Issuu on Google+

Réunion publique de présentation du budget 2010 Lundi 26 avril - 18h salle Jean Carmet


Budget 2010 le choix des services publics locaux


Les chiffres clés du budget Montant total du budget 23 millions d’euros  : - Les dépenses de fonctionnement 14,6 millions d’euros

- Les subventions aux associations 591 000 d’euros

- Les dépenses d’investissement : 8.5 millions d’euros

- La subvention au ccas : 444 000 d’euros

- Les recettes fiscales : 4.6 millions d’euros - Les dépenses de personnel : 8 millions d’euros

- La part des recettes de l’année qui contribuent à financer l’investissement : 1 million d’euros

- Les frais de gestion : 3.3 millions d’euros

- Les remboursements d’emprunt : 1.2 millions d’euros

10 % de plus pour le budget du CCAS

La situation des familles se dégrade, c’est pourquoi la ville a renforcé le budget de l’action sociale en faveur des familles les plus fragilisées. - 955 Allonnais bénéficient du RSA. - 512 personnes bénéficient des restos du cœur (443 en 2008). - 826 demandeurs d’emploi en janvier 2010 (714 en février 2009). - 43% des bénéficiaires des aides financières allouées par le CCAS, sont des familles jusqu’alors inconnues des services sociaux. - 401 aides financières en 2009, concernant des participations aux factures EDF, eau, loyers… (345 en 2008). La situation de crise actuelle ne permet pas d’espérer une amélioration dans les mois à venir.

591 000 E de subventions pour les associations

Allonnes compte 125 associations. Elles sont présentent dans tous les domaines : caritatif, culturel, sportif. Pour les soutenir, la ville leur octroie des subventions et met en place de nombreux services gratuits. En 2009 : - 192 512 photocopies ont été réalisées pour les associations - les deux minibus ont été prêtés à 21 associations, ce qui représente 90 jours de prêts - toutes les salles municipales sont mises gracieusement à la disposition des associations pour l’organisation de leurs réunions. - du matériel (stands, tables, chaises…) est prêté dans le cadre de l’organisation des manifestations.

20 000 E pour des aménagements de proximité

Cette somme est inscrite au budget pour répondre aux demandes des habitants formulées lors des visites de quartiers ou à l’occasion de la permanence des élus sur le marché. C’est ainsi que des aires jeux ont été aménagées, des espaces verts réalisés…


Les priorités du C 14,6 millions d’euros pour le fonctionnement des différents services :

Le sport - 634 029 E

La jeunesse et la formation - 1 151 483 E

Toutes les actions entreprises en direction des jeunes, le sont avec leur participation, ainsi que celle de leurs familles. 180 enfants âgés de 8 à 13 ans participent aux activités du CEL et des tickets sport. 255 jeunes de 12 à 25 ans sont inscrits dans le cadre des activités variées et des séjours. Plus de quarante jeunes ont été acceuillis chaque jour au Service Jeunesse.

L’objectif principal de la ville est de permettre l’accès à tous et toutes aux sports, de promouvoir et soutenir l’action des 35 clubs sportifs et d’accompagner les sportifs dans leur pratique de haut niveau. 37 disciplines sportives sont représentées à Allonnes avec 3  651 licenciés. 350 manifestations sportives ont lieu dans l’année dont des manifestations d’ampleur nationale ou internationale.

L’action sociale / la famille / l’enfance – 1 364 368 E

L’action sociale est présente partout, dans tous les domaines de la vie et à tous les âges. Les élus l’ont voulue pour tous. C’est ce qui explique les tarifs attractifs, voir gratuits des services municipaux (restauration scolaire, spectacles, prêts d’instruments, accès à la bibliothèque, centre de loisirs, activités du service jeunesse et du pôle petite enfance, …). Et pour les familles en difficulté, la ville, par l’intermédiaire du CCAS a mis en place diverses aides financières.

L’action culturelle - 1 481 041 E

Au delà des spectacles présentés à la salle Jean Carmet et à la péniche Excelsior, la culture à Allonnes c’est aussi : - Une bibliothèque municipale qui compte 1 892 lecteurs. Les prêts sont totalement gratuits pour les Allonnais. - Une école de musique, 237 adultes et enfants fréquentent les 13 classes de formation musicale et les 14 classes instrumentales. - Un théâtre riche de sa programmation. - Un atelier d’art plastiques pour s’initier ou se perfectionner à la sculpture, la peinture.


Conseil Municipal Les services financiers, financement de l’investissement - 1 435 761 E

Ce sont les économies réalisées en fonctionnement pour financer les dépenses d’investissement.

L’administation - 2 279 307 E

La ville d’allonnes compte 414 agents (titulaires et contractuels). Le choix du service public entraîne bien évidemment des dépenses de personnel importantes pour une ville comme Allonnes. En effet, plus de personnel, c’est une gestion plus importante pour la collectivité, mais c’est aussi un vrai choix pour permettre l’accès de TOUS aux services publics mis en place par la ville.

L’éducation - 2 404 816 E

Allonnes compte 6 écoles maternelles et 5 écoles élémentaires publiques regroupant 57 classes et 1 135 élèves. La ville achète des fournitures, des livres et du matériel pédagogique aux écoles. Elle alloue des bourses aux familles, elle organise le soutien scolaire et l’accueil périscolaire. Le coût pour la ville d’un élève de maternelle est de 1 508 E et de 793 E pour un élève des classes élémentaires.

L’entretien des bâtiments publics et des espaces verts – 1 829 896 E

La ville d’Allonnes entretient 44 052 m2 de bâtiments publics (45 équipements sportifs, la mairie, les restaurants scolaires, les écoles  …), et 30 ha d’espaces verts, 12 ha de chemins ruraux, 12 kms de collecteurs pluviaux, 205 jeux, les stades, les plaines de jeux et les jardins familiaux.

La restauration municipale – 1 638 349 E

156  000 repas sont confectionnés et servis aux enfants dans les restaurants scolaires, aux résidants du foyer logement Jean Duchesne et aux personnes âgées qui bénéficient du portage des repas à domicile. Le prix de revient d’un repas toutes charges confondues est de 7,18 E. 870 enfants mangent dans les restaurants scolaires soit environ 83 % des enfants scolarisés, en élémentaire et maternelle. Le tarif des repas s’échelonne de 0,86 E à 2,69 E, en fonction des revenus des familles.


Les grosses opérations d’investissement 8,5 millions d’investissement.

La réhabilitation de la piscine : 6M E

Il s’agit de l’opération la plus chère jamais entreprise par le budget communal : 6 millions d’euros TTC en 3 exercices budgétaires. En 2010 elle impacte le budget pour 3,8 millions d’euros. Les travaux se termineront en juin, l’été sera consacré aux essais techniques et l’ouverture au public aura lieu en septembre.

Équipements culturels Paul Fort et Chaoué lancement du projet : 40 000 E

Dans le cadre du Plan de Rénovation Urbainne 2007-2012, il est prévu de restructurer 3 équipements culturels au coeur de la cité de Chaoué : l’espace culturel Paul Fort, l’auditorium et le Théâtre de Chaoué. L’année 2010 sera consacrée à une étude. Un programmiste rencontrera les différents acteurs culturels, ainsi que les associations allonnaises concernés par ces équipements, pour analyser leurs besoins. Cette étude proposera des travaux de restructuration de ces bâtiments ainsi que des aménagements extérieurs.

L’investissement courant : 1,5M E

Cette année, l’accent a été mis sur les dépenses qui génèrent des économies d’énergie. - Changement des huisseries de l’hôtel de ville, mise en œuvre des préconisations des diagnostics de performance énergétiques  : 90 000 €. - Des bureaux vont être créés à l’hôtel de ville pour permettre aux services population et enfance-éducation de recevoir le public dans de meilleures conditions : 82 000 €. - Un jardin-ludique va être aménagé à la halte garderie « les petites frimousses » : 60 000 €. - La ville met à disposition de Sarthe Habitat un terrain pour la construction de logements sociaux aux Hautes-Métairies. Pour cela, elle va devoir reconstruire un local pour stocker son matériel de fêtes, coût 450 000 €, et déplacer le terrain d’évolution de l’école Langevin, coût 25 000 €. - Les plantations de l’année pour les espaces verts : 67 000 €. - Les remplacements ou réparation de jeux extérieurs, 55 000 €. - Les ouvrages achetés par la bibliothèque : 40 000 €.


D’où vient l’argent ? Taxe d’habitation 6E

Dotations d’État 30 E

Contribution des entreprises 7E

Taxe Produit des services foncière bâtie (restauration municipale…) 7 E 4E

Autres impôts 8E

Où va l’argent ?

Charges à caractère général (chauffage…) 15 E

Auto financement 9E

Divers 2E

(Conseil Général, Conseil Régional…)

25 E

Remboursement de la TVA 2E

Charges gestion courante 8E

Personnel 35 E

Subventions d’investissement

Investissement Remboursements sur fonds propres d’emprunts 5E 5E

Constructions et équipements 32 E


Budget 2010 : gardons le cap Le budget 2010 est un budget gardant le cap sur la volonté des élus et des habitants de faire évoluer la ville. Cela n’a pas été facile dans cette période d’incertitudes pour les finances locales qui voit parallèlement la situation sociale des habitants se dégrader. Malgré cela, en 2009 et 2010, nous finançons l’investissement le plus important que la ville n’ai jamais mis en œuvre  : la réhabilitation de la piscine 6 millions d’euros TTC. Il s’agit d’un des investissements contenus dans le programme de rénovation urbaine signé par la ville en octobre 2007. La ville a déjà réalisé plusieurs des opérations prévues (espace forme, salle Guy Môquet, locaux JSA Omnisport, centre de ressources archéologiques, centre interculturel Yvon Luby), d’autres sont mis en chantier, le jardin des cultures, par exemple.

Les acteurs locaux investissent

- Le Mans Métropole réhabilite la place du Mail (1,9 M E). En fin d’année la rue Bizet et ses abords seront en chantier (1,9 M E). Le centre d’Allonnes sera complètement refait dans un an. - Sarthe Habitat construit actuellement deux programmes à la Bugerie, un en location (1,8 M E), un en accession à la propriété (1,4 M E). Trois autres programmes sont en phase concours d’architecte, d’autres suivront. Le bâtiment rue Bizet/Ravel sera déconstruit avant l’été (4,3 M E). - Les constructions de la Samo vont débuter du coté des Hautes-Métairies (1,3 M E). Il faut également noter les participations conséquente du Conseil Général, de la Région et de l’Europe.

L’Etat doit tenir ses engagements

Les ressources des collectivités ont diminué, la Taxe Professionnelle a été supprimée, elle est compensée partiellement pour 2010, mais pour 2011 rien n’est encore arrêté. La Dotation Globale de Fonctionnement, principale ressource des communes, ne progresse plus depuis plusieurs années. L’avenir de la Dotation de Solidarité Urbaine, recette importante pour les communes pauvres, est incertain. Le gouvernement, par la réforme territoriale qu’il a présenté, souhaite interdire aux régions et départements, partenaires financiers importants des communes, de participer aux actions mises en œuvre par les collectivités. Cette situation doit conduire les élus et les habitants à être très vigilants sur les projets gouvernementaux à venir. La démocratie nécessite d’avoir des communes en plein exercice.

Pas d’augmentation des taux communaux Afin de ne pas encore alourdir la note pour les contribuables, le Conseil Municipal d’Allonnes a décidé de ne pas augmenter les taux communaux pour l’année 2010, se privant ainsi de ressources. Les avis d’imposition des contribuables Allonnais seront malgré tout en augmentation du fait de la progression des valeurs locatives prévues par la loi de finances et de la décision des autres collectivités d’augmenter leurs taux.

Conseil Général : Yvon Luby dénonce les atteintes au pouvoir d’achat des Sarthois Malgré une situation sociale qui s’aggrave, le Conseil Général n’hésite pas à prendre des mesures qui pèsent un peu plus sur la détresse de certaines familles. C’est ce qu’a démontré le Conseiller Général Yvon Luby lors de son intervention à l’occasion de la séance du 30 mars dernier. Il a pointé les conséquence de l’application du nouveau règlement du Fonds Social du Logement et l’augmentation du foncier bâti. En illustrant son propos par des exemples pris sur Allonnes, l’ancien maire a démontré que de plus en plus de familles allonnaises sont au bord de la détresse sociale. «  On constate une émergence de nouvelle situation de précarité. 43% des demandes d’aides proviennent de familles jusqu’alors méconnues du service d’action sociale  ». Face à cette situation, alors que les aides du Conseil Général devraient s’intensifier, elles deviennent plus difficiles à obtenir. Yvon Luby a précisé «  Le Conseil Général , dans son règlement FSL, de mars 2009, a décidé des conditions d’accès aux aides plus draconiennes. En effet, on compte actuellement 22 causes de refus d’aides contre 3 auparavant. Ainsi vous n’intervenez pratiquement plus sur les dettes d’énergie. Cette réforme est en totale inadéquation avec la réalité sociale actuelle ». En ce qui concerne l’augmentation de 4,5% du taux du foncier bâti, Yvon Luby considère cette mesure injuste « Pour les office HLM, qui paient cet impôt, cela se traduira sur les loyers et les charges. Mais c’est aussi sur les petits propriétaires et les accédants à la propriété que cette charge va peser… Alors que de nombreux contribuables sont dégrevés partiellement ou totalement de la Taxe d’Habitation, ils paieront plein pot la Taxe Foncière sur laquelle il n’y a pas d’abattement ».


Dossier Budget 2010