Page 1

de ABRIU M A R ç/ IL R AV MARS/

5 20 11 - N °

S E Y B i L A s iste e l a r t i r p ue g ie ca r X a b U r la ba e NON A d e visag : e r i a E2 Nuclé c LIUR ntcu o M l na Feste

1


JE M’ABONNE ABONNEMENT D’UN AN (6 numéros) : 25€ ou plus (frais de port compris)

Chèque à l’ordre de : «Los amics de Libertat» A envoyer à : LIBERTAT - Tour du Bourreau, 2 rue de la Fontaine, 64000 Pau (Occitània)

VÒLI ESTRE ADERENT DE LIBERTAT / je veux devenir adhérent Vous voulez militer à Libertat ou participer à financer le mouvement : Vous pouvez nous contacter par mail à : nacionau@libertat.org Ou envoyer un chèque de soutien à : «Los amics de Libertat», LIBERTAT - Tour du Bourreau, 2 rue de la Fontaine, 64000 Pau (Occitània)

MA

2011 Rç/ABRIU

2

EditÒ

Las eleccions cantonalas dins l’Estat francés son estadas marcadas per una abstencion recòrd. Mai de la mitat dels electors i an pas pas participat. Se lo PS sembla ne tirar profièch del descredit del govèrn Sarkozy e de la pujada de l’extrèma drecha, l’esperança en un futur melhor es luènh d’èsser reconfortada. En efièch, malgrat que lo PS a utilizat dins la siá campanha electorala los tèmas socials e ecologistas, en nos prometent de departaments en resisténcia fàcia a la politica del govèrn, aquel fa pas que metre las basas de la campanha per las presidencialas de 2012 amb de candidat eventual coma un president del FMI tot just sortit de la siá plaça, de qui òm pòt èsser segur que farà pas melhor que los govèrns «socialistas» europèus que pòrtan las meteissas politicas antisocialas que la drecha, per respondre las consequéncias de la darrièra crisi del capitalisme. Al costat d’aiçò, la drecha es dintrada dins la demogagogia electorala de la xenofòbia e de la seguretat. Un autentic neo-fascisme liberal, lo discors actual de la drecha europèa qu’es ja arribat al Reialme Unit e als Estats Units mejançant Thatcher e Reagan. E quinas ne son las consequéncias? Un sistèma mediatico-politic que s’alimenta dels plans de comunicacion inspirats per publicistas ont se difond lo discors individualista, divisor, reaccionari e neoliberal. Se careça al sens dels pels, s’encoratja lo racisme en tant que boc emissari pel bonur de l’extrèma drecha francesa qu’a l’instar dels partits italians, austrians... a plan comprés que las referéncias fascistas, nazis o d’integrismes crestian èran un fren a la siá arribada al poder. Chauvinisme, racisme e neoliberalisme, v’aquí l’aire dels tempses segon nos mòstran los mèdias dominants. Cap de complèxe! Benlèu pas. Perque, qué ne pensan aqueles de mai en mai nombroses que vòtan pas o pas mai? Es pas que cregan justament en aquela pensada en dominanta mas que cada còp creson mens en la politica. Per qualques uns es lo replec vèrs si meteis o la siá familha. L’egoisme e lo rencor dominan. Mas d’autres cercan una alternativa dins los moviments socials e associatius. Crèan pauc a cha pauc nòus lòcs d’escambi, s’organizan per defendre lo sieu marc de vida e l’entorn, a fauta de coordinacion, bastisson autentics contra-poders o alternativas globalas al sistèma. La question del poder, demòra tanben sens responsa. A fauta d’un poder autentic sus las nòstras vidas, sèm dins lo melhor dels cases un agulhon qu’ensaja de reorientar las politicas. Libertat! pausam plan clarament aquela question del poder. Volèm viure e decidir al país! Volèm l’autonomia e la volèm bastir uèi. Al moment de la nòstra participacion electorala, l’organizacion d’inciativas localas, desvolopam un autre discors que los partits d’esquèrras franceses. Desiram nos emancipar de la tutèla de París e, tornar metre en question lo sistèma economic e politic dels Estats europèus. Desiram que lo pòble prenga consciéncia de la siá fòrça e s’erigisca el meteis en poder. Fasèm un apel a resistir las leis e las nòrmas antisocialas e antidemocraticas que nos privan de la nòstra autodeterminacion, tant a nivèl individual coma en tant que pòble occitan. Aquelas nòrmas elaboradas per los nòstres governants e las multinacionalas que pretenon nos empachar sortir dels camins traçats e cercar una autra via que non pas lo capitalisme.

LIBERTAT la Revista, n°5, març/abriu de 2011 / bimestriel. Fronton deu Hedas, 2 còsta de la Hont/ 2 rue de la Fontaine, 64000 PAU. ISSN : 2109-4845 . Depaus legau/Dépot légal : julhet/juillet 2010. Comission paritària/ Commission paritaire : en cours. Director de publicacion/ Directeur de publication : Jacques Morio Imprimit/Imprimé : ARTEDER S..L. Gabiria Karrika 2, LJ. 20305 IRUN (Guipuzkoa, EH). Redaccion : Libertat Bearn, Gasconha Nòrd, Lengadòc, Provènça, Val d’Aran, Auvèrnhe. Maqueta : Comission Jornau de Libertat Contact : libertat.jornau@gmail.com / Tel. : 05 59 98 04 90

Les élections cantonales dans l’État français ont été marquées par une abstention record. Plus de la moitié des électeurs n’y ont pas participé. Si le PS semble profiter du discrédit du gouvernement Sarkozy et de la montée de l’extrême droite, l’espoir en un avenir meilleur est loin d’être réconforté. En effet, même si le PS a utilisé dans sa campagne électorale les thèmes sociaux et écologistes, nous promettant des départements en résistance face à la politique du gouvernement, celuici ne fait que poser les bases de la campagne pour les présidentielles de 2012. Avec comme candidat éventuel, un président du FMI tout juste sorti de son poste, qui on peut en être sûr, ne fera pas mieux que les gouvernements « socialistes » européens qui mènent les mêmes politiques antisociales que la droite pour répondre aux conséquences de la dernière crise du capitalisme. À côté de ça, la droite est rentrée dans la surenchère xénophobe et sécuritaire. Véritable néofascisme libéral, le discours actuel de la droite européenne rattrape en cela le Royaume Britannique et les EUA déjà mis au pas par Thatcher et Reagan. Et pour quelles conséquences ? Fort du soutien d’un système médiatico-politique qui se régale des plans de communication inspirés par les publicitaires, le discours individualiste, diviseur, réactionnaire et néolibéral se répand. On caresse dans le sens du poil, on encourage le racisme, la recherche de bouc émissaire pour le bonheur de l’extrême droite française qui à l’instar des partis italiens, autrichiens... a bien compris que les références fascistes, nazies ou intégristes chrétiennes étaient un frein à leur arrivée au

édito

SOMARI

pouvoir. Chauvinisme, racisme et néolibéralisme voilà l’air du temps semblent nous dire les médias dominants. Fini les complexes ! Peut-être pas. Car, que pensent ceux et celles qui, toujours plus nombreux, ne votent pas ou plus ? Sans pour autant et forcément échapper à cette pensée dominante, ils sont beaucoup à ne plus croire en la politique. Pour certain c’est le repli vers soi et sa famille. Égoïsme et rancœur dominent. Mais d’autres cherchent une alternative dans le mouvement social et associatif, créant peu à peu de nouveaux lieux d’échanges, s’organisant pour défendre leur cadre de vie et l’environnement. Faute de coordination, ils peinent à bâtir de véritables contre-pouvoirs ou alternatives globales au système. La question du pouvoir, elle aussi reste sans réponse. Faute de pouvoir véritable sur nos vies, nous restons au mieux un aiguillon qui tente de réorienter les politiques. Cette question du pouvoir nous, à Libertat, la posons clairement. Nous voulons vivre et décider au Pays ! Nous voulons l’autonomie et nous voulons la construire aujourd’hui. Lors de notre participation électorale, de l’organisation d’initiatives locales, nous développons un autre discours que les partis de gauche français. Nous désirons nous émanciper de la tutelle de Paris et remettre en cause le système économique et politique des états européens. Nous souhaitons que le peuple prenne conscience de sa force et s’érige lui-même en pouvoir. Nous appelons à résister aux lois et règles antisociales et antidémocratiques qui nous privent de notre autodétermination, individuelle comme en tant que peuple occitan. Ces règles, élaborées par nos gouvernants et les multinationales, qui veulent nous empêcher de sortir des chemins tracés et chercher une autre voie que le capitalisme.

FESTENAL MONTCUC LIURE : SEGONDA p20 EDICION

NON AUX GUERRES ALiBYES p4

LENGA

p14

DE L’ORDRE ET DU DÉSORDRE p6 … ENTRE AUTRE CHOSE

LA LUTA ANTI-LGV CONTUNHA

p15

LO QUI DROM NON GAHA PAS PEISH

p8

NUCLÉAIRE, VISAGE DE LA BARBARIE CAPITALISTE

p10

EN PROVENÇA, SI LO SOLÈU NOS FA CAN- p16 TAR, LO CAPITALISME MOAI-LAND, LES NOS FA CREBAR OUBLIÉS DE L’ÎLE DE p22

«JE VEUX ÊTRE UNE RÉVOLUTIONNAIRE !»

p12

BARRATGES NAVÈTHS PEU PARÇAN DE L’ADOR

p13

ERA GENERALITAT DE CATALONHA PERMET ERA POSSIBLA URBA- p17 NIZACION MASSIVA DERA VAL D’ARAN SOMMES-NOUS DÉMOCRATES ?

p18

PROJET DE CHAMP p21 COLLECTIF EN QUERCY

PÂQUES

ENTREVUE AVEC p24 LOUIS DE L’ARCUSGI NON ATH BARRA- p26 MENT DE TV3 SORTU ILLÉGALISÉ p26 3


INTERNACIONAU

NON AUX guerres ALiBYES

D

ans le dernier numéro de la Revista nous parlions des enjeux et des difficultés auxquelles font face les révoltes populaires au Maghreb et au Moyen-Orient. Depuis, les révoltes se sont multipliées et touchent la plupart des États de l’autre coté de la Méditerranée, qu’ils soient gouvernés par des pouvoirs alliés de l’Occident ou pas. Après la Tunisie et l’Egypte, Maroc, Algérie, Irak, Syrie, Barhein... sont touchés par la contestation et on a pu voir la différence de traitement faite par les puissances occidentales selon que ces révoltes se déroulent chez des amis ou pas, dans des États puissamment armés ou faibles militairement. Ainsi, si la révolte égyptienne est aujourd’hui sous le contrôle de l’armée*, garante de l’ordre géopolitique, que la Tunisie connaît une période de transition, nous assistons aujourd’hui à une intervention militaire franco-britanico-étatsunienne en Libye, pour soutenir une

4

rébellion armée menacée par la résistance des troupes fidèles à Kadafi. Malgré les appels à une médiation et à des négociations lancées par les États africains et d’Amérique du Sud, trois États ont décidé d’intervenir militairement grâce à une résolution de l’ONU plus que floue qui ne fixe aucun objectif final. Véritable carte blanche pour des gouvernements dont on sait très bien qu’ils se contre-fichent du bien être des peuples et ne visent qu’à défendre leurs intérêts et leur domination. Car, au contraire d’autres Etats, la Libye est faible militairement. Les contrats d’armement signés il y a quelques années avec les gouvernements européens n’ont pas été respectés, alors que ceux prévoyant l’exploitation des ressources en pétrole libyen par les compagnies étrangères, eux, l’ont été. Bien-sûr, les peuples ont le droit inaliénable de s’insurger, même militairement, contre la tyrannie, mais l’hypocrisie qui guide la politique étrangère de Paris,

Londres et Washington ne peut que nous laisser septiques voire inquiets. Car nos États non seulement continuent leurs ingérences, mais en ce début de XXIème siècle, les interventions militaires se sont même multipliées, toutes placées, soit sous couvert de la lutte dite anti-terroriste, soit sous le prétexte humanitaire. Et souvent les deux. Cependant, en l’absence de politique internationale cohérente et équitable, toutes ces interventions ne peuvent que paraître à une grande partie de la planète que comme une offensive militaire des forces impérialistes pour contrôler et sauvegarder l’ordre actuel. Cette situation a cela de nouveau qu’elle s’accompagne d’une crise grave et nouvelle du capitalisme qui provoque la paupérisation générale des classes populaires du globe. Une crise qui a défaut de provoquer un sursaut des mouvements de gauche, semble au contraire favoriser la droitisation, voire la fascisation des sociétés, sauf peut-être dans l’hémisphère sud. Car pour la grande part de ces révoltes du Maghreb et du Moyen-Orient ce qui est frappant c’est la primauté des revendications sociales et démocratiques. Une chose d’autant plus inquiétante pour les puissances impérialistes et les pouvoirs qui leurs sont inféodés que cela pourrait éventuellement marquer un renouveau de la revendication à la souveraineté et à la solidarité, contraire aux intérêts de l’impérialisme occidental et aux multinationales qui l’accompagnent. Alors qu’en Europe, les

peuples font face à une accélération des attaques contre les acquis sociaux et les droits démocratiques sous couvert de mesures d’austérité, Paris et Londres engagent leurs partenaires dans une guerre coûteuse en argent public, sans garantie d’œuvrer pour la paix et encore moins pour la justice. Dans l’État français, tous les partis dominants ont salué et soutenu l’intervention armée en Libye, comme ils soutiennent l’armée française en Côte d’Ivoire. Tous reprennent en cœur la propagande médiatique qui accompagne chaque guerre, sans avoir retenu les leçons des guerres en Irak ou en Yougoslavie qui toutes furent précédées par ce que Michel Collon

appelle justement des médias-mensonges. L’emploi d’armes contenant de l’uranium appauvri en Libye avec toutes les conséquences que l’on connaît n’est pas pris en compte, ni les victimes « collatérales » des bombardements. Ainsi nos gouvernements persistent dans une voie qui ne fait qu’aggraver encore et toujours plus les injustices, chez nous comme ailleurs. Il est consternant de voir qu’aucun bilan, aucun enseignement n’est tiré du XXème siècle. Les partis de droite comme les sociaux-démocrates persistent dans leur voie néolibérale et guerrière, approfondissant l’incompréhension entre les peuples du nord et du sud. Pour tout cela, Libertat appelle à la fin de l’intervention et la présence étrangère en Libye comme en Côte d’Ivoire. Nous dénonçons l’hypocrisie de nos dirigeants qui, après avoir soutenu les Gbagbo et les Kadhafi, se retournent aujourd’hui contre eux. Nous sommes contre toute coopération militaire et préférons le soutien civil et équitable entre États et la solidarité internationaliste entre les peuples. Sans l’occident ni les monarchies arabes, les dictatures du Moyen-Orient et du Maghreb seraient tombées depuis longtemps. L’ingérence occidentale ces dernières années n’a fait que semer le chaos, la destruction et la misère pour les peuples tout en les privant de leurs souverainetés. * Même si le mouvement populaire n’est pas mort et essaye de résister pour obtenir une nouvelle orientation politique, intérieure comme internationale. Avec au centre des préoccupations les relations avec l’État d’Israël, et donc les États-Unis, qui ont fourni formation et matériel à l’armée égyptienne en échange de sa collaboration contre la résistance palestinienne.

5


POLITICA

De l’ordre et du désordre… entre autre chose […L’ORDRE ET LE DÉSORDRE, CES DEUX MOTS NE VEULENT PAS DIRE LA MÊME CHOSE SELON LE CÔTÉ DE LA BARRICADE OÙ L’ON SE TROUVE. LE DÉSORDRE DES UNS PEUT ÊTRE L’ORDRE POUR LES AUTRES ET INVERSEMENT. Le désordre dans la rue n’est pas le même que le désordre dans la société toute entière. Le désordre de la rue manifeste le désordre inaperçu d’une société. Le plus visible n’est pas forcément le plus profond et chacun ne s’aperçoit ainsi que du désordre qui le gêne… L’ordre de celles et ceux qui ne manquent de rien ne doit pas se confondre avec une société en ordre. Le désordre de la rue est alors la réclamation profonde des pauvres et des bafoués pour un ordre général, un ordre pour tous, c’est-à-dire un ordre plus juste ! Mais il y aura toujours ceux qui préfèrent l’injustice au « désordre », surtout lorsque le « désordre » les gêne et que l’injustice leur profite… Ordre, désordre, cela ne veut rien dire ! Il n’y a que des sociétés plus ou moins justes. L’ordre véritable est au service de la justice ! Le « désordre » de la rue est source de violence. Violence ! Le mot n’en n’est pas moins équivoque… Distinguons deux types de violence : La violence légale et institutionnalisée  : celle de l’armée, de la police, de la peine de mort, celle aux mains de la bourgeoisie qui protège des biens baptisée « République » ou des privilèges nommées « Libertés ». La violence illégale, rebelle, condamnée… cette révolte des « enragés », des guérilleros, qui est employée face aux oppressions et aux injustices ! La première n’est pas forcément la plus juste, ni la seconde la plus immorale…

laquelle j’aspire aujourd’hui à la faire partager à nos lecteurs. Non cette diatribe n’a pas été extraite d’un tract étudiant « anarcho-syndicaliste », non ce pamphlet n’est pas l’œuvre d’un énième groupuscule révolutionnaire trotsko-mao-ségo-léniniste, non cette tribune n’a pas non plus été écrite par l’un des quelques « guévaristes-non violents » du N.P.A… non rien de tout cela. Aussi étrange que cela puisse paraître ce texte est une réflexion publiée par la Confédération Française Démocratique du Travail (C.F.D.T) en novembre 1970 ! Cette même C.F.D.T qui s’est progressivement convertie depuis le début des années 1980 au capitalisme préférant désormais l’économie de marché et la compromission avec le patronat à ses anciennes réflexions autogestionnaires. Oubliant que lorsque « l’ordre est injustice, le désordre est déjà un commencement de justice », nombre de syndicats, partis politiques et valeureux militants refusent désormais de s’opposer frontalement aux systèmes en place, qu’ils soient économiques ou politiques, préférant porter la contestation à l’intérieur même de ces dits systèmes plutôt qu’à leurs marges. Par refus de la violence et respect de la légitimité de l’État, une partie de la gauche française sacrifie alors son idéologie ou sa doctrine de classe et se place contre toute attente dans le « parti de l’ordre ». C’est ainsi que la gauche politique française fourmille de militants schizophrènes s’élevant contre la présidentialisation du régime tout en participant aux

CETTE VIOLENCE POPULAIRE ET OUVRIÈRE QUI ÉTAIT ÉMANCIPATRICE EN 1789, 1792, LORS DES COMMUNES DE 1871 OU SOUS LES PAVÉS DE MAI 68 N’EST PLUS DÉSORMAIS QU’UNE TRAGIQUE DÉRIVE QUE NE SAURAIENT TOLÉRER DES ORGANISATIONS LÉGALISTES PARTICIPANT AU « GRAND JEU ÉLECTORAL DÉMOCRATIQUE».

Distinguons enfin les états de violence et les actes de violence. Lorsque des hommes et des femmes passent leur vie dans la rue, lorsque les ouvriers sont tués au travail par manque de sécurité, lorsqu’un employé se suicide, lorsque le chômage détruit tout lien social… ce sont des victimes d’un état de violence. Les médias et la bourgeoisie verrons et condamnerons les actes de violence de ceux qui ne peuvent plus supporter certains états de violence, on ignorera souvent à contrario la violence froide des institutions…] Ce texte aurait pu être rédigé par l’un des auteurs du Tocsin. Je confesse d’ailleurs volontiers souscrire moimême à l’ensemble de cette réflexion, raison pour 6

échéances électorales, se réclamant du guévarisme tout en fustigeant l’usage de la violence ou combattant avec acharnement les politiques libérales tout en reconnaissant se tenir prêts à voter pour l’ancien directeur du F.M.I s’il faut faire barrage à la droite. La gauche qui a fait le deuil de la « violence révolutionnaire », des socialistes aux trotskystes du N.P.A, a

Arrestation musclée d’un manifestant pendant le procès de militants de Segi à Pau connu à des échelles différentes le même phénomène général de recentrage que celui vécu par la centrale syndicale cédétiste. L’abandon de la thématique révolutionnaire s’est alors accompagné d’une volonté de transformation interne de la société et d’une dénonciation quasisystématique de l’usage de la violence. Lorsqu’on projette en effet de transformer les choses de l’intérieur sans mettre à bas le carcan politique, on se fait irrémédiablement partisan de l’ordre au dépend du désordre. La violence, arme populaire du désordre, est alors l’émanation d’une pratique politique qu’une organisation parlementaire ne saurait tolérer. Que les partis de gauche participent eux-mêmes à cette entreprise de pacification du domaine politique dans l’état bourgeois n’est pas la moindre des contradictions… Cette gauche là fait aveu d’impuissance à proposer un autre type de société, nous offrant comme seul point d’horizon la promesse de réformer le capitalisme pour mieux l’accompagner. D’autres n’assument pas encore complètement cette évolution, mais leur anticapitalisme idéologique ne peut durablement cohabiter avec leur pratique politique : engouement électoral et dénonciation de la violence populaire participent à la légitimation de cette société qu’ils entendent combattre ! Cette violence populaire et ouvrière qui était émancipatrice en 1789, 1792, lors des Communes de 1871 ou sous les pavés de Mai 68 n’est plus désormais qu’une tragique dérive que ne sauraient tolérer des organisations légalistes participant au « grand jeu électoral démocratique ». L’usage de cette violence est ainsi unanimement dénoncé, la gauche politique joignant ses cris d’orfraie à ceux poussés par la réaction lorsqu’il s’agit de s’opposer à celles et ceux qui mènent la « guerre de classes » qui, de Jean-Marc ROUILLAN aux combattants marxistes basques de l’Euskadi Ta Askatasuna, en passant par une certaine jeunesse des banlieues françaises qui en 2005 s’est soulevée contre la « ghettoïsation sociale », ripostent à leur manière à la violence de l’État et du système économique. Piétinant son héritage, la gauche française, si elle ne reconnaît plus l’usage de la violence comme acte révolutionnaire et émancipateur, trahit de surcroît la classe ouvrière en partageant la même indignation que la classe bourgeoise devant les débordements

populaires. Abhorrant le désordre, elle devient de ce fait servante de l’ordre, protégeant les intérêts des puissants qui seuls peuvent désormais décider de la légitimité ou non de l’usage de la violence. C’est ainsi que l’on assiste au triste mais habituel spectacle d’une gauche aux ordres de l’État bourgeois et du libéralisme, préférant par exemple inviter au Parlement européen l’ancien président colombien d’extrême-droite Alvaro URIBE que de prendre position en faveur de la classe ouvrière colombienne ou de l’Armée de Libération Nationale socialiste (E.L.N). Comme l’écrit à ce propos le journaliste colombien Antonio MORALES RIVEIRA, « la gauche française qui ne survit que dans les salons parisiens calfeutrés empeste… seule la rue pourra lui enlever sa puanteur » ! Ce tract de la C.F.D.T a le mérite de souligner également que cette violence populaire n’est souvent qu’une riposte à la violence des institutions. Elle demeure ainsi souvent le seul moyen d’expression qu’il reste aux hommes et aux femmes pour qui le recours juridique, économique et politique est impossible parce que dans les mains des oppresseurs et à leur service exclusif. Cette violence d’espoir et d’émancipation est ainsi combattue avec vigueur par les forces de la réaction, la violence castratrice qui protège les intérêts des puissants étant quant à elle reconnue et utilisée par le pouvoir en place. La violence ne s’entend pas en dehors de ce contexte : pour la faire disparaître il faudra avant tout faire disparaître l’injustice ! De l’ordre et du désordre… entre autre chose. Ces deux mots semblent nous avoir conduits beaucoup plus loin qu’il n’y paraît au premier abord. Le renoncement définitif d’une partie de la gauche française à la violence révolutionnaire a ainsi véritablement entraîné celle-ci dans le « parti de l’ordre », attestant une fois de plus de son collaborationnisme social et entérinant aux yeux de la classe ouvrière sa capitulation idéologique. Il serait bon de rappeler à cette gauche que certes la liberté se paye sans doute de désordre, mais que l’on en meurt moins que de servitude !

7


BEARN

Lo qui drom

non gaha pas peisH

DÈS SA CRÉATION, LIBERTAT S’EST FIXÉ L’OBJECTIF DE PARTICIPER AUX ÉLECTIONS LOCALES. CELA REPRÉSENTE VRAIMENT UNE RUPTURE AVEC LES PRATIQUES PASSÉES ET LA VOLONTÉ D’OCCUPER LE PLUS DE FRONTS POSSIBLES. NOUS AVONS ESTIMÉ QUE LES ÉLECTIONS LOCALES ÉTAIENT ENCORE DES ÉLECTIONS OU POUVAIT NAÎTRE UNE NOUVELLE OFFRE POLITIQUE QUI PORTE HAUT ET CLAIR SON OCCITANISME ET LA RUPTURE AVEC LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE DOMINANT ET LE POUVOIR DE PARIS. DE PLUS, RESTER DANS LE SEUL MOUVEMENT SOCIAL, C’ÉTAIT ACCEPTER D’ÊTRE SEULEMENT UN AIGUILLON, DÉPENDANT DES BONNES GRÂCES D’UNE CLASSE POLITIQUE DANS LAQUELLE NOUS NE CROYONS PAS. IL FAUT DONC FAIRE NAÎTRE CETTE NOUVELLE OFFRE POLITIQUE, MAIS POUR NOUS ELLE NE PEUT EXISTER QUE GRÂCE À UNE BASE SOCIALE RÉELLE ET À LA CONSTRUCTION AUJOURD’HUI ET MAINTENANT DES STRUCTURES QUI RÉPONDENT AUX BESOINS POPULAIRES. NOTRE PREMIÈRE PARTICIPATION À DES ÉLECTIONS ONT EU LIEU LORS DES DERNIÈRES CANTONALES SUR UN TERRITOIRE OÙ UNE DYNAMIQUE PROPRE ÉTAIT NÉE DANS CE SENS. LE BILAN EST PLUTÔT POSITIF. SI NOUS AVONS PU NOUS RENDRE COMPTE DE L’ÉNERGIE MILITANTE NÉCESSAIRE POUR MENER UNE TELLE CAMPAGNE, NOUS AVONS PU AUSSI PRENDRE CONSCIENCE DE LA NOUVEAUTÉ QUE REPRÉSENTE NOTRE DISCOURS, MAIS SURTOUT DE L’ADHÉSION QU’IL POUVAIT SUSCITER, MÊME SI NOUS EN ÉTIONS CONVAINCUS.

8

BILANç DE CAMPANHA ELECTORAU

D

ens tota analisi objectiva d’ua aventura, ne’s cau pas desbrombar çò de negatiu e enquèra mei çò de positiu ! Com èra previst, aquera campanha electorau que’ns a permetut d’amassar coneishenças e competéncias de las bonas en víver experiéncias navèras. Los objectius qu’èran simples : s’engatjar dens ua reflexion pregonda suu monde rurau e presentar lo frut vadut de las amassadas enter sòcis e deus encontres dab la populacion, shens parlar de la mediatizacion de las nostas ideas. En quauques mes, qu’avem partatjat lo noste biais de pensar dab los poblants d’un parçan rurau. Un parçan qui pateish lo prètz deu transpòrt, de la disparicion deu ligam sociau, de l’aculturacion, deu caumatge, de l’espandiment urban qui’ns minja las tèrras e donc de l’especulacion foncièra. Lo monde qu’an escotat la nosta analisi, que l’an comprésa e n’an pas jamei marcat d’opausicion hòrta a las nostas ideas. Açò que’ns encoratja a seguir la luta pr’amor que senteishem au truvèrs d’aqueras eleccions qu’avem rason. Ua eleccion qu’ei tostemps complèxa e cadun que ved l’ahar d’un biais diferent. E lèjan los programas los biarnés ? E vòtan segon la persona ? E vòtan tà las lors ideas ? E i a un vòte nacionau ? E sanccionan o ahorteishen quauqu’un ? E s’abstienen per esmalícia o per manca d’interés? E comptan en l’eleccion los ahars de familha o de vilatge ? Que i a tant de questions shens responsas que non podem pas tirar nada conclusion definitiva de la chifra de 3,25% qu’avem

obtiengut suu canton d’Arsac. Causa segura, qu’avem miat la campanha dab lo noste estile « luta e hèsta », qu’avèm bastit un programa dab la participacion deus poblants a las amassadas publicas e qu’èm demorats seriós e determinats dinc a la fin shens har de campanha anti-adversari mes meilèu en estar dens la perpausicion e l’escota. Qu’avem encontrat los e las qui n’an pro deus elegits qui compausan segon la lor aisença, taus interés personaus e tà l’amigancèr. Non volem pas mei d’aqueths elegits qui’s balhan bona consciéncia en distribuïr drin açí e hèra aus qui n’an tostemps tròp. Dab eths, pas arren non cambia e pas arren non cambiarà jamèi. Las eleccions cantonaus qu’estón lo parat de har passar las ideas, adara joens deu parçan que son

LO MONDE QU’AN ESCOTAT LA NOSTA ANALISI, QUE L’AN COMPRÉSA E N’AN PAS JAMEI MARCAT D’OPAUSICION HÒRTA A LAS NOSTAS IDEAS. interessats tà s’apressar deu movement e tà agir. Qu’èra ua purmèra experiéncia, ua experiéncia rica qui estó miada maugrat numerós trebucs. Pas perfèita donc mes qu’èra ua escaduda e qu’èra important tà nosautes de’ns exprimir. L’aviéner qu’ei noste ! Qu’arremercejam enqüèra un còp las e los qui ns’estón hidançós. Libertat ! que vad mei gran cada dia mercés a vosautes.

EXTRAITS DE LA PROFESSION DE FOI DES CANDIDATS DU CANTON D’ARZAC : CE QUI SUIT EST LE MINIMUM DE CE QUE DEVRAIT FAIRE UNE POLITIQUE DE GAUCHE ET OCCITANE, MAIS QUI N’A JAMAIS ÉTÉ FAIT, NI MÊME DÉFENDU. QUEL DÉVELOPPEMENT ? Quand aujourd’hui tous les partis reprennent en cœur le concept de développement durable il est difficile de s’y retrouver. - Nous voulons un développement qui rompt avec le système global défendu par la droite au pouvoir et la gauche libérale - Nous devons penser global et agir local,

pour assurer les changements nécessaires. Ils doivent être basés sur les besoins de la population et reposer sur les piliers que sont la démocratie, le social, la protection de l’environnement, l’éducation et l’économie. Pour Libertat! il est temps de changer. Le développement doit permettre à l’économie locale de se libérer au maximum des dictats des marchés internationaux et de la spéculation financière. Des pistes existent, tant dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie ou des services… tous répondant aux besoins nombreux de la population, que ce soit en matière de logement, de travail, de déplacement, d’accès aux soins et à une alimentation de qualité, de culture, d’énergie… LA CULTURE N’EST PAS UN LUXE, C’EST UNE NÉCESSITÉ Nous ne voyons pas un avenir pour le Béarn sans sa langue, c’est pourquoi nous nous prononçons pour une officialisation de l’occitan, la lenga nosta, aux côtés du français sur tout le territoire occitanophone du département (Béarn et Bas-Adour). C’est un droit légitime que nos voisins européens détiennent depuis longtemps, alors pourquoi pas nous ? En ce sens, Libertat souhaite appliquer scrupuleusement l’Iniciativa (convention signée par le CG64) afin de développer plus rapidement l’emploi de la langue dans la vie de tous les jours (enseignement, services publics, signalisation, télévision, etc.).

POUR UNE AGRICULTURE PAYSANNE Le monde agricole est aujourd’hui engagé dans une crise irréversible. C’est une grande campagne d’information que nous devons lancer : nous voulons que nos agriculteurs puissent rester et vivre de leurs activités sans être enchaînés aux grandes centrales, aux grands groupes semenciers et aux subventions qui détruisent un peu plus ce mode de vie. Nous ne pouvons pas continuer d’un côté à donner l’argent à des groupes qui font déjà des milliards sur le dos des agriculteurs et de l’autre apporter son soutien à une agriculture durable et paysanne. Il est l’heure de faire un choix !

Les subventions quelles soient européennes ou locales sont distribuées inégalement et se basent uniquement sur le foncier. Nous sommes pour un système de subventionnement qui accompagne sur cinq ans les agriculteurs dans la voie du changement : -qui leur permettent de construire leurs propres outils de transformation des produits, -qui développent des marchés et des débouchés locaux (notamment au niveau des cantines, restauration collectives, relancer les marchés locaux, etc). -qui amorcent la reconversion vers une agriculture durable et paysanne.

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE : Stop au mitage ! En 2010 dans le Grand Pau (dont le canton d’Arzacq fait partie), les terres agricoles octroyées à l’habitat représentent l’équivalent du territoire de la commune de Jurançon. L’étalement urbain tel qu’il est entrepris aujourd’hui est hautement inquiétant  car il est peu réglementé et des erreurs majeures sont commises par les élus qui ne sont pas bien formés ou informés dans ce domaine. De plus cette politique ne répond même pas aux besoins en logements.

DES INSTITUTIONS DÉMOCRATIQUES Si pour Libertat le département des PyrénéesAtlantiques est un vestige du passé qu’il faut à tout pris dépasser, il est tout de même indéniable que nous aurons besoin à l’avenir d’institutions, mais qui soient plus démocratiques que celles qui existent aujourd’hui. En Béarn, cette question est d’autant plus importante que le peuple basque demande depuis bien longtemps une institution propre au Pays Basque, dotée de compétences importantes. Et les basques estiment que d’ici 20 ou 30 ans cette revendication sera effective. Malgré le fait que nos potentats locaux ne prévoient pas cette alternative dans leur prévision, nous béarnais devons la prendre en compte et penser dés aujourd’hui de quelle façon nous voulons être gouvernés, avec quelles institutions pour le pays. - Libertat soutien la revendication d’une institution propre au Pays Basque, à la condition que la culture occitane de Gascogne soit reconnue officiellement comme un part du territoire revendiqué comme basque. - Nous sommes pour une véritable décentralisation sans que cela soit synonyme de perte d’acquis sociaux. Pour plus de démocratie et pour faire entendre nos besoins, défendre nos choix dans l’avenir, nous aurons besoins, nous aussi, d’institutions spécifiques, en lien avec nos proches voisins gascons et plus généralement occitans, mais aussi de l’autre coté des Pyrénées. - Des concertations publiques entre les élus et la population et des référendums, doivent être mis en place régulièrement pour les sujets les plus importants. - Pour un minimum de transparence nous voulons aussi que les séances du Parlement de Navarre soient filmées et diffusées en direct et disponible sur internet.

Nous sommes pour : - Un aménagement qui réponde aux besoins en logements de la population dans toute sa mixité, - Le respect systématique des règles environnementales (isolation, matériaux), sociales et culturelles (architecture, patrimoine). - Favoriser la construction de logements sociaux, collectifs et mitoyens. Parce que l’accès à la propriété pour tous est un mythe dangereux, il pousse à l’endettement des ménages, quand le système locatif offre une alternative aux familles populaires.

9


POLITICA

Nucléaire: visage de la barbarie capitaliste

LE DÉSASTRE EN COURS DE FUKUSHIMA NOUS RAPPELLE UNE RÉALITÉ QUE NOUS NE VOULONS PAS VOIR, LE NUCLÉAIRE EST UNE ÉNERGIE DE MORT ET TOTALEMENT INCONTRÔLABLE FACE AUX IMPRÉVUS.

U

ne catastrophe naturelle est une chose certes violente et imprévisible, mais elle reste humaine car paradoxalement incontrôlable. Cela fait partie de la vie de notre planète. Au contraire l’énergie nucléaire création de l’homme, nous déshumanise, car dépasse la logique et la raison humaine élémentaire, c’est à dire la survie de notre espèce et notre environnement. Il n’est pas étonnant donc que tout cela se déroule dans le système capitaliste, lui même réduisant tout à des rapports marchands. La catastrophe nucléaire a quelque chose de surnaturel en elle, elle réduit dangereusement l’espace, que nous soyons de Toulouse, Pau, Montpellier, nous devenons tous des habitants du petit village Golfech où se dresse l’imposant mastodonte de béton, d’acier et de matière fissile. Toute personne qui a approché un de ces engins connaît une sorte de malaise, la réaction basique est une volonté de s’en éloigner le plus rapidement possible. Cette catastrophe nous rappelle durement que nous partageons le même cailloux perdu dans l’espace et que chaque action humaine à un endroit donné à une conséquence sur tous les terriens. Ce n’est pas l’internet qui a matérialisé le village planétaire mais bien la catastrophe nucléaire. Cette catastrophe a fait disparaître la chimère nommée économie noyée dans le réel. Personne, mis à part les boutiquiers avides, n’en ont rien à faire que la bourse de Tokyo s’écroule. La catastrophe nucléaire attaque, aussi puissamment, le mythe démocratique occidental, c’est un choix imposé par nos gouvernements élus qu’on a pas choisi et que nous subissons violemment. Le nucléaire civil et militaire est en parfait accord avec l’idéologie Républicaine française, ils se complètent même. C’est un savant mélange de bonapartisme, im-

10

position du tout nucléaire au peuple , et une certaine idée de grandeur. En effet le nucléaire est l’attribut de la puissance, il dépasse la seule raison économique ou militaire pour le placer sur le terrain impérial. Le nucléaire n’est pas synonyme d’indépendance énergétique mais plutôt d’impérialisme. En effet les ressources d’uranium sont ici épuisées. Aujourd’hui le conglomérat nucléaire se sert en Afrique soutenu par sa force de police privée, l’armée française. L’exploitation de l’uranium est une composante importante de la Françafrique. Le lobby nucléaire dans l’État français a atteint une telle autonomie qu’il ne répond plus au contrôle de l’État. Il s’impose comme nécessité autonome du pouvoir politique. Cette industrie génère une telle richesse pour quelques-uns que la bataille pour en sortir va être longue et difficile. Le vote récent à l’assemblée sur le développement de l’EPR a été fait en urgence, en effet, ce nouveau type de réacteur n’allait bientôt plus être aux normes de sécurité dans l’Union. A ce sujet , nous vous conseillons de consulter le site «sortir du nucléaire» : www.sortirdunucleaire.org La gestion d’une catastrophe nucléaire est en elle-même un mode de gouvernement, basée sur le mensonge et le total contrôle de l’information. Nous sommes plus informés ici qu’au Japon sur le désastre, cela se comprend aisément quand nous savons le peu de respect que nos gouvernants ont pour leurs gouvernés. Mieux vaut que le troupeau ne s’affole pas et ne devienne ingouvernable. Pour cela l’État français s’y prépare depuis longtemps, nous n’en sommes pas étonné avec sa si longue expérience contre-insurrectionnelle. Dans le cas d’une catastrophe majeure nucléaire l’armée aurait l’ordre de bloquer la fuite des populations, dans l’idée la plus parfaite d’une gestion de crise. En fin de compte, la question nucléaire sous entend la

question énergétique et donc notre mode de consommation. Notre société est extrêmement énergivore et d’ailleurs le potentat nucléaire en fait un argument du maintient des centrales nucléaires.

LA GESTION D’UNE CATASTROPHE NUCLÉAIRE EST EN ELLE-MÊME UN MODE DE GOUVERNEMENT, BASÉ SUR LE MENSONGE ET LE TOTAL CONTRÔLE DE L’INFORMATION. Nous allons devoir dans les années à venir nous poser la question de la modification de notre mode de vie, car nous arrivons aux limites de tolérance de la nature. Il n’y a pas de débat à avoir la dessus, c’est une nécessité avérée, la seule question sera donc, nous reste-il un peu d’humanité et dans ce cas, acceptons-nous un changement radical, car si nous continuons comme aujourd’hui, nous subirons la catastrophe. Notre petit « confort » quotidien détruit la Terre inexorablement. Aurons nous l’intelligence de comprendre que

nous hypothéquons sérieusement le futur de l’humanité et des terriens en général. Notre intelligence, aujourd’hui, légitime l’exploitation et le massacre des autres animaux et des plantes, tout comme elle a légitimé la colonisation. Le constat dépasse l’entendement, nous vivons la septième grande extinction d’espèces de l’histoire de la terre et nous en sommes en grande partie responsables. Tant que nous ne comprendrons pas que l’humanité fait partie d’un tout extrêmement fragile et que chaque action humaine met en péril notre Terre, nous avancerons vers une catastrophe dont nous n’imaginons pas les conséquences. C’est pour tout cela que, non seulement il nous faut sortir du nucléaire, mais il faut revoir de fond en comble notre mode de vie. Ce changement ne se fera pas sans une sortie du capitalisme. Nous, à Libertat, nous croyons que l’humain peut changer et nous combattons pour une humanité en harmonie avec la réalité de notre planète. 11


POLITICA

"Je veux être une Révolutionnaire !" Ê tre une femme et faire de la politique, est devenu une problématique dans notre société. La loi de la parité n’a rien arrangé. Véritable écran de fumée, elle signifie que nous les femmes nous avons besoin d’une loi pour arriver à une soidisant égalité. Depuis 2000, les choses n’ont pas vraiment évoluées. Actuellement un maire sur dix est une femme, et seulement 12% des députés sont des femmes. Combien de candidats hommes aux élections par rapport à des femmes ?

MÈRE OU FEMME D’AMBITION, FEMME FATALE OU MATERNELLE, NOUS SOMMES CONSTAMMENT OBLIGÉES DE CHOISIR. LA SOCIÉTÉ NE PERMET PAS L’ACCOMPLISSEMENT D’UNE FEMME. DANS BEAUCOUP DE DOMAINES, ON NOUS FORCE À CHOISIR. POURQUOI LES FEMMES NE POURRAIENTELLES PAS TOUT FAIRE ? Les femmes sont-elles écartées des milieux politiques ou simplement refusent-elles de s’engager ? Il faut tout d’abord regarder le mode d’éducation que l’on utilise en occident. Les filles sont trop souvent éduquées à devenir d’abord un objet de consommation (apprendre à être femme sur le modèle de la Barbie, à la plastique parfaite) puis nous sommes inévitablement vouées à devenir des mères. Non pas que la maternité soit en soi une fatalité pour la femme, mais dans nos sociétés des femmes qui refusent de devenir mères sont décriées et écartées. Les autres doivent conjuguer les deux, femme et mère. Une fillette reçoit des cuisines, des aspirateurs et une batterie de casseroles en cadeau, un petit garçon des jouets de guerre et des jeux de stratégie. Le phénomène n’est pas près de s’estomper, le clivage est bien marqué et les esprits formatés. Alors être une femme dans le milieu politique est-il plus dur ? Soumises à une publicité constante, les femmes doivent plus qu’ailleurs se battre. J’entends déjà les critiques fuser. Et Ségolène Royal et MAM ? Ces femmes ont fait un choix déterminant celui de l’ambition, allant jusqu’à

12

mettre en scène leurs vies dans les journaux pour prouver qu’elles étaient à la fois des femmes ambitieuses et de bonnes mères, on se rappelle de ce reportage-photos de Ségolène Royal juste après son accouchement, comme pour prouver qu’elle était encore là, malgré sa grossesse. Elles ont prouvé qu’elles se pliaient aux règles du jeu de la société patriarcale, en envoyant elle-même une image plus que négative du militantisme au féminin. Les femmes sont-elles vraiment obligées d’en passer par là pour ne pas se faire évincer ?

Dans les milieux militants, même ambiance. Les femmes doivent jouer des coudes pour s’imposer et celles qui n’ont pas cette force de caractère sont immédiatement mises au placard. Cette lutte quotidienne pour s’imposer, se faire écouter et respecter n’est souvent pas visible au regard des camarades. Pourtant il n’est pas aisé de militer dans un environnement composé par plus d’une moitié d’hommes. Il est quand même drôle de constater que les femmes sont obligées de s’imposer, alors que l’entrée des hommes dans l’arène politique se fait de façon tout à fait normale. Les milieux d’extrême gauche prennent souvent la question à la légère. Ils appliquent en leur sein, une pseudo parité qui ne sert pas à grand chose. La vérité est que les mouvements restent majoritairement masculins. Ambiance paternaliste, protectrice à outrance, allant même jusqu’au sexisme le plus sombre, les militantes ne sont pas encouragées à continuer sur ce chemin. Le principal problème reste sur le plan de la formation des militants. Il faut savoir remettre en cause notre mode d’éducation et notre mode de fonctionnement. Trop souvent cantonnées aux tâches financières et/ou aux tenues des tables d’infos, les femmes doivent trouver un nouvel élan et s’affirmer. Les milieux politiques ont besoin de cette révolution féministe. Rien ne sert de vouloir abolir le capitalisme, si derrière nous reconstruisons une société patriarcale, sexiste. Tant qu’il ne sera pas évacué par la plupart des mouvements et organisations, le sexisme connaîtra de beaux-jours.

L’engagement comme seule solution ! Les militantes de Libertat ! Ont décidé de sauter le pas et de créer un groupe de discussion de femme. Ce groupe qui évolue en parallèle du mouvement, va notamment servir à encourager des femmes à sauter le pas, à rentrer dans un combat militant. De la simple discussion à l’analyse poussée, les femmes doivent trouver un espace de parole libre. Nous essayons de construire cela. Nous croyons qu’un mouvement fort ne se construira pas sans des femmes. Il est primordial aujourd’hui d’entreprendre cette révolution des esprits. Les femmes ne sont pas des bouts de viande, elle ne sont pas des objets sexuels, elles ne sont pas des défouloirs pour des hommes frustrés et malades. Nous sommes des êtres humains en quête de reconnaissance ! Nous voulons l’égalité ! Mais pour cela mesdemoiselles nous devons nous battre pour nous faire en-

tendre, les suffragettes et leurs cris ne sont pas si loin de nous ! Nous ne pourrons jamais nous contenter des bribes que nous laisse le gouvernement ! Disons merde à la parité et votons pour l’égalité ! L’égalité des salaires, des conditions de vie, d’accès à l’emploi !

POUR CELA L’INVESTISSEMENT POLITIQUE EST NÉCESSAIRE, N’AYONS PLUS PEUR DE CE MILIEU MACHISTE ! NOUS NOUS DEVONS DE PARTICIPER AU CHANGEMENT, NOUS ENGAGER !

U

na lenga, per èstre considerada coma una lenga plena e vertadièra, la fau espandir dins totas leis estratas d’una societat. Es per aquò, perqué se retrobam dins una demanda globala de consideracion, que leis occitanistas reivindicon una preséncia mai fòrta de la lenga dins lei mèdias e de faiçon mai generala dins lei mejans de comunicacion actuaus. Se lei pegasolèts «la TV en òc» siàn totjorn d’actualitat, se fan ara d’autras reivendicacions. Logicament, lei joves occitans qui se passèjon sus la tèla espèran la lenga en cada finestron virtuau. Lo facebook en occitan, per exemple, es una demanda reala e legitima. Mas en tant que portaires d’un projècte de societat alternativa, nos devem d’aguer un agach critic sus tot aquò.

La web-tv en occitan se prepara : se totes volèm de television en òc, nos fau demorar exigents rapòrt a la qualitat e l’interés dei programas. Tròp sovent, en literatura notadament, mas tamben en musica, laissam de costat las criticas per pas descoratjar l’emplec d’aquela lenga minorizada. Delà d’aquò, devon pas negar lo ròtle bestiàs dei mejans de comunicacion d’auèi. Parlavon totara dau facebook : amusant, eficaç per escambiar amb leis amics, aquela platafòrma virtuala participa tamben au flicatge de la populacion e lei gents i entretienon relacions faussas de còps, sense parlar de son adiccion vertadièra.

ALARA ÒC PER VEIRE L’OCCITAN DE PERTOT, MAS FAU PAS OBLIDAR QUE LA LENGA NÒSTRA ES PAS UN REMÈDI CONTRA LA BESTIÈSA E L’ALIENACION ! 13


peu parçan de l’Ador lo sostien a l’agricultura productivista que’s segueish

L

’Institution Adour, qu’ei un Establiment Public Territoriau de «Bassin”, organisme oficiau gavidat per 20 conselhèrs generaus gessits deus departaments de las Lanas, deu Gers, deus Pirenèus Atlantics e Pirenèus Hauts, e de qui lo but ei de gerir l’Ador, aqueth fluvi màger que travèrsa lo sud de Gasconha. Mes de hèit aquera institucion que mia campanha despuish annadas entà crear barratges suus territòris tots d’aqueths 4 departaments e atau servir ua politica agricòla productivista au miei de la quau las culturas adaigadas com lo milhòc. Maugrat l’estanc de l’espandiment d’aqueras culturas despuish 5 ans, l’Institution Adour qu’a decidit un programa navèth de 16 barratges, entà «sostiéner l’estiatge” de l’Ador. Uei, l’Institution Adour que honha entà trobar lo finançament tà 8 d’enter eths en particular qui a r-

14

representan 68 milions d’euros e trós tà las nostas campanhas, qui deveràn estar pagats per la la santat e l’environament, moneda public. maugrat qu’aqueth parçan de Atau, qu’ac vedem, la politica Gasconha sia suber-equipat hastiau deus elegits en favor en barratges-sèrvas tà adaigar d’ua agricultura qui arreduseih las culturas deu milhòc, que los nombres de paisans per contunhan de honhar tà caminostes que’s segueish. E non nar mei vist enqüèra per aquera serà pas cambiada pr’amor de carrèra bòrnha. las eleccions cantonaus passadas ! Globaument, AQUERA INSTITUCION QUE MIA los elegits que sian so- CAMPANHA DESPUISH ANNADAS cialistas o de dreta non ENTÀ CREAR BARRATGES SUUS cambian pas d’espiar TERRITÒRIS TOTS D’AQUETHS 4 quan se parla d’agricul- DEPARTAMENTS E ATAU SERVIR tura, quitament se’s sen- UA POLITICA AGRICÒLA PRODUCteishen obligats despuish quauquas annadas a bal- TIVISTA AU MIEI DE LA QUAU LAS har tanben tà quauques CULTURAS ADAIGADAS COM LO projèctes agricòus biolo- MILHÒC. gics o duradís. Cap ad aqueths projèctes e desQu’ac cau díser, peu moment e pensas de moneda publica la quitament se cèrts collectivitats resisténcia que s’organiza entà començan d’arrefusar de pagar ua gestion mei democratica, navèras infrastructuras com los ecologica e sociau de l’aiga. barratges e demandan la pròva Libertat que la sostien. de la lor utilitat, la grana majoritat de la classa politica que Los barratges-sèrvas segueish la pensada unica des- •Departament deu Gers : Mont volopada per l’agro-industria e Devath, Talhuret, Gauba, los sons vailets de la FNSEA, Bergon, Canet, Cornelhan lo sindicat agricòu majori- •Lanas : Maús-Baish, tari. Maugrat •Pirenèus Hauts : Ossa lo bilanç de d e c e n i a s Mei d’info sus : http://www.caet.lautre. d e s a s - net/

La luta ANTI-LGV contunha

LO 13 DE GENÈIR PASSAT, ALAIN ROUSSET EXPRIMIT, AU PARAT DE SONS VÒTS DE PRESIDENT DEU CONSELH GENERAU D’AQUITÀNIA, LO SON MESPRES DEVÈRS LOS OPAUSANTS A LA LGV E SUSQUETOT DEVÈRS LOS QUE SON TANBEN SONS ALIGATS POLITICS. ESITÈT PAS DE CHAFRAR DE «DÉBILES ET ABSURDES» LOS ARGUMENTS DEUS OPAUSANTS AU PROJÈCTE. LO PUBLIC PRESENT NON PODOT PAS CONSTATAR NADA REPROVACION DE PART DEUS ELEGITS D’EURÒPA ECOLOGIA, MEMBRES ACTIUS DE LA MAJORITAT REGIONALA.

C

om l’escrivorem dejà entre los dus torns de las eleccions regionaus de 2010, Europe Ecologi a sacrificat la luta anti LGV en nom de la realpolitik. Uèi lo dia, se pòt pensar que’n son a pagar lo prètz hòrt, dab lo biais de har de Rousset dont trintalha pas per los umiliar publicament, shens aquestes pusquin responder ad aquera agression verbala. Hòrt gualhard aqueth dia, Rousset s’estonèt que "10 gents dont pausan un panèu pusquin aver mei d’importància que la granda màger part deus poblants de la region". Los elegits socialistas presents a la manifestacion deu 11 de deceme a Lengon seràn encantats per las qualitats d’observacion deu son colèga de partit. Fau tornar dider que’n mensh d’un an, detzenats de milèirs de gents an manifestat en Occitània e a Pais Basco contre aqueth projècte. Com un grand tactician politic, e en pavonejar dab l’argument grossèir que lo 90% deus aquitans son favorables au son projècte faraonic, lo president deu Conselh Regionau d’Aquitània a causit d’estujar los vertadèirs problèmas livats per una partida deu movement anti LGV. Se diu sentir uèi-lo-dia en dificultat, entà valorizar sons grands projèctes com LGV o A65. Fau dider que gastar 22€ per ganhar 50 minutas entre Pau e Bordèu non provoquèt un estrambòrd generalizat. Podem dider, meilèu, qu’es lo sceptiscisme qu’a ganhat la poblacion. Tornaram pas evocar l’argumentari publicat dens l’A Huec #30, consagrat a l’amainatjament dau territòri, mès afir-

mam totun qu’aqueth projècte destructor non servira pas lo desenclavament d’Occitània, mès favorizarà au contrari l’enclavament d’una larga part deu nòste territòri. La LGV, de hèit, se harà au detriment deus parçans traucats, manca dus o tres pòles regionaus (Bordèu). Totas las autas ciutats auràn de patir las consequéncias d’aquera causida politica. Los transpòrts locaus feroviaris publics son miaçats, e M. Rousset ic sap. Ont-mei si espiam lo prètz deu peatge de l’A65, nos podem tesicar per lo prètz d’un bilhet Paris-Madrid. Gahar lo trin serà bissè un luxe que tots nos poiram pas auferir. Mès es temps, tanben, de plan s’aviar per lutar contre la LGV. Lo 11 de deceme passat, a Lengon, am podut constatar una baisha sensibla de la participacion, rapòrt a la mobilizacion de l’annada. L’argumentari de la coordenacion anti LGV locala "non a la LGV, òc a l’amainatjament de las linhas existintas" non sufis pas. De la sono oficialas es sortida un bon moment "Non à la LGV, Oui au TGV" !" Tota l’annada 2010, am constatat que Libertat n’èra pas convidat briga a las amassadas deu collectiu, quand estorem l’unic movement politic d’aver miat una campanha de comunicacion contre aqueste projècte. Pendent tot un trimestre, am militat per un referendum organizat sus la totalitat deu traçat, dens l’amira de portar lo pet mediaticament. Suu pic, podorem constatar que daubunas associacions o elegits non volèn pas d’ingeréncia dens lor luta, mès l’arculh deu public, dens mantuna reunions, provèt plan la valor de nòstas idèas. Nos desolèrem de véder que per las eleccions regionalas de 2010, daubunas comunas organizèren aquera consultacion –d’un biais individuau e dens la precipitacion. Una oportunitat bèra estot maubarrejada, per la manca de volontat de tribalhar en comun, en deishar de costat los calculs politicians e los vielhs suscòrs. L’an 2011 serà decisiu dens la luta contre la LGV sud atlantica. Fau constatar que

POLITICA

GASCONHA

Barratges navèths

Gasconha va tot dret a la paret. Podem tostemps prénder l’exèmple deu Pais Basco e de sas lutas. Es complicat comparar situacions tan opausadas, mès sembla indispensable de véder que’n Baiona s’amassèren milèirs de personas, quand n’èram pas qu’un mileiròt a Lengon. Se tracta de la volontat d’agir, de se mobilizar e de constrénher los elegits de tot bòrd a mei de combativitat e d’afirmir pausicions claras. En Occitània, n’èm lunh ! L’exèmple mei caracteristic, l’auferiren a Agen en noveme de 2010, que lo representant deus caçaires locaus expliquèva au micro, per lo discors finau, que falè comptar dens los manifestants los 1000 caçaires que s’avèn pas podut desplaçar. Aquò pòt semblar simpatic, mès aqui lo rebat de la nòsta luta. Èm pas capables uèi-lo-dia de se mobilizar en extremar las guerròtas. Atau, èm a deishar Alain Rousset nos insultar tots e nos dider d’imbeciles. Peu biais de la nòsta brocadura sus l’amainatjament deu territòri, hadorem un diagnostic e perpausèrem basas de tribalh per un projècte dont non pertoca pas shens que la LGV e l’A65, mès dont evòca lo futur de nòsta tèrra. Èm dauberts a la participacion en una luta vertadèira, que necessita lo gropament de totas las fòrças. En 2012, serà tròp tard per ploricar. Uèi lo dia, falhas bèras dens lo projècte nos diurén motivar. Au punt financèir, aqueth projècte n’es pas solide, e los conselhs regionaus e generaus an d’estirar cada an los financiaments per perméter la construccion de la LGV. Lo darrèir exèmple nos ven de Dordonha, que lo CG votèt lo 11 de genèir la participacion de Dordonha au financiament de la linha Tors-Bordèu a un nivèu de 14,7 milions d’euros per sheis ans. 1,47 milions tantlèu ongan. Los estudis sus la LGV Tors-Bordèu son quasi acabats, e las òbras començaràn au mei tard en 2013. Dordonha, dont n’es pas concernida peu trajècte, financia. Çò qu’auràn de pagar en tres o quate ans, per financiar la linha Bordèu – Tolosa ? 15


D

errière la carte postale ensoleillée de notre belle Provence se cache une réalité beaucoup moins touristique. Misère, chômage, précarité, manque de logements et loyers trop élevés, différentes formes de pauvreté coexistent dans la région. Elles touchent davantage les jeunes et les femmes. La Provence est l’une des régions où il y a le plus de salariés qui malgré un emploi, vivent en dessous du seuil de pauvreté fixé à 908 euros mensuels. Les mères isolées sont davantage confrontées à une précarité qui gagne du terrain. Alors que la droite française nous avait promis plus de travail pour gagner plus, nous pouvons constater que l’ensemble des travailleurs pauvres et leurs familles représentent près de la moitié des personnes de la région. Le travail ne protège plus de la misère sociale Avec l’augmentation des activités à temps partiel ou à durée d’emploi réduite sur l’année, le risque d’être à bas salaire s’avère très élevé chez les jeunes et les salariés en contrat à durée déterminé. Avec un taux de chômage de 10,5 % et plus de 700 000 personnes percevant moins de 880 euros par mois, la Provence se situe au 4ème rang des régions les plus touchées par la précarité derrière la Corse, le Languedoc et le Nord PAS de Calais. La région concentre le plus de ménages pauvres après l’ Île de France. Étrange contraste quand l’on sait que la Provence est une région les plus riches du territoire français et l’une des plus attrayante pour les nouveaux arrivants multimilliardaires notamment sur le littoral. La précarité n’est pas qu’une statistique, elle est aussi une réalité sociale. Alors que nous pouvons observer de plus en plus de SDF dans les rues, plusieurs associations viennent en aide aux personnes démunies. Sur Toulon, l’association « Coup de Pouce 83  » constate une augmentation importante du nombre de jeunes et de retraités sans domicile fixe. Cette association a distribué 734 colis alimentaires et 648 familles ont bénéficié de leur aide de subsistance en 2010. Même constat pour l’association « Archaos » fon-

16

Era Generalitat de Catalonha permet era possibla urbanizacion massiva dera Val d’Aran

dée par un groupe de libertaire et qui reçoit depuis 1994 les exclus et les précaires du centre ville de Toulon. Malgré un cri d’alarme lancé par ces deux associations auprès de la municipalité de Toulon , les élus semblent nier la réalité sociale. Avec la difficulté de trouver un travail ou d’avoir un salaire suffisant pour pouvoir survivre, s’ajoute en Provence le problème du logement. Votée en 2000, la loi SRU impose aux villes de plus de 3500 habitants de disposer d’au moins 20 % de logements sociaux dans leur parc immobilier. Pourtant, 14 villes de plus de 30 000 habitants des Alpes-Maritimes, du Var et des Bouches du Rhône peinent à rattraper leurs retards. Nice et Cannes se trouvent en matière de logements sociaux, les plus mal classées en France. Ces commune préfèrent payer de forte amandes plutôt que d’accueillir chez elles des populations pauvres faisant taches à coté des millionnaires Russes. La rareté et la cherté due à la spéculation immobilière et autres promoteurs peu scrupuleux, compliquent la tâche des bailleurs sociaux de partout en Provence. Pourtant l’argent ne manque pas en PACA. Pour rappel : LGV : 8 milliard d’euros pour la région. - ITER : 467 millions d’euros pour la région (hors coût de fonctionnement). - Tramway Toulon : 340 millions d’euros pour la municipalité. - Vidéo surveillance à Nice : 7,6 millions d’euros. Pour Libertat, le capitalisme est responsable de cette situation. Seul un changement révolutionnaire de notre société prenant en compte l’intérêt du bien être humain et non le profit et l’individualisme, permettra au peuple de vivre dans la dignité. C’est en se réappropriant notre économie mais aussi notre terre que nous ferons bouger les choses. Association « Coup de Pouce 83 » : 06.21.51.73.75 (Toulon) Association ARCHAOS : 04.94.91.26.80 (Toulon)

E

s intencions deth Govèrn de Catalonha son de perméter er increment desfrenat d’urbanizacion dera Val d’Aran en tot eliminar ua grana partida des restriccions ara construccion fixades en plan urbanistic dera Val d’Aran, aprovat ara hè mens d’un an peth precedent govèrn de Catalonha, que volie atau protegir er entorn naturau deth país d’ua urbanizacion excessiva. Peth moment era Comission d’Urbanisme de Catalonha a dejà alterat era nòrma entà perméter que siguen es ajuntaments qui decidisquen era planificacion urbanistica, coma ac demanauen es bailes de Vielha e Naut Aran -de Convergéncia- que pretenen contunhar d’urbanizar es entorns deth cap-lòc aranés e dera estacion d’esquí Baqueira Beret. Des·hèr er emparament deth plan urbanistic d’Aran, ei estada ua peticion constanta des bailes de Vielha e Naut Aran, ua municipalitat que preten contunhar de bastir massivament ar entorn dera estacion d’esquí Baqueira Beret, participada pera societat Catalana Occidente, ua des enterpreses que finance es fondacions de Convergència Democràtica de Catalunya. Eth nau reglament qu’a encargat eth Govèrn de Convergéncia s’elaborarà en tot escotar es peticions des municipalitats dera zòna, e çampair qu’acabarà en tot desprotegir er entorn entà bastir en enes zònes protegides enquiath moment. Aran qu’ei un país qu’a experimentat un creishement economic fòrça gran en fòrça pòc temps. En uns 20 ans es aranesi qu’an cambiat radicauments era sua manèra de guanhar-se es sòs. Actuauments apoiridíem díder que quasi tota era Val viu deth torisme d’esquí, de manèra dirècta o indirècta. Eth hèt de víuer unicaments deth torisme dera nhèu qu’a comportat granes operacions immobiliàries. Eth nombre de dusaus residéncies ei enòrme e eth consum de solèr ei exorbitat. Dintram, donques, ena dinamica desfrenada qu’a dejà produsides vertadères catastròfes economiques, ecologiques e sociaus. Guardem qué a passat en d’autes zònes toristiques despro-

tegides deth creishement descontrarotlat: era corrupcion des ajuntaments per part d’enterpreses especuladores qu’a provocat expropriacions de terrens as sòns proprietaris, es recorsi naturaus se son agotadi e era gent non pòt cap tornar a víuer dera tèrra o deth bestiar, era poblacion s’ei tornada de mès en mès prauba, es persones immigrades qu’anèren a trabalhar ath servici deth torista qu’an perdut eth sòn emplec; s’a produsit, donques, ua grèu crisi sociau ath delà dera crisi economica. Er aument dera praubesa, sustot enes classes immigrades, a hèt a aumentar era delinquéncia, es tensions sociaus e era xenofòbia. Enes endrets a on era lengua e cultura territoriau ei ua lengua minorizada qu’an perdut era sua identitat en favor des lengües e cultures dominantes. Un exemple de tot açò n’ei era còsta valenciana. Era destruccion deth miei ena Val d’Aran non ei sonque en procès de comportar un caòs economic e sociau, era nòsta lengua que recule e era beutat deth nòste païsatge, maximala atraccion toristica, qu’ei en dangèr, es recorsi que desapareishen e eth solet productor de hormatges que crompe era leit dehòra deth país. Eth plan urbanistic dera Val d’Aran qu’ei estat modificat per actuau govèrn dera Generalitat de Catalonha en tot dar-ne eth contraròtle as ajuntaments. Precisaments es ajuntaments son es entitats politiques mès aisides de corrómper per part des màfies dera construccion. Aguesta modificacion deth plan urbanistic, que met eth dangèr era Val d’Aran, qu’ei venguda a peticion des ajuntaments de Naut Aran e de Vielha. Non ei cap edart qu’era enterpresa Catalana Occidente, participaira deth grop Baqueira-Beret, age finançat era fondacion de Convergència Democràtica de Catalunya. Libertat! Esquèrra Revolucionària d’Occitània que reclamam alternatives d’emplec ena Val d’Aran e un plan urbanistic que mos protegisque dera especulacion, dera desolacion, e dera desculturizacion. Volem víuer en país! 17

VAL D’ARAN

PROVENCA

En Provença, si lo solèu nos fa cantar, lo capitalisme nos fa crebar


OPINION

Sommes-nous Démocrates ? “En acceptant de jouer le jeu du scrutin démocratique, le parti communiste a cessé d’être révolutionnaire. Tout adversaire de la République qui se plie aux règles de nos institutions, les renforce.” N.Sarkozy (Pdg de la PME République Française)

Pour commencer nous préciserons quelques réalités contemporaines. Parler aujourd’hui de ce qu’est la démocratie est extrêmement compliqué car elle est, comme nous l’indique Badiou, un emblème intouchable de la société politique occidentale. Elle est le symbole de sur quoi se fonde la politique dans nos sociétés. Toute critique citoyenne, c’est à dire acceptant le symbole, peut être excusée par le système. Le citoyen, c’est à dire celui qui accepte la soumission au jeu démocratique et donc à l’État, ne saurait inquiéter le système. Mais si nous décidons une critique en dehors de ce cadre nous acquérons la figure du terroriste, celle qui concentre toutes les haines. Il est donc possible que ce texte provoque chez les démocrates va-t’en guerre des haut-le-cœur. En suivant, nous devons préciser que le système actuel démocratique va de pair avec le capitalisme et que nos dirigeants démocrates ne lésinent sur aucun moyen pour l’imposer dans l’autre monde, chez les barbares, ceux qui ne sont pas démocrates. Les bombardements massifs et réguliers, les multiples guerres à travers le monde ne peuvent que nous conforter dans ce sens. En imposant la démocratie, c’est bien sûr l’économie de marché qu’ils installent et au delà, toute une vision de la vie politique et de l’humain. Mais bien sûr le capitaliste est attaché à la démocratie quand il peut la contrôler, l’expérience fasciste/nazie nous rappelle, qu’il n’a aucune ver-

18

gogne à mettre en place d’autres systèmes politiques quand il le faut. Les lois anti-terroristes et anti-insurrectionnelles actuelles confirment cela. La démocratie est le meilleur des systèmes quand il n’y a pas de danger à leur hégémonie, c’est à dire tant que l’ordre boutiquier règne. Mais revenons à la démocratie. Elle est née dans la Grèce antique à la suite de bouleversement profond de la société aristocratique athénienne. Et c’est paradoxalement la tyrannie, en développant la marine de guerre athénienne, qui déclencha la mise en place de ce système. En effet, avant cela, la caste des guerriers, les aristocrates, détenaient la légitimité à diriger car ils étaient les seuls à défendre la cité. Avec le développement de la marine dû à l’impérialiste athénien, c’est une fraction conséquente de la population qui accède à la défense de la cité, en retour ils attendent de participer à la vie de la cité. Voilà en bref comment est apparue la démocratie. Platon, philosophe grec qui a écrit sur les systèmes politiques, confronte différents types de gouvernements dans La République. Il nous dit que la démocratie est une forme de «gouvernement qui dispense une sorte d’égalité aussi bien à ce qui est inégal qu’à ce qui est égal». En sommes ce système nie les différences sociales, culturelles, économiques au nom d’une prétendue égalité, qui n’existe même pas au niveau de la loi. En démocratie, un pauvre est égal à un riche, il peut aller voter tranquille. Ce système nie la lutte des classes. La démocratie comme système politique crée un sujet à son image. Elle se formalise dans l’Homme démocratique. Pour Platon, l’homme démocratique n’est constitué qu’au regard de la jouissance. En démocratie, on doit pouvoir jouir sans

entrave, on doit pouvoir faire ce que l’on veut. Ce n’est donc pas anodin que dans notre société la jeunesse soit idolâtrée. Comme nous le dit Badiou, il y a quelque chose de juvénile, quelque chose qui relève d’une puérilisation universelle dans le démocratique. Sarkozy illustre bien cela, du vieux qui veut être jeune, toujours en demande de modernité, de changement, de vitesse, il est la caricature du spectacle démocratique. Le démocrate a peur de la mort, il ne veut pas vieillir. D’ailleurs, il suffit de regarder la place de nos vieillards dans nos sociétés, ils sont relégués dans des mouroirs aux allures de prisons. La démocratie est donc intimement liée à la jouissance procurée par la consommation, ellemême obtenue par l’argent. Dans ce système, nos grands sont des fardeaux car cela coûte cher, de même que l’enfant non rentable. Alors que la vie est une longue évolution, basée sur l’expérience, la découverte, mais aussi la transmission au plus jeune d’un savoir, d’une certaine sagesse. Dans nos sociétés démocratiques, le temps de la vie a perdu tout sens. Outre son insignifiance, l’Homme démocratique est construit autour de trois traits : l’immédiateté (n’existe que le divertissement), la mode (succession de présents substituables) et le mouvement sur place (« on se bouge»). Pour l’apercevoir il suffit d’observer toute une frange de la jeunesse plongée dans le profond gouffre de l’insignifiance. Le système démocratique parlementaire annihile toutes envies de participer à la vie de la cité, aux choses de la vie, en fin de compte à la vie elle même. Et c’est d’ailleurs ce que nous pouvons constater la non-vie dans nos métropoles, nous sommes devenus des flux tendus d’une machine à fabriquer de la jouissance futile, le tout se concrétisant dans la consommation. Mais la démocratie bat de l’aile. Malgré l’impossibilité de développer un discours en dehors des bornes démocratiques, les gens sentent de plus que cela n’a plus grand sens. A l’heure où les contradictions du système capitaliste mettent à mal l’idée de démocratie le monde politique tente de réactiver cette idée par l’idolâtrie Républicaine. Tous les politiques invoquent des valeurs républicaines quasi mystiques

pour continuer cette mascarade. Mais cela sonne creux, non seulement pour ceux et celles qui connaissent l’histoire de cette République, mais aussi pour ceux et celles qui le devinent sensiblement à travers tous les mensonges du spectacle politique. Et ce n’est pas la démocratie participative de madame Royale qui rendra ses lettres de noblesses à cette idée, et l’imposition de la marseillaise dans les écoles qui fera aimer la République. En faisant du XXe siècle une bataille entre la démocratie et le communisme, les capitalistes ont réussi à rendre ce système politique inopérant, à subtiliser l’idée de démocratie. Cette idée est bien transcrite par W. Churchil dans cette phrase : « La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé ». C’est bien une usurpation de toute idée de changement qui se profile dans cette phrase. C’est le vol suprême de toute possibilité révolutionnaire, car elle ne peut être, pour eux les démocrates, que vouée à l’échec. Alors à la question « êtes vous démocrate  » que devons-nous répondre. Blanqui répondait en disant que cela voulait tout et rien dire, que c’était un terme caoutchouc, malléable. Aujourd’hui, il y a surtout un grand vide entre l’idée démocratique et le système démocratique. C’est à dire entre le juridico-politique ou la forme de constitution du corps politique, et l’économico-gestionnaire ou la technique de gouvernement. Le citoyen emploi le terme démocratie dans le premier sens, mais seul le second sens existe dans la réalité et le discours politique contemporain. Le malaise actuel se nourrit de cette ambiguïté là, de cette désarticulation entre deux concepts. Agamben pense que c’est dans le vide laissé par ces deux articulations que nous devons faire apparaître la nouvelle politique de l’ingouvernable. Car là réside la seule option révolutionnaire, nous rendre ingouvernable par nos gouvernements, être là ou l’État ne nous attend pas comme nous le disent les gens de «  l’insurrection qui vient  », étonner, sortir des chemins battus, ne plus accepter leurs règles du jeu.

A l’heure où le système capitalo-parlementaire détruit petit à petit tous les espaces de liberté et se blinde, nous comprenons tous que l’inverse de la démocratie ne saurait être la dictature ou le totalitarisme. La dictature et la démocratie peuvent cohabiter dans une forme moderne de démocrature. Un nouveau mode de gouvernement basé sur le préventif, c’est à dire parvenir à prévenir tout mouvement insurrectionnel qui saperait leur hégémonie. Le contraire de la démocratie, telle que nous la connaissons, est donc la fin de la propriété privée, de la circulation monétaire, la mise en commun et le partage de tout, en un mot le communisme. Certes un communisme à réinventer, mais surtout un communisme à vivre dès maintenant. Le communisme n’a pas besoin d’État, ni de police pour exister, il demeure de toute manière la seule idée salutaire à l’heure où les ravages du capitalisme hypothèquent sérieusement nos chances de survie à long terme sur cette planète. Le communisme est donc l’antithèse de l’insignifiance actuelle, c’est le seul moyen de retrouver le vrai sens de l’humanité et là seulement nous pourrons vivre pleinement l’idée démocratique dans son essence, et pas celle que nous imposent Sarkozy, Obama ou Zapatero. Nous ne devons pas être soumis à une vision véhiculée par le pouvoir, ni a une quelconque sémantique. Nous n’avons pas à être comme ils veulent qu’on soit, au contraire nous devons affirmer des choses fortes en dehors de leur frontière. N’attendons aucune reconnaissance du pouvoir, notre seule légitimité sera éprouvée par le soutien populaire. Au final, ni démocrate, ni anti-démocrate, mais plutôt communiste ou tout autre terme qui pourrait retranscrire la totalité de cette idée pour changer la vie et transformer le monde. « Es sus la talvèra qu’es la libertat » Arís À lire : Démocratie, dans quel état ? Éd. la fabrique. La République, Platon.

19


L

e Festenal Montcuc Liure pour sa seconde édition prend de l’ampleur. Ce n’est pas une journée mais trois que nous vous proposons cette année. Le but étant de créer à terme un festival pérenne et toujours en (r)évolution. Le Festenal Montcuc Liure, au delà de son aspect musical, sera aussi l’occasion de rencontres, d’échanges de débats. Cette année nous continuons dans l’idée de vivre et décider au pays nous renforcerons cela par l’idée de contre-société. Dans ce sens, nous aborderons le thème de l’agriculture et de l’éducation dans l’idée de cette contre-société à bâtir pour assurer notre autodéfense face au capitalisme destructeur. Le Festenal se veut un miroir de notre action en Quercy, il se veut aussi un lien de rassemblement, de réflexion et d’action, mais aussi un lieu d’expérimentation de cette autre société que nous voulons.

Un festival autonome et ouvert Nous avons fait le choix dès le début de ne pas faire appel aux subventions. Nous voulons démontrer qu’avec de la motivation, de la détermination et de l’envie, nous pouvons créer des événements autonomes et indépendants. S’auto-organiser, sortir de toutes les tutelles imposées, est pour nous essentiel et fondamental. Ce n’est bien sûr pas évident et c’est pour cela que nous avons besoin du maximum de soutien dans cette aventure. Ce festenal se veut ouvert sur le partage des expériences dans l’idée de nous renforcer. Viure e decidir al pais Vivre et décider au pays, voilà ce que, fondamentalement, le Festenal Montcuc Liure porte dans son essence. Une autre façon de penser le monde, une autre façon d’agir où nous vivons mais aussi la volonté farouche de reprendre en main nos vies. Conscients des enjeux actuels au niveau de l’agriculture, des services publics, de la désertification, nous voulons avec ce Festenal réfléchir tous ensemble à ce que nous devons mettre en place pour vivre dignement en Quercy. Pouvoir décider en commun de ce que nous voulons pour nos vies doit être une de nos priorités ! Participer, s’impliquer dans le Festenal, c’est une façon de dire non à ce monde qui dégringole et nous entraîne dans sa chute !

Le champ collectif Nous l’avons dit et redit, notre projet de contre-société ne pourra être effectif que si nous mettons en place nos instruments pour assurer notre autonomie dès maintenant. Dans l’idée que nous portons, la souveraineté alimentaire est une question cruciale. Cette problématique va devenir récurrente dans les années à venir. C’est pour cela qu’un des premiers instruments concrets est la mise en place de ce champ collectif. Dans l’idée de nous nourrir, mais aussi de nourrir les gens partageant notre projet ou y sympathisant. De plus, nous avons le désir de savoir ce que nous mangeons, de contrôler cet acte essentiel de la vie. Les fruits et légumes seront donc sans produits phyto-sanitaires. Cela dit nous refusons de nous intégrer au dispositif «BIO», qui n’est en fin de compte qu’un nouvel alibi pour faire du pognon et qui, de plus, est élitiste tant les prix sont prohibitifs. Redonner la dignité à cette activité essentielle pour l’humanité, lui redonner sa place en harmonie avec notre environnement, voilà un des enjeux majeurs pour LIBERTAT.

CARCIN

Ce premier champ collectif et cette première coopérative sont la première pierre de la plate-forme révolutionnaire qu’il nous faut bâtir pour avancer vers une contre-société, seule garante d’une véritable autodétermination et d’une autonomie personnelle et collective. Tout cela n’est que l’embryon de ce que nous désirons bâtir dans les années à venir. Nous avons de besoin de toutes les bonnes volontés. N’hésitez pas, rejoignez ce projet passionnant et faîtes prendre vie au slogan « seram ço que bastiram»! La révolution occitane est en marche, rien ne pourra la stopper ! Pour nous rencontrer et pour des informations complémentaires sur le champ collectif et la coopérative : carcin@libertat.org

aGENDA

B LOS PÒ B DA

rt libe

g .or at

LIBERTAT.ORG

OCCITANIA 14, 15 et 16/04 : Jornadas Occitanas a Bordèu. Programa : conferéncias, encontres, taulas redonas, balèti, visita Concèrt lo 16/04 a 21h dab Mauresca Fracas Dub, The Kluba (ex-Skalariak), Le Ministère du Riddim à la MAC (Pessac, Université Bordeaux III), 5€. 17/04 : Rassemblement au Larzac (Nant) contre l’exploitation du gaz de schiste

20

La cooperativa ! Pour parfaire cet instrument, nous décidons de créer une «coopérative» où nous pourrons à terme rassembler producteurs et consommateurs. L’idée est bien sûr que les consommateurs participent aux activités de production et de gestion du champ et de la coopérative. Cette coopérative servira aussi à distribuer les produits en ville, notamment à Toulouse dans l’idée de supprimer la séparation ville/campagne mais aussi le travail intellectuel/manuel.

S EN LUTA LE

SI VOUS VOULEZ PARTICIPER À L’ORGANISATION, ÊTRE BÉNÉVOLE, EN SAVOIR PLUS ... ÉCRIVEZ-NOUS À : montcucfestenal@gmail.com

Un festival populaire à identité occitane Ce rendez-vous se veut populaire, c’est à dire contre tout élitisme. Nous nous battons pour que les gens retrouvent la culture populaire et occitane en Quercy. Populaire car elle va contre l’idée même de marchandisation, car abordable à tous et toutes, car prenant racine dans l’expression d’un peuple et d’une terre. Nous autres concevons l’identité occitane, sa culture, sa langue, comme un élément de richesse mais aussi comme un combat contre l’ignorance de notre histoire. Enracinés dans notre culture occitane, populaire et métissée, nous construisons l’Occitània du XXIéme siècle. Nous voulons

démontrer que non, ce n’est pas passéiste de défendre une langue, une culture menacée, mais au contraire c’est entraver l’ordre mondial actuel.

PROJET DE CHAMP COLLECTIF EN QUERCY

LIDARITAT O S

CARCIN

Festenal Montcuc Liure : segonda edicion

01/05 : 1èr Mai de Luta, manifestation, repas et musique, salle Récaborde, Pau. 20 e 21/05 : Festival « Sous le soleil des cultures» a Puisserguier (34).

04/06 : Serada Occitana a Rocbaron (Provenca), à 18h30, rencontre/débat avec Libertat, soupe au pistou et balèti. 21/06 : Hèsta de la musica, concert, Hédas, Pau. 25, 26 et 27/06 : Festenal de Montcuc Liure : débat, repas et concert avec ZEP, Goulamas’K, Pure Bonne Heure, Enloc, Gojats of Hédas, La Réplik. 26 au 31/07 : Estivada de Rodés Stand de Libertat / La Revista

INTERNACIONAL 07/04 au 17/04 : Korrika, course de Trebiño à Donostia pour la langue basque. 24/04 : Aberri Eguna à Gernika et à Baigori en meme temps que le Nafarroaren Eguna 05/05 : Jugement de militants basques au Palais de justice de Pau. Rassemblement en solidarité.

21


, les oubliés de l’île de Pâques

Île mystérieuse et fascinante par ses moais, son écriture rongorongo, son culte du tangata manu (l’Homme-Oiseau) ou encore son extrême isolement. Voilà ce qu’est aux yeux de l’opinion publique mondiale, l’île de Pâques, classée en 1996 patrimoine mondial de l’UNESCO. Rien sur les autochtones, rien sur l’avenir de l’île. Certains documentaires vont même jusqu’à parler de peuple disparu après l’arrivée de la « civilisation occidentale »

P

22

mélange d’espagnol, de tahitien et de rapanui, demeure vague et sujet aux interprétations les plus diverses. Il est donc très contestable et contesté : par exemple, il y a des « erreurs » de traduction et de sens entre le rapanui et l’espagnol sur la question des terres  ! Une « Proclamation » où le Chili s’engage à garantir éducation et prospérité au peuple pascuan, est également conclue mais elle n’est pas reconnue aujourd’hui par l’État chilien. […] A la même époque, un commerçant français installé à Valparaiso, Henri Merlet, a racheté les promesses de vente soit 90% de l’île. […] En 1903, il vend son exploitation à la Compañia Exploradora de la Isla de Pascua. Celleci est détenue à la majorité des parts par la compagnie lainière britannique Williamson-Balfour. L’importation de chèvres et de chevaux, en plus de l’élevage intensif de moutons, accentuent l’érosion du sol et détruit les derniers coins de végétation. Les Rapanui ont l’obligation de travailler pour Williamson-Balfour qui les paye en nature ! […] Les Pascuans sont aussi victimes de lois ultra-sécuritaires, de brimades, de viols. Sous prétexte de les protéger des maladies extérieures, il leur est interdit de sortir du périmètre qui leur est réservé sans une permission écrite du représentant du gouvernement chilien ou de la Marine. D’ailleurs, le village est entouré de barbelés. […] Mais ce petit

espace est aussi une prison pour les Chiliens condamnés à la déportation. Bref c’est l’univers carcéral à l’échelle d’une île !!! Lorsque le contrat entre le Chili et la compagnie prend fin en 1953, Rapa Nui est placée sous l’autorité directe de la Marine chilienne. Elle continue de parquer les Pascuans à Hanga Roa, alors transformé en réserve. […] C’est pourquoi les Pascuans organisent des « expéditions » pour quitter leur île et fuir le joug chilien ! […] Beaucoup […] trouvent la mort dans ces tentatives. Une insurrection éclate en 1964 menée par l’un des rares Pascuans à avoir pu étudier sur le continent  : Alfonso Rapu. En effet, prévenue par un employé de la Marine dont des ancêtres rapanui avaient été déportés, la population autochtone s’est révoltée contre les autorités craignant que le premier maire élu de l’Histoire de l’île ne soit arrêté. Témoin de cette révolte, une expédition scientifique canadienne alerte la communauté internationale. Les pressions diplomatiques sauvent les Pascuans de la répression. En 1966, sous la pression internationale et suite aux premières élections démocratiques du Chili, l’État chilien accorde la nationalité chilienne aux Rapanui (leur donnant une égalité civique avec les autres citoyens chiliens). […]

chesses créées par un tourisme en plein hôtel de luxe de Hanga Roa d’expulser essor sont accaparés par des continen- le clan Hitorangi au motif que la récutaux. Certaines sociétés du Chili ont pération de cette terre est légitime. même obtenu des monopoles sur cer- […] tains secteurs : LAN Chile Airlines est la Mais on ne contrarie pas aussi faciseule compagnie depuis 1967 à pouvoir lement les projets d’une élite éconodesservir l’aéroport de Matarevi pen- mique et politique ! dant que le trafic maritime est assuré Le 2 décembre, un tribunal de l’île uniquement par la Marine de guerre ordonne au clan Tuko Tuki d’évacuer chilienne  ! Dans le domaine culturel, leur campement sous 24 heures. A 6 aucune politique linguistique n’existe heures du matin, le 3 décembre (autrealors que les quelques mesures et lois ment dit moins de 24 heures après), la protégeant le patrimoine insulaire sont police armée de matraques et de pisde moins en moins appliquées faute de tolets à grenailles expulse de force les moyens. L’île ne compte aucun journal, activistes (4 policiers pour 1 occupant). ni émission télévisée ou radio sur l’his- Une manifestation de soutien tente de toire pascuane ou en langue rapanui ! les défendre à coups de bâtons et de Si aujourd’hui cette dernière est encore pierres mais elle est violemment répriparlée par la moitié de la population mée :   une vingtaine de manifestants c’est grâce aux initiatives, ces dernières rapanui sont blessés  par des tirs de La lutte des Rapanui : l’autonomie ou années, des autochtones ou des orga- balles en caoutchouc et de chevrotine, la mort ! nisations humanitaires (une Académie des gaz lacrymogènes et des coups Aujourd’hui encore, les Rapanui de la Langue rapanui a été crée en de matraques. Certains sont toujours sont marginalisés par le pouO S L PÒ 2004 et l’UNESCO soutient un dans un état grave. Le documentariste B B DA voir central chilien. C’est programme d’enseignement Santi Hitorangi, en train de filmer les d’abord sur la question fonbilingue rapanui-espagnol). événements, a reçu plusieurs dizaines cière puisque 95 % des terDe plus en plus de jeunes de plombs de chevrotine dans le dos ! rains appartiennent actuelPascuans à travers leur bilin- […] lement à l’armée du Chili. guisme, tentent de retrouDe plus, les Pascuans n’ont ver, préserver et valoriser NON RAPA NUI NE DEVIENDRA PAS pas le droit d’exploiter leurs leur identité rapanui tout en UN PARC À THÈMES POUR TOUterres sans une autorisation faisant valoir leur droit à vivre RISTES EN MAL D’EXOTISME ET DE du continent. C’est ensuite au niveau et décider au pays  ! Enfin, le fragile PRIMITIVISME ! social et démographique qu’ils sont équilibre écologique de l’île est en Les autochtones ont poursuivi malgré peu à peu mis à l’écart car le gouverne- train d’être détruit par la massification tout leur mouvement et occupé 12 enment encourage l’installation de colons progressive du tourisme et l’augmen- droits à travers toute l’île. Déterminés à chiliens (les habitants d’origine rapanui tation de la population. Ce tout petit faire valoir leurs droits, ils espèrent faire ne représentent plus que 60% de la «  triangle  » (162,5 km²) de 23 km de connaître leur sort à la communauté population aujourd’hui contre 70% en long pour 12 km de large ne pourra pas internationale afin qu’elle soutienne 1982). Au point de vue économique, les longtemps survivre aux 3000 voitures leur combat et fasse pression sur les emplois les plus rémunérateurs et les ri- en circulation, aux 70000 touristes par autorités chiliennes. an (alors qu’il ne peut […] en supporter théori- Hélas, pour le moment, c’est insuffiquement que 10000), sant. Le clan Hirotangi a en effet été ou aux sites d’enfouis- illégalement expulsé de l’hôtel de luxe sements déjà tous satu- de Ranga Roa par des forces spéciales rés... convoyées dans des vans de la société […] Empresas Transoceanicas, propriété C’est pourquoi un mou- des Scheiss ! Les occupants ainsi que les vement autonomiste gens venus les soutenir ont été violenindigène, soutenu par tés (5 policiers pour 1 résistant) : l’avodes associations sur l’île cat de la famille Hirotangi a été tabassé (comme Ka’ara et Ka- pour avoir voulu parler à ses clients ! kaka Here Henua, des […] ONG «  environnementales  ») et sur le conti- Afin de continuer à informer et alerter nent (comme Prensa le monde entier, des Pascuans, Susana Rapa Nui), a occupé Hito et Santi Hitorangi, ont créé une pacifiquement les par- association Save Rapa Nui. Le site de celles des terres spoliées cette dernière (http://saverapanui.org/ à partir de la fin juillet ) a un rôle de veille informationnelle 2010: locaux ministé- et met en ligne une pétition et un sysriels, palaces, bâtiments tème de dons pour soutenir le mouveadministratifs... […] ment rapanui et les Hirotangi, dernier En novembre 2010, le clan membre du Parlement Rapa Nui à combat des Rapa Nui pouvoir mener le combat politique et est reconnu par la jus- judiciaire. tice chilienne. La cour d’appel de Valparaiso Non à Moai-land ! a en effet rejeté la de- […] mande de l’État chilien Retrouvez l’article en intégralité sur le site et du propriétaire d’un LIBERTAT.org, dans la section 23 Revista. S EN LUTA LE

ourtant l’île de Pâques est bel et bien habitée ! 60% de la population insulaire est même d’origine rapanui c’est-dire descendante des populations polynésiennes qui se sont installées à Rapa Nui (nom de l’île en langue rapanui) entre 700 et 1200 de notre ère. En 2010, le peuple rapanui s’est une fois de plus révolté face à l’indifférence générale, contre leur situation démographique sociale et économique préoccupante, contre les projets gouvernementaux et l’appétit aiguisé des multinationales du tourisme. […] La mainmise du Chili  : d’une tragédie à l’autre En 1886, le capitaine chilien de corvette Policarpo Toro fait un court séjour sur Rapa Nui et presse les autorités chiliennes de continuer leurs tentatives d’expansion maritime vers l’Ouest. Sous protectorat français, l’île où l’on dénombre une centaine de Pascuans, […] est pourtant délaissée. Les missionnaires catholiques y possèdent encore toujours quelques terres et troupeaux mais veulent les vendre […]. Après quelques mois de négociations, le Chili et l’Archevêché de Santiago obtiennent les promesses de vente des biens […]. Ne craignant plus aucune intervention française, Toro débarque en 1888. Le Chili signe ensuite un «  Traité d’annexion» […]. Ce traité, rédigé dans un

Sous la dictature d’Augusto Pinochet, l’île revient dans le giron militaire avec l’installation d’une base de l’armée de l’air chilienne (base partagée avec l’armée américaine et la NASA jusqu’à sa fermeture récente). Le dictateur revend les terrains pris par la force aux clans rapanui, à des grandes sociétés chiliennes. Après l’élection de Michelle Bachelet comme présidente, une réforme constitutionnelle dote en 2007 l’île d’un statut de « territoire spécial » et le Chili ratifie la Convention relative aux droits des peuples indigènes et tribaux. Hélas, dans les faits, Rapa Nui est actuellement toujours administrée comme une province appartenant à une région du continent (celle de Valparaiso).

LIDARITAT SO

INTERNACIONAU

MOAI-LAND

libe

rg t. o r ta

LIBERTAT.ORG


La Revista : Si on devait résumer l’Arcusgi en quelques mots, qu’est-ce-que tu nous dirais ? Louis : L’Arcusgi, au départ ce sont quatre copains qui décident de chanter en se faisant plaisir, dans les bars ou les fêtes foraines. Ce qui nous a incité à monter sur scène, c’est cette passion pour le chant revendicatif. 25 ans après, on s’est structuré mais c’est toujours la même chose : un groupe à vocation militante, qui porte la lutte corse, uni par la même amitié. Je suis là depuis la création du groupe mais on est 7 ou 8 à avoir plus de 10 ans de scène avec l’Arcusgi.

SOLIDARITAT

L.R. : Le chant pour toi était la meilleure manière de militer ? Louis : Tout à fait, il y en a qui sont capables de faire certaines choses, moi je me sens très à l’aise sur scène. Dès 18 ans j’étais militant. J’ai eu cette passion pour la musique et l’écriture et je l’ai mise en pratique. L’Arcusgi, pour être clair, a été créé pour ça, pour porter ce message. On s’affirme en tant que groupe politico-culturel, on le dit à chaque fois qu’on est sur scène.

Entrevue avec louis de L’Arcusgi

Infatigables militants d’une Corse libre, les chanteurs de l’Arcusgi parcourent depuis des décennies les chemins de Corse et de Méditerranée. De Sò Elli à Lottà Ghjuventù, l’Arcusgi a imposé son propre style, revendicatif et passionné. Entretien avec le leader de ce groupe mythique, Louis, pour qui la polyphonie corse a toujours constitué un moyen d’expression politique. La Revista : Si on devait résumer l’Arcusgi en quelques mots, qu’est-ce-que tu nous dirais ? Louis : L’Arcusgi, au départ ce sont quatre copains qui décident de chanter en se faisant plaisir, dans les bars ou les fêtes foraines. Ce qui nous a incité à monter sur scène, c’est cette passion pour le chant revendicatif. 25 ans après, on s’est structuré mais c’est toujours la même chose : un groupe à vocation militante, qui porte la lutte corse, uni par la même amitié. Je suis là depuis la création du groupe

CE QUI NOUS A INCITÉ À MONTER SUR SCÈNE, C’EST CETTE PASSION POUR LE CHANT REVENDICATIF. 25 ANS APRÈS, ON S’EST STRUCTURÉ MAIS C’EST TOUJOURS LA MÊME CHOSE : UN GROUPE À VOCATION MILITANTE, QUI PORTE LA LUTTE CORSE, UNI PAR LA MÊME AMITIÉ.

mais on est 7 ou 8 à avoir plus de 10 ans de scène avec l’Arcusgi. 24

L.R. : Le chant pour toi était la meilleure manière de militer ? Louis : Tout à fait, il y en a qui sont capables de faire certaines choses, moi je me sens très à l’aise sur scène. Dès 18 ans j’étais militant. J’ai eu cette passion pour la musique et l’écriture et je l’ai mise en pratique. L’Arcusgi, pour être clair, a été créé pour ça, pour porter ce message. On s’affirme en tant que groupe politico-culturel, on le dit à chaque fois qu’on est sur scène. L.R. : Vous faites souvent des tournées en dehors de Corse, en Pays Basque notamment. La solidarité internationale est importante pour vous ? Louis : Plus que jamais. Quand on a créé l’association l’Arcusgi, on était conscient qu’il fallait porter notre message en étant solidaires de tous les peuples qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits nationaux. Je n’arrive pas à concevoir que demain on ne puisse pas apporter notre solidarité comme on le fait aujourd’hui ; on continuera encore longtemps j’espère.

L.R. : Vous faites souvent des tournées en dehors de Corse, en Pays Basque notamment. La solidarité internationale est importante pour vous ? Louis : Plus que jamais. Quand on a créé l’association l’Arcusgi, on était conscient qu’il fallait porter notre message en étant solidaires de tous les peuples qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits nationaux. Je n’arrive pas à concevoir que demain on ne puisse pas apporter notre solidarité comme on le fait aujourd’hui ; on continuera encore longtemps j’espère. L.R. : 25 ans après, quel bilan fais-tu de l’évolution du mouvement corse ? Louis : Il y a du positif et du négatif. Au niveau institutionnel, il n’y a pas eu beaucoup d’avancées par rapport à notre peuple, mais on est conscient qu’il y a un peuple corse qui se bat, avec ses moyens, ses défauts et ses qualités. Il est représenté par des mouvements politiques sérieux. Maintenant il reste aux militants, aux gens sincères, à continuer ce combat pour faire évoluer la Corse à tous les niveaux. Aujourd’hui il y a une fourmilière de jeunes militants corses capables de reprendre le flambeau. On l’a vu aux élections territoriales de 2010 avec la liste de Corsica Libera, la moyenne d’âge des candidats était située autour de 24 ans. Il y a vraiment de quoi avoir confiance en la jeunesse qui arrive.

rait temps qu’en Corse, les mouvements dits nationaux se donnent la main et essayent de construire quelque chose. Il y a aujourd’hui des sensibilités nationalistes différentes, et il en faut, mais la démarche qu’il faudrait demain mettre en place, c’est une démarche unique de revendication propre à notre pays. L.R. : L’argument que l’on vous oppose souvent, c’est qu’une Corse indépendante ne serait pas viable. Qu’est-ce que vous répondez ? Louis : Et la France sans les autres pays, qu’est-ce qu’elle est ? Elle n’est rien non plus, elle dépend des autres pays. D’autres pays, d’autres iles plus petites que la Corse sont indépendants et vivent très bien. Selon moi, la France a historiquement des devoirs envers la Corse. Demain on peut très bien être indépendants et avoir la France comme alliée. La revendication indépendantiste, en tant que nation corse, ce n’est pas le rejet. L.R. : Pour revenir à la scène, après 25 ans de chant, on n’est pas lassé ? Louis : Il y a des moments de lassitude, comme dans tout. C’est parfois fatiguant, mais une fois que l’on est sur scène et que l’on porte ce qu’on porte, que l’on voit la réception positive du public, on oublie tout cela et la passion reprend le dessus. C’est vrai que lorsque l’on redescend, on se dit parfois qu’on s’est fait 800 kilomètres et qu’on est crevé, mais c’est toujours le sentiment d’avoir partagé quelque chose avec les gens qui prend le dessus. L.R. : Avec les jeunes qui sont intégrés au groupe, dans 25 ans l’Arcusgi existera encore ? Louis : Je l’espère. A chaque fois je me dis que je vais faire mon jubilé et m’arrêter mais je peux pas. Je vais continuer encore quelques années, m’entourer de jeunes qui ont cette passion pour la polyphonie. La polyphonie, c’est la base du chant en Corse. Le chant a joué un grand rôle dans la préservation de la langue, mais cela nous apprend aussi le sens du partage sans commune mesure entre les chanteurs. Il faut vraiment être complice pour chanter la polyphonie, sinon elle ne sera jamais belle et jamais appréciée.

L.R. : La répression de l’État français, c’est une réalité constante en Corse ? Louis : Oui, elle est constante, elle est journalière avec les arrestations de militants. En Corse cependant, la prise de conscience est importante. Il y a une solidarité systématique avec les gens placés en garde à vue, avec des rassemblements à chaque fois. En Corse, la répression de l’État n’est pas banalisée. L.R. : Toute cette action anti-répressive vous empêche-t-elle parfois de développer des forces de proposition ? Louis : C’est évident. Tous ces rassemblements prennent du temps et de l’énergie. Il se-

25


INTERNACIONAU

PERA LIBERTAT D’EXPRESSI​ON,

NON ATH BARRAMENT DE TV3

A

Libertat! Esquèrra Revolucionària d’Occitània que condemne eth barrament des emissors de TV3 en País Valencian, resultat dera campanha de persecucion deth govèrn valencian deth Partit Popular. Aguest govèrn d’extrèma dreta hè ans que sage de barrar es emissions, amiades a tèrme pera iniciatiua populara d’Acció Cultural del País Valencià.

Recentaments, eth govèrn valencian a aprovat era modificacion d’ua lei que declare illegaus es emissions de TV3, damb aguesta modificacion se pòden méter punicions de 60.000 èuros cada quinze dies a ACPV. Eth ser de dijaus 17 de hereuèr, era freqüéncia de TV3 quitèc d’arreceber-se en País Valencian.

INTERNACIONAU

SORTU ILLéGALISé

S EN LUTA LE

LIDARITAT SO

Libertat! que manifestam era nòsta Que s’arremassèren mès d’un milion indignacion per aguest hèt e manide signatures en ua Inciatiua Legis- festam eth nòste supòrt a Acció latiua Populara (ILP) entà assegurar Cultural del País Valencià. Be s’agís era recepcion des televisions entre d’un atac ara libertat d’expression, es territòris que compartissen era ara liura circulacion dera cultura, ath madeisha lengua, qu’actuauments pòble e ara lengua catalana. se tramite en parlament der estat espanhòu. Dempús deth moment Qu’exigim que se reprenen de dera presentacion dera ILP, era manèra legau, es emisOS PÒ sions dera Television L persecucion deth govèrn B B DA valencian contra ACPV a de Catalonha en País creishut de manèra desValencian, e demaproporcionada, damb nam estener-ne era era imposicion de dues recepcion per tota multes de 600.000 Occitània. èuros. libe

rg t. o r ta

LIBERTAT.ORG

Le 7 février dernier, lors d’une conférence de presse rassemblant près de 300 personnes au Palais des Congrès de Bilbao, était officiellement annoncée la création du nouveau parti de la gauche abertzale : Sortu («créer», en euskara). Grâce à ce parti, la gauche abertzale aurait eu l’occasion de se présenter aux élections municipales du 22 mai 2012. Rejetant clairement la violence d’ETA dans ses statuts, Sortu se voit pourtant refuser son enregistrement officiel en tant que parti. Le cas Sortu, vu par le gouvernement espagnol comme une menace, est ainsi passé devant la Cour Suprême espagnole qui, à 9 voix contre 7, a illégalisé ce nouveau parti à peine créé, considérant qu’il était un prolongement de Batasuna et d’ETA sans aucune preuve objective. Une manifestation a été organisée ce samedi 2 avril 2011, rassemblant des dizaines de milliers de personnes à Bilbao, pour protester contre cette décision et pour qu’enfin l’État espagnol cesse d’oppresser le Pays-Basque et le laisse décider par lui-même de son avenir. LIBERTÉ ET AUTODÉTERMINATION POUR LE PAYS-BASQUE !

26

A LIBERTAT ! Que militam tà la reconeishença de la cultura nosta, la justícia sociau, la solidaritat enter los pòbles, la luta contra totas las discriminacions (racistas, fascistas, sexistas ..) e donc per ua societat alternativa au capitalisme.

Nous militons pour la reconnaissance de notre culture, la justice sociale, la solidarité entre les peuples, la lutte contre les discriminations (racistes, fascistes, sexistes, …) et donc pour une société alternative au capitalisme.

L’estrategia nostra qu’ei, uèi, d’apitar autonomia populara e contra-poder. Notre stratégie est, aujourd’hui, la mise en place de l’autonomie populaire et de contre-pouvoirs.

SEGUITZ LO MOVEMENT SUS INTERNET

LIBERTAT.ORG

E SUUS BLÒGS DEUS GROPS LOCAUS: HTTP://LIBERTATBEARN.WORDPRESS.COM HTTP://LIBERTATCARCIN.WORDPRESS.COM/ HTTP://LIBERTATLENGADOC.WORDPRESS.COM HTTP://MOVOC-AUVERNHA.BLOGG.ORG HTTP://AHUEC.WORDPRESS.COM (Gasconha Nòrd) HTTP://LIBERTAT.PROVENCA.OVER-BLOG.ORG HTTP://LIBERTATARAN.WORDPRESS.COM

27


ABONATZ-VOS a La Revista !

Vous voulez faire connaître LIBERTAT et Libertat la Revista ? Faites abonner vos amis (voir page 2) et demandez aux bibliothèques, dépôts de presse, centres culturels proches de chez vous de se procurer la Revista. La Revista est la revue officielle de LIBERTAT et se positionne comme une alternative à la presse officielle, auto-censurée et soumise à la publicité. Chacun d’entre vous peut contribuer à l’améliorer en nous envoyant les témoignages de vos expériences ou de vos réflexions politiques. Pour tout commentaire : libertat.jornau@gmail.com Mei d’informacions :

LIBERTAT.ORG

MARç/ABRIU

28

- n°5

LIBERTAT la Revista // edicion n°5 * // bimestriel. Fronton deu Hedas, 2 còsta de la Hont/ 2 rue de la Fontaine, 64000 PAU ISSN : 2109-4845 Depaus legau/Dépot légal : julhet/juillet 2010. Comission paritària/ Commission paritaire : en cours. Director de publicacion/ Directeur de publication : Jacques Morio Imprimit/Imprimé : ARTEDER S. L. Gabiria Karrika 2, LJ. 20305 IRUN (Guipuzkoa, EH). Redaccion : Libertat Bearn, Gasconha Nòrd, Lengadòc, Provènça, Val d’Aran, Auvèrnhe. Maqueta : Comission Jornau de Libertat Contact : libertat.jornau@gmail.com / Tel. : 05 59 98 04 90 *Ce numéro comporte 1 feuillet supplémentaire

.LIBERTAT LA REVISTA n°5  

La Revista est la revue officielle de LIBERTAT et se positionne comme une alternative à la presse officielle, auto-censurée et soumise à la...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you