Page 1

pub_Mise en page 1 21/03/12 18:02 Page1

couvlev17_Mise en page 1 20/03/12 12:00 Page1

N FO OU RM VE ULLLE E

N°17

AARY GROUP HOUSING I N V E S T M E N T & M A N A G E M E N T C O M PA N Y

MARS

2012 Nouveau Projet sur Tel Aviv, à NEVE TSEDEK

Projet sur Netanya, Rue Gad Marhness

• Immeuble boutique de 17 unités 2,3,4 pièces et penthouse • Caractéristiques techniques de haut standing • Architecture méticuleuse et design contemporain de haut niveau • Signé par l architecte le plus en vogue de TEL AVIV : G BAR ORIAN

WWW.IL-LIVORNO.CO.IL

• Prime emplacement entre la célèbre rue SHABAZZI ET ROTCHILD

• 45 appartements spacieux et fonctionnels • Haut niveau d’équipement piscine spa terrasse parking etc. • Architecture soignée • Emplacement exceptionnel vue imprenable • Proche kikar et commerce

WWW.TSHOUVA.CO.IL

Contacter Haim : +972 54-2111-535 • +33 1.70.36.74.24 • Fréderic au +33 7.60.68.23.05

ISSN 21039747 – N° de CPPAP en cours - 2€

la Solidaire avec ive communauté ju de TOULOUSE

FORUM MONDIAL DE L’EAU A MARSEILLE

LES ENJEUX POUR LA VIE Interview

Entretien

Israël

Politique

Judaïsme

Martine Vassal : Le temps des solutions et des engagements

Eugène Caselli : L'eau, un travail d'équipe

La révolution verte face au défit de l’eau

Israéliens Palestiniens , qui prône l'Apartheid?

L'eau dans le Judaisme


LED Aff A3 10/02/12 12:48 Page1

Les associations juives et les synagogues de Marseille Vous invitent à

l’intronisation du Sepher thora

de la Cohésion communautaire En présence du grand rabbin de Marseille Rav rehouven Ohana et de nombreux rabanims

Dimanche 25 mars 2012 à 16h Grande Synagogue Breteuil Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

3


SOMMAIRE

Mars 2012 - N° 17

Brèves Dossier de couverture

6 6

Marseille se jette à l’eau 8 L’eau, un travail en équipe pour le meilleur 10 Israël et l’eau, un défi maîtrisé 12 La révolution verte face au défi de l’eau en israël 14 Israéliens / Palestiniens, qui prône l’Apartheid ? 16 L’eau de met au courant alternatif 18 L’eau dans le judaïsme 20 Israël au 6° forum mondial de l’eau à Marseille 22

Edito

Cher Amis et chers Lecteurs,

Nous sommes heureux de vous faire partager la nouvelle formule de votre magazine qui désormais s’appellera Cœur de Ville, la traduction française de Lev Ha’Ir. Nous avons pour ambition comme le titre l’indique d’être proche de vous, au plus près des évènements, et au cœur de la cité. Ainsi, nous avons préparé un dossier spécial sur l’eau à l’occasion du 6ème Forum Mondial de l’Eau qui s’est tenu à Marseille du 12 au 17 mars. Il s’agit de la plus importante manifestation internationale sur le sujet. Une vraie reconnaissance pour Marseille et sa région. Cela a été l’occasion d’interroger les organisateurs et de suivre la délégation israélienne, car l’Etat Hébreu a été en pointe dans de nombreuses sessions. Si le format et la présentation ont changé, vous retrouverez également vos rubriques habituelles et que vous appréciez tant. Mais, nous ne pouvons pas oublier la terrible actualité avec la tuerie de Toulouse et nous rendons ici hommage aux victimes et à leurs proches. Toute l’équipe de la rédaction et moi-même, vous souhaitons de très bonnes vacances de Pessah. Je tiens à remercier tous nos partenaires annonceurs, ainsi que les journalistes qui ont contribué encore une fois à la conception de ce nouveau numéro. Pessah Casher Vessameah Gabriel Cohen, Directeur de publication Coeur de Ville LevHai’r levhairmag@gmail.com Publication mensuelle Date de parution - N°17 – MARS 2012 ISSN : 2103 - 9747 «N° de CPPAP en cours» Dépôt légal : à parution Editeur : Société ART COM C 13013 MARSEILLE www.infoj.org RCS 49058466100014 www.levhair.com Directeur de la publication : Gabriel COHEN Directeur artistique : Lev Hair Studio M.T Maquette : Sophie BALLAT

4

N°17 - Mars 2012

Agenda, save the date 26 Nos racines 28 Quand les juifs vivaient en Lybie

Tribune libre

30

Le saviez-vous ?

32

Actualités

33

Judaïsme & Société

34

Santé & Bien-être

36

Education

38

Psychologie

40

People

42

Campagne mensongère et dénégation de l’histoire juive L’épopée des Juifs de Sosua

Drame de Toulouse, les mots nous manquent

Pessah, les 4 enfants

Bien dormir, les règles d’un sommeil de qualité Pas de créativité sans discipline ni compréhension 50 ans de bonheur, et ce n’est pas fini !

Voyages et découvertes 44 Neguev, au bout du monde... à droite

Recettes Blagues

46 48

Impression : ART COM C EDITIONS MARSEILLE – 06 86 88 40 82 VENTE ENCARTS PUB. : ART COM C PUBLICITE - Gabriel COHEN 06 18 98 61 80

Nos racines : Martine YANA, Tribune Libre : Dore Gold, Le saviez-vous ? Gilbert Gabbay Judaïsme et société : Bernard REBOUH Education : Emounah Braverman. Psycho : Rabbin Blech Ont collaboré à ce numéro : People : Isabelle Azeroual Dossier de couv : Pr Hagay SOBOL, Gérard Voyage et Découverte : Jacques Benillouch Veillard, Jean Eyguesier, Laurence SDIKA, Recettes : Magali TOUITOU Gabriel COHEN et Isabelle Azéroual. , Haim Blagues : ZADOC Ouizemann Actualités : Hagay SOBOL Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


Séjours de Luxe "bien-être et détente" Thalasso & Spa

Pessah 5772 - 2012

du jeudi 5 avril au dimanche 15 avril 2012

Olympia Riviera Resort PÉLOPONNÈSE - KYLLINI - GRÈCE PENSION COMPLète • Glatt Kosher sous le contrôle du Beth Din de Paris

Une gastronomie de premier ordre pour des fêtes inoubliables par Chandelier de Paris. Différentes cartes gourmandes, la gastronomie et la cuisine locale revisitée par des grands chefs

SPA

uN CHOIx DE 4 RESTAuRANTS à VOTRE SERVICE • 3 bars à votre disposition • Barbecue en bord de plage • Animations durant les soirées • Soirée Mimouna • Menus spéciaux enfants, diététiques, sans sel • Accès Wi-Fi gratuit • 2 synagogues Ashkenaze et Séfarade • Sedarim collectifs et privés animés par Le Rabbin en Francais • Conférences et Cours par le Rabbin en Français • Le mini-club Grecoland, un espace protégé et sécurisé pour les enfants • Encadrements par animateurs • Baby-sitting ACTIVITéS : Salle de fitness, Piscines exterieures et interieure (chauffée), Parasols sur la plage, Tennis, Equitation, Mini Football, BasketBall, Tir à L’arc, VTT...

ExTRAORDINAIRE pour les 9 dernières Suites et 8 Villas

Mandola Rosa

The Leading Hotel of the world *Offre limitée valable jusqu’au 19/03/12 BEACH VILLAS 125 M². 4 Personnes. Vue sur mer Terrasseet jardin privé au prix de 6990€* au lieu 10 180 €

JuNIORS SuITES MANDOLA 50 M². 3 Personnes Vue sur mer. Balcon ou terrasse Suites au prix de 4200€* au lieu de 7485€ €

KNY a privatisé en exclusivité et en totalité le centre Elixir Thalasso & Spa. 36 Cabines de soins, Sauna, Hammam, Piscine Thalasso Chauffée, Salle de Relaxation, bar à Thé Indien, terrasse...

LE TARIF COMPRENDS : Les correspondances en avion Athènes /Araxos (Aller et retour) Les transferts Araxos /Hôtel (Aller et retour) Le séjour en pension complète pour 10 jours (Du 5 au 15 Avril 2012) Les boissons dans nos restaurants et bars vous sont offertes. Possibilité de rajouter un lit de bébé (0 à 24 mois) dans toutes les Villas (180 € pour le séjour)

informations et réservations

www.mckislev.com

Tél.: +33(0)1 75 51 34 54 Mobile : +33(0)6 36 98 87 87 Email : mckislev@gmail.com

Design : www.michaeltemim.com pour LEV HAIR

OFFRE

SPA


6 6

8 10 12 14 16 18 20 22

6 8

0

2

3

4

6

alité

8

0

2

4

6 8

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

5


Brèves

Ça s’est passé en Israël, et ... ailleurs. Le CRIF dénonce les propos d’Ashton L’inconscient antisémite qui a poussé Catherine Ashton à tenir les propos indécents à Bruxelles continue à faire des vagues. Meïr Habib, vice-président du CRIF a annoncé « que la délégation du Conseil qui allait se rendre mardi midi auprès du président de la République lui demanderait notamment qu’il condamne avec vigueur les propos de Catherine Ashton ». Habib a déclaré « que la comparaison établie par Ashton entre les victimes de Toulouse et les enfants de Gaza constitue précisément le genre de propos qui préparent le terrain à des attentats antisémites de ce genre ». Miss Israël 2012 : végétarienne et soldate dans la marine !

Le 7 mars au soir, au Palais des Congrès tenu Haïfa, s’est tenu le 62e concours de beauté « Miss Israël », l’édition 2012. Le spectacle haut en couleur, était comme ce qu’il est en France, pas franchement passionnant et les filles, pour être honnêtes, n’étaient pas toutes, et de loin, des braies beautés. Mais au final, la soirée fut agréable pour le téléspectateur et magnifique pour la nouvelle Reine de beauté : Shani Hazan. Shani à 19 ans, vit à Kiryat Ata et est soldate de Tsahal dans la marine. Dans la vie, elle est mannequin professionnelle source : jssnews.

6

N°17 - Mars 2012

UE : des millions d’euros pour l’AP Les pleurnicheries de l’AP ont fonctionné une fois de plus. Le chef de cabinet terroriste Salam Fayyad a annoncé que l’Union Européenne – qui croule déjà sous les dettes - s’était engagée à verser 35 millions d’euros à l’Autorité Palestinienne « pour des travaux d’infrastructures en Judée-Samarie et dans la Bande de Gaza ». C’est Catherine Ashton, fervente pro-palestinienne, qui l’a personnellement annoncé à Fayyad à Bruxelles. Sous l’appellation « travaux d’infrastructures » se cachent notamment les tentatives euro-palestiniennes de créer des réalités sur le terrain dans l’édification de facto d’un Etat terroriste et dans la lutte en coulisse que se livre l’UE contre la présence juive en JudéeSamarie et dans la partie orientale de Jérusalem. Sources : israel 7

Nomination d’une première ambassadrice d’origine éthiopienne. Belaynesh Zevadia sera ambassadrice... en Ethiopie. Pour la première fois, une Israélienne d’origine éthiopienne a été nommée ambassadrice de l’Etat hébreu, a annoncé mardi le ministère des Affaires étrangères. Belaynesh Zevadia a été choisie pour être la prochaine ambassadrice en Ethiopie, a-t-on précisé de même source.Le ministre des Affaires étrangères Avidgor Lieberman, cité par les médias, a affirmé que cette désignation “a une signification spéciale surtout au moment où la société israélienne lutte contre le racisme envers la communauté éthiopienne”.

Le Hamas invité de la Commission des Droits de l’Homme !! Ce n’est pas une blague, mais cela indique le niveau zéro de morale et de crédibilité atteint par les institutions internationales qui ne cessent par ailleurs de donner des leçons de morale à Israël. Ismaïl Al-Ashkar, terroriste du Hamas, a été invité à s’exprimer devant la Commission des droits de l’Homme de l’ONU à Genève ! Al-Shakar veut protester contre les « arrestations de terroristes du Hamas par Israël »

Le prochain film de Jean Dujardin…en Israël !

Allemagne - Décès de John Demjanjuk, le gardien de Sobibor John Demjanjuk, gardien du camp d’extermination de Sobibor est mort tranquillement samedi dans une maison de retraite de Bavière, à 91 ans.

Les fans israéliens de Jean Dujardin, récemment oscarisé pour sa superbe prestation dans « the Artist » devraient le rencontrer en Israël en avril prochain. Jean Dujardin devrait participer à un nouveau film du réalisateur Eric Rochant « Mobios » : l’histoire d’un Juif russe qui trafique de l’argent entre Israël et les casinos de Monte Carlo. Dujardin alias Moshe jouera un agent secret spécialisé dans les enquêtes financières. Il tombera amoureux d’une jeune femme qu’il rencontra dans le milieu qu’il a infiltré - il jouera au coté de l’actrice belge Cécile de Parnes.

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


Pour toute situation nous avons une solution. Nos engagements • Simplicité : Nous veillons à vous proposer des contrats clairs, simples et lisibles. • Transparence : Nous veillons à vous proposer des contrats concentrés sur les garanties essentielles dont vous avez effectivement besoin afin d’éviter les assurances inutiles ou les assurances en double. • Écoute : Nos conseillers sont à votre disposition au téléphone du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00.

Offre PRIVILÈGE

-10% de réduction ( Famille) Sur mutuelle santé (ss délai d’attente) DENTAIRE : remboursement élevé OPTIQUE : forfait important* - Dépassement d’honoraires: ( Chirurgiens, anesthésistes) 95% des frais réels sont remboursés Ex : Dépassement honoraires de 1000€ 950€ remboursés par la mutuelle.

C2A Assurances 128, rue de Lodi - 13006 Marseille - Tel.: 04 91 24 33 90 - www.c2a-assurances.fr Contactez Guy Nakache - 06 60 39 38 33 - @ : c2a-assurances@wanadoo.fr Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

* voir conditions en agence N°17 - Mars 2012

7


Dossier de couverture

« e

Pr Hagay Sobol

MARSEILLE se jette à l’eau L’eau, aqua en Latin, ce composé liquide et translucide si familier est constitué de molécules associant un atome d’oxygène pour 2 atomes d’hydrogène (H2O). Ses particularités remarquables ont permis à la vie de se développer. De ce fait, et comme une mémoire ancestrale, l’eau a occupé une place centrale au cours des âges dans les croyances et les religions des différentes civilisations, tour à tour protectrice, purificatrice, ou au contraire destructrice en fonction des événements auxquels elle est associée (déluges, tempêtes). Près de 70% de la surface terrestre en est recouverte, essentiellement sous forme salée impropre à la consommation, les mers et les océans. Seuls 3% correspondent à de l’eau douce qui est malheureusement très inégalement répartie et souvent menacée de pollution du fait de l’action de l’homme, et par la nature ellemême. Sa rareté, a forcé l’esprit humain à se dépasser pour trouver des solutions, mais c’est également une source de convoitise au centre de nombreux conflits potentiels ou avérés. Afin d’apporter des réponses globales, les Etats, des ONG, des scientifiques, des industriels et bien d’autres encore ont décidé d’œuvrer ensemble dans le cadre d’actions concertées. Ainsi, Marseille accueille du 12 au 17 mars le 6e Forum Mondial de l’Eau. C’est un évènement exceptionnel et une vraie reconnaissance pour la Cité Phocéenne.

Cette manifestation est le plus grand rendez-vous mondial sur le sujet. Le seul fait que de si nombreuses nations soient représentées et qu’elles travaillent ensembles est déjà un objet de fierté et de satisfaction. Mais l’ambition va beaucoup plus loin. Après cinq forums de diagnostic et d’échanges sur les grands problèmes voués à la cause de l’eau (Istanbul 2009, Mexico 2006, Kyoto 2003, La Haye 2000 et Marrakech 1997), le but de la présente édition, sera d’avancer sur les solutions. Lourde charge ! Quelles soient politiques, économiques, réglementaires, éducatives, associatives, ces solutions seront présentées, partagées et débattues afin d’aboutir à des engagements concrets lors du Forum à travers de nombreuses rencontres et conférences, rassemblant pendant six jours politiques, experts, associations et société civile venus du monde entier. La structure organisatrice de ce rendez-vous prestigieux est le Comité International du Forum présidé par le professeur Bendito Braga qui rassemble le Conseil Mondial de l’Eau basé à Marseille, le Comité National Français, lui-même composé de l’État et ses établissements publics (la ville de Marseille, la Communauté Urbaine Marseille-Provence Métropole, le Conseil Général 13, le Conseil Régional PACA) et des

partenaires publics, privés et associatifs. Par ailleurs, en marge du Forum officiel, se tiendra aux mêmes dates un forum mondial alternatif. La résolution 64/292 adoptée le 28 juillet 2010 par l’Assemblée générale des Nations Unies reconnaît le droit à l’eau et à l’assainissement. Une décision d’autant plus importante qu’un tiers de la population mondiale vit en situation de stress hydrique. Si la tendance actuelle de consommation se poursuit, avec l’accroissement de la population, il en résultera d’ici 2025 que de la moitié aux deux tiers des habitants de la planète seront alors menacés. Souhaitons bonne chance aux experts et aux décideurs d’être inspirés pour que les solutions proposées soient viables et appliquées. Le 6ème Forum en chiffres : 400 sessions soit plus de 1000 heures d’échange et de débat Plus de 1000 intervenants et panélistes Plus de 150 pays représentés. Pour en savoir plus :

http://www.worldwaterforum6.org/fr/accueil/ http://www.worldwaterforum6.org/fr/programme/

bu so m m l’e tio as se L’a la ce au m tio El l’e go ré ét 45 en m ni M se «I de cis ga pr fe in po de l’e sa ro de m po Da pr su lité de l’e Le m lu il en qu en

Po 8

N°17 - Mars 2012

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


Martine Vassal : L’adjointe au Maire de Marseille a en charge, dans le cadre du Forum Mondial de l’eau, la commission « Racines et citoyenneté ». « Le Forum de Marseille 2012 sera le Forum des solutions et des engagements ! Pour cela, nous devons tous participer et contribuer à l’identification mais aussi à la mise en œuvre de solutions réalistes pour résoudre les défis de l’eau dans le monde », avance Martine Vassal, Présidente de la commission « Racines et Citoyenneté » du Forum mondial de l’eau. Une nouvelle commission créée pour cette 6e édition, dédiée à la mobilisation de la société civile : jeunes, associations, entrepreneurs, bénévoles, etc. qui rejoint ses trois aînées : thématique, régionale et politique. L’adjointe au Maire de Marseille, déléguée à la qualité de la ville, l’espace public, la propreté, le pluvial, les emplacements et la gestion urbaine est par ailleurs présidente, au sein de la Communauté urbaine Marseille Provence métropole (MPM), de la commission « Une agglomération éco-responsable ». Elle rappelle en premier lieu que le Conseil mondial de l’eau est une collaboration internationale d’ONG, de gouvernements et d’organisations internationales pour résoudre les problèmes liés à l’eau dans le monde. Il a été fondé en 1996 et a pour siège Marseille. Il regroupe 450 organisations à travers 50 pays. Tous les trois ans, en collaboration avec des Organisations non gouvernementales (ONG), certains gouvernements et des organisations internationales, le Conseil organise le Forum Mondial de l’Eau qui, cette année, se déroule à Marseille. « Il s’agit du plus grand rendez-vous mondial sur le sujet de l’eau » , ne manque-t-elle pas de noter avant de préciser : « Nous attendons ainsi une quarantaine de délégations ministérielles, une vingtaine de chefs d’État, des princes, tel l’héritier du Trône japonais ». Pour une manifestation qui s’annonce d’importance puisqu’elle a pour intitulé : « le temps des solutions ». L’élue rappelle sur ce point les propos du professeur Benedito Braga, président de ce 6e Forum et vice-président du Conseil mondial de l’eau : « Nous souhaitons recevoir des propositions réalisables dans des contraintes financières, sociales et environnementales. La possibilité offerte à des professionnels de l’eau d’interagir avec des décideurs de haut niveau du monde politique fait du Forum une plate-forme idéale pour débattre de la voie à suivre ». Dans ce cadre, la commission «Racines et Citoyenneté», prend toute son importance . « Elle a pour mission d’assurer l’enracinement du travail de ce Forum dans les réalités locales, nationales, régionales et internationales et de développer des contributions citoyennes en faveur de l’eau ». Le propos n’est pas de circonstance lorsqu’on sait qu’un mois avant la manifestation « nous avions reçu 800 solutions par Internet dont 200 avaient été analysées. Et il faut savoir, par exemple, que la Ville travaille sur des engagements qui seront pris lors du Forum au sein duquel, dès le premier jour, Nicolas Sarkozy annoncera les engagements de la France ». Jean Eyguesier

La Cité phocéenne a dû faire face à des épisodes exceptionnels : le 19 décembre 2000, un orage très violent avec des précipitations avoisinant les 200 mm, a provoqué d’importants dégâts et trois victimes ont été à déplorer. Le 1er décembre 2003, les pluies atteignent cette même intensité pendant une douzaine d’heures : la ville est inondée, avec un mètre d’eau dans certains quartiers et le sinistre causera la mort de deux personnes. Confrontée à de tels risques, la commune a décidé d’amplifier sa politique de prévention. Il faut, en effet, savoir que la gestion du risque pluvial dépend de la ville de Marseille. Une compétence relevant de la fonction d’agent de l’État des Maires. « Le risque d’inondation est une réalité incontournable et inéluctable de notre territoire. La climatologie méditerranéenne, ajoutée aux éventuelles conséquences de l’effet de serre, laisse présager des événements pluvieux plus violents que ceux pris en compte pour le dimensionnement des ouvrages hydrauliques », explique Martine vassal De fait, la Ville mène une politique qui s’articule autour de quatre pivots : la connaissance des phénomènes et de l’environnement, des prescriptions réglementaires en terme d’occupation des sols, des aménagements permettant de lutter contre les phénomènes et, enfin, une organisation et des équipements permettant une gestion en temps réel des crises. Parmi les mesures fortes prises, outre la mise en place depuis 1999 de systèmes d’alerte, la Ville a décidé d’intégrer dans l’urbanisation la notion de risques majeurs et chaque permis de construire, dans les zones à risque, est systématiquement étudié par le comité « Risque Urbanisme ». Enfin, depuis 2000, la Ville a doublé la capacité de rétention des bassins, passant de 75 000 à près de 148 000 mètres cubes. Enfin, une refonte du plan de sauvegarde est en cours.

The winner is... Marseille Marseille qui était en compétition avec d’autres villes dont Durban (Afrique du Sud) pour accueillir ce sixième Forum mondial de l’eau a été notamment retenue pour son histoire. Elle est, bien sûr, le siège du Conseil mondial de l’eau, mais son histoire est marquée par le précieux liquide depuis bien plus longtemps. Le développement de la cité est intimement lié à l’eau au XIXe siècle avec le creusement du Canal de Provence et celui de Marseille. Mais l’eau n’est pas seulement, hélas, synonyme de vie, elle est également source de catastrophes lors de forts événements pluvieux, et, là aussi, tout un travail a été accompli pour réduire les risques.

Pour toutes informations complémentaires : worldwaterforum6.org

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

Interview

« Le temps des solutions A propos de la prévention et des engagements »

N°17 - Mars 2012

9


Séjours de Luxe "bien-être et détente" Thalasso & Spa

Pessah 5772 - 2012

du jeudi 5 avril au dimanche 15 avril 2012

Olympia Riviera Resort PÉLOPONNÈSE - KYLLINI - GRÈCE PENSION COMPLète • Glatt Kosher sous le contrôle du Beth Din de Paris

Une gastronomie de premier ordre pour des fêtes inoubliables par Chandelier de Paris. Différentes cartes gourmandes, la gastronomie et la cuisine locale revisitée par des grands chefs

SPA

uN CHOIx DE 4 RESTAuRANTS à VOTRE SERVICE • 3 bars à votre disposition • Barbecue en bord de plage • Animations durant les soirées • Soirée Mimouna • Menus spéciaux enfants, diététiques, sans sel • Accès Wi-Fi gratuit • 2 synagogues Ashkenaze et Séfarade • Sedarim collectifs et privés animés par Le Rabbin en Francais • Conférences et Cours par le Rabbin en Français • Le mini-club Grecoland, un espace protégé et sécurisé pour les enfants • Encadrements par animateurs • Baby-sitting ACTIVITéS : Salle de fitness, Piscines exterieures et interieure (chauffée), Parasols sur la plage, Tennis, Equitation, Mini Football, BasketBall, Tir à L’arc, VTT...

ExTRAORDINAIRE pour les 9 dernières Suites et 8 Villas

Mandola Rosa

The Leading Hotel of the world *Offre limitée valable jusqu’au 19/03/12 BEACH VILLAS 125 M². 4 Personnes. Vue sur mer Terrasseet jardin privé au prix de 6990€* au lieu 10 180 €

JuNIORS SuITES MANDOLA 50 M². 3 Personnes Vue sur mer. Balcon ou terrasse Suites au prix de 4200€* au lieu de 7485€ €

KNY a privatisé en exclusivité et en totalité le centre Elixir Thalasso & Spa. 36 Cabines de soins, Sauna, Hammam, Piscine Thalasso Chauffée, Salle de Relaxation, bar à Thé Indien, terrasse...

LE TARIF COMPRENDS : Les correspondances en avion Athènes /Araxos (Aller et retour) Les transferts Araxos /Hôtel (Aller et retour) Le séjour en pension complète pour 10 jours (Du 5 au 15 Avril 2012) Les boissons dans nos restaurants et bars vous sont offertes. Possibilité de rajouter un lit de bébé (0 à 24 mois) dans toutes les Villas (180 € pour le séjour)

informations et réservations

www.mckislev.com

Tél.: +33(0)1 75 51 34 54 Mobile : +33(0)6 36 98 87 87 Email : mckislev@gmail.com

Design : www.michaeltemim.com pour LEV HAIR

OFFRE

SPA


Dossier de couverture Pr Hagay Sobol

L’EAU, un travail en équipe pour le meilleur et éviter le pire La Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) est une des institutions organisatrices du Forum Mondial de l’Eau qui se tient à Marseille du 12 au 17 Mars. Pour son Président Eugène Caselli, « il s’agit d’un évènement considérable pour notre ville, les 17 communes que compte MPM et toute notre région ». « Pour en arriver là, et être choisi par un jury international après des villes prestigieuses comme Istanbul, il a fallu une mobilisation de tous les instants et un travail d’équipe remarquable ». « Ce n’est que justice, car entre notre région et l’eau, c’est une histoire ancienne qui nous a permis d’acquérir un savoir faire reconnu de tous ». Eugène Caselli rappelle en effet que c’est sous le mandat du premier Maire de Marseille, Mr Consolat, que fut pris la décision de faire arriver l’eau dans la citée phocéenne. Et l’eau des Alpes arriva au Palais Longchamp nécessitant pour cela des moyens de génie civil considérables. « Une eau de très bonne qualité probablement la meilleure de France ». Cette politique volontaire se poursuit encore aujourd’hui. Le meilleur exemple étant la « Géolide », la plus grande station d’assainissement d’Europe desservant 35 communes qui est située derrière un autre monument marseillais le stade vélodrome. Elle sera ouverte au public durant le Forum dans le cadre d’un parcours découverte sur l’eau. MPM a des compétences très étendues en matière d’eau et dessert une large population de plus d’un million d’habitants, c’est la raison majeure de son implication dans 10

N°17 - Mars 2012

quelque chose et les participants sont là pour y remédier et trouver des débouchés concrets ».

Eugène Caselli : Président de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole

l’organisation du Forum. En effet, Marseille Provence Métropole pilote la distribution en eau potable (captage, adduction, traitement, distribution, entretien du réseau), la prévention des intempéries (bassins de rétention, systèmes de drainage), jusqu’à l’assainissement des eaux usées et le rejet en milieu naturel (collecte, transport et retraitement). Cela inclus également le fluvial, partagé avec la ville de Marseille pour la réalisation de travaux, dont MPM est le maître d’ouvrage. « Grâce à ce vaste réseau et aux plans d’investissement successifs nous sommes tranquilles pour environ 20 ans » estime le Président Caselli citant en exemple ce qui a été conçu pour le Vieux Port afin de prévenir de nouvelles inondations (en 2014, sera livré un grand bassin de rétention sous le cours Pierre Puget). Ce Forum Mondial est un rendez-vous important à plus d’un titre. Après une décennie où l’on a beaucoup échangé, cette édition est celle des solutions. L’enjeu est de taille. Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau avec ce que cela peut entraîner, en particulier en matière de mortalité infantile. « Il s’agit d’une rupture d’égalité intolérable d’un besoin commun nécessaire à la vie. Il faut que les pays les plus riches fassent

Il sera ainsi possible de mesurer la volonté réelle des états de régler les problèmes de l’eau de la planète. Les engagements devront être aussi bien d’ordre financier, technique qu’humanitaire. Et ce n’est que par le consensus qu’ils pourront être mis en œuvre. L’urgence est déclarée car la situation devient encore plus tendue avec la crise économique mondiale, les modifications climatiques, et par le regroupement des populations dans les villes. Ainsi des mégapoles se développent à un rythme grandissant et posent de nouveaux défis en termes d’approvisionnement et de retraitement. Face à ces réalités préoccupantes, « nous n’avons pas attendu ce Forum pour agir » insiste Eugène Caselli. En effet, grâce à la loi Oudin – Santini, « MPM peut partager son savoir faire dans le cadre de coopérations décentralisées avec des pays qui en ont grand besoin ». Il ne s’agit pas d’assistanat, mais bien de rendre les populations autonomes dans des domaines aussi importants que la construction de puits ou le traitement de l’eau, grâce à des aides sur le plan technique et financier. Dans ces actions MPM est partenaire de la Société des Eaux de Marseille (société d’économie mixte municipale devenue filiale de Véolia et gérant l’eau au quotidien). « Ainsi nous intervenons dans la région du Kurdistan à la frontière entre la Turquie et l’Irak ». Mais l’ambition ne s’arrête pas la avec la volonté d’étendre les actions au pourtour méditerranéen, le Sahel africain et d’une manière générale partout où il sera fait appel à MPM. Ce faisant, «l’eau deviendra un facteur de paix» conclu le Président Caselli. Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


A partir de 850€ sur présentation du Magazine

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

11


Dossier de couverture Par Laurence SDIKA

ISRAËL ET L’EAU : Du déficit au défi maîtrisé… Les réserves en eau, denrée précieuse s’il en est, constituent une préoccupation majeure pour de nombreux pays, à commencer par ceux qui en font également un sujet d’ordre géopolitique. Les pays de la zone Proche et Moyen-Orientales sont évidemment au cœur de ces épineux problèmes qui, à terme - voie de la sagesse, de la raison et/ou de l’espoir oblige - pourront peut-être devenir le terrain d’une réconciliation future… Dans l’intervalle, le thème de l’eau n’aura de cesse d’être débattu à l’occasion du Sixième Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra à Marseille du 12 au 17 Mars prochains. L’état hébreu fait évidemment partie de ces pays pour lesquels la question de l’eau est plus que cruciale. Aussi bien en raison de son histoire que de sa géographie, en Israël, la pénurie d’eau est traitée comme priorité nationale. Dès lors, le pays a développé en la matière une expertise incomparable.

L’excellence d’Israël en matière d’eau

Israël se situe à la pointe des technologies innovantes de traitement de l’eau. A titre d’exemple, la start-up israélienne EWA parvient à extraire de l’eau à partir de l’air; Whitewater Security développe des procédés de sécurisation des systèmes hydrauliques afin de lutter contre les contaminations accidentelles, les attaques terroristes ou encore les catastrophes naturelles ; Elgressy Engineering intervient sur le traitement des eaux industrielles chargées en tartre et/ou micro-organismes ainsi qu’en matière de 12

N°17 - Mars 2012

lutte contre les bactéries de la Legionella.Takadu fait office de leader dans le domaine de l’alerte en ligne en temps réel en cas de détection de fuites d’eau ou autres anomalies sur les réseaux de distribution d’eau tandis que Blue I ou encore Netafim excellents dans respectivement les secteurs de l’analyse intelligente et du contrôle de la qualité de l’eau d’un côté et de la mise au point de solutions efficaces de gestion de l’eau pour l’agriculture de l’autre. Israël possède, en outre, divers atouts aux premiers rangs desquels on pourrait citer des méthodes d’irrigation particulièrement avancées (Israël est notamment pionnier du goutte à goutte que le pays a développé dans les années 1960 ), l’une des plus grandes usines de dessalement de l’eau de mer, mise au point avec Véolia ou encore l’un des taux

de réutilisation des eaux usées les plus élevés au monde (75% des eaux usées israéliennes sont réutilisées par l’entremise de sociétés telles qu’Aqwise ou encore Applied Cleantech). Les avancées enregistrées par Israël sur le plan de l’eau bénéficient également aux pays qui en manquent et dont la survie est de ce fait d’ores et déjà hypothéquée ou qui risquerait de l’être du fait du réchauffement climatique. L’aide israélienne permet entre autres l’envoi d’experts, le transfert de technologies ou encore la formation professionnelle des partenaires, essentiellement à destination de pays tels que le Mali, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, le Togo ou encore la République démocratique du Congo. Par ailleurs, en décembre dernier, la France et Israël ont signé un accord

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

de sio pa do tio Sa M co in te so Gh


Dossier de couverture Israël et Le Forum Mondial de l’Eau

de coopération en vue de l’extension de l’aide à Haïti et à certains pays d’Afrique. L’accord couvre les domaines de l’agriculture et l’irrigation mais aussi la santé publique. Sa mise en œuvre s’effectue via MASHAV, l’Agence d’Israël pour la coopération et le développement international. Les premiers pays retenus pour bénéficier de cette aide sont le Cameroun, le Sénégal, le Ghana, le Burkina Faso et Haïti.

En amont du sixième Forum Mondial de l’Eau, Israël ne manquera pas de s’associer aux étapes préparatoires de cet événement d’envergure afin de donner au pays toute la place qu’il mérite sur la scène internationale : une conférence-débat1 est notamment programmée pour le 16 février prochain et aura lieu à Marseille toujours. A l’initiative du Consulat général d’Israël à Marseille, du département commercial de l’Ambassade d’Israël en France et de l’association Ea éco-entreprises, trois experts israéliens feront le déplacement : David Waxman (Ancien directeur général de IDE Technologies, leader mondial du retraitement de l’eau et président du Water Industries Forum), Assaf Barnéa (Président-directeur général de Kinrot Ventures, cluster israélien innovant dans le domaine des technologies de l’eau) et Hillel Milo (directeur général de AquAgro, fonds spécialisé dans les innovations technologiques liées à l’eau). Il s’agira de présenter les technologies hydriques israéliennes et d’échanger de manière constructive

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

autour des coopérations qu’il sera possible de nouer entre la France et Israël notamment puis à une échelle plus large et mondiale lors du Forum proprement dit…L’objectif ultime étant d’aboutir à des solutions de pointe au bénéfice de l’humanité dans son ensemble, au-delà des divergences et autres clivages de tous ordres. A cet effet, là encore, afin de présenter l’éventail des solutions qu’il propose, l’état d’Israël exposera ses technologies innovantes au sein d’un pavillon spécialement dédié lors du Forum mondial de l’Eau. Les échanges pourront alors se concrétiser entre les sociétés israéliennes et leurs homologues du monde entier ainsi qu’entre les officiels et autres décisionnaires politiques, économiques ou scientifiques. Du reste, si la rareté de l’eau est et sera une thématique de premier ordre, nul doute que la question de sa qualité devra également faire l’objet de toutes les attentions, notamment en raison des dommages que cause l’essor des activités humaines et particulièrement celles industrielles et agricoles…

N°17 - Mars 2012

13


Dossier de couverture Par Haim Wizman

LA RÉVOLUTION VERTE face au défi de l’eau en Israël L’indépendance et la restauration de la souveraineté politique en Israël doivent leur avènement grâce au mérite des pionniers d’Israël qui, travaillant âprement et avec ténacité la terre d’Israël, érigée en valeur suprême par la vision sionistesocialiste, libérèrent celle-ci du joug des Nations pour la transformer en une source de liberté et de richesse non seulement pour l’ensemble du peuple d’Israël mais aussi pour le monde entier. Le développement de l’agriculture, à la fois symbole suprême et signe révélateur du retour du peuple juif en Israël, vise au refleurissement d’Israël dont 60% des terres sont désertiques (*1). L’Etat d’Israël n’a de cesse de relever le défi de l’or bleu pour le bien de ses habitants. La vision de David ben Gourion

En 1953, David ben Gourion, âgé de 67 ans, démissionne de ses fonctions de Premier Ministre de l’Etat d’Israël pour rejoindre Sdeh Boqer, un kibboutz fondé par de courageux pionniers rêvant de refleurir le désert. Enthousiasmé par l’’entreprise sioniste, il déclare: «D’un point de vue scientifique, bien sûr, l’aridité du Néguev est une bénédiction cachée. Quels trésors sont dissimulés dans le sable? Nous devons nous attacher à prospecter systématiquement les richesses connues ou en puissance, qui peuvent rendre le Néguev prospère… Grâce au désert, je veux voir Israël devenir le pionnier de la recherche sur la purification de l’eau de mer et sa transformation en eau douce pouvant servir à l’irrigation. Cela ressemble à un rêve. Mais Israël devrait-il craindre les rêves grâce auxquels l’ordre naturel se verrait transformé par la science et l’imagination de quelques pionniers? Certes non, car là est notre vocation.» (*2)

L’accomplissement du rêve

Inspiré par les principes socialistes de communauté, d’égalité et de liberté prônés par Na’hman Syrkin (*3), pour David ben Gourion, cette vocation utopique est devenue réalité. Il suffit de prendre conscience des progrès accomplis depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948. Entre les années 1960 et 1989, la production agricole bénéficie d’un taux de croissance multiplié par 4,3, alors que les terres cultivables croissent à peine d’un dixième et que le nombre d’employeurs décline de moitié. Par ailleurs, elle se mesure avec des difficultés croissantes dans l’exploitation des ressources d’eau. En effet, cette croissance exponentielle s’explique entre

14

N°17 - Mars 2012

autres par l’adoption d’une double politique visant au développement de nouvelles récoltes plus rentables sur le plan économique (champs d’avocat, plantes résistantes aux conditions de sécheresse) et à l’investissement dans le domaine de la technologie de pointe, comme le goutte à goutte (*4) afin de relever le niveau de gestion et de recyclage des eaux pures, salées et polluées (*5). De plus, d’immenses réservoirs de rétention d’eau créés par le KKL ont pour dessein de combler le manque hydraulique qui ne cesse de croître d’année en année (entre 10 et 15%). Aujourd’hui, la région désertique de la Arava (*6) constitue un modèle irréfutable de persévérance pionnière associée à la recherche scientifique de pointe. Effectivement, les implantations à vocation agricole ne comptant qu’une population de 3700 âmes, représentent 60% de l’exportation des légumes frais et 15 % des fleurs cueillies en Israël. Les conditions météorologiques et physiques extrêmes y régnant constituent un véritable défi que les scientifiques et agriculteurs surmontent chaque jour: un très fort taux de rayonnement solaire la majeure partie de l’année, des températures nocturnes extrêmement basses associées à un taux de salinité excessif, brûlant les racines des jeunes plants, caractérisent cette région désertique hostile à l’homme. Deux stations expérimentales au cœur de l’Arava, Yaïr et Zohar (*7), élaborent maintes productions agricoles, merveilles de recherche et de créativité: tomates, melons, pastèques, dates, oliviers, épices, poissons d’aquarium et fleurs saisonnières. Le poivron dont pas moins de 65 espèces sont cultivées, représentent aujourd’hui le symbole et l’avant-garde de l’Arava méridionale. Ces cultures de poivrons occupant 60% de l’ensemble des

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

te co les po su De ch co l’e te Un Le lo l’a ni tio pa et m la go ve ex pa les av

Isr ha ce ré gr di M to m di et pa Bu Isr ph ta flo


Israël, dans le cadre du programme humanitaire Mashav, et en coopération avec l’Allemagne, entreprendra cette année (2012), grâce à son riche savoir-faire, la réhabilitation des eaux polluées du lac Victoria, le plus grand lac d’Afrique et quatrième plus grand lac mondial (*8). Mashav, initié primordialement par Golda Meïr, vise à rétablir l’équilibre écologique du Lac Victoria permettant d’éviter la propagation de maladies menaçant l’homme, mais aussi d’y réintroduire la biodiversité végétale et animale qui y régnaient à l’origine et de contribuer ainsi à la richesse économique de cinq pays d’Afrique (Tanzanie, Ouganda, Kenya, Rwanda et Burundi). Israël, digne de son passé glorieux, concrétise la prophétie biblique selon l’exemple d’Abraham plantant un tamaris à Beer-Shev’a devenue désormais la capitale florissante du Néguev: Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

«Que le désert et le sol brûlé se réjouissent! Que la Arava (terre aride) exulte et fleurisse comme le narcisse du désert !» (Isaïe 35, 1) Notes: (*1) Les trois principales sources d’eau d’Israël sont: le Lac Kinnereth, la couche aquifère montagneuse (JudéeSamarie) et la couche aquifère côtière. 80 % des ressources aquifères sont au nord; 20 % au sud. 35% des terres irriguées sont situées au nord contre 65% dans le sud (Néguev [partie nord de la pointe du pays menant de Beer Sheva à Eilat] et Arava [partie sud]).

Voir le tableau récapitulatif ci-dessous (les couleurs correspondent aux régions définies dans la carte ci-jointe): Tableau du taux de précipitations annuelles en Israël par région (mesures en millimètres) Climat méditerranéen

Climat semi-désertique

Climat désertique

Du nord de la Mer Morte au sud d’Eilat

Du sud d’Ashkelon au nord de Beer Sheva en remontant jusqu’au sud du Lac Kinneret

Du sud d’Ashkelon au Mont Hermon

200 / -200

400/200

+1200 / 400 -

Il faut noter que les deux grandes cités de Tel-Aviv et Jérusalem, aujourd’hui en zone de climat méditerranéen (en vert) étaient encore avant la proclamation de l’Etat d’Israël comprises dans la zone semi-désertique (en jaune)

(*2) «Ben Gourion parle», Editions Stock. 1986 (*3) Nahman Syrkin (1868-1924) est à l’origine du Fonds National Juif (KKL). (*4) Inventé par l’ingénieur israélien Sim’ha Blass et développé par Nétafim. (*5) Solutions de filtrage et d’épuration par Amyad, [la plus grande usine de désalinisation mondiale se situe à Ashkelon, Israël]. (*6) L’Arava (60 000 habitants dont 46 000 à Eilat) s’étend sur 180 km de la Mer Morte au Nord jusqu’à Eilat. A l’ouest: les monts de Ramat Néguev; à l’est, les Monts d’Edom. (3 à 10 km de largeur, cf. la carte). Elle comprend huit villages agricoles: (Neot HaKikar, Ein Tamar, Ein Hatseva, Ydan, Hatseva, Ein Yehav, Tsofar, Paran) et deux implantations: Sapir et Tsoukim. (*7) Central-and Northern-Arava Research and Development créé en 1986. (*8) Superficie: 69 485 km2, dépassant de trois fois la superficie d’Israël.

N°17 - Mars 2012

15

Dossier de couverture

u

terres cultivables, représentent 100 000 tonnes de récoltes destinées à l’exportation. Les tomates «cherry», les champs d’olivier, les vignobles cultivés grâce à l’apport d’eaux salées, contiennent un très fort taux de sucre et sont appréciées comme telles. Des recherches agro-technologiques démontrent qu’un champignon, l’«endomycorrhiza» (Glomus intraradices) contribue de manière significative à l’absorbtion de l’eau et au développement de plantes en milieu aride et terres à fort taux de salinité. Un futur prometteur: Israël, une «Lumière des Nations» Le Président de l’Etat hébreu, Shimon Peres, déclare lors du Sommet organisé par les Nations-Unies pour l’application des objectifs de la Déclaration du Millenium (Août 2010): «Nous sommes engagés à l’application des objectifs de la Déclaration du Millenium. Nous participons au devoir de sauver le monde de la guerre et de la faim. Sans paix, la pauvreté perdurera. Sans alimentation, la paix ne régnera point… Nous employons la désalinisation, le recyclage, l’irrigation au goutte à goutte ainsi que la bio-ingénierie afin de créer de nouvelles semences et des cultures plus fertiles… Notre expérience est à reproduire. Nous sommes disposés à partager notre expérience… Notre appel intègre aussi les nations qui n’ont pas de relations diplomatiques avec nous».


Dossier de couverture Par Gérard VEILLARD

ISRAËLIENS - PALESTINIENS : Mais qui prône l’apartheid ? Le débat sur un « supposé Apartheid » en Israël a resurgi à l’occasion d’un rapport sur l’eau d’une commission parlementaire présidée par Lionnel LUCA (UMP) avec pour rapporteur Jean Glavany (PS) et composée au total de 11 parlementaires (6 UMP, 4 PS et 1 PC). Dans ce rapport figure un « encadré n° 3 » qui évoque donc « un apartheid de l’eau en Israël ». Selon Lionnel Luca, cet encadré a été écrit sous la seule responsabilité de J. Glavany. Certains membres (notamment UMP dont R. Muselier) se sont désolidarisés de cet encadré. Dont acte. Ceci étant cet encadré c’est 1/25 ème du rapport sur Israël et on peut se demander pourquoi ne pas se désolidariser du rapport complet. Surtout quand on lit (hors encadré) le texte suivant : « Le premier sommet des chefs d’États arabes en 1964 avait pour objet de réunir les Arabes contre le détournement des eaux du Jourdain par Israël. La maîtrise des ressources en eau n’est pas nouvelle dans l’histoire d’Israël. La nécessité de disposer des sources d’eau sur le territoire du futur Etat figurait déjà dans l’esprit de l’Organisation sioniste. Les limites du futur Etat étaient pensées comme devant inclure une partie du Liban, plus précisément le Litani. Il est difficile dans ces conditions de ne pas voir dans les conquêtes territoriales qui suivirent une conquête de l’eau ». La question de l’eau, ayant déjà été largement traitée dans les médias, (surtout les médias de la Communauté Juive), l’objectif de cet article est de démontrer que l’utilisation du mot « apartheid » vis-à-vis d’Israël n’a aucune justification, et que ceux qui l’emploient n’ont d’autre but que celui de délégitimer Israël. En premier lieu, et cela a été peu souligné, les signataires du rapport sur l’eau reconnaissent eux-mêmes que l’emploi du mot « apartheid » est dénué de réalité mais qu’ils l’ont utilisé pour … sa force symbolique à des fins pédagogiques vertueuses !! En effet Il est écrit : « Tout démontre, même si bien peu nombreux sont ceux qui osent employer le mot, que le Moyen-Orient est le théâtre d’un nouvel apartheid » Et il est écrit en même temps : « Bien sûr, comparaison n’est pas forcément raison : la Palestine n’est pas l’Afrique du Sud, et les années 2010 ne sont pas celles d’avant 1990. Pourtant, il est des mots et des symboles qui par leur force peuvent avoir une vertu pédagogique ». En termes de « malhonnêteté intellectuelle » il est difficile de faire mieux.

16

N°17 - Mars 2012

ét «n hô la

En second lieu, vous trouverez à l’adresse suivante : http://jssnews.com/2011/11/02/goldstone-israel-et-lacalomnie-de-lapartheid/ un article du juriste sud-africain R. Goldstone, initialement publié le 31/10/2011 dans le New York Times. On sait que Goldstone est l’auteur du rapport de l’ONU qui accusait Israël de crimes de guerre lors de son opération défensive à Gaza. Ce qu’on sait sans doute moins c’est que, d’une part, Goldstone est revenu sur les accusations portées dans son rapport et que, d’autre part, il a pris la défense d’Israël vis-à-vis d’un supposé apartheid. Son article décrit bien me semble-t-il ce qu’est vraiment « l’apartheid » (Goldstone a vécu en Afrique du Sud) et en quoi les accusations contre Israël sont calomnieuses. Voici quelques extraits de cet article : Alors que « l’apartheid » peut avoir un sens plus large, son utilisation est destinée à évoquer la situation en Afrique du Sud jusqu’en1994. C’est une calomnie injuste et inexacte, calculée contre Israël pour retarder, plutôt que pour faire avancer les négociations de paix. Je connais trop bien la cruauté du système d’apartheid odieux sud-africain, sous lequel des êtres humains caractérisés comme noirs n’avaient pas le droit de vote, d’exercer des fonctions politiques, d’utiliser des toilettes ou des plages « blanches », de se marier avec des blancs, de vivre dans zones destinés aux blancs seulement ou même d’être là sans un « laisser passer ». Les noirs grièvement blessés dans des accidents de voiture

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

En de Ro le té au tio po pa oc su pa un

La là gi do cr Pa ra pe au co la


Dossier de couverture étaient laissés pour morts s’il n’y avait pas d’ambulance « noire » pour les conduire dans un hôpital « noir ». Les hôpitaux « Blancs » avaient interdiction de leur sauver la vie. En Israël, il n’y a pas d’apartheid. Rien n’y est proche de la définition de l’apartheid en vertu du Statut de Rome de 1998 : « des actes inhumains … commis dans le cadre d’un régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur tout autre groupe racial ou groupes et commis avec l’intention de maintenir ce régime ». Les arabes israéliens – 20 pour cent de la population d’Israël – votent, ont des partis politiques et des représentants à la Knesset et occupent des postes prestigieux, notamment à la Cour suprême. Les patients arabes se trouvent aux côtés des patients juifs dans les hôpitaux israéliens, et y reçoivent un traitement identique. La situation en Cisjordanie est plus complexe. Mais là aussi, il n’y a aucune volonté d’instaurer un « régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial. » C’est une distinction cruciale, même si Israël agit oppressivement envers les Palestiniens là-bas. En Afrique du Sud, la séparation raciale forcée avait pour but de bénéficier de manière permanente à la minorité blanche, au détriment des autres races. En revanche, Israël a accepté dans son concept l’existence d’un État palestinien à Gaza et dans la quasi-totalité de la Cisjordanie, et appelle les Pales-

tiniens à en négocier les paramètres. Mais jusqu’à ce qu’il y ait une paix avec deux États, ou tout au moins, aussi longtemps que les civils israéliens se trouveront menacés par des attaques ou des tirs venant de Gaza ou de Cisjordanie, Israël sera obligé de se protéger en prenant des mesures nécessaires à sa sécurité, même si elles sont vécues comme oppressives par les palestiniens. Dans l’état actuel des choses, les attaques d’un côté se heurtent à des contre-attaques de l’autre. Et la profondeur des litiges, réclamations et demandes ne font que se durcir quand l’analogie offensante de l’ « apartheid » est invoquée. La reconnaissance mutuelle et la protection de la dignité humaine de tous les peuples est indispensable pour mettre fin à la haine et à la colère. L’accusation selon laquelle Israël est un État d’apartheid est un mensonge malveillant qui empêche, plutôt que de promouvoir, la paix et l’harmonie. Enfin, en troisième lieu, et il faut le souligner avec force, les Palestiniens prônent eux, dans leur futur état, « un apartheid total ». Rappelons que Maaen Erekat, représentant de l’AP a l’ONU, à la question de savoir si le futur Etat palestinien garantirait les droits des minorités nationales sur son territoire, a répondu : « Il serait bon qu’en Palestine, il n’y ait pas de Juifs, car les Palestiniens doivent construire leur identité nationale et être séparés d’autres communautés ». Sans commentaires !!

CONVENTION OBSEQUES Pour la Communauté Israélite de France

Financement concession perpetuelle sans formalité médicale, Souscription jusqu’à 85 ans. en partenariat avec le consistoire israëlite de Marseille C2A Assurances - 128, rue de Lodi - 13006 Marseille - Tel.: 04 91 24 33 90 - www.c2a-assurances.fr Contactez Guy Nakache 06 60 39 38 33 - @ : c2a-assurances@wanadoo.fr N°17 - Mars 2012 Au Coeur de la Communauté juive de- Marseille/Provence

17


Dossier de couverture Par Jean Eyguesier

L’EAU se met sur courant alternatif

Danièle Mitterrand, la fondatrice de France Liberté ne mâchait pas ses mots à propos du Forum mondial de l’eau. Pour elle, en effet, il s’agit « d’une supercherie, c’est un club business, une place de marché, une foire commerciale. Ils s’arrogent une légitimité qu’ils n’ont pas, veulent donner leur avis et gérer l’eau dans le monde entier (…) ».

table comme un droit humain fondamental, défendre le service public et citoyen de l’eau et, enfin « contester la légitimité du Forum des marchands de l’eau ». Pour tous renseignements sur le Forum alternatif : www.fame 2012.org/fr/

Et c’est à Dakar, lors du Forum social mondial qui s’est déroulé en 2011, qu’une charte a été adoptée. Elle avance « Le Forum alternatif mondial de l’eau offrira une plate-forme d’expression et de convergence de l’ensemble des luttes, des expériences et des réalisations menées dans la perspective d’un droit effectif à l’eau et l’assainissement, garanti par une gestion publique et participative, démocratique et transparente, sociale et écologique. » Et le Forum mondial alternatif se déroulera au Dock des Suds à Marseille du 14 au 17 mars. Il est ouvert à tous et l’entrée y sera gratuite avec une participation libre aux frais grâce, notamment, aux subventions attribuées par la région Paca et le conseil général 13. Ce Forum entend proposer des solutions alternatives afin de donner de l’eau à ceux qui en ont besoin «et non en vendre plus à ceux qui peuvent la payer cher», promouvoir la reconnaissance de l’eau comme bien commun du vivant, rendre effectif l’accès à l’eau po-

18

N°17 - Mars 2012

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

19


Dossier de couverture

de m fe ish qu Ce te lu ou ge si dé co na m ch

D’après un séminaire de Marc-Alain Ouaknin en collaboration avec le Centre Edmond Fleg de Marseille

L’EAU dans le Judaïsme

Dans le cadre d’un séminaire annuel sur le thème « L’eau dans le judaïsme», le centre culturel juif Edmond Fleg de Marseille a invité le rabbin philosophe Marc-Alain Ouaknin. docteur en philosophie il s’intéresse de près à la phénoménologie et à la kabbale. Auteur d’une œuvre considérable et variée, il s’applique particulièrement à l’interprétation des textes sacrés.

Dans sa conférence du 8 janvier

2012, il affirme que la culture particulière jaillit de la rencontre dynamique de deux types de savoirs qui n’ont pas forcément de liens entre eux. Il prend le parti de lire les écrits de la Torah au prisme des outils modernes tels que ceux de la phénoménologie (sous l’égide de Heidegger) ou encore de l’herméneutique (sous le regard de Ricoeur). Il estime de même que l’interprétation a son efficace propre, reprenant avec une touche humour la formule célèbre de Marx, il ne s’agit pas de comprendre le monde mais de le transformer. C’est dans cette optique et au moyen de cette méthodologie que le philosophe nous expose ses différentes manières de percevoir l’eau. Nous vous livrons ici quelques pistes de réflexions en lien avec ses trois premières conférences. La toute première occurrence du mot eau apparaît dès le début de la Genèse. Elle est l’élément essentiel

20

N°17 - Mars 2012

qui permet de passer de la protohistoire à l’histoire. Sans elle la création de l’homme n’est pas possible. Dieu en effet use de la poussière et de l’eau, de l’humidité pour façonner le premier humain, Adam. Ainsi le mot humidité en hébreu (ed) est contenu dans le terme Adam, les deux mots commencent par hé et dalet. L’eau est intrinsèquement liée à la nature humaine parce que c’est elle qui est le liant, le lien et donne sa cohérence à l’homme. Le zohar (livre des kabbalistes qui a été rédigé au XIIIème siècle) souligne avec justesse que le verset qui met en scène l’arrivée de la buée sur la terre précède immédiatement le verset de la création de l’homme. Il est donc clair que l’eau est la condition sine qua non de l’apparition de l’homme. L’eau est aussi ce qui va donner de la cohérence au sens, elle est celle qui donne une organisation et une logique à ce qui est épars, dispersé.

L’humain est bien celui qui va chercher des éléments dispersés dans le monde pour leur donner une signification. La caractéristique sémantique du mot eau en hébreu (mayim) est sa forme duelle. Le duel, en grammaire, réfère à une forme particulière de pluriel ; c’est le pluriel spécifique des mots qui fonctionne naturellement par deux (comme les pieds ou les mains par exemple). L’eau, à l’instar des mots visage et vie, n’a pas de singulier propre et se dit toujours au duel. Si le cœur de l’homme se trouve dans la cohérence de son être et que cette cohérence émane de l’eau qui ellemême révèle en son sein la dualité, il est logique que l’homme porte en lui une dualité. Quelle est cette dualité ? C’est évidemment celle des genres, masculin et féminin. Avant la création d’Ève, il n’y avait pas de distinction

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

Ap co du O su pu ch ef am pr vo ge em po so au ad il di Ce ca re L’i m d’ ét te cin


Après s’être attaché à définir et comprendre l’eau dans le contexte du mythe de création, Marc-Alain Ouaknin va davantage s’attarder sur le puits et sa symbolique. Le puits dans la bible est aussi à rattacher à la notion de genre. C’est en effet le lieu propice de la rencontre amoureuse et matrimoniale. C’est près d’un puits que Rachel et Jacob vont faire connaissance et échanger leur premier baiser. Le terme « embrasser » dans la bible apparaît pour la première fois avec cet épisode. Il est intéressant de constater aussi que selon l’angle que l’on adopte pour comprendre le puits, il requiert en son sien autant une dimension masculine que féminine. Cette dernière est la plus évidente, car l’image que l’on se fait du puits renvoie à un trou creusé dans sol. L’image de la cavité renvoie à la féminité. Mais si l’on regarde le puits d’un point de vue sémantique et étymologique, on s’aperçoit que le terme hébraïque est de la même racine que le mot «masculin». Le puits

est bien le lieu de la rencontre entre le masculin et le féminin. En hébreu le mot « béhrer » signifie à la fois le puits et l’explication. Pourquoi une polyphonie aussi distendue ? Tout simplement parce que puits et explication sont deux termes qui renvoient à la notion de creuser. Au sens propre on creuse la terre pour construire un puits, au sens figuré on creuse une idée, un concept pour faire émerger une explication. Dans ce cas aussi, MarcAlain Ouaknin établit un lien entre l’eau et le langage. L’explication a trait en effet à la lecture et au langage. Il prend appui sur les écrits herméneutiques de Ricoeur, pour montrer la différence entre comprendre et expliquer. Comprendre un texte c’est le saisir dans sa globalité narrative ; l’expliquer c’est le mettre en lien avec d’autres textes, lui donner une valeur symbolique, etc, c’est-à-dire lui donner une profondeur, pour densifier sa signification. L’interprétation d’un texte (ce à quoi s’attache l’herméneutique) est la dialectique dynamique entre la compréhension et l’explication d’un texte. Ce travail de creuser le texte pour mieux comprendre sa richesse est une exigence qui est inscrite à l’aube du texte biblique. Celui-ci en effet commence par les mots « béréchit bara », qui se composent des lettres bet, rech, hé ; dans un savant jeu d’anagramme, on retrouve ces mêmes lettres dans un ordre différent dans le mot « béhrer » (puits). Ainsi l’exigence d’interprétation induite dans le mot puits est une exigence primordiale. Avec la célèbre histoire du prophète

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

Jonas, l’eau est symbole de renaissance. Jonas signifie en hébreu la colombe et paradoxalement à ce nom aérien tout le début de son histoire on assiste à sa descente dans les profondeurs. Du bateau en effet il tombe dans l’eau et se retrouve dans le ventre d’un poisson. Position fœtale qui va lui permettre une renaissance. L’histoire de Jonas est ainsi le cheminement d’un homme vers la compréhension profonde de son être. Quand Dieu dit à Jonas «Va vers la grande ville et crie sur elle», en l’occurrence la grande ville désigne Ninive, Dieu lui demande d’aller vers lui-même. Ninive en effet contient les mêmes êtres que Jonas, mais avec un noun en plus, or noun en hébreu signifie le poisson. Ainsi Ninive c’est Jonas grandi de son expérience dans le ventre du poisson. Grâce à son passage dans l’élément liquide, il acquiert une plus grande conscience de lui. Ainsi, on comprend la démarche du philosophe rabbin Marc-Alain Ouaknin qui, en disséquant mot et symbole, donne une teneur plus riche et plus dense au sens du texte biblique. Un texte qui repose fondamentalement sur la question de savoir qui est l’homme dans sa spécificité, sa dignité et sa relation à Dieu. Même en optant pour une thématique qui semble loin de ce type de préoccupation, le thème l’eau par exemple, il parvient à montrer qu’en réalité elle est intimement liée. C’est pourquoi il choisit d’aborder le thème de l’eau d’un point de vue sémantique, herméneutique et symbolique. G.L.

N°17 - Mars 2012

21

Dossier de couverture

des genres et Adam est un humain pas spécialement homme ou femme. C’est la distinction entre ish et isha qui va porter le marqueur de la différentiation sexuelle. Ce qui amène M. Ouaknin sur un terrain éminemment moderne, celui de savoir ce qu’est être féminin ou masculin et les questions sur le genre qui en découle. Il affirme que si nous sommes biologiquement déterminés, si nous apparaissons comme homme ou femme, notre nature contient en son sein la dynamique des deux genres et on peut choisir son genre.


Dossier de couverture

Par Gabriel Cohen et Isabelle Azeroual

La chambre de Commerce France-Israël Marseille reçoit la Délégation Israélienne « L’eau, cette denrée cruciale dans

la région, au-delà du pétrole ! » Uzi Landau, ministre israélien de l’énergie et de l’eau. Réunie par la Chambre de Commerce France Israël Marseille Provence (CCFIMP), le temps d’une conférence, une importante délégation israélienne est venue rappeler le savoir faire et la technologie incontestable de l’état hébreu en matière de traitement de l’eau. Si bien qu’aujourd’hui 93% des eaux usées sont traitées et près de 80% recyclées. Un défi permanent dans un si petit pays où chaque goutte de pluie est accueillie comme la plus grande des bénédictions… Ainsi, comme l’a confirmé Uzi Landau, ministre de l’industrie et de l’eau : « Après sept années consécutives de sécheresse nous avons enfin eu un véritable hiver… L’eau est si rare dans notre pays et quand on regarde l’histoire de l’eau en Israël, c’est une véritable révolution : Produire, purifier, dessaler, veiller à la qualité de l’eau, la sécuriser, la gérer pour la rendre plus accessible et plus rentable... Prenons l’exemple d’Ashkelon, il y a 10 ans l’usine de désalinisation produisait 100 millions de mètres cubes par an pour un coût de 90 cents par mètre cube, aujourd’hui elle produit chaque année 150 millions de mètres cube et son coût a été réduit à 58 cents. Nous poursuivons cette politique de réduction des coûts, de purification des eaux usées, et nous disposons pour cela de ressources en capital humain inestimables, nos meilleurs cerveaux s’y sont penchés, le gouvernement nous apporte les conditions idéales, alliant les secteurs d’affaire et de la haute technologie afin d’obtenir des résultats rapides. Cette expérience réussie nous pouvons l’exporter à travers le monde. » Et c’était bien tout le sens de ce 6ème forum mondial de l’eau qui s’est tenu à Marseille du 12 au 17 mars dernier, réunissant quelques 25 000 personnes issues des 5

continents et lors duquel 130 pays se sont engagés pour le droit universel à l’eau potable et à son assainissement. Parmi lesquels Israël qui était représenté aux échelons ministériel, scientifique et industriel avec de grandes industries telles que Mekorot la société nationale de l’eau, IDE leader en matière de dessalement de l’eau de mer, Takadu, Amiad, Blue Eye spécialisé dans l’analyse intelligente et le contrôle de la qualité de l’eau, Netafim l’inventeur du goutte à goutte dans les années 60 et à ce titre société pionnière dans

l’agriculture « non pas parce que nous sommes plus intelligents, à souligné son président, mais parce que nous en avions réellement besoin ! » Aujourd’hui ces sociétés israéliennes sont présentes partout à travers le monde afin de partager leur savoir faire, et apportent quotidiennement leur contribution aux pays en voie de développement en Inde, au Niger, en Afrique du Sud, et même à Gaza où de grands projets sont menés en matière d’irrigation. Une rencontre entre Ouzi Landau et le président d’EDF, Henri Proglio, suite p 24

22

N°17 - Mars 2012

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


e

24 Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

23


Dossier de couverture

...Israël au 6éme Forum Mondial de l’eau à Marseille devrait renforcer cette précieuse coopération pour aboutir dans un futur proche à d’ambitieuses réalisations. De même, afin de sauver la mer morte qui baisse d’un mètre par an, à cause de l’évaporation, et alors qu’il faudrait une dizaine d’usines de dessalement pour venir à bout du problème, un considérable projet de canal reliant la mer rouge à la mer morte devrait permettre de faire remonter de manière significative son niveau. « Nous préférerions que l’eau sorte du robinet plutôt qu’elle ne s’évapore, a confié le ministre Ouzi Landau, et nous travaillons à cela. D’ailleurs, à Haïfa, d’ici deux ans, il sera possible de boire de l’eau du robinet désalinisée. » Une mini-révolution en soi. Interrogé par Michèle Teboul, présidente du Crif Marseille Provence, au sujet du rapport Glavany, qui concluait qu’Israël menait une politique d’apartheid au sujet de l’eau à l’égard de ses voisins palestiniens, le ministre n’a pas mâché ses mots : « Ces conclusions ne sont pas véridiques, pas professionnelles et injustes. Nous avons signé un accord sur l’eau en 1995 avec l’autorité palestinienne sur la qualité de l’eau et élaboré un système de gestion de l’eau permettant d’assurer l’avenir, ils ont désormais les pleins pouvoirs pour gérer l’eau. J’aimerais leur dire : « Vous avez votre autonomie pour l’eau depuis 20 ans, commencez à travailler, à créer, creuser, pipeliner, mettez un prix à l’eau pour que les utilisateurs comprennent son importance, réparer vos fuites, éduquer votre population, utiliser tout le réseau de l’eau. Faites comme nous ! » Aussi, quand on nous parle d’apartheid, alors qu’Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient, tandis que dans des pays voisins les minorités, notamment chrétiennes, sont persécutées, où les femmes sont soumises à des crimes d’honneur, incapables de pouvoir se tourner vers des tribunaux qui incluent la charia dans leur constitution…En Israël nous sommes libres, nous avons des élections qui permettent

24

N°17 - Mars 2012

à des députés arabes de siéger à la knesset et de s’associer à nos ennemis…J’invite Monsieur Glavany à venir en Israël pour y découvrir ce que signifie l’intégrité politique. » Néanmoins, à deux pas du Vieux Port, l’ambiance du Forum n’était pas à la discorde mais bel et bien au consensus international au sujet de l’eau « de l’urgence à agir car la sonnette d’alarme est tirée, comme l’a souligné lors de l’ouverture du forum le ministre français de la coopération Henri de Rancourt, l’eau est au cœur de toutes les politiques.» Tandis que le premier ministre François Fillon rappelait que « Le nombre d’être humains qui n’ont pas accès à une eau salubre se chiffre en milliards. Celui des morts que nous déplorons chaque année à cause des risques sanitaires se compte en millions. Une situation inacceptable. Toute la communauté internationale doit se mobiliser pour y remédier. » Dont acte. L’état Hébreu est plus que jamais disposé à exporter davantage encore son savoir faire auprès des pays qui en ont le plus besoin. Pour la société des eaux marseillaises, M. Meissonnier, présent à la conférence de la CCIMP, a sa-

lué les prouesses technologiques d’Israël. « Ici, nous n’avons pas les mêmes besoins qu’en Israël car nous disposons de grands réservoirs d’eau dans les Alpes. Nous assurons, grâce à des élus responsables, un service de qualité et sommes présents en Afrique du Nord. Nous sommes pour une coopération rapprochée avec Israël. » Des propos qui ont certainement dû conforter Caroline PozmentierSportich, présidente de la CCIMP et adjointe au maire de Marseille dans son combat mené depuis de nombreuses années pour une intense coopération entre les deux pays. « Le bilan est bon et prometteur pour les échanges économiques, scientifiques et culturels entre Marseille et Israël. Il nous faut aller encore plus loin». La France est pour Israël le 9ème client et son 10ème fournisseur. Le volume d’échange a augmenté de 10%. Notre mission est de favoriser les échanges d’une rive à l’autre de la méditerranée. Parce que nous connaissons le potentiel extraordinaire de notre région et celui d’Israël, et l’enjeu pour Marseille, porte du sud de la Méditerranée. »

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

25


Agenda

Save the date

Horaires valables uniquement pour Marseille

26

N°17 - Mars 2012

Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence


Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

27


Nos racines

par Martine Yana

Quand les juifs vivaient en Lybie,

une exposition attachante présentée par Le centre Fleg du 5 mars au 15 avril 2012 Lybie 2011 Profitant du vent nouveau et de l’indépendance libyenne, un juif a voulu rentrer au pays. Un Juif libyen, David Gerbi, psychothérapeute, exilé en Italie depuis 44 ans, est rentré dans son pays le 1er octobre 2011 dans l’espoir de voir la synagogue qu’a fréquenté sa famille, la synagogue Dar Bichi de Tripoli. Il a également tenté de dialoguer avec le Conseil national de transition (CNT) pour un retour de Juifs libyens dans la Libye de l’après-Kadhafi.

pour les Juifs en Libye », et « Nous n’avons pas de place pour le Sionisme ». La même manifestation a eu lieu à Benghazi. Finalement, David Gerbi sera transporté à Rome, le lendemain par avion militaire, afin d’éviter l’accroissement des tensions. Il semble que la Lybie ne soit toujours pas un pays ouvert aux juifs ; en effet, la révolution contre le régime a été marquée par un fort sentiment antisémite. Et plus, des graffitis ont fleuri sur les murs évoquant une supposée ascendance juive de Kadhafi. L'histoire des Juifs en Libye, la plus petite communauté juive des pays d'Afrique du Nord, remonterait au IIIe siècle avant notre ère lorsque la cette région nommée Cyrénaïque et Tripolitaine était colonisée par les Grecs. Peu de traces de la communauté juive jusqu'à la fin du Moyen Âge nous sont parvenues. En 1551, On sait que la côte libyenne est conquise par l'Empire ottoman. Le rabbin marocain Shimon Ibn Lavi, descendant de Juifs expulsés d’Espagne, revivifie spirituellement la communauté et établit de nombreuses coutumes encore suivies de nos jours.

Parvenu à la synagogue, quasiment détruite, c’est au milieu des décombres de celle-ci que Monsieur Gerbi a été bousculé par des hommes armés. Simultanément quelques centaines de manifestants se sont rassemblés à proximité en brandissant des pancartes: « Il n’y a pas de place

28

N°17 - Mars 2012

Le statut des Juifs s'améliorera en 1835, lorsque le pouvoir central ottoman reprend le contrôle direct de la région et supprime progressivement les mesures discriminatoires touchant les Juifs. La conquête italienne de la Libye en 1911 aura une grande influence sur la communauté, tant sur le plan culturel qu'économique. L'italien devient la langue des Juifs qui prospèrent. Leur situation se dégradera à nouveau avec le fascisme italien dès 1938 et son alliance avec le Reich allemand.

Dans les années 1940, des milliers furent déportés dans les camps de concentration d’Afrique du Nord ou les camps d’Allemagne et d’Autriche. Des communautés juives d’Afrique du Nord, celle de Libye est la plus sévèrement touchée par la Seconde Guerre mondiale. Notamment les Juifs de Benghazi qui connaitront un sort tragique : ayant accueilli en libérateurs les soldats britanniques qui prennent la ville lors de l'opération Crusader, ils se retrouvent de nouveau sous domination fasciste après la reprise de la ville par Rommel à la fin janvier 1942 et sont alors punis de cette fraternisation avec l'ennemi par les italiens qui déportent la quasi-totalité de la population juive. Après la 2e guerre m o n diale, le réveil du nationalisme arabe et les soubresauts du conflit israéloarabe auront raison d'une présence juive plurimillénaire. Un pogrom fait plus de cent morts à Tripoli en 1945, alors que le pays est sous administration britannique. En 1948, la communauté juive de Libye comptait environ 36000 à 38000 juifs en Lybie (60% à Tripoli et 25% en tripolitaine, le reste se répartissant entre 17 bourgades et villages de la côte et des montagnes de l'arrière-pays. Diverses mesures anti-juives vont

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


amener sa liquidation totale. Les émeutes anti-juives de 1945 et 1948 suscitèrent pogroms, meurtres et destruction des biens de la communauté. La création de l’Etat d’Israël, l'accession de la Libye à l'indépendance et son admission dans la Ligue Arabe en 1951 rendit la situation des Juifs dramatique et ils furent forcés d'émigrer en masse, au plus vite en laissant tout. La plus grande partie des juifs libyens quittent le pays entre 1949 et 1951 (de 30 000 à 32000). Avec la montée du nationalisme arabe et l’état de guerre permanente, les quelques 5 000 Juifs libyens restants furent déchus de leurs droits, sans passeport, ni possibilité d’être fonctionnaire. Les écoles et centres communautaires juifs furent fermés. Plus tard, en 1961, le gouvernement interdit toute licence de commerce aux Juifs. C’est 1967 et la guerre des Six Jours qui sonnera le glas de la communauté juive, évacuée d'urgence en Italie devant la fureur des foules. Lors de la prise de pouvoir par le colonel Kadhafi en 1969, il restait encore quelques centaines de Juifs en Libye. Le nouveau régime s'attache non seulement à les expulser mais aussi à effacer toute trace de la présence juive, rasant les cimetières et convertissant les synagogues en mosquées ou les détruisant. La diaspora juive de Libye est actuellement répartie entre Israël et l'Italie, où elle tente de préserver une identité communautaire propre. En Israël, la communauté libyenne qui compte 110 000 membres, a créé près de 19 villages et dispose de 189 synagogues.

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

29


Tribune Libre Par Dore Gold

Campagne mensongère et dénégation de l'Histoire juive

Dans un discours tenu le 26 février dernier à Doha, Qatar, le Président de l'Autorité palestinienne a nié une fois encore le lien historique et millénaire des Juifs avec Jérusalem. Cette stratégie diplomatique a déjà été employée par son prédécesseur, Yasser Arafat. Il avait remis en cause, lors du fameux sommet de Camp David (juillet 2000), l'existence même du Temple de Jérusalem en prononçant ces mots: "Il n'y a rien là bas". Par la suite, il a affirmé que le Temple bâti par le roi Salomon se trouve en fait à Naplouse et non à Jérusalem." Deux ans plus tard, Arafat déclare à "Al-Hayat": "on n'a pas trouvé ne fusse qu'une seule pierre qui prouve effectivement l'existence du Temple à Jérusalem". Mahmoud Abas a poursuivi le mensonge en déclarant sans aucune hésitation: "ils prétendent toujours qu'il existait un Temple, il y a 2000 ans, eh bien apportez-moi une preuve." En fait, Abbas n'est pas le seul, de nombreux dirigeants au sein de l'Autorité palestinienne, notamment des soi-disant modérés, ont adopté cette négation comme ligne de conduite stratégique. Nabil Shaat parle du "Temple fictif". Saeb Erekat, principal négociateur aux pourparlers de paix déclare: "pour l'Islam, le seul Temple existant à Al Qods n'est que la mosquée Al Aqsa". Et Yasser Abed Rabou affirme au "Monde" en septembre 2000: "nous n'avons pas trouvé à ce jour des vestiges archéo30

N°17 - Mars 2012

logiques témoignant qu'il existait un temple juif sur l'esplanade des mosquées". Le 16 mars 2011, lors d'une interview à la télévision palestinienne, il a prétendu qu'Israël a l'intention de construire un "faux temple" pour concrétiser la légende. Aujourd'hui, Mahmoud Abas enchérit et conteste les preuves de l'existence d'une présence juive millénaire à Jérusalem.: "en dépit des fouilles constantes tous les gouvernements israéliens ont échoué lamentablement et n'ont pas trouvé des vestiges appuyant le récit juif-israélien. Après ce cuisant échec les gouvernements israéliens préparent des modèles pour construire un nouveau temple sur les ruines de la mosquée Al Aqsa." Mahmoud Abbas non seulement refuse de reconnaitre l'existence historique du Temple mais pratique aussi de grossiers mensonges selon lesquels Israël agit pour mettre en danger la mosquée Al Aqsa. Durant cette dernière décennie, nous enregistrons un vaste effort de la part de la direction palestinienne de dénier l'existence du Temple: à la télévision publique, dans des articles publiés dans les journaux officiels, et lors des sermons dans les mosquées. Les chefs religieux palestiniens ont déclaré à plusieurs reprises, qu'on n'a pas trouvé des preuves témoignant une présence juive historique à Jérusalem ou des témoignages sur l'existence du Temple.

Toutefois, le paradoxe est flagrant et en contradiction avec la tradition islamique originelle. Al-Tabari, commentateur du Coran et l'un des grands historiens de l'Islam décrit ainsi l'occupation de Jérusalem par le deuxième calife, Omar Ben al-Hatab: "ils se dirigeaient vers la zone où les Romains ont enterré le Temple –Bai al-makds- à l'époque des Fils d'Israël" (citation au sens littéral) Rappelons une autre vérité historique: le calife Omar lui-même a permis aux Juifs de revenir à Jérusalem après que les Romains et les Byzantins ont interdit leur entrée durant plus de cinq siècles. Plus stupéfiant encore, en 1935 (Il y a 77 ans) le Conseil Suprême musulman à Jérusalem a publié, sous la direction du tristement célèbre mufti Hadj Amin Al-Husseini, un guide respecté qui brosse l'histoire du Mont du Temple. Ce guide a affirmé que le lieu du Temple de Salomon est incontestable. Hélas, Mahmoud Abas poursuit aveuglement sa campagne. Nous imaginons que même une visite à Rome aux pieds de l'Arc de Titus contemplant la Ménorah, le chandelier du Temple porté par les soldats romains lors de la parade de la victoire après la destruction du Deuxième Temple, ne changera pas sa bizarre position. Les Palestiniens sont bien conscients de l'importance de Jérusalem et savent que notre capitale a rempli un rôle central dans l'identité juive. Ils souhaitent donc ébranler et affaiblir ce lien sur l'arène internationale. Enfin, face à la nouvelle bataille pour Jérusalem, nous devons exiger et revendiquer nos droits historiques comme l'ont fait dans le passé avec brio à la tribune de l'ONU et devant les instances internationales, Abba Eban et Haïm Herzog. Source : LECAPE

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

1,5

1


nt diri, un ém en la le ue ns té me éet ée

(Il uus re un re afohnt

ne de le es de du as ns ce re al

aie. lle er es ec nt ba

ygiène, La qualité, l’h s traditions, ec le resp t de . la confiance, isse des prix… cacherout, ba es llé ba em s érisée Viandes cach es es alimentair tt ue rq ba en s. péenne normes euro

La Viande Hachée est préparée devant le Client - Cachérisation gratuite Emballage en barquettes personnalisées, conditionnement à votre choix

LES LOTS « Vérité »*

1 Kg DAUBE - 1 Kg POITRINE 1 Kg MERGUEZ 1 Kg BEEF (Persillé ou paillasse) 1Kg VIANDE HACHEE

10,90 € /Kg

« Grillade »*

1,5 Kg BEEF (Persillé ou paillasse) 1,5 Kg MERGUEZ - 1 Kg FOIE OU COEUR 1,5 Kg TOURNEDOS - 1,5 Kg VIANDE HACHEE

11,80 € /Kg

« Familial »*

2 Kg BEEF MACREUSE - 2 Kg DAUBE 2 Kg PLAT DE COTE - 2 Kg BASSE COTE 2 Kg POITRINE - 2 Kg VIANDE HACHEE

12,95 € /Kg

« Emouna »*

1 Kg ENTRECOTE- 1 Kg BEEF MACREUSE 1 Kg DAUBE - 1 Kg BASSE COTE 1 Kg POITRINE - 1 Kg PLAT DE COTE 1 Kg JARRET GALINETTE - 1 Kg ROTI 1 Kg BOURGUIGNON - 1 Kg BRAISE 1 Kg VIANDE HACHEE - 1 Kg TOURNEDOS 1 Kg PALERON

12,90 € / Kg

VEAU FARCI POULET FARCI AU VEAU ALLOUETTES FARCIES AU VEAU MERGUEZ SOUBRESSADE

LE BOEUF

AIGUILLETTE POITRINE BOEUF SANS OS PLAT DE COTE JARRET GALINETTE PALERON BEEF MACREUSE BEEF PERSILLE PAILLASSE ENTRECOTE PREM (x10) ENTRECOTES SEC (x5) VIANDE HACHEE TOURNEDOS

LE POULET

CUISSE DE POULET AVEC DOS BLANCS DE POULET AILES DE POULET

L’AGNEAU

COFFRE DECOUPE ½ COFFRE DECOUPE COTELETTE COLLIER POITRINE AVEC OS EPAULE AVEC OS

Spécialités maison

11.90 € /Kg

PAR 5 KG ET PAR ARTICLE 12,90 € / Kg 10,90 € / Kg 10,50 € / Kg 12,95 € / Kg 12,50 € / Kg 13,90 € / Kg 13, 50 € / Kg 12, 90 € / Kg 10, 90 € / Kg 20, 90 € / Kg 17, 50 € / Kg 11, 50 € / Kg 12, 95 € / Kg

17,90 € /Kg 17,90 € /Kg 17,90 € /Kg 9,50 € / 3 Kg 14,50 € / Kg

DETAIL

13,90 € / Kg 9,50 € / Kg 11,50 € / Kg 13,95 € / Kg 13,95 € / Kg 14,50 € / Kg 14, 50 € / Kg 14, 50 € / Kg 12, 50 € / Kg 22, 90 € / Kg 18, 90 € / Kg 12, 80 € / Kg 14, 80 € / Kg

PAR 3 Kg 7,50 €/Kg 11,90 €/Kg 3,50 €/Kg AU DETAIL 17,90 € / Kg 18,90 € / Kg 23,50 € / Kg 14,95 € / Kg 5,90 € / Kg 18,50 € / Kg

«Veautez»* le veau

POUR PASSER VOS COMMANDES :

21,60 € /Kg

Dans la limite des stocks disponibles

1 Kg COTE - 1 Kg BLANQUETTE 1 Kg ESCALOPE - 1 Kg ROTI ROULE 1 Kg FINANCIERE/HACHE

(* quantité approximative)

- Par téléphone : 04 91 34 98 84 (horaires de bureau ou sur répondeur) - Par fax : 04 91 34 05 08 - Par mail : cacher-emouna@wanadoo.fr

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

20 rue MARX DORMOY 13004 MARSEILLE N°17 - Mars 2012

31


Le Saviez-vous ? Par Gilbert Gabbay

L’épopée des Juifs de Sosua en République dominicaine Peu de personnes connaissent l’histoire juive de cette ville côtière du nord de la République dominicaine. Sosua fût, lors de la Seconde Guerre mondiale, la seule chance de survie pour des milliers de Juifs fuyant l’Allemagne et l’Autriche nazis devenues le grand Reich. Retour sur l’histoire passée et contemporaine de ces réfugiés juifs. Sosua, cette petite station balnéaire, ne laisse pas indifférent le voyageur : plages de sable fin, fonds marins exceptionnels, cafés ouverts jour et nuit pour faire la fête et un climat clément qui fait le bonheur des Américains et des Européens en mal de soleil et d’exotisme. Mais quittant ce cliché touristique, c’est en se promenant dans les petites ruelles étroites que l’on découvre l’histoire exceptionnelle de ce coin du bout du monde. La surprise commence par ces traverses du centre-ville portant des noms germaniques comme « David Stern » ou « Docteur Rosen » et se poursuit un peu plus loin où au lieu de trouver une église, c’est une synagogue et un musée juif qui surgissent au milieu de cet univers hispanique. L’histoire de cette communauté juive est entièrement mise en lumière dans ce musée où photos d’archives et documents racontent les pérégrinations des réfugiés juifs cherchant une terre d’asile. Tout commence avec la conférence d’Évian en juillet 1938, organisée à l’initiative du président des ÉtatsUnis, Franklin Delano Roosevelt, afin de débattre du problème des réfugiés juifs fuyant le nazisme. 32 pays y participent dont la France, la Grande-Bretagne, la Suisse et les États-Unis. Tous les pays refusent d’accueillir des Juifs sauf la République dominicaine. En Allemagne, le gouvernement exulte et la presse titre avec ironie « Personne n’en veut ». Paradoxalement, ce petit pays dirigé par un dictateur sanguinaire, Rafaël Trujillo, qui avait quelques années plus tôt défrayé la chronique pour avoir massacré plus de

32

N°17 - Mars 2012

20 000 Haïtiens, accepte de recevoir 100 000 réfugiés. Étais-ce une manœuvre politique pour amadouer les Américains auparavant alliés du dictateur mais qui ont pris leurs distances après la tuerie, ou étais-ce la volonté du dictateur de faire venir des Blancs pour remplacer les populations noires de son pays ? Dès que l’offre dominicaine est connue, l’American Joint Distribution Comittee, organisation juive américaine à but humanitaire, crée la DORSA (Dominican Republic Settlement Association), qui, le 30 janvier 1940, signe un accord avec le gouvernement dominicain. La DORSA se charge de trouver un endroit habitable dans le nord de l’Île, et le dictateur Trujillo, en échange de quelques milliers de dollars, lui cède un terrain hostile où rien ne pousse. Le 10 mai 1940, Sosua est née avec l’arrivée des premiers Juifs. Si le dictateur a proposé de recevoir 100 000 Juifs, ils ne seront que 5 000 à obtenir le visa d’entrée et environ 800 à pouvoir s’y rendre. Alors que tout était à construire sur ce bout de terre où sévissaient la malaria et le paludisme, la ville de Sosua commençait à prendre forme, avec l’aide précieuse des Dominicains accueillant chaleureusement leurs nouveaux compatriotes qui ne parlaient pas espagnol.

De ces terrains impropres à l’agriculture, les Juifs, organisés autour d’une coopérative agricole, se tournent, avec l’appui des Américains, vers l’élevage. Avec patience et abnégation, la communauté s’organise et construit une école, une clinique, une pharmacie, un théâtre, une synagogue et se dote d’un journal. Une fulgurante réussite qui continue de nos jours. La quasi-totalité des produits laitiers et de la viande de bœuf consommés dans le pays vient de cette fameuse coopérative agricole construite par les réfugiés, le « Productos Sosua ». Cette installation florissante finira par le déclin de la présence juive à Sosua à cause des mariages mixtes et de l’émigration vers les États-Unis ou l’Europe. La ville ne compte plus qu’une vingtaine de Juifs. La synagogue fonctionne encore le Shabbat et les jours de fêtes ou lorsque des enfants ou petits-enfants viennent se marier dans la ville qui a accueilli leurs parents ou grands-parents. Récemment l’ambassade de la République Dominicaine à Paris a projeté à la presse un webdocumentaire « Shalom Amigos » retraçant la vie de ces juifs de Sosua. Le documentaire est visible sur le site de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel).

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


ns à es és ne ries ec une e, se te rs. ers és se ar ua ra à es nis us aat es nt illi

Actualités

Par le Pr Hagay Sobol

Drame de Toulouse, Les mots nous manquent

Ils s’appelaient Gabiel, 4 ans, Arieh 5ans, Myriam 7 ans et Jonathan 30 ans. Ils nous ont quitté ce lundi 19 mars qui restera comme un drame imprescriptible dans nos mémoires. Aaron, un jeune homme de 17 ans, est quant à lui gravement blessé, et nos prières l’accompagne. Ce jour là un individu a commis un acte horrible et irréparable que rien ne peut excuser en tirant avec des armes à feu sur un groupe de personnes devant l’établissement scolaire juif de Toulouse « Ozar Hatorah ». Il a touché à ce qu’il y a de plus sacré, il a tués des enfants. Il les a privé d’avenir, et a ravi à leur proche ce qui leur était le plus cher.

Il n’y a pas de qualificatif assez fort pour condamner ce drame monstrueux et dire ce que l’on peut ressentir. La réprobation a été unanime, et la France s’est montrée une et indivisible dans la douleur. Le jour même des cérémonies de recueillement ont été organisées dans de nombreux lieux, comme à la Grande Synagogue Breteuil à Marseille, où les représentants de la République, les élus, les membres des institutions et des associations, ainsi qu’une foule nombreuse sous le choc a tenu a témoigner par sa présence sa solidarité avec les victimes et leurs familles. Une minute de silence a tété respectée le lendemain dans toutes les écoles de la République, et la campagne électorale a été suspendue. Des mesures de protections sans précédent on immédiatement été mises en place autour des écoles juives. Car ce n’est pas à la seule communauté juive que l’on a touchée, mais à la communauté nationale toute entière. C’est dans de tels moments que l’on peut mesurer tout ce qui sépare une démocratie, d’une dictature. Dans une démocratie, chaque vie compte et chaque perte est

un drame. Des moyens considérables ont été déployés pour retrouver le ou les coupables. L’enquête a établi un lien avec d’autres assassinats commis sur des militaires français à Montauban et à Toulouse, ayant opéré en Afghanistan notamment. Les indices ont conduit les forces de polices à suspecter un homme de 24 ans, se réclamant de la mouvance Jihadiste, d’être responsables de la tuerie, et à donner l’assaut à son domicile. Aujourd’hui, c’est encore le temps des pleurs et de la consolation. Et il est un devoir de nous y consacrer, d’accompagner du mieux possible ceux qui sont dans la détresse. Cependant, même s’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, car nous ne connaissons ni les motivation exactes de ces crimes, ni s’il s’agit d’actes isolés d’un déséquilibré ou d’un réseau organisé, ce drame vient s’inscrire dans un contexte malheureusement très chargé. Ainsi, on ne peut que déplorer une série d’évènements, dont on ne sait s’il y a un lien de causalité direct ou indirect avec les faits, mais qui mis bout à bout donnent un tout autre éclairage à cet acte barbare. Tout d’abord, la violence qui a émaillé la campagne présidentielle 2012 avec les menaces de mort contre François Hollande, l’agression subie par d’Audrey Pulvar et d’Arnaud Montebourg, la prise à parti musclée du Président-candidat Nicolas Sarkozy à Bayonne, ont créé

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

un climat inquiétant, laissant augurer le pire. Mais surtout, on ne peut exclure que la couverture déséquilibrée du récent pilonnage de la population civile du sud d’Israël par 200 missiles, roquettes et autres obus de mortiers venant le bande de Gaza, n’ait contribué à échauffer les esprits et à donner une motivation supplémentaire pour un passage à l’acte. Le tueur présumé aurait d’ailleurs affirmé « vouloir venger les enfants palestiniens ». Catherine Ashton, la « chèfe de la diplomatie européenne » a malheureusement rajouté à la confusion et au mélange des genres en disant que la mort des enfants de Toulouse lui rappelait celle des enfants de Gaza. Par effet miroir, la communauté juive, court ainsi le risque d’être désignée par certains comme bouc émissaire, pour son attachement à l’état hébreu. Cela participe à inscrire le conflit Moyenoriental dans notre paysage français. Mais, pour l’heure il est encore trop tôt pour conclure. Laissons donc les services de l’état faire leur travail. Aujourd’hui, c’est le temps de l’union, de la compassion et de la solidarité. Nous nous devons de nous y consacrer. Mais demain, il sera un devoir impérieux et tout aussi nécessaire de comprendre comment les choses sont advenues.

N°17 - Mars 2012

33


Judaïsme & Société Par Bernard REBOUH

Pessah, les 4 enfants LA DIVERSITE DE LA COMMUNAUTE De tout temps la communauté Juive a été composée de personnes présentant des niveaux de mérite différents. Les sages ont souvent exprimé l’idée que la communauté n’est complète que si on y trouve cette hétérogénéité. Une collectivé entièrement vertueuse ou entièrement dépravée n’est pas concevable. La notion de solidarité communautaire découle de cette diversité. Un minian, dans sa prière, s’exprime à la première personne du pluriel, en particulier pour confesser les fautes commises : "Nous avons fauté, Nous avons méprisé, etc.." Comment trouver plus belle illustration de la solidarité entre des personnes qui ne se connaissent pas que de prendre à son compte des fautes commises non par soi même par un “ frère “ qu’on ne connaît pas mais dont on se déclare solidaire. Dans cette diversité quatre caractéristiques essentielles reviennent. Elles sont rappellées au moment de Soucot par les quatre plantes : Etrog (cédrat), Loulav ( branche de palmier), Hadas (myrte), Arava (saule): - L’étrog qui a une bonne odeur et qui est un fruit savoureux représente ceux qui qui ont des connaisances et qui font des mitzvot. - Le loulav représente ceux qui bien que dépourvus de connaissances agissent pour le bien. - Le hadas représente les personnes qui ont des connaissances mais s’abstiennent de toute action. - La arava, sans parfum et sans fruits, représente d’une manière réaliste, la grande masse de toute collectivité, dépourvue de connaissances particulières et plutôt passive, sans désir particulier d’agir. A Pessah la Hagada met en scène quatre enfants qui représentent quatre comportements type: le Haham (sage), le Racha ( pervers), le Tam (simple) et le Chééno yodéa lichol ( celui qui ne sait pas poser de questions). L’ATTITUDE DE LA HAGADA VIS A VIS DE CES QUATRE ENFANTS A Soucot on évoque quatre attitudes à travers les caractéristiques de quatre plantes mais à Pessah le problème est traité plus directement à travers l’attitude d’êtres humains qui semblent être rassemblés autour de la même table pour fêter tous ensemble la sortie d’Egypte. Le chef de famille se voit chargé d’ex-

34

N°17 - Mars 2012

pliquer et de dialoguer avec ces quatre personnages type. Le terme “ enfant “ peut laisser supposer qu’il s’agit de membres d’une même famille. Effectivement dans la réalité les enfants d’une même famille peuvent avoir des attitudes bien différentes tout en ayant reçu la même éducation. Plus généralement il ne s’agit peut être que des représentants de quatre courants de pensée. La Hagada nous relate leurs questions et les réponses qu’il faut leur adresser. LE HAHAM: Sa question est brève: Que signifient ces témoignages, ces décrets et ces lois que l’Eternel notre D. vous a prescrits ? La réponse est tout aussi concise: Tu lui répondras en lui expliquant les règles du sacrifice de Passah et en ajoutant: “On ne termine pas le repas de Pessah par un Afikoman “. Dans d’autres traductions on lit : “ on ne consomme rien après l’Afikoman“. Le terme Afikoman signifie dessert. Chez les Grecs les repas exceptionnels se terminaient avec des danses, des chants et des beuveries. Cet enseignement indique que le repas de Pessah doit se terminer dignement, dans la sobriété. Le Haham, malgré les apparences ne s’exclut pas de la communauté: il dit “ vous a prescrit “ comme le racha, mais “notre D.“ Il est remarquable que la réponse est rapide. LE RACHA: Sa question montre sa volonté de se démarquer très nettement des autres : Que signifie pour vous ce service ? Malgré son attitude méprisante on lui fait une réponse assez longue assortie d’un commentaire: Comme il s’exclut de la communauté, agace le en lui disant “Ce cérémonial rappelle ce que l’Eternel a fait en ma faveur au moment de la sortie d’Egypte“ et il faut lui faire sentir que s’il avait été présent il n’aurait pas été délivré. Pourquoi tout cela puisqu’il ne semble pas intéressé? Pourquoi ne pas lui répondre plus sèchement? Il est remarquable que ce Racha, malgré son détachement, son mépris, son arrogance est présent autour de la table avec les autres. Il n’est peut être pas définitivement séparé de ses frères. La réponse peut déclencher chez lui une réflexion et par la suite un sursaut.

LE TAM: Sa question tient en peu de mots: Qu’est ce que cela ? Il n’a pas la capacité de comprendre une réponse trop détaillée mais il veut recevoir un enseignement. La réponse est imagée: D’une main puissante l’Eternel nous a fait sortir d’Egypte, d’une maison d’esclavage. La réponse est complète. Cette phrase évoque l’histoire, les conditions de vie en Egypte et le miracle qui a permis la délivrance. CELUI QUI NE SAIT PAS POSER DE QUESTIONS: Celui qui ne sait pas poser de questions n’est il pas bien dans son coin ? La Hagada nous ordonne d’aller vers lui et de répondre à des questions non posées. Qui est cet enfant? On considère souvent que c’est un jeune enfant qui ne sait pas questionner en raison de son âge. Combien d’adultes n’ont jamais de questions à poser par manque de réflexion ou d’intérêt? Par ce passage la Hagada nous ordonne d’aller au devant des gens, de dialoguer, d’instruire. CONCLUSION Par ce passage la Hagada nous donne une très grande leçon de pédagogie. La base du Judaïsme est la transmission des valeurs et des principes. Cette transmission doit être assurée envers tous quelle que soit la diversité des attitudes. Cela suppose beaucoup de tolérance et de finesse pour adapter le discours que l’on fait aux capacités de celui qui écoute.

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


ts:

re ut

ain tir . se vie la

DE

es? ers on

un n-

de é-

orde

ne . istte ers at-

ce urs qui

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

35


Santé & Bien-être

Par Gabriel COHEN

Les règles d'un sommeil de qualité ! Comment bien dormir? Réveils fréquents, difficultés d'endormissement, votre sommeil est perturbé ? Voici quelques règles simples qui peuvent vous aider à retrouver un sommeil de bébé. Combien de temps dormir ? En général, un adulte doit dormir pendant 7h., mais en en réalité, la quantité de sommeil nécessaire varie entre 3 et 13h. La durée optimale est donc propre à chacun. L'essentiel c'est de réveiller avec la sensation d'avoir bien dormi. Quand on dort, on est soumis à une série de cycles qui se répètent 4 à 5 fois pendant la nuit. Chaque cycle, qui dure environ 1h30, est composé de 3 types de phases de sommeil : le sommeil léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal, pendant lequel on rêve. Mais au fur et à mesure que la nuit avance, la composition des cycles évolue. D'après des études, en début de nuit, pendant les premiers cycles, le sommeil profond est plus abondant, le dormeur dort profondément, le sommeil est donc de meilleure qualité, il est plus récupérateur. Plus tard dans la nuit, le sommeil profond se fait plus rare jusqu'à disparaître au moment du réveil. Le sommeil paradoxal occupe à l'inverse une place de plus en plus importante au fil de la nuit, ce qui explique qu'on rêve davantage en fin de nuit. Pour avoir un sommeil de qualité ce qui compte c'est de se coucher quand on a envie de dormir, en fonction de ses propres besoins, selon que l'on soit un couche-tôt ou un couche-tard. En revanche, ce qui est indispensable c'est de se coucher à heures régulières Les siestes courtes sont idéales pour compenser un manque de sommeil Les siestes sont bénéfiques du moment qu'elles ne privent pas notre organisme du quota de sommeil dont il a besoin pour faire une bonne nuit. La sieste idéale ne doit pas dépasser 10 minutes. Au-delà, dès 15 minutes de sieste, on entre en sommeil profond donc on commence un nouveau cycle de sommeil. Le réveil est alors difficile, on se sent finalement moins bien qu'avant la sieste. Le début d'après-midi après le déjeuner est le moment idéal pour faire une courte sieste. Et si vous avez peur de vous endormir plus longtemps, programmez votre réveil.

36

N°17 - Mars 2012

Dînez léger Une digestion difficile contrarie le sommeil, alors évitez les dîners lourds avant de filer au lit. Proscrivez la viande rouge, les plats épicés, l’alcool, le café et le thé. Préférez des crudités, du pain blanc, des pâtes, du poisson et des légumes. Dînez le plus tôt possible (dans l’idéal, deux heures avant le coucher). Buvez une tisane de plantes (tilleul, verveine camomille ou fleur d'oranger). Aménagez votre chambre Pour mieux dormir, il n'est pas recommandé d'avoir sa Télé dans la chambre, de la même façon votre bureau de doit pas être votre chambre. Quant au lit lui-même, le matelas doit être de bonne qualité c’est un élément essentiel. Un bon matelas se change tous les 10 ans. Comment bien dormir ? Ce qui compte avant tout, c'est d'aller se coucher quand on est fatigué. En cas de difficultés d'endormissement, il est conseillé d'avoir une activité relaxante et d'éviter les sources de stress. Le soir, après les activités habituelles, réservez-vous une demi-heure avant le coucher pour des occupations tranquilles et favorisant la détente. Un

bain tiède, un bon livre, une musique zen, une tisane à la valériane... Peu importe la méthode, plus vous serez détendu, plus vous trouverez le sommeil facilement. Des scientifiques viennent en effet de démontrer que réchauffer ses extrémités favorise la vasodilatation des petites vaisseaux, ce qui favorise l’endormissement. Réhabilitez les chaussettes au lit. Il existe par ailleurs des exercices de relaxation (respiration, massages...) à pratiquer avant de s'endormir, souvent efficaces. Réviser en dormant ? Le sommeil permet d'assimiler les informations emmagasinées la veille : le cerveau les trie et les classe dans des zones plus profondes afin qu'on les retienne mieux. Les neurones travaillent donc activement quand on est endormi. En période d'examens, il est donc recommandé de relire ses cours avant de se coucher et surtout de faire de bonnes nuits pour que le cerveau ait suffisamment de temps de les assimiler.

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


ir?

ue eu ez m-

de mieores

de à nt

n: ns on aest

ent de ait mi-

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

37


Education

Par Emouna Braverman

La véritable créativité ne peut s'épanouir sans la discipline et la compréhension Sue Shellenbarger est chroniqueuse au Wall Street Journal. Elle a une boîte aux lettres pour les questions sur le travail et la famille où elle répond aux lecteurs. Cette question a été publiée récemment: « J'ai aimé votre article sur « Qu’est-ce qui rend les enfants créatifs ?» Mais comment pouvez-vous écrire un tel article sans mentionner l'un des plus grands obstacles au développement de la créativité dans les écoles : l'accent mis sur les tests standardisés ? » Je me vois contrainte d'être en désaccord - fortement - avec la thèse de l'auteur de cette question. En fait, je pense que beaucoup d'individus talentueux et créatifs pourraient partager mon point de vue. La véritable créativité et le talent ne peuvent prospérer sans la discipline, de l’ordre, et une compréhension des bases, quel que soit le domaine. Avant de jouer à la Salle Pleyel, on doit passer des heures à apprendre à lire la musique, à faire des gammes et bien d'autres exercices musicaux. Ensuite, on doit maîtriser les bases du morceau de musique. C'est seulement après la pose de ces fondations qu’on peut laisser libre cours à on imagination et à ses émotions. La même considération s'applique à la danse. Des heures à la barre, des heures consacrées à la pratique et la tenue des positions, en répétant les mêmes mouvements, encore et encore, et des étirements, et encore des étirements. Ce sont les conditions préalables à la danse dans une troupe professionnelle. Encore une

38

N°17 - Mars 2012

fois, la chorégraphie doit être maîtrisée parfaitement avant que l'interprétation individuelle de la danseuse puisse s’exprimer. De même pour les mathématiques. A un niveau avancé, les mathématiques requièrent une pensée créative et abstraite. Mais elle ne serait jamais possible sans comprendre les équations de base et les théorèmes. Les tests normalisés sont nécessaires pour d’une part les informations et les compétences qu'ils apportent, et d’autre part comme illustration de ce point de vue. Nous ne voulons pas que nos enfants croient qu'ils pourront réussir à être créatifs sans discipline et sans un minimum de compréhension. Personne ne réussit une entreprise, artistique ou autre, sans ces qualités. Nous leur rendons un mauvais service si nous leur permettons de croire que le développement d’une créativité libre et non structurée les mènera à des progrès réels et significatifs. (Et je tiens à faire gérer mon compte bancaire par quelqu'un qui connaît les mathématiques de base et non pas par quelqu'un qui ajoute ou soustrait de façon créative!) La Torah semble partager ce point de vue, soulignant constamment que le labeur et la détermination, la patience et la cohérence, sont nécessaires pour saisir pleinement tout champ d'étude de la Torah. On nous apprend en outre qu’avant d'apprendre la Kabbale, il est crucial de connaître à fond les éléments constitutifs de la Torah. On ne peut pas s'élever spirituellement sans suivre les cours de base prérequis.

Il y a d'autres exigences également, comme avoir plus de 40 ans. La maturité et la sagesse semblent être nécessaires. Il serait plus facile d'être parent si nous ne devions pas nous assurer qu'ils maîtrisent certaines informations de base, si nous pouvions laisser leurs instincts créatifs régner. Mais notre confort a un prix trop élevé pour eux. Malheureusement, Mme. Shellenbarger rectifié l’auteur de la question (j'espère ne jamais avoir à partager une facture de restaurant avec lui!). J'espère que les écoles s’en chargeront. Source : en collaboration avec aish.fr

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


nt, La re

si er orns er. op nt, ur ais eses en

Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

39


Psychologie

Par le Rabbin Benjamin Blech

50 ANS DE BONHEUR, et ce n'est pas fini ! Est-ce qu’on peut vraiment rester un couple heureux pendant 50 ans? Je ne parle pas comme ce producteur d’Hollywood qui se vantait d’y être parvenu. Il s’était marié six fois pour y parvenir. Ni comme George Burns qui disait que ceux qui avaient connu 50 ans de bonheur dans leur couple ne pouvaient être que ceux qui avaient été mariés 100 ans. Je veux dire, est-ce réellement possible dans un monde où les voitures, les iPads et les téléphones sont réactualisés tous les ans, dans un monde qui nous force à admettre qu’on doit jeter ce qu’on n’aime plus et le remplacer par quelque chose de plus désirable, existe-t-il la possibilité d’une relation heureuse et durable avec une seule et même personne ? La question devient plus actuelle encore à mesure que nous vivons plus longtemps et que la mort ne vient pas interrompre une alliance que nous avons contractée quand nous étions jeunes. Après quelques longues années de vie commune, mari et femme doivent choisir : ou bien prolonger l’histoire d’amour, de passion et d’amitié qui les a soudés lorsqu’ils étaient jeunes, ou bien renoncer au rêve de trouver le bonheur avec leur amour de jeunesse et s’embarquer pour un nouveau tour de manège, jusqu’à ce qu’ils trouvent la nouvelle dulcinée qui, espèrent-ils, les satisfera. La vie de couple est un défi. On ne peut pas espérer découvrir par la seule intuition la recette miracle qui fera cohabiter deux personnes différentes. Après 54 ans de mariage (et ce n’est pas fini !), je veux vous faire partager trois enseignements majeurs que j’ai appris de la Tradition juive et de sa sagesse.

Temps heureux et temps difficiles.

« Comment se fait-il qu’il y ait eu tant d’amour entre toi et papa ? » Le premier me vient de ma mère, son âme repose en paix. Elle avait alors 95 ans. Ayant vu tant de couples se séparer pendant que

40

N°17 - Mars 2012

sa relation avec mon père n’allait qu’en se renforçant, je me suis demandé quel pouvait être son secret. Mes parents ont connu beaucoup de temps difficiles. Ils ont du plusieurs fois fuir leur domicile par peur qu’on les tue : ils ont fui de Pologne en Allemagne, d’Allemagne en Hongrie, puis de Hongrie en Suisse, pour arriver finalement aux Etats-Unis où ils vécurent dans la pauvreté pendant de longues années. J’ai demandé à ma mère : « Comment se fait-il qu’il y ait eu tant d’amour entre toi et papa, et que vous n’ayez pas sombré dans le désespoir malgré tout ce qui vous est arrivé ? » Ma mère réfléchit pendant quelques instants puis dit simplement : « En vérité, je ne me doutais même pas que nous allions être tellement heureux. » Elle avait pris conscience intuitivement que le mariage représente bien plus qu’une carte blanche pour s’amuser et passer du bon temps. Dans les films on dit que le bonheur est le but du mariage. Chez les Juifs, le bonheur est un dividende naturel que l’on touche pour avoir assumé une vie avec le partenaire que l’on a choisi, une vie faite d’engagements, de devoirs et de responsabilités. Helen Keller exprimait une vérité profonde lorsqu’elle écrivait : « Le bonheur ne vient pas de l’extérieur, mais de l’intérieur. Ce n’est pas ce que nous voyons ou touchons, ni ce que font pour nous les autres qui nous rend heureux. C’est au contraire ce que nous-mêmes res-

50 ans de bonheur.. et c'est pas fini ! nière de souligner « ce que tu dois faire pour moi », mais d’affirmer que « je veux faire quelque chose pour toi parce que cela me rend heureux». Comparez cela avec les contrats que signent les couples aujourd’hui avant de se marier : lui devra sortir les poubelles à condition qu’elle fasse la vaisselle ; chacun préparera le diner à tour de rôle. Surtout : que personne n’en fasse plus que l’autre, ce ne serait pas juste. Evidemment, personne n’en ressort heureux puisque tous deux se sentent lésés

Chez les Juifs, le bonheur est un dividende naturel que l’on touche pour avoir assumé une vie avec le partenaire que l’on a choisi, une vie faite d’engagements, de devoirs et de responsabilités. sentons, pensons et faisons, d’abord pour les autres, et ensuite pour nous-mêmes ». La racine du mot hébreu pour dire aimer est ohev, qui veut aussi dire je donnerai. Aimer réellement c’est d’abord se préoccuper des besoins de l’autre, plus que des siens. Dire « Je t’aime » ne doit pas être une ma-

en permanence. Si vous vous mariez en pensant que cela va vous garantir le bonheur, vous allez droit au divorce. Commencez plutôt en sachant que le mariage vous offre la possibilité de partager les défis de la vie avec la personne que vous aimez, quelque soit la taille des difficultés qui vous Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


de r.. t i!

ois er se nd

ats ui orlle ra ue e, nt, ux és

attendent. Vous en tirerez l’immense bonheur qui provient de l’acte de donner. La première étape pour garantir un mariage heureux est donc de savoir qu’on ne sera pas toujours forcément heureux. Le premier message que l’on donne au jeune couple à la fin de la cérémonie est de briser un verre. La vie est aussi faite de moments de brisure, on ne fait pas que rigoler. Mais l’affronter avec un amour désintéressé permet de surmonter les épreuves et d’y trouver un bonheur qu’on n’aurait jamais connu en poursuivant une vie de plaisirs égoïstes.

La bénédiction de l’oubli.

Le deuxième secret réside - surprise ! - dans la découverte qu’oublier est une bénédiction. Un homme disait à son ami : « chaque fois que je me dispute avec elle, ma femme devient historique. » « Tu veux dire hystérique, non ? » lui répond-il. « Non, je veux dire historique. Elle se rappelle tout ce que je lui ait fait depuis vingt ans que nous sommes mariés ». Les Sages du Midrash demandaient pourquoi Dieu nous a créés avec ce défaut qui s’appelle l’oubli. Il aurait très bien pu nous doter d’un cerveau suffisant pour qu’on puisse

se rappeler tout ce qui nous arrive ! Ils répondirent qu’il ne s’agit pas d’une erreur, mais bien d’un plan Divin. Personne n’est parfait, nous faisons tous des erreurs et en cela nous sommes humains. Si nous faisons une gaffe, nous pouvons nous repentir, si nous blessons quelqu’un, nous pouvons lui demander pardon et continuer à vivre. L’oubli est un cadeau du Ciel qui nous permet de dépasser le stade de nos erreurs. Ne dit-on pas : « Je n’oublierai jamais » quand on reçoit un bienfait, et : « Je préfère oublier ça » quand quelqu’un nous blesse dans un moment de bêtise ou d’emportement ? Albert Schweitzer écrivait : « Le bonheur n'est rien de plus qu’une bonne santé et une mauvaise mémoire. » C’aurait pu être aussi la recette d’un mariage réussi. Malheureusement nous ne contrôlons pas notre état de santé, mais nous pouvons certainement décider d’oublier. Si l’on se focalise sur les défauts du conjoint, alors on ne verra plus qu’eux. Mais si on utilise la gomme du crayon pour effacer les erreurs de l’autre et la mine pour écrire ses vertus, alors on ne risque pas d’oublier pourquoi on l’a épousé(e).

Les compromis

Voici mon dernier conseil pour terminer la liste. Je n’oublierai ja-

ue ur, mle de la ue us

Deux personnes qui vivent ensemble ne peuvent pas être toujours d’accord. Si lors de chaque dispute ils devaient voter pour savoir qui a raison, il n’y aurait jamais d’issue. La solution est évidente : peu importe qui a raison, dans un couple on doit faire des compromis. Il existe une loi étonnante à propos du symbole religieux que les Juifs accrochent à l’entrée de leur maison. On place une Mezouza sur le linteau de la porte pour évoquer la Présence Divine. Les commentateurs ont eu une discussion célèbre sur la position que devait avoir la Mezouza. Certains disaient qu’elle devait être placée verticalement, et d’autres horizontalement. Que faire ? C’est le seul endroit dans toute la Loi juive où l’on n’a pas tranché en faveur de l’un ou de l’autre. Au lieu de trancher, on a adopté un compromis : la Mezouza sera placée en biais (rite Ashkénaze). Personne n’avait évoqué cette possibilité, mais cette solution incarne une vérité plus importante, qui doit être à la base de tout foyer juif s’il veut connaître bonheur et prospérité : le compromis. Quand une femme et son mari apprennent à céder un peu face à l’autre, même lorsqu’ils sont sûrs d’avoir raison, et qu’ils préfèrent concéder plutôt que vaincre à plate couture, leur récompense est la plus grande de toutes : ils reçoivent la bénédiction du Shalom. Il n’est certainement pas aisé de suivre ces trois conseils. Un couple heureux n’arrive pas tout seul. Je suis d’accord avec Mae West qui disait : les années les plus difficiles dans le mariage sont celles qui suivent la cérémonie ». Mais après avoir célébré mes noces d’or, je pense être en bonne place pour recommander ces trois vérités qui m’ont aidé à arriver là où je suis, et pour vous garantir qu’elles vous aideront à y arriver aussi. Sources : Aish

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

41

Psychologie

mais comment une certaine dame m’a parlé du plus grand problème qu’elle avait dû confronter dans sa vie de couple : « J’ai toujours rêvé d’épouser M. Raison. Je croyais l’avoir trouvé jusqu’au jour où je me suis rendue compte que son prénom était : Jaitoujours ». Vous savez comment on appelle quelqu’un qui pense toujours avoir raison ? Un divorcé. Personne n’a toujours raison. Et personne n’a toujours tort. Et si vous pensez avoir toujours raison, vous avez tort.


People

Par Isabelle Azeroual

Soirée People à Tel-Aviv : "la vérité, ils nous ont éclaté ! " L’événement était ici longuement attendu…Notamment par les francophones d’Israël à qui « Serge Benamou, Eddie, Yvan, Patrick Abitbol et tous les autres » avaient franchement manqué.

sons tendres et inédites d’un album à paraitre, tubes repris en chœur par les plus jeunes.

Alors, à l’occasion de la sortie israélienne en avant-première de « La vérité si je mens 3 », ils sont tous venus de Natanya, Jerusalem, Haïfa, Ashdod et bien-sûr Tel Aviv pour fêter ça ! 3000 personnes se sont pressées au Nokia Aréna, le plus grand stade d’Israël, transformé ce mardi 13 Mars en salle de cinéma géante, pour assister au spectacle. Concerts, danses, et fou rire garantis… Il ne fallait pas être pressé ce soir là. Queue interminable à tous les guichets pour retirer des places déjà réservées et payées depuis belle lurette. Au Nokia Arena de Tel Aviv, on se serait volontiers cru au Dôme des grands soirs, ou au Zénith. Tous parlaient français ! Alors pour reprendre les bonnes habitudes franchouillardes, chacun y allait de sa petite complainte : « Quelle organisation ! Ils auraient pu prévoir plus de personnel, ça fait une heure que je patiente dans cette file, tout ça pour aller dans l’autre… » Effectivement, la société Lollyprod, pourtant habituée à organiser de grands événements tels que la venue de Patrick Bruel ou Jennifer semblait ce soir là victime de son succès et carrément débordée : 150 personnes pour gérer la situation, encore trop peu pour répondre à l’impatience de quelques 3000 personnes en folie ! Venus des quatre coins d’Israël, jeunes, moins jeunes, familles, enfants, personne ne voulait rater cela. A l’image d’un grand show à l’américaine, danseuses et feu d’artifice ont donc ouvert « la soirée » après deux heures de retard, le temps d’installer tout ce petit monde sur les gradins. Joyce Jonathan a donné le « la » guitare en main pour une sympathique première partie. Chan-

42

N°17 - Mars 2012

Dany Brillant chantant "Hava Naguilah Hava" devant un public conquis.

Ce fut ensuite au tour de Dany Brillant, de déclencher un vent de folie avec « Hava Naguila Hava ». Toutes les jeunes filles se sont aussitôt levées pour aller danser sur scène au côté de celui qui est arrivé en se présentant comme un « simple juif tunisien », n’hésitant pas à passer dans les rangs, serrer les mains, s’excusant que ses musiciens aient raté l’avion et invitant tout un chacun à le rejoindre sur l’estrade. Une belle prestation autour de « J’ai perdu la tête » et « tant qu’il y aura des femmes »…

Place au film, silence absolu sauf pour éclater de rire face à un José Garcia, alias Serge Benamou, meilleur que jamais, Gilbert Melki épatant dans les aventures inattendues d’un Patrick Abitbol transi amoureux de son inspectrice des impôts et Enrico Macias irrésistible beau-père devenu momentanément amnésique. Un scénario bien ficelé par Gérard Bitton et Michel Munz également présents ce soir là. La belle Aure Atika, le séduisant Vincent Elbaz n’ont certainement pas regretté leur déplacement à Tel-Aviv, bain de foule, autographe, chacun voulait immortaliser l’instant auprès d’artistes perçus comme membre à part entière d’une grande famille, celle que l’on ne se lasse jamais de revoir film après film, de France en Israël.

Quand Max Boublil est ensuite entré en scène, le public lui a fait un véritable triomphe. Drôle, souvent caustique, jamais vulgaire même lorsqu’il confie : « Les israéliennes, elles draguent pas mais elles matent grave, et pas de la même façon à Tel-Aviv, beaucoup plus sexy, qu’à Jérusalem où c’est plus du style : « j’aimerais bien qu’on fasse trois enfants ensemble, et la bar mitsva des petits… » Dommage qu’il « aime les moches » ! Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


uf sé u, lki atnsi es ble nt elé nz La nas iv, un ès à e, de en

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

43


Voyages & Découvertes Par Jacques BENILLOUCHE

NEGUEV : au bout du monde.... à droite Coïncidant avec la journée des élections égyptiennes, le Club de la Presse avait organisé une escapade à la frontière du Néguev, de quoi tâter la température politique dans la région. Discrétion ou volonté de ne pas dramatiser, le Néguev donnait l’impression d’être un havre de paix pour touristes plutôt qu’une zone à risque. On s’attendait à une révolution islamique débordant sur les frontières d'Israël, avec envoi de roquettes et tirs d’armes automatiques, mais nous n’avons été frappés que par le soleil et encore, il était modéré.

Nouvelle brigade au Néguev

Plus de touristes que de militaires

nature n'est pas totalement fâchée avec les habitants courageux du Néguev. La découverte de réserves d’eau saline dans les profondeurs de la terre, et le développement de techniques agricoles novatrices, ont transformé la région de Ramat haNéguev en "terre de l’olivier" et de l'huile d'olive.

Tout au long de route 211, bordée de terre aride, la présence militaire était quasi inexistante ou discrète à l’exception d’une seule base où quelques soldats astiquait des transporteurs de troupes garés entre quelques tentes aux bords relevés. De temps en temps, des plantations d'oliviers, symboles de la résistance de la vie face à la colère des sols et du climat, nous rappellent que la

La frontière est matérialisée par des rouleaux de fils de fer qui ne doivent certainement pas décourager les clandestins puisque 2.676 ont traversé la frontière en novembre. Ceux qui les suivront ont encore de beaux jours devant eux avant la construction d'une séparation physique en dur. Nous distinguions très précisément les deux postes de contrôle égyptiens, à quelques dizaines de mètres des journalistes qui avaient fait le voyage. Nous n’avons senti aucune agressivité à notre égard malgré les incidents qui se sont déroulés dans cette région. De l’autre côté aussi, aucune présence militaire n’était visible comme si les deux voisins tenaient à montrer qu’ils n’avaient aucune intention

Notre objectif consistait à visiter la partie centrale de la frontière, plus précisément à Qadesh Barnea, baptisée Nizzane Sinaï, parce que le village avait été créé par les israéliens de l’implantation de Yamit lors de l’évacuation du Sinaï en 1982, en conséquence du traité de paix de 1979 entre l’Egypte et Israël.

44

N°17 - Mars 2012

belliqueuse. L’attaque meurtrière du mois d’août, au cours de laquelle huit israéliens ont trouvé la mort, semble classée comme péripétie historique.

Nouvelle brigade

Nous avons longé la frontière sur plusieurs kilomètres en constatant le même calme et l’absence d’armada militaire des deux côtés, en regrettant cependant de ne pas pouvoir entrer de l'autre côté boire le thé chez les bédouins égyptiens. Mais, lors d’un précédent entretien, l'un des colonels officiant dans la région nous avait conseillés de ne pas nous méprendre sur ce calme apparent à la frontière car le Sinaï grouille d’organisations terroristes actives, disposant de matériels sophistiqués et prêts à en découdre avec Israël lorsque l'Iran le décidera. Tsahal ne mésestime pas le danger mais les exercices ont lieu volontairement au nord du Néguev pour éviter toute interprétation tandis que les militaires égyptiens ont donné à leurs troupes l’ordre d’empêcher

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


guev

du lle rt, tie

ur le da etoir hé is, un on us nt lle es, és aël

er aiur ue à er

Voyages & Découvertes les terroristes d’Al-Qaeda d’approcher de trop près la frontière. La seule nouveauté israélienne est la création d’une nouvelle brigade régionale, rendue nécessaire par les récentes tensions le long de la frontière israélo-égyptienne. Cette nouvelle brigade, basée à Eilat, se voit chargée de renforcer la sécurité le long de la frontière avec l’Égypte.

Du vin en plein désert

A défaut de troubles justifiant quelques pages de texte affutées au clavier de l’ordinateur, les journalistes français, déçus ou réconfortés, toujours à l’affut des bonnes bouteilles, ont préféré se rabattre sur la visite des chais du kibboutz pour goûter au vin exceptionnel, fait à partir de raisin poussant sur une terre arrosée de la seule eau salée de la région, selon des méthodes originales, conçues au centre de recherche agronomique du kibboutz Revivim.

Les serres de Revivim

Privés de sujet de reportage sur la guerre à la frontière égyptienne, nous avons rejoint une délégation de l’Ambassade du Vietnam qui rendait visite à ses compatriotes stagiaires, envoyés pour six mois approfondir les méthodes modernes d’agriculture dans le désert. Pourtant, le Vietnam ne manque pas d’eau, mais il doit avoir de sérieuses raisons de s’intéresser aux techniques d’arrosage israéliennes. Ainsi les français, réputés incorrigibles pour avoir le don de fouiner la bonne bouteille, ont terminé la journée avec plusieurs bons verres

de vin. Le maitre des chais ne rêve que de la paix pour être envahi par les touristes car le budget des journalistes n’était pas à la hauteur de ses espérances. La révolution égyptienne n’était pas encore parvenue, pour l’instant, à troubler la vinification de son raisin au léger goût salé. On raconte que les habitants du kibboutz, habitués à boire une eau salée, ont coutume lors de leurs visites au centre du pays de réclamer un café à base de sel plutôt que de sucre.

Le rêve de Ben Gourion

Mais le véritable goût de salé qui reste dans notre bouche est la constatation que le Néguev, qui représente la moitié de l'espace israélien, est totalement vide d'habitants alors que Ben Gourion, le visionnaire, avait lancé le mot d'ordre que l'avenir du pays était dans le peuplement intense de la région. A l'âge du high-tech, l'esprit pionnier se

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence

perd certes mais une ville nouvelle pourrait s'inspirer des villes désertiques créées dans le monde, avec l'avantage de bénéficier d'un climat sain et sec; une ville qui aura l'avantage d'avoir une électricité solaire gratuite, des villas avec jardins étendus sur plusieurs dounams et des produits bios naturels puisque les insectes et nuisibles, qui n'arrivent pas à s'y acclimater, fuient la région trop salée à leur goût. Et l'on se met à rêver. Si nous avons pu installer en Cisjordanie dans des zones aussi arides plus de 300.000 juifs, entourés de haine et de menace, alors il est possible d'en mettre autant dans les territoires du Néguev, ni disputés et ni contestés, le nouvel Eldorado israélien. Merci à Sara Brownstein, Yoram Bitane et Michaël Blum pour leur excellente organisation.

N°17 - Mars 2012

45


Recettes

Par Magali Touitou

Choux de Pessah Ingrédients 50 grammes de margarine 2 verres de farine de matsa 1 cuillère a café de sel

1/4 verre d'huile 6 gros œufs 2 verres d'eau

Préchauffer le four a 180 degrés. Mélanger tous les ingrédients sur le feu sauf les œufs.Hors du feu, ajouter les œufs un a un. Sur une plaque allant au four, étaler du papier sulfurisé et faire des petites boules avec la pâte. Mettre au four et laisser cuire environ une demi heure (jusqu’à ce que les petits choux soient dores et gonflés). On peut fourrer ces petits choux de thon mayonnaise ou avec les ingrédients de votre choix.

MATZEKNEPFLE Boulettes de Matza Ingrédients 120 g de farine de Matza 80g de graisse d'oie Noix de muscade

4 œufs entiers Sel / Poivre Gingembre

Dans un saladier, mélanger brièvement les œufs battus à la graisse d'oie. Assaisonner avec les épices . Verser le pain azyme pilé en tournant jusqu'à ce que le mélange prenne une consistance suffisamment pâteuse pour pouvoir former des petites boulettes rondes. Plonger les boulettes dans votre bouillon de poulet ou de bœuf en ébullition, durant environ 15 minutes. Repéter une deuxiéme fois l’opération finir avec un troisieme disque sur le dessus saupoudrer de sucre glace et deposer une framboise au centre pour finir.

46

N°17 - Mars 2012

Gâteau au chocolat Ingrédients 4 œufs 125g de chocolat noir 2 CS de lait 100 ml de crème liquide 50g de poudre d'amandes 1 cs de féc. de pomme de terre 125g de sucre en poudre

Préchauffer votre four à 180°. Dans une casserole faire fondre le chocolat avec la crème et le lait. Séparer les blancs des jaunes. Hors du feu, ajouter les jaunes d’œufs un à un en les incorporant bien à la préparation chocolatée. Ajouter la poudre d’amande et la fécule de pomme de terre. Battre les blancs avec le sucre jusqu'à obtenir une masse bien ferme et l'incorporer délicatement au chocolat. Verser la préparation dans un moule et mettre au four pendant 30 minutes.

MOUFLETA Pour la MIMOUNA Ingrédients 1kg de farine 50 g de levure boulangère 2 cuillères de sucre

3 verres d eau 1 pincée de sel / de l huile du miel et du beurre

Ouvrir le cube de levure et le mettre dans 1/4 de verre d eau tiède avec 2 cuillères de sucre Puis l'ajouter a la farine (avec la pincée de sel). Ajouter 3 verres d eau froide et pétrir jusqu’à a ce que la pate soit élastique. Faire des petites boules, les mouiller d huile en les passant dans un plat d huile et les laisser reposer 1/2h sur votre plan de travail. Tremper les mains dans l huile et ouvrir chaque boule. Mettre cette crêpe obtenue dans une poêle. Lorsque la 1ere face de la première moufleta est cuite on la retourne et on rajoute en la superposant la 2ème moufleta, elles cuisent en étant une dizaine superposées. Lorsque la première dizaine est prete ...on étale du beurre et miel déjà mélangé... et on se régale ... Allez, Et comme on dit en arabe « Terbehou » Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


ire ncs un ter tre me on

Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

47


Blagues

Par Zadoc - Moi, confie un Mr à un consommateur qui prend un verre à côté de lui, dans un bar, je ne crois que la moitié de ce qu’on me dit. - Vraiment ! Et quelle est votre profession ? - Psychanalyste. ah : eh bien, moi c’est tout le contraire : je crois toujours le double de ce que l’on me raconte. - Quelle est donc votre profession ? - Inspecteur des impôts.

ANNIVERSAIRE DE MARIAGE :

un couple va fêter ses 25 ans de mariage. L'épouse demande à son mari :"Mon amour, que vas-tu m'offrir pour nos noces d'argent ?" - Un voyage en Chine ma chérie ! L'épouse agréablement surprise par ce magnifique cadeau, demande : "Mais mon amour, que vas-tu donc pouvoir m'offrir pour nos 50 ans de mariage ?! -" J'IRAIS TE CHERCHER !!!!!!!

Shlomo va consulter un psy Dr j’ai l’impression qu’il y a deux personnes en moi ! Attendez ! Répétez-moi ça ! Mais l’un après l’autre...

Un petit garçon entre dans un magasin de jouets. Arrivé à la caisse, il donne des billets de Monopoly pour acheter son avion. "Mais ce sont de faux billets !" fait le marchand. "C'est aussi un faux avion !" répond le petit garçon.

« Fréha, ma chérie, il faut absolument que tu maigrisses. Tu as pris 30 kg avec lesquels je ne suis pas légalement marié »

Chawil chez l’ophtalmo : la faiblesse de votre vue est certainement due à votre alcool Vous croyez Dr ? Moi je ne pense pas, au contraire quand je bois je vois double !

48

N°17 - Mars 2012

Au Coeur de la Communauté juive de Marseille/Provence


masse, poly

fait

ond

ses. ment

Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence

N°17 - Mars 2012

49


50

N°17 - Mars 2012

Au Coeur de la CommunautĂŠ juive de Marseille/Provence


pub_Mise en page 1 21/03/12 18:02 Page1

couvlev17_Mise en page 1 20/03/12 12:00 Page1

N FO OU RM VE ULLLE E

N°17

AARY GROUP HOUSING I N V E S T M E N T & M A N A G E M E N T C O M PA N Y

MARS

2012 Nouveau Projet sur Tel Aviv, à NEVE TSEDEK

Projet sur Netanya, Rue Gad Marhness

• Immeuble boutique de 17 unités 2,3,4 pièces et penthouse • Caractéristiques techniques de haut standing • Architecture méticuleuse et design contemporain de haut niveau • Signé par l architecte le plus en vogue de TEL AVIV : G BAR ORIAN

WWW.IL-LIVORNO.CO.IL

• Prime emplacement entre la célèbre rue SHABAZZI ET ROTCHILD

• 45 appartements spacieux et fonctionnels • Haut niveau d’équipement piscine spa terrasse parking etc. • Architecture soignée • Emplacement exceptionnel vue imprenable • Proche kikar et commerce

WWW.TSHOUVA.CO.IL

Contacter Haim : +972 54-2111-535 • +33 1.70.36.74.24 • Fréderic au +33 7.60.68.23.05

ISSN 21039747 – N° de CPPAP en cours - 2€

la Solidaire avec ive communauté ju de TOULOUSE

FORUM MONDIAL DE L’EAU A MARSEILLE

LES ENJEUX POUR LA VIE Interview

Entretien

Israël

Politique

Judaïsme

Martine Vassal : Le temps des solutions et des engagements

Eugène Caselli : L'eau, un travail d'équipe

La révolution verte face au défit de l’eau

Israéliens Palestiniens , qui prône l'Apartheid?

L'eau dans le Judaisme

Lev Hair Coeur de ville magazine  

Magazine de la communauté juive de la région PACA ( sud de la France)

Advertisement