifestation était organisée. Sous prétexte de sauver la population libyenne, l’OTAN déverse des milliers de bombes, dont une grande partie pollueront les terres durablement. Certaines estimations, sur la base que chaque bombe tue deux personnes, parlent début septembre de 50 000 personnes tuées par ces bombardements. Ce n’est pas défendre le régime de Kadhafi que de vouloir la vérité et de dénoncer l’hypocrisie de nos diri-

geants. La sécurité des peuples n’intéresse pas nos États qui ne l’oublions pas restent des forces impérialistes à l’extérieur comme à l’intérieur. Ceuxci agissent autant pour maintenir leur domination que pour gagner d’autres parts du marché mondial pour ces multinationales qui soutiennent nos gouvernements. La guerre, ultime recours quand d’autres voies sont bloquées pour continuer à exploiter. La guerre pour sauver un train de vie toujours plus menacé et qui ne cesse

de provoquer des conflits sociaux et politiques au sein même des empires. C’est ce qui se passe en Libye. Nulle autre raison ne justifie cette guerre que le fait pour certains États de garder leur place sur la scène mondiale. Ces même États qui règnent jalousement sur le conseil de sécurité de l’ONU et qui face à la crise financière, ont d’autant plus besoin des richesses étrangères pour sauver leurs banques et leur économie capitaliste. De plus, se débarrasser de Kadhafi, c’est aussi se débarrasser d’un acteur non négligeable en Afrique, fort de sa manne pétrolière et malgré certaines de ces lubies. Les financements libyens ont plus d’une fois été en concurrence avec le FMI et d’autres fond internationaux. Et souvent, la Libye a été préférée comme partenaire. Aujourd’hui des sommes importantes d’argent libyen sont bloquées à l’étranger et sont littéralement pillées avec la bénédiction d’instance internationales qui avaient autorisé le blocage de nombreux comptes. Soyons-en sûrs de cela aussi, cette argent ne reviendra jamais au peuple libyen. Le PS, le PG et Europe Écologie ont salué l’intervention étrangère en Libye. L’eurodéputé et nationaliste corse de RPS, François Alfonsi, a participé à une délégation de son groupe parlementaire en Libye pour reconnaître le CNT. Dans un communiqué lyric il décrit les batailles menées par des troupes berbères et surtout leur armement par l’État français. Quasiment autoproclamé stratège, il décrit le déroulement de l’insurrection et de la prise de certaines villes par des rebelles berbères et semble prédire que la culture et l’identité amazigh ne pourront plus jamais être niées dans le futur État libyen. Rien n’est moins sûr... Plus triste encore est de voir les organisations comme le Congrès Mondial Amazigh soutenir le CNT libyen sans condition alors que tant de touaregs sont obligés de fuir les exactions racistes de la rébellion. Des touaregs dont plusieurs mouvements rebelles dans les États voisins avaient été soutenus par le régime de Kadhafi

Los amazighs manifestèn a Tripòli pels lors drets en la futura Libia.

MANIF ANEM ÒC PER LA LENGA OCCITANA, lo 31/03/12 a Tolosa, 14h

17


et dont beaucoup demeuraient en Libye. Les touaregs noirs ont été la cible du même racisme qui s’est abattu sur les noirs-africains, tous considérés partisans de Kadhafi par de nombreux rebelles revanchards. Mais la division existe même entre touaregs, où la différence entre touaregs «blancs» et «noirs», descendants d’esclaves émancipés et intégrés, est instrumentalisée par certains partisans du CNT. Pour les Etats-Unis, qui n’apparaissent que discrètement dans cette affaire, la chute de Kadhafi, en plus de meilleurs contrats, représente aussi une occasion d’implanter son département «Afrique», aujourd’hui en Allemagne, sur le continent africain. Mais tous les espoirs occidentaux et ceux des monarchies arabes pourraient aussi être déçus en partie si la Libye devenait ingouvernable et soumise à toutes sortes de groupes armés plus ou moins incontrôlables. Mais, là aussi, la solution pour

d’Assad du pouvoir. A cela, il faut ajouter les provocations, de plus en plus souvent armées, de groupes dont l’identité reste incertaine mais dont certains, islamistes, n’ont pas hésité à menacer chrétiens et musulmans non-sunnites, préfigurant ainsi de leur programme politique. Mais la répression n’est pas défendable pour autant et encore moins quand elle se fait par les armes, et parfois semble-t-il avec des armes lourdes, tuant ainsi de nombreuses personnes qui manifestent. Là aussi, la bataille des chiffres fait rage et il est extrêmement difficile de connaître la réalité sur le terrain. Un fait, est, tout de même, évident. Comme la Libye en Afrique, la Syrie au Moyen-Orient tient une place non négligeable dans le soutien, ou au moins l’hospitalité, de mouvements de libération palestiniens ou du Hezbollah libanais. Son alliance stratégique avec l’Iran est insupportable à nos gouvernements qui cherchent à «ANGOISSE AU MOMENT DES RÉVOLTES TUNI- isoler cette puissance régionale non-alignée, considération, que l’on se le dise, du SIENNE ET ÉGYPTIENNE QUI SE FAISAIENT CONTRE sans respect ou pas des Droits de l’Homme. La LES ALLIÉS DE L’EUROPE ET DES ETATS-UNIS. Syrie a cette particularité aussi d’avoir un POUR LA LIBYE ET LA SYRIE, AU CONTRAIRE, ON Etat qui fonctionne et des services publics, ENCOURAGE, ON FINANCE ET ON PARTICIPE.» qui, même si ceux-ci ne sont pas exempts de corruption (mais peut-on faire la morale les États impérialistes pourrait être de «sécuriser» seu- ?), représentent des acquis sociaux et des garanties de lement les champs pétroliers et quelques secteurs stra- souveraineté insupportable pour le capitalisme globatégiques, comme cela fut fait en Irak, en Afganistan ou lisé. Et pour finir de douter, s’il le faut, de la véritable raipar le passé en Algérie pendant la «décennie noire». Bien son du soucis de nos gouvernements pour l’opposition sûr, sans aucune considération pour la vie des libyens, syrienne, il suffit de se rappeler leur angoisse au moment qui assisteront à la destruction des services publics et des révoltes tunisienne et égyptienne qui se faisaient des administrations qui leur permettaient de profiter contre les alliés de l’Europe et des Etats-unis. Pour la d’un niveau de vie et d’éducation plus élevé que dans la Libye et la Syrie, au contraire, on encourage, on finance plupart des États africains. et on participe. Cela ne signifie pas que les révoltes sont illégitimes, cela EN SYRIE signifie seulement que le «droit d’ingérence» dont se Depuis des mois, des mouvements civils mènent une sont octroyé nos États, n’est qu’une nouvelle phase de contestation qui a poussé le pouvoir à promettre de l’impérialisme et néo-colonialisme occidental contre le multiples réformes pour soulager la population de l’op- reste de la planète. Pas d’autre voie que le capitalisme pression politique, mais celles-ci ne semblent pas avoir néolibéral et global pour les États du monde, affirment été mises en place et les forces de l’ordre ont réprimé, ainsi les puissance occidentales et leurs alliés. Nous parfois bestialement, la contestation. Mais celle-ci, il devons être vigilants. Les tentatives de déstabilisation faut le reconnaître, est multiple, comme ses PEUPLES SANS ÉTATS ET ENJEUX GÉOSTRATÉGIQUES objectifs. Aujourd’hui, les berbères semblent donc divisés, ils sont pourtant une des compoAssad a répondu favosantes les plus importantes de l’État libyen. Dans l’avenir il est difficile de savoir quelles rablement à une bonne positions ils prendront, mais déjà, les premières propositions de constitutions pour la partie des revendicafuture Libye, ne reconnaissaient aucune revendication berbère, comme celle de l’offitions de la population cialité de leur langue aux cotés de l’arabe. Les courants pan-arabiste islamiste et les Kurde, qui depuis des représentants d’intérêts particuliers ou claniques semblent majoritaires au CNT et années souffrait de peut faire craindre pour la suite. l’absence de droits Les berbères ou amazighs, sont dans la fâcheuse situation de bon nombre de peuples civiques, sans parler sans États dans cette partie du monde. Comme les Kurdes, ils sont soumis à l’oppresde leur droit natiosion et à la négation des pouvoirs pan-arabistes en place d’un coté, et de l’autre, à naux. Ceux-ci, officiell’instrumentalisation sans scrupules de la part des impérialismes régionaux ou occilement, sont reconnu dentaux. Nous n’avons aucune leçon à donner mais nous assistons avec regret à l’engaaujourd’hui comme gement de certains mouvements dans les stratégies des impérialistes et de la globalisyriens à part entière sation capitaliste. Nous comprenons bien que leurs situations sont délicates et qu’une et auront droit à une insurrection et une intervention étrangère peuvent-être vues comme une opportucarte d’identité. Mais nité. Encore faut-il être assez fort ensuite pour résister à un changement d’alliance préface à la lenteur de la visible. Nous les appelons donc à ne pas croire dans les promesses qui leurs seront mise en place de ces réfaites. Ils ne peuvent compter que sur eux-même pour leur émancipation. Mais nous formes, le nombre d’arattendons aussi des mouvements progressistes arabes qu’ils laissent tomber les mythes restations et la violence du nationalisme arabe, comme doivent se débarrasser de leurs mythes les républicains policière et militaire et français ou turcs. La reconnaissance de chaque peuple et de leurs droits est la condiles morts, les mouvetion basique à la coopération, la paix entre les peuples et la solidarité dans la lutte pour ments revendiquent, la souveraineté et la justice sociale. aujourd’hui le départ

18


ont commencé, une «opposition» réfugiée dans l’État restent à construire ou se construisent aujourd’hui. Elles turc appelle à une intervention étrangère comme en Li- passent par la réappropriation de nos vies, de tout ce qui bye alors qu’un comité national rassemblant l’opposition nous touche et nous nourrit. Nous avons à préserver les à l’intérieur s’y oppose et refuse, au jour d’aujourd’hui, à liens qui nous unissent, nous, le peuple. Familles, amis, voiprendre les armes craignant l’exemple iraquien. Même si sins et collègues notre force est dans la solidarité que nous les médias dominants les présentent toutes deux unies, de exercerons face aux agressions sociales et politiques qui nombreux éléments nous démontrent les influence régionales et impérialistes sur ce «Conseil national ORGANISONS NOUS, CONSTRUISONS NOTRE Syrien» à l’étranger. Celui-ci a refusé de reconnaître AUTONOMIE ET LES OUTILS NÉCESSAIRES À la nation kurde comme partie du peuple Syrien et des personnalités de l’opposition intérieure sont as- NOTRE ÉMANCIPATION. CRÉONS DES MÉDIAS sassinées dans des circonstances obscures comme POUR NE PLUS SUBIR LA PROPAGANDE QUI le leader kurde Meshal Tummo. Les éléments se SÈME LE DÉFAITISME ! mettent en place, médiatiquement, diplomatiquement et secrètement surtout... pour essayer de priver la se multiplient. On veut nous expulser? Mobilisons-nous ! contestation en Syrie des fruits de son courage et de sa Un tel ou une telle ne peut plus subvenir correctement détermination. aux besoins de ses enfants, rassemblons-nous et groupons nos achats, organisons des liens directs entre consommaAILLEURS teurs et producteurs, exproprions s’il le faut ! Un autre a Que ce soit en Europe ou ailleurs, on prive de leur liberté été radié et n’a plus droit à rien, occupons Pôle Emploi ou et de leur souveraineté les peuples au profit d’États dé- la DDTE ! Organisons nous, construisons notre autonobarrassés de leurs moyens politiques d’intervention sur mie et les outils nécessaires à notre émancipation. Créons l’économie, en sacralisant la propriété privée des moyens des médias pour ne plus subir la propagande qui sème le de productions, en détruisant les réglementations sociales défaitisme ! Ne laissons pas le pouvoir entre les mains des et libéralisant les services publics. Nos gouvernements valets du capitalisme et de la guerre. Tout cela, ici comme dont les membres sont des partisans de l’ordre écono- ailleurs, se joue sur tous les fronts et Libertat en occupera mique capitaliste dans sa phase néolibérale et guerrière, le plus possible. servent donc de fait les multinationales. Ne doutons pas En ce début de XXIe siècle, des choix se précisent mais de leurs convictions, conservateurs, sociaux-démocrates encore faut-il les connaître. Nous avons le choix entre la ou démocrates-chrétiens, tous aujourd’hui sont acquis à chute vers la tyrannie, l’égoïsme et la xénophobie pour la même idéologie qui dit qu’il n’y a d’autre chemin que maintenir l’ordre établi, ou rompre avec le XXe siècle et sa celui dicté par l’économie globalisée et donc les multina- barbarie qui continue. tionales et autres fonds de pensions. Ils ont tous intégré Ici, en Occitanie, cette rupture ne doit pas se faire sans cette idéologie, seules quelques positions sociétales, sur prendre en compte la question occitane et les siècles pasl’homosexualité, la religion, le droit des femmes, les dro- sés à tous nous uniformiser pour mieux nous exploiter et gues douces... les séparent. Il suffit d’observer les politiques nous dominer. Cette politique ne marche plus avec ceux en vigueur dans les États espagnol ou grec en ce moment, et celles issues de l’immigration récente et qui ne peuvent la répression qui touche les mouvements populaires le cacher. Et elle marchera de moins en moins avec ceux qui se radicalisent, pour voir que ceux qui se et celles qui prennent conscience de leurs racines, de la présentent comme «la gauche», ne culture de cette terre, ce pays, où ils et elles vivent. Les sont pas une alternative. peuples en un siècle ont gagné en expérience et en éducaL’alternative, les al- tion. Malgré l’aliénation de la société de consommation il ternatives, en reste toujours pour dire non, dénoncer et s’organiser ! A nous de faire en sorte d’être de plus en plus nombreux pour reprendre nos vies en mains et que, plus jamais, on ne fasse la guerre en notre nom.

Quau que sia la guèrra, qu’ei tostemps ua catastròfa taus pòbles

19


E

th vilatge d’Artieda qu’ei plaçat entre Iruña (Pampalona) e Chaca (Jaca) en parçan dera Chacetania (Jacetània) sus un pujau de 650 metres de nautada que domine era val der arriu Aragon, ua val viua a on i a aigua e es tèrres son cultivables. Es camins principaus passen tanben per aquera val  : eth camin de Sant Jaime (patrimòni culturau europèu e patrimòni dera umanitat dera Unesco) e era carretèra nacionau RN 240 IruñaChaca. Era poblacion d’Artieda viu dera agricultura, s’agís de gent acostumada a ua vida tradicionau e un shinhau autarquica damb es sòns uarts e peishèus. A nivèu mens important se desvolope tanben eth torisme rurau.

20

Grado, 1969 ; barratge de Búbal, 1971 ; barratge de Lanuza, 1977. Cada un d’aguesti barratges represente un pialèr de vilatges e poblants afectadi. Cau destacar ua informacion importanta a nivèu politic. Enes darrères eleccions autonomiques eth govèrn d’Aragon a passat a mans deth Partit Popular, un partit coneishut pera sua politica liberau en matèria de gestion dera aigua damb eth transvasament der Ebre, ath delà dera politica espanholista, ultra-dretana e dera economia dera construccion e deth torisme. «Spain is different» didien es sòns precedents franquistes quan comencèren de pensar er estat espanhòu coma un gran parc toristic tad Euròpa.

OS AB L PÒB

D Ua gestion idro-electrica espleitada ath maximau en nòrd d’Aragon, que hè a vier era tèrra cremada o aiguada. Sonque en Pirenèus e en PrePirenèus aragonés i trapam es següents barratges damb es sues respectives dates de dubertura : barratge de La Peña, 1913 ; barratge de Barasona, 1932  ; barratge de Yesa, 1954 ; barratge de Canelles, 1960  ; barratge de Mediano, 1969  ; barratge de El

Totun, maugrat aqueth viratge tara drèta, en Artieda, dempús des darrères eleccions municipaus deth passat mes de mai, que i a era preséncia d’un conselhèr de Puyalón, era quèrra independentista aragonesa. Que i auie dejà ua representacion exclusiva dera Chunta Aragonesista pendent fòrça ans. S’agís, donques, d’un pòble lutador qu’expresse en sòn vot era opcion politica de mès ruptura damb er estat espanhòu. Cap de S EN LUTA LE

Aragon qu’a ua poblacion totau de 1.350.000 abitants des que 50% viuen en cap-lòc : Zaragoza (Saragòssa). Eth nòrd d’Aragon ei fòrça despoblat. Chaca qu’a ua considerabla preséncia de militars e de Guàrdia Civiu mès qu’a tanben un gran complèxe ostalèr destinat ath torisme de montanha e d’esquí que represente era exclusivitat dera economia. Fòrça vilatges qu’an coneishut er exòde rurau e son ara desèrts ath delà des periòdes toristics. Chaca a uns 13.000 abitants, en Artieda d’Aragón ne son mens de 100.

Aqueth fenomèn d’exòde entas ciutats a on se concentre eth trabalh, es servicis e era vida vidanta qu’ei fòrça similar ad aqueth qu’a viscut Occitània pertot, tant enes paísi de mar, coma enes de camp e es de montanha. Que s’agís donques d’un país a on eth solet hèt de residir ei un acte de resisténcia e de dignitat. Resistir tà víuer e resistir contra es atacs ara tèrra. Pr’amor qu’a despiech d’èster d’un des parçans mès despobladi der Estat espanhòu, concentre ua inversion economica des mès granes per çò qu’ei d’autorotas, barratges d’aigua, macro-estacion d’esquí en Aramón, e tota ua logica de torisme coma solet mejan de vida e coma soleta gessuda d’un país condemnat pes autoritats de Madrid e de Zaragoza estant. LIDARITAT SO

internacionau

YESA NON ARTIEDA D’ARAGON, PER UN PÒBLE E UN ARRIU VIUS.

rt libe

LIBERTAT.ORG

g .or at


partit espanhòu (PP, PSOE, IU…) a representacion en Ajuntament (Mairia de l’Estat espanhòu. Ndlr) d’aqueth vilatge.

pressupòst tres viatges mès naut qu’er iniciau, e qu’arribe as 265 milions d’euros, pressupòst aprovat pes autoritats deth govèrn espanhòu.

En un encastre de crisi generalizada, es pressupòsti patissen retalhades e es servicis basics (ensenhament, sanitat, cultura…) son tocadi pera austeritat economica. Per contra, ar inici deth passat mes de junhsèga eth governament der Estat espanhòu votèc uns pressupòsti milionaris en favor der agraniment des barratges de Biscarrués, Mularroja e Yesa, toti 3 plaçadi en Aragon. Era autovia Iruña-Chaca e es òbres ena montanha de Guara on i a er èish Uesca-Chaca-Termièra (peth Sompòrt) que segueishen tà deuant.

Era resisténcia populara que tornèc a nèisher er an 1983 en Artieda quan se hèc public er agrandiment deth barratge. Damb ua longa istòria de vida, aqueth vilatge a passat a conéisher darrèraments 50 ans de subervivença. Abantes des ans seishanta, era zòna aiguada e afectada ère eth motor economic e sociau deth parçan damb projeccion de futur, e a passat a èster un parçan de vilatges hantaumes e desbrembats damb cap de possibilitat de progrès. Es arraïtzes des poblants damb era tèrra non permeten cap deishar-se préner tant aisidament un mejan de vida ne tanpòc bona part dera sua istòria e cultura. Es pagesi (paisans. Ndlr) locaus hègen çò que calie entà víuer deth sòn trabalh enes sues tèrres damb illusion, e que volerien plan veir un dia es sòns hilhs de poder trabalhar es camps. Non vòlen cap desaparéisher coma pagesi ne coma pòble.

Eth projècte de bastir un barratge neishèc er an 1923 e en 1928 començèren es prumères fases que peth sòn costat faraonic e pera Guèrra civiu durèren uns 30 ans. En 1954, eth dictador Franco inaugurèc eth barratge de Yesa dempús d’auer provocat er abandonament de diuèrsi vilatges. Entre d’auti Ruesta, Tiernas e Escó damb ua poblacion de mès de 1500 abitants. Eth cultiu de pins ath bòrd dera aigua qu’a afectat tanben mièja dotzena de vilatges mès. Es tèrres aiguades b’èren considerades de fòrça bona qualitat agricòla. Enes ans 70 comencèc de plantejar-se era idèa der espandiment e en 1983 se hèc eth prumèr plan public. En dia d’aué, quauqui projèctes son estats modificats tant pera oposicion des poblants coma per problèmes geologics çò que mèrque ua clara manca de seguretat a nivèu deth barratge. Es besonhs d’aquera òbra son encara mès qüestionats en tempsi de crisi, era platafòrma «Yesa No» parle d’un

Un exemple d’aquera resisténcia des poblants d’Artieda ei com foteren dehòra deth vilatge a crits de «Yesa no !» e «Río es vida» as representants dera Confederación Hidrográfica del Ebro quan vengueren en gèr de 2004 a balhar es notificacions d’expropriacion. Es coches d’aqueri òmes quedèren cobèrti de pegasolets. De contunh que comenceren es manifestacions, es accions e es recorsi juridics. En 1984 se constituïc era platafòrma «Yesa No» qu’amasse nombroses associacions e organizacions politiques, sociaus e ecologiques, e tanben ciu-

tadans a nivèu locau, nacionau, estatau e internacionau. Quauquarren de besonh entà dar a conéisher era situacion d’un barratge coneishut com «era mar des Pirenèus» e non deishar soleta era gent d’aqueth lòc deuant dera ampliacion de Yesa. Era aigua deth barratge ère prevista entà hèr electricitat e damb er agraniment se vò abastir d’aigua Las Bardenas, un parçan ath nòrd da Saragòssa a on i a prevista era ampliacion d’ua zòna de coitius e destinar ua part d’aquera aigua ath transvasament der Ebre entas camps de golf, piscines e torisme ; en detriment des poblants deth lòc. Ath delà damb politics que hè temps que vòlen desvolopar projèctes com transvasament der arriu Ebre e deth Ròse occitan, entas besonhs des megalopòlis der estat espanhòu, mès que mès d’aqueths contrarotlades peth Partit Popular. Se contunhe en tot preveir eth projecte mès ambiciós deth Plan Hidrológico Nacional e er agraniment deth barratge se calcule damb uns còsti nauti e un rendiment maximau, çò que non a de besonh era poblacion locau damb er actuau barratge. Non se respècte bric era manca de seguretat e eth procès que contunhe en nòm d’un desvolopament a on es uniques prepauses son es expropriacions. Eth vilatge d’Artieda que continhue d’arrefusar tota sòrta d’aufèrtes que non siguen era de demorar en tot víuer aquiu, conscienti qu’eth hèt de deféner eth territòri a d’anar damb un cambi de modèl de societat. Artieda e er arriu Aragon segueishen vius! http://www.coagret.com/ http://www.yesano.com/ http://artieda.es/ http://rioaragon.wordpress.com/ http://www.coagret.com/

21


L

ibertat internacionau qu’a participat ena darrèra edicion deth hestenau e dimenjada militanta «Esfendemos A Tierra» (Defenem era Tèrra) que s’ei debanat es dies 15, 16 e 17 de junhsèga en vilatge d’Artieda en Aragon, apròp deth barratge de Yesa a on s’atrapen es aigües der arriu Aragon. Qu’èrem convidadi pera platafòrma dera quèrra independentista aragonesa Puyalón – Bloque de Cuchas. Aquera platafòrma qu’amasse Purna, era joenessa revolucionària e independentista; A Clau Roya, collectiu feminista e antipatriarcau, A Enrestida, era accion antifascista aragonesa e qu’organizaue aqueres jornades damb eth sosten deth collectiu de joens d’Artieda O Salazar, SOA (Sindicat Obrèr Aragonés), Unibersidá Coleutibo Aragonesista e eth Conselh municipau d’Artieda.

Pursuit antipatriarcau, dinars populars nomentats chentas populars, uns debats sus es agressions ath territòri Apliquen damb determinacion aqueth (es projèctes des barratges de Yesa, eslogan de víuer e decidir en país, en Mularroya, Castanesa e Biscuarrués tot arrefusar ua desaparicion progra- toti en Aragon, eth complèxe d´esquí mada dera cultura aragonesa, en tot Aramón e son espandiment que vò deféner eth país des atacs contra eth era union des estacions peth Canau miei e a on, laguens ua luta aragone- Roja (Canal Roya) e un omenatge dera sista, a lòc un antifascisme istoric ath longa luta d’Itoitz (Nafarroa) qu’a vist madeish temps qu’er antisexisme e er aiguat eth sòn vilatge. Ena net deth anticapitalisme. dissabte se debanèren es concèrts de Mallacán (grop mitic aragonés de Aqueres jornades que pòrten tota reggae-ròck), Eina (ancians Inadaptats ua seguida d’activitats, ua d’eres de Catalonha; ròck ròi), Batikano Rojo qu’ei estada en contra der agrandi- (un auròst tà La Polla Records), Dadá e ment deth barratge de Yesa que va Alkol 96 (ua longa net de ròck combaa condemnar era vida des poblants tiu e compromés, punk e reggae). Entà d’aqueth parçan. Artieda qu’ei un des acabar mos amassèrem ena plaça deth vilatges afectats, que ve es sues tèrres vilatge per ua darrèra chenta popular agricòles aiguades e eth camin princi- e felicitar es companhes de Cuchas pau que pòrte entara carretèra nacio- peth sòn trabalh e era sua arcuelhuda. nau RN240 Iruña-Chaca (Pampalona- Un encontre capable d’arrecéber un Jaca), serà negat ena aigua. Eth public tostemps mès numerós vengut barratge qu’aluenharà mès d’Aragon sancèr e representants O S L PÒ B encara era vila de Chaca, d’organizacions deth País Basco, B DA distanta a quasi ua ora e Castilha, Catalonha e Occitània a on se trapen ua bona en un hestenau compromés e part des servicis que autogestionat. manquen ena aquera zòna rurau. ÒC! AQUIU QUE I A VIDA E O RIO YE DE TOZ (ER ARRIU Dempús des mobiliQU’EI DE TOTI). ENTALTO RO zacions e dera difusion d’inPUEBLO ARAGONÉS. formacions que venguèc er acte mès festiu annau qu’ei ja ena sua Infos : quatau edicion. Eth programa de http://cuchaindependentista.wordpress.com/ «Esfendemos A Tierra” ère çò de http://aenrestida.wordpress.com/ mès complet damb passa-carrèrs e http://purnaindependentista.wordpress.com/ era musica de Os Gaiters de Chaca, http://aclauroya.wordpress.com/ teatre, eth repertòri revolucionari de Rojo Cancionero, un jòc Trivial S EN LUTA LE

Que hè fòrça temps que i participam pr’amor qu’èm pòbles vesins e qu’auèm ues lutes parières, qu’auem bastit solids ligams e trabalhat sus eth terrenh dera solidaritat internacionau damb es Chobenallas Aragonesistas,

actuauments Purna, e eth Bloque de Cuchas.

LIDARITAT SO

internacionau

Jornadas "Esfendemos AENTierra" ARTIEDA D’ARAGÓN

libe

rg t. o r ta

LIBERTAT.ORG

22


Le texte qui suit pourrait surprendre bien des lecteurs et lectrices. Non, Libertat n’est pas devenu maoïste, seulement nous avons estimés que cet article parle d’une actualité dont nous informent très peu les médias dominants et reste ainsi ignorée de beaucoup de monde. Cela pourrait paraître anachronique que des mouvements au XXIème siècle se revendiquent de cette idéologie léniniste et pourtant, au Népal et en Inde, ce courant politique a trouvé un écho loin d’être négligeable. Ainsi le premier ministre népalais est un maoïste et en Inde les guérillas contrôlent des territoires extrêmement étendus et sont considérées comme la première menace de l’État et par d’autres un espoir de changement social et une résistance aux appétits des différentes multinationales. Ce texte a cela d’intéressant aussi pour ceux et celles qui ne connaissent pas le «style» des écrits maoïstes. Comme de nombreuses organisations léninistes, ils utilisent un vocabulaire étranger à la plupart. Quand l’auteur de l’article parle de partis «révisionnistes» il désigne par là les partis communistes anciennement «pro-soviétiques» comme le PCF. Comme les autres courants léninistes, le maoïsme, ou les maoïsmes, ont la coutume de juger de l’orthodoxie «marxiste-léniste» des autres partis communistes comme d’être composés de courant «de droite», «de gauche» ou «centristes».Ainsi les lecteurs, lectrices, pourront avoir un aperçu de leur vision des choses. Nous ne partageons pas tous les propos qui sont tenus dans cet article, en particulier dans l’introduction. Pour nous la construction d’un Socialisme du XXIème siècle au Vénézuela ne se réduit pas à Chavez, loin de là. Comme le savent aussi les réfugiés basques. Mais nous estimons nécessaire pour le mouvement révolutionnaire de faire le bilan d’un XXème siècle au cours duquel bien des erreurs ont été commises. Les luttes d’Amérique centrale et du sud, ces deux dernières décennies, ont apporté beaucoup de choses à la pensée révolutionnaire et réellement socialiste et les peuples indigènes y ont été pour beaucoup. Le dogmatisme et le sectarisme politiques qu’inspirait l’objectif hégémonique du communisme du XXème siècle font parties de ce bilan qui reste toujours à faire pour beaucoup. De même, le mouvement social israélien cité par l’auteur est loin d’avoir rompu avec le sionisme, et donc reste étranger aux palestiniens de l’État d’Israël, malgré quelques initiatives méritoires d’organisations de gauche palestiniennes et israéliennes.

C

omme chacune et chacun peut (ou devrait...) le voir, notre monde de 2011 bouge. Notre monde de 2011 est bien différent de celui d’il y a une vingtaine d’années. Partout,  dans les dictatures arabes, en Grèce, comme dans les ghettos londoniens ou au Chili dernièrement, et même en Israël (!), l’ordre établi est contesté, vacille : une nouvelle vague révolutionnaire se lève après la «Fin de l’Histoire», l’idée d’un capitalisme «horizon indépassable», proclamée au début des 90’s.  Et cette vague révolutionnaire a un centre, un endroit où, de manière très peu médiatisée (ça se comprend...) elle atteint déjà un niveau qui fait trembler les possédants. Cet endroit, c’est l’ASIE DU SUD, le SOUS-CONTINENT INDIEN. Bien sûr, ça bouge dans le monde arabe ;  ça bouge encore en Amérique latine, même si le «sous-commandant Marcos» ne fait plus trop parler de lui (mais il reste au Mexique une guérilla, révolutionnaire celle-là, assez active : l’EPR) et même si le «socialisme du 21e siècle» de Chavez a complètement dérivé à droite, livrant des révolutionnaires à la Colombie et des militant-e-s basques à l’État espagnol. Mais le sous-continent indien, lui, loin des regards et des reportages (peut-être un peu plus dans la presse anglo-saxonne...), est le théâtre d’une GUERRE POPULAIRE, menée par des MAOÏSTES.   Comment ceci, qu’on croyait, naïvement, disparu depuis les années 70, époque de la Révolution culturelle et de la guerre du Vietnam, est-il possible? Voyons cela de plus près, en commençant par les conditions socio-économiques de cette partie du monde :  

MISÈRE, EXPLOITATION, MULTINATIONALES ET FÉODALISME : LE QUOTIDIEN D’UN MILLIARD ET DEMI D’ÊTRES HUMAINS L’Inde et le Népal (les plus connus des travellers hippies et de ceuxcelles qui farfouillent sur la Toile et lisent l’anglais), comme le Bangladesh, le Bhoutan et le Sri Lanka (où il y a des maoïstes mais pas encore de Guerre populaire), forment un ensemble géographique et humain assez homogène. Bien qu’on y trouve 4 grandes religions (islam, hindouisme, bouddhisme et des chrétiens) et plusieurs centaines de langues, ils forment l’aire culturelle indienne. Les conditions économiques, politiques, sociales et culturelles sont très similaires. Si l’Empire britannique des Indes a éclaté entre ces différents pays (plus le Pakistan), l’Inde exerce évidemment une hégémonie sur les petits États voisins : elle est intervenue pour «libérer» le Bangladesh du Pakistan, ainsi qu’au Sri Lanka (plusieurs fois) contre la rébellion tamoule, et exerce un protectorat de fait sur la Népal et le Bhoutan. Elle a même annexé un autre petit royaume himalayen, le Sikkim, en 1975. On dit parfois que l’Inde est une puissance «émergente», se développant à toute vitesse et qui pourrait, un jour peut-être, devenir la 2e puissance mondiale après la Chine... La réalité est bien plus complexe.

internacionau

RÉVOLUTION EN INde ET AU NéPAL

Manifestacion maoïstes au Népal

23


24

sion, il y a résistance. Voilà donc l’infrastructure, la base, le terreau sur lequel ont fleuri les guérillas révolutionnaires maoïstes dont nous allons parler.   LE MAOÏSME AU NÉPAL  Le PC du Népal (maoïste) est né en 1994, de la fusion de plusieurs petits Partis communistes d’inspiration maoïste ; le plus important étant le Mashal dont sont issus la plupart de ses cadres actuels, et son leader Prachanda. Ce rassemblement formait le «3e pôle» du grand Mouvement Populaire de 1990 contre la monarchie absolue du roi Birendra  (les partis politiques étaient interdits et clandestins depuis 1962), les deux autres étant 1°/le parti du Congrès, parti «libéral» et parlementariste bourgeois, équivalent de son homonyme en Inde (le parti d’Indira Gandhi, au pouvoir actuellement) et 2°/ un pôle communiste «modéré», qui se retrouve plus ou moins aujourd’hui dans le PC «marxiste-léniniste unifié» (UML) : on trouvait déjà là les 3 forces politiques  essentielles du Népal aujourd’hui. Le PC maoïste est né sur le constat que le parlementarisme, rétabli donc en 1990 après le grand mouvement antimonarchique, avait «tout changé pour que rien ne change» ; qu’il n’apporterait ni une existence digne aux travailleurs, ni la terre aux paysans, ni la véritable démocratie aux masses populaires. Néanmoins, les maoïstes népalais, contrairement aux indiens, ont fait l’expérience du parlementarisme : c’est une différence importante à souligner pour la suite. Deux ans plus tard, en 1996, le PC maoïste s’engage donc dans la voie armée, sur le modèle de Mao Zedong, en Chine dans les années 30. Après des débuts difficiles, la Guerre populaire prend de l’ampleur à partir de l’an 2000, parvenant en 2005 à contrôler pratiquement tout le pays, essentiellement rural, encerclant la vallée de Katmandou, la capitale. Parallèlement, après le stupéfiant massacre de la famille royale par le prince héritier, qui se suicide, le roi Gyanendra (frère de Birendra) monte sur le trône et instaure une dictature personnelle, avec l’appui de l’armée, pour éradiquer la guérilla. Mais ce pouvoir autocratique, «suspendant» les partis politiques et le Parlement, amène à un nouveau mouvement de contestation, le «Mouvement populaire II». Le roi finit par lâcher l’affaire et se retirer... C’est alors que le PC maoïste décide de mettre fin à la Guerre populaire et de passer des «accords de paix» avec les partis (bourgeois) qui se sont mis à la tête du mouvement anti-monarchique dans la capitale ; pour l’instauration d’une République démocratique et d’une Assemblée constituante. L’Armée populaire (la guérilla, qui compte près de 20.000 hommes et femmes) est démobilisée mais, en principe, les maoïstes conservent les clés des dépôts d’armes... Le PC maoïste népalais devient alors l’objet d’une vive controverse dans le mouvement communiste international, se voyant qualifié par beaucoup de «révisionniste», «capitulationniste», l’attitude de Prachanda comparée à celle de Maurice Thorez en

DARITA I L T SO

La Chine a connu le socialisme et, après la contrerévolution de Deng Xiaoping, le développement capitaliste est resté sous étroit contrôle de l’État, dans une politique volontariste. En Inde, pays très décentralisé, l’État fédéral reste faible (beaucoup plus qu’en Allemagne ou aux USA par exemple) face aux pouvoirs locaux. Il y a quelques grandes multinationales indiennes (comme Tata ou Mittal Steel), mais la majeure partie des ressources et de la main d’oeuvre reste exploitée par des multinationales étrangères, anglo-saxonnes (comme Rio Tinto), européennes ou japonaises. Dans les grandes villes (idem au Népal, Bangladesh etc.), la bourgeoisie et une certaine classe moyenne (qui a émergé depuis une trentaine d’années) s’efforcent de vivre «à l’occidentale». Mais les campagnes, où vit encore la majorité de la population, sont encore dominées par la féodalité, par des potentats locaux, une administration despotique et corrompue, et bien sûr les multinationales (minières, agro-business etc.). Les castes, officiellement abolies, continuent à structurer la société. Au bas de l’échelle se trouvent les dalit («intouchables»), les musulmans (souvent des dalit, qui se sont justement convertis pour échapper au système des castes), et les Adivasi, peuples premiers comme les Indiens d’Amazonie, vivant de chasse, cueillette, maigre agriculture et élevage, dans les zones reculées de forêt ou de montagne. Important à souligner, le Népal, jusqu’en 2006, était une monarchie absolutiste ; le Bhoutan l’est encore. En Inde, les anciens râjas, mahârâjas et autres nâwabs ainsi que les brahmanes (dignitaires religieux) gardent des prérogatives informelles. Les minorités nationales sont opprimées :  on a un peu parlé des Tamouls au Sri Lanka, mais ils le sont aussi dans le Sud de l’Inde, qui opprime par ailleurs les habitante-s du Kashmir et les musulman-e-s en général, les minorités (plutôt proches des Birmans) du Nord-Est, les Adivasi... Dans le sous-continent, environ 25% de la population vit dans la pauvreté «aiguë» avec moins d’un dollar par jour ; ce chiffre atteint 40% au Bangladesh (et bien sûr dans nombre de districts indiens, népalais etc.). L’espérance de vie varie de 66 à 69 ans (un peu plus au Sri Lanka) et la mortalité infantile (sauf au Sri Lanka, 10 p. 1.000) tourne entre 45 et 50 p. 1.000. Le Népal, le Bhoutan et le Bangladesh font partie des «pays moins avancés» du classement de l’ONU (et nombre d’États indiens, indépendants, en feraient également partie). Succédant à la Chine, l’Inde s’impose comme nouvelle «usine de monde», où se délocalise toute l’industrie  métallurgique, sidérurgique, mécanique ou  textile  occidentale, avec la condition ouvrière qu’on imagine. Dans les campagnes, la terre est un problème central pour la paysannerie pauvre, de plus en plus poussée vers le salariat de misère dans l’agrobusiness, ou vers les slums, les bidonvilles des grands centres urbains. Bien que l’on ait beaucoup plus parlé du mouvement au Brésil, les mouvements type «sans-terres» se sont multipliés dans les années 90 et début 2000, immenses à l’image de la population. Ces dernières années, on a aussi (un peu) parlé dans les médias des suicides de paysans sur-endettés, pour cause de dépendance aux semences OGM. Il est clair qu’une telle situation ne peut pas, scientifiquement, perdurer éternellement : là où il y a oppres-

B LOS A D

LIBER


OS PÒ B

S EN LUTA LE

1945, etc. Et c’est une réalité : il y a dans le PC maoïste du Népal (devenu PC «unifié» après l’intégration de petits partis «maoïsants») une très importante droite qui est favorable, «les conditions n’étant pas réunies» pour une véritable révolution démocratique (par et pour le peuple), à l’instauration «temporaire» d’une démocratie «libérale» bourgeoise avec les autres forces «démocratiques»  que sont le Congrès et l’UML (qu’ils ont bien connus au temps du passage par le Parlement...). Pour bien comprendre les choses, il faut comprendre qu’un Parti communiste est tout simplement l’équivalent pour le prolétariat et les classes populaires (paysans pauvres etc.) de l’État et de sa «classe politique» pour la bourgeoisie... En son sein, il y a une DROITE, des gens plus proches des idées bourgeoises réformistes, une GAUCHE qui représente la fermeté sur les idées révolutionnaires, un «centre-gauche», un «centre-droit», etc. Le président du Parti (Prachanda) est plutôt de «centredroit» au sein du Parti, et penche vers la droite dont le leader est Baburam Bhattarai. Mais il reste dans le Parti toute une gauche, voulant poursuivre la révolution jusqu’au bout, avec de très importants dirigeants (Kiran, Gaurav, Basanta, Biplab), qui avaient la particularité (est-ce un hasard ?) d’être pour la plupart en prison en Inde, au moment des «accords de paix»... Concrètement, après une longue phase de tergiversations, des élections ont finalement lieu en 2008 pour une Constituante, donnant 40% des voix aux maoïstes, soit autant que les 2 autres grandes forces (Congrès et UML) réunies, mais pas la majorité absolue. Cependant, dans l’UML, existe une aile gauche qui n’est finalement pas très éloignée de l’aile droite des maoïstes... C’est par un accord «mi-chèvre mi-chou» entre maoïstes et UML que Prachanda devient finalement Premier ministre, en août 2008 (le Président de la nouvelle république, lui, étant du Congrès). Mais, moins d’un an plus tard, il est victime d’un «coup d’État déguisé» : le Président maintient en poste le chef d’état-major de l’armée réactionnaire, qu’il avait limogé, et Prachanda démissionne. Depuis, la gauche du Parti appelle à «terminer» la révolution, par une grande insurrection, un «Mouvement populaire III» contre les partis bourgeois ; mais la droite s’y oppose, appelant à «consolider le processus de paix», et Prachanda est «d’accord sur le principe» mais  la repousse sine die. Après une période d’ingouvernabilité du pays, la rédaction de la Constitution n’avançant pas d’un iota, ni l’intégration de l’Armée populaire dans l’Armée nationale (autre point essentiel des «accords»), c’est encore une fois avec l’appui de l’UML et de petits partis régionaux que les maoïstes reviennent à la tête du gouvernement, en la personne de Bhattarai... Mais cette fois, c’est pour décider autoritairement la remise des clés des dépôts d’armes et

libe

rg t. o r ta

RTAT.ORG

l’intégration de l’Armée populaire à des postes (disons-le) de gardes champêtres ! Cette décision (apparemment) unilatérale de Bhattarai, avec l’appui tacite de Prachanda, soulève (on s’en doute) la fureur de la gauche du Parti, de la Jeunesse communiste maoïste (YCL) et des cadres de base de l’Armée populaire. Voilà où nous en sommes pour le moment...   EN INDE : LES NAXALITES L’histoire de la Guerre populaire en Inde est autrement plus ancienne (et encore moins connue). Elle naît dans la grande lutte, mondiale, qui a opposé dans les années 60 la Chine de Mao à l’URSS de Khrouchtchev et Brejnev, engagée vers la restauration capitaliste (qui s’achèvera sous Gorbatchev). Ainsi est né un PC d’Inde «marxiste», rejetant les orientations soviétiques. Celui-ci avait, lui aussi, une gauche et une droite, et la gauche, emmenée par Charu Mazumdar, déclenche en 1967 un soulèvement paysan dans le district de Naxalbari (Bengale) : les maoïstes indiens garderont le nom de «naxalites», bien que n’opérant plus tellement dans ce secteur. La guérilla se développe, secoue l’Inde d’Indira Gandhi et en 1969, devient le PC d’Inde Marxiste-Léniniste (PCI-ML) - la droite du PC «marxiste» retombe elle dans le révisionnisme prosoviétique. Mais Mazumdar est arrêté et assassiné en 1972. Après sa mort, le mouvement se désagrège : parfois sur de véritables débats politiques (qui secouent le mouvement communiste international dans les années 70-80), parfois sur des brouilles personnelles, parfois simplement sur des questions d’isolement géographique. Au début des années 90, il est au point mort. Le processus de recomposition est long et sinueux, mais donne finalement naissance en 2004 au PC d’Inde (maoïste), sur une plate-forme simple : relancer la Guerre populaire, mettre les masses exploitées au pouvoir. Un petit Parti, le PCIML «Naxalbari», en est proche et soutient la Guerre populaire, sans toutefois l’intégrer. Depuis 2004, la Guerre populaire a connu un développement spectaculaire. Les maoïstes contrôlent désormais un «corridor rouge» sur plus de 1.500 kms et plusieurs centaines de district depuis le Bengale jusqu’à la pointe Sud du pays, causent des pertes de plusieurs centaines d’hommes par an aux forces armées, de police et paramilitaires, éloignent les «investissements» (et donc l’exploitation) des multinationales dans ces régions, organisent des bandh (grèves générales et manifestations) gigantesques. [Intégrer image du «Red corridor»]

Guerrilleros Naxalites en Inde

25


Au point qu’en 2009, le Premier ministre indien les qualifie de «première menace pour la sécurité nationale» (devant les islamistes pro-Pakistan, pourtant très actifs) et lance contre eux une énorme opération «anti-subversive», l’opération Green Hunt («chasse verte»), selon les éternelles méthodes de l’Algérie et du Vietnam (quadrillage, regroupements de population en «hameaux stratégiques», «milices d’autodéfense»,  massacres, torture). Cette opération vient toutefois d’être condamnée (comme «inconstitutionnelle») par la Cour suprême indienne (c’est là, aussi, le résultat des mobilisations du grand «Front démocratique» populaire, et de la solidarité internationale (nous y reviendrons) que le PCI(m) a réussi à amasser autour de lui). Les maoïstes ont également profondément lié leur lutte à  la résistance  des adivasi, peuple premier, contre le saccage de leurs territoires par les multinationales indiennes comme étrangères. Ainsi, si les maoïstes proprement combattants seraient environ 20.000 (ou peut-être plus, car ce sont les évaluations du ministère de l’Intérieur indien), ils reposent sur une base populaire beaucoup plus large. Ils se trouvent actuellement dans ce que les maoïstes appellent la défensive stratégique, c’est à dire la phase où les forces de la classe dominante sont encore très supérieures. Mais ils progressent rapidement, malgré des coups durs (mort ou arrestation de leaders importants) et, vu le nombre de districts rendus «difficilement praticables» aux institutions de la bourgeoisie (répressives ou administratives), l’idée d’atteindre l’équilibre stratégique (phase où un pouvoir révolutionnaire coexiste à égalité avec le pouvoir réac-

26

tionnaire) n’est plus du tout illusoire, même si c’est dans 10 ans, ou 20 ans. La guerre révolutionnaire en Inde est d’une très haute importance, non seulement pour l’Inde elle-même (bientôt 1,5 milliards d’habitants), mais pour l’humanité entière. Qu’on se laisse à imaginer ce que serait le monde, si le deuxième pays le plus peuplé (peutêtre même le premier d’ici-là) voyait les masses populaires prendre le pouvoir et s’engageait sur la voie révolutionnaire, vers le communisme ! «Quand l’Inde rouge se lèvera, le monde impérialiste tremblera» pourrait bien être le grand slogan de notre temps...   Ainsi, la solidarité internationale vis-àvis de ce qui se passe en Inde et en Asie du Sud est absolument primordiale, et le devoir de tout révolutionnaire. Bien sûr, le mouvement communiste international a ses tares, et certains refusent cette solidarité : les uns par anti-maoïsme rabique et sectaire (qu’ils soient «staliniens», trotskystes, révisionnistes ou anarchistes), les autres sous le prétexte que «la priorité est à la lutte en France», d’autres encore en disant qu’en Inde «il n’y a rien» (comme si eux étaient «quelque chose») et que ceux qui disent le contraire «fantasment», qu’au Népal il n’y a que «révisionnisme» etc. Mais il y a aussi, heureusement, des révolutionnaires conséquents, et les initiatives de solidarité pour ne serait-ce qu’informer de ce qui se passe là-bas se multiplient : Servir le Peuple en parle bien sûr régulièrement, ainsi que le collectif Feu de Prairie qui mène la campagne de solidarité en Lengadoc ; Secours Rouge ; et puis des sites «spécialisés» : le Comité de Soutien à la Révolution en Inde, le Comité de Solidarité Franco-Népalais qui tient bien informé de la lutte interne là-bas, etc. En langue anglaise, il y a le très bon Revolution in South Asia ; et en castillan, Revolución en la India.   Pour terminer, car on peut se le demander, quelle est l’articulation entre les maoïstes d’Inde et du Népal ? Et bien, quelles que soient les relations et les divergences entre les deux Partis, les deux luttes sont (ce qu’on appelle) dialectiquement liées. Les succès de l’une nourrissent l’autre, et inversement pour les reculs. Le Népal est un protectorat de l’Inde, son château d’eau (une grande question du 21e siècle) et une position stratégique sur la frontière himalayenne, face à la grande rivale, la Chine. L’Inde est la tutrice, la protectrice des classes exploiteuses népalaises... Les deux Partis,  comme on l’a dit, ont des histoires notablement différentes. Les maoïstes indiens se sont toujours construits dans la lutte, la clandestinité, la répression féroce, depuis le premier coup de feu au Naxalbari. Les maoïstes

népalais, eux, ont fait l’expérience de la lutte légale, du «travail révolutionnaire au sein du Parlement bourgeois». Avant 1990, ils étaient dans des Partis appuyant les luttes de masse, mais ne pratiquant pas la lutte armée. Le PC d’Inde a fortement critiqué la pratique réformiste et conciliatrice des Népalais depuis 2006, mais (contrairement à d’autres à travers le monde, notamment dans l’Etat français) cette critique s’est toujours efforcée d’être SAINE ET CONSTRUCTIVE, d’être (disons-le clairement) un APPUI pour les forces révolutionnaires dans le PC du Népal, et non de dynamiter leurs efforts (en niant, parfois, jusqu’à leur existence...). De son côté, la gauche révolutionnaire du PC maoïste népalais est régulièrement accusée de liens avec les «naxalites», de leur rendre visite, de leur donner asile dans des districts qu’elle contrôle... Ces accusations des partis bourgeois de Katmandou visent à provoquer une intervention de l’Inde (qui pourrait invoquer une «menace pour sa sécurité»), ou encore à forcer les «modérés» (comme Bhattarai) à se dissocier des «extrémistes» qui «ne voudraient pas du processus de paix» (la scission est ouvertement souhaitée par le Congrès). Il est clair, en tout cas, que quelles que soient les dérives réformistes actuelles, la chute de la monarchie au Népal, LARGEMENT due aux 10 ans de Guerre populaire (forçant le roi à instaurer une dictature brutale, etc.), a été un «électrochoc» pour tout le continent :  les révolutionnaires à qui elle a donné un «coup de fouet», comme les classes dominantes qui se sont mises à trembler... La liquidation de cette grande victoire (au profit d’une république oligarchique qui serait «la monarchie sans le roi») aurait très certainement l’effet inverse. Mais de l’autre côté, les progrès de la Guerre populaire en Inde poussent en avant les authentiques révolutionnaires maoïstes népalais, leur donnent (ne serait-ce que) CONFIANCE, et favorisent donc leur lutte et peut-être, un jour, leur succès.   La lutte est donc difficile, complexe, avec des avancées et des reculs ; mais elle se poursuit. Une seule chose est scientifiquement certaine : la révolution est inéluctable, quel que soit le temps qu’elle prendra ; car la révolution est toujours inéluctable quand les gens ne peuvent plus continuer à vivre comme ils ont vécu jusque là. Comme disent les maoïstes : «LE CHEMIN EST SINUEUX, MAIS L’AVENIR EST LUMINEUX» ! Servir le peuple servirlepeuple.over-blog.com/


A LIBERTAT ! Que militam tà la reconeishença de la cultura nosta, la justícia sociau, la solidaritat enter los pòbles, la luta contra totas las discriminacions (racistas, fascistas, sexistas ..) e donc per ua societat alternativa au capitalisme.

Nous militons pour la reconnaissance de notre culture, la justice sociale, la solidarité entre les peuples, la lutte contre les discriminations (racistes, fascistes, sexistes, …) et donc pour une société alternative au capitalisme.

L’estrategia nostra qu’ei, uèi, d’apitar autonomia populara e contra-poder. Notre stratégie est, aujourd’hui, la mise en place de l’autonomie populaire et de contre-pouvoirs.

SEGUITZ LO MOVEMENT SUS INTERNET

LIBERTAT.ORG

E SUUS BLÒGS DEUS GROPS LOCAUS: http://libertatbearn.wordpress.com http://libertatcarcin.wordpress.com/ http://libertatlengadoc.wordpress.com http://movoc-auvernha.blogg.org http://ahuec.wordpress.com (Gasconha Nòrd) Http://libertat.provenca.over-blog.org http://libertataran.wordpress.com

27


ABONATZ-VOS a La Revista !

Vous voulez faire connaître LIBERTAT et Libertat la Revista ? Faites abonner vos amis (voir page 2) et demandez aux bibliothèques, dépôts de presse, centres culturels proches de chez vous de se procurer la Revista. La Revista est la revue officielle de LIBERTAT et se positionne comme une alternative à la presse officielle, auto-censurée et soumise à la publicité. Chacun d’entre vous peut contribuer à l’améliorer en nous envoyant les témoignages de vos expériences ou de vos réflexions politiques. Pour tout commentaire : libertat.jornau@gmail.com Mei d’informacions :

LIBERTAT.ORG

E SETEME/OCTOBR

28

- n°7

LIBERTAT la Revista // edicion n°7 * // bimestriel. Fronton deu Hedas, 2 còsta de la Hont/ 2 rue de la Fontaine, 64000 PAU ISSN : 2109-4845 Depaus legau/Dépot légal : octobre 2011. Comission paritària/ Commission paritaire : en cours. Director de publicacion/ Directeur de publication : Jacques Morio Imprimit/Imprimé : Martin Impression, av. Denis Papin, 64140 LONS Redaccion : Libertat Bearn, Gasconha Nòrd, Lengadòc, Provènça, Val d’Aran, Auvèrnhe. Maqueta : Comission Jornau de Libertat Contact : libertat.jornau@gmail.com / Tel. : 05 59 98 04 90 *Ce numéro comporte 1 feuillet supplémentaire


LIBERTAT LA REVISTA n°7